Vous êtes sur la page 1sur 4

TELEVISION

JEAN DRUCKER
P> DE Mo

CHERCHONS
LA DIFFERENCE
Jean Drucker est très content. Sauf quand on le bassine avec TV6,
Parce que sa Six à lui fait six fois, dix fois plus d‘audience que la Six
d‘avant. Et c‘est d‘ailleurs pour ça qu‘il est content. Mais il le sera
encore plus lorsqu‘il aura enfin trouvé quelle est sa différence.
n mois après son démarrage, référence. TV6 avait une audience très
M6 a des programmes mais modeste. (Jean Drucker s‘emballe, visible—
pas encore de style. Pas de ment énervé de revenir sur TV6].
couleur. Le 1” mars dernier, il On n‘a pas le droit de dire qu‘il existe un
fallait succéder à TV6. Remplir public de plusieurs millions de jeunes pour
l‘antenne, vite. M6 l‘a remplie, regarder des clips plusieurs heures par
quatorze heures par jour. Dans des condi— jour. Mettez des clips en fin d‘après—midi,
tions acrobatiques. Mais à peine la relève vous aurez une faible audience. C‘était vrai
effectuée, voilà que Jacques Chirac mer— pour TV6. Ça reste vrai pour M6.
credi dernier à L‘heure de vérité déterre le — Donc, vous êtes contre l‘idée d‘une
cadavre de TV6 et souhaite une septième septième chaîne musicale.
chaîne musicale pour les jeunes ! Entre — Totalement contre. Et s‘il était ques—
deux séries américaines, quelques bons tion d‘une chaîne de sports (j‘adore le
films, beaucoup de parlotte en studio et
eeeo net >

deux ou trois jeux, M6 cherche sa person—


nalité.
Candidat sûr de lui devant la Cncl, Jean
Drucker l‘ancien patron d‘Antenne 2 est
aujourd‘hui un pdg bien prudent qui dresse
un portrait un peu flou de sa chaîne. Il
donne rendez—vous en septembre pour la
grande rentrée des télés.
— M6 a démarré le 1” mars. Je ne vais
pas vous dire que la chaîne est parfaite. Je
pourrais vous dresser la liste des choses
qui manquent, qui ne me plaisent pas, et la
liste des idées que nous avons déjà pour
les changer. Elle comporterait quarante
pages. Mais ce n‘est pas mon sujet.
Je suis très content du démarrage de
x v a …
M6. Je veux parler de la performance .Ilæan Drucker : « Nous irons foüiher
dans les catalogues... »
technique. Rendez—vous compte, le lundi
(23 février) on nous donne la fréquence. Le sport) ou de toute autre chaîne thématique,
mercredi, nous apprenons que nous de— je tiendrais le même discours. On ne peut
vons changer de nom (1). Le dimanche pas bloquer un réseau hertzien national
suivant, nous ouvrons l‘antenne. Du jourau pour ce genre de télévision: on ne peut
lendemain, nous offrons au public un pro— pas prendre une autoroute pour faire circu—
gramme complet. Quatorze heures par ler des campeurs à vélo.
jour. Sans un pépin depuis un mois.... Je — Le budget de M6 est dix fois moins
touche du bois ! important que celui de TF1. Vous ne pour—
—Vous avez en main les premiers rez jamais lutter à armes égales avec les
scores d‘audience de M6. Avez—vous re— grandes chaînes. Pourtant, depuis un
trouvé une écoute comparable à celle de mois, on a l‘impression que vous vous
MARC GUILLAUMOT

l‘ancienne TV6 ? baîtez sur le même terrain: films à


— Nous faisons six fois, dix fois, quinze 20 h 30, séries, journaux complets d‘infor—
fois l‘audience de TV6, ça dépend des mation...
heures. C‘est bien. Mais ça n‘est pas ma — C‘est vrai, nous sommes ceux qui »

TÉLÉRAMA N° 1942 — 1°” AVRIL 1987 63


passons les meilleurs films en ce moment.
Disons que nous avons pour l‘instant les
moyens de le faire.
——Mais si c‘est une grille de « luxe »,
combien de temps tiendrez—vous à ce
rythme ?
— C‘est une grille surdimensionnée, en—
core que nous ayons les stocks pour tenir
longtemps. Mettez cela sur le compte des
investissements de lancement de la chaîne.
Pour démarrer, pour gagner de l‘audience,
il faut frapper fort. Cela dit, nous ne pou—
vons pas faire une chaîne généraliste
comme TF1. La question ne se pose même
pas : nous n‘en avons pas les moyens.
A l‘inverse, si nous faisons une chaîne
tellement différente (horaires, contenus,
animateurs) qu‘elle devienne exotique,
nous tombons dans l‘écueil contraire.
Nous nous marginalisons.
— Votre marge de manœuvre est très
étroite...
— Sans doute. M6 va devoir cultiver sa
différence. Mais aujourd‘hui,je ne peux
pas vous dire quelle sera cette différence.
— C‘est tout de même embétant ! Il est
vrai qu‘on ne voit pas bien la « différen—
ce » de M6 quand vous proposez Les Cinq
dernières minutes, Starsky et Hutch ou de

Dynastie ? « C‘ Ie style qi fair différence ehÏfe les chaînes ». Platine laser abien du mal à réc
— Et pourquoi pas Dynastie ? Pour le
PRIVÉE D‘IMAGES seul plaisir d‘être différents, nous n‘allons
pas être la chaîne qui ne diffuse pas de VRP DES ONDES
1 ” eg<1 ? 4 Finie la grand— séries américaines ! Qu‘est—ce qui fait la
8 M6 cherche son
messe du 20 heures. différence entre les chaînes 2 C‘est le style.
style. L‘image est
A M6, on manque L‘art de faire la tambouille avec les mêmes
pauvre. Huit émis—
de moyens, mais on ingrédients.
Je réfléchis beaucoup à l‘exemple de sions sont fabri—
a quelques idées. quées, chaque se—
Tous les soirs à Canal Plus. Cette chaîne a réussi, non pas
maine, dans les
19 h 30 (l‘horaire parce qu‘elle passe des films en boucle,
« m a l i n » ) mais parce qu‘elle a su trouver son style. 50 m° du studio de
; : at0P A|lexandre Bgloud La première caractéristique de M6, c‘est
° la rue Bayard. On
1 plonge en direct d‘être une chaîne des villes, de par ses
: 3 tchatche beaucoup
A. Baloud pour un one man ‘ ” ”e* sur la Six. Les invités
émetteurs. C‘est un premier axe de re—
show de vingt minutes. Alexandre Baloud cherche. Mais notre démarche dans son
P. Bouteiller défilent à longueur
ne «présente » pas le journal, il conte d‘émission. Manque la partde rêve. On a
ensemble sera différente : au lieu de nous
l‘information de la journée. Il accueille ruer sur les trois grosses séries à succès
envie de pousser les décors.
debout ses invités, l‘air de dire « Venez après lesquelles courent toutes les grandes « Patience et indulgence », réclament les
chez moi, voyez comme on y est bien ! » chaînes, nous irons fouiner dans les catalo—
responsables de la Six. Ils connaisssent
Revers de la médaille : le journal de cet trop bien les pièges de la « radio filmée »
gues. On y trouve des trésors !
ancien de RH, directeur de l‘information à
Nous pouvons jouer aussi sur notre poli—
et demandent un peu de temps.
M6 est trop bavard. Normal, la Six est M6 cherche un ton. Elle n‘a pas encore
privée d‘images. Elle attend d‘être admise tique d‘horaires : nous sommes déjà les
trouvé sa couleur. On reconnaît, à cent
dans le club des télés européennes pour seuls à programmer des films à 21 h 30, et
notre journal du soir à 19 h 30. Vous dé— lieues, la « bande de R# ». Tonitruants Vrp
avoir accès à leur bourse quotidienne des ondes (comme Georges Lang ou
d‘images. Et FR3 traîne les pieds pour lui placez un programme d‘une demi—heure et
vous trouvez votre public. C‘est un jeu de Jean—Luc Bertrand)ils vous vendentun jeu
vendre ses reportages des régions. ou un hit des clubs de la même façon qu‘ils
Réaliser deux journaux (à 12 h45 et mécanique très subtil où excelle notre di—
recteur des programmes, Jean Sotck. animeraient une journée anniversaire à
.19 h 30), même modestes, avec seule—
ment vingt journalistes et cinq équipes de Nous devons encore attendre deux ou Conforama.
reportage tient du miracle. Installée à trois mois pour disposer d‘études, de son— L‘après—midi, deux nouvelles têtes,
l‘étroit dans les locaux de R#, l‘équipe ne dages fiables, pour savoir qui regarde M6, Charloite Scianda (AM magazine) et
dispose pas du dixième des moyens quart d‘heure après quart d‘heure. A ce Mady Tran (Platine laser)—l‘une vient du
d‘Antenne 2 (avec ses 250 journalistes et moment—là seulement, nous pourrons faire cirque et du théâtre, la seconde a fait ses
ses 600 personnestravaillant
pour l‘infor— évoluer notre grille par touches succes— classes à Rmc— essaient « d‘être à la télé
mation !), mais elle se lance quand même sives. Démarrer d‘emblée une chaîne comme dans la vie»: un mélange de
dans le magazine. 7urbo, le samedi, complètement différente, c‘est impossible. fraîcheur, d‘enthousiasme et de naïveté.
occupe déjà le terrain « auto—moto— À l‘heure où sortent les théâtres et les
aventure ». « Je ne suis pas venu ici pour
— Canal Plus et la Cinq ont adopté une
politique de forte rediffusion. Qu‘en sera— cinémas, Pierre Bouteiller excelle dans
faires des flashes », dit Alexandre Baloud. Club Six. Atmosphère feutrée. Dans le
La petite M6 a l‘intention de jouer dans la t—il sur M6 ?
— Je suis pour une politique très active
dernier salon où l‘on cause, il rend ses
cour des grands. invités intelligents.
de rediffusion. Le contraire serait une aber—
64 TÉLÉRAMA N° 1942 — 1°” AVRIL 1987
UN PÙBLIC QUI
RESTE A TROUVER
Sapristi ! La Cinq a beau débiter du feuille—
ton américain à longeur de journée, « ils »
en redemandent. Au tableau d‘honneur de
M6, les séries américaines se distinguent :
Brigade de nuit et Cagney et Lacey (diffu—
sées en soirée) ont d‘entrée fidélisé trois
cents à six cents mille mordus, à côté des
téléspectateurs plus volages qui font un
aller—retour sur M6 pour attraper un film
(souvent bon).
L‘après—midi, M6 n‘a pas encore trouvé son
public. Platine laser, l‘émission censée récu—
pérer, à la sortie de l‘école, les anciens fans
de TV6, fait chou blanc. Pendant les trois M6 est une chaîne essentiellement
premières semaines, la, courbe d‘audience urbaine. Et vingt—sept villes seule—
ment la captent, à ce jour.
de Platine lasera flirté avec le zéro pointé.
Mais où est donc passé le jeune public de sienne) la reçoivent. Ils pourraient être deux
TV6 ? Celle de Club Six, le talk show de fois plus nombreux, mais beaucoup n‘ont
Pierre Bouteiller, « frémit » dit—on. Mais les pas réglé leur téléviseur sur le bon canal.
sondages sont encore incertains. D‘autres encore devraient revoir leur an—
Les meilleurs scores de M6 (10 %, 15 % tenne.
d‘audience) doivent, de toute façon, être D‘ici la fin de l‘année, de nouvelles villes
rapportés au faible public potentiel de la comme Nancy, Vannes ou Poitiers rece—
Six : une petite dizaine de millions de télés— vront M6. AU|ourd hui, 27 villes seulement
pectateurs (dont là moitié en région pari— captent la sixième chame
upérer le ene public de TV6.

PLUS TRANSPARENT QUE MOI...


La guerre des nerfs s‘intensifie de jour en de TF1, lors du grand show de la « franspa—
jour, à coups d‘attaques—surprises et de rence » devant la Cncl. Si tel était le cas, que
contre—attaques fulgurantes. Le 12 mars, se passerait—il ? Interrogé, le 24 mars, sur ce
par exemple, c‘est un point pour Bouy— point précis, Gabriel de Broglie, patron de
gues : les différentes fédérations de réalisa— la Cncl, a fait dans la philosophie nor—
teurs et de producteurs, associés à la Sacd, mande : « La disparition d‘une des candi—
annoncent qu‘ils lui font davantage datures avant le terme de la procédure ne
confiance qu‘à Hachette, en matière de constituerait pas. une raison pour qu‘on
création originale . française. * Quelques renonce à attribuer TF1, ni une raison pour
jours plus tard, Jean—Luc Lagardère informe attribuer la chaîne au seul candidat restant
les professionnels de l‘audiovisuel qu‘il s‘a— en compétition ». Bref, on verra bien...
ligne sur les engagements de Bouygues. Un Mais voici qu‘un nouveau rebondissement
point partout. J-Luc Lagardeæ efancis Bouygues brouille encore un peu plus les cartes. La
Le 24 mars, c‘est le roi du béton qui reprend onîæ—aflaque Il invite en grande pompe Commission des Opérations en Bourse a
l‘offensive. Faute d‘avoir reçu la moindre toute la presse (à lexcepflon de Télérama) en effet relevé de graves irrégularités de la
réponse de la Cncl à son « recours gra— à venir contempler de près les différents part du groupe Bouygues lors de sa tenta—
cieux » contre Hachette, Francis Bouygues partenaires de son tour de table, histoire de tive de prise de contrôle de Spie Bati—
rend publique une nouvelle lettre. Il re— prouver qu‘ils existent bel et bien. Mais il gnolles. Le rapport avec TF1 2 Tout simple—
prend point par point, en l‘étayant, son refuse de répondre à toute question sur ses ment que Francis Bouygues apparaît singu—
argumentation juridique, et conclut pé— déméèlés avec son concurrent, se conten— lièrement mal placé pour attaquer la dos—
remptoirement : « Dès lors, la situation est tant d‘affirmer : « C‘est un challenge diffi— sier Hachette, si lui—même n‘a pas respecté
claire : il appartient à la Commission de cile, mais nous le réussirons ». les règles du jeu boursier.
constater que le groupe Hachette n‘est pas Toute la question est de savoir s‘il y aura Résumons. Pour privatiser la première
admis sur la liste des candidats à l‘acquisi— « challenge » jusqu‘au bout. Car Bouygues chaîne publique française deux groupes
tion de TF1, faute d‘avoir satisfait aux exi— continue de tenir suspendue son épée de sont en compétition. L‘un n‘a bouclé sa
gences de la loi du 30 septembre 1986 ». Damoclès : se retirer de la compétition au candidature qu‘au prix de bizarreries et
Cette fois, la Cncl ne peut se dérober. Elle demier moment, s‘il reste convaincu qu‘elle d‘acrobaties qui ont fait sursauter plus d‘un
répond donc à Bouygues. Pour le débouter n‘est pas loyale. On murmure même qu‘il observateur. L‘autre aurait joué les frau—
de son « recours gracieux ». pourrait jouer le scoop, en l‘annonçant en deurs en Bourse. On vit vraiment une
Entre—temps, Jean—Luc Lagardère a déjà direct le vendredi 3 avril, sous les caméras époque formidable ! — ALAIN REMOND

ration. Avec la mulfiplicofion des chaînes, — Le grand rendez—vous, c‘est sep— ment. Disons que si M6 arrive à toucher 15
vous savez bien qu‘une émission ne tou— tembre. Je pense qu‘on va assister à des 7 % du public sur sa zone, ce sera
chera plus à la première diffusion, qu‘une évolutions plutôt qu‘à un grand boulever— remarquable ® Propos recueillis par
faible partie du public potentiel. sement. Les grandes chaînes vont perdre THIERRY LECLERE
— Avec six chaines, la guerre de l‘au— un peu. La Cinq a déjà ùne audience non (1) M6 devait s‘appeler RH6 puisque la C
dience va être terrible. Quelle part du négligeable. Pour être franc, je ne serais possède déjà Ril et Ril—Télé. Mais la Cncla refusé
gâteau esperez—vous ? pas mécontent de faire son score actuelle— cet amalgame des sigles.

TÉLÉRAMA N° 1942 — 1°” AVRIL 1987 65

Vous aimerez peut-être aussi