Vous êtes sur la page 1sur 4

En 

Suède, Nancy Edberg popularise la natation à Stockholm dès 1847. Elle y donne des cours
de natation à des hommes et des femmes, puis, peu après, elle lance des cours de natation
destinés aux femmes au Danemark et en Norvège11. Ses démonstrations publiques de natation
avec ses élèves à partir de 1856 sont probablement parmi les premières démonstrations en
Europe11.
En Allemagne, c'est un homme, Ludwig Christof Rübsamen, professeur de gymnastique
athlétique à Gießen, qui y fonde une piscine en 1851 et promeut la natation féminine12.
Aux États-Unis, une des premières femmes à promouvoir la natation féminine est Kate Bennet,
qui ouvre en 1870 une école à Manhattan13.
Aux Pays-Bas, le premier bassin de natation en plein air date de 1846. Dans ce bassin et ceux
qui ouvrent peu après, il y a séparation des sexes : ou bien les bassins sont interdits aux
femmes, ou bien ils sont réservés aux hommes la majorité du temps, avec quelques heures par
semaine prévus pour une utilisation par les femmes. En 1882, une piscine à ciel ouvert, la piscine
Obelt, est construite à Amsterdam ; cette piscine comporte plusieurs bassins dont l'un destiné
aux femmes. Y est organisée en 1884 la première épreuve de natation féminine aux Pays-Bas.
En 1886, un club de natation féminine est fondé à La Haye, le premier club de ce genre aux
Pays-Bas et probablement aussi en Europe continentale. La fédération néerlandaise de natation,
fondée en 1888, crée un diplôme de natation en 1890 ; pour cela la fédération commence une
formation d'instructeurs de natation ; le premier diplôme de maître nageur, en 1892, est délivré à
une femme14.

La situation France[modifier | modifier le code]


L'activité sportive des femmes augmente à partir de la IIIe république15. Sans que le phénomène
soit français ou limité à la natation, on constate cependant un certain nombre de décès parmi les
sportives professionnelles telles que Sybil Bauer, Georgette Gagneux, probablement dus au
surentraînement15. La natation apparaît donc comme un sport acceptable pour les femmes15.
La première femme à participer à une épreuve de natation en France, en septembre 1905,
est Annette Kellerman, féministe australienne, qui a aussi propagé la natation synchronisée. La
première course de natation féminine a lieu en 190616.
Le premier championnat féminin de natation se déroule en Écosse en 189217.

Les premiers records[modifier | modifier le code]


Le premier record du monde féminin officiel de natation est détenu par la nageuse
allemande Martha Gerstung sur le 100 m libre en 1 min 35 s 00, enregistré le 18 octobre
1908 à Magdebourg18.
Les premiers Jeux olympiques comportant des épreuves féminines de natation au programme,
sont les 5e Jeux de 1912 à Stockholm, où l'Australienne Fanny Durack remporte à la fois la
médaille d'or et un nouveau record mondial en 100 m libre19.
La première nageuse de descendance africaine ayant obtenu une médaille olympique est Enith
Brigitha de Curaçao, qui, nageant pour les Pays-Bas, a gagné deux médailles de bronze en
100 m et 200 m libres aux Jeux olympiques de 1976 à Montréal20.
Concurrentes au départ d'une épreuve féminine de natation.

2009, après une compétition de natation féminine

Selon une étude européenne, la natation dans les pays de l'Union européenne est populaire chez
les deux sexes21. Selon la fédération française de natation (FFN), 25 % des femmes (7,5 million)
et de 23 % des hommes en 2010 en France pratiquent la natation de loisir. Parmi les pratiquants
de la natation sportive en France, les femmes sont substantiellement majoritaires : 55,7 % de
femmes contre 44,3 % d'hommes sur les 288.000 licencié(e)s22. Pourtant, la natation
sportive féminine est beaucoup plus jeune que la masculine23.

Accessoires pour la natation et leurs rôles[modifier | modifier le


code]

Lunettes de natation.

La natation peut se pratiquer muni du seul maillot de bain, bien que la réglementation chez les
compétiteurs permettent l'usage des combinaisons. On peut s'aider aussi de divers accessoires,
parmi lesquels :

 pour se maintenir à la surface de l'eau : les bouées, ceintures de flottaison, brassards,


bouchons, planches, frite de piscine ;
 plus spécialement, pour l'apprentissage et le perfectionnement de la nage : la planche qui
permet de ne faire travailler que les jambes ; le pull-buoy, objet en mousse que l'on place
entre les jambes pour ne travailler que les bras ; les plaquettes, accessoires en plastique
augmentant l'appui des mains pour muscler les bras et travailler sa technique ; l'élastique en
caoutchouc que l'on met autour des poignets ou des chevilles et qui permet de perfectionner
ses appuis ;
 pour se déplacer plus vite : palmes de natation, monopalme ou encore zoomer, plaquettes
pour les mains ;
 pour respirer : les bouteilles d'air comprimé pour rester sous l'eau, le tuba (frontal ou latéral)
pour respirer à la surface de l'eau sans avoir à tourner la tête ;
 pour le confort du nageur : le bonnet de bain qui protège les cheveux, évite de polluer la
piscine, tient chaud à la tête quand l'eau est froide et permet un meilleur aérodynamisme
pour la compétition ; la combinaison isotherme pour nager en eau froide ; les lunettes de
natation pour protéger les yeux et pour voir sous l'eau ; les bouchons d'oreille et le pince-
nez pour empêcher l'eau de rentrer dans les oreilles ou le nez. Ce dernier étant notamment
utilisé pour la nage synchronisée ;
 pour la protection : chaussons anti-verrues. Chaussons en latex que l'on porte pour se
protéger des infections ;
 pour l'entraînement, il existe des montres qui comptent les longueurs et les mouvements
réalisés grâce à un accéléromètre.

 Voir équipementier sportif : Adidas, Arena, Nabaiji, Speedo, TYR.

Techniques de nage[modifier | modifier le code]

La brasse.

Il n'y a aujourd'hui que quatre techniques de nage normalisées à des fins compétitives par
l'institution sportive et enseignées couramment : le papillon, le dos crawlé, la brasse et le crawl. Il
existe cependant de nombreux autres styles, dont certains ont été enseignés dans le passé en
natation, voire utilisés en compétition sportive24 :

 la coupe ou batelière ou agiotaux ;


 la marinière ou brasse sur le côté ;
 le dos élémentaire ;
 la brasse française ;
 la brasse alternée ou double brasse ;
 le trudgeon ;
 la brasse indienne ou over-arm-stroke ;
 l'over-arm-side-stroke ;
 la nage en chien ;
 le dos brassé ;
 la brasse papillon ;
 la brasse sous-marine ;
 Le papillon ;
 Le dos crawlé ;
 La godille ;
 le dauphin ;
 la planche...
La nage la plus rapide est le crawl, très utilisée en nage libre, mise au point par John Arthur
Trudgen en 187325 en s'inspirant de la technique utilisée par certains Amérindiens. Au début
du XXe siècle apparut le battement de jambes actuel, apparemment issu de l'observation
d'indigènes australiens. Cette nage fut appelée « crawl australien » jusqu'au milieu du XXe siècle
à peu près. Le sport quant à lui rentra aux Jeux olympiques dès les premiers jeux olympiques en
1896.

Organisation de la pratique et compétitions

Vous aimerez peut-être aussi