Vous êtes sur la page 1sur 142

N


d’ordre : 11/10 Année 2011
UNIVERSITÉ DE VALENCIENNES ET DU HAINAUT
CAMBRÉSIS
Laboratoire d’accueil : Département Énergétique Industriel le
ÉCOLE des MINES de DOUAI
Codirection : Écoulements Diphasiques et Turbulences
LABORATOIRE des ÉCOULEMENTS GÉOPHYSIQUES et
INDUSTRIELS, Grenoble
THÈSE DE DOCTORAT
École Doctorale Sciences Pour l’Ingénieur
Université Lille Nord-de-France
Mécanique, Génie Civil, Énergétique, Matériaux
Présentée pour l’obtention du grade de DOCTEUR
par
Vincent KUBICKI
Titre :
ÉVOLUTION DE TOURBILLONS LONGITUDINAUX
DANS UN ÉCOULEMENT DE CANAL TURBULENT
PERTURBÉ : ANALYSE THERMOMÉCANIQUE PAR
PIV, SIMULATIONS RANS ET DNS
Soutenue publiquement le 11 mars 2011 devant la commission d’examen :
Président
M. Jean-Marie BUCHLIN Professeur, Institut Von Kármán, Bruxelles
Rapporteurs
M. Laurent DAVID Professeur, Institut Pprime, UPR 3346, Poitiers
M. Hassan PEERHOSSAINI Professeur, LTN, CNRS-UMR 6607, Nantes
Examinateurs
M. Daniel BOUGEARD Maître-Assistant, École des Mines de Douai
M. Jean-Luc HARION Professeur des Écoles des Mines, École des Mines de Douai,
co-Directeur de Thèse
M. Maroun NEMER Docteur, Chargé de Recherche,
Centre Energétique et Procédés MinesParisTech, Paris
M. Serge RUSSEIL Maître-Assistant, École des Mines de Douai
M. Sédat TARDU Maître de Conférences HDR, LEGI, Grenoble,
co-Directeur de Thèse
Invité
M. Laurent KEIRSBULCK Maître de Conférences HDR, TEMPO, UVHC
Remerciements
Huiru, ma mère, mon père, ma grand-mère et mon grand-père, pour m’avoir en-
couragé tout le long de cette thèse.
Jean Luc Harion et Sedat Tardu, pour avoir codirigé ces travaux.
Daniel Bougeard et Serge Russeil pour leur encadrement.
Laurent David et Hassan Peerhossaini pour avoir accepté d’être rapporteurs, ainsi
que Jean-Marie Buchlin, Maroun Nemer et Laurent Keirsbulck pour avoir accepté
d’être examinateurs et membre invité du jury.
Les doctorants, post-doctorants et personnels du DEI pour leur bonne humeur
et/ou leur motivation au travail : Sébastien, Gilles, Romain, Mohammed, Jules, Rabbie,
Peter, Lat, Chrystèle, Marie-Françoise, Nadine, ...
iii
iv Table des matières
Table des matières
Principales notations ix
1 Étude bibliographique 5
1.1 Intensification des échanges de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.1 Échangeurs de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.2 Tourbillons longitudinaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.1.3 Utilisation de tourbillons pour l’augmentation de transferts ther-
miques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.2 Critère de performance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.1 Premier principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.1.1 Transferts thermiques seuls . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.2.1.2 Transferts thermiques et pertes de charges . . . . . . . 13
1.2.2 Critères locaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.3 Analyse entropique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2 Préparation de l’étude 19
2.1 Notations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 Définition de l’objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.1 Géométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.2 Régime d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.3 Banc expérimental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.1 Présentation du banc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.2 Principe de la PIV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3.3 Paramètres physiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.3.1 Distance d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.3.2 Coude . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3.4 Paramètres du système d’acquisition . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3.5 Temps de traversée de la nappe et ensemencement . . . . . . . . 25
2.3.6 Contrôle du fonctionnement du banc d’essais . . . . . . . . . . . 27
2.3.6.1 Vérification de l’étanchéité . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.3.6.2 Vérification du profil d’entrée à l’amont du perturbateur 28
2.3.7 Convergence des statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.4 Calcul RANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.2 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.3 Maillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.4.4 Autres paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.5 Simulation numérique directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.1 Présentation générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
v
vi Table des matières
2.5.1.1 Équations résolues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.1.2 Démarche générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.2 Présentation du code . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.5.2.1 Programmation générique . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.5.2.2 Structure du solveur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.5.3 Paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.5.4 Maillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.5.5 Condition d’entrée du canal perturbé . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.5.5.1 Approche sélectionnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
2.5.5.2 Maintien du débit dans la section d’entrée . . . . . . . 39
2.5.5.3 Implémentation de la condition d’entrée . . . . . . . . 39
2.5.6 Autres conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.5.6.1 Périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
2.5.6.2 Advective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.5.6.3 Symétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
2.5.6.4 Valeur fixée ou gradient nul . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.5.6.5 Résumé des conditions aux limites appliquées . . . . . 42
2.5.7 Conditions initiales de l’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.5.7.1 Utilisation d’un calcul RANS . . . . . . . . . . . . . . 43
2.5.7.2 Régime transitoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.5.8 Calculs concurrents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
2.5.9 Lancement automatique des calculs . . . . . . . . . . . . . . . . 46
2.5.10 Validation du code pour l’utilisation en DNS . . . . . . . . . . . 47
2.5.10.1 Validation du calcul précurseur . . . . . . . . . . . . . 47
2.5.10.2 Validation de la condition aux limites de symétrie . . . 49
2.6 Statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.6.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
2.6.2 Moment d’ordre 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.6.3 Moments d’ordre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.6.3.1 Forme générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
2.6.3.2 Exemples d’application . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
2.7 Notes sur les développements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3 Étude dynamique 55
3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.1.1 Adimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.1.2 Décompositions des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.1.3 Hypothèse de Boussinesq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.1.4 Forme de présentation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.2 Topologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.2.1 Vorticité moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
3.2.2 Déficit de vitesse longitudinale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
3.2.3 Énergie cinétique moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
3.3 Vorticité turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.3.1 Décomposition canonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.3.1.1 Composante longitudinale . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.3.1.2 Composantes transverses . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
3.3.2 Décomposition propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
3.3.2.1 Cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
3.3.2.2 Dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Notations vii
3.3.2.3 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
3.4 Détection de structures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
3.5 Contrainte pariétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3.6 Comportement volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.6.1 Fonction de dissipation moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
3.6.2 Énergie cinétique turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3.6.2.1 Équation bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
3.6.2.2 Décomposition des résultats . . . . . . . . . . . . . . . 84
3.6.2.3 Répartition de l’énergie cinétique turbulente . . . . . . 84
3.6.3 Anisotropie des contraintes de Reynolds . . . . . . . . . . . . . 86
3.6.4 Production d’énergie cinétique turbulente . . . . . . . . . . . . . 88
3.6.5 Fonction de dissipation turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4 Analyse thermique 95
4.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
4.1.1 Équations résolues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
4.1.2 Conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
4.1.3 Adimensionnement de la température . . . . . . . . . . . . . . . 96
4.1.3.1 Adimensionnement local . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
4.1.3.2 Adimensionnement global . . . . . . . . . . . . . . . . 97
4.2 Champ de température . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
4.3 Flux de chaleur pariétal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
4.4 Température turbulente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
4.5 Modes de transport de l’énergie interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
4.5.1 Séparation des modes de transport . . . . . . . . . . . . . . . . 100
4.5.2 Modèle des modes de transport dans un tourbillon longitudinal
moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
4.5.3 Analyse des flux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
4.5.4 Analyse des divergences de flux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.5.5 Approximation de Boussinesq . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
4.6 Analyse entropique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
4.6.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
4.6.1.1 Caractérisation des échangeurs à l’aide de la production
d’entropie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
4.6.1.2 Expression de la production d’entropie . . . . . . . . . 113
4.6.1.3 Adimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
4.6.1.4 Modélisation RANS de la production d’entropie . . . . 115
4.6.2 Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
4.7 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
viii Notations
Principales notations
Caractères usuels
H Hauteur du canal m
u Vitesse m s
−1
T Température K
p Pression N m
−2
C
p
Capacité calorifique massique à pression con-
stante
JK
−1
kg
−1
k Énergie cinétique turbulente massique m
2
s
−2
E Énergie cinétique moyenne massique m
2
s
−2
Caractères grecs
λ Conductivité thermique Wm
−1
K
−1
α Diffusivité thermique m
2
s
−1
µ Viscosité dynamique kg m
−1
s
−1
ν Viscosité cinématique m
2
s
−1
Φ Fonction de dissipation de l’énergie cinétique m
2
s
−3
G Production d’énergie cinétique turbulente m
2
s
−3
ω Vorticité s
−1
ρ Densité volumique kg m
−3
Indices, exposants et abbréviations
()
t
transverse
()
+
pariétal
() moyen
()

turbulent
()
in
à l’entrée
()
w
en paroi
()
τ
de frottement
()
rms
Root Mean Square
()
bulk
débitant
PIV Particle Image Velocimetry
RANS Reynolds Averaged Navier Stokes
DNS Direct Numerical Simulation
ix
x Liste des figures
Liste des figures
1.1 Tourbillons générés dans un échangeur tube-ailettes équipé de généra-
teurs de tourbillons, dessin tiré de Jacobi et Shah (1995) . . . . . . . . 6
1.2 Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow down, tiré de
Kataoka et al. (1977) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3 Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow up, tiré de
Kataoka et al. (1977) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.4 Types de perturbateurs, tiré de Jacobi et Shah (1995) . . . . . . . . . . 8
1.5 Tourbillons générés par un perturbateur, tiré de Yanagihara et Torii (1993) 10
1.6 Évolution des performances par tranche dans un canal plan perturbé . 14
1.7 Nombre de Nusselt local autour d’un perturbateur . . . . . . . . . . . . 15
2.1 Géométrie étudiée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2 Représentation schématique du banc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3 Vue d’ensemble du banc d’essais . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.4 Lignes de courant dans le coude de sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.5 Échelles de Kolmogorov à X
1
= 2, calcul RANS (facteur 10
−4
m) . . . . 24
2.6 Détail de champs vectoriels obtenus pour des temps de différenciation
différents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.7 Lignes de courant en fonction du temps de différenciation . . . . . . . . 25
2.8 Déplacement à travers la nappe laser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.9 Détail du niveau d’ensemencement sur une zone de 1.6 par 1 cm, sans
modification de l’histogramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.10 Mesure du débit de fuite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.11 Vitesse moyenne u
1
/u
τ
sur la paroi basse . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.12 Composante longitudinale de la vitesse RMS

u

1
u

1
u
τ
, sur l’ensemble de
la hauteur du canal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.13 Positions du point de calcul de convergence . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.14 Évolution des statistiques en fonction du nombre de réalisations, sonde
dans la position 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.15 Fonction f : → x
2
(dimensions en m) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.16 Comparaison des largeurs de domaines DNS RANS et expérimentaux,
figure à l’échelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.17 Relations entre le solveur et le feeder (script de gestion des profils) . . . 40
2.18 Relations entre les calculs effectués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
2.19 Transition vers l’écoulement turbulent dans precur . . . . . . . . . . . . 44
2.20 Évolution des flux et contraintes moyennées spatialement, en fonction
du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.21 Lignes de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.22 Utilisation des lignes pour le calcul des statistiques . . . . . . . . . . . 46
xi
xii Liste des figures
2.23 Dépendances entre les calculs precur et perturb, au sein d’une unique
ligne de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
2.24 Comparaison du profil moyen avec les lois de parois . . . . . . . . . . . 48
2.25 ω
+
rms
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2.26 u
+
rms
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.27 Comparaison du profil de vitesse longitudinale moyenne obtenu près du
bord, avec le profil présenté par Kim et al. (1987) . . . . . . . . . . . . 50
3.1 Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, RANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.2 Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, expérimental . . . . . . . . . . . . . . 59
3.3 Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.4 ω
+
1
, X
1
= 7.5, RANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
3.5 Profils de vitesse longitudinale en fonction de x
+
2
. . . . . . . . . . . . . 61
3.6 Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, RANS, X
1
= 1.5 . . . . . . 62
3.7 Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, expérimental, X
1
= 1.5 . . 62
3.8 Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . 62
3.9 Énergie cinétique transverse E
+,t
intégrée transversalement . . . . . . . 63
3.10 Interprétation des extrema locaux de ω

1
ω

1
, tirée de Kim et al. (1987) . 64
3.11 ω
+
1
ω
+
1
, X
1
= 1.5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
3.12 profils de ω
+
1,rms
en X
1
= 1.5, pour différentes valeurs de X
3
. . . . . . . 66
3.13 ω
+
1
ω
+
1
, X
1
= 1.5, expérimental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
3.14 ω
+
2
ω
+
2
, X
1
= 1.5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
3.15 ω
+
3
ω
+
3
, X
1
= 1.5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
3.16 Vecteurs propres de la matrice des vorticités turbulentes . . . . . . . . 70
3.17 Vecteurs propres de la vorticité turbulente au centre du canal plan . . . 70
3.18 Vecteurs propres de la vorticité turbulente en proche paroi dans le canal
plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
3.19 Orientation et variance de la vorticité turbulente dans le canal plan . . 71
3.20 Vecteurs propres de w

i
w

i
en X = 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
3.21 Vecteurs propres de ω

i
ω

i
en X
1
= 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
3.22 Diagonalisation du tenseur de contraintes moyennes, figure tirée de Kundu
et Cohen (2002) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
3.23 Contraintes de cisaillement moyennes en X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . 75
3.24 Contraintes de cisaillement moyenne en X
1
= 5 . . . . . . . . . . . . . 76
3.25 Isocontours de λ
2
en canal plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
3.26 Isocontours de λ
2
en canal perturbé, seuil spécifique au canal perturbé 78
3.27 Isocontours de λ
2
en canal perturbé, seuil spécifique au canal plan . . . 79
3.28 Projection du perturbateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
3.29 Contrainte longitudinale τ
+
1
, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.30 Contrainte transverse τ
+
3
, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
3.31 Contrainte totale τ
+
tot
, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3.32 Contrainte transverse, RANS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
3.33 Fonction de dissipation moyenne en canal plan . . . . . . . . . . . . . . 82
3.34 Fonction de dissipation moyenne transverse, DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . 83
3.35 Évolution longitudinale de l’intégrale transverse de fonction de dissipa-
tion moyenne transverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
3.36 Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, exp., X
1
= 1.5 . . . . . . . 84
3.37 Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, RANS, X
1
= 1.5 . . . . . 85
3.38 Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . 85
3.39 Évolution de l’intégrale de k
t
dans des plans transverses . . . . . . . . . 86
Liste des figures xiii
3.40 Composantes normales du tenseur de Reynolds dans le canal plan . . . 87
3.41 Intégrales transverses des composantes de k . . . . . . . . . . . . . . . 88
3.42 Production de k dans le canal plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
3.43 Composantes longitudinales et transverses de G
+
, X = 1.5, DNS . . . . 90
3.44 Évolution de l’intégrale de la production de k . . . . . . . . . . . . . . 91
3.45 Terme de production G
+
en X = 5 (DNS) . . . . . . . . . . . . . . . . 91
3.46 Fonction de dissipation turbulente en canal plan . . . . . . . . . . . . . 92
3.47 Évolution des intégrales de fonction de dissipation turbulente totale . . 92
3.48 Évolution de l’intégrale de fonction de dissipation turbulente transverse,
exp. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
3.49 Fonction de dissipation turbulente totale Φ
+
turb
, X
1
= 1.5, DNS . . . . . 94
3.50 Fonction de dissipation turbulente transverse Φ
t,+
turb
, X
1
= 1.5, exp . . . 94
4.1 Champ de température, X
1
= 1.5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
4.2 Champ de température, X
1
= 5, DNS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
4.3 Flux de chaleur pariétal, paroi inférieure, RANS . . . . . . . . . . . . . 100
4.4 Flux de chaleur pariétal, paroi inférieure, DNS . . . . . . . . . . . . . . 101
4.5 Variance de la température en X = 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
4.6 Variance de la température en X = 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
4.7 Évolution des profils de température moyenne . . . . . . . . . . . . . . 103
4.8 Répartition schématique des flux et divergences des trois modes de trans-
port dans la zone pariétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
4.9 Modèle cyclique des modes de transfert dans une section transverse d’un
tourbillon longitudinal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
4.10 Norme du flux de convection turbulente totale ||u

i
T

||, DNS, X
1
= 1.5 . 105
4.11 Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||u

i
T

||,
DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
4.12 Norme du flux de conduction || −α
∂T
∂x
i
||, DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . 106
4.13 Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||u

i
T

||,
DNS, X
1
= 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
4.14 Divergence du flux de convection moyenne

∂x
i
u
i
T, DNS, X
1
= 1.5 . . . 107
4.15 Divergence du flux de convection turbulente

∂x
i
u

i
T

, DNS, X
1
= 1.5 . . 108
4.16 Divergence du flux de conduction −

∂x
i
α
∂T
∂x
i
, DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . 108
4.17 Divergence du flux de convection moyenne

x
i
u
i
T, DNS, X
1
= 5 . . . . 109
4.18 Divergence du flux de convection turbulente

∂x
i
u

i
T

, DNS, X
1
= 5 . . . 110
4.19 Angle d’erreur introduit par l’approximation de Boussinesq . . . . . . . 111
4.20 Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq, pour X
1
=
1.5, en degrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
4.21 Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq, pour X
1
=
5, en degrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
4.22 Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
,
RANS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
4.23 Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
,
DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
4.24 Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
,
RANS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
4.25 Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
,
DNS, X
1
= 1.5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
xiv Liste des tableaux
4.26 Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
,
DNS, X
1
= 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
4.27 Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
,
DNS, X
1
= 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
Liste des tableaux
2.1 Mesures et calculs effectués . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2 Conditions aux limites sur u
i
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.3 Conditions aux limites sur p . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
2.4 Conditions aux limites sur la température . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1 Expressions des grandeurs adimensionnées et des coefficients d’adimen-
sionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
3.2 Moyennes des composantes de k dans un canal plan . . . . . . . . . . . 87
4.1 Profil universel de température adimensionnée . . . . . . . . . . . . . . 97
4.2 Facteurs d’adimensionnement global des grandeurs thermiques . . . . . 98
4.3 Moyennes des productions d’entropie
˙
S

gen,th
. . . . . . . . . . . . . . . 116
1
Introduction
Les échangeurs de chaleur sont des dispositifs présents dans de nombreuses appli-
cations industrielles où il faut transférer de l’énergie interne. Cela entraîne un besoin
important de compréhension et d’optimisation de leur fonctionnement, pour améliorer
le rendement de procédés. Le type d’échangeur étudié ici est un échangeur sans trans-
fert de masse et pour lequel la convection forcée joue un rôle prépondérant. Pour en
améliorer les performances, l’écoulement doit être modifié de façon à augmenter les
gradients de température à ses parois. Ce contrôle de l’écoulement se fait cependant au
prix d’une augmentation des frottements et donc de la puissance de pompe à fournir.
Dans cette étude, des tourbillons longitudinaux générés par l’adjonction de perturba-
teurs en paroi sont utilisés pour optimiser l’échangeur.
Aperçu des différentes méthodes d’investigation
La configuration d’écoulement comprenant un canal plan perturbé par un généra-
teur de tourbillons est étudiée en utilisant trois méthodes complémentaires : la mesure
expérimentale par PIV, la simulation RANS, et la simulation DNS pour analyser com-
ment les tourbillons longitudinaux influencent les champs moyens et turbulents.
Expérience : le système expérimental permet de travailler sur des réalisations
statistiques de l’écoulement. Les informations sur la turbulence sont donc directement
calculées, contrairement au RANS. Par contre, avec le dispositif utilisé, toutes les com-
posantes de vitesses ne sont pas accessibles, et l’étude est limitée à des plans trans-
verses. De plus, le système est isotherme, et les informations sur la thermique obtenues
en RANS et en DNS ne pourront donc être confrontées à des données expérimentales.
Calcul «Reynolds Averaged Navier Stokes» : la méthode RANS est celle qui
apporte le moins d’informations sur les quantités turbulentes à cause d’hypothèses
simplificatrices. Cependant, il s’agit de la méthode la plus simple des trois à mettre
en œuvre. Les informations qu’elle fournit permettent entre autre de dimensionner les
autres études.
Calcul «Direct Numerical Simulation» : le calcul DNS apporte l’information
la plus complète. Toute l’information sur la turbulence est disponible, ainsi que sur le
transfert et le transport d’énergie interne. La finesse des résolutions spatiales et tem-
porelles permettent de comprendre plus en détails les phénomènes liés aux structures
turbulentes présentes dans l’écoulement. De nombreuses études DNS/LES utilisent
des modèles mathématiques de tourbillons longitudinaux en conditions aux limites
imposées à l’entrée du calcul. Une des particularité de cette étude est de calculer di-
rectement la création de ces tourbillons en modélisant le perturbateur les générant.
3
Structure du mémoire
Étude bibliographique : mise en contexte des travaux effectués. Cette étude bib-
liographique est assez succincte, et certains éléments sont introduits dans leur contexte
au cours des diverses analyses, par exemple les descriptions des équations résolues.
Préparation de l’étude : description de la géométrie et de l’écoulement consid-
érés. Puis une description de la mise en place et des paramètres des différentes méthodes
d’investigation.
A la suite de ces deux chapitres introductifs, les résultats sont présentés par thème
physique, et non par méthode d’investigation :
Étude dynamique : étude des phénomènes dissipatifs et de l’évolution de la tur-
bulence. Les grandeurs considérées sont la contrainte pariétale, la vorticité et l’énergie
cinétique.
Étude thermique : étude de l’évolution du transfert de chaleur pariétal et des
différents modes de transports de l’énergie interne au cœur du canal. Une étude de la
répartition de production d’entropie est aussi effectuée.
Chapitre 1
Étude bibliographique
Cette partie présente l’état de l’art sur l’utilisation de tourbillons longitudinaux
pour l’intensification des échanges de chaleur. Des rappels sur les échangeurs thermiques
sont donnés. Ensuite, une description de la mécanique des tourbillons longitudinaux est
fournie, suivie d’une description de leur impact sur le transfert thermique. Des détails
sur la caractérisation de ces échanges sont donnés, aux niveaux global puis local.
1.1 Intensification des échanges de chaleur
1.1.1 Échangeurs de chaleur
Dans Kays et London (1984), le transfert thermique est décrit comme étant pro-
portionnel à la vitesse du fluide caloporteur, alors que les frottements sont associés au
cube de la vitesse, ainsi la meilleure technique pour augmenter l’échange est d’aug-
menter la surface d’échange en essayant de conserver le même régime. Pour une surface
d’échange donnée, il faut ensuite essayer de modifier la topologie de l’écoulement. La
présente étude détaille un type d’écoulement possible pour l’amélioration des perfor-
mances thermiques.
La nécessité d’échanger de l’énergie interne sans contact entre deux fluides est un
impératif pour de nombreuses applications industrielles. Les domaines d’application
des échangeurs thermiques sont ainsi très vastes : production d’énergie, pétrochimie,
alimentaire, automobile, climatisation et de façon générale les processus industriels
nécessitant une régulation en température. Ces applications multiples ont motivé des
recherches pour optimiser les performances des échangeurs, pour modifier leur taille,
augmenter la quantité de chaleur transférée, ou diminuer les puissances de pompe
nécessaires à leur mise en œuvre, voir à ce sujet le livre d’Hesselgreaves (2001).
Diverses méthodes de contrôle des écoulements sont disponibles, catégorisées actives
ou passives selon la nécessité d’un apport énergétique spécifique ou non. Un exemple
de méthode active est une apiration/soufflage en paroi (comme dans Choi et al. (1994)
par exemple), ou l’utilisation d’un champ magnétique (voir Berger et al. (2000)), dont
les applications pratiques nécessitent un système annexe possédant sa propre source
d’énergie. Une méthode passive consiste quand à elle souvent en une modification de
la géométrie de l’écoulement, et l’énergie requise pour modifier l’écoulement est puisée
dans l’énergie nécessaire à la mise en mouvement du fluide, qui est fournie par un
ventilateur ou une pompe. Les méthodes passives sont généralement moins coûteuses
car plus simples à mettre en œuvre, comme l’ajout d’ailettes augmentant la surface
d’échange thermique (voir la revue de Fiebig (1998)), ou la modification de la forme
des parois (Wang et al. (1998)).
5
6 1 Étude bibliographique
Figure 1.1 – Tourbillons générés dans un échangeur tube-ailettes équipé de générateurs
de tourbillons, dessin tiré de Jacobi et Shah (1995)
La configuration tube-ailette est très répandue dans les systèmes thermiques aéroréfrigérants.
Un liquide circule généralement dans des tubes, de l’air circule à l’extérieur, et des
ailettes ajoutées aux tubes servent à augmenter la surface métallique en contact avec
l’air. L’écoulement peut être contrôlé par l’adjonction de générateurs de tourbillons
comme sur la figure 1.1, afin de mélanger l’écoulement pour augmenter les transferts
thermiques. La présente étude se concentre sur l’utilisation de tourbillons longitudinaux
car il s’agit d’une des méthodes les plus efficaces. La tendance actuelle étant d’intégrer
ces tourbillons longitudinaux à d’autres techniques d’augmentation des échanges (tech-
niques «compound», voir T’Joen (2008) à ce sujet), il peut être intéressant d’étudier
leur impact sur le transfert thermique en utilisant des méthodes avancées telle que la
DNS.
1.1.2 Tourbillons longitudinaux
Une littérature existe depuis les années 1940 sur l’utilisation de tourbillons longitu-
dinaux en aérodynamique, avec par exemple les travaux de Taylor (1947) sur le retard
de la séparation d’écoulement induit par des tourbillons dans des diffuseurs.
Shabaka et al. (1985) ont fait une étude de la mécanique des tourbillons longi-
tudinaux dans une couche limite. Ils ont observé que la circulation se conserve dans
l’écoulement. Des zones de vorticité opposée à celle du tourbillon principal apparaissent
en sa périphérie. Le transport turbulent de quantité de mouvement u

v

est important
dans le coeur du tourbillon. La composante transverse de la contrainte pariétale subit
des variations de 60 % autour de sa valeur dans le canal non perturbé. Les auteurs
suggèrent que les modèles algébriques de turbulence sont peu à même de prédire la
turbulence présente dans les tourbillons longituinaux.
La définition exacte de ce que constitue un tourbillon n’accepte pas de réponse
intuitive et définitive, voir Trefethen et Panton (1990). Jeong et Hussain (1994) ont
souligné la multiplicité des définitions et critères utilisés pour identifier un tourbillon,
avant d’introduire le critère λ
2
pour les identifier. Des recherches sont toujours en
cours actuellement pour trouver une définition la plus générale possible d’un tourbillon,
comme indiqué par Kolár (2007).
Dans les années 1990, de nombreuses études ont été effectuées avec un modèle
de turbulence RANS k − pour la quantification de l’impact des tourbillons sur le
transfert thermique (voir 1.1.3). Liu et al. (1996) ont utilisé des calculs LES pour
préciser les interactions entre tourbillons longitudinaux et couche limite turbulente.
1 Étude bibliographique 7
Des tourbillons longitudinaux de Osen sont synthétisés à l’aide de forces volumiques et
un modèle de turbulence LES est utilisé. Les faiblesses des modèles RANS à décrire le
comportement des tourbillons sont liés selon les auteurs à la mauvaise modélisation du
terme de corrélation entre la pression et la vitesse
∂p

u

i
∂x
i
dans le transport de l’énergie
cinétique turbulente, alors que cette forme de diffusion est importante au coeur des
tourbillons. L’approximation de Boussinesq est aussi désignée comme une cause de la
surestimation de la diffusivité par les modèles RANS, car la viscosité turbulente est
difficilement reconstituable dans cette zone. La conséquence de ces deux phénomènes
est que les pics de vorticité sont dissipés beaucoup plus rapidement dans le calcul RANS
que dans la simulation LES.
On retrouve ces réserves sur l’utilisation de l’approximation de Boussinesq dans
Wilcox (1998). L’auteur indique comme limite à ces modèles les cas où les contraintes
moyennes évoluent très rapidement. En raison de l’approximation de Boussinesq, la
turbulence évolue rapidement dans le calcul, alors que dans la réalité elle s’ajustera
avec une inertie non négligeable.
1.1.3 Utilisation de tourbillons pour l’augmentation de trans-
ferts thermiques
Cette partie ne présente que des résultats concernant l’augmentation des échanges
thermiques, sans prendre en considération l’augmentation de pertes de charges qui y
est associée.
Les premiers résultats sur l’impact des tourbillons sur le transfert thermique ont
été publiés par Johnson et Joubert (1969). Les auteurs ont placé des perturbateurs sur
un cylindre perpendiculaire à l’écoulement, et observé une augmentation des échanges
thermiques ainsi qu’une réduction de la traînée, car les perturbateurs retardent le
décollement de la couche limite.
Edwards et Alker (1974) ont déterminé les coefficients d’échange locaux dans un
canal plan équipé de perturbateurs disposés de sorte à créer des tourbillons corotatifs et
contrarotatifs. Des comparaisons sont effectuées sur les impacts des différents types de
tourbillons sur les échanges thermiques et les auteurs en concluent que les tourbillons
contrarotatifs augmentent le plus les transferts thermiques.
Figure 1.2 – Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow down, tiré de
Kataoka et al. (1977)
Les figures 1.2 et 1.3 présentent deux configurations possibles pour des tourbillons
contrarotatifs proches. La première configuration, «common flow down», signifie que l’é-
coulement «commun», c’est-à-dire entre les deux tourbillons, est orientée vers la paroi.
8 1 Étude bibliographique
Figure 1.3 – Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow up, tiré de
Kataoka et al. (1977)
Le rétrécissement de la zone pariétale entre les deux tourbillons est nommé «down-
wash», et son épaississement à l’extérieur est nommé «upwash». De façon similaire,
la configuration «common flow up» correspond à un écoulement entre les tourbillons
s’éloignant de la paroi. Les zones d’upwash et de downwash sont alors inversées par
rapport à la configuration common flow down.
Kataoka et al. (1977) présentent une étude de tourbillons générés dans une configu-
ration axiale de Couette. Ils lient les modifications des échanges thermiques aux zones
d’upwash et de downwash. Selon les auteurs, l’augmentation de transfert thermique par
convection est liée à l’écoulement transverse, alors que l’augmentation des pertes de
charge est liée à l’écoulement longitudinal. Cela explique pourquoi il peut être possible
d’augmenter le transfert thermique plus vite que les pertes de charge pour optimiser
l’échangeur (voir la suite de cette étude bibliographique).
Figure 1.4 – Types de perturbateurs, tiré de Jacobi et Shah (1995)
La figure 1.4 présente quelques types de perturbateurs possibles pour générer des
tourbillons longitudinaux. Dans Russell et al. (1982), les auteurs présentent la première
analyse de l’impact de tourbillons longitudinaux sur les échanges de chaleur dans une
géométrie proche des géométries industrielles, contenant des tubes ailettés. Plusieurs
agencements de perturbateurs sont testés et il en est conclu que le plus intéressant est
1 Étude bibliographique 9
celui où les perturbateurs sont des «winglet» rectangulaires, alignés selon deux lignes
et décalés.
Des études expérimentales ont été effectuées par Eibeck et Pauley dans les années
80. Tous deux étudient les corrélations entre les structures des tourbillons et les aug-
mentations/diminutions locales des échanges thermiques (nombres de Stanton locaux)
dans des écoulements de couches limites.
Eibeck (1985) a étudié un tourbillon seul, et indique que les modifications aux
échanges de chaleur locaux viennent de la modification de la taille de la sous-couche
visqueuse. Un aplatissement entraînant une augmentation locale des gradients de tem-
pérature, et donc des échanges, tandis qu’un agrandissement entraîne une réduction de
ces échanges. De plus, bien que les tourbillons constituent des modifications tridimen-
sionelles de l’écoulement, la sous-couche où ont lieu les échanges reste bidimensionelle.
Il suffit donc selon les auteurs de connaître les caractéristiques de cette sous-couche
bidimensionelle pour prévoir les performances de l’écoulement modifié.
Turk et Junkhan (1986) montrent que le coefficient de transfert thermique diminue
plus rapidement dans un canal plan que dans un canal perturbé, et donc l’efficacité
dans le canal perturbé tend à augmenter en s’éloignant du perturbateur (bien que dans
l’absolu ce coefficient diminue). Les tourbillons ont ainsi toujours un impact dans le
canal perturbé, même à une distance importante du perturbateur.
Pauley (1988b) a étudié les interactions d’une paire de tourbillons (dans des configu-
rations common flow up, common flow down, co et contra rotatifs) dans un écoulement
de couche limite. Le principal effet de la paire de tourbillons est la modification locale
de la taille de la couche limite, qui se situe entre les tourbillons (common flow down)
ou à l’extérieur (common flow up) comme indiqué sur les figures 1.2 (p.7) et 1.3 (p.8).
La diminution de la circulation est associée à la composante transverse de la contrainte
pariétale, et les tourbillons sont d’autant plus affectés qu’ils sont proches des parois.
Les échanges thermiques sont corrélés à l’intensité de la turbulence en proche paroi
(qui augmente par exemple dans les régions upwash).
Dans un article commun Eibeck et Eaton (1987) trouvent que la connaissance de la
modification du champ moyen d’un écoulement est plus importante que la connaissance
de la modification du champ turbulent, et est suffisante à la détermation de nombre
de Stanton local. Ils trouvent une analogie entre l’évolution de ce nombre et celle de la
contrainte pariétale.
Dans Pauley (1988a) des comparaisons sont effectuées entre les écoulements con-
tenant un tourbillon seul, la configuration common flow up et la configuration common
flow down. La diffusion de la vorticité en aval du perturbateur est beaucoups plus
rapide pour une paire de tourbillons que pour un tourbillon seul. Dans tous les cas, la
diminution de la circulation est beaucoup moins rapide que la diminution des pics de
vorticité.
Torii et Yanagihara (1989) décrivent de façon détaillée la structure des tourbillons
se formant autour d’un perturbateur. Un tourbillon principal est dû à la séparation
de l’écoulement, des tourbillons induits contrarotatifs l’entourent. Un tourbillon de
coin se développe à l’amont du perturbateur sous l’action du gradient de pression
adverse se formant en amont du perturbateur. La figure 1.5 décrit ces différents types
de tourbillon.
Toutes les études précédemment présentées sont expérimentales, mais durant les
années 90, les simulations numériques sont devenues suffisamment matures pour fournir
des résultats permettant d’obtenir des données complémentaires sur la physique des
écoulements.
Ainsi Zhu et al. (1993a) comparent les résultats expérimentaux de Pauley (1988a)
10 1 Étude bibliographique
Figure 1.5 – Tourbillons générés par un perturbateur, tiré de Yanagihara et Torii
(1993)
avec des résultats obtenus avec un modèle de turbulence RANS k−. Ils s’intéressent à
une partie de l’écoulement commençant à 9 hauteurs de canal à l’aval du perturbateur.
Une erreur maximale de 13 % sur la valeur de la vitesse transverse moyenne est observée
entre les expériences et les calculs. La distribution de vorticité et la dissipation sont
par contre mal prédites par les calculs numériques. Les auteurs notent que pour être
efficaces, des perturbateurs doivent modifier la sous-couche laminaire de l’écoulement.
Zhu et al. (1993b) poursuivent l’analyse précédente en analysant la physique de l’é-
coulement. Ils vérifient numériquement dans diverses configurations downwash (obtenues
entre autre avec des perturbateurs triangulaires et rectangulaires) que l’amélioration
des échanges thermiques est dûe à l’augmentation de l’énergie turbulente en proche
paroi ainsi qu’aux échanges de fluides à différentes températures entre la région par-
iétale et le coeur de l’écoulement. De plus, en comparant différentes configurations de
perturbateurs, ils trouvent que la forme des perturbateurs ne fait pas varier l’amélio-
ration du nombre de Nusselt de plus de 3 % d’une configuration à l’autre, mais peut
faire varier la dissipation visqueuse de plus de 20 %. Entre la configuration de canal
plan de base et l’écoulement perturbé, le nombre de Nusselt est multiplié par 1.2, là
où la dissipation est multipliée par 5. Ils établissent aussi que le tourbillon doit être en
proche paroi pour affecter le transfert thermique. Dans la présente étude, le tourbillon
principal s’étend sur la hauteur du canal, et un impact sur les parois supérieures et
inférieures.
La revue bibliographique Jacobi et Shah (1995) fournit une vision synthétique des
nombreuses études paramétriques effectuées sur l’intensification des échanges ther-
miques par des tourbillons longitudinaux (en faisant entre autre varier les formes des
perturbateurs ou leur espacement). La géométrie optimale dégagée est l’installation de
perturbateurs triangulaires en aval d’un tube pour un écoulement laminaire. L’auteur
regrette le manque d’études effectuées dans des écoulements laminaires, correspondant
aux conditions d’utilisation nominales dans des échangeurs thermiques industriels.
Fiebig (1995) publie la même année une revue des travaux effectués sur le sujet
dans l’«Institut für Thermo- und Fluiddynamik» de l’université de la Rurh. Une partie
des articles sont aussi cités dans Jacobi et Shah (1995), et les principaux résultats sont
repris des résultats expérimentaux de Tiggelbeck (1990) et numériques de Zhu (1991).
Cette revue met en exergue les trois principaux modes d’amélioration des échanges
thermiques permis par les perturbateurs : le développement d’une couche limite sur le
perturbateur (si la taille de ce perturbateur est conséquente), le mouvement de rotation
1 Étude bibliographique 11
qui mélange les éléments de l’écoulement à températures différentes, et la déstabilisa-
tion de l’écoulement qui permet d’augmenter le transfert thermique turbulent. Pour
une quantité de chaleur échangée donnée, les winglets telles que définies sur la figure
1.4 (p.8) génèrent moins de pertes de charges que les wings. Les transferts de chaleur
et les pertes de charge augmentent avec l’angle d’attaque. Cependant, pour des angles
d’attaque très forts des tourbillons transverses sont générés, qui n’augmentent pas le
transfert thermique mais génèrent des pertes de charges importantes. Cela montre par
ailleurs que dans ces systèmes il ne faut pas prévoir systématiquement que le com-
portement des pertes de charges soit lié à celui des transferts thermique, par exemple
en abusant de la portée de l’analogie de Reynolds.
Deb et al. (1995) présente des résultats dynamiques et thermiques de calculs dans
une configuration common flow down. Ils en concluent que l’utilisation de lois de parois
pour modéliser la turbulence pariétale peut s’avérer problématique pour ce type d’é-
coulement, particulièrement pour la prédiction de l’énergie cinétique turbulente en
proche paroi.
Dans l’article Jeong et Ryou (1997), les auteurs utilisent des profils obtenus dans
Pauley (1988a) comme condition d’entrée d’un écoulement de canal plan, et étudi-
ent la décroissance des tourbillons en utilisant un modèle RANS k − . Les résultats
numériques surestiment la diffusion des tourbillons, comme dans Liu et al. (1996). La
contrainte pariétale ainsi que la thermique de l’écoulement sont par contre prédits cor-
rectement. Ils suggèrent l’utilisation de modèles de turbulence considérant l’anisotropie
de l’écoulement afin de mieux prédire le comportement de la vorticité.
Conformément à cette recommandation, Lee et al. (1999) utilisent aussi les profils
expériementaux de Pauley et Eibeck comme conditions d’entrée d’un calcul numérique,
mais la turbulence est cette fois ci modélisée à l’aides d’équations de bilans sur chaque
composante du tenseur de contraintes de Reynolds (modèle dit RSM, de second ordre).
Les résultats des calculs sont comparés avec ceux de Pauley (1988a) et de Jeong et
Ryou (1997), et montrent une plus grande adéquation des prédictions RSM que k −
avec l’expérience. La modélisation RSM représente mieux l’anisotropie des composantes
normales du tenseur de Reynolds dans les zones de proches paroi. Par contre, ce modèle
surestime cette anisotropie au centre des tourbillons, ce que les auteurs attribuent à
la modélisation limitée du terme de corrélation pression-stress de Reynolds. Ceci qui
confirme l’hypothèse de Liu et al. (1996) sur la difficulté de modéliser le comportement
complexe du centre des tourbillons. La modélisation de la thermique n’est pas modifiée
pour le passage du k − au RSM, et les auteurs suggèrent d’utiliser des modèles plus
précis pour les études à venir.
Dans Fiebig (1998) qui est une nouvelle revue bibliographique similaire à Fiebig
(1995), l’auteur synthétise de nombreux résultats sur l’utilisation des tourbillons pour
l’amélioration des échanges thermiques. Les tourbillons transverses ne sont pas aussi
efficaces que les tourbillons longitudinaux pour l’amélioration des échanges thermiques.
Pour augmenter les performances des perturbateurs, il faut augmenter leur angle d’at-
taque, leur hauteur, et diminuer leur écartement dans l’écoulement. Une des limitations
de cette revue est que ne sont pas présentés de critères de performance tenant compte
des pertes de charges engendrées par les perturbations des écoulements.
Le procédé standard de fabrication des perturbateurs est de poinçonner les ailettes,
ce qui a pour effet secondaire de créer un nouvel écoulement à travers ce poinçon. Or,
dans les modélisations ou les essais expérimentaux présentés précedemment, les pertu-
bateurs sont le plus souvent ajoutés sur les ailettes non modifiées, comme si ils avaient
été attachés. Dans Biswas et Chattopadhyay (1992), des comparaisons numériques sont
effectuées entre une configuration avec et sans poinçon, pour généraliser des résultats
12 1 Étude bibliographique
numériques publiés dans Biswas et al. (1988) et Biswas et al. (1989). L’écoulement de
canal plan à Re=500 est perturbé par une wing. Les auteurs trouvent un nombre de
Nusselt 1.38 fois plus important et un coefficient de frottement 1.21 plus important
dans le cas sans poinçon par rapport au cas avec poinçon. Zhu (1991) montrent quand
à eux expérimentalement, pour un écoulement avec deux winglets et pour un nombre
de Reynolds de 100 000 la variation d’échanges thermiques et de perte de charge est
inférieure à 2 % entre les perturbateurs attachés et poinçonnés. Ces deux derniers ré-
sultats montrent que l’impact du poinçon semble diminuer avec le nombre de Reynolds
de l’écoulement. Dans Tiggelbeck et al. (1994) les auteurs montrent que les winglets
donnent les meilleures performances pour des perturbateurs poinçonnés. A contrario,
Guntermann (1992) montre que pour des perturbateurs attachés, les wings donnent de
meilleurs résultats que les winglets.
Les résultats présentés dans la section précédente présentent généralement une in-
formation globale sur les performances des échangeurs, en termes de quantité de chaleur
échangée en paroi et de pertes de charges. Dans la section suivante, sont présentés des
critères de performances locaux, permettant d’obtenir des informations plus diverses
sur le comportement des échangeurs thermiques.
1.2 Critère de performance
Afin de quantifier les améliorations des échanges thermiques apportées par les modi-
fications des écoulements présentés ci-dessus, plusieurs types de critères de performance
peuvent être envisagés. Ces critères peuvent prendre en considération uniquement les
performances thermiques ou mettre en rapport ces échanges avec l’énergie dépensée
dans la mise en mouvement des fluides. Ils peuvent être globaux et s’appliquer à
l’ensemble du système, ou locaux et s’appliquer à des volumes de contrôle infinitési-
maux. Ils peuvent enfin caractériser la quantité de chaleur échangée, en prenant en
compte le premier principe de la thermodynamique, ou faire intervenir la «qualité» de
la chaleur échangée, en prenant en compte le second principe.
1.2.1 Premier principe
1.2.1.1 Transferts thermiques seuls
Les critères faisant intervenir le premier principe quantifient uniquement des échanges
thermiques, en ne prenant pas en compte la production d’entropie qui leur est asso-
ciée. Des critères utilisés pour le dimensionnement d’échangeurs thermiques peuvent
être utilisés pour l’évaluation des performances de ces mêmes échangeurs, comme le
coefficient d’échange convectif ou le NUT (Nombre d’Unités de Transfert), voir Kays
et London (1984) pour une description de ces méthodes. Ils permettent de relier un po-
tentiel thermodynamique, sous la forme d’une différence de température, à un transfert
thermique effectif.
Dans le cas du critère DTLM (différence de température logarithmique moyenne), le
coefficient d’échange convectif, utilisé avec la différence de température logarithmique,
est calculé à l’aide de l’expression :
q = hS∆T
LM
(1.1)
l’expression de ∆T
LM
fait intervenir les températures en entrée et en sortie du côté
du liquide chaud et du côté du liquide froid : ∆T
LM
=
∆T
h
−∆T
c
ln

∆T
h
∆T
c

. Cette formule est
1 Étude bibliographique 13
obtenue dans le cas d’un échangeur simplifié à co ou contre courant. Le facteur est
un facteur adapté à la géométrie de l’échangeur si il diffère de ces cas, comme dans le
cas d’un échangeur à tube-ailettes.
Le critère NUT-efficacité (pour Nombre d’Unités de Transfert, NTU dans la lit-
térature anglaise) consiste à calculer le ratio entre le transfert thermique réel dans
l’échangeur et le transfert thermique dans un échangeur à contre courant infini possé-
dant les même températures d’entrée pour les fluides que l’échangeur étudié, et ensuite
de l’utiliser dans la formule :
q = C
min
(T
h,in
−T
c,in
) (1.2)
où C
min
= min(ρ
h
Cp
h
, ρ
c
Cp
c
). Or, ne dépend que de NUT =
UA
C
min
(le nombre
d’unité de transfert qui donne son nom au critère, où U est le coefficient de transfert
convectif supposé constant, A est la surface d’échange) et de
C
min
C
max
. Par exemple, pour
un échangeur à courant parallèle :
=
1 −exp[−NTU(1 +
C
min
C
max
)]
1 +
C
min
C
max
(1.3)
On peut noter que les critères DTLM et NUT peuvent servir à la fois pour dimen-
sionner un échangeur thermique et pour en évaluer les performances, ce qui n’est pas
le cas avec les critères entropiques présentés ci-après.
1.2.1.2 Transferts thermiques et pertes de charges
Les échangeurs de chaleurs considérés ici nécessitent une pompe pour la mise en
circulation d’un fluide caloporteur (contrairement à un caloduc, par exemple). Afin de
tenir compte de ce coût énergétique, on peut former des critères de performance tenant
compte des pertes de pression.
Un tel critère peut être le rapport du facteur de Colburn j au nombre de friction
apparent f :
j
f
, où j = Nu
x
/(RePr
1
3
). Ainsi l’information sur la capacité à échanger une
certaine capacité de chaleur pour un potentiel thermodynamique donné est inclus dans
Nu
x
, le nombre de Nusselt local moyenné dans une tranche de l’écoulement. Ce critère,
représentant le rapport de l’efficacité énergétique sur les frottements nécessaire à la mise
en oeuvre de l’échangeur, est par exemple utilisé pour caractériser les performances de
l’échangeur dans Biswas et al. (1996), où il diminue avec l’augmentation de l’angle
d’attaque du perturbateur.
On peut noter qu’avec ce critère une augmentation de l’échange thermique propor-
tionelle d’un facteur α combinée à une augmentation de pertes de charge d’un facteur α
produit un échangeur de performance équivalent. Or, ce n’est pas forcément le critère
le plus pertinent : dans le cas d’un échangeur liquide-liquide, les pertes de charges
peuvent être faibles par rapport aux échange thermiques comme indiqué par Kays et
London (1984). Si l’on pousse le raisonnement à l’extrême, dans le cas d’un caloduc
par exemple, aucun travail n’est fourni, rendant le critère complétement inadapté, alors
même qu’il existe des caloducs plus performants que d’autres.
Biswas et al. (1996) étudie une géométrie simplifiée avec un perturbateur triangu-
laire monté sur une des parois d’un canal. Un promoteur unique est placé à des angles
variant entre 15 et 40 degrés, à Re = 1580 (basée sur la vitesse débitante et le di-
amètre hydraulique). Le but principal du calcul est de comparer les performances de
différentes configurations d’angles et de nombres de Reynolds sur la base de critères
tels que le nombre de Nusselt moyenné, la perte de pression, et le facteur de qual-
ité défini comme le rapport du facteur de Colburn au coefficient de frottement pour
14 1 Étude bibliographique
(a) Nu (b) j/f
Figure 1.6 – Évolution des performances par tranche dans un canal plan perturbé
synthétiser l’information sur les performances. Les résultats donnent les évolutions du
nombre de Nusselt Nu, 1.6a, et de
j
f
, 1.6b, intégrés transversalement, ce pour différents
angles d’attaque. Une augmentation de l’angle d’attaque entraîne une augmentation de
Nu, et une diminution de j/f, ce qui signifie que dans cette configuration, les pertes
de charges augmentent plus vite que les échanges thermiques lors de la variation de
l’angle. Cette géométrie présente tous les types de tourbillons présents dans une con-
figuration réelle : principal, induit et coin (voir figure 1.5). Une géométrie similaire est
considérée dans cette étude pour cette raison.
Sohankar (2007) présente des résultats DNS et LES sur la génération de tourbillons
dans un canal aux parois chauffées, contenant deux perturbateurs rectangulaires. Les
nombres de Reynolds considérés varient entre Re = 200 et Re = 2000. La condition
d’entrée de l’écoulement est stationnaire, et la turbulence est générée autour du pertur-
bateur. Comme mentionné dans Fiebig (1995), les générateurs de tourbillons peuvent
fortement abaisser le nombre de Reynolds transitoire. Le critère global de performance
sélectionné est JF = (j/j

)/(f/f

)
(1/3)
où les variables étoilées correspondent aux
valeurs dans un canal plan. Les variations du critère de performances sont différentes
de celles de j/f présentés dans Biswas et al. (1996) (la géométrie et le critère sont un
peu différents). Le critère de performance de Sohankar JF augmente avec l’angle d’at-
taque (entre 10° et 30°), particulièrement pour Re = 1000. JF augmente aussi avec le
nombre de Reynolds. Au niveau local, une intensification de la turbulence est observée
dans les régions à l’aval du perturbateur. L’auteur suggère d’utiliser la LES car les
résultats (notamment la valeur du critère de performance JF) sont similaires aux résul-
tats DNS, pour un coût en temps de calcul beaucoup moins important. Dans cet article
les résultats sont généralement intégrés spatialement, et il n’y a pas de cartographies
transverses de l’écoulement, qui auraient pu apporter des informations supplémentaires
sur l’écoulement.
1 Étude bibliographique 15
1.2.2 Critères locaux
Concernant le coefficient de convection, une version locale peut être utilisée, sous
la forme d’un nombre de Nusselt local, comme utilisé dans Sohankar (2007) :
Nu(x, z) =
h(x, z)H
k
= −
∂θ
∂n

wall
(1.4)
avec θ = (T −T
in
)/(T
w
−T
in
).
Cette approche permet de localiser les zones de la paroi où l’échange thermique est
important (gradient pariétal de température important), par rapport à un potentiel
d’échange local, défini comme l’écart entre la température en paroi et une température
de référence, par exemple la température débitante en entrée de l’écoulement. Ce critère
est local dans sa partie conductive en utilisant le gradient de température local, mais
non local dans sa partie convective, puisqu’il nécessite une température non locale telle
que la température d’entrée ou la température de mélange pour définir le potentiel
d’échange.
Figure 1.7 – Nombre de Nusselt local autour d’un perturbateur
L’article de Sohankar (2007) présente une cartographie de Nu(x, z), sur la paroi
basse, voir figure 1.7.
Le pendant mécanique à ces critères thermiques locaux pourrait être la fonction de
dissipation. Les pertes de charges et les frottements pariétaux sont des conséquences
globales ou pariétales d’un phénomène local, à l’intérieur de l’écoulement, qui est la
dissipation d’énergie mécanique en énergie thermique, par le biais de la fonction de
dissipation. Ainsi, une évaluation locale de la fonction de dissipation peut permettre
la mise en évidence des zones où sont générées les pertes de charge, et donc les zones
à optimiser en priorité.
La fonction de dissipation volumique a pour expression selon Chassaing (1997) :
Φ = 2µS
ij
S
ij
(1.5)
Il s’agit donc de la norme de la partie symétrique du tenseur de taux de défor-
mations. Peu d’articles de la littérature déterminent les fonctions de dissipation locale
dans ce type de configuration industrielle, et le calcul en sera donc développé dans la
présente étude.
1.3 Analyse entropique
Dans la conclusion de la revue bibliographique, Jacobi et Shah (1995) évoquent la
prise en compte de la production d’entropie pour caractériser l’augmentation d’échanges
16 1 Étude bibliographique
thermiques par l’utilisation de tourbillons longitudinaux. Le raisonnement de Jacobi
étant que pour une quantité de chaleur échangée fixée, un faible coefficient d’échange
convectif correspond à une forte différence de température. Or, cela correspondrait aussi
à une forte production d’entropie. Cette section décrit quelques articles sur l’utilisation
de critères de performances utilisant la production d’entropie.
Les premiers travaux utilisant la production d’entropie pour caractériser les échanges
thermiques datent des années 50, avec McClintock (1951). Bejan a relancé l’intérêt pour
l’investigation et la théorisation du second principe pour la caractérisation de systèmes
thermiques dans les années 80 : Bejan (1978), Bejan (1980) et Bejan (1982) introduisent
notamment des nombres caractéristiques sur les performances thermodynamiques d’un
système.
Les différentes approches développées depuis peuvent être classées selon Yilmaz
et al. (2001) en trois catégories : la minimisation de production d’entropie, l’analyse
exergétique et l’analyse thermoéconomique. La minimisation de production d’entropie
consiste à quantifier directement les irréversibilités générées dans l’écoulement. L’ap-
proche exergétique consiste à mesurer l’évolution du travail récupérable après dégra-
dation de la qualité de l’énergie par l’échangeur. Enfin, l’analyse thermoéconomique
consiste à appliquer les critères développés dans les deux catégories précédentes, mais
en les appliquant aux systèmes en interaction avec le système étudié (comme la pompe
mettant en mouvement le fluide, ou l’utilisation d’énergie pour la fabrication du sys-
tème). Parmi ces approches, la présente étude se limite à quelques analyses sur la
production d’entropie.
Hesselgreaves (2000) a introduit le nombre de production d’entropie N
S1
=
T
1
˙
S
gen
Q
.
Cet adimensionnement permet d’éviter le «paradoxe de Bejan» obtenu en considérant
le nombre de production d’entropie N
S
=
˙
S
gen
˙ mCp
: une production d’entropie adimen-
sionnée décroissante quand la taille d’un échangeur devient nulle, sa taille tendant vers
0. Avec ce critère la production d’entropie croît constamment avec la décroissance de
l’efficacité de l’échangeur dans des cas monodimensionnels. L’auteur vérifie dans la
publication la monotonie de la décroissance de N
S1
avec , pour différentes configu-
rations d’échangeur, à l’aide de calculs en 1D. Yilmaz et al. (2001) fournit une revue
des différents critères de performance des échangeurs thermiques basés sur le second
principe de la thermodynamique.
Bejan (2006) propose d’utiliser la production d’entropie afin d’utiliser la même
grandeur pour caractériser les deux sources d’irreversibilités (échanges thermiques et
dissipation visqueuse) localement. De plus, pour minimiser la production d’entropie, les
imperfections doivent être réparties dans le système étudié, comme rappelé dans Bejan
(2001). L’entropie est donc un critère de performance local avec une règle permettant
sa minimisation.
Plusieurs articles caractérisent la production d’entropie locale d’un système, au
lieu d’utiliser une approche globale. Kock et Herwig (2004), Kock et Herwig (2005) et
Herwig et Kock (2006) utilisent les résultats des calculs DNS en canaux périodiques
obtenus par Kawamura et al. (1999) pour valider des lois de paroi de la production
d’entropie pour le modèle k − . Herwig et Kock (2006), décrit une méthode pour
calculer la production d’entropie comme un post-traitement, pour des calculs RANS
k − . Les expressions des productions d’entropies dues à la composante turbulente
de l’écoulement sont détaillées. L’article inclut une description des lois de paroi per-
mettant le calcul des productions d’entropie pour des maillages avec peu de noeuds
près des parois, pour les calculs à nombres de Reynolds importants. Cela est nécessaire
pour limiter les imprécisions de calcul, car la majorité de cette production a lieu en
proche paroi. Des résultats sont obtenus dans une configuration particulière où avec
1 Étude bibliographique 17
le premier principe on observe qu’une dégradation des performances dynamiques pour
une amélioration des performances thermiques, alors que du point de vue du second
principe on observe un minimum de production d’entropie.
Ces articles présentent aussi un rappel de la définition de la production d’entropie
instantanée :
˙
S

gen
=
λ
T
2

∂T
∂x
i

2
. .. .
gradients de température
+
τ
ij
T
∂u
i
∂x
j
. .. .
dissipation visqueuse
(1.6)
L’entropie est donc produite par la présence de gradients de température et de
frottements.
Herpe (2007) étudie, en RANS, la production d’entropie dans une configuration
d’échangeur tube-ailette, et constate la monotonie de la diminution de N
S1
avec l’aug-
mentation de l’efficacité du système. Il effectue ensuite des études paramétriques de
l’évolution de la production d’entropie dans une configuration industrielle, en vue d’ap-
plications pratiques.
McEligot et al. (2008b) s’intéresse à la modification de la génération d’entropie
visqueuse en fonction du gradient de pression longitudinal, en comparant les fonctions
de dissipation calculées à partir des résultats en canaux de Kawamura et al. (1999) et
les résultats en couches limites turbulentes de Spalart et al. (2006). Les résultats sont
similaires dans les deux cas. 30 % de la production est concentrée dans la zone y
+
< 5,
et 66 % dans la zone y
+
< 30. La production d’entropie moyenne décroit plus vite
en s’éloignant de la paroi que la production d’entropie turbulente. L’auteur associe la
production d’entropie à la résistance aux transferts de quantité de mouvement. Il s’agit
d’un exemple de calcul de taux de production d’entropie à partir de données DNS, dans
un cas différent de celui étudié ici.
Herpe et al. (2009) décrit la distribution de production d’entropie dans un échangeur
tube-ailette, utilisant la configuration de Chen et al. (1998). La production d’entropie
étant liée aux gradients de vitesse et de température, elle est plus importante dans
les régions «downwash» que dans les régions «upwash» des tourbillons, à cause du
raffinement de la couche limite. Une étude paramétrique permet à l’auteur de quan-
tifier l’impact de l’angle d’attaque des générateurs de tourbillons sur les productions
d’entropie dans le fluide ou dans le solide. L’auteur détermine aussi que poinçonner
l’ailette augmente la production d’entropie de 8 % dans le fluide et de 37 % dans
l’ailette. La diminution du NS1 est reliée à une augmentation de l’efficacité (telle que
définie dans l’approche NTU). Pour l’auteur, ce critère est important parce qu’il fournit
une information nécessitant moins d’hypothèses que le calcul du NUT, et donnant une
information volumique pour caractériser les échanges.
Peu d’analyses de distribution de production d’entropie pour des échangeurs ther-
miques disponibles dans la littérature présentent des champs 3D complets. Beaucoup
d’articles abordant le sujet utilisent des modèles simplifiés, monodimensionels, permet-
tant analytiquement de faire des études paramétriques. Voir par exemple Bejan (2001)
à ce sujet.
L’interprétation physique des résultats liés à la production d’entropie est simple
dans le cas d’échangeurs effectuant les transferts entre un moteur thermique et ses
sources chaudes et froides. Elle correspond à une diminution du rendement par rap-
port à une machine de Carnot fonctionnant entre ces deux sources. Au contraire, son
application pour des systèmes sans cycle thermodynamique peut poser des difficultés
comme évoqué par exemple dans Balaji et al. (2007). Une des possibilité étant de re-
lier la production d’entropie au critère NTU comme évoqué avant. Dans cette étude,
18 1 Étude bibliographique
l’interprétation physique n’est pas développée, et l’objectif est plutôt de déterminer
l’impact des approximations faites en RANS sur le calcul de la production d’entropie.
Cela est effectué via une comparaison avec les calculs DNS.
1.4 Conclusion
L’utilisation des tourbillons longitudinaux pour l’intensification des échanges ther-
miques a été décrite dans cette revue bibliographique. Il ressort que les articles présen-
tés dans cette étude présentent souvent des informations sur des grandeurs globales,
mais peu d’information locale sur des grandeurs telles que la fonction de dissipation.
Ces articles s’intéressent souvent à des écoulements en couches limites. Les méthodes
d’investigations sur des configurations avec perturbateurs sont souvent des calculs en
RANS. Les calculs instationnaires utilisent des toubillons synthétisés numériquement
(et ne reproduisent donc pas toute la structure de tourbillons présents avec un pertur-
bateur réel). Ils présentent rarement des résultats locaux sur le second principe.
Chapitre 2
Préparation de l’étude
Afin d’analyser l’évolution des structures dans un canal plan perturbé, une ap-
proche utilisant plusieurs outils (banc expérimental, calculs numériques stationnaires
et instationnaires) a été mise en place. Ce chapitre va dans un premier temps décrire
les paramètres communs à ces trois approches, puis s’attarder sur les particularités
propres à chacune.
2.1 Notations
Des tenseurs de différents ordres (scalaires, vecteur, tenseurs d’ordre 2) sont con-
sidérés dans cette étude. Les vecteurs ne sont pas représentés par les symboles
− →
x , ou
x et les tenseurs d’ordre 2 par x.
Une notation indicielle est utilisée pour représenter les tenseurs de façon
unifiée. Un vecteur complet est indiqué par x
i
, et un tenseur d’ordre 2 par S
ij
, sans que
les lettres i ou j ne désignent une composante particulière (sauf mention explicite). Le
nombre de lettres différentes indique ainsi l’ordre du tenseur. Un indice numérique par
contre désigne une composante particulière : la composante longitudinale de vorticité
par exemple est notée ω
1
. La notation d’Einstein est utilisée pour les sommations, qui
contractent une paire d’indices et réduisent de 1 l’ordre d’un tenseur. Ce système de
notation est utilisé pour sa simplicité et sa concision, et est pas exemple utilisé dans
Tennekes et Lumley (1972).
Les positions adimensionnées X
i
correspondent aux coordonnées réelles x
i
divisées
par la hauteur du canal H.
2.2 Définition de l’objet
2.2.1 Géométrie
Figure 2.1 – Géométrie étudiée
19
20 2 Préparation de l’étude
La géométrie considérée dans cette étude est simplifiée par rapport à une configu-
ration d’échangeur réelle. Un écoulement de canal plan turbulent établi est modifié par
un perturbateur rectangulaire présentant un angle d’attaque de 30°et dont la hauteur
correspond à la moitié de la hauteur du canal, comme représenté sur la figure 2.1.
La base du perturbateur mesure 2.46 hauteurs de canal. La hauteur du canal est de
41.6 mm. La largeur du canal est très supérieure à sa hauteur (le ratio exact variant
selon l’approche, RANS, DNS ou expérimental). L’épaisseur du perturbateur est de 1
mm, pour pouvoir être considérée négligeable. Le fluide est chauffé par les parois dont
la température est constante dans les calculs numériques, et le banc expérimental est
isotherme.
Des résultats ont aussi été obtenus avec un perturbateur triangulaire occupant toute
la hauteur du canal, et dont la base a la même taille que dans le cas rectangulaire. Cette
dernière configuration est directement inspirée de Biswas et al. (1996).
Sauf mention contraire, les origines des coordonnées sont le bord de fuite du per-
turbateur pour X
1
, la paroi basse pour X
2
(sauf pour les cartographies où le centre du
canal est considéré), et enfin le centre du canal pour X
3
.
2.2.2 Régime d’écoulement
Deux valeurs de nombre de Reynolds sont étudiées pour les calculs RANS et la
partie expérimentale : la première telle que Re
τ
= u
τ
δ/ν = 90, et la seconde telle que
Re
τ
= 180
1
. La disponibilité de données tabulées pour cette dernière valeur, aussi bien
au niveau dynamique dans Kim et al. (1987) que thermique dans Kawamura et al.
(1999) justifient l’usage de cette valeur. Moser et al. (1999) ont effectué des calculs
DNS à des nombres de Reynolds plus élevés, jusqu’à Re
τ
= 590 et montré que le
régime Re
τ
= 180 présente des caractéristiques propres aux écoulements turbulents à
faible nombre de Reynolds, tels qu’une zone logarithmique de dimension réduite et un
écart par rapport au profil de turbulence universel dès y
+
= 10.
Plusieurs nombres de Reynolds peuvent être définis pour décrire le même écoule-
ment. Par exemple, dans Kim et al. (1987), le nombre de Reynolds Re
DNS
est défini
en utilisant la demi-hauteur du canal et la vitesse au centre d’un profil de Poiseuille
ayant la même vitesse débitante. Le nombre de Reynolds Re peut aussi être défini en
utilisant la vitesse débitante et le périmètre mouillé. Pour le régime faible débit, les
valeurs du nombre de Reynolds sont de Re
DNS
= 1786 et Re = 4760. Pour le régime
haut débit, elles sont de Re
DNS
= 4244 et Re = 11300.
Dean (1978), suggère un rapport d’aspect d’au moins 7 pour considérer un écoule-
ment de canal plan bidimensionnel. Dans le cas de la veine expérimentale, ce rapport
d’aspect vaut 12.5. Pour la partie expérimentale, cela se traduit par un canal de dimen-
sions 41.6 mm de hauteur, et une vitesse débitante de 0.9m.s
−1
pour le premier cas, et
2m.s
−1
pour le second cas. Des simulations RANS ont été effectuées pour dimensionner
l’étude.
triangulaire rectangulaire
RANS DNS PIV RANS DNS PIV
Re
1
x x
Re
2
x x X X X
Tableau 2.1 – Mesures et calculs effectués
1. La définition de ces termes est rappelée dans la section 3.1.1 (p.55)
2 Préparation de l’étude 21
Le tableau 2.1 récapitule les différentes campagnes de mesures et calculs effectués.
Dans ce mémoire ne seront exploités que les résultats marqués «X», car ils forment un
ensemble cohérent pour l’interprétation physique de l’écoulement.
2.3 Banc expérimental
2.3.1 Présentation du banc
Le banc expérimental est présenté sur les figures 2.2 et 2.3. Il comprend un ensem-
ble grille, convergent et nid d’abeille relié à une section d’établissement de 4 mètres
préparant un écoulement turbulent développé à l’amont de la section investiguée. Cette
section est un canal plan qui contient le perturbateur et dont les parois en verre per-
mettent l’éclairement par un laser et la capture d’image par une caméra. En aval, la
veine se termine par un coude vertical ramenant le fluide en début de boucle après un
passage temporaire dans une chambre de tranquillisation. Le fluide est mis en mouve-
ment par un ventilateur à fréquence variable. Les dimensions de la section d’essais sont
H = 0.0416 m, l = 0.5 m, L = 1.3 m. Le débit est mesuré par un diaphragme placé
avant la pompe et par un compteur volumétrique placé en sortie de la pompe pour
certaines mesures plus précises.
G
r
i
l
l
e
,

n
i
d

d
'
a
b
e
i
l
l
e
e
t

c
o
n
v
e
r
g
e
n
t
S
o
r
t
i
e


u
i
d
e
E
t
a
b
l
i
s
s
e
m
e
n
t
Perturbateur
Caméra
E
n
t
r
é
e


u
i
d
e
Laser
Plan d'étude
Coordonnées
Dimensions de la
zone d'investigation
H
l
L
Figure 2.2 – Représentation schématique du banc
2.3.2 Principe de la PIV
L’imagerie par vélocimétrie de particules (Particle Image Velocimetry en anglais)
est une méthode non intrusive de mesure des vitesses instantanées au sein d’un écoule-
ment. Elle consiste à ensemencer un écoulement de particules réfléchissantes, qui sont
éclairées par un laser. La vitesse instantanée locale en chaque point du plan étudié
est ensuite dérivée du déplacement mesuré entre les expositions au laser via le calcul
du minimum de l’intercorrélation entre des zones d’interrogation. Parmi les technolo-
gies PIV existantes, cette étude fait appel à une PIV en deux dimensions, qui permet
d’obtenir la mesure simultanée de deux composantes de vitesse dans un plan. Ce type
de mesure se nomme PIV 2D2C.
La caméra d’acquisition est associée au logiciel « Dynamic Studio » de traitement
d’images permettant d’obtenir des cartographies transverses de vitesse instantanée,
pour les composantes u
2
et u
3
, à l’aval du perturbateur. Les surfaces transversales de
mesure couvrent la hauteur du canal, et sont centrées sur le milieu du canal où sont
22 2 Préparation de l’étude
c
a
m
e
r
a

r
a
p
i
d
e
l
a
s
e
r
x
y
z
Figure 2.3 – Vue d’ensemble du banc d’essais
convectés les tourbillons longitudinaux. Une largeur de 2.8 H est couverte. L’axe de
rotation des structures induites étant quasiment aligné sur l’axe de l’écoulement, les
plans d’étude retenus sont des plans transverses [x
2
, x
3
], tels que définis sur la figure
2.2.
Deux versions de la veine ont été construites. Dans la première, la surface supérieure
en PMMA a été rayée par les manipulations, et afin d’éliminer les ombres dues aux
rayures, des traitements particuliers étaient appliqués aux images, comme l’élimination
de l’influence moyenne des rayures sur les expositions. Lors du passage à l’ailette rect-
angulaire, la veine a été reconstruite avec des surfaces transparentes en verre, moins
exposées aux dégradations de qualités optiques et éliminants les traitements mention-
nés.
2.3.3 Paramètres physiques
2.3.3.1 Distance d’établissement
La distance nécessaire à l’établissement de l’écoulement est estimée à priori à l’aide
d’un calcul RANS k −ω SST. Une vérification expérimentale du profil établi est donc
présentée dans la section 2.3.6.2 (p.28). L’examen des résultats montre que pour obtenir
une vitesse au centre avec 1% d’erreur par rapport à la vitesse finale, il faut une
section d’établissement de 4 m, soit une centaine de hauteurs, dimension retenue lors
de la construction de la veine. Des bandes rugueuses sont placées à l’entrée de la zone
d’établissement pour faciliter la transition vers le régime turbulent établi.
2 Préparation de l’étude 23
2.3.3.2 Coude
section verticale
de sortie
profil faiblement affecté
par le piquage
Figure 2.4 – Lignes de courant dans le coude de sortie
La veine d’essais présente un coude après la section de mesure comme indiqué sur la
figure 2.2. L’écoulement passe alors d’une configuration horizontale à une configuration
verticale, ce qui entraîne une perturbation dans la section d’essais en amont du coude.
Déterminer la distance sur laquelle cet impact est important permet de déterminer
la valeur de X
1
maximale à laquelle faire des mesures. Une simulation est effectuée
dans une section bidimensionelle, avec les mêmes paramètres que les autres simulations
RANS. Il apparaît qu’au delà de 2 hauteurs de canal, l’écoulement n’est pas perturbé
significativement par le coude, les mesures peuvent donc être effectuées en amont de
ce point. Les lignes de courant sont présentées sur la figure 2.4.
2.3.4 Paramètres du système d’acquisition
La résolution du champ de vitesse obtenu par PIV n’est pas égale à celle des clichés
obtenus par la caméra. En effet, le traitement permettant de passer des clichés aux
champs de vecteurs ne fait pas un suivi individuel de chaque particule photographiée,
qui ne sont par ailleurs pas toutes apparentes sur chaque paire de clichés. Les clichés
sont donc partitionnés en zones d’interrogations, sur lesquelles le déplacement moyen
des particules est déterminé. Pour cela, le maximum de la fonction d’intercorrélation
bidimensionelle entre les deux clichés est calculé.
Le choix de la résolution spatiale en PIV est conditionné par divers facteurs et
influence à son tour le choix du temps de différenciation (temps entre deux clichés pour
déterminer le déplacement). Le premier impératif pour la mesure de la dissipation des
structures dans le canal est de capter l’ensemble des structures présentes. Antonia et
Mi (1993), se basant sur des résultats obtenus par mesures aux fils chauds, suggèrent un
échantillonage de fréquence spatiale inférieure à 3 échelles de Kolmogorov pour limiter à
5 % l’erreur commise sur les calculs de dérivées. Saarenrinne et Piirto (2000) indiquent
qu’une fréquence spatiale trop importante peut par contre entraîner des erreurs (qui
conduiraient dans cette étude à une surestimation de la fonction de dissipation si trop
de bruit est présent).
Afin de déterminer les valeur de l’échelle de Kolmogorov dans une tranche d’écoule-
ment à X
1
= 2, un post traitement est effectué sur un calcul RANS. Le résultat est
24 2 Préparation de l’étude
Figure 2.5 – Échelles de Kolmogorov à X
1
= 2, calcul RANS (facteur 10
−4
m)
présenté sur la figure 2.5. La formule 2.1 (qui est plus détaillée dans Wilcox (1998)
par exemple) est utilisée pour le calcul. Elle fait intervenir la fonction de dissipation
turbulente Φ
turb
, telle que décrite dans la section 3.6.5 (p.90) :
η =

ν
3
Φ
turb

1/4
(2.1)
Pour la détermination de la dissipation turbulente dans le calcul, voir la section
3.6.5 (p.90). L’examen de la figure 2.1 indique que η vaut au maximum 0.4 mm. La
taille de la zone d’interrogation sélectionnée est de 16x16 pixels, correspondant à une
distance physique de 0.45 mm. Cette valeur est au-dessus du critère cité, mais reste
dans le bon ordre de grandeur.
En plus des problèmes de capture des structures, se pose le problème des vecteurs
aberrants qui apparaissent quand le déplacement au sein d’une zone d’interrogation
est trop faible, ou trop important. C’est le cas dès lors que, entre deux clichés, les
particules se déplacent d’une distance inférieure à un pixel ou supérieure à la zone
d’interrogation. Le maximum de corrélation n’est alors pas identifiable et le code de
traitement ne peut déterminer une direction de déplacement moyen. Il génère alors
des vecteurs sans signification physique. Plusieurs tests de temps de différenciation ont
été effectués. Le temps finalement retenu, de 190 µs, correspond au temps maximum
tel que le nombre de vecteurs aberrants dans chaque exposition reste limité et qu’une
correction soit possible. La figure 2.6 présente une comparaison d’un tourbillon du à
la turbulence dans un champ obtenu avec un temps de 190 µs et le détail d’un champs
typique pour un temps de 570 µs.
(a) 190 µs (b) 570 µs
Figure 2.6 – Détail de champs vectoriels obtenus pour des temps de différenciation
différents
La structure de l’écoulement moyen ne semble pas être modifiée par la variation du
temps de différenciation (voir la comparaison des lignes de courant sur la figure 2.7),
ce qui montre que les vecteurs aberrants correspondent à un bruit aléatoire centré.
2 Préparation de l’étude 25
Les grandeurs utilisant les dérivées sont par contre extrêmement affectées par le bruit,
c’est pourquoi le temps de 190 µs est adopté pour l’ensemble des mesures effectuées
présentées dans ce mémoire.
(a) 190 µs (b) 570 µs
Figure 2.7 – Lignes de courant en fonction du temps de différenciation
Une fois sélectionné un couple [temps de différenciation,taille de zone d’interro-
gation], une solution pour augmenter la résolution des champs de vecteurs est d’u-
tiliser un «overlap» (chevauchement des zones d’interrogations). Cependant, chaque
zone d’interrogation conserve la même étendue spatiale, c’est pourquoi des structures
de l’écoulement plus petites qu’une zone d’interrogation seront toujours moyennées et
disparaîtront dans le traitement par intercorrélation. L’overlap augmente donc l’échan-
tillonnage spatial sans augmenter la taille des plus petites structures détectées, un peu
comme si le résultat d’une convolution est échantillonné plus finement, sans cependant
réduire le support du noyau de convolution. Un overlap de 50 % a été utilisé.
La seule solution réellement satisfaisante pour éviter les compromis évoqués est
d’augmenter la résolution des images brutes, lors l’acquisition des photos, permettant
ainsi un faible temps de différenciation et de petites zones d’interrogation tout en
conservant une description précise des phénomènes mécaniques observés. C’est dans ce
but que la fenêtre d’acquisition est limitée à la zone autour du tourbillon principal,
évitant d’utiliser des pixels pour capturer des zones sans intérêt. La taille physique de
la section d’écoulement considérée est de 4.16 cm de haut par 12.3 cm de large.
Conformément à toutes ces considérations, le temps de différenciation retenu est
de 190 µs. La taille de zone d’interrogation de 16 par 16 pixels, et l’overlap de 50%
permettent d’obtenir des champs ayant une résolution de 255 vecteurs selon x
3
et 92
selon x
2
. Cette dimension de zone d’interrogation correspond physiquement à un carré
de 0.45 mm de côté, pour ∆x
+
i
= 4.
2.3.5 Temps de traversée de la nappe et ensemencement
La nappe PIV éclaire un plan positionné perpendiculairement par rapport à l’axe
principal de l’écoulement. Une contrainte supplémentaire sur le temps de différenciation
est ainsi introduite, car si ce dernier est trop important, aucune particule n’appartien-
dra à deux clichés successifs, rendant l’intercorrélation impossible. Plus le nombre de
particules communes aux deux clichés est faible, plus le risque d’avoir des vecteurs
aberrants est important. L’épaisseur de la nappe laser est d’environ 3 mm. Au nombre
de Reynolds haut, la vitesse débitante est d’environ 2 m.s
−1
. L’ordre de grandeur du
temps de traversée des particules est alors de 1.5 m.s
−1
. Le temps de différenciation
sélectionné est de 190 µs ce qui représente donc un ordre de grandeur de 86 % de
particules restant dans la nappe laser entre deux clichés.
La densité d’ensemencement sélectionnée est relativement importante, ce qui est
visible sur la figure 2.9. Quelques particules se détachent clairement, et le reste des
26 2 Préparation de l’étude
e
largeur du laser
temps de traversée
direction de
l'écoulement
Figure 2.8 – Déplacement à travers la nappe laser
Figure 2.9 – Détail du niveau d’ensemencement sur une zone de 1.6 par 1 cm, sans
modification de l’histogramme
2 Préparation de l’étude 27
particules «texture» l’image. De la déformation de cette texture entre les expositions
seront déduits les vecteurs vitesse.
2.3.6 Contrôle du fonctionnement du banc d’essais
2.3.6.1 Vérification de l’étanchéité
Le banc expérimental fonctionne en dépression, la pompe étant placée après la zone
de mesure. Toute fuite va se traduire par l’introduction d’un écoulement secondaire qui
est susceptible de perturber le comportement normal de la veine d’essais et fausser les
mesures. Afin de se prémunir contre ce genre d’erreurs, une quantification du débit
induit par les fuites dans la veine est effectuée.
Figure 2.10 – Mesure du débit de fuite
Afin d’estimer l’impact de ces fuites, une méthode en deux étapes est utilisée, elle
est illustrée ici par la figure 2.10. En premier lieu une mesure est effectuée, dans les
conditions normales d’utilisation du banc, de la dépression entre l’atmosphère et un
point en aval de la section de mesure (en rouge sur la figure). Ceci constitue le «cas 1».
L’entrée du banc est ensuite bouchée, la pompe est mise en marche à très bas régime,
et la dépression est mesurée («cas 2»). La puissance de la pompe est progressivement
augmentée jusqu’à concurrence de la valeur de la dépression obtenue dans le cas 1. Par
le biais de cette méthode, le débit de fuite en utilisation normale est ainsi majoré par
le débit total mesuré en bouchant la veine.
Cette majoration s’explique car dans le cas 2, l’ensemble de la dépression est con-
centrée à l’intérieur des fuites, à cause du faible écoulement dans la veine qui ne peut
pas générer de pertes de charges significatives. La pression à l’intérieur de la veine est
ainsi partout quasiment égale à la pression à l’entrée de la pompe. La différence de
pression aux extrémités de chaque fuite est donc toujours plus importante dans le cas
2 que dans le cas 1, et le débit dans une fuite dans le cas 2 majore le débit dans la
même fuite dans le cas 1, ceci pour toutes les fuites.
En utilisant cette méthode, un débit de fuite maximum de 4 % a été mesuré,
en utilisant après la pompe un débitmètre volumétrique (pour assurer une précision
suffisante sur le débit de fuite, par rapport à d’autres méthodes de mesure de vitesse
comme un tube de Pitot). Il peut donc en être déduit que les fuites sur la partie étudiée
de la veine sont relativement peu importantes, et seront par conséquent négligées.
28 2 Préparation de l’étude
2.3.6.2 Vérification du profil d’entrée à l’amont du perturbateur
Deux propriétés sont attendues de l’écoulement arrivant sur le perturbateur : un
nombre de Reynolds de 11300 et une turbulence pleinement développée.
Pour valider ces deux aspects, un dispositif de vélocimétrie laser (Laser Doppler
Anemometry - LDA) est utilisé. Ce dispositif permet de mesurer une composante de
vitesse en un point, et est simple à mettre en œuvre.
Pour vérifier le profil d’entrée, les profils de vitesse moyenne et d’énergie ciné-
tique turbulente sont comparés à des profils obtenus en DNS pour le même nombre
de Reynolds, dans Kim et al. (1987). Les résultats sont ensuite adimensionnés comme
décrit dans la section 3.1.1 (p.55). Deux paramètres sont inconnus : l’origine exacte de
l’axe x
2
, et la valeur de la vitesse de frottement. Ces deux inconnues sont ajustées en
faisant une régression selon trois lois d’écoulement pariétal :
Domaine valeur de u
+
1
x
+
2
< 5 x
+
2
5 < x
+
2
< 15 14.5 tanh(x
+
2
/14.5)
15 < x
+
2
< 150
1
0.4
ln(x
+
2
) + 5.5
Les deux inconnues ∆x et u
τ
sont modifiées pour minimiser la somme des erreurs
quadratiques entre les profils expérimentaux et les profils théoriques. Les profils sont
obtenus sur la paroi basse et sur la paroi haute du canal, pour identifier une éventuelle
asymétrie de l’écoulement.
0
2
4
6
8
10
12
14
16
18
20
1 10 100
Figure 2.11 – Vitesse moyenne u
1
/u
τ
sur la paroi basse
Les profils présentés sur les figures 2.11 et 2.12 sont obtenus à une valeur de x
1
correspondant au bord d’attaque amont de l’ailette et à mi distance entre l’ailette et
le bord latérale de la veine.
2 Préparation de l’étude 29
Figure 2.12 – Composante longitudinale de la vitesse RMS

u

1
u

1
u
τ
, sur l’ensemble de
la hauteur du canal
La vitesse de frottement obtenue est de 0.1287 m.s
−1
, alors que la valeur obtenue
en utilisant la formule fournie par Hinze (1975) :
Re
τ
=
1
8.3
Re
7
8
DNS
(2.2)
est de 0.1281 m.s
−1
, ainsi le régime d’écoulement semble proche de l’objectif qui
était fixé. On peut voir un bon accord pour les composantes moyennes et RMS de
la vitesse longitudinale. Les pics de turbulence ont des valeurs proches des valeurs
obtenues par Kim et al. (1987), par contre les valeurs de turbulence au centre du
canal sont légèrement supérieures aux valeurs attendues. L’écoulement arrivant sur le
perturbateur peut donc être considéré comme développé. Quand un écoulement est
ensemencé, il ne faut pas que les particules soient trop volumineuses et trop lourdes,
car dans ce cas elles ne suivraient plus l’écoulement. Comme les profils obtenus sont
satisfaisants, on peut en déduire que l’ensemencement est adapté à l’écoulement étudié.
2.3.7 Convergence des statistiques
Comme une grande quantité de données est générée, l’exploitation des résultats ne
peut s’effectuer que sur des moments statistiques que l’on chercher à rendre le plus
représentatif de ce qui se passe dans l’écoulement.
Les statistiques sur les résultats expérimentaux sont calculées avec la même méthode
que pour la partie numérique, voir la section 2.6.1 (p.50). Les grandeurs calculées
sont la vitesse moyenne, l’énergie cinétique moyenne, la vorticité moyenne, la vorticité
RMS, le tenseur des contraintes de Reynolds, la dissipation moyenne, et la dissipation
turbulente. Le banc étant isotherme, les productions d’entropie ne sont pas calculées
dans cette partie de l’étude.
Le code de post traitement de Dynamic Studio n’a pas été utilisé, et un code spéci-
fique en reprenant certaines fonctionnalités a été réécrit spécifiquement dans Matlab.
Il permet de calculer des quantités spécifiques à cette étude (notamment la fonction de
dissipation), et facilite les études de convergence.
30 2 Préparation de l’étude
points de suivi de convergence
1
2
Figure 2.13 – Positions du point de calcul de convergence
Idéalement, un nombre de réalisations infini permettrait d’avoir une précision infinie
sur une statistique. Concrètement, les limitations en taille mémoire et en puissance de
calcul forcent à limiter le nombre de réalisations. Pour déterminer le nombre de réalisa-
tions à considérer, des statistiques sur la vitesse u
3
sont effectuées dans le plan X = 1.5,
aux 2 positions représentées sur la figure 2.13, et sur la configuration avec le perturba-
teur triangulaire. 3000 réalisations statistiques sont examinées afin de déterminer si le
nombre d’échantillons par rapport aux critères de convergence est inférieur à ce nom-
bre. Les courbes tracées représentent l’évolution des statistiques en fonction du nombre
d’échantillons pris en compte (voir figure 2.20) en indiquant la zone de confiance à +/-
5 % de l’erreur asymptotique. Les variations des statistiques évoluent rapidement pour
un faible nombre de réalisations prises en compte, mais deviennent stables pour 1000
réalisations, ce nombre sera donc utilisé pour l’ensemble des mesures.
nombre de réalisations
+/- 5 %
(a) u
3
nombre de réalisations
+/- 5 %
(b) u
3,rms
Figure 2.14 – Évolution des statistiques en fonction du nombre de réalisations, sonde
dans la position 1
L’étude de convergence a été répétée aux points marqués 1 et 2, pour X
1
= 3, 4.5, 6
avec des résultats similaires. Le nombre de réalisations retenu à la suite de cette étude
est de 1500 champs vectoriels pour chaque plan considéré.
2 Préparation de l’étude 31
2.4 Calcul RANS
2.4.1 Présentation
L’utilité première d’un calcul RANS est de calculer directement les valeurs de cer-
tains moments statistiques décrivant le champs étudié sans passer par le calcul puis le
post-traitement d’un grand nombre de champs instantanés (comme c’est le cas pour
les parties expérimentales et DNS de cette étude). Cela est rendu possible par la ré-
solution d’équations aux dérivées partielles dont ces moments sont les inconnues. Les
calculs RANS trouvent dans le cadre de cette étude deux applications distinctes. La
première concerne des calculs utilisés pour obtenir des résultats qui seront comparés
aux résultats expérimentaux et DNS, et c’est elle qui est décrite dans cette partie. Cette
utilisation permet de prototyper rapidement l’étude, par exemple pour tester plusieurs
paramètres parmis lesquels les différentes conditions aux limites ou l’influence de la
taille du domaine de calcul. La seconde application concerne des calculs RANS utilisés
pour fournir la condition initiale du calcul instationnaire DNS et est décrite dans la
section 2.5.7 (p.42).
Les calculs RANS sont effectués avec le code Fluent. Quelques fonctionnalités ad-
ditionnelles sont cependant nécessaires et sont implémentées sous la forme de scripts
et de fonctions en langage C compilées et liées aux solveurs lors du calcul.
2.4.2 Modélisation
Les propriétés physiques du fluide ont été selectionnées pour simplifier l’étude. La
densité du fluide est constante, la puissance mécanique dissipée n’est pas un terme
source dans l’équation de l’énergie interne (qui est modélisée comme un transport
passif de la température) et la gravité n’est pas incluse dans l’équation de bilan de
quantité de mouvement (pas de prise en compte de la convection naturelle).
Les équations de Navier-Stokes, pour un fluide incompressible et newtonien, pren-
nent alors pour expression :
∂u
i
∂x
i
= 0
ρ

∂u
i
∂t
+
∂u
i
u
j
∂x
j

= −
∂p
∂x
i
+ µ

2
u
i
∂x
j
∂x
j
(2.3)
La décomposition de Reynolds est appliquée aux variables pour les séparer en une
partie moyenne et une partie turbulente : u
i
= u
i
+ u

i
. L’opérateur de moyennage
( ) est appliqué aux équations résultantes. Après ces modifications, et si l’écoulement
est considéré stationnaire, les équations de Navier-Stokes moyennées prennent pour
expression :
∂u
i
∂x
i
= 0
ρ
∂u
i
u
j
∂x
j
= −
∂p
∂x
i
+ µ

2
u
i
∂x
j
∂x
j
+

∂x
j
(−ρu

i
u

j
) (2.4)
Pour fermer ce système d’équations, il faut obtenir les valeurs des termes −ρu

i
u

j
,
qui sont les composantes du tenseur de Reynolds. Le détail de cette procédure est décrit
dans la section 3.1.3.
32 2 Préparation de l’étude
Pour le bilan d’énergie interne, le même raisonnement est appliqué. Le bilan instan-
tané est d’abord considéré :
ρC
p

∂T
∂t
+
∂u
j
T
∂x
j

= λ

2
T
∂x
j
∂x
j
(2.5)
puis en décomposant la température en une partie moyenne et une partie turbulente,
et en appliquant un moyennage sur l’équation obtenue, on obtient pour un régime
stationnaire :
ρC
p
∂u
i
T
∂x
i
= λ

2
T
∂x
i
∂x
i
−ρC
p

∂x
j
u

j
T

(2.6)
La modélisation du terme −ρC
p

∂x
i
u

i
T

, correspondant à la convection d’énergie
interne par la partie turbulente de l’écoulement fait l’objet de la section 4.1.1 (p.95).
Le modèle RANS calculant directement certains moments statistiques sans passer
par le calcul des réalisations statistiques, il pourra être difficile d’obtenir d’autres mo-
ments statistiques. Ainsi des trois moyens d’investigation utilisés dans cette étude (ex-
périmental, RANS, DNS), il est celui fournissant le moins d’informations.
2.4.3 Maillage
Le maillage a été crée à l’aide du logiciel Gambit. Comme le calcul RANS ne capture
que les structures présentes dans le champ moyen, qui sont plus étendues spatialement
que celles apparaissant dans les champs instantanés, le maillage n’a pas besoin d’être
aussi raffiné que dans le calcul DNS. La concentration moindre de mailles couplée au
calcul direct des statistiques de l’écoulement entrainent des temps de calcu beaucoup
plus courts et permettent en contrepartie d’étudier un domaine spatial plus étendu que
ce qui est possible en DNS. Physiquement, le domaine de calcul correspond à 1 m de
section expérimentale, c’est à dire à un domaine rectangulaire de 1x0.0416x0.5 m
3
.
Comme le domaine étudié correspond à un canal plan perturbé, le maillage principal
est constitué de cellules hexahédrales. De plus, le maillage est trivial dans le cas du
perturbateur rectangulaire, puisqu’il s’agit de mailles hexahédrales dont l’orientation
est ajustée à l’angle du perturbateur.
Le maillage est raffiné de sorte que les centres des premières mailles soient situés
en x
+
2
= 3.46, conformément aux recommandations de Fluent qui stipulent que la
première maille soit placée dans la sous-couche visqueuse. Au centre du canal, la taille
des cellules est de ∆x
+
2
= 17.3. Selon les dimensions x
1
et x
3
, les mailles ont des tailles
de ∆l
+
= 16.32. Le maillage complet du domaine contient 6 millions de mailles.
2.4.4 Autres paramètres
Un calcul précurseur possédant des conditions aux limites périodiques fournit des
profils d’entrée de u
i
et k au calcul contenant le perturbateur. Une description plus
complète des conditions aux limites est fournie en DNS, dans la section 2.5.5.3 (p.39).
La principale différence entre les conditions en DNS et en RANS est que la stationnarité
n’impose la génération que d’un seul profil d’entrée , et que la condition de sortie est
une condition de gradient nul, alors que cette condition devient en DNS une condition
dite «advective» avec l’ajout d’une dérivée temporelle. Dans le calcul précurseur, le
débit est prescrit manuellement, et Fluent détermine de façon itérative le gradient de
pression à appliquer. Les profils de u
i
k et ω, qui est une grandeur décrite dans la section
3.6.2.1 (p.83), sont ensuite extraits d’une section transverse de l’écoulement précurseur
2 Préparation de l’étude 33
vers un fichier. Ce profil est importé dans le calcul contenant le perturbateur et utilisé
comme condition d’entrée.
Les schémas de discrétisation utilisés pour le calcul sont les schémas de discrétisation
au second ordre proposés par Fluent, pour toutes les variables. Les coefficients de sous-
relaxation sont les coefficients par défaut. Le couplage entre l’équation de quantité de
mouvement et de continuité se fait à l’aide de l’algorithme SIMPLE. Les convergences
des calculs estimées avec diverses sondes, le calcul étant considéré convergés quand les
grandeurs sont stabilisées à 10
−8
près.
La réalisation de calculs utilisant une variation temporelle de l’écoulement (URANS)
n’a pas permis d’identifier de variations temporelles significatives dans la forme des
tourbillons longitudinaux. Les équations sont donc résolues en utilisant les bilans lo-
caux sans dépendance temporelle.
2.5 Simulation numérique directe
2.5.1 Présentation générale
2.5.1.1 Équations résolues
La DNS est une méthode numérique où les équations de Navier-Stokes sont ré-
solues, sans modélisation de termes turbulents, pour obtenir une solution instation-
naire, en utilisant des discrétisations temporelles et spatiales suffisamment fines pour
capturer l’ensemble des structures turbulentes. Les équations résolues dans la présente
étude régissent les bilans locaux de quantité de matière, de quantité de mouvement,
et d’énergie interne (sous sa forme de transport d’un scalaire passif). Elles sont donc
similaires aux équations présentées dans la section 2.4.2, car les hypothèses faites sur
l’incompressibilité, le comportement newtonien, et l’absence de convection naturelle
sont conservées. Les différences sont la présence de dérivées temporelles et l’absence de
termes liés à la décomposition de Reynolds (puisqu’elle n’a pas été appliquée) :
∂u
j
∂x
j
= 0 (2.7)
∂u
i
∂t
+
∂u
j
u
i
∂x
j
= −
1
ρ
∂p
∂x
i
+ ν

2
u
i
∂x
j
∂x
j
(2.8)
∂T
∂t
+
∂u
j
T
∂x
j
= α

2
T
∂x
j
∂x
j
(2.9)
2.5.1.2 Démarche générale
Les différentes problématiques liées à l’implémentation de la DNS sont décrites dans
cette section. La première étape de cette étude a été la sélection d’un code de calcul
adapté aux problématiques à étudier. Le choix d’OpenFOAM est justifié dans la sec-
tion 2.5.2 (p.34). Le maillage utilisé en DNS doit répondre à des contraintes strictes,
par exemple sur le raffinement en proche paroi. Ces contraintes sont détaillées dans
la section 2.5.4 (p.36). La solution retenue dans cette étude pour la génération des
conditions d’entrée est l’utilisation d’un calcul annexe (comme pour le calcul RANS),
appelé calcul précurseur, qui génère des profils qui sont utilisés comme condition d’en-
trée pour le calcul contenant le perturbateur. Ces deux types de calcul sont parfois
identifiés dans le présent mémoire par «precur» et «perturb» pour ne pas alourdir les
34 2 Préparation de l’étude
notations. Il faut donc systématiquement lancer à la fois le calcul contenant le pertur-
bateur, et le calcul annexe, comme décrit dans la section 2.5.5.1 (p.38). Enfin, pour
accélérer les calculs, des écoulements similaires sont calculés en parallèle sur plusieurs
noeuds de calcul. Les conditions initiales sont légèrement différentes entre ces écoule-
ments, et ce système décrit dans la section 2.5.8 (p.44) permet d’augmenter le nombre
de réalisations statistiques disponibles.
Dans une configuration «arbitraire», c’est à dire un système plus complexe qu’un
écoulement de canal plan turbulent, le calcul DNS nécessite des temps de calcul très
importants. Afin d’y parvenir, il a fallu développer une solution complète pour paral-
léliser le calcul. Le résultat a été l’utilisation de 384 cœurs en continu sur un cluster.
Aboutir à une solution stable et fiable a constitué une part importante de cette étude,
dont la description détaillée est l’objet de cette partie.
2.5.2 Présentation du code
La première étape de l’étude a été la sélection du code, qui doit satisfaire plusieurs
critères. OpenFOAM (noté OF par la suite) a été retenu, après neuf mois de développe-
ments infructueux sur un code dérivé du code crée par Orlandi (2000). Devant la
difficulté d’implémenter une méthode par frontière immergées dans ce code utilisant
une discrétisation en différences finies, il a été décidé de se réorienter vers un code en
volumes finis. OF satisfait ce critère, et permet de calculer des écoulements sur des
géométries arbitraires, ce qui facilite le maillage autours du perturbateur. OF n’est pas
à proprement parler un solveur, mais une librairie complète pour l’utilisation des vol-
umes finis pour la résolution d’équations aux dérivées partielles fournie avec quelques
exemples de solveurs. Dans le cadre de cette étude, certains solveurs ont été adaptés,
et des modules spécifiques ont été crées. La version d’OpenFOAM sur laquelle ont été
effectués les calculs finaux est la version 1.5.
2.5.2.1 Programmation générique
OF est écrit en C++, tirant beaucoup partie de la programmation générique (pour
les notions attenantes de polymorphisme et de patrons de classe, voir Stroustrup
(1997)). Le résultat est une syntaxe proche des mathématiques mises en œuvre ainsi
qu’une bonne lisibilité du code. Il est ainsi architecturé pour pouvoir résoudre des
équations aux dérivées partielles sur des tenseurs et en déléguant la résolution de ces
équations à des fonctions spécialisées. Il revient à l’utilisateur de stipuler les schémas
de discrétisation spatiale et temporelle qu’il souhaite que ces fonctions utilisent.
Par exemple, une équation est représentée par le patron de classe fvMatrix<Type>
où Type est une classe pouvant représenter un tenseur de n’importe quel ordre. L’équa-
tion de quantité de mouvement est ainsi représentée par une instance UEqn de la classe
fvMatrix<vector>, tandis que l’équation de l’énergie est représentée par une instance
TEqn d’une classe fvMatrix<scalar> :
fvMatrix<vector> UEqn
(
fvm::ddt(U)
+ fvm::div(phi, U)
- fvm::laplacian(nu, U)
==
- fvc::grad(p)
);
fvMatrix<scalar> TEqn
(
fvm::ddt(T)
+ fvm::div(phi, T)
- fvm::laplacian(DT, T)
);
2 Préparation de l’étude 35
On retrouve donc les termes de dérivée temporelle, divergences et laplaciens, fvm
dédignant les termes calculés implicitement et fvc les termes explicites. La résolution
de ces équations est ensuite effectuée par les appels aux méthodes UEqn.solve(); et
TEqn.solve();. La plupart des classes fournies par OpenFOAM prennent automa-
tiquement en compte la communication inter-processus, rendant la parallélisation im-
plicite dans la plupart des situations rencontrées. Un exposé plus complet des implica-
tions de l’utilisation de la programmation générique dans le cas d’OF, se trouve dans
Jasak et al. (2007).
2.5.2.2 Structure du solveur
Un solveur pour le calcul d’écoulement turbulent en canal plan périodique en LES
est distribué avec OpenFOAM. Il résout les équations de Navier-Stokes en régime
instationnaire, et sert de base pour le code utilisé dans la présente étude pour le calcul
en DNS. Il est modifié dans cette étude pour supprimer le modèle de turbulence de sous-
maille, résoudre l’équation de l’énergie interne, obtenir des statistiques particulières
liées aux phénomènes dissipatifs, ou encore mettre en place les calculs concurrents tels
que décrits dans la section 2.5.8 (p.44).
Le code ne résout pas en même temps l’équation de bilan de matière et l’équation
de bilan de quantité de mouvement. Il utilise l’algorithme PISO pour les coupler en
séparant le calcul en plusieurs étapes. Dans un premier temps le champ de pression
calculé à l’itération précédente est utilisé (de façon explicite comme vu précédemment)
dans les équations de quantité de mouvement, comme approximation du champs de
pression au pas de temps actuel, pour estimer le champ de vitesse dans l’écoulement. A
la suite de quoi l’équation de Poisson régissant la pression au pas de temps actuel est
résolue en utilisant les valeurs des vitesses obtenues précédemment, et des corrections
sur les champs de pression et de vitesse sont appliquées pour obtenir un champs de
vitesse satisfaisant l’équation de continuité. Le détail de cet algorithme est par exemple
décrit par Ferziger et al. (1999).
Un exemple d’utilisation d’OF pour la résolution d’écoulements instationnaires se
trouve dans la thèse de de Villiers (2006), il représente les premiers travaux effectués en
LES avec OpenFOAM. Un autre exemple de projet utilisant OpenFOAM pour un calcul
instationnaire est Duprat (2010), avec des applications pour les turbines hydrauliques.
Ces deux travaux utilisent une modélisation LES de la turbulence.
2.5.3 Paramètres
Les schémas de discrétisation utilisés sont : «arrière» pour les dérivées temporelles
(schéma second ordre), et «intégrale de Gauss» pour les dérivées spatiales (schéma sec-
ond ordre). Ferziger et al. (1999) fournissant là aussi une définition précise des schémas
utilisés en volumes finis. Les interpolations entre les centres des cellules et des faces
sont effectuées avec des schémas linéaires. Une fois les équations aux dérivées partielles
transformées en équations algébriques par ces discrétisations, il faut choisir un solveur
linéaire pour résoudre les systèmes matriciels obtenus. Dans cette étude les solveurs
sont, pour l’équation de Poisson sur la pression, un gradient conjugué préconditionné
par une multigrille, et pour les équations de quantité de mouvement et de tempéra-
ture, un gradient biconjugué préconditionné par une décomposition LU incomplète.
Saad (2003) par exemple fournit le détail de ces techniques d’algèbre linéaire. Des coef-
ficients de sous-relaxations de 0.3 pour la pression et 0.7 pour les autres variables sont
36 2 Préparation de l’étude
appliqués. Le critère d’arrêt sur la valeur des résidus est repris d’un cas test fourni avec
OpenFOAM, pour un calcul LES en canal plan à Re
τ
= 395.
Le pas d’avancement temporel ∆t est de 1.5e
−4
s. Avec la maillage utilisé, cela
correspond à une valeur de CFL moyen d’environ 0.15 et de CFL maximal d’environ
1.5.
Les moyens matériels mis en œuvre pour effectuer le calcul sont 384 processeurs
tournant en continu pendant 1 mois, par l’utilisation de 24 sous-calculs parallèles.
2.5.4 Maillage
Afin de capter les structures turbulentes, il faut que les équations de Navier-Stokes
soient discrétisées en un nombre de points suffisant pour que les structures turbu-
lentes et leurs interactions soient décrites correctement dans les champs solutions. Or,
les structures turbulentes ne sont pas réparties régulièrement dans l’écoulement, mais
concentrées dans la zone de proche paroi. Par exemple, le pic d’énergie cinétique tur-
bulente se situe autours de x
+
2
= 15, alors que le milieu du canal se trouve en x
+
2
= 180.
Le maillage doit donc être raffiné en proche paroi.
Ce maillage en proche paroi est obtenu en partant d’un maillage régulier (généré
dans OF), dont les points sont espacés de la même distance dans les trois dimensions,
les mailles étant cubiques. Une fonction f est appliquée aux coordonnées du maillage
régulier pour obtenir les coordonnées du maillage réel. La définition de cette fonction
est :
f : R ×[0, H] ×R →R ×[0, H] ×R
ξ → x = a ξ
→ y =
H
2
¸
1 +
tanh(b (

H

1
2
))
tanh(
b
2
)
¸
(2.10)
ζ → z = c ζ
ξ, et ζ représentant les coordonnées dans l’espace de maillage régulier. Les valeurs
des paramètres a, b et c sélectionnées pour l’étude sont :
a 2.84
b 3.8
c 1.95
Ces trois valeurs ont été sélectionnées sur la base des valeurs utilisées par Doche
(2007) pour la simulation en DNS d’un canal plan contenant un écoulement turbulent
lui aussi à Re
τ
= 180.
La composante f
x
2
transformant les coordonnées selon la seconde dimension est
tracée sur la figure 2.15. La pente de cette courbe est liée linéairement à la densité de
mailles dans l’espace d’arrivé.
Après application de f, le centre de la première maille fluide au-dessus de la paroi
se trouve en x
+
2
= 0.25. La hauteur de la première maille est donc de ∆x
+
2
= 0.5. La
hauteur d’une maille au centre du canal (la plus étendue selon y) est de ∆x
+
2
= 5.5.
L’écart entre mailles dans les autres dimensions est de ∆x
+
1
= 8 et ∆x
+
3
= 5.5.
Le canal contenant le perturbateur a été maillé selon le même principe que le canal
plan, à la différence que le maillage régulier est crée sous Gambit. Il est ensuite importé
sous OF, et la fonction f est appliquée de la même façon que dans le cas du canal plan,
2 Préparation de l’étude 37
espace de départ
e
s
p
a
c
e

d
'
a
r
r
i
v
é
e
Figure 2.15 – Fonction f : → x
2
(dimensions en m)
pour obtenir le maillage réel sur lequel les calculs seront effectués. La distribution des
mailles finale est donc à peu près la même entre le canal plan et le canal perturbé.
Par contre, des contraintes sur le nombre total de mailles ont amené à ne pas raffiner
particulièrement la zone autours du perturbateur. Le moindre raffinement, impose par
continuité du maillage une augmentation très importante du nombre de mailles. Les
cellules en contact avec le perturbateur ont donc les mêmes dimensions que les cellules
en canal plan dans la même zone. Par exemple, au sommet du perturbateur, les cellules
en contact avec le perturbateur ont pour dimensions 8 ×5.5 ×5.5 en unités pariétales.
DNS
RANS et exp.
ligne de courant
en RANS ou exp.
Figure 2.16 – Comparaison des largeurs de domaines DNS RANS et expérimentaux,
figure à l’échel le
Pour limiter le nombre de mailles, le domaine de calcul a été tronqué par rapport
à la taille du domaine expérimental et au calcul RANS. Les dimensions du calcul DNS
sont de 0.3698×0.0416×0.185 mètres soit 8.8×1×4.4 hauteurs de canal. La figure 2.16
représente à l’échelle le canal RANS (et par extension la veine expérimentale), ainsi
que le canal DNS. Le perturbateur représente un obstacle pour l’écoulement, diminuant
localement le débit. Or, pour conserver le débit total dans chaque section, la vitesse
longitudinale sur les bords devient plus importante qu’en amont du perturbateur. Le
canal DNS étant moins large, tout le flux reste dans la zone autours du perturbateur,
ce qui correspond à une augmentation artificielle du débit dans cette zone par rapport
au cas réel. Il faut tenir compte de cette limitation du calcul les des interprétations des
différences entre les résultats RANS, DNS et expérimentaux.
38 2 Préparation de l’étude
Le maillage, avec les limitations présentées sur son raffinement, ainsi que la ré-
duction de son étendue spatiale, atteint 14 millions de mailles, ce qui pour un calcul
instationnaire est une quantité importante : un nombre de pas de temps important
sera nécessaire à la convergence des statistiques. De plus, en parallèle de ce canal, un
calcul précurseur fourni les conditions d’entrée. Ce calcul est lui aussi instationnaire,
et impose les même contraintes de maillages. La taille du domaine est de 4.4 ×1 ×4.4
hauteurs de canal, et il contient donc 7 millions de mailles.
2.5.5 Condition d’entrée du canal perturbé
La condition d’entrée du canal contenant le perturbateur est un écoulement turbu-
lent établi. Différentes méthodes permettant de générer un écoulement turbulent établi
sont présentées suivie des détails de l’implémentation spécifique à cette étude. Cette
condition a demandé le plus de développements pour la présente étude. Les autres
conditions sont développées par la suite.
2.5.5.1 Approche sélectionnée
Tabor et al. (2004) présentent un panel de méthodes utilisées pour la génération
des conditions d’entrée. Cette section de l’étude passe en revue ces méthodes pour
déterminer laquelle est la plus adaptée.
L’approche la plus directe pour l’étude des écoulements turbulents est de disposer
d’une géométrie où le fluide entre et sort du système par une condition périodique.
Un terme de gradient de pression moteur est introduit dans les équations de bilan de
quantité de mouvement, pour forcer la mise en mouvement du fluide. Les structures
turbulentes sont conservées, et effectuent plusieurs passages dans le système. Une per-
turbation initiale aléatoire déclenche la déstabilisation de l’écoulement, qui acquière au
cours d’une phase de transition un caractère de turbulence établie. Le calcul est ainsi
autonome : il génère ses propres conditions d’entrée instationnaires. Cette approche
n’est pas réalisable pour la géométrie étudiée ici, car le perturbateur génére des grands
tourbillons longitudinaux qui ne sont pas présents dans un canal plan. Leur réintroduc-
tion à l’entrée ne permettrait plus d’avoir un écoulement de canal plan, la condition
de périodicité recopiant alors les structures tourbillonnaires à l’entrée du canal. Il ne
serait plus possible d’effectuer des comparaisons avec le dispositif expérimental.
Il reste deux options pour la génération des conditions d’entrée : la synthèse de
structures et l’utilisation d’un calcul précurseur. Synthétiser les structures à l’aide de
corrélations permet de conserver un calcul autonome, et un temps de calcul peu im-
portant. Les structures générées ne sont par contre pas physiques, et ne se comportent
pas dans l’écoulement comme les structures turbulentes réelles, sauf si l’écoulement est
suffisamment long pour que des structures turbulentes réelles émergent.
L’utilisation d’un calcul précurseur permet d’avoir des conditions d’entrée turbu-
lentes établies, au prix d’un calcul annexe pour lequel plusieurs approches sont envis-
ageables. Soit le calcul précurseur effectué séparément génère des profils sous forme
d’une suite de fichiers qui sont chargés dans le calcul avec le perturbateur. Soit le cal-
cul précurseur est inclus en tant que portion du calcul avec perturbateur. La première
solution est choisie pour cette étude, et la gestion des fichiers de profil est décrite dans
la section 2.5.5.3.
Il est possible de ne pas coupler les deux calculs dès le premier pas de temps. Ceci
permet d’attendre l’établissement de la turbulence dans le calcul précurseur pour n’as-
signer à l’entrée du canal perturbé que des profils turbulents établis, et ainsi accélérer
l’établissement de l’écoulement dans le canal perturbé. C’est ce qui a été fait ici.
2 Préparation de l’étude 39
Pour simplifier les notations, le calcul contenant le perturbateur sera par convention
référencé sous le nom perturb et le calcul précurseur sous le nom precur. Cet allégement
deviendra d’autant plus justifié quand sera abordée la notion de ligne de calcul, dans
la section 2.5.8 (p.44).
2.5.5.2 Maintien du débit dans la section d’entrée
Afin de mettre en mouvement l’écoulement dans le calcul précurseur, un gradient
de pression moyen est prescrit.
L’équation de quantité de mouvement résolue dans le canal précurseur est donc :
∂u
i
∂t
+
∂u
j
u
i
∂x
j
= −
1
ρ

∂x
i
(p + p

) + ν

2
u
i
∂x
j
∂x
j
(2.11)
La pression est décomposée en une partie moyenne et une partie fluctuante : p
et p

. La valeur de la partie moyenne n’est jamais calculée, et son gradient, constant
dans l’écoulement, est fixé afin d’avoir une force volumique mettant en mouvement
l’écoulement (de ce fait, p ne peut être continue en la condition périodique). La partie
fluctuante p

, est elle calculée directement, et sa valeur est continue en la condition aux
limites de périodicité.
L’utilisateur fournit au solveur l’objectif de débit à fixer pour reproduire l’écoule-
ment expérimental. Le solveur va calculer la valeur numérique de
∂p
∂x
1
, qui est la seule
composante non nulle de
∂p
∂x
i
, en utilisant une méthode itérative pour rester proche de
l’objectif en débit. Pour cela, le débit instantané dans la section est déterminé, puis la
correction à appliquer au gradient de pression est calculée. Une correction est appliqué
à la pression, puis au champs de vitesse, de façon similaire à ce que fait l’algorithme
PISO utilisé pour le couplage pression-vitesse pour que l’écoulement vérifie localement
le bilan de matière.
2.5.5.3 Implémentation de la condition d’entrée
OpenFOAM fournit nativement la possibilité de charger un profil écrit dans un
fichier texte comme condition aux limites pour un écoulement. Cependant, l’implé-
mentation proposée a posé quelques problèmes techniques, et une solution adaptée à
cette étude a été réécrite. Il a aussi fallu coder l’écriture du profil depuis precur, ainsi
que le transfert d’information entre precur et perturb.
La première étape pour cette étude a consisté à insérer un code dans le solveur
utilisé pour le calcul precur afin qu’un plan soit échantillonné et écrit sur le disque. Le
fichier doit ensuite être modifié au format attendu par la condition d’entrée du calcul
perturb, puis copié du cas precur vers le cas perturb où il sera utilisé. Ces opérations
sont répétitives et, effectuées à la main, peuvent être source d’erreurs. Une solution
doit donc être développée pour automatiser le lien entre les deux calculs. Comme ces
fichiers de profils peuvent être nombreux et occuper de la place sur le disque, il apparaît
judicieux de ne copier un fichier de precur vers perturb que quand perturb en a besoin
pour l’itération courante. En plus de consommer de la place, la profusion de profils peut
dépasser la limite de 32 000 sous répertoires par répertoires (fixée par le système de
fichiers), empêchant l’écriture de nouveaux profils. Dans le même soucis d’optimisation
des ressources il faut de plus qu’à l’issue du calcul, les profils ayant été utilisés soient
supprimés.
Le langage C++ ne dispose pas nativement des méthodes nécessaire pour les opéra-
tions à effectuer ici (par exemple, il n’y a pas de méthode de manipulation d’expressions
régulières). La solution retenue a donc été de modifier au minimum le solveur DNS écrit
40 2 Préparation de l’étude
pour cette étude, et de déléguer à un programme externe, écrit en Python, la gestion
des profils sur le disque. Ce programme, baptisé «feeder», est lancé en tâche de fond
avant le solveur principal. Une pile FIFO (first in first out) est crée sur le disque. Elle
sert de canal de communication entre le solveur et le feeder. Le solveur, à chaque pas de
temps, communique un ordre au feeder, par exemple d’effectuer l’import d’un certain
profil sur le disque depuis precur.
feeder
solveur
1. requête
2. selection
bibliothèque
entrées perturb
bibliothèque
entrées precur
4. accès et
exploitation
3. transfert et
traitement
Figure 2.17 – Relations entre le solveur et le feeder (script de gestion des profils)
Le fonctionnement exact du feeder est résumé dans la figure 2.17. L’utilisateur exé-
cute le feeder en lui indiquant le chemin sur le disque de stockage vers le cas contenant
les conditions d’entrée à utiliser, puis le solveur OF est lancé.
– Étape 1 : le solveur envoie une requête au feeder, utilisant le fichier fifo comme
canal de communication. Le solveur se met ensuite en attente de la confirmation
par le feeder que les traitements sont terminés (fin de l’étape 3), il poursuit alors
son exécution.
– Étape 2 : le feeder sélectionne, parmi les profils disponibles dans le cas precur, le
profil adapté au pas de temps requis par le solveur.
– Étape 3 : le feeder copie le profil de precur vers perturb, et effectue le formatage
nécessaire pour que le profil devienne exploitable par perturb. A la suite de cette
opération, le feeder envoie au solveur un signal de fin de traitement.
– Étape 4 : le solveur reprend son exécution, et utilise le profil nouvellement trans-
féré comme condition d’entrée. Le pas de temps est incrémenté de 1, et l’étape 1
se présente à nouveau.
A chaque requête du solveur, le feeder met à jour une liste qu’il tient des conditions
aux limites demandées par le solveur. Quand le solveur a finit son exécution, il écrit
sur le disque son champ courant, qui sert ensuite de point de départ pour la prochaine
exécution. Les fichiers de profils précédemment utilisés deviennent donc inutiles. De ce
fait, quand le solveur termine son exécution, il le signale au feeder qui supprime du
disque l’ensemble des profils utilisés, évitant leur accumulation sur le disque.
Cette condition aux limites est utilisée à l’entrée de perturb, pour le champ de
vecteurs u
i
ainsi que pour le champ de T.
2.5.6 Autres conditions aux limites
2.5.6.1 Périodique
La condition de périodicité est uniquement utilisée dans precur. Elle consiste à
égaliser les fluxs entre deux faces des deux côtés du canal. Elle est particulièrement
utilisée dans le cadre de la simulation d’écoulement turbulents, car elle permet de
conserver les structures lors du franchissement du domaine de calcul : ce qui aurait été
2 Préparation de l’étude 41
l’extérieur du domaine est en fait calculé à un autre endroit à l’intérieur du domaine.
Dans le calcul precur, elle est utilisée pour lier l’entrée à la sortie dans le sens de
l’écoulement, mais aussi les côtés du domaine.
Cette condition est utilisée en entrée et sortie de precur, pour les champs de u
i
ainsi
que de p.
2.5.6.2 Advective
La condition de sortie à appliquer à perturb doit modifier au minimum l’écoulement
par rapport au cas physique réel. Des premiers essais ont été effectués avec une condition
de gradient nul pour sa simplicité et la rapidité de sa mise en œuvre. Les structures
étaient trop dissipées à la sortie, et cette condition affectait trop l’écoulement dans le
canal. Afin de résoudre ce problème, une condition un peu plus proche de ce qui se
passerait dans l’écoulement si il ne traversait pas les limites du domaine est utilisée.
Cette condition dite d’advection est par exemple décrite dans Ruith et al. (2004). Elle
prend pour expression, pour une variable φ représentant u
i
ou T, et une paroi de
normale x
n
orientée vers l’extérieur :
∂φ
∂t
+ u
c
∂φ
∂x
n
(2.12)
La vitesse d’advection u
c
est traditionnellement soit sélectionnée comme étant la
vitesse locale, soit une vitesse fixée (telle que la vitesse débitante). Des tests ont été
effectués dans les deux cas pour déterminer le choix le plus adapté à cette étude.
En utilisant la vitesse débitante, qui correspond à l’implémentation la plus sim-
ple de la condition aux limites, les structures sont beaucoup moins dissipées qu’avec la
condition de gradient fixé. Des irrégularités persistent cependant autours du franchisse-
ment de la condition de sortie, principalement dans la zone de déficit de vitesse décrite
dans la section 3.2.2 (p.60). Ces irrégularités disparaissent rapidement en amont de
la condition de sortie. Par contre, en utilisant cette condition de sortie, il est observé
dans ce calcul que le nombre de Courant augmente légèrement à chaque itération, mais
de manière monotone, jusqu’à la divergence du calcul observée après 60000 itérations.
Dans un cas test sans perturbateur, ce problème d’instabilité n’est pas apparu.
En utilisant la vitesse locale pour u
c
, les champs de sortie ne présentent plus d’arte-
facts, et la valeur maximale du CFL n’augmente plus de façon monotone, mais oscille
autours d’une valeur moyenne. En observant des champs instantanés, la turbulence ne
semble pas non plus affectée en amont de la condition de sortie. Cette condition de
sortie est donc retenue pour effectuer le calcul complet.
La méthode de calcul utilisée est de calculer
∂φ
∂x
n
et u
c
de façon explicite, et
∂φ
∂t
de
façon implicite. Cette condition est appliquée à chaque composante de u
i
ainsi qu’à T
en sortie de perturb.
2.5.6.3 Symétrie
Plusieurs conditions aux limites peuvent être appliquées sur les bords du domaine de
calcul. La plus simple à implémenter serait la condition périodique. Cependant, compte
tenu de la faible largeur du canal étudié, elle pourrait perturber l’écoulement (des tests
en RANS avaient montré la création d’un débit transverse, le tourbillon interagissant
avec lui-même). La condition advective aurait pût être utilisée sur les côtés, mais si
la vitesse à la condition aux limites u
c
est négative (ce qui peut être le cas dans
un écoulement turbulent), la condition n’est pas physique, puisqu’elle ne dispose pas
d’information sur l’écoulement en provenance de l’extérieur du système. La condition
42 2 Préparation de l’étude
de symétrie a finalement été retenue bien qu’elle ne soit pas totalement satisfaisante
d’un point de vue physique, car l’écoulement est loin d’être symétrique dans un régime
turbulent. Par contre, elle offre l’avantage, contrairement à une condition de paroi, de
ne pas entraîner la création d’une couche limite qui forcerait à élargir le canal pour ne
pas interagir avec les tourbillons étudiés et rendrait les temps de calcul prohibitifs.
Cette condition est appliquée à u
i
et à p, sur les côtés de perturb. Voir le chapitre
2.5.10.2 (p.49) pour plus de détails sur sa validation.
2.5.6.4 Valeur fixée ou gradient nul
Les grandeurs dont la valeur est uniformément fixée en une condition aux limites
sont T en entrée et sur les parois de perturb, u
i
sur les parois de perturb, et p en sortie
de perturb. Ces valeurs sont pour la température de 300° pour l’entrée du canal et 350°
pour les parois. La vitesse est nulle en paroi, et la pression est nulle en sortie du canal.
La condition de gradient nul est appliquée à p sur les parois de precur et de perturb,
ainsi qu’en entrée de perturb.
2.5.6.5 Résumé des conditions aux limites appliquées
Les tableaux 2.2, 2.3 et 2.4 fournissent un résumé des différentes conditions aux
limites pour les trois quantités calculées.
entrée sortie côtés paroi
precur périodique périodique périodique valeur nulle
perturb profil imposé convection symétrie valeur nulle
Tableau 2.2 – Conditions aux limites sur u
i
entrée sortie côtés paroi
precur périodique périodique périodique gradient nul
perturb gradient nul valeur nulle symétrie gradient nul
Tableau 2.3 – Conditions aux limites sur p
entrée sortie côtés paroi
perturb valeur fixée convection symétrie gradient nul
Tableau 2.4 – Conditions aux limites sur la température
2.5.7 Conditions initiales de l’écoulement
Les simulations ne peuvent pas être initialisées avec des champs de turbulence
établie puisque leur obtention en est la finalité. Afin d’obtenir un écoulement turbulent
établi, un champs initial est perturbé de façon aléatoire, et du fait de la forte non-
linéarité des équations de Navier-Stokes, un comportement chaotique émerge qui se
stabilise après une phase transitoire autour d’un écoulement de canal plan établi. Il faut
2 Préparation de l’étude 43
donc perturber un écoulement initial pour effectuer une transition vers l’écoulement
établi. Afin d’accélérer cet établissement l’écoulement servant à l’initialisation est une
solution stationnaire obtenue par un calcul RANS, de sorte que sa forme générale soit
proche de la partie moyenne de l’écoulement turbulent.
2.5.7.1 Utilisation d’un calcul RANS
Que ce soit pour precur ou perturb, les champs initiaux sont déterminés par un
calcul RANS stationnaire auquel est appliquée une perturbation sous la forme de zones
de fortes et faibles vitesses réparties aléatoirement. Il y a donc, quand les calculs RANS
sont pris en compte, quatre calculs à faire. Les relations entre ces calculs sont présentées
sur la figure 2.18.
RANS
precur perturb
DNS
c
o
n
d
i
t
i
o
n

d
'
e
n
t
r
é
e
condition
initiale
c
o
n
d
i
t
i
o
n

d
'
e
n
t
r
é
e
condition
initiale
Figure 2.18 – Relations entre les calculs effectués
Le premier calcul lancé est le calcul RANS dans le canal precur. Un profil des
champs u
i
, k et ω (ω désignant le taux de dissipation spécifique, et non la vorticité,
désignée ω
i
) en est extrait, qui va servir de condition d’entrée au calcul RANS dans
le canal perturb. Le champ complet dans precur va quand à lui servir de condition
initiale pour le calcul DNS dans precur, après avoir subit une perturbation aléatoire
pour assymétriser l’écoulement. Le calcul DNS dans perturb est quand à lui initialisé
par le calcul RANS dans perturb, et utilise à chaque pas de temps un profil généré par le
calcul DNS dans precur, comme condition d’entrée. On peut noter que la perturbation
appliquée à l’écoulement n’est pas un bruit blanc, mais une série de zones de hautes et
basses vitesses. Un bruit blanc a une forme moins proche des structures turbulentes, et
met plus de temps à transitionner vers la turbulence. Il y a aussi plus de chance pour
que l’écoulement se relaminarise avec un bruit blanc, les structures se dissipant sans se
régénerer.
2.5.7.2 Régime transitoire
Une fois que le calcul RANS est perturbé, un certain nombre d’itérations en DNS
sont nécessaires pour atteindre le régime établi. Ce nombre d’itérations n’est pas connu
à l’avance. Pour l’estimer, les intégrales de la contrainte pariétale et du flux de chaleur
sur la paroi basse sont calculées. Leurs évolutions temporelles sont analysées, et l’itéra-
tion à partir de laquelle ces grandeurs oscillent autours d’une valeur fixe est considéré
44 2 Préparation de l’étude
comme le point où l’écoulement a atteint son régime établi. Les champs instantanés
commencent alors à être intégrés dans les calculs des moments statistiques. La figure
2.19 présente l’évolution de la contrainte pariétale dans precur ainsi que du point où
les champs commencent à être considérés pour les statistiques à calculer, en fonction
du temps d’écoulement simulé.
RANS
transition statistiques
10 temps de boîte
Figure 2.19 – Transition vers l’écoulement turbulent dans precur
La figure 2.19 présente l’évolution de la contrainte pariétale (dans une unité util-
isée dans le code) lors des phases de transition et de calcul des statistiques du calcul
precur. Même si le calcul RANS est stationnaire, l’évolution de la contrainte pariétale
à chaque itération est représentée aussi, avec un pseudo avancement de ∆t par itéra-
tions identique à celui de la DNS, afin de pouvoir montrer la convergence du RANS et
de la DNS sur la même figure. Ainsi, au bout de 3000 itérations, le calcul RANS est
arrêté, les perturbations de vitesse sont appliquées et la DNS qui est elle réellement
instationnaire est lancée. Au bout de 4 secondes d’écoulement, comme le signal sur la
contrainte semble osciller autours d’une valeur moyenne, la turbulence est considérée
établie, et les statistiques sont calculées sur l’écoulement.
Les figures 2.20a et 2.20b présentent les évolutions du flux de chaleur et de la
contrainte pariétale moyenne sur la paroi inférieure dans perturb. Le calcul préliminaire
ainsi que le début de la phase transitoire n’ont pas été incluses. On peut voir que le
signal est stabilisé, et que le point de départ des calculs de statistiques est pertinent.
Le pas de temps initial de 100 ne correspond pas au temps d’écoulement réellement
écoulé : les calculs ont été resynchronisés à 100 quand les precur ont fini leur transition
vers un écoulement turbulent.
2.5.8 Calculs concurrents
Comme évoqué précédemment, le code de calcul OF est généraliste, ce qui limite les
optimisations possibles sur la performance du solveur. De plus, la géométrie de canal
perturbé ne possède pas de directions homogènes du fait des tourbillons longitudinaux,
et il n’est donc pas possible de faire des moyennes spatiales selon x
1
et x
3
pour obtenir
des profils monodimensionels selon x
2
, comme c’est le cas dans le canal plan.
2 Préparation de l’étude 45
100 101 102 103 104 105 106
0
100
200
300
400
500
600
700
800
1 temps
de boîte
transition statistiques
(a) Flux de chaleur
100 101 102 103 104 105 106
0
0.005
0.01
0.015
0.02
0.025
0.03
1 temps
de boîte
transition statistiques
(b) Contrainte pariétale
Figure 2.20 – Évolution des flux et contraintes moyennées spatialement, en fonction
du temps
precur-1
perturb-1
ligne 1
f
e
e
d
e
r
-
1
Plan
d'acquisition
Condition
d'entrée
precur-N
perturb-N
ligne N
f
e
e
d
e
r
-
N
Plan
d'acquisition
Condition
d'entrée
...
Figure 2.21 – Lignes de calcul
La solution retenue dans cette étude pour optimiser le temps de calcul est de lancer
le même calcul plusieurs fois en parallèle, avec un écoulement initial différent, mais
au même nombre de Reynolds. Cette solution est représentée sur la figure 2.21. Un
ensemble precur et perturb avec son écoulement propre est appelé une «ligne». Les
géométries et types de conditions aux limites sont les mêmes entre les lignes (qui sont
toutes clonées à partir d’une ligne modèle). Un même écoulement obtenu par calcul
RANS est chargé dans l’ensemble des lignes, mais la perturbation aléatoire entraînant
la transition vers la turbulence varie selon les lignes. Cette transition étant chaotique,
cela crée les différences d’écoulements entre les lignes. Si par réalisation statistique, on
entend le champs instantané à un instant calculé donné, il est donc possible d’utiliser
les réalisations statistiques de chaque ligne en les «mélangeant» dans un plus grand en-
semble contenant les réalisations de toutes les autres lignes. Cela permet de déterminer
plus rapidement les moments des variables aléatoires en chaque point, et permet de
pousser la parallélisation du code beaucoup plus loin que les méthodes par découpage
du domaine de calcul (qui reste cependant utilisée au sein de chaque ligne).
Le développement du calcul des statistiques se trouve dans la section 2.6 (p.49). Il
46 2 Préparation de l’étude
décrit entre autre le calcul des statistiques à travers les lignes.
c
o
n
v
e
r
g
e
n
c
e

i
n
t
r
a

r
u
n
s
u
r

2
5
0
0

i
t
é
r
a
t
i
o
n
s
ligne 1 ligne 2
itérations
convergence inter runs
7500
10000
2x2500=
5000 réalisations
master
a
u
c
u
n

c
h
a
m
p
s

i
n
t
e
r
m
é
d
i
a
i
r
e

c
a
l
c
u
l
é
c
o
n
v
e
r
g
e
n
c
e

i
n
t
r
a

r
u
n
s
u
r

2
5
0
0

i
t
é
r
a
t
i
o
n
s
Figure 2.22 – Utilisation des lignes pour le calcul des statistiques
La figure 2.22 décrit l’utilisation des lignes de calcul. L’exemple présenté contient
deux lignes ayant chacune produit des statistiques entre les itérations 7500 et 10000,
c’est à dire des statistiques estimées à partir de 2500 réalisations. Ces deux ensemble
de statistiques sont ensuite mis en commun pour déterminer, sur la ligne maîtresse, les
statistiques correspondant au total des 5000 réalisations sur l’ensemble de lignes. Pour
implémenter cette solution, un code est écrit qui détecte le nombre de lignes de calcul
présentes, et créé le champs contenant les statistiques pour l’ensemble des réalisations
présentes dans la ligne master. Les équations de Navier-Stokes ne sont jamais résolues
directement dans la ligne master.
2.5.9 Lancement automatique des calculs
Le calcul en simulation numérique directe est long, et sujet à de nombreuses con-
traintes. Il n’est pas possible de lancer precur et perturb directement, sur une période
étendue, pour récupérer à la fin les statistiques de l’écoulement. La première limitation
à cela est que la gestion de la plateforme de calcul ne permet à aucun calcul d’être
lancé sur une période supérieure à une semaine. La seconde est que precur génère un
dossier contenant les profils de u
i
et T à chaque itération, or le système de fichiers
utilisé ne permet pas la création de plus de 32000 sous-répertoires. Avec 15 secondes
de temps de calcul par itération, la limite du système est atteinte en 6 jours. Ces deux
limitations imposent d’arrêter et de reprendre périodiquement les calculs, sans qu’il
ne soit possible de prévoir quand les lignes de calcul sont lancées car les ressources
sont partagées avec d’autres utilisateurs. Il faut donc créer un système dans lequel
chaque ligne est autonome, et intègre le lancement des calculs qui lui sont associés.
L’expérience a montré que l’enchevêtrement de dépendance entre les calculs qui en
résulte doit être tolérant aux erreurs matérielles (notamment les erreurs d’écriture sur
disques réseaux). L’objectif étant qu’en l’absence d’intervention externe, chaque ligne
tourne perpétuellement.
La figure 2.23 présente le système actuel : l’utilisateur soumet le calcul precur-1, qui
va, dès son lancement, soumettre perturb-1 (qui utilisera les profils d’entrée générés par
2 Préparation de l’étude 47
precur perturb
a
f
t
e
r
o
k
a
f
t
e
r
o
k
after: B lancé après démarrage de A
afterok: B lancé après fin execution de A
backup backup
backup
backup
backup
backup
after
after
after
precur-1 perturb-1
a
f
t
e
r
a
n
y
a
f
t
e
r
a
n
y
a
f
t
e
r
a
n
y
a
f
t
e
r
a
n
y
a
f
t
e
r
a
n
y
a
f
t
e
r
a
n
y
precur-2
precur-3
perturb-2
perturb-3
Figure 2.23 – Dépendances entre les calculs precur et perturb, au sein d’une unique
ligne de calcul
precur-1), qui se lancera dès que les ressources de calcul qu’il requiert seront disponibles.
Une version de backup de precur-1 et de perturb-1 est mise en queue dès que l’un de
ces calculs est lancé : si le calcul rencontre un problème et s’arrête avant son terme, il
est relancé à l’identique via cette version de backup. C’est le calcul lui-même, quand
il s’achève, qui ordonne la suppression de ce backup de la queue de calcul. De plus,
perturb-1, quand il s’achève soumet precur-2 (qui à son lancement crée un run de
backup, etc...). Ainsi, en cas d’arrêt prématuré de perturb-1, la version de backup est
lancée immédiatement, et precur-2 n’est pas mis en queue.
Entre chaque run, perturb-1, perturb-2, etc..., l’ensemble des champs doit être écrit
sur le disque pour permettre la reprise du calcul au pas de temps suivant. Comme
ces calculs génèrent une quantité importante de fichiers sur le disque, (1.3 Go pour
l’ensemble des champs, à chaque point de sauvegarde), un système est mis en place pour
supprimer les données au fur et à mesure. L’expérience ayant là aussi montré que des
erreurs d’écriture peuvent stopper des lignes de calculs, et ce système s’assure aussi de
l’intégrité des données écrites. Le résultat est que si une ligne tourne perpétuellement,
la quantité d’espace disque qu’elle occupe reste à peu près constante.
2.5.10 Validation du code pour l’utilisation en DNS
2.5.10.1 Validation du calcul précurseur
Durant la phase de développement des outils présentés ci-avant, des tests sont
effectués sur une configuration semblable à precur, mais dont les dimensions selon x
1
et x
3
ont été réduites afin d’accélérer le calcul à 600 × 360 × 200 unités pariétales, en
s’inspirant de résultats fournis par Jimenez et Moin (1990) sur la taille minimale d’un
canal permettant de conserver certains caractères de la turbulence de l’écoulement. La
densité de cellules ne changeant pas, le nombre de mailles suivant les trois directions
devient 75 ×360 ×36, pour un total de 972000 cellules.
Une fois l’ensemble du système fonctionnel, le calcul en dimensions réelles est intro-
duit. Comme precur est une configuration d’écoulement académique (écoulement péri-
odique en canal), il est possible de comparer les grandeurs statistiques à des grandeurs
issues de la littérature. Le choix de Re
τ
= 180 permet d’utiliser les résultats de Kim
48 2 Préparation de l’étude
et al. (1987) qui servent de référence à de nombreux calculs effectués en DNS en canaux
plan. Precur est donc lancé sur un ensemble de 24 lignes de calcul, jusqu’à l’obtention
de 3 000 000 de réalisations statistiques.
Les résultats suivants sont adimensionnés en utilisant les coefficients présentés dans
la table 3.1 (p.56).
Figure 2.24 – Comparaison du profil moyen avec les lois de parois
La figure 2.24 présente les différences entre le profil de vitesse moyenne extrait en
z = 0 et les trois différentes zones de la loi de paroi déjà évoquées dans la section
2.3.6.2. La valeur de u
τ
utilisée est celle déterminée grâce à la corrélation
1
8.3
Re
7
8
DNS
,
voir Hinze (1975). On peut noter que la sous-couche visqueuse semble avoir la bonne
dimension et s’étendre jusqu’à x
+
2
= 5. La zone tampon présente la différence la plus
marquée par rapport aux courbes théoriques, et dans la zone log, on peut noter une
légère différence entre la pente théorique et la pente observée, cependant le profil moyen
peut être considéré comme validé.
Figure 2.25 – ω
+
rms
Sur la figure 2.25, sont présentées les trois composantes de la vorticité RMS, dont
2 Préparation de l’étude 49
les allures sont comparables à celles fournies dans Kim et al. (1987). Les allures des
courbes correspondent, et on peut noter par exemple que la valeur de ω
+
1,rms
en paroi
est de 0.35 ce qui est très proche de la valeur attendue de 0.37.
Kim et al.
perturb
Figure 2.26 – u
+
rms
Sur la figure 2.26, quatre profils de la composante u

1
u

1
sont présentés. Trois d’entre
eux, en lignes pleines, représentent cette quantité en z = −0.045, z = 0 et z = 0.045,
et la ligne en pointillé représente la courbe fournie dans Kim et al. (1987). Les courbes
sont difficilement distinguables, les profils de la présente étude étant proches du profil
modèle.
Ces courbes valident l’utilisation du code pour la DNS en canal plan. Elles valident
aussi l’ensemble des paramètres selectionnés, tels que les schémas de discrétisation et
les critères de convergence.
2.5.10.2 Validation de la condition aux limites de symétrie
Les conditions aux limites latérales de symétrie ne sont pas physiques pour un
calcul de simulation numérique directe, car les structures turbulentes n’y sont pas
calculées complètement, ce qui est le cas avec des conditions aux limites de périodicité.
Il est donc nécessaire de vérifier que ces conditions n’affectent pas de façon notable
l’écoulement au centre du canal, où les structures turbulentes interagissent avec les
tourbillons longitudinaux.
La figure 2.27 contient le profil de vitesse en X
1
= 1.5 et à une distance de 0.9 cm
du bord latéral du domaine (soit 0.2 H), comparé au profil universel. Comme le per-
turbateur génère un déficit de vitesse au centre, cela se traduit par une augmentation
du débit sur les bords, et une modification de la vitesse de frottement, passant locale-
ment de la valeur en canal plan 0.128 m.s
−1
à 0.14 m.s
−1
. L’impact de la condition
de symétrie sur les bords semble donc peu perceptible sur la partie de l’écoulement
étudiée.
2.6 Statistiques
Le calcul RANS fournit directement quelques moments statistiques sur l’écoule-
ment. En DNS et sur la partie expérimentale, il faut tirer ces grandeurs des réalisations
50 2 Préparation de l’étude
théorique
DNS
Figure 2.27 – Comparaison du profil de vitesse longitudinale moyenne obtenu près
du bord, avec le profil présenté par Kim et al. (1987)
individuelles obtenues. Des codes pour les traitements de ces grandeurs ont été écrits
spécifiquement pour cette étude. La méthode est similaire dans les deux cas, et fait
l’objet de cette section.
2.6.1 Présentation
Les statistiques effectuées dans cette étude se limitent aux deux premiers ordres,
c’est à dire les espérances, variances et covariances des différentes quantités calculées
telles que la vitesse, la pression, la température,..
Le calcul des variances peut être effectué en une ou deux passes. En deux passes,
le calcul consiste à déterminer l’espérance dans la première passe, et la connaissant,
calculer la variance, selon la formule var(X) = E[(X − E(X))
2
], ce qui implique de
conserver l’ensemble des champs. Il s’agit de la méthode la plus directe pour calculer
la variance. Cependant, la quantité de champs est très importante (pour le calcul
numérique particulièrement), et il n’est pas possible de tous les conserver en mémoire.
La méthode en une passe calcule en temps réel l’évolution des moments à tous les
ordres, connaissant leur valeur au pas de temps précédent uniquement, permettant de
libérer la mémoire dès l’incorporation de ces valeurs. Par contre, certaines grandeur
statistique dont le calcul n’a pas été prévu au moment de l’acquisition des réalisations
statistiques peuvent nécessiter l’acquisition de nouvelles réalisations. Pour accélérer le
développement, la méthode en une passe utilisée pour le calcul DNS a été transposée
aux résultats expérimentaux. Le calcul RANS effectue quand à lui un calcul direct des
moments statistiques et ne nécessite pas de post-traitement.
Dans le calcul DNS, ou sur le banc expérimental, les calculs de statistiques sont
effectués à deux moments distincts. Le premier, quand une nouvelle réalisation est
calculée ou mesurée sur une des lignes, et qu’il faut la prendre en compte dans les
statistiques de la ligne. Le second, quand des statistiques sont obtenues à partir d’un
ensemble de lignes de calcul concurrentes et qu’il faut les combiner pour obtenir les
statistiques globales sur l’ensemble du système. Les développements sont présentés de
façon générale en considérant deux ensembles A et B. Les significations de ces deux
ensembles varient selon que l’ajout d’une réalisation ou que les statistiques globales
sont calculées. Les deux cas de figure ne changent que par le nombre d’éléments n
A
et
n
B
de ces ensembles.
2 Préparation de l’étude 51
Le premier cas de figure est la prise en compte d’une nouvelle réalisation. Un calcul
hypothétique a été effectué sur 20 000 itérations (réalisations regroupées dans l’ensem-
ble A). Une nouvelle itération est calculée (ensemble B), comment connaître les réal-
isations des estimateurs pour les différentes statistiques sur le nouvel ensemble A ∪ B
contenant la nouvelle réalisation? Dans ce cas,
n
A
=20000
n
B
=1
Le second cas de figure est la prise en considération d’une ligne de calcul dans
le calcul des statistiques. De façon hypothétique toujours, huit lignes de calcul ont
donné 10000 réalisations chacune. Les réalisations des estimateurs statistiques pour
l’ensemble des résultats des cinq premières lignes (ensemble A) sont connues, il faut
connaître leurs nouvelles valeurs quand y sont adjointes les réalisations de la sixième
ligne (ensemble B). Dans ce cas,
n
A
=50000
n
B
=10000
2.6.2 Moment d’ordre 1
Connaissant la réalisation de l’estimateur de l’espérance d’une variable X sur un
ensemble de réalisations A et celle sur un ensemble de réalisations B, la réalisation de
l’estimateur sur l’ensemble A ∪ B est donnée par la formule :
E
A∪B
= n
A
E
A
(X) + n
B
E
B
(X) (2.13)
2.6.3 Moments d’ordre 2
Les corrélations doubles correspondant aux moments d’ordre 2 peuvent prendre
différentes formes. La variance d’une variable aléatoire X a pour expression var(X) =
E[(X − E(X))
2
], de même que la covariance entre deux variables aléatoires X et Y :
cov(X, Y ) = E[(X − E(X))(Y − E(Y ))]. Ces variables aléatoires peuvent être ten-
sorielles, et donc les covariances peuvent être calculées entre des tenseurs d’ordres
différents. Il peut s’agir de corrélations entre un scalaire et un autre scalaire, ou entre
un vecteur et un autre vecteur par exemple.
La formulation tensorielle du calcul de la covariance entre deux variables aléatoires
différentes (c’est-à-dire le cas le plus général), est développée ici pour généraliser le
développement. Des exemples d’application sont ensuite donnés pour les différents or-
dres et combinaisons de variables aléatoires.
2.6.3.1 Forme générale
L’expression du tenseur de variance pour deux variables aléatoires tensorielles X et
Y est :
cov(X, Y ) = E(X ⊗Y ) −E(X) ⊗E(Y ) (2.14)
52 2 Préparation de l’étude
L’estimateur (biaisé, mais convergent) de cov sélectionné est tel que sa réalisation
cov
A
(X, Y ) sur les n
A
réalisations de {X, Y } appartenant à A prend pour expression :
cov
A
(X, Y ) =
n
A
¸
k=1
X
k
⊗Y
k
n
A

n
A
¸
k=1
X
k
n
A

n
A
¸
k=1
Y
k
n
A

(2.15)
Pour calculer cette grandeur, les estimateurs des covariances sur les ensembles A et
B pris séparément sont disponibles. Il est alors possible de déduire
¸
n
k=1
X
k
⊗Y
k
pour
chacun des deux ensembles, pour obtenir
¸
A∪B
X
k
⊗Y
k
, qui sera ensuite divisé par le
nombre total de réalisations. Pour l’ensemble A, cette somme vaut :
¸
A
X
k
⊗Y
k
= n
A
[cov
A
(X, Y ) + E
A
(X) ⊗E
A
(Y )] (2.16)
Dès lors, connaissant les réalisations de l’espérance de X et de Y sur l’ensemble
A ∪ B grâce à la formule 2.13, il vient :
cov
A∪B
(X, Y ) =
1
n
A
+ n
B

¸
A
X
k
⊗Y
k
+
¸
B
X
k
⊗Y
k

−E
A∪B
(X) ⊗E
A∪B
(Y ) (2.17)
2.6.3.2 Exemples d’application
La variable k est une variable muette de sorte que
¸
A
T
2
k
désigne la sommation de
toutes les réalisations de T dans l’ensemble A.
L’estimation de la grandeur T

T

est l’estimation de la variance d’une grandeur
aléatoire scalaire. Le produit tensoriel correspond alors simplement à la multiplication.
L’expression de l’estimateur est :
cov
A∪B
(T) =
1
n
A
+ n
B

¸
A
T
2
k
+
¸
B
T
2
k

−E
A∪B
(T
2
) (2.18)
Dans le cas d’une covariance entre un scalaire et un tenseur, tel que le calcul de u

i
T

,
l’expression de la réalisation k du vecteur u
i
est notée u
i,k
. l’expression de l’estimateur
est :
cov
A∪B
(T, u
i
) =
1
n
A
+ n
B

¸
A
T
k
· u
i,k
+
¸
B
T
k
· ·u
i,k

−E
A∪B
(T · u
i
) (2.19)
Enfin, pour le calcul de u

i
u

j
, cet estimateur devient :
cov
A∪B
(X, Y ) =
1
n
A
+ n
B

¸
A
u
i,k
· u
j,k
+
¸
B
u
i,k
· u
j,k

−E
A∪B
(u
i
) · E
A∪B
(u
j
) (2.20)
Où u
i,k
· u
j,k
désigne un tenseur, résultat du produit tensoriel des vecteurs u
i,k
et
u
j,k
. Cet opérateur est disponible dans OpenFOAM et dans Matlab pour la partie
expérimentale.
2 Préparation de l’étude 53
Note
Une fois établie la convergence des données obtenues, le terme d’estimateur n’est
plus employé dans cette étude, pour ne pas alourdir la présentations des résultats. Par
le nom de la grandeur, il est entendu son estimateur sur la ligne master.
2.7 Notes sur les développements
Pour récapituler, les développements effectués sur OpenFOAM sont : la condition
d’entrée avec les profils, la condition de sortie advective, les sondes, le suivi de con-
trainte, le système de queues, le feeder pour le couplage precur/perturb, le calcul des
statistiques, ainsi que la gestion unifié des lignes de calcul, le tout dans un ensemble co-
hérent. Ces développements permettent la création, gestion et post-traitement globales
des lignes, sans aucune intervention sur les lignes individuelles. Au final l’architec-
ture assure la réalisation de calculs DNS concurrents avec chaînage en surmontant de
manière autonome l’ensemble des erreurs systèmes rencontrées. Ce système gère dans
le cadre de cette étude un millier de calculs par semaine sans intervention externe, et
semble être capable d’en gérer plus sans problèmes particuliers.
De la même façon, dans la partie expérimentale, le code d’acquisition fourni avec la
PIV a été utilisé pour obtenir les champs de vecteurs instantanés mais un système de
scripts Matlab a été écrit pour obtenir l’ensemble des statistiques analysées dans cette
étude à partir de cette collection de champs instantanés.
54 2 Préparation de l’étude
Chapitre 3
Étude dynamique
3.1 Introduction
Dans cette partie, l’étude se focalise sur une version isotherme de la configuration
étudiée avec pour objectif de comprendre l’évolution de la structure de l’écoulement,
dans sa phase dissipative en aval du perturbateur.
3.1.1 Adimensionnement
Pour adimensionner les grandeurs de l’écoulement dans des canaux turbulents pos-
sédant des écoulements secondaires, deux systèmes d’échelles différents sont classique-
ment utilisés. Le premier, basé sur l’équation de Navier-Stokes complète, s’applique
sur l’ensemble du domaine et permet de caractériser l’écoulement par son nombre de
Reynolds (voir section 2.2.2 (p.20)). L’autre est basé sur les grandeurs de proche paroi,
où l’équation de bilan de quantité de mouvement ne fait pas intervenir le nombre de
Reynolds.
L’adimensionnement par les échelles internes consiste à introduire des grandeurs
caractéristiques l
τ
pour les distances et u
τ
pour les vitesses, liées au frottement pariétal.
Il prend l’expression suivante :
x
+
2
=
l
l
τ
=
u
τ
l
ν
(3.1)
u
+
=
u
u
τ
(3.2)
Avec u
τ
la vitesse de frottement, définie pour une paroi de normale x
n
par :
u
τ
=

τ
w
ρ
(3.3)
avec
τ
w
=
∂u
1
∂x
n

y=0
(3.4)
Le nombre de Reynolds turbulent est défini de la même façon que dans Kim et al.
(1987) :
Re
τ
=
u
τ
H
2
ν
(3.5)
55
56 3 Étude dynamique
L’expression numérique du profil de vitesse de proche paroi u
+
1
(x
+
2
), et particulière-
ment sa décomposition en trois zones, est présentée dans les sections 2.3.6.2 (p.28) et
2.5.10.1 (p.47), où elle est utilisée pour valider les profils d’entrée sur le banc expéri-
mental et dans la partie DNS.
L’adimensionnement par les grandeurs de proche paroi n’implique cependant pas
que tous les résultats présentés (par exemple le profil d’énergie cinétique turbulente,
ou de fonction de dissipation turbulente) soient universels comme peut l’être le profil
de vitesse en proche paroi. De plus, comme l’amplitude de la perturbation induite
par les tourbillons transverses dépend du nombre de Reynolds, les profils perturbés en
dépendront aussi. L’ensemble des résultats présentés dans ce chapitre ne sont donc pas
directement transposables à des nombres de Reynolds différents de Re
DNS
= 4244, à
cause des écoulements secondaires.
De plus, u
τ
varie en fonction de x
1
et x
3
dans le canal perturbé (car la contrainte
pariétale est affectée par l’écoulement secondaire) mais est constante dans le canal
plan. Pour obtenir un adimensionnement unique sur l’ensemble du domaine il faut
donc utiliser une valeur représentative du régime d’écoulement étudié.
Plus le fluide s’éloigne du perturbateur, et plus les phénomènes dissipatifs con-
duisent l’écoulement à reprendre les caractéristiques d’un écoulement de canal plan
turbulent. L’écart entre les deux comportements de proche paroi dans ces deux types
d’écoulement peut donc être mis en évidence directement en exprimant les profils de
proche paroi dans le canal perturbé en utilisant l’adimensionnement utilisé dans le
canal plan, qui en représente le comportement asymptotique.
Les expressions des différentes grandeurs étudiées ainsi que leurs coefficients d’adi-
mensionnement sont ( désignant le symbole de Levi-Civita) :
Grandeur adimensionnée Coefficient
ω
+
k
et τ
+
w,k

klm
∂u
+
l
∂x
+
m
et
∂u
+
k
∂x
+
2

w
ν
u
2
τ
ω
+
k
ω
+
o

klm

opq
∂u
+
l
∂x
+
m
∂u
+
p
∂x
+
q
ν
2
u
4
τ
E
+
et k
+ 1
2
(u
+
k
u
+
k
)
1
u
2
τ
φ
+
2S
+
ij
S
+
ij
ν
2
u
4
τ
Tableau 3.1 – Expressions des grandeurs adimensionnées et des coefficients d’adi-
mensionnement
3.1.2 Décompositions des résultats
Des quantités importantes de résultats sont générées par les mesures PIV et le cal-
cul DNS. Il n’est pas possible de les appréhender directement, et des réductions sont
à effectuer. Elles prennent dans cette étude la forme de sommations sur les réalisa-
tions statistiques ou d’intégrales sur l’espace physique. La forte non-injectivité de ces
opérations de réduction peut cependant faire perdre trop de détails aux résultats et
pour préserver une partie de cette information deux décompositions sont conservée :
la décomposition de Reynolds et la décomposition entre écoulements longitudinal et
transverse.
Comme indiqué dans la section 2.4.2 (p.31), les grandeurs sont séparées en une
partie moyenne et une partie turbulente. Cette séparation peut sembler arbitraire, car
les champs instantanés individuels ne laissent que peu entrevoir ce que serait le champ
3 Étude dynamique 57
moyen, et il n’est donc pas complètement rigoureux d’imaginer que les tourbillons
longitudinaux moyens existent physiquement, et qu’ils sont perturbés par la turbulence.
McEligot et al. (2008a) fournit des réserves similaires sur cette décomposition, dans le
cas particulier de la fonction de dissipation. Elle sera cependant utilisée ici, car elle est
la plus intuitive et c’est par ailleurs celle sous laquelle sont fournis les résultats RANS.
Une alternative est de ne pas décomposer les résultats, une autre est de pousser la
décomposition plus loin, par transformées de Fourier ou en ondelettes.
La décomposition spatiale entre un écoulement transverse et un écoulement longitu-
dinal vient de la topologie générale de l’écoulement : le mouvement susceptible d’avoir
le plus d’impact devrait être le mouvement de rotation transverse, et non le mouvement
longitudinal, sinon il ne serait pas nécessaire d’ajouter des perturbateurs longitudinaux
et la simple variation du régime d’écoulement suffirait à reproduire les performances du
système. Un canal plan ne présente par exemple pas de composante de vitesse moyenne
transverse. Et donc dans le canal perturbé ces composantes doivent, en s’éloignant du
perturbateur, tendre vers une valeur nulle à cause des phénomènes dissipatifs. Une
décomposition entre grandeurs longitudinales et transverses semble donc bien adaptée
à l’analyse des tourbillons longitudinaux et de leur évolution dissipative en aval du
perturbateur.
3.1.3 Hypothèse de Boussinesq
Le modèle RANS k − ω SST calcule directement la trace du tenseur de Reynolds.
Il a été sélectionné dans le cadre de cette étude car Khallaki et al. (2005) démontrent
que ce modèle capture le mieux les structures dans un écoulement similaire.
Comme indiqué dans la section 2.4.2 (p.31), les quantités −u

i
u

j
, doivent être mod-
élisées pour pouvoir résoudre l’équation de bilan de quantité de mouvement, et l’équa-
tion de transport d’énergie interne. De plus, certaines quantités obtenues en post-
traitement feront appel à ces grandeurs. L’hypothèse de Boussinesq relie leurs valeurs
aux valeurs des gradients moyens de l’écoulement par l’introduction de la viscosité
turbulente µ
turb
:
−ρu

i
u

j
= µ
turb

∂u
i
∂x
j
+
∂u
j
∂x
i


2
3
ρkδ
ij
(3.6)
avec l’énergie cinétique turbulente k définie comme valant
1
2
u

i
u

i
. L’expression de
µ
turb
varie en complexité avec les versions du modèle de turbulence k − ω considéré.
Dans le modèle de base, il est obtenu par l’équation :
µ
turb
=
ρk
ω
(3.7)
Deux équations supplémentaires peuvent être introduites pour décrire les bilans de
k et de ω. L’équation décrivant k est détaillée dans la section 3.6.2.1 (p.83), alors que
celle décrivant ω est utilisée dans le calcul RANS, mais pas dans les analyses physiques,
et n’est pas conséquent pas détaillée dans cette étude. Un point important est que ces
équations de bilan local font apparaître des constantes dont les valeurs sont calibrées
pour rendre le modèle applicable à de nombreuses classes d’écoulements. La précision
de la description statistique offerte peut varier fortement suivant le type d’écoulement
considéré.
En tenant compte de cette hypothèse, le système d’équations 2.4 (p.31) prend pour
expression :
58 3 Étude dynamique
∂u
i
∂x
i
= 0 (3.8)
∂u
i
u
j
∂x
j
= −
1
ρ
∂p
∂x
i
+

∂x
j
¸
(ν + ν
turb
)
∂u
i
∂x
j
¸
(3.9)
Pour comparer les grandeurs obtenues en RANS aux grandeurs obtenues en DNS,
l’hypothèse de Boussinesq est utilisée pour reconstruire les champs de u

i
u

j
connaissant
k et
∂u
i
∂x
j
. Cette méthode est par exemple aussi utilisée dans Lee et al. (1999) qui relève
des insuffisances liées au caractère isotrope de la turbulence k dans une configuration
d’écoulement similaire.
3.1.4 Forme de présentation des résultats
Les grandeurs sont généralement soit présentées sous forme de cartographies trans-
verses pour une valeur de X
1
donnée, soit présentées sous forme de courbes d’évolutions
en aval du perturbateur des intégrales transverses.
Certaines grandeurs telles que la vorticité turbulente ont une valeur pouvant être
importante en proche paroi par rapport aux zones internes du canal. Il peut être difficile
d’obtenir une représentation dont la gamme dynamique contienne à la fois les valeurs
en proche paroi et celles au centre du canal. La solution adoptée ici est d’utiliser une
échelle adaptée aux valeurs au centre du canal, et de représenter les valeurs en paroi
par deux courbes. Chacune de ces courbes est placée du côté du canal à laquelle elle
est associée (la courbe du dessus correspond à la valeur sur la paroi supérieure, et celle
du dessous à la paroi inférieure). Si la valeur en canal plan de la grandeur représentée
est non nulle, alors cette valeur en canal plan est représentée sur le même graphique
par une ligne pointillée.
Les intégrales transverses correspondent toujours à des moyennes effectuées dans
des sections à X
1
constant. Le domaine d’intégration comprend selon la direction X
2
toute la hauteur du canal, et sur les côtés il est réduit à x
3
∈ [−0.0416; 0.0249], c’est
à dire à X
3
∈ [−1; 0.6]. Ce domaine d’intégration est centré les structures principales,
telles qu’identifiées sur les cartographies de vorticité moyenne, par exemple la figure
3.1 (p.59).
3.2 Topologie
Cette section présente des informations sur la structuration de l’écoulement, et la
façon dont les tourbillons interagissent entre eux.
3.2.1 Vorticité moyenne
La vorticité moyenne selon l’axe longitudinal, correspondant à la première com-
posante du (pseudo)vecteur de vorticité ω
+
1
, apporte une vision d’ensemble intuitive
sur les principaux mouvements de rotation et les cisaillements dans l’écoulement.
Les figures 3.1, 3.2 et 3.3 présentent des comparaisons entre les vorticités ω
1
en
X
1
= 1.5, issues de la simulation RANS, des mesures expérimentales et de la simula-
tion DNS. La projection du perturbateur dans le plan de visualisation est représentée
pour positionner plus facilement les différents tourbillons, qui sont identifiés selon la
nomenclature de la figure 1.5 (p.10). Le tourbillon principal généré par le perturbateur,
3 Étude dynamique 59
-0.32 0.26
-0.32 -0.32
-0.29
0.3
Tourbillon induit
Tourbillon principal
Tourbillon induit
u
p
w
a
s
h
u
p
w
a
s
h
Figure 3.1 – Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, RANS
-0.32 0.38
-0.32 -0.32
-0.32 -0.29
-0.32 -0.52
-0.32 0
-0.32
0.41
0.24
-0.25
Figure 3.2 – Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, expérimental
0.41
-0.32 -0.38
-0.32 -0.40
-0.32
-0.32
-0.32
0.24
Figure 3.3 – Vorticité moyenne ω
+
1
, X
1
= 1.5, DNS
60 3 Étude dynamique
et deux tourbillons induits sont visibles. Les zones d’upwash, telles que définies sur la
figure 1.3 (p.8) sont représentées par des flèches.
Globalement, les répartitions de vorticité sont équivalentes dans les trois cas, et les
mêmes cellules tourbillonnaires y sont visibles. La valeur maximal de la vorticité dans
le tourbillon principal est plus proche entre le cas DNS et le cas expérimental, alors
que pour le tourbillon induit en X
3
= −0.7, le calcul RANS est plus proche du résultat
expérimental. Les cartographies de contrainte transverse 3.30 (p.80) et 3.32 (p.81)
présentent le comportement pariétal de la vorticité en DNS et en RANS. Il peut être
noté que le calcul RANS sous-estime la vorticité maximale dans le tourbillon central,
comme cela est mentionné dans l’article Liu et al. (1996).
-0.32
0.11
-0.1
-0.09
Figure 3.4 – ω
+
1
, X
1
= 7.5, RANS
La figure 3.4 présente la topologie de l’écoulement obtenue dans le calcul RANS,
en X
1
= 7.5. Le centre du tourbillon central est resté stable par rapport à sa position
en X
1
= 1.5. Le tourbillon induit de gauche s’est recentré dans le canal, alors que le
tourbillon induit de droite est passé de la paroi basse à la paroi haute. La vorticité du
tourbillon principal est devenue légerement supérieure à celle des tourbillons induits.
La structure de l’écoulement ne varie plus en aval de cette tranche de l’écoulement, et
seules les intensités décroissent.
3.2.2 Déficit de vitesse longitudinale
La plupart des cartographies présentées dans cette étude sont des cartographies
transverses à la direction principale de l’écoulement x
1
. Or, le profil de u
1
est aussi très
affecté par le perturbateur et les tourbillons longitudinaux engendrés.
La figure 3.5a présente un profil de vitesse longitudinale issu du calcul DNS, en
(X
1
= 1.5, X
3
= −0.25). Ce profil vertical décrit la zone contenant le maximum de
vorticité associé au tourbillon principal sur la figure 3.1 (p.59). Le déficit de vitesse
longitudinale est très important, et la valeur minimale de la vitesse au centre représente
seulement 15% de la vitesse maximale sur le profil. Le profil moyen obtenu en canal
plan est superposé sur cette figure, et permet de voir que les différences principales
entre les deux écoulements apparaissent au centre, mais qu’en paroi les comportements
semblent proches. Sur la paroi supérieure, le profil de vitesse semble être identique, et
3 Étude dynamique 61
precur
perturb (1.5,:,-0.25)
(a) au point X
1
= 1.5, X
3
= −0.25
precur
perturb (5,:,-0.25)
(b) au point X
1
= 5, X
3
= −0.25
Figure 3.5 – Profils de vitesse longitudinale en fonction de x
+
2
sur la paroi inférieure, le gradient pariétal de vitesse longitudinale est légèrement plus
faible dans le cas perturbé que sans le perturbateur.
Sur la figure 3.5b, un peu plus en aval en X
1
= 5, le comportement pariétal des
deux profils est encore plus similaire, alors qu’au centre du canal subsiste un déficit
de vitesse moyenne important dans la configuration avec perturbateur. La composante
longitudinale de la contrainte pariétale n’est cependant pas uniformément plus faible
dans le canal perturbé, et cela est détaillé dans la figure 3.29 (p.80).
3.2.3 Énergie cinétique moyenne
L’énergie cinétique moyenne est définie comme :
E =
1
2
u
k
u
k
(3.10)
et peut être produite ou diminuée de plusieurs façons dans l’écoulement. La pre-
mière est le travail des forces de pression. Par exemple, l’écoulement qui fait face au
perturbateur traverse un gradient de pression adverse, et donc l’énergie cinétique per-
due est convertie en pression, qui est elle même reconvertie en énergie cinétique quand
le gradient n’est plus adverse. L’autre perte d’énergie cinétique moyenne est sa dissipa-
tion en énergie interne par frottements. Dans cette étude on ne s’intéresse qu’à la perte
d’énergie cinétique due à la fonction de dissipation car celle-ci ne sera pas «récupérée»
ailleurs. Les tourbillons longitudinaux disparaissent à cause de cette forme de dissi-
pation, qui est très importante dans la zone de cisaillement en proche paroi, voir la
section 3.6.1 (p.78).
Les figures 3.6, 3.7 et 3.8 présentent les énergies cinétiques moyennes, en ne tenant
compte que des composantes transverses de la vitesse. Les énergies cinétiques sont
maximales en périphérie des tourbillons. Les différences relevées entre les trois méthodes
sur la vorticité moyenne déterminées dans la section 3.2.1 (p.58) correspondent donc à
des zones de faible énergie cinétique transverse.
Comme c’est le cas pour toutes les grandeurs analysées dans cette étude, la dissi-
pation des structures de l’écoulement secondaire induit que toutes les grandeurs ten-
dent en aval du perturbateur vers leur valeur de canal plan. Pour l’énergie cinétique
transverse cette valeur est nulle. La figure 3.9 présente les différences entre les in-
tégrales de l’énergie cinétique transverse en DNS, expérimental et RANS. Le calcul
62 3 Étude dynamique
Figure 3.6 – Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, RANS, X
1
= 1.5
Figure 3.7 – Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, expérimental, X
1
= 1.5
Figure 3.8 – Énergie cinétique moyenne transverse E
+,t
, DNS, X
1
= 1.5
3 Étude dynamique 63
Figure 3.9 – Énergie cinétique transverse E
+,t
intégrée transversalement
DNS présente l’énergie cinétique moyenne transverse la plus importante immédiate-
ment après le perturbateur. Cependant, sa diminution est aussi la plus rapide. Cette
surestimation peut être liée aux remarques sur le domaine de calcul DNS évoquées dans
la section 2.5.4 (p.36).
Pauley (1988b) a identifié la contrainte transverse comme cause de la diminution
de la circulation des tourbillons. Il peut donc être supposé que la principale cause de la
diminution de l’énergie transverse est la contrainte transverse. La contrainte pariétale
est liée au mouvement de rotation dans l’écoulement, et donc le comportement du
système s’apparente à l’équation :
∂E
t
(X)
∂X
−aE
t
(X) = 0 (3.11)
La dissipation est ainsi très rapide immédiatement après le perturbateur, et tend
à devenir de plus en plus lente par la suite. Plus de détails sur le frottement pariétal
et sur la fonction de dissipation moyenne sont fournis dans les sections 3.5 (p.76) et
3.6.1 (p.78).
3.3 Vorticité turbulente
Deux analyses différentes de la vorticité turbulente sont proposées, basées sur deux
décompositions différentes de cette grandeur. La première, dénommée ici décomposi-
tion canonique, est effectuée selon les axes x
1
, x
2
et x
3
de l’espace. La deuxième est
effectuée selon une base locale pour tenter de mieux visualiser les directions de plus
forte turbulence.
3.3.1 Décomposition canonique
3.3.1.1 Composante longitudinale
La distribution de vorticité turbulente ω

i
ω

i
et sa relation avec les structures présentes
dans l’écoulement sont détaillées dans de nombreux articles tels que Kim et al. (1987)
ou Jeong et al. (1997).
64 3 Étude dynamique
Figure 3.10 – Interprétation des extrema locaux de ω

1
ω

1
, tirée de Kim et al. (1987)
La figure 3.10, détaille une interprétation possible des minima et maxima locaux
de ω

1
ω

1
comme limites spatiales de tourbillons longitudinaux de proche paroi. Cette
interprétation simple a l’avantage de pouvoir utiliser une grandeur statistique pour
caractériser les tourbillons de proche paroi, contrairement au critère λ
2
détaillé dans
la section 3.4 (p.75), qui donne une information instantanée.
La figures 3.11 présente la vorticité turbulente ω
+
1
ω
+
1
obtenue en DNS dans le plan
X
1
= 1.5. La cartographie est tronquée entre 0 et 0.15 (tout comme les cartographies
ultérieures de ω
+
2
ω
+
2
et ω
+
3
ω
+
3
). La valeur de canal plan, tirée de la valeur RMS
représentée en 2.25 (p.48) est indiquée sur les graphiques correspondant aux valeurs en
paroi.
Les valeurs sur les bords de la zone étudiée, hors de l’influence des tourbillons
longitudinaux, sont proches des valeurs obtenues en canal plan, corroborant la validité
des conditions aux limites latérales du calcul.
ω
+
1
ω
+
1
augmente fortement en paroi dans la zone d’upwash en X
3
= −0.5. Cette
zone correspond à la partie en proche paroi d’une zone de production de turbulence
comme indiqué sur la figure 3.42 (p.89). ω
+
1
ω
+
1
augmente relativement plus que ω
+
3
ω
+
3
représenté sur la figure 3.15 par rapport à sa valeur en canal plan, ce qui montre
que dans la zone upwash les tourbillons n’ont pas un effet que sur les composantes
transverses de la turbulence.
Sur la figure 3.12 sont représentés des profils de la valeur RMS de ω
1
en X
1
= 1.5
pour deux valeurs différentes de X
3
. L’objectif est de déterminer comment les optima
de ω

1
ω

1
décrits dans la figure 3.10 et visibles dans les profils 2.25 (p.48) évoluent dans
le fort écoulement transverse du canal perturbé. Par rapport à la courbe obtenue dans
le canal plan, qui correspond au comportement loin des tourbillons longitudinaux,
les courbes en X
3
= −1.3 et X
3
= −1 montrent une augmentation de la vorticité
turbulente sur la paroi inférieure, et une diminution de la valeur ∆X
2
entre les deux
optima. Pour des valeurs de X
3
supérieures, les optima disparaissent complètement.
Une explication peut être que le très fort cisaillement de l’écoulement moyen dans
cette zone empêche l’enroulement des structures turbulentes : la vorticité turbulente
est toujours présente, mais il n’y a plus les deux optima qui correspondent à un tube
tel que schématisé sur la figure 3.10 (p.64).
La figure 3.13 représente ω
+
1
ω
+
1
, la seule composante de la vorticité turbulente ac-
cessible par le système expérimental. La distribution de cette grandeur est identique à
la distribution dans le calcul DNS, y compris dans des détails comme les deux stries
3 Étude dynamique 65
canal plan
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 3.11 – ω
+
1
ω
+
1
, X
1
= 1.5, DNS
visibles sur la paroi basse pour X
3
∈ [−0.2, −0.4]. Les valeurs sont cependant globale-
ment plus faibles dans l’analyse expérimentale que dans la DNS. En plus des réserves
émises dans la section 2.5.4 (p.36) sur la différence de section de passage entre le calcul
DNS et la veine expérimentale, se pose le problème de la résolution. Comme cela a été
détaillé dans les sections 2.3.4 (p.23) et 2.5.4 (p.36), la résolution de la PIV est plus
faible que la résolution en DNS (d’autant plus si l’overlap est ignoré). Cette différence
de résolution affecte toutes les grandeurs. Elle peut notamment expliquer une sous-
estimation des grandeurs turbulentes et différentielles telles que ω

ω

ou la fonction de
dissipation turbulente dans la section 3.6.5 (p.90).
3.3.1.2 Composantes transverses
Les figures 3.14 et 3.15 représentent les cartographies de ω
+
2
ω
+
2
et ω
+
3
ω
+
3
en DNS,
pour l’abscisse X
1
= 1.5.
Les stries de basse et haute vitesse sont délimitées par des parois minces de vortic-
ité ω
+
2
ω
+
2
dans les écoulements turbulents pariétaux canoniques. Ces structures sont
d’autre part liées à la présence des tourbillons longitudinaux. L’activité importante de
ω
+
2
ω
+
2
qu’on observe dans la figure 3.14 (p.68) en particulier à X
3
= −0.5 est par con-
séquent reliée à la présence des tourbillons à grande échelle induits par le perturbateur.
L’activité vorticitaire turbulente transversale se trouve affectée sous forme des couches
minces de cisaillement en X
3
< −0.5 sur la figure 3.15 (p.69). L’échelle de longueur
de l’activité de la vorticité normale à la paroi est large comparée à ω
+
1
ω
+
1
et ω
+
3
ω
+
3
,
66 3 Étude dynamique
Figure 3.12 – profils de ω
+
1,rms
en X
1
= 1.5, pour différentes valeurs de X
3
conformément au fait que les parois minces de vorticité normale s’étendent dans la
couche externe en écoulement canonique.
L’écoulement moyen subit une rotation importante, et un vecteur pointant dans la
direction x
2
en proche paroi subirait une réorientation en étant transporté dans la zone
«upwash». Il faudrait peut être considérer un repère transporté avec l’écoulement pour
analyser cette zone (qui serait donc différent à la fois du repère canonique, et aussi du
repère propre introduit dans la section suivante).
Deux analyses complémentaires sur la turbulence sont effectuées pour mieux com-
prendre l’impact du tourbillon principal. La première, dans la section suivante, consiste
à déterminer si la vorticité moyenne ne réoriente pas les structures turbulentes, ren-
dant incomplète l’analyse de la vorticité turbulente selon les axes de l’espace. Dans
la seconde analyse les valeurs de λ
2
sont extraites pour obtenir une visualisation du
comportement de proche paroi, voir la section 3.4 (p.75).
3.3.2 Décomposition propre
Les tourbillons longitudinaux perturbent fortement la structure de la vorticité tur-
bulente. Pour obtenir plus d’informations sur ces modifications, un autre système d’axes
que (x
1
, x
2
, x
3
) pourrait faire ressortir une information sur une réorientation des struc-
tures turbulentes dans le canal longitudinal. Pour essayer de prendre en compte les
directions principales de ces structures, la vorticité turbulente est dans cette partie
exprimée dans une base locale, en utilisant une décomposition en composantes princi-
pales.
Connaissant les covariances entre plusieurs variables aléatoires X
k
,cette décompo-
sition consiste à créer par combinaison linéaire, de nouvelles variables aléatoires X

l
de
covariances nulles et optimales selon la variance. Les vecteurs propres de la matrice
de covariance correspondent à ces nouvelles variables X

l
, et les valeurs propres à leur
variance. Une propriété des variables aléatoires X

l
est qu’elles sont linéairement in-
dépendantes et non corrélées statistiquement. Une autre est qu’en trois dimensions le
vecteur propre associé à la plus grande valeur propre correspond à la variable X

1
pour
3 Étude dynamique 67
Figure 3.13 – ω
+
1
ω
+
1
, X
1
= 1.5, expérimental
laquelle la variance est la plus importante. Le vecteur propre associé à la deuxième
valeur propre correspond à la variable X

2
de plus grande variance dans le sous-espace
restant et le troisième vecteur propre correspond à la variance restante.
La matrice ω

i
ω

j
est une matrice contenant les covariances entre les différentes com-
posantes de la vorticité turbulente. Cette méthode est applicable ici, car la diagonali-
sation de la matrice ω

i
ω

j
correspond à la décomposition en composantes principales de
cette vorticité turbulente. Elle présente ainsi les propriétés présentées précédemment.
Dans cette base, les vorticités turbulentes sont décorrélées et il est donc possible de
déterminer l’axe selon lequel les variations de vorticité ont la plus grande amplitude.
Bien qu’en proche paroi la vorticité puisse correspondre à un cisaillement, loin de la
paroi elle peut être associée à un mouvement d’enroulement, comme sur la figure 3.10
où, pour des valeurs x
+
2
supérieures à 5, l’auteur identifie la vorticité turbulente à
un mouvement de rotation correspondant à une structure tourbillonnaire. Cette dé-
composition va donc permettre d’identifier des axes principaux de cisaillement, et de
rotation.
3.3.2.1 Cinématique
La figure 3.16 illustre l’interprétation physique de cette opération : le vecteur rouge
correspond à la vorticité moyenne en un point. Le vecteur bleu ω
i
correspond à une
réalisation statistique de cette vorticité et les croix bleues aux extrémités d’autres
vecteurs de réalisations. Un second vecteur bleu représente la même réalisation, mais
en plaçant l’origine du vecteur en ω
i
et représente ainsi ω

i
. Le repère (x
1
, x
2
) soustrait
la composante moyenne à l’ensemble des vecteurs. Le repère (x

1
, x

2
) est le repère cor-
respondant à la diagonalisation de la matrice de vorticité turbulente, il apparait bien
que les projections des réalisations selon l’axe x

1
ont la plus grande variance.
Cette diagonalisation ne peut être exploitée que dans le calcul DNS, car le calcul
RANS ne fournit pas d’information sur la vorticité turbulente, et expérimentalement
seule la composante ω

1
ω

1
de la vorticité turbulente est accessible.
Cette décomposition est dans un premier temps appliquée dans le calcul de canal
plan. Dans cette configuration, pour une réalisation de la vorticité turbulente ω

3
, il
68 3 Étude dynamique
Figure 3.14 – ω
+
2
ω
+
2
, X
1
= 1.5, DNS
y a autant de chance que se produise simultanément une réalisation de la vorticité
turbulente ω

2
que −ω

2
. Cela implique que :
ω

3
ω

2
= ω

3
(−ω

2
) (3.12)
= −ω

3
ω

2
(3.13)
Et donc que ω

3
ω

2
= 0. Un raisonnement analogue implique ω

3
ω

1
= 0. Par con-
séquent, la forme du tenseur de vorticité turbulente dans le repère standard de l’é-
coulement et pour un écoulement de canal plan est la matrice par blocs :

¸
¸
ω

1
ω

1
ω

1
ω

2
0
ω

2
ω

1
ω

2
ω

2
0
0 0 ω

3
ω

3
¸

(3.14)
La forme de cette matrice a été vérifiée numériquement : la figure 3.19 (p.71) mon-
tre que x
3
est une direction propre sur l’ensemble du profil (cette figure est détaillée
ultérieurement).
La première observation est que ω

3
ω

3
est la valeur propre associée au vecteur propre
(0, 0, 1). Il reste donc à diagonaliser ω

i
ω

j
[i,j]=[1,2]
. Pour présenter les résultats sur les
figure 3.17 et 3.18, la diagonalisation dans le sous-espace [(1, 0, 0), (0, 1, 0)] et ω

3
ω

3
sont présentées en vis-à-vis. Les valeurs propres sont toujours positives (une matrice de
covariance étant toujours semi-définie positive), donc l’information sur le signe n’a pas
3 Étude dynamique 69
canal plan
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 3.15 – ω
+
3
ω
+
3
, X
1
= 1.5, DNS
à être ajoutée sur les vecteurs propres. Les vecteurs propres sont représentés avec leur
taille mise à l’échelle par la valeur propre associée. L’échelle est la même pour toutes les
composantes sur chaque figure, par contre les deux figures n’ont pas la même échelle car
les vorticités turbulentes en centre de canal sont beaucoup plus faibles. L’information
sur l’échelle est fournie sur la figure 3.19 décrite ci-après. Pour une valeur propre donnée,
seules la norme et la direction d’un vecteur propre sont importantes, mais pas son sens,
pour cette raison deux vecteurs propres opposés sont représentés pour chaque valeur
propre.
Dans la suite de l’étude, les vecteurs propres du tenseur diagonalisé de ω

i
ω

j
rangés
par valeurs propres décroissantes sont identifiés par les termes vorticité turbulentes
principale, secondaire et tertiaire.
Les figures 3.17 et 3.18 représentent les vecteurs propres dans le canal plan, en
proche paroi et au centre du canal. Cependant, comme il est difficile de représenter
ces vecteurs en trois dimensions, la figure 3.19 introduit une autre représentation de la
même information. Un cube est utilisé, dont les faces ont pour normales les vecteurs
propres. Les couleurs du cube correspondent à l’ordre des valeurs propres : la face
verte pour la vorticité turbulente principale, rouge pour la secondaire, et bleu pour la
tertiaire. Pour se représenter les amplitudes relatives des valeurs propres, la valeur de
la vorticité turbulente principale est indiquée, ainsi que le quotient des deux premières
valeurs propres.
L’information principale fournie par ces figures est le degré de non alignement avec
les axes principaux, qui provient uniquement des termes croisés ω

i
ω

j
i=j
et se traduit
70 3 Étude dynamique
Figure 3.16 – Vecteurs propres de la matrice des vorticités turbulentes
Figure 3.17 – Vecteurs propres de la vorticité turbulente au centre du canal plan
par une rotation du repère et une nouvelle répartition des variances. Cette information
est perdue dans une représentation selon les axes de l’espace, comme sur la figure
2.25 (p.48). En paroi ces termes croisés sont nuls, tout comme ω

2
ω

2
, par contre autour
de x
+
2
= 5 la vorticité turbulente dans le sous-espace [(1, 0, 0), (0, 1, 0)] est isotrope,
ce qui correspond au point de croisement entre ω

1
ω

1
et ω

2
ω

2
sur la figure 2.25 (p.48).
Cette zone correspond aussi à la partie basse des structures considérées dans la figure
3.10 (p.64). Pour des valeurs de x
+
2
supérieures, la vorticité turbulente reste non alignée
avec les axes principaux de l’écoulement jusqu’à la zone de centre canal où elle devient
quasiment isotrope. Au quart de la hauteur du canal, les vecteurs propres forment un
angle de 45 ° avec les axes (x
1
, x
2
), et l’interprétation de cet angle est l’objet de la
section «dynamique» 3.3.2.2.
La figure 3.19 présente la même information que les figures 3.18 (p.71) et 3.17 (p.70)
en utilisant ce système. Les trois parties de la figures présentent une information selon
x
+
2
sur l’axe vertical. Les cubes au centre présentent l’information sur l’orientation
des vecteurs propres, les cubes étant représentés dans le plan (x
2
, x
3
). Le fait que x
3
soit un vecteur propre apparait clairement car les cubes ont tous une normale selon
cette direction, et deux faces seulement sont constamment visibles (la diagonalisation
ayant été effectuée sur la matrice complète, sans considérer de sous-espaces). L’autre
information fournie par cette figure est que les vecteurs propres semblent conserver un
3 Étude dynamique 71
Figure 3.18 – Vecteurs propres de la vorticité turbulente en proche paroi dans le canal
plan
Figure 3.19 – Orientation et variance de la vorticité turbulente dans le canal plan
angle proche de 45° ainsi qu’un aplatissement important sur une plage importante de
valeurs de x
+
2
.
Dans le cas perturbé par les tourbillons longitudinaux, la matrice ω

i
ω

j
[i,j]=[1,2]
est
pleine, rendant la présentation plus difficile. Le tenseur de vorticité turbulente n’a
plus l’expression par blocs de l’équation 3.14, et donc les vecteurs propres peuvent
avoir des directions arbitraires. La représentation sous forme de cubes facilite alors la
visualisation de l’orientation des vecteurs propres.
Des cartographies sont exportées en X
1
= 1.5 et X
1
= 5, pour déterminer dans ces
deux cas si l’étude du tenseur complet ω

i
ω

j
présente un apport par rapport à l’étude
des seules composantes de sa trace, dans le cas d’un écoulement présentant une vorticité
longitudinale importante.
Les figures 3.20 et 3.21 présentent des cartographies de la vorticité turbulente prin-
cipale. Les cubes représentant les différents vecteurs propres sont indiqués pour cer-
taines zones de proche paroi et au centre de l’écoulement. Les lettres identifient des
zones symétriques par rapport au centre du tourbillon principale, et les orientations des
72 3 Étude dynamique
Figure 3.20 – Vecteurs propres de w

i
w

i
en X = 1.5
vecteurs propres présentent la même symétrie centrale. Le nombre indiqué sous chaque
lettre quantifie le ratio entre la première et la seconde valeur propre. Il peut être in-
terprété sur le schéma 3.16 (p.70) comme une mesure de l’aplatissement du nuage de
réalisations de ω

i
ω

j
.
En centre de canal, les composantes ω

2
ω

2
et ω

3
ω

3
ne présentent pas un comporte-
ment uniforme autour du tourbillon. Il semblerait à contrario que le tenseur de vorticité
turbulente, une fois décomposé, présente une symétrie centrale par rapport au centre
du tourbillon principal, comme cela est visible sur la figure 3.21, ce qui permet de sim-
plifier la description de la vorticité turbulente. Les points A
i
sont obtenus par rotation
autour du centre du tourbillon principal, et les vecteurs propres en ces points sont aussi
obtenus par rotation autour du centre du tourbillon.
3.3.2.2 Dynamique
Tennekes et Lumley (1972) et Kundu et Cohen (2002) indiquent que les structures
turbulentes tendent à s’aligner sur les contraintes de cisaillement moyennes principales
de l’écoulement, à cause du processus d’étirement tourbillonnaire. Comme, hors zone de
proche paroi, la vorticité turbulente est reliée aux mouvements tourbillonnaires dans
l’écoulement comme sur la figure 3.10 (p.64), cette section détaille la comparaison
entre les directions propres des tenseurs ω

1
ω

1
et τ
ij
(partie déviatorique du tenseur des
contraintes).
Pour simplifier la formulation des résultats de cette section, les vecteurs propres de la
3 Étude dynamique 73
1.9
1.8
A1
1.8
1.41
B
1.78
B'
A2
A3
2.17
A4
Figure 3.21 – Vecteurs propres de ω

i
ω

i
en X
1
= 5
forme diagonale du déviatorique du tenseur des contraintes moyennes sont simplement
identifiés par contrainte principale, secondaire et tertiaire (notamment parce que la
pression qui constitue la partie hydrostatique du tenseur n’est pas analysée).
Selon Kundu et Cohen (2002), le tenseur de contraintes dans un écoulement de
canal plan est de la forme :

0
1
2
∂u
1
∂x
2
1
2
∂u
1
∂x
2
0
¸
¸
¸
¸
(3.15)
et donc le tenseur de contraintes moyennes diagonalisé prend pour expression :

1
2
∂u
1
∂x
2
0
0 −
1
2
∂u
1
∂x
2
¸
¸
¸
¸
(3.16)
avec les contraintes primaires et secondaires formant une base possédant un angle
α de 45° avec la base (x
1
, x
2
) (et non 5° qui est une erreur typographique sur l’image
extraite).
Comme cela est visible sur la figure 3.18, dans la zone de proche paroi le cisaillement
turbulent implique que les vorticités turbulentes aient pour composante dominante
ω

3
ω

3
, et donc il n’y a pas de relation entre la contrainte principale et la vorticité
principale. Par contre, en s’éloignant de la proche paroi, la figure 3.17 indique qu’autour
de x
+
2
= 100 par exemple, la vorticité principale est orientée selon un angle de 45° avec
la direction de l’écoulement, c’est à dire qu’il y a un alignement de la vorticité turbulente
principale avec la contrainte principale.
Les figures 3.23 et 3.24 représentent des cartographies de contraintes principales
dans le cas perturbé, en utilisant la même convention qu’auparavant pour la représen-
tation sous forme de cubes : une face verte correspond à la contrainte principale, rouge
à la secondaire et bleue à la tertiaire. De la même façon que dans le canal plan il y a
74 3 Étude dynamique
Figure 3.22 – Diagonalisation du tenseur de contraintes moyennes, figure tirée de
Kundu et Cohen (2002)
peu de corrélations entre la vorticité turbulente principale et la contrainte principale
en proche paroi, une comparaison des figures 3.23 et 3.24 avec les cartographies de
vorticités turbulentes 3.20 (p.72) et 3.21 (p.73) indique que bien qu’en proche paroi
les vecteurs propres soient différents, ils ont tendance à devenir plus similaires dans la
zone centrale de l’écoulement.
3.3.2.3 Conclusion
L’analyse dans la base standard de la vorticité turbulente semble donc être adaptée
à la zone de proche paroi, et la décomposition propre à une zone plus éloignée de la
paroi, là où le cisaillement turbulent devient moins important par rapport aux rota-
tions turbulentes. Cela correspond aux différentes symétries de l’écoulement. En proche
paroi, les parois imposent un comportement dominé par les directions canoniques de
l’espace. Dans l’écoulement secondaire au centre du canal, la symétrie principale est
centrale, ce qui est mieux pris en compte par la décomposition en vecteurs propres de
la vorticité turbulente.
D’un point de vue cinématique, cette décomposition de la vorticité turbulente sem-
ble présenter une description simple de la vorticité turbulente loin des parois. D’un
point de vue dynamique, il semble que dans cette même zone il y ait une corrélation
entre les tenseurs de vorticité turbulente et de contrainte moyenne, en adéquation avec
les observations de Tennekes et Lumley (1972) et Kundu et Cohen (2002). Ceci dans
le cas du canal plan et dans le tourbillon longitudinal.
Par rapport au reste de l’étude, ces observations ont peu d’impact sur l’analyse
du transfert thermique qui est essentiellement un phénomène pariétal. Le but de cette
section est plutôt de suggérer un mode d’analyse de la vorticité turbulente présentant
un comportement identique entre le canal plan et le canal perturbé. Une perspective
d’étude possible étant de quantifier les écarts entre les comportements idéaux (symétrie
centrale en cinématique, alignement sur les contraintes moyennes en dynamique) et les
comportements réellement observés dans l’ensemble du canal.
La présente analyse est une première approche qualitative. Une tendance à l’aligne-
ment des vecteurs propres semble identifiée, et il faudrait quantifier sa vérification en
fonction de la zone de l’écoulement considérée dans le canal plan comme dans le canal
perturbé.
3 Étude dynamique 75
2.76
6.54
10.7
-9.5
20.28
5.52 20.9
-10.3
A
A'
B
C
D
B'
C'
D'
Figure 3.23 – Contraintes de cisaillement moyennes en X
1
= 1.5
3.4 Détection de structures
Les critères classiques définissant le cœur d’un tourbillon, tels qu’un minimum de
pression, la fermeture de lignes de courant projetées dans un plan transverse ou la valeur
absolue de la vorticité ont chacun leurs désavantages, comme par exemple de considérer
les gradients pariétaux comme des cœurs de tourbillons alors qu’aucun phénomène d’en-
roulement n’y est observable. Il est difficile de trouver un critère local rendant compte
du concept non local d’enroulement qui est intuitivement associé à un tourbillon. Jeong
et Hussain (1994) ont développé le critère λ
2
qui consiste à calculer en chaque point de
l’écoulement les valeurs propres du tenseur S
ik
S
kj
+Ω
ik

kj
(somme des carrés des par-
ties symmétrique et antisymmétrique du tenseur de taux de déformation). Ce critère
est une adaptation du critère de minimum local de pression. Le gradient des équations
de quantité de mouvement est adapté pour supprimer certains termes créant des faux
positifs dans la détection de structures. Au final une grandeur équivalente à la pression
est créée, et la hessienne a pour expression : S
ik
S
kj
+ Ω
ik

kj
. Obtenir deux valeurs
propres négatives correspond alors à une condition nécessaire pour obtenir un mini-
mum local (mais pas suffisante). Jeong et al. (1997) fournit une étude complète de la
turbulence de proche paroi en se basant sur ce critère.
Les isocontours de λ
2
ont été exportés dans le canal plan et dans le canal per-
turbé pour pouvoir visualiser l’impact des tourbillons longitudinaux sur la forme des
structures turbulentes.
Sur la figure 3.25 sont présentées les structures turbulentes pariétales telles qu’ob-
76 3 Étude dynamique
3.72
7
-23
A1
C'
A2
A4
-16
13.25
B
33
B'
Figure 3.24 – Contraintes de cisaillement moyenne en X
1
= 5
servées dans le canal plan. Sur la figure 3.26, les structures turbulentes au centre du
canal sont apparentes. La valeur absolue du niveau de seuil de λ
2
est beaucoup plus
élevée qu’en canal plan pour pouvoir obtenir une figure lisible. En utilisant le même
niveau de seuil qu’en canal plan, la figure 3.27 est obtenue, où aucune structure en
dehors du centre des tourbillons n’est visible. Pour visualiser les structures en proche,
une solutions pourrait être d’appliquer une décomposition de Reynolds sur le champ
λ
2
:
λ
2
= λ
2
+ λ

2
(3.17)
et de visualiser des cartographies instantanées de λ

2
. La suppression de la com-
posante λ
2
pourrait permettre d’avoir des niveaux de λ
2
similaires entre les différentes
structures turbulente comme en canal plan, et permettre leur visualisation.
3.5 Contrainte pariétale
Le vecteur des contraintes appliquées à une paroi est exprimé sous la forme du
gradient pariétal de vitesse adimensionné :
τ
+
i
=
∂u
+
i
∂n
+
(3.18)
Pour i=1 ou 3 suivant la composante de la contrainte considérée, et n
+
= x
+
2
ou
−x
+
2
suivant si la paroi supérieure ou inférieure est considérée.
Comme indiqué en 3.1.1, la vitesse de frottement du canal plan u
τ
est utilisée pour
l’adimensionnement par des grandeurs internes. Or, en canal plan cette contrainte
pariétale
∂u
+
1
∂n
+
2
est égale à 1. Dans les cartographies, le signe de τ
+
i
− 1 indique donc si
localement la contrainte est supérieure ou inférieure à la contrainte longitudinale en
3 Étude dynamique 77
Figure 3.25 – Isocontours de λ
2
en canal plan
canal plan au même nombre de Reynolds. La contrainte transverse étant nulle en canal
plan.
Les prolongements selon x
1
des extrémités du perturbateur sont ajoutées aux car-
tographies de grandeurs pariétales, comme indiqué sur la figure 3.28. Ces repères sont
aussi ajoutés lors de l’analyse du flux de chaleur en paroi dans la section 4.3 (p.99).
Cela permet de situer plus facilement les éléments caractéristiques, et de relier les ré-
sultats aux résultats disponibles dans les cartographies transverses où une projection
du perturbateur est représentée.
Les figures 3.29, 3.30 et 3.31 présentent les composantes longitudinale, transverse
et totale, ayant respectivement pour expression :
τ
+
1
=
∂u
+
1
∂x
2
(3.19)
τ
+
3
=
∂u
+
3
∂x
2
(3.20)
τ
+
tot
=

∂u
+
1
∂x
2

2
+

∂u
+
3
∂x
2

2
¸
¸
1
2
(3.21)
(3.22)
Les contraintes longitudinales et transverses ne sont pas complètement corrélées.
Par rapport aux structures présentes sur la figure 3.2 (p.59), la contrainte dans X
3

[0, 0.5], associée au tourbillon principal, est plutôt transverse. La contrainte dans l’in-
tervalle X
3
∈ [−1, −0.5], correspondant à un tourbillon induit est plutôt longitudinale.
Sur la paroi supérieure (non représentée ici), le frottement longitudinal est aussi plus
78 3 Étude dynamique
Figure 3.26 – Isocontours de λ
2
en canal perturbé, seuil spécifique au canal perturbé
important à proximité du tourbillon induit. Une corrélation est donc observée entre la
distance à la paroi et la composante longitudinale de la contrainte pariétale.
Pour une zone autour de X
1
= 0 la contrainte pariétale est négative, ce qui signifie
qu’il y a un écoulement dans la direction −x
1
. Ce phénomène est très local et lié à la
structure de l’écoulement autour du perturbateur. Dans la phase dissipative étudiée
ici, la contrainte longitudinale est toujours positive.
Le profil de vitesse représenté sur la figure 3.5 (p.61) correspond au point (X
1
=
1.5, X
3
= −0.25), où la contrainte pariétale est effectivement inférieure à la contrainte
pariétale de canal plan.
La figure 3.32 contient la contrainte pariétale transverse obtenue par la modélisation
RANS. En plus de la projection du perturbateur, la zone correspondant au domaine de
calcul DNS est marquée (ce qui est le cas pour toutes les figures pariétales obtenues en
RANS dans cette étude). La répartition de la contrainte pariétale observée est similaire
qualitativement et quantitativement aux valeurs obtenues en DNS. Comme mentionné
dans la section 3.2.3 (p.61), la dérivée selon X
1
de cette contrainte diminue quand X
1
croît.
3.6 Comportement volumique
3.6.1 Fonction de dissipation moyenne
La fonction de dissipation instantanée est le champ scalaire prenant pour expression
Φ = 2µS
ij
S
ij
. Il correspond à la puissance mécanique dissipée localement en énergie
interne, par unité de temps et de volume de fluide. Une fois que cette fonction est
moyennée, et décomposée en une partie dépendant du champ moyen et une partie
3 Étude dynamique 79
Figure 3.27 – Isocontours de λ
2
en canal perturbé, seuil spécifique au canal plan
Domaine visualisé - dissipation Génération des tourbillons
X=0
projection du perturbateur
Figure 3.28 – Projection du perturbateur
dépendant du champ turbulent, son expression devient :
φ = φ
mean
+ φ
turb
= 2µ[S
ij
S
ij
] + 2µ[S

ij
S

ij
] (3.23)
Dans laquelle S
ij
=
1
2

∂u
i
∂x
j
+
∂u
j
∂x
i

et S

ij
=
1
2

∂u

i
∂x
j
+
∂u

j
∂x
i

sont respectivement les
parties symétriques des tenseur de taux de déformation de la composante moyenne et
turbulente de l’écoulement. La dissipation liée à la composante moyenne de l’écoulement
est analysée ici, tandis que celle liée à la partie turbulente est traitée dans la section
3.6.5 (p.90).
En canal plan non perturbé, le profil de la fonction de dissipation adimensionnée
est présenté sur la figure 3.33. La dissipation correspondant au champ moyen est très
concentrée en proche paroi. En x
+
2
= 25, sa valeur correspond à 2.65 % de la valeur
pariétale. Au centre du canal sa valeur est nulle. La valeur moyenne de cette grandeur,
dans un profil en canal plan et après adimensionnement, est de Φ
+
mean
= 0.0535.
La fonction de dissipation transverse, utilisée pour quantifier les effets du cisaille-
80 3 Étude dynamique
Figure 3.29 – Contrainte longitudinale τ
+
1
, DNS
Figure 3.30 – Contrainte transverse τ
+
3
, DNS
3 Étude dynamique 81
Figure 3.31 – Contrainte totale τ
+
tot
, DNS
Figure 3.32 – Contrainte transverse, RANS
82 3 Étude dynamique
Figure 3.33 – Fonction de dissipation moyenne en canal plan
ment transverse qui est le plus susceptible d’affecter la dissipation des tourbillons est :
φ
t
= φ
t
mean
+ φ
t
turb
= 2µ[S
ij
S
ij
]
i,j=2,3
+ 2µ[S

ij
S

ij
]
i,j=2,3
(3.24)
Une fois développée, et en détaillant les composantes, l’expression de la fonction de
dissipation transverse est :
Φ
t
= µ

2

∂u
2
∂x
2

2
+

∂u
3
∂x
3

2

+

∂u
2
∂x
3
+
∂u
3
∂x
2

2
¸
¸
(3.25)
La fonction de dissipation transverse est nulle en canal plan, car tous les gradients
moyens en dehors de
∂u
1
∂x
2
sont nuls. La présence du cisaillement transverse implique
une fonction de dissipation transverse non nulle, qui devrait en aval du perturbateur
atteindre la valeur nulle correspondant au canal plan.
La figure 3.34 présente une cartographie de la distribution de fonction de dissipation
moyenne transverse en DNS, pour X = 1.5. De la même façon que la fonction de
dissipation totale est concentrée en proche paroi dans le canal plan sur la figure 3.33, la
dissipation transverse générée par les tourbillons longitudinaux est elle aussi concentrée
en proche paroi, près des tourbillons. Pour trois des quatre pics pariétaux, les valeurs
de fonction de dissipation transverses sont supérieures aux valeurs longitudinales en
canal plan, ce qui montre que localement la perte d’énergie par frottements est très
importante. Cela corrobore les observations de la section 3.5 (p.76), où les contraintes
pariétales transverses adimensionnées ont une valeur absolue supérieure à 1.
L’évolution des intégrales transverses de la fonction de dissipation moyenne en
RANS, DNS et expérimentalement sont présentées sur la figure 3.35. Cette fonction
de dissipation diminue de plus en plus lentement en aval du perturbateur. Les ten-
dances sont identiques sur les trois courbes, avec des niveaux plus proches entre les
résultats RANS et expérimentaux. Les différences entre les intégrales calculées dans le
calcul RANS et dans le calcul DNS diminue en aval du perturbateur jusqu’à devenir
négligeables. En X
1
= 20, c’est à dire en bout de canal expérimental, la dissipation
moyenne transverse est quasiment nulle et évolue peu. Le comportement de la fonction
de dissipation moyenne transverse devient proche du comportement de canal plan.
Jusqu’en X
1
= 3.5 les fonctions de dissipations moyennes transverses sont ordonnées
comme les énergies cinétiques moyennes transverses présentées sur la figure 3.9 (p.63).
3 Étude dynamique 83
composante
longitudinale
canal plan
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 3.34 – Fonction de dissipation moyenne transverse, DNS, X
1
= 1.5
La plus importante est obtenue en DNS, puis en RANS et enfin expérimentalement.
3.6.2 Énergie cinétique turbulente
3.6.2.1 Équation bilan
L’équation régissant l’énergie cinétique turbulente peut être décomposée de la façon
suivante (voir Kundu et Cohen (2002)) :
∂u
j
k
∂x
j
=−

∂x
j

1
ρ
p

u

j
+
1
2
u

i
u

i
u

j
−2νu

i
S

ij

. .. .
transport
−u

i
u

j
∂u
i
∂x
j
. .. .
G = production par couplage avec le champ moyen
−2νS

ij
S

ij
. .. .
Φ
turb
= dissipation visqueuse
(3.26)
Ces expressions correspondent aux expressions des termes tels qu’ils sont calculés en
DNS. Dans le calcul RANS, l’utilisation de l’hypothèse de Boussinesq permet de fermer
cette équation en modélisant les termes turbulents. Les détails de cette fermeture pour
les termes de production et de dissipation visqueuse sont donnés dans les sections où
ces termes sont analysés, soit respectivement 3.6.4 (p.88) et 3.6.5 (p.90).
84 3 Étude dynamique
exp
RANS
DNS
Figure 3.35 – Évolution longitudinale de l’intégrale transverse de fonction de dissi-
pation moyenne transverse
3.6.2.2 Décomposition des résultats
Comme il l’a été mentionné dans la section 3.1 (p.55), les plans transverses contien-
nent une symétrie importante de l’écoulement. Dans le cas de l’énergie turbulente,
cela implique d’extraire la composante transverse de k, notée k
t
. Cette décomposition,
combinée à la décomposition de Reynolds, permet d’écrire l’énergie cinétique moyenne
E de la façon suivante :
E = E
l
+ k
l
+ E
t
+ k
t
=
1
2

¸
¸
¸
¸
u
1
u
1
+ u

1
u

1
. .. .
partie longitudinale
+[u
k
u
k
]
k=2,3
+

u

k
u

k

k=2,3
. .. .
partie transverse
¸

(3.27)
3.6.2.3 Répartition de l’énergie cinétique turbulente
Figure 3.36 – Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, exp., X
1
= 1.5
3 Étude dynamique 85
Figure 3.37 – Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, RANS, X
1
= 1.5
Figure 3.38 – Énergie cinétique turbulente transverse k
+,t
, DNS, X
1
= 1.5
86 3 Étude dynamique
L’énergie cinétique turbulente transverse est représentée sur les figures 3.36, 3.37 et
3.38 qui correspondent respectivement aux cartographies obtenues expérimentalement,
en RANS et en DNS, avec la même échelle de couleur dans les trois cas dans le plan
X = 1.5. Le pic de turbulence localisé en X
3
= −0.7 n’apparaît pas en RANS. La
structure de l’écoulement est la plus proche entre l’expérience et la DNS, bien que
les valeurs soient beaucoup plus importantes en DNS à cause du problème de taille
de domaine. La valeur plus importante de la turbulente à l’intérieur des tourbillons
principaux va dans le sens des observations de Pauley (1988b), effectuées sur la base
de données expérimentales
Figure 3.39 – Évolution de l’intégrale de k
t
dans des plans transverses
Les évolutions des intégrales de k
t
dans le calcul RANS et l’expérience sont com-
parées sur la figure 3.39. La valeur de canal plan de k
t
reproduite sur la figure est tirée
de la table 3.2 (p.87). Le calcul DNS, se terminant en X
1
= 5.4, ne permet pas de con-
naître dans l’évolution de k
t
dans sa phase de diminution. La dissipation de l’énergie
turbulente transverse est plus rapide en RANS qu’en DNS. Le calcul RANS donne la
même valeur que l’expérience pour le pic, par contre la position du pic et l’évolution
générale selon X
1
est mieux décrite par le calcul DNS.
3.6.3 Anisotropie des contraintes de Reynolds
Cette section détaille les différentes contributions de k. La répétition d’indice ne cor-
respond temporairement pas à une sommation. u

k
u

k
désigne donc ici une composante
quelconque u

1
u

1
, u

2
u

2
ou u

3
u

3
, et non la trace du tenseur de Reynolds.
Seule la DNS est en mesure de calculer directement toutes les composantes de cette
énergie turbulente. La PIV ne fournit que des informations sur la partie transverse et il
faut utiliser l’hypothèse de Boussinesq pour reconstruire le tenseur en RANS, comme
indiqué dans l’équation 3.6 (p.57).
En utilisant cette hypothèse, le tenseur des contraintes de Reynolds dépend unique-
ment des gradients de vitesse moyenne. Or dans le cas d’un canal plan non perturbé,
les composantes transverses de la vitesse moyenne sont nulles, ainsi que leurs gradients.
Les composantes du tenseur de Reynolds sont donc identiques :
u

2
u

2
= u

3
u

3
= 2/3 k (3.28)
3 Étude dynamique 87
u

1
u

1
+
u

2
u

2
+
u

3
u

3
+
k
+,t
k
+
moyenne en canal plan 2.21 0.43 0.68 0.56 1.66
Tableau 3.2 – Moyennes des composantes de k dans un canal plan
Figure 3.40 – Composantes normales du tenseur de Reynolds dans le canal plan
Alors que physiquement dans un écoulement de canal plan, elles ne sont pas iden-
tiques, comme indiqué sur la figure 3.40. Cette limitation connue de l’approximation
de Boussinesq limite fortement son pouvoir de prédiction, et l’objectif de cette sec-
tion est de déterminer quelle formes prennent les erreurs introduites dans le cas d’un
écoulement de canal perturbé par des tourbillons longitudinaux.
Le tableau 3.2 contient les valeurs des composantes normales du tenseur de Reynolds,
moyennées sur la hauteur du canal plan.
Les figures 3.41a, 3.41b et 3.41c présentent les courbes des intégrales transverses
des composantes normales du tenseur de Reynolds, ainsi que la courbe de
2
3
k. L’écart
entre u

k
u

k
et
2
3
k prend pour expression :

turb
∂u
k
∂x
k
(3.29)
qui est le terme générant l’anisotropie de u

k
u

k
. Chaque composante de la diagonale
du tenseur de Reynolds u

k
u

k
s’écarte donc de la valeur isotrope
2
3
k d’une quantité pro-
portionnelle à l’élément correspondant dans le tenseur de gradient de vitesse moyenne
∂u
k
∂x
k
. La somme de ces écarts est nulle (et correspond à la divergence de la vitesse). Les
valeurs de canal plans sont tirées du tableau 3.2 (p.87).
Pour la partie expérimentale, seule l’analyse transverse, c’est-à-dire des composantes
u

2
u

2
et u

3
u

3
est effectuée. En RANS, immédiatement après le perturbateur, les com-
posantes du tenseur de Reynolds sont isotropes. Les vingt hauteurs de canals sont
suffisantes pour que k soit de nouveau isotrope, alors même que sa valeur est encore
loin de la valeur de canal plan. Les deux composantes u

2
u

2
et u

3
u

3
sont à peu près
équidistantes de
2
3
k. La composante u

1
u

1
, non représentée ici, est confondue avec
2
3
k,
conformément au fait que la somme des écarts doit être nulle.
Dans les cas DNS et expérimental, les valeurs de u

2
u

2
et u

3
u

3
sont différenciées
sur tout le domaine d’étude, avec u

2
u

2
inférieur à u

3
u

3
. Dans un canal plan u

2
u

2
est
88 3 Étude dynamique
(a) Expérimental (b) RANS
(c) DNS
Figure 3.41 – Intégrales transverses des composantes de k
inférieur à u

3
u

3
, et le retour au comportement asymptotique est visible sur la figure
3.41a. Dans le cas RANS u

2
u

2
ne prend jamais de valeurs inférieures à u

3
u

3
. De plus, le
retour à l’isotropie est très rapide, alors même que la l’allure de
2
3
k est proche de l’allure
obtenue en RANS : l’équation sur k semble être correcte, alors que l’anisotropisation
par les gradients moyens l’est moins. Contrairement au calcul RANS, dans le calcul
DNS c’est la composante u

2
u

2
qui est la plus proche de la composante isotrope
2
3
k.
3.6.4 Production d’énergie cinétique turbulente
Un terme de couplage apparaît entre les équations de bilan de l’énergie cinétique
et l’équation de bilan de l’énergie cinétique turbulente.
G = −ρu

i
u

j
∂u
i
∂x
j
(3.30)
Ce terme est présent dans ces deux équations avec des signes différents. Il prend le
plus souvent des valeurs correspondant à un transfert d’énergie cinétique de l’écoule-
ment moyen vers l’écoulement turbulent, et est donc associé à la production d’énergie
cinétique turbulente k.
La figure 3.42 présente le profil de G
+
en canal plan. La moyenne sur ce profil du
terme de production vaut 0.0336 (cette valeur est proche de la moyenne de la fonction
de dissipation turbulente calculée en 3.6.5 (p.90), qui vaut 0.0308). Les composantes
3 Étude dynamique 89
Figure 3.42 – Production de k dans le canal plan
u
2
et u
3
de la vitesse sont nulles dans un canal plan, ce qui implique que leurs dérivées
sont aussi nulles. La seule contribution non nulle au terme de production est donc :
−ρu

1
u

2
∂u
1
∂x
2
(3.31)
Ce qui implique que si des termes transverses apparaissent avec la présence des
tourbillons longitudinaux, il tendront à diminuer en aval du perturbateur.
L’expression du terme de production, en utilisant l’hypothèse de Boussinesq est :
µ
turb
S
ij
S
ij
(3.32)
C’est à dire la norme d’un tenseur, et donc le terme de production ne peut pas
prendre de valeurs négatives en RANS. La valeur de la composante transverse reste
nulle en canal plan sous l’hypothèse de Boussinesq, mais pas pas dans en canal perturbé.
Sur la figure 3.43 sont représentés la production totale, ainsi que les différentes
composantes de type −ρu

i
u

3
∂u
i
∂x
3
(chacun de ces composantes étant la somme de 3 ter-
mes). Les 9 termes entrant dans l’expression de G ont été initialement analysés, et le
comportement, en X = 1.5 de ces termes peut être regroupé en fonction de la direc-
tion de dérivation considérée ce qui aboutit aux trois composantes représentées. Les 3
termes de la forme −ρu

i
u

1
∂u
i
∂x
1
contribuent peu à G. Les termes de la forme −ρu

i
u

2
∂u
i
∂x
2
contribuent négativement. Seuls les termes de la forme −ρu

i
u

3
∂u
i
∂x
3
contribuent globale-
ment positivement et ont été détaillés. Bien que des composantes de G présentent des
valeur négatives, suppriment la turbulence sans dissipation, et contribuent à limiter le
mélange, une fois l’ensemble des termes sommés la valeur de G est positive. Comme
mentionné par Pauley (1988b), la production turbulente est concentrée dans les zone
«upwash», entre le tourbillon principal et les tourbillons induits.
Dans le canal plan, la seule composante non nulle −ρu

1
u

2
∂u
1
∂x
2
est positive. Dans
la zone des tourbillons longitudinaux, cela devient une composante négative, ce qui
montre le fort impact de ces tourbillons sur l’écoulement.
La composante transverse correspond à :
G
t
=
¸
−ρu

i
u

j
∂u
i
∂x
j
¸
i,j=2,3
(3.33)
90 3 Étude dynamique
Figure 3.43 – Composantes longitudinales et transverses de G
+
, X = 1.5, DNS
La figure 3.44 présente une comparaison entre les évolutions des intégrales de G
+
entre les résultats RANS, expérimentaux et DNS.
On peut voir que ces intégrales sont extrêmement disparates, la DNS fournissant
les valeurs les plus importantes, suivie du calcul RANS et des mesures expérimentales.
Sur la figure 3.45 est présentée le terme de production en X
1
= 5. La répartition
entre les différentes dérivées n’est pas aussi simple que dans le cas en X
1
= 1.5 et ne
sera pas développée ici. Les zones d’upwash restent cependant des zones de production
turbulente.
3.6.5 Fonction de dissipation turbulente
Pour compléter l’analyse de la fonction de dissipation commencée dans la section
3.6.1, cette section détaille le calcul du terme de dissipation d’énergie par les structures
turbulentes : Φ
turb
= −2µS

ij
S

ij
. Le calcul RANS est effectué avec un modèle k−ωSST,
dans lequel ω décrit le taux de dissipation par unité de turbulence (son unité est l’inverse
d’une unité de temps). Le terme de dissipation du champ turbulent, est calculé en
utilisant β

kω (β

valant 0.09), et ω est obtenu en résolvant une équation aux dérivées
partielles (décrite par exemple dans Wilcox (1998)).
Contrairement au calcul DNS ou aux résultats expérimentaux où Φ
turb
est obtenu
à l’aide du calcul de −2µS

ij
S

ij
, le calcul RANS utilise une équation de bilan local très
simplifiée pour la quantité Φ
turb
. Cette quantité est ensuite utilisée dans l’équation de
bilan local de k, et pourrait être vue comme une grandeur intermédiaire du calcul,
éloignée de Φ
turb
réel. Cependant, certaines applications utilisent directement le Φ
turb
obtenu en RANS, par exemple pour le calcul de la production d’entropie ou du mélange
aux plus petites échelles de l’écoulement. Pour cette raison les résultats RANS sont
comparés aux résultats expérimentaux et DNS.
La décomposition de la fonction de dissipation turbulente proposée dans cette étude
a été utilisée dans d’autres travaux antérieurs. Dans Huchet et al. (2009) ou Fincham
3 Étude dynamique 91
(a) Composantes transverse et totale en DNS (b) Composantes transverse en DNS, expéri-
ence et RANS
Figure 3.44 – Évolution de l’intégrale de la production de k
Figure 3.45 – Terme de production G
+
en X = 5 (DNS)
et al. (1996) par exemple, les auteurs ne considèrent pas simplement une décomposition
transverse, mais une décomposition pour un plan général x
i
, x
j
:
Φ
x
i
x
j
= µ

2

∂u

i
∂x
i

2
+

∂u

i
∂x
j

2
+

∂u

j
∂x
i

2
+ 2

∂u

j
∂x
j

2
+ 2
∂u

i
∂x
j
∂u

j
∂x
i

(3.34)
Le plan transverse analysé dans la présente étude correspond bien à cette expression,
en considérant le plan x
2
, x
3
. Avec cette décomposition, la fonction de dissipation totale
n’est pas égale à la somme des fonctions de dissipation par plan, et il faut ajouter un
terme correctif pour tenir compte des contributions incluses plusieurs fois :
Φ = Φ
x
1
x
2
+ Φ
x
1
x
3
+ Φ
x
2
x
3
−2µ

∂u

1
∂x
1

2
+

∂u

2
∂x
2

2
+

∂u

3
∂x
3

2

(3.35)
Le profil de fonction de dissipation en canal plan est fourni par la figure 3.46. La
dissipation turbulente est moins concentrée en proche paroi par rapport à la dissipation
moyenne présentée sur la figure 3.33 (p.82). A x
+
2
= 25, sa valeur correspond à 50%
de sa valeur pariétale. Sa valeur en centre de canal est de 0.0045, et donc la fonction
92 3 Étude dynamique
Figure 3.46 – Fonction de dissipation turbulente en canal plan
de dissipation moyenne, qui lui était supérieure en proche paroi, devient inférieure en
centre canal (le point où les deux valeurs sont égales étant en x
+
2
= 16.8, là où la
fonction de dissipation turbulente semble faire un palier). La moyenne sur un profil de
cette fonction de dissipation vaut 0.0308, ce qui correspond à 91.6 % de la moyenne du
terme de production sur un profil. Bien que les intégrales de ces deux grandeurs soient
quasiment identiques, leur distribution est différente : la dissipation turbulente est par
exemple maximale en paroi, là où la production turbulente est nulle.
La composante transverse de la fonction de dissipation turbulente a été unique-
ment calculée à partir des mesures obtenues avec le dispositif PIV, et la fonction de
dissipation turbulente totale uniquement avec les calculs RANS et DNS. Pour la partie
expérimentale, la limite reste l’absence de mesures de la vitesse longitudinale. Pour le
calcul RANS, le modèle de turbulence n’a pas accès à S

ij
. Il modélise dont le bilan local
de S

ij
S

ij
(en utilisant une équation très simplifiée), et il n’est pas possible d’avoir le
détails des différentes composantes. Contrairement à k il n’est pas possible en utilisant
l’hypothèse de Boussinesq de reconstruire Φ
t
turb
à l’aide des composantes du gradient
de champs moyen.
Figure 3.47 – Évolution des intégrales de fonction de dissipation turbulente totale
Les intégrales de fonction de dissipation turbulente totale dans le cas RANS et DNS
sont représentées sur la figure 3.47. La dissipation turbulente est moins importante
dans le calcul DNS que dans le calcul RANS, ce qui est le comportement contraire de
3 Étude dynamique 93
la production turbulente présentée sur la figure 3.44b (p.91). En X
1
= 3, la valeur de
l’intégrale de la dissipation est de 0.175, là où la valeur de l’intégrale de la production,
sur la figure 3.44a (p.91), est de 0.375. En canal plan, les valeurs des intégrales de
ces deux grandeurs est à peu près égales. Immédiatement après le perturbateur, les
tourbillons longitudinaux favorisent plus la production que la dissipation de turbulence.
Figure 3.48 – Évolution de l’intégrale de fonction de dissipation turbulente transverse,
exp.
La figure 3.48 présente l’évolution de l’intégrale de la fonction de dissipation tur-
bulente transverse, obtenue dans le cas expérimental. Bien que la composante longi-
tudinale ne soit pas prise en compte, le pic est situé au même endroit que le pic de
dissipation turbulente totale obtenue en DNS et visible sur la figure 3.47.
La figure 3.50 présente une cartographie de fonction de dissipation turbulente totale
en DNS, en X
1
= 1.5. Comme pour les vorticités turbulentes à la section 3.3.1, les
valeurs pariétales sont reportées dans des courbes, et la valeur pariétale en canal plan
est indiquée en pointillés. La distribution de Φ
t,+
turb
est particulièrement proche de la
distribution de ω

1
ω

1
+
, visible sur la figure 3.11 (p.65).
La figure 3.50 présente la fonction de dissipation turbulente transverse en X
1
= 1.5
dans le cas expérimental. Sa répartition est plus proche de la répartition de la fonction
de dissipation moyenne visible sur la figure 3.34 (p.83) que de ω

1
ω

1
+
.
94 3 Étude dynamique
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 3.49 – Fonction de dissipation turbulente totale Φ
+
turb
, X
1
= 1.5, DNS
Figure 3.50 – Fonction de dissipation turbulente transverse Φ
t,+
turb
, X
1
= 1.5, exp
Chapitre 4
Analyse thermique
Les échanges de chaleur dans la configuration d’échangeur considérée sont fonction
des gradients de température pariétaux qui résultent de la structure des champs ther-
moaérauliques de l’écoulement au sein du canal. L’objet de cette partie est d’analyser
les phénomènes internes, en mettant à profit la finesse de l’information fournie par le
calcul DNS. Une analyse incluant la notion de dégradation de la qualité de l’énergie
transmise (par la production d’entropie) est effectuée. Les outils disponibles sont les
calculs RANS et DNS, car le banc expérimental est uniquement conçu pour l’étude
cinématique.
4.1 Présentation
4.1.1 Équations résolues
Les différences entre les approches RANS et DNS peuvent être mises en évidence
par un rappel des équations résolues.
L’équation de bilan local d’énergie interne d’un fluide peut contenir de nombreux
termes, représentant la prise en compte du rayonnement, de la convection naturelle,
ou du réchauffement lié à la dissipation. Dans cette étude les phénomènes radiatifs et
la convection naturelle sont ignorés car négligeables pour les conditions étudiées. Pour
déterminer si les phénomènes visqueux doivent être pris en compte, le nombre d’Eckert
est déterminé. Il s’agit du nombre sans dimensions apparaissant devant la fonction de
dissipation adimensionnée, dans les équations de bilan d’énergie cinétique et d’énergie
interne. Dans le cas d’une couche limite turbulente il s’écrit :
Ec =
U
2

C
p
(T
w
−T

)
(4.1)
Selon Schlichting (1979), en couche limite la contribution de la dissipation dans
l’équation de transport d’énergie interne peut être négligée si ce nombre est inférieur
à 1. Dans la présente étude, en prenant comme grandeurs de référence le périmètre
mouillé 2H, la vitesse u
bulk
et la température T
in
, ce nombre vaut 8 · 10
−5
. Cette faible
valeur indique que l’écoulement peut être approximé en identifiant l’équation locale
de bilan d’énergie interne à une équation de transport de la température, considérée
comme un scalaire passif. L’expression de cette équation est :
ρC
p

∂T
∂t
+ u
j
∂T
∂x
j

= λ

2
T
∂x
2
j
(4.2)
95
96 4 Analyse thermique
Comme c’est le cas pour la partie mécanique, cette équation est résolue à chaque
pas de temps en DNS, pour ensuite calculer des grandeurs statistiques à analyser. La
température prend ainsi l’expression T = T +T

. L’équation 4.2 est ensuite moyennée ?
En introduisant la diffusivité thermique α =
λ
ρC
p
, l’expression de l’équation de transport
de l’énergie interne devient :
u
j
∂T
∂x
j
= α

2
T
∂x
2
j


∂x
i
u

i
T

(4.3)
La quantité u

i
T

correspond au transport turbulent de l’énergie interne. Elle peut
être calculée en post-traitement en DNS.
En revanche, pour produire le calcul correspondant à l’équation 4.3 en RANS, il est
nécessaire de modéliser u

i
T

de la même façon qu’il est nécessaire de modéliser le tenseur
de contraintes de Reynolds u

i
u

j
dans la section 3.1.3 (p.57). Pour fermer l’équation,
l’approximation de Boussinesq est de nouveau appliquée, et les termes turbulents sont
reliés aux gradients moyens en utilisant la relation suivante :
−u

i
T

= α
turb
∂T
∂x
i
(4.4)
Contrairement à l’équation de transport de la quantité de mouvement, où le calcul
de ν
turb
introduisait deux équations de transport supplémentaires (sur k et sur ω), le
modèle employé ici lie simplement α
turb
à ν
turb
par le nombre de Prandtl turbulent,
Pr
turb
:
α
turb
=
ν
turb
Pr
turb
(4.5)
Pr
turb
= 0.85 est appliqué à tout l’écoulement. Il s’agit de la valeur classiquement
utilisée pour des transferts convectifs turbulents dans l’air.
L’équation de transport de T résolue en RANS s’écrit finalement :
u
j
∂T
∂x
j
=

∂x
j
¸
(α + α
turb
)
∂T
∂x
j
¸
(4.6)
4.1.2 Conditions aux limites
Les conditions aux limites du champ de température sont identiques pour les calculs
RANS et DNS, à l’exception de la condition de sortie.
L’écoulement en entrée du canal est établi dynamiquement, mais pas thermique-
ment. La température à l’entrée du domaine est fixée à T
in
= 300K, et la température
sur les parois inférieure et supérieure est fixée à T
w
= 350K. Sur les côtés du domaine,
une condition de symétrie est appliquée.
Dans le calcul RANS, une condition de gradient nul est utilisée en sortie, alors que
pour le calcul DNS il s’agit d’une condition advective telle que définie dans la section
2.5.6.2 (p.41).
4.1.3 Adimensionnement de la température
Deux adimensionnements des grandeurs ont été considérés pour présenter cette
étude. Le premier est un adimensionnement «local», qui s’apparente à celui utilisé
dans le chapitre précédent et est basé sur le comportement pariétal. Le second est un
adimensionnement «global», utilisant des grandeurs générales de l’écoulement.
4 Analyse thermique 97
4.1.3.1 Adimensionnement local
Tout comme il est possible de déterminer un comportement universel de proche
paroi pour la quantité de mouvement, sous la forme d’un profil u
+
(x
+
2
), il est possible
de déterminer pour la température un comportement de proche paroi invariant avec le
nombre de Reynolds (avec quelques réserves, exprimées notamment par Spalart (1988),
Bradshaw et Huang (1995) ou Moser et al. (1999)). Le calcul du profil est détaillé
par Schlichting (1979) ou Kays et al. (2005). L’adimensionnement local est obtenu en
introduisant une température T
τ
:
T
+
=
T
w
−T
T
τ
(4.7)
La définition de T
τ
(appelée température de frottement) est :
T
τ
=
λ
∂T
∂y
|
y=0
ρC
p
u
τ
(4.8)
Sous ces conditions, la loi de paroi pour la température est donnée par Kays et al.
(2005) est donnée dans le tableau 4.1.
Domaine Valeur de T
+
x
+
2
< 13.2 Pr x
+
2
13.2 < x
+
2
< 150 2.195 ln(x
+
2
) + 13.2Pr + 5.66
Tableau 4.1 – Profil universel de température adimensionnée
Contrairement à l’utilisation de u
τ
pour l’adimensionnement de grandeurs mé-
caniques, l’adimensionnement par des grandeurs de proche paroi issus du canal plan
n’est pas uniforme sur l’ensemble du domaine. En dynamique, la vitesse de frottement
u
τ
d’un canal plan au même nombre de Reynolds est utilisée parce que u
τ
est constante
dans un canal plan dynamiquement développé. A contrario, quand sont considérés les
échanges thermiques dans un canal plan, si T
τ
est fixée, le flux est fixé, et donc T
w
varie
spatialement, mais si T
w
est fixé, alors T
τ
varie car le flux de chaleur varie. Il n’est alors
pas possible de déterminer un adimensionnement thermique global qui soit basé sur
les grandeurs pariétales d’un canal plan associé. Seul un adimensionnement qui varie
localement est possible pour conserver la nature universelle des profils obtenus, mais
cet adimensionnement rend les comparaisons entre différentes zones du canal moins
aisées.
4.1.3.2 Adimensionnement global
Pour l’adimensionnement global, l’origine des températures est fixée à T
in
. La tem-
pérature est ensuite adimensionnée par la température en paroi, exprimée dans cette
nouvelle échelle : T
w
− T
in
. Les températures sont donc transformées linéairement de
l’intervalle [300,350] vers l’intervalle [0,1] via :
T

=
T −T
in
T
w
−T
in
(4.9)
Pour adimensionner les autres grandeurs à traiter, les coefficients d’adimension-
nement sont obtenus à partir des grandeurs u
bulk
, 2H et T
w
− T
in
. Les grandeurs cor-
respondant à des flux d’énergie interne, et à des divergences de flux d’énergie interne,
sont adimensionnées comme indiqué dans le tableau 4.2.
98 4 Analyse thermique
Type Unité Coefficient
flux : −α
∂T
∂x
i
L T
−1
Θ
1
u
bulk
(T
w
−T
in
)
divergence de flux : α
∂T
∂x
i
∂x
i
T
−1
Θ
2H
u
bulk
(T
w
−T
in
)
Tableau 4.2 – Facteurs d’adimensionnement global des grandeurs thermiques
Une fois mis en place ce système d’adimensionnement, et si on note ()

les quantités
adimensionnées dans l’équation de l’énergie interne, le nombre de Péclet Pe =
k
ρC
p
Ul
apparaît. Ce nombre caractérise les échanges entre l’advection et la conduction.
∂T

∂t

+ u

i
∂T

∂x

i
=
k
ρC
p
Ul

∂T

∂x

i
∂x

i

(4.10)
Les constantes physiques liées à la thermique sont identiques dans les calculs RANS
et DNS, et valent, pour l’air étudié dans la présente configuration :
ρ (kg m
−3
) 1.225
C
p
(J K
−1
kg
−1
) 1006
λ (W m
−1
K
−1
) 0.0242
Le nombre de Péclet dans la configuration étudiée Pe =
u
bulk
2H
α
est donc de 8500.
Ce nombre de Péclet ne dépend pas de T
w
− T
in
, mais uniquement de la vitesse
de référence et des caractéristiques physiques du fluide considéré. Ainsi le profil de
température solution, tant qu’il est adimensionné, n’est pas modifié par un change-
ment des valeurs des conditions aux limites en température. La résolution effectuée
ici correspond à la classe de problèmes pour laquelle le nombre de Péclet est de 8500,
et l’écart de 50° K correspond à une valeur arbitraire. C’est pour cette raison que la
densité n’est pas variable avec la température : cela ne fait pas partie de la classe de
problèmes résolue ici.
Dans la suite de l’étude la notation ()

est implicite, afin de ne pas alourdir les
expressions. Les grandeurs dimensionnelles ne sont plus mentionnées. L’adimension-
nement ()
+
local n’est quant à lui jamais utilisé.
4.2 Champ de température
front
chaud
A
A'
Figure 4.1 – Champ de température, X
1
= 1.5, DNS
4 Analyse thermique 99
A
A'
Figure 4.2 – Champ de température, X
1
= 5, DNS
Le champ de température moyenne en X
1
= 1.5 est représenté sur la figure 4.1 et
le champ en X
1
= 5 est représenté sur la figure 4.2. Comme la tranche de l’écoule-
ment X
1
= 1.5 est proche du perturbateur, l’énergie interne transférée en paroi n’a pas
encore effectuée une révolution complète dans le canal. Le front de la zone chaude con-
vectée depuis la zone de proche paroi est représenté sur la cartographie de température
moyenne en X
1
= 1.5 4.1. A contrario, dans la tranche X
1
= 5, il n’y a plus de front
chaud car l’écoulement tourbillonnaire a effectué plusieurs révolutions dans le canal.
La valeur moyenne de la température en X
1
= 1.5 est de 0.1231, tandis que la valeur
moyenne en X
1
= 5 est de 0.1538, ce qui correspond bien à une augmentation due aux
transferts en paroi. En X
1
= 1.5 les zones A et A’ contiennent une partie importante
de l’énergie interne contenue dans le canal, alors qu’en X
1
= 5 dans ces deux zones
l’énergie interne est plus répartie. Il y a moins d’énergie interne contenue dans les zones
A et A’ en X
1
= 1.5 qu’en X
1
= 5.
4.3 Flux de chaleur pariétal
Les distributions de flux de chaleur sont analysées en RANS et en DNS, et com-
parées avec les informations obtenues sur la dynamique de l’écoulement, telle que la
distribution de contrainte pariétale.
Un des buts de cette étude étant de présenter les différentes zones de l’écoulement
travaillant thermiquement, le coefficient de convection local h =
q
T
w
−T
bulk
n’est pas
analysé car il relie le flux en paroi à la température de mélange, qui n’est pas une
information locale, mais intégrée dans chaque section. L’analyse du nombre de Nusselt
local n’entre pas non plus dans le cadre de cette étude car de la même manière il fait
aussi intervenir une température intégrée, dans le calcul du coefficient de convection.
Les figures 4.3 et 4.4 présentent le flux de chaleur pariétal sur la paroi inférieure du
canal, adimensionné en utilisant les échelles globales de l’écoulement. Comme pour les
cartographies de contrainte pariétale, des traits délimitent le domaine de calcul DNS sur
les cartograhies RANS, et d’autrent montrent la prolongation selon x
1
du perturbateur
dans les cartographies RANS et DNS. Sur la cartographie DNS sont mentionnées les
zones correspondant au tourbillon principal et au tourbillon induit.
La structure globale du transfert de chaleur pariétal est identique dans les cas RANS
et DNS. Les valeurs fournies en RANS sont plus élevées que les valeurs fournies en DNS.
La distribution de flux de chaleur est proche de la distribution de contrainte pariétale
totale présentée sur la figure 3.31 (p.81). Dans les zones de upwash est notamment
100 4 Analyse thermique
canal DNS
projection perturbateur
Figure 4.3 – Flux de chaleur pariétal, paroi inférieure, RANS
observée une diminution du flux de chaleur par rapport au flux sur les bords du canal
([X
3
< −1 ∪ X
3
> 1]), où les tourbillons ont un effet moindre.
4.4 Température turbulente
Les figures 4.5 et 4.6 présentent les cartographies de T

T

dans les plans transversaux
en X
1
= 1.5 et X
1
= 5. Pour rappel l’adimensionnement utilisé n’est pas celui ne fournit
pas celui classiquement utilisé pour l’analyse de couches limites thermiques établies
(T
+
T
+
).
Les zones de upwash qui correspondent à une turbulence accrue visible sur la figure
3.38 (p.85) sont aussi des zones où la variance de la température est la plus importante.
Cette influence justifie une étude du flux d’énergie interne lié à la convection turbulente.
Sur les côtés de l’écoulement, c’est-à-dire en [X
3
< −1∪X
3
> 1], le comportement de
la température turbulente correspond qualitativement au comportement d’une couche
limite thermique dynamiquement établie, et en cours d’établissement thermique, c’est
à dire qu’en paroi la variance de la température est nulle, puis atteint un maximum
avant de diminuer.
4.5 Modes de transport de l’énergie interne
4.5.1 Séparation des modes de transport
L’équation de transport de la chaleur, sous sa forme moyennée et stationnaire, peut
être exprimée sous la forme :

∂x
i

¸
¸
¸
¸
u
i
T
....
A
+u

i
T

. .. .
B
−α
∂T
∂x
i
. .. .
C
¸

= 0 (4.11)
4 Analyse thermique 101
tourbillon induit
tourbillon principal
upwash
Figure 4.4 – Flux de chaleur pariétal, paroi inférieure, DNS
qui fait apparaître les différents flux d’énergie interne sous forme de vecteurs : la
convection moyenne A, la convection turbulente B, et la conduction C. Comme l’énergie
interne est conservée dans le domaine par l’hypothèse du transport de scalaire passif,
les divergences de ces différents modes de transport se compensent et donc l’équation
4.11 correspond à la quantification locale des échanges entre les flux, la divergence
globale étant nulle.
L’analyse classique des couches limites turbulentes établies consiste à considérer
des profils bidimensionels universels de température moyenne tels que décrits dans la
section 4.1.3.1 (p.97). Dans cette analyse, seuls les flux d’énergie interne par conduction
et convection turbulente selon x
2
sont considérés. Les dérivées selon x
1
ne sont pas prises
en compte et l’évolution du profil selon x
1
est uniquement représentée par la variation
locale du flux de chaleur en paroi.
Dans le cadre de cette étude, l’analyse n’est pas locale, au sens où ce ne sont pas
des profils selon x
2
qui sont comparés, mais l’évolution spatiale des différents modes
de transfert de l’énergie selon les trois directions de l’espace. Il est donc nécessaire de
caractériser l’évolution des différents flux en chaque point de l’espace.
La figure 4.7 schématise des profils de vitesse et de température moyenne dans
un canal plan pour illustrer cette approche. L’écoulement représenté est un écoule-
ment turbulent établi dynamiquement et thermiquement, dans le cas particulier d’une
température de paroi T
w
constante strictement semblable à la configuration de cette
étude. Les deux profils représentent l’écoulement à des valeurs différentes de x
1
, et
l’augmentation de la température moyenne due au flux de chaleur pariétal est visible.
En adimensionnant classiquement par des échelles internes ces deux profils différents,
ils deviendraient identiques car leurs différences en dimensions physiques seraient com-
pensées par la variation du gradient de température en paroi
∂T
∂x
2
utilisé dans l’adimen-
102 4 Analyse thermique
Figure 4.5 – Variance de la température en X = 1.5
Figure 4.6 – Variance de la température en X = 5
sionnement. Cette description ne permet donc pas de décrire localement (c’est à dire
en fonction de (x
1
, x
2
)) ce qui s’est passé entre A et B pour passer d’un profil à l’autre.
Entre A et B, pour une valeur de x
2
fixée, u
1
(x
2
) est constant et T(x
2
) augmente.
Cela induit que u
1
T(x
2
) augmente. Comme il s’agit dans le cas présent de la seule
composante non nulle du vecteur u
i
T, alors la divergence de ce champ de vecteur
est positive. Ainsi la divergence positive de u
i
T traduit l’augmentation du transport
de l’énergie interne par convection moyenne. Cette grandeur est locale, et permet de
caractériser l’augmentation de la convection moyenne en fonction de x
2
.
De façon similaire, en se basant sur la direction des vecteurs et leur évolution, il
est possible de fournir une description locale des échanges entre la conduction et la
convection turbulente dans la zone de proche paroi. Cette description en terme de
divergences permet de visualiser facilement les échanges entre les différents modes de
transport.
La figure 4.8 présente de façon simplifiée les différents modes de transport de l’én-
ergie interne en proche paroi dans une couche limite établie dynamiquement et ther-
miquement. Le flux de conduction (vecteurs rouges) est le seul à traverser la paroi
du canal pour apporter de l’énergie interne au système. Le fluide peu turbulent en
proche paroi emporte l’énergie interne sous forme de convection moyenne (vecteurs
verts) et donc localement le flux par conduction diminue tandis que le flux par convec-
tion moyenne augmente, ce qui se traduit par la modification de la norme des vecteurs,
et l’équilibre des divergences décrit dans l’encadré bleu clair associé à l’ellipse bleue
4 Analyse thermique 103
Figure 4.7 – Évolution des profils de température moyenne
paroi
Flux Divergences
I
II
III
Figure 4.8 – Répartition schématique des flux et divergences des trois modes de trans-
port dans la zone pariétale
claire schématisant la zone de très proche paroi. Dans cette zone le flux turbulent est
négligeable. Un peu plus loin de la paroi, la turbulence qui était représentée sur la
figure 3.40 (p.87) induit un nouveau flux dans la zone orange : la convection turbulente
représentée par un vecteur bleu foncé. Dans cette zone, la diminution de la conduction
est liée à la fois à l’augmentation de la convection moyenne et de la convection turbu-
lente, ce qui est traduit dans le signe des divergences présentées dans l’encadré orange
correspondant à une zone plus éloignée de la paroi. Les zones I, II et III délimitent
trois régime particulier pour le flux selon x
2
. En très proche paroi, dans la zone I, la
conduction prime, alors que dans la zone III la convection turbulente prime. La zone
II est une zone de transition.
Un des impacts du flux de convection turbulente est donc de s’ajouter au flux de
conduction pour réduire la quantité d’énergie interne présente dans la zone de proche
paroi, et conserver des gradients de température importants en paroi.
Une méthode utilisée pour simplifier la représentation des différents flux d’énergie
interne dans l’écoulement consiste à tracer des «lignes de chaleur». Cette méthode
est décrite dans Kimura et Bejan (1983). Le principe est de déterminer un ensemble
de lignes «suivant» le transport de l’énergie interne, de la même façon que les lignes
de courant déterminent un ensemble de lignes suivant l’écoulement. Un flux global
104 4 Analyse thermique
d’énergie interne est calculé, selon l’expression :
u
i
T + u

i
T

−α
∂T
∂x
i
(4.12)
et les lignes de courant correspondantes sont tracées. La difficulté de cette visual-
isation est cependant que le choix de l’origine des températures et des vitesses affecte
le poids de la composante u
i
T dans la détermination de la direction du flux global. Il
n’existe alors pas une seule représentation pour une même configuration, mais une in-
finité dépendant de ces deux paramètres, ce qui complique les interprétations physiques
(particulièrement le choix de la température de référence).
La solution retenue dans cette étude pour représenter les différents flux de chaleur
est donc simplement de les représenter sous forme de champs de vecteurs, et des champs
de leurs divergences. Les termes B et C de l’équation 4.11 peuvent aisément être
représentés sous forme de vecteurs, mais pour le terme A subsiste le problème du
choix d’une température de référence pour l’ensemble du domaine qui affecte de façon
artificielle le poids de ce mode de transport. Pour cette raison, seule la divergence et
non la valeur de ce terme est exploitée en sachant que la convection moyenne suit l’é-
coulement, qui a déjà été décrit dans la section 3.2 (p.58) décrivant sa topologie. Par
la suite les divergences des champs A, B et C donnent une information complémen-
taire pour déterminer les zones où les différents modes varient dans leurs importances
relatives. Cette analyse est effectuée à partir des résultats DNS.
4.5.2 Modèle des modes de transport dans un tourbillon lon-
gitudinal moyen
Parmi les analyses présentées dans la bibliographie, une grande partie présente des
résultats globaux reliant le coefficient de frottement au coefficient de convection, le plus
souvent dans le cadre d’études paramétriques sur la géométrie étudiée. Des analyses
numériques utilisant le calcul DNS ou LES présentent pourtant des informations sur
certaines caractéristiques liées aux échanges turbulents, mais peu présentent une anal-
yse complète des relations entre les différents modes de transport de l’énergie interne,
depuis son introduction par conduction aux parois, jusqu’à sa sortie du domaine par
convection.
Le but de cette section est de proposer un modèle simple des flux et des divergences
dans le tourbillon principal généré par le perturbateur. Ce modèle sera ensuite confronté
avec les résultats en DNS obtenus sur la répartition des flux dans la section 4.5.3 (p.105)
puis avec la répartition des divergences dans la section 4.5.4 (p.107).
Dans la zone de proche paroi, l’écoulement est peu turbulent, donc dans tous les
cas le flux de chaleur y dépend principalement des champs moyens. La connaissance
du champ moyen permet de déterminer localement l’augmentation ou la diminution
locale de la couche pariétale, et donc l’augmentation ou la diminution locale du flux de
chaleur. L’impact du flux de convection turbulente doit être déterminé, pour savoir dans
quelle mesure ce flux permet de conserver des gradients de température importants en
paroi. Il faut déterminer si, dans le cadre des tourbillons longitudinaux, l’influence de
la turbulence sur le transfert thermique est uniquement indirecte, liée à son impact sur
la dynamique de l’écoulement moyen via les contraintes de Reynolds, ou si le transport
turbulent ayant lieu un peu plus en profondeur dans l’écoulement a aussi un impact
sur la diffusion d’énergie interne au sein de l’écoulement.
Un modèle naïf pour expliquer l’intensification des échanges obtenus par l’adjonc-
tion de tourbillons longitudinaux moyens est représenté sur la figure 4.9. Pour simplifier
4 Analyse thermique 105
paroi supérieure
paroi inférieure
Flux Divergences
Figure 4.9 – Modèle cyclique des modes de transfert dans une section transverse d’un
tourbil lon longitudinal
la présentation, ce modèle n’inclue pas le flux de convection turbulente u

i
T

.
Le tourbillon longitudinal est présenté comme un appareillage cyclique augmentant
les échanges thermiques. L’écoulement est chauffé à proximité d’une paroi chaude (à la
température T
c
), et l’écoulement chaud est transporté vers le milieu du canal où il se
refroidit au contact du fluide froid (à température T
f
), et entre de nouveau en contact
avec la partie chaude sur la paroi opposée. Ce comportement contrasterait avec le
comportement d’une simple couche pariétale, où le fluide en proche paroi se réchauffe,
mais n’est pas «éjecté» par un mouvement convectif moyen dans la zone froide au
centre. Dans le cas de l’écoulement non perturbé la capacité du fluide à générer des
gradients de température importants n’est ainsi pas régénérée par un cycle comme celui
présenté ici.
L’objet de cette étude va être de déterminer si ce modèle simplifié est représen-
tatif de l’écoulement réel dans le canal perturbé, ainsi que l’impact de la convection
turbulente.
4.5.3 Analyse des flux
Figure 4.10 – Norme du flux de convection turbulente totale ||u

i
T

||, DNS, X
1
= 1.5
106 4 Analyse thermique
Figure 4.11 – Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||u

i
T

||,
DNS, X
1
= 1.5
Figure 4.12 – Norme du flux de conduction || −α
∂T
∂x
i
||, DNS, X
1
= 1.5
Les figures 4.10, 4.11, et 4.12 présentent les normes des vecteurs de convection
turbulente totale, de convection turbulente transverse, et de conduction, en X
1
= 1.5.
Ces résultats sont issus des calculs DNS. L’information sur la direction des flux a été
ajoutée sur les figures 4.11 et 4.12.
Sur les bords du canal (soit en [X
3
< −1 ∪ X
3
> 1]), la composante transverse
de la convection turbulente est négligeable sur la figure 4.10 par rapport à la convec-
tion turbulente totale sur la figure 4.11 car la convection turbulente est principalement
longitudinale car hors d’influence du tourbillon longitudinal. Le schéma 4.8 (p.103) de-
vrait donc être modifié pour que les vecteurs représentant u

i
T

soient quasiment alignés
selon x
1
. Cela signifie que la majorité de l’agitation turbulente de proche paroi n’a pas
d’effet pour réduire la température dans cette zone en transportant l’énergie interne
vers le centre de l’écoulement. Dans les zones centrales du canal (soit en X
3
∈ [−1, 1]),
la composante transverse est atteint un maximum local (dans la zone d’upwash), et
permet à l’énergie interne d’entrer dans le cœur du tourbillon principal. Les vecteurs
représentent la direction transverse du flux de convection turbulente et montrent que
ce flux est orienté vers l’intérieur du tourbillon longitudinal, sur la paroi haute comme
sur la paroi basse.
Sur les bords de l’écoulement pour [X
3
< −1 ∪ X
3
> 1], le flux de convection
turbulente est plus important que le flux de conduction en paroi, cela peut s’expliquer
par l’accumulation de l’énergie dans les zones amont, alors même que le flux de chaleur
4 Analyse thermique 107
diminue quand X
1
augmente. Le flux transverse est lui par contre du même ordre de
grandeur que le flux par conduction : il contribue à limiter la hausse de température
en proche paroi et permet d’y maintenir des gradients importants, puisque ce flux est
plus important que le flux de conduction pour une même valeur de X
2
. Dans la zone
d’upwash, le flux de convection turbulente maximal est supérieur au flux maximal par
conduction.
Figure 4.13 – Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||u

i
T

||,
DNS, X
1
= 5
La figure 4.13 représente le flux de convection turbulente transverse en X
1
= 5 en
DNS. Il apparaît également que le flux de convection turbulente a tendance à transférer
l’énergie interne vers l’intérieur du tourbillon secondaire. Le flux de conduction n’est
pas représenté dans ce plan de coupe car il s’agit simplement d’une fine couche en paroi
dans la zone des tourbillons longitudinaux, et ce flux est uniquement normal à la paroi.
4.5.4 Analyse des divergences de flux
A
B
C
D
Figure 4.14 – Divergence du flux de convection moyenne

∂x
i
u
i
T, DNS, X
1
= 1.5
Les trois cartographies 4.14, 4.15 et 4.16 présentent respectivement les divergences
de la convection moyenne, de la convection turbulente, et de la conduction dans la
section X
1
= 1.5. Ces trois termes sont répartis de façons très différentes spatialement.
Le terme

∂x
i
u
i
T est par exemple non nul aussi bien en proche paroi que plus à l’intérieur
du canal, alors que les valeurs non nulles de −

∂x
i
α
∂T
∂x
i
sont limitées à la proche paroi
108 4 Analyse thermique
B
C
A A'
Figure 4.15 – Divergence du flux de convection turbulente

∂x
i
u

i
T

, DNS, X
1
= 1.5
A
D D'
D
Figure 4.16 – Divergence du flux de conduction −

∂x
i
α
∂T
∂x
i
, DNS, X
1
= 1.5
et celles de

∂x
i
u

i
T

à l’intérieur du canal. Les échanges se font donc entre conduction
et convection moyenne en proche paroi, et entre convection moyenne et convection
turbulente loin de la paroi. Il n’y a pas d’échange direct entre la conduction et la
convection turbulente, c’est à dire de zone où la seule divergence nulle serait

∂x
i
u
i
T.
La conduction diminue partout dans l’écoulement, sauf dans deux zones pariétales
autour de X
3
= 0 sur la figure 4.16 (p.108) marquées D et D’ sur la paroi basse (le
même phénomène étant visible sur la paroi haute). Sur la cartographie de flux de
chaleur pariétal 4.3 (p.100) ces zones correspondent à des minima locaux du transfert
thermique. Comme peu d’énergie interne est transférée en paroi et que de l’énergie est
transférée par conduction vers la zone d’upwash (voir la figure 4.12), alors la diver-
gence de la conduction devient localement positive. Cela est à relier aux cartographies
de contraintes pariétales 3.29 et 3.30 qui indiquent de faibles contraintes longitudi-
nales et transverse, correspondant à une relative stagnation de l’écoulement. La figure
4.1 (p.98) indique que la couche pariétale thermique est localement plus importante,
ce qui confirme l’accumulation locale d’énergie interne dans cette zone.
Dans la zone A sur la figure 4.14 (divergence du flux convectif moyen) et la figure
4.16 (divergence du flux conductif moyen), la diminution de la conduction est asso-
ciée à une augmentation de la convection moyenne. Le flux de convection moyenne
formé en A suit l’écoulement, et est entraîné par la rotation du tourbillon principal. Il
s’agit du principal mode par lequel le tourbillon principal intensifie les échanges ther-
miques, puisque l’énergie interne transférée est à terme éloignée de la paroi, et permet
4 Analyse thermique 109
d’augmenter les gradients de température pariétaux. L’énergie interne est dans ce cas
transportée dans la périphérie du tourbillon principal. La zone D sur les figures 4.14 et
4.16 est similaire à la zone A. Il s’agit d’une zone de transfert de la conduction vers la
convection moyenne sous l’effet du tourbillon longitudinal.
Dans la zone B sur les figures 4.14 et 4.15 les échanges entre la convection moyenne
et la convection turbulente sont prépondérants. Alors que dans la zone A l’analyse est
simple car la divergence de la conduction diminue quand la divergence de la convection
moyenne augmente, dans la zone B deux divergences de signes différents sont présentes
côte à côte, et ce à la fois pour la convection moyenne et pour la convection turbulente
ce qui complique l’interprétation. Ces deux zones voisines de divergence non nulle ont
des signes opposés entre la convection moyenne et la convection turbulente, indiquant
un couplage complexe entre les deux modes de transport. En se plaçant du point de
vue de la convection turbulente, la zone de divergence positive correspond à une zone
où une partie de la convection moyenne est transformée en convection turbulente. La
cartographie de flux de convection turbulente transverse 4.11 (p.106) indique qu’au lieu
de suivre l’écoulement moyen, cette convection turbulente transverse se fait selon la di-
rection X
3
, c’est-à-dire vers l’intérieur du tourbillon principal. Ce transfert se fait aussi
vers une zone de turbulence moindre selon la cartographie d’énergie cinétique turbu-
lente 3.38 (p.85) et donc la convection turbulente diminue au bénéfice de la convection
moyenne, ce qui est exprimé par une divergence négative de la première, et positive
de la seconde. Dans la cartographie 3.38 (p.85), le maximum d’énergie cinétique tur-
bulente est situé au coeur du tourbillon principal, mais ce n’est pas cette partie qui
contribue le plus à la convection turbulente car elle est éloignée de la paroi. Seule la
partie upwash entre le tourbillon principal et le tourbillon induit a un impact.
Le même processus est visible dans la zone C avec un transport selon −X
3
en lieu
de X
3
et dans ce cas l’énergie interne est introduite à l’intérieur du tourbillon induit.
Les flux de chaleur sont moins importants que dans la zone B. Cette zone correspond à
une zone d’upwash secondaire, entre le tourbillon induit et un tourbillon de taille très
réduite en proche paroi.
Un autre effet du tourbillon longitudinal est que dans la zone A de la figure 4.15,
la divergence de la convection turbulente est nulle alors que ce n’est pas le cas dans
la zone A’ qui n’est pas perturbée par ce tourbillon. Un des effets des tourbillons
longitudinaux est donc d’atténuer fortement la convection turbulente en proche paroi.
Cela n’a que peu d’impact sur le flux de chaleur pariétal car la convection moyenne est
très importante.
A
A'
Figure 4.17 – Divergence du flux de convection moyenne

x
i
u
i
T, DNS, X
1
= 5
110 4 Analyse thermique
A
A'
Figure 4.18 – Divergence du flux de convection turbulente

∂x
i
u

i
T

, DNS, X
1
= 5
En X
3
= 5 la même analyse des modes de transport est effectuée à partir de la com-
posante transverse de la convection turbulente (figure 4.13), la divergence du flux de
convection moyenne (figure 4.17) et la divergence du flux de convection turbulente (fig-
ure 4.18). La cartographie de −

∂x
i
α
∂T
∂x
i
correspond à une simple couche de divergence
négative en proche paroi, dans les zones proches des tourbillons et n’est pas reproduite
ici. Les parois supérieure et inférieure ont un comportement différent, contrairement
à la situation en X
3
= 1.5 où les comportements sont similaires. Le flux de convec-
tion turbulente est plus important en amplitude et en étendue spatiale sur la paroi
supérieure. Dans la zone A, seul le transfert turbulent associé au tourbillon principal
est visible, alors que dans la zone A’, la structure complète avec une zone d’upwash
principale et une zone d’upwash secondaire est présente de manière semblable.
Au vu de l’analyse effectuée, le modèle cyclique présenté sur la figure 4.9 (p.105)
semble incorrect pour décrire les phénomènes observés. Dans la zone upwash, la con-
vection turbulente doit être rajoutée. La conduction doit aussi être déplacée, car elle
n’a pas lieu au centre du canal, mais dans la zone upwash. Dans ces deux cas, le flux
de chaleur se fait vers l’intérieur du tourbillon, et non vers l’extérieur.
4.5.5 Approximation de Boussinesq
Le terme α
turb
reliant les vecteurs u

i
T

et −
∂T
∂x
i
par la relation 4.4 (p.96) est dans le
cas du modèle RANS k −ω un scalaire variable dans l’écoulement. Cela implique dans
ce cas une colinéarité entre les vecteurs u

i
T

et −
∂T
∂x
i
, car α
turb
a la même action sur
toutes les composantes du gradient de température moyenne.
L’erreur introduite par cette hypothèse pourrait être caractérisée par un champ
d’erreur vectorielle mesurant l’écart entre la convection turbulente réelle calculée par la
DNS −u

i
T

et la convection turbulente modélisée −α
turb
∂T
∂x
i
telle qu’elle serait obtenue
en utilisant l’hypothèse de Boussinesq :
e
i
= −α
turb
∂T
∂x
i
−u

i
T

(4.13)
Il n’est cependant pas possible d’obtenir le champ de la norme du vecteur e
i
, car le
coefficient de proportionnalité α
turb
n’est pas calculé directement en DNS.
Il est toutefois possible de caractériser le biais directionnel introduit par avec l’ap-
proximation de Boussinesq en calculant l’angle entre −
∂T
∂x
i
et u

i
T

à partir des données
fournies par le calcul DNS. Cet angle noté θ est représenté sur la figure 4.19. Il permet
4 Analyse thermique 111
Figure 4.19 – Angle d’erreur introduit par l’approximation de Boussinesq
Figure 4.20 – Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq, pour
X
1
= 1.5, en degrés
de mesurer si la direction de la convection turbulente modélisée est correctement prédit
par l’approximation. De plus, θ = 0 est une condition nécessaire mais pas suffisante
pour que le vecteur d’erreur e
i
soit nul.
En analyse des transfert thermiques l’«angle de synergie» est couramment utilisé.
Il s’agit de l’angle local entre le gradient de température

∂x
i
T et le vecteur vitesse u
i
.
Cet angle représente par conséquent une notion très différente de l’angle d’erreur décrit
ici. Dans cette étude, la notion qui serait la plus proche de l’angle de synergie serait
plutôt le calcul de la divergence du transport convectif, qui peut être vu comme le
produit scalaire entre

∂x
i
T et u
i
. Dès lors, l’angle de synergie ne semble fournir qu’une
partie de l’information déjà fournie par ce terme. Le but du transfert par convection
est d’augmenter l’énergie transportée en la convectant plus vite qu’elle n’aurait été
conduite par le matériau. Dans cette perspective, c’est le produit scalaire qui fournit
l’intégralité de l’information.
Les cartographies 4.20 et 4.21 présentent la valeur que prend θ dans les tranches
d’écoulement X
1
= 1.5 et X
1
= 5. Elles montrent que θ est minimal dans la zone
centrale de l’écoulement, qui est inerte thermiquement, et devient plus important dans
les tourbillons secondaires. Or, comme l’illustre la figure 4.10 (p.105), le transport
turbulent est significatif dans ces zones. En examinant les flux de conduction et de
convection turbulente sur les figures 4.11 (p.106) et 4.12 (p.106), il apparaît que dans
la zone upwash (X
3
= −0.5) par exemple, les composantes transverses pointent toutes
deux dans la direction X
3
. Or, θ vaut environ 90°, ce qui signifie que la principale
composante du vecteur erreur e
i
est longitudinale.
En proche paroi pour [X
3
< −1∪X
3
> 1], c’est à dire dans les parties peu perturbées
et proche de la configuration de canal plan, un angle θ de 90° est indiqué sur la figure
4.20. La principale composante de u

i
T

est bien longitudinale en proche paroi, ce qui
confirme la comparaison des convections turbulentes totale et transverse sur les figures
112 4 Analyse thermique
Figure 4.21 – Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq, pour
X
1
= 5, en degrés
4.10 (p.105) et 4.11 (p.106).
Dans ces deux cas, l’erreur commise en utilisant l’hypothèse de Boussinesq est lon-
gitudinale. Cela signifie que les mouvements transverses, qui correspondent au change-
ment de répartition de l’énergie interne par rapport aux tourbillons longitudinaux sont
peu affectés. L’utilisation de cette hypothèse par un modèle RANS, devrait avoir un
impact limité sur la répartition des flux dans l’écoulement.
Remarque : une solution pour obtenir un angle correct entre les deux vecteurs,
tout en continuant d’utiliser l’approximation de Boussinesq est de ne plus considérer
α
turb
comme une grandeur isotrope agissant de façon identique sur toutes les com-
posantes du vecteur −
∂T
∂x
i
. Cela peut se faire par l’introduction d’une diffusivité turbu-
lente tensorielle α
turb,ij
au lieu de la diffusivité turbulente scalaire α
turb
, et l’hypothèse
de Boussinesq prend alors l’expression anisotrope suivante :
u

i
T

= −α
turb,ij
∂T
∂x
j
(4.14)
Les composantes du tenseur α
turb,ij
peuvent être obtenues à partir de caractéris-
tiques de l’écoulement moyen en étant fonction de tenseurs tels que S
ij
ou Ω
ij
, ou à
l’aide d’équations de bilan locales.
En plus du calcul de l’erreur sur la direction des flux de convection turbulente, il
serait intéressant de déterminer quel est l’impact de l’hypothèse de Boussinesq sur le
calcul des divergences des différents modes de transport, du fait de la non colinéarité
de −α
∂T
∂x
i
et u

i
T

dans le calcul DNS. Des calculs ont été effectués dans ce sens, mais
une des difficultés est que l’expression de la divergence de la convection turbulente
modélisée est :

∂x
i

−α
turb
∂T
∂x
i

=
∂T
∂x
i

∂x
i
(−α
turb
) −α
turb

∂x
i
∂T
∂x
i
(4.15)
Il est possible de calculer en DNS

∂x
i
∂T
∂x
i
, et d’utiliser la positivité de α
turb
pour
comparer les signes de −α
turb

∂x
i
∂T
∂x
i
et −α

∂x
i
∂T
∂x
i
. Cependant, il n’est pas possible de
calculer le terme
∂T
∂x
i

∂x
i
(−α
turb
), et il est donc impossible de conclure simplement sur les
différences de signes entre

∂x
i

−α
∂T
∂x
i

et

∂x
i

−α
turb
∂T
∂x
i

à partir des résultats DNS.
Pour étendre cette étude directionelle de l’hypothèse de Boussineq, il est possible à
partir du produit interne de deux tenseurs de définir un angle entre les tenseurs −u

i
u

j
4 Analyse thermique 113
et S
ij
. Cet angle est similaire à θ car il correspond à l’erreur introduite par l’hypothèse
de Boussinesq en dynamique. Liu et al. (1996) l’utilisent pour quantifier l’erreur com-
mise par l’hypothèse de Boussinesq dans le cadre de tourbillons longitudinaux dans une
couche limite en cours d’établissement. L’erreur est importante à l’extérieur des tourbil-
lons (c’est à dire notamment en proche paroi), et dans le cœur des tourbillons. L’erreur
est la plus faible dans les zones externes des tourbillons. Schmitt (2007) applique ce
critère à un écoulement turbulent autour d’un cube. Il serait intéressant de calculer
l’erreur sur l’hypothèse de Boussinesq en dynamique dans la configuration étudiée ici.
4.6 Analyse entropique
4.6.1 Présentation
4.6.1.1 Caractérisation des échangeurs à l’aide de la production d’entropie
La seule exergie E
x
considérée correspond à l’énergie interne U qu’il est possible
de convertir en travail par un moteur thermique possédant une source froide à une
température T
0
. L’expression de cette exergie est :
E
x
= U −T
0
S (4.16)
L’entropie produite dans l’échangeur réduit donc directement l’exergie disponible
dans le fluide quittant l’échangeur. L’étude du taux de production d’entropie thermique
présente donc un intérêt dans le cadre de la conception d’échangeurs. Cette section
décrit la répartition de la production d’entropie dans le canal perturbé, pour les calculs
RANS et DNS.
4.6.1.2 Expression de la production d’entropie
Comme mentionné dans la bibliographie, section 1.3 (p.15), l’expression du taux
local de production d’entropie instantané
˙
S

gen
s’écrit :
˙
S

gen
=
λ
T
2

∂T
∂x
i

2
. .. .
gradients de température
+
τ
ij
T
∂u
i
∂x
j
. .. .
dissipation visqueuse
(4.17)
Chaque grandeur est décomposée en une partie moyenne et une partie turbulente,
et l’équation est moyennée. En ne conservant que les termes au premier ordre, la partie
liée aux gradients de température
˙
S

gen,th,tot
est décomposée en une partie dépendant
de l’écoulement moyen
˙
S

gen,th,moy
et une partie dépendant de l’écoulement turbulent
˙
S

gen,th,turb
:
λ
T
2
∂T
∂x
i
∂T
∂x
i
. .. .
˙
S

gen,th,tot

λ
T
2
∂T
∂x
i
∂T
∂x
i
. .. .
˙
S

gen,th,moy
+
λ
T
2
∂T

∂x
i
∂T

∂x
i
. .. .
˙
S

gen,th,turb
(4.18)
De la même façon la composante liée à la dissipation visqueuse
˙
S

gen,ν,tot
est décom-
posée en une partie dépendant de l’écoulement moyen
˙
S

gen,ν,moy
et une partie dépendant
114 4 Analyse thermique
de l’écoulement turbulent
˙
S

gen,ν,turb
:

T
S
ij
S
ij
. .. .
˙
S

gen,ν,tot


T
S
ij
S
ij
. .. .
˙
S

gen,ν,moy
+

T
S

ij
S

ij
. .. .
˙
S

gen,ν,turb
(4.19)
Le détail de ces opérations, non présenté ici, est disponible dans Kock (2003).
Des résultats préliminaires en RANS dans la configuration étudiée ont montré que
la production d’entropie d’origine mécanique est très inférieure à la production d’en-
tropie d’origine thermique. La partie d’origine mécanique n’est donc pas étudiée, et
les phénomènes dissipatifs sont uniquement caractérisés par la fonction de dissipation
moyenne dans la section 3.6.1 (p.78) et par la fonction de dissipation turbulente dans
la section 3.6.5 (p.90).
4.6.1.3 Adimensionnement
La production d’entropie est calculée par post-traitement, et non en résolvant une
équation introduisant de nouveaux degrés de liberté dans le système. Cela implique
qu’il n’y a pas besoin d’introduire de nouveau nombre adimensionnel pour caractériser
le comportement de la production d’entropie.
Comme c’était le cas pour la thermique et la mécanique, plusieurs options sont
disponibles pour l’adimensionnement de la production d’entropie. L’une d’entre elles
est l’adimensionnement par la production d’entropie en canal plan. Une autre, utilisée
par Kock et Herwig (2005) consiste à appliquer le facteur suivant à la production
d’entropie
˙
S

gen
:
˙
S
+
gen
=
να

T
w
T
τ

2
u
2
τ
λ
˙
S

gen
(4.20)
Cependant, pour les mêmes raisons que pour l’adimensionnement de l’étude ther-
mique décrit dans la section 4.1.3.1 (p.97), seul l’adimensionnement par des échelles
globales est considéré ici. De plus, comme la présente étude n’est pas une étude
paramétrique, il n’est pas nécessaire d’utiliser une adimensionalisation du type N
S1
comme évoqué dans la section 1.3 (p.15), qui permette d’avoir une évolution des
grandeurs adimensionnées compatible avec l’évolution de son efficacité (au sens de
l’étude NUT-).
L’entropie étant définie en utilisant la température absolue, il n’est donc pas judi-
cieux de l’exprimer en sélectionnant T
in
comme origine des température, comme c’est
le cas dans la section 4.1.3.2 (p.97). De plus, une température adimensionnée de 0K
à l’entrée du canal correspondrait en utilisant les expression de la production d’en-
tropie 4.18 et 4.19 à une valeur infinie. L’adimensionnement adopté par la suite est
donc similaire à celui décrit dans la section 4.1.3.2, en utilisant 0K comme origine des
températures au lieu de T
in
. Comme l’unité d’une production d’entropie est
kg
K s m
, le
coefficient utilisé pour l’adimensionnement est :
T
w
ρu
3
bulk
(2H)
2
(4.21)
Comme c’est le cas pour la présentation des résultats thermiques, toutes les grandeurs
présentées dans cette section sont adimensionées et il n’y a pas de notation particulière
introduite pour indiquer l’adimensionnement.
4 Analyse thermique 115
4.6.1.4 Modélisation RANS de la production d’entropie
Le terme de production d’entropie turbulente
λ
T
2
∂T

∂x
i
∂T

∂x
i
est directement calculable
en DNS. Dans le calcul RANS par contre, l’approximation de Boussinesq est utilisée
pour reconstituer la partie turbulente de la production d’entropie due aux gradients
thermiques :
˙
S

gen,th,turb
=
λ
turb
T
2

∂T
∂x
i
∂T
∂x
i

(4.22)
Kock (2003) fournit là encore le détail du calcul et des approximations utilisées.
4.6.2 Résultats
Les résultats sont présentés en utilisant la même convention que les cartographies de
l’analyse mécanique. La cartographie centrale contient les valeurs du champ considéré
dans le canal, avec une valeur de seuil permettant de représenter au mieux sa structure.
Les valeurs sur la paroi supérieure et la paroi inférieure sont représentées sur des courbes
de chaque côté de la cartographie.
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.22 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
, RANS, X
1
= 1.5
Les figures 4.22 et 4.23 présentent le taux de production d’entropie lié aux gradi-
ents de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
respectivement en RANS puis en DNS. Les
répartitions hors zone de proche paroi sont similaires entre les deux calculs, par contre
les pics en proche paroi sont beaucoup plus importants dans le calcul DNS.
De manière analogue les figures 4.24 et 4.25 présentent le taux de production d’en-
tropie lié aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
. En RANS, la distribution
est similaire à la distribution obtenue pour la composante moyenne sur la figure 4.22.
116 4 Analyse thermique
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.23 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
, DNS, X
1
= 1.5
Le calcul DNS ne présente par contre pas la même distribution de production d’en-
tropie turbulente sur la figure 4.25 que la distribution de production d’entropie moyenne
représentée sur la figure 4.23. Sur la paroi inférieure, dans la zone X
3
∈ [−0.25, 0.5] la
production en paroi est minimale par rapport aux zones adjacentes sur la figure 4.25,
alors que la même zone en RANS sur la figure 4.24 correspond à un maximum.
En X
1
= 5, la production d’entropie est dans tous les cas plus concentrée en proche
paroi, et seules les cartographies DNS de composantes moyenne et turbulente sont
présentées respectivement sur les figures 4.26 et 4.27. Comme l’intensité des tourbillons
a diminué, la zone d’upwash est moins étendue. L’absence de transfert thermique par
conduction au centre du canal implique une production d’entropie concentrée en proche
paroi. La zone X
3
∈ [−0.25, 0.5] ne correspond pas sur la figure 4.27 à une zone de
minimum de production d’entropie turbulente, comme c’est le cas en X
1
= 1.5 sur la
figure 4.25.
DNS RANS
˙
S

gen,th,moy
˙
S

gen,th,turb
˙
S

gen,th,tot
˙
S

gen,th,moy
˙
S

gen,th,turb
˙
S

gen,th,tot
X
1
= 1.5 49590 14483 64073 28660 29329 57989
X
1
= 5 45681 20687 66368 22215 30305 52520
Tableau 4.3 – Moyennes des productions d’entropie
˙
S

gen,th
Le tableau 4.3 présente les valeurs moyennées spatialement des composantes de la
production d’entropie due aux gradients de température. Contrairement aux moyennes
calculées dans le chapitre précédent, ces moyennes sont calculées sur un domaine ayant
pour limites X
3
∈ [−1.37, 1.37] et X
2
∈ [0, H]. Les termes
˙
S

gen,th,turb
sont supérieurs
aux termes
˙
S

gen,th,moy
dans le cas RANS contrairement au cas DNS. La différence entre
4 Analyse thermique 117
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.24 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
, RANS, X
1
= 1.5
les termes
˙
S

gen,th,moy
et
˙
S

gen,th,turb
est plus importante en DNS qu’en RANS. De plus,
˙
S

gen,th,moy
est supérieur en DNS par rapport au RANS, alors que
˙
S

gen,th,turb
est supérieur
en RANS. Les productions d’entropie globales sont proches en RANS et en DNS, mais
le calcul RANS surestime à priori sensiblement la composante turbulente par rapport
aux résultats obtenus en DNS.
4.7 Conclusion
Le calcul RANS surestime le transfert thermique par rapport au calcul DNS. Le
lien entre la contrainte pariétale et le flux thermique est cependant cohérent puisque
la contrainte pariétale est aussi surestimée dans le calcul RANS.
Le modèle cyclique évoqué est finalement peu représentatif du système, car la con-
duction est peu importante au centre du canal. Ce n’est donc pas elle qui régénère le
«potentiel thermique» du fluide en abaissant sa température. Soit l’écoulement partic-
ipant à la convection est immédiatement refroidit dès qu’il quitte la zone pariétale, soit
il n’est jamais transporté par le tourbillon principal.
Le flux convecté dans la zone d’upwash est quant à lui transporté vers l’intérieur des
tourbillons par la convection turbulente. Au centre du canal la convection turbulente est
plus importante que la conduction et est responsable de l’homogénéisation de l’énergie
interne.
L’angle d’erreur entre la convection turbulente et sa modélisation a été déterminé.
L’erreur semble avoir un impact limité car elle est principalement longitudinale, c’est
à dire qu’elle n’affecte pas directement la façon dont l’énergie cinétique est répartie
transversalement.
La production d’entropie a été calculée en RANS et en DNS et les résultats présen-
118 4 Analyse thermique
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.25 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
, DNS, X
1
= 1.5
tés en X
1
= 1.5 et X
1
= 5. Les résultats sont très différents dans les deux moyens
d’investigation utilisés, tant quantitativement que qualitativement. Dans le cadre d’-
analyse basées sur le second principe, ce manque de précision peut induire une mauvaise
estimation des performances d’un moteur thermique associé à l’échangeur.
4 Analyse thermique 119
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.26 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne
˙
S

gen,th,moy
, DNS, X
1
= 5
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
s
u
p
é
r
i
e
u
r
e
v
a
l
e
u
r

p
a
r
o
i
i
n
f
é
r
i
e
u
r
e
Figure 4.27 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente
˙
S

gen,th,turb
, DNS, X
1
= 5
120 Conclusions générales et perspectives
Conclusion générale et perspectives
Conclusion générale
Une étude dynamique et thermique d’un écoulement de canal turbulent perturbé
par des tourbillons longitudinaux a été effectuée à l’aide d’un dispositif expérimental
et de calculs RANS et DNS.
Cette étude a nécessité la construction du banc expérimental, et l’écriture d’un
code pour le post traitement des données. Pour la partie numérique, la mise en place
du calcul DNS a été la partie la plus complexe. Les particularités de la géométrie
étudiée (présence d’un perturbateur, absence de directions homogènes,...) ont nécessité
la création d’un système capable de gérer automatiquement une batterie de calculs
coordonnés sur un cluster de calcul.
Les topologies dans les trois modes d’étude, ainsi que les caractéristiques de la
turbulence, et les contraintes pariétales ont été analysées en premier dans l’étude dy-
namique.
La turbulence a été caractérisée par l’étude de la vorticité turbulente, de l’énergie
cinétique turbulente (ainsi que de sa production et sa dissipation) et de l’anisotropie
comparée à celle issue de l’hypothèse de Boussinesq. Pour la vorticité turbulente, la di-
agonalisation de la matrice a permis de mettre en évidence des directions respectant la
symétrie axiale des tourbillons longitudinaux. De plus, l’existence de zones de l’écoule-
ment où les valeurs propres de la vorticité turbulente sont alignées avec les valeurs
propres de la contrainte de cisaillement moyenne a été montrée dans le canal plan
comme dans le canal perturbé. Les évolutions des intégrales transverses de différentes
grandeurs ont été calculées pour quantifier les distances du retour de l’écoulement en
aval du perturbateur à un écoulement de canal plan. Les effets de l’anisotropisation
des contraintes de Reynolds par les gradients de vitesse moyenne ont été quantifiés.
Dans l’ensemble, les résultats expérimentaux sont qualitativement plus proches des
résultats DNS que RANS (par exemple en terme de structuration tourbillonnaire),
mais quantitativement plus proches des résultats RANS (pour les valeurs de l’énergie
cinétique turbulente par exemple). Cependant, ces différences peuvent être en partie
expliquées par les limitations sur le domaine calculable en DNS.
Dans l’analyse thermique, la répartition du flux de chaleur, de la température
moyenne et turbulente ont été analysées. Une étude des différents modes de transfert de
l’énergie interne dans l’écoulement a été réalisée par le calcul des flux et des divergences
de la conduction, convection moyenne et convection turbulente. Ceci a permis d’avoir
une information sur l’impact des tourbillons longitudinaux sur les interactions entre
ces différents modes de transport. Il a été mis en évidence que les échanges, qui se font
immédiatement dans la zone d’upwash, créent un flux de conduction et de convection
turbulente vers l’intérieur du tourbillon principal.
L’analyse entropique a permis de montrer des différences de production d’entropie
entre le calcul RANS et le calcul DNS, les plus importantes concernant la production
121
122 Conclusions générales et perspectives
d’entropie thermique turbulente.
Perspectives
L’analyse sur l’hypothèse de Boussinesq présentée dans l’étude dynamique ne con-
cerne que son utilisation dans les équations de quantité de mouvement, c’est à dire
son influence directe sur les équations de champ moyen. Or, dans l’équation de bilan
local de k, cette approximation est aussi utilisée pour modéliser les termes de trans-
port, ce qui influence la répartition de k et donc les équations de champ moyen. Une
analyse complémentaire de l’impact de l’hypothèse de Boussinesq pourrait inclure le
calcul d’angle d’erreur sur des grandeurs mécaniques, y compris des tenseurs d’ordre 2
comme les contraintes de Reynolds.
L’analyse locale sur la covariance de la vorticité turbulente pourrait intégrer une di-
mension spatiale, via des corrélations en deux points utilisant comme base les vecteurs
propres du point initial. L’évolution de la taille des structures turbulentes pourrait ainsi
être exprimée dans une base qui tient compte des symétries de l’écoulement tourbil-
lonnaire. Il serait aussi intéressant de quantifier l’alignement observé entre la vorticité
turbulente principale et la contrainte moyenne, et de déterminer les zones où il est
maximal spatialement dans le canal plan ainsi que dans le canal perturbé. Cela perme-
ttrait de délimiter les zones de l’écoulement dans lesquelles les structures turbulentes
sont suffisamment éloignées de la paroi pour que la vorticité turbulente s’aligne sur la
contrainte principale.
Le calcul de la partie transverse de la fonction de dissipation turbulente pourrait
être implémenté dans le calcul DNS. Cette information pourrait être mise en relation
avec les informations déjà obtenues par la décomposition de la production d’énergie
cinétique turbulente. Cela permettrait notamment de déterminer les endroits où la
composante transverse prime sur la composante longitudinale.
Une analyse complète des termes de l’équation de quantité de mouvement sous
forme de flux et de divergences pourrait fournir une vision détaillée de la dynamique
de l’écoulement. La forme vectorielle du bilan de quantité de mouvement complexifie
la représentation des résultats et des visualisations basées sur la diagonalisation des
tenseurs d’ordre 2 pourrait être nécessaire. Cette information combinée à l’information
obtenue en thermique dans cette étude permettrait de trouver des pistes d’optimisation
locale des échangeurs plus facilement.
Le calcul de λ
2
tel qu’il a été effectué n’a pas fourni de visualisation exploitable car
les tourbillons moyens semblent générer un champ de λ
2
très supérieur à ce que génère
les structures turbulentes. Il faudrait effectuer une décomposition de Reynolds de λ
2
pour supprimer cette composante moyenne et peut-être arriver à mieux visualiser les
structures turbulentes.
En ce qui concerne les aspects thermiques de ce travail, le calcul des différents
flux et divergences de flux au sein de l’écoulement pourrait être effectué en RANS,
pour déterminer comment l’utilisation de l’approximation de Boussinesq affecte les
interactions entre les différents modes de transport de l’énergie interne.
La présente étude thermique est axée sur l’équation locale de bilan de l’énergie in-
terne. Dans le cadre d’une étude plus approfondie sur les aspects turbulents l’analyse
des termes de l’équation de bilan de T

T

pourrait apporter des informations complé-
mentaires sur le transport turbulent de l’énergie interne.
Références bibliographiques
Antonia, R. et Mi, J., Corrections for velocity and temperature derivatives in turbulent
flows, Experiments in Fluids, 14(3), pp. 203–208, 1993.
Balaji, C., Holling, M., et Herwig, H., Entropy generation minimization in turbulent
mixed convection flows, International Communications in Heat and Mass Transfer,
34(5), pp. 544–552, 2007.
Bejan, A., General criterion for rating heat-exchanger performance, International Jour-
nal of Heat and Mass Transfer, 21(5), pp. 655–658, 1978.
Bejan, A., Second law analysis in heat transfer, Energy, 5(8-9), pp. 720–732, 1980.
Bejan, A., Entropy generation through heat and fluid flow, John Wiley & Sons Inc,
1982.
Bejan, A., Thermodynamic optimization of geometry in engineering flow systems, Ex-
ergy, An International Journal, 1(4), pp. 269–277, 2001.
Bejan, A., Advanced engineering thermodynamics, Wiley, 2006.
Berger, T., Kim, J., Lee, C., et Lim, J., Turbulent boundary layer control utilizing the
Lorentz force, Physics of Fluids, 12, p. 631, 2000.
Biswas, G. et Chattopadhyay, H., Heat transfer in a channel with built-in wing-type
vortex generators, International Journal of Heat and Mass Transfer, 35(4), pp. 803–
814, 1992.
Biswas, G., Mitra, N., et Fiebig, M., Computation of laminar mixed convection flow
in a rectangular duct with wing-type built-in obstacles, dans AIAA, Thermophysics,
Plasmadynamics and Lasers Conference, San Antonio, TX, June 27-29, 1988, 1988.
Biswas, G., Mitra, N., et Fiebig, M., Computation of laminar mixed convection flow
in a channel with wing type built-in obstacles, Journal of Thermophysics and Heat
Transfer, 3, pp. 447–453, 1989.
Biswas, G., Torii, K., Fujii, D., et Nishino, K., Numerical and experimental determina-
tion of flow structure and heat transfer effects of longitudinal vortices in a channel
flow, International Journal of Heat and Mass Transfer, 39(16), pp. 3441–3451, 1996.
Bradshaw, P. et Huang, G., The law of the wal l in turbulent flow, Proceedings : Math-
ematical and Physical Sciences, 451(1941), pp. 165–188, 1995.
Chassaing, P., Mécanique des fluides : éléments d’un premier parcours, Cépaduès-éd.,
1997.
123
124 Références bibliographiques
Chen, Y., Fiebig, M., et Mitra, N., Conjugate heat transfer of a finned oval tube with a
punched longitudinal vortex generator in form of a delta winglet. Parametric inves-
tigations of the winglet, International Journal of Heat and Mass Transfer, 41(23),
pp. 3961–3978, 1998.
Choi, H., Moin, P., et Kim, J., Active turbulence control for drag reduction in wal l-
bounded flows, Journal of Fluid Mechanics, 262, pp. 75–75, 1994.
de Villiers, E., The potential of large eddy simulation for the modeling of wal l bounded
flows, Thèse de doctorat, Imperial College, London, 2006.
Dean, R., Reynolds number dependence of skin friction and other bulk flow variables in
two-dimensional rectangular duct flow, Journal of Fluids Engineering, 100, p. 215,
1978.
Deb, P., Biswas, G., et Mitra, N., Heat transfer and flow structure in laminar and tur-
bulent flows in a rectangular channel with longitudinal vortices, International Journal
of Heat and Mass Transfer, 38(13), pp. 2427–2444, 1995.
Doche, O., Contrôle actif dual des écoulements turbulents pariétaux, Thèse de doctorat,
Université Joseph Fourier, 2007.
Duprat, C., Simulation numérique instationnaire des écoulements turbulents dans les
diffuseurs des turbines hydrauliques en vue de l’amélioration des performances, Thèse
de doctorat, Institut Polythechnique de Grenoble, 2010.
Edwards, F. J. et Alker, C. J. R., The improvement of forced convection surface heat
transfer using surface protusions in the form of (a) cubes and (b) vortex generators,
dans Proc Fifth Int Heat Transfer Conf , pp. 244–248, JMSE, Tokyo, 1974.
Eibeck, P., An experimental investigation of the heat transfer effects of a longitudinal
vortex embedded in a turbulent boundary layer, Thèse de doctorat, Department of
Mechanical Engineering, Stanford University, 1985.
Eibeck, P. et Eaton, J., Heat transfer effects of a longitudinal vortex embedded in a
turbulent boundary layer, Journal of Heat Transfer, 109, p. 16, 1987.
Ferziger, J., Peric, M., et Morton, K., Computational methods for fluid dynamics,
Springer Berlin, 1999.
Fiebig, M., Embedded vortices in internal flow : heat transfer and pressure loss enhance-
ment, International Journal of Heat and Fluid Flow, 16(5), pp. 376–388, 1995.
Fiebig, M., Vortices, generators and heat transfer : 5 th UK National Heat Transfer
Conference, Chemical Engineering Research & Design, 76(2), pp. 108–123, 1998.
Fincham, A., Maxworthy, T., et Spedding, G., Energy dissipation and vortex structure
in freely decaying, stratified grid turbulence, Dynamics of Atmospheres and Oceans,
23(1-4), pp. 155–169, 1996.
Guntermann, T., Dreidimensionale stationare und selbsterregt-schwingende Stromungs-
und Temperaturfelder in Hochleistungs- Warmeubertragern mit Wirbelerzeugern,
Thèse de doctorat, Ruhr-Universitat Bochum, 1992.
Références bibliographiques 125
Herpe, J., Caractérisation des performances des surfaces d’échange basée sur l’évalua-
tion numérique du taux de production d’entropie, Thèse de doctorat, Université de
Valenciennes et du Hainaut Cambrésis, 2007.
Herpe, J., Bougeard, D., Russeil, S., et Stanciu, M., Numerical investigation of local
entropy production rate of a finned oval tube with vortex generators, International
Journal of Thermal Sciences, 48(5), pp. 922 – 935, 2009.
Herwig, H. et Kock, F., Local entropy production in turbulent shear flows : A tool
for evaluating heat transfer performance, Journal of Thermal Sciences, 15(2), pp.
159–167, 2006.
Hesselgreaves, J., Rationalisation of second law analysis of heat exchangers, Interna-
tional Journal of Heat and Mass Transfer, 43(22), pp. 4189–4204, 2000.
Hesselgreaves, J., Compact heat exchangers : selection, design, and operation, Perga-
mon, 2001.
Hinze, J., Turbulence, McGraw-Hill, 1975.
Huchet, F., Line, A., et Morchain, J., Evaluation of local kinetic energy dissipation
rate in the impeller stream of a Rushton turbine by time-resolved PIV, Chemical
Engineering Research and Design, 87(4), pp. 369–376, 2009.
Jacobi, A. et Shah, R., Heat transfer surface enhancement through the use of longitudi-
nal vortices- A review of recent progress, Experimental Thermal and Fluid Science,
11(3), pp. 295–309, 1995.
Jasak, H., Jemcov, A., et Tukovic, Z., OpenFOAM : A c++ library for complex physics
simulations, dans International Workshop on Coupled Methods in Numerical Dy-
namics, IUC, Dubrovnik, Croatia, 2007.
Jeong, J. et Hussain, F., On the identification of a vortex, Journal of Fluid Mechanics,
285, pp. 69–94, 1994.
Jeong, J., Hussain, F., Schoppa, W., et Kim, J., Coherent structures near the wal l in
a turbulent channel flow, Journal of Fluid Mechanics, 332, pp. 185–214, 1997.
Jeong, J. et Ryou, H., Numerical simulation of heat transfer and flow structure in
3-D turbulent boundary layer with embedded longitudinal vortex, Numerical Heat
Transfer, Part A : Applications, 31(4), pp. 433–450, 1997.
Jimenez, J. et Moin, P., The minimal flow unit in near-wal l turbulence, Journal of
Fluid Mechanics, 225, pp. 213–240, 1990.
Johnson, T. et Joubert, P., The influence of vortex generators on drag and heat transfer
from a circular cylinder normal to an airstream, Journal of Heat Transfer, 91, pp.
91–99, 1969.
Kataoka, K., Doi, H., et Komai, T., Heat/mass transfer in Taylor vortex flow with
constant axial flow rates, International Journal of Heat and Masse Transfer, 20, pp.
57–63, 1977.
Kawamura, H., Abe, H., et Matsuo, Y., DNS of turbulent heat transfer in channel flow
with respect to Reynolds and Prandtl number effects, International Journal of Heat
and Fluid Flow, 20(3), pp. 196–207, 1999.
126 Références bibliographiques
Kays, W., Crawford, M., et Weigand, B., Convective heat and mass transfer, McGraw-
Hill, 2005.
Kays, W. et London, A., Compact heat exchangers, McGraw-Hill New York, 1984.
Khallaki, K., Russeil, S., et Baudoin, B., Numerical study of the horseshoe vortex struc-
ture upstream a single plate-finned tube, Int. Journal of Heat Technology, 23, pp.
31–36, 2005.
Kim, J., Moin, P., et Moser, R., Turbulence statistics in ful ly developed channel flow
at low Reynolds number, Journal of Fluid Mechanics, 177(1), pp. 133–166, 1987.
Kimura, S. et Bejan, A., The «heatline» visualization of convective heat transfer, Jour-
nal of heat transfer, 105(4), pp. 916–919, 1983.
Kock, F., Bestimmung der lokalen Entropieproduktion in turbulenten Stromungen und
deren Nutzung zur Bewertung konvektiver Transportprozesse, Thèse de doctorat,
Hamburg University of Technology, 2003.
Kock, F. et Herwig, H., Local entropy production in turbulent shear flows : a high-
Reynolds number model with wal l functions, International Journal of Heat and Mass
Transfer, 47(10-11), pp. 2205–2215, 2004.
Kock, F. et Herwig, H., Entropy production calculation for turbulent shear flows and
their implementation in cfd codes, International Journal of Heat and Fluid Flow,
26(4), pp. 672–680, 2005.
Kolár, V., Vortex identification : New requirements and limitations, International Jour-
nal of Heat and Fluid Flow, 28(4), pp. 638–652, 2007.
Kundu, P. et Cohen, I., Fluid Mechanics, Elsevier, New York, 2002.
Lee, S., Ryou, H., et Choi, Y., Heat transfer in a three-dimensional turbulent boundary
layer with longitudinal vortices, International Journal of Heat and Mass Transfer,
42(8), pp. 1521–1534, 1999.
Liu, J., Piomelli, U., et Spalart, P., Interaction between a spatial ly growing turbulent
boundary layer and embedded streamwise vortices, Journal of Fluid Mechanics, 326,
pp. 151–179, 1996.
McClintock, F., The design of heat exchangers for minimum irreversibility, ASME
Paper, p. 108, 1951.
McEligot, D., Brodkey, R., et Eckelmann, H., Temporal entropy generation in the vis-
cous layers of laterally-converging duct flows, Rap. tech., Idaho National Laboratory
(INL), 2008a.
McEligot, D., Nolan, K., Walsh, E., et Laurien, E., Effects of pressure gradients on
entropy generation in the viscous layers of turbulent wall flows, International Journal
of Heat and Mass Transfer, 51(5-6), pp. 1104–1114, 2008b.
Moser, R., Kim, J., et Mansour, N., Direct numerical simulation of turbulent channel
flow up to Re= 590, Physics of Fluids, 11, p. 943, 1999.
Orlandi, P., Fluid flow phenomena : a numerical toolkit, Kluwer academic publishers,
2000.
Références bibliographiques 127
Pauley, W., Experimental study of the development of longitudinal vortex pairs embed-
ded in a turbulent boundary layer, AIAA journal, 26(7), pp. 816–823, 1988a.
Pauley, W., The fluid dynamics and heat transfer effects of streamwise vortices em-
bedded in a turbulent boundary layer, Thèse de doctorat, Department of Mechanical
Engineering, Stanford University, 1988b.
Ruith, M., Chen, P., et Meiburg, E., Development of boundary conditions for direct
numerical simulations of three-dimensional vortex breakdown phenomena in semi-
infinite domains, Computers & Fluids, 33(9), pp. 1225–1250, 2004.
Russell, C., Jones, T., et Lee, G., Heat transfer enhancement using vortex generators,
Heat transfer 1982, pp. 283–288, 1982.
Saad, Y., Iterative methods for sparse linear systems, Society for Industrial Mathemat-
ics, 2003.
Saarenrinne, P. et Piirto, M., Turbulent kinetic energy dissipation rate estimation from
PIV velocity vector fields, Experiments in Fluids, 29, pp. 300–307, 2000.
Schlichting, H., Boundary-layer theory, McGraw-Hill, 1979.
Schmitt, F., About Boussinesq’s turbulent viscosity hypothesis : historical remarks and
a direct evaluation of its validity, Comptes Rendus Mécanique, 335(9-10), pp. 617–
627, 2007.
Shabaka, I., Mehta, R., et Bradshaw, P., Longitudinal vortices imbedded in turbulent
boundary layers. Part 1. Single vortex, Journal of Fluid Mechanics, 155, pp. 37–57,
1985.
Sohankar, A., Heat transfer augmentation in a rectangular channel with a vee-shaped
vortex generator, International Journal of Heat and Fluid Flow, 28(2), pp. 306–317,
2007.
Spalart, P., Direct simulation of a turbulent boundary layer up to Rθ= 1410, Journal
of Fluid Mechanics, 187, pp. 61–98, 1988.
Spalart, P., Strelets, M., et Travin, A., Direct numerical simulation of large-eddy-break-
up devices in a boundary layer, International Journal of Heat and Fluid Flow, 27(5),
pp. 902–910, 2006.
Stroustrup, B., The C++ programming language, Addison-Wesley, 1997.
Tabor, G. R., Baba-Ahmadi, M. H., de Villiers, E., et Weller, H. G., Construction of
inlet conditions for LES of turbulent channel flow, dans ECCOMAS 2004, 2004.
Taylor, H., The elimination of diffuser separation by vortex generators, United Aircraft
Corporation Rept, pp. 4012–3, 1947.
Tennekes, H. et Lumley, J., A first course in turbulence, The MIT press, 1972.
Tiggelbeck, S., Experimentelle Untersuchungen an Kanalströmungen mit Einzel-
und Doppelwirbelerzeuger-Reihen für den Einsatz in kompakten Wärmetauschern,
Fortschr. Ber, 19(4), 1990.
128 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Tiggelbeck, S., Mitra, N., et Fiebig, M., Comparison of wing-type vortex generators for
heat transfer enhancement in channel flows, ASME, Transactions, Journal of Heat
Transfer, 116(4), pp. 880–885, 1994.
T’Joen, C., Thermo-hydraulic study of inclined louvered fins, Thèse de doctorat, Uni-
versiteit Gent, 2008.
Torii, K. et Yanagihara, J., The effects of longitudinal vortices on heat transfer of
laminar boundary layers, JSME International Journal, 32, pp. 395–402, 1989.
Trefethen, L. et Panton, R., Some unanswered questions in fluid mechanics, Appl.
Mech. Rev, 43(8), pp. 153–170, 1990.
Turk, A. et Junkhan, G., Heat transfer enhancement downstream of vortex generators
on a at plate, dans Heat Transfer 1986, Proc. 8th Int Heat Transfer Conf , tm. 6, pp.
2903–2908, 1986.
Wang, C., Tsai, Y., et Lu, D., Comprehensive study of convex-louver and wavy fin-
and-tube heat exchangers, Journal of Thermophysics and Heat transfer, 12(3), pp.
423–430, 1998.
Wilcox, D., Turbulence modeling for CFD, DCW Industries, Inc., La Canada, Califor-
nia, 91011, 1998.
Yanagihara, J. et Torii, K., Heat transfer augmentation by longitudinal vortices rows,
dans Experimental Heat Transfer, Fluid Mechanics, and Thermodynamics 1993,
tm. 1, p. 560, 1993.
Yilmaz, M., Sara, O., et Karsli, S., Performance evaluation criteria for heat exchangers
based on second law analysis, Exergy, 1(4), pp. 278–294, 2001.
Zhu, J., Wärmeübergang and Strömungsverlust in turbulenten Spalströmungen mit
Wirbelerzeugern, VDI-Fortschrittsberichte, 192(7), 1991.
Zhu, J., Fiebig, M., et Mitra, N., Comparison of numerical and experimental results for
a turbulent flow field with a longitudinal vortex pair., Journal of Fluids Engineering,
Transactions of the ASME, 115(2), pp. 270–274, 1993a.
Zhu, J., Mitra, N., et Fiebig, M., Effects of longitudinal vortex generators on heat
transfer and flow loss in turbulent channel flows, International Journal of Heat and
Mass Transfer (ISSN 0017-9310), 36(9), 1993b.

Remerciements
Huiru, ma mère, mon père, ma grand-mère et mon grand-père, pour m’avoir encouragé tout le long de cette thèse. Jean Luc Harion et Sedat Tardu, pour avoir codirigé ces travaux. Daniel Bougeard et Serge Russeil pour leur encadrement. Laurent David et Hassan Peerhossaini pour avoir accepté d’être rapporteurs, ainsi que Jean-Marie Buchlin, Maroun Nemer et Laurent Keirsbulck pour avoir accepté d’être examinateurs et membre invité du jury. Les doctorants, post-doctorants et personnels du DEI pour leur bonne humeur et/ou leur motivation au travail : Sébastien, Gilles, Romain, Mohammed, Jules, Rabbie, Peter, Lat, Chrystèle, Marie-Françoise, Nadine, ...

iii

iv Table des matières .

. . . . 1. 2. . . . . . . .1 Intensification des échanges de chaleur . . 1. . . . . . . . . . . 1. . . 2. . 2. . . . . . .1. . . . . . . . .1 Présentation . 21 . . . . . . . . 1.2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . v ix 5 5 5 6 7 12 12 12 13 15 15 18 19 . .7 Convergence des statistiques . . . . . . . . . . . . . . . 2.1 Échangeurs de chaleur . . . . . . . . . . . . . 19 . . . . . . . .1 Géométrie . .3. . . . . . . .5 Simulation numérique directe . .1. .3. . . . . . . . . . 29 .4 Calcul RANS . . . . 27 . 2. . 1. . . . . . . . . .2. . . . . . . 27 perturbateur 28 . 23 . .3. . . . . . . . . . . 2. . . . . . . .4 Paramètres du système d’acquisition . . .3. .4. . .1. . . . . .3 Paramètres physiques . .3 Utilisation de tourbillons pour l’augmentation de transferts thermiques . . . . . . . . . .1. .1. . . . . . 32 . . . . . . . . . . .2 Critères locaux . . . . . . . . . . . .3. . . . .2 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . .2 Tourbillons longitudinaux . . . . . . . . . .4 Autres paramètres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 . . . . . . . . . . . . 2. . . 2. . .3. 2. . . . . . 21 . .2 Vérification du profil d’entrée à l’amont du 2. .4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Principe de la PIV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . .1 Distance d’établissement . . .6 Contrôle du fonctionnement du banc d’essais . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 . . . . . . . . . 31 . 19 . . . . . . . . . . . . . . . .3. 2. . . . . . . . . . . . . . . . . 23 . . . . . . . . . . .1 Vérification de l’étanchéité . . . . . . . .2. . . . . . . . 1.2. . . . . 2. . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . 19 . . . . 33 . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . 2. . . . . . . . . . . . .2 Critère de performance .3 Analyse entropique . . . . . . . . . . . . . . . .1 Présentation du banc . . .2 Coude . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. . . . . . . . .2 Régime d’écoulement . . . . .1 Transferts thermiques seuls . . . . . . . . . . . . . . .6. . . . .5 Temps de traversée de la nappe et ensemencement . 2. . . . . . . . . .2 Définition de l’objet . . . . . 25 . .1 Premier principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.4. 1.3. 33 . . . . . . . . . . 2.Table des matières Principales notations 1 Étude bibliographique 1. . .5. . . 32 . . . .3. . . . . . . .3 Banc expérimental . . 2. . . . . . .6. . . . . . . . 20 . . . . .1 Notations . .4 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4.3. . 22 . . . . . . .2.3. . . . . 2. .3. . . . .2 Transferts thermiques et pertes de charges . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Maillage . . . . . . . 31 . . . . . .1 Présentation générale . . . . . . . 2 Préparation de l’étude 2. . . . . 1. 2. .

. 3. . . . .5. . . . . Notes sur les développements . .2 Présentation du code . . .9 Lancement automatique des calculs . . . . .1. . 3. . . . . . . . . . . . . . . . 2. .6 2. . . . .2 Validation de la condition aux limites de symétrie Statistiques . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . .7. . . . .1.1 Équations résolues . . .7. . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . .2 Régime transitoire .3. . . . . . . . . . . . . . .5. .2 Composantes transverses . . . . . . . . .6 Autres conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . .6. . .3 Moments d’ordre 2 . . . . . . . .5. . . . . . . . . . . .10. . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1.5. 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 Conditions initiales de l’écoulement . .1 Introduction . . . .1 Programmation générique . . . . . . . .4 Valeur fixée ou gradient nul . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . . . .1 Présentation . . . . .2 Décompositions des résultats .2.8 Calculs concurrents . . . 3. . . . .5. . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . 2. . . . .3 Hypothèse de Boussinesq . . 3. . . .3. . . . . . . . . . . . . .vi Table des matières 2. . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . .5. . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5. . . .2. .2 Advective . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . .2. . . . . .10 Validation du code pour l’utilisation en DNS . . . . . . .2 Décomposition propre . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Adimensionnement . . . .3 Symétrie . . . . . 2. . . . . . . 2. . . .5 Condition d’entrée du canal perturbé . .1 Utilisation d’un calcul RANS .3. . . .6. . . . . . . . . . . . . .2. . . . 2. . . . . . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . 2. . . . . . .3 Implémentation de la condition d’entrée .5. . . 2. .6. . .2 Moment d’ordre 1 . .5. . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . 2. . . . . . . . . .4 Forme de présentation des résultats 3. . . . . . . . . . . 3. . . .4 Maillage . . .1 Approche sélectionnée . . . . 2. .5. . . . . . . . . .3 Énergie cinétique moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Paramètres . . . . . . . .5. . . . . .3. .6. . . . . . . . . .3. . . 33 33 34 34 35 35 36 38 38 39 39 40 40 41 41 42 42 42 43 43 44 46 47 47 49 49 50 51 51 51 52 53 55 55 55 56 57 58 58 58 60 61 63 63 63 65 66 67 72 2. . . .1 Décomposition canonique . . 2. . . . . . . . .5. 2. . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . 2. . 2. . 2. . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . .5. .5. . . . . . . . . . .5. . . . . . 3.5. . . . . . .1 Composante longitudinale 3. 2.1 Périodique . . . . .1. . . . . . . . . 3. . . . . .1 Vorticité moyenne . . . . . . . . . . . . . .3. .2 Maintien du débit dans la section d’entrée . . . . 3. .3. . . . . . 2. . . . . .5. . .2 Topologie . . . .5. . . . . . . .1 Cinématique .5.5 Résumé des conditions aux limites appliquées . . . . . . . .7 3 Étude dynamique 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . .2 Dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . 2.2 Démarche générale . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . . . . .6.1. . . . . . . . . . . . . . .1 Forme générale . . . 2. . . . .6. . .2 Exemples d’application . . 2. . . . . 2. .5. . . . . . . . . . . . .1 Validation du calcul précurseur . .2 Structure du solveur . .3 Vorticité turbulente . .6. .5.6. . .5. . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Déficit de vitesse longitudinale . . 3. . .6. 2.6. . . . . . . . . . . .5. . . 3. . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5.10. . . . . 2. .5. . . . . . . . . .

. . . . . 4. . . . . . . . . . .1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Anisotropie des contraintes de Reynolds . . . . . . 3.1. . 4. . . . . . . . .1 Caractérisation des échangeurs à l’aide de la production d’entropie . . . . . 3. . . . . . . 3.2 Énergie cinétique turbulente . . .6. . . . . . . . . .4 Production d’énergie cinétique turbulente . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . .5 Fonction de dissipation turbulente .1. . . . . . 4.6. . . . . .5 3. . . . . . . . . .2 Résultats . . .3 Adimensionnement de la température . . . . . . . . . . . . . . .2 Champ de température .5. . . . . . . . . . . .3 Répartition de l’énergie cinétique turbulente 3. . . . . . . . . 4. . . . . . . . . . . .6. . . . . . . .2 Modèle des modes de transport dans un tourbillon longitudinal moyen . . . . . . 3.6. . . . . . . . . . . . . 4. . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . Comportement volumique . . . . . . . . . . Détection de structures . 4. . . . . . . .3 Adimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . .2 Conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 Conclusion . . . . . . 4.6.6. . . . . 3. . 4. . . . . . .2. . . . . . . . . . 4. . . 4. . . . . . . .4 Modélisation RANS de la production d’entropie . . 4. . . . . . . . . . . . . . . 4. . . .6.5 Approximation de Boussinesq . . .1 Équation bilan . . . 4. . . 4. . . . . .2 Expression de la production d’entropie . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3. . . . . . . .4 Analyse des divergences de flux . . . . . . . . 4. .5. . . . . . .6. . . . . . . . . . . . vii 74 75 76 78 78 83 83 84 84 86 88 90 95 95 95 96 96 97 97 98 99 100 100 100 104 105 107 110 113 113 113 113 114 115 115 117 3. . . . . . . . . . . . . .1 Présentation .5. . . . . . . . . . . . . . . . .1 Équations résolues . . 4.2. . . .3 Analyse des flux . . . . . . . . . . . . .6 4 Analyse thermique 4. . . . . . . . . .6 Analyse entropique . . . . . . .1. .6. . . . . 4. . . . . . . .1 Adimensionnement local . . 3. . .1 Fonction de dissipation moyenne . . .2 Adimensionnement global . . . . . . .1. . . . . . . . 4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5. . . . 4. . . .1. . . . . . .6. . . .4 Température turbulente . . .2. . . . . . . . . .2. . . . . . . . .1. . . . .5. . . . . . . . .3 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Séparation des modes de transport . . . . . . . . . . . .6. . . . . . . .6. . . . . . . . . . . .3. . . . . . . .3 Flux de chaleur pariétal . .2 Décomposition des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Modes de transport de l’énergie interne . . . 4. . . . . . . . . . . 4. Contrainte pariétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4. . . . . . . .6. . .Notations 3. . . . . .6. . . . . . .

viii Notations .

exposants et abbréviations ()t ()+ () () ()in ()w ()τ ()rms ()bulk PIV RANS DNS transverse pariétal moyen turbulent à l’entrée en paroi de frottement Root Mean Square débitant Particle Image Velocimetry Reynolds Averaged Navier Stokes Direct Numerical Simulation ix .Principales notations Caractères usuels H u T p Cp k E Hauteur du canal Vitesse Température Pression Capacité calorifique massique à pression constante Énergie cinétique turbulente massique Énergie cinétique moyenne massique m m s−1 K N m−2 JK −1 kg −1 m2 s−2 m2 s−2 Caractères grecs λ α µ ν Φ G ω ρ Conductivité thermique Diffusivité thermique Viscosité dynamique Viscosité cinématique Fonction de dissipation de l’énergie cinétique Production d’énergie cinétique turbulente Vorticité Densité volumique W m−1 K −1 m2 s−1 kg m−1 s−1 m2 s−1 m2 s−3 m2 s−3 s−1 kg m−3 Indices.

x Liste des figures .

19 Transition vers l’écoulement turbulent dans precur . . .18 Relations entre les calculs effectués . . .2 1. . . . . . . . . . . . . . . . . calcul RANS (facteur 10−4 m) . . . . . . . . . . . . . . . .5 2. . . . . . . . . . . . .3 2. Représentation schématique du banc . . . . tiré de Kataoka et al. . . . . . . . . . . . . . . .3 1. . . . . . . . . . .5 1. . . . . . . . . .Liste des figures 1. . . .6 par 1 cm. . 2. . . . . . . . . . . . . . . . .16 Comparaison des largeurs de domaines DNS RANS et expérimentaux. . . . . . . . .15 Fonction f : → x2 (dimensions en m) . . . .22 Utilisation des lignes pour le calcul des statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . Détail de champs vectoriels obtenus pour des temps de différenciation différents . . . . . . . . . . . . . .1 2. . . . . . . . . . . . Lignes de courant dans le coude de sortie . .12 Composante longitudinale de la vitesse RMS uτ 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow up.6 Tourbillons générés dans un échangeur tube-ailettes équipé de générateurs de tourbillons. .9 Détail du niveau d’ensemencement sur une zone de 1. . .21 Lignes de calcul . . . .4 1. 2. . . . tiré de Yanagihara et Torii (1993) 10 Évolution des performances par tranche dans un canal plan perturbé . . . . . . . .14 Évolution des statistiques en fonction du nombre de réalisations. . . .1 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . 2. . 2. . . . . . . 14 Nombre de Nusselt local autour d’un perturbateur . . . . . . . . . .4 2. . .8 Déplacement à travers la nappe laser . . . . . . . (1977) . . . . . . . . . . en fonction du temps . . . . . . . . .2 2. . . . . . . dessin tiré de Jacobi et Shah (1995) . . . . . . . . . . . . . sonde dans la position 1 . . . . . . . . . . . . 8 Types de perturbateurs. . . . u u 1 2. . 2. . . figure à l’échelle . . (1977) . . . . . 2. . . . . . .13 Positions du point de calcul de convergence . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . tiré de Jacobi et Shah (1995) . . . . .√ . . . . 2. . . . . . . . sur l’ensemble de la hauteur du canal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Tourbillons générés par un perturbateur. . . . . . .7 Lignes de courant en fonction du temps de différenciation . . . . .20 Évolution des flux et contraintes moyennées spatialement. .17 Relations entre le solveur et le feeder (script de gestion des profils) . . . . . . .7 2. . . 2. . 6 Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow down. 2. 2. . 15 19 21 22 23 24 24 25 26 26 27 28 29 30 30 37 37 40 43 44 45 45 46 Géométrie étudiée . . . .10 Mesure du débit de fuite . . . sans modification de l’histogramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . tiré de Kataoka et al. . . Vue d’ensemble du banc d’essais . . . . . .6 1. . . . . 2. . . . . . . . .11 Vitesse moyenne u1 /uτ sur la paroi basse . . . . . . . . . . . xi . . . . . . . . . . . . . . . . . . Échelles de Kolmogorov à X1 = 2. .

. . . DNS . .5. X1 = 1. . .5 . . seuil spécifique au canal perturbé Isocontours de λ2 en canal perturbé. .1 3. .21 3. . . . . . . . . Énergie cinétique turbulente transverse k +. . . . . . . . . . . .29 3. . . . . . . . . .5. .14 3. . 1 Profils de vitesse longitudinale en fonction de x+ .xii Liste des figures 2.t . .34 3. . . . .27 Comparaison du profil de vitesse longitudinale moyenne obtenu près du bord. . . exp. . . . . . . . . au sein d’une unique ligne de calcul . . . . . . . .35 3. . . . . X1 = 1. RANS . . .37 3. . . . . . . . . . . . (1987) . . . . . . . . . . . . . . Contraintes de cisaillement moyenne en X1 = 5 . . . . . . . . . . . . 1 Vorticité moyenne ω + . . . . . . . . . . DNS. . . expérimental . . . Fonction de dissipation moyenne transverse. . . . . . . . . . . . . .30 3. . . Énergie cinétique turbulente transverse k +.20 3. . . . . . . . + profils de ω1. . . . DNS . . . . . . .t . . . . . .23 Dépendances entre les calculs precur et perturb. . . . . . . . . X1 = 1. . DNS. . . . . . . . . . . . . . . . . RANS . . . . . . . . . . . . . Projection du perturbateur . . 1 Vorticité moyenne ω + . .24 Comparaison du profil moyen avec les lois de parois .5 . . . . . . . . . . . . X1 = 1.5 . . . . . . . Énergie cinétique transverse E +.10 3. . . .26 3. . . . 47 48 48 49 50 59 59 59 60 61 62 62 62 63 64 65 66 67 68 69 70 70 71 71 72 73 74 75 76 77 78 79 79 80 80 81 81 82 83 84 84 85 85 86 . . . .27 3. . + Contrainte transverse τ3 . 3. ω2+ ω2+ . . . . . . . . . . . .5. . . . . .2 3. .32 3. . . . . . . . . . . . . X1 = 1. DNS. . . . . . . . . . . . . . . . . DNS . . . . . . X1 = 1. . . . .22 3. . 1 ω + . . . . . X1 = 1. . . . . . . . . . .26 urms . . . . . .rms en X1 = 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Évolution longitudinale de l’intégrale transverse de fonction de dissipation moyenne transverse . . . . tirée de Kim et al. . . . . . . . . X1 = 1.16 3. 2. .28 3. . . . . .5 . .t . .23 3. 2 Énergie cinétique moyenne transverse E +. . . . . . .31 3. . . . . .5. .13 3. . . . . X1 = 1.4 3. . . . . . . . Vecteurs propres de la vorticité turbulente en proche paroi dans le canal plan . . . . . .18 3. .24 3. . . . . . . Isocontours de λ2 en canal perturbé. . .12 3. . . . . . . X1 = 1. . . . . . . . . . expérimental . . . . .t intégrée transversalement . . . . . . . . . . . (1987) . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . Isocontours de λ2 en canal plan . Vecteurs propres de la vorticité turbulente au centre du canal plan . . . . . . . . . . DNS . . Contraintes de cisaillement moyennes en X1 = 1.33 3. . DNS . . . . . . Vecteurs propres de ωi∗ ωi∗ en X1 = 5 . . . . . . .. . . . . avec le profil présenté par Kim et al. . . . X1 = 1. . . . . .15 3. . .5. DNS . . . . . . . . . .19 3. . . . . . . . . . . . pour différentes valeurs de X3 . . . . . . . . . . .5 . . . .5 .3 3. Vecteurs propres de la matrice des vorticités turbulentes . X1 = 7. . . 2. . .t . .5 . . . . . X1 = 1. . Interprétation des extrema locaux de ω1 ω1 . . . . . . . . . . .5.17 3.11 3. . . . . + 2.t . . . ω1+ ω1+ . . figure tirée de Kundu et Cohen (2002) . . . . . . . . . . .9 3. . . . . . . . . . . . . . . .5 . . . . . . Énergie cinétique moyenne transverse E +. Évolution de l’intégrale de kt dans des plans transverses . . . . seuil spécifique au canal plan . . . . . . . . . . . . Énergie cinétique turbulente transverse k +. . . . + 2. . . . . . Diagonalisation du tenseur de contraintes moyennes. . . . . . Énergie cinétique moyenne transverse E +. . Vecteurs propres de wi∗ wi∗ en X = 1. .t . . . . . .38 3.5 3. . . Contrainte transverse. . . . . expérimental. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7 3. . . . . . . . . . . + Contrainte totale τtot .36 3. .39 Vorticité moyenne ω + . . . . . . X1 = 1. . .5 . ω3+ ω3+ . . . .25 3. . . . RANS . . . Fonction de dissipation moyenne en canal plan . DNS . . . .5. . X1 = 1. . . . . . . . . .25 ωrms . . . . . . . . . . . . . .8 3. . RANS. . . . + Contrainte longitudinale τ1 . . . .5. . ω1+ ω1+ . . . . . . . . .6 3. RANS. Orientation et variance de la vorticité turbulente dans le canal plan . . . . .

. .turb . . . . . . . . . . . . Intégrales transverses des composantes de k .48 Composantes normales du tenseur de Reynolds dans le canal plan . . . . . .24 4. . . . . . . 115 ˙ Production d’entropie due aux gradients de température moyenne Sgen. . . Variance de la température en X = 5 . . . Variance de la température en X = 1. RANS . . . . . . Modèle cyclique des modes de transfert dans une section transverse d’un tourbillon longitudinal . . Évolution des intégrales de fonction de dissipation turbulente totale . paroi inférieure. . . . . . Répartition schématique des flux et divergences des trois modes de transport dans la zone pariétale . . . . . . . . . paroi inférieure. . . . . . . . . . . . .20 4. . . . . . . X1 = 1. . . . .15 4. . . .7 4. . . . 111 Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq. . . . . .8 4. . . . . . . . . ∂ Divergence du flux de convection turbulente ∂xi ui T . .th.40 3. . . . . . . . . . . .5 . . . . . . . .+ . DNS. Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||ui T ||. . . . . . X1 = 1. . . . . . . . turb 3. . . . . . . . . X1 = 1. . . . . .47 3. . DNS . . . X1 = 1. . . exp. . . . . . . . . . X1 = 1. . . . . .Liste des figures 3. . . . . . . .5 4. . DNS. . . . . .4 4. .2 4. X1 = 5 . . . . . . 116 ˙ Production d’entropie due aux gradients de température turbulente Sgen. .5. .moy .10 4. . . . . DNS. . . . . X1 = 1. X1 = 1. . . . . . . . . . . . . . . . Évolution des profils de température moyenne . . .1 4. . . . . . . DNS.5. . . . . . X1 = 1. . RANS. .5 . . . Champ de température. . . 117 ˙ Production d’entropie due aux gradients de température turbulente Sgen. Évolution de l’intégrale de fonction de dissipation turbulente transverse.9 4. . . . . . . .5. . . X1 = 1. . 111 Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq. . . .5 . . .45 3. . . . . . . . . .14 4. exp . . . . Flux de chaleur pariétal. . . . . . . . . en degrés . . . . . X1 = 5 . 3. . . . . . . . . . . . . .44 3. . . . . .5 . Production de k dans le canal plan . . . .17 4. . X = 1. . .25 ∂ ∂T Divergence du flux de conduction − ∂xi α ∂xi . .5 . . . . . . .5 . . .th. . .50 Fonction de dissipation turbulente transverse Φt. . . DNS . . . . . . . . . . . .42 3. . 112 ˙ Production d’entropie due aux gradients de température moyenne Sgen. . . . . . . . . . 108 ∂ Divergence du flux de convection moyenne xi ui T . . . . . . . X1 = 1. . . . . . . . . . . . xiii 87 88 89 90 91 91 92 92 93 94 94 98 99 100 101 102 102 103 103 105 105 106 106 107 107 108 4. DNS . . . . . . . . . . . . . . . Composantes longitudinales et transverses de G+ .19 4. DNS . . .moy . . . .5 . . . . . . . . . . . . 109 ∂ Divergence du flux de convection turbulente ∂xi ui T . . . . . . . . . . . . . . . . . pour X1 = 1. Flux de chaleur pariétal. .5 . . . . . . . . .11 4. . . . .46 3. .6 4. . . . . . . . . . . Terme de production G+ en X = 5 (DNS) .5 . . . X1 = 1. 110 Angle d’erreur introduit par l’approximation de Boussinesq . . . . . . . . . DNS. . . . DNS.18 4. . DNS.13 4. . .th. . . . . . . .5. . . . . X1 = 5 . . . . . . . . . . . DNS. RANS.5 . . . .turb . . . . . . . . . . .49 Fonction de dissipation turbulente totale Φ+ .16 4. . . . . . . X1 = 5. . . . .3 4. DNS.th. . . . . . . . . DNS. Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||ui T ||. . . . . . . . . . . . . . Fonction de dissipation turbulente en canal plan . . . . . . . . X1 = 1.21 4. . . . . . . . . . . . . . . ∂ Divergence du flux de convection moyenne ∂xi ui T . . pour X1 = 5.22 4. .23 4. . DNS. . . .43 3. . . . . .5 . . . . . .12 4. . . . ∂T Norme du flux de conduction || − α ∂xi ||. 118 . . . . . . .5. . . . X1 = 1. . . . .41 3. . Norme du flux de convection turbulente totale ||ui T ||. . . . . . . Évolution de l’intégrale de la production de k . . . DNS . . . . . turb Champ de température. . . . . en degrés .

. . . . . . . . . . . DNS. . . . .th. . . . . . . . . 119 ˙ 4. . .27 Production d’entropie due aux gradients de température turbulente Sgen. . . . . . .turb . . . . . . . . . . .th.xiv Liste des tableaux ˙ 4. DNS. . . .26 Production d’entropie due aux gradients de température moyenne Sgen. . . . . . .moy . . . . . 119 . . X1 = 5 . . . . . X1 = 5 . . . .

. . . . . . . .1 4. . . .3 2.2 2. . . . . . . . . 97 Facteurs d’adimensionnement global des grandeurs thermiques . .2 4. . 20 42 42 42 56 87 Expressions des grandeurs adimensionnées et des coefficients d’adimensionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . aux limites sur ui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 ˙ Moyennes des productions d’entropie Sgen. . . . . . . . . . . . . aux limites sur la température . . . .1 2. . . .Liste des tableaux 2.th . . . . . . . . . . . Profil universel de température adimensionnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . aux limites sur p . . . . . . Moyennes des composantes de k dans un canal plan . . .1 3. .4 3.2 4. . . . . . . . . . . . . .3 Mesures et Conditions Conditions Conditions calculs effectués .

Introduction
Les échangeurs de chaleur sont des dispositifs présents dans de nombreuses applications industrielles où il faut transférer de l’énergie interne. Cela entraîne un besoin important de compréhension et d’optimisation de leur fonctionnement, pour améliorer le rendement de procédés. Le type d’échangeur étudié ici est un échangeur sans transfert de masse et pour lequel la convection forcée joue un rôle prépondérant. Pour en améliorer les performances, l’écoulement doit être modifié de façon à augmenter les gradients de température à ses parois. Ce contrôle de l’écoulement se fait cependant au prix d’une augmentation des frottements et donc de la puissance de pompe à fournir. Dans cette étude, des tourbillons longitudinaux générés par l’adjonction de perturbateurs en paroi sont utilisés pour optimiser l’échangeur.

Aperçu des différentes méthodes d’investigation
La configuration d’écoulement comprenant un canal plan perturbé par un générateur de tourbillons est étudiée en utilisant trois méthodes complémentaires : la mesure expérimentale par PIV, la simulation RANS, et la simulation DNS pour analyser comment les tourbillons longitudinaux influencent les champs moyens et turbulents. Expérience : le système expérimental permet de travailler sur des réalisations statistiques de l’écoulement. Les informations sur la turbulence sont donc directement calculées, contrairement au RANS. Par contre, avec le dispositif utilisé, toutes les composantes de vitesses ne sont pas accessibles, et l’étude est limitée à des plans transverses. De plus, le système est isotherme, et les informations sur la thermique obtenues en RANS et en DNS ne pourront donc être confrontées à des données expérimentales. Calcul «Reynolds Averaged Navier Stokes» : la méthode RANS est celle qui apporte le moins d’informations sur les quantités turbulentes à cause d’hypothèses simplificatrices. Cependant, il s’agit de la méthode la plus simple des trois à mettre en œuvre. Les informations qu’elle fournit permettent entre autre de dimensionner les autres études. Calcul «Direct Numerical Simulation» : le calcul DNS apporte l’information la plus complète. Toute l’information sur la turbulence est disponible, ainsi que sur le transfert et le transport d’énergie interne. La finesse des résolutions spatiales et temporelles permettent de comprendre plus en détails les phénomènes liés aux structures turbulentes présentes dans l’écoulement. De nombreuses études DNS/LES utilisent des modèles mathématiques de tourbillons longitudinaux en conditions aux limites imposées à l’entrée du calcul. Une des particularité de cette étude est de calculer directement la création de ces tourbillons en modélisant le perturbateur les générant. 3

Structure du mémoire
Étude bibliographique : mise en contexte des travaux effectués. Cette étude bibliographique est assez succincte, et certains éléments sont introduits dans leur contexte au cours des diverses analyses, par exemple les descriptions des équations résolues. Préparation de l’étude : description de la géométrie et de l’écoulement considérés. Puis une description de la mise en place et des paramètres des différentes méthodes d’investigation. A la suite de ces deux chapitres introductifs, les résultats sont présentés par thème physique, et non par méthode d’investigation : Étude dynamique : étude des phénomènes dissipatifs et de l’évolution de la turbulence. Les grandeurs considérées sont la contrainte pariétale, la vorticité et l’énergie cinétique. Étude thermique : étude de l’évolution du transfert de chaleur pariétal et des différents modes de transports de l’énergie interne au cœur du canal. Une étude de la répartition de production d’entropie est aussi effectuée.

voir à ce sujet le livre d’Hesselgreaves (2001). il faut ensuite essayer de modifier la topologie de l’écoulement. qui est fournie par un ventilateur ou une pompe. augmenter la quantité de chaleur transférée.1 1. (2000)). Ensuite. La nécessité d’échanger de l’énergie interne sans contact entre deux fluides est un impératif pour de nombreuses applications industrielles.Chapitre 1 Étude bibliographique Cette partie présente l’état de l’art sur l’utilisation de tourbillons longitudinaux pour l’intensification des échanges de chaleur. 1. suivie d’une description de leur impact sur le transfert thermique. alimentaire. Pour une surface d’échange donnée. catégorisées actives ou passives selon la nécessité d’un apport énergétique spécifique ou non. ou diminuer les puissances de pompe nécessaires à leur mise en œuvre. et l’énergie requise pour modifier l’écoulement est puisée dans l’énergie nécessaire à la mise en mouvement du fluide.1. aux niveaux global puis local. Des rappels sur les échangeurs thermiques sont donnés. (1998)). (1994) par exemple). Diverses méthodes de contrôle des écoulements sont disponibles. climatisation et de façon générale les processus industriels nécessitant une régulation en température. alors que les frottements sont associés au cube de la vitesse. La présente étude détaille un type d’écoulement possible pour l’amélioration des performances thermiques.1 Intensification des échanges de chaleur Échangeurs de chaleur Dans Kays et London (1984). une description de la mécanique des tourbillons longitudinaux est fournie. 5 . Une méthode passive consiste quand à elle souvent en une modification de la géométrie de l’écoulement. pétrochimie. Les méthodes passives sont généralement moins coûteuses car plus simples à mettre en œuvre. dont les applications pratiques nécessitent un système annexe possédant sa propre source d’énergie. ou l’utilisation d’un champ magnétique (voir Berger et al. Un exemple de méthode active est une apiration/soufflage en paroi (comme dans Choi et al. Les domaines d’application des échangeurs thermiques sont ainsi très vastes : production d’énergie. le transfert thermique est décrit comme étant proportionnel à la vitesse du fluide caloporteur. comme l’ajout d’ailettes augmentant la surface d’échange thermique (voir la revue de Fiebig (1998)). Ces applications multiples ont motivé des recherches pour optimiser les performances des échangeurs. ou la modification de la forme des parois (Wang et al. pour modifier leur taille. ainsi la meilleure technique pour augmenter l’échange est d’augmenter la surface d’échange en essayant de conserver le même régime. automobile. Des détails sur la caractérisation de ces échanges sont donnés.

La définition exacte de ce que constitue un tourbillon n’accepte pas de réponse intuitive et définitive. Ils ont observé que la circulation se conserve dans l’écoulement. La composante transverse de la contrainte pariétale subit des variations de 60 % autour de sa valeur dans le canal non perturbé. Un liquide circule généralement dans des tubes. comme indiqué par Kolár (2007). et des ailettes ajoutées aux tubes servent à augmenter la surface métallique en contact avec l’air. Les auteurs suggèrent que les modèles algébriques de turbulence sont peu à même de prédire la turbulence présente dans les tourbillons longituinaux. avec par exemple les travaux de Taylor (1947) sur le retard de la séparation d’écoulement induit par des tourbillons dans des diffuseurs. 1. il peut être intéressant d’étudier leur impact sur le transfert thermique en utilisant des méthodes avancées telle que la DNS. dessin tiré de Jacobi et Shah (1995) La configuration tube-ailette est très répandue dans les systèmes thermiques aéroréfrigérants. de nombreuses études ont été effectuées avec un modèle de turbulence RANS k − pour la quantification de l’impact des tourbillons sur le transfert thermique (voir 1. Des zones de vorticité opposée à celle du tourbillon principal apparaissent en sa périphérie. Jeong et Hussain (1994) ont souligné la multiplicité des définitions et critères utilisés pour identifier un tourbillon.2 Tourbillons longitudinaux Une littérature existe depuis les années 1940 sur l’utilisation de tourbillons longitudinaux en aérodynamique. Dans les années 1990.1. voir T’Joen (2008) à ce sujet). (1996) ont utilisé des calculs LES pour préciser les interactions entre tourbillons longitudinaux et couche limite turbulente. La présente étude se concentre sur l’utilisation de tourbillons longitudinaux car il s’agit d’une des méthodes les plus efficaces. Shabaka et al. . (1985) ont fait une étude de la mécanique des tourbillons longitudinaux dans une couche limite.3).1 – Tourbillons générés dans un échangeur tube-ailettes équipé de générateurs de tourbillons. de l’air circule à l’extérieur. Le transport turbulent de quantité de mouvement u v est important dans le coeur du tourbillon. L’écoulement peut être contrôlé par l’adjonction de générateurs de tourbillons comme sur la figure 1. avant d’introduire le critère λ2 pour les identifier.1.6 1 Étude bibliographique Figure 1. voir Trefethen et Panton (1990).1. Liu et al. afin de mélanger l’écoulement pour augmenter les transferts thermiques. La tendance actuelle étant d’intégrer ces tourbillons longitudinaux à d’autres techniques d’augmentation des échanges (techniques «compound». Des recherches sont toujours en cours actuellement pour trouver une définition la plus générale possible d’un tourbillon.

signifie que l’écoulement «commun». car la viscosité turbulente est difficilement reconstituable dans cette zone. «common flow down». est orientée vers la paroi. alors que cette forme de diffusion est importante au coeur des tourbillons. La première configuration. Les faiblesses des modèles RANS à décrire le comportement des tourbillons sont liés selon les auteurs à la mauvaise modélisation du ∂p u terme de corrélation entre la pression et la vitesse ∂xi i dans le transport de l’énergie cinétique turbulente.1.1 Étude bibliographique 7 Des tourbillons longitudinaux de Osen sont synthétisés à l’aide de forces volumiques et un modèle de turbulence LES est utilisé. Edwards et Alker (1974) ont déterminé les coefficients d’échange locaux dans un canal plan équipé de perturbateurs disposés de sorte à créer des tourbillons corotatifs et contrarotatifs. alors que dans la réalité elle s’ajustera avec une inertie non négligeable. c’est-à-dire entre les deux tourbillons. Figure 1. et observé une augmentation des échanges thermiques ainsi qu’une réduction de la traînée. (1977) Les figures 1.3 présentent deux configurations possibles pour des tourbillons contrarotatifs proches. L’auteur indique comme limite à ces modèles les cas où les contraintes moyennes évoluent très rapidement. Les auteurs ont placé des perturbateurs sur un cylindre perpendiculaire à l’écoulement. tiré de Kataoka et al. La conséquence de ces deux phénomènes est que les pics de vorticité sont dissipés beaucoup plus rapidement dans le calcul RANS que dans la simulation LES. Les premiers résultats sur l’impact des tourbillons sur le transfert thermique ont été publiés par Johnson et Joubert (1969). . la turbulence évolue rapidement dans le calcul.2 et 1. On retrouve ces réserves sur l’utilisation de l’approximation de Boussinesq dans Wilcox (1998).3 Utilisation de tourbillons pour l’augmentation de transferts thermiques Cette partie ne présente que des résultats concernant l’augmentation des échanges thermiques. car les perturbateurs retardent le décollement de la couche limite.2 – Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow down. En raison de l’approximation de Boussinesq. L’approximation de Boussinesq est aussi désignée comme une cause de la surestimation de la diffusivité par les modèles RANS. 1. Des comparaisons sont effectuées sur les impacts des différents types de tourbillons sur les échanges thermiques et les auteurs en concluent que les tourbillons contrarotatifs augmentent le plus les transferts thermiques. sans prendre en considération l’augmentation de pertes de charges qui y est associée.

Les zones d’upwash et de downwash sont alors inversées par rapport à la configuration common flow down. (1982). et son épaississement à l’extérieur est nommé «upwash». la configuration «common flow up» correspond à un écoulement entre les tourbillons s’éloignant de la paroi. tiré de Jacobi et Shah (1995) La figure 1. De façon similaire. tiré de Kataoka et al. les auteurs présentent la première analyse de l’impact de tourbillons longitudinaux sur les échanges de chaleur dans une géométrie proche des géométries industrielles. Plusieurs agencements de perturbateurs sont testés et il en est conclu que le plus intéressant est . (1977) présentent une étude de tourbillons générés dans une configuration axiale de Couette. (1977) Le rétrécissement de la zone pariétale entre les deux tourbillons est nommé «downwash».4 – Types de perturbateurs. Kataoka et al. Ils lient les modifications des échanges thermiques aux zones d’upwash et de downwash. Selon les auteurs. Dans Russell et al. Figure 1. contenant des tubes ailettés.4 présente quelques types de perturbateurs possibles pour générer des tourbillons longitudinaux. alors que l’augmentation des pertes de charge est liée à l’écoulement longitudinal.3 – Tourbillons contrarotatifs en configuration common flow up.8 1 Étude bibliographique Figure 1. l’augmentation de transfert thermique par convection est liée à l’écoulement transverse. Cela explique pourquoi il peut être possible d’augmenter le transfert thermique plus vite que les pertes de charge pour optimiser l’échangeur (voir la suite de cette étude bibliographique).

De plus. La diminution de la circulation est associée à la composante transverse de la contrainte pariétale. Les tourbillons ont ainsi toujours un impact dans le canal perturbé.8). La diffusion de la vorticité en aval du perturbateur est beaucoups plus rapide pour une paire de tourbillons que pour un tourbillon seul. Turk et Junkhan (1986) montrent que le coefficient de transfert thermique diminue plus rapidement dans un canal plan que dans un canal perturbé. et est suffisante à la détermation de nombre de Stanton local. Torii et Yanagihara (1989) décrivent de façon détaillée la structure des tourbillons se formant autour d’un perturbateur. Le principal effet de la paire de tourbillons est la modification locale de la taille de la couche limite. des tourbillons induits contrarotatifs l’entourent. Eibeck (1985) a étudié un tourbillon seul. Un aplatissement entraînant une augmentation locale des gradients de température. la diminution de la circulation est beaucoup moins rapide que la diminution des pics de vorticité. Dans un article commun Eibeck et Eaton (1987) trouvent que la connaissance de la modification du champ moyen d’un écoulement est plus importante que la connaissance de la modification du champ turbulent. La figure 1. et donc des échanges.3 (p. et indique que les modifications aux échanges de chaleur locaux viennent de la modification de la taille de la sous-couche visqueuse. common flow down. et donc l’efficacité dans le canal perturbé tend à augmenter en s’éloignant du perturbateur (bien que dans l’absolu ce coefficient diminue). bien que les tourbillons constituent des modifications tridimensionelles de l’écoulement. Des études expérimentales ont été effectuées par Eibeck et Pauley dans les années 80. mais durant les années 90.2 (p. la sous-couche où ont lieu les échanges reste bidimensionelle. Pauley (1988b) a étudié les interactions d’une paire de tourbillons (dans des configurations common flow up. alignés selon deux lignes et décalés. Tous deux étudient les corrélations entre les structures des tourbillons et les augmentations/diminutions locales des échanges thermiques (nombres de Stanton locaux) dans des écoulements de couches limites. Dans tous les cas.1 Étude bibliographique 9 celui où les perturbateurs sont des «winglet» rectangulaires. Il suffit donc selon les auteurs de connaître les caractéristiques de cette sous-couche bidimensionelle pour prévoir les performances de l’écoulement modifié.7) et 1. Dans Pauley (1988a) des comparaisons sont effectuées entre les écoulements contenant un tourbillon seul. et les tourbillons sont d’autant plus affectés qu’ils sont proches des parois. Ainsi Zhu et al.5 décrit ces différents types de tourbillon. qui se situe entre les tourbillons (common flow down) ou à l’extérieur (common flow up) comme indiqué sur les figures 1. tandis qu’un agrandissement entraîne une réduction de ces échanges. Ils trouvent une analogie entre l’évolution de ce nombre et celle de la contrainte pariétale. Toutes les études précédemment présentées sont expérimentales. co et contra rotatifs) dans un écoulement de couche limite. Les échanges thermiques sont corrélés à l’intensité de la turbulence en proche paroi (qui augmente par exemple dans les régions upwash). Un tourbillon de coin se développe à l’amont du perturbateur sous l’action du gradient de pression adverse se formant en amont du perturbateur. Un tourbillon principal est dû à la séparation de l’écoulement. même à une distance importante du perturbateur. la configuration common flow up et la configuration common flow down. (1993a) comparent les résultats expérimentaux de Pauley (1988a) . les simulations numériques sont devenues suffisamment matures pour fournir des résultats permettant d’obtenir des données complémentaires sur la physique des écoulements.

De plus. Une partie des articles sont aussi cités dans Jacobi et Shah (1995). Fiebig (1995) publie la même année une revue des travaux effectués sur le sujet dans l’«Institut für Thermo. Ils établissent aussi que le tourbillon doit être en proche paroi pour affecter le transfert thermique. correspondant aux conditions d’utilisation nominales dans des échangeurs thermiques industriels. le tourbillon principal s’étend sur la hauteur du canal. des perturbateurs doivent modifier la sous-couche laminaire de l’écoulement. et un impact sur les parois supérieures et inférieures.und Fluiddynamik» de l’université de la Rurh. le nombre de Nusselt est multiplié par 1. là où la dissipation est multipliée par 5. tiré de Yanagihara et Torii (1993) avec des résultats obtenus avec un modèle de turbulence RANS k − . ils trouvent que la forme des perturbateurs ne fait pas varier l’amélioration du nombre de Nusselt de plus de 3 % d’une configuration à l’autre. et les principaux résultats sont repris des résultats expérimentaux de Tiggelbeck (1990) et numériques de Zhu (1991). Ils s’intéressent à une partie de l’écoulement commençant à 9 hauteurs de canal à l’aval du perturbateur. (1993b) poursuivent l’analyse précédente en analysant la physique de l’écoulement. Une erreur maximale de 13 % sur la valeur de la vitesse transverse moyenne est observée entre les expériences et les calculs. en comparant différentes configurations de perturbateurs. La revue bibliographique Jacobi et Shah (1995) fournit une vision synthétique des nombreuses études paramétriques effectuées sur l’intensification des échanges thermiques par des tourbillons longitudinaux (en faisant entre autre varier les formes des perturbateurs ou leur espacement).2. Les auteurs notent que pour être efficaces. La distribution de vorticité et la dissipation sont par contre mal prédites par les calculs numériques. Zhu et al.10 1 Étude bibliographique Figure 1. mais peut faire varier la dissipation visqueuse de plus de 20 %. L’auteur regrette le manque d’études effectuées dans des écoulements laminaires. Entre la configuration de canal plan de base et l’écoulement perturbé. le mouvement de rotation .5 – Tourbillons générés par un perturbateur. Dans la présente étude. Cette revue met en exergue les trois principaux modes d’amélioration des échanges thermiques permis par les perturbateurs : le développement d’une couche limite sur le perturbateur (si la taille de ce perturbateur est conséquente). La géométrie optimale dégagée est l’installation de perturbateurs triangulaires en aval d’un tube pour un écoulement laminaire. Ils vérifient numériquement dans diverses configurations downwash (obtenues entre autre avec des perturbateurs triangulaires et rectangulaires) que l’amélioration des échanges thermiques est dûe à l’augmentation de l’énergie turbulente en proche paroi ainsi qu’aux échanges de fluides à différentes températures entre la région pariétale et le coeur de l’écoulement.

1 Étude bibliographique

11

qui mélange les éléments de l’écoulement à températures différentes, et la déstabilisation de l’écoulement qui permet d’augmenter le transfert thermique turbulent. Pour une quantité de chaleur échangée donnée, les winglets telles que définies sur la figure 1.4 (p.8) génèrent moins de pertes de charges que les wings. Les transferts de chaleur et les pertes de charge augmentent avec l’angle d’attaque. Cependant, pour des angles d’attaque très forts des tourbillons transverses sont générés, qui n’augmentent pas le transfert thermique mais génèrent des pertes de charges importantes. Cela montre par ailleurs que dans ces systèmes il ne faut pas prévoir systématiquement que le comportement des pertes de charges soit lié à celui des transferts thermique, par exemple en abusant de la portée de l’analogie de Reynolds. Deb et al. (1995) présente des résultats dynamiques et thermiques de calculs dans une configuration common flow down. Ils en concluent que l’utilisation de lois de parois pour modéliser la turbulence pariétale peut s’avérer problématique pour ce type d’écoulement, particulièrement pour la prédiction de l’énergie cinétique turbulente en proche paroi. Dans l’article Jeong et Ryou (1997), les auteurs utilisent des profils obtenus dans Pauley (1988a) comme condition d’entrée d’un écoulement de canal plan, et étudient la décroissance des tourbillons en utilisant un modèle RANS k − . Les résultats numériques surestiment la diffusion des tourbillons, comme dans Liu et al. (1996). La contrainte pariétale ainsi que la thermique de l’écoulement sont par contre prédits correctement. Ils suggèrent l’utilisation de modèles de turbulence considérant l’anisotropie de l’écoulement afin de mieux prédire le comportement de la vorticité. Conformément à cette recommandation, Lee et al. (1999) utilisent aussi les profils expériementaux de Pauley et Eibeck comme conditions d’entrée d’un calcul numérique, mais la turbulence est cette fois ci modélisée à l’aides d’équations de bilans sur chaque composante du tenseur de contraintes de Reynolds (modèle dit RSM, de second ordre). Les résultats des calculs sont comparés avec ceux de Pauley (1988a) et de Jeong et Ryou (1997), et montrent une plus grande adéquation des prédictions RSM que k − avec l’expérience. La modélisation RSM représente mieux l’anisotropie des composantes normales du tenseur de Reynolds dans les zones de proches paroi. Par contre, ce modèle surestime cette anisotropie au centre des tourbillons, ce que les auteurs attribuent à la modélisation limitée du terme de corrélation pression-stress de Reynolds. Ceci qui confirme l’hypothèse de Liu et al. (1996) sur la difficulté de modéliser le comportement complexe du centre des tourbillons. La modélisation de la thermique n’est pas modifiée pour le passage du k − au RSM, et les auteurs suggèrent d’utiliser des modèles plus précis pour les études à venir. Dans Fiebig (1998) qui est une nouvelle revue bibliographique similaire à Fiebig (1995), l’auteur synthétise de nombreux résultats sur l’utilisation des tourbillons pour l’amélioration des échanges thermiques. Les tourbillons transverses ne sont pas aussi efficaces que les tourbillons longitudinaux pour l’amélioration des échanges thermiques. Pour augmenter les performances des perturbateurs, il faut augmenter leur angle d’attaque, leur hauteur, et diminuer leur écartement dans l’écoulement. Une des limitations de cette revue est que ne sont pas présentés de critères de performance tenant compte des pertes de charges engendrées par les perturbations des écoulements. Le procédé standard de fabrication des perturbateurs est de poinçonner les ailettes, ce qui a pour effet secondaire de créer un nouvel écoulement à travers ce poinçon. Or, dans les modélisations ou les essais expérimentaux présentés précedemment, les pertubateurs sont le plus souvent ajoutés sur les ailettes non modifiées, comme si ils avaient été attachés. Dans Biswas et Chattopadhyay (1992), des comparaisons numériques sont effectuées entre une configuration avec et sans poinçon, pour généraliser des résultats

12

1 Étude bibliographique

numériques publiés dans Biswas et al. (1988) et Biswas et al. (1989). L’écoulement de canal plan à Re=500 est perturbé par une wing. Les auteurs trouvent un nombre de Nusselt 1.38 fois plus important et un coefficient de frottement 1.21 plus important dans le cas sans poinçon par rapport au cas avec poinçon. Zhu (1991) montrent quand à eux expérimentalement, pour un écoulement avec deux winglets et pour un nombre de Reynolds de 100 000 la variation d’échanges thermiques et de perte de charge est inférieure à 2 % entre les perturbateurs attachés et poinçonnés. Ces deux derniers résultats montrent que l’impact du poinçon semble diminuer avec le nombre de Reynolds de l’écoulement. Dans Tiggelbeck et al. (1994) les auteurs montrent que les winglets donnent les meilleures performances pour des perturbateurs poinçonnés. A contrario, Guntermann (1992) montre que pour des perturbateurs attachés, les wings donnent de meilleurs résultats que les winglets. Les résultats présentés dans la section précédente présentent généralement une information globale sur les performances des échangeurs, en termes de quantité de chaleur échangée en paroi et de pertes de charges. Dans la section suivante, sont présentés des critères de performances locaux, permettant d’obtenir des informations plus diverses sur le comportement des échangeurs thermiques.

1.2

Critère de performance

Afin de quantifier les améliorations des échanges thermiques apportées par les modifications des écoulements présentés ci-dessus, plusieurs types de critères de performance peuvent être envisagés. Ces critères peuvent prendre en considération uniquement les performances thermiques ou mettre en rapport ces échanges avec l’énergie dépensée dans la mise en mouvement des fluides. Ils peuvent être globaux et s’appliquer à l’ensemble du système, ou locaux et s’appliquer à des volumes de contrôle infinitésimaux. Ils peuvent enfin caractériser la quantité de chaleur échangée, en prenant en compte le premier principe de la thermodynamique, ou faire intervenir la «qualité» de la chaleur échangée, en prenant en compte le second principe.

1.2.1
1.2.1.1

Premier principe
Transferts thermiques seuls

Les critères faisant intervenir le premier principe quantifient uniquement des échanges thermiques, en ne prenant pas en compte la production d’entropie qui leur est associée. Des critères utilisés pour le dimensionnement d’échangeurs thermiques peuvent être utilisés pour l’évaluation des performances de ces mêmes échangeurs, comme le coefficient d’échange convectif ou le NUT (Nombre d’Unités de Transfert), voir Kays et London (1984) pour une description de ces méthodes. Ils permettent de relier un potentiel thermodynamique, sous la forme d’une différence de température, à un transfert thermique effectif. Dans le cas du critère DTLM (différence de température logarithmique moyenne), le coefficient d’échange convectif, utilisé avec la différence de température logarithmique, est calculé à l’aide de l’expression : q = hS ∆TLM (1.1)

l’expression de ∆TLM fait intervenir les températures en entrée et en sortie du côté −∆T du liquide chaud et du côté du liquide froid : ∆TLM = ∆Th∆Th c . Cette formule est
ln
∆Tc

1 Étude bibliographique

13

obtenue dans le cas d’un échangeur simplifié à co ou contre courant. Le facteur est un facteur adapté à la géométrie de l’échangeur si il diffère de ces cas, comme dans le cas d’un échangeur à tube-ailettes. Le critère NUT-efficacité (pour Nombre d’Unités de Transfert, NTU dans la littérature anglaise) consiste à calculer le ratio entre le transfert thermique réel dans l’échangeur et le transfert thermique dans un échangeur à contre courant infini possédant les même températures d’entrée pour les fluides que l’échangeur étudié, et ensuite de l’utiliser dans la formule : q = Cmin (Th,in − Tc,in ) (1.2)

où Cmin = min(ρh Cph , ρc Cpc ). Or, ne dépend que de N U T = CU A (le nombre min d’unité de transfert qui donne son nom au critère, où U est le coefficient de transfert Cmin convectif supposé constant, A est la surface d’échange) et de Cmax . Par exemple, pour un échangeur à courant parallèle : = 1 − exp[−N T U (1 + 1+
Cmin Cmax Cmin )] Cmax

(1.3)

On peut noter que les critères DTLM et NUT peuvent servir à la fois pour dimensionner un échangeur thermique et pour en évaluer les performances, ce qui n’est pas le cas avec les critères entropiques présentés ci-après. 1.2.1.2 Transferts thermiques et pertes de charges

Les échangeurs de chaleurs considérés ici nécessitent une pompe pour la mise en circulation d’un fluide caloporteur (contrairement à un caloduc, par exemple). Afin de tenir compte de ce coût énergétique, on peut former des critères de performance tenant compte des pertes de pression. Un tel critère peut être le rapport du facteur de Colburn j au nombre de friction 1 j apparent f : f , où j = N ux /(ReP r 3 ). Ainsi l’information sur la capacité à échanger une certaine capacité de chaleur pour un potentiel thermodynamique donné est inclus dans N ux , le nombre de Nusselt local moyenné dans une tranche de l’écoulement. Ce critère, représentant le rapport de l’efficacité énergétique sur les frottements nécessaire à la mise en oeuvre de l’échangeur, est par exemple utilisé pour caractériser les performances de l’échangeur dans Biswas et al. (1996), où il diminue avec l’augmentation de l’angle d’attaque du perturbateur. On peut noter qu’avec ce critère une augmentation de l’échange thermique proportionelle d’un facteur α combinée à une augmentation de pertes de charge d’un facteur α produit un échangeur de performance équivalent. Or, ce n’est pas forcément le critère le plus pertinent : dans le cas d’un échangeur liquide-liquide, les pertes de charges peuvent être faibles par rapport aux échange thermiques comme indiqué par Kays et London (1984). Si l’on pousse le raisonnement à l’extrême, dans le cas d’un caloduc par exemple, aucun travail n’est fourni, rendant le critère complétement inadapté, alors même qu’il existe des caloducs plus performants que d’autres. Biswas et al. (1996) étudie une géométrie simplifiée avec un perturbateur triangulaire monté sur une des parois d’un canal. Un promoteur unique est placé à des angles variant entre 15 et 40 degrés, à Re = 1580 (basée sur la vitesse débitante et le diamètre hydraulique). Le but principal du calcul est de comparer les performances de différentes configurations d’angles et de nombres de Reynolds sur la base de critères tels que le nombre de Nusselt moyenné, la perte de pression, et le facteur de qualité défini comme le rapport du facteur de Colburn au coefficient de frottement pour

particulièrement pour Re = 1000. 1. Une augmentation de l’angle d’attaque entraîne une augmentation de N u. Dans cet article les résultats sont généralement intégrés spatialement. Cette géométrie présente tous les types de tourbillons présents dans une configuration réelle : principal. induit et coin (voir figure 1. les générateurs de tourbillons peuvent fortement abaisser le nombre de Reynolds transitoire.6 – Évolution des performances par tranche dans un canal plan perturbé synthétiser l’information sur les performances.5). et la turbulence est générée autour du perturbateur. JF augmente aussi avec le nombre de Reynolds. Le critère de performance de Sohankar JF augmente avec l’angle d’attaque (entre 10° et 30°). 1. qui auraient pu apporter des informations supplémentaires sur l’écoulement. Les nombres de Reynolds considérés varient entre Re = 200 et Re = 2000. pour un coût en temps de calcul beaucoup moins important. une intensification de la turbulence est observée dans les régions à l’aval du perturbateur. . ce qui signifie que dans cette configuration. ce pour différents angles d’attaque. et une diminution de j/f . Une géométrie similaire est considérée dans cette étude pour cette raison. intégrés transversalement. Les résultats donnent les évolutions du j nombre de Nusselt N u. L’auteur suggère d’utiliser la LES car les résultats (notamment la valeur du critère de performance JF) sont similaires aux résultats DNS. La condition d’entrée de l’écoulement est stationnaire. Comme mentionné dans Fiebig (1995). les pertes de charges augmentent plus vite que les échanges thermiques lors de la variation de l’angle. Le critère global de performance sélectionné est JF = (j/j ∗ )/(f /f ∗ )(1/3) où les variables étoilées correspondent aux valeurs dans un canal plan. contenant deux perturbateurs rectangulaires. Au niveau local.14 1 Étude bibliographique (a) Nu (b) j/f Figure 1. Les variations du critère de performances sont différentes de celles de j/f présentés dans Biswas et al. et de f . et il n’y a pas de cartographies transverses de l’écoulement. Sohankar (2007) présente des résultats DNS et LES sur la génération de tourbillons dans un canal aux parois chauffées.6a. (1996) (la géométrie et le critère sont un peu différents).6b.

et le calcul en sera donc développé dans la présente étude. une évaluation locale de la fonction de dissipation peut permettre la mise en évidence des zones où sont générées les pertes de charge. Jacobi et Shah (1995) évoquent la prise en compte de la production d’entropie pour caractériser l’augmentation d’échanges . Peu d’articles de la littérature déterminent les fonctions de dissipation locale dans ce type de configuration industrielle.3 Analyse entropique Dans la conclusion de la revue bibliographique.2 Critères locaux Concernant le coefficient de convection. z) = ∂θ h(x. par rapport à un potentiel d’échange local. z)H =− k ∂n (1. par exemple la température débitante en entrée de l’écoulement. Ce critère est local dans sa partie conductive en utilisant le gradient de température local. une version locale peut être utilisée. et donc les zones à optimiser en priorité. 1.7 – Nombre de Nusselt local autour d’un perturbateur L’article de Sohankar (2007) présente une cartographie de N u(x.4) wall avec θ = (T − Tin )/(Tw − Tin ). par le biais de la fonction de dissipation.5) Il s’agit donc de la norme de la partie symétrique du tenseur de taux de déformations. La fonction de dissipation volumique a pour expression selon Chassaing (1997) : Φ = 2µSij Sij (1. z). Figure 1. Le pendant mécanique à ces critères thermiques locaux pourrait être la fonction de dissipation. Ainsi. Cette approche permet de localiser les zones de la paroi où l’échange thermique est important (gradient pariétal de température important). comme utilisé dans Sohankar (2007) : N u(x. sur la paroi basse. sous la forme d’un nombre de Nusselt local. qui est la dissipation d’énergie mécanique en énergie thermique. puisqu’il nécessite une température non locale telle que la température d’entrée ou la température de mélange pour définir le potentiel d’échange.2. voir figure 1.7. mais non local dans sa partie convective. Les pertes de charges et les frottements pariétaux sont des conséquences globales ou pariétales d’un phénomène local.1 Étude bibliographique 15 1. à l’intérieur de l’écoulement. défini comme l’écart entre la température en paroi et une température de référence.

16

1 Étude bibliographique

thermiques par l’utilisation de tourbillons longitudinaux. Le raisonnement de Jacobi étant que pour une quantité de chaleur échangée fixée, un faible coefficient d’échange convectif correspond à une forte différence de température. Or, cela correspondrait aussi à une forte production d’entropie. Cette section décrit quelques articles sur l’utilisation de critères de performances utilisant la production d’entropie. Les premiers travaux utilisant la production d’entropie pour caractériser les échanges thermiques datent des années 50, avec McClintock (1951). Bejan a relancé l’intérêt pour l’investigation et la théorisation du second principe pour la caractérisation de systèmes thermiques dans les années 80 : Bejan (1978), Bejan (1980) et Bejan (1982) introduisent notamment des nombres caractéristiques sur les performances thermodynamiques d’un système. Les différentes approches développées depuis peuvent être classées selon Yilmaz et al. (2001) en trois catégories : la minimisation de production d’entropie, l’analyse exergétique et l’analyse thermoéconomique. La minimisation de production d’entropie consiste à quantifier directement les irréversibilités générées dans l’écoulement. L’approche exergétique consiste à mesurer l’évolution du travail récupérable après dégradation de la qualité de l’énergie par l’échangeur. Enfin, l’analyse thermoéconomique consiste à appliquer les critères développés dans les deux catégories précédentes, mais en les appliquant aux systèmes en interaction avec le système étudié (comme la pompe mettant en mouvement le fluide, ou l’utilisation d’énergie pour la fabrication du système). Parmi ces approches, la présente étude se limite à quelques analyses sur la production d’entropie. ˙ Hesselgreaves (2000) a introduit le nombre de production d’entropie NS1 = T1 Sgen . Q Cet adimensionnement permet d’éviter le «paradoxe de Bejan» obtenu en considérant ˙ Sgen le nombre de production d’entropie NS = mCp : une production d’entropie adimen˙ sionnée décroissante quand la taille d’un échangeur devient nulle, sa taille tendant vers 0. Avec ce critère la production d’entropie croît constamment avec la décroissance de l’efficacité de l’échangeur dans des cas monodimensionnels. L’auteur vérifie dans la publication la monotonie de la décroissance de NS1 avec , pour différentes configurations d’échangeur, à l’aide de calculs en 1D. Yilmaz et al. (2001) fournit une revue des différents critères de performance des échangeurs thermiques basés sur le second principe de la thermodynamique. Bejan (2006) propose d’utiliser la production d’entropie afin d’utiliser la même grandeur pour caractériser les deux sources d’irreversibilités (échanges thermiques et dissipation visqueuse) localement. De plus, pour minimiser la production d’entropie, les imperfections doivent être réparties dans le système étudié, comme rappelé dans Bejan (2001). L’entropie est donc un critère de performance local avec une règle permettant sa minimisation. Plusieurs articles caractérisent la production d’entropie locale d’un système, au lieu d’utiliser une approche globale. Kock et Herwig (2004), Kock et Herwig (2005) et Herwig et Kock (2006) utilisent les résultats des calculs DNS en canaux périodiques obtenus par Kawamura et al. (1999) pour valider des lois de paroi de la production d’entropie pour le modèle k − . Herwig et Kock (2006), décrit une méthode pour calculer la production d’entropie comme un post-traitement, pour des calculs RANS k − . Les expressions des productions d’entropies dues à la composante turbulente de l’écoulement sont détaillées. L’article inclut une description des lois de paroi permettant le calcul des productions d’entropie pour des maillages avec peu de noeuds près des parois, pour les calculs à nombres de Reynolds importants. Cela est nécessaire pour limiter les imprécisions de calcul, car la majorité de cette production a lieu en proche paroi. Des résultats sont obtenus dans une configuration particulière où avec

1 Étude bibliographique

17

le premier principe on observe qu’une dégradation des performances dynamiques pour une amélioration des performances thermiques, alors que du point de vue du second principe on observe un minimum de production d’entropie. Ces articles présentent aussi un rappel de la définition de la production d’entropie instantanée : ˙ Sgen = λ T2 ∂T ∂xi
2

+

τij ∂ui T ∂xj
dissipation visqueuse

(1.6)

gradients de température

L’entropie est donc produite par la présence de gradients de température et de frottements. Herpe (2007) étudie, en RANS, la production d’entropie dans une configuration d’échangeur tube-ailette, et constate la monotonie de la diminution de NS1 avec l’augmentation de l’efficacité du système. Il effectue ensuite des études paramétriques de l’évolution de la production d’entropie dans une configuration industrielle, en vue d’applications pratiques. McEligot et al. (2008b) s’intéresse à la modification de la génération d’entropie visqueuse en fonction du gradient de pression longitudinal, en comparant les fonctions de dissipation calculées à partir des résultats en canaux de Kawamura et al. (1999) et les résultats en couches limites turbulentes de Spalart et al. (2006). Les résultats sont similaires dans les deux cas. 30 % de la production est concentrée dans la zone y + < 5, et 66 % dans la zone y + < 30. La production d’entropie moyenne décroit plus vite en s’éloignant de la paroi que la production d’entropie turbulente. L’auteur associe la production d’entropie à la résistance aux transferts de quantité de mouvement. Il s’agit d’un exemple de calcul de taux de production d’entropie à partir de données DNS, dans un cas différent de celui étudié ici. Herpe et al. (2009) décrit la distribution de production d’entropie dans un échangeur tube-ailette, utilisant la configuration de Chen et al. (1998). La production d’entropie étant liée aux gradients de vitesse et de température, elle est plus importante dans les régions «downwash» que dans les régions «upwash» des tourbillons, à cause du raffinement de la couche limite. Une étude paramétrique permet à l’auteur de quantifier l’impact de l’angle d’attaque des générateurs de tourbillons sur les productions d’entropie dans le fluide ou dans le solide. L’auteur détermine aussi que poinçonner l’ailette augmente la production d’entropie de 8 % dans le fluide et de 37 % dans l’ailette. La diminution du NS1 est reliée à une augmentation de l’efficacité (telle que définie dans l’approche NTU). Pour l’auteur, ce critère est important parce qu’il fournit une information nécessitant moins d’hypothèses que le calcul du NUT, et donnant une information volumique pour caractériser les échanges. Peu d’analyses de distribution de production d’entropie pour des échangeurs thermiques disponibles dans la littérature présentent des champs 3D complets. Beaucoup d’articles abordant le sujet utilisent des modèles simplifiés, monodimensionels, permettant analytiquement de faire des études paramétriques. Voir par exemple Bejan (2001) à ce sujet. L’interprétation physique des résultats liés à la production d’entropie est simple dans le cas d’échangeurs effectuant les transferts entre un moteur thermique et ses sources chaudes et froides. Elle correspond à une diminution du rendement par rapport à une machine de Carnot fonctionnant entre ces deux sources. Au contraire, son application pour des systèmes sans cycle thermodynamique peut poser des difficultés comme évoqué par exemple dans Balaji et al. (2007). Une des possibilité étant de relier la production d’entropie au critère NTU comme évoqué avant. Dans cette étude,

18

1 Étude bibliographique

l’interprétation physique n’est pas développée, et l’objectif est plutôt de déterminer l’impact des approximations faites en RANS sur le calcul de la production d’entropie. Cela est effectué via une comparaison avec les calculs DNS.

1.4

Conclusion

L’utilisation des tourbillons longitudinaux pour l’intensification des échanges thermiques a été décrite dans cette revue bibliographique. Il ressort que les articles présentés dans cette étude présentent souvent des informations sur des grandeurs globales, mais peu d’information locale sur des grandeurs telles que la fonction de dissipation. Ces articles s’intéressent souvent à des écoulements en couches limites. Les méthodes d’investigations sur des configurations avec perturbateurs sont souvent des calculs en RANS. Les calculs instationnaires utilisent des toubillons synthétisés numériquement (et ne reproduisent donc pas toute la structure de tourbillons présents avec un perturbateur réel). Ils présentent rarement des résultats locaux sur le second principe.

et est pas exemple utilisé dans Tennekes et Lumley (1972). qui contractent une paire d’indices et réduisent de 1 l’ordre d’un tenseur. Ce système de notation est utilisé pour sa simplicité et sa concision. Un vecteur complet est indiqué par xi . sans que les lettres i ou j ne désignent une composante particulière (sauf mention explicite). tenseurs d’ordre 2) sont con− sidérés dans cette étude.2. Les vecteurs ne sont pas représentés par les symboles →.1 Définition de l’objet Géométrie Figure 2. et un tenseur d’ordre 2 par Sij .2 2. La notation d’Einstein est utilisée pour les sommations. une approche utilisant plusieurs outils (banc expérimental. vecteur. ou x x et les tenseurs d’ordre 2 par x. 2. puis s’attarder sur les particularités propres à chacune. 2. Une notation indicielle est utilisée pour représenter les tenseurs de façon unifiée. Un indice numérique par contre désigne une composante particulière : la composante longitudinale de vorticité par exemple est notée ω1 .Chapitre 2 Préparation de l’étude Afin d’analyser l’évolution des structures dans un canal plan perturbé. calculs numériques stationnaires et instationnaires) a été mise en place.1 – Géométrie étudiée 19 .1 Notations Des tenseurs de différents ordres (scalaires. Le nombre de lettres différentes indique ainsi l’ordre du tenseur. Ce chapitre va dans un premier temps décrire les paramètres communs à ces trois approches. Les positions adimensionnées Xi correspondent aux coordonnées réelles xi divisées par la hauteur du canal H.

1.5.46 hauteurs de canal.2.55) . La base du perturbateur mesure 2. la paroi basse pour X2 (sauf pour les cartographies où le centre du canal est considéré). RANS. et la seconde telle que Reτ = 180 1 . (1996). La hauteur du canal est de 41. La largeur du canal est très supérieure à sa hauteur (le ratio exact variant selon l’approche. Le nombre de Reynolds Re peut aussi être défini en utilisant la vitesse débitante et le périmètre mouillé. cela se traduit par un canal de dimensions 41. Par exemple. comme représenté sur la figure 2. les origines des coordonnées sont le bord de fuite du perturbateur pour X1 . suggère un rapport d’aspect d’au moins 7 pour considérer un écoulement de canal plan bidimensionnel. Un écoulement de canal plan turbulent établi est modifié par un perturbateur rectangulaire présentant un angle d’attaque de 30°et dont la hauteur correspond à la moitié de la hauteur du canal. Dans le cas de la veine expérimentale. les valeurs du nombre de Reynolds sont de ReDN S = 1786 et Re = 4760. et 2m. et enfin le centre du canal pour X3 . et dont la base a la même taille que dans le cas rectangulaire. pour pouvoir être considérée négligeable. Cette dernière configuration est directement inspirée de Biswas et al.1 – Mesures et calculs effectués 1.2 Régime d’écoulement Deux valeurs de nombre de Reynolds sont étudiées pour les calculs RANS et la partie expérimentale : la première telle que Reτ = uτ δ/ν = 90. Pour le régime faible débit. jusqu’à Reτ = 590 et montré que le régime Reτ = 180 présente des caractéristiques propres aux écoulements turbulents à faible nombre de Reynolds. aussi bien au niveau dynamique dans Kim et al.1 (p. Des simulations RANS ont été effectuées pour dimensionner l’étude. tels qu’une zone logarithmique de dimension réduite et un écart par rapport au profil de turbulence universel dès y + = 10. dans Kim et al. Pour la partie expérimentale. Moser et al. ce rapport d’aspect vaut 12. La disponibilité de données tabulées pour cette dernière valeur. triangulaire RANS DNS PIV x x x x rectangulaire RANS DNS PIV X X X Re1 Re2 Tableau 2. et le banc expérimental est isotherme. Dean (1978). et une vitesse débitante de 0. le nombre de Reynolds ReDN S est défini en utilisant la demi-hauteur du canal et la vitesse au centre d’un profil de Poiseuille ayant la même vitesse débitante. Des résultats ont aussi été obtenus avec un perturbateur triangulaire occupant toute la hauteur du canal. (1999) ont effectué des calculs DNS à des nombres de Reynolds plus élevés.1. Sauf mention contraire. Pour le régime haut débit. La définition de ces termes est rappelée dans la section 3.6 mm de hauteur. DNS ou expérimental).s−1 pour le second cas. Plusieurs nombres de Reynolds peuvent être définis pour décrire le même écoulement. elles sont de ReDN S = 4244 et Re = 11300. (1987).6 mm. 2. (1999) justifient l’usage de cette valeur.20 2 Préparation de l’étude La géométrie considérée dans cette étude est simplifiée par rapport à une configuration d’échangeur réelle. Le fluide est chauffé par les parois dont la température est constante dans les calculs numériques. L’épaisseur du perturbateur est de 1 mm.9 m. (1987) que thermique dans Kawamura et al.s−1 pour le premier cas.

n co id nv d' er ab ge ei nt lle Laser Plan d'étude En tr ée Et ab lis se m en t flu id e H Coordonnées l L Dimensions de la zone d'investigation Figure 2.0416 m. cette étude fait appel à une PIV en deux dimensions. pour les composantes u2 et u3 . la veine se termine par un coude vertical ramenant le fluide en début de boucle après un passage temporaire dans une chambre de tranquillisation. Elle consiste à ensemencer un écoulement de particules réfléchissantes. Les dimensions de la section d’essais sont H = 0. Cette section est un canal plan qui contient le perturbateur et dont les parois en verre permettent l’éclairement par un laser et la capture d’image par une caméra. flu id G e ril l et e. Le débit est mesuré par un diaphragme placé avant la pompe et par un compteur volumétrique placé en sortie de la pompe pour certaines mesures plus précises.3.2 Préparation de l’étude 21 Le tableau 2. et sont centrées sur le milieu du canal où sont So rt ie Perturbateur Caméra .3 m. convergent et nid d’abeille relié à une section d’établissement de 4 mètres préparant un écoulement turbulent développé à l’amont de la section investiguée. l = 0.1 récapitule les différentes campagnes de mesures et calculs effectués. car ils forment un ensemble cohérent pour l’interprétation physique de l’écoulement. Dans ce mémoire ne seront exploités que les résultats marqués «X».3 2. à l’aval du perturbateur. L = 1. La caméra d’acquisition est associée au logiciel « Dynamic Studio » de traitement d’images permettant d’obtenir des cartographies transverses de vitesse instantanée. Il comprend un ensemble grille. qui permet d’obtenir la mesure simultanée de deux composantes de vitesse dans un plan.2 – Représentation schématique du banc 2. En aval. 2. Le fluide est mis en mouvement par un ventilateur à fréquence variable. Les surfaces transversales de mesure couvrent la hauteur du canal.1 Banc expérimental Présentation du banc Le banc expérimental est présenté sur les figures 2. Ce type de mesure se nomme PIV 2D2C. La vitesse instantanée locale en chaque point du plan étudié est ensuite dérivée du déplacement mesuré entre les expositions au laser via le calcul du minimum de l’intercorrélation entre des zones d’interrogation. qui sont éclairées par un laser.2 et 2.3.3.5 m.2 Principe de la PIV L’imagerie par vélocimétrie de particules (Particle Image Velocimetry en anglais) est une méthode non intrusive de mesure des vitesses instantanées au sein d’un écoulement. Parmi les technologies PIV existantes.

6. il faut une section d’établissement de 4 m. la surface supérieure en PMMA a été rayée par les manipulations.28).3. moins exposées aux dégradations de qualités optiques et éliminants les traitements mentionnés. Une vérification expérimentale du profil établi est donc présentée dans la section 2. comme l’élimination de l’influence moyenne des rayures sur les expositions. Une largeur de 2. 2.1 Paramètres physiques Distance d’établissement La distance nécessaire à l’établissement de l’écoulement est estimée à priori à l’aide d’un calcul RANS k − ω SST . et afin d’éliminer les ombres dues aux rayures. soit une centaine de hauteurs. Des bandes rugueuses sont placées à l’entrée de la zone d’établissement pour faciliter la transition vers le régime turbulent établi. L’axe de rotation des structures induites étant quasiment aligné sur l’axe de l’écoulement. Dans la première. laser . des traitements particuliers étaient appliqués aux images. dimension retenue lors de la construction de la veine. L’examen des résultats montre que pour obtenir une vitesse au centre avec 1% d’erreur par rapport à la vitesse finale.8 H est couverte. x3 ].2. la veine a été reconstruite avec des surfaces transparentes en verre.22 2 Préparation de l’étude y z x m ca a er ra pi de Figure 2.3. Deux versions de la veine ont été construites.3 – Vue d’ensemble du banc d’essais convectés les tourbillons longitudinaux. Lors du passage à l’ailette rectangulaire. tels que définis sur la figure 2. les plans d’étude retenus sont des plans transverses [x2 .3.2 (p.3 2.3.

un post traitement est effectué sur un calcul RANS.4 Paramètres du système d’acquisition La résolution du champ de vitesse obtenu par PIV n’est pas égale à celle des clichés obtenus par la caméra. Une simulation est effectuée dans une section bidimensionelle. Antonia et Mi (1993).4 – Lignes de courant dans le coude de sortie La veine d’essais présente un coude après la section de mesure comme indiqué sur la figure 2. Pour cela. Les lignes de courant sont présentées sur la figure 2. Le choix de la résolution spatiale en PIV est conditionné par divers facteurs et influence à son tour le choix du temps de différenciation (temps entre deux clichés pour déterminer le déplacement). le traitement permettant de passer des clichés aux champs de vecteurs ne fait pas un suivi individuel de chaque particule photographiée. les mesures peuvent donc être effectuées en amont de ce point. Afin de déterminer les valeur de l’échelle de Kolmogorov dans une tranche d’écoulement à X1 = 2.2 Préparation de l’étude 2. Il apparaît qu’au delà de 2 hauteurs de canal. En effet. avec les mêmes paramètres que les autres simulations RANS. le maximum de la fonction d’intercorrélation bidimensionelle entre les deux clichés est calculé.2 Coude 23 profil faiblement affecté par le piquage section verticale de sortie Figure 2.2. Le premier impératif pour la mesure de la dissipation des structures dans le canal est de capter l’ensemble des structures présentes.3. sur lesquelles le déplacement moyen des particules est déterminé. ce qui entraîne une perturbation dans la section d’essais en amont du coude. Les clichés sont donc partitionnés en zones d’interrogations. Déterminer la distance sur laquelle cet impact est important permet de déterminer la valeur de X1 maximale à laquelle faire des mesures. l’écoulement n’est pas perturbé significativement par le coude. L’écoulement passe alors d’une configuration horizontale à une configuration verticale.3. 2.3. suggèrent un échantillonage de fréquence spatiale inférieure à 3 échelles de Kolmogorov pour limiter à 5 % l’erreur commise sur les calculs de dérivées. Le résultat est . se basant sur des résultats obtenus par mesures aux fils chauds.4. qui ne sont par ailleurs pas toutes apparentes sur chaque paire de clichés. Saarenrinne et Piirto (2000) indiquent qu’une fréquence spatiale trop importante peut par contre entraîner des erreurs (qui conduiraient dans cette étude à une surestimation de la fonction de dissipation si trop de bruit est présent).

C’est le cas dès lors que.1) Pour la détermination de la dissipation turbulente dans le calcul.5.6 – Détail de champs vectoriels obtenus pour des temps de différenciation différents La structure de l’écoulement moyen ne semble pas être modifiée par la variation du temps de différenciation (voir la comparaison des lignes de courant sur la figure 2.90) : η= ν3 Φturb 1/4 (2.4 mm.5 – Échelles de Kolmogorov à X1 = 2. telle que décrite dans la section 3. La taille de la zone d’interrogation sélectionnée est de 16x16 pixels. Elle fait intervenir la fonction de dissipation turbulente Φturb . les particules se déplacent d’une distance inférieure à un pixel ou supérieure à la zone d’interrogation. Il génère alors des vecteurs sans signification physique. En plus des problèmes de capture des structures.6 présente une comparaison d’un tourbillon du à la turbulence dans un champ obtenu avec un temps de 190 µs et le détail d’un champs typique pour un temps de 570 µs. (a) 190 µs (b) 570 µs Figure 2. entre deux clichés. La formule 2. Plusieurs tests de temps de différenciation ont été effectués.6. Le maximum de corrélation n’est alors pas identifiable et le code de traitement ne peut déterminer une direction de déplacement moyen.5 (p. L’examen de la figure 2. ou trop important. se pose le problème des vecteurs aberrants qui apparaissent quand le déplacement au sein d’une zone d’interrogation est trop faible.24 2 Préparation de l’étude Figure 2. correspondant à une distance physique de 0. ce qui montre que les vecteurs aberrants correspondent à un bruit aléatoire centré.90). correspond au temps maximum tel que le nombre de vecteurs aberrants dans chaque exposition reste limité et qu’une correction soit possible.1 indique que η vaut au maximum 0.45 mm.6. Le temps finalement retenu. voir la section 3. de 190 µs. La figure 2.7). Cette valeur est au-dessus du critère cité. .5 (p. calcul RANS (facteur 10−4 m) présenté sur la figure 2. mais reste dans le bon ordre de grandeur.1 (qui est plus détaillée dans Wilcox (1998) par exemple) est utilisée pour le calcul.

c’est pourquoi le temps de 190 µs est adopté pour l’ensemble des mesures effectuées présentées dans ce mémoire. la vitesse débitante est d’environ 2 m. La taille de zone d’interrogation de 16 par 16 pixels. L’épaisseur de la nappe laser est d’environ 3 mm. Plus le nombre de particules communes aux deux clichés est faible. La taille physique de la section d’écoulement considérée est de 4. c’est pourquoi des structures de l’écoulement plus petites qu’une zone d’interrogation seront toujours moyennées et disparaîtront dans le traitement par intercorrélation. évitant d’utiliser des pixels pour capturer des zones sans intérêt. Une contrainte supplémentaire sur le temps de différenciation est ainsi introduite. et l’overlap de 50% permettent d’obtenir des champs ayant une résolution de 255 vecteurs selon x3 et 92 selon x2 . lors l’acquisition des photos.9. ce qui est visible sur la figure 2. sans cependant réduire le support du noyau de convolution. plus le risque d’avoir des vecteurs aberrants est important. La seule solution réellement satisfaisante pour éviter les compromis évoqués est d’augmenter la résolution des images brutes.45 mm de côté.16 cm de haut par 12.7 – Lignes de courant en fonction du temps de différenciation Une fois sélectionné un couple [temps de différenciation. Conformément à toutes ces considérations. rendant l’intercorrélation impossible. C’est dans ce but que la fenêtre d’acquisition est limitée à la zone autour du tourbillon principal. (a) 190 µs (b) 570 µs Figure 2.5 Temps de traversée de la nappe et ensemencement La nappe PIV éclaire un plan positionné perpendiculairement par rapport à l’axe principal de l’écoulement. pour ∆x+ = 4. La densité d’ensemencement sélectionnée est relativement importante.s−1 . Quelques particules se détachent clairement. Un overlap de 50 % a été utilisé. chaque zone d’interrogation conserve la même étendue spatiale. Cette dimension de zone d’interrogation correspond physiquement à un carré de 0. Le temps de différenciation sélectionné est de 190 µs ce qui représente donc un ordre de grandeur de 86 % de particules restant dans la nappe laser entre deux clichés. Cependant. une solution pour augmenter la résolution des champs de vecteurs est d’utiliser un «overlap» (chevauchement des zones d’interrogations).3. un peu comme si le résultat d’une convolution est échantillonné plus finement. permettant ainsi un faible temps de différenciation et de petites zones d’interrogation tout en conservant une description précise des phénomènes mécaniques observés.3 cm de large.2 Préparation de l’étude 25 Les grandeurs utilisant les dérivées sont par contre extrêmement affectées par le bruit. L’overlap augmente donc l’échantillonnage spatial sans augmenter la taille des plus petites structures détectées. et le reste des .taille de zone d’interrogation]. aucune particule n’appartiendra à deux clichés successifs. i 2. Au nombre de Reynolds haut. le temps de différenciation retenu est de 190 µs. car si ce dernier est trop important.s−1 .5 m. L’ordre de grandeur du temps de traversée des particules est alors de 1.

9 – Détail du niveau d’ensemencement sur une zone de 1.8 – Déplacement à travers la nappe laser Figure 2.26 2 Préparation de l’étude temps de traversée direction de l'écoulement e largeur du laser Figure 2. sans modification de l’histogramme .6 par 1 cm.

Par le biais de cette méthode. elle est illustrée ici par la figure 2. La puissance de la pompe est progressivement augmentée jusqu’à concurrence de la valeur de la dépression obtenue dans le cas 1. Cette majoration s’explique car dans le cas 2. de la dépression entre l’atmosphère et un point en aval de la section de mesure (en rouge sur la figure). une méthode en deux étapes est utilisée. un débit de fuite maximum de 4 % a été mesuré. dans les conditions normales d’utilisation du banc. Afin de se prémunir contre ce genre d’erreurs. Toute fuite va se traduire par l’introduction d’un écoulement secondaire qui est susceptible de perturber le comportement normal de la veine d’essais et fausser les mesures. En utilisant cette méthode. L’entrée du banc est ensuite bouchée. La pression à l’intérieur de la veine est ainsi partout quasiment égale à la pression à l’entrée de la pompe. De la déformation de cette texture entre les expositions seront déduits les vecteurs vitesse. le débit de fuite en utilisation normale est ainsi majoré par le débit total mesuré en bouchant la veine.2 Préparation de l’étude 27 particules «texture» l’image. La différence de pression aux extrémités de chaque fuite est donc toujours plus importante dans le cas 2 que dans le cas 1.1 Contrôle du fonctionnement du banc d’essais Vérification de l’étanchéité Le banc expérimental fonctionne en dépression.10. par rapport à d’autres méthodes de mesure de vitesse comme un tube de Pitot). . la pompe est mise en marche à très bas régime. Figure 2. En premier lieu une mesure est effectuée. en utilisant après la pompe un débitmètre volumétrique (pour assurer une précision suffisante sur le débit de fuite. la pompe étant placée après la zone de mesure. ceci pour toutes les fuites. Ceci constitue le «cas 1».6. Il peut donc en être déduit que les fuites sur la partie étudiée de la veine sont relativement peu importantes.10 – Mesure du débit de fuite Afin d’estimer l’impact de ces fuites.3.6 2. à cause du faible écoulement dans la veine qui ne peut pas générer de pertes de charges significatives. une quantification du débit induit par les fuites dans la veine est effectuée. et la dépression est mesurée («cas 2»). 2. l’ensemble de la dépression est concentrée à l’intérieur des fuites. et seront par conséquent négligées. et le débit dans une fuite dans le cas 2 majore le débit dans la même fuite dans le cas 1.3.

4 Les deux inconnues ∆x et uτ sont modifiées pour minimiser la somme des erreurs quadratiques entre les profils expérimentaux et les profils théoriques.11 – Vitesse moyenne u1 /uτ sur la paroi basse Les profils présentés sur les figures 2. Les profils sont obtenus sur la paroi basse et sur la paroi haute du canal. Pour vérifier le profil d’entrée.5) 2 1 ln(x+ ) + 5.5 tanh(x+ /14. Ces deux inconnues sont ajustées en faisant une régression selon trois lois d’écoulement pariétal : Domaine x+ < 5 2 5 < x+ < 15 2 15 < x+ < 150 2 valeur de u+ 1 + x2 14. 20 18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 1 10 100 Figure 2. . pour identifier une éventuelle asymétrie de l’écoulement.12 sont obtenus à une valeur de x1 correspondant au bord d’attaque amont de l’ailette et à mi distance entre l’ailette et le bord latérale de la veine. Pour valider ces deux aspects.55).11 et 2. et est simple à mettre en œuvre. un dispositif de vélocimétrie laser (Laser Doppler Anemometry . les profils de vitesse moyenne et d’énergie cinétique turbulente sont comparés à des profils obtenus en DNS pour le même nombre de Reynolds.5 2 0. Deux paramètres sont inconnus : l’origine exacte de l’axe x2 .2 2 Préparation de l’étude Vérification du profil d’entrée à l’amont du perturbateur Deux propriétés sont attendues de l’écoulement arrivant sur le perturbateur : un nombre de Reynolds de 11300 et une turbulence pleinement développée.28 2. (1987). et la valeur de la vitesse de frottement. Ce dispositif permet de mesurer une composante de vitesse en un point.1 (p.3.1.LDA) est utilisé. Les résultats sont ensuite adimensionnés comme décrit dans la section 3. dans Kim et al.6.

12 – Composante longitudinale de la vitesse RMS la hauteur du canal u1 u1 . Quand un écoulement est ensemencé. On peut voir un bon accord pour les composantes moyennes et RMS de la vitesse longitudinale. et facilite les études de convergence.1287 m. la dissipation moyenne.7 Convergence des statistiques Comme une grande quantité de données est générée. et un code spécifique en reprenant certaines fonctionnalités a été réécrit spécifiquement dans Matlab.s−1 . ainsi le régime d’écoulement semble proche de l’objectif qui était fixé. Le banc étant isotherme.3 est de 0. les productions d’entropie ne sont pas calculées dans cette partie de l’étude.1 (p.50). .3. on peut en déduire que l’ensemencement est adapté à l’écoulement étudié. Reτ = 2. la vorticité RMS. Il permet de calculer des quantités spécifiques à cette étude (notamment la fonction de dissipation). par contre les valeurs de turbulence au centre du canal sont légèrement supérieures aux valeurs attendues. L’écoulement arrivant sur le perturbateur peut donc être considéré comme développé.2 Préparation de l’étude 29 √ Figure 2.s−1 . la vorticité moyenne. Les statistiques sur les résultats expérimentaux sont calculées avec la même méthode que pour la partie numérique. il ne faut pas que les particules soient trop volumineuses et trop lourdes. Comme les profils obtenus sont satisfaisants. car dans ce cas elles ne suivraient plus l’écoulement. le tenseur des contraintes de Reynolds.2) 8. l’énergie cinétique moyenne.6. uτ sur l’ensemble de La vitesse de frottement obtenue est de 0. Le code de post traitement de Dynamic Studio n’a pas été utilisé. alors que la valeur obtenue en utilisant la formule fournie par Hinze (1975) : 7 1 8 ReDN S (2. et la dissipation turbulente. (1987). Les grandeurs calculées sont la vitesse moyenne. l’exploitation des résultats ne peut s’effectuer que sur des moments statistiques que l’on chercher à rendre le plus représentatif de ce qui se passe dans l’écoulement.1281 m. Les pics de turbulence ont des valeurs proches des valeurs obtenues par Kim et al. voir la section 2.

14 – Évolution des statistiques en fonction du nombre de réalisations. des statistiques sur la vitesse u3 sont effectuées dans le plan X = 1. . 6 avec des résultats similaires. et sur la configuration avec le perturbateur triangulaire. un nombre de réalisations infini permettrait d’avoir une précision infinie sur une statistique.5 % +/.5. 4.5. mais deviennent stables pour 1000 réalisations. les limitations en taille mémoire et en puissance de calcul forcent à limiter le nombre de réalisations.30 points de suivi de convergence 2 1 2 Préparation de l’étude Figure 2. pour X1 = 3. Concrètement. sonde dans la position 1 L’étude de convergence a été répétée aux points marqués 1 et 2. Le nombre de réalisations retenu à la suite de cette étude est de 1500 champs vectoriels pour chaque plan considéré. +/.5 % nombre de réalisations (a) u3 nombre de réalisations (b) u3.13. Pour déterminer le nombre de réalisations à considérer. Les courbes tracées représentent l’évolution des statistiques en fonction du nombre d’échantillons pris en compte (voir figure 2. aux 2 positions représentées sur la figure 2. Les variations des statistiques évoluent rapidement pour un faible nombre de réalisations prises en compte.rms Figure 2.20) en indiquant la zone de confiance à +/5 % de l’erreur asymptotique. 3000 réalisations statistiques sont examinées afin de déterminer si le nombre d’échantillons par rapport aux critères de convergence est inférieur à ce nombre. ce nombre sera donc utilisé pour l’ensemble des mesures.13 – Positions du point de calcul de convergence Idéalement.

3) La décomposition de Reynolds est appliquée aux variables pour les séparer en une partie moyenne et une partie turbulente : ui = ui + ui .4. La seconde application concerne des calculs RANS utilisés pour fournir la condition initiale du calcul instationnaire DNS et est décrite dans la section 2. il faut obtenir les valeurs des termes −ρui uj . 2.2 Préparation de l’étude 31 2.1. la puissance mécanique dissipée n’est pas un terme source dans l’équation de l’énergie interne (qui est modélisée comme un transport passif de la température) et la gravité n’est pas incluse dans l’équation de bilan de quantité de mouvement (pas de prise en compte de la convection naturelle). Le détail de cette procédure est décrit dans la section 3.42). Cette utilisation permet de prototyper rapidement l’étude. La première concerne des calculs utilisés pour obtenir des résultats qui seront comparés aux résultats expérimentaux et DNS. Les calculs RANS trouvent dans le cadre de cette étude deux applications distinctes. . L’opérateur de moyennage ( ) est appliqué aux équations résultantes.4 2. qui sont les composantes du tenseur de Reynolds.4) Pour fermer ce système d’équations. par exemple pour tester plusieurs paramètres parmis lesquels les différentes conditions aux limites ou l’influence de la taille du domaine de calcul. Cela est rendu possible par la résolution d’équations aux dérivées partielles dont ces moments sont les inconnues. et c’est elle qui est décrite dans cette partie. Quelques fonctionnalités additionnelles sont cependant nécessaires et sont implémentées sous la forme de scripts et de fonctions en langage C compilées et liées aux solveurs lors du calcul. les équations de Navier-Stokes moyennées prennent pour expression : ∂ui =0 ∂xi ∂ui uj ∂p ∂ 2 ui ∂ ρ =− +µ + (−ρui uj ) ∂xj ∂xi ∂xj ∂xj ∂xj (2.7 (p. Après ces modifications.5.2 Modélisation Les propriétés physiques du fluide ont été selectionnées pour simplifier l’étude. pour un fluide incompressible et newtonien. Les équations de Navier-Stokes.4. La densité du fluide est constante.1 Calcul RANS Présentation L’utilité première d’un calcul RANS est de calculer directement les valeurs de certains moments statistiques décrivant le champs étudié sans passer par le calcul puis le post-traitement d’un grand nombre de champs instantanés (comme c’est le cas pour les parties expérimentales et DNS de cette étude). prennent alors pour expression : ∂ui =0 ∂xi ∂p ∂ 2 ui ∂ui ∂ui uj + =− +µ ρ ∂t ∂xj ∂xi ∂xj ∂xj (2. et si l’écoulement est considéré stationnaire. Les calculs RANS sont effectués avec le code Fluent.3.

Selon les dimensions x1 et x3 . le débit est prescrit manuellement.39). sont ensuite extraits d’une section transverse de l’écoulement précurseur .83). le maillage n’a pas besoin d’être aussi raffiné que dans le calcul DNS. qui sont plus étendues spatialement que celles apparaissant dans les champs instantanés. Une description plus complète des conditions aux limites est fournie en DNS. Ainsi des trois moyens d’investigation utilisés dans cette étude (expérimental. c’est à dire à un domaine rectangulaire de 1x0. le maillage principal est constitué de cellules hexahédrales. le domaine de calcul correspond à 1 m de section expérimentale. et en appliquant un moyennage sur l’équation obtenue. Le maillage complet du domaine contient 6 millions de mailles. le maillage est trivial dans le cas du perturbateur rectangulaire. Au centre du canal. et que la condition de sortie est une condition de gradient nul. DNS). Le maillage est raffiné de sorte que les centres des premières mailles soient situés en x+ = 3.32. Dans le calcul précurseur.32 2 Préparation de l’étude Pour le bilan d’énergie interne. Les profils de ui k et ω. dans la section 2.95). les mailles ont des tailles 2 de ∆l+ = 16. correspondant à la convection d’énergie interne par la partie turbulente de l’écoulement fait l’objet de la section 4. Comme le domaine étudié correspond à un canal plan perturbé. La principale différence entre les conditions en DNS et en RANS est que la stationnarité n’impose la génération que d’un seul profil d’entrée . le même raisonnement est appliqué.1 (p. De plus. 2.5. puisqu’il s’agit de mailles hexahédrales dont l’orientation est ajustée à l’angle du perturbateur.46.2.0416x0. La concentration moindre de mailles couplée au calcul direct des statistiques de l’écoulement entrainent des temps de calcu beaucoup plus courts et permettent en contrepartie d’étudier un domaine spatial plus étendu que ce qui est possible en DNS.5 m3 . 2.5) puis en décomposant la température en une partie moyenne et une partie turbulente.1 (p.5. conformément aux recommandations de Fluent qui stipulent que la 2 première maille soit placée dans la sous-couche visqueuse. il est celui fournissant le moins d’informations. RANS.3 Maillage Le maillage a été crée à l’aide du logiciel Gambit. on obtient pour un régime stationnaire : ρCp ∂ 2T ∂ ∂ui T =λ − ρCp uT ∂xi ∂xi ∂xi ∂xj j (2. la taille des cellules est de ∆x+ = 17. Le bilan instantané est d’abord considéré : ρCp ∂T ∂uj T + ∂t ∂xj =λ ∂ 2T ∂xj ∂xj (2.6) ∂ La modélisation du terme −ρCp ∂xi ui T . il pourra être difficile d’obtenir d’autres moments statistiques. et Fluent détermine de façon itérative le gradient de pression à appliquer.3. qui est une grandeur décrite dans la section 3.4 Autres paramètres Un calcul précurseur possédant des conditions aux limites périodiques fournit des profils d’entrée de ui et k au calcul contenant le perturbateur. Physiquement. Le modèle RANS calculant directement certains moments statistiques sans passer par le calcul des réalisations statistiques.4.4. Comme le calcul RANS ne capture que les structures présentes dans le champ moyen. alors que cette condition devient en DNS une condition dite «advective» avec l’ajout d’une dérivée temporelle.1.3 (p.6.

Les équations sont donc résolues en utilisant les bilans locaux sans dépendance temporelle.5. Les équations résolues dans la présente étude régissent les bilans locaux de quantité de matière.4. appelé calcul précurseur. car les hypothèses faites sur l’incompressibilité. le calcul étant considéré convergés quand les grandeurs sont stabilisées à 10−8 près. sans modélisation de termes turbulents. La réalisation de calculs utilisant une variation temporelle de l’écoulement (URANS) n’a pas permis d’identifier de variations temporelles significatives dans la forme des tourbillons longitudinaux. de quantité de mouvement. Le choix d’OpenFOAM est justifié dans la section 2.34). Le maillage utilisé en DNS doit répondre à des contraintes strictes.2.2 (p.4 (p.1 Simulation numérique directe Présentation générale Équations résolues La DNS est une méthode numérique où les équations de Navier-Stokes sont résolues. le comportement newtonien. Les convergences des calculs estimées avec diverses sondes. Elles sont donc similaires aux équations présentées dans la section 2. par exemple sur le raffinement en proche paroi. Les différences sont la présence de dérivées temporelles et l’absence de termes liés à la décomposition de Reynolds (puisqu’elle n’a pas été appliquée) : ∂uj =0 ∂xj ∂uj ui 1 ∂p ∂ 2 ui + =− +ν ∂xj ρ ∂xi ∂xj ∂xj 2 ∂uj T ∂ T + =α ∂xj ∂xj ∂xj (2. pour obtenir une solution instationnaire.9) ∂ui ∂t ∂T ∂t 2.1. Ce profil est importé dans le calcul contenant le perturbateur et utilisé comme condition d’entrée. La première étape de cette étude a été la sélection d’un code de calcul adapté aux problématiques à étudier. La solution retenue dans cette étude pour la génération des conditions d’entrée est l’utilisation d’un calcul annexe (comme pour le calcul RANS). et l’absence de convection naturelle sont conservées. en utilisant des discrétisations temporelles et spatiales suffisamment fines pour capturer l’ensemble des structures turbulentes. pour toutes les variables. Les coefficients de sousrelaxation sont les coefficients par défaut.8) (2. Le couplage entre l’équation de quantité de mouvement et de continuité se fait à l’aide de l’algorithme SIMPLE. Ces deux types de calcul sont parfois identifiés dans le présent mémoire par «precur» et «perturb» pour ne pas alourdir les . Ces contraintes sont détaillées dans la section 2.2 Préparation de l’étude 33 vers un fichier.5.1.5 2. Les schémas de discrétisation utilisés pour le calcul sont les schémas de discrétisation au second ordre proposés par Fluent.5. et d’énergie interne (sous sa forme de transport d’un scalaire passif).5.36).5.2 Démarche générale Les différentes problématiques liées à l’implémentation de la DNS sont décrites dans cette section. 2.1 2. qui génère des profils qui sont utilisés comme condition d’entrée pour le calcul contenant le perturbateur.7) (2.

Dans le cadre de cette étude. Il est ainsi architecturé pour pouvoir résoudre des équations aux dérivées partielles sur des tenseurs et en déléguant la résolution de ces équations à des fonctions spécialisées. une équation est représentée par le patron de classe fvMatrix<Type> où Type est une classe pouvant représenter un tenseur de n’importe quel ordre. ce qui facilite le maillage autours du perturbateur. Dans une configuration «arbitraire». certains solveurs ont été adaptés. 2. comme décrit dans la section 2. Enfin.5. pour accélérer les calculs.fvm::laplacian(DT. Par exemple. et permet de calculer des écoulements sur des géométries arbitraires. il a fallu développer une solution complète pour paralléliser le calcul.34 2 Préparation de l’étude notations.fvc::grad(p) ). et ce système décrit dans la section 2.2 Présentation du code La première étape de l’étude a été la sélection du code. tandis que l’équation de l’énergie est représentée par une instance TEqn d’une classe fvMatrix<scalar> : fvMatrix<vector> UEqn ( fvm::ddt(U) + fvm::div(phi.1 Programmation générique OF est écrit en C++. tirant beaucoup partie de la programmation générique (pour les notions attenantes de polymorphisme et de patrons de classe. 2. c’est à dire un système plus complexe qu’un écoulement de canal plan turbulent. voir Stroustrup (1997)).5. . Devant la difficulté d’implémenter une méthode par frontière immergées dans ce code utilisant une discrétisation en différences finies.5. et des modules spécifiques ont été crées.2. qui doit satisfaire plusieurs critères.5.fvm::laplacian(nu.38). OF satisfait ce critère. Le résultat est une syntaxe proche des mathématiques mises en œuvre ainsi qu’une bonne lisibilité du code. Le résultat a été l’utilisation de 384 cœurs en continu sur un cluster. Il faut donc systématiquement lancer à la fois le calcul contenant le perturbateur. mais une librairie complète pour l’utilisation des volumes finis pour la résolution d’équations aux dérivées partielles fournie avec quelques exemples de solveurs. le calcul DNS nécessite des temps de calcul très importants.8 (p. Afin d’y parvenir.5. fvMatrix<scalar> TEqn ( fvm::ddt(T) + fvm::div(phi.44) permet d’augmenter le nombre de réalisations statistiques disponibles. dont la description détaillée est l’objet de cette partie. et le calcul annexe. OF n’est pas à proprement parler un solveur. OpenFOAM (noté OF par la suite) a été retenu. U) == . après neuf mois de développements infructueux sur un code dérivé du code crée par Orlandi (2000). Il revient à l’utilisateur de stipuler les schémas de discrétisation spatiale et temporelle qu’il souhaite que ces fonctions utilisent.5. Aboutir à une solution stable et fiable a constitué une part importante de cette étude.1 (p. L’équation de quantité de mouvement est ainsi représentée par une instance UEqn de la classe fvMatrix<vector>. La version d’OpenFOAM sur laquelle ont été effectués les calculs finaux est la version 1. T) . U) . des écoulements similaires sont calculés en parallèle sur plusieurs noeuds de calcul. il a été décidé de se réorienter vers un code en volumes finis. T) ). Les conditions initiales sont légèrement différentes entre ces écoulements.

(2007). (1999) fournissant là aussi une définition précise des schémas utilisés en volumes finis. divergences et laplaciens. se trouve dans Jasak et al.2. résoudre l’équation de l’énergie interne. il faut choisir un solveur linéaire pour résoudre les systèmes matriciels obtenus.3 pour la pression et 0. obtenir des statistiques particulières liées aux phénomènes dissipatifs..5.2 Structure du solveur Un solveur pour le calcul d’écoulement turbulent en canal plan périodique en LES est distribué avec OpenFOAM. 2. 2. Le code ne résout pas en même temps l’équation de bilan de matière et l’équation de bilan de quantité de mouvement. un gradient biconjugué préconditionné par une décomposition LU incomplète.8 (p. La plupart des classes fournies par OpenFOAM prennent automatiquement en compte la communication inter-processus. Un exposé plus complet des implications de l’utilisation de la programmation générique dans le cas d’OF.solve(). Ferziger et al. A la suite de quoi l’équation de Poisson régissant la pression au pas de temps actuel est résolue en utilisant les valeurs des vitesses obtenues précédemment. Il est modifié dans cette étude pour supprimer le modèle de turbulence de sousmaille. Ces deux travaux utilisent une modélisation LES de la turbulence.solve().44). pour estimer le champ de vitesse dans l’écoulement.3 Paramètres Les schémas de discrétisation utilisés sont : «arrière» pour les dérivées temporelles (schéma second ordre). fvm dédignant les termes calculés implicitement et fvc les termes explicites. comme approximation du champs de pression au pas de temps actuel.2 Préparation de l’étude 35 On retrouve donc les termes de dérivée temporelle. et pour les équations de quantité de mouvement et de température.5. pour l’équation de Poisson sur la pression. ou encore mettre en place les calculs concurrents tels que décrits dans la section 2. (1999). Dans cette étude les solveurs sont.7 pour les autres variables sont . Une fois les équations aux dérivées partielles transformées en équations algébriques par ces discrétisations. et TEqn. Dans un premier temps le champ de pression calculé à l’itération précédente est utilisé (de façon explicite comme vu précédemment) dans les équations de quantité de mouvement. Un autre exemple de projet utilisant OpenFOAM pour un calcul instationnaire est Duprat (2010). Saad (2003) par exemple fournit le détail de ces techniques d’algèbre linéaire. et «intégrale de Gauss» pour les dérivées spatiales (schéma second ordre). Le détail de cet algorithme est par exemple décrit par Ferziger et al. il représente les premiers travaux effectués en LES avec OpenFOAM. Des coefficients de sous-relaxations de 0. rendant la parallélisation implicite dans la plupart des situations rencontrées. et sert de base pour le code utilisé dans la présente étude pour le calcul en DNS. un gradient conjugué préconditionné par une multigrille. avec des applications pour les turbines hydrauliques. Il résout les équations de Navier-Stokes en régime instationnaire. Un exemple d’utilisation d’OF pour la résolution d’écoulements instationnaires se trouve dans la thèse de de Villiers (2006). Les interpolations entre les centres des cellules et des faces sont effectuées avec des schémas linéaires. La résolution de ces équations est ensuite effectuée par les appels aux méthodes UEqn.5. et des corrections sur les champs de pression et de vitesse sont appliquées pour obtenir un champs de vitesse satisfaisant l’équation de continuité. Il utilise l’algorithme PISO pour les coupler en séparant le calcul en plusieurs étapes.

Les moyens matériels mis en œuvre pour effectuer le calcul sont 384 processeurs tournant en continu pendant 1 mois. alors que le milieu du canal se trouve en x+ = 180. 2. et la fonction f est appliquée de la même façon que dans le cas du canal plan. 2 2 Le maillage doit donc être raffiné en proche paroi. Le critère d’arrêt sur la valeur des résidus est repris d’un cas test fourni avec OpenFOAM. Les valeurs des paramètres a. dont les points sont espacés de la même distance dans les trois dimensions.5. La pente de cette courbe est liée linéairement à la densité de mailles dans l’espace d’arrivé. mais concentrées dans la zone de proche paroi. . Après application de f .36 2 Préparation de l’étude appliqués.5.5. Par exemple. il faut que les équations de Navier-Stokes soient discrétisées en un nombre de points suffisant pour que les structures turbulentes et leurs interactions soient décrites correctement dans les champs solutions.10) ζ →z =cζ ξ. par l’utilisation de 24 sous-calculs parallèles. Le pas d’avancement temporel ∆t est de 1.95 Ces trois valeurs ont été sélectionnées sur la base des valeurs utilisées par Doche (2007) pour la simulation en DNS d’un canal plan contenant un écoulement turbulent lui aussi à Reτ = 180. H] × R ξ →x=aξ →y= tanh(b ( H − 1 )) H 2 1+ b 2 tanh( 2 ) (2.5e−4 s. H] × R → R × [0. Il est ensuite importé sous OF. La définition de cette fonction est : f : R × [0. Or. Une fonction f est appliquée aux coordonnées du maillage régulier pour obtenir les coordonnées du maillage réel. La hauteur de la première maille est donc de ∆x+ = 0.4 Maillage Afin de capter les structures turbulentes.5. et ζ représentant les coordonnées dans l’espace de maillage régulier.8 1. à la différence que le maillage régulier est crée sous Gambit. les mailles étant cubiques. 1 3 Le canal contenant le perturbateur a été maillé selon le même principe que le canal plan. les structures turbulentes ne sont pas réparties régulièrement dans l’écoulement.25. 2 L’écart entre mailles dans les autres dimensions est de ∆x+ = 8 et ∆x+ = 5. b et c sélectionnées pour l’étude sont : a b c 2. cela correspond à une valeur de CFL moyen d’environ 0.15. le centre de la première maille fluide au-dessus de la paroi se trouve en x+ = 0.15 et de CFL maximal d’environ 1. La composante fx2 transformant les coordonnées selon la seconde dimension est tracée sur la figure 2. Avec la maillage utilisé. le pic d’énergie cinétique turbulente se situe autours de x+ = 15.84 3. Ce maillage en proche paroi est obtenu en partant d’un maillage régulier (généré dans OF). La 2 2 hauteur d’une maille au centre du canal (la plus étendue selon y) est de ∆x+ = 5. pour un calcul LES en canal plan à Reτ = 395.5.

diminuant localement le débit. Par contre.15 – Fonction f : → x2 (dimensions en m) pour obtenir le maillage réel sur lequel les calculs seront effectués. DNS ligne de courant en RANS ou exp. Figure 2. ainsi que le canal DNS. les cellules en contact avec le perturbateur ont pour dimensions 8 × 5. pour conserver le débit total dans chaque section. des contraintes sur le nombre total de mailles ont amené à ne pas raffiner particulièrement la zone autours du perturbateur. Par exemple.4 hauteurs de canal. Le perturbateur représente un obstacle pour l’écoulement.5 × 5.3698×0. Les dimensions du calcul DNS sont de 0.2 Préparation de l’étude 37 espace d'arrivée espace de départ Figure 2.0416×0. Les cellules en contact avec le perturbateur ont donc les mêmes dimensions que les cellules en canal plan dans la même zone. Or. La distribution des mailles finale est donc à peu près la même entre le canal plan et le canal perturbé. ce qui correspond à une augmentation artificielle du débit dans cette zone par rapport au cas réel. DNS et expérimentaux. Il faut tenir compte de cette limitation du calcul les des interprétations des différences entre les résultats RANS. figure à l’échelle Pour limiter le nombre de mailles.8×1×4.16 – Comparaison des largeurs de domaines DNS RANS et expérimentaux. impose par continuité du maillage une augmentation très importante du nombre de mailles. tout le flux reste dans la zone autours du perturbateur. la vitesse longitudinale sur les bords devient plus importante qu’en amont du perturbateur. RANS et exp.16 représente à l’échelle le canal RANS (et par extension la veine expérimentale). Le canal DNS étant moins large. le domaine de calcul a été tronqué par rapport à la taille du domaine expérimental et au calcul RANS. La figure 2.185 mètres soit 8. Le moindre raffinement. . au sommet du perturbateur.5 en unités pariétales.

L’approche la plus directe pour l’étude des écoulements turbulents est de disposer d’une géométrie où le fluide entre et sort du système par une condition périodique. et effectuent plusieurs passages dans le système. Il reste deux options pour la génération des conditions d’entrée : la synthèse de structures et l’utilisation d’un calcul précurseur. Les structures générées ne sont par contre pas physiques. Différentes méthodes permettant de générer un écoulement turbulent établi sont présentées suivie des détails de l’implémentation spécifique à cette étude. ce qui pour un calcul instationnaire est une quantité importante : un nombre de pas de temps important sera nécessaire à la convergence des statistiques.5. et la gestion des fichiers de profil est décrite dans la section 2. La taille du domaine est de 4.38 2 Préparation de l’étude Le maillage. Les autres conditions sont développées par la suite.5. C’est ce qui a été fait ici. Il ne serait plus possible d’effectuer des comparaisons avec le dispositif expérimental. sauf si l’écoulement est suffisamment long pour que des structures turbulentes réelles émergent. Soit le calcul précurseur est inclus en tant que portion du calcul avec perturbateur. et ne se comportent pas dans l’écoulement comme les structures turbulentes réelles. Soit le calcul précurseur effectué séparément génère des profils sous forme d’une suite de fichiers qui sont chargés dans le calcul avec le perturbateur.4 × 1 × 4. Cette section de l’étude passe en revue ces méthodes pour déterminer laquelle est la plus adaptée.1 Approche sélectionnée Tabor et al.5. au prix d’un calcul annexe pour lequel plusieurs approches sont envisageables. Cette approche n’est pas réalisable pour la géométrie étudiée ici. L’utilisation d’un calcul précurseur permet d’avoir des conditions d’entrée turbulentes établies. car le perturbateur génére des grands tourbillons longitudinaux qui ne sont pas présents dans un canal plan. la condition de périodicité recopiant alors les structures tourbillonnaires à l’entrée du canal.3. et ainsi accélérer l’établissement de l’écoulement dans le canal perturbé. et un temps de calcul peu important. Un terme de gradient de pression moteur est introduit dans les équations de bilan de quantité de mouvement. (2004) présentent un panel de méthodes utilisées pour la génération des conditions d’entrée. Synthétiser les structures à l’aide de corrélations permet de conserver un calcul autonome.5 Condition d’entrée du canal perturbé La condition d’entrée du canal contenant le perturbateur est un écoulement turbulent établi. et impose les même contraintes de maillages. Les structures turbulentes sont conservées. La première solution est choisie pour cette étude. et il contient donc 7 millions de mailles. 2. qui acquière au cours d’une phase de transition un caractère de turbulence établie. Le calcul est ainsi autonome : il génère ses propres conditions d’entrée instationnaires.5. Ce calcul est lui aussi instationnaire. Une perturbation initiale aléatoire déclenche la déstabilisation de l’écoulement. 2. Il est possible de ne pas coupler les deux calculs dès le premier pas de temps. Ceci permet d’attendre l’établissement de la turbulence dans le calcul précurseur pour n’assigner à l’entrée du canal perturbé que des profils turbulents établis. avec les limitations présentées sur son raffinement.5. De plus. un calcul précurseur fourni les conditions d’entrée. atteint 14 millions de mailles. en parallèle de ce canal. pour forcer la mise en mouvement du fluide.4 hauteurs de canal. Cette condition a demandé le plus de développements pour la présente étude. ainsi que la réduction de son étendue spatiale. Leur réintroduction à l’entrée ne permettrait plus d’avoir un écoulement de canal plan. .

Pour cela. et sa valeur est continue en la condition aux limites de périodicité. est elle calculée directement. Le fichier doit ensuite être modifié au format attendu par la condition d’entrée du calcul perturb. Cet allégement deviendra d’autant plus justifié quand sera abordée la notion de ligne de calcul. la profusion de profils peut dépasser la limite de 32 000 sous répertoires par répertoires (fixée par le système de fichiers).5. il apparaît judicieux de ne copier un fichier de precur vers perturb que quand perturb en a besoin pour l’itération courante.8 (p. peuvent être source d’erreurs.2 Maintien du débit dans la section d’entrée Afin de mettre en mouvement l’écoulement dans le calcul précurseur.3 Implémentation de la condition d’entrée OpenFOAM fournit nativement la possibilité de charger un profil écrit dans un fichier texte comme condition aux limites pour un écoulement. La partie fluctuante p . En plus de consommer de la place. ainsi que le transfert d’information entre precur et perturb.2 Préparation de l’étude 39 Pour simplifier les notations. le débit instantané dans la section est déterminé. et son gradient. l’implémentation proposée a posé quelques problèmes techniques. est fixé afin d’avoir une force volumique mettant en mouvement l’écoulement (de ce fait.11) La pression est décomposée en une partie moyenne et une partie fluctuante : p et p . L’équation de quantité de mouvement résolue dans le canal précurseur est donc : 1 ∂ ∂ 2 ui ∂ui ∂uj ui + =− (p + p ) + ν ∂t ∂xj ρ ∂xi ∂xj ∂xj (2. La solution retenue a donc été de modifier au minimum le solveur DNS écrit . La valeur de la partie moyenne n’est jamais calculée. La première étape pour cette étude a consisté à insérer un code dans le solveur utilisé pour le calcul precur afin qu’un plan soit échantillonné et écrit sur le disque. Cependant. constant dans l’écoulement. p ne peut être continue en la condition périodique). L’utilisateur fournit au solveur l’objectif de débit à fixer pour reproduire l’écoule∂p ment expérimental. Comme ces fichiers de profils peuvent être nombreux et occuper de la place sur le disque. et une solution adaptée à cette étude a été réécrite. puis au champs de vitesse. qui est la seule ∂p composante non nulle de ∂xi .5. Une solution doit donc être développée pour automatiser le lien entre les deux calculs. Le solveur va calculer la valeur numérique de ∂x1 . en utilisant une méthode itérative pour rester proche de l’objectif en débit. les profils ayant été utilisés soient supprimés.5. Ces opérations sont répétitives et. le calcul contenant le perturbateur sera par convention référencé sous le nom perturb et le calcul précurseur sous le nom precur.5. Dans le même soucis d’optimisation des ressources il faut de plus qu’à l’issue du calcul. effectuées à la main. empêchant l’écriture de nouveaux profils. un gradient de pression moyen est prescrit. 2. 2. Il a aussi fallu coder l’écriture du profil depuis precur.5. il n’y a pas de méthode de manipulation d’expressions régulières). Le langage C++ ne dispose pas nativement des méthodes nécessaire pour les opérations à effectuer ici (par exemple. de façon similaire à ce que fait l’algorithme PISO utilisé pour le couplage pression-vitesse pour que l’écoulement vérifie localement le bilan de matière. puis copié du cas precur vers le cas perturb où il sera utilisé. Une correction est appliqué à la pression.44). puis la correction à appliquer au gradient de pression est calculée. dans la section 2.

le profil adapté au pas de temps requis par le solveur. baptisé «feeder». Cette condition aux limites est utilisée à l’entrée de perturb. et l’étape 1 se présente à nouveau.17 – Relations entre le solveur et le feeder (script de gestion des profils) Le fonctionnement exact du feeder est résumé dans la figure 2.5. requête 4. est lancé en tâche de fond avant le solveur principal. solveur 1. selection 3. la gestion des profils sur le disque. Elle sert de canal de communication entre le solveur et le feeder. Ce programme. parmi les profils disponibles dans le cas precur. il le signale au feeder qui supprime du disque l’ensemble des profils utilisés. Elle est particulièrement utilisée dans le cadre de la simulation d’écoulement turbulents. quand le solveur termine son exécution. Le pas de temps est incrémenté de 1. communique un ordre au feeder.5. le feeder met à jour une liste qu’il tient des conditions aux limites demandées par le solveur. – Étape 2 : le feeder sélectionne.1 Autres conditions aux limites Périodique La condition de périodicité est uniquement utilisée dans precur. 2. – Étape 4 : le solveur reprend son exécution. à chaque pas de temps. écrit en Python. puis le solveur OF est lancé. accès et exploitation feeder 2. pour le champ de vecteurs ui ainsi que pour le champ de T . le feeder envoie au solveur un signal de fin de traitement. et de déléguer à un programme externe.40 2 Préparation de l’étude pour cette étude. De ce fait. Quand le solveur a finit son exécution. Elle consiste à égaliser les fluxs entre deux faces des deux côtés du canal. – Étape 1 : le solveur envoie une requête au feeder. Le solveur se met ensuite en attente de la confirmation par le feeder que les traitements sont terminés (fin de l’étape 3). par exemple d’effectuer l’import d’un certain profil sur le disque depuis precur. transfert et traitement bibliothèque entrées precur bibliothèque entrées perturb Figure 2. et effectue le formatage nécessaire pour que le profil devienne exploitable par perturb. Le solveur. il écrit sur le disque son champ courant.17. Les fichiers de profils précédemment utilisés deviennent donc inutiles. A la suite de cette opération.6 2. A chaque requête du solveur.6. utilisant le fichier fifo comme canal de communication. – Étape 3 : le feeder copie le profil de precur vers perturb. il poursuit alors son exécution. car elle permet de conserver les structures lors du franchissement du domaine de calcul : ce qui aurait été . évitant leur accumulation sur le disque. et utilise le profil nouvellement transféré comme condition d’entrée. Une pile FIFO (first in first out) est crée sur le disque. L’utilisateur exécute le feeder en lui indiquant le chemin sur le disque de stockage vers le cas contenant les conditions d’entrée à utiliser. qui sert ensuite de point de départ pour la prochaine exécution.

5. et une paroi de normale xn orientée vers l’extérieur : ∂φ ∂φ + uc ∂t ∂xn (2. et la valeur maximale du CFL n’augmente plus de façon monotone. mais si la vitesse à la condition aux limites uc est négative (ce qui peut être le cas dans un écoulement turbulent).2 (p. jusqu’à la divergence du calcul observée après 60000 itérations. En observant des champs instantanés. La condition .60). mais de manière monotone. compte tenu de la faible largeur du canal étudié. Dans le calcul precur. Des irrégularités persistent cependant autours du franchissement de la condition de sortie. Des premiers essais ont été effectués avec une condition de gradient nul pour sa simplicité et la rapidité de sa mise en œuvre. la condition n’est pas physique. (2004). mais oscille autours d’une valeur moyenne. Des tests ont été effectués dans les deux cas pour déterminer le choix le plus adapté à cette étude.2. Cette condition est utilisée en entrée et sortie de precur. En utilisant la vitesse locale pour uc . elle est utilisée pour lier l’entrée à la sortie dans le sens de l’écoulement. la turbulence ne semble pas non plus affectée en amont de la condition de sortie. Cette condition est appliquée à chaque composante de ui ainsi qu’à T en sortie de perturb. La plus simple à implémenter serait la condition périodique. les structures sont beaucoup moins dissipées qu’avec la condition de gradient fixé.2 Advective La condition de sortie à appliquer à perturb doit modifier au minimum l’écoulement par rapport au cas physique réel. Afin de résoudre ce problème. Dans un cas test sans perturbateur. puisqu’elle ne dispose pas d’information sur l’écoulement en provenance de l’extérieur du système.6. qui correspond à l’implémentation la plus simple de la condition aux limites. principalement dans la zone de déficit de vitesse décrite dans la section 3. Cependant. Elle prend pour expression. en utilisant cette condition de sortie. ∂φ La méthode de calcul utilisée est de calculer ∂xn et uc de façon explicite. En utilisant la vitesse débitante.12) La vitesse d’advection uc est traditionnellement soit sélectionnée comme étant la vitesse locale.3 Symétrie Plusieurs conditions aux limites peuvent être appliquées sur les bords du domaine de calcul. Cette condition dite d’advection est par exemple décrite dans Ruith et al. 2. Ces irrégularités disparaissent rapidement en amont de la condition de sortie. les champs de sortie ne présentent plus d’artefacts. il est observé dans ce calcul que le nombre de Courant augmente légèrement à chaque itération.2 Préparation de l’étude 41 l’extérieur du domaine est en fait calculé à un autre endroit à l’intérieur du domaine. ce problème d’instabilité n’est pas apparu. elle pourrait perturber l’écoulement (des tests en RANS avaient montré la création d’un débit transverse. Les structures étaient trop dissipées à la sortie. mais aussi les côtés du domaine. pour les champs de ui ainsi que de p. et cette condition affectait trop l’écoulement dans le canal. 2. soit une vitesse fixée (telle que la vitesse débitante). La condition advective aurait pût être utilisée sur les côtés. et ∂φ de ∂t façon implicite. pour une variable φ représentant ui ou T . Cette condition de sortie est donc retenue pour effectuer le calcul complet.5. le tourbillon interagissant avec lui-même). une condition un peu plus proche de ce qui se passerait dans l’écoulement si il ne traversait pas les limites du domaine est utilisée. Par contre.6.

sur les côtés de perturb.2 – Conditions aux limites sur ui entrée périodique gradient nul sortie périodique valeur nulle côtés périodique symétrie paroi gradient nul gradient nul precur perturb Tableau 2.4 fournissent un résumé des différentes conditions aux limites pour les trois quantités calculées.2.49) pour plus de détails sur sa validation.3 – Conditions aux limites sur p entrée valeur fixée sortie convection côtés symétrie paroi gradient nul perturb Tableau 2. ui sur les parois de perturb. La vitesse est nulle en paroi. un champs initial est perturbé de façon aléatoire.5 Résumé des conditions aux limites appliquées Les tableaux 2.5. et p en sortie de perturb.4 – Conditions aux limites sur la température 2. et du fait de la forte nonlinéarité des équations de Navier-Stokes.3 et 2.5.42 2 Préparation de l’étude de symétrie a finalement été retenue bien qu’elle ne soit pas totalement satisfaisante d’un point de vue physique. precur perturb entrée périodique profil imposé sortie périodique convection côtés périodique symétrie paroi valeur nulle valeur nulle Tableau 2. contrairement à une condition de paroi.6.5. Ces valeurs sont pour la température de 300° pour l’entrée du canal et 350° pour les parois.4 Valeur fixée ou gradient nul Les grandeurs dont la valeur est uniformément fixée en une condition aux limites sont T en entrée et sur les parois de perturb. car l’écoulement est loin d’être symétrique dans un régime turbulent. de ne pas entraîner la création d’une couche limite qui forcerait à élargir le canal pour ne pas interagir avec les tourbillons étudiés et rendrait les temps de calcul prohibitifs. 2. Il faut .2 (p. Voir le chapitre 2. un comportement chaotique émerge qui se stabilise après une phase transitoire autour d’un écoulement de canal plan établi.10. Afin d’obtenir un écoulement turbulent établi.7 Conditions initiales de l’écoulement Les simulations ne peuvent pas être initialisées avec des champs de turbulence établie puisque leur obtention en est la finalité. elle offre l’avantage. ainsi qu’en entrée de perturb. Cette condition est appliquée à ui et à p.5. Par contre. 2. La condition de gradient nul est appliquée à p sur les parois de precur et de perturb. et la pression est nulle en sortie du canal.6. 2.

5. après avoir subit une perturbation aléatoire pour assymétriser l’écoulement. mais une série de zones de hautes et basses vitesses. un certain nombre d’itérations en DNS sont nécessaires pour atteindre le régime établi.18. Un profil des champs ui .7.2 Régime transitoire Une fois que le calcul RANS est perturbé. et non la vorticité. et utilise à chaque pas de temps un profil généré par le calcul DNS dans precur. 2. Un bruit blanc a une forme moins proche des structures turbulentes. Le calcul DNS dans perturb est quand à lui initialisé par le calcul RANS dans perturb. Leurs évolutions temporelles sont analysées. de sorte que sa forme générale soit proche de la partie moyenne de l’écoulement turbulent. et met plus de temps à transitionner vers la turbulence. comme condition d’entrée. k et ω (ω désignant le taux de dissipation spécifique.7. On peut noter que la perturbation appliquée à l’écoulement n’est pas un bruit blanc.18 – Relations entre les calculs effectués Le premier calcul lancé est le calcul RANS dans le canal precur. Pour l’estimer. precur condition d'entrée perturb RANS condition initiale condition d'entrée condition initiale DNS Figure 2. Ce nombre d’itérations n’est pas connu à l’avance. qui va servir de condition d’entrée au calcul RANS dans le canal perturb. Le champ complet dans precur va quand à lui servir de condition initiale pour le calcul DNS dans precur. les structures se dissipant sans se régénerer. les intégrales de la contrainte pariétale et du flux de chaleur sur la paroi basse sont calculées. Les relations entre ces calculs sont présentées sur la figure 2.1 Utilisation d’un calcul RANS Que ce soit pour precur ou perturb. quatre calculs à faire. quand les calculs RANS sont pris en compte. désignée ωi ) en est extrait. les champs initiaux sont déterminés par un calcul RANS stationnaire auquel est appliquée une perturbation sous la forme de zones de fortes et faibles vitesses réparties aléatoirement. Il y a aussi plus de chance pour que l’écoulement se relaminarise avec un bruit blanc. 2.5. et l’itération à partir de laquelle ces grandeurs oscillent autours d’une valeur fixe est considéré .2 Préparation de l’étude 43 donc perturber un écoulement initial pour effectuer une transition vers l’écoulement établi. Afin d’accélérer cet établissement l’écoulement servant à l’initialisation est une solution stationnaire obtenue par un calcul RANS. Il y a donc.

Les champs instantanés commencent alors à être intégrés dans les calculs des moments statistiques. la géométrie de canal perturbé ne possède pas de directions homogènes du fait des tourbillons longitudinaux. La figure 2. les perturbations de vitesse sont appliquées et la DNS qui est elle réellement instationnaire est lancée. l’évolution de la contrainte pariétale à chaque itération est représentée aussi. afin de pouvoir montrer la convergence du RANS et de la DNS sur la même figure. le calcul RANS est arrêté. De plus.20a et 2. ce qui limite les optimisations possibles sur la performance du solveur.19 – Transition vers l’écoulement turbulent dans precur La figure 2. Au bout de 4 secondes d’écoulement. Même si le calcul RANS est stationnaire. Le pas de temps initial de 100 ne correspond pas au temps d’écoulement réellement écoulé : les calculs ont été resynchronisés à 100 quand les precur ont fini leur transition vers un écoulement turbulent. et que le point de départ des calculs de statistiques est pertinent. et les statistiques sont calculées sur l’écoulement.8 Calculs concurrents Comme évoqué précédemment.5. au bout de 3000 itérations. Les figures 2. avec un pseudo avancement de ∆t par itérations identique à celui de la DNS. On peut voir que le signal est stabilisé. la turbulence est considérée établie. 2.20b présentent les évolutions du flux de chaleur et de la contrainte pariétale moyenne sur la paroi inférieure dans perturb. le code de calcul OF est généraliste. et il n’est donc pas possible de faire des moyennes spatiales selon x1 et x3 pour obtenir des profils monodimensionels selon x2 . en fonction du temps d’écoulement simulé.44 2 Préparation de l’étude comme le point où l’écoulement a atteint son régime établi.19 présente l’évolution de la contrainte pariétale (dans une unité utilisée dans le code) lors des phases de transition et de calcul des statistiques du calcul precur. comme le signal sur la contrainte semble osciller autours d’une valeur moyenne. Ainsi. comme c’est le cas dans le canal plan.19 présente l’évolution de la contrainte pariétale dans precur ainsi que du point où les champs commencent à être considérés pour les statistiques à calculer. . Le calcul préliminaire ainsi que le début de la phase transitoire n’ont pas été incluses. RANS transition statistiques 10 temps de boîte Figure 2.

Cela permet de déterminer plus rapidement les moments des variables aléatoires en chaque point. il est donc possible d’utiliser les réalisations statistiques de chaque ligne en les «mélangeant» dans un plus grand ensemble contenant les réalisations de toutes les autres lignes. Les géométries et types de conditions aux limites sont les mêmes entre les lignes (qui sont toutes clonées à partir d’une ligne modèle).005 100 0 100 0 100 101 102 103 104 105 106 101 102 103 104 105 106 (a) Flux de chaleur (b) Contrainte pariétale Figure 2.01 0.02 0.21 – Lignes de calcul La solution retenue dans cette étude pour optimiser le temps de calcul est de lancer le même calcul plusieurs fois en parallèle. mais la perturbation aléatoire entraînant la transition vers la turbulence varie selon les lignes.025 1 temps de boîte transition statistiques 0. Cette transition étant chaotique. et permet de pousser la parallélisation du code beaucoup plus loin que les méthodes par découpage du domaine de calcul (qui reste cependant utilisée au sein de chaque ligne). Un même écoulement obtenu par calcul RANS est chargé dans l’ensemble des lignes. on entend le champs instantané à un instant calculé donné.03 0.015 1 temps de boîte 0.2 Préparation de l’étude 45 800 700 600 500 400 300 200 transition statistiques 0. Un ensemble precur et perturb avec son écoulement propre est appelé une «ligne». mais au même nombre de Reynolds..21. Cette solution est représentée sur la figure 2. feeder-N Condition d'entrée perturb-1 perturb-N Figure 2. Il ..49). en fonction du temps ligne 1 precur-1 Plan d'acquisition ligne N precur-N Plan d'acquisition feeder-1 Condition d'entrée . cela crée les différences d’écoulements entre les lignes.6 (p. Le développement du calcul des statistiques se trouve dans la section 2. avec un écoulement initial différent.20 – Évolution des flux et contraintes moyennées spatialement. Si par réalisation statistique.

22 décrit l’utilisation des lignes de calcul.23 présente le système actuel : l’utilisateur soumet le calcul precur-1.9 Lancement automatique des calculs Le calcul en simulation numérique directe est long. les statistiques correspondant au total des 5000 réalisations sur l’ensemble de lignes. sur la ligne maîtresse. qui va. c’est à dire des statistiques estimées à partir de 2500 réalisations. L’expérience a montré que l’enchevêtrement de dépendance entre les calculs qui en résulte doit être tolérant aux erreurs matérielles (notamment les erreurs d’écriture sur disques réseaux). 2. L’objectif étant qu’en l’absence d’intervention externe. pour récupérer à la fin les statistiques de l’écoulement. Les équations de Navier-Stokes ne sont jamais résolues directement dans la ligne master.46 2 Préparation de l’étude décrit entre autre le calcul des statistiques à travers les lignes. La seconde est que precur génère un dossier contenant les profils de ui et T à chaque itération. sans qu’il ne soit possible de prévoir quand les lignes de calcul sont lancées car les ressources sont partagées avec d’autres utilisateurs. et sujet à de nombreuses contraintes. La première limitation à cela est que la gestion de la plateforme de calcul ne permet à aucun calcul d’être lancé sur une période supérieure à une semaine. Ces deux limitations imposent d’arrêter et de reprendre périodiquement les calculs. L’exemple présenté contient deux lignes ayant chacune produit des statistiques entre les itérations 7500 et 10000. or le système de fichiers utilisé ne permet pas la création de plus de 32000 sous-répertoires. la limite du système est atteinte en 6 jours. dès son lancement. chaque ligne tourne perpétuellement.5. et créé le champs contenant les statistiques pour l’ensemble des réalisations présentes dans la ligne master. Il n’est pas possible de lancer precur et perturb directement. Avec 15 secondes de temps de calcul par itération. Il faut donc créer un système dans lequel chaque ligne est autonome. Ces deux ensemble de statistiques sont ensuite mis en commun pour déterminer. itérations 7500 ligne 1 ligne 2 master convergence intra run sur 2500 itérations convergence intra run sur 2500 itérations aucun champs intermédiaire calculé 10000 convergence inter runs 2x2500= 5000 réalisations Figure 2.22 – Utilisation des lignes pour le calcul des statistiques La figure 2. La figure 2. Pour implémenter cette solution. un code est écrit qui détecte le nombre de lignes de calcul présentes. et intègre le lancement des calculs qui lui sont associés. sur une période étendue. soumettre perturb-1 (qui utilisera les profils d’entrée générés par .

23 – Dépendances entre les calculs precur et perturb. et precur-2 n’est pas mis en queue.. le nombre de mailles suivant les trois directions devient 75 × 360 × 36..2 Préparation de l’étude 47 precur afterany backup perturb afterany after af te ro k precur-1 perturb-1 backup afterany afterany backup precur-2 after te ro k perturb-2 backup afterany afterany backup af precur-3 after perturb-3 backup after: B lancé après démarrage de A afterok: B lancé après fin execution de A Figure 2. et ce système s’assure aussi de l’intégrité des données écrites. l’ensemble des champs doit être écrit sur le disque pour permettre la reprise du calcul au pas de temps suivant. Une fois l’ensemble du système fonctionnel. en s’inspirant de résultats fournis par Jimenez et Moin (1990) sur la taille minimale d’un canal permettant de conserver certains caractères de la turbulence de l’écoulement. il est possible de comparer les grandeurs statistiques à des grandeurs issues de la littérature. De plus. Entre chaque run. pour un total de 972000 cellules.3 Go pour l’ensemble des champs.. la quantité d’espace disque qu’elle occupe reste à peu près constante. Comme ces calculs génèrent une quantité importante de fichiers sur le disque. mais dont les dimensions selon x1 et x3 ont été réduites afin d’accélérer le calcul à 600 × 360 × 200 unités pariétales.1 Validation du code pour l’utilisation en DNS Validation du calcul précurseur Durant la phase de développement des outils présentés ci-avant. (1. Une version de backup de precur-1 et de perturb-1 est mise en queue dès que l’un de ces calculs est lancé : si le calcul rencontre un problème et s’arrête avant son terme. L’expérience ayant là aussi montré que des erreurs d’écriture peuvent stopper des lignes de calculs. il est relancé à l’identique via cette version de backup.). perturb-1. 2. perturb-2. qui se lancera dès que les ressources de calcul qu’il requiert seront disponibles. le calcul en dimensions réelles est introduit.5. la version de backup est lancée immédiatement.10 2.5. qui ordonne la suppression de ce backup de la queue de calcul. Le choix de Reτ = 180 permet d’utiliser les résultats de Kim . des tests sont effectués sur une configuration semblable à precur. un système est mis en place pour supprimer les données au fur et à mesure.. à chaque point de sauvegarde). au sein d’une unique ligne de calcul precur-1). Ainsi. Comme precur est une configuration d’écoulement académique (écoulement périodique en canal). quand il s’achève soumet precur-2 (qui à son lancement crée un run de backup. quand il s’achève. etc. en cas d’arrêt prématuré de perturb-1. C’est le calcul lui-même. perturb-1. etc. Le résultat est que si une ligne tourne perpétuellement.10.. La densité de cellules ne changeant pas.

cependant le profil moyen peut être considéré comme validé. et dans la zone log. (1987) qui servent de référence à de nombreux calculs effectués en DNS en canaux plan. On peut noter que la sous-couche visqueuse semble avoir la bonne dimension et s’étendre jusqu’à x+ = 5.3. jusqu’à l’obtention de 3 000 000 de réalisations statistiques. Figure 2.6. Les résultats suivants sont adimensionnés en utilisant les coefficients présentés dans la table 3. on peut noter une légère différence entre la pente théorique et la pente observée. dont .2.25 – ωrms Sur la figure 2. Precur est donc lancé sur un ensemble de 24 lignes de calcul. La zone tampon présente la différence la plus 2 marquée par rapport aux courbes théoriques.3 ReDN S . voir Hinze (1975).56).1 (p.24 – Comparaison du profil moyen avec les lois de parois La figure 2. La valeur de uτ utilisée est celle déterminée grâce à la corrélation 8. + Figure 2. sont présentées les trois composantes de la vorticité RMS.25.24 présente les différences entre le profil de vitesse moyenne extrait en z = 0 et les trois différentes zones de la loi de paroi déjà évoquées dans la section 7 1 8 2.48 2 Préparation de l’étude et al.

passant localement de la valeur en canal plan 0. il faut tirer ces grandeurs des réalisations . 2. Il est donc nécessaire de vérifier que ces conditions n’affectent pas de façon notable l’écoulement au centre du canal. 2.6 Statistiques Le calcul RANS fournit directement quelques moments statistiques sur l’écoulement. où les structures turbulentes interagissent avec les tourbillons longitudinaux.rms en paroi est de 0. et on peut noter par exemple que la valeur de ω1. car les structures turbulentes n’y sont pas calculées complètement. et la ligne en pointillé représente la courbe fournie dans Kim et al.27 contient le profil de vitesse en X1 = 1. ce qui est le cas avec des conditions aux limites de périodicité.26. Kim et al.10.2 Préparation de l’étude 49 les allures sont comparables à celles fournies dans Kim et al.045. représentent cette quantité en z = −0.s−1 à 0. les profils de la présente étude étant proches du profil modèle.045. Les courbes sont difficilement distinguables.2 H). L’impact de la condition de symétrie sur les bords semble donc peu perceptible sur la partie de l’écoulement étudiée. (1987).128 m. (1987).2 Validation de la condition aux limites de symétrie Les conditions aux limites latérales de symétrie ne sont pas physiques pour un calcul de simulation numérique directe. En DNS et sur la partie expérimentale. Ces courbes valident l’utilisation du code pour la DNS en canal plan. perturb Figure 2.5. z = 0 et z = 0.37. en lignes pleines.35 ce qui est très proche de la valeur attendue de 0. Elles valident aussi l’ensemble des paramètres selectionnés. comparé au profil universel. quatre profils de la composante u1 u1 sont présentés. Les allures des + courbes correspondent. Trois d’entre eux.26 – u+ rms Sur la figure 2.5 et à une distance de 0. Comme le perturbateur génère un déficit de vitesse au centre. cela se traduit par une augmentation du débit sur les bords. tels que les schémas de discrétisation et les critères de convergence. La figure 2. et une modification de la vitesse de frottement.9 cm du bord latéral du domaine (soit 0.14 m.s−1 .

et qu’il faut la prendre en compte dans les statistiques de la ligne. la méthode en une passe utilisée pour le calcul DNS a été transposée aux résultats expérimentaux. quand une nouvelle réalisation est calculée ou mesurée sur une des lignes. et il n’est pas possible de tous les conserver en mémoire. calculer la variance. Les significations de ces deux ensembles varient selon que l’ajout d’une réalisation ou que les statistiques globales sont calculées. ce qui implique de conserver l’ensemble des champs. connaissant leur valeur au pas de temps précédent uniquement. En deux passes. les calculs de statistiques sont effectués à deux moments distincts. Les deux cas de figure ne changent que par le nombre d’éléments nA et nB de ces ensembles. et la connaissant. Le calcul RANS effectue quand à lui un calcul direct des moments statistiques et ne nécessite pas de post-traitement. (1987) individuelles obtenues. la quantité de champs est très importante (pour le calcul numérique particulièrement). ou sur le banc expérimental. Il s’agit de la méthode la plus directe pour calculer la variance. Le calcul des variances peut être effectué en une ou deux passes.. Des codes pour les traitements de ces grandeurs ont été écrits spécifiquement pour cette étude. c’est à dire les espérances. permettant de libérer la mémoire dès l’incorporation de ces valeurs. Cependant.1 Présentation Les statistiques effectuées dans cette étude se limitent aux deux premiers ordres. la température. Le premier. Dans le calcul DNS. variances et covariances des différentes quantités calculées telles que la vitesse. La méthode est similaire dans les deux cas. certaines grandeur statistique dont le calcul n’a pas été prévu au moment de l’acquisition des réalisations statistiques peuvent nécessiter l’acquisition de nouvelles réalisations. et fait l’objet de cette section. avec le profil présenté par Kim et al. quand des statistiques sont obtenues à partir d’un ensemble de lignes de calcul concurrentes et qu’il faut les combiner pour obtenir les statistiques globales sur l’ensemble du système.. Pour accélérer le développement. . Par contre. le calcul consiste à déterminer l’espérance dans la première passe. Le second.50 2 Préparation de l’étude théorique DNS Figure 2. La méthode en une passe calcule en temps réel l’évolution des moments à tous les ordres.27 – Comparaison du profil de vitesse longitudinale moyenne obtenu près du bord. selon la formule var(X) = E[(X − E(X))2 ]. 2. Les développements sont présentés de façon générale en considérant deux ensembles A et B. la pression.6.

Y ) = E[(X − E(X))(Y − E(Y ))]. Les réalisations des estimateurs statistiques pour l’ensemble des résultats des cinq premières lignes (ensemble A) sont connues. nA =50000 nB =10000 2.6. Il peut s’agir de corrélations entre un scalaire et un autre scalaire.6. et donc les covariances peuvent être calculées entre des tenseurs d’ordres différents.1 Forme générale L’expression du tenseur de variance pour deux variables aléatoires tensorielles X et Y est : cov(X. ou entre un vecteur et un autre vecteur par exemple.3 Moments d’ordre 2 Les corrélations doubles correspondant aux moments d’ordre 2 peuvent prendre différentes formes.3. il faut connaître leurs nouvelles valeurs quand y sont adjointes les réalisations de la sixième ligne (ensemble B).2 Préparation de l’étude 51 Le premier cas de figure est la prise en compte d’une nouvelle réalisation. est développée ici pour généraliser le développement. Des exemples d’application sont ensuite donnés pour les différents ordres et combinaisons de variables aléatoires. La variance d’une variable aléatoire X a pour expression var(X) = E[(X − E(X))2 ]. Dans ce cas. Y ) = E(X ⊗ Y ) − E(X) ⊗ E(Y ) (2.6. De façon hypothétique toujours. La formulation tensorielle du calcul de la covariance entre deux variables aléatoires différentes (c’est-à-dire le cas le plus général). 2.2 Moment d’ordre 1 Connaissant la réalisation de l’estimateur de l’espérance d’une variable X sur un ensemble de réalisations A et celle sur un ensemble de réalisations B. huit lignes de calcul ont donné 10000 réalisations chacune. Une nouvelle itération est calculée (ensemble B).13) 2. nA =20000 nB =1 Le second cas de figure est la prise en considération d’une ligne de calcul dans le calcul des statistiques. Ces variables aléatoires peuvent être tensorielles. Un calcul hypothétique a été effectué sur 20 000 itérations (réalisations regroupées dans l’ensemble A). de même que la covariance entre deux variables aléatoires X et Y : cov(X. comment connaître les réalisations des estimateurs pour les différentes statistiques sur le nouvel ensemble A ∪ B contenant la nouvelle réalisation ? Dans ce cas.14) . la réalisation de l’estimateur sur l’ensemble A ∪ B est donnée par la formule : EA∪B = nA EA (X) + nB EB (X) (2.

l’expression de la réalisation k du vecteur ui est notée ui.k .k · uj.19) Enfin.52 2 Préparation de l’étude L’estimateur (biaisé. ui ) = Tk · ui.13. Y ) = Xk ⊗ Yk + A B Xk ⊗ Yk (2.18) Dans le cas d’une covariance entre un scalaire et un tenseur.6.k désigne un tenseur. mais convergent) de cov sélectionné est tel que sa réalisation covA (X. Y ) sur les nA réalisations de {X. Cet opérateur est disponible dans OpenFOAM et dans Matlab pour la partie expérimentale. résultat du produit tensoriel des vecteurs ui. . Le produit tensoriel correspond alors simplement à la multiplication.2 Exemples d’application 2 La variable k est une variable muette de sorte que A Tk désigne la sommation de toutes les réalisations de T dans l’ensemble A. cette somme vaut : Xk ⊗ Yk = nA [covA (X. Y } appartenant à A prend pour expression : covA (X.k + A B ui.17) − EA∪B (X) ⊗ EA∪B (Y ) 2.k et uj.k .k − EA∪B (T · ui ) (2.15) Pour calculer cette grandeur. Y ) + EA (X) ⊗ EA (Y )] A (2. Pour l’ensemble A. Y ) = ui.16) Dès lors. connaissant les réalisations de l’espérance de X et de Y sur l’ensemble A ∪ B grâce à la formule 2.k (2. les estimateurs des covariances sur les ensembles A et B pris séparément sont disponibles. pour obtenir A∪B Xk ⊗ Yk . cet estimateur devient : 1 nA + nB covA∪B (X. il vient : 1 nA + nB covA∪B (X. l’expression de l’estimateur est : 1 nA + nB covA∪B (T. Il est alors possible de déduire n Xk ⊗ Yk pour k=1 chacun des deux ensembles.20) − EA∪B (ui ) · EA∪B (uj ) Où ui. Y ) = X k ⊗ Yk − nA k=1 nA Xk k=1 nA nA ⊗ Yk k=1 nA nA (2.k · uj. L’estimation de la grandeur T T est l’estimation de la variance d’une grandeur aléatoire scalaire. pour le calcul de ui uj .k + A B Tk · ·ui. tel que le calcul de ui T . L’expression de l’estimateur est : covA∪B (T ) = 1 nA + nB 2 Tk + A B 2 Tk − EA∪B (T 2 ) (2.k · uj.3. qui sera ensuite divisé par le nombre total de réalisations.

gestion et post-traitement globales des lignes. le suivi de contrainte. 2. le système de queues. le code d’acquisition fourni avec la PIV a été utilisé pour obtenir les champs de vecteurs instantanés mais un système de scripts Matlab a été écrit pour obtenir l’ensemble des statistiques analysées dans cette étude à partir de cette collection de champs instantanés. le terme d’estimateur n’est plus employé dans cette étude. le feeder pour le couplage precur/perturb. Ce système gère dans le cadre de cette étude un millier de calculs par semaine sans intervention externe. Par le nom de la grandeur.2 Préparation de l’étude Note 53 Une fois établie la convergence des données obtenues. Au final l’architecture assure la réalisation de calculs DNS concurrents avec chaînage en surmontant de manière autonome l’ensemble des erreurs systèmes rencontrées. la condition de sortie advective. le calcul des statistiques. dans la partie expérimentale. les sondes. De la même façon. ainsi que la gestion unifié des lignes de calcul.7 Notes sur les développements Pour récapituler. les développements effectués sur OpenFOAM sont : la condition d’entrée avec les profils. le tout dans un ensemble cohérent. Ces développements permettent la création. sans aucune intervention sur les lignes individuelles. et semble être capable d’en gérer plus sans problèmes particuliers. . il est entendu son estimateur sur la ligne master. pour ne pas alourdir la présentations des résultats.

54 2 Préparation de l’étude .

L’adimensionnement par les échelles internes consiste à introduire des grandeurs caractéristiques lτ pour les distances et uτ pour les vitesses. deux systèmes d’échelles différents sont classiquement utilisés.1.5) . Le premier. où l’équation de bilan de quantité de mouvement ne fait pas intervenir le nombre de Reynolds. s’applique sur l’ensemble du domaine et permet de caractériser l’écoulement par son nombre de Reynolds (voir section 2.2) τw ρ (3.1 Introduction Dans cette partie. L’autre est basé sur les grandeurs de proche paroi.1) (3.20)). définie pour une paroi de normale xn par : uτ = avec τw = ∂u1 ∂xn (3.2 (p.4) y=0 (3.Chapitre 3 Étude dynamique 3.3) Le nombre de Reynolds turbulent est défini de la même façon que dans Kim et al. Il prend l’expression suivante : uτ l l = lτ ν u + u = uτ x+ = 2 Avec uτ la vitesse de frottement. 3. liées au frottement pariétal. (1987) : Reτ = 55 uτ H 2 ν (3.1 Adimensionnement Pour adimensionner les grandeurs de l’écoulement dans des canaux turbulents possédant des écoulements secondaires. basé sur l’équation de Navier-Stokes complète. l’étude se focalise sur une version isotherme de la configuration étudiée avec pour objectif de comprendre l’évolution de la structure de l’écoulement. dans sa phase dissipative en aval du perturbateur.2.

et particulière2 1 ment sa décomposition en trois zones.1.3. les grandeurs sont séparées en une partie moyenne et une partie turbulente. L’écart entre les deux comportements de proche paroi dans ces deux types d’écoulement peut donc être mis en évidence directement en exprimant les profils de proche paroi dans le canal perturbé en utilisant l’adimensionnement utilisé dans le canal plan.31). est présentée dans les sections 2. De plus. Elles prennent dans cette étude la forme de sommations sur les réalisations statistiques ou d’intégrales sur l’espace physique.56 3 Étude dynamique L’expression numérique du profil de vitesse de proche paroi u+ (x+ ).47). La forte non-injectivité de ces opérations de réduction peut cependant faire perdre trop de détails aux résultats et pour préserver une partie de cette information deux décompositions sont conservée : la décomposition de Reynolds et la décomposition entre écoulements longitudinal et transverse. Plus le fluide s’éloigne du perturbateur. et plus les phénomènes dissipatifs conduisent l’écoulement à reprendre les caractéristiques d’un écoulement de canal plan turbulent.6.10. comme l’amplitude de la perturbation induite par les tourbillons transverses dépend du nombre de Reynolds. Pour obtenir un adimensionnement unique sur l’ensemble du domaine il faut donc utiliser une valeur représentative du régime d’écoulement étudié.k + klm ∂ul + ∂xm Coefficient ν u2 τ ν2 u4 τ 1 u2 τ ν2 u4 τ ωk+ ωo+ E + et k + φ+ klm opq ∂u+ k ∂x+ 2 w + ∂ul+ ∂up ∂x+ ∂x+ m q et 1 (u+ u+ ) k k 2 + + 2Sij Sij Tableau 3. Il n’est pas possible de les appréhender directement. L’ensemble des résultats présentés dans ce chapitre ne sont donc pas directement transposables à des nombres de Reynolds différents de ReDN S = 4244.4.28) et 2. L’adimensionnement par les grandeurs de proche paroi n’implique cependant pas que tous les résultats présentés (par exemple le profil d’énergie cinétique turbulente. uτ varie en fonction de x1 et x3 dans le canal perturbé (car la contrainte pariétale est affectée par l’écoulement secondaire) mais est constante dans le canal plan.2 (p.2 (p. Comme indiqué dans la section 2.1 (p.1 – Expressions des grandeurs adimensionnées et des coefficients d’adimensionnement 3. à cause des écoulements secondaires. car les champs instantanés individuels ne laissent que peu entrevoir ce que serait le champ . les profils perturbés en dépendront aussi.2 Décompositions des résultats Des quantités importantes de résultats sont générées par les mesures PIV et le calcul DNS. qui en représente le comportement asymptotique. Cette séparation peut sembler arbitraire. où elle est utilisée pour valider les profils d’entrée sur le banc expérimental et dans la partie DNS. et des réductions sont à effectuer. De plus. Les expressions des différentes grandeurs étudiées ainsi que leurs coefficients d’adimensionnement sont ( désignant le symbole de Levi-Civita) : Grandeur adimensionnée + + ωk et τw. ou de fonction de dissipation turbulente) soient universels comme peut l’être le profil de vitesse en proche paroi.5.

McEligot et al. doivent être modélisées pour pouvoir résoudre l’équation de bilan de quantité de mouvement. et qu’ils sont perturbés par la turbulence. il est obtenu par l’équation : µturb = ρk ω (3. et n’est pas conséquent pas détaillée dans cette étude.31) prend pour expression : .6) avec l’énergie cinétique turbulente k définie comme valant 1 ui ui . La décomposition spatiale entre un écoulement transverse et un écoulement longitudinal vient de la topologie générale de l’écoulement : le mouvement susceptible d’avoir le plus d’impact devrait être le mouvement de rotation transverse.7) Deux équations supplémentaires peuvent être introduites pour décrire les bilans de k et de ω. L’expression de 2 µturb varie en complexité avec les versions du modèle de turbulence k − ω considéré.6. et il n’est donc pas complètement rigoureux d’imaginer que les tourbillons longitudinaux moyens existent physiquement. En tenant compte de cette hypothèse. (2005) démontrent que ce modèle capture le mieux les structures dans un écoulement similaire. sinon il ne serait pas nécessaire d’ajouter des perturbateurs longitudinaux et la simple variation du régime d’écoulement suffirait à reproduire les performances du système. Un canal plan ne présente par exemple pas de composante de vitesse moyenne transverse. certaines quantités obtenues en posttraitement feront appel à ces grandeurs. et l’équation de transport d’énergie interne. en s’éloignant du perturbateur. le système d’équations 2. dans le cas particulier de la fonction de dissipation. Dans le modèle de base.83). Une alternative est de ne pas décomposer les résultats.3 Étude dynamique 57 moyen. De plus.3 Hypothèse de Boussinesq Le modèle RANS k − ω SST calcule directement la trace du tenseur de Reynolds.1 (p. L’équation décrivant k est détaillée dans la section 3.4 (p.2. (2008a) fournit des réserves similaires sur cette décomposition.4. L’hypothèse de Boussinesq relie leurs valeurs aux valeurs des gradients moyens de l’écoulement par l’introduction de la viscosité turbulente µturb : −ρui uj = µturb ∂ui ∂uj + ∂xj ∂xi 2 − ρkδij 3 (3. alors que celle décrivant ω est utilisée dans le calcul RANS.2 (p. 3. et non le mouvement longitudinal. par transformées de Fourier ou en ondelettes. Elle sera cependant utilisée ici. Et donc dans le canal perturbé ces composantes doivent. Un point important est que ces équations de bilan local font apparaître des constantes dont les valeurs sont calibrées pour rendre le modèle applicable à de nombreuses classes d’écoulements. Comme indiqué dans la section 2. car elle est la plus intuitive et c’est par ailleurs celle sous laquelle sont fournis les résultats RANS.1. Il a été sélectionné dans le cadre de cette étude car Khallaki et al. les quantités −ui uj . une autre est de pousser la décomposition plus loin. tendre vers une valeur nulle à cause des phénomènes dissipatifs. Une décomposition entre grandeurs longitudinales et transverses semble donc bien adaptée à l’analyse des tourbillons longitudinaux et de leur évolution dissipative en aval du perturbateur. La précision de la description statistique offerte peut varier fortement suivant le type d’écoulement considéré.31). mais pas dans les analyses physiques.

2 Topologie Cette section présente des informations sur la structuration de l’écoulement.10).4 Forme de présentation des résultats Les grandeurs sont généralement soit présentées sous forme de cartographies transverses pour une valeur de X1 donnée. par exemple la figure 3. Le domaine d’intégration comprend selon la direction X2 toute la hauteur du canal. Le tourbillon principal généré par le perturbateur. 0. issues de la simulation RANS.2.8) (3. apporte une vision d’ensemble intuitive 1 sur les principaux mouvements de rotation et les cisaillements dans l’écoulement. et la façon dont les tourbillons interagissent entre eux. qui sont identifiés selon la nomenclature de la figure 1.1. et celle du dessous à la paroi inférieure). (1999) qui relève des insuffisances liées au caractère isotrope de la turbulence k dans une configuration d’écoulement similaire. alors cette valeur en canal plan est représentée sur le même graphique par une ligne pointillée.9) Pour comparer les grandeurs obtenues en RANS aux grandeurs obtenues en DNS. telles qu’identifiées sur les cartographies de vorticité moyenne. l’hypothèse de Boussinesq est utilisée pour reconstruire les champs de ui uj connaissant ∂ui k et ∂xj . correspondant à la première composante du (pseudo)vecteur de vorticité ω + . .58 3 Étude dynamique ∂ui =0 ∂xi ∂ui uj 1 ∂p ∂ ∂ui =− + (ν + νturb ) ∂xj ρ ∂xi ∂xj ∂xj (3. Certaines grandeurs telles que la vorticité turbulente ont une valeur pouvant être importante en proche paroi par rapport aux zones internes du canal.1 Vorticité moyenne La vorticité moyenne selon l’axe longitudinal. et sur les côtés il est réduit à x3 ∈ [−0. 3. Si la valeur en canal plan de la grandeur représentée est non nulle. Les intégrales transverses correspondent toujours à des moyennes effectuées dans des sections à X1 constant.0416. 3. 3. Il peut être difficile d’obtenir une représentation dont la gamme dynamique contienne à la fois les valeurs en proche paroi et celles au centre du canal. des mesures expérimentales et de la simulation DNS.3 présentent des comparaisons entre les vorticités ω1 en X1 = 1. Chacune de ces courbes est placée du côté du canal à laquelle elle est associée (la courbe du dessus correspond à la valeur sur la paroi supérieure. 0. soit présentées sous forme de courbes d’évolutions en aval du perturbateur des intégrales transverses. Les figures 3.5 (p.5.59). c’est à dire à X3 ∈ [−1.2 et 3. Cette méthode est par exemple aussi utilisée dans Lee et al.0249]. 3. et de représenter les valeurs en paroi par deux courbes. Ce domaine d’intégration est centré les structures principales.1. La projection du perturbateur dans le plan de visualisation est représentée pour positionner plus facilement les différents tourbillons.1 (p. La solution adoptée ici est d’utiliser une échelle adaptée aux valeurs au centre du canal.6].

32 -0. expérimental 1 -0.32 -0. X1 = 1.3 – Vorticité moyenne ω + .29 wa up sh -0. X1 = 1.3 Figure 3.32 0.32 0.32 -0.32 -0. X1 = 1.41 -0.2 – Vorticité moyenne ω + .38 0.25 Figure 3.5.5.38 -0.32 0.41 -0.32 0 -0.32 -0.29 -0.40 -0.32 0.3 Étude dynamique 59 Tourbillon principal Tourbillon induit -0.32 -0.24 -0.32 0.5. RANS 1 -0.32 -0.52 0.26 Tourbillon induit h up wa s -0.32 -0. DNS 1 .32 -0.1 – Vorticité moyenne ω + .24 Figure 3.

Ce profil vertical décrit la zone contenant le maximum de vorticité associé au tourbillon principal sur la figure 3. Le déficit de vitesse longitudinale est très important. le calcul RANS est plus proche du résultat expérimental. et permet de voir que les différences principales entre les deux écoulements apparaissent au centre. Il peut être noté que le calcul RANS sous-estime la vorticité maximale dans le tourbillon central. RANS 1 La figure 3. X3 = −0. le profil de u1 est aussi très affecté par le perturbateur et les tourbillons longitudinaux engendrés.4 – ω + .5. 3.5. le profil de vitesse semble être identique.8) sont représentées par des flèches. et les mêmes cellules tourbillonnaires y sont visibles. les répartitions de vorticité sont équivalentes dans les trois cas. La structure de l’écoulement ne varie plus en aval de cette tranche de l’écoulement.5a présente un profil de vitesse longitudinale issu du calcul DNS. et . Le profil moyen obtenu en canal plan est superposé sur cette figure.60 3 Étude dynamique et deux tourbillons induits sont visibles.3 (p. alors que le tourbillon induit de droite est passé de la paroi basse à la paroi haute.4 présente la topologie de l’écoulement obtenue dans le calcul RANS.7.11 -0.32 Figure 3.81) présentent le comportement pariétal de la vorticité en DNS et en RANS.1 -0. Globalement.32 (p.59). (1996).80) et 3. Les cartographies de contrainte transverse 3. Or. -0.25). en X1 = 7. et la valeur minimale de la vitesse au centre représente seulement 15% de la vitesse maximale sur le profil. La figure 3.5. La valeur maximal de la vorticité dans le tourbillon principal est plus proche entre le cas DNS et le cas expérimental.1 (p.09 0. Le tourbillon induit de gauche s’est recentré dans le canal. X1 = 7. telles que définies sur la figure 1. La vorticité du tourbillon principal est devenue légerement supérieure à celle des tourbillons induits.30 (p.2 Déficit de vitesse longitudinale La plupart des cartographies présentées dans cette étude sont des cartographies transverses à la direction principale de l’écoulement x1 . Les zones d’upwash. mais qu’en paroi les comportements semblent proches. Sur la paroi supérieure. en (X1 = 1. alors que pour le tourbillon induit en X3 = −0.5. Le centre du tourbillon central est resté stable par rapport à sa position en X1 = 1.2. et seules les intensités décroissent. comme cela est mentionné dans l’article Liu et al.

La composante longitudinale de la contrainte pariétale n’est cependant pas uniformément plus faible dans le canal perturbé. Sur la figure 3. 3.-0. Les différences relevées entre les trois méthodes sur la vorticité moyenne déterminées dans la section 3. Les énergies cinétiques sont maximales en périphérie des tourbillons. X3 = −0.2.6. L’autre perte d’énergie cinétique moyenne est sa dissipation en énergie interne par frottements. un peu plus en aval en X1 = 5.25) (a) au point X1 = 1. Comme c’est le cas pour toutes les grandeurs analysées dans cette étude. La première est le travail des forces de pression.2.6. qui est très importante dans la zone de cisaillement en proche paroi.:.5.8 présentent les énergies cinétiques moyennes.3 Étude dynamique 61 precur perturb (1. Les tourbillons longitudinaux disparaissent à cause de cette forme de dissipation. le gradient pariétal de vitesse longitudinale est légèrement plus faible dans le cas perturbé que sans le perturbateur.3 Énergie cinétique moyenne L’énergie cinétique moyenne est définie comme : 1 E = uk uk 2 (3. Par exemple.5 – Profils de vitesse longitudinale en fonction de x+ 2 sur la paroi inférieure. en ne tenant compte que des composantes transverses de la vitesse.5.25 (b) au point X1 = 5. la dissipation des structures de l’écoulement secondaire induit que toutes les grandeurs tendent en aval du perturbateur vers leur valeur de canal plan.1 (p.1 (p.25 Figure 3. Les figures 3.10) et peut être produite ou diminuée de plusieurs façons dans l’écoulement.5b.58) correspondent donc à des zones de faible énergie cinétique transverse. La figure 3. et cela est détaillé dans la figure 3. et donc l’énergie cinétique perdue est convertie en pression.9 présente les différences entre les intégrales de l’énergie cinétique transverse en DNS. X3 = −0.80). Pour l’énergie cinétique transverse cette valeur est nulle. l’écoulement qui fait face au perturbateur traverse un gradient de pression adverse.-0. alors qu’au centre du canal subsiste un déficit de vitesse moyenne important dans la configuration avec perturbateur.:. 3. Le calcul . le comportement pariétal des deux profils est encore plus similaire. Dans cette étude on ne s’intéresse qu’à la perte d’énergie cinétique due à la fonction de dissipation car celle-ci ne sera pas «récupérée» ailleurs. expérimental et RANS.78). qui est elle même reconvertie en énergie cinétique quand le gradient n’est plus adverse.7 et 3. voir la section 3.25) precur perturb (5.29 (p.

7 – Énergie cinétique moyenne transverse E +.t .5 Figure 3.t . X1 = 1. DNS.5 Figure 3.5 .t .6 – Énergie cinétique moyenne transverse E +. X1 = 1. RANS.8 – Énergie cinétique moyenne transverse E +. X1 = 1.62 3 Étude dynamique Figure 3. expérimental.

36). La deuxième est effectuée selon une base locale pour tenter de mieux visualiser les directions de plus forte turbulence.5 (p. sa diminution est aussi la plus rapide. x2 et x3 de l’espace. Plus de détails sur le frottement pariétal et sur la fonction de dissipation moyenne sont fournis dans les sections 3.4 (p. et donc le comportement du système s’apparente à l’équation : ∂E t (X) − aE t (X) = 0 (3. est effectuée selon les axes x1 . Il peut donc être supposé que la principale cause de la diminution de l’énergie transverse est la contrainte transverse.6. Cependant. La première. Cette surestimation peut être liée aux remarques sur le domaine de calcul DNS évoquées dans la section 2. dénommée ici décomposition canonique.1 (p.11) ∂X La dissipation est ainsi très rapide immédiatement après le perturbateur. . 3. (1997). et tend à devenir de plus en plus lente par la suite. Pauley (1988b) a identifié la contrainte transverse comme cause de la diminution de la circulation des tourbillons. 3. La contrainte pariétale est liée au mouvement de rotation dans l’écoulement. (1987) ou Jeong et al.5.3 Étude dynamique 63 Figure 3.t intégrée transversalement DNS présente l’énergie cinétique moyenne transverse la plus importante immédiatement après le perturbateur.1 Décomposition canonique Composante longitudinale La distribution de vorticité turbulente ωi ωi et sa relation avec les structures présentes dans l’écoulement sont détaillées dans de nombreux articles tels que Kim et al.76) et 3. basées sur deux décompositions différentes de cette grandeur.9 – Énergie cinétique transverse E +.3.3 Vorticité turbulente Deux analyses différentes de la vorticité turbulente sont proposées.78).1.3.1 3.

les optima disparaissent complètement. Cette interprétation simple a l’avantage de pouvoir utiliser une grandeur statistique pour caractériser les tourbillons de proche paroi.48) évoluent dans le fort écoulement transverse du canal perturbé. (1987) La figure 3. qui donne une information instantanée.48) est indiquée sur les graphiques correspondant aux valeurs en paroi. qui correspond au comportement loin des tourbillons longitudinaux.25 (p. détaille une interprétation possible des minima et maxima locaux de ω1 ω1 comme limites spatiales de tourbillons longitudinaux de proche paroi. Pour des valeurs de X3 supérieures. ω1+ ω1+ augmente relativement plus que ω3+ ω3+ représenté sur la figure 3. y compris dans des détails comme les deux stries . La figures 3. La cartographie est tronquée entre 0 et 0.89). et une diminution de la valeur ∆X2 entre les deux optima.10 et visibles dans les profils 2.10.15 (tout comme les cartographies ultérieures de ω2+ ω2+ et ω3+ ω3+ ). La figure 3. corroborant la validité des conditions aux limites latérales du calcul.75). Sur la figure 3. la seule composante de la vorticité turbulente accessible par le système expérimental. hors de l’influence des tourbillons longitudinaux.25 (p. les courbes en X3 = −1.3 et X3 = −1 montrent une augmentation de la vorticité turbulente sur la paroi inférieure. sont proches des valeurs obtenues en canal plan. Une explication peut être que le très fort cisaillement de l’écoulement moyen dans cette zone empêche l’enroulement des structures turbulentes : la vorticité turbulente est toujours présente. mais il n’y a plus les deux optima qui correspondent à un tube tel que schématisé sur la figure 3. Par rapport à la courbe obtenue dans le canal plan.5 pour deux valeurs différentes de X3 . La valeur de canal plan. tirée de Kim et al.13 représente ω1+ ω1+ . L’objectif est de déterminer comment les optima de ω1 ω1 décrits dans la figure 3.10 – Interprétation des extrema locaux de ω1 ω1 . contrairement au critère λ2 détaillé dans la section 3.10 (p.4 (p.15 par rapport à sa valeur en canal plan. ω1+ ω1+ augmente fortement en paroi dans la zone d’upwash en X3 = −0.11 présente la vorticité turbulente ω1+ ω1+ obtenue en DNS dans le plan X1 = 1. tirée de la valeur RMS représentée en 2. ce qui montre que dans la zone upwash les tourbillons n’ont pas un effet que sur les composantes transverses de la turbulence. La distribution de cette grandeur est identique à la distribution dans le calcul DNS. Cette zone correspond à la partie en proche paroi d’une zone de production de turbulence comme indiqué sur la figure 3.64).42 (p.5. Les valeurs sur les bords de la zone étudiée.12 sont représentés des profils de la valeur RMS de ω1 en X1 = 1.5.64 3 Étude dynamique Figure 3.

68) en particulier à X3 = −0.90).5 sur la figure 3.1. L’activité vorticitaire turbulente transversale se trouve affectée sous forme des couches minces de cisaillement en X3 < −0.14 et 3.11 – ω1+ ω1+ .4 (p. En plus des réserves émises dans la section 2. Les valeurs sont cependant globalement plus faibles dans l’analyse expérimentale que dans la DNS.5.3 Étude dynamique 65 canal plan valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure Figure 3.5.2 Composantes transverses Les figures 3. DNS visibles sur la paroi basse pour X3 ∈ [−0. Ces structures sont d’autre part liées à la présence des tourbillons longitudinaux.15 représentent les cartographies de ω2+ ω2+ et ω3+ ω3+ en DNS. se pose le problème de la résolution. X1 = 1. Cette différence de résolution affecte toutes les grandeurs. 3. Comme cela a été détaillé dans les sections 2.14 (p.4 (p.36). la résolution de la PIV est plus faible que la résolution en DNS (d’autant plus si l’overlap est ignoré).15 (p. Elle peut notamment expliquer une sousestimation des grandeurs turbulentes et différentielles telles que ω ω ou la fonction de dissipation turbulente dans la section 3.69).3.3. pour l’abscisse X1 = 1.2. L’activité importante de ω2+ ω2+ qu’on observe dans la figure 3. .5. L’échelle de longueur de l’activité de la vorticité normale à la paroi est large comparée à ω1+ ω1+ et ω3+ ω3+ .4].5 (p. −0.4 (p. Les stries de basse et haute vitesse sont délimitées par des parois minces de vorticité ω2+ ω2+ dans les écoulements turbulents pariétaux canoniques.5.6.5 est par conséquent reliée à la présence des tourbillons à grande échelle induits par le perturbateur.23) et 2.36) sur la différence de section de passage entre le calcul DNS et la veine expérimentale.

3. pour différentes valeurs de X3 conformément au fait que les parois minces de vorticité normale s’étendent dans la couche externe en écoulement canonique.4 (p. Dans la seconde analyse les valeurs de λ2 sont extraites pour obtenir une visualisation du comportement de proche paroi.66 3 Étude dynamique + Figure 3.75). Les vecteurs propres de la matrice de covariance correspondent à ces nouvelles variables Xl . consiste à déterminer si la vorticité moyenne ne réoriente pas les structures turbulentes. de nouvelles variables aléatoires Xl de covariances nulles et optimales selon la variance.2 Décomposition propre Les tourbillons longitudinaux perturbent fortement la structure de la vorticité turbulente. et un vecteur pointant dans la direction x2 en proche paroi subirait une réorientation en étant transporté dans la zone «upwash». L’écoulement moyen subit une rotation importante.12 – profils de ω1. Deux analyses complémentaires sur la turbulence sont effectuées pour mieux comprendre l’impact du tourbillon principal. x3 ) pourrait faire ressortir une information sur une réorientation des structures turbulentes dans le canal longitudinal. voir la section 3. la vorticité turbulente est dans cette partie exprimée dans une base locale. rendant incomplète l’analyse de la vorticité turbulente selon les axes de l’espace. x2 . en utilisant une décomposition en composantes principales. Connaissant les covariances entre plusieurs variables aléatoires Xk . Une propriété des variables aléatoires Xl est qu’elles sont linéairement indépendantes et non corrélées statistiquement. La première.3. dans la section suivante.cette décomposition consiste à créer par combinaison linéaire.rms en X1 = 1. et aussi du repère propre introduit dans la section suivante). un autre système d’axes que (x1 . Pour essayer de prendre en compte les directions principales de ces structures.5. Il faudrait peut être considérer un repère transporté avec l’écoulement pour analyser cette zone (qui serait donc différent à la fois du repère canonique. Pour obtenir plus d’informations sur ces modifications. et les valeurs propres à leur variance. Une autre est qu’en trois dimensions le vecteur propre associé à la plus grande valeur propre correspond à la variable X1 pour .

car le calcul RANS ne fournit pas d’information sur la vorticité turbulente. loin de la paroi elle peut être associée à un mouvement d’enroulement.16 illustre l’interprétation physique de cette opération : le vecteur rouge correspond à la vorticité moyenne en un point. Cette décomposition va donc permettre d’identifier des axes principaux de cisaillement.5. comme sur la figure 3. Cette décomposition est dans un premier temps appliquée dans le calcul de canal plan. Cette méthode est applicable ici. Elle présente ainsi les propriétés présentées précédemment. Bien qu’en proche paroi la vorticité puisse correspondre à un cisaillement. et expérimentalement seule la composante ω1 ω1 de la vorticité turbulente est accessible. Un second vecteur bleu représente la même réalisation.13 – ω1+ ω1+ . Le repère (x1 .1 Cinématique La figure 3. car la diagonalisation de la matrice ωi ωj correspond à la décomposition en composantes principales de cette vorticité turbulente. pour une réalisation de la vorticité turbulente ω3 . Le vecteur propre associé à la deuxième valeur propre correspond à la variable X2 de plus grande variance dans le sous-espace restant et le troisième vecteur propre correspond à la variance restante.10 où. expérimental laquelle la variance est la plus importante. il . x2 ) soustrait la composante moyenne à l’ensemble des vecteurs. et de rotation. il apparait bien que les projections des réalisations selon l’axe x∗ ont la plus grande variance. Dans cette configuration.2. pour des valeurs x+ supérieures à 5. Le vecteur bleu ωi correspond à une réalisation statistique de cette vorticité et les croix bleues aux extrémités d’autres vecteurs de réalisations. 3. x∗ ) est le repère cor1 2 respondant à la diagonalisation de la matrice de vorticité turbulente. X1 = 1.3. La matrice ωi ωj est une matrice contenant les covariances entre les différentes composantes de la vorticité turbulente. mais en plaçant l’origine du vecteur en ω i et représente ainsi ωi . l’auteur identifie la vorticité turbulente à 2 un mouvement de rotation correspondant à une structure tourbillonnaire. Dans cette base. les vorticités turbulentes sont décorrélées et il est donc possible de déterminer l’axe selon lequel les variations de vorticité ont la plus grande amplitude. 1 Cette diagonalisation ne peut être exploitée que dans le calcul DNS. Le repère (x∗ .3 Étude dynamique 67 Figure 3.

1).18. 0).19 (p. Pour présenter les résultats sur les figure 3.68 3 Étude dynamique Figure 3.2] . la forme du tenseur de vorticité turbulente dans le repère standard de l’écoulement et pour un écoulement de canal plan est la matrice par blocs : ω1 ω1 ω1 ω2 0   0  ω2 ω1 ω2 ω2 0 0 ω3 ω3   (3. Les valeurs propres sont toujours positives (une matrice de covariance étant toujours semi-définie positive). Il reste donc à diagonaliser ωi ωj [i. 0. Cela implique que : ω3 ω2 = ω3 (−ω2 ) = −ω3 ω2 (3.14) La forme de cette matrice a été vérifiée numériquement : la figure 3.17 et 3.71) montre que x3 est une direction propre sur l’ensemble du profil (cette figure est détaillée ultérieurement).j]=[1. la diagonalisation dans le sous-espace [(1.5. 1. 0.14 – ω2+ ω2+ . 0)] et ω3 ω3 sont présentées en vis-à-vis. (0. donc l’information sur le signe n’a pas .13) Et donc que ω3 ω2 = 0. Par conséquent.12) (3. DNS y a autant de chance que se produise simultanément une réalisation de la vorticité turbulente ω2 que −ω2 . Un raisonnement analogue implique ω3 ω1 = 0. La première observation est que ω3 ω3 est la valeur propre associée au vecteur propre (0. X1 = 1.

secondaire et tertiaire. pour cette raison deux vecteurs propres opposés sont représentés pour chaque valeur propre.5. par contre les deux figures n’ont pas la même échelle car les vorticités turbulentes en centre de canal sont beaucoup plus faibles. la figure 3. en proche paroi et au centre du canal.18 représentent les vecteurs propres dans le canal plan. Les vecteurs propres sont représentés avec leur taille mise à l’échelle par la valeur propre associée.15 – ω3+ ω3+ . et bleu pour la tertiaire. L’information sur l’échelle est fournie sur la figure 3. DNS à être ajoutée sur les vecteurs propres. mais pas son sens. la valeur de la vorticité turbulente principale est indiquée. Cependant. Les couleurs du cube correspondent à l’ordre des valeurs propres : la face verte pour la vorticité turbulente principale. Pour une valeur propre donnée. Dans la suite de l’étude. Les figures 3.19 introduit une autre représentation de la même information.3 Étude dynamique canal plan 69 valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure Figure 3. Un cube est utilisé. X1 = 1. ainsi que le quotient des deux premières valeurs propres. rouge pour la secondaire. dont les faces ont pour normales les vecteurs propres. qui provient uniquement des termes croisés ωi ωj i=j et se traduit . L’information principale fournie par ces figures est le degré de non alignement avec les axes principaux. seules la norme et la direction d’un vecteur propre sont importantes. L’échelle est la même pour toutes les composantes sur chaque figure. comme il est difficile de représenter ces vecteurs en trois dimensions.17 et 3. les vecteurs propres du tenseur diagonalisé de ωi ωj rangés par valeurs propres décroissantes sont identifiés par les termes vorticité turbulentes principale.19 décrite ci-après. Pour se représenter les amplitudes relatives des valeurs propres.

Les trois parties de la figures présentent une information selon x+ sur l’axe vertical.2. 0). Au quart de la hauteur du canal.17 (p.70) en utilisant ce système. x3 ). Cette information est perdue dans une représentation selon les axes de l’espace.48).48).64). x2 ).18 (p.25 (p.71) et 3. par contre autour de x+ = 5 la vorticité turbulente dans le sous-espace [(1.16 – Vecteurs propres de la matrice des vorticités turbulentes Figure 3.2. En paroi ces termes croisés sont nuls. Le fait que x3 soit un vecteur propre apparait clairement car les cubes ont tous une normale selon cette direction. 0. les vecteurs propres forment un angle de 45 ° avec les axes (x1 . 0)] est isotrope. et deux faces seulement sont constamment visibles (la diagonalisation ayant été effectuée sur la matrice complète. La figure 3. Pour des valeurs de x+ supérieures. 1.25 (p. Cette zone correspond aussi à la partie basse des structures considérées dans la figure 3. Les cubes au centre présentent l’information sur l’orientation 2 des vecteurs propres. L’autre information fournie par cette figure est que les vecteurs propres semblent conserver un . la vorticité turbulente reste non alignée 2 avec les axes principaux de l’écoulement jusqu’à la zone de centre canal où elle devient quasiment isotrope.17 – Vecteurs propres de la vorticité turbulente au centre du canal plan par une rotation du repère et une nouvelle répartition des variances.19 présente la même information que les figures 3. sans considérer de sous-espaces). tout comme ω2 ω2 .10 (p. comme sur la figure 2. les cubes étant représentés dans le plan (x2 .70 3 Étude dynamique Figure 3. (0. 2 ce qui correspond au point de croisement entre ω1 ω1 et ω2 ω2 sur la figure 2. et l’interprétation de cet angle est l’objet de la section «dynamique» 3.3.

18 – Vecteurs propres de la vorticité turbulente en proche paroi dans le canal plan Figure 3. 2 Dans le cas perturbé par les tourbillons longitudinaux. pour déterminer dans ces deux cas si l’étude du tenseur complet ωi ωj présente un apport par rapport à l’étude des seules composantes de sa trace. et donc les vecteurs propres peuvent avoir des directions arbitraires. Le tenseur de vorticité turbulente n’a plus l’expression par blocs de l’équation 3.20 et 3. dans le cas d’un écoulement présentant une vorticité longitudinale importante.14. Les lettres identifient des zones symétriques par rapport au centre du tourbillon principale.3 Étude dynamique 71 Figure 3.19 – Orientation et variance de la vorticité turbulente dans le canal plan angle proche de 45° ainsi qu’un aplatissement important sur une plage importante de valeurs de x+ . Les figures 3. Les cubes représentant les différents vecteurs propres sont indiqués pour certaines zones de proche paroi et au centre de l’écoulement. rendant la présentation plus difficile. et les orientations des .2] est pleine. La représentation sous forme de cubes facilite alors la visualisation de l’orientation des vecteurs propres. Des cartographies sont exportées en X1 = 1.21 présentent des cartographies de la vorticité turbulente principale.j]=[1. la matrice ωi ωj [i.5 et X1 = 5.

20 – Vecteurs propres de wi∗ wi∗ en X = 1. Il semblerait à contrario que le tenseur de vorticité turbulente. cette section détaille la comparaison entre les directions propres des tenseurs ω1 ω1 et τij (partie déviatorique du tenseur des contraintes). la vorticité turbulente est reliée aux mouvements tourbillonnaires dans l’écoulement comme sur la figure 3.64). une fois décomposé. hors zone de proche paroi. En centre de canal.5 vecteurs propres présentent la même symétrie centrale.21. les composantes ω2 ω2 et ω3 ω3 ne présentent pas un comportement uniforme autour du tourbillon. les vecteurs propres de la . Pour simplifier la formulation des résultats de cette section.72 3 Étude dynamique Figure 3. Il peut être interprété sur le schéma 3. Les points Ai sont obtenus par rotation autour du centre du tourbillon principal. à cause du processus d’étirement tourbillonnaire. 3.2. comme cela est visible sur la figure 3. présente une symétrie centrale par rapport au centre du tourbillon principal.16 (p. ce qui permet de simplifier la description de la vorticité turbulente.2 Dynamique Tennekes et Lumley (1972) et Kundu et Cohen (2002) indiquent que les structures turbulentes tendent à s’aligner sur les contraintes de cisaillement moyennes principales de l’écoulement.10 (p. Comme.3.70) comme une mesure de l’aplatissement du nuage de réalisations de ωi ωj . Le nombre indiqué sous chaque lettre quantifie le ratio entre la première et la seconde valeur propre. et les vecteurs propres en ces points sont aussi obtenus par rotation autour du centre du tourbillon.

Selon Kundu et Cohen (2002). x2 ) (et non 5° qui est une erreur typographique sur l’image extraite). le tenseur de contraintes dans un écoulement de canal plan est de la forme :   0   1 ∂u1 1 ∂u1  2 ∂x2   0  (3. en utilisant la même convention qu’auparavant pour la représentation sous forme de cubes : une face verte correspond à la contrainte principale. Par contre.21 – Vecteurs propres de ωi∗ ωi∗ en X1 = 5 forme diagonale du déviatorique du tenseur des contraintes moyennes sont simplement identifiés par contrainte principale.9 A4 2. Les figures 3.18.17 indique qu’autour de x+ = 100 par exemple. et donc il n’y a pas de relation entre la contrainte principale et la vorticité principale. rouge à la secondaire et bleue à la tertiaire.78 Figure 3. secondaire et tertiaire (notamment parce que la pression qui constitue la partie hydrostatique du tenseur n’est pas analysée).8 B' 1. c’est à dire qu’il y a un alignement de la vorticité turbulente principale avec la contrainte principale. Comme cela est visible sur la figure 3. en s’éloignant de la proche paroi.24 représentent des cartographies de contraintes principales dans le cas perturbé.41 A2 1. De la même façon que dans le canal plan il y a   1 ∂u1  2 ∂x  2  0  .15) 2 ∂x2 et donc le tenseur de contraintes moyennes diagonalisé prend pour expression :  (3.23 et 3. dans la zone de proche paroi le cisaillement turbulent implique que les vorticités turbulentes aient pour composante dominante ω3 ω3 .8 B 1. la figure 3.3 Étude dynamique 73 A1 1.17 A3 1.16) 1 ∂u1  0 − 2 ∂x2 avec les contraintes primaires et secondaires formant une base possédant un angle α de 45° avec la base (x1 . la vorticité principale est orientée selon un angle de 45° avec 2 la direction de l’écoulement.

une comparaison des figures 3. là où le cisaillement turbulent devient moins important par rapport aux rotations turbulentes. ces observations ont peu d’impact sur l’analyse du transfert thermique qui est essentiellement un phénomène pariétal. D’un point de vue cinématique. Le but de cette section est plutôt de suggérer un mode d’analyse de la vorticité turbulente présentant un comportement identique entre le canal plan et le canal perturbé. cette décomposition de la vorticité turbulente semble présenter une description simple de la vorticité turbulente loin des parois.20 (p. les parois imposent un comportement dominé par les directions canoniques de l’espace. ce qui est mieux pris en compte par la décomposition en vecteurs propres de la vorticité turbulente. Une perspective d’étude possible étant de quantifier les écarts entre les comportements idéaux (symétrie centrale en cinématique.2.22 – Diagonalisation du tenseur de contraintes moyennes. et la décomposition propre à une zone plus éloignée de la paroi. . en adéquation avec les observations de Tennekes et Lumley (1972) et Kundu et Cohen (2002). la symétrie principale est centrale. Une tendance à l’alignement des vecteurs propres semble identifiée. ils ont tendance à devenir plus similaires dans la zone centrale de l’écoulement. Par rapport au reste de l’étude.3.73) indique que bien qu’en proche paroi les vecteurs propres soient différents. il semble que dans cette même zone il y ait une corrélation entre les tenseurs de vorticité turbulente et de contrainte moyenne.24 avec les cartographies de vorticités turbulentes 3.74 3 Étude dynamique Figure 3. 3. Ceci dans le cas du canal plan et dans le tourbillon longitudinal. Cela correspond aux différentes symétries de l’écoulement. D’un point de vue dynamique.72) et 3.23 et 3. et il faudrait quantifier sa vérification en fonction de la zone de l’écoulement considérée dans le canal plan comme dans le canal perturbé. figure tirée de Kundu et Cohen (2002) peu de corrélations entre la vorticité turbulente principale et la contrainte principale en proche paroi. alignement sur les contraintes moyennes en dynamique) et les comportements réellement observés dans l’ensemble du canal.21 (p. En proche paroi. Dans l’écoulement secondaire au centre du canal.3 Conclusion L’analyse dans la base standard de la vorticité turbulente semble donc être adaptée à la zone de proche paroi. La présente analyse est une première approche qualitative.

Il est difficile de trouver un critère local rendant compte du concept non local d’enroulement qui est intuitivement associé à un tourbillon. Obtenir deux valeurs propres négatives correspond alors à une condition nécessaire pour obtenir un minimum local (mais pas suffisante). Le gradient des équations de quantité de mouvement est adapté pour supprimer certains termes créant des faux positifs dans la détection de structures.76 5.54 -9.4 20.5 Détection de structures Les critères classiques définissant le cœur d’un tourbillon.28 C' B' 6. Les isocontours de λ2 ont été exportés dans le canal plan et dans le canal perturbé pour pouvoir visualiser l’impact des tourbillons longitudinaux sur la forme des structures turbulentes.23 – Contraintes de cisaillement moyennes en X1 = 1. Au final une grandeur équivalente à la pression est créée.9 C D 2. (1997) fournit une étude complète de la turbulence de proche paroi en se basant sur ce critère.3 20. Sur la figure 3.52 D' 3.25 sont présentées les structures turbulentes pariétales telles qu’ob- .5 A' 10. comme par exemple de considérer les gradients pariétaux comme des cœurs de tourbillons alors qu’aucun phénomène d’enroulement n’y est observable. Ce critère est une adaptation du critère de minimum local de pression. tels qu’un minimum de pression. la fermeture de lignes de courant projetées dans un plan transverse ou la valeur absolue de la vorticité ont chacun leurs désavantages. Jeong et Hussain (1994) ont développé le critère λ2 qui consiste à calculer en chaque point de l’écoulement les valeurs propres du tenseur Sik Skj + Ωik Ωkj (somme des carrés des parties symmétrique et antisymmétrique du tenseur de taux de déformation). et la hessienne a pour expression : Sik Skj + Ωik Ωkj .3 Étude dynamique 75 A B -10.7 Figure 3. Jeong et al.

76 3 Étude dynamique A1 3.72 B 13. 2 Comme indiqué en 3.17) et de visualiser des cartographies instantanées de λ2 .1.18) Pour i=1 ou 3 suivant la composante de la contrainte considérée. les structures turbulentes au centre du canal sont apparentes. La valeur absolue du niveau de seuil de λ2 est beaucoup plus élevée qu’en canal plan pour pouvoir obtenir une figure lisible.24 – Contraintes de cisaillement moyenne en X1 = 5 servées dans le canal plan. et permettre leur visualisation.5 Contrainte pariétale Le vecteur des contraintes appliquées à une paroi est exprimé sous la forme du gradient pariétal de vitesse adimensionné : τi+ ∂u+ i = ∂n+ (3. La suppression de la composante λ2 pourrait permettre d’avoir des niveaux de λ2 similaires entre les différentes structures turbulente comme en canal plan. Pour visualiser les structures en proche. 3. une solutions pourrait être d’appliquer une décomposition de Reynolds sur le champ λ2 : λ2 = λ2 + λ2 (3.27 est obtenue.1. où aucune structure en dehors du centre des tourbillons n’est visible. le signe de τi+ − 1 indique donc si + 2 localement la contrainte est supérieure ou inférieure à la contrainte longitudinale en .26. en canal plan cette contrainte ∂u+ pariétale ∂n1 est égale à 1. Sur la figure 3. En utilisant le même niveau de seuil qu’en canal plan.25 A2 -16 A4 -23 C' 7 B' 33 Figure 3. Or. et n+ = x+ ou 2 −x+ suivant si la paroi supérieure ou inférieure est considérée. la vitesse de frottement du canal plan uτ est utilisée pour l’adimensionnement par des grandeurs internes. Dans les cartographies. la figure 3.

99).19) (3. le frottement longitudinal est aussi plus . −0. comme indiqué sur la figure 3.22) Les contraintes longitudinales et transverses ne sont pas complètement corrélées.5].29.25 – Isocontours de λ2 en canal plan canal plan au même nombre de Reynolds.3 Étude dynamique 77 Figure 3.31 présentent les composantes longitudinale. correspondant à un tourbillon induit est plutôt longitudinale. Les prolongements selon x1 des extrémités du perturbateur sont ajoutées aux cartographies de grandeurs pariétales.3 (p. est plutôt transverse.5]. La contrainte dans l’intervalle X3 ∈ [−1. Par rapport aux structures présentes sur la figure 3.21) (3. 3.2 (p. Les figures 3. 0. transverse et totale.20) 2 + τtot = ∂u+ 1 ∂x2  + ∂u+ 3 ∂x2 2 1 2  (3. La contrainte transverse étant nulle en canal plan.30 et 3.28. ayant respectivement pour expression : + τ1 = ∂u+ 1 ∂x2 ∂u+ 3 + τ3 = ∂x2  (3.59). et de relier les résultats aux résultats disponibles dans les cartographies transverses où une projection du perturbateur est représentée. la contrainte dans X3 ∈ [0. Cela permet de situer plus facilement les éléments caractéristiques. associée au tourbillon principal. Sur la paroi supérieure (non représentée ici). Ces repères sont aussi ajoutés lors de l’analyse du flux de chaleur en paroi dans la section 4.

et décomposée en une partie dépendant du champ moyen et une partie . 3. En plus de la projection du perturbateur. par unité de temps et de volume de fluide. Une fois que cette fonction est moyennée. X3 = −0.5.5 (p. la contrainte longitudinale est toujours positive. Une corrélation est donc observée entre la distance à la paroi et la composante longitudinale de la contrainte pariétale. Dans la phase dissipative étudiée ici.61).2. où la contrainte pariétale est effectivement inférieure à la contrainte pariétale de canal plan. ce qui signifie qu’il y a un écoulement dans la direction −x1 .25). Il correspond à la puissance mécanique dissipée localement en énergie interne.3 (p.61) correspond au point (X1 = 1.32 contient la contrainte pariétale transverse obtenue par la modélisation RANS. Le profil de vitesse représenté sur la figure 3.26 – Isocontours de λ2 en canal perturbé. seuil spécifique au canal perturbé important à proximité du tourbillon induit. Pour une zone autour de X1 = 0 la contrainte pariétale est négative.1 Comportement volumique Fonction de dissipation moyenne La fonction de dissipation instantanée est le champ scalaire prenant pour expression Φ = 2µSij Sij . la dérivée selon X1 de cette contrainte diminue quand X1 croît. Ce phénomène est très local et lié à la structure de l’écoulement autour du perturbateur. la zone correspondant au domaine de calcul DNS est marquée (ce qui est le cas pour toutes les figures pariétales obtenues en RANS dans cette étude).6. Comme mentionné dans la section 3.6 3. La répartition de la contrainte pariétale observée est similaire qualitativement et quantitativement aux valeurs obtenues en DNS. La figure 3.78 3 Étude dynamique Figure 3.

son expression devient : φ = φmean + φturb = 2µ[S ij S ij ] + 2µ[Sij Sij ] Dans laquelle S ij = 1 2 ∂ui ∂xj (3. utilisée pour quantifier les effets du cisaille- . sa valeur correspond à 2. La dissipation liée à la composante moyenne de l’écoulement est analysée ici. En x+ = 25.6. seuil spécifique au canal plan Génération des tourbillons Domaine visualisé . La dissipation correspondant au champ moyen est très concentrée en proche paroi.28 – Projection du perturbateur dépendant du champ turbulent. Au centre du canal sa valeur est nulle. tandis que celle liée à la partie turbulente est traitée dans la section 3. + dans un profil en canal plan et après adimensionnement. est de Φmean = 0. La valeur moyenne de cette grandeur.23) + ∂uj ∂xi et Sij = 1 2 ∂ui ∂xj + ∂uj ∂xi sont respectivement les parties symétriques des tenseur de taux de déformation de la composante moyenne et turbulente de l’écoulement.65 % de la valeur 2 pariétale.90).33.dissipation projection du perturbateur X=0 Figure 3. le profil de la fonction de dissipation adimensionnée est présenté sur la figure 3. La fonction de dissipation transverse.27 – Isocontours de λ2 en canal perturbé.3 Étude dynamique 79 Figure 3.5 (p.0535. En canal plan non perturbé.

29 – Contrainte longitudinale τ1 .30 – Contrainte transverse τ3 . DNS + Figure 3.80 3 Étude dynamique + Figure 3. DNS .

31 – Contrainte totale τtot . DNS Figure 3. RANS .3 Étude dynamique 81 + Figure 3.32 – Contrainte transverse.

j=2.82 3 Étude dynamique Figure 3. Les tendances sont identiques sur les trois courbes.25) La fonction de dissipation transverse est nulle en canal plan. Jusqu’en X1 = 3. car tous les gradients 1 moyens en dehors de ∂u2 sont nuls.3 + 2µ[Sij Sij ]i.5. .9 (p. c’est à dire en bout de canal expérimental. les valeurs de fonction de dissipation transverses sont supérieures aux valeurs longitudinales en canal plan. la dissipation moyenne transverse est quasiment nulle et évolue peu. l’expression de la fonction de dissipation transverse est : Φ = t    µ 2  ∂u2 ∂x2 2 ∂u3 + ∂x3 2  ∂u2 ∂u3 + +  ∂x3 ∂x2 2   (3. De la même façon que la fonction de dissipation totale est concentrée en proche paroi dans le canal plan sur la figure 3. et en détaillant les composantes. avec des niveaux plus proches entre les résultats RANS et expérimentaux.33. Le comportement de la fonction de dissipation moyenne transverse devient proche du comportement de canal plan.5 (p. la dissipation transverse générée par les tourbillons longitudinaux est elle aussi concentrée en proche paroi. DNS et expérimentalement sont présentées sur la figure 3. En X1 = 20. pour X = 1.3 t t t (3.76). Pour trois des quatre pics pariétaux. La présence du cisaillement transverse implique ∂x une fonction de dissipation transverse non nulle.34 présente une cartographie de la distribution de fonction de dissipation moyenne transverse en DNS.5 les fonctions de dissipations moyennes transverses sont ordonnées comme les énergies cinétiques moyennes transverses présentées sur la figure 3. Cette fonction de dissipation diminue de plus en plus lentement en aval du perturbateur. L’évolution des intégrales transverses de la fonction de dissipation moyenne en RANS. La figure 3.33 – Fonction de dissipation moyenne en canal plan ment transverse qui est le plus susceptible d’affecter la dissipation des tourbillons est : φ = φmean + φturb = 2µ[S ij S ij ]i. près des tourbillons. Les différences entre les intégrales calculées dans le calcul RANS et dans le calcul DNS diminue en aval du perturbateur jusqu’à devenir négligeables. ce qui montre que localement la perte d’énergie par frottements est très importante.j=2.35. qui devrait en aval du perturbateur atteindre la valeur nulle correspondant au canal plan. Cela corrobore les observations de la section 3.63).24) Une fois développée. où les contraintes pariétales transverses adimensionnées ont une valeur absolue supérieure à 1.

34 – Fonction de dissipation moyenne transverse.88) et 3. .2. valeur paroi inférieure 3.6.6.26) G = production par couplage avec le champ moyen Φturb = dissipation visqueuse Ces expressions correspondent aux expressions des termes tels qu’ils sont calculés en DNS.2 3. X1 = 1.5 (p.90).6. soit respectivement 3.5 La plus importante est obtenue en DNS. l’utilisation de l’hypothèse de Boussinesq permet de fermer cette équation en modélisant les termes turbulents.1 Énergie cinétique turbulente Équation bilan L’équation régissant l’énergie cinétique turbulente peut être décomposée de la façon suivante (voir Kundu et Cohen (2002)) : ∂uj k ∂ =− ∂xj ∂xj 1 1 p uj + ui ui uj − 2νui Sij ρ 2 transport −ui uj −2νSij Sij ∂ui ∂xj (3.4 (p.3 Étude dynamique 83 valeur paroi supérieure composante longitudinale canal plan Figure 3. puis en RANS et enfin expérimentalement. DNS. Dans le calcul RANS.6. Les détails de cette fermeture pour les termes de production et de dissipation visqueuse sont donnés dans les sections où ces termes sont analysés.

3  E = E l + kl + E t + kt = 1   u1 u1 + u1 u1 + [uk uk ]k=2. permet d’écrire l’énergie cinétique moyenne E de la façon suivante :      k=2.84 3 Étude dynamique exp RANS DNS Figure 3.35 – Évolution longitudinale de l’intégrale transverse de fonction de dissipation moyenne transverse 3. Dans le cas de l’énergie turbulente.6. combinée à la décomposition de Reynolds. cela implique d’extraire la composante transverse de k. notée k t .6. X1 = 1.1 (p.55).t .3 + uk uk 2 partie longitudinale partie transverse (3.27) 3.5 .2 Décomposition des résultats Comme il l’a été mentionné dans la section 3.. Cette décomposition.2. les plans transverses contiennent une symétrie importante de l’écoulement. exp.36 – Énergie cinétique turbulente transverse k +.2.3 Répartition de l’énergie cinétique turbulente Figure 3.

37 – Énergie cinétique turbulente transverse k +.5 . DNS. X1 = 1.38 – Énergie cinétique turbulente transverse k +.t . RANS.5 Figure 3. X1 = 1.3 Étude dynamique 85 Figure 3.t .

ainsi que leurs gradients.7 n’apparaît pas en RANS. La valeur de canal plan de k t reproduite sur la figure est tirée de la table 3. le tenseur des contraintes de Reynolds dépend uniquement des gradients de vitesse moyenne.39 – Évolution de l’intégrale de kt dans des plans transverses Les évolutions des intégrales de k t dans le calcul RANS et l’expérience sont comparées sur la figure 3. comme indiqué dans l’équation 3. avec la même échelle de couleur dans les trois cas dans le plan X = 1.86 3 Étude dynamique L’énergie cinétique turbulente transverse est représentée sur les figures 3. La structure de l’écoulement est la plus proche entre l’expérience et la DNS. En utilisant cette hypothèse.5. effectuées sur la base de données expérimentales Figure 3.4. ne permet pas de connaître dans l’évolution de k t dans sa phase de diminution. par contre la position du pic et l’évolution générale selon X1 est mieux décrite par le calcul DNS. et non la trace du tenseur de Reynolds. La valeur plus importante de la turbulente à l’intérieur des tourbillons principaux va dans le sens des observations de Pauley (1988b). Le pic de turbulence localisé en X3 = −0.6.39. Seule la DNS est en mesure de calculer directement toutes les composantes de cette énergie turbulente.87). Le calcul RANS donne la même valeur que l’expérience pour le pic.37 et 3.57). les composantes transverses de la vitesse moyenne sont nulles. La PIV ne fournit que des informations sur la partie transverse et il faut utiliser l’hypothèse de Boussinesq pour reconstruire le tenseur en RANS.38 qui correspondent respectivement aux cartographies obtenues expérimentalement.28) . bien que les valeurs soient beaucoup plus importantes en DNS à cause du problème de taille de domaine. Le calcul DNS. Or dans le cas d’un canal plan non perturbé. La dissipation de l’énergie turbulente transverse est plus rapide en RANS qu’en DNS.2 (p. La répétition d’indice ne correspond temporairement pas à une sommation.6 (p. 3. uk uk désigne donc ici une composante quelconque u1 u1 . se terminant en X1 = 5.3 Anisotropie des contraintes de Reynolds Cette section détaille les différentes contributions de k. en RANS et en DNS. u2 u2 ou u3 u3 . Les composantes du tenseur de Reynolds sont donc identiques : u2 u2 = u3 u3 = 2/3 k (3.36. 3.

Les deux composantes u2 u2 et u3 u3 sont à peu près 2 2 équidistantes de 3 k. et l’objectif de cette section est de déterminer quelle formes prennent les erreurs introduites dans le cas d’un écoulement de canal perturbé par des tourbillons longitudinaux. moyennées sur la hauteur du canal plan. non représentée ici. Les ∂xk valeurs de canal plans sont tirées du tableau 3. Les vingt hauteurs de canals sont suffisantes pour que k soit de nouveau isotrope. les composantes du tenseur de Reynolds sont isotropes. elles ne sont pas identiques. 3. Le tableau 3. En RANS.66 Tableau 3.2 (p. Dans les cas DNS et expérimental. seule l’analyse transverse.40.41c présentent les courbes des intégrales transverses des composantes normales du tenseur de Reynolds. L’écart 3 2 entre uk uk et 3 k prend pour expression : 2µturb ∂uk ∂xk (3. Pour la partie expérimentale.56 k+ 1.41b et 3.t 0. c’est-à-dire des composantes u2 u2 et u3 u3 est effectuée. avec u2 u2 inférieur à u3 u3 . La composante u1 u1 .2 contient les valeurs des composantes normales du tenseur de Reynolds.68 + k +. immédiatement après le perturbateur. alors même que sa valeur est encore loin de la valeur de canal plan. les valeurs de u2 u2 et u3 u3 sont différenciées sur tout le domaine d’étude.40 – Composantes normales du tenseur de Reynolds dans le canal plan Alors que physiquement dans un écoulement de canal plan.87). ainsi que la courbe de 2 k. Dans un canal plan u2 u2 est .2 – Moyennes des composantes de k dans un canal plan Figure 3. Cette limitation connue de l’approximation de Boussinesq limite fortement son pouvoir de prédiction.41a.43 + moyenne en canal plan u3 u3 0.29) qui est le terme générant l’anisotropie de uk uk .3 Étude dynamique u1 u1 2. La somme de ces écarts est nulle (et correspond à la divergence de la vitesse). conformément au fait que la somme des écarts doit être nulle. est confondue avec 3 k. comme indiqué sur la figure 3.21 + 87 u2 u2 0. Chaque composante de la diagonale du tenseur de Reynolds uk uk s’écarte donc de la valeur isotrope 2 k d’une quantité pro3 portionnelle à l’élément correspondant dans le tenseur de gradient de vitesse moyenne ∂uk . Les figures 3.

30) Ce terme est présent dans ces deux équations avec des signes différents.42 présente le profil de G+ en canal plan.0308). Dans le cas RANS u2 u2 ne prend jamais de valeurs inférieures à u3 u3 . La moyenne sur ce profil du terme de production vaut 0.6. Contrairement au calcul RANS.0336 (cette valeur est proche de la moyenne de la fonction de dissipation turbulente calculée en 3.5 (p. G = −ρui uj ∂ui ∂xj (3.41a. alors même que la l’allure de 2 k est proche de l’allure 3 obtenue en RANS : l’équation sur k semble être correcte. qui vaut 0.88 3 Étude dynamique (a) Expérimental (b) RANS (c) DNS Figure 3. et est donc associé à la production d’énergie cinétique turbulente k.6. La figure 3. dans le calcul 2 DNS c’est la composante u2 u2 qui est la plus proche de la composante isotrope 3 k. alors que l’anisotropisation par les gradients moyens l’est moins.4 Production d’énergie cinétique turbulente Un terme de couplage apparaît entre les équations de bilan de l’énergie cinétique et l’équation de bilan de l’énergie cinétique turbulente.90). Les composantes . et le retour au comportement asymptotique est visible sur la figure 3. De plus. le retour à l’isotropie est très rapide. Il prend le plus souvent des valeurs correspondant à un transfert d’énergie cinétique de l’écoulement moyen vers l’écoulement turbulent.41 – Intégrales transverses des composantes de k inférieur à u3 u3 . 3.

et donc le terme de production ne peut pas prendre de valeurs négatives en RANS. cela devient une composante négative. entre le tourbillon principal et les tourbillons induits. la production turbulente est concentrée dans les zone «upwash». ce qui montre le fort impact de ces tourbillons sur l’écoulement.42 – Production de k dans le canal plan u2 et u3 de la vitesse sont nulles dans un canal plan. et contribuent à limiter le mélange. il tendront à diminuer en aval du perturbateur.j=2. ce qui implique que leurs dérivées sont aussi nulles. et le comportement. L’expression du terme de production. Dans ∂x la zone des tourbillons longitudinaux. 1 Dans le canal plan. mais pas pas dans en canal perturbé. Sur la figure 3. la seule composante non nulle −ρu1 u2 ∂u2 est positive. Les termes de la forme −ρui u2 ∂x2 ∂ui contribuent négativement. suppriment la turbulence sans dissipation. La composante transverse correspond à : Gt = −ρui uj ∂ui ∂xj (3. Les 3 ∂ui ∂ui termes de la forme −ρui u1 ∂x1 contribuent peu à G. une fois l’ensemble des termes sommés la valeur de G est positive.32) C’est à dire la norme d’un tenseur. Comme mentionné par Pauley (1988b). en utilisant l’hypothèse de Boussinesq est : µturb S ij S ij (3. ainsi que les différentes ∂ui composantes de type −ρui u3 ∂x3 (chacun de ces composantes étant la somme de 3 termes).31) Ce qui implique que si des termes transverses apparaissent avec la présence des tourbillons longitudinaux. en X = 1.3 . La seule contribution non nulle au terme de production est donc : −ρu1 u2 ∂u1 ∂x2 (3. Les 9 termes entrant dans l’expression de G ont été initialement analysés.5 de ces termes peut être regroupé en fonction de la direction de dérivation considérée ce qui aboutit aux trois composantes représentées. Seuls les termes de la forme −ρui u3 ∂x3 contribuent globalement positivement et ont été détaillés.43 sont représentés la production totale.33) i.3 Étude dynamique 89 Figure 3. La valeur de la composante transverse reste nulle en canal plan sous l’hypothèse de Boussinesq. Bien que des composantes de G présentent des valeur négatives.

5 Fonction de dissipation turbulente Pour compléter l’analyse de la fonction de dissipation commencée dans la section 3. Sur la figure 3. et ω est obtenu en résolvant une équation aux dérivées partielles (décrite par exemple dans Wilcox (1998)).90 3 Étude dynamique Figure 3. expérimentaux et DNS.09). par exemple pour le calcul de la production d’entropie ou du mélange aux plus petites échelles de l’écoulement. certaines applications utilisent directement le Φturb obtenu en RANS.1.5. dans lequel ω décrit le taux de dissipation par unité de turbulence (son unité est l’inverse d’une unité de temps). Pour cette raison les résultats RANS sont comparés aux résultats expérimentaux et DNS.6. Le calcul RANS est effectué avec un modèle k−ωSST . Contrairement au calcul DNS ou aux résultats expérimentaux où Φturb est obtenu à l’aide du calcul de −2µSij Sij . cette section détaille le calcul du terme de dissipation d’énergie par les structures turbulentes : Φturb = −2µSij Sij . La répartition entre les différentes dérivées n’est pas aussi simple que dans le cas en X1 = 1.43 – Composantes longitudinales et transverses de G+ . Le terme de dissipation du champ turbulent. 3. le calcul RANS utilise une équation de bilan local très simplifiée pour la quantité Φturb . Cette quantité est ensuite utilisée dans l’équation de bilan local de k. éloignée de Φturb réel. et pourrait être vue comme une grandeur intermédiaire du calcul. DNS La figure 3. est calculé en utilisant β ∗ kω (β ∗ valant 0. (2009) ou Fincham . Cependant.5 et ne sera pas développée ici. On peut voir que ces intégrales sont extrêmement disparates.6. X = 1.45 est présentée le terme de production en X1 = 5. La décomposition de la fonction de dissipation turbulente proposée dans cette étude a été utilisée dans d’autres travaux antérieurs. suivie du calcul RANS et des mesures expérimentales. Dans Huchet et al. la DNS fournissant les valeurs les plus importantes.44 présente une comparaison entre les évolutions des intégrales de G+ entre les résultats RANS. Les zones d’upwash restent cependant des zones de production turbulente.

La dissipation turbulente est moins concentrée en proche paroi par rapport à la dissipation moyenne présentée sur la figure 3.44 – Évolution de l’intégrale de la production de k Figure 3. expérience et RANS Figure 3.3 Étude dynamique 91 (a) Composantes transverse et totale en DNS (b) Composantes transverse en DNS.35)  Le profil de fonction de dissipation en canal plan est fourni par la figure 3.0045.34) Le plan transverse analysé dans la présente étude correspond bien à cette expression. les auteurs ne considèrent pas simplement une décomposition transverse. mais une décomposition pour un plan général xi . la fonction de dissipation totale n’est pas égale à la somme des fonctions de dissipation par plan. (1996) par exemple.82). sa valeur correspond à 50% 2 de sa valeur pariétale. et il faut ajouter un terme correctif pour tenir compte des contributions incluses plusieurs fois : ∂u1 − 2µ  ∂x1   2 Φ = Φx1 x2 + Φx1 x3 + Φx2 x3 ∂u2 + ∂x2 2 ∂u3 + ∂x3 2  (3. et donc la fonction . xj : ∂ui =µ 2  ∂xi   2 Φxi xj ∂ui + ∂xj 2 ∂uj + ∂xi 2 ∂uj +2 ∂xj 2 ∂u ∂u  +2 i j ∂xj ∂xi   (3. Avec cette décomposition.33 (p. x3 .45 – Terme de production G+ en X = 5 (DNS) et al. A x+ = 25. en considérant le plan x2 . Sa valeur en centre de canal est de 0.46.

la limite reste l’absence de mesures de la vitesse longitudinale. devient inférieure en centre canal (le point où les deux valeurs sont égales étant en x+ = 16. La dissipation turbulente est moins importante dans le calcul DNS que dans le calcul RANS. Contrairement à k il n’est pas possible en utilisant l’hypothèse de Boussinesq de reconstruire Φt à l’aide des composantes du gradient turb de champs moyen. La moyenne sur un profil de cette fonction de dissipation vaut 0. là où la production turbulente est nulle. là où la 2 fonction de dissipation turbulente semble faire un palier). Il modélise dont le bilan local de Sij Sij (en utilisant une équation très simplifiée). et il n’est pas possible d’avoir le détails des différentes composantes.92 3 Étude dynamique Figure 3. le modèle de turbulence n’a pas accès à Sij .8. Bien que les intégrales de ces deux grandeurs soient quasiment identiques. et la fonction de dissipation turbulente totale uniquement avec les calculs RANS et DNS.47. ce qui correspond à 91. La composante transverse de la fonction de dissipation turbulente a été uniquement calculée à partir des mesures obtenues avec le dispositif PIV.46 – Fonction de dissipation turbulente en canal plan de dissipation moyenne. Figure 3. Pour le calcul RANS.47 – Évolution des intégrales de fonction de dissipation turbulente totale Les intégrales de fonction de dissipation turbulente totale dans le cas RANS et DNS sont représentées sur la figure 3. leur distribution est différente : la dissipation turbulente est par exemple maximale en paroi. qui lui était supérieure en proche paroi.0308. Pour la partie expérimentale. ce qui est le comportement contraire de .6 % de la moyenne du terme de production sur un profil.

44b (p. obtenue dans le cas expérimental.83) que de ω1 ω1 .65). Figure 3.5 dans le cas expérimental.1.48 présente l’évolution de l’intégrale de la fonction de dissipation turbulente transverse. Bien que la composante longitudinale ne soit pas prise en compte. là où la valeur de l’intégrale de la production.3 Étude dynamique 93 la production turbulente présentée sur la figure 3.375. Comme pour les vorticités turbulentes à la section 3.5. . En canal plan.50 présente une cartographie de fonction de dissipation turbulente totale en DNS. La distribution de Φt.11 (p. la valeur de l’intégrale de la dissipation est de 0. Sa répartition est plus proche de la répartition de la fonction + de dissipation moyenne visible sur la figure 3. le pic est situé au même endroit que le pic de dissipation turbulente totale obtenue en DNS et visible sur la figure 3. La figure 3.50 présente la fonction de dissipation turbulente transverse en X1 = 1.175. les tourbillons longitudinaux favorisent plus la production que la dissipation de turbulence. est de 0. exp. La figure 3. Immédiatement après le perturbateur.48 – Évolution de l’intégrale de fonction de dissipation turbulente transverse. en X1 = 1. En X1 = 3.44a (p.91).34 (p.91).+ est particulièrement proche de la turb + distribution de ω1 ω1 . les valeurs pariétales sont reportées dans des courbes. La figure 3.47. et la valeur pariétale en canal plan est indiquée en pointillés. visible sur la figure 3. sur la figure 3. les valeurs des intégrales de ces deux grandeurs est à peu près égales.3.

5. DNS turb Figure 3. X1 = 1.50 – Fonction de dissipation turbulente transverse Φt. X1 = 1. exp turb valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure .5.49 – Fonction de dissipation turbulente totale Φ+ .+ .94 3 Étude dynamique Figure 3.

en couche limite la contribution de la dissipation dans l’équation de transport d’énergie interne peut être négligée si ce nombre est inférieur à 1. ou du réchauffement lié à la dissipation.1.Chapitre 4 Analyse thermique Les échanges de chaleur dans la configuration d’échangeur considérée sont fonction des gradients de température pariétaux qui résultent de la structure des champs thermoaérauliques de l’écoulement au sein du canal. Pour déterminer si les phénomènes visqueux doivent être pris en compte. Les outils disponibles sont les calculs RANS et DNS.1 4. Une analyse incluant la notion de dégradation de la qualité de l’énergie transmise (par la production d’entropie) est effectuée. Dans la présente étude. Cette faible valeur indique que l’écoulement peut être approximé en identifiant l’équation locale de bilan d’énergie interne à une équation de transport de la température. ce nombre vaut 8 · 10−5 . car le banc expérimental est uniquement conçu pour l’étude cinématique. représentant la prise en compte du rayonnement. en prenant comme grandeurs de référence le périmètre mouillé 2H. dans les équations de bilan d’énergie cinétique et d’énergie interne. le nombre d’Eckert est déterminé. considérée comme un scalaire passif.2) . en mettant à profit la finesse de l’information fournie par le calcul DNS. Dans cette étude les phénomènes radiatifs et la convection naturelle sont ignorés car négligeables pour les conditions étudiées.1) Selon Schlichting (1979). Dans le cas d’une couche limite turbulente il s’écrit : Ec = 2 U∞ Cp (Tw − T∞ ) (4.1 Présentation Équations résolues Les différences entre les approches RANS et DNS peuvent être mises en évidence par un rappel des équations résolues. Il s’agit du nombre sans dimensions apparaissant devant la fonction de dissipation adimensionnée. la vitesse ubulk et la température Tin . L’expression de cette équation est : ρCp ∂T ∂T + uj ∂t ∂xj 95 =λ ∂ 2T ∂x2 j (4. 4. L’objet de cette partie est d’analyser les phénomènes internes. L’équation de bilan local d’énergie interne d’un fluide peut contenir de nombreux termes. de la convection naturelle.

pour produire le calcul correspondant à l’équation 4. utilisant des grandeurs générales de l’écoulement.5) P rturb = 0. l’approximation de Boussinesq est de nouveau appliquée.3 (p.2 (p.2 est ensuite moyennée ? λ En introduisant la diffusivité thermique α = ρCp . le modèle employé ici lie simplement αturb à νturb par le nombre de Prandtl turbulent.1. 4. Le premier est un adimensionnement «local». Il s’agit de la valeur classiquement utilisée pour des transferts convectifs turbulents dans l’air. Pour fermer l’équation. L’équation 4.3 Adimensionnement de la température Deux adimensionnements des grandeurs ont été considérés pour présenter cette étude. une condition de gradient nul est utilisée en sortie.4) Contrairement à l’équation de transport de la quantité de mouvement. pour ensuite calculer des grandeurs statistiques à analyser.3 en RANS.96 4 Analyse thermique Comme c’est le cas pour la partie mécanique. qui s’apparente à celui utilisé dans le chapitre précédent et est basé sur le comportement pariétal. La température prend ainsi l’expression T = T + T . La température à l’entrée du domaine est fixée à Tin = 300K. cette équation est résolue à chaque pas de temps en DNS.85 est appliqué à tout l’écoulement.5. Elle peut être calculée en post-traitement en DNS.2 Conditions aux limites Les conditions aux limites du champ de température sont identiques pour les calculs RANS et DNS. Sur les côtés du domaine. alors que pour le calcul DNS il s’agit d’une condition advective telle que définie dans la section 2.3) La quantité ui T correspond au transport turbulent de l’énergie interne.6. L’écoulement en entrée du canal est établi dynamiquement. l’expression de l’équation de transport de l’énergie interne devient : uj ∂ 2T ∂ ∂T =α 2 − uT ∂xj ∂xj ∂xi i (4.41). Dans le calcul RANS. Le second est un adimensionnement «global». L’équation de transport de T résolue en RANS s’écrit finalement : uj ∂ ∂T ∂T = (α + αturb ) ∂xj ∂xj ∂xj (4.1. une condition de symétrie est appliquée. P rturb : αturb = νturb P rturb (4. il est nécessaire de modéliser ui T de la même façon qu’il est nécessaire de modéliser le tenseur de contraintes de Reynolds ui uj dans la section 3. où le calcul de νturb introduisait deux équations de transport supplémentaires (sur k et sur ω). et les termes turbulents sont reliés aux gradients moyens en utilisant la relation suivante : −ui T = αturb ∂T ∂xi (4. . à l’exception de la condition de sortie.57). En revanche.1.6) 4. et la température sur les parois inférieure et supérieure est fixée à Tw = 350K. mais pas thermiquement.

Seul un adimensionnement qui varie localement est possible pour conserver la nature universelle des profils obtenus. (2005) est donnée dans le tableau 4. A contrario.4 Analyse thermique 4.66 2 + Tableau 4.2 < x+ < 150 2 Valeur de T P r x+ 2 2. Les grandeurs correspondant à des flux d’énergie interne. la loi de paroi pour la température est donnée par Kays et al.3. (1999)).3. mais cet adimensionnement rend les comparaisons entre différentes zones du canal moins aisées. l’adimensionnement par des grandeurs de proche paroi issus du canal plan n’est pas uniforme sur l’ensemble du domaine. quand sont considérés les échanges thermiques dans un canal plan.195 ln(x+ ) + 13. 2H et Tw − Tin . exprimées notamment par Spalart (1988). la vitesse de frottement uτ d’un canal plan au même nombre de Reynolds est utilisée parce que uτ est constante dans un canal plan dynamiquement développé. et à des divergences de flux d’énergie interne.7) La définition de Tτ (appelée température de frottement) est : Tτ = λ ∂T |y=0 ∂y ρCp uτ (4. Le calcul du profil est détaillé par Schlichting (1979) ou Kays et al. mais si Tw est fixé. l’origine des températures est fixée à Tin . et donc Tw varie spatialement. le flux est fixé. si Tτ est fixée.1.9) Tw − Tin Pour adimensionner les autres grandeurs à traiter.350] vers l’intervalle [0. (2005). L’adimensionnement local est obtenu en introduisant une température Tτ : T+ = Tw − T Tτ (4. T∗ = .2 2 13. Domaine x+ < 13. En dynamique. Les températures sont donc transformées linéairement de l’intervalle [300. exprimée dans cette nouvelle échelle : Tw − Tin .1 Adimensionnement local 97 Tout comme il est possible de déterminer un comportement universel de proche paroi pour la quantité de mouvement. sont adimensionnées comme indiqué dans le tableau 4. 4. sous la forme d’un profil u+ (x+ ).2.1.2 Adimensionnement global Pour l’adimensionnement global.1] via : T − Tin (4. Il n’est alors pas possible de déterminer un adimensionnement thermique global qui soit basé sur les grandeurs pariétales d’un canal plan associé.1.2P r + 5.1 – Profil universel de température adimensionnée Contrairement à l’utilisation de uτ pour l’adimensionnement de grandeurs mécaniques. La température est ensuite adimensionnée par la température en paroi. il est possible 2 de déterminer pour la température un comportement de proche paroi invariant avec le nombre de Reynolds (avec quelques réserves.8) Sous ces conditions. alors Tτ varie car le flux de chaleur varie. Bradshaw et Huang (1995) ou Moser et al. les coefficients d’adimensionnement sont obtenus à partir des grandeurs ubulk .

mais uniquement de la vitesse de référence et des caractéristiques physiques du fluide considéré. Ainsi le profil de température solution. X1 = 1.0242 Le nombre de Péclet dans la configuration étudiée P e = ubulk 2H est donc de 8500. et si on note ()∗ les quantités adimensionnées dans l’équation de l’énergie interne. L’adimensionnement ()+ local n’est quant à lui jamais utilisé. pour l’air étudié dans la présente configuration : ρ (kg m−3 ) Cp (J K −1 kg −1 ) λ (W m−1 K −1 ) 1. le nombre de Péclet P e = ρCk U l p apparaît. et l’écart de 50° K correspond à une valeur arbitraire.225 1006 0. n’est pas modifié par un changement des valeurs des conditions aux limites en température. et valent.1 – Champ de température. tant qu’il est adimensionné. DNS . Dans la suite de l’étude la notation ()∗ est implicite. k ∂T ∗ ∂T ∗ + u∗ ∗ = i ∗ ∂t ∂xi ρCp U l ∂T ∗ ∂x∗ ∂x∗ i i (4.98 Type ∂T flux : −α ∂xi divergence de flux : α ∂x∂T i i ∂x Unité L T −1 Θ T −1 Θ 4 Analyse thermique Coefficient 1 ubulk (Tw −Tin ) 2H ubulk (Tw −Tin ) Tableau 4.10) Les constantes physiques liées à la thermique sont identiques dans les calculs RANS et DNS. afin de ne pas alourdir les expressions. α Ce nombre de Péclet ne dépend pas de Tw − Tin . Les grandeurs dimensionnelles ne sont plus mentionnées. Ce nombre caractérise les échanges entre l’advection et la conduction.5. C’est pour cette raison que la densité n’est pas variable avec la température : cela ne fait pas partie de la classe de problèmes résolue ici.2 Champ de température A' A front chaud Figure 4.2 – Facteurs d’adimensionnement global des grandeurs thermiques Une fois mis en place ce système d’adimensionnement. 4. La résolution effectuée ici correspond à la classe de problèmes pour laquelle le nombre de Péclet est de 8500.

1 et le champ en X1 = 5 est représenté sur la figure 4.1231. Le front de la zone chaude convectée depuis la zone de proche paroi est représenté sur la cartographie de température moyenne en X1 = 1.5 est représenté sur la figure 4.5 qu’en X1 = 5. L’analyse du nombre de Nusselt local n’entre pas non plus dans le cadre de cette étude car de la même manière il fait aussi intervenir une température intégrée. l’énergie interne transférée en paroi n’a pas encore effectuée une révolution complète dans le canal. dans la tranche X1 = 5. Comme la tranche de l’écoulement X1 = 1.5 4.4 présentent le flux de chaleur pariétal sur la paroi inférieure du canal. Comme pour les cartographies de contrainte pariétale. La valeur moyenne de la température en X1 = 1. En X1 = 1.3 Flux de chaleur pariétal Les distributions de flux de chaleur sont analysées en RANS et en DNS. Dans les zones de upwash est notamment .3 et 4. qui n’est pas une information locale.5 les zones A et A’ contiennent une partie importante de l’énergie interne contenue dans le canal. et d’autrent montrent la prolongation selon x1 du perturbateur dans les cartographies RANS et DNS. adimensionné en utilisant les échelles globales de l’écoulement. telle que la distribution de contrainte pariétale. DNS Le champ de température moyenne en X1 = 1. et comparées avec les informations obtenues sur la dynamique de l’écoulement. 4. le coefficient de convection local h = Tw −Tbulk n’est pas analysé car il relie le flux en paroi à la température de mélange.2 – Champ de température. mais intégrée dans chaque section. La structure globale du transfert de chaleur pariétal est identique dans les cas RANS et DNS.5 est de 0.81).5 est proche du perturbateur. Sur la cartographie DNS sont mentionnées les zones correspondant au tourbillon principal et au tourbillon induit. Un des buts de cette étude étant de présenter les différentes zones de l’écoulement q travaillant thermiquement. ce qui correspond bien à une augmentation due aux transferts en paroi. il n’y a plus de front chaud car l’écoulement tourbillonnaire a effectué plusieurs révolutions dans le canal. La distribution de flux de chaleur est proche de la distribution de contrainte pariétale totale présentée sur la figure 3.2. Les figures 4. X1 = 5. Il y a moins d’énergie interne contenue dans les zones A et A’ en X1 = 1.1538.31 (p.4 Analyse thermique 99 A' A Figure 4. A contrario. des traits délimitent le domaine de calcul DNS sur les cartograhies RANS.1. tandis que la valeur moyenne en X1 = 5 est de 0. Les valeurs fournies en RANS sont plus élevées que les valeurs fournies en DNS. alors qu’en X1 = 5 dans ces deux zones l’énergie interne est plus répartie. dans le calcul du coefficient de convection.

38 (p. c’est à dire qu’en paroi la variance de la température est nulle.5 4. RANS observée une diminution du flux de chaleur par rapport au flux sur les bords du canal ([X3 < −1 ∪ X3 > 1]).5 et X1 = 5. Cette influence justifie une étude du flux d’énergie interne lié à la convection turbulente. où les tourbillons ont un effet moindre.85) sont aussi des zones où la variance de la température est la plus importante. Sur les côtés de l’écoulement.11) . paroi inférieure.1 Modes de transport de l’énergie interne Séparation des modes de transport L’équation de transport de la chaleur. 4.3 – Flux de chaleur pariétal. sous sa forme moyennée et stationnaire. Pour rappel l’adimensionnement utilisé n’est pas celui ne fournit pas celui classiquement utilisé pour l’analyse de couches limites thermiques établies (T + T + ). c’est-à-dire en [X3 < −1∪X3 > 1].6 présentent les cartographies de T T dans les plans transversaux en X1 = 1. et en cours d’établissement thermique. peut être exprimée sous la forme :   ∂ ∂xi   ui T  A + ui T − α B ∂T   =0 ∂xi  C (4. 4. puis atteint un maximum avant de diminuer.100 4 Analyse thermique canal DNS projection perturbateur Figure 4.5.4 Température turbulente Les figures 4. le comportement de la température turbulente correspond qualitativement au comportement d’une couche limite thermique dynamiquement établie.5 et 4. Les zones de upwash qui correspondent à une turbulence accrue visible sur la figure 3.

Comme l’énergie interne est conservée dans le domaine par l’hypothèse du transport de scalaire passif. La figure 4.1. seuls les flux d’énergie interne par conduction et convection turbulente selon x2 sont considérés.4 – Flux de chaleur pariétal. En adimensionnant classiquement par des échelles internes ces deux profils différents.11 correspond à la quantification locale des échanges entre les flux. l’analyse n’est pas locale. L’analyse classique des couches limites turbulentes établies consiste à considérer des profils bidimensionels universels de température moyenne tels que décrits dans la section 4. les divergences de ces différents modes de transport se compensent et donc l’équation 4. et la conduction C. Les dérivées selon x1 ne sont pas prises en compte et l’évolution du profil selon x1 est uniquement représentée par la variation locale du flux de chaleur en paroi. et l’augmentation de la température moyenne due au flux de chaleur pariétal est visible. Il est donc nécessaire de caractériser l’évolution des différents flux en chaque point de l’espace.7 schématise des profils de vitesse et de température moyenne dans un canal plan pour illustrer cette approche. dans le cas particulier d’une température de paroi Tw constante strictement semblable à la configuration de cette étude. Les deux profils représentent l’écoulement à des valeurs différentes de x1 .3. mais l’évolution spatiale des différents modes de transfert de l’énergie selon les trois directions de l’espace.4 Analyse thermique 101 tourbillon induit upwash tourbillon principal Figure 4. la divergence globale étant nulle. ils deviendraient identiques car leurs différences en dimensions physiques seraient com∂T pensées par la variation du gradient de température en paroi ∂x2 utilisé dans l’adimen- . la convection turbulente B. au sens où ce ne sont pas des profils selon x2 qui sont comparés.97).1 (p. DNS qui fait apparaître les différents flux d’énergie interne sous forme de vecteurs : la convection moyenne A. Dans le cadre de cette étude. L’écoulement représenté est un écoulement turbulent établi dynamiquement et thermiquement. Dans cette analyse. paroi inférieure.

5 – Variance de la température en X = 1. Le fluide peu turbulent en proche paroi emporte l’énergie interne sous forme de convection moyenne (vecteurs verts) et donc localement le flux par conduction diminue tandis que le flux par convection moyenne augmente. Cela induit que u1 T (x2 ) augmente. u1 (x2 ) est constant et T (x2 ) augmente. La figure 4. x2 )) ce qui s’est passé entre A et B pour passer d’un profil à l’autre. Cette description en terme de divergences permet de visualiser facilement les échanges entre les différents modes de transport. Comme il s’agit dans le cas présent de la seule composante non nulle du vecteur ui T . Entre A et B. Le flux de conduction (vecteurs rouges) est le seul à traverser la paroi du canal pour apporter de l’énergie interne au système. Cette grandeur est locale. Ainsi la divergence positive de ui T traduit l’augmentation du transport de l’énergie interne par convection moyenne. ce qui se traduit par la modification de la norme des vecteurs. De façon similaire. il est possible de fournir une description locale des échanges entre la conduction et la convection turbulente dans la zone de proche paroi.5 Figure 4. et l’équilibre des divergences décrit dans l’encadré bleu clair associé à l’ellipse bleue .8 présente de façon simplifiée les différents modes de transport de l’énergie interne en proche paroi dans une couche limite établie dynamiquement et thermiquement. alors la divergence de ce champ de vecteur est positive. Cette description ne permet donc pas de décrire localement (c’est à dire en fonction de (x1 .102 4 Analyse thermique Figure 4. pour une valeur de x2 fixée. et permet de caractériser l’augmentation de la convection moyenne en fonction de x2 .6 – Variance de la température en X = 5 sionnement. en se basant sur la direction des vecteurs et leur évolution.

II et III délimitent trois régime particulier pour le flux selon x2 . Une méthode utilisée pour simplifier la représentation des différents flux d’énergie interne dans l’écoulement consiste à tracer des «lignes de chaleur». alors que dans la zone III la convection turbulente prime. la diminution de la conduction est liée à la fois à l’augmentation de la convection moyenne et de la convection turbulente. et conserver des gradients de température importants en paroi. dans la zone I. la conduction prime. ce qui est traduit dans le signe des divergences présentées dans l’encadré orange correspondant à une zone plus éloignée de la paroi. Un peu plus loin de la paroi.7 – Évolution des profils de température moyenne Flux Divergences III II I paroi Figure 4. Cette méthode est décrite dans Kimura et Bejan (1983).8 – Répartition schématique des flux et divergences des trois modes de transport dans la zone pariétale claire schématisant la zone de très proche paroi. La zone II est une zone de transition. de la même façon que les lignes de courant déterminent un ensemble de lignes suivant l’écoulement. Un flux global .87) induit un nouveau flux dans la zone orange : la convection turbulente représentée par un vecteur bleu foncé. Les zones I.4 Analyse thermique 103 Figure 4. Dans cette zone. la turbulence qui était représentée sur la figure 3.40 (p. Un des impacts du flux de convection turbulente est donc de s’ajouter au flux de conduction pour réduire la quantité d’énergie interne présente dans la zone de proche paroi. Dans cette zone le flux turbulent est négligeable. En très proche paroi. Le principe est de déterminer un ensemble de lignes «suivant» le transport de l’énergie interne.

Il n’existe alors pas une seule représentation pour une même configuration. Dans la zone de proche paroi. mais peu présentent une analyse complète des relations entre les différents modes de transport de l’énergie interne. jusqu’à sa sortie du domaine par convection. mais pour le terme A subsiste le problème du choix d’une température de référence pour l’ensemble du domaine qui affecte de façon artificielle le poids de ce mode de transport. ou si le transport turbulent ayant lieu un peu plus en profondeur dans l’écoulement a aussi un impact sur la diffusion d’énergie interne au sein de l’écoulement. Les termes B et C de l’équation 4.3 (p. Un modèle naïf pour expliquer l’intensification des échanges obtenus par l’adjonction de tourbillons longitudinaux moyens est représenté sur la figure 4.107).2 (p. qui a déjà été décrit dans la section 3. L’impact du flux de convection turbulente doit être déterminé.12) et les lignes de courant correspondantes sont tracées. Il faut déterminer si. liée à son impact sur la dynamique de l’écoulement moyen via les contraintes de Reynolds. mais une infinité dépendant de ces deux paramètres.4 (p. Cette analyse est effectuée à partir des résultats DNS. seule la divergence et non la valeur de ce terme est exploitée en sachant que la convection moyenne suit l’écoulement. l’écoulement est peu turbulent.104 d’énergie interne est calculé. et des champs de leurs divergences. et donc l’augmentation ou la diminution locale du flux de chaleur.9. une grande partie présente des résultats globaux reliant le coefficient de frottement au coefficient de convection. le plus souvent dans le cadre d’études paramétriques sur la géométrie étudiée. La connaissance du champ moyen permet de déterminer localement l’augmentation ou la diminution locale de la couche pariétale. Pour cette raison. dans le cadre des tourbillons longitudinaux. selon l’expression : ui T + ui T − α ∂T ∂xi 4 Analyse thermique (4. ce qui complique les interprétations physiques (particulièrement le choix de la température de référence). B et C donnent une information complémentaire pour déterminer les zones où les différents modes varient dans leurs importances relatives. Le but de cette section est de proposer un modèle simple des flux et des divergences dans le tourbillon principal généré par le perturbateur.5. depuis son introduction par conduction aux parois.5. Des analyses numériques utilisant le calcul DNS ou LES présentent pourtant des informations sur certaines caractéristiques liées aux échanges turbulents.11 peuvent aisément être représentés sous forme de vecteurs. La difficulté de cette visualisation est cependant que le choix de l’origine des températures et des vitesses affecte le poids de la composante ui T dans la détermination de la direction du flux global. 4.2 Modèle des modes de transport dans un tourbillon longitudinal moyen Parmi les analyses présentées dans la bibliographie.105) puis avec la répartition des divergences dans la section 4. l’influence de la turbulence sur le transfert thermique est uniquement indirecte. Ce modèle sera ensuite confronté avec les résultats en DNS obtenus sur la répartition des flux dans la section 4.58) décrivant sa topologie. La solution retenue dans cette étude pour représenter les différents flux de chaleur est donc simplement de les représenter sous forme de champs de vecteurs. donc dans tous les cas le flux de chaleur y dépend principalement des champs moyens. Pour simplifier . pour savoir dans quelle mesure ce flux permet de conserver des gradients de température importants en paroi.5. Par la suite les divergences des champs A.

où le fluide en proche paroi se réchauffe. L’écoulement est chauffé à proximité d’une paroi chaude (à la température Tc ). L’objet de cette étude va être de déterminer si ce modèle simplifié est représentatif de l’écoulement réel dans le canal perturbé. Le tourbillon longitudinal est présenté comme un appareillage cyclique augmentant les échanges thermiques.5. et l’écoulement chaud est transporté vers le milieu du canal où il se refroidit au contact du fluide froid (à température Tf ). DNS. ainsi que l’impact de la convection turbulente.3 Analyse des flux Figure 4. et entre de nouveau en contact avec la partie chaude sur la paroi opposée.4 Analyse thermique 105 Flux paroi supérieure Divergences paroi inférieure Figure 4.10 – Norme du flux de convection turbulente totale ||ui T ||. Ce comportement contrasterait avec le comportement d’une simple couche pariétale. ce modèle n’inclue pas le flux de convection turbulente ui T .9 – Modèle cyclique des modes de transfert dans une section transverse d’un tourbillon longitudinal la présentation.5 . X1 = 1. Dans le cas de l’écoulement non perturbé la capacité du fluide à générer des gradients de température importants n’est ainsi pas régénérée par un cycle comme celui présenté ici. mais n’est pas «éjecté» par un mouvement convectif moyen dans la zone froide au centre. 4.

Dans les zones centrales du canal (soit en X3 ∈ [−1. Sur les bords du canal (soit en [X3 < −1 ∪ X3 > 1]).5. X1 = 1.11 – Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||ui T ||. 1]).106 4 Analyse thermique Figure 4. 4. Sur les bords de l’écoulement pour [X3 < −1 ∪ X3 > 1]. le flux de convection turbulente est plus important que le flux de conduction en paroi. la composante transverse de la convection turbulente est négligeable sur la figure 4. X1 = 1. DNS.11 et 4.8 (p.11. L’information sur la direction des flux a été ajoutée sur les figures 4. et de conduction. et permet à l’énergie interne d’entrer dans le cœur du tourbillon principal. Ces résultats sont issus des calculs DNS. sur la paroi haute comme sur la paroi basse.5 ∂T Figure 4. Le schéma 4.12. cela peut s’expliquer par l’accumulation de l’énergie dans les zones amont.12 présentent les normes des vecteurs de convection turbulente totale. de convection turbulente transverse.103) devrait donc être modifié pour que les vecteurs représentant ui T soient quasiment alignés selon x1 . Cela signifie que la majorité de l’agitation turbulente de proche paroi n’a pas d’effet pour réduire la température dans cette zone en transportant l’énergie interne vers le centre de l’écoulement.10 par rapport à la convection turbulente totale sur la figure 4.12 – Norme du flux de conduction || − α ∂xi ||. en X1 = 1. alors même que le flux de chaleur . Les vecteurs représentent la direction transverse du flux de convection turbulente et montrent que ce flux est orienté vers l’intérieur du tourbillon longitudinal.11 car la convection turbulente est principalement longitudinale car hors d’influence du tourbillon longitudinal.10. DNS.5 Les figures 4. et 4. la composante transverse est atteint un maximum local (dans la zone d’upwash).

13 représente le flux de convection turbulente transverse en X1 = 5 en DNS. le flux de convection turbulente maximal est supérieur au flux maximal par conduction. Le flux transverse est lui par contre du même ordre de grandeur que le flux par conduction : il contribue à limiter la hausse de température en proche paroi et permet d’y maintenir des gradients importants. ∂xi i DNS.4 Analyse thermique 107 diminue quand X1 augmente. Il apparaît également que le flux de convection turbulente a tendance à transférer l’énergie interne vers l’intérieur du tourbillon secondaire. de la convection turbulente.4 Analyse des divergences de flux A B C D Figure 4.14 – Divergence du flux de convection moyenne ∂ u T.15 et 4.16 présentent respectivement les divergences de la convection moyenne.13 – Norme de la partie transverse du flux de convection turbulente ||ui T ||. X1 = 1. ∂ Le terme ∂xi ui T est par exemple non nul aussi bien en proche paroi que plus à l’intérieur ∂ ∂T du canal.14.5 Les trois cartographies 4. Dans la zone d’upwash. Figure 4. Ces trois termes sont répartis de façons très différentes spatialement. Le flux de conduction n’est pas représenté dans ce plan de coupe car il s’agit simplement d’une fine couche en paroi dans la zone des tourbillons longitudinaux. 4. puisque ce flux est plus important que le flux de conduction pour une même valeur de X2 . DNS.5.5. alors que les valeurs non nulles de − ∂xi α ∂xi sont limitées à la proche paroi . et de la conduction dans la section X1 = 1. et ce flux est uniquement normal à la paroi. 4. X1 = 5 La figure 4.

DNS.1 (p.98) indique que la couche pariétale thermique est localement plus importante.12). c’est à dire de zone où la seule divergence nulle serait ∂xi ui T . X1 = 1. Le flux de convection moyenne formé en A suit l’écoulement.15 – Divergence du flux de convection turbulente ∂ uT ∂xi i . X1 = 1. DNS. Cela est à relier aux cartographies de contraintes pariétales 3.16 – Divergence du flux de conduction − ∂xi α ∂xi . Dans la zone A sur la figure 4. Sur la cartographie de flux de chaleur pariétal 4. Les échanges se font donc entre conduction et convection moyenne en proche paroi. Il s’agit du principal mode par lequel le tourbillon principal intensifie les échanges thermiques. et permet . et entre convection moyenne et convection turbulente loin de la paroi.100) ces zones correspondent à des minima locaux du transfert thermique.5 ∂ et celles de ∂xi ui T à l’intérieur du canal. alors la divergence de la conduction devient localement positive.3 (p.16 (divergence du flux conductif moyen). correspondant à une relative stagnation de l’écoulement.16 (p.29 et 3. sauf dans deux zones pariétales autour de X3 = 0 sur la figure 4.5 A D D D' ∂T ∂ Figure 4. La figure 4.108 4 Analyse thermique A' A B C Figure 4.108) marquées D et D’ sur la paroi basse (le même phénomène étant visible sur la paroi haute). puisque l’énergie interne transférée est à terme éloignée de la paroi.14 (divergence du flux convectif moyen) et la figure 4. la diminution de la conduction est associée à une augmentation de la convection moyenne. La conduction diminue partout dans l’écoulement. et est entraîné par la rotation du tourbillon principal.30 qui indiquent de faibles contraintes longitudinales et transverse. Il n’y a pas d’échange direct entre la conduction et la ∂ convection turbulente. Comme peu d’énergie interne est transférée en paroi et que de l’énergie est transférée par conduction vers la zone d’upwash (voir la figure 4. ce qui confirme l’accumulation locale d’énergie interne dans cette zone.

Un autre effet du tourbillon longitudinal est que dans la zone A de la figure 4. et positive de la seconde.38 (p. ce qui est exprimé par une divergence négative de la première. Le même processus est visible dans la zone C avec un transport selon −X3 en lieu de X3 et dans ce cas l’énergie interne est introduite à l’intérieur du tourbillon induit.17 – Divergence du flux de convection moyenne ∂ u T.38 (p.11 (p. le maximum d’énergie cinétique turbulente est situé au coeur du tourbillon principal. Il s’agit d’une zone de transfert de la conduction vers la convection moyenne sous l’effet du tourbillon longitudinal.85). et ce à la fois pour la convection moyenne et pour la convection turbulente ce qui complique l’interprétation.14 et 4. Cela n’a que peu d’impact sur le flux de chaleur pariétal car la convection moyenne est très importante. mais ce n’est pas cette partie qui contribue le plus à la convection turbulente car elle est éloignée de la paroi. Les flux de chaleur sont moins importants que dans la zone B.15.14 et 4. entre le tourbillon induit et un tourbillon de taille très réduite en proche paroi.106) indique qu’au lieu de suivre l’écoulement moyen. Dans la zone B sur les figures 4. Ces deux zones voisines de divergence non nulle ont des signes opposés entre la convection moyenne et la convection turbulente. cette convection turbulente transverse se fait selon la direction X3 .15 les échanges entre la convection moyenne et la convection turbulente sont prépondérants. L’énergie interne est dans ce cas transportée dans la périphérie du tourbillon principal.4 Analyse thermique 109 d’augmenter les gradients de température pariétaux.16 est similaire à la zone A. Ce transfert se fait aussi vers une zone de turbulence moindre selon la cartographie d’énergie cinétique turbulente 3. La cartographie de flux de convection turbulente transverse 4. c’est-à-dire vers l’intérieur du tourbillon principal.85) et donc la convection turbulente diminue au bénéfice de la convection moyenne. la divergence de la convection turbulente est nulle alors que ce n’est pas le cas dans la zone A’ qui n’est pas perturbée par ce tourbillon. dans la zone B deux divergences de signes différents sont présentes côte à côte. Un des effets des tourbillons longitudinaux est donc d’atténuer fortement la convection turbulente en proche paroi. Cette zone correspond à une zone d’upwash secondaire. xi i DNS. Seule la partie upwash entre le tourbillon principal et le tourbillon induit a un impact. X1 = 5 . la zone de divergence positive correspond à une zone où une partie de la convection moyenne est transformée en convection turbulente. Dans la cartographie 3. La zone D sur les figures 4. A' A Figure 4. En se plaçant du point de vue de la convection turbulente. Alors que dans la zone A l’analyse est simple car la divergence de la conduction diminue quand la divergence de la convection moyenne augmente. indiquant un couplage complexe entre les deux modes de transport.

19. 4.5. Le flux de convection turbulente est plus important en amplitude et en étendue spatiale sur la paroi supérieure.13). X1 = 5 En X3 = 5 la même analyse des modes de transport est effectuée à partir de la composante transverse de la convection turbulente (figure 4.17) et la divergence du flux de convection turbulente (fig∂ ∂T ure 4. DNS. la divergence du flux de convection moyenne (figure 4. L’erreur introduite par cette hypothèse pourrait être caractérisée par un champ d’erreur vectorielle mesurant l’écart entre la convection turbulente réelle calculée par la ∂T DNS −ui T et la convection turbulente modélisée −αturb ∂xi telle qu’elle serait obtenue en utilisant l’hypothèse de Boussinesq : ei = −αturb ∂T − ui T ∂xi (4. alors que dans la zone A’.13) Il n’est cependant pas possible d’obtenir le champ de la norme du vecteur ei . mais dans la zone upwash. Les parois supérieure et inférieure ont un comportement différent.5 où les comportements sont similaires. contrairement à la situation en X3 = 1. Dans ces deux cas. Cela implique dans ∂T ce cas une colinéarité entre les vecteurs ui T et − ∂xi . la structure complète avec une zone d’upwash principale et une zone d’upwash secondaire est présente de manière semblable. Cet angle noté θ est représenté sur la figure 4. et non vers l’extérieur.110 4 Analyse thermique A' A Figure 4. Il est toutefois possible de caractériser le biais directionnel introduit par avec l’ap∂T proximation de Boussinesq en calculant l’angle entre − ∂xi et ui T à partir des données fournies par le calcul DNS.18). car αturb a la même action sur toutes les composantes du gradient de température moyenne.18 – Divergence du flux de convection turbulente ∂ uT ∂xi i . Dans la zone A.96) est dans le cas du modèle RANS k − ω un scalaire variable dans l’écoulement. Dans la zone upwash.105) semble incorrect pour décrire les phénomènes observés. dans les zones proches des tourbillons et n’est pas reproduite ici. le flux de chaleur se fait vers l’intérieur du tourbillon. le modèle cyclique présenté sur la figure 4. La conduction doit aussi être déplacée. Il permet .5 Approximation de Boussinesq ∂T Le terme αturb reliant les vecteurs ui T et − ∂xi par la relation 4.4 (p. la convection turbulente doit être rajoutée.9 (p. Au vu de l’analyse effectuée. car elle n’a pas lieu au centre du canal. car le coefficient de proportionnalité αturb n’est pas calculé directement en DNS. La cartographie de − ∂xi α ∂xi correspond à une simple couche de divergence négative en proche paroi. seul le transfert turbulent associé au tourbillon principal est visible.

19 – Angle d’erreur introduit par l’approximation de Boussinesq Figure 4. En analyse des transfert thermiques l’«angle de synergie» est couramment utilisé.20 – Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq.21 présentent la valeur que prend θ dans les tranches d’écoulement X1 = 1. les composantes transverses pointent toutes deux dans la direction X3 .5. La principale composante de ui T est bien longitudinale en proche paroi. En proche paroi pour [X3 < −1∪X3 > 1]. ce qui confirme la comparaison des convections turbulentes totale et transverse sur les figures . c’est le produit scalaire qui fournit l’intégralité de l’information.12 (p. il apparaît que dans la zone upwash (X3 = −0. Dans cette étude. De plus.11 (p.5) par exemple. Cet angle représente par conséquent une notion très différente de l’angle d’erreur décrit ici. Dans cette perspective. θ vaut environ 90°. Or. le transport turbulent est significatif dans ces zones. l’angle de synergie ne semble fournir qu’une partie de l’information déjà fournie par ce terme.10 (p.20 et 4. pour X1 = 1.5 et X1 = 5. et devient plus important dans les tourbillons secondaires. qui peut être vu comme le ∂ produit scalaire entre ∂xi T et ui .20. comme l’illustre la figure 4. qui est inerte thermiquement. ∂ Il s’agit de l’angle local entre le gradient de température ∂xi T et le vecteur vitesse ui .106) et 4. la notion qui serait la plus proche de l’angle de synergie serait plutôt le calcul de la divergence du transport convectif. ce qui signifie que la principale composante du vecteur erreur ei est longitudinale. Or. Dès lors. en degrés de mesurer si la direction de la convection turbulente modélisée est correctement prédit par l’approximation. Les cartographies 4. Le but du transfert par convection est d’augmenter l’énergie transportée en la convectant plus vite qu’elle n’aurait été conduite par le matériau.106). θ = 0 est une condition nécessaire mais pas suffisante pour que le vecteur d’erreur ei soit nul.4 Analyse thermique 111 Figure 4. c’est à dire dans les parties peu perturbées et proche de la configuration de canal plan. Elles montrent que θ est minimal dans la zone centrale de l’écoulement. un angle θ de 90° est indiqué sur la figure 4.105). En examinant les flux de conduction et de convection turbulente sur les figures 4.

15) Il est possible de calculer en DNS ∂ ∂T comparer les signes de −αturb ∂xi ∂xi et ∂ ∂T .10 (p. pour X1 = 5.21 – Angle θ caractérisant la validité de l’hypothèse de Boussinesq. Cela signifie que les mouvements transverses. du fait de la non colinéarité ∂T de −α ∂xi et ui T dans le calcul DNS. Cela peut se faire par l’introduction d’une diffusivité turbulente tensorielle αturb. et d’utiliser la positivité de αturb pour ∂xi ∂xi ∂ ∂T −α ∂xi ∂xi . l’erreur commise en utilisant l’hypothèse de Boussinesq est longitudinale. en degrés 4.112 4 Analyse thermique Figure 4. mais une des difficultés est que l’expression de la divergence de la convection turbulente modélisée est : ∂ ∂T −αturb ∂xi ∂xi = ∂T ∂ ∂ ∂T (−αturb ) − αturb ∂xi ∂xi ∂xi ∂xi (4.106). devrait avoir un impact limité sur la répartition des flux dans l’écoulement. ou à l’aide d’équations de bilan locales. et il est donc impossible de conclure simplement sur les ∂xi ∂xi ∂ ∂T ∂ ∂T signes entre ∂xi −α ∂xi et ∂xi −αturb ∂xi à partir des résultats DNS.ij ∂T ∂xj (4. tout en continuant d’utiliser l’approximation de Boussinesq est de ne plus considérer αturb comme une grandeur isotrope agissant de façon identique sur toutes les com∂T posantes du vecteur − ∂xi . il n’est pas possible de calculer le terme différences de Pour étendre cette étude directionelle de l’hypothèse de Boussineq. Dans ces deux cas.14) Les composantes du tenseur αturb. Remarque : une solution pour obtenir un angle correct entre les deux vecteurs. et l’hypothèse de Boussinesq prend alors l’expression anisotrope suivante : ui T = −αturb.ij peuvent être obtenues à partir de caractéristiques de l’écoulement moyen en étant fonction de tenseurs tels que Sij ou Ωij . Des calculs ont été effectués dans ce sens. qui correspondent au changement de répartition de l’énergie interne par rapport aux tourbillons longitudinaux sont peu affectés.11 (p. il serait intéressant de déterminer quel est l’impact de l’hypothèse de Boussinesq sur le calcul des divergences des différents modes de transport. Cependant. .105) et 4.ij au lieu de la diffusivité turbulente scalaire αturb . En plus du calcul de l’erreur sur la direction des flux de convection turbulente. L’utilisation de cette hypothèse par un modèle RANS. il est possible à partir du produit interne de deux tenseurs de définir un angle entre les tenseurs −ui uj ∂T ∂ (−αturb ).

L’erreur est la plus faible dans les zones externes des tourbillons. section 1.moy et une partie dépendant . Liu et al.th.ν.tot est décomposée en une partie dépendant ˙ de l’écoulement moyen Sgen.1.th.4 Analyse thermique 113 et S ij .15). Il serait intéressant de calculer l’erreur sur l’hypothèse de Boussinesq en dynamique dans la configuration étudiée ici.tot ˙ Sgen.tot est décom˙ posée en une partie dépendant de l’écoulement moyen Sgen. l’expression du taux ˙ local de production d’entropie instantané Sgen s’écrit : ˙ Sgen = λ T2 ∂T ∂xi 2 + τij ∂ui T ∂xj dissipation visqueuse (4. et dans le cœur des tourbillons.1 Analyse entropique Présentation Caractérisation des échangeurs à l’aide de la production d’entropie La seule exergie Ex considérée correspond à l’énergie interne U qu’il est possible de convertir en travail par un moteur thermique possédant une source froide à une température T0 .2 Expression de la production d’entropie Comme mentionné dans la bibliographie.turb (4.moy et une partie dépendant de l’écoulement turbulent ˙ Sgen.th.16) L’entropie produite dans l’échangeur réduit donc directement l’exergie disponible dans le fluide quittant l’échangeur.moy ˙ Sgen.1 4.18) ˙ De la même façon la composante liée à la dissipation visqueuse Sgen.6. 4.th. L’erreur est importante à l’extérieur des tourbillons (c’est à dire notamment en proche paroi).turb : λ ∂T ∂T λ ∂T ∂T λ ∂T ∂T ≈ 2 + 2 2 ∂x ∂x T i i T ∂xi ∂xi T ∂xi ∂xi ˙ Sgen.3 (p. L’étude du taux de production d’entropie thermique présente donc un intérêt dans le cadre de la conception d’échangeurs. 4. la partie ˙ liée aux gradients de température Sgen. Schmitt (2007) applique ce critère à un écoulement turbulent autour d’un cube. Cette section décrit la répartition de la production d’entropie dans le canal perturbé. (1996) l’utilisent pour quantifier l’erreur commise par l’hypothèse de Boussinesq dans le cadre de tourbillons longitudinaux dans une couche limite en cours d’établissement.1. En ne conservant que les termes au premier ordre. Cet angle est similaire à θ car il correspond à l’erreur introduite par l’hypothèse de Boussinesq en dynamique.ν.6 4.6. L’expression de cette exergie est : Ex = U − T0 S (4. pour les calculs RANS et DNS. et l’équation est moyennée.th.17) gradients de température Chaque grandeur est décomposée en une partie moyenne et une partie turbulente.6.th.

moy ˙ Sgen.1.97).90).78) et par la fonction de dissipation turbulente dans la section 3. Comme l’unité d’une production d’entropie est Kkgm .turb 4 Analyse thermique (4.20) Cependant. une température adimensionnée de 0K à l’entrée du canal correspondrait en utilisant les expression de la production d’entropie 4.3 (p. le s coefficient utilisé pour l’adimensionnement est : Tw 3 ρubulk (2H)2 (4.1 (p.). La partie d’origine mécanique n’est donc pas étudiée.114 ˙ de l’écoulement turbulent Sgen.97).ν.turb : 2µ 2µ 2µ Sij Sij ≈ S ij S ij + Sij Sij T T T ˙ Sgen. .1 (p. 4. comme c’est le cas dans la section 4. Cela implique qu’il n’y a pas besoin d’introduire de nouveau nombre adimensionnel pour caractériser le comportement de la production d’entropie. Comme c’était le cas pour la thermique et la mécanique.15).19 à une valeur infinie.3. qui permette d’avoir une évolution des grandeurs adimensionnées compatible avec l’évolution de son efficacité (au sens de l’étude NUT.2 (p. Une autre.21) Comme c’est le cas pour la présentation des résultats thermiques.3. De plus.6. toutes les grandeurs présentées dans cette section sont adimensionées et il n’y a pas de notation particulière introduite pour indiquer l’adimensionnement.1. il n’est pas nécessaire d’utiliser une adimensionalisation du type NS1 comme évoqué dans la section 1.ν. est disponible dans Kock (2003).1.6. pour les mêmes raisons que pour l’adimensionnement de l’étude thermique décrit dans la section 4.ν.5 (p.3 Adimensionnement La production d’entropie est calculée par post-traitement.19) Le détail de ces opérations. L’entropie étant définie en utilisant la température absolue.ν. comme la présente étude n’est pas une étude paramétrique. non présenté ici.1. en utilisant 0K comme origine des températures au lieu de Tin . et les phénomènes dissipatifs sont uniquement caractérisés par la fonction de dissipation moyenne dans la section 3.tot ˙ Sgen.3. Des résultats préliminaires en RANS dans la configuration étudiée ont montré que la production d’entropie d’origine mécanique est très inférieure à la production d’entropie d’origine thermique.2. et non en résolvant une équation introduisant de nouveaux degrés de liberté dans le système. il n’est donc pas judicieux de l’exprimer en sélectionnant Tin comme origine des température. L’une d’entre elles est l’adimensionnement par la production d’entropie en canal plan.18 et 4. utilisée par Kock et Herwig (2005) consiste à appliquer le facteur suivant à la production ˙ d’entropie Sgen : ˙ + Sgen = να Tw Tτ u2 λ τ 2 ˙ Sgen (4. L’adimensionnement adopté par la suite est donc similaire à celui décrit dans la section 4. seul l’adimensionnement par des échelles globales est considéré ici.6. plusieurs options sont disponibles pour l’adimensionnement de la production d’entropie. De plus.

Dans le calcul RANS par contre.th.th.th.25 présentent le taux de production d’en˙ tropie lié aux gradients de température turbulente Sgen. En RANS. X1 = 1. 4. Les valeurs sur la paroi supérieure et la paroi inférieure sont représentées sur des courbes de chaque côté de la cartographie.2 Résultats Les résultats sont présentés en utilisant la même convention que les cartographies de l’analyse mécanique. valeur paroi inférieure . avec une valeur de seuil permettant de représenter au mieux sa structure.turb = 2 T ∂T ∂T ∂xi ∂xi (4. La cartographie centrale contient les valeurs du champ considéré dans le canal. De manière analogue les figures 4.1.22.6.4 Modélisation RANS de la production d’entropie 115 Le terme de production d’entropie turbulente λ2 ∂Ti ∂Ti est directement calculable T ∂x ∂x en DNS.moy respectivement en RANS puis en DNS.22 et 4. l’approximation de Boussinesq est utilisée pour reconstituer la partie turbulente de la production d’entropie due aux gradients thermiques : λturb ˙ Sgen. la distribution est similaire à la distribution obtenue pour la composante moyenne sur la figure 4.4 Analyse thermique 4.22 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne ˙ Sgen. valeur paroi supérieure Figure 4.moy .24 et 4.23 présentent le taux de production d’entropie lié aux gradi˙ ents de température moyenne Sgen.6.turb . Les répartitions hors zone de proche paroi sont similaires entre les deux calculs.5 Les figures 4. RANS.th. par contre les pics en proche paroi sont beaucoup plus importants dans le calcul DNS.22) Kock (2003) fournit là encore le détail du calcul et des approximations utilisées.

Comme l’intensité des tourbillons a diminué.25.5 X1 = 5 ˙ Tableau 4.3 – Moyennes des productions d’entropie Sgen.th.23 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne ˙ Sgen.moy .turb sont supérieurs ˙ aux termes Sgen.25.5] la production en paroi est minimale par rapport aux zones adjacentes sur la figure 4.th.5] ne correspond pas sur la figure 4. comme c’est le cas en X1 = 1.th Le tableau 4. X1 = 1.26 et 4.25 que la distribution de production d’entropie moyenne représentée sur la figure 4.turb S 29329 30305 ˙ Sgen. 0. Les termes Sgen. Sur la paroi inférieure.25.th.th.27 à une zone de minimum de production d’entropie turbulente.moy 28660 22215 RANS ˙ gen.turb S 14483 20687 ˙ Sgen. la production d’entropie est dans tous les cas plus concentrée en proche paroi.th.25. DNS. 0. Contrairement aux moyennes calculées dans le chapitre précédent. la zone d’upwash est moins étendue.th.24 correspond à un maximum. ˙ Sgen. ces moyennes sont calculées sur un domaine ayant ˙ pour limites X3 ∈ [−1.3 présente les valeurs moyennées spatialement des composantes de la production d’entropie due aux gradients de température. H].th. En X1 = 5.tot 57989 52520 valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure X1 = 1.moy 49590 45681 DNS ˙ gen.23. et seules les cartographies DNS de composantes moyenne et turbulente sont présentées respectivement sur les figures 4. dans la zone X3 ∈ [−0. alors que la même zone en RANS sur la figure 4. L’absence de transfert thermique par conduction au centre du canal implique une production d’entropie concentrée en proche paroi.37] et X2 ∈ [0. 1.37. La différence entre .5 sur la figure 4.tot 64073 66368 ˙ Sgen. La zone X3 ∈ [−0.27.116 4 Analyse thermique Figure 4.th.moy dans le cas RANS contrairement au cas DNS.th.5 Le calcul DNS ne présente par contre pas la même distribution de production d’entropie turbulente sur la figure 4.

4 Analyse thermique 117 Figure 4. Soit l’écoulement participant à la convection est immédiatement refroidit dès qu’il quitte la zone pariétale. L’erreur semble avoir un impact limité car elle est principalement longitudinale. soit il n’est jamais transporté par le tourbillon principal. c’est à dire qu’elle n’affecte pas directement la façon dont l’énergie cinétique est répartie transversalement.th. Le flux convecté dans la zone d’upwash est quant à lui transporté vers l’intérieur des tourbillons par la convection turbulente.th. alors que Sgen.7 Conclusion Le calcul RANS surestime le transfert thermique par rapport au calcul DNS.th. La production d’entropie a été calculée en RANS et en DNS et les résultats présen- . ˙ ˙ Sgen. Le modèle cyclique évoqué est finalement peu représentatif du système.moy est supérieur en DNS par rapport au RANS.th. X1 = 1. Les productions d’entropie globales sont proches en RANS et en DNS. L’angle d’erreur entre la convection turbulente et sa modélisation a été déterminé. Au centre du canal la convection turbulente est plus importante que la conduction et est responsable de l’homogénéisation de l’énergie interne. car la conduction est peu importante au centre du canal.moy et Sgen.turb est supérieur en RANS. RANS.th.turb est plus importante en DNS qu’en RANS.5 ˙ ˙ les termes Sgen. De plus. valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure 4. Le lien entre la contrainte pariétale et le flux thermique est cependant cohérent puisque la contrainte pariétale est aussi surestimée dans le calcul RANS. Ce n’est donc pas elle qui régénère le «potentiel thermique» du fluide en abaissant sa température.24 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente ˙ Sgen. mais le calcul RANS surestime à priori sensiblement la composante turbulente par rapport aux résultats obtenus en DNS.turb .

ce manque de précision peut induire une mauvaise estimation des performances d’un moteur thermique associé à l’échangeur. X1 = 1.118 4 Analyse thermique Figure 4.turb . Les résultats sont très différents dans les deux moyens d’investigation utilisés. DNS. valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure . Dans le cadre d’analyse basées sur le second principe. tant quantitativement que qualitativement.th.5 tés en X1 = 1.5 et X1 = 5.25 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente ˙ Sgen.

moy . X1 = 5 Figure 4.turb . DNS. DNS.4 Analyse thermique 119 Figure 4.27 – Production d’entropie due aux gradients de température turbulente ˙ Sgen.th. X1 = 5 valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure valeur paroi supérieure valeur paroi inférieure .th.26 – Production d’entropie due aux gradients de température moyenne ˙ Sgen.

120 Conclusions générales et perspectives .

Dans l’analyse thermique. convection moyenne et convection turbulente. La turbulence a été caractérisée par l’étude de la vorticité turbulente. l’existence de zones de l’écoulement où les valeurs propres de la vorticité turbulente sont alignées avec les valeurs propres de la contrainte de cisaillement moyenne a été montrée dans le canal plan comme dans le canal perturbé. la répartition du flux de chaleur. Une étude des différents modes de transfert de l’énergie interne dans l’écoulement a été réalisée par le calcul des flux et des divergences de la conduction.Conclusion générale et perspectives Conclusion générale Une étude dynamique et thermique d’un écoulement de canal turbulent perturbé par des tourbillons longitudinaux a été effectuée à l’aide d’un dispositif expérimental et de calculs RANS et DNS. L’analyse entropique a permis de montrer des différences de production d’entropie entre le calcul RANS et le calcul DNS. de l’énergie cinétique turbulente (ainsi que de sa production et sa dissipation) et de l’anisotropie comparée à celle issue de l’hypothèse de Boussinesq. les plus importantes concernant la production 121 . Cette étude a nécessité la construction du banc expérimental. absence de directions homogènes. les résultats expérimentaux sont qualitativement plus proches des résultats DNS que RANS (par exemple en terme de structuration tourbillonnaire). créent un flux de conduction et de convection turbulente vers l’intérieur du tourbillon principal. Les effets de l’anisotropisation des contraintes de Reynolds par les gradients de vitesse moyenne ont été quantifiés. ainsi que les caractéristiques de la turbulence. Pour la vorticité turbulente. Dans l’ensemble. Les topologies dans les trois modes d’étude.) ont nécessité la création d’un système capable de gérer automatiquement une batterie de calculs coordonnés sur un cluster de calcul. Les particularités de la géométrie étudiée (présence d’un perturbateur.. Pour la partie numérique. Cependant. de la température moyenne et turbulente ont été analysées.. Il a été mis en évidence que les échanges. mais quantitativement plus proches des résultats RANS (pour les valeurs de l’énergie cinétique turbulente par exemple). Les évolutions des intégrales transverses de différentes grandeurs ont été calculées pour quantifier les distances du retour de l’écoulement en aval du perturbateur à un écoulement de canal plan. et l’écriture d’un code pour le post traitement des données. la mise en place du calcul DNS a été la partie la plus complexe.. ces différences peuvent être en partie expliquées par les limitations sur le domaine calculable en DNS. qui se font immédiatement dans la zone d’upwash. De plus. la diagonalisation de la matrice a permis de mettre en évidence des directions respectant la symétrie axiale des tourbillons longitudinaux. Ceci a permis d’avoir une information sur l’impact des tourbillons longitudinaux sur les interactions entre ces différents modes de transport. et les contraintes pariétales ont été analysées en premier dans l’étude dynamique.

c’est à dire son influence directe sur les équations de champ moyen. Une analyse complète des termes de l’équation de quantité de mouvement sous forme de flux et de divergences pourrait fournir une vision détaillée de la dynamique de l’écoulement. Cela permettrait notamment de déterminer les endroits où la composante transverse prime sur la composante longitudinale. Cela permettrait de délimiter les zones de l’écoulement dans lesquelles les structures turbulentes sont suffisamment éloignées de la paroi pour que la vorticité turbulente s’aligne sur la contrainte principale. Le calcul de λ2 tel qu’il a été effectué n’a pas fourni de visualisation exploitable car les tourbillons moyens semblent générer un champ de λ2 très supérieur à ce que génère les structures turbulentes. dans l’équation de bilan local de k. Or. L’évolution de la taille des structures turbulentes pourrait ainsi être exprimée dans une base qui tient compte des symétries de l’écoulement tourbillonnaire. via des corrélations en deux points utilisant comme base les vecteurs propres du point initial. La forme vectorielle du bilan de quantité de mouvement complexifie la représentation des résultats et des visualisations basées sur la diagonalisation des tenseurs d’ordre 2 pourrait être nécessaire. y compris des tenseurs d’ordre 2 comme les contraintes de Reynolds. ce qui influence la répartition de k et donc les équations de champ moyen. L’analyse locale sur la covariance de la vorticité turbulente pourrait intégrer une dimension spatiale. Cette information combinée à l’information obtenue en thermique dans cette étude permettrait de trouver des pistes d’optimisation locale des échangeurs plus facilement. En ce qui concerne les aspects thermiques de ce travail.122 d’entropie thermique turbulente. le calcul des différents flux et divergences de flux au sein de l’écoulement pourrait être effectué en RANS. Il faudrait effectuer une décomposition de Reynolds de λ2 pour supprimer cette composante moyenne et peut-être arriver à mieux visualiser les structures turbulentes. . Le calcul de la partie transverse de la fonction de dissipation turbulente pourrait être implémenté dans le calcul DNS. Il serait aussi intéressant de quantifier l’alignement observé entre la vorticité turbulente principale et la contrainte moyenne. pour déterminer comment l’utilisation de l’approximation de Boussinesq affecte les interactions entre les différents modes de transport de l’énergie interne. et de déterminer les zones où il est maximal spatialement dans le canal plan ainsi que dans le canal perturbé. Conclusions générales et perspectives Perspectives L’analyse sur l’hypothèse de Boussinesq présentée dans l’étude dynamique ne concerne que son utilisation dans les équations de quantité de mouvement. Cette information pourrait être mise en relation avec les informations déjà obtenues par la décomposition de la production d’énergie cinétique turbulente. cette approximation est aussi utilisée pour modéliser les termes de transport. Dans le cadre d’une étude plus approfondie sur les aspects turbulents l’analyse des termes de l’équation de bilan de T T pourrait apporter des informations complémentaires sur le transport turbulent de l’énergie interne. Une analyse complémentaire de l’impact de l’hypothèse de Boussinesq pourrait inclure le calcul d’angle d’erreur sur des grandeurs mécaniques. La présente étude thermique est axée sur l’équation locale de bilan de l’énergie interne.

Biswas. et Chattopadhyay.Références bibliographiques Antonia. Computation of laminar mixed convection flow in a channel with wing type built-in obstacles. The law of the wall in turbulent flow. p. pp. John Wiley & Sons Inc... Bejan. Fujii. Entropy generation minimization in turbulent mixed convection flows.. San Antonio... 1996.. Exergy. pp.. International Communications in Heat and Mass Transfer. et Lim. 12. 544–552. 631. Experiments in Fluids. H. Second law analysis in heat transfer. K. M. et Huang. Proceedings : Mathematical and Physical Sciences. 1995. N. 655–658. G. 14(3). N. pp. 123 .. Journal of Thermophysics and Heat Transfer. 1978. Bejan. A. 5(8-9). 1992. G. International Journal of Heat and Mass Transfer.. Berger.. Physics of Fluids. M. 2006. 1980. dans AIAA. Mitra. General criterion for rating heat-exchanger performance. et Herwig. pp. J. 269–277. 203–208. M. T. Kim. K. 21(5). 35(4).. H.. 720–732. et Nishino. et Fiebig.. An International Journal. Mécanique des fluides : éléments d’un premier parcours. pp. P. 34(5). A. A. 165–188.. 1988 . 1982. 3441–3451. June 27-29. 447–453. Entropy generation through heat and fluid flow. Numerical and experimental determination of flow structure and heat transfer effects of longitudinal vortices in a channel flow. Biswas.. Plasmadynamics and Lasers Conference. pp.. International Journal of Heat and Mass Transfer. TX. Bejan.... R. Thermodynamic optimization of geometry in engineering flow systems. A. Computation of laminar mixed convection flow in a rectangular duct with wing-type built-in obstacles. Cépaduès-éd. C. 451(1941). Advanced engineering thermodynamics. A. G. Bejan. 1(4).. Bejan. Wiley. 2000.. 1993. pp. 803– 814.. 3. pp. International Journal of Heat and Mass Transfer.. Lee. Biswas. P.. Biswas. 1988.. Heat transfer in a channel with built-in wing-type vortex generators. Torii. 2001. Holling. 1997. Thermophysics.. Energy. 39(16). C. pp. J. Corrections for velocity and temperature derivatives in turbulent flows. D. Bradshaw. Balaji. 1989. Turbulent boundary layer control utilizing the Lorentz force. et Fiebig. 2007. G. J. Chassaing. G.. et Mi. Mitra.

1998. dans Proc Fifth Int Heat Transfer Conf . de Villiers. 1985.Warmeubertragern mit Wirbelerzeugern. N. Reynolds number dependence of skin friction and other bulk flow variables in two-dimensional rectangular duct flow.. 2427–2444.. Institut Polythechnique de Grenoble. 262. 1999. Biswas. J. Stanford University. p. 1996. Springer Berlin. K. Ferziger. 108–123. London. Dean. 1987. P. Department of Mechanical Engineering. .. Simulation numérique instationnaire des écoulements turbulents dans les diffuseurs des turbines hydrauliques en vue de l’amélioration des performances. Imperial College. 155–169. Choi.. pp. et Mitra.. et Morton. 109. M. Eibeck. et Eaton.. R. P.. O. Thèse de doctorat. M. 23(1-4). Thèse de doctorat. 41(23). Tokyo. 1978. et Alker. Contrôle actif dual des écoulements turbulents pariétaux. et Kim. Moin. Journal of Fluids Engineering.. Heat transfer and flow structure in laminar and turbulent flows in a rectangular channel with longitudinal vortices. T. J. pp.. Fincham.. Eibeck. Active turbulence control for drag reduction in wallbounded flows.. Ruhr-Universitat Bochum. C. Guntermann. An experimental investigation of the heat transfer effects of a longitudinal vortex embedded in a turbulent boundary layer.. Thèse de doctorat. The improvement of forced convection surface heat transfer using surface protusions in the form of (a) cubes and (b) vortex generators. pp.. 2006. Journal of Fluid Mechanics. A. The potential of large eddy simulation for the modeling of wall bounded flows. International Journal of Heat and Mass Transfer. 38(13).. T. Doche. P. G. Vortices. 16(5). E. Thèse de doctorat. Fiebig. pp. 2010. M. Chemical Engineering Research & Design. 1995.. G. generators and heat transfer : 5 th UK National Heat Transfer Conference. International Journal of Heat and Fluid Flow. Peric.. 244–248. et Mitra.. 1992. Y. Edwards. H. 1998.. Thèse de doctorat. 1974. J.124 Références bibliographiques Chen. Duprat. JMSE. 75–75. P. 100. pp. R. J. Maxworthy... stratified grid turbulence. 1995. Computational methods for fluid dynamics.. pp. N. p. Embedded vortices in internal flow : heat transfer and pressure loss enhancement. 3961–3978. International Journal of Heat and Mass Transfer. Dreidimensionale stationare und selbsterregt-schwingende Stromungsund Temperaturfelder in Hochleistungs. Conjugate heat transfer of a finned oval tube with a punched longitudinal vortex generator in form of a delta winglet. C. Fiebig. Dynamics of Atmospheres and Oceans. Fiebig. et Spedding. 16. 76(2). F. Energy dissipation and vortex structure in freely decaying. Université Joseph Fourier. 2007. 376–388. Deb... J. 1994. 215. Heat transfer effects of a longitudinal vortex embedded in a turbulent boundary layer.. M. Parametric investigations of the winglet. pp.. Journal of Heat Transfer.

R. Caractérisation des performances des surfaces d’échange basée sur l’évaluation numérique du taux de production d’entropie. Herpe. P.. OpenFOAM : A c++ library for complex physics simulations.. J. et Kim. Schoppa. Croatia. 1977. 1999.. 2000. pp. H. International Journal of Heat and Mass Transfer. J. Bougeard. Part A : Applications. 69–94. . P... pp. Line. 1997. 2006. et Moin. Journal of Thermal Sciences. 1994. 285. Turbulence. Journal of Fluid Mechanics. The influence of vortex generators on drag and heat transfer from a circular cylinder normal to an airstream. 433–450. Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis.. design. et Kock. Doi. et Komai.. H. et Joubert. pp. Local entropy production in turbulent shear flows : A tool for evaluating heat transfer performance. and operation. Jeong. pp. Heat/mass transfer in Taylor vortex flow with constant axial flow rates.. 1990.. Compact heat exchangers : selection. Russeil. pp. 369–376.. F. Johnson. dans International Workshop on Coupled Methods in Numerical Dynamics.. J. 185–214. H. J. Jasak.... pp. et Stanciu. Huchet... Hesselgreaves. 1997. S.. Abe.. International Journal of Heat and Fluid Flow. Jemcov. Z. J. Chemical Engineering Research and Design. The minimal flow unit in near-wall turbulence. DNS of turbulent heat transfer in channel flow with respect to Reynolds and Prandtl number effects. Y. et Tukovic..A review of recent progress. IUC. M. 20(3). 48(5). Rationalisation of second law analysis of heat exchangers. D. K. 2009. 15(2). Journal of Fluid Mechanics. 57–63. pp. 332. pp.. 11(3). pp. Kataoka. pp. J.. F. A. 922 – 935. pp. 1969. 213–240. 1975. McGraw-Hill. 4189–4204. Numerical simulation of heat transfer and flow structure in 3-D turbulent boundary layer with embedded longitudinal vortex. Heat transfer surface enhancement through the use of longitudinal vortices. Jeong. Coherent structures near the wall in a turbulent channel flow. H. J. Numerical Heat Transfer.... 43(22). 196–207. 91–99.. W. Hesselgreaves. Numerical investigation of local entropy production rate of a finned oval tube with vortex generators.. Herwig. H. Evaluation of local kinetic energy dissipation rate in the impeller stream of a Rushton turbine by time-resolved PIV . H. A. Jacobi. Jeong. 87(4). et Morchain. 295–309. J. Kawamura. J. J. Dubrovnik. 2009.. 1995. 2001. 2007. International Journal of Thermal Sciences. Thèse de doctorat. T. 159–167. Pergamon.. T.. Experimental Thermal and Fluid Science. 2007. Jimenez. F. 20. Hinze. Journal of Heat Transfer. et Matsuo. pp. 91. J. et Hussain. 31(4). On the identification of a vortex. et Shah. F. International Journal of Heat and Masse Transfer. Hussain. Journal of Fluid Mechanics. A. 225.Références bibliographiques 125 Herpe.. et Ryou.

I. McClintock.. 2005. K.. 916–919.. International Journal of Heat and Mass Transfer. The design of heat exchangers for minimum irreversibility. International Journal of Heat and Fluid Flow. 11. et Herwig. Interaction between a spatially growing turbulent boundary layer and embedded streamwise vortices. N. A. 108. 1984. 2005. Moin. Vortex identification : New requirements and limitations.. Entropy production calculation for turbulent shear flows and their implementation in cfd codes. Russeil. et Bejan. 2002. H. 2003.. pp.. 1104–1114. Khallaki. et Spalart. 638–652. p. 51(5-6). 1999. Journal of Heat Technology. P. . Bestimmung der lokalen Entropieproduktion in turbulenten Stromungen und deren Nutzung zur Bewertung konvektiver Transportprozesse.. 133–166. Journal of Fluid Mechanics. Hamburg University of Technology. Convective heat and mass transfer. Moser. pp. 47(10-11). Heat transfer in a three-dimensional turbulent boundary layer with longitudinal vortices. Kolár... 2008a. International Journal of Heat and Fluid Flow. et Mansour. pp.. McGraw-Hill New York... R. pp. H. 151–179. Elsevier. et Cohen. R. 1999. et Laurien. U. A. R.. Effects of pressure gradients on entropy generation in the viscous layers of turbulent wall flows. Brodkey. Y. 26(4).. et Weigand. E. Idaho National Laboratory (INL).. et Herwig. M. J. H. 326. 2004. International Journal of Heat and Mass Transfer.. Compact heat exchangers. S. et Moser.. Int.. 1521–1534. Kays. Physics of Fluids.. The «heatline» visualization of convective heat transfer. Journal of heat transfer. Kundu. S. 31–36. International Journal of Heat and Mass Transfer. 2000. P. F. et Eckelmann. 1983. Orlandi... pp. Direct numerical simulation of turbulent channel flow up to Re= 590 .. 2205–2215. Numerical study of the horseshoe vortex structure upstream a single plate-finned tube.. 2008b. p.. pp. Walsh. Piomelli. Rap.. Local entropy production in turbulent shear flows : a highReynolds number model with wall functions. Kock. tech. K. McEligot. P. Fluid Mechanics. 1951. et London. pp.. E. Kock. 42(8)... Temporal entropy generation in the viscous layers of laterally-converging duct flows. Liu.. 1996. D. 943. J. 2007. F.. V. S. et Choi. J. pp. New York. B. Lee. Nolan. B. 23. Journal of Fluid Mechanics. Ryou.. 1987. Kim. F. 28(4). Turbulence statistics in fully developed channel flow at low Reynolds number. Thèse de doctorat. Kock. 105(4).. Crawford. et Baudoin. 672–680. Fluid flow phenomena : a numerical toolkit. H. ASME Paper. 2005. 177(1)... Kimura. P. D. Kluwer academic publishers. Kim. W. McGrawHill. McEligot. pp. W. F..126 Références bibliographiques Kays.

About Boussinesq’s turbulent viscosity hypothesis : historical remarks and a direct evaluation of its validity. pp. 187. Direct numerical simulation of large-eddy-breakup devices in a boundary layer. P.. 37–57. Mehta. J. Pauley. Tennekes. . Tabor. G. 155. Schlichting. Turbulent kinetic energy dissipation rate estimation from PIV velocity vector fields. 28(2). 33(9). pp. 283–288. International Journal of Heat and Fluid Flow.. Spalart. Stroustrup. Shabaka. Strelets. Russell. Journal of Fluid Mechanics. Schmitt. Department of Mechanical Engineering. United Aircraft Corporation Rept. H. Experiments in Fluids. 2004.. Ruith. P. P. 19(4). Addison-Wesley. H. Experimentelle Untersuchungen an Kanalströmungen mit Einzelund Doppelwirbelerzeuger-Reihen für den Einsatz in kompakten Wärmetauschern. Thèse de doctorat. 300–307. Iterative methods for sparse linear systems.. et Bradshaw.. 27(5). Computers & Fluids. A first course in turbulence. Sohankar. The MIT press. F. A.. Y. 1997. Heat transfer augmentation in a rectangular channel with a vee-shaped vortex generator. pp. 1988. 335(9-10). 26(7).. Spalart. M. 1979. et Meiburg. Development of boundary conditions for direct numerical simulations of three-dimensional vortex breakdown phenomena in semiinfinite domains. Boundary-layer theory. 1988a. I. Heat transfer enhancement using vortex generators. 306–317. 2007. 2004. G. 61–98. Experimental study of the development of longitudinal vortex pairs embedded in a turbulent boundary layer.. Saarenrinne. C. pp. et Lumley. Journal of Fluid Mechanics.. 4012–3.. de Villiers. P. Part 1. Single vortex... Longitudinal vortices imbedded in turbulent boundary layers. Jones. The C++ programming language... 1225–1250. Baba-Ahmadi. S. 816–823. Stanford University... pp. 1988b. 1990. Chen. A. W. 1947. et Lee. pp. Fortschr.. P. 617– 627. Tiggelbeck. B. M.. W. E. The elimination of diffuser separation by vortex generators. 2007. 2000. pp. Comptes Rendus Mécanique. G... M.. Construction of inlet conditions for LES of turbulent channel flow. H. Direct simulation of a turbulent boundary layer up to Rθ= 1410 . M. H. Saad. et Weller. H. 2006. pp.. T. pp. McGraw-Hill. Society for Industrial Mathematics. dans ECCOMAS 2004 .. 1985.Références bibliographiques 127 Pauley. et Travin. The fluid dynamics and heat transfer effects of streamwise vortices embedded in a turbulent boundary layer. 1972. et Piirto.. E.. Heat transfer 1982. pp. 2003. 29. R. AIAA journal. Ber... R.. Taylor. 902–910. 1982. International Journal of Heat and Fluid Flow.

ASME.. Zhu. p. Journal of Heat Transfer.. 560. J. Turk. Sara. 2903–2908.. La Canada. et Lu. Comparison of numerical and experimental results for a turbulent flow field with a longitudinal vortex pair. Inc. et Junkhan. Wilcox. et Yanagihara. M. S. 116(4). and Thermodynamics 1993 .. 270–274. 1993. 1(4). tm. Some unanswered questions in fluid mechanics. 395–402. A. Mech. 91011.. 1986. O... Thèse de doctorat. 153–170. pp. K.128 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Tiggelbeck. R. M. M.. JSME International Journal. 1989. et Fiebig. Heat transfer enhancement downstream of vortex generators on a at plate. Effects of longitudinal vortex generators on heat transfer and flow loss in turbulent channel flows. 278–294. 1998. C. N. pp. 1. D.. J. Rev. Heat transfer augmentation by longitudinal vortices rows. S. pp. DCW Industries. K. N. Comprehensive study of convex-louver and wavy finand-tube heat exchangers. Turbulence modeling for CFD. 1990. 36(9). 1991. International Journal of Heat and Mass Transfer (ISSN 0017-9310). 8th Int Heat Transfer Conf . et Karsli. pp. L. dans Heat Transfer 1986... Appl. tm. Performance evaluation criteria for heat exchangers based on second law analysis... VDI-Fortschrittsberichte. Thermo-hydraulic study of inclined louvered fins. et Torii. et Panton. pp. J. 880–885.. 43(8). Fluid Mechanics... Wang. Yilmaz. G. 2001. J. California. 1993a. N.. D.. Transactions. 192(7). Mitra.. 2008... Fiebig. Mitra. pp. Comparison of wing-type vortex generators for heat transfer enhancement in channel flows. Tsai. Zhu. Y.. Exergy. Universiteit Gent. 115(2). T’Joen. Journal of Thermophysics and Heat transfer. 12(3). Zhu. C. 423–430. 32. 1998. Trefethen. The effects of longitudinal vortices on heat transfer of laminar boundary layers. M.. Yanagihara. et Fiebig. Torii. dans Experimental Heat Transfer. J. Journal of Fluids Engineering.. . et Mitra. 6. 1994. Proc. Wärmeübergang and Strömungsverlust in turbulenten Spalströmungen mit Wirbelerzeugern. Transactions of the ASME. pp. 1993b.