Vous êtes sur la page 1sur 4

Clément Gillaux

Session 2
L3 Sociologie

Sociologie des mondes populaires

Pour travailler la matière afin de construire ou réaliser, il faut penser. Cependant, le sentiment a
souvent été de considérer le travail industriel et ouvrier comme un « non-lieu de la pensée ». A cette image
de l’ouvrier aliéné de Marx, aux mondes populaires d’Hogarts, la construction de l’objet d’étude des classes
populaires à souvent été déconsidéré, voir, en manque de visibilité. L’apparition de Lersco en 1967 et les
travaux de Michel Veret, premier observatoire spécialisé des conditions de la vie ouvrière, marquent une
spécialisation et donc un intérêt chronologiquement nuancé pour les classes populaires. Ces mêmes classes
ayant du concéder leurs éclairages à travers les formules de l’observateur extérieur, celui du sociologue à
l’image d’une culture déjà dominée. L’étude des classes populaires largement concentrée, historiquement,
sur la classe ouvrière, a souvent été perçue comme construite sur un sentiment d’indignité culturelle. La
nécessité faite-vertu, que caricature Bourdieu, fait office de témoin arbitraire du regard homogénéisant de
l’observateur en science sociale. Par le biais possible qu’engendrent les postures parfois misérabilistes, sinon
en ressentiment elles témoignent du décrochage, peut-être même de la non-familiarité avec le terrain
d’enquête du chercheur en milieu populaire. L’empathie comme vecteur psychologique entre l’enquêteur et
l’enquêté laisse entendre une tension dans le métier de sociologue, d’ordre épistémologique : Pourquoi le
sociologue écrit-il ce qu’il écrit, comme il l’écrit ? La manière de construire son style, ses expériences et
situations, ainsi que les socles méthodologiques et la manière d’écrire du sociologue ne peuvent se
comprendre si on ne comprend pas son expérience de vie, sa construction méthodologique, le « Je » du
sociologue.
L’objectivation par l’interprétation sociologique correspondrait tout autant à trouver des prénotions au
milieu du flou, celle dont l’interprétation est vraisemblable. Le « Je » de l’enquêteur et le « Eux » des classes
populaires semblent ainsi définir cette construction dans l’altérité des conditions, mais aussi des
interprétations du réel entre le monde de l’enquêté et les mondes populaires initialement considérés comme
ouvriers.
La manière de construire son style, ses expériences et mise en situations, les socles méthodologiques et la
manière d’écrire du sociologue au travail, ne peut se comprendre en fond si on ne comprend pas sa propre
expérience de vie, sa construction méthodologique, le « Je » cette fois ci du sociologue. L’objectivation par
l’interprétation sociologique correspondrait tout autant à trouver au milieu du flou des pré notion, celle dont
l’interprétations est vraisemblable. Qu’il en soit privilégié la neutralité axiologique ou bien la rupture
épistémologique, on pourrait tout autant se demander si ces biais dans un mouvement de consolidation des
connaissances captés, de communication et expositions des concepts entre-pairs ne souderait pas en outre
difficulté notable que représente rupture épistémique pour le sociologue non familiarisé ou du moins faisant
corps avec l’objet d’étude.

On s’attachera dans un certain soucis chronologique d’insérer historiquement la recherches sur les classes
populaires dites ouvrières et de l’existence des mondes hoggartien,
Dans ce mouvement progressif tendant a rendre visible des conditions de vies, nous verrons en quoi le
misérabilisme et ou distance social ont constitué de possible biais. Tout en questionnant aussi le métier de
sociologue et notamment cette question du double « je » de l’observateur, Il y conviendra en second lieu de
traiter des effets de cohortes de la sphère des enseignants chercheurs mais aussi de question cette notion
qu’est la neutralité (axiologique) Suivis de la rupture épistémologique éloignant le nous et le (je) de
l’existence.
Pour autant nous pourrons questionner l’intérêt de cette conceptualisation et ses orientations
méthodologique conditionnant : une certaine marge de manœuvre et non-lieu de l’exercice de recherche en
sociologie. Cela dessinant en outre les conditions de mise en perspective de le l’action de passage la chair au
texte.

1) D’un regard dominant à dominer.

L’histoire de la sociologie prend place dans les chairs universitaires de France. Ainsi le sociologue se
construit dans un corps social défini. Le chercheur institutionnel Durkheim et Maurice Halbwachs tendent à
marquer cet écart avec entre les premiers enquêteur de terrain qu’ils sont et le sujet observé en sociologie, à
savoir les classes populaires. Bien que n’étant pas généralisable a tous les chercheurs, Michel Pinçon et
Monique Pinçon-Charlot s’exprime sur cela ce champ social présente un autre obstacle : les sociologues
travaillent dans des institutions publiques (le CNRS ou l’université́ ) ou privées (comme les sociétés de
sondage ou les cabinets de consultants), dont les hauts responsables appartiennent à la classe dominante et
font partie de la toile d’araignée oligarchique qui couvre l’activité́ sociale1.
Alors on comprends qu’il faut rendre compte des corps agissants dans une production de savoir parfois
conceptuel ou pouvant paraitre abstrait, tout en sachant que le sociologie est fait d’expérience et donc de
réel. Stéphane Beaud explicite cette relation ambiguë dans son ouvrage « Un Fils De Bourgeois En Terrain
ouvrier. Devenir sociologue dans les années 1980 ». Il explicitera même que les tentatives de l’ethnographe
sont à étudier, ce pour « réduire sinon annuler cette distance de classe »2

Quoi qu’il en soit, c’est en 1967 à Nantes que le premier lieu d’étude des classes ouvrières ouvre à travers
Lersco. Michel Verret est le premier à traiter de la question ouvrière avec la parution de trois ouvrages. En
1982 « Le travail ouvrier », en 1979 « L'espace ouvrier ». Enfin, en 1988 « La culture ouvrière », travail qui
décrit à trouver précisément Aussi, l’étude de la classe ouvrière amorcé par Michel Verret tend à discuter la
nomenclature autours du terme de classe sociales.

Dans un même temps, lors d'un coloc sur les classes populaires à Nantes ,marquant alors un axe de
recherche de la sociologie nantaise, est décidé du terme de « classes populaire ». En effet, la nomination de
« classe ouvrière » était employée. Mais celle-ci connut la critique face aux notions « d'exclus » par S.
Paugam ou de « pauvre ». Ce passage de classes ouvrières à classes populaires a dû être légitimé par des
sociologues dont Pierre Bourdieu. Chez Bourdieu le concept de classe sociale est un concept relationnel,
comme chez Marx, Halbwachs ou Weber. C'est-à-dire que les classes sociales ne sont pas définit en elle-
même, mais par rapport aux autres. Ce n'est pas définies par la propriété, mais par la structure des relations
entre toutes les propriétés.
C’est alors qu’une seconde notions s’opposera à cette classe dominée. La reconnaissance des valeurs
dominantes place d’office le chercheur en dehors des enjeux de domination de l’observé et ainsi dans une
mécanique asymétrique ou l’enquêteur, ceci pouvant alors produire des réactions misérabilistes dans la
façon d’aborder les classes populaire. Cette même domination dont Bourdieu traite au sein de son paradigme
et de par son ouvrage de la distinction.

2) L’altérité comme institution, le double-je du sociologue.

Le processus d’institutionnalisation de l’observatoire de LERSCO ainsi que son évolution épistémiques


illustre à lui seul les étapes de la pensée sociologique face à l’objet des classes populaires et des biais
envisagés. Il y aurait bel et bien le biais de la posture mais aussi les effets de nomenclature.

En l’occurrence le passage de classe ouvrière à classe populaire correspond aux travaux de réadaptation des
nomenclatures PCS. Cette transition n’est pas neutre, elle démontre bien le fait que la sociologie est
soumise aux considérations et autres fenêtres attribuées a un temps circonscrit de l’orientation scientifique.
A travers les mots de je défends le rôle de l’ethnographie comme instrument de rupture et de construction

1
Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, « La grande bourgeoisie : un objet de recherche militant ? », dans : Delphine Naudier
éd., Des sociologues sans qualités ?Pratiques de recherche et engagements. Paris, La Découverte, « Recherches », 2011, p. 134-
148

2
« Un Fils De Bourgeois En Terrain ouvrier. Devenir sociologue dans les années 1980 ». Stéphane Beaud
théorique; et je pose l’épineuse question du passage de la saisie viscérale à l’explicitation sociologique, et
de la compréhension de la chair au savoir du texte.3
Ces paroles nous démontrent l’impossibilité de penser l’action sociologique comme produite en un temps.
L’agent étant lui aussi accroché au présent de l’action , le double-Je constitutif du chercheurs est aussi un
temps différé. C’est alors que par-delà cette démarche évolutive se dessine une discipline ou la perception de
l’enquêteur représente le premier écueils possible, suivis de près de ceux de l’analyse interprétative. En
effet, produire une savoir à partir du corps social c’est aussi lié son corps social à l’ouvrage, par conséquent
s’ajoutant au risque de l’imperfection interprétatives. Cela se formant en dehors des outils et ou méthodes
d’enquêtes.
Le sociologue qui pose un regard macrosociologique, n’est alors qu’un agent au prise du terrain que lui-
même cherche à décrire et objectiver. « Qu’il s’agisse d’engager des relations avec les autres lors du travail
d’enquête ou de rendre raison de leur genre de vie et de leurs actions au moyen de l’écriture, le sociologue
est tributaire de sa propre expérience du monde ». 4
Derrière les effets de nomenclature apparaissent donc les effets de posture et autres facteurs psychologisant
de l’action ainsi comme le dit également Daniel Bizeul à propos du chercheurs en sociologie : « Les
répulsions qui sont constitutifs de sa personne et qui font de lui un être singulier. Voudrait-il restreindre sa
subjectivité́ , Ce sont ces expériences du monde, appréhendées comme singulières, en réalité́ partagées, qui
nous rendent possible d’accéder à l’univers mental et affectif des autres…compris ceux dont le milieu ou la
conduite particulière nous sont au départ étrangers »
C’est alors qu’apparait le procédé de double « je » auquel est confronté de se construire le chercheurs en
science sociale. L’un est « Je » de l’agent et l’autre est « Je » du sociologue face à l’altérité à dépeindre.
C’est avant tout un mouvement d’aller-retour entre le « je » observateur et l’autre devant gagner une certaine
familiarité avec son objet.
Si se dégager de prénotions ne pas dévier aux égards de la morale mais aussi saisir au-delà du visible de
l’action s’apparent a ce que que dresse Nietzsche à travers l’idéal du Surhomme. « Quand le chercheur
dépeint un milieu sous un certain jour, s’en prend à des analyses qu’il juge erronées, rend manifestes des
principes d’analyse de portée générale, c’est sa personne même qui est impliquée, avec ses expériences de la
vie, ses convictions et ses gouts, ses intérêts d’humain ordinaire, ses liens de diverses sortes, sa place dans le
monde social. Bizeul Daniel, « L'expérience du sociologue comme voie d'accès au monde des autres », dans
: Delphine Naudier éd., Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements. Paris, La
Découverte, « Recherches », 2011, p. 167-185.

A l‘image de l’exotisme en anthropologie, les classes populaires représente ce nouvel « eux » (dégager du
champ de familiarité de l’observateur) au début de la sociologie. Le manque de connaissance sur les milieux
populaires ont comme donné naissance à un « manque à combler ». En découle alors une volonté de
comprendre, d’interpréter. C’est pourquoi la nécessité d’une rupture épistémologique s’opposant alors au
« nous » des représentations.
Mais alors qu’en es- il des propriétés intrinsèques de la production de savoir en sociologie ? Ne saurait-elle
pas être traversé par les figures d’altérité construite et à transcrire ? Tout autant que par l’inclinaison des
matériaux de l’enquête que de la posture de recherche adoptée.
Ce n’est pas anodin si par la suite et des sociologues tel que Tristan Plouadec, ont favorisé l’approche
ethnographique sur des périodes longues, afin de tisser un réseaux de familiarité avec le milieu enquêté.
Ainsi ils ont privilégié des périodes longues et des apports méthodologique de l’ ethnographie, ce qui
semblerait in fine, des tentatives de parer les biais du socle épistémique initiale de la sociologie face à la
distance empirique du milieu des classes populaires.
Par ailleurs, nous pouvons nous demander, une fois dégagé de ses pré notions et épaulé du concept de
neutralité axiologique de Max Weber, c’est-à-dire de neutralisation les effets de jugements de valeurs, si
l’observation sociologique est elle aussi sujette aux effets méthodes de production du savoir et de sa
diffusion ?

3
La chair et le texte : l’ethnographie comme instrument de rupture et de construction, Loïc Wacquant

4
Bizeul Daniel, « L'expérience du sociologue comme voie d'accès au monde des autres », dans : Delphine Naudier éd., Des
sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements. Paris, La Découverte, « Recherches », 2011, p. 167-185.
URL : https://www.cairn.info/des-sociologues-sans-qualites--9782707168986-page-167.html
En dehors de ce double Je s’adosse trois espace. Celui du chercheurs en sociologie, celui de l’enquêté et le
terrain d’enquête. « La réflexivité́ épistémique s’impose à l’ethnographe avec une urgence d’autant plus
grande que tout l’invite à se soumettre aux reconstructions du sens commun, profane ou érudit. Par devoir
méthodologique, l’enquêtrice de terrain se doit d’être à l’écoute des agents qu’elle étudie et de prendre au
sérieux leur « point de vue » 5. Comme le présente Michel et Monique Pinçon-Charlot, les tentatives de
neutralisation qu’opéreront les sociologues, traverse les enjeux de la questions sociale des conditions de vies
des mondes populaires vis-à-vis de la distance des conditions d’existence de l’observateur et de son
discours. De plus, ils rajoutent« C’est alors que celui-ci à une affaire de théories, de méthodes ou de
ficelles, quand il est aussi une affaire de conviction sociale et d’imagination créatrice . » expliquer ce que ça
signifie

Alors, on comprend que la sociologie, tout en étant reliée à entreprise d’objectivation, se doit donc de
penser son regard comme premier biais. Qu’il soit question d’un regard empathique ou de toutes autres
facteurs émotionnels, cet enjeu de neutralisation apparait comme nécessaire afin de préserver les
considérations et aux autres jugements de valeurs du « Je » de l’observateur en sociologie afin d’en
construire un « Je » sociologique du chercheur lui-même objectivé.
L’empathie ne saurait exister en dehors de ce champs des prénotions, le premier objectif après captation de
matériaux sera le passage à l’objectivation, autrement dit, de la rupture épistémologique la neutralité
axiologique en passant par les écueils du socle épistémique. Ce chemin consécutif est un cheminement à la
fois scientifique et moral. Si dès lors, le regard de l’enquêteur dans le temps de l’analyse n’arrive pas à se
dégager de ses facteur psychologisant, qu’il en soit positif ou négatif, celui-ci constitue un biais
antonymique avec l’entreprise de réflexion sociologique.
Cependant sans tomber dans l’écueil d’un regard trop distinctif voir apathique rien n’empêche au sociologue
de tisser une familiarité. Nous l’avons constaté avec la posture de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss qui
témoigna d’une profonde estime pour ses milieux enquêtés dans Triste Tropique. Plus spécifiquement lié
aux classes populaire, Pierre Bourdieu manifesta en dehors de sa compréhension, un engagements affectif
envers les classes populaires au cours de ses travaux dans La Misère du monde. En dehors du misérabilisme,
si l’analyse en amont est efficiente, on peut espérer que le sociologue soit idéalement prémuni des effets de
classes le constituant. Au-delà de la distance sociale, de l’incompréhension que peux éprouver le chercheur,
ce n’est que par l’analyse des interprétations vraisemblables et à travers un soucis de scientificité, que peut
se nuancer les effets de biais, qu’il soit question de posture, de double-je ou des conditions d’existences de la
discipline. La sociologie ne peut que se remettre à l’analyse pour espérer parer à ses biais méthodologique
ou psychologique.

5
Michel, Pinçon-Charlot Monique, « La grande bourgeoisie : un objet de recherche militant ? », dans : Delphine Naudier éd.,
Pratiques de recherche et engagements. Paris, La Découverte, « Recherches », 2011, p. 134-148

Vous aimerez peut-être aussi