Vous êtes sur la page 1sur 5

L’abeille à miel

antenne
oeil tête
mandibule thorax
cuticule
(revêtement dur et imperméable)
pattes articulées abdomen
aile

Schéma présentant la morphologie générale de l ’Abeille à miel


Utiliser la classification scientifique qui est dans la classe pour indiquer les
différents groupes auxquelles appartient l’abeille
C’est un être vivant
Puis réaliser une classification de groupes emboîtés à partir du tableau
d’attributs ci-dessous.
Le cycle de vie
A partir du document du cycle de vie et des définitions, trace le cycle de vie.
- Sur une feuille blanche, dispose les figurines selon le cycle de vie.
- Trace des flèches.
- Ecris au bon endroit les différentes formes de l’animal:
- imago ou adulte
- larve
- œuf
- nymphe—chrysalide
- Ecris à côté des flèches le nom des étapes:
- éclosion
- mue imaginale
- fécondation
- mue nymphale ou nymphose
- métamorphose
- Appelle le professeur.

Définition :
- mue imaginale: transformations de la nymphe à l’adulte.
- mue nymphale : transformations de la larve en nymphe.
- métamorphose: transformations de la larve à l’adulte.
Mireille l ’abeille à miel
La reine pond un œuf d’ouvrière aujourd’hui, réalise un planning des différentes étapes/
métiers de cet œuf jusqu’à la mort de l’abeille : éclosion, larves, nymphe, nettoyeuse,
nourrice, ventileuse, fabricante de miel, bâtisseuse, gardienne, butineuse
De la fleur au miel
Met dans l’ordre les différentes étapes de la fabrication du miel, de la fleur à ta tartine.
Place les mots-clés.
L’abeille butineuse aspire le nectar et le stocke provisoirement dans son jabot : une
espèce de poche extensible qui porte parfois le nom « d'estomac à miel ».
De retour à la ruche, l’insecte régurgite le nectar. Ce dernier se trouve vite réabsorbé par
une autre abeille qui régurgite à son tour etc. On parle de « trophallaxie » (ou échange de
nourriture). Ce processus est réitéré un grand nombre de fois. Au fur et à mesure de
l’opération, deux phénomènes se produisent :
– l’eau du nectar s’évapore peu à peu ce qui l’enrichit en sucre,
– la salive des abeilles transforme les plus grosses molécules de sucre du nectar en plus
petites, comme s’il s’agissait d’une « pré-digestion ».
En résumé, le nectar se transforme progressivement en une substance de plus en plus
sucrée, avec des molécules de sucre de plus en plus simples : c’est le miel, stocké alors dans
des alvéoles.
Mais ce n’est pas fini : la température élevée et la ventilation (assurée par les abeilles qui
battent vigoureusement des ailes) favorisent une évaporation supplémentaire. Ceci permet
d’atteindre une concentration de 80% en sucres, permettant une excellente conservation.
L’alvéole est alors recouverte d’une fine pellicule de cire: c’est l’operculation.
Les abeilles fabriquent du miel en vue de faire leurs provisions pour l'hiver. Période durant
laquelle, il n'y a pas de production en raison du froid et de l'absence de fleurs. Les abeilles se
nourriront donc du miel qu'elles auront produit pendant la saison, elles ouvriront alors
l'opercule de cire en vue de consommer le miel.

Du rayon de miel de la ruche à ta maison


Le pollen
Met dans l’ordre les différentes étapes du devenir du pollen. Place les mots-clés.
Attention, il y a 3 possibilités : pollinisation, nourriture pour les abeilles ou pour l’être
humain
Le pollen, est « ramassé ».
L’Abeille domestique commence par frotter avec ses pattes avant les étamines des fleurs. Le
pollen se décroche et son corps poilu s’en retrouve couvert.
Avec sa première et sa deuxième paires de pattes, elle regroupe l’ensemble du pollen, qu’elle
compacte avec un peu de nectar régurgité, puis le fait passer aux pattes postérieures. C’est là
que se forme la pelote de pollen.
Le pollen s’accumule ainsi petit-à-petit jusqu’à ce que l’Abeille aille le décrocher avec ses
deux paires de pattes arrières et le dépose dans les alvéoles de la ruche. Elle va tout d’abord
étaler une couche de pollen dans le fond d’une des nombreuses alvéoles de la ruche, la tasser
à l’aide de sa tête, puis la recouvrir de miel, en renouvelant l’opération jusqu’à ce que
l’alvéole soit complètement garnie et recouverte de miel. Un processus de fermentation à
lieu, c’est la formation de pain de pollen.
Pour recueillir le pollen, les apiculteurs ont conçu une grille appelée « trappe à pollen »
placée à l'entrée de la ruche. Lorsqu'elles y pénètrent, les ouvrières passent au travers
d'étroites ouvertures, provoquant la chute d'une partie de la pelote. Seuls 10 % de la matière
est prélevée car le reste est indispensable à la croissance de la colonie. Elle constitue la
source de protéines nécessaire à la croissance du couvain.

Vous aimerez peut-être aussi