Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre N°1 : Géométrie A.

S : (2022/2023)
Prof : Dhahbi . Ali
Nombres complexes 4ème Maths-Sciences Exp

𝐴) 1) Introduction :
Au 16è𝑚𝑒 siècle on a prouvé l’existence d’un nombre 𝑖 , tel que 𝑖 2 = −1,
dit nombre imaginaire pur et avec ce nombre on utilise les règles
usuelles du calcul
2) Ensemble des nombres complexes :
Théorème et définition :
Il existe un ensemble noté ℂ qui contient ℝ et qui vérifie :
i) 𝒊 𝟐 = −𝟏, ça découle (−𝑖)2 = (−1)2 × (𝑖)2 = −1
ii) Pour tout z ∈ ℂ on a : 𝑧 = 𝑎 + 𝑖 𝑏, où 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 sont des réels
Le réel 𝑎 est appelé partie réelle de z et se note 𝑅𝑒(𝑧)
Le réel 𝑏 est sa partie imaginaire et se note 𝐼𝑚(𝑧)
iii) ℂ est muni d’une addition et d’une multiplication qui prolongent
celles de ℝ et suivent les mêmes règles de calcul que dans ℝ
Application :1
Calculer :
1) 𝑖 2020 ; 𝑖 2021 ; 𝑖 2022 ; 𝑖 2023
2) 𝑖 4 ; 𝑖 4𝑛 ; 𝑖 4𝑛+1 ; 𝑖 4𝑛+2 ; 𝑖 4𝑛+3 𝑝𝑢𝑖𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑐𝑙𝑢𝑟𝑒; n entier naturel
Réponse possible :
1) 𝑖 2020 = (𝑖 2 )1010 = (−1)1010 = 1
𝑖 2021 = 𝑖 2020 × 𝑖 1 = 1 × 𝑖 = 𝑖
𝑖 2022 = (𝑖 2 )1011 = (−1)1011 = −1
𝑖 2023 = 𝑖 2022 × 𝑖 1 = (−1) × 𝑖 = −𝑖
2) 𝑖 4 = (𝑖 2 )2 = (−1)2 = 1
𝑖 4𝑛 = (𝑖 4 )𝑛 = 1𝑛 = 1
𝑖 4𝑛+1 = 𝑖 4𝑛 × 𝑖 = 1 × 𝑖 = 𝑖
𝑖 4𝑛+2 = 𝑖 4𝑛 × 𝑖 2 = 1 × (−1) = −1
𝑖 4𝑛+3 = 𝑖 4𝑛 × 𝑖 2 × 𝑖 = 1 × (−1) × 𝑖 = −𝑖
𝑠𝑖 𝑛 𝑑𝑖𝑣𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 𝑝𝑎𝑟 4 ⟹ 𝑖 𝑛 = 1
𝑠𝑖 𝑛 𝑝𝑎𝑖𝑟 ∶ {
On en déduit : { 𝑠𝑖 𝑛𝑜𝑛 ⟹ 𝑖 𝑛 = −1
𝑠𝑖 (𝑛 − 1) 𝑑𝑖𝑣𝑖𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 𝑝𝑎𝑟 4 ⟹ 𝑖 𝑛 = 𝑖
𝑠𝑖 𝑛 𝑖𝑚𝑝𝑎𝑖𝑟 ∶ {
𝑠𝑖 𝑛𝑜𝑛 ⟹ 𝑖 𝑛 = −𝑖
Travail à faire :
Calculer :
𝑖 21458795248 ; 𝑖 1010101010 ; 𝑖 97812453141 ; 𝑖 3245879452151
B) 1) Ecriture cartésienne ou forme algébrique :
• ℂ = {𝑎 + 𝑖𝑏; 𝑎 ∈ ℝ , 𝑏 ∈ ℝ} est l’ensemble des nombres complexes
• L’écriture 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏; 𝑎 ∈ ℝ , 𝑏 ∈ ℝ est la forme cartésienne ou forme
algébrique du nombre complexe 𝑧
𝑎 = 𝑅𝑒(𝑧) 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒 𝑟é𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑑𝑒 𝑧.
• {
𝑏 = 𝐼𝑚(𝑧) 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒 𝑖𝑚𝑎𝑔𝑖𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑧
• 𝑖ℝ = {𝑖𝑏; 𝑏 ∈ ℝ} est l’ensemble des nombres complexes à partie réelle
nulle, dit ensembles des nombres complexes imaginaires purs ou
imaginaires
Application :2
Donner la partie réelle et la partie imaginaire des nombres complexes
suivants :
𝑧1 = 0 ; 𝑧2 = −𝑖√3 ; 𝑧3 = −1 + √2 ; 𝑧4 = 𝑖(1 + √3) − (1 − √3)

1
Réponse possible :
𝑧1 = 0 ⟹ 𝑅𝑒(𝑧1 ) = 0 𝑒𝑡 𝐼𝑚(𝑧1 ) = 0
𝑧2 = −𝑖√3 ⟹ 𝑅𝑒(𝑧2 ) = 0 𝑒𝑡 𝐼𝑚(𝑧2 ) = −√3
𝑧3 = −1 + √2 ⟹ 𝑅𝑒(𝑧3 ) = −1 + √2 𝑒𝑡 𝐼𝑚(𝑧3 ) = 0
𝑧4 = 𝑖(1 + √3) − (1 − √3) ⟹ 𝑅𝑒(𝑧4 ) = −(1 − √3) 𝑒𝑡 𝐼𝑚(𝑧4 ) = (1 + √3)
Application :3
Mettre sous la forme algébrique les nombres complexes suivants :
𝐼) 𝑧1 = (2 + 5𝑖) + (𝑖 + 3) ; 𝑧2 = 4(−2 + 3𝑖) + 3(−5 − 8𝑖) ; 𝑧3 = (2 − 𝑖)(3 + 8𝑖)
𝑧4 = 𝑖(1 − 3𝑖)2 ; 𝑧5 = (1 + 𝑖)2 ; 𝑧6 = (1 − 𝑖)2
1 1−𝑖 (3+5𝑖)2 3+𝑖 1−𝑖 4
II) 𝑧1 = 𝑖 ; 𝑧2 = 2+𝑖 ; 𝑧3 = 1−2𝑖 ; 𝑧4 = 3−𝑖 + (1+𝑖)
N.B : (𝒂 + 𝒊𝒃)(𝒂 − 𝒊𝒃) = 𝒂𝟐 − (𝒊𝒃)𝟐 = 𝒂𝟐 − 𝒊⏟𝟐 . 𝒃𝟐 = 𝒂𝟐 + 𝒃𝟐
−𝟏
Donc à retenir : (𝒂 + 𝒊𝒃)(𝒂 − 𝒊𝒃) = 𝒂𝟐 + 𝒃𝟐
Réponse possible :
𝐼) 𝑧1 = (2 + 5𝑖) + (𝑖 + 3) = 2 + 5𝑖 + 𝑖 + 3 = 5 + 6𝑖
𝑧2 = 4(−2 + 3𝑖) + 3(−5 − 8𝑖) = −8 + 12𝑖 − 15 − 24𝑖 = −23 − 12𝑖
𝑧3 = (2 − 𝑖)(3 + 8𝑖) = 6 + 16𝑖 − 3𝑖 − 8 𝑖⏟2 = 14 + 13𝑖
−1
𝑧4 = 𝑖(1 − 3𝑖)2 = 𝑖(1 − 6𝑖 + (3𝑖)2 ) = 𝑖(−8 − 6𝑖) = −8𝑖 − 6𝑖 2 = −8𝑖 + 6
𝑧5 = (1 + 𝑖)2 = 1 + 2𝑖 + 𝑖 2 = 2𝑖 ⟹ 𝑧5 = 2𝑖
𝑧6 = (1 − 𝑖)2 = 1 − 2𝑖 + 𝑖 2 = −2𝑖 ⟹ 𝑧6 = −2𝑖
1 1×(−𝑖) −𝑖 −𝑖
II) 𝑧1 = 𝑖 = 𝑖×(−𝑖) = −𝑖 2 = 1 = −𝑖
1−𝑖 1−𝑖 2−𝑖 2−𝑖−2𝑖+𝑖 2 1−3𝑖 1 3
𝑧2 = = × = = = − 𝑖
2+𝑖 2+𝑖 2−𝑖 22 +12 5 5 5
(3+5𝑖)2 9+30𝑖+(5𝑖)2 −16+30𝑖 1+2𝑖 −16−32𝑖+30𝑖+60𝑖 2 −78−2𝑖 −78 2
𝑧3 = 1−2𝑖
= 1−2𝑖
= 1−2𝑖
×
1+2𝑖
= 12 +22
= 5
= 5
− 5𝑖
3+𝑖 1−𝑖 4 3+𝑖 3+𝑖 1−𝑖 1−𝑖 4 9+6𝑖+𝑖 2 −2𝑖 4
𝑧4 = 3−𝑖 + (1+𝑖) = 3−𝑖 × 3+𝑖 + (1+𝑖 × 1−𝑖) = 32 +12
+ (12+12)
8 6 18 6
= 10 + 10 𝑖 + ⏟ (−𝑖)4 = 10 + 10 𝑖
1
Travail à faire :
Mettre sous la forme algébrique les nombres complexes suivants :
1+𝑖 2022 2020
𝑧1 = (1 + 𝑖)2022 (1 − 𝑖)2022 ; 𝑧2 = (1 + 𝑖)2021 (1 − 𝑖)2022 ; 𝑧3 = (1−𝑖) ; 𝑧4 = (1 + 𝑖)𝑖
Travail à faire :
Mettre sous la forme algébrique le nombre complexe suivant :
1−𝑧
𝑡=
𝑖+𝑧
; on posera : 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 avec x et y deux réels
Conséquences :
𝑧 ∈ ℝ ⟺ 𝐼𝑚(𝑧) = 0; 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑐𝑒 𝑐𝑎𝑠 𝑧 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑖𝑡 𝑟é𝑒𝑙
{
𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑅𝑒(𝑧) = 0; 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑐𝑒 𝑐𝑎𝑠 𝑧 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑖𝑡 𝑖𝑚𝑎𝑔𝑖𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑝𝑢𝑟
ℝ⊂ℂ
𝑅𝑒(𝑧) = 𝑅𝑒(𝑧 ′ ) 𝑅𝑒(𝑧) = 0
𝑧 = 𝑧′ ⟺ { 𝑒𝑡 ; par conséquent 𝑧 = 0 ⟺ { 𝑒𝑡
𝐼𝑚(𝑧) = 𝐼𝑚(𝑧 ′ ) 𝐼𝑚(𝑧) = 0
0 × 𝑖 = 0 𝑒𝑡 1 × 𝑖 = 𝑖

2
Application :4
Mettre sous la forme algébrique le nombre complexe suivant :
1−𝑧
𝑍 = 𝑖+𝑧 ; on posera 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦 avec x et y deux réels
Réponse possible :
1−𝑧
𝑍=
On a : { 𝑖+𝑧 ; avec (𝑥, 𝑦) ≠ (0, −1)
𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑥 𝑒𝑡 𝑦 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑟é𝑒𝑙𝑠
1−(𝑥+𝑖𝑦) (1−𝑥)−𝑖𝑦 𝒙−𝒊(𝟏+𝒚)
⟹ 𝑍 = 𝑖+(𝑥+𝑖𝑦) = × 𝒙−𝒊(𝟏+𝒚)
𝑥+𝑖(1+𝑦)
𝑥(1−𝑥)−𝑖(1−𝑥)(1+𝑦)−𝑖𝑦𝑥+𝑖 2 𝑦(1+𝑦)
= 𝑥 2 +(1+𝑦)2
𝑥(1−𝑥)−𝑦(1+𝑦)−𝑖[(1−𝑥)(1+𝑦)+𝑦𝑥]
= 𝑥 2 +(1+𝑦)2
𝑥(1−𝑥)−𝑦(1+𝑦) (1−𝑥)(1+𝑦)+𝑦𝑥
= −𝑖
𝑥 2 +(1+𝑦)2 𝑥 2 +(1+𝑦)2
Travail à faire :
𝑖
Donner la forme algébrique du nombre complexe suivant : 𝑡 = 𝑧−2𝑖
3) Affixe d’un point, affixe d'un vecteur :
Définition :
Le plan 𝑃 est muni d’un repère orthonormé direct (𝑂; 𝑢⃗, 𝑣)
est appelé plan complexe.
A tout nombre complexe 𝑧; 𝑧 = 𝑎 + 𝑖𝑏 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 𝑟é𝑒𝑙𝑠,
on peut associer le point 𝑀(𝑎, 𝑏).
On dit que le point 𝑀 est d’affixe 𝑎 + 𝑖𝑏 et on note :
𝐴𝑓𝑓(𝑀) = 𝑎 + 𝑖𝑏 ou encore 𝑧𝑀 = 𝑎 + 𝑖𝑏.
𝑂𝑀 = 𝑧𝑀 − 𝑧𝑂 = 𝑧𝑀 − 0 = 𝑧𝑀 = 𝑎 + 𝑖𝑏.
𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑎 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ‖ = √𝑎2 + 𝑏 2
𝑂𝑀 ( ) ⟹ 𝑂𝑀 = ‖𝑂𝑀
𝑏
Soient 𝑀 𝑒𝑡 𝑁 deux points du plan 𝑃 d’affixes respectives :
𝑎 + 𝑖𝑏 𝑒𝑡 𝑎′ + 𝑖𝑏′,
On a : 𝐴𝑓𝑓(𝑀𝑁 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) = 𝐴𝑓𝑓(𝑁) − 𝐴𝑓𝑓(𝑀) = (𝑎 + 𝑖𝑏) − (𝑎′ + 𝑖𝑏 ′ ) = 𝑎 − 𝑎′ + 𝑖(𝑏 − 𝑏 ′ )
′ ′ ′ ′
Ou encore : 𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑀𝑁 = 𝑧𝑀 − 𝑧𝑁 = (𝑎 + 𝑖𝑏) − (𝑎 + 𝑖𝑏 ) = 𝑎 − 𝑎 + 𝑖(𝑏 − 𝑏 )
𝑀𝑁 (𝑎 − 𝑎′) ⟹ 𝑀𝑁 = ‖𝑀𝑁
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ‖ = √(𝑎 − 𝑎′)2 + (𝑏 − 𝑏′)2
𝑏 − 𝑏′
𝑧 +𝑧
Si 𝐼(𝑧𝐼 ) désigne le milieu du segment [𝑀𝑁] alors 𝑧𝐼 = 𝑀 2 𝑁
Propriétés :
𝑧𝑢 ∈ℝ⟹𝑢 ⃗ 𝑒𝑡 𝑣 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑐𝑜𝑙𝑖𝑛é𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠
⃗ 𝑒𝑡 𝑣 deux vecteurs tel que 𝑣 ≠ ⃗0 et si
𝑢 ⃗⃗
{
𝑧𝑣⃗ ∈ 𝑖ℝ ⟹ 𝑢
⃗ 𝑒𝑡 𝑣 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑜𝑟𝑡ℎ𝑜𝑔𝑜𝑛𝑎𝑙𝑒𝑠
Application :5
1−𝑧
On donne : 𝑍 = 𝑖+𝑧
On désigne par 𝑀, 𝐴 𝑒𝑡 𝐵 les point d’affixe respectives 𝑧, 1 𝑒𝑡 − 𝑖
Déterminer l’ensembles des points 𝑀 d’affixe 𝑧 par deux méthodes tel
que :
a) 𝑍 soit réel
b) 𝑍 soit imaginaire
Réponse possible :
𝑀, 𝐴 𝑒𝑡 𝐵 ; les points d’affixes respectives : 𝑧, 1 𝑒𝑡 − 𝑖
Méthode :1 :
1−𝑧
𝑍= ; 𝑥(1−𝑥)−𝑦(1+𝑦) (1−𝑥)(1+𝑦)+𝑦𝑥
On a : { 𝑖+𝑧 , alors 𝑍 = 𝑥 2 +(1+𝑦)2
−𝑖 𝑥 2 +(1+𝑦)2
𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑥 𝑒𝑡 𝑦 𝑑𝑒𝑢𝑥 𝑟é𝑒𝑙𝑠.

3
1−𝑧
a) 𝑍 ∈ ℝ ⟺ 𝐼𝑚(𝑍) = 0 ⟺ 𝐼𝑚 ( 𝑖+𝑧 ) = 0 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖
(1−𝑥)(1+𝑦)+𝑦𝑥
⟺ 𝑥 2 +(1+𝑦)2
=0
⟺ (1 − 𝑥)(1 + 𝑦) + 𝑦𝑥 = 0
⟺ 1 + 𝑦 − 𝑥 − 𝑥𝑦 + 𝑦𝑥 = 0
⟺𝑦−𝑥+1=0
⟺ 𝑀(𝑥, 𝑦) ∈ (∆: −𝑥 + 𝑦 + 1 = 0)\{𝐵}
1−𝑧
b) 𝑍 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑅𝑒(𝑍) = 0 ⟺ 𝑅𝑒 ( 𝑖+𝑧 ) = 0 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖
𝑥(1−𝑥)−𝑦(1+𝑦)
⟺ =0
𝑥 2 +(1+𝑦)2
⟺ 𝑥(1 − 𝑥) − 𝑦(1 + 𝑦) = 0
⟺ 𝑥 − 𝑥2 − 𝑦 − 𝑦2 = 0
⟺ 𝑥2 − 𝑥 + 𝑦2 − 𝑦 = 0
1 2 1 2 1 2 1 2
⟺ (𝑥 − 2) − (2) + (𝑥 − 2) − (2) = 0

1 2 1 2 1 1 1
⟺ (𝑥 − 2) + (𝑥 − 2) = 2 ⟺ 𝑀(𝑥, 𝑦) ∈ ( 1
) \{𝐵}, avec 𝐼 ( , )
2 2
(𝐼;√ )
2

Méthode :2 :
1−𝑧 𝑧𝑀𝐴
a) 𝑍 ∈ ℝ ⟺ 𝑖+𝑧 ∈ ℝ ⟺ 𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑒𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∈ ℝ 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖 ⟺ 𝑀𝐴 𝐵𝑀 sont colinéaires
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐵𝑀
Ainsi 𝑀 décrit la droite (𝐴𝐵) privé du point 𝐵
1−𝑧 𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
b) 𝑍 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑖+𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑧𝑀𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑒𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∈ 𝑖ℝ 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖 ⟺ 𝑀𝐴 𝐵𝑀 sont orthogonales
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐵𝑀
Ainsi 𝑀 décrit le cercle ξ de diamètre [𝐴𝐵] privé du point 𝐵
Travail à faire :
𝑖
On donne : 𝑡 = 𝑧−2𝑖 , 𝑧 nombre complexe de forme algébrique 𝑥 + 𝑖𝑦
Déterminer les ensembles des points 𝑀(𝑧) définis par :
𝐸 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ ℝ}; 𝐹 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ 𝑖ℝ}
Travail à faire :
Soit 𝑧 un nombre complexe.
𝑧+𝑖
1) On donne : 𝑡 = 𝑧−2𝑖
Déterminer les ensembles des points 𝑀(𝑧) tel que :
𝐸 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ ℝ}; 𝐹 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ 𝑖ℝ}
𝑖𝑧−1
2) On donne : 𝑤 = 𝑧−2𝑖
Déterminer les ensembles des points 𝑀(𝑧) tel que :
𝐸 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑤 ∈ ℝ}; 𝐹 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑤 ∈ 𝑖ℝ}
4) Conjugué :
Définition :
Soit 𝑧 un nombre complexe de la forme algébrique 𝑎 + 𝑖𝑏
On appelle conjugué de 𝑧 le nombre complexe noté 𝑧 tel que 𝑧 = 𝑎 − 𝑖𝑏
Propriétés :
Soit 𝑧 ∈ ℂ∗ , 𝑧 ′ ∈ ℂ, 𝑛 ∈ ℤ 𝑒𝑡 𝛼 ∈ ℝ
𝑧𝑧 = 𝑎2 + 𝑏 2 ; 𝑧 + 𝑧′ = 𝑧 + 𝑧 ′ ; 𝑧 − 𝑧′ = 𝑧 − 𝑧 ′
𝑧. 𝑧 ′ = 𝑧. 𝑧 ′ ; 𝛼. 𝑧 = 𝛼. 𝑧
𝑧′ 𝑧′ 1 1
(𝑧) = 𝑧
; (𝑧 ) = 𝑧
𝑛
𝑧𝑛 = 𝑧 ; 𝑧=𝑧

4
Application :6
Donner les conjugués des nombres complexes suivants :
−𝑖(2𝑖+1)4 +(√2−𝑖√3)
𝑧1 = 2 , 𝑧2 = 𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝑥 + 1 − 𝑠𝑖𝑛 𝑥 ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑥 𝑟é𝑒𝑙
(1−3𝑖+𝑖√5)
Réponse possible :
−𝑖(2𝑖+1)4 +(√2−𝑖√3) 𝑖(−2𝑖+1)4 +(√2+𝑖√3)
𝑧1 = ( 2 )= 2
(1−3𝑖+𝑖√5) (1+3𝑖−𝑖√5)

𝑧2 = (𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝑥 + 1 − 𝑠𝑖𝑛 𝑥) = −𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝑥 + 1 − 𝑠𝑖𝑛 𝑥


Travail à faire :
On donne 𝛼 ∈ ℝ 𝑒𝑡 𝛽 ∈ ℂ
𝑖𝛼−2𝑖𝛽+𝛽
Calculer le conjugué de : 𝑧 = 𝛼𝛽−𝑖 en fonction de 𝛼 𝑒𝑡 𝛽
Propriétés :
𝑧 + 𝑧 = 2 𝑅𝑒(𝑧) ; 𝑧 − 𝑧 = 2𝑖 𝐼𝑚(𝑧)
𝑧∈ℝ⟺𝑧=𝑧 ; 𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑧 = −𝑧
Application :7
1−𝑧
On donne : 𝑍 = 𝑖+𝑧
On désigne par 𝑀 ; 𝐴 𝑒𝑡 𝐵 les point d’affixe respectives 𝑧 ; 1 𝑒𝑡 − 𝑖
Déterminer l’ensembles des points 𝑀 d’affixe 𝑧 tel que :
a) 𝑍 soit réel
b) 𝑍 soit imaginaire
Réponse possible :
1−𝑧 1−𝑧
a) 𝑍 ∈ ℝ ⟺ 𝑍 = 𝑍 ⟺ 𝑖+𝑧
= ( 𝑖+𝑧 ) 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖
1−𝑧 1−𝑧
⟺ = −𝑖+𝑧
𝑖+𝑧
⟺ (1 − 𝑧)(−𝑖 + 𝑧) = (𝑖 + 𝑧)(1 − 𝑧)
⟺ −𝑖 + 𝑧 + 𝑖𝑧 − 𝑧𝑧 = 𝑖 − 𝑖𝑧 + 𝑧 − 𝑧𝑧

⟺ 2𝑖 − 𝑖 (𝑧⏟+ 𝑧) + (𝑧⏟− 𝑧) = 0 , avec 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦, 𝑜ù 𝑥 𝑒𝑡 𝑦 deux réels


2𝑥 2𝑖𝑦
⟺ 2𝑖 − 2𝑖𝑥 + 2𝑖𝑦 = 0
⏟ (−𝑥 + 𝑦 + 1) = 0
⟺ 2𝑖
≠0
⟺ 𝑀(𝑥, 𝑦) ∈ (∆: −𝑥 + 𝑦 + 1 = 0)\{𝐵}
1−𝑧 1−𝑧
b) 𝑍 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑍 = −𝑍 ⟺ 𝑖+𝑧
= − ( 𝑖+𝑧 ) 𝑒𝑡 𝑧 ≠ −𝑖
1−𝑧 −1+𝑧
⟺ 𝑖+𝑧 = −𝑖+𝑧
⟺ (1 − 𝑧)(−𝑖 + 𝑧) = (𝑖 + 𝑧)(−1 + 𝑧)
⟺ −𝑖 + 𝑧 + 𝑖𝑧 − 𝑧𝑧 = −𝑖 + 𝑖𝑧 − 𝑧 + 𝑧𝑧

⏟ − (𝑧⏟+ 𝑧) − 𝑖 (𝑧⏟− 𝑧) = 0 , avec 𝑧 = 𝑥 + 𝑖𝑦, 𝑜ù 𝑥 𝑒𝑡 𝑦 deux réels


⟺ 2 𝑧𝑧
𝑥 2 +𝑦 2 2𝑥 2𝑖𝑦
2 2
⟺𝑥 −𝑥+𝑦 −𝑦 =0
1 2 1 2 1 2 1 2
⟺ (𝑥 − ) − ( ) + (𝑥 − ) − ( ) = 0
2 2 2 2
1 2 1 2 1
⟺ (𝑥 − 2) + (𝑥 − 2) = 2

1 1
⟺ 𝑀(𝑥, 𝑦) ∈ ( 1
) \{𝐵}, avec 𝐼 ( , )
(𝐼;√ ) 2 2
2

5
Travail à faire :
𝑖
On donne : 𝑡 = 𝑧−2𝑖 , 𝑧 nombre complexe de forme algébrique 𝑥 + 𝑖𝑦
Déterminer les ensembles des points 𝑀(𝑧) définis par :
𝐸 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ ℝ}; 𝐹 = {𝑀(𝑧) ∈ 𝑃 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑡 ∈ 𝑖ℝ}
Remarques :
M point du plan complexe d’affixe 𝑧
Son image par la symétrie orthogonale d’axe (𝑂; 𝑢⃗) est le point
𝑀′daffixe 𝑧
Son image par la symétrie centrale de centre 𝑂 est le point
𝑀′daffixe −𝑧
Son image par la symétrie orthogonale d’axe (𝑂; 𝑣) est le point
𝑀′daffixe −𝑧
5) Module :
Soit le nombre complexe 𝑧 de forme algébrique 𝑎 + 𝑖𝑏 et soit 𝑀 le point
d’affixe 𝑧.
On appelle module le nombre réel positif : 𝑟 = 𝑂𝑀 = √𝑎2 + 𝑏2
On note 𝑟 = |𝑧|
Soit 𝑧 ∈ ℂ∗ , 𝑧 ′ ∈ ℂ 𝑒𝑡 𝑛 ∈ ℕ
𝑧′ |𝑧′| 2
|𝑧𝑧′| = |𝑧||𝑧′| ; | |= ; |𝑧 𝑛 | = |𝑧|𝑛 ; |𝑧|2 = √𝑎2 + 𝑏 2 = 𝑎2 + 𝑏 2 = 𝑧𝑧
𝑧 |𝑧|
Application :8
Calculer les modules des nombres complexes suivants :
−𝑖(2𝑖+1)4 (√2−𝑖√3)
𝑧1 = −3√2, 𝑧2 = −𝑖√7, 𝑧3 = 𝑖 − 1 et 𝑧4 = 3
(1+𝑖√5)
Réponse possible :
𝑧1 = −3√2 ⟹ |𝑧1 | = |−3√2| = 3√2
𝑧2 = −𝑖√7 ⟹ |𝑧2 | = |−𝑖√7| = √7
𝑧3 = 𝑖 − 1 ⟹ |𝑧3 | = |−1 + 𝑖| = √(−1)2 + 12 = √2
4
−𝑖(2𝑖+1)4 (√2−𝑖√3) −𝑖(2𝑖+1)4 (√2−𝑖√3) |−𝑖||2𝑖+1|4 |√2−𝑖√3| 1.√5 √5 25√5
𝑧4 = 3 ⟹ |𝑧4 | = | 3 |= 3 = 3 = 6√6
.
(1+𝑖√5) (1+𝑖√5) |1+𝑖√5| |1+𝑖√5|
Travail à faire :
Soit 𝛼 ∈ ℝ+
2𝑖𝛼(𝑖−𝛼)4
Calculer le module du nombre complexe suivant : 𝑧 = (1+𝑖 )(𝛼+𝑖)2
√3
Application :9
1−𝑧
Mettre sous la forme algébrique le nombre complexe suivant : 𝑍 = 𝑖+𝑧
On désigne par 𝑀 ; 𝐴 𝑒𝑡 𝐵 les point d’affixe respectives 𝑧; 1 𝑒𝑡 − 𝑖
Déterminer l’ensembles des points 𝑀 d’affixe 𝑧 tel que :
a) |𝑧 + 𝑖| = 3 b) |𝑍| = 1
c) |𝑍| = 2
Réponse possible :
a) |𝑧 + 𝑖| = 3 ⟺ |𝑧 − (−𝑖)| = 3 ⟺ 𝐵𝑀 = 3 ⟺ 𝑀 ∈ 𝜉(𝐵;3)
1−𝑧
b) |𝑍| = 1 ⟺ | 𝑖+𝑧 | = 1 ⟺ |1 − 𝑧| = |𝑖 + 𝑧| ⟺ 𝐴𝑀 = 𝐵𝑀 ⟺ 𝑀 ∈ 𝑚𝑒𝑑[𝐴𝐵]
1−𝑧
c) |𝑍| = 2 ⟺ | 𝑖+𝑧 | = 2 ⟺ |1 − 𝑧| = 2|𝑖 + 𝑧| ⟺ 𝐴𝑀 = 2𝐵𝑀 ⟺ 𝑀 ∈ [𝐼𝐽] ,
𝐼 = 𝑏𝑎𝑟𝑦[(𝐴, 1), (𝐵, 2)]
𝑎𝑣𝑒𝑐 {
𝐽 = 𝑏𝑎𝑟𝑦[(𝐴, 1), (𝐵, −2)]
Travail à faire :
Déterminer l’ensembles des points 𝑀 d’affixe 𝑧 tel que :
1
a) |𝑧 − 2 (1 + 𝑖)| = 1 ; b) |𝑧 − 1 − 2𝑖| = |𝑧 − 2 + 4𝑖| et c) |2𝑖𝑧 − 1 − 2𝑖| = |2𝑧 − 2 + 4𝑖|

6
6) Argument :
Définition :
Soit un nombre complexe non nul 𝑧 de forme
algébrique 𝑎 + 𝑖𝑏.
Soit 𝑀 le point d’affixe 𝑧.
On appelle argument de 𝑧 tous nombre reel 𝜃
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ )[2𝜋].
tel que : 𝜃 ≡ (𝑢⃗, 𝑂𝑀
On note 𝜃 ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋].
Remarque :
𝜃 n’est pas unique, il est défini à 2𝑘𝜋 près (𝑘 ∈ ℤ)
c’est-à-dire modulo 2𝜋
Soit 𝑍 un nombre complexe non nul et 𝑘 un réel non nul :
𝑎𝑟𝑔(𝑧) ≡ −𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
𝑎𝑟𝑔(−𝑧) ≡ 𝜋 + 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
𝑎𝑟𝑔(𝑘𝑧) ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋] 𝑠𝑖 𝑘 > 0
{
𝑎𝑟𝑔(𝑘𝑧) ≡ 𝜋 + 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋] 𝑠𝑖 𝑘 < 0
Propriétés :
Soit deux nombres complexes non nul 𝑧 et 𝑧′ :
𝑎𝑟𝑔(𝑧𝑧′) ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧) + 𝑎𝑟𝑔(𝑧′)[2𝜋]
1
𝑎𝑟𝑔 (𝑧) ≡ −𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
𝑧′
𝑎𝑟𝑔 ( 𝑧 ) ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧 ′ ) − 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
𝑎𝑟𝑔(𝑧 𝑛 ) ≡ 𝑛 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋], 𝑛 ∈ ℤ
C) Formes :
1) Forme trigonométrique :
𝑧 = 𝑟(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃) ; s’appelle forme trigonométrique d’un nombre complexe
𝑟 = |𝑧| > 0
non nul ; où {
𝜃 ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
Application :10
1) Ecrire les nombres complexes : 1; 𝑖; 1 + 𝑖; √3 + 𝑖 𝑒𝑡 1 + 𝑖√3
sous forme trigonométrique
2) a) déterminer la forme trigonométrique de : −1 + 𝑖 ; √3 − 𝑖 𝑒𝑡 − 1 − 𝑖√3
12
−𝑖(−1−𝑖)4 (−√3+𝑖)
b) en déduire la forme trigonométrique de : 𝑧 = 3
(1−𝑖√3)
Réponse possible :
𝜋 𝜋
1) 1 = 𝑐𝑜𝑠 0 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 0 ; 𝑖 = 𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛
2 2
;
√2 √2 𝜋 𝜋
1 + 𝑖 = √2 ( 2 + 𝑖 ) = √2 (𝑐𝑜𝑠 4 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 4 )
2
√3 1 𝜋 𝜋
√3 + 𝑖 = 2 ( 2 + 2 𝑖) = 2 (𝑐𝑜𝑠 6 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 6 )
1 √3 𝜋 𝜋
1 + 𝑖√3 = 2 ( + 𝑖 ) = 2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 )
2 2 3 3
√2 √2 3𝜋 3𝜋
2) a) −1 + 𝑖 = √2 (− 2 + 𝑖 2 ) = √2 (𝑐𝑜𝑠 4
+ 𝑖 𝑠𝑖𝑛 4 )
Autrement ; posons : 𝑎 = −1 + 𝑖 ; 𝑟 𝑠𝑜𝑛 𝑚𝑜𝑑𝑢𝑙𝑒 𝑒𝑡 𝜃 𝑠𝑜𝑛 𝑎𝑟𝑔𝑢𝑚𝑒𝑛𝑡.
𝑟 = |−1 + 𝑖| = √2
𝑅𝑒(𝑎) √2 3𝜋 3𝜋 3𝜋
𝑂𝑛 𝑎 𝑑𝑜𝑛𝑐 ∶ 𝑐𝑜𝑠 𝜃 = 𝑟
=− 2 ⟹ 𝑎𝑟𝑔(𝑎) = 𝜃 ≡ [2𝜋] ⟹ 𝑎 = √2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 )
4 4 4
𝐼𝑚(𝑎) √2
𝑠𝑖𝑛 𝜃 = = −2
{ 𝑟
√3 1 𝜋 𝜋
√3 − 𝑖 = 2 ( 2 − 2 𝑖) = 2 (𝑐𝑜𝑠 (− 6 ) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 (− 6 )).
1 √3 4𝜋 4𝜋
−1 − 𝑖√3 = 2 (− 2 − 𝑖 ) = 2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ) .
2 3 3

7
12 12 4
−𝑖(−1−𝑖)4 (−√3+𝑖) |−𝑖||−1−𝑖|4 |−√3+𝑖| 1√2 212
b) |𝑧| = | 3 |= 3 = = 211
(1−𝑖√3) |1−𝑖√3| 23
12
−𝑖(−1−𝑖)4 (−√3+𝑖)
𝑎𝑟𝑔(𝑧) ≡ 𝑎𝑟𝑔 ( 3 )
(1−𝑖√3)
≡ 𝑎𝑟𝑔(−𝑖) + 4𝑎𝑟𝑔(−1 − 𝑖) + 12𝑎𝑟𝑔(−√3 + 𝑖) − 3𝑎𝑟𝑔(1 − 𝑖√3)[2𝜋]
𝜋 5𝜋 5𝜋 −𝜋
≡ − + 4 + 12 − 3 [2𝜋]
2 4 6 3
𝜋
≡ − [2𝜋]
2
11 𝜋 𝜋
On a donc : 𝑧 = 2 (𝑐𝑜𝑠 2 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 2 )
Travail à faire :
Soient 𝛼 ∈ ℝ∗− , 𝛽 ∈ 𝑖ℝ∗−
6
−𝑖𝛽(−1−𝑖)4 (−√3+𝑖)
Déterminer un argument du nombre complexe suivant : 𝑧 = 3
𝛼(1−𝑖√3)
Remarque :
(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃)𝑛 = 𝑐𝑜𝑠(𝑛𝜃) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛(𝑛𝜃) : formule de Moivre
Application :11
Déterminer la forme algébrique du nombre complexe suivant :
2022
𝑧 = (√3 + 𝑖)
Réponse possible :
2022 2022
𝜋 𝜋 2022𝜋 2022𝜋
On a : (√3 + 𝑖) = (2 (𝑐𝑜𝑠 6 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 6 )) = 22022 (𝑐𝑜𝑠 6
+ 𝑖 𝑠𝑖𝑛 6
)
= 22022 (𝑐𝑜𝑠 337𝜋 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 337𝜋) = 22022 (𝑐𝑜𝑠 𝜋 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜋) = −22022
Travail à faire :
𝑛
Déterminer n ; 𝑛 ∈ ℕ, pour que (1 + 𝑖√3) soit :
a) Réel
b) Imaginaire
Application :12
Ecrire les nombres complexes suivants sous la forme de 𝑎(𝑐𝑜𝑠 𝑏 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝑏)
avec 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux réels.
𝑧1 = 1 + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 𝑥
1 + cos x = 2 cos 2 ( )
𝑧2 = 1 − 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 2
2
𝑥
𝑧3 = 1 + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 − 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 1 – cos x = 2 sin ( )
𝑧4 = −1 + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 2
𝑥 𝑥
Réponse possible : sin x = 2 sin ( ) cos ( )
2 2
𝜃 𝜃 𝜃
𝑧1 = ⏟
1 + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛
⏟𝜃 = 2𝑐𝑜𝑠 ( 2) (𝑐𝑜𝑠 (2) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 (2))
𝜃 𝜃 𝜃
2𝑐𝑜𝑠2 ( ) 2𝑠𝑖𝑛( )𝑐𝑜𝑠( )
2 2 2
𝜃 𝜃 𝜃
𝑧2 = ⏟
1 − 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛
⏟𝜃 = 2𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( ) (𝑐𝑜𝑠 ( ) − 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( ))
2 2 2
𝜃 𝜃 𝜃
2𝑠𝑖𝑛2 ( ) 2𝑠𝑖𝑛( )𝑐𝑜𝑠( )
2 2 2
𝜃 𝜋 𝜃 𝜋 𝜃
= 2 𝑠𝑖𝑛 ( 2) (𝑐𝑜𝑠 (2 − 2) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 (2 − 2)).
𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃
𝑧3 = 𝑧1 = 2𝑐𝑜𝑠 ( 2) (𝑐𝑜𝑠 ( 2) − 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( 2)) = 2𝑐𝑜𝑠 (2 ) (𝑐𝑜𝑠 (− 2) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 (− 2 ))
𝜃 𝜃 𝜃
𝑧4 = −(1
⏟ − 𝑐𝑜𝑠 𝜃) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛
⏟𝜃 = 2𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( ) (𝑐𝑜𝑠 ( ) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( ))
2 2 2
𝜃 𝜃 𝜃
−2𝑠𝑖𝑛2 ( ) 2𝑠𝑖𝑛( )𝑐𝑜𝑠( )
2 2
2
𝜃 𝜋 𝜃 𝜋 𝜃
= 2 𝑠𝑖𝑛 ( 2) (𝑐𝑜𝑠 (2 + 2) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( 2 + 2)).
Travail à faire :
Ecrire les nombres complexes suivants sous la forme de 𝑎(𝑐𝑜𝑠 𝑏 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝑏)
avec 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux réels.
𝑧1 = −1 + 𝑐𝑜𝑠 𝜃 − 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 ; 𝑧2 = −1 − 𝑐𝑜𝑠 𝜃 − 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃 et 𝑧3 = 𝑖 + 𝑖 𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑠𝑖𝑛 𝜃

8
Propriétés :
Si deux nombres complexes 𝑍 et 𝑍′ sont écrit sous forme
trigonométrique :
𝑟 = 𝑟′
𝑍 = 𝑟(𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃) et 𝑍′ = 𝑟′(𝑐𝑜𝑠 𝜃′ + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃′) ; on a : 𝑍 = 𝑍′ ⟺ {
𝜃 ≡ 𝜃′[2𝜋]
Angles orientés et nombres complexes :
Théorème :
Le plan est muni d’un repère orthonormé direct (𝑂, 𝑢⃗; 𝑣).
Soient 𝐴, 𝐵, 𝐶 𝑒𝑡 𝐷 des points d’affixes respectives 𝑍𝐴 , 𝑍𝐵 , 𝑍𝐶 𝑒𝑡 𝑍𝐷 et tel
que : 𝐴𝐵 ≠ 0 𝑒𝑡 𝐶𝐷 ≠ 0
𝐴𝐵 = | 𝑍𝐵 − 𝑍𝐴 |
⃗⃗⃗⃗⃗ a pour affixe 𝑍𝐵 − 𝑍𝐴 et on a : {
Le vecteur 𝐴𝐵 ⃗⃗⃗⃗⃗ ) ≡ 𝑎𝑟𝑔( 𝑍𝐵 − 𝑍𝐴 )[2𝜋]
⃗ , 𝐴𝐵
(𝑢
𝑍𝐷 −𝑍𝐶 𝐶𝐷 𝑍𝐷 −𝑍𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗ , ⃗⃗⃗⃗⃗
= 𝐴𝐵 (𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃), avec : (𝐴𝐵 𝐶𝐷) ≡ 𝑎𝑟𝑔 ( 𝑍 ) [2𝜋] ≡ 𝜃[2𝜋]
𝑍𝐵 −𝑍𝐴 𝐵 −𝑍𝐴
Application :13
3 2+3√3
1) On considère les points : 𝐴(𝑖) ; 𝐵(3 + 𝑖) 𝑒𝑡 𝐶 (2 + 2 𝑖)
Démontrer que 𝐴𝐵𝐶 est un triangle équilatéral
1+5𝑖
2) Soit les points : 𝐸(2 − 2𝑖); 𝐹(−4 − 2𝑖); 𝐺(4 + 2𝑖) 𝑒𝑡 𝐼 ( 2 )
⃗⃗⃗⃗̂
Démontrer que (𝐼𝐸 , ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗̂
𝐼𝐹 ) = (𝐼𝐺 ⃗⃗⃗⃗ ) [2𝜋]
, 𝐼𝐸
Réponse possible :
3 2+3√3
1) 𝐴(𝑖), 𝐵(3 + 𝑖) 𝑒𝑡 𝐶 (2 + 2
𝑖)
𝑧𝐴𝐵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧𝐵 −𝑧𝐴 3+𝑖−𝑖 3 2
= =3 2+3√3
=3 3√3
=
𝑧𝐴𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑧𝐶 −𝑧𝐴 + 𝑖−𝑖 +𝑖 1+𝑖√3
2 2 2 2
𝑧
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 2 𝐴𝐵
|𝑧𝐴𝐵 | = |1+𝑖√3| =1
⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐴𝐶 𝐴𝐶
⟹{ ⟹{
𝑧⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑎𝑟𝑔 ( 𝐴𝐵 ) ≡ 𝑎𝑟𝑔 (
2
) ≡ − 𝑎𝑟𝑔(1 + 𝑖√3) [2𝜋] ⃗⃗⃗⃗⃗̂
(𝐴𝐶 , ⃗⃗⃗⃗⃗
𝜋
𝐴𝐵 ) ≡ − 3 [2𝜋]
𝑧𝐴𝐶
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 1+𝑖√3
Ainsi 𝐴𝐵𝐶 est un triangle équilatéral
1+5𝑖
2) 𝐸(2 − 2𝑖), 𝐹(−4 − 2𝑖), 𝐺(4 + 2𝑖) 𝑒𝑡 𝐼 ( 2 )
1+5𝑖
𝑧𝐼𝐹
⃗⃗⃗⃗ 𝑍𝐹 −𝑍𝐼 −4−2𝑖− −9−9𝑖 3
2
= = 1+5𝑖 = = (1 − 2𝑖)
𝑧⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐸
𝑍𝐸 −𝑍𝐼 2−2𝑖− 3−9𝑖 5
2
On a : 1+5𝑖
𝑧⃗⃗⃗⃗ 𝑍𝐸 −𝑍𝐼 2−2𝑖− 3−9𝑖 3
𝐼𝐸 2
= = 1+5𝑖 = = (1 − 2𝑖)
𝑧𝐼𝐺 𝑍𝐺 −𝑍𝐼 4+2𝑖− 7−𝑖 5
{ ⃗⃗⃗⃗⃗ 2

⃗⃗⃗⃗̂
(𝐼𝐸 , ⃗⃗⃗⃗
𝑧⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐹 ) ≡ 𝑎𝑟𝑔 (𝑧𝐼𝐹 ) [2𝜋]
Et on a : {
⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐸
, ⃗⃗⃗⃗̂
Donc (𝐼𝐸 , ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗̂
𝐼𝐹 ) ≡ (𝐼𝐺 ⃗⃗⃗⃗ ) [2𝜋]
, 𝐼𝐸
⃗⃗⃗⃗̂
(𝐼𝐺 ⃗⃗⃗⃗ ) ≡ 𝑎𝑟𝑔 ( ) [2𝜋]
, 𝐼𝐸
𝑧𝐼𝐸
⃗⃗⃗⃗
𝑧 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐼𝐺
Travail à faire :
Dans le plan complexe rapporté à un rond (𝑂; 𝑢⃗, 𝑣), on désigne par 𝐴 𝑒𝑡 𝐵
les points d’affixes respectives 𝑖 𝑒𝑡 2.
A tout point 𝑀 d’affixe 𝑧 ; avec 𝑧 ≠ 𝑖 𝑒𝑡 𝑧 ≠ 2, on associe le point 𝑀′
d’affixe 𝑧′ tel que :
𝑧−𝑖
𝑧 ′ = 𝑖𝑧−2𝑖.
⃗⃗⃗⃗⃗⃗̂
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) ≡ (𝐵𝑀 ̂
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ) − + 2𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ 𝜋
1) Montrer que (𝑢⃗, 𝑂𝑀′ , 𝐴𝑀 2
2) En déduire que si 𝑀 ∈ (𝐴𝐵) ⟹ 𝑀′ ∈ ∆, ∆ : une droite que l’on
précisera.

9
Propriétés :
Soit 𝑧 un nombre complexe
𝑧 ∈ ℝ ⟺ 𝑎𝑟𝑔 𝑧 = 𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ ou 𝑧 = 0
𝜋
𝑧 ∈ 𝑖ℝ ⟺ 𝑎𝑟𝑔 𝑧 = + 𝑘𝜋; 𝑘 ∈ ℤ ou 𝑧 = 0
2
2) Ecriture exponentielle :
Notation :
Pour tout réel 𝜃, on note 𝑒 𝑖𝜃 le nombre complexe défini par :
𝑒 𝑖𝜃 = (𝑐𝑜𝑠 𝜃 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜃).
Dans le plan muni d’un repère orthonormé direct (𝑂, 𝑢⃗; 𝑣) , un point 𝑀
appartient au cercle trigonométrique de centre 𝑂 ssi s’il a pour
affixe 𝑍 = 𝑒 𝑖𝜃 ; où 𝜃 ≡ (𝑢⃗, ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀)[2𝜋].
𝑖𝜃
On note donc : 𝑧 = 𝑟𝑒 ∶ forme exponentielle d’un nombre complexe non
𝑟 = |𝑧| > 0
nul, Où {
𝜃 ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
Conséquences :
𝜋 𝜋
𝑒0 = 1 ; 𝑒 𝑖𝜋 = −1; 𝑒𝑖2 = 𝑖 ; 𝑒 −𝑖 2 = −𝑖
Pour tout réel 𝜃 et tout réel 𝑘, 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖(𝜃+2𝑘𝜋)
Pour tout réel 𝜃 , |𝑒 𝑖𝜃 | = 1 et −𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖𝜋 . 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖(𝜃+𝜋)
Propriétés :
′ ′ 1 𝑒 𝑖𝜃 ′ 𝑛
𝑒 𝑖𝜃 . 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖(𝜃+𝜃 ) ; 𝑒 𝑖𝜃
= 𝑒 −𝑖𝜃 ; ′ = 𝑒 𝑖(𝜃−𝜃 ) ; (𝑒 𝑖𝜃 ) = 𝑒 𝑖𝑛𝜃 ; 𝑛 ∈ ℤ
𝑒 𝑖𝜃
Application :14
1) Ecrire les nombres complexes : 1 + 𝑖; √3 + 𝑖 𝑒𝑡 1 + 𝑖√3 sous forme
trigonométrique
2) a) Déterminer la forme trigonométrique de :
𝑎 = −1 + 𝑖; 𝑏 = √3 − 𝑖 𝑒𝑡𝑐 = −1 − 𝑖√3
12
−𝑖(−1+𝑖)4 (−√3+𝑖)
b) En déduire la forme trigonométrique de : 𝑧 = 3
(−1+𝑖√3)
Réponse possible :
𝜋
√2 √2 𝜋 𝜋
1) 1 + 𝑖 = √2 ( 2 + 𝑖 ) = √2 (𝑐𝑜𝑠 4 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 4 ) = √2𝑒 𝑖 4
2
𝜋
√3 1 𝑖 𝜋 𝜋
√3 + 𝑖 = 2 ( 2 + 2 𝑖) = 2 (𝑐𝑜𝑠 6 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 6 ) = 2𝑒 6
𝜋
1 √3 𝜋 𝜋
1 + 𝑖√3 = 2 ( + 𝑖 ) = 2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ) = 2𝑒 𝑖 3
2 32 3
3𝜋
√2 √2 3𝜋 3𝜋
2) a) 𝑎 = −1 + 𝑖 = √2 (− 2 + 𝑖 2 ) = √2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ) = √2𝑒 𝑖 4
4 4
𝜋
√3 1 𝜋 𝜋
𝑏 = √3 − 𝑖 = 2 ( 2 − 𝑖) = 2 (𝑐𝑜𝑠 (− ) + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 (− )) = 2𝑒 −𝑖 6
2 6 6
4𝜋
1 √3 4𝜋 4𝜋 𝑖
𝑐 = −1 − 𝑖√3 = 2 (− 2 − 𝑖 ) = 2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 ) = 2𝑒 3
2 3 3
3𝜋 4 𝜋 12
𝑖 −𝑖 𝜋
12 −𝑖(√2𝑒 4 ) (−2𝑒 6 ) −𝑖 𝜋
−𝑖(−1+𝑖)4 (−√3+𝑖) −𝑖𝑎4 (−𝑏)12 11 𝑒 2 𝑒 𝑖3𝜋 𝑒 −𝑖2𝜋
b) 𝑧= 3 = 3 = 3 =2 = 211 𝑒 𝑖 2
(−1+𝑖√3) 𝑐 4𝜋 𝑒 −𝑖4𝜋
𝑖
2𝑒 3
𝜋
𝑖
On a donc : 𝑧 = 211 𝑒 2

Travail à faire :
Soient 𝛼 ∈ ℝ∗− et 𝛽 ∈ 𝑖ℝ∗−
Donner la forme exponentielle du nombre complexe suivant :
6
−𝑖𝛽(−1−𝑖)4 (−√3+𝑖)
𝑧= 3 .
𝛼(1−𝑖√3)

10
Application :15
Déterminer la forme algébrique du nombre complexe suivant :
2022
𝑧 = (√3 + 𝑖)
Réponse possible :
2022 2022 2022 𝜋 2022
𝜋 𝜋
On a : (√3 + 𝑖) = (√3 + 𝑖) = (2 (𝑐𝑜𝑠 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 )) = 22022 (𝑒 𝑖 6 )
6 6
2022𝜋
2022 𝑖 2022 𝑖𝜋 2022 (𝑐𝑜𝑠
=2 (𝑒 6 )=2 (𝑒 ) = 2 𝜋 + 𝑖 𝑠𝑖𝑛 𝜋) = −22022
Travail à faire :
𝑛
Déterminer n ; 𝑛 ∈ ℕ, pour que (1 + 𝑖√3) soit :
a) Réel.
b) Imaginaire.
Remarque :
𝑒 𝑖𝜃 +𝑒 −𝑖𝜃 𝑒 𝑖𝜃 −𝑒 −𝑖𝜃
Pour tout réel 𝜃 ; on a : 𝑐𝑜𝑠 𝑥 = 2
𝑒𝑡 𝑠𝑖𝑛 𝑥 = 2𝑖 ; formule d’Euler
Application :16
Ecrire les nombres complexes suivants sous la forme de 𝑎𝑒 𝑖𝑏
Avec 𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux réels
𝑧1 = 1 + 𝑒 𝑖𝜃
𝑧2 = 1 − 𝑒 𝑖𝜃
Réponse possible :
𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃
𝜃
𝑧1 = 1 + 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 0 + 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖(2 − 2 ) + 𝑒 𝑖(2 + 2 ) = 𝑒 𝑖 2 (𝑒⏟−𝑖 2 + 𝑒 𝑖 2 ) = 2 𝑐𝑜𝑠 ( ) 𝑒 𝑖 2
2
𝜃
2 𝑐𝑜𝑠( )
2

𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃 𝜃
𝑧2 = 1 − 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 0 − 𝑒 𝑖𝜃 = 𝑒 𝑖(2 − 2 ) − 𝑒 𝑖(2 + 2 ) = 𝑒 𝑖 2 (𝑒⏟−𝑖 2 − 𝑒 𝑖 2 )
𝜃
−2𝑖 𝑠𝑖𝑛( )
2
𝜃 𝜋 𝜃
𝜃 𝜃
= −2𝑖 𝑠𝑖𝑛 ( 2) 𝑒 𝑖 2 = −2 𝑠𝑖𝑛 ( 2) 𝑒 𝑖 2 + 2 .
Travail à faire :
Ecrire les nombres complexes suivants sous la forme de 𝑎𝑒 𝑖𝑏 avec
𝑎 𝑒𝑡 𝑏 deux réels.
𝑧1 = −1 + 𝑒 𝑖𝜃 ; 𝑧2 = −1 − 𝑒 𝑖𝜃 ; 𝑧3 = 𝑖 + 𝑒 𝑖𝜃
3) Formes polaires :
Soit 𝑧 un nombre complexe non nul de forme algébrique 𝑎 + 𝑖𝑏
𝑟 = |𝑧|
𝑧 = [𝑟; 𝜃], s’appelle forme polaire de 𝑧 avec {
𝜃 ≡ 𝑎𝑟𝑔(𝑧)[2𝜋]
Propriétés :
Soit 𝑧 = [𝑟 ; 𝜃] 𝑒𝑡 𝑧 ′ = [𝑟 ′ ; 𝜃 ′ ]
𝑧𝑧′ = [𝑟𝑟 ′ ; 𝜃 + 𝜃′]
𝑧 𝑟 1 1
= [𝑟 ′ ; 𝜃 − 𝜃 ′ ] ; = [𝑟 ; −𝜃] ; 𝑧 = [𝑟 ; −𝜃] ; 𝑧 𝑛 = [𝑟 𝑛 ; 𝑛𝜃], 𝑜ù 𝑛 ∈ ℤ
𝑧′ 𝑧

11

Vous aimerez peut-être aussi