Vous êtes sur la page 1sur 14

COMPTE RENDU

AUTOMATIQUE DISCRET

RÉALISÉ PAR :
HIBA TANTAOUI N 115
AHLAM EL OUARDY N 51

RÉALISÉ PAR : MONSIEUR CHIKH


I. Génération d’un signal
discret :
Travail demandé :

On changre la valeur de fréquence d’échantillonage :


Lorsqu’on augmente la fréquence d’échantillonage, les impulsions deviennet
plus proches les unes des autres .

2) Signal discret échelon :

3) Echelon unitaire retardé 𝑢(𝑡 − 𝑎) avec a = 2:


4) Signal discret ramp :

5) Ramp retardé :

II. Fonction de transfert


discrète :
On considère un système discret défini par l’équation récurrente suivante :

𝒚𝒌+𝟏 + 𝒚𝒌 = 𝒖𝒌
On applique la transformée en Z, on obtient :

𝒁. 𝒀(𝒁) + 𝒀(𝒁) = 𝑼(𝒁)


Donc la fonction de transfert de cet équation est :

𝒀(𝒁) 𝟏
⇒ 𝑼(𝒁) = 𝟏+𝒁

Lorsqu’on change de Te, on voit que seul Sample time qui change dans le
Command Window.

2)Lorsqu’ on choisit Te = 0 ; on obtient une fonction continue.

Pour Te = -1 , on obtient un Te inconnue.


2) .a) -Fonction de transfert :

2). b)- calcul des poles et des zéros avec :

La méthode roots(p) :
La méthode zpk(G) :

2). c)- Calcule des modules des pôles de G(z) en utilisant l’instruction Damp
(G).
III. Fonction de transfert
discrète à partir d’une
fonction de transfert
continue :

Pour Te = 90 Pour Te = 0.1


2)-

IV. Comparaison des


méthodes d’équivalence
entre les fonctions de
transfert à temps
continu et à temps
discret :
On considère la fonction de transfert d’un système continu 𝒌
: 𝟏+ 𝝉𝒑

avec : k = 100 et 𝛕 = 5s

1) la fonction de transfert discrète équivalente à ce système continu


de fonction de transfert avec :

 Equivalence à la dérivée (discrétisation arrière) :


𝟏− 𝒁−𝟏
On remplace : p ↔ 𝑻𝒆
𝐤
On obtient : G(z) = 𝛕 𝛕
.𝐙−𝟏
𝟏+ 𝐓𝐞− 𝐓𝐞

 Equivalence à la dérivée (discrétisation avant) :

On remplace : p ↔ 𝒁−𝟏
𝑻𝒆
𝐤
On obtient : 𝐆(𝐙) = 𝛕 𝛕
𝟏− + .𝐙
𝐓𝐞 𝐓𝐞
 Equivalence par integration :

On remplace : P 𝟐 𝟏− 𝒁−𝟏
.
↔ 𝑻𝒆 𝟏+ 𝒁
−𝟏

On obtient : G(z) = 𝒌
−𝟏
𝟐.𝝉 𝟏−𝟐𝝉
𝟏+ +( ).𝒁
𝑻𝒆 𝑻𝒆

2) Traçage du comportement fréquentiel, dans la même figure, du


système continu et du système discret obtenu par les quatre méthodes
d’équivalences.
On constate que l’équivalence à la dérivation, bien très simple, fournit une
approximation très satisfaisante aux basses fréquences pendant que celui
de l’équivalence à l’intégration coïncide avec le graphe du système continue
dans les hautes fréquences.
CONCLUSION :

Durant ce TP , on a utilisé les scripts de Matlab pour générer des signaux


discrets ; claculer la fonction de transfert discrète à partir de la fonction de
transfert continue d’un système et comparer quelques méthodes de
discrétisation de la fonction de transfert d’un système continu.
TP 2  :
Pour le tp2 j’ai justifié mon absence par une
certification médicale ci- dessous
On a justifié notre absence au tp 2 par une certification médicale.

Vous aimerez peut-être aussi