Vous êtes sur la page 1sur 67

Stabilité des constructions et des structures genie parasismique

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON


Paix - Travail - Patrie Peace - Work - Fatherland
UNIVERSITE DE DOUALA THE UNIVERSITY OF DOUALA

INSTITUT UNIVERSITAIRE DE TECHNOLOGIE


THE UNIVERSITY INSTITUTE OF TECHNOLOGY
*************
DEPARTEMENT GENIE CIVIL
CIVIL ENGINEERING DEPARTMENT
BP: 8698 Douala - Tel: 3407485 - Fax: 3402482 - URL: www.iut-douala.cm

Génie Civil niveau 3

GCI 534

Notes de cours
Ces notes de cours sont un complément aux cours de RDM et calcul des structures. Elles permettent à
l’étudiant de mieux maitriser le domaine de la construction et de s’habituer à l’analyse des structures,
savoir distinguer les types de structures et surtout être capable de tracer les diagrammes d’efforts internes
de manière spontanée et immédiate, surtout quand la structure est isostatique et même hyperstatique.
Ceci est un guide pour permettre à l’étudiant d’avoir un esprit de curiosité et d’initiative. Le cours est
interactif, donc la présence de l’étudiant au cours est impérative.

André Richard BEYEME OLINGA


Professeur de Génie Civil
beyemeolinga@yahoo.fr
2020 – 2021
Sommaire
SOMMAIRE ....................................................................................................................................................................2
INTRODUCTION .............................................................................................................................................................4
1E PARTIE : STABILITE DES CONSTRUCTIONS ET DES STRUCTURES .................................................................................5
I. STABILITE DES CONSTRUCTIONS ...................................................................................................................................... 5
1. Critères de stabilité ............................................................................................................................................ 5
1.1 Les résistances ................................................................................................................................................... 5
1.2 Les coefficients de sécurité ................................................................................................................................ 6
2. Dispositions constructives .................................................................................................................................. 6
3. Fonctionnalité des constructions ....................................................................................................................... 6
II. STABILITE DES STRUCTURES ............................................................................................................................................ 7
1. Rappel des bases de la mécanique des structures ............................................................................................. 8
1.1 Notion de poutre .............................................................................................................................................. 8
1.2 Hypothèses fondamentales de la théorie des poutres ....................................................................................... 9
1.3 Les efforts sur les poutres ................................................................................................................................ 10
1.3.1 Les efforts extérieurs ................................................................................................................................... 10
1.3.2 Les Efforts intérieurs.................................................................................................................................... 11
1.3.2.1 Diagramme des efforts intérieur (N, T, M) ............................................................................................. 13
1.4 Types de sollicitations dans les poutres ........................................................................................................... 13
1.5 Déterminations des grandeurs locales ............................................................................................................. 14
1.5.1 Les contraintes ............................................................................................................................................ 14
1.5.2 Les déformations ......................................................................................................................................... 15
1.5.3 Quelques applications ................................................................................................................................. 17
2. Isostaticité et hyperstaticité des structures ..................................................................................................... 18
2.1 Définition ......................................................................................................................................................... 18
2.2 Le degré d’hyperstaticité ................................................................................................................................. 20
2.3 Levée de l’hyperstaticité par la méthode des forces ........................................................................................ 24
2.3.1 Calcul des intégrales de Mohr ..................................................................................................................... 25
2.3.2 Etude d’un exemple ..................................................................................................................................... 26
2.4 Prise en compte des tassements d’appuis ....................................................................................................... 28
2.5 Calcul des efforts intérieurs dans les treillis hyperstatiques ............................................................................ 29
Conclusion ................................................................................................................................................................. 40
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .....................................................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
2E PARTIE : GENIE PARASISMIQUE ...............................................................................................................................40
I. INTRODUCTION ......................................................................................................................................................... 40
1. COMPRENDRE UN SEISME............................................................................................................................................ 41
2. MAGNITUDE ET INTENSITE SISMIQUE ............................................................................................................................. 42
3. LES ONDES SISMIQUES, LES EFFETS DE SITE ...................................................................................................................... 45
3.1. Les ondes sismiques .................................................................................................................................... 45
3.2. Effets de site ................................................................................................................................................ 45
3.3. Pourquoi ces ondes intéressent-elles ?........................................................................................................ 47
3.4. Notion de risque et d’Aléas sismique .......................................................................................................... 50
II. LES REGLES PARASISMIQUES......................................................................................................................................... 52
1. Ouvrage à risque normal ................................................................................................................................. 52
2. Ouvrage à risque spécial .................................................................................................................................. 53
3. Les Séismes et la réponse des constructions .................................................................................................... 53
4. Séisme et mouvement des constructions ......................................................................................................... 56
5. Regles de construction parasismique............................................................................................................... 63
5.1. Guide de conception et de réalisation parasismique .................................................................................. 63
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................................................67

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 2


GCI 534 : STABILITE DES CONSTRUCTIONS ET DES STRUCTURES ET
GENIE PARASISMIQUE

Equipe Pédagogique : BEYEME OLINGA/ENGBWANG CM : 20 TD :04 TP : 00 TPE : 06

OBJECTIFS GENERAUX
 Identifier et distinguer les structures ;
 Distinguer les structures hyperstatiques ;
 Distinguer une zone à risque.
 Décrire un phénomène parasismique. ;

OBJECTIFS SPECIFIQUES
 Définir les critères de stabilité d’une construction ;
 Maitriser les normes et les règles de conception ;
 Définir une structure iso ou hyperstatique ;
 Résoudre un problème hyperstatique ;
 Expliquer un phénomène parasismique ;
 Interpréter un sismogramme ;
 Dimensionner une construction en prenant en compte les règles PS.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 3


Introduction
Une construction est un assemblage de structures liées entre eux. Une structure est un système – un
assemblage d’éléments structuraux – permettant le transfert des différentes actions mécaniques
appliquées à la construction jusqu’au sol où elles s’équilibrent.
Une structure permet donc d’assurer à la construction son indéformabilité, c’est-à dire sa solidité et sa
stabilité.
Parler de la stabilité des constructions et des structures c’est analyser les structures dans le but de
déterminer les réactions d’appui et actions internes d’une structure sollicitée par un système de charges
extérieures ou par des déformations imposées. Une action interne peut désigner indifféremment soit
une force, soit un moment. De la même façon déformation peut désigner une translation ou une
rotation.
Le génie parasismique est l'étude des fondations et des structures d'un bâtiment par rapport aux
mouvements du sol, créés par les séismes et la réduction de ces effets par la construction de bâtiments
spécifiques. L’objectif étant, vis-à-vis du risque sismique, d’assurer la protection des vies humaines
par le non-effondrement des structures. Les règles parasismiques applicables aux bâtiments relevant
de la classe à risque normal s’intéressent au comportement de la structure résistante mais également
au dimensionnement des éléments non structuraux.
Le présent support de cours survol un large domaine de compréhension en structure, qui sollicite de
l’étudiant beaucoup d’attention et de curiosité. Par conséquent un travail personnel plus accentué.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 4


Partie I : Stabilité Des constructions et des Structures
Chapitre 1 : Stabilité des constructions
La stabilité d’une construction est le résultat des dispositions qu’un concepteur prend pour éviter la
ruine de celle-ci au cours de sa mise en service.
Ces constructions sont :
 Les ponts,
 Les bâtiments ;
 Les barrages,
 Les murs de soutènements,
 Etc…
Ces constructions doivent résister, sans endommagement et sans mettre en danger les personnes, à un
certain nombre de sollicitations ou charges, nous citons entre autres :
 Les charges permanentes (poids propre et finitions) ;
 Les charges d’exploitation : charges de service (Machines, charges roulantes sur un pont,
pression de l’eau sur un barrage, poussé des terres sur un mur…) ;
 Les charges d’origine climatiques (vent, neige, température, pluie, …) ;
 Charges dues à une modification environnementale (tassement sous un appui,…) ;
 Les charges exceptionnelles (accidents, catastrophe naturelles, …).
1. Critères de stabilité
Les critères de stabilité des constructions réalisées au Cameroun, comme partout dans le monde, sont
définis par des normes nationales et internationales. Les plus utilisées sont :
 Les Eurocodes
 Les règles BAEL
 Les normes ACI1
 …
Ils reposent sur : Les résistances(𝑅𝑃 , 𝑅𝑒 , 𝜎𝑎𝑑𝑚𝑖𝑠𝑠𝑖𝑏𝑙𝑒 ), les coefficients de sécurité (s), …
Une construction ne peut être stable que si les sollicitations sont inférieures aux résistances. En d’autres
termes si les sollicitations sont égales aux résistances, on dit que l’état limite est atteint, et si elles sont
supérieures aux résistances, la construction atteint un état d’endommagements conduisant à la ruine.
1.1 Les résistances
Chaque structure d’une construction (Poteaux, poutres, murs, plancher, escalier, …), peut rompre
suivant l’un des modes de ruine suivant :
 Ruine par excès de charge c’est-à-dire que les sollicitations dépassent la résistance (rupture
ductile à court ou à long terme) ;
 Ruine par instabilité géométrique, c’est le cas des éléments élancés (flambement) ;
 Ruine par fatigue, due à des sollicitations alternées (vibrations, …) ;
 Ruine par rupture fragile, pour les éléments soumis à de grandes vitesses de chargement ou à
des basses températures ou ayant des défauts préexistants.

1
ACI : American Concrete Institute

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 5


Pour éviter ces cas de ruine, on doit donc au préalable vérifier que la résistance de cette structure est
suffisante pour les sollicitations appliquées.
1.2 Les coefficients de sécurité
Les coefficients de sécurité sont des normes imposées pour minimiser les résistances et maximiser les
charges ;
𝑹𝒆
Par exemple : 𝑹𝑷 = ou 𝑵𝒖 = 𝑷 ∗ 𝒔′
𝒔

𝒔 𝒆𝒕 𝒔′ Sont deux coefficient de sécurité qui sont tel que :


 𝒔 est appliqué sur les résistances pour permettre de relativiser :
 Les incertitudes sur les propriétés géométriques et les résistances limites déterminées ;
 Les écarts défavorables par rapport aux résistances statistiques des matériaux ;
 Les imprécisions probables lors de la conversion des résistances mesurées et les
résistances réelles (utilisation des comparateurs).
 𝒔′ est appliqué aux charges pour tenir compte :
 Des écarts défavorables au niveau des charges ;
 D’une modélisation imprécise des charges ;
 Des incertitudes relatives à l’évaluation des effets des charges.
NB : ceux-ci sont particularisés selon les conditions de vérification de la stabilité (Etat
limite ultime ou de service).
2. Dispositions constructives
Lors de la conception d’une construction, les dispositions constructives à prendre repose
essentiellement sur :
 La résistance au glissement : cas des murs de retenus ;
 La résistance au basculement ou au renversement : cas des constructions élancés et les effets
des vents ;
 La résistance à la flottaison : cas des ouvrages enterrés sous le niveau de la nappe phréatique.
2.1 Fonctionnalité des constructions
Elle est autant importante que la stabilité, en d’autres termes, on devra toujours s’assurer que toute
construction en service reste dans son domaine de fonctionnalité à savoir :
 Pas de déformations,
 Pas de fissurations excessives ;
 Protection contre l’incendie ;
 …

En conclusion, une construction est constituée d’un agencement de structures, permettant le transfert
des charges jusqu’au sol, lesquelles charges peuvent mettre la construction, à tout moment, dans un
état d’instabilité qu’il faut éviter pour assurer la stabilité de celle-ci.
En pratique, leur calcul se fait généralement à l’aide de simulations numériques et les résultats doivent
vérifier les codes de constructions réglementaires.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 6


Chapitre 2 : Stabilité des structures
1. Introduction
Une structure est une forme qui résiste aux forces qui, autrement, entraîneraient un changement de
forme ou de taille.
Pour conserver son intégrité, toute structure doit pouvoir résister efficacement aux forces qui cherchent
à la déplacer ou à la renverser et à celles qui tendent à changer sa forme en l’écrasant, en l’étirant, en
la tordant ou en la brisant en pièces. Nous trouvons, dans le monde qui nous entoure, trois catégories
de structures : les structures à ossature (Figure 1), les structures pleines et les structures à coque.

La stabilité d’une structure est un état qui permet à la structure de récupérer son état d’équilibre, même
après avoir subi un changement de force tendant à la renverser. La stabilité est donc différente de
l’équilibre d’une structure.
La structure se compose de « poutres », (ou « barres »), chacune ayant son rôle et son nom, ce sont les
éléments principaux d'une structure. Les poutres, sont obligatoirement assemblées entre elles.
Les structures à ossature utilisées en génie civil peuvent être classées en 6 catégories en se basant sur
la dimension structurale et de la loi de répartition des contraintes dans les éléments de structure sous
les charges appliquées. Sur cette base, les structures sont classées en :
 Structures réticulées planes
 Structures en corde
 Structures poutres
 Structures portiques
 Structures en poutres croisées
 Les structures en arcs

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 7


2. Rappel des bases de la mécanique des structures
2.1. Notion de poutre
On appelle poutre un solide engendré par une surface plane (S), qui peut être variable et dont le centre
de gravité G décrit un segment [AB], le plan de (S) restant perpendiculaire à cette courbe. Il faut
également que la longueur AB soit grande devant les dimensions des sections transverses.

Une poutre est donc un volume dont une dimension est grande devant les deux autres.
De manière analogue, une coque est un volume dont deux dimensions sont grandes devant la troisième.
Si la ligne (fibre) moyenne (AB) de la poutre est :
 contenue dans un plan, on parle de poutre plane (ou poutre à plan moyen) ;
 une droite, on parle de poutre droite ;
 courbe, on parle de poutre gauche.
La section droite (S) peut être :
 constante le long de (AB), on parle alors de poutre à section constante ;
 variable, on parle alors de poutre à section variable ; en pratique, l’intérêt d’une telle poutre est
de s’adapter aux efforts qu’elle supporte et donc d’optimiser l’emplacement de la matière.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 8


Dans la mesure où la complexité apportée par la tridimensionnalité est formelle plus que substantielle,
les poutres étudiées en exemples ici sont planes. En outre, elles sont à sections constantes et
généralement droites.

G est donc le centre de gravité de la section droite (Σ) et les caractéristiques géométriques de cette
section droite sont tel que :
 (Gxyz), est le repère central principal d’inertie.
 Iy, Iz les moments d’inertie(ou moments quadratiques) de la section (Σ) par rapport aux axes
principaux (Gy), (Gz) respectivement et IG le moment polaire. Avec :

𝐼𝐺 = 𝐼𝑦 + 𝐼𝑧 𝐼𝑦 = ∫ 𝑧 2 𝑑𝑠 𝐼𝑧 = ∫ 𝑦 2 𝑑𝑠
(Σ) (Σ)

NB : (Gxyz) est le repère dans lequel s’écrivent les équations de la théorie des poutres et c’est grâce
à ce repère qu’elles s’écrivent si simplement.
2.1.1. Hypothèses fondamentales de la théorie des poutres
La mécanique des structures, bien que découlant de la mécaniques des milieux continus, adopte un
modèle simplifié reposant sur un certain nombre d’hypothèses.
a. Hypothèses sur la Géométrie
La géométrie de la poutre est supposée telle que :
 le rayon de courbure de la fibre moyenne est grand par rapport aux dimensions des sections
droites ;
 les éventuelles variations de l’aire de la section droite sont faibles et progressives.
b. Hypothèses sur les matériaux
Le matériau constitutif de la poutre est supposé être :
 homogène : tous les éléments du matériau, aussi petits soient-ils, ont une structure identique ;
 isotrope : en tout point, les propriétés mécaniques sont les mêmes dans toutes les directions ;
 continu : les propriétés mécaniques varient de manière continue d’un point à l’autre ;
 utilisé dans le domaine élastique linéaire : les relations entre contraintes et déformations sont
réversibles et linéaires (la loi de comportement est de type loi de Hooke).

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 9


c. Hypothèses cinématiques
 Hypothèse de Navier Bernoulli : les sections droites, planes et perpendiculaires à la ligne
moyenne, restent planes et perpendiculaires à la ligne moyenne après déformations. Il n’y a pas
de gauchissement des sections droites.

d. Hypothèses sur les actions mécaniques extérieures


 Toutes les forces extérieures exercées sur la poutre sont contenues dans le plan de symétrie (П).
 On se place toujours dans le cas de petites déformations. Autrement dit, les déformations restent
faibles comparativement aux dimensions de la poutre.
 Principe de Saint-Venant (1885) : le comportement local de la poutre ne dépend pas de la
manière dont sont appliqués ces efforts.

2.1.2. Les efforts sur les poutres


Dans une structure on retrouve généralement deux types d’efforts :
2.1.2.1. Les efforts extérieurs
En pratique, les efforts extérieurs sont déterminés par la structure de l’ouvrage (poids propre), sa
fonction (par exemple un train sur un pont), son emplacement (exposition au vent, au séisme, etc.).
Ce sont celles qui s’appliquent sur une poutre isolée, on en distingue deux types :
a) les charges (actions mécaniques extérieures) : qui sont des efforts auxquels la
poutre est destinée à résister, En théorie des poutres, on distingue généralement deux types de
charges :
 les charges concentrées (ou ponctuelles) qui s’appliquent en un point de la poutre
(Figure 6 (b))
 les charges reparties : Elles sont distribuées continûment le long d’un segment ou de toute
la poutre (Figure 6 (a)).

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 10


b) les actions mécaniques de liaison : Les liaisons, pour bloquer les déplacements,
génèrent des efforts inconnus appelés efforts de liaison. On associera à la liaison un torseur
d’efforts lié à ses caractéristiques cinématiques. Les mouvements élémentaires possibles dans
le plan sont: deux translations (x et y) ; une rotation (=k) : les translations sont causées
par des forces et les rotations par les moments. Les actions mécaniques de liaison sont des
efforts appliqués sur la poutre par les liaisons qui la maintiennent en place. Dans ce cadre, en
Génie Civil nous retenons trois types de liaisons :

Les étapes de calcul consistent à partir d’une géométrie, de matériaux et d’efforts extérieurs donnés à
déduire les efforts intérieurs pour chaque abscisse curviligne puis à remonter aux contraintes et
déformations en tout point.
2.1.2.2. Les Efforts intérieurs
Soit la poutre ci-après soumise à l’action de 4 forces extérieures (Figure 8) si on insère une liaison en
pratiquant une coupure en G, on obtient deux poutres à gauche et à droite, dont on peut isoler l’un des
morceaux et étudier l’équilibre statique. De cette étude il en ressort que le torseur de la liaison en G
est constitué de :

𝑹𝟐/𝟏 = 𝑵𝒊 + 𝑻𝒚 𝒋 + 𝑻𝒛 ⃗𝒌
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ Dont
𝑵 est la composante normale à (S), 𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑛𝑑 𝑙𝑒 𝑛𝑜𝑚 𝑑 ′ 𝒆𝒇𝒇𝒐𝒓𝒕 𝒏𝒐𝒓𝒎𝒂𝒍

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 11


𝑻𝒚 : 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑔𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 à (𝑆) 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑑𝑖𝑟𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑦: 𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑇𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑦
𝑻𝒛 ∶ 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑔𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 à (𝑠), 𝑑𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑎 𝑑𝑖𝑟𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑧: 𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑇𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑧
⃗𝑻 = 𝑻𝒚 𝒋 + 𝑻𝒛 ⃗𝒌 (𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡)

𝑴𝑮𝟐/𝟏 = 𝑴𝒙 𝒊 + 𝑴𝒚 𝒋 + 𝑴𝒛 ⃗𝒌
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑴𝒙 = 𝑴𝑻 : 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑥: 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑡𝑜𝑟𝑠𝑖𝑜𝑛
𝑴𝒚 : 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑔𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 à (𝑆)𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑦 ∶ 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑦.
𝑴𝒛 : 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑡𝑎𝑛𝑔𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 à (𝑆)𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑧 ∶ 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡 𝑒𝑛 𝑧.
On entend par torseur de cohésion :

⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑁 𝑀 𝑇
𝑅2/1
{𝜏𝑐𝑜ℎ2/1 } = { } . Il se résume en : {𝜏𝑐𝑜ℎ }𝐺 = {𝑇𝑦 |𝑀𝑓𝑦 }
𝐺 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀𝐺2/1
𝐺 𝑇𝑧 𝑀𝑓𝑧
𝐺

NB : Les problèmes généralement traités sont des problèmes plans, tous les efforts extérieurs étant
situés dans le plan (O,x,y). Dans ces conditions, les seuls efforts intérieurs non nécessairement nuls
sont :
 l’effort normal N(x)
 l’effort tranchant suivant y, Ty(x) qui sera noté T(x)
 le moment fléchissant suivant z, Mfz(x) qui sera noté M(x). représentés à la figure 8.
Pour le cas des poutres droites : Soit une poutre droite orientée selon x et soumise à une force répartie
donnée (Figure 9). Soit une section droite d’abscisse x et une section infinitésimalement voisine
d’abscisse x+dx.
Considérons la portion de poutre délimitée par ces deux sections droites.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 12


L’équilibre de la portion infinitésimale de poutre s’écrit donc :

∑ Fx = −N + n(x)dx + N + dN = 0 (1)

∑ Fy = −T + q(x)dx + T + dT = 0 (2)
𝑑𝑥²
{∑ 𝑀𝑧 = −𝑀 + 𝑞(𝑥) 2 + 𝑀 + 𝑑𝑀 + 𝑇𝑑𝑥 = 0 (3)
On en déduit en négligeant le terme du second ordre dans l’équation (3) :
𝑑𝑁
= −𝑛(𝑥)
𝑑𝑥
𝑑𝑇
= −𝑞(𝑥)
𝑑𝑥
𝑑𝑀
{ 𝑑𝑥 = −𝑇
2.1.2.3. Diagramme des efforts intérieur (N, T, M)
On appelle diagramme des efforts intérieurs (ou diagrammes de N, T, M) les diagrammes représentant
la variation de chacun des efforts intérieurs selon la ligne moyenne. Ces représentations sont utiles
pour situer rapidement les sections les plus sollicitées.
2.2. Types de sollicitations dans les poutres
Dans le cas des poutres droites, on retient deux types de sollicitations : les sollicitations simples, dans
le cas où il n’existe qu’un seul effort intérieur N ou T ou M, et les sollicitations composées, dans le cas
où il existe au moins deux des efforts intérieurs N, T, M.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 13


2.3. Déterminations des grandeurs locales
On entend par grandeurs locales : les contraintes et les déformations
2.3.1. Les contraintes
La contrainte est définie comme étant la limite de densité surfacique de force. En fonction des efforts
intérieurs on distingue deux types de contraintes :
 Les contraintes normales à la section notée 𝝈
 Les contraintes tangentielles à la section notée 𝝉

 Si la poutre est sollicitée par un effort normal N :


𝑵
𝑁 = ∫ 𝑑𝑓 = ∫ 𝜎𝑑𝑠 𝑠𝑖 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑖𝑓𝑜𝑟𝑚𝑒 𝑜𝑛 𝑎 𝝈=
𝑺
 Si la poutre est sollicitée par un effort tangentiel T :
𝑻
𝑇 = ∫ 𝑑𝑓 = ∫ 𝜏𝑑𝑠 𝑠𝑖 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑖𝑓𝑜𝑟𝑚𝑒 𝑜𝑛 𝑎 𝝉=
𝑺
 Si la poutre est sollicitée en flexion pure M :
𝜎 𝜎 𝜎 𝑴𝒇𝒛
𝑀𝑓𝑧 = ∫ 𝑦²𝑑𝑠 = ∫ 𝑦²𝑑𝑠 = 𝐼𝑧 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝝈 = 𝒚 ici la contrainte n’est pas uniforme.
𝑦 𝑦 𝑦 𝑰𝒛
 Si la poutre est sollicitée en torsion pure
𝜏 𝜏 𝜏 𝑴𝒇𝒛
𝑀𝑇 = ∫ 𝜌²𝑑𝑠 = ∫ 𝜌²𝑑𝑠 = 𝐼𝐺 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝝉 = 𝝆
𝜌 𝜌 𝜌 𝑰𝑮
 Si la poutre est sollicitée en flexion simple, nous aurons :
𝑴𝒇𝒛
 Une contrainte due à 𝑀𝑓𝑧 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝝈 = 𝒚
𝑰𝒛

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 14


𝑻𝑴𝑺
 Et une contrainte due à 𝑇 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝝉 =
𝒃𝑰𝒛
NB : dans le cas de figure, la contrainte tangentielle est toujours négligée par rapport à la contrainte
normale.
 Si la poutre est sollicitée en flexion plane
𝑵 𝑴𝒇𝒛
La contrainte normale sera : 𝝈 = − 𝒚
𝑺 𝑰𝒛

2.3.2. Les déformations


 Les déformations dues à l’effort normal(N)
Considérons une portion de poutre soumise à un effort de traction (Figure 10)
Soit dx la dimension initiale, lorsque nous appliquons l’effort de traction la dimension devient
dx+d(dx).

𝒅(𝒅𝒙)
d(dx) est appelée déformation absolue de la poutre et : 𝜺𝒙𝒙 = 𝒅𝒙 est la déformation relative. Cette
déformation est longitudinale, la déformation transversale, compte tenu des hypothèses (isotropie) est :
𝜺𝒚𝒚 = −𝒗𝜺𝒙𝒙 = 𝜺𝒛𝒛 𝒗 𝒆𝒔𝒕 𝒍𝒆 𝒄𝒐𝒆𝒇𝒇𝒊𝒄𝒊𝒆𝒏𝒕 𝒅𝒆 𝑷𝒐𝒊𝒔𝒔𝒐𝒏
D’après la loi de HOOKE, les contraintes restent proportionnelles aux déformations :
𝝈𝒙𝒙
𝝈𝒙𝒙 = 𝑬𝜺𝒙𝒙 𝒅𝒐𝒏𝒄 𝜺𝒙𝒙 = 𝑬
𝝈𝒙𝒙
𝜺𝒚𝒚 = 𝜺𝒛𝒛 = −𝒗
𝑬

 Les déformations dues à l’effort tranchant(T)


Considérons toujours notre portion de poutre, soumis à l’effort tranchant, donc à une contrainte
tangentielle 𝜏 (Figure 11)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 15


 Déformations dues à la torsion

 Déformations dues à la flexion

On fait un constat expérimental :


 Les fibres à y > 0 se raccourcissent, elles sont comprimées 𝜀𝑥 < 0.
 Les fibres à y < 0 s’allongent, elles sont tendues 𝜀𝑥 > 0.
 La fibre neutre ne subit pas de contraintes normales.
NB : Les variations de longueur entre fibres entraînent aussi des glissements cisaillement
Transversalement la poutre subie aussi une déformation à travers la ligne moyenne, celle-ci décrit une
courbe dont l’équation prend le nom de Déformée (y(x)).

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 16


2.3.3. Quelques applications
1) Déterminer les efforts de cohésion le long des structures poutres ci-après.

2) Déterminer les efforts de cohésion le long des structures portiques ci-après

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 17


3. Isostaticité et hyperstaticité des structures
3.1. Définition
Si nous considérons une structure quelconque dans l’espace (x,y,z) soumise à l'action d'un système de
forces (Figure 1), son équilibre d'ensemble peut être défini par les équations d'équilibre statique
suivantes :

∑ 𝐹𝑥 = 0

∑ 𝐹𝑦 = 0

{ ∑ 𝐹𝑧 = 0

∑ 𝑀𝑥 = 0

∑ 𝑀𝑦 = 0

{ ∑ 𝑀𝑧 = 0

Dans le cas où on peut résoudre ces six équations dans l’espace (ou trois dans le plan), on dit que notre
système est isostatique dans le cas contraire, on dit que le système est Hyperstatique.
Exemples de systèmes Isostatique :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 18


Exemple de système Hyperstatique

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 19


3.2. Le degré d’hyperstaticité
On définit le degré d’hyperstaticité d’un système mécanique comme étant la différence entre le nombre
d’inconnues de liaison (𝑁𝑟 ) et le nombre d’équation d’équilibre (𝑁𝑒 ) fourni par la statique.
𝒉 = 𝑵𝒓 − 𝑵𝒆
Si 𝒉 = 𝟎 le système est dit isostatique.
Si 𝒉 > 𝟎 le système est dit Hyperstatique.
Si 𝒉 < 𝟎 le système est dit Hypostatique.
Cette valeur donne le nombre d’inconnus supplémentaires.
3.2.1. Liaisons surabondantes
On appelle liaisons surabondantes, les liaisons supplémentaires qu’il faudrait supprimer du système
hyperstatique pour obtenir un système isostatique. On a deux types de liaisons surabondantes :
3.2.1.1. Les liaisons surabondantes extérieures
Que l’on retrouve dans les appuis (les réactions).
Exemple :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 20


3.2.1.2. Les liaisons surabondantes intérieures
Ce sont celles qui proviennent des contours fermés (en ouvrant le contour les efforts internes
deviennent des inconnues supplémentaires).
Exemple :

Comme énoncé plus haut, Le nombre de liaisons surabondantes représente le degré d’hyperstaticité du
système.

En fonction du type de structure, d’autres méthodes de détermination du degré d’hyperstaticité ont été
développées :
3.2.2. La méthode de la suppression des liaisons surabondantes
Cette méthode concerne beaucoup plus les poutres sur appui. Dans ce cas tous les appuis intermédiaires
constituent des liaisons surabondantes, il suffit de les supprimer pour obtenir un système isostatique.
Exemple :

3.2.3. La méthode des contours fermés


Cette méthode sied avec les systèmes portiques. Le degré d’hyperstaticité est donné par la formule
suivante :
𝒉 = 𝟑𝒄 − 𝒂 − 𝟐𝒔

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 21


Exercices
Vérifier que les systèmes ci-dessous sont hyperstatiques et calculer le degré d’hyperstaticité.

3.2.4. Les systèmes en treillis


Un treillis, ou système triangulé, est un assemblage d’éléments en forme de barres verticales,
horizontales ou inclinées formant des triangles, de sorte que chaque barre subisse un effort acceptable,
et que la déformation de l'ensemble soit modérée.
Pour vérifier l’Isostaticité des poutres constituées par ce système, on écrit la formule suivante :

𝒉 = 𝒃 + 𝒓 − 𝟐𝒏

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 22


𝒉 : Degré d’hyperstaticité
𝒃 : Nombre de barres
𝒓 : Nombre de réactions horizontales et verticales.
𝒓 = 2 dans le cas d’un appui double
𝒓 = 1 dans le cas d’un appui simple
𝒏 : Nombre de nœuds
ℎ = 0 ⟹ 𝑠𝑦𝑠𝑡è𝑚𝑒 𝑖𝑠𝑜𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒
ℎ > 0 ⟹ 𝑠𝑦𝑠𝑡è𝑚𝑒 ℎ𝑦𝑝𝑒𝑟𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒

Exemple

Exercices :
Vérifier que les systèmes triangulés ci-dessous sont hyperstatique et vérifier le degré d’hyperstaticité.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 23


3.3. Levée de l’hyperstaticité par la méthode des forces
Pour étudier et analyser une structure hyperstatique, il faut absolument établir des équations
supplémentaires, correspondant au degré d’hyperstaticité h. ces équations prennent le nom de :
Equations de compatibilités
La méthode la plus utilisée pour lever l’hyperstaticité est la méthode des forces
Il est question de faire une superposition des états en choisissant un état isostatique de base et des états
isostatiques supplémentaires en fonction des inconnues des liaisons.

La méthode des forces est basée sur le théorème de Menabréa qui découle de la 1ère forme du
théorème de Castigliano et s’applique aux structures hyperstatiques lorsque les liaisons sont rigides et
parfaites.
𝒅𝑬
𝜹𝒌 = 𝒅𝑿𝒆 = 𝟎 (𝑿𝒌 𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏𝒆 𝒇𝒐𝒓𝒄𝒆)
𝒌
𝒅𝑬
𝝎𝒌 = 𝒅𝑿𝒆 = 𝟎 (𝑿𝒌 𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏 𝒎𝒐𝒎𝒆𝒏𝒕)
𝒌

Le théorème de Menabréa signifie que les forces hyperstatiques prennent des valeurs qui
rendent minimale l'énergie potentielle interne exprimée en fonction des sollicitations, dont les forces
hyperstatiques, appliquées au système considéré.
On obtient un système d’équations dont la dimension est le degré d’hyperstaticité du problème
étudié : ces équations sont connues sous le nom d’"équations canoniques ». Ce système d’équation
peut s’écrire sous la forme analytique suivante :

𝜹𝟏𝟏 𝑿𝟏 + 𝜹𝟏𝟐 𝑿𝟐 + ⋯ + 𝜹𝟏𝒏 𝑿𝒏 + 𝜹𝟏𝟎 = 𝟎


𝜹 𝑿 + 𝜹𝟐𝟐 𝑿𝟐 + ⋯ + 𝜹𝟐𝒏 𝑿𝒏 + 𝜹𝟐𝟎 = 𝟎
{ 𝟐𝟏 𝟏
………………………………..
𝜹𝒏𝟏 𝑿𝟏 + 𝜹𝒏𝟐 𝑿𝟐 + ⋯ + 𝜹𝒏𝒏 𝑿𝒏 + 𝜹𝟏𝟎 = 𝟎

Ou sous la forme matricielle ci-dessous :


[𝜹𝒊𝒋 ]{𝑿𝒊 } + [𝜹𝒊𝟎 ] = 𝟎 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝒊 = 𝟏, … . , 𝒏 𝒆𝒕 𝒋 = 𝟏, … . . , 𝒏
[𝜹𝒊𝒋 ] : Matrice des coefficients de flexibilité
𝜹𝒊𝒋 : représente le coefficient de flexibilité ; c’est le déplacement produit dans la section (i)
selon la direction de la force 𝑿𝒊 causée par une force 𝑿𝒊 = 𝟏.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 24


𝜹𝒊𝟎 : représente le déplacement produit dans la section (i) du système de base sous l’effet
des charges extérieures appliquées.
NB : Pour la détermination des déplacements généralisés, nous devons utiliser des intégrales de Mohr
ou Veretchaguine (méthode graphique) ou déterminer l’intégration lorsque cela est simple.
𝟏 𝒍
𝜹𝒊𝒋 = 𝜹𝒋𝒊 = 𝑬𝑰 ∫𝟎 𝒎𝒊 𝒎𝒋 𝒅𝒙
𝟏 𝒍
En effet : 𝜹𝒊𝟎 = 𝑬𝑰 ∫𝟎 𝑴𝟎 𝒎𝒊 𝒅𝒙
𝟏 𝒍
{ 𝜹𝒊𝒊 = 𝑬𝑰 ∫𝟎 𝒎𝒊 𝒎𝒊 𝒅𝒙
Les expressions des moments 𝒎𝒊 𝒆𝒕 𝒎𝒋 sont toujours linaires sauf pour les expressions de 𝑴𝟎 . Nous
𝒍
pouvons calculer les intégrales ∫𝟎 𝒎𝒊 𝒎𝒋 𝒅𝒙 à partir des intégrales de Mohr ci-dessous et déduire 𝜹𝒊𝒋
𝟏
en multipliant par 𝑬𝑰
Ainsi, pour chaque inconnue hyperstatique Xi le théorème de Manabréa fournit une équation
(de continuité). La résolution du système d’équations ainsi obtenu permet de trouver les inconnues
hyperstatiques et de résoudre le problème qui devient isostatique.
3.3.1. Calcul des intégrales de Mohr
𝒍
Le tableau ci-après récapitule les valeurs de ∫𝟎 𝒎𝒊 𝒎𝒋 𝒅𝒙 , pour différente formes de 𝒎𝒊 et 𝒎𝒋 , qui sont
généralement des polynômes de faible degré.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 25


3.3.2. Etude d’un exemple

Dans le cas de la figure 24 ci-dessus, on peut décomposer le système en trois sous-systèmes isostatiques
notés noté𝑃𝑏𝑖 (Figure 25):
 𝑃𝑏0 : problème isostatique obtenu à partir du problème initial, en relevant les liaisons qui
rendent le problème hyperstatique et en conservant le chargement extérieur (Figure 25 (a).
 𝑃𝑏1 problème correspondant à l’inconnue hyperstatique 𝑋1,
 𝑃𝑏2 problème correspondant à l’inconnue hyperstatique 𝑋 2 ,
NB : les 𝑋𝑖 peuvent être des forces ou des moments.

Les équations canoniques :


𝜹 𝑿 + 𝜹𝟏𝟐 𝑿𝟐 = 𝜹𝟏𝟎
{ 𝟏𝟏 𝟏
𝜹𝟐𝟏 𝑿𝟏 + 𝜹𝟐𝟐 𝑿𝟐 = 𝜹𝟐𝟎

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 26


1 ℎ 𝐿 ℎ3 1 ℎ 𝐿 ℎ²𝐿
𝛿11 = 𝐸𝐼 [∫0 ̅̅̅̅
𝑀1 ̅̅̅̅
𝑀1 𝑑𝑥 + ∫0 ̅̅̅̅
𝑀1 ̅̅̅̅
𝑀1 𝑑𝑥] = ; 𝛿12 = 𝐸𝐼 [∫0 ̅̅̅̅
𝑀1 ̅̅̅̅
𝑀2 𝑑𝑥 + ∫0 ̅̅̅̅
𝑀1 ̅̅̅̅
𝑀2 𝑑𝑥] = =
𝐺𝑧 3𝐸𝐼 𝐺𝑧 2𝐸𝐼
𝛿21
ℎ 𝐿 2 3 ℎ
1
̅̅̅̅2 ̅̅̅̅
𝛿22 = 𝐸𝐼 [∫0 𝑀 𝑀2 𝑑𝑥 + ∫0 ̅̅̅̅
𝑀2 ̅̅̅̅
3𝐿 ℎ+ℎ 1
̅̅̅̅1 𝑀0 𝑑𝑥 + ∫𝐿 𝑀
𝑀2 𝑑𝑥] = 3𝐸𝐼 ; 𝛿10 = 𝐸𝐼 [∫0 𝑀 ̅̅̅̅1 𝑀0 𝑑𝑥] = − 𝑃ℎ²𝐿
𝐺𝑧 𝐺𝑧 0 4𝐸𝐼
1 ℎ 𝐿 −𝑃𝐿²(24ℎ+5𝐿)
𝛿20 = [∫ ̅̅̅̅
𝐸𝐼𝐺𝑧 0
𝑀2 𝑀0 𝑑𝑥 + ∫0 ̅̅̅̅
𝑀2 𝑀0 𝑑𝑥] =
48𝐸𝐼

On déduit 𝑿𝟏 et 𝑿𝟐
Par simplification posons h=L

𝟗 𝟐𝟐
𝑿𝟏 = 𝑷 et 𝑿𝟐 = 𝑷
𝟓𝟔 𝟓𝟔
L’hyperstaticité étant levée on peut étudier toute la structure comme une structure isostatique, mais
plus simplement les diagrammes peuvent être obtenus en considérant que pour toute variable ∆, on
notera ∆0 la valeur de cette variable dans le problème 𝑷𝟎 et ∆̅i , sa valeur dans le problème ̅̅̅̅
𝑷𝒃𝒊 et on
a:
𝒏

∆= ∆𝟎 + ∑ 𝑿𝒊 ∆̅𝒊
𝒊=𝟏

∆ Peut-être : l’effort normal N, l’effort tranchant T ou le moment fléchissant 𝑀𝑓 .


Dans le cas de notre exemple on obtient les diagrammes des efforts intérieurs ci-après :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 27


3.4. Prise en compte des tassements d’appuis
Lorsqu’il existe un tassement à un appui, on doit en tenir compte lors de l’application du théorème de
MENABREA :
« La dérivée partielle de l’énergie potentielle interne (W) d’un système par rapport à une inconnue
hyperstatique externe ou par rapport à la valeur commune de deux inconnues hyperstatiques internes
Xi dégagées par une coupure, est égale au manque de concordance correspondant ci. »
𝒅𝑬𝒆
= 𝒄𝒊
𝒅𝑿𝒊
𝒄𝒊 : correspond à une dénivellation, ou un tassement d’appui.
Généralement les tassements peuvent survenir sur des appuis intermédiaires, en ce qui concerne les
poutres de pont, pour s’assurer de la stabilité de la structure, on les étudie pour prévoir les variations
de la réaction à l’appui intermédiaire concerné.
3.4.1. Exemple
On se propose d’étudier l’incidence d’une dénivellation d’appui accidentelle sur un pont. La structure
modélisée est donnée par la figure 25 ci-dessous

L’élément de pont est modélisé par la poutre AB de longueur 2L. Cette poutre est à section constante
et admet le plan oxy, comme plan de symétrie. Elle est homogène et isotrope de module d’inertie
constante.
Le système est hyperstatique de degré :
𝒉 = 3𝑐 − 𝑎 − 2𝑠 = 1
En déterminant les valeurs des actions aux appuis en fonction de q et de l’inconnue hyperstatique, on
trouve :
2𝑞𝐿 − 𝐶𝑦
𝐴𝑦 =
{ 2
2𝑞𝐿 − 𝐶𝑦
𝐵𝑦 =
2
𝐴𝑦 ≥ 0; 𝐵𝑦 ≥ 0 𝑒𝑡 𝐶𝑦 ≥ 0 𝑜𝑛 𝑜𝑏𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑞𝑢𝑒 0 < 𝐶𝑦 ≤ 2𝑞𝐿 (domaine de variation de 𝐶𝑦 )
Déterminons les efforts intérieurs le long d’AB

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 28


2𝑞𝐿−𝐶𝑦 2𝑞𝐿+𝐶𝑦
𝑇𝑦 = 𝑞𝑥 − ( ) 𝑇𝑦 = 𝑞𝑥 − ( )
2 2
−𝐿 < 𝑥 < 0 { 𝑞𝑥² 2𝑞𝐿−𝐶𝑦
0 < 𝑥 < 𝐿{ 𝑞𝑥 2 2𝑞𝐿+𝐶𝑦
𝑀𝑓 (𝑥) = − 2
+( 2
)𝑥 𝑀𝑓 (𝑥) = − +( ) 𝑥 − 𝐶𝑦 𝐿
2 2

Appliquons le théorème de Castigliano


2 2
𝐿 𝑀² 1 0 𝑞𝑥² 2𝑞𝐿−𝐶𝑦 𝐿 𝑞𝑥 2 2𝑞𝐿−𝐶𝑦
𝐸𝑒 = ∫−𝐿 2𝐸𝐼 𝑑𝑠 = 2𝐸𝐼 [∫−𝐿 (− +( )) 𝑑𝑥 + ∫0 (− +( ) 𝑥 − 𝐶𝑦 𝐿) 𝑑𝑥]
2 2 2 2

𝑑𝐸𝑒 6𝐸𝐼𝑣+3𝑞𝐿4
= 𝑣 ⟹ 𝐶𝑦 = ce résultat n’est valable que si il y a effectivement contact en C, c’est-à-
𝐶𝑦 𝐿²(4𝐿+6)
𝑞𝐿4
dire que 0 < 𝐶𝑦 ≤ 2𝑞𝐿 et pour cela il faudra que 𝑣 ≥ − 2𝐸𝐼
𝑞𝐿4
𝑣 < − 2𝐸𝐼 pas de contact en C (𝐶𝑦 = 0).

3.5. Calcul des efforts intérieurs dans les treillis hyperstatiques


3.5.1. Définition d’un treillis
On appelle treillis ou système triangulé une construction constituée par des barres profilées assemblées
en triangles accolés les uns à la suite des autres. Ces constructions forment des poutrelles utilisées dans
les passerelles, les ponts légers, les engins de levage, les ponts roulants, les fermes dans les toitures,
etc. (figure 26).

3.5.2. Différentes catégories de treillis


Nous retiendrons trois grandes catégories de treillis plans :
 le treillis simple : formé uniquement de mailles triangulaires. Pour cette catégorie, le nombre
de réactions d'appui ne dépasse pas trois. Ce type de treillis est le plus souvent isostatique (Figure
27 a), à l’exception de ceux qui se referme sur eux-mêmes, qui sont généralement hyperstatique
(Figure 27 b)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 29


 le treillis composé : Obtenu par assemblage des treillis simples

 le treillis formé de barres qui se chevauchent.

3.5.3. Hypothèses de calcul d’un treillis :


 les articulations entre barres sont considérées comme parfaites ;
 les charges sont appliquées au nœud ;
 les axes des barres doivent concourir aux nœuds.
3.5.4. Méthodes de calcul des efforts dans les barres des treillis isostatiques
Les efforts dans les barres sont en principe des efforts internes à ces barres. Ces efforts sont axiaux,
donc des efforts normaux de traction ou de compression. Pour les déterminer la statique nous
recommande trois méthodes: la méthode de Culmann (graphique), la méthode de Ritter (analytique)
et la méthode de Cremona (graphique)
3.5.4.1. La méthode Culmann
La méthode de Culmann consiste à imaginer une coupe à travers trois barres au maximum de la
structure de telle sorte que l’on obtienne deux demi poutres en équilibre sous l’action des forces
extérieures et des tensions dans les barres coupées. On recherche alors par les procédés usuels
l’équilibre d’une des parties, à gauche ou à droite de la coupe imaginaire. La méthode de Culmann est
une méthode graphique.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 30


3.5.4.2. La méthode de Ritter
La méthode de Ritter (ou méthode des nœuds ou des sections) est une méthode analytique. Elle est
relativement simple à exécuter et poursuit le même but que la méthode de Culmann. Il suffit d’isoler
un nœud avec au maximum deux (02) barres inconnues et de poser les équations d’équilibre. Exemple
du nœud 1, du treillis ci-dessus :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 31


Dans le cas où nous adoptons le même processus que la méthode de Cullman, on parle de Méthode
des sections ; La méthode des sections est utilisée pour déterminer une action, éventuellement deux
ou trois, exercées dans l’une des barres d’une structure donnée.

Les systèmes 1 et 2 peuvent être résolus soit par la méthode de Culmann (méthode graphique) soit par
la méthode analytique.
3.5.4.3. Méthode de Cremona
Elle consiste à construire et à rassembler sur une même figure (appelée Cremona), tous les triangles
ou polygones de forces obtenus par l’étude des équilibres des nœuds successifs de la structure.
Exemple :

Tableau récapitulatif des actions intérieures dans les barres

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 32


Action Désignation sur le Sens de l’action sur le Type de sollicitation
graphe nœud

RA 1-2

RB 4-1

F 2-4

Barre AE nœud A 2-3 2 vers 3 compression

Barre AD nœud A 3-1 3 vers 1 traction

Barre DC nœud D 5-1 5 vers1 traction

Barre DE nœud D 3-5 3 vers 5 compression

Barre AD sur nœud D 1-3 1 vers 3 compression

Barre AE sur nœud E 3-2 3 vers 2 compression

Barre DE sur nœud E 5-3 5 vers 3 compression

Barre EC sur nœud E 6-5 6 vers 5 Compression

Barre EB sur nœud E 4-6 4 vers 6 compression

Barre DC sur nœud C 1-5 1 vers 5 Traction

Barre EC sur nœud C 5-6 5 vers 6 Compression

Barre CB sur nœud C 6-1 6 vers 1 traction

3.5.5. Détermination des efforts intérieurs d’un treillis hyperstatique


L’hyperstaticité d’un treillis plan peut être sous trois formes :
 une hyperstaticité extérieure,
 une hyperstaticité intérieure
 une hyperstaticité à la fois extérieure et intérieure
La résolution d'un treillis hyperstatique se fait sans difficulté particulière par la méthode des forces vue
plus haut. Les coupures s'effectueront sur certaines barres par extériorisation de l'effort normal qui y
règne, pris comme inconnue hyperstatique (on coupera un nombre de barres égal au degré
d'hyperstaticité).
3.5.5.1. Treillis extérieurement hyperstatique
Soit le treillis plan de la Figure 31, Il y a deux réactions en chacun des deux appuis alors qu’on ne
dispose que de 3 équations d’équilibre global (h=4-3=1). Ce degré d’hyperstaticité est de forme
extérieure.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 33


Nous avons d’un côté un treillis extérieurement hyperstatique dont le degré d’hyperstaticité est de 1(04
inconnues pour 03 équations). On choisit de l’autre coté la réaction horizontale au point B, à l’appui de
droite comme inconnue hyperstatique 𝑿𝟏 ; on obtient un système de base à partir duquel en posant 𝑿𝟏 =
𝟎, on obtient un système isostatique avec les charges réelles appelé état 0 (Figure 32 a).
Puis on crée toujours à partir du système de base un autre système virtuel on éliminant les charges
extérieures et on prenant uniquement l’inconnue appelé état 1 (Figure 32 b).

L’équation canonique simplifiée est :

𝜹𝟏𝟏 𝑿𝟏 + 𝜹𝟏𝟎 = 𝟎 (𝟏)


𝜹𝟏𝟏 : représente le déplacement horizontale à l’appui B du à la force 𝑿𝟏 = 𝟏 (état 1)
𝜹𝟏𝟎 : représente le déplacement horizontale à l’appui B du à la force extérieure (état 0)
𝒏
𝒏²𝒊,𝟏
𝜹𝟏𝟏 = ∑ 𝑳 (𝟐)
𝑬𝒊 𝑺𝒊 𝒊
𝒊=𝟏

𝒏𝒊,𝟏 : Effort normal dans chaque barre du système dit état 1.


𝑳𝒊 : Longueur de la barre

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 34


𝒏
𝒏²𝒊,𝟏
𝜹𝟏𝟎 = ∑ 𝑵 𝑳 (𝟑)
𝑬𝒊 𝑺𝒊 𝒊,𝟎 𝒊
𝒊=𝟏

𝑵𝒊,𝟎 : représente l’effort normal dans chaque barre du système isostatique sous l’effet des forces
extérieures dit état 0.
𝜹𝟏𝟎
On peut donc déduire que : 𝑿𝟏 = 𝑩𝒙 = − (𝟒)
𝜹𝟏𝟏
Lorsque la valeur de 𝑿𝟏 (𝑩𝒙 ) est connue, les efforts dans les barres du treillis hyperstatique réel
seront calculé à l’aide du principe de superposition, c'est-à-dire :

𝑵𝒊 = 𝑵𝒊,𝟎 + 𝑿𝟏 𝒏𝒊,𝟏 (𝟓)


3.5.5.2. Treillis intérieurement hyperstatique
Reconsidérons le treillis plan de la Figure 32 où on change l’appui B (doubles réactions) par un appui
simple avec une seule réaction et on ajoute une autre barre entre A et B. On recalcule le degré
d’hyperstaticité : 𝒉 = 𝒃 + 𝒓 − 𝟐𝒏 ; et il est toujours égal à 1 mais de forme intérieure.
On peut dire qu’il est isostatique extérieurement (3 réactions extérieures – 3 équations d’équilibre =
0).

Méthode de résolution

 choisir l’effort normal du tirant AB comme inconnue hyperstatique égale à 𝑿𝟏 ;


 on obtient un système de base à partir duquel en posant 𝑿𝟏 = 𝟎 , on aura le système
isostatique de base avec les charges extérieures réelles appelé état 0 (Figure 34 a).
 Créer à partir du système de base un autre système virtuel en éliminant les charges extérieures
et en prenant uniquement l’inconnue 𝑿𝟏 = 𝟏 , appelé état 1 (Figure 34 b).

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 35


 L’équation canonique et les expressions des coefficients de flexibilité 𝜹𝟏𝟎 et 𝜹𝟏𝟏 sont
identiques à celles écrite en (2.5.5.1).
𝜹𝟏𝟎
 Déduire l’inconnue 𝑿𝟏 qui est l’effort normal dans la barre AB : 𝑿𝟏 =−
𝜹𝟏𝟏

𝑿𝟏 étant connu, les efforts dans le treillis hyperstatique concerné s’obtiennent par le principe de
superposition selon l’équation (5) ci-dessus :

𝑵𝒊 = 𝑵𝒊,𝟎 + 𝑿𝟏 𝒏𝒊,𝟏
Exemple : résolvons le système que nous venons de voir ci-dessus, ES constant :

Nous avons établis que h= 1 et nous avons choisi le système de base.

Etat 0 : Charges extérieures ≠ 0 et 𝑿𝟏 = 𝑵𝟑 = 𝟎

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 36


N° de barre Longueur Effort normal ( 𝑵𝒊,𝟎)

1 5 1364

2 5.1 -3571

3 14.14 0

4 1 0

5 5 1364

6 5.1 -4208.95

7 5.66 1635

8 5.1 -2431

9 5 -4517

10 1 27.3

11 5 4248.4

12 5.1 3610

Etat 1 : Charges extérieures = 0 et 𝑿𝟏 = 𝑵𝟑 = 𝟏

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 37


N° de barre Longueur Effort normal( 𝒏𝒊,𝟏 )

1 5 -2.834

2 5.1 3.61

3 14.14 1

4 1 0

5 5 -2.834

6 5.1 1.89

7 5.66 1.95

8 5.1 1.89

9 5 -2.834

10 1 0

11 5 -02.834

12 5.1 3.61

𝒏²𝒊,𝟏 𝟑𝟔𝟓,𝟔𝟓 𝒏𝒊,𝟏 −𝟖𝟎𝟎𝟖𝟖,𝟔𝟓


𝜹𝟏𝟏 = ∑𝒏𝒊=𝟏 𝑳𝒊 = ; 𝜹𝟏𝟎 = ∑𝒏𝒊=𝟏 𝑵𝒊,𝟎 𝑳𝒊 =
𝑬𝒊 𝑺𝒊 𝑬𝑺 𝑬𝒊 𝑺𝒊 𝑬𝑺

𝑁3 = −219 𝑑𝑎𝑁

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 38


Les efforts réels dans les barres en daN :

Effort normal Effort normal 𝑵𝒊,𝟎 + 𝑁3 𝒏𝒊,𝟏


N° de barre Longueur
𝑵𝒊,𝟎 𝒏𝒊,𝟏

1 5 1364 -2.834 1984,72323

2 5.1 -3571 3.61 -3571

3 14.14 0 1 -219,02725

4 1 0 0 0

5 5 1364 -2.834 1984,72323

6 5.1 -4208.95 1.89 -4622,9115

7 5.66 1635 1.95 1207,89686

8 5.1 -2431 1.89 -2844,9615

9 5 -4517 -2.834 -3896,27677

10 1 27.3 0 27,3

11 5 4248.4 -02.834 4869,12323

12 5.1 3610 3.61 2819,31163


3.5.6. Exercices

Exercice 1
Déterminer pour le treillis ci-après :
1) Le degré d’hyperstaticité
2) Les efforts dans les barres

Exercice 2
Déterminer pour le treillis ci-après :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 39


1) Le degré d’hyperstaticité
2) Les efforts dans les barres

Conclusion
Pour répondre ou résoudre le problème de stabilité de ces quelques structures que nous avons vu plus
haut, il faut :
 L’analyse structurelle,
 La détermination des efforts intérieurs,
 La localisation des zones fortement sollicitées,
 Le type de sollicitation.
Dès lors on peut donc vérifier les critères de stabilité qui sont :
 La vérification des conditions de résistance,
 La vérification des conditions de rigidité,
 Les dispositions sécuritaires
Et prendre en compte toutes les dispositions constructives, ainsi que la fonctionnalité finale de la
construction.
Il est question d’une optimisation topologique et structurale, qui fait appel à une modélisation des
structures.

2e Partie : Génie parasismique


Chapitre 1 : généralités sur les séismes
1. Introduction
Le génie parasismique est la branche de l’art de l’ingénieur qui traite de l’impact des séismes sur les
structures et les moyens de les réduire. Chaque tremblement de terre majeur amène son lot de
dévastations. Ces images de désolations interpellent directement les constructeurs.
Quels sont les moyens d’éviter, ou tout au moins de limiter, les dégâts et les catastrophes provoqués
par les secousses sismiques?
Quelles sont les erreurs à ne pas commettre?
Bien que le comportement sismique réel des structures soit très complexe, des réponses simples à ces
questions existent. Comme il n’est pas possible d’agir sur la cause, la construction parasismique
constitue le principal et meilleur moyen de réduire le risque.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 40


2. Comprendre un séisme
Un séisme est un événement violent et extraordinaire qui soumet un bâtiment à des vibrations
entrainant des accélérations horizontales, lesquelles créent des forces d’inertie. Les forces horizontales
créées par le séisme entraînent les structures loin au-delà de leur domaine élastique.

Cependant, si les secousses sismiques provoquent des catastrophes, c’est surtout parce qu’elles
agissent sur les structures d’une façon très particulière, bien différente de celle des autres charges.
Par rapport aux charges habituelles, les charges sismiques possèdent les trois spécificités suivantes:
 horizontale (principalement)
 cyclique
 dynamique et charge interne
Un séisme correspond au glissement très brutal de deux parts de l’écorce terrestre appelés
compartiments tectoniques, soit au sein de la couverture sédimentaire, soit dans la lithosphère elle-
même1 (les 100 premiers kilomètres de la Terre). Ces compartiments, situés à plus ou moins grande
profondeur, se trouvent séparés par une faille. Lorsque le jeu de la faille se produit, des ondes sismiques
sont émises : elles se propagent jusqu’à la surface de la Terre où elles peuvent alors être détectées par
des capteurs appelés sismomètres et enregistrées par des appareils appelés sismographes.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 41


C’est grâce à ces enregistrements dénommés sismogrammes que l’on peut localiser le séisme avec
précision et en déterminer sa puissance (la magnitude). Si le séisme est suffisamment fort et si la région
est habitée, ces ondes peuvent aussi être ressenties par l’homme et provoquer des dégâts. L’analyse
des dégâts et des modifications apportées à l’environnement en un endroit donné permet d’attribuer à
cet endroit une intensité. Celle-ci varie donc d’un endroit à l’autre.
Au sein de la faille, la surface de rupture est liée à la magnitude du séisme selon une relation qui n’est
pas linéaire. Le tableau ci-dessous donne des ordres de grandeur, ainsi que ceux relatifs au glissement
moyen observé sur la surface de rupture.
Tableau 1 : Ordre de grandeur Magnitude – Surface de rupture
Magnitude Surface de rupture (km²) Glissement (m)

3 0.1 0.002

6 100 0.2

9 20000 15

L’endroit de la surface de rupture où débute la rupture est appelé foyer du séisme. Sa profondeur peut
varier de 0 à 700 km environ, puisque, en certains endroits du globe où se produisent des phénomènes
dits de subduction : la « lithosphère » cassante, au sein de laquelle se produisent les séismes, plonge
jusqu’à grande profondeur dans « l’asthénosphère » plus déformable. L’épicentre est le point de la
surface de la Terre situé à la verticale du foyer.
Au sein des roches sédimentaires ou encore plus en profondeur dans la croûte s’exercent des forces
tectoniques — on parle plutôt de « contraintes tectoniques ». Ces contraintes résultent de phénomènes
qui peuvent se produire à grande distance. Se sont les contraintes tectoniques qui, en s’exerçant sur les
failles, provoquent de temps à autres leur glissement saccadé, et par là-même sont à l’origine des
séismes.
Les spécialistes des sciences de la Terre sont actuellement capables d’identifier des zones faillées
propices aux séismes ; ils sont aussi capables de mettre en évidence des déformations importantes qui
peuvent être l’indice que des contraintes tectoniques s’exercent de façon dangereuse. En revanche, les
sismologues ne peuvent prévoir ni l’instant ni le lieu précis de la rupture.
2.1. Magnitude et Intensité sismique
C’est en 1935 que Charles Richter, un sismologue américain qui étudiait les séismes de Californie, se
rendant compte qu’il lui fallait classifier ces séismes autrement que par les dénominations « gros
séisme » ou « petit séisme », a établi l’échelle de magnitude qui porte son nom et traduit la puissance
d’un séisme.
Avec le sismographe qu’il utilisait alors, et qui détectait les vibrations horizontales du sol, Charles
Richter a décidé d’attribuer la magnitude 3 à un séisme survenant à 100km de distance qui produisait
sur son enregistreur une amplitude maximale d’un millimètre. Charles Richter a défini la magnitude
en prenant le logarithme décimal de l’amplitude observée sur le sismogramme, celle-ci étant exprimée
en micromètres. Cette échelle logarithmique conduit à constater que l’énergie d’un séisme de
magnitude 6 est respectivement 10 fois, 100 fois et 1000 fois plus importante que celles liées à des
séismes de magnitude respectivement 5, 4 et 3. Le tableau 1 propose une relation entre magnitude,
surface de rupture et glissement moyen observé en surface, on y retrouve cette non proportionnalité
par rapport à l’échelle des magnitudes. La magnitude du séisme destructeur qui s’est produit à Annecy
en 1996 était voisine de 5 ; le séisme meurtrier de Lambesc (Bouches-du-Rhône) en 1909 avait une
magnitude de l’ordre de 6. (On ne la connaît pas avec précision car il n’y avait à l’époque que très peu
de sismographes en fonctionnement.)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 42


L’intensité d’un séisme est une échelle construite à partir des effets observés (sur le terrain ou sur les
constructions). En Europe, on utilise l’échelle dite EMS-98 (European Macroseismic Scale 1998).
L’échelle EMS comporte douze degrés qui sont définis de façon très condensée dans le tableau ci-
après :
Tableau 2 : Echelle EMS (European Macroseismic Scale)
Degré Type séisme Observations
I Imperceptible
Ressenti par quelques rares personnes en repos dans leurs
II A peine ressenti
habitations
Ressenti par quelques personnes à l’intérieur des bâtiments. Les
III Faible personnes au repos ressentent une oscillation ou un léger
tremblement.
Ressenti par de nombreuses personnes à l’intérieur des bâtiments
par quelques rares personnes à l’extérieur. Quelques personnes
IV Largement ressenti
endormies sont réveillées. Les fenêtres, les portes et la vaisselle font
un bruit de tremblement.
Ressenti par la plupart des personnes à l’intérieur des bâtiments, par
quelques personnes à l’extérieur, de nombreux dormeurs sont
réveillés. Des personnes sont effrayées, les bâtiments tremblent
V Fort
dans toute leur structure. Les objets suspendus oscillent nettement.
Les petits objets sont déplacés. Les portes et les fenêtres s’ouvrent
et se ferment.
De nombreuses personnes sont effrayées et se précipitent et se
précipitent à l’extérieur des bâtiments. Quelques objets tombent,
VI Dégâts légers
des maisons subissent de légers dégâts non structuraux (légères
fissures, chute de petits morceaux d’enduit).
La plupart des personnes sont effrayées et se précipitent à
l’extérieur des bâtiments. Le mobilier est déplacé et les objets
tombent des étagères en grand nombre. De nombreux bâtiments
VII Dégâts bien construits subissent des dégâts modérés (petites fissures dans
les murs, chutes d’enduit, chutes partielle des cheminées). Des
bâtiments plus anciens présentent des fissures dans les murs et des
désordres au niveau des cloisons.
De nombreuses personnes éprouvent des difficultés à se tenir
debout, de nombreuses maisons présentent des crevasses dans les
VIII Dégâts importants murs. Quelques bâtiments bien construits présentent des désordres
au niveau des murs, tandis que d’autres bâtiments plus anciens
s’effondrent partiellement.
Panique générale. De nombreuses constructions s’effondrent.
Même les bâtiments bien construits présentent des dégâts très
IX Destructeurs
importants (désordre au niveau des murs et effondrement partiel des
structures).
X Très destructeurs De nombreux bâtiments bien construits s’effondrent
La plupart des bâtiments bien construits s’effondrent. Quelques
XI Catastrophe
bâtiments construits suivant les règles parasismiques sont détruits.
XII Catastrophe complet Presque tous les bâtiments sont détruits.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 43


Pour un séisme donné, l’intensité varie principalement avec la distance épicentrale (la distance entre
l’endroit considéré et l’épicentre). Elle varie également avec la profondeur focale (la profondeur du
foyer) : pour une magnitude identique et pour une même distance épicentrale, un séisme situé à 1km
de profondeur sera plus destructeur qu’un séisme situé à 10km de profondeur. Sur une carte, on peut
relier entre eux les lieux d’égale intensité par une courbe appelée isoséiste (Figure 37). Le centre de la
courbe de plus forte intensité est appelé épicentre macrosismique. Il est en général proche de
l’épicentre calculé grâce aux stations sismologiques. Mais, si la région est peu habitée ou s’il existe
des effets de site, il peut y avoir des différences importantes.
Pour les séismes dits historiques (ceux qui se sont produits avant 1960 environ), les observations
macrosismiques (descriptions des dégâts) sont les seules informations disponibles pour déterminer
l’épicentre du séisme.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 44


3. Les ondes sismiques, les effets de site
3.1. Les ondes sismiques
A l’exemple d’un caillou que vous faites choquer la surface d’une rivière, le choc sismique
entraine la propagation d’ondes dans le sol (Figure 36). Ces ondes se propagent à une certaine vitesse.
Il en existe de deux types :
 L’onde P (onde de compression) comprime et dilate le milieu lors de son passage. (Une
onde sonore est un type particulier d’onde de compression qui se propage dans l’air en
comprimant et dilatant les tranches d’air qui se trouvent sur son passage.)
 L’onde S (onde de cisaillement) cisaille le milieu lors de son passage. Elle est plus
lente que l’onde P (le rapport des deux vitesses est voisin de 1,7).
L’ordre de grandeur des vitesses des ondes sismiques dans la Terre est de l’ordre de quelques
kilomètres par seconde (pour l’onde P : 6 km/s dans la croûte, avec un maximum de 14 km/s dans le
manteau inférieur).
Les ondes P et S se propagent à l’intérieur de la Terre (on les appelle « ondes de volume »). Il
existe aussi des ondes dites « de surface » qui se propagent à la surface du globe, mais plus lentement
que les ondes P et S, à des vitesses de l’ordre de 4 km/s. Ces ondes peuvent faire plusieurs fois le tour
de la Terre. (On peut facilement calculer combien de temps elles mettent pour faire un tour).
Lors de très gros séismes, on a ainsi pu identifier sur des sismogrammes de telles ondes qui
avaient fait jusqu’à près de dix fois le tour de la Terre. Ce sont les ondes de surface et plus
particulièrement les ondes de Love (Figure 36) qui provoquent les dégradations dans les constructions.
3.2. Effets de site
On appelle effets de site les effets d’amplification des ondes sismiques qui se produisent
principalement dans deux cas :
☞ au sommet des collines et des montagnes,
☞ dans une vallée : lorsque celle-ci a fait l’objet d’une importante sédimentation peu consolidée
(par exemple vallée remplie par des alluvions récentes, des marais ou des tourbières).

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 45


Dans les deux cas, les ondes sismiques se trouvent piégées dans la structure (dans la montagne, elles
se réfléchissent d’un flanc à un autre ; dans la vallée, une fois qu’elles ont pénétré dans la zone
d’alluvions meubles, elles ne peuvent s’en échapper et se réfléchissent sur les flancs et sur le fond de
la vallée). Les études théoriques montrent que l’amplitude des ondes peut être amplifiée d’un facteur
10 ou 20 par de tels effets (Figure 38).
Contrairement à ce que l’on pourrait donc croire, il vaut mieux, dans une zone sismique, construire sur
le rocher qu’en plein milieu d’une plaine alluviale si l’on veut éviter les effets de site. Mais il ne faut
bien sûr pas monter trop haut sur le flanc de la vallée, car on se rapprocherait alors de l’autre cas de
figure (sommet de montagne) qui donne lui aussi des amplifications du mouvement du sol. Sur le flanc
de la vallée, si l’on minimise les effets de site, on s’expose aussi davantage à des éboulements ou des
glissements de terrain… Rien n’est parfait dans la nature.

Dans une région éprouvée par un grand séisme, des séismes plus petits vont se succéder pendant un
certain temps, les répliques. Ces répliques achèvent souvent de détruire les constructions
endommagées par la secousse principale.
Le comportement d’un site pendant le séisme peut être influencé de plusieurs manières par :
 La topographie de surface ;
 La topographie souterraine, les conditions géologiques.
Certaines particularités de ces topographies sont susceptibles de donner lieu à des amplifications dont
les effets peuvent être groupés en trois familles :
 Une modification du signal vibratoire entre la source (foyer) et l’endroit de la construction par
effets géométriques (topographie, structure géologique) ou mécaniques (variation de propriétés
de matériaux) : allongement de la durée de vibration, amplification et modification du spectre ;
 De « petits » mouvements de terrain (de l’ordre du décimètre) : les sols meubles à structure
granulaire peuvent être compactés par les vibrations du sol, d’où il résulte, en surface, des
tassements différentiels importants ;
 De « grands » mouvements de terrain (de l’ordre du mètre) avec les deux aspects suivants :
 Le séisme est déclencheur d’instabilité qui se serait produite de toute façon plus tard en
l’absence du séisme : glissements, éboulements rocheux,
 Comme phénomène spécifique à la sollicitation vibratoire : mouvements de faille, seiches,
tsunamis, liquéfaction.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 46


3.3. Pourquoi ces ondes intéressent-elles ?
Les ondes qui intéressent le génie civil sont les ondes de volume (P et S) et les ondes de surface (L et
R).
Les ondes de volume prennent naissance dans le foyer et se propagent jusqu’à la surface de la terre,
après avoir subi des réflexions et réfractions (Figure 38) au passage des diverses couches géologiques,
sous deux formes :
 Les ondes P (ondes primaires) ou ondes longitudinales : ces ondes se propagent, dans la croute
terrestre, avec une vitesse de 6 à 8 km/s et s’accompagnent d’un changement de volume
(compression et dilatation alternées. Ce type d’ondes induit un mouvement vertical (pompage)
dans les ouvrages. Le mouvement sera d’autant plus important que l’ouvrage se trouve à
proximité de l’épicentre. Il y a lieu de prendre en compte les effets proches de la source
sismique [EC8-1/10.6-(3)], si le bâtiment est situé à une distance inferieure a 15 km de la faille
potentiellement active ;

 Les ondes S (ondes secondaires) ou ondes de cisaillement ; ces ondes se propagent, dans la
croute terrestre, avec une vitesse d’environ 3 à 5 km/s et s’accompagnent d’une distorsion dans
le plan perpendiculaire à la direction de propagation, provoquant un cisaillement sans
changement de volume. C’est bien ce type d’ondes qui introduit un mouvement horizontal
(tamis) dans les ouvrages. A la différence des ondes longitudinales, les ondes transversales ne
peuvent se propager dans les milieux liquides ou gazeux, en raison de l’inaptitude de ces
milieux à transmettre les efforts de cisaillement.
Si l’on considère un solide homogène et isotrope (par exemple un substratum rocheux), par la théorie
de l’élasticité, on peut calculer la vitesse de propagation de ces ondes à partir des caractéristiques du
sol.
Notons :
ρ, la densité du milieu [N・s²/m4] ou masse volumique [kg/m3]
E, le module d’élasticité dynamique [N/m²]
G, le module de cisaillement dynamique [N/m²]
ν, le coefficient de Poisson
λ, la constante de Lame.
On a :

Dans la théorie de l’élasticité, on admet l’hypothèse qu’à l’état initial les corps ne subissent aucune
contrainte. Aucun élément de son volume n’est donc sollicité. Aussitôt qu’on lui applique une charge,
des contraintes et des déformations apparaissent, qui sont liées entre elles par des relations linéaires :
𝝈 𝜺𝒍 𝑬
(1) 𝑬 = ; (2) 𝝊 = ; (3) 𝑮 =
𝜺 𝜺 𝟐(𝟏+𝝂)

𝝈: est une contrainte normale dans une direction donnée


𝜺 : une déformation dans la même direction
𝜺𝒍 , une deformation dans la direction perpendiculaire.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 47


Les vitesses de propagation des ondes sont données par les formules suivantes :
 Pour les ondes P

𝝀+𝟐𝑮 𝑬(𝟏−𝝂)
𝑽𝑷 = √ = √ en m/s
𝝆 𝝆(𝟏−𝟐𝝂)(𝟏+𝝂)
Pour les ondes S

𝑮 𝑬
𝑽𝑺 = √ = √ en m/s
𝝆 𝟐𝝆(𝟏+𝝂)

La connaissance de la vitesse des ondes 𝑽𝑺 de cisaillement est indispensable pour la détermination


des caractéristiques dynamiques des sols (E, ν et G) nécessaires à la prise en compte de l’interaction
sol-structure.
Le rapport des vitesses des ondes P et S est donc :

𝑽𝑺 𝟐(𝟏 − 𝝂)
=√
𝑽𝑷 𝟏 − 𝟐𝝂
Ce rapport ne dépend que du coefficient de Poisson 𝝂. Pour la plupart des sols, ν = 0,18 à 0,40.
Les ondes P se propagent donc plus vite que les ondes S ; pour ν = 0, on est à la limite inférieure du
rapport de deux vitesses et, pour ν = 0,50, on touche à la limite théorique supérieure.
Les deux types d’ondes (Figure 39) arrivent en même temps en des points situés près de la source
(foyer), mais les ondes S qui se propagent plus lentement arrivent plus tard en des points éloignés de
la source. Par exemple :
 Les ondes P, dans le granit, 6,0 km/s ; dans l’eau, 1,5 km/s ;
 Les ondes S, dans le granit, 3,0 km/s ; dans l’eau, 0 km/s.
La différence des temps d’arrivée des ondes P et S sera d’autant plus grande que la distance à
l’épicentre est plus importante. De la mesure de cette différence des temps de propagation, on peut
déduire la distance entre la source et le point d’enregistrement.
Dans la majorité des séismes, le maximum (paroxysme) est situé entre 10 et 30 s.
Les ondes de volume qui arrivent à la surface de la terre donnent naissance à des ondes de surface
n’intéressant le sol que sur une profondeur extrêmement faible.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 48


Les ondes de surface les plus importantes sont les suivantes :
 Les ondes de Rayleigh ; ce sont des ondes pour lesquelles les points du sol décrivent des
ellipses dans le plan vertical et dans le sens rétrograde (figure 39). Ce mouvement est semblable
au mouvement de la houle et entraîne des compressions (ou des tractions), ainsi que des
cisaillements dans le sol ;
 Les ondes de Love ; ce sont des ondes pour lesquelles les points du sol se déplacent dans un
plan tangent à la surface et perpendiculairement à la direction de propagation (Figure 1.1-2).
Leur mouvement en « lacet » n’engendre que des contraintes de cisaillement.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 49


En définitive on comprend que le déplacement des ondes sismiques met en mouvement des points du
sol dont la vitesse maximale est donnée par la relation :
𝒂𝑵
𝑽= 𝑽
𝟏 𝒎/𝒔² 𝑴
Avec :

𝑽 : la vitesse maximum d’un point du sol (vitesse particulaire), en m/s


𝒂𝑵 : l’accélération nominale, en m/s
𝑽𝑴 : la vitesse maximum subie par un point du sol pour une accélération unité donnée en fonction
des sites types, en m/s.

Tableau 3 : Vitesse maximum par type de sol pour une accélération unité

Classe de sol 𝑽𝑴 (m/s)


A 0,06

B 0,08

C 0,10

D 0,12

En génie parasismique, la gamme de fréquences significatives s’étend de 0,10 à 10 Hz. Il en résulte


que les longueurs d’onde sont de quelques centaines de mètres pour les bons sols et peuvent descendre
à quelques dizaines de mètres dans des terrains superficiels de qualité médiocre et donc devenir
comparables aux dimensions des bâtiments.
Si le problème de la propagation des ondes reste difficile à cerné, il reste que sa connaissance permet
d’apprécier les conséquences du mouvement sismique au voisinage de la surface, conséquences ayant
trait au choix du site et au comportement du sol de fondation – glissements de terrain, tassements,
liquéfaction – et à l’étude de l’interaction sol-structure.
3.4. Notion de risque et d’Aléas sismique
On entend par Aléas sismique, la probabilité d'apparition d'un séisme en un site donné, pendant une
période de référence donnée. Cette notion s’accompagne souvent de la vulnérabilité.
𝐜𝐨û𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐝𝐨𝐦𝐦𝐚𝐠𝐞𝐬 𝐚𝐭𝐭𝐞𝐧𝐝𝐮𝐬 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐮𝐧 𝐬é𝐢𝐬𝐦𝐞 𝐝′𝐮𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐭𝐞𝐧𝐬𝐢𝐭é 𝐝𝐨𝐧𝐧é𝐞
𝑽𝒖𝒍𝒏é𝒓𝒂𝒃𝒊𝒍𝒊𝒕é(𝑽)(%) = ,
𝐜𝐨û𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭𝐫𝐮𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧
Ainsi pour des séismes d’intensité :
☞ MSK < VI (pas de dommages aux bâtiments) V = 0%
☞ MSK XI et XII (constructions non parasismiques) V = 100%
Un Risque sismique est la probabilité d’un dommage causé par un séisme. Il est fonction des aléas
sismiques et des dispositions constructives prises pour diminuer le risque (Vulnérabilité).
𝑹𝒊𝒔𝒒𝒖𝒆 𝒔𝒊𝒔𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 = 𝑨𝒍é𝒂𝒔 𝒔𝒊𝒔𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 × 𝑽𝒖𝒍𝒏é𝒓𝒂𝒃𝒊𝒍𝒊𝒕é

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 50


Un risque sismique peut être évalué pour une construction, une ville, une région spécifique. La
probabilité de perte en biens, en activités productives et en vies humaines dans un laps de temps donné :
☞ augmente avec :
 la densité de population
 le potentiel économique du pays
☞ et est nul en l'absence de constructions et de personnes.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 51


Chapitre 2 : Les règles parasismiques
1. Introduction
Les enjeux économiques d’un séisme peuvent être considérables, on estime par exemple à quelque 200
milliards de dollars le coût global résultant du séisme de magnitude 7,3 survenu à Kobé (Japon) le 17
janvier 1995 qui a détruit une grande partie de la ville et fait près de 6500 victimes. Minimiser le risque
sismique consiste à construire « parasismique » en s’appuyant sur des règles de construction dont
l’utilisation est imposée par l’état.
Dans ce contexte, l'objectif principal de la réglementation parasismique est la sauvegarde du maximum
de vies humaines pour une secousse dont le niveau d'agression est fixé pour chaque zone de sismicité.
La construction courante peut alors subir des dommages irréparables, mais elle ne doit pas s'effondrer
sur ses occupants. En cas de secousse plus modérée, l'application des dispositions définies dans les
règles parasismiques permet de limiter les destructions et, ainsi, les pertes humaines et économiques.
Le zonage n'est donc pas une carte d'aléa sismique d’un point de vue strictement scientifique mais elle
intègre la composante du souhait de prévention. Il répond aussi à un objectif de protection parasismique
dans des limites économiques supportables pour la société. Pour la prise en compte du risque sismique,
les bâtiments, les équipements et les installations sont répartis en deux classes, respectivement dites «
à risque normal » et « à risque spécial » définis et renvoyant à une règlementation parasismique
spécifique en fonction de l’une ou l’autre de ces deux classes.
2. Ouvrage à risque normal
Il s’agit des ouvrages pour lesquels les conséquences d’un séisme demeurent circonscrites à leurs
occupants et à leur voisinage immédiat. Ils sont classés en 4 catégories d’importance, chacune faisant
l’objet d’une réglementation dont la sévérité augmente avec la catégorie. Par exemple un collège
(catégorie III) doit pouvoir résister à un niveau sismique 1,2 fois supérieur à celui exigé pour une
habitation individuelle.
Tableau 3 : Catégorisation des ouvrages à risque normal
Catégorie Type d’ouvrages Exemple d’ouvrage

ouvrages dont la défaillance présente un hangar à foin


risque minime pour les personnes ou
I l’activité économique. Activité de
longue durée exclue

ouvrages dont la défaillance présente un • habitations individuelles, habitations


risque moyen pour les personnes. collectives, bureaux, dont la hauteur
n’excède pas 28m,
• établissements recevant du public de 4ème
et 5ème catégories à l’exception des
II établissements scolaires,
• parcs publics de stationnement,
• autres bâtiments accueillant au plus 300
personnes.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 52


ouvrages à risque élevé pour les • bâtiments d’habitation collectifs, bureaux,
personnes ou les activités. de hauteur supérieure à 28m,
• établissements recevant du public de 1ère
à 3ème catégories,
• autres bâtiments accueillant plus de 300
personnes,
III
• établissements sanitaires et sociaux sauf
exception,
• bâtiments de production collective
d’énergie,
• établissements scolaires.

ouvrages dont le fonctionnement est • bâtiments abritant les moyens de secours,


primordial pour la sécurité civile, pour la • bâtiments définis par le ministère de la
défense ou l’ordre public. Défense,
• bâtiments assurant les communications,
• établissements recevant du public de santé
IV spécialisés en affectations graves,
• production et stockage d’eau potable,
• distribution publique de l’énergie,
• centres de météorologie.

3. Ouvrage à risque spécial


Il s’agit des ouvrages pour lesquels les effets sur les personnes, les biens et l’environnement, de
dommages même mineurs résultant d’un séisme, peuvent ne pas être circonscrits au voisinage
immédiat de ces ouvrages.
Les barrages et les installations nucléaires font l’objet de recommandations de sûreté particulières.
4. Les Séismes et la réponse des constructions
Lors d’un séisme, c’est le sol qui est moteur. Les sollicitations mécaniques que le séisme engendre
sont diverses et il est certain qu’une bonne connaissance de son action permettrait de mieux construire.
Les séismes se manifestent à la surface du sol par un mouvement de va-et-vient (Ondes de Love).
Le mouvement est caractérisé par le déplacement et l’accélération du sol. Les constructions sont liées
au sol au moins par leurs fondations, éventuellement par leurs parties enterrées (sous-sol). Les éléments
de construction solidaires du sol suivent ces déplacements; du fait de leur masse, par inertie les parties
présentes en élévation ne suivent pas instantanément le mouvement et il s’ensuit une déformation de
la structure.
Si les constructions ont été conçues et réalisées suivant les règles de l’art en zone sismique, elles
passeront par leur position initiale et se mettront à osciller. Au cours du mouvement, le bâtiment

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 53


parasismique doit réagir dans un temps très court (quelques dizaines de secondes) sans dommage
majeur. La rupture survient si le bâtiment n’a pas été conçu pour résister à ces mouvements.
Pour bien comprendre les effets d’un tremblement de terre sur les constructions nous allons analyser,
à partir d’exemples simples, la façon dont réagissent les structures aux oscillations sismiques et les
situations à risque qui leurs sont liées.
La figure 39 indique schématiquement comment réagit une construction (composée ici de 2 planchers)
aux oscillations verticales (ondes de Rayleigh), aux oscillations horizontales (ondes de Love) qui sont
les plus destructrices.

Dans ce contexte nous allons dans la suite limiter notre analyse aux effets des oscillations horizontales
en simplifiant la construction à un seul plancher.
4.1. Analogie du pendule : Notion de Pendule direct – pendule inversé
Considérons une balançoire fixée à une branche dont le schéma est celui d’un pendule « direct » (figure
40 a). Si l’usager de la balançoire s’écarte de la position d’équilibre, le poids qui agit verticalement
crée une composante de rappel (force Fr) qui génère un mouvement d’oscillation (le balancement).
Celui-ci peut être tracé dans un repère déplacement - temps et la courbe obtenue (sinusoïde) fait
apparaître la période propre du système (Tp : temps qui s’écoule pour retrouver la position de départ).
Tp est une caractéristique du système : elle ne dépend que de la masse de la balançoire et de la longueur
de la corde.
Considérons un pendule inversé (figure 40 b), constitué d’une boule de masse M sur une tige souple
fixée au sol.
Si on écarte la boule de sa position d’équilibre, la tige est fléchie et cette flexion génère une force de
rappel (Fr) qui est proportionnelle à la rigidité de la tige et à la distance d’écart par rapport à la
verticale. En libérant la boule une fois écartée on génère un mouvement d’oscillation autour de la

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 54


position verticale (on parle de vibration libre). Comme précédemment le tracé de ce mouvement dans
un repère déplacement - temps conduit à faire apparaître la période propre du système.
Celle-ci est comme pour la balançoire une caractéristique du système boule – tige, elle est fonction de
la masse M de la boule et de rigidité K de la tige, elle-même fonction de la souplesse du matériau
utilisé, de la hauteur et de la section de la tige (aire et forme).
𝑴
On montre que : 𝑻𝒑 = 𝟐𝜋√ 𝑲

Pour amplifier le balancement on applique un « poussée », à chaque passage de la balançoire (effort


rouge sur la figure 41a). Les enfants savent qu’à chaque poussée la balançoire va un peu plus haut
(courbe rouge dans le repère déplacement-temps, à constater que la période propre est toujours la
même) et que si le nombre de poussées (même de faible intensité) se multiplient la balançoire peut
aller très haut.
Si de la même manière on exerce un effort « en phase » avec le mouvement libre du système boule sur
tige, c'est-à-dire dont la variation a les mêmes caractéristiques que celle des vibrations libres (effort
qui évolue de manière sinusoïdale avec une période égale à la période propre du système), alors
l’amplitude des vibrations s’accroit progressivement (courbe rouge figure 41 b) et l’on aboutit au
phénomène dit de résonance qui, du fait des grandes déformations qu’il génère dans la tige peut
conduire à sa rupture. C’est donc un phénomène potentiellement dangereux.
Les immeubles — plus particulièrement les tours et les gratte-ciel — présentent aussi, en cas de séisme,
la particularité de pouvoir entrer en résonance : d’une façon générale lorsqu’on fait vibrer une structure
à une certaine période dépendant de ses caractéristiques géométriques (longueur, largeur, hauteur) ou
mécaniques (masse, rigidité), la structure peut réagir en amplifiant considérablement les vibrations.
Tout le monde connaît probablement l’histoire de ce pont métallique qu’un bataillon marchant au pas
cadencé aurait emprunté : la cadence des pas étant la même que la fréquence de résonance du pont, les
vibrations auraient été amplifiées et le pont se serait effondré.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 55


5. Séisme et mouvement des constructions
Les tremblements de terre sont un mouvement du sol. On montre que ce mouvement appliqué au
pendule inversé considéré plus haut revient à un problème de même nature que celui qui consiste à
appliquer une poussée périodique à la masse du pendule (figure 42). Par ailleurs sur le plan mécanique
un pendule inversé peut être schématiquement équivalent à une construction telle que :
☞ un château d’eau, qui est un réservoir empli d’eau (la boule) sur une structure tubulaire (la tige)
☞ un immeuble à un étage de masse M reposant sur des murs ou des poteaux de rigidité K/2

Cet oscillateur simple, oscillateur linéaire à un seul degré de liberté, est soumis à un mouvement
sismique, suivant x, appliqué à sa base. La masse m est soumise, en cas d’oscillations à une force de
rappel du ressort Fr et à une force d’amortissement Fa.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 56


NB : Oscillations forcées = sollicitations répétées.
5.1. Régime harmonique
Dans ce cas la sollicitation est répétée et périodique. La force appliquée est donc caractérisée par son
amplitude et sa période. L’amplitude des déplacements en réponse du système croît si la sollicitation
et la réponse sont en phase, elle est pondérée par le taux d’amortissement (. Elle pourrait tendre vers
l’infini si était égal à 0.
5.2. Régime non harmonique
Les sollicitations sont répétées, mais aléatoires et décomposables en une succession d’impulsions
élémentaires. La réponse à chaque impulsion est à rapprocher de celle d’une oscillation libre, mais la
réponse réelle du système est une convolution entre la succession des forces imposées et celle des
réponses à chaque impulsion.
5.3. Réponse d'une structure au séisme
Le contenu spectral du signal sismique propre au site sera déterminant quant à la réponse du système.
La résonance se produira en cas de composantes sismiques de T (fondamentale ou harmoniques)
proche de Tp bâtiment.
Rappelons que la réaction d'une construction aux secousses sismiques du sol est caractérisée par les
accélérations, les vitesses et les déplacements de ses éléments, notamment des planchers.
La réponse sismique d’une structure est exprimée par la prise en compte de l’équilibre dynamique des
forces, s’exerçant sur la structure pendant la durée du séisme et déterminée lorsque la masse M occupe
la position déformée définie par X(t) et est soumise aux forces horizontales suivantes :
 une force de rappel élastique exercée par le support de raideur k, qui est proportionnelle au
déplacement relatif X(t) :
𝑭𝒓 = – 𝒌 𝑿(𝒕) (1)
 une force de freinage proportionnelle à l’amortissement c et à la vitesse relative v(t) ; autrement
dit, à déplacement nul, l’amortissement est nul aussi :

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 57


𝒅𝑿(𝒕)
𝑭𝒂 = – 𝒄 𝒗(𝒕) = −𝒄 (2)
𝒅𝒕
 une force d’inertie développée par la masse m dans le sens contraire à l’accélération a(t) de
l’action sismique ; les forces d’inertie caractérisent la résistance qu’opposent les masses à leur
mise en mouvement ou à leur freinage, elles sont donc opposées aux forces élastiques :
𝑭𝒊 = 𝑴[𝜸(𝒕) + 𝒂(𝒕)] (3)
 𝜸(𝒕) = l’accélération du sol ;
 a(t) = l’accélération de la masse M par rapport au sol.

Les déplacements de la masse M sont mesurés, soit dans un repère relatif lié au point A (déplacement
X(t)), soit dans un repère absolu (déplacement D(t)) (figure 44). Les déplacements sont liés par la
relation :
∆(𝒕) = 𝑫(𝒕) + 𝑿(𝒕) (4)
En écrivant l’équilibre des forces, on obtient :
𝐹𝑟 + 𝐹𝑎 =– 𝐹𝑖 (𝑡) (5)
On en déduit l’équation du mouvement en fonction de (3) :
𝑴[𝜸(𝒕) + 𝒂(𝒕)] + 𝒄 𝒗(𝒕) + 𝒌 𝑿(𝒕) = 𝟎 (6)
Soit encore :
𝑴𝜸(𝒕) + 𝒄 𝒗(𝒕) + 𝒌 𝑿(𝒕) = −M𝒂(𝒕)𝟎 (7)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 58


On constate qu’on se ramène à l’étude d’un oscillateur simple dans le repère relatif (figure 44), en
supposant la masse soumise à une force fictive – M.a(t) proportionnelle à l’accélération a(t) du point
d’appui A.
En posant :
k = la raideur du système ;
𝜔 = la pulsation du système non amorti (radian/seconde) ;
T = la période (en secondes) ; le mouvement étant périodique, la durée d’un cycle est appelée période
du mouvement ;
f = la fréquence (Hertz) ;
On obtient le tableau d’équivalences ci-dessous
Tableau 4 : Équivalences des grandeurs dynamiques
k T f 𝝎
T 𝑴 𝟏 𝟐𝝅
𝟐𝝅√ -
𝒇
Périodes (s) 𝒌 𝝎
f
𝟏 𝒌 𝟏 𝝎
Fréquence (Hertz) √ -
(Cycles/s) 𝟐𝝅 𝑴 𝑻 𝟐𝝅

𝝎
𝒌 𝟐𝝅
Pulsation (rad/s) √ 𝟐𝝅𝒇 -
𝑴 𝑻

NB : Dans ces relations on doit utiliser les unités du système international :


 la masse est exprimée en kilogrammes (ou en tonnes) ;
 le coefficient k en newtons par mètre (ou en kilo newtons par mètre).
5.4. Représentation de l’action sismique
L’action sismique est la traduction en « données d’entrées » physiques permettant de décrire le
phénomène sismique. Il s’agit des hypothèses du calcul par nature simplifiées pour décrire la
complexité du phénomène.
Par commodité et par absence de moyens/méthodes, l’action sismique a longtemps été représentée par
un effort latéral mobilisant les masses discrétisées de la structure via une accélération plutôt que par
une analyse dynamique ou temporelle.
Cela se traduisait notamment par une absence de couplage propre des modes de vibration en dynamique
linéaire.
La méthode principale stipulée dans l’Eurocode 8 est l’analyse modale spectrale de réponse [EC
4.3.3.1 (2)].
« La méthode de référence pour déterminer les effets sismiques doit être l’analyse modale spectrale
utilisant un modèle élastique linéaire de la structure. »
5.4.1. Spectre de réponse
Soit les expressions suivantes obtenues à partir de (7) :
𝜸(𝒕) + 𝟐𝝎𝝃 𝒗(𝒕) + 𝝎² 𝑿(𝒕) = – 𝒂(𝒕) (8)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 59


La solution est donnée par l’intégrale de Duhamel, on obtient le déplacement relatif :
𝟏 𝒕
𝑿(𝒕) = −
𝝎𝑫
∫𝟎 𝜸(𝝉)𝒆−𝝃𝝎(𝒕−𝝉) 𝒔𝒊𝒏𝝎𝑫 (𝒕 − 𝝉)𝒅𝝉 (9)
Avec :
𝒄
 𝝃= = facteur d’amortissement : c coefficient d’amortissement (N/(m/s)) ;
𝒄𝟎
𝒄𝟎 :coefficient d’amortissement critique.
 𝝎𝑫 = √𝟏 − 𝝃² = Pseudo pulsation des oscillations libres amorties ;
 𝝉 = facteur d’intégration.
On constate que la valeur du déplacement ne dépend que de la pulsation 𝝎𝑫 , du coefficient
d’amortissement 𝝃 et de l’accélération 𝜸 du sol.
À partir de (9), on obtient facilement la vitesse relative et l’accélération absolue.
Les structures ayant toujours des amortissements très faibles, on peut considérer que 𝝎𝑫 = 𝝎, ce
qui correspond à un oscillateur très peu amorti ; et en négligeant les termes secondaires, les
composantes du mouvement sismique deviennent :
𝟏 𝒕
 Le déplacement relatif : 𝑿(𝒕) = −
𝝎𝑫
∫𝟎 𝜸(𝝉)𝒆−𝝃𝝎(𝒕−𝝉) 𝒔𝒊𝒏𝝎(𝒕 − 𝝉)𝒅𝝉 (10)
𝒕
 La vitesse relative : 𝒗(𝒕) = − ∫𝟎 𝜸(𝝉)𝒆−𝝃𝝎(𝒕−𝝉) 𝒄𝒐𝒔𝝎(𝒕
− 𝝉)𝒅𝝉 (11)
 La pseudo-accélération :
𝒕
𝒂(𝒕) = −𝝎 ∫𝟎 𝜸(𝝉)𝒆−𝝃𝝎(𝒕−𝝉) 𝒔𝒊𝒏𝝎𝑫 (𝒕 − 𝝉)𝒅𝝉 = −𝝎²𝑿(𝒕) (12)
Les expressions (8) à (9) permettent, à partir de l’enregistrement (accélérogramme) d’un séisme, de
calculer systématiquement pour tous les oscillateurs simples possibles (c’est-à-dire pour toute la
gamme de périodes et d’amortissements possibles), les valeurs de la réponse maximale en termes de
déplacement |X(t)|max et de tracer les graphiques correspondant dits spectres de réponses des
déplacements (figure 45). De même, on peut tracer les réponses maximales en termes de vitesse |v(t)|max
et d’accélération |a(t)|max.
Le déplacement X(t) de la masse étant calculé pour chaque oscillateur, on peut déduire :
 le spectre de réponse du déplacement (figure 45(c)) : il est déterminé à partir de

|𝒂(𝒕)|𝒎𝒂𝒙
= 𝑺𝒗 :
𝝎
𝑺𝒗
𝑺𝒅 = |𝑿(𝒕)|𝒎𝒂𝒙 = = 𝑫𝒎𝒂𝒙
𝝎
 le spectre de réponse en vitesse :

𝑺𝒗 = |𝒗(𝒕)|𝒎𝒂𝒙 = 𝝎𝑺𝒅

 le spectre de réponse de l’accélération peut être tracé de la même façon (figure 46), puisque
l’accélération maximale et le déplacement maximal sont liés par la relation :
𝑺𝒂 = |𝒂(𝒕)|𝒎𝒂𝒙 = −𝝎𝟐 𝑿(𝒕) = 𝝎𝑺𝒗
Ou encore :
𝒂,𝒂𝒙 = 𝝎𝑺𝒗 = 𝝎²𝑫𝒎𝒂𝒙

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 60


ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 61
En réalité, la forme de spectres de réponse correspondant aux mouvements sismiques est très
irrégulière et leur utilisation en l’état peut entraîner une variation très importante de la lecture spectrale.
Normalement en cas d’erreur de 5 % dans la détermination de la fréquence, la lecture spectrale doit
être quasiment identique.
Pour les projets courants on utilisera une méthode simplifiée, visant l’estimation de la sollicitation
maximum, avec les limites de fiabilité déjà exposées.
Une fois établies les périodes d’oscillation des structures (analyse modale), on lit sur le spectre
l’accélération en réponse supposée maximale, tenant compte de l’amplification des mouvements du
sol par la structure en fonction de ses périodes d’oscillation.
Regardons un exemple d’amplification et d’atténuation des accélérations par un bâtiment
fondé sur un sol donné (ici, sol dur) (Figure 47).

 Le bâtiment A (T = 0,3 s) amplifie les secousses,


 Le bâtiment B (T = 1,5 s) les atténue.
Pour éviter la résonance, il convient donc de rechercher, pour le bâtiment projeté, une période propre
(des périodes) aussi différente(s) que possible de la (des) période(s) dominante(s) du sol. Pour cela, on
dispose rarement d’un spectre de réponse spécifique au site.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 62


Pour une première approximation, on peut considérer que sur sols meubles, on devrait opter pour des
structures rigides et sur sols fermes ou rocheux pour des structures flexibles (portiques sans murs de
remplissage par exemple). Mais il est beaucoup plus judicieux de comparer les périodes du bâtiment
et du sol et, si elles sont proches, de les éloigner en intervenant sur la conception de l’ouvrage.
6. Regles de construction parasismique
En génie parasismique il est d’usage d’utiliser le spectre de réponse élastique du sol pour caractériser
son comportement sous sollicitation sismique. Le spectre de réponse R(T) (figure 46) est fonction de
la période T, ou de son inverse la fréquence, il est calculé à partir de la réponse d’un oscillateur
mécanique simple à un dégré de liberté (tel un pendule, comme vu plus haut), soumis à l’accélération
réelle du sol. Des logiciels de simulation permettent de calculer, connaissant une colonne de sol, c’est-
à-dire, l’épaisseur et le module de cisaillement G des différentes couches, l’accélérogramme au site et,
partant de là, le spectre de réponse au site.
Les règles reposent essentiellement sur :
 Règles générales pour tous bâtiments
 Règles Eurocode 8 : NF EN 1998-1, NF EN 1998-3 et NF EN 1998-5
 Règles PS 92 : NF P 06-013, décembre 1995

 Règles simplifiées pour certaines maisons individuelles


 Règles PS-MI : NF P 06-014, mars 1995
6.1. Guide de conception et de réalisation parasismique
Nous nous limitons au MI (Maisons Individuelles) et particulièrement les ouvrages à risque normales
(catégorie II, III, et même IV).
Sont aussi exclus ici, Les constructions fondées sur des sols mal consolidés et/ou de portance ultime
inférieure à 250 kN/m² (2,5 bars)
a) En conception et études techniques
 Adopter des formes simples : Privilégier la compacité du bâtiment. Limiter les décrochements
en plan et en élévation. Fractionner le bâtiment en blocs homogènes par des joints
parasismiques continus (joint de 4cm).
Concevoir en utilisant une architecture favorable à la résistance au séisme, à savoir
Configuration en plan de forme proche du rectangle.
Eviter les parois courbes en maçonnerie.

La configuration en élévation tolère des irrégularités (Saillie limitée à 1,50m - balcon)

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 63


(Article 2.2.2 et article 2.7 des PS-MI)
Retrait d'étage (Figure 49) :
 Réalisation d'un joint de fractionnement
 Ou chainage renforcé de 50% (soit 6 barres au lieu de 4 barres)

 Limiter les effets de torsion : Distribuer les masses et les raideurs (murs, poteaux, voiles...) de
façon équilibrée. La résistance aux forces sismiques horizontales doit être
assurée par les façades et les pignons qui doivent constituer les éléments
verticaux de contreventement ou pans de contreventement, auxquels peuvent venir
s'ajouter les refends.
Ces pans de contreventement doivent être répartis sur le pourtour des planchers de manière
proportionnée.

 Assurer la reprise des efforts sismiques : Assurer le contreventement horizontal et vertical


de la structure. Superposer les éléments de contreventement. Créer des diaphragmes rigides à
tous les niveaux.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 64


 Étude géotechnique : Effectuer une étude de sol pour connaître les caractéristiques du terrain.
Caractériser les éventuelles amplifcations du mouvement sismique.
b) Phase préparatoire à la réalisation
 Eviter les terrain à risque( éboulement, glissement de terrain) : S’éloigner des bords de
falaise, pieds de crête, pentes instables zones marécageuses…
Consulter le plan de prévention des risques (PPR) sismiques de la commune.

 Tenir compte de la nature du sol : Privilégier des confgurations de bâtiments adaptées à la


nature du sol. Prendre en compte le risque de la liquéfaction du sol (perte de capacité portante).
Améliorer la qualité du sol ou adopter des fondations en conséquence.

c) Phase réalisation
 Choisir et utiliser des matériaux de qualité : Granulat de qualité (propre et inerte), liant
(ciment) adapté avec une bonne formulation du béton. Des maçonneries bien façonnées avec
une résistance adoptée. L’eau de gâchage doit être propre.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 65


 Soigner la mise en œuvre : Respecter les dispositions constructives. Disposer d’une main
d’œuvre qualifiée. Etre rigoureux sur les choix et techniques de réalisation retenus dans le
cahier de charge et de prescriptions techniques.
Les vides sanitaires doivent être entourés de murs fondés, le but étant d’éviter la rupture de
poteaux courts sur vides sanitaire.
Penser à bien fixer les éléments non structuraux : les cloisons, les plafonds suspendus, les
luminaires, les équipements techniques, …
Possibilité de mettre en place des appuis parasismiques.
En conclusion, au-delà de l’aspect dynamique des actions sismiques, nous pouvons retenir que pour
prendre en compte les effets sismiques dans la réalisation des ouvrages il faut :
 Respecter les règles (Eurocodes 8 et PS MI) au moment de la conception et du
dimensionnement des éléments structuraux.
 Bien contreventer l’ouvrage (choix des éléments de contreventement et bonne disposition).
 Etre rigoureux dans la phase réalisation.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 66


Références Bibliographiques
1) Christian La Borderie, Méthodes Énergétiques, Institut Supérieur Aquitain du Bâtiment et
des Travaux Publics
2) Philippe B., Mécanique des Structures, ENPC, 2008.
3) Decelle A. F., et Legendre D., Mécanique appliquée au génie civil, Editions Eyrolles, Paris,
1983.
4) Philippe Lawrence, Cours de Mécanique, Application du Théorème des travaux Virtuels au
calcul des Structures isostatiques, Octobre 2012
5) Jean-Louis FANCHON, Guide de mécanique, sciences et technologies industrielles, Edition
Nathan, Paris, 1996.
6) Anders Thorin, Gilles Forêt, Calcul des structures, Introduction au calcul de structures
élastiques linéaires. École d’ingénieur. (MEC441) MODAL - Génie Civil, Palaiseau, France.
2013,
7) Salah Khalfallah, Méthodes d’analyse des structures hyperstatiques, Edilivre
8) G.R. Nicolet, statique graphique et statique analytique, E.I.F Fribourg, 2006
9) Victor Davidovici, Conception-construction parasismique, collection Eurocode, Afnor et
groupe Eyrolles, France
10) www.developpement-durable.gouv.fr, La nouvelle réglementation parasismique applicable
aux bâtiments, Janvier 2011, Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des
Transports et du Logement France.

ANDRE RICHARD BEYEME OLINGA 67

Vous aimerez peut-être aussi