Vous êtes sur la page 1sur 100

gJU\IUJT

CD t HEU.ilE
AV!,d TrOiU3,
LES,lYl@tiìs[i*\U)(
dà 7 PIAY=BAG3G

A I'essai
O Guenea
O Lr.,ll etal
oc

Acoustique
lCa-fé
,".d€-- F;- Bossa
FIamnenea)
70 ans"'dè FoIk
LEXANDRE BIues
Ragtùmoe

G@m Gountry
,8n tì tri,tn?"'t"o l

Un Salon pour les Guitaristes

'U"
Tlot1o,
ln yortitions
enc,Te
ogrorli 1
Avecdavantagede catalogues,de référencesraresou
inhabituelles,descollectionscomplètes,et quelquesexclusivités...

"t''1tn(in,lu réyaration
et l'entretien
Notre luthier vous accueilleles lundi et mardi de th à 19h
pour réparertous les dommageset effectuerles règlagesde vos
instruments.Devis gratuit, garantiesur travaux,délaisétudiés.

Le magasinvous accueille
du lundi au samedi
de th à 19h sansinterruption.
TRIMESTRIEL Juillet -Aoút
Sepfelmbrc
N"2 7999
39/47, rue de la BoulangerieB.P. 77 932OI Saint-Denis.Té1.: OI48 20 42 73 Fax : OI48 20 44 35

L'ORN[nntNIAflON
Pagez6

coN5Efl.g. [E D'sQUECOMPACT
ETLESPART'TIONS

I' PEDAGOGIE
[xercices

Exenices
| ù3
[xercices
4ò8
9 et 17
Omemenlstion
I.EsCINQMORCEAUX
DEBUTANTS
Pogel3
Poge14
Poge15
Poge27

Air de donse(Sonz) Poge28


Andontino (Giulioni) Poge29
Espognoleto (5onz) Poge30
legon(Aguodo| Poge3l
Itienuet(deVisee) Poge32

rEsP|ÈCES
Bourr€e (deViseel Poge33
ACOUSTí/C
OUOIDENFUF
CAFE Etude
Boumée
n"ó(Sor|
(Bochl
Poge34
Poge3ó
Petlt Journal pour une graade planète PloEff Gordome losVocos(deNorvoez)Poge38
A L'ESSAI (oncerùo enRéler Ív$(Vivoldi) Poge40
L€s tests de BIII Bòcquet PME{6 Coprice24(Pogonini) Poge59
PICKING (Beotles)
Iltichelle Pogeó7
Par Jeen-Msrc Verelai PrcE{8 Chonson deSolveig{Grieg) Poge7l
BLUIS lhnsed'Aniho(Gúeg) Poge75
Par Jean-Jacques Rébillard PAOE
50 Adogio {Albinoni) Poge8l
RAGII,ViE
Lc genre a lOO ars PAEE
32 ACOUSTICCATE
rOLK Picking Poge49
Par Thomae HammJe PlgE54 Blues Poge5I
FLAMENCO Rog Poge53
Par Claudè Worrls PloE56
BOSSA Folk Poge54
Par Paul Gulllemlnot 38
PAOE Fhmenco Poge57
Bosso Poge58
GUITARCLASSIOUE Si vousevez quelque
CourrierLecteur
39-41rue de la Boulangerie chose
à nousdírc,c'es]
BP11
93201SAINTDENISCEDEX lendrcll
lllepas déboúer j'aimerais voir publiées, il y a 20120. Frères Assad : <finesse de - La musique contemporaine pour la
Je découvre le n"l d'avril et trouve ..Manha de Camaval> de Jobim et toucher, exactitude, richesse, excep- guitare classique (effets, nota-
que c'est une idée superbe de lancer un titre de Villa Lobos il me semble. tionnel> : 9/2O. John Williams : tlons...).
un tel magazine dont le fond et la Je ne me souviens plus du nom mais <indispensable> : 8/20. Pepe - La guitare à 7, 10 ou 12 cordes
forme sont ceux que j'attendais je vous joins une portée du début de Romero : <<Bellefagon de jouer de la (lutherie, répertoire, avantages et
depuis très longtemps. Toutefois il I'ceuvre. (Emmanuel, Granges-sur- guitare> :8/2O. A mon avis, I'auteur inconvénients).
faut le centrer sur la guitare clas- Vologne) de I'article devrait : soit ne pas attri- - Les métiers de la guitare.
sique et ne pas trop déborder sur le buer de note, les commentaires étant - Le choix des doigtés.
blues, ragtime, folk et country. Je loujours n'7 suffisants pour se faire une idée de - Les gauchers : faut-il changer de
crois que ce journal se doit d'étre En qualité d'éternel débutant autodi- la qualité du CD; soit attribuer deux sens ?
tourné vers la guitare classique, pour dacte, j'ai découvert par hasard en notes : une note technique pour - Echanges d'idées et impressions
les amoureux de la guitare classique. kiosque au mois d'avril le n"l de la I'exécution et I'interprétation, et une entre guitaristes.
Il ne faut pas oublier d'y développer formule trimestrielle, et n'ayant pas note <agrément> pour la musicalité L'idée du CD et des play-back est
le flamenco, la musique espagnole, pu répondre au questionnaire du des morceaux, le plaisir de I'oreille très bonne.
les musiques américano-latines (et numéro précédent, je désire vous et I' appréciation d' ensemble. Ayant le sentiment que les rédacteurs
bossa) dont les sonorités sont toutes faire part de quelques observations à Pour terminer, je ne peux que vous possèdent un excellent état d'esprit et
si riches et en adéquation avec I'ins- la ìecture de votre revue. féliciter pour le choix des partitions sont ouverts aux suggestions.je suis
trument. La formule est bonne pour Editorial ..Un vrai nol>'. Vous pour débutants et joueurs plus avan- convaincue que cette revue va se
tout ce qui est de la partie <labo reprenez la numérotation à I sous cés, sur la pédagogie à la portée de bonifier et múrir avec le temps. De
pédago>, mais j'ai particulièrement prétexte que vous avez modifié la tous et sur l'excellente qualité de tout ccur, je lui apporte mon soutien
apprécié la partie <performance" qui périodicité du hors série. Si dans un vos CD joints aux numéros (e me et lui souhaite longue vie.
permet de situer I'auteur, la pièce an, vous devenez mensuel, recom- suis procuré le hors série de 1998). Sophie, Colombes
mais aussi de prendre en compte les mencerez-vous à 1 ? (Philippe, Meudon) PS : I'orthographe du titre <Guitar
conseils concernant I'exécution du O Non, ce sont les bizarreries de O En I'occurrence, la note donnée Classique> peut choquer plus d'un
morceau. Et là, je crois qu'il faudrait I'administration frangaise qui par I'auteur concernait la qualité potentiel lecteur, et faire douter du
un peu développer ces précieux nous ont obligés de faire 2 numé- technique de I'enregistrement. sérieux de votre revue, une solution
conseils. Le choix des partitions est ros 1 à la suite (le hors série puis le s'impose...
parfait et n'est ou ne sera que le vrai numéro 1). Heurcuxhasrd
reflet de ce que nous autres. guita- C'est par hasard que j'ai découvert lamais trop tard
ristes, souhaiterons voir publier dans Pas convaincu <Guitar Classicn à Musicora. J'ai Comme la critique est facile. je tiens
la revue. Enfin des interviews avec Je ne suis pas convaincu qu'il faille été très heureuse de la naissance de à me présenter, du moins musicale-
des concertistes connus et moins reproduire à I'identique la forme cette revue, qui vraiment correspond ment. Je joue de la guitare depuis
connus seraient les bienvenues et la relàchée des lettres de vos lecteurs : aux besoins de la grande majorité l ' à g e d e 1 4 1 1 5a n s , j ' a i a p p r i s à
meilleur faEon d'avoir leurs ressen- .chiant, partoches.. etc. Y compris des guitaristes dit <<amateurs>. ì'oreille car on ne m'a jamais ensei-
tis, leur méthodologie et leurs leurs fautes d'orthographe.. Aucune revue sur la guitare clas- gné le solfège. Alors au fil des
conseils. Bonne continuation sique (de langue franEaise) ne cor- années.je me suis armé de patience
(Patrick, Marseille) Conseild'ami respondait jusqu' ici à leur attente. e t e n m e d o c u m e n t a n tj ' a r r i v e t a n t
<Gagnez cette guitare>>! Excellent J'enseigne la guitare classique bien que mal à déchiffrer quelques
Le seul ? idée de tombola. la guitare à gagner depuis plus de quinze ans, et j'ai le partitions, alors votre revue arrive à
C'est avec grand intérét que j'ai n'est pas de la camelote. bonheur d'avoir beaucoup d'élèves point. Mais je pense qu'à quarante-
découvert .Guitar Classique". <Tous les chemins mènent rue de tous enthousiastes et chevronnés. La deux ans, il n'est pas trop tard pour
Actuellement vous ètes le seul qui Rome". Titre amusant et excellent plupart sont contents d'avoir enfin s'inscrire à des cours de musique.
se consacre à la guitare classique en anicle. La lutherie est un sujet qui une revue qui leur soit adressé. J'ai reìevé quelques points qui me
présentant des ceuvres intéressantes me passionne. Toutes les rubriques citées dans le paraissent importants à apporter.
p é d a g o g i q u e m e n t .J e s o u h a i t e q u e <Labo Pédago'. Excellent article. Il questionnaire sont intéressantes et à - Il est dommage que les exercices
votre magasine perdure et vous est très rare que des revues tech- développer,toutefois... soient écrits aussi petits.
remercie d'avoir pensé à nous guita- niques s'intéressent aux débutants. Il . La rubrique des concerts mériterait - Dans la rubrique <performance", il
r i s t e s- c l a s s i q u e ' . M e r c i . B i e n a m i - n'est pas facile d'apprendre à jouer d'avoir une large place : dates et manque des infos sur d'éventuelles
calement. (Michel, Albi) seul d'un instrument aussi exigeant comptes rendus. Surtout en ce qui difficultés dans les morceaux pour
que la guitare ; tout le monde n'a pas conceme la guitaristes <<phares>tels débutants.
En noir et nair un conservatoire au bout de la rue ou que Bream, Mikulka, Pieri et bien - Je pense qu'il serait sympa d'indi-
Madame. Monsieur le temps d'y aller. C'est encore plus d'autres... quer le diagramme d'accord avec les
Votre revue <Guitar Classique' est dil1ìcile de I'enseigner par écrit. Les . Les conseils pédagogiques : je les partitions classiquescomme vous le
fbrmidable mais ne présentez plus débutants qui découvriront votre trouve jusqu'ici trop succincts et faites dans <Acoustique Café>.
vos partitions sous forme de faire- revue lors des numéros postérieurs superficiels. Peut-étre faudrait-il - Dans la rubrique <CD>. j'ai relevé
part de décès. Il faut supprimer la devront acheter les numéros précé- aller les chercher auprès de vrais que David Russel n'a pas l'air de
bande noire du haut et I'encadre- dents; prévoyez des tirages suffisants. pédagogues de la guitare classique. vous inspirer et vous lui donnez un
ment gris. C'est horrible ! Les pages E n c e q u i c o n c e m e l ' i m p r e s s i o ne n C'est à mon avis la principale 2O/2O. John Williams est quant à lui
c o n c e m é e s: 3 2 i t 4 2 , 5 9 à 8 3 , l e p l u s petits caractères. elle permet de pro- rubrique à développer. un guitariste d'exception, indispen-
dròle, pages 59 et 60 ! poser davantage d'exercices. . Le nombre des partitions est très sable à notre discothèque et vous lui
(Wasyl, Villiers-le-Bel) Conseillez à vos lecteurs mécontents bien, mais leur choix est un tantinet affliger un 8/20 ?
de recopier les partitions sur du papier racoleur, avec un excès de pièces Voilà. je pense avoir fait le tout. je
Recherche à musique.excellentexercice. trop connues, et que tout le monde vous remercie encore pour cette ini-
C'est avec joie que j'ai constaté la <CDo p.16. <La critique est aisée> peut se procurer sans difficulté. Mon tiative de revue et de CD très à mon
possibilité d'abonnement à <Guitar dil ì'auteur. mais je n'en suis pas si réve et d'y découvrir quelques goút. Bravo à toute l'équipe.
Classique". Les partitions sont tou- súr. En effet, on ne comprend pas superbes pièces, sortant d'un réper- (Pierre, Cugnaux)
jours aussi bien choisies et c'est un pourquoi, après des louanges ou des toire trop conventionnel et rabàché.
excellent choix d'avoir inséré ce critiques, on voit apparaître des notes Voici. en vrac. quelques sujets en Nous ovons regu beoucoup
que vous appelez <Acoustic Café> techniques sans rapport avec les matière de réflexion que j'aimerai d'euvres de lecleurs, suite ò notre
où ì'on peut trouver des musiques commentaires. Prenons des éventuellement voir abordés et <Foites-vousconnoîire>,du mois der-
exemples : p.18, David Russel : <La approfondis : nier. Qu'ils se rossurent, nous
très diverses.
lassitude arrive. on ne participe pas, - Les omements selon les différentes sommes en troin d'écouter tout go et
En ce qui conceme les partitions que
tout cela nous laisse sur notre faimo : nous vous donnerons des nouvelles
oériodes.
très bientót.
4
PFTOOT'TS DEAJTFETEN
GUITARES Repoe
Stdng
phdné'tal
Chonor Lùbdcant (|ntn0 Sherwood
Boby
5l|302 590f
go@úrz Nettoyant
dec0rdes
GultÍPollch
évter
roLlr 0rydat
0n.
(AntSBn0
Sherwood
Junior
Stló53 490f
.|90 p0L]r
Prodllitd'entreten
eb0rs g!lare.
devOÍe futbfler. ORISIROSherwood
tlossic
5|]1003 790t
) COl{ftRTNoturel
brillonî 2 t
lrmor0ll&Cordlthnof Acoufosonic
lunior 4 ì 90 t
C0t{ftRT[ (électro-oroustìque)
Noturel
brillont 2 990F P|od|Jil ]ralLire
der]fetÉ|] apol]sslère,
:enlè!€ elprotège
Íalbrrer AtoufosonÌc
SFX 5 990t
tTUDtNoturelmoî I 850t Pdlsh cloth100%lanedemton.
tTUDttH Gouther Nolurel
mol I 990t
llAll,tY$/oodpirker l 090t
lft Gulial
Can
tTUDtt (électro-orouslique)
Noturel
mot 2 ó90f Contrent:
un0r0dut
00l]r
b0s,unnettovant
00Llrc0rdes
etl]nechlffonnete A(ousfi(
Soloist
4580R
{ 490t
tTUDft tH Gouther (électro.ocoust(ue)
Nolurel
mol 2 850t
Pochette
c0ntenant
: 001
shsoec chffonnette,
a acousti0l]e, enr0ulet]r.
6
etunguide
f]edators, dintreten.
flt dsmalntemnce
Housseàfemetufe ; pi|]ce
écai conte|]anl co|lpanle,
enfol]
eur,slaplocks,
tG-l24( l{clurel(élerlro-oroustique) 3t90t unjeu srxpasde!is,|]np0lsh,une
decefsalen,uncoutea|r chf0nete,
FastFrstProdut potrr
deilrelÉn leb0sdev0tfegLritare,
Faitbrlef, 40 F
t-30llolurel(électroocoustique) 4550Í DtAPASolt
rRoilzt4
ID-50(ólectro-oroufique) ó490t ACCESSOIFIES Guitor
clossique,
modèhd'étude,
îoble
épicé0,coisse
ocoiou,
(-ó0l{olurel
YAMAHA Accodeurl(06GT3
Accordeur
l(06DlR.2 polrssondre
monrhe noir,
990f
(G-90tllAllofurelroliné Accordeur
MatdrSR'100 îouche
I 9 roses.
I t40f Accordeur
Yamaha Yl.22lX)
CG-100 tlSAl{otrrelrotinó | 430f
(G-ll0 (t llolurelroliné
(G-l70(A l{oturel
(G-130 5Alloturel
2{E0f
2Eó57
2090t
Bottlenecks
llil DU[{[(}P
Eottlenecks
llil flUllOP
Bottlenecks
JltlDUI{L0P
Bottlenecks
llfil DUI{[0P
llene62mm
Acht82mm
Porcohine
cómmlque
r- 490 F
Caoodastre
rlil DUil[oP lmu|Yó
ESTEVE CaDodastre
JIMDtt{[oPDmll
l. 4 sTt 1390t MétronomeMaùhilR.fl0
l. GR07 2490r MétronomeK0RG fDflll
I . G R9 C 4t90Í Pupitre
STAI{DEX lyre
RAMIREZ Pupitre
Stand
Sfhf{DEX
guitare
lleluxe
SIAÍ{DEI Inor
Modèle
ttude 4990f guitate
Stand SîAIiDEI lldr

COFIDES
PonilTAnES
OASS|qES
fin0{)
Agurdnc
! Ill$rxlnilff llllrffi
tut
50F
50F

60F
60F
60F
90F

50F
50F

r mqrt t fQll[ GUIAR ó3,rueLeon-Frot


7501t Poris Jc droidr d. Égl.r boórbcc4s
: I Je joinsmonrèglement à l'ordrede Total
Prix fotol Guitor Guitar(parchèque, mandatou mandat
international)
t :' , Je vousverse50%de macom-
E mande s o i t . . . . . . . . . . . . . . .F. .e. l. o
. .a. .i e r al er s o l d eà l a
T livraison (100F fraisde contreremboursement
i ; ' r r ; ; r . ( p o upr l u sd e 2 5 0F d ' a c h a t ) .
en sus),

I Mercide rempliret signerle cadreci-dessous.


Je souhoitersceyoirvohe cshloquef l8 I OJe rouhalb dornandofun cÉdlt
Danscecas,cochez cettecase,TotalGuitarprendra
très
I vitecontactavecvous.
GC Closslque2 TOTALDU REGLEMENT= F
' EntronceméFopoli|oine,loporlicipotron estde35Fpur voscommondes
demondee inférieures
ò 350F.Pour loutecmmondesupÉrieure
ò 350
F,lesfroisd'envoi
sontgrotuils
: nousle prenons
mlìèremml
ò nohechorge.
PourlesDOll-TOfi ei l'éfrongér,rus msulkr. Prénom.............
n'll ll ll lll lll I ll | | | | |

ADRESSE Expirelllll
Signature

---II-II-------
-__r_

ErrènGllrGtrts- - - ErrènGrrrGnts- - - ErrèncrrrGfi

G8
OPERATTON
RBUSSTB
es Alliancesde la Guitareont
comblétous ses visiteurset épuisé
ville de Clamart de nous préter un lieu. Au début, je voulais
son organisateur,Jo Vurchio:
qu'il y ait une plus grande implication, un partenariat plus com-
"C'était bien, mais quel boulot b,. plet: à Clamart,il y a une école de musique avec huit cents
Deuxjours seulement(22 el23 mai),
mais du concentré.Une excellente élèves, des professeurs,un directeur.Je pense qu'on les
programmationau niveaudes génait dans leur démarche musicale ; pas le maire ni la ville
mais le conservatoire. ll a fallu mettre d'abord d'accord tous
concerts: du bluesavec Gigi Ciffa-
relli,un trio remarquéavecBirelli ces lieux, les écoles de musique privées, les centres culturels
qui font des cours de guitare et les conseruatoires.ll a fallu les
Lagrèneet PhilipCatherine, l'octuor
de BethoDavezac...Des scènes convaincreque l'on pouvait faire un truc ensemble,faire ses
preuves.On a montéga en sixmols". Pour réalisercet événe-
ouvertesoù I'on a notammentappré-
cié les prestationsde MaryliseFlorid ment Jo Vurchios'est appuyésur son entourage: " J'ai pris
des copains, des gens que j'aime bien, comme Acoustic Bazar
et de Yan Vagh. Mais aussi des masterclass,des ateliersthé-
qui est une associationavec une dizaine de bénévolesqui font
matiques... GérardToubianaa renduun hommageà la fois
des petitsprojets sur la guitare à Paris tous les lundis. J'ai
émouvant,intéressantet pleind'humourà MarcelDadisous la
forme d'une rétrospectivede sa carrière,ponctuéed'illustra- demandéà des copainsmusiciens s'ils voulaientm'aider. Mais
tions sonoresinterprétéespar les amis du guitaristedisparu: avoir des bénévolesà temps plein ce n'est pas possible. ll fau-
drait mélanger les deux : des temps pleins et des bénévoles.
J.F. Lalanne,M. Haumontet BrunoMursic.
Bref,des Alliancesréussieset qui portentbien leur nom. Nées On a été un peu débordé mais on y est arrivé". Néanmoins,
l'équilibrefinancierde ces manifestations reste un vrai casse-
du constat que (ce sont les associations,les bénévoles, les
téte. A moinsd'un soutienimportantdes pouvoirspublics,elles
amoureux de la guitare, qui mènent ga et Ià des fas de projets
(et non des managers)",l'ambitionde Jo Vurchioétaitd'arriver ne peuventvoir le jour et perdurerqu'avecla bonnevolonté
non seulementdes organisateurs,mais aussi des participants.
à les regrouper.Ainsi "ils seraientmoinsisoléset on pourrait
pe ut-ètre canaliser, rassemblen,. Avec les concertistes,commenous I'expliqueJo Vurchio,"on
s'estarrangé. ll y en a beaucoup que je connaissais,je joue
Une ambitionqui restaità concrétiser." J'ai rencontréune
avec Jean-Félixqui organise "Les Tournoisde la guitare". On
dame, Anne Bruyère, et j'ai vu qu'elle faisait un travail intéres-
santau niveau de la danse,je I'ai observée,j'ai travailléavec se rencontrebeaucoup entre nous, on est d'accordpour cette
ouverture.On s'appelle,on s'arrange entre nous. Là,je suis
elle sur des projets musicaux pour des groupes de Paris. Et
obligé de combiner "professionnel, et nassociatif".Je fais le
après je suis allé plus dans ma partie qui est la guitare et je lui
pont entre les deux. Le plaisir, c'est d'abord la guitare". Quant
ai proposé de faire un truc sur cet instrumentavec "Jeunesse
à I'avenirdes Alliances,son organisateur souhaitequ'elles
& Sports". Elle a été d'accord et on a decidé de demander à la
évoluent,pourne pas refairepareil.Le but, lui,restele mème:
"faire découvrirla
guitare parce que
c'est le róle des gui-
taristes.C'est nous
qui devons faire
I'effort,faire lespre-
miers pas."

I StéphaneNowak

6
ls- -- ErrènGrrrGnts- - - ErrènGrnGnts- - -

passeport
uéeun
GAP dqlu
$uitarq t
uGlissAndDo>,vous L'accentétaitmiscetteannéesur
é,.._
connaissez ? Non,ce n'est les différentsmétiersde la
pasun nouveausport
musique.
personnes
Ainsi,plusde 300
ontsuiviun exposé
7). /'i' -
alpin.C'estuneassocia- autourde la lutherie,au cours
tionqui se décarcasse duquelun luthier,outilset
matériaux en main,a montré
danssa région,les hautes- les différentesétaoesde la fabri-
Alpes,pourfairedécouvrir cationd'uneguitare.
la guitareau pluslarge Enfin,Alexandre Lagoyaestvenu
public,et qui a su associer clóturécettemanifestationen
donnantun concertau Théàtrede
la villetouteentière(uni- la Passerelle de Gap.
versité,théàtre,écoles)
pourquela musique - et
plusparticulièrement la
guitare - soità I'honneur
enavrilà Gap.

h' Académiemusicalede orin-


tempsde Gap,c'estd'unepart
un stageregroupant

fesseurs
sur une
semaineunevingtained'élèves
de hautniveau.Animépar 3 pro-
du Conservatoire Natio-
f,CatHuc
+ Dsgrrilar€s
nfiffimfft àlamain
ùhlques
nalSupérieur de Musiquede
Paris,ce stageoffreune formule
originalecar ( /es stagiairesont + D6hrschoilsis
arcc
rigueur nafurllernent
etsmhm
en permanencela libertéde
travailleravec I'un et l'autre f Venisartanpn
desprofesseurs.Ce qui leur
permetde découvrirplusieurs
manièresde jouen,.
La fradÍtfon au
Maiscettemanifestation n'estpas servfce de la modernffé
réservée à quelquesinitiés.Bien
au contraire. A traversunejour-
néethématique sur la guitare
baptisée "Passeportpourla gui- l. Carfelluccla
vousinvite
à
tare', c'estle pluslargepublic,et
plusparticulièrement lesjeunes,
venir
découwir
etessayerdansson
quiontpu découvrirla musique nagasin-atelier
ses guitares
,,.
et la guitareà traversplusieurs ganme
naisaussiune
concerts et des ateliers.
qu'ilalui-mème
d'instruments
sélectionnés
Dourleuexcellent
qualité/pnx,
rapport
Un profesrfonnel
à votre servfce

I
ErrènerrrGnts- - - ErrènGrrrGrrts Errènern

Lessemaines delaguitare,
internationales initiées
en ouveftes styles
dansdifférents demusique". contre),
insîallée troisgrands
à Montpellier, fabri-
1996parTalaat ElSingaby,
sesontdéroulées du30 Degrands sesontdéjàdéplacés
artistes à Montpel- quanîsdeguitarecomme Lag,Godin et Estève,
avrilau15maidernier. loursdoncpourfèterla
Seize lierdepuis decettemanifestation
lacréation parmi desfabriquants decordes,desonos, demicros...
guitaresouslesoleil Béziers
entreMontpellier, et ona puécouter
lesquels JohnWillìams, JoDiorio, A noterégalement uneouverture
surlescollèges
Bédarieux. "L'idéeconsiste
à proposerune manifes- PacoDeLucia,
EricFranceries, EricLaumet, enzonedifficile
situés dequatre
avecI'accueil
tationplurielle pédagogique,
oflrantunaspect avec GérardPansanel, Cooper,
Colin AldoRomano, centsélèves.
lesmaster classet lesécolesdemustques, unaspect EnricoRava,JoséMariaGaillardoDelRey,Roland
technique,avecuneexposition deguitaresdetous Dyens,Sayed Ragab,.,
stylesdansunelargegamme deprix,etenfinun L'expo quant
regroupait à elleunequarantaine de
aspectaftrstique,avecdesconcertsetdesscènes luthiers
dontMartineMontassier(lireinterview
ci-

GurrnnRASARTESANAS
Lesguitares
selon

tionnés
sontfabrìquees
Esteve
methodes
d'anciennes
aftl5anale5,

sélec-
Leunboissontsoigneusement
deleuratousiique
enfonction
etdeleurefhetique.
mG é r a r dT o u b i a n a J.C. Malherbe

Lemanche offre
confortable
unegrande dejeu.
facilité LAG(IYASSIM
Lagamme présente
Esteve
d'instruments
unchoixdeguitares acoustiques
et
(équipées
électro-acoustiques depréamplls
Fishman)quia dequoisatifaire
les
lesplusexigeants.
guitaristes

Ce sontnosconfrèresitqliensde
qui ont, lespremiers,
x!ffi Seicorde
celebrelesZOonsd'Alexondre
Logoyo.Une interviewtrèsres-
iti pectueuse du mogozineitolien
permetou concertiste frongois
de roppelerson itinéroireet son
influencesurle déueloppement
DrstribLriion er./|s/ve oor MUSICO Depof lemenl Fsleve de lo guitoreen Fronce.
tJp58ó ó80118Ci.im!-rCe,ler . Ié1 0J 892033 A0 Fox 438923 Jó38
Pratiquez-vous vous-mème la guitare?

MARTINE N4art ne fvlontassier


pare d années.
: C estlini.Je nejoueplusdepuisune
ll fauttravailler la guitare sérieusement. l\4ain-

l|NE g H
lenantle chantedansunefanfare de chanteurs de ruea

Iv|onrnss|rR, cappellaC estsuperbe de chanler,1e


parle bonboulsansintermédiaire,
de a realte.
reprends Iamusique
je mesensplusproche

LUTHIER É ,ffi
FEMME
Vosgoútsen musique?
f\4artrnel\,4ontassier: J ai découvedrécemment EgbertoGis-
. . î' oLro. aoorec e oeaLco-oJ écoulera.ement la musique
A quelmoment avez-vous décidé defairedela lutherie ? I : l ',
'=
E én egslróprep'efe.eesconcerls. vorrIes ggn5jgugr.
Martine Montassier: Jejouais detagurlare I Quelsconseilspouvez-vous donnerà un jeunequi veut
Jeo,eîaib dcs
cours degurtare classique. J aimème étébassiste dansdes apprendrele métier?
groupes derock. depunkrock. c etat Iepoque deTere lvlarlnelvlontassrer : Lapatience. Laqualité d un luthier se
phone, Lamusique mebranchait bien.Puisj aibrcolé des nìesure à laqualilé de sonambition. ll fautqu'iltiennejusqu'au
maquettes depiano, deflutedepan... Jeneconnaissais pas i-ìoutd abord pour trouver uneformation. puispouracquénr de
dutoutletravail dubois,l\4ais. lemanue associé aa I expenence. C estb endecommencer parletravail du bois
pourdégrossir. Celafait gagner dutemps.L'apprentissage
musique, lessons, Qaa finiparm'intéresser.
Votreapprentissage ? V ee m l s q l e ! ! r e ca ì n e , tl l r0 . C r e e q : e a t . ,C 5.r'e ras a p aliq-ernenr d sparu.Efectuer desréparations
c h o speo L t r
[4artine Montassier: Après avoirtraireeterreru" petrt peu ollrentdespossibilìtes d emploìs, onestconfronté à dessitua-
e l e C e q ua í a l e | o L r ear r r t n e T e V i ì l i e n t e a n s . c eas l
dansquelques universités, j'aifaitunstage ouj aiiabrìqué un g u r t a reel e c t n q upea r c eq ! 0 l e l a z za r e c l a n r al lifl a l a tq u e lionsplusvariées quaveclafabrication eton apprend beau-
dulcimer. J'aicherché comment suivre uneformation. eljai l ag ut a r es ot a úr rr e a ì uC È i r r a h e s l rTec L rpi a r d i ea coLrp dechoses. Lesmagasins ontbesoindegenscommega.
faitunCAPdemenuiserie. J'aibossé avecunmecqu farsart m u sq u e O np e u tì o u l o J rrsr r e f l edr c s r r s t r u n r ebf lisz a n e s Pou|ce quiestde a fabricalion. lescréneaux baset hautde
des réparations etdes réglages de piano. Eten parlant à gammesonlprlset bienpris,lademande seferasurle milieu
m a s i lt a u qt u y a t a r n u s q r r e q\ ,u, a a v eì cp e uyl a v o r d e
droite età gauche. j aidécouvert cetteecole a Lor^d'es e l a r n u sq l r es a n su t l re f r a t . i " , . e r s te' en a Ì c l t eD a sc. r l degammeentre5000et 10000F ou il y a matière à lravailler,
London College OtFurniure. ouI a,sLrv, descoJrsperdd^r a o r sc e s lD ! t e r l r eal rIte c i l i rt iÌ r e p 0 . | r r r ì ep e c eu nq u e L a rnas ce serade manèresemì-rnduslnelle. Lalutherie Írancaise
quatre ans.C'était bien.Etaprès, a de i avenr danscecréneau'là. I
I'aienchaîné enFrance n t u s q u e e s t r n e c r t r l fr ,es l r r r n e f l I e n e s l q o u !et l
avecunstage itinérant chezAlainRaifort, Roseline Char es P r o p o sr e c u e i l l i p
sor S. N.
Bruno Penin etChristophe Leduc pourvolrun argeeventai
d'instruments anciens, maisaussì électriques. Jemesuisrns'
talléeà Montpellier aveccebagage-là, encommenQant par
effectuer surtout desréparatrons. Ta.srouJou's e- 'aD'tqJa" r
parallèlement unpetitpeu.Qaa marché relativernentvrte. -a_.-,-lfar-n t^-
--
parlebouche à oteille. lesmusrc,ens etae-r co^re^ts rpi c 1 t1-t- f :: f r : i
quejefaisais. {- ' - - - - a - - t l - r : - i 7 - ' t i -i t
; a- t-t <'rt
D'esdifficultés aveclesautreslulhiers?
Martine Montassier: Aucune. J'acceptais meslacunes Dans
lamesure ouona paslagrosse tète.lsvoLS resoeclenr
ll n'ya pasbeaucoup defemmes danscemétier ?
l/adine Montassìer: C'estplutòt unavanîage pourmoìQa
excile unpeulacunosité desgens. llsviennenl vor letra-
Toutsepasse
vail.., bien.mais.lesta.rrve qLedesgcî5
repanent enmedemandant deféliciter monmaripourlaqua-
litédutravail effecîué. llsnesoupqonnaient méme pasque
j'aìpuréaliser cesinstruments.
Quelsmodèles taîles-vous mainîenant ?
Martine Montassier : Déjà, 1enefaisplusderéparat ons.je
meconcentre uniquement surmesinstrumenls. Jefabrque
essentiellement

Comment
deconcert.
avecleDancouDe.

Nlartine
delacorde
desélectro-acoustiques.
siques

s'opère
Montassier:
Unnormal
nylon. Desguitares
J aideuxmodèles
etunsecond

lechoixdevosbois?
Pourlesclassioues
deconcert
degutares
avecdeuxouies

deconcerl, ie
et
c as-

@ffi*vr
fabrique principalemenl lestables enepicea. Ce. esrpaù
^\io
que1eminterdise d utihser d'aurres bo;s. Ta.sperson'e le-
ment jevaisd'abord versceiui-ci pour'acoustique. J aicorn-
mencé parlàetlesgensdemandent cequ'ils connaissent.
C'est unboisquinepardonne rien.Toutes resgJrta es
d'étude, enrevanche, sontencèdre. quia lepouvoir de
(masouer,. L'éoicéa semérite.
Que privilégiez-vous dansleson? La puissance, laron-
deur,labrillance ouleshoisà lafois,si possible ?
l/artinelilontassier : Théoriquement, lestrois.llfautrecher 'È
cherunéquilibre. Laguitare n'estpasunrnstrLrment forle le
4{Ì r,
nesera jamais aussi puissante qu'un piano. Enmatrère
acoustique, l'idée estdechercher unsonleplusriche pos
sible,leplusdéfini possible, aveclepiusdesustain possible
Avec qa,ona toutelapuissance qu,lfaut.r e sonvaa-ss,
loinquevouslevoulez). lanchesse. lap'ecrs o' d- sor
C'est cequejecherche à privilégier plutótquelapussance
pure. Lesgensnevontplus. auta^t queparleoas'ere,' es
guitares puissantes.
Comment voyez-vous la guitareévoluercesvingtprG
chaines années ?
Martine l\4ontassier : Jenensaisrienetcen estpasà noUS.
luthiers,deledire.C'estauxmuslciens deseprononcer. 1-
C'est lamusrque quroecrde. lr y a pas0el-the s sa-s il .'
mustctens,
Etlarecherche dansledomaine desformes?
Martine L4ontassier: 0n peutlesmodfierunpetitperrr arrg'
menter lapuissance. fairedesrecherches surlet mbre...
lilaispourlamusique queI onconnaît. ona cequì fautOn
n'invente rien, Qafaìtunmoment quelona rieninvente. Ce
quilerainventer quelqJe cîose. c est a\e'erénlo L-e 0.,

I
Infos--- lnfo$---

ruDITION
Quofr de neuf ?
Lesàlitions Von De Velde àlitent dons
lo collectionOuverlure,le premiervolume
d'une nouvelleméthodede ouitoreoor
ArnoudDumond.Conscient ouÉl'efficocilé
de l'ooorenlissooe est intimement lié ou
p l o i s i l ' ' d ' o p p r " " n d r l"',o u t e u rn ' o p o s
negligél'ospectludique.

L'àCiteurGérord Billoudot vient de foire


poroîtreplusieursportitions: Sonotede Do et
ous vous destinezaux CossotioÀ de Hoydn(ffúteet-guitore),Sonofre
métiersde la musique ? n"2 de Filiopo 'OudGroqnionifflOteei quitore).
L'Itemm, basé au lnterludeAl d'ÉrikMorchelie.Érercices
Mans, assuredes for- p o u r l e s p r e m i è r e so n n é e sd e g u i t o r ed u
<<Amiet élèvede mations techniques mèmeouteur,Instontonés de JeonHorreoux...
M. IBANEZ.IARREGA (réparateur et facteur de
guitares,techniciendu Chez Hit Diffusion, on note lo sortiedu
(neveuel contemporoinde son et programmeur I er volumede <<Chonsons Frongoises>>
: 13
FronciscoTARREGA), Midi) ou commer- piàes orrongéespour.guitores de G. Bros-
ciales, soit par la voie sens,Y. Duteil,A.'Souchon, W. Sheller,J.J.
ce guitoristea foit connoître
de I'apprentissagesoit par celle Goldmon...ll s'oqitde tronscriptions
fociles
ou grond public, de la formation continue. pour guitorerù dro dei tubesque
en Fronceet oux USA, En dehors des formations vouschontezsouslo"ldouche.
longuesqui s'échelonnentsur un
les étonnontesqualités à trois ans et qui débouchentsur Enfqnce et Production proposeun
musicolesde la guitare lo différents diplómes (CAP, BTS recueilpour occompoqnerò lo quitore
p/uspuissontedu monde.>> ou BAC pro), cet institut propose les chonsonsenfoniinàs(ovecsoìfège,
également des stagescourts, de t o b l o i u r ee t g r i l l e s d ' o . c c o r d )S
. ón
(B.H.Courrier, L.A.) deuxà cinqjours. outeur,GenevièveSchneider
ouleur, Schneidero enregis-enreqis-
Pour plus d'informations. iré un exempledes 20 fitressélectión-
| èr enregistrement vous pouvez téléphoneralu0243 néssurle CD inclusdonsce ouide.I
39 39 00. I
mondiol ovec
l'instrumenl en | 991

Tous les guitaristes savent


l'importance de soigner leurs
ongles. A cet effet, Miro Simic,
basé en Suède, a congu un kit
ALAN GARCIA bien pratique que vous trouverez
en vente chez votre malchand.
LecompactNailCareKitcomprend 9 produits
ou instruments pourréparer, renforcer, profi-
ler,peaufiner vos ongles.Voicila recette.
A p r è sa v o i rp r é a l a b l e m ennet t t o y evr o s
ongles1.Avecle styloapproprié, faitesune
--- application survoscuticules. 2. Découpez un
fib /' / morceaude soieautocollant f o r m e s o u h a i t é eà v o t r e o n g l e e n u t i l i s a n t
L à l a l o n g u e u rd é s i r é e e t d'abord la petite lime rouge (la plus
positionnez-le sur I'ongleà rugueuse), puis la grise(plusfine).5. Polissez
m i - h a u t e u r3. . A p p l i q u e z le dessusde l'ongleavecla lime à 3 grains.
u n e p r e m i è r ec o u c h ed e Vousverrez,ga brille.Aprèstoutesces opéra-
c o l l es u r l a s o i e ( d o n cs u r tions,vous pouvezenfinjouer...
l'ongle).Laissezséchez.Sui- P.S.: Ouandvotre ongle aura repoussé,ou si
vant la dureté désirée, la soie s'estdétériorée,utilisezle stylo <Glue-
r e n o u v e l e oz l u s i e u r sf o i s off> pour <démaquillerD v o t r e o n g l e ,e t
cetteopération.4.Donnezla recommencez.
i--- lnfo$--- lnfos--- Infos--- lnîos--_

INTERNET DonielL,,esueurlqisselrrmber
lo guitorepourollercultiver
Chcrpirre urî soniordin...Après25 ons
de bonset loyouxservices ou
Quandon est un guitaristeclassique,débu- servicede lo lutheried'l*, il
tant ou chevronné,il n'estpastoujoursfacile o decidede prendreso
de rencontrerd'autresmusicienspour parta-
ger sa passion.Gràceà Internet,vous pourrez relroile.Meilleurouvrierde
entreren contactavecdes guitaristesdu Fronce,medoilléd'or et I er
mondeentier,échangerdes tuyaux,visiterles prix de sonoriÉou Concours
sites des luthiers,connaîtreles datesde Infernotionolde Lutherie de
concerts,etc. Vous pourrezmémecréervotre Coshes,medoilléd'or ou
propresite, pour vanter les méritesde votre grondprix desméfiersd'ort,
compositeurou interprètepréféré.Sulvezle
monsieurLesueur o occumulé
cyber-guide! La visiteva commencer...
lesrécompenses ou coursd'unecorrièrequ'il o pourtonlcommencé
Voiciquelques
sitessurlesquels
surfer.
Attention:
il est tqrd,ò 39 ons.ll estvroi quesonMoîkepourl'initierou métier
interditde recopierles sourcesd'un site sans l'accord
de son auteur.
s'oppeloitDonielFriederich.
DonielLesueur nouso confiéqu'il iouoittrèsmolde lo guitore:
CLASSICNEWS <je ne soisfoire que lrois occords>,moisprébre occuperdésor-
Adresseinternet:www.cci-oise.f r/classic-news/ moissontempsò l'oquorelle, porcequesesmoinsqui onl tro-
Géré par MarmousetPromotion,organisateur de
concerts,ce site est destinéà hébergerdes instrumen- voilléle boisduronttoutescesonnéesn'ontpluslo finessepour
tistesclassiques.Par rapportaux autresinstruments,la prétendreà lo virtuosifé.
guitarey est encorepeu représentée, maisla qualité
remplacela quantité.Ainsi,le concertiste international,
ArnaudDumond,un des raresfrangaisa avoirregule
1er Prixdu Concoursde RadioFrance,y présenteson
parcours,sa richediscographieet ses futurs concerts.

GUITAREEN FRANCE
Adresse internet:http://www.g uitarenfrance.com/
Crée par Sony MusiqueFrance,ce site a pourambition
de recensertous les luthiersspécialisés en guitare,
classiquesou non. ll ouvresa paged'accueilpar un bel
éditorialde FrancisCabrel.On y trouveaussitous les
mois un gros plansur un luthier,des adressesutiles
9u;/o.e D,ffurran
(Atelieret Artistes),ainsiqu'uneRevuede Presse.Un
site qui s'étofferaau fil des mois... Uente par cowespondance
Dísques- Vidóos- Editiotts - Livres - Cordes
L E SA M I S D ' A N T O N I O
R U I ZP I P O
Adresseinternet:http://www.a-ru iz-pipo.com/
AntonioRuizPipo,compositeur espagnolde musique (;rr1-^rì, r.oÀr"sl rQr{ì
classique(piano,guitare),nousa quittérécemment.
Ses amis ont crée ce site pour lui rendrehommageet
présentersa biographie,
@uvres.
sa discographie et ses
^. Dho

Èq
rq
nr{
Jirq
,x.k
ffi
pour la suitede notrevisiteau prochain
Rendez-vous
numéro.
I Yann Delacotte

Vous touhoilez recovoir nolre Bullelin d'intormotions GRATUII ? Envoyez (foxez) votre odresse ò
()tttlrttr,
/)ifi".r;"t, 97 ruedeLberchres Ió238L.uiire(Begique) |t+32 ttBA1694

ou coniociez-nous por EmoiL. moil@guilor€-dillusion.com

Me Me e M Prénom. Nom:

Adfesse

Code Poslol Loco úé

-oroloqué Ie lroî,OA fil.LîOhî


IABOPEDAGO
Soffègeet leotulG,rythmeet exercices= lfl théofiemiseen [ra-
Par Jean-Marie Ragmond

liqueauseruicedesdébutants
et desautodidaGtes.
Voici la suite de l'étude que nous vous dessous qu'à la condition d'avoir effec- ci-dessous quatre volets concernant la
avions proposée d'entreprendre dans tivement assimilé ceux des précédents théorie musicale, la lecture solfégique
nos précédents numéros tant au plan du numéros. Cela vous permettra une pro- sans la guitare, le déchiffrage sur I'ins-
solfège que de la guitare. Ne commen- gression rapide et sans lacunes. Fidèles trument, et les exercices de technique
cez les nouveaux exercices proposés ci- à notre plan de travail, vous trouverez guitaristique.

musique par une fraction.


O Le nombre du haut représente le nombre de temps
dans la mesure.
Dans les numéros précédents nous avions O Le nombre du bas représente I'unité de temps
vu la portée, les notes et les silences corres- (blanches, noires, croches etc...).
pondants, la clé de Sol, les dièses,les bémols
et les bécarres (altérations), la mesure, les La blanche est représentée par le chiffre 2, la noire par le
temps, le ton et le ll2 ton, les gammes chiffre 4, la croche par le chiffre 8, la double croche par le
chiffre 16 etc ...
majeures et mineures, les signes complé-
mentaires. Continuons notre étude et décou- Il existe 3 types principaux de mesure : à 2, 3 ou 4 temps
vrons en détail... la mesure. le rythme et le selon le caractère que I'on veut donner à la musique que
I'on écrit. Selon leur position dans la mesure, les temps
mouvement. n'ont pas tous la m€me importance en ce qui concerne
I'accentuation.
O La mesure est le résultat du <découpagett d'un Ilya:
morceau de musique en parties de durée égale, I les temps forts (ler temps dans les mesures à 2 et 3
constituées chacune du mème nombre de temps. temps, et ler et 3e temps dans la mesure à 4 temps)
I les temps faibles ( 2e temps dans la mesure à.2 temps,2e
O Le rythme est constitué par la durée des divers et 3e temps dans la mesure à 3 temps et 2e et 4e temps dans
éléments (notes ou silences) disposés dans les lamesureà4temps).
mesures d'une phrase musicale.
Selon que les temps d'un mesure sont divisibles par 2 ils
O Le mouvement correspond à la vitesse sont dits binaires et forment ce que I'on appelle les mesures
d'exécution de la musique. simples (ex. 2/4, 3/4, 4/4..).
Selon que les temps d'un mesure sont divisibles par 3 ils
sont dits ternaires et forment ce que I'on appelle les mesures
LA MESURE composées (ex. 6/8, 9/8, l2/8...).
Les barres de mesure
LJne mesure est I'espace compris entre deux barres de
Comment battre la mesure ?
mesure (traits verticaux sur la portée). Elle permet, comme
La mesure à 2 tps La mesure à 3 tps La mesure à 4 tps
son nom I'indique, de <<mesurer>> dans le temps, I'exécution
d'un morceau de musique. L'ensemble des notes et des
silences qui se situent entre les deux barres de mesure
34


constituent cette mesure. Leur somme (par mesure) doit étre
la méme pour toutes les mesures. La fin d'un morceau de
,']\.
musique est toujours signalée par une double barre de
mesure (en caractères gras) et si un changement intervient
en cours de morceau, il est signalé par une double barre (en
,\
caractères normaux, voir exemple)

barre de changementde fin du


mesure morceau LE RYTHME
Le rythme prend sa source dans I'enchaînement des diffé-
rentes durées de notes. Il est, avec la mélodie, I'harmonie
etc..., l'un des paramètres les plus importants de la musique,
et ses combinaisons sont infinies. C'est gràce au rythme que
Les temps
I'on pourra faire la différence entre par exemple une
Les temps sont les éléments qui constituent la mesure. Il y a
Mazurka et un Boléro.
le méme nombre de temps dans chaque mesure. Le nombre
Comme on I'a vu précédemment, selon leur position dans la
de temps par mesure est indiqué au début du morceau de mesure, les temps n'ont pas tous la méme importance en ce
qui concerne leur accentuation. Il y a en effet :
O les temps forts et les parties fortes des temps
O les temps faibles et les parties faibles de temps
Ceci nous amène à parler de formules rythmique que I'on
rencontre très souvent en musique : le contretemps et la
syncope. LE MOUVEMENT
On appelle mouvement - ou tempo - la vitesse d'exécution
Le contretemps d'un morceau de musique. Les musiciens ont créé un cata-
Le contretemps est en fait une note qui commence sur un logue (en italien) définissant ces vitesses, des plus lentes
temps faible ou sur la partie faible d'un temps sans se aux plus rapides:
prolonger sur le temps fort ou sur la partie forte du temps
Largo signifie très très lent
suivant.
Larghetto signifie très très lent
Lento signifie lent
Adagio signifie Un peu mois lent que Lento
Andante signifie très modéré
Andantino signifie assez modéré
Modérato signifie modéré
Allegretto signifie modérément vif
La syncope
Allegro signifie vif
La syncope, comme le contretemps, est une note qui com-
Vivace signifie très vif
mence sur un temps faible ou sur la partie faible d'un Presto signifie rapide
temps mais qui se prolonge sur le temps fort ou sur la par- Prestissimo signifie très rapide
tie forte du temps suivant.

Comme dans notre précédent numéro nous


continuerons notre étude sur les principes
que nous nous étions fixés : afin faciliter
I'apprentissage de la lecture, nous dissocie-
rons, dans un premier temps, la lecture du
rythme de la lecture des notes puis, une fois
p arf a i t e m e n t à I'a i se d a n s ce s d eux
domaines, nous les travaillerons simultané-
ment. Dans le précédent chapitre (Guitar
Cla s s i c t r "1 ) , no u s a vi o n s é tu d i é les
blanches pointées, les blanches, les noires,
les croches.
Nous allons aujourd'hui introduire la noire
pointée,le contretemps et la syncope. Paral-
lèlement, nous étendrons notre champs de
lecture de notes. Avant d'entreprendre ce LECTUREDE NOTES.
nouveau travail, n'hésitez pas à réviser les Nous allons augmenter notre champs de lecture de notes.
Continuez à travailler de manière très régulière. Vous
exercices des numéros précédents jusqu'à réglerez le métronome sur 6O battements par minute et vous
les exécuter sans aucune hésitation. lirez une note par battement. Quand vous vous sentirez à
Tous à vos métronomes... et bon courage... I'aise, accélérez le tempo petit à petit.

la gloire est au bout du chemin.

LECTURE
DE RYTHMES.
Pour la lecture de rythme les petits traits verticaux repré-
sentent les temps sur la partition : ils devront correspondre
aux battements du métronome. Réglez votre métronome à
6O battements par minute et tapez le rythme avec votre
crayon sur la table. Quand vous vous sentirez à l'aise, accé-
lérez le tempo.

I
-T

LECTURE MÉUNGÉE DE RYTHMES


ET DE NOTESDTSfOINTES.
De méme que pour les exercices précédents, si vous souhai-
tez progresser rapidement, réglez le métronome sur 60 batte-
ments par minute. Quand vous vous sentirez à I'aise,
accélérez le tempo. Essayez de vous entraîner à lire en
avance (comme quand on lit un texte) d'une mesure sur ce
que vous dites. Vous développerez ainsi votre rapidité.

TECTURE
MÉIANGÉE
DERYTHMES
ETDENOTESCONfO|NTES.
De mème que pour les exercices précédents, si vous souhai-
tez progresser rapidement, réglez le métronome sur 60 batte-
ments par minute. Quand vous vous sentirez à I'aise,
accélérez le tempo. Là aussi les petits traits verticaux repré-
sentent les temps sur la partition : ils devront correspondre
aux battements du métronome.

La lecture à la guitare est une opération complexe. les exercices qui suivent seront bàtis sur des notes
En effet, contrairement au piano, une note donnée sans aucun rapport mélodique de manière à écarter
peut sejouer très souvent en plusieurs endroits diffé- toute intuition.
rents du manche. De plus, elle nécessite l'interven- Commencez très lentement et répétez les de plus en
tion d'un doigt de la main gauche pour déterminer plus vite jusqu'à ce que vous soyez à tout à fait à
sa hauteur, et d'un doigt de la main droite pour atta- I'aise. Nous commencerons aujourd'hui l'étude du
quer la corde, ce qui demande, dans la rapidité, 2d quadruple. Bonne lecture !
beaucoup de coordination. Pour bien déchiffrer, il
est donc nécessaire d'avoir une très bonne connais- n" des cases
sÍrnce de la touche de la guitare, de manière à retrou- I
il IIIIVV
ver les notes sans hésitation. L'objectif de cette Corde I
étude va donc ètre de développer vos réflexes de lec- Mi 1re
ture, quadruple par quadruple (on appelle qua-
Corde 2
druple quatre cases adjacentes). L'étude des si2e
quadruples (ou positions) permet un travail ordonné
Corde 3
où chaque doigt de main gauche a sa fonction: le ler Sol 3e
doigt dans la 1re case, le 2e doigt dans la 2e case, le
3e doigt dans la 3e case,et le 4e dans la 4e. Corde 4
Ré4C
I-es exercices de déchiffrage qui suivent dewont tous
étre exécutés en respectant cet ordre et s'appuieront Corde 5
exclusivement sur des notions de solfège déjà La5e

acquises. Veillez à la position de votre pouce de main Corde 6


gauche qui dewa se trouver, sous le manche, exacte- Mi 6e
ment sous le majeur (voir le premier numéro de
notre magazine). Afin de travailler la lecture pure,
Toujours avec les mémes valeurs de durée, cet exercice
L'exercice qui suit s'appuiera uniquement sur des blanches
sans altérations (deux temps). Respectez scrupuleusement intégrera I'utilisation des dièses et des bémols
les et la durée des notes (travailler au métronome!).

Cet exercice intégrera I'utilisation des croches sans altéra-


tions. Mémes conseils ...
Toujours en blanches, cet exercice intégrera I'utilisation
des dièses et des bémols. Respectez toujours scrupuleuse-
ment les doigtés et la durée des notes. Travaillez lentement

Toujours avec les mémes valeurs de durée, cet exercice


intégrera I'utilisation des dièses et des bémols.

Cet exercice intégrera I'utilisation des noires sans altéra-


tions. Mémes conseils que pour les exercices précédents...

MAIN DROITE. Exercice 15 (plage 45) & exercice l6(plage46).

Cet exercice est fait


pour vous permettre
d'acquérir de I'indépen-
dance et de la mobilité
dans les doigts de la
main droite. Contrólez
toujours la qualité de
votre son. Commencer
au tempo de noire = ó0
et essayer d'arriver
jusqu'anoire= 120

r mP p
Cet arpège est en fait une
mélodie (à la basse)
accompagnée. Vous
prendrez donc soin de
bien la détacher en
veillant à son legato
(continuité) dans les
chmgements de position.
Pour cela. bien respecter
la durée des notes en gtr-
dant en place les doigts
concernés le temps
nécessaire. Respecter les
doigtés de main gauche
et main droite à la lettre.

MAIN GALJCHE. Exercice l7 (plage 47)


Pratiquez cet exercice
iaiaiaiaiaì sur chaque corde, de la
imimi
et ainside suite p o s i t i o n l à l a p o s i t i o n
jusqu'àla position9
IX, comme échauffe-
ment et à chaque fois
que vous prenez votre
guitare (pour d'aborder
votre répenoire dans les
meilleures conditions.

l5
ueestaisee
critiq mais
I'artestdifficile.
ladit,nOus avOns
ecoute
pour
vous parutions
lesdernieres
lui reprocher tant les qualités de
cette musicienne sont énormes,
mais "Tempo de Polonaise" et
"Alla Polacca" aurait certainement
Ce mois-ci, gagner à plus d'investissement et
d'allégresse.
découvîezz Schubert n'échappe pas la règle. La
réserve est de mise et tout cela colle
Krzysztof Pelech à merveille avec le style que
demande ces six "lieder". La mélan-
dont Ia carte de colie et la simplicité (apparente bien
évidemment) de cette musique sont
visite est plus rendus de fagon évidente et naturelle
par Catherine Liolios, qui en fait par
impressionnanteque Catherine LIOLIOS là un des points phare de son disque.
Laissons nous porter par ce "disque
son album, le duo Enregistré en décembre 1997, Minu-
tage 68'O8"
aquarelle" assez finement ciselé, et
attendons très vivement le prochain
Lefilliatre et Feuillet Sonate n'2 Pour le violon
J.S. BACH
opus pour que Catherine Liolios
montre un autre facette de son talent.
dan un execicediffî- Six Lieder (arrangés par J.K.Merîz)
F. SCHUBERT
cile, Paul Galbraith Suite "In Modo Polonico"
A. TANSMAN
dont les expérimen- Ce disque ne porte pas de label. Cer-
tainement le premier CD de Cathe-
tations nécessitent rine Liolios, effectué à compte
d'auteur, comme le font le plus sou-
un certain génie, vent beaucoup de jeunes artistes.
Outre le fait de ponctuer I'entrée
Manuel Barrueco dans le monde musical profession-
nel, il sert, le plus souvent, de carte
pastrès en verve, de visite pour d'éventuels contacts et

SkoariMuraji dont pourquoi pas de contrats.


Guitariste, encore peu connue, elle a

la vitalité balaie de fortes chances de s'installer


confortablement dans la liste des
Krzysztof PELECH
touteprudence.Et, représentants de la guitare en France.
La Sonate n"2 en La mineur écrite
KOSCDIT
Enregistré en 1992, Minuta54e
dansun tout autre originalement pour le violon débute
ce disque. Dès I'attaque du
51'46"s
genre,Anny et Jean- "Grave"(pièce ouvrant la sonate),
Catherine Liolios donne I'atmo-
Danza Ponposa
Mazurka

Marc Versini, sphère générale dans laquelle elle


Prélude
A. TANSMAN
entend jouer cette sonate. Sonorités
en historienpra- fine, précise et douce à la fois, se
Mazurka
S. MRONSKI
mélangent pour nous placer dans un
tique du rag. contexte favorable, mème si, parfois,
Inîroduction
oP 22
et 4 variations
certaines phrases manquent d'éner-
F. HORECKI
gie, d'articulation. Notamment dans
Par Joél Jegard la fugue et l'allegro qui se montrent
Fantaisie sur un thènte
de G; Verdi "La Traviata"
assez pastels. Mais, elle sait déve-
F. TARREGA
lopper chaque phrase avec sérénité
et efficacité. Quatre Tangos (Verano Porteno
etc...)
Intériorité, douceur, égalíté sont de
A. PIAZZOLI-A,
mise et on aurait mauvaise sràce à le
Deux valses un accompagnateur de premier plan.
A, I-AURO S'inscrivant dans la ligné des grands
Tango en skai' luthistes de l'époque, il insère
R. DYENS I'accompagnement de la guitare
Un nombre impressionnant de prix dans la ligne mélodique avec une
de concours internationaux donne à grande maîtrise et un sens aigué du
ce garqon une carte de visite impres- placement sans jamais risquer de
sionnante, dont la lecture, seule, déséquilibrer la phrase.
impose le respect. Tout naturellement enchaîné, après
Cependant, dès les premières notes, "Come Heavy Sleep" muse inspira-
on est géné par le manque de défini- trice de ce monument de la musique
tion et de présence de I'instrument. pour guitare, le <<Nocturnal> de Brit-
La prise de son est tout à fait quel- ten ponctue ce disque. Il fallait étre
conque et la réverbération est à la courageux et sur de soi pour enregis-
limite du mauvais goút. Mais enfin trer cette pièce dont I'empreinte
Claire LEFILLIATRE,
Pelech fait preuve d'une grande maî- marquée par Julian Bream restera
Louis Marie FEUiLLET
trise technique et propose dans ce gravée à jamais dans les esprits des
"Canciones y tonadillas" Cctlliope
CD une sorte de patchwork musical, mélomanes. Le travail est considé-
926 I
où les pièces ne sont pas toutes rable. L'interprétation de Louis
EnreS4istré ett 1998, Minutage
d'égal intérét, loin s'en f-aut. Marie Feuillet est très intérieure. Les
69',03 "
Alexandre Tansman fait parti des phrases sont abouties, justes, très
C lutnsons popul a i re s espagno I es
incontournables du répertoire de la belles, rnème si souvent elles man-
M. De FALI-A,
guitare. Pelech, né à Wroclaw (en quent de puissance (et non de
Tttnadillcts
Pologne), ne pouvait manquer de le volume), de cette f-orce émotive qui
E. GRANADOS
citer dans son album. Avec raison car vous envahie et donne. pour un ins-
A v-r€S
ces trois pièces, tirées du folklore tant. un sens à votre vie. Mais ne
J. DOWI-A,ND
populaire, sont jouées avec bonheur soyons pas mesquin. ce disque reste
Noctuntal ( g4Ltita re seule )
et allégresse par le jeune guitariste. très beau et je le conseille. A beau-
B. BRITTEN
dégageant deci-delà les motifs inté- coup, il fèra découvrir une nouvelle
Folk songs
ressants de chaque pièce ; notamment palette de la musique.
B. BRITTEN
le petit figato de la Dansa Ponposa
Claire Lefilliatre (voix) et Louis
ou, encore, en marquant volontiers le
Marie Feuillet (guitare) signent là un
tempo enjoué de la Mazurka.
d i s q u e t o u t à l a i t i n t é r e s s a n te t o r i g i -
E,n revanche, quelques éclats vien-
nal. Bien que les Chansons Popu-
nent entacher cet énorme travail de
laires Espagnoles de Manuel de
lissage, comme ce vibrato quelque
Falla, ainsi que les "Ayres" de John
peu excessif qui frise parfois le
Dowland fassent maintenant parti du
vulgaire.
répertoire incontournable pour voix
Quant aux 2 pièces suivantes. et guitare, les Tonadillas de Grana-
Mazurka de Mronski et les varia-
dos et des "Folk Songs" de Benja-
tions OP22 de Horecki, il faut
min Britten, restent, eux, de I'ordre
bien avouer qu'elles n'apportent
de I'exception. Ces <<Tonadillas>>,
pas énormément à la littérature
représentant une des fbnnes les plus
guitaristique.
typiques du théàtre madrilène de la
Les thèmes sur la 'Travi:rta" de
fin du XVIIIe siècle et auxquelles
Verdi, arrangés par Tarrega (guita-
E,nrique Granados fait directement
riste de la deuxième moitié du XIXe
référence, sont présentées par Claire
Paul GALBRAITH
et début XXe), souffrent de ce DELOS DE 3232 (2CD)
Lefilliatre comme des chansons
vibrato décidément très gènant. Ettregisrré en 1998 ICD 55'39"
légères, agréables, et dotées d'une
La musique de Astor Piazzolla 2CD 62'15
grande profondeur émotive. Autant
aidant, Pelech se laisse aller à plus Sonates BWV lOOl en A Mirteur
dans la musique de De Falla, la voix
d'émotion et de passion mais le Srsnates BWV 1OO3 en B Mineur
de Claire Lefilliatre manquent un
résultat manque toutef-ois de la pro- Ststlate.sBWV 10O5 en D Ma.ieur
peu de poids et de substance, et par-
fondeur et du balancement quc pour- PartitttsBWV IOO2 en B Mineur
fbis méme de justesse, de cette cou-
rait donner un guitariste comme ParÍitas BWV lOO4 en E Mineur
leur un peu rude et puissante qui
Cacho Tirao. Evidemment. la com- Partitcts BWV 1006 en E Majeur
transmet toute l'àme espagnole ;
paraison ne se fait pas à I'avantagc Personnage étonnant à plusieurs
autant dans la musique de Granados
dujeune Polonais. titres. Tout d'abord par le répertoire
et encore plus dans la musique de
Enfin. les arrangements pour guitare abordé : trois sonates et trois partitas
Dowland, le léger cóté "baroque",
de Benitez, sont intéressants à plus de J.S Bach (écrites pour le violon)...
presque "coloratura", de sa voix
d'un titre et Pelech y est à I'aise Il faut oser. Peut-ètre s'est il rangé à
exprime parfaiternent bien, et s'ins-
avec sa technique précise, efficace et l'avis de Julian Bream qui pensait
crit justement clans le sens mème, de
nécessaire pour jouer de telles que les 6 sonates et partitas de Bach
la phrase musicale.
ceuvres. pour le violon étaient d'une écriture
Louis Marie Feuillet sait se rnontrer

17
idéale pour la guitare. Plus surpre- qui a bercé toute son enfance. Cela ceur, de violence et de contróIe...
nante est la position de I'instrument est chose faite et E,mi présente un elle assène ces coups de boutoir
et la conception musicale qui en véritable "patchwork" latino des comme le ferait un "samourai".
découle. Paul Galbraith tient sa gui- plus grands compositeurs améri- Le flou artistique finement entre-
tare comme un violoncelle, tout y cains tels Barrios, Villa Lobos, ou tenu, ne cache pas le talent de cette
est ou presque : la "pic" métal aussi. encore Piazzolla... jeune musicienne, la musique de
La démarche, très curieuse, justifie Il était tout aussi naturel que logique, Rodrigo lui convient tout à fait.
l'intérét porté à cet enregistrement. que Léo Brouwer (compatriote de Cette attaque franche, légèrement
Dès les premières notes, la surprise Barrueco) fasse partie de ce choix. acidulée, projetant sans cesse, n'est
est grande. Le son est franc, clair ; Cela dit <<DantzaAltiplano>, danse pas sans rappeler celle de Narciso
aucune liaison guitaristique ne vient d'origine péruvienne, n'est sans Yepes ; la précision en moins, c'est
troubler ce fleuve de notes... L'inter- doute pas la pièce la plus représenta- dommage.
prétation y est impeccable, sans tive de la musique de Léo Brouwer. Son empressement, cette formidable
bavure... Le détaché est imposant et Manuel Barrueco nous promène à volonté, lui òte toute précision et le
donne à ces sonates et partitas une travers ces chants... avec une lassi- j e.r, manquant de propreté,
couleur toute particulière. Or, nous tude et un manque d'émotion évi- l'empéche d'exprimer certaines
ne sommes pas au bout de nos sur- dent qui confine à l'ennui. phrases.
prises. Quand Paul Galbraith aborde La participation de Barbara Hen-
I'Adagio de la 3e Sonate... sa len- dricks n'y change rien puisque le
teur est telle, qu'elle frise I'insoute- courant ne passe pas entre eux. Tou-
nablel il faut une force de jours aussi peu inspiré, Manuel Bar-
concentration el une patience extra- rueco traverse cette fameuse
ordinaires pour ne pas craquer avant "Histoire du tango", écrite par Astor
la fin... Piazzolla avec une absence évidente
Le travail de recherche est impres- de motivation, seul le talent, énorme
sionnant, la conviction est énorme et de E,mmanuel Pahud vient rehausser
donne à ce disque une dimension un peu le niveau de ce disque.
indiscutable, mème si parfois les
tempos déconcertent et irritent.
comme ceìui de la Chaconne (très
lent) de la 2e Partita, et de cet Ada-
gio (interminable) de la 3e Sonate.
Puis. subitement. tout se réveille et
alors Paul Galbraith nous inonde de Anny & J.-M. VERSINI
ses tempos de virtuose (notamment P lal,ing Ragtime Guitar ( M armotte )
I'Allegro de cette mème 3e Sonate). Non, ces deux-là ne pratiquent pas
Disque facétieux, qu'il faut le classique. Quoique... Qu'est-ce
connaître absolument. Pour I'origi- qui est classique et qu'est-ce qui ne
nalité du personnage, pour I'utilisa- l'est pas ? Le rag a inspiré pas mal
tion qu'il lait de sa guitare et pour sa d' auteurs classiques contemporains ;
conception musicale, à la fois forte or, justement, le rag est le terrain de
et déroutante, bouleversant tout sur prédilection des Versini. En deux
son passage. albums, ils retracent l'évolution du
SKOARI MURAJI genre avec des ceuvres nombreuses
joue Joaquim RODRIGO dont une bonne partie est due au
Vic to r Ente rtaiment ( J apon ) maître du style : Scott Joplin.
Vicc 60O34 Le livret qui accompagne le Cd a
Enregistré en 1997 Minuta51e 54'55 de la gueule. Pétri de renseigne-
Junto al Generalife, Tiento anti- ments et d'illustrations d'époque, il
guo, Sonctta Giocosa, En los tri- suffirait, à lui seul, à justifier
gales, Fctndango, Passacaglia, I'acquisition de la galette.
Zapateadr,t, Pajaros de primavera, On sait que le rag a essentiellement
Sarabande lointaine, Invocctcion y sollicité le piano ; mais, la césure
clanza, Pastorale main gauche main droite, forte-
Ceux qui ont envie de découvrir la ment pronongée, était particulière-
musique de Rorigo seront servis. ment propice à I'adapatation
Reflet de la vitalité de la musique guìtare. (Au reste, les bluesmen ont
espagnole, le répertoire est abordé, assez rapidement adopté ce picking
par cette jeune Japonaise, sans ver- cr0 allant de soi ou, plutÒt, tom-
MANUEL BARRUECO gogne et sans concession, laissant bant naturellement sous les doigts).
EMI "Cantos y Danzcts" traîner, par ci par là, quelques Anny et Jean-Marc Versini,
Ettregistré ert 1998 défauts et bruits parasites qui sont enjoués mais rigoureux. revisitent
Mittutage 66'40" autant d'éléments constituant de donc cette époque avec fidélité. Il
Imprégné du croisement de cultures cette lormidable énergie transmise. faut, derrière. imaginer un spea-
européenne, indienne et afiicaine, le Le manque de netteté, toute relative keasy ou un bordel, enfùmé et
Cubain Manuel Barrueco se devait bien súr. contribue à la création de bruyant, pour apprécier la guitare
de rendre hommage à la rnusique ce climat particulier. Fait de dou- rag dans toute sa réalité.

IB
La Maya de Goya
T
Danse Espagnole n"l I

lB0iltl
l-il0l|$
Danse Espagnole n 12
Colliope 9204
Enregistré en 87.
Le plus ancien des trois.
cet enregistrement est
t
Trois disques dons cet mieux congu, le spectre
olbum,3 compositeurs sonore est bon et très
importonls de lo musique
espognole: Gronodos, Albe-
agréable, les guitares don-
nent toutes leur expression.
t
niz, Follo. A port De Follo
qui o écrit " Le Tombeou oe le Duo Horreaux-Trehard

il[ tlTlill{T
Debussy" pour lo guitore. est plus à I'aise. Autant
oucun de ces compositeurs Albeniz était sec et ner-
n'o écrii pour cet instrument. veux, autant ces danses de
Les tronscriptions,voir les
orrongements sonl néces-
Granados, mélancoliques
et plus pastels correspon-
I I
soires et ceux présentés dent à la personnalité de
dons cet olbum sont une
réussite.
ces deux interprètes. Mème
lllversrno
CHEFS-D'OEUVR . "E
ff 8 numéros
si les Valse poétiques sont DE LA GUITARE
légèrement scandées et un coN+lroo[^k^N]úrz fNr^6 + volre cqdequ
HORREAUX. peu martiales, I'ensemble
TREHARD
jouent Isaac reste cohérent et bien
monté. Dommage que des
Pourgg@ F
ALBENIZ bruits d'ongles et de cordes qu lieu de 42O F
Calliope 9222. Enregistré perturbent l'écoute.
en 1992 Minutage 72'57" soit 9O F de
Sevilla, Cordoba, Aragon,
Granada, Cataluna. Cas-
Jouent Manuel réduction
DE FALLA
tilla, Espana (Six Feuillets Calliope 9260
d'Album op 165), Pavana, Enregistré en 1996
Menueî, Berceuse, Stac- Le Tricorne (extraits)
cato-Capricho, En la Danse de la Meunière
Playa, Pavana Capricho Danse des voisins
op 12 Danse du Corregidor
L'enregistrement est un Danse du Meunier
peu sec, il manque assuré-
L' Amour So rc ie r ( extraits )
ment de rondeur et d'enve- Danse de la Frayeur
loppe qui auraient Récit du pécheur f!vresrno
contribué à donner une Minuit
autre dimension à la Danse rituelle du.feu
musique. Ces ceuvres, Escena
emblématiques de la
musique d'Albeniz, sont
Chanson du feu follet
Pantomine
qu prix de 330 F
abordées, c'est certain,
avec beaucoup de profes-
C hansons populaires espa-
gnoles (extraits) pour8 numércs
sionnalisme et de rigueur, Nana
mais on ne retrouve pas Asturiana
Etie recevroi
encodeouleCDdeJohnWillioms
I'intensité, la luminosité et La Vie brève Pour les Dom-îom et l'étronger s 4lO F
parfois mème la poésie
Féte des fiangailles
d'un Cordoba ou d'un Cas- Jeioinsmonreglemenfétobli
Interlude
à l'ordre de Studio Presgpor:
B ruour
tilla joués par Bream et Ire dans espagnole PRENO|\4
Williams. L'attaque est Dios mio, Serenata. Ora- O Chèque OMondotlette N" lrltrttrritttlttr
souvent trop brutale et cion, Canc ion andaluza, 0 Eurocheque 0 lvlondotinternolionol
nous laisse un peu sur E X P I R E F I NI I I I
Cancion D Porcorb de credit. Donscecos,ie
notre faim. remolisle codreci-conhe. SIGNATURE
La prise de son est bonne,
mais l'attaque des gui-
Jouent Enrique lares est. encore une fois, Nom
GRANADOS très brusque et trop dure
Danse Espagnol Prénom
et donne à ce disque une
Danse Espctgnole n" 2 lourdeur qui ne corres- Adresse
Danse Espagnole n"4 pond pas trop à la CodePoslol
Moresque musique de Manuel De
Capricho TéI
Falla. Il manque, je ne
Sérénacle clu Spectre sais quoi de sensuel,
Valses Poétiques Bulletin
ò retournerò
d' intérieur, mais certaine- Studio
Press
39-4.ìruede lo Boulongerie
Danz.a Gitana B.P.I l, 93201 Soint-Denis
ment pas d'énergie.
Danz.a Aragonesa
Les conseilsde Joél Jégurd
^

M|iEUXUAUT
ETRE
EN
EXCELIENTE
POS/,T/iON
En matièrede guitare,les détailsne sont jamaisinsignifiants.Ainsi, ce mois-ci,reve-
nons un moment sur la position à adopterpour jouer dansles meilleuresconditions.

Lo Position I'on utilise une sangle que I'on


passe derrière le cou et sur l'épaule
homme derrière la guitare.
Je vous propose un méthode, certes
A plusieurs types de guitares, exis- gauche, la sangle étant attachée aux pas infaillible mais qui. je crois.
tent plusieurs positions. Vous
deux extrémités de la guitare. Cette peut apporter une solution à
n'ètes pas sans savoir que la gui- position, assez rustique, il faut bien quelques problèmes.
tare est un terme générique qui
le dire, rappelle la position que pre-
représente des instruments forts
naient les troubadours d'antan pour Suivez la démarche.
différents et divers, tant dans leur
accompagner leurs chansons. Dans l- Imaginez prendre entre vos
style musicale que dans leur forme.
tous les cas, cette position est suffi- mains un bàton de bois, et placez le
Seule la guitare rencontre ce pro-
sante pour maintenir I'instrument bras tendu en face de vous (comme
blème de reconnaissance (de posi-
en place. le montre la photo ci-dessous)
tionnement dirait un as du guitare flamenco est plus
La
marketing). Un piano reste un
proche de la guitare classique,
piano. quelque soit la musique que
puisqu'elle se pose sur la jambe
I'on joue, le violon, I'alto, le vio-
droite, soit dans l'éclisse, soit car-
loncelle eux aussi n'ont pas ce pro-
rément sur la partie renflée de la
blème d'identification. Il n'en va
caisse de faEon à placer le manche
pas de mème pour la guitare qui
incliné près de l'épaule opposée.
comporte quatre grands types bien
Quant à la guitare classique, elle se
distincts. place entre les jambes, après avoir
préalablement surélevée la jambe
A) Les guitares à cordes d'acier gauche.
l- La guitare électrique (rock,
jazz, etc.)
Notre truc 2- Placez la main gauche en supi-
En fait cette position est assez nation totale (c'est-à-dire la paume
2- La gurtare acoustique dite "folk"
commune, consensuelle et somme de la main orientée vers le haut)
(accompagnement de chansons et
toute très standard: la guitare se
autres) place entre les jambes, parallèle au
thorax (mais très légèrement avan-
B) Les guitares à cordes en nylon
cée vers I'avant). le creux de
1- la guitare flamenco (musique de
l'éclisse posé sur la cuisse gauche,
type populaire, tradition vivante
le manche orienté vers le haut, de
qui remonte à la plus haute anti-
faEon à ce que la tète de la guitare
quité, essentiellement localisée au
soit au dessus du niveau des yeux
sud de I'Espagne) (tout cela est modulable en fonc-
2- la guitare classique (type d'ins-
tion de la morphologie de chacun),
trument de musique au méme titre
la jambe gauche surélevée, de
que le piano, le violon, etc.
manière à éviter le déséquilibre
est destinée à jouer la "musique
vers I'avant ( en principe elle doit
classique").
tenir seule en équilibre ... je dis
On ne citera pas tous ses dérivés...
bien en principe...). Voilà en trois
comme la guitare portugaise pour
mots ce que vous apprend tout pro-
jouer le Fado, la guitare d'Amé-
fesseur de guitare.
rique latine, etc...
Mais cela se complique sacré-
Pour la guitare électrique (rock
ment quand il faut placer les
essentiellement) et la guitare folk,
mains sur I'instrument et le bon-
le placement est simple, puisque
Pour la première solution, c'est
3- Fléchissez les deux bras au très simple et très courant. Le tradi-
niveau du coude à l2O" et raÍnenez tionnel "repose pied" procure une
les deux bras le long du corps (et position stable et efficace.
non contre le corps) Attention à ne pas régler le repose
pied trop haut, le corps se position-
nant trop en arrière, et inversement,
(le repose pied trop bas, le corps
serait trop en avant).
Il faut avoir le dos assez plat et
incliner le buste légèrement vers
I'avant, de fagon a avoir la sensa-
tion de dominer I'instrument. Et le
poids du corps fera le reste...

La deuxième solution consiste à


d'utiliser un cousin, ou bien une
sorte de "plaque métal", accrochée
par un système de ventouse qui se
dresse perpendiculaire à l'éclisse
inférieure, et vient buter sur le cóté
gauche de la cuisse gauche en
maintenant parfaitement la guitare.
Quelle que soit la solution adoptée,
il faut que la guitare se retrouve
dans la méme position.

Puis vient I'aspect détente et


poids (tout comme pour le violon
ou bien le piano). La "statique"
générale du musicien, par rapport à ie: ruea-l
. f-è5:rf,l!a:

Une fois la guitare placée comme son instrument est primordiale. Le


décrit plus haut, placez la main travail sans effort doit étre le leit-
gauche afin que les doigts viennent motiv... rendre le geste facile et
toucher les cordes de la guitare et souple ne peut qu'améliorer la qua-
mettez le pouce derrière le manche lité du son et la souplesse des
(il sert de curseur pour déplacer la phrases. Il faut insister sur cette
main gauche). notion de "facilité". Il va sans dire
Placer I'avant bras droit à 25 centi- que si le guitariste dépense beau-
mètres environ, du poignet sur le coup d'énergie à maintenir son ins-
rebord de l'éclisse au niveau du trument de musique, ce sera autant
prolongement du chevalet ; voilà le d'énergie gaspillée pour rien. Il
tour estjoué. ' faut se libérer de cette contrainte et
Enfin facile à dire, difficile à faire, I'exigence apportée à la bonne
il faudra du temps, de la patience et tenue au début de l'apprentissage,
de la persévérance pour intégrer sera autant de temps gagné à tra-
cette position. Mais ne sont-ce pas vailler mieux et plus efficace.
là les qualités essentielles du
musicien?

Solutions
Cela dit, il faut savoir, et c'est très
important pour le déroulement cor-
rect de I'apprentissage, que c'est
l'avant-bras droit qui maintient la
guitare et non la main gauche, qui
souvent s'agrippe au manche
comme un singe à une branche.
Pour maintenir la guitare en équi-
libre sur la jambe gauche, il existe
deux solutions:
I - surélever la jambe gauche
2 - surélever la guitare du cÒté
gauche

21

L
Entretien auecPascal Quinson

AUBOIS
DEAPIERRE ne saitpastoujours,ù l'aa&nce,
Si le luthiertoulousaín
toujourscequ'il trotnte,
cequ'íl aeut,il comprend
qu'il se dénronte. on peut recommencer
l e m a i l l o n d é f e c t u e u x . . .M a i s l a g u i -
tare... tout est bloqué, ferrner, coller et
Christian Aubin m'a mis le pied à
l'étrier, et j'ai commencer à faire une,
d e u x p u i s t r o i s g u i t a r e sa i n s i d e s u i t e - . .

Donc en résumé c'est Christian


Aubin qui vous montre comment
faire une guitare ?
Oui, c'est Ea.C'est quelqu'un qui été
un peu oublié du monde de la guitare,
i l a c e r t a i n c r n e n t .e t l a r g e m e n t c o n t r i -
bué à cet oubli. et la mort de lda
Presti a fait aussiqu'il s'est retiré, un
peu mis à la quelque
"retraite" en
sorte. Enfin il était à la fois guitariste
(très bon guitariste) et luthier ; il a
méme fabriqué un clavecin. Enfin.
c'est un hornmeétonnant.
Jacques Grandchamp a été aussi, pour
moi. quelqu'un de très important. on a
travailler presque quatre ans
ensemble. Il m'a apporté la connais-
sancedu travail du bois et m'a fami-
Paris n'est plus la seule rdlle Question traditionnelle, quel a été liarisé avec I'acoustique. Il est très
importante à accucillir des votre cursus, ou votre parcours,
bon sculpteur, et il fabrique des
enfin pourquoi la lutherie ?
luthiers d'art de renorn. Les v i e l l e s à rr o u e m e r v e i l l e u s e s . . . J e s a i s
C'est un parcours long. Je ne me suis que c'est un peu de bon ton de dire
villes cle province sont, elles pas levé un matin en me disant : tiens
que I'on a appris la lutherie avec
aussio riches en cult.ure et en je vais étre luthier.
Daniel Friederich. rnaisje suis allé le
artisanat. Par exernple, à Tou- J ' é t u i s t o u t d ' a b o r d g u i t a r i s t ep u i s q u c
voir deux ou trois fois et ses conseils
louse réside depuis plusieurs j'étais élève au Conservatoire de Mon-
rn'ont été plus que profitables. C'est
années maintenant., Pascal treuil avant de partir faire un lycée
u n s r a n d r n o n s i e u rd e l a l u t h e r i e . . .
agricole. Je jouais aussi un peu de
Qpinson, luthier de guitares. "rock", de picking (la musique à
Je I'ai croisé, un fbis noest Vous n'avez donc pas suivi des cours
Dadi) et déjà, a cette époque. je brico-
pas cout,ume, à Paris, lors dans une école ?
l a i s l e s g u i t a r e se t l e s o n , j e b r a n c h a i s
Il n'y avait pas d'école privée.à pro-
doune de ses r{sitcs qu'il fait nra guitaresur le "pick-up" en conncc-
à la o'Grritare-
prement parler, il y avait une école
régulièrement tant les fils clu rnicro sur le bras du
de lutherie à Mirecourt. c'est tout et
ria'', ou quelques uns de ses t o u r n e - d i s q u e .P u i s l a r e n c o n t r e a v e c
e s s e n t i e l l e m e n tp o u r l e v i o l o n e t l e s
modèles, fabriqués dans la un tailleur de pierre...qui jouait du
instruments à cordes. pas pour la
plus pure tradition, sont, violon irlandais et fabriquait des vio-
guitare.
lons, des vielles à roue ; enfin un tas
exposés à la vente. Mais
de chose comrne qa. ont été décisives
c'est dans son atelicr toulou- La province c'est un choix de vie, ou
dans ma carrière de luthier. Bien súr
une retraite forcée ?
sain que ces merveilles tout Ea était de petites choses. mais Ea (Rires...) Non. pas de retraite f-orcée.
voient, le jour. a s u f f i t p o u r m e c o r n m u n i q u e rI ' e n v i e .
J'ai fait le lycée agricole à c6té de
Pascal QIIII{SOIù Puis ma rencontre avec Christian
Toulouse et mes parenls uvaient une
8 rue l\{alber Aubin a été aussi un rnomentimpor-
maison dans la région.C'est là que j'ai
31OOO TOTILOITSE tant dans ma vie puisqu'il m'a montré
rencontré le tailleur de pierre. J'avais
cotnment construire une guitare. cela
05 61 33 95 56 m e p a l a i s s a i ti m p o s s i b l e ,a u t a n t l e v i o -
une vie de musicien assezdense à
iI 0 5 6 3 9 5 8 7 3 3 cette période. Je jouais beaucoup dans
lon était simple. si j'ose dire. parce

22
la région de Cahors, essentiellement diversité que I'on trouve des res- En revanche. je sais ce que je veux
de la musique <<jazz>> j a, z z r o c k r r . sources pour progresser. améliorer par rapport à I'instrument
C'était vraiment la région ou je vou- précédant et pour cela I'avis des
lais vivre. Puis, je me suis installé à Quel est pour Yous la complexité de musiciens est riche en information.
Toulouse, déjà parce qu'il n'y avait la guitare, j'entends par là, au En fait, j'ai envie d'offrir un palette
pas de luthier, et ma rencontre avec le niveau de sa construction ? de couleurs dans laquelle le musicien
professeur du Conservatoire de Tou- C'est vrai que c'est un instrument peut se reconnaître.
louse, Paul Ferret, m'a aussi beaucoup complexe. mais tous les instruments
aidé à m'installer. Enfin, petit à petit, ont leur complexité. Cela dit la gui- A quelle partie de I'instrument atta-
je me suis fait un nom dans la région. tare est un instrument fermé, collé et chez-vous de Itimportance ?
presque pas évolutif. Le fait que la Mis à part la table d'harmonie, je
Est-ce que l'on ne se sent pas trop à table de résonancesoit plate pose de pense que c'est le manche...Je fais
l'écart quand on est loin de Paris ? gros problèmes. C'est un paramètres attention à cet élément. entière-
Non, non... pas du tout. A l'époque important qu'il ne faut pas négliger ment fait à la main d'ailleurs...
j'ignorais ce qui se passait à Paris et dans la conception de la guitare. La J ' a i m e s a v o i r q u e m e s g u i t a r e ss o n t
puis je vendais beaucoup de guitares table, de ce fait devient fragile, elle faciles à jouer. Pour le reste,
dans la région... Ensuite, en progres- bouge facilement dans le temps, j'attache un peu moins d'impor-
sant, mon nom a circulé vers la capi- donc n'est pas stable. Contrairement tance, comme la finition par
tale, et maintenant, je vends plus mes au violon, alto et violoncelle, pour exemple (rires ). C'est un peu
guitares sur Paris que dans ma région. qui la voùte formée et sculptée de la curieux de dire cela, parce que tout
table, ainsi que l'àme qui retient le est primordial en fait, et chaque
N'y a-t-il pas une grande concur- point d'appui du chevalet, lui donne élément dépend I'un de I'autre,
rence avec les luthiers espagnols... un solidité et une sorte d'immuabi- c'est évident, mais si un filet part
I'Espagne étant à deux pas ? lité dans le temps. C'est comme en un peu de travers, Ea n'est le plus
Si, si, si, la concurrence était énorme, architecture, les voútes sont important... Pour le vernis, j'utilise
je dis "était" parce que maintenantce construites pour soutenir des toits un fondu polyuréthanne sauf pour
n'est plus du tout la mème situation. parce quelles offrent plus de robus- la table qui est vernis au tampon.
La lutherie franEaise est arrivée à un tesse et de fiabilité... Pour le violon
niveau largement équivalent, et il c'est la mème chose. Quel bois utilisez-vous pour la table,
m'arrive de vendre mes guitares en épicéa ou cèdre, et quelle est votre
Espagne et méme au Portugal. Il y a, La guitare ne peut-elle pas étre production ?
maintenant un véritable son frangais construite comme un violon avec J e t r a v a il l e l e s d e u x b o i s , m a i s a v e c
qui a fait son chemin. L'esthétique cette voùte ? une petite préférence pour l'épicéa,
espagnole est complètement diffé- Il y a eu plusieurs essai de fait. Mais méme si c'est plus dure à travailler.
rente, et c'est tant mieux. C'est dans la cela n'a jamais été probant. Après Il faut attendre longtemps pour avoir
tout, c'est une le rendement maximum avec une
contrainte qu'il table en épicéa ; avec le cèdre c'est
faut accepter et b e a u c o u pp l u s r a p i d e . . .
cela fait chercher... En général, je fais deux ou trois gui-
De toutes fagons, il tares à la fois, et j'en fabrique, en
ne faut pas vouloir gros. un vingtainepar an. mais je ne
faire de la guitare fabrique pas que des guitares de
un instrument égal <<Concert>>. Je fais aussi des guitares
aux autres, elle ne < < s e m ic o n c e r t > >d e m é m e q u a l i t é
pourra jamais ètre d'ailleurs ; mais à un prix plus bas
en concurrence en gagnant du temps sur la fabrica-
avec un piano tion de la rosace par exemple (que
ou bien avec un j'achète toute faite), sur les filets qui
violon, c'est sont moins nombreux, enfin des
comme ga ! petites choses qui économisent du
temps donc de l'argent.
Quand vous
construisez un Pour finir quelle importance accor-
guitare, savez- dez-vous à l'héritage du passé ?
vous ce que vous C'est très difficile d'avoir accès à la
voulez obtenir c o n n a i s s a n c ed e s a n c i e n s c a r i l n ' y a
comme résultat? pas de traces écrites.
Cela ne fonctionne Je regrette que Daniel Friederich
pas tout à fait (représentant incontesté de la lutherie
comme ga. Je ne en France) et bien d'autres encore
sais pas précisé- comme Barnabe, Rubio, Romanillos,
ment ce que j e Fleta, enfin tous les plus grands,
veux, enfin cela ne n'écrivent pas un traité sur 1alutherie
m'intéresse pas et l'acoustique de la guitare, ils
vraiment, et puis feraient certainement référence, et
tout le monde veut cela ferait progresser incontestable-
la mème chose ; m e n t l a l u t h e r i ed e l a g u i t a r e .
c'est faire I'instru- Enl'inje dis cela mais si Ea se trouve.
ment le plus beau, i l s s o n t e n t l a i n d e l ' é c r i r e . . .e n t o u s
le plus timbré enfin l e s c a s i e l e s o u h a i t e .I
"l'Idéal" (rire...)
écrivirent de nombreuses montre bien I'aptitude de
bourrées. À, ta 7in du XIXe Grieg à écrire des mélodies
siècle, dans un espriÍ d'inspi- extraordinaires, empreintes du
ratiotl .folklorique, Sainf- caractère de son pays et du
Saèns, Chabrier, Roussel, profond mystère scandinave.
BOI,'RREE aussi sa disgràce. Commence
Schtnitt y eurenl recours ( Cf . O Elle devra étre interprétée
De Jean Sébastien Bach aìors pour Bach une des
Encyclopédia Universalis). avec beaucoup de sensibilité et
(168s-17s0) périodes les plus belles de sa
La bourrée que nous vous pro- d e s e n s u a l i t é .L ' i n t r o d u c t i o n ,
Jean Sébastien Bach est né le vie. Malheureusement, en
juillet 1720, Maria Barbara, posons ici montre encore une dénuée de toute harmonie est
2l mars 1685 à Eisenach. fois I'aptitude de Bach à char-
son épouse, meurt, et plonge essentiellement mélodique.
Comme Vivaldi, il a lui aussi mer I'auditeur par la noblesse Veiller à bien dessiner les
commencé ses études musi- J e a n S é b a s t i e nd a n s l a p l u s
p r o f o n d e t r i s t e s s e .C o n s c i e n t de ses thèmes et de son harmo- phrases, en prenant votre
cales avec son père. " musicien nie. Cette pièce, très simple temps. Suit alors le thème
de ville ". Orphelin dès l'àge de I'importance d'une pré-
dans les moyens utilisés, n'en principal, introduit par deux
dix ans, c'est son frère aîné sence féminine auprès de ses
est pas rîoins un petit bijou. mesures d'accords arpégés,
Johann-Christophe qui devient nombreux enfants (il en aura
Ecrite à deux voix (le chant et exécutés à la harpe dans
son tuteur. C'est avec lui qu'il vingt et un au total...), Jean
la basse) elle se déroule I'ceuvre originale pour
prend ses premiers cours de Sébastien décide de ne Das res-
comme un échange entre deux orchestre symphonique.
clavecin et 1a passion qui le ter seul. Dès le mois de
personnages auxquels il faudra La guitare permet une parfaite
dévore déjà le pousse à déro- décembre l72l, il se marie
donner un caractère propre. imitation de cet instrument,
ber des partitions interdites pour la seconde fois, avec
Veillez bien à la fluidité du alors profitez-en ! Le passage
qu'il recopie " au clair de Anna Magdelena Wilcken.
discours qui ne doit en aucune à trois temps devra ètre exé-
lune ", ce qui a pour effet de Malheureusement, la situation
manière souffrir des problèmes cuté avec beaucoup de gràce et
rendre son frère aîné furieux et de son prince protecteur évo-
t e c h n i q u e sq u e v o u s p o u r r i e z sans vitesse excessive.
certainement un peu jaloux de lue. et celle de Jean Sébastien
se dégrade. C'est alors qu'il
rencontrer... Le mouvement O La " Danse d'Anitra " est
son talent. Très vite, Jean métronomique devra ètre une danse de séduction, exécu-
Sébastien décide de ne plus devient " cantor " à l'école St
d'environ 120. (Pour I'anec- tée par Anitra, et destinée à
ètre à la charge de son frère. Thomas de Leipzig où l'on
dote, sachez que ce thème fut charmer Peer Gynt. Parfaite-
Afin de subvenir à ses besoins aura cesse de lui rendre la vie
repris par le groupre rock ment suggestive. celle-ci nous
il se fait engager comme violo- d i f f i c i l e . M a l g r é c e t t es i t u a t i o n
qui durera vingt-cinq années, Jethro Tull à la fin des années emporte dans un tourbillon
niste dans I'orchestre du duc
60 avec un succèscolossal.) mélodique et rythmique inou-
de Weimar et quelque mois cette ville verra naître la
majeure partie de I'euvre de bliable. Il conviendra de
plus tard, il est nommé orga-
Bach. Jean Sébastienqui avait
DANSE I'interpréter avec gaité mais
niste dans la petite ville I''ANITRA, sans trop d'empressement,
d'Arnstadt. Accusé d'abandon toujours souffert de myopie
décide pendant l'hiver
CHANSON- avec le caractère d'une valse.
de poste par le conseil munici- I'E SOLVEIG En ce qui concerne I'accompa-
pal de cette ville (il avait rendu 1749/1750 de se faire opérer.
Malheureusementle chirurgien
De Edvard Grieg (1843- gnement, ayez toujours à
visite à Buxtéhude pendant 1907) I'esprit I'emplacement du
quatre mois au lieu de quatre n'est pas à la hauteur et il perd
Certaines pièces, comme le temps fort (1er temps).
semaines), il décide, en l'707, complètement la vue. 11avait
< < C o n c e r t op o u r p i a n o > e t
de se rendre à Mulhouse. et se dès lors toujours révé de revoir
marie avec sa cousine Maria le visage de Anna Magdelena
quelques pièces lyriques, ont GARI'AME LI\S
Barbara. D'un caractère fort avant de disparaître. Comme
permis à Edvard Grieg \rACAS
d'accéder à la notoriété. Mais Luys de Narvaez
entier. Jean Sébastien ne fait par miracle, sa cécité disparaît
l ' a r b r e c a c h a n t l a f o r è t , c e (lre moitié XVIe s.)
jamais de concessionsquant à très peu de temps avant de
s u c c è s e m p é c h a d u m è m e A I'origine vihueliste espagnol
son art. Et, rapidement de mourir d'une attaque d'apo-
coup le public de découvrir le de grand talent, Luys de Nar-
nombreuses disputes éclatent plexie, le 29 juillet de la méme
reste de ses compositions pour vaez s'est très vite tourné vers
entre lui'et ses supérieurs.Il année, entouré de I'amour de
p i a n o . D e s v i n g t t r o i s p i è c e s la composition. Il nous reste de
décide donc de retournerà ses proches.
que comporte la partition, les lui I'ceuvre qu'il dédia au com-
Weimar où il exercera, pen- O La bourrée est une danse
d e u x s u i t e s d e . P e e r G y n t > mandeur de León, Dom Fran-
dant neuf années, les responsa- .fnrttg'u i se popu l a i re, d' o ri g,ine
ont caché les merveilles conte- cisco de los Cobos, <<LosSeys
bilités de musiciens de i t t c o t t t t u e( l ' é t y t n o l o g i e e s t
n u e s d a n s l ' e n s e m b l e d e Libros del Delphín de música
chambre et d' organiste. ittt'ertuirre). Avec Marguerite
l'euvre. Quand à la <<Chanson de cifras para tafrer vihuela>
C'est en 17 14 qlu'tl obtiendra de Valois, Icr bourrée est déjà
de Solveig>, qui n'en reste pas (1538). Très vite remarqué par
le titre de Konzertmeister. En danse cle c'our (1565), et fait
m o i n s m a g n i f i q u e , e l l e a la Cour, il part en voyage dans
l7 16, il fait la connaissancedu parfie de lo suite après 1650.
occulté d'extraordinaires lie- les Flandres avec I'impératrice
prince Léopold d'Anhalt- Elle est toujours d'ctllure
der, malheureusement ignorés Isabelle et le futur Philippe II.
Kòthen. Celui-ci, passionné alerte et joyeuse, avec un levé
des professionnels comme des E x p e r t d a n s I ' a r t d e l a v a r i a -
par la musique, décide de d'un temps et de fréquentes
amateurs. ce q u e n o u s tion, il utilise dans ses compo-
I'engager et lui propose des t)ncopes sur le deuxième et le
c o n n a i s s o n s d e G r i e g e s t l a sitions des hymnes ou des airs
conditions de travail dont Bach troisièrne temps. Sa fornte
partie voyante de I'iceberg ; populaires, qu'il développe
réve depuis longtemps. Mal- contprend une ntélodie de
son cuvre profonde reste à dans un style qui lui donnera
heureusement,le duc de Wei- qudtre tne.sttresrépétées et sui-
découvrir. sa notoriété. (Romance del
rnar,jaloux, s'oppose à sa vies d'nne conclusion. Dans le
La <Chanson de Solveig> et la Conde Claros ).
demande de congé et après une Línu;usitt et en Auverg,ne, elle
<<Dansed'Anitra" sont toutes O < G a r d a m e L a s V a c a s > ,
altercation ou Bach n'hésite est ternaire (avec cleuxième
deux tirées de la musique de l i t e r r a l e m e n f G a r d e - m o i l e s
pas à sortir son épée, le duc va temps léger) ; dans le Berqy-,le
scène de <Peer Gynt> qui fút v a c h e s e s t j u s t e m e n t u n
jusqu'à le fairejeter en prison Bourbonnais, le Languedoc et
composée sur le livret d'Hen- e x e m p l e d e v a r i a t i o n s u r u n
(du 6 novembre au 2 décembre le Rotrerg,ue,elle esr de struc-
rik Ibsen. La profondeur thème particulier qu'il
1 7 1 7 ) . F i n a l e m e n t ,s ' a p e r c e - ture bínaire. EIle entra dans
r è v e u s e d e l a < C h a n s o n d e conviendra dejouer avec beau-
vant que Bach ne cédera pas, I'opéra-ballet de Campra et
Solveig>, comme bon nombre coup de fluidité. L'usage de la
il lui signifie son congé mais Destouc hes. Lul l1t, Cltarpen-
de ses compositions nous " Campanella " (technique
tier, MLqffat, Haendel, Bttclt

24
très utilisée par les vihue- SUITE (extrait) d ' a b o r d e n I t a l i e p u i s d a n s C'est à partir d'un fragment de
listes qui consisteà jouer les De Robert de Visée (1660- I'Europe entière. Les années concerto perdu que le musico-
notes d'une gamme sur plu- 17201 a l l a n t d e l 8 2 8 à 1 8 3 4 s e r o n t logue Jean Witold, tel un res-
sieurscordes en les laissant Guitariste, théorbiste, chanteur celles qui lui permettront de se taurateurde tableaux ancien, a
résonner comme les cloches et compositeur, Robert de bàtir une renommée qui lui reconstitué le fameux Ada-
d'un campanile) est ici forte- Visée, est né aux environs de apportera fortune et considéra- gio qui I'a rendu célèbre.
ment recommandée. Les 1660 et mort à Paris peu après tion. Musicien surdoué, il n'en
puristes jouent cette pièce
avec la 3e corde accordée en
1720. Les premières traces était pas moins un travailleur MTCHELLE
écrites de son existence de acharné. Homme de spectacle, De John Lennon & Paul
fa # au lieu de sol. Pour sim- musicien remontent à 1680 il aimait entourer son person- McCartney
plifier l'étude de certe pièce, nage de mystères et n'hésitait Comme Yesterday, cette chan-
dans une lettre de Le Galois,
nous I'avons doigtée pour destinée à Mademoiselle pas à créer lui-mème, en plein son des Beatles a fait le tour
une guitare dont la 3e corde Regnault de Solier, qui le cite concert, tel un dompteur met- du monde.
est accordée en sol. en tant que "joueur de tant sa téte dans la gueule d'un gràce à de nombreux témoi-
Bon voyage dans le passé... théorbe ". Un peu plus tard, il l i o n , d e s s i t u a t i o n s d é s e s o é - gnages, on sait désormais qui
est nommé musicien de la rées lbris de cordes ou a écrit quoi. Par exemple,
ETI,'I'E N" vI chambre de Louis XIV et du d'archet) dont il se tirait évi- Michelle est due à Paul mais
De Fernando Sor (1778- Dauphin. La dédicace de son d e m m e n t a v e c b r i o . C e l a I'intervention de John (ainsi
1839) premier livre (datée de 1682) avait pour effet immédiat de q u e d e G e o r g e M a r t i n ) f i t
Né à Barcelone le 13 février d é c l e n c h e ru n e n t h o u s i a s m e d ' u n e s u p e r b e c h a n s o n u n
nous apporte de précieux ren-
1778 et mort à Paris le l0 seignements sur le fait que le sans mesure dans le public. véritable monument de la
juillet 1839, Fernando Sor a Sur Ie plan technique il déve- musique populaire. Pop star,
roi le faisait appeler très sou-
reEu une éducation musicale vent pour divertir le Dauphin. l o p p a u n c e r t a i n n o m b r e d e compositeur, John Lenon est
complète : solfège, harmonie. Le journal du Marquis de procédés dont le staccato, né à Liverpool en 1940, en
contrepoint, violoncelle, orgue Dangeau relate le fait que sou- I'usage des doubles cordes, le Angleterre. Il était guitariste
et guitare. Il a laissé un réper- vent Robert de Visée charmait pizzicafo de la main gauche et r y t h m i q u e , c l a v i e r i s t e , e t
toire très important. Louis XIV en lui jouant de la la scordatura (accord particu- c h a n t e u r a u s e i n d u g r o u p e
Plus connu pour ses cuvres guitare, le soir, à son chevet. l i e r d e s c o r d e s d a n s u n b u t " the Beatles " et le partenaire
pour guitare.il a néanmoins p r é c i s ) q u i l u i p e r m i t l e s de McCartney dans la compo-
Les musiciens de chambre
écrit de nombreux opéras et avec qui il jouait fréquemment effets les plus spectaculaires. sition des chansons du groupe.
des ballets, qui lui valurent de s'appelaient Descoteaux et I l f ù t a u s s iu n g r a n d g u i t a r i s t e I l s e m a r i a a v e c l ' a r t i s t e
vifs succès. Sa notoriété Philibert (flúristes). Buterne et disait de la guitareje suis j a p o n a is e Y o k o O n o e n
s'étendit non seulement à (claveciniste) ou Forqueray Ie maître du violon mais la 1969. Ensemble,ils initièrent
I'Espagne mais aussi à la ( v i o l i s t e ) .S a c a r r i è r ed e m u s i - g,uitetreesî nu)n maître. une forme de protestation
France, à I'Angleterre et à la cien le mena au poste de chan- O Son caprice 24 ne peut ètre p a c i f i q u e e n r e s t a n t a u l i t
Russie. Il restera, incontesta- teur de la chapelle royale et en abordé que par des guitaristes a l o r s q u ' i l s é t a i e n t f i l m é s e t
blement, le plus grand guita- 17 19 il succède à Jourdan de de très haut niveau technique i n t e r v i e w é s , e t l e t i t r e G i y e
riste du XIXe siècle. la Salle en tant que professeur et de virtuosité. Gammes. Peace a Chance (1969),
O Cette étude est, en fait, de guitare du roi. Son fits, déplacements de main gauche, p u b l i é s o u s l a d é n o m i n a t i o n
une mélodie accompagnée. FranEois, lui succède l'année liés, accords répétés, arpèges, < T h e P l a s t i c O n o B a n d " ,
Sa tonaliré de Ré majeur. suivante. Toute trace de notes répétées... tout y devint rapidement I'hymne
entraîne, dès le début du mor- Robert de Visée disparaît p a s s e . . .t r è s v i t e ! d e s p a c i f i s t e s .A l a n a i s s a n c e
ceau,I'obligation d'utiliser la après 1720. On sait, gràce à un de son fils, il se retira du
technique du grand barré. Il mémoire de Jean Rousseau ADAGIO show-biz pour devenir père
conviendra donc de bien la daté de 1688 que Robert de de Tomaso Atbinoni de famille. Cinq ans plus
dominer avant de s'attaquer à Visée jouait aussi de la viole (167r-r7so) tard, en 1980, il fut assassiné
l'étude de ce morceau. Vous C o n t e m p o r a i n e t a m i d e par un fan dérangé. Sa mort
de gambe. Sa suite en ré
trouverez des exercices à ce mineur, est surtout connue du V i v a l d i , T o m a s o A l b i n o n i affecta des millions de gens.
sujet dans notre numéro hors grand public gràce au grand peut ètre considéré à juste titre M a l g r é c e t t e f i n t r a g i q u e , i l
série paru en aoúr 1998. Il Narciso Yepes. comme I'un des musiciens les c o n t i n u e à é t r e a d m i r é d e s
faudra faire ressortir le chant plus marquants de cette nouvellesgénérations.
qui est joué dans le registre
CAPRICE 24 époque.Bien que sa musique O L a v e r s i o n d e M i c h e l l e
aigu (note qui ont la queue en De de théàtre ait quasiment dis- que nous vous proposons a
Niccolò Paganini
I'air). On pourra pour cela, (r782-1840) paru, il nous reste malgré tout, é t é r é a l i s é e s p é c i a l e m e n t
soit jouer celui-ci avec la Violoniste et compositeur ita- sur un nornbre de deux cents p o u r v o u s p a r J e a n M a r i e
technique du " pincé " si le lien, Niccolò Paganini est né à compositions, un livret de cin- R a y m o n d , p o u r t r i o d e g u i -
son obtenu présente les quante opéras. Le nombre de t a r e s . S a n s g r a n d e d i f f i c u l t é
Génes et mort à Nice.
c a r a c t é r i s t i q u e ss o u h a i t é e s , Légende parmi les légendes, ses ceuvre instrumentales est t e c h n i q u e , c e t t e p i è c e s p r é -
soit le jouer avec la technique i l p e r s o n n i l ' i am i e u x q u e q u i - considérable.Invenrif et inno- s e n t e n é a n m o i n s d e s s u b t i l i -
du " buté ", qui présente conque le virtuose romantique vant, Albinoni, tout comme tés rythmiques qu'il faudra
I'avantage de donner du c a p a b l e d e p r o u e s s e si n s t r u - T o r e l l i , m a r q u e d e s o n étudier avec attention. Avant
corps au son. Attention, dans mentales inimaginables. Sa empreinte le concerto en d'en commencer l'étude,
ce cas, de ne pas alourdir le première apparition publique I' entraînant irrémédiablement révisez le problème des syn-
jeu. Respectez scrupuleuse- vers le "concerto de soliste". copes et contre temps dans ce
date de 1794. Après des
ment les doigtés afin que études commencées avec son A l b i n o n i f a i t p r e u v e d ' u n journal, dans la partie <Labo
mécaniquement tous les père, il entreprend ses pre- grand savoir dans son écriture. P e d a g o > . T r a v a i l l e z c h a q u e
enchaînements se fassent mières tournées. Il est engagé S o n s t y l e a m p l e , g é n é r e u x , partie séparément au métro-
sans encombres. Pensez tou- de I 805 à I 809 à la cour de voire chaleureuxest d'une nome avant de vous lancer
jours au phrasé en repérant g r a n d e i n v e n t i o n m é l o d i q u e . dans le play-back.
Lucques par la sceur de Napo-
bien le début et la fin de l é o n , l a p r i n c e s s eB a c i o c c h i . A partir de 1741, on perd sa
chaque phrase afin que le dis- A partir de 1809 il prend son trace on suppose, sans en ètre Bon travail à et au pro-
cours musical soit clair ! indépendance et voyage s ú r , q u ' i l e s t m o r t e n 1 7 5 0 . chain numéro

I
I
L'ORNEME]VTATION
Qu'est-ce qu'un ornement ? Ce volet s'od resse ò tous les guitoristes
L'Encyclopédia Universalis épond ceci :
<<Lesornemznts ont existé de touî temps et
soucieuxde leur interprétotionet qui sou-
dans toutes les musiques ; ils représentent
un des mades les plus riches de l'expres-
hoitent iouer, de monière outhentique,des
sion spontanée des sentiments qui animent
un interprète. Issus de I'inugination créa-
pièces où ils rencontrent certoins signes
trice et de Ia sensibilité, ils s'appliquent
surimpression au discours musical pimitif,.
en
d'ornementotion. Pos tou iou rs focile de
Bien qu'ils ne soient pas intégrés littérale-
ment à la musique, íls constituent un élé-
foire lo port des chosesdons un domoine
raent très important qui pennet au
musicien de faire < vivre >>ce qu'íl inter-
oussi complexe et dont les poromètres
prète et de le renàre communícable. L'évo-
lution de I'omementation dans la musique
chongent constomment en fonction des
occidcntale estféconde en inventions et en
changements de style. D'une certaine
époques, des styles et des compositeurs.
fagon, la notion elle-méme d'ornernenta-
tion change profondément de sens selon les
Le petit lexique qui suit, sons ovoir lo pré-
époques. Pourtant, au travers d'un charnp
historique mouvant, une constante se
tention d'ètre exhoustif (celo nécessiteroit
dégage : l'ornementation, envisagée dans
toutes sesformes, est le caractère principal
plusieurs tomes...), vous donnero des
de la liberté d'ínterprétation
musique. L'expression
de la
musicale esî tou-
points de repères et les boses nécessoires
jours liée indissolublement
de I'interprète,
à la subjectivité
qui pour se transmettre
pour foire <<dubon boulot>>.
exige précisément la liberté d'interpréta-
tion. La musique occidentale ne dffire pas
sur ce plan des musiques des autres civili-
sations. Tels les subtils ragas indiens quí L-Appoggiature tion est le plus souvent emprunté
développent un thème au moyen de varia- On appelle appoggiature (<<ou à celle de la note principale.
rtons dans une atúr.rsphère émotionnelle
petite note>>) la note (inférieure ou
que la combinaison des omements et des
agréments modifie sans cesse. De mème les
supérieure) en <<petits caractères>>
atabas arabes qui sont de longs poèmes précédant certaines notes dites
chantés et enîrecoupés de savantes voca- <<réelles>>.
lises mélismatiques. En général, toutes les Si elle est barrée obliquement
musique s fo lklorique s pos sèdent leurs (appoggiature brève), son exécu-
otnements qui sont autant de moyens
tion doit ètre très rapide, sans
nécessaires à la communication de la
musique elle-màme.
tenir compte de sa valeur écrite. 3-Le mordant
L'ornement, que l'on appelait autrefois Si elle ne I'est pas (surtout en Le mordant est une sorte <<d'aller-
< agrément >, est, dans son acception la musique ancienne), son exécution retour>> rapide partant d'une note
plus généì,ale, une variation que I'on prend la valeur écrite intégrale de principale et y revenant en pas-
ajoute ò une phrase musicale donnée avec la petite note et se fait sur le sant par la note d'ornement. On
l'intention de I'embellir. Les ometnents temps.
trouvent leurs origines dans I'expression
parle alors de battement. Il existe
Le mot appoggiature (qui vient de le mordant supérieur (en passant
musicale la plus ancienne : la musique
vocale. Ils sont alors les éléments constitu- I ' I t a l i e n < < a p p o g g i a r e > >a, p p u y e r ) par la note supérieure) et le mor-
tifs de I'improvisation à laquelle se livrent explique à lui seul le fait que dant inférieur ou <<pincé>>(en pas-
les chanteurs dans la litaníe prímitive, celle-ci doit ètre plus appuyée que sant par la note inférieure).
forrne à caractère sacré que l'on retrouve la note réelle mème.
de nos jours dans la liturgie orthodoxe où
Ie chant est alterné entre un soliste qui ,- Appoggiaturebrève
< brode > et improvise sur le schéma musi- notation mùsiqueancienne musiquemodeme

cal d'une psalmodie et I'assemblée qui


o répond , par un refrain unifortne. -AppoSgiature longu€-
L'ornementation est donc avant tout issue notalion musiqueancienne musique modeme

d'un désir de comtnunication tout àfait


instinctif dont la nature primitive est 4-Le trille
d'essence puren?ent émotive, le souci Effet, aussi appelé port de voix,
esthétique étant une construction mentale le trille est sans aucun doute
plus tardive. Dlunefagon générale, I'inter- 2-Appoggiature double I'ornements le plus répandu. La
prétation est pénétrée d'une idéologie L'appoggiature double corres- note principale est remplacée par
conférant aux musíciens la liberté de sup- pond à l'utilisation de deux une série <<d'allers-retours>> entre
pléer ò ln simplicité originale d'un schéma <<petites notes>>, I'une à un degré
mélodíquc par des effets, des notes et des
la note principale et la note
au-dessus et I'autre à un degré au d'ornement (en quelque sorte, un
rythmes qui s'ajoutent ou se substituent au
texte premier. Cet ensemble d'embellisse- dessous de la note principale. mordant supérieur à répétition).
nrc nts constitue I' o nte me ntation. Le temps nécessaire à sa réalisa- En fonction des époques, il doit
42t2
ètre attaqué soit par la note supé- 6\9
rieure (musique ancienne), soit
par la note inférieure (musique
moderne). Il s'indique par les
lettres fr. souvent suivies par un
trait ondulé. Si le compositeur
veut que la note du trille soit
altérée, il place I'altération entre
la note et le signe fr.

2t01
musique mcienne musique modeme c\9 F

S-Le gruppetto
Le gruppetto est comme son nom
I'indique un regroupement de
<<petites notes>>, dont le nombre
peut varier (3 ou 4), précédent ou
suivant la note principale. Cet
ornement doit. comme les autres
d'ailleurs, étre exécuté avec
beaucoup de vigueur et de préci-
sion. Il existe deux sortes de
gruppetto : le gruppetto supé-
rieur et le gruppetto inférieur.
Son exécution prend différentes
formes selon sa position par rap-
port aux notes.
Lorsqu'il est placé entre deux
Lorsqu'il est placé au-dessus note de sons identiques, celui-ci
d'une note, celui-ci comporte comporte 3 notes. On le joue
trois notes. On le joue avant la avant la seconde note mais il
note principale à laquelle il retire retire sa durée à la note qui le
sa durée. précède.
Lorsqu'il est placé après une
note pointée, celui-ci comporte ^4.
4 notes. On Ie joue avant la r.r1'-t
rc
seconde note mais il retire sa ^ N
l

durée à la note qui le précède.

Lorsqu'il est placé entre deux


note différentes. celui-ci com- AN
Avec notre exercice ci-dessus,
porte 4 notes. On le joue avant entraînez-vous aux ornements. à
la seconde note mais il retire sa I'aide du CD.
durée à la note qui le précède.

dansle labopédagodu moisdernier,


Erratum.Attention, uneerreurs'estglisséedansles
exercicesde maingauche.Le lecteurauradécouvert quatrefoisle mèmeexercice.Unefois
auraitlargement telsquevousauriezdu leslire.Avectoutes
sutfi.Voicidonclestroisderniers
nosexcuses pource mastic(letermeappropriéen matière de rédaction).
de secrétariat
m m m m m m m m m m a m

Une fois ces exercices acquis sur les cordes 3 et 4, augmentez progressivement l'écart des doigts de la
main gauche. Pratiquez ces mèmes exercices sur l e s c o r d e s 2 e t 4 , p u i s 2 e t 5 , p u i s I e t 5 , p u i s 1 e t 6 .
Air de Danse de SANZ Plage lll

J = 1 2 0e n v .
Andantino de GIULIANI

?t
3 7f 1t I

p_
Plage V

Allegretîo B III

:l )

B III

4l
1
0 J )

r, r'
t3

'l *

r .- lfl l7

2 4-,

tl
) |\
e' lt 2 ol zl l

e. e.
î-
I a.
I I I
Legon de AGUADO
-t
l
I
l

îY
I t2
r?
rz..---rl
Menuet de ROBERTDE VISEE Plage Vll

tl__
I l-+-
-A-
i
i tB-
1-
I
I
t__
41 4
e
prnrpe.sltr

34
4\ I
+' +'

cII-__
3fî ?
t) I
I
'r r -) ll ?
-1 ll

3l- '

,f
-l

+
t[r 'r

L__

B VII-----------------_

BII BIV

37
Tiempomedio

^?
ut
= 7 . -,l?
3t |
rp | | |

,oo
0 2 0

-'4 0 2
-lio

38
l/2cv
t)
^l
I',)4
IN
m

ltt,l 7 ) ^

lp
f-
lP = r rtr,r'f
tl,r =
lp It

mlmlmimi
,l1ta l
Jl
,Íiîì-ì
-J 4l'-a I
rl---) l
-l |
-

miDl
mimimr
r l , ,t l 2

, "m m
o
i )

pl
,f
p

--i I
rl413l
Jrr
0204
i ! (' l'p? 1 1 2 ' 2
lp

m
I
3 rff
p
p rI
6e cordeen Ré

rl

T T Tt l T î' ?t l î
tl tl
t-l
L*
.,._-_ _-__J

,11
ì l

I
2? Îî
ll ttl )
lll> I
I
Petiteactu
d'ununivers
sarìsbornes
HARPER
INNOVE
Le prochain alburn de Ben Har-
pcr est attendu à la rentrée. Le
rnusicien caÌif-ornien en est
erctuellernent au stade du mixa-
ge, apr'ès quatre mois d'enregis-
trernent. Pour I'heure. il est
encol-e trop tÒt pour annoncer
un titre. Ce que l'on sait. en
r e v u n c h e .c ' e s l q u e l c g u i t a l i s t e
se tolrrne de plus en plus vers l'électrique. Cela
peut sembler surprennant au prernier abord, pour
cclui qui fut découvert crllÌllne le cherntre de la
guitare acoustique slide, jouant de préférence sur
ses vieilles Weissenbor-n (dénichées dans le maga-
sin de musique de son grand-père). Pourtant, son
dernier opus en date, que vous pour-rez réviser en
attendant septer-nbre, contenait déjà un rnorceau à
lir guitare électrique, Glort, Arttl Cortsequences,
apport suggéré par son producteur, J.P. Plunier.
Parmi les invités du nouvel album. le clavier des
Wailers, Tyrone Downie, (chacun sait que Ben
Harpel est un fan invétéré de Bob Marley) et un
spécialiste des instrurnents à cordes, David Lind-
De nombreux musi- ley. Toujours très mystérieux quand il s'agit de
Lcrg, le luthierfrongois, spéciolistede lo ciens vqnlent les quo- révéler le contenu de ses albums, Ben déclare sirn-
guitoreélectrique, s'estpenchésur lo lités d'un nouveou plernent ; <<Cet alhunt cotlÍient cles innovaîions de
lutherieocoustioue et sortcesiours-ci copodostre commer- tu)ures sorÍes, c'ltaque alburtt doit érre le re.flet
o l u s i e u rm
s odèled s o n tu n em i n i ciolisé por Jim Dun- d'une progre.ssirnt.,' Suspense, donc.-. Les fans
lop : le frigger Copo. américains ont plus de chance, puisque Ben Har-
iumbo. En foit unemini guitoreocous-
ll n'qltère en rien le per ef-fectue actuellement une tournée des clubs
tique,oppropriée ou voyoge,mois :rvant 1a sortie de son album, dans laquelle il
tuning et se déploce
délivront un (grosson>>. A essoyer donne un aperEu de ses nouvelles chansons.
d'un coup de pouce !

Malgré sa mauvaise santé physique, Johnny Cash a fait


une apparition très remarquée aux cÒtés de sa fèmme,
au Troubardour, petit club de Los Angeles dans lequel
Après vingt-cinq ans celle-ci faisait la promotion de son nouvel album, en
d'absence discogra- rnai dernier. Avec elle, il a interpété The Far Sicle
p h i q u e , . lt t t t c ( ' : . t t ' t c t - Bottks Of Jordan, une chanson d'amour, of course, et
(mernbre du célèbre Jttckson, un des tubes de Johnny Cash. Ils étaient
gr-oupe country Car- acornpagnés de quatre musiciens, dont leur fils, John
ter Family et épouse C:rrter Cash, à Ia guitare. Le concert s'est avéré étre un
6 l s . l o l r r r r r r( ' a s l r ) s o r t touchant témoignage de I'amour qu'elle porte à son
un nouvel alburn, rnari (31 ans de mariage) et pour qui elle a sacrifié sa
"Press On". L'albun-r propre carn'ière de rnusicienne, un choix qu'elle affìrme
contient entl'e aìutres ne pas regretter un seul instant- Le set était cornposé de
une nouvelle version chansons écrites par June Carter elle-rnéme rnais aussi
de Rrrg Of Fire, ttne des classiques de la fameuse Carter Family, à laquelle
chanson écrite au elle a rendu hommage.
sujet de sa rencontre Johnny Cash, pour sa part, a toujours été une des fortes
avec Johnny Cash, tètes de la country. Il I'a prouvé de nouveau voici un
turbulente star de ìar an en passant une pleine page publicitaire dans le
country qu'elÌe magazine des professionnels de la musique, Billboard,
épouse en 1968, dont le texte était le suivant '. <<Antericart Recordírtg.s
zrprès I'avoir sauvé et Jol'tttrtt Caslt vouclraient rern.ercie r I' establishntent
d'unc overdose. tttttsicttl de Na.shville et les radios country- pour leur
Aujourd'hui, celui-ci soutien >>alors que ces derniers n'avaient justement
est de nouveau en pas soutenu le dernier album du vieux cowboy,
fhcheuse posture, puisque I-ualade depr-risun an d'un "Unchained". L'annonce fut persséeavant qu'il ne
syndròr-nc proche de celui de la rnaladie dc Perrkinson. rende publique sa maladie.
AUKOSSOVO SPRINGSTEEN
UNSHEIK
P a r n r i l n l i r r r l c c l ' t r r t i s t c s c 1 r - ri ir v o t r l u p r e i l c r r r r t r i r r Lc Boss ct lc E. Strcct
l ì r r t c a r r x r ' é l t r - u i e <K s ossot ltrs. Ic sortgrvritcl lrtttsi [Juncl Vicnnctìt Llc bitttrc
r i c a i n I ) r r r ì r : r : l\ i r , ' I i I t r i t l ' i g r - r l c l ' c x c c l - r t i o n .T n n - totrs le s rccorcls clcs
tlis qtrc d'ittrctrrts clonrrettt clcs conccrls ott Vcrìtes clc tickcls rlc
rcvcr-scnt clcs lrry:tltics. Shcik l :rtloltti' trrrc c()rìcc11clans l'ótat clrr
lìlaniòrc plus clircctc cnc()rc cl'lrgir. Arcc l'Îicle Ncw .lcr-scy lc rr ntlri clcr-
clc WarChilcl tlSA. rrne lrssociatiorr hunritr.titlirc ìr r t i er . E n e l ' l è t . l e s I l n s s e
l a c ; r - r c l l co n c l t . l i tc l ó - j i u n c c o t n p i l l r t i o n p o u r ' l c s sont lrrilcl-rós 1()utcs lcs
cnlìrnts Yor-rgoslavcs. I)rrncirn Sl-rcik cst palti ltlltces clcs I-5 concclls ir
p o t r r l ' A I b a r ì i c c n r - r u r ic l c r n i c r i t l ' i r - rr l ' o l ' l ' r ' i r c l c s vcrril cn l'cs1'race clc trclzc
grrilarcs et clcs baltclics lrrrr ri.l'ugiL:t. Lc brrt clc h c t r r c s . s o i t - 3 ( X )( X X ) t r c -
jctr cst clrrc lcs instrlllllcltts trrril cnt cl:tns lcs kcts. La caplcilci clcs
t n l t i n s c l c r t t r r s i c i c r r sk t l s s o v i t r s . c l t r i stltclcs clirns lcscluels
. j t l t r c r r r n t u r ì e I ) e t i t e . i l r r r rs c s s i o t t Spr-inustccn va.iotrel esl
. i r n p r - o r r r 1 - r t L l:cr v c c l r r i . - . / c . s r r i . r óg:rlcnrcnt rrn rccorcl cn
Ì t r t t t o t ' t ; t l t r t W t t r C l t i l t l r t r 't t i t s o i . 1 - r r r i s c l u eb i c n s u p ó -
t lcttttttttlt; ttc tttc.jttirttlrc t'tt'tt.t ricttrc ir ccrrr clc sit t()Llt-
..
. lr()ut'(tl)l)()t'l(t'tut l)ctt ttc .stttt- I r é c l t c o r r s l i c l t r c . c 1 r i- r
E
w I t t ! ( ' r t t ( t r I r t t t . t t t t / t ' t t i t < ' . st I c , s
t ' é . f i r . q i t ; . s- l c l ó c l i r r ú ' l c r o c k c t '
\ L ' r ì \ i l ì fr . , , l l < . : t t t i . s i r r t l t t , t-
I ( t t t I q I I (, I ( ) I t . \ ( ' ( ) t l II ) t ' ( ' t I I ( ) I t . \ ' ( ' ( '
ótaicnl crrx-nrónrcs plus
itnpor-tarrts clrrc ccrrx clrr'iI
rcrììplisslrit il y ir clix lns
lrvcc lc [i. Str-ect If arrcl. Lc
r l r r i . s t ' 1 t t r . s . s <l t' i - l t t r . \ e t q t r ( , stitrle clc Mcitclow llrncls
g t ' ú t c t t t r 1 t t t t t tr t i t ' t t t t t . s t t I t t I < ' t t t ' itccrrci Ilcrtr ll Iìrrnrlrliorr
tI c I t t t t t t t,si t1t r <', r t r t t t,s f ìt.s.st t t t t.s ilòs lc l-5.jrrillct. apròs lu
(('(lttt (.tl (n tt()Ít'( l)()ttt'()u' l)lu'tic crlr()Pécnnc clc la
1tt t t t t' .sr t t t I t t g e t' | <'.st, t 4fì t t t t,s tl c totrrnóc. C'cst cc clr-ri
I e t r t ' . s . s t t t t l . ft ' ( t t t ( ( . t . >> s'ap;rcIlc un cornc-back.

ALANIS
AUPOIL
La petitc rrròrc
n'a l)iì:i l'ini clc norrs ótonncr. Sir
t n i s e ì r n u c l i r r - r sl c s c l t a n s o n s s ' c s t
poulsuivic cllrrs son clcrnicr- clil-r
( L tt t c . r - t r , r c l i t e < "ì t c o n t l l r i o cllr
.<nLl-). LJnc ccr-tainc iclóc clc
l'i.rutl-rcnticitú' clrri ll trar-rslìrrntc.
c ( ) n t r c s o n - s t r ' ó .c n n ó o - h i 1 - r p y v c r -
s i o n n e w a g e . D e p l t r s . l e rc l i s t l i b u -
tion -gratrritc" clc ses cl'urnstlns
sr-rrlc Nct scmblc pl'()t-lvcr r-rn réel
dósinté'r'essclììcnt ( bien cntcnclu.
l a n u r i s o n c l c c l i s c l r - r c sl ( ) L l s s t : L l n
pcu). Dcrnicr c()Llp cn clilte. llr
t ' ( ) u \ ( l r S ; l i r r . l ' L r r rt l c : n r i r ! i r z i n e s
iìrìlór-icains lcs plr.rs tcnclnncc : cli-
chés hip lr-r possi[-rlc ct pr()p()s
i c t r r r t r c l i t s t c s . , , . . 1 ct t t ' . f i t i . s 1 t t r . s t l c . s
t l t t t t t . s r t t t . st r t t r i . s t I c . s t I t é r t t p i e . s , ' . ( - c
tì'cst plrs n()Llvciu-I.clirez-r,cttts.
r . r - t a i sc 1 u ' r r n c s t u r l c t t c s ' c n r c n c l c
c()nllltc, !'î c'cst ltsscz t.tctrl'.
avecclcsbassesprécises, rondeset velou-
TUTHERIE t é c s .s a n sp r o f o n d e u re x c c s s i v c L. e s
U n t - d c s g l a n d c s r ì c l t c - s s c sd u C r n a d a . médiunrssont bourréscle pr.rncltet tr'òs
c ' e s t l c t r o i s . C e c i e x p l i c l u c l a c l u a l i t éc t l a
b c a r , r t éc l e s r . r l î t ó r i l u x e n r p Ì o r ' ó s p o u l l a
l ' l r r t l c r re|esq u i r ' o r ì l ; r 'i el u : o r ìL l l ì tp f c s c l ì -
cc ór'idente.Les aigusblillantssontbicll
BOSS
l ì r b r - i c l t i o nd c c e t t e S c a - s ì - r l l .o u t e l i r i s . c c
q L l i c < t o n n ec ' e s t c c t t c n l n g n i l i c l t r c t a b l c e n
enrobés.avcc du corpssrìlìspcldle la pré-
cision.Ils sont tròscffìcacesjoués i fìrrt
AD.3
c è c h ' ec n l i c u e t p l a c e c l c sh a b i t u e l sé p i c ó a s
volunrc.On renrar-quela un bcau sustaitt O r i g i n e: J a p o n
r - t a u t r e s é r ' a b l c sc l u i I o n t l a l ' i c r t ó c a n a - d ' u n el o n g u c u rc o n v e n a b l cI .l n ó l c c t r o - Prix moyenr 1 500F
d i c n n c . E l l e a d o p t c -l a t ò r r n c d l c a d n o u g h t a c o u s t i q u e .
l e p r ó a m p l iL . R . B a g g
luvec Llnc t<chlncrure (cuta$ny) tr-òscló-ga
rnicroEQcst renlal'(lLlable dc transparetrce.
r c r n i s s a t i n é c l u m c i l l e u r e l ' l ' c t Pasde colorationet un rcspecttotal du son 'lZ0
_gée. U n
( l t . t ' ( rt ì t l l t t i \ \ c (l) x 15ó (p) x 70 (h) mm
recouvrc la tablc cn còclre itux Iìbrcs r'ógu- i l c ( r r . r \ t i r l uDe(.) t ì ì r ì ì i r S t
I i è r ' e se t f e c t i l i g n e s a i n s i c p t c l c l b n c l e t l c s
quantil'iel la qualité du sort. crr cetteSea-
I kg ovec piles
é c l i s s c se n r l e r i s ì c r . L c t l a n c h e c u a c l t j o t t
gull pourraitparticipcri l'étalonnage du
c s t v i s s é a L lc o r p s p a r c l c u r b o u l o t t s . C e t t c nraître-étakrn. ó piles LRó(aA) = 9 volts
n o u r c l l e t e c h n i c l u c .c h ò r c i l a t . t t a r c l t t c . Adoptoteur secteur PSA en option
c l o i t b c a u c o u p a u l r . r t h i c rI r o v l t e u f q u ' c s t
Robert Tavlor'. Cc rlartche rllolttl'L-ttlì pro- I ontifeedbock(onii lorsen)
l'il assczlurge et plat clui plocurc dcs scn- B c l l c l ì n i t i o n . b e a u s o t . t! V o i l i . C e t t e S c a - I chorus 2x2
g L r l l S ( r ( s c - a - u u sl li g n i f i a n t r . t t o u e t t cg. o é - I réverbe
. l r t i , r r t si r t l t l r l r i t t t e l l c M
.. rti'. irIrc\ tltì lì(Ll
dc platicpre.toLlt l'cntl'r'clansl'oldt'c-. l l n d . c o n r n r ec h a c r r ns a i t ) e s t L l n c- q r - r i t a ll ' c
la luthcric ct nr-rson rt.toclcrnc. Boitiermétol
L a t o u c l . r cc n p a l i s s a n d l c p l u t ò t l ) l l ì t c c s t 2 oédoles
ó q u i p é e d e l ì ' e t t c su s s c zb u s s c s .b i c n l ' i n i e s E l l c e s t u n b e l c x c r r p l e c l e I ' a s s o c i a t i o nd c
4 iémoi ns électroluminescents
l a l u t h c r i c t r a c l i t i o n n e l l ec t i l c s i t . t n o v a t i o u s
cpi pl.(rclrlcntckruceur att touclté tt iutotla 5 ootentiomètres
t i o n p r é c r s c .L c -c h e r a l e t e n p l t l i s s r t t t d t e' cs t t c c h n r c p r e sr é c e l l t c s . C o t n p t e t c t l t l d c l a
a g r ' ó a b Ì ea l l c o n t a c t d e l u p a u r t t c c l c l l t clualité dcs rìlltél'iaux utilisés et cle son I entrée iock ó.35 occompooné d'un
n r a i n . L l t ó t e d e m a n c h L -p e t i t e e t l i n c prix tr'èsabordable elle est irlcontottrtrable. ootentiomètre de qoin d'ehtrée
r c q o i t c l e sn i ó c a n i q u e si b a i n d ' h r . r i l cp o t r L A u n i r , e a u d c s s o n o r i t é s .e l l e s u p p o r t e 2 sortiesiock ó,35
a i s ó m c n t I a c o n r p a r a i s o ua v e c c l e s i u s t r t t - I sélecteúrde mise en fonction
uu accorddoLl\ et pfócis.
n r e n t sp l u s o n ó r c u x . I entrée olimentotion 9 vohs/9OmA
(odoptoteur en oplion)
tscllc. eîficace cllc convrent parlaitcntent
LE SON a u x n . r r , r s i c i c -tnì 'sa L r j o u r d ' h L rqi u. e l q u e s o i t
L r ' ì i r ! u r . r \ l i ( 1 i l t .i l . r t t l ' t t t t c l l t l i \ \ i t l ì t r ' ( l t l i
lc s[,lc praticlué.A cssavet'cletolltc urgcn-
parait iniportante gricc i une exccllcutc cc. pour s'cn cour aincre I I
L'óquilibrcspcctralcst parllit
pro.iection.
caractère < chétif o et sec de la plupart des
UTITISATION micros et capteurspiézo, pour délivrer un
son plus naturel. Le potentiomètre < Bot-
L' AD-3 est développé sur la base du pro- tom > permet de régler les basses et de
La pédale AD-3 pour guitares électroa-
cesseurAD-5 Boss. Le boîtier métallique doser les résonancesdu coros de I'instru-
coutiques résout les éternels problèmes
robuste et compacte se présente sous la ment en ajoutanldes gravesiiches et puis-
liés aux _quitaresélectro-acoustiques.à
fbnne d'une pédale pafaitement adaptée sants.
savoir un son sans anrpleur et sans pro-
à la scène.Ses principales fonctions sont : Associée aux réglagesde la fonction anti-
fbndeur ainsi que les très gènants accro-
des correcteurs de tonalité soécialement Larsen (utilisation manuelle ou automa-
chages de Larsen. En effet. le guitariste a,
conguspour les guitaresacoustiques.une tique), cette pédale vous offre une
au bout du pied, le contróle total de la
réverbération et un chorus haute oualité excellente solution de correction
sonorité de son instrument, gràce à une
ainsi qu'un suppresseur de Larsenintégré. sonore/anti-larsen.La double fonction
réverbération, un chorus et un anti-Larsen
Le chorus stéréo 2x2, débrayable au pied. anti-Larsenpeut étre réglée manuellement
réglablesqui permettent d'obtenir un son
perrnetun efÍet réglable et précis gràce au pour éliminer le Larsen. mais il peut étre
plus chaud, plus riche et une bonne sécu-
bouton de profondeur. utilisé de fàqon automatiqueet déclenché
rité contre les accrochages intempestifs.
Il traite le signal sur deux plages de fié- au pied. La pédale AD-3 est équipée
Le meilleurallié du musicienacousîioue.
quences pour un eflèt doux et naturel. Le d'une entrée instrument réglable pour
son prend de I'ampleur en s'élargissantsur une parfaite adaptation d'impédance à
le champ stéréo. tout type de micros de guitares électroa-
La réverbération de qualité studio est coustiques.La sortie est équipée de
riche, claire et profonde, parfaite pour connecteurs stéréo symétriques
simuler une guitare acoustiquereprise par (connexion directe à une console) et
un micro. Elle peut ètre réglée gràce au d'une sortie spéciale pour amplificateur
bouton de profondeur. Les réglages de de guitare dotée d'une irnpédanceadap-
tonalité intégrés "Bottom" et "Top" sont tée pour un excellent équilibre sonore et
bien plus efficaces que de simples correc- des résultatsparfaits.L'alimentationsec-
teursde tonalité, ces réglagessont équipés teur en option ou les 6 piles LR6 sont
de filtres sophistiqués fonctionnant de prévus pour une autonomie et une poly-
fagon différente en accentuation ou en valence maximales.
atténuation.Le bouton <. ToD ' accentue
l a b r i l l a n c ed e s a i g u s o u b i e n ó ì i n r i n el c
OldCountry
RocK
La guitarequiveutse faireaussigrossequele pianodoit dropperen touche?!??

bien résonner ìes cordes aigues. La partie B


(mesures 3 et 4), exploite le "hammering-on" (mar-
teau). C'est donc une excellence occasion de tra-
vailler cette technique. Rappelons que le
"hammering-on" concerne deux notes reliées par
une liaison. La première note est jouée normale-
ment. La seconde n'est pas jouée par la main droite :
c'est un doigt de la main gauche qui "tape" ou "mar-
tèle" la corde dans la case indiquée. Pour rendre
I'esprit du morceau, il s'agit de bien reproduire les
effets de "marteau" comme dans I'enregistrement.
I En effet, vous remarquerez que le premier "hamme-
ring-on" de chaque mesure doit ètre un peu plus
accentué et surtout plus "tiré" que le deuxième.
Dans la partie C (mesures 7 et 8), Ies doigtés de la
main droite sont P I M P I A P.
Enfin la partie D donne I'occasion de travailler le
"slide" (glissé), indiqué par une petite fléche hori-
zontale, ainsi que le "choke" (tiré), indiqué par une
flèche verticale dirigée vers le haut ou vers le bas.
Le "choke" consiste à tirer lésèrement la corde avec
Old Country RocÀ est un traditionnel indémodable et idéal la main gauche pour déformer la note tout en la jouant.
pour un débutant. l1 a été enregistré en 1970, notamment En bref, ce morceau est un très bon exercice, car il passe en
dans le fameux disque ..Guitare américaine - Spécial Instru- revue de nombreuses techniques : "Open Tuning", "basses
mental>>,par Roger Mason et Steve Waring. Dans ce disque, étouffées", "hammering-on", "slide", "choke", ... tout en exi-
le "Dropped D Tuning" est très à I'honneur car il est utilisé geant une bonne maîtrise du son.
également dans deux autres morceaux de grand crî Eat What
You Kill et Thing in D.
POUR ÉLENEN A TESSTruRE
Nombreux sont les guitaristes qui révent d'avoir une grmde tessiture et plus
Pour rester dans I'esprít de sonoriîé sur leur instrument. En effet, comprativement au piano, la guitare
à une tessiture réduite : trois octaves et demi contre sept pour le piano ! Ceci
Pour jouer OIcl Country Rock,la guitare folk est idéale. Inuti- peut ètre génant pou l'adaptation de certains morceaux, mais aussi pour la
le de rechercher un son parfait. Au contraire, il faut le jouer composition. Il peut également ètre intéressmt pou un guitariste de composu
dans I'esprit d'un "vieux rock de la campagne". D'ailleurs ce dans des tonalités inhabituelles ou de créer des effets de résonnance oour un
morceau particulier. La guitre peut répondre à vos souhaits : sans vouioir pré-
morceau s'apparente plus à un blues acoustique qu'à un tendre se faire aussi grosse
morceau de country. La tonalité hésitante entre majeur et que le pimo, elle peut gagner
mineur, avec la blue note Fa, en fait tout son charme. a la fois en tessiture et en
sonorité !
Dans la partition, le morceau est présenté en quatre parties : Pour cela, il suffit d'utiliser
A, B, C et D. Sur le CD, I'ordre proposé est : AA BB C D un artifice qui s'appelle
I'Open Tuning- Il consiste a
BB C AA BB C Coda. En fait, ces différentes parties peu- accorder la guitare d'une
vent Ctre jouées dans n'importe quel ordre. Le résultat sera fagon autre que I'accord stan-
toujours intéressant. Il est méme possible de composer dard. Nous en reparlerons
plus en détail dans un pro-
d'autres parties afin d'en faire une composition plus person- chain article. Pour I'instant
nelle, et plus étoffée. nous citons cette Dossibilité
car elle est utilisée dans le
Pour travailler ce morceau, un play-back n'apporterait aucu- morceau orésenté ici avec un
ne aide particulière, c'est pourquoi il n'y a pas de play-back "accordage" appelé "Drop-
sur le CD. De plus, dans la partition, le doigté n'est pas indi- ped D Tuning".

qué car les positions sont assez simples, et plusieurs doigtés Dropped D Tuning
peuvent étre utilisés. Voici plutót quelques conseils tech- Le Ré (majeur ou mineur) est l'une des tonalités magiques de la guitare ! Sou-
vent les guitaristes utilisent le "Dropped D Tuning" pour favoriser cette tonali-
niques pour vous aider à en améliorer le rendu. té, tout en donnant plus de profondeur et d'mpleur A leur instrument. La
guitile n'est donc plus accordée : Mi La Ré Sol Si Mi, mais Ré La Ré Sol Si
Doucement les basses Mi. Pour cela il sufht de descendre d'un ton la corde de Mi grave. Ainsi la
guitre est accordée avec deux cordes de Ré à l'rctave. Enjouant une note Ré,
Les basses peuvent ètre jouées en "basses étouffées" ou en les deux cordes a vide se mettent à vibrer pr sympathie, ce qui engendre une
"basses normales". Sachez seulement que suivant la guitare résonnmce naturelle assez intéressante pour les morceaux consFuits avec des
ostinatos en Ré.
utilisée, les "basses normales" peuvent engendrer des réson-
Ce tuning est indifféremment appelé "Dropped D Tuning", "Drop D Tuning"
nances excessives qui peuvent noyer la mélodie et parfois ou "English Tuning". Rappelons que "Dropped" signifie "descendu" et "D"
devenir trop envahissantes ! Là encore, il s'agit de trouver un est le chiffrage anglo-suon pour désigner la note Ré.
Lr "Dropped D Tuning" est utilisé dans tous les styles : bossa, country, blues,
juste milieu, car I'intérét de ce morceau est précisément ragtime, flamenco, jnz, rock,..- sms oublier de nombreuses pièces pour gui-
d'obtenir un "gros son" bien maîtrisé ! tre classique.

L'abécédaíre I Dans le N"1 de Guitare Classic, I'enregistrement des mor-


Dans I'enregistrement, la partie A est jouée en "basses nor- ceatx Freight Train efThe Entertainer sur le CD sont d'assez
males", et les parties B, C et D sont jouées en "basses étouf- piètre qualité. Nous tenons à préciser que Jean-Marc Versini
fées". Rappelons que, pour jouer en "basses étouffées", il n'est en aucun cas responsable.L'enregistrement d'origine
faut poser la paume de la main droite sur le chevalet, pour était tout à fait correct. Un problème technique indépendant de
amortir plus ou moins la vibration des basses,tout en laissant notre volonté a été rencontré lors de la copie. Veuillez nous en
excuser.
Cordede Mi en Bé
E
= = ,,=
7 =
7fiT
I
I rl tt l ?
I
7
I
I T =
tl
l'
7
H H
?
I
I
H

D
st.
A partirde douzemesures
d'unbluesen Mi,attentionauxliaisonsdangeteuses
.

mélodique dans la mesure


suivante.
En fait, il n'y a qu'un seul
impératif correspondant à
I'alternance régulière
d'accords et de phrases mélo-
diques, avec un minimum
d'accords placés sur les temps
forts, en particulier lors des
changements d'harmonie.
C'est cette technique qui a été
majoritairement exploitée
dans le blues que je vous pro-
pose.Il s'agit d'une rythmique
avec liaisons mélodiques sur
un 12 mesures en Mi parfaite-
ment classique.

Le morceau
On commence avec la ques-
tion (mesure | ) sur trois
accords qui correspondent à
I'harmonisation d'un gimmick

ffifrMEYRATIOI{ bien connu en blues. On


répond sur la pentatonique
mineure de Mi, dans le mème
Le réve de tout guitariste acoustique ou électrique est certaine-
secteur du manche.
ment de pouvoir jouer simultanément le solo et I'accompagne-
Dans les mesures3 et 4, on applique la méme recette.En mesu-
ment. C'est méme encore plus vrai pour le guitariste acoustique
re 5, on retrouve un unique accord immédiatement suivi d'une
qui joue souvent en solitaire et c'est ce que nous allons réponse sur la gamme blues de Mi au deuxième stade. Les
apprendre dans cette rubrique.
mesures 7 et 8 reproduisent le méme principe que précédem-
ment, mais les secteurs d'intervention sont plus éloignés. En
FIdt ou fínger ? revanche, la mesure 9 voit I'application du .<laisserrésonner>>
picking
Les techniques du finger permettent de jouer facile- dont nous parlions au début de cette rubrique. En termes tech-
ment la mélodie tout en exécutant I'accompagnement. Vous
niques, il s'agit d'une liaison mélodique à partir d'une position
I'avez constaté en travaillant la rubrique ragtime ou la partie
d'accord. La mesure lO est de type hybride car on peut laisser
classique de ce magazine. Qu'en est-il lorsque I'on utilise les
résonner la corde de LA pendant I'exécution de la mélodie,
techniques de flat picking ?
mais il est égalementpossible de couper la résonance.Enfin les
Au demeurant, il n'y a aucun problème mème si les choses sont
mesures I I et 12 correspondent au turnaround classique que
un peu moins évidentes qu'avec le fìnger picking. Il est en effèt
vous connaissez peut-Ctre déjà, et vous retrouvez encore le
possible de jouer à partir d'une position d'accord donnée, en
principe des résonances.Bien entendu, ces techniques peuvent
laissant résonner I'accord pendant que I'on place une mélodie
étre utiliséesen finger picking mais le guitariste de flat picking
y trouvera I'occasion de rivaliser avec son confrère...
en superposition. C'est dans ce cas de figure que vous voyez
apparaître sur la partition le fameux .let ring> (laissez réson-
ner). Naturellement, le secteur d'exécution de la mélodie doit
Techníques courdntes
respecter la position de I'accord, sous peine d'impossibilité
En plus, une gamme peut très bien anticiper I'accord suivant. A
lorsque les écarts sont trop imporlants.
titre indicatif, le plan de la mesure 5 aurait pu étre placé sur la
Mais ce système n'autorise pas les plans les plus osés que I'on
mesure 4. Il aurait ainsi anticipé I'accord de LAi puisque ses
peut concevoir avec le fìnger picking. En effet, il est difficile de
notes constitutives correspondentà I'arpège de LA7l9. Enfin,
remplacer le mouvement simultané du pouce et de I'annulaire
ces techniques sont bien pratiques lorsque I'on joue seul. Le
sur les deux cordes extrémes, par un coup de médiator qui met-
seul souci est de rester en rythme. Commencez en jouant avec
trait en vibration d'autres cordes indésirables. Néanmoins le flat
le play-back qui vous aidera à y parvenir. Puis exécutez ensuite
picking nous perrnet d'obtenir un son très legato avec de belles cette rythmique seul lorsque les réflexes seront acquis. Dans les
résonances et nous utiliserons cette technique dans le blues de
deux cas,ga sonne plutót bien.
ce numéro.
Sachez pour finir que tous les guitaristes de blues utilisent ces
techniques.Elles sont très courantes chez les pionniers qui
jouent souvent seuls. On citera Charlie Patton, Blind Lemon
Question ou réponse ? Jefferson,Lightnin' Hopkins ou Big Bill Bronzy. On les retrou-
Or, puisque nous travaillons dans le cadre du blues, vous
connaisseztous le fameux système questions-réponsesà partir ve également chez Eric Clapton, Stevie Ray Vaughan et plus
généralementchez les guitaristes qui jouent en trio. N'hésitez
duquel on construit le phrasé blues. Une bonne fagon de
I'exploiter en flat picking consiste à poser la question avec un pas à créer vos propres plans sur la deuxième partie du play-
accord que I'on placera sur le tempo fort. On répondra ensuite back, et n'oubliez pas que vous pouvez varier les gammes
avec une phrase mélodique qui peut étre située dans n'importe employées, en alternant par exemple la pentatonique mineure et
quel secteurdu manche. Il est égalementpossible de jouer plu- la pentatonique majeure de Mi. A vos guitares, et devenez le roi
sieurs accords dans une mesure et de répondre par une phrase de la rythmique avec liaisons mélodiques.
) = t z o s h u n eJ:J =j ' l
Y4
E7 Asus4/E E7 (no3rd) E7 Asus4/E E7 (no3rd)
)

E5 Asus4/E E7 (no3rd)
Histoire
d'unarchétype
à la maisond'édition,le parcowsd'untube centenaite.-
De la maison-close

La rnusique ragtime est née le l8 Kentucky. Chez les Joplin, tout le monde est musicien : le père
septembre 1899 avec la publication joue du violon, la mère chante et joue du banjo. Le petit Scott
de Maple t saf Rug,la fameuse com- passedes heuresau piano, et improvise avec beaucoup d'aisan-
position de Scott Joplin. Mais pour la ce. A l'àge de quatorze ans, il quitte la maison familiale pour
petite histoire, faisons un retour en tenter sa chancecomme pianiste dans les alentours.
arrière pour nous rendre dans une En 1890, il arrive à Saint-Louis, Missouri. où il cótoie de nom-
petite ville de l'état du Missouri breux musiciensprofessionnelsappelésProfessors.Il se produit
dénommée Sedalia. C'est là oue tout dans les cabarets,les maisons closes, les honky-tonks, ... où il
a commencé ! pratique son métier d'Entertainer, c'est-à-dire de pianiste de bar
animateur.
Sedalío, Míssourí Au hasard de ses tournées il passe par Sedalia et se rend au
Fondée en 1860, Sedalia,Missouri, cabaret le "Maple Leaf Club". Il a alors trente et un ans. Il se
est une toute nouvelle ville bàtie fait engager,et très rapidement gagne I'estime de tous par son
autour d'un poste militaire de sérieux, sa rigueur et son talent. L'une de ses compositions, qui
I'Union. Dès la fin de la suerre de n'a pas encore de titre, est particulièrementappréciée.Très vite,
Sécession en 1865, elle prospère et devient un grand centre fer- Scott Joplin lui donne le titre de Maple Leaf Rag en hommage
roviaire. De nombreux magasins, h6tels, restaurants, saloons, ... au cabaretdes FrèresWilliams, où il se produit tous les soirs.
poussent comme des champignons dans la ville. La population Mais Scott Joplin rève de devenir autre chose qu'un simple pia-
noire est bien traitée, cependant les Blancs et les Noirs ne se niste de bar. Son ambition est de vendre sa musique et d'étre
mélangent pas encore. Les Noirs ont leurs propres restaurants, reconnu comme un grand compositeur.
leurs magasins, leurs bars, ... et impriment méme leurs propres
joumaux. B sePtembre Bgg : MaPle Leaf Rag
L'activité musicale est centrée sur les fanfares. C'est l'époque Le premier contact de Joplin en 1898 avec les Editions A.W.
de John Philip Sousa avec ses célèbres marches. Mais déjà la Perry & sons de Sedaliaest un échec.L'éditeur aurait demandé
musique syncopée est dans I'air du temps : le "cake-walk" et le à Scott Joplin de changer le titre de Maple Leaf R4g car une
"two-step" remplacent le quadrille et la "scottish". autre pièce portait déjà un titre semblable Maple Leaf Waltz I
Mème les valses se teintent de .syncopationsrr. Les musiciens Scott Jopfin aurait refusé affirmant que Maple Leaf Rag était
ambulants et les troupes itinérantes de spectacles de Minstrel déjà très populaire à Sedalia et qu'il souhaitait garder son nom
passent régulièrement par Sedalia qui attire de plus en plus les original. En fait, l'éditeur n'était probablement pas encore
nouveaux talents, et particulièrement les musiciens noirs du convaincu de la valeur de cette nouvelle musique.
Mississippi et du Missouri. Mais un beau jour de 1899, la chance tourne pour Scott Joplin.
En 1896, Sedalia compte environ l5 0OO habitants. Cette ville L'histoire racontequ'il se rend chez un autre éditeur de Sedalia,
est déjà considérée comme un p6le incontournable pour le John Stark. Cette fois-ci, il n'y va pas seul. Il est accompagné
piano ragtime. A c6té des "Sporting Houses", on trouve des ,rd'un jeune gargon noir très bon danseurrr. Scott Joplin joue
boîtes de nuit, des cabarets, des honky tonks et de nombreuses son Maple Leaf Rag, et le jeune garqon se met à danser. John
maisons closes. Stark est si impressionné qu'il décide aussitót de publier Mctple
Le cabaret le plus réputé est le "Maple Leaf Club", le célèbre Leaf Rag. Ce Rag sort donc de I'ombre le 18 septembre 1899,
"Cabaret de la feuille d'érable". Ce cabaret, réservé aux Noirs, et devient rapidement un immense succès, marquant le début
s'appelle ainsi car les propriétaires, les Frères Williams, sont d'une nouvelle ère appelée le "Classic Ragtime". Maple Leaf
des Noirs d'origine canadienne; et comme chacun le sait, Rag est le ragtime qui a fait I'objet du plus grand nombre
I'emblème du canada est la feuille d'érable ! d'enregistrements.Aujourd'hui, il est considéré comme un
Le "Maple Leaf Club" est une grande pièce avec un bar Victo- modèle. l'archétype de la musique ragtime
rien en noyer sculpté. Autour des tables de jeu, les consomma- La rencontre entre John Stark et Scott Joplin fut un événement
teurs sont assis sur de vieilles chaises de taveme. Au fond de la providentiel. Scott Joplin réalisait ses réves : sa musique était
pièce, un pianiste noir joue sur un vieux piano bastringue à enfin prise au sérieux, et allait pouvoir entrer dans la culture
moitié désaccordé. musicale blanche !C'était en 1899 ! Quand on pense que le
Dès la fèrmeture du cabaret, les pianistes se retrouvent dans premier blues n'a été publié qu'en 1914, on comprend toute
une arrière pièce pour continuer à jouer. Les idées sont alors I'importance de cette première.
échangées et des mélodies ragtimes sont composées sur le tas, La partition de Maple lzaf Rag s'est vendue a plus de 20O 0OO
d'une fagon plus ou n-roins collective. Certains de ces ragtimes exemplairesdans I'année ! Ce chiffre record pour l'époque a du
spontanés ont été conservés, d'autres sont devenus des chan- susciterd'amères regretsà l'éditeur A.W. Perry & sons !
sons, mais la plupart d'entre eux ont été oubliés et n'ont duré
que le temps d'une soirée ! Maple Leaf Rag et Ia guítare
Le sentiment de la propriété n'existe pas encore dans le domai- Maple Leaf Rag a été adapté de nombreuses fois pour une ou
ne de la création musicale noire. Il n'y a pas de rivalité com- deux guitares. Bien que la partition originale pour piano soit
merciale et personne ne semble penser à sa gloire personnelle. écrite en La bémol, à la guitare on le joue plutót dans les tonali-
En effet vendre un morceau pour en tirer du profit semble telle- tés de Do, Ré ou La.
ment irréaliste pour un Noir ! Mais ceci ne durera pas ! Avec La partition ci-contre rappelle la première partie de Maple Lecf
I'arrivée de Scott Joplin tout va bientót se transformer ! Rag dont le morceau compte quatre pa-rties. Les principales dif-
fìcultés sont liées à des basses très irrégulières et à de nom-
Scott toplin, père du classícragtíme breuses anticipations d'accords. Bon courage et à bientót.
Scott Joplin est né à Bowie County, Texas, le 24 novembre
1868, d'une famille noire d'origine modeste. Son père, né en [,a transcription intégrale de ce morceau, porrf une guitare, se trouve dans un
songbook accompagné d'un CD New Ragtime Guitar - J-M Versini, distribu-
Caroline du Nord, avait été esclave jusqu'à I'abolition de tion I.D. Music. Une version intégrale pour deux guitres est également emegis-
I'esclavage en 1865. Sa mère était née affranchie dans l'état du trée dms le CD Playing Ragtime Guitar - Vol.l L'école de Saint Louis, Anny &
J-M Vereini. distribution MIO Musidisc.
Tempodi marcia
c

"'ffi ffi

c7-
ffi ffi
Scottishtraditions
Pourla bande-son
de local Hero,Knopller,le leaderde DireStraits,a écoutéI'Ecosse
En 1983, le réalisateur Bill Forsyth fait appel à Mark Knopfler la mesure 7, le demier La n'est pas attaqué par la main droite,
des Dire Straits pour la musique de son fTlrr' Local Hero. mais c'est le petit doigt de la main gauche qui fait résonner la
L'action se déroulant dans le fin fond de I'Ecosse, entre la mer, note en venant frapper sur la touche.
'N'hésitez
le ciel étoilé et un petit pub écossais, il convenait d'écrire une pas à varier les attaques du pouce sur les cordes
bande-son dans un style très proche du folklore écossais. graves, pensez accompagnement de percussion plutÒt que gui-
Le principal thème musical du film apparaît sous diverses tare.
formes : une version piano-guitare très aérienne, une version Le deuxième arrangement fait appel à une technique plus clas-
plus folk par un groupe de musiciens locaux et une version plus sique et reprend le thème dans le registre aigu. J'ai essayé, pour
variété-pop-rock sur le générique de fin, version qui sera repri- cette version, d'employer des techniques souvent utilisées dans
se par Dire Straits en concert. les arrangements de musique traditionnelle celtique. L'une
L'arrangement proposé ici n'est la transcription d'aucune de d'entre elles consiste à utiliser la guitare un peu corrune une
ces versions, mais bien un arrangement pour guitare seule du harpe et à repartir, autant que possible, les notes d'une mème
thème, dans un esprit plutót proche du folk traditionnel qui I'a phrase mélodique sur plusieurs cordes, de sorte à utiliser le plus
inspiré. En fait, ce sont deux arrangements différents que I'on possible la résonance de la guitare. A la fin de la première
peut enchaîner sans problème. N'oubliez pas d'accorder la gui- mesure, par exemple, le mouvement mélodique conjoint La-
tare en dropped D, c'est-à-dire avec le Mi grave baissé d'un ton Sol-Fa est joué sur les cordes de Ré, Sol et La, utilisant le Sol à
(etjouant Ré). vide qui crée un frottement avec le La qui précède et avec le Fa
Le premier arrangement, joué dans le registre grave de la guita- qui suit. Vous retrouveîez cette technique tout au long de la
re, fait appel à un bourdon (quinte Ré-La ou basse Ré répétée pièce. Une autre caractéristique de ce style est l'emploi de
tout au long de la pièce) rappelant les sonorités traditionnelles bassesretardées, c'est-à-dire attaquées après le temps fort de la
écossaises (dans un ensemble de comemuses par exemple). Ce mesure : le ré grave de la mesure 3 est joué sur la deuxième
bourdon est joué par le pouce de la main droite : I'extérieur du croche, de méme que dans les mesures 5 et 6. A noter égale-
pouce vient rebondir sur les cordes entre rosace et chevalet. La ment les pulling-off à retardement comne dans les mesures 6 et
main doit rester très souple pour que le pouce rebondisse réelle- 7 : dans le demier temps de la mesure 6, le petit doigt vient fret-
ment. Selon la position sur la corde, le son sera plus ou moins ter le Ré sur la corde de Sol. Dans la mesure suivante, ce petit
métallique. C'est une sorte de slap, version soft, appliqué à la doigt se retire après que la main droite a joué le La grave et fait
guitare. entendre le Do dièse. Puis, le pouce main droite joue le La sur
L'autre caractéristique de cet arrangement sont les omements la corde de Ré, enfin le majeur de la main gauche se retire pour
du chant, employant de nombreux pulling-offet hammer-on. A faire entendre le Sol à vide. Bon travail I

Mi grave en Ré H.
J
H

l.+
a
H PSI.

H HPSI.

st.

HP
,i-{----r t-3'-

t' ?
st.
r I
HPSI.
du canterestela basede la formationde tout guitaristede flamenco
L'accompagnement

pour le cante. Les solos donc à géomètrie variable, I'ordre et le


nombre des falsetas variant d'une interprétation à I'autre.

Sur Ia partitíon
A noter. La partition parue dans le précédent numéro (N"l tri-
mestriel) peut ètre considéré coÍ[ne une introduction.

Compàs 1. Compàrs en rasgueados


Lors du rasgueado, le pouce repose sur une corde (X sur la
tablature), légèrement plié. Au cours d'une attaque graves--->
aigùes, les doigts prennent appui sur la face inteme du pouce
comme pour une pichenette (sauf s'il s'agit de I'auriculaire).
l'attaque doit étre très sèche (ce qui ne signifie pas forgément :
très puissante). On ne joue donc pas réellement toutes les
cordes. Ici, visez plutÓt les cordes centrales pour bien faire son-
ner la liaison Mi./Fa.

Symboles.
I attaque graves --->aigùes
\,/ auaque aigùes --->graves
i=index,m=majeur
a = annulaire, x = auriculaire
I accord arpégè du pouce
lf golpe (percussion sur la table d'harmonie, sous les cordes,
entre la rosace et le chevalet, excécuté par le majeur elou
I'annulaire).
Lors de I'accompagnement, le guitariste dispose, pour s'expri-
mer, de trois éléments essentiels. Compàs 2. llamada
Pour la soleà, elle est construite sur un seul compàs de douze
La règle de trois temps. Son signe distinctif est le passage obligatoire au troisiè-
l. les compàs rythmico-harmoniques en rasgueados. me temps par un accord de Fa majeur ou 7e. Cet exemple est
Ils servent à exposer, ou rappeler, les règles de style interprété ; inspiré du guitariste Paco del Gastor.
et à accompagner les strophes chantées par le cantaor (ce sont
les <coplas>). Symboles.
2.les llanndas ou appels (notées llam dans les partitions). [: attaque sèche du pouce sur un accord graves --->aigùes et
Elles indiquent au chanteur que le guitariste a achevé son inter- accompagné d'un golpe.
vention et I'invitent à commencer Ie chant. La plupart des styles
du répertoire possède une llamada caractéristique dont la struc- Compàs 3 et 4. Falseta inspirée de Melchor de Marchena
rure est immuable. Elle est basée sur la technique de main droite pouce/index en
3. lesfalsetas. triolets. L'attaque du pouce est sytématiquement butée. Les
Ce sont des micro-compositions sur les règles de base du style notes jouées avec I'index n'ont aucune valeur harmonique ou
interprèté. Les falsetas sont toujours concises. Par exemple, mélodique : le mouvement de I'index est une sorte de <métro-
pour la soleà, elles dépassent rarement cinq ou six compàs de nome corporel>>qui permet de mieux senti le tempo. L'index
douze temps. Les flamenquistes improvisent peu : ils composent doit donc jouer très légèrement.
leurs falsetas sur le manche de la guitare, les mémorisent, puis
les intérprètent avec très peu de modifications. Lors de I'accom- Compàs 5. Remate
pagnement, ils se contentent en général de falsetas très courtes, Il est basé sur des attaques pouce/index simultanées. Là encore,
construites sur des clichès harmoniques elou mélodiques tradi- le pouce joue en attaque butée et I'index en attaque pingée très
tionnels, et des doigtés de main droite répétitifs. Les falsetas légère. En fait, le pouce joue la note légèrement avant I'index.
peuvent ètre suivies d'un <<remate>> (noté rem dans les parti- Nous avons donc :
tions), qui est une courte séquence conclusive indépendante de
la falseta.

Quel Protocole ?
La structure d'un cante traditionnel est donc :
introduction (facultative) puis
Ú compàs en rasguados
,O llamada
ú copla chantée :.- ''. .
1Î falseta (facultative)'
ú llamada ,. .i.':: Dès le prochain chapitre, nous étudierons quelques techniques
O copla... t /
de rasgueados et de pouce plus complexes. Nous serons alors
Dans le solo traditionnel. le guitariste remplace la copla par des préts pour analyser quelques falsetas des grands maîtres de la
falsetas plus dévelp-ipées et'plus personnelles ; et, il s'appelle guitare flamenca.
lui-mème par des llamadas. La structure est donc la mème que
*V AAA A

P P...

?,

P iPPiPP i

P 1ae1 (G) (F) (c) (Dm) (G) (rm) (Bm7/5b)


(G) (Ft)
remal +ffi 4
^2 r_1

r rr r
Ce Waveressemble beaucoup au VouTe Contardu grandJobim.Noussommesen Do majeur.Le rythme
est pfuscompliqué quedansCorcovado, La séquence rythmique s'ailiculesur deuxmesures,
la seconde
de la premièrePositionsd'accordà bienenchaîner,
étanten fait I'inversion posémentd'abord.

cM9 AbZdim Gm7 ceb F'M


xxox
Fm6 E13 E715+ 413
-
ffi
EEEE
ffi
FFFFII
ffi4
T-TTN
ffi
TTTTT]
E Fffi
H-?H
rffTr1
rrrrn
ffi
FT'Fffi
rrFfl-l
iIiH î+iH ffi
FFFTF ffi TTFTN

A715+ D9 Gl3 G715+ Fm7 F,b7 EbmT Ab7


^xx G7
FFFFII Fírr-r mrÎfm 6fr 4fr FFFFFI

ffi
fi-r-Ò
fffisr' fip'u F+1f.t1
FFFFF ffi ffi ffi ffiffi TTTTT1 TTTTT]
| | taI I
ru

AbTdim c9b F'M


Nontroppopresto

I /2 C XIV__
.) ,t4
e
l-
frÉè'-it

i
I
I
I:

i
i
i

I
I

I
j

I
I

ó0
l"
>:3
!-'.0 , t 3

61
3i7> J

-i

24
,.-=-\

4
a
120320

I
I
___,_i

ó3
,rLl
'-,-+t,Í--lo
fr))14 r4 =
Var. lX + I
l--\. o
-+\ r+1ì\ Éì\ :\ í--\
-t\

îI tt tî+l

i
I
0 3 2 4 \-)

66
Paroleset musique: J. Lennon.P. McOartnev
@1965NorthernSonos
Used by permissionòf MusicSales Ltd. All rightsreserved.International
copyrightsecured.

-----z-

@ enRé
L-J-.J ' '
-l

69
70
6 e corde en ré
\:-/
6e corde en ré
î

-1.+-ll+l

76
? rîrt ? rîrî
| lV tI I ll

îf r ?t l ?
ll

77
++
tt
= -
=rLJ=rLJ
tl
a= - = -=
r ÍÍ
ll

rrrl \b2
poco rit.
I

C VII
VIII- 2-1 CIV
.1 t
ìl ll .l
J+J
0,1 3 0 2l 0 0 0 0 23

0310

E.
-
lr. ll2.
A ^

Alexandre
le bienheureux
a70ans
Alexandre Lagoya
est un homrne
d'une grande
classe. Extraordi-
nairement humain
et généreux, il est
également I'un
des plus grands
guitaristes
classiques d.e
notre époqueo
un statut qrr'il
assume
sirnplemento avec
élégance et
mod.estie.
Phénomène
mrrsical et gloire
Parlez-nous de votre jeunesse en j'allais dans une salle du lycée frangais
internationale. ce Egypte. ou alors dans des collèges anglais (qui
aa

mlr.s1clen Mon père était Grec et ma mère lta-


lienne,je suis né en Alexandrie, en
avaientde très belles sallesde concert),
et je jouais. J'aimais les contrastes.Au
doexception a fait Egypte, mais je ne suis pas Egyptien, demeurant,les sciencesoccultes m'ont
contrairement à ce que I'on croit. J'ai t o u j o u r s p a s s i o n n é ,e t I ' a r c h é o l o g i e ,
35 fois le tour de commencé la guitare en Alexandrie, à bien sùr, parce que dans ce pays, on
la terre et donné six ans. J'ai vécu vingt ans là-bas,j'ai
fait mes étudesen grec,j'ai eu mon bac
avait qu'à tourner la téte à gaucheou à
droite, on avait un monument, une
plus de 8500 Grec et je suis allé chez les frères colonne, un sphinx ou une pyramide ;
catholiquesfrangaisjésuites pour c'était naturel d'aimer I'architecture et
concefts. apprendrele frangais.J'ai commencé I'archéologie.
Chez luí, près de une première carrière en Alexandrie. Quelles langues parliez-vous, à la
Mon premier récital, je I'ai fait à l'àge maison ?
Paris, il nous de treize ans. En méme temps que la Avec mon père je parlais le grec, avec
parle de ses 57 musique,je faisais beaucoupd'athlé-
tisme, et méme des matches de boxe
ma mère I'italien, avec le personnelqui
m'a élevé,l'égyptien ! Jusqu'àl'àge de
ans de carrière et amateurs,j'aimais la compétition.Un cinq ans,je ne savaispas que je parlais
dimanche,je montais sur le ring pour trois langues,je croyais que c'était la
de ses émotions. un petit match d'amateur, le dimanche méme. J'ai appris le frangaisquand
Entretien. d'après,avec un ail au beurrenoir, j'avais sept ans, parce qu'il y avait une

85
f i l l e t t e f r a n g a i s ed e m o n à g e q u i m e p a r i t i o n , j ' a i r e t r o u v é l e r é p e r t o i r e élèves qui viennent me demanderdes
p l a i s a i t b e a u c o u p . . .A v e c I ' a n g l a i s , soliste,jusqu'à nosjours. c o n s e i l s ,e t g a s e t e r m i n e t o u j o u r s à
I'espagnol,Ea m'en fait une demi-dou- Vous étes venu en France pour trou- table ! Je n'ai jamais pris un centime,je
z a i n e e t E a m ' a s e r v i d u r a n t m e s ver un public à votre musique ? sais que les professeurs<chargent>très
voyages,je n'ai jamais été en pannede J e s u i s v e n u e n F r a n c e p a r c e q u ' i l y cher, mais si je le fais, les pauvres,je
l a n g u e sP . l u s l a m u s i q u e .q u i e s t u n e avait Ida Presti, que j'admirais beau- sais qu'ils vont rester deux jours sans
langueinternationale! coup. C'était un phénomènemusical,à manger.Je leur donne des cordes,des
Que faisaient vos parents ? dix ans, elle enregistraitdéjà son pre- partitionssi j'ai des doubles,sinon, ils
Mon père était mécanicien,et ma mère m i e r d i s q u e c h e z P a t h é - M a r c o n i ,e t se font desphotocopies,bon, ga les aide.
a eu cinq enfants,elle ne travaillaitpas, p u i s j ' a i m a i s b e a u c o u pl a F r a n c e . Vous ètes quand méme le meileur
d ' a u t a n t q u ' à l ' é p o q u e , c ' é t a i t r a r e . J'étaisvenu commeétudiant,j'avais dit professeur qu'on pouvait espérer !
C'était des familles méditérranéennes. à mon père que j'y allais le temps de Je suis le professeurle meilleur marché
L e d i m a n c h e ,i l y a v a i t l a f a m i l l e d u travailler, de voir un peu la situation, du monde ! (éclats de rire) Qa peut pas
c6té de mon père qui se réunissaitchez que je ne savaispas trop ce que j'allais étre plus bon marchéque Ea.Il faut par-
nous, ainsi que la famille de ma mère, faire...Je me suis marié avec Ida, et je tir du principe qu'une carrière, ga rap-
on avait des grandestables,on faisait suisrestéI porte,je gagnebien ma vie. Or, je
des cuisinesgréco-italiennesavec tout Est-ce que vous conseilleriez aux gui- pourraisfaire un carrièreparallèle,mais
un tas de parfums,et puis ga chantait, t a r i s t e s d é b u t a n t s d e c o m m e n c e r à ce moment-là, ces jeunes qui veulent
parce que les Grecset les Italiens ado- aussi t6t que Yous l'avezfait? travailler avec moi, je les mettrais en
rent Ea. Mon frère faisait de la guitare S ' i l s o n t c e t t e p o s s i b i l i t é ,c ' e s t t o u t - difficulté, et pour moi, ce n'est pas
d ' a c c o m p a g n e m e nm t . o i a u s s ie t j e j o u r s m i e u x . I l y a u n e s o u p l e s s ed e s sain. Quand je fais un concert, il y a un
jouais un peu de mandoline,on créait d o i g t s , d e s p h a l a n g e s ,u n e s o u p l e s s e cachet,maisje ne prendspas d'argentà
une ambianceavec la famille, tout Ea musculairequi peut donner des facili- un jeune qui ne travaille pas, qui n'a
v i v a i t d a n s u n e j o i e m e r v e i l l e u s ed e tés,si on est doué. pas encore commencé à faire des
musique; populaire,bien s0r. Ltécole de la guitare classique,c'est concerts.Une fois, j'avais demandéun
Moi, j'étais constammentattiré par 1a l'école de I'austérité ? prix assezélevé, pour me débarrasser,
m u s i q u ec l a s s i q u eV . e r s s e p t a n s ,j ' a i Qa demandebeaucoupde travail, mais parce que je ne voulais pas donner des
commencéà travailler le solfège,puis c'est au professeurde transformer tout cours et que tout le monde m'en
I ' h a r m o n i e a v e c u n p r o f e s s e u ri t a l i e n ga en une histoire d'amour, il ne faut demandait. Méme à ce tarif, ga été
q u i s ' a p p e l a i tC o r d o n e .J e f a i s a i s d u pas que ce soit mené à la baguette,ou à a c c e p t é! J ' a i f a i t m o n c o u r s e t j ' a i
piano pour les exercicesd'harmonie,en l a c r a v a c h e .P e r s o n n e l l e m e njte, n ' a i conclu en disant <<La première fois, je
m é m e t e m p s j e t r a v a i l l a i s l a g u i t a r e . jamais donné de cours aux débutants. ne prends rien, on veta par la suite >>.
J'ai donnémon premierconcertà treize J'ai toujourspris des élèvesqui avaient Quelles sont les choses que vous leur
ans, puis j'ai commencéà voyager un déjà terminé un conservatoirede pro- enseignez?
p e u e n E g y p t e : S u e z , L e C a i r e , vince,etj'ai toujoursenseignégra- J'enseigne des
Alexandrie. c i e u s e m e n t ,p a r c e q u e l e s choses qui tou-
V o u s a v e z c o m m e n c é l a m u s i q u e j e u n e s n ' o n t p a s d ' a r g e n t .J e chent la car-
comme un amusement ? n'ai jamais fait une carrrère rière, le
A u d é p a r t ,o u i , c ' é t a i t u n e h i s t o i r e d e l ' e n s e i g n e m e nqt u. o i q u e métier, com-
d ' a m o u r , s a n s s a v o i r c e q u e j ' a l l a i s j ' e n s e i g n ed e p u i s l ' à g e d e ' ment affron-
faire. Ce n'est que vers l'àge de seize, q u i n z e a n s , m a i s t o u j o u r s ter le public,
dix-septans que le virus a commencéà gracreusement. comment se
m e d o m i n e r . J ' a i d i t à m o n p è r e , Mème pour le conserva- d o m i n e r ,e t c .
< <V o i l à , j e c r o i s c l u ej ' a i t r o u v é n t a toire de Paris ?
v o c a t i o t t > . I l n ' é t a i t p a s d ' a c c o r d , Là, c'était administratif,je
p a r c e q u ' à l ' é p o q u e ,v i v r e a v e c l a r e c e v a i sm a p a y e à l a
musique,c'était quelquechosed'inha- b a n q u e ,j e n e s a i s m é m e
b i t u e l . I l y a v a i t t r è s p e u d e g e n s q u i p a s c o m b i e nc ' é t a i t e t j e
faisaientcarrière,surtoutdans un pays m ' e n f i c h a i s c o m p l è t e -
comme I'Egypte, insuffisamment ment,si il n'y avait
équipépour cela. rien eu,je I'aurais
Comment s'est déroulé votre arrivée f a i t quand
en France ? mème. J'ai .t,i
Quandje suis arrivé en France,j'ai fait e n c o r e
la connaissance de Heitor Villa-Lobos, d e s
qui venait six mois par an à Paris,il
h a b i t a i t d a n s u n h Ò t e ld e l a r u e d e s
A r c a d e s .A v e c V i l l a - L o b o s ,j ' a i t r a -
v a i l l é I ' e s t h é t i q u e I, ' i n t e r p r é t a t i o nd e
. ,i:.,r
son ceuvre,l'harmonie,la composition,
I'orchestration.Ensuite,il y a eu la car- .'::+,'
rière qui a commencéen Europe,et la *.
Í/
rencontre avec Ida Presti. ma première
femme, décédéeen 196'7et avec qui
wi t*.
j'avais monté le duo Presti-Lagoya. t.,'
'iì
S,
Nous avons effectuéensemblequinze
tournéesinternationales.Après sa dis-


Il faut avanrttout transforrner le travail en histoire doamour

En ce qui me concerne,c'est le sport, V o u s a v e z é g a l e m e n t i n v e n t é u n e p a r i t i o n d e S é g o v i a ,d e Y e p e s , j ' a i


c'est le yoga, je suis anti-drogues,pas nouvelle position de la main droite. constatéque les guitaristesse sont can-
d ' a l c o o l , e t c . L e m e i l l e u r r e m è d e , Disons que j'ai placé le poignet paral- t o n n é sd a n s d e s p e t i t e s s a l l e s ,d e s
quand on est trop sensible,qu'on a le lèle au chevalet.Inventé,c'est peut ètre é g l i s e s .L a g u i t a r e a d i s p a r u d e s
trac, c'est de mener une vie saine,de trop, je me suis inspiré de la position g r a n d e ss a l l e sc o m m e l a s a l l e P l e y e l .
faire de la course. de la musculation. de Tarrega(mort en 1909),qui lui pla- J'ai essayé,pour le standingde la gui-
Tout ga, c'est excellentpour la santé. Eait les doigts parallèlementau cheva- tare, de la présentertoujours dans ces
Vous vous souvenezde votre premier let, pour avoir un timbre beaucoupplus salles.Pour cette saison,j'ai joué deux
concert ? direct. Les élèves de Tarrega,comme fois dans la salle Pleyel,et une fois au
B i e n s ú r ! J ' a v a i s u n p r o g r a m m e M i g u e l L l o b e t . P u j o l . j o u a i e n ta u s s i théatredes Champs-Elysées. Il y a trois
a d u l t e , l e m è m e q u e j e v o y a i s à avec les doigts parallèlesau chevalet. a n s .j ' a i j o u é à l ' O l y m p i a .q u i e s t u n e
l'époquechez Segovia,chez Ida Presti. Q u a n dj ' a i r e n c o n t r él e s é l è v e sd e sallepour la variété,et j'ai fait une soi-
Qa s'est très bien passé.Quand on est Pujol, ils jouaientaussiavecla position rée classiquequi avait très bien mar-
jeune, on a pas le trac, on est absolu- p a r a l l è l ea u c h e v a l e t .m a i s c e r t a i n s ché, il y avait deux mille personnes.
ment inconscient.Le trac,je I'ai connu avaient complètementchangéla posi- C ' é t a i t l a p r e m i è r ef o i s q u e m a d a m e
vers dix-septans.Pour moi, c'était une tion et jouaient plut6t du c6té gauche C o q u a t r i x e n t e n d a i ts a s a l l e s a n s
espècede fète, j'avais l'impressionde d e I ' e n g i n ,g a n ' a v a i t r i e n à v o i r a v e c amplification.J'ai aussijoué au
m ' e n v o l e r p a r f o i s , t e l l e m e n tj ' é t a i s l ' é c o l e d e T a r r e g a .M o i , j e s u i s r e s t é cirqued'hiver, et ga a très bien mar-
heureux de voir les gens qui m'écou- fidèle à la position de Tarrega,en ajou- ché du point de vue acoustique.Pour
taient et m' applaudissaient. tant un peu plus de mouvementvers la l a r é p u t a t i o nd e l a g u i t a r e ,c ' e s t b i e n
Vous conservez la mème émotion en droite pour exterioriserle pouce,pour de la voir dans une grande salle, et de
concert aujourd'hui ? q u e l e p o u c e n e f a s s ep a s o b s t a c l eà n e p a s I ' a b a n d o n n e r J. e l u t t e p o u r
C'est différent, maintenant,c'est une I ' i n d e x m a j e u r . E n j o u a n t s u r l a cela, pour montrer que la guitare
g r a n d e r e s p o n s a b i l i t éc, h o s e q u ' o n a gauche,parfois, il y a confrontation.En e x i s t e .J e l e f a i s p l u s p o u r l a g u i t a r e
pas quandon estjeune.C'est la respon- faisant ceci, vous poussezle pouce à que pour moi-mème.
sabilitéd'une gloire anciennequ'il faut I'extérieur,et Ea donne un peu plus de Est-ce que la sensibilité musicale
constammentdéfendre, et il faut jouer v o l u m e . T o u t e m a v i e , g a a é t é m o n d'Ida Presti, cette sensibilité fémi-
devantun public qui attendle miracle. obsession: pouvoir projeter dans une nine, vous Itavez rencontré depuis
Q u a n d o n a t r e i z e a n s , l e p u b l i c n e s a l l e u n s o n n a t u r e l ,a u m é m e t i t r e chez d'autres guitaristes ?
vous connait pas. Maintenant.on vient q u ' u n v i o l o n i s t eo u u n v i o l o n c e l l i s t e . J e n ' a i r i e n r e n c o n t r éc h e z d ' a u t r e s
voir quelqu'undont on a trop parlé.On E t j ' y s u i s p a r v e n u ,j e n ' a i u t i l i s é l e g u i t a r i s t e sq u i a i t e x i s t é c h e z I d a
r a c o n t ed e s c h o s e ss u r c e m o n s i e u r m i c r o p h o n e ,c o m m e j e l e d i s t o u - Presti. C'était une exception.On peut
<<qui est extraordínaire, qui fait ceci, j o u r s , q u e d a n s d e s c a s d e l é g i t i m e d i r e q u e d a n s l e s i è c l e ,i l y a e u I d a
qui fttit cela >r.C'est ce qu'on raconte d é f e n s e .U n j o u r , j ' a i j o u é à I ' H o l l y - P r e s t i ,e t i l y a e u l e s a u t r e s .I l n ' y
en coulisses,et je le saisbien. Donc, on w o o d B o w l , à L o s A n g e l e s ,q u i e s t avait pas que la sensibilitémusicale,il
est obligé d'avoir une espècede stan- u n e s a l l e d e d i x - h u i t m i l l e p l a c e se n y avait aussiune facilité technique
ding extraodinairepour leur donner rai- plein air. Là, mème un orchestresym- inexplicable,due à un espècede phé-
son. C'est peut-étreaussiun moyen de p h o n i q u ej o u e a v e c d e s a m p l i f i c a - nomènedigital. Elle avait énormément
s'entretenir,et d'essayerd'aller de plus t e u r s . J ' a i f a i t l a m é m e c h o s e .I l y a travaillé,mais il y en a d'autresqui
en plus loin pour créerle miracle. d i x - h u i t b l o c s d e m i l l e p l a c e sc h a - ont travaillé. Il y avait quelque chose
Est-ce que vous pouvez trancher la c u n s , c ' e s t p r e s q u el a c a p a c i t éd ' u n e e n e l l e ; c e q u e l q u ec h o s e ,c ' e s t l e b o n
polémique de la technique de jeu v i l l e , I ' a m p l i f i c a t i o ne s t n é c é s s a i r e . d i e uq u i v o u sl e d o n n e .
avec la pulpe ou avec I'ongle ? Le trac est différent, quand on joue Qu'est-ce-que vous avez appris
P a r l e p a s s é . i l y a v a i t c e u x q u i devant 18 000 personnes ? d'elle ?
j o u a i e n t a v e c l a p u l p e e t c e u x q u i P a s d u t o u t ! F i n a l e m e n tj .e m e s u i s J'ai appris à reconnaîtreune supério-
j o u a i e n t a v e c I ' o n g l e , e t i l s n ' é t a i e n t rendu compteque j'avais moins le trac rité, un philosophiemusicaleet guita-
jamais d'accord.La pulpe peut donner q u e q u a n d j e j o u a i s d a n s u n s a l o n ristique. Quand on formait le duo,
un son moelleux, mais parfois,ga peut d e v a n t 4 0 p e r s o n n e s .L e s 4 0 p e r - e l l e - m è m er e c o n n a i s s a qi tu e c e r t a i n e s
ralentir la vitesse.La pulpe, c'est tous s o n n e ss o n t à c 6 t é d e v o u s , v o u s l e s chosesallaient étre mieux interprétées
l e s c o u s s i n e t sd u d o i g t , c ' e s t u n p e u voyez très bien bouger, alors que les à traversla patte de l'homme, alors
gros, Ea limite un peu les changements l 8 0 0 0 p e r s o n n e sv, o u s n e l e s v o y e z qu'elle était capablede le faire aussi,
de gamme.Alors que si on utilise moi- p a s ,c ' e s t u n e m e r d e t é t e s ,a s s e zd i s - mais il y avait des chosesqui passaient
tié pulpe, moitié ongle, ga donne plus tante de la scène,on a I'impressionde mieux, comme moi je lui disais < non,
d e f a c i l i t é s p a r c e q u e I ' o n g l e e s t u n e p l a n e rs u r t o u t q a . . .J e n e m e s u i s p a s ga, go a été écrit pour toi >. Il y avait
matière plus dure, ga glisse davantage r e n d u c o m p t e .J ' a i j o u é s a n sa v o i r l e une espècede dialoguecontinuel : une
s u r l a c o r d e , o n p e u t o b t e n i r d e s t r a c . J ' a v a i sl ' é m o t i o n m u s i c a l e ,m a i s fois c'était elle qui jouait la partie prin-
v i t e s s e sp l u s g r a n d e se t e n m é m e pas la peur de se dire : ,, 18 000 per- cipale,une autrefois c'était moi. Sur le
t e m p s t o u t e u n e p a l e t t e s o n o r e ,a v e c s o n n e s , e a v a è t r e l 8 f o i s p l u s p l a n t e m p o , t e c h n i q u e ,e l l e s ' a m u s a i t
d e s c h a n g e m e n t sd e t i m b r e . C ' e s t c e dfficile >. Pas du tout. a v e c d e s t e m p o sj a m a i s a t t e i n t sp a r
qui fait que personnellement,comme Vous ètes le dernier guitariste clas- d'autresguitaristes.C'est pour cela que
l a p l u p a r t d e s c o n c e r t i s t e sd e n o t r e sique à jouer dans des grandes salles. parfois, on disait '.<< Ida Presti, prestis-
époque,je joue avec I'ongle. Depuis quelquesannées,depuis la dis- simo ! >>Mais tout en faisant du prestis-

87
simo, il y avait toujours une philoso-
phie artistique et musicale, une spiri-
t u a l i t é m u s i c a l eq u i d o m i n a i t . C e
n ' é t a i t p a s f r o i d n i m é c a n i q u e ,m a i s
toujours accompagnéd'une phraséolo-
gie pleine de sensibilité,mème dans les
traits à grandevitesse.
Vous pouvez expliquer votre philoso'
phie musicale ?
C'est de faire de la musiqueavec la
méme facilité que la respiration.Je me
révolte quand je vois certainsde mes
confrères qui jouent merveilleusement
bien techniquementet qui ne prennent
pas le temps de respirer.Or, le meilleur
exempleque nous avons,c'est le chan-
teur. Quand il chante,il est obligé de
terminer sa phrase pour une bouffée
d'oxygène. La mème chose existe en
musique, il faut cette bouffée d'oxy-
gène. Sous prétexte que I'instrumen- Il y a un professeurqui a dit : <<Pour professeur qui n'a jamais fait carrière
t i s t e p e u t c o n t i n u e r à j o u e r s a n s bien jouer de Ia guitare, il ne peut pas I'enseigner.Il peut ensei-
faut la ser'
respirer,il joue, mais c'est faux, c'est r e r c o n t r e s o n c e u r > e t l a g u i t a r e , gner I'esthétique, la technique, mais
a n t i - m u s i c a l . I l f a u t a c o m p a g n e rl a p a r m i l e s i n s t r u m e n t sà c o r d e s p i n - qa s'arrète là. Un concertisteest bien
phraséologieselon le souffle que le bon cées,c'est I'instrumentle plus expres- placé pour emmener le plus loin pos-
d i e u n o u s a d o n n é . U n e m u s i q u e e s t sif, parce que nous pouvonsutiliser le sible un élève.
faite de phrases,elle commenceici et v i b r a t o c h o s e q u e l e c l a v e c i n , l e Vous jouez le flamenco ?
;
se termine là-bas,il faut la séparer,res- piano ou la harpe ne peuvent pas faire. Non. C'est tout à fait une autre expres-
pirer et continuer et ainsi de suite. Dans C'est un pincé vibré, c'est la superio- sion, populaire, à I'origine. Il faut avoir
cette phrase, non seulementil Y a la rité de la guitare sur les autres instru- vécu parmi les Gitans, en Espagne,
respiration,mais il y a la monté, I'obtu- ments classiques.Nous avons ce cÓté avoir baigné depuis son enfancelà-
ration, la descente,le crescendoou le grave, qui se rapproche un peu de la dedans,et puis après on sort de ga, on
diminuendo, il se passetoujours voix humaine.Nous avons des tas mélange sa personnalitéavec tout ce
quelque chose, comme quand on parle. d'effets que la guitare peut produire, qu'on a regu dans sa jeunesseet on se
Si on analysenotre discussionavec un des couleurs différentes parce qu'on crée un style, comme I'a fait Paco de
électrocardiogramme,I'aiguille monte, j o u e é n o r m é m e n t a v e c l a Lucia. Mais j'écoute tout le monde,
Palette
descend,mais elle n'est jamais plate,si s o n o r e , l e c h e v a l e t e t l a r o s a c e . mème dans le classique.Pas seulement
elle est plate, ga veut dire que le caur Chaquemouvementque I'on fait vers les bons, j'écoute aussi les mauvais !
ne bas plus, et là, c'est la fin de tout. la droite ou la gauchechangede Avec beaucoup d'attention. Qa
Qutest-ce quton peut dire avec une t i m b r e , e t E a d o n n e I ' i m i t a t i o n m'apprend déjà à ne pas jouer comme
guitare qu'on ne peut pas dire avec d ' a u t r e s i n s t r u m e n t s .C o m m e I ' a d i t eux et c'est une bonne legon. Le mau-
dtautres instruments ? B e r l i o z , < <L a g u i t a r e , c ' e s t u n p e t i t vais existe,alors attention !
Dans une famille, il y a une maman, un orchestre >, et Berlioz, quand il habi- Vous avez énormément enregistré.
p a p a e t d e s e n f a n t s . L a m a m a n tait dans la rue de la Harpe, il ensei- D'après les statistiques,j'ai été le pre-
s'exprime avec une voix de maman, gnait la guitare pour vivre. Il disait mier guitariste classiquequi ait obtenu
papa s'exprime avec la sienne,qui est toujours, <<J'ai découvertla musique quatre disques d'or dans la mème
peut-étreplus grave, et les enfantsavec à t r a v e r s I a g u i t a r e > . I l c o m p o s a i t année,en 1993. Pas seulementen gui-
une voix d'enfant. Est-ce que I'enfant d'ailleurs sur cet instrument. tare, mais dans le classiqueen général.
peut imiter son père ? C'est difficile. Est-ce que I'enseignant et le concer' Et pour la premièrefois qu'un clas-
C h a c u n s ' e x p r i m e s e l o n s a v o i x . L e s tiste se complètent ? sique faisait cela, c'était un classique
instruments sont une grande famille et Ce sont deux carrièresdifférentes. Il y de la guitare,votre serviteurici présent.
chacuns'exprimeselonsespossibilités. a une tendance,de la part des profes- (Les auvres en question : "Jeux Inter-
L e v i o l o n s ' e x p r i m e a v e c l e c o u P seurs qui n'ont jamais fait carrière, de dits" et "Les Triomphes d'Alexandre
d'archet, avec cette espècede liaison, dire : <<Un concertiste ne sait Lagoya" N.B.).
Pas
c o m m e l e v i o l o n c e l l e , l e c h a n t , l a enseigner>. C'est de la vengeance, N'est-ce pas un peu effraYant
9a
corde vocale, etc. Et puis vous avez les m'a toujours fait rigoler, parce que si d'enregsitrer un morceau en se
instrumentsoù la note est frappée,et vous avez un élève qui veut faire une disant que ga ya devenir un espècede
qui se perd, comme avec la harPe,le carrière, il faut vraiment qu'il travaille mètre-étalon de la performance ?
piano, le clavecin, la guitare, etc. Ce aussi avec un concertiste.Non seule- Tout ce qu'on fait en disque,c'est une
sont d'autres expressionsque le violon ment il y a la technique à lui ensei- grande responsabilité,parce que c'est
ne peut pas imiter et inversement.On gner, I'esthétique,mais il y a tout le é t e r n e l .O n I ' e n t e n d a u j o u r d ' h u i , o n
s ' e x p r i m e d i f f é r e m e n t . o n e s s a i e reste : lui apprendre à projeter le son I'entendradans dix ans et dans un
d'obtenir une liaison, souvent en fai- dans une salle et ne pas jouer pour lui siècle,etc. C'est un témoignage.Quand
santappelà l'imagination. mème. Il faut jouer pour le public, que on est en public, en direct, un Petit
Sur le plan émotionnel, on peut ètre tout le monde puisse entendre.Tout ce accident peut arriver à tout le monde,
p l u s p a s s i o n n e l a v e c u n e g u i t a r e qui concerne une carrière, un simple ga s'en va, y'a rien qui reste,sauf si un
classique?
jour on arrive à capter la musique.Un Y-a-t-il des compositeurs contempo- mée à clef et j'ai rejoué tout mon réci-
d i s q u e ,c ' e s t l ' é t e r n i t é ,d o n c l ' é m o t i o n rains qui ont écrit pour vous ? tal pour lui tout seul. Il venait de faire
esttrèsgrande. B i e n s ú r . A n d r éJ o l i v e tq u i n o u s a v a i t 8 5 0 k i l o m è t r e s ,j e n e p o u v a i s p a s l e
P a r l e z - n o u s d e v o t r e l u t h i e r e t d e é c r i t u n e s u p e r b eS é r é n a d e a , vec Ida l a i s s e rp a r t i r s a n s l u i o f f r i r q u e l q u e
votre guitare de prédilection. Presti,que nous avions enregsitrésous c h o s e .I l é t a i t h e u r e u xc o m m e t o u t .j e
Depuispas mal d'années,20 ou 25 ans, sa direction.Et puis j'ai reEudes tas de p e n s eq u ' i l a d ú r a c o n t e rg a à t o u t l e
j e j o u e s u r u n e g u i t a r e a l l e m a n d e ,l a musiquesà traversle monde, néo-clas- m o n d e .I l f a u t q u ' i l y a i t u n e f l a m m e .
Dieter Hopf, qui me donne satisfaction. s i q u e s ,c o n t e m p o r a i n e sJ .a c q u e sC h a r - L ' a r t , c ' e s t u n e h i s t o i r ed ' a m o u r , e t l a
C e c i n ' e m p é c h ep a s I ' a d m i r a t i o nq u e pentier m'a écrit un concertoaléatoire. v i e c ' e s t u n e h i s t o i r ed ' a m o u r , s i o n
j'ai pour d'autresluthiers,pas seulement Qa donne une grande liberté à I'artiste s a i t l a r e g a l d e r ,I ' a f f r o n t e r . I l y a d e
de l'admiration,mais de I'espoir.Il y a p o u r i m p r o v i s e r s u r u n r é s e r v o i rd e I ' a m o u r p a r t o u t ,m a i s m a l h e u r e u s e -
u n j e u n e l u t h i e r p o u r l e q u e lj ' a i b e a u - n o t e s .T o u t E a , c e s o n t d e s c h o s e su n ment, les ètresdétruisenttout, piétinent
c o u p d e r e s p e c te t d ' e s p é r a n c ec, ' e s t peu passagères, expérimentales. tout, ils tuent I'amour, alors que
P a p p a l a r d oD . e p u i s q u e j ' a i f a i t s a Comment avez-vous découvert Jeux I ' a m o u re s t l à , q u i n o u sg u e t t e .
connaissance, il n'arrétepas de faire des Interdits ? Parlez-nous de votre action auprès
progrès.Il s'amélioredans la construc- J'ai découvertce thème dans les années des enfants abandonnés.
tion, I'architecture,la qualité sonore,la 1945.Les premiersà avoir divulgué ce Tous les ans, on fait le Noél ici, avec
projection,et quandje dis espoir,c'est t h è m e s o n t l e s A m é r i c a i n s , d a n s " L a les enfantsde la Dass, des enfantsqui
parcequej'attend le jour où je vais peut- R e i n e S a n g l a n t e " ,u n f i l m a v e c R i t a sont abandonnés,torturés, parfois, par
ètrejouer sur un dessesinstruments. Hayworth et Tyrone Power. Dans ce des parentsqui sont en dessousde zéro,
Est-ce-que différentes guitares vous film, il y avaitun flamenquiste, Vincente comme on dit. On leur fait un Noèl ici.
inspirent différents types de jeu ? Gomez.Il jouait ce thème,orchestrépour avec des cadeaux,et puis dans l'année,
Pasdu tout. Un instrumentiste doit pou- une chorale,avec acompagnementà la q u a n d i l f a i t b e a u ,o n l e u r f a i t u n e
v o i r j o u e r t o u t e sl e s m u s i q u e sp. a r c e - g u i t a r e .A l ' é p o q u ei l n ' y a v a i t p a s p e t i t e t a b l e , a v e c d e s f r i a n d i s e s ,d e l a
q u e I ' i n t r u m e n te s t a u s e r v i c ed e l a d ' e n r e g i s t r e u r sJ.' é t a i sé b l o u i p a r c e b o i s s o ne t i l s s ' a m u s e n ct o m m e d e s
m u s i q u e .O n n e p e u t p a s d i r e : J e thème que je n'avaisjamais entendu,et fous. Nous sommes un peu leurs
"
prend cette guitare pour jouer un réper- j e s u i s a l l é v o i r c e f i l m p l u s i e u r sf o i s p a r e n t s ,i l s t r o u v e n tu n e c h a l e u rf a m i -
toire puis celle-là polt un aute >r.Un avec du papier à musiquepour essayer l i a l e . O n r e E o i t b e a u c o u pd e c a r t e s ,
pianistequi est sur scènepeut jouer du de releverquelquesnotes.J'étaisarrivé à quand ils partent en vacancesavec les
contemporain,du baroque,du Chopin, le transcrire. Je devaisavoir quinze.seize moniteurs,des cartes qui expriment le
du Schubert. du Brahms ou du Beetho- ans. Une fois en France,je I'ai joué un désirde revenirnous voir. de revivre un
v e n s u r l e m è m e p i a n o . C ' e s t s o n j e u peu partout.C'est la Francequi en a fait peu les Noéls,lesjeux sur le gazon,
qui change,I'instrumentest toujours le les Jeux interdits, avant, on l'appelait d o n c i l y a q u e l q u ec h o s eq u i r e s t e .
méme.Son jeu, son toucher donne des Romanced'amour. C'est un thèmeano- Et vous, qutest-ce que ga vous
sonoritésdifférentes. nyme, on supposeque c'est Carcassi,au apporte ?
Vous jouez du contemporain ? XIXe siècle,qui a pu écrire Ea. Finale- A h , v o u s s a v e z ,l e p l a i s i r d e d o n n e r ,
Q a m ' e s t a r r i v é d e l e f a i r e . D e l a ment, la France a fait les "Jeux Inter- c ' e s t p l u s g r a n dq u e l e p l a i s i r d e r e c e -
musiqued'avant-garde,j'ai méme joué dits" avecce thème,qui a subi plusieurs voir. Quand on vous dtt : ,, Cet enfanr,
de la musiquealéatoire,j'ai été pendant interprétationset plusieurstitres diffé- o n I ' a s a u v é q L t a n ds a m è r e é t t t i f e n
l o n g t e m p sd a n s l e g r o u p e d e m u s i q u e rents.Je me suis inspiréde ce thèmeet train de le jeter du sixièmeétage >>,ou
contemporaine dirigé par HermannHer- j ' a i r é a l i s é d e s v a r i a t i o n s a v e c I ' a u t r eq u i v o u s m o n t r el a p o i t r i n ea v e c
chenau petit théatreMarigny avecentre o r c h e s t r e q , u e j ' a i e n r e g i s t r é e s(.C a r - des marquesde br0lures de cigarettes,
a u t r e sd e s c e u v r e sd e S c h ò n b e r g; e n m e n D a n c e . ra v e c I ' A c a d é m i e d e S t o u d e s p e t i t e sf i l l e s q u i o n t é t é v i o l é e s
p r é s e n c ed ' O l i v i e r M e s s i a e ne t d e Martin In The Fieldsde Londres). par les parents et par les grands
PierreBoulez, à l'époque.J'ai traversé Est-ce qu'il faut avoir une personna- parents,quand on arrive à leur donner
t o u t e sl e s c r i s e s m u s i c a l e s e , t p u i s u n lité passionnelle pour bien jouer de la u n e j o i e d e v i v r e , q u e l q u e si n s t a n t sd e
beaujour, je me suis éloignéde tout ga guitare ? v i e s a i n e ,d e v i e f a m i l i a l e , c ' e s t u n
etje me suis créemon répertoire,totale- P o u r b i e n f a i r e q u e l q u e c h o s e , plaisir extraordinaire.I
ment différent. Les crises musicales,il n ' i m p o r t eq u o i . i l l ' a u ta v o i r u n e p a s - Interview: SandraSalazar.
f a u t l e s s u b i r , l e s a s s u m e r .i l f a u t e n s i o n .L a v i e s a n sa m o u r .g a n e v a u t r i e n .
passerpar là. Quoi qu'on fasse,il faut qu'il y ait une
Qu'est-ceque vous appelez"une crise p a s s i o n , u n e f o u g u e , u n e f l a m m e
musicalett? d ' a m o u r . C h a q u ec o n c e r t q u e j e f a i s ,
B e a u c o u pd ' i n s t r u m e n t i s t esso n t p a s - c'est une histoired'amour. Aujourd'hui
s é sp a r l a m u s i q u e u l t r a - c o n t e m p o - encore,j'ai hàte d'entreren scène,mal-
r a i n e d o d é c a p h o n i q u e .C ' e s t u n e gré ce petit trac qui est toujours présent.
n o u v e a u t é e, t E a c o r r e s p o n dà l ' à g e J ' a i u n e e n v i e f o l l e d e r e t r o u v e rm o n
aussiP . u i s , o n s e r e n d c o m p t e ,a v e c l e public. Il y a parfois des gens qui font
t e m p s .q u e l e p u b l i c q u i v i e n t v o u s 150 kilomètrespour me voir ! Une fois,
e n t e n d r e v e u t é c o u t e r u n e a u t r e a u C a n a d a .i l y a v a i t u n t y p e q u i a v a i t
musiqueL . e s g e n s q u i v i e n n e n tv o u s fait 850 kilomètrespour me voir. Mal-
v o i r n e s o n t p a s n é c é s s a i r e m e ndte s heureusement, il croyait que je jouais à
m u s i c i e n sp, a r f o i s ,l e u r c a p a c i t ém u s i - h u i t h e u r e se t d e m i d u s o i r , m a i s c e
c a l e n e d é p a s s ep a s D e b u s s y - R a v e l , jour-là, c'était un concertd'après-midi.
a l o r so n n e p e u t p a s l e u r i m p o s e ru n e Quand il est arrivé, le concertétait ter-
m u s i q u eq u i v a p l u s l o i n q u e q a , i l s miné. Le pauvre,il s'est mis à pleurer.
sontcomplètementdésorientés. J e I ' a i i n v i t é d a n s m a l o g e ,j e I ' a i f e r - Pappolordo vontépor AlexondreLogoyo
Acheter O Vendre@Louer@Gontact O GuitaresO is O Etc

monmatosguitares folk,élec- Té1. : 0467656485ou0686 phique, noisereductor DBX, etc. - Vdsviolonentierfabrication


t r i q u e sc,l a s s i q u ebsa, s s e ,546106,Music Live 1300F. Té1.: 0685678120 frangaise année 30 bonétat+
-VdsPenaGrandconcert 1983 amplis, pédales, micros, bar, 75- Donne per- 94- Vds4pistesMT4X
coursguitare, Yamahaa r c h e + r b o i t i e dr ' o r i g i n e .
sonchaleureux. Etatneuf17 divers. Té1. : 0143652555 fectionnement, improvisation peuservi220Qt+ préamp gui- 2500f. Tél: 02 33 22 20 46
000F.Tél: 003281440696 techniques... Tousstyles, péda tareà lampeTubeman Plus (heures repas).
75- Vdscause santétrèsbelle gogieet expérience. Té1. : 01 1500F+ tablemix12-voies
GuildD4HG laquée. Jamais ser- 3? - VdsamplPeavei, Chssrc 40209486,Alain Muelle Ross1000F. Té1. : 01 48 82
vie5300F avecétui.Tél: 01 50 lampes neuves étatimpec ?5- XVile - Cours degr,itlous 1508 35-TEI\4PO f\4tJslf' F0RlvlATlON
43279020 valeur 5300,cédé3700Fou styles,solfège harmoimpro. recrutepourcompléter son
- Vds0vation Adamas de luxe échange ctreFender HotRodde Té1. : 0145746t8I - guitariste équipepedogogque : unprofe+
sculptée mainmécaniques pla luxe. Cherche amateur de
Té1.: 0247235762 93 - Coursde guitaretous - Jansch - Martin - Gra seurde pianoavecsi possible
quées ormodèle identique Dadi 4 2 - V d sa m p lci h a nst y n t h éstyles, Renboum
tousniveaux. Travail du desconnaissances en M.4.0,
valeur25 000 F vendue 9000 Peavey ham. Tél:0145302090
KB100BE+ cordonrythme, de l'harmonie et de la professeur de saxophone, de
F.Tél:0235549410 microneufXLR/XLR 6 mètres technique enwe deI'improvisa31-Guitariste cherche musi- guitare, debasse, debatterie et
25 - Cherche vieilles guitares + 2000F. c i e n p
s o u r
d u o sc l a s s i q u e
Té1. : 0477759372 tion.Té1. : 0t80227 84 untechnicien studio.Envoyer
amplispix modeste + cherche59 - Cherche blues.Tatoo: 06 50 99 08 C.V.et lettrede motivation
anp[-gutarepnx 9 4 - C o u r d s e g u i t a rfeo l k , (après
19h)Yoan.
Gibson SGSTD. Té1. : 03 81 sympas min80Wpourscène jaz,
+ blues, bossa, rythme, har- manuscrite à TEMP0 MUSIK
354803,Yann (WE) FORMATION 33 boulevard de
cherche home-studio 4-oistesmonie, impro. Débutants bien-
60 - Vdsguitareclassique San- max600F.Té1. : 03 20 66 05 venus. Té1. : 0t 46824025 Beaumont 35000Rennes.
toset lVayor + housse TBE 49.Svlvain - VdscartesonEvent GinaDTD
600F. Té1. : 06t1206852 -
93 Cherche amoliSherwood Full duplex boitier externe
6 7 - V d sg u i t a r eY a m a h ajunioraumeilleur prix: Olivier,-VdsTascam DAP1 2 Préamp.
2 entrées+ 8 sorties20
68- Grosbisous à Florence Bih-
classique + housse étatneuf t é l : 0 1 4 8 1 3 7 4 5 1 bitsJack+ E/Snumérique SPDIFlerde la part
AKGC48082 caosules 61 ULS jusqua detonpoteVin-
1200Fà débattre. Té1. : 05 53 24 bitsRCA valeur 4000 centG.SalutI
1 casque sennheiser HD265 Fvendue
363439 2000F.Tél: 06 82
quasineuf15 000F.Tél; 06
916263 33- EnfinletitrepourlesGiron-
?4 - V'dsgutarefok Barcby dins! RDVla saisonprochaine
24-Guitariste niveau moyen08993262 - Vds+ offrantdisque1970gui- M a r s e i l l e! M a r s e i l l e
neuve + méthode 4 K7audio4 42 - Vds table de mixage Mac- !
donne coursde guitare clas- tareaméricaine spécialinstru- 0nt'embrasse
vidéos + classeur oourdébuter ! Atouslesfans
sique+ solfège petitprix.Tél: kie12-voies, 4 entrées monos
mentalRogerMasonSteve
efficacement 990F.Té1. : 04 50 appelez-moi.
Té1. :06 692557
05 53 60 36 09. Débutants+ 4 entrées stéré0, BE2500F.
Waring. Edition LeChantdu 08,Romain
583704,JeanYves Té1.: 0477759372
uniquement Monde. Tél:0473616306
91 - VdsOvation électroacous- -
34 4 Stagesguitarechant 75 - Vds4oistesTascam 414
tiquestandard Balladeer 1761
bassebatterie saxJlúte, été 1500FTBE. Té1. : 01 425103
s u n b u r s+t é t u ip e us e r v i s
99,tousniveaux, tousstyles. 12(répondeur avant 19h)
5000F. Té1. : 0160788843 - Vdsmagnéto
Cours + classes d'ensembles. 75 4-pistes
94- Cause anétmusique vdstt P e n s i oent T a r i f ss y m p a s .YamahaMT120avecEQgra-

5i vous nous odressez yolre petite onnonce crvonl le 23 oo0t, elle poroîrq dons
le n"3 de Guitqr Clossique qui soÉir<r le 2 oclobre.
Renvoyezce bon ù : StudioPress39-41 rue de lo BoulongerieB.P.l | 93201 Soint-DenisGedex

REMPt I ssEz t F
c I t N EU 5
l)
EMEN T cE t
vousdésirczvoir f E \t R I t t E
F
EN sEP ARA N T ctH A G U E
figurcrvofreonnonce. MO T P A R U Àt E s P A c E A RA I so N
Guitorcs
D UN E t ET T RE
I
PA R c A sE t| ER c
Homestudio
Emplois
€oniocts
Cours& stoges
Nom ....Prénom
Srudio
Adresse
Divers
Messoge CodePostal ...Ville
TéI.:

L
91
rf.

ff
.oI! N

I tA\ D
I

MARQUES CUENCAPerez
CUENCA HIRADE
R60 R50 c75 fakamine

PRIX 4900 3900 2900 2000 10000


CONSTATÉ environ

ESTHÉNOUE +++ ++ ++ î +++


cÉrÉnnu
rl
-
4 VERNIS +++ +++ ++ +++
rl
î
F BO|SUTTLTSÉS
+++ +++ +++ ++ ++
f
J
MECANIOUES ++ ++ +++ ++ +++

AIGUS +++
CLARTE ++ ++ î +++

PROFONDEUR î ++ ++ î +++
DESBASSES
z
0
o PUISSANCE ++ ++ ++ ++
Nous
sÉtuctloruwolvs
^vEcsoINTous EOUILIBRE +++ ++ ++ + +++
|trSINSTRUMBÀiIS
EìÙVEI\TI!. FACILITE
A ++ ++ +++ ++ +++
ry FAIRESONNER
rousPOU14Zrrur
aollFl^r{crAD3E
F
rn|ocElu
rrS'oBmg I HAUTEUR +++ t+ ++ ++ ++
DESCORDES
l-
z ++ ++ ++ î ++
0 TENSION
DESCORDES
I

PorDs(KG) 1,6 1,6 1,59 z,c 2,5

OBSERVATIONS
.emeilleur
C'est
une Lefaibledesdeux
Laqualité har-rendement
3uitare instru-
0ela Très bon monieuse, estnormalments
c0nsruc- rapport lechoix pour un électro
tionjustifienraliló/ndv desmaté-inelnrmeni acousti-
leprix est éleclro que:
naux
très
bon acoustique ogiquevu
repnx
:
I
I

&.r,

fhre rrourvelle référerree


err g!ríÚ.a
\ AU S@Mh4A[RE GILASSNG En solfège qt
G@DfiPLEffi tablatrres
I Historique de la ConnaissanÈe du
guitareI Descriptifde Une collection ctirigée par JJ Rebillard A
manche et étude du solfège
I'instrumentI Tenuede EEEEEq VOI I
la guitaref Techniquedu très progressive
\

ffi;
buté f Jeupolyphónique CD I heure
f ArpègesH RythmesI Avec 50 exerciceset
Altérations I Gammes
ltr, études de Purcell,Sori
majeuresI LiaisonsI Jeu
I en canon ! Nuances De Visée,Albeniz, Carulli,

t I Ornements.,. Caldara,Aguado, etc.


7 play-backsorchestr'e
TABMETHODE Enregistrement live
*..
*G il :,ì. i:i,,, ì,:. w .f'Y :Iii ùtli 'ÉÈ ..,-ì1li$l "iÈ" ,itî i9,fr,,qu, ';$ wi ,il$t ì*i .$ ,w .gs

'*. LEAD GUITARJAM


I Avecla
'*c immédiatement
jouez
serieLeadGuitarlam, Acoustic Blues
les solosde vosguitaristes
:-ffi@ Volume 4
prélérés ou improvisez en touteliberté.
Oraque volumecomprendún CDavec10
.r" solosdesplusgnnds guitaristes acous-
1 liques, louésa vibsse nonnalepuisà
! vítesse nlentie.utilisez{esimmédiatrement
i surro play-backs de quatité(morceaux
aJ ?mpletsdansle styledes maîlresde
chaque g€nre)ou improvisez en laissant
libr€coursa votreinspiration,
lSur le livret, les ro solos sont retranscrits
enbblatures.Vougy ùouverezógalement
.l lesgrillesaínsiquedesconseilspour
I I'improvisation avecles positionsde
t
gamme à utilis€ret uneétudede style
pourchaquemorceau.
: lGÉce aux morceaux de difficulteprogres-
siveet aux ralentis,cetteméúodeest hcile 0 l
v@&unaE
etconvient à tous les níveaurldéalepour :;!tFrr ie,.ii'h[]Ér SÈ!GN$
h5prosqui désirents'entraîner quotidien- tfAnét, toS Dlult, dc
nement commepourles débutantsqui veu- qrnqlt|Dpilrl]s.
bntapprendre à ioueren groupe... ì(tfp,lAotES,
!E{ HAntn -
EqalementdisDonibleoour le
guiBris.te
- élpctrique, lhies, r_ock,
hard-rock et thrúh metal. @

Je commonde {Portforfaitaire
France35F,Dom.Tom 50F,autres
etCEE 70F): Je joinsmonréglementde .............. F à I'ordrede
r> - ( n ' o u b l i epza sl e sf r a i sd e p o r t )
''J . J .R e b i l l a r d NOM..............
CompleteClassicGuitarsavecson CD (150F1 oarcheoue. mandal.mandat,nternabonal
LeadGuitarJam Unplugged Sessionsavecson CD (95F) :r parcartede crédit.: je remplisle cadreci-dessous. pRENOM ...... .
LesCahiersdu Blues(Vol.4)avecson CD tgsF) ,z
\ La MéthodeUnplugged
avecsonCD1l50Fi B nont ADRESSE.......
Lesautresvofumes: PRENON4
Les Cahiersdu Blues (Vol.1-blueslead)avec son CD 95F
\ , Les Cahiersdu Blues (Vol.2-bluesriffs) avec son CD r95F N" c P . . . . . . . . ... . . . . . . v. r 1 1 E . . .
: r Les Cahiersdu Blues (Vol.3-blueslam) avec son CD gltÈr
Lead GuitarJam Blues Sessionsavec son CD 95F EXPIRE
FIN
Lead GuitarJam Rock Sessionsavec son CD r95È
SIGNATURE CLASS2
I Lead GuitarJam HardRock Sessionsavec son CD ì95fì I cL...................

,t Lead GuitarJam Thrash MetalSessionsavec son CD g5F

),

T
a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a, I

| il\stil(;N[ltflìiNt' - t}I|ilIr(DDtls
lgùrdo0 ilhfodt dt Grihn 185 i fmanu11. d I ki ftmiil ù h Grihilil"1 EJf
ldh G. liitiúoî il jù d à imprevinùon ló t fmanuil. d t t4 Cfilminr drh Grim||"{ 8l I
hnilÈDiil b gùbn briilm! tt f m c n ù i . ù| ||idìod. drdióiftalt 8JI
&gon iliriodtdt frihn + 0 80t Giuliri ll0 il!d!dr4ì!!rh I lll I
8!gon iliùodr dr glihn, Yoùm I ll4 t Giuliai t0dflproSrùiivs (198) tú f
8.$n ilúhodrdt grihn,Vouml ll0f LadrlYrillo! Blusflrri 8!ihn(+ 0) lúl f
8{on iiúoir dr grm, Yolunr| & ) iùú 2l8f tóstVrillot lmtoYiidjm lù (+ 0) 105f
&hr J.P hùaar pù h milr dmu j& h[ fl tft! ff bdstyrillor Itilhodt d! glinnlù (+ tD) lll f
ErlrrJP |liúodr& trm - dibruil ldtr4 rpraq l0l f h!fl lio fxompqftmili h 8ùin( ll| f
Bnr P. fumftr potrh riln dor Jr! br[ fl prTi 99f ltuddntik ttodrr'l Of
[ù6r ll todrr 0p.ó0(ll) ll f ildr tl AtuÍùno drh 8ùim l0{ t
h{ùro I kok ù le piun llt f lldr tl ltu fMflo drh pinm + C0 ll0 Í
[a{ùilo À ldtrdri. l0 iúdlr dt lor l0l f ldmÈ hnt l|. 6uih r idroúor nsiohhl. I 89f
hnlli f Iirhod!dr guiuír ll9 I llúmÈlant ||. Goiuil d idratior muiohhl.l lll t
[Àuno' fhmro dr bae lE I l1úind- hnt ||. ilúq( dhmbh,omplindhl.l lú f
t0il8 íidìd l0 Pdri i&ds improriomi*r 1l I l1ilimÈùa[ lioipr.nùlm drtuiEr 7úf
[ofrn I ilitlo& dt mildo]mr 9ú| îiúiou.lanr ilmrord livn& lri@ 9óf
Drf,lh(I 0imns.arcldr ilF$r pou h grop l0l I llmdoÈ t lithoi!& $iM fhn{o (+CD) lól Í

E
Drf,lh( IYo I'Fg$otrd! 51Í íeliol.( Íid10d!drguimbo$Àmh... (+0) l{9Í
Drmmd Lr glibrt, Vofun!| 199 f tuJol t@hrutrmi|& h glift, hhn! | ll9 t
Drmmd liproÍr ÉdrSogiqq follmt I Ntf tuJol toh asmk d! h l!lm, hlrn! I lll I
olmmd liplron Édato8iqtr, Yolùm] l0] f tuJol tok aenn{ ù h guim,VolrftI l0 I
tíndi D. li 6riùn ds pflit (+ C0) l0] f tutol tok aenilr drh $ih, hlrn! { lll I
tutnda0. b Giltu !n iount {rd!tr $inl4 90f lr1m6inrd 0nqiùdsd! tÌh t I
farìùÍ. 6!ihn r édrodoimtriohhl. lll f Ùrod l. On!! d! glluft Yol.l ll I
h'iù l|. Glihn d idrodoomúioh hl. I $ f rirodl. (m!Bd! guifliftlol.I 11f
fa'ù l|. [rùil d!n!!mbh, 7óf Rìrorll. Crnlud! glihdftYol.l

,127:l
omplimmr Yol.l 71f
Írnildù-llY[ I (m!! d! guiúir!Vol.4

0l 4fl 211
lp0mdrír h îniqtr úoFm r h gùnn lll I Rìrod l. 1l Í
hnildrlb'tr | Iol.l orB Ftprnb( ll4 | tuwdl. oidìfinglibgùimYol | 1út
Íhildllbi! f. foli : tom ilinoar ll4 | tusdl. 0idifin$i h 8ùimhl. I 1óÍ
hnadrÈbyir l. f0Ì.1: @rRilinsui[ d motm ll4 | idrhrt. Gùdr dutùibf! 00f
Írnùd!ilifl L Yo,{| aoù6 molh ll{ | f,tn^ liru hfni d!tribn úúf
ÍhadtÈbyr f. kor dr piùn fl| édid0nì ì9tf !,9,* l! htonrd! tliift úúf
fhninfîrq tmndi Of l4n^ i! hpil d. tribn n f
lhmioSloq fapir úúf hrf. tud0(ll) 90f
lnrftn0 l{e( Didioa! I 45f lorf. llilioù ftnplhrdr$im lt9 f
fmftn0 11.{ [. Ls 0m[ & r Gri!4 il"| t7 f ldr Ì1. lliriodrd bùtr@ntìnu... ll9 f
fmanA ll. d [. Lli oìlnil d! ]r Gribn il"ì It f fitùllof. Gurmbrirúmian ll9 f

PAf,3'lTlI()NS (illTl'rlllll - (illfl'rltÙi Slf)rl)


húnbiìr ^ir d Dus pophrodlninqù! htm JJI hmil|ob IM 86il flìophÍl!dúi( ilxlr{il, 0p.ll r"l { op.ól0'1 lJ I ldgoúlkt
ry$t l9t
húrlo8ìr ^ljoùrd'ùoih Guih Íol.l 80I hridlhÍotr Dili puÀguJl 4l flìopm
Íridén( Priludú.
op.ì8n"lJ OI V&ruJlii llf
hrt
['dhlolir bjoùd'hui U GÍimhl.l 96| Srrid.lhto( b ùúidnh Jl (toprÍridin( P'iludú,
oD20 n"{d q.18i"l il bro tf tÍndr J$i Lnr Yùirdo of
hd'ololir .
ChMilfruis (l]) hl.l slfit! 9ó| 8ild-ilil8on V& r"l {ì (hopnfridin( Pdludu,
otl| n"l d nó10 ìlf tÍùd Gnilh Ond d! mt! Ftr 8!lm óll
ù'd'ololi. ftmil trúFj{, {l}) lol.l . bbhutr, 9úf Búli Èné Arùrú {ì CimmrD hmr i'9 tlmrd(inllh tfld!, il ú mrier 4ìi
ù'd'ohtir oNN húFid (l]) hll . sllìtl l0l t Beli iloi t0dtr"l 5l [nilM D ho& ]l f hbierllmlillor I Inpompùr
lrd'oh!ì! knlN!![ flKniúi{ul] ll f Beli tuni Yù.ù nihinu O 0nrsa Domùrc ú hmtr r n'1. n"J.n"9.r"l{. r"lt n'l} 9l f fóini tudildo l1dúi0nr 4lf
ù1d'ohfr Du5!dil llorl: frl!, Gon0.(n{o.olin J0t Bolìnrd lirglrild hhililh 51 [oiluil fmr |l0monrqq op.Jl Ot fildhhrgln
hddogr! tli t!úirlr úghjt (oúuilfnil ' tdm luirqft b nqùr t f
mf Bllìnrdlilgfrild hnbillil 4l |lomnq0pJ0 1úf fdh l|ommrg pouironhr drDrbuy(td.liodi,
ilitú) ll f
lrd'ohS* Pikùd! ló. r l& iild. 50| Edabnlo!&li0al oilH m, d méle@htrr ll0 (oilhilÍnil loòm!,op.q0 1óf hilr ltomm{iouhonhldrDóufdur!,td.ftr.íúìf
hhkfr. PièsFp!|tu ilÌú.iqu. ldiír (t) úúf &m 0 llu|q|n !n dfr : t*ù hdkipoildórurB óó toó!ù tmpii Alhmilhdinr dror dt$! h Du(d'fortr l, f hh turquirouruim ll f
lnd,oh0, PmilrroFgr 50r 8tm0 Prdrds (l) 50 tùhM fm$ii Alhmadr duloy Of htr fl Coidoi h; ]t t
hMoSr liFftin duSiùir! hl.l 89f &m0 lomt $ toóM fmlN Alhmmù ilf h mú d! 0( d!Glootf 15f frmps0inih (oil! {9 f
tutuoS* NiFruiÈd! fribr! hl.ì 89f Nriior 3úPiioonlmrlu 18 t0ó!Mfmloir Gn0t!xni! dr 0( d! ll0rmuth j5 f hmpilonrh oilr reqtr ú9f
húdotr l,il.úid drluibf! hl.] ttf 8rildl!il.8rPtiit turLogrnudrarboir l5 (0rhMftufo[ Prfoilh ]5 f hnpr ornrm pritrdimim {9 f
húrb8'l ftàns dLhù $ f tuddJru.STti$ lruk 611 1l (0rhbfdlor Príludr l5 Í hmprDiniù Vìiior It I
8&d J0n.8+dft Vourml!f,ebrÍtir It C0rhm ftuloil fuóad! ]t Í Ímb iloftribdoùdil hbr ól t
tbtilI fiks mdi'itriqr60p.lll ól Í BrFlnùî6 llurotodnr {l (0tuOIHt0r lonblerr h mn d! l!1dúrd'0d{oi It f hF I I |ruhd'un! nrhdiri EJI
lbrilI PikéFu h grimdui$ op.ilt{t0) ót Í liadirihmno lut qu p vivni llf cordlo fnsb tordltohotro(Xúim{014 88I Ílnild&hrr f. D trmF bsqru, tol.ln"ti ó 6t I
Ab!|, foit op.ll{| 90 JJI lilh I.P. ias{eo.du l0f Cord.n [nsto 0.i llnpù l. l0mh {1 | hnùdr}ti{t f. D trmpg baio, hl.il r"7 à lì JJf
AttdoD. llrrudlbnds8rdo 0P.lJ ól I lhh l. l@loti! l0f Coibl llùgr fù6ù lrìlhil! d lùln óó| hnùdrlbrt f. ttm (iruon 6aqm) g f
llhù lh( tuflrtu(td.fùhr) ló f ttfi(ilt lh!8tru(hhimr) ú9f Coitl. - 80litu'cmdr lérind!0p.10' l0 | hnildlltrvirf. b fmiliib {ilihd) tt Í
{hM lh( Àu,tultd.ùoril Nmort ru, d JqùrJ $ f 8{ù 8. irit! pùr uil Miirnc l0f turimilhua I Piioipolrr gùim l0 | knadl}bvir f. loit pnoC d'+;i; m dim d. Bon!.io 15f
llhM lEr tt,i! (td.Yil DrYddr. n'.0unoidl l! f Lnd.nJ{qus I lldru : m !d diiÍ nindr Jtf úìilid l|ll 5 iloÍrlu d! fiwillnmVrSinal
8dk 82t Ítru t. ùhidìropió $ Í
llhrir lbr ttrir "loit trp4nob'{td.l|.tlnoiE ny.Oaro) ,0 f Sondon i1q0! I llodnu I m sÌ m{ùr 1óf (iild làry Dùri ù fllk rid. ftruf. iùdrr
llùrnhlor ttril Lttndrfn"'.fit {p.$oh)(td.fiil trdi!)
8l Í 50r
n Í 8.ndoo lequù I lloftmt | .o !o mindr 5?f (oftrgfmd Àlnú.WrhilBi$ tilippi
^n.d!odr ll ldludil flI
IbHù In( hdoiir ló Í 8ond0 lequd lringn"ì ilf (unngfmdr cJlird 5Í tlippi^m!dúdr (lìdt fl tuiltlh tl
llLrr lh( 6doh ló Í Eorill&ftltr! tiior thtlr I 0rùl ú9f Dildrlot 6!dB!! I Piior t9f t lippi^m!dúdt Gtrìhdr, pm! d rooi úil
lJhìùlh. Gmdl'fuitt$qnoh" 50t 8orilh.ft1trrtuiil Pnlrdloltmbo ótf Du sdil frrfuir of filippi
Amldú dt
l[fliI lE( Nrolrio!d! Vi! n"ú(td.lrlah4 rcrocd lirdr dtYrurhdl tt
óóf 8o!&rI.l. Duftlitr i l'.0ft ]tf D!ùuryC. Cln il lun! dr la ruit hrgmsqil 90f fhdr íf6j.l. fd!) 2 C0nùldnt'fi mdú n! id dr nn!/ 19 I
llhù lffi N.oùdor d| trj! î'ú (td.id tr.t,tl t f BoÍii!roit. 2úfiarorì t01f Dffi Ànoim ll hdB tlotuu pou hi diùlnrù 9 rf fhnng Ì!q tlrùù (Ajnll.lut tolI
llhîh ln tumnrd| h Ohb 1l I BoùbL 0n* populanr mimnnu(ì) $f otndof Grmin tod! i't, ú lii niruur(piio fi0h4 llf fhmrg ftfly tnul tl
,ú.nklfl ldilh (ldìlla!) 19| Boùfti L 1.0tdnlh du ltYilt l0 t ogndofGmiin flmrc d flrrd priar hahrl ll f thnrt I!Íf lopnr tl
liimil ldqioù lol ilirur l1 | Boftr L l{ntr0ru (l) J0f Digndoll6rmm lihdi! lil d lì suc (piks frcht ilf font P. lnrmad0 úút
halh P{m I oìilr d! b úùlhkpigÌr ó9t Binrn liodhal d'ipù J.DoYìùd 7lf Drgnddf
Gmrin lini&n d ilxurla(piiarhok, ll I ftuar ltù lúalh 8úÍ
hdi. fhmnonnuun óói Br0qm^ll0ns hsdior oìolls (? iùds oÉoht 611 Digndof
Grmrin P!rì[ilìr d i[dr r"J,m la (pièai
fiolú) ]l f Ínrcriù llilr $eM pou fùfr .Prio lút
Mi. Intnifoù d utdiodr ilo n f Broqolll0ns lÌood0is oiolló : l) ftu dd paqjl Digndof
ftmrin P0ur
0i orMBilnd lrl@llohiis hdhiì ll f fnnlrìd |1il( Glinnìd(rol.n"l) t0f
hdi. lmpúhiYo n f Broq$Àlons hooods 0iolld l) Yiddr l)t Dignd0fGtmrin soùilitr d'ttp$r (piiúi hdtt) 3f fnr(ùìd |1il( crimjr (rol.n"l) Ntt
htrlo lùdo d' Doroiloni|jdir ll4 | Bnqui illons hoidds qiollú : l) thMtn l5Í Dignd0fGhrn Ydtr tndn !t 6dr0i0 (piiei fioht llf fniliqr lilom hrut spe!úh 49f
ùuvm 0q D0i ddlN FU guimwh 7l I Btuquiillon$ hoodms o0llù :1) lafih remaùo 1lf D i g n d oGf r m a r Yd$rklú$ilhkshdht llf Írmllm tigud (dr) ì (onhFmù (li1rft Íkdì4 49f
horym 0d ltùtr! ll I Bnqn ^lfms hoodùs odh : t) liiloogllor Dffi oìa,is.lìko I lilud of Íutnllm Higtrl (d!) tiltui I Itt
lrúnlm 0!u Pepirdi lt I BnquaÀlons húdors oollù : ó) hmFml 5lr 0*r 0ùris.liko l. GiloÍ!,0 lli m4tur 10f fumllm ilrtud(dr) ìr fdùrr (td.lù tiói& dl Prl0l)
joli l,t
horym oirdqdon r lùbounn 49| BnquaÀfons tyoodùs oiolló : l) lihd ftnFn! of D0.r ftirls.lik0 ]. 6n0f!, m lli minùr 10Í lumllffi ilitìid (dr) Ì fùùrtr (td.fiù hdr& oll PrJ0l) ]tf
lmrym Gdd.ru 15I Bnuw tl Dtmmn lhgro úú t Dùr ftùis.liko {. [mdrr 10f fohlhm ilrgud(d.) {r fntirir (td.ltu t(hig, oll.Prpl) ]tf
lmrym hù to n! qulnrhúlr ll f Bmw Paq (uhm on omruu úl t Dolr ftaild-liko t. lloftm!, ft ù minùr {0 Í tuilllm ilìtud (dr) Ilnb Itf
horyr kotirdlildrìlrm lJ I 8tuumr ql8nndor
Prclùdior 1ì Í hlr ftÌld.lìko ó. hrì[ fds 10t 6úu L lúh FU 0r iri. idonft t0f
lo0ftE ldr Piiattliió!údmi $ f Enurt Yùiùni n' u úrm dr D|Ùt0 [.nhd t Í D@r ftirlú]ilo L Qutu { liftt {0f 6ml Dr Pmr !. ú Pikú poor[rh 991
lmu lleia 0oroPriin Jì f Bfom'li{ ì lú topJlxrúoùeN : Gqrn o0llÀ ITdMdo 1t f ooùnd ó Pikfl t0f hrltilf Doir lìdìoht[ dt hi(s pou lrdì d rtftù ilt f
À!ftioÍ. 0a! Vdmoi It f Bruw lio tadrÍ(ú : lì llrro Gioliùi : (ona@ o.l0 1ó f Dortld lluiqu pourludr 418t Girirur l0gn l!& ùnilrnE n'], trnbs l/ll ùf
lpd l. lqùe[. úl f lromf lio GdtÍ6:l)loslllqdn:Qoùdor(matuorilt) 1lf Dorùid Joh J fiko dr I. Dwird tf 6mmli idlno (nhl
tùiE tolI
Àqi l. loúìmrr'l f Í Bro!ilr lio odrftú : ]l hmod0iÍ: hmo, @ll {ó | Dnlildjoh lfùq 5lf Gmonùtlhno Yúúmr
Àbrix Nldnp Lr{nd! Jf Brow lio Coftfior"l pou gìJidrfl ptil ordsm kul truhJ ll0, Dofild Joh fmll úlf culoni Concto 8tl
Bd'll. hmopùnowhhrriùqndr 4Í Brotft lio oilu &l ltiplao (pi!( hùio.rnlnarur"lJ t0 ' Dofild Join fonm nJ Íor 40f Gulìili ililre
(loniiltdÍlilnt lodohtu, o[1 úlf
B:óll. tf lrelw Lio |)ilr úams tsillriù obrir! 19 | Dnlild htn Gtllsd! d Alhmildr 50f 6ulmi ilruo Vlniùon, op.l0l ú8t
hóJl. Dilxpdfud.t J0Í 8nùu Lio tùd.rin/s: l( riri!i o'l à J t4l Dorldd htn 60 fmh lt viindov 4óf tul0ni ilrilo Ymtun, op.l0l ú5f
hó ll. fútu!& h tm& rll Fil wlor (lUVt00t tl Í 8oùrùt!0 ttds índu: )t lirir| î'ú i l0 DofildJoii ltlftlory Gdliildd JirJolìiJmiù\Imin ú] f Girhniililre Yúrdon,op.lló ú0t
ld' Jl. furìr!pflr [ úó (gud1000) lt Í Bdrù [i0 tùduiimtls:]r lirit: n'll i ll Itt DorhdJo|ìi ilr brytoilrG,lltrrd 49f Gùltrniliruo ldirtioni sr h "tolili d't,pi$C, op.{l óif
hó Jl. 6iloe It d hnbbdt {l f Bnotrr
lio hrds,impls| 4! iit I n"lóà )0 8tt DfllddloÌn ry tordìlìlloudbl'r
vld(m l10n! 4úf 6ru1ffi |lruo liliuion! op.8l ó0f
hó Jl. huoNiun'l ól I BruwLio Írgin"l úlf oorlildJoÌn Qtr.0tlftbldìÌ calffd { hrl 0fdùù}'rGdlirrd úl f 6mnir Radmtr 8flilin r"ll 79f
bó ll. hrcNli! o'l ól r Bnuwl.io Pmboh 99f Dorlad Joìn Jirhhnhùól Gdurdd ÀGÀlltr'd (orv/dmdìm) O f Gnrftd Radrmfl Pldt rir ff
ùó lJ. hr!rui! n'l 641 Brom.l.éo Pri( ril! tft r"l {ó f 00rlùdJohn fuktor'rlllm@il tdl 0ftqÍr 6lliariú lir. fdil j[ ó] Í Gomd.(nlF (rcm d! (!m d iiloryw 50r
bó Jl. brcui! o'1 ll f Bruw lio Pikr iilr t& r"l d Pik! m liùt n"l 4úf Do*lad lohn lh tregCdliad {t Í Gomil.tnlF (!rm knx qtnùnr 50r
bó lJ. Púi! i"l potrudd (${V1001) 14| Bfomr tio Pnlodio 49Í Dre8orPhlipF Clì06 lfit p!dùr) t f Goùdad f. 6ùi@ mi Íonùàru- ]l slor d ll dùd ilÍ
8.ó JJ. Pldidrritìun(8ìlV5tt) {9 | erorwtio luilo! Ntf oregorPlìilipF Clìonl (íit! Froh!) t f Gmdù Àndiluu(td.idÀh( Oad4 óóf
Eó JJ. lÍlud! pil h 5!it I FU idondh(8vlY 9tl) {l f tnn P Clìo@ iif oregorPlìiIpF [ortum(luittFtruuilq t7l Gmrdor AndJua(td.Jdlù.tr Uohr) lóf
8,ó,J. Pilud! pu h fit lf FU iùndk (8vlvl0l0) Jl f 8runP. iluiminels.piks haù 50f Dregorfhi|pF lnfudt(luir!Fru6r) úil Gnmdor 0rmr op4nft r"l0 óóf
8.ó 1.5. PÉlùd. potrh lúdì 1l f lnn I Tdgo i9f DregorPhilpt! Àrttrdo(!ùi0psou0t) tll Gnnidu our ilFph i"4 66Í
hó l.t. Pihdcqu! d fhgo (Bl|Y99t) ll0 f lùlmb lrnd hmr 40f Drogorfhil|pF [ondo (!uil!Fruunt) ó91 Gnmdor 12mqi d! Goyl lóf
hó l.t. Pil0dctuÍù!d Jkgo(td.ù@di,Itsió) UI Ohtri Aibrio hhordù dtl q!úo rffo Ìtf Drogorlhiipp! lùrb ÍoG d!frr {9f Gnnù G.Bditu Ci8ùl llf
hó l.!. fÉl0dsd tups (td.ft{orii.lluió) $ f Obuoì AJìloa0
dr ousl, ll,ll d lI d| ohB& ruro lrrdÀry I r[údrJó9
f Durulohil|/]lliù Derrìr|l"l glll t0l 6nr fuguti ltrcút lnoom ([yooùoo) 1lt
hd1l.!. lróild. (B{Y815) 15f Oanr 0. hi Lllhftr eglii mf DM!lohI|llliù {urooflilildìin!dtltqùlrk0p.l00 llt 6nr lrgud (omdr l,f
8.ó1.!. lrnbùdrd!htui[tFùiohftdk($lVl0ll) ]5f Cnp4ml.t luulE] 80t Dlrru lohi Wllim fíio iùi! fmFir, op.óo B0| 6ru lrtut flbk (îilh) lJf
8d' l.t. lnbmò d ooubh (8|tr 100ì) úl f tmpi{nd J.L Imor 1ól Dùúr loh Wlllim Pnludru 4igr, o1ú) 49f 6m! ÍnÍ{ii6 0Mìú ft
hdlj. lomti"l 55f Cinpioî fftr hnhd! d glgùl Itf Dumond (mqhilu &mu J]' Gftnu Ínftiio tlFmht of
8dlj. hn& ForYioln (Bvivl0ol) l5 Í fu6ri filì{ìoN rur d! du dr h lm ]úf D+oilJmì8!! 1..1. 0il d'61 J7l GrtnuÍnndrc foli! tt
hdtI.r tui! Vl(Fu rìohFmp0n BVIÌl0ll) I f (.16! Ìùrtìoil rur d! drr d! h lùn! ú0f Durl Í.Í. lomù m 0oillj. JJI Glhu fnrdro cdhd! 5lf
hdtI.t 5!h 0'l p00r ilohnalk (tW 1009) l9 f fu8ùÍlnrús il. dt lomdnr uf Durl fI lomt.n b J0f Cùhufnftiio úlf
lm
hd I.l. 5ri0potrlùdr il ni hindr(8Wttú) 107 f Ons f óneo k[r lnmr {lt l]url fl. loir[ !n hl llil. $Í Gu!ru ldndro ildupdil of
hd' I.l. irit poulùdr r'l (ll|V99J) l0l f 0ruliì 11lnfudù,0p.ll1 E4f 0lo! [. ftilrn frapiru (l]) Yol.l . slligr t6l 6trm fnrdro hrur útÍ
hdll. Jritpotrùdìr'4(ll{ll00úi) llúf 0rull Írmndo li(ù d. krdinrd0 tillli 80f 0lor t. ftmrnr fùprs (ll) Vol.l. bbhrnr 9úÍ Gu!ru fnfti!(o tllN t5f
lrhnr klóior ù htur r fdello ]t f (athuoYlftd.
hri.oodióolro llf Dl0 R thinronr frùfrisr Ydl . rolfìgr !0if Guilhm l. lmud Ih llus t5f
BmNÈDb I oils ]ú f tutlnuosftd. hnildh llt Dlùr I tihil domfl k QuúoÍ kord! 5tf cuJu lìi Fprlaìfl (rbrru (ó) óóf
8mM.Dtu ó CbdoNbdril{nîs Of t l I. .
Pù d! I'ift I Priludù l0f oJot L tlof dr te Browù 7 tf l|ildd G.f. l&lndr nriÉ 0rit r'll) of
Beru-Dh , Dús bdilirru l) t (.frilt! ú Dms oùrmt 49f otlN l. Íonn4! à fnnl lapa ó tf llrlfiù tnst Drrr & h Gibra {9f
8mNÈDh bóia1 q. I 2l Í kniltr lSrioo ì 0ils, oùrftr Dlmr l" Íonn4! à lil[.bhoi úúf llifiù tnile omu ù h Pshn ']r
BmM-Dtu 6md onFiit ù6brftili!il lE I $utiin 0linr lM (tùi[ m 4 DiùrM[*) I0f oyor L L8. lhrl ttf lhlfiù lnst llóùld 4lf
8mM-Di! 6uihrùbdrililN, h[m! | Ot ftotin 0lrnr tblh! tf DyruL trhn lommr ó tf lhfiilrt. L G|SI ]tf
hnM-Di! 60itulubdrililN, hllm I úl t 881
8.nM-Di!
6uin 0lnnr lt! Doomliùtu ot!il l" ilmbo doi |irils { trlk loiS ff ilemd I lrcud lh! Bl!fl ttr
iioirNo úót ftxmn0lmr hk[*04rlù hnl . l0 pftrB & múrq($iu(J l2 Í otoNl iloplBdllll!!flr ff flùru W lriptì.o rrghtino ó tf
N.mu-Dtu Moiililo) 5l t (hiltiiî0lflH hkl$4 rk flq Jt t DtrÍr t Jdolino 50f [!mn dr Priùds{]) $f
Srmnidi! lmh doftoùo ll t (htun P Pri(slì) ilf Dffi t tonS!Cipnoml $t ||mFs l. ilirdtr. pik0 pou h lú qd! (10) ó tf

a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a o.
r.l-'trF]r4@{5-:E o a a a a a a a a a a a al
laoooaaoooooooaoaaaaaaaaaaaaaaaaaoaoooaaaaaaoalaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaoaaaaaa

Ie0l liúòhlonrr@(}) l0l lildmd. hl lr ltmio (ftdr) 5tt hdtlih bilGdioi) llf hfrnd. hLt*l{ tt
la [GiîFhnùq lúl llddoodo ùd llih"f. ddlldbr ldo ot trd tnfo I'iùfr oíWdf {h MI} Itt htrndc tiilisf,'lùqdr'oEHle.ttl Iil
ldìtrkl fohùlrmlatr lot llddondo Lrl hnF lui! : lin d. |lolh (eúim Ísih) ltf lì'hl tnih Wht'dh 0ryrfo d Sordi!) 15t k trMdo fritioo u'fu n df h h$', $l of
lird l ldn iu du al f ll.ldNdoÈiI hirìI. $iu: Ch (0l@) 1tf hioltr*o lfi{irsudlrohadd ,, Í Íúò.ó Uri odio {il rkd Df
Jttil.. Lkt búì Wd* tf lhldù.dolùl hry ld! : ltlnto 0 úiW) 3If hid tiih fffiim ll f lediil tiodo bdó | Itf
ld'M i.hr lh llni$ 15t ilddú.doidl lúp, fuit : ilihnFft qu.ù$ m mii!im) of Pùlll.D. thailpofhllùmd.mTúFrD t0 f l|ltis frfù UI
tfrtt
'hh Imtar d. i.bt d. Í!t n t llddo'd.ill tlqa i!i! : t$h {Xhù) {f Èil l!.0. brir ff lmcddo lùd Itl
I lh tffiiú lÌ f bttrh t. G{hd { h líiù fcns ||ùl a tf Èi f. qúlc htur { T@ t!f T|Mllhidt llMrlidqlùúd $f
lútúnili fd bn .l.ti4drie 15f ligrf fffi@ !'ú lrtui. Itf ùtL (0u tuhd.il $l l|MllnNt llÚÚrli.laLM $r
l+trFl.ll T@ ltt llh lii fùb llUtl of Èl I lfdld! dd ll f lm lldr ll ltc ida lú noC tBf
b;o lhn L ùib $ t llhìtú leEbddffiTmllUóì Itf Èma loF tiltf. It It f llm lldntt ll tilG idh, l ndl tilf
[[tdùriù Prtlud| ll f llihtlir Pmlfltól If ÈmL o&dlúlmatul l0f l1Mllurtr tilG:l)(eù {f
hts! lhHi laf lllù tlit Pstrilll llllal t5t Èmrl l)Yrob?rflor llf llmlld.Nt lii.6rllbtrho {f
lrtrF! lhm$ à lhnl d. fù l0 î llùntlir àÌ4llllltla) $t k!mt. hrh t0t llmll&iút,rtcrl)L@fùid of
f.nfr f. I tdh dl d.nici,u 0p.ll 7l Í llihntlir Pmlyfl9Sl $t i.4iúi tùi.llr ,l I llMlle!ùt li&mlodd) of
!.ttFo f. I'rùúT. h td d. opu 0p.t al I llú Lir Prnf,| llU$ lJt Ltù 6ú.d ú{ dric! totúiú h*! Ot llEldr lúd.0r.qi0r|i) 9f
[ttplf iro,!k0t fl[l) Ot Itlú bir hril tl llllal lJt li.Fttbird. leùth ltf Tlmr*orúr ||!tn{.l0rfh {tf
lLti|d f. Cdid. ltibia 0p.tl (lNÈo, tuk) tt t llil& ùit IrM d.l{priú | etr m 4tt liul t tlt{tút dt !'rioin loLl llf l.mÍ&rúr llmGltdfl,fr $f
!rtrf'! f. furi! l$q{. 0} l0 $ | ilùn fnM ù fúom ù n dbao flUal }'r litrdf. ilPltirùp@loll lJ f tM ll@úr far t|n ù !&i!' uI
[ffr L filLE drhn 0p.tt ól f lliflÍltdoh hihd.,ùirrùú t0?t litrdt litntinù!'rEiftftLl lJ f TM leúr lridir u tr d{il ù b.lir ttt
nÍ'NDL u 6in ds I'iùiú 0p.llt ól I llmo! &dfi r óú l'ú {t f LliMno@ tuhril'hn tl t Imf. ld{bLfh tlt
!trF!I. lliiM0)0r. lU Ìtt lldu li! ffitL! lf lrdif! lo|i' tsdr gct ù qar) ll f TrF t+itio h. Tt
ù'fFú|. Íoúàbtrie.lolpitr óót iùm|. ún'm{rÈ4ritis Itf todiploC"h 5ulùdrkiÈit Of lffi brdnhir ft
!.tyÈ f. PrroiL m h 0p.ll n t inm L tiiG ú ilIon fttith ({) $I hm Odd'i. htrh (brw) tf l&ó orr.dd.lcii* att
IttF f. |{t! ch h Ll 0l l{ l' t lb.'9. 6q htl ttn Fr b lue nt tffi! (dodo oilh l$tn h ftffi| Df l&qF Gmpilrhrcl Ít
Iq'fo t hriÈ Birid (ll) ,0 t llfm 6q hi! htiù ltl ldm Clddio hD ildúD r'l Itf lùrq| CnúFUlilqlolill |l{t
IqBDf. PilsoL0) nt |mrtuM P.w últ hfm (&ddio hD nùtlr o'l ll f Tn{r 6trú Fr tiEc lolD l tlt r
I !qr!f.
lttBrúf.
byù t.
lr*tù(l1)lot I
ffie0îVúl
llwi pdr d.u múM
ll t

l0 f
imnìfl
idt{l
ll@i
i@rab0ih.lcld
lìùedt-hÌl@ln"lil0l0
f!! Lriu
atl
ltt
1tl
tm! trli.do

lolt fdgr
hhm
idEf Ud0io60!OFid |tm*i {n mrl)
DEùk
Itf
It f
lil f
ln*
fùnfr
ftirh [ú
tcidùhhi
f.Io
I (Ii6 fó.túl
TI
0t
tt
lttF f. $nú d. Ltidh 0t tl r'l ' 0t. l0 .09. lll $ f llúh tlrú fmb ]tf tElúi. lri.@rih ]tf ftiúr{iin lifcjrif6 ot

t
ItiI t. fi! rdLr 0t. In t0 f lh&ft llo@ IMb d. h6 d.6indo fltlll 1lf Luirl (.|* d lrùilúi'ùl $ f fmi t !.M h0m rl
[tytr f. tuh lrúili.il 0t. tl $ f Itudm||ú LfrM Itf ùufur t|d60) $f lall letd.hs $l
&'Y. f. Ifil derÉ (10) tt f ilrd Tdú $Í ldlr L |húrir núi! 0) tlt tei lul?.ncpl0Èt(O atf
ltirr. Ì*600p|| ]lf ilù(i| !ú!{o d. Èakd.l|.fo (1710) Itf ù.trf ftN ilim4! Of lsll. lils(0
litir f. hiilim suwh d op'ú.us q. í {lól ól I iúú bti{o d. !i[, 0 tl mju (ri rud0 uf ùir+iF t friNd. Ol l@Í. litth.dú $t
bil tlth.lirtú!|n ff hm tun&hlm at f Lr?ito hùio llnc i |,llao d.0t n Itt InC rtdhti.óUll) ír
SiL blmd.trc ltf hmr Cm ùl d ú tf ùi.liphúio tuiC! l, I h liliE L'mc !h ft OI
hllit laaiddlol l.tdil $l timtr tùrbr órf Irtúr bolli lt t fnd ||di tt lllrk ù Ld. alt
Ui I lkmdd Ll t . lnl tl I hrro Ílhúlizdhilm nf l{ú L!olti ll t Lir Cr{ Li! dh ltf
ldil ìi601 t0 | I@r J.L ú.ft ldrbr 50f Lhùlddh i.flnilo tl I fùdu lup.0p.I n'l ff
!iliL h{li.dlú. l0l Irru try!d. ùnd.(bs 0I ú'LMir) $f Ltidor lhmqt I llitfrl ll t Ldo! (rti. tf
'ú tl I llro tltt d. fùb d Fiil m tJt hóu lb | fiti{*6 Of hifimr t|ds0) atl
Ui L !d! diÉ'
ldlrr ,llffiN Ol lmr Lltrd. 0 Gldioohnim 5I Jùó.t lb folid! mtu .l& Uf hld.rùm tJ. ffrii ù o.tiam fr ,tt
lft! &m ftri! si! at I lmr Lryd. !iú Dilnftb i.ùtr'Guùm |I lu" 4tt !ùóa lld Cúio I . lùd. ò ffi Of htlúdúot.d. er.ú..hd(l*ùrb) tlt
hI t hùriÉ d lúù 9l I tîu !ry!d. fhni@ i'5 r feii r'11 {t ie.ltub h t d. fdqLi t f|p fúhrlci d t!r.) Itt lrdr.úùLd. Pil $t
h$ túio limn n I li@ú J 0ús lL|ffiDiù) ot lÍú! kiMdidi lf ini l9l lJ'lnhDld. hilbllrhdotr Iil
tìi!ùùùI ||úi$ i |lÚc qw óat Iilimutl Toli! b fr f{iL of !.im &!do 06 Pù16 tl tùlll oi{Lnlhm ot
lúùrt &!4r ltt li'{rli.lloFh hiCti'j.t d ttrIo tf !úùtuÍio offibi{m.lrnod tt t f6F t|rù lniN. Éor") $r
tlmtlcG ]lfrifi tt f liohri. tú.ù t lùp óót 916 Tri5io orum húili.M . } mlil lt I le tùIiò oÍtitù It
blNlc'f. titru t0 I liohtl. Lriniuúùo!.tl lt t Lr6luúio ombúil.ffi.}Gnil !l t ldi*r tùrÒ fir E'ril tf
h'|rtnù atid6 l0tf hLr ltld lhflru I lll frù Trúio ftild. r'l $f telhdo ffir'l $f
tfirll t'dild(lr) tl f kbi lldo lmlr ll Itf lúBTùiùio Ètùd.n'I !0f lffiL ilùi$ilrldid arf
l*ritllr hftieilbM,loll $t hbn lhdd íotru lll llf hbTrta ftlld.n'3 !0f lúrl|td$ir hnirt?tni*Ffrihpad. ltf
l+'lt lkr h Gah r h s,loLl ll t loò'rllùb llcMr lL 6ll It hù Trta lr*d. i'l ll f |rúr trfii È{6 arf
trd tn4ù ú! rim o ftrn dlbde lú no.il l0 I hùn iak ldolo . T@4 ot.ót 15t ttuTÍiùio Èild.n'5 tl f fúb Ioiló !ù d. I lt rs 16&dì Itf
lrrilldrp! 0{ri60hndlùdcùÉxil Ot loùin L lnbq. lt $Í !ùTrta Ètdcrol tl f lHrtù lL lelt lrtbr r"l l|f
t fùùúdrò {al totÈC lttirprdúl! t0f fÍ! frib lau Tm ù iaÉ Of fittt,t l-*tlbkr-ldc xt
L br ll. hriù !i6 0l ól f olMbj. ln{ud!trF' í) fI !," Goir lrdtlotird. h !'ih rwnlt f,f frúltt,l f'rl&ilhùla ttt
td{! | lutb lm l, f 0tdthlu lLdEflLhlrúd of lu 6!F I lb drfl,6 d úw {6 úrd) at t fi& Lòrt ù ll naGh rEl lr
Itùqt hià.t*! ttf fulúmt h'atLbÈ 99f IrtrGdFr tli!d!ùc(ù'tad) OI he bí d. 6da. 16*, ;t {tt
ldrq I f&c 0) tt f 0!*@uú L !{rt It f lu tupú 6nit (td.ild t!di& ol. hi'l) Itf Vd.thrù bfù'hlùln[úorh0 Iil
l*q t llo! (l) ,t I hgrúi b údre {tuúl 1lf !& 06tr hric (ldlh Bd* of lrfi) Of ft. bdr d. lÉb dr i tl Èi. lú dC $t
Lùq t ?ird6{l!) $ f lùi. t Lm I ttf !r@ osffipqdúúùfllhtkf Of fii. ùaúli. hh ir ù L iÉ. L úC 9t
trdúqt oIh. l0 f hiir"d t. lMu Toùmtr ó tf fu 64.r &iffi 0f,n (0 Mil) ll | Íd. ù|{t d. !&h.dc HÍ, ru&l ,tf
tdlq t ltùùd (ll) úl f hrifld tù hntol o{ot llf lu6q.. E.ofb{rd.ù!.) lll fr&Ladt lar,rLúrFna{ ttt
l4FrP. hiidn fr l*ad tri( P!i!o! ibù atf lft 6.qr f.tt lt Í f!& bút a !|l.' i f.l4r (6 noC) ilf
tditúúr !.úr $ f hnin ll. nG ùr{lildÉ 6l túf lilGrtr Où,ùt Itl fd.lrtrtd. !rit,ulolnirulancdl 'lt
tà tl$ h ftir ù rib Af Prrilid [ùrdùifin Itf f{ 6!Fl ltrùry16(t Fie - oritid t Fie) ll I fs 0. Hiú (t) lil
ù-r hri 0m ]t f Pdnhl|roíd I@ ltt fd 6!Fr hrd. 1l t fri{c t l*rdi h tún l{l tt
hid ti@ I h'dc '' I n&oÈ t Piad óóf Ltr C[Fr P&ru tf llridot finillihlmftal tal
tlid ?idn I hdE tl Í h!!È ld6 ùim 0t !E e!@ Imi f LliL It I ftido t htúL.lm [!) lf
tlit li'n , ùtG: l)oiE ò róL (ù@tr) t] f fiuoù t |)o"tl (dffi - !!'h t bdo.aoi(hr6 túu) rtt !d thùiru Of fliCof. ht'd6t$tirgt4 0f
trittLfr lPilG:louitu llt Pidnini I Pikù(l) : Irir ('nit, 6diiix lffi t0t !,ti I Glnmtads Of fódol, l{d{lútl0 Iil
tlit?in Itilc:!)T@ llf fitjr4m fd; t brd'ilr î@tt ngdr (m d d.it' tf !i hrùùmlóE Of friút llcir til
hdldn ll*tr ttf nj{ril filii lh 14 oùrld! fúrd tf J,.!.t ilo|6 |6 ùd{ i"l ,0f lÈ.ltulldt llttrb tlt f
tlii ltft ú hthd6 ll t PiilL ldhdrd.Gùiitl of 9,,i'{r iu({s Frr G!d.|,r'l Of ÍbtltorlLitr llsi{'. ul
bil'hn til ll t It!.do.oi.fr o(iflobfo|r(Ílnio) '9f lrf.l l|ri ùbo ]] f Íùùiú lldr 0E f I {f
tlid flm llmt! àfh.bt6 t t Polrit U ldd.dsliffi.lc I t'n ilf fdbli offiio hnt (fl!'rl ú fol'niri í!"ti i'ltl tI Yù]!òorlli!. tllcf hrb h ú FE I$r
tlidtirE lúidútu{réúrd|Fùr0F$ tt Phc hit !i U llimr t7f fdhdi hffiio loùt ú l, n*r'r {L!i{oi'{l) If ti&.hù6lLie filb{ho ltf
tlidtidE l{id il f lolùc hrh|L Ìf 'ztri 0Gi! Le! 6 [ niu {toqri'I) It I falblú llir |ffi{ho tÍ
bil/rn idtùrn tf húo lhih tín dr dt di6 nÍ ldbti Dqrio b& 6 f úH fllto r'l[) ll t nil!ùor l|dE ft*d. 6 h úx {f
brlt |ii6 ] ntc gi @!i|) It f ldi ldl ó t!ùù B0t bbui 00úi! 5ff|! h f riÈr kto î'lt) II n bùúlliu ft{ldrollidar l{f
tetlrìd tld'bd.0{rfr!r lll tntrD @rlddio6 of brtlt ocri! !@ 6 f ifl [.ilo i'al) tt fùbùú l5r lr{& a tf ri;r Lt
Lùt;' lùdd.-lúi6 Ìll hil tllhim It hrhli oqEi! hn ù ta i+f (Lqt r'l0l) ll| nh|6lliù i{lùaf|ir {f
ùillrii Nù* Gd ]t I tojdtnilio I Pdhd.! $t briúioomi! húhLnau(Llrfri'ltl) Of nlht6Ídtr itltbtlriàr (l
kilfii 6.ld.Lto.illú ]lf ?ti{ti'fo ùúidt'ú Itl httli 0rdio hú r I ri.r 0{, ftl) tìf nl|ò.lld; Ílrió{Lr!' tf
lit ldii fm . &d. d. ?ùq ll I ?!FItnL l lldou q{mf IJf k*i t-lh ln f ft.lra. lldú [b{l'ú {tf
t&f ldiù ftlÌrd.- &M ìt I hioltiilio l. Inqrl&dr 4lf fdú!ù frit I ?lk6 Of fmll Affinllrr. nf
Ln tuFillrfcbdid! 10,| lS t'iL l4*n Pru ù mfn) atf tildi fft t*. of ff (mr'Ùclclti '|t
lhù frtiùr hn t I f'il ftib lùder Itf hm Ltst ll'd dr!d@ llf f,iftt l|in|r Fe ft
liM Gimilridu[tol'dl lo{f Prioltrifo !m!. {lf fdúilti'*tl. tl8.ih&tdibn {l f llaù [ Ard$ tdtrúr atl
lbr 6im Fliitr loln I 101f lúl hilo f.qdi& (tird!) ]tf fdú*Èú I hdr'! tt f tdr lrl llai b 0i lnidft, d. ot
lb tútufolórúrda nt Àf tnlo bflir ù (e (L@) of li{i. t lLdoú ll f li! orm d U.t flt
tirm lrulotò60& Itf luidtnih 6úd.0m 6tl Lg'tir lltuEdtot{liB(lol'nl) lll f ftn tii! t{f.ld fmiic o ll ú.r tf
lin !i! t bilr I f ltl tdfo q i 0r(uùi| Lld Itdl0!t) ,tf l.'tn ftildrfild6(tlr l) l'tf rdltrabÉ et !tf
tl'Lt ll tbdù lll f hiltr*o op'itúi$rilúhrdltodc tl ld|roh lhil! Itl trbtiilhr.I Èfd. of
hl"u fuiuùhiiM llÍ hitl tnilio lid.dtr. h lmir LHtr ol LiliL JaDSTti!! b& l, f {ó tlÍú lrtdd f it i'lt (0 É4 t$t
hr irhobm tof hii ti|lo h!. i"l l{f frFchtJll 0h!!úai-ltlo-lorE nt ftsttlitlqd f@ ,tf
ba{Ian t&do imo ll l0l f lliol tiilc trd! o'l ilt hsdr!o@ DEf3ùEkldd aóf ftbtiisltlFl l0.i6qhfr ùtnrnhl tóf
tmd! thú*n |lki! 0ùr pih ú od.!) 19f tuioltiilio ttd. r", t{t f.Lrl. litcfhrm0) $ f vli! tHL!.N (bor a b dt c'10 ttl
|i[ lirlúúta '1lt Ài,l ùiL trnir ú trÉ dhdc Ir o|r 9f f.rfMndo ilardà(lafii) llf ìfa-,Úb (h. Itf
|lld.||t|in lli! ot lqollnìlo t6jq 6 hil diùda ù dir 9tÍ lorthndo fftà 00.I fl tà $f ìffúl Fltffifd.l ff
lhdoc 0r@ }'l PrioltDilio InFùpú t9f hr fmrdo Gnil !o[,0p.ll llf ìfaùJ. }ltÚmloLl-bd lf
lba. C fm bido al f Pniol úih U li[tr'b ]1f hr frEdo lldú ù (.61(h t{ llf rhl h*!-lhisùr.t+ tal
lhdo C Iúò lrútdE 0ì ll f hiltnih ?r@tom Itf !ff fmrdo kt urp, oÍ.t 1lf flrldrd'lrnÍ f.tfthr:yùrdtldrmiltdùtdE of
lús L'iú4 llp{ilh ll f lujoltnilio l0ioú t{l k fhùdo frDiti. da{i{rI hra filFl tl f fùtó.dr L0ù llffir lohd of
lt|rdo L ti! bEfa ?l I hptn'fo ùFdÉhhde t3f ll frEìdo hrii s b ù Nrir oll fl lla l londr Lni hù.l of

ò rt0oumcr, occompogrÉ
deY€,reÉdemoil,ò 3

TheGUITARIIBRAIRY
39"41me de h EorftngerieB.P.I I 93201 Soinl'DenisCde:(
Jeioinsmonrèolement étoblià yordrs de Studio Prsss oor :
O Ch\ue dMondotlettreOEurocheque(òportirde2(hF)
o Mondotinternotionolo Porcodede credil(ò porfirde I 50 Fl.
Donscecos,le remplisle codreci-dessous.

NOM '35 Fle lsodicle+8 t poroniclcsupplómntsiro.Etrqng.r:42Fb ltqrtidc+ 15 F porcticlewpplómmtoin


PREN0M........
NO NOM ......PRENOM
ÀNDEC<E
r
EXPIREFIN | | | |
SIGNATURE CP
Class2
Téléphone
Agenda- - - Aggnfla- - - Aggnfla- - - Agenrla
a
STAG6 & o
a
coNcouÍ?s a rr-E! ID-! -3-!
Du 2 ou 9 juillet
a
Du30iuinou4 iuillel a
XXlle(oncours
lnternolionol
deGuitore
René a
8odolid Aix-En-Pro-
vence. quedepuis
Roppelons socréolion,
le concourso enregisfré
a
lo porficipolion
deplusde1500guiloristesenprovenonce
des O 'est la deuxième édition du Festival Interna-
lt.tr l)lì nl
poyseuropéens,
moisousidesEloh-Unk,duJopon,
deRusigdu a '.l-'l:Iji:i''
(onodo, d'Amérique : 90000fdeprix. a
loline,ek. Dofotion tional de I'Ile de Ré Une manifestation qui
réunit concerts, stage, concours, présenta-
I rhS'l'l\,\1.
l2 GrondPrixd'lnlerprétotion
onlélóottribuó,s
depuh
loaéotion t\'f tÌR\,\It0\.\t.
Aquileprochoin
duconrours. ?
a
a tions de luthiers, ainsi qu'une intervention l ) l : ( ; t l ' l ' . \ R l l
Du9oul0iuillet a sur I'amplification en guitare classiquepar
Stogedemondolines, mondoles,mondoloncelles o
et guilores. Michel Donadey et le systèmeASA.
[colemunicipole
demusiquedeMirecourl. deI iourspleinsa
Sloge
(8heures : (hrislion
poriourl.Profeseurs ÍhneideretMorie-lhé-a Programme des concerts
Prix: 2 880t(ovec
rèseGhirordi. hébergemenl)ouI 400t a 2 juillet i Ensembleromantique3 juillet I Animation sur le port de
(sonshébergemenl).
Renseignemenls
el inscripfions
ou: 0l 48 a la Flotte et dansles rues piétonnes5 juillet t Récitalde guitareHubert
2óó08ó. Kàppel 7 juillet O Michaèl Ottl et Rocco Peruggini8 juillet i Finale
a du concours9juillet i Nuit de la guitare.
o
Lell iuillel
2e(onrours (lossique,
deGuilore dons lerodre deloSemoineo Le Stageest ouvert aux guitaristesde krus niveaux.Les courssont dis-
Musirole ler prix: uneguilore
entor6td'0rléons. 0. o
de(oncerl penséspar Hubert Kàppel. Rocco Peruggini.Philippe Villa et Pascal
Audiroc.
Présided
duiury: Osror(oceres. el a
tinoleduconcoun Siankowski.Auditeurslibres acceptés.Frais d'inscriptionet fiais péda-
roncert - Teroshimo
duduo|(onneci ri l'Eglke
deEeoune
lo O gogiques: 1500F(horshébergement et repas).
Rolonde. a
a Les Concours comportentdeux catégorieset sont dotésde divers prix.
Du14uu| 8 iuillef Concerts,bourse,bons d'achag.Le concoursinternational(sanslimite
a
déguilore
inlernolionol
5eroncours *Musique
Angloiser
ùTrédez-a d'àge) et la catégorieI (jusqu'à l7 ans). I
locquémeou.l{iveouinlernolionol,
supérieur
et moyen.
Té1.
: 02
9ó35759t.
a
o
Du2óiuillel
ouI erooúl a
[o Fondotion

l'Acodómie
Piene

muskole
de(oubertin
(5t-Rómy-les-ftevreuses]
odourdeloguilorqorgoniúe
lo4eMolerOmsInlernolionsl
deVersoillet
el onimóeporBetho Dovezoc.
a
occueille
por a
o
SAINT:JEAN
Delinéeouxmuskiem
ouverl
Q;olemenl
deleurrhoix.
deniveouovoncéel supérieur,
libraquipeuvonl
ouxouditeurs
te slogo
ossiler
el o
0u(our a
: 2 l50t (hon
Prixdescounel frohd'inscriplion
DEJ @ARD
hébergement
07302284.
efrepos).

Dulcroul5oo0l
Remeignemenlsou:0130214749ou0ó
a
a
a
I
lnterFolies
99
Deuxième édition également pour ces Interfolies, qui auront pour thème
Sloge delulherieguilore. Le(ercledesAmkdelo lufierievousa
propose defobriquer vous-móme volreguiloreklosique, llo- O principal la guitare et le chant, et qui se déroulent du I 7 au 24 juillet.
menco, folk,iou...)ò l'occosion
d'unlogeenlledefronte. Alo a Comme pour la première édition, cette manifestation, veille à ne pas se
dkposiliondesfigioires (10moximum) : unolelier
boisromplel,a limiter à une série de concerts, fussent-ils de qualité. Parallèlement aux
ovecmorhines oufik,outillogeéledro-portolif,
oulillogeù moin a Master Class, destinés aux musiciens de niveau avancé et supérieur, des
spéciolisé,
éloblis(oucun oulillogepersonneln'eflrequh). les
quel'inlrumenl (quel quesoit
o cours sont proposés aux autres guitaristes avec la possibilité d'assister en
orgonisoleursossurenl sero ochevé
l'ovoncemenl dutovoilenfindeloge).(ompfer envhon I 000t a tant qu'auditeur libre aux séancesde leurs aînés. En autres concerts, vous
pourunoo(ouslique. (e prixcomprend lesfournitures,
l'encodre- O pouvez écouter Menno & Siestske,Roland Dyens, Valérie Folco et Sébas-
menlpordeuxluthiers, lo pensioncomplèle.('estpospluscher a
tien Morales, Juan Carmona, Eos Guitar Quartet, Carmen Linares, Carlo,
quedeuxsemoines ou(|ubMed, elvous reporlez
ovec vollegui- a
quelesloge Marchione, Trio de Cologne, Menno Gootje, Juun Voorhoeve, Elephteria
lore.L'idéeesllellemenl bonne, ef complel. Pour lo a
prochoineédilion,
serenseigner vileou0l 48585453. O
Kotzia. Les Interfolies offrent également une occasion aux artistes moins
a connus du grand public de se produire. A découvrir : Nadia Gerber, Carte
Du4 ou14oo0l o Blanche, Laurent Pinna... Par ailleurs. parallèlementaux autres évène-
| 3elogecGuilore
dosique onimé
elsud-omóricoines, porVolórie ments, vous avezla possibilité de visiter une expo de peinture sur le thème
(381. a
FokoetSébo$enMoroles>
ò St-Anloine
l'Abboye tludede
l'oaompognemenf des
ef rylhmes (ilongo,longo,
boilecifo,
cueco,
a du flamenco et un salon de lutherie, où sont présents non seulement des
molombo, goto...)
chocorero, efleuropplkolion
dons o
leréperloire artisansluthiers mais également de grandes sociétés,fabricants de guitares,
tlosique.
Trovoil
enduo,lrioet musique d'ensemble.Prix: O cordes, maisons de disques,éditeurs. I
3 350Ftoutcompris. ou: 0l 420449ól ou0ó a
Renseignemenls
8l 379597. a
a
Du2lou29oo0l o
óelogeinternotionol deguifore Dyens, ouch0leou
Morligny
cine),
(Sodne etLoire).
celoges'odresse
Dons
Rolond
uncodreidylique
ouxguilorisles
(grond
deformolion
porc,
de o
pk-
a
dossique,
7de
Le NUMERO
a
niveoumoyen
opproche
minimum
del'éailure
consorrées
: inlerprélolion,
musique
el del'improvisolion.
soitù l'ouditiondestogioires,
d'ensemble,
sonl a
lessoirées
oveca
soilùdesrenconkes
Guirnn Clnssioue
despersonnolilés
(horshébergementl
dumonde delo guifore.hoispédogogiques
: I 800t.renseignemenlsù : Stoge
a
Rolonda
pARAîrRAle veNdnedi
Dyens,I rueduBelvédère 92410 Ville
d'Avroy. O
o 2 ocrobRe .
a
98
/^t/rbre
-'l 'ìrtl .-l
r
,
- î::: -I : i ; -
,_-:
- Joét TAPLANE
-r.'-r.,
--1
- !-.I--l] Maître Artisan -Luthier
_!'

Í-flrîrilrù.t 22. ruede I'EgliseSrMichel


- .y -.."é
"
13fi)5Marseille
TéllFax.: 04 91 47 2l ll
NOUVELLE CONCEPTION
P R o I E C T T o-NÉ e u r L r B R E
P R o F o N D T U-Rp u R É t
EGALEMENT
DU,uopÈte
RncnÉnrroN
R O B E RBTO U C H E T

. \ c c r r r i l J . ' l r c ì i c n t c l e d L rn r l r d i l u s l n r c t l i d c l - 1 h - 1 0ù l ( l h o n s u r r e n t l c z - r ' o u s

C. PATENOTTE - luthier
Guitores
d'étude,
guitores de)ozz- Mondolines
guitores
deConcert, - Bonios
MATTAINCOURT 88500MIRECOURT Té1.
: 03 29 3701 68

Dominique
DELARUE
Luthier ChersAmisLulhiers,
Si vovs souhoitez
Guitaresde Concertet Flamenca étrepré*nî dons
I er Prix du concoursinternotionol b Salon des
des gronds Guitoriere I 9987
Lurhíers de Guia-
re Clossique,nous
vousinvitonsà
conlac''er:
PoscalBretonou
0t 48 t37432
| 003,avenueSt-Roch84200Carpentras ou Nico/osBru ou
fé1.: 04 90 67 25 76 0t 48 t3 74 30
oui vousdonneronl
óucs /es in[ormo-
fionsnécessoíres.

U-î- Cordiolement.

Vous aimerez peut-être aussi