Vous êtes sur la page 1sur 1

L’INFORMATIQUE

Le mot informatique a été créé en 1962 par Philippe Dreyfus. Il s’agit d’un néologisme de la langue
française fait de la contraction des deux mots « automatique » et « information ». 

Nous devons la première programmation binaire (carton/trou) à Joseph-Marie Jacquard en 1801. Il


s’agissait d’un procédé industriel visant à accroître la productivité des métiers à tisser.

En 1834, Charles Babbage, considéré comme l’authentique grand-père des ordinateurs modernes,


invente la machine analytique en s’inspirant des cartons perforés de Jacquard. La machine analytique
n’a jamais vu le jour de son vivant, car la Couronne britannique lassée de la longueur des recherches
de Babbage a décidé de lui retirer son soutien financier. L’un de ses fils en construisit l’unité centrale
(le moulin) et l’imprimante en 1888 et fit une démonstration réussie de calcul de table à l’Académie
royale d’astronomie en 1908.

L’informatique a bénéficié en outre de l’introduction du calcul binaire en Europe vers 1697, grâce aux
travaux  Gottfried Wilhelm Leibniz , à la formalisation du principe des machines à calculer par Ada
Lovelace en 1840 et à la théorisation de la logique binaire par George Boole en 1854.

En 1936, Alan Turing infirme la théorie de Kurt Gödel et démontre qu’on ne peut pas tout calculer de
manière automatique. Il imagine pour sa démonstration un outil qui inspire encore le fonctionnement
de nos ordinateurs. Une machine universelle qui manipule des informations – des lettres ou des
chiffres – suivant des règles définies dans une table.

La Seconde guerre mondiale qui était une guerre d’action et de mouvement a été déterminante dans
l’avènement de l’informatique. Jusqu’à la fin de la guerre, le principe général d’organisation est
booléen et copié sur la Pascaline conçue en 1641, réalisée en 1645. Les améliorations apportées
concernent la vitesse de calcul.

John von Neumann en supervisa la construction de la fin de 1945 jusqu’en 1951 au sein de l’Institut
for Advanced Study. Julian Bigelow fût l’ingénieur chargé de construire cette machine destinée à un
usage balistique. Les ingénieurs n’étaient pas des physiciens théoriciens, ils travaillaient au fer à
souder et ce sont des femmes qui assuraient le plus gros de la programmation. La machine de von
Neumann n’a jamais été brevetée contrairement à l’ENIAC qui a servi au même usage balistique.
Alors que l’ENIAC faisait ses calculs en système décimal, la machine de von Neumann utilisait le
système binaire. Tous les ordinateurs qui suivront seront calqués sur cette machine.

Certains considèrent que la notion de « générations » est un concept marketing, lancé en 1964 par
IBM, et n’a aucun intérêt historique. Il est cependant intéressant d’observer comment les ordinateurs
se sont transformés au fil du temps, devenant toujours plus petits, plus puissants et plus conviviaux.

Vous aimerez peut-être aussi