Vous êtes sur la page 1sur 197

Comparaison entre le CM66 et l’Eurocode 3

Résumé

Ce projet consiste à faire la conception et le dimensionnement du nouveau centre


Commercial « Marjane » de la ville Fkih Ben Saleh avec les deux règlements CM66 et
Eurocode 3.

Le présent rapport est scindé en deux parties :


Partie 1 : cette partie se focalise sur une étude bibliographique de Eurocode 3 tout en
le comparant chaque fois avec le règlement CM66.
Partie 2 : Elle a pour but d’étudier le centre commercial en charpente métallique qui se
situe dans la ville fkih-ben-salah. Cette partie présente les notes de calculs manuels des
différents éléments de la construction, La vérification des résultats et le calcul des
sollicitations ont été effectuées à l’aide du logiciel Robot Structural Analysis (RSA).

2
Partie 1 :

Etude bibliographique de Eurocode 3

3
Sommaire
Dédicaces...................................................................................................Error! Bookmark not defined.
Remerciements .........................................................................................Error! Bookmark not defined.
Résumé .................................................................................................................................................... 2
Partie 1 : Etude bibliographique de Eurocode 3 ..................................................................................... 3
Chapitre 1 : Généralités sur le matériau acier .................................................................................. 6
I. Le matériau acier : ....................................................................................................................... 8
II. Tolérances de laminage : ............................................................................................................. 9
III. Plasticité de l’acier, Réserve de sécurité : ............................................................................. 11
IV. Critère de ruine : ................................................................................................................... 13
Chapitre 2 : Analyse des structures .................................................................................................. 15
I. Analyse élastique au premier ordre : ........................................................................................ 15
II. Effet du second ordre et chargement critique : ........................................................................ 15
III. Prescriptions des règles de CM66 : ....................................................................................... 17
IV. Prescriptions de L’Eurocode 3 : ............................................................................................. 17
V. Concept de rotule plastique : .................................................................................................... 19
Chapitre 3 : Généralités sur la résistance des sections..................................................................... 20
I. Influence du voilement local sur la résistance des sections : ................................................... 20
II. La résistance des sections transversales : ................................................................................. 22
Chapitre 4 : Phénomènes d’instabilité.............................................................................................. 29
I. Flambement : ............................................................................................................................ 29
1. Flambement simple : ............................................................................................................. 29
2. Flambement flexion :............................................................................................................. 33
II. Le déversement en flexion simple :........................................................................................... 34
Chapitre 5 : Assemblages .................................................................................................................. 37
I. Assemblages par boulons non précontraints : .......................................................................... 37
1. Résistance aux efforts parallèles à l’axe de la vis : ................................................................ 37
2. Résistance aux efforts perpendiculaires à l’axe de la vis : .................................................... 39
3. Résistance aux efforts combinés : ......................................................................................... 42
II. Assemblages par boulons précontraints : ................................................................................. 43
1. Résistance aux efforts parallèles à l’axe des vis : .................................................................. 43
2. Résistance aux efforts perpendiculaire à l’axe des vis : ........................................................ 44
3. Résistance aux efforts combinés : ......................................................................................... 45
Partie 2 : Etude du centre commercial .................................................................................................. 47

4
Chapitre 1 : Conception .................................................................................................................... 48
I. Description : .............................................................................................................................. 49
II. Critères de la conception :........................................................................................................ 51
III. Les éléments constitutifs du projet : ..................................................................................... 54
Chapitre 2 : Évaluation des charges et des combinaisons ................................................................ 63
I. Etude au vent selon NV65 : ....................................................................................................... 63
II. Calcul de des actions intérieures et extérieures : .................................................................... 71
III. Combinaison d’actions : ........................................................................................................ 81
Chapitre 3 : Calcul des éléments :..................................................................................................... 82
I. Calcul des pannes : .................................................................................................................... 82
II. Dimensionnement de l’échantignolle : ..................................................................................... 91
III. Calcul des contreventements : .............................................................................................. 92
1. Contreventement de la façade pignon :................................................................................ 93
2. Contreventement du long pan : .......................................................................................... 101
IV. Les cadres rigides:............................................................................................................... 103
V. Etude des portiques : .............................................................................................................. 117
VI. Assemblages : ...................................................................................................................... 146
1. Assemblage poteau-traverse :............................................................................................. 147
2. Assemblage traverse-traverse : ........................................................................................... 158
3. Assemblage panne traverse : .............................................................................................. 160
4. Assemblage pied de poteau : .............................................................................................. 162
Chapitre 4 : calcul de fondation ..................................................................................................... 179
I. Calcul des Semelles :................................................................................................................ 179
II. Calcul des armatures: .............................................................................................................. 182
Conclusion ........................................................................................................................................... 185
Bibliographie........................................................................................................................................ 187
Webographie ....................................................................................................................................... 187
Annexe .......................................................................................................................................... 188

5
Liste des figures
Figure 1: Les demi-produits ..................................................................................................................... 8
Figure 2 :diag contrainte-déformation de l’acier .................................................................................. 11
Figure 3 :Effet du %C sur la résistance de l’acier................................................................................... 12
Figure 4 : Critère de ruine CM 66 .......................................................................................................... 13
Figure 5 Critère de ruine Eurocode 3 .................................................................................................. 14
Figure 6 : Manifestation des effets de second ordre ......................................................................... 16
Figure 7 : Bifurcation et divergence d’équilibre d’une barre bi articulée ....................................... 17
Figure 8 : Paramètre pour l’évaluation des effets du second ordre propres à un étage ................ 18
Figure 9 : Efficacité requise pour le contreventement d’une ossature contreventée .................... 19
Figure 10 : Manifestation de la rotule plastique............................................................................... 19
Figure 11 : Voilement local d’une paroi comprimée ......................................................................... 20
Figure 12 : Influence de l’élancement de la paroi sur la courbe σ-ϵ ................................................ 21
Figure 13 : Trou et ligne de rupture 1 et 2......................................................................................... 23
Figure 14 : Processus de plastification de la section......................................................................... 26
Figure 15 : Les différents modules de résistance .............................................................................. 27
Figure 16 : Barre bi articulée flambée................................................................................................ 30
Figure 17 : La contrainte critique d’Euler .......................................................................................... 30
Figure 18: Valeurs du rapport NCM66/NEC3 pour les différentes valeurs de α en fonction de ........... 33
Figure 19 :La comparaison de la résistance à la traction du CM 66 et celle de l’Eurocode 3 ........ 39
Figure 20 : La pression diamétrale exercée par un boulon cisaillé ................................................. 39
Figure 21 : Dipositions constructifs imposées par le CM 66................................................................ 41
Figure 22 : Dispositions constructifs imposées par l'Eurocode 3 .................................................... 42
Figure 23 :Comparaison de l’Interaction entre le cisaillement et la traction selon CM66 et EC3 . 43
Figure 24 : Pression diamétrale dans le CM 66 et dans l’Eurocode 3 .................................................. 44
Figure 25 : Assemblage précontraint travaillant en frottement ...................................................... 44
Figure 26: Résistance au glissement dans le CM 66 et dans l’Eurocode 3 ........................................... 45
Figure 27: Intéraction entre cisaillement te traction ......................................................................... 46
Figure 28 : Vue en percpective ........................................................................................................... 49
Figure 29 : Données géométriques..................................................................................................... 50
Figure 30 : Espacement entre les éléments ....................................................................................... 50
Figure 31 : L’emplacement des faux portiques ................................................................................. 52
Figure 32 : Protection par couche de peinture .................................................................................. 54
Figure 33 : Tole NERVESCO................................................................................................................ 54
Figure 34 : échantignole ...................................................................................................................... 55
Figure 35 : Poteau articulé ............................................................................................................. 57
Figure 36 : Poteau encastré ............................................................................................................. 57
Figure 37 : jarret .................................................................................................................................. 59
Figure 38 : Clé au faitage rigide .......................................................................................................... 59
Figure 39 : Cheminement des efforts ................................................................................................. 61
Figure 40 : zonage sismique au Maroc. ............................................................................................... 69
Figure 41 : Exemple de décrouchement en plan .............................................................................. 72
Figure 42 : Vue en perspective de la structure ................................................................................... 72

6
Figure 43 : Diagramme de la contrainte de cisaillement dans une section en double té ............... 87
Figure 44 : Panne – traverse ................................................................................................................ 92
Figure 45 : Poutre au vent ................................................................................................................... 93
Figure 46 : Schéma statique de la diagonale en traction ................................................................... 96
Figure 47 : Montant de rive ................................................................................................................. 98
Figure 48 : La sablière en compression............................................................................................. 99
Figure 49 : Décomposition de l'effort F ............................................................................................. 101
Figure 50 : La palée de stabilité ........................................................................................................ 102
Figure 51 : Emplacement des cadres rigides .................................................................................... 103
Figure 52 : Poteau en croix ............................................................................................................... 104
Figure 53 : Schéma statique équivalent ........................................................................................... 104
Figure 54 : La modélisation du cadre rigide sur RSA ..................................................................... 106
Figure 55 : Déplacements sans cadre rigide .................................................................................... 117
Figure 56 : Déplacements avec cadre rigide .................................................................................... 117
Figure 57 : Schéma des appuis adoptés ........................................................................................... 118
Figure 58 : Les dimensions du portique ............................................................................................ 119
Figure 59 : Emplacement des bracons ............................................................................................. 123
Figure 60 : Convention adoptée ......................................................................................................... 145
Figure 61 : Position de l’axe neutre ................................................................................................... 148
Figure 62 : Pince longitudinale et transversale. .............................................................................. 149
Figure 63 : Disposition des boulons ................................................................................................. 150
Figure 64 : Les efforts dans les assemblages ................................................................................... 150
Figure 65 : Assemblage poteau traverse Eurocode 3 ..................................................................... 155
Figure 66 : Assemblage panne traverse ........................................................................................... 160
Figure 67 : Les limites du poteau...................................................................................................... 162
Figure 68 : Dimensions de la platine. ............................................................................................... 163
Figure 69 : Pied de poteau................................................................................................................. 165
Figure 70 : Les dimensions de fondation ......................................................................................... 179

7
Chapitre 1 : Généralités sur le matériau acier

I. Le matériau acier :

L’acier est un matériau constitué essentiellement de fer et de carbone. Ce dernier


n’intervient que pour une très faible part.
L’acier est généralement obtenu par une opération en 2 phases :

1ère phase : L’introduction et la combustion de minerai de fer, de coke et de castine dans


un haut-fourneau qui permet l’obtention de la fonte (matériau de plus de 1,7% de
carbone).
2ème phase : On convertit la fonte liquide en acier, à une température de 1500°C environ
sous insufflation d’oxygène. Cette opération a pour objectif de décarburer la fonte.
L’acier obtenu ne possède plus qu’un faible pourcentage de carbone.

L’acier liquide est coulé ensuite dans des lingotières en cuivre carrées ou rectangulaires.
On obtient ainsi des blooms, des brames et des billettes dits semi-produits qui vont par
la suite être laminés pour donner au métal les dimensions et formes souhaitées.

Figure 1: Les demi-produits

On fabrique ainsi des produits plats (plaques et tôles) à partir de brames et des produits
longs (cornières, tés, poutrelles IPE, HEA, HEB…) à partir de blooms et de billettes.

8
Tableau 1 : CARACTÉRISTIQUE DE QUELQUE PROFILÉ

Le type de profilé La caractéristique principale


Profilés I Ils présentent un fort déséquilibre entre les deux inerties
principales et sont donc optimisés pour les applications en
flexion simple.
Profilés H Ils présentent une inertie latérale plus importante que les
profilés I et sont donc adaptés pour reprendre des efforts de
compression et des sollicitations combinées, y compris des
torsions limitées.
Profilés U Il s’agit de profilés utilisés essentiellement pour des pièces
secondaires en flexion (fers de rive de planchers) et
éventuellement dans les triangulations d’ossatures en treillis où
ils sont alors jumelés.
Cornières à aires égales ou Servent à la constitution des assemblages simples de profils en I
inégales ou H.

II. Tolérances de laminage :

Les calculs de résistance sont établis sur la base de sections théoriques parfaites de
poutrelles, qui sont différentes des sections réelles obtenues après laminage.
Les sections réelles présentent cinq types principaux de défauts :
 Défauts de dimensions : les dimensions géométriques des sections sont peu
précises, les tolérances varient de 1% sur la hauteur à plus de 15% sur
l’épaisseur des ailes, pour des poutrelles IPE ou HE.
 Défauts d’équerrage : les ailes ne sont pas rigoureusement orthogonales à l’âme.
 Défauts de symétrie : les largeurs d’ailes ne sont pas exactement identiques.
 Défauts d’incurvation : l’âme peut être incurvée (flèche de 1 à 2 mm).
 Défauts de dressage : la fibre moyenne des poutrelles peut être incurvée (flèche
de 2 à 3‰ de la portée).

9
Ces différents défauts peuvent contribuer à diminuer l’inertie du profilé, à provoquer
des moments de torsion, des phénomènes de voilement, etc.
Pour en tenir compte dans les calculs, plutôt que de minorer les sections et les inerties
ou d’entreprendre des calculs difficiles et aléatoires, on majore en fait les charges par
des coefficients de pondération. Le coefficient 1,35 appliqué aux poids propres se justifie
notamment, entre autres, pour cette raison.

Pour bien montrer l’importance des erreurs commises sur le calcul des inerties et des
contraintes, du fait des tolérances dimensionnelles des poutrelles, prenons un exemple.
Soit une poutrelle IPE 200, dont les tolérances de laminage (fixées par la norme NF A
45206) sont les suivantes :

Le moment d’inertie de la poutrelle, en ne retenant que l’inertie des 2 ailes, par souci de
simplification, vaut :

La tolérance sur le moment d’inertie vaut :

La contrainte de flexion simple vaut :

Soit :

La tolérance sur la contrainte, pour un moment M donné, vaut donc :

10
Les tolérances de laminage peuvent donc conduire à une sous-évaluation de la
contrainte de flexion de 21%.
L’application du coefficient 1,35 aux charges permanentes (soit +35%) permet
d’augmenter le moment M dans les mêmes proportions et de compenser la minoration
possible de 21%.

III. Plasticité de l’acier, Réserve de sécurité :

Figure 2 :diag contrainte-déformation de l’acier

11
Figure 3 : Effet du %C sur la résistance de l’acier

Le palier de ductilité AA’ est particulièrement important en construction métallique, car


il représente une réserve de sécurité. En effet, il se peut qu’il arrive dans une structure,
des pièces soient sollicitées au-delà de cette limite élastique.
Elles disposent, dans ce cas, du palier AA’ pour se décharger dans des zones
avoisinantes. On dit qu’il y a adaptation plastique.
Plus la teneur en carbone des aciers augmente, plus fy augmente, plus le palier de
ductilité se raccourcit et plus l’allongement à rupture diminue. La sécurité est donc
inversement proportionnelle au taux de carbone. C’est pourquoi seuls les aciers doux (à
faible taux de carbone) sont autorisés en construction métallique. Le taux moyen de
carbone étant de 0,2%.
Cette notion de plasticité/sécurité est très importante. En effet, lorsqu’une pièce est
excessivement sollicitée, au-delà de la limite d’élasticité fy si elle est constituée en acier
dur ou en fonte, elle va périr par rupture brutale, sans présenter au préalable de signe
ou de déformation prémonitoire. En revanche, une pièce en acier doux va présenter de
grandes déformations, qui vont prévenir du danger latent.
Les structures métalliques ont donc, grâce à la ductilité de l’acier, la faculté d’équilibrer
les zones de contraintes, par ce qu’il est convenu d’appeler l’adaptation plastique.
Alors que les règles CM 66 ne tenaient que sommairement compte de cette possibilité
pour les pièces fléchies (par l’introduction d’un coefficient d’adaptation plastique Ψ),
l’Eurocode 3, au contraire est établi sur la base du comportement élastoplastique de
l’acier.

12
IV. Critère de ruine :

Dans les règles CM 66, le comportement de l’acier est supposé purement élastique et l’on
considère que l’état limite théorique de résistance est atteint lorsque la contrainte
maximale régnant dans la section se trouve égale à la limite d’élasticité. Dans les deux
autres textes, Additif 80 et Eurocode 3, sous certaines conditions portant sur
l’élancement géométrique des parois comprimées de la section, cette même limite
constitue le seuil du comportement plastique du matériau ; ce comportement étant le
plus souvent supposé parfaitement plastique, seule la distribution de contraintes est
modifiée par rapport au cas précédent et l’expression finale de la résistance théorique
reste proportionnelle à la limite d’élasticité.
De longue date, les règles françaises ont été fondées sur une courbe enveloppe des
points de plus grande scission du cercle de Mohr, construite à partir des valeurs limites
pour les sollicitations simples :

Figure 4 : Critère de ruine CM 66

13
Figure 5 Critère de ruine Eurocode 3

A la fois l’Additif 80 et l’Eurocode 3 retiennent, pour leur part, la combinaison générale


des trois contraintes principales, dite contrainte équivalente de Von Mises, pour établir
leur critère théorique de ruine :

− + − + − <

Pour les états plans de contraintes (σ3=0), cette expression se réduit à :

+ + . <
Soit, en faisant intervenir les contraintes σ et τ régnant dans une même facette :
+ ≤
Le tableau ci-dessous résume les contraintes limites de référence utilisées par les règles
disponibles :
Tableau 2 : Les contraintes limites de référence

CM 66 Eurocode 3

σ Contrainte longitudinale simple σ≤σ σ≤ f

τ Contrainte de cisaillement seul τ ≤ 0,65 f


τ≤
√3

Combinaison de σ et τ σ + 2,36τ ≤ σ σ + 3τ ≤ f

L’Eurocode 3 introduit également, en matière de résistance des sections, deux


évolutions notables par rapport aux règles antérieures :

14
 Pour les vérifications de résistance en traction au droit des sections nettes, sauf
exception, la référence préconisée n’est plus la limite d’élasticité de l’acier mais
sa limite de rupture, notée fu ; on utilise, dans un tel cas, un coefficient partiel de
sécurité différent, ϒM2, dont la valeur est fixée à 1,25.
 Lorsque, du fait de l’élancement géométrique des parois comprimées de la
section, la ruine intervient par voilement local prématuré par rapport au critère
élastique habituel, un calcul élastique de la résistance est toutefois maintenu,
portant sur une section affaiblie, dite efficace ; on utilise, dans un tel cas, un
troisième coefficient partiel de sécurité, noté ϒM1 et dont la valeur est fixée à 1,10.

Chapitre 2 : Analyse des structures


I. Analyse élastique au premier ordre :

Cette analyse repose sur les hypothèses suivantes :


 Le comportement du matériau est supposé indéfiniment élastique et linéaire.
 Les déplacements de la structure sous les charges qui lui sont appliqués sont
supposés négligeables par rapport aux dimensions géométriques.
Ainsi les effets des combinaisons pondérées des différentes charges appliquées peuvent
être obtenus par simples superpositions linéaires des effets des cas élémentaires.

II. Effet du second ordre et chargement critique :

La manifestation première et élémentaire des effets de second ordre est le flambement


des pièces comprimées.une illustration très simple peut être donnée en comparant le
comportement d’une barre idéalement rectiligne bi articulée soumise à une
compression axiale et celui de la même barre supposée présenter une courbure
préalable au chargement.

15
Figure 6 : Manifestation des effets de second ordre

Dans le premier cas la sollicitation dans la barre se réduit un effort normal constant et
dans le deuxième cas le défaut de rectitude (du aux charges transversales ou de
moments )provoque dans chaque section l’apparition d’un moment de flexion
additionnel .la conséquence pratique immédiate est que la ruine des barres comprimées
intervient systématiquement par cumul de l’effort normal et des effets du second ordre
et non par atteinte de la capacité de la section à l’effort normal.

L’analyse mathématique de l’équilibre d’une barre comprimée bi articulée permet de


mettre en évidence une charge critique au delà de laquelle l’équilibre au second ordre
n’est plus possible, c’est la charge critique d’Euler :
% 2 &'
"# = 2
(
Si N>Nk le mécanisme d’amplification par la compression de la déformation latérale
initiale n’ayant pas de convergence.

16
Figure 7 : Bifurcation et divergence d’équilibre d’une barre bi articulée

III. Prescriptions des règles de CM66 :

Le règlement CM66 ne comporte pas de prescriptions visant de manière spécifique les


modalités de l’analyse de structure.
Ce n’est qu’au stade de la vérification de la stabilité des poteaux que l’on se trouve
amené à distinguer deux types de structures :
 Les structures à nœuds fixes : la stabilisé latérale est assurée extérieurement par
une autre structure ou intérieurement au moyen d’une triangulation mettant en jeu des
rigidités d’effort normal.
 Les structures à nœuds déplaçables : celles dont la stabilité latérale repose sur la
mise en jeu des rigidités de flexion de leurs éléments et de leurs assemblages.
Dans le règlement CM66 le comportement des structures courantes à nœuds
déplaçables reste valablement analysé par un calcul élastique de 1er ordre dès lors que :
 Les déplacements latéraux restent cantonnés dans des limites raisonnables
(article 3.9 recommandant de borner le déplacement s en tête des poteaux au
l/200 de leur hauteur).
 La stabilité des poteaux est établie en considérant leurs longueurs de
flambement tenant compte du caractère déplaçable des nœuds.

IV. Prescriptions de L’Eurocode 3 :

En matière d’analyse de structure L’Eurocode 3 passe par une distinction entre :

17
 Les ossatures souples pour lesquelles des dispositions doivent impérativement
être prises pour tenir compte des effets de second ordre.
 Les ossatures rigides qui, au contraire, peuvent valablement être analysées par
un calcul au 1er ordre.
Eurocode 3 fixe comme seuil de prise en compte des effets de second ordre, la valeur 0.1
du rapport entre Vsd la résultante verticale des actions pondérées appliquées et Vcr la
valeur critique de la charge verticale obtenue par amplification de ce chargement
pondéré :

> 0.1
Vsd
Vcr
Pour les ossatures planes étagées composés de poutres et de poteaux encastrés, ce
critère est à évaluer pour chaque étage, il peut être remplacé par l’inégalité :

. > 0.1
Vsd δ
Hsd h

Figure 8 : Paramètre pour l’évaluation des effets du second ordre propres à un étage

Une troisième catégorie de structure est envisagée par Eurocode 3 : les structures
contreventées pour lesquelles la stabilité latérale est assurée par un système de
contreventement qui leur est extérieur et suffisamment rigide pour que l’on puisse juger
qu’il équilibre l’ensemble des actions horizontales. Le règlement stipule que pour que
pour que cette condition puisse être jugée comme satisfaite ; le présent système de
contreventements doit réduire au moins 80% les déplacements latéraux de l’ossature
qu’il stabilise.

18
Figure 9 : Efficacité requise pour le contreventement d’une ossature contreventée

V. Concept de rotule plastique :

Quand on applique un chargement croissant à une poutre, Après l’atteinte de la capacité


Plastique d’une première section et grâce à un accroissement de déformation
plastiques dont celle-ci est le piège, se forme une rotule plastique cette dernière est
localisée au droit des sections subissant des sollicitations égales à leur capacité
plastique. Néanmoins, à chaque formation d'une rotule plastique, la modélisation de la
poutre continue perd un degré d'hyperstaticité, ce qui entraîne finalement la ruine de la
poutre.

Figure 10 : Manifestation de la rotule plastique

19
Chapitre 3 : Généralités sur la résistance des sections
I. Influence du voilement local sur la résistance des sections :

La quasi-totalité des sections utilisées en construction métallique peuvent être


considérées comme un assemblage d’un certain nombre de parois planes dont chacune
est délimitée soit par une autre paroi qui lui est orthogonale, soit par un bord libre.
Les rapports largeur sur épaisseur des parois des sections usuelles varient dans des
proportions très importantes et lorsque ces parois sont sollicitées en compression, ceci
à une incidence directe sur le niveau de la ruine. En effet, de manière systématique, cette
ruine intervient alors par un phénomène d’instabilité, assimilable à un flambement, dans
la direction normale à la paroi, des fibres longitudinales les moins bien maintenues par
le ou les bords appuyés. Ce phénomène reçoit l’appellation de voilement local de
compression.

Figure 11 : Voilement local d’une paroi comprimée

Lorsque les parois présentent un rapport largeur sur épaisseur particulièrement élevé la
ruine par voilement local peut intervenir très tôt avant même que le niveau apparent de
contrainte dans cette paroi ait atteint la limite d’élasticité.

20
Figure 12 : Influence de l’élancement de la paroi sur la courbe contrainte-déformations en
compression

Dans les règles CM 66, le voilement local est exclu comme mode potentiel de ruine par le
biais de limites impératives fixées à l’élancement géométriques des parois comprimées
des sections.
Dans le cadre de l’Eurocode 3, il a été choisi au contraire de traiter tous les types de
section du point de vue du degré d’incidence du voilement local de compression
permettant la classification des sections transversales et l’établissement des règles de
calcul pour chaque classe.
Quatre classes de section ont été définies, allant de la section 1 (la plus performante) à la
section 4 (la moins performante).
 Classe 1 : pouvant atteindre la résistance plastique, sans risque de voilement
local, et possédant une capacité de rotation importante pour former une rotule
plastique.
 Classe 2 : pouvant atteindre la résistance plastique, sans risque de voilement
local, mais avec une capacité de rotation limitée.
 Classe 3 : pouvant atteindre la résistance élastique en fibre extrême, mais pas la
résistance plastique, du fait du risque de voilement local.
 Classe 4 : section ne pouvant atteindre sa résistance élastique, du fait des risques
du voilement local.
La classe d’une section dépend des dimensions de la section, de la nuance d’acier et est
relative à un type précis de sollicitations appliquées à cette section : soit compression
simple, soit flexion simple soit flexion composée (voir annexe fig 1).

21
II. La résistance des sections transversales :

Dans chaque section transversale, il convient que la valeur de calcul d'une sollicitation
n'excède pas la résistance de calcul correspondante, et si plusieurs sollicitations agissent
simultanément, il convient que leurs effets combinés n'excèdent pas la résistance pour
cette combinaison.

1. La traction simple :

La traction est le mode de fonctionnement structurel le plus simple pour un élément en


acier. elle permet d’exploiter totalement la capacité résistante du matériau car toutes les
fibres de la section transversale sont soumises à une contrainte identique.
L’effort ultime dans une section transversale d’aire A est :
 *. + pour le CM 66
*.

456
pour l’Eurocode 3

En pratique, les éléments doivent être attachés à leurs extrémités, le plus souvent par
des assemblages boulonnés. Ceux-ci occasionnent deux perturbations de la distribution
uniforme des contraintes, liées d’une part à la diminution locale de l’aire de la section
résistante, d’autre part à l’excentricité éventuelle du barycentre des organes
d’assemblage par rapport au centre de gravité de la section transversale.
Les perçages pratiqués dans les pièces pour installer les boulons constituent un
affaiblissement de la section transversale. Le CM 66 préconise simplement de substituer
dans la formule, l’aire de la section nette à l’aire de la section brute. On doit aussi
examiner la possibilité que se développe une ligne de moindre résistance passant par
des perçages non alignés.

22
Figure 13 : Trou et ligne de rupture 1 et 2

L’Eurocode 3 reprend la même définition de la section nette mais modifie également la


contrainte de référence à considérer pour établir le critère de ruine. En section nette, on
se limite à la limite de rupture ;< .
L’Eurocode 3 fixe l’effort normal admis d’une barre sollicitée en traction, à la plus petite
des deux valeurs :
 Pour les boulons ordinaires :
?, @ * A+BB+
=> =
>
45?
 Pour les boulons HR :
* A+BB+
=A+BB+ =
456
On compare l’effort normal maximal donné par les formules du CM 66 avec celui donné
par les formules de l’Eurocode 3.
En section brute nous avons :
=C5 DD
= 456 = ,
=EC

Le CM 66 est moins contraignant que l’Eurocode 3. Les sections calculées par le CM 66


seront moins importantes que celles calculées par le deuxième règlement.

2. L’effort normal :

Pour les pièces en compression, les règles du CM 66 proposent la vérification suivante :


F ≤ +
=
Avec =*
(Voir partie flambement simple pour les valeurs de k)

23
Quant à l’Eurocode 3, la vérification est la suivante :
= ≤ =G

Si H < ?, alors :
*
=G =
4
Pour les sections de classe 1, 2 et 3
5?

*+
=G =
45
Pour les sections de classe 4

Si HHHHH
IJ ≥ ?, L alors
M*
=G = 45?
Pour les sections de classe 1, 2 et 3
M*+
=G =
45
Pour les sections de classe 4

Les phénomènes de flambement sont déterminants pour la résistance des éléments


comprimés en acier. L’Eurocode 3 propose une vérification qui fait abstraction de ces
phénomènes pour les pièces présentant un élancement inférieur à 0,2.
Le CM 66 ne fournit pas ce type de seuil, la majoration des contraintes due au
flambement intervient des que l’élancement n’est plus strictement nul, cette majoration
est négligeable pour les éléments courts.
Pour l’Eurocode 3, concernant les sections de classe 4, l’intervention du voilement local
se traduit par l’introduction de la section efficace, et l’utilisation du coefficient partiel de
sécurité NO propre aux critères de ruine par instabilité (voir les valeurs des
coefficients de sécurité annexe fig. 2)

3. L’effort tranchant :

On suppose ici que les phénomènes d’instabilités ne sont pas déterminants, c’est-à-dire
que la résistance à l’effort tranchant n’est pas affectée par le voilement de cisaillement
des parois
Le CM 66 considère une répartition uniforme de la totalité de l’effort tranchant sur la
hauteur de l’âme et la valeur maximale de la contrainte de cisaillement est limitée en
fonction du critère de Caquot soit :
J
= , PL ≤
*Q +

En cas de présence de trous dans l’âme du profil, il est admis de remplacer la section
nette par la section brute.

24
L’Eurocode 3 abandonne le calcul d’une distribution élastique des contraintes de
cisaillement dans la section transversale, au profit de la définition d’une aire RS dans
laquelle il sera admis une contrainte de cisaillement uniforme égale à la valeur limite
suivant le critère de Von Mises. La résistance plastique au cisaillement de la section a
donc pour valeur :
*X
T ≤ TUV = ?, PW
45?
Avec :
* X = * − YB + B Z + [ B Pour les profilés laminés en I ou H
* X = * − YB + B Z + [ B Pour les profilés laminés en U
*X = \ − B BZ Pour les profils reconstitués soudés

Dans le cas où l’âme comporte des perçages pour fixation, la même règle que pour la
traction est appliquée.

4. Flexion simple :

La flexion constitue la sollicitation dominante pour une grande majorité d’ossatures


métalliques. L’évaluation de la résistance vis-à-vis des moments fléchissant revêt d’une
importance particulière.
Le calcul purement élastique de cette résistance n’exploite qu’incomplètement les
capacités du matériau puisque, par définition, seules les fibres les plus éloignées du
centre de gravité sont soumises à une contrainte égale à la limite d’élasticité.
L’acier permet sans difficulté d’augmenter la sollicitation au-delà de ce seuil de
résistance élastique : Les fibres extrêmes parcourent le palier de plasticité pendant que
les contraintes augmentent dans les fibres internes. L’accroissement de sollicitations
peut être ainsi poursuivi jusqu’à l’obtention d’un diagramme où toutes les fibres sont
plastifiées. On atteint ainsi le seuil plastique.

25
Figure 14 : Processus de plastification de la section

Le CM 66 n’exploite pas les possibilités de plastification des sections et en reste à un


comportement purement élastique : la limite de résistance est considérée atteinte
lorsque la fibre la plus éloignée du centre de gravité atteint la limite élastique.
Cependant, une faible incursion dans le domaine plastique est permise, sous forme d’une
réduction de la contrainte extrême obtenue par la division par un coefficient
d’adaptation plastique : ψ. La valeur de ce coefficient est fixée, profil par profil de façon
à ce que les déformations occasionnées permanentes de la fibre extrême ne dépassent
7,5% de la déformation élastique maximale admise.
La vérification est ainsi la suivante :
5
≤ +_
]/X

L’Eurocode 3, fait la distinction entre les différentes classes de sections, celles-ci ayant
précisément pour objet de fixer la possibilité ou non d’exploiter le comportement
plastique de l’acier.
Ainsi trois modules de résistance peuvent intervenir dans l’expression de ce moment
résistant :
 module plastique `abc : rapport entre le moment équilibré par le diagramme
plastique bi rectangulaire et la limite d’élasticité de l’acier.
 module élastique `dbc : rapport de l’inertie de la section autour de l’axe de la
flexion à la distance de la fibre la plus éloignée du centre de gravité.
 module élastique efficace `d;; : qui a la même définition que le précédent mais
se rapporte à la section efficace prenant en compte le voilement local.

26
Figure 15 : Les différents modules de résistance

La résistance de calcul à la flexion d’une section transversale est la suivante :


5 ≤ 5G
Avec :
eUV
5G = 45?
Pour les classes 1 et 2
e+V
5G = 45?
Pour la classe 3
e+
5G = 45
Pour la classe 4

Les capacités de flexion qui viennent d’être définies ne sont effectivement mobilisables
autour de l’axe principal d’inertie maximale que dans la mesure où les éléments ne
présentent pas de risques de déversement.

Le CM 66 ne fixe pas de seuil pour la prise en compte du déversement. Dans l’Eurocode


3 en revanche, il est permis de faire abstraction du risque de déversement pour les
tronçons suffisamment courts ; la limite correspond à un élancement réduit de 0,4.

Lorsque l’élancement dépasse 0,4 la vérification est la suivante :


5 ≤ 5G
Avec :
MIJ fZ eUV
5G =
45?

fZ = Pour les classes 1 et 2


e
fZ = e+V Pour la classe 3
UV

e+
fZ =
eUV
Pour la classe 4

27
5. La torsion :

Ni les règles CM66 ni l’eurocode 3 n’envisagent pas de vérification dans le cas des
sections soumises à torsion.
Il est alors nécessaire de procéder à une analyse détaillée des contraintes développées
dans les sections transversales et de leur appliquer les critères généraux de limitation le
plus souvent en calculant une contrainte équivalente de type Caquot ou Von Mises.
Seuls échappent à cette difficulté les profils fermés circulaires, creux ou pleins pour
lesquels les moments de torsion sont simplement équilibrés par des contraintes
tangentielles, en chaque point de section transversale, ces contraintes sont
proportionnelles à la distance au centre et perpendiculaires au rayon, ce mode de
résistance est nommé torsion pur ou torsion de saint venant.

6. Les interactions entre les sollicitations combinées :

Les vérifications sous état de contraintes multiples sont à peu près exclues des règles du
CM 66 et il n’est pas fourni d’expression générale visant la combinaison de contraintes
d’orientations différentes. La vérification séparée des limites fixées aux contraintes
normales et aux contraintes tangentielles est jugée suffisante pour les constructions
courantes.
Les dispositions retenues par l’Eurocode 3 sont moins simplifiées. L’interaction entre
sollicitations est prise en compte et est la règle générale, mais ne s’applique en pratique
qu’au delà d’un certain seuil.

Influence de l’effort tranchant :

Quelle que soit la classe de la section il est considéré que la présence d’un effort
tranchant V dans la section n’altère pas la résistance de celle-ci vis-à-vis de l’effort
normal et des moments de flexion tant que cet effort tranchant n’excède pas 50% de la
résistance plastique de calcul au cisaillement T ≤ ?, PTUV .au delà de ce seuil , la
contrainte limite admissible au cisaillement doit être réduite de :

T
− g Au lieu de tel que g = hT − i
UV

g*X
eUV −
LB Z 45?
Le moment de résistance plastique se réduit à :

28
Dans les ossatures courantes, les efforts tranchants restent le plus souvent bien
inférieurs au seuil fixé. L’introduction d’un seuil au delà duquel la perte de résistance
due à la présence de l’effort tranchant est négligée, permet de s’affranchir purement et
simplement de toute interaction et simplifie les procédures de calcul.

Influence de l’effort normal :

L’Eurocode 3 traite de la question de l’interaction entre l’effort normal et/ou les


moments de flexion selon la classe de la section transversale.
Pour les sections de classe 1 et 2, une solution implicite consiste à trouver une
distribution de contraintes dans la section qui restent inferieures à la limite d’élasticité.
Pour les sections de classes 3 et 4, il s’agit de faire le cumul des ratios relatifs à l’effort
normal et chacun des deux moments de flexion, qui doit bien sûr être inférieur à 1.

Chapitre 4 : Phénomènes d’instabilité

I. Flambement :

1. Flambement simple :

Le flambement simple affecte les pièces soumises à la compression simple. Son étude est
due à Euler.

La théorie d’Euler est fondée sur :


 Une poutre droite, bi-articulée à ses extrémités,
 Soumise à un effort de compression centré N, appliqué dans l’axe Ox,
 Dont les dimensions transversales sont faibles en regard de la longueur (grand
élancement).
 Dont les inerties sont maximale dans le plan zOx et minimale dans le plan yOx
(voir figure).

29
Figure 16 : Barre bi articulée flambée

L’analyse mathématique de l’équilibre d’une barre comprimée bi-articulée de longueur


lo et d’inertie I, permet de mettre en évidence un niveau de chargement particulier tel
que le flambement n’est plus possible, c’est la charge critique d’Euler.
E]l
jk =
V?

Et la contrainte critique : F = El

Lorsque la charge appliquée atteint cette valeur, la barre n’offre plus de rigidité vis-à-vis
de la déformation latérale.

Figure 17 : La contrainte critique d’Euler

 Lorsque mk > md aucun risque de flambement n'est à craindre et la ruine survient


pour m = md .

30
 Lorsque mk < md , il y a ruine par flambement dès que m = mk .

L’observation expérimentale du comportement réel des barres soumises à la


compression simple apporte une confirmation imparfaite de la prévision fondée sur le
modèle d’Euler. La ruine s’observe pour des efforts normaux inférieurs à la valeur
critique théorique.

L’explication de ces discordances réside bien entendu dans le fait que la réalité diffère
des hypothèses adoptées par Euler.
En effet :
 Les pièces après leur traitement en laminoirs et leur diverses manutentions et
transports, ne sont pas rigoureusement rectilignes (défauts de rectitude)
 Leurs inerties ne sont pas constantes (tolérances de laminage)
 Les efforts normaux de compression et les appuis ne sont jamais rigoureusement
centrés (défauts de centrage)
 Les poteaux, sur chantier, ne sont jamais parfaitement verticaux (tolérances de
montage)
 Le module d'élasticité E de l'acier n'est pas vraiment constant, du fait des
contraintes résiduelles de laminage (défauts d'homogénéité)
Ces cinq types de défauts, réels et inévitables, contribuent à affaiblir les éléments en
raison des moments de flexion parasites qu'ils créent et qui majorent considérablement
la contrainte.

CM 66 :
La vérification est ainsi la suivante :
F. ≤ md

Avec : F = n?, P + ?, DP +
o + pn?, P + ?, DP +
o − +
F F F

L’Eurocode 3 :
Il distingue entre différentes familles de profils et même entre les axes de flambement. Il
est clair en effet que les imperfections sont à l’origine du comportement élasto-plastique
des barres réelles et sont largement conditionnées par le processus de fabrication de ces
barres et que leur incidence sur la charge de ruine n’est pas identique suivant que le
flambement s’effectue selon l’une ou l’autre des directions.

31
Tableau 3 : Valeurs de α selon les courbes de flambement

Courbe de flambement a b c d

Facteur d’imperfection α 0,21 0,34 0,49 0,76

Dans l’Eurocode 3, la vérification est la suivante :


M. f* . *.
=≤
45
45 = ,
Pour les sections de classe 1, 2 et 3 f* =
*+
Pour les sections de classe 4 f* = *

M= Avec toujours M < 1


q+ q − H
q = ?, P x + y x H − ?, z + H z
|R *;c
H={ = |R
j}~


= •{
;c
V
=

On compare l’effort normal maximal établi par les formules du CM 66 avec celui établi
par les formules de l’Eurocode 3 :

32
"‡ˆ ‰‰ 1,4
"Š‡‹
1,3

1,2

1,1
0,21
0,34 1
0,49
0,76 0,9

0,8

0,7

0,6
λH 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

=C5 DD
‚= pour les différentes valeurs de α en fonction de H
EC
Figure 18: Valeurs du rapport

Pour la courbe a, le graphe montre clairement que le CM 66 est toujours plus pénalisant
=C5 DD
que l’Eurocode 3, car =EC
< 1.

Tandis que pour les courbes b, c et d, ce n’est qu’à partir d’une valeur de ƒ„ qu’on
retrouve=C5 DD < =EC . (Voir annexe fig 3 et 4)

2. Flambement flexion :

De manière très fréquente dans les ossatures métalliques, la compression des barres
s’accompagne de moment de flexion dû soit à des couples d’extrémité développés par
des liaisons hyperstatiques avec d’autres barres soit à des charges transversales soit à
une combinaison de ces deux possibilités. La prise en compte de l’interaction de deux
sollicitations sur la stabilité des barres est donc essentielle.
CM 66 :
La vérification est la suivante :
F +F ≤ +

Avec :
…+ y
F =
…− ,
…−
F =
…− ,

33
…=
F

5
= ]
X
Les valeurs de Œ sont précisées en annexe (fig. 5)
Eurocode 3 :
La formule de stabilité des barres comprimées et fléchies dans le plan de flambement
adoptée par l’Eurocode 3 est constituée du cumul linéaire de deux ratios formellement
très similaires, l’un relatif à l’effort normal et l’autre relatif à la flexion.

La vérification est la suivante :


= F5
*.
+ eUV

M
45 45

=. …
F= −
M. *.
eUV − e+V
…= f5 − L + • Ž
e+V
Pour les sections de classe 3, on substitue les résistances plastiques par les résistances
élastiques des sections complètes. Pour les sections de classe 4, on les substitue par les
résistances des sections efficaces.
Contrairement aux règles du CM 66, la condition de stabilité pour l’Eurocode 3 ne couvre
pas la résistance en section. La vérification de la résistance en section doit
obligatoirement compléter celle de la stabilité.

II. Le déversement en flexion simple :

Le déversement des pièces fléchies est le second phénomène d’instabilité élastique,


après le flambement, avec lequel il présente une analogie certaine.

Ce phénomène d’instabilité élastique se produit, d’une façon générale, lorsqu’une poutre


fléchie présente une faible inertie à la flexion transversale et à la rotation. La partie

34
supérieure de la poutre, comprimée, flambe latéralement et il existe une valeur critique
du moment de flexion (selon le plan de plus grande raideur), comme il existe un effort
normal critique provoquant le flambement pour une barre comprimée, pour lequel la
poutre fléchit dans le plan de sa plus faible raideur et entre en torsion.
CM 66 :
La prise en compte de l’effet du déversement sur la résistance en flexion simple des
poutres est assurée dans les Règles CM 66 par le biais d’un coefficient Kd d’amplification
des contraintes.
Ainsi, le critère de stabilité au déversement est donc identique à celui adopté pour la
stabilité au flambement en compression simple :

F• ≤ +

Pour les poutres à âme pleine, le moment critique peut être approché par :
\ l E]‘
5•[ =
L I

Et la contrainte critique par :


\ l E]‘
=
•[
L I]
Cette contrainte est multipliée par :
’“
, Y
: En fonction des dimensions et caractéristiques mécaniques de la pièce
C : qui dépend du diagramme des moments
” : en fonction du niveau d’application des charges
La contrainte de non déversement est alors :
\ l E]‘ ’−
= C”

L I] , Y
La vérification du déversement n’est nécessaire que dans le cas où la contrainte de non-
déversement est inférieure à la limite d’élasticité. Dans ce cas, la vérification est celle de
la stabilité au flambement d’une pièce dont la limite d’élasticité est réduite à (md − m•
soit:
F? − • ≤ + − •

35
Avec :

− − −
F ? = h?, P + ?, DP i + {h?, P + ?, DP i −
+ • + • + •

F F F

D’où
F?
F• =
+ •
F? −
+

Eurocode 3 :
La condition de stabilité au déversement des poutres fléchies est complètement calquée
sur la condition de stabilité au flambement des barres soumises à la compression simple.
À l’élancement réduit de flambement ƒH correspond l’élancement réduit de déversement :

5UV
= {
IJ
5•[

La vérification est ainsi la suivante :


MIJ fZ 5UV
5≤
45

MIJ = et M < 1 Mpl= fy . Wpl


qIJ – pqIJ “ H IJ

qIJ = ?, P x + yIJ x H IJ − ?, z + H IJ ²z βw=1 (pour les classes 1 et 2)

H IJ = IJ

Pour les sections laminées yIJ = ?, et yIJ = ?, L@ pour les sections soudées.

Le coefficient Œ˜™ permet, comme en flambement, de tenir compte de la variation de


l’importance des imperfections en fonction des conditions de fabrication des profilés. Il
ne retient que deux possibilités :
 Pour les sections laminées : yIJ = ?,
 Pour les sections reconstituées soudées : yIJ = ?, L@

Pour les sections de classes 3, on remplace le moment de résistance plastique Oab par le
moment de résistance élastique Odb de la section complète et Odb de la section efficace
pour la classe 4.

36
Chapitre 5 : Assemblages

La conception et le calcul des assemblages constituent une étape déterminant dans


l’élaboration de la sécurité globale et locale de toute la structure. Il s’agit bien
évidemment de points de passage obligés pour les sollicitations régnant et transitant
dans les différents éléments et qui, en cas de défaillance de certains d’entre eux, mettent
en cause le fonctionnement global de la structure.
Le CM 66 fournit des formules de calcul de la résistance ultime des assemblages et la
contrainte de référence utilisée est généralement la limite d’élasticité de l’acier des
constituants vérifiés.
L’Eurocode 3 vise également la résistance ultime des assemblages mais la fonde
généralement sur la limite de rupture des constituants vérifiés et l’affecte d’un
coefficient partiel de sécurité spécifique.
Dans ce qui suit on va traiter les assemblages par boulons précontraints et par boulons
ordinaires.

I. Assemblages par boulons non précontraints :

Ce type d’assemblage est prévu pour être mis en œuvre avec un serrage non contrôlé :
leur comportement au serrage ne fait l’objet d’aucune investigation particulière lors de
leur fabrication.
Les classes de qualité disponible pour les boulons normaux sont : 4.6, 4.8, 5.6, 5.8, 6.6,
6.8, 8.8 et 10.9, les trois dernières classes étant les plus couramment utilisées.

1. Résistance aux efforts parallèles à l’axe de la vis :

Dans ce cas, les boulons assurent la transmission des efforts par simple traction. La
vérification élémentaire de résistance consiste donc à assurer que les contraintes
atteintes dans les vis restent à un niveau supportable. La section de moindre résistance
est constituée par la partie filetée.
γMB =1.25 pour la résistance au cisaillement.
γMB =1.50 pour la résistance à la traction.

Nous avons ainsi la résistance de traction des boulons pour :

37
CM 66 :
[+• * ›
šB.G’ =
, P
As : l’air de la section résistante
Eurocode 3 :
>Y * ›
šB.G’ = ?, @ avec 45” = , P
45”
L’Eurocode 3 contrairement au CM 66 ne fait pas référence à la limite d’élasticité dans le
critère de ruine mais à la limite de rupture.
L’Eurocode 3 complète la limitation de la traction dans la vis du boulon par une
condition visant le risque de poinçonnement de la tête du boulon de l’une des tôles
assemblées :

”U.G’ = ?, D l•• B U
>
45”
•ž : Diamètre moyen de la tête du boulon
Ÿa : Épaisseur de la tôle vérifiée
;< : Limite de rupture de la tôle vérifiée
γ¡¢ : Valeur donnée par le tableau (voir annexe fig 2)
Une telle condition n’a aucune chance d’être déterminante pour les assemblages
normalement constitués. Le tableau qui suit donne, donne pour chaque diamètre,
l’épaisseur minimale de la tôle pour que ¤Ÿ.¥¦ soit inférieure à §a.¥¦ .

Tableau 4 : Epaisseurs minimales de la tôle pour que ¤Ÿ.¥¦ < §a.¥¦

Diamètre (mm) 12 14 16 18 20 22 24 27 30
Epaisseur minimale (mm) 5 6 7 8 9 10 11 12 13

38
Figure 19 :La comparaison de la résistance à la traction du CM 66 et celle de l’Eurocode 3

En comparant la résistance de traction par boulon établie par le CM 66 et par l’Eurocode


3, on voit que l’Eurocode 3 est plus favorable que le CM 66 concernant le comportement
des boulons normaux vis-à-vis de la traction.

2. Résistance aux efforts perpendiculaires à l’axe de la vis :

Dans ce cas, les assemblages travaillent par pression diamétrale exercée par les vis sur
les pièces assemblées.

Figure 20 : La pression diamétrale exercée par un boulon cisaillé

CM 66 :
+ *›
šT.G’ =
, PL
Eurocode 3 :
>Y * ›
šT.G’ = ?, D
45”
pour les classes 4.6, 5.6, 6.6 et 8.8

>Y * ›
šT.G’ = ?, P
45”
pour les classes 4.8, 5.8, 6.8 et 10.9

Ces trois formules concernent un plan de cisaillement.

39
Dans le cas d’assemblage de plus de deux pièces, la résistance pour un boulon est
obtenue en multipliant les valeurs individuelles citées par le nombre de plans de
cisaillement.
Dans les formules, il est possible de remplacer la section résistante de la partie filetée
par celle de la section lisse, dès lors que les dispositions d’exécution sont prises pour que
la tige lisse règne sur l’épaisseur de l’assemblage. Dans ce cas, pour l’Eurocode 3,
quelque soit la classe, on vérifie que :
>Y *
šT.G’ = ?, D
45”
Pour les classes : 4.8, 5.8, 6.8 et 10.9, l’Eurocode 3 utilise une contrainte de calcul plus
faible pour la partie filetée de la vis (formage par écrouissage, sans traitement
thermique) que pour la partie lisse de la tige (fût), ceci afin de prendre en compte la
ductilité réduite de la partie filetée et son incidence possible sur la résistance au
cisaillement.

La résistance en pression diamétrale constitue un deuxième critère de vérification. Elle


vise la tenue locale des pièces sous la pression exercée par les tiges des boulons, dont
l’acier est généralement beaucoup plus dur.

Pour le CM 66, la résistance à cette pression s’exprime sous forme d’une limitation de la
pression exercée sur une surface conventionnelle égale au diamètre du boulon par
l’épaisseur de la pièce :
šY.G’ = •. B.
Pour l’Eurocode 3, la résistance à la pression diamétrale prend en compte également une
pression sur une surface conventionnelle égale au diamètre du boulon par l’épaisseur de
la pièce mais introduit un coefficient α établi en fonction de la pince longitudinale et de
l’entraxe des boulons :
•B
šY.G’ = , P y >
45”
+ ©
y = ••A ¨ , − , , ª
>Y
•? •? L >

Cette condition est complétée par des dispositifs constructifs imposant des valeurs
minimales aux pinces longitudinales et transversales ainsi qu’aux entraxes entre
boulons de manières à prévenir le risque de déchirure de la pièce depuis un perçage
vers un bord libre ou entre perçage successifs.

40
Des valeurs maximales sont également imposées aux mêmes côtes pour garantir un
contact convenable pour la maîtrise des risques de corrosion dans les entrefers.

CM 66 :

Figure 21 : Dipositions constructifs imposées par le CM 66

 File extérieure :
Pièces soumises aux intempéries et conditions favorisants l’oxydation :
• ≤ « ≤ ¬•
Pièces dans des conditions normales :
• ≤ « ≤ ?•
 File intérieure :
« ≤ ?+••A
 Pince longitudinale :
?, WJ
•Q- , P• ; ≤ «V ≤ L•
+ +
 Pince transversale :
, P• ≤ «B ≤ , P•
 Epaisseur des pièces :
• ≥ + + •• ¯• °A Q + ≤ ? ••
•≥ •• ¯• °A Q + ≥ ? ••
 Epaisseur totale :
±+ ≤ L•
Eurocode 3 :

41
Figure 22 : Dispositions constructifs imposées par l'Eurocode 3

Nous avons aussi :


+ +B + < 12B °> P? ••

3. Résistance aux efforts combinés :

La résistance des boulons à une combinaison d’efforts de traction et de cisaillement est


établie à partir d’une formule d’interaction qui ne couvre pas la résistance vis-à-vis de
chacune des composantes considérées seule. Il est donc important de vérifier, en
premier lieu les critères définis précédemment pour les efforts parallèles et
perpendiculaires à l’axe des vis.
Il faut vérifier que :

CM 66 :

J + , DT ≤ *› [+•

Eurocode 3 :
T J
+ ≤1
šT.G’ , LšB.G’

La comparaison entre ces deux approches de l’interaction du cisaillement et la traction,


montre que l’Eurocode 3 est plus défavorable que le CM 66, comme l’illustre le
diagramme ci-dessous. Pour une valeur donnée de cisaillement sur l’assemblage, la
traction admise est plus faible pour l’Eurocode 3 que le CM 66.

42
Figure 23 :Comparaison de l’Interaction entre le cisaillement et la traction selon CM66 et EC3

II. Assemblages par boulons précontraints :

Ce type de boulons est fabriqué spécifiquement pour leur garantir une aptitude au
serrage. Seules les classes de qualité 8.8 et 10.9 sont concernées et le marquage
spécifique «HR» figure impérativement sur chaque élément du boulon (vis, écrou et
rondelles). L’identification «HR» distingue le boulon à haute résistance à serrage
contrôlé des boulons normaux de classe de qualité identique.
Un bon assemblage par boulons HR demande que la tête de précontrainte ne doive pas
être appliquée à sa valeur de calcul et nécessite une précaution des surfaces par
brossage ou grenaillage pour éliminer toute trace de rouille qui peut varier le coefficient
de frottement.

1. Résistance aux efforts parallèles à l’axe des vis :

Pour le CM 66, la précontrainte de calcul et l’effort limite de traction par boulon se


confondent :

šB.G’ = ?, W* ¯ =
, P
Par rapport à un boulon non précontraint, la différence réside dans la contrainte de
référence employée qui est systématiquement la limite d’élasticité minimale garantie.
Dans l’Eurocode 3, l’effort limite de traction d’un assemblage par boulons précontraints
ne fait pas l’objet d’une clause spécifique, seuls les assemblages précontraints sollicités
par des efforts perpendiculaires à l’axe des vis bénéficient d’un ensemble de règles
explicites.

43
C’est là que l’on trouve définie la précontrainte à utiliser dans les calculs :
šU.C• = ?, ¬* ¯ >Y

Et l’effort résistant en traction est identique à celui admis par un boulon ordinaire:
>Y * ›
šB.G’ = ?, @
45”

Figure 24 : Pression diamétrale dans le CM 66 et dans l’Eurocode 3

Classe CM 66 Eurocode 3
md² ¤Ÿ.¥¦ ;<² ¤Ÿ.¥¦
R³ R³
10.9 900 720 1000 700
8.8 640 512 800 560

L’Eurocode 3 et le CM 66 donnent des résultats équivalents.

2. Résistance aux efforts perpendiculaire à l’axe des vis :

Les assemblages précontraints sollicités par des efforts perpendiculaires à l’axe des vis
assurent la transmission des charges d’une pièce à l’autre grâce au frottement que la
pression de précontrainte permet de développer entre les surfaces en contact.
La résistance au glissement par boulon et par plan de glissement s’exprime donc comme
une fraction de l’effort de précontrainte.

Figure 25 : Assemblage précontraint travaillant en frottement

44
CM 66 :
š¯.G’ = , … ?, W* ¯

µ est le coefficient de frottement propre à l’état de surface des parties en contact.

Le CM 66 prévoit deux types de surfaces :


 Surfaces simplement brossées : … = ?,
 Surfaces préparées par sablage ou au chalumeau ou par grenaillage : … = ?, LP

Eurocode 3 :
… ?, ¬* ¯
š¯.G’ =
>Y
45›
À l’ELU 45› = ,
À l’ELS 45› = , P

L’Eurocode 3 prévoir quatre classes d’état de surface normalisée.


 … = ?, pour les surfaces nues et non traités
 … = ?, pour les surfaces nues traitées à la brosse ou au chalumeau
 … = ?, P pour les surfaces nues traités par grenaillage ou sablage

Classe CM 66 Eurocode 3
md² ¤³.¥¦ ;<² ¤³.¥¦
´R³ ´R³
10.9 900 792 1000 560
8.8 640 563,2 800 448
Figure 26: Résistance au glissement dans le CM 66 et dans l’Eurocode 3

L’Eurocode 3 est moins favorable que le CM 66 concernant le glissement.

3. Résistance aux efforts combinés :

Le CM 66 stipule que le coefficient de frottement doit porter sur la différence entre la


précontrainte et l’effort extérieur de traction par boulon :
š¯.G’ = , … ?, W* ¯ − J

45
Pour l’Eurocode 3, il ne réduit de la précontrainte que 80% de l’effort de traction
appliqué par boulon, une partie de cet effort est équilibrée par surtension des boulons et
non par décompression des plaques :
… ?, ¬* ¯ − ?, WJ
š¯.G’ =
>Y
45›
La comparaison entre ces deux approches de l’interaction du cisaillement et la traction,
montre que le CM 66 est plus défavorable que l’Eurocode 3, comme l’illustre le
diagramme ci-après
Pour une valeur donnée de traction sur l’assemblage, le cisaillement admis est plus
faible pour CM 66 que l’Eurocode 3.

µ1
¶·.¸¹
0,9
0,8
0,7
0,6
EC3 0,5
CM 66 0,4
0,3
0,2
0,1 º
0 ¶».¸¹
0,01
0,06
0,11
0,16
0,21
0,26
0,31
0,36
0,41
0,46
0,51
0,56
0,61
0,66
0,71
0,76
0,81
0,86
0,91
0,96

Figure 27: Intéraction entre cisaillement te traction

46
Partie 2 :

Etude du centre commercial

47
Aperçu :

Marjane Fkih Ben Salah : ouverture juin 2012 :

Mercredi 7 décembre 2011, a eu lieu la pose de la première pierre de Marjane Fkih Ben
Salah en présence de Messieurs Mohamed Dardouri -Wali de la région Tadla-Azilal et
Gouverneur de la province de Béni Mellal, Noureddine Ouabou - Gouverneur de la
province de Fkih Ben Salah, des élus et des autorités locales.

Nécessitant un investissement de plus de 50 millions de dirhams, ce nouveau centre


commercial sera situé sur un terrain de 1,8 HA, avec une galerie commerciale
comprenant près d’une dizaine de boutiques et un parking d’une capacité de 220 places.
La naissance de ce projet contribuera à la création de 400 emplois directs et indirects.
Grâce à cette prochaine ouverture prévue pour 2012, Marjane poursuit sa politique de
développement et de proximité envers le plus grand nombre de marocains.

Ce projet participera indéniablement à la dynamique de la ville confirmant ainsi, la


position de Marjane en tant qu’acteur socio-économique de premier plan au cœur de
l’ensemble des régions du Maroc.

Chapitre 1 : Conception

48
I. Description :

La conception de la structure porteuse d’une charpente métallique est basée sur son
utilisation prévue, soit essentiellement ses caractéristiques de résistance (pour assurer
une sécurité structurale suffisante) et de déformabilité (pour garantir une bonne
aptitude au service). Les facteurs liés à l’économie de la construction et à l’impact de
l’environnement doivent être pris en compte durant toutes les phases de l’existence de
l’ouvrage.
La contrainte clientèle, espace libre pour le stockage des produits, ainsi que la spécificité
du marché, prix au mètre carré, ont fait que nous devons lors de la conception, offrir un
grand espace exploitable pour le client tout en optimisant l’utilisation de l’acier.

L’ossature à étudier repose sur une superficie de 5775m², il est caractérisé par
l’existence d’un décrochement. Les versants ont une pente de 3%.
Les images ci-dessous donnent un aperçu sur la structure en question :

Figure 28 : Vue en percpective

49
Figure 29 : Données géométriques

Figure 30 : Espacement entre les élément

50
II. Critères de la conception :

Différents critères dont le choix, par le maitre de l’ouvrage, l’architecte ou l’ingénieur,


peut influencer la conception du projet. Certains critères sont liés à l’aptitude au service
du bâtiment (fonctionnement, confort…), alors que d’autres sont liés directement à la
sécurité structurale de la charpente (capacité portante, résistance au feu..). Ces critères
se résument en :
1. Points porteurs :
Les charges verticales du hangar sont transmises aux fondations par des poteaux
métalliques. Le choix du nombre des points porteurs dépend de plusieurs critères. En
effet si on multipliant le nombre de poteaux on augmente le poids total des éléments
verticaux et le coût de la construction, et si on opte pour des portées assez grande, les
dimensions des poutres deviennent considérables, augmentant ainsi la consommation
d'espace en hauteur. Ce qui constitue un obstacle sérieux à la minimisation du nombre
des points porteurs. De plus, si la hauteur des éléments horizontaux augmente, la
complexité des assemblages croît et l'utilisation de profilés standard n'est plus possible.
Il s'ensuit une augmentation du coût final de l'ouvrage. En outre, le genre de fondation et
les caractéristiques géotechniques du sol ont une influence prépondérante sur le choix
du nombre de points porteurs.
Dans notre projet, et pour but d’augmenter l’espace d’exploitation (rendement spatial
optimal) on a adopté des faux portiques comme ils sont mentionnés dans l’image ci-
dessous :

51
Figure 31 : L’emplacement des faux portiques

Ces faux portiques permettent de libérer l’espace d’exploitation mais en contre partie ils
doivent supporter les charges (charge ponctuelle) provenant de la part des poutres de
reprise ; des jarrets ont été prévus pour renforcer au point d’intersection le faux
portique et la poutre de reprise.
L’image ci-dessous illustre le renfort au niveau du cercle rouge :

2. Sections des profilés :


Afin d’optimiser l’utilisation du matériau, le choix des profilés doit s’orienter vers des
sections dont les caractéristiques répondent le mieux possible à leurs rôle structural.
Cela revient à choisir des sections qui minimisent les dimensions géométriques et
maximisent la résistance et la rigidité liées à la fonction porteuse du profilé.

52
Les sections utilisées dans notre cas sont des profilés laminés IPE pour les poteaux de
rives et les traverses, HEB pour les poteaux centraux et les HEA pour les barres de rives
liant les portiques entre eux.
Les poteaux des portiques sont soumis à de grands efforts de compression. A cet effet le
phénomène de flambement apparait. Le profil idéal du point de vue du flambement sera
donc le profil dont l’inertie est maximale dans toutes les directions. Les profils en H
permettent aussi une bonne répartition de la matière. D’où le choix de ce profilé.
Les images ci-dessous illustrent les types des profilés ainsi que leurs orientations :

Poteau de rive poteau central


Remarque :
Afin d’augmenter l’étanchéité, les poteaux sont placés hors de la maçonnerie.
3. Protection contre la corrosion :
De manière générale, les paramètres essentiels à considérer pour le choix d’un système
de protection concernent l’état de la structure (si elle est protégée ou exposée),
Agressivité du milieu, Durée de service prévue…
L’une des principales catégories de protection contre la corrosion est le revêtement par
peinture ou par zingage. L’autre catégorie de protection regroupe les types d’acier pour
lesquels l’effet de la corrosion est quasiment nul, tels que les aciers patinables et les
aciers inoxydables.
Lors des travaux d’exécution, il faut veiller a ce que toutes les barres sont protégé .pour
notre cas les barre sont protégé par une couche de peinture :

53
Figure 32 : Protection par couche de peinture

III. Les éléments constitutifs du projet :

1. La couverture :
La couverture doit répondre aux certaines exigences à savoir : la Légèreté, étanchéité,
esthétique...
Il existe plusieurs types de couvertures qui diffèrent suivant la forme et le matériau :
Couverture en béton armé, tôles ondulées en acier galvanisé, tôles en acier galvanisé pré
peint ou « autoportant » : (NERVESCO), Plaques ondulées en amiante de ciment :
(DIMATIT), bacs en amiante ciment : (DIMASKAF).
Notre analyse des différents types de couvertures nous mène à choisir une couverture
en acier galvanisé (NERVESCO), vu qu’elle est légère, non inflammable, et n’exige pas
beaucoup d’entretien et elle est esthétique.

Figure 33 : Tole NERVESCO

2. Les pannes :
La structure porteuse d’une toiture est constituée de pannes. La fonction principale de
ces pannes est de supporter la couverture du toit et de transmettre aux éléments
porteurs (cadres) les charges agissant sur la couverture.

54
L’entraxe des pannes dépend de type de la toiture utilisé pratiquement de 1m (plaques
ondulées) à 4m (tôles profilées).
Pour notre cas l’entraxe des pannes est 2m.
La sollicitation de base d’une panne est la flexion qui se fait perpendiculairement à son
axe fort, on utilise donc en général des profilés laminés à chaud du type IPE qui
présentent une optimisation de la section par rapport à ce type de sollicitations.
Cependant, les pannes étant posées normalement aux traverses et du fait de l’inclinaison
des toitures, la sollicitation réelle est une flexion déviée car l’inclinaison crée un moment
de flexion hors du plan de l’âme. Pour notre cas la pente est faible donc on peut
considérer que les pannes travaillent seulement en flexion simple.
Les pannes sont liaisonnées à leurs supports par le biais d’échantignoles qui permettent
d’avoir des appuis libres et articulés et évitent le glissement à la pose ou le basculement
des pannes du fait de la pente des versants.

Figure 34 : échantignole

Dans le cas de versants de grandes inclinaisons (p>10 %) la mise en place d’une


échantignole pour assurer la stabilité de la panne notamment lors de la pose devient
quasiment obligatoire.

55
La pente des versants est relativement faible (3%) ceci nous dispense de mettre en
place des Liernes.
3. Système statique :
La liaison des différentes barres formant notre structure, entre elles ou avec les
fondations peut être en première approximation de deux types :
 Liaison articulée, permettant le mouvement angulaire d’une barre par rapport à
L’autre.
 Liaison rigide, évitant toute rotation relative de deux éléments.
Signalons d’ailleurs que les assemblages qui constituent les liaisons réelles ont toujours
un comportement qui se situe quelque part entre ces deux cas extrêmes, on a pris
l’habitude de les appelés assemblages semi rigides. En effet les hypothèses ci-dessus
sont rarement satisfaits de façon absolue, car l’articulation n’est jamais parfaite à cause
da la rigidité flexionnelle de la plaque de base et l’encastrement est en général élastique
à cause de la souplesse de l’assemblage mais surtout à cause de la déformabilité du sol.
4. Pieds des poteaux :
Ils constituent la zone de transition entre l’ossature métallique et l’infrastructure en
béton (fondation).
 ils sont admis articulées si le sol n’a pas assez de portance et cette solution
permet de soulager la structure au niveau de pieds des poteaux mais en contrepartie il
faut augmenter l’hyperstaticité de la structure en ajoutant des barres pour rigidifier la
structure

L’articulation peut être réalisé soit par :


 Platine mince, pour des poteaux faiblement chargés ; dans cette solution les
boulons de scellement sont placés dans l’axe du poteau.
 « grain » en acier mi-dur.
 plaques d’élastomère.

56
Figure 35 : Poteau articulé

 Ils sont encastrer si le sol est capable de résister aux efforts de transmis par les
pieds des montants
Pour les pieds de poteau encastrés. Ils sont réalisés soit :
 par platines épaisses.
 à goussets.
 à sommier.

Figure 36 : Poteau encastré

5. Les portiques :
Les angles de cadre constituent la zone de raccordement de la traverse sur le montant,
ils sont articulés ou rigides et peuvent être réalisés par soudage ou boulonnage, les

57
angles de cadre articulés sont assemblés par boulonnage, deux types d’assemblage sont
possibles : soit la traverse est posée sur le montant soit elle est fixée contre le montant.

La traverse posée sur le montant est la solution la plus simple du point de vue montage
alors que la traverse fixée contre le montant nécessite un dispositif spécial d’appui à cet
effet, l’angle du cadre rigide doit transmettre l’entier du moment d’encastrement afin
d’assurer la résistance et la stabilité de la structures. L’angle sert également de joint de
montage, il est exécuté partiellement en atelier et assemblé sur le chantier par
boulonnage sinon, il peut être réalisé entièrement par soudure en atelier, puis
transporté en une pièce au chantier.

Ce type d’assemblage ci-dessus est couramment utilisé pour les cadres en profils
creux.
Les cadre peut être aussi comporté des renforts d’angle (jarret), l’ajout des jarrets a
pour but de renforcer la traverse au niveau de l’encastrement avec le poteau, en effet la
section retenue pour les traverses est généralement déterminer par le moment au
faitage Mc et cette section n’est pas suffisante pour reprendre le moment Mb à
l’appui(Mc<Mb).
L’utilisation du jarret permet d’abattre le moment de dimensionnement de la traverse
et donne à l’assemblage une hauteur plus importante que celle du profil courant de la
traverse (le plus souvent la hauteur est presque doublée)

58
Figure 37 : jarret

Dans notre projet les jarrets ont été soudé dans l’atelier et sur le chantier l’assemblage
est réalisé par boulonnage ; le transport des profilés est assurer par un Chariot
élévateur et le montage est réalisé par une grue mobile :

Chariot élévateur grue mobile


Au niveau de la clé de faitage qui constitue un point singulier des cadres, les traverses
brisées en profilés à double té sont encastrées.

Figure 38 : Clé au faitage rigide

6. Système de contreventement :

59
C’est l’ensemble des éléments qui ont pour rôle d’assurer la stabilité de l’ensemble de la
structure et de donner à l’ossature une rigidité suffisante pour résister aux efforts
horizontaux. On peut distinguer 3 types de contreventement :
 contreventement par triangulation à l’aide des barres diagonales, afin de créer un
contreventement en treillis : les forces sont transmises par des efforts normaux dans les
barres.

 Contreventement par remplissage afin de créer un voile en béton armé ou un


diaphragme en tôle d’acier : les efforts sont transmis par cisaillement du béton ou de la
tôle.

 Par rigidification des nœuds de l’ossature afin de créer un cadre –portique : les
efforts sont transmis essentiellement par flexion des traverses et des montants.

Pour notre cas nous avons choisi un contreventement par triangulation et des cadres
rigides constituant des appuis intermédiaires au contreventement.
Le système de contreventement doit équilibrer les forces agissantes dans n’importe
quelle direction d’un plan, pour se faire, il faut respecter les conditions d’équilibres
suivantes :
 Il faut disposer d’au moins trois lignes d’action de forces.
 Les lignes d’action de forces ne doivent pas être concourantes en un point.
 Les lignes d’action de forces ne doivent pas être toutes parallèles entre elles.

60
Figure 39 : Cheminement des efforts

Le système de contreventement est adopté pour les deux directions en effet,


transversalement la stabilité est assurée par la poutre au vent et longitudinalement les
faux portique ne sont pas rigide, d’où la nécessité d’une triangulation qui véhicule les
efforts aux deux portique adjacents, il est possible d’admettre que chaque système de
contreventements reprend uniquement la part des charges agissant dans un seul sens
(pression sur un pignon plus dépression sur l’autre), mais ne participe pas à la
résistance dans le sens opposé. Dans ce cas chaque système de contreventement doit
être dimensionné pour reprendre l’entier des charges, mais dans un seul sens
seulement.

Processus de transmission des efforts :

 Le vent agit sur la façade en maçonnerie qui s’appuie sur les filières qui
transmettent les efforts aux poteaux.
 Les poteaux travaillent en général comme des poutres simples fléchies dans un
plan vertical, leur appui inferieur est réalisé directement par la fondation tandis que
l’appui supérieur est assuré par les montants alors chargée axialement.
 Les montants transmettent l’effort par compression dans le contreventement
transversal de la toiture.
 Le contreventement transversal est une poutre en treillis sur des appuis (réalisés
par les deux contreventements du long pan et les poteaux centraux), soumise aux
charges provenant des montants.

61
 Les contreventements de façade long pan conduisent les réactions d’appui du
contreventement de toiture dans les fondations en travaillant comme des poutres
consoles à treillis. Les réactions introduites dans les fondations peuvent être
décomposées en une force horizontale et deux verticales (une vers le haut et autre vers
le bas).

On distingue donc les contreventements verticaux (destinés à transmettre les efforts


horizontaux dans les fondations) et les contreventements horizontaux (destinés à
s'opposer aux effets de torsion dus à ces efforts).

Transmettre les efforts horizontaux :

Dans le cas ou les cadres comportent quatre articulations, ils sont instables sous l’effet
des charges horizontales, un système de contreventements est nécessaire pour assurer
la stabilité statique, les déplacements latéraux des cadres sont alors limités par la
déformation des contreventements, dans le s ou le cadre est hyperstatique donc auto
stable il se peut que même si les cadres sont dimensionnés selon des critères de sécurité
structurale, les déplacements horizontaux soient trop grand sous l’effet des charges
transversales. On a alors deux solutions pour satisfaire les exigences de l’aptitude au
service :
 Renforcer le cadre en choisissant des sections plus rigides.
 Introduire un système de contreventement (n’est pas une solution économique
car on cumule et les nœuds rigides compliqués à réaliser et les barres de
contreventement).

En pratique, si un système de contreventement est nécessaire, les cadres seront conçus


avec des nœuds articulés, en effet il est facile de créer des contreventements très rigides
et de limiter les déplacements sans devoir considérer la rigidité flexionnelle des cadres,
la quantité de matière sera en conséquence plus importante mais en contrepartie tous
les assemblages étant articulés, le cout global de la structure sera certainement plus bas.

Stabilité des éléments porteurs :


En plus de leurs fonctions de transmission des charges horizontales aux fondations et de
limitation des déformations, les contreventements qu’ils soient verticaux ou horizontaux

62
peuvent avoir pour rôle la création d’appuis (point fixes) nécessaires à la stabilisation
d’éléments porteurs.
Si par exemple ,on considère que le cadre est articulé en bas et si il n’est pas
contreventer dans le sens du long pan, la longueur du flambage dans le plan du long pan
est doublement supérieur à la longueur du montant, mais avec les croix de saint-venant
on crée un point fixe au sommet du montant et donc la longueur de flambement ne
dépasse pas la hauteur du cadre, en d’autre termes l’appui élastique constitué par le
contreventement augmente la charge critique du cadre.
La liaison entre l’élément stabilisé (cadre) et l’élément stabilisateur(le contreventement)
est réalisée en toiture par les montants (de la toiture), les forces à reprendre par ces
derniers sont relativement faibles (théoriquement faible en cas d’éléments sans
imperfections).

Chapitre 2 : Évaluation des charges et des combinaisons

I. Etude au vent selon NV65 :

On admet que le vent a une direction d’ensemble moyenne horizontale, mais qu’il peut
venir de n’importe quel côté.

63
L'action du vent sur un ouvrage et sur chacun de ses éléments dépend des
caractéristiques suivantes :
• Vitesse du vent.
• Catégorie de la construction et de ses proportions d’ensemble.
• Configuration locale du terrain (nature du site).
• Position dans l’espace : (constructions reposants sur le sol ou éloignées du sol).
• Perméabilité de ses parois : (pourcentage de surface des ouvertures dans la surface
totale de la paroi).
L’action totale dû au vent est exprimée comme ci-après :
P=qh.ks.km.δ.Cr.β
Avec :

qh : pression dynamique agissant à la hauteur


ks : coefficient de site.
km : coefficient de masque.
δ : coefficient de réduction.

Cr : coefficient résultant, égale à C+ − C•

β : coefficient de majoration dynamique.


Pour une hauteur h (en mètres) au - dessus du sol, la pression dynamique qh est donnée

par la formule suivante :


¾+ W
¼\ = , P × ¼
¾ + D? ?

Valable pour ¾ ≤ 500m (NV 65)


Avec :
¼ ?: Pression dynamique de base agissant à la hauteur ¾ = 10m.
¾ : Hauteur du point considéré.

1. Pression dynamique de base :

La pression dynamique normale ou de base peut être atteinte plusieurs fois au cours
d’une année et la construction est sensée pouvoir la supporter sans encaisser de
dommage. La pression dynamique extrême ou exceptionnelle peut occasionner des
désordres mineurs dans la construction sans entraîner sa ruine complète. Le rapport de
la seconde à la première vaut 1,75.

64
Les forces dues au vent agissant sur un ouvrage donné, peuvent être représentées par
des forces globales ou bien par la superposition de pressions locales réparties tout au
long des surfaces.
Les règles fixent pour chaque région, une pression dynamique de base normale et une
pression dynamique de base extrême. Elles sont déterminées à une hauteur h = 10 m. au
dessus du sol pour un site normal sans effet de masque et pour une surface de 0.50 m.
de côté.
Le tableau ci-dessous donne les valeurs des pressions dynamiques suivant
l’emplacement du site :
Tableau 5 : pression dynamique de base et extrème en fonction des régions

Pour ce qui nous concerne, le hangar se situe dans la ville de FKIH BEN SALEH, c’est la
région II donc la pression dynamique de base est prise égale à :

q10 =68daN/m2

2. Effet de la hauteur au-dessus du sol :

La variation de la vitesse du vent avec la hauteur h dépend de plusieurs facteurs : le site,


la vitesse maximale du vent et le freinage dû au sol.
Soit ¼\ la pression dynamique agissant à la hauteur h au-dessus du sol exprimée en
mètres, q10 la pression dynamique de base à 10 m de hauteur.
Pour h compris entre 0 et 500 m, le rapport entre ¼\ et q10 est défini par la formule :
¾+ W
¼¾ = , P × ¼
¾ + D? ?

L’altitude totale du bâtiment est : H= 7+38*0.03=8.14 m.

65
Donc : ¼¾ = DP. •Q=/•

Lorsque le sol environnant la construction présente des dénivellations avec fortes


pentes, la hauteur h est comptée à partir d'un niveau inférieur à celui du pied de la
construction.

3. Effet de site :

A l’intérieur d’une région à laquelle correspondent des valeurs déterminées des


pressions dynamiques de base, il convient de tenir compte de la nature du site
d’implantation de la construction. La valeur de pression dynamique de base normale et
extrême définie ci-dessus doit être multipliée par un coefficient de site Ks.
Les coefficients de site Ks sont donnés par le tableau suivant en fonction de la nature du
site (protégé, normal ou exposé).
Tableau 6Effet de site

Région I Région II Région III


Site protégé 0,8 0,8 0,8

Site normal 1 1 1

Site exposé 1,35 1 ,3 1,25

Pour notre cas on a : Ks=1,00

4. Effet de masque :

Il y a effet de masque lorsqu'une construction est masquée partiellement ou totalement


par d'autres constructions ayant une grande probabilité de durée. Une réduction
d’environ 25% de la pression dynamique de base peut être appliquée dans le cas où on
peut compter sur un effet d'abri résultant de la présence d'autres constructions. Mais
pour des raisons de sécurité on prend généralement Km = 1.

5. Effet de dimension :

Le vent est irrégulier, surtout au voisinage du sol, et ne souffle pas avec la même vigueur
simultanément en tout point d’une même surface, la pression moyenne diminue donc

66
quand la surface frappée augmente. On en tient compte en multipliant la pression
dynamique par un coefficient réducteur δ correspondant à la plus grande dimension de
la surface offerte au vent afférente à chaque travée considérée comme librement
appuyée.

La figure 7 de l’annexe donne :

L'élément Dimension correspondante δ


panne 8.0 0.84
poteau 7 0.85

On prend dans ce qui suit : δ =0.85

Remarque :
La totalité des réductions autorisées par le règlement(NV.65) : effet de masque et de
dimension ne doit en aucun cas, dépasser 33 %. (C.-à-d. (1-Km. δ) <0.33)

6. Effet de majoration dynamique :

Aux effets statiques calculés précédemment, s’ajoutent les effets dynamiques qui
dépendent des caractéristiques mécaniques et aérodynamiques de la construction.
La connaissance du mode fondamental d'oscillation de la structure dans la direction de
vent étudiée est primordiale pour la prise en compte de ce phénomène. Plus la structure
sera flexible (grande période d'oscillation) et plus les amplifications des déformations, et
donc des efforts dans la structure, seront importantes.
Pour notre cas la structure est étalée (a, b>>>H) dans les deux dimensions donc l’effet
dynamique du vent peut être négligé en premier lieu.
Cas des charges normales :

Afin de calculer l’effet dynamique des actions parallèles à la direction du vent, une
multiplication par un coefficient au moins égale à l’unité est prescrite par le NV.65. Il est
donné par la formule suivante :
f=¿ +À
Avec :
θ : Coefficient global dépendant du type de la construction. La structure fait partie des
constructions prismatiques à base rectangulaire, donc θ = 1.

67
ξ : Coefficient de repense, fonction de la période T du mode fondamental de vibration de
la structure.
∶ Coefficient de pulsation. Dans notre cas H = 8.15m, l’échelle fonctionnelle donne
τ = 0,36. (Voir l’annexe fig 6)
Pour évaluer T on utilise la formule forfaitaire applicable aux bâtiments d'habitation
(NV65. P 159) :
Dans le cas de d’un contreventement par ossature métallique on a :
¾
J = ?,
√I-
Cette valeur est légèrement supérieure aux résultats d'essais.
W. L
JQ = ?, = ?.
√¬W
Donc :
W. L
JY = ?, = ?,
√¬¬

D’où À = ?. dans les deux directions. (Voir annexe)

Ainsi :
f= . + ?. ∗ ?. D = . ?W
On remarque que ce coefficient est faible ceci peut être justifie ce qui a été énoncé
précédemment.

Conclusion :

Toute cette démarche décrite permet uniquement de définir la pression dynamique


s’exerçant sur la construction sous l’effet du vent. La prochaine étape est de définir
la pression théorique qui s’exerce sur le bâtiment. Il s’agit d’amener des
coefficients de pression sur l’enveloppe du bâtiment. Ces coefficients dépendent de sa
géométrie.

7. Actions accidentelles (séisme) :

Elles comprennent les actions de très courte durée dont la présence avec une grandeur
significative est peu ou pas probable au cours de la durée de service prévue. Les chocs,
les incendies, les explosions et les séismes constituent les actions accidentelles.
La stabilité d'ensemble sous séisme est assurée par le contreventement (palées de
stabilités) et les portiques.
Pour évaluer l’effort séismique, le règlement RPS2000 distingue entre deux approches :

68
 Approche statique équivalente : qui a comme principe de base de substituer aux
efforts dynamiques développés dans une structure par le mouvement sismique
du sol, des sollicitations statiques calculées à partir d un système de forces,
dans la direction du séisme, et dont les effets sont censés équivaloir à ceux
de l action sismique.
 Approche dynamique : celle-ci est basée sur la réponse maximale de la structure
au moyen de spectres de réponse adaptés aux sites de la construction.
Pour notre cas la structure n’est pas régulière (Car la 2eme condition de régularité en plan
n’est pas répétée a+b>0.25B) donc l’approche statique n’est pas autorisée donc on
opte pour une analyse modale.

Facteur d’accélération :
Le centre commercial se situe dans la ville de FKIH BEN SALEH donc selon la carte du
zonage sismique au Maroc, le projet se situe dans la zone II.

Figure 40 : zonage sismique au Maroc.

Remarque :

Le centre est à usage commercial donc il est de classe II.

Analyse modal :

L’analyse modale consiste à calculer les effets maximaux d’un séisme sur une structure.
Pour cela, on recherche les modes de vibration de la structure qui caractérisent son

69
comportement au voisinage des fréquences dites de résonance .En effet la réponse
d’une structure est prépondérante au droit de ces fréquences de résonance.
Etant donné qu’il existe, pour une structure, autant de modes de vibration que de
degrés de liberté, il faut sélectionner le nombre de modes à extraire. La recherche des
modes doit être menée jusqu’à ce que les deux conditions suivantes soient respectées :
La fréquence dite de coupure doit être atteinte, cette dernière représente la
fréquence au-delà de laquelle les modes propres ne sont plus amplifiés par rapport aux
mouvements sismiques du support. En d'autres termes, les masses vibrant selon ces
modes sont soumises aux mêmes accélérations que le support, sans amplification
dynamique.
La recherche des modes propres peut donc être interrompue lorsque la période du
dernier mode calculé est inférieure à 0.03 seconde (f=33Hz).

Le cumul des masses modales doit atteindre 90% de la masse vibrante totale.
De plus, le nombre de modes retenus ne doit être inférieur à trois, car très souvent, pour
les bâtiments courants, seuls deux ou trois modes ont une influence significative sur la
réponse vis-à-vis d’une direction du séisme.
Au bout de 52 modes on arrive à exciter plus de 90 % de la masse vibrante selon les
deux directions x et y.

Les résultats retenus à travers le logiciel ROBOT Millenium se représentent de la


manière suivante :

Tableau 7 : Cumul de masses vibrantes

70
II. Calcul de des actions intérieures et extérieures :

Le décrochement désigné est un décrochement en plan son calcul est bien illustré dans
le NV65 p 84.

1. Décrochements en plan :

Pour les deux directions du vent envisagées dans les Règles, le côté sous le vent de
chaque angle rentrant est soumis à la pression s’exerçant sur le côté au vent sur une
longueur égale à celle de ce dernier côté. Le raccordement avec la dépression se fait, s’il
y a lieu sur la demi-longueur précédente.
Pour le cas γ=1.

71
Figure 41 : Exemple de décrouchement en plan

Figure 42 : Vue en perspective de la structure

2. Calcul des coefficients de pression :

La flèche f= 38*0.03=1.14m<H/2=4.7m
La hauteur au faîtage H= 8.14m
La petite face a une longueur de a = 77 m et pour la grande face b=78 m.

a) Calcul des rapports de dimension :

= = = ?, ?P
¾ W. L
Pignon: Q Q ¬¬

72
= = = ?, ?P
¾ W. L
Long-pan: Y Y ¬W

Le coefficient γo :

La valeur de γo est donnée l’abaque du règlement NV65 (voir annexe fig 8) en fonction
des rapports de dimensions :

On remarque λà et λÄ sont <0,25 donc d’après l’abaque γ0 = 0,85.


Le hangar est considérer fermé.

b) Actions extérieurs (Ce) : (voir annexe fig 9)

Les parois verticales :


 vent normal au pignon :
Face au vent : Ce=+0,8 (quel que soit γ0).
Sous le vent : Ce=-(1,3 γ0-0,8)= -0,305.
 Vent normal au long-pan :
Face au vent ; Ce=0,8.
Sous le vent : Ce=-(1,3 γo-0,8)= -0,305.

Les parois inclinées :

Les toitures sont à versants plans dont la flèche f est inférieure à la moitié de la hauteur
H de la construction, donc le coefficient Ce est en fonction de la valeur du γ0 = 0,85 et de
l’angle=Arctg(0,03)=2°.

D’après l’abaque on trouve :

Vent normal au long-pan (normal aux génératrices) :

Face au vent : Ce =-0,28.


Sous le vent : Ce = -0,25.

Vent normal au pignon (parallèle aux génératrices) :

73
L’angle est égale 0° et γ0=0,85
Face au vent : Ce =-0,28.
Sous le vent : Ce =-0,28.

c) Actions intérieures (Ci) :

Les actions intérieures sont déterminées par les coefficients Ci calculés au moyen des
formules variables par chaque cas. Lorsque ces déterminations conduisent à des
coefficients Ci tel que :
-0.20<Ci <0 on prend Ci = -0.20
0<Ci <0.15on prend Ci = +0.15

Surpression :

C• = ?, D , W − , 4? =0.42

Dépression (succion):

C• = − ?, D , 4? − ?, W =-0.18 on prend C• = −?.

Vent normal au pignon :


i. la façade principale :

74
Actions résultantes :
Surpression :

Dépression :

75
Remarque :

Si -0.20<Cr <0 on prend Cr= -0.20


0 <Cr <0.15on prend Cr = +0.15
ii. la façade arrière :

Actions résultantes :

Surpression :

76
Dépression :

Vent normal au long pan :

1er cas :

77
Actions résultantes :

Surpression :

Dépression :

78
2 eme cas :

Actions résultantes :
Surpression :

79
Dépression :

3. Conclusion :

Les actions totales du vent :


P=qh.ks.km.δ.Cr.β= 65.3*1*1*0.85*(C − CÅ )*1.08

80
Soit P =60*(C+ − C•) (daN/m2)

Les actions retenues sont les suivantes Cr max :

Tableau 8 : Coefficient résultant

Cr max Long pan pignon Versants de


toiture
Suppression +1 +1 +0.15
Dépression -0.725 -0.725 -0.7

P =60.C[•Q- (daN/m2)

III. Combinaison d’actions :

1. CM66:

Le règlement CM66 prescrit un certain nombre de combinaisons suivant le mode de


fonctionnement de la structure : pour notre cas on prend seulement le cas d’ouvrage en
service normale :
charges permanentes (poids mort, influence du mode de construction) :
Soit 1 (état limite de service) ou 4/ 3 (état limite ultime) suivant le cas le plus
défavorable.

surcharges variables (neige et vent) :


3/2 cette dernière peut être réduite en 17/12 si on prend deux de ces trois charges :
1. surcharge d’essai ou d’exploitation
2. neige
3. vent
4/3 si on prend les trois charges.
Ainsi on trouve les combinaisons suivantes :
Tableau 9 : Pondération selon CM66

Charges pondérées(ELU) Charges non pondérées(ELS)


1. 4/3 G +3/2 Q 4. G+Q
2. 4/3 G +17/12 Vn +Q) 5. G + Vn
3. G + Ve

81
2. Eurocode 3 :
Tableau 10 : Pondération selon Eurocode 3

Charges pondérées(ELU) Charges non pondérées(ELS)


1. 1,35 G + 1,5 Q 6. G+Q
2. 1.35 G + 1,5 Vn 7. G + Vn
3. G+ Ve + 0,5 Q 8. G + 0,9 (Q + Vn)
4. 1,35 (G + Q + Vn)
5. G+1.5Vn

Chapitre 3 : Calcul des éléments :


I. Calcul des pannes :

Puisque la pente des versants est faible (<10%) donc on peut considérer que les
pannes fonctionnent en flexion simple.

La portée des pannes est entre 4m et 8m et puisque la portée la plus prépondérante est
8m on prend pour le dimensionnement la portée la plus défavorable 8m même si elle
surdimensionne les pannes de portée inférieur à 8m, en outre ce choix permet d’utilisé
un seul type de profilé pour les pannes.
L’entraxe des pannes est de 2m ce qui correspond en moyenne à :
[((1.2/0.03)/2]+1=21pannes par versant.
α= Arctg(0.03)=2°

a) Charges permanentes : G

Couverture (bac acier (8Kg/m2), isolant (9 Kg/m2), étanchéité (7 Kg/m2)):


24kg/m2

82
poids propre de la panne : 15 kg/ml (estimé)
G= 24*2+15=63Kg/ml

b) Surcharges Q :

poussière : 20Kg/m2=> Q1=20*2=40kg/ml


surcharges d’entretien :
La charge uniformément repartie P due aux surcharges d’entretien est obtenue en
égalisant les deux moments maximaux du à P et aux charges ponctuelles P’.
Mmax= P’*l/ 3=P*l2/8 => P= 100*8/(3*8.2)=32.5Kg/ml

Ainsi Q= Q1+P= 72.5Kg/ml

On a en cas de :
Soulèvement :
Vn = 60 ∗ −0.7 = −42Kg/m2
Ve = 1.75 Vn = -73.5 Kg/m2=-147Kg/ml

Pression:
Vn = 60 ∗ +0.15 = 9 Kg/m2=18Kg/ml
Ve = 15.7 Kg/m2=31.5Kg/ml

CM66:
Combinaison les plus défavorables :

83
Charges pondérées(ELU) Charges non pondérées(ELS)
1. 4/3 G +3/2 Q =192.5 Kg/ml 4. G + Q = 135.5 Kg/ml
2. 4/3 G +17/12 Vn +Q) =212 Kg/ml (pression) 5. G + Vn = 81 Kg/ml
3. G + Ve = -84 Kg/ml (soulèvement)

La combinaison la plus défavorable est : 4/3 G +17/12 Vn +Q) = 212 Kg/ml.

Quy = Q= 212Kg/ml
Mux = Qy .lx2/8 = (212×82)/8 = 1696 kgm
Muy= 0Kg/ml (Approximativement)

1. Vérification de la résistance :

On a : Mux = 1696kgm

= σÎ +σÎÏ = + =
¡Ð ¡ÐÏ ¡ÐÏ 'Ó
La contrainte est : ÑÒ ÑÓ ÑÓ
avec ÑÓ = µÓ

Si on tient compte de l’adaptation plastique recommandée par CM66 on écrit :

m
< + Avec _ = , ?DW : coefficient d’adaptation plastique
_

84
Donc :
O<Ô
`Ô ≥
_∗ +

Ainsi : ÑÓ ≥ 67.57cm3. Soit IPE 140.


Soit un IPE 140 :
Wx = 77.3 cm3 Wy = 12.3 cm3
Ix = 541.2 cm4 Iy = 44.9 cm4 p = 12.9 kg/ml
m
= 0.87
_ +
Donc le ratio de résistance est :

Remarque :
Le poids propre estimé de la panne (15 kg/ml) est supérieur au poids propre réel trouvé
(12.9 kg/ml) ; il n’y a pas donc lieu de refaire la vérification de la panne à la résistance
en tenant compte de son poids propre.

Eurocode 3:

Charges pondérées(ELU) Charges non pondérées(ELS)


9. 1,35 G + 1,5 Q =193.8 Kg/ml 14. G + Q =135.5 Kg/ml
10. 1.35 G + 1,5 Vn =112.05 Kg/ml 15. G + Vn =81 Kg/ml
11. G+ Ve + 0,5 Q =130.75 Kg/ml 16. G + 0,9 (Q + Vn) =144.45 Kg/ml
12. 1,35 (G + Q + Vn) =207.3 Kg/ml
13. G+1.5Vn = -45.8 ( soulèvement )

Calcul en plasticité :(Section de classe 1 et 2)

La classe de la section :
Les profilés laminés de calibres < IPE 240 sont généralement d’une section de classe 1.
Ici on peut soit utiliser la formule de la flexion déviée ou celle de flexion simple puisque
pour notre cas les deux formule de vérification sont équivalente :

5- 5
α β

• Ž +• Ž <1
5UV- 5UV

Pour les sections en H ou en I on a : α= 2 β = 5n>=1 avec n=N/Npl

85
Dans notre cas l’effort normal N=0 Kg donc β = 1
Par tâtonnement on choisit le profilé suivant IPE 120
Pour ]©E ?:
Wel,y = 53 cm3 Wel,z = 60.7cm3
Wpl,y = 60.7 cm3 Wpl,z = 13.6cm3

Wpl . fy
M×ØÏ =
γM0

Mx = Qy .lx2/8 = (207.3×82)/8 = 1658.4 kgm

On prend pour le coefficient partiel de sécurité γM0 =1


Donc M×ØÏ = 60.7 × 24/1 = 1426.5 Kg.m
Þ
¡Û ߉àá.â
M×Ø = 0 h i =n o = 1.35 > 1
¡ÜÝÛ ßâ ‰.à
donc

on augmente la section soit IPE 140


Þ
¡Û ߉àá.â
donc M×ØÏ = 2075 daNm h i =n o = ?. D < 1 ok
¡ÜÝÛ äåà
Wplx=88.3cm3 et

2. Vérification à la flèche :
Les deux règlements utilisent la même formule de vérification.
Le calcul de la flèche se fait par la combinaison de charges et surcharges de services (non
pondérées).
Cas de charge décisif
CM66 Eurocode 3
G + Q = 135.5 Kg/ml G + 0,9 (Q + Wn)=144.45kg/ml

La flèche admissible est :


l
fÃæ = = L••
200
Axe ( ox ):
Suivant cet axe la flèche est considérée vérifiée puisque la pente des versants est faible.
Axe ( oy) :
CM66 Eurocode3
5 Qylâ 5 Qylâ
çÒ = × = D. •• çÒ = × = D. ¬••
384 EIx 384 EIx

86
La condition de flèche n’est pas vérifiée pour les deux règlements
Donc on augmente la section
Soit un IPE 160 :
Wx = 108.7 cm3 Wy = 16.65cm3 J=3.60 cm4
Ix = 869.3 cm4 Iy = 68.28 cm4 p = 15.8 kg/ml
Donc
P ì VL
;c = × =3.9cm < 4cm OK. (Ratio 0.97)
WL E]-
(CM66)
P ì VL
;c = WL
× E]-
=4.1 cm ≈ 4cm OK. (Eurocode 3) (Ratio 1)

3. Vérification au cisaillement :

CM66 :

La vérification du cisaillement est donnée par la formule suivante :


. PL í ≤ md
avec : í = max (τx , τy) = τy (panne sans inclinaison)
Dans le cas de sections symétriques en I, l’effort tranchant Ty est repris par la section de
l’âme et l’effort tranchant Tx est repris par la section des deux semelles.

Figure 43 : Diagramme de la contrainte de cisaillement dans une section en double té

Donc d’une manière approximative On a :

îÒ =
ºÒ
ïð

Et on a Ty=Qy*l /2=212 *8/2=848Kg (poutre sur deux appuis)


Aa=(H-2*es)*ea=(16-2*0.74)*0.5=7.26cm2

Ainsi τy= 848/7.26=116.8Kg/cm2

87
1.54τ = 179.9Kg/cm2≤ σe=2350Kg/cm2 (Ratio 0.08)

Eurocode 3 :
Ici il faut vérifier :
ñòÛ Îó

VÏ < V×ØÏ = √‹
γ¡ä
ñòó Îó

V < µ×Ø = √‹
γ¡ä
Pour notre cas il faut vérifier seulement la deuxième condition (γM0 =1)
Soit Awy = A − d . t ô = 20.1 − 12.7 ∗ 0.5 = . ¬P cm2
T = Qy*l /2=207.3 *8/2=829.2Kg (poutre sur deux appuis)
õòó öó
√÷
øùú
=18655Kg > 829.2Kg Ratio (0.04)

4. Vérification au déversement :

La semelle supérieure de la panne est comprimée sous l’action des charges verticales
descendantes. Mais, puisqu’elle est fixée à la toiture, il n’y a pas risque de déversement.
La semelle inférieure qui est comprimée sous l’action du vent de soulèvement est
susceptible de déverser du moment quelle est libre tout au long de sa portée.

CM66 :

Dans le cas des pièces symétriquement chargées et appuyées la vérification de la


stabilité au déversement est donnée Par la formule suivante :

F • 5- 5
]- + ] < σe (CM66 Règle 3.61)
X X

< σe
F• 5-
Soit pour notre cas : ]-
X

Avec :
Le coefficient de déversement :
kä 1
kæ = ×
1+ü
üý
kä − 1
þ

k0 : le coefficient de flambement déterminé à partir de λ0

88
l 4 × IÏ σæ
λä = ×{ × 1−
h B×C×I σ

La contrainte de non déversement :


I h
σæ = 40 000 × D−1 ×B×C
IÏ l

Calcul des coefficients B, C et D :

i.Le coefficient D : (CM66 R 3,641)


D est donné en fonction des dimensions de la pièce par la formule :

0.156 × J × l
D = {1 +
I ×h

IPE 160 :
Ix = 869.3 cm4 ; Iy = 68.28 cm4
J = 3.60cm4 (moment d’inertie de torsion).

D = 4,6
h = 16 cm ; l = 8m (longueur de flambement).
Ainsi

ii.Le coefficient C : (CM66, R.3.642)


Le coefficient C est donné en fonction de la répartition de charges. La charge est
uniformément répartie, donc C = 1,132.

iii.Le coefficient B : (CM66 R.3.643)

que les charges soient appliquées au niveau de la fibre neutre, donc B = 1.


Le coefficient B est donné en fonction du niveau d’application des charges. On suppose

iv.Contrainte de non déversement :

I h
σæ = 40 000 × D − 1 × B × C = P. daN/mm
IÏ l
On a : σd < σe Donc il y a un risque de déversement.

l 4 × IÏ σæ
λä = ×{ × 1− = @¬. P
h B×C×I σ

89

σ = = 233.9Kg/cm2
λä

o + pn0,5 + 0,65
üþ üþ üþ
k ä = n0,5 + 0,65 ü ü
o −
ü
=13.3

Donc :
kä 1
kæ = × = ?. W@
1+ü
üý
kä − 1
þ

La contrainte de flexion :
MÏ Qy × l
σÎÏ = =
WÏ 8 × WÏ
Qy = -84 Kg/ml (la charge de soulèvement de la toiture)
84 × 8
σÎÏ = × 10 = D W. kg/cm
8 × 108.7
D’où :
K æ . σÎÏ = 0.89 × 618.2 = PP?. kg/cm2 < σ = P? /•• (Ratio 0.23)
Remarque:
La contrainte est faible ce qui est prévisible du moment que le dimensionnement de la
panne est dicté par la condition de flèche.

Eurocode 3 :

Le moment ultime :

χ βô M×Ø
Q= - 45.8Kg/ml (soulèvement) => Mu= Q*l2/8=366.4 kgm

M≤
γ¡ß
βw=1 , γ¡ß = 1 pour les sections de classes 1 et 2
On a : wply=123.9cm3 (IPE 160) => M×Ø = Wply .fy=291165Kgm
Et :
 LT : Coefficient d’imperfection de déversement.
Profilé laminé   LT  0, 21

90
 LT  0 .9 L / iz
0 ,5
  L / iz  
2

1  1 / 20  h / t f   . C1
   

iz=1.84 h=16cm es=0.97


C1=1.132 (charge uniformenent répartie)
λLT = 68.36
Š
λß = %p = 92.9

 Wply .fy LT


  w  .  =0.73 > 0.4 (risque de diversement)
LT M 1 w
cr

 LT  0,5 1   LT  LT  0, 2   LT2  =0.82

 LT  1 =0.84
 LT   2 LT   LT
2

Donc Mdev=244578.6 Kgm


Mu=366.4< Mdev ok (ratio négligeable)

5. Vérification au voilement :
Les profilés laminés normalisés en construction métallique ne sont pas sujets au
voilement, leurs âmes étant dimensionnées largement pour éviter tout risque à ce sujet.

6. Conclusion :
On ce qui concerne la résistance on remarque que le CM66 est plus contraignant que
EC3, la marge de plasticité autorisée par CM66 est négligeable par rapport à celle
recommandé par EC3, en outre la condition de la flèche a tranché pour les deux
règlements c’est elle qui donne dans la majorité des cas le profilé final.
Le cisaillement est largement vérifié pour les deux règlements, cela peut être justifié
par le fait que les profilés IPE ont été conçus essentiellement pour assurer une grande
résistance à l’égard de l’effort de cisaillement.
Les deux règlements prévoit le risque de diversement de la panne mais on remarque
la CM66 est plus contraignant que EC 3 (voir les ratios précédents)

II. Dimensionnement de l’échantignolle :

Ä Ä
L’excentrement « t » est limité par la condition suivante : 2 n o ≤ t ≤ 3 n o IPE160

h = 16cm ; b = 8.2cm ⟹ t ≃ 10cm


Panne
b

91
Échantignolle
h
Figure 44 : Panne – traverse

Calcul de la réaction des appuis :

QY =84daN/ml

= × = 336 ð"
c
2
Calcul du moment de reversement :
/ = ×

¸/ = 336 × 10 = 3360 ð".


Dimensionnement :
¸/
= = 1.4 ‹
ç

ð×! ×6
= ⟹!={ = 7.5 ≈8
6 ð

On adopte pour l’attache des pannes un échantignolle d’épaisseur + = W •• et de


longueur Q = P••

III. Calcul des contreventements :

Ce système de contreventement est disposés en toiture, dans le plan des versants «


poutres au vent » et en façade « palées de stabilité » et doivent reprendre les efforts
horizontaux appliqués tant sur les pignons que sur les long pans. Il agit contre les
sollicitations horizontales et plus particulièrement contre les efforts dus au vent,
assurant la stabilité latérale de la construction. Ces efforts s'appliquent en premier plan
sur les façades et les toitures, c'est donc d'abord dans les plans formés par ces parties
d'ouvrage que se trouvent les dispositifs de stabilité.

92
Les diagonales sont des cornières travaillant en traction et en compression. Dans le sens
longitudinal, les poutres au vent reçoivent les efforts horizontaux et les Transmettent
aux portiques chargés de les acheminer vers les fondations, ces cadres Résistent grâce à
leur grande hyperstaticité. La part reprise par un faux portique et transmise ensuite aux
portiques qui l’encadrent par le biais de deux diagonales, ceci s’avère dans notre cas
indispensable en raison de la très faible rigidité transversale des faux portiques.

1. Contreventement de la façade pignon :

a) Calcul des diagonales :

Elle sera calculée comme une poutre à treillis reposant sur cinq appuis constitués par
les trois cadres rigides qui assurent la stabilité longitudinale et les deux palées de
stabilité de rive, cette poutre est soumise aux réactions horizontales supérieures des
poteaux auxquelles on adjoint l’effort d’entrainement.

Figure 45 : Poutre au vent

Calcul de la force d’entrainement du vent :


Cette force n’est pas déterminante pour le calcul des systèmes de contreventement mais
on va en tenir compte dans notre calcul (dans la majorité des cas il constitue environ 5%
par rapport à la force agissante sur la façade pignon)

93
Le règlement NV65 prévoit une force d’entrainement horizontale du vent définie
ci-après :
Fe=Ct qH S valable si a>4 h (force repartie sur les versants)
Ct : coefficient de frotement =0.02 (versant avec ondulation normal à la direction du
vent)
qH : pression dynamique de base = DP. •Q=/•
S : la surface hachurée = (a-4h) = (77-4*8.14)=44 .5m
Donc : Fe=58.1Kg/m

Calcul des forces nodales Fi :


Ces forces sont calculées on utilisant les surfaces d’influences Si du vent sur les poteaux
.

Surface d’influence
Remarque :
# #
=
58.1
= = 7%
#$ · .% 105∗8

94
La force nodale Fi est donnée par :
Fi = Ve × Si+Fe*Li
Où :
Ve : vent extrême Ve= 105 daN/m2
Li : distance entre deux nœud successifs
Si : surfaces d’influence concernée par le nœud.

Conception de la poutre au vent sur RSA

Les résultats sont résumés dans le tableau suivant :


Nœud Li Si en m2 Fi en daN
1 2.4 20.4 2281.4
2 4.75 40.4 4515.4
3 4.75 40.4 4515.4
4 4.75 40.4 4515.4
5 4.75 40.4 4515.4
6 4.75 40.4 4515.4
7 4.75 40.4 4515.4
8 4.75 40.4 4515.4
9 4.75 40.4 4515.4
10 4.75 40.4 4515.4
11 4.75 40.4 4515.4
12 4.75 40.4 4515.4
13 4.5 38.3 4277.7
14 4.5 38.3 4277.7
15 4.5 38.3 4277.7
16 4.5 38.3 4277.7

95
17 4.5 38.3 4277.7
18 2.3 19.6 2186.4

Calcul des efforts dans les diagonales :


On ne fait travailler que les diagonales tendues et on considère que les diagonales
comprimées ne reprennent aucun effort car du fait de leur grand élancement elles
tendent à flamber sous de faibles efforts.
Le logiciel donne les réactions aux appuis :

Le nœud le plus sollicité est celui de la rive (i=18) R=10143 Kg

Figure 46 : Schéma statique de la diagonale en traction

On a :
R − F18 = T × cos α

avec cos α = 8/ 82 + 4.22=0.88


R − F18
T=
cos α
AN T = @?L

Condition de résistance (section brute) :

96
 CM 66 :
J
Nous avons * > = . WP ••
+

 Eurocode 3 :
45? J
Nous avons * > = . WP •• (γ¡ä = 1)

Condition de flèche :

Pour les diagonales de triangulation, il convient de prendre garde à limiter leur longueur
libre du point de vue de la flexion sous leur poids propre .Leur déformation peut leur
enlever toute efficacité pratique, pour y remédier il est nécessaire de prévoir des
supports intermédiaires.
Les deux sections correspond à un poids de q = 0.77*4cm2≈4Kg/ml ; en outre la portée
maximal des croix est 9.3m donc une vérification la flèche donne :
Pour les deux diagonales qui sont appuyées au milieu la flèche est :
2.05 , ∗ ( 4
ç = h i∗ < (/200
384 &'

 Ix > 6cm4
Ainsi la diagonale doit avoir A > 3.9cm2 et Ix > 6cm4

Pour un L 70x70x7 on a A=9.4 cm2 et Ix=42.3cm4 largement suffisant


Donc on adopte une cornière de L 70x70x7 Avec des boulons 12mm et des trous de 13
mm.

Vérification de la résistance : (section nette)

 CM 66 :
Section nette : Anet=9.4 - 0.7*1.3= 8,4 cm2
-
= = ?D Kg/cm2 < Ratio 47%
./0

 Eurocode 3 :
Î1 ñ2þ3
N ≤ NÐ = 0.9 øù4
; γ¡ = 1.25 ; Anet=8.4cm2

Donc :

97
"5 =145.2KN et N=T=90.5 KN < "5 Ratio 62%

Ici on remarque que le règlement EC3 est déterminant ceci peut s’expliquer par
l’introduction dans la formule de EC3 du coefficient de sécurité γ¡ et le facteur 0.9

b) Calcul des montants :

Les deux montants de rive (pannes sablières), ils sont sollicités en flexion déviées sous
l’action de leur poids et de l’effort de compression généré par le vent.

Figure 47 : Montant de rive

Pour les pannes sablières comme pour les montants, on prend comme profilés les HEA,
la vérification sera faite pour un HEA 140.

CM 66 :

Au lieu de vérifier le montant dans les deux plans de la section (Gx et Gy) on peut se
dispenser de ses deux vérification et vérifier seulement :
6
á
x kσ + σÎ + σÎÏ z ≤ σ (Article 3.732 CM66)

La longueur de flambement lÎ = W • dans les deux plans montant biarticulée .

89
λÏ = = @. D (ix=5.73cm iy=3.52cm)
$:
Donc


λy = ;Ò
= W. D

λmax = λy donc k = W. Le plan de flambement est le plan xx.

98
MÏ <( 2 6400
σÎÏ = = = 24.7 ∗ = ¬. P Kg/cm2
WÏ 8WÏ 8 ∗ 155.4
σÎ = ?
R − F18 7957
σ= = = P . LKg/cm2
A 31.4

Vérification :

6
á
x kσ + σÎ + σÎÏ z = LW? /•• proche de σ Ratio 1.05

Donc on peut admettre à la limité le profilé HEA 140 comme sablière.

Eurocode 3 :

Figure 48 : La sablière en compression

N=T= 7957daN

Classe de section (HEA 140) :


Les profilés HEA de calibre entre 100 et 240 sont de classe 1

Condition de la résistance :

Comme approximation plaçant en sécurité toutes les classes de section transversale, on


peut utiliser une sommation linéaire des rapports sollicitation/résistance propres à
chaque sollicitation agissante. Ainsi, pour les sections de Classe 1, 2 ou 3 soumises à une
combinaison de N, M y et M z, on peut utiliser le critère suivant :
(M z =0 Kgm) (Les axes définis suivant la convention d’EC3)
N My
( )( ) 1
N pl M pl . y

99
Où N pl , M pl . y sont les valeurs de calcul de la résistance dépendant de la classe de section

Si on néglige l’effet du cisaillement engendré par le poids du montant sur N pl et M pl . y

On écrit donc :
 N pl  A. fy  73790daN

 M pl . y  Wpl. fy  4077.3daN .m
 N  T  9042 daN

Et on a :  P l2
 y
M   197.6daN .m
 8
Donc
N My
( )( )  0.17  1
N pl M pl . y
Vérification de la flexion et de la compression :

Il faut vérifier que :


" A AC C
+ + ≤1
=>$? ï ç /@ˆß ÑB8. ç /@ˆß ÑB8,C ç /@ˆß

Avec :  M 1 =1.1 et C =?

Calcul de  y et  Z :

ly y
y   139.6   y   A  1.48  0.2   y  0,37 Risque de flambement ;
iy 1
iy=5.73cm
Avec βA = (section classe 1) ; λ1 = 93.9 et χy celle de la Courbe b (Voir
annexe fig 7)

Calcul de k y :

On a :
W pl . y  Wel . y y N
 y   y (  my  2  4)   2.85  0.9  k y  1   1.94  1.5
Wel . y  y  N pl
Avec  my = 1 (le moment est le même sur les deux extrémités)

On prend Ky=1.5

100
N  M1 ky M y  M1
Ainsi   0 , 44  1 Ratio 44%
 min  N pl M pl . y

Conclusion :

On remarque que suivant EC3, le montant est loin d’être instable vis-à-vis le
flambement ce qui n’est pas vérifié par le règlement CM66.

2. Contreventement du long pan :

a) Contreventement de la toiture :

L’effort de vent F en tête du faux portique se décompose en :


 un effort F de compression simple dans la traverse du faux portique
 un effort ¤• de traction dans les diagonales
 un effort ¤a de compression dans les pannes sablières

Figure 49 : Décomposition de l'effort F

Nous avons la surface exposée au vent :


S = h × t = 8 × 8.5 = DW •

D’où l’effort F en tête de poteau :


F = 105 × S = ¬ L? •Q=
4.2
cos β = = ?, LD
√8 + 4.2
F 7140
Fæ = = = ¬¬D •Q=
2 cos β 2 × 0,46

101
Les diagonales travaillent en traction :
 CM 66 :
#D
Nous avons ï > E/
= . }ž

 Eurocode 3 :
øùú Fý
Nous avons A > Îó
= . }ž

Les deux règlements sont équivalents, on prend pour la diagonale L 70x70x7


Soit : A=9.4 cm2

b) Calcul de la palée de stabilité en long-pan :

La palée de stabilité doit reprendre les efforts de vent transmis par le contreventement
des versants (poutre au vent). On ne fait travailler que les diagonales tendues.

Figure 50 : La palée de stabilité

Equilibre du nœud donne : N.cos(β)=R-F18 β =Arctg(7/8)=41.2°

N= R-F18/cos β=10547.8Kg
 CM 66 :

G
On a A > ü = L. P ••
þ

 Eurocode 3 :

102
øùú G
A> = L. P ••
Îó
On a => les deux règlements sont équivalents

Donc on adopte une cornière de L 70x70x7 Avec des boulons 12mm et des trous de 13
mm.
La vérification en tenant compte de la section nette n’est pas obligatoire puisque la
cornière choisie vérifie largement la condition de résistance.

Bilan :
CM66 EC3
Les diagonales L 70x70x7 L 70x70x7
Les montants HEA 140 HEA 140

IV. Les cadres rigides:

1. Poutre de reprise :

Figure 51 : Emplacement des cadres rigides

Les cadres entourés en bleu sont constitués d’une traverse qui supporte le faut portique
et de deux poteaux en croix (on épouse le profilé HEB 260 avec un IPE 450)
La poutre de reprise en rouge supporte deux faux portiques. Elle doit supporter la
charge transmise par le faux-portique.

103
Figure 52 : Poteau en croix

a) Predimensionnement de la poutre de reprise :

Poutre en bleu :
Cette poutre supporte un seul faux-portique.

Figure 53 : Schéma statique équivalent

On a à ELU :
P= 1.33*((255+77.6)*19) +1.5*(164*19)=13079 Kg

Le moment équivalent Mp= P*L/4= 52315Kgm


<
ÑÓ ≥ = Dcm3
σe

104
On tenant compte du poids propre on choisi pour la traverse de reprise IPE 550
Soit :
Wx=2440.6cm3 ; p=105.5 Kg/ml
Les charges à considérer :
G= (255+77.66)*19 = 6320.5Kg ; Q= 164*19 = 3116Kg
Poutre en rouge:
Cette poutre supporte deux faux-portique.
Le schéma statique équivalent et les charges sont représentés ci-dessous :

On vérifie cette poutre par IPE 550


Remarque :
La charge transmise par la poutre au vent (20007 Kg) va être subdivisée entre le cadre
avant et arrière du pignon : soit une charge de 5715Kg appliqué à la tête du poteau du
cadre rigide (cas du vent normal).
Le calcul ci-après est réalisé par le logiciel RSA.

b) Dimensinonement des poteaux et poutre de reprise :

Pour les cadres en bleu :


On vérifie par les combinaisons définies précédemment (voir calcul des pannes).

105
Figure 54 : La modélisation du cadre rigide sur RSA

C5DD:

HI !ðJ ! K;L!:
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :
PIECE : 1 Poteau_de_rive_CM66 POINT : 3 COORDONNEE : x = 1.00 L = 7.60 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 4 ELU 1*1.33+2*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU :
ACIER E24 fy = 2396.33 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 450


ht=45.0 cm
bf=19.0 cm Ay=55.480 cm2 Az=42.300 cm2 Ax=98.821 cm2
ea=0.9 cm Iy=33742.900 cm4 Iz=1675.860 cm4 Ix=63.800 cm4
es=1.5 cm Wely=1499.684 cm3 Welz=176.406 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES : SigN = 7719.30/98.821 = 78.11 kG/cm2
SigFy = 19195.91/1499.684 = 1280.00 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

106
PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z=1.00 B=1.00 D=1.64 Sig D=453.59 kG/cm2
lD_inf=7.60 m C=2.71 kD=1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
Ly=7.60 m Muy=123.91 Lz=7.60 m Muz=7.94
Lfy=8.63 m k1y=1.00 Lfz=7.60 m k1z=1.05
Lambda y=46.73 kFy=1.01 Lambda z=184.55
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
k1*SigN + kD*kFy*SigFy = 1.05*78.11 + 1.00*1.01*1280.00 = 1377.82 < 2396.33 kG/cm2 (3.731)
1.54*Tauz = |1.54*-89.45| = |-137.75| < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 2.0 cm < vx max = L/200.00 = 3.8 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 7 ELSV (1+3)*1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!! RATIO 58%

On remarque que le poteau est loin d’etre instable vis-à-vis le flambement et le


diversement (tout les coefficients de flambement et de diversement sont presque
égalent à 1) ,le poteau travaille principalement en fléxion .

On remarque ici que le logiciel verifie deux critéres: la stabilitéde la section vis-à-vis le
cisailement et la stabilité vis a le phénomène de flambement et de diversement.

La traverse de reprise:

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :
PIECE : 4 Arbalétrier_CM66_4 POINT : 1 COORDONNEE : x = 0.10 L = 0.80 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

107
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 8 ELSGQV 1*1.33+(2+3)*1.42
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU :
ACIER E24 fy = 2396.33 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 550


ht=55.0 cm
bf=21.0 cm Ay=72.240 cm2 Az=61.050 cm2 Ax=134.416 cm2
ea=1.1 cm Iy=67116.500 cm4 Iz=2667.580 cm4 Ix=118.400 cm4
es=1.7 cm Wely=2440.600 cm3 Welz=254.055 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES : SigN = 7766.07/134.416 = 57.78 kG/cm2
SigFy = 33382.22/2440.600 = 1367.79 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z=0.00 B=1.00 D=1.48 Sig D=369.35 kG/cm2
lD_sup=8.00 m C=2.11 kD=1.17
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
SigN + kD*kFy*SigFy = 57.78 + 1.17*1.00*1367.79 = 1659.03 < 2396.33 kG/cm2 (3.731)
1.54*Tauz = |1.54*-80.03| = |-123.24| < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches
uz = 0.6 cm < uz max = L/200.00 = 4.0 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 7 ELSV (1+3)*1.00

Déplacements Non analysé


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!! RATIO 70%

108
La traverse elle aussi travaille principalement en flexion mais cette fois il y a une
majoration ( due au diversement) de 17% de la contrainte de flexion.

Eurocode 3:

HI !ðJ ! K;L!:
NORME : EN 1993-1:FR-NA:2007, Eurocode 3: Design of steel structures.
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :
PIECE : 1 Poteau_de_rive_CM66 POINT : 3 COORDONNEE : x = 1.00 L =
7.60 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 9 ELUEU 2*1.50+1*1.35
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 450


h=45.0 cm gM0=1.00 gM1=1.10
b=19.0 cm Ay=63.214 cm2 Az=50.845 cm2 Ax=98.821 cm2
tw=0.9 cm Iy=33742.900 cm4 Iz=1675.860 cm4 Ix=63.800 cm4
tf=1.5 cm Wply=1701.920 cm3 Wplz=276.388 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
EFFORTS INTERNES ET RESISTANCES ULTIMES :
N,Ed = 7786.72 kG My,Ed = -19359.81 kG*m
Nc,Rd = 236807.55 kG My,pl,Rd = 40783.67 kG*m
Nb,Rd = 51175.42 kG My,c,Rd = 40783.67 kG*m Vz,Ed = -3815.93 kG
My,N,Rd = 40783.67 kG*m Vz,c,Rd = 70345.53 kG
Mb,Rd = 33614.77 kG*m
Classe de la section = 1
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z = 1.00 Mcr = 53196.14 kG*m Courbe,LT - XLT = 0.69
Lcr,low=7.60 m Lam_LT = 0.88 fi,LT = 0.99 XLT,mod = 0.82
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :

109
Ly = 7.60 m Lam_y = 0.25 Lz = 7.60 m Lam_z = 1.97
Lcr,y = 4.40 m Xy = 0.99 Lcr,z = 7.60 m Xz = 0.22
Lamy = 23.83 kyy = 1.12 Lamz = 184.55
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
Contrôle de la résistance de la section :
N,Ed/Nc,Rd = 0.03 < 1.00 (6.2.4.(1))
My,Ed/My,c,Rd = 0.47 < 1.00 (6.2.5.(1))
Vz,Ed/Vz,c,Rd = 0.05 < 1.00 (6.2.6.(1))
Contrôle de la stabilité globale de la barre :
Lambda,y = 23.83 < Lambda,max = 210.00 Lambda,z = 184.55 < Lambda,max = 210.00 STABLE
My,Ed/Mb,Rd = 0.58 < 1.00 (6.3.2.1.(1))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kyy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.80 < 1.00 (6.3.3.(4))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kzy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.49 < 1.00 (6.3.3.(4))
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 2.0 cm < vx max = L/200.00 = 3.8 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 13 ELSEUV (1+3)*1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!! RATIO 80%

On remarque que la flexion est la plus contraignante sur le poteau , en plus on


remarque le phènomène de diversement est plus préponderant que le flambement
ß
= 1.45 > kyy = 1.12 ) ceci explique le fait que EC3 est plus défavorable que
NOP
(

CM66
Ici le logiciel controle la résistance de la section en la vérifiant vis –à-vis les contraintes
élementaires ( la compression, la flexion et l’effort tranchant) puis il vérifie la section

La traverse de reprise:
vis-à-vis les phénomènes d’instabilités (diversement et flambement)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
NORME : EN 1993-1:FR-NA:2007, Eurocode 3: Design of steel structures.
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :

110
PIECE : 4 Arbalétrier_CM66_4 POINT : 3 COORDONNEE : x = 0.10 L =
0.80 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 10 ELUEUGQV (1+2+3)*1.35
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 550


h=55.0 cm gM0=1.00 gM1=1.00
b=21.0 cm Ay=72.240 cm2 Az=57.232 cm2 Ax=134.416 cm2
tw=1.1 cm Iy=67116.500 cm4 Iz=2667.580 cm4 Ix=118.400 cm4
tf=1.7 cm Wply=2662.189 cm3 Wplz=395.142 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
EFFORTS INTERNES ET RESISTANCES ULTIMES :
N,Ed = 7542.68 kG My,Ed = 33088.68 kG*m
Nc,Rd = 322105.51 kG My,pl,Rd = 63794.91 kG*m
Nb,Rd = 322105.51 kG My,c,Rd = 63794.91 kG*m Vz,Ed = -4913.68 kG
My,N,Rd = 63759.93 kG*m Vz,c,Rd = 79181.27 kG
Mb,Rd = 38165.28 kG*m
Classe de la section = 1
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z = 0.00 Mcr = 77658.41 kG*m Courbe,LT - d XLT = 0.52
Lcr,upp=8.00 m Lam_LT = 0.91 fi,LT = 1.18 XLT,mod = 0.60

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
kyy = 1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
Contrôle de la résistance de la section :
N,Ed/Nc,Rd = 0.02 < 1.00 (6.2.4.(1))
My,Ed/My,c,Rd = 0.52 < 1.00 (6.2.5.(1))

111
My,Ed/My,N,Rd = 0.52 < 1.00 (6.2.9.1.(2))
Vz,Ed/Vz,c,Rd = 0.06 < 1.00 (6.2.6.(1))
Contrôle de la stabilité globale de la barre :
My,Ed/Mb,Rd = 0.87 < 1.00 (6.3.2.1.(1))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kyy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.89 < 1.00 (6.3.3.(4))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kzy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.89 < 1.00 (6.3.3.(4))
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches
uz = 0.7 cm < uz max = L/200.00 = 4.0 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 14 ELSEUGQV 1*1.00+(2+3)*0.90

Déplacements Non analysé


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!
RATIO 89%

Pour cette traverse il ya risque de diversement (une aumentation presque double du


ß
= 1.93 )
NOP
ratio de diversement

Conclusion:
Le règlement EC3 apparait plus determinant que le règlement CM66 pour le
dimensionnement des cadres en bleu.

Les cadres en rouge :

112
Modélisation sur RSA

Ce cadre supporte les deux faux portique qui lui sont suspendus.
Une première vérification des traverses montre que le profilé IPE 550 est instable.
On incremente à IPE 600.

CM66 :

NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :
PIECE : 4 Poutre_4 POINT : 3 COORDONNEE : x = 1.00 L = 6.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 3 ELU 1*1.33+2*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU :
ACIER E24 fy = 2396.33 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 600

113
ht=60.0 cm
bf=22.0 cm Ay=83.600 cm2 Az=72.000 cm2 Ax=155.984 cm2
ea=1.2 cm Iy=92083.400 cm4 Iz=3387.340 cm4 Ix=166.200 cm4
es=1.9 cm Wely=3069.447 cm3 Welz=307.940 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES : SigN = 3315.71/155.984 = 21.26 kG/cm2
SigFy = 54059.41/3069.447 = 1761.21 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z=0.00 B=1.00 D=1.33 Sig D=491.09 kG/cm2
lD_sup=6.00 m C=1.25 kD=1.22
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
SigN + kD*kFy*SigFy = 21.26 + 1.22*1.00*1761.21 = 2177.07 < 2396.33 kG/cm2 (3.731)
1.54*Tauz = 1.54*43.55 = 67.07 < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches
uz = 0.7 cm < uz max = L/200.00 = 3.0 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 4 ELS (1+2)*1.00

Déplacements Non analysé


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!! Ratio 91%

La poutre est stable vis-à-vis le flambement (son élamncement est trés faible λy =24)
seul le diversement qui juge la stabilité de la, poutre.

EUROCODE 3:

114
-----------------
NORME : EN 1993-1:FR-NA:2007, Eurocode 3: Design of steel structures.
TYPE D'ANALYSE : Vérification des pièces
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE :
PIECE : 4 Poutre_4 POINT : 3 COORDONNEE : x = 1.00 L =
6.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 5 ELUEU 1*1.33+2*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MATERIAU :
ACIER E24 fy = 2396.33 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 600


h=60.0 cm gM0=1.00 gM1=1.10
b=22.0 cm Ay=94.304 cm2 Az=83.784 cm2 Ax=155.984 cm2
tw=1.2 cm Iy=92083.400 cm4 Iz=3387.340 cm4 Ix=166.200 cm4
tf=1.9 cm Wply=3512.620 cm3 Wplz=485.661 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
EFFORTS INTERNES ET RESISTANCES ULTIMES :
N,Ed = 3315.71 kG My,Ed = 54059.41 kG*m
Nc,Rd = 373789.62 kG My,pl,Rd = 84174.08 kG*m
Nb,Rd = 373789.62 kG My,c,Rd = 84174.08 kG*m Vz,Ed = 3135.55 kG
My,N,Rd = 84174.08 kG*m Vz,c,Rd = 115917.14
kG
Mb,Rd = 57586.59 kG*m
Classe de la section = 1
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z = 0.00 Mcr = 95257.48 kG*m Courbe,LT - XLT = 0.65
Lcr,upp=6.00 m Lam_LT = 0.94 fi,LT = 1.06 XLT,mod = 0.68
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :

115
kyy = 1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
Contrôle de la résistance de la section :
N,Ed/Nc,Rd = 0.01 < 1.00 (6.2.4.(1))
My,Ed/My,c,Rd = 0.64 < 1.00 (6.2.5.(1))
Vz,Ed/Vz,c,Rd = 0.03 < 1.00 (6.2.6.(1))
Contrôle de la stabilité globale de la barre :
My,Ed/Mb,Rd = 0.94 < 1.00 (6.3.2.1.(1))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kyy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.95 < 1.00 (6.3.3.(4))
N,Ed/(Xmin*N,Rk/gM1) + kzy*My,Ed/(XLT*My,Rk/gM1) = 0.95 < 1.00 (6.3.3.(4))
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches
uz = 0.7 cm < uz max = L/200.00 = 3.0 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 7 ELSEU (1+2)*1.00

Déplacements Non analysé


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!! Ratio 95%

Bilan :

Eurocode 3 CM66
Section Ratio (%) Section Ratio (%)
Poteaux des cadres en bleu IPE 550 80 IPE 550 58
Poutre de reprise (1faux portique) IPE 550 89 IPE 550 70
Poutre de reprise (2 faux portique) IPE 600 95 IPE 600 91

On remarque que le réglement CM66 est plus favorable que Eurocode 3 . ceci est due
au faite que l’eurocode introduit des coefficients de securité γM0 pour le calcul de
l’effort N,Ed ; et le coefficient γM1 pour la vefification de l’instabilité. Les ratios de CM66
et EC3 ne sont pas assez differents ;on peut conclure que l’eurocode joue beaucoups sur
le compromis cout/sécurité.

c) Effet des cadres rigides sur les déplacements longitudinaux :

Déplacements sans cadres rigides :

116
Figure 55 : Déplacements sans cadre rigide

Avec cadres rigides :

Figure 56 : Déplacements avec cadre rigide

Une réduction des déplacements longitidunaux de 25 %.

V. Etude des portiques :

1. Introduction :

Aprés avoir étudié la stabilité longitudinale qui est assurée par le palée de stabilité et les
cadres rigides, nous allons vérifier la stabilité transversale qui est assurée par la rigidité
du portique (Portique auto-stable) qui reprendra tous les efforts Transversaux (vent ;
séisme) et les transmettra aux fondations sans présentée de grandes déformations.
Le dimensionnement des élements d’un seul portique et puis adopter les profilés
obtenues aux autres portiques ne reflète pas la réalité, en effet la porté entre les
portiques n’est pas uniforme,presence de decrochement,ceci rendre rend la
determination des cas les plus défavorables de dimensionnement trés difficile,donc on
determine à l’aide du logiciel RSA l’élements le plus sollicité pour les poteaux et les
traverses , la section obtenue va etre adopter autres élements de la méme famille.
Appuis des poteaux :

117
Dans un premier temps,on articule tous les poteaux en leur pieds , ceci va soulager les
fondations mais en contrepartie il nécessitra la rigidification de la structure en
augmetant son hyperstaticité (ajout des barre,renforcement des angles des portiques…).
une analyse des déplacements montre :

On remarque que le déplacement (Ux) dans le plan du portique est proche du


deplacement limite L/200=3.5cm , donc on va encastrer la structure dans les plans des
portiques et on l’articule longitudinalement on trouve :

Une réduction de 80%

Figure 57 : Schéma des appuis adoptés

Rappel des dimensions :

118
Figure 58 : Les dimensions du portique

a) Les actions du portique :

Charge permanente : S = Poids pannes (63Kg/ml) +24*8=255Kg/ml

La charge d’exploitation : ì = charge d′entretien 4Kg/ml + 160Kg/ml = DL F /•V

Effet du vent : La charge est ramenée au mètre linéaire du portique.

Combinaison de charge :

CM66 Eurocode 3
1. 1,33 G + 1,5 Q 1. 1,35 G + 1,5 Q
2. G + 1,75 VV 2. 1.35 G + 1,5 Vn
3. 1,33 G + 1,42 Q + VV 3. G+ Ve + 0,5 Q
1,35 G + Q + Vn
Combinaisons à ELU
4.
5. G+1.5 Vn
6. W + 8. G + Q
7. W + µ? 9. G + Vn
Combinaisons à ELS

10. G + 0,9 Q + Vn
Combinaison accidentelle G+0.2Q+S

Principe de prédimensionement :

Le prédimensionnement d’un élément structural est fondé sur le calcul des moments
résultants correspondants aux combinaisons d’actions les plus défavorables et ainsi on
déduit les inerties minimales des profils utilisés.
Un calcul manuel par la méthode RDM des sollicitations s’avère fastidieux vue le fait
qu’il faut déterminer les sollicitations de tous les cas de charges et d’en extraire le cas
le plus contraignant.
On vérifie pour les profilés suivants :

Les poteaux centraux HEB 260


les poteaux de rive IPE 450
les traverses IPE 450

119
Nota benne :
Le phénomène le plus contraignant pour les traverses est le diversement alors que pour
les poteaux c’est le flambement qui détermine leur section. Mais dans les calculs ci après
on va tenir compte de ces deux phénomènes pour la vérification de chaque élément
structural.
Le règlement CM66 fixe Les déplacements des poteaux de rive au maximum à L/300,
ceci afin de se prémunir contre d’éventuels désordres de la maçonnerie.

2. Vérification des traverses :

La longueur de déversement de la semelle supérieure est la distance entre les pannes.


Une première vérification par le logiciel montre que la semelle inferieur de toutes les
traverses est instable vis-à-vis le phénomène de déversement.

120
On remarque que le coefficient de diversement est très important donc il faut le
diminuer ;
Deux solutions sont envisageables :
Augmenter la section et procéder à la vérification de la nouvelle section.
Garder le même profilé et de le stabiliser en disposant des entretoises pour
assurer le maintien latéral de la semelle inferieure.
Pour des raisons économiques en opte pour la deuxième solution, on renforce la
traverse tout les 4m (chaque deux pannes).
Une vérification du déversement par le logiciel donne :

121
Les bracons sont dimensionnés pour pouvoir résister à 2% de l’effort de compression
admissible dans la semelle soit ici :

X∗
L’aire de la semelle comprimée :
= 19 * 1.46=27.74cm2

: Epaisseur de la semelle de la traverse.


X: Largeur de la semelle.
L’effort de compression admissible :

"Y = X ∗ ∗ = DDP¬D daN


Les bracons doivent reprendre 2% des efforts de traction ou de compression selon que
le déversement se développe à gauche ou à droite.
Soit :
N=0.02 ∗ 66576 = 1331.5 daN
La vérification à la traction :
Z
ï≥E => A=0.56 cm2
/

Adoptons la section 70x70x7 de 0.5m de longueur A=9.4cm2

122
La Vérification de la compression :

[= . D =>λH = ?. P => M ≈
8
= =
$
50
2.12

Cet élancement est suffisent pour que les bracons ne flambent pas.
"
≤ 1
=.
Z\]
^_`

= 0.06 ≪ 1 ce qui vérifie notre hypothèse.


Z
"B8 = ï. =
^_0 b\]
1331.5
a.
=22090Kg =>
ß.
c_` `.`
22090

Figure 59 : Emplacement des bracons

CM66 :

ELU
La vérification par famille donne pour la traverse la plus chargée les sollicitations
suivantes :
Cas de charge décisif : 1.33G+1.42 (Q+V) (Dépression)

effort axial moment fléchissant effort tranchant


N(kg) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)
17002 7674.5 -1352.7 -1730 44.1

Flambement :
Axe-Y :

La longueur de la traverse est 19 m : lÎ = @•

123
N 17002
σ= = = 172.05 kg/cm2
AÏ 98.82
lä 1900
λ = = = 102
i 18.5
ef4
σ = = 1990.2 kg/cm2 Il ya risque de flambement

7674.5
σÎ = = 511.74 Kg/cm2
1499.7
σ
μ = = 11.6
σ
μ− 1
kß = = 1,03
μ − 1.3

μ + 0.03
kÎ = = 1,12
μ − 1.3
Axe-Z :

La longueur de flambement à considérer est la distance entre les pannes : 2 m.


La traverse est bi articulée dans le sens y donc lÎ = •
lä 200
λ = = = LW. W
i 4.1

σ = = WD@L. L kg/cm2

σÎj = 1352.70/176.40 = ¬DD. W kg/cm2
σ
μ = = P?. P
σ
μ− 1
kß = = , ??
μ − 1.3
k– ä.ä‹
k Îj = = ,?
k“ ß.‹
Flambage négligeable

Déversement :
La semelle supérieure de la traverse ne peut pas déverser car elle est immobilisée
latéralement par les pannes. Pour la semelle inferieure on dispose des bacons tout les 4
m.
Le niveau d’application des charges est la fibre moyenne => B=1.
Le poteau est soumis à deux moments différents au droit des appuis

3
dans ce cas: C = l = . WW
¡ ¡ ¡
1 + ¡ þ + n¡ þ o − 0,152 × n1 − ¡ þ o
ò ò ò

Avec Mô = ?Kgm M = ????Kgm => C = . ?P

124
Am0 n − 1
Am = +
n 5 Am0
Article 3,62 CM66

On détermine d’abord le coefficient donné par la méthode simplifiée suivante en


posant :
Am0 = 1 o; α ≤ 0.25
l. h
Am0 = 1 + 2 α − 0.25 si 0.25 < α < 0.75 ; α=
10‹ Cbe
Am0 =2 α si α ≥ 0.75
α = 0.7 Kd0 = 1.4
Donc Kd=1.01

λ > λj σk1y + σfy kD kfy + σfz kfz = P W. ≤ + (Ratio 65%)


Vérification face à l’effort tranchant:
On doit vérifier que : τ = Max τz ; τy =
º
τ = 1,54 = 1.54 ∗ 31.2 = 48Kg/cm2 < md
ï

LOGICIEL :
NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des familles
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE : 2 TRAVERSES
PIECE : 9 POINT : 1 COORDONNEE : x = 0.50 L = 9.50 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 17 ELUV8 1*1.33+(2+8)*1.42
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 450


ht=45.0 cm
bf=19.0 cm Ay=55.480 cm2 Az=42.300 cm2 Ax=98.821 cm2
ea=0.9 cm Iy=33742.900 cm4 Iz=1675.860 cm4 Ix=63.800 cm4
es=1.5 cm Wely=1499.684 cm3 Welz=176.406 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES : SigN = 17002.14/98.821 = 172.05 kG/cm2
SigFy = 7674.51/1499.684 = 511.74 kG/cm2
SigFz = 1352.70/176.406 = 766.81 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

125
PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z=0.00 B=1.00 D=1.04 Sig D=481.70 kG/cm2
lD_sup=1.90 m C=1.07 kD=1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
Ly=19.01 m Muy=13.88 Lz=19.01 m Muz=57.84
Lfy=19.01 m k1y=1.02 Lfz=1.90 m k1z=1.01
Lambda y=94.06 kFy=1.12 Lambda z=46.08 kFz=1.03
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz = 1.02*172.05 + 1.00*1.12*511.74 + 1.03*766.81 = 1538.75 <
2396.33 kG/cm2 (3.731)
1.54*Tauy = |1.54*-31.17| = |-48.00| < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
1.54*Tauz = 1.54*1.04 = 1.61 < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!

Eurocode 3 :

ELU :

Cas de charge décisif : 1.35G+1.5Q

effort axial moment fléchissant effort tranchant


N (kg) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)
3143 -22345.4 12.8 -1.4 -7663.2

Tout d’abord il faut déterminer la classe de la section pour choisir la formule de


vérification adéquate. Pour se faire il faut déterminer la classe de l’âme et de l’aile
(fonction de leur élancement) et la classe de l’âme cette dernière condition nécessite
l’étude du diagramme de contrainte de la section transversale. Pour notre cas on peut
considérer que la paroi est sollicitée en premier approximation en flexion donc il faut
comparer les élancements 72ԑ=72.

largeur de l'aile (cm) 6.9


épaisseur de l'aile (cm) 1.5
élancement de la semelle 4.75
classe de la semelle 1

126
hauteur de l'âme (cm) 37.9
épaisseur de l'âme (cm) 0.9
élancement de l'âme 40.30
classe de l'âme 1
classe de la section 1

On vérifie bien par le logiciel la classe 1 de la section.

Flambement :

Axe-Y :
La longueur de la traverse est 19 m donc : lÎ = @•

lä 1900
λ = = = ? => λH = ,
i 18.5
Φ = 0,5 n1 + α λH − 0,2 + λH o = 0,5 1 + 0.21 1.1 − 0.2 + 1.1 = .

(α = 0.21 axe fort)

1
χ= = ?. D
Φ+ Φ − λH

μ = λH 2β¡ − 4 + h ÜÝó
r “rþÝó
i = −1.41 < 0.9 (Charge uniformément repartieβ¡ =
r þÝó

1.3)(voir annexe fig10)

G.k
k = 1 − s.ñ.Î = 1.03 la section de calcul est la section totale
ó

Axe-Z :

La longueur à considérer est la distance entre panne soit lÎ = 2 m.

lä 200
λ = = = L@ => λH = ?. P
i 4.1
Φ = 0,5 n1 + α λH − 0,2 + λH o = 0.67
(α = 0.34 axe faible)

1
χ= = ?. @
Φ+ Φ − λH

127
W×Øj − W Øj
μ = λH 2β¡ − 4 + h i = −0.16 < 0.9
W Øj
N. μ
k= 1− = 1.01
χ. A. f

Déversement :

ypò+ + xC . Z~ z − C . Z~ • F. 2
v` f4 ewx w 4
OP .{.|
Mtu = ∗
OP
4
wz f4 .e.wz

Avec :

Zg = la distance entre le point d’application de la charge au centre de cisaillement = 0


J = moment d'inertie de torsion
Iw = moment d'inertie de gauchissement
Iz = moment d'inertie de flexion suivant l‘axe de faible d’inertie.
L = longueur de la poutre entre points latéralement maintenus
C1 =0.71 C2 =0.65 (on suppose que la traverse est bi encastrée) (voir annexe
fig. 11)
Mtu = DDPP. DKg. m

λH
¡
= p¡ÜÝ = . L
ۥ

Φ = 0,5 x1 + α xλH − 0,2z + λH ²z = .L α = ?. pour le profilé laminé


1
χ = = 0.49 < 1
Φ + pΦ − λH

(*) : L’Eurocode 3 donne une formule générale dans l’annexe F de eurocode 3 qui fait
apparaitre d’autres facteurs (tel que le facteur de rotation de l’extrémité en plan, facteur
de gauchissement)

Contrôle de la section :

On néglige l’effet de l’effort tranchant sur les efforts et moment résistant on a :


N sd M y . sd M z. sd
( )( )( )  0.6  1
N pl . Rd M pl . y. Rd M pl . z . Rd

128
Az
T = Max Tx; Ty = ¬DD Kg/cm2 < 0.58 × f × = DW P? Kg/cm2 ⇒ [QB•° %
γ¡ä
Stabilité globale de la traverse :
On vérifie que :
= F 5 F ‘ 5‘
+ + = . ≈1 ð ;I 1.1
M••A × * × 4 MIJ × eU × 4 eU‘ × 4
5 5 5

Conclusion :

On remarque que l’Eurocode est plus déterminant que CM66; en effet en remarque que
pour le diversement l’Eurocode double la contrainte de flexion (1/XLT =2) le flambement
est presque négligeable pour l’Eurocode ce qui n’est pas le cas pour CM66

Condition de flèche : CM 66 et Eurocode 3 :


La vérification par le logiciel RSA montre que la combinaison la plus défavorable pour
les deux reglements est la combinaison fondamentale G+Q :

ELS :
NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des familles
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE : 2 TRAVERSES
PIECE : 102 Poteau_de_rive_CM66_2 POINT : COORDONNEE :
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 450


ht=45.0 cm
bf=19.0 cm Ay=55.480 cm2 Az=42.300 cm2 Ax=98.821 cm2

129
ea=0.9 cm Iy=33742.900 cm4 Iz=1675.860 cm4 Ix=63.800 cm4
es=1.5 cm Wely=1499.684 cm3 Welz=176.406 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches
uz = 6.8 cm < uz max = L/200.00 = 10.5 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 28 ELS (1+2)*1.00
Profil correct !!!

3. Poteaux de rive :

CM66 :

ELU :
On utilise le logiciel pour le calcul des sollicitations :
Le cas de charge décisif est : , S + , Pì

Diagramme des efforts tranchants Diagramme du moment fléchissant

Axe y-y Axe z-z autour y-y autour z-z

Diagramme de l’effort normal

130
Les sollicitations de calcul :

effort axial moment fléchissant effort tranchant


N(kG) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)
9662 24381.8 -1.11 0.16 5177.9

Vérification du flambement :
Dans le plan du portique le poteau est encastré en pied avec possibilité du déplacement
de l’autre extrémité (la tête du poteau)
Le CM66 article 13.8. 112 donnes comme formule de calcul :

l0y 3.2⍴ñ ⍴¢ + 4 ⍴ñ + 4⍴¢ + 3.75


= { article 13.8. 112
l ⍴ñ + ⍴¢ + 3.75

l…
formule approchée à moins de 2% de
l

Avec a et b les positions du point d’inflexion.


D’une manière approximative on considère qu’on a un système symétrique donc
ρa=ρb=0.5

131
lä = 7 ∗ 1 + 1.6ρa = 1.3 ∗ 7 = 9.3m
∆lä
une vérification par le logiciel donne lä = 9.1m donc = 1% < 2% Iˆ

läj = 7m poteau biarticulé

lä 9.3
λy = = = 50.3
iy 0.185
läj 7
λz = = = ¬? => λz > [Ò
iz 0.041

Dans ce cas le flambement est à craindre autour de Gz CM66 recommande d’utiliser la


formule suivante :

σkßj + σÎ k ‰ k Î + σÎj k Îj ≤ σ

Axe-Y :
La longueur de flambement est lÎ = @. •

σ = @¬. W kG/cm2
24381.8
σÎ = = D P. W kG/cm2
1499.7
lä 930
λ = = = P?
i 18.5

σ = = W W . D Kg/cm2 Il ya risque de flambement

μ
ü
= = W .¬
ü
μ− 1
kß = = , ??
μ − 1.3
μ + 0.03
kÎ = = ,?
μ − 1.3

Axe-Z :

La longueur de flambement la longueur totale (poteau bi-articulé)


Soit lÎ = ¬•.

132
lä 200
λ = = = LW. W
i 4.1

σ = = ¬ D. L Kg/cm2

1.1
σÎj = = ?. D kG/cm2
176.41
σ
μ = = ¬.
σ
μ− 1
kß = = , ?P
μ − 1.3
μ + 0.03
k Îj = = , P
μ − 1.3

Déversement :
Le poteau peut déverser sur toute sa longueur donc la longueur de déversement est
l=7m
Le poteau est soumis à deux moments différents au droit des appuis.

3
Dans ce cas: C = l
¡þ ¡ ¡
1+ + n¡ þ o − 0,152 × n1 − ¡ þ o
¡ò ò ò

Me
Avec = −?. L@ => C = .¬
Mw

Am0 n − 1
Am = +
n 5 Am0
Article 3,62 CM66

α = 0.7 => Kd0 = 1.4 => A = 0.8 < 1 => A = 1

<ðo ! K;o,J! ! ;L!Ko! !‹

σkßj + σÎ k ‰ k Î + σÎj k Îj = ¬LP. P /•• ≤ + (Ratio 75%)

Vérification face au à l’effort tranchant :


On doit vérifier : τ = 1,54τY <

133
j
τY = max τy; τz = τz = = . L Kg/cm2
ñj

Soit : 1,54 × 122.4 = 188.5 Kg/cm2 < 2350 AŒ/ 2 ok


Par le logiciel on trouve :
NORME : CM66
TYPE D'ANALYSE : Vérification des familles
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FAMILLE : 1 POTEAUX DE RIVE
PIECE : 65 Poteau_de_rive_CM66_2 POINT : 3 COORDONNEE : x = 1.00 L = 7.00 m
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CHARGEMENTS :
Cas de charge décisif : 11 ELU 1*1.33+2*1.50
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE LA SECTION : IPE 450


ht=45.0 cm
bf=19.0 cm Ay=55.480 cm2 Az=42.300 cm2 Ax=98.821 cm2
ea=0.9 cm Iy=33742.900 cm4 Iz=1675.860 cm4 Ix=63.800 cm4
es=1.5 cm Wely=1499.684 cm3 Welz=176.406 cm3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
CONTRAINTES : SigN = 9661.97/98.821 = 97.77 kG/cm2
SigFy = 24381.75/1499.684 = 1625.79 kG/cm2
SigFz = 1.11/176.406 = 0.63 kG/cm2
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PARAMETRES DE DEVERSEMENT :
z=0.00 B=1.00 D=1.56 Sig D=467.79 kG/cm2
lD_sup=7.00 m C=2.69 kD=1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
PARAMETRES DE FLAMBEMENT :

en y : en z :
Ly=7.00 m Muy=88.53 Lz=7.00 m Muz=7.48
Lfy=9.13 m k1y=1.00 Lfz=7.00 m k1z=1.05
Lambda y=49.41 kFy=1.02 Lambda z=169.98 kFz=1.25
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
FORMULES DE VERIFICATION :
k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz = 1.05*97.77 + 1.00*1.02*1625.79 + 1.25*0.63 = 1757.98 <
2396.33 kG/cm2 (3.731)
1.54*Tauy = 1.54*0.00 = 0.00 < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
1.54*Tauz = 1.54*122.41 = 188.51 < 2396.33 kG/cm2 (1.313)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

134
Profil correct !!!
ELS :
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 0.7 cm < vx max = L/300.00 = 2.3 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 32 ELSV6 (1+6)*1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Eurocode 3 :

ELU :
Le cas de charge décisif : , P S + ,P ì
(Le même poteau le plus sollicité qui a été trouvé pour CM66)

Les sollicitations de vérification: (KN)

effort axial moment fléchissant effort tranchant

N(kG) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)


9741.3 24565.8 -1.12 0.16 5225.8

La section est de classe 1.


Contrôle de la section :
On néglige l’effet de l’effort tranchant sur les l’effort et le moment résistant on a :

N sd M y . sd M z. sd
( )( )( )  0.65  1
N pl . Rd M pl . y . Rd M pl . z . Rd

Resistance du poteau vis-à-vis phénomène d’instabilité :

N ky  M y kz  M z
  1
 min  A  f y  M 1 Wpl , y   LT f y  M 1 Wpl , z  f y  M 1

Flambement :

135
Axe-Y :
La longueur flambement : lÎ = @. •

λ = P => λH = ?. PL

Φ = 0,5 n1 + α λH − 0,2 + λH o = 0,5 1 + 0.21 1.1 − 0.2 + 1.1 = ?. ¬


(α = 0.21 axe fort ; courbe de flambement a)

1
χ= = ?. @
Φ+ Φ − λH

μ = λH 2β¡ − 4 + h
rÜÝó “rþÝó
i = −0.62 < 0.9 (Charge uniformément repartieβ¡ =
rþÝó

1.3)

N. μ
k= 1− = 0.94
χ. A. f
Axe-Z :

La longueur de flambement est la longueur totale

soit : lÎ = 7 m


λ = ¬? => λH = .W α = 0.34 axe faible
i
=

1
χ= = ?. P
Φ+ Φ − λH

N. μ
k= 1− = ?. @@
χ. A. f

Déversement :

Cß π EIj Iô L . G. J
Mtu = •{ + + xC . Z~ z − C . Z~ •
L IŽ π . E. IŽ

Mtu = DP?P@. P Kg. m

λH
¡
= p¡ÜÝ = ?. ¬@
ۥ

Φ = 0,5 x1 + α xλH − 0,2z + λH ²z = ?. @ α = ?.


1
χ = = ?. ¬L < 1
Φ + pΦ − λH

136
N ky  M y kz  M z
   0.98  1 (Ratio 98%)
 min  A  f y  M 1 Wpl , y   LT f y  M 1 Wpl , z  f y  M 1

ELS :

Vérification de la flèche en tête de poteau :

NORME : EUROCODE 3
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 0.7 cm < vx max = L/300.00 = 2.3 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 73 EUROELSGQV6 1*1.00+(2+6)*0.90
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!

4. Poteaux de centraux (HEB 260) :

CM66 :

ELU :
Cas décisif pour les trois poteaux centraux est : , S + , Pì

Le diagramme des moments :

137
Axe y-y Axe z-z

Diagramme des efforts tranchants :

Axe y-y : Axe z-z :

Diagramme de l’effort normal :

138
ELU :

CM66 :

Les sollicitations de vérification: (KN)

effort axial moment fléchissant effort tranchant

N(kG) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)


23435.2 -2061.9 5404.5 -711.3 -389.6

lä = 8.2m encastrement au pied et articulation à la tête du poteau


läj = 7.6m poteau biarticulé
lä 8.2
λy = = = ¬L. P
iy 0.11

=> λz > [Ò
läj 7.6
λz = = = P.
iz 0.066
Dans ce cas le flambement est à craindre autour de Gy CM66 recommande d’utiliser la
formule suivante :
σkßj + σÎ k ‰ k Î + σÎj k Îj ≤ σ
Flambement :
Pour HEB 260 :
La contrainte de compression totale :
= 23435.2
= = = 197.9 kG/cm2
*- 118.5

139
Axe-Y :
La longueur de flambement est lÎ = @. •

2061.9
σÎ = = 179.7 kG/cm2
1147.7
λ = ¬L. P

σ = = ¬ ?. P Kg/cm2
[
Il y a risque de flambement
μ
ü
= = W. @
ü
μ− 1
kß = = ,?
μ − 1.3
μ + 0.03
kÎ = = , ?W
μ − 1.3

Axe-Z :

La longueur de flambement la longueur totale (poteau bi-articulé)

Soit lÎ = ¬•.
λ = P.


σ = = PD?. Kg/cm2

5404.5
σÎj = = DW. P kG/cm2
394.97
σ
μ = = ¬. @
σ
μ− 1
kß = = . ?L
μ − 1.3
μ + 0.03
k Îj = = ,
μ − 1.3
Déversement :

140
Le poteau peut déverser sur toute sa longueur donc la longueur de déversement est
l=7m
Le poteau est soumis à deux moments différents au droit des appuis

Dans ce cas: On a
¡þ
M = − LW. LKgm Mô = PP Kgm => = −?. LP Kgm
¡ò

C=2.6
l. h
α= = 0.16 => Aæä = 1
10‹ Cbe

Am =
‘D0 ‡“1
+ =1
‡ 5 ‘D0
Déversement est négligé

D’où
σkßj + σÎ k ‰ k Î + σÎj k Îj = ?W Kg/cm2 ≤ + GQB•° WW%

Vérification de l’effort tranchant :

On doit vérifier : τ = 1,54τY < md


τY = max τy; τz = τz = P Kg/cm2
Soit : 1,54 × 15 = . < ok

141
Eurocode 3 :

Le cas de charge décisif : , P S + ì + TA

Les sollicitations de vérification pour le poteau le plus sollicité : (KN)

effort axial moment fléchissant effort tranchant

N(kG) My (kg*m) Mz(kg*m) Ty(kg) Tz(kg)


23753.2 -7901 -23.7 2.9 958.36

Classification de la section :

largeur de l'aile 10.1


épaisseur de l'aile 1.8
élancement de la semelle 5.77
classe de la semelle 1
hauteur de l'âme 17.7
épaisseur de l'âme 1
élancement de l'âme 17.7
classe de l'âme 1
classe de la section 1

Resistance de la section transversale :

N sd My M
( )( )  ( z. )  0.35  1
N pl M pl . y M pl . z.

Flambement :

Axe Z :

142
La longueur du poteau est : lÎ = ¬. D •

λ = = P.
i
Z
Z   A  1.22   z  0,41 (Courbe c)
1
W pl . Z  Wel . Z
 Z  Z (  mz  2  4)   1,1
Wel . Z
Z  N
kZ  1  =1.2
 Z  N pl

Axe-Y :
lÎ = W. PP •
λ = ¬D.
y
y   A  0.81   y  0,72 (Courbe b)
1
Wpl . y  Wel . y
 y   y (  my  2  4)   0.89
Wel . y

y  N
ky  1 =1.1
 y  N pl

Déversement :

la longueur deversement des deux semelle est ¬. D•


Mtu = ? W¬ Kg. m

λH
¡
= p¡ÜÝ = ?. PP
ۥ

Φ = 0,5 x1 + α xλH − 0,2z + λH ²z = ?. @ α = ?.


1
χ = = ?. @ < 1
Φ + pΦ − λH

Donc :
N ky  M y kz  M z
   0.56  1
 min  A  f y  M 1 Wpl , y   LT f y  M 1 Wpl , z  f y  M 1
(Ratio 56%)

ELS

143
CM 66 :
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 0.8 cm < vx max = L/200.00 = 3.8 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 32 ELSV6 (1+6)*1.00
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Profil correct !!!
EUROCODE 3 :
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
DEPLACEMENTS LIMITES

Flèches Non analysé

Déplacements
vx = 0.8 cm < vx max = L/200.00 = 3.8 cm Vérifié
Cas de charge décisif : 40 ELSQ6 (1+2)*1.00+(3+6)*0.90

Bilan:
D’après l’étude des éléments (traverse, poteaux) on remarque CM66 parait favorable
(tout les ratios calculés par CM66 sont inférieur à ceux calculés par Eurocode 3 sauf
pour les poteaux central)

Après calcul de la structure en entier, nous obtenons les résultats suivants :

Profilé
Poteau central du portique HEB 260
Poteau de rive du portique IPE 450
Poteau de rive du faux portique IPE 450

144
Traverses IPE 450
Poutre de reprise supportant 1 faux portique IPE 550
Poutre de reprise supportant 2 faux portiques IPE 600
croix du contreventement L 70x70x7
montants HEA 140
poteau en croix des cadres rigides HEB260+IPE 450

5. Justification vis à vis l’effet thermique:

La structure n’a pas de joint de dilatation, on prend pour la vérification les valeurs
suivantes:
Δ T= 25°C α= 0.000011 °C-1, on considère que le flux thermique est suivant l’axe
longitudinale des barres (Ox) (soit une variation de longueur de 0.3mm)

Figure 60 : Convention adoptée

1,33 G + T + 1,5 Q G+T+


Combinaisons à ELU (CM66) Combinaisons à ELS (CM66)

1,33 G + T + 1,5 Wn G + T + Ñ‹
1,33 G + T + 1,42 Q + WV
1,33 G + T + Q + Wn)

Les résultats de calculs par le logiciel RSA :

La Contrainte tenant compte des phénomènes instabilités


Sans effet thermique Tenant compte de l’effet thermique

Poteaux k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz =


de rive = 1.05*97.77 + 1.00*1.02*1625.79 + 1.02*35.85 + 1.00*1.01*1880.84 +
1.25*0.63 = 1757.98 (barre N° 65) 1.08*0.53 = 1929.97 (barre N° 65)

145
Poteaux k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz =
centraux = 1.04*197.86 + 1.00*1.08*179.66 + 1.04*194.59 + 1.00*1.08*76.38 +
1.23*1368.35 = 2085.23 1.23*1419.08 = 2025.66
(barre N° 113) (barre N° 113)
traverses k1*SigN + kD*kFy*SigFy + kFz*SigFz SigN + kD*SigFy + SigFz = -30.37 +
= 1.02*172.05 + 1.00*1.12*511.74 + 1.00*-302.46 + -1486.13 = | -1818.96 |
1.03*766.81 = 1538.75 (barre N° 117)
(barre N° 9)

On remarque que les sections répondent aux effets thermiques.

VI. Assemblages :

Les assemblages sont effectués par l’intermédiaire de platines et sollicités par un


moment fléchissant, un effort tranchant et un effort normal. Ces platines sont soudées
sur chaque traverse (en usine) et assemblées (sur chantier) par des boulons HR.
Les assemblages d’etude :

On va étudier ci-après les assemblages contournés en rouge (voir schéma ci dessus).

146
Sur chaque traverse, il faut deux assemblages de type 3 car la longueur maximale
disponible dans le marché est de 12m.

1. Assemblage poteau-traverse :

Renfort de liaison :
L'assemblage doit pallier aux sollicitations du moment et doit assurer à la fois la rigidité
nécessaire et la résistance à la flexion. La transmission des charges se fait à l’aide des
boulons en traction. On utilise généralement des boulons à serrage contrôlé. De plus, il
faut que le poteau résiste au cisaillement induit par les efforts de traction dans les
boulons au sommet du renfort.

Calcul :
 CM 66 :

Efforts appliqués à l’assemblage :

Au niveau de l’assemblage traverse-poteau, on a les efforts suivants :

Cas de charge décisif : 1.33G +1.5Q

N Q M
-3696.6 kg -6546.3 kg 17533.2 kgm

Position de l’axe neutre de l’assemblage étudié :

Les caractéristiques géométriques et données mécaniques des profilés assemblés se


présentent comme suit :
Tableau 11 : Caractéristiques géométriques du poteau et la poutre

Poteau et Poutre h (mm) b (mm) aame (mm) asemelle (mm) A (mm²)


IPE 450 450 190 9 21 17800

147
La position de l’axe neutre est donnée par la formule suivante :

X 190
Ó = !’ { = 15{ = 68
!“ 9

Figure 61 : Position de l’axe neutre

Détermination des dimensions géométriques relatives à l’assemblage :

Les distances entre axes des boulons ainsi qu’entre axes des boulons et les bords des
pièces (pinces) sont limités par :
a. Des valeurs minimales :
 Pour faciliter la mise en place des boulons.
 Pour remettre le passage des clés.
 Pour éviter le déchirement des tôles (à la manière de timbre poste).
b. Des valeurs maximales :
 Pour conserver le bon contact des pièces assemblées (ce qui augmente le
frottement et limite les risques de corrosion).
 Pour éviter des assemblages trop longs
c. L’entraxe des boulons :
Selon la norme NFP22 – 400 article 6.1.2, l’espacement entre les boulons doit vérifier les
deux conditions suivantes :
Pour les boulons D=16mm on a :
 δ > 3.dtr = 3*18mm = 54 mm.
 δ < 10. dtr= 10*18 mm = 180 mm. (files intérieures)
On prend comme entraxe :
δ = 170 mm

d. La pince longitudinale :

148
L’article 6.1.2 de la norme NFP22 – 400, la pince longitudinale d’un assemblage doit
vérifier les conditions suivantes :
 δ l > 1,5*dtr = 1,5*18 mm = 27 mm.
 δ l < 2.5*dtr = 2,5*18 mm = 45 mm.
On choisit comme pince longitudinale :
δ l = 40 mm

e. La pince transversale :
L’article 6.1.2 de la norme NFP22 – 400, la pince transversale d’un assemblage doit
vérifier les conditions suivantes :
 δ t > 1,5*dtr = 1,5*18 mm = 27 mm.
 δ t < 2,5*dtr = 2,5*18 mm = 45 mm

On choisit comme pince transversale :


δ t = 40 mm

Figure 62 : Pince longitudinale et transversale.

Avec ces conditions le nombre minimale de boulons qu’il faut utiliser sur la hauteur de
l’âme de la traverse est 3boulons soit au total 6*2 =12 boulons (2 files verticales de
boulons)

149
Figure 63 : Disposition des boulons

Vérification des efforts de tractions au niveau de l’assemblage :

Les efforts calculés au niveau de l’assemblage sont:

Figure 64 : Les efforts dans les assemblages

Le moment extérieur appliqué à l’assemblage :

150
X !’ 190 ∗ 14,6
= + " ℎY = 17533.2 + 3697 ∗ 0,42 = ¬@D@. ð".
ï 9880

En exploitant la linéarité du diagramme des contraintes normales dans la section, on


obtient une formule de l’effort de traction dans chaque boulon (le 1⁄2 veut dire qu’on
raisonne avec deux colonnes de boulons):
1 $
"$ =
2∑ $

Le tableau suivant résume les efforts Ni pour chaque boulons distant de di :

Tableau 12 : Efforts de traction par boulons au niveau de l’assemblage.

Boulons Ni di (mm) di2 (mm) Ni (daN)


1.0 40.0 1600.0
2.0 210.0 44100.0 829.7
3.0 380.0 144400.0 1501.5
4.0 480.0 230400.0 1896.6
5.0 650.0 422500.0 2568.3
6.0 820.0 672400.0 3240.0
Somme 1515400.0 10036.0

La ligne inférieure des boulons étant située en zone comprimée, il y a 10 boulons


sollicités en traction.
L’article 7.2 de la norme NFP22 – 460 impose que l’effort de traction par boulon ne doit
pas être supérieur à la précontrainte du boulon Pv qui est pris égal à :

HL = 0,8 ∗ — ∗ ï’ = 0,8 ∗ 64 ∗ 157 = W? W. L ð"


Ainsi on vérifie que pour chaque boulon on a :
"; < HL

151
Vérification de l’assemblage vis à vis du moment fléchissant:

Le moment résistant de l’assemblage s’obtient par la somme des produits des efforts
de traction maximaux que peuvent subir les boulons par la distance de chaque boulon à
la face intérieur de la semelle comprimée:

˜é’ = ™ Hš $

Selon l’article 9.2.2.2.1 de la norme NFP22 – 460, le moment résistant de


l’assemblage doit être supérieur au moment extérieur calculé en 2.3.
Dans notre cas on a :

˜é’
= ™ Hš $ = 17606 ð" > ! = ¬@D@. ð".

Vérification de l’effort de compression au niveau de l’assemblage :

Puisqu’on ne néglige pas l’effort normal dans l’assemblage, alors l’effort de compression
admissible donné par l’article 9.2.2.2.2 de la norme NFP2 – 460 s’écrit sous la forme:
". ï
" “m> =ï . −
ï
La surface de la section comprimée est donnée par la formule suivante :
ï = !’ xX + X !“ z = D¬. L
Ainsi l’effort de compression est égal :
3696.6
" “m> = 1267.4 ∗ h23.5 − i = @ ?@. ¬ ð"
9880

On vérifie finalement que :

" = ™ "$ = ?? D ð" ≤ " “m>

Vérification de l’assemblage vis à vis de l’effort tranchant :

Selon l’article 6.2 de la norme NFP22 –460, lorsque l’assemblage est sollicité par
un effort perpendiculaire à l’axe des boulons, la valeur admissible de l’effort tranchant
est :
“m> = 1,1 ∗ Hš ∗ µ

152
Avec µf le coefficient conventionnel de frottement entre les surfaces de contact des
pièces assemblées.

On obtient donc :
“m> = 1,1 ∗ 8038.4 ∗ 0.3 = DP . ¬ ð"

Or l’effort tranchant repris par un boulon est :


º 6546.4
º XIJ(I‹ = = = 545.6 ð"
‹ 12
On vérifie donc que :
º XIJ(I‹ < “m>

Vérification de la pression diamétrale des boulons :


La pression diamétrale engendrée par les boulons doit être limitée afin de ne pas
poinçonner et déchirer la tôle boulonnée. L’article 6.5.1 de la norme NFP22 – 460
impose de vérifier que la pression diamétrale sur la surface de contact n’excède pas
quatre fois la limite d’élasticité de l’acier de la pièce assemblée.

Pour la platine :
º 545.6
<= = = .L ð"/ ^2 < 4 = 94
∗ ! 16 ∗ 10

Ainsi la condition réglementaire de la pression diamétrale est vérifiée pour la


platine.
Pour la semelle du poteau :
º 545.6
<= = = 2.4 ð"/ ²<4
∗ ! 16 ∗ 14.6

La condition réglementaire de la pression diamétrale est vérifiée pour la semelle du


poteau.

153
 Eurocode 3 :

On laisse les mêmes espacements entre les boulons.


Au niveau de l’assemblage poteau-traverse, on a les sollicitations suivantes :
Pour le cas de charge décisif : 1.35G+1.5Q

Efforts appliqués à l’assemblage :


N Q M
-3727.3Kg -6600.6Kg 17679.2Kgm

Platine et boulon :
 Platine :
Epaisseur : e = 20 mm
Section : œ = 920 × 190 mm
 Boulons :

Deux rangées de 6 boulons 8.8 de diamètre 16


La limite d’élasticité : Y = DL daN/mm2
Contrainte de rupture : >Y = W? daN/mm2
Section résistante : * ¯ = P¬ mm
>Y * ›
L’effort admissible normal : ©T = ?, @ 45Y
= @?L kg 45Y =1.25

Les détails de l’assemblage sont donnés dans le tableau qui suit:

Tableau 13 : Détail de l’assemblage poteau-traverse Eurocode 3

154
Profilé de la traverse IPE 450

Hauteur du jarret 450 mm

Epaisseur de l'âme !“ = 9

Epaisseur des semelles !’ = 15

Hauteur de la jonction ℎ = 721

Hauteur de calcul ℎY = ℎ − !’ = 708

Largeur de la jonction X = 190

Entraxe des boulons o = 170

Nombre de boulons ‹ = 12

Figure 65 : Assemblage poteau traverse Eurocode 3

Boulons Ni di (mm) di2 (mm) Ni (daN) di * Ni (daNm)


1.0 40.0 1600.0
2.0 210.0 44100.0 829.7 174.3
3.0 380.0 144400.0 1501.5 570.6

155
4.0 480.0 230400.0 1896.6 910.3
5.0 650.0 422500.0 2568.3 1669.3
6.0 820.0 672400.0 3240.0 2656.7
Somme 1515400.0 10036.0 5981.3

 Résistance de l’assemblage à la compression :


fub AS
NÅ ≤ 0,9 = @?L kN
γMb

 Résistance de l’assemblage au moment fléchissant :

Le moment résistant effectif de l’assemblage (les 2 boulons les plus éloignés de l’axe
neutre)

N6
MR  *  d i2
d6
Avec
Î1• ñž
N6 = 2 ∗ 0,9 øù•
= W?WDkg (Pour une rangée)

MŸ = L kg. m
M 17679.2
= = ?, P
MŸ 33423
 Résistance à l’effort tranchant :
Q 0,6 fÐÄ A
= PP?Kg ≤ = @?L kg
n 1,25
 Action simultanée de l’effort de traction et le cisaillement :
¡
V N
+ ≤1
F¢.Ÿ‰ 1,4F£.Ÿ‰
Donc :
550 3240
+ = ?, <1
9443 1,4 × 9043

 Résistance de l’âme du poteau en traction :

156
f tôb
F =
ÎÎ
= 2350 × 0.9 × 23.5 = L@¬?¬. P Kg
γä
M 17679.2
F¢ = = = L?DL . W kg
h − t Î 0.450 − 0.015
Nous avons F¢ < F

 Résistance de l’âme du poteau en compression :


Nous avons :
b ÎÎ = t Î + 2t × + 5 t Î + r = P mm

N MV 3727.3 17679.2 ∗ 100


σV = + = + = D. P Kg/cm2 ≤ P? /••
A I 99 1499.7

On n’a pas besoin de raidisseurs.


f tôh
Résistance de l’âme du poteau au cisaillement :

VŸ = 0,58 = P¬DPP F=
γä
Et
M 17679.2
F¢ = = = L?DL . W
h − t Î 0.45 − 0.015
Nous avons donc:
F¢ ≤ VŸ
L’assemblage vérifie toutes les conditions établies par l’Eurocode 3.
Une vérification par le logiciel donne un ratio de 44%

157
Conclusion :
L’assemblage établi par le CM 66 est le même que celui de L’Eurocode 3.
En outre on remarque que l’Eurocode exige assez de vérifications ce qui augmente la
sécurité de l’assemblage.

2. Assemblage traverse-traverse :

Détails sur l’assemblage :


Les conditions réglementaires sur les espacements des boulons donne un nombre
minimal de 3 boulons HR 8.8 ; Φ=16 disposés longitudinalement (pince=45mm≤45 ;
entraxe des boulons=165≤170mm), le schéma ci après montre la disposition adoptée :
 Disposition des boulons :

158
 Platine : 470x190x20.

 CM66 :
Cas de charge décisif : 1.33G+1.5Q
Moment fléchissant (My) -663.66
Effort tranchant (Fz) -4019.47
Effort axial (Fx) -3849.57

 EUROCODE 3 :
Cas de charge décisif : 1.35 (G+Q+V)

Moment fléchissant (My) -1416.97


Effort tranchant (Fz) -3271.87
Effort axial (Fx) -3287.50

159
On remarque ici que le ratio de l’Eurocode3 est plus faible que celui calculé par le
règlement CM66.
Une vérification par le logiciel montre que pour le règlement CM66, on peut diminuer le
diamètre des boulons à Φ=12 (ratio de 97%) alors que pour l’eurocode3 on peut
arriver jusqu’à Φ=8 (ratio 60%) ceci montre que l’Eurocode 3 est plus favorable que le
CM66.

3. Assemblage panne traverse :

Figure 66 : Assemblage panne traverse

On adopte pour l’attache des pannes un échantignolle d’épaisseur e = 8 mm et de


longueur a = 15mm avec des boulons ∅ = W••.
Puisque la pente de la toiture est faible. Donc les boulons (A) travaillent seulement en
traction (en cas de soulèvement de la toiture) et les boulons (B) vont être cisaillés.
 Eurocode 3 :

160
Boulon(A) :
Eurocode 3 recommande de vérifier le poinçonnement de l’échantignole et la traction
des boulons soit :



⎪ ¶, ≤1
,o
çJ
©<, K = 0.6 %. . <.
ðK ; (! 6.5.5. ðL! : ª @
⎨ ¶ ,o
X

⎪ ≤1 ¶ ,o = 336AŒ
⎩©<, K
(d : diamètre moyen de la tête du boulon et t : épaisseur de l’échantignole)

HIJK (!o XIJ(I‹o de classe 4. 6 on a =8


ï’ = 50.24

⎪ ç5— = 40 Kg/mm2
⟹ ©<, K = 3858.5AŒ


ï’
¶».¸m = 0.9 × ç5— × = 1447AŒ
⎩ @ˆ—
#0,«D
= 0.23 ≤ 1
@ˆ— = 1,25 ª #0,¬D
#
ïL! :
0,«D
-B,˜m
= 0.1 ≤ 1

Boulon(B) :

Il faut vérifier le cisaillement des boulons soit :


¶·.’m = = 336 ð"
≤ 1 ðL! ∶ ¯ = 0.35 < 1 ±A
#®.«D #®.«D
#®.¬D ¶·.¸m = 0.6 × ç5— × ^ «
= 965 ð" #®.¬D

 CM66 :
Pour les boulons (A) et (B), il faut vérifier la condition suivante :
≤ ! (à la traction ou à la compression)
-
˜
1.25

2≤ !
- ‹‹‰
= 1.25 = 11.5ˆŒ/
˜ ‹‰.‰
On a 1.25 ok

161
4. Assemblage pied de poteau :

La base du poteau a le rôle de transmettre au massif de fondation les efforts développés


dans le poteau. Elle est constituée d’une platine en acier soudée au pied de poteau par
un cordon de soudure appliqué sur le pourtour de la section du profilé constituant le
poteau. Son épaisseur ne peut pas excéder de beaucoup l’épaisseur de l’âme et des
semelles du poteau. Elle peut être renforcée par des raidisseurs.
Dans notre cas d’étude, le pied de poteau considéré encastré dans le plan du portique et
articulé dans le sens longitudinal est sollicité par :

Effort normal de compression (Kg) 6996.5


Effort tranchant (Kg) 4333
Moment fléchissant(Kgm) 11705.9

Hypothèses de calcul :
 Diamètre des goujons :² = ••. de classe 6.8
 Massif avec un béton de : • W = P 5©Q
 Contrainte de compression : Y = L, ¬ 5©Q
On admet que les platines, soumises aux réactions des fondations, risquent de se plier
suivant les lignes tangentes au contour des poteaux, telles que les lignes 1-1, 2-2 et 3-3
de la figure.

Figure 67 : Les limites du poteau

Les portions de tôles situées à l’extérieur de ces lignes sont alors calculées comme des
poutres en porte à faux, et il faut vérifier que la section de tôle située au droit de la ligne
de pliage est capable de résister au moment des réactions exercées par le massif de
fondations entre cette section et le bord libre de la platine.

162
Les calculs vont consister à :
 Déterminer la surface de la platine, en fonction de la contrainte admissible de
compression du béton du massif de fondation
 Déterminer l’épaisseur de la platine, en fonction de la contrainte de flexion
calculée au droit de chaque ligne de pliage
 Déterminer les boulons d’ancrage en fonction des efforts de traction engendrés
par le moment en pied.

Surface de la platine :
La surface de la platine est déterminée par la condition :
"
= ≤ ̅— = L. ¬ •´j/}ž
ð. X
Donc :
6997
= 88 ≤ ð. X
80
Pour des raisons constructives on adopte une platine de on prend :
ð = 90 ! X = 60
D’où, les dimensions de la platine :

Figure 68 : Dimensions de la platine.

Diamètre des goujons :


Le moment de 11706 Kgm est équivalent un effort excentré de :
11706
!= = = . D•
" 6996.5
Or on a D/6= 650/6=1.08m < e donc le centre de poussée se trouve hors du tiers
central de la section et la platine est soulevée à gauche (les boulons de gauche étant
sollicités en traction).

163
On adopte 6 goujons.
L’effort de soulèvement du poteau est N’= - 4382 kg
N’
Effort de traction par goujon =¬ par goujon.
6
Vérification de la contrainte de compression du béton :

Le nombre de goujon tendus est AB = . Alors les autres grandeurs sont :

* = AB × * › •• 2082
V •• 1925
\ •• 775
Y •• 600

L’équation du 3ème degré en µY s’écrit alors : (n=Ea/Eb=15)


l l
hY + 3 l − h hY + 90A hY − 90A h = ?

b b
Ce qui correspond à :
hY + 3450hY + 601178hY − 465912563 = ?

Par suite, la solution de l’équation est :


\Y = L. ••
La contrainte de compression sur le béton est alors :
2Nl
σÄ = = , @ 5©Q ≤ = L, ¬5©Q
bhY h −
¶· Y

164
Figure 69 : Pied de poteau

Vérification des goujons à la traction :

La contrainte sollicitant les boulons de gauche est :

N l−h+ ‹
¶·

σà = = DL. L5©Q ≤ P 5©Q


A h − ¶·

Epaisseur de la platine :
a. Vérification dans la section 1-1 :

Le moment dans la section 1-1 est obtenu grâce au diagramme triangulaire des
contraintes situées à droite de la section. On peut le décomposer en un diagramme
rectangulaire(1) et un diagramme triangulaire (2).

165
Les moments correspondants pour une bande de largeur unité (=1cm) et d’épaisseur t
sont :
0.125
M1 = 19 ∗ 12.5 ∗ = 14.9Kg/cm2
2
7 ∗ 12.5 0.125
M2 = ∗ = 1.8Kg/cm2
2 3
M = M1 − M2 = 13.1Kg/cm2

Le moment résistant de la platine est donnée par :


' ' X.
= . avec =
µ µ 6
Il faut donc vérifié :

6
≤ ! donc ≥{
X

Avec : = 2350ˆŒ/

Ÿ > 1}ž

166
b. Vérification dans la section 3-3 :
Du coté tendu, la platine est soumise à un moment 5 = ?, × J •Q=. •

J=* Q = ?. W × DLL = L?W. •Q=


D’où 5 = L?. •Q=• et B ≥ . L ••
En conclusion, en suivant le raisonnement selon lequel l’épaisseur de la platine à
adopter serait celle qui correspond à la section la plus défavorable, alors on serait
amené à prendre une épaisseur exagérée de l’ordre de . L •• .
Cependant, compte tenu de la forte épaisseur de tôle, on préférera une platine plus
mince, avec raidisseurs.
L’adhérence des goujons :
On prévoit deux rangées de tiges, 3 tiges par rangées de diamètre φ = 33 mm
Nous avons :
l1 = 20 x φ = 660 mm
l2 = 2 x φ = 66 mm
r = 3 x φ = 99 mm
On a un béton dosé à • = P? F /• de ciment. Les tiges sont de classe 6.8.
L’effort admissible par scellement, dans le cas de goujons avec crosse, vaut :


å~
n 1 + ßäää

NÃ = 0,1 lß + 6,4r + 3,5l = @ F


¹
n1 + æ o
`

La vérification de la résistance de la section filetée d’une tige :


σu æ A D@L
F£.Ÿ‰ = = L ?× = ¬D F
1,25 , P
Et nous avons la force de traction dans les boulons : = = L?W. F
D’où : = ≤ šB.G’ et = ≤ =Q

167
Vérification de l’effort tranchant :

Pour l’effort tranchant, on dispose une bêche qui reprendra tout l’effort tranchant.
Caractéristiques de la bêche :

 Profilé : HEA 140


 Longueur : 100 mm
On adopte une platine de 25mm d’épaisseur renforcée par des raidisseurs de 25mm
d’épaisseur.
L’espacement de rangées verticales est 200mm et pour les rangées horizontales
l’entraxe est de 650 mm.

168
Un calcul par le logiciel donne les résultats suivants :

Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2012

Calcul du Pied de Poteau encastré


Ratio
'Les pieds de poteaux encastrés' de Y.Lescouarc'h (Ed. CTICM)
0,80

Général
Assemblage N° : 3
Nom de l’assemblage : Pied de poteau encastré
Noeud de la structure : 1
Barres de la structure : 1

Géométrie
Poteau
Profilé : IPE 450
Barre N° : 1
Matériau : ACIER E24
σec = 2396,33 [kG/cm2] Résistance

Plaque principale du pied de poteau


lpd = 900 [mm] Longueur
bpd = 600 [mm] Largeur
tpd = 25 [mm] Epaisseur
Matériau : ACIER
σe = 2396,33 [kG/cm2] Résistance

Ancrage
Classe = 6.8 Classe de tiges d'ancrage
d= 33 [mm] Diamètre du boulon

169
Ancrage
Classe = 6.8 Classe de tiges d'ancrage
d0 = 33 [mm] Diamètre des trous pour les tiges d'ancrage
nH = 2 Nombre de colonnes des boulons
nV = 3 Nombre de rangéss des boulons
Ecartement eHi = 650 [mm]
Entraxe eVi = 200 [mm]

Plaquette
lwd = 40 [mm] Longueur
bwd = 48 [mm] Largeur
twd = 10 [mm] Epaisseur

Bêche
Profilé : HEA 140
hw = 100 [mm] Hauteur
Matériau : ACIER E24
σe = 2396,33 [kG/cm2] Résistance

Raidisseur
lr = 225 [mm] Longueur
hs = 450 [mm] Hauteur
ts = 25 [mm] Epaisseur

Semelle isolée
L= 1800 [mm] Longueur de la semelle
B= 1500 [mm] Largeur de la semelle
H= 900 [mm] Hauteur de la semelle

Béton
fc28 = 254,93 [kG/cm2] Résistance
σbc = 144,46 [kG/cm2] Résistance
n= 15,00 ratio Acier/Béton

Soudures
ap = 11 [mm] Plaque principale du pied de poteau
aw = 4 [mm] Bêche
as = 15 [mm] Raidisseurs

Efforts
N= -6996,50 [kG] Effort axial
Qy = -300,52 [kG] Effort tranchant
Qz = 4333,00 [kG] Effort tranchant
My = -11706,00 [kG*m] Moment fléchissant
Mz = 0,00 [kG*m] Moment fléchissant

170
Résultats
Béton
Vérification du béton pour la pression diamétrale
pm ≤ K*σbc 22,85 < 260,09 vérifié (0,09)

Vérification de la semelle tendue du poteau


l1 = 95 [mm] l1 = 0.5*bfc
l2 = 314 [mm] l2 = 0.5*π * a2
l3 = 152 [mm] l3 = 0.5*[(bfc-s) + π*a2]
l4 = 257 [mm] l4 = 0.5*(s+π*a2)
leff = 95 [mm] leff = min(l1, l2, l3, l4)
Nt ≤ leff*tfc*σec 4579,92 < 33237,14 vérifié (0,14)

Adhérence
Nt ≤ π*d*τs*(L2 + 6.4*r + 3.5*L4) 4579,92 < 15512,81 vérifié (0,30)

Vérification de la résistance de la section filetée d'une tige


Nt ≤ 0.8*As*σe 4579,92 < 23212,00 vérifié (0,20)

Bêche
Béton
|Tz| ≤ (l - 30) * σbc * B |4333,00| < 14157,06 vérifié (0,31)
|Ty| ≤ (l-30) * σbc * H |-300,52| < 13449,21 vérifié (0,02)

Ame

|Tz| ≤ f * t * h / √3 |4333,00| < 8826,88 vérifié (0,49)

|Ty| ≤ f * t * h / √3 |-300,52| < 32927,86 vérifié (0,01)

Semelle

|Tz| ≤ 3*b*t*f / l / (1/h + 1/h0) |4333,00| < 87823,55 vérifié (0,05)


|Ty| ≤ 3*b*t*f / l / (1/h + 1/h0) |-300,52| < 21194,37 vérifié (0,01)

Soudure âme

|Tz| ≤ 2/k*f * t * h / √3 |4333,00| < 18341,57 vérifié (0,24)


|Ty| ≤ 3*b*t*f / l / (1γ/h + 1/h0) |-300,52| < 31141,16 vérifié (0,01)

Semelle
|Tz| ≤ 2*3*b*t*f / l / (1/h + 1/h0) |4333,00| < 83496,65 vérifié (0,05)
|Ty| ≤ (l - 30) * σbc * B |-300,52| < 42533,47 vérifié (0,01)

Ame poteau
|Tz| ≤ 3*b*t*f / l / (1/h + 1/h0) |4333,00| < 103606,38 vérifié (0,04)
|Ty| ≤ 3*b*t*f / l / (1/h + 1/h0) |-300,52| < 71024,99 vérifié (0,00)

Platine
Zone de traction
M11' ≤ σe*W 1373,98 < 66507,60 vérifié (0,02)

Cisaillement

171
V11' ≤ σe/√3 * hr*tr*nr/1.5 13739,77 < 207528,53 vérifié (0,07)

tpmin = 2 [mm] tpmin = V11'*1.5*√3/(σe*bpd)


tpd ≥ tpmin 25 > 2 vérifié (0,10)
Section oblique dans la zone de la dalle tendue
M66' ≤ σe * l3 * tpd2/6 214,58 < 719,25 vérifié (0,30)

Traction
Nt[daN] ≤ 375* tpd[mm] *[(a2/a1) * (s/(s+a2))] 4491,37 < 7401,39 vérifié (0,61)

Zone comprimée
M22' ≤ σe*W 2610,05 < 66507,60 vérifié (0,04)

Cisaillement

V22' ≤ σe/√3 * hr*tr*nr/1.5 19375,80 < 207528,53 vérifié (0,09)

tpmin = 4 [mm] tpmin = V22'*1.5*√3/(σe*bpd)


tpd ≥ tpmin 25 > 4 vérifié (0,14)

Section oblique dans la zone de la dalle comprimée


M55' ≤ σe*(l3*tpd2)/6 231,37 < 719,25 vérifié (0,32)

Cisaillement

V55' ≤ σe/√3 * l3*tpd/1.5 1646,12 < 66441,55 vérifié (0,02)

Raidisseur
Epaisseur
tr ≥ max(tr1,tr2,tr3) 25 > 20 vérifié (0,80)

Soudures
ar ≥ max(a'r, a''r) 15 > 2 vérifié (0,13)

Poteau
Ame
tw ≥ 3*Mm/(σec*hr2) 9>2 vérifié (0,17)

Remarques

Assemblage satisfaisant vis à vis de la Norme Ratio 0,80

172
Eurocode «3 :

Autodesk Robot Structural Analysis Professional 2012

Calcul du Pied de Poteau encastré


Eurocode 3: EN 1993-1-8:2005/AC:2009 + CEB Design Guide: Design Ratio
0,60
of fastenings on concrete

Général
Assemblage N° : 3
Nom de l’assemblage : Pied de poteau encastré
Noeud de la structure : 1
Barres de la structure : 1

Géométrie
Poteau
Profilé : IPE 450
Barre N° : 1
Lc = 7,00 [m] Longueur du poteau
Matériau : ACIER E24

Platine de prescellement
lpd = 900 [mm] Longueur
bpd = 600 [mm] Largeur
tpd = 25 [mm] Epaisseur
Matériau : ACIER
fypd = 2396,33 [kG/cm2] Résistance
fupd = 3721,96 [kG/cm2] Résistance ultime du matériau

Ancrage
Classe = 6.8 Classe de tiges d'ancrage
fyb = 4180,84 [kG/cm2] Limite de plasticité du matériau du boulon

173
Ancrage
Classe = 6.8 Classe de tiges d'ancrage
fub = 6118,30 [kG/cm2] Résistance du matériau du boulon à la traction
d= 33 [mm] Diamètre du boulon
nH = 2 Nombre de colonnes des boulons
nV = 3 Nombre de rangéss des boulons
Ecartement eHi = 650 [mm]
Entraxe eVi = 200 [mm]

Bêche
Profilé : HEA 140
lw = 100 [mm] Longueur
Matériau : ACIER E24
fyw = 2396,33 [kG/cm2] Résistance

Raidisseur
ls = 900 [mm] Longueur
ws = 600 [mm] Largeur
hs = 450 [mm] Hauteur
ts = 25 [mm] Epaisseur
d1 = 20 [mm] Grugeage
d2 = 20 [mm] Grugeage

Coefficients de matériau
γM0 = 1,00 Coefficient de sécurité partiel
γM2 = 1,25 Coefficient de sécurité partiel
γC = 1,50 Coefficient de sécurité partiel

Semelle isolée
L= 1800 [mm] Longueur de la semelle
B= 1500 [mm] Largeur de la semelle
H= 900 [mm] Hauteur de la semelle

Béton
Classe BETON25
fck = 254,93 [kG/cm2] Résistance caractéristique à la compression

Mortier de calage
tg = 30 [mm] Epaisseur du mortier de calage
fck,g = 122,37 [kG/cm2] Résistance caractéristique à la compression
Cf,d = 0,30 Coef. de frottement entre la plaque d'assise et le béton

Soudures
ap = 11 [mm] Plaque principale du pied de poteau
aw = 4 [mm] Bêche
as = 15 [mm] Raidisseurs

174
Efforts
Cas : 57: EUReluGQVV6 (1+2+6)*1.35

Nj,Ed = -6755,30 [kG] Effort axial


Vj,Ed,y = -314,11 [kG] Effort tranchant
Vj,Ed,z = 3938,28 [kG] Effort tranchant
Mj,Ed,y = -10883,75 [kG*m] Moment fléchissant

Résultats
Zone comprimée
COMPRESSION DU BETON
c= 44 [mm] Largeur de l'appui additionnelle [6.2.5.(4)]
fjd = 339,91 [kG/cm2] Résistance de calcul du matériau du joint [6.2.5.(7)]
Fc,Rd,n = 1087874,42 [kG] Résistance du béton à la compression [6.2.8.2.(1)]
Fc,Rd,y = 362580,99 [kG] Résistance du béton à la flexion My [6.2.8.3.(1)]

AILE ET AME DU POTEAU EN COMPRESSION


Mc,Rd,y = 375072,14 [kG*m] Résistance de calcul de la section à la flexion EN1993-1-1:[6.2.5]
hf,y = 544 [mm] Distance entre les centres de gravité des ailes [6.2.6.7.(1)]
Fc,fc,Rd,y = 689362,01 [kG] Résistance de l'aile et de l'âme comprimées [6.2.6.7.(1)]

RESISTANCE DE LA SEMELLE DANS LA ZONE COMPRIMEE


Nj,Rd = Fc,Rd,n
Nj,Rd = 1087874,42 [kG] Résistance de la semelle à la compression axiale [6.2.8.2.(1)]
FC,Rd,y = min(Fc,Rd,y,Fc,fc,Rd,y)
FC,Rd,y = 362580,99 [kG] Résistance de la semelle dans la zone comprimée [6.2.8.3]

Zone tendue
RUPTURE DU BOULON D'ANCRAGE
Ft,Rd,s1 = 25986,12 [kG] Résistance du boulon à la rupture [Tableau 3.4]
Ft,Rd,s2 = 24179,17 [kG] Résistance du boulon à la rupture CEB [9.2.2]

Ft,Rd,s = min(Ft,Rd,s1,Ft,Rd,s2)
Ft,Rd,s = 24179,17 [kG] Résistance du boulon à la rupture

ARRCHEMENT DU BOULON D'ANCRAGE DU BETON


Ft,Rd,p = 8456,10 [kG] Résistance de calc. pour le soulèvement EN 1992-1:[8.4.2.(2)]

ARRACHEMENT DU CONE DE BETON


NRk,c0 19869,7 [kG
Résistance de calc. pour le soulèvement CEB [9.2.4]
= 5 ]
[kG Résistance de calcul du boulon d'ancrage à l'arrachement du cône de EN 1992-
Ft,Rd,c = 9198,96
] béton 1:[8.4.2.(2)]

FENDAGE DU BETON
NRk,c0 = 19869,75 [kG] Résistance de calc. pour le soulèvement CEB [9.2.5]
Ft,Rd,sp = 11038,75 [kG] Résistance de calcul du boulon d'ancrage au fendage du béton CEB [9.2.5]

RESISTANCE DU BOULON D'ANCRAGE A LA TRACTION

175
Ft,Rd = min(Ft,Rd,s , Ft,Rd,p , Ft,Rd,c , Ft,Rd,sp)
Ft,Rd = 8456,10 [kG] Résistance du boulon d'ancrage à traction

FLEXION DE LA PLAQUE DE BASE


Ft,pl,Rd,y = 25368,30 [kG] Résistance de la dalle pour le mode à la traction [6.2.4]

RESISTANCES DE SEMELLE DANS LA ZONE TENDUE


FT,Rd,y = Ft,pl,Rd,y
FT,Rd,y = 25368,30 [kG] Résistance de la semelle dans la zone tendue [6.2.8.3]

Contrôle de la résistance de l'assemblage


Nj,Ed / Nj,Rd ≤ 1,0 (6.24) 0,01 < 1,00 vérifié (0,01)

Mj,Rd,y = 18222,92 [kG*m] Résistance de l'assemblage à la flexion [6.2.8.3]


Mj,Ed,y / Mj,Rd,y ≤1,0 (6.23) 0,60 < 1,00 vérifié (0,60)

Cisaillement
PRESSION DU BOULON D'ANCRAGE SUR LA PLAQUE D'ASSISE
F1,vb,Rd,y = 58488,01 [kG] Résistance du boulon d'ancrage à la pression sur la plaque d'assise [6.2.2.(7)]

F1,vb,Rd,z = 61412,41 [kG] Résistance du boulon d'ancrage à la pression sur la plaque d'assise [6.2.2.(7)]

CISAILLEMENT DU BOULON D'ANCRAGE


F2,vb,Rd = 13270,81 [kG] Résistance du boulon au cisaillement - sans effet de levier [6.2.2.(7)]

Fv,Rd,sm = 5664,77 [kG] Résistance du boulon au cisaillement - avec l'effet de levier CEB [9.3.1]

RUPTURE DU BETON PAR EFFET DE LEVIER


Fv,Rd,cp = 18397,92 [kG] Résistance du béton à l'effet de levier CEB [9.3.1]

ECRASEMENT DU BORD DU BETON


Fv,Rd,c,y = 34490,36 [kG] Résistance du béton pour l'écrasement du bord CEB [9.3.1]

Fv,Rd,c,z = 33072,26 [kG] Résistance du béton pour l'écrasement du bord CEB [9.3.1]

GLISSEMENT DE LA SEMELLE
Ff,Rd = 2026,59 [kG] Résistance au glissement [6.2.2.(6)]

CONTACT DE LA CALE D'ARRET AVEC BETON


Fv,Rd,wg,y = 31645,19 [kG] Résistance au contact de la cale d'arrêt avec béton

Fv,Rd,wg,z = 33310,73 [kG] Résistance au contact de la cale d'arrêt avec béton

CONTROLE DU CISAILLEMENT

Vj,Rd,y = nb*min(F1,vb,Rd,y,F2,vb,Rd,Fv,Rd,sm,Fv,Rd,cp,Fv,Rd,c,y) + Fv,Rd,wg,y + Ff,Rd


Vj,Rd,y = 67660,38 [kG] Résistance de l'assemblage au cisaillement CEB [9.3.1]
Vj,Ed,y / Vj,Rd,y ≤ 1,0 0,00 < 1,00 vérifié (0,00)

Vj,Rd,z = nb*min(F1,vb,Rd,z,F2,vb,Rd,Fv,Rd,sm,Fv,Rd,cp,Fv,Rd,c,z) + Fv,Rd,wg,z + Ff,Rd


Vj,Rd,z = 69325,92 [kG] Résistance de l'assemblage au cisaillement CEB [9.3.1]
Vj,Ed,z / Vj,Rd,z ≤ 1,0 0,06 < 1,00 vérifié (0,06)

Vj,Ed,y / Vj,Rd,y + Vj,Ed,z / Vj,Rd,z ≤1,0 0,06 < 1,00 vérifié (0,06)

Contrôle des raidisseurs


Plaque trapézoïdale parallèle à l'âme du poteau
σd = 22,18 [kG/cm2] Contrainte normale au contact du raidisseur et de la dalle EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]

176
Plaque trapézoïdale parallèle à l'âme du poteau
σd = 22,18 [kG/cm2] Contrainte normale au contact du raidisseur et de la dalle EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
σg = 54,59 [kG/cm2] Contrainte normale dans les fibres supérieures EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
τ= 67,34 [kG/cm2] Contrainte tengentielle dans le raidisseur EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
σz = 118,73 [kG/cm2] Contrainte équivalente au contact du raidisseur et de la dalle EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
max (σg, τ / (0.58), σz ) / (fyp/γM0) ≤ 1.0 (6.1) 0,05 < 1,00 vérifié (0,05)

Raidisseur perpendiculaire à l'âme (sur le prolongement des ailes du poteau)


σd = 7,92 [kG/cm2] Contrainte normale au contact du raidisseur et de la dalle EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
σg = 25,63 [kG/cm2] Contrainte normale dans les fibres supérieures EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
τ= 37,39 [kG/cm2] Contrainte tengentielle dans le raidisseur EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
σz = 65,24 [kG/cm2] Contrainte équivalente au contact du raidisseur et de la dalle EN 1993-1-1:[6.2.1.(5)]
max (σg, τ / (0.58), σz ) / (fyp/γM0) ≤ 1.0 (6.1) 0,03 < 1,00 vérifié (0,03)

Soudures entre le poteau et la plaque d'assise


 = 37,73 [kG/cm2] Contrainte normale dans la soudure [4.5.3.(7)]

 = 37,73 [kG/cm2] Contrainte tengentielle perpendiculaire [4.5.3.(7)]

yII= -0,96 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle à Vj,Ed,y [4.5.3.(7)]

zII= 6,23 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle à Vj,Ed,z [4.5.3.(7)]

W = 0,85 Coefficient dépendant de la résistance [4.5.3.(7)]

 / (0.9*fu/γM2)) ≤ 1.0 (4.1) 0,01 < 1,00 vérifié (0,01)

(2 + 3.0 (yII2 + 2)) / (fu/(W*M2)))  1.0 (4.1) 0,02 < 1,00 vérifié (0,02)

(2 + 3.0 (zII2 + 2)) / (fu/(W*M2)))  1.0 (4.1) 0,02 < 1,00 vérifié (0,02)

Soudures verticales des raidisseurs


Plaque trapézoïdale parallèle à l'âme du poteau
 = 0,00 [kG/cm2] Contrainte normale dans la soudure [4.5.3.(7)]

 = 0,00 [kG/cm2] Contrainte tengentielle perpendiculaire [4.5.3.(7)]

II= 77,89 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle [4.5.3.(7)]

z= 0,00 [kG/cm2] Contrainte totale équivalente [4.5.3.(7)]

W= 0,85 Coefficient dépendant de la résistance [4.5.3.(7)]

max (z,II * √3, z) / (fu/(W *γM2)) ≤ 1.0 (4.1) 0,04 < 1,00 vérifié (0,04)

Raidisseur perpendiculaire à l'âme (sur le prolongement des ailes du poteau)


= 26,44 [kG/cm2] Contrainte normale dans la soudure [4.5.3.(7)]

 = 26,44 [kG/cm2] Contrainte tengentielle perpendiculaire [4.5.3.(7)]

II = 31,16 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle [4.5.3.(7)]

z= 75,55 [kG/cm2] Contrainte totale équivalente [4.5.3.(7)]

W= 0,85 Coefficient dépendant de la résistance [4.5.3.(7)]

max (, II * 3, z) / (fu/(W*M2))  1.0 (4.1) 0,02 < 1,00 vérifié (0,02)

Soudures horizontales des raidisseurs


Plaque trapézoïdale parallèle à l'âme du poteau

177
= 79,36 [kG/cm2] Contrainte normale dans la soudure [4.5.3.(7)]

= 79,36 [kG/cm2] Contrainte tengentielle perpendiculaire [4.5.3.(7)]

II= 59,82 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle [4.5.3.(7)]

z= 189,54 [kG/cm2] Contrainte totale équivalente [4.5.3.(7)]

W= 0,85 Coefficient dépendant de la résistance [4.5.3.(7)]

max (, II * 3, z) / (fu/(W*M2))  1.0 (4.1) 0,05 < 1,00 vérifié (0,05)

Raidisseur perpendiculaire à l'âme (sur le prolongement des ailes du poteau)


= 55,08 [kG/cm2] Contrainte normale dans la soudure [4.5.3.(7)]

 = 55,08 [kG/cm2] Contrainte tengentielle perpendiculaire [4.5.3.(7)]

II= 43,12 [kG/cm2] Contrainte tengentielle parallèle [4.5.3.(7)]

z= 133,08 [kG/cm2] Contrainte totale équivalente [4.5.3.(7)]

W= 0,85 Coefficient dépendant de la résistance [4.5.3.(7)]

max (, II * 3, z) / (fu/(W*M2))  1.0 (4.1) 0,04 < 1,00 vérifié (0,04)

Rigidité de l'assemblage
Moment fléchissant Mj,Ed,y
k13,y = 20 [mm] Coef. de rigidité du béton comprimé [Tableau 6.11]
k15,y = 7 [mm] Coef. de rigidité de la plaque d'assise en traction [Tableau 6.11]
k16,y = 3 [mm] Coef. de rigidité du boulon d'ancrage en traction [Tableau 6.11]

0,y= 0,40 Elancement du poteau [5.2.2.5.(2)]


Sj,ini,y = 17584492,91 [kG*m] Rigidité en rotation initiale [Tableau 6.12]
0,y  0.5 RIGIDE [5.2.2.5.(2)]

Assemblage satisfaisant vis à vis de la Norme Ratio 0,60

Conclusion :

On remarque que le ratio établie par l’eurocode3 est plus petit que celui du CM66 ; donc
l’Eurocode 3 est plus favorable que le règlement CM66.

178
Chapitre 4 : calcul de fondation

I. Calcul des Semelles :

Le système de fondation sert à transmettre les efforts de la structure au sol en assurant


la stabilité et la bonne réponse à toutes les contraintes. Il faut donc procéder au
dimensionnement des fondations pour assurer ce rôle efficacement.
Charges appliquées sur fondation :
Charges appliquées sur la fondation

Effort tranchant V (Kg) 4333


Moment de flexion M (Kg.m) 11705.9
Effort normal de compression N (Kg) 6996.5
Caractéristiques

σsol (bar) 2
fc28 (MPa) 25
fe (MPa) 50 0

Prédimensionnement:

Figure 70 : Les dimensions de fondation

Les dimensions de la fondation doivent vérifier en premier lieu les deux conditions :

179
X a
=
º © A
"
≤ ’»8
ï©
On a :
a = 600 mm et b = 900mm
D
R= ×”
@
@=
< = YQ[
D×” ¯°V

D′où ” > 0, W m .
On prend les valeurs suivantes (en mètre) :
a 0,6
b 0.9
B 1.5
A 1
h1 1
h2 0.5

La charge normal appliqué à la fondation est la somme de :


 Charge sous = = D. @@¬ J
 Poids propre de la fondation : ©¯+•+VV+ = × . P × ?. P × . P = . @ J
 Poids propre du massif: ©•Q¯¯• = ?. DL × . L × ?. W × . P = . L J
 Poids des terres : ©B+[[+¯ = .P × − ?. D × ?. @ × × . W = . ¬J
Donc la charge normale totale à l’ELU est :
j= . . @ + . L + . ¬ + D. @@¬ = .¬ J
Le moment total en bas de la semelle vaut à l’ELU :
5 = 5 +T \ +\ = @. ?D J. •
5 ”
soit l’excentricité d? = =
= . L • > D = ?. P • => Le centre de poussée est

hors le noyau central.


Donc le diagramme des contraintes est triangulaire.
Condition au non renversement :
Soit x la longueur de la partie comprimée. Par l’équilibre des forces on trouve

-= × h − +? i

On est dans le cas de l’encastrement, alors on doit s’assurer que la moitie de la



semelle est comprimée -≥

180
En utilisant les deux conditions on obtient : ” ≥ × +?
Soit : §≥ × . Lž = L. ž
On doit redimensionner la semelle.
On prend les valeurs suivantes:
a 0,6
b 0.9
B 2.5
A 1.6
h1 1
h2 0.5

Dimensions des semelles :


La charge normal appliqué à la fondation est la somme de :
 Charge sous = = 6.9965 T
 Poids propre de la fondation :
©¯+•+VV+ = PJ
 Poids propre du massif:
©•Q¯¯• = ?. D × ?. @ × × .P = .L J
 Poids des terres : ©B+[[+¯ = D. J

Donc la charge normale totale à l’ELU est :


j= .@ J
Le moment total en bas de la semelle vaut à l’ELU :
M = M + V h1 + h2 = @. ?D J. •

5 ”
soit l’excentricité d? = = ?. ¬@ • > = ?. DD •
= D
Donc le diagramme des contraintes est triangulaire.

 Condition au non renversement :



-= × h − +? i = .

On est dans le cas de l’encastrement, alors on doit s’assurer que la moitie de la


semelle est comprimée :
-
= ?. PP ≥ ?. P

OK

 Condition de la résistance du sol :

181
” =
Comme d? > , alors on a =
D x”‚ − +? z*
5

On trouve : 5 = . DL < 1.33 ¯ = D. D J/• ½¾


 Vérification au glissement :

T
Pour qu’il n’y ait pas de glissement il faut avoir : < BQA²
=

Avec : ² = LP° angle de frottement béton sol

¬, @
On trouve : = ?, W < BQA² = ½¾
L¬, P¬

II. Calcul des armatures:

On calcule les armatures de fondation par un mètre de largeur.


On a + > ©/6 on ne peut pas utiliser la méthode des bielles.
Les armatures parallèles au côté B sont déterminées pour équilibrer le moment M1
agissant dans la section située à 0,35 b de l'axe du poteau. Les armatures déterminées
sont uniformément réparties.
Les armatures parallèles au côté A, sens suivant lequel on néglige le moment, sont
calculées par la méthode des bielles en considérant une charge centrée :
d?
jY = j +
§

182
 Armatures parallèles au côté B :
On a
=
= = . DLJ/•
x”‚ − +? z*
5

Et
” + ?, P × Y − +?
= ” 5 = D, @¬ J/•
− +?

Donc
B σß + 2σ¡
Mß = A h − 0,35bi h i= . ¬ J. •
2 6
Pour déterminer la section des armatures on va utiliser ici la méthode des bielles, cette
dernière ne s’applique que si la pression sur le sol est uniforme et si la section de base
du poteau et celle de la semelle sont homothétiques, cette dernière condition n’est pas
toujours réalisée et l’on rencontre souvent en pratique des semelles dont les débords
dans les deux sens sont du même ordre,
Pour notre cas on admit que cette méthode s’applique si :
däß
≤ h ≤ 2dä
2
¢“Ä ñ“Ã
on a däß = = 0,8 m ; dä = = 0,5 m et h2=0.5m la condition est bien vérifiée

Dans ces conditions se forment dans la semelle des isostatiques de compression et de


traction, les armatures seront disposés a la partie inferieure pour équilibrer les
tractions.

183
Mß fe
A¢ = = D •• σ = = L P MPa
dÄ σ γs

O adopte des tores de 10mm espacés de 20cm parallèlement à B.

Pour déterminer la longueur des barres et leur mode de coffrage, on calcule la longueur

ϕ f
de scellement :

Nous avons IÀ = τ = 0.6ψÀ f£Â f£Â = 0.6 + 0.06ft = . MPa


4 τsu ÀÐ á


τÀÐ = . W MPa ]¯ = LL. •• > = mm
W
Donc il faut prévoir des retours qui auront comme effet de diminuer la longueur de
l’ancrage des barres.
 Armatures parallèles au coté A :

NY = N n1 +
‹ ú
¢
o = LD. D J.

NY A − a
Añ = = ••
8dà σ
Donc : On adopte des tores de 10mm espacés de 30cm
*
]¯ = LL. •• > = ?•• Donc les barres comportent des crochets.
W

Bilan :
La semelle :

a (m) 0,64
B (m) 0.9
B (m) 2.5
A (m) 1.6
Les armatures :
* ” = D •• HA10 espacement e=20 cm

184
** = •• HA10 espacement e=30cm

Conclusion

Notre travail de fin d’étude était pour nous l’occasion d’approfondir nos connaissances
que ce soit au niveau du calcul manuel des structures et surtout les calculs en relation
avec la charpente métallique et la prise en considération des normes en vigueur, ou
encore au niveau de la familiarisation avec le logiciel de calcul des structures: RSA.
Les spécifications indiquées dans l’Eurocode 3 et le CM 66 partagent un noyau inspiré
de théories similaires (Euler pour le flambement, déversement…). Cependant leurs
politiques de vérification des éléments en acier sont très différentes. L’approche de
l’Eurocode3 est la plus complexe des deux : chaque comportement pouvant affecter une
barre est clairement défini et vérifié par plusieurs méthodes. Grâce à sa transparence à
l’égard des différents comportements, l’Eurocode 3 aide à mieux optimiser une structure
mais présente des difficultés de calcul à la main.
D’après notre dimensionnement on constate que les deux règlements sont donnent
presque les profilés de dimensionnement mais en matière d’assemblages, l’Eurocode est
plus favorable pour les boulons normaux, par contre pour les boulons précontraints et la
soudure, le CM 66 s’avère moins contraignant, les critères de ce dernier sont moins
pénalisants.
En général, l’incidence de l’Eurocode 3 devrait être faible sur le poids des structures
métalliques usuelles, mais plus forte sur des structures spéciales où des méthodes
d’analyse plus sophistiquées s’imposent. Certains aspects, comme les assemblages,

185
Devraient conduire à une simplification de la conception des structures et à un meilleur
compromis coût/sécurité.

186
Bibliographie

Calcul des Structures Métalliques Selon l’Eurocode 3 -Jean Morel


Conception et calcul des structures métalliques -Jean Morel
Formulaire de la construction métallique Règles CM66 +Additif 80 Normes
d’assemblage Eurocode3 - Pierre Maitre
Calcul des éléments résistants d’une construction métallique - Lahlou
Dahmani
Charpente métalliques, conception et dimensionnement des halles et bâtiments,
traité de génie civil vol 11.
Règles de calcul des constructions en acier (Règles CM décembre 1966)
Mémotech. Structure Métalliques-Casteilla 2004
Eurocode 3 « Calcul des structures en acier » ENV 1993
CD reef V 3 de CSTB.
RPS 2000.
Règles NV 65

Webographie

www.cticm.fr

187
Annexe

Fig. 1 : Classification des semelles (1/2)

188
Fig. 1 : Classification des âmes (2/2)

189
Fig. 2 : coefficients de sécurité selon Eurocode 3

190
Fig. 3 4: Courbe d'imperfection et les valeurs de α

191
Valeurs de α
Diagramme parabolique (charge repartie) 0.03
Diagramme triangulaire (charge concentrée) -0.18
Moment constant (valeur enveloppe) 0.25

Fig. 5: valeur du coefficient α du flambement

Fig. 6: valeur des coefficients dynamiques

192
Fig. 7: Coefficient de dimension

193
Fig. 8: Coefficient ϒ0

194
Fig. 9: Coefficient Ce

195
Fig. 10: Coefficient βMQ

196
Fig. 11: Valeur de C1 C2 C3 annexe F Eurocode 3

197

Vous aimerez peut-être aussi