Vous êtes sur la page 1sur 2

NSI

Synthèse approfondissement sur la pile TCP/IP


Modèle OSI Protocoles TCP/IP Modèle TCP/IP
I/ Rappel : les adresses IP. Application
HTTP, DNS,
Prèsentation Application
FTP, DHCP
Session
Les différents classes de réseau privé autorisée : Transport UDP, TCP Transport
Réseau IPV4, IPV6, ARP Internet
Liaison de
Classe A : 10.0.0.1 à 10.255.255.254 données
Ethernet, Wifi
Accès
Physique réseau
Classe B : 172.16.0.1 à 172.31.255.254
Classe C : 192.168.0.1. à 192.168.255.254

Les adresses qui ne sont pas privés, sont par définition public et sont utilisées par internet.
Pour les réseaux de petite taille comme à la maison, on utilise la classe C. Au lycée, l'administrateur
réseau à choisi un plan d'adressage en classe A pour faciliter l'organisation du plan d'adressage.
Il existe aussi un adressage sans classe,
afin de diviser un réseau en sous réseau : Exemple pour un PC du lycée:
Exemple de masque de sous-réseau : Adresse IP : 10.1.102.3
255.255.255.128 ou 255.255.255.192 Masque : 255.0.0.0
256 / (256-128) 256 / (256-192) 255 en décimal = 8 bits à 1 en binaire
= 2 sous-réseau = 4 sous-réseau En notation CIDR : 10.1.102.3/8

II/ Port et socket.


Si une adresse IP sert à identifier de façon unique un ordinateur sur le réseau, le numéro de port
indique l'application à laquelle les données sont destinées.
Ainsi, lorsqu’un ordinateur reçoit des informations destinées à un port, les données sont envoyées
vers l'application correspondante.

La combinaison adresse IP + port est donc une adresse unique au monde : elle est appelée
socket.
Le numéro de port étant codé sur 16 bits, il y a donc 65535 possibilités de numéros de port.
L’IANA (Internet Assigned Numbers Authority), propose une assignation standard :

0 à 1023 : «ports reconnus» ou réservés («Well Known Ports») aux processus système
(démons) ou aux programmes exécutés
1024 à 49151 : «ports enregistrés» («Registered Ports»).
49152 à 65535 : «ports dynamiques et/ou privés» («Dynamic and/or Private
Ports»).
Voici quelques ports les plus utilisés : FTP(21), Telnet (23), SMTP (25), DNS(53), Whois
(63), Http (80), Pop3 (110)… exemple de socket : 27.175.118.57:8080

TCP/IP est une suite évolutive de protocoles qui garantit l'indépendance de l'internet vis à
vis des supports matériels utilisés, assure l'acheminement des données et fiabilise les échanges
lorsque cela est nécessaire. Pour cela TCP/IP affecte une adresse logique à tous les hôtes du réseau
qui sont identifiés de façon unique. Cette tâche est assurée par IP, qui se charge essentiellement
d'acheminer les données encapsulées dans les datagramme IP à travers le réseau mondial.

Les données une fois arrivées à l'hôte destination doivent encore être orientées vers la bonne
application. TCP/IP met à disposition plusieurs outils parmi lesquels ont peut noter les protocoles
UDP et TCP (couche transport).
III/ Les deux protocoles de la couche transport : TCP et UDP.
Le protocole UDP est la déclinaison la plus rudimentaire, il permet de multiplexer les
données, c'est-à-dire de faire circuler simultanément des informations provenant de sources
(applications par exemple) distinctes sur une même ligne et de transmettre une information à tous
les éléments d’un réseau (broadcasting).
Le protocole TCP va plus loin en fiabilisant les échanges par la mise en place de circuits
virtuels de communication, mécanisme consistant à s'assurer que le destinataire est en mesure de
recevoir des données avant tout envoi, puis qu'au fur et à mesure de la transmission les données sont
convenablement reçues. En cas de problème, TCP peut réémettre un paquet qui serait perdu.

IV/ Protocole ARP, RARP et ICMP.


En revanche, comme dans le cas d'Ethernet, la seule adresse permettant de délivrer un
message à son destinataire, est l'adresse physique ou adresse MAC. Pour opérer le lien
automatiquement entre l'adresse physique et l'adresse IP, le protocole IP est épaulé par le protocole
ARP qui se charge de maintenir à jour des tables de correspondance entre adresse physique et
adresse logique.

3.2.2 Adress Resolution Protocol (ARP) :

Le protocole ARP permet de connaître l'adresse MAC d'une carte réseau correspondant à une
adresse IP, c'est pour cela qu'il s'appelle Protocole de résolution d'adresse (en anglais ARP signifie
Address Resolution Protocol).

Lorsqu’une machine A @MAC(A)/@IP(A) doit communiquer avec une machine B


@MAC(B)/@IP(B) dont elle ignore l’adresse MAC, elle génère sur le réseau une trame broadcast
de type Whoas@IP(B) Tell@IP(A).
Si la machine B est présente, elle génère une trame de réponse unicast vers la machine A.

La machine A récupère ainsi @MAC(B) et complète alors une table de correspondance appelée
table ARP. La correspondance dans la table reste mémorisée environ 20 minutes.
La table ARP peut être consultée sur un PC par la commande arp –a.

3.2.3 Reverse Adress Resolution Protocol (RARP) :

Le protocole RARP effectue la tâche inverse : faire correspondre l’adresse IP d’une carte à son
adresse MAC!

3.2.4 Internet Control Message Protocol (ICMP) :

Le protocole ICMP (Internet Control Message Protocol) est un protocole qui permet de
gérer les informations relatives aux erreurs aux machines connectées. Étant donné le peu de
contrôles que le protocole IP réalise, il permet non pas de corriger ces erreurs mais de faire part de
ces erreurs aux protocoles des couches voisines. Ainsi, le protocole ICMP est utilisé par tous les
routeurs, qui l'utilisent pour signaler une erreur (appelé Delivery Problem )

V/ Commande réseau de l' invité de commande.

Les commandes réseau pour un PC sous un OS windows avec l'invite de commande : ipconfig :
pour connaître la configuration de la carte réseau de mon PC, ping 192.168.1.3 : pour voir si le PC
avec cet IP communique avec mon PC, tracert : www.google.fr : pour tracer la route des IP des serveurs
jusqu'au serveur du site en question : 74.125.132.94

Vous aimerez peut-être aussi