Vous êtes sur la page 1sur 21

Cha pitr e

Constituants de base
des circuits électriques

Obj ectifs du c hapitr e :

 Connaî tre l es const it uant s d e base des


ci rcui t s électri ques.
 Connaî tre les loi s qui l es régi ssent .

Dans ce chapit re :

1- Courant électrique
2- Intensité du champ électrique ; tension électrique
3- Résistances ; conductances ; loi d’Ohm
4- Puissance électrique
5- Condensateurs
6- Inductances
7- Règles des diviseurs de tension et de courant
8- Notion de générateur et de récepteur
9- Sources de courant et de tension ; source
contrôlée

Travaux dirigés

Introduction :

7
8 Analyse des Circuits Electriques
Le premier chapitre est consacré aux constituants de base des circuits
électriques et aux différentes équations mathématiques q ui régissent leurs
comportements.
Nous considérons que la connaissance de ces éléments de base et de leurs
comportements est un préalable pour toute étude des circuits électriques et
l’analyse de leurs différents régimes.

1. Courant électrique :
Le courant électrique est le phénomène de mouvement ordonné des
porteurs de charges électriques libres dans la matière ou dans le vide. Les
porteurs de charges sont dans la plupart des cas, des électrons libres dans les
métaux et des ions dans les liquides et les gaz.
Le courant électrique est caractérisé par son intensité I qui détermine la
quantité de charge électrique q transportée par unité de temps :
q
I=
t
q : Coulomb (Cb) ; t : Seconde (s) ; I : Ampère (A)

2. Intensité du champ électrique ; tension


électrique :
Lorsqu’un conducteur est relié aux bornes d’une source d’énergie
électrique, il devient le siège d’un champ électrique qui agit sur les charges
électriques en les faisant déplacer dans le sens des lignes de forces du champ.
L’intensité E d’un champ électrique est déterminée par la force F qui
s’exerce sur une unité de charge au point où est appliqué le champ :
F
E=
q
L’unité du champ électrique est le Newton Coulomb-1 (N Cb-1).
On définit la tension électrique entre deux points A et B comme étant le
travail accompli lors du déplacement d’une unité de charge entre les deux
points :

8
Constituants de base des circuits électriques 9
W
U=
q
L’unité de la tension est le Volt (V).

3. Résistances ; conductances ; loi d’Ohm :


La propriété d’un conducteur de s’opposer plus ou moins au mouvement
ordonné des charges électriques, c’est à dire au passage du courant électrique,
est appelée résistance électrique.
La loi d’Ohm exprime la dépendance quantitative entre l’intensité du
courant, la tension et la résistance électrique.
En vertu de cette loi, la résistance d’un élément de circuit est donnée par le
rapport de la tension de cet élément au courant qui le traverse :
U
R=
I
U : Volt (V); I : Ampère (A); R : Ohm ()
La conductance est l’inverse de la résistance :
1
G=
R

L’unité de la conductance est le Siemens (S)


Les symboles suivants sont utilisés pour désigner une résistance :

Résistance fixe Résistance variable

3.1. R é s i s t a n c e s e n s é r i e :
Considérons le cas de figure suivant :

9
10 Analyse des Circuits Electriques

R1 R2 R3
A I B

U1 U2 U3

UAB

Fig (1.1)
Le courant en A est le même que celui en B. Ce courant provoque des
chutes de tensions U1 , U2 , U3 aux bornes des résistances R1 , R2 , R3 .
La tension UA – UB = UAB = U1 + U2 + U3
UAB = R1 I + R2 I + R3 I = (R1 + R2 + R3) I
Avec U1 , U2 , U3 : tensions respectives aux bornes des
résistances R1 , R2 , R3 engendrées par le passage du
courant I.
De là, on peut calculer la résistance équivalente du dipôle AB telle que :
UAB = Req I avec Req = R1 + R2 + R3

On peut donc généraliser en disant que la résistance équivalente R eq d’un


groupement de résistances en série est égale à la somme de toutes les résistances
mises en série :
n
R eq   R i
i 1

3.2. R é s i s t a n c e s e n p a r a l l è l e :
Considérons maintenant la figure suivante :
I1 R1
U1
I I2 R2
A U2 B

I3 R3
U3

UAB

Fig (1.2)

10
Constituants de base des circuits électriques 11

Les courants I1, I2 et I3 engendrent la même chute de tension aux bornes du


dipôle AB :
UAB = U1 = R1 I1 = U2 = R2 I2 = U3 = R3 I3
Au nœud A, la somme des courants rentrants est égale à la somme des
courants sortants :
I = I1 + I2 + I3

Donc :
UAB = R1 I1 = R2 I2 = R3 I3
U AB U U AB
I1  ; I 2  AB ; I3 
R1 R2 R3

U AB U U  1 1 1 
D’où : I= + AB + AB =     UAB
R1 R2 R 3  R 1 R 2 R 3 

Ce qui veut dire que le courant I est égal à la somme des inverses des
résistances que multiplie la tension UAB aux bornes du dipôle AB.
1 1 1 1
   Req : Résistance équivalente.
R eq R 1 R 2 R 3

11
12 Analyse des Circuits Electriques
1
On pose : Gi = : conductance de l’élément i.
Ri
n
D’où : G eq   G i
i 1

n
1 1
Et : 
R eq i 1 R i

4. Puissance électrique :
Pour pouvoir caractériser les conditions énergétiques, il importe de
connaître la vitesse à laquelle est effectué le travail.

Le travail effectué en une unité de temps s’appelle puissance :


W
P=
t

Si le mouvement des charges produit un courant constant, alors :


q=I t

Par conséquent, le travail effectué pendant le temps t est égal à :


W=U It

L’unité du travail est le joule (J).

En continu, la puissance mise en jeu est :


W
P= = U I
t
L’unité de la puissance est le Watt (W).

Si on applique cette règle, on peut démontrer que la puissance


dissipée aux bornes d’une résistance est :

P=U I or U=R I

12
Constituants de base des circuits électriques 13
D’ où :
U2
P = (R I) I = R I 2 = = G U2
R
5. Condensateurs :
Un condensateur est un composant électrique caractérisé par sa capacité.
On définit la capacité électrique d’un élément comme étant son aptitude à
accumuler une certaine charge électrique.
La capacité C d’un condensateur est définie par le quotient de sa charge
sur le potentiel qui lui est appliqué :
q
C
u i
A B
C

Fig (1.3)

Le courant i qui le traverse est proportionnel à la dérivée par rapport au


temps de la différence de potentiel à ses bornes :
du
i=C
dt

La capacité d’un condensateur s’exprime en Farad (F) ou en l’un de


ses sous-multiples :
Micro Farad (µF) = 10-6 F
Nano Farad (nF) = 10-9 F
Pico Farad (pF) = 10-12 F

13
14 Analyse des Circuits Electriques
Un condensateur dont la tension appliquée à ses bornes est constante se
du
comporte comme un circuit ouvert et ce en vertu de la relation (i = C ).
dt
La puissance absorbée s’écrit :
du
P=ui=uC
dt

Et l’énergie emmagasinée par la capacité C pendant un temps dt est :


dW
P  dW = P dt
dt
U1

 W =∫Δt P dt =  u C du
U0
= 1 C [U21 – U20]
2

En supposant U0 = 0 à l’instant initial et en posant U1 = U on aura :


W = 1 C U2
2
5.1. C a p a c i t é s e n s é r i e :
Soit la figure suivante :
C1 C2
i
A B
u1 u2
uAB

Fig (1.4)
Le courant circulant entre A et B est le même que celui qui circule
dans les capacités C1 et C2 en série. Ces deux capacités constituent un
dipôle de capacité équivalente Ceq. La charge des deux condensateurs est
donnée par :
q1 = q2 = q

14
Constituants de base des circuits électriques 15
La tension entre A et B est : uAB = u1 + u2
q1 q2
u1  u2 
C1 C2

q1 q 2  1 1 
Donc : uAB = u1 + u2 = + = q   
C1 C 2  C1 C 2 
u  1 1  1
 AB     
q  C1 C 2  C eq

u AB
Le terme désigne une capacité équivalente aux deux capacités mises
q
en série d’où l’on déduit :
n
1 1

C eq i 1 C i

5.2. C a p a c i t é s e n p a r a l l è l e :
On examine le cas suivant :
C1

u1
i
A C2 B

u2

uAB

Fig (1.5)
La tension aux bornes des deux capacités est la même mais les
courants sont différents :
u1 = u2 = uAB
Au nœud A, on a :

15
16 Analyse des Circuits Electriques
i = i 2 + i2

La charge totale accumulée par les deux condensateurs est égale à la


somme des charges partielles.
q = q1 + q2 = C1 uAB + C 2 uAB = (C1 + C2) uAB
q = Ceq uAB avec Ceq = C1 + C2

En généralisant, on écrit :
n
C eq   C i
i 1

6. Inductances :
On appelle coefficient d’auto-induction ou inductance propre ou tout
simplement inductance d’un élément de circuit, le quotient du flux embrassé
par le courant i qui produit le flux :

L
i

Le flux embrassé par un circuit varie lorsque le courant qui le traverse


varie ; par conséquent, la variation du courant produit dans le circuit une force
électromotrice (f.e.m) d’auto-induction :
d d(Li) di
e=-  = -L
dt dt dt

Le signe (-) indique que le sens de la f.e.m est contraire à celui du courant,
on peut donc écrire l’équation de la tension aux bornes d’une inductance :
di
u=L
dt

L’inductance L s’exprime en Henry (H).


De même que pour la capacité, on donne la puissance et l’énergie
emmagasinée dans une inductance :
di
P = u i= i L
dt

16
Constituants de base des circuits électriques 17
I1

W = ∫ Δt P dt =  iL di = 1 L [I21 – I20]
I
2
0

En supposant I0 = 0 à l’instant initial et en posant I1 = I on a :


1
W= L I2
2

Pour le calcul de l’inductance équivalente à n inductances en série ou en


parallèle, la méthodologie reste la même que celle utilisée pour les résistances.
L’inductance équivalente à un ensemble d’inductances mises en série est
égale à la somme de toutes les inductances mises en jeu :
n
L eq   L i
i 1

L’inductance équivalente à un ensemble d’inductances mises en parallèle


est donnée par :
n
1 1

L eq i 1 L i

 E x e rc i c e d ’ a p p li c a t i o n :
Démontrer les relations suivantes :
n n
1 1
L eq   L i et 
i 1 L eq i 1 L i

17
18 Analyse des Circuits Electriques

7. Règles des diviseurs de tension et de


courant :
7.1. R è g l e d u d i v i s e u r d e t e n s i o n :
Soit le schéma suivant :
R1
A
U1
U R2 U2

B
Fig (1.6)
R2
U2  U
R1  R 2
7.2. R è g l e d u d i v i s e u r d e c o u r a n t :
Soit le schéma suivant :

I1 I2

I R1 U R2

Fig (1.7)
G2 R1
I2  I Et : I2  I
G1  G 2 R1  R 2
G1 R2
I1  .I Et : I1  I
G1  G 2 R1  R 2

Les règles du diviseur de courant et de tension peuvent faciliter


considérablement l’analyse d’un circuit en donnant directement la tension et

18
Constituants de base des circuits électriques 19
(ou) le courant dans une branche du circuit en fonction du courant et (ou) de la
tension à l’entrée du circuit.

 E x e rc i c e d ’ a p p li c a t i o n :
En utilisant la loi d’Ohm, démontrer la règle concernant le diviseur de
tension.

Solu tion :
D’après le schéma de la figure (1.6), le courant I circule dans le circuit
formé par les deux résistances R1 et R2.
En vertu de la loi d’Ohm, les tensions respectives aux bornes des deux
résistances sont :
U1 = R1 I et U2 = R2 I

U = U1 + U2 = R1 I + R2 I = (R1 + R2) I
U
Le courant I dans ce circuit a pour valeur I 
R1  R 2

R2 R1
D’où : U2 = R2 I = U Et U1 = R1 I = U
R1  R 2 R1  R 2

8. Notion de générateur et de récepteur :


Les courants et les tensions électriques présents dans les circuits électriques
sont issus d’autres éléments appelés générateurs, ces derniers fournissent
l’énergie électrique aux récepteurs composés de résistances, inductances et
capacités.
Les générateurs ou sources de tension ou de courant sont appelés éléments
actifs contrairement aux éléments passifs constitués par les résistances,
inductances et capacités.

9. Sou rces de co u ran t et de tension , source


contrôlée:

19
20 Analyse des Circuits Electriques
9.1. S o u r c e d e c o u r a n t :
Une source de courant idéale est définie comme étant un générateur de
courant qui présente une résistance interne infinie.
U

I0

Symbole I0 I
Fig (1.8) Fig (1.9)

Or, réellement une source de courant fournit un courant au circuit


extérieur qui n’est pas vraiment indépendant de la tension aux bornes du
circuit.

U
U0 = I0 / Gi

I0 I
Fig (1.10)

On remarque qu’une augmentation I du courant donne une


augmentation U de la tension, soit :
I U
Gi   Ri 
U I

D’où on obtient la relation :


I = I0 – Gi U

20
Constituants de base des circuits électriques 21
De cette équation, on déduit le schéma d’une source de courant réelle :
I
Gi U

I0 U Gi

Fig (1.11)
9.2. S o u r c e d e t e n s i o n :
Une source de tension idéale est définie comme étant un générateur de
tension de résistance interne nulle.
U

U0
U

Symbole
I
Fig (1.12) Fig (1.13)

En réalité, une source de tension présente une certaine résistance interne :


U
U0
Ri
U0 U
I0
Fig (1.14) Fig (1.15) I

U = U0 – Ri I avec U0 : tension à vide.

9.3. E q u i v a l e n c e s o u r c e d e t e n s i o n - s o u r c e d e c o u r a n t :
En examinant les deux caractéristiques U = f (I) réelles des sources de
courant et de tension, on observe une équivalence dans le comportement vis

21
22 Analyse des Circuits Electriques
à vis d’un circuit de charge si elles possèdent la même tension à vide U0 et le
même courant de court-circuit I0 .
Soit la condition d’équivalence :
U0
I0  = U0 G i
Ri

Ri : résistance interne ;
Gi : conductance interne.

9.4. S o u r c e c o n t r ô l é e :
On dit qu’une source de courant ou de tension est contrôlée quand la dite
source dépend d’un paramètre existant dans un autre endroit du circuit étudié.

Exempl e :
R1
Ii

Ui hr hf R0 U0
U0 Ui

Fig (1.16)

La source de tension h r U0 est une source contrôlée car elle dépend de


la tension U0 .
De même, la source de courant h f I i dépend du courant I i

22
Constituants de base des circuits électriques Travaux dirigés 23

Travaux dirigés
«Constituants de base des circuits
électriques»

« Les s ol utions sont donn ées à l a fin du l ivre »

Exercice 1
Soit le circuit électrique suivant :
I

U R

Sachant que la tension d’alimentation U = 25V et que la puissance dissipée


par la résistance sous 100V est de 100 W.
1- Calculer la valeur de la résistance R et le courant I circulant dans le
circuit ;
2- Quelle est alors la puissance dissipée par la résistance ?

Exercice 2
Calculer la capacité équivalente Ceq du dipôle AB suivant :
C1 C1
A

C2 C2 C1

B
AN : C1 = 10 F ;
C 2 = 35 F

23
24 Analyse des Circuits Electriques

Exercice 3
Calculer la capacité équivalente Ceq du dipôle AB suivant :

C2 C5

C1 C4
A B

C3 C6

AN : C1 = C3 =C5 = 10 F ;
C2 = C4 = 22 F ;
C6 = 8 F

Exercice 4

Calculer la résistance équivalente Req du dipôle AB suivant :

R R R
A

r r r

R R R
B

AN : R = 40 Ω ;
r = 20 Ω

24
Constituants de base des circuits électriques Travaux dirigés 25

Exercice 5

On considère le montage suivant :


R1

Ri A

U R2 UA

En appliquant le principe du diviseur de tension :

1- Déterminer le potentiel au point A ;


2- En déduire les courants dans les différentes branches du circuit.

AN : U = 20 V;
Ri = 5 Ω ; R1 = 20 Ω ; R2 = 40Ω ; R3 = 10 Ω

Exercice 6*

On considère un générateur de tension U et de résistance interne Ri alimentant


une résistance R1 comme indiqué sur la figure suivante :
Ri

U U1 R1

Exprimer la tension U1 aux bornes de la résistance R1 et tracer ses variations en


fonction de R1 lorsque R1 varie de 0 à l’infini.

25
26 Analyse des Circuits Electriques

Exercice 7*
R1
Soit le montage suivant :

R2
U
R3 R4 R

Déterminer la valeur de la résistance R si la puissance dissipée dans la


résistance R2 est de 90 W.

AN : U = 150 V;
R1 = 100 Ω ; R2 = 10 Ω ; R3 = 80Ω ; R4 = 40 Ω; R inconnue

Exercice 8*

Déterminer la résistance équivalente Req du dipôle AB suivant :


R3

R2 R4

R5

R1
A B
R5 R6

R7

AN : R1 = 1 Ω ; R2 = 2 Ω ; R3 = 3Ω ; R4 = 4 Ω
R5 = 5 Ω ; R6 = 6 Ω ; R7 = 7Ω

26
Constituants de base des circuits électriques Travaux dirigés 27

Exercice 9*

En utilisant la règle du diviseur de courant, calculer le courant I 1 et I2 du circuit


suivant :

I
I1 I2

U R1 R2

AN : U = 50 V;
R1 = 10 Ω ; R2 = 20 Ω

Exercice 10*

Dans le montage qui suit, déterminer les tensions aux bornes de chaque
résistance :

R2

R3
U R1
R4

AN : U = 15 V;
R1 = 1 kΩ ; R2 = 100 Ω ; R3 = 2.5 kΩ ; R4 = 400 Ω

27

Vous aimerez peut-être aussi