Vous êtes sur la page 1sur 81

Réseau RNIS (réseau numérique à intégration de services)

ISDN (integrate service digital network)

Réseau basé sur HDLC LAP-D, donc il utilise les réseaux de transport basé
sur HDLC tels que X25 ou ATM.

Il utilise l’infrastructure de RTC pour transmettre les données avec la voix.

1
En réservant un IT (Intervalle de Temps) à la signalisation (débit de 64 kbit/s), on
peut acheminer celle-ci en mode messages via un protocole de haut niveau. De
ce fait, la signalisation peut être enrichie et autoriser de nombreux services
nouveaux, c’est le RNIS (Réseau Numérique à Intégration de Service ou ISDN,
Integrated Service Digital Network).

2
l’accès numérique

Pour l‘analogique :
La numérisation du réseau nécessite une conversion analogique/numérique en
entrée du réseau et numérique/analogique en sortie.

Un usager qui désire utiliser n communications téléphoniques simultanées doit être


raccordé par n lignes (lignes groupées, les lignes groupées sont vues, pour le réseau,
sous un même numéro).

Pour le numérique bout en bout :


La numérisation autorise le multiplexage, d’où l’idée de réaliser des liaisons
numériques de bout en bout, une seule ligne physique peut alors acheminer
plusieurs communications téléphoniques

RNIS réseau numérique bout en bout. 3


Le concept d’intégration de services

Le RNIS permet, à partir d’un seul raccordement, de disposer à la fois de services voix
(téléphonie), vidéo (visiophonie, téléconférence5), de transmission de données mode
paquets et de la transmission de l’écrit (télécopie).

si un télécopieur initialise un appel, seul le télécopieur de l’installation destination « sonne ».

4
Le concept d’intégration de services

Le raccordement de terminaux différents (voix, données, images) sur une même ligne
nécessite une signalisation spécifique et enrichie qui permet, à la fois, l’identification du
terminal et le type de service requis.

le RNIS distingue les canaux de transmission de données établis appel par appel
(circuits commutés), du canal de signalisation établi de manière permanente et
transportant les informations nécessaires à l’établissement du circuit (adresse ou
identifiant, type de service requis...).

5
Le concept d’intégration de services

Lors de l’émission d’un appel, celui-ci est pris en compte par le protocole de signalisation.
La demande d’établissement de circuit est acheminée en dehors de toute
communication établie.
Elle transporte les informations en relation avec le numéro de l’appelé, le type de service
Invoqué.

par exemple, l’appel émis à partir du télécopieur de l’appelant invoquera un service de


télécopie chez l’abonné distant. Seul alors un télécopieur répondra à cet appel. Le
téléphone de l’installation a bien reçu l’appel, mais non concerné par le service invoqué
ne sonne pas.

6
Le canal B,D et H

Un terminal RNIS utilise deux cannaux :

Un canal B (Bearer channel) commuté, utilisé pour le transport d’informations utilisateur à


64 kbit/s (voix, données et images).

Et un canal D ( Data channel) permanant pour signalisation de 16 ou 64 kbit/s.

Des débits plus importants peuvent être obtenus par agrégation de plusieurs canaux B, on
parle alors de canaux H (High speed channel) qui offrent un débit de 384 kbit/s (H0), 1 536
kbit/s (H11) ou de 1 920 kbit/s (H12).

7
Le canal B,D et H

La connexion permanente du terminal au canal de signalisation rend obsolète la


notion de terminal occupé : le terminal pourra toujours être alerté d’un appel
entrant et recevoir, via le canal D, des signalisations.

8
Le raccordement d’usager : équipements et points de références

L’accès au réseau RNIS s’effectue par l’intermédiaire d’interfaces normalisées appelées points
de référence (recommandation I 411 du CCITT) et dépendant du type de terminal à raccorder.

9
Le raccordement d’usager : équipements et points de références

L’équipement d’interfaçage entre l’installation d’abonné et le réseau porte le nom de TNR


(Terminaison Numérique de Réseau) ou de TNL (Terminaison Numérique de Ligne) selon
le type d’abonnement au réseau.

10
Le raccordement d’usager : équipements et points de références

La TNA (Terminaison Numérique d’Abonné) est un équipement facultatif, généralement un


commutateur téléphonique privé (PABX, Private Branched eXchange).

Lorsque l’installation d’abonné ne comporte pas de TNA, les points de référence S et T sont
confondus.

11
Le raccordement d’usager : équipements et points de références

– Point R, interface pour les terminaux non RNIS, c’est notamment le cas des terminaux dotés
d’une interface V.24/28, X.21, V.35...
– Point S, point d’accès universel pour les équipements compatibles RNIS,
– Point T matérialise la limite entre le réseau public et l’installation d’abonné, c’est aussi la
frontière de responsabilité entre l’opérateur et l’abonné,
– Point U, il symbolise la limite entre le réseau de transport et la liaison d’abonné.

12
Combinaison des canaux et les débits

L’offre RNIS se décline selon la combinaison des trois types de canaux mis à disposition :
– les canaux B sont les canaux de transfert d’information, le débit nominal est de 64 kbit/s ;

– lecanal D, à 16 ou 64 kbit/s selon le nombre de canaux B offerts, est dédié au transfert de


la signalisation.

La bande non utilisée par la signalisation peut être utilisée pour transférer des données en
mode paquet (accès aux réseaux X.25) ;

– les canaux H, combinaison de n canaux à 64 kbit/s offrent un débit de n · 64 kbit/s.

On distingue les canaux H0 à 384 kbit/s 6 canaux B, H11 à 1 536 kbit/s 24 canaux B et
H12 à 1 920 kbit/s 30 canaux B.

Les canaux B sont commutés et établis appel par appel sans garantie du chemin.

13
les types d’accès RNIS

on définit deux types d’accès :

– T0, ou accès de base (BRI, Basic Rate Interface), offre un débit de 192 kbit/s dont 144
utiles, soit 2 canaux B et un canal D à 16 kbit/s,

– T2, ou accès primaire (PRI, Primary Rate Interface) offre 6 ,15, 20, 24, 25 ou 30 canaux B
et un canal D à 64 kbit/s. Soit, pour 30 canaux B un débit de 2 048 kbit/s dont 1 920 utiles.

Les accès peuvent être regroupés en « groupement d’accès » (plusieurs accès pour un
même site, vus comme un seul faisceau). Le groupement d’accès de base est limité à six
accès de base.

14
L’installation d’abonné

D’une manière générale, les terminaux RNIS sont reliés en bus.

Selon l’équipement d’accès, l’installation est dite à bus passif si celle-ci est directement
connectée à la TNR et à bus unique

ou étoile de bus lorsque le (ou les bus) est (sont) raccordé(s) par l’intermédiaire d’un
équipement local (TNA).
15
Les services du RNIS

Les réseaux RNIS donnent accès à trois types de services :

les services supports pour le transfert d’information (couches 1 à 3 du modèle OSI), RNIS-
Non RNIS

les téléservices qui sont des services complets (téléphonie, télécopie...) correspondant
aux couches 1 à 7 du modèle OSI, RNIS-RNIS (bout en bout).

Les compléments de services sont optionnels pour les services support et les téléservices
et facturés en sus de l’abonnement.

16
Les services du RNIS

les services supports

Le RNIS offre trois types de service support :

• le service téléphonique (non transparent aux protocoles),

• le service numérique sur canal B (transparent aux protocoles)

• Le service de mode paquets sur le canal D.

17
Les services du RNIS

les services supports

le service téléphonique

Il correspond aux services traditionnels existants sur le réseau téléphonique


commuté, c’est-à-dire :
• Une bande analogique de 300- 3 400 Hz.
• la continuité numérique n’est pas garantie de bout en bout, certaines voies
empruntées peuvent être analogiques. C’est, par exemple, le cas d’un abonné
RNIS appelant un abonné non RNIS (téléphonie à 3,1 kHz, télécopie groupe 3,
modem audiofréquence, Minitel...).
• Ce service est désigné par le sigle CCBNT (Circuit Commuté B Non Transparent).

18
Les services du RNIS

les services supports

le service numérique

• Le service numérique garantit une qualité numérique de bout en bout.


• Il est utilisé pour les applications informatiques à faible ou moyen
débit ( < 64 kbit/s), la télécopie groupe 4, la téléphonie 7 kHz, l’audio et la
visioconférence.
• Ce service est désigné sous le nom de CCBT (Circuit Commuté B Transparent).

19
Les services du RNIS

les services supports

Remarque:

Les services CCBNT et CCBT sont offerts sur le canal B. C’est le terminal
appelant qui effectue la demande de type de service en positionnant
l’élément d’information « Mode de fonctionnement » du message
d’établissement à 16 pour le service CCBT ou à 32 pour le service CCBNT.

Un appel téléphonique est toujours établi en CCBNT.

20
Les services du RNIS

les services supports

le service mode paquets sur le canal D

• Toute la bande passante du canal D n’est pas utilisée intégralement pour la


signalisation.

• la bande disponible peut être utilisée pour réaliser un accès permanent,


à 9 600 bit/s, aux réseaux en mode paquet X.25.

• Plusieurs signalisations peuvent partager le canal D par commutation de


paquets

21
Les services du RNIS

Les téléservices

Les téléservices sont des services de bout en bout entre deux terminaux couvrant
l’intégralité des fonctions des couches 1 à 7.

La signalisation assure la compatibilité entre les terminaux vis-à-vis des services


invoqués.

Les téléservices normalisés sont :


la téléphonie 3,1 kHz, la téléphonie 7 kHz, le vidéotex (Minitel), la télécopie groupe 3
et 4, la vidéoconférence...

Donc c’est tous les services accessibles par un terminal RNIS (Interface S) ou un
terminal analogique via un adaptateur audiofréquences. Mais Service RNIS vers RNIS.

22
Les services du RNIS

Les compléments de services

Les compléments de service correspondent essentiellement à un enrichissement


de l’offre téléphonique (sauf le mini-message ) dans les service support et les
téléservices.

Ces prestations optionnelles donnent lieu à facturation (abonnement ou appel


par appel).

23
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Coût total, Indication de coût


L’usager peut obtenir, en fin de communication, le coût total de la
communication ou, durant la communication suivre l’évolution du coût
de celle-ci (Indication de coût).

Ces prestations ne fournissent que le coût global exprimé en unités


téléphoniques (UT) de la communication
au temps.

24
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Présentation d’appel, double appel, va-et-vient

Durant la communication, si un nouvel appel survient, l’usager en est averti


(Présentation d’appel).

Celui-ci peut achever la communication en cours et prendre la nouvelle, ou


mettre la communication en cours en attente et prendre la nouvelle (Double
appel).

L’usager peut aussi passer alternativement de l’une à l’autre (Va-et-vient).


L’usager ne peut prendre une troisième communication.

25
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Identification d’appel, non-identification, identification d’appel malveillant

Un appel entrant est présenté avec l’identification (Identification d’appel) sauf si


l’appelant a souscrit au complément de service « non-identification d’appel ».

L’identification d’appel malveillant permet à un usager de faire identifier par


l’opérateur l’auteur d’un appel malveillant.

26
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Portabilité
C’est la faculté dont dispose l’usager, durant un appel, de suspendre une
communication et de reprendre celle-ci plus tard sur le même poste au même
endroit ou sur le même poste déplacé dans l’installation ou encore sur un autre
poste de la même installation.

La suspension de l’appel n’interrompt pas la facturation. Elle est limitée à 3


minutes.

27
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Renvoi du terminal, transfert d’appel


Un utilisateur peut faire réacheminer ses appels sur un autre poste de
l’installation (Renvoi d’appel) ou sur un autre poste d’une autre installation
(Transfert d’appel).

Le renvoi d’appel peut être inconditionnel, sur occupation ou sur non-réponse.

28
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Mini-message (Signalisation d’usager à usager)


Cette facilité permet aux usagers de s’échanger des messages de 32 caractères
(Mini-message) en dehors de toute communication lors des phases
d’établissement ou de libération de la communication (sur canal D) .

29
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Services restreints
Ce complément de service permet de limiter l’usage d’un poste aux
communications locales, de voisinage ou nationales.

30
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Sous-adresse
Cette information complète l’adresse du terminal, soit pour distinguer celui-ci, soit
pour sélectionner sur celui-ci un service particulier (exemple : terminal multimédia).

La sous-adresse peut contenir jusqu’à 40 caractères IA5. La sous-adresse est


transportée de manière transparente sur le réseau.

31
Les services du RNIS

Les compléments de services

➤ Sélection Directe à l’Arrivée (SDA)


La sélection directe à l’arrivée permet de joindre directement un terminal de
l’installation sans nécessiter le recours à un(e) standardiste.

C’est l’équipement local de l’abonné (PABX) qui effectue la relation entre le numéro SDA
appelé et le numéro interne du poste demandé.

32
La signalisation en RNIS

Le RNIS utilise trois signalisations transportées dans deux protocoles niveau 3:


– une signalisation usager/réseau , protocole D (CCITT Q.931/I.451);
– une signalisation usager/usager pour les téléservices (CCITT Q930/I.450 ) ;
– une signalisation interne au réseau transporté par un réseau de signalisation.
Conforme à l’avis CCITT N◦7 (SS7), elle assure le transport de la signalisation protocole D
(signalisation usager/réseau) et (signalisation usager/usager).

Remarque: La signalisation niveau 2 est gérée par HDLC LAP-D

33
La signalisation en RNIS, signalisation usager.

Les données de signalisation entre le réseau et l’usager sont échangées en mode


paquets (niveau 3 du modèle OSI) .

Le niveau 2 utilise une variante de HDLC, le protocole LAP-D (Link


Access Protocol on the D channel).

Les terminaux RNIS sont reliés en bus multipoint, il est donc nécessaire de les
distinguer. L’adressage des terminaux (TEI, Terminal End point Identifier)
et la désignation du service requis (SAPI, Service Access Point Identifier) se
substituent au champ adresse d’HDLC LAP-D .

34
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
L’encapsulation

Cela est pour un accès de base (2B+D).

La trame multiplexée comporte en outre des bits d’écho du canal D (Bit E), des bits
d’équilibrage de la composante continue (Bit L), des bits de synchro (Bit Q)...

35
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Adressage des terminaux (TEI/SAPI)

Dans une configuration multipoint, les terminaux sont donc en compétition pour
l’accès au canal D. De ce fait, à l’instar des réseaux locaux, il est nécessaire :

– d’identifier chaque terminal (adresse terminal) ;

– de définir le protocole de niveau supérieur ici, le service invoqué ;

– de résoudre les confits d’accès (collisions).

36
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Adressage des terminaux (TEI/SAPI)

Le champ adresse de LAP-D se subdivise en deux sous-champs: TEI et SAPI

– le sous-champ TEI (Terminal End-Point Identifier) sur 7 bits identifie le terminal proprement
dit.
Cette adresse est similaire à l’adresse MAC des réseaux locaux.

Les TEI peuvent être attribués par le constructeur (TEI de 0 à 63) ou par le réseau (TNR). La
TNR (Terminaison Numérique de Réseau) attribue dynamiquement les TEI de 64 à 126.

Le TEI 127 est réservé à la diffusion de messages.

Lorsqu’un terminal à allocation automatique de TEI (par TNR de réseau) est connecté au bus,
il demande au réseau de lui attribuer un TEI. Alors qu’un terminal à affectation non
automatique (par le constructeur) s’assure de l’unicité de son TEI.

Un terminal multifonction peut utiliser plusieurs TEI, un par fonction ;

37
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Adressage des terminaux (TEI/SAPI)

– le sous-champ SAPI (Service Access Point Identifier) sur 6 bits indique le type de
service demandé dans le champ information de la trame (identification du service
requis).

38
La signalisation en RNIS, signalisation usager.

Mécanisme d’accès au canal D

• CSMA/CR (carrier sense Multi access /collsion resolution).


• Similaire au CSMA/CD (Collision detection) utilisé en LAN 802.3

Ce mécanisme est basé sur l’écoute de support par l’écho.

39
La signalisation en RNIS, signalisation usager.

Mécanisme d’accès au canal D

• Toutes les signalisations émises sur D sont retransmises sur un canal


d’écho E par la TNR.

• Le terminal vérifie que ce qu’il reçoit sur E correspond à ce qu’il a


émit sur D (pas de collision), et continue la transmission.

• Sinon le terminal s’arrête et attendre 8 temps d’horloge pour la


signalisation ou 11 temps d’horloge pour les données.

40o
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

À l’instar de modèle de référence OSI, les fonctions assurées sont:

• Délimitation de la trame (par le fanion).


• Synchronisation de transmission (par le fanion).
• Détection et auto - correction d’erreurs (champs FCS par CRC).
• Numérotation des trames .
• Contrôle de flux.

41
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

Format trame
HDLC LAP-D

• Hors l’adressage multipoint TEI/SAPI, LAP-D est similaire au LAP-B sauf que:

• LAP-D utilise le format étendu (numérotation modulo 128 et deux E/A)

• La longueur max est fixée à 260 octets.

42
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

Format trame
HDLC LAP-D

Le champ adresse comporte les champs SAPI et TEI décrits plus haut.

43
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

Format trame
HDLC LAP-D

Le bit E/A (End Address, champ d’extension d’adresse) est à 0 dans le premier octet et
à 1 dans le second (Fin du champ d’adresse).

Il reflète le mode étendu.

44
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

Format trame
HDLC LAP-D

le bit C/R (Command/Respons) distingue les trames de commande (C/R = 0)


des trames de réponse (C/R = 1).

45
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

Format trame UI
HDLC LAP-D

LAP-D utilise les trames UI (Unnumbered Information) pour échanger des messages hors
connexion (messages d’établissement SAPI 0, messages de gestion des TEI SAPI 63).

Elle est insérée dans le champ d’information LAP-D.

46
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

47
Gestion des TEI
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

• Le terminal qui vient d’être raccordé au réseau lui demande de l’identifier


(affectation d’un TEI, Type de message = 1).
• Le message est adressé au serivice de gestion 63 (SAPI = 63),
• le champ Ai à 127 précise au réseau que toute valeur est acceptable par le terminal.

48
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

• La référence d’appel (Ri) est un nombre aléatoire compris entre 0 et 65535, elle
permet de distinguer d’éventuelles demandes simultanées.

49
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 2 (couche liaison), protocole HDLC LAP-D (Q.920 et Q.921)

• Le réseau peut affecter une valeur (Type de message = 2) ; dans ce cas, le champ Ai
contient la valeur affectée (TEI = 64 à 126),

• Il peut aussi refuser l’affectation (pas de TEI disponible) le type de message est alors
11 et le champ Ai contient 127.
50
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Les fonctions assurées sont:


• Établissement, maintien et libération des connexions.
• L’acheminement des paquets.
• La mise en œuvre des compléments de services (facilités ou options).

51
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Structure du paquets de
protocole D I/451.
transporté sur canal D.

le premier octet discriminateur de protocole

il est utilisé pour identifier le protocole :


• Q.931/ I.451 qui régit les échanges de messages usager/réseau.
• Q.930/ I.450 qui régit les échanges de messages usager/usager.

52
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Structure du paquets de
protocole D I/451.
transporté sur canal D.

Longueur de référence d’appel

il indique la longueur de référence d’appel qui suit.

53
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Structure du paquets de
protocole D I/451.
transporté sur canal D.

référence d’appel

elle identifie une connexion, elle n’a qu’une valeur locale telle que le NVL de X25.

54
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Structure du paquets de
protocole D I/451.
transporté sur canal D.

Le bit F

F = 0, message en provenance de l’origine d’appel (l’appelant).


F = 1, message en provenance du récepteur de l’appel (l’appelé).

55
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Structure du paquets de
protocole D I/451.
transporté sur canal D.

Type de message

– messages d’établissement d’appel (alerte, connexion, établissement...) ;


– messages d’information de l’appel (reprise, suspension...) ;
– messages de libération d’appel (déconnexion, libération, fin de libération) ;
– messages divers (compléments de service ou facilité...).

56
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Les trames UI, SABME


sont de niveau 2

les trames INFO sont de


niveau 3

le poste qui décroche en premier


obtient la communication.

57
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

À la réception de l’appel
entrant, le réseau émet une
trame UI,

c’est une trame d’information


non numérotée permettant
l’envoi du message
d’établissement à tous les
terminaux (TEI 127)
en mode non connecté.

(niveau 2 expliqué plus haut)

58
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Les terminaux 64 et 65
répondent,

ils émettent vers le réseau une


demande de connexion
(SABME, Set Asynchronous
Balanced Mode Extended,
niveau 2)

et déclenchent la sonnerie du
poste (niveau 3 type de
message est établissement
d’appel).

59
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Le réseau accuse réception de


cette demande de connexion
Par (UA) et affecte le TEI 64 et
TEI 65 (niveau 2 expliqué plus
haut)

60
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

les terminaux adressent une


alerte au réseau, l’appelant
reçoit une indication d’appel
(retour de sonnerie).

61
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Un utilisateur décroche le
poste 65 (TEI 65),

une demande de mise en


relation est émise
(niveau 3 usager –réseau
type de message est
connexion).

62
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

Le réseau accepte cette


demande (ACC_Connex) et
libère (LIB) le poste 64 (TEI 64).
Niveau 3 usager-réseau
Type de message libération et
fin de libération

63
La signalisation en RNIS, signalisation usager.
Niveau 3 (couche réseau), protocole D (CCITT I.450 et I.451)

L’échange d’information.
Via canal B

usager-usager

64
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

➤ Objet

La signalisation interne au réseau RNIS par canal sémaphore ou système N◦7


(SS7, Signaling System 7) définit les protocoles d’échange d’information de
signalisation dans un réseau numérique entre :

– deux commutateurs pour l’établissement, l’administration et l’arrêt des


communications ;
– un commutateur et une base de données pour la fourniture de services
spécifiques (réseaux intelligents).

65
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

➤ Mode de fonctionnement ou de routage

La signalisation sémaphore est du type hors bande. Cependant, selon le


type de relation établi entre les points de signalisation, on distingue trois
modes de fonctionnement :

– le mode associé, les commandes en relation avec les circuits entre deux
commutateurs sont acheminées par un canal sémaphore reliant
directement ces deux commutateurs ;

– le mode non associé, les commandes des circuits entre deux


commutateurs transitent dans le réseau par des routes non
prédéterminées (dynamique);

– le mode quasi-associé, les commandes des circuits transitent par des


nœuds (PTS, Point de Transfert Sémaphore) prédéterminés (routage fixe
ou statique).

66
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Remarque:

Le réseau SS7, hors panne ou incident, utilise le mode quasi-associé qui


garantit dans un réseau datagramme le séquencement des informations.

67
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les modes de fonctionnement d’un canal sémaphore.

68
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

➤ Architecture du système SS7

Deux sous systèmes :


• Le sous-système de transfert de message (SSTM) ou MTP (Message Transfer
Part) correspond aux couches 1 à 3 du modèle OSI.
• Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part) correspond aux couches
hautes du modèle OSI.
69
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Le niveau 1 (SSTM1) définit le transport de l’information dans un canal à 64


kbit/s (IT16 d’un multiplex primaire à 2,048 Mbit/s).

Le niveau 2 (SSTM2) assure le transfert fiable des messages entre équipements


du réseau. Niveau HDLC (contrôle de trame et de flux).

Le niveau 3 (SSTM3) assure l’acheminement des messages dans le réseau


(routage, réseau en mode datagrammes).
70
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Remarque:

Chaque PS (Point de Signalisation) est identifié par un code (Point Code sur 14
bits), le routage est du type fixe ce qui garantit le séquencement hors panne du
réseau.

71
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-système utilisateur de données (SSUD) utilisé pour la signalisation dans


les réseaux à commutation de données en mode circuits. Ce sous-sytème n’est pas
utilisé dans le RNIS ;

72
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-système utilisateur téléphonique (SSUT) assure la signalisation des


communications téléphoniques ;

73
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-système utilisateur RNIS (SSUR) définit les procédures de


commande d’appel dans le RNIS ;

74
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-système de commande de connexion de signalisation (SSCS)


permet l’échange de message de signalisation hors mode circuits.
Ce système constitue une interface entre le système de transport et le
système de gestion et administration ;

75
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-système de gestion des transactions (SSGT) permet d’assurer la mise


en œuvre de compléments de service, de mécanisme de sécurité comme la
gestion de groupes fermés d’usagers (GFU) ;

76
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Les sous-systèmes utilisateurs (SSU) ou UP (User Part):

– le sous-sytème exploitation maintenance (SSEM) comporte les procédures de


surveillance du réseau.

77
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Format de la trame SS7

– BSN (Backward Sequence Number, numéro de séquence arrière) indique le


numéro de séquence de la trame acquittée. Ce numéro correspond au Nr
d’HDLC ;
– BIB (Backward Indicator Bit), à 1, ce bit correspond à un acquittement négatif
et à une demande de retransmission de la trame BSN ;
– FSN (Forward Sequence Number, numéro de séquence avant) indique le
numéro dumessage transmis. Ce numéro correspond au Ns d’HDLC ;
– FIB (Forward Indicator Bit), à 1 il indique que la trame FSN est une
retransmission ;

78
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Format de la trame SS7

– LI (Length Indicator) sur 6 bits indique en puissance de 2 la longueur du champ


d’information décomptée par groupe de 8 octets ( L = 8 . 2LI)
– Disponible (2 bits) ;
– SIO (Service Indicator Octet) identifie le sous-système utilisateur requis,
correspond à la notion de SAP (Service Access Point) ;
– SIF (Signalling Information Field) champ d’informations de signalisation limitée à
272 octets ;

79
La signalisation en RNIS, signalisation interne.

Format de la trame SS7

– DPC (Destination Point Code) identifie le point sémaphore destination (adresse) ;


– OPC (Originating Point Code) identifie le point sémaphore source ;
– SLS (Signalling Link Selection) indication supplémentaire pour assurer un partage de
chargedans le réseau.

Le routage se fait en prenant en considération les trois champs (DPC, OPC, SLS).

Le champ d’information comprend notamment l’identification de l’appelé et


de l’appelant, les informations de taxation (catégorie du demandeur) et, selon
le message, une série d’indicateurs.
80
Perspective de RNIS.

Développé dans le concept du réseau unique pour tous les services, le RNIS
devrait évoluer vers des débits plus élevés. Le RNIS large bande (B-ISDN,
Broadband-ISDN) s’appuyant sur la commutation de cellules (ATM) devraient
offrir des débits allant de 155 à 622 Mbit/s et des téléservices du type vidéo
haute définition pourraient alors être disponibles.
Cependant, Internet et son protocole TCP/IP semble mieux placé aujourd’hui
pour concrétiser le réseau multimédia du futur.

81

Vous aimerez peut-être aussi