Vous êtes sur la page 1sur 40

Université Hassiba Benbouali – Chlef-

Faculté de Génie Civil et D’Architecture


Département D’architecture

2ère année L.M.D « Architecture »

Année Universitaire : 2012-2013


« Par contexte nous entendons l’ensemble des données et des
circonstances dans lequel émerge un projet. »

Cette notion est relativement étendue, car le contexte peut


renvoyer à:

Différents champs: le contexte social, le contexte économique,


le contexte physique, le contexte programmatique, etc.

Différentes échelles: globale, locale, et transversale.


Le champ du contexte est défini par la nature des problèmes
abordés.

En architecture, les champs peuvent aller du contexte physique


(topographie, climat...), au contexte social et culturel dans
lesquelles s'insère un projet.
L'échelle du contexte définit le point de vue à partir
duquel le contexte est abordé.

Les ouvrages s'insèrent dans un contexte général où ils


partagent en commun les mêmes objectifs et contraintes
(données réglementaires, macro-économiques...) Échelle globale.

Dans ce contexte global, un certain nombre de circonstances


(usages, climat, etc.) peuvent être partagées par un ensemble
de projets. Échelle Transversale.

Il existe également des circonstances propres à chaque projet


qui ne sont pas partagées et qui possèdent un caractère
singulier (orientation du terrain, condition de production...). Échelle
Locale
projet Site
La nature même de l'architecture, édifice bâti dont la
capacité à exister et à durer dépend de son ancrage
physique sur le sol, la rend étroitement dépendante du
site dans lequel elle prend place.

L'immobilité de l'édifice oblige à la prise en compte de


tous les facteurs d'interaction qu'il peut entretenir avec
son environnement car l'enjeu est de taille... à la mesure
de l'importance du programme.
Le site ne peut pas se définir comme le seul
environnement physique. En effet, l'architecture,
manifestation humaine fondamentale, se constitue avec la
complexité entière du fait humain et social.

L'inscription dans un site dépend de facteurs


de natures différentes.
Dimensions du site

Humaine Physique

Facteurs Facteurs Facteurs de Données Données


économiques sociaux civilisation artificielles naturelles
Humaine

Facteurs Facteurs Facteurs de


économiques sociaux civilisation
Facteurs
économiques

Ressources Ressources
humains financières
Facteurs
sociaux

Valeurs Lois et
Croyances
morales règlements
Facteurs de
civilisation

Histoire Patrimoine culture


Le site, quel qu'il soit, est autant caractérisé par son espace que
l'empreinte de l'histoire présente dans chaque parcelle de
territoire.

Cet aspect de la problématique n'échappe pas à l'architecte qui


initie la démarche de projet par une prise de connaissance de
l'histoire du lieu, afin d'en saisir son identité ; certains parlent
« d'esprit du lieu ».
Otto Sprekelsen, Grande Arche,
Paris.

La Grande Arche du quartier de La Défense à Paris, conçue par Otto Sprekelsen


affirme son appartenance au grand axe historique de Paris qui passe par le Louvre
et les Champs-Élysées.
Norman Foster, Médiathèque et
musée d'art contemporain, Nîmes.

Le travail avec l'histoire du lieu peut se traduire aussi par une


relation directe avec le bâti alentour.
Physique

Données Données
artificielles naturelles
Données naturelles

Couverture
Géographie Topographie Géologie végétale
Hydrologie Climat
Climat
Les conditions climatiques générales (Macroclimat):
Elles correspondent pour un lieu ayant une latitude et une
longitude, aux différentes températures , moyennes sur
l’année, haute maximum et moyenne d’été, basse minimum et
moyenne d’hiver, nombre de jours d’ensoleillement,
pluviométrie générale et répartition sur l’année.

Les conditions climatiques particulières (Microclimat):


Elles sont liées à la situation particulière du site par rapport
aux vents dominants, vents à forte nuisance, vents améliorant
le confort d’été, force relative de ces vents, nombre de jours
d’activité sur l’année, vents locaux induits par la topographie
du terrain et/ou celle induite par les formes de la végétation,
les masques et les corridors.
L’exposition au soleil
L’orientation des espaces de vie par rapport au soleil a toujours
été un critère essentiel du choix d’implantation. Selon le climat
des régions, la typologie des bâtiments change.

On cherche à maximiser la pénétration de la lumière et la chaleur


du soleil dans les pays froids, d’où les grandes ouvertures et les
orientations nord- est et sud- ouest sont recherchées. En
revanche, dans les régions chaudes, on veut se protéger de la
chaleur étouffante du soleil dans les espaces confinés, il est
essentiel de réduire les ouvertures côté sud de l’édifice et de les
multiplier côté nord.
Température et précipitations
Humidité et vents
Exemple d’étude des vents
Topographie
La géologie, l’érosion, les implantations végétales et les interventions
humaines peuvent avoir sculpté le support physique de notre fragment
urbain.
Les qualités topographiques du lieu seront caractérisées par la mise en place
des courbes de niveau sur un plan et la mise en évidence des grandes
catégories de pentes:

 Zones plates entre 0 et 5%


 Zones pentues dont les pentes sont situées entre 5 et 30%
 Nous pouvons aussi nous trouver devant des objets topographiques
particuliers, des talwegs, des buttes, des creux, des falaises, des
éléments singuliers caractéristiques du secteur d’étude traces antiques,
excavations, puits, murets de soutènement des terres.
Courbes de niveau

Pentes
Évacuation des eaux

Nature du sol
Topographie
Géologie

La qualité géologique des terrains en présence permettra de


déterminer le mode constructif le plus adapté et le plus
économique ( type de fondations , hauteurs des bâtiments
). Outre cette connaissance qualitative des « roches » en
présence des indication de variations locales peuvent
donner certains renseignements sur la portabilité des
terrains.
La couleur du sol et les matériaux dont il est composé( argiles,
pierres…) ont des incidences écologiques sur l’usage local
de matériaux de construction qui peuvent lui être lié ( terre
et usage de la brique, sol karstique et usage de la pierre).
Couverture végétale
L’existence d’une végétation sur le terrain d'analyse, que l’on mettra en
évidence fera apparaître la végétation indigène, d'origine, résiduelle ou
entretenue et replantée récemment.

Un constat sera porté sur les caractéristiques de ces plantations, leur qualité
botanique, leur état, les quantités d'individus représentés, leur
proportion, leur disposition sur le territoire étudié.

Les formations paysagères qu'ils constituent ( haies , masques , bois,


alignements…)

L'impact de cette végétation existante sur le secteur d'analyse sera vérifié en


fonction de la qualité de l'habitabilité qu'elle induit. Elle sera alors
amplifiée , remaniée , éliminée ou remplacée en fonction des objectifs .

Elle fait en tout cas partie du paysage présent.


Couverture végétale
La prise en compte des données physiques du site, voire de
l'environnement, fait référence à toutes les études techniques
réalisées lors de l'élaboration d'un projet d'architecture, constituées
de paramètres exacts et mesurables.

Il s'agit de prendre en compte le rôle des éléments fondamentaux liés


au climat, à la nature de la roche du terrain d'assise, à l'eau de
surface ou souterraine.

La construction du bâtiment doit s'apprécier dans son interaction avec


ces éléments. Ainsi, la conception doit prévoir l'effet de ces
données, mais aussi anticiper la transformation de l'environnement
provoquée par la nouvelle construction.
Exemples des schémas
d’analyse du site

Vous aimerez peut-être aussi