Vous êtes sur la page 1sur 10

UNIVERSITE DE YAOUNDE I

UNIVERSITY OF YAOUNDE I

ECOLE NORMALE SUPERIEURE ADVANCED TEACHER’S TRAINING


COLLEGE
DEPARTEMENT OF COMPUTER
DEPARTEMENT D’INFORMATIQUE SCIENCE

Educational Administration and Legislation (EDI 517)


Cours dispensé par : Dr OBEN

LES DROITS ET LES DEVOIRS DE


L’EDUCATEUR

Exposé présenté par :

 EKWELLE EPALLE Thomas M.

 FIRISSOU WINA Blaise

 MBOUMEKU OUMAROU

 NWANJA Anna BAU

 PAGO KEPWA Pélagie


SOMMAIRE………………………………………………………………………………………………………………...2

INTRODUCTION…………………………..……………………………………………………………………………..3
I- Les fondements des droits de l’éducateur………………………………………………….……………..3
II Les droits de l’éducateur………………………………………………………………………………………….3
II-1 Droit en tant qu être humain……………………………………………………………………..3
II-2 Droit en tant que citoyen travailleur et fonctionnaire…………………………………4
II-3 Droit en tant qu’enseignant………………………………………………………………………..4
II-4 Critique du droit de l’enseignant au Cameroun…………………………………………..4
III- Les devoirs de l’éducateur……………………………………………………………………………………..5
III-1 Devoirs envers les élèves…………………………………………………………………………..5
III-2 Limits of the duty of moral education………………………………………………………...6
III-3 Duty of self control…………………………………………………………………………………...6
III-4 Duty of goodness……………………………………………………………………………………...6
IV- Duty of the family………………………………………………………………………………………………….7
IV-1 The educator must be the initiator of collabaoration…………………………………..7
IV-2The educator must be independent and dignified………………………………………..7
IV-3 The teacher must collaboarte with his/her pupild parents ………………………...7
IV-4 Collaboration through association……………………………………………………………..7
V- les devoirs de l’éducateur……………………………………………………………………………………….8
V-1 devoir de l’éducateur envers l’Etat…………………………………………………………...…9
CONCLUSION …………………………………………………………………………………………………………..10
Référence bibliographique………………………………………………………………………………………10

2
INTRODUCTION
Un éducateur est toute personne chargée de l’éducation et de l’instruction des
enfants (enseignant). Pour accomplir ses nombreuses qualités d’éducateur, il a besoin
d’être entretenu, encouragé par la connaissance et le respect de certains droits.
L’accomplissement de cette tâche implique donc des droits qu’il faut connaître et
respecter mais aussi des devoirs multiples envers toute la communauté éducative
(élèves, parents et supérieurs hiérarchiques) ; car l’enseignant est au cœur de toute la
société. Le droit est ce dont chacun peut exiger, ce qui est permis par la morale ou la
société. Pour l’éducateur, un droit est en même temps un devoir.

I-LES FONDEMENTS DES DROITS ET DES DEVOIRS DE L’EDUCATEUR


L’enseignant est un agent délégué de l’éducation au service d’une institution
scolaire qu’il incarne, celle-ci étant auxiliaire de l’état et de la famille. L’institution
scolaire est donc soumise au contrôle et à la surveillance des agents de droit que sont
l’état et la famille. Les droits et les devoirs des éducateurs ont fait l’objet de
recommandations, de conventions internationales, et des lois nationales.
Selon Claparède (1931), l’élève est au centre du processus éducatif, donc au
centre des préoccupations de l’éducateur. Les devoirs de l’éducateur sont d’abord ses
obligations envers l’enfant, puis la famille, l’état et la société.
En classe, l’enseignant est le délégué de l’état et de la famille. Il agit en leur nom.
L’Etat et la famille lui reconnaissent une autorité juridique sur l’enfant. La famille, l’Etat
et la société font confiance à l’enseignant et leur confiance qu’ils ont de plus fragile et
précieux : leurs enfants. Cette confiance doit être méritée. La responsabilité de
l’enseignant lui impose des droits mais aussi des devoirs. Les droits de l’éducateur sont
étudiés selon la qualité de celui qui y prétend : l’être humain, le citoyen, le travailleur, le
fonctionnaire ou l’enseignant. Ses devoirs sont abordés selon qu’ils s’adressent aux
élèves, à la famille à la société ou à l’Etat.

II LES DROITS DE L’EDUCATEUR


II-1 Droits en tant que être humain
L’enseignant est avant tout un être humain. En tant qu’être humain, l’enseignant
jouit de tous les droits reconnus à l’homme dans une société démocratique : droit à la
vie, droit à la liberté, à la sécurité, à la sûreté de sa personne, à la justice ; il a droit à la

3
liberté de penser, à la liberté de conscience, à la liberté d’opinion ; il a droit à la liberté
d’association, de domicile, droit à la sécurité sociale, au travail et à la rémunération
équitable, droit à l’éducation…Ces différents droits peuvent être classés en droits
civiques, droits politiques, droits économiques et doivent être garantis par le
gouvernement.

II- 2 Droits en tant que citoyen, travailleur et fonctionnaire.


Comme citoyen, l’enseignant est régi par la constitution de 1996. En tant que
fonctionnaire, il est régi par le statut général de la fonction publique de 1994 ; et en
qualité de travailleur, il est régi par le code du travail de 1992. Il bénéficie donc de la
protection de l’état, son employeur, contre les menaces, les violences et les diffamations
de toute sorte dont il serait victime. Il a droit à la rémunération, droit à la santé, aux
soins en cas d’accidents et maladies. Le droit à la formation permanente afin d’accroître
ses performances. IL a également droit aux congés (congés administratifs, en cas de
maladie, de maternité, permissions et autorisations d’absence). Il a aussi le droit de
participation à la prise de décisions sur les questions le concernant.
Ces droits peuvent se défendre dans le cadre des institutions sociales qui ont
pour mission de lui en assurer la pleine jouissance. C’est le cas de la justice.

II- 3 Droits en tant qu’enseignant


D’après la circulaire ministérielle du 17 mars 1981 portant organisation de la
discipline dans les établissements scolaires, l’enseignant mérite le respect et la
considération ; il a droit à l’information ; il a le droit de faire inscrire ses enfants
légitimes, il a droit aux primes diverses (technicité, exercice effectif de sa profession,
enseignement, évaluation, etc.)

II- 4 Critique du droit des enseignants au Cameroun


Ici nous évoquons en passant quelques aspects critiques du droit des enseignants
au Cameroun qui appellent à la réflexion.
 L’application du droit des enseignants au Cameroun est lente et se heurte à la
résistance de ceux qui doivent les garantir (exemple du problème de la mise en
application du nouveau statut des enseignants)

4
 La recommandation du document préparatoire des états généraux de l’éducation
de 1995 tendant à instituer la gratuité de l’éducation pour les enfants des
enseignants n’a pas été accueillie.
 On assiste à une vague valorisation de la profession d’enseignant, par la
formation continue, la promotion des associations des enseignants, et non en
termes concrets.
 Les textes ne précisent pas qui doit assurer les droits et comment les garantir. Ils
ne disent pas comment les revendiquer.
 Les institutions chargées de les revendiquer sont indifférentes.

III-Les devoirs de l’éducateur


III-1 Devoir envers les élèves
L’enseignant est cette personne là qui est appelée à transmettre les savoirs être et
les savoir faire aux progénitures des futures générations. C’est ainsi qu’il a des devoirs
vis-à-vis de la communauté éducative (élèves, supérieur hiérarchique, les parents) et
l’Etat.
Face aux élèves, l’enseignant doit avoir ce souci de bien faire son travail
quotidien. Soucieux de ce travail, il doit avoir de l’amour pour ces élèves en leur évitant
de faire du mal par des punitions répétitives sévères et trop exagérées, un manque de
respect envers ses élèves et des comportements anormaux. Il doit prêcher par l’exemple
le model ou encore l’échantillon de référence. Il est considère comme ce libérateur des
forces du mal qui sont l’ignorance, l’égoïsme, le racisme, le tribalisme, la paresse… car il
doit inculquer à ces apprenants le culte de l’effort et de l’amour du travail bien accompli.
En tant que bon citoyen, l’éducateur a le droit d’éclairer ces élèves à user de leur
connaissance les droits qui leurs sont attribués.
Pour mieux faire passer son message l’éducateur doit connaitre et maîtriser
chacun de ces apprenants. Cette connaissance n’est que scientifique de l’adolescence
dans son ensemble mais surtout physique et individuel par les résultats scolaires, les
comportements et son milieu de vie. Cette connaissance des apprenants n’est pas un
signe de violation de leurs intimités mais plutôt un souci de mieux les comprendre et
d’adapter et de mieux réorienter les cours pour leurs avantages.
En tant qu’encadreur et soucieux du devenir des apprenants il doit s’attacher aux
élèves par un lien de cœur et d’esprit. L’amour de l’enseignant pour ces apprenants est

5
un amour maternel. S’il n’est pas éprouvé, celui-ci peut se consacrer à l’éducation de la
personne consacrée qui a le droit de choisir une autre profession. Cet amour doit se
manifester par le souci de rester auprès de ses élèves, à leur écoute et toujours prêt à
leur donner ce petit coup de pouce qui leur permettrait de mieux comprendre. Etre
soucieux de la réussite de tous.
Le devoir à l’éducation morale peu se faire à travers toutes les matières scolaires.
Car il n’est précis dans aucun emploi de temps, il peut se faire en toute circonstance dans
le cadre de l’enseignement diffus. Pour l’enseignement systématique, il est question de
faire une réflexion morale régulière de l’examen de conscience à formuler explicitement
les devoirs et résolutions morales lors des leçons. L’imprégnation consiste à la
réorganisation de la vie de la classe de telle sorte que celles-ci soient des sources
d’éducation et d’inspiration morales.

III-2 Limits of the duty of moral education


An educator should not give exaggerated assurance of content of moral education
because the values of morals differ in various societies and social class except he
considers that what he sees is good for everybody.
 The qualities of a child vary with the social class. Common people lay emphasis
on politeness, neatness, hard work at school and obedience while others refer to
a critical mind, curiosity and perseverance. However, this only refers to a variety
of interpretations of universal moral laws which are imperative for each human
being.
 Educator must be careful not to confound quality.
 He/She may, therefore, not be responsible for the misconduct of the arrogant and
wicked officials.

III-3 Duty of Self-control


Self-control is unavoidable in the exercise of the teaching duties of more than the
other professions. As Ferré (1966) warned « the teacher does not have the right to open
the value that releases this mental tumult, to create an atmosphere of terror ».

III-4 Duty of Goodness


 Goodness is also a duty for the tender.

6
 To be good is not being weak or cowardly.
 Goodness requires avoidance of all forms of violence even verbal, duty of
goodness to students as regards peace, love to international
understanding.

IV. Duty to the family: Collaboration


IV-1. The educator must be the initiator of collaboration
The educator and the family have a common function which requires success,
strict collaboration that excludes all discord. The teacher and the parents cannot fight
each other but should respect one another and work hand in hand. As a professional
educator, the teacher should assist the parents who are ignorant of certain co-operation
and collaboration to be more competent.

IV-2. The Educator must be independent and dignified


The collaboration with parent should safeguard the independence and dignity of
the teacher. He must therefore show the same sympathy towards everyone. The effect
should not favour or disfavour one another but should be collaborative and not
subordinate. The revision lessons often given by teachers to the students in their
parents’ homes must reflect relations of consultation of an expert and not those of a
needy person seeking a tip for survival. Parent who understand the importance of the
teacher in educating their children always respect them.

IV-.3. The Teacher must collaborate with his/her pupils’ parents.


Collaboration with the parents also educate them and the teachers follow up the
activities of their pupils’ and report to the parents through correspondence like the
report cards, notebooks and booklets. The parents should as well help to educate their
children.

IV-4. Collaboration through associations.


The teacher should also participate in the parents/teacher associations (PTAs) of
which, according to statutory laws, he is an ex officio member. He/She must also play a
part in the ex-student associations. He/she should handle pedagogic issues for which he
is an expert.

7
V- Les devoirs de l’éducateur
En tant qu’enseignant, il a des devoirs envers les élèves, envers la famille et
envers l’Etat qui est son employeur. C’est ainsi qu’envers les élèves, il a le devoir de
libération. Le travail d’éducation commencé dans la famille est poursuivi à l’école ; cette
éducation a pour but de faire de l’élève non un sujet docile, mais un bon citoyen capable
de participer à la gestion des affaires de la nation plutard. L’enseignant en tant
qu’éducateur doit les y préparer et ceci à travers les explications de tout ce qui est bon
à savoir pour l’élève comme l’amour de la patrie, le travail et l’honnêteté (devoir moral).
L’enseignant au cours de sa formation est armé d’un matériel qui lui permettra de
connaître ses élèves notamment la psychologie de l’adolescent et de l’enfant.
Connaissant déjà celui avec qui il doit passer la majorité de son temps, il doit les aimer
en les encourageant dans leur processus d’apprentissage. Le fait que l’élève sente que
son enseignant porte un certain regard, une attention à sa personne est une motivation
qui booste son moral et lui permet de fournir les efforts. L’éducateur doit veiller à ce
que ses collaborateurs vivent dans un milieu sain c'est-à-dire favorable à la vie ceci en
leur apprenant l’hygiène de la vie en société afin de promouvoir insérer « l’esprit sain
dans un corps sain ».
L’éducateur doit amener les élèves à acquérir les connaissances de base en
formant leur esprit, il s’agit de rendre l’élève capable d’observer méthodiquement, de
juger avec objectivité, de raisonner juste, de discerner le vrai du faux, le bien du mal, de
distinguer le possible du probable et du certain et d’exercer l’esprit critique. Il doit être
le modèle pour ses élèves et la société dans laquelle il vit, il ne doit pas enseigner mais
doit être Il doit cultiver le travail, l’amour la paix et la fraternité entre les élèves ; il doit
être bon envers ses élèves.
L’éducateur doit être le collaborateur, l’intermédiaire entre les élèves et les
parents dans la mesure où les élèves passent la majorité de leur temps à l’école ;à cet
effet, l’éducateur et la famille sont investis d’une lourde mission commune. Cependant, la
collaboration de l’enseignant avec la famille ne doit en aucun cas faire considérer
l’enseignant comme « nécessiteux ».La famille doit constater le bon comportement
adopté par l’enfant à travers les gestes et sa façon d’agir au sein de la famille. Celui-ci
doit se distinguer par sa façon de faire. L’enseignant doit rendre compte du
comportement de l’enfant à l’école à travers les correspondances ; les plus usuelles sont

8
les bulletins, les carnets et livrets de notes ; la collaboration peut aussi également se
faire à travers les associations : l’APE (association des parents d’élèves) association au
sein de laquelle parents et enseignants sont mis au courant du fonctionnement de
l’établissement et du comportement des élèves, comment ceux-ci travaillent.
Devoir : éthique et déontologie de l’éducation.

VI Devoir de l’éducateur envers L’Etat


L’éducateur est un acteur très important de l’état car il joue le rôle
d’ambassadeur dans son milieu et plus particulièrement à l’école il fait appliquer les lois
et décisions prises dans l’optique de réaliser les politiques mises en place par le
gouvernement cependant, bien qu’il soit un agent faisant respecter les lois et décisions
de l’Etat, il est tout d’abord un citoyen et doit prêcher par l’exemple en accomplissant
ses devoirs et obligations vis-à-vis de ce dernier ces devoirs sont d’ordre civique ,
morale et patriotique. D’autre part l’éducateur en tant que fonctionnaire, a des droits qui
le protègent car il bénéficie du statue général de la fonction publique qui lui garantissent
la permanence de l’emploi ; ceci toute fois avec une contre partie qui est le service avec
dévouement il a pour obligation de travailler pour l’intérêt général de la Nation.
L’éducateur comme tous les autres doit éviter le piège de la corruption, de
l’absentéisme et du travail mal fait qui entraîne le mécontentement des usagers, le
découragement et le doute pour le service public afin de mieux assurer l’efficacité.
L’éducateur étant déjà payé par l’Etat a le devoir de désintéressement mais peut
mener une activité lucrative ceci avec l’autorisation de la hiérarchie dans le but de
préserver l’éthique éducative et éviter une certaine commercialité et la chasse du gain
au sein de la communauté éducative ; ceci servira d’exemple pour ses apprenants qui
seront la relève de demain.
L’enseignant dans son milieu doit éviter d’influencer les consciences en fonction
de ses idéaux extra scolaires et ne doit œuvrer que dans le but d’éduquer selon les règles
de la déontologie éducative. L’éducateur ne doit servir que l’Etat afin de permettre à ce
dernier d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé dans le but de réaliser les politiques
gouvernementales de l’Etat. Tout ne signifie pas que l’Etat bafoue les droits de
l’éducateur qui après tout est un citoyen libre dans un pays démocratique, car il a le
droit de penser, d’adhésion etc.… Si tout ceci n’était pas pris en compte, il entraînerait
une contre verse en ce qui concerne les principes de la démocratie. Mais ceci devrait se

9
faire en dehors du cadre de l’établissement scolaire, et tout apport d’opinion devrait
contribuer à la bonne marche de la cité Nation.

CONCLUSION
To sum up our work that was about the rights qnd duties of educator, we can say
that school is a place where minds gather to learn truths and are willing to perform
duties. It would be lack of respect for the personnality of the child and the adolescent to
take advantage, on the one hand, of ourinfluence on them, and on the other hand, on
thier respectiveness to suggestion, to force upon them the slogan of an ideology or a
party, be it in power. But when the age for majority laid down by the law includes
persons still attending schools and universities, the political participation of the latter
becomes a right and the consequences must be coped with.finally, the rights and
obligations of teachers are neither universal nor unchanging. They must be constantly
negotiated with partners and adjusted with the possibility of resorting to impartial
arbitration.

BIBLIOGRAPHIE
Tsafak G., 2003. Ethics and Deontology in Education.

10

Vous aimerez peut-être aussi