Vous êtes sur la page 1sur 37

Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 1

Modélisation et Expérimentation des


Systèmes déformables

Travaux Pratiques
Ce document contient le descriptif des TP relatifs à l’élément de module MSD. Les TP
sont organisés sous forme de relevés de mesure des déformations suite à un chargement contrôlé
sur le système déformable expérimenté. On dispose à l’état actuel de 5 bancs d’essais
expérimentaux ; en plus de l’essai de laboratoire, on réalise une simulation numérique pour
certains TP (voir Tableau suivant). L’approche analytique est tout le temps demandée afin de
réaliser des comparaisons entre les différents résultats d’un même TP.

Objectifs et modalités d’organisation


Travaux pratiques
l’objectif est la vérification expérimentale et par simulation numérique (logiciel ANSYS)
TP1 : Tube épais sous des formules analytiques issues des lois de la mécanique des solides déformables (basées
pression interne sur le schéma d’élasticité linéaire isotrope) appliquées à un tube épais sous pression interne
constante. Les mesures se font par des jauges de déformation.
Vérification expérimentale (jauges de déformation) de la théorie du modèle des
TP2 : Plaque circulaire membranes élastiques. On étudiera le cas d’une membrane élastique encastrée sur ses
mince encastrée sous bords et soumise à une pression uniforme et constante sur l’une de ses faces. Un logiciel
pression interne de simulation par éléments finis (ANSYS) sera utilisé pour compléter les deux approches
analytique et expérimentale.
Vérification expérimentale, par l’utilisation des jauges de déformation, de la théorie du
modèle des barres élastiques à l’aide d’un treillis. L’analyse de prédiction des déformations
TP3 : Système de et des contraintes sera traitée au moyen d’un logiciel de calcul par éléments finis (ANSYS).
treillis Calcul manuel par la MEF.

Dans cette manipulation, une poutre (ou barre) est soumise à l’une des trois sollicitations
TP 4 : Mesure des simples : Traction, flexion ou la torsion. On mesure ensuite la déformation engendrée.
déformations (jauges) L’effort est appliqué dans chacun des cas au moyen des masses (connues) et la
sur des éprouvettes en déformation correspondante est déterminée expérimentalement par des jauges de
(Traction/Flexion/Tor déformation.
sion) + Simulation Calcul semi-manuel et simulation par ANSYS d’un portique bi-encastré.
Dans cette manipulation, un réservoir cylindrique à paroi mince est soumis à une pression
interne contrôlée à l’aide d’une pompe à main. Les valeurs des déformations suivant
TP 5 : Analyse des différentes directions sont relevées par des jauges de déformation collées parfaitement sur
contraintes au niveau différentes positions du tube. En se basant sur les lois de comportement, on a accès à la
d’un réservoir à paroi distribution des contraintes sur la même section, permettant ainsi de vérifier les solutions
mince analytiques disponibles. Un logiciel propre à cette expérimentation permet de faire
l’acquisition des grandeurs mesurées.

N.B1. La simulation sur le logiciel (ANSYS par exemple) demande votre contribution sous forme d’auto-
apprentissage de l’utilisation du logiciel. Tout le monde est ainsi demandé de faire l’effort à réaliser sa propre
simulation sur son ordinateur lors de la séance de TP, ou chez vous à condition de la préparer avant.

N.B.2 Le rapport de synthèse de TP est à rendre à la fin de la séance, sauf pour la première, vous auvez (en cas
de besoin) un délai de 24 heures.

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 2

TP1 : TUBE EPAIS SOUS PRESSION INTERNE

Objectif : L’expérimentation sur le tube épais est d’importance considérable sur le plan pratique (les
appareils à pression, les canons à fusil, …). L’objectif principal ici est la vérification expérimentale des
différentes formules analytiques issues des lois de la mécanique des solides déformables (basées sur le
schéma d’élasticité linéaire isotrope) appliquées à un tube épais sous pression interne constante, en état
plan des contraintes. Une partie de ce travail pratique consiste à compléter les résultats analytique et
expérimental par une étude au moyen d’un logiciel éléments finis. Une comparaison entre les 3 approches
fera la conclusion du présent travail.

Principe : Dans cette manipulation, un tube épais est soumis à une pression interne contrôlée à l’aide
d’une pompe à main. Les valeurs des déformations radiale et circonférentielle sont relevées par des jauges
de déformation collées parfaitement sur différentes positions d’une section droite du tube. En se basant
sur les lois de comportement, on a accès à la distribution des contraintes sur la même section, permettant
ainsi de vérifier les solutions analytiques disponibles. Un logiciel propre à cette expérimentation permet de
faire l’acquisition des grandeurs mesurées.

Schéma général de l’essai

Figure 1 : Expérimentation sur un tube épais.

1. Bases théoriques

Structure concernée : Tube épais de rayons interne R1 et externe R2,


de longueur L. Il est soumis à une pression interne p. Pas de charge
axiale (  = 0). Les contraintes non nulles sont uniquement
z

r et  . Figure 2 : Tube épais sous


pression interne.
Notation
Données du tube Variables mécaniques
E : module de Young p : pression (uniforme) sur la face interne du tube.
 : Coefficient de Poisson r , r : contrainte et déformation radiales
R1 et R2 : rayons interne et externe  ,  : contrainte et déformation circonférentielles
r : rayon courant, L : longueur

Solution analytique : La solution classique du problème d’élasticité isotrope du tube épais consiste à écrire les
contraintes, en un point de rayon r ( R1  r  R2 ) :   A  B et   A  B (A et B : constantes
r r²  r²
à déterminer)
Questions sur la solution analytique :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 3

1. En utilisant les conditions aux limites, vérifier que les contraintes peuvent se mettre sous la forme
suivante :
pR1  R2  pR1  R2 
2 2 2 2

r  2 2 1  ----   2 2 1 
( R2 R1 )  r² 


( R2 R1 )  r² 
 

Localiser les valeurs de r pour lesquelles ces grandeurs sont maximales ou minimales.

2. Exprimer les déformations correspondantes en fonction de r , p et les autres paramètres de la


structure telles que ( R1 , R2 , E, ).

2. Analyse par éléments finis

Dans cette section, on vous propose de réaliser un calcul numérique par éléments finis de la structure
étudiée soumise a une pression interne uniforme de valeur p  3 MPa en utilisant un logiciel spécialisé
(se reporter a une fiche annexe). Pour cela, il est demandé de :

1. spécifier le modèle à adopter :

* type d’état de la structure : état plan de contraintes/Etat plan de déformation


* ses paramètres matériels ( E et  , se reporter au paragraphe 3)
* la géométrie du corps élastique étudié (utiliser la symétrie de la structure),
* les conditions aux limites
* le chargement (pression)

2. Utiliser le logiciel ANSYS pour introduire le modèle décrit précédemment : construire le modèle.
S’informer sur les éléments finis qui peuvent être utilisés (se reporter au help du logiciel).

3. Faire le maillage de la structure avec des éléments finis plans linéaires : prendre une centaine d’éléments
finis linéaires.
3. Lancer la résolution avec le logiciel
4. Exploiter les résultats : au moyen du logiciel,

 Visualiser le champ de déplacement (vecteur), puis visualiser la déformée de la structure.


 Visualiser les directions des contraintes principales, sont-elles coïncidentes avec les directions
radiale et circonférentielle

5. Faire une comparaison avec la solution analytique : contraintes, déformations et déplacement (tracer ces grandeurs en
fonction du rayon r). Retrouver les valeurs des déplacements, des déformations et des contraintes (et les contraintes équivalentes
de von Mises et de Tresca), fournies par le logiciel pour un élément fini que vous choisissez par vos soins.

6. Question facultative : Refaire le calcul avec des éléments finis plans non linéaires et tirer une conclusion sur
le modèle le lus proche a la solution analytique.

3. Expérimentation

Appareillage de mesure : il est constitué par :

 structure à expérimenter (tube épais)


 système d’application de la charge : pompe hydraulique à main (pression peut varier de 0 à 7
MN/m2)
 jauges de déformation (emplacement : figure 3)
 système d’acquisition des valeurs mesurées (logiciel intégré au système)

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 4

Caractéristiques du tube épais (alliage d’aluminium)

 R1  18.5 mm et R2  75 mm , L  203 mm .
 E  73.1 KN / mm² et   0.33

Point Rayon Type de


numéro (mm) déformation
28 Circonférentielle
2 28 Radiale
3 36 Circonférentielle
4 36 Radiale
5 45 Circonférentielle
6 45 Radiale
7 56 Circonférentielle
8 56 Radiale
9 63 Circonférentielle
10 63 Radiale
11 18.5 Circonférentielle (c)
12 75 Longitudinale Figure 3: Disposition des jauges de
déformation (Tube épais)
13 75 Circonférentielle (c)

Sous une pression de valeur connue, cet appareillage permet d’expérimenter les déformations radiale et
circonférentielle du tube épais.

Remarque : Faire la correction suivante : valeur corrigée = valeur mesurée x 2/Facteur de jauge réel. N.B. Le
nouveau matériel ne demande pas de facteur de jauge. La correction est dans ce cas intégrée dans le système
lui-même.

Les déformations

Relever les mesures des déformations sur les points suivants pour une pression interne p = 30 bar :
Rayon (mm) 28 36 45 56 63 18.5 75

Jauge n° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Nature défor r r r r r L
      

Déformation
(mesurée)

Déformation
(calculée)

Erreur
(différence)

Tracer les courbes réelles des déformations en fonction du rayon r, en comparaison avec les courbes
théoriques et numériques obtenues précédemment. Interprétation

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 5

Les contraintes

Remplir le tableau suivant, en se basant sur les expressions analytiques (calculées) et celles déduites de la
loi de comportement par mesure des déformations.

Rayon Contraintes calculée Contraintes déduites


r (mm)
 (MPa) r (MPa)  (MPa) r (MPa)
18.5
28
36
45
56
63
75

Représenter graphiquement ces valeurs en fonction de la variable r en comparaison avec les autres
approches numérique et analytiques utilisées précédemment.

4. Conclusion finale : Suite aux résultats trouvés, présenter une conclusion en faisant une comparaison
entre les 3 approches utilisées dans ce travail : analytique, numérique puis expérimentale.

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 6

TP2 : DEFORMATION D’UNE MEMBRANNE


ELASTIQUE SOUS PRESSION IMPOSEE

Objectif : Vérification expérimentale de la théorie du modèle des membranes élastiques : plaque


mince en flexion pure. On étudiera le cas d’une membrane élastique encastrée sur ses bords et
soumise à une pression uniforme et constante sur l’une de ses faces.

Principe : Cette manipulation consiste à appliquer une pression sur une membrane circulaire
(plaque encastrée entre deux brides rigides) et de mesurer les valeurs des déformations par des
jauges de déformation, collées sur différentes positions de la surface supérieure de la plaque.
D’autre part, la valeur de la flèche est mesurée par un comparateur. Une règle (horizontale)
permet de localiser la valeur du rayon où se trouve la pointe du comparateur.

Schéma général de l’essai

Figure 1 : Expérimentation d’une membrane circulaire sous pression

1. Bases théorique

Structure concernée : Membrane circulaire de rayon R, d’épaisseur e, encastrée entre deux brides. Elle est
soumise à une pression uniforme p sur l’une de ses faces

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 7

Figure 2 : Plaque circulaire mince sous pression

Notation
Grandeurs géométriques et matérielles Variables mécaniques

E : module de Young p : pression (uniforme) sur la face (interne) de la


membrane.
 : Coefficient de Poisson
r , r : contrainte et déformation radiales
R : rayon de la membrane
e : épaisseur  ,  : contrainte et déformation
r : rayon variable circonférentielles

A un rayon r par rapport à l’axe de révolution de la membrane, w(r) caractérise la déformée de la surface
moyenne de cette membrane, w(r ) est la même pour les différents points de l’épaisseur. La plaque étant
soumise à une pression imposée de valeur p imposée. En se basant sur le modèle simple de Kirchhoff
dans le cadre de la théorie élastique linéaire des plaques circulaires minces, on montre que la déformée en

 
3
p Ee
R r avec D
2 2 2
fonction de la position r, est donnée par : w(r) = : rigidité à la flexion
64 D 12 (1²)
de la membrane.

Vérifier les relations suivantes :

1. Rappeler les expressions des déformations non nulles en coordonnées cylindriques en fonction du
champ de déplacement (ur et w, uθ étant nul), montrer ensuite que la déformation radiale et la
déformation circonférentielle en fonction de la position (r) s’expriment :

r (r) 
3p
8Ee²

(1²) R  3r
2 2
 et  (r) 
3p
8Ee²

(1²) R  r
2 2

2. En utilisant la loi de comportement, vérifiez que la contrainte radiale et la contrainte
circonférentielle en fonction de la position r sont données respectivement par :
r (r) 
3p
8e²
 
(1)R  (3)r et  (r) 
2 2 3p
8e²

(1)R  (13)r
2 2

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 8

3. Dans une direction donnée (paramétrée par un angle  ), la déformation peut s’exprimer en
fonction de celle de  et  comme suit :   1 (   )  1 (  )cos2
r   2 r  2 r 

2. Expérimentation

Appareillage de mesure : il est constitué par :

 une membrane (R,e) soumise à une pression constante p, appliquée au moyen d’une pompe
hydraulique à main
 système d’application de la charge : pompe hydraulique à main
 Jauges de déformation (pour déformations radiale et circonférentielle)
 Comparateur pour la mesure de la flèche de la plaque (accompagné d’une règle pour l’indication
du rayon)
 Système d’acquisition des grandeurs mesurées (logiciel)

Caractéristiques de la membrane

 R = 100 mm et e (épaisseur) est à lire sur la banc lui même


 E = 69 KN/ mm² et   0.33

Sous une pression p de valeur connue, cet appareillage permet d’expérimenter les grandeurs
suivantes :

1. la déformée de la membrane
2. les déformations radiale et circonférentielle de la membrane.

2.1 Etude de la déformée

Afin de tenir compte des irrégularités de la surface de la membrane, avant d’appliquer une pression à la
membrane, on relève les cotes de certains points de la face supérieure de la membrane suivant un
diamètre. Relever les mesures sur les points équidistants entre eux suivant un diamètre de la membrane) :

Point Rayon Flèches Flèches mesurées Flèches Flèches Erreur


(mm) mesurées pour pour p =0.25 bar (b) mesurées (b- calculées relative
numéro
p=0 (a) a)
(Flèche)
1 0
2 20
3 40
4 60
5 80
6 -80
7 -60
8 -40
9 -20
10 0

Tracer la courbe réelle en comparaison avec la courbe théorique. Conclusion

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 9

2.2 Etude des déformations radiale et circonférentielle de la membrane

Emplacement des jauges de déformation : voir figure (3).

Point Rayon Type de


numéro (mm) déformation
1 circonférentielle
2 radiale
3 circonférentielle
4 radiale
5 radiale
6 circonférentielle
7 Inclinée à 45°
8 radiale
Figure 3 : Emplacement des jauges de déformation (membrane)

 La pression sur la membrane : p = 0, prendre une première série de mesure des grandeurs
équivalentes aux résistances des jauges
 La pression sur la membrane : p  0.04 MPa , prendre une deuxième série de mesure qui
donne, par soustraction des premières mesures, les valeurs des déformations
 Faire la correction suivante : valeur corrigée = valeur mesurée x 2/Facteur de jauge réel

Remplir le tableau suivant (pour p  0 et p  0.04 MPa !) :


Jauge n° (a) Déformation mesurée Déformations mesurée Déformation mesurée d Déformations calculée (e) Erreur relative
sous sous = (b-c) f = (e-d)
0.025 MPa (b) 0 MPa (c)
1
2
3
4
5
6
7
8

Reporter ces résultats en termes de tracé graphique (déformation en fonction de r). Interprétation
Remplir le tableau suivant (pour p= 40 kN/m²) :
Contrainte mesurée sous p=40 Contraintes Erreur relative
kN/m² calculée
Rayon (mm)
rad cir Rad cir rad cir
25
50
90

Reporter ces résultats en termes de tracé graphique ( , r ). Conclusion.

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 10

3. Analyse par éléments finis de la plaque circulaire sous pression interne

Dans cette section, on vous propose de réaliser un calcul numérique, par un logiciel d’éléments
finis, de la structure étudiée (plaque circulaire en flexion) soumise à une pression uniforme de
valeur p = 0.03 MPa. Pour la modélisation de la plaque circulaire mince, on pourra adopter 3
modèles différents :

1. Un modèle plaque classique où on maillera la surface moyenne en éléments finis


triangulaires ou quadrilatéraux (shell)
2. Un modèle plaque « axisymétrique » : les éléments finis sont des segments de droite.
3. Un troisième modèle : Solide axisymétrique à mailler en triangulaires ou quadrilatéraux
« option : axisymétrique ».

1. spécifier le modèle mathématique : pour la simplicité de la modélisation, on adoptera le 2ième modèle,

* la géométrie du corps élastique étudié, adopter la symétrie axiale


* ses paramètres matériels (se reporter au paragraphes 1 et 2)
* les conditions aux limites
* le chargement

2. Utiliser le logiciel pour introduire le modèle mathématique décrit précédemment : construire le


modèle. Puis faire le maillage de la structure (s’informer auprès du logiciel de l’élément fini
SHELL6 : afin de l’intégrer dans le maillage).

3. Faire la solution avec le logiciel


4. Exploiter les résultats : au moyen du logiciel,

 Tracer la surface « flèche »


 Tracer la distribution des contraintes dans les éléments par construction des tableaux
(Elements tables)
Réaliser des comparaisons avec les résultats théoriques et ceux analytiques

5. Faire une comparaison avec la solution analytique : déplacement de flexion, contraintes et déformations (tracer
ces grandeurs sur des mêmes graphes)

6. Refaire le calcul avec un modèle en état axisymétrique (utiliser l’élément PLANE82)

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 11

TP3 : EXPERIMENTATION DES DEFORMATIONS


DES MEMBRES D’UN SYSTEME A BARRES

Objectif : Vérification expérimentale de la théorie du modèle des barres élastiques à l’aide d’un
treillis. L’analyse de prédiction des déformations et des contraintes sera traitée au moyen d’un logiciel
de calcul par éléments finis.

Principe : Cette manipulation consiste à appliquer une charge extérieure concentrée, en un noeud,
sur le système à barres (treillis) et de mesurer les valeurs des déformations par des jauges de
déformation, chacune est collée sur une barre. Les contraintes seront déduites au moyen des lois de
comportement élastique linéaire.

Schéma général de l’essai

Figure 1 : Expérimentation d’une structure à barres

1. Analyse par éléments finis

Structure concernée : Système treillis dont les longueurs et les sections sont indiquées sur les deux
figures suivantes. La structure est soumise à une force extérieure P
suivant une direction donnée (voir figure 2).

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 12

Notation et données

Grandeurs géométriques et matérielles Variables mécaniques


E : Module de Young (E= 210 GPa) P : charge concentrée de valeur imposée.
Li : longueur de la barre n°i i , i : contrainte et déformation dans la barre n°i.
S : section droite :D = 5.97 mm (identique Ni, : effort normal relatif à la barre n°i
pour toutes les barres)

Les numéros 1, 2, 3, 3, 4, 5, 6 et 7 indiquent les jauges de déformation.

Figure 2 : Système à barres – Charge au milieu

Dans cette étape, il est demandé de calculer les déformations, les contraintes et les forces
normales dans les barres correspondant à une charge de valeur P = 500 N en utilisant un logiciel de
calcul par éléments finis (utiliser le modèle barre = élément fini link).

Relevé des résultats d’après le calcul réalisé par le logiciel :

Barre n° Déformation Contrainte Effort normal


1
2
3
4
5
6
7

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 13

2. Expérimentation

Appareillage de mesure : il est constitué par :

 Un système à barres (treillis)


 système d’application de la charge : dynamomètre (application et mesure de la charge)
 Jauges de déformation collées sur les barres (numérotés 1, …., 7)
 Système d’acquisition des grandeurs mesurées

On réalise le cas de chargement montré sur la figure 2 : Sous une charge P de valeur connue (se
reporter a la figure 2), cet appareillage permet de déterminer les déformations dans les barres et par suite
les contraintes (loi de comportement élastique).

Relever les mesures sur les points où sont collées les jauges de déformation sur les différentes barres. Les
valeurs seront relevées pour différentes valeurs de la charge P (N) :

N° 0 1 2 3 4 5
P (N) 0 100 200 300 400 500

Sur un tableau, mettre les valeurs expérimentales relatives aux jauges 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7.

Tracer la courbe réelle (expérimentale) des microdéformations en fonction de la charge P (N) en


comparaison avec la courbe numérique pour les 7 barres.

Conclusion générale : Discuter la validité du modèle à barres utilisé pour représenter la


structure. Interpréter les résultats.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Travail manuel : réaliser un calcul par éléments finis semi-manuel en exploitant le logiciel MATLAB. On pourra
calculer les matrices élémentaires par MATLAB, puis on fera l’assemblage manuellement ou par MATLAB. On reviendra
ensuite à MATLAB pour réaliser la résolution. Comparer ensuite les résultats avec ceux du logiciel et avec
l’expérimentation.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Travail complémentaire : Pour compléter ce travail pratique, on vous
demande de réaliser la simulation sur logiciel de l’application suivante.

Analyse des contraintes dans une construction

On s’intéresse à l’analyse des contraintes et à la vérification des dimensions des


éléments structuraux d’une grande poutre en acier supportée en plus de ses appuis par deux
barres à sections circulaires T1 et T2, ayant la fonction de tirants (fig.1). On utilise dans cette
application la méthode des éléments finis. Deux variantes seront étudiées : une variante
« poutre en treillis » et « poutre avec des liaisons complètes de connexion entre
éléments ».
Données générales pour les deux variantes :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 14

- Matériau constitutif : Acier, élastique isotrope de module de Young (S235) E = 210


GPa, σe=235 MPa.
- Le chargement est indiqué sur la figure 1

Fig.1

Variante I : Modélisation de type « Barre ». La structure est modélisée en éléments de type


« barre 2D » et de même pour les 2 tirants. Chaque membre est représenté par un seul
élément fini. On vérifie avec les données suivantes.

- Pour tous les membres (sauf les tirants) : section droite A = 250 cm²
- Pour les deux tirants T1 et T2 : A = 50 mm²
- Les CL : les articulations par tout.

Variante II : Modélisation de type « Poutre ». La structure est modélisée en éléments de type


« poutre 2D », les 2 tirants sont tout le temps en traction. On vérifie avec les données
suivantes.

- Pour tous les membres (sauf les tirants) : IPE 200


- Pour les deux tirants T1 et T2 : A = 50 mm²
- Les CL : les encastrements aux appuis (nœuds 1, 2, 20 et 21), les liaisons sont
complètes partout.

Interpréter les résultats en faisant une comparaison entre les deux modèles.

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 15

TP4 : SOLLICITATIONS SUR LES POUTRES


TRACTION/FLEXION/TORSION
Mesures des déformations par des jauges

Simulation numérique par éléments finis d’un portique bi-encastré

Ce TP est composé de 2 parties :

Partie I : Essais de mesure par jauges

Introduction et objectifs

Dans beaucoup d’applications industrielles, les jauges de déformation (strain gauges) sont utilisées pour
mesurer les déformations dans les structures de différents types. Les ingénieurs des structures les utilisent
dans les supports des constructions et ponts, sous chargement, les ingénieurs mécaniciens et en
aéronautique pour les éléments de machines et structures sous des charges et/ou pression.

Dans cette expérimentation, nous sommes intéressés par la mesure des déformations qui résultent d’un
chargement imposé (connu), dans les trois cas suivants :

- Barre en traction pure, cet essai permet de mesurer la capacité portante d’une structure en
traction ; cas d’un câble par exemple
- Poutre en flexion plane, encastrée d’un côté et libre de l’autre (poutre de cantilever) ; cet essai
pourra représenter une aile d’avion, un pont, un balcon, …
- Barre en torsion, similaire à celle utilisée dans le système de suspension des voitures (cet essai
n’est pas disponible pour le moment)

Principe

Dans cette manipulation, une poutre (ou barre) est soumise à l’une des trois sollicitations simples :
Traction, flexion ou la torsion. On mesure ensuite la déformation engendrée par un système d’acquisition.
L’effort est appliqué dans chacun des cas au moyen des masses (connues) et la déformation
correspondante est déterminée expérimentalement par des jauges de déformation via le système
d’acquisition.

Schéma général du
banc d’essai

Figure 1 : Expérimentation sur différentes


poutres en sollicitations simples

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 16

Expérimentation

a. Cas de la traction (pure) (Tension case)

La structure est soumise à un effort de traction F, Calculer la contrainte et la déformation dans la barre.
L’effort est à mesurer par une masse m, F=mg avec g=9.81 m/s², la déformation est à relever d’après la
jauge de déformation collée sur l’éprouvette. On utilise la formule suivante :

ε= 2x UA/UE x 1/(1+ν) x 1/k

où k est le facteur de jauge (k=2.05), v : coefficient de Poisson du matériau de l’éprouvette expérimentée.


UA/UE est la grandeur relevée de l’appareil, elle est donnée en mV/V.

Fig2. Essai de traction

Facteur de jauge : ………………….


Dimensions de l’éprouvette (largeur et épaisseur): ………………
Module de Young :………………………………………………
Cas de Force (N) Déformation lue (με) Contrainte calculée (MPa)
charge
0
1
2
3
4
5
6
7

Question : Représenter graphiquement la contrainte en fonction de la déformation correspondante ( ,  ) . En


déduire une estimation du module de Young du matériau. Les valeurs de référence pour les matériaux,
on peut consulter le tableau suivant :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 17

Module E (GPa) Coefficient de Poisson

Acier 210 0.28

Acier CrNi 18.8 191 0.305

Cuivre 123 0.33

Laiton 88 0.33

b. Cas de la flexion (Bending case) : La structure concernée est une poutre en flextion plane simple,
encastrée d’un côté et libre de l’autre. A une longueur donnée l , une force F est appliquée au moyen d’une masse m
(figure). En faisant référence à la figure suivante, exprimer :
 le moment de flexion M dans la section droite qui est à la position x ,
 la contrainte normale  ( x, y) en un point de la section, éloigné de l’axe neutre de la distance y
 puis la déformation normale  ( x, y)

Figure 3 : Modèle pour la


poutre en flexion

On mesure la contrainte à travers la valeur de la masse suspendue m (F=mg), la déformation est à relever d’après le
système d’acquisition.On utilise la formule suivante :ε= UA/UE x 1/k

Figure 4. Essai de flexion


On remplit le tableau suivant :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 18

Dimensions de la poutre : ………………….


Module de Young : ………………….
Moment d’inertie des sections : ………………
Charge (g)* Force (N) Déformation lue Moment de flexion (Nm) Contrainte calculée
(με) (MPa)
0
50
100
150
200

450
500*
*Nota : Ne pas dépasser la masse de 500g, une charge plus grande peut causer dommage au système.

Question : Représenter graphiquement les contraintes (dans les fibres les plus éloignées) en fonction des
déformations correspondantes. En déduire une estimation du module de Young du matériau.

c. Cas de la torsion (Torsion case) : matériel non disponible pour le moment

(TP indisponible pour le moment !)

La structure concernée est un barreau cylindrique en torsion pure, de diamètre D , longueur l ,


soumise à un couple de torsion T . Si on désigne par  la contrainte de cisaillement (correspondant au
rayon D/2 le plus grand), causée par T, exprimer  et la déformation élastique engendrée.

Figure 5: Modèle pour la torsion

La déformation est calculée selon la formule suivante :

On remplit le tableau suivant :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 19

Facteur de jauge : …………………. Module de cisaillement G : ………………….


Diamètre de la poutre : Longueur du bras :
Moment d’inertie polaire : …….
Charge (g)* Force (N) Moment (Nm) Déformation mesurée Contrainte calculée Déformation calculée
(με) (MPa)
(T )
0
250
500

Question : Représenter graphiquement la contrainte (dans les fibres les plus éloignées) en fonction de la déformation de
cisaillement ( ,  ) . En déduire une estimation du module de cisaillement du matériau.

Partie II : La structure porteuse d’une construction métallique est adoptée sous forme d’un portique bi-
encastré (les fondations réalisent des liaisons encastrement avec les poteaux de la structure (Fig.5). Les
poteaux des portiques sont en profil commercial IPE (hauteur h = 8 m), les poutres sont de même des
IPE.

Données :
 Matériau : E24 (S235)
 Entraxe entre portiques : l = 6 m (distance entre 2 portiques consécutifs)
 Charge verticale : q = 4 kN/m (machines et leur utilisation) Fig.5
 Portée = 10 m

Travail demandé

1. Faire un choix préliminaire du profil de la poutre et celui des poteaux en adoptant juste la
condition de résistance en flexion.
2. Réaliser un calcul manuel ou semi-manuel de la structure par la méthode des éléments
finis (3 éléments finis) : on pourra exploiter l’environnement de MATLAB
3. Calculer les déplacements, les contraintes et les forces de réaction
4. Faire une simulation par le logiciel ANSYS
5. Comparer vos résultats avec les résultats analytiques : on compare surtout les contraintes
et les moments de flexion dans les différents coins de la structure.

Formulaire (Portique bi-encastré) :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 20

TP 5 : ANALYSE DES CONTRAINTES DANS UN RESERVOIR


A PAROI MINCE SOUS PRESSION INTERNE

Objectif

L’appareil permet de traiter les questions relatives à la résistance d’un réservoir à paroi mince suivantes :
- Mesure des déformations via des extensomètres à jauge
- Vérification expérimentales de la théorie des structures à paroi mince (généralement adoptée pour
le dimensionnement de ces appareils)
- Détermination du module d’élasticité et du coefficient de Poisson

Principe

Dans cette manipulation, un réservoir cylindrique à paroi mince est soumis à une pression interne
contrôlée à l’aide d’une pompe à main. Les valeurs des déformations suivant différentes directions sont
relevées par des jauges de déformation collées parfaitement sur différentes positions du tube. En se basant
sur les lois de comportement, on a accès à la distribution des contraintes sur la même section, permettant
ainsi de vérifier les solutions analytiques disponibles. Un logiciel propre à cette expérimentation permet de
faire l’acquisition des grandeurs mesurées.

Schéma général de l’essai

1 Cylindre
2 Couvercle fixe
3 Volant à main (réglage piston
4 Broche filetée
5 Pison de verrouillage
6 châssis avec plaque de base
7 Collet d’appui
8 Pompe hydraulique
9 Manomètre
10 Extensomètres
11 Connecteur pour l’amplification de
mesure multivoie

Caractéristiques dimensionnelles :

Réservoir Application de jauges de contrainte

- Matériau : aluminium ( E , ) - 5 jauges de contrainte: demi-ponts


- longueur: 400mm - positions angulaires par rapport à l’axe du
- diamètre: D=75mm réservoir: 0°, 30°, 45°, 60°, 90°
- épaisseur de paroi: e = 2,8mm - facteur k: 2,00 +/-1%
- pression intérieure: pi - tension d’alimentation: 10V
max. 3,5N/mm² (35bars) - Manomètre : 0 à 60 bar

Un cylindre (1) à paroi mince en aluminium constitue le cœur de l’appareil. Le cylindre est fermé
hermétiquement d’un côté à l’aide du couvercle (2) vissé. Le cylindre est fermé de l’&autre côté à l’aide du
piston de verrouillage (5) pouvant être déplacé via un volant à main (3) et d’une broche filetée (4).

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 21

Le logiciel accompagnant l’appareil : toutes les valeurs de mesures s’affichent en ligne dans la fenêtre
«Diagramme système », qui s’ouvre après l’initialisation. Les valeurs des contraintes mesurées permettent
de tracer le diagramme des cercles de Mohr.

L’appareil peut fonctionner en deux modes :


1. Lorsque le piston est en position extérieure (5), la pression frontale s’exerce sur le piston et sur un
collet (7) vissé sur le cylindre : le cylindre dans ce cas est soumis aux contraintes circonférentielle
et axiale.
2. Lorsque le piston est en position intérieure, le cylindre est soumis à la contrainte circonférentielle
seulement.

Bases théoriques

Structure concernée : réservoir cylindrique sous pression interne à paroi mince (pour les dimensions et les
caractéristiques, se référer au tableau ci-dessus.

Contraintes dans un réservoir à paroi mince : lorsqu’un réservoir cylindrique à paroi à mince est soumis à
une pression interne pi. Les contraintes non nulles sont dans le cas général une contrainte circonférentielle
 t et/ou contrainte axiale  a , ces contraintes sont considérées uniformes dans tout le tube cylindrique.

Cas où le réservoir est ouvert aux extrémités (tube)


La seule contrainte dans ce cas est la contrainte
d
circonférentielle donnée par :  t  p i , avec
2e
d est le diamètre intérieur du tube.
Cas où le réservoir est fermé aux extrémités (chaudière)

Deux contraintes sont non nulles qui sont données par :


d d
 t  pi ,  a  pi .
2e 4e

Questions sur la solution analytique : Redémontrer les relations qui donnent les contraintes non nulles
dans un réservoir à paroi mince ?

2. Essais expérimentaux sur le réservoir à paroi mince

Dans cette section, on propose de réaliser des essais expérimentaux sur le réservoir à paroi mince pour les
deux types de fonctionnement : tube ouvert et chaudière (tube fermé).

2.1. Montage expérimental :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 22

- Raccorder l’appareil à l’amplificateur de mesure multivoie (FL 151)


- Mettre en marche l’amplificateur de mesure multivoie FL 151 et laisser chauffer les deux appareils
pendant 30 minutes.
- Lorsque le FL 130 est déchargé, effectuer un équilibrage à zéro à l’aide du potentiomètre de
décalage situé sur la face arrière.
- Les voies de mesure sont affectées aux extensomètres à jauge, tel que représenté sur la figure.

2.2.Mesure des contraintes principales avec le cylindre ouvert

Lors de cet essai, le piston repose sur le châssis. On applique une pression
statique de 20 bars, remplir le tableau suivant :

Essai : cylindre ouvert


Pression : p=20 bar
Voie Angle Déformation
A1
A2
A3
A4
A5

En considérant les déformations mesurées suivant les angles (0°, 45° et 90°),

- Calculer les déformations principales


- Tracer le cercle de Mohr correspondant
- Calculer les contraintes principales
- Comparer les résultats avec ceux théoriques

2.3. Mesure des contraintes principales avec le cylindre fermé

Lors de cet essai, le piston repose sur le cylindre. On suit les recommandations
suivantes :

- Dévisser complètement la pompe hydraulique


- Dévisser le piston jusqu’à la butée, ensuite revisser le piston d’environ ½ tour
- On applique une pression statique de 20 bars, remplir le tableau suivant :

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 23

Essai : cylindre fermé


Pression : p = 20 bar
Voie Angle Déformation
A1
A2
A3
A4
A5

En considérant les déformations mesurées suivant les angles (0°, 45° et 90°),

- Calculer les déformations principales


- Tracer le cercle de Mohr correspondant
- Calculer les contraintes principales
- Comparer les résultats avec ceux théoriques

2.4 Sur une un même graphique (cercles de Mohr), tracer les deux cas de contraintes principales,
interpréter ce graphique.

3. Donner une estimation du module de Young E et celle du coefficient de Poisson (estimation


expérimentale).

Annexe

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 24

SIMULATION SUR ANSYS : Guide simplifié

1. Introduction

ANSYS est un logiciel d’éléments finis à usage général pour la résolution numérique d’une grande
variété de problèmes mécaniques : Analyse linéaire/non linéaire statique et dynamique des
structures, problèmes de transfert thermique et de mécanique des fluides, aussi bien l’acoustique
et l’électromagnétisme.
En général, une solution par éléments finis pourra être réalisée dans les trios étapes suivantes :
1. « Preprocessing: Définition du problème »; parmi les étapes les plus importantes dans
le bloc « Preprocessing » sont :
o La définition des points/lignes/aires/Volumes (géométrie)
o La définition du type d’élément fini et les constants du matériau
o Mailer des lignes/aires/Volumes
Le problème dépend fortement de sa dimension (1D, 2D, Axisymétrique, 3D)

2. Solution: Imposition des charges, conditions cinématiques et résolution; ici, nous


spécifions les charges (concentrées ou pression), condition cinématique (translation et
rotation) et finalement résoudre (par logiciel) les équations qui en résultent.
3. Postprocessing: traitement et affichage des résultats; à cette étape, on peut utiliser:
o Lister les déplacements aux nœuds
o Les forces et moments au niveau des éléments
o Traçage des configurations déformées de la structure
o Contour et diagrammes des contraintes

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 25

1. Lancement du logiciel
2. Spécifier un titre pour le problème, exemple : cable

Utility menu/File – Change Title …


Enter cable and click on OK

Ce titre va apparaître au coin à gauche en bas de la fenêtre graphique. Pour ceci, suivre
l’instruction : Utility Menu > Plot > Replot

3. S’informer sur la bibliothèque des éléments finis

En utilisant l’aide en ligne, exemple «Link1 », élément barre dans le plan.


Utility Menu > “Help”

4. Définir la géométrie de la structure :

Main Menu > Preprocessing >Modelling > Create > Keypoints


Main Menu > Preprocessing >Modelling > Create > Lines

5. Mailler la structure :

5.1 Choix du type de l’élément fini pour le présent problème

Main Menu > Preprocessing >Element Type > Add/Edit/Delete


Add .. an element type

5.2 Maillage (Meshing):

Utiliser l’outil “Meshtool”

Main Menu > Preprocessing >Meshtool

Discrétiser les segments en un nombre fini de division : « Size Controls »

Line set > select lines > « ndiv » “Remarque: pour les problèmes de barre, prendre
ndiv=1”
Mailler la structure :

Mesh > Lines > Pick all

6. Introduction des caractéristiques du matériau

Main Menu > Preprocessing > Material Properties > Material Models > Structural
> Linear > Elastic > Isotropic > (Module de Young et Coefficient de Poisson)

7. Conditions aux limites et chargement


Main Menu > Solution > Loads > Apply > Displacement > On nodes > “Select
with pick > OK”

Main Menu > Solution > Loads > Apply > Force/Moment > On nodes > “Select
with pick > OK”

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 26

8. Résolution

Main Menu > Solution > Solve current LS

9. Exploiter et éditer les resultants

Main Menu > General Postprocessing > Plot result > Deformed Shape >OK

Extraire les contraintes, les déformations et les forces dans les deux câbles

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 27

LES STRUCTURES DE POUTRES

Application 1 : Poutre de Cantilever

Une poutre encastrée sur l’extrémité gauche et soumise à une charge F concentrée sur l’extrémité
droite. Elle a une section rectangulaire A (hauteur h, largeur b) de longueur L. Le matériau
constitutif est un acier dont le module de Young est noté E. Adopter les applications
numériques :

 Longueur L=1m
 Hauteur totale h = 20 mm
 Largeur b = 5 mm
 Matériau : E  2061000 MPa
 Charge (Force concentrée) : F  100 N .

Questions

1. En utilisant un seul élément fini de type « poutre », calculer manuellement les


déformations, les contraintes dans la poutre.
2. Réaliser une simulation par le logiciel ANSYS en suivant les étapes indiquées ci-après.
Comparer les deux résultats.
3. Tracer les diagrammes des moments de flexion, des efforts normaux, contraintes et
déformations sur la structure.

1. Lancement du logiciel
2. Spécifier un titre pour le problème, exemple : cantilver

Utility menu/File – Change Title …


Enter cable and click on OK

Ce titre va apparaître au coin à gauche en bas de la fenêtre graphique. Pour ceci, suivre
l’instruction : Utility Menu > Plot > Replot

3. Spécifier qu’on est dans le domaine de structures :

Utility Menu > “Preferences”> STRUCTURAL

4. Choisir le type d’élément fini « BEAM3 » (poutre en flexion plane).

Main Menu > Preprocessing >Element Type > Add/Edit/Delete

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 28

Add .. an element type


5. Spécifier les constantes de l’élément poutre (BEAM3) (Section S, moment d’inertie I,
hauteur totale h)

Utility Menu > “Preprocessor”>Real constant>…

6. Définir la géométrie de la structure :

Main Menu > Preprocessing >Modeling > Create > Keypoints


Main Menu > Preprocessing >Modeling > Create > Lines

7. Mailler la structure :

8. Maillage (Meshing):

Utiliser l’outil “Meshtool”

Main Menu > Preprocessing >Meshtool

Discrétiser les segments en un nombre fini de division : « Size Controls »

Line set > select lines > « ndiv » “On prendra un seul élément : ndiv=1”
Mailler la structure

Mesh > Lines > Pick all

9. Introduction des caractéristiques du matériau

Main Menu > Preprocessing > Material Properties > Material Models > Structural
> Linear > Elastic > Isotropic > (Module de Young et Coefficient de Poisson)

10. Conditions aux limites et chargement


Main Menu > Solution > Loads > Apply > Displacement > On nodes > “Select
with pick > OK”

Main Menu > Solution > Loads > Apply > Force/Moment > On nodes > “Select
with pick > OK”

11. Résolution

Main Menu > Solution > Solve current LS

12. Exploiter et éditer les resultants

Main Menu > General Postprocessing > Plot result > Deformed Shape >OK

Extraire les contraintes, les déformations et les forces dans la poutre de cantilver en
construisant des tableaux des éléments (voir suite)

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 29

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 30

Application 2 : Soit une construction métallique avec 6 étages (voir figure). Dimensions des sections
des membres de la construction :

 toutes les colonnes : 30x50 (cm)


 toutes les poutrelles : 30x60 (cm)
Matériau : E=2.103 kN/cm²

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 31

LES STRUCTURES DE TYPE SOLIDES


SOLIDES 2D, ETAT PLAN DES CONTRAINTES (EPC)

Les solides déformables sous certaines conditions de géométrie, de chargement et de conditions


aux limites cinématiques peuvent être modélisés en 2D. C’est le cas par exemple des pièces
minces planes chargées dans leurs plans.

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 32

ANSYS
Mise en œuvre de la méthode des éléments finis

Avant de commencer, il est nécessaire de préparer le modèle mathématique de la structure à


étudier :

 géométrie du corps élastique étudié (utiliser la symétrie de la structure selle a lieu)


 type de la structure (exemples : état plan de contraintes, barres, coques,…)
 comportement et paramètres matériels
 conditions aux limites
 chargement

1. Lancement du logiciel
2. spécifier un titre pour le problème : exemple : Tube

Utility menu: File - Change Title…


Enter “facteurk” and click on OK

3. S’informer sur la bibliothèque d'éléments finis

En utilisant l'aide en ligne (exemple): on peut se renseigner sur les caractéristiques des
éléments plane 42 et plane 82.

"Utility menu"
"Help"

4. choix des types d’éléments finis à utiliser dans le problème posé

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 33

Main menu: Preprocessor - Element Type - Add/Edit/Delete..

•Add.. an element type

• Sélectionner “ Structural Solid family Quad 4node 42 element” and press OK

In the element type dialog now select options… to specify

•Plane stress w/thk (with thickness)

•OK to close the Element type options dialog

5. Définir les caractéristiques associées (real contants), aux éléments finis choisis

Main menu: Preprocessor - Real Constant…


•Add a real set •OK for PLANE42
•Enter 1.0 for THK (5 mm par exemple)
6. Introduire les caractéristiques du matériau :

Main menu: Preprocessor - Material Props – Material Models – Structural- … Isotropic

7. Définir la géométrie

Main menu: Preprocessor - Modeling - Create – keypoints,


Main menu: Preprocessor - Modeling - Create – lines
Main menu: Preprocessor - Modeling - Create – Arcs
Main menu: Preprocessor - Modeling - Create – Areas

8. Mailler la structure

- Utiliser l'outil "Meshtools" :

"Main Menu">"Preprocesseur">"Meshtools"

- Discrétiser les segments des longueurs en un nombre de divisions (exemple 10) :


"line set">select lines>"ndiv"

- Mailler la structure : "mesh">"areas">"quad">"Pick all"

9. Conditions aux limites et chargement

"Main Menu">"Solution"
"Loads">"Apply">"Displacement">"on lines">
Select with pick>"OK"

"Main Menu">"Solution"
"Loads">"Apply">"Pressure">"on lines">
Select with pick>"OK"

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 34

10. Résolution

"Main Menu">"Solution">"Solve current Ls"

11 Exploiter ou éditer les résultats

a. Choisir un repère pour afficher les résultats (par défaut, il est cartésien) :

"Main menu">" General postprocessor">" options for output">"RSYS">


Select “ global Cartesian”, "global cylindric", … (dans ce cas on aura pas besoin de ce
changement)

b. visualiser la déformée

"Main menu">" General Postproc">" Plot results">" Deformed shape


>Choose Deformed) - undeformed >"OK"
c. Visualiser les contraintes aux noeuds

"Main menu">" General Postproc">" Plot results">" Contour plot">" Nodal Solu"
Choose stress item and select Sx (exemple : composante  x )

Répéter l'opération pour les autres composantes et pour les contraintes principales.

d. Afficher les contraintes dans les éléments.

"Main menu">" General Postproc">" Plot results">" Contour plot">" Element Solu"
Choose stress item and select Sx (exemple : composante  x )

Répéter l'opération pour les autres composantes et pour les contraintes principales.

e. Afficher les directions principales de contrainte.

"Main menu">" General Postproc">" Plot results">" Vector plot">


"predefined">"Stress"

Pour lister les valeurs des contraintes et des déformations soit au sein des éléments ou aux
nœuds :

solutions aux nœuds :


"Main menu">" General Postproc">" List results">" Nodal sol">
“DOF Solution”, “Stress” ou ….

solutions dans les éléments

"Main menu">" General Postproc">" List results">" Element sol">


“DOF Solution”, “Stress” ou ….
Application : Solide 2D en état EPC (Identification du coefficient de concentration des
contraintes ; cas des entailles circulaires)

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 35

On considère une plaque de faible épaisseur t (5 mm) muni de deux entailles semi-
circulaires (rayon h=10 mm) comme indiqué sur le schéma ci-dessous. La pièce est
soumise à une contrainte uniforme de traction 0 loin des entailles. La largeur D de la
pièce vaut 40 mm

On demande, pour des valeurs fixées de h, D et t (adopter les dimensions ci-dessus) :

a) de calculer la valeur de k en utilisant la formule empirique suivante :

k3.065 3.370 (2h )0.647 (2h )2 0.658(2h )3


D D D
max k nom k 0 D
D2h

b) d'obtenir au moyen de modèles par éléments finis une estimation suffisamment


précise de la valeur de k. comparer les deux résultats.
c) de tracer la distribution des contraintes p et q dans la section AA.

Remarque : dans ce problème, la valeur de k est indépendante de t et des propriétés du


matériau (supposé toutefois élastique linéaire).
SIMULATION DES SOLIDES 2D
Etat plan de déformation (EPD)

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 36

Les solides déformables sous certaines conditions de géométrie, de chargement et de conditions


aux limites cinématiques peuvent être modélisés en 2D. Nous traitons dans cette application le
cas 2D en EPD. On est intéressé ici par la simulation du comportement d’un tunnel soumis
à son poids et d’une charge superficielle.

Fig.1 Exemple de tunnel

La structure à modéliser est un tunnel à section transversale demi-circulaire en utilisant la


méthode des éléments finis. Les dimensions de la structure et les conditions aux limites choisies
sont illustrées sur les deux figures 2 et 3, où on a représenté uniquement le demi de la structure
par raison de symétrie.

6m
6m
8m

14 m

Fig.2 Schéma général Fig.3 Modèle géométrique et conditions aux limites


Données générales :

- Densité :   2300 Kg/m3


- Module de Young E= 29 000 MPa

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès


Modélisation et expérimentation des systèmes déformables : TP 37

- Coefficient de Poisson :   0.15


- Contrainte limite traction/compression :  Y  65.81 MPa
- Pression uniforme p  15 MPa
- Accélération de la pesanteur : g  10 (USI)

Questions :

I. Réaliser une simulation par ANSYS en utilisant des éléments finis, type
triangule quadratique «plane2»*, en état plan de déformation. Faire un
raffinement de maillage au niveau des extrémités de l’arc.

- Visualiser la déformée et le champ de déplacement


- Extraire les contraintes, les déformations et les grandeurs principales
associées.
- Vérifier la résistance de la structure.

II. Etudier l’influence du maillage : montrer qu’en raffinant le maillage, les


résultats s’améliorent. Par exemple exprimer l’évolution des contraintes de
von Mises en fonction du nombre d’éléments finis.

* Pour les éléments finis de type plan (2D) en EPD, on fera référence aux éléments finis
adoptés pour le cas de l’EPC (ils sont les mêmes).

Pr. Chaaba M.A. - ENSAM - Meknès

Vous aimerez peut-être aussi