Vous êtes sur la page 1sur 184

Ecole Centrale de Nantes Université de Nantes

ÉCOLE DOCTORALE

MECANIQUE, THERMIQUE ET GENIE CIVIL

Année 2006 N° B.U. :

Thèse de DOCTORAT
Diplôme délivré conjointement par
L'École Centrale de Nantes et l'Université de Nantes

Spécialité : GENIE CIVIL

Présentée et soutenue publiquement par :

MARTA CHOINSKA

le 23 Novembre 2006
à l’Ecole Centrale de Nantes

TITRE

EFFETS DE LA TEMPERATURE, DU CHARGEMENT MECANIQUE ET DE LEURS INTERACTIONS


SUR LA PERMEABILITE DU BETON DE STRUCTURE

JURY

Président : M. Folker H. WITTMANN Professeur, Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich


et Université de Technologie de Qingdao

Rapporteurs : M. Frédéric SKOCZYLAS Professeur, Ecole Centrale de Lille


M. Jean Michel TORRENTI HDR-Professeur Associé, Ecole Normale Supérieure de Cachan

Examinateurs :
M. Georges NAHAS Ingénieur – Chercheur, IRSN, Fontenay-aux-Roses
M. Gilles PIJAUDIER-CABOT Professeur, Ecole Centrale de Nantes
M. Abdelhafid KHELIDJ Professeur, Université de Nantes

Invité : M. Frédéric DUFOUR Maître de Conférences, Ecole Centrale de Nantes

Directeur de thèse : Gilles PIJAUDIER-CABOT


Laboratoire : GeM – Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique
Co-encadrant : Abdelhafid KHELIDJ
Laboratoire : GeM – Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique
Co-encadrant : Frédéric DUFOUR
Laboratoire : GeM – Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique N° ED 0367xxx
TABLE DES MATIERES
________________________________________________________________________________________________________

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION GENERALE 1

CHAPITRE 1 : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE


ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
INTRODUCTION - CHAPITRE 1 3
1.1. Structure poreuse du béton 4
1.1.1. Structure initiale 4
1.1.1.1. Structure de la pâte de ciment hydraté et du béton 4
1.1.1.1.1. Principaux hydrates de la pâte de ciment hydraté 4
1.1.1.1.2. L’interface pâte-granulat du béton 4
1.1.1.1.3. L’eau dans la pâte de ciment hydraté et le béton 4
1.1.1.2. Caractéristiques de la structure poreuse 5
1.1.1.2.1. Porosité 5
1.1.1.2.2. Distribution de la taille des pores 5
1.1.1.2.3. Connectivité 6
1.1.1.2.4. Tortuosité 6
1.1.2. Effets des sollicitations mécaniques sur la structure poreuse initiale 7
1.1.2.1. Evolution structurelle avec les sollicitations mécaniques 7
1.1.2.1.1. Fissuration en compression 7
1.1.2.1.2. Fissuration en traction 10
1.1.2.2. Evolution des caractéristiques de la structure poreuse
avec les sollicitations mécaniques 10
1.1.2.3. Endommagement - base théorique 11
1.1.3. Effets de la température sur la structure initiale 13
1.1.3.1. Evolution structurelle avec la température 13
1.1.3.1.1. Modifications physico-chimiques 13
1.1.3.1.2. Fissuration thermique 14
1.1.3.2. Evolution des caractéristiques de la structure poreuse avec la température 18
1.2. Perméabilité du béton 20
1.2.1. Notions générales sur l’écoulement en milieu poreux 21
1.2.1.1. Loi de Darcy 21
1.2.1.2. Ecoulement du gaz en milieu poreux 22
1.2.1.2.1. Compressibilité 22
1.2.1.2.2. Glissement 23
1.2.2. Méthodes de détermination de la perméabilité intrinsèque du béton 25
1.2.2.1. Perméabilité dans le cas d’un écoulement laminaire 25
1.2.2.2. Perméabilité dans le cas d’un écoulement turbulent 26
1.2.3. Effets des sollicitations mécaniques sur la perméabilité du béton 28
1.2.3.1. Perméabilité en compression 28
1.2.3.2. Perméabilité en traction 32
1.2.4. Effets de la température sur la perméabilité du béton 34
1.2.5. Modèles d’évolution de la perméabilité du béton 37
1.2.5.1. Modèles discrets 37

i
TABLE DES MATIERES
________________________________________________________________________________________________________

1.2.5.2. Modèles continus 38


1.2.5.2.1. Validation théorique 39
1.2.5.2.2. Relations phénoménologiques 41
SYNTHESE- CHAPITRE 1 44

CHAPITRE 2 : ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION


ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
INTRODUCTION - CHAPITRE 2 47
2.1. Programme expérimental 48
2.1.1. Matériau étudié 48
2.1.1.1. Composition 48
2.1.1.2. Cure appliquée 50
2.1.1.3. Propriétés mécaniques 50
2.1.2. Dispositif expérimental 51
2.1.2.1. Dispositif de mesure de la perméabilité 51
2.1.2.2. Dispositif d’application de sollicitations mécaniques 53
2.1.2.3. Dispositif de mesure des déformations 55
2.1.2.4. Dispositif de régulation de la température et de l’humidité relative 57
2.1.3. Principe de détermination de la perméabilité sous chargement 58
2.1.4. Protocole expérimental 59
2.2. Présentation et analyse des résultats expérimentaux 62
2.2.1. Perméabilité initiale 63
2.2.2. Influence de l’état de contrainte sur la perméabilité 63
2.2.3. Evolution de la perméabilité avec le niveau de chargement 66
2.3. Relation endommagement-état de contrainte-perméabilité 74
CONCLUSIONS - CHAPITRE 2 79

CHAPITRE 3 : ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION


ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
INTRODUCTION - CHAPITRE 3 81
3.1. Programme expérimental 82
3.1.1. Matériau étudié 82
3.1.2. Dispositif expérimental 82
3.1.3. Principe de détermination de la perméabilité au cours du chauffage 82
3.1.4. Protocole expérimental 84
3.2. Présentation et analyse des résultats expérimentaux 85
3.2.1. Evolution de la perméabilité avec la température 85
3.2.1.1. Identification des effets de la température sur la structure poreuse du béton 88
3.2.1.1.1. Propriétés mécaniques du béton sous température 88
3.2.1.1.2. Effet de Klinkenberg sous température et après refroidissement 90
3.2.1.1.3. Porosité et distribution de la taille de pores dans le béton
après refroidissement 92
3.2.1.1.4. Analyse de phases de structures cristallines du béton
après refroidissement (DRX) 94
3.2.1.1.5. Caractérisation minéralogique du béton
après refroidissement (ATG/ATD) 100
3.2.1.2. Considération sur les effets de la température sur la perméabilité 102

ii
TABLE DES MATIERES
________________________________________________________________________________________________________

3.2.2. Evolution de la perméabilité avec la température et le chargement mécanique 103


3.2.2.1. Influence de l’état de contrainte sur la perméabilité 105
3.2.2.2. Evolution de la perméabilité avec le niveau de chargement 108
3.3. Relation endommagement-température-perméabilité 112
3.3.1. Considération sur la validité de la relation endommagement-température-perméabilité 114
3.3.2. Limite d’application de la relation endommagement-température-perméabilité 114
3.3.3. Considération sur la validité du découplage dans la phase post-pic 114
CONCLUSIONS - CHAPITRE 3 115

CHAPITRE 4 : CONTRIBUTION A LA MODELISATION


D’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
INTRODUCTION - CHAPITRE 4 : 117
Vers une loi d’évolution de la perméabilité avec l’endommagement et l’ouverture de fissure
4.1. Rappels sur les modèles non-locaux d’endommagement sur l’exemple
du modèle de Mazars 119
4.1.1. Formulation locale 119
4.1.2. Formulation non-locale 120
4.1.2.1. Localisation et régularisation des déformations 120
4.1.2.2. Méthodes de régularisation 121
4.1.2.2.1. Modèle non-local intégral 121
4.1.2.2.2. Modèle non-local gradient implicite 121
4.2. Raccordement entre les lois d’évolution de la perméabilité 123
4.2.1. Proposition d’une loi de raccordement : Loi des mélanges 124
4.2.2. Analyse de la perméabilité au niveau local et structurel 127
4.2.2.1. Cylindre en traction par fendage (2D) 127
4.2.2.1.1. Modèles de comportement mécanique et de la perméabilité 127
4.2.2.1.2. Analyse de l’incidence de la loi de raccordement
sur la réponse structurelle 130
4.2.2.1.3. Analyse des effets d’échelle
sur la résistance mécanique et la perméabilité 136
4.3. Calcul d’une ouverture de fissure dans un milieu continu 148
4.3.1. Description analytique de l’approche mécanique proposée 148
4.3.2. Simulations numériques (1D) 152
CONCLUSIONS - CHAPITRE 4 159

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 161

BIBLIOGRAPHIE 165

ANNEXE A : Caractéristiques techniques des Appareils d’Essais 175

ANNEXE B : Evolution de la distribution de la taille des pores


avec la température du traitement 177

ANNEXE C : Influence de paramètres du modèle de Mazars sur


la réponse globale en traction par fendage 178

iii
TABLE DES MATIERES
________________________________________________________________________________________________________

iv
INTRODUCTION GENERALE
________________________________________________________________________________________________________

INTRODUCTION GENERALE

Problématique
La perméabilité du béton représente la capacité de ce matériau poreux à être traversé par un
fluide sous un gradient de pression. Le flux se produit dans un réseau poreux, comportant des
pores initiaux ainsi que dans des vides ou des fissures. Celles-ci, induites par diverses
sollicitations, interconnectent généralement les chemins de percolation et diminuent ainsi la
résistance du milieu au flux, ce qui provoque une augmentation de la perméabilité. La
perméabilité est un paramètre pouvant influencer indirectement la durabilité des structures en
béton en gouvernant la vitesse de pénétration d'agents agressifs, mais aussi directement la
capacité de confinement lorsque la structure a un rôle d’étanchéité, ce qui est le cas des enceintes
de confinement des centrales nucléaires. Les travaux de recherche présentés dans ce mémoire
s’intéressent à ce sujet dans le cadre d’une collaboration entre l’équipe ERT Rupture et Durabilité
des Ouvrages de l’Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM) et un de ses
partenaires industriels Electricité de France (EDF).
L'enceinte de confinement en béton précontraint des réacteurs du parc nucléaire français constitue
la troisième barrière d'étanchéité vis-à-vis de l'environnement après la gaine de combustible et la
cuve en acier du réacteur. Elle doit fournir des garanties d’étanchéité pendant sa durée de vie
initialement prévue pour 40 ans. L'étanchéité de la troisième barrière est testée lors des épreuves
par la mesure du débit de fuite de gaz après la pressurisation préalable de l’enceinte avec de l’air
sec. Le débit mesuré doit être inférieur à un seuil défini dans le rapport de sûreté.
En service, l'enceinte de confinement est soumise à différents types de sollicitations (mécaniques,
thermiques, retrait, fluage, etc…) qui ne sont généralement pas assez significatives pour produire
une dégradation importante du béton (Norris et al., 1999). Cependant, lors des épreuves ou
d’accidents éventuels, des dégradations peuvent s’accumuler et conduire ainsi à une fissuration.
Par conséquent, il est nécessaire d’évaluer l’étanchéité dans le cas où le béton précontraint de
l'enceinte reste dans la phase pré-pic du comportement (conditions normales de service) et dans le
cas où il peut se trouver localement dans la phase post-pic du comportement (épreuves
d’étanchéité ou accidents). Notons que même une faible variation de la perméabilité du béton
peut entraîner une grande variation du débit de fuite.
Dans le cadre de la recherche sur la sûreté nucléaire des enceintes de confinement, beaucoup
d’attention est consacrée également aux effets des accidents hypothétiques qui pourraient se
produire sans remettre en cause la stabilité structurelle de l’ouvrage. A titre d'exemple, l'accident
de type APRP (Accident par Perte de Réfrigérant Primaire) est postulé par rupture de tuyauterie
vapeur s’accompagnant d’une élévation de la pression et de la température pouvant atteindre
150 °C.
Pour la prévision du risque de fuite de gaz consécutive aux effets de sollicitations en service ou
en accident, ainsi que pour leur quantification, des simulations numériques nécessitent d’être
employées, car il est délicat voire impossible de réaliser des essais in-situ. Dans ce but, des
modèles de comportement fiables doivent être établis. Toutefois, leur établissement nécessite tout
d’abord une compréhension des mécanismes des interactions entre les paramètres influençant
l’étanchéité du béton.

1
INTRODUCTION GENERALE
________________________________________________________________________________________________________

Cadre de la thèse
Dans le contexte industriel de nos travaux, l’objectif de cette thèse est de caractériser les effets de
la température jusqu’à 150 °C et de l’état mécanique ainsi que de leurs interactions sur la
perméabilité du béton de structure.
Etant donné que l'évaluation de l'étanchéité d'une paroi en béton d’une enceinte de confinement
peut se rapporter à deux régimes caractéristiques de l’état mécanique : un régime de
microfissuration diffuse (en phase pré-pic) et un régime de fissuration localisée (en phase post-
pic), nous étudierons l’évolution de la perméabilité dans ces deux régimes distincts pouvant se
succéder ou se superposer selon le type de chargement et la partie de la structure considérée.
De plus, nous souhaitons définir si possible une loi unique d’évolution de la perméabilité capable
de représenter celle-ci dans les deux régimes de fissuration (diffuse ou localisée) et qui pourra
aisément s’appliquer aux calculs de structures.

Organisation de la thèse
L’objectif de cette thèse étant de caractériser l’évolution de la perméabilité du béton de structure
avec les effets de la température et de l’état mécanique, nous employons à la fois des moyens
expérimentaux et une modélisation numérique. Pour présenter les méthodes et les outils retenus,
ainsi que les résultats obtenus au cours de la thèse, ce mémoire se décompose en quatre
chapitres :
- Le premier est consacré à une synthèse bibliographique qui permet de présenter l’état des
connaissances sur les mécanismes de l’évolution de la perméabilité du béton. Cette synthèse
permet également de construire notre programme expérimental : nous étudierons en particulier
l’évolution de la perméabilité au gaz du béton sec sous une compression uniaxiale jusqu’à la
rupture et sous une température homogène jusqu’à 150 °C.
- Le deuxième présente la première étude expérimentale qui s’intéresse à l’interaction entre l’état
mécanique en compression et la perméabilité du béton. Les résultats obtenus, ainsi que leur
application vis-à-vis de l’obtention d’une loi d’évolution de la perméabilité, y sont exposés et
analysés.
- Dans le troisième chapitre, la deuxième étude expérimentale s’intéresse d’une part à
l’interaction entre la température et la perméabilité et, d’autre part, aux effets de couplage entre la
température et l’endommagement et leurs influences sur la perméabilité du béton. Cette étude
permettra d’analyser les effets simultanés des sollicitations thermiques et mécaniques sur la
perméabilité et d’aboutir à une proposition de la loi d’évolution de la perméabilité.
- Enfin, le quatrième chapitre présente deux approches permettant de modéliser avec une seule loi
l’évolution de la perméabilité avec l’état mécanique. La première approche se base sur la
définition d’une loi de raccordement (loi des mélanges) entre la perméabilité en fonction de
l’endommagement et la perméabilité en fonction de l’ouverture de fissure. La deuxième approche
consiste à relier d’un point de vue mécanique l’endommagement avec l’ouverture de fissure puis
à appliquer la loi de Poiseuille. Ce dernier chapitre s’inscrit dans le cadre du projet « CONTIFISS
» (fissuration continue) financé par l’ANR.
Nous terminerons ce mémoire de thèse par une conclusion générale de nos travaux, ainsi que des
perspectives qui en découlent sur les améliorations nécessaires à apporter afin de déboucher vers
un modèle fiable capable de reproduire les variations de perméabilité d’une enceinte de
confinement.

2
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
CHAPITRE 1 :

ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE


ET DE LA PERMEABILITE DU BETON

INTRODUCTION

Dans le but de caractériser l’interaction entre les paramètres influençant la perméabilité du béton
de structure, en particulier celui d’une enceinte de confinement de centrale nucléaire en cas
d’accident type APRP, nous nous intéressons principalement à l’évolution de la perméabilité du
béton sous une température de l’ordre de 150 °C et sollicité mécaniquement. Les effets de l’état
hydrique et de l’état mécanique peuvent être, selon Jason (2004), découplés pour l’estimation de
l’évolution de la perméabilité du béton. L’impact de l’état hydrique sur la perméabilité, qui a fait
l’objet d’autres études (voir, par exemple, Abbas et al., 1999, Monlouis-Bonnaire et al., 2004,
Sanjuant et Munoz-Martialay, 1996, Gardner et al., 2005), n’est donc pas pris en compte dans
notre travail. De même, l’influence de la dégradation chimique sur la perméabilité ne sera pas
considérée (Gérard, 1996, Tognazzi, 1998, Loosevelt, 2002, NIST, 1999).
Etant donné que la perméabilité du béton est contrôlée par les propriétés de sa microstructure,
nous caractérisons cette dernière dans la première partie de ce chapitre à l’état initial, puis son
évolution avec les sollicitations mécaniques et la température.
Dans la deuxième partie de ce chapitre, après un rappel des aspects théoriques concernant la
détermination de la perméabilité du béton, nous présentons les résultats d’une étude
bibliographique sur l’évolution de la perméabilité avec les sollicitations mécaniques et avec la
température. De plus, nous exposons des modèles d’évolution de la perméabilité basés sur un
couplage endommagement-perméabilité (cas de modèles continus) ou ouverture de fissure-
perméabilité (cas de modèles discrets).

3
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1. Structure poreuse du béton

1.1.1. Structure initiale

Le béton durci est un matériau poreux composé de pâte de ciment hydraté et de granulats (sable
et gravier). Cette structure complexe se décompose en une phase solide et une phase fluide
(liquide et gazeuse). Le volume de chaque phase influence, entre autres, la structure poreuse
initiale du béton.

1.1.1.1. Structure de la pâte de ciment hydraté et du béton

1.1.1.1.1. Principaux hydrates de la pâte de ciment

La phase solide de la pâte de ciment est formée de grains de ciment hydraté. Les produits
d’hydratation les plus importants (au moins 50 % d’une pâte de ciment ordinaire) sont les
silicates de calcium hydratés, noté C-S-H (dans la convention de notation cimentière : C-CaO, S-
SiO2, H-H2O). Ce composé est souvent appelé « gel » de C-S-H. Ce terme signifie l’agrégation
rigide de matériau colloïdal et indique le faible degré de cristallinité de ce composé « gorgé
d’eau » (Baroghel-Bouny, 1994). En plus de ce « gel », la pâte de ciment hydraté contient des
cristaux plus grossiers, tels que ceux de la portlandite Ca(OH)2 (~20 % d’une pâte de ciment
ordinaire) cristallisant en plaquettes hexagonales, et des aluminates ou sulfo-aluminates de
calcium hydratés (~10 % d’une pâte de ciment ordinaire), dont l’ettringite cristallisant sous forme
d’aiguilles à base hexagonale. Ces principaux constituants de la pâte de ciment hydraté guident
ses propriétés mécaniques.

1.1.1.1.2. L’interface pâte de ciment-granulat du béton

Dans le béton durci, autour des granulats, une zone de pâte de ciment hydraté particulière,
appelée « auréole de transition » (Maso, 1980), peut être présente en fonction de la forme et de la
composition chimique des granulats. La liaison pâte-granulat est trouvée meilleure d’un point de
vue mécanique avec des granulats concassés qu’avec des granulats roulés (Moranville-Regourd,
1992).
Par ailleurs, dans le cas de granulats peu poreux (par exemple : granulats siliceux), cette liaison,
qui s’établit au cours de l’hydratation, est fortement poreuse et ainsi moins résistante que la pâte
elle-même. De ce fait, elle constitue le point faible des bétons : la fissuration se produit
préférentiellement à ce niveau. Cependant, avec les granulats très poreux (par exemple : granulats
calcaires), suite à la formation d’hydrates de carbo-aluminates de calcium à l’interface pâte-
granulat, l’auréole est faiblement poreuse et sa résistance mécanique est élevée.

1.1.1.1.3. L’eau dans la pâte de ciment hydraté et le béton

L’eau, présente dans la pâte de ciment hydraté et le béton, se retrouve sous trois formes :
- l’eau capillaire
- l’eau adsorbée
- l’eau chimiquement liée
L’eau capillaire remplit le volume poreux au-delà de la couche adsorbée et elle est séparée de la
phase gazeuse par des ménisques. Lorsque l’eau capillaire se trouve en équilibre avec la phase

4
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
gazeuse par l’intermédiaire d’une interface plane, elle est appelée eau libre. Celle-ci est présente
dans les gros pores et s’évacue facilement du béton lors du séchage.
L’eau adsorbée est soumise à des champs de forces superficielles par l’intermédiaire des forces
intermoléculaires de Van der Waals et des forces électrostatiques. La distinction entre physi- et
chimi-sorption dépend de la grandeur des énergies d’adsorption. L’eau adsorbée est présente sur
la surface solide des pores, notamment sur le gel C-S-H (l’eau interlamellaire et inter-feuillet, cf.
les travaux de Sierra, 1982).
Finalement, l’eau chimiquement liée représente l’eau consommée au cours des réactions
d’hydratation du ciment ou combinée avec d’autres composants dans les hydrates.
L’eau adsorbée la plus liée (adsorbée chimiquement), ainsi que l’eau chimiquement liée, est
également classifiée comme eau « non-évaporable », au contraire de l’eau capillaire et celle
adsorbée la moins liée (adsorbée physiquement) (Baroghel-Bouny, 1994).

1.1.1.2. Caractéristiques de la structure poreuse

La structure poreuse de la pâte de ciment hydraté et du béton durci peut être caractérisée à travers
des paramètres tels que la porosité, la distribution de la taille des pores, la connectivité ou la
tortuosité des pores. Ces paramètres influencent aussi bien les propriétés mécaniques que la
durabilité du béton par l’intermédiaire des propriétés de transferts.

1.1.1.2.1. Porosité

Nous rappelons que la porosité totale p d’un matériau poreux est définie par :
Vp
p= (1.1)
Vt
où Vp est le volume des vides du matériau, alors que Vt est le volume total.
La porosité totale d’un béton ordinaire durci est de l’ordre de 10 % (Baroghel-Bouny, 1994).
Cette porosité résulte de celle de la pâte, des granulats (porosité de l’ordre de 2 % pour certains
granulats calcaires, voir Baroghel-Bouny, 1994) et de l’interface pâte-granulat.
Cependant, différentes niveaux de connectivité peuvent exister pour un pore :
- interconnecté
- aveugle (bras mort)
- isolé.
Les pores interconnectés permettent le transport de matières dans le matériau, contrairement aux
pores aveugles ou aux pores isolés.

1.1.1.2.2. Distribution de la taille des pores

Le béton est caractérisé par un large spectre de taille des pores. Deux familles de taille de pores
sont à considérer (Figure 1.1) :
- les pores capillaires
- les pores internes aux hydrates
Les pores capillaires sont détectables par porosimétrie au mercure (voir description de la méthode
et exemple de résultats au paragraphe §4.2.2.3.). Ils représentent les espaces intergranulaires et
sont directement liés au rapport Eau / Ciment du mélange de la pâte de ciment. En raison de la
maniabilité du béton (surtout ordinaire), le volume d’eau fourni pour la fabrication du béton est

5
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
supérieur au volume nécessaire pour l’hydratation. Par conséquent, cet excédent d’eau s’évacue
par séchage au cours du temps et laisse des pores capillaires disponibles pour la circulation de
gaz.
Cependant, les pores internes aux hydrates (en particulier au gel C-S-H), ne sont pratiquement
pas affectés par le rapport Eau / Ciment. Cette porosité, intrinsèque aux hydrates, peut être
observée à l’aide de l’adsorption gazeuse (Baroghel-Bouny, 1994).
A ces deux familles de taille de pores, les vides dus aux bulles d’air (voir Figure 1.1), et les
fissures (diamètre supérieur à 1 µm) sont à ajouter.

Figure 1.1 : Echelle dimensionnelle des constituants et des pores du béton (d’après Tsimbrovska,
1998).

1.1.1.2.3. Connectivité

La connectivité (C) est un paramètre de la topologie de la structure poreuse (description de


Cairns, puis de Fischermeister, rapportée par Dullien, 1979) qui caractérise le degré avec lequel
une structure poreuse est connectée. Elle correspond au plus grand nombre de branches du réseau
poreux pouvant être coupées sans déconnecter de nœuds du reste du réseau. Pour une meilleure
compréhension du modèle associé voir, par exemple, Dullien (1979). Dans notre cas, nous
retenons la relation :
C = b − n +1 (1.2)
où b est le nombre de branches et n le nombre de nœuds.
Remarquons qu’un pore isolé, mais qui se connecte par exemple par microfissuration aux pores
interconnectés, peut désormais participer aux écoulements à travers le matériau. On a alors une
connectivité qui augmente par fissuration.

1.1.1.2.4. Tortuosité

La tortuosité (τ), introduite dans le modèle géométrique de la perméabilité de Carman-Kozeny


(Carman, 1956), caractérise le chemin d’écoulement d’un fluide à travers le réseau poreux par :
2
⎛L ⎞
τ =⎜ e⎟ (1.3)
⎝L⎠
où Le est la longueur réelle du parcours d’un fluide et L est la longueur projetée du parcours d’un
fluide en ligne droite.

6
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1.2. Effets des sollicitations mécaniques sur la structure poreuse initiale

Au-delà d’un certain seuil de sollicitation mécanique, des fissures apparaissent dans le béton
(Mazars, 1984). Elles endommagent le matériau en provoquant une baisse du module d’élasticité
observée sur les courbes du comportement expérimental (cf. Figures 1.2 et 1.3). Diverses
méthodes expérimentales (microscopie optique, rayon X, propagation d’ondes ultrasonores,
émission acoustique, extensométrie) ont mis en évidence deux types de fissuration du béton :
- au niveau de l’interface pâte de ciment-granulat (auréole de transition)
- à travers le mortier
Comme les propriétés du béton en compression sont les plus utilisées dans la réalisation des
ouvrages, la fissuration du béton en compression a fait l’objet de plusieurs études pour
comprendre son comportement. Bien que la résistance en traction du béton soit de l’ordre de 10
% de celle en compression (négligée dans les règlements), ce qui limite son utilisation dans les
zones tendues, la fissuration du béton en traction a été également largement étudiée. En effet, la
connaissance de la fissuration en traction est indispensable afin de caractériser le comportement
complet du béton ou lorsqu’on souhaite estimer une charge correspondante à une certaine
ouverture de fissure qui gouverne la résistance du béton à la pénétration des agents agressifs (vis-
à-vis de la durabilité).
Dans les paragraphes suivants, nous allons décrire la fissuration et le comportement expérimental
du béton d’abord en compression (uniaxiale), puis en traction. Cependant, la description des
effets de la compression est davantage détaillée car ce type de chargement est celui des enceintes
de confinement et est donc considéré par la suite dans notre étude expérimentale.

1.1.2.1. Evolution structurelle avec les sollicitations mécaniques

1.1.2.1.1. Fissuration en compression

Le comportement typique du béton lors des cycles de chargement-déchargement est montré sur la
Figure 1.2.

Figure 1.2 : Comportement du béton en compression lors d’un essai piloté en déformation
(d’après Ramtani et al., 1992).

7
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Ce comportement fait apparaître un ensemble de résultats liés à l’évolution structurelle du béton
avec la compression, regroupés selon quatre phases :
- la première, jusqu’à 40-60 % de la contrainte maximale, où le comportement reste quasi-
linéaire. En effet, la microfissuration évolue peu dans cette phase. Au regard du
mécanisme de fissuration en compression, proposé par Mehta (1986) et illustré sur la
Figure 1.3, les premières microfissures aux interfaces pâte-granulat apparaissent déjà pour
30 % de la contrainte maximale.
- la deuxième, jusqu’à 75-85 % de la contrainte maximale, où le comportement devient
non-linéaire. D’après Mehta (1986), un réseau de microfissures se propage aux interfaces
qui commencent à gagner la pâte déjà pour 75 % de la contrainte maximale. Cependant,
d’après Shah et al. (1987), avant 85 % de la contrainte maximale, la fissuration se réduit à
une microfissuration aux interfaces pâte-granulat (observations au microscope).
Toutefois, à l’échelle microscopique, cette microfissuration, due aux extensions, se
développe en mode d’ouverture (I) et en mode de cisaillement plan (II) combinés aussi
bien à l’interface que dans la pâte (Mazars, 1984).
- la troisième, jusqu’au pic de contrainte. Par effet de Poisson croissant, les extensions
perpendiculaires à l’axe de chargement deviennent si importantes, que des microfissures
parallèles à l’axe du chargement et à travers la pâte apparaissent (Acker et al., 1982,
Mehta, 1986, Shah et al., 1987). Au fur et à mesure que le chargement se poursuit, ces
microfissures rejoignent celles des interfaces pour former des microfissures connectées
dans le béton.
Lorsqu’on approche la contrainte maximale, ces microfissures, parallèles à l’axe du
chargement, finissent par s’organiser en une ou plusieurs macrofissures. Des mesures des
champs de déplacements et de distorsions (technique de stéréophotogrammétrie, voir
Figure 1.4) montrent que les déformations se concentrent, puis croissent rapidement dans
des zones d’épaisseur faible mais finie pour former une macrofissure, alors que les zones
voisines se déchargent. Ce phénomène est appelé localisation des déformations ; le champ
moyen de déformation devient non-uniforme (Torrenti et al., 1993).
- la quatrième, au-delà du pic de contrainte, où le comportement devient adoucissant. Des
fissures macroscopiques (localisées) s’ouvrent et se propagent, conduisant à la rupture du
matériau.

Dans la première phase du comportement, la fermeture des pores et des microfissures


préexistantes a été observée (Acker et al., 1982). Cette phase correspond ainsi à une contraction
globale du volume. Par contre, à partir de 85 % de la contrainte maximale puis dans la phase
post-pic, une nette augmentation du volume global du matériau a été rapportée par Picandet
(2001), ce qui correspond au comportement dilatant du matériau.

8
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.3 : Illustration schématique de la fissuration du béton chargé en compression (d’après


Mehta, 1986).

Figure 1.4 : Phénomène de localisation des déformations dans un essai de compression du béton
(d’après Torrenti et al., 1993).

9
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1.2.1.2. Fissuration en traction

Les essais de traction directe sur béton sont très délicats à mener. En effet, la traction fait
apparaître une sensibilité aux défauts ainsi qu’une forte instabilité (Mazars, 1984). De ce fait, les
essais de traction indirecte ont été développés (flexion 3 ou 4 points, fendage). Ils fournissent la
résistance en traction, mais ils ne permettent pas d’analyser complètement la fissuration en
traction. Un autre type d’essai a été développé afin de reproduire une fissuration de traction. Il
s’agit des essais PIED (Ramtani, 1990) et BIPEDE (Gérard, 1996), développés pour « stabiliser »
la réponse en contrôlant l’apparition d’une ou de plusieurs microfissures. L’effort de traction est
appliqué sur des barrettes métalliques qui induisent une déformation homogène au béton en
surface de l’éprouvette.
Le comportement expérimental, obtenu lors d’une traction directe sous chargement monotone, est
montré sur la Figure 1.5.

Figure 1.5 : Comportement du béton en traction lors d’un essai direct piloté en déformation
(d’après Terrien, 1980).

Il fait apparaître distinctement trois phases :


- la première phase, jusqu’à environ 50 % de la contrainte maximale, où le comportement
reste quasi-linéaire. L’apparition de microfissures aux interfaces est quasiment nulle.
- la deuxième phase, jusqu’au pic de contrainte, où le comportement devient non-linéaire.
L’endommagement du matériau, se manifestant par une perte de la raideur, apparaît suite
à la décohésion des interfaces entre pâte et granulats, puis à la progression des
microfissures dans la pâte (Mazars, 1984).
A l’approche du pic de contrainte, la localisation des déformations a lieu, ce qui
correspond à la formation d’une macrofissure localisée (Mazars, 1984).
- la dernière phase, où le comportement devient adoucissant. Le développement d’une
macrofissure localisée conduit à la rupture du matériau.

1.1.2.2. Evolution des caractéristiques de la structure poreuse avec les sollicitations


mécaniques

La fissuration, en compression comme en traction, crée des vides au sein de la matière. Ainsi, elle
participe à l’augmentation de la porosité totale du matériau et provoque une modification de la

10
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
distribution de la taille des pores (Baroghel-Bouny, 1994). Le volume de fissures, dont le
diamètre est compris entre 1 µm et quelques mm, s’ajoute au volume des pores initiaux.
Les microfissures connectent les pores initiaux, puis s’interconnectent entre elles pour former des
macrofissures. En effet, la connectivité d’un tel réseau poreux fissuré augmente, car des branches
supplémentaires du réseau poreux initial sont créées.
En ce qui concerne la tortuosité, étant donné que les granulats agissent comme des barrières à la
propagation des fissures (Wang et al., 1994), la trajectoire des macrofissures devient d’autant
plus tortueuse que le diamètre des granulats est important. Cependant, lorsqu’une fissuration
intragranulaire a lieu (fissures traversant les granulats), la tortuosité diminue significativement
pour tendre vers 1.

1.1.2.3. Endommagement - base théorique

Nous rappelons que, pour décrire la perte de rigidité du béton due à l’apparition puis à la
propagation progressive de microfissures, les modèles d’endommagement, basés sur la
mécanique des milieux continus, peuvent être employés.
La théorie d’endommagement, proposée initialement par Kachanov en 1958, caractérise le
processus de la microfissuration qui précède la rupture macroscopique. Connaissant l’histoire des
contraintes et des déformations relatives à un élément de volume donné d’une structure, les lois
fournissent, par intégration dans le temps, l’évolution de l’endommagement jusqu’à l’amorçage
de la fissure macroscopique.
Pour représenter l’endommagement à l’échelle d’un point matériel, considérons un solide
endommagé dans lequel on isole un élément de volume fini d’une taille suffisamment grande par
rapport aux hétérogénéités du milieu. Soit S l’aire totale d’une section donnée de l’élément de
volume repérée par sa normale n . Sur cette aire, l’aire S D correspond à celle créée par des
microfissures (Figure 1.6). L’endommagement local Dn de cet élément de volume dans la
direction n s’écrit :
S
Dn = D (1.4)
S
La variable d’endommagement est nulle pour l’état non-endommagé ou vierge, est égale à 1 à la
rupture (suivant un plan normal à n ) et reste toujours comprise entre ces deux valeurs.

Figure 1.6: Elément d’un solide endommagé.

11
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

L’hypothèse d’isotropie consiste à supposer que l’endommagement engendre différentes


microfissures distribuées uniformément dans toutes les directions. Dans ce cas, la valeur de la
variable Dn ne dépend pas de l’orientation n et le scalaire D caractérise intégralement l’état de
l’endommagement. Nous suivrons cette approche dans notre étude.
Dans la mécanique d’endommagement, la notion de contrainte effective σ’, introduite par
Rabotnov en 1968, est considérée. Elle correspond à une contrainte du matériau non-
endommagé :
σ
σ' = (1.5)
(1 − D)
où σ est le tenseur de contrainte de Cauchy. On suppose que tout comportement d’un matériau
endommagé se traduit par les lois de comportement du matériau vierge, dans lesquelles on
remplace la contrainte usuelle par la contrainte effective.
Ainsi, la loi de comportement élastique-endommageable, où la variable scalaire
d’endommagement isotrope D se traduit par une modification (perte) de la raideur élastique,
s’écrit :
σ'= Cε (1.6)
Cela revient à considérer :
σ = (1 − D ) Cε (1.7)
où ε est le tenseur de déformation et C est le tenseur d’élasticité d’ordre 4.
La variable d’endommagement suit une loi d’évolution basée sur un critère en déformation
(Mazars, 1984 et de Vree et al., 1995), en énergie ou en contrainte (voir, par exemple, Lemaitre
et Chaboche, 1984). Le modèle le plus simple pour décrire la rupture du béton en mode I et le
plus couramment utilisé est celui de Mazars (1984) (cf. §4.1).

12
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1.3. Effets de la température sur la structure poreuse initiale

Des phénomènes multiples au niveau microstructural apparaissent pendant la mise en température


élevée du béton. Parmi les plus importants figurent la modification de la teneur en eau due à
l'évaporation de l'eau non-liée (l’eau capillaire et une partie de l’eau adsorbée) jusqu'à 120 °C
(Noumowé, 1995), la décomposition chimique de la pâte de ciment due à la perte de l'eau liée, la
fissuration thermique provoquée par la dilatation thermique différentielle, la dilatation thermique
libre de l’ensemble du matériau, le changement de pression interne de pores (Luccioni et al.,
2002), etc. Nous allons maintenant décrire les modifications physico-chimiques et la fissuration
thermique, car elles affectent fortement et de manière irréversible (endommagement) la structure
poreuse du béton.

1.1.3.1. Evolution structurelle avec la température

1.1.3.1.1. Modifications physico-chimiques

Le béton soumis à des températures élevées subit des transformations physico-chimiques qui
modifient sa microstructure. Grace à la diffraction aux rayons X (DRX, voir description de la
méthode et exemple de résultats au paragraphe §3.2.1.1.4.) ou l’analyse thermique différentielle
(ATD, voir description de la méthode et exemple de résultats au paragraphe §3.2.1.1.5.), les
réactions suivantes sont mises en évidence dans la pâte de ciment :
- entre 30 °C et 105 °C, l’eau libre et une partie de l’eau adsorbée s’évacuent du béton.
L’eau non-liée est intégralement éliminée à 120 °C (Noumowé, 1995).
- entre 110-130 °C et 170 °C, la décomposition du gypse (Noumowé, 1995, Alarcon-Ruiz
et al., 2005) et de l’ettringite (Zhou et Glasser, 2001), accompagnée de la perte d’une
partie de l’eau liée des carbo-aluminates hydratés (Nonnet et al., 1999), peut avoir lieu.
Cependant, d’après Baroghel-Bouny (1994), le gypse et l’ettringite se déshydratent dès 80
°C. Il existe sur ce point une controverse entre chercheurs.
- A partir de 180 °C, puis jusqu’à 300 °C, due à la perte de l'eau liée, la première étape de
la déshydratation chimique du gel de C-S-H a lieu. Cela signifie que les produits hydratés
se transforment en produits anhydres avec l'eau devenue libre, qui s'évapore (pendant le
chauffage). Cependant, selon Harmathy (1970) et Bazant et Wittmann (1982), la
déshydratation a lieu à partir de 105 °C. Selon Baroghel-Bouny (1994), la température de
déshydratation des silicates de calcium hydraté (C-S-H) est mal connue et dépend de
l’humidité relative mais, selon cet auteur, à 105 °C la déshydratation a déjà commencé.
- Entre 450 °C et 550 °C, la portlandite Ca(OH)2 se décompose en chaux libre CaO et en
eau, qui s’évapore (Noumowé, 1995).
- Entre 600 °C et 700 °C, une seconde étape de la déshydratation des phases de C-S-H,
résultant d’une formation de silicates bicalciques et d’une libération d’eau, a lieu (Bazant
et Kaplan, 1996).
- Entre 700 °C et 900 °C, il y a décomposition du carbonate de calcium Ca(CO)3, contenu
dans les granulats calcaires et dans la pâte de ciment, lorsqu’elle contient du filler
calcaire. Cette réaction de décomposition en chaux libre CaO est accompagnée d’une
libération de gaz carbonique.
La vapeur d’eau, issue de l’eau libre et de l’eau chimiquement liée, remplit le réseau poreux et
tend à s’échapper du béton. Lorsqu’elle n’arrive pas à le faire, la pression de la vapeur augmente
(Tsimbrovska, 1998).

13
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1.3.1.2. Fissuration thermique

D’une part, la pâte de ciment hydraté subit une expansion jusqu’à environ 150 °C, puis une
contraction lorsqu’elle est sujette à un fort retrait de dessiccation qui mène à la perte d’eau
(Figure 1.7) (Diederichs et al., 1989). Pour ces températures, le retrait de la pâte de ciment est
essentiellement provoqué par la déshydratation du gel de C-S-H.

Figure 1.7 : Evolution de la déformation thermique des pâtes de ciment avec la température
(d’après Diederichs et al., 1989).

D’autre part, les granulats subissent toujours une expansion thermique (Figure 1.8) (Diederichs et
al., 1989, Bazant et Kaplan, 1996). Pour les granulats courants, la dilatation thermique de ceux à
base de roches volcaniques (comme le basalte) est la plus faible, suivie de celle de granulats
calcaires, puis de celle de granulats à base de grès et de quartzites (Noumowé, 1995).

Figure 1.8 : Evolution de la déformation thermique des granulats naturels avec la température :
(a),(g) – grès, (b),(f) – calcaire, (c)- granit, (d) – anorthosite, (e) – basalte, (h) –pumice, d’après
Bazant et Kaplan (1996).

14
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Par conséquent, la déformation thermique du béton résulte de la contribution des déformations
thermiques de la pâte de ciment et des granulats qui n’ont pas le même coefficient de dilatation
thermique. Dans la plupart des cas, jusqu’à 150 °C, l’expansion de la pâte est supérieure à celle
du granulat. Suite à des déformations empêchées par la dilatation différentielle de la pâte et des
granulats, des contraintes naissent aux interfaces pâte-granulat et peuvent entraîner la fissuration
thermique. Cependant, pour des hautes températures, seule la dilatation des granulats entraîne la
dilatation du béton malgré la contraction de la pâte (Bazant et Kaplan, 1996). En effet, les
granulats sont mécaniquement plus résistants et ils dominent le comportement thermique en
fissurant la pâte (système de déformations empêchées). Pour expliquer les types de fissuration qui
peuvent se produire dans un béton sous température, considérons le comportement d’une
inclusion, le granulat, dans une matrice, la pâte de ciment. D’après le modèle de l’inclusion
sphérique de Hettema (1996) rapporté par Lion (2004), lorsque la dilatation due aux effets de la
température de la matrice est supérieure à celle de l’inclusion, les fissures se développent à
l’interface matrice-inclusion par décohésion (fissures tangentielles) (voir Figure 1.9). C’est ainsi
le cas jusqu’à 150 °C lorsque la pâte se dilate davantage que le granulat. Inversement, lorsque la
dilatation due aux effets de la température de la matrice est inférieure à celle de l’inclusion, des
fissures radiales se forment au sein de la matrice (voir Figure 1.9). C’est normalement le cas du
béton sous des températures supérieures à 150 °C. En conséquence, la fissuration thermique
comprend à la fois la création de nouveaux pores (vides) et l’élargissement irréversible des pores
préexistants (Lion, 2004). De plus, l’élargissement des pores favorise la destruction des particules
de pâte servant de cloisons aux pores (Noumowé, 1995).

Figure 1.9 : Schémas de fissuration dans un milieu matrice-inclusion adaptés de Hettema (1996).
α représente le coefficient de dilatation équivalent dû aux effets de la température (ici dilatation
thermique et retrait de dessiccation).

Ces types de fissuration ont été observés dans un mortier traité à 300 °C par Fu et al. (2004) qui
ont employé la microscopie électronique à balayage (MEB) (Figure 1.10). Concernant la
fissuration thermique de la pâte de ciment pure, ils ont remarqué également une fissuration suite à
l’incompatibilité thermique entre les composés hydratés et déshydratés de la pâte. Les fissures

15
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
ont été formées au dessous de 100 °C et leurs ouvertures et longueurs ont augmenté rapidement
avec la température (Figure 1.11).

Figure 1.10 : Faciès de fissuration (indiqués par les flèches) observés dans un mortier (d’après
Fu et al., 2004).

16
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.11 : Faciès de fissuration (indiqués par les flèches) observés dans une pâte de ciment
(d’après Fu et al., 2004).

17
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.1.3.2. Evolution des caractéristiques de la structure poreuse avec la température

Les transformations physico-chimiques, dont la décomposition du gel C-S-H, et la fissuration


thermique due à l’incompatibilité des déformations thermiques, modifient la géométrie de la
structure poreuse du béton. Le départ de l’eau, sans modifier la porosité totale, augmente le
volume de pores accessibles à la phase gazeuse par rapport à la phase liquide. Cependant, la
fissuration thermique, accompagnée d’un élargissement des pores, participe à l’augmentation de
la porosité totale. Par ailleurs, avec l’augmentation de la porosité, la résistance mécanique
diminue (Bazant et Kaplan, 1996, Vodak et al., 2004). L’augmentation de la porosité a été mise
en évidence sur le matériau refroidi, mais jamais, à notre connaissance, sous température. Rostasy
at al. (1980) et Noumowé (1995) ont observé une augmentation significative de la porosité
résiduelle (mesurée après refroidissement) à partir de 300 °C. Pour décrire l’évolution de la
porosité p avec la température T, Dal Pont (2004) utilise une relation initialement proposée par
Schneider et Herbst (1989), retenue également par Gawin (2003) :
p = p0 + An (T − T0 ) (1.8)
où p0 est la porosité initiale déterminée à la température T0 et An le coefficient dépendant du type
de béton. L’évolution de la porosité, obtenue expérimentalement et à partir de la relation (1.8) sur
plusieurs types de béton, est montrée sur la Figure 1.12 (Dal Pont, 2004). Pour montrer les effets
de la température sur le béton, certains auteurs (Feraille et al., 2003, Dal Pont, 2004) utilisent une
relation entre la porosité et le degré de déshydratation. Cependant, une relation de ce type ne tient
compte que de l’endommagement thermo-chimique (provoqué par la déshydratation) et non de
l’endommagement thermo-mécanique (provoqué par la fissuration due à la dilatation
différentielle de la pâte et des granulats).

Figure 1.12 : Valeurs expérimentales et approximation de la porosité selon la relation (1.8) pour
différents bétons (d’après Dal Pont, 2004).

Concernant la distribution de la taille des pores, la quantité des pores de plus grandes tailles
s’accroît avec la température du traitement (Figure 1.13). Le premier pic de la courbe de
distribution de la taille des pores représente la population des pores propres à la pâte de ciment
hydraté, alors que le deuxième pic, qui se déplace vers les plus grandes tailles de pores avec la
température du traitement, illustre la population des pores propres au mortier (Jumppanen et al.,
1986). Cette population est attribuée à la fissuration aux interfaces pâte-granulat (Tsimbrovska,

18
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1998). Selon le même auteur, au cours de la dilatation, une partie des pores fins (de diamètre
inférieur à 4 nm, détectables par l’absorption au gaz) s’élargit pour devenir des pores capillaires
(de diamètre supérieur à 4 nm, détectables par la porosimétrie au mercure).

(a) (b)

Figure 1.13 : Distribution de la taille des pores dans un mortier ordinaire en fonction de la
température de traitement (a) d’après Diederichs et al., 1983 (b) d’après Vodak et al., 2004.

Avec la création des fissures, la connectivité du réseau poreux augmente. L’apparition des
fissures autour des granulats, surtout lorsqu’ils sont gros, favorise également l’augmentation de la
tortuosité. Cependant, Tsimbrovska (1998) a remarqué qu’un paramètre unique, caractérisant la
connectivité et la tortuosité, obtenu par mesure de conductivité électrique, reste constant avec la
température dans le mortier et le béton ordinaire, alors qu’il augmente sensiblement dans le
mortier et le béton à haute performance par rapport à sa valeur de référence (après le traitement à
105 °C).

19
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2. Perméabilité du béton

La perméabilité définit la capacité d’un milieu poreux à être traversé par des fluides sous un
gradient de pression. Bien que la perméabilité d’un milieu poreux dépend fortement de sa
porosité, d’autres paramètres du réseau poreux l’influencent également. Parmi ceux-ci, nous
pouvons citer : la connectivité, la tortuosité, ainsi que la constrictivité du réseau poreux liée à la
taille des pores. L’effet de ces paramètres vis-à-vis de la résistance au flux est montré sur la
Figure 1.14 (d’après Scrivener, 2001).

Figure 1.14 : Effet des paramètres influençant la perméabilité (d’après Scrivener, 2001).

La perméabilité du béton dépend de ses constituants (type, quantité) et est donc fonction :
- du rapport Eau / Ciment (Hearn et al., 1996), directement lié à la porosité capillaire.
Toutefois, on ne connaît pas exactement l’influence des additifs dans la pâte de ciment
(fumées de silice, laitiers ou cendres volantes) sur la perméabilité.
- de la nature et de la quantité des granulats, qui peuvent respectivement créer l’auréole de
transition et modifier la tortuosité.
Par ailleurs, Abbas et al. (2000) ont démontré expérimentalement que les relations empiriques,
qui ont pu être établies par d’autres chercheurs pour certains bétons entre la perméabilité et la
résistance mécanique, ne peuvent pas être généralisées. En effet, la résistance en compression est
fonction de la porosité totale du matériau, tandis que la perméabilité dépend pour l’essentiel de la
porosité connectée.
Lors de la perméation à travers un béton d’ouvrage fissuré, le flux peut se produire dans le réseau
poreux, comportant des pores initiaux (cavités volumiques) ainsi que dans des fissures (cavités
surfaciques) induites par le retrait au jeune âge, le séchage, les effets de sollicitations mécaniques,
thermiques, environnementales (chimiques), différées, etc. subies au cours de la vie de l’ouvrage.
Ces fissures augmentent et interconnectent généralement les chemins de percolation et diminuent
ainsi la résistance du milieu au flux, provoquant une augmentation de la perméabilité.

20
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.1. Notions générales sur l’écoulement en milieu poreux

1.2.1.1. Loi de Darcy

Le concept de perméabilité, définie par la loi de Darcy, exprime à l’échelle macroscopique la


physique de l’écoulement d’un fluide visqueux (les forces dues à la viscosité prédominent sur les
forces d’inerties) Newtonien à l’échelle des pores. Pour un écoulement unidirectionnel en régime
laminaire, la loi de Darcy, basée sur la loi d’écoulement de Poiseuille (cf. §1.2.1.2.), s’écrit :
kS ∆ Ρ
Q=− (1.9)
µ L
où Q (m3/s) est le débit volumique du fluide, k (m²) est la perméabilité intrinsèque du milieu
poreux, S (m²) est la surface normale à la direction du flux, L (m) est la longueur du matériau
dans la direction du flux, µ (Pa.s) est la viscosité dynamique du fluide et ∆ Ρ (Pa) est le gradient
de la pression piézomètrique. Cette pression est définie par :
Ρ = P + ρgz (1.10)
3
où P (Pa) est la pression du fluide, ρ (kg/m ) est la masse volumique du fluide, g (m/s²) est
l’accélération gravitationnelle et z (m) est l’altitude par rapport à un niveau de référence.
Cependant, lorsque le milieu poreux est soumis à l’injection d’un fluide dont la masse volumique
est faible et dont la pression d’injection est élevée, le deuxième terme de la relation (1.10) devient
négligeable et la loi de Darcy simplifiée s’écrit :
kS ∆P
Q=− (1.11)
µ L
Elle est souvent utilisée sous la forme différentielle :
kS dP
Q=− (1.12)
µ dx
dP
où est le gradient de pression.
dx
La vitesse d’écoulement unidimensionnel v (m/s) est égale à :
Q
v= (1.13)
S
Dans le cas d’écoulement d’un liquide et dans des conditions isothermes, la loi de Darcy peut
s’appliquer directement pour l’estimation de la perméabilité intrinsèque du milieu. Par ailleurs,
dans le cas de la perméabilité à l’eau, nous parlons souvent de la conductivité hydraulique K
(m/s) au lieu de la perméabilité intrinsèque k (m²), définie par :
ρg
K =k (1.14)
µ
Pour l’eau à 20 °C, dont la viscosité dynamique est de l’ordre de 10-3 Pa.s, la perméabilité k de 1
m² correspond à une conductivité hydraulique K de l’ordre de 107 m/s.
Cependant, lorsque le gaz percole le milieu poreux, la compressibilité et le mouvement spécifique
de la phase gazeuse en milieu poreux nécessitent d’être d’abord pris en compte, afin de
déterminer la perméabilité intrinsèque du milieu, telle qu’elle est définie par la loi de Darcy.

21
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.1.2. Ecoulement du gaz en milieu poreux

1.2.1.2.1. Compressibilité

Dans le cas d’écoulement d’un gaz, fluide compressible, les vitesses d’écoulement et le débit
volumique varient en tout point avec la pression. Le débit massique reste toutefois constant.
L’application du principe de conservation de la masse, donné par l’équation (1.15), permet
d’utiliser ainsi la loi de Darcy pour l’écoulement isotherme d’un gaz considéré comme parfait. En
effet, nous avons en tout point du matériau :
ρv = c te (1.15)
Nous appliquons cette loi en amont (noté avec l’indice 1) et en aval (noté avec l’indice 2) de
l’écoulement :
ρ1v1 = ρ 2v2 (1.16)
L’application de la loi de Darcy, en substituant Q de (1.12) dans (1.13), donne :
k dP
ρv = − ρ (1.17)
µ dx
Etant donné que le gaz peut être considéré comme parfait à des pressions peu élevées (inférieures
à 1 MPa), la densité volumique du gaz ρ dans les conditions isothermes est proportionnelle à sa
pression P :
M
ρ= P (1.18)
RT
où M est la masse molaire du gaz, R est la constante du gaz parfait et T est la température du gaz
exprimée en Kelvin. Par conséquent, l’équation (1.17) peut s’écrire (Picandet, 2001) :
1 k d ( P) 2
Pv = − (1.19)
2 µ dx
L’intégration sur la longueur du parcours et l’introduction de la relation (1.13) dans la relation
(1.19) donne la perméabilité au gaz. La perméabilité au gaz, selon le principe de conservation de
la masse, peut être déterminée à partir du débit et de la pression en amont ou en aval de
l’écoulement. Ci-dessous, nous présentons la détermination de la perméabilité au gaz selon deux
méthodes les plus couramment utilisées en laboratoire. Dans le cas de la mesure de la
πd 2
perméabilité sur un disque (Figure 1.15 (a)), où S= , et à partir du débit d’injection Q à la
1
4
pression P1, on obtient :
8Q1µP1 L
k= (1.20)
( P1 − P2 )
2 2

Dans le cas d’une mesure de la perméabilité radiale sur un cylindre troué (Figure 1.15 (b)), où la
longueur du matériau x de l’équation (1.19) est remplacée par le rayon r et S vaut 2πrH , à partir
du débit d’injection Q1 à la pression P1, on obtient :
⎛r ⎞
Q1 ⋅ P1 ⋅ µ ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
k= ⎝ r1 ⎠
( )
(1.21)
π ⋅ H ⋅ P1 − P2 2
2

Par ailleurs, cette relation concorde avec celle proposée par Skoczylas et Henry (1995) pour
déterminer la perméabilité d’un cube de granit soumis à un chargement triaxial.

22
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.15 : Conditions et géométrie d’écoulement (a) longitudinal dans un disque et


(b) radial dans un cylindre troué.

1.2.1.2.2. Glissement

Avant de présenter le phénomène d’écoulement par glissement, nous rappelons les équations
gouvernant l’écoulement dans un tube capillaire.
Un fluide visqueux, en mouvement lent dans un tuyau de petit diamètre ou entre deux plaques
proches, est en écoulement de Navier-Stokes. En première approximation, si le tuyau est
cylindrique, l'écoulement du fluide est parallèle aux parois (approximation de lubrification).
L’adhérence sur les parois implique que la vitesse du fluide y est nulle (condition de non-
glissement). Par ailleurs, la pression ne varie pas dans l'épaisseur de l'écoulement (approximation
de lubrification). Ces trois conditions, donnant lieu à l’écoulement de Poiseuille, impliquent que
l'écoulement s'organise selon un champ de vitesse parabolique avec une vitesse nulle aux parois
et maximale au centre.

Figure 1.16 : Profil de vitesse d’un gaz dans un tube capillaire lors
d’un écoulement visqueux.

On suppose que le gradient de pression est orienté selon l’axe x. Pour un tube circulaire de rayon
constant r0, la vitesse est parallèle à l’axe du tube x. L’équation du profil de vitesse s’écrit :

23
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

r2
v ( r , x ) = v ( r ) = v max (1 − 2
) (1.22)
r0
avec
2
r dP
v max = 0 (1.23)
4 µ dx
Par conséquent, la vitesse v (r ) , notée tout simplement v , s’écrit :
1 dP 2
v=− ( r0 − r 2 ) (1.24)
4 µ dx
Dans le cas d’un gaz, la vitesse d’écoulement est variable sur la longueur du tube, puisqu’elle
augmente lorsque le gaz se détend. Par contre, le flux massique ρv ( r , x ) reste constant le long
du tube. Ainsi, dans le cas d’un gaz parfait, où ρ (x ) est proportionnel à P (x ) , les équations
d’écoulement de Poiseuille sont également vérifiées (Picandet, 2001).
Cependant, quand un gaz percole un réseau poreux fin comme celui du béton, en plus d’un
écoulement visqueux, un écoulement par glissement, lié au phénomène de non-adhérence du gaz
au contact de la paroi des capillaires, peut apparaître. Il se produit lorsque le diamètre moyen des
capillaires traversés par le flux gazeux est de l’ordre de grandeur du libre parcours moyen des
molécules du gaz (distance moyenne entre les collisions de molécules). Dans le cas d’un
écoulement dans un tube capillaire rectiligne, le profil de vitesse du fluide est modifié et la
vitesse n’est pas nulle aux parois (Figure 1.17) :

Figure 1.17 : Profil de vitesse d’un gaz dans un tube capillaire lors
d’un écoulement visqueux et par glissement.

L’application de l’équation de Navier-Stokes et de la théorie de Kundt et Warburg


(voir Picandet, 2001) permet d’évaluer la vitesse du gaz en fonction de la pression et de la
distance à la paroi du tube capillaire :
1 dP 2
v=− ( r0 − r 2 + 2cλr0 ) (1.25)
4 µ dx
où λ est le libre parcours moyen des molécules du gaz et c est une constante proche de 1. Dans
cette relation la collision de molécules avec la paroi est supposée élastique.
Le terme − 1 dP (2cλr0 ) supplémentaire par rapport à la vitesse d’un écoulement purement
4 µ dx
visqueux donnée par l’équation (1.24), représente la vitesse d’un écoulement par glissement.
Celle-ci augmente lorsque le libre parcours moyen des molécules du gaz λ augmente, donc
quand la pression du fluide diminue.

24
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.2. Méthodes de détermination de la perméabilité intrinsèque du béton

Nous avons montré que dans le cas d’un écoulement laminaire d’un gaz en milieu poreux, deux
types d’écoulement, visqueux et par glissement, peuvent coexister. Par ailleurs, un écoulement
turbulent peut se produire lorsque les vitesses d’écoulement sont élevées. Par conséquent,
l’application de la relation (1.20) ou (1.21), établie dans les conditions d’un écoulement visqueux
laminaire, ne permet pas de déterminer directement la perméabilité intrinsèque ; c’est pourquoi
nous l’appelons par la suite la perméabilité apparente ka.
Dans la première partie de ce paragraphe, nous montrons comment l’application de l’approche de
Klinkenberg permet d’extraire une perméabilité relative uniquement aux écoulements visqueux et
non aux écoulements par glissement, à partir de plusieurs mesures de la perméabilité apparente à
différentes pressions différentielles ∆P , et ainsi de retrouver une perméabilité intrinsèque appelée
kv par la suite.
Dans la deuxième partie de ce paragraphe, nous allons montrer comment l’application de
l’équation du flux de Fochheimer permet de déterminer la perméabilité intrinsèque kv à partir des
mesures de la perméabilité apparente ka à différentes pressions différentielles ∆P .

1.2.2.1. Perméabilité dans le cas d’un écoulement laminaire

L’approche de Klinkenberg (1941), établie dans le cadre de la mesure de la perméabilité du sable,


est la plus souvent utilisée. Cependant, l’approche proposée par Carman en 1956 (voir, par
exemple, Picandet, 2001) conduit au même résultat. Nous présentons d’abord la base théorique
de cette approche établie par Klinkenberg, puis la possibilité de l’application de cette approche
sur la détermination de la perméabilité intrinsèque du béton.
A partir de l’équation (1.25), le débit du gaz d’un cube de côté 1 cm (matrice imperméable)
contenant un tube capillaire s’écrit :
πr 0 4 4cλ
Q=− ( P2 − P1 ) Pm (1 + ) (1.26)
8µ r0
La définition de la perméabilité selon la loi de Darcy pour le cube avec un tube capillaire est la
suivante :
πr 0 4
k= (1.27)
8
La substitution de (1.27) dans (1.26), donne :
k 4cλ
Q = − ( P2 − P1 ) Pm (1 + ) (1.28)
µ r0
Cependant, l’application de la loi de Darcy aurait donné :
ka
Q=− ( P2 − P1 ) Pm (1.29)
µ
Les équations (1.28) et (1.29) donnent :
4cλ
k a = k (1 + ) (1.30)
r0
Le libre parcours moyen des molécules du gaz étant inversement proportionnel à la pression du
gaz, nous pouvons écrire selon Klinkenberg :
4cλ β
= (1.31)
r0 Pm

25
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
où β (Pa) est une constante appelée le coefficient de Klinkenberg. Par la substitution de
l’équation (1.31) dans (1.30), nous obtenons :
β
k a = k (1 + ) (1.32)
Pm
où k, appelée kv par la suite, est la perméabilité intrinsèque, relative uniquement à l’écoulement
visqueux.
Par conséquent, la perméabilité intrinsèque du béton soumis à un écoulement laminaire d’un gaz
peut être déterminée par une extrapolation (régression linéaire) des perméabilités apparentes ka
(calculées selon la loi de Darcy) à une pression moyenne infinie. Cette méthode, appliquée sur
une série de résultats obtenus avec un béton ordinaire (Chatzigeorgiou, 2004), est présentée sur la
Figure 1.18. La signification physique de cette approche est la suivante : la perméabilité
intrinsèque kv est la valeur limite de la perméabilité apparente ka lorsque le gaz tend vers une
phase condensée (liquide).

Figure 1.18 : Méthode de Klinkenberg et son interprétation sur une série de résultats obtenus
avec un béton ordinaire, d’après Chatzigeorgiou (2004).

1.2.2.2. Perméabilité dans le cas d’un écoulement turbulent

Lorsque les vitesses d’écoulement sont élevées, l’écoulement peut devenir turbulent. Dans ce
type d’écoulement, la contribution des écoulements par glissement peut être négligée (Picandet,
2001). Etant donné que dans ce cas d’écoulement l’application de la loi de Darcy pour déterminer
la perméabilité intrinsèque n’est pas correcte, la détermination de la perméabilité intrinsèque se
base sur une application de l’équation de Forchheimer (voir, par exemple, Dullien, 1979) :
dP
− = α t µv + β t ρv 2 (1.33)
dx
où αt et βt sont des constantes. Par ailleurs, lorsque les vitesses d’écoulement sont faibles, le
deuxième terme de l’équation (1.33) peut être négligé ( β t = 0 ) et on retrouve ainsi la loi de Darcy
en prenant le coefficient α t égal à 1 , considéré sous cette forme par la suite.
kv
En divisant par la vitesse v et en appliquant le principe de conservation de la masse pour
déterminer la vitesse du flux en amont, l’équation (1.33) devient (Picandet, 2001) :
ρ dP µ
− = + β t ρv (1.34)
ρ1v1 dx kv

26
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
En supposant que le gaz a le comportement d’un gaz parfait, cette relation s’écrit :
P dP µ M
− = + βt Pv (1.35)
P1v1 dx kv RT
Dans le cas de la mesure de la perméabilité sur un disque (Figure 1.14 (a)), par intégration sur la
longueur de l’échantillon traversé par le flux et à partir du débit d’injection Q1 à la pression P1 (en
amont), on obtient :
( P1 − P2 ) 1 ⎛ M 4 P1 ⎞
2 2
= + ⎜⎜ β t ⎟Q1 (1.36)
8Q1µP1L kv ⎝ RT πd 2 µ ⎟⎠
En utilisant la relation (1.20), où k représente la perméabilité apparente appelée ka, l’équation
(1.32) devient :
1 1 ⎛ M 4 P1 ⎞
= + ⎜ βt ⎟Q1 (1.37)
k a kv ⎜⎝ RT πd 2 µ ⎟⎠
Dans le cas de la mesure de la perméabilité sur un cylindre troué (Figure 1.14 (b)), par intégration
sur le rayon du cylindre et à partir du débit d’injection Q1 à la pression P1 (en amont), on obtient :
πH ( P12 − P2 2 ) 1 (r2 − r1 ) ⎛ M P1 ⎞
r1 = + ⎜ βt ⎟Q1 (1.38)
⎛ r2 ⎞ kv ⎛ r2 ⎞ ⎜⎝ RT 2πHµ ⎟⎠
Q1P1µ ln ⎜⎜ ⎟⎟ ln ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ r1 ⎠ ⎝ r1 ⎠
En utilisant la relation (1.21), où k représente la perméabilité apparente appelée ka, l’équation
(1.38) devient :
⎛ r2 ⎞
⎜⎜ − 1⎟⎟
1 1 r
= ⎝ 1 ⎠ + ⎛⎜ β M P1 ⎞
⎟Q1 (1.39)
k a kv ⎛ r2 ⎞ ⎝ RT 2πHr1µ ⎟⎠
⎜ t

ln ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ r1 ⎠
Les équations (1.37) et (1.39) montrent que la perméabilité apparente ka est une fonction de la
perméabilité intrinsèque kv et du débit Q1. En utilisant une procédure similaire à celle de
l’approche de Klinkenberg, une régression linéaire appliquée sur des points de mesure de la
perméabilité apparente ka dans le repère 1 (Q1 ) permet d’obtenir la perméabilité intrinsèque kv
ka
comme montré sur la Figure 1.19.

Figure 1.19 : Méthode de détermination de la perméabilité dans le cas d’un écoulement


turbulent, d’après Chatzigeorgiou (2004).

27
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.3. Effets des sollicitations mécaniques sur la perméabilité du béton

1.2.3.1. Perméabilité en compression

Les mesures de la perméabilité du béton sollicité en compression ont principalement mis en


évidence son évolution en phase pré-pic. Les effets de la microfissuration diffuse
(endommagement), se produisant au cours de cette phase, ont été évalués à l’aide d’un paramètre
global macroscopique, tel que le taux de la contrainte, le taux de la déformation ou l’évolution de
la raideur.

Perméabilité à l’eau
Certains résultats expérimentaux ont montré l’interaction entre la conductivité hydraulique,
appelée par la suite perméabilité à l’eau, et la fissuration induite par la compression uniaxiale
dans la phase pré-pic. Cependant, ces résultats sont relativement controversés.
Kermani (1991) a réalisé des mesures de la perméabilité sur les disques en béton d’épaisseur de
100 mm extraits de la partie médiane d’une éprouvette cylindrique (diamètre de 100 mm, hauteur
de 200 mm) chargée préalablement en compression uniaxiale. Il a observé que la perméabilité
résiduelle (mesurée après déchargement) à l’eau de trois bétons ordinaires différents (béton
contenant le ciment portland, béton contenant des cendres volantes et béton aéré) augmente
significativement à partir de 40 % de la contrainte au pic en fonction de la taille et du nombre de
fissures propagées. Selon l’auteur, la perméabilité résiduelle après le chargement jusqu’à 70 % de
la contrainte au pic, maintenu pendant cinq minutes, augmente entre 100 (béton aéré) et 1400
(béton ordinaire contenant le ciment portland) fois par rapport à la perméabilité initiale.
Cependant, Hearn (1999), qui a mené les mesures de la perméabilité à l’eau sur les disques de
béton extraits de la partie médiane d’une éprouvette cylindrique (150 mm, hauteur de 300 mm)
sollicitée préalablement en compression uniaxiale, a remarqué que la perméabilité résiduelle à
l’eau de cinq bétons différents (rapport Eau / Ciment compris entre 0,42 et 0,77) reste insensible
à la fissuration créée en dessous de 80 % de la contrainte au pic. L’auteur a expliqué cet effet par
le fait que les fissures formées en dessous de ce chargement, maintenu durant 30 minutes environ
jusqu’à ce qu’une déformation longitudinale de 3000 µm/m soit atteinte, ne sont probablement
pas continues et se referment après déchargement.
Les différences entre les résultats obtenus par ces deux auteurs peuvent être attribuées à la
pression d’eau appliquée au cours de la mesure de la perméabilité. En effet, Kermani (1991) a
conduit les essais sous un gradient de pression de 10,5 MPa pendant plusieurs jours, alors que
Hearn (1999) a utilisé le gradient de pression constant de seulement 2 MPa. Etant donné que
Kermani (1991) a observé dans les premiers jours une augmentation de la perméabilité à l’eau
(augmentation de débits d’eau dans le temps), nous pouvons supposer que l’eau sous la pression
élevée (10 MPa) a eu tendance à « nettoyer » facilement le matériau pré-fissuré ou même à
endommager le matériau et ainsi augmenter sa perméabilité. Toutefois, cette augmentation a
ensuite été poursuivie par une diminution de celle-ci, alors que dans le cas des essais de Hearn
(1999) et de Banthia et al. (2005) uniquement une diminution de la perméabilité s’est produite.
Les résultats expérimentaux de Banthia et al. (2005) ont mis en évidence que, sous la pression
d’eau de 1 MPa, la perméabilité à l’eau d’un cylindre troué (diamètre extérieur de 100 mm,
diamètre intérieur de 50 mm, hauteur de 200 mm) en béton ordinaire âgé d’un jour, diminue
légèrement sous une contrainte représentant 20 % de la contrainte au pic pour augmenter presque
trois fois sous 40 % de la contrainte au pic par rapport à la perméabilité initiale mesurée sans
chargement. Cependant, la perméabilité du béton âgé de trois jours, chargé prématurément à l’âge

28
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
d’un jour jusqu’à 40 % de la contrainte au pic, apparaît être cinq fois plus grande que celle
mesurée sur un béton chargé âgé de trois jours. Ces résultats soulignent que l’histoire du
chargement, ainsi que l’état de contrainte, influencent la perméabilité.
Cependant, la décroissance des débits d’eau dans le temps, observée à chaque fois au cours de la
mesure de la perméabilité à l’eau, rend l’interprétation et la comparaison de résultats délicates,
car ils dépendent finalement de la durée de la mesure. Par ailleurs, cette perméabilité peut être
difficilement considérée comme intrinsèque, car les phénomènes de colmatage de pores par des
particules fines et éventuellement la cicatrisation du béton (résultats d’une réhydratation de grains
de ciment anhydre et précipitation-cristallisation de la matière à l’intérieur des fissures, voir, par
exemple, Edvardsen, 1996, Granger et al., 2006) peuvent se produire au cours de la mesure. En
conséquence, les mesures de la perméabilité au gaz sont en général préférées par rapport aux
mesures de la perméabilité à l’eau.

Perméabilité au gaz
Les résultats de Sugiyama et al. (1996), obtenus à partir de mesures de la perméabilité radiale au
gaz (azote) sous chargement en compression uniaxiale d’un cylindre troué (diamètre extérieur de
150 mm, diamètre intérieur de 75 mm, hauteur de 230 mm), ont montré une augmentation nette
de la perméabilité à partir de la contrainte seuil comprise entre 76 % (Eau / Ciment = 0,6) et 79 %
(Eau / Ciment = 0,4) de la contrainte ultime pour un béton ordinaire à granulat normal et à partir
de la contrainte seuil comprise entre 82 % (Eau / Ciment = 0,6) et 89 % (Eau / Ciment = 0,4) de
la contrainte ultime pour un béton à granulats légers. Les résultats des essais sont montrés sur la
Figure 1.20. Par ailleurs, cette contrainte seuil augmente lorsque le taux de saturation en eau
diminue. Sugiyama et al. (1996) ont attribué le seuil d’augmentation de la perméabilité au
changement de comportement volumique du béton sous la compression uniaxiale, ce qui
correspond au développement et à l’interconnexion des fissures parallèles dans la pâte de ciment.
Ce résultat est similaire à celui obtenu par Hearn et Lok (1998), qui ont mesuré la perméabilité
axiale au gaz (azote) sous chargement d’un cylindre en mortier (diamètre de 50 mm, hauteur de
100 mm), dont la face latérale a été imperméabilisée par un film étanche en silicone. Ces auteurs
ont trouvé que le seuil d’augmentation de la perméabilité, correspondant au changement du
comportement volumique, est proche de 71 % de la contrainte au pic (Figure 1.21).

(a) (b)

Figure 1.20 : Evolution de la perméabilité avec le taux de chargement pour (a) un béton à
granulat normal et (b) un béton à granulat léger (d’après Sugiyama et al., 1996).

29
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.21 : (a) Réponse contrainte relative-déformation (axiale, transversale, volumique). (b)
Perméabilité en fonction de la contrainte relative de l’éprouvette
(d’après Hearn et Lok, 1998).

Les études rapportées dans les travaux de Meziani et Skoczylas (1999) et de Skoczylas (1999) ont
montré que la perméabilité d’un cylindre en mortier en compression triaxiale n’évolue que
lorsque le déviateur de contraintes approche sa valeur limite (Figure 1.22). Sans aller jusqu’au pic
de la contrainte, le rapport d’accroissement de la perméabilité est inférieur à deux. Pour les
différentes pressions de confinement étudiées, la variation de la perméabilité sous charge présente
la même allure et s’opère en trois phases : une phase de diminution de la perméabilité, attribuée à
la fermeture initiale de la porosité et des microfissures préexistantes, une phase où la perméabilité
reste sensiblement constante que l’on justifie généralement par une compensation des effets de
fermeture et d’apparition de nouvelles microfissures, et une phase d’augmentation très nette de la
perméabilité, correspondant à la dégradation du matériau lorsqu’on approche le pic. Cette
augmentation est essentiellement liée à l’ouverture sous charge des microfissures, car le
déchargement du matériau montre une quasi-restauration de la valeur initiale de la perméabilité
jusqu’à 90 % du chargement maximal suite à la refermeture partielle des microfissures après
déchargement. Au-delà, les perméabilités mesurées sous charge et après décharge augmentent,
mais la perméabilité mesurée sous charge reste supérieure à celle mesurée après décharge (voir
Figure 1.22).

30
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.22 : Rapport de la perméabilité mesurée sous chargement ou après déchargement et la


perméabilité initiale en fonction du déviateur appliqué en essai triaxial confiné (d’après
Skoczylas, 1999).

Les essais de Tognazzi et al. (1996), pendant lesquels la perméabilité au gaz (azote) a été
mesurée sur des éprouvettes fissurées en compression uniaxiale, puis déchargées, ont montré que
la perméabilité n’augmente qu’après un seuil proche du pic, à partir de 90-95 % de la contrainte
au pic pour être multipliée par quatre au pic. Selon cet auteur, seule la fissuration créée en post-
pic garde une influence sur la perméabilité après déchargement, car les fissures localisées ne se
referment pas totalement lors du déchargement.
Cependant, les résultats des essais de Picandet et al. (2001), obtenus sur trois bétons différents
(ordinaire, à hautes performances et à hautes performances fibré), ont montré que la perméabilité
au gaz intrinsèque résiduelle (mesurée après déchargement) augmente dans la phase pré-pic
jusqu’à dix fois par rapport à sa valeur initiale (voir Figure 1.23). Ces résultats ont été obtenus à
partir de mesure de la perméabilité axiale intrinsèque sur les disques de 50 mm d’épaisseur
extraits de la partie médiane de cylindres 110x220 mm², chargés préalablement en compression
uniaxiale entre 60 % et 90 % de la contrainte au pic. Ce chargement a été néanmoins maintenu
pendant deux minutes pour permettre la propagation des fissures.

Figure 1.23 : Evolution du rapport entre la perméabilité mesurée après déchargement et la


perméabilité initiale en fonction du rapport entre la déformation axiale appliquée et la
déformation au pic de contrainte (d’après Picandet et al., 2001).

31
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Les différences entre les résultats obtenus par divers chercheurs par rapport à l’augmentation de
la perméabilité au gaz du béton peuvent être attribuées à la spécificité de l’éprouvette, en
particulier à l’orientation préférentielle des fissures dans l’éprouvette par rapport à la direction
d’écoulement imposée et à la taille relative de fissures par rapport à la taille de l’éprouvette sur
laquelle la perméabilité est mesurée.

1.2.3.2. Perméabilité en traction

Les mesures de la perméabilité de bétons tendus ont été souvent réalisées pour caractériser
l’interaction entre l’ouverture de fissure (obtenue par fluage en phase pré-pic ou en phase post-
pic) et la perméabilité. Par conséquent, puisque le flux se localise dans une fissure traversante
(c’est un chemin préférentiel) et le réseau poreux ne participe donc plus au flux, il devient délicat
de parler de la perméation ; l’écoulement est un terme plus approprié. Malgré cela, tout au long
de notre étude, nous allons continuer à utiliser le terme « perméabilité » pour caractériser un
écoulement localisé (donc un taux de fuite).

Perméabilité à l’eau
L’essai BIPEDE, développé par Gérard (Gérard, 1996, Gérard et al., 1998, cf. §1.1.2.1.2.), a
permis de mettre en évidence l’évolution de la perméabilité à l’eau de bétons à hautes
performances sous traction et après déchargement. Les mesures, conduites sous le gradient de
pression d’eau compris entre 0,2 et 0,3 MPa, ont été réalisées sur des disques en béton (diamètre
de 110 mm, diamètre effectif pour la perméation de 55 mm et épaisseur du disque 40 mm)
équipés de jauges de déformation. Les résultats de ces essais ont montré que la perméabilité à
l’eau augmente avec la déformation d’extension (Figure 1.24) en variant de
10-12 à 10-7 m/s à la rupture. Durant la phase élastique du matériau, l’évolution de la perméabilité
est négligeable, puis devient significative pour la déformation comprise entre 1,5.10-4 et 2.10-4
avec l’initiation de la fissuration. Une fois que la fissuration s’est localisée, une décharge montre
un comportement irréversible de la perméabilité par rapport à l’état initial.

Figure 1.24 : Evolution de la perméabilité à l’eau en fonction de la déformation de traction


d’une éprouvette BIPEDE (d’après Gérard et al.,1998).

32
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Une seule fissure localisée traversante peut être obtenue en traction par fendage lorsque l’essai
est conduit en contrôlant l’ouverture de fissure (par un système de capteurs LVDT, voir un
exemple du système de capteurs LVDT au paragraphe §2.1.2.1.3., ou un capteur d’ouverture de
fissure, voir, par exemple, Haidar, 2002). Ce type d’essais a été employé par Wang et al. (1997)
sur des disques en béton (Eau / Ciment = 0,4) de diamètre 100 mm et d’épaisseur 25 mm. Ces
auteurs ont mis en évidence l’évolution de la perméabilité résiduelle à l'eau avec l’ouverture de la
fissure enregistrée sous chargement et après déchargement (Figure 1.25). Il apparaît que les effets
d’une fissure, dont l’ouverture est inférieure à 50 µm sous chargement, sont négligeables quant à
l’évolution de la perméabilité du matériau déchargé. Par contre, au delà de l’ouverture de 100 µm
atteinte pendant le chargement, la perméabilité augmente significativement. D’après les mesures,
la perméabilité à l’eau d’un disque est de l’ordre de 10-9 m/s pour le béton sain et de l’ordre de
10-2 m/s à la rupture.

Figure 1.25 : Evolution de la perméabilité à l’eau en fonction de l’ouverture de fissure d’une


éprouvette sollicitée en traction par fendage (d’après Wang et al., 1997).

Perméabilité au gaz
Les résultats expérimentaux obtenus par Picandet (2001) ont montré l’évolution de la
perméabilité résiduelle au gaz en fonction du déplacement latéral des disques pour trois bétons
différents (ordinaire, à hautes performances et à hautes performances fibré) sollicités en traction
par fendage. Le déplacement latéral a été mesuré par un système de capteurs LVDT. Un même
disque (épaisseur de 50 mm, diamètre de 110 mm) en béton a été sollicité par des cycles de
chargements successifs et sa perméabilité au gaz a été mesurée à l’issue de chaque cycle. Les
résultats montrent que la perméabilité augmente de trois à cinq ordres de grandeur pour un
déplacement latéral résiduel de 250 µm par rapport à la perméabilité initiale, ce qui correspond
aux résultats obtenus par Wang et al. (1997). Cependant, contrairement aux observations de
Wang et al. (1997), Picandet (2001) a remarqué que la perméabilité augmente déjà sensiblement
à partir du moment où le déplacement latéral excède 25 µm (sous charge). En tous cas, lorsque le
disque est fissuré, seules les fissures contrôlent le débit gazeux à travers l’éprouvette,
indépendamment, par ailleurs, du degré de saturation du béton en eau ; les nouvelles fissures ne
contiennent probablement pas d’eau. Finalement, l’ouverture de fissure, proportionnelle au
déplacement latéral résiduel par Picandet (2001), est un paramètre conditionnant la globalité de
l’écoulement à travers le disque en béton.

33
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.4. Effets de la température sur la perméabilité du béton

Parmi le nombre restreint d’études expérimentales qualifiant les effets de la température sur la
perméabilité du béton, certains ont mis en évidence l’évolution de la perméabilité après
refroidissement du matériau (perméabilité résiduelle), alors que d’autres ont montré l’évolution
de la perméabilité sous température.

Perméabilité à l’eau
Concernant l’évolution de la perméabilité à l’eau sous température élevée, les essais conduits par
Joos et Reinhardt (2002) ont montré une augmentation de la conductivité hydraulique de 13 à
62 % sous la température de 50 °C par rapport à la conductivité hydraulique mesurée à 20 °C et
de 3 à 55 % sous la température de 80 °C par rapport à la conductivité hydraulique mesurée à
50 °C. Ces auteurs expliquent ces effets par la diminution de la viscosité de l’eau avec la
température, ce qui provoque une augmentation de la conductivité hydraulique. Cependant,
comme nous l’avons déjà mentionné dans le paragraphe §1.2.3., l’eau utilisée pour mesurer la
perméabilité peut provoquer le colmatage des pores par des particules fines et éventuellement la
cicatrisation du béton. De plus, ce phénomène est favorisé par la température élevée (Reinhardt et
Joos, 2003). Par conséquent, un biais risque d’être introduit lorsque la perméabilité est mesurée à
l’eau.

Perméabilité au gaz
Tsimbrovska (1998) a réalisé des mesures de la perméabilité au gaz (azote) sur des mortiers et
des bétons soumis préalablement à un traitement thermique jusqu’à l’obtention de la masse
constante à des températures comprises entre 105 °C (état de référence) et 400 °C. La même
vitesse de montée en température, 0,2 °C/min, a été appliquée à toutes les éprouvettes en mortier
(cylindres de diamètre 54 mm et de hauteur 30 mm) et en béton (cylindres de diamètre 150 mm et
de hauteur 50 mm).

Figure 1.26 : Evolution de la perméabilité intrinsèque avec la température dans les mortiers et
les bétons ordinaires (MO, BO) et hautes performances (MHP, BHP) (d’après
Tsimbrovska, 1998).

34
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Les résultats obtenus (Figure 1.26) ont mis en évidence que la perméabilité au gaz, mesurée après
refroidissement, qu’elle soit intrinsèque ou apparente, augmente avec la température. En
particulier, la perméabilité d’un mortier ou d’un béton à hautes performances subit une
augmentation de deux ordres de grandeur, tandis que la perméabilité d’un mortier ou d’un béton
ordinaire subit une augmentation d’un ordre de grandeur à 400 °C par rapport à 105 °C. L’auteur
attribue ces augmentations de la perméabilité à l’évolution de la microstructure des mortiers et
des bétons avec la température, en particulier à l’augmentation du volume et de la taille des pores
capillaires connectés dont une famille est propre à la pâte de ciment et l’autre aux mortiers et
bétons (pores aux interfaces pâte-granulat).

Les résultats récents obtenus par Lion et al. (2005) ont montré l’évolution de la perméabilité sous
une température élevée et après refroidissement. Des mesures de la perméabilité au gaz (argon)
ont été effectuées sur des éprouvettes cylindriques (diamètre de 37 mm et hauteur de 70 mm) en
mortier ordinaire normalisé (Eau / Ciment = 0,5) séché à 60 °C (état de référence). Concernant
l’évolution de la perméabilité résiduelle (après refroidissement) du mortier, soumis à un
traitement thermique à des températures de 150 °C et 250 °C jusqu’à l’obtention de la masse
constante (vitesse de montée en température de 1 °C/min), les résultats ont montré une
augmentation de la perméabilité apparente et intrinsèque jusqu’à sept fois (à 250 °C)
(Figure 1.27). Ce phénomène a été associé à une diminution du coefficient β de Klinkenberg
(voir (1.32)), considéré comme un indicateur de la finesse du réseau poreux (Picandet, 2001), et
d’une augmentation de la porosité (mesurée à l’éthanol). Par conséquent, Lion et al. (2005) ont
attribué l’augmentation de la perméabilité à une microfissuration thermique due à une
déshydratation (rappelée au paragraphe §1.1.3.1.1.) et une déformation thermique différentielle
des constituants du mortier (rappelée au paragraphe §1.1.3.1.2.), accompagnée en plus d’un
élargissement des pores.

Figure 1.27 : Evolution de la perméabilité apparente en fonction de l’inverse de la pression


moyenne de gaz d’un mortier pré-fissuré thermiquement (d’après Lion et al., 2005).

35
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
Lion et al. (2005) ont mené également des essais sous une température de 105 °C et 200 °C. Les
résultats d’essais, conduits sous un faible confinement (4 MPa), ont mis en évidence une
augmentation de trois fois de la perméabilité intrinsèque du mortier sous 200 °C par rapport à 25
°C (après un séchage à 60 °C). Par ailleurs, sous 105 °C, une légère augmentation de la
perméabilité intrinsèque et une légère diminution de la perméabilité apparente ont été observées
(voir Figure 1.28). Toutefois, la variation de la perméabilité sous 105 °C et 200 °C a été encore
une fois accompagnée d’une diminution nette du coefficient β de Klinkenberg. Les explications
de l’augmentation de la perméabilité intrinsèque sous température sont sensiblement les mêmes
que dans le cas de mesures effectuées après refroidissement. Il s’agit bien de la microfissuration
et de l’élargissement de la taille des pores avec la température. Les auteurs ont expliqué la légère
variation de la perméabilité sous 105 °C par l’absence de microfissures interconnectées créées
par cette température. La raison, pour laquelle une augmentation moindre de la perméabilité est
observée sous température élevée qu’après refroidissement, a été attribuée au fait que les
éprouvettes testées sous température ont été soumises durant le chauffage à un chargement
mécanique (confinement constant de 4 MPa) qui a pu atténuer la microfissuration thermique.

Figure 1.28 : Evolution de la perméabilité apparente et de la perméabilité intrinsèque en


fonction de la température (d’après Lion et al., 2005).

36
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.5. Modèles d’évolution de la perméabilité du béton

Nous avons montré les résultats expérimentaux mettant en évidence l’évolution de la


perméabilité du béton avec les effets de sollicitations mécaniques et de la température. Le point
commun de ces deux sollicitations (vis-à-vis de la perméabilité) est de créer de la fissuration.
L’évolution de la perméabilité d’un béton fissuré peut donc être étudiée quelque soit l’origine de
la fissuration. Pour cela, il existe une approche discrète ou une approche continue.

1.2.5.1. Modèles discrets

Les modèles discrets sont particulièrement adaptés à un écoulement à l’échelle microscopique ou


lorsque l’écoulement est localisé dans les chemins préférentiels pour le flux, comme les fissures
(Carmeliet et al., 2004). Dans l’approche discrète, un milieu fissuré est défini comme un réseau
de canaux, dans lesquels l’écoulement est décrit par la loi d’écoulement de Poiseuille ou de
Darcy (Carmeliet et al., 2004, Dormieux et Kondo, 2004). Différentes représentations de ces
canaux sont considérées : plaques parallèles avec une ouverture constante ou variable, disques,
tubes circulaires, etc. L’emploi de modèles discrets implique la connaissance de la morphologie
de l’espace poreux, dont la géométrie (ouverture, largeur, longueur) et la topologie (connectivité,
tortuosité) du réseau de fissures. Il est important de noter que ces paramètres ne sont pas
accessibles dans les approches continues et pas toujours expérimentalement.
Nous présentons tout d’abord comment déterminer la perméabilité à partir de la loi d’écoulement
de Poiseuille entre deux plaques planes et parallèles.
En considérant que le gradient de pression est orienté selon l’axe x et que la normale aux plaques
[u ]
est orientée selon z, avec les plaques situées en z = ± (Figure 1.29), la vitesse de
2
l’écoulement visqueux entre deux plaques planes et parallèles distantes de [u] (m) s’écrit
(à comparer avec la relation (1.22)) :
4z 2
v ( x, z ) = v ( z ) = v max (1 − ) (1.40)
[u ] 2
[u ] 2 dP
v max = (1.41)
8µ dx
où P est toujours la pression du fluide à l’abscisse x et µ est la viscosité dynamique du fluide.

Figure 1.29 : Profil de vitesse d’un fluide entre deux plaques planes et parallèles.

37
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
La vitesse moyenne de l’écoulement visqueux du fluide s’écrit alors :
[u ] 2 dP
v moy ( r ) = − (1.42)
12 µ dx
En comparant l’équation (1.42) avec (1.13) et la loi de Darcy (1.12), nous pouvons définir la
perméabilité k (m2) de la fissure (NIST, 2000) :
[u ] 2
k= (1.43)
12
Quand une ou plusieurs macrofissures traversantes se forment dans une structure, la perméabilité
de celle-ci est régie par l’écoulement de Poiseuille. L’ouverture de fissure devient alors un
paramètre prépondérant. La perméabilité k ' d’un milieu fissuré, modélisé par une matrice
imperméable contenant des fissures parallèles d’ouverture [u ] , peut être ainsi définie par la
relation suivante (voir, par exemple, Picandet, 2001) :
e[u ] 2
k'= ξ (1.44)
12
où e représente la porosité de ce milieu hypothétique et ξ désigne un facteur de forme lié à la
rugosité de la surface de la fissure. Si les fissures parallèles sont espacées d’une distance
[u ] 1
moyenne ∆ , la porosité e est alors égale au rapport . Le rapport peut être aussi considéré
∆ ∆
comme la longueur cumulée des fissures par unité de surface. Ainsi, la perméabilité de ce milieu
hypothétique périodique contenant des fissures parallèles, espacées d’une même distance ∆,
s’écrit alors :
ξ [u ] 3
k' = (1.45)
12 ∆
Dans cette équation [u ] représente l’ouverture des fissures parallèles, alors que ∆ est la distance
moyenne entre les fissures.
A partir de la loi d’écoulement de Poiseuille, pondérée par le facteur ξ et un facteur de tortuosité
τ identifié comme une fonction de l’endommagement, avec l’ouverture de fissure estimée par
des déformations irréversibles, Gérard (1996) a proposé une relation d’évolution du coefficient de
perméation à l’eau d’une éprouvette BIPEDE.
De plus, pour les disques sollicités en traction par fendage, Picandet (2001) a déterminé, en se
basant sur la relation (1.45), les valeurs de facteur ξ qui sont finalement en accord avec la
bibliographie.

1.2.5.2. Modèles continus

Les modèles continus se basent sur des relations phénoménologiques en s’appuyant sur le
couplage entre les variables décrivant le comportement non-linéaire et la perméabilité. Parmi ces
variables figurent l’endommagement et la déformation plastique (Fauchet, 1991). Toutefois, nous
considérons dans la suite uniquement le couplage entre l’endommagement et la perméabilité.
L’existence de ce couplage a été prouvée par des études théoriques présentées ci-dessous.

38
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.5.2.1. Validation théorique

Dormieux et Kondo (2004) ont employé des techniques d'homogénéisation sur un problème
micromécanique. En effet, en considérant un écoulement de Poiseuille dans une fissure (ayant la
perméabilité kf), ces auteurs ont montré qu’un schéma d’homogénéisation autocohérent permet de
mettre en évidence l’existence d’un seuil d’endommagement (défini par un degré de fissuration ε)
critique. Au-delà de ce seuil, la perméabilité macroscopique kAC d’un milieu poreux fissuré est
susceptible de changer d’ordre de grandeur, en particulier pour les faibles valeurs de perméabilité
de la matrice poreuse non-fissurée, notée kp (Figure 1.30). Par conséquent, la modification de la
géométrie des fissures induite par le chargement mécanique se traduit par une évolution de la
perméabilité macroscopique.

Figure 1.30 : Estimation autocohérente de la perméabilité macroscopique (d’après Dormieux et


Kondo, 2004).

Des résultats similaires ont été obtenus par Chatzigeorgiou et al. (2005) montrant par la théorie
que la variation de la perméabilité d’un milieu poreux continu peut être corrélée avec
l’endommagement de celui-ci (pour le matériau déchargé au moins). Cette étude se base sur les
modèles discrets de réseaux de fusibles (analogie électrique). Dans le cas d’un problème
purement mécanique, Delaplace et al. (1996) ont préalablement montré que l’influence de la
dégradation du matériau (rupture d’un lien) peut être décrite par l’évolution de la raideur
moyenne du réseau mécanique, quelque soit sa taille. Cela légitime le choix d’un
endommagement basé sur la raideur moyenne pour caractériser le comportement mécanique d’un
point du milieu continu qui est théoriquement relié au cas limite d’un modèle discret de taille
infinie. Afin d’analyser le problème hydro-mécanique, un réseau hydraulique en interaction avec
le réseau mécanique, est ajouté (Chatzigeorgiou et al., 2005). Quand un lien mécanique est cassé,
il crée un chemin préférentiel pour le flux hydraulique décrit par la loi de Darcy dans la direction
perpendiculaire (Figure 1.31).

39
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.31 : Principe du réseau hydraulique perpendiculaire au réseau mécanique.

Les résultats des calculs numériques ont mis en évidence que :


- la perméabilité moyenne, indépendante de la taille du réseau, peut caractériser le
comportement hydraulique du réseau de taille infinie. Elle constitue donc la variable la
plus adaptée pour représenter le comportement hydraulique du point du milieu continu.
- il existe une corrélation entre l’endommagement et la perméabilité indépendamment de la
taille du réseau (Figure 1.32) surtout pour les faibles endommagements.

10

size 16
K/K0

size 32
size 64
size 128

1
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5
(E0-E)/E0

Figure 1.32 : Evolution de la perméabilité moyenne en fonction de l’endommagement moyen


pour trois tailles de réseau (d’après Chatzigeorgiou et al., 2005).

40
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
1.2.5.2.2. Relations phénoménologiques

Mécanique-Perméabilité
A partir d’un modèle élastique-endommageable (rappel du modèle au paragraphe §1.1.2.3)
introduit dans une formulation hydraulique-mécanique de type Biot, Bourdarot (1991) a proposé
en premier de faire évoluer la perméabilité en fonction de l’endommagement. Cette évolution de
la perméabilité k, qui tient compte du fait qu’un béton fissuré présente une plus grande
perméabilité qu’un béton sain, pour un matériau isotrope s’écrit :
D
⎛k ⎞
k = k 0 ⎜⎜ u ⎟⎟ (1.46)
⎝ k0 ⎠
où k0 est la perméabilité du matériau sain, ku la perméabilité « ultime » correspondant au matériau
complètement détérioré et D l’endommagement. Cependant, peu de précisions sont données sur
l’évaluation de la perméabilité « ultime », rendant son application délicate.
En s’inspirant des travaux de Bourdarot (1991), Bary (1996) a proposé une relation de type
exponentielle d’évolution anisotrope de la perméabilité dans la direction j avec
l’endommagement positif dans la direction i, noté f+i :
⎛ γ ⎞
k = k 0 exp⎜⎜ β ∑ f + i ⎟⎟ (1.47)
⎝ i≠ j ⎠
où k0, β et γ sont respectivement la perméabilité initiale en (m/s) et les deux coefficients à ajuster
expérimentalement. Pour les résultats des essais BIPEDE (Gérard, 1996), Bary (1996) a proposé :
k0=8,10-8 (m/s), β = 9,43 et γ = 0,859 (pour des forts endommagements compris entre
20 et 80 %).
Gawin et al. (2002) ont proposé un autre type de relation entre endommagement et perméabilité :
k = k 0 10 AD D (1.48)
où le coefficient AD a été ajusté sur la même base de résultats expérimentaux que celle de Bary
(1996) et vaut 4 dans ce cas particulier.
En s’appuyant sur la relation proposée par Bary (1996), Picandet et al. (2001) ont montré que la
perméabilité résiduelle (mesurée après déchargement) au gaz du béton augmente de façon
exponentielle avec l’endommagement induit par la compression uniaxiale dans la phase pré-
pic selon la relation :
k = k0 exp[(αD) β ] (1.49)
où k0 représente la perméabilité initiale en (m²) et les coefficients α et β sont ajustés
expérimentalement respectivement à 11,3 et 1,64 par l’auteur. Nous soulignons toutefois que les
relations (1.47) (ou (1.48)) et (1.49) n’ont pas le même domaine d’application. La relation
phénoménologique (1.49) a été corrélée avec les résultats expérimentaux pour des faibles
endommagements allant jusqu’à une perte de 15 % de la raideur de l’éprouvette en béton (Figure
1.33). Ce niveau d’endommagement obtenu dans la phase pré-pic en compression uniaxiale
correspond à une microfissuration diffuse de façon homogène dans le béton (Picandet et al.,
2001).

41
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

Figure 1.33 : Relation entre le rapport d’accroissement de la perméabilité et l’évaluation de


l’endommagement par une technique expérimentale ultrasonique « Grindosonic »
(d’après Picandet, 2001).

Finalement, avec les résultats expérimentaux de Picandet et al. (2001) (voir Figure 1.33), nous
retrouvons qualitativement la corrélation entre l’endommagement et la perméabilité obtenue
théoriquement par Chatzigeorgiou et al. (2005) (voir Figure 1.32). Par conséquent, pour les
situations pré-pic, lorsque la microfissuration est diffuse, et le béton est déchargé,
l’endommagement est la variable la mieux adaptée à l’évaluation de l’évolution de la
perméabilité consécutive à une dégradation mécanique du matériau déchargé.

Température-Perméabilité
Concernant les effets de la température sur la perméabilité, la relation phénoménologique,
proposée initialement par Bazant et Thonghutai (1978), a été ajustée sur les résultats
expérimentaux obtenus par Gawin et al. (2005) sur quatre bétons à hautes performances pré-
endommagés au cours d’un traitement thermique à des températures allant jusqu’à 700 °C :
k = k 0 exp[CT (T − T0 )] = k 0 10 A (T −T )
T 0
(1.50)
où k 0 est la perméabilité initiale à la température de référence T0 , CT et AT = CT log(e) sont les
paramètres du matériau. Par ailleurs, pour prendre en compte l’effet de la pression du gaz pg sur
la perméabilité mesurée sous une température élevée, Gawin et al. (1999) ont proposé
préalablement d’utiliser une relation corrélée avec les résultats expérimentaux de Schneider et
Herbst (1989) :
AP
⎛p ⎞
k = k 010 AT (T −T0 ) ⎜⎜ g ⎟⎟ (1.51)
⎝ p0 ⎠
où AP est un paramètre du matériau et P0 = 0,1013MPa .

Température-Mécanique-Perméabilité
Cependant, certains auteurs proposent d’employer l’endommagement afin de modéliser
l’évolution de la perméabilité d’un béton soumis à une température élevée. En particulier, Gawin
et al. (2002) combinent la relation (1.51) avec (1.48), pour donner :

42
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
A
⎛ pg ⎞
P

k = k010 AT (T − T0 )
⎜⎜ ⎟⎟ 10 AD D (1.52)
⎝ p0 ⎠
avec D un endommagement mécanique (dû uniquement à la fissuration du béton) et les
coefficients AT , AP plus faibles que ceux de la formule phénoménologique (1.51) qui prennent
indirectement en compte l’influence de la fissuration du béton décrite maintenant par un
endommagement D dans (1.52).
Dans une autre formulation, Gawin et al. (2005), en s’inspirant de la relation (1.48), proposent
d’étendre la relation (1.48) pour obtenir :
A
⎛ pg ⎞
P

k = k 0 ⎜⎜ ⎟⎟ 10 AV V (1.53)
⎝ p0 ⎠
où l’endommagement V prend en compte la perte de la raideur du béton ayant lieu suite à la
déshydratation chimique de la pâte de ciment (voir §1.1.3.1.1.) et la fissuration thermique
(§1.1.3.1.2.). L’endommagement total V s’écrit :
(1 − V ) = (1 − Vchim )(1 − Vtherm ) (1.54)
où Vchim et Vtherm sont respectivement l’endommagement thermo-chimique (déshydratation) et
thermo-mécanique (fissuration thermique).
Cependant, en négligeant l’effet de la pression du gaz (Ap=0), la relation (1.50) devient :
k = k 0 10 A V
V
(1.55)
Celle-ci a été également utilisée pour modéliser l’accroissement de la perméabilité de quatre
bétons à hautes performances pré-endommagés au cours d’un traitement thermique à des
températures allant jusqu’à 700 °C (voir Gawin et al., 2005).
De même, Dal Pont (2004) et Dal Pont et al. (2005) ont proposé d’utiliser la relation (1.55), mais
pour l’estimation de l’évolution de la perméabilité d’un béton chauffé, en supposant que le
coefficient AV prend en compte le type du béton et / ou la vitesse de montée en température (donc
la cinétique de déshydratation) et que les autres effets de la température élevée sont négligés.
Cependant, la relation (1.55) a été vérifiée expérimentalement uniquement sur un béton refroidi,
soumis précédemment à des températures allant jusqu’à 250 °C. Cette relation (1.55) a été ensuite
appliquée dans un code de calcul employant un modèle couplé thermo-hydro-chemo-mécanique
dans lequel le couplage avec le comportement mécanique est introduit de façon suivante :
(1 − V ) = (1 − Vchim )(1 − Vtherm )(1 − D ) (1.56)
où D est un endommagement mécanique et V désormais un endommagement thermo-chemo-
mécanique.
Les simulations numériques ont permis de retrouver les distributions de la pression de vapeur et
de la température mesurées sur un cylindre en béton au cours du chauffage jusqu’à 250 °C.

43
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
SYNTHESE

Nous avons présenté une étude bibliographique de la structure poreuse et de la perméabilité du


béton et nous nous sommes particulièrement intéressés à leurs évolutions dans le cas où le béton
est sollicité mécaniquement et soumis à une température.
Concernant l’évolution de la perméabilité du béton avec les effets des sollicitions mécaniques,
nous avons montré que les données expérimentales existantes révèlent une certaine corrélation
entre ces deux paramètres. Parmi ces données, certaines mettent en évidence une interaction entre
l’endommagement (microfissuration diffuse) et la perméabilité, alors que d’autres soulignent une
corrélation entre l’ouverture de fissure et la perméabilité. En effet, en fonction du régime de
comportement mécanique (pré-pic ou post-pic), donc du niveau de fissuration (microfissuration
diffuse ou macrofissuration localisée), l’interaction entre l’endommagement et la perméabilité se
rapporte à une approche continue (voir §1.2.5.2.) et l’interaction entre l’ouverture de fissure et la
perméabilité est reliée à une approche discrète (voir §1.2.5.1.). Concernant l’approche continue,
l’existence de l’interaction entre la perméabilité et l’endommagement diffus (microfissuration) a
été prouvée théoriquement (Dormieux et Kondo, 2004 et Chatzigeorgiou et al., 2005) et
expérimentalement. D’une part, des résultats expérimentaux ont démontré une augmentation de la
perméabilité au gaz du béton, mesurée sous une compression, à partir de 70-90 % de la contrainte
ultime (Sugiyama et al., 1996 et Hearn et Lok, 1998, Meziani et Skoczylas, 1999, Skoczylas,
1999). Ce niveau de contrainte correspond au développement et à l’interconnexion des
microfissures dans la pâte de ciment. D’autre part, Picandet et al. (2001) ont montré que la
perméabilité résiduelle au gaz du béton augmente avec l’endommagement induit par la
compression uniaxiale dans la phase pré-pic. Le modèle phénoménologique de Picandet et al.
(2001) a été corrélé avec les résultats expérimentaux pour des faibles endommagements, ceux-ci
correspondant à une microfissuration diffuse dans le matériau. Concernant l’approche discrète,
l’évolution de la perméabilité se base sur la loi d’écoulement de Poiseuille. Dans ce cas, la
perméabilité d’une structure fissurée est fonction de la géométrie (ouverture, largeur, longueur) et
de la topologie (connectivité, tortuosité) du réseau de fissures. Ces derniers paramètres ne sont
pas accessibles dans les approches continues et pas toujours expérimentalement. Toutefois, des
essais de traction par fendage, menés jusqu’à la rupture, ont mis en évidence l’évolution de la
perméabilité à l'eau et au gaz avec l’ouverture de fissure (Wang et al., 1997 et Picandet, 2001).
Par ailleurs, nous soulignons qu’un biais peut être introduit lorsque la perméabilité est mesurée à
l’eau (dû à un colmatage des pores ou à des interactions eau-matrice cimentaire). Cependant, très
peu d’études (Gérard, 1996) ont débouché sur une évolution de la perméabilité dans le régime de
microfissuration diffuse et dans le régime de macrofissuration localisée jusqu’à la rupture en
même temps, alors que l'évaluation de l'étanchéité d’une enceinte de confinement en cas
d’accident peut justement se rapporter à ces deux régimes de fissuration. Ceux-ci peuvent se
succéder ou se superposer selon le type de chargement et selon la partie d'enceinte considérée. Il
est donc primordial, du point de vue industriel, de décrire l’évolution de la perméabilité du béton
dans ces deux régimes de fissuration pour pouvoir estimer le taux de fuite d’une structure.
Concernant les effets de la température, certains résultats ont mis en évidence son influence sur la
perméabilité du béton. Les mécanismes de l’interaction entre la température et la perméabilité
sont étroitement liés avec des phénomènes au niveau microstructural apparaissant pendant la
mise en température du béton. Parmi les plus importants figurent la modification de la teneur en
eau due à l'évaporation de l'eau non-liée jusqu'à 120 °C (Noumowé, 1995), la décomposition
chimique de la pâte de ciment due à la perte de l'eau liée (déjà à partir de 105 °C selon Harmathy,
1970, Bazant et Wittmann, 1982 et Baroghel-Bouny, 1994), la fissuration thermique provoquée

44
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________
par la dilatation thermique différentielle, la dilatation thermique libre de l’ensemble du matériau,
le changement de pression interne des pores (Luccioni et al., 2002), etc. Étant liée à la
dégradation de la microstructure du béton, la perméabilité du béton augmente avec la
température. En particulier, la déshydratation chimique de la pâte de ciment modifie la porosité et
la distribution de la taille des pores, et le comportement hydraulique du béton s’en trouve ainsi
affecté (Tsimbrovska, 1998). Les résultats obtenus par Tsimbrovska (1998) ont montré que la
perméabilité d’un mortier ou d’un béton subit une augmentation comprise entre un et deux ordres
de grandeur à 400 °C par rapport à 105 °C. Lion et al. (2005) ont mis en évidence qu'un
traitement thermique d'un mortier provoque une augmentation de la porosité et de la perméabilité
au gaz, multipliant par sept sa valeur initiale (mesurée à 60 °C) après un traitement à 250 °C.
Selon Gawin et al. (2005), une relation type puissance entre la température et la perméabilité
devrait être considérée. Cependant, certains auteurs (Gawin et al., 2002, Dal Pont, 2004 et
Dal Pont et al., 2005) utilisent l’endommagement afin de modéliser les effets de la température
sur la perméabilité.
Les données expérimentales existantes révèlent ainsi une certaine corrélation entre la
perméabilité et l’état mécanique du béton. Il en est de même pour l'influence de la température
sur la perméabilité du béton, mais, quant aux effets couplés de la température et de l’état
mécanique sur la perméabilité du béton, les données expérimentales sont éparses, voire
inexistantes si on veut caractériser les deux régimes de fissuration (microfissuration diffuse ou
macrofissuration localisée) sous charge et sous température. Par ailleurs, même si l’influence de
l’état de contrainte sur la perméabilité n’est pas encore complètement identifiée à ce jour, nous
anticipons un biais introduit par les mesures de la perméabilité d’un béton déchargé ou refroidi
par rapport à celui d’ouvrage. Pour modéliser les effets simultanés des sollicitations mécaniques
et de la température, certains auteurs proposent de déterminer la perméabilité comme une
fonction de l’endommagement mécanique couplée à une fonction de la température (Gawin et al.,
2002), alors que d’autres proposent que la perméabilité évolue uniquement en fonction de
l’endommagement couplé thermo-chemo-mécanique (Gawin et al., 2005 et Dal Pont et al.,
2005). Avant d’être employés pour les calculs de structures, ces modèles nécessitent d’être tout
d’abord validés expérimentalement. Dans ce contexte bibliographique, afin de caractériser
l’interaction entre les effets de la température jusqu’à 150 °C et de l’état mécanique sur la
perméabilité, nous proposons dans la première partie de ce travail de thèse de mener une étude
expérimentale, présentée dans les Chapitres 2 et 3, qui permettra :
- de caractériser l’évolution de la perméabilité au gaz d’un béton sous chargement dans les
régimes de la microfissuration diffuse et de la fissuration localisée jusqu’à la rupture, et de
mettre en évidence l’influence de l’état de contrainte sur l’évolution de la perméabilité.
- de caractériser l’évolution de la perméabilité au gaz d’un béton soumis à l’action d’une
température jusqu’à 150 °C et sollicité mécaniquement jusqu’à la rupture.
Pour réaliser ces essais, un dispositif expérimental est développé et mis en place.
Afin de caractériser par l’intermédiaire d’une loi unique l’évolution de la perméabilité dans les
régimes de la microfissuration diffuse et de la fissuration localisée, nous proposons de développer
dans le Chapitre 4 une approche numérique permettant de relier les modélisations continue et
discrète vis-à-vis de la perméabilité. Deux stratégies sont proposées. La première se base sur une
définition de la loi de raccordement (loi des mélanges) entre la perméabilité en fonction de
l’endommagement diffus et la perméabilité en fonction de l’ouverture de fissure, alors que la
deuxième consiste à extraire une ouverture de fissure à partir d’un calcul basé sur un modèle
d’endommagement continu et d’appliquer ensuite la loi d’écoulement de Poiseuille sur cette
ouverture de fissure équivalente pour déterminer la perméabilité.

45
CHAPITRE 1
ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE DE LA STRUCTURE POREUSE ET DE LA PERMEABILITE DU BETON
________________________________________________________________________________________________________

46
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
CHAPITRE 2 :

ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION


ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE

INTRODUCTION

Le travail présenté dans ce chapitre a pour objectif de caractériser expérimentalement


l’interaction entre état mécanique et perméabilité du béton. Nous choisissons la sollicitation par
compression simple car ce type d’essai, le plus simple à réaliser, permet de créer en laboratoire,
de façon reproductible, différents niveaux de fissuration :
- microfissuration diffuse
- macrofissuration localisée.
Les essais sont conduits dans les phases pré-pic et post-pic du comportement mécanique jusqu’à
la rupture. Par similarité avec le problème industriel envisagé, nous mesurons la perméabilité
parallèlement au plan de la fissuration lorsque celle-ci devient orientée. Puisque l’enceinte est
précontrainte dans deux directions, donc chargée en compression, des fuites de gaz nocif peuvent
se produire parallèlement au plan de la fissuration qui a lieu par effet de Poisson du béton de la
paroi. Afin d’approcher cette situation, nous nous inspirons de l’étude menée par Sugiyama et al.
(1996) et réalisons des essais sur un cylindre troué, soumis à un écoulement radial. Il nous paraît
également nécessaire de mesurer la perméabilité du béton chargé, ce qui correspond aux
conditions du béton en service ou en cas d’accident, et de relier cette perméabilité à celle du
béton déchargé. Selon la configuration de nos essais, ces deux perméabilités peuvent être
aisément mesurées. Enfin, l’essai est réalisé dans des conditions environnementales contrôlées et
maîtrisées, notamment sous une température de 20 °C et une humidité relative proche de 0 %.
En conséquence, dans la configuration proposée, cet essai permet de relier les effets de la
microfissuration diffuse et de la macrofissuration localisée, ainsi que l’état de contrainte, avec la
perméabilité.
Dans la première partie de ce chapitre, nous décrivons le programme expérimental des essais. La
deuxième partie présente et traite les résultats obtenus à l’issu de la campagne expérimentale.
Enfin, dans la dernière partie de ce chapitre, nous proposons une relation expérimentale
d’interaction entre l’endommagement, l’état de contrainte et la perméabilité du béton.

47
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.1. Programme expérimental

Dans ce paragraphe, nous caractérisons dans un premier temps le matériau utilisé au cours des
travaux expérimentaux. En particulier, la composition, la cure appliquée et les propriétés
mécaniques sont rapportées. Dans un deuxième temps, nous exposons le dispositif expérimental
développé au sein de notre équipe ERT R&DO du GeM et utilisé dans cette étude. Dans la partie
suivante, nous expliquons le principe de détermination de la perméabilité dans notre
configuration d’essai. En dernier lieu, le protocole expérimental utilisé est décrit.

2.1.1. Matériau étudié

Bien que le béton utilisé dans la construction des enceintes de confinement de centrales
nucléaires françaises soit caractérisé par une résistance en compression de l’ordre de 40 MPa,
nous avons choisi un matériau de résistance plus faible (de l’ordre de 30 MPa) avec un rapport
Eau / Ciment élevé. L’emploi de ce matériau permet d’obtenir un comportement plutôt ductile
afin de pouvoir réaliser plus facilement des mesures de perméabilité en continu dans la phase
adoucissante après le pic de contrainte.
Etant donné la capacité de la presse hydraulique et de la taille de l’éprouvette, le diamètre
maximal des granulats utilisés est plus faible que celui du vrai béton d’ouvrage. Par conséquent,
le matériau étudié est un microbéton. Toutefois, par simplicité, nous l’appellerons béton.

2.1.1.1. Composition

Le béton utilisé dans cette campagne expérimentale est un béton ordinaire de rapport
Eau / Ciment = 0,6 et de résistance à la compression de 26 MPa à 28 jours. Le Tableau 2.1
présente les éléments de la composition du béton. Le ciment utilisé est un ciment portland
employé pour la construction des enceintes de confinement en France. Il est caractérisé par une
faible chaleur d’hydratation et contient du filler calcaire. Les granulats employés sont les
suivants : gravillon de type calcaire concassé et sable de Loire.

Constituant Composition en (kg/m3)


Gravillon calcaire, 4 – 12,5 mm 939
Sable de Loire, 0 – 5 mm 730
Ciment CEM II/A 42,5R PM-CP2
350
(Calcia Airvault (79))
Eau totale 210
Superplastifiant Glenium 21 1,1
Rapport Eau / Ciment 0,60

Tableau 2.1 : Composition du béton.

Les constituants du béton ont été introduits dans le malaxeur par ordre décroissant de
granulométrie et ont été mélangés à sec pendant 30 secondes. L’eau a été ensuite introduite
pendant 1 minute et le malaxage poursuivi durant 3 minutes. La mise en place du béton a été
réalisée conformément aux normes françaises NFP 18-404 (« Bétons - Essai d’étude, de

48
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
convenance et de contrôle - Confection et conservation des corps d’épreuve ») et NFP 18-422
(« Bétons - Mise en place par aiguille vibrante »).
Les éprouvettes ont été confectionnées par trois gâchées d’environ 20 litres chacune. Dix-huit
éprouvettes cylindriques, de géométrie donnée sur la Figure 2.1, ont été coulées dans des moules
métalliques avec des barres rondes métalliques (de diamètre de 14 mm, acier STUB), permettant
d’obtenir ainsi la forme d’un cylindre troué (Figure 2.2). De plus, six éprouvettes de même
dimensions que les éprouvettes trouées, mais pleines, ont été coulées dans des moules en carton.
Afin de faciliter le décoffrage des éprouvettes coulées dans les moules métalliques sans
utilisation d’huile provoquant l’imperméabilisation du béton en surface, un film anti-adhérent en
silicone Sil’pack a été appliqué sur la surface intérieure des moules, ainsi que sur les barres en
acier.

Figure 2.1 : Géométrie de l’éprouvette.

Figure 2.2 : Moules métalliques avec des barres.

49
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.1.1.2. Cure appliquée

Toutes les éprouvettes utilisées dans cette campagne expérimentale ont suivi la même cure et le
même conditionnement conformément à la norme NFP 18-404 et aux recommandations de
l’AFPC-AFREM (1997).
Après coulage, les éprouvettes ont été conservées pendant 24 heures en chambre humide à 20 °C
et 95 % d’humidité relative. A l’issue de ce temps de conservation initiale, elles ont été
démoulées, puis plongées dans l’eau à 20 °C pendant 28 jours. Ce type de conservation est le plus
favorable vis-à-vis du processus d’hydratation du ciment. Au cours de cette conservation, à
environ 15 jours après le coulage, l’ensemble des éprouvettes a été rectifié en surface avec une
précision de 0,1 mm à l’aide d’une meule équipée d’un disque diamant et lubrifiée à l’eau.
A l’issue du temps de cure dans l’eau, les éprouvettes ont été séchées dans une étuve ventilée et
régulée. Afin de diminuer les gradients hydriques et thermiques dans les éprouvettes, pouvant
favoriser l’endommagement du béton, nous avons réalisé le séchage suivant deux étapes.
D’abord, les éprouvettes ont été séchées à 80 °C pendant 1 mois, puis à 105 °C jusqu’à obtenir la
masse constante. Suivant les recommandations de l’AFPC-AFREM (1997) la masse est
considérée comme constante lorsque deux pesées espacées de 24 heures ne différent pas de plus
de 0,05 %. Cependant, nous avons maintenu le séchage jusqu’à ce que la différence entre les
pesées successives soit inférieure à 0,01%. En conséquence, après le séchage pendant environ 2
mois à 105 °C, l’état de saturation du béton en eau a été proche de 0 %. Afin de maintenir cet état
de saturation, la conservation finale jusqu’à l’essai de perméabilité a été effectuée dans une étuve
ventilée et régulée à 40 °C.

2.1.1.3. Propriétés mécaniques

Le Tableau 2.2 présente les propriétés mécaniques du béton obtenues en compression à l’âge de
1 mois (après la cure humide), de 2 mois (après 1 mois de séchage à 80 °C) et de 4 mois (après
2 mois de séchage à 105 °C). Ce sont les propriétés moyennes, calculées sur trois éprouvettes à
une échéance de mesure (deux cylindres troués et un cylindre plein).

Age du béton (Echéance de mesure)


1 mois 2 mois 4 mois
Propriété (après cure (après séchage (après séchage
humide) à 80 °C) à 105 °C)
Module d’élasticité (GPa) 23 22 16
Résistance (MPa) 26 32 28
-03 -03
Déformation au pic de contrainte (-) 2,2.10 2,5.10 2,6.10-03

Tableau 2.2 : Propriétés mécaniques du béton calculées sur trois éprouvettes.

Les dispositifs expérimentaux permettant de mesurer ces propriétés sont présentés dans le
paragraphe suivant.
Nous remarquons que les propriétés mécaniques du béton évoluent dans le temps avec les
conditions de conservation. En particulier, avec le séchage, la résistance augmente et le module
d’élasticité diminue dû à l’endommagement induit par la température de séchage (Hearn, 1999,
Burlion et al., 2005, Yurtdas et al., 2006).

50
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

2.1.2. Dispositif expérimental

Le dispositif expérimental permet d’effectuer des mesures de perméabilité au gaz du béton sous
sollicitations mécaniques et en fonction des conditions environnementales (température et
humidité relative). Bien que ce chapitre ne s’intéresse pas aux effets des conditions
environnementales sur la perméabilité, nous présentons le dispositif dans son ensemble, y
compris avec la possibilité de réguler les niveaux de la température et de l’humidité relative. En
particulier, l’effet de la température jusqu’à 150 °C sur la perméabilité est étudié dans le
Chapitre 3.
Une vue d’ensemble du banc expérimental est montrée sur la Figure 2.3. Il est constitué des
dispositifs permettant d’appliquer des sollicitations mécaniques, de réguler la température et
l’humidité relative, de mesurer les déformations de l’éprouvette et sa perméabilité au gaz. Ces
dispositifs sont présentés dans les paragraphes suivants.

Figure 2.3 : Banc expérimental dans son ensemble.

2.1.2.1. Dispositif de mesure de la perméabilité

Le dispositif de mesure de la perméabilité, dont le schéma de principe du fonctionnement est


montré sur la Figure 2.4, comprend :
- une cellule du perméamètre
- une bouteille d’alimentation en gaz munie d’un détendeur (0-1,5 MPa)
- un régulateur (0-0,6 MPa) maintenant le niveau de pression
- un capteur de pression injectée
- un baromètre digital
- un débitmètre massique calibré.

51
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Figure 2.4 : Schéma du dispositif de mesure de la perméabilité au gaz.

La méthode de mesure de la perméabilité au gaz consiste à appliquer une pression relative


constante du gaz ∆P (différence entre la pression injectée absolue Pi et la pression
atmosphérique Patm) jusqu’à la stabilisation de l’écoulement du gaz à travers le matériau (régime
permanent). Le gaz utilisé est de l’azote (N2) sec, car il reste inerte vis-à-vis des constituants du
béton, contrairement à l’eau (cf. §1.2.3.). L’échantillon est placé dans la cellule du perméamètre
constituée d’un système à deux plateaux métalliques (Figure 2.5). Par l’intermédiaire d’un
plateau métallique percé, dont le diamètre est adapté pour le centrage de l’éprouvette cylindrique
utilisée, le gaz est injecté au niveau de la surface inférieure de l’échantillon à une pression Pi
(régulée par le régulateur maintenant le niveau de pression, puis mesurée par le capteur de
pression). L’injection est effectuée par l’intermédiaire d’un tube en téflon, résistant aux
températures élevées. Celui-ci relie la bouteille d’alimentation en gaz, munie d’un détendeur et
d’un régulateur, au plateau métallique inférieur par l’intermédiaire de manchons étanches. La
pression atmosphérique est mesurée au cours de l’essai par un baromètre digital.

52
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Figure 2.5 : Schéma de la cellule du perméamètre, vue en coupe.

Etant donné que nous souhaitons obtenir l’écoulement radial du gaz à travers l’éprouvette, les
deux faces inférieure et supérieure de l’éprouvette sont rendues étanches par un film aluminium
autocollant et de la graisse de silicone (Figure 2.5). Des joints toriques en caoutchouc (Figure
2.5) assurent l’étanchéité de la liaison entre l’éprouvette et les plateaux. D’ailleurs, celle-ci est
favorisée par le chargement mécanique imposé sur l’éprouvette, plaquant les plateaux métalliques
sur les faces de l’éprouvette en écrasant les joints. L’étanchéité du dispositif de la perméabilité
(cellule du perméamètre avec des joints, tube en téflon et manchons) a été testée et validée pour
une pression d’injection de 0,6 MPa sur une éprouvette cylindrique métallique. En effet, après
une durée de test de 24 heures, aucun débit de fuite n’a été constaté.
Dans ce dispositif, le débit est mesuré en amont de l’éprouvette par des débitmètres massiques
(digital thermal Mass Flow Meters MFM). Ils convertissent un débit massique en débit
volumique normalisé, notamment à la pression de 0,1013 MPa et à la température de 0 °C. Ces
débitmètres ont été calibrés pour différentes gammes de débits volumiques normalisés de l’azote :
10-500 ml/min, 20-1000 ml/min et 300-15000 ml/min.
L’acquisition des mesures de débit et de pression en temps réel a permis de contrôler la
stabilisation de l’écoulement. Dans la configuration de nos essais, un temps situé entre 2 et 5
minutes est nécessaire afin que l’écoulement du gaz atteigne le régime stationnaire.
Le matériel utilisé offre une précision de mesure de la perméabilité de l’ordre de 2 % (déterminée
par l’adaptation de la formule du calcul d’erreur proposée par Remond, 2003).

2.1.2.2. Dispositif d’application de sollicitations mécaniques

Quelques généralités sur le comportement expérimental et la rupture du béton en compression


uniaxiale
La sollicitation mécanique appliquée est une compression uniaxiale. L’objectif est d’obtenir dans
la phase élastique des matériaux des champs de contraintes et de déformations homogènes dans
l’éprouvette. Cependant, dans le cas réel, dû au phénomène de frettage, ces champs deviennent
non-uniformes dans les zones proches des extrémités de l’éprouvette. Le frettage induit des
contraintes de cisaillement à l’interface éprouvette-appuis métalliques de la presse et donc un état
de contrainte en compression triaxiale dans les parties d’éprouvette proches des plateaux. En
conséquence, la formation de cônes de frettage (à 45 °, voir Figure 1.4 et Figure 2.6 (b)), où le
matériau reste confiné et non-fissuré, est généralement observée sur les éprouvettes sollicitées en
compression uniaxiale jusqu’à la rupture. Cependant, la partie centrale de l’éprouvette, qui ne

53
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
subit pas l’influence du frettage, est soumise à une extension transversale par effet de Poisson
(responsable de l’endommagement). Cette extension conduit à l’apparition de microfissures, qui,
en se développant autour des granulats et à travers la pâte de ciment, se localisent proche du pic
de contrainte afin de former une ou plusieurs macrofissures parallèles à l’axe du chargement dans
la partie centrale. Cependant, ces macrofissures sont déviées sur les extrémités selon les cônes de
frettage.
Le mode de rupture du béton en compression simple et en particulier la formation des fissures
suite à l’extension transversale et la formation des cônes de frettage à la rupture, est présenté
respectivement sur la Figure 2.6 (a) et (b). La Figure 2.6 (c) présente un mode de rupture dans un
cas parfait sans frettage. Le phénomène de frettage peut être réduit par différentes solutions
technologiques : appui à peigne (Torrenti et al., 1991), rehausseurs en béton (Shah et al., 1987),
surfaçage au souffre, boîte à sable.

Figure 2.6 : Mode de rupture du béton en compression uniaxiale (d’après Dupain (1995).
(a) Formation des fissures suite à l’extension transversale. (b) Formation des cônes de frettage à
la rupture. (c) Rupture sans frettage.

Caractéristiques de la machine d’essai utilisée


Dans le cas de nos essais, la compression uniaxiale est appliquée à l’aide d’une presse
hydraulique MTS 500 kN programmable et asservie en déplacement. Elle est présentée sur la
Figure 2.7 (a).
L’éprouvette en béton, placée préalablement entre les deux plateaux métalliques de la cellule du
perméamètre, est positionnée entre les appuis de la presse, dont l’un est rotulé et l’autre fixe
(Figure 2.7 (b)). L’utilisation des joints toriques en caoutchouc et de la graisse de silicone, par la
diminution des frottements entre les plateaux métalliques et le béton, contribue à la réduction du
frettage.
Pendant l’essai, l’éprouvette est chargée par paliers de déplacement axial du vérin. Celui-ci est
mesuré à l’aide d’un capteur connecté à la centrale d’acquisition. La force exercée par la presse
est mesurée à partir de la pression hydraulique du circuit par un capteur de force, relié également
à la centrale d’acquisition.

54
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

(a) (b)

Figure 2.7 : (a) Presse hydraulique utilisée.


(b) Appuis de la presse hydraulique : rotule (en haut) et appui fixe (en bas).

2.1.2.3. Dispositif de mesure des déformations

Le déplacement axial du vérin ne correspond pas au déplacement de la face supérieure de


l’éprouvette en béton, car il intègre les déplacements de l’ensemble du bâti de la presse. N’étant
pas représentatif, ce déplacement ne peut donc pas être utilisé afin d’évaluer l’endommagement
encouru au cours du chargement du béton.
Dans ces conditions, nous avons choisi de mesurer les déformations axiales par une cellule
extensométrique équipée de trois capteurs LVDT (linear variable displacement transducers) de
1 mm de course chacun et disposés à 120° sur une longueur de base de 105 mm (Figure 2.8 (a)).
Le positionnement de cette cellule extensométrique dans la partie centrale de l’éprouvette permet
de ne pas tenir compte des effets dus au frettage (sur une éprouvette cylindrique de 110x220 mm,
la hauteur des cônes de frettage est de 55 mm de chaque côté ; la partie centrale de l’éprouvette
de hauteur 110 mm est ainsi en dehors des zones de frettage). Par ailleurs, les capteurs LVDT
choisis peuvent être utilisés sous une température élevée (garantis jusqu’à 180 °C). Avec ces
capteurs, reliés à un conditionneur émettant un signal relatif à leur position et envoyé vers la
centrale d’acquisition, les déformations axiales de la partie centrale de l’éprouvette peuvent être
relevées. La déformation axiale, considérée par la suite, est la déformation moyenne sur les trois
capteurs. Dans la suite, nous supposons que, dans la partie médiane de l’éprouvette et avant la
localisation des déformations, les champs de déformations et de l’endommagement dus à la
microfissuration diffuse sont homogènes. En effet, la déformation moyenne représente la réponse
de l’éprouvette-matériau. Cependant, après la localisation des déformations, cette déformation
moyenne devient relative à la réponse de l’éprouvette-structure. Dans cette phase, l’utilisation de

55
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
la cellule avec trois capteurs LVDT est particulièrement nécessaire dans la mesure où, lorsque les
sections deviennent non-planes, le système tient compte des déplacements asymétriques.

Capteur LVDT
de la cellule
extensometrique

Jauge de
déformation

(a) (b)

Figure 2.8 : (a) Système d’extensomètrie LVDT et système de jauges de déformation


transversales (longueur de 120 mm). (b) Système de jauges de déformation transversales et
axiales (longueur de 30 mm).

Pour mesurer les déformations, nous avons également employé des jauges de déformations. Elles
nous renseignent sur une déformation locale du matériau et sont ainsi utilisées uniquement avant
la localisation des déformations (après la localisation, soit la fissure traverse la jauge et celle-ci
casse, soit le matériau sous la jauge se décharge). En conséquence, comme les sections restent
planes à l’état de déformations homogènes, une seule jauge est suffisante. Cependant, pour
s’assurer que la réponse reste bien homogène, nous utilisons au minimum deux jauges par
direction de mesure. De plus, des jauges de compensation sont employées afin d’éliminer les
déformations propres des jauges dues à la variation de la température.
Sous la température de 20 °C nous avons utilisé des jauges adaptées pour le béton de longueur
120 mm (Strain Gages PL-120, Kyowa) (Figure 2.8 (a)). Afin de mesurer l’extension transversale
de l’éprouvette, deux jauges transversales ont été collées en surface dans la partie centrale de
l’éprouvette à l’aide d’une colle rapide (CC-33A Kyowa). Les jauges ont été reliées à un
conditionneur, qui émet un signal relatif à la résistance du fil de la jauge et l’envoie vers la
centrale d’acquisition.
Sous les températures allant jusqu’à 105 °C, nous avons utilisé des jauges de longueur 30 mm
(Strain Gages KFG, Kyowa). Ce sont les plus longues jauges adaptées pour le béton jusqu’à
105 °C. Afin de mesurer les déformations thermiques, deux jauges transversales et deux jauges
axiales ont été disposées à 90° les unes des autres sur la circonférence de l’éprouvette
(Figure 2.8 (b)). Comme à 20 °C, les signaux des jauges sont envoyés vers la centrale
d’acquisition par l’intermédiaire d’un conditionneur.

56
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.1.2.4. Dispositif de régulation de la température et de l’humidité relative

L’éprouvette en béton, instrumentée et placée entre les plateaux de la cellule du perméamètre


sous la presse hydraulique, est positionnée dans une enceinte climatique à température et
humidité relative contrôlées. L’enceinte utilisée (F.C.H. SERVATHIN) est présentée sur les
Figures 2.9 (a) et (b). Le volume utile de l’enceinte, qui enferme une partie de la presse
hydraulique, est de 210 dm3. Elle permet d’appliquer des températures allant de -50 °C jusqu’à
+150 °C. L’erreur maximale par rapport à la consigne est de ±2 °C pour la température et de
±5 % pour l’humidité relative. Pour d’autres détails techniques, voir Annexe A.

(a) (b)
Figure 2.9 : (a) Enceinte climatique utilisée. (b) Dispositif de l’essai thermique.

Par souci de simplification, les essais ont été limités aux matériaux secs. C’est pourquoi
l’humidité relative générée par l’enceinte est constamment maintenue la plus proche possible
de 0 %. Dans cette phase d’essais, la température ambiante est maintenue à une valeur constante
de 20 °C.

57
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.1.3. Principe de détermination de la perméabilité sous chargement

Les mesures de la perméabilité sont menées dans le cadre d’un écoulement radial du gaz en
régime permanent et isotherme. La perméabilité apparente d’une éprouvette est déterminée à
partir de la loi de Darcy appliquée à un écoulement laminaire d’un fluide compressible (gaz)
(cf. §1.2.1.). Ainsi, la perméabilité apparente ka (m²), se basant sur une mesure du débit
volumique en amont Qi (m3/s) à pression d’injection Pi (Pa), est donnée par la relation suivante
(voir (1.21)) :

⎛r ⎞
Qi ⋅ Pi ⋅ µ ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
ka = ⎝ r1 ⎠ (2.1)
(
π ⋅ H ⋅ Pi − Patm 2
2
)
où µ (Pa.s), Patm (Pa), r1(m), r2 (m) et H (m) sont respectivement la viscosité dynamique de
l’azote, la pression atmosphérique, le rayon intérieur, le rayon extérieur et la hauteur de
l’éprouvette (voir Figure 2.1) déterminés à la température ambiante Ta de 20 °C. La viscosité de
−5
l’azote à 20 °C est prise égale à 1,74.10 (Pa.s).
Cette perméabilité apparente a besoin d’être corrigée afin d’obtenir une perméabilité intrinsèque.
Dans le cas d’un écoulement laminaire (réponse ka(1/Pm) linéaire), la correction s’effectue par
l’application de la relation de Klinkenberg sur plusieurs mesures de perméabilité apparente ka à
différentes pressions différentielles (voir (1.32)). Cette approche permet de retrouver une
perméabilité intrinsèque kv relative uniquement aux écoulements visqueux et non aux
écoulements par glissement.
Lorsque l’écoulement est turbulent (réponse ka(1/Pm) non-linéaire), la perméabilité intrinsèque kv
peut être déterminée par l’application de l’équation de Forchheimer sur plusieurs mesures de
perméabilité apparente ka à différentes pressions différentielles (voir (1.39)). Etant donné que les
vitesses du fluide sont importantes lors d’un écoulement turbulent, la contribution des
écoulements par glissement peut être négligée (Picandet, 2001).
Toutefois, avant de déterminer la perméabilité intrinsèque dans le cas d’un écoulement laminaire
ou turbulent, une correction doit être introduite dans l’équation (2.1) afin de déterminer
correctement la perméabilité apparente. Cette correction concerne la spécificité des débitmètres
massiques utilisés dans notre étude expérimentale. Ces débitmètres sont étalonnés afin de
convertir un débit massique en un débit volumique normalisé, c’est-à-dire représentant les
conditions normalisées de la pression P0 = 0,1013 MPa et de la température T0 = 0 °C. Afin que
l’équation (2.1) puisse être appliquée, le débit volumique Qi, correspondant à la pression
d’injection Pi et à la température ambiante Ta de 20 °C, a besoin d’être déterminé à partir du débit
mesuré Q0, correspondant aux conditions normalisées (P0, T0).
La continuité du débit massique dans l’échantillon, déterminé pour différentes conditions de la
pression et de la température, implique :

div ( ρv ) = 0 , soit ρ i (Ta , Pi ) ⋅ vi (Ta , Pi ) = ρ i (T0 , P0 ) ⋅ vi (T0 , P0 ) (2.2)

où ρi et vi sont respectivement la masse volumique et la vitesse du gaz à une température et une


pression données.

58
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

En sachant que v = Q , nous obtenons :


S

ρ i (Ta , Pi ) ⋅ Qi (Ta , Pi ) = ρ i (T0 , P0 ) ⋅ Qi (T0 , P0 ) (2.3)

Le comportement d’un gaz à des faibles pressions peut être considéré comme celui d’un gaz
parfait. En effet, dans le cas de nos essais, où la pression du gaz reste inférieure à 1 MPa, nous
pouvons appliquer cette hypothèse sur le comportement de l’azote. Ainsi, en considérant le
comportement du gaz comme parfait, où R est la constante des gaz parfaits
( R = 8,3143 J .K −1 mol −1 ) et M la masse molaire ( kg .mol −1 ), nous trouvons :
M M
ρ i (Ta , Pi ) = Pi et ρ i (T0 , P0 ) = P0 (2.4)
RTa RT0

où les températures Ta et T0 sont exprimées en Kelvin.


A partir de ces deux équations, le débit volumique Qi(Ta, Pi) peut être calculé de la manière
suivante :
M
⋅ P0 ⋅ Qi (T0 , P0 )
ρ i (T0 , P0 ) ⋅ Qi (T0 , P0 ) RT0 T P
Qi (Ta , Pi ) = = = Qi (T0 , P0 ) ⋅ a ⋅ 0 (2.5)
ρ i (Ta , P0 ) M T0 Pi
⋅ Pi
RTa

Dès lors que cette correction concernant la mesure du débit volumique en conditions normalisées
(P0, T0) est appliquée, la perméabilité, prenant en compte l’influence des conditions normalisées
de détermination du débit Q0(P0, T0), est calculée à partir de la relation suivante :
Ta ⎛r ⎞
Qi (T0 , P0 ) ⋅ P0 ⋅ ⋅ µ (Ta ) ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
T0 ⎝ r1 ⎠ (2.6)
k a (Ta ) =
(
π ⋅ H ⋅ Pi − Patm
2 2
)
Cette correction est pour 20 °C. Nous reprendrons cette approche pour des températures
différentes de l’ambiante où le circuit de gaz n’est pas quasi-isotherme.

2.1.4. Protocole expérimental

L’éprouvette est sortie de l’étuve 48 heures avant l’essai et placée dans un dessiccateur à 20 °C.
Elle est ensuite installée dans le dispositif expérimental puis maintenue pendant 24 heures à la
température de 20 °C et à une humidité relative proche de 0 %.
La détermination de la perméabilité intrinsèque (kv), appelée simplement la perméabilité par la
suite, s’effectue à partir de plusieurs mesures de la perméabilité apparente (ka), relatives à
différentes pressions différentielles. Au minimum cinq pressions différentielles sont appliquées
sur l’éprouvette. Les pressions d’injection sont ajustées en fonction de la gamme de débits
mesurables.
Dans le cas où l’éprouvette est chargée jusqu’au pic de contrainte, les pressions différentielles
considérées sont les suivantes : 0,3 ; 0,25 ; 0,20 ; 0,15 et 0,10 MPa. Elles permettent d’obtenir un
écoulement gazeux laminaire et d’appliquer ainsi l’approche de Klinkenberg (1.32) afin de
déterminer la perméabilité.

59
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Au début de la phase post-pic, afin de pouvoir continuer à appliquer l’approche de Klinkenberg,
les pressions d’injection sont diminuées en fonction de la gamme de débits mesurés. Là encore,
un minimum de cinq pressions différentielles est considéré.
Lorsque les mesures sont effectuées à la fin de la phase post-pic jusqu’à la rupture*, l’écoulement
gazeux dans l’éprouvette devient turbulent, ce qui amène à l’application de l’équation de
Forchheimer (1.39) en vue d’estimer la perméabilité.
La procédure d’essai pour une éprouvette en béton est la suivante :
- Tout d’abord, la perméabilité initiale est déterminée. La mesure est effectuée juste après
la mise en place de l’éprouvette (afin de vérifier sa bonne mise en place) et enfin au bout
de 24 heures. Ces mesures sont conduites sous un chargement de 4 kN, correspondant à
la contrainte de 0,4 MPa. Cette contrainte assure l’ajustement entre les plateaux et
l’éprouvette et favorise ainsi les conditions d’étanchéité. Toutefois, cette contrainte,
inférieure à 2 % de la contrainte au pic, reste négligeable vis-à-vis du comportement du
béton. La perméabilité initiale de chaque éprouvette est considérée comme la valeur de
référence dans les résultats présentés par la suite.
- La suite de l’essai comprend les mesures de la perméabilité effectuées à différents
niveaux de chargement mécanique. Ces mesures sont systématiquement réalisées en
phases pré-pic et post-pic du comportement mécanique sous chargement et après
déchargement (voir schéma sur la Figure 2.10 (a)). Le trajet du chargement est montré sur
la Figure 2.10 (b). L’éprouvette est chargée avec des cycles de chargement-déchargement
à une vitesse constante de déplacement du vérin de 0,02 mm/min et avec incrémentation
du déplacement maximum atteint à chaque cycle de chargement jusqu’au niveau de
chargement souhaité. Celui-ci correspond au minimum à 20, 40, 60, 80, 85, et 90 % de la
contrainte au pic (estimée préalablement) dans la phase pré-pic. Pour certaines
éprouvettes, nous considérons des niveaux de chargement supplémentaires, notamment
30, 50, 70, 75 %, puis quatre niveaux entre 80 et 90 % de la contrainte au pic. Au
voisinage du pic et dans la phase post-pic, le niveau de chargement correspond à un
incrément successif de la déformation axiale de 300 µm/m. Chaque niveau de chargement
est maintenu pendant approximativement 30 minutes (avec la force imposée en pré-pic et
le déplacement imposé proche du pic et en post-pic pour éviter la rupture par fluage), afin
de pouvoir mesurer les perméabilités apparentes pour plusieurs pressions différentielles.
Après chaque chargement, l’éprouvette est déchargée à 0,4 MPa et la mesure de la
perméabilité de l’éprouvette déchargée est effectuée.

La durée de l’essai sur une éprouvette est comprise entre 10 et 15 jours.


Les paramètres enregistrés au cours de l’essai par la centrale d’acquisition sont les suivants :
temps, force, déplacement, pression d’injection, pression atmosphérique, débit et signaux de la
cellule extensométrique ainsi que des jauges de contraintes.

*
Dans la phase post-pic, proche de la rupture, le flux se localise dans des macrofissures. Par
conséquent, il devient délicat de parler de la perméation ; l’écoulement est un terme plus
approprié. Malgré cela, tout au long de notre étude, nous allons continuer à utiliser le terme
« perméabilité » pour caractériser un écoulement localisé.

60
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

(a)

(b)

Figure 2.10 : (a) Schéma de mesure de la perméabilité sous chargement et après déchargement.
(b) Trajet du chargement.

61
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.2. Présentation et analyse des résultats expérimentaux

Dans un premier temps, nous présentons et discutons les résultats obtenus pour la perméabilité
initiale du béton. Ensuite, nous présentons et caractérisons l’influence de l’état de contrainte sur
la perméabilité. Enfin, nous montrons l’évolution de la perméabilité avec le niveau de
chargement, en particulier l’évolution de la perméabilité uniquement dans la phase pré-pic, puis
jusqu’à la rupture.
L’ensemble des résultats présentés dans cette partie se rapportent aux essais réalisés sur quatre
éprouvettes cylindriques trouées soumises à la compression uniaxiale. Une réponse type en
contrainte-déformation, obtenue à l’issue d’un essai durant lequel nous avons mesuré la
perméabilité sous chargement, est montrée sur la Figure 2.11.
Dans la présentation des résultats, nous considérons la convention « béton armé » qui définit les
déformations en contraction ainsi que les contraintes en compression comme positives.

déformation axiale
déformation transversale
déformation volumique
30 Série4
contrainte

20
(MPa)

10

0
-2,E-03 0,E+00 2,E-03 4,E-03
déformation
Figure 2.11 : Réponse type en contrainte-déformation (axiale, transversale, volumique) d’une
éprouvette (obtenue à l’issue d’un essai de perméabilité).

Pendant que le chargement est maintenu (force dans la phase pré-pic, déplacement dans la phase
post-pic) lors d’une mesure de la perméabilité, des effets différés (fluage ou relaxation) sont peut-
être à prendre en compte.
Cependant, nous avons remarqué que le débit gazeux n’est pas affecté au cours de la stabilisation
de la force dans la phase pré-pic. En effet, il existe peut-être du fluage à court terme (chargement
maintenu pendant environ 30 minutes), mais il n’entraîne pas d’endommagement et ainsi le flux
ne change pas. Par conséquent, dans le cas de nos essais, nous avons considéré que la
perméabilité n’est pas affectée par les effets du fluage dans la phase pré-pic.
Dans les phases, où l’on sait qu’il existe un couplage entre le fluage et l’endommagement (proche
du pic et dans la phase post-pic) (Omar, 2004), nous pilotons l’essai en déplacement afin de ne
pas rompre l’éprouvette par effets différés. Toutefois, nous avons observé que le temps de
stabilisation du flux est plus long, car la propagation des fissures se stabilise dans ce temps par la
relaxation.

62
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.2.1. Perméabilité initiale

La perméabilité initiale du béton étudié varie selon les gâchées et les éprouvettes sur une plage
située entre 6.10-17 m² et 12.10-17 m². Cet écart illustre une bonne reproductibilité du matériau.
Cependant, la perméabilité initiale du béton étudié est supposée supérieure à celle d’un béton
d’ouvrage pour deux raisons. La première raison concerne le taux de saturation, qui est plus
élevée dans un béton d’ouvrage. La deuxième est liée au processus expérimental du séchage qui
peut entraîner un endommagement par effets thermiques (voir, par exemple, Baroghel-Bouny,
1994, Hearn, 1999).
Néanmoins, l’ensemble des éprouvettes considérées dans cette étude ont le même taux de
saturation, ainsi que le même endommagement de séchage (état initial). Etant donné que nous
nous intéressons plus particulièrement à la variation de perméabilité, plutôt qu’à sa valeur
absolue, la perméabilité initiale de chaque éprouvette est considérée pour une valeur de référence
dans l’analyse des résultats présentés par la suite.

2.2.2. Influence de l’état de contrainte sur la perméabilité

Afin de mettre en évidence l’influence de l’état de contrainte sur la perméabilité, nous l’avons
mesurée sous chargement et après déchargement pour différents niveaux de chargement dans les
phases pré-pic et post-pic du comportement mécanique.
La Figure 2.12 présente les perméabilités absolues de deux éprouvettes représentatives chargées
et déchargées en fonction de la seule déformation axiale obtenue au cours du chargement dans la
phase pré-pic du comportement. Toutes les autres éprouvettes ont un comportement semblable.
Nous remarquons que les évolutions des deux perméabilités (déterminée sous chargement et
après déchargement) sont très proches, cependant, avec des amplitudes et des cinétiques
différentes. Dans cette partie d’analyse des résultats expérimentaux, nous allons montrer les
écarts entre ces deux perméabilités.

ép1-sous chargement
1,70E-16 ép1-après déchargement
ép2-sous chargement
perméabilité (m²)

ép2-après déchargement
1,30E-16

9,00E-17

5,00E-17
0,0E+00 5,0E-04 1,0E-03 1,5E-03 2,0E-03 2,5E-03
déformation axiale
Figure 2.12 : Evolution de la perméabilité de deux éprouvettes chargées et déchargées en
fonction de la déformation axiale obtenue au cours du chargement.

63
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Nous observons que, jusqu’à une déformation axiale de l’ordre de 1,8.10-3, qui correspond à une
forte non-linéarité du comportement mécanique sur la Figure 2.11, la perméabilité déterminée
sous chargement est inférieure à la perméabilité mesurée après déchargement. Celle-ci reste
d’ailleurs pratiquement constante dans cette phase quasi-élastique. Au-delà de cette déformation,
l’effet s’inverse ; la perméabilité sous chargement devient supérieure à celle après déchargement.
Cet effet n’a pas été remarqué uniquement sur les perméabilités intrinsèques, comme montré ci-
dessus, mais également sur les perméabilités apparentes (Figure 2.12). Celles-ci, mesurées sous
chargement pour une faible déformation axiale et pour plusieurs pressions moyennes, sont
effectivement inférieures à celles obtenues après déchargement. Cependant, pour une
déformation proche du pic de contrainte, le résultat devient opposé au précèdent.

sous chargement (défo 5E-04) après déchargement (défo 5E-04)


sous chargement (défo 2,2E-03) après déchargement (défo 2,2E-03)
4,E-16
perméabilité apparente (m )
2

3,E-16

3,E-16

2,E-16

2,E-16

1,E-16
3 4 5 6 7
1/Pm (MPa-1)

Figure 2.13 : Effet de l’état de contrainte sur la perméabilité apparente (montré pour la
déformation axiale de 5.10-4 et de 2.2.10-3).

Le rapport entre la perméabilité mesurée sous chargement et après déchargement en fonction de


la déformation axiale relative maximale, appliquée au cours du chargement dans la phase pré-pic
et post-pic du comportement mécanique est montré sur la Figure 2.14. Ce rapport n’est ni
constant ni linéaire et varie avec le chargement appliqué. Il atteint son maximum proche de 2,5 au
début de la phase post-pic pour la déformation axiale avoisinant 110 %-120 % de la déformation
au pic de contrainte, puis tend à devenir constant dans la phase post-pic (les deux perméabilités
deviennent quasiment égales).

64
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

perméabilité après dechargement


2.5
perméabilité sous chargement /

1.5

0.5
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
déformation appliquée/ déformation au pic

Figure 2.14 : Evolution du rapport entre la perméabilité sous chargement et après déchargement
en fonction de la déformation axiale relative appliquée au cours du chargement (les lignes
correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

Cette évolution (Figure 2.14), jusqu’à la déformation proche de 70 % de la déformation au pic de


contrainte, possède des valeurs inférieures à 1, ce qui souligne que la perméabilité déterminée
sous chargement est initialement inférieure à la perméabilité déterminée après déchargement.
Nous supposons que, pour les niveaux faibles et intermédiaires, le chargement en compression
agit sur la porosité initiale en la refermant. La formation possible des microfissures non-
connectées à l’interface pâte-granulat dans cette phase est compensée par la fermeture des pores
et des microfissures existantes. En effet, le comportement volumique est contractant
(voir Figure 2.11) et entraîne une diminution de la perméabilité. Après déchargement, les fissures
induites par le chargement appliqué peuvent se refermer, tandis que les pores ou les fissures
existants s'ouvrent encore (le comportement est réversible), et on observe en conséquence une
augmentation de la perméabilité.
Au delà de 70 % de la déformation axiale au pic de contrainte, la courbe présentée sur la
Figure 2.14 atteint des valeurs supérieures à 1. Ainsi, la perméabilité déterminée sous le
chargement dépasse les valeurs indiquées après déchargement. En effet, la quantité de
microfissures formées est suffisante pour compenser l'effet de la fermeture de la porosité initiale.
Finalement, l’évolution montrée sur la Figure 2.14 révèle la capacité du matériau à rétablir la
perméabilité suite à la refermeture des fissures après déchargement. Cette capacité est
significative dans la phase pré-pic et au début de la phase post-pic, puis décroît fortement dans la
phase post-pic. Ici, les déformations irréversibles deviennent importantes (Figure 2.11), ce qui
montre que les fissures ne se sont pas refermées. La refermeture de fissures pour le matériau
fortement endommagé est impossible suite aux glissements des lèvres de fissure en cisaillement
et au phénomène de crushing.
Il est à noter que la base des données expérimentales sur l’effet de l’état de contrainte sur la
perméabilité est très limitée. Cependant, nos observations concernant l’effet de l’état de
contrainte de compression uniaxiale sur la perméabilité concordent avec celles observées en
compression triaxiale (confinée) sur les résultats obtenus par Meziani et Skoczylas (1999) et
Skoczylas (1999) (voir Figure 1.21).

65
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
2.2.3. Evolution de la perméabilité avec le niveau de chargement

Les résultats obtenus dans la phase pré-pic, autour du pic, puis en phase post-pic sont présentés et
discutés dans ce paragraphe.

Evolution de la perméabilité dans la phase pré-pic


Nous considérons ici la phase où les contraintes sont inférieures à 95 % de la contrainte
maximale (au pic). La Figure 2.15 montre l’évolution de la perméabilité relative, déterminée sous
chargement et après déchargement, avec la contrainte relative (maximale) subie au cours du
chargement mécanique. Cette perméabilité relative représente le rapport entre la perméabilité,
déterminée sous chargement ou après déchargement, et la perméabilité initiale. Les résultats
montrent l’existence de plusieurs phases caractéristiques d’évolution de la perméabilité.
(1) (2) (3)
1.5
1.4 sous chargement
perméabilité initiale

1.3 après déchargement


perméabilité /

1.2
1.1
1
0.9
0.8
0 0.2 0.4 0.6 0.8
contrainte subie / contrainte au pic

Figure 2.15: Evolution de la perméabilité relative, déterminée sous chargement et après


déchargement, avec la contrainte relative (maximale) subie au cours du chargement (les lignes
correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales obtenues sur quatre
éprouvettes; (1), (2), (3) correspondent aux phases caractéristiques d’évolution de la
perméabilité).

La première phase (1), révélant une légère diminution de la perméabilité, correspond à une plage
de contrainte jusqu’à 40 %-60 % de la contrainte maximale. La deuxième phase (2) représente
une légère augmentation de la perméabilité entre 40-60 % et 85 % de la contrainte maximale
(correspond à 70 % de la déformation au pic de contrainte, voir Figure 2.11). La troisième phase
(3) se distingue à partir de 85 % de la contrainte maximale jusqu’à 95 % de la contrainte
maximale lorsque la perméabilité augmente nettement. Nous présumons que la localisation de
fissuration n’a pas encore eu lieu dans cette phase.
Concernant la perméabilité déterminée après le déchargement, seulement deux phases
d’évolution peuvent être distinguées. La première où la perméabilité est quasiment constante
(phase (1) et (2)), et la deuxième où la perméabilité augmente à partir de 85 % de la contrainte
maximale (phase (3)).

66
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Ainsi, une tendance commune pour les évolutions de la perméabilité sous chargement et après
déchargement se dégage : son augmentation sensible a lieu à partir de 85 % de la contrainte
maximale (correspond à 70 % de la déformation au pic de contrainte, voir Figure 2.11).
Cette évolution de la perméabilité correspond à la détérioration progressive de la structure
poreuse du béton en compression uniaxiale et dans la phase pré-pic. En effet, les microfissures
non-orientées se développent aux interfaces pâte de ciment-granulat déjà à partir de 30 % de la
contrainte maximale, alors que les microfissures orientées commencent à se propager à travers la
pâte de ciment à partir de 75 %-85 % de la contrainte maximale (voir §1.1.1.2.). Cependant, nos
résultats (Figure 2.15) révèlent que la perméabilité reste plutôt insensible à la création des
premières microfissures à l’interface pâte-granulat. En fait, celles-ci ne sont pas connectées et ne
participent donc pas au flux. D’ailleurs, étant donné qu’un gravillon de type calcaire concassé
(poreux et adhérant bien au mortier) est utilisé, la présence des microfissures autour de ces
granulats est limitée (voir §1.1.1.1.2). De plus, dans cette phase (1) nous observons une légère
diminution de la perméabilité mesurée sous chargement. Cette légère diminution, suivie par une
légère augmentation de la perméabilité sous chargement rejoint le résultat présenté dans le
paragraphe précédent. Il s’agit notamment d’une conséquence du comportement volumique du
béton en compression uniaxiale. Ce comportement, obtenu sur le béton étudié dans la phase pré-
pic, est montré sur la Figure 2.16 dans le repère de la contrainte relative.

1,0

0,8
contrainte subie /
contrainte au pic

0,6

0,4
déformation axiale
0,2 déformation transversale
déformation volumique
0,0
-0,2% -0,1% 0,1% 0,2% 0,3%
déformation
Figure 2.16 : Comportement contrainte relative-déformation (axiale, transversale, volumique)
obtenu pendant un essai de perméabilité (courbes enveloppes).

Lorsque le comportement volumique est strictement contractant, la raideur « volumique »


correspond à la raideur initiale jusqu’à 40 %-60 % de la contrainte maximale (Figure 2.16). Dans
cette phase, qui correspond, par ailleurs, à la phase (1) de la Figure 2.15, les effets de la
refermeture des microfissures préexistantes sous chargement sont globalement prépondérants par
rapport à ceux de la nouvelle microfissuration créée sous chargement. En effet, la refermeture des
microfissures préexistantes provoque la diminution de la perméabilité sous chargement par
l’intermédiaire de la diminution de la taille des pores. Ce phénomène est mis en évidence à
travers l’évolution du coefficient β de Klinkenberg (Figure 2.17) qui est proportionnel à la finesse
moyenne du réseau poreux et donc inversement proportionnel à la taille des pores. Nous

67
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

remarquons que l’augmentation du coefficient β de Klinkenberg a lieu uniquement sous faible


chargement.
0,22

0,18
β (Pa)

0,14 sous chargement


après déchargement

0,10
0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0
contrainte subie / contrainte au pic

Figure 2.17 : Evolution du coefficient β de Klinkenberg d’une éprouvette représentative dans la


phase pré-pic.

Lorsque le comportement commence à tendre vers un comportement dilatant, un changement de


la raideur « volumique » est observé pour une contrainte de 40-60 % de la contrainte maximale
(marqué par un cercle en trait plein sur la Figure 2.16). En conséquence, suite aux effets de la
microfissuration aux interfaces pâte-granulat qui commence à devenir prépondérante par rapport
aux effets de la refermeture des microfissures préexistantes, la perméabilité augmente légèrement
dans la phase (2).
Etant donné que la refermeture des microfissures préexistantes est réversible et que les
microfissures créées dans les phases (1) et (2) se referment après déchargement, la perméabilité
mésurée après déchargement n’évolue pas jusqu’à 85 % de la contrainte maximale.
Cependant, à partir de 85 % de la contrainte maximale (qui correspond à 70 % de la déformation
au pic de contrainte) une augmentation sensible de la perméabilité déterminée sous chargement et
de la perméabilité déterminée après déchargement a lieu. Par ailleurs, la diminution du coefficient
de Klinkenberg à partir de 80-85 %, aussi bien sous chargement qu’après déchargement, illustre
une augmentation importante de la taille moyenne des pores (Figure 2.17). A ce niveau de
contrainte, la courbe contrainte-déformation commence à s’aplanir (voir Figure 2.16), ce qui est
lié à la baisse de la raideur de l’éprouvette en béton. De plus, dû à l’apparition par effet de
Poisson des microfissures à travers la pâte de ciment orientées parallèlement au chargement puis
connectées avec celles aux interfaces pâte-granulat, une augmentation très sensible de la
déformation transversale (d’extension) a lieu. Elle augmente si fortement que la dérivée de la
déformation volumique par rapport à la contrainte change de signe. En conséquence, le
comportement volumique contractant devient strictement dilatant. La contrainte, pour laquelle la
dérivée de la déformation volumique par rapport à la contrainte change de signe (ici proche de
80 % de la contrainte maximale, marqué par un cercle en trait pointillé sur la Figure 2.16), est
appelée contrainte critique ou contrainte de discontinuité (rapportée dans Sugiyama, 1994).
Ce niveau de contrainte est proche du seuil d’augmentation significative de la perméabilité,
comme il est observé sur nos résultats expérimentaux (Figure 2.15) et sur ceux de Sugiyama et al.

68
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
(1996) ou de Hearn et Lok (1998) (rappelés au paragraphe §1.2.3.1.). Cependant, Sugiyama et al.
(1996) ont remarqué que la contrainte critique peut être légèrement supérieure à celle
caractérisant le seuil d’augmentation significative de la perméabilité (Tableau 2.3). Ils expliquent
ce comportement par le fait que la connectivité peut être interceptée par le flux avant que le
changement dans le comportement volumique macroscopique ne soit marqué. Cependant, nous
remarquons un effet inverse sur les résultats obtenus. La contrainte critique est proche de 80 % de
la contrainte maximale, alors que la contrainte à partir de laquelle la perméabilité augmente est
proche de 85 % de la contrainte maximale.

Tableau 2.3 : Données de Sugiyama et al. (1996).

Lorsque la perméabilité augmente également significativement après déchargement, cela révèle


que les microfissures, créées au dessus de 85 % de la contrainte maximale, ne se referment pas
complètement après le déchargement. Or, ces résultats confirment les observations de Hearn
(1999), qui a remarqué que la perméabilité résiduelle (donc mesurée après déchargement) à l'eau
a été peu sensible à la microfissuration induite par le chargement en compression inférieur à 80 %
du chargement maximal, parce que les fissures formées en dessous de 80 % du chargement
maximal n’ont pas été susceptibles de former un réseau connecté après le déchargement.
En effet, nous pouvons considérer une contrainte proche de la contrainte critique pour un seuil
d’augmentation significative de la perméabilité et ainsi pour un indicateur de la microfissuration
connectée. Parmi d’autres indicateurs, le coefficient d’extension, défini comme le rapport entre la
déformation transversale et axiale a été souvent utilisé (Sugiyama, 1994). Dans la phase
élastique, il correspond au coefficient de Poisson. Nous observons sur la Figure 2.18, que ce
coefficient a tendance à augmenter fortement dès 60 % de la contrainte maximale (marqué par un
trait en pointillé sur la Figure 2.18). Ainsi, il ne correspond pas vraiment au seuil d’augmentation
de la perméabilité observé sur nos résultats expérimentaux et ne sera pas considéré par la suite.

69
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

1,0
contrainte subie / 0,8
contrainte au pic
0,6

0,4

0,2

0,0
0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6
coefficient d'extension
Figure 2.18 : Evolution du coefficient d’extension avec la contrainte.

Finalement, nous constatons que, pour un niveau de contrainte de compression habituel dans une
structure réelle qui n’excède pas 80 % de la contrainte maximale, l’évolution de la perméabilité
peut être négligée. La légère diminution de la perméabilité sous le chargement à l’intérieur de
cette phase peut être considérée pour apporter une marge supplémentaire de sécurité. Cependant,
à partir du chargement proche de 85 % du chargement maximal, une augmentation significative
de la perméabilité a lieu suite à la formation d’un réseau de microfissures connectées (connexion
des microfissures aux interfaces pâte-granulat avec celles de la pâte) qui se propage à travers le
béton. L’accroissement de la perméabilité est plus important sous chargement qu’après
déchargement où une refermeture partielle des fissures a probablement lieu.

70
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Evolution de la perméabilité jusqu’à la rupture
L’évolution complète de la perméabilité dans l’ensemble du comportement, de la phase pré-pic
jusqu’à la rupture, est présentée sur la Figure 2.19.

(1+2+3) (4) (5)


1000
perméabilité initiale

100
perméabilité /

10

sous chargement
1
après déchargement

0.1
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
déformation appliquée / déformation au pic

Figure 2.19 : Evolution de la perméabilité relative (sous chargement et après déchargement)


avec la déformation relative maximale (échelle logarithmique pour la perméabilité, les lignes
correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

Nous montrons l’évolution de la perméabilité relative, déterminée sous chargement et après


déchargement par rapport à la perméabilité initiale, en fonction de la déformation relative
maximale appliquée au cours du chargement. Bien qu’il était plus pertinent de représenter
l’évolution de la perméabilité dans le repère de la déformation transversale (d’extension), la
déformation axiale est considérée, car celle-ci a pu être déterminée en phase post-pic avec les
capteurs LVDT. Afin de mesurer des « grandes » déformations transversales, l’utilisation d’un
capteur à chaînette (voir, par exemple, Tognazzi, 1998) aurait probablement été plus adaptée,
mais celle-ci n’a pas pu être employée car non disponible au laboratoire.
La déformation axiale varie entre 0 et 3 fois la déformation au pic de la contrainte. Nous
observons que, dans cette gamme de déformations, la perméabilité change jusqu’à quatre ordres
de grandeur. L’évolution de la perméabilité reste modérée jusqu'au pic par rapport à l’évolution
dans la phase post-pic, où les macrofissures localisées naissantes augmentent considérablement la
perméabilité (Torrenti et al., 1999). Les résultats, présentés sur la Figure 2.19 à l’échelle du
comportement mécanique jusqu’à la rupture, soulignent l’apparition de plusieurs régimes
d’évolution de la perméabilité avec la déformation axiale, dont la présence reste indépendante de
l’état de contrainte. Ainsi, en déterminant les limites des régimes par les points d’inflexion de la
courbe d’évolution de la perméabilité, nous pouvons distinguer :
- un premier régime (1+2+3), où l’évolution de la perméabilité, à l’échelle du
comportement jusqu’à la rupture, reste relativement faible. Il est présent jusqu’à la
déformation axiale de compression de 90 % de la déformation au pic de contrainte, ce qui
correspond à 95 % de la contrainte au pic. A l’intérieur de ce régime, nous retrouvons les

71
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
phases d’évolution de la perméabilité en pré-pic, observées dans le paragraphe précèdent
(phases (1), (2) et (3)).
- le régime suivant (4), caractérisé par une augmentation rapide de la perméabilité, a lieu
lorsque la déformation axiale se trouve entre 90 % et 140 % de la déformation au pic de
contrainte. Il s'avère qu’au pic (pour la déformation relative égale à 1) la perméabilité
déterminée sous chargement est multipliée par cinq, alors que la perméabilité déterminée
après déchargement est multipliée par trois.
- le dernier régime (5), présent à partir de la déformation axiale de 140 % de la déformation
au pic de la contrainte, montre une augmentation de la perméabilité à une cinétique plus
faible par rapport au régime précédent.
Ces observations, au niveau de tendances générales, sont en accord avec les résultats
expérimentaux obtenus par d’autres auteurs, notamment avec ceux de Gérard (1996), qui a
remarqué que la perméabilité à l’eau des bétons tendus (traction « homogène », essai BIPEDE)
augmente de plusieurs ordres de grandeur (de 10 à 1000) au pic de contrainte. Cette augmentation
est directement corrélée à la création de macrofissures localisées (au pic de contrainte lors de la
traction). Cependant, dans le cas de la compression, l’amorçage de la localisation de la fissuration
(transition entre la microfissuration diffuse et la fissuration localisée) a lieu juste avant le pic (au
delà de 95 % de la contrainte au pic, Torrenti et al., 1991). Par contre, cette localisation étant
« plus progressive » en compression qu’en traction, la fissure n’est probablement pas traversante
au pic de contrainte en compression. Ainsi, l’augmentation de la perméabilité, observée au pic en
compression, reste largement inférieure à celle du BIPEDE. Par ailleurs, l’évolution de la
perméabilité au gaz, obtenue sur des disques sollicités en traction par fendage (Picandet, 2001 et
Wang et al., 1997) révèle également, dans le repère de déplacement transversal, la présence des
régimes caractéristiques d’évolution de la perméabilité, comme ceux observés sur nos résultats.
Nous rappelons que l’évolution de la perméabilité dans le régime (1+2+3) est due à la
contribution de la refermeture des microfissures préexistantes (1), de la microfissuration aux
interfaces pâte-granulat et peut-être déjà à l’amorçage de la microfissuration à travers la pâte (2)
et, enfin, à la propagation des microfissures à travers la pâte et leur interconnexion avec des
microfissures aux interfaces, ce qui mène à la formation des microfissures connectées dans le
béton (3). En conséquence, un écoulement du gaz a lieu à travers le milieu poreux et, de plus, par
des microfissures. Comme ce régime (1+2+3) a lieu avant 95 % de la contrainte au pic, la
localisation de la fissuration n’est pas encore atteinte. En effet, ces microfissures sont diffuses de
façon homogène dans le béton et sont plus ou moins orientées (Picandet, 2001). C’est pourquoi,
une variable représentant l’endommagement diffus (qui caractérise la densité de la
microfissuration diffuse) peut être utilisée afin de modéliser l’évolution de la perméabilité dans
ce régime « homogène » (Dormieux et Kondo, 2004 et Chatzigeorgiou et al., 2005). D’ailleurs,
les résultats expérimentaux obtenus par Picandet et al. (2001) vérifient également l’existence
d’une relation entre l’endommagement diffus et la perméabilité.
En ce qui concerne le régime (4), nous présumons que l’augmentation très importante de la
perméabilité est une conséquence de l’apparition des fissures localisées qui, en se propageant,
continuent à s’ouvrir et à interconnecter les microfissures créées précédemment. Lorsque
l’interconnexion totale est réalisée à l’approche de la rupture, des macrofissures localisées
traversantes se sont créées et seulement leur ouverture continue à évoluer. A notre avis, ce
phénomène a lieu dans le régime (5), où une diminution de la cinétique d’évolution de la
perméabilité apparaît. En effet, l’écart entre les évolutions de la perméabilité dans les régimes (4)
et (5) caractérise la contribution du facteur de la connectivité à l’évolution de la perméabilité.

72
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Comme les faciès de la rupture du béton étudié révèlent la rupture combinée inter-granulaire et
intra-granulaire (le granulat calcaire procure du béton une grande adhérence pâte-granulat, la
fissure peut donc traverser le granulat) (voir Figure 2.20), le facteur de la tortuosité est inférieur à
celui d’un béton à rupture inter-granulaire (comme par exemple le béton à granulat siliceux).

rupture rupture
inter-granulaire intra-granulaire

Figure 2.20 : Faciès de la rupture du béton.

Nous présumons que, dans les deux derniers régimes, suite à la localisation de la fissuration et la
formation des macrofissures traversantes, le mode d’écoulement du gaz à travers le milieu poreux
endommagé et fissuré change. Concernant le dernier régime, nous supposons que le flux devient
totalement tributaire de l’ouverture des macrofissures. En sachant que le flux s’organise selon des
chemins préférentiels, nous supposons qu’il devient indépendant du réseau des pores et des
microfissures créées antérieurement. En conséquence, la perméabilité du milieu fissuré dans ce
régime devient une fonction de l’ouverture des fissures selon la loi de Poiseuille. Par ailleurs, on
ne devrait plus utiliser le terme « perméabilité » dans ce cas ; il faudrait plutôt parler
« d’écoulement ».
Dans les cas des résultats obtenus par Gérard (1996) et par Picandet (2001), les auteurs ont
constaté qu’en traction, l’évolution de la perméabilité est gouvernée par l’ouverture de fissure
selon la loi de Poiseuille. En considérant que la contribution du matériau sain ou contenant des
petites fissures (à l’interface pâte-granulat) reste négligeable au flux par rapport à la contribution
de la fissure macroscopique, le modèle d’évolution de la perméabilité, proposé par
Gérard (1996), a permis de retrouver la plupart des tendances observées expérimentalement.
Cependant, nous pensons que l’évolution complète de la perméabilité dans les trois régimes n’est
peut-être pas représentée uniquement par la loi de Poiseuille. En particulier, le problème concerne
le premier régime, où l’ouverture de fissure n’intervient pas à l’échelle macroscopique. Dans le
cas du deuxième régime, il ne suffit pas de prendre en compte uniquement l’ouverture des

73
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
fissures, mais il faut considérer également la connectivité des microfissures. La recherche et
l’analyse d’une loi d’évolution de la perméabilité avec la microfissuration diffuse et la fissuration
localisée seront abordées dans le Chapitre 4.

2.3. Relation endommagement-état de contrainte-perméabilité

Comme il a été déjà rappelé précédemment (§1.2.5.2.2.) suivant l’analyse de Picandet et


al. (2001), il est davantage représentatif de caractériser l’évolution de la perméabilité due à la
microfissuration selon l’endommagement, plutôt qu’avec une déformation ou une contrainte.
L’endommagement n’est pas directement mesurable, mais un ordre de grandeur peut être donné
par différents types de mesure. Le premier correspond à l’identification du matériau à l’échelle de
la microstructure, où l’endommagement est associé à la densité surfacique de microfissures
(Lemaitre et Chaboche, 1996). Le deuxième se base sur la mesure de paramètres mécaniques ou
physiques globaux. Ils définissent l’endommagement à travers leur modification. En particulier, il
s’agit de mesures de caractéristiques mécaniques, comme le module d’élasticité (par la méthode
statique ou dynamique), la densité ou la résistivité.
Nous suivons ici la même procédure que Picandet et al. (2001) et déterminons l’endommagement
à partir de la variation du module d’élasticité du déchargement. Le module est déduit à partir des
courbes contrainte-déformation (Figure 2.11) et prend en compte la plasticité du matériau. Ainsi,
l’endommagement peut être déterminé suivant la relation :
E − ED
D= 0 (2.7)
E0
où E0 est le module initial (module de Young) et ED le module d’élasticité sécant du
déchargement du matériau endommagé. Il est mesuré entre 30 % et 60 % de la contrainte σD
atteinte à un niveau de chargement imposé (voir Figure 2.21).

Figure 2.21 : Détermination de l’endommagement.

74
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
Le résultat donné sur la Figure 2.22 montre l’évolution de la perméabilité relative du matériau
déchargé avec l’endommagement, évalué selon la relation (2.7).

perméabilité après déchargement /


perméabilité initiale 3

2.5

1.5

0.5
0 0.05 0.1 0.15 0.2
endommagement

Figure 2.22 : Variation du rapport entre la perméabilité après déchargement et la perméabilité


initiale en fonction de l’endommagement (la ligne correspond à la courbe d’ajustement des
données expérimentales).

Comme dans les travaux de Picandet et al. (2001), la dispersion des points est probablement due
à l’évaluation des modules du déchargement. Afin d’éviter cette dispersion, une autre méthode
d’évaluation de l’endommagement devrait être considérée. Notamment, l’évaluation à partir de la
courbe contrainte-déformation en valeurs adimensionnalisées par rapport à la valeur au pic, au
lieu de valeurs absolues, pourrait être une solution afin d’éviter la dispersion des propriétés du
matériau d’une éprouvette à l’autre.
La relation d’ajustement des données expérimentales (par la méthode des moindres carrés) est
celle proposée initialement par Bary (1996), puis appliquée par Picandet et al. (2001) :
k = k0 exp[(αD) β ] (2.8)
où k0 représente la perméabilité initiale et α , β sont les coefficients ajustés aux données
expérimentales. Cependant, les coefficients obtenus sont différents de ceux de Picandet et al.
(2001). Nous obtenons : α = 6,2 et β = 1,7, par rapport à α = 11,3 et β = 1,64 fixés par Picandet et
al. (2001), avec un coefficient de corrélation de 0,84. La différence des coefficients α , β entre
nos résultats et ceux de Picandet et al. (2001) peut s’expliquer par deux raisons principales.
- Premièrement, il s’agit de la variation de la zone de mesure de l’endommagement et de la
perméabilité sur l’éprouvette. Dans le cas de nos essais, l’endommagement a été évalué
uniquement sur une partie centrale de l’éprouvette, alors que la perméabilité a été
déterminée sur l’éprouvette entière. Concernant les essais de Picandet et al. (2001),
l’endommagement a été évalué sur une éprouvette entière, alors que la perméabilité
uniquement sur les tranches provenant de la partie centrale de l’éprouvette cylindrique
pleine.
- Deuxièmement, la géométrie d’écoulement est différente : nous avons mesuré la
perméabilité radiale, perpendiculaire au chargement, alors que Picandet et al. (2001) ont

75
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
mesuré la perméabilité dans le sens parallèle au chargement. Or, le chargement
mécanique, ainsi que le séchage, peuvent introduire une anisotropie de la perméabilité
(Burlion et al., 2003).
- Troisièmement, bien que la perméabilité soit mesurée parallèlement au plan de fissuration
dans le cas de nos essais et ceux de Picandet et al. (2001), les disques de Picandet et al.
(2001), moins épais que nos cylindres, ont davantage de chances d’être traversés de part
en part par une microfissure dont la longueur est d’une certaine manière reliée à la taille
des granulats.
Bien que les coefficients obtenus ne sont pas égaux à ceux de Picandet et al. (2001), nous
retrouvons qu’une fonction exponentielle du même type est bien adaptée aux points de mesures
obtenus et aux conditions d’origine à satisfaire (pas de seuil de la perméabilité en
endommagement). Toutefois, puisque cette relation n’est pas unique, on n’obtient pas une loi
universelle de comportement du matériau car il est difficile de s’affranchir d’effets structurels.
Nous avons relié l’endommagement, évalué à partir des modules du déchargement, avec la
perméabilité, déterminée également après déchargement. Cependant, nous nous apercevons que,
pour un endommagement, ne variant pas théoriquement entre les états chargé et déchargé, la
perméabilité à l’état chargé est différente de celle à l’état déchargé. En effet, l’état de contrainte
doit être pris en compte dans une loi d’évolution de la perméabilité. Pour cela, il est nécessaire
d’intégrer la contrainte ou la déformation dans loi d’évolution de la perméabilité. Cependant,
connaissant l’évolution de la perméabilité uniquement à l’état complètement déchargé (σ=0) ou
complètement chargé (σ=σmax), nous proposons d’indexer la perméabilité suivant cet état de
contrainte « limite ». Ainsi, la perméabilité peut s’écrire selon la relation :
β
⎪⎧k0 exp[(αD) ] si éprouvette déchargée, σ=0
k=⎨ (2.9)
[ ]
β
⎪⎩ k0 exp[(αD) ] [1 + C ( D)] si éprouvette chargée, σ=σmax
où [1+C(D)] est une fonction qui montre l’évolution du rapport entre la perméabilité du matériau
chargé et déchargé avec l’endommagement. Elle est montrée sur la Figure 2.23. Cette fonction est
déterminée à partir de la courbe présentée sur la Figure 2.13 et en connaissant la relation entre
l’endommagement et la déformation. Nous observons que ce rapport, ainsi que sa cinétique, ne
sont pas constants et deviennent plus importants lorsque l’endommagement augmente. Nous
proposons donc d’ajuster nos données expérimentales par une fonction puissance :
C ( D) = ( χD)γ (2.10)
où les coefficients χ et γ sont respectivement égaux à 6,5 et 1,9 avec un coefficient de
corrélation de 0,83. Avec cette approche, pour un endommagement donné, la perméabilité du
matériau chargé est supérieure à celle du matériau déchargé dans un rapport [1 + C ( D)] . Dans le
cadre de calcul du taux de fuite d’une structure, une légère diminution de la perméabilité
déterminée sous chargement peut être en effet considérée comme négligeable (marge de sécurité
supplémentaire).

76
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

perméabilité après déchargement


perméabilité sous chargement /
2.2
2
1.8
1.6
1.4
1.2
1
0.8
0 0.05 0.1 0.15 0.2
endommagement

Figure 2.23 : Evolution du rapport entre la perméabilité sous chargement et après déchargement
en fonction de l’endommagement (la ligne correspond à la courbe d’ajustement des données
expérimentales).

La relation proposée dans l’équation (2.9) ne peut s’appliquer que lorsque l’endommagement
reste diffus et homogène. Ainsi, elle n’est valide que dans la phase pré-pic pour un
endommagement correspondant à l’état mécanique du béton avant la localisation de la
fissuration.
On peut tenter de représenter l’évolution de la perméabilité pour un endommagement plus élevé
(en phase post-pic) évalué de la même façon que précédemment. Le résultat est présenté sur la
Figure 2.24. Effectivement, une corrélation entre la perméabilité et l’endommagement existe
toujours. Cependant, cette réponse, pour des forts endommagements, ne caractérise plus la
réponse au niveau du matériau. Elle devient la réponse de la structure dont le comportement n’est
plus homogène. On obtient ainsi l’évolution de la perméabilité structurelle avec
l’endommagement structurel. Cependant, cette relation ne peut pas être directement exploitée
pour la modélisation du comportement hydraulique du béton endommagé.

77
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Comportement homogène Comportement non-homogène


perméabilité après déchargement /
1000
perméabilité initiale

100

10

0.1
0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5 0.6 0.7 0.8
endommagement

Figure 2.24 : Variation de la perméabilité relative structurelle (après déchargement) avec


l’endommagement structurel (la ligne correspond à la courbe d’ajustement des données
expérimentales).

Dans le cas des simulations numériques effectuées pour le calcul d’une structure, l’application de
la relation (2.9) à chaque point matériel pourrait-elle représenter l’évolution de la perméabilité
structurelle observée sur la Figure 2.24 ? Nous soupçonnons que cette relation
phénoménologique n’est pas capable de représenter l’accroissement de la perméabilité lorsque les
fissures localisées commencent à s’ouvrir et le régime d’écoulement de Poiseuille s’établit. Si
c’était le cas, la perméabilité donnée par la relation exponentielle devrait tendre pour un
endommagement limite de 1 vers celle du milieu fissuré qui est donnée par la loi d’écoulement de
Poiseuille. Nous allons répondre à ces questions dans le Chapitre 4, où deux approches,
permettant d’établir une loi unique d’évolution de la perméabilité en fonction de la
microfissuration diffuse (décrite par l’endommagement diffus) et la macrofissuration localisée
(décrite par l’ouverture des fissures), seront présentées. Un autre paramètre, l’ouverture de
fissure, sera également intégré dans ces deux approches.

78
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________
CONCLUSIONS

Cette étude expérimentale a mis en évidence dans quelle mesure l’état de contrainte influence la
perméabilité. En effet, suite à la compétition entre la refermeture des microfissures préexistantes
et la création des nouvelles microfissures, la perméabilité déterminée sous un chargement
inférieur à 85 % du chargement maximal (en phase pré-pic) est plus petite que celle déterminée
après déchargement. Lorsque le chargement devient supérieur à 85 % du chargement maximal,
l'effet s’inverse : la perméabilité sous chargement devient plus grande qu’après déchargement.
Ces différences s’atténuent lorsque le béton devient fortement endommagé (en phase post-pic).
Toutefois, la relation entre la perméabilité sous chargement et la perméabilité après déchargement
n’est pas linéaire. En conséquence, la mesure de la perméabilité uniquement après déchargement,
ce qui ne présente a priori aucun intérêt industriel mais est souvent pratiqué par certains
chercheurs, risque de conduire à une mauvaise estimation de la perméabilité du béton d’ouvrage.
Nous avons observé que dans la phase pré-pic, plusieurs phases d'évolution de la perméabilité
apparaissent. Suite au changement du comportement volumique du béton sous la compression
uniaxiale, une légère diminution, suivie par une légère augmentation de la perméabilité est
observée. Cette phase correspond à la refermeture des microfissures préexistantes, puis à la
création de nouvelles microfissures qui ne sont pas encore interconnectées. A partir de 85 % du
chargement au pic, puis au pic, une nette augmentation de la perméabilité, déterminée sous
chargement et après déchargement, est constatée. Elle est attribuée à l’apparition de microfissures
continues à travers la pâte de ciment. Nous avons remarqué que le seuil d’augmentation de la
perméabilité (85 % de la contrainte au pic) est proche de la contrainte critique (80 % de la
contrainte au pic) pilotée par une déformation d’extension et donc étant une fonction des
microfissures parallèles à travers la pâte de ciment.
Les résultats ont mis en évidence que, dans la phase post-pic, la perméabilité augmente
significativement en raison de la croissance de l’ouverture et de la largeur (par la connectivité des
microfissures) des fissures macroscopiques. Ainsi, le flux à travers le milieu fissuré devient
tributaire de la macrofissuration, tout en restant indépendant du réseau poreux et de la
microfissuration. En effet, suite à la localisation de l’endommagement, la localisation du flux
apparaît.
Finalement, nous avons vérifié expérimentalement que l’évolution de la perméabilité peut être
corrélée avec l’évolution de l’endommagement. Cependant, la loi d’évolution de la perméabilité
avec l’endommagement (au niveau du comportement du matériau) reste valable uniquement
lorsque l’endommagement est diffus et homogène, donc en général faible (en phase pré-pic). Afin
de modéliser également l’accroissement de la perméabilité avec la macrofissuration localisée
(phase post-pic), un autre paramètre, l’ouverture de fissure, doit être intégré à notre avis dans la
loi d’évolution de la perméabilité.

79
CHAPITRE 2
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

80
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

CHAPITRE 3 :

ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION


ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE

INTRODUCTION

L’objectif de l’étude expérimentale présentée dans ce chapitre est de caractériser l’évolution de la


perméabilité sous température et sous chargement mécanique. Dans ce but, nous étudions dans un
premier temps l’effet de la température sur la perméabilité et, dans un second temps, l’interaction
entre les effets du chargement mécanique et de la température sur la perméabilité du béton.
D’autre part, nous nous intéressons également à l’évolution de la perméabilité sous température
après déchargement et, dans un cas particulier, après refroidissement.
Une des applications possibles de notre étude est de caractériser la perméabilité du béton dans les
conditions thermiques correspondant à un accident de type APRP de l’enceinte de confinement ;
nous étudions les effets de la température allant jusqu’à 150 °C. Nous supposons que cette
température provoque principalement un couplage thermo-mécanique vis-à-vis de la
perméabilité, le couplage thermo-chimique est moins important par rapport au comportement
sous une température d’incendie. Concernant l’évolution de la perméabilité sous une température
de l’ordre de 150 °C, peu de données sont actuellement disponibles (Lion et al., 2005).
Cependant, pour les effets des températures plus élevées (jusqu’à 700 °C), et plus
particulièrement de l’endommagement de la microstructure (principalement par déshydratation
chimique) sur la perméabilité résiduelle, une base de données expérimentales existe (voir, par
exemple, Tsimbrovska, 1998, Lion et al., 2005, Gawin et al., 2005, Dal Pont et al., 2005).
Concernant la vitesse de montée en température, nous choisissons une vitesse plutôt lente pour
éviter les phénomènes associés aux gradients thermiques (écaillage du béton). En conséquence,
nous négligeons les effets de gradients thermiques sur l’évolution de la perméabilité globale de
l’éprouvette et nous la mesurons sous une température uniformément distribuée à travers le
matériau.
Afin de pouvoir comparer les résultats obtenus sous des températures élevées avec ceux obtenus
à 20 °C (cf. Chapitre 2), nous réalisons les essais sur le même type d’éprouvettes. Il s’agit de
cylindres troués en béton ordinaire, séchés à 105 °C jusqu’à la masse constante. Les mesures de
perméabilité sont réalisées principalement sous température de 105 °C ou de 150 °C. Pour avoir
une évolution continue de la perméabilité sous température, des essais particuliers sont également
menés sous 40 °C, 60 °C, puis 80 °C.
Dans la première partie de ce chapitre, nous exposons le programme expérimental des essais.
Dans la deuxième partie, les résultats obtenus à l’issu de la campagne expérimentale sont
présentés et analysés. Enfin, dans le but de modéliser les effets de la température et du
chargement mécanique sur la perméabilité, nous proposons dans la dernière partie de ce chapitre
une loi d’évolution de la perméabilité.

81
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.1. Programme expérimental

3.1.1. Matériau étudié

Les éprouvettes cylindriques trouées en béton ordinaire, dont la composition, la géométrie, la


cure et les propriétés sont présentées dans le Chapitre 2 (cf. §2 .1.1.), sont utilisées dans cette
étude. De plus, des éprouvettes de même composition, mais séchées uniquement à 40 °C, sont
utilisées afin d’identifier certains paramètres microstructuraux (cf. §3.2.1.1.4.).

3.1.2. Dispositif expérimental

Le dispositif expérimental est identique à celui utilisé dans l’étude expérimentale présentée dans
le Chapitre 2 (§2 .1.2.). Cependant, dans la présente étude, la température d’essai générée par
l’enceinte climatique est régulée jusqu’à 150 °C, alors que l’humidité relative est constamment
maintenue proche de 0 %. Les mesures de la perméabilité sont réalisées en utilisant toujours
l’azote sec comme fluide de percolation.

3.1.3. Principe de détermination de la perméabilité au cours du chauffage

Pour un écoulement en conditions isothermes, la perméabilité apparente ka de l’éprouvette


cylindrique trouée chauffée à une température élevée T, peut être calculée à partir de
l’équation (1.21) :
⎛r ⎞
Qi ⋅ Pi ⋅ µ ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
ka = ⎝ r1 ⎠ (3.1)
(
π ⋅ H ⋅ Pi − Patm 2
2
)
où Pi (Pa), µ (Pa.s), Patm (Pa), r1 (m), r2 (m) et H (m) sont respectivement la pression absolue
d’injection, la viscosité dynamique de l’azote, la pression atmosphérique, le rayon intérieur, le
rayon extérieur et la hauteur de l’éprouvette (cf. Figure 2.1) déterminés à la température T. Avant
d’appliquer l’équation (3.1) pour déterminer la perméabilité apparente ka sous température, tous
les paramètres de cette équation doivent être déterminés à la température T. Cependant, dans
notre dispositif, seulement l’éprouvette et la cellule de la perméabilité se trouvent sous une
température T, alors que le circuit de gaz, le capteur de pression ainsi que le débitmètre, se
trouvent à la température ambiante Ta. En conséquence, le débit volumique mesuré en amont
Q(Ta) est déterminé à la température ambiante Ta et il ne représente pas le débit volumique réel
sous la température T de l’éprouvette.
Etant donné que les vitesses de percolation à travers le matériau se trouvant à la température T
sont faibles et que le gaz a une grande capacité calorifique, nous supposons qu’il atteint quasi
instantanément la température T lors de la percolation à travers le matériau. En appliquant le
principe de conservation de la masse et en considérant la variation de la surface du flux avec la
température comme négligeable, on obtient :
ρ i (Ta ) ⋅ Qi (Ta ) = ρ i (T ) ⋅ Qi (T ) (3.2)

où ρi et Qi sont respectivement la masse volumique et le débit du gaz à une température donnée.


Le gaz utilisé étant assimilé à un gaz parfait, la masse volumique peut s’écrire de la manière
suivante :

82
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

ρ (Ta )Ta = ρ (T )T (3.3)

Le débit volumique réel peut alors être déduit du débit volumique mesuré à la température
ambiante Ta :
T
Q (T ) = Q (Ta ) (3.4)
Ta

Finalement, en prenant en compte la dépendance de la viscosité du gaz µ avec la température T,


la perméabilité, déterminée sous la température T, s’écrit :
T ⎛r ⎞
Qi (Ta ) ⋅ ⋅ Pi ⋅ µ (T ) ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
Ta ⎝ r1 ⎠ (3.5)
k a (T ) =
(
π ⋅ H ⋅ Pi − Patm
2 2
)
La viscosité dynamique des gaz, contrairement aux liquides, augmente avec la température. Pour
l’azote, elle peut être déterminée suivant la relation (Handbook of chemistry and physics, 1977) :
109
1+
T + 273.15 293
µ (T ) = µ 20 (3.6)
293 109
1+
T + 273.15
Où µ20 est la viscosité à 20 °C prise égale à 1,74 ⋅ 10 −5 (Pa.s).
Les débitmètres massiques utilisés dans cette étude expérimentale sont étalonnés afin de convertir
un débit massique en un débit volumique normalisé (représentant des conditions normalisées :
pression P0 = 0,1013 MPa et température T0 = 0 °C). Afin que l’équation (3.6) puisse être
utilisée, le débit volumique Qi(Ta), déterminé à la pression d’injection Pi, a besoin d’être rectifié
vis-à-vis des conditions normalisées (P0, T0). L’application du principe de conservation de la
masse, déterminé pour différentes conditions de pression et de température, donne :
ρi (Ta , Pi ) ⋅ Qi (Ta , Pi ) = ρi (T0 , P0 ) ⋅ Qi (T0 , P0 ) (3.7)

En considérant le comportement du gaz comme parfait, le débit volumique Qi(Ta) peut être
calculé de la manière suivante :
M
⋅ P0 ⋅ Qi (T0 , P0 )
ρ i (T0 , P0 ) ⋅ Qi (T0 , P0 ) RT0 T P
Qi (Ta , Pi ) = = = Qi (T0 , P0 ) ⋅ a ⋅ 0 (3.8)
ρ i (Ta , Pi ) M
⋅ Pi T0 Pi
RTa

Dès lors que ce rectificatif concernant la mesure du débit volumique Q(Ta) en conditions
normalisées (P0, T0) est appliqué, similairement à l’équation (2.7), la perméabilité apparente au
cours du chauffage est calculée en insérant l’équation (3.8) dans (3.5) :
T ⎛r ⎞
Qi (T0 , P0 ) ⋅ P0 ⋅ ⋅ µ (T ) ⋅ ln⎜⎜ 2 ⎟⎟
T0 ⎝ r1 ⎠ (3.9)
k a (T ) =
(
π ⋅ H ⋅ Pi − Patm 2 2
)

83
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Comme à 20 °C, la perméabilité apparente ka à la température T nécessite d’être corrigée afin


d’obtenir une perméabilité intrinsèque. Dans le cas d’un écoulement laminaire, la correction
s’effectue par l’application de la relation de Klinkenberg sur plusieurs mesures de perméabilité
apparente ka à différentes pressions différentielles selon l’équation (1.32). Cependant, lorsque
l’écoulement est turbulent, la perméabilité intrinsèque kv est déterminée par l’application de
l’équation de Forchheimer selon la relation (1.39) sur plusieurs mesures de perméabilité
apparente ka à différentes pressions différentielles. Par la suite, la perméabilité intrinsèque, bien
qu’elle soit déterminée dans le cadre d’un écoulement laminaire (réponse ka(1/Pm) linéaire) ou
turbulent (réponse ka(1/Pm) non-linéaire), est appelée simplement la perméabilité.

3.1.4. Protocole expérimental

Concernant la mise en place de l’éprouvette, la plage des pressions différentielles considérées,


ainsi que la méthode de détermination de la perméabilité intrinsèque, nous poursuivons le
protocole expérimental présenté dans le Chapitre 2 (§ 2.1.4).
La procédure d’essai pour une éprouvette est la suivante :
- Initialement, suivant le protocole expérimental donné dans le paragraphe §2.1.4, la
perméabilité initiale à 20 °C est déterminée.
- La suite de l’essai comprend la mise en température de l’éprouvette dans l’enceinte
climatique. Le chauffage s’effectue sous un chargement de 4 kN (0,4 MPa) à une vitesse
constante de 10 °C/heure. Nous avons choisi la montée lente en température de chauffage
afin de minimiser les contraintes internes par effets différés (relaxation) et d’éviter les
problèmes d’écaillement dus au gradient thermique. Après le chauffage pendant
60 heures, durant lequel la stabilisation de la température à travers l’éprouvette est
atteinte1, la perméabilité, influencée uniquement par la température et appelée
perméabilité de référence2, est mesurée.
- Ensuite, les mesures de la perméabilité sont effectuées sous la température imposée
précédemment et à différents niveaux du chargement mécanique, suivant le protocole
expérimental donné en paragraphe §2.1.4.
Les paramètres enregistrés au cours de l’essai par la centrale d’acquisition sont les suivants :
temps, force et déplacement du vérin, pression d’injection, pression atmosphérique, débit et
signaux des capteurs LVDT et/ou des jauges de déformation. La température et l’humidité
relative sont également relevées.

1
Etant donné que nous n’avons pas utilisé de capteur de température au cœur de l’éprouvette,
nous avons vérifié la stabilisation de la température par la mesure du flux à 36 et 60 heures.
2
Dans le cas des résultats obtenus à 20 °C, auxquels nous allons comparer les résultats obtenus à
d’autres températures, la perméabilité de référence est égale à la perméabilité initiale.

84
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2. Présentation et analyse des résultats expérimentaux

Dans un premier temps, nous présentons les résultats des mesures de la perméabilité au gaz
effectuées sous température et, après refroidissement pour une des éprouvettes testées. Ensuite,
afin de caractériser l’évolution de la perméabilité avec la température, nous analysons l’évolution
de la structure poreuse du béton avec la température à travers les caractéristiques mesurées, telles
que les propriétés mécaniques, la porosité, la finesse du réseau poreux, la distribution de la taille
des pores et les caractéristiques minéralogiques.
Dans un second temps, l’évolution de la perméabilité sous température et en fonction du niveau
de chargement mécanique est caractérisée. De plus, nous montrons quelle est l’influence de l’état
de contrainte mécanique sur l’évolution de la perméabilité jusqu’à la rupture sous température.
Tous les résultats présentés sont obtenus sur quatre éprouvettes par température d’essai (pour 150
°C, trois éprouvettes sont testées sous température et une après montée en température et
refroidissement).

3.2.1. Evolution de la perméabilité avec la température

La Figure 3.1 montre l’évolution de la perméabilité relative (rapport entre la perméabilité de


référence et la perméabilité initiale) avec la température. Nous montrons ici les résultats des
mesures réalisées sous température (au cours du chauffage) pour toutes les éprouvettes. Afin de
vérifier la valeur de la perméabilité mesurée sous 105 °C et 150 °C après le chauffage pendant
60 heures, une autre mesure est effectuée après le déchargement de 20 % de la contrainte
maximale (cas sans endommagement mécanique). Pour obtenir une évolution continue de la
perméabilité sous température, les mesures sur une éprouvette sont menées sous 40 °C, 60 °C,
puis 80 °C. Les résultats obtenus mettent en évidence l’augmentation de la perméabilité avec la
température. Cet effet a lieu aussi bien pour des températures inférieures ou égales à celle du
séchage (105 °C), que pour une température jamais atteinte auparavant par le matériau (150 °C).

1,4 ép1(105) ép2(105) ép3(105) ép4(105)


ép1(150) ép2(150) ép3(150) ép4(150)
perméabilité de référence /
perméabilité initiale

1,2

0,8
105 150
0 20 40 60 80 100 120 140 160
température (°C)

Figure 3.1 : Evolution de la perméabilité sous température.

85
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Etant donné que les températures d’essais sont proches de la température de séchage, l’évolution
de la perméabilité, déterminée sous cette température par rapport à la perméabilité initiale, reste
relativement faible. Toutefois, l’amplitude de cette évolution concorde avec celle observée par
Lion et al. (2005), qui ont noté une augmentation de 14 % de la perméabilité (au gaz) sous la
température de 105 °C par rapport à la perméabilité initiale mesurée à 25 °C sur le mortier séché
préalablement à 60 °C. Par ailleurs, ils ont observé une augmentation de la perméabilité proche
de 300 % lorsque le matériau s’est trouvé sous la température de 200 °C.
Nous avons observé que, lorsque le matériau subit des cycles de chauffage jusqu’à 105 °C, la
perméabilité initiale est retrouvée après refroidissement. Cependant, contrairement aux
températures de 40 °C, 60 °C, 80 °C et 105 °C, nous avons trouvé que la perméabilité mesurée
après refroidissement à 20 °C sur une éprouvette qui a été chauffée à 150 °C est supérieure à la
perméabilité mesurée sur la même éprouvette sous 150 °C (jamais atteint auparavant par le
matériau) (voir Figure 3.2). Toutefois, les deux perméabilités, sous température et après
refroidissement, sont supérieures à celle mesurée à 20 °C. Il en est de même concernant les
perméabilités apparentes, comme il est montré sur la Figure 3.3. Ces remarques rejoignent celle
de Lion (2004) qui attribue les phénomènes observés aux conditions de chauffage des
éprouvettes. En effet, ses éprouvettes testées après refroidissement ont subi un traitement
thermique sans être sollicitées mécaniquement. Celles testées sous température ont subi durant le
chauffage une pression de confinement de 4 MPa, ce qui avait tendance à atténuer les
phénomènes de microfissuration thermique. Etant donné que nous observons ces résultats sur une
éprouvette pour des conditions identiques de chauffage, nous supposons qu’il doit être lié à un
autre phénomène, par exemple à un endommagement créé par refroidissement de l’éprouvette.
Cependant, comme nous avons refroidi l’éprouvette lentement, à une vitesse identique à celle
appliquée pour la montée en température, l’hypothèse de l’endommagement par refroidissement
est a priori exclue. Nous supposons alors que le phénomène de la succion capillaire (la variation
de la pression entre l’air et l’eau capillaire, voir, par exemple, Hubert, 2003) pourrait être
responsable de ces effets ; il est évoqué au paragraphe § 3.2.1.1.1. Toutefois, d’autres essais sont
nécessaires pour confirmer ou rejeter cette hypothèse.

1,4
perméabilité initiale

1,2
perméabilité /

1,0

0,8
20 150 (sous 150 (après
température) refroidissement)
température (°C)

Figure 3.2 : Evolution de la perméabilité intrinsèque relative


sous température et après refroidissement d’une éprouvette.

86
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

5,0E-16 T=20 °C
T=150 °C
T=150-20 °C
perméabilité apparente

4,0E-16
(m²)

3,0E-16

2,0E-16

1,0E-16
3 4 5 6 7
1/Pm(1/MPa)
Figure 3.3 : Evolution de la perméabilité apparente
sous température et après refroidissement d’une éprouvette.

Néanmoins, sur la Figure 3.2, nous observons que la perméabilité augmente au maximum de
24 % lorsqu’elle est mesurée après refroidissement sur le matériau ayant subi la température de
150 °C. Ces résultats sont similaires à ceux obtenus par Tsimbrovska (1998). Cet auteur a
observé que la perméabilité, mesurée après refroidissement sur un matériau porté auparavant à
200 °C, par rapport à la perméabilité (au gaz) mesurée après le séchage à 105 °C, a augmenté de
23 % pour un mortier ordinaire et de 57 % pour un béton ordinaire. Cependant, Lion et al. (2005)
ont observé qu’après le traitement à 150 °C, la perméabilité (au gaz) d’un mortier a augmenté
quasiment de 300 % par rapport à celle mesurée après le séchage à 60 °C. Ces différences dans
les amplitudes d’augmentation de la perméabilité, observées par différents auteurs, proviennent
probablement du fait que l’état de référence (fréquemment l’état après le séchage) auquel
l’évolution de la perméabilité est rapportée, n’est pas le même. Or, la température de séchage
influence la teneur en eau et l’état d’endommagement du matériau, ce qui influe par la suite sur la
perméabilité à l’état de référence.
A quoi est due l’augmentation de la perméabilité observée dans nos résultats
expérimentaux ? Comme nous l’avons évoqué dans le Chapitre 1 (§ 1.1.3.), parmi les
phénomènes les plus importants pouvant influencer la perméabilité figurent : la modification de
la teneur en eau due à l'évaporation de l'eau non-liée chimiquement (l’eau capillaire et une partie
de l’eau adsorbée) jusqu'à 120 °C (Noumowé, 1995), la décomposition chimique de la pâte de
ciment due à la perte de l'eau liée, la fissuration thermique provoquée par la dilatation thermique
différentielle de la pâte et des granulats, la dilatation thermique libre de l’ensemble de
l’éprouvette et le changement de pression interne des pores (Luccioni et al., 2002).
Nous rappelons que la source de la fissuration thermique (par l’incompatibilité thermique) est un
couplage thermo-mécanique. En effet, les déformations différentielles entre la pâte de ciment et
le granulat se créent par dilatation thermique (§1.1.3.1.). Lorsque le coefficient de dilatation de la
pâte est supérieur à celui de granulat, des fissures aux interfaces pâte-granulat se développent.
Pour la plupart des bétons, ce phénomène a lieu sous des températures de chauffage inférieures à
150 °C. Cependant, lorsque le coefficient de dilatation de la pâte devient inférieur à celui du
granulat, des fissures radiales dans la pâte se développent (voir Figure 1.8). En général, ce

87
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

phénomène a lieu pour des températures de chauffage supérieures à 150 °C, lorsque le retrait de
dessiccation par déshydratation du gel de C-S-H de la pâte s’active (couplage thermo-chimique,
voir §1.1.3.1.). Celle-ci conduit à la formation de produits anhydres et de l'eau libre qui s'évapore
pendant le chauffage. Ainsi, une modification de la porosité et de la distribution de la taille des
pores, mise en évidence après le traitement thermique (Diederichs, 1983 Tsimbrovska, 1998,
Vodak et al., 2005), a lieu. Par conséquent, de nouveaux chemins de percolation sont créés et
deviennent accessibles pour l'écoulement du gaz.
Dans le cas de nos éprouvettes, l’augmentation de la perméabilité observée sous 105 °C ne peut
être attribuée à une fissuration thermique, car le béton a déjà subi cette température pendant le
séchage. Comme une modification de la teneur en eau libre ne peut pas se produire à cette
température, un autre phénomène, réversible, doit se produire. Nous allons le mettre en évidence
par la suite (§3.2.1.1.2).
Comme l'augmentation de la perméabilité sous température de 150 °C et après refroidissement
est irréversible, elle doit être causée par un phénomène irréversible. Une microfissuration
thermique a probablement lieu. Mais pourquoi la perméabilité mesurée après refroidissement est
supérieure à celle mesurée sous température ? Nous allons répondre à cette question par
l’intermédiaire d’une analyse de la structure poreuse et des différentes caractéristiques du béton.

3.2.1.1. Identification des effets de la température sur la structure poreuse du béton

3.2.1.1.1. Propriétés mécaniques du béton sous température

Pour mettre en évidence les effets de la température sur la structure poreuse du béton, le
comportement et les propriétés mécaniques en compression uniaxiale sont analysés sous
température (pour quatre éprouvettes sous 105 °C et trois éprouvettes sous 150 °C) et également
après refroidissement (pour une éprouvette après le traitement sous 150 °C). Dans le
Tableau 3.1 nous présentons les valeurs de la résistance et de la déformation axiale (mécanique
de compression) au pic de contrainte obtenue à différentes températures. Nous observons que la
déformation au pic de contrainte augmente avec la température. De même, nous constatons que la
résistance augmente lorsqu’elle est mesurée sous la température. Cet effet a lieu uniquement sous
température. Après refroidissement, la résistance diminue ; ceci est observé dans les deux cas,
aussi bien sous 105 °C et 20 °C (après séchage à 105 °C, puis refroidi), que sous 150 °C et 20 °C
(après le traitement à 150 °C, puis refroidi, appelé 150 °C-20 °C).

Déformation au pic
Température (°C) Résistance (MPa)
de contrainte (-)
20 28,6 2,6.10-03
105 32,9 2,8.10-03
150 34,8 3,5.10-03
20 26,2 2,6.10-03
(après chauffage à 150 °C)

Tableau 3.1 : Résistance et déformation (mécanique) au pic de contrainte


obtenue à différentes températures.

88
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Nous supposons que ces résultats sont dus à la succion capillaire. Celle-ci met en dépression
l’eau capillaire et par réaction met en compression isotrope le squelette poreux du béton. La
dépression exerce un rôle de précontrainte, qui peut mener à une augmentation de la résistance du
béton sous température élevée (Burlion, 2005). En effet, étant donné qu’on part d’un état
précontraint, le domaine élastique se termine plus loin aussi bien en contrainte qu’en
déformation.
Nous présumons qu’une microfissuration thermique pourrait avoir lieu à 150 °C (aussi bien sous
température qu’après refroidissement). La perte du module d’élasticité pourrait être considérée
comme indicateur de la microfissuration thermique (endommagement) car, dans la plupart de cas
le module élastique, ainsi que la résistance en compression et le coefficient de Poisson ont
tendance à diminuer avec l’élévation de température (Noumowé, 1995, Xiao et Konig, 2004).
Cependant, nous supposons que ces paramètres ne diminuent qu’après refroidissement. En effet,
nous n’avons pas observé d’évolution nette du module d’élasticité sous température et
l’endommagement thermique n’a pas pu être ainsi déterminé. Néanmoins, après refroidissement,
une perte du module d’élasticité est apparue un peu plus marquée. Cependant, la représentativité
de ce résultat, observé sur une seule éprouvette, est discutable. Toutefois, nos observations
rejoignent celles de Weigler et Fischer (1972), rapportées par Noumowé (1995). Deux raisons
majeures peuvent expliquer ce comportement :
1. La rigidification éventuelle du gel de C-S-H et l’augmentation des forces de surface entre
les particules de gel peuvent se produire suite au départ de l’eau adsorbée à 150 °C.
Comme la compression isotrope du squelette poreux du béton par la succion capillaire
accroît cet effet, la baisse du module élastique avec la microfissuration thermique est alors
compensée.
2. L’orientation des fissures n’est pas vraiment la même lorsqu’elles sont créées sous
chargement en compression ou sous température. En effet, l’endommagement thermique
sous un chargement uniaxial ne peut pas être identifié, alors qu’un chargement isotrope
triaxial pourrait peut-être le mettre en évidence.

Comme les modifications de la microstructure du béton avec la température élevée n’ont pas pu
être identifiées à l’échelle macroscopique, d’autres techniques ont été employées afin de mettre
en évidence les effets de la température sur la microstructure du béton. Celles-ci sont présentées
dans les paragraphes suivants.

89
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.1.1.2. Effet de Klinkenberg sous température et après refroidissement

Une indication utile, car décrivant l’évolution de la structure poreuse du béton sous température,
est l’évolution du coefficient β (Pa) de Klinkenberg. Ce coefficient, qui est inversement
proportionnel au diamètre moyen des pores, peut être considéré comme un indicateur de la
finesse du réseau poreux (Picandet, 2001). Le problème réside dans le fait qu’il ne peut pas être
considéré comme intrinsèque lorsque la température augmente. En effet, avec la température,
l’agitation moléculaire des particules de gaz s’intensifie et le libre parcours moyen des molécules
de gaz augmente également. En conséquence, le phénomène de glissement (effet de Klinkenberg)
a tendance à augmenter avec la température, même lorsque le matériau testé ne subit pas de
modifications microstructurales (Lion, 2004).
L’évolution du coefficient de Klinkenberg, obtenue sur nos résultats expérimentaux, est montrée
sur la Figure 3.4. Nous observons une chute relative de 4 % du coefficient de Klinkenberg
à 105 °C par rapport à 20 °C. Une diminution est également observée sous température de 40 °C,
60 °C et de 80 °C ; elle implique une augmentation du diamètre moyen des pores. En
conséquence, nous pouvons admettre que l’augmentation de la perméabilité entre 20 °C et 105 °C
est probablement liée à un élargissement réversible des pores par dilatation. Cela signifie de plus
que la distribution de la taille des pores est également modifiée sous température entre 20 °C et
105 °C. La diminution du coefficient β de Klinkenberg montre que les modifications réversibles
de la structure poreuse (car les éprouvette ont été séchées à 105 °C) sont prépondérantes par
rapport au phénomène d’agitation moléculaire des particules de gaz. En effet, comme les
modifications de la structure poreuse du béton sous température contrôlent l’évolution du
coefficient de Klinkenberg, cet indicateur de la finesse du réseau poreux peut être considéré
comme un indicateur fiable jusqu’à 105 °C (voir Figure 3.4).
L’augmentation de la perméabilité à 150 °C doit alors être également reliée, au moins en partie, à
l’élargissement des pores. Cependant, nous n’observons pas de diminution du coefficient de
Klinkenberg à 150 °C ; au contraire, une augmentation de 20 % par rapport à 20 °C est notée.
Deux raisons peuvent expliquer ce résultat : soit la contribution des pores très fins, créés par les
effets de la température de 150 °C, est globalement plus importante par rapport à l’élargissement
des pores, soit le phénomène de l’agitation moléculaire à 150 °C devient prépondérant par
rapport aux modifications (réversibles et irréversibles) de la structure poreuse du béton.
Cependant, l’étude d’une éprouvette, testée sous 20 °C, ensuite sous 150 °C, puis après
refroidissement de 150 °C à 20 °C, montre que le coefficient de Klinkenberg après
refroidissement est supérieur à celui obtenu à 20 °C (avant le chauffage à 150 °C) et également
légèrement supérieur à celui obtenu sous la température de 150 °C (Figure 3.5). En conséquence,
nous pouvons attribuer l’augmentation de l’effet de Klinkenberg sous 150 °C et après
refroidissement (de 150 °C à 20 °C) aux modifications de la structure poreuse et non pas
uniquement au phénomène de l’agitation moléculaire dans le cas des mesures réalisées sous
température.

90
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

1,6 ép1(105) ép2(105) ép3(105) ép4(105)


ép1(150) ép2(150) ép3(150) ép4(150)

1,4
β / β initial

1,2

0,8
105 150
0 20 40 60 80 100 120 140 160
température (°C)

Figure 3.4 : Evolution avec la température du rapport entre le coefficient de Klinkenberg β


déterminée à une température donnée et le coefficient de Klinkenberg β initial à 20 °C.

0,3
β (Pa)

0,2

0,1
20 150 (sous 150 (après
température) refroidissement)
température (°C)

Figure 3.5 : Evolution du coefficient β de Klinkenberg avec la température


pour une éprouvette testée également après refroidissement.

91
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.1.1.3. Porosité et distribution de la taille des pores dans le béton après


refroidissement

Nous avons vu que la modification de la perméabilité et du coefficient de Klinkenberg est due


probablement à la modification de la structure poreuse du béton. Pour identifier les modifications
irréversibles (endommagement) de la structure poreuse du béton soumis à la température de
150 °C, une analyse de l’évolution de la porosité et de la distribution de la taille des pores dans le
béton est entreprise. Les mesures ont été effectuées à l’aide d’un porosimètre au mercure
(Micromeritics Instrument Corporation AUTOPORE IV 9500). La méthode de mesure consiste à
introduire dans le réseau poreux du mercure sous pression. En utilisant la loi de Laplace et un
modèle de pores cylindriques de diamètres équivalents, le diamètre moyen des pores est
calculé par :
4σ cos ϕ
d= (3.10)
P
où P est la pression d’injection du mercure, σ est la tension superficielle du mercure et ϕ est
l’angle de contact pour l’interface mercure-béton. La valeur de l’angle de contact utilisée est de
130 °. Cette méthode permet d’étudier les pores allant de 3 nm à 100 µm et elle s’applique sur le
matériau refroidi. Ainsi, elle ne permet pas de caractériser l’état de la structure poreuse du béton
lorsqu’il est soumis à une température élevée. C’est pourquoi, cette méthode nous permet de
comparer uniquement les porosités et les distributions de la taille des pores pour le béton refroidi
qui a subi la température de 105 °C (au cours du séchage) avec celui sous 150 °C (au cours du
chauffage pendant l’essai de la perméabilité).
La porosité capillaire obtenue à l’aide de la porosimétrie au mercure s’étend de 12,3 % pour le
béton qui a subi le séchage à 105 °C, à 14,9 % pour le béton qui a subi le traitement à 150 °C.

0,06 après séchage à 105 °C


après traitement à 150 °C
0,05
Log Intrusion Différentielle

0,04
(mL/g)

0,03

0,02

0,01

0
1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 1,E+04 1,E+05 1,E+06
diamètre de pores (nm)

Figure 3.6 : Distribution de la taille des pores obtenue par intrusion de mercure
pour le béton ayant subi le traitement à 105 °C ou 150 °C.

92
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

La Figure 3.6 montre les courbes de distribution différentielle des diamètres des pores du béton
qui a subi la température de 105 °C ou de 150 °C. Ces courbes mettent en évidence que,
indépendamment de la température subie, deux populations de pores capillaires apparaissent
majoritairement (distribution bimodale). La première population se situe autour de 10 nm
(premier pic), la deuxième population autour de 200-300 nm (deuxième pic). Le diamètre moyen
du premier pic reste constant avec la température, alors que le diamètre moyen de la deuxième
population de pores se décale légèrement pour 150 °C de 210 à 270 nm.
Pour le béton ayant subi la température de 150 °C, apparaît clairement une augmentation du
volume poreux cumulé pénétré par le mercure pour les pores de plus en plus fins de diamètre
compris entre 1000 nm et 20 nm (deuxième population) (Figure 3.7).

0,08 après séchage à 105 °C


après traitement à 150 °C
0,06
volume cumulé
(mL/g)

0,04

0,02

0
1,E+00 1,E+01 1,E+02 1,E+03 1,E+04 1,E+05 1,E+06
diamètre de pores (nm)

Figure 3.7 : Distribution du volume cumulé de mercure entrant dans les pores de plus en plus
fins (volume poreux) pour le béton ayant subi le traitement à 105 °C ou 150 °C.

Les résultats de la distribution des diamètres des pores et du volume cumulé sont en accord avec
ceux rapportés par Diderichs et al. (1983), Tsimbrovska (1998) et Vodak et al. (2004). En effet,
la première population de pores est propre à la pâte de ciment et n’apparaît pas lorsque la
température du traitement reste faible, comme le montre notre étude sur un béton ordinaire séché
à 40 °C (cf. Annexe B). Cependant, le séchage à 105 °C contribue déjà à modifier la distribution
de la taille des pores, alors que le traitement à 150 °C provoque la croissance de ces
modifications. La deuxième population de pores est propre au béton et au mortier, et est liée
essentiellement au départ de l’eau capillaire et à l’interface pâte-granulat (Tsimbrovska, 1998).
L’augmentation du volume et de la taille de ces pores après le traitement à 150 °C représente
alors, en partie, un endommagement thermique apparu suite à la dilatation thermique
différentielle de la pâte et des granulats (endommagement thermo-mécanique). Nous jugeons
également que, même après le séchage à 105 °C jusqu’à la masse constante, une certaine quantité
d’eau capillaire reste présente dans le béton, puis s’échappe lorsqu’il est soumis à 150 °C.
Mais que se passe-t-il avec la composition et la microstructure au niveau minéralogique et
chimique à 150 °C ? La structure des hydrates est-elle affectée par l’action de cette température ?
Nous allons tenter de répondre à ces questions dans les deux paragraphes suivants.

93
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.1.1.4. Analyse de phases de structures cristallines du béton après refroidissement


(DRX)

Afin de caractériser l’état microstructural du béton et mettre en évidence la présence éventuelle


d’un endommagement lié aux modifications minéralogique et chimique, la diffraction des rayons
X (DRX) a été employée. Par l’analyse des phases des structures cristallines, cette technique
permet notamment de déterminer la composition minérale du béton et, par l’intermédiaire d’une
étude comparative, de caractériser des modifications de celle-ci.
Pour que la diffraction ait lieu, la relation de Bragg doit être vérifiée. Elle s’écrit :
2d hkl sin θ = pλ (3.11)
où d hkl est la distance entre les plans réticulaires (hkl) de groupes des atomes et est intrinsèque à
une structure cristalline, h, k, l représentent les indices de Miller, θ est l’angle entre le faisceau
incident et la normale au plan (diffractant) réticulaire (hkl), p est l’ordre de l’interférence, alors
que λ est la longueur d’onde de la source du faisceau incident.
Les essais ont été réalisés sur un goniomètre SIEMENS de type D500 (description dans
l’Annexe A). Le rayonnement est celui du chrome avec une longueur d’onde λkαCu = 2,289 Å. Un
collimateur primaire de 5 mm a été utilisé ainsi que des fentes de Soller et une fente de réception
de 0,6°. La puissance du générateur a été choisie à 30 kV et 40 mA. Le signal est capté par un
détecteur à diode SiLi réglé sur l’énergie du chrome (5,42 keV et une fenêtre de 500 eV).
L’intervalle angulaire étudié varie de 2θ = 20 ° à 160 ° avec un pas de 0,2 ° et un temps de
comptage de 5 secondes par pas.
Comme nous l’avons déjà rappelé dans le Chapitre 1, entre 110-130 °C et 170 °C, la
décomposition du gypse (Noumowé, 1995, Alarcon-Ruiz et al., 2005) et de l’ettringite (Zhou et
Glasser, 2001), accompagnée de la perte d’une partie d’eau des carbo-aluminates hydratés
(Nonnet et al., 1999), peut avoir lieu. Cependant, suivant Baroghel-Bouny (1994), le gypse et
l’ettringite se déshydratent dès 80 °C. Selon ce même auteur, la température de déshydratation
des silicates de calcium hydraté (C-S-H) est mal connue et est dépendante de l’humidité relative,
mais à 105 °C la déshydratation a déjà commencé.
L’étude par diffraction des rayons X a été menée sur des échantillons prélevés dans le béton
séché à 105 °C, puis testé à la perméabilité sous une température de 105 °C ou 150 °C. Nous
avons également observé les effets de la température du séchage (105 °C) sur la détérioration du
béton. Pour cela, une analyse par diffraction des rayons X a été effectuée sur une éprouvette de
notre béton séchée uniquement à 40 °C.
Concernant une étude préliminaire, des essais ont été réalisés sur un échantillon massif et sur un
échantillon en poudre du béton séché à 40 °C. En effet, l’utilisation de la poudre permet
d’éliminer les effets de texture, qui pourraient éventuellement rendre l’interprétation difficile
voire erronée.
L’échantillon massif contient des petits granulats (gravillon calcaire et sable de Loire, riche en
calcaire), alors que l’échantillon en poudre ne contient quasiment que de la pâte de ciment et des
fines. La Figure 3.8 présente les diffractogrammes obtenus sur les deux échantillons.

94
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Ech. massif
8000 Ech. poudre

7000
intensité (coups/s)x5

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0
20 40 60 80 100 120 140 160
2θ (°)

Figure 3.8 : Diffractogrammes obtenus sur le béton séché à 40 °C


pour un échantillon massif et un échantillon en poudre.

Nous remarquons que les deux spectres révèlent les pics des raies de diffraction pour les mêmes
angles 2θ, mais les intensités des pics obtenus pour les deux échantillons sont légèrement
différentes. A quels composés correspondent ces raies de diffraction? Les seuls composés trouvés
sont : la portlandite (hydroxide de calcium Ca(OH)2) et la calcite (carbonate de calcium CaCO3).
Nous avons identifié également la présence de la vatérite (une autre forme de carbonate de
calcium CaCO3), mais en très petite quantité. Les autres composés (dont les C-S-H) sont soit en
quantité trop faible et inférieure au seuil de détection de la méthode utilisée, soit insuffisamment
cristallins pour être détectés. Une autre limite concerne certains composés (aluminates de calcium
hydraté, sulfoaluminates de calcium hydraté) qui n’ont pu être identifiés avec la base de données
disponibles (PCPDF).
Le diffractogramme obtenu sur l’échantillon en poudre est comparé avec le spectre théorique de
la portlandite et de la calcite (Figure 3.9). En comparant cette réponse avec les résultats montrés
sur la Figure 3.8, nous remarquons que, pour l’échantillon massif, l’intensité des pics dus à la
calcite est supérieure, ce qui s’explique par la présence de granulats calcaires dans l’échantillon
massif sur lequel le faisceau X doit être focalisé. Cependant, les pics concernant la portlandite
sont soit trop faibles pour que la différence soit significative et visible, soit groupés avec les pics
de la calcite, ce qui les rend délicats à commenter. Voulant caractériser les modifications de la
pâte de ciment (et pas des granulats) avec la température, tous les autres essais ont donc été
réalisés sur des échantillons en poudre.

95
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Figure 3.9 : Comparaison du diffractogramme obtenu sur le béton séché à 40 °C


(échantillon en poudre) avec les spectres théoriques de la portlandite (raies en cyan)
et de la calcite (raies en magenta).

Enfin, les échantillons en poudre, prélevés sur des éprouvettes séchées à 150 °C, puis testées à la
perméabilité sous température élevée, ont été soumis à la diffraction des rayons X. La Figure 3.10
montre les résultats obtenus pour les échantillons ayant subi un traitement thermique à 105 °C ou
150 °C. L’allure des spectres est similaire. De plus, ils rappellent ceux observés pour le béton
séché à 40 °C. Là encore, nous détectons uniquement la présence de la portlandite et de la calcite
(voir les raies théoriques sur la Figure 3.9). Cependant, les deux pics visibles (car séparés) de la
portlandite pour des valeurs de 2θ de 27,051 ° et 51,779 ° ont des intensités supérieures pour le
béton traité à 150 °C, ainsi que le pic de la raie 1 0 4 (h k l) de la calcite à 2θ de 44,330 °,
théoriquement la raie la plus intense de la calcite.

96
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

après traitement à 105 °C


8000
après traitement à 150 °C
7000
intensité (coups/s)x5

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0 44,330
20 40 60 80 100 120 140 160
27,051 51,779
2θ (°)

Figure 3.10 : Diffractogrammes obtenus sur le béton séché à 105 °C, puis testé à la perméabilité
à la température de 105 °C ou 150 °C (échantillons en poudre).

Afin de diminuer les problèmes d’une éventuelle hétérogénéité entre les différentes éprouvettes
utilisées, des diffractogrammes on été réalisés sur la même poudre du béton séché uniquement à
40 °C, dont une partie a été étuvée à 105 °C pendant 12 heures, et une autre à 150 °C pendant la
même durée. Les résultats sont montrés sur la Figure 3.11. Nous remarquons que, encore une
fois, les trois spectres obtenus sont très similaires. Entre 40 °C et 105 °C, quelques pics de la
calcite sont légèrement supérieurs pour 40 °C. A part cela, aucune différence quantifiable
n’existe entre 40 °C, 105 °C et 150 °C. Cela signifie que la température élevée, que ce soit
105 °C ou 150 °C, n’a pas modifié les caractéristiques cristallographiques du béton. Il est
possible que l’effet de la détérioration avec la température soit confondu avec l’effet du
vieillissement (au moment de ces essais, l’âge du béton est supérieur à un an), pendant laquelle la
carbonatation peut avoir lieu. Il s’agit d’une réaction de neutralisation (partielle ou totale) de la
portlandite, des silicates et des aluminates de calcium hydraté (dont l’ettringite) par l’acide
carbonique ou le gaz carbonique normalement présent dans l’air. Le produit de ces réactions est
le carbonate de calcium qui peut exister sous trois formes : calcite, vatérite (présent également en
petite quantité sur nos difractogrammes) ou aragonite, qui se transforment en calcite au cours du
temps (Baroghel-Bouny, 1994).

97
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

séchage 40 °C
8000 séchage 40 °C + étuve à 105°C
séchage 40 °C + étuve à 150°C
7000
intensité (coups/s)x5

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0
20 25 30 35 40 45 50 55 60
2θ (°)

Figure 3.11 : Diffractogrammes obtenus sur le béton séché à 40 °C,


puis à 105 °C et à 150 °C (échantillons en poudre).

Bien que la problématique d’incendie ne constitue pas le sujet de notre recherche, nous nous
intéressons dans cette analyse à la modification minéralogique et chimique du béton lorsqu’il est
soumis à une haute température. En même temps, cette étude nous permet de vérifier si les
composés principaux trouvés sont bien la portlandite et la calcite. Dans ce but, un échantillon de
la poudre, provenant du béton séché à 40 °C, a été soumis à un traitement à 500 °C et un autre à
900 °C. Pendant la durée des traitements de 4 heures, la masse des échantillons a été stabilisée.
Les spectres obtenus sont montrés respectivement sur les Figures 3.12 et 3.13. Effectivement,
après le traitement à 500 °C, la portlandite n'est plus visible et après 900 °C toute la calcite a
disparu. Les deux phénomènes sont accompagnés de l’apparition de la chaux (CaO).

98
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Figure 3.12 : Comparaison des diffractogrammes obtenus sur le béton séché à 40 °C ayant subi
la température de 150 °C, puis 500 °C (échantillons en poudre) avec les spectres théoriques
de la portlandite (raies en cyan) et de la calcite (raies en magenta).

Figure 3.13 : Comparaison des diffractogrammes obtenus sur le béton séché à 40 °C


ayant subi la température de 500 °C, puis 900 °C (échantillons en poudre)
avec le spectre théorique de la chaux (raies en cyan).

99
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.1.1.5. Caractérisation minéralogique du béton après refroidissement (ATG / ATD)

Afin de poursuivre l’étude des effets de la température sur la microstructure du béton, l’analyse
thermogravimétrique (ATG) et l’analyse thermique différentielle (ATD) ont été employées. Ces
techniques permettent d'évaluer la variation de la masse d'un échantillon en fonction de la
température et d’identifier ainsi certains composants du béton, en particulier les hydrates. Comme
dans le cas de la DRX, par l’intermédiaire d’une étude comparative, un état d’endommagement
thermique peut être identifié.
L’appareil utilisé (SETARAM) est équipé d’une thermo-balance de précision ±0,1 mg et d’une
pesée maximale de 100 g. Concernant nos essais, la température est programmée pour croître
jusqu’à 1100 °C avec une vitesse constante de 10 °C/min.
Les résultats présentés sur la Figure 3.14 et 3.15 montrent respectivement les thermogrammes de
l’ATG et l’ATD obtenus pour le béton séché à 105 °C, puis testé à la perméabilité sous une
température de 105 °C ou 150 °C. Pour les deux températures de traitement, les mêmes réponses
de caractère endothermique sont retrouvées. En effet, des réactions chimiques identiques ont lieu
pour les mêmes températures (position des pics de l’ATD reste inchangée). Le premier pic sur le
thermogramme ATD, situé autour de 70 °C, correspond à l’évaporation de l’eau libre, qui a
saturé le béton lorsqu’il a été maintenu avant l’essai dans une salle climatisée à 20 °C et 50 %
d’humidité relative. Le deuxième pic, se situant à 470 °C, témoigne de la décomposition de la
portlandite (Ca(OH)2), alors que le troisième pic, à 870 °C, manifeste de la décomposition de la
calcite (CaCO3). Toutes les réactions de décomposition sont accompagnées d’une perte de masse
correspondant à la perte d’eau pour la réaction de décomposition de la portlandite ou de gaz
carbonique dans le cas de la décomposition de la calcite. Les températures caractéristiques sont
en accord avec celles trouvées par d’autres auteurs (Baroghel-Bouny, 1994, Noumowé, 1995,
Tsimbrovska, 1998, Alarcon-Ruiz et al., 2005). Sensiblement, l’analyse ATG / ATD souligne les
mêmes tendances que celles observées à l’issue de la DRX.
Après analyse par la DRX et l’ATG / ATD, nous pouvons constater que le béton étudié dans la
gamme de températures considérées (jusqu’à 150 °C) n’est pas affecté par des modifications
chemo-minéralogiques. L’endommagement thermique, responsable de l’augmentation de la
perméabilité sous la température et après refroidissement, est alors dû uniquement à la
microfissuration par effets thermo-mécaniques (suite à la dilatation différentielle de la pâte de
ciment et des granulats), et non thermo-chimiques.

100
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

après traitement à 105 °C


perte de masse (mg/mg) 0.1 après traitement à 150 °C

-0.1

-0.2

-0.3

-0.4
200 400 600 800 1000
température (°C)

Figure 3.14 : Thermogramme de l’ATG pour le béton séché à 105 °C, puis testé
à la perméabilité sous une température de 105 °C ou 150 °C
(les lignes correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

après traitement à 105 °C


0.01 après traitement à 150 °C
vitesse de perte (mg/mg/min)

-0.01

-0.02

-0.03

-0.04
200 400 600 800 1000
température (°C)

Figure 3.15 : Thermogramme de l’ATD pour le béton séché à 105 °C, puis testé
à la perméabilité sous une température de 105 °C ou 150 °C
(les lignes correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

101
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.1.2. Considérations sur les effets de la température sur la perméabilité

A l’issue de l’analyse de l’identification des effets de la température sur la structure poreuse du


béton, nous distinguons trois principaux phénomènes, dont un (succion capillaire) que nous
considérons comme antagoniste aux deux autres, qui influencent la perméabilité du béton
lorsqu’il est soumis à une température élevée. Il s’agit de :
1. l’élargissement des pores
2. l’augmentation de la porosité capillaire
3. la succion capillaire
Le premier phénomène est lié à la dilatation du réseau poreux, qui mène à l’augmentation de la
taille des pores. Nous supposons que l’accès aux pores existants, mais isolés à l’état refroidi
devient possible par la réouverture des cloisons capillaires par l’intermédiaire de la dilatation
(Tsimbrovska, 1998, Lion, 2004). L’évolution du coefficient de Klinkenberg, fiable jusqu’à
105 °C, vérifie cette hypothèse.
L’augmentation de la porosité capillaire, mise en évidence par la porosimétrie au mercure,
témoigne de la microfissuration. La microfissuration thermique, par effets mécaniques, a lieu à
l’interface pâte de ciment-granulat suite à la dilatation différentielle des constituants du béton. Le
changement de la porosité est également dû au départ de l’eau capillaire.
Ces deux phénomènes contribuent à l’augmentation de la perméabilité du béton sous la
température à travers la création et l’augmentation de la taille des chemins d’écoulement dans le
béton.
Cependant, il existe en parallèle un autre phénomène favorisant la diminution de la perméabilité
sous température ; il apparaît aussi pendant la dessiccation, le séchage ou la desaturation du
béton. Il s’agit de la succion capillaire qui est d'autant plus élevée que les ménisques capillaires
sont petits, donc lorsque la teneur en eau est faible (voir, par exemple, Dullien, 1979). Par la mise
en compression isotrope du squelette poreux du béton par la succion capillaire, une réduction de
la taille des pores peut se produire. Cependant, la succion ne fait probablement que réduire les
deux premiers effets (élargissement des pores et création des pores) et elle ne peut pas les annuler
ou les dépasser car, pour qu’elle s’active, il faut que la taille des pores augmente au début par
dilatation. La contribution de la succion capillaire mène à un léger rétrécissement des pores
dilatés. Cette hypothèse est vérifiée par nos résultats expérimentaux obtenus sous 150 °C, mettant
en évidence que la perméabilité mesurée sous température est inférieure à celle mesurée après
refroidissement (mais toujours supérieure à celle mesurée à 20 °C) et que la résistance à la
compression augmente sous température. La succion représente ainsi un effet antagoniste induit
vis-à-vis de la perméabilité.
Finalement, à 105 °C, les effets de la température, tels que l’élargissement des pores et la succion
capillaire, sont entièrement réversibles. La succion s’active, mais l’eau ne s’échappe pas des
capillaires. C’est pourquoi, la perméabilité est entièrement rétablie après refroidissement, même
après plusieurs cycles de chauffage.
Sous 150 °C, les effets de la température, dont l’élargissement des pores, la création des
nouveaux pores (de dimension de pores capillaires) par la dilatation différentielle et le départ
d’eau capillaire, puis la succion capillaire, sont responsables de l’évolution de la perméabilité
sous température.

102
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Finalement, nous pouvons utiliser la relation phénoménologique (1.46) entre la température (T) et
la perméabilité (k) proposée par Bazant et Thonghutai (1978) et Gawin (2005). Nous ajustons les
paramètres sur nos résultats expérimentaux, ce qui donne :
k = k 0 exp[C T (T − T0 )] (3.12)
où k 0 est la perméabilité initiale à la température de référence T0 et C T est un paramètre du
matériau. Avec nos données expérimentales, nous avons : T0 = 20°C , C T = 0,001 (obtenu par la
méthode des moindres carrés). Le coefficient de corrélation des données expérimentales à cette
relation est de 0,75. Cette relation d’ajustement est présentée sur la Figure 3.16.

1.3
perméabilité de référence /

1.25
perméabilité initiale

1.2
1.15
1.1
1.05
1
0.95
0 20 40 60 80 100 120 140 160
température (°C)

Figure 3.16 : Evolution de la perméabilité avec la température


(la ligne correspond à la courbe d’ajustement des données expérimentales).

3.2.2. Evolution de la perméabilité avec la température et le chargement mécanique

Nous rappelons que dans cette étude nous nous intéressons à l’évolution de la perméabilité sous
température et au cours du chargement mécanique ainsi qu’après déchargement. L’évolution de la
perméabilité après refroidissement n’est pas considérée ici (cette étude, réalisée uniquement sur
une seule éprouvette, n’est pas représentative). A chaque fois, les résultats obtenus sous la
température de 105 °C ou de 150 °C sont comparés avec ceux obtenus sous la température
de 20 °C.
Les courbes type contrainte-déformation axiale de comportement mécanique, enregistrées
pendant les essais de perméabilité effectués sous température de 105 °C ou 150 °C, sont
présentées sur la Figure 3.17 (cf. Figure 2.11 pour le comportement sous 20 °C). Sur ces courbes
nous montrons uniquement la déformation axiale mécanique en compression, alors que la
déformation thermique jusqu’à 105 °C (pas de mesure à 150 °C à cause de la limitation de la
tenue des jauges) est montrée sur la Figure 3.18. Pour les essais réalisés sous 105 °C, le
comportement demeure encore relativement ductile et les mesures de perméabilité sont
accessibles dans la phase post-pic en continu. Cependant, sous 150 °C, le comportement
mécanique devient très fragile ; ceci limite les mesures de perméabilité dans la phase post-pic en
continu. Cette tendance du matériau à devenir plus fragile avec la température a été également

103
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

observée dans d’autres études (voir, par exemple, Noumowé, 1995). Comme le comportement est
instable, la rupture est fragile et il devient difficile de contrôler le chargement dans la phase post-
pic, pendant que plusieurs mesures de perméabilité nécessitent d’être effectuées.

40

30
contrainte
(MPa)

20

10

0
0,E+00 2,E-03 4,E-03 6,E-03 8,E-03
déformation axiale (mécanique)

(a)

40

30
contrainte
(MPa)

20

10

0
0,E+00 2,E-03 4,E-03 6,E-03 8,E-03
déformation axiale (mécanique)

(b)

Figure 3.17 : Courbes type contrainte-déformation axiale d’une éprouvette


obtenues à l’issu de l’essai de perméabilité à (a) 105 °C et (b) 150 °C.

104
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

6,E-04

déformation thermique
4,E-04

2,E-04 jauges axiales


jauges transversales

0,E+00
105
20 40 60 80 100 120
température (°C)

Figure 3.18 : Déformation thermique du béton.

3.2.2.1. Influence de l’état de contrainte sur la perméabilité

Afin de caractériser l’effet de l’état de contrainte sous température sur la perméabilité, nous
l’avons mesurée sous chargement mécanique et après déchargement. Là encore, différents
niveaux de chargement dans les phases pré-pic et post-pic du comportement mécanique ont été
considérés lorsque le comportement était stable. Les résultats présentés sur la Figure 3.19
montrent les perméabilités absolues des éprouvettes chargées, puis déchargées sous température
de 105 °C ou 150 °C, qui ont subi une certaine déformation axiale au cours du chargement
mécanique dans la phase pré-pic du comportement (voir Figure 3.16). Pour des raisons de
lisibilité du graphique, les résultats sont montrés sur deux éprouvettes représentatives par
température, mais tous les résultats sont similaires. Nous remarquons que, comme à 20 °C (voir
Figure 2.12), les évolutions de la perméabilité sous chargement et après déchargement sont très
proches malgré des amplitudes et des cinétiques différentes.

105
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

ép1(105)-sous chargement
2,1E-16 ép1(105)-après déchargement
ép2(105)-sous chargement
1,7E-16 ép2(105)-après déchargement
perméabilité (m²)

1,3E-16

9E-17

5E-17
0,0E+00 5,0E-04 1,0E-03 1,5E-03 2,0E-03 2,5E-03 3,0E-03
déformation axiale (mécanique)
(a)

ép1(150)-sous chargement
2,1E-16 ép1(150)-après déchargement
ép2(150)-sous chargement
1,7E-16 ép2(150)-après déchargement
perméabilité (m²)

1,3E-16

9E-17

5E-17
0,0E+00 5,0E-04 1,0E-03 1,5E-03 2,0E-03 2,5E-03 3,0E-03
déformation axiale (mécanique)
(b)

Figure 3.19 : Perméabilités chargées et déchargées pour plusieurs niveaux


du chargement mécanique subi à (a) 105 °C et (b) 150 °C
(résultats présentés pour deux éprouvettes représentatives par température).

A 105 °C, jusqu’à la déformation axiale proche de 2,1.10-3, et jusqu’à la déformation axiale
comprise entre 2,2.10-3 et 2,6.10-3 à 150 °C, la perméabilité déterminée après déchargement est
supérieure à la perméabilité mesurée sous chargement. Cependant, à partir de ce niveau seuil de
déformation axiale, l’effet s’inverse ; la perméabilité sous chargement devient supérieure à celle
après déchargement pour les deux températures. Le décalage de cette déformation seuil est dû à
la compensation de la déformation thermique qui augmente avec la température.
De plus, nous avons remarqué, que, comme à 20 °C, cet effet n’est pas uniquement présent sur
les perméabilités intrinsèques, mais également sur les perméabilités apparentes. En conséquence,
nous retrouvons les mêmes tendances que celles présentées sur la Figure 2.13.

106
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Les résultats présentés sur la Figure 3.20 montrent le rapport entre la perméabilité sous
chargement mécanique et après déchargement, obtenu pour différentes températures. Cette
évolution est rapportée en fonction de la déformation axiale relative maximale, appliquée au
cours du chargement mécanique. Nous remarquons que, pour les trois températures considérées,
ce rapport atteint son maximum, compris entre 2,5 et 3, juste au début de la phase post-pic pour
la déformation axiale avoisinant 110 %-120 % de la déformation au pic de la contrainte.
Ce rapport s’accroît avec la température car la différence entre la perméabilité sous chargement et
après déchargement devient plus prononcée sous température élevée, puis tend à devenir
constante dans la phase post-pic.
perméabilité après dechargement

3
perméabilité sous chargement /

à 20°C
2.5
à 105°C
à 150°C
2

1.5

0.5
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
déformation appliquée/ déformation au pic

Figure 3.20 : Evolution du rapport entre la perméabilité sous chargement et après déchargement
en fonction de la déformation axiale relative maximale appliquée pour trois températures
considérées (les lignes correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

Jusqu’à la déformation proche de 75-80 % de la déformation au pic de contrainte à 105 °C et


150 °C, ce rapport est inférieur à 1, ce qui souligne que la perméabilité, déterminée sous
chargement, est initialement inférieure à la perméabilité déterminée après déchargement.
Au delà de 75-80 % de la déformation au pic de la contrainte, ce rapport devient supérieur à 1.
Ces résultats sont donc sensiblement proches de ceux obtenus à 20 °C (voir §2.2.3.). Comme à
20 °C, nous traduisons l’effet de la légère diminution, puis l’augmentation de la perméabilité sous
105 °C et 150 °C par la compétition entre les effets d’écrasement de la porosité initiale (le
comportement est réversible après déchargement) et de la microfissuration d’origine mécanique
(le comportement n’est pas réversible, mais la refermeture des fissures est possible après
déchargement). Ce phénomène est contrôlé par le comportement volumique du béton sous la
compression uniaxiale qui est présenté dans le paragraphe suivant (voir §3.2.2.2.).
Les résultats, obtenus pour les trois températures considérées (Figure 3.20), révèlent la capacité
du matériau à rétablir la perméabilité suite à la refermeture des fissures après déchargement.
Cette capacité est significative dans la phase pré-pic et au début de la phase post-pic, puis décroît
fortement dans la phase post-pic pour le matériau fortement endommagé pour lequel la
refermeture des fissures ne devient que partielle (voir impossible). En effet, la perméabilité
mesurée sous chargement devient sensiblement égale à celle mesurée après déchargement.

107
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.2.2.2. Evolution de la perméabilité avec le chargement

Evolution de la perméabilité dans la phase pré-pic


Nous considérons ici la phase où les contraintes sont inférieures à 95 % de la contrainte
maximale (au pic). La Figure 3.21 montre l’évolution de la perméabilité relative, avec la
contrainte subie au cours du chargement dans la phase pré-pic du comportement mécanique. La
perméabilité relative représente le rapport entre la perméabilité sous chargement mécanique et
sous la température de 20 °C, 105 °C ou 150 °C, et la perméabilité de référence déterminée à
la même température mais sans chargement.
Les résultats obtenus révèlent des phases caractéristiques de l’évolution de la perméabilité avec la
contrainte dans la phase pré-pic. La présence de ces phases reste indépendante de la température.

(1) (2) (3)


perméabilité sous chargement /

1.6
perméabilité de référence

à T=20°C
1.4 à T=105°C
à T=150°C
1.2

0.8

0 0.2 0.4 0.6 0.8


contrainte subie / contrainte au pic

Figure 3.21 : Evolution de la perméabilité relative, déterminée sous chargement et après


déchargement, avec la contrainte relative (maximale) subie au cours du chargement
pour les trois températures considérées
(les lignes correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales ;
(1), (2), (3) correspondent aux phases caractéristiques d’évolution de la perméabilité).

La première phase (1), révélant une légère diminution de la perméabilité, correspond à une plage
de contrainte entre 0 % et 40 %-60 % de la contrainte maximale. La deuxième phase (2)
représente une légère diminution de la perméabilité entre 40-60 % et 80-85 % de la contrainte
maximale. La troisième phase (3) se distingue à partir de 80-85 % de la contrainte maximale
lorsque la perméabilité augmente nettement. Nous supposons que la localisation de la fissuration
n’a pas encore eu lieu dans cette phase.
Finalement, nous remarquons que ces phases sont identiques à celles à la température de 20 °C.
Ainsi, il est très important de noter que la température n’a pas d’effet sur l’évolution de la
perméabilité relative à l’état mécanique dans la phase pré-pic. Les explications des phénomènes

108
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

associés à l’évolution de la perméabilité dans le phase pré-pic sont similaires à celles rapportées
dans le paragraphe §2.2.2. sur les résultats d’essais conduits sous 20 °C. La présence de ces
phases s’explique donc par les modifications de la structure poreuse du béton sous la
compression uniaxiale, qui sont reliées au comportement volumique du béton. Comme les
évolutions de la perméabilité sont indépendantes de la température, nous supposons que
l’évolution du comportement volumique du béton ne doit pas être non plus affecté par la
température. Cette hypothèse est vérifiée sous 105 °C, comme le montre la Figure 3.22.
Identiquement à 20 °C (cf. Figure 2.16), le changement du comportement volumique a lieu
proche de 80 % de la contrainte au pic (marqué par un trait en pointillé sur la Figure 3.22).

1,0

0,8
contrainte au pic
contrainte /

0,6

0,4

0,2 déformation axiale


déformation transversale
déformation volumique
0,0
-2,E-03 -1,E-03 0,E+00 1,E-03 2,E-03 3,E-03
déformation

Figure 3.22 : Réponse type en contrainte-déformation (axiale, transversale, volumique)


d’une éprouvette sous 105 °C (obtenue à l’issue d’un essai de perméabilité).

109
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Phase pré-pic, pic et phase post-pic


Les résultats présentés dans la Figure 3.23 montrent l'évolution totale de la perméabilité relative
(rapport entre la perméabilité à 20 °C, 105 °C ou 150 °C et la perméabilité initiale à 20 °C) sous
chargement et après déchargement en fonction de la déformation relative maximale appliquée
pour les trois températures considérées.

(1+2+3) (4) (5)


4
10

1000
perméabilité initiale
perméabilité /

100
sous chargement à 20°C
10 après déchargement à 20°C
sous chargement à 105°C
après déchargement à 105°C
1 sous chargement à 150°C
après déchargement à 150°C
0.1
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3 3.5
déformation appliquée / déformation au pic

Figure 3.23 : Evolution totale de la perméabilité relative (sous chargement et après


déchargement) avec la déformation relative maximale pour trois températures
(échelle logarithmique pour la perméabilité,
les lignes correspondent aux courbes d’ajustement des données expérimentales).

Nous observons que les perméabilités deviennent plus importantes avec la température. Ce
phénomène peut s’expliquer par la température qui rend le comportement du béton plus fragile.
En effet, lorsque l’essai est réalisé sous 20 °C, le réseau de plusieurs macrofissures, parallèles au
chargement, est facilement discernable à la rupture qui est plutôt ductile (Figure 3.24 (a)).
Cependant, sous 150 °C, une seule macrofissure traverse généralement l’éprouvette (Figure 3.24
(c)) et la rupture est brutale. De plus, la formation nette d’un plan de cisaillement est remarquée.
Sous 105 °C, nous avons observé les deux modes de rupture de manière aléatoire. Néanmoins,
dans la plupart des cas (trois fois sur quatre), la rupture a été plus proche de celle observée sous
20 °C (Figure 3.24 (b)).

110
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

(a) (b) (c)

Figure 3.24 : Eprouvettes à la rupture par compression uniaxiale sous température de


(a) 20 °C (b) 105 °C et (c) 150 °C.

Ces observations prouvent que la microfissuration diffuse sous une température élevée est moins
développée, que des macrofissures traversantes apparaissent plus tôt et qu’elles ont des
ouvertures plus importantes qu’à 20 °C. En conséquence, la perméabilité (ou plutôt le flux) du
matériau avec des grandes macrofissures (sous une température élevée) devient plus importante
que celle du matériau comportant des microfissures ou macrofissures plus fines (sous 20 °C).
Cette hypothèse se justifie par l’effet de la constrictivité des chemins d’écoulement et s’explique
par la loi de Poiseuille.
Au delà, nous notons que la cinétique de la perméabilité augmente également avec la
température. A 105 °C, bien que cette température ait été appliquée à tous les spécimens pendant
le séchage, la cinétique de la perméabilité est plus grande qu’à 20 °C. A 150 °C, la perméabilité
n'a pu être mesurée en continu dans la phase post-pic en raison de la fragilité du béton. En effet,
les mesures de la perméabilité ont été effectuées jusqu’au pic, puis à la rupture. Nous avons
interpolé ces résultats par une courbe d’ajustement (lissage) entre le pic et la rupture, en
supposant que sa forme ne devrait pas être très différente de celle observée à d’autres
températures, notamment à 105 °C et 20 °C. En conséquence, nous observons que cette cinétique
de l’évolution de la perméabilité à 150 °C est plus grande qu’à 20 °C et 105 °C. Cependant,
comme on a pu mesurer la déformation axiale à la rupture sous 150 °C sur une et une seule
éprouvette (pour d’autres éprouvettes les capteurs de déplacement ont été saturés à la rupture
sous 150 °C), ce résultat a besoin d’être vérifié par d’autres essais.
Les évolutions de la perméabilité, obtenues à 105 °C et 150 °C, soulignent la présence de
plusieurs régimes d’évolution de la perméabilité avec la déformation axiale. Ces cinq régimes
(Figure 3.23) apparaissent indépendamment de la température et de l’état de contrainte ; ils
correspondent donc sensiblement à ceux observés à 20 °C. Ils sont reliés à la création des
microfissures diffuses dans la phase pré-pic qui, par coalescence, se localisent pour former des
fissures localisées macroscopiques se propageant dans la phase post-pic. Pour plus
d’explications, voir §2.2.3.
Toutefois, nous observons que dans des conditions d’essai particulières (béton séché à 105 °C,
température d’essai 150 °C au maximum), les effets du chargement mécanique sont
prépondérants par rapport à ceux de la température.

111
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.3. Relation endommagement-température-perméabilité

Etant donné que la température à de faibles niveaux (tel que 150 °C) provoque plutôt un
endommagement diffus (microfissuration à l’interface pâte-granulat) et que la localisation de la
fissuration a lieu juste avant le pic de contrainte, nous allons tenter d’établir, sur la base de nos
résultats expérimentaux, une relation entre les effets de la température et de l’endommagement
diffus sur la perméabilité. Comme l’effet de l’état de contrainte peut être découplé de la relation
de l’évolution de la perméabilité (voir §2.3.), son influence n’est pas considérée dans cette
analyse. Seule l’évolution de la perméabilité après déchargement est donc prise en compte.
L’endommagement est déterminé à partir de la variation du module d’élasticité du déchargement.
L’endommagement thermique, identifié pourtant à 150 °C, est difficilement quantifiable à partir
de la variation du module d’élasticité du déchargement en compression. Cela peut être attribué au
fait que l’orientation des fissures n’est pas vraiment la même sous chargement en compression et
sous température. En effet, nous n’identifions pas d’endommagement sous un chargement
uniaxial, alors qu’un chargement isotrope triaxial pourrait peut-être le mettre en évidence.
Toutefois, dans le cas de nos essais, l’endommagement thermique est nettement plus faible par
rapport à celui dû au chargement mécanique. Par conséquent, l’endommagement calculé
correspond uniquement à un endommagement mécanique.
Sur la Figure 3.25, les évolutions de la perméabilité relative en fonction de l’endommagement
calculé pour chaque éprouvette sous température de 20 °C, 105 °C ou 150 °C (selon la méthode
décrite dans le paragraphe §2.3.) sont présentées. La perméabilité relative à l’état mécanique est
obtenue comme le rapport entre la perméabilité après déchargement et la perméabilité de
référence à la même température. Nous observons que les évolutions de ces perméabilités
relatives, déterminées pour différentes températures, suivent une même évolution représentée par
la courbe principale sur la Figure 3.25. Cette évolution se révèle donc être indépendante de la
température.
perméabilité après déchargement /

3
à 20 °C
perméabilité de référence

2.5 à 105 °C
à 150 °C
2

1.5

0.5
0 0.02 0.04 0.06 0.08 0.1 0.12 0.14 0.16
endommagement

Figure 3.25 : Evolutions de la perméabilité relative à l’état mécanique avec l’endommagement


déterminée pour les trois températures considérées
(la ligne correspond à la courbe d’ajustement des données expérimentales).

112
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

Quant aux effets de la température sur la perméabilité, nous proposons de maintenir la relation
proposée dans l’équation (3.12) : k = k 0 exp[C T (T − T0 )] . En particulier, nous nous apercevons que
cette relation reste valable indépendamment de l’endommagement (voir Figure 3.26).

à l'endommagement de 0.05
1.2 à l'endommagement de 0.07
à l'endommagement de 0.10
perméabilité de référence /

à l'endommagement de 0.12
1.15
perméabilité initiale

sans endommagement mécanique

1.1

1.05

0.95
0 20 40 60 80 100 120 140 160
température (°C)

Figure 3.26 : Evolution d’une perméabilité relative avec la température déterminée


pour les trois températures considérées
(la ligne correspond à la courbe d’ajustement des données expérimentales).

L’identification de deux relations montrées respectivement sur la Figure 3.25 et 3.26,


indépendante l’une de l’autre, nous permet de faire l’hypothèse que, pour l’estimation de
l’évolution de la perméabilité du béton, les effets de l’endommagement et de la température
peuvent être découplés. Ainsi, nous proposons la loi d’évolution de la perméabilité avec
l’endommagement et la température (Choinska et al., 2006) :
k = k0 f ( D ) g (T ) (3.13)
où k 0 est la perméabilité initiale à la température de référence T0 et avant toute sollicitation
mécanique, f (D) est une fonction de l’endommagement, alors que g (T ) est une fonction de la
température. Sur la base de nos résultats expérimentaux, nous proposons pour la première
fonction :
f ( D) = exp[(αD) β ] (3.14)
avec α = 6,3 et β = 1,5. Le coefficient de corrélation des données expérimentales à cette fonction
est de 0,79.
La fonction de température est donnée par la relation suivante :
g (T ) = exp[CT (T − T0 )] (3.15)
avec CT = 0,001 et T0 = 20°C . Le coefficient de corrélation de la moyenne des données
expérimentales à cette fonction est de 0,96.
Par ailleurs, le format de cette loi d’interaction, ajustée sur nos résultats expérimentaux, est en
accord avec celle proposée par Gawin et al. (2002) (voir (1.48)).

113
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

3.3.1. Considération sur la validité de la relation endommagement-température-


perméabilité

La loi d’interaction proposée se base sur un endommagement d’origine mécanique. Cependant,


les autres auteurs, notamment Gawin et al. (2005) et Dal Pont et al. (2005) proposent une loi
d’interaction (1.55), qui est du même type que la relation (3.14), mais qui s’applique à un
endommagement d’origine thermique (thermo-chimique et / ou thermo-mécanique). En effet,
nous présumons que les effets couplés de tout endommagement, comme mécanique, thermique
(séchage ou d’autres traitements thermiques) ou chimique (décomposition minéralogique,
dégradation chimique par les acides, sulfates ou décalcification), peuvent être finalement
considérés par une relation unique vis-à-vis de la perméabilité. Un endommagement unique,
relatif toutefois à une porosité (au sens d’endommagement de Mazars, 1984), contrôle la
perméabilité. Cependant, comme l’endommagement est irréversible, il n’est pas capable de
représenter l’influence des phénomènes réversibles sur la perméabilité. Il s’agit, entre autres, de
l’état de contrainte, de l’effet du changement de la taille des pores sous température ou de l’effet
de départ de l’eau libre. C’est pourquoi ces paramètres, en plus de l’endommagement, nécessitent
d’être pris en compte à notre avis lorsque l’évolution complète de la perméabilité doit être
établie.

3.3.2. Limite d’application de la relation endommagement-température-perméabilité

La loi d’interaction proposée dans (3.13) ne reste valable que pour des endommagements diffus
et par conséquent s’applique uniquement dans la phase pré-pic. Afin de modéliser, puis
représenter correctement l’accroissement de la perméabilité au pic et dans la phase post-pic du
comportement du béton d’une structure, la prise en compte de l’ouverture de fissure dans la loi
d’évolution de la perméabilité est indispensable. La modélisation proposée dans le Chapitre 4 se
révèle capitale pour cela. Nous rappelons qu’elle permettra de relier l’endommagement diffus
avec l’ouverture de fissure et, par conséquent, la perméabilité du milieu microfissuré avec celle
du milieu macrofissuré.

3.3.3. Considération sur la validité du découplage dans la phase post-pic

Nous présumons que le découplage reste valide uniquement lorsque l’endommagement est faible
et diffus de façon homogène dans le matériau. Comme nous l’avons remarqué sur nos résultats
expérimentaux, la fissuration dans la phase post-pic, ainsi que le mode de rupture, deviennent
affectés par la température. En effet, dû à ce couplage thermo-mécanique, les effets de la
température et de la fissuration ne peuvent pas être découplés pour l’estimation de l’évolution de
la perméabilité.

114
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

CONCLUSIONS

Ce chapitre présente nos travaux concernant l’évolution de la perméabilité avec la température,


puis simultanément avec la température et le chargement mécanique. Les mesures de la
perméabilité ont été réalisées sous température, sous chargement mécanique et après
déchargement. En outre, des mesures ont été réalisées sur une éprouvette après refroidissement.
De manière générale, nous avons remarqué que la température induit une augmentation de la
perméabilité. Cependant, dû au fait que le béton a été séché avant l’essai de perméabilité à
105 °C et les essais ont été effectués au maximum sous 150 °C, l’évolution de la perméabilité
s’est montrée assez faible.
A l’issue de l’analyse de l’identification des effets de la température sur la structure poreuse du
béton, nous avons pu distinguer trois principaux phénomènes, dont un antagoniste, qui influence
la perméabilité du béton lorsqu’il est soumis à une température élevée. Il s’agit de l’augmentation
de la porosité capillaire, de l’élargissement des pores et de la succion capillaire qui ont lieu par
les effets de la dilatation thermique du béton. Les deux premiers phénomènes contribuent à
l’augmentation de la perméabilité du béton sous la température à travers la création et
l’augmentation de la taille de chemins d’écoulement dans le béton. La succion ne fait que
diminuer les deux premiers effets et elle ne peut pas les annuler ou les dépasser, car pour qu’elle
s’active, il faut que la taille des pores augmente au début par dilatation.
Concernant l’évolution de la perméabilité avec la température et le chargement mécanique, nous
avons observé que les effets du chargement sont prépondérants par rapport à ceux de la
température. Les effets du chargement mécanique ont été caractérisés par un endommagement,
déterminé comme une perte relative du module de déchargement sous température.
Nous avons remarqué que les effets de la température et de l’endommagement peuvent être
découplés afin d’estimer la perméabilité. Par conséquent, dans la loi d’interaction proposée sur la
base de nos résultats expérimentaux, l’évolution de la perméabilité relative à l’état mécanique
paraît indépendante de la température. De même, l’évolution de la perméabilité relative à la
température se montre indépendante par rapport à l’endommagement.
Etant donné que les conditions des essais réalisés sont particulières, cette loi d’interaction
nécessite d’être vérifiée sur d’autres bétons et sur une plage plus large de températures. Elle ne
s’applique que lorsque le matériau est endommagé de façon homogène. En effet, elle est valable
avant le pic de contrainte.

115
CHAPITRE 3
ETUDE EXPERIMENTALE DE L’INTERACTION ENDOMMAGEMENT-FISSURATION-TEMPERATURE-PERMEABILITE
________________________________________________________________________________________________________

116
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

CHAPITRE 4 :

CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE


AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE

INTRODUCTION :
Vers une loi d’évolution de la perméabilité
avec l’endommagement et l’ouverture de fissure

Dans les deux chapitres précédents, nous avons montré les résultats expérimentaux mettant en
évidence l’évolution de la perméabilité du béton avec les effets des sollicitations mécaniques, de
la température et des deux contraintes simultanément. Les sollicitations mécaniques et
thermiques ont pour point commun (vis-à-vis de la perméabilité) de provoquer la fissuration du
béton. En effet, nous avons observé que les effets de l’endommagement (microfissuration
diffuse) et de la température peuvent être découplés, au moins dans la phase pré-pic, pour
l’estimation de l'évolution de la perméabilité. Cependant, la loi d’évolution proposée (voir (2.8)
ou (3.14)), basée sur une approche continue (voir §1.2.5.2.), ne peut s’appliquer que lorsque le
matériau est endommagé de façon homogène. Par conséquent, cette loi d’évolution de la
perméabilité est valable avant le pic de contrainte, donc pour des endommagements modérés dus
à une microfissuration diffuse. Cependant, aussi bien pour une éprouvette étudiée
expérimentalement en laboratoire que pour un ouvrage réel, en particulier une enceinte de
confinement de centrale nucléaire, les régimes de microfissuration diffuse et de fissuration
localisée peuvent se succéder ou se superposer selon le type de chargement et selon la partie de la
structure considérée.
Dans cette étude, nous souhaitons caractériser, par l’intermédiaire d’une modélisation unique,
divers régimes d’évolution de la perméabilité observés dans les phases de microfissuration et de
macrofissuration (voir Figures 2.19 et 3.23). Pour cela, il est indispensable de déterminer un
paramètre capable de caractériser l’évolution de la perméabilité avec l’état mécanique du
matériau dans le processus de rupture du béton. L’existence d’un et un seul paramètre est
discutable. L’endommagement est représentatif de l’évolution de la perméabilité lorsque les
microfissures restent diffuses, ce qui a lieu avant l’amorçage de la localisation de la fissuration.
Diverses théories (Dormieux et Kondo, 2004, Chatzigeorgiou et al., 2005, voir §1.2.5.2.1.) et
études expérimentales (Picandet et al. (2001), §2.3, §3.3) confirment cette hypothèse. Les
relations endommagement-perméabilité, généralement calées pour des faibles endommagements
(§1.2.5.2.2.), ne sont pas capables de représenter l’évolution de la perméabilité dans les zones où
la localisation des déformations a lieu. Ainsi, l’écriture d’une relation entre la perméabilité et
l’endommagement n’a pas de sens physique pour de forts endommagements (proche de 1
représentant, par exemple, une fissure traversante) comme l’a déjà mentionné l’étude de Jason
(2004). Dans ce cas, nous devrions retrouver la perméabilité d’un milieu fissuré, qui peut être
approchée par l’intermédiaire de la loi de Poiseuille (voir description du modèle au paragraphe
§1.2.5.1.).
Les relations endommagement-perméabilité (modèle continu, voir §1.2.5.2.) et ouverture de
fissure-perméabilité (modèle discret, voir §1.2.5.1.) sont adaptées à ces différentes descriptions
de la rupture. Bien que la transition entre l’endommagement diffus et la fissuration localisée

117
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

commence à être étudiée (voir, par exemple, Simone et al., 2003 ou Sluys, 2004), la perméabilité
d’un matériau microfissuré n’a jamais été raccordée avec celle d’un matériau macrofissuré au
sein d’une loi d’évolution unique.
Dans cette optique, nous proposons d’aborder la problématique de la modélisation de l’évolution
de la perméabilité selon deux approches. La première se base sur une définition de la loi de
raccordement (loi des mélanges) entre la perméabilité en fonction de l’endommagement et la
perméabilité en fonction de l’ouverture de fissure. La deuxième approche consiste à extraire une
ouverture de fissure à partir d’un calcul mécanique basé sur un modèle d’endommagement
continu et d’appliquer ensuite la loi d’écoulement de Poiseuille sur cette ouverture de fissure
équivalente afin de déterminer la perméabilité. Ce travail s’inscrit dans le projet
ANR « CONTIFISS » (fissuration continue), dont l’objectif majeur consiste à estimer l’ouverture
de fissure à l’aide d’un modèle d’endommagement continu, puis d’appliquer cette équivalence
mécanique à la loi d’évolution de la perméabilité. Les résultats, obtenus dans le cadre de ce
projet, validés par des essais de perméabilité des disques en cours de fissuration par fendage,
devront permettre de déboucher vers un modèle continu capable de reproduire les variations de
perméabilité d’une structure dans ses régimes de fissuration diffuse et localisée.
Dans ce chapitre, nous rappelons tout d’abord les modèles non-locaux d’endommagement sur
l’exemple du modèle de Mazars. Ensuite, les deux approches visant à déterminer une loi unique
d’évolution de la perméabilité sont présentées. Enfin, nous nous intéressons aux effets d’échelle
sur la perméabilité.

118
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.1. Rappels sur les modèles non-locaux d’endommagement sur l’exemple


du modèle de Mazars

Le modèle d’endommagement de Mazars (1984) a été élaboré dans le cadre de la mécanique de


l’endommagement (cf. 1.1.2.3).
Dans un premier temps, nous présentons ce modèle dans sa formulation locale, puis, dans un
second temps, dans sa formulation non-locale.

4.1.1. Formulation locale

L’endommagement est piloté par une variable d’état Y, fonction du tenseur des déformations via
un scalaire appelé déformation équivalente ε eq qui permet de traduire un état triaxial par un état
uniaxial. Comme les extensions sont prépondérantes dans le phénomène de fissuration du béton,
cette déformation équivalente ε eq , introduite par Mazars (1984), est définie à partir des
déformations principales positives dans la direction i ε i ( +
), soit :
3
ε eq = ∑( εi =1
i + )2 (4.1)

Remarque :
Ce modèle est dit local car l’équation (4.1) ne dépend que des variables en x. Cela ne reflète pas
la réalité des interactions entre microfissures due à l’hétérogénéité du matériau à l’échelle des
granulats.
La surface de charge liée à l’endommagement s’écrit en fonction de la déformation équivalente :
f (ε eq , Y ) = ε eq − Y (4.2)
La variable Y prend la valeur maximale atteinte par ε eq durant l’histoire du chargement :
Y = max / t (ε eq , YD 0 ) (4.3)
où YD0 est une déformation seuil d’endommagement.
Initialement, Y = YD 0 . Au cours du chargement, Y assure que la surface de charge entraîne la
surface seuil, ce qui s’exprime par :
• •
si f (ε eq , Y ) = 0 et f (ε eq , Y ) = 0 , alors D = F (Y ) avec Y = max / t (ε eq , YD 0 ) et D ≥ 0
• •
sinon D = 0 et Y = 0 (4.4)
F(Y) est une fonction décrivant l’évolution de l’endommagement. Pour prendre en compte la
dissymétrie de la réponse mécanique du matériau entre la traction et la compression, la variable
d’endommagement D résulte d’une combinaison entre l’endommagement de traction Dt et
l’endommagement de compression Dc (Mazars, 1984) :
D = α t Dt + α c Dc
(4.5)
YD 0 (1 − At ) At
Dt = 1 − − (4.6)
Y exp[ Bt (Y − YD 0 )]
Y (1 − Ac ) Ac
Dc = 1 − D 0 − (4.7)
Y exp[ Bc (Y − YD 0 )]

119
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

où YD0 , At, , Bt , Ac , Bc sont les paramètres matériau du modèle. Les coefficients αt et αc réalisent
respectivement le couplage traction-endommagement et compression-endommagement et sont
tels que α t + α c = 1 . Ils sont calculés à partir du tenseur de déformation :

β β
⎛ 3 ⎞ ⎛ 3 ⎞
⎜ ∑ εi + εi ⎜ ∑ εi + εi
t c
⎟ ⎟
α t = ⎜ i =1 ⎟ et α c = ⎜ i =1 ⎟ (4.8)
⎜ ε eq ⎟ ⎜ ε eq ⎟
⎜ ⎟ ⎜ ⎟
⎝ ⎠ ⎝ ⎠
où ε i t et ε i c sont les déformations créées par les contraintes principales respectivement de
traction et de compression. En traction pure, on a α c = 0 α t = 1 ; en compression pure, on a
α c = 1 α t = 0 . Le coefficient β est un paramètre matériau qui permet d’améliorer la réponse en
cisaillement lorsqu’il est supérieur à 1. Toutefois, il est pris égal à 1 dans notre étude (car pas de
rupture par cisaillement).
Le modèle d’endommagement de Mazars (1984) ne prend pas en compte les éventuelles
déformations plastiques ou effets visqueux qui peuvent être observés au cours du chargement
d’un béton. Cependant, d’autres modèles, basés sur celui-ci, tiennent compte du couplage
endommagement-plasticité (voir par exemple l’état de l’art présenté par Jason (2004)).
De plus, la formulation locale du modèle d’endommagement pose des difficultés pour la
modélisation de la rupture par localisation des déformations dans la phase adoucissante du
matériau.

4.1.2. Formulation non-locale

4.1.2.1. Localisation et régularisation des déformations

Comme nous l’avons déjà rappelé dans le paragraphe §1.1.2.1., après la microfissuration diffuse
qui apparaît dans les premiers temps du comportement non linéaire, les déformations ont
tendance à se localiser pour former une macrofissure, contrairement à l’endommagement qui se
développe expérimentalement dans une zone de dimension finie (bande d’endommagement, zone
d’élaboration de la fissuration appelé Fracture Process Zone « FPZ »).
La localisation des déformations rend le problème mathématique à résoudre mal posé, car
l’adoucissement cause une perte d’ellipticité des équations différentielles qui décrivent le
processus de déformations (Benallal et al. 1993, Peerlings et al., 1996). Finalement, les
conditions initiales et les conditions aux limites, qui étaient correctement définies dans le cas
elliptique, deviennent inadaptées pour le cas hyperbolique.
En conséquence, les solutions numériques donnent une réponse dépendante de la discrétisation
spatiale (finesse et orientation du maillage) (voir, par exemple, les travaux de Crisfield, 1982 ou
de Jason, 2004). En effet, l’emploi des lois adoucissantes en formulation locale mène à
l’obtention d’une bande d’endommagement de dimension nulle lorsque la taille des éléments
finis tend vers 0. Ce résultat aboutit ainsi à la rupture sans dissipation d’énergie, or ce phénomène
n’est physiquement pas acceptable (Bazant, 1976).

120
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.1.2.2. Méthodes de régularisation

Afin de résoudre ce problème aboutissant à une localisation de l’endommagement, une méthode


de régularisation peut s’appliquer, car les contraintes en un point matériel ne peuvent plus être
décrites localement, mais doivent aussi prendre en compte les interactions entre les défauts
(pores, microfissures) du milieu proche au niveau microstructurel (Askes, 2000). Cette
information spatiale, introduite sous la forme d’une longueur caractéristique, reflète des
interactions entre les défauts (Bazant et Jirasek, 1994), est alors utilisée dans les modèles
d’endommagement (Pijaudier-Cabot et Bazant, 1987, de Borst et al. 1993, Rodriguez-Feran,
2005). Par conséquent, dans ces modèles, l’endommagement devient piloté par une variable non-
locale Y qui s’écrit :
Y = max / t (ε eq , YD 0 ) (4.9)
où ε eq est la déformation équivalente régularisée, décrite dans les paragraphes suivants selon
deux types de modèles régularisés utilisés par la suite : les modèles non-locaux basés sur une
formulation intégrale et les modèles non-locaux basés sur une formulation implicite en gradient
de déformations.

4.1.2.2.1. Modèle non-local intégral

La régularisation de l’endommagement est obtenue en utilisant la moyenne pondérée de la


variable d’état Y sur un domaine Ω. Pour le modèle de Mazars, la déformation équivalente non-
locale en tout point x de la structure s’écrit (Pijaudier-Cabot et Bazant, 1987) :
1
V r ( x ) Ω∫
ε eq ( x ) = φ ( x − s )ε eq ( s ) dΩ (4.10)

où Ω est le volume de la structure, V r (x ) est le volume représentatif au point x :


V r ( x ) = ∫ φ ( x − s ) dΩ (4.11)

φ ( x − s ) est une fonction de pondération non-locale dont la forme la plus répandue est une
« Gaussienne » :
2
−4 x−s
φ ( x − s ) = exp( 2
) (4.12)
lc
l c est la longueur caractéristique du matériau, appelée plus généralement longueur interne pour
un milieu non-local et reliée à la taille des hétérogénéités.

4.1.2.2.2. Modèle non-local gradient implicite

Cette formulation se base sur le calcul de la déformation équivalente non-locale suivant la


relation à résoudre sur Ω :
ε eq = ε eq − c∇ 2 ε eq (4.13)

121
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

où le paramètre c a la dimension d’une longueur au carré caractérisant le milieu hétérogène. La


condition aux limites imposée sur ∂Ω est la suivante :
∂ε eq ∂ε eq
=n =0 (4.14)
∂n ∂xi
avec n le vecteur normal extérieur. Cette condition, sans réel sens physique, permet de retrouver
la solution des problèmes homogènes où ε eq = ε eq (Peerlings et al., 1996).
Une alternative pour cette formulation consiste à appliquer le même raisonnement, mais sous
forme tensorielle, afin d’obtenir le tenseur de déformation non-locale ε au lieu de la
déformation non-locale scalaire ε eq . On obtient ainsi :
ε = ε − c∇ 2 ε sur Ω (4.15)
∇ε n = 0 sur ∂Ω (4.16)
Enfin, la déformation équivalente non-locale est déterminée :
3
ε eq = ∑( ε
i =1
i
+
)2 (4.17)

où ε i est la déformation non-locale principale positive dans la direction i.


+
Il est notable que les deux formulations non-locales, l’une basée sur l’approche intégrale, l’autre
sur l’approche en gradient, sont strictement équivalentes dans le cas du milieu infini et pour une
fonction de pondération spécifique (Peerlings, 1999) ; le modèle gradient peut donc être
considéré comme un cas particulier du modèle intégral. En outre, des tests numériques (Jason,
2004) ont permis de relier les paramètres de régularisation du modèle intégral, l c , et du modèle
gradient, c, dans le cas du modèle de Mazars par :
l
c≈ c (4.18)
4
Finalement, suite à l’enrichissement des modèles d’endommagement continu par l’introduction
des interactions non-locales entre les défauts à travers la longueur caractéristique du matériau, les
modèles non-locaux permettent de réaliser une modélisation cohérente de la rupture et du
comportement adoucissant des matériaux cimentaires (de Borst et al., 1993, Peerlings et al.,
1996, de Borst, 2002), mais également d’autres matériaux quasi-fragiles comme les alliages
métalliques (Leblond et al., 1994), les composites (Geers et al., 1996), les sols et roches, les
polymères, les biomatériaux ou même les nanomatériaux (Bazant, 2004).

122
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.2. Raccordement entre les lois d’évolution de la perméabilité

Dans ce paragraphe, nous présentons une approche permettant de relier les lois basées sur
l’endommagement avec celles basées sur l’ouverture de fissure par l’intermédiaire d’une loi de
raccordement.
Pour l’endommagement diffus, différentes lois sont employées selon le type et le niveau
d’endommagement pour relier la perméabilité avec l’endommagement, mais les relations de type
exponentiel sont souvent retenues (voir, par exemple, §1.2.5.2.2.).
Dans cette étude, nous proposons de considérer pour les simulations numériques la relation
exponentielle de Picandet et al. (2001), donnée par l’équation (1.49). Nous choisissons cette
relation car elle a été ajustée sur les résultats expérimentaux obtenus pour trois bétons différents.
Cette perméabilité, appelée par la suite kD, s’écrit :
k D = k 0 exp[(αD) β ] (4.19)
où k0 représente la perméabilité initiale en (m²) et α et β sont les paramètres du modèle. Elle
n’est valable que pour des endommagements inférieurs à 0,15. De toute façon, notre démarche
s’appliquerait aussi pour une autre loi d’évolution de la perméabilité avec l’endommagement.
A proximité de la rupture, la loi d’écoulement de Poiseuille appliquée à l’écoulement entre deux
plaques planes et parallèles distantes de [u] (voir description du modèle au paragraphe §1.2.5.1.)
est utilisée pour décrire l’évolution de la perméabilité avec l’ouverture de fissure. Nous rappelons
que la perméabilité de la fissure (cf. (1.43)), appelée kf par la suite, est donnée par la relation :
[u ] 2
kf = (4.20)
12
L’ouverture de fissure représente une amplitude de la discontinuité qui apparaît au sein de la
matière lorsqu’elle est complètement dégradée localement, donc lorsque son endommagement est
proche de 1. Par conséquent, pour un endommagement de 1, nous devons retrouver la
perméabilité donnée par la loi de Poiseuille.
Finalement, avec les relations endommagement-perméabilité (4.19) et ouverture de fissure-
perméabilité (4.20), nous ne connaissons l’évolution de la perméabilité que lorsque
l’endommagement est compris entre 0 et 0,15 ou lorsqu’il est proche de 1. Bien que Bary (1996)
puis Gawin (2003) aient proposé des lois d’évolution de la perméabilité pour un endommagement
situé entre 0,2 et 0,8, nous ne les prenons pas en compte, car ces lois phénoménologiques ne sont
pas capables de représenter pour l’endommagement égal à 1 la perméabilité analytique donnée
par la loi de Poiseuille. Par conséquent, nous considérons seulement les relations (4.19) et (4.20)
comme les conditions aux limites d’une loi complète valable pour un endommagement compris
entre 0 et 1.
Etant donné que l’état d’endommagement est un paramètre connu (dans une certaine mesure)
définissant l’applicabilité de ces relations (4.19) et (4.20), nous proposons de les relier par
l’intermédiaire d’une loi de raccordement dans l’espace de l’endommagement.

123
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.2.1. Proposition d’une loi de raccordement : Loi des mélanges

Avant de relier les deux lois d’évolution existantes, k D et k f , par l’intermédiaire d’une loi de
raccordement basée sur l’endommagement, un lien entre l’endommagement et l’ouverture de
fissure nécessite préalablement d’être établi. Pour cela, comparons deux situations (cas continu et
cas discret) à la rupture, donc pour un endommagement qui tend vers 1.
Dans le cas discret, il s’agit d’un domaine fissuré par une seule fissure d’ouverture [u ]
(Figure 4.1 (a)). Dans le cas continu, il s’agit d’une bande de largeur λlc ( λ est un paramètre
arbitraire) dans laquelle nous proposons que l’endommagement soit homogène et connu
(Figure 4.1 (b)).

(a) (b)

Figure 4.1 : (a) Domaine fissuré (cas discret) (b) Domaine endommagé (cas continu).

Dans le cas continu, nous calculons l’ouverture à partir de la variable d’état cinématique
(déformation régularisée) Y qui pilote l’endommagement (voir (4.9)). L’utilisation de cette
variable d’état Y , irréversible, permet de conserver la relation entre l’endommagement et la
perméabilité irréversible. Nous proposons donc de calculer l’ouverture de fissure [u] à partir de la
relation :
λlc
[u ] = ∫ (Y − YD 0 )dx (4.21)
0

où YD 0 représente la déformation seuil d’endommagement. Suivant cette relation, la fissure


commence à s’ouvrir lorsque YD 0 est dépassé. Etant donné que le profil de l’endommagement est
supposé homogène dans la bande de largeur λlc , nous avons :
[u ] = (Y − YD 0 )λl c (4.22)
Les hypothèses sur lesquelles est fondé le calcul de l’ouverture de fissure sont discutables.
Toutefois, cette première approche peut être améliorée, d’une part, en tenant compte de la
variation de Y dans la bande d’endommagement et, d’autre part, par l’application de la méthode
présentée au paragraphe §4.3.

124
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

A cette étape, pour connaître l’ouverture de fissure à partir de l’endommagement, la loi inverse
de l’évolution de l’endommagement nécessite d’être appliquée. Si l’on considère cette loi sous la
forme D = F (Y ) (comme au paragraphe §4.1.2.), nous obtenons par l’inverse :
Y = F −1 ( D) (4.23)
Finalement, en insérant (4.23) dans (4.22) puis dans (4.20), la perméabilité k f s’écrit :
(λlc ) 2 −1
kf =
12
( F ( D) − YD 0) 2
(4.24)
Comme les deux lois d’évolution de la perméabilité, kD (4.19) et kf (4.24), sont désormais
définies dans le repère de l’endommagement, nous pouvons les relier par une loi de
raccordement. Nous proposons alors une loi de raccordement sous la forme d’une loi des
mélanges, où l’endommagement pilote la pondération entre les perméabilités données par les
relations (4.22) et (4.24). Elle s’écrit sous la forme :
k = (1 − D)k D + Dk f (4.25)
Une alternative pour la loi de mélanges (4.25) est d’utiliser un mélange basé sur des logarithmes
de la perméabilité :
log(k ) = (1 − D) log(k D ) + D log(k f ) (4.26)
Dans les simulations qui suivent cette analyse, l’apport de ces deux variantes de la loi des
mélanges est présenté et commenté.
En revanche, il existe un obstacle concernant l’application de la relation exponentielle (4.23)
décrivant la perméabilité k D dans la loi des mélanges. En particulier, cette relation, valable pour
des endommagements diffus et faibles compris entre 0 et 0,15, tend rapidement vers l’infini
lorsque l’endommagement augmente. Pour éviter ce problème, nous proposons d’introduire une
autre fonction, simple et de type puissance ( C ∞ et sans seuil), équivalente à la relation
exponentielle (4.19) pour des endommagements compris entre 0 et 0,15, et qui, en même temps,
ne tend pas rapidement vers l’infini. Ainsi, nous avons la relation suivante :
⎡ β (αD) 2 β (αD) 3β ⎤
k D = k 0 ⎢1 + (αD) +
F
+ ⎥ (4.27)
⎣ 2 6 ⎦
F
Par ailleurs, comme il est montré sur la Figure 4.2, avec cette relation, où la perméabilité k D est
notée F-EXP(D), nous retrouvons quasiment la même perméabilité qu’avec la fonction puissance
proposée par Gawin et al. (2002) (voir l’équation (1.48)). Cette dernière relation n’est pas
adaptée pour des faibles endommagements, car elle reproduit une progression linéaire du
logarithme de la perméabilité, ce qui est non conforme à l’expérience pour les faibles
endommagements.

125
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

EXP(D) (Picandet et al.)


1,E+10 PUISSANCE(D) (Gawin et al.)
F-EXP(D)
k / ko

1,E+05

1,E+00
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
D

Figure 4.2 : Lois d’évolution de la perméabilité avec l’endommagement.

Toutefois, pour les simulations des différentes lois des mélanges envisageables (représentées
dans le paragraphe suivant) quatre approches, faisant intervenir l’emploi de l’approche linéaire
F
(4.25) avec la fonction exponentielle k D (4.19) ou la fonction puissance k D (4.27) et de
l’approche logarithmique (4.26) avec la fonction exponentielle k D (4.19) ou la fonction
F
puissance k D (4.27), sont considérées. Cette analyse va permettre de choisir la meilleure
solution vis-à-vis de l’évolution de la perméabilité observée expérimentalement. Nous
considérons ainsi les lois de raccordement suivantes :

1) Raccordement EXP-LIN :
k = (1 − D)k D + Dk f (4.28)
2) Raccordement EXP-LOG :
log(k ) = (1 − D) log(k D ) + D log(k f ) (4.29)
3) Raccordement F-EXP-LIN :
F
k = (1 − D)k D + Dk f (4.30)
4) Raccordement F-EXP-LOG :
F
log(k ) = (1 − D) log(k D ) + D log(k f ) (4.31)

126
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.2.2. Analyse de la perméabilité au niveau local et structurel

4.2.2.1. Cylindre en traction par fendage (2D)

4.2.2.1.1. Modèles de comportement mécanique et de perméabilité

Pour représenter les lois des mélanges proposées, considérons un matériau modèle ayant le
comportement de Mazars (1984) (cf. §4.1.2.) et fortement endommagé. Les paramètres
mécaniques du matériau sont reportés dans le Tableau 4.1.

E (GPa) ν YD0 At Bt Ac Bc lc (m)


37,7 0,2 10-4 1,0 15600 1,0 0,0 0,02

Tableau 4.1 : Paramètres du modèle d’endommagement utilisé.

Comme attendu, le comportement mécanique du disque en fendage est indépendant des


paramètres Ac et Bc (voir Annexe C) ; nous avons donc choisi ces paramètres afin de mettre en
évidence uniquement l’endommagement de traction et pouvoir ainsi inverser la loi d’évolution de
l’endommagement (voir (4.5)).
Le paramètre λ , qui influence la largeur de la bande d’endommagement, est choisi égal à 3 en se
basant sur les résultats de simulations d’une barre en traction à la rupture (voir
paragraphe §4.3.2.). La perméabilité initiale k 0 considérée dans les simulations est prise
égale à 10 −17 m 2 .
Selon l’approche qui vient d’être proposée dans l’équation (4.23), nous pouvons déterminer une
loi inverse d’évolution de l’endommagement dans le cas du modèle de Mazars en prenant en
compte les paramètres du Tableau 4.1 :
ln(1 − D )
Y = YD 0 − (4.32)
Bt
Ainsi, en substituant l’équation (4.32) dans (4.23), puis dans (4.24), nous obtenons :
2
(λl ) 2 ⎛ ln(1 − D) ⎞
k f = c ⎜⎜ ⎟⎟ (4.33)
12 ⎝ Bt ⎠
Nous avons désormais tous les éléments indispensables pour analyser les quatre lois de
raccordement proposées dans le paragraphe précédent. Dans le repère de l’endommagement, nous
obtenons donc (Figure 4.3) :

127
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

EXP (D) F-EXP (D)


Poiseuille (D) RACCORDEMENT F-EXP-LOG
RACCORDEMENT EXP-LOG RACCORDEMENT F-EXP-LIN
10 RACCORDEMENT EXP-LIN

8 4

3
log (k / ko)

6
2

4 1

0
2
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
D
(a) (b)

Figure 4.3 : (a) Evolution du logarithme de la perméabilité avec l’endommagement.


(b) Zoom sur l’évolution initiale.

Dans le repère de la déformation Y , nous avons (Figure 4.4) :

EXP (D) F-EXP (D)


Poiseuille (D) RACCORDEMENT F-EXP-LOG
10 RACCORDEMENT EXP-LOG RACCORDEMENT F-EXP-LIN
RACCORDEMENT EXP-LIN

8 4

3
log (k / ko)

6
2

4 1

0
2 9,8E-05 1,1E-04 1,2E-04

0
0,0E+00 2,0E-04 4,0E-04 6,0E-04

(a) (b)

Figure 4.4 : (a) Evolution du logarithme de la perméabilité avec la déformation Y .


(b) Zoom sur l’évolution initiale.

128
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Nous observons que, indépendamment de la loi des mélanges utilisée (linéaire ou logarithmique),
l’application de la relation exponentielle (4.19) (indiquée par EXP (D)) mène systématiquement à
une surestimation de la perméabilité (pour des endommagements supérieurs à 0,2) par rapport à
F
celle donnée par la loi de Poiseuille, k f (4.33). Cependant, dans le cas de la perméabilité k D
(4.27) (indiquée par F-EXP (D)), l’utilisation de la loi de mélange linéaire ou logarithmique
donne des résultats très proches au niveau des ordres de grandeur de la perméabilité (voir
Figures 4.3 (a) et 4.4 (a)). Cependant, un problème se pose dans le cas du mélange linéaire, qui ne
reproduit pas les évolutions de la perméabilité de manière satisfaisante pour des
endommagements proches de zéro (voir Figures 4.3 (b) et 4.4 (b)). Quand la perméabilité k f
(indiquée par Poiseuille (D)) prend des valeurs fortes même pour des endommagements faibles,
le mélange linéaire n’est pas capable d’empêcher la perméabilité de tendre déjà pour des faibles
endommagements vers k f . Cependant, la loi des mélanges logarithmiques, employant la
F
perméabilité k D (indiquée par F-EXP (D)), représente correctement la perméabilité pour
l’endommagement entre 0 et 0,15, puis, pour des forts endommagements, elle tend vers la
perméabilité donnée par k f (la perméabilité de la loi de Poiseuille). Le choix de la
F
perméabilité k D , particulièrement adaptée pour des endommagements faibles et empêchant la
perméabilité à tendre vers l’infini rapidement pour des endommagements élevés, est donc justifié.
Finalement, la loi de raccordement retenue est celle basée sur un mélange logarithmique entre la
F
fonction k D et la fonction k f (indiquée précédemment par F-EXP-LOG et appelée désormais
RACCORDEMENT par la suite) :
F
log(k ) = (1 − D) log(k D ) + D log(k f ) (4.34)
Cette loi de raccordement est présentée sur les Figures 4.5 et 4.6. Dans le repère de
l’endommagement, nous obtenons donc (Figure 4.5) :

EXP (D)
8 F-EXP (D)
Poiseuille (D)
RACCORDEMENT
6
log (k / ko)

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
D

Figure 4.5 : Loi de raccordement retenue dans le repère de l’endommagement.

129
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Dans le repère de la variable Y , nous avons (Figure 4.6) :

EXP (D)
8 F-EXP (D)
Poiseuille (D)
RACCORDEMENT
6
log (k / ko)

0
0,0E+00 1,0E-04 2,0E-04 3,0E-04 4,0E-04 5,0E-04

Figure 4.6 : Loi de raccordement retenue dans le repère de la déformation Y .

4.2.2.1.2. Analyse de l’incidence de la loi de raccordement sur la réponse structurelle

Généralité sur un essai de fendage


L’introduction de l’essai « brésilien » par Carneiro et Barcellos en 1953 (rapporté par Bazant et
Planas, 1998) a été motivée par le fait que la solution élastique, dans le cas de la compression
diamétrale d’un cylindre, donne une distribution quasi-uniforme des contraintes transversales
suivant la ligne du chargement, à l’exception des contraintes transversales de compression,
concentrées dans des petites zones sous les points d’application du chargement. C’est pourquoi,
cet essai est utilisé afin de déterminer indirectement la résistance à la traction du béton (même si
l’état de contrainte n’est pas uniaxial). Ce type d’essai a été souvent employé en tant que
combinaison avec la mesure de la perméabilité d’un cylindre en béton (pour des exemples,
voir §1.2.3.).

Résultats des simulations numériques


Dans le cas de nos simulations numériques, un disque est soumis à la compression diamétrale et
le problème du fendage est analysé en déformations planes.
L’objectif de cette étude est double. Premièrement, nous souhaitons mettre en évidence
l’influence de la loi de raccordement (appliquée au niveau local, voir §4.2.2.1.1.) sur la
perméabilité moyenne du disque sollicité en fendage. Deuxièmement, nous visons à démontrer
les effets d’échelle sur la perméabilité des structures.
Dans le cas de l’essai de fendage, le comportement mécanique est très sensible aux conditions
aux limites et en particulier à la largeur d’appui. Les plateaux d’appui sont arbitrairement
représentés par des plateaux rigides avec un module d’Young dix fois supérieur à celui du béton
et un coefficient de Poisson égal à celui du béton, afin d’éviter le confinement de ce dernier. Le
comportement du béton correspond à celui du modèle de Mazars (1984) (cf. §4.1.), dont les

130
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

paramètres sont donnés dans le Tableau 4.2. Ces paramètres ne font intervenir que
l’endommagement de traction et leur choix est justifié par le fait que l’endommagement de
traction reste largement prépondérant par rapport à l’endommagement de compression pour ce
type d’essai (voir Annexe C).

BETON PLATEAUX
E (GPa) ν YD0 At Bt Ac Bc E (GPa) ν
37,7 0,2 1,10-4 1,0 15600 1,0 0,0 300 0,2

Tableau 4.2 : Paramètres mécaniques des matériaux utilisés.

Cette étude ne simule pas des résultats expérimentaux particuliers. Cependant, afin de choisir la
géométrie du problème et la taille caractéristique du matériau, nous nous sommes inspirés des
essais expérimentaux de Picandet (2001). Le disque considéré, appelé (D11), présente un
diamètre d de 0,11 m, alors que la largeur d’appui b est de 0,011 m (Figure 4.7 (a)).

(a) (b)

Figure 4.7 : (a) Définition du problème sur le disque (D11) (b) Maillage EF.

Les simulations numériques sont réalisées en utilisant le code d’éléments finis


Code_Aster version 8.2. Il dispose d’un modèle de Mazars en version non-locale avec la
formulation en gradient de déformation (cf. Godard, 2003 ou §4.1.2.2.2.). Nous avons besoin
d’introduire une longueur caractéristique du matériau c qui vaut 5.10−3 m (ce qui correspond à
un lc de 2.10 −2 m , voir (4.18)).
La double symétrie du problème permet de réaliser le calcul uniquement sur un quart du disque.
Le maillage en éléments finis, constitué de triangles à 6 nœuds avec interpolation quadratique
permettant d’obtenir les gradients continus de déformation, est présenté sur la Figure 4.7 (b). Le
problème non-linéaire est résolu de façon incrémentale par pilotage indirect du déplacement
horizontal du point P (voir Figure 4.7 (a)) qui est monotone croissant puisqu’il se situe dans la

131
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

bande d’endommagement et ne subit donc pas de décharge élastique. Bien que la méthode
d’éléments finis ne soit pas capable de calculer une ouverture de fissure, ce déplacement sera
considéré comme le COD (crack opening displacement).
La réponse globale du disque sous la forme d’une courbe force verticale-déplacement horizontal
du point P, est représentée sur la Figure 4.8.

6,0E+05
force verticale (N)

4,0E+05

2,0E+05

0,0E+00
0,0E+00 2,0E-06 4,0E-06 6,0E-06

COD (m)

Figure 4.8 : Réponse globale du disque (D11) : force verticale – COD.

Les Figures 4.9 (a) et (b) représentent respectivement les cartes d’endommagement à l’amorçage
et pour l’évolution de l’endommagement suivant une bande au milieu du disque. Sa progression
est présentée sur la Figure 4.10 (section où les endommagements sont maximaux). Nous
observons que l’endommagement se développe dans une bande de largeur limitée liée à la taille
caractéristique du matériau.

(a)

132
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

(b)

Figure 4.9 : Carte d’endommagement du disque (D11).


(a) Amorçage et (b) progression d’endommagement.

0,8
endommagement

0,6

0,4

0,2

0
0 0,01 0,02 0,03 0,04 0,05
coordonnée (m)

Figure 4.10 : Progression de l’endommagement dans une section du disque (D11).

Concernant la perméabilité, la loi de raccordement basée sur les mélanges des logarithmes des
perméabilités locales (4.34) est appliquée (localement) sur l’endommagement en chaque point de
Gauss. Ensuite, par l’intermédiaire d’une moyenne de ces perméabilités locales, la perméabilité
est calculée dans un élément fini. Finalement, la perméabilité structurelle moyenne k moy est
déterminée par l’égalité de flux, ce qui donne :

133
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

∑k S
i =1
i i
k moy = (4.35)
S totale
où i est le numéro d’élément, ki la perméabilité d’un élément, Si la surface d’un élément et S la
surface totale du disque.
L’endommagement moyen (D moy) correspond à la perte de la raideur et est estimé à partir de la
réponse globale force verticale-COD. Dans le repère du COD et de l’endommagement moyen, les
simulations de la perméabilité du disque donnent les résultats suivants (Figures 4.11
respectivement (a) et (b)) :

RACCORDEMENT-D11
6 EXP(D)-D11
Poiseuille (D)-D11
log (k moy / ko)

0
0,0E+00 1,0E-06 2,0E-06 3,0E-06 4,0E-06 5,0E-06
COD (m)
(a)

RACCORDEMENT-D11
6 EXP(D)-D11
Poiseuille (D)-D11
log (k moy / ko)

0
0,00 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00
D moy
(b)

Figure 4.11 : Evolution du logarithme de la perméabilité moyenne avec (a) le COD


(b) l’endommagement moyen.

134
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

En plus de l’évolution de la perméabilité moyenne (k moy) obtenue avec la loi de raccordement


(4.34), nous traçons l’évolution de cette perméabilité moyenne dans les cas où uniquement la
relation exponentielle (4.19) ou la relation basée sur la loi de Poiseuille (4.33) auraient été
considérées localement. Ainsi, nous observons que l’application de la première relation aurait
mené à une surévaluation de la perméabilité moyenne (structurelle) pour des endommagements
élevés, alors que l’application de la deuxième loi aurait conduit à une surévaluation de la
perméabilité moyenne (structurelle) pour des endommagements faibles. Ainsi, la loi de
raccordement que nous avons proposé satisfait « les conditions aux limites » au niveau structurel
définies par la relation exponentielle (4.19) et la relation basée sur la loi de Poiseuille (4.33).
Nos résultats expérimentaux (cf. Chapitre 2) sont présentés dans le repère de la déformation
moyenne estimée sur une partie de la structure. Présenter ces résultats en fonction du
déplacement moyen n’influencera pas la réponse qualitativement. Nous pouvons ainsi constater
que nous retrouvons qualitativement le même type de raccordement sur nos résultats
expérimentaux (voir Figure 4.12), même si la nature de l’essai n’est pas la même. Il nous reste à
valider ce raccordement qualitativement par exemple sur un essai BIPEDE où les conditions aux
limites sont clairement identifiées, contrairement à l’essai de compression.

3
2.5
perméabilité initiale)
log (perméabilité /

2
1.5
1
0.5 sous chargement
après déchargement
0
-0.5
0 0.5 1 1.5 2 2.5 3
déformation appliquée / déformation au pic

Figure 4.12 : Evolution du logarithme de la perméabilité relative (sous chargement et après


déchargement) avec la déformation relative maximale (les lignes correspondent aux courbes
d’ajustement des données expérimentales).

135
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.2.2.1.3. Analyse des effets d’échelle sur la résistance mécanique et la perméabilité


structurelle

Rappel sur la loi d’effet d’échelle sur la résistance mécanique des structures
L’effet d’échelle sur la résistance mécanique caractérise la dépendance des performances
mécaniques des structures avec leurs dimensions et a été observé expérimentalement
(Bazant, 1984). Pour des petites structures dont la taille n’est supérieure que de quelques fois
celle de l’hétérogénéité (granulat) (cas de petites éprouvettes classiques en béton par exemple),
l’effet d’échelle n’a pas d’importance ; ainsi, la théorie de la plasticité ou de l’élasticité, basée sur
la limite de la résistance (RdM), est suffisante pour estimer leur résistance nominale. D’autre
part, pour des grandes structures, où l’échelle des hétérogénéités du matériau peut devenir
négligeable, le comportement de la structure s’approche de celui décrit par la mécanique
élastique linéaire de la rupture (MELR). Dans ce cas, en absence de longueur interne, l’effet
d’échelle structurel est caractérisé par une loi en puissance. Cependant, le comportement des
structures de taille moyenne ne peut être décrit ni par la RdM, ni par la MELR, mais par une
transition entre ces deux approches.
Pour résoudre ce problème, Bazant (1984) a démontré analytiquement que la localisation des
déformations due à un comportement adoucissant engendre un effet d’échelle sur la dissipation
d’énergie des structures et il a proposé une loi simple d’effet d’échelle (voir Figure 4.13).
Elle est décrite par un raccordement asymptotique dans un repère logarithmique contrainte-taille
de structure, où une asymptote a une pente nulle (RdM), alors que l’autre a une pente de -1/2
(MELR). Cette loi permet de répondre à la question d’estimation de la résistance nominale de
structures, dont la taille, ainsi que la taille caractéristique des hétérogénéités du matériau, sont
définies. La résistance nominale s’écrit (Bazant, 1984) :
'
Bf t d
σN = , β= (4.36)
1+ β d0
où d 0 est une constante, appelée taille de transition, représentant le point d’intersection des deux
asymptotes (Figure 4.13), d est la taille de la structure, B est une constante adimensionnelle,
fonction de la géométrie et f t ' est la résistance à la traction introduite pour des raisons de
dimension.

Figure 4.13 : Effet d’échelle sur la contrainte nominale pour des structures quasi-fragiles ;
Strength Criteria - RdM, LEFM - MELR (d’après Bazant, 2004).

136
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Malheureusement, la loi d’effet d’échelle simple (4.36), validée pour les poutres entaillées, n’est
pas universelle. Il existe en effet quelques exemples pour lesquels cette loi est insuffisante
puisque le tracé logarithmique de l’effet d’échelle des données présente une courbure positive,
comme le montre la Figure 4.14. Ceci est observé, en particulier, pour l’essai de fendage sur
cylindre (voir Figure 4.14).

(a) (b)

Figure 4.14 : (a) Données de résistance nominale d’après des essais de fendage sur cylindre de
Hasegawa, Shioya et Okada (1985) et leur approximation par la loi d’effet d’échelle avec
résistance résiduelle de l’équation (4.37) (d’après Bazant, 2004).
(b) Données de résistance nominale d’après des essais de fendage sur cylindre
de Bazant, He et al. (1991) (d’après Bazant et Planas, 1998).

La raison pour laquelle la loi d’effet d’échelle simple (4.36) n’est pas applicable, est que, pour
une très grande structure, la charge nécessaire pour créer les fissures diagonales dans un cylindre
devient négligeable, mais la ruine ne peut avoir lieu parce que les zones d’appui doivent glisser
avec frottement, ce qui impose une certaine résistance résiduelle σ r . Une autre raison pourrait
être que la longueur de fissure à la ruine cesse d’augmenter proportionnellement à la taille de
l’éprouvette (Bazant, 2004). De telles données peuvent être correctement décrites par la loi
d’effet d’échelle généralisée (voir, par exemple, Bazant, 2004) :
d
σ N = σ P (1 + β r ) −1 / 2 r + σ r , β = (4.37)
d0
dans laquelle σ P est la résistance nominale aux petites tailles, σ r représente une contrainte
résiduelle additionnelle, r est un exposant permettant d’approximer des résultats expérimentaux
sur un grand intervalle, alors que la constante d 0 , taille de transition, est petite (inférieure à la
plus petite valeur d des données expérimentales de la Figure 4.14 (a) et (b)).
Par ailleurs, ces lois d’effet d’échelle sont en accord étroit avec les résultats d’analyses par
éléments finis utilisant, entre autres, l’endommagement non-local (voir, par exemple,
Bazant, 2004).

137
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Résultats des simulations numériques


Notre étude des effets d’échelle est menée sur trois disques homothétiques de diamètre 0,11 m
(D11), 0,22 m (D22) et 0,44 m (D44). Afin d’assurer la similarité géométrique complète, la
largeur d’appui est également homothétique (Bazant et Planas, 1998). Pour les mêmes raisons, la
même taille des éléments, optimisée d’une part afin de minimiser la sensibilité éventuelle de la
réponse au maillage, et d’autre part afin d’alléger les calculs, est considérée pour chaque disque.
Le type de résolution du problème non-linéaire est identique à celui des simulations précédentes
(cf. §4.2.2.1.2.).
Nous observons que les réponses globales restent plutôt ductiles, en conséquence de l’utilisation
d’une longueur interne relativement grande par rapport à la taille de la structure. Cependant, nous
constatons que le comportement structurel devient plus fragile pour le plus grand disque (D44).

D11
D22
2,0E+06 D44

1,6E+06
force verticale (N)

1,2E+06

8,0E+05

4,0E+05

0,0E+00
0,0E+00 2,0E-06 4,0E-06 6,0E-06 8,0E-06
COD (m)

Figure 4.15 : Réponses globales des disques de trois tailles : force verticale – COD.

La résistance à la traction f t , déterminée à partir de la force au pic de la charge maximale Pu


sous fendage, est donnée par la relation suivante :
2P
ft = u (4.38)
πbd
où b est la largeur du cylindre et d le diamètre du cylindre.
Dans le cas de la loi d’effet d’échelle, si la similarité géométrique est bi-dimensionnelle, la
résistance nominale σ N est également un paramètre de la charge maximale Pu . Elle est définie
par la relation (Bazant, 2004) :
P
σ N = cn u (4.39)
bd
où c n est une constante adimensionnelle dépendante de la forme de la structure, mais pas de sa
taille, et peut être utilisée afin de faire coïncider σ N , par exemple avec la contrainte maximale, la
contrainte moyenne, ou la contrainte en un point particulier. Ainsi, dans le cas de la contrainte
maximale, σ N correspond à la résistance à la traction f t .

138
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

D11
D22
2,15 D44
Effet d'échelle
contrainte nominale (MPa)

sans Effet d'échelle

2,05

1,95

1,85
0 100 200 300 400 500
diamètre du disque (mm)
(a)

0,35 D11
D22
D44
Log(contrainte nominale (Mpa))

Effet d'échelle
sans Effet d'échelle

0,30

0,25
2,0 2,4 2,8
Log (diamètre du disque (mm))
(b)

Figure 4.16 : Résistances nominales obtenues par la méthode des éléments finis en fonction de la
taille des disques D11, D22, D44 dans un repère (a) linéaire et (b) logarithmique.

Bien que la taille des disques reste relativement faible par rapport à la taille des hétérogénéités
(reliée à la longueur interne lc = 2.10 −2 m ) dans le cas de nos simulations, nous observons que la
résistance nominale diminue lorsque la taille du disque augmente (voir Figures 4.16 (a) et (b)), ce
qui permet de mettre en évidence un effet d’échelle sur la résistance mécanique pour ces petites
structures de laboratoire. De plus, les tendances observées expérimentalement (voir Figures 4.14
(a) et (b)) sont retrouvées.

139
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Afin d’identifier entièrement la loi d’effet d’échelle par la méthode des éléments finis, l’analyse
sur d’autres tailles de disque devrait être poursuivie. Cependant, en augmentant la taille de disque
tout en gardant la même taille des éléments d’une taille à l’autre, due à l’utilisation du modèle
non-local, le nombre de degrés de liberté du problème numérique à résoudre augmente
rapidement et des problèmes de convergence apparaissent en étant liés à l’instabilité de la
réponse structurelle du disque. Par conséquent, il devient délicat de réaliser des simulations
numériques sur des tailles plus grandes que celles considérées.
Les Figures 4.17 (a) et (b) représentent respectivement l’amorçage et l’évolution de
l’endommagement sur le disque de diamètre 0,22 m (D22). Les Figures 4.18 (a) et (b)
représentent les mêmes résultats, mais sur le disque de diamètre 0,44 m (D44). Pour les trois
disques, l’endommagement s’amorce en un point sur l’axe du chargement, puis se propage
suivant l’axe du chargement vers le centre du disque. Pour des endommagements élevés, la
largeur de la bande d’endommagement ne dépend pas de la taille de la structure, mais de la taille
caractéristique du matériau (Figure 4.19).

(a)

(b)
Figure 4.17 : Carte d’endommagement du disque (D22).
(a) Amorçage et (b) Progression d’endommagement.

140
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

(a)

(b)

Figure 4.18 : Carte d’endommagement du disque (D44).


(a) Amorçage et (b) progression d’endommagement.

141
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

1 D 11
D 22
D 44
0,8
endommagement

0,6

0,4

0,2

0
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20
coordonnée (m)

Figure 4.19 : Profils d’endommagement pour trois disques (D11, D22 et D44)
à l’instant final du calcul.

La perméabilité structurelle est déterminée à partir de la loi de raccordement (4.34) appliquée


localement sur l’endommagement en chaque point de Gauss, moyennée dans un élément, puis
pondérée par les surfaces, comme il est montré dans le cas du plus petit disque (4.35).
Ainsi, dans le système de cordonnées du COD et de l’endommagement moyen (D moy), les
évolutions de la perméabilité moyenne du disque D22 et D44 sont représentées respectivement
sur la Figure 4.20 (a), (b) et la Figure 4.21 (a), (b).

142
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

RACCORDEMENT-D22
6 EXP(D)-D22
Poiseuille (D)-D22
log (k moy / ko)

0
0,0E+00 1,0E-06 2,0E-06 3,0E-06 4,0E-06 5,0E-06 6,0E-06
COD (m)

(a)

RACCORDEMENT-D22
6 EXP(D)-D22
Poiseuille (D)-D22
log (k moy / ko)

0
0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50 0,60 0,70
D moy

(b)

Figure 4.20 : Evolution du logarithme de la perméabilité moyenne avec


(a) le COD et (b) l’endommagement moyen pour le disque D22.

143
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

RACCORDEMENT-D44
6 EXP(D)-D44
log (k moy / ko) Poiseuille (D)-D44

0
3,5E-06 4,0E-06 4,5E-06 5,0E-06 5,5E-06 6,0E-06
COD (m)
(a)

RACCORDEMENT-D44
6 EXP(D)-D44
Poiseuille (D)-D44
log (k moy / ko)

0
0,00 0,05 0,10 0,15 0,20 0,25 0,30
D moy
(b)

Figure 4.21 : Evolution du logarithme de la perméabilité moyenne avec


(a) le COD et (b) l’endommagement moyen pour le disque D44.

Des tendances identiques à celles observées dans le cas de l’évolution de la perméabilité


structurelle du petit disque (D11) présentée sur la Figure 4.11, apparaissent. Effectivement,
l’application de la loi de raccordement (4.34) au niveau local permet d’obtenir la perméabilité
structurelle qui concorde (même au niveau structurel) avec celle de la relation exponentielle
(4.19) lorsque le COD ou l’endommagement sont faibles, et qui tend vers celle donnée par la loi
de Poiseuille (4.33) lorsque le COD ou l’endommagement augmentent.
Afin de vérifier si un effet d’échelle existe sur la perméabilité structurelle moyenne, comparons
les valeurs obtenues pour les différentes tailles de disques. La Figure 4.22 montre l’évolution du
logarithme de la perméabilité structurelle relative avec le COD pour les trois disques considérés

144
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

(D11, D22 et D44). Nous observons que la perméabilité structurelle (donc son logarithme)
diminue avec la taille du disque (Figure 4.22).

6 D11
D22
5 D44
log (k moy / ko)

0
0,0E+00 2,0E-06 4,0E-06 6,0E-06
COD (m)

Figure 4.22 : Evolution du logarithme de la perméabilité structurelle


avec le COD pour les trois disques (D11, D22 et D44).

5 D11
D22
D44
4
log (k moy / ko)

0
0,00 0,10 0,20 0,30 0,40 0,50
Taille (m)
Figure 4.23 : Evolution du logarithme de la perméabilité structurelle (à COD égal)
avec la taille de disque (D11, D22 et D44).

Pour la valeur maximale atteinte pour les trois disques du COD indiqué par la flèche (4,5.10-6m)
sur la Figure 4.22, nous comparons les perméabilités structurelles à la Figure 4.23. Pour cette
valeur du COD, l’endommagement local maximal vaut 1 pour le disque D11, 0,7 pour le disque
D22 et 0,4 pour le disque D44. Si on avait pu mener les calculs jusqu’à la rupture, on aurait eu, à
un même COD, plus grand que dans le cas présent, un endommagement de 1 pour toutes les
tailles. En effet, à la rupture, uniquement le COD augmente alors que l’endommagement reste
saturé à 1. Nous avons atteint ce régime pour le plus petit disque D11 et pas pour les autres. Si
cela était le cas, les valeurs de la perméabilité pour les disques D22 et D44 auraient été plus

145
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

grandes que dans le cas présent. Toutefois, le résultat obtenu met en évidence que la perméabilité
structurelle dépend de la taille de disque et donc qu’un certain effet d’échelle sur la perméabilité
structurelle existe. Ce résultat n’est pas surprenant étant donné qu’il existe une loi d’effet
d’échelle sur la résistance mécanique. Nous proposons donc de développer ses deux asymptotes
dans un repère logarithmique perméabilité-taille de disque.

Considération sur la loi d’effet d’échelle sur la perméabilité

Asymptote pour de grandes échelles


Afin de déterminer l’asymptote pour de grandes tailles, nous nous intéressons à la perméabilité de
ces structures, qui sont fissurées à la rupture de façon localisée et où la largeur de la bande
d’endommagement devient négligeable par rapport à la taille de la structure. Dans le cas général,
le flux dans une telle structure s’exprime par la somme du flux dans la fissure et du flux dans le
matériau sain :
S totale kmoy = S fissure k f + ( S totale − S fissure )k 0 (4.40)
où k0 est la perméabilité du matériau sain, kf est la perméabilité de la fissure, Stotale est la surface
de la structure perpendiculaire au flux et Sfissure est la surface de la fissure dépendante de son
ouverture [u] et sa longueur d (à la rupture).
Ainsi, dans le cas particulier d’un disque, nous pouvons admettre que S fissure = [u ]d .
A partir de cette dernière relation, la perméabilité moyenne d’un grand disque de diamètre d,
fissuré à la rupture de façon localisée, est donnée par :
[u ]d [u ] 2 ⎛ [u ]d ⎞ [u ]3 ⎛ 4[u ] ⎞
kmoy = + ⎜⎜1 − ⎟⎟k 0 = + ⎜1 − ⎟k 0 (4.41)
S totale 12 ⎝ S totale ⎠ 3πd ⎝ πd ⎠
Pour un [u] très grand (à la rupture), la perméabilité de la fissure devient prépondérante par
rapport à celle du matériau sain, ce qui n’est jamais atteint dans les simulations numériques.
Ainsi, nous retrouvons qu’à un [u] donné, très grand, la perméabilité moyenne varie inversement
[u ]3
proportionnellement à la taille du disque : kmoy ≅ . Cette valeur de la perméabilité moyenne
3πd
S
peut être également obtenue à partir de la relation (1.45) en posant totale = ∆ pour ξ = 1 . Par
d
ailleurs, cette relation (1.45) est couramment employée expérimentalement pour déterminer la
perméabilité des disques en fendage fissurés à la rupture.
Nous proposons ainsi de construire l’asymptote pour de grands disques fissurés à partir de cette
[u ]3
perméabilité kmoy ≅ . Cette asymptote est tracée sur la Figure 4.24 pour [u]= 4,5.10-6m qui
3πd
correspond au COD de la Figure 4.23.

Asymptote pour de petites échelles


Pour construire l’asymptote pour de petites tailles, nous nous intéressons à la perméabilité de ces
structures endommagées de façon homogène telles que la bande d’endommagement occupe toute
la structure, donc où une fissure discrète ne peut pas être discernée. Dans ce cas, nous prévoyons
que la perméabilité moyenne est indépendante de la taille de structure.

146
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

La perméabilité de ces structures peut être caractérisée par la relation exponentielle en fonction
de l’endommagement, lorsqu’il est faible, ou par la loi de Poiseuille dans le cas limite où toute la
structure est « fissurée ». Dans ce dernier cas, où S totale devient S fissure , la perméabilité moyenne
[u ] 2
(4.40) est celle de la fissure et vaut quelque soit la forme de cette petite structure. Cette
12
asymptote, représentée par une droite de pente nulle, est tracée sur la Figure 4.24 pour
[u]= 4,5.10-6m qui correspond au COD de la Figure 4.23.

7 D11
Asymptote pour D22
de petites tailles D44
6 Effet d'échelle
A 1 d'Eff d'é h ll
5
Log (k moy / ko)

1 Asymptote pour
de grandes tailles
0
1,0 1,5 2,0 2,5 3,0
Log(taille (mm))
Figure 4.24 : Effet d’échelle sur l’évolution du logarithme de la perméabilité structurelle (à
COD égal) avec le logarithme de la taille de disque (D11, D22 et D44). Proposition des
asymptotes de la loi d’effet d’échelle.

En conséquence, on peut s’attendre à une transition entre ces deux asymptotes, tracées dans le
repère logarithmique perméabilité-taille de disque, qui donne une loi d’effet d’échelle sur la
perméabilité structurelle. Ceci est en accord avec nos résultats numériques (voir Figure 4.24).
Ainsi, la connaissance de la loi d’effet d’échelle sur la perméabilité structurelle se révèle capitale
pour ne pas sous-estimer la perméabilité prédite par la loi de Poiseuille et donc le taux de fuite de
structures à partir d’essais sur maquette en laboratoire.
Tenant compte des asymptotes de la loi d’effet d’échelle sur la perméabilité, que nous avons
proposées, nous remarquons que cette loi, variant selon un facteur 1 / d , est différente de celle
sur la résistance, variant selon un facteur 1 / d (voir (4.36) ou (4.37)).
Etant donné que les deux asymptotes dérivent de la perméabilité donnée par la loi de Poiseuille
dépendante de [u], cette loi d’effet d’échelle sur la perméabilité est structurelle, donc pas
intrinsèque. Afin de proposer une loi intrinsèque, du même type que celle de Bazant sur la
résistance mécanique, il faudra certainement faire intervenir dans cette loi une taille
caractéristique du matériau. Dans ce but, il faudra exprimer de façon plus précise la surface de la
fissure S fissure en intégrant dans l’expression de [u] la longueur interne lc du matériau en passant,
par exemple, par la relation (4.21). Cette étude constitue une perspective de notre travail.

147
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

4.3. Calcul d’une ouverture de fissure dans un milieu continu

Une autre méthode, permettant de relier la perméabilité d’un milieu endommagé avec celle d’un
milieu fissuré, consiste à extraire une ouverture de fissure à partir d’un calcul mécanique et
d’appliquer ensuite la loi d’écoulement de Poiseuille sur cette ouverture équivalente pour
déterminer la perméabilité. Nous proposons cette méthode au lieu de faire le raccordement de
façon empirique par une loi des mélanges de l’approche précédente. Par ailleurs, la méthode
proposée peut également s’appliquer à la loi des mélanges afin d’améliorer les conditions de la
modélisation du passage mécanique entre l’ouverture de fissure et l’endommagement.
Comme nous l’avons déjà rappelé au paragraphe §4.1, les modèles non-locaux
d’endommagement, basés sur des descriptions continues et permettant de décrire
l’endommagement diffus du matériau, l’amorçage de la macro-fissuration et éventuellement sa
propagation (à travers la croissance d’une zone endommagée) tout en gardant un formalisme
usuel en mécanique des milieux continus et des méthodes de calcul classiques, ne fournissent pas
d’informations sur la fissuration localisée. Par conséquent, l’estimation de l’ouverture des
fissures avec les modèles d’endommagement est délicate. Ceci constitue un problème récurrent
depuis que les modèles d’endommagement (locaux ou non-locaux) ont été appliqués aux calculs
de structures en béton.
Cependant, il existe une approche consistant à représenter explicitement une discontinuité faible
(saut de déformation) ou forte (saut de déplacement) apparaissant au sein du matériau. Les
modèles de fissuration permettent de prévoir la croissance des fissures dans le cadre de
l’approche locale et jusqu’à la rupture complète de la structure (Lemaitre et Chaboche, 1984).
Dans ce type de modèles il n’existe pas de transition, donc pas d’amorçage de la fissuration. La
discontinuité, dont la position est a priori connue, est placée arbitrairement et le saut de
discontinuité est calculé (voir modèle de fissuration cohésive de Hillerborg et al., 1976).
Certains modèles proposent de relier les approches continues et discontinues (Planas et al., 1993,
Simo et al., 1993, Mazars et Pijaudier-Cabot, 1996, Oliver et al., 2002, Simone et al. 2003).
D’autres mettent en avant une transition continu-discontinu en se basant sur un critère qui est la
valeur critique de l’endommagement ou de la contrainte fixée à l’avance, au dessus de laquelle la
fissure commence à s’ouvrir (voir par exemple Comi et al., 2006). Cependant, l’instant de
transition reste toutefois arbitraire dans ces modèles.
Afin d’établir sur une base plus rationnelle les critères de transition entre l’approche continue et
discontinue de la rupture, nous proposons tout d’abord de répondre à la question d’équivalence
entre la zone endommagée et l’ouverture de fissure.
Dans un premier temps, nous présentons l’approche mécanique, à partir de laquelle l’ouverture de
fissure peut être calculée dans un milieu continu. Dans un deuxième temps, l’approche proposée
est appliquée sur un calcul 1D aux éléments finis.

4.3.1. Description analytique de l’approche mécanique proposée

Afin de répondre à la question de l’équivalence entre la zone endommagée et l’ouverture de


fissure, il est nécessaire de définir les variables, issues respectivement de l’approche continue
(modèles non-locaux d’endommagement) et de l’approche discrète, qu’on puisse comparer.
Certains chercheurs décrivent cette équivalence en énergie dissipée (Mazars et Pijaudier-Cabot,
1996). Cependant, nous cherchons une méthode plus directe (car il est difficile de calculer un

148
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

déplacement à partir d’une énergie de façon directe) et pouvant s’appliquer aux calculs de
structures.
Ainsi, nous nous proposons de calculer l’ouverture de fissure dans un milieu continu.
D’une part, nous construisons un modèle discret cinématique qui représente une fissure par un
champ discontinu de déplacement. Pour décrire cette fissure, trois paramètres nécessitent d’être
connus : la position, l’orientation et l’ouverture de la fissure. Cependant, dans cette approche
seule l’ouverture nous intéresse car, pour simplifier les choses, nous nous plaçons ici dans un cas
1D où l’orientation ainsi que la position de la fissure sont fixées arbitrairement à l’avance.
D’autre part, nous utilisons un modèle d’endommagement. Dans ce modèle continu, parmi les
variables cinématiques, seule la déformation régularisée Y pilotant l’endommagement est liée à
la rupture et est irréversible. Ce champ Y peut être aisément obtenu à partir d’un calcul aux
éléments finis utilisant par exemple le modèle non-local (intégrale ou gradient)
d’endommagement de Mazars.
Etant donné que nous disposons désormais de variables cinématiques dans le modèle discret et
continu, nous proposons de les comparer entre elles.
Dans ce but, considérons dans l’approche discrète le champ de déplacement discontinu avec un
saut en déplacement [u] inconnu. A partir de ce champ, le champ de déformation associé à la
discontinuité peut être déterminé, puis régularisé par l’approche non-locale (intégrale ou
gradient). Ce nouveau champ régularisé, appelé Y sd ([u ]) , hérite d’une forme particulière due à
l’utilisation des fonctions de régularisation.
Finalement, nous pouvons comparer les deux champs régularisés, le champ Y et le champ
Y sd ([u ]) . Si les lois non-locales d’endommagement sont capables de décrire une discontinuité
locale (correspondant à l’endommagement limite de 1), les deux champs régularisés,
Y sd ([u ]) et Y , devraient alors coïncider. Les conditions, selon lesquelles les modèles non-
locaux d’endommagement peuvent converger vers la représentation régularisée de la
discontinuité, sont évoquées dans la suite de cette étude.

Considération de l’approche sur un problème unidimensionnel


Dans un premier temps, nous appliquons l’approche présentée précédemment à un problème
unidimensionnel. Il s’agit d’une barre sollicitée en traction. La Figure 4.25 schématise ce
problème.

Figure 4.25 : Barre en traction.

Analysons maintenant la cinématique de la barre en traction à la rupture avec l’approche


discontinue. Considérons que la position x = z corresponde à l’emplacement connu de la fissure

149
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

représentée par une discontinuité forte. Soit u sd le champ de déplacement à la rupture


(Figure 4.26). Il s’écrit schématiquement (de Borst et al., 2004):
u sd ( x, z ) = [u ]H Γ ( x − z ) (4.42)
où H Γ ( x − z ) la fonction de Heaviside décrivant la discontinuité le long de la barre et [u ] est
l’amplitude du saut en déplacement qui est la seule inconnue du problème.

Figure 4.26 : Champ de déplacement de la barre en traction à la rupture.

A partir de l’équation précédente, nous pouvons définir une déformation ε sd associée au champ
de déplacement discontinu u sd définie par :
ε sd ( x, z ) = ∇ s u sd = [u ]δ ( x − z ) (4.43)
où ∇ u sd est le gradient symétrique du déplacement et δ ( x − z ) est la fonction Dirac.
s

Pour déterminer la déformation régularisée Y sd ([u ]) associée à la discontinuité, nous


choisissons l’approche intégrale, plus générale que l’approche gradient, et nous obtenons ainsi :
∫ φ ' ( x − s )ε sd ( s, z ) ds
Y sd ([u ])( x, z ) = Ω
(4.44)


φ ' ( x − s ) ds

où φ ' est une fonction de pondération. En utilisant les relations (4.43), (4.44) et les propriétés
fondamentales de la fonction Dirac, on obtient :
[u ]φ ' ( x − z )
Y sd ([u ])( x, z ) = (4.45)


φ ' ( x − s ) ds
Analysons à présent la cinématique de la barre en traction à la rupture avec l’approche continue.
Suivant le modèle de Mazars, la déformation équivalente régularisée ε eq s’écrit :

∫ φ ( x − s )ε eq ( s ) ds
ε eq ( x ) = Ω
(4.46)


φ ( x − s ) ds
soit pour un problème unidimensionnel :

150
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

∫ φ ( x − s )ε ( s ) ds
ε eq ( x ) = Ω
(4.47)


φ ( x − s ) ds

avec φ une fonction de pondération.


La variable régularisée Y qui pilote l’endommagement, Y = max / t (ε eq , YD 0 ) (voir (4.9)), peut
être aisément issue d’un calcul aux éléments finis utilisant le modèle non-local intégral de
Mazars.
Dans notre approche, loin de la fissure et après la rupture, nous avons : Y = YD 0 et Y sd = 0 . En
conséquence, nous proposons de construire une nouvelle variable apparentée à la variable d’état
Y mais qui puisse revenir à 0 si elle ne dépasse pas le seuil d’endommagement. Elle permet de
mettre en évidence la décharge élastique sur la barre et, en même temps, représente correctement
la zone endommagée. Cette nouvelle variable, appelée par la suite Z eq , est définie par :
⎧⎪ε eq (x) si ε eq ( x ) ≤ YD0
Z eq ( x ) = ⎨ (4.48)
⎪⎩Y (x) sinon
Les champs de variables régularisées associées aux descriptions continue et discontinue de la
rupture, Y sd et Z eq , sont donc connus à chaque instant et en tout point, et ils peuvent être
comparés par une mesure de la distance ∆ ( x, z , [u ]) (erreur absolue), qui s’écrit alors :
∆ ( x, z , [u ]) = Y sd ([u ])( x, z ) − Z eq ( x ) (4.49)
Enfin, un critère d’équivalence entre les Y sd ([u ]) et Z eq (champs régularisés) nécessite d’être
établi afin de calculer l’amplitude du saut en déplacement [u ] . Le critère choisi se base sur
l’hypothèse que Y sd ([u ]) est strictement égale à Z eq sur la discontinuité. Cela revient à
considérer ∆ ( z , z , [u ]) = 0 . Ainsi, l’amplitude du saut est donnée par la relation suivante :
Z eq ( z ) ∫ φ ' ( z − s ) ds
[u ] = Ω
(4.50)
φ ' ( z − z)
Nous calculons l’erreur relative ∆ ( x, z , [u ]) entre les champs Y sd ([u ]) et Z eq par la relation :
r

∫ ∆ ( s, z,[u ]) ds
∆ ( x, z , [u ]) =
r Ω
(4.51)
∫ Z eq ( s)ds

Cette erreur nous renseigne sur la réponse de la structure par rapport à sa convergence vers la
représentation régularisée de la discontinuité. Ainsi, plus ∆ ( x, z , [u ]) est petit, plus on est
r

proche de cette limite asymptotique.


Dans le cas de simulations numériques, nous nous plaçons dans la situation où les fonctions de
pondération φ ' et φ sont identiques à l’équation (4.12) et nous évaluons comment la solution

151
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

d’un calcul aux éléments finis (champ Z eq ) est susceptible d’approcher la représentation
régularisée de la discontinuité (champ Y sd ([u ]) ).

4.3.2. Simulations numériques (1D)

L’approche proposée est appliquée dans un code aux éléments finis. Nous nous intéressons au
problème unidimensionnel statique d’une barre de longueur et de section unitaires. Elle est
soumise à de la traction par un déplacement imposé à une des extrémités. La longueur interne lc
est choisie grande par rapport à la longueur de la barre pour éviter le snap-back qui entrainerait
l’arrêt du calcul sans toutefois endommager le bord.
Afin d’amorcer l’endommagement dans une zone bien définie, la barre, schématisée sur la
Figure 4.27, présente un défaut initial placé en son centre (à l’abscisse x = z , cf. Figure 4.25).
Cela consiste à définir un élément faible, dont la rigidité est 99 % de celle des autres éléments.

Figure 4.27 : Schématisation du problème 1D (barre en traction) traité en éléments finis.

Tous les éléments obéissent à la même loi de comportement du modèle non-local intégral de
Mazars. Les paramètres mécaniques utilisés dans cette étude sont reportés dans le Tableau 4.3 ce
qui donne la Figure 4.31 comme réponse contrainte-déformation.

E (GPa) Eelem faible (GPa) ν YD0 At Bt Ac Bc


37,7 37,6 0,2 1,10-4 1,0 14000 1,0 0,0

Tableau 4.3 : Paramètres mécaniques du modèle d’endommagement.

Dans un premier temps, nous cherchons une discrétisation donnant une solution indépendante du
maillage. Pour cela, nous ajustons le nombre d’éléments sur la réponse force-déplacement et sur
le profil d’endommagement.
La réponse force-déplacement, présentée sur la Figure 4.28, montre que des réponses très
similaires sont obtenues pour les trois maillages considérés, comportant respectivement 11, 21 et
41 éléments finis. Cependant, la réponse pour le maillage constitué de 11 éléments est légèrement
différente par rapport à celles pour 21 et 41 éléments qui sont parfaitement superposées. La
même observation concerne le profil d’endommagement montré sur la Figure 4.29.
Finalement, comme ni la réponse force-déplacement, ni le profil d’endommagement ne
dépendent du maillage, nous conservons le maillage constitué de 21 éléments de dimension égale
pour tous les autres calculs. Avec cette finesse de discrétisation choisie inférieure à la longueur

152
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

interne du milieu non-local, nous retrouvons la condition indispensable pour décrire correctement
les champs de déplacement dans la zone de fissuration (Huerta et Pijaudier-Cabot, 1994).

4,0E+06
A 11 EF
21 EF
force horizontale (N)

3,0E+06 B 41 EF
C
2,0E+06
D
1,0E+06
E
F
0,0E+00
0,0E+00 5,0E-05 1,0E-04 1,5E-04 2,0E-04
déplacement horizontal (m)

Figure 4.28 : Comportement global de la barre en traction pour différentes discrétisations.

1,0
11 EF
0,8 21 EF
endommagement

41EF
0,6 E

0,4

0,2

0,0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
coordonnée (m)
Figure 4.29 : Profil d’endommagement correspondant au niveau E du chargement
(déplacement U imposé aux conditions aux limites).

Pour la discrétisation retenue, le profil d’endommagement et son évolution avec le chargement


sont montrés sur la Figure 4.30. Les repères (A, B, C, D, E, F) représentent cinq niveaux du
déplacement U imposé aux conditions limites (voir Figure 4.27). Le premier niveau (A)

153
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

correspond au pic de contrainte et donc à l’amorçage de l’endommagement, les autres niveaux


correspondent à la propagation de l’endommagement qui tend vers 1.

F
1,0 E
D
0,8
endommagement

C
0,6

0,4 B

0,2
A
0,0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
coordonnée (m)

Figure 4.30 : Evolution de l’endommagement avec le chargement.

Le comportement d’un élément endommagé (élément central de la bande endommagée) est


montré sur la Figure 4.31, alors que l’évolution de son endommagement est présentée sur la
Figure 4.32.
4 A

3 B
contrainte (MPa)

2
D
1
E
F
0 1E-04
0,E+00 5,E-04 1,E-03 2,E-03 2,E-03
déformation

Figure 4.31 : Comportement d’un élément endommagé.

154
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

1,0
E F
D
0,8
endommagement

0,6 C

0,4 B

0,2

0,0 A
0,0E+00 5,0E-05 1,0E-04 1,5E-04 2,0E-04
déplacement imposé (m)

Figure 4.32 : Evolution de l’endommagement de l’élément endommagé.

La Figure 4.33 (a) montre la comparaison entre les champs régularisées Z eq et Y sd ([u ]) le long
de la barre avec leurs évolutions au cours du chargement. Nous remarquons que les deux profils
des déformations régularisées se rapprochent lorsque le chargement se poursuit, c’est à dire
lorsque l’endommagement augmente. Cela est dû au fait que l’approche analytique avec la
fonction Dirac en déformation ne s’applique qu’asymptotiquement à la rupture et qu’elle ne peut
pas représenter la progression des déformations là où l’endommagement reste nul. Par ailleurs,
nous observons que les profils de Z eq sont systématiquement plus larges que ceux de Y sd ([u ]) ,
ce qui peut s’expliquer par la diffusion numérique lors des itérations du modèle non-local
intégral.
L’évolution de l’erreur absolue ∆ ( x, z , [u ]) le long de la barre au cours du chargement entre ces
deux variables Z eq et Y sd ([u ]) de la Figure 4.33 (a) est montrée sur la Figure 4.33 (b). Pour
chaque niveau du chargement, l’erreur absolue ∆ ( x, z , [u ]) est nulle au centre de la barre ce qui
est en accord avec la condition imposée par le critère d’équivalence entre les champs régularisés
Y sd ([u ]) et Z eq . Lorsque l’endommagement tend vers 1, cette erreur diminue sur toute la
structure pour tendre vers une erreur nulle (niveau F du chargement) en dehors de la bande
d’endommagement et en atteignant son maximum aux bords des profils des variables régularisées
Z eq et Y sd ([u ]) .

155
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

1,E-03
F Zeq
déformation régularisée

8,E-04 Ysd ([u])


Z2
6,E-04

4,E-04 E
D
2,E-04 C
B
0,E+00 A

0 0,2 0,4 0,6 0,8 1


coordonnée (m)
(a)

1,5E-04

1,0E-04 A
erreur ∆

B
C

5,0E-05 D
E

0,0E+00 F
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
coordonnée (m)
(b)

Figure 4.33 : (a) Evolution avec le chargement des variables régularisées Z eq et Y sd ([u ]) .
(b) Evolution avec le chargement de l’erreur absolue ∆ ( x, z , [u ]) entre ces deux variables.

La Figure 4.34 montre l’évolution de l’amplitude du saut en déplacement (ouverture de fissure)


avec le chargement. Nous observons une transition dans l’évolution du saut ; celle-ci caractérise
le début de la phase adoucissante (voir Figure 4.28). A l’endroit où l’endommagement est proche
de 1 (au delà du niveau E, voir Figure 4.32), l’amplitude du saut tend avec le chargement vers la
bissectrice, ce qui signifie que plus le chargement avance, plus le saut [u] tend vers le
déplacement U imposé aux conditions limites. En effet, lorsque la contrainte devient nulle, tous

156
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

les éléments se déchargent sauf un qui reste déformé. Ceci représente une macrofissure qui sépare
les deux blocs rigides où l’un a un déplacement imposé nul et l’autre a un déplacement imposé U.

3,2E-04
saut en déplacement [u] (m)

2,4E-04

F
1,6E-04

E
8,0E-05 D
C
B
A
0,0E+00
0,0E+00 8,0E-05 1,6E-04 2,4E-04 3,2E-04
déplacement imposé (m)

Figure 4.34 : Evolution de l’amplitude du saut en déplacement [u] avec le chargement.

Enfin, la Figure 4.35 montre l’évolution de l’erreur relative ∆ ( x, z , [u ]) avec le chargement.


r

0,8
A
B
0,6
C
r
erreur ∆

0,4 D

E
0,2
F

0,0
0,0E+00 8,0E-05 1,6E-04 2,4E-04 3,2E-04
déplacement imposé (m)

Figure 4.35 : Evolution de l’erreur relative ∆ ( x, z , [u ]) avec le chargement.


r

157
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

Cette erreur relative ∆ ( x, z , [u ]) commence à diminuer à partir du moment où


r

l’endommagement se crée dans l’élément défectueux, comme il est montré sur la Figure 4.36.
Finalement, lorsque l’endommagement tend vers 1, l’erreur ∆ ( x, z , [u ]) entre les deux modèles
r

(continu et discontinu) pour représenter une discontinuité est de l’ordre de 4 % au dernier


incrément du calcul. Cette erreur ne varie pas pour un nombre d’éléments supérieur à 21.

1,0 1,0

0,8 0,8
endommagement

endommagement

erreur ∆r
0,6 0,6
erreur delta r
0,4 0,4

0,2 0,2

0,0 0,0
0,0E+00 8,0E-05 1,6E-04 2,4E-04 3,2E-04
déplacement imposé (m)

Figure 4.36 : Evolution de l’endommagement et de l’erreur relative ∆ ( x, z , [u ])


r

avec le chargement.

Finalement, en supposant que le lieu de la discontinuité est connu, nous avons extrait d’un calcul
par éléments finis, basé sur le modèle non-local d’endommagement, avec une bonne précision un
saut en déplacement (ouverture de fissure). Celui-ci peut être utilisé à d’autres fins, en particulier
pour évaluer la perméabilité par le biais de la loi d’écoulement de Poiseuille.
Etant donné que l’approche proposée constitue une première approche en 1D du calcul de
l’ouverture de fissure à partir d’un modèle endommagement, diverses questions se posent. Parmi
les plus importantes, nous distinguons :
ƒ L’influence du type de la fonction de pondération φ ' et φ sur l’estimation du saut en
déplacement.
ƒ L’application de l’approche proposée sur d’autres modèles non-locaux d’endommagement,
que ce soit un modèle gradient, en déformations ou en déplacement non-locaux.
ƒ L’application de l’approche proposée aux problèmes 2D et 3D. Néanmoins, nous supposons
que notre approche pourrait s’appliquer pour une fissure dans un solide 2D ou 3D lorsqu’on
se place perpendiculairement à celle-ci en un point donné. Toutefois, pour pouvoir appliquer
cette approche, il faudra d’abord estimer la position et l’orientation de la fissure et cela n’est
pas trivial.
ƒ La validation expérimentale pour pouvoir employer l’approche proposée aux calculs de
structures.
Toutes ces problématiques constituent des perspectives de notre travail sur une modélisation de
l’évolution de la perméabilité avec l’endommagement et l’ouverture de fissure.

158
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

CONCLUSIONS

Nous avons proposé d’établir une loi d’évolution de la perméabilité en fonction de


l’endommagement et de l’ouverture de fissure. Deux approches ont été développées.
A l’issue de la première approche, par l’intermédiaire d’une loi des mélanges, une loi basée sur
l’endommagement a été reliée avec celle basée sur l’ouverture de fissure. Le raccordement a été
effectué au niveau local (échelle du matériau) par une pondération par l’endommagement des lois
d’évolution existantes. Cette analyse a permis d’adapter une loi d’évolution unique qui respecte
la tendance donnée par les lois existantes là où elles sont valables.
L’application de cette nouvelle loi d’évolution a une influence importante sur la perméabilité
structurelle, qui est finalement plus faible par rapport à celle estimée avec l’application de
l’évolution exponentielle de Picandet et al. (2001).
Enfin, dans le repère perméabilité-déplacement appliqué sur la structure, l’allure des courbes
obtenues reste très proche de celle observée par sur résultats expérimentaux. Ainsi, l’hypothèse
de la transition du régime d’écoulement suite à la localisation des déformations, supposée à
l’issue de l’étude expérimentale (cf. Chapitre 2), est vérifiée.
Par ailleurs, afin de recaler cette loi d’évolution de la perméabilité avec les essais expérimentaux,
il faudra probablement tenir compte de la variation de Y dans la bande d’endommagement.
Dans le cadre de cette étude, nous avons pu mettre en évidence les effets d’échelle sur la
perméabilité et vérifier les effets d’échelle sur la résistance mécanique. Les résultats des
simulations numériques, menées sur trois disques homothétiques, ont montré une diminution de
la perméabilité structurelle avec un effet d’échelle lorsque la taille de la structure augmente. Nous
avons proposé des asymptotes de la loi d’effet d’échelle sur la perméabilité qui est différente de
celle sur la résistance. La connaissance de la loi d’effet d’échelle sur la perméabilité est capitale
pour ne pas sous-estimer la perméabilité prédite par la loi de Poiseuille et donc le taux de fuite de
structure à partir d’essais sur maquette en laboratoire.
A l’issue de la deuxième approche, recourant à la modélisation discontinue de la rupture,
l’ouverture de fissure a été extraite à partir du champ d’endommagement, obtenu avec une
modélisation par éléments finis continue enrichie. Ainsi, cette ouverture peut être introduite dans
la loi d’écoulement de Poiseuille afin de déterminer la perméabilité d’un matériau fissuré.
Concernant l’application aux problèmes 2D ou 3D, il faudra d’abord caractériser la fissure
(position et orientation) pour pouvoir appliquer notre analyse 1D, ce qui permettra de calculer
l’ouverture en tout point de la fissure. Cela constitue une des perspectives de notre travail, aussi
bien que la validation expérimentale de l’approche proposée. Par ailleurs, une fois étendue aux
problèmes 2D ou 3D, cette approche pourra également s’appliquer à l’amélioration de la
modélisation du passage mécanique entre l’ouverture de fissure et l’endommagement utilisée
dans la loi de raccordement entre les perméabilités.

159
CHAPITRE 4
CONTRIBUTION A LA MODELISATION DE L’EVOLUTION DE LA PERMEABILITE
AVEC L’ENDOMMAGEMENT ET L’OUVERTURE DE FISSURE
________________________________________________________________________________________________________

160
CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
________________________________________________________________________________________________________

CONCLUSIONS ET PERPECTIVES

L'objectif de cette étude était de caractériser les effets de la température et de l’état mécanique,
ainsi que de leurs interactions sur la perméabilité du béton de structure.
Les essais expérimentaux ont été effectués sur des éprouvettes cylindriques trouées soumises à
une compression uniaxiale et à des températures homogènes. Afin d’obtenir différents niveaux de
fissuration, notamment la microfissuration diffuse et la fissuration localisée, les essais ont été
conduits dans les phases pré-pic et post-pic du comportement mécanique jusqu’à la rupture. Etant
donné qu’une application possible de notre étude est de caractériser la perméabilité du béton dans
les conditions thermiques correspondant à un accident de type APRP de l’enceinte de
confinement, nous avons donc étudié les effets de la température jusqu’à 150 °C.
Les résultats obtenus lors de l’étude expérimentale amènent les conclusions suivantes :
• La température induit une augmentation de la perméabilité. Cependant, l’évolution de la
perméabilité s’est avérée assez faible par rapport aux valeurs trouvées dans la littérature en
raison du séchage préalable du béton à 105 °C ainsi que de la limitation à 150 °C de la
température d’essai. L’analyse des effets de la température sur la structure poreuse du béton a
permis de distinguer trois phénomènes principaux qui influencent sa perméabilité et qui sont
essentiellement provoqués par dilatation thermique. Il s’agit de l’augmentation de la porosité
capillaire, de l’élargissement des pores et de l’effet de la succion capillaire qui peut d’ailleurs
atténuer les effets des deux premiers phénomènes.
• L’état de contrainte influence la perméabilité. En effet, indépendamment de la
température du béton, la perméabilité déterminée sous un chargement inférieur à 80-85 % du
chargement maximal (en phase pré-pic) est plus petite que celle déterminée après
déchargement, ce qui est dû à la compétition entre la refermeture des microfissures
préexistantes et la création des nouvelles microfissures. Lorsque le chargement devient
supérieur à 80-85 % du chargement maximal, l'effet s’inverse : la perméabilité sous
chargement devient plus grande que celle obtenue après chargement et déchargement. Ces
différences s’atténuent lorsque le béton devient fortement endommagé (en phase post-pic). La
mesure de la perméabilité uniquement après déchargement risque ainsi de conduire à une
mauvaise prévision de la perméabilité du béton d’ouvrage.
• Dans la phase pré-pic, qui reproduit le comportement du béton de structure dans les cas de
chargement de service, plusieurs phases d'évolution de la perméabilité apparaissent
indépendamment de la température du béton. Suite au changement du comportement
volumique du béton sous la compression uniaxiale, une légère diminution, suivie par une
légère augmentation de la perméabilité est observée. Cette phase correspond à la refermeture
des microfissures préexistantes, puis à la création probable de nouvelles microfissures qui ne
sont pas encore interconnectées. A partir de 80-85 % du chargement au pic, une nette
augmentation de la perméabilité, déterminée sous chargement et après déchargement, est
constatée. Elle est attribuée probablement à l’apparition de microfissures continues à travers
la pâte de ciment. Cette augmentation s’intensifie avec l’augmentation de la température.
• Dans la phase post-pic, qui peut reproduire le comportement du béton de structure dans
les cas de chargement exceptionnel (par exemple accident sur une enceinte), la perméabilité
augmente significativement en raison de la croissance de l’ouverture et de la largeur des
fissures macroscopiques. Ainsi, le flux à travers le milieu fissuré devient tributaire de la

161
CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
________________________________________________________________________________________________________

macrofissuration, tout en étant négligeable dans les zones microfissurées. En effet, suite à la
localisation de la fissuration, la localisation du flux se produit.
Nous avons remarqué que, dans les cas de nos résultats expérimentaux, les effets de
l’endommagement et de la température peuvent être finalement découplés pour l’estimation de
l'évolution de la perméabilité. Cependant, la loi d’évolution proposée ne peut s’appliquer que
lorsque le matériau est endommagé de façon homogène, donc avant la localisation des
déformations. En effet, elle n’est valable qu’avant le pic de contrainte, donc pour des
endommagements modérés.
Afin de dépasser cette limite pour pouvoir également modéliser l’accroissement de la
perméabilité avec la fissuration localisée en phase post-pic, nous avons proposé d’intégrer dans
notre loi d’évolution de la perméabilité un autre paramètre : l’ouverture de fissure. Cette
problématique, traitée par la modélisation, a été abordée selon deux approches.
La première est fondée sur la définition d’une loi de raccordement entre la perméabilité en
fonction de l’endommagement (relation exponentielle proposée par Picandet et al. (2001) et
vérifiée sur nos résultats expérimentaux) et la perméabilité en fonction de l’ouverture de fissure
(relation dérivant de la loi d’écoulement de Poiseuille). Nous avons proposé une loi de
raccordement sous la forme d’une loi des mélanges dans laquelle l’endommagement pilote la
pondération entre les deux perméabilités décrites par les lois d’évolution existantes. Pour cela,
nous avons défini une équivalence entre le champ d’endommagement à la rupture et l’ouverture
de fissure. Cette approche a été appliquée à la simulation numérique d’un disque sollicité en
fendage. Les résultats obtenus mettent en évidence que le type de raccordement obtenu est
qualitativement le même que celui observé sur nos résultats expérimentaux dans la phase pré-pic
et post-pic jusqu’à la rupture, même si la nature de l’essai est différente. Cette observation vérifie
l’hypothèse de la transition entre la perméation à travers un matériau poreux microfissuré et
l’écoulement à travers des fissures localisées, qui a lieu suite à la localisation des déformations,
comme on l’a supposé à l’issue de l’étude expérimentale.
Dans le cadre de cette étude nous avons également mis en évidence les effets d’échelle sur la
perméabilité. Les résultats des simulations numériques, menées sur trois disques homothétiques,
ont montré une diminution de la perméabilité structurelle avec un effet d’échelle lorsque la taille
de la structure augmente. Nous avons proposé des asymptotes de la loi d’effet d’échelle sur la
perméabilité qui est différente de celle sur la résistance. La connaissance de la loi d’effet
d’échelle sur la perméabilité est capitale pour ne pas sous-estimer la perméabilité prédite par la
loi de Poiseuille et donc le taux de fuite de structure à partir d’essais sur maquette en laboratoire.
Les hypothèses de l’équivalence proposée dans cette approche entre le champ d’endommagement
et l’ouverture de fissure sont discutables mais, dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne
sommes pas capables de calculer une ouverture de fissure (saut de discontinuité) dans une surface
ou un volume. C’est pourquoi, nous avons étudié ultérieurement la modélisation de l’équivalence
mécanique continue-discontinue.
Dans la deuxième approche nous avons donc proposé de lier les modélisations mécaniques
continues et discrètes de la rupture et de répondre à la question de l’estimation d’une ouverture de
fissure à l’aide d’un modèle d’endommagement (continu). Au cours de cette étude, qui s’inscrit
dans le cadre du projet « CONTIFISS » (fissuration continue), nous avons proposé de comparer
deux champs de variables cinématiques, liées à la rupture et régularisées, obtenues par
modélisation continue et discrète dans le cas de l’analyse 1D où la position de la fissure est
connue. Finalement, à l’issue des simulations numériques menées sur une barre en traction,
l’erreur entre ces deux modèles pour représenter une discontinuité diminue lorsque
l’endommagement tend vers 1 et devient faible (4 %). Ce résultat met en évidence qu’il est

162
CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
________________________________________________________________________________________________________

possible d’extraire l’ouverture de fissure équivalente avec une bonne précision à partir d’un
calcul continu aux éléments finis basé sur un modèle d’endommagement non-local. Cette
ouverture équivalente peut être introduite dans la loi d’écoulement de Poiseuille afin de
déterminer la perméabilité d’un matériau fissuré.
L’approche proposée, qui doit être étendue aux applications 2D et 3D et dont les résultats
nécessitent d’être validés par des études expérimentales ultérieures, pourra donc être considérée
comme une méthode simple pouvant s’appliquer aux calculs de structures.

Les travaux menés dans le cadre de cette thèse ont abouti à des résultats qui semblent
intéressants, toutefois beaucoup de questions et d’améliorations nécessitent d’être effectuées.
Sur le plan expérimental, la validation du modèle d’interaction pour d’autres températures et sur
d’autres bétons, notamment un béton de référence d’une enceinte, paraît nécessaire. Par ailleurs,
il serait utile de concevoir une méthode expérimentale pour mesurer l’évolution de la structure
poreuse du béton sous température.
La nature du fluide percolant dans le béton est importante (à cause des interactions possibles du
fluide avec la matrice cimentaire). Dans le cadre de nos travaux, nous avons utilisé du gaz sec, il
serait souhaitable d’utiliser dans le futur un mélange de vapeur d’eau et d’air sec, ce qui
représenterait mieux les conditions réelles de l’accident type APRP d’une enceinte. Cependant, la
conception du dispositif de mesure de la perméabilité devra être changée par rapport à celui
existant ; d’autres capteurs devront être conçus permettant ainsi de mesurer le débit de fuite de la
vapeur, de l’eau condensée et du gaz évacué.
Etant donné que la paroi de l’enceinte est en béton précontraint, il paraît aussi indispensable
d’inclure dans l’analyse la présence d’armatures actives (câbles de précontrainte) ainsi que
d’armatures passives (ferraillage). Des essais sur une maquette, représentant une paroi de
l’enceinte et permettant de comprendre l’influence d’armatures sur l’évolution de la perméabilité
du béton, sont actuellement en cours.
Concernant la modélisation de l’évolution de la perméabilité avec l’état mécanique par une seule
loi, d’autres études permettant d’étendre le champ d’application ainsi que la validation des
approches numériques proposées nécessitent d’être réalisées. Ces études seront menées dans le
cadre du projet « CONTIFISS ».
En effet, pour obtenir une équivalence fiable continue-discontinue, où l’on ne connaît pas
l’emplacement de la discontinuité, il faudra au préalable estimer la position et la normale de la
zone fissurée pour pouvoir appliquer notre analyse.
Concernant la validation expérimentale de l’approche développée, le type d’expérimentation
envisagé est l’essai « brésilien » sur des disques de mortier ou de béton. Ces essais permettraient
d’obtenir des informations sur l’ouverture de la fissure, sur la taille de la zone d’endommagement
diffus autour de celle-ci et sur le champ de déplacement complet (par corrélation d’images, par
exemple). Afin d’évaluer la pertinence de notre approche numérique vis-à-vis de la perméabilité,
des mesures de perméabilité seront effectuées au cours du chargement du disque. Enfin, il faudra
envisager aussi une confrontation des résultats expérimentaux avec des résultats numériques afin
de valider le modèle proposé.
Toutes ces études expérimentales, de modélisation et de simulations numériques devront en effet
déboucher vers l’élaboration d’un modèle capable de reproduire les variations de perméabilité
d’une enceinte de confinement dans ses régimes de fissuration diffuse ou localisée même lorsque
celle-ci est soumise à une température d’accident. L’application d’un tel modèle à un calcul
hydraulique permettra de prévoir le taux de fuite et d’évaluer par conséquent des marges de
sécurité d’une enceinte.

163
CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES
________________________________________________________________________________________________________

164
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

BIBLIOGRAPHIE

Abbas A., Carcasses M., Ollivier J.P., Gas permeability of concrete in relation to its degree of
saturation, Materials and Structures 32 (1999) 3-8.

Abbas A., Carcasses M., Ollivier J.P., The importance of gas permeability in addition to the
compressive strength of concrete, Magazine of concrete Research 52 (2000) 1-6.

Acker P., Reymond M.C., L’apport des moyens non destructifs dans l’interprétation du
comportement instantané et différé du béton durci, colloque Liaison pâtes de ciment matériaux
associés, Toulouse, 1982.

AFPC-AFREM (1997), Extrait du compte-rendu des Journées Techniques de l’AFPC-AFREM,


Durabilité des bétons, Méthodes recommandés pour la mesure des grandeurs associées à la
durabilité, Mode opératoire recommandé, essai de perméabilité au gaz du béton durci, 11 et 12
décembre 1997, Toulouse.

Alarcon-Ruiz L., Platret G., Massieu, Ehrlacher A., The use of thermal analysis in assessing the
effect of temperature on cement paste, Cement and Concrete Research 35 (2005) 609-613.

Askes H., Advanced spatial discretisation strategies for localized failure. Mesh adaptivity and
meshless methods, PhD thesis, Delft University of Technology, 2000.

Banthia N., Biparva A., Mindess S., Permeability of concrete under stress, Cement and Concrete
Research 35 (2005) 1651-1655.

Baroghel-Bouny V., Caractérisation des pâtes de ciment et des bétons ; méthodes, analyse,
interprétations, Edition du Laboratoire Central des Ponts et Chausées, Paris, 1994.

Bary B., Etude du couplage hydraulique-mécanique dans béton endommagé, Thèse de Doctorat
du Laboratoire de Mécanique et Technologie, Cachan 1996.

Bazant Z.P., Instability, ductility and size effect in strain-softening concrete, J. Engrg. Mech. Div.
(ASCE) 102 (1976) 331-344.

Bazant Z.P. et Thonghutai W., Pore pressure and drying of concrete at high temperature, J. Eng.
Mech. Div. (ASCE) 104 (1978) 1059-1079.

Bazant Z.P. et Wittmann F.H., Creep and shrinkage in concrete structures, John Wiley & Sons
(1982).

Bazant Z.P., Size effect in blunt fracture: Concrete, rock, metal, J. of Engrg. Mech. (ASCE) 110
(1984).

165
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Bazant Z.P. et Jirasek M., Nonlocal model based on crack interactions : A localization study, J. of
Engrg. Materials & Technology (ASME) 116 (1994) 256-259.

Bazant Z.P. et Kaplan M.F., Concrete at high temperatures, Material properties and
mathematical models, Longman House, Burnt Mill, England, 1996.

Bazant Z.P., Planas J., Fracture and size effect in concrete and other quasibrittle materials, CRC
Press LLC, 1998.

Bazant Z.P., Introduction aux effets d’échelle sur la résistance des structures, Lavoisier, 2004.

Benallal A., Billardon R., Geymonat G., Bifuracation and rate-independent materials, in:
Bifurcation and stability of dissipative systems, CISM Lecture Notes 327, Springer (1993) 1-44.

Bourdarot E., Application of a porodamage model to analysis of concrete dams, Note


EDF/CNEH, 1991.

Burlion N., Skoczylas F., Dubois, Induced anisotropic permeability due to drying of concrete,
Cement and Concrete Research 33 (2003) 679-687.

Burlion N., Bourgeois F., Shao J.-F., Effects of desiccation on mechanical behaviour of concrete,
Cement and Concrete Research 27 (2005) 367-379.

Carman P.C., Flow of gases through porous media, Academic Press, New York, 1956.

Carmeliet J., Delerue J.F., Vandersteen K., Roels S., Three-dimensional liquid transport in
concrete cracks, Int. J. Numer. Anal. Meth. Geomech. 28 (2004) 671-687.

Chatzigeorgiou G., Coupling between Damage, Temperature and Permeability of Concrete:


Experimental and Numerical study, rapport interne, Ecole Centrale de Nantes, 2004.

Chatzigeorgiou G., Picandet V., Khelidj A., Pijaudier-Cabot G., Coupling between progressive
damage and permeability of concrete: analysis with a discrete model, Int. J. Anal. Meth.
Geomech. 29 (2005) 1005-1018.

Choinska M., Khelidj A., Chatzigeorgiou G., Pijaudier-Cabot G., Effects and Interactions of
Temperature and Stress-level Related Damage on Permeability of Concrete, Cement and
Concrete Research 37 (2007) 79-88.

Comi C., Mariani S., Perego U., An extended FE strategy for transition from continuum damage
to mode I cohesive crack propagation, Int. J. Numer. Anal. Math. Geomech. (2006), sous-presse.

Crisfield M.A., Local instabilities in the non linear analysis of reinforced concrete beams and
slabs, Proceeding of the Institution of Civil Engineers 73 (1982) 135-145.

Dal Pont S., Lien entre la perméabilité et l’endommagement dans les bétons à haute température,
Thèse de Doctorat, ENPC, 2004.

166
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Dal Pont S., Schrefler B.A., Ehrlacher A., Intrinsic permeability evolution in high temperature
concrete: An experimental and Numerical Analysis, Transp Porous Med 60 (2005) 43-74.

de Borst, R., Sluys, L.J., Muhlhaus, H.B. et Pamin, J., Fundamental issues in finite element
analyses of localisation of deformation, Engrg. Comput. 10 (1993) 99-121.

de Borst, R., Fracture in quasi brittle materials: a review of continuum damage-based approaches,
Engineering Fracture Mechanics 69 (2002) 95-112.

de Borst, R., Remmers, J.J.C., Needleman, A. et Abellan, M.A., Discrete vs. smeared crack
models for concrete fracture: bridging the gap, Int. J. Numerical and Analytical Methods in
Geomechanics 28 (2004) 583-607.

de Vree J.H.P., Brekelmans W.A.M., van Gils M.A.J., Comparisons of non local approaches in
continuum damage mechanics, Computers and Structures 55 (1995) 581-588.

Diederichs U., Hinrichsmeyer K., Schneider U., Analysis of thermal, hydrothermal and
mechanical stresses of concrete by mercury porosimetry and nitrogen-sorption, Haynes&Rossi-
Doria (ed) Proc. of RILEM/CNR Int. Symp. On Principles and Applications of Pore Structural
Characterization, Milan, 1983.

Diederichs U., Jumppanen U.M., Penttala V., Behaviour of high strength concrete at high
temperature, Espoo: Helsinki University of Technology, Report 92, 1989.

Dormieux L. and Kondo D., Approche micromécanique du couplage perméabilité-


endommagement, C.R. Mecanique 332 (2004) 135-140 (in french).

Dullien F.A.L., Porous Media. Fluid Transport and Pore Structure, Academic Press (1979).

Dupain R., Lanchon R., Saint-Arroman J.C., Granulats, Sols, Ciments et Bétons-Caractérisation
des matériaux de génie civil par les essais de laboratoire, Editions Casteilla, Paris, 1995.

Edvardsen C., Water permeability and autogeneous healing of cracks in concrete, ACI Materials
Journal 96 (1996) 448-454.

Fauchet B., Analyse poroplastique des barrages en béton et de leurs foundations. Rôle de la
pression interstitielle, Thèse de Doctorat de l’ENPC, 1991.

Feraille A., Tamagny P., Ehrlacher A., and Sercombe J., Thermo-hydrochemical modelling of a
porous medium submitted to high temperature: an application to an axisymmetrical structure,
Math.Comp.Mod. 37 (2003) 641–650.

Fu Y.F., Wong Y.L., Poon Ch.S, Tang Ch.A., Lin P., Experimental study of micro/macro crack
development and stress-strain relations of cement-based materials at elevated temperatures,
Cement and Concrete Research 34 (2004) 789-797.

167
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Gardner D.R., Lark R.J., Barr B., The effect of conditioning to a predetermined weight loss on
the permeability of concrete, Construction and Building Materials 21 (2007) 83–89.

Gawin D., Majorana C. E., Schrefler B. A., Numerical analysis of hygro-thermal behaviour and
damage of concrete at high temperature, Mech. Cohes.-Frict. Mater. 4 (1999) 37-74.

Gawin D., Pesavento F., Schlefler B.A., Simulation of damage-permeability coupling in hygro-
thermo-mechanical analysis of concrete at high temperature, Comm. in Num. Meth. Engrg. 18
(2002) 113-119.

Gawin D., Pesavento F., Schlefler B.A., Modelling of thermo-chemical and mechanical damage
of concrete as a multiphase material at high temperatures, Comput. Meth. Appl. Mech. Eng. 192
(2003) 1731-1771.

Gawin D., Alonso C., Andrade C., Majorana C.E., Pesavento F., Effect of damage on
permeability and hygro-thermel behaviour of HPCs at elevated temperatures: Part 1.
Experimental results, Computers and Concrete (2005) 189-202.

Geers M.G.D., Peijts T., Brekelmans W.A.M., de Borst R., Experimental monitoring of strain
localisation and failure of composite materials, Composite Science and Tech. 56 (1996) 1283-
1290.

Gérard B., Breysse D., Ammouche A., Houdusse O., Dirdry O., “Cracking and permeability of
concrete under tension”, Mater. Struct. 29 (1996) pp.141-151.

Gérard B., Contribution des couplages mécanique-chimie-transfert dans la tenue à long terme des
ouvrages de stockage de déchets radioactifs, Thèse de doctorat, ENS Cachan, 1996.

Godard V., Modélisation non locale à gradients de déformations, Documentation de référence


Code_Aster, R5.04.02, 2003, www.code-aster.org.

Granger S., Loukili A. Pijaudier-Cabot G., Chanvillard G., Caractérisation expérimentale de


l’auto-cicatrisation des fissures dans un béton à ultra-hautes performances, Revue Européenne de
Génie Civil 10 (2006) 279-294.

Handbook of chemistry and physics, CRC press inc, 1977.

Haidar K., Modélisation de l’endomagement des structures en béton-Approches numériques et


effet de la microstructure sur les propriétés de rupture, Thèse de doctorat, Université de Nantes,
2002.

Harmathy T.Z., Thermal properties of concrete at elevated temperatures, ASTM Journal of


Materials 5 (1970) 47-74.

Hearn N. and Lok G., Measurement of Permeability under Uniaxial Compression-A Test
Method, ACI Materials Journal 95 (1998) 691-694.

168
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Hearn N., Effect of shrinkage and load-induced cracking on water permeability of concrete, ACI
Materials Journal 96 (1999) 234-241.

Hettema M.H.H., The thermo-mechanical behaviour of sedimentary rock : an experimental study,


PhD thesis, Delft University, 1996.

Hillerborg A., Modéer M., Petersson P.E., Analysis of crack formation and crack growth in
concrete by means of fracture mechanics and finite elements, Cement and Concrete Research 6
(1976) 773-781.

Hubert F.X., Contribution à l’étude du comportement mécanique des ouvrages en béton avec
prise en compte des effets de la dessiccation, Thèse de doctorat, Université des Sciences et
Technologies de Lille, 2004.

Huerta A. et Pijaudier-Cabot G., Discretization influence on the regularization by two


localization limiters, Journal of Engineering Mechanics 120 (1994) 1198-1218.

Jason L., Relation endommagement perméabilité pour les bétons. Application aux calculs de
structures, Thèse de doctorat, Université de Nantes, 2004.

Joos M. and Reinhardt H.W., Permeability and diffusivity of concrete as function of temperature,
Cement and Concrete Research 32 (2002) 1497-1504.

Jumppanen U.M., Diederichs U., Hinrichsmeyer K., Material properties of F-concrete at high
temperature, Espoo: Technical Research Centre of Finland, n°452 (1986)

Kermani A., Stressed concrete. Permeability of stressed concrete, Building Research and
Information 19 (1991) 360-366.

Khelidj A., Choinska M., Chatzigeorgiou G., Pijaudier-Cabot G., Coupling between progressive
damage, temperature and permeability of concrete: Experimental and numerical study,
Restoration of Buildings and Monuments 12 (4) (2006) 299-316.

Klinkenberg L.J., The permeability of porous media to liquids and gases, American Petroleum
Institute, Drilling and Production Practice (1941) 200-213.

Leblond J.B. Perrin G., Devaux X., Bifurcation effects in ductile metals with damage
delocalisation, J. Appl. Mech. 61 (1994) 236-242.

Lemaitre J. et Chaboche J.L., Mécanique des matériaux solides, Dunod, Paris, 1984.

Lion M., Influence de la température sur le comportement poromécanique et hydrauliques d’une


roche carbonaté et d’un mortier. Etudes expérimentales, Thèse de doctorat, Université Lille 1,
2004.

169
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Lion M., Skoczylas F., Lafhaj Z., Sersar M., Experimental study on a mortar. Temperature effects
on porosity and permeability. Residual properties or direct measurements under temperature,
Cement and Concrete Research 35 (2005) 1937-1942.

Loosvelt H., Etude expérimentale des comportement hydraulique et poromécanique d’un mortier
sain ou dégradé chimiquement, Thèse de doctorat, Université des Sciences et Technologies de
Lille, 2002.

Luccioni B.M., Figueroa M.I., Danesi R.F., Thermo-mechanic model for concrete exposed to
elevated temperatures, Eng. Structures 25 (2002) 729-742.

Maso J.C., La liaison entre les granulats et la pâte de ciment hydraté, 7ème Congrès International
de Chimie des Ciments, Rapport principal, Paris, 1980.

Mazars J., Application de la mécanique de l'endommagement au comportement non linéaire et à


la rupture du béton de structure, Thèse de Doctorat d'Etat de l'Université Paris 6, 1984.

Mazars et Pijaudier-Cabot, From damage to fracture mechanics and conversely: a combined


approach, Int. J. Solids. Struct. 33 (1996) 3327-3342.

Mehta P.K., Concrete. Structure, properties and materials, Englewood Cliff, New Jersey,
Prentice-Hall, 1986.

Meziani H. et Skoczylas F., An experimental study of the mechanical behaviour of a mortar and
of its permeability under deviatoric loading, Materials and Structures 32 (1999) 403-409.

Monlouis-Bonnaire J.P., Verdier J., Perrin P., Prediction of the relative permeability to gas flow
of cement-based materials, Cement and Concrete Research 34 (2004) 737-744.

Moranville-Regourd M., Microstructures des bétons à hautes performances, dans : Les bétons à
hautes performances : du matériau à l’ouvrage, Presse de l’Ecole Nationale des Ponts et
Chausées, 1992.

NFP 18-404, Bétons - Essai d’étude, de convenance et de contrôle - Confection et conservation


des corps d’épreuve.

NFP 18-422, Bétons - Mise en place par aiguille vibrante.

NIST, Transport Properties and Durability of Concrete : Literature Review and Research Plan,
NISTIR 6395 (1999).

NIST, Effect of Drying Shrinkage Cracks and Flexural Cracks on Concrete Bulk Permeability,
NISTIR 6519 (2000).

Nonnet E. Lequeux N., Boch P., Elastic properties of high alumina cement castables from room
temperature to 1600 °C, J. Eur. Ceram. Soc. 19 (1999) 1575-1583.

170
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Norris W.E., Naus D.J., Graves H.L., Inspection of nuclear power plant containment structures,
Nuclear Engineering and Design 192 (1999) 303–329.

Noumowé A., Effet de hautes temperatures (20-600 °C) sur le béton. Cas particulier du béton à
hautes performance, Thèse de Doctorat, INSA Lyon, 1995.

Oliver J., Huespe A.E., Pulido M.D.G., Chaves E., From continuum mechanics to fracture
mechanics: the strong discontinuity approach, Engineering Fracture Mechanics 69 (2002) 113-
136.

Omar M., Déformations différées du béton : Etude expérimentale et modélisation numérique de


l’interaction fluage-endommagement, Thèse de doctorat, Université de Nantes, 2004.

Peerlings R.H.J., de Borst R., Brekelmans W.A.M., de Vree J., Gradient enhanced damage model
for quasi-britlle materials, Int. J. Num. Meth. Engrg. 39 (1996) 3391-3403.

Peerlings R.H.J., Enhanced damage modelling for fracture and fatigue, PhD thesis, Technische
Universiteit Eindhoven, 1999.

Picandet V., Influence d’un endommagement mécanique sur la perméabilité et sur la diffusivité
hydrique des bétons, Thèse de Doctorat, Université de Nantes, 2001.

Picandet V., Khelidj A., Bastian G., Effect of axial compressive damage on gas permeability of
ordinary and high-performance concrete, Cement and Concrete Research 31 (2001) 1525-1532.

Pijaudier-Cabot G. et Bazant Z.P., Nonlocal Damage Theory, Journal of Engineering Mechanics


113 (1987) 1512-1533.

Planas, J., Elices, M., Guinea, G.V., Cohesice crack versus nonlocal model: closing the gap,
International Journal of Fracture 63 (1993) 173-187.

Ramtani S., Berthaud Y., Mazars J., Orthotropic behavior of concrete with directional aspects :
modelling and experiments, Nuclear Engineering and Design 133 (1992) 97-111

Reinhardt H.W. and Joos M., Permeability and self-healing of cracked concrete as a function of
temperature and crack width, Cement and Concrete Research 33 (2003) 981-985.

Rapport de vérification N° ATE03.0111TH émis par SERVATHIN, 2003.

Remond F., Perméabilité des bétons maintenus sous charges mécaniques, rapport de DEA, Ecole
Centrale de Nantes, 2003.

Rodriguez-Feran A., Morata I., Huerta A., A new damage model based on non-local
displacements, Int. J. Numer. Anal. Math. Geomech. 29 (2005) 473-493.

Rostasy F.S., Weib R., Wiedemann G., Changes of pore structure of cement mortars due to
temperature, Cement and Concrete Research 10 (1980) 157-164.

171
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Sanjuan M.A. et Munoz-Martialay R., Oven-drying as a preconditioning method for air


permeability test on concrete, Material Letters 27 (1996) 263-268.

Schneider U. et Herbst H.J., Permeabilitaet und porositaet von beton bei hochen temperaturen,
Deutscher Ausschuss fuer Stahlbeton 403 (1989) 23-52.

Scrivener K., Cours on-line, EPFL, 2001.

Shah S.P., Sankar R., Internal cracking and strain softening response of concrete under uniaixal
compression, Center for Concrete and Geomaterials, Northwestern University, 1987.

Simo J.C., Oliver J., Armero F., An analysis of strong discontinuities induced by strain-softening
in rate-dependent inelastic solids, Computational Mechanics 12 (1993), 1595-1638.

Simone A., Wells G.N., Sluys L.J., From continuous to discontinuous failure in a gradient-
enhanced continuum damage model, Comput. Methods Appl. Mech. Engrg. 192 (2003) 4581-
4607.

Skoczylas F. et Henry J.P., A study of the intrinsic permeability of granite to gas, Int. J. Rock
Mech. Sci. & Geomech. Abstr. 32 (1995) 171-179.

Skoczylas F., Variations de la perméabilité et comportement sous chargement déviatorique, dans


La degradation des bétons, couplage fissuration-dégradation chmique, (Ed.) Torrenti J.M., Didry
O., Ollivier J.P., Plas F., Communications en mécanique, Edition Hermes, 1999.

Sluys L.J., Communication personnelle, ALERT, Aussois, 2004.

Sugiyama T., Permeability of stressed concrete, PhD thesis, University of New Brunswick,
Canada, 1994.

Sugiyama T., Bremner T.W., Holm T.A., Effect of Stress on Gas Permeability in Concrete, ACI
Materials Journal 93 (1996) 443-450.

Terrien M., Emission acoustique et comportement mécanique post-critique d’un béton sollicité en
traction, Bulletin de liaison des Ponts et Chaussées 105 (1980).

Tognazzi C., Couplage fissuration-dégradation chimique dans les matériaux cimentaires :


Caractéristion et Modélisation, Thèse de Doctorat, Institut National des Sciences Appliquées de
Toulouse, 1998.

Tognazzi C., Genin P., Torrenti J.M., Influence de la fissuration et de l’hygrométrie du béton sur
sa perméabilité, Séminaire EDF Durabilité des Ouvrages, Moret, 1996.

Torrenti J.M., Djebri B., Bascoul A. Granju J.L., Comprative study of two biaxial presses for
concrete, Matériaux et Constructions 241(1991) 52-60.

172
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

Torrenti, J.-M., Desrues, J., Benaija, E.H., Boulay, C., Syereophotogrammetry and Localization
in Concrete under Compression, J. Eng. Mech. 117 (7) (1991) 1455–1465.

Torrenti, J.M., Benaija, E.H., Boulay, C., Influence of Boundary Conditions on Strain Softening
in Concrete Compression Test, J. Eng. Mech. (ASCE) 119 (12) (1993).

Torrenti J.M., Didry O., Ollivier J.P., Plas F., La degradation des bétons, couplage fissuration-
dégradation chmique, Communictions en mécanique, Edition Hermes, 1999.

Tsimbrovska M., Dégradation des bétons à hautes performances soumis à des températures
élevées. Evolution de la perméabilité en liaison avec la microstructure, Thèse de doctorat,
Université Grenoble 1, 1998.

Vodak F. Trtik K., Kapickova O., Hoskova S., Demo P., The effect of temperature on strength-
porosity relationship for concrete, Construction and Building Materials 18 (2004) 529-534.

Wang J., Developement and application of a Micromechanics-based numerical approach for the
study of crack propagation in concrete, Thèse de Doctorat de l’EPFL, Lausanne, 1994.

Wang K., Jansen D.C., Shah S.P., Karr A.F., Permeability study of cracked concrete, Cement and
Concrete Research 27 (1997) 381-393.

Weigler H.et Fischer R., Influence of high temperatures on strength and deformations of
concrete, Concrete for Nuclear Reactors, American Concrete Institute, SP-34, 1972.

Xiao J. et Konig G., Study on concrete at high temperature in China-an overview, Fire Safety
Journal 39 (2004) 89-103.

Yurtdas I., Peng H., Burlion N., Skoczylas F., Influences of water by cement ratio on mechanical
properties of mortars submitted to drying, Cement and Concrete Research 36 (2006) 1289-1283.

Zhou Q. et Glasser F.P., Thermal stability and décomposition mechanisms of ettringite at < 120
°C, Cement and Concrete Research 31 (2001) 1333-1339.

173
BIBLIOGRAPHIE
________________________________________________________________________________________________________

174
ANNEXES
________________________________________________________________________________________________________

ANNEXE A
Caractéristiques techniques des Appareils d’Essais

Enceinte climatique (GeM, ERT, Ecole Centrale de Nantes)


L’enceinte F.C.H. SERVATHIN permet d’appliquer des températures allant de -50 °C jusqu’à
+150 °C. L’erreur maximale tolérée par rapport à la consigne : ± 2 °C pour la température et
± 5 % pour l’humidité relative.
La production thermique de chaud se produit par dégagement calorifique de résistances blindées
à ailettes en acier inoxydable, disposées derrière la tôle-écran. La production de froid se réalise
par évaporation d’un fluide réfrigèrent dans un échangeur (disposé derrière la tôle-écran), dont
les tubes sont en cuivre et les ailettes en aluminium. Le brassage de l’air réalisé par un moto-
ventilateur offre une très bonne homogénéité. Le séchage s’effectue par l’introduction d’air sec
produit par le sécheur sans chaleur alimenté en air comprimé. L’humidification se fait par
l’injection de vapeur produite par un humidificateur SERVATHIN dit « à vapeur fluante ».
Des tests d’homogénéité de l’environnement de l’enceinte après stabilisation ont mis en évidence
sur des points distants de 10 cm des parois et de 20 cm de la porte une différence de 1 à 3 °C
suivant les températures d’essais (un test d’homogénéité effectué avec 9 sondes a détecté 0,35 °C
et 2,05 °C de différence maximale respectivement à 20 °C et 150 °C (cf. Rapport de
vérification, 2003).

Diffractomètre (GeM, EMM, C.R.T.T., Saint-Nazaire)


Diffractomètre SIEMENS D500 (Figure A.1) avec un générateur de 30kV et 40mA. Tube utilisé
est en Cr FN tel que la longueur d’onde λ de la source du faisceau incident est de 2,28 Å.
Un collimateur en sortie du faisceau primaire et des fentes de Soller, puis fente de 0,6° devant le
détecteur à diode Si Li, réglé sur l'énergie du chrome à 5,42 keV et une fenêtre de 500 eV, ont été
utilisés.
Intervalle angulaire de 20 à 160 °2θ avec un pas de 0,2° et un temps d'acquisition de 5 s par pas.

Figure A.1 : Diffractomètre SIEMENS D500.

175
ANNEXES
________________________________________________________________________________________________________

Porosimètre à mercure (GeM, ERT, Ecole Centrale de Nantes)


Porosimètre à mercure AUTOPORE IV 9500 (Micromeritics Instrument Corporation), dont la
pression maximale d’injection du mercure est de 400 MPa. Les pores, de diamètre compris entre
3 nm et 100 µm, sont accessibles avec cet appareil de la manière suivante :
- la montée en pression de 0 à 0,1 MPa sur le poste « Basse Pression » (investigation des
pores les plus grossiers)
- la montée en pression jusqu’à 400 MPa sur le poste « Haute Pression » (investigation des
pores les plus fins)
Volume du capillaire du pénétromètre : 16,830 mL
Taille maximale de l’échantillon : φ 25 x 25 mm.

Appareil ATG / ATD (GeM, ERT, Ecole Centrale de Nantes)


L’appareil SETARAM est équipé d’une thermo-balance de précision ±0,1 mg et d’une pesée
maximale de 100 g ainsi que d’une canne TG-DSC 1600 étalonnée.
L’acquisition et le traitement des données se fait à l’aide du logiciel SETSOFT.

176
ANNEXES
________________________________________________________________________________________________________

ANNEXE B
Evolution de la distribution de la taille des pores avec la température du traitement

Figure B.1 : Evolution de la distribution de la taille des pores


avec la température du traitement de 40, 105 ou 150 °C.

177
ANNEXES
________________________________________________________________________________________________________

ANNEXE C
Influence de paramètres du modèle de Mazars sur la réponse globale en traction par
fendage

L’endommagement de traction reste largement prépondérant par rapport à l’endommagement de


compression pour l’essai de fendage. Par conséquent, même dans un cas extrême, où les
paramètres Ac=1, Bc=0 conduisent à un endommagement de compression nul, la réponse
mécanique n’en est quasiment pas affectée (voir Figure C.1). Cependant, elle reste très sensible
aux paramètres de traction At, Bt (voir Figure C.1).

At=1, Bt=15600, Ac=1,4, Bc=1900


At=1, Bt=15600, Ac=1, Bc=0
At=1, Bt=0, Ac=1,4, Bc=1900
2,E+06
force verticale (N)

1,E+06

5,E+05

0,E+00
0 5E-07 1E-06 1,5E-06 2E-06 2,5E-06 3E-06
COD/2 (m)

Figure C.1 : Réponse globale du disque (D11) : force verticale-COD/2


pour différents paramètres mécaniques.

178
Résumé

La perméabilité du béton influence la durabilité des structures indirectement en gouvernant la vitesse de pénétration d'agents agressifs,
mais aussi directement dans le cas où la structure joue un rôle d’étanchéité, ce qui est le cas des enceintes de confinement des centrales
nucléaires. Dans le contexte industriel de la sûreté de ces structures, nous avons entrepris des travaux dont l’objectif est de caractériser
l’évolution de la perméabilité du béton sous l’effet de la température et du chargement mécanique.
Les mesures de la perméabilité au gaz sont effectuées sur des éprouvettes cylindriques en béton soumises à des températures allant
jusqu’à 150 °C et à une compression uniaxiale jusqu’à la rupture. Les résultats expérimentaux révèlent que les effets de la température et
de l’endommagement peuvent être découplés pour l’estimation de l'évolution de la perméabilité. Ils nous ont permis de proposer une
relation reliant la perméabilité à l’endommagement et à la température. Cependant, cette relation ne peut s’appliquer que dans le
domaine pré-pic du comportement du béton où le béton demeure microfissuré. Afin de dépasser cette limite pour pouvoir modéliser
également l’accroissement de la perméabilité en phase post-pic, un autre paramètre, qui est l’ouverture de fissure, est intégré dans la
relation entre la perméabilité et l’endommagement.
Cette problématique, faisant l’objet d’une modélisation, est exploitée selon deux approches. La première se base sur la définition d’une
loi de raccordement entre les lois existantes d’évolution de la perméabilité avec l’endommagement et l’ouverture de fissure. Avec cette
approche les tendances observées expérimentalement sont retrouvées. La deuxième approche consiste à relier d’un point de vue
mécanique l’endommagement avec l’ouverture de fissure puis d’appliquer la loi de Poiseuille pour déterminer la perméabilité. La
validation expérimentale de cette approche, permettant de déboucher vers un modèle continu capable de reproduire les variations de
perméabilité d’une structure, constitue une des perspectives de notre travail.

Mots-clés : Béton, Perméabilité, Endommagement, Fissuration, Température

Abstract

Effects of temperature, mechanical state and their interactions on permeability of structural concrete

Concrete permeability may influence the durability of structures indirectly by controlling the penetration rate of aggressive agents, but
also directly if the structure has a confinement role, like containment vessels of nuclear power plants for instance. In the industrial
background on the safety of these structures, the objective of this study is to characterize the evolution of concrete permeability under the
effects of temperature and mechanical loading.
The permeability tests are performed on hollow concrete cylinders, subjected to temperature up to 150 °C and compressive loading up to
failure. Experimental results reveal that the effects of temperature and damage may be decoupled for the estimation of permeability and
enable us to propose a relation between permeability, damage and temperature. However, this relation may only be applied in the pre-
peak phase as concrete remains microcracked. In order to overcome this limit to be able to model also permeability increase in the post-
peak phase, another parameter, which is crack opening, is introduced in the relation between permeability and damage.
This problem, investigated by modelling, is exploited according to two approaches. The first one is based on the definition of a matching
law between existing relations of permeability evolution with damage and with crack opening. With this approach the tendencies are
similar to the observed ones on the experimental results. The second approach consists in linking from a mechanical point of view
damage with crack opening in order to apply the Poiseuille’s law for permeability determination. Experimental validation of this
approach, emerging towards a continuous model capable to reproduce permeability variations of a concrete structure, constitutes a major
perspective of this work.

Mots-clés : Concrete, Permeability, Damage, Cracking, Temperature

Discipline : Sciences de l’Ingénieur

Vous aimerez peut-être aussi