Vous êtes sur la page 1sur 104

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

************************

MENTION : INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


PARCOURS : GEOMETRE - TOPOGRAPHE

Mémoire de fin d’étude en vue de l’obtention du grade Master II


Titre Ingénieur en Géomètre Topographe

MISE EN PLACE D’UNE APPLICATION


WEBMAPPING POUR LA GESTION DES
OPERATIONS COMMUNALES

Présenté par : Mlle NIRISOA Murielle Angeline


Soutenu publiquement le 04 Octobre 2019

Sous la direction de :
Madame RABEHERIMANANA Lyliane Irène, Maître de conférences et
Enseignante au sein de l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo
Monsieur RABEMALAZAMANANA, Ingénieur Géomètre Topographe

PROMOTION 2017-2018
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

************************

MENTION : INFORMATION GEOGRAPHIQUE ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


PARCOURS : GEOMETRE - TOPOGRAPHE

Mémoire de fin d’étude en vue de l’obtention du grade Master II


Titre Ingénieur en Géomètre Topographe

MISE EN PLACE D’UNE APPLICATION


WEBMAPPING POUR LA GESTION DES
OPERATIONS COMMUNALES

Présenté par : Mlle NIRISOA Murielle Angeline


Soutenu publiquement le 04 Octobre 2019

Devant les membres de jury :


Président : Monsieur RABARIMANANA Mamy, Professeur et Enseignant à l’ESPA
Encadreurs : Madame RABEHERIMANANA Lyliane Irène, Maître de conférences et enseignante
à l’ESPA
Monsieur RABEMALAZAMANANA, Ingénieur Géomètre topographe
Examinateurs : Monsieur RABETSIAHINY, Maîtres de conférences et enseignant à l’ESPA
Monsieur RAVELOALISON Hajanirina, Enseignant à l’ESPA

PROMOTION 2017-2018
« Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa
grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai
travaillé plus qu’eux tous, non pas moi toutefois, mais
la grâce de Dieu qui est avec moi ».
I Corinthiens 15 :10
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

TENY FISAORANA
Sitrakay ny hisaotra eram-po an’Andriamantra Ray, Zanaka ary ny Fanahy Masina noho
ny fahasoavany nandritra ny fanomanana rehetra nahafahanay namita ity boky ity ary ny namelany
anay ho tonga amin’izao dingana izao eo amin’ny fianaranay.

Izao asa izao no tontosa noho ny fiaraha-miasa sy ny soso-kevitra ary ny fanohanana tamin’ny
lafiny rehetra avy amin’ireto olona manaraka ireto. Koa toloranay fisaorana izy ireo :

 Andriamatoa RAKOTOSAONA Rijalalaina, tompon’andraikitra voalohany eto anivon’ny


Sekoly Ambony Polyteknika, noho ireo soso-keviny sy ny fanampiany nandritry ny fianaranay ;
 Andriamatoa RABARIMANANA Mamy, izay nanome voninahitra amin’ny fitarihana
ny fitsarana ny boky ;
 Ramatoa RABEHERIMANANA Lyliane Irène sy Andriamatoa
RABEMALAZAMANANA. nohon’ ny fiaraha-miasa sy ireo torolalana nomeny ;
 Andriamatoa RABETSIAHINY sy Andriamatoa RAVELOALISON Hajanirina,
nanaiky ny ho anisan’ny mpitsara ity boky ity;
Tsy adino ihany koa ireo mpampianatra sy tompon’andraikitra rehetra ato amin’ny
departemanta « Information Géographique et Aménagement du Territoire » sy eto anivon’ny Ecole
Superieur Politechnique d’Antananarivo.

Amin’ny fo feno fitiavana ihany koa no anoloranay ny fisaorana an’ireo Ray aman-dReninay
tamin’ny fanohanana ara-kevitra sy ara-materialy ary ara-bola tamin’ny fanatanterahana izao boky
izao. Tsy adino ireo namana sy mpiaramianatra izay nanohana hatrany nandritra ny fianaranay.

i
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

REMERCIEMENTS
Nous tenons à remercier du fond du cœur la sainte Trinité : Dieu le Père, Dieu le Fils et le Saint
Esprit qui nous a permis de parvenir jusqu’à ce stade de notre parcours et pour tous ses bienfaits envers
nous durant la préparation de ce travail de mémoire et jusqu’à son aboutissement.
Ce travail n’ayant pu être mené à terme sans la collaboration, l’apport en conseil et soutien tant
moral que matériel des personnes suivantes, nous voudrions leur adresser nos plus vifs et sincères
remerciements :

 A Monsieur RAKOTOSAONA Rijalalaina, responsable du domaine de l’ingénieur à


l’ESPA, à qui tous les honneurs reviennent de droit, et qui n’a pas restreint ses efforts afin de nous donner
la possibilité d’étudier dans un environnement intellectuel adéquat ;
 Monsieur RABARIMANANA Mamy, Professeur et Enseignant au sein de l’Ecole
Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui nous a fait l’honneur de présider les jurys de cette
soutenance de mémoire ;
 A Madame RABEHERIMANANA Lyliane Irène Maître de conférences et Enseignante
au sein de l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, pour son encadrement pédagogique au
cours de la réalisation de ce mémoire, de ses conseils, de son aide, de sa patience et de ses efforts pour nous
guider durant cette étude.
 A Monsieur RABEMALAZAMANANA, Ancien Chef de Département Recherche et
Développement au FTM et Ingénieur Géomètre topographe, pour son encadrement tout au long de ce
travail, malgré ses multiples occupations.
 A Monsieur RABETSIAHINY Maître de conférence et Enseignant à l’École Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo ainsi que Monsieur RAVELOALISON Hajanirina Docteur et
Enseignant à l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui ont pris la peine d’examiner et
d’évaluer ce travail.
Nous remercions également tout le corps Enseignant de la Mention Information Géographique et
Aménagement du Territoire de L’ESPA pour tout le Savoir et Savoir-faire qu’il nous a apportés durant
nos Etudes.

Enfin, nous avons une pensée pleine de gratitude à nos chers parents respectifs, nos différentes
familles ainsi qu’à nos amis et collègues qui nous ont toujours encouragés et soutenues dans nos études.

ii
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

TABLE DES MATIERES


TENY FISAORANA ............................................................................................................................. i
REMERCIEMENTS .............................................................................................................................ii
TABLE DES MATIERES .................................................................................................................. iii
LISTE DES ABREVIATIONS ...........................................................................................................vii
LISTE DES FIGURES......................................................................................................................... ix
LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................................... x
LISTE DES ANNEXES....................................................................................................................... xi
LISTE DES CARTES .......................................................................................................................... xi
INTRODUCTION .............................................................................................................................. 12
Partie I : CADRAGE DU PROJET ..................................................................................................... 13
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES RECETTES FISCALES DE LA COMMUNE DE
MADAGASCAR ............................................................................................................................ 14

I-1 Compétences des communes ......................................................................................................... 14


I-1-1 Services administratifs ................................................................................................... 14

I-1-2 Gestion du domaine public et des infrastructures économiques .................................... 14

I-1-3 Traitement des ordures et hygiène publique .................................................................. 15

I-1-4 Service sociaux .............................................................................................................. 15

I-1-5 Sécurité........................................................................................................................... 15

I-1-6 Planification du développement ..................................................................................... 15

I-2 Structure institutionnelle ............................................................................................................... 15


I-3 Les acteurs budgétaire ................................................................................................................... 16
I-4 Les principes du droit budgétaire .................................................................................................. 17
I-5 Les composantes de la fiscalité locale ........................................................................................... 17
I-5-1 Les recettes fiscales régies par le Code Général des Impôts au profit des Communes . 18

I-5-2 Les droits et taxes définis par la loi 94 – 0071............................................................... 19

I-5-3 Les autres ressources définies par la loi 94 – 007 ......................................................... 20

CHAPITRE II : LES PRINCIPAUX ENJEUX DU PROJET ........................................................ 21

II-1 Présentation du projet................................................................................................................... 21

iii
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
II-1-1 Naissance du projet ....................................................................................................... 21

II-1-2 Objectif globaux ........................................................................................................... 21

II-1-3 Objectif spécifiques ...................................................................................................... 22

II-2 Présentation de la zone pilote....................................................................................................... 23


II-3 Les données recueillies ................................................................................................................ 25
CHAPITRE III : QUELQUES NOTIONS DE BASES.................................................................. 26

III-1 Notion de SIG (Système d’Information Géographique) ............................................................. 26


III-1-1 Définitions ................................................................................................................... 26

III-1-2 Les fonctionnalités du SIG .......................................................................................... 27

III-1-3 Composants de SIG ..................................................................................................... 27

III-1-4 Le système de coordonnée .......................................................................................... 29

III-2 Notion sur webmapping .............................................................................................................. 30


III-2-1 Définition..................................................................................................................... 30

III-2-2 Fonctionnalité .............................................................................................................. 30

III-2-3 Architecture d’un système webmapping ..................................................................... 31

III-2-4 Les Services web Geospatiaux .................................................................................... 33

Partie II : MODELISATION DE L’APPLICATION ......................................................................... 34


CHAPITRE IV : ANALYSE DES BESOINS ................................................................................ 35

IV-1 Identifications des acteurs .......................................................................................................... 35


IV-2 Identifications des cas d’utilisations ........................................................................................... 35
IV-3 Diagrammes des cas d’utilisations ............................................................................................. 36
IV-4 Scénarii des principaux cas d’utilisations avec les diagrammes de séquences .......................... 37
IV-4-1 Se connecter ................................................................................................................ 38

IV-4-2 Visualiser la carte ........................................................................................................ 39

IV-4-3 Consulter une liste électorale ...................................................................................... 39

IV-4-4 Demander une copie de naissance............................................................................... 40

IV-4-5 Consulter les impôts .................................................................................................... 41

IV-4-6 Administrer ................................................................................................................. 41

CHAPITRE V : MODELISATION DE LA BASE DE DONNEES .............................................. 42

iv
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
V-1 Création de dictionnaire de données ............................................................................................ 43
V-2 Elaboration du Modèle Conceptuel de données (MCD) .............................................................. 43
V-3 Elaboration du Modèle Logique de données (MLD) ................................................................... 45
V-4 Elaboration du Modèle Physique de données (MPD) .................................................................. 46
CHAPITRE III : ETUDE TECHNIQUE ........................................................................................ 47

VI-1 Choix de l’architecture de l’application ..................................................................................... 47


VI-1-1 Solutions du coté serveur ............................................................................................ 47

VI-1-2 Solutions du côté client ............................................................................................... 51

VI-2 Les outils de développement ...................................................................................................... 52


VI-2-1 HTML (Hyper Text Markup Language) ..................................................................... 52

VI-2-2 CSS (Cascading Style Sheets) .................................................................................... 53

VI-2-3 PHP (Hypertext Pre-processor) .................................................................................. 53

VI-2-4 JavaScript .................................................................................................................... 53

VI-3 Système de gestion de contenue ................................................................................................ 54


Partie III : PRESENTATION DES RESULTATS ............................................................................. 55
CHAPITRE I : PRESENTATION DU SITE .................................................................................. 56

I-1 Session client ................................................................................................................................. 56


I-1-1 Page d’acceuil ................................................................................................................ 56

I-1-2 Menu “Carte” ................................................................................................................. 58

I-1-3 Menu “Mairie et citoyens” ............................................................................................. 59

I-1-4 Menu “Liste éléctorale” ................................................................................................. 60

I-1-5 Menu “Liste des hommes” ............................................................................................. 61

I-1-6 Menu “Liste des femmes” .............................................................................................. 62

I-7 Session personnel .......................................................................................................................... 63


I-7-1 Interface « Mise à jour » des données ............................................................................ 64

I-7-2 Interface d’impression d’une copie de naissance ........................................................... 65

I-7-3 Interface établir une facture lors d’un payement du client via le site ............................ 67

I-7-4 Interface pour voir tous les revenus de la commune ...................................................... 68

CHAPITRE II : ANALYSE DES RESULTATS ........................................................................... 70

II-1 Outil de communication ............................................................................................................... 70

v
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
II-2 Outil de travail ............................................................................................................................. 70
II-3 Outil de contrôle /décision .......................................................................................................... 71
II-4 Augmentation de la qualité et quantité de production ................................................................. 71
II-6 Evolution possible ........................................................................................................................ 71
II-7 Apports de ce projet ..................................................................................................................... 71
CHAPITRE III : PLANIFICATION ET ETUDE BUDGETAIRE ................................................ 73

III-1 Planification du projet................................................................................................................. 73


III-2 Etude budgétaire ......................................................................................................................... 73
I-4-1 Besoin en matériel .......................................................................................................... 73

I-4-2 Besoin en personnel ....................................................................................................... 74

CONCLUSION ................................................................................................................................... 77
BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................. 78
OUVRAGES ................................................................................................................................... 78

MEMOIRES ET THESES .............................................................................................................. 78

WEBOGRAPHIE................................................................................................................................ 80
GLOSSAIRE ....................................................................................................................................... 81
ANNEXES .......................................................................................................................................... 83
ANNEXE 1 : PRESENTATION DE QGIS2WEB ......................................................................... 84

ANNEXE 2 : INSTALLATION ET PRESENTATION de WampServer ..................................... 89

ANNEXE 3 : INSTALLATION de Wordpress-WampServer ....................................................... 96

vi
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

LISTE DES ABREVIATIONS


CENI Commission Electorale Nationale Indépendante

CMS Content Management System

CGI Common Gateway Interface

CSB Centre de Santé de Base

CSW Catalog Service for the Web

CTD Collectivité(s) Territoriale(s) Décentralisée (s)

DAA Délégué administratif d'arrondissement

DCP Distributed Computing Platform

DSRP Document de stratégie de réduction pauvreté

DTD Document Type Definition

EPSG European Petroleum Survey Group

GIS Geographic Information System

GML Geography Markup Language

HTTP Hypertext Transfer Protocol

IFT Impôt Foncier sur les Terrains

IFPB Impôt Foncier sur les Propriétés Bâties

MSN MicroSoft Network

MERISE Méthode d’Etude et de réalisation Informatique par Sous-Ensemble

ODBC Open DataBase Connectivity

OGC Open Geospatial Consortium

PNF Programme National sur les Fonciers

ProDéCID Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation

PCD Plans communaux de développement

PHP Hypertext Preprocessor

PLOF Plan Local d’Occupation Foncière

vii
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
SIG Système d’Information Géographique

SGBD Système de Gestion de Base de Données

SGBDRO Systèmes de Gestion de Base de Données Relationnel et Objet

SLD Style Layer Descriptor

SQL Structured Query Language

SRS Système de Référence Spatial

SIGOC Système Intégré de la Gestion des Opérations Communaux

URL Uniform Resource Locator

WAMP Windows Apache MySQL PHP

WCS Web Coverage Service

WFS Web Feature Service

WMS Web Map Service

XML Extensible Markup Language

viii
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Explication sous-forme d’image......................................................................................... 26
Figure 2 : Principe d’architecture Client-Serveur ............................................................................... 31
Figure 3 : Principe d’architecture Client-Serveur ............................................................................... 32
Figure 4 : Diagramme de cas d’utilisation .......................................................................................... 37
Figure 5 : Diagramme de séquence du cas d’utilisation : « Se connecter » ........................................ 38
Figure 6 : Diagramme de séquence du cas d’utilisation : « Consultation une liste électorale » ......... 40
Figure 7 : Résumé de la démarche de MERISE.................................................................................. 42
Figure 8 : Modèle conceptuel de données généré par Power Designer .............................................. 44
Figure 9 : Modèle logique de données ................................................................................................ 45
Figure 10 : Structure du code HTML.................................................................................................. 53
Figure 11 : Page d’accueil de l’utilisateur simple ............................................................................... 57
Figure 12 : Interface du menu « Carte » pour l’utilisateur simple ...................................................... 59
Figure 13 : Interface du menu « Mairie et citoyens » pour l’utilisateur simple .................................. 60
Figure 14 : Interface du menu « Liste Electorale » pour l’utilisateur simple ..................................... 61
Figure 15 : Interface du menu « Liste des Hommes » pour l’utilisateur simple ................................. 62
Figure 16 : Interface du menu « Liste des femmes » pour l’utilisateur simple................................... 63
Figure 17 : Interface d’authentification des personnels ...................................................................... 64
Figure 18 : Interface d’ajout des données ........................................................................................... 65
Figure 19 : Procédure de recherche et impression d’une fiche individuelle ....................................... 66
Figure 20 : Procédure pour établir une facture ................................................................................... 67
Figure 21 : Procédure d’afficher le bilan ............................................................................................ 68
Figure 22 : Présentation du graphe d’évaluation des revenus ............................................................. 69
Figure 23 : Diagramme du GANTT du projet .................................................................................... 73

ix
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Scénario du cas d’utilisation « Se connecter » ................................................................. 38
Tableau 2 : Scénario du cas d’utilisation « Visualiser la carte » ........................................................ 39
Tableau 3 : Scénario du cas d’utilisation « Consulter la liste électorale ».......................................... 39
Tableau 4 : Scénario du cas d’utilisation « Demander une copie de naissance » ............................... 40
Tableau 5 : Scénario du cas d’utilisation « Consulter les impôts » .................................................... 41
Tableau 6 : Scénario du cas d’utilisation « Administrer » ................................................................. 41
Tableau 7 : Extrait de dictionnaire de données ................................................................................... 43
Tableau 8 : Exemples de serveur cartographique ............................................................................... 48
Tableau 9 : Exemple des serveurs de base de données spatiales ........................................................ 50
Tableau 10 : Exemple de logiciels de clients cartographiques ........................................................... 51
Tableau 11 : Besoin matériel .............................................................................................................. 74
Tableau 12 : Besoin personnel ............................................................................................................ 75

x
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

LISTE DES ANNEXES


Annexe 1 : Présentation de qgis2web
Annexe 2 : Installation et presentation de Wampserver
Annexe 3: Installation de Wordpress-Wampserver

LISTE DES CARTES


Carte 1 : Carte de localisation de la commune Arivonimamo

xi
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

INTRODUCTION
Actuellement, la diversité des technologies nouvelles prenne place dans le monde entier. Ne
pouvant échapper à cette évolution, l’Etat Malagasy a mis en place une réforme pour assurer le
développement communal sur le plan économique et social de Madagascar. Cependant, malgré les
efforts déployés, le transfert de ressources aux Communes n’a pas pu suivre le rythme du transfert de
compétence. En effet, faute de capacités techniques, financières et la corruption, elles ne sont pas
encore capables d’exploiter les potentiels disponibles. Malgré toutes les actions engagées à ce jour,
le taux de recouvrement fiscal au niveau communal est encore faible. De ce fait, les Communes ne
parviennent toujours pas à couvrir leurs besoins, même en matière de dépenses de fonctionnement.
En outre, la plupart des communes à Madagascar applique encore l’archivage analogique pour
stoker et archiver les documents communaux. L’utilisation de cette méthode provoque la baisse de
production, quel que soit le type de demande du public. Face à la situation actuelle, ce système
n’arrive pas à satisfaire les besoins des clients, engendre des pertes de temps important et provoque
la disparition des documents, vue que le volume physique des documents au niveau de la commune
n’arrête pas d’intensifier.
D’ailleurs, lors de la dernière élection présidentielle, nombreux électeurs n’ont pas pu voter car
leurs noms ne figuraient plus, à la dernière minute, sur les listes électorales. Des doublons ont été
constatés nonobstant les précédentes opérations de « dédoublonnage » effectuées par la CENI, des
défunts ont toujours été inscrits, et l’émargement y afférent a été complété. La liste est loin d’être
exhaustive mais en tout cas, force est de constater que les listes électorales recèlent d’excessives
imperfections.
Dans cette optique, il est ainsi pertinent de s’intéresser à une solution traitant à la fois
l’archivage des documents communaux, élections et la collection des recettes en utilisant l’association
entre le Système d’Information Géographique et l’internet appelé le webmapping ; d’où l’objet
général de ce projet de fin d’études : « Mise en place d’une application webmapping pour la
gestion des opérations communales ». Nous allons prendre le cas de la commune urbaine
ARIVONIMAMO.
Notre étude comporte alors trois grandes parties que nous allons présenter dans le présent
mémoire. Dans un premier temps, nous allons traiter le cadrage du projet en partant du thème vers
des notions basiques. En second lieu, nous allons étudier la conception et la réalisation et enfin, nous
présenter les résultats obtenus et l’évaluation du projet.

12
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Partie I :
CADRAGE DU PROJET

13
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE I : GENERALITES SUR LES RECETTES FISCALES DE


LA COMMUNE DE MADAGASCAR

Pour débuter les diverses études de la conception de ce travail, nous allons tout d’abord rappeler
quelques généralités concernant les rôles de la commune.
I-1 Compétences des communes [1]

Les compétences des communes sont définies par une multitude de lois et de décrets. En bref,
les communes ont la charge d'assurer des services administratifs, de gérer le domaine public et les
infrastructures économiques de base, de gérer les ordures et de veiller à l'hygiène publique, d'assurer
les services sociaux de base, d'assurer la sécurité publique locale et de planifier leur développement.
Outre ces fonctions générales, elles sont chargées de déterminer et coordonner tous les
investissements locaux et de participer à la mise en œuvre locale du DSRP du gouvernement :

I-1-1 Services administratifs

Une fonction première des communes est d'assurer un certain nombre de services administratifs.
Ceux-ci comprennent : la gestion de l'état civil (délivrance de certificats de naissance, des passeports,
enregistrement des mariages, des changements de nom, etc.), la délivrance des permis d'inhumer,
d'exhumations coutumières et de transferts de corps (ensemble avec le personnel médical local), la
légalisation de signatures et la certification de documents et l'assistance aux administrations publiques
pour la conscription et l'organisation des élections.

I-1-2 Gestion du domaine public et des infrastructures économiques

Les communes sont les propriétaires des domaines publics locaux, tels que les routes
communales, parcs, terrains de sport, salles de réunion, piscines, cimetières, places de marché,
abattoirs, latrines, mairies et systèmes d'irrigation. Les responsabilités spécifiques concernant le
domaine public sont mal définies mais comprennent en général des fonctions d'entretien, de sécurité
et d'administration. C'est seulement dans le cas des infrastructures économiques, parcs publics et
terrains de sport qu'il est requis aux communes de réaliser des petits investissements.

14
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
I-1-3 Traitement des ordures et hygiène publique

Comme dans beaucoup d'autres pays en développement, les communes ont la charge du
traitement des ordures et des égouts. En plus, elles ont le droit de créer un Bureau communal d'hygiène
chargé de veiller à l'hygiène publique (espaces publics, maisons, désinfections, dératisation,
vaccinations, etc.).

I-1-4 Service sociaux

À la suite de la mise en place des transferts conditionnels pour l'enseignement et la santé, les
communes sont devenues officiellement responsables de la réalisation des investissements de base,
de l'entretien et des achats pour les établissements scolaires et sanitaires primaires. Les dépenses sont
prévues et exécutées en coopération avec le personnel local du service.

I-1-5 Sécurité

La commune assure les fonctions de police municipale (ordre public, réglementation des
marchés et des fêtes, circulation, contrôle des migrations). Ces fonctions peuvent être exécutées au
moyen de personnel communal ou, sur demande, par les forces de police.

I-1-6 Planification du développement

Il est officiellement demandé aux communes de plus de 10.000 habitants d’élaborer et de faire
respecter un plan d'urbanisme. Ces plans devraient déterminer les futurs investissements, le zonage,
les projets d'infrastructure et d'équipements, etc. Les permis de construire sont délivrés par la
commune sur la base de son plan d'urbanisme. Au départ, la planification locale du développement
n'était pas obligatoire pour les petites communes rurales mais elle est devenue une fonction ordinaire
avec l'institution des Plans communaux de développement (PCD), qui s'inspirent du DSRP et
énumèrent les priorités de la commune en matière de développement.

I-2 Structure institutionnelle

Les communes de Madagascar sont constituées d'un bureau exécutif et d'un conseil municipal.
Le bureau exécutif est présidé par le maire qui est directement élu par la population de la commune.
Il n'y a pas de structure organisationnelle officielle pour l'administration des communes. Mais, en
général, la mairie est constituée de deux adjoints et d'un minimum de trois chefs de service (finances,
administration générale et Secrétaire de l'état civil). Beaucoup de communes ont aussi des services

15
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
de nettoyage et de sécurité et d'ingénierie (technique). Le principal rôle du conseil municipal est de
superviser et de contrôler l'administration de la commune. L'administration centrale est représentée
au niveau communal par le DAA qui est directement rattaché au sous-préfet, lui-même représentant
le principal poste avancé du Ministère de l'Intérieur.

I-3 Les acteurs budgétaire

L'élaboration et l'exécution des budgets sont handicapées par une sur-programmation


structurelle des recettes et des dépenses. Officiellement chaque prévision budgétaire devrait refléter
les recettes et dépenses des trois exercices fiscaux précédents. Mais, pour éviter des restrictions sur
les réallocations budgétaires, les communes présentent en général des prévisions considérablement
surestimées de recettes et dépenses dans leurs programmations budgétaires annuelles.

Le Coordonnateur des Programmes (CdP) coordonne l’ensemble des programmes de la


Collectivité, prépare le budget de la collectivité avec les Responsables de Programme, assure le suivi
de l’exécution des programmes et établit le rapport annuel de performance. Les fonctions de
Coordonnateur des Programmes relèvent directement du Maire ou peuvent être déléguées au
Secrétaire général de la Commune par arrêté du Maire.

Les Responsables de Programme (RdP) sont chargés du pilotage d’un Programme. Sous
l’autorité du Coordonnateur des programmes, le Responsable de programme contribue à l’élaboration
stratégique du Programme et avec les Gestionnaires d’activité à la détermination et au chiffrage des
actions et des activités. Le Responsable de programme est chargé de la mise en œuvre opérationnelle
du programme, du suivi de l’exécution des actions et activités et de l’établissement du rapport de
performance du programme.

Le Gestionnaire d’Activité (GAC) est responsable de l’exécution des activités d’une action et
rapporte périodiquement au Responsable de programme l’avancement des activités. Les
Gestionnaires d’activité sont les personnes, qui dans l’organigramme de la Commune, sont chargées
de la mise en œuvre des activités correspondantes. Dans les Communes rurales, avec des
organigrammes peu développés, les fonctions de Responsable de Programme et de Gestionnaire
d’activité sont assurées par les mêmes personnes. Il est nommé par arrêté du Chef de l’Exécutif.

Le Dépositaire comptable est chargé de la garde, de la conservation et le cas échéant de


l’entretien des matériels et fournitures ainsi que de la régularité des écritures les concernant. Sur ordre
de l’Ordonnateur en matière (le Chef de l’Exécutif), il procède aux mouvements d’entrées et de sorties
des matériels et fournitures. Il prend soin et met à jour les documents portant sur la comptabilité
matières (journal, grand livre). Il est nommé par Décision de l’Ordonnateur en matière.

16
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Le Secrétaire comptable est chargé de la tenue de la comptabilité budgétaire de la commune.

I-4 Les principes du droit budgétaire

L’annualité : le budget couvre une année civile, l’exercice budgétaire commence le 1er janvier
et se termine le 31 décembre de la même année. L’unicité : l’ensemble des recettes et des dépenses
doit apparaître dans un document unique regroupant toutes les opérations budgétaires et financières
de la CTD.

L’universalité : l’ensemble des recettes doit servir à couvrir l’ensemble des dépenses (non
affectation d’une recette particulière à une dépense particulière, non contraction entre les recettes et
les dépenses inscrites au budget).

Compte tenu de leur nature ou de leur destination, certaines recettes peuvent être directement
affectées à certaines dépenses notamment les dotations globales de fonctionnement (état civil, EPP,
CSB, …), budgets annexes (services sans personnalité morale disposant d’un budget propre), fonds
de concours (participation d’un organisme public ou privé, ou d’un particulier affecté à une dépense
déterminée de la CTD).

La spécialité : les dépenses et les recettes ne sont autorisées que pour un objet particulier fixé
par le niveau du vote.

La sincérité : les inscriptions budgétaires ne sont ni surévaluées, ni sous évaluées.

L’équilibre : le budget de la CTD doit être présenté et voté en équilibre. Le budget est en
équilibre réel lorsque la section de fonctionnement et la section d’investissement sont l’une et l’autre
votées en équilibre.

Le budget des Communes rurales est exécutoire sous deux conditions :

• la transmission au Représentant de l’État pour le contrôle de légalité,

• la publication par voie d’affichage ou par tout autre moyen de diffusion par les soins du Chef
de l’Exécutif.

I-5 Les composantes de la fiscalité locale

Le terme « fiscalité locale » désigne les recettes fiscales définies par le Code Général des Impôts
au profit des Communes et les autres ressources définies par la Loi n°94-007 du 26 Avril 1995 relative
aux pouvoirs, compétences et ressources de collectivités décentralisées.

17
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
I-5-1 Les recettes fiscales régies par le Code Général des Impôts au profit des Communes

a) Les impôts fonciers

L’Impôt Foncier sur les Terrains (IFT) : il frappe annuellement tous les terrains
indépendamment de leur situation juridique et leur affectation, et est collecté auprès des propriétaires
ou des occupants effectifs (art. 10.01.02, CGI). Toutefois, les terrains appartenant à l’Etat, aux
Collectivités Décentralisées, aux établissements publics affectés à un service public ou d’intérêt
général et improductifs de revenu, ceux affectés à des œuvres gratuites à caractère médical ou social,
à l’enseignement ou à l’exercice de culte, les cours, les passages et les jardins ne dépassant pas les 20
ares sont exonérés de la taxe. De même, les terrains à usage industriel ou commercial sont assujettis
l’impôt sur les propriétés bâties (art. 10.01.03, CGI).

L’Impôt Foncier sur les Propriétés Bâties (IFPB) : il est collecté annuellement auprès des
propriétaires de toutes constructions, terrains à usage industriel ou commercial et installations
commerciales et industrielles assimilées à des constructions (art. 10.02.02, CGI). Comme dans le cas
de l’IFT, les immeubles appartenant à l’Etat, aux Collectivités Décentralisées, aux établissements
publics affectés à un service public ou d’intérêt général et improductifs de revenu, ceux affectés à des
œuvres gratuites à caractère médical ou social, à l’enseignement ou à l’exercice de culte sont exonérés
de l’IFPB (art. 10.02.03, CGI). Par ailleurs, les constructions nouvelles, les reconstructions et les
extensions sont exonérées pendant les 5 premières années suivant leur achèvement (art. 10.02.04,
CGI)

b) L’impôt synthétique

Toutes personnes physiques ou morales et entreprises individuelles exerçant une activité


indépendante et ayant un chiffre d’affaire, revenu brut ou gain annuel estimé hors taxe inférieur ou
égal à Ar 20 000 000 sont soumis à cet impôt (art. 01.02.02, CGI).

Il est à noter que le contribuable doit verser cet impôt synthétique auprès de Centre Fiscal et le
dernier verse la part du commune (selon la loi de finance en vigueur) périodiquement.

c) L’impôt de licence sur les alcools et les produits alcooliques

L’impôt de licence sur les alcools et les produits alcooliques : la vente d’alcool et de produit
alcoolique sont soumises à un impôt de licence de vente (art. 10.06.01. CGI). Son tarif est voté

18
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
annuellement par le Conseil Municipal ou Communal et est mis à la disposition de la Commune du
lieu d’implantation des débits de boissons alcooliques. (Art 10.06.10. CGI)

Il est à noter que le contribuable doit verser cet impôt de licence sur les alcools et les produits
alcooliques auprès de Centre Fiscal et ce dernier verse la part du commune (selon la loi de finance en
vigueur) périodiquement.

d) L’impôt de licence foraine


L’impôt de licence foraine : les fêtes foraines sont également frappées par une licence de vente
: son taux est fixé par période de vingt-quatre heures et est exigible d’avance (art. 10.06.09. CGI).

I-5-2 Les droits et taxes définis par la loi 94 – 0071 du 26 Avril 1995 relative aux pouvoirs,
compétences et ressources de collectivités décentralisées (art 23.)

-Les taxes sur les vélomoteurs et autres véhicules à moteur non immatriculés, bicyclettes,
pousse-pousse, chars et charrettes ;
-Les taxes sur les cérémonies coutumières autorisées ;
-Les droits relatifs à la circulation des animaux de l'espèce bovine ;
-Les taxes sur les eaux minérales ;
-Les taxes sur la publicité faite à l'aide, soit d'affiches, soit de panneaux-réclames, soit
d'enseigne lumineuse ;
-Les taxes sur les appareils automatiques de feu, à musique et instruments analogues
fonctionnant dans les cafés, débits de boissons, hôtels et autres établissements ouverts au public ;
-Les taxes sur les établissements de nuit ;
-Les taxes de visite de poinçonnage des viandes ;
-Les taxes sur les fêtes, spectacles et manifestations diverses ;
-Les taxes de roulage ;
-Les taxes d'abattage ;
-Les taxes d'eau et d'électricité.

19
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
I-5-3 Les autres ressources définies par la loi 94 – 007 relative aux pouvoirs, compétences et
ressources de collectivités décentralisées (art 23)

-Les prélèvements et ristournes sur les produits agricoles, sur l’élevage, sur les produits miniers,
sur les produits forestiers, sur les produits artisanaux et industriels, et sur les produits des plantes
médicinales,

-Les revenus de domaines publics dont les droits de place de marché

-Les recettes des exploitations et des services communaux et municipaux tels que l'état civil, la
conscription militaire, etc.

-Et les produits divers et accidentels : telle que la vente des dons en nature de l’Etat

20
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE II : LES PRINCIPAUX ENJEUX DU PROJET

Avant d’entamer sur les diverses études de la réalisation de ce projet, nous allons expliquer la
situation actuelle de notre zone pilote, puis nous parlerons des avantages majeurs de la mise en œuvre
de ce projet.

II-1 Présentation du projet

II-1-1 Naissance du projet

La commune Arivonimamo, comme d’autres d’ailleurs, doit faire face maintenant à un


accroissement de sa population. Les problèmes rencontrés par la commune proviennent généralement
de la méthode et de l’organisation de travail. Ils dérivent également des documents existants en
archives. Les agents procèdent avec des méthodes de travail archaïque, ce qui provoque une baisse
de productivité, une longue durée de traitement des données, une incertitude sur les données utiliser
durant les traitements des dossiers et la lenteur des services quel que soit le type de la demande des
clients.

Chaque année aussi, la commune doit déterminer son budget qui prévoit les recettes et les
dépenses en accord avec les priorités de la politique municipale. Ses recettes proviennent
généralement des impôts locaux, des dotations de l’Etat, des emprunts auprès des banques et des
revenus divers.

Parmi les problèmes rencontrés dans la commune Arivonimamo, les citoyens de la commune
ne savent pas le montant de l’impôt dont ils doivent payer annuellement. Et par rapport aux élections,
la population en âge qui a le droit de voter rencontre aussi certaines difficultés lors de l’inscription
sur la liste électorale et la vérification de cette dernière. C’est pourquoi que notre projet se fonde.

II-1-2 Objectif globaux

L’objectif principal du projet est de fournir une gestion budgétaire transparente et inclusive au
niveau local.

En plus, ce projet vise à renforcer les capacités des communes à offrir des services de bases
répondants aux besoins des citoyens, afin qu’elles puissent être considérées comme un acteur

21
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
pertinent au développement tout d’abord au niveau local, en passant par le niveau régional et pouvant
faire effet au niveau national.

Pour cela, nous allons mettre en place une interface cartographique en ligne qui donnera au
public des informations comme le tarif de l’impôt de chaque propriété, la liste électorale et pour la
commune, la prise des décisions d’ordre économiques (par rapport à la situation) et ses tâches comme
le recouvrement et la vente de service. Elle devrait faciliter aussi la mise à jour des données et aussi
le contrôle d’impôt sur les propriétés imposables.

II-1-3 Objectif spécifiques

Accompagner les Responsables Communaux dans l’amélioration de la gestion de leur


Commune en général, et de la mobilisation de leurs ressources propres en particulier.

La fiscalité locale constitue un moyen pour réaliser les politiques de développement local des
Communes. Ainsi, l’objectif de ce projet est d’aider les Communes à réaliser ces dernières. Dans ce
sens, il doit aider les Responsables Communaux à faire le lien entre la mobilisation de la fiscalité
locale et la réalisation de leurs projets de développement et de promouvoir les principes et les valeurs
de bonne gouvernance :

• La transparence : « la transparence porte sur la connaissance des décisions et leurs


motivations, sur la façon dont elles sont prises, sur les coûts réels des services, sur les questions de
sécurité du fait d'une activité ou d'un projet, sur l'accès à l'information, etc. ». SIGOC veillera à ce
que les Responsables Communaux informent les contribuables et les autres acteurs concernés des
prévisions et des réalisations en matière de fiscalité locale.

• L’égalité : « c’est le principe qui fait que les hommes doivent être traités de la même manière,
avec la même dignité, qu’ils disposent des mêmes droits et sont soumis aux mêmes devoirs ». Trop
souvent, les Responsables Communaux ont du mal à recouvrer la fiscalité locale auprès de tous leurs
contribuables. De manière générale, les actions de recouvrement ciblent principalement les
contribuables à faible revenu tandis que ceux qui ont des revenus plus élevés ne sont pas inquiétés.
De plus, très peu de Responsables Communaux ont appliqué les dispositions prévues dans les textes
concernant le recouvrement forcé. Ainsi, dans la plupart des cas, les Maires se retrouvent à négocier
avec les contribuables pour les pousser à s’acquitter de leurs impôts. SIGOC doit y remédier et amener
les Communes à faire appliquer la loi sur tous les contribuables et à les traiter sur le même pied
d’égalité.

22
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
•La redevabilité : la fiscalité locale est assimilée à une contribution des contribuables au
fonctionnement et au développement de leur Commune. Dans ce cadre, les Responsables
Communaux devraient informer la population des recettes correspondantes et surtout de leur
utilisation. De plus, les diverses expériences observées à ce jour montrent que les contribuables sont
plus enclins à payer quand les Communes rendent compte de leur gestion et que des projets concrets
soient achevés.

Vulgariser les textes en vigueur


Améliorer la participation des citoyens : tous les citoyens devraient contribuer au
développement de sa Commune. Cette contribution peut se manifester notamment par le paiement
des impôts et taxes communales.
Centraliser les données statistiques en vue de faciliter les taches communales comme
l’établissement des actes d’état civil et d’avoir une liste électorale fiable.
D’aider les citoyens grâce à la consultation des impôts via le site.

II-2 Présentation de la zone pilote

Comme il a déjà été mentionné, cette application peut être apposer dans toutes les communes à
Madagascar. À cet effet, il nous suffit alors de prendre une commune pilote. Pendant notre stage au
sein de la Service d’Appui PLOF à Anosy, nous avons élaboré le PLOF de la commune Arivonimamo,
c’est pour cela que nous avons choisi le commune Urbaine Arivonimamo comme zone pilote puisque
nous avons des accès sur ses données de base.
La commune urbaine d’Arivonimamo, se situe à 45 km dans la partie Ouest de la ville
d’Antananarivo, traversée par la Route Nationale N°I qui relie la région d’Antananarivo et
Tsiroanomandidy. Sa superficie est de 86,4 km2.
Elle est située dans la région Itasy selon les coordonnées suivantes :
Xmin = 475 409, 65 m Xmax = 484 257, 99 m

Ymin = 790 816, 29m Ymax = 782 443,91 m

La commune comporte 13 Fokontany à savoir : Andranomena, Manankasina, Mangatany,


Antanetibe, Morafeno Sud, Tsarahonenana, Arivonimamo centre, Arivonimamo Nord, Saromilanja,
Soanierana, Kianja, Ankenieny et Miadamanjaka.

La carte ci-dessous nous indique la localisation de notre zone d’étude.

23
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

24
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Carte 1 : Carte de localisation de la commune Arivonimamo

II-3 Les données recueillies

Conformément aux objectifs sus-cités, l’élaboration de ce projet nécessite des bases de données
statistiques et géographiques.

Nous avons procédé à la dématérialisation de l’archive des documents communaux. Cette étape
vise à transformer le flux de documents papier ainsi que les traitements qui lui sont appliqués en flux
numériques pour les traiter numériquement. Les données statistiques après la dématérialisation se
focalisent sur les informations personnels tels que : le nom, prénoms, le numéro de la carte d’identité
nationale, le sexe, la date et le lieu de naissance, métiers, …

A propos du tarif de l’IFPB et IFT, ce sont des données communales, elles sont calculées par
application d’un taux proportionnel à la valeur locative fixée par les dispositions de l’article 10.02.06.
Le(s) taux est (sont) voté(s) par le Conseil communal ou municipal compris entre le maxima et
minima fixés ci-après : 10p.100 et 5p.100. Toutefois, l’impôt dû ne doit pas être inférieur à Ar 2 000
par immeuble. Par dérogation aux dispositions de l’article 10.02.06 du Code général de l’impôt, sont
soumis forfaitairement à l’Impôt Foncier sur la Propriété Bâtie, les immeubles construits avec
l’autorisation de la Commune, présentant des critères spécifiques déterminés par le responsable du
Centre Fiscal territorialement compétent après avis de la Commission Municipale. Le montant du
forfait est fixé par délibération du Conseil Municipal. Les conditions d’application du présent article
sont précisées par voie règlementaire.

D’ailleurs, comme nous avons dit précédemment, nous avons accédé au Plan Locale
d’Occupation Foncière de la commune urbaine Arivonimamo et l’orthophotographie que nous allons
utiliser comme fond de notre site. L’orthophotographie est une donnée cartographique du grand Tana
du PNF. Elle a été prise en 2007 et est utilisée par tous les services topographiques. Cette
orthophotographie du commune Arivonimamo sert comme référence géographique. Elle nous servira
comme fond cartographique permettant le rattachement de l’ensemble des Bases de données à
spatialiser au système de projection Laborde de Madagascar.

25
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE III : QUELQUES NOTIONS DE BASES

Dans ce chapitre, on va faire un rappel sur les éléments nécessaires à la réalisation de ce projet.
Comme notre projet concerne l’élaboration d’une application webmapping, il est important de
connaitre quelques notions sur le SIG et le webmapping.
III-1 Notion de SIG (Système d’Information Géographique) [2]
III-1-1 Définitions

Le Système d’Information Géographique est un système d’information pour lequel la Terre est
l’objet de référence fondamental. C’est aussi un ensemble d’équipements informatiques, de logiciels
et de méthodologies pour saisir les données, dont la majorité est spatialement référencée, destiné à la
simulation de comportement d’un phénomène naturel, à la gestion et à l’aide pour une prise décision
(Caloz, 1997).

Dans un sens plus général, le terme de SIG décrit un système d’information qui intègre, stocke,
analyse et affiche l’information géographique. Les applications liées aux SIG sont des outils qui
permettent aux utilisateurs de créer des requêtes interactives, d’analyser l’information spatiale, de
modifier et d’éditer des données par l'entremise de cartes et d’y répondre cartographiquement.

Le SIG est un terme général qui se réfère à un certain nombre de technologies, de processus et
de méthodes. Celles-ci sont étroitement liées à l’aménagement du territoire, la gestion des
infrastructures et réseaux, le transport et la logistique. C’est pour cette raison que les SIG sont à
l’origine de nombreux services de géolocalisation basés sur l’analyse des données et leur
visualisation.

Figure 1 : Explication sous-forme d’image

26
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
III-1-2 Les fonctionnalités du SIG
Le SIG donne 5 grandes fonctionnalités (les 5A) qui permettent de traiter, d’analyser et
de restituer l’information géographique, puis de rechercher à la fois des objets géographiquement,
mais aussi par leurs caractéristiques notamment :
 Abstraction : les SIG offrent un modèle du monde réel, une vision synthétique, souvent
hiérarchique ;
 Acquisition : les SIG permettent de saisir les données géographiques ;
 Archivage : pour diffuser les données, les vendre ou les partager, et les intégrer dans un grand
nombre de logiciels différents ;
 Affichage : les données géographiques sur un écran sont évidemment représentées en 2D,
parfois avec des méthodes de visualisation 3D (restitution graphique)
 Analyse : les SIG permettent de croiser les informations d’origines différentes pour produire
de nouveaux savoirs.
III-1-3 Composants de SIG
a) Le matériel
Concernant le matériel, le SIG est un outil informatique qui offre des fonctions d’acquisition,
d’analyse, de représentation et d’affichage. Il est représenté soit sous forme de logiciel bureautique,
soit sous forme d’interface réseau internet ou en tant qu’internet reliée à des serveurs locaux ou
mondiaux. L’évolution de la technologie nous permet aujourd’hui d’affranchir beaucoup de
contraintes techniques.
Reliés à l'ordinateur, les multiples périphériques permettent d'assurer des diverses fonctions et
deviennent de plus en plus indispensables. Nous avons :
- Le matériel d'acquisition des données : scanner, table à digitaliser...
- Le matériel de stockage des données : disques durs, CD Rom, disquettes, DVD...
- Le matériel de visualisation des données : écrans traditionnels, écrans plats, portables...
- Le matériel d'impression des données : imprimantes, traceurs,etc.
b) Les bases de données
La Base de données est l’ensemble des fichiers de données organisé sur le support informatique
qui nous permet une mise à jour rapide et aisée, empêche les redondances d’information, offre un
accès rapide aux données par le biais de procédures d’interrogation et d’autoriser des analyses simples
(dénombrements, tableaux croisés, etc.). Dans un SIG, deux types de données sont manipulés : les
données attributaires (ou descriptives) et les données géographiques.

27
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Les données descriptives sont des données alphanumériques (quantitatives ou qualitatives)
associées à un objet ou une localisation géographique, soit pour décrire un objet géographique, soit
pour localiser des informations. Elle est souvent de nature démographique (recensement de la
population), administrative (numéro officiel de la commune, …), économique (nombre de salariés,
types d’entreprises), sociale (nombre de places en crèche, …), ou commerciale (adresse des
commerces). Elle permet de mettre en évidence la répartition spatiale d'un objet en répondant aux
questions : Où ? Où est cet objet, Où ce phénomène se trouve-t-il ? Où se trouvent tous les objets d'un
même type ? Ainsi que les phénomènes présents sur un territoire donné : Quoi ? Que trouve-t-on à
cet endroit ?
Les données géographiques sont les objets qu'on peut localiser à partir de leurs coordonnées
géographiques. Nous avons deux modes de représentation de ces objets géographiques : le mode
raster et le mode vecteur.
Le mode vecteur est un mode de
représentation géométrique sous forme de points, de
lignes et de polygones. Dans ce mode, les
informations sont regroupées sous la forme de
coordonnées X, Y. Ainsi, les objets de type « point
» sont représentés par les coordonnées X, Y ; les
objets linéaires (routes, fleuves, ...) sont représentés
par une succession de coordonnées X, Y et les
objets polygonaux (les territoires,) par une
succession de coordonnées X, Y délimitant une
surface fermée. Le mode de représentation vecteur a pour avantage de donner une représentation très
conforme à la réalité, de calculer avec précision la localisation et les dimensions des objets,
d'individualiser les objets en leur attachant des
attributs.
Le mode raster correspond à une division
régulière de l'espace sous forme de cellules ou
mailles généralement carrées appelées pixels, qui
définissent la précision minimale de la structure.
Ce mode de représentation s'applique aux
traitements d'images (satellitaires, photos
aériennes). Il a pour avantage de faciliter le

28
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
croisement des données et se prête bien à certains types de traitements numériques (convolutions,
filtres,) et d'analyse.
c) Les logiciels
Les logiciels de SIG offrent les outils et les fonctions nécessaires à l’exploitation des données
stockées dans des bases. Ils permettent également une analyse et un affichage facile de toutes les
informations géographiques.
Un logiciel SIG est un logiciel bureautique classique mais possédant de plus les fonctionnalités
suivantes : des outils de saisie et de manipulation des données géographiques ; un système de gestion
de base de données ; des outils géographiques de requête, d’analyse et de visualisation dans des
documents cartographiques et des interfaces graphiques utilisateur ergonomiques et facilement prises
en main. (Exemple : ArcGis, MAP INFO, GEOCONCEPT, …)
d) Les utilisateurs
La ressource humaine est l’une composante essentielle d’un SIG. Le SIG permet en effet
d’interconnecter les utilisateurs et leurs compétences avec les moyens et les orientations des données
par les décideurs ou commanditaires, avec les usagers également, qui peuvent ainsi accéder aux
informations territoriales par des moyens de consultation et des communications modernes.
En d’autres termes, un SIG ne pourrait fonctionner sans utilisateurs. Les SIG s’adressent à une
très grande communauté d'utilisateurs depuis ceux qui créent et maintiennent les systèmes, jusqu’aux
personnes utilisant dans leur travail quotidien la dimension géographique.
e) Les méthodes
Un SIG fait appel à une connaissance technique et à divers savoir-faire qui peuvent être
effectués par une ou plusieurs personnes. Le « sigiste » doit maîtriser la connaissance des concepts
de système de référence et de système de projection (géodésie),1'analyse des données, le traitement
statistique et graphique, et surtout la sémiologie cartographique.
III-1-4 Le système de coordonnée
Les systèmes de coordonnées, également appelés projections cartographiques, sont des
désignations arbitraires pour les données spatiales. La projection cartographique est un ensemble de
techniques géodésiques permettant de représenter la surface de la Terre dans son ensemble ou en
partie sur la surface plane d'une carte. Leur objectif est de fournir une base commune pour la
communication au sujet d'un endroit particulier ou d'une zone particulière sur la surface de la Terre.
La question la plus importante lors de l'utili5sation des systèmes de coordonnées est de savoir quelle
est la projection et de disposer l'information correcte sur le système de coordonnées associé à un jeu
de données.

29
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

III-2 Notion sur webmapping [3]


III-2-1 Définition
Le webmapping est la diffusion par le biais d'un site web de données cartographiques. Il ne
s’agit pas seulement d’afficher la carte comme étant une image : l'accès à l'information doit être
dynamique. Ce qui signifie que ce qui s'affiche doit être le résultat d'un traitement déclenché à la
demande de l'utilisateur. Il s'agit d'un domaine en pleine expansion grâce au développement de
solutions open source arrivées à maturité. Pour que ces cartes soient les plus précises possible, les
informations géographiques utilisées et manipulées par les services de cartographies en ligne sont
collectées à un niveau international. Pour une meilleure interopérabilité de ces informations, les
services de webmapping obéissent à différentes normes imposées par l’Open Geospatial Consortium
(OGC) qui est une organisation internationale qui développe et promeut des standards, afin de garantir
l’interopérabilité des contenus, des services et des échanges dans les domaines de la géomatique et
de l’information géographique. Les informations cartographiques brutes ou les données
géoréférencées sont ainsi consultables à partir de postes clients. Elles sont en général stockées dans
un système de gestion de base de données (SGBD) sur un ou plusieurs serveurs et administrables de
façon centralisée. Les SIG « en ligne » se distinguent donc des SIG bureautiques classiques (MapInfo,
ArcGIS, Geoconcept ou produit bureautique open source) nécessitant une installation logicielle sur
chaque poste nécessaire ainsi que parfois, une copie des données si celles-ci ne sont pas accessibles
par le réseau local. Evoluant rapidement, le webmapping est souvent présenté comme étant l'avenir
des SIG. La plupart des solutions ne nécessitent pas d'installation lourde du côté clients. L'échange
d'information se fait par le navigateur internet (Internet Explorer, Firefox, etc.) via les requêtes HTTP
envoyées par le poste client et les pages HTML que le serveur lui envoie en réponse.

III-2-2 Fonctionnalité [4]


Le serveur cartographique est le guichet automatique auquel l'utilisateur fait appel pour afficher
des cartes sur son poste informatique. Par le protocole de communication Internet, TCP/IP, des
ordinateurs branchés en réseau peuvent échanger de l'information via un navigateur Web ou transférer
des fichiers grâce au protocole FTP. L'architecture est de type client/serveur, c'est-à-dire qu'un
ordinateur, dit serveur, répond aux requêtes d'une série d'ordinateurs dits clients.
L'utilisateur, à partir de son terminal effectue des requêtes pour demander l'affichage d'une carte
spécifique ; le serveur cartographique interprète cette requête et renvoie la carte sous la forme d'une
image matricielle (png, jpg, ...) ou vectorielle (svg, swf, ...). Le moteur cartographique peut être
contrôlé par des langages de script tels que PHP, Python ou Perl qui lui permettent de générer

30
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
dynamiquement une carte en réponse à une requête préparée par une interface utilisateur. Le serveur
cartographique peut chercher l'information nécessaire à la réalisation de la carte dans ses propres
ressources, mais aussi sur des serveurs de données distants.
La diffusion de l'information en ligne requiert une installation côté serveur avec des logiciels
tels qu’Apache (projet Open Source) ou IIS (Internet Information Services, de Microsoft) qui tournent
en tâche de fond et donnent accès aux serveurs de cartes à l'Intranet et à l'Internet. Ces logiciels
serveurs voient souvent leurs fonctions étendues par des interpréteurs de scripts comme PHP ou ASP.
Le serveur cartographique s'appuie sur ces éléments pour recevoir des requêtes et renvoyer des images
et des données. La figure 2 représente le fonctionnement du webmapping.

Figure 2 : Principe d’architecture Client-Serveur

III-2-3 Architecture d’un système webmapping


L’architecture d’un système de Webmapping est généralement de type client/serveur. Ce
système repose principalement sur les quatre composantes suivantes : le Client, le Serveur
cartographique, le Serveur web et le Serveur de données.

31
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 3 : Principe d’architecture Client-Serveur

a) Le client
Le client, dans le domaine du Webmapping, permet l'interrogation des serveurs
cartographiques. Les clients utilisent un certain nombre d’outils développés à base de différentes
bibliothèques (JavaScript, Java…) Open Source ou non, tournés vers la cartographie. Il existe
différents clients qui permettent à l’utilisateur de visualiser des cartes géo-référencées depuis une
page web. Il existe des catégories de client tel que les navigateurs internet comme le Mozilla Firefox,
opéra Muni, Google chrome et les applications cartographiques comme Google maps, Bing Map,
OpenLayers...
b) Serveurs
Un serveur cartographique est un serveur spécifique qui permet la réalisation de cartes géo-
référencées. Il crée des images de cartes à l’aide de données spécifiques, stockées sur les serveurs de
base de données mis à leur disposition. Ces images de cartes sont envoyées aux clients intéressés. Il
existe deux types de serveurs cartographiques qui sont les serveurs cartographiques libres et les
serveurs cartographiques semi-libres. Les serveurs cartographiques libres où le code source est à
disposition du grand public, ce qui permet d’héberger et d’administrer son propre serveur
cartographique chez soi comme GeoServer,MapServer,...
Le serveur web est un programme chargé de traiter les requêtes HTTP adressées par les clients.
Le serveur web décode les requêtes et retourne les résultats demandés. Le serveur web intègre
généralement des modules permettant d'exécuter un langage serveur comme PHP pour générer des

32
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
pages web dynamiques. Le serveur Web utilise d'autres logiciels qui fonctionnent en collaboration
avec le serveur HTTP comme le serveur de base de données afin de générer dynamiquement une carte
en réponse à une requête préparée par une interface utilisateur.
Les serveurs de données qui sont utilisés pour faire de la cartographie en ligne ne sont autres
que des Systèmes de Gestion de Base de Données Relationnel et Objet (SGBDRO) améliorés qui
introduisent des extensions de données spatiales. Les serveurs de données expriment toutes les
informations concernant la localisation et la forme de particularités géographiques, ainsi que les
rapports entre elles - en suivant les spécifications de l’Open Geospacial Consortium (OGC) afin de
permettre le stockage des données utilisées par les serveurs cartographiques.
III-2-4 Les Services web Geospatiaux [5]
Un service web est un programme informatique permettant l'interaction entre composants dans
des environnements distribués sans l'intervention humaine. En d'autres termes, il permet la
communication et l'échange de données entre applications et systèmes hétérogènes. Le service web
offre des fonctions, dont l'appel est normalisé, utilisant les standards de l'Internet (HTTP et XML).
Cette standardisation favorise l'interopérabilité (capacité que possède un produit ou un système, dont
les interfaces sont intégralement connues, à fonctionner avec d'autres produits sans restriction d'accès
ou de mise en œuvre.
Les services web cartographiques (ou Géoservices) sont des services web à référence spatiale.
Ils permettent l'échange, la visualisation, l'édition et le traitement de données géospatiales hétérogènes
et des métadonnées de manière standardisée. Dans le domaine de la géomatique et particulièrement
du webmapping, plusieurs services web et standards ont été défini par l'organisme « Open Geospatial
Consortium ». Et ce, afin de répondre aux problèmes d'interopérabilité des systèmes d'informations
géographiques. Dans le domaine de la géomatique et particulièrement du webmapping, plusieurs
services web et standards ont été défini par l'organisme « Open Geospatial Consortium ». Et ce, afin
de répondre aux problèmes d'interopérabilité des systèmes d'informations géographiques.
L'Open Geospatial Consortium (OGC) a été fondé en 1994. C'est un consortium international
visant à développer et promouvoir des standards ouverts et les spécifications OpenGIS, afin de
garantir l'interopérabilité des contenus, des services et des échanges dans les domaines de la
géomatique. Les services web cartographiques et les standards de l'OGC les plus utilisés dans le
webmapping sont le Web Map Service (WMS), le Web Feature Service (WFS), le Web Coverage
Service (WCS), le Style Layer Descriptor (SLD), le Catalog Service for the Web (CSW) ...

33
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Partie II :
MODELISATION DE L’APPLICATION

34
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE IV : ANALYSE DES BESOINS

Pour mieux cerner les fonctionnalités du système à mettre en place, il faut d’abord identifier les
différents utilisateurs et leurs interactions avec le système. Il faut aussi identifier les différentes
fonctions que les utilisateurs peuvent accéder. La réalisation du diagramme de cas d’utilisation permet
de montrer les relations qui existent entre les acteurs et les fonctionnalités du système. La réalisation
des diagrammes de séquences permet de représenter la collaboration entre les acteurs, le système et
les objets du point de vue temporelle. Il faut aussi faire les scénarii des principaux cas d’utilisation
pour faire des prévisions de ce dernier selon certaines hypothèses et contraintes.
IV-1 Identifications des acteurs
Un acteur est un utilisateur humain, un dispositif matériel ou un système qui interagit
directement avec le système étudié. Il représente une entité externe qui interagit avec le système. Et
en réponse à son action, le système lui fournit un service. Il émet ou reçoit des messages qui sont
porteurs de données. [7]
Les principaux utilisateurs sont les internautes qui sont les bénéficiaires finaux des résultats. En
plus de ces utilisateurs, nous avons besoin d’un gestionnaire de contenu chargé de mettre à jour les
données et aussi d’un administrateur chargé de contrôler les mises à jour effectué par le gestionnaire.
La fonction du premier groupe d’utilisateurs se limite à la consultation des données comme la
liste électorale, la visualisation de son tarif d’impôt et aussi de voir toutes les informations concernant
les services administratifs. Il s'agit du large public qui est composé par les habitants de la commune
d’Arivonimamo.
Le deuxième groupe sont les gestionnaires de données. Son rôle, en plus des besoins de
consultation, est d’effectuer les mises à jour des données démographique. D’ailleurs, ils assurent la
gestion de facture lors du paiement du client. Ce sont les personnels de la commune qui ont tous
l’accès aux bases de données. Ils assurent aussi la gestion de recouvrement des impôts effectué par le
recouvrable.
En plus de ces deux types d’utilisateurs, il est nécessaire d'avoir un responsable chargé de la
configuration de la plateforme technique et de l’administration de la base de données. C’est
l’administrateur système. Il a accès à toutes les fonctionnalités. Il valide les contenus et les mises à
jour proposés par les abonnés.
IV-2 Identifications des cas d’utilisations
Un cas d’utilisation représente un ensemble de séquences d'actions réalisées par le système et
qui produit un résultat observable intéressant pour un acteur particulier. Il permet de décrire ce que

35
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
le futur système devra faire, sans spécifier comment il le fera. L'ensemble des cas d'utilisation doit
décrire exhaustivement les exigences fonctionnelles du système. Les cas d'utilisation sont en fonction
des différents acteurs :
Pour les utilisateurs, il s’agit des fonctions standards sur les données géographiques, à savoir :
la navigation (affichage, déplacement, zoom de la carte), la consultation des informations liées aux
services de la commune, des informations sur la valeur des taxes et impôts que les utilisateurs veulent,
des derniers communiqués pour être à la page sur les évènements de la commune et la consultation
de la liste électorale pour vérifier que son est inscrit sur celle-ci.
Pour les gestionnaires de données c’est- à dire les personnels, en plus des fonctions standards
qu’ils auront en tant qu’utilisateurs, pourront également mener les actions comme l’authentification :
en effet, l’utilisation des fonctions d’édition doit être limitée pour éviter les incohérences de données.
Les gestionnaires peuvent en effet ajouter, éditer ou supprimer des informations. A part, ils assurent
la gestion de la facture effectuée par les recouvrables.
L’administrateur système doit assurer la gestion des utilisateurs. Il a le droit d’ajouter ou de
supprimer des gestionnaires. C’est lui qui leur octroie des droits. Ses fonctions principales sont la
validation des données d'inscription d'un abonné, l’administration de la plate-forme.
IV-3 Diagrammes des cas d’utilisations

Les diagrammes des cas d’utilisation sont des diagrammes utilisés pour donner une vision
globale du comportement fonctionnel d’une application. Ils sont utiles pour des présentations auprès
de la direction ou des acteurs d’un projet. Ils décrivent le système et les relations entre le système et
l’environnement. Un diagramme de cas d’utilisation permet de délimiter les frontières du système,
d’impliquer les utilisateurs dès le premier stade de développement. Il constitue un moyen d’exprimer
les besoins d’un système et une base pour les tests fonctionnels. Le diagramme de cas d'utilisation se
compose d'acteurs et des cas d'utilisation. Les traits entre les cas d'utilisation et les acteurs
représentent les interactions.
La figure ci-dessous représente le diagramme des cas d'utilisation et constitue une aide à la
spécification des différentes fonctionnalités du système selon les catégories d'utilisateurs envisagés.
Pour élaborer ce diagramme des cas d’utilisations, nous avons utilisé le logiciel « StarUML 5.4
».

36
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 4 : Diagramme de cas d’utilisation

D’après le diagramme de cas d’utilisation ci-dessus, les acteurs sont les invités, les
gestionnaires et l’administrateur. Un invité peut consulter les impôts à payer, la liste électorale ; il
peut voir toutes les informations concernants les services administratifs et aussi visualiser la carte. Il
peut devenir un gestionnaire en l’inscrivant sur la plateforme s’il est un personnel de la commune.
Un gestionnaire peut proposer des modifications qu’il faut apporter à la base de données et avoir
accès aux données confidentiels. Il assure aussi la gestion de la comptabilité de la commune. Un
administrateur a tous les privilèges et il est chargé à son tour de valider les modifications proposées
par le gestionnaire.

IV-4 Scénarii des principaux cas d’utilisations avec les diagrammes de séquences

Nous allons détailler quelques scenarios des principaux cas d’utilisations, puis nous allons
compléter la description des cas d'utilisations identifiés par les diagrammes de séquences. Pour
schématiser la vue comportementale de notre système informatique, nous faisons recours au
diagramme de séquence d’UML. Ce diagramme permet de présenter les interactions entre l’acteur et
le système avec des messages présentés dans un ordre chronologique. Le digramme de séquence

37
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
système traite le système informatique comme étant une boite noire. Le comportement du système
est décrit de l’extérieur sans avoir d’idée de la réalisation. Nous pouvons, alors, constater que certains
cas d’utilisations sont similaires, c’est pour cette raison que nous avons choisi de traiter quelques
exemples.
IV-4-1 Se connecter
Le tableau 1 ci-dessous représente une prévision du cas d’utilisation « Se connecter » selon
certaines contraintes et hypothèses.
Tableau 1 : Scénario du cas d’utilisation « Se connecter »

Nom de cas Se connecter


Acteurs Les gestionnaires
Pré requis Accès à internet
Serveur accessible 24 h/24 h et 7j/7j
Navigateur en bon état de fonctionnement
Actions L’utilisateur saisi son nom d’utilisateur et son mot de passe puis
valide le formulaire.
Post actions Le système vérifie l’authentification de l’utilisateur. Deux cas se
présentent :
L’utilisateur est authentifié : le système envoi la fenêtre
dédiée aux gestionnaires.
L’utilisateur n’est pas authentifié : le système
redemande à l’utilisateur de s’authentifier.

Figure 5 : Diagramme de séquence du cas d’utilisation : « Se connecter »

38
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
IV-4-2 Visualiser la carte
Le tableau 2 ci-dessous représente une prévision du cas d’utilisation « visualiser la carte » en
tenant comptes certaines contraintes et hypothèses.
Tableau 2 : Scénario du cas d’utilisation « Visualiser la carte »

Nom de cas Visualiser la carte


Acteurs Tous les utilisateurs
Pré requis Accès à internet
Actions L’utilisateur tape l’adresse du site dans un navigateur internet.
Le système affiche le site avec les outils de navigation.
Déplacement : l’utilisateur clique sur une des flèches (hauts,
bas, gauche, droite) et le système déplace la carte dans le sens
de la flèche.
Zoom + : l’utilisateur clique sur le bouton plus (+) et le
système fait zoom avant sur la carte à partir du point central de
la partie de carte affichée.
Zoom - : l’utilisateur clique sur le bouton moins (-) et le
système fait zoom arrière sur la carte à partir du point central de
la partie de carte affichée.
Post actions Changement de la localisation de la carte

IV-4-3 Consulter une liste électorale

Le tableau 3 ci-dessous représente une prévision du cas d’utilisation « Consulter la liste


électorale » en tenant comptes de certaines contraintes et hypothèses comme l’accès internet. Les
acteurs de ce type de cas d’utilisation sont tous les utilisateurs.
Tableau 3 : Scénario du cas d’utilisation « Consulter la liste électorale »

Nom de cas Consulter une liste électorale


Acteurs Tous les utilisateurs
Pré requis Connexion internet
Actions L’utilisateur tape le lien du site dans un navigateur internet.
Le système affiche le site avec le menu « consulter une liste
électoral ».
Le système affiche le résultat suivant l’ordre alphabétique.

39
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Post actions La liste électorale du Fokontany s’affiche

Figure 6 : Diagramme de séquence du cas d’utilisation : « Consultation une liste électorale »

IV-4-4 Demander une copie de naissance


Le tableau 4 ci-dessous représente une prévision du cas d’utilisation « Demander un bulletin de
naissance » en tenant comptes certaines contraintes et hypothèses comme l’accès internet. Les acteurs
de ce type de cas d’utilisation sont tous les utilisateurs.
Tableau 4 : Scénario du cas d’utilisation « Demander une copie de naissance »

Nom de cas Demander un bulletin de naissance


Acteurs Tous les utilisateurs (nés dans la commune Arivonimamo)
Pré requis Connexion internet
Actions L’utilisateur tape le lien du site dans un navigateur internet.
Le système affiche le site avec le menu « Demander un acte
d’état civil ».
Il choisit « Demander une fiche individuelle ».
Puis il saisit son nom comme un index.
Le système affiche une page avec le formulaire d’un acte
d’état civil.
Il suffit de cliquer sur le bouton « imprimer »
Post actions Un message s’affiche disant que la demande est en cours
d’impression

40
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
IV-4-5 Consulter les impôts
Le tableau 5 ci-dessous représente une prévision du cas d’utilisation « Consulter les impôts »
en tenant comptes certaines contraintes et hypothèses comme l’accès internet. Les acteurs de ce type
de cas d’utilisation sont tous les utilisateurs.
Tableau 5 : Scénario du cas d’utilisation « Consulter les impôts »

Nom de cas Consulter les impôts


Acteurs Tous les utilisateurs
Pré requis Connexion internet
Actions L’utilisateur tape le lien du site dans un navigateur internet.
Le système affiche le site avec le menu « carte ».
Il choisit son impôt entre IFPB ou IFT parmi les couches puis
il tape un numéro titre ou numéro cadastre de son propriété.
Le système affiche le résultat
Post actions Le système affiche le résultat centré sur le résultat et les
données sur l’impôt sous forme de infobulle sur la carte.

IV-4-6 Administrer
Le tableau 6 représente une prévision du cas d’utilisation « Administrer » en tenant comptes
certaines contraintes et hypothèses. L’acteur de ce type de cas d’utilisation est l’administrateur du
système.
Tableau 6 : Scénario du cas d’utilisation « Administrer »

Nom de cas Administrer


Acteurs Administrateur
Pré requis Accès à internet, authentification
Actions L’administrateur peut consulter la liste de tous les
gestionnaires inscrits sur la plateforme. L’administrateur peut
aussi ajouter modifier ou supprimer des gestionnaires en
cliquant sur le bouton qui correspond à chaque action souhaitée.
Il approuve toutes les mis à jour effectuées par les gestionnaires.
Post actions Modification des données.

41
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE V : MODELISATION DE LA BASE DE DONNEES

Notre but est d’élaborer une base de données pour stocker toutes les informations concernant
notre projet. Pour cela, il est indispensable de passer par une étape de modélisation de la base de
données pour décrire correctement son architecture. La démarche de modélisation consiste à recueillir
les éléments caractéristiques du point de vue des données et des traitements dans l’étude de l’existant
afin d’obtenir d’une part une conception organisationnelle et technique, et d’autre part, après
réorganisation, d’en générer les traitements informatiques et la description des procédures manuelles.
Nous allons utiliser la méthode MERISE parce qu’elle s’applique au modèle relationnel.

La méthode MERISE (Méthode d’Etude et de réalisation Informatique par Sous Ensemble) créé
à la fin des années 70, a pour objectif de fournir à la fois une démarche des modèles de formalisme
et des normes pour la conception et la mise en place du système d’information d’une entreprise. [8]

Pour mettre en œuvre la méthode MERISE, nous devrions procéder à la création du dictionnaire
des données, puis du Modèle Conceptuel de Données (MCD), ensuite le Modèle Logique de Données
(MLD) et enfin le Modèle Physique de Données (MPD).

Figure 7 : Résumé de la démarche de MERISE

42
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
V-1 Création de dictionnaire de données

Le dictionnaire des données est une collection de métadonnées ou de données de référence


nécessaire à la conception d'une base de données relationnelle. Il revêt une importance stratégique
particulière, car il est le vocabulaire commun de l'organisation. Il décrit des données aussi importantes
que les clients, les nomenclatures de produits et de services, les annuaires, etc. C'est donc le référentiel
principal de l'entreprise, sur lequel s'appuient les décisions de celle-ci. Pour recueillir les informations
nécessaires à la réalisation du projet, des séances d’entretiens ont été faites. Ensemble, ces
informations forment le dictionnaire des données. Le tableau 7 suivant représente un extrait du
dictionnaire des données de ce projet :

Tableau 7 : Extrait de dictionnaire de données

Champs retenus Types de données Commentaires


id_commune Serial Code géographique de la commune
nom_commune Caractère (50) Toponymie de la commune
id_fokontany Serial Code géographique du fokontany
nom_fokontany Caractère (50) Nom de fokontany
id_quartier Serial Code géographique du quartier
nom_quartier Caractère (50) Nom du quartier
id_habitation Serial Code géographique du quartier
Lot_habitation Caractère (10) Lot de l’habitation
Id_habitant Serial Code d’identification de l’habitant
nom_habitant Caractère (50) Nom de l’habitant
Prenoms_habitant Caractère (50) Prénoms de l’habitant

V-2 Elaboration du Modèle Conceptuel de données (MCD)

Le modèle conceptuel de données est un modèle de données pour décrire, de façon abstraite,
les aspects de données ou d’information dans le domaine des entreprises qui sera mis en œuvre dans
une base de données comme une base de données relationnelle. Les principaux composants de ce
modèle sont des entités et des relations qui peuvent exister entre eux. Il repose sur une représentation
graphique qui facilite considérablement sa compréhension. Pour élaborer le schéma du MCD, nous
allons utiliser le logiciel « Power designer 15.1. La figure 8 illustre ce type de modèle.

43
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 8 : Modèle conceptuel de données généré par Power Designer

44
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
V-3 Elaboration du Modèle Logique de données (MLD)

Le modèle relationnel représente la base de données comme un ensemble de tables, sans tenir
compte de la façon dont les informations sont stockées dans la machine. Les tables constituent donc
la structure logique du modèle relationnel où il est possible de relier ces structures à des tables au
niveau logique. Les tables ne représentent donc qu’une abstraction de l’enregistrement physique des
données en mémoire. De façon informelle, les données sont organisées sous forme de relation. La
figure 9 illustre ce type de modèle.

Figure 9 : Modèle logique de données

45
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
V-4 Elaboration du Modèle Physique de données (MPD)

Dans la méthode Merise, le modèle physique des données consiste à implanter une base de
données dans un SGBDR ; le langage utilisé pour ce type d'opération est le SQL. Un système de
gestion de base de données ou SGBD représente un ensemble coordonné de logiciel permettant à un
utilisateur de communiquer avec une base de données pour décrire et organiser les données,
rechercher, sélectionner et modifier les données, mémoriser, manipuler, interroger, traiter les
données. Un SGBD offre la possibilité à l’utilisateur de manipuler les représentations abstraites des
données indépendamment de leur organisation et de leur implantation sur les supports physiques. On
peut considérer un SGBD comme un interpréteur d’un langage de programmation de haut niveau qui,
dans le cas idéal, permet à l’utilisateur de décrire précisément ce qu’il veut obtenir et non comment
l’obtenir.

46
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE VI : ETUDE TECHNIQUE

Pour réaliser le site que nous allons utiliser dans notre projet, nous avons besoin de plusieurs
logiciels. Dans cette partie, nous allons faire le choix parmi les différentes logiciels en tenant compte
de ses spécificités et de notre objectif.
VI-1 Choix de l’architecture de l’application
Comme nous avons dit précédemment, l’architecture d’un système de webmapping est de type
client / serveur.
VI-1-1 Solutions du coté serveur [9]
Un serveur est une machine spécifique diffusant les données via un réseau et plus généralement
de l’Internet grâce à des logiciels spécifiques. Ces données peuvent être des fichiers résidants sur le
serveur ou bien le produit d’une requête spécifique d’un client. Dans ce cas, les données sont donc
créées à la volée par le serveur qui les envoie directement vers le client. Dans ce travail, nous adoptons
trois types de serveurs à savoir :
Les serveurs Internet,
Les serveurs cartographiques,
Les serveurs de bases de données spatiales
a) Serveur internet
La consultation de l’information géographique requiert une installation essentiellement côté
serveur avec des logiciels tels Apache ou IIS (Internet Information Services) qui tournent en tâche de
fond et permettent aux serveurs de cartes d’accéder à l’Intranet et à l’Internet.
Dans ce projet, on a adopté le serveur Apache. Le logiciel Apache HTTP Server, souvent appelé
Apache, est un serveur HTTP produit par Apache Software Foundation. C'est le serveur HTTP le plus
populaire du World Wide Web. C'est un logiciel libre avec un type spécifique de licence, nommée
licence Apache. Il s'agit d'une application fonctionnant à la base sur les systèmes d'exploitation de
type Unix. Désormais, il a été porté sur de nombreux systèmes comme Microsoft Windows. Apache
est conçu pour prendre en charge de nombreux modules qui lui donnent des fonctionnalités
supplémentaires : interprétation du langage Perl, PHP, Python et Ruby, serveur proxy, Common
Gateway Interface, Server Side Includes, réécriture d'URL, négociation de contenu, protocoles de
communication additionnels, etc.

47
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
b) Serveurs cartographiques

Au départ, le WebMapping consistait surtout à la présentation de carte interactive dans un site


Web, ce qui revenait à une navigation Web enrichie de fonctions SIG. Les outils logiciels utilisés
permettaient d'ajouter à un serveur Web classique des fonctionnalités SIG qui le rend capable
potentiellement de :
- Gérer des données géoréférencées ;
- Exécuter des requêtes numériques, textuelles et spatiales ;
- Générer des documents cartographiques ;
- Retourner ces documents à l'ordinateur client qui les a demandés.
Ainsi, un serveur cartographique est un serveur Internet doté de fonctionnalités SIG. Ce serveur
SIG prenait généralement la forme d'une couche logicielle installée sur la machine serveur, qui va
intercepter les requêtes de type SIG tout en complétant les réponses du logiciel serveur par des
éléments cartographiques.
Exemple des serveurs cartographiques
De nombreuses solutions existent du côté serveur. Le tableau ci-dessous présente quelques
serveurs cartographiques avec sa description.
Tableau 8 : Exemples de serveur cartographique
Serveurs cartographiques Avantages Inconvénients
GeoServer -GeoServer est un - Environnement de
http://www.refractions.net/geoserver/ Serveur Web d’Objets développement Java
géographiques
compatible avec les
serveurs standards.
-GeoServer supporte
plusieurs bases de
données standard
d’industriels, incluant
Oracle Spatial, ArcSDE,
PostGIS et les fichiers
Shape d’ESRI.
MapServer -Importante communauté
http://mapserver.gis.umn.edu/ d’utilisateurs.

48
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
-Implémentation stricte -Administration peu
des standards de l’OGC. aisée.
-Données supportées -Sa mise en œuvre
nombreuses. nécessite quelques
-Données renvoyées : connaissances en
image, svg, flash, flux configuration système et
WMS ou WFS. en langage php.
-Utilise Apache, le -Nécessite un temps
serveur web le plus d’investissement humain
utilisé. important
Deegree -Implémentation stricte -Plus difficile à
http://deegree.sourceforge.net/ des normes OGC et ISO. manipuler.
-Permet de créer des -Nécessite une
infrastructures complexes architecture java sur le
serveur.

Ces trois serveurs cartographiques s’équivalent par les possibilités qu’ils offrent dans la
publication des données spatiales sur Internet. Mais Geoserver est plus facile à utiliser à travers une
interface graphique, c’est pourquoi notre choix s’est porté sur Geoserver comme serveur
cartographique. Aussi, ce serveur est facile de connecter avec un logiciel SIG comme QGIS, et ce
dernier facilite l’exportation des données SIG vers ce serveur. (cf. annexe 1) [10]
c) Solutions du côté de la gestion de base de données
Ce composant logiciel permet le stockage, le traitement des données littérales et spatiales. En
outre, en tant que serveur, il permet ainsi de partager ces informations vers d’autres logiciels. Ces
informations peuvent être protégées par un login et un mot de passe. Un tel dispositif est très
indispensable dans un projet WebMapping.

49
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Exemples de serveurs de bases de données spatiales
Tableau 9 : Exemple des serveurs de base de données spatiales

Serveurs de base de données Descriptions


MySQL (gratuit) MySQL est un SGBD gratuit, doté d’une «
http://www-fr.mysql.com/ cartouche spatiale » nommée MyGIS implémentant
les normes OGC. Il supporte les données des types
géographiques (lignes, polygones, etc.) ainsi que
toute une batterie de fonctions dédiées (calcul de
distance, de surface, etc.).
PostgreSQL/PostGIS (gratuit) PostGresql est un moteur de base de données
http://www.postgresql.org/ évolué gérant aussi bien les vues que les
http://www.postgis.refractions.net/ déclenchements d’actions automatisés (triggers).
PostGIS est une extension qui vient rajouter à
PostgreSQL des types géographiques (lignes,
polygones, etc.) ainsi que toute une batterie de
fonctions dédiées (calcul de distance, de surface,
etc.). Couplée avec les librairies GEOS (ajout de
fonctions géométriques très évoluées) et PROJ
(gestion des projections), cette base de données
spatiales devient très performante.
Oracle (payant) Le puissant moteur de base de données Oracle
http://www.oracle.com/global/fr/index.html possède, dans sa version standard, une extension
Oracle Locator permettant la gestion de types
géographiques, ainsi que le géoréférencement de
données et des fonctionnalités de calcul simple.
L’extension Oracle Spatial disponible en version
Enterprise ajoute quant à elle une grande librairie de
fonctions d’analyse évoluées.

Pour la réalisation de ce projet, nous avons choisi MySQL/MyGIS comme serveur de données.
MySQL est un SGDB (Système de Gestion de Base de Données) qui est capable d’enregistrer et de
conserver des informations numériques et de les restituer à la demande d’un utilisateur. Les
concurrents de MySQL les plus courants sont PostgreSQL, Oracle, Sybase, Informai, Internasse, etc.,

50
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
mais l’avantage de MySQL par rapport aux autres SGDB est sa gratuité, or que les systèmes tel
qu’Oracle ne sont abordable que par de très grosse société. MySQL est toutefois un peu plus
rudimentaire que ses compagnons qui possèdent énormément d’outils d’aide à l’utilisation ou au
développement. Il possède leurs caractéristiques principales et essentielles. MyGIS est un module
pour la base de données MySQL permettant de rajouter le support des données spatiales directement
dans la base de données, en termes de stockage, de manipulation et de requête. [11]
VI-1-2 Solutions du côté client
Le client est la machine, et/ou par extension le logiciel, qui peut se connecter au serveur,
recevoir et exploiter les données diffusées par le serveur.
Les applications clientes sont des bibliothèques JavaScript qui permettent de gérer le
chargement des couches produites par le serveur cartographique (WFS, WFST, WMS, KML), et
d’afficher les données d’une base de données géo spatiales (PostGis) ou de simples couches (SHP).
Le client cartographique gère également l’envoi des données aux serveurs et les interactions HOMME
MACHINE (Zoom sur une couche, déplacement, mesure de longueur). Le choix du client
cartographique est d’autant plus important qu’il représente le lien entre l’utilisateur et le serveur.
Exemple des clients cartographiques
Tableau 10 : Exemple de logiciels de clients cartographiques [9]
Logiciels clients légers Descriptions
Leaflet C’est un client générique qui respecte les
http://www.leaflet.org/ normes WMS de l’OGC. Il peut donc se
connecter à tous les types de serveurs
cartographiques respectant ces normes.
OpenLayers C’est une librairie écrite en JavaScript
http://www.openlayers.org/ AJAX permettant de créer des sites
cartographiques et pouvant se connecter à tout
serveur respectant les normes WMS et WFS.
Par ailleurs, OpenLayers permet de se
connecter à plusieurs serveurs commerciaux
tels que Yahoo, MSN, etc.
Pmapper C’est aussi un client léger qui respecte les
http://sourceforge.net/projects/pmapper/files/ normes WMS de l’OGC. Il peut donc se
connecter à tous les types de serveurs
cartographiques respectant ces normes.

51
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Cartoweb C’est une des solutions les plus
http://www.cartoweb.org/ prometteuses. Ce SIG par internet se connecte
à Mapserver et comporte de nombreuses
fonctions de navigation et de gestion des
couches. Il dispose aussi d’un module
d’impression des cartes au format PDF et peut
interagir avec un serveur PostGIS pour mettre à
jour ou créer à distance des objets
géographiques. Son architecture est
relativement complexe pour les néophytes mais
permet des infrastructures évoluées.
Ka-Map Toujours destinée à se connecter à
http://ka-map.maptools.org/ Mapserver, c’est une solution simple et
complète en termes de navigation et de gestion
des couches. Elle est légère et relativement
aisée d’installation. Elle utilise un mode de
dallage comparable à celui de GoogleMap.

Pour la réalisation de cette étude, nous allons utiliser le logiciel Leaflet. Leaflet est une librairie
JavaScript open source qui sert à générer des cartes interactives en ligne. Cette librairie est utilisée
par le projet de cartographie libre OpenStreetMap. Elle peut être utilisée soit en téléchargeant le code
source et en l’introduisant dans le répertoire du projet, soit en faisant appel à des réseaux de diffusion
de contenu.

VI-2 Les outils de développement


On a utilisé les langages HTML, CSS, JavaScript et PHP pour la réalisation de notre application.

VI-2-1 HTML (Hyper Text Markup Language) [12]

HTML signifie langage d’hypertexte fondé sur des balises. Le langage html est à la base de la
création d’un site web. Son utilisation est incontournable. Pour consulter un site avec le navigateur
(internet explorer par exemple), il faut savoir qu’en coulisses, des rouages s'activent pour permettre
au site web de s'afficher. L'ordinateur se base sur ce qu'on lui a expliqué en HTML et CSS pour savoir
ce qu'il doit afficher.
Voici le code HTML illustrant sa structure :

52
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 10 : Structure du code HTML

VI-2-2 CSS (Cascading Style Sheets) [13]


C’est un langage informatique qui sert à décrire la présentation des documents HTML et XML.
Les standards définissant CSS sont publiés par le World Wide Web Consortium (W3C). Introduit au
milieu des années 1990, CSS devient couramment utilisé dans la conception de sites web et bien pris
en charge par les navigateurs web dans les années 2000.

VI-2-3 PHP (Hypertext Pre-processor) [14]

PHP est un langage de script coté serveur qui a été conçu spécifiquement pour le Web. Le code
PHP est inclus dans une page HTML et sera exécuté à chaque fois qu’un visiteur affichera la page.
Le code PHP est interprété au niveau du serveur web et généré du code HTML ou toute autre donnée
affichable dans le navigateur de l’utilisateur.

Nous allons choisir un logiciel de développement PHP, qui est basé sur WAMP5 (cf. Annexe2)
de fait que ce dernier permet d'installer tout le nécessaire pour commencer à programmer en PHP
avec Apache et MySQL. Il simplifie toute l’installation grâce à un setup automatisé et évite toute la
configuration du serveur. La version 5 est composée de : Apache 2, PHP 5, MySQL 5 et Phpmyadmin.
WAMP installe et configure automatiquement un environnement de travail complet permettant de
mettre en œuvre toute la puissance et la souplesse qu’offrent le langage dynamique PHP et son support
efficace des bases de données. WAMP regroupe un serveur Apache, une base de données MySQL, le
langage PHP ainsi que des outils facilitant le développement de nos sites ou de nos applications.
VI-2-4 JavaScript [15]

JavaScript est un langage de programmation de scripts principalement employé dans les pages
web interactives mais aussi pour les serveurs. C'est un langage orienté objet à prototype, c'est à dire

53
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
que les bases du langage et ses principales interfaces sont fournies par des objets qui ne sont pas des
instances de classes, mais qui sont chacun équipés de constructeurs permettant de créer leurs
propriétés, et notamment une propriété de prototypage qui permet d'en créer des objets héritiers
personnalisés. En outre, les fonctions sont des objets de première classe. JavaScript apporte des
améliorations au langage HTML en permettant d'exécuter des commandes du côté client, c'est-à-dire
au niveau du navigateur.

VI-3 Système de gestion de contenue [16]

Le nom CMS, Content Management System, en français Système de Gestion de Contenu, est
utilisé pour désigner un module, généralement programmé en PHP MySql, qu’on peut installer sur
un serveur Internet et qui servira à créer un site Internet sur mesure grâce à un panneau
d'administration tout en ajoutant du contenu (textes et images) à des endroits choisis. Un système de
gestion de contenu est un système de conception de site web et de mise à jour dynamique. Il s'agit
d'un "programme", ou plutôt d'un ensemble de scripts accessibles généralement par un navigateur qui
lui permet de gérer le contenu d'un site web sans avoir une niveau informatiques élevée. Le choix
d'un CMS adapté à notre projet doit prendre en compte les différents critères suivants : la complexité
de l'installation et de la configuration, les fonctions fournies par le CMS, le nombre de module
disponible pour le CMS et l’activité de sa communauté.

Pour notre projet, nous sommes convaincus d’utiliser Wordpress comme CMS grâce à la facilité
de l'installation, les différentes fonctions qu'il présente, l'énorme nombre de modules disponibles et
l'activité de la commune par rapport aux autres.
Wordpress (cf. Annexe 3) est convivial, puissant, ergonomique et adapté à des sites vitrines,
portails, commerciaux, associatifs, institutionnels ou communautaires. Wordpress propose plus de
50 000 thèmes et autant d’extensions à l’infini. D’ailleurs les sites sur Wordpress sont responsifs. Le
menu d'administration présente les éléments de gestion du contenu plutôt que les fonctionnalités du
logiciel. Sans être initié aux CMS, il est facile de comprendre comment composer les menus et sous-
menus, comment ajouter des composants et modules et comment publier des articles. Comme le
soutiennent les développeurs de Wordpress, beaucoup de personnes apprécient sa capacité à autoriser
l'utilisateur à éditer le contenu sans devoir être un expert en informatique.

54
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Partie III :
PRESENTATION DES RESULTATS

55
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE VII : PRESENTATION DU SITE

On note que cette application est nommée SIGOC : Système Intégré de la Gestion des
Opérations Communales.

Dans cette partie nous allons présenter quelques interfaces de notre site web.

Pour ce mémoire, nous n’avons qu’une machine qui sert à la fois de serveur et du client.
L’adresse URL permettant d’accéder à la première page d’accueil est « www.sigoc.com ». Le site est
ouvert à tout le monde, donc contrairement aux personnels et l’administrateur, les utilisateurs n’a pas
besoin d’authentification.

VII-1 Session client

VII-1-1 Page d’acceuil


Le site a été conçu pour être non seulement un outil de gestion mais surtout il constitue un
moyen très efficace de communication. La page d’accueil présente en un clin d’œil toutes les
fonctionnalités du site ainsi que les actualités de l’administration.

56
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 11 : Page d’accueil de l’utilisateur simple

57
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Pour chaque type de d’utilisateur, la page d’accueil comporte quatre zone :
(1) : l’entête qui constitue le nom de notre site ;
(2) : les barres des onglets comportant les menus principaux de ce site ;
(3) : La zone qui décrit tous les services offerts par la commune ;
(4) : La zone réservée par la commune pour faire communiqué les annonce. Cette partie
constitue une des plus importantes car elle présente toutes les informations sur la vie de la mairie et
de la ville Arivonimamo. Elle permet d'informer en temps réel les populations sur tous ce qui se passe
dans la ville.

VII-1-2 Menu “Carte”


Cette page contient une carte dynamique qui peut visualiser les informations tels que le statut
de la propriété, le numéro du titre avec le nom de la propriété si le terrain s’agit d’une propriété titrée,
le numéro cadastre avec le nom de section s’il s’agit d’une propriété cadastrée, la contenance de
chaque propriété et le plus important le tarif des impôts que chaque propriétaire doit payer au bureau
communale.

58
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 12 : Interface du menu « Carte » pour l’utilisateur simple

- En couleur rose : les Propriétés bâties (Impôt Foncier sur les Propriété Bâties)
- En couleur fuchsia : les Propriétés nues (Impôt Foncier sur les Terrains)
VII-1-3 Menu “Mairie et citoyens”
Cette rubrique donne des informations sur tous les services administratifs avec des indices de
prix de chaque service, les dossiers à fournir et le lieu de paiement du droit du service.

59
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 13 : Interface du menu « Mairie et citoyens » pour l’utilisateur simple

VII-1-4 Menu “Liste éléctorale”

Ce menu contient la liste en ordre alphabétiques des personnes âgés 18 ans et plus. Lors d’une
élection, les citoyens qui habitent dans la zone de la commune Arivonimamo, peuvent vérifier son
nom via le site sans déplacer au bureau de Fokontany.

60
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 14 : Interface du menu « Liste Electorale » pour l’utilisateur simple

VII-1-5 Menu “Liste des hommes”


Ce menu contient la liste en ordre alphabétiques des citoyens de sexe masculin habitant dans la
commune Arivonimamo.

61
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 15 : Interface du menu « Liste des Hommes » pour l’utilisateur simple

VII-1-6 Menu “Liste des femmes”


Ce menu contient la liste par ordre alphabétiques des citoyens de sexe masculin habitant dans
la commune Arivonimamo.

62
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 16 : Interface du menu « Liste des femmes » pour l’utilisateur simple

VII-2 Session personnel


Les interfaces suivantes sont destinées aux agents communaux pour la mise à jour des données
statistiques et la saisie des différents actes d’état civile. Ils ont une page d’accueil identique à celle
des simples utilisateurs à part les quelques menus de mis à jour. Par contre, les personnels doivent
s’authentifier à l’aide de son pseudo et de leur mot de passe attribué.

63
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 17 : Interface d’authentification des personnels

I-7-1 Interface « Mise à jour » des données


Ce menu permet de faire l’ajout, modifier et supprimer des données statistiques. Une fois la
mise à jour est faite, on peut rechercher un actes d’état civil sur la base de données. La figure ci-
dessous représente la capture d’écran de la page « mise à jour ».

Pour l’ajout des données, il suffit de cliquer sur le bouton « S’inscrire », puis remplir le
formulaire.

64
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 18 : Interface d’ajout des données

I-7-2 Interface d’impression d’une copie de naissance


Ce menu offre la possibilité de faire une impression d’une fiche individuelle. Si par exemple,
un citoyen demande au personnel lui offrir un copie d’acte de naissance, l’administrateur suffit de
chercher le nom de ce citoyen puis le système s’en charge automatiquement.

65
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Figure 19 : Procédure de recherche et impression d’une fiche individuelle

66
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
I-7-3 Interface établir une facture lors d’un payement du client via le site
Pour payer le coût de service auprès de la caisse de la commune, les personnels ont l’accès sur
l’administration des plugin Accounting, puis sur l’onglet vente car la commune vend le service auprès
des citoyens, puis sur le bouton paiement. Un formulaire de payement s’apparait, il suffit de remplir :
le nom du client, le mode de paiement, le numéro de compte (en comptabilité) et la description de
service. Pour terminer, on clique sur le bouton Payer. Après, le personnel procède à l’impression de
la facture car c’est la preuve de payement en plus c’est un document comptable nécessaire lors du
calcul de revenu. Les figures ci-dessous représentent quelques captures d’écran de notre site. Nous
allons prendre l’exemple d’un citoyen qui vient de payer un droit de son fête nommée « KERMESY ».

Figure 20 : Procédure pour établir une facture

67
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
I-7-4 Interface pour voir tous les revenus de la commune
Comme nous précisons dans le cadre de notre projet, la détermination de budget est l’une des
objectifs principaux de notre travail. C’est pourquoi que nous devons présenter les étapes à suivre
pour avoir le bilan annuel ou d’autres documents comptable tels que : compte de résultat, balance
d’essai, journal, etc. Les figures ci-dessous représentent quelques captures d’écran de notre site. Nous
allons prendre le cas « bilan ».

Il suffit de cliquer l’onglet « Rapport », puis choisir le document comptable que nous désirons
élaborer, ici nous aimerons de voir le bilan.

Figure 21 : Procédure d’afficher le bilan

- La partie « Les atouts », on appelle aussi actif, représente l’ensemble des emplois effectués
par la commune ayant conservé une valeur au sein de son patrimoine. Il regroupe donc l’ensemble
d’actif possédés par la commune. Comme dans notre cas, la commune possède une valeur dans sa
caisse.
- La partie « Les passifs », représente l’ensemble des ressources obtenues et utilisées par la
commune.
- La partie « Equité », représente l’équilibre structurel actif-passif. En d’autre terme c’est
l’étude d’équilibre financier. Pour notre cas, la case passif est vide, donc la valeur d’actif est égale à
la valeur du revenu net.

68
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
On peut avoir aussi un graphe à partir de notre bilan qui illustre l’évolution de notre revenu
automatiquement. Ce graphe représente le montant journalier entré dans la commune.

Figure 22 : Présentation du graphe d’évaluation des revenus

69
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE VIII : ANALYSE DES RESULTATS

Après avoir terminé tous les études et travaux nécessaires, nous avons abouti à la mise en place
d’une base de données géolocalisées des occupations foncières avec les impôts convenables de
chaque propriété. Nous avons aussi réalisé une interface web simple et facile à employer selon le
niveau d’accès attribué aux utilisateurs (visiteurs, agents communaux, administrateur). Ce portail
nous permet de naviguer sur la carte. Cette interface cartographique doit mettre à la disposition des
utilisateurs des outils qui font sens au regard d'un besoin précis. Voici les grands avantages de
l’utilisation du système SIGOC :
VIII-1 Outil de communication

SIGOC offre au client une opportunité de connaître les informations sur les différents services
administratifs offert par la commune. En plus, la carte étant beaucoup plus parlante avec des supports
statistiques, c’est donc un moyen de communication et d’information efficace. Elle informe la
population à propos des impôts de la propriété qu’elle doit payer chaque année.

Il y a aussi une partie réservée aux communiquées permettant de mettre en exergue les annonces
récentes de la communes urbaine Arivonimamo.

VIII-2 Outil de travail

Le système SIGOC est un outil de travail vraiment important pour les personnels de la
commune.

Voici les avantages obtenus avec l’utilisation du système :

- Archivage numérique de document ;

- Analyse des données statistique de la population ;

- Facilitation de mise à jour : ajout, modifier et supprimer des données ;

- Centralisation des données constitue aussi une force pour la fiabilité des données ;

- Enregistrement et création de facture de payement des clients afin d’avoir une bonne gestion
du budget communale.

70
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
VIII-3 Outil de contrôle /décision [17]

Plus on a d'information pertinente à notre disposition, plus il est facile de prendre une décision
réfléchie et construite. Non seulement cette application nous permet de visualiser des cartes
dynamiques voire interactives, mais aussi, elle permet d’afficher toutes les informations dont nous
avons besoin, sous forme de couches structurées, comme le cas d’un logiciel SIG et d'exclure celles
qui nous sont inutiles. On peut connaitre l’information complète sur un bâtiment construit et surtout
sur la propriété foncière. Donc, on peut visualiser les valeurs de l’IFT et l’IFPB pour chaque terrain
et la propriété bâtie. Les relations entre les informations apparaissent plus évidentes, leur apportant
une valeur ajoutée indéniable. Il est aussi utilisé en tant qu'outil dans de nombreuses tâches telles que
l’élaboration de facture, l’élaboration des documents comptables, etc. Ils sont nécessaires afin
d’atteindre la transparence financière. En outre, cette application stocke les actes d’état civile, donc
on peut estimer le nombre de population, le taux de naissance, le taux de décès et d’autre données
statistiques pertinents. SIGOC veillera à ce que les Responsables Communaux informent les
contribuables et les autres acteurs concernés des prévisions et des réalisations en matière de fiscalité
locale.

VIII-4 Augmentation de la qualité et quantité de production

Grâce à cette application, la production des actes d’état civile augmentera par rapport à
l’utilisation de la méthode traditionnelle, acte d’état civile peut dresser en quelques minutes. En plus,
on a une base de données fiables grâce à l’informatisation des données statistiques.

VIII-5 Evolution possible

Ce projet est basé sur l’archivage des actes d’états civils et l’informatisation des taches
communales. Cependant, on peut appliquer une nouvelle méthode comme payement en ligne de
quelques types de service pour éviter le déplacement du client. Outre, on peut créer une interface de
carte dynamique pour la gestion des permis de construire et la mutation d’une parcelle.

VIII-6 Apports de ce projet

A partir de ce projet, nous disposons maintenant un guide technique qui nous permet de
reproduire l’ensemble des manipulations effectuées. Même si les logiciels utilisés seront amenés à
évoluer, nous avons acquis pendant ce long période la connaissance sur les principes de
fonctionnement d’un tel système. Ce projet apporte une première expérience concrète en matière du
SIG web.

71
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Ensuite, ce système aborde les architectures client/serveur qui garantissent leur utilisation à
distance. Ce site permet donc à tous les utilisateurs de visualiser rapidement les tarifs de son impôt à
l’aide de cette carte qui est la carte de niveau supérieur de lecture et des valeurs sous forme tabulaire.
Et il permet aussi à la commune de mettre à jour la base de données à distances à l’aide des pages
bien sécurisées.

72
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

CHAPITRE IX : PLANIFICATION ET ETUDE BUDGETAIRE

Dans ce chapitre, nous avons mentionné la planification et le coût de la réalisation de ce projet.


Ces coûts comprendront les dépenses relatives aux personnels, la somme nécessaire pour assurer la
communication et la circulation des données, la somme nécessaire pour acquérir les matériels, et
d’autres types de dépenses.

IX-1 Planification du projet

Le diagramme ci-après montre le diagramme de GANTT de ce projet. Ce diagramme représente


le délai de réalisation du présent mémoire.

Figure 23 : Diagramme du GANTT du projet

IX-2 Etude budgétaire

IX-4-1 Besoin en matériel

73
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Tableau 11 : Besoin matériel

Activités/ Taches Désignation Unité Quantité Prix Montant


des matériels unitaire (Ariary)
(Ariary)
Phase 1 : Activités préalables
Présentation Vidéo- U 1 100 000 100 000
projection
Papier rame 2 15 000 30 000
Installation de Flash disque U 1 30 000 30 000
logiciels 8Go
Collecte de GPS Gamine 1 800 000 800 000
données
Phase 2 : Phase Opérationnalisation du site
Matériels Machine U 1 3 000 000 3 000 000
informatiques serveur
Ordinateur de U 2 2 500 000 5 000 000
bureau
Connexion Abonnement /mois 1 500 000 500 000
internet Routeur U 1 80 000 80 000
Câble mètre 15 10 000 150 000
Hébergement du Hébergement /mois 1 50 000 50 000
site sans publicité
TOTAL 9 740 000

IX-4-2 Besoin en personnel

74
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Tableau 12 : Besoin personnel

Activités/ Personnel Unité Nombre Prix Montant


Taches unitaire (Ariary)
(Ariary)
Phase 1 : Activités préalables
Cadrage Chargé d'étude Fft 1 1 000 000 1 000 000
général du
projet
Installation des ingénieur Fft 1 200 000 200 000
logiciel spécialiste en
SIG et base de
données
géographique
Phase 2 : Opérationnalisation du site
Conception de ingénieur Fft 1 800 000 800 000
la base de spécialiste en
données et de SIG et base de
l'application données
géographique
Programmation ingénieur Fft 1 1 000 000 1 000 000
de l’application spécialiste en
SIG et
webmapping
Vérification webmaster h 16 15 000 240 000
avant mise en
place
du site
Diffusion des ingénieur h 8 40 000 320 000
données informatique
spécialiste en
réseau
Phase III- Formations pour l'utilisation du site

75
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Formation des ingénieur h 16 40 000 640 000
administrateurs spécialiste en
de la base de SIG et base de
données données
géographique
Formation des Ingénieur en SIG h 8 40 000 320 000
personnel et base de
communal données
Un gestionnaire- h 8 30 000 240 000
comptable
Montage du Spécialiste en Fft 1 300 000 300 000
spot montage vidéo
publicitaire
TOTAL 5 060 000

Pour le calcul hors taxes, on prévoit donc que le coût estimatif des matériels est

9 740 000Ariary et les besoins en personnels remontent à 5 060 000 Ariary. La somme est
arrêtée à treize millions six cent Ariary ou 14 800 000Ariary.

76
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
CONCLUSION
Les exigences en matière de qualité des produits ainsi que de gain de temps conduisent de nos
jours vers l’utilisation de nouvelles technologies. La mise en place d’un site web dynamique pour la
commune permet d’assurer la communication entre les citoyens et la commune et offre des meilleurs
services aux clients par rapport à ses besoins.
Bref, il faut souligner que ce projet a atteint les objectifs fixés au départ, nous sommes arrivés
à développer un site web dynamique qui va permettre aux citoyens de consulter leurs impôts en ligne
via le carte de localisation. En outre les personnels arrivent à gérer les données statistiques : Ajouter,
supprimer ou modifier afin d’avoir une base de données robuste, centralisé et fiable. D’ailleurs, les
tâches et les services communaux comme l’établissement des actes d’états civils, établissement de
liste électorale et le calcul de budget annuel, devient plus faciles grâce à l’utilisation de cette
application. Par contre, il est important de vulgariser et d’informer les citoyens à propos de prise en
main de cette application.
Ce projet nous a permis de bénéficier de nouvelles connaissances venues compléter celles que
nous avons acquises tout au long de notre étude. Ce fût une opportunité d’avoir pu exploiter des
logiciels libres comme le serveur de base de données MySQL bénéficiant de sa fonctionnalité de
spatialisation, le logiciel Quantum GIS pour sa facilité de migrer vers le web ou encore le serveur
cartographique GeoServer. Mais ce fût aussi une occasion d’avoir manié différents langages de
programmations notamment SQL, PHP et JavaScript qui, combinés peuvent créer une application
compacte et solide. En outre, cette étude nous a personnellement permis d’acquérir des nouvelles
connaissances en gestion et particulièrement dans le domaine de comptabilité. A terme de ce projet,
le système intégré de la gestion des opérations communaux a abouti à la mise en œuvre d’un système
de transparence tant en matière de financement afin d’éviter la corruption. Comme il a déjà été
mentionné, cette application peut apposer dans toutes les communes à Madagascar.
Ce rapport contient donc les informations nécessaires concernant l’amélioration des services
communaux et la modernisation de la technologie utiliser. Ce travail évoque toutes les outils
théoriques et les recherches essentielles pour la réalisation de ce projet. Après ces études, on peut
accéder à la réalisation pratique au sein de la commune.

77
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

BIBLIOGRAPHIE
OUVRAGES

[1] : Une étude de Banque Mondiale concernant un pays : Décentralisation à Madagascar

Copyright © 2004 Banque internationale pour la reconstruction et le développement/Banque


mondiale 1818 H Street, N.W. Washington, D.C. 20433 (États-Unis d'Amérique). Tous droits
réservés Fabriqué aux États-Unis d'Amérique Premier tirage : Juillet 2004

[2] : « LES SYSTEMES D’INFORMATION GEOGRAPHIQUE ». Bernadette Laurencia,


Octobre 2006

[3] : Introduction au Webmapping . G. Gesquière

[4] : « Web mapping » Projet Bibliographique dans le cadre du Mastère ASIG. Clotilde
MOHSEN

[5]: « Web Feature Service Implementation Specification ». Open GIS Consortium Inc. Date :
17-MAY-2002

[10] : Diop, Bouard, Stancioff, Van der Biest, solution de SIG en ligne – Un état des lieux de
son utilisation en France. Mai 2006, Mastère SILAT.

[16] : Créer un site web avec le CMS WordPress. Concepteur du cours | ingénierie de formation
: David Martin | DM Consulting. Copyright David Martin – DM Consulting 2016

MEMOIRES ET THESES

[7] : ANDRIANOMENJANAHARY Dina Henintsoa Mahasambatra, Mémoire de fin d’études


« Mise en place d’une application webmapping de géolocalisation des points d’intérêt de la ville
d’Antananarivo » Mention IGAT-ESPA, 2016

[8] : ANDRIAMIANDRASOA Fifaliana, Mémoire fin d’études, « Mise en place d’un système
de suivi-évaluation de la répartition des subventions et des projets infrastructurels aux collectivités
décentralisées par webmapping » Mention IGAT-ESPA, 2017

78
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
[9] : ANDRIAMORAINAMIZAKAZO Adolphe Jean Berthin, Mémoire de fin d’étude « Mise
en place d’un outil de diffusion en ligne de l’information géographique, Cas : Réalisation d’un
prototype pour améliorer la gestion, le stockage et le partage des bases de données au sein du FTM. »
Mention IGAT-ESPA, 2008

[17] : RANDRIAMANANTENA Njara Herizo, mémoire de fin d’étude « Contribution à la


mise en place d’un système de suivi évaluation de l’impôt foncier et exploitation dynamique des
données
communales » Mention IGAT-ESPA , 2018

79
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

WEBOGRAPHIE
[6] : Modélisation en UML https://sites.google.com/site/moulinesalma/enseignement/cours-
uml https://en.wikipedia.org/wiki/Unified_Modeling_Language consulté en 30 Mai 2019

[11] : https://en.wikipedia.org/wiki/MySQL consulté en 10 Mai 2019


[12] : https://en.wikipedia.org/wiki/HTML5 consulté en 10 Mai 2019
[13] : https://en.wikipedia.org/wiki/Cascading_Style_Sheets consulté en 10 Mai 2019
[14] : https://en.wikipedia.org/wiki/PHP consulté en 10 Mai 2019
[15] : https://en.wikipedia.org/wiki/JavaScript consulté en 10 Mai 2019

80
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

GLOSSAIRE
Impôt
L’impôt consiste en une prestation pécuniaire requise des particuliers par voie d’autorité à titre
définitif et sans contrepartie déterminée en vue d’assurer la couverture des charges publiques.
Taxe
Taxe est aussi un prélèvement pécuniaire effectué par voie d’autorité. Ce critère d’obligation
donne à la taxe son caractère fiscal. Si la taxe a une contrepartie, l’impôt n’en a pas, ce qui les
différencie.
Redevances
Par contre, dans la redevance il y a équivalence entre la redevance et le service rendu.
Une redevance désigne un prélèvement à caractère non fiscal perçu à l’occasion de la fourniture
d’un service à un usager d’un Service Public ou à un usager d’un ouvrage public en contrepartie du
service rendu.
Le prélèvement est une redevance à condition :
- Qu’il ait une proportionnalité entre cette redevance et la valeur du service rendu
- Que la somme soit exclusivement affectée au service
- Que le prélèvement opéré sur les usagers constitue une contrepartie directe et immédiate d’un
service rendu.
Contribuables
Le contribuable est l’individu, le ménage ou toute personne morale (entreprise, association,
etc.) qui est assujetti à l’impôt et paie de ce fait une contribution à l’Etat
L’assiette de l’impôt
Asseoir l’impôt, c’est constater et évaluer la matière imposable, déterminer le fait générateur
de l’imposition ainsi que la personne imposable. L’assiette de l’impôt désigne l’ensemble des
opérations administratives ayant pour but d’évaluer la matière imposable. En d’autres termes, elle
s’analyse comme une détermination opérée dans la matière imposable pour délimiter une base de
calcul à l’impôt.
La liquidation de l’impôt
Les bases imposables étant déterminées, il convient de calculer le montant de l’impôt dû puis
de le recouvrer. La liquidation de l’impôt est une opération qui consiste, une fois la matière imposable
déterminée, à calculer le montant de la dette du contribuable. Cette opération est effectuée soit par
l’administration fiscale, soit par le contribuable lui-même.
Le recouvrement de l’impôt

81
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Recouvrer l’impôt, c’est le percevoir. C’est l’ensemble des procédures par lesquelles les
espèces des contribuables sont transportées vers les caisses de l’Etat. Procédures par lesquelles
l’impôt est transféré du patrimoine du contribuable aux caisses du trésor.
Interopérabilité
Capacité que possèdent des systèmes informatiques hétérogènes à fonctionner conjointement,
grâce à l'utilisation de langages et de protocoles communs, et à donner accès à leurs ressources de
façon réciproque
Plug-in Ou Plugiciel
Associé à un navigateur Web, ajoute des fonctionnalités qui permettent notamment de visualiser
d’autres formats de fichier.
Bilan
Le bilan représente la composition du patrimoine de l’entreprise ainsi que sa valeur nette ou
situation nette ou encore actif net. Il représente aussi la situation de l’entreprise à une certaine date :
à l’ouverture ou à la clôture de l’exercice. Il regroupe tous les comptes d’actif (emplois) et tous les
comptes de passif (ressources).

82
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

ANNEXES

83
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

ANNEXE 1 : PRESENTATION DE QGIS2WEB

Qgis2Web est une extension de QGIS qui permet de créer une webmap à partir d’un projet
QGIS. Le résultat se présente sous la forme d’un ensemble de fichiers html, css et javascript qu’il
convient ensuite de publier sur un serveur.

Procédure d’installation

Qgis2Web s’installe comme toute autre extension de Qgis, via le Gestionnaire d’extensions
(Menu Extension > Installer/Gérer les extensions).

Entrez « qgis2web » dans la barre de recherche pour filtrer la liste des extensions. Cliquez sur
l’extension dans la liste puis sur Installer.

Une fois installé, l’extension est disponible dans le menu Internet > qgis2web > Create web
map

84
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Préparation du projet QGIS

Créez un projet dans QGIS en utilisant les couches que nous souhaitons publier en ligne.
Pensons que tout ce qui est présent dans le projet va devenir public donc supprimez les informations
(champs et couches) qui n’ont pas à être publiées :

- Informations personnelles (nom, prénoms, numéro de téléphone, adresse etc.)

- Informations sensibles (localisation de certains types de structures, de type de population etc.)

Qgis2web permet aussi de choisir le fond de carte parmi une vaste liste de couches basées sur
la donnée OpenStreetMap. Ainsi, ne surchargez pas votre projet et publiez seulement les couches qui
viennent compléter ces fonds de carte. Nous pouvons utiliser des couches WFS pour que la carte se
mette à jour automatiquement quand la couche est éditée. Sinon, la donnée du projet va être copiée
en ligne et il faudra écraser la carte pour la mettre à jour.

Suivons également les conseils ci-dessous :


- Renseignons un titre, une couleur de fond (si nous ne voulons pas utiliser de fond de carte)
et un couleur de sélection dans le menu Projet > Propriétés du projet
- Renommons au besoin nos couches et nos catégories avec un nom compréhensible pour
tous.
- Donnons des alias à nos noms de champs dans les propriétés de chaque couche. Menu
Champs, colonne Alias.
- Masquons les colonnes que nous ne voulons pas voir apparaitre en popup en changeant leur
outil d’édition dans le menu Champ par « Cachée ».
- Configurons la visibilité dépendante de l’échelle de chaque couche pour éviter de
surcharger la carte dans les Propriétés de la couche, menu Général.

Configuration de Webmap

Une fois le projet prêt, ouvrons le plugin dans le menu Internet > qgis2web > Create web
map.
La fenêtre principale du plugin se compose de 4 parties :

85
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Configuration des couches

Pour chacune des couches de votre projet, nous pouvons configurer les paramètres suivants :
 Visible : Si coché : la couche est visible par défaut à l’ouverture de la webmap.

 Cluster : Seulement pour les couches de points, permet de clustériser.

 Pop-up field : Pour chaque champ, permet de choisir comment apparaitra le nom du champ
dans la pop-up quand on clique sur un objet.

 Encode to JSON : Si nous utilisons des couches WFS, laisser décocher pour que la carte
se mette à jour automatiquement.

Configuration de la carte

Data export

 Exporter : destination des fichiers créés. Nous pouvons spécifier un dossier en local ou bien
directement rentrer les identifiants de notre serveur FTP pour publier la carte.

 Mapping library location : emplacement de la librairie javascript. Laissons-en local, la carte


sera quelques centaines de ko plus lourd mais nous n’aurons pas de problème si le lien de la librairie
en ligne change subitement.

 Minify GeoJSON files : permet de réduire la taille de la carte en simplifiant la syntaxe de la


donnée.

86
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
 Precision : permet de réduire la taille de la carte et d’augmenter sa vitesse de chargement en
simplifiant la géométrie des polygones et des lignes. Tester plusieurs valeurs pour trouver le bon
compromis si nous utilisons des couches très détaillées et lourdes.

 Use debug libraries : cocher pour utiliser la version debug des libraires javascript (ne pas
cocher sauf besoin).

Scale/Zoom

 Extent : choisir si l’étendue de la carte est calculée par rapport à celle du projet (Canvas
Extent) ou par rapport à celle de l’ensemble des couches (Layer Extent).

 Max zoom level : niveau de zoom maximal.

 Min zoom level : niveau de zoom minimal.

 Restrict to extent : Cocher pour empêcher les utilisateurs de sortir de l’étendue initiale
de la carte.

Appearance

 Add adress search : Ajoute une barre de recherche d’adresse.

 Add layer list : Ajoute un bouton pour afficher ou masquer les couches.

 Geolocate user : Ajoute un bouton pour geolocaliser l’emplacement de l’utilisateur.

 Highlight on hover : Si coché, les objets deviennent de la couleur de sélection (par


defaut jaune) quand on passe la souris dessus.

 Layer search : Ajoute une barre de recherche basée sur la couche et le champ choisi.

 Match project CRS : Si coché, la webmap aura la même projection que le projet, sinon,
la webmap sera projetée par default en EPSG:3857

 Mesure tool : Ajoute un outil de mesure de distances et d’aires. Choisir le format entre
métrique et impérial.

 Show popup on hover : Si coché, les popups s’affichent au passage de la souris sur un
objet, sans avoir à cliquer dessus.

87
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
 Template : Par défaut, la webmap est en plein écran mais il est possible de créer ses propres
modèles et de les placer dans /qgis2web/templates dans le dossier .qgis2.
Openlayers ou Leaflet ?

La dernière option nécessite de choisir entre Openlayers et Leaflet, qui sont les deux principales
librairies de webmapping open-source. En fonction de celle que nous choisissons, l’aperçu sera
différent dans le style (notamment des boutons) et certaines fonctionnalités ne sont valables
que pour l’une ou l’autre. Le plugin étant en permanente évolution, la liste des différences entre
Openlayers et Leaflet est documentée sur la page GitHub du projet :
https://github.com/tomchadwin/qgis2web.

Fond de carte

Choisissez le fond de carte parmi la liste déroulante en cliquant dessus. La grande majorité des
fonds de carte utilisent la donnée provenant d’OpenStreetMap.

Aperçu

La fenêtre d’aperçu se met à jour à chaque fois que nous cliquons sur « Update Preview ».

Exporter la carte

Si nous possédons déjà un server accessible en FTP, nous pouvons publier directement la
webmap dessus en choisissant dans les options « Export to FTP site ». Cliquons sur le bouton […]
pour configurer l’hôte, le port, le dossier et l’utilisateur pour la connexion FTP.
Cliquons ensuite sur « Export » pour publier la carte qui sera accessible via le dossier spécifié.
Nous pouvons également utiliser un client FTP classique (Filezilla par exemple) pour charger
l’ensemble du dossier créé manuellement.

88
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

ANNEXE 2 : INSTALLATION ET PRESENTATION de WampServer

Wamp est une plate-forme de développement Web sous Windows pour des applications Web
dynamiques à l’aide du serveur Apache2, du langage de scripts PHP et d’une base de données
MySQL. Il possède également PHPMyAdmin pour gérer plus facilement les bases de données.

Procédure d’installation

Téléchargement

Il est possible de télécharger Wamp en passant par le site WAMPServer.com dans le menu de

navigation du site cliquez sur

La page devrait alors défiler nous amenant à une section téléchargement où nous aurons le choix
entre 2 versions de WampServer, WAMP SERVER 64 Bits et WAMP SERVER 32 bits.

Pour rappel, pour connaitre le type de système de votre Windows, rendons-nous dans panneau
de configuration > Système et sécurité > système

Notre type de système identifié, cliquons sur le bouton de téléchargement de la version de


Wamp qui lui correspond, apparaît alors un questionnaire et quelques recommandations techniques.

89
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Il est à
noter que nous pouvons choisir de ne pas remplir le questionnaire en cliquant sur « passer au
téléchargement direct ».

Nous arrivons alors sur un autre site, nous présentant plusieurs choix, afin de lancer le
téléchargement cliquer sur le bouton vert Download Latest Version.

Après quelques secondes une fenêtre s’ouvrira, nous proposant d’enregistrer le programme
WampServer sur notre ordinateur.

Celle-ci téléchargé, exécuter l’application pour effectuer l’installation.

Installation
L’application lancée, une fenêtre s’affiche nous demandant de choisir la langue de notre installation.

Valider en appuyant sur Ok, s’en suis la demande d’accord de licence, après l’avoir lu, cocher
alors « Je comprends et j’accepte les termes du contrat de licence » avant d’appuyer sur suivant.

90
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

L’interface qui suit fournis des instructions essentielles pour le bon fonctionnement du logiciel,
il est donc important de bien suivre les informations affichées à l’écran.

Ces instructions expliquent notamment qu’il est nécessaire d’installer Les paquetages
Microsoft Visual Studio VC13, VC14 et VC15 qui sont indispensables pour le fonctionnement
d’Apache 2.4.27 et PHP7 ou 7.1. Dans ces instructions sont cité les liens permettant de télécharger
les paquetages ainsi que quelques consignes supplémentaires en cas de problème lors du
téléchargement et l’installation de ces dépendances. Une fois prêt à continuer, cliquez sur « suivant
». La page qui suit nous propose de choisir le dossier de destination de WampServer, par défaut celui-
ci sera placé à la racine de votre disque dur (C:/wamp64), une fois le dossier choisi, cliquons sur
suivant.

La page suivante récapitule notre choix de répertoire et nous invite à lancer l’installation en
appuyant
sur « Installer ».

91
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Une barre de progression de l’installation apparait.


Vers la fin de l’installation il nous sera demandé de choisir un navigateur par défaut pour utiliser
WampServer. Voici comment choisir Firefox plutôt qu’Internet Explorer :

Choisir le répertoire contenant les fichiers programmes de « Mozilla Firefox », sélectionner


l’exécutable de Firefox puis cliquer sur le bouton « Ouvrir »

L’installateur propose ensuite de choisir un éditeur à utiliser par WampServer pour éditer des
fichiers comme les journaux (logs). Conservons l’éditeur de texte standard de Windows (si nous
souhaitons utiliser un autre éditeur de texte cliquer sur « Oui » puis la procédure est similaire à celle
vue précédemment pour choisir le navigateur.

92
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Une fois l’installation achevée, l’installateur affiche des recommandations et informations pour
l’utilisation de WampServer :

- L’utilisateur utilisé pour accéder à l’administration de WampServer est « root » et il n’a pas
de mot de passe associé.
- Ne pas utiliser les touches de clavier pour naviguer dans les menus de WampServer.
- Un forum d’aide est disponible à l’adresse http://forum.wampserver.com/list.php?1

L’installation est terminée, cliquez sur le bouton Terminer.

Présentation de WampServer

Lancer WampServer
Il existe plusieurs possibilités pour lancer WampServer :

- En cliquant sur l’icône présent sur votre bureau :


- En lançant depuis le menu Démarrer :
L’application se lance en arrière-plan, un icône de Wamp s’affiche dans la barre des tâches,
indiquant
l’état du serveur à travers sa couleur :

- Rouge indique qu’il y a un problème.


- Orange indique que le serveur n’est pas fonctionnel (exemple : en cour de
démarrage)
- Vert, le serveur est en route et fonctionnel.

93
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Les interfaces
Un clic droit sur le logo de Wamp dans la barre des tâches nous permettra d’afficher un menu
contextuel :

Voici un descriptif des différentes options :

• A propos de… donne des informations sur la version du serveur et de ses composants.

• Rafraîchir permet de redémarrer le serveur, permettant notamment d’actualiser des


modifications.

• Aide nous ouvrira dans notre navigateur la page du forum d’aide de Wamp.

• Langue nous permettra de choisir la langue de WampServer.

• Paramètre Wamp nous propose des choix d’option de fonctionnement de WampServer.

• Outils permet de lancer des utilitaires de gestion de WampServer.

• Fermer permet quant à lui de fermer l’application WampServer.

En effectuant un clic gauche dans la barre des tâches sur le logo de Wamp un second menu
contextuel apparait, proposant d’autres options :

• Localhost ouvre dans votre navigateur l’adresse de WampServer.

• phpMyAdmin nous fait accéder à votre base de données.

• Vos VirtualHosts affiche la liste des hôtes virtuels de votre serveur.

• Répertoire www nous permet d’accéder au répertoire de stockage de nos projets.


• Apache propose des outils de configuration pour ce composant.

• PHP nous propose des outils de configuration pour PHP comme la possibilité de changer sa
version en cour.

• MySQL nous permet de configurer ce composant.

94
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
• MariaDB propose des configurations pour ce composant.

• Démarrer les services permet de lancer les composants éteints.

• Arrêter les services stopper les composants en cour d’exécution sans arrêter WampServer.

• Redémarrer les services permet de relancer les services pour appliquer des modifications
notamment.

La page d’accueil de WampServer se trouve à la page http://localhost ou http://127.0.0.1

Elle apporte de nombreuses informations sur notre serveur :


• La version Apache.
• La version PHP.
• La liste des extensions chargées.
• La version de MySQL, ainsi que le port défini.
• La version de MariaDB (une autre base de données), ainsi que le port défini.
Plus bas quelques liens important sont fournis :
• Une liste d’outil permettant de gérer notre serveur, notamment le lien vers PHPMyadmin.
• Nos projets, les fichiers situés dans le répertoire www de Wamp.
• Nos alias, d’autres outils intéressant.
• Nos VirtualHost, par défaut il n’y a que localhost, mais il est possible d’en ajouter grâce à
l’outil Ajouter un Virtual Host.

95
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

ANNEXE 3 : INSTALLATION de Wordpress-WampServer

Wordpress fonctionne avec une base de données. Il faut donc reproduire les conditions serveur
sur son ordinateur personnel pour créer un site en local. Cela permettra de travailler les fichiers source
avant la mise en ligne.

Système Windows : http://www.wampserver.com/

Système Mac : http://www.mamp.info/en/

Système Linux : http://doc.ubuntu-fr.org/lamp

Installation de Wordpress – wampserver

Téléchargez le dossier source (Français) : http://fr.wordpress.org/


Dezzipez le dossier
Renommez ce dossier du nom de notre site (sans accent ni d'espace)

Ex : webmaster-blog

Placez ce dossier dans C:\Wamp\www

Chaque nouveau site se trouvera dans ce répertoire, un dossier par site.

phpMyAdmin

Nous devons créer une base de données qui sera associée à ce nouveau site.

Donnez de préférence à cette base le même nom que votre site, pour nous y retrouver facilement
si nous créez plusieurs sites.

Wamp (barre des taches) > phpMyAdmin

96
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Créer une base de données

Pour l'instant la base est vide mais elle va se "remplir" de tables avec l'installation de
wordpress

Installation du C.M.S

Wamp > "localhost"

97
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales

Cliquez sur le nom de votre site

Nous êtes redirigés vers une adresse de type : http://localhost/webmaster-blog/


"Créer un fichier de configuration" > "C'est parti !"
Remplissons comme suit en remplaçant le nom de la base de données (que nous venons
de
créer via phpMyAdmin) :

"localhost" et "root" sont des identifiants fournis par défaut sous Wamp (non sécurisés). Lors d'une installation
en ligne, notre hébergeur nous fournira ces informations et également un mot de passe (il n'y en a pas en local : laissez
cette case vide).

"Lancer l'installation" > remplissez les champs

Titre du site : sera affiché en entête (possibilité de le modifier par la suite)

98
Système Intégré de la Gestion des Opérations Communales
Identifiant et mot de passe pour nous connecter au back-office par la suite (s'en souvenir!)

"Se connecter" avec identifiant/mot de passe que nous venons d'enregistrer.


Changez le thème : Apparence > Thèmes > Appointment > Activer
Titre du site et sous-titre : Apparence > Personnaliser > Titre de site et description

99
Nom : NIRISOA
Prénoms : Murielle Angeline
Adresse : Lot III D 82 A Morafeno-Arivonimamo
Tel: +261 34 67 684 97
E-mail : nirymurielle24@gmail.com
Titre du mémoire : « MISE EN PLACE D’UNE APPLICATION WEBMAPPING
POUR LA GESTION DES OPERATIONS COMMUNALES »
Nombre de pages : 77
Nombre de tableaux : 12
Nombre de figures : 23
Nombre de carte : 01
RESUME
Dans cet ouvrage, nous avons fait l’étude d’amélioration des services communaux par la mise
en place d’une application webmapping. Notre objectif est d’utiliser la performance de la cartographie
sur web pour aider les personnels de la commune de bien gérer les tâches communales et faciliter
l’archivage des documents.
Ainsi, nous avons procédé à la création d’une application que nous avons appelée SIGOC.
Composée par des outils OpenSource, l’application est basée sur l’architecture Client-Serveur. Les
données sont modélisées avec la méthode MERISE avant d’être gérées dans le SGBD spatiales
MyGIS. Nous avons utilisé Geoserver comme serveur cartographique pour diffuser les données.
L’Apache a été configuré pour servir de serveur web et les interfaces utilisateurs ont été développées
avec les langages PHP, HTML / CSS et Javascript. Pour générer la carte en ligne, nous avons utilisé
la librairie leaflet.
Mot clés : Budget, Impôt, webmapping, Base de données, OpenSource, Documents communaux.

ABSTRACT
In this book, we made the study of improvement of communal services by setting up a
webmapping application. Our goal is to use the performance of web mapping to help the staff of the
municipality to properly manage communal tasks and facilitate the archiving of documents.
Thus, we proceeded to the creation of an application that we called SIGOC. Composed by Open
Source tools, the application is based on the Client-Serveur architecture. The data is modeled with the
MERISE method before being managed in the MyGIS spatial DBMS. Web server and user interfaces
have been developed with PHP, HTML / CSS and Javascript languages. To generate the map online,
we used the leaflet library.
Keys words : Budget, Tax, webmappin, Database, OpenSource, Communal documents.

Rapporteurs :
- Madame RABEHERIMANANA Lyliane Irène, Maître de conférences et Enseignante au sein de
l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo
- Monsieur RABEMALAZAMANANA, Ancien Chef de Département Recherche et
Développement au Foiben-Taosarintanin'i Madagasikara et Ingénieur Géomètre Topographe

Vous aimerez peut-être aussi