Vous êtes sur la page 1sur 116

Examens radiologiques

en odontologie: les
techniques

Pr CHAMI BASSIMA

Département d’odontologie chirurgicale

1
Objectifs

• Connaître le principe des différentes techniques d’examens


radiographiques;

• Connaître les indications des différents types d’examens


radiographiques;

2
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2La radiographie rétro coronaire
2.1.3La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La radiographie de face
2.2.3 La radiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte
2.2.6 Autres

2.3 Exemples d’images radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceaux coniques
3.2 Imagerie par résonance magnétique: IRM
Conclusion
3
Introduction
La radiographie est un complément indispensable à
l’examen clinique en odontologie
pour réaliser:
❖ Le diagnostic des affections bucco-dentaires

❖Le contrôle des traitements


Deux types d’examens radiographiques:

❖ Imagerie conventionnelle ❖ Imagerie sectionnelle

- Analogique/ argentique

- Numérique 4
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2La radiographie rétro coronaire
2.1.3La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La radiographie de face
2.2.3 La radiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam
Conclusion
5
1- Rappel sur les bases
fondamentales de radiologie
• Production des rayons X Étapes identiques en
radiologie
conventionnelle et
• Formation de l’image radiante numérique

• Détection de l’image radiante

• Présentation de l’image définitive

Image
radiologique 6
1.1Production des rayons X

Tube à rayons X: enceinte en verre

7
1.2 Formation de l’image radiante
• Image virtuelle: ombre porté de l’objet;

• Formée par le faisceau de RX modulé par la traversée


de l’objet radiographié;

• Résulte de l’interaction des RX avec la matière à


l’origine d’une atténuation du faisceau variable en tout
point de l’objet traversé et qui va générer un contraste
permettant la formation de l’image;

• Invisible à l’œil nu: nécessite pour être visible de se


transformer en image latente puis lumineuse.

8
1.3 Détection de l’image
Détecteur

Analogique Numérique

• Film radiologique • Capteur électronique intrabuccal


Radiographie conventionnelle Radiovisiographie

• Détecteur pour tomographie

9
1.3 Détection de l’image
Détecteur

Analogique Numérique
Argentique
l’imagerie numérique a
(lame de verre enduite
pour origine le traitement
d’une couche de gélatine
informatique des données
porteuse de sels d’argent,
du récepteur
étanche à la lumière
Elle est composée
d’éléments distincts
Le traitement chimique
contigües, les pixels qui
d’un film radiographique,
concourent à la formation
riche en sels d’argent,
de l’image
impressionné par un
faisceau de RX modulé
par les structures
traversées

Deux catégorie de film: 10


sans écran et avec écran
1.4 Présentation de l’image définitive

• Sur un film • Sur un écran vidéo

11
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La radiographie de face
2.2.3 La radiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam

Conclusion
12
2- Examens radiologiques conventionnels

2.1 Examens intrabuccaux


2.1.1 Clichés rétro-alvéolaires

 La radiographie périapicale: technique radiographique intraorale


destinée à la visualisation individuelle de la dent ainsi que des structures
périapicales

 Chaque film (cliché) visualise entre 2 et 4 dents et permet d’avoir une


information détaillée concernant la dent et l’os alvéolaire qui l’entoure.

13
• Film placé en arrière des alvéoles dentaires
• Deux techniques:

Technique de la Technique des plans


bissectrice parallèles

14
2.1.1.1Technique classique de la bissectrice: méthode de Dieck

Réalisation

15
• Film 31X41mm placé en bouche en arrière des dents à examiner, son
bord occlusal dépassant légèrement le niveau de la face triturante des
couronnes;

• Film maintenu en bouche:


- par le patient lui-même:

pouce ou index de la main opposée pour les dents maxillaires


index de la main opposée pour les dents mandibulaires;

- par un porte film ou une pince

• Position du patient:
- Au maxillaire: la ligne joignant les deux pupilles ainsi que le plan
d’occlusion horizontaux: la tête légèrement portée vers l’avant;
- A la mandibule: le plan d’occlusion doit être horizontal: la tête
légèrement portée en l’arrière;

• Rayon directeur est perpendiculaire à la bissectrice de l’angle formé par


l’axe de la dent et le plan du film et orienté en direction de l’apex dentaire
16
Avantages

• Renseignements sur l’anatomie des racines, des canaux et des apex;

• Renseignements sur l’os alvéolaire, la lamina dura et l’espace desmodontal;

17
Limites

• Difficulté de réalisation chez un enfant ou un patient nauséeux;

• Ne permet pas de juger de l’étendue des lésions importantes ni


de leur rapport avec les éléments anatomiques de voisinage

18
2.1.1.2 Technique des plans parallèles ou technique long cône:

Réalisation

19
• Film vertical: 24x40mm ou horizontal 31x41mm selon le secteur;

• Film maintenu en bouche par un porte film;

• Plan du film parallèle à l’axe de la dent;

• Rayon directeur perpendiculaire au plan du film et à la dent et en direction du centre ;

20
Avantages

• Absence de déformation ou d’agrandissement:


orthogonalité du rayon et distance dent/film réduite Projection plus exacte
• Moindre irradiation par réduction du temps de pose;

• Absence de projections anatomiques parasites:


os malaire sur les apex des molaires

21
Limites

• Palais plat de l’enfant ou certains adultes;

• Racines dentaires très longues;

•Dents de sagesse incluses en situation distale ou hautes;

22
2.1.1.3 Radio anatomie 1- Email: le tissu le plus radio-opaque
2- Dentine: radio-opacité moins importante
Au maxillaire:
3- Chambre pulpaire: radioclarté au
centre de la couronne
➢ Région incisive 4 Espace desmodontal: radioclarté
entourant la racine
5- Fosses nasales: deux radioclartés
séparées par une ligne radio-opaque

1 2 23
➢ Région canine

7 8

6-Trabiculations osseuses

7- Canal radiculaire: ligne radioclaire


située au centre de la racine

8- Septum interdentaire
24
➢ Région prémolaires-molaires

10

9- Sinus maxillaire
10- Dents sinusiennes ou antrales

25
➢ Région de la dent de sagesse

11
11- bande radio-opaque arciforme à
concavité supérieure

26
A la mandibule:
➢ Région incisive

11

11- lamina dura: ligne radio-


opaque surplombant l’espace
desmodontal

27
28
A la mandibule:
➢ Région canine- prémolaires

29
30
➢ Région des molaires

31
32
➢ Région de la dent de sagesse

33
2.1.1.4 Indications

Indications dans toutes les disciplines

• Pathologie et chirurgie buccale: inclusion dentaire, pathologie kystique et


tumorale;

• Parodontologie: évaluation des lyses osseuses;

• Endodontie: Outil de travail indispensable pour le diagnostic, le contrôle et la


surveillance d’un traitement endodontique;

• Traumatologie dentaire: fractures radiculaires, impaction dentaire;

• Localisation des dents incluses dans le plan antéropostérieur: ex les canines

34
35
36
37
38
Technique de Clarck

39
Règle de Clark: lorsque 3 objets sont alignés

dans l’axe du rayon principal, l’image enregistrée sur le


film est celle de leur superposition;
Si le tube est déplacé latéralement et reste orienté sur les
trois objets, les images sont individualisées: l’objet le plus
proche du film s’est déplacé dans le même sens que le
tube radiogène.
41
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La radiographie de face
2.2.3 La radiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique

Conclusion
42
2.1.2 Clichés rétrocoronaires
➢ Réalisation

• Technique utilisant un film spécifique: bite-wings;

• Film placé en arrière des couronnes des dents;

• Cliché ignorant délibérément les racines afin de donner une image précise
des couronnes affrontées, des rebords alvéolaires maxillaires et
mandibulaires et des espaces interdentaires: film interproximal;

• Film 31X41 mm horizontal;

• Sur la face dirigée vers le tube, et en son milieu, se trouve une languette qui
sera mordue par le patient;

• Film mis en place en arrière des couronnes du secteur molaire- prémolaire et


maintenu en place par morsure sur la languette;

• Rayon principal dirigé en bas de 5 à 10° par rapport au plan d’occlusion.

43
44
➢Avantages/ Indications

• Méthode orthogonale : mesurative;

• Détecter les caries proximales;

• Détecter les reprises de carie sous amalgame;

• Apprécier l’adaptation marginale des reconstitutions coronaires;

• Apprécier le niveau et l’état des septa interdentaires.

45
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La radiographie de face
2.2.3 La radiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique

Conclusion
46
2.1.3 Clichés occlusaux
➢ Principe:

Projection axiale du maxillaire et de la mandibule;


Apport diagnostique de la troisième dimension

➢ Réalisation

- Technique utilisant un film 57 x 76mm ;

- Mordu occlusal: maintenu dans le plan occlusal par morsure légère du


patient;

- Deux incidences sont définies selon l’angulation du rayonnement par


rapport au film.

47
Incidences ortho-occlusales

➢Au maxillaire:

❖ Incidence de Simpson modifiée

• Tube placé à hauteur de la racine du nez incliné de 10° en arrière afin d’éviter la
superposition du frontal

48
➢A la mandibule:

49
➢A la mandibule:

• Rayon directeur croise la première molaire inférieure;


50
• Tête portée en arrière et bien soutenue par la têtière.
Incidences dys-occlusales

- Rayon oblique par rapport au plan du film;

- Déformation volontaire de l’image destinée à discriminer des structures ou


des éléments contigus
51
➢Au maxillaire:

❖ Incidence dysoclusale latérale: droite/gauche

• Rayon toujours oblique, est latéralisé à hauteur du rebord orbitaire inférieur

52
➢A la mandibule

❖ Incidence dysoclusale latérale: droite/gauche: incidence de Bonneau

• Rayon aborde la région de la loge submandibulaire selon une


orientation latérale et antéro-postérieure

• Intérêt en pathologie lithiasique salivaire

53
➢ Radioanatomie

54
➢ Radioanatomie

55
➢ Indications

• Problèmes de localisation :
- recherche de résidus radiculaires
- recherche des dents incluses

• Pathologie kystique, tumorale et pseudotumorale

56
• Pathologie salivaire: recherche des calculs lithiasiques

57
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique (cone beam)

Conclusion
58
2.2 Examens extrabuccaux
2.2.1 L’orthopantomographie: la panoramique

➢ But: Obtenir sur un seul film une image panoramique de l’ensemble des
arcades dentaires

59
➢Principe:
• 2 principes:
- La radiographie par fente où le faisceau de rayon X( étroit et vertical)
est en chaque point perpendiculaire à la tangente de la portion d’ellipse
maxillo-mandibulaire considérée: par déplacement, le faisceau de rayon X
parcourt la région anatomique examinée et permet d’en obtenir une image
sans agrandissement;

- La zonographie courbe ( tomographie courbe ): elle propose d’isoler


un plan de coupe déterminé par déplacement synchrone en sens inverse de
deux éléments de la triade: tube à rayons X- patient- film

60
Radiographie par fente Image panoramique de
Zoonographie courbe l’ensemble des arcades
Coupe tomographique
épaisse courbe, épousant la
forme de l’arcade dentaire
selon un balayage continue
d’une articulation temporo-
mandibulaire à une autre
➢ Avantages

• Examen complet et exhaustif de l’appareil masticatoire incluant les articulations


temporo-mandibulaires et les sinus;

• Cliché d’ensemble autorisant la planification et l’évaluation des traitements;

• Diminution de l’exposition du patient grâce à une stratégie d’exploration


rationnelle.
63
Avantages

Un cliché de débrouillage de première intention

Elle intègre les dents et les structures


osseuses alvéolaires dans leur environnement
naturel locorégional

Elle permet une utile comparaison droite-


gauche
➢ Radioanatomie

Partie antérieure du squelette facial

4
1
2

5 3

1- Septum nasal;
2- Cornet nasal inférieur;
3-Epine nasale antérieure;
4-Orbite;
5-Palais dur. 65
5
1 7
2 9

4 3
6
8

5- Orbite;
6- Sinus maxillaire;
7- Fosse ptérygo-maxillaire;
8- Tubérosité maxillaire;
66
9- Face interne de l’os zygomatique
12
11
10

10- Processus coronoïde

11-Processus condylien
12- Arcade zygomatique 67
- A la mandibule:

14

13

13 - Fossette mentonnière
14 – Canal alvéolaire
68
15

15- Foramen mentonnier


69
➢ Limites et pièges

Impossibilité d’obtenir simultanément une bonne représentation des


maxillaires dans les cas de classe II et III.

Variabilité de la distance film-objet et source-objet pour les différentes


structures, d’où des facteurs d’agrandissements différents selon la
localisation anatomique;

Mesure précise des distances impossible;

Possibilité des superpositions de structures situées hors coupe et de


structures normales pouvant simulées des modifications pathologiques:

- superposition du foramen mentonnier avec l’apex de la deuxième


prémolaire simulant une lésion apicale;
- Superposition des bas fonds sinusiens avec les apex des dents
antrales;
- Hyperclareté de la branche horizontale dans la région prégoniaque
par amincissement osseux en regard de la loge submandibulaire.

Impossibilité d’explorer la troisième dimension: antéropostérieure.


70
Les structures situées derrière Les structures situées devant
le plan de coupe le plan de coupe

Augmentation de taille Diminution de taille


+ +
Raccourcissement Allongement
71
Les structures situées dans le
plan de coupe donne une
image nette et non déformée

72
➢ Indications

Cliché de première intention pour tout nouveau patient: enfant ou adulte;

Mise en évidence des pathologies dentaires et osseuses

ex: - Anomalies dentaires d’éruption: inclusion dentaire;

- Anomalies dentaires de forme, de nombre;

- Anomalies osseuses: déformations, résorption, fractures…

Étude des rapports entre les dents, les lésions osseuses et les structures
voisines;

Complété si besoin par d’autres examens radiologiques spécifiques de


la région à explorer
73
74
2

1
1

5
3
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques

3- Examens radiologiques modernes


3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique (cone beam)

Conclusion
76
2.2.2 La téléradiographie de face
❖ Technique

• Radiographie faisant parti des clichés conventionnels


du crâne;

• Incidence postéro- antérieure permettant la projection


des rochers dans les orbites;

• Plan de Francfort ou orbito-méatal horizontale;

77
❖ Indications

• Orthodontie: ;
• Chirurgie maxillo-faciale

Mise en évidence des asymétries crâniennes du sens tranversal

78
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques

3- Examens radiologiques sectionnels


3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique (cone beam)
Conclusion
79
2.2.3 La téléradiographie de profil
❖ Technique

• Radiographie faisant parti des clichés conventionnels du


crâne;
• Radiographie partielle du crâne
• Crâne abordé par la droite ou la gauche
• Généralement le côté gauche du côté de la cassette du film
• Plan sagittal parallèle au plan du film;
• Plan de Francfort ou orbito-méatal horizontale;
• Intercuspidation maximale, relation centrée ou bouche
ouverte

80
❖ Indications

• Orthodontie: - Bilan diagnostic initial par analyse céphalométrique;


- Dimension verticale d’occlusion;
- Morphologie des voies aériennes;
- Établir des prévisions de croissance;
- Contrôle du traitement par superposition de deux
radiographie de profil;

• Pathologie dentaire : inclusion dentaire du secteur antérieur (incisives,


canines): localisation dans le sens sagittal et vertical, rapport avec les
structures adjacentes: plancher des fosses nasales;

• Pathologie kystique: localisation dans le sens sagittal et vertical, rapport


avec les structures adjacentes: plancher des fosses nasales;

81
82
83
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam

Conclusion
84
2.2.4 La radiographie Blondeau: nez-menton-plaque

❖ Technique

• Patient positionné en appui menton-plaque;


• Bouche maintenue ouverte par un bouchon;
• Rayon directeur doit aborder le supérieur des rochers de manière à
projeter ces derniers au dessous du plancher du sinus maxillaire
85
❖ Indications

• Exploration des cavités pneumatiques de la face: sinus maxillaire,


frontaux et cellules ethmoïdales: sinusites, corps étrangers intra sinusiens…

• Traumatologie de la face: signes de fractures de la partie supérieure de la


face

86
87
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques

3- Examens radiologiques sectionnels


3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam

Conclusion
88
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte: front-nez-plaque
❖ Technique

• Bouche ouverte au maximum à l’aide d’un


bouchon;
• Rayon directeur projette les condyles au
dessus des sinus

• Une vue frontale des parties mandibulaires latérales ( branche


horizontale, angle et ramus) qu’elle complète dans la troisième
89
dimension
❖ Indications

• Étudier le rapport entre dent de sagesse et canal alvéolaire;

• Localiser les dents de sagesse incluses en situation atypique.

90
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam

Conclusion
91
2.3 Exemples d’images radiologiques pathologiques

• L’image d’une structure maxillaire résulte du phénomène


d’absorption du faisceau incident, homogène, de rayons X par
les composantes de la structure anatomique traversée,

• Le faisceau émergent porte l’image latente ou les données


densitométriques de l’absorption permettant l’élaboration de
l’image.

L’image sera d’autant plus L’image sera d’autant


claire (noire) que le plus dense (blanche)
faisceau incident est peu que le faisceau incident
92
absorbé est absorbé
2.3.1 Image radioclaire

• Une image radioclaire au niveau des maxillaires correspond à un


phénomène d’ostéolyse bénin ou malin;
• Elle est soit uniloculaire soit pluriloculaire;
• On parle de:

- Géode: limites bien définies


- Lacune: limites ne sont pas bien définies

93
2.3.2 Image radio-opaque

• Une image radio-opaque correspond à un phénomène d’augmentation


de la densité minérale dentaire ou osseuse

- Odontome

94
2.3.3 Image mixte

• Une image mixte correspond à une image où il y a l’association des


deux composantes: radio-claire et radio-opaque

• Ex: Cementome au stade II

95
Plan
Introduction
1- Rappel sur les bases fondamentales de radiologie
2- Examens radiologiques conventionnels
2.1 Examens intrabuccaux

2.1.1 La radiographie rétroalvéolaire


2.1.2 La radiographie rétro coronaire
2.1.3 La radiographie occlusale

2.2 Examens extrabuccaux

2.2.1 L’orthopantomograme: Panoramique


2.2.2 La téléradiographie de face
2.2.3 La téléradiographie de profil
2.2.4 La radiographie blondeau
2.2.5 La radiographie face basse bouche ouverte

2.3 Exemples d’image radiologiques pathologiques


3- Examens radiologiques sectionnels
3.1 Tomodensitométrie: scanner
3.2 Tomographie à faisceau conique: cone beam

Conclusion
96
3.1 Tomodensitométrie: scanner

➢ Principe

• L’image TDM fait appel aux rayons X comme la radiologie conventionnelle;

• Elle repose donc sur l’absorption différentielle du rayonnement par les


différentes structures anatomiques traversées

97
• Tube et système de détection sont placés sur l’anneau inclinable et
capable de mouvements de rotation ;

• Pendant que l’anneau effectue un mouvement de rotation autour de l’axe


du patient, un éventail de rayons X traverse une couche d’épaisseur
déterminée et les détecteurs mesurent le rayonnement secondaire
derrière l’objet;

• Les différents éléments de volume de la coupe sont ensuite calculés par


ordinateur et visualisés sous forme d’image sur un moniteur

• Les coupes TDM peuvent être réalisées dans le plan sagittal ou de profil
et dans le plan frontal donnant des coupes axiales, sagittales et des
coupes coronales ou frontales avec possibilité de reconstitutions 2D (
deux dimensions) et 3D (trois dimensions)

98
Coupes axiales

Coupes coronales

99
➢ Indications

❖Pathologie kystique et tumorale:

-Détermination de l’étendue des lésions par rapport aux corticales osseuses;

- Détermination de leur rapport avec les éléments de voisinage: sinus, canal


mandibulaire…;

❖Inclusion dentaire:
- Dents de sagesse: détermination de leur rapport avec le canal
mandibulaire( Dentascan);

- Canines incluses: détermination de leur siège exacte en position


vestibulaire, palatine ou intermédiaire ainsi que leur rapport avec les fosses
nasales;
❖Implantologie:

Étude de la hauteur, de la morphologie tridimensionnelle ainsi que de la


texture osseuse d’un site à implanter 100
101
3.2 Tomographie volumique à faisceau conique: cone beam

3.2.1 Principe

• Le faisceau de rayons X , de forme


conique, atténué en traversant l’objet à
explorer avant d’être analyser par un
système de détection
• Le tube radiogène et le système de détection
tournent autour du sujet (180° à 360°)
3.2.2 Réalisation d’un examen cone beam

➢ Position du patient

- Debout ou assis ou couché sur un lit

- La tête est maintenue dans une têtière

- La contention est importante afin


d’éviter les artéfacts cinétiques
➢ Les constantes d’acquisition

L’exposition: tension de 50 à 110 Kv et


temps de pose en fonction de la
corpulence du sujet et de la résolution
souhaitée
Champs de vue: étape 1
• Sélectionner le territoire le plus petit à
explorer et qui contient la structure posant
une question diagnostique
• Facteurs d’exposition optimaux pour
répondre à la question de diagnostic
posée
• Choisir l’option QUICK SCAN quant c’est
possible
Temps de pose

- S’effectueen un temps variable selon


les machines et les programmes de 9 à
30 secondes pendant lesquelles le
patient est prié de ne pas bouger ou
déglutir

- Ce temps correspond à l’acquisition


des données brutes (Raw Data)
3.2.3 Reconstruction primaire: étape 2

• Plusieurs centaines d’analyses sont réalisées


dans les différents plans de l’espace, permettant
après transmission des données à un ordinateur
la reconstruction volumique d’un cylindre
contenant l’objet (ici les maxillaires)
3.2.4 Reconstruction secondaire: étape 3

Le volume ainsi obtenu à partir des projections


cone beam (acquisitions) est reconstruit par
ordinateur en coupes axiales 2D

Insertion photo livre


3.2.5 Autres types de reconstruction multiplanaire:
Reconstructions DICOM

Reconstruction donnant des images panoramiques ou transaxiales


(orthogonales)
Utilisation du cone beam

- Inclusion dentaire
- Pathologie kystique et tumorale
- Implantologie
- Autres
Classification montrant les rapports racines des
dents de sagesse inférieurs / canal alvéolaire
les plus à risque de lésion nerveuse
Considérations liées à la dose
d’irradiation

• Le principe ALARA: « As Low as reasonably


achivable radiation exposure »

Source Dose efficace sv


Panoramique dentaire numérique 15-25
Status long cone 21 pose 100
numérique
Dentascanner non optimisé 600- 1300
Dentascanner optimisé 60- 210

Cone beam 20-60


Conclusion
• Examen radiographique est un examen
important
• Complémentaire de l’examen clinique
• Le choix du type d’examen doit être dicté
par des considérations diagnostiques,
thérapeutiques et de degré d’irradiation

116

Vous aimerez peut-être aussi