Vous êtes sur la page 1sur 16

République du Cameroun Republic of Cameroon

**** ****
Paix – Travail – Patrie Peace – Work – Fatherland
**** ****
Ministère de l’Enseignement Supérieur Ministry of Higher Education
**** B.P./P.O. Box : 46 Maroua ****
Université de Maroua Tel: +237 22620890/22292852 The University of Maroua
**** Fax: +237-22291541/22293112 ****
Ecole Nationale Supérieure Polytechnique National Advanced School of Engineering
******** ********

DEPARTEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES

COURS DE TECHNIQUES DE COMMUNICATION


NIVEAU Master2 TRONC COMMUN

Dispensé par
Dr TIZE KODA Joël
Chargé de Cours

Année Académique 2022-2023


30 heures (2 credits)

1
Introduction

La réussite professionnelle au terme d’une formation académique est un long processus


jonché d’échec. Toutefois il faut demeurer positif. L’Unité d’enseignement Technique de
Communication dispensé au cycle Mater 2 au département des énergies renouvelables vise
principalement à offrir aux apprenants quelques astuces facilitant ainsi leur insertion
professionnelles. De façon spécifique, elle vise deux principaux objectifs. Le premier est
d’initier l’élève ingénieur de conception à bâtir certaines qualités lui permettant de s’intégrer
plus facilement dans la société au terme de sa formation. Enfin, il permet de fournir à
l’étudiant des aptitudes pour la recherche d’emploi ou stage. De ce fait, l’étudiant est interpelé
à bien mettre en œuvre ces valeurs et stratégies pendant son stage afin de faire une image
appréciable et recherchée.

Cette unité d’enseignement s’articule autour de quatre principaux chapitres présentés par le
programme suivant :

I- LES PREALABLES DE LA REUSSITE

II- TECHNIQUE DE RECHERCHE D’EMPLOI

III- L’ENTREPRENARIAT

IV- CONDUITE D’UNE REUNION EN ENTREPRISE

V-

2
Chapitre I : Les préalables de la Réussite

1. 1. La motivation
La motivation désigne les forces qui agissent sur une personne ou à l'intérieur d'elle pour la
pousser à se conduire d'une manière spécifique, orientée vers un objectif. Les pulsions, enjeux
ou mobiles auxquels obéissent les salariés dans leur travail affectent leur productivité. A bien
des égards, la fonction de manager vise à stimuler les motivations individuelles en faveur des
objectifs de l'organisation. Toute motivation est orientée vers un but, c'est à dire un résultat
auquel l'individu veut parvenir. Néanmoins, les motifs sont difficilement observables (on ne
peut que les supposer2). Ils sont nombreux et plus ou moins conflictuels chez une même
personne. La manière dont les salariés choisissent d'obéir à certains enjeux plutôt qu'à
d'autres, et l'intensité avec laquelle ils y répondent, varient considérablement. Les théories de
la motivation peuvent être divisées en deux catégories. Les premières partent des besoins,
c'est-à-dire des "manques" ressentis d'ordre physiologique, psychologique ou sociologique.
Les besoins poussent à l'action, car ils créent des tensions que la personne veut réduire ou
éliminer. Le comportement motivationnel lié aux besoins peut être décrit de la façon suivante.
L'apparition de besoins incite à vouloir les satisfaire, d'où des actions en conséquence avec
des résultats qui sont vécus comme des récompenses (si cela marche) ou des punitions (dans
le cas contraire). Ce fonctionnement conduit à une réorganisation interne des besoins initiaux.
Maslow et Herzberg font partie des auteurs les plus connus en matière de théorisation des
besoins. L'un et l'autre ont cherché à structurer les sources de motivation, soit en les
hiérarchisant (sous forme de "pyramide"), soit en les opposant de façon dialectique (par la
théorie des "deux facteurs").

1.1.1 La Théorie de besoin de Maslow


Selon Maslow, les motivations d’une personne résultent de l’insatisfaction de certains de ses
besoins.
Les travaux de Maslow (1954) permettent de classer les besoins humains par ordre
d’importance en 5 niveaux. Ce classement correspond à l’ordre dans lequel ils apparaissent à
l’individu ; la satisfaction des besoins d’un niveau engendrant les besoins du niveau suivant.

3
La pyramide des besoins de Maslow

L’idée est qu’on ne peut agir sur les motivations "supérieures" d’une personne qu’à la
condition expresse que ses motivations primaires (besoins physiologiques et de sécurité)
soient satisfaites.
a) Les besoins physiologiques
Les besoins physiologiques sont des besoins directement liés à la survie de l’individu ou de
l’espèce. Ce sont typiquement des besoins concrets (manger, boire, se vêtir, se reproduire,
dormir...).
A priori ces besoins sont satisfaits pour la majorité d’entre nous, toutefois nous ne portons pas
sur ces besoins la même appréciation. Cette différence d’appréciation peut engendrer une
situation qui sera jugée non satisfaisante pour la personne et à son tour le besoin à satisfaire
fera naître une motivation pour la personne.
b) Les besoins de sécurité
Les besoins de sécurité proviennent de l’aspiration de chacun d’entre nous à être protégé
physiquement et moralement. Ce sont des besoins complexes dans la mesure où ils recouvrent
une part objective - notre sécurité et celle de notre famille - et une part subjective liée à nos
craintes, nos peurs et nos anticipations qu’elles soient rationnelles ou non.
sécurité d’un abri (logement, maison)
 sécurité des revenus et des ressources
 sécurité physique contre la violence, délinquance, agressions ...
 sécurité morale et psychologique
 sécurité et stabilité familiale ou, du moins, affective
 sécurité médicale/sociale et de santé

4
c) Les besoins d’appartenance
Les besoins d’appartenance correspondant aux besoins d’amour et de relation des personnes :

 besoin d’aimer et d’être aimé (affection)


 avoir des relations intimes avec un conjoint (former un couple)
 avoir des amis
 faire partie intégrante d’un groupe cohésif
 se sentir accepté
 ne pas se sentir seul ou rejeté

Ce sont les besoins d’appartenance à un groupe qu’il soit social, relationnel ou statutaire. Le
premier groupe d’appartenance d’une personne est la famille. Les besoins sociaux sont les
besoins d’intégration à un groupe. Chaque personne peut appartenir à plusieurs groupes
identifiés.
d) Les besoins d’estime
Les besoins d’estime correspondent aux besoins de considération, de réputation et de
reconnaissance, de gloire ... de ce qu’on est par les autres ou par un groupe d’appartenance.
La mesure de l’estime peut aussi être liée aux gratifications accordées à la personne.
C’est aussi le besoin de respect de soi-même et de confiance en soi.
e) Les besoins d’auto-accomplissement
Le besoin d’auto-accomplissement correspond au besoin de se réaliser, d’exploiter et de
mettre en valeur son potentiel personnel dans tous les domaines de la vie. Ce besoin peut
prendre des formes différentes selon les individus. Pour certains ce sera le besoin d’étudier,
d’en apprendre toujours plus, de développer ses compétences et ses connaissances
personnelles; pour d’autres ce sera le besoin de créer, d’inventer, de faire ; pour d’autres ce
sera la création d’une vie intérieur...C’est aussi le sentiment qu’à une personne de faire
quelque chose de sa vie.

1.1.2 Interactions sociales et motivations


D'autres théories motivationnelles étudient les processus guidant les choix supposés
conscients ou volontaires des individus. Les plus connues sont celle des attentes (avec des
variantes qui attribuent aux salariés des objectifs stratégiques) et celle de l'équité (qui insiste
sur les comparaisons sociales et l'importance d'être traité avec justice par rapport aux autres).
5
Toutes deux cherchent à expliquer pourquoi certains résultats deviennent désirables pour un
individu.
La théorie des attentes part du principe que les individus font d'abord un choix parmi les
résultats supposés de certaines activités. En se basant sur leur intuition ou leur expérience
passée, ils évaluent pour eux la probabilité d'obtenir des résultats souhaités en ayant la
conduite appropriée. Ils sont motivés pour agir là où ils espèrent être efficaces et pouvoir en
tirer des récompenses désirables. De son côté, la théorie de l'équité confronte les rétributions
reçues (ou attendues) à celles qu'ont eues (ou pourraient avoir) d'autres personnes dans des
situations similaires. Si ce qu'on reçoit est aussi bien ou préférable, on a de quoi être motivé.

1.1.3 Les facteurs déterminants de la motivation


Sur un plan académique, la motivation d’un étudiant sera influencée par trois types de
perceptions :
- La perception de la valeur de l’activité ;
- La perception de sa compétence à l’accomplir ;
- La perception du control qu’il possède sur son déroulement et ses conséquences.
a- La perception de la valeur de l’activité
La valeur qu’on accorde à une activité influence notre désir de s’y engager. L’étudiant
développera sa propre perception de la valeur d’une activité à partir de deux éléments :
- L’utilité de l’activité
- Le type de but visé (social, académique, apprentissage, performance, chercheur…)
b- Perception de la compétence
Il s’agit de l’évaluation qu’une personne fait de sa capacité à réussir et de sa
perception de soi en tant qu’apprenante. Cette perception est basée sur nos expériences
antérieures.
c- La perception du control qu’il possède sur son déroulement et ses
conséquences
Il s’agit de la perception du degré de maitrise que l’étudiant possède sur le
déroulement et les conséquences d’une activité pour laquelle on lui demande de s’engager.

1.1.4 Les indicateurs de la motivation


a- Le choix
Un étudiant motivé choisit d’entreprendre une activité d’apprentissage.
b- La persévérance

6
La persévérance se mesure en termes de temps que l’étudiant accorde à une tache
académique. Une personne motivée s’efforce de réaliser un travail et ne renoncera pas à la
première difficulté.
c- L’engagement cognitif
Un étudiant motive utilisera des stratégies d’apprentissage. Il adoptera alors différents moyens
lui permettant d’acquérir, d’intégrer et de se rappeler les connaissances qu’on lui enseigne. Il
se souciera de vérifier l’efficacité de ses méthodes et s’il y a lieu de les corriger ou de les
améliorer.
d- La performance
La performance correspond non pas à l’exploit mais à la démonstration du savoir aux résultats
observables de l’apprentissage. Elle peut être considérée comme la source ou la conséquence
de la motivation.
1.1.5 développer et maintenir sa motivation
Plusieurs moyens peuvent être utilisés pour développer ou maintenir une motivation. Ce sont
entre autres :
a- Identifier votre objectif à court et à long termes
b- Compléter votre formation afin de renforcer sa perception de compétence
c- Améliorer votre sentiment de compétence
d- Choisir de s’engager
e- Persévérer (désir de trouver une solution)
f- User de stratégies
g- Bien interpréter ses résultats académiques
h- Identifier et soutenir votre intérêt vis-à-vis d’une tâche
i- La motivation vient après l’action
j- Réduire les gros travaux en petites tâches
k- Savoir reconnaitre si vous avez besoin d’aide dans vos travaux.

1.2 Connaissance de soi

La connaissance de soi est une dimension personnelle qu’il est essentiel d’explorer et
de questionner pour faciliter sa démarche d’orientation et d’insertion professionnelle. En effet,
pour choisir un métier, la personne doit avoir quelques idées sur le genre de vie auquel elle
aspire. Ce choix doit correspondre à ses goûts, ses traits de personnalité, ses intérêts et ses

7
valeurs. Un manque de connaissance de ces aspects personnels peut restreindre
considérablement l’éventail de ses choix professionnels. La connaissance de soi permet :

1) D’aider la personne à avoir une image fidèle d’elle-même et de la projeter positivement


dans
l’avenir. Une personne lucide sur elle-même peut être plus à l’affût des possibilités de son
environnement socioéconomique, lui permettant une projection de soi qui satisfait cette
image.

2) D’aider la personne à augmenter sa confiance en soi puisqu’elle devient davantage en


contact
avec ce qu’elle est, ses potentialités et ses limites. En sachant ce qu’elle est, elle peut plus
facilement déterminer ce qu’elle doit utiliser pour déterminer ses objectifs professionnels,
passer de l’intention à l’action, favoriser ses réussites et éviter les échecs.

3) De procurer des éléments indispensables à la préparation d’outils de recherche d’emploi


(rédaction d’un curriculum vitae, d’une lettre de motivation, etc.) en vue d’une recherche
d’emploi efficace.

1.2. Notion d’attitude

L’attitude est l’orientation d’un comportement individuel dans une situation donnée. Elle
s’exprime par des manières d’être, des jugements, des opinions, des actes, intentionnels ou
spontanés. L’attitude joue énormément dans la recherche d’emploi : une personne déterminée,
qui ne recule pas devant les obstacles, aura bien plus de chances de trouver un emploi qu’une
personne défaitiste, qui accuse son environnement pour justifer tous ses problèmes. Ainsi, une
« bonne attitude » permet au chercheur d’emploi de maximiser son potentiel, de faire les bons
choix et d’être dynamique sur tout ce sur quoi il peut agir. En effet, malgré des éléments de la
recherche d’emploi difficiles à maîtriser (le cadre juridique, le nombre d’entreprises dans son
domaine, etc.), chaque personne a toujours une marge de manœuvre, des choix à faire et des
risques à prendre, et une bonne attitude est importante dans ces circonstances. Autrement dit,
chaque personne a sa part de responsabilité dans son parcours professionnel... et tant mieux !
Lorsque le chercheur d’emploi identifie précisément son attitude, il voit les points sur lesquels
il doit travailler pour agir, se présenter, et travailler plus efficacement. Certaines difficultés
dans la recherche d’emploi, par exemple en entretien d’embauche ou même lors de la
prospection, peuvent être directement liées à l’attitude. Une bonne attitude en toute

8
circonstance peut tout changer ! La notion d’attitude fait donc intervenir deux notions sur
lesquelles il faut jouer : la cause interne et la cause externe.

1.2.1 Causes

- Cause interne

La cause interne désigne le fait d’expliquer le comportement par des variables personnelles
sur lesquelles on peut agir (compétences, motivation, traits de personnalité, etc.).
- Cause externe

La cause externe consiste à expliquer un événement ou un comportement par des


circonstances
extérieures à l’individu, sur lesquelles il est difficile d’avoir une influence directe (le cadre
réglementaire et politique, la prospérité économique de sa région, etc.). Il faut distinguer ces
deux notions en toute honnêteté pour pouvoir se prendre en main et améliorer l’efficacité de
sa recherche d’emploi.

1.2.2 Comment une attitude positive peut vous aider dans votre recherche d’emploi
Une attitude positive renvoie au réseau de contacts et aux employeurs (potentiels) l’image de
quelqu’un qui ferait un collègue agréable, concentré sur les solutions plus que sur les
problèmes,
une personne prête à apprendre et sur qui on peut compter. Une attitude positive fait aussi la
différence dès le début du travail de recherche d’emploi, car elle conditionne la bonne foi
avec
laquelle on réfléchit sur soi, son projet professionnel, ses atouts, ses limites.

1.2.3 Comment positiver une attitude défaitiste

Les échecs sont de bonnes leçons à retenir, mêmes les personnes les plus douées et les plus
chanceuses en subissent. Il faut analyser ses erreurs et en tirer des leçons, relativiser, penser à
ses forces, se donner de vrais objectifs, et travailler dur pour les réaliser. Cela implique de
sortir de sa « zone de confort ». Parfois, même quand le résultat final n’est pas à la hauteur, le
chemin parcouru a été une vraie avancée, une preuve de courage sur laquelle on peut
construire la
suite de ses actions. Les accomplissements personnels sont ce qu’il y a de plus cher et
de plus valorisant. Ils répondent à des objectifs personnels. Ensuite, il faut trouver du plaisir à
être utile, et à prouver ce dont on est capable.

9
1.3 Qu’est-ce qu’une valeur ?
Une valeur, est ce qui est fondamental. Ce qui construit une personnalité. Ce qui vous porte à
agir avec toute la force dont vous êtes capables. Ce qui influence vos actions et vos décisions.
Au niveau professionnel, ces valeurs ont une grande influence. Par exemple : Le sens du
partage et du travail en équipe certaines personnes ne supportent pas de travailler seules et
sont beaucoup plus efficaces dans un contexte de lien régulier avec leurs collègues, de soutien
mutuel, d’échange et de partage.
L’honnêteté et le respect : il existe des personnes pour qui la loyauté et la bonne foi sont
indispensables dans le travail. Elles sont considérées avec les autres et s’attendent au même
traitement.

Travailler en sécurité physique : certaines personnes ne veulent pas prendre le moindre risque
à ce niveau. Elles préféreront un métier de bureau à un métier de terrain, par exemple. Les
valeurs s’acquièrent continuellement au fil des expériences. Certaines sont adoptées par tous
et d’autres ne font pas l’unanimité. Chaque personne a un schéma de valeurs qui lui est propre
et l’aide à faire des choix qui correspondent le plus à ses attentes sur le lieu de travail. À noter
que, au niveau professionnel, les valeurs comme les intérêts ne sont pas toujours faciles à
satisfaire, notamment dans les régions à faible activité économique où les chercheurs
d’emploi doivent accepter n’importe quel travail. Mais les valeurs sont aussi ce qui fait la
force d’une personnalité, la détermination, la capacité à faire des choix. Cela ne doit pas être
un obstacle incontournable dans une situation difficile, mais plutôt un moteur lors d’une
décision à prendre. Il est important pour le chercheur d’emploi de se concentrer sur ses
valeurs au moment de négocier sur certains points avec son employeur (potentiel) et savoir
sur quels points il peut être prêt à faire des compromis et lesquels sont non négociables. C’est
ce que l’on appelle l’intégrité et le respect de soi-même.

10
Chapitre 2: TECHNIQUE DE RECHERCHE D’EMPLOI
2.1 Le Curriculum vitae
Lorsque vous êtes à la recherche d’un emploi, c’est comme si vous étiez un travailleur
autonome : vous travaillez pour dénicher un ou des contrats. Votre curriculum vitae est en
quelque sorte votre carte d’affaires qui fait la promotion du produit que vous vendez. De plus,
il constitue votre profil professionnel et une image de votre personnalité. Le CV représente
encore aujourd’hui le moyen le plus utilisé pour poser sa candidature et se faire connaître
auprès des employeurs. Ceux-ci évaluent les qualifications des postulants à partir du profil du
candidat idéal établi selon les exigences du poste à combler. Ils recherchent systématiquement
dans les curriculum vitae des mots clés correspondant à ce profil. C’est la consultation de ce
document qui incitera l’employeur à retenir ou non votre candidature pour une entrevue.
L’entrevue aura pour objectif de vérifier si vous êtes effectivement le candidat apte à assumer
les responsabilités du poste. Certains éléments de votre CV pourront être l’objet de questions
de la part de l’employeur ou du jury de sélection. Vous devez, par conséquent, être très
familier avec le contenu de votre CV. Il va de soi que votre CV doit refléter une image
positive de vous-même. Toutefois, cette image doit être fidèle et réaliste. La tentation pourrait
être grande de gonfler un CV pour s’assurer d’être reçu en entrevue mais, dites-vous bien que,

11
cette tentation pourrait s’avérer néfaste. Sous-estimer la valeur réelle de nos expériences le
serait tout autant.
En marketing, l’emballage de présentation du produit a une valeur au moins aussi grande que
la nature du produit elle-même. La rédaction du curriculum vitae ne serait être un exercice
mécanique. Sa rédaction découle d’une réflexion et exige du temps.

2.1.1 Les règles de base


Avant de commencer à rédiger, voici cinq principes de base pour un bon CV
a) Concentrez-vous sur l’essentiel
-Un employeur consacre généralement moins d’une minute à l’examen d’un CV avant de
décider si le candidat passe la barre de la première sélection. Montrez-vous convaincant pour
ne pas perdre vos chances.
-Si vous répondez à une offre d’emploi, suivez rigoureusement la procédure définie par le
recruteur. L’annonce définit parfois la façon de poser sa candidature (CV, formulaire à
remplir, candidature en ligne), la longueur ou le format du CV, la lettre de motivation, etc.
-Soyez bref: dans la plupart des cas, deux pages A4 pages suffisent amplement,
indépendamment de votre formation ou votre expérience. Si vous êtes diplômé de l’université,
ne vous étendez-pas sur vos années de lycée, sauf si cela représente un intérêt pour l’emploi
visé.
-Votre expérience professionnelle est limitée? Commencez par votre éducation et votre
formation, soulignez vos expériences de volontariat et vos stages.
-Jamais de négation dans un CV

c) Soyez clairs et concis


-Utilisez des phrases courtes. Concentrez-vous sur les éléments pertinents de votre formation
et de votre expérience professionnelle.
-Illustrez votre CV par des exemples. Quantifiez vos résultats.
- Mettez votre CV à jour au fur et à mesure de l’expérience acquise. N’hésitez pas à
supprimer une information ancienne ou sans rapport avec votre candidature.
c) Adaptez systématiquement votre CV au poste recherché
-Soulignez les points forts qui répondent aux attentes de l’employeur, concentrez-vous sur les
compétences requises pour l’emploi.

12
-Décrivez brièvement les expériences professionnelles ou les formations non pertinentes pour
le poste visé.
-Justifiez toute interruption dans vos études ou votre carrière; citez les compétences acquises à
cette occasion.
-Avant d’envoyer votre CV à un employeur, vérifiez une dernière fois qu’il correspond au
profil requis.
-Ne gonflez pas artificiellement votre CV; vous risqueriez de vous discréditer lors d’un
entretien.

d) Soignez la présentation de votre CV


-Présentez vos compétences d‘une manière claire et logique, afin de faire ressortir vos atouts.
-Commencez par l’information la plus pertinente.
-Évitez toute faute d’orthographe ou de ponctuation.
-Imprimez votre CV sur du papier blanc.
-Respectez la police des caractères et la mise en page proposées.
e) Vérifiez votre CV une fois rempli
-Éliminez toute faute d’orthographe; assurez-vous que votre CV est formulé d’une manière
claire et logique.
-Faites relire votre CV par un proche afin de vérifier que son contenu est clair et facile à
comprendre.
-N’oubliez pas de joindre une lettre de motivation à votre CV. Ne jamais envoyer de CV
manuscrit et indiquer vos prétentions salariales.

2.1.2 Les types de CV


Il existe 4 façons de présenter ses expériences professionnelles, lesquelles correspondent à 4
modèles de CV.
Le CV chronologique : il donne la liste des expériences successives de la plus ancienne à la plus
récente. Ce modèle permet de mettre en valeur une évolution ou une promotion dans la fonction
ou le poste occupé. Il est préconisé pour des personnes ayant peu d’expériences professionnelles.
Le CV anti chronologique : il permet de mettre en valeur la dernière fonction occupée. Il valorise
la dernière expérience professionnelle.
Le CV fonctionnel : ce type de CV permet de démontrer que vous maitrisez plusieurs fonctions ou
domaines de compétences. On classe chacune d’elles selon son importance dans ce poste à
pourvoir puis on donne les détails des activités correspondantes.

13
Le CV mixte : c’est un CV fonctionnel auquel est ajouté de façon synthétique le nom de
l’entreprise où vous avez travaillé ainsi que les périodes.
2.1.3 Les différentes parties d’un CV
1-Données personnelles
Il consiste à fournir les informations personnelles à savoir les coordonnées, l’âge, situation
familiale, nationalité (Si vous en avez plusieurs, mentionnez-les)
2. Le titre
Écrivez quelques mots qui décrivent brièvement les points clés de votre candidature.
Il est conseillé d'y inscrire votre poste soit dans un cadre soit avec une police d'écriture
adaptée. Exemple : Poste de Direction Générale à connotation industrielle, MARKETING
AND COMMUNICATION MANAGER. Ne joignez une photo que lorsqu'elle vous est
demandée
3- Corps du CV
- Les formations
Utilisez une présentation chronologique, thématique ou anti-chronologique
- Compétences : Linguistiques (Evitez les mentions "lu, écrit, parlé“ Utilisez plutôt:
“courant", "bilingue” des langues étrangères) • Informatiques etc…
-Expériences professionnelles : missions • Stages, jobs exercés, projets associatifs

2.2 Lettre de motivation


Chacun avait connu de l'angoisse de la page blanche avant d'écrire une lettre de motivation. Et
pourtant, elle est incontournable : vous devez en rédiger une. Accompagnant le CV, la lettre
de motivation a pour seul but d'attirer l'attention de l'employeur et de vous permettre de
décrocher un entretien.
2.2.1 Typologie de lettre de motivation
a) Lettre de motivation pour une candidature spontanée

Ce type de lettre est utilisé lorsque le chercheur d’emploi essaie d’entrer en contact avec une
entreprise qu’on n’a pas lancé d’offre d’emploi mais qui correspond au projet professionnel
du candidat. Une lettre de motivation pour une candidature spontanée a plusieurs intérêt :
- Elle révèle la motivation du candidat et permet à l’entreprise de gagner du temps ;
- C’est un moyen efficace d’avoir accès au marché invisible de l’emploi
- Elle limite la concurrence puisque le candidat anticipe sur les besoins de l’entreprise avant
qu’elle ne fasse appel au marché ouvert.

14
- Permet de multiplier les possibilités d’emploi par une démarche systematique et methodique
- Permet aux entreprises de gérer l’imprévisible (démissions, décès, surcroîts de travail,
maladie des salariés.
b) Lettre de motivation en réponse à une annonce

2.2.2 Objectifs et contenu   
Comme le CV, la lettre doit être adaptée en fonction de l’entreprise, du poste  
et du secteur d’activité.
Elle doit répondre à une offre d’emploi publiée ou elle permet de proposer ses services  
à l’employeur qui nous intéresse. Renseignez vous  sur  l’entreprise  (ses  valeurs,  sa 
mission) afin  de  personnaliser  le 
contenu, n’oubliez pas que vous devez mettre en valeur votre profil et votre motivation.
Elle doit inciter le recruteur à consulter votre CV.
Sa présentation doit être impecable (forme et contenu), sans faute d’orthographe.
Elle doit contenir de 3 à 4 paragraphes.
Limitez les « Je » en début de phrase; soyez original, structuré, précis et concis.
Paragraphe 1 : Ouverture : mentionnez le poste convoité,  où vous avez pris connaissance du p
oste et quand 
(annonces, références, suite à une entrevue téléphonique). Indiquez vos motivations envers le 
poste et l’entreprise. Faites des liens entre ce que vous savez de l’entreprise et votre intérêt po
ur  elle : sa philosophie,  la nature des services, vos valeurs et ce que vous avez à offrir.    
Paragraphe 2: Mise en relief : formations ou expériences, compétences, potentiel, distinction r
épondant aux  exigences du poste. Évitez les formules vagues.    
Paragraphe 3 : Traits de personnalité : possible de scinder le paragraphe 2 en deux et de nom
mer vos atouts dans  un 3e paragraphe. Le tout peut aussi se faire en un paragraphe.    
Paragraphe 4 : Perspectives d’une entrevue d’embauche suivie d’une formule de politesse. Le
s plus entreprenants  mentionneront à l’employeur qu’ils le contacteront sous peu.  

 
2.3 Entretien d’embauche
2.3.1 Le Check liste avant un entretien
- Faire le plus sincèrement possible son auto-évaluation. Maîtriser parfaitement son CV et
ayez une bonne connaissance de l'entreprise. Ayez une parfaite connaissance de ce que vous

15
pouvez apporter au poste. Préparer une série de questions précises sur l'entreprise si besoin.
Repéré l'itinéraire pour se rendre sur les lieux du rendez-vous et enfin choisissez la tenue avec
soin.
2.3.2 L’entretien proprement dit
Il existe cinq types d’entretien.
a) L'entretien idéal
Il s'agit de l'entretien le plus courant : il dure entre 30 ’et 1h et s'organise généralement en
échanges entre le recruteur et le candidat.
b) L'entretien où vous seul parlez
Le recruteur se contente de poser une seule et unique question, très générale, au début de
l'entretien : "Parlez-moi de vous", "Présentez-moi votre CV" ou encore "Présentez-vous".
c) L'entretien " sous pression "
Ce type d'entretien est relativement rare et vise à vous placer sur la défensive et à analyser vos
réactions : vos résultats seront minimisés, vos décisions critiquées ainsi que vos qualités
personnelles.
d) L'entretien "examen technique/ comportemental"
Il est fréquent pour les postes techniques : Vous êtes confronté à une situation technique type.
Il peut être précédé de tests techniques ou psychotechniques
e) L'entretien questions- réponses détendu
Très efficace, il est un véritable échange : on vous pose des questions, vous y répondez,
Méfiez-vous cependant ! Le recruteur peut vous tendre des pièges au cours de la
conversation !
2.3.3 Expression orale
Lors de la présentation orale, privilégiez des phrases courtes et précises et des verbes d'action.
Exprimez-vous clairement avec des phrases simples et soyez attentif à finir vos phrases et à
utiliser des termes précis. "Truc, machin, chose" sont à éviter... Evitez les mots à connotation
négative (problème, malheur, préoccupation). Ne parlez pas trop vite et une voix basse est
préférable. Entraînez-vous à parler devant le miroir ou en simulation d’entretien avec votre
entourage.

16

Vous aimerez peut-être aussi