Vous êtes sur la page 1sur 5

FRANCE

ENQUÊTE

Le PSG s’est déchaîné contre le supporter giflé par Neymar

Pour protéger l’image de Neymar, sa superstar brésilienne, après sa gifle donnée à un supporter du
Stade rennais, le PSG a lancé une attaque numérique secrète contre la victime en divulguant son
identité et en le traitant de délinquant.

Clément Fayol et Yann Philippin


12 octobre 2022 à 15h28

C’ est l’une des gifles les plus médiatisées de l’histoire du football français. Le 27 avril 2019, Nelson, un
supporter du Stade rennais, se fait gifler par Neymar après avoir chambré le joueur vedette du PSG à l’issue
de la finale de la Coupe de France. L’incident est commenté dans le monde entier. Alors que c’est lui qui a été
frappé, Nelson subit une violente campagne de cyberharcèlement, qui se prolonge dans la vie réelle.

« Son identité a été diffusée sur Internet, raconte son avocat, Philippe Ohayon. Il a été insulté en ligne par des milliers
de personnes, c’était un bombardement sans fin qui l’a profondément marqué. Parce que c’est du foot, l’affaire a
provoqué un emballement médiatique et une spirale infernale. »

Nelson l’ignorait à l’époque, mais le PSG a participé à cette campagne de harcèlement en diffusant son nom de
famille sur Twitter et en tentant de le faire passer pour un délinquant. Selon une enquête de Mediapart, l’opération
a été menée par « l’armée numérique » du PSG, une galaxie de faux comptes gérés par l’agence Digital Big Brother
(DBB) sous la supervision du service de communication du club, dirigé à l’époque par Jean-Martial Ribes (lire notre
enquête ici). Il a quitté le PSG en mai dernier pour rejoindre une filiale du géant du luxe LVMH.
© Sebastien Calvet / Mediapart

Contacté, le PSG n’a pas souhaité commenter le cas précis de Nelson, mais indique que « le club n’a jamais contracté
avec une agence afin de nuire à des individus et à des institutions ». L’agence DBB nous a confirmé avoir travaillé
pour le PSG, sous les ordres de « Jean-Martial Ribes », mais a refusé de commenter les « différentes opérations et
campagnes » menées pour le compte du club.

Nos révélations interviennent alors que la justice enquête sur la même affaire, dans le cadre d’une tentaculaire
information judiciaire sur les opérations de renseignement présumées illicites menées par un lobbyiste et un
ancien policier dans l’environnement du PSG et des réseaux d’influence du Qatar en France (lire ici). Les deux
hommes ont été mis en examen le 29 septembre pour, respectivement, six et sept délits présumés, notamment pour
« corruption », « faux et usage de faux » et « complicité d’accès frauduleux à des données personnelles ». Ils sont
présumés innocents.

L’un d’entre eux, Malik N., est un ancien agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), devenu en
2018 salarié du PSG en tant que référent supporters. Il est soupçonné d’avoir, grâce à d’anciens collègues, récupéré à
plusieurs reprises des informations issues du traitement d’antécédents judiciaires (TAJ), le fichier de la police et de
la gendarmerie.

Les enquêteurs de la DGSI, chargée de l’enquête judiciaire, ont découvert que Malik N. a été impliqué dans l’affaire
de la gifle. Selon une information du Parisien, confirmée à Mediapart, il a pu accéder aux données du TAJ
concernant Nelson, à la demande du PSG. Contacté, l’un de ses avocats, Vincent Brengarth, s’est refusé à tout
commentaire. 

Le 6 septembre dernier, les enquêteurs se déplacent dans l’ouest de la France, où habite Nelson, pour l’auditionner
comme témoin. « Ils m’ont expliqué que mon identité avait été volontairement diffusée après l’incident du Stade de
France. J’ai compris que j’avais été espionné, qu’on avait cherché mon nom pour me nuire », a-t-il raconté au Journal
du dimanche.
« Lors de l’audition, les policiers de la DGSI m’ont indiqué qu’ils disposaient d’un échange entre un cadre du PSG et un
salarié du club dans lequel ces deux personnes évoquent le fait de “lâcher les loups” contre moi », ajoute Nelson à
Mediapart.

Le PSG disposait à l’époque d’une « armée numérique », dont notre enquête révèle aujourd’hui l’existence. Il
s’agissait d’une galaxie de faux comptes Twitter destinés à mener des attaques souvent violentes. Selon un
document confidentiel, elles étaient opérées par l’agence d’influence Digital Big Brother (DBB), sous la supervision
de « l’équipe de communication du PSG ». Le navire amiral de cette « armée » était le compte Twitter nommé
« Paname Squad ». C’est lui qui a attaqué Nelson.

Pour comprendre, il faut revenir à la soirée du 27 avril 2019. Après la défaite du PSG contre Rennes en finale de la
Coupe de France, les joueurs montent une travée du Stade de France pour recevoir leurs médailles. Nelson chambre
deux joueurs du PSG puis lâche, au passage de Neymar : « Va apprendre à jouer au foot, toi ! » La star brésilienne
réplique par une gifle au visage.

Les vidéos de la scène, postées sur Internet, créent un buzz mondial. Dans les médias étrangers, la plupart des
commentateurs critiquent le geste de Neymar, comme le fera l’entraîneur du PSG Thomas Tuchel en conférence de
presse.

Le PSG a-t-il voulu protéger sa superstar, achetée 222 millions d’euros, en salissant Nelson ? En tout cas, dès le
lendemain, le compte Paname Squad, fer de lance de « l’armée numérique » du club, publie une vidéo filmée peu
après l’incident dans laquelle Nelson sourit face à un joueur rennais, avec ce commentaire : « Le mytho qui se dit
blessé et traumatisé après la présumée agression de Neymar. » L’objectif : laisser penser que la gifle de l’attaquant
brésilien était légère.

« Contrairement à ce qui a été dit sur les réseaux, ce n’était pas une petite claque, c’était un bon coup à la bouche, j’ai
saigné », affirme Nelson à Mediapart.

Une heure et demie plus tard, le même compte publie un second tweet pour demander aux internautes s’ils ont le
« contact » du supporter, dont l’identité est encore inconnue. Un twitto répond en postant une capture d’écran du
compte Snapchat avec lequel Nelson a posté une vidéo de la gifle. Mais il n’y a que son pseudonyme.

Le journaliste Pierre Ménès (à gauche) dénigrant le supporter giflé par Neymar sur Canal+, le 28 avril 2019. © Capture d'écran Canal+
Ce même 28 avril en soirée, sur le plateau du « Canal Football Club » de Canal+, le journaliste Pierre Ménès lance
une charge violente contre Nelson. Il affirme que ce n’était qu’« une bafounette » et que le supporter breton « se fait
passer pour une victime » : « Mais il se fout de la gueule du monde ! Il veut du pognon le mec, c’est un escroc ! »

Selon Nelson, cette saillie a amplifié le harcèlement numérique qu’il a commencé à subir juste après l’incident :
« J’ai reçu de très nombreuses insultes, des menaces de mort, on me traitait de voleur, c’était la honte. Des gens sont
passés devant mon domicile et m’ont menacé. Je n’osais plus sortir de chez moi tout seul. Heureusement que j’avais ma
famille pour me soutenir. »

Le 2 mai, il poursuit Pierre Ménès pour diffamation(1). Pour tenter d’apaiser la situation, Nelson ne porte pas plainte
contre Neymar, et accorde le 3 mai un entretien à L’Équipe dans lequel il ne dévoile que son prénom. Il déclare
regretter ses paroles visant Neymar et n’être pas intéressé par l’argent. « J’ai pris un gros coup psychologiquement,
mais Neymar aussi, conclut-il. Je comprends qu’il ne soit pas bien après tout ça. Je demande juste à le rencontrer pour
qu’on puisse se dire les choses, s’excuser et se quitter sur une bonne poignée de main. »

© Sébastien Calvet / Mediapart

Ses paroles n’ont manifestement pas calmé le PSG. Le 3 mai 2019, quelques heures après la parution de l’interview,
le compte Paname Squad, navire amiral de l’ « armée numérique » du club, poste un tweet qui divulgue son identité
complète et son année de naissance, avec l’émoticone d’un visage qui vomit et ce commentaire : « Le mec ne serait
qu'un petit escroc, connu des services de police, selon les mecs de sa ville. »

« C’est totalement faux. Mon casier judiciaire est vierge », réagit Nelson auprès de Mediapart.

Il affirme que la divulgation de son identité a eu des conséquences importantes, et pas seulement en ligne : « Les
gens m’interpellaient dans la rue. Je venais d’ouvrir un restaurant et j’ai constaté une très forte baisse de la clientèle.
Des gens passaient devant mon restaurant, klaxonnaient et se fichaient de moi. »
« Je pense qu’en tentant de discréditer une victime et en jetant son identité en pâture sur les réseaux sociaux, on a
tenté d’influer sur le cours de la justice en le dissuadant de porter plainte », souligne son avocat, Philippe Ohayon.

Neymar n’a pas présenté ses excuses à Nelson. Le 10 mai 2019, la Fédération française de football lui a infligé une
sanction disciplinaire avec une suspension pour trois matches. Le supporter du Stade rennais a finalement porté
plainte dix jours plus tard.

En octobre 2019, le parquet de Bobigny a classé l’affaire sans suite, précisant avoir adressé à Neymar un simple
« rappel à la loi ». « Nous avons ressenti cette décision comme une grande injustice, indique Me Ohayon. Si c’était
mon client qui avait frappé Neymar, il aurait été immédiatement arrêté et sans doute condamné à de la prison. »

Trois ans après les faits, Nelson a repris une vie normale. Mais son audition, en septembre, par la DGSI, a ravivé de
mauvais souvenirs. « J’ai eu de nouveau du mal à dormir. J’ai préféré partir prendre l’air une semaine à l’étranger. » Il
veut aujourd’hui déposer une nouvelle plainte pour que « les gens qui [lui] ont fait ça soient punis » : « Je crois qu’ils
ne se rendent pas compte des conséquences. Je ne veux jamais revivre ça de ma vie. »

Clément Fayol et Yann Philippin

Si vous avez des informations à nous communiquer, vous pouvez nous contacter à l’adresse enquete@mediapart.fr. Si vous souhaitez adresser des documents
en passant par une plateforme hautement sécurisée, vous pouvez passer par SecureDrop de Mediapart, la marche à suivre est explicitée dans cette page.

Boîte noire

(1) La plainte a été déclarée irrecevable à la suite d’une erreur lors de son dépôt.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 127 avenue Ledru-Rollin, 75011 Paris
Direction éditoriale : Stéphane Alliès et Carine Fouteau Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Propriétaire, éditeur, imprimeur : Société Editrice de Mediapart
Capital social : 24 864,88€. Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonnés
RCS Paris 500 631 932. de Mediapart peut être contacté par courriel à l’adresse :
serviceabonnement@mediapart.fr ou par courrier à l'adresse : Service abonnés
Numéro de CPPAP : 1224Y90071
Mediapart, 11 place Charles de Gaulle 86000 Poitiers. Vous pouvez également
N° ISSN : 2100-0735 adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 127 avenue Ledru-Rollin,
Conseil d'administration : Fabrice Arfi, Jean-René Boisdron, Carine Fouteau, 75011 Paris.
Edwy Plenel, Sébastien Sassolas, James Sicard, Marie-Hélène Smiéjan.
Actionnaires directs et indirects : Société pour l’Indépendance de Mediapart,
Fonds pour une Presse Libre, Association pour le droit de savoir

Vous aimerez peut-être aussi