Vous êtes sur la page 1sur 18

ALGÉRIE-TUNISIE

Leministretunisien des AE entameunevisite detrois jours enAlgérie

Page 32

ALGÉRIE-TUNISIE Leministretunisien des AE entameunevisite detrois jours enAlgérie P a g e 3 2

9 Chaâbane 1432 - Dimanche 10 Juillet 2011 - N°14250 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

M. RACHID HARRAOUBIA L’A ANNONCÉ

««11 ,,44mm ii ll ll ii oonn ll aacc ee ss pp éé ddeepp dd
««11
,,44mm
ii
ll
ll
ii
oonn
ll aacc ee ss
pp éé
ddeepp
dd aaggoogg
ii
qquu ee ss
ppoouurr
ll aapprroocc
hh aa
ii
nn ee
rr eenn
ttrr éé
eeuunn
ii
vveerr ss
ii
ttaa
ii
rr ee»»
●Début des inscriptions universitaires
sur sites internet à compter de ce mardi.
Page 4

DETENTION PRÉVENTIVE

“Un usage abusif et systématique”

PRÉVENTIVE “Un usage abusif et systématique” Le président de la Commission nationale consultative de

Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH), M e Farouk Ksentini, a interpellé, dans son rapport annuel sur la situation des droits de l’homme en Algérie, le Chef de l’Etat sur la détention préventive et l’usage “abusif et systématique” qui en est fait. Dans un entretien accordé à l’APS, M e Ksentini relève que la détention préventive est une "grande faiblesse de notre système judiciaire” car il en est fait "un usage abusif et systématique". Il est vrai que le ministère avance un taux de 11 % de personnes en détention par rapport à la

totalité des détenus, mais pour M e Ksentini, ce taux est "beaucoup plus important” et représente “au

moins le tiers” des prisonniers.

Page 3

Publicité

PROCHAINE TRIPARTITE

Rencontrerégionale préparatoire deswilayas du Sud à El Bayadh

Page 6

RAPPORT DU GROUPE NABNI 2012

100 mesures pour une Algérie nouvelle

Page 3

LIGUE 1 PROFESSIONNELLE SAISON 2010/2011

Rebondissements et suspense jusqu’aubout

Page 31 Ph. M. Naït Kaci
Page 31
Ph. M. Naït Kaci
et suspense jusqu’aubout Page 31 Ph. M. Naït Kaci Quotidien national d’information — 20, rue de

2

2 EL MOUDJAHID Météo 33° à Alger 49° à Ouargla Sur les régions Nord, prédominance d'un

EL MOUDJAHID

Météo

Météo 33° à Alger 49° à Ouargla Sur les régions Nord, prédominance d'un temps chaud et

33° à Alger 49° à Ouargla

Sur les régions Nord, prédominance d'un temps chaud et ensoleillé notam- ment vers les régions de l'intérieur avec localement tendance orageuse en cours d'après-midi/soirée Les températures maxi- males varieront de 32°C à 36°C sur les régions du lit- toral avec localement des pics de 39°C le lundi sur Tipasa, Alger, Jijel, Skikda et Annaba. Vers les régions de l'in- térieur elles avoisineront les 37°C/40°C avec locale- ment des pics de 44°C (Tafraoui, Mascara, Relizane et Chlef). Les vents seront en général, faibles. Sur les régions sud du pays, prédominance d'un temps chaud et ensoleillé. Les températures maxi-

males varieront entre 36°C et 42°C avec des pics de 46°C sur le Sahara central. Les vents seront faibles à modérés avec, locale- ment, des soulèvements de sable. Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit :

Alger (33°-22°), Annaba (34°-23°), Béchar (42°-26°), Biskra (42°- 28°), Constantine (40°- 21°), Djanet (40°-23°), Djelfa (38°-24°), Ghardaïa (41°-28°), Oran (32°-21°), Sétif (37°-21°), Tamanrasset (36°-23°), Tlemcen (35°-20°), Tindouf (47°-27°), El Oued (42°-27°), Adrar (49°-28°), Ouargla (44°- 27°), Sidi Bel-Abbès (45°-

28°).

Aujourd’hui, à 8 h, à la SAFEX

1 er Colloque national d’hygiène et gestion des DASRI

La salle de conférence de la direction générale de la SAFEX abritera aujourd’hui, à 8 h, le 1 er Colloque national d’hygiène et gestion des DASRI en milieu hospitalier.

Nedjma félicite l’ASO Chlef pour sa consécration
Nedjma félicite l’ASO
Chlef pour sa
consécration

Après avoir décroché le titre de champion d’Algérie pour la saison sportive 2010-2011, Nedjma, sponsor officiel de l’Association Sportive Olympique (ASO)- Chlef adresse ses plus chaleureuses félicitations aux joueurs et au staff technique et administratif de l’équi- pe. Ce titre de Champion d’Algérie, premier de l’his- toire de cet illustre club de football, vient récompenser les efforts fournis et les sacrifices consentis durant la saison sportive qui s’achève. L’ASO Chlef, vainqueur de la Coupe d’Algérie en 2005, a amplement mérité ce titre au regard de son excellent parcours durant cette saison sportive. Suite à ce sacre, M. Joseph Ged, direc- teur général de Wataniya Telecom Algérie – Nedjma, à déclaré : «Nous sommes très fiers de cette consécration historique de l’ASO Chlef. Nedjma félicite chaleureu- sement les «Lions du Cheliff» pour les belles sensa- tions qu’ils nous ont procurées et le fair-play dont ils ont fait preuve tout au long de cette saison sportive. Nos félicitations s’adressent également à l’ensemble du staff technique et administratif du Club. Nous réitérons le total soutien de Nedjma à l’ASO Chlef et au football algérien en général.» D’autre part, comme pour les autres clubs sponsori- sés par la compagnie, pour la saison sportive 2010- 2011. Nedjma à remis à l’ASO Chlef un bus luxueux habillé aux couleurs du club. Pour rappel, Nedjma à signé un accord de sponsoring avec l’ASO Chlef le 16 mars 2011 et s’est engagée depuis à fournir les meilleurs moyens pour aider le club à réaliser ses objectifs. Nedjma est également le sponsor officiel de la Fédération algérienne de football, de l’Equipe natio- nale, de la Coupe d’Algérie et de huit clubs de football de Ligue une professionnelle à savoir la JS Kabylie, l’ASO Chlef, le CR Belouizdad, le MC Oran, la JSM Bejaia, le MC El Eulma, l’USM Annaba et le CA Bordj Bou-Arréridj. «Nedjma Dima avec le football algé- rien».

Demain, à 10 h Conférence-débat sur la lutte contre les violences sur enfants Une conférence-débat

Demain, à 10 h

Conférence-débat sur la lutte contre les violences sur enfants

Une conférence-débat sera organisée par le réseau Wassila et le réseau Nada, en coordination avec El Moudjahid sur le thème «La lutte contre les violences sur enfants».

Du 10 au 13 juillet, à l’Académie militaire interarmes de Cherchell

Journées portes ouvertes

L’Académie militaire interarmes de Cherchell (AMI) organisera du 10 au 13 juillet courant des journées «Portes ouvertes», a indiqué jeudi passé un communiqué du ministère de la Défense nationale. Ces journées seront destinées notamment au large public désirant prendre connaissance des moyens matériels et pédagogiques de cette académie, a précisé le communiqué. Les visiteurs pourront également s’enquérir des méthodes de for- mation et des conditions d’admission, a ajouté la même source.

Ce matin, à 11 h, au CRSS - Alger

Conférence-débat :

«Vers la consolidation de la démocratie en Algérie»

Le Centre de recherche stratégique et sécuritaire organisera une conférence sur le thème «Vers la consécration de la démocratique en Algérie» qui sera animé par un groupe de chercheurs et des politiciens aujourd’hui, à 11 heures.

Aujourd’hui, à 10 h, au siège de la direction de l’Education d’Alger-Centre

Conférence sur les résultats des examens scolaires 2011

Une conférence de presse sur les résultats des examens scolaires officiels de 2011 aura lieu aujourd’hui à 10 h au siège de la direction de l’Education d’Alger-Centre sise 3 rue El Biar-Alger et sera animée par le directeur de l’Education de la wilaya d’Alger.

Aujourd’hui, à 10h30, à la salle Ibn Zeydoun

Cérémonie officielle d’agrément de l’association RAJA

Après l’obtention de l’agrément de l’Association national intitulée «Rassemblement de la jeunesse algérienne pour la solidarité et le développement», une cérémonie officielle d’intronisation de l’association en tant que nouvel acteur de la jeunesse dans la société civile algérienne aura lieu le 10 juillet, à 10 h 30, à la salle Ibn Zeydoun à l’Office Ryadh El Feth.

Les 10 et 11 juillet, à l’hôtel Hilton

Salon du développement de la sous-traitance nationale

Sonelgaz organisera aujourd’hui et demain à l’hôtel Hilton - Pins maritimes, le premier Salon du développement de la sous-traitance nationale en matière de fabrication des composants de modules et de systèmes photovoltaïques.

Cet après-midi, à 15 h

Conférence de presse M. Abdoulkarim Soumayla, SG de l’Union africaine des télécommunications

Le siège du ministère de la Poste et des Technologies de l’infor- mation et de la communication abritera cet après-midi à 15 heures une conférence de presse sur les enjeux sur le double plan, régional et international des nouveaux défis liés au spectre des fréquences qui sera animée par M. Abdoulkarim Soumayla SG de l’Union africaine des télécommunications.

Le 12 juillet, à 8 h, au Centre culturel Aïssa-Messaoudi

Célébration du 20 e anniversaire de la création de Radio Coran

Le Centre culturel Aïssa-Messaoudi de la Radio nationale abritera le 12 juillet à 8 heures l’ouverture de la journée d’étude qui coïncide avec la célébration de 20 e anniver- saire de la création de Radio Coran (1991- 2011) sur le thème «20 ans au service de la religion et de la patrie».

Du 9 au 14 juillet, à l’université Abou-Bekr-Belkaid de Tlemcen

Université d’été de la recherche scientifique et technologique

Le ministre de l’Enseignement supé- rieur et de la Recherche scientifique et le Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger organiseront, en colla- boration avec l’Association des compétences algériennes, l’Université d’été de la recherche scienti- fique et technologique du 9 au 14 juillet à l’université Abou-Bekr-Belkaid de Tlemcen. Cet événement verra la participa- tion active des compétences algériennes établies à l’étranger.

17 Juillet, à 8 h 30, au centre de formation RATP

Lancement de la formation des personnels de la RATP

M. Amar Tou, ministre des Transports, assistera dimanche 17 juillet à 8 h 30 au centre de formation RATP, che- min de Kouba- Bachdjerrah (à proxi- mité du centre de cal- cul d’Air Algérie), au lancement de la for- mation des personnels de RATP – El Djazaïr, exploitant du Métro d’Alger, en prévision de la mise en service du métro.

Lundi 18 juillet à 8 h 30 au siège du ministère du Transport

18 juillet à 8 h 30 au siège du ministère du Transport Présentation du plan de
18 juillet à 8 h 30 au siège du ministère du Transport Présentation du plan de

Présentation du plan de communication de la RATP

M. Amar Tou, ministre des Transports, présidera lundi 18 juillet à 8 h 30 au siège du ministère, la présentation du plan de communication de la RATP, exploitant du Métro d’Alger en prévision de l’ouverture d’un stand d’information place du 1 er -Mai, le 21 juillet et de l’organisation de visites de stations du métro à l’adresse du public à compter du 28 juillet 2011.

Chants et danses indiens La troupe du Rajasthan en Algérie du 11 au 17 juillet
Chants et danses indiens
La troupe du Rajasthan en Algérie du 11 au 17 juillet
Sur invitation du ministère de la Culture du gouvernement
d’Algérie, une troupe de 15 membres composée de 12 danseurs
et de 3 danseuses et chanteurs du désert de l’Etat du Rajasthan
en Inde, sera en Algérie du 10 au 18 juillet. Durant cette visite
la troupe se produira à Skikda les 11 et 12 juillet au Palais de
la culture et d’Arts. La troupe se produira à Alger le 13 juillet
à la salle Mouggar et sera à Tlemcen pour participer au festival
culturel international des Danses populaires le 14 juillet au
Théâtre de verdure, El Kudia et au niveau du grand bassin le
15 juillet. Le 16 juillet, la troupe indienne se produira à Sidi
Bel-Abbès au stade frères Amirouche et sera à Oran le 17
juillet. Elle quittera l’Algérie pour se rendre en Espagne le 18
juillet.
La troupe dirigée par M. Ridmal Khan donnera un
spectacle de danses et chansons colorées Rajasthani dont les
caractéristiques sont très vibrantes et rythmiques.

Dimanche 10 Juillet 2011

Nation

3

EL MOUDJAHID

Ksentini s’exprime sur la détention préventive

UUnn uussaaggee aabbuussiiff eett ssyyssttéémmaattiiqquuee

Le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCPPDH) M e Farouk Ksentini a interpellé, dans son rapport annuel sur la situation des droits de l’homme en Algérie, le Chef de l’Etat sur la détention préventive et l’usage «abusif et systématique» de cette procédure.

C’ est dans un entretien à l’APS que M e Ksentini se fera fort de relever que la détention préven-

tive «est une grande faiblesse de notre sys- tème judiciaire» par ce que selon ce juris- te il en est fait «un usage abusif et systéma- tique» alors que cela devrait être l’excep- tion qui confirme la règle. Toujours concer- nant le respect de la règle de droit, le célèbre avocat conteste même le chiffre avancé par le ministre de la Justice à propos du taux de personnes en détention préventi- ve, taux estimé par M. Belaïz à «11%» tan- dis que le président de la Commission consultative des droits de l’homme considè- re ce taux comme «beaucoup plus impor- tant et représentant au moins le tiers des pri- sonniers». Rappelons pour les amateurs de chiffres et de statistiques que la population carcérale dans les «133 centres de déten- tion» que compte le pays s’élève à «environ 56.000 détenus». Et M e Ksentini déclare :

«Nous n’avons pas les mêmes critères sur la détention préventive.» et de préciser sa pen- sée : «La loi considère en état de détention préventive toute personne qui n’est pas définitivement condamnée», pendant que le ministère, lui, a une toute autre approche sur ce thème en estimant «en état de déten- tion préventive uniquement les personnes placées en détention préventive par le juge d’instruction». Pour M e Ksentini il faut faire la part des choses et interpréter la loi comme il se doit «la loi nous permet de nous débarrasser de cet abus et ce n’est qu’à ce moment-là que la justice peut se targuer d’être irréprochable», rappelle-t-il. Pour ensuite revenir à la charge s’agissant de la détention préventive accusée de «faire des dégâts dans les foyers» et de causer parfois «l’écroulement de nombre de familles». Par ailleurs, explique l’avocat et pour peu que les correctifs nécessaires et un peu de bon sens accompagnent cette nouvelle démarche, l’Algérie est à même de devenir «un Etat extrêmement propre au chapitre des droits de l’homme». En outre, le prési-

dent de la CNCPPDH déclare avoir inter- pellé le Chef de l’Etat par le truchement d’un rapport circonstancié datant d’une quinzaine de jours, sur d’autres sujets d’égale importance à savoir «la réconcilia- tion nationale, la levée de l’état d’urgence, la liberté de la presse, la liberté d’opinion et de culte». Nonobstant la question des droits sociaux dont l’importance est avérée puisque ledit rapport n’omet surtout pas les élections que la commission voudrait on ne peut plus «transparentes». Bien entendu, ce document ne pouvait évacuer, au risque de perdre tout crédit «le malaise social, la souffrance de la jeunesse, le chômage, le logement et le phénomène des harraga», soit autant de préoccupations auxquelles il urge d’apporter des solutions appropriées. Au surplus, M e Ksentini est revenu, es qua- lité sur un autre point d’orgue, en relevant en substance la nécessité «d’approfondir la démocratie» ou en plus clair «ne pas se contenter de la proclamer dans les textes» alors qu’il importe plutôt que la population «la ressente dans les textes». Le plus impor- tant en démocratie, pour la CNCPPDH, ce sont des élections "totalement libres et transparentes, de manière à les rendre indis- cutables aux yeux de l'opposition". "C'est à partir de là que les choses changeront vers plus de démocratie", estime l'avocat. "Cela me chagrine de voir que l'Etat diabolise l'opposition et que l'opposition diabolise l'Etat, alors que les deux parties devraient travailler pour l'amélioration de la pra- tique démocratique", a commenté M e Ksentini. Il a également regretté qu'une partie de l'opposition ait "refusé" de prendre part aux consultations sur les réformes politiques qui s'étaient dérou- lées au mois de juin dernier. "Je ne porte aucun jugement sur les motifs qui sont les leurs (les partis d'op- position). J'aurais préféré qu'ils se pré- sentent, s'expriment, fassent des proposi- tions, et défendent leur point de vue tout en essayant de les imposer", a ajouté M e

Ksentini. Il en appelle à «une meilleure culture de proximité». Ce qui, d’après lui, se traduira par «une consolidation et un enracinement de la pratique démocratique». Sur la problé- matique afférent à la réconciliation nationa- le, le juriste plaide pour des «dispositions complémentaires» à prendre aux fins de réparer quelques «oubliés» de la réconcilia- tion nationale tels «les internés du Sud qui n’ont pas été indemnisés et qui devraient être réhabilités moralement». Aussi suggè- re-t-il «d’accorder un statut aux familles des disparus et aux familles des victimes du terrorisme». Au chapitre des médias et de leur marge de manœuvre le juriste va droit au but en se déclarant «pour leur liberté totale» tout en notant que le fait de mettre en prison un journaliste est «grotesque», «moyenâgeux» et «inadmissible». Cependant et tout en étant optimiste sur bien des prédispositions connues des Algériens lorsque nécessité fait loi notam- ment, il ne sait que trop que «remettre les choses sur les rails n’est pas du tout facile». Et ce, quand bien même le chemin parcou- ru au jour d’aujourd’hui «ouvre de radieuses perspectives, quoi qu’on en dise… » Interrogé sur le cas Mohamed Gharbi, l'ancien moudjahed qui vient d'être mis en liberté conditionnelle dernièrement après avoir purgé dix ans de prison pour avoir tué un terroriste repenti, M e Ksentini s'est félicité que cette libération soit intervenue de manière légale, et dans le respect des lois. Il a exprimé, pour terminer, son sou- lagement de voir que les prédictions de règlement de compte et d'assassinat de repentis ayant suivi la promulgation, en 2005, de la Charte de réconciliation nationale ne se soient pas confirmées. "L'affaire Gharbi a été heureusement un cas unique", s'est félicité le président de la CNCPPDH. A. Zentar

RAPPORT DU GROUPE NABNI 2012

100 mesures pour une Algérie nouvelle

A l’occasion de la publication du rapport ‘‘NABNI 2012’’ «100 mesures pour l’émergence d’une Algérie nouvelle» et le lance- ment de l’observatoire NABNI des politiques et du projet

NABNI 2020, des initiatives devant s’achever lors du cinquantenaire de l’Indépendance nationale, le 5 juillet 2012, les membres du groupe ont animé, hier, à la salle Frantz-Fanon du complexe Riadh El Feth, une conférence de presse pour présenter ces propositions relatives à une dizaine de secteurs que NABNI 2012. En effet, cette initiative que les concepteurs veulent «citoyenne», a déjà publié le résultat de ses travaux sur le net et compte remettre un rapport à toutes les institutions officielles, aux partis et personnalités politiques. Selon le conseiller financier, Lies Kerrar, «l’initiative NABNI est toute simple et modes- te, juste mettre par écrit des propositions sur les politiques publiques que l’on pense être utiles pour le pays. La perception de notre rôle est très modeste, nous sommes présents pour exprimer nos proposition d’une façon à ce quelles soient réalisables ». Les propositions concernent l'administration, la santé, la jeunesse, l'économie et l'emploi, le financement, le logement et le foncier, l'éco- le, l'enseignement et la recherche, le service public, la réforme de l'Etat, et, enfin, la gouvernance. La dernière publication de ce groupe de travail vient, précise-t-on,

clôturer treize semaines d’un travail citoyen. Il est par ailleurs décrit

comme la deuxième initiative dédiée à la réforme de l’Etat et à la gou- vernance. Par la même occasion, le groupe a annoncé le lancement de l’observatoire NABNI des politiques publiques ainsi que le projet «NABNI 2020». Le 5 juillet 2012 sera une date symbolique dans l’his- toire de l’Algérie indépendante, dans cette phase où la génération qui

a mené le combat libérateur passe le flambeau aux générations postin- dépendance, cet anniversaire pourrait-être une formidable occasion

pour prendre du recul, faire un bilan d’étape bref et serein du premier cinquantenaire en matière économique, politique, sociale et culturelle,

et de proposer collectivement des solutions pour se projeter dans l’ave-

nir et engager le second cinquantenaire de notre République sur des bases solides via un plan stratégique pour l’Algérie de 2020, fait de propositions concrètes et de stratégies sectorielles détaillées. Questionné en marge de la conférence, Hassen Khelifati, président- directeur général d’Alliance Assurance, présent autant que citoyen algérien, a indiqué : «Je suis dans le groupe NABNI en tant que citoyen algérien, de la génération poste-indépendance, je contribue à

travers la protection de certaines idées, notamment dans le domaine où

je pense avoir des idées autours de l’entreprise, l’organisation de l’éco-

nomie nationale». Sihem Oubraham

RENFORCEMENT DU DIALOGUE SOCIAL

Tayeb Louh favorable à de nouvelles augmentations de salaires

«La masse salariale en Algérie ne représente que 20% du Produit intérieur brut (PIB) alors qu’au niveau mondial, celle-ci, dépasse les 35%», c’est ce qu’a estimé, hier, Tayeb Louh, ministre du Travail, de l’emploi et de la sécu- rité sociale, lors d’une conférence sur le dialogue social tenue au siège du FLN. Tayeb Louh a indiqué que la conséquence directe de cet écart est que les impacts sur les équilibres économiques se font rapidement sentir. S’exprimant en sa qualité du membre du bureau politique du parti chargé de la mutuelle des travailleurs, M. Louh juge «insuffisants», les salaires que tou- chent les fonctionnaires du public comme du privé. Des salaires qui ne répon- dent pas aux normes internationales en vigueur selon lui. Aussi, il s’est dit favorable à d’autres augmentations. «La position de notre parti est claire : on œuvre pour que ces salaires soient revus en hausse et ce, dans le cadre d’un dialogue économique élargi», a-t-il affirmé sans ambages. Il faut dire que ce constat a déjà été fait par l’Union générale des tra- vailleurs algériens (UGTA) qui en a fait une revendication, suggérant dans ce contexte, la revalorisation du Salaire national minimum garanti (SNMG) pour la tripartite, dont la tenue est prévue pour le mois de septembre. D’ailleurs, la Centrale syndicale a placé la barre haut en demandant à ses partenaires (gouvernement et patrons) d’adopter un SNMG de 35.000 dinars, soit une augmentation de 130% par rapport à celui de 2011 fixé à 15.000 DA. Durant son intervention, l’orateur n’a cessé de rappeler l’importance du dialogue social devenu, selon lui, la solution qui préserve la stabilité et la cohésion sociales, assure le développement à long terme et participe dans le parcours démocratique. «On a besoin d’un dialogue profond pour garantir un avenir plus radieux», insiste Tayeb Louh. En l’absence de ce dialogue, l’échec est certain. Le conférencier cite, dans ce sens, le cas du système finan- cier mondial qui, en excluant la majorité des pays en voie de développement du dialogue, est confronté à une crise économique aux conséquences fatales. Sur un autre registre, il réaffirme la position du FLN pour «une économie diversifiée et créatrice de richesses permettant la réduction de l’indépendan- ce de l’économie nationale vis-à-vis des hydrocarbures». Sur sa lancée, il appelle à renforcer les investissements locaux et inculquer la culture du dia- logue social au sein de la société. Lui emboîtant le pas, Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN affirme que l’objectif de ce dialogue, qui contribue à la promotion de la bonne gouvernance, est de pouvoir régler les problèmes loin de la confrontation. Animant une conférence intitulée «le dialogue comme pilier de la stabilité et de développement économiques», Mohamed Hachmaoui, chercheur en sociologie politique, évoque «un dia- logue réussi et efficace». Tout en reconnaissant l’activité syndicale, il sou- ligne, d’autre part, que le gouvernement reste un partenaire incontournable avec qui l’ensemble des syndicats doivent travailler en étroite collaboration. Dans la foulée, il appelle le ministre du Travail à «conférer un cadre légal au dialogue».

Fouad Irnatene

Ahd 54 RRéffoorrmmes polliitiiqquues :

Coonsultteerr la jeune géénnération pour aaboouutir à ddess ssultats fiiablles

L’opinion de la jeune génération sur les réformes politique décidées par le Président de la République ''constitue un élément clé" qui doit être pris en considération, a estimé, hier, à Constantine, le président du parti Ahd 54, M. Ali Fawzi Rebaine. S’exprimant lors d’une conférence de presse animée en marge d’une réunion régionale d’évaluation des activi- tés du parti AHD 54, M. Rebaine considère la jeune génération comme ''partie prenante'' dans toute opération de changement visant la vie socio- politique des Algériens. Aussi, a-t-il estimé, cette génération ''ne doit jamais être reléguée au second plan''. Il est ''urgent'' d’opérer de ''profondes mutations dans le comporte- ment politique'', a-t-il souligné. Le président de Ahd 54 a dénoncé les ''tentatives" visant à ''porter atteinte'' à son parti accusant, à ce sujet, les médias publics lourds qui, selon lui, ''manquent de professionnalisme''. Revenant sur les positions de son parti sur les récentes consultations politiques, le président du parti Ahd 54, a de nouveau plaidé en faveur d'élections présidentielles anticipées'', qui demeurent, selon lui ''l’unique solution à la crise qui sévit dans le pays''. Cette rencontre régionale, 4 e du genre, a regroupé les représentants et les coordinateurs de Ahd 54 des six wilayas de l’Est et sera suivie de deux autres réunions similaires, prévues prochainement à Ouargla et à Béchar.

Réunion du Conseil des ministres aujourd’hui

Préparatifs du mois sacré de ramadhan, code de wilaya, rentrée scolaire et universitaire, saison estivale

A u programme du Conseil des ministres, qui

du Chef de l’Etat, figure l’examen des dos-

siers de l’actualité. L’annonce des résultats du Bac et la prise en charge des nouveaux bacheliers sur le

plan pédagogique et des inscriptions interpelleront le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, celui de l’Education natio- nale ainsi que les secteurs agissant en amont, le mois de ramadhan et les conditions de son dérou- lement, le code de wilaya, le code de l’information où plus de 70 réunions ont été enregistrées, seront probablement des dossiers qui seront soumis au Conseil des ministres d’aujourd’hui. La préparation du mois de ramadhan et la dis- ponibilité et l’approvisionnement des produits de large consommation, le contrôle des prix pour lut- ter contre la spéculation, retiendra plus attentive- ment l’attention des travaux du Conseil vue le rap- prochement de l’événement de moins d’un mois.

se réunira aujourd’hui sous la présidence

La saison agricole et la période de moisson-bat- tages où le problème de stockage de la production, de moyens de récolte céréalière et où des pro- blèmes d’infrastructures, de matériels de récolte et de stockage des produits ayant été énumérés seront abordés lors de cette réunion. La préparation de la rentrée scolaire et notam- ment universitaire, vu le nombre record de réussite au baccalauréat, cette année, la réunion des condi- tions de prise en charge matérielle, pédagogique et d’hébergement que le ministère devra veiller à les assurer d’ici au mois de septembre, sera un autre chapitre soumis à l’appréciation du Conseil des ministres, en vue de la réunion de toutes les condi- tions pour une rentrée scolaire et universitaire réus-

sie. Les ministres concernés auront fort à faire en matière de réunion des places pédagogiques à la rentrée, et bien entendu, des instructions fermes seront prodiguées aux ministres des secteurs,

s’agissant de la disponibilité des infrastructures (lits et places pédagogiques), les possibilités d’ins- cription et le respect des choix et des vœux des futurs étudiants en conformité avec les opportuni- tés offertes pour éviter les questions récurrentes qui se posent chaque année. La saison touristique et les conditions d’accueil de la communauté algérienne à l’étranger, les for- malités de débarquement en dépit de toutes les ins- tructions données par le ministre délégué à l’émi- gration, en matière d’accueil, de réception et d’en- registrement aux aéroports et ports, connaissant l’afflux des vacanciers, une préoccupation qui intervient parallèlement au mois sacré de ramad- han. L’été, c’est aussi une saison où la plus grande préoccupation en matière de santé et d’hygiène se pose avec acuité. C’est aussi, autant d’interpellation et d’instruc- tions concernant les différents services face à la hausse des températures, au risque des feux de

forêt et des incendies ou des maladies hydriques. Le contrôle des denrées alimentaires périssables et autant de mesures et de moyens de lutte et de pré- vention à prévoir. L’été interpelle la protection au niveau des plages et de la question sanitaire et de la disponibi- lité des services de contrôle qui se posent autant pour le secteur du tourisme et celui de la santé et de l’intérieur, du commerce, sachant les intoxications alimentaires au regard du manque de contrôle des produits, des dates de péremption, et de l’environ- nement notamment en période de canicules. La réunion du Conseil des ministres, qui inter- vient à une semaine de la clôture de la saison de printemps du Parlement et à moins d’un mois du mois de ramadhan, sera une opportunité pour le gouvernement de ficeler les bilans de leurs actions, des bilans qui seront examinés lors des auditions du mois sacré. Houria Akram

Nation

4

EL MOUDJAHID

M. RACHID HARRAOUBIA L’A ANNONCÉ

«1,4 million de places pédagogiques pour la prochaine rentréeuniversitaire»

Début des inscriptions universitaires et ouverture des sites internet dédiés à ces inscriptions, ce mardi.

L’ université algérienne absorbera

veaux bacheliers pour la rentrée

universitaire 2011/2012. C’est ce qu’a déclaré, hier, à Alger, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, lors d’une rencontre consa- crée aux préparatifs de la prochaine ren- trée universitaire 2011/2012, des prépa- ratifs qui concernent notamment, les structures pédagogiques et l’héberge- ment. Présidant la conférence nationale des recteurs et chefs d’établissements univer- sitaires, M. Harraoubia a expliqué que les universités algériennes comptent plus de 1.400.000 places pédagogiques. « On aura aucune difficulté à accueillir nos nouveaux bacheliers. On a déjà établi notre bilan en octobre passé, et je peux vous dire que le nombre des places péda- gogiques est largement supérieur au nombre des étudiants admis pour las nou- velle rentrée universitaire», rassure le ministre. Pour la wilaya d’Alger, les capacités pédagogiques communiquées par les éta- blissements pour les nouveaux bacheliers sont de 67.740 places pédagogiques dont 58.590 places pour les filières du LMD, 2.770 places pour les sciences médicales et 3.365 pour les écoles supérieures. Concernant les inscriptions des nou- veaux étudiants, M. Harraoubia, a indi- qué que le des portes ouvertes sur l'uni- versité sont déjà opérationnelles dans tous les établissements d'enseignement supérieur, de même qu’il annoncera l'ou- verture des sites internet dédiés à l'ins- cription universitaire qui se feront mardi prochain. Dans le guide du bachelier 2011, il est précisé que les inscriptions définitives auprès des établissements uni- versitaires s'effectueront entre le 30 juillet et le 4 août, tandis que la période des pré-inscriptions se fera du 12 au 17 juillet. La période de confirmation des pré-inscriptions se fera du 18 au 20 juillet, au moment où les affectations et

sans difficulté les 241.000 nou-

Ph. Louiza
Ph. Louiza

recours en ligne auront lieu entre le 27 et 29 juillet. Le guide du bachelier 2011 précise également que les tests d'aptitude et entretiens pour l'accès à certains éta- blissements se feront entre le 28 juillet et le 31 du même mois. Il est indiqué, en outre, qu'à l'issue de l'inscription admi- nistrative, l'établissement met à la dispo- sition du nouveau bachelier la program- mation des enseignements prévue pour la rentrée universitaire 2011-2012. Ce guide est publié en application d'une cir- culaire ministérielle du 15 juin 2011 rela- tive à la pré-inscription et à l'orientation des titulaires du baccalauréat au titre de l'année universitaire 2011-2012. Par ailleurs, le ministre a appelé les recteurs et chefs d’établissements univer- sitaires à accorder davantage d'intérêt à la qualité de l'enseignement pour atteindre

les standards internationaux les plus éle- vés. Ils sont également appelés à mettre en adéquation l'enseignement dispensé avec les exigences du développement et les aspirations et besoins de la société, de façon à contribuer efficacement à son orientation et développement. Dans ce sens, M. Harraoubia n’a pas manqué d’indiquer que «les universités algé- riennes sont mondialement classées dans des positions honorables, devant même des universités britannique et américai- ne.» S’agissant d’infrastructures péda- gogiques et résidences universitaires, le ministre a annoncé «le parachèvement des différents préparatifs relatifs à l’ac- cueil des nouveaux étudiants, assurant que toutes les conditions matérielles et humaines ont été réunies.» Wassila Benhamed

Benatallah : C'est par le savoir qu'on peut s'insérer dans la globalisation

M. Halim Benatallah, secrétaire d'Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la

communauté nationale établie à l'étranger,

a plaidé, hier, à Tlemcen en faveur du

savoir qui ouvre la voie à une place dans

la globalisation. ''C'est par le savoir qu'on

peut s'insérer dans la globalisation'', a sou- ligné M. Benatallah à l'ouverture de l'uni-

versité d'été de la recherche scientifique et technologique. M. Benatallah a indiqué que cette université d'été, co-organisée par le ministère de l'Enseignement supé- rieur et de la Recherche scientifique et le Secrétariat d'Etat chargé de la communau-

té nationale établie à l'étranger, a réussi à

constituer un ''réseau de compétences algériennes dynamiques''. Il a relevé que la tenue de cette université ''est une réussite en soi, parce qu'elle enregistre une forte demande de la part des doctorants qui sont au nombre de 350 et une forte réponse de nos compétences installées à l'étranger''. Le Secrétaire d'Etat chargé de la commu- nauté nationale établie à l'étranger a souli- gné, par ailleurs, que la collaboration avec

le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique va conti- nuer dans le but de ''mettre en place une toile de notre élite établie à l'étranger pour organiser sa connectivité avec les secteurs utilisateurs notamment industriel et écono- mique". Il a ajouté dans le même sens qu'un chantier va être ouvert en collabora- tion avec d'autres départements ministé- riels afin de présenter les divers Programmes nationaux de recherche (PNR). Pour sa part, le représentant du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a indiqué que cette université d'été, qui s'étalera jus- qu'au 14 juillet, est conçue pour être un outil de la politique du développement scientifique et d'encouragement de l'inter- sectorialité, par l'organisation des forma- tions ouvertes aux diverses communautés scientifiques. Il a également souligné que ''cette université favorise aussi l'émergen- ce de nouvelles thématiques et diffuse leurs avancées conceptuelles et tech- niques. Les domaines retenus pour cette première université d'été sont notamment les biotechnologies, la santé, l'agronomie,

notamment les biotechnologies, la santé, l'agronomie, les énergies renouvelables, les sciences des matériaux et

les énergies renouvelables, les sciences des matériaux et les technologies de l'in- formation et de la communication.

Dédramatiser

l’échec…

T andis que fusent des youyous stridents saluant comme il se doit la réussite éclatante (avec mention) du fils du voisin de

palier, au troisième étage, du même immeuble, c’est la consternation totale. Les parents abattus affichent grise mine et paraissent encore plus tristes que leur rejeton. C’est dire. Pourtant la réussite au Bac n’est pas une fin en soi mais un moyen de parvenir à une fin. Si tout se passe bien par la suite, bien entendu. C'est-à- dire une fois franchi le seuil de l’univer- sité. Et foulé l’amphi. Mais revenons plutôt à cet échec qui terrasse toute la petite famille. Complètement groggy. Sonnée pour le compte… Est-ce bien raisonnable ? Est-ce une attitude vrai- ment responsable ? Comme si à chaque jour ne suffisait pas sa peine. Comme si le monde venait de s’écrouler sur l’en- semble de la maisonnée. Allons donc ! Quelqu’un a-t-il entendu parler du trac ? Ce blocage inattendu et imprévisible qui vous noue la gorge et la serre jusqu’à l’étouffement. Jusqu’à perdre toutes ses facultés pourtant dûment avérées. Mais pourquoi, diable, en faire tout un drame ? J’en connais moi des recalés au Bac qui n’en sont pas morts pour autant. Ou mieux encore qui ont fait mieux que certains bacheliers éternels redoublants par la suite, avant de plaquer l’amphi. Et

de s’en aller quérir une autre raison d’exister et de vivre. Avec, parfois, des hauts, parfois des bas. Ressaisissez-vous donc mesdames et messieurs les parents. Votre fils est encore jeune et certainement pas plus bête que d’autres. Il vous l’a même prouvé maintes fois. Et vous vous en vantiez, à juste titre d’ailleurs, alors ! Raison de plus pour ne pas enfoncer davantage le tout dernier. Et dites-vous bien une chose : tout le monde est impuissant face au trac. Cette bête noire invisible, mais si présente. Si pesante et si prégnante. Allez ! Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Et la prochaine sera sûrement la bonne. Il suffit simple- ment d’y croire…

A. Zentar

USTO 7 nouvelles spécialités

Ce sont 3.200 nouveaux étudiants qui sont attendus à l’université de sciences et de la technologie d’Oran. Sept nouvelles filières dans la spécialité technologie seront ouvertes à la prochaine rentrée universitaire, nous a-t-on indiqué au rectorat de cette université dont les services administratifs et pédagogiques ne connaîtront pas de vacances cet été puisque les premières démarches pour les inscriptions débuteront ce mardi et se poursuivront jusqu’au 17 juillet. Tout est fin prêt pour l’accueil et l’orientation des futurs étudiants. Les services du rectorat ont réservé la grande salle des conférences pour permettre aux étudiants d’avoir un repère facile dans cette grande université. Sur place les étudiants auront à leur disposition 40 ordinateurs et seront encadrés par 32 enseignants et de nombreux techniciens qui les conseilleront et assisteront dans les différentes opérations d’inscription en ligne. La seconde étape des inscriptions débutera immédiatement après, soit du 17 jusqu’au 20 juillet, elle sera consacrée pour des correctifs ou des modifications dans le choix des étudiants tandis que la dernière étape, ira du 27 juillet au 4 août, cette dernière confirmera les inscriptions en fonction du vœux exprimé et des conditions d’accès et d’inscription en adéquation avec les notes obtenues. M. K.

Dimanche 10 Juillet 2011

Nation

5

EL MOUDJAHID

M. RACHID BENAÏSSA RASSURE LES CITOYENS

Disponibilité des produits de large consommation durant le Ramadhan

truments clés dans le renforcement du cadre économique et réglementaire secto- riel et des instru- ments d’accompa- gnements et d’inter- vention à travers la consolidation des Programmes de ren- forcement des capa- cités humaines et de l’assistance tech- nique (PRCHT) pour le renouveau agricole et rural, la poursuite de la mise en œuvre des instruments de sécurisation foncière et la valorisation et le lancement des opérations contractées avec l’entreprise algérienne de génie rural pour les programmes du renouveau rural. En ajoutant que cette année a été caractérisé par les mesures de consoli- dation, mises en œuvre au titre de l’ap- plication des décisions du Conseil des ministres du 22 février dernier. Dans ce contexte, le ministre a indi- qué que le taux de la récolte globale de son secteur, en 2010, a été estimé à 1 300 milliards de dinars. Il a précisé que la récolte des céréales est estimée à 45 millions de quintaux durant la même année. Pour le renouveau agricole, le ministre a souligné que pour la filière

agricole, le ministre a souligné que pour la filière ALGÉRIE TÉLÉCOM La ressource humaine au centre

ALGÉRIE TÉLÉCOM

La ressource humaine au centre de la nouvelle stratégie

D ans un message adressé aux tra- vailleurs à l’occasion de la commé- moration du 49 e anniversaire de

l’Indépendance nationale, le directeur géné- ral d’Algérie Télécom, M. M’hamed Debouz a réaffirme le rôle de l’élément humain dans le renforcement des parts de marché de l’en- treprise dans un environnement devenu très concurrentiel et a mis l’accent sur la nécessi- té de multiplier les efforts et de redoubler d’ardeur en vue de préserver les acquis et de trouver d’autres sources de croissance pour compenser le manque à gagner. «Je veux que le personnel en place devienne la pièce maîtresse de la transforma- tion des mentalités au sein du groupe, le pre- mier acteur de son évolution professionnelle dans le cadre d’un engagement dynamique avec l’entreprise qui a consenti, à ce jour, d’énormes efforts à l’effet d’améliorer les conditions sociales de chacune et de cha- cun», a déclaré M. Debouz qui a appelé à la mis en place de nouvelles actions à même de mettre à niveau et de mobiliser davantage la ressource humaine. «Pour assurer sa croissance et répondre aux demandes d’innovation du marché, Algérie Télécom doit accélérer la dynamique d’adaptation des compétences, ou le recen- trage sur les métiers prioritaires, et renforcer ses systèmes d’assistance pour aider ses col- laborateurs à réaliser leurs objectifs d’avan- cement de carrière pour s’impliquer grande- ment et mieux comprendre les enjeux du groupe», note-t-il encore. Affichant la volonté d’Algérie Télécom de demeurer «le leader des télécommunica- tions» en Algérie, il soulignera au passage le saut qualitatif réalisé en matière de pénétra- tion de la téléphonie et de l’internet en faveur des réformes introduites dans le domaine des télécommunications. Mais face à un marché de plus en plus exi- gent, il devient impératif, ajoute le DG, d’ai- guiser davantage la stratégie de l’entreprise que ce soit en matière de renforcement quali- tatif des filiales, de déploiement des réseaux et de la mise sur le marché de produits inno- vants. Le groupe qui veut offrir, au-delà de la téléphonie et des réseaux, des services à haute valeur ajoutée susceptibles de le hisser au niveau des grandes entreprises internatio- nales, aspire également à devenir la locomo- tive de tout le secteur économique du pays. «La consolidation de nos infrastructures technologiques, leur mise à niveau et leur préservation nous permettront d'améliorer la qualité de nos prestations et d'en proposer de nouvelles à haute valeur ajoutée. Chaque tra- vailleur doit contribuer à cette action et en faire son crédo et son principe d'être solidai- re pour la relance de son entreprise et son ambition de contribuer à le hisser au niveau des groupes qui dominent le monde des télé- communications», souligne M. Debouz. Hamida B.

A quelques semaines de ramad- han, les citoyens s’interrogent déjà si les produits de large

consommation seront disponibles, en particulier le lait, la semoule et la farine.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaïssa a mis l’accent sur cette ques- tion en les rassurant quant à la disponi- bilité de ces produits. Il indique que le gouvernement a mis tous les moyens pour prendre en charge cette question. Dans une conférence de presse organi- e, hier, au siège de son département, à l’occasion de la réunion trimestrielle des contrats de performance des wilayas du secteur agricole, il a indiqué qu’afin de répondre à la demande, les meuniers auront une augmentation de 10% des céréales par rapport à leur quota durant le mois de ramadhan et les laitiers vont avoir aussi une augmentation de 15% de la poudre de lait. Le ministre a souligné que plusieurs mesures ont été adoptées pour contrôler la volatilité des prix durant ce mois sacré. Il a déclaré dans ce sens que le gouvernement allait non seulement tout mettre en œuvre pour répondre aux besoins alimentaires des citoyens durant ce mois sacré, mais aussi et surtout durant toute l’année. « Malgré qu’il y a certaines périodes, où la demande augmente, mais nous somme pris au défi », a-t-il ajouté. Ce deuxième trimestre de l’année 2011 a connu la consolidation des ins-

céréale, cette campagne est marquée par un pro- grès significatif dans la diffusion et l’utilisation des techniques modernes, notamment à travers l’utilisation de semences certifiées pour près de 1,25 million de quintaux contre 970 000 quintaux lors de la cam- pagne précédente, soit un accroissement de 28%. Quand à la filière agrumes, la production a enregistré au cours de la présente campagne plus de 11,01 millions de quintaux, pour un objectif global retenu au titre de contrat de performan- ce 2011 de 9,42 millions de quintaux. En ce qui concerne la production de pomme de terre, le ministre a souligné que celle-ci a atteint 25,5 millions de quintaux, sachant que la récolte de sai- son se poursuivra jusqu’à la fin aoùt. Il est à noter que la production de la filiè- re dattes a atteint plus de 7,424 millions de quintaux, celle des oléicoles 6,1 mil- lions de quintaux et celle des viandes rouges et blanches 5,70 millions de quintaux. Par ailleurs, pour le renouveau rural, le ministre a souligné que 4 707 projets de proximité de développement intégré (PPDRI) ont été formulés et approuvés au niveau local.

HUILE ET SUCRE

Les missions du comité interministériel chargé de l'examen des demandes de compensation fixées au JO

L es missions du comité intermi- nistériel chargé de l'examen et de l'évaluation des demandes de

compensation des prix de l'huile alimen- taire raffinée ordinaire et du sucre blanc, viennent d'être fixées par un décret exé- cutif publié au Journal Officiel n° 34. La mise en place de ce comité inter- vient dans le cadre du décret exécutif de mars 2011 fixant "le prix plafond au consommateur ainsi que les marges pla- fonds à la production et à l'importation et à la distribution aux stades de gros et de détail, de l'huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc", précise le décret. Présidé par le ministre chargé du Commerce ou son représentant, cette structure est composée des représentants des ministères du Commerce, des Finances et des Transports. Parmi ses missions, le comité est chargé d'examiner les demandes de compensation, et d'en évaluer les mon- tants, souligne le texte qui indique que cette demande, dûment renseignée par les opérateurs et visée par la brigade mixte de contrôle (impôts-douanes- commerce), territorialement compéten- te, doit être établie dans un délai maxi- mum de dix jours ouvrables après le dépôt. Ce document est accompagné "des factures d'achat de l'huile brute de soja et/ou du sucre roux concernées par l'augmentation, des factures d'achat de ces mêmes matières dont les produits finis issus n'ont pas dépassé les prix pla- fonnés ainsi que les structures des prix établis par la réglementation". Doivent être également fournis, les documents douaniers" D10" correspon- dants, les notifications des lettres de cré- dit correspondantes, la situation men- suelle des stocks de l'huile brute et du sucre roux. Dans le cas où la demande de com- pensation est acceptée, le comité procè- de, dans un délai d'un mois maximum, aux vérifications des prix et quantités

des matières premières concernées par le remboursement par rapport à celles détenues en stock et validées par les bri- gades mixtes de contrôle. A la suite des manifestations de pro- testation de janvier dernier contre la hausse des prix de l'huile et du sucre, les pouvoirs publics ont décidé d'élargir les subventions à ces deux produits, avec un budget supplémentaire de 27 milliards de dinars. En vertu d'un décret exécutif publié fin mars 2011, le prix de ces deux produits a été plafonné à 90 DA/kg pour le sucre et à 600 DA le bidon d'huile de 5 litres. Pour la seule année 2011, la compen- sation du différentiel de prix de ces deux produits a été estimée par le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, à 5 milliards de dinars, à laquel- le s'ajoute la suspension des droits de douanes et de la TVA. Les prix rendus aux consommateurs de l'huile et du sucre ont été plafonnés à 90 DA/kg pour le sucre et à 600 DA pour les cinq litres d'huile et de "sus-

pendre", jusqu'à fin août 2011, l'applica- tion des tarifs douaniers (5%), de l'IBS (19% pour la production et 25% pour la distribution) et de TVA (17%) sur les importations ou la production des sucres roux et blanc et des matières premières pour la fabrication des huiles alimen- taires. En outre, une compensation a été décidée sur le budget de l'Etat au profit des opérateurs pour la prise en charge de la hausse de ces produits en vue de garantir le maintien des prix plafonds au consommateur. "La dotation budgétaire correspon- dant aux montants des compensations à allouer est inscrite au budget de fonc- tionnement du ministère du Commerce, et elle consiste en la prise en charge de la différence entre le prix moyen pon- déré à l'importation de l'huile brute de soja et du sucre roux en stock et les prix de ces matières premières dont les prix des produits finis issus commercialisés n'ont pas dépassé les prix plafonnés".

SNAPAP

Grève de trois jours des fonctionnaires des communes à partir du 26 juillet

L a Fédération nationale des fonctionnaires des communes, relevant du

Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (SNAPAP) a annon- cé, hier, à Alger une grève de trois jours des fonctionnaires des communes, à partir du 26 juillet prochain. La grève intervient "en der- nier recours devant le retard accusé par le ministère de tutel- le (ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales), dans la satisfaction des revendica- tions soumises, depuis plu-

sieurs mois, par le syndicat, portant sur le statut et l'augmen- tation des primes et indemni- tés", a déclaré le président de la Fédération, M. Azzedine H'lassa. Le SNAPAP appelle à l'aug- mentation de 40 % de la prime indemnitaire au profit de l'en- semble des travailleurs, a indi- qué le secrétaire national de la Fédération, M. Djilali Hamrani, estimant que "les fonction- naires des communes comptent parmi les catégories les moins payées". La tutelle s'était enga- gée, à l'issue de deux réunions

avec le syndicat, à promulguer le statut des fonctionnaires des communes dans un délai ne dépassant pas 30 jours, mais les délais n'ayant pas été res- pectés, un conseil national urgent a été tenu, regroupant les membres de la fédération, représentant 35 wilayas, selon le syndicaliste qui a indiqué qu'il été convenu au terme de ce conseil d'une grève de trois jours dans un premier temps. M. H'lassa a menacé de recourir à une grève ouverte lors de la prochaine rentrée sociale, au cas où la tutelle ne

donnerait pas satisfaction à leurs revendications. Par ailleurs, le syndicat pré- voit une forte adhésion des tra- vailleurs au mouvement de protestation, estimant que la Fédération représente 70% des 500.000 travailleurs des com- munes. L'organisation de ces pro- testations intervient au moment des inscriptions des nouveaux bacheliers et de la forte deman- de d'établissement d'actes de mariage en cette période, ce qui risquerait de nuire aux inté- rêts des citoyens.

Dimanche 10 Juillet 2011

Nation PROCHAINE TRIPARTITE

6

EL MOUDJAHID

OUM EL-BOUAGHI

4 e Semaine internationale du Saint Coran

La 4 e Semaine internationale du

Saint Coran s’est ouverte, hier à Oum-El-Bouaghi, avec pour thème

« La fonction du discours coranique

dans l’illumination de l’humanité ». Initiée par l’association de wilaya El-Forkane pour l’enseignement co- ranique, la rencontre de trois jours réunit des spécialistes, des imams et des cadres des Affaires religieuses ainsi que des théologiens égyptiens. M. Mohamed Idir Chenane, repré- sentant du ministre des Affaires reli- gieuses et du Wakf, a souligné l’inté- rêt accordé par l’Etat et la société en Algérie au Livre saint, qui constitue la source pure de l’Islam, avant de présenter une conférence sur les méthodes scientifiques chez les sa- vants musulmans et leur rôle dans le développement des sciences mo- dernes. Il a notamment relevé que les per- cées scientifiques de la civilisation musulmane ont été le substrat sur lequel repose la science d’aujour- d’hui. M. Abdelmalek Ezzaabi, d’Egyp- te, a estimé dans sa communication que, contrairement à la civilisation occidentale qui réduit l’existence humaine aux limites de la seule matière, la civilisation islamique a réussi durant son âge de prospérité à allier le développement spirituel de l’homme au développement matériel. Le président de l’association El Forkane a exposé à l’occasion les efforts consentis par son association dans la promotion de l’enseignement du Coran et les diverses actions enga- gées dans ce sens, dont l’organisation en 2006, d’une conférence internatio- nale sur les miracles scientifiques du Coran.

Rencontre régionale préparatoire des wilayas du Sud à El Bayadh

P lusieurs questions liées à la pro-

du jour d’une rencontre régionale

tenue hier à El Bayadh en présence des représentants des secrétariats de l'UGTA de treize wilayas du Sud. Cette rencontre

s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la prochaine tripartite, gouvernement- patronat-UGTA, prévue à la prochaine rentrée sociale, a indiqué le secrétaire national chargé des affaires sociales à l'UGTA, M. Slimane Sakr. La rencontre

a permis aux participants de passer en

revue une série de questions liées notam- ment aux dossiers du salaire national minimum garanti (SNMG), à la retraite, aux allocations familiales et au régime indemnitaire. Les participants, qui ont proposé, lors de cette réunion, l'examen des « déséquilibres » ayant marqué cer- tains statuts particuliers et régime indemnitaire au sein du même secteur ou entre secteurs, ont sollicité l'annulation de l'impôt sur le revenu des retraités et leur assurance à 100%. Ils ont également suggéré la révision des taxes et impôts imposés sur le reve- nu mensuel de l'employé, qualifiés d' « injustes pour la classe ouvrière ». S'agissant du dossier des œuvres sociales pour les employés du secteur de l'Education nationale, le secrétaire natio- nal chargé du contentieux a affirmé

chaine tripartite ont été à l'ordre

Ph. : Archives
Ph. : Archives

d'emblée que « la loi est claire à ce titre et devra être appliquée ». Les représen- tants des secrétariats de wilaya de l'UGTA ont appelé la centrale syndicale à opter pour la révision de la formule d'organisation et de gestion du Fonds

national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS) à travers la mise à la disposition des employés de plus de quo- tas de logements et leur soutien à la faveur des aides financières préconisées.

LA PROTECTION CIVILE À ORAN

16 nouvelles embarcations pour assurer la sécurité des plages

MASCARA

Réouverture de l'aéroport de Ghriss

L'aéroport de Ghriss, situé à 20 km du chef-lieu de la wilaya de

Mascara, a été rouvert hier au trafic aérien intérieur. Un avion en provenance d'Alger, transportant une quarantaine de pas- sagers, dont le ministre des Trans- ports, M. Amar Tou, et la délégation qui l'accompagne, a atterri samedi à l'aérodrome de Ghriss, dans un vol expérimental. L'aéroport était fermé neuf années durant pour des raisons commer- ciales, selon l'Entreprise de gestion des aéroports de l'Ouest (EGSAO). Dans une déclaration, le directeur régional de la compagnie Air Algérie

a indiqué que « ce vol expérimental a

été effectué en partenariat avec Air Algérie et Tassili airlines ». Un vol hebdomadaire Ghriss-Alger a été pro- grammé tous les samedis. Le premier vol officiel aura lieu samedi prochain, a-t-il signalé. D'autres dessertes sont program- mées en fonction de la rentabilité commerciale, a-t-il ajouté, relevant que le prix du billet aller-retour (Alger-Ghriss) est fixé à 6.000 DA. Selon les responsables de l'EGSAO, l'aéroport de Ghriss pourra accueillir uniquement les avions de petit tonnage, compte tenu de la lon- gueur de la piste d'atterrissage esti- mée à 1.700 mètres pour une largeur de 30 mètres.

L a direction de la Protection civile de la wilaya d'Oran s'est renforcée récemment par seize nouvelles

embarcations dont six semi-rigides, a-t-

on appris hier auprès de cette institution. Cet équipement spécifique est desti- né à assurer la sécurité des plages et le sauvetage marin au niveau des ports d'Oran, a indiqué le directeur de la Protection civile de la wilaya d'Oran, le colonel Mohamed Ferroukhi, en marge d'une cérémonie récompensant une cen- taine de retraités ayant fait partie du corps de la Protection civile. « Face aux nouvelles exigences, l'ef- fectif s'est étoffé récemment par le recrutement de 200 agents et cadres de la Protection civile avec une formation de spécialisation, afin de répondre à tous les sinistres, feux de forêt, accidents, inon- dations, aléas et risques éventuels », a-t-

il souligné.

Selon lui, la tutelle a jugé nécessaire de répondre, face aux sinistres, par une nouvelle formation d'agents d'extinction des feux des hydrocarbures, de sauveta- ge des pétroliers et autres. Compte tenu des besoins spécifiques de la wilaya d'Oran en matière d'infrastructures, la direction de la Protection civile a projeté de réaliser, conformément au schéma d'analyses des couvertures des risques, de nouvelles unités à Mers El Hadjadj, Boufatis, Hassi Ameur, El Kerma, Aïn El Beïda, Bousfer, Boutlélis et Oued Tlélat. Les tremblements de terre de Chlef (1980), les inondations de Sidi Bel Abbès (1974), la mobilisation pour la nationalisation des hydrocarbures, les sauvetages en mer sont autant d'événe- ments restés gravés dans la mémoire de Aïssani Abdelkader, un retraité de ce corps des pompiers. Il a déclaré être « très ému » par cette cérémonie organi-

sée à l'initiative du comité des œuvres sociales de la Protection civile de la wilaya d'Oran au siège de l'unité mariti- me de ce corps. « C'est un grand signe de reconnaissance à ceux qui ont œuvré en faveur de la notoriété et du prestige de la Protection civile", a-t-il ajouté. Laïd Nekka (83 ans), doyen des pompiers d'Oran, se remémore avec bonheur la carte maritime de la wilaya qu'il avait confectionnée. « Cette cérémonie, la première du genre à Oran, a le mérite de maintenir le lien entre l'ancienne et la nouvelle génération », a souligné M. El Hadri Bachir, colonel en retraite ayant donné 40 ans de sa vie à cette noble ins- titution. Le wali d'Oran, présent lors de cette cérémonie, a rendu un vibrant hommage à la génération qui a bâti « cette institution toujours au service du citoyen », en se félicitant de l'aura acqui- se à l'échelle mondiale.

AUJOURD’HUI ET DEMAIN, SELON UN BULLETIN MÉTÉO SPÉCIAL

Chaleur accablante et forte humidité prévues

C omme chaque été, les fortes cha-

de la canicule, sont au rendez-

vous. Ainsi, les journées d’aujourd’hui et de demain s’annoncent caniculaires. C’est du moins ce que prévoie un bulle- tin spécial de l’Office national de météo- rologie (ONM), rendu public hier. Ces fortes chaleurs sont dues à une zone de haute pression tropicale qui englobe la majeure partie du Maghreb, associée à un flux de sud-ouest, qui affectera le pays durant les prochains jours, a indi- qué M. Boualam Khelifi, chef prévision-

leurs qui font ressurgir le spectre

niste à l’ONM. Les températures, assez élevées, atteindront ou dépasseront les 42°C sur les régions du littoral, et seront accompagnées d’un taux d’humidité assez élevé, pouvant atteindre 80%, ajoute M. Khelifi. Ces températures caniculaires concerneront spécialement onze wilayas. Il s’agit de Saïda, Sidi Bel- Abbès, Relizane, Chlef (région sud), Tissemsilt, Ain Defla, Bouira, M'sila, Béjaïa (région sud), Sétif (région nord) et Guelma, précise la même source. En raison de cette situation de chaleur et d’humidité, nous assisterons sur l’en-

semble des régions de l’intérieur, des Hauts Plateaux et des Aurès, selon

M. Khelifi, à des développements de

foyers orageux au cours de l’après-midi qui engendreront quelques chutes de

pluie, notamment sur les régions du litto-

ral. Aujourd’hui, le temps sera dégagé

en matinée et progressivement voilé en fin d'après-midi, avec des températures qui varieront entre 30 et 34 degrés, alors que pour demain on assistera à une légè- re baisse des températures maximales, avec un ciel partiellement voilé. Salima Ettouahria

Dimanche 10 Juillet 2011

Nation

7

EL MOUDJAHID

Assurances de personnes

LLeess 550000 aaggeenncceess aaggrrééééeess ppeeuuvveenntt rrééppoonnddrree àà llaa ddeemmaannddee

Taamine Life Algérie, filiale de la CAAT, CAARAMA Assurance SPA, filiale de la CAAR et la Société de prévoyance et de santé (SAPS), issue d'un partenariat entre la SAA et la compagnie française Macifd, sont officiellement les seules compagnies autorisées sur le marché national à souscrire et à commercialiser des produits des «assurance de personnes», ce qui représente un réseau de 500 agences», c’est ce qu’a annoncé jeudi, M. Amara Latrous, président de l'Union des sociétés d'assurance et de réassurance.

C es trois filiales spéciali-

application de la loi 06-04

du 20 février 2006 complémentai- re à l'ordonnance 95-07 du 25 jan- vier 1995, qui impose aux compa- gnies d'assurance un délai de cinq ans, jusqu'à mars 2011 pour sépa- rer les assurances ''dommages'' et

celles ''de personnes''. Ce délai a été prorogé, à la demande des compagnies, au 30 juin dernier par

le ministère des Finances pour leur

accorder une période supplémen- taire pour se conformer à la nou- velle loi, selon M. Latrous. La commercialisation via les agences directes des compagnies- mères se fera pour une période transitoire allant jusqu'au 31 décembre 2012, dans l'attente de la

constitution de leur réseau de dis- tribution, a encore expliqué M. Latrous, précisant toutefois que ces sociétés peuvent recourir au réseau des intermédiaires des assurances et celui des banques et établissements financiers. Selon lui, à partir de cette échéance le ministère des Finances

a interdit aux sociétés n'ayant pas

réussi à créer leur filiales d'assu- rances de personnes à souscrire ou

à commercialiser des produits de

ce nouveau segment. En effet, cette interdiction a engendré, début juillet, un désarroi auprès des clients, qui se sont vu refuser la souscription ou l'achat de ces

sées, ont été créées en

ou l'achat de ces sées, ont été créées en produits d'assurance auprès des compagnies qui

produits d'assurance auprès des compagnies qui n'ont pas encore appliqué ce nouveau dispositif. Les compagnies privées n’ont pas pu créer leurs propres filiales d’as- surance-vie dans les délais fixés par le ministère des Finances. Elles sont de fait exclues du mar-

ché de l’assurance-vie, l’assureur informe que celle-ci a le droit de traiter avec une autre compagnie,

mais à condition de signer une convention, ajoutant dans ce contexte que toutes les compa- gnies d’assurances qu’elles soient privées ou publiques ont le droit de créer leurs filiales-vie. «Les com-

pagnies d’assurance qui ne veulent pas créer des filiales-vie, sont obligé soit de vendre leur porte- feuille soit de l’abandonner» a-t-il souligné. M. Latrous signalera dans cet ordre d’idées, le fait que, malgré que le portefeuille pour le capital social, exigé par l’Etat, soit d’un milliards de dinars, «plu- sieurs sont en train de faire les efforts nécessaires pour créer leurs filiales vie ». «La création de ces filiales spécialisées est un choix stratégique » a-t-il ajouté. Dans ce sillage, il est souligné que lors de leurs interventions, plusieurs représentants des agences d’assu-

rances ont appelé le gouverne- ment, à alléger cette caution de un milliard de dinars exigés aux intermédiaires privés pour com- mercialiser ces produits. Ce qui permettrait d'intensifier le réseau de distribution, selon eux. En outre, les compagnies qui n'ont pas encore procédé à cette séparation, et devenues en vertu du nouveau dispositif des sociétés d'assurance de dommages, ont la possibilité de gérer leur ancien portefeuille d'as- surance vie jusqu'a expiration des contrats ou les vendre à d'autres sociétés d'assurance agrées, a encore expliqué le président de l'UAR. De son côté M. Laiche Zoheir, président du conseil d'ad- ministration de CAARAMA, a souligné que les trois sociétés agréées qui se joignent à Cardif El Djazair, filiale du Français BNP Paribas assurance, sont venues enrichir le marché des assurances de personnes en Algérie, encore à la traîne, représentant à peine 10 % du marché contre 60 % dans les pays développés. La filialisation du secteur des assurances devrait doper ce marché prometteur qui pourrait peser, une fois dévelop- pée, 4 à 5 milliards de dollars, selon les estimations du secrétaire du conseil national des assurances M. Abdelhakim Benbouabdallah.

Makhlouf. A.

MARCHÉ DES ASSURANCES DURANT LE 1 er TRIMESTRE 2011

Une baisse de 2,1%

«L e chiffre d’affaires direct réalisé par le secteur des assurances

dinars en baisse de 2,1% par rapport au premier trimestre

2010 », a indiqué M. Abdelhakim Benbouabdellah, Secrétaire du Conseil National des assurances(CNA) soulignant que les assurances de domma- ge aux bien et de responsabilités qui représentent 91% du marché mar- quent une régression de 2,5 % par contre les assurances de personnes évo- luent de 3% par rapport au premier trimestre 2010. Concernant l’assuran- ce automobile, l’assureur a indiqué que celui-ci qui représente 55 % de la production du marché et 60 % des assurances de dommage aux biens et de responsabilité, enregistre un total de 13,2 milliards de dinars, en pro- gression de 8,1 % par rapport au 1 er trimestre 2010. Selon la même sour- ce, la garantie «responsabilité civile» progresse de 7 % avec une part dans le portefeuille automobile estimée à 19 %. Les garanties facultatives enregistrées une hausse de 8 % par rapport au premier trimestre de l’année précédente. Concernant la branche IARD, le secrétaire du CNA a souligné que celle-ci a enregistré une baisse de 13,6 % en raison de la régression du risque industriel qui occupe prés de 67 % du portefeuille de la branche. Ces risques accusé une baisse de 22 %, 5 % pour l’assurance incendie et 44 % pour l’assurance des risques

durant le premier trimestre 2011 est estimé à 24,1 milliards de

de construction. Pour le transport, celui ci a connu aussi une baisse remar- quable, celle-ci est due au contre performance de l’assurance du transport aérien. La structure de cette dernière dans la production globale de la branche transport est passée de 34 % au 1 er trimestre 2010 à 3% au 1 er tri- mestre 2011, en raison de la forte régression -94% qu’elle a subi, provo- quée, en grande partie, par le non renouvellement d’un important contrat. Quant à l’assurance agricole, le CNA a indiqué que celle-ci a connu une hausse de 6,7 % expliqué par la progression du volume des primes en pro- duction animale +21% due notamment à l’assurance bovine et celle des personnes a connu aussi une hausse de + 3,16 %. L’assurance Crédit a connu une hausse de 6,5 % . Par ailleurs, Benbouabdellah a dit que le chiffre d’affaires des com- pagnies à capitaux privés atteint 7,1 milliards de dinars au 1 er trimestre 2011, soit une évolution de 3 % comparativement à la même période de l’année précédente. Il est à noter que, 59 % de ce chiffre d’affaires est détenu par l’assurance automobile contre 23 % pour l’assurance «IARD» et 13% pour les assurances de personnes. Quand aux entreprises publiques on a enregistré une régression globale de 4 % engendrée par la baisse du chiffre d’affaires des branches «IARD» transport et les assu- rances de personnes respectivement de l’ordre de -9 %, -35 % et -18 %. M. A.

LE 1 ER SALON DE LA SOUS-TRAITAN- CE S’OUVRE AUJOURD’HUI

SSttiimmuulleerr llee ssaavvooiirr-- ffaaiirree llooccaall

L’usine de Rouiba pour la fabrication de modules photovoltaïques constitue un premier jalon dans la stratégie des énergies renouvelables initiée par Sonelgaz

S onelgaz organise, aujourd’hui et demain, à l’hôtel

Hilton, le premier Salon du développement de la sous- traitance nationale dédié à la fabrication des composants de modules et systèmes photovoltaïques. A travers cette manifesta- tion, la société vise à impul- ser une dynamique à l’in- dustrie locale pour la fabri- cation de produits et compo- sants destinés à répondre aux besoins de l’usine de modules photovoltaïques de Rouiba Eclairage ainsi que, d’autres produits et compo- sants liés aux systèmes et centrales photovoltaïques. Il s’agira également, d’encou- rager la création et le déve- loppement de sociétés d’ins- tallation et de maintenance des systèmes photovol- taïques. Ce Salon constitue- ra, par conséquent, une opportunité pour donner une information structurée aux acteurs économiques natio- naux intéressés par les sys- tèmes, centrales et installa- tions photovoltaïques. Le Salon prévoit, à ce titre, une exposition durant laquelle, les principaux don- neurs d’ordre — et acteurs structurants dans le déve- loppement industriel de la filière photovoltaïque — mettront en avant la chaîne solaire et les différents domaines d’intervention des sous-traitants ainsi que les produits et composants qui entreront dans la fabrication des modules et la réalisation des systèmes photovol- taïques. Dans le même contexte, une conférence-débat sera organisée pour présenter aux acteurs concernés le programme national des énergies renouvelables, la stratégie d’intégration natio- nale dans sa mise en œuvre, le projet de réalisation de l’usine de modules photo- voltaïques de Rouiba et le cadre réglementaire est légal. Par ailleurs, deux work- shops, consacrés aux pers- pectives d’émergence de nouveaux métiers liés à l’in- dustrie solaire photovol- taïque et aux questions de

formation professionnelle qui y sont rattachées et à la place des activités de recherche et développement dans la perspective de déve- loppement d’une industrie solaire nationale et aux questions de normalisation et homologation des pro-

duits destinés à cette indus- trie sont prévus au program- me de ce Salon. Ce dernier, pour rappel, est ouvert aux industriels, jeunes investisseurs, univer- sitaires, chercheurs, profes- sionnels de la formation ainsi que l’ensemble des opérateurs intéressés par les industries photovoltaïques. Est-il utile de souligner que le groupe Sonelgaz a acquis, en 2009, la société Rouiba Eclairage pour réaliser une usine de fabrication de modules photovoltaïques, unique en Afrique, d’une puissance totale de 100 à 120 MWc/an à partir de

2014. L’usine répondra,

dans un premier temps, aux besoins des sociétés du groupe qui envisagent d’as- socier la production solaire à la production de l’électri- cité dont le combustible est le fuel, notamment dans les sites isolés et reculés du pays. Par ailleurs, un ambitieux programme de développe- ment des énergies renouve- lables, notamment d’énergie solaire est en cours de lan- cement par le Groupe

Sonelgaz. Il concerne la réa- lisation d’ici 2030, d’une capacité de production d’énergie électrique d’origi- ne renouvelable de plus de

12.000 MW constitués de

centrales photovoltaïques, centrales solaires ther- miques à concentration et d’éoliennes. La réalisation de l’usine de Rouiba pour la fabrica- tion de modules photovol- taïques constitue un premier jalon dans la mise en œuvre de la stratégie de Sonelgaz en matière d’énergies renouvelables avec l’apport du génie et du savoir-faire local. Un objectif de Sonelgaz assigné à ce premier Salon de la sous-traitance. Akila Demmad

PPUUBB

Economie

8

EL MOUDJAHID

PORTS SECS

Les modalités de gestion définies par décision douanière

• Les ports algériens accueillent quelque 10.000 navires/an et font transiter 127 millions de tonnes de marchandises diverses.

L es modalités de gestion des ports

secs par l’exploitant ainsi que les

conditions de contrôle douanier ont

été définies par décision du directeur général des douanes et publiée au Journal Officiel n° 33. Signée en mars dernier par le premier res- ponsable de l’institution douanière, M. Mohammed Abdou Bouderbala, la déci- sion en question fournit des détails sur les modalités de gestion des ports secs et les charges qui incombent à l’exploitant en matière de fourniture, d’entretien et de réparation des installations nécessaires à l’exécution du service de la structure ainsi que les conditions d’exercice du contrôle douanier. Conformément à ce texte, le port sec est classé comme étant «un dépôt temporaire extra-portuaire», et «un prolongement naturel des ports maritimes et ne peut être rattaché qu’à un seul port». Aussi, il n’est ouvert qu’aux marchandises conteneuri- sées importées, destinées à être exportées ou réexportées, dans les conditions que l’exploitant négocie dans un cadre conven- tionnel. Il est notifié, par la même occa- sion, que les marchandises, présentant un danger susceptible d’altérer les autres mar- chandises ou exigeant des installations par- ticulières, ne peuvent être admises que dans des ports secs disposant d’installa- tions aménagées pour les recevoir. D’autre part, le texte stipule que les lieux appelés à servir de ports secs sont condi- tionnés par un modèle de construction assurant que les marchandises qui y seront entreposées ne puissent pas être soustraites

qui y seront entreposées ne puissent pas être soustraites et aménagées pour offrir les conditions les

et aménagées pour offrir les conditions les plus favorables aux opérations commer- ciales et au contrôle douanier. La structure dont la surface minimum est fixée à 25.000 m², doit également être dotée des équipe- ments requis par les services douaniers (scanner, pesage, télésurveillance, équipe- ments informatiques et de transmission ainsi que la connexion au système d’infor- mation et de gestion automatisée des douanes (SIGAD). Concernant l’acheminement des mar- chandises vers le port sec, le texte indique qu’il doit s’effectuer sous couvert d’une déclaration de cargaison et sous escorte douanière dans un délai n’excédant pas 24 heures, à compter du débarquement des

marchandises. Il ya lieu de souligner que la société de gestion des participations des ports (SGP-Sogeports) prévoit la réalisa- tion, au cours de cette année, de plusieurs ports secs relevant de l’ensemble des ports commerciaux. Ces infrastructures seront destinées aux ports d’Alger, d’Annaba, d’Arzew (Oran), de Béjaia, de Djendjen (Jijel), de Ghazaouet (Tlemcen), de Mostaganem, d’Oran, de Skikda et de Ténès (Chlef). Pour rappel, les ports algériens accueillent environ 10.000 navires par an et font tran- siter 127 millions de tonnes de marchan- dises diverses, précise un bilan de Sogeports.

D. Akila

ORAN

510 millions de dinars pour la réhabilitation des zones industrielles

U ne enveloppe financière de 510 millions de dinars a été

allouée pour la réhabilitation des zones industrielles

d'Oran, a annoncé le wali d'Oran, lors de la deuxième

journée de la session ordinaire de l'APW. "L'opération de réhabilitation sera lancée en septembre prochain", a précisé dimanche dernier le chef de l'exécutif devant l'assemblée populaire de la wilaya. La wilaya d'Oran dispose de trois grandes zones industrielles implantées à Arzew, Es-Sénia et Hassi Ameur. Ces deux dernières zones ont déjà bénéficié d'une opération d'aménagement ciblant notamment les routes d'accès, le réseau d'assainissement et la clôture. La question relative aux rejets des eaux usées depuis ces zones a été évoquée lors de cette session par la commission compétente de l'APW qui a préconisé, à l'adresse des opérateurs concernés, la mise en place de stations d'épuration en vue de leur

raccordement au réseau public d'assainissement. Selon le directeur de l'hydraulique, cette opération devrait, également, permettre d'éradiquer les fosses septiques recensées au niveau des sites concernés et d'autres localités. Des mesures ont été prises dans ce sens en collaboration avec la Société des eaux et de l'assainissement (SEOR), a-t-il signalé en rappelant que le réseau d'assainissement ciblé par la réhabilitation s'étend sur une distance de 80 km. Il a indiqué en outre que la réalisation de nouvelles stations d'épuration (STEP) à l'instar de celles d'El-Kerma et d'Aïn El- Turck mettra un terme définitif aux rejets en mer, dans la Sebkha ou dans les oueds. L'intégration de terres agricoles au foncier urbain sera également abordée par une commission spécialisée qui présentera dans ce cadre 22 dossiers de projets de logements et d'équipements publics au profit de plusieurs communes.

Réalisation de deux centrales turbines à gaz à Labrag et à Aïn Djasser

Le marché attribué provisoirement à «Ansaldo Energia»

L a Compagnie de l’Engineering de l’Electricité et du Gaz

(CEEG), a procédé, jeudi dernier, pour le compte de SPE (Société de Production de l’Electricité) (toutes deux sociétés du Groupe Sonelgaz), à l’ouverture des plis des offres commerciales relatives au projet de réalisation de deux centrales, de type turbines à gaz, d’une puissance totale de 500 à 600 MW dans les localités de Labrag (wilaya de Khenchela) et Aïn Djasser (wilaya de Batna). A l’issue de cette séance, la Commission d’ouverture des plis et d’attribution des marchés (COPAM) a attribué provisoire- ment le marché à Ansaldo Energia qui a proposé un prix du kilo- watt/heure (kWh), ajusté et actua- lisé, le plus bas soit, (5,150 DA). Le montant total de l’investisse- ment s’élève à 34,9 milliards de dinars hors TVA. L’investissement inclut, en un seul lot, deux cen- trales totalisant une puissance de 546 MW sachant que les délais de construction sont fixés à 28 mois à

partir de la signature du contrat. Il

y a lieu de noter que deux autres

opérateurs ont soumissionné pour les mêmes projets. Il s’agit de l’offre d’Alstom Power Systems, qui s’élève à 92,2 milliards de dinars hors TVA pour une puissan- ce de totale de 602 MW, et celle de General Electric – CEGELEC dont le montant est de 39,2 mil-

liards de dinars hors TVA pour une puissance totale de 521 MW. A retenir que la centrale d’Aïn Djasser viendra en extension d’une centrale déjà existante d’une puis- sance totale de 2 x 126 MW. Pour rappel, l’ouverture publique des plis des offres techniques a eu lieu

le 24 mai 2011 à l’issue de laquel-

le trois offres ont été déclarées

recevables : Alstom Power Systems SA, Groupement General Electric International, Inc. – CEGELEC SPA et Ansaldo Energia Spa. D. Akila

P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

PP

UU

P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

BB

Dimanche 10 Juillet 2011

Economie

8

EL MOUDJAHID

PORTS SECS

Les modalités de gestion définies par décision douanière

• Les ports algériens accueillent quelque 10.000 navires/an et font transiter 127 millions de tonnes de marchandises diverses.

L es modalités de gestion des ports

secs par l’exploitant ainsi que les

conditions de contrôle douanier ont

été définies par décision du directeur général des douanes et publiée au Journal Officiel n° 33. Signée en mars dernier par le premier res- ponsable de l’institution douanière, M. Mohammed Abdou Bouderbala, la déci- sion en question fournit des détails sur les modalités de gestion des ports secs et les charges qui incombent à l’exploitant en matière de fourniture, d’entretien et de réparation des installations nécessaires à l’exécution du service de la structure ainsi que les conditions d’exercice du contrôle douanier. Conformément à ce texte, le port sec est classé comme étant «un dépôt temporaire extra-portuaire», et «un prolongement naturel des ports maritimes et ne peut être rattaché qu’à un seul port». Aussi, il n’est ouvert qu’aux marchandises conteneuri- sées importées, destinées à être exportées ou réexportées, dans les conditions que l’exploitant négocie dans un cadre conven- tionnel. Il est notifié, par la même occa- sion, que les marchandises, présentant un danger susceptible d’altérer les autres mar- chandises ou exigeant des installations par- ticulières, ne peuvent être admises que dans des ports secs disposant d’installa- tions aménagées pour les recevoir. D’autre part, le texte stipule que les lieux appelés à servir de ports secs sont condi- tionnés par un modèle de construction assurant que les marchandises qui y seront entreposées ne puissent pas être soustraites

qui y seront entreposées ne puissent pas être soustraites et aménagées pour offrir les conditions les

et aménagées pour offrir les conditions les plus favorables aux opérations commer- ciales et au contrôle douanier. La structure dont la surface minimum est fixée à 25.000 m², doit également être dotée des équipe- ments requis par les services douaniers (scanner, pesage, télésurveillance, équipe- ments informatiques et de transmission ainsi que la connexion au système d’infor- mation et de gestion automatisée des douanes (SIGAD). Concernant l’acheminement des mar- chandises vers le port sec, le texte indique qu’il doit s’effectuer sous couvert d’une déclaration de cargaison et sous escorte douanière dans un délai n’excédant pas 24 heures, à compter du débarquement des

marchandises. Il ya lieu de souligner que la société de gestion des participations des ports (SGP-Sogeports) prévoit la réalisa- tion, au cours de cette année, de plusieurs ports secs relevant de l’ensemble des ports commerciaux. Ces infrastructures seront destinées aux ports d’Alger, d’Annaba, d’Arzew (Oran), de Béjaia, de Djendjen (Jijel), de Ghazaouet (Tlemcen), de Mostaganem, d’Oran, de Skikda et de Ténès (Chlef). Pour rappel, les ports algériens accueillent environ 10.000 navires par an et font tran- siter 127 millions de tonnes de marchan- dises diverses, précise un bilan de Sogeports.

D. Akila

ORAN

510 millions de dinars pour la réhabilitation des zones industrielles

U ne enveloppe financière de 510 millions de dinars a été

allouée pour la réhabilitation des zones industrielles

d'Oran, a annoncé le wali d'Oran, lors de la deuxième

journée de la session ordinaire de l'APW. "L'opération de réhabilitation sera lancée en septembre prochain", a précisé dimanche dernier le chef de l'exécutif devant l'assemblée populaire de la wilaya. La wilaya d'Oran dispose de trois grandes zones industrielles implantées à Arzew, Es-Sénia et Hassi Ameur. Ces deux dernières zones ont déjà bénéficié d'une opération d'aménagement ciblant notamment les routes d'accès, le réseau d'assainissement et la clôture. La question relative aux rejets des eaux usées depuis ces zones a été évoquée lors de cette session par la commission compétente de l'APW qui a préconisé, à l'adresse des opérateurs concernés, la mise en place de stations d'épuration en vue de leur

raccordement au réseau public d'assainissement. Selon le directeur de l'hydraulique, cette opération devrait, également, permettre d'éradiquer les fosses septiques recensées au niveau des sites concernés et d'autres localités. Des mesures ont été prises dans ce sens en collaboration avec la Société des eaux et de l'assainissement (SEOR), a-t-il signalé en rappelant que le réseau d'assainissement ciblé par la réhabilitation s'étend sur une distance de 80 km. Il a indiqué en outre que la réalisation de nouvelles stations d'épuration (STEP) à l'instar de celles d'El-Kerma et d'Aïn El- Turck mettra un terme définitif aux rejets en mer, dans la Sebkha ou dans les oueds. L'intégration de terres agricoles au foncier urbain sera également abordée par une commission spécialisée qui présentera dans ce cadre 22 dossiers de projets de logements et d'équipements publics au profit de plusieurs communes.

Réalisation de deux centrales turbines à gaz à Labrag et à Aïn Djasser

Le marché attribué provisoirement à «Ansaldo Energia»

L a Compagnie de l’Engineering de l’Electricité et du Gaz

(CEEG), a procédé, jeudi dernier, pour le compte de SPE (Société de Production de l’Electricité) (toutes deux sociétés du Groupe Sonelgaz), à l’ouverture des plis des offres commerciales relatives au projet de réalisation de deux centrales, de type turbines à gaz, d’une puissance totale de 500 à 600 MW dans les localités de Labrag (wilaya de Khenchela) et Aïn Djasser (wilaya de Batna). A l’issue de cette séance, la Commission d’ouverture des plis et d’attribution des marchés (COPAM) a attribué provisoire- ment le marché à Ansaldo Energia qui a proposé un prix du kilo- watt/heure (kWh), ajusté et actua- lisé, le plus bas soit, (5,150 DA). Le montant total de l’investisse- ment s’élève à 34,9 milliards de dinars hors TVA. L’investissement inclut, en un seul lot, deux cen- trales totalisant une puissance de 546 MW sachant que les délais de construction sont fixés à 28 mois à

partir de la signature du contrat. Il

y a lieu de noter que deux autres

opérateurs ont soumissionné pour les mêmes projets. Il s’agit de l’offre d’Alstom Power Systems, qui s’élève à 92,2 milliards de dinars hors TVA pour une puissan- ce de totale de 602 MW, et celle de General Electric – CEGELEC dont le montant est de 39,2 mil-

liards de dinars hors TVA pour une puissance totale de 521 MW. A retenir que la centrale d’Aïn Djasser viendra en extension d’une centrale déjà existante d’une puis- sance totale de 2 x 126 MW. Pour rappel, l’ouverture publique des plis des offres techniques a eu lieu

le 24 mai 2011 à l’issue de laquel-

le trois offres ont été déclarées

recevables : Alstom Power Systems SA, Groupement General Electric International, Inc. – CEGELEC SPA et Ansaldo Energia Spa. D. Akila

Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES DIRECTION GENERALE DE LA SURETE NATIONALE DIRECTION DE L'ADMINISTRATION GENERALE SOUS-DIRECTION DU BUDGET BUREAU DES MARCHES Nº D’IDENTIFICATION FISCALE : 40.800.200.300.0062

AVISD'APPELD'OFFRESNATIONALOUVERTNº12/2011

Un avis d'Appel d'Offres National Ouvert n°12/2011 est lancé par la Direction Générale de la Sûreté Nationale, ayant pour objet l’acquisition de matériels frigorifiques, répartis en trois (03) lots distincts, susceptibles d’être attribués séparément, à savoir :

Lot n°1 : Minimum : 500 Réfrigérateurs verticaux vitrés, Maximum : 800 Réfrigérateurs verticaux vitrés,

Lot n°2 : Minimum : 50 Réfrigérateurs verticaux (380 Litres), Maximum : 100 Réfrigérateurs verticaux (380 Litres),

Minimum : 300 Réfrigérateurs verticaux (150 Litres), Maximum : 500 Réfrigérateurs verticaux (150 Litres),

Lot n°3 : Minimum : 100 Congélateurs horizontaux, Maximum : 200 Congélateurs horizontaux,

Les entreprises intéressées par le présent avis d’appel d'offres peuvent retirer le cahier des charges contre le paiement de la somme de 650 DA représentant les frais de reproduction, sur présentation d'une demande, établie à l'adresse suivante :

El Moudjahid/Pub

DIRECTION GENERALE DE LA SURETE NATIONALE DIRECTION DE L'ADMINISTRATION GENERALE SOUS-DIRECTION DU BUDGETBUREAU DES MARCHES 11, CHEMIN GADDOUCHE-ABDELKADER, HYDRA, ALGER

Les offres doivent comprendre deux (02) offres :

- Offre technique : voir article 07 du cahier des charges

- Offre financière : comprenant :

- La soumission soigneusement remplie, datée et signée,

- Bordereau des prix, soigneusement rempli, daté et signé,

- Détail quantitatif et estimatif soigneusement rempli, daté et signé

Conformément aux dispositions du cahier des charges, le soumissionnaire est tenu de présenter son offre dans deux (02) enveloppes distinctes composées de pli n°1 «offre technique» et pli n°2 «offre financière». Ces deux plis technique et financier devront être placés dans une grande enveloppe extérieure anonyme dûment fermée et cachetée, de préférence à la cire, portant l'indication suivante :

A NE PAS OUVRIR APPEL D'OFFRES NATIONAL OUVERT N°12/2011 AYANT POUR OBJET L’ACQUISITION DE MATERIELS FRIGORIFIQUES

Les offres doivent être déposées à l’adresse indiquée ci-dessus. La durée de préparation des offres est fixée à Trente (30) jours à compter de la date de la première publication de l'avis d'appel d'offres sur le BOMOP ou la presse. Le jour de dépôt des offres correspond au dernier jour de la préparation des offres. L'heure de dépôt des offres est fixée entre 08 h 00 et 12 h 00. La réunion d'ouverture des plis se tiendra le dernier jour de la durée de préparation des offres à 13 heures 30 minutes. Si ce jour coïncide avec un jour férié ou un jour de repos légal, la durée de préparation des offres est prorogée jusqu’au jour ouvrable suivant. Les offres resteront valables pendant une durée égale à la durée de préparation des offres augmentée de Quatre- Vingt-Dix (90) jours, à partir de la date d'ouverture des

plis. Les soumissionnaires seront invités pour assister à la séance d'ouverture des plis qui se déroulera à l'adresse indiquée ci-dessus.

ANEP N° 864434 du 09/07/2011

Dimanche 10 Juillet 2011

Monde Proclamation officielle de l’indépendance

SUD-SOUDAN

9

EL MOUDJAHID

L e Sud-Soudan a officielle- ment proclamé hier son indé- pendance, devenant ainsi la

plus jeune nation au monde. Lors d'une cérémonie officielle dans la capitale Juba, le chef du Parlement sud-soudanais, James Wanni Igga, a annoncé la « déclaration d'indépen- dance du Sud-Soudan ». « Nous, les représentants démo- cratiquement élus du peuple, en se basant sur la volonté du peuple du Sud-Soudan, et comme l'ont confir- mé les résultats du référendum sur l'autodétermination, proclamons par la présente le Sud-Soudan une nation indépendante et souveraine », a-t-il dit. Peu après, M. Salva Kiir Mayardit a prêté serment en tant que premier président de la République du Sud-Soudan. M. Kiir a signé la Constitution transitoire et a prêté ser- ment, en jurant de « favoriser le développement et le bien-être du peuple du Sud-Soudan ». Pour sa part, le gouvernement du président du Soudan Omar el-Bachir a reconnu dès vendredi la République du Sud- Soudan, bien que des questions clés attendent encore d'être réglées entre les deux pays, comme le partage des richesses pétrolières et le statut de provinces frontalières contestées, dont Abyei. Le président el-Bachir, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki- moon et les représentants de la Ligue arabe, de l'Union africaine et de l'Union européenne étaient présents à la cérémonie marquant l'indépendan- ce du Sud-Soudan. Le 9 janvier 2011, près de 99% des votants ont opté pour la séparation du sud d’avec le nord du Soudan lors d'un référendum

organisé dans le cadre de l'accord de paix global (CPA) qui a mis fin en janvier 2005 à plus de deux décen- nies de guerre civile entre Nordistes et Sudistes. Des milliers de personnes ont afflué vers le lieu prévu pour les célé- brations, en chantant et en arborant des drapeaux. Une grande cérémonie

devait être organisée au Mausolée de John Garang, ancien dirigeant du Mouvement de libération du peuple soudanais. Par ailleurs, Salva Kiir Mayardit, premier président du Sud- Soudan, a signé la Constitution pro- visoire de la République du Sud- Soudan et prêté serment, a-t-on indi- qué.

Le président el-Bachir insiste sur la coopération en matière de sécurité avec le Sud-Soudan

coopération en matière de sécurité avec le Sud-Soudan L e président du Soudan Omar el-Bachir a

L e président du Soudan Omar el-Bachir

a souligné vendredi soir la nécessité de

coopérer avec le Sud-Soudan, notam-

ment en matière de sécurité. « Nous coopére- rons surtout en ce qui concerne la sécurité des frontières pour favoriser les échanges et facili- ter la circulation des personnes et des biens », a déclaré M. el-Bachir lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue sud- africain, Jacob Zuma, arrivé à Khartoum ven- dredi. S'exprimant peu avant la proclamation officielle de l'indépendance du Sud-Soudan, le président el-Bachir a réaffirmé la volonté de son pays d'« aider le Sud-Soudan » et assuré que Khartoum serait prêt à « coopérer avec le Sud-Soudan pour l'assister dans la phase d'éta- blissement d'un Etat pour que ce dernier devienne stable, sûr et développé ». « Nous avons respecté toutes les dispositions de l'Accord de paix global (CPA) et respecté le désir des fils du Sud-Soudan de créer leur propre Etat », a-t-il ajouté. De son côté, le président Zuma a indiqué que le Soudan « avait servi d'exemple au continent africain » et réaffirmé le soutien de l'Afrique du Sud au Soudan et au Sud-Soudan, soulignant notamment que Pretoria serait toujours « aux

côtés du nouvel Etat ».

Palestine

Mahmoud Abbas :

«L'obstination d'Israël pousse les Palestiniens à se rendre à l'Onu»

L e président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré que le refus d'Israël de reprendre les négociations de paix

"sur des bases claires et définies" et son intransigean- ce sur la question de la colonisation poussent les Palestiniens à se rendre en septembre prochain à l'Assemblée générale de l'Onu pour demander la reconnaissance de leur Etat. Le président Abbas s'ex- primait ainsi lors d'une rencontre vendredi avec les représentants des syndicats et des unions profession- nelles en Palestine. Il a évoqué les derniers dévelop- pements politiques et les contacts qu'il a eus avec plu- sieurs parties de la communauté internationale dont les Etats-Unis concernant notamment, le recours des Palestiniens à l'Onu, selon des médias. Mahmoud Abbas a également informé les représentants des unions professionnelles de la situation financière de l'Autorité palestinienne et les difficultés que celle-ci rencontre ce qui nécessite la "mobilisation de toutes les parties". Il a, en outre, souligné qu'il allait pour- suivre ses démarches en vue d'obtenir le soutien arabe et international à l'Autorité nationale. En raison de l'impasse dans lequel se trouve le pro- cessus de paix israélo-palestinien depuis octobre 2010, les Palestiniens comptent demander la reconnaissance d'un Etat de Palestine à l'Onu, lors de la session annuelle de l'Assemblée générale en septembre pro- chain. Le Quartette international pour le Proche- Orient tiendra demain une réunion à Washington, pour discuter des efforts diplomatiques visant à relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes, suspen- dues depuis octobre 2010. Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-Moon, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, qui composent le Quartette vont "comparer leurs notes et réfléchir à une suite" pour le processus de paix, a expliqué vendredi Victoria Nuland, la porte-parole du département d'Etat.

PPUUBB

Régions

11

EL MOUDJAHID

CONSTANTINE

Contrat-programmepour

l’éradicationdesbidonvilles

Contrat-programmepour l’éradicationdesbidonvilles P rès de 20.000 familles habi- quer et des chalets à

P rès de 20.000 familles habi-

quer et des chalets à restruc-

turer dans la wilaya de Constantine ont été conviées par le biais des comités de quartier qui les repré- sentent à signer un contrat-pro- gramme dans lequel l’administra- tion locale s’engage à attribuer aux bénéficiaires dont les listes ont été actualisées un logement entrant dans le cadre de l’éradication des bidonvilles. L’administration accompagnera par une aide finan- cière et une assistance technique les habitants des chalets dans la construction en dur de leurs demeures. 65 sites de bidonvilles et 21 sites de chalets préfabriqués dont neuf dans la daïra de Constantine sont concernés par

tant des bidonvilles à éradi-

cette opération la première à l’échelle nationale et à travers laquelle l’administration locale veut tourner la page des bidonvilles à Constantine tout en assurant une opération de relogement juste et équitable. Intervenant à l’issue de la cérémonie de signature des contrats, le wali de Constantine mettre en exergue le contrat de confiance scellé entre les représen- tants des comités de quartier et les six chefs de daïras. Cette confiance reste, précise M. Noureddine Beloui, une valeur à ancrer entre l’administration et les citoyens. Cette opération implique en pre- mier chef l’OPGI qui doit procéder dans les jours à venir à établir les actes d’attribution aux bénéficiaires tout en leur indiquant le programme

dans lequel ils sont inscrits ainsi que les délais impartis. En ce qui concerne les chalets préfabriqués et exception faite pour les chalets Sotraco à Boudraâ Salah qui doi- vent être rasés car implantés dans une zone de glissement, une restructuration sera lancée. Un bureau d’études a été désigné pour présenter la meilleure façon de restructurer les sites, les reconstrui- re en dur tout en assurant les équi- pements publics nécessaires. Selon le secrétaire général de la wilaya, l’assiette de terrain sera cédé au dinar symbolique avec une aide financière pour restaurer les demeures mais auparavant la régu- larisation du foncier demeure pri-

mordiale. Mustapha Kamel

LUTTE CONTRE L’HABITAT PRÉCAIRE À BOUMERDÈS

Lancement de 1.100 logements

U n programme de quelque 1.100 logements desti-

nés à l’éradication de l’habitat précaire a été

lancé début juillet, dans la wilaya de Boumerdès,

a-t-on appris auprès de la Direction de l’urbanisme et de la construction (DUC). Il s’agit d’un chantier de 600 logements lancé dans la commune de Khemis El Khechna, au même titre qu’un autre projet de 500 unités similaires dont les travaux ont été lances à Boudouaou El Bahri, a t-on précisé à la DUC. Selon les informations fournies par la DUC, les deux projets s’ajoutent à un programme global de prés de 7.000 logements sociaux (dont une grande partie est actuellement en chantier), destiné ces dernières années à la wilaya dans le cadre des efforts d’éradication de l’habitat précaire. Un pre- mier quota de 1.000 unités faisant partie de ce program- me a été destiné à la wilaya en 2007, pour être reparti sur quatre communes de la région, à savoir Boumerdes, Bordj Menaiel, Khemis El Khechna et Boudouaou El Bahri, particulièrement affectées par ce phénomène de l’habitat précaire. Une seconde tranche de 1.500 autres

unités a été affectée à la wilaya en 2008, au moment où la troisième tranche, constituée de 2.100 logements sociaux, lui a été destinée en 2009, est-il précisé de même source. En 2010, la wilaya de Boumerdès avait, par ailleurs, bénéficié d’un quota supplémentaire de plus de 2.000 logements, dont la notification au profit du restant des communes de la wilaya les plus touchées par la prolifération de l’habitat précaire est toujours en cours. Selon les services de la wilaya, la région comp- tait à fin 2008, quelque 7.300 habitations précaires (occupées par 8.000 familles) à travers 261 sites de 27 communes, sur les 32 que compte Boumerdès. Une grande partie de ces sites d’habitations précaires est concentrée dans les communes côtières de la wilaya, à l’instar de Boudouaou El Bahri, qui compte à elle seule près de 800 constructions précaires, suivie de Cap Djinet, où sont recensées 600 unités, puis Zemmouri 400 et Boumerdès avec plus de 300 unités, selon la même source.

BAC 201

1

MASCARA

2 e place avec 79,26% de réussite

La wilaya de Mascara s'illustre une fois de plus pour la deuxième année consécutive en occupant la deuxième place à l’échelle natio- nale avec un taux de réussite de 79,26 % à l'examen du BAC, le nombre de candidats inscrits est de 5.333, le nombre de candidats présents aux épreuves le jour de l'examen étant de l'ordre de 5.294, le nombre de reçus est de 4.136 candidats. Le lycée de Sidi Kada occupe la première place au niveau de la wilaya avec un taux de réussite de 95,77 %, la seconde place est revenue au nouveau lycée de Tizi avec un taux de réussite de 95,38 % et la troisième place au lycée Attallah de Hachem avec un taux de réussite de 93,63 % tandis que la dernière place est revenue au lycée d' Aouf avec 63,37 %. Concernant les élèves, la première place a été occupée par Remil Zakaria avec une moyenne de 18,64 réalisé au niveau du Technicum Laroussi de Tighennif. Concernant les candidats libres pour cette session le nombre a été de 1.128, le nombre de présents durant les épreuves 892, et le nombre de reçus 142, soit un taux de réussite de 15,92 %. Ces résul- tats flatteurs et honorifiques, a déclaré le Directeur de l’éducation de la wilaya de Mascara, est le fruit de toute une année d’efforts consen- tis par les enseignants, les directeurs des établissements scolaires et l’ensemble du personnel de l’éducation ainsi que les parents d’élèves sans oublier la mobilisation de tous les responsables les jours des examens et la contribution personnelle du chef de l'executif de la wilaya de Mascara qui a veillé pour la bonne marche de tous les exa- mens sclolaires de fin d'année en apportant soutien moral et logis- tique à tous les niveaux, ajoute notre source emanant de la cellule de la communication de la DEW de Mascara A. Ghomchi

AÏN-DEFLA

«Maman a eu… mon Bac»

«Mabrouk alik maman tu as eu mon Bac.» L’annonce faite a coupé carrément le souffle et scié les jambes de la maman qui une année durant aura passé des nuits blanches aux côtés de son enfant qui repassait son Bac pour la troisième fois. Elle s’effondre sur une chaise en pleurant, se libérant de ce stress qui l’avait envahie et qui avait atteint son paroxysme le long des quatre jours d’examen et sur- tout durant cette longue attente des résultats. Mohamed était fou de joie, pas de cette joie altruiste, personnelle, mais de cette joie qu’il venait de procurer à sa maman, à ses deux sœurs et à son père. Il savait et il était conscient de cette union sacrée faite autour de lui, de cette présence de tous les instants, de cette solidarité qui de longues années durant l’a accompagné et aidé à vaincre cette maladie qui essayait de lui ronger le corps et qui rongeait l’esprit de ses parents et de ses deux sœurs. C’est que, au-delà de ce succès, somme toute pédagogique, cou- ronnant une année d’efforts renouvelés, Mohamed venait de rempor- ter une autre épreuve, une autre victoire contre son cancer. Une vic- toire qui a raffermi davantage son mental et gonflé son moral. «Qu’il survive seulement», a dit sa maman lors de ses échecs précédents. Des échecs attendus du reste pour un adolescent encore marqué par les lourdes et pénibles séances de chimiothérapie et de radiothérapie qui ressurgissaient à chaque fois qu’il se rendait par la suite au niveau des hôpitaux concernés pour un contrôle. Mohamed lui vou- lait vivre tout simplement. S’affirmer, se prouver et prouver qu’il n’était pas «fermé», «arrê- té» pour reprendre le jargon des jeunes. En une année, il a fourni des efforts colossaux pour se remettre à niveau, pour parfaire ses connaissances, pour domestiquer les chiffres et comprendre les sub- tilités des mathématiques. Il a réussit à décrocher son baccalauréat. Il y tenait et il l’a eu. Pas seulement pour lui. Mais pour nous tous. Félicitations mon fils. A. Marouf Araibi

P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

PP

UU

P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

BB

Société

16

EL MOUDJAHID

FORÊTS

S ociété 1 6 EL MOUDJAHID F O R Ê T S Sensibiliser pour limiter les
S ociété 1 6 EL MOUDJAHID F O R Ê T S Sensibiliser pour limiter les

Sensibiliser

S ociété 1 6 EL MOUDJAHID F O R Ê T S Sensibiliser pour limiter les

pour limiter les dégâts

F O R Ê T S Sensibiliser pour limiter les dégâts couvert végétal, dit-on, est parure
F O R Ê T S Sensibiliser pour limiter les dégâts couvert végétal, dit-on, est parure

couvert végétal, dit-on, est

parure de la terre. Le patri-

moine végétal, requiert, en

effet, une importance capitale pour lutter contre la désertification, l’érosion du sol mais aussi pour la réduction des effets des change- ments climatiques, d’autant plus que les pronostics des spécialistes annoncent d’ores et déjà, des aug- mentations significatives des tem- pératures, durant les prochaines années. Ce dernier reste néanmoins menacé, par plusieurs facteurs – pas

L e

la

seulement écologiques- qui ont fait

accélérer le recul des maquis fores- tiers, considérés, il faut dire, comme étant les poumons de la planète. Chaque été, des milliers d’hec- tares brûlent, en Algérie, en été, à travers le territoire national, contri- buant ainsi, au rétrécissement du patrimoine forestier, et partant, l’avancée du désert. Les chiffres sont éloquents, en 2010, plus de 30.000 ha ont été ravagés par les feux. Le bilan de la même année, en

fait, relève également une aug- mentation du nombre de foyers à travers le territoire par rapport à l’année 2009 où il est enregistré 26.000 ha parcourus par les incen- dies. Aujourd’hui, la sensibilisation demeure le seul rempart contre les feux de forêts, d’autant plus que le facteur humain peut être un facteur déclenchant au même titre que les conditions climatiques. Aussi afin de lutter contre ce fléau, la direc- tion des forêts, accorde une place de choix l’éducation à la préserva- tion du couvert végétal, à travers l’initiation des actions d’informa- tion et de sensibilisation. Néanmoins ces efforts s’avèrent souvent insuffisants sans l’implica- tion du citoyen, à travers des gestes simples mais salvateurs. Car il faut dire, que la négligence peut égale- ment être à l’origine des feux de forêts, et partant, de pertes de cen- taines d’hectares de maquis ou de broussailles. Les situations caniculaires et les caprices de la nature constituent durant la saison estivale un facteur favorisant, constituant ainsi une préoccupation majeure pour les services des forêts mais également de la Protection civile pour lesquels la saison estivale est plutôt synony- me de hantise au regard de l’am- pleur des dégâts occasionnés par ce fléau. Tous les efforts se déploient pour rattraper le retard accusé dans le reboisement en Algérie et ce, depuis la validation du plan de reboisement en 1999 qui prévoit la réalisation de 1,25 million d’hec- tares de forêts, à l’horizon 2020. A ce jour, près de 250 000 ha, ont été boisés. Le même plan, pour rap- pel est lancé, de concert avec le sec- teur privé, à travers la participation de 130 pépinières. Samia D.

SAISON ESTIVALE

28 noyades sur les plages et 47 victimes dans

ESTIVALE 28 noyades sur les plages et 47 victimes dans les réserves d’eau S ept nouvelles
ESTIVALE 28 noyades sur les plages et 47 victimes dans les réserves d’eau S ept nouvelles

les réserves d’eau

sur les plages et 47 victimes dans les réserves d’eau S ept nouvelles noyades ont été

S ept nouvelles noyades ont été enregistrées en moins d’une

l’on compte jusqu’à la journée de jeudi dernier le décès de pas

moins de 28 estivants depuis l’ouverture de la saison estivale. Un chiffre qui risque de monter en flèche d’ici peu lorsqu’on sait que l’on est ren- tré de plein fouet dans la période des grandes affluences en ce mois de juillet qui ravira la vedette au mois d’août pour cause du mois sacré de Ramadhan. Quant à la situation dans les réserves d’eau, celle-ci est tout simplement dramatiques dans la mesure où l’on a observé 48 noyades mortelles alors que les grandes chaleurs ont à peine pointé leur nez. Selon le bilan dressé par la cellule de communication de la direction générale de la protection civile, plus de 16.460 interventions liées au dis- positif de la surveillance des plages et des baignades à travers les wilayas côtières ont été enregistrées depuis le 1 er Juin, ce qui a permis notamment de secourir et de sauver 9428 personnes de noyades certaines dans les plages surveillées alors que 6090 estivants ont reçu des soins par les agents de la Protection civile. Concernant les personnes noyées dans les réserves d’eau, les unités de la protection civile ont constaté 27 morts dans les mares d’eau et rete- nues collinaire, 8 dans les barrages et 7 personnes dans les oueds, 4 vic- times qui ont péri dans les bassins et enfin deux décès dans les lacs. Par ailleurs, le bilan hebdomadaire du PC pour la période allant du 26 juin au 2 juillet fait état de 14.493 interventions dont 1127 liées aux acci- dents de la circulation qui ont causé 60 morts et 1300 blessées. Le bilan le plus lourd, apprend-on, a été enregistré dans la wilaya de Sétif où l’on compte 6 décès et 45 blessés pour 44 accidents de la circulation. Concernant les évacuations sanitaires, les statistiques indiquent 8782 interventions, avec des soins prodigués à 7776 personnes. Concernant les feux de forêts, les agents de la Protection civile ont procédé à l'extinction de 73 feux qui ont cependant ravagé une surface de 283 hectares et de 199 incendies de récoltes avec des pertes estimées à 20.011 botte de foins, 1229 Palmiers et 1555 arbres fruitiers. S.A.M

semaine dans les différentes plages du littoral algérien et du coup,

LES ENSEIGNES COMMERCIALES À

ORAN

Une nouvelle forme d’identité
Une nouvelle forme d’identité

L es enseignes commerciales, outre leur fonc- tion informative et publicitaire, reflètent le développement socio-économique d’une cité

et donnent à cette dernière une sorte d’identité. Oran, deuxième ville du pays, n’échappe pas à cette règle. L’activité commerciale a connu un développement remarquable à Oran où l’ouverture économique et la concurrence qu’elle entraîne ont poussé les opéra- teurs à redoubler "d’ingéniosité" pour attirer davan-

tage l’attention des clients potentiels et les pousser à franchir le seuil de leurs magasins. Outre les vitrines bien achalandées, une disposi- tion judicieuse des marchandises, les enseignes commerciales diversement conçues participent à cette stratégie de marketing. En se baladant dans les rues commerçantes du centre-ville, dans les quartiers populaires et dans les différentes banlieues de la wilaya d’Oran, le badaud ou le curieux reste frappé par la "richesse" de ces supports publicitaires tant aussi bien de la forme du contenant que du contenu. Toutes les enseignes commerciales représentent une sorte de carte d’iden- tité qui renseigne soit de la nature du commerce

de l’article mis en

) ou

de la prestation de service à fournir (plomberie, coiffure). Pour mieux se faire connaître, les commerçants oranais por- tent un intérêt particulier à leurs enseignes en faisant appel à des spécialistes dans la calligraphie, des dessinateurs ama- teurs ou jeunes étudiants des beaux-arts ou à des agences de communication pour la conception de ces supports. Un travail laborieux est perceptible aussi au niveau du fond qu’au niveau de la forme, de la graphie, des illustrations ico- nographiques et des couleurs. D’une enseigne à autre, on reconnaît le travail d’un artiste amateur et celui d’un professionnel et les moyens engagés pour sa confection. De la simple écriture "hésitante" et "écolière" que l’on utili- se pour transcrire la raison sociale ou le nom du magasin aux belles enseignes en plexiglas aux lettrines lumineuses, le commerçant a l’embarras du choix. Il lui suffit d’y mettre le prix.

Un corpus très riche

exercé (coiffeur, épicier, boulanger,

vente (chaussures, pièces détachées, électroménager,

vente (chaussures, pièces détachées, électroménager, se mêlent à la fois des désignations classiques, des

se mêlent à la fois des désignations classiques, des "trou-

vailles originales" et parfois d’agréables surprises, le tout rédigé aussi bien en arabe, en français et en tamazight, comme c’est le cas de ce commerçant d’Arzew qui a opté pour ces trois langues à la fois afin pour désigner la nature de son activité. "Restaurant El Mektoub", "Le Touareg", "Lolita Parfumerie", "Angel Mode", "la perle oranaise", "le café du théâtre", "le café de l’hôtel de ville", "Boucherie du quartier", "librairie El Anis", "Le diplomate", "Le Titanic". Autant d’ap- pellations que l’on rencontre en déambulant dans les rues de la ville. Les commerçants d’Oran n’hésitent pas à faire preu- ve d’ingéniosité pour se démarquer des autres en choisissant des noms qui attirent l’attention du passant et du client poten- tiel. Des commerces aux noms de "Une heure à Beyrouth", un café oriental où l’on peut goûter aux délices d’un narguilé, ou "111", une pizzeria qui porte le numéro de l’adresse où elle est implantée, ou encore "Beit El Machrak", un fast-food spé- cialisé dans la cuisine orientale. L’étude des enseignes commerciales est peut être instructive dans la mesure où elle révèle certaines réalités. On peut facilement deviner la région d’origine du patron du commerce. "Café du Rhummel", "Restaurant Djurdjura", "Le Mauritania", "Le Guir", "Café la Soummam", "El Acima",

"Mansourah", "Sidi Boumediene". Autant d’appella- tions qui suggèrent une région géographique et confirme qu’Oran est une ville accueillante et cos- mopolite et un point de rencontre de toutes les régions du pays.

Oran mêlés à toutes les sauces

Une autre lecture de ces enseignes permet de décou- vrir que les pharmacies, dont la plupart d’entre-elles, portent le nom de leur propriétaire ou gérant, alors que les prénoms féminins occupent la première place sur les enseignes des salons de coiffure pour dames, tout comme les magasins de vêtements pour cette gente. Certains commerçants éprouvent une certaine fierté pour leur ville allant jusqu’à faire des jeux de mots ou des compositions lexicales qu’ils transcrivent sur la devanture de leur magasin. Ainsi, le nom d’Oran est pratiquement mêlé à toutes les sauces donnant des appellations originales. Ainsi, au niveau de haï Ibn Rochd, une petite échop- pe porte une enseigne sur laquelle est écrit "Orantica". Ce commerce est spécialisé dans la vente de sandwich de carantica, ce plat très populaire pré- paré à base de purée de pois chiches et d’œufs. Un autre commerce, dans le centre-ville, porte fièrement la désignation "Restoran". Enfin, un autre commerçant a opté pour "Ridoran" pour désigner son commerce spécialisé dans la vente des rideaux et autres stores. Un autre phénomène a vu le jour ces derniers à Oran où des commerçants n’hésitent pas glorifier certaines séries et émissions télévisées. Un restaurant porte pompeusement le nom de "Bab El Hara", une série his- torique syrienne qui a eu un grand succès à travers le pays. Un café est baptisé "Mouhaned", du nom d’un héros cinéma- tographique turc qui a fait battre la chamade à de centaines de milliers de téléspectatrices. Ces appellations sont parfois bourrées de fautes de vocabu- laire, syntaxiques et de contre-sens dans les traductions d’une langue à une autre. Cela fait parfois sourire un passant ou grincer les dents d’un autre plus "à cheval" sur le respect du B.A-BA d’une langue. "Qu'à cela ne tienne, je suis là pour vendre ma marchandise pas pour veiller au respect de la manière dont est transcris un mot. L’important est que le message passe et qu’il soit com- pris par tous, quitte à faire une entorse à la langue d’El Moutanabi ou de Molière", s'offusque un gérant d’un magasin d’informatique.

),

Si un magasin se distingue d’un autre par la "qualité" de son enseigne, il l’est également par le nom ou l’indication qu’il porte. Sur ce plan, le corpus des appellations est très vaste où

Culture

17

EL MOUDJAHID

PARUTION DE LA BATAILLE DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM

DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM A la mémoire des chouhada JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES
DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM A la mémoire des chouhada JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES
DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM A la mémoire des chouhada JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES
DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM A la mémoire des chouhada JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES
DE TLEMCEN DE TALEB BENDIAB ET TABET AOUL ABDESSELAM A la mémoire des chouhada JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES

A la mémoire des chouhada

JOURNEES

CINEMATOGRAPHIQUES

D’ALGER

JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES D’ALGER L’histoire revisitée Dans le cadre de la poursuite des pro- grammes de la

L’histoire revisitée

Dans le cadre de la poursuite des pro- grammes de la deuxième édition des journées ciné- matographiques d’Alger, deux films documentaire portant sur la Révolution algérienne filmée par deux jeunes réalisateurs :

«Concerto pour deux mémoires» de Mbarek Mennad et «Algérie, images d’un combat» de Gérom Laffont, ont été projeté, vendredi, à la Cinémathèque d’Alger. Le premier film «concerto pour deux mémoires» de Menad M’barek, cinéaste

et acteur, restitue, par le témoignage, le parcours de deux protagonistes que les circonstances de la guerre d’Algérie ont amenés à s’affronter. D’un côté, Salah Mekacher, combattant dans les maquis de Kabylie, de l’autre, Michel, jeune militant antimilitariste appelé sous les drapeaux et envoyé en Algérie dans le cadre d’une mis- sion de pacification, selon l’appellation officielle du gouverne- ment français de l’époque. La séance débat qui a suivie la projection de ce documentaire qui allie images d’archives et témoignages a donné lieu a des réactions positive du public. En témoigne cette affirmation des personnes présentent qui ont félicité le réalisateur pour son pro- duit et qui ont déclaré que «ce film parle au cœur». Travail de res- titution et de sauvegarde de la mémoire, le film délivre un messa- ge, un appel à la réconciliation entre deux peuples. Le public a aussi apprécié le deuxième film de Gérom Laffont, un jeune cinéaste français très attaché à l’histoire et surtout celle d’Algérie. Son documentaire, Algérie, images d’un combat, se veut un hommage aux cinéastes qui se sont engagés caméra au poing du côté de la Révolution algérienne. Un film qui interroge sur la nécessité de l'engagement cinématographique dans la contribution de l’écriture de l’histoire, dresse en même temps un portrait du grand réalisateur René Vautier. Des questions liées à l’histoire et à l’intérêt des jeunes ont été abordées lors du débat qui a suivi la projection.

Kafia A.

P.h Nacéra
P.h Nacéra
débat qui a suivi la projection. Kafia A. P.h Nacéra Un ouvrage au contenu très exhaustif

Un ouvrage au contenu très exhaustif vient de paraître aux éditions Mimouni, retraçant pour les lecteurs les épisodes marquants de la résistance et de l’engagement de la population tlemcénienne dans la guerre de Libération nationale depuis ses premiers pas dans l’histoire de ce large mouvement de contestation en 1954 aux motifs du déclenchement au cours d’une grandiose manifestation de masse qui a mobilisé, racontent les témoins, plus de 10.000 personnes dans les artères de la ville en janvier 1956.

L ’épais ouvrage qui conden- se dans cette publication, soutenue par le ministère de

la Culture plus de 420 p, sort sur les étals des librairies et coïncide avec l’actuelle organisation de la mani- festation Tlemcen, capitale de la culture Islamique 2011, il comporte dans son sommaire d’importantes contributions de personnalités poli- tiques, de militants encore vivants et des chercheurs-historiens, l’en- semble étant étoffé par une docu- mentation abondante de photogra- phies en couleurs et des images d’archives qui mettent en mémoire comme un ultime et nécessaire hom- mage à la gloire des martyrs de cette région connue pour son vaste soulè- vement populaire pendant la lutte armée, son adhésion totale et décisi- ve au combat libérateur qui prônait un refus catégorique de l’oppression coloniale. Cette nouvelle édition vient après celle faite par l’associa- tion Ecolymet qui a eu l’insigne méri- te d’avoir érigé la stèle commémora- tive à la mémoire des moudjahidine et moudjahidate ayant donné leur sang pour que vive l’Algérie indépen- dante, une stèle qui se trouve, actuel- lement, dans l’enceinte universitaire de Tlemcen et qui fut inaugurée le 18 mai 2006. L’ouvrage préfacé par M. Chérif Belkacem, ancien responsable du poste de commandement de l’état- major ouest de 1960 à 1962 et ministre d’Etat, comporte des articles intéressants avec les actes des jour-

des articles intéressants avec les actes des jour- nées des 2 février et 18 mai 2006,

nées des 2 février et 18 mai 2006, la célé- bration du cinquantenaire des mani- festations de janvier 1956 à Tlemcen tout en racontant en images l’inaugu- ration de la stèle avec les différentes allocutions formulées pour la circons- tance devant des familles de cama- rades chouhada». Ce recueil constituant une fresque avec des conférences d’historiens et des témoignages d’acteurs encore vivants a le mérite de jalonner la

période de 1955 à 1959 à Tlemcen. Pour appuyer cette assertion, il suffit de se référer aux historiques mani- festations spontanées de janvier 1956 suite à l’assassinat du chahid Benaouda Benzerdjeb, premier médecin tombé au champ d’hon- neur.», écrit l’auteur de la préface. Le livre qui donne à lire la liste de tous les martyrs de la guerre avec leurs photos ainsi que celle du sinistre Bastion 18, un centre de torture, illustre ainsi la participa- tion à la guerre de Libération natio- nale de collégiens, collégiennes et médersiens qui se sont organisés en groupes d’actions dès 1954 et furent lâchement abattus après d’ignobles tortures et montre la sauvagerie du système répressif colonial avec notamment comme preuve de cette barbarie l’exemple du chahid Inal Sid Ahmed dont les témoignages relatent comment il fut atrocement torturé, énuclée et bestialement achevé. Le livre donne justement à lire les inter- ventions de Benamer Médienne avec en exergue un poème de Louis Aragon ainsi que celle de Mohamed Harbi et d’André Bekhouche qui consacrent tous de belles pages à cette grande figure de la résistance, nous renseignant sur sa vie et ses idées et l’essence de son combat au maquis aux côtés de ses frères et sœurs. A découvrir aussi dans ce livre les poèmes patriotiques du Dr Rafia

Mazri Lynda Graba

TOMBER DE RIDEAU DE LA 9 E EDITION DU FESTIVAL DU THEÂTRE POUR ENFANTS DE TISSEMSILT

Rem

ise de prix aux troupes

POUR ENFANTS DE TISSEMSILT Rem ise de prix aux troupes lauréates SPECTACLE MUSICAL À TIZI-OUZOU Mohamed
POUR ENFANTS DE TISSEMSILT Rem ise de prix aux troupes lauréates SPECTACLE MUSICAL À TIZI-OUZOU Mohamed

lauréates

ENFANTS DE TISSEMSILT Rem ise de prix aux troupes lauréates SPECTACLE MUSICAL À TIZI-OUZOU Mohamed Allaoua,

SPECTACLE MUSICAL À TIZI-OUZOU

Mohamed Allaoua, Rabah Asma et Lotfi

MUSICAL À TIZI-OUZOU Mohamed Allaoua, Rabah Asma et Lotfi Double Canon enflam ment le public L
MUSICAL À TIZI-OUZOU Mohamed Allaoua, Rabah Asma et Lotfi Double Canon enflam ment le public L

Double Canon enflam

ment le public

Rabah Asma et Lotfi Double Canon enflam ment le public L a coqueluche incontestable des jeunes,

L a coqueluche incontestable des jeunes, Mohamed Allaoua, a enflammé, dans

la soirée de jeudi dernier, les gra- dins et la pelouse de stade Oukil- Ramdhane de la ville des Genêts, Tizi-Ouzou, qui a fortement vibré aux rythmes et airs de la chanson sentimentale. Le stade Oukil-Ramdhane a été, en effet, latéralement envahi à

partir de 20 heures, soit trois heures avant le début du spec- tacle, par des milliers de mélo- manes fans de l’indétrônable Allaoua, chanteur préféré des jeunes, garçons et filles, habitué de la scène. Comme d’habitude, Mohamed Allaoua n’a pas laissé indifférent son cher public en le gavant de ses plus belles chansons que tous ses fans connaissent par cœur. Le concert de cette star adulée de jeunes mélomanes dans la capita- le du Djurdjura a été tout simple- ment exceptionnel, puisqu’aucun concert, à l’exception de celui animé l’année dernière pour la première fois le king du rai, cheb

dernière pour la première fois le king du rai, cheb Khaled, et de ceux qu’animait jadis

Khaled, et de ceux qu’animait jadis feu Matoub Lounès, dont celui de 1989, n’a drainé autant de jeunes et de familles venus des quatre coins de la wilaya, mais aussi des autres wilayas limi- trophes de Tizi-Ouzou, pour écou- ter et voir de tout près leur idole chanter ses dernières chansons, dont la plus en vogue «As liyi» (Ecoutez-moi). Son jeu de scène, sa voix sublime et sa musique ont subju- gué les milliers de fans qui dan- saient, aussi bien dans les gradins que près de la scène, et répétaient en chœurs les plus belles et les immortels tubes de Mohamed Allaoua. Les fans de ce dernier ont patienté plusieurs heures pour voir enfin leur idole monter sur scène et entamer son concert. Prévu à 23 heures, le gala n’a commencé en fait qu’à une heure du matin pour ne se terminer qu’à deux heures passées. Dans la soirée d’ouverture de la 6 e édition du festival culturel arabo-africain de Danse folklo- rique, c’est une autre vedette de la

de Danse folklo- rique, c’est une autre vedette de la chanson folklorique sentimentale Kabyle, Rabah Asma,

chanson folklorique sentimentale Kabyle, Rabah Asma, qui a mis du baume dans les cœurs de ses fans en leur chantant les plus belles chansons de son riche répertoire. La soirée de jeudi dernier a été, quant à elle, enflammée par le chanteur de rap, Lotfi Double Canon, qui a créé une ambiance particulière à laquelle ont bien répondu les jeunes présents à ce concert. Il a été à la hauteur des attentes de plusieurs centaines de jeunes et moins jeunes venus écouter ce jeune rappeur au verbe virulent. Il faut rendre un grand hom- mage aux services de sécurité de la wilaya de Tizi-Ouzou qui n’ont lésiné sur aucun effort pour que ces deux galas se déroulent sans aucun incident, en dépit de l’in- croyable ruée humaine qui tentait de rentrer au stade pour voir les deux stars. Ils ont démontré, encore une fois, leur détermination et leur abnégation à assurer la sécurité des citoyens quelle que soient les conditions. Bravo.

L e festival régional du théâtre pour enfant s’est clôturée jeudi dans la soi- rée à la maison de la culture de la commune de Khemisti (Tissemsilt) avec la remise des différents prix aux troupes lauréates. Le prix de la

meilleure représentation théâtrale est revenu à la troupe "El Ahlam" de la wilaya de Tlemcen pour sa pièce "Semfouniate el wiqaya" (symphonie de la préven- tion), alors que "Noudjoum el khachaba" de Khemisti (Tissemsilt) a remporté celui du meilleur texte pour sa pièce intitulée "Wahid wa makhlouqate el fitr". Le prix de la meilleure mise en scène a été attribué à la troupe "Ahbab el mas- rah" de la wilaya de Laghouat pour sa pièce "El kenz", tandis que celui de la meilleure scénographie a été décerné à la troupe "Djamiate el besma ettaqafia" de la wilaya de Skikda pour la pièce "Nahlat el barari". Le prix de la meilleure interprétation masculine et féminine est revenu à Mancet Saidi et Benarbia Hidayate de la troupe "El Ahlam" de Tlemcen pour leurs rôles dans la pièce "Semfouniate el wiqaya". Enfin, celui du jury a été attribué à Wissal Selimi, Bakhti Khadidja et Ines Bengana de la troupe "Ahbab el Masrah" de Laghouat. Une dizaine de représen- tations ont concouru dans cette édition qui s'est déroulée sur le thème de "Théâtre pour enfant, créativité, épanouissement et succès". Plusieurs troupes théâtrales venues de plusieurs wilayas, dont Laghouat, Djelfa, Tlemcen, Blida et M’sila, ont participé à cette manifestation culturelle. Le président du jury, M. Moussa Touil, professeur à l’Institut national de formation supérieur des cadres de la jeunesse et des sports d'Ain Turck (Oran) a estimé que la plupart des pièces présentées étaient d’un "bon niveau sur les plan interprétation et contenu".

Dimanche 10 Juillet 2011

Télévision

24

SSééllééccttiioonn
SSééllééccttiioonn
21h40
21h40

Réalisateur: Anthony Hemingway. Avec:Victor Garber (Ron Trott), Kerr Smith (Tom Nicholson), Rebecca Mader (Alden Tuller), Eamonn Walker (Luther Graves). Mary Nicks, une jeune fille âgée de quatorze ans, et sa famille engagent les agents du TNT, afin de poursuivre les responsables d'un parc

d'attractions. Sa mère est morte en tombant des montagnes russes. Les parents réclament des

dommages et

intérêts Ron décide de se charger

de l'affaire mais il apprend que la victime se

droguait. Elle avait aussi commis quelques délits

L'enquête révèle

et avait abandonné Mary

également que la maman de Mary ne serait pas morte par accident, mais qu'elle se serait suicidée

pas morte par accident, mais qu'elle se serait suicidée 22h05 City homicide, l'enfer du crime :

22h05

City homicide, l'enfer du crime :

Confessions d'un innocent

l'enfer du crime : Confessions d'un innocent Réalisateur : Pino Amenta. Avec : Shane Bourne (Détective

Réalisateur : Pino Amenta. Avec : Shane Bourne (Détective Sergent Stanley Wolfe), Nadine Garner (Détective Constable Jennifer Mapplethorpe), Daniel MacPherson (Détective Constable Simon Joyner), Aaron Pedersen (Détective Constable Duncan Freeman), Damien Richardson (Détective

Constable Matt Ryan). Matt et Simon se rendent à Londres pour rapatrier un fugitif accusé du meurtre d'un jeune top model. Dans l'avion qui les ramè- ne en Australie, ce dernier donne une lettre à Matt et lui demande de la remettre à sa mère. Mais dès leur arrivée à l'aéroport, le pri- sonnier arrive à s'échapper et se suicide en se jetant sous les roues d'un camion. En menant son enquête, Matt découvre que l'homme a été accusé à tort pour protéger une personne très haut placée

EL MOUDJAHID

Le programme d’aujourd’hui

 

CANAL ALGERIE

   

ARTE

   

11h00 : Senteurs d'Algérie ''Annaba 1 ére ptie'' rediff 12h00 : Journal en français +météo 12h20 : Doumou'e el warde (35) 13h35 : El soundouq el e'soued (19) 14h20 : Ziyarat la tounssa (02) 15h05 : Bordj el abtal n°08 16h15 : Lara (04) 16h35 : Tabakh e'saghir (12) 17h05 : Moutaât el maida (23) 17h45 : Tadj el qor'ane 18h00 : Journal en amazigh 18h15 : Test drive n°161 18h30 : Iguerbouchene (12 et fin) 19h00 : Journal en français +météo 19h30 : En d'autres thermes ''biskra'' 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Caméra cachée

18:15 Un quatuor féminin hors du commun 19:00 Karambolage 19:15 Édifices sacrés : Dans la ville 19:40 Mondwest 21:05 Le suicidé 23:20 Bonjour du Cachemire 00:50 Sur les traces du Bouddha au Pakistan

M6

 

12:20 D&CO Jardin 13:20 L'amour est dans le pré 16:10 66 minutes 17:25 66 minutes : Nouveaux modes de vie, nouveaux comportements 18:45 Le 19 45 19:05 Scènes de ménages 19:45 Capital : les inédits de l'été : Le boom des départs : ruée sur la France 22:00 La vraie histoire de : Madonna 23:25 Gaga by Gaultier - Le créateur déshabille la créature 00:35 Au fil de l'enquête : Secrets de famille

 

TF1

12:00 Journal 12:20 F1 à la Une : Grand prix de Grande-Bretagne 12:55 Grand Prix de Grande-Bretagne 15:10 Dr House : Demi-prodige 16:00 Dr House : L'homme de ses rêves 16:00 Secret Story 17:50 Sept à huit 18:50 Ce soir on dîne ailleurs 19:00 Journal 19:30 Du côté de chez vous 19:38 Courses et paris du jour 19:45 Batman Begins 22:15 Les Experts : Dans la ligne de tir 23:00 Les Experts : Dans la ligne de tir 23:50 Post Mortem : Séquelles du passé 00:45 L'actualité du cinéma 00:50 Le club de l'économie

CANAL +

11:45 Infos midi 12:00 Spécial Investigation 12:01 Autoroutes : le pactole perdu de l'Etat 13:00 L'intégrale du zapping 13:30 Tout le monde il est beau, tout le monde il est bronzé ! 13:55 Flashpoint : Un amour incondi- tionnel 14:40 Le journal des jeux vidéo 14:55 XIII, la série 17:05 Imogène McCarthery 18:30 Le zapping 19:55 Copa America :

 

FRANCE 2

Colombie/Bolivie 22:00 Detroit 1-8-7 : La maison vide/Le soldat inconnu 22:40 Detroit 1-8-7 : Salade grecque/Secrets de lycée nnes

 

10:40 Le Jour du Seigneur : Sonnez, chantez pour le Seigneur 11:05 Tout le monde veut prendre sa place 12:00 Journal 12:30 Faites entrer l'accusé : Claude Lastennet, le tueur de vieilles dames 13:45 Tour de France 16:45 Stade 2 : Spécial Tour de France 17:45 Point route 17:50 Partez tranquilles, France 2 s'oc- cupe de tout 18:50 Image du Tour 19:00 Journal 19:35 FBI : portés disparus : Déjà vu 20:15 FBI : portés disparus : Le ticket gagnant 21:40 Justice : Dernier tour de manège 22:25 Justice : La tête de l'emploi 23:25 On n'demande qu'à en rire 00:20 La dynastie des Strauss

FRANCE 5

 

11:05 Les escapades de Petitrenaud :

Carnac 11:35 A deux pas du futur : Sommes- nous seuls dans l'univers ? 12:35 Comment construire un sous- marin nucléaire 13:30 Subak, les trois sources du bon- heur 14:40 Je ne devrais pas être en vie :

Chute libre dans le Pacifique 15:35 Histoire de l'Amérique : La révo- lution 16:25 Echappées belles : La Grèce

TV5

 
 

FRANCE 3

 

10:00 TV5 monde, le journal 10:15 La vie en vert 10:45 Nouvo 11:05 Tendance A : Spéciale Congo 11:30 Une heure sur terre : Spéciale Vietnam 12:30 Le journal de la RTBF 13:00 Ports d'attache : Reykjavik 14:45 Sur mesures : Tailleur 15:00 TV5 monde, le journal 15:30 Nec plus ultra 15:55 Flash info 16:00 Vie privée vie publique, l'hebdo 17:05 Passe-moi les jumelles 18:00 Les français d'août 19:00 Les chéris d'Anne 19:30 Le journal de France 2 19:55 Le film du Tour 20:00 On n'est pa s couché : Best of 22:50 TV5 monde, le journal 23:00 Le journal de la TSR 23:20 La petite vie : Le zèbre 23:45 La petite vie : Le chalet 00:10 TV5 monde, le journal - Afrique

11:00 Edition régionale 11:25 Journal national 11:55 Village départ 12:50 Tour de France 14:00 En course sur France 3 14:25 Douce France : Pierre Perret 15:25 Chabada : Spéciale séduc- teurs de la chanson française 16:55 Questions pour un super champion 18:00 Journal régional 18:30 Journal national 18:58 Météo 19:00 Le film du Tour 19:10 Zorro : Zorro se rend à la mis- sion 19:35 C ommissaire Montalbano :

 

Un été ardent 21:25 City homicide, l'enfer du crime : Figure paternelle

22:05 City homicide, l'enfer du crime : Confessions d'un innocent 22:55 Soir 3

19h45
19h45

BatmanBegins

Réalisateur : Christopher Nolan. Avec : Christian Bale (Bruce Wayne/Batman), Michael Caine (Alfred), Liam Neeson (Ducard), Katie Holmes (Rachel Dawes), Gary Oldman (Jim Gordon). À la suite de l'assassinat de ses parents, Bruce Wayne, héritier industriel désabusé, parcourt le monde afin de combattre l'injustice et de faire trembler à leur tour ceux qui s'attaquent aux plus faibles. De retour à Gotham, il dévoile son alter ego :

Batman, un chevalier masqué qui emploie sa force et son intelligence, mais aussi une panoplie de gadgets de haute technologie pour combattre les forces du mal qui menacent la ville

Justice : Dernier tour de manège

mal qui menacent la ville Justice : Dernier tour de manège 19h40 Mondwest Réalisateur: Michael Crichton.
mal qui menacent la ville Justice : Dernier tour de manège 19h40 Mondwest Réalisateur: Michael Crichton.

19h40

Mondwest

Réalisateur: Michael Crichton. Avec:Yul Brynner (Le cow-boy robot), James Brolin (John Blane), Dick Van Patten (Le banquier), Anne Randall (La serveuse), Majel Barrett (Miss Carrie). Localisé en plein désert, Delos est un parc d'attractions d'un nouveau genre, organisé autour de trois univers ultraréalistes reproduisant la vie au temps de la Rome antique, du Moyen Âge et du Far West. Ici, seuls les visiteurs sont réels : les chevaliers, les tueurs, les cow-boys et les filles faciles ne sont que des robots à l'apparence humaine, programmés pour satisfaire les moindres caprices des touristes. Peter et John, deux amis en mal de sensations fortes, ont choisi de faire un séjour dans la section Far West. Bientôt, les robots se détraquent et l'un d'entre eux se transforme en tueur fou

les robots se détraquent et l'un d'entre eux se transforme en tueur fou P P U
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

PP

UU

P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B
P P U U B B

BB

Dimanche 10 Juillet 2011

Détente 25 EL MOUDJAHID
Détente
25
EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla

Page animée par Mourad Bouchemla

Mots CROISES

2841

- - 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Définitions HORIZONTALEMENT I -

-

-

2 3 4 5 6 7 8 9 10
2
3
4
5
6
7
8
9
10

Définitions

- - 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Définitions HORIZONTALEMENT I - Niveleuse
- - 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Définitions HORIZONTALEMENT I - Niveleuse

HORIZONTALEMENT I - Niveleuse - Contenu dans le noyau. II - Forme d’avoir

A une maitresse. III - Cépage rouge - Explosif. IV -Obtenue

Haussées. V- Qui a une apparence farouche. VI - Crûment.

VII - Distraites. VIII- Consonne double - Période - Intenta une action en justice. IX - Habileté - Mois. X - Rudes au goût - Ancien titre turc.

VERTICALEMENT 1- Cellule reproductrice - Ancienne Allemange. 2- Rigolard - Appareil de chargement des navirer. 3- Rassemblé - Fin d’infinitif. 4- Rien - Vinification. 5- Historiques des honoraires. 6- Ramasser avec un râteau 7- Echange d’un bien contre une somme d’argent. 8- Immobilisme. 9- Impeccable - Grosse pièce de bois. 10- Clairs - Entreprenais.

SOLUTION DES MOTS CROISES

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 2 3 4 5

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

G

R

A

D

E

R

A

A

D

N

A

I

C

A

M

A

N

T

E

E

M

E

R

L

O

T

E

T

N

T

E

U

E

I

L

E

V

E

E

S

T

R

U

C

U

L

E

N

T

T

E

R

N

U

M

E

N

T

R

O

H

D

I

V

E

R

T

I

E

S

R

R

A

A

N

V

E

S

T

A

D

O

I

G

T

E

T

M

A

I

A

P

R

E

S

R

R

E

I

S

SOLUTION DES MOTS FLECHES

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 2 3 4 5

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

G

U

E

R

R

E

A

P

I

C

A

B

C

A

A

R

D

U

U

O

L

E

R

O

T

S

R

T

A

N

E

D

A

M

E