Vous êtes sur la page 1sur 27

REPUBLIQUE DU CONGO

MINISTERE DU PLAN, DE LA STATISTIQUE DE


L’INTEGRATION REGIONALE, DES TRANSPORTS, DE
L’AVIATION CIVILE ET DE LA MARINE MARCHANDE

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE

Enquête sur les effets socio-économiques de la covid-19 au Congo (EESC) :


Volet ménage
Bulletin numéro 4 : Décembre 2020

Contexte
L’épidémie de coronavirus (COVID-19), apparue à Wuhan (Chine) en décembre 2019, s’est rapidement
répandue dans toutes les régions du monde. Le 11 mars 2020, le virus ayant, à ce moment, atteint 114
pays avec plus de 118 000 cas de contamination dont 4 291 décès. L’Afrique Subsaharienne, longtemps
épargnée, a enregistré son premier cas de la COVID-19 le 27 février 2020 au Nigéria et le 14 mars 2020,
la Covid-19 a atteint le Congo. Au 31 octobre 2020, la situation épidémiologique au Congo révèle que, le
cumul des cas de la covid-19 a atteint 5 348 cas confirmés avec 4891 cas guéris (SITREP N° 108 DU 01
NOVEMBRE 2020).

En réponse à la pandémie, plusieurs mesures avaient été prises notamment la fermeture des entreprises
de production et des frontières, ce qui a une incidence sur les chaines d’approvisionnement et de
production, et sur la demande. Comme dans d’autres pays dans le monde, le gouvernement avait
décrété un ensemble de mesures telles que le confinement total de la population, la fermeture des
frontières, la fermeture des établissements d’enseignement, l’arrêt de certaines activités jugées non
essentielles, la régulation du nombre de jours des marchés, l’instauration d’un couvent-feu, visant à
limiter la propagation de la pandémie sur le territoire national et la déclaration de l’Etat d’urgence
sanitaire. Ces mesures de lutte contre la propagation de la covid-19 couplées au contexte international
ont eu une incidence sur les conditions de vie des ménages et le marché de l’emploi prédominé par le
secteur informel.

Ce bulletin se donne pour objectif général d’évaluer l’impact socio-économique de la crise sanitaire de la
COVID-19 au Congo sur les conditions de vie des ménages à partir des données collectées au mois de
au cours du mois de décembre.

Résultats d’enquête
La crise sanitaire due à la pandémie à coronavirus (Covid-19) auxquels sont confrontés les pays du
monde, a des conséquences sur les conditions de vie de ménage. Les ménages congolais ne sont pas
épargnés de cette situation. Les conséquences de la Covid-19 sur les ménages sont analysées
notamment, sur la connaissance et le comportement des ménages relatifs à la lutte contre la
propagation de la COVID-19, sur la migration et l’accès aux services de bases, l’emplois et le revenu des
ménages, la disponibilité et l’accès aux denrées alimentaires et sur le comportement adopté par les
ménages face à l’insécurité alimentaire.
Connaissance et comportement des ménages relatifs à la COVID-19
Depuis la levée du confinement, plusieurs autres mesures barrières de lutte contre la pandémie à
COVID-19 édictées par le gouvernement restent en vigueur. Ainsi, les ménages ont été interrogés sur
les mesures que le Gouvernement doit continuer à appliquer et de leurs comportements face à ces
mesures de lutte contre la propagation de la Covid-19 (Graphique 1 et 2). Trois mesures restent les
plus cités par les ménages en décembre. Il s’agit de se laver régulièrement les mains (91,6% contre
90,1% en novembre), le port obligatoire et conforme du masque de protection/bavette (90,5%
contre 85,7% en novembre) et la distanciation physique/social (81% contre 75,8% en novembre).
Par ailleurs, la mesure la moins citée par les ménages est la fermeture des frontières terrestres et
fluviales.

Les résultats de l’enquête en décembre révèlent qu’au moins 9 ménages sur 10 affirment continuer à
appliquer les mesures barrières notamment le port du masque de protection, se laver les mains
régulièrement et garder la distance physique.
Graphique 1 : Proportion des ménages selon les mesures Graphique 2  : Proportion des ménages qui continue à
que le gouvernement doit continuer à faire appliquer pour appliquer les mesures barrières pour réduire la propagation
réduire la propagation de la Covid-19 (%) de la Covid-19 (%)

Autres
18.1
0.0 92.8
Eviter les rassemblements de plus de 50
18.9 93.1
Fermeture des frontières terrestres et fluviale
16.4
Fermeture des bar dancing, Boite 99.4
21.4
Eviter de serrer les mains
29.1 99.0
Couvre-feu à Brazzaville et Pointe-Noire
28.5
Réduction du nombre de jours des marchés/point de vente
35.9
98.4
38.6 Garder la distance physique
36.6 99.4
Limitation du nombre de place dans les transports
40.0
50.5
Limitation du nombre de personnes à 50 par rassemblement 98.9
49.7 Se laver les mains regulièrement
75.8 99.5
Distanciation physique/social
81.0
85.7
Port obligatoire et conforme du masque de protection/bavette
90.5 98.7
Porter la bavette/cache-nez/masque de protection
99.5
Se laver les mains régulièrement
90.1
91.6 85 87 89 91 93 95 97 99 101
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
novembre décembre
novembre décembre

L’apparition de la pandémie du covid-19 a créé beaucoup d’inquiétude dans les ménages. Ainsi, au
cours du mois de décembre, on enregistre une proportion de 65,7% des ménages inquiets à cause du
coronavirus. La principale raison évoquée par les ménages reste la peur de contracter le coronavirus
(68,7%).
Graphique 3  : Répartition des ménages selon leur Graphique 4  : Raisons d’inquiétude des ménages face au
inquiétude face au coronavirus coronavirus

10.0 Peur que mes enfants perdent une


1.5
année
2.2
Autres 2.9
Beaucoup
24.4
Un peu 12.0
Pas du tout Peur de ne pas pouvoir nourrir mes
12.7
enfants
65.7 68.7

0 20 40 60

P a g e 2 | 27
Avec l’apparition de la deuxième vague de contamination en Europe, 56,8% de ménages pense que
celle-ci est plus critique par rapport à la première. En revanche, 3,5% des ménages ont un avis
contraire.

Face à la progression de la pandémie de la covid-19 et de l’apparition de la deuxième vague de


contamination, la disposition légale de l’état d’urgence sanitaire a encore été prolongée pour continuer
à lutter contre la propagation de la pandémie. Interroger sur la pertinence de cette prorogation, 87,4%
des ménages que celle-ci est justifiée.
Graphique 5  : Opinion des ménages par rapport à la Graphique 6 : Opinion des ménages par rapport à la
deuxième vague de covid-19 prorogation d'état d'urgence
3.5

9.4 2.7
3.5
6.5
Rien de grave Une Bonne chose/réduction du niveau de

Autres
Le suivisme/ décision extèrieure

Moins critique par rapport à la première


56.8 30.3 Autre à préciser

Trop critique par rapport à la première

Une farce ou un jeu politique

87.4

Accès aux services de base


Au mois décembre, la pandémie de la COVID-19 continue d’impacter les conditions de vie des
ménages, notamment l’accès aux besoins essentiels ou l’accès à internet.

Santé
Courant le mois de décembre, les ménages congolais ont eu plus besoin de soins médicaux qu’au mois
de novembre. En effet, environ 47% des ménages ont été concernés en décembre 2020 contre près
de 42% en novembre. Le paludisme demeure la principale raison du besoin de soins médicaux des
ménages congolais (75,5% au mois de Décembre contre 81,1% au mois de Novembre).

Graphique 7 : Ménages ayant eu besoin de soins Graphique 8  : Raisons/motifs invitant à faire recours
médicaux au mois de Décembre 2020 (%) aux soins médicaux (%)
70
Fiévre/Paludisme
75.5
81.1
60 58.1 Mal de gorge, toux,
9.3
22.9
52.8 9.1
Tension artérielle 8.2
50 47.23 3.9
Maux d'estomac 3.6
41.9
4.2
40 Maux de dents 1.1

Problème des yeux 1.6


3.2
30 2.4
Diabète 1.5

Fiévre typhïde
2.2
20 4.5
Problème de peau 0.9
2
10 1.4
Diarrhée 1.8

0.2
Méningite 0.5
0
Novembre Décembre 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

OUI NON Novembre Décembre

P a g e 3 | 27
Au mois de décembre, environ 4,3 % des ménages ont dans leur sein un membre ayant fait le
dépistage de la Covid-19. Cette statistique est légèrement à la hausse comparativement à celle du mois
de Novembre où elle s’établissait à 4,2%. Parmi ces ménages, 4,3% ont au moins un membre testé
positifs contre 0.8% en novembre, soit une augmentation de 3,5 points. Ces membres ont tous
bénéficié d’une prise en charge totale de l’état.
En outre, 35,83% des ménages ont eu besoin des autres soins médicaux hormis ceux liés à la Covid-
19 (contre 33,8% en novembre). Par ailleurs, on observe que la plupart des ménages congolais
enquêtés (95,92% en décembre) ne sont pas couverts par une assurance maladie.

Graphique 9  : Proportion de ménages dont un membre Graphique 10  : Proportion de ménages dont un membre
s’est déjà fait dépister au COVID (%) testé positif à la COVID (%)
120
120

100 93.6 95.8


100 95.8 95.8

80
80

60 60

40 40

20 20
4.2 4.3 4.3 5.6
0.8
0 0
Novembre Décembre OUI NON N'a pas reçu le resultat

OUI NON
Novembre Décembre

Vaccination àa la Covid-19
Après le lancement d’essais vaccinaux contre la Covid-19 dans le monde, l’Organisation mondiale de la
santé (OMS) et diverses institutions travaillent aujourd’hui sur l’accessibilité des vaccins à venir. Il
ressort de cette quatrième vague des enquêtes Covid-19 (décembre 2020), que près de 74,9% des
ménages Congolais déclarent avoir entendu parler du vaccin contre la Covid-19 (contre 64,1% en
novembre). Toutefois, si un vaccin contre le coronavirus était disponible, 89,9 % des répondants
accepteraient de se faire vacciner contre 82% en novembre. Cette évolution traduirait de plus en plus
l’adhésion au futur campagneaux futures campagnes de vaccination. Concernant le montant à payer
pour se faire vacciner, la quasi-totalité des ménages déclaraient que le vaccin doit être gratuit (69,2%
contre 96,4% en novembre).
Par rapport au mois de novembre, la méfiance générale à l’égard des vaccins reste la raison la plus
évoquée par les répondants hostiles au vaccin contre la Covid-19.
Graphique 13  : Proportion de ménages ayant entendu parler Graphique 14  : Proportion de ménages susceptibles
des recherches sur un vaccin pour la prévention contre la d’accepter un vaccin approuvé (%)
Covid-19 (%) 100
89.9
90
80
82.0
74.9
80
70 64.1 70
60
60
50
50
40 35.9
40
30 25.1 30
20 18.0
20
10 10.1
10
0
Novembre Décembre 0
Novembre Décembre

OUI NON OUI NON

Graphique 15 : Proportion des ménages susceptibles de Graphique 16 : Proportion des ménages selon le
refuser le vaccin approuvé selon les raisons (%) montant à payer pour le vaccin approuvé (%)

P a g e 4 | 27
120
60

49.2 100 96.4


50
41.5
80
40 69.2
35.2
31.6
60
30

40
20 17.5 16.5 28.5

10 20
5.8
2.7 2.3 2.9 0.7 0
0 0
Méfiance à l'égard de la Méfiance générale à l'égard des Préoccupation concernant la Autres (à préciser)
Rien,le vaccin doit etre gratuit Moins de 5000 FCFA Entre 5000 et 10000 FCFA Plus de 10000 FCFA
communauté internationale vaccins sécurité

Novembre Décembre
Novembre Décembre

Graphique 13 : Proportion de ménages ayant entendu Graphique 14 : Proportion de ménages susceptibles
parler des recherches sur un vaccin pour la prévention d’accepter un vaccin approuvé (%)
contre la Covid-19 (%)
100
80
74.9 89.9
90
70 82.0
64.1 80
60
70

50 60

40 35.9 50

30
40
25.1
30
20
20 18.0
10 10.1
10
0
Novembre Décembre 0
Novembre Décembre
OUI NON
OUI NON

P a g e 5 | 27
Graphique 15  : Proportion des ménages susceptibles de Graphique 16  : Proportion des ménages
refuser le vaccin approuvé selon les raisons (%) selon le montant à payer pour le vaccin
approuvé (%)
60 120

49.2
50 100 96.4
41.5
40 80
35.2
69.2
31.6
30 60

20 17.5 16.5 40
28.5
10
5.8 20
2.7
2.3 2.9 0.7 0
0
Méfiance à l'égard de la Méfiance générale à l'égard Préoccupation concernant la Autres (à préciser) 0
communauté internationale des vaccins sécurité Rien,le vaccin doit etre Moins de 5000 FCFA Entre 5000 et 10000 Plus de 10000 FCFA
gratuit FCFA

Novembre Décembre
Novembre Décembre

Marché Marché local d’approvisionnement en médicaments et en nourriture


La difficulté d’approvisionnement en médicaments a concerné plus de ménages en décembre
(43,43% contre 39,8% en novembre) principalement à cause du manque d’argent (98,7%). Par
ailleurs, la rupture de stock ou la fermeture de point de vente n’ont pas constitué un frein à
l’approvisionnement en médicament.
Les marchés domaniaux sont restés ouverts selon une règlementation bien définit en termes de
nombre de jours d’ouverture et de fermeture. L’on observe que plus de la moitié (soit 59,7% en
décembre et 52,5% en novembre) des ménages n’ont pas pu accéder aux marchés domaniaux pour
s’approvisionner en nourriture. La raison majeure de non-accès évoqué par la plupart des ménages
concernés est le manque d’argent, soit 94,8% en décembre contre 97,8% en novembre.

Graphique 17 : Ménages ayant eu des difficultés Graphique 18  : Accessibilité au marché local pour
Pour s’approvisionner en médicaments (%) l’approvisionnement en nourritures (%)Raisons de non-
50 approvisionnement en médicaments (%)
45.1 70
45 43.4
42.3
39.8 59.7
40 60
35 52.5
50 47.3
30
40.1
25 40

20 17.9
30
15
11.5
10 20

5
10
0
OUI NON Non concernés 0.2 0.3
0
Novembre Décembre OUI NON N'a pas essayé

Novembre Décembre

P a g e 6 | 27
98.7 96.5
100
80
60
40
20
1 2.6 0.3 0.9
0
Manque Rupture de Point de vente
d'argent stock fermé

Novembre Décembre

Les marchés domaniaux sont restés ouverts selon une règlementation bien définit en termes de
nombre de jours d’ouverture et de fermeture. L’on observe que plus de la moitié (soit 59,7% en
décembre et 52,5% en novembre) des ménages n’ont pas pu accéder aux marchés domaniaux pour
s’approvisionner en nourriture. La raison majeure de non-accès évoqué par la plupart des ménages
concernés est le manque d’argent, soit 94,8% en décembre contre 97,8% en novembre.

Graphique 19  : Accessibilité au marché local Graphique 20 : Raisons de non-accès régulier au marché
pour l’approvisionnement en nourritures (%) local (%)
70 120

59.7
60 97.8
100 94.8
52.5
50 47.3
80
40.1
40
60
30

40
20

10 20

0.2 0.3 4.8


1.5 0.5 0.3
0 0
OUI NON N'a pas essayé Manque d'argent Manque de transport Marchés fermés
Novembre Décembre Novembre Décembre

Education

Depuis fin septembre 2020, le gouvernement avait pris les mesures appropriées pour la réouverture
des écoles le 12 octobre 2020. Au mois de décembre, 82,9 % des ménages ont déclaré avoir scolarisé
leurs enfants, proportion légèrement en augmentation par rapport au mois de novembre (81,8%).
Parmi ces ménages ayant des enfants scolarisés, 57,6% ont éprouvé des difficultés pour payer les frais
de scolarité de leurs enfants du mois de novembre contre 34,1% le mois précédent.

Graphique 21  : Répartition des ménages ayant des Graphique 22  : Répartition des ménages ayant
enfants inscrits pour l'année scolaire ou académique éprouvé des difficultés à payer les frais de scolarité de
2020/2021 (%) leurs enfants (%)

P a g e 7 | 27
90 70
82.9 65.9
81.8
80
60 57.6
70
50
60
42.4
50 40
34.1
40 30

30
20
20 18.2 17.1

10
10

0 0
Novembre Décembre Novembre Décembre

OUI,scolarisé et fréquente l'école Non OUI NON

P a g e 8 | 27
Services financiers

Comparativement au mois de novembre, la proportion des ménages ayant eu besoin d’utiliser les
services financiers a augmenté d’environ 6,3 points, pour se situer à 43,3% au mois de décembre.
Parmi les services sollicités par les ménages, le retrait d’argent demeure la principale raison du recours
à un établissement financier.
Graphique 23 : Ménages ayant eu besoin d'aller à un Graphique 24 : Raisons de recours à un établissement
établissement financier le mois passé (%) financier (%)
70
89.3
63.0 Retirer de l'argent
91.6
60 56.7 59.8
Faire un transfert/virement
42.6
50 3.8
43.3 Payer une facture
4.8
40 37.0 2
Approvisionner mon compte
1.4
30 1.2
Consulter son compte
1.4
0.3
20 Demander un credit

0.3
10 Ouvrir un compte

0.2
Rembourser un crédit
0 0.4
Novembre Décembre
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

OUI NON
Novembe Décembre

Graphique 23 : Ménages ayant eu besoin d'aller à Graphique 24 : Raisons de recours à un établissement


un établissement financier le mois passé (%) financier (%)
70 89.3
Retirer de l'argent
63.0 91.6
60 56.7 59.8
Faire un transfert/virement
42.6
50 3.8
Payer une facture
43.3 4.8
2
40 37.0 Approvisionner mon compte
1.4
1.2
30 Consulter son compte
1.4
0.3
20 Demander un credit

0.3
Ouvrir un compte
10
0.2
Rembourser un crédit
0 0.4
Novembre Décembre
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

OUI NON
Novembe Décembre

Emploi et revenus
Emploi
La situation de l’emploi au mois de décembre est analysée au niveau du chef de ménage et au niveau
des membres du ménage. Ainsi, 68,8% des chefs de ménages ont déclaré avoir effectué un emploi
rémunéré au cours des deux dernières semaines du mois de décembre (68,2% le mois précédent).
Plusieurs raisons expliquent le manque d’emploi des 31,2% de chefs de ménages, notamment l’arrêt
d’activités suite à la covid-19 (19,5%) et la réduction du personnel (16,5%). Parmi les chefs de
ménages ayant exercé leurs activités pendant cette période, 71,1% travaillent pour leur compte propre
et 16,2% pour le privé.
S’agissant des membres du ménage, 68,9% d’entre eux ont déclaré avoir effectué un emploi rémunéré
au cours des deux dernières semaines du mois de décembre (67,5% le mois précédent).
Graphique 25 : Proportion des chefs des ménages Graphique 26 : Raisons pour lesquelles les chefs de
ayant effectué un emploi au cours des 2 dernières Ménage n’ont pas travaillé au cours des 2 dernières
P a g e 9 | 27
semaines du mois de semaines
80
Retraité
17.7
68.8 30.9
70 68.2
Activité à l'arrêt non lié à la covid
17.3
19.5
Reduction du personnel
14.3
60 16.5
Maladie non liée à la covid
6.2
11.4
50 Autre lié à la covid
4.4
7.8
Activité à l'arrêt non lié à la covid
2.7
40 4.7
Reduction du personnel
1.8
31.8 31.2 3.5
30 Travail saisonnier
1.8
3.4
Autre non lié à la covid
32.2
1.2
20 0.7
Contamination à la covid

Congé non lié à la covid


0.7
10 0.9
En charge de proches 0.3
0.3
0 0 5 10 15 20 25 30 35
novembre décembre

Oui Non novembre décembre

Graphique 25 : Proportion des chefs des ménages Graphique 26 : Raisons pour lesquelles les chefs de
ayant effectué un emploi au cours des 2 dernières Ménage n’ont pas travaillé au cours des 2 dernières
semaines du mois de semaines
80
Retraité
17.7
68.8 30.9
70 68.2
Activité à l'arrêt non lié à la covid
17.3
19.5
Reduction du personnel
14.3
60 16.5
Maladie non liée à la covid
6.2
11.4
50 Autre lié à la covid
4.4
7.8
Activité à l'arrêt non lié à la covid
2.7
40 4.7
Reduction du personnel
1.8
31.8 31.2 3.5
30 Travail saisonnier
1.8
3.4
Autre non lié à la covid
32.2
1.2
20 0.7
Contamination à la covid

Congé non lié à la covid


0.7
10 0.9
En charge de proches 0.3
0.3
0 0 5 10 15 20 25 30 35
novembre décembre

Oui Non novembre décembre

P a g e 10 | 27
Graphique 27 : Proportion des chefs de ménages qui Graphique 28 : Proportion des chefs de ménage
ont pu se rendre sur le lieu de travail comme selon la catégorie socioprofessionnelle
d'habitude pour leur emploi salarié ou stage
Autres 0.7

Apprenti/Stage 2.9
32.2

Employeur 2.9
Oui
Non
N.A

59.0 Salarié public 6.1

8.8 Salarié privé 16.2

Travailleur pour son propre compte 71.1

Graphique 29 : Proportion des membres de ménage 0 10 20 30 40 50 60 70 80

ayant effectué un emploi au cours des 2 dernières


semaines
80

68.9 67.5
70

60

50

40
31.1 32.5
Revenus
30

20

10

0
novembre décembre

Oui Non

Au mois de décembre, la proportion des ménages ayant reçu le transfert du gouvernement (allocation
covid-19, etc.) a doublé, passant de 5,3% au mois novembre à 10,6%. Les transferts provenant des
autres sources ont également augmenté.

La fréquence de réception de transfert a encore baisséest quasi stable pour la majorité de ménages
(66,1%). et tTrès peu de ménages ont reçu une assistance financière plus importante en xx a
augmentée au mois de décembre par rapport au mois deà novembre, soit 5,1% contre 0,9% le mois
précédent.
Graphique 30 : Proportion des ménages ayant reçu Graphique 31 : Proportion des ménages selon la fréquence
un transfert selon la source de réception des transferts à remplacer et à commenter
35
0.2 novembre décembre 31.55 Novembre Décembre
Entreprise 30 29.4
0.5

25
0.3
Autre organisme
0.9 20

1.1 15
Bienfateur/politicien
2.8
10

1.6
ONG 5
2.57
1.4 1 0.5 0.26
0
Moins fréquemment Meme rythme Plus fréqemment
5.3
Gouvernement
10.6

0 2 4 6 8 10 12

Graphique 32 : Proportion des chefs des ménages ayant Graphique 33 : Proportion des chefs des ménages selon
reçu une assistance financière de ses proches ou amis (%) le rythme de réception des transferts des parents ou amis
(%)

P a g e 11 | 27
90 70 66.1
65.4
78.8
80 novembre décembre
74.4 60
Oui70 Non
50
60

50 40
33.7
40 30 28.7

30 25.6
21.2 20
20
10
10 5.1
0.9
0 0
novembre décembre Augmenté Stable Baiseé

Graphique 30 : Proportion des ménages ayant reçu Graphique 31 : Proportion des ménages selon la
un transfert selon la source fréquence de réception des transferts à remplacer et à
0.2
commenter
Entreprise 35
0.5 31.55
30 29.4
0.3
Autre organisme
0.9 25

1.1 20
Bienfateur/politicien
2.8
15
1.6
ONG
1.4 10

5.3 5
Gouvernement 2.57
10.6
1 0.5 0.26
0 2 4 6 8 10 12 0
Moins fréquemment Meme rythme Plus fréqemment

novembre décembre Novembre Décembre

P a g e 12 | 27
Graphique 32 : Proportion des chefs des ménages Graphique 33  :  Proportion des chefs des ménages
ayant reçu une assistance financière de ses proches selon le rythme de réception des transferts des parents
ou amis (%) ou amis (%)
90 70
65.4 66.1
78.8
80
74.4 60
70
50
60

50 40
33.7
40 28.7
30
30 25.6
21.2 20
20

10 10
5.1
0 0.9
novembre décembre 0
Augmenté novembre Stable décembre Baiseé
Oui Non

Entreprise familiale

Les ménages développent une entreprise familiale dans divers secteurs pour disposer de plusieurs
sources de revenus. Celle-ci peut être petit ou très petite. Au mois de décembre, 7% des ménages
ont déclaré posséder une entreprise familiale. Parmi ces ménages possédant une entreprise familiale,
on note 61,8% des ménages qui s’exercent dans le secteur Agricole (agriculture, pêche, élevage, etc.)
et 30,9% dans le commerce ou la vente. Par contre, une très faible proportion des ménages exerce
dans le secteur de la transformation ou de la fabrication (7,3%).
Graphique 34  :  Proportion des ménages ayant Graphique 35 : Proportion des ménages ayant une
une entreprise familiale (%) entreprise familiale  par secteur d’activité (%)

Transformation/fabrication 7.3

7%

Oui Non
Commerce/vente 30.9

93%
Agriculture( agriculture, pêche, élévage, syviculture,psiculture) 61.8

0 10 20 30 40 50 60 70

S’agissant de l’évolution du revenu issu des entreprises familiales, au mois de décembre 52,6% des
ménages ont déclaré que le revenu issu de leur entreprise familiale était identique malgré la pandémie
à coronavirus, 40,2% de ménage ont vu leur revenu inférieur que d’habitude, ceux pour plus des
raisons liées à la réduction du personnelle (42,7%) et au travail saisonnier (17,3). Cependant, 7,2%
des ménages ont connu une augmentation de leur revenu.

En décembre, 71,4% des ménages ont déclaré avoir pu mener les activités agricoles ou d'élevage
normalement depuis le mois dernier, par contre 28,6% n’ont pas déclaré avoir pu mener les activités
agricoles ou d'élevage normalement.

P a g e 13 | 27
Graphique 36 : Proportion des ménages selon Graphique 37 : Proportion des ménages ayant une entreprise
l’évolution du revenu de l'entreprise familial par familiale par secteur d’activité (%)
rapport au mois de septembre (%) Reduction du personnel/manque… 0.6
60

52.6 En charge des proches malades 1.7

50 Maladie non lié à la covid 1.9

40.2 Activité à l'arrêt non lié au covid-19 2.8


40
Contamination à la covid 5.9

30 Autre non lié à la covid-19 6.5

Autre lié à la covid-19 8.7


20
Activité à l'arrêt lié au covid-19 12.0

10 7.2 Travail saisonnier 17.3

Reduction du personnel/manque… 42.7


0
Plus élevé que d'habitude Inférieure que d'habitude Identique 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45

Graphique 38  :  Proportion des ménages qui ont


pu mener les activités agricoles ou d'élevage
normalement depuis le mois dernier (%)

28.6

71.4

Autres impacts Oui Non

Capacités à satisfaire les besoins en loyer et charges connexesessentiels

Au mois de décembre, la réduction de la capacité à payer le loyer par le ménage a relativement


baissé, passant de 65,9% en novembre à 57,3% le mois suivant. Concernant les charges connexes
liées au loyer, 53,7% des ménages ont été très fortement affectés par la crise sanitaire en termes
d’accessibilité à l’eau potable et à l’électricité au mois de décembre (contre 50,7% au mois de
décembreen novembre).

Même si l’on observe une légère amélioration en termes de la satisfaction des besoins alimentaires, il
ressort qu’environ 45,9% des ménages au mois de décembre déclarent que la Covid-19 a très
fortement réduit leur capacité à satisfaire ce besoin essentiel alors que 40% ont constaté un impact
modéré. Au mois de de novembre, ils étaient 45,5% à avoir déclaré que la Covid-19 avait très
fortement réduit leur capacité à satisfaire ce besoin essentiel.
De même, près de 3 ménages sur 10 déclarent qu’ils ont pu modérément satisfaire leurs besoins en
termes de santé.

P a g e 14 | 27
Graphique 39  : Proportion des ménages selon la capacite à faire face aux besoins essentiels
(a) Loyer (b) Électricité et eau (c) Alimentation (d) Santé
53.7 45.5 39.9
65.9 45.9
Très fortement 50.7 38.9
57.3
27.6 38.3 26.3
17.7 29.8
Modérement 40.0 32.8
24.4
9.6
14.2 28.0
11.0
Aucun 12.6 11.2
11.0 19.9

8.9 2.0 5.1


4.9 6.6
Faiblement 2.8 8.2
6.9

0.3
0.6 0.0 0.8
Trop tôt pour le dire 0.3 0.1 0.2
0.4
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 50.0 60.0
0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 50.0 60.0 70.0 0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 25.0 30.0 35.0 40.0 45.0 50.0 0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 25.0 30.0 35.0 40.0 45.0

Novembre Décembre Novembre Décembre


Novembre Décembre Novembre Décembre

Graphique 39 : Proportion des ménages selon Graphique 40 : Proportion des ménages selon
l’impact sur la réduction de la capacité à payer le l’impact sur la capacité à satisfaire les besoins
loyer essentiels en termes d’eau et d’électricité (%)
65.9 53.7
Très fortement 50.7
57.3

17.7 27.6
Modérement 29.8
24.4

11.0 9.6
Aucun 12.6
11.0

4.9 8.9
Faiblement 6.6
6.9

0.6 0.3
Trop tôt pour le dire 0.3
0.4

0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 50.0 60.0 70.0 0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 50.0 60.0

Novembre Décembre Novembre Décembre

Capacités à satisfaire les besoins en alimentation et en santé


Graphique 41 : Proportion des ménages selon Graphique 42  : Proportion des ménages selon
l’impact sur la capacité à satisfaire les besoins l’impact sur la capacité à satisfaire les besoins
essentiels en termes d’alimentation (%) essentiels en termes de santé (%)
45.5
45.9 39.9
38.9

38.3 26.3
40.0 32.8

28.0
14.2 19.9
11.2
5.1
8.2
2.0
0.8
2.8 0.2
0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 25.0 30.0 35.0 40.0 45.0
0.0
0.1

0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 25.0 30.0 35.0 40.0 45.0 50.0

Novembre Décembre
Novembre Décembre

Difficultés de paiement de certains services


Courant le mois de Décembre un peu plus de 2 ménages sur 3 (soit 66,4%) ont déclaré avoir
fortement des difficultés à épargner depuis la déclaration de l’état d’urgence due à la Covid-19. De

P a g e 15 | 27
même, 6 ménages sur 10 ont affirmé que la Covid-19 a fortement engendré les difficultés de
paiements de certains services.
Graphique 43 : Proportion des ménages ayant des Graphique 44 : Proportion des ménages ayant des
difficultés à épargner suite à la Covid-19 (%) difficultés de s’offrir les biens durables (%)

70 66.4 70
65.6 64.1
60.1
60 Novembre Décembre 60
Novembre Décembre

50 50

40 40

30 30 27.1
25.4
20.5 21.5
20 20 18.5
14

10 8.2 8.8
10

0 0
Fortement Modérement Pas du tout Fortement Modéreme nt Pas du tout

Accès et prix des denrées alimentaires

Disponibilité et accès aux denrées alimentaires


En décembre, la proportion des ménages n’ayant pas acheté certains aliments pour rupture de stock
a été à la baisse. Il s’agit surtout du poisson fumé (2,2%) contre 5,6% au mois de novembre, de la
viande de bœuf (1,5%) contre 4,6% en novembre, de la farine de manioc 2% contre 3,6% et l’huile
de palme 1% contre 3,2% en novembre.

Aussi bien que le mois de novembre, les marchés au mois de décembre n’ont pas connus la rupture
en denrées alimentaire de base. Cependant, la tendance est à la baisse par rapport au mois de
novembre pour la plupart des ménages déclarant avoir acheté un produit pour stocker. Toutefois, il
sied de noter une légère augmentation (9%) des ménages qui ont stockés la farine de manioc au mois
de décembre contre 20,2% en novembre, aussi l’huile végétale (20,1%) contre 19,1% en
novembre.

La disponibilité des denrées alimentaires a permis aux ménages de consommer sans rupture. Ainsi, les
produits alimentaires les plus consommés au mois de décembre par les ménages sont : le pain dont
plus de 97,4% des ménages ont déclaré l’avoir consommé, la farine de manioc 95,6%, l’huile végétale
95,3%, légumes 94,3, le manioc 94,4%, du sucre 90,02%. Cependant, un peu moins de ménages ont
consommés la viande de bœuf (43,5%).
Graphique 45 : Proportion des ménages n’ayant pas Graphique 46 : Proportion des ménages ayant acheté un
Sucrepour stocker (%) 21.8
acheté un produit pour rupture de stock (%) produit 15.6
Lait 23.3
1.2
16.1 21.8
Haricots 2.5 Huile de palme
Sucre 8.9 15.6
Saka-saka 2.9
3.3 Lait
7.6 16.1
23.3
2.7 Huile végétale 8.9 19.6
Poisson chinchard 2.5 Huile de palme 7.6 20.1
Poisson fumé 2.2
5.6
Saka-saka Huile végétale 8.6 19.6
20.1
2.4 4 8.6
Légumes 2.2
Légumes
Saka-saka
5.1 4
Farine de manioc 2
3.6 2.8
Légumes 2.8
5.1
Manioc 1.6 Haricots 4.3
Haricots3.9 4.3
1.6 3.9
4.6 3.2 3.2
Viande de bœuf 1.5
2.8
Viande de bœuf Viande de bœuf
3.9 3.9
Cuisse de poulet Cuisse de poulet 13.8
1.3 9.3 13.8
Lait 1.3 Cuisse de poulet Poisson fumé 9.3 7.2 9.8
1.1
3
Poisson fumé 5.89.8
Huile de palme 0.5
1.5
Poisson chinchard
7.2 5
Riz 1 Poisson chinchard Pain 5.822
Huile végétale 3.2 Manioc
5 9.7
1 8.4
0.5 Pain 2 23.6
Pain 0.3 2 Riz 18.1
Sucre 0.1
2.2
Manioc Farine de manioc 9.7 20.2
28.3
8.4
Novembre Décembre
Riz
Novembre 23.6
Décembre
18.1
Farine de manioc 20.2
28.3
0 5 10 15P a g e20 16 | 27
25 30

Novembre Décembre
P a g e 17 | 27
Graphique 47 : Proportion des ménages ayant consommé un produit (%)

Farine de manioc 97.4 97.7


Huile végétale 98.4 96.7
Légumes 96.2 96.3
Riz 97.6 96.1
Lait 91.1 96.1
Saka-saka 95.7 95.5
Cuisse de poulet 96.1 94.8
Pain 97.1 94.7
Manioc 96.1 93.6
Sucre 93.6 93.1
Haricots 85.4 90
Poisson chinchard 88.9 85.2
Poisson fumé 84.3 84.2
Huile de palme 86.5 75.4
Viande de bœuf 57.6 51.8
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Décembre Novembre

Evolution des prix des produits alimentaires consommés par le ménage

En décembre, la plupart des ménages ont réaffirmé la stabilité des prix des produits alimentaires
outre la viande de bœuf qui reste vendu un peu plus cher pour 66,5% des ménages. Cette situation
s’observe aussi pour les produits tels que le poisson fumé (42,3%), chinchard (61,1%). Cependant, les
produits vendus dans le quartier sont restés disponibles comme au mois de novembre pour
l’ensemble des ménages (voir graphique 49).
Graphique 48 : Proportion des ménages selon l’évolution des prix des produits
(a) Mois de Novembre (b) Mois de Décembre

sucre 1 93.1 5.8 Sucre0.7 91.3 8.0


lait 2.9 89.7 7.2 Lait2.2 89.2 8.6
huile de palme 5.3 81 13.6 Huile de palme 7.6 84.5 7.9
huile végétale 12.3 82.3 5.3 Huile végétale 15.3 81.7 3.0
saka-saka 3.8 66 30.1 Saka-saka 3.5 58.5 38.0
légumes 1.7 68.3 29.9 Légumes1.5 62.1 36.4
haricots 24.2 73.98 1.7 Haricots 34.6 63.2 2.2
viande de bœuf 55.3 42.7 1.8 Viande de bœuf 66.5 31.2 2.2
cuisse de poulet 5.3 82.4 12.2 Cuisse de poulet 3.7 81.3 15.0
poisson fumé 39.4 61.4 Poisson fumé 42.3 56.2 1.4
poisson chinchard 30.9 67.3 1.7 Poisson chinchard 37.4 61.2 1.4
pain 0 89.2 10.7 Pain0.6 80.0 19.3
manioc 4.1 79 16.7 Manioc 4.5 74.8 20.7
riz 7.1 85 7.8 Riz 10.9 80.9 8.2
farine de manioc 15.2 76.4 8.3 Farine de manioc 15.5 73.2 11.2
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 0.0 10.0 20.0 30.0 40.0 50.0 60.0 70.0 80.0 90.0 100.0

plus cher même prix moins cher Plus Cher Le même Moins cher

P a g e 18 | 27
Graphique 48 : Proportion des ménages selon l’évolution des prix des produits

Mois de Novembre Mois de Décembre

sucre 1 93.1 5.8 Sucre0.7 91.3 8.0

lait 2.9 89.7 7.2 Lait 2.2 89.2 8.6

huile de palme 5.3 81 13.6 Huile de palme 7.6 84.5 7.9


Huile végétale 15.3 81.7 3.0
huile végétale 12.3 82.3 5.3
saka-saka 3.8 66 30.1 Saka-saka 3.5 58.5 38.0

légumes 1.7 68.3 29.9 Légumes1.5 62.1 36.4

24.2 73.98 1.7 Haricots 34.6 63.2 2.2


haricots
55.3 42.7 1.8 Viande de bœuf 66.5 31.2 2.2
viande de bœuf
cuisse de poulet 5.3 82.4 12.2 Cuisse de poulet 3.7 81.3 15.0

39.4 61.4 2.1 Poisson fumé 42.3 56.2 1.4


poisson fumé
30.9 67.3 1.7 Poisson chinchard 37.4 61.2 1.4
poisson chinchard
pain 0 89.2 10.7 Pain0.6 80.0 19.3

manioc 4.1 79 16.7 Manioc 4.5 74.8 20.7


Riz 10.9 80.9 8.2
riz 7.1 85 7.8
15.2 76.4 8.3 Farine de manioc 15.5 73.2 11.2
farine de manioc
0 20 40 60 80 100 120 0.0 20.0 40.0 60.0 80.0 100.0 120.0

plus cher même prix moins cher Plus Cher Le même Moins cher

Graphique 49 : Proportion des ménages selon les produits

Actuellement vendu dans le quartier (%)

Lait 100 99.4


Pain 100 100
Sucre 100 100
Huile de palme 99.9 99.7
Riz 99.7 99.6
Huile végétale 99.6 99.8
Cuisse de poulet 99.8 99.7
Farine de manioc 99.7 99.1
Manioc 99.8 99.7
Poisson chinchard 99.2 99.1
Poisson fumé 99.3 99
Viande de bœuf 98.6 96.7
Légumes 98.3 98.8
Saka-saka 98.1 98.5
Haricots 97.5 99.2
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Décembre Novembre

Insécurité alimentaire vécue


La fréquence de consommation de repas journalier dans les ménages au mois de Décembre à connue
une baisse de 5% pour les ménages consommant un (1) repas par rapport au mois de Novembre,
cette tendance est observée aussi pour les ménages consommant plus de trois repas (0,3%).
Cependant, un peu plus de 4% des ménages ont augmentés leur consommation de deux (2) repas par
jour, cela s’observe aussi pour des ménages consommant trois repas par jours.

P a g e 19 | 27
S’agissant des pratiques face à l’insécurité alimentaire, en décembre les tendances sont plus
baissières sur l’ensemble des pratiques adoptés par les ménages. En effet, 43,5% des ménages ont
déclaré avoir eu faim mais n’ont pas mangé par manque d’argent. En outre, 25% des ménages ont
déclaré avoir passé une journée sans manger par manque d’argent.
Graphique 50  : Proportion des ménages selon le Graphique 51  : Proportion des ménages ayant des difficultés
nombre de repas pris par jour (%) de s’offrir les biens durables (%)
70
62.3
57.9

Novembre Décembre Ménages ayant eu faim mais n'a pas mangé parce qu’il n’y avait pas 83.4
60 assez d’argent 43.5

Ménages ayant plus/a manqué de nourriture parce qu’il n’y avait pas 81
50 assez d’argent
68.3
Ménages n’ayant pas pu manger une nourriture saine et nutritive par
83.6
35.2

40
manque d'argent 74.8
30.3

30 Ménages inquiets de ne pas avoir suffisamment de nourriture par 92.3


manque d'argent 78.7

20 Ménages ayant mangé une nourriture peu variée par manque


d'argent 78.8
10
6.2

Ménages dont les membres ont mangé moins (en quantité) que 85.1
7

d’habitude 80.3
0.5

0.2

0 ménages dont les membres ayant passé toute une journée sans 39.3
Un (1) repas Deux (2) repas Trois (3) repas Plus de trois repas manger par manque 25
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Novembre Décembre

Graphique 50  : Proportion des ménages selon Graphique 51  : Proportion des ménages ayant des
le nombre de repas pris par jour (%) difficultés de s’offrir les biens durables (%)

70
Ménages ayant eu faim mais n'a pas mangé parce qu’il n’y avait pas assez d’argent 83.4
43.5
62.3
57.9

60
Ménages ayant plus/a manqué de nourriture parce qu’il n’y avait pas assez d’argent 81
68.3
50
83.6
Ménages n’ayant pas pu manger une nourriture saine et nutritive par manque d'argent
40 74.8
35.2

92.3
30.3

30 Ménages inquiets de ne pas avoir suffisamment de nourriture par manque d'argent 78.7

20 Ménages ayant mangé une nourriture peu variée par manque d'argent 78.8

10 Ménages dont les membres ont mangé moins (en quantité) que d’habitude 85.1
6.2
7

80.3
0.5

0.2

0
Un (1) repas Deux (2) repas Trois (3) repas Plus de trois repas ménages dont les membres ayant passé toute une journée sans manger par manque 39.3
25

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100

Novembre Décembre Novembre Décembre

P a g e 20 | 27
Évaluation de l’échelle de mesure de l’insécurité alimentaire
vécue
L’insécurité alimentaire vécue est estimée dans la population de la République du Congo en appliquant
la méthodologie FIES (Food Insecurity Experience Scale, échelle de mesure de l'insécurité alimentaire
vécue en français). L'analyse des données de la FIES utilisant les méthodes développées par la FAO
permet d’estimer la proportion de la population confrontée à l'insécurité alimentaire à différents
niveaux de gravité comparable au niveau international. Le module d'enquête FIES inclus dans cette
enquête est composé de 8 questions sur l'accès à la nourriture posées en référence aux 30 jours
précédents afin d'évaluer l'insécurité alimentaire la plus récente. Les trois dernières questions
collectent également des informations sur la fréquence d'occurrence des expériences, afin de
discriminer davantage au sein de la classe d'insécurité alimentaire grave.

Grâce à une application du modèle de mesure de Rasch 1, les données FIES sont utilisées pour obtenir -
pour chaque répondant inclus dans l'échantillon - une mesure de l'incapacité d'accéder à la nourriture
sur une échelle quantitative de gravité et une évaluation de l'incertitude résiduelle associée (par
exemple, « mesure Erreur »). Des mesures au niveau des répondants sont ensuite utilisées pour
estimer les taux de prévalence de l'insécurité alimentaire à différents niveaux de gravité. Les
informations collectées et les seuils ODD peuvent être utilisés pour produire les deux indicateurs
suivants :

1. « Prévalence de l'insécurité alimentaire récente modérée ou grave (RFImod + sev) dans la


population, sur la base de l'échelle de l'insécurité alimentaire vécue »
2. « Prévalence de l'insécurité alimentaire récente grave (RFIsev) dans la population, sur la base
de l'échelle de l'insécurité alimentaire vécue »

Le pourcentage de personnes au Congo en situation d'insécurité alimentaire récente selon les seuils
ODD et la classification HHS au mois de décembre 20201, sur la base des données collectées avec le
module d'enquête FIES, sont reportés dans le tableau ci-dessous. Il en ressort qu’au mois de
décembre, 34,4% des ménages sont en insécurité alimentaire récente grave.

Table 1: Pourcentage de personnes touchées par l'insécurité alimentaire récente et la faim


au Congo en janvier 2021, avec des marges d'erreur correspondantes au niveau
national et par province
Seuils ODD Seuils HHS
Insécurité Insécurité
alimentaire alimentaire Faim
Faim
  récente modérée récente   modérée ou
grave
ou grave grave grave
(RFImod+sev) (RFIsev)
Congo : décembre 84,5 (±3,6) 34,4 (±5,1) 46,7 (±5,3) 5,5 (±2,3)
 
20201
Rural 80,6 (±9,1) 32,4 (±7,8)   44,1 (±8,2) 3,0 (±2,0)
Urbain 85,4 (±3,9) 34,8 (±6,1) 47,3 (±6,2) 6,1 (±2,8)

1
http://www.fao.org/3/a-i3946e.pdf
P a g e 21 | 27
P a g e 22 | 27
Annexes

Annexe 1 : Méthodologie de l’enquête

La base disponible à l’INS contenant les informations sur les coordonnées téléphoniques des ménages
est celle issue de l’enquête sur l’impact de la téléphonie mobile sur les conditions de vie des ménages
(EITMC), réalisée en 2014. Cette base a été utilisée pour tirer l’échantillon des ménages à enquêter.

Toutefois, cette base a été actualisée en raison de la mobilité et de changement de numéros de


téléphones en vue de la mise à jour des contacts des ménages. Le choix d’utiliser la base issue de
l’EITMC-2014 découle, entre autres, du contexte particulier de la pandémie de la COVID-19 qui exige le
respect de la distanciation sociale, des restrictions de contacts interpersonnels et par conséquent
l’utilisation d’une approche à distance privilégiant des entretiens téléphoniques.

En vue d’évaluer l’impact socio-économique de la crise sanitaire de la COVID-19 au Congo sur les
conditions de vie des populations, une enquête par sondage, administrée par téléphone auprès d’un
panel de 1 500 ménages représentatifs de la population congolaise au niveau national a été organisée
par l’Institut National de la Statistique. Cet échantillon est un sous échantillon issu des ménages
enquêtés lors de l’enquête sur l’impact de la téléphonie mobile sur les conditions de vie des ménages
(EITMC). Celui-ci tient en compte de la structure de la population par département de la cartographie
du 5ème recensement général de la population et de l’habitation (RGPH-5).

Le nombre de répondant à la quatrième vague de l’enquête, menée du 19 décembre 2020 au 08


janvier 2021, était de 1 415 ménages, soit un taux de réponse de 94,3%. L’échantillon permet de
décliner des résultats statistiquement significatifs au niveau national.

Annexe 2 : Quelques indicateurs

Tableau A.1 : Démographie du ménage

Indicateur Valeur
Taille moyenne de ménages 6
Age moyen du chef de ménage 43
Proportion des enfants de moins de 15 ans (%) 42,8
Proportion des personnes de 65 ans ou plus (%) 10,7
Pourcentage des hommes chefs de ménage (%) 71,8
Pourcentage des femmes chefs de ménage (%) 28,2
Pourcentage de ménages d’une personne 4,1
Pourcentage de ménages de 2 à 3 personnes 15,3
Pourcentage de ménages de 4 à 6 personnes 30,6
Pourcentage de ménages de 7 personnes et plus 50
Proportion des femmes dans l’échantillon

P a g e 23 | 27
Tableau A.2 : Principaux indicateurs de décembre 2020
N° Indicateurs Nnovembre Ddécembre
Accès à l'internet (mobile) à domicile
1 Pourcentage de ménages ayant accès à l'internet à partir de la maison 28,8% 30,3%
Connaissances et comportements relatives à la diffusion du COVID-19
Pourcentage de ménages connaissant la mesure de protection : (A) se laver les
2 90,1% 91,6%
mains
Pourcentage de ménages connaissant la mesure de protection : (D) Utilisation des
3 85,7% 90,5%
masques / Gants
Pourcentage de ménages connaissant la mesure de protection : (G) Garder
4 75,8% 81%
suffisamment de distance lors d'un face à face
Pourcentage de ménages ayant évité de serrer la main ou d'autres gestes de
5 99,4% 99%
salutations basées sur le contact physique (B)
Pourcentage de ménages ayant évité les rassemblements de plus de 50 personnes
6 tels que les réunions familiales, les fêtes, les cérémonies religieuses ou 92,8% 93,1%
enterrements. (C)
Accès aux besoins essentiels
Accès au marché
Pourcentage de ménages n’ayant pas eu accès au marché local au cours des deux
8 97,8%  94,8%
dernières semaines par manque d’argent
Accès à la santé
Pourcentage de ménages n’ayant pas pu acheter des médicaments à cause de la
9  1,0% 2,6%
rupture de stock
10 Proportion de ménages couverts par une assurance maladie (%)  3,7% 4,1%
11 Pourcentage de ménages susceptible d’accepter un vaccin approuvé de la covid-19 82%  89,9%
Pourcentage de ménages ayant eu accès à un traitement médical après été testé
12 0,9%  4,3%
positif à la Covid-19
Accès à l'éducation
Pourcentage de ménages ayant des enfants (âgés de 3 ans et plus) scolarisés pour
13 81,8%  82,9%
l'année scolaire/ académique 2020/2021
Opinion des ménages selon le respect de la distanciation sociale dans les écoles que
14 83,3%  18,1%
fréquente les enfants
Services financiers
Pourcentage de ménages ayant eu besoin d'aller à une banque, une société de
19 37,0%  43,3%
microfinance, un bureau de transfert d'argent, un distributeur automatique
20 Pourcentage de ménages ayant pu réaliser une opération financière souhaité 98,8%  99,1%
21 Pourcentage de ménages ayant eu des problèmes pour rembourser un emprunt 36,3%  44,2%
22 Pourcentage de ménages ayant eu des problèmes pour payer le loyer  44,5%
23  
Emploi et Revenu
Emploi
Pourcentage de ménages dont le CM a effectué un travail rémunéré, une activité
24 commerciale, agricole génératrice de revenus, ne serait-ce que pour une heure au  68,3% 68,8%
cours des 2 dernières semaine
Pourcentage de ménages dont le CM est resté sans travail au cours des 2 derniers
25  26,9% 19,5%
semaines pour fermeture de l'activité (temporairement)
Pourcentage de ménages dont le CM est resté sans travail au cours des 2 derniers
26 23,5%  16,5%
semaines pour réduction du personnel à cause de la Covid-19
Autre impact
Pourcentage de ménages dont le covid-19 a impacté très fortement sur le payement 65,9% 57,3%
28
du loyer
Pourcentage de ménages dont le covid-19 a impacté modérément sur le payement
29 27,6% 29,8%
des factures d’eau et d’électricité
Pourcentage de ménages dont le covid-19 a impacté très fortement sur la capacité à
30 45,5% 45,9%
faire face aux dépenses d’alimentation
Pourcentage de ménages dont le covid-19 a impacté très fortement sur la capacité à
26,3%% 32,8%
faire face aux dépenses de santé
Entreprise non agricole du ménage
Pourcentage de ménages ayant exploité une entreprise familiale depuis le début de
31 7%
l'année  

P a g e 24 | 27
32 28,6%
Proportion des ménages qui ont pu mener les activités agricoles ou d'élevage  
normalement depuis le mois dernier
Revenu
33 Pourcentage des ménages ayant reçu une assistance financière  21,2% 25,6%
34 Pourcentage des ménages ayant reçu un transfert de la part du gouvernement  5,3% 10,6%
35 Pourcentage des ménages ayant reçu un transfert de la part des ONG  1,6% 1,4%
 Pratique face à l’insécurité 
 36 Ménages inquiets de ne pas avoir suffisamment de nourriture 92,3% 78,7%
Ménages dont les membres ont mangé moins (en quantité) que d’habitude à cause
85,1% 80,3%
37 d’un manque d’argent ou d’autres ressources
Ménages n’ayant pas pu manger une nourriture saine et nutritive par manque
83,6% 74,8%
38 d’argent ou d’autres ressources
39 Ménages ayant eu faim mais n'a pas mangé parce qu’il n’y avait pas assez d’argent 83,4% 43,5%
Ménages qui n’avaient plus ou a manqué de nourriture parce qu’il n’y avait pas
81,0% 68,3%
40 assez d’argent ou d’autres ressources
Ménages dont les membres ayant passé toute une journée sans manger par manque
39,3% 25%
41 d’argent ou d’autres ressources
 42 Ménages ayant mangé une nourriture peu variée par manque d'argent 78,8%
 Repas pris
43 Un (1) repas 35,2% 30,3%
44 Deux (2) repas 57,9% 62,3%
45 Trois (3) repas 6,2% 7%
46 Plus de trois repas 0,5% 0,2%

Annexe 3 : Equipe technique et d’appui

Equipe INS et PSTAT

N° Noms et prénoms Fonction


Equipe INS et PSTAT
1 BATSANGA Gabriel Superviseur générale
2 POUMBOU Fréderic Coordonnateur
3 YOKA IKOMBO Johs Stephen Coordonnateur adjoint/Analyste
4 IBEMBA Gabin Membre
5 OUADIKA Aimé Severin Blanchard Membre
6 GNALABEKA PERDIA Amzy Membre
7 NGONDJI OMEKA Anasthase Séverin Valence Membre /Analyste
8 BOULA ALANY Trésor Membre
9 EWANGA Anick Parfait Membre /Informaticien
10 OSSOUNA Dukken Gaphi Analyste
11 MAVOUNGOU MOUITHYS Jodri Belphégor Analyste
12 MBAKOU LOUZOLO Jean Analyste
14 ANKI YAMBARE Statisticien d’appui PSTAT/Analyste
15 ELENGA NGATSALA Faël Membre
Equipe Banque Mondiale
BATANA M. Yele Economiste Principale
VIBOUDOULOU VILPOUX Mervy Ever Statisticienne Economiste
Equipe FAO
GHERI Fillipo Statisticien

P a g e 25 | 27
Equipe Banque Mondiale

N° Noms et prénoms Fonction


1 BATANA M. Yele Economiste Principale
2 VIBOUDOULOU VILPOUX Mervy Ever Statisticienne Economiste

Equipe FAO

N° Noms et prénoms Fonction


1 GHERI Fillipo

P a g e 26 | 27
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
Rue de Behagle, en face de l’ancienne radio, Brazzaville / Congo
Boite postale : 2031
Téléphones : (+242) 22 282 38 40 / 06 610 28 84 / 06 880 51 23
Site internet : www.ins-congo.org
Mail : cnsee@hotmail.fr / contact@ins-congo.org

Ce rapport est disponible sur le site internet de l’INS

P a g e A | 27

Vous aimerez peut-être aussi