Vous êtes sur la page 1sur 3

Synthèse : Chap.

13 l’affectation du résultat
Lorsque le résultat de l’entreprise est positif, on parle de bénéfice. Les associés vont alors décider de
son affectation, tout en respectant certaines règles.

I. La méthode d’affectation du bénéfice de l’entreprise


A. Le calcul du bénéfice distribuable
Il convient d’abord de vérifier le signe du report à nouveau (RAN) de l’année N-1. En effet, si
l’entreprise était en perte l’année précédente, elle doit, dans un premier temps, combler cette perte. Si
le résultat reste positif après ce comblement, des réserves obligatoires devront être dotées.
a. La réserve légale
Elle est rendue obligatoire par l’article L232-10 du Code de commerce afin de garantir une sécurité
financière aux divers créanciers de l’entreprise. Elle concerne les SARL et les sociétés par actions.
Chaque année, 5 % du bénéfice diminué des pertes antérieures doit être affecté à la réserve légale. Sa
dotation cesse d’être obligatoire lorsque son solde atteint 10 % du capital social.
b. Les réserves statutaires
À la rédaction des statuts lors de la création de l’entreprise, les associés ont pu intégrer une clause
stipulant qu’un certain montant du bénéfice, après dotation de la réserve légale, doit également être
mis en réserve afin de consolider sa garantie financière.
c. Les réserves réglementées
Ces réserves contractuelles peuvent être imposées à l’octroi d’un emprunt bancaire : la banque accepte
de prêter une somme d’argent à l’entreprise sous la condition qu’une partie du bénéfice annuel soit
mise en réserve afin de s’assurer la garantie du remboursement.
Méthode de calcul du bénéfice distribuable :
Résultat net comptable (RNC)
– RAN N-1 (si débiteur)
– Réserve légale 5 % × (RNC – RAN débiteur) ; maximum 10 %
– Autres réserves obligatoires × Capital réserves statutaires ou réglementées
+ RAN N-1 (si créditeur)
= Bénéfice distribuable N
B. L’affectation du bénéfice distribuable
Lors de l’assemblée générale ordinaire (AGO) qui a lieu après la clôture des comptes (en mai ou juin
N+1 lorsque l’exercice comptable N est sur l’année civile N), les associés décident du montant qui
sera affecté en réserves facultatives et le montant des dividendes qui sera versé aux actionnaires.
– La mise en réserve facultative permet d’assurer l’autofinancement des futurs investissements.
– Le versement des dividendes permet de rémunérer les actionnaires de l’entreprise.
Dividendes par action = Montant des dividendes décidés en AGO / Nombre de parts sociales
ou d’actions
→ Le dividende est toujours arrondi à l’inférieur (euro, centime ou dizaine de centimes inférieurs).
Taux de rentabilité de l’action = Dividendes par action / Valeur nominale de l’action
→ La valeur nominale de l’action est indiquée dans les statuts de la société. Voici son calcul :
Valeur nominale = Capital social / Nombre de parts sociales ou d’actions

270
Thème 3 – Accompagner la prise de décision © Nathan
II. Les écritures et incidences comptables
A. Les écritures comptables
À l’issue du vote de l’AGO, le bénéfice est affecté et une écriture doit être enregistrée :
120 Résultat de l’exercice ×
110 Report à nouveau N-1 ×
Ou 119 Report à nouveau N-1 ×
1061 Réserve légale ×
1063 Réserve statutaire ×
1068 Autres réserves ×
110 Report à nouveau ×
457 Associés – Dividendes à payer ×
Le compte de résultat 120 est soldé et le reste, non affecté, est crédité au compte « 110 Report à
nouveau » créditeur. Il sera soldé lors de l’affectation du résultat N+1.
Quelques jours ou semaines plus tard, les dividendes sont réglés aux actionnaires :
457 Associés – Dividendes à payer ×
512 Banque ×
Les dirigeants de l’entreprise ont dû anticiper ce décaissement afin de garantir une trésorerie
suffisante.
B. Les incidences sur le bilan comptable
L’affectation du bénéfice augmente les capitaux propres de l’entreprise puisqu’une partie de ce
bénéfice reste dans l’entreprise, en réserve légale et ou statutaire, RAN… :
PASSIF Avant répartition Après répartition
Capital C Le même
Réserve légale RL > ou =
Réserve statutaire RS > ou =
Autres réserves Autres > ou =
Report à nouveau Reste N-1 Reste N
Résultat de l’exercice R Soldé
Capitaux propres CP > avant
L’augmentation des capitaux propres permet d’augmenter l’indépendance financière de l’entreprise
vis-à-vis des banques.

III. L’arbitrage entre mise en réserve facultative et distribution


de dividendes
Lors du vote de l’affectation du bénéfice distribuable, les associés doivent trouver un équilibre entre
satisfaire les actionnaires et assurer la pérennité de l’entreprise.

271
© Nathan Chapitre 13 – L’affectation du résultat
Avantages Inconvénients
– L’entreprise dispose de moins
d’autofinancement pour investir.
– Elle doit trouver des financements
– Satisfaction des actionnaires, surtout
extérieurs ou reporter les investissements.
ceux du capital flottant1, qui recherchent
– Elle risque, à terme, d’être moins
Verser plus la rentabilité de l’action.
compétitive : moins de chiffre d’affaires
de dividendes – Le cours de l’action augmente à court
et un résultat plus faible.
terme et, de ce fait, la capitalisation
– La valeur comptable de l’entreprise
boursière2 de l’entreprise.
peut alors diminuer, ainsi que
la confiance de ses créanciers.
– Le cours de l’action diminuera alors.
– Autofinancement assuré des futurs
investissements.
– Mécontentement des actionnaires
– Augmentation des capitaux propres
du capital flottant, qui risquent
Mettre plus et de l’indépendance financière, ce qui
de revendre leurs actions.
en réserve assure la pérennité de l’entreprise.
– Baisse du cours de l’action à court
– Confiance des créanciers et des
terme.
investisseurs, ce qui va augmenter
le cours de l’action à moyen terme.
1
Capital flottant : part du capital de l’entreprise coté en Bourse.
2
Capitalisation boursière = Cours de l’action × Nombre total d’actions

• Récapitulatif des différentes valeurs d’une action :


Valeur nominale (indiquée dans les statuts de l’entreprise) = Capital social / Nombre d’actions
Valeur comptable = Capitaux propres / Nombre d’actions
Valeur boursière = cours de cotation en Bourse
La valeur nominale reste inchangée.
La valeur comptable évolue à chaque fin d’exercice en fonction de la valeur des capitaux propres.
La valeur boursière évolue chaque jour de cotation en Bourse.
Pour assurer la pérennité de l’entreprise, il est important que la valeur comptable reste supérieure à la
valeur nominale et augmente chaque année.

272
Thème 3 – Accompagner la prise de décision © Nathan

Vous aimerez peut-être aussi