Vous êtes sur la page 1sur 3

Murs poutres & planchers

Henri RENAUD

Deuxième édition

© Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6

Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition © Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6

1. Bâtiments à usage d’habitation

Les tableaux ci-après indiquent les valeurs indicatives des charges à prendre en compte.

Intérêt : déterminer par une descente de charge (fig. 1 et 2) :

la pression exercée sur le sol de fondation par l’ensemble de la structure ;

la contrainte sur la maçonnerie de blocs, en particulier des blocs de murs de soubassement ;

les charges supportées par les éléments en BA.

Valeurs prises pour les charges permanentes

 

Matériaux

d

aN/m 3

Béton armé (BA)

 

2

500

Bois :

b ois d e c onifère ;

 

600

b ois d e feuillus ;

800

b ois d urs tropic aux.

 

1

000

Calc aires, marb res, g ranits

1 800 à 2 600

Maçonnerie d e moellons

 

2

300

Granulats : sa b les et g raviers

1 400 à 1 600

Divers :

– verre ;

 

2

500

liè g e ;

 

400

polystyrène.

 

20 à 40

 

Mur s et end uits

Ép.

Poi ds

(cm)

(daN/m 2 )

Murs :

   

b lo c s c reux d e béton d e g ranulats lour d s et b lo c s à parois minces ;

20

 

218

blocs perforés de béton de granulats lourds ;

20

318

b lo c s pleins d e béton c ellulaire (masse

20

85

volumiq ue d e 400 kg /m 3 ) ;

30

125

b riques c reuses ord inaires ;

20

130

b riques type G à 13 alvéoles.

25

250

En d uits :

d e plâtre ; – d e mortier au liant hyd rauliq ue.

1

 

10

1

18

En d uit d e te chniq ue mono c ou che suivant prod uit et finitions

22 à 28

 
 

Cloi s on s d e d is trib ution

Elles sont prises en c ompte c omme d es charg es permanentes et c onsi dérées, par simplifi c ation, c omme réparties uniformément par mètre c arré d e surfa c e. On prend forfaitairement 50 d aN/m 2 pour les c loisons très lé g è- res díépaisseur 5 à 8 c m et 100 d aN/m 2 pour les c loisons lé g ères (masse < 250 k g/m).

Exemples :

 

c loisons séparatives en b riq ues c reuses d e 5 c m d’ épaisseur (en d uites au plâtre) ;

 

c loisons sè c hes avec ossature métal et plaq ues d e plâtre vissées ave c un isolant interposé entre les parements.

98
98
Exemples : – les linteaux de grande portée (porte de garage cf. fig. 10) ;
Exemples :
– les
linteaux
de
grande
portée
(porte
de
garage
cf. fig. 10) ;
– les poteaux incorporés dans l’épaisseur des blocs ou
poteaux isolés porteurs des poutres et du plancher
(cf. photo 1) ;
– les poutres qui supportent une zone de plancher ou un
mur d’étage (cf. fig. 18 et 20).

Planc her s

Épaiss eur

Poids

(cm)

(daN/m 2 )

Dalles pleines en BA

par c m

 

25

Plan chers à poutrelles préfa b riq uées

12

+ 4

225

– 250

Entrevous en béton, entre axes

16

+ 4

250

– 275

d es poutrelles d e 60 c m et tab le d e c ompression

20

+ 4

290

– 320

25

+ 4

400

– 430

Monta g e sans ta b le de c ompression

16

+ 0

200

– 220

20

+ 0

240

– 260

Monta g e ave c entrevous en polystyrène expansé

16

+ 5

170

– 200

20

+ 5

180

– 210

 

25

+ 5

240

– 280

Plan chers préfa b riqués à éléments jointifs d e d alle alvéolées d e petites dimensions

12

200

– 250

16

240

– 290

 

20

280

– 330

Revêtement s d e plan c her s

Épai sseur

Poids

(cm)

(daN/m 2 )

Chape mortier

par c m

20

Dalle flottante

par c m

22

Carrelag es s c ellés

50 à 100

Dalla g e mar b re

100

Parq uets d e 23 mm et lamb our d es

25

Carrelag es c ollés

20

Sols min c es textiles ou plastiques

 

8

Couverture s

Épai sseur

Poids

(cm)

(daN/m 2 )

Ar d oises naturelles

   

28

Tuiles :

 

tuiles mé c aniq ues à em b oîtement (liteaux c ompris) ;

35

– 45

– tuiles plates (liteaux c ompris) ;

55

– 75

– tuiles c anal ;

40

– 60

– tuiles béton (supports c ompris).

45

Valeurs prises pour les charges d’exploitation

Valeurs prises pour les charges d’exploitation Principe de calcul de la pression exercée Exemple de calcul

Principe de calcul de la pression exercée

d’exploitation Principe de calcul de la pression exercée Exemple de calcul de la pression subie par

Exemple de calcul de la pression subie par un support (sol, mur, etc.)

On considère généralement une tranche verticale de mur de 1 m de long qui supporte :

– les charges permanentes (poids du mur, plancher, etc.) ;

– les charges d’exploitation (personnes, meubles, etc.).

On détermine la somme des charges appliquées compte- tenu des coefficients et on divise par la surface portante S (surface portante de la semelle de fondation ou celle des blocs).

Pression =

1,35 G + 1,5 Q b

S

Équilibre statique de la construction sous l’effet (fig. 3) :

des charges verticales soumises à l’action de la pesanteur ;

des actions ascendantes du sol sous la semelle de fondation.

actions ascendantes du sol sous la semelle de fondation. Fig. 3 : Équilibre statique Fig. 1

Fig. 3 : Équilibre statique

sous la semelle de fondation. Fig. 3 : Équilibre statique Fig. 1 : C harges permanentes,

Fig. 1 : Charges permanentes, d’exploitation, climatiques

Fig. 2 : Charges verticales seules et action du sol

99
99