Vous êtes sur la page 1sur 10

FLAMBEMENT DES POUTRES ET POTEAUX

(Théories d’Euler, de Rankine et de Jassinski)

DEFINITION
Le flambage est un phénomène complexe qui engendre une flexion dans les
pièces longues et droites soumises à un effort de compression uniforme mais qui
peut aussi se produire dans le cas de pièces travaillant à la flexion (flambage
latéral)… etc.
A. QUELQUES EXEMPLES

La forme rectiligne d’équilibre d’une barre


comprimée n’est stable que dans le cas où la
force comprimante est inférieure à une valeur
déterminée dite critique, la barre ne peut
conserver indéfiniment sa forme rectiligne et
s’incurve. Il y a perte de stabilité (d’équilibre).
Un tube à paroi mince chargé par une pression extérieure peut perdre sa
stabilité ; alors de la forme circulaire on passe à la forme elliptique.

9
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
B. ESSENCE DE LA STABILITE

La position est stable La position est instable La position est

dans le grand et dans le dans le grand et dans le stable dans le petit

petit petit mais instable dans


le grand

C. OBSERVATION DU PHENOMENE
La flexion d’une pièce soumise à un effort P de compression se produit dans un
plan x dit plan de flambement perpendiculaire à l’axe y suivant lequel la pièce
présente le plus petit moment d’inertie. (Voir schéma A).

Il est essentiel de remarquer que cette flexion


s’amorce avant même que le matériau n’atteigne sa
limite d’élasticité  e . Si peu après cet amorçage, on
cesse d’exercer l’effort de compression appliqué à la
pièce, cette dernière reprend sa forme primitive.
Si, au contraire, on continue à faire croître l’effort
(Schéma a).
P le matériau atteint très vite le domaine des
déformations permanentes (plastiques). Ces
déformations s’accentuent considérablement en
même temps que le moment de flexion va lui-même
augmentant (schéma b). Il en résulte alors une
rupture extrêmement rapide et brutale de la pièce.

10
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
La charge Pcr au-delà de laquelle la pièce garde
une déformation résiduelle après suppression de
l’effort est dite « charge critique ». Cette charge
est peu inférieure à celle qui entrainerait la
rupture si on continuait de faire croître l’effort
appliqué. L’excentricité v constitue la
conséquence dangereuse du flambement.

D. PROBLEME D’EULER : Détermination de la force critique Pcr


L’étude de la stabilité des systèmes élastiques a été faite par l’illustre
mathématicien Léonard EULER.
M  Pcr . y
M  Pcr . y ; y"  
E E
Pcr . y P
y"  0 Posons K 2  cr
E E
on obtient alors l’équation différentielle suivante :
y" K 2 . y  0 ; Soit y  C1 sin Kz  C2 cos K z

Les constantes C1 et C2 doivent être choisies de manière à satisfaire aux


conditions limites :
pour z  o ; y  o et pour z   ; y  o
La première condition entraîne C2  o et la seconde C1 sin k  0 soit sin k  o
cette équation admet deux solutions : soit C1  o soit sin k  o
C1  o  C1  C2  o :les déplacements s’annulent identiquement et la barre

conserve sa forme rectiligne ; ce cas ne présente pas d’intérêt.


sin k  0  K  n (n étant un entier arbitraire, 1, 2, 3, 4, …)

11
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
n  2 .n 2 E
K d’où Pcr  K 2 E  (formule d’EULER)
 2

 Pour n=1 Pcr est appelée 1ère sollicitation critique


 z
K    K  et l’équation de la déformée s’écrit : y  C1 sin ce qui
 
donne à la barre la forme d’une demi-onde sinusoïdale de flèche
maximum C1
nz
 Pour tout entier n, y  C1 sin et la déformée est représentée par une

courbe constituée de n demi-ondes
 2 E
Pcr  2
constitue la 1ère force critique qui est d’ailleurs la plus

importante (valeur minimale)

Dans la formule de la charge critique :


9 E
2
Pcr  -  représente la longueur réelle de la pièce
2
- min est le moment minimum d’inertie de la
section

12
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
Longueur de flambement d’une barre
La longueur de flambement est définie par la formule f  . où  est la
longueur vraie (réelle) dans la barre et  un coefficient numérique (réducteur
de longueur) dépendant du mode de fixation de la pièce à ses extrémités. Il
montre par combien il faut multiplier la longueur d’une barre articulée pour
que sa force critique soit égale à celle de la barre  dans les conditions de
fixation envisagées.

13
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
E. Variation de µ en fonction du mode de fixation
N° CONDITIONS AUX LIMITES MODE DE f   o
CHARGEMENT
1. Pièce articulée aux deux lf  
extrémités  1

2. Pièce encastrée à une extrémité f  2 


et libre à l’autre 2
(symétrie plane par rapport à
l’encastrement)

3. Pièce encastrée aux deux lf  0,5


extrémités   0,5

4. Pièce encastrée à une extrémité lf  0,7 


et articulée à l’autre 2
  0,7 
2
(cas particulier)

14
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
F. CONTRAINTE D’EULER
 2 E  2 E
Pcr   (force critique)
 2 f 2
alors la contrainte critique se définit par :
Pcr  2 E  2 E  2 E i 2  2 E i 2
 cr     
F  2 .F f 2 .F  2 f 2


 i 2 (i :rayon de giration minimum de la section)
F
f
En posant   la quantité appelée élément de la pièce (quantité abstraite
i
caractérisant la tendance de la barre au flambement) ce qui donne finalement
 2E
 cr 
2

NB : Si l’on veut que cette pièce résiste en toute sécurité, on est conduit à ne
1
prendre pour contrainte admissible de travail qu’une fraction de la

contrainte  cr . Cette dernière est appelée contrainte d’EULER. (  n’est rien
d’autre qu’un coefficient de sécurité).
 2E 1
E  .
2 

On prend souvent
  2 à 4 pour l’acier

  6 à 8 pour les fontes


  10 pour le bois

15
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
G. VALIDITE DE LA FORMULE D’EULER
La contrainte d’Euler doit être inférieure à la contrainte  c admissible du
1  2E
matériau en compression simple  E  . 2   c
 
La formule d’Euler cesse d’être applicable quand l’élancement  
devient inférieur à une certaine limite.
En effet  E   quand   0
?
 2E
Il est donc indispensable de vérifier   avant d’appliquer la formule
p

d’Euler
p : limite de proportionnalité du matériau

H. FORMULE DE RANKINE
Permet de définir dans chaque cas une contrainte admissible de flambage  f et
de ramener ainsi le calcul de la pièce à un calcul en compression simple en
admettant pour contrainte admissible cette valeur  f . Cette contrainte
admissible de flambage est obtenue en divisant la contrainte admissible de
compression simple  c par le coefficient 1  k ' 2  dit coefficient de Rankine qui
est toujours supérieur à 1.

NB : Contrairement à ce qui se passe pour la formule d’Euler, la formule de


f
Rankine demeure valable quel que soit l’élancement   ; alors le calcul des
i

P c f
contraintes dans la section est obtenu par :    f  où   et
F 1 K' 2
i
K ' coefficient variable avec le matériau sera pris égal à :
10 4 pour le fer et les aciers

2,5  10 4 pour la fonte

2  10 4 pour le bois

16
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
10 4 pour le béton

NB : Le calcul par la méthode de Rankine se fait par approximations


successives.
J. FORMULE DE JASSINSKI
Au-delà de la limite de proportionnalité (domaine élastique) du matériau, on
calcule la contrainte critique par la formule de Jassinski.
 cr  a  b  c2 où a, b, c sont des coefficients expérimentaux.

a b c
Matériaux (Kgf/cm2) (Kgf/cm2) (Kgf/cm2)
Bois 293 1,94 0
Fonte 7760 120 0,53
Acier doux 3100 11,4 0
Acier HA 4640 36,17 0

Quand on calcule une barre comprimée, on procède à deux vérifications :


1. calcul à la résistance (condition de résistance)

  c  où  c   o
N P
 
Fnet Fnet Ko Coefficient de sécurité ou résistance

2. Calcul de la stabilité (condition de stabilité)

a.)  
N

P  
  st  où  st   cr
FBrut FBrut n st Coefficient de sécurité vis-à-vis
de la stabilité
La contrainte admissible de stabilité

nst  1,8  3 pour l’acier

5  5,5 pour la fonte

2,8  3,2 pour le bois

17
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy
b.)
- le rapport
 st     coefficient de réduction de la contraint e admissible de flambement

 e   coefficient de flambement
 st    cr  . Ko      cr . Ko . 
 c  nst   o  st
nst  o  c
Sachant que
 cr . Ko = 
nst  o 
 st   . c 

  . c    st 
P
Fbrut

Cette formule peut être utilisée sans avoir recours à la formule d’Euler ni à la
formule de Jassinski ou celle de Rankine.

18
Cours de RDM Dr ADEOTI Oyéniran Guy

Vous aimerez peut-être aussi