Vous êtes sur la page 1sur 75

Transmission de puissance par adhérence ( partie 2)

❑ EMBRAYAGES INSTANTANES
❑ EMBRAYAGES PROGRESSIFS
❑ LIMITEURS DE COUPLE
❑ FREINS

Par A. Tizliouine 1
OBJECTIFS DU COURS:

➢ Définir la fonction d’un accouplement, d’un embrayage et d’un frein pour


transmettre une puissance.
➢ Démontrer les formules les plus fondamentales.
➢ Donner des éléments pour les choisir et les calculer.

Par A. Tizliouine 2
Introduction:
la transmission de puissance s’effectue à un endroit par adhérence entre des surfaces de contact.

Nous retrouvons ce type de transmission de puissance dans les solutions technologiques associées :
➢ aux embrayages,
➢ aux freins,
➢ aux limiteurs de couple,
➢ aux roues de friction
➢ aux courroies de transmission.

Il est important de pouvoir relier les actions mécaniques transmissibles par ces solutions
technologiques aux modélisations locales des actions mécaniques avec l’utilisation des lois de
Coulomb.

Par A. Tizliouine 3
A: Les embrayages et limiteurs de couple

Un embrayage est un mécanisme se situant entre le moteur et le récepteur dans une chaine de transmission
de puissance.
Sa fonction est d’accoupler ou de désaccoupler, progressivement ou non, les arbres associés au moteur et
au récepteur suite à la commande d’un opérateur (commande extérieure)

On peut classifier les embrayages en fonction du type de commande (électromagnétique, mécanique) et de


la nature du système d’entrainement mis en œuvre pour relier les deux arbres (magnétique, hydraulique
contact avec adhérence, contact direct etc..).

Cette fonction permet de répondre à des impératifs de sécurité, d’économie, de diminution des efforts et de
souplesse dans la transmission.

Par A. Tizliouine 4
Matière EM2: Cours 2:
Transmission de puissance par adhérence

A: Les embrayages et limiteurs de couple

Définition
L’embrayage permet d’effectuer ou de supprimer à volonté la liaison
entre deux arbres en prolongement
Les avantages d’un embrayage dans une transmission de
puissance mécanique:
➢ Sécurité: l’entrainement du récepteur peut être arrêté
instantanément sans avoir arrêter le moteur.
➢ La réduction des efforts de contact: par exemple, lors du
changement de rapport dans une boîte de vitesses
➢ La souplesse d’utilisation: l’embrayage permet de réduire
et d’amortir les chocs au démarrage ou lors de changement
de phase
➢ L’économie: permet de transmettre la puissance seulement
dans le besoin.
Par A. Tizliouine 5
A: Les embrayages et limiteurs de couple

Classification:

•Par obstacle: embrayages à griffes, encliquetage; emploi limité;


•Par adhérence: embrayages à friction; très répondus;
•Par action électromagnétiques ou hydrauliques : cas particuliers.

Par A. Tizliouine 6
A: Les embrayages et limiteurs de couple

A-1: Embrayage instantané


a. Embrayage à griffe:
➢ Les plateaux 2 et 12 ayant de griffes pénétrant l’une dans l’autre, le
plateaux 2 est solidaire à l’arbre moteur 1. le plateau 12 glisse sur
l’arbre récepteur 11, et réalise l’embrayage ou le débrayage.
➢ L’épaulement de 1 support la poussée axiale lors de l’embrayage, la
bague d’arrêt 14 forme butée de 12 au débrayage.
➢ La bague 4 assure le centrage des deux arbres. Lors de débrayage 4
tourne alors que 11 est arrêté ; d’où nécessité d’un graissage.

➢ Critique : Appareil robuste ; réversible ; transmettre de couples


importants dans les deux sens ; pas de poussée Axiale pendant la
marche sur le crabot 12, la manœuvre ne peut pas être effectuée en
marche : Par A. Tizliouine 7
b. Embrayage à dents

✓ Quelle remarques peut-on faire sur l’embrayage à


dents du type A et B?

✓ L’embrayage à griffe et à dents peuvent-ils


manœuvrés en marche ?

Par A. Tizliouine 8
c- Embrayage à encliquetage

❑ Permet l’entraînement automatiquement de


l’arbre mené (récepteur) dans un seul sens,
dans l’autre sens il y a débrayage

❑ Critiques:

➢ Embrayage brusque,
➢ transmet le mouvement dans un seul sens .
➢ Ne supporte pas de poussée axiale

Par A. Tizliouine 9
A: Les embrayages et limiteurs de couple
A-2:Embrayages progressifs (à friction):

❑ Avantages :
➢ La manœuvre peut être effectuée en marche
➢ L’entraînement de la transmission est progressif
➢ De transmettre intégralement le couple moteur par
adhérence vers le récepteur.

❑ Constitution d'un embrayage


➢ Un embrayage progressif comprend:
➢ Un plateau 1 en liaison encastrement avec l’un des arbres à
relier
➢ Un plateau 2 en liaison glissière avec l'autre arbre
➢ Un dispositif presseur, par exemple un ressort
➢ Un dispositif de commande.
Par A. Tizliouine 10
A: Les embrayages et limiteurs de couple
A-2:Embrayages progressifs (à friction):

❑ Remarques:

➢ Pendant toute la période d’entrainement par frottement un dégagement de chaleur apparait. Cette
période est nécessaire pour assurer la progressivité de l’embrayage.

➢ Un embrayage progressif comprend:

▪ un système de commande provoquant une force presseur;


▪ des éléments présentant une surface de friction.

Par A. Tizliouine 11
A: Les embrayages et limiteurs de couple
A-2:Embrayages progressifs (à friction):
2-1: Classification d’après la forme de surface de friction:

Par A. Tizliouine 12
Classification d’après la commande du système:
Mécanique: par leviers, fourchettes, cames.... Automatique

Par A. Tizliouine 13
Classification d’après la commande du système:

Hydraulique ou Pneumatique Electromagnétique

Par A. Tizliouine 14
Garnitures et contre matériaux:
la transmission de puissance se fait d’abord par frottement puis par adhérence, c’est pour cela on:
➢ rapporte sur la surface mobile de l’embrayage une pièce appelée «garniture (ferrodo)» .
➢ Le matériau constituant l’autre surface de friction sera désigné par «contre matériau».

La garniture est caractérisée par:


➢ Un grand coefficient de frottement.
➢ Une bonne résistance à l’usure;
➢ Une bonne résistance mécanique au choc

Principaux type de garnitures:


➢ Garniture amiantée armée de fil de cuivre: (résiste à l’action du feu)
➢ Garniture frittée ou céramétallique: (utilisée quand les conditions d’emploi sont sévères)
➢ A base de papier ou de liège pour fonctionnement dans l’huile.
➢ Garniture métalliques (acier, fonte , bronze) Par
travaillant
A. Tizliouine
dans l’huile ou à sec. 15
Garnitures et contre matériaux:
Fixation des garnitures:
➢ Fixation par rivetage;
➢ Fixation par collage;
➢ Fixation mixte
Contre matériaux:
Choisis en fonction de la garniture: généralement la fonte pour résister à l’écrasement, à l’érosion, à la
déformation permanente et à la formation de point chauds.

Remarque:
➢ Les garnitures doivent être protégées efficacement contre la présence accidentelle d’un lubrifiant
➢ Lorsque l’embrayage doit être manœuvré fréquemment, les garnitures baignent parfois dans l’huile.
➢ il est alors nécessaire d’augmenter le nombre des surfaces en contact pour compenser la diminution du
coefficient de frottement.
Par A. Tizliouine 16
A-2- 1: Les embrayages à disques

Principe
➢ Ce sont les embrayages les plus courants, le nombre de disque
dépend du couple encombrement/couple à transmettre,
➢ l’augmentation du nombre de disque permet d’augmenter la
surface frottante et donc le couple transmissible par rapport à un
embrayage monodisque.
➢ A couple transmissible égal, les embrayages monodisques auront
un encombrement axial plus faible et un encombrement radial plus
important que les multidisques.

Par A. Tizliouine 17
A-2-1: Les embrayages à disques
Calcul du couple maximal transmissible

On suppose la densité de répartition de la pression constante sur


l’ensemble de la surface frottante du disque.
On note :
➢ Cf (Nm) le couple maximal transmissible par
l’embrayage,
➢ N (N), l’effort presseur axial générateur de la
pression de contact,
➢ f le coefficient de frottement2,
➢ r2 le rayon extérieur de la surface frottante,
➢ r1 le rayon intérieur de la surface frottante
Par A. Tizliouine 18
Par A. Tizliouine 19
A-2-1: Les embrayages à disques

Calcul du couple maximal transmissible


le couple transmissible à la limite de l’adhérence est donné par:
𝑑C = r ∙ 𝑑T Or dT= f dN (lois de coulomb)
Et on peut exprimer l’effort presseur N en fonction de la pression p :
dN = 𝑝 ∙ 𝑑S
Pour passer d’une modélisation locale des actions mécaniques à une modélisation globale, il faut tout
d’abord définir un petit élément de surface 𝑑S = 2𝜋r ∙ 𝑑r
En ce qui concerne la densité de répartition de pression, il existe deux modèles :
➢ pression de contact p uniformément répartie : l’usure instantanée sera alors inégale sur la garniture des
disques de friction (avec une usure qui augmentera avec le rayon),
𝑟1
➢ pression de contact 𝑝r répartie suivant une loi hyperbolique : 𝑝r = 𝑝r1
𝑟
avec 𝑟1 le rayon minimal et 𝑝r1 la pression de contact pour ce rayon.
Par A. Tizliouine 20
Calcul du couple maximal transmissible (suite)
On peut ensuite exprimer le couple transmissible à la limite d’adhérence

On intègre sur l’ensemble de la surface de friction et on obtient

On peut donc exprimer l’effort presseur N et en déduire la valeur de p :

On remplace alors p par sa valeur en fonction Par


deA.l’effort
Tizliouine
presseur N et on trouve : 21
n=2

Calcul du couple maximal transmissible


Dans le cas d’embrayage avec plusieurs disques et n
surfaces de frottantes, la relation précédente peut s’écrire :

Remarque : n=2 pour un embrayage avec un disque à


deux faces actives (contact bilatéral) et n=2.d pour un
embrayage avec d disques à contact bilatéral. n
correspond au nombre de surfaces frottantes. Par A. Tizliouine 22
3: Technologie: Cas: Embrayage de véhicule:

Par A. Tizliouine 23
Par A. Tizliouine 24
Par A. Tizliouine 25
Par A. Tizliouine 26
Exercice. Etude de l’embrayage

On donne:
La puissance du moteur : Pm =1,44 KW,
La vitesse de rotation du moteur Nm = 1909,86 tr/min,

le cœfficient de frottement statique pour la phase


d'embrayage: f = 0,4,

le rayon maximal de la surface de frottement : R = 0,056


m,
Rayon minimal de la surface de frottement : r = 0,03 m
,
1) Quel est l’avantage de ce type d’embrayage (à friction)
?
2) Par quoi est commandé cet embrayage.

3) On suppose que le couple d’adhérence pour la phase


d’embrayage est au moins égal au couple transmis:
calculer la force normale permettant l’adhérence pour la
phase d’embrayage Par A. Tizliouine 27
A-2-2: Les embrayages coniques

Principe:

➢ dans le cas où le ½ angle au sommet du cône a est inférieur à


l’angle d’adhérence (de frottement f), alors il y a coincement
conique et :
➢ il faut exercer un effort de direction −𝑥 pour accoupler les deux
cônes,
➢ une fois l’accouplement réalisé, l’effort presseur devient inutile,
➢ il faut exercer un effort de direction 𝑥 pour désaccoupler les deux
cônes.
➢ Ces embrayages sont moins progressifs que les embrayages à
disques. Par A. Tizliouine 28
A-2-2: Les embrayages coniques
Calcul du couple transmissible

On peut alors exprimer les actions mécaniques élémentaires de contact à


partir des lois de Coulomb appliquées aux frottements solides :

On peut en déduire le couple élémentaire transmissible à l’équilibre


strict :

Par A. Tizliouine 29
En intégrant sur l’ensemble de la surface frottante, on en déduit le couple maximal transmissible par ce type
d’embrayage :

Il reste à relier la pression à l’effort presseur N :

On peut donc écrire le couple maximal transmissible en fonction de


l’effort presseur

Par A. Tizliouine 30
Cas de l’embrayage à cône

2 surfaces frottantes actives


Une seule surface frottante active Commande pneumatique
Commande mécanique

Par A. Tizliouine 31
3. Cas de l’embrayage cylindrique
La surface de contact cylindrique apporte un problème particulier. Le contact
ne peut se créer ou se supprimer que par modification du diamètre de la
pièce sur laquelle on agit : celle-ci doit donc être déformable.
La surface déformable peut être des patins qui se déplacent suivant le sens
radial ou par expansion
Embrayage à patins
Pression et force radiale:
La relation qui relie la pression p appliquée en tout point du patin à la force
radiale N exercée:

La pression de contact vaut donc:


𝑓𝑁𝑅
𝐶𝑎𝑑𝑚 =
𝜃
2 sin
Couple transmissible par un seul patin: 2
𝑓𝑛𝑁𝑅
𝐶𝑎𝑑𝑚 =
Couple transmissible pour n patins 𝜃
2 sin
Par A. Tizliouine 2 32
Cas de l’embrayage cylindrique

Par A. Tizliouine 33
•une couronne cylindrique est rendue expansible par une
fente.
•En écartant les extrémités de la couronne on augmente son
diamètre et on la mettra en contact avec la surface intérieure
d’un tambour.
• La force appliquée F augmente la pression de contact ce qui
crée de l’adhérence entre la couronne et le tambour.

Couple transmissible :

Par A. Tizliouine 34
❑Embrayage par expansion

Par A. Tizliouine 35
❑C: Commande d’un embrayage

1. Commande mécanique par câble

La commande de débrayage peut s’effectuer de manière purement mécanique par l’utilisation de bras de levier et d’un
câble

C’est la méthode la plus simple et la moins couteuse. Le câble


tire sur l’extrémité de la fourchette de commande, ce
qui entraine l’écrasement des ressorts ou du diaphragme

Position embrayée et débrayée


Par A. Tizliouine 36
2. Commande hydraulique

Il peut être avantageux pour des raisons


de fiabilité d’utiliser une commande
hydraulique. Le fonctionnement général
est sensiblement similaire au précédent,
la différence provenant essentiellement
de la technologie utilisée pour envoyer
l’ordre de la pédale à l’embrayage : câble
dans un cas et fluide sous pression dans
l’autre.

Composants d’une commande hydraulique


d’embrayage (doc Peugeot)

Par A. Tizliouine 37
3: Commande pneumatique

Par A. Tizliouine 38
4. Commande électromagnétique
Il est possible d’utiliser le champ électromagnétique créé par un électro aimant pour commander un
embrayage

Par A. Tizliouine 39
5. Les embrayages pilotés

Afin d’améliorer le confort de conduite tout en minimisant la consommation de carburant par rapport à une
transmission automatique, de nombreux constructeurs se sont intéressés à la mise au point d’embrayage pilotés.
Un calculateur, informé de la position du levier de vitesses, du rapport engagé, du régime à l’entrée de la boite de
vitesse et de la position de l’accélérateur commande,
- soit ce calculateur donne l’ordre à l’arrivée d’une source de pression hydraulique au récepteur d’embrayage ,
- soit l’alimentation de l’actionneur électro-mécanique de la fourchette d’embrayage.

Par A. Tizliouine 40
Système électro-mécanique Valéo
Par A. Tizliouine 41
Par A. Tizliouine 42
Par A. Tizliouine 43
4.2 Coupleurs hydrauliques

Pourquoi?
• La manœuvre d’embrayage constitue toujours une
difficulté pour le conducteur qui consiste à bien doser
l’effort du pied sur la pédale une fois que les plateaux
sont entrés en contact.
• En vue de supprimer cette manœuvre, on utilise des
embrayages hydrauliques ou coupleurs, dans lesquels
l’entraînement est assuré progressivement, sans
Intervention du conducteur.

Comment? La pompe, entraînée par le


moteur, fait tourner la turbine reliée à la
boite de vitesse par l'intermédiaire de
projection de l'huile sur cette dernière

Par A. Tizliouine 44
Coupleurs hydrauliques
Avantages
• robuste, réversible
• souplesse de marche (permet d’absorber les à-coups)
• progressivité de démarrage, réglable par modification de remplissage.
• entretien et usure pratiquement nuls
• oscillation propre inexistante.
• excellent amortisseur qui soustrait le récepteur tout entier aux vibrations de
torsion inhérentes à l’emploi du moteur à explosion

4.2 Coupleurs hydrauliques


Inconvénients
• Le débrayage en marche n’est plus concevable, et même au ralenti, l‘huile
circule toujours suffisamment pour laisser craindre un démarrage intempestif
• L’embrayage hydraulique impose l’emploi d’une boîte de vitesses appropriée
permettant la mise au point mort instantanée en marche et la mise en prise
progressive des différents rapports (boîte à trains épicycloïdaux).
• le rendement de ce dispositif est médiocre, en raison des pertes par
frottements dans l’huile Par A. Tizliouine 45
Par A. Tizliouine 46
Fonction
❑ Un frein est un système permettant de ralentir, voir
d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une
machine ou un véhicule en cours de déplacement.
❑ Les freins fonctionnent de la même manière que les
embrayages mis à part que l’un des arbres, fixe, sert
de base pour arrêter progressivement le second par
absorption de l’énergie cinétique des masses mobiles.
❑ D’une manière générale, tout dispositif de freinage
doit être installé à proximité de l’organe récepteur
dont il est souhaité le ralentissement ou l’arrêt, afin
d’éviter les chocs dans les éléments de transmission
lors du freinage.

Par A. Tizliouine 47
III- CARACTÉRISTIQUE : (Qualités recherchées) : Un
frein est caractérisé par :
 Efficacité (puissant) : un frein est puissant si le
couple de freinage est important pour
un faible effort de commande.
 Régularité (stabilité) : un frein est régulier si le couple
de freinage est proportionnel à l’effort
de commande.
 Réversibilité un frein est réversible si le couple de
freinage est indépendant du sens de rotation.
 Matériaux : même et identique aux embrayages.
Dissipation de chaleur : - Contact directe au milieu
extérieur
- Par ailettes de refroidissement (ventilation)
- Dispositif de refroidissement à l‟eau (machine de grande
puissance)

Par A. Tizliouine 48
Équation du mouvement

Modèle de calcul

Par A. Tizliouine 49
Par A. Tizliouine 50
Par A. Tizliouine 51
Par A. Tizliouine 52
Par A. Tizliouine 53
Par A. Tizliouine 54
Par A. Tizliouine 55
Par A. Tizliouine 56
Exemples de Freins à sabots

Par A. Tizliouine 57
Par A. Tizliouine 58
Par A. Tizliouine 59
Freins à sangles

Par A. Tizliouine 60
Par A. Tizliouine 61
Par A. Tizliouine 62
Par A. Tizliouine 63
Par A. Tizliouine 64
Par A. Tizliouine 65
Par A. Tizliouine 66
Par A. Tizliouine 67
Par A. Tizliouine 68
Par A. Tizliouine 69
Par A. Tizliouine 70
Par A. Tizliouine 71
Par A. Tizliouine 72
Par A. Tizliouine 73
Par A. Tizliouine 74
Par A. Tizliouine 75

Vous aimerez peut-être aussi