Vous êtes sur la page 1sur 3

LU3PY101

Physique Quantique 1
2022-2023

TD 1 - Ordres de grandeur et effet photoélectrique

La physique quantique ne se résume pas à savoir résoudre l’équation de Schrödinger ou calculer


des valeurs propres de matrices... Il y a toute une "culture quantique" à développer en parallèle de
l’apprentissage des outils et méthodes mathématiques.
Par exemple, il est nécessaire de comprendre ce qui distingue la physique quantique de la physique
classique, et quelles sont les situations où l’on peut se passer de la physique quantique pour décrire
un phénomène physique. De même, il est crucial de comprendre la notion de photon, et quelles
sont ses caractéristiques (énergie, quantité de mouvement, lien avec les ondes électromagnétiques,
processus dans lesquels ils sont impliqués...).
Enfin, il est très important - pendant l’apprentissage de la physique quantique - de garder en
tête toutes les notions de base de physique générale : la notion de particules (photon, électron,
atome, etc.) et d’interaction (électrique, magnétique, gravitationnelle...) ; l’analyse dimensionnelle
et les systèmes d’unités ; et bien sûr les ordres de grandeur des différentes grandeurs physiques qui
nous entourent (masse et charge d’un électron, taille d’un atome et d’un noyau atomique, énergies
typiques...).

1 Voile solaire pour voyage interstellaire


L’intensité I du rayonnement solaire au niveau de la Terre vaut 1.3 kW.m−2 . On fera l’approxi-
mation (grossière) que ce rayonnement n’est constitué que de photons de longueur d’onde λ = 550
nm.
Données. Distance Terre-Soleil D = 1.5×1011 m. Rayon de la Terre R = 6×106 m. Masse de la
Terre MT = 6 × 1024 kg. Masse du Soleil MS = 2 × 1030 kg. Constante de gravitation G = 7 × 10−11
N.m2 .kg−2 . Célérité de la lumière dans le vide c = 3 × 108 m.s−1 .
1. Exprimer la puissance totale P émise par le Soleil, en fonction de I et D. Faire l’application
numérique.
2. Quelle est l’énergie d’un photon de longueur d’onde λ ?
En déduire :
1. Le nombre de photons émis par le Soleil par unité de temps, c’est-à-dire le flux total émis
Φe , en fonction de P , h, λ et c.
2. Le nombre de photons reçus sur Terre par unité de temps et de surface, c’est-à-dire la
densité de flux reçue ϕr , en fonction de I, h, λ et c.
3. Le nombre de photons par unité de temps reçus par la Terre dans son ensemble, c’est-à-dire
le flux total reçu Φr , en fonction de I, h, λ, c et R.
4. Quelle est la norme de la quantité de mouvement d’un photon de longueur d’onde λ ?
TD 1 – Ordres de grandeur et effet photoélectrique LU3PY101 - Physique Quantique 1

5. On suppose que tout le rayonnement solaire reçu sur Terre est absorbé par celle-ci. En faisant un
bilan de quantité de mouvement, expliquer pourquoi le rayonnement solaire exerce une pression
(c’est-à-dire une force par unité de surface) sur la Terre. On pourra assimiler la Terre à un
disque de rayon R, orthogonal aux rayons solaires. Exprimer cette pression de radiation Πr en
fonction de ϕr , h et λ, puis en fonction de I et c.
6. Quelle est la force totale exercée par le rayonnement solaire sur la Terre ? Comparer avec la
force d’interaction gravitationnelle entre le Soleil et la Terre.
7. Un voilier solaire est un vaisseau spatial se propulsant grâce à la pression de radiation solaire,
recueillie par une très grande surface (la voile) susceptible d’absorber (ou, mieux, de réfléchir)
la lumière du Soleil. Calculer le rapport minimal entre l’aire Av de la voile et la masse mv du
voilier pour que celui-ci puisse échapper à l’attraction du Soleil. En déduire l’aire minimale de
la voile pour un vaisseau d’une tonne.

2 Effet photoélectrique sous tension


On considère le montage ci-dessous. Une plaque de Césium est éclairée par une source de lumière
monochromatique, dont on peut faire varier la fréquence ν et l’intensité I. Les électrons émis par effet
photoélectrique peuvent être collectés par une plaque métallique, et le courant résultant est mesuré
par un ampèremètre. Un générateur de tension permet de faire varier la différence de potentiel
électrique V entre les deux plaques. On branche le générateur de façon à ce qu’une différence de
potentiel positive s’oppose au trajet des électrons émis.

Figure 1 – Schéma du montage

1. Dans le cas où l’énergie des photons est supérieure au travail d’extraction W du Césium, ex-
primer les valeurs que peut prendre l’énergie cinétique des photoélectrons en fonction de W , V
et ν. En déduire qu’il existe un potentiel d’arrêt Va à partir duquel le courant dans le circuit
devient nul.
2. Représenter sur un graphique l’allure attendue de Va en fonction de la fréquence de la lumière
incidente. On fera apparaître la fréquence de seuil ν0 . Pour le Césium, on trouve expérimenta-
lement ν0 = 4.39. 1014 Hz. En déduire son travail d’extraction.

2022-2023 Page 2 sur 3


TD 1 – Ordres de grandeur et effet photoélectrique LU3PY101 - Physique Quantique 1

Figure 2 – Mesures du courant en fonction du potentiel V pour 2 intensités lumineuses différentes

3. On considère la même expérience, mais cette fois réalisée avec du Baryum (W = 2, 48eV).
Représenter l’allure de la courbe sur le graphe précédent.
On fixe maintenant la fréquence ν de la lumière incidente, et on mesure le courant dans le circuit
en fonction du potentiel V pour deux intensités lumineuses différentes I1 < I2 . On obtient les
deux graphes de la figure 2.
4. Que représente V0 ? Discuter l’allure des deux courbes.
5. En quoi ces résultats sont-ils en désaccord avec la description de la lumière comme une onde
électromagnétique, et suggèrent l’existence des photons ?

3 Description classique ou quantique ? Action caractéristique et constante


de Planck
À tout système physique peut être associée une grandeur caractéristique appelée action et notée
S. Cette grandeur est définie comme l’intégrale temporelle de la différence entre les énergies cinétique
et potentielle d’un système en évolution. En pratique, on considère qu’un système est bien décrit par
la mécanique classique si son action caractéristique est très grande devant la constante de Planck h,
qui est homogène à une action. Si au contraire h n’est plus négligeable devant S, alors la mécanique
quantique est nécessaire pour décrire le système. Dans cet exercice, on utilisera ce critère pour
déterminer si oui ou non un système physique "doit" être décrit quantiquement.
1. Donner la dimension, dans le système d’unités international, d’une action caractéristique S.
2. Rappeler la valeur numérique de h et de h̄.
3. Pour chacun des systèmes physiques suivants, estimer l’action caractéristique S par un raison-
nement aux dimensions. La comparer à h et en déduire si le système "doit" être décrit par la
mécanique quantique.
(a) Une montre mécanique. La taille caractéristique des éléments mécanique est 0, 1mm, la
masse caractéristique est 0, 1g et le temps typique d’évolution est 1s.
(b) Un électron dans un atome. L’énergie caractéristique de l’atome d’hydrogène est 13, 6eV
et la longueur d’onde caractéristique des transitions est 0, 1µm.
(c) Un nucléon d’un noyau atomique. L’énergie de liaison entre nucléons est de l’ordre de
10−12 J. La distance entre nucléons est d’environ 1fm = 10−15 m et la masse d’un nucléon
est 1, 6.10−27 kg.

2022-2023 Page 3 sur 3

Vous aimerez peut-être aussi