Vous êtes sur la page 1sur 153

NF EN 12845

décembre 2004
AFNOR
Association Française
de Normalisation

www.afnor.fr

Ce document est à usage exclusif et non collectif des clients AFNOR SAGAWEB.
Toute mise en réseau, reproduction et rediffusion, sous quelque forme que ce soit,
même partielle, sont strictement interdites.

This document is intended for the exclusive and non collective use of AFNOR SAGAWEB.
(Standards on line) customers. All network exploitation, reproduction and re-dissemination,
even partial, whatever the form (hardcopy or other media), is strictly prohibited.

SAGAWEB

Pour : EDF R&D EDF Branche Energies


Toute reproduction ou représentation
intégrale ou partielle, par quelque le 19/3/2008 - 13:51
procédé que ce soit, des pages publiées
dans le présent document, faite sans
l'autorisation de l'éditeur est illicite et
constitue une contrefaçon. Seules sont
autorisées, d'une part, les reproductions
strictement réservées à l'usage privé du
copiste et non destinées à une
utilisation collective et, d'autre part, les
analyses et courtes citations justifiées
par le caractère scientifique ou
d'information de l'œuvre dans laquelle Diffusé par
elles sont incorporées. La violation de
ces dispositions impératives soumet le
contrevenant et toutes personnes
responsables aux poursuites pénales et
civiles prévues par la loi.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

FA137989 ISSN 0335-3931

norme européenne NF EN 12845


Décembre 2004

Indice de classement : S 62-233

ICS : 13.220.10

Installations fixes de lutte contre l'incendie


Systèmes d'extinction automatique
du type sprinkleur
Calcul, installation et maintenance

E : Fixed firefighting systems — Automatic sprinkler systems — Design, installation


and maintenance
D : Ortfeste Brandbekämpfungsanlagen — Automatische Sprinkleranlagen —
Planung, Installation und Instandhaltung
© AFNOR 2004 — Tous droits réservés

Norme française homologuée


par décision du Directeur Général d'AFNOR le 20 novembre 2004 pour prendre effet
le 20 décembre 2004.
Remplace la norme homologuée NF EN 12845, de janvier 2004.

Correspondance La Norme européenne EN 12845:2004 a le statut d’une norme française.

Analyse Le présent document spécifie les exigences et fournit des recommandations pour la
conception, l’installation et la maintenance des installations fixes de lutte contre
l’incendie de type sprinkleurs dans les bâtiments et les installations industrielles,
ainsi que les exigences particulières pour les systèmes de type sprinkleur faisant
partie de mesures de protection des personnes. Les types sprinkleurs visés par le
présent document sont ceux définis dans la norme NF EN 12259-1 (indice de clas-
sement : S 62-221).

Descripteurs Thésaurus International Technique : lutte contre l'incendie, protection contre


l'incendie, sprinkler, définition, conception, classification, risque, stockage, calcul,
installation, source d'eau, réservoir, appareil à pression, pompe, canalisation, vanne,
système d'alarme, dimension, essai de réception, marquage.

Modifications Par rapport au document remplacé, reprise de la version initiale soumise au vote
formel, par décision du Bureau Technique du CEN.

Corrections

Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR) — 11, avenue Francis de Pressensé — 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex
Tél. : + 33 (0)1 41 62 80 00 — Fax : + 33 (0)1 49 17 90 00 — www.afnor.fr

© AFNOR 2004 AFNOR 2004 1er tirage 2004-12-F


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Installations fixes de lutte contre l’incendie AFNOR S61A

Membres de la commission de normalisation


Président : M DELAUME
Secrétariat : MME PINEAU — AFNOR

M BLANCHET IRSN
M BOURGOGNE BNPE
M BREGEON MINISTERE DE LA DEFENSE
M BRETON CNPP ENTREPRISE
M BRYON GIFEX
M CHARTON PERIFEM
M CLUZEL CNMIS SAS
M COUPEL AFTRI
M DELAUME CNPP ENTREPRISE
M FEDDAL CEA
M FLEURAT AFTRI
M FRANC SOLVAY CARBONATE FRANCE SA
M GAUCHER GIFEX
M GAUDARD DION DEFENSE ET SECURITE CIVILES
M KARZAZI CNPP ENTREPRISE
M KRUPPA CTICM
M LAVALLEE BNPE
M LEVY ROLLAND LEVY
M MALLARD FFMI
M PETIT INRS
M THEOBALD PERIFEM
M WEIPPERT CNPP ENTREPRISE

Avant-propos national

Références aux normes françaises


La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
identiques est la suivante :
EN 54-1 : NF EN 54-1 (indice de classement : S 61-981)
EN 54-2 : NF EN 54-2 (indice de classement : S 61-982)
EN 54-3 : NF EN 54-3 (indice de classement : S 61-983)
EN 54-4 : NF EN 54-4 (indice de classement : S 61-984)
EN 54-5 : NF EN 54-5 (indice de classement : S 61-985)
EN 54-10 : NF EN 54-10 (indice de classement : S 61-990)
EN 54-11 : NF EN 54-11 (indice de classement : S 61-991)
EN 287-1 : NF EN 287-1 (indice de classement : A 88-110-1)
EN 1057 : NF EN 1057 (indice de classement : A 51-120)
EN 1254 : NF EN 1254-1 à 7 (indice de classement : E 29-591-1 à 7) 1)
EN 12259-1 : NF EN 12259-1 (indice de classement : S 62-221)
EN 12259-2 : NF EN 12259-2 (indice de classement : S 62-222)

1) Les parties 1 à 4 sont publiées. Les parties 6 à 7 sont en préparation.


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

—3— NF EN 12845:2004

EN 12259-3 : NF EN 12259-3 (indice de classement : S 62-223)


EN 12259-4 : NF EN 12259-4 (indice de classement : S 62-224)
EN 12259-5 : NF EN 12259-5 (indice de classement : S 62-225)
prEN 12259-12 : NF EN 12259-12 (indice de classement : S 62-232) 2)
EN 12723 : NF EN 12723 (indice de classement : E 44-003)
EN 50342 : NF EN 50342 (indice de classement : R 13-503)
EN 60529 : NF EN 60529 (indice de classement : C 20-010)
EN 60623 : NF EN 60623 (indice de classement : C 58-623)
EN 60947-1 : NF EN 60947-1 (indice de classement : C 63-001)
EN 60947-4 : NF EN 60947-4 (indice de classement : C 63-110)
EN ISO 3677 : NF EN ISO 3677 (indice de classement : A 81-369)
ISO 3046 : NF ISO 3046-1 (indice de classement : E 37-200)
NF ISO 3046-3 (indice de classement : E 37-202) 2)
NF ISO 3046-4 (indice de classement : E 37-203)
NF ISO 3046-5 (indice de classement : E 37-213)
NF ISO 3046-6 (indice de classement : E 37-204)
NF ISO 3046-7 (indice de classement : E 37-214)

La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises
de même domaine d'application mais non identiques est la suivante :
ISO 65 : NF A 49-115
NF A 49-145

2) En préparation.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

NORME EUROPÉENNE EN 12845


EUROPÄISCHE NORM
EUROPEAN STANDARD Septembre 2004

ICS : 13.220.20 Remplace EN 12845:2003

Version française

Installations fixes de lutte contre l'incendie —


Systèmes d'extinction automatique du type sprinkleur —
Calcul, installation et maintenance

Ortfeste Brandbekämpfungsanlagen — Fixed firefighting systems —


Automatische Sprinkleranlagen — Automatic sprinkler systems —
Planung, Installation und Instandhaltung Design, installation and maintenance

La présente Norme européenne a été adoptée par le CEN le 16 avril 2004.

Les membres du CEN sont tenus de se soumettre au Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, qui définit les
conditions dans lesquelles doit être attribué, sans modification, le statut de norme nationale à la Norme
européenne.

Les listes mises à jour et les références bibliographiques relatives à ces normes nationales peuvent être obtenues
auprès du Centre de Gestion ou auprès des membres du CEN.

La présente Norme européenne existe en trois versions officielles (allemand, anglais, français). Une version dans
une autre langue faite par traduction sous la responsabilité d'un membre du CEN dans sa langue nationale et
notifiée au Centre de Gestion, a le même statut que les versions officielles.

Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne, Autriche,
Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Malte,
Norvège, Pays-Bas, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Suède et Suisse.

CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION

Europäisches Komitee für Normung


European Committee for Standardization

Centre de Gestion : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles

© CEN 2004 Tous droits d’exploitation sous quelque forme et de quelque manière que ce soit réservés dans le monde
entier aux membres nationaux du CEN.
Réf. n° EN 12845:2004 F
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 2
EN 12845:2004

Sommaire
Page

Avant-propos .................................................................................................................................................... 10

Introduction ...................................................................................................................................................... 11

1 Domaine d'application .................................................................................................................... 12

2 Références normatives .................................................................................................................. 13

3 Termes et définitions ...................................................................................................................... 14

4 Établissement d'un projet et documentation ............................................................................... 20


4.1 Généralités ........................................................................................................................................ 20
4.2 Considérations préliminaires ............................................................................................................. 20
4.3 Étape préliminaire ou d'évaluation .................................................................................................... 21
4.4 Étape de conception ......................................................................................................................... 21
4.4.1 Généralités ........................................................................................................................................ 21
4.4.2 Descriptif technique ........................................................................................................................... 21
4.4.3 Plans d'implantation des installations ............................................................................................... 22
4.4.4 Source d'eau ..................................................................................................................................... 24

5 Étendue de la protection par sprinkleurs ..................................................................................... 25


5.1 Bâtiments et zones à protéger .......................................................................................................... 25
5.1.1 Exceptions autorisées à l'intérieur d'un bâtiment .............................................................................. 26
5.1.2 Exceptions nécessaires .................................................................................................................... 26
5.2 Stockage en plein air ......................................................................................................................... 26
5.3 Séparation à l'épreuve du feu ........................................................................................................... 26
5.4 Protection des espaces cachés ........................................................................................................ 26
5.5 Différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut et le sprinkleur le plus bas ............................ 27

6 Classification des affectations et des risques d'incendie .......................................................... 27


6.1 Généralités ........................................................................................................................................ 27
6.2 Classes de risque .............................................................................................................................. 27
6.2.1 Risques faibles — LH ........................................................................................................................ 27
6.2.2 Risques moyens — OH ..................................................................................................................... 27
6.2.3 Risques élevés — HH ....................................................................................................................... 28
6.3 Stockage ........................................................................................................................................... 29
6.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 29
6.3.2 Mode de stockage ............................................................................................................................. 29

7 Critères hydrauliques de conception ............................................................................................ 31


7.1 LH, OH et HHP .................................................................................................................................. 31
7.2 Stockage à risques élevés — HHS ................................................................................................... 31
7.2.1 Généralités ........................................................................................................................................ 31
7.2.2 Protection sous plafond ou sous toiture uniquement ........................................................................ 31
7.2.3 Niveau intermédiaire de sprinkleurs installés dans les racks ............................................................ 32
7.3 Exigences de pression et de débit pour les systèmes précalculés ................................................... 34
7.3.1 Systèmes pour LH et OH .................................................................................................................. 34
7.3.2 Systèmes pour HHP et HHS sans sprinkleurs installés dans les racks ............................................ 34

8 Sources d'eau .................................................................................................................................. 36


8.1 Généralités ........................................................................................................................................ 36
8.1.1 Durée ................................................................................................................................................ 36
8.1.2 Continuité .......................................................................................................................................... 36
8.1.3 Protection contre le gel ..................................................................................................................... 37
8.2 Pression maximale de l'eau .............................................................................................................. 37
8.3 Raccordements pour d'autres services ............................................................................................. 37
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 3
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

8.4 Logement des équipements pour sources d'eau ............................................................................... 38


8.5 Dispositifs d'essai de l'installation ...................................................................................................... 38
8.5.1 Au niveau des postes de contrôle ...................................................................................................... 38
8.5.2 Au niveau des sources d'eau ............................................................................................................. 39
8.6 Essai des sources d'eau .................................................................................................................... 39
8.6.1 Généralités ........................................................................................................................................ 39
8.6.2 Alimentations par réservoir de stockage et réservoir sous pression .................................................. 39
8.6.3 Alimentation par réseau d'eau public, surpresseur, réservoir privé surélevé et réservoir
à charge gravitaire ............................................................................................................................. 39

9 Type de source d'eau ...................................................................................................................... 39


9.1 Généralités ........................................................................................................................................ 39
9.2 Réseau d'eau public .......................................................................................................................... 40
9.2.1 Généralités ........................................................................................................................................ 40
9.2.2 Canalisations principales en surpression .......................................................................................... 40
9.3 Réservoirs de stockage ..................................................................................................................... 40
9.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 40
9.3.2 Volume d'eau ..................................................................................................................................... 40
9.3.3 Vitesses de remplissage des réserves intégrales .............................................................................. 42
9.3.4 Réservoirs de capacité limitée ........................................................................................................... 42
9.3.5 Capacité utile des réservoirs et dimensions des bassins d'aspiration ............................................... 42
9.3.6 Crépines ............................................................................................................................................ 44
9.4 Sources inépuisables — Bassins de décantation et d'aspiration ....................................................... 44
9.5 Réservoirs sous pression .................................................................................................................. 47
9.5.1 Généralités ........................................................................................................................................ 47
9.5.2 Logement ........................................................................................................................................... 47
9.5.3 Capacité minimale (eau) .................................................................................................................... 47
9.5.4 Pression et volume d'air ..................................................................................................................... 47
9.5.5 Remplissage en air et en eau ............................................................................................................ 48
9.5.6 Équipement de contrôle et de sécurité .............................................................................................. 48
9.6 Choix de la source d'eau ................................................................................................................... 48
9.6.1 Sources d'eau uniques ...................................................................................................................... 48
9.6.2 Sources d'eau uniques supérieures ................................................................................................... 49
9.6.3 Sources d'eau doubles ...................................................................................................................... 49
9.6.4 Sources d'eau combinées .................................................................................................................. 49
9.7 Isolement d'une source d'eau ............................................................................................................ 49

10 Pompes ............................................................................................................................................. 50
10.1 Généralités ........................................................................................................................................ 50
10.2 Dispositions à pompes multiples ....................................................................................................... 50
10.3 Compartiments pour stations de pompage ........................................................................................ 50
10.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 50
10.3.2 Protection par sprinkleurs .................................................................................................................. 50
10.3.3 Température ...................................................................................................................................... 51
10.3.4 Ventilation .......................................................................................................................................... 51
10.4 Température maximale de l'alimentation en eau ............................................................................... 51
10.5 Vannes et accessoires ....................................................................................................................... 51
10.6 Conditions d'aspiration ....................................................................................................................... 51
10.6.1 Généralités ........................................................................................................................................ 51
10.6.2 Tuyau d'aspiration .............................................................................................................................. 52
10.7 Caractéristiques de fonctionnement .................................................................................................. 54
10.7.1 Systèmes précalculés — LH et OH ................................................................................................... 54
10.7.2 Systèmes précalculés — HHP et HHS sans sprinkleurs installés dans les racks ............................. 55
10.7.3 Systèmes calculés ............................................................................................................................. 55
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 4
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

10.7.4 Pression et capacité en eau du réseau d'eau public surpressé ........................................................ 55


10.7.5 Pressostats ....................................................................................................................................... 56
10.8 Stations de pompage entraînées électriquement .............................................................................. 56
10.8.1 Généralités ........................................................................................................................................ 56
10.8.2 Alimentation électrique ...................................................................................................................... 56
10.8.3 Tableau de distribution principal ....................................................................................................... 56
10.8.4 Installation entre le tableau de distribution principal et l’armoire de commande de la pompe .......... 57
10.8.5 Armoire de commande de la pompe ................................................................................................. 57
10.8.6 Surveillance du fonctionnement des pompes ................................................................................... 57
10.9 Stations de pompage entraînées par des moteurs diesel ................................................................. 57
10.9.1 Généralités ........................................................................................................................................ 57
10.9.2 Moteurs ............................................................................................................................................. 58
10.9.3 Système de refroidissement .............................................................................................................. 58
10.9.4 Filtrage de l'air ................................................................................................................................... 58
10.9.5 Système d'échappement ................................................................................................................... 58
10.9.6 Combustible, réservoir de combustible et tuyaux de combustible .................................................... 58
10.9.7 Mécanisme de démarrage ................................................................................................................ 59
10.9.8 Batteries du moteur du démarreur électrique .................................................................................... 60
10.9.9 Chargeurs de batteries ...................................................................................................................... 60
10.9.10 Emplacement des batteries et des chargeurs ................................................................................... 60
10.9.11 Indication d'alarme du démarreur ..................................................................................................... 61
10.9.12 Outils et pièces de rechange ............................................................................................................. 61
10.9.13 Essais et mise en service du moteur ................................................................................................ 61

11 Type et taille de l'installation ......................................................................................................... 62


11.1 Installations sous eau ........................................................................................................................ 62
11.1.1 Généralités ........................................................................................................................................ 62
11.1.2 Protection contre le gel ..................................................................................................................... 62
11.1.3 Taille des installations ....................................................................................................................... 62
11.2 Installations sous air .......................................................................................................................... 63
11.2.1 Généralités ........................................................................................................................................ 63
11.2.2 Taille des installations ....................................................................................................................... 63
11.3 Installations alternatives .................................................................................................................... 63
11.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 63
11.3.2 Taille des installations ....................................................................................................................... 63
11.4 Installations à préaction .................................................................................................................... 63
11.4.1 Généralités ........................................................................................................................................ 63
11.4.2 Système automatique de détection ................................................................................................... 64
11.4.3 Taille des installations ....................................................................................................................... 64
11.5 Installation en dérivation sous air ou alternative ............................................................................... 64
11.5.1 Généralités ........................................................................................................................................ 64
11.5.2 Taille des installations en dérivation ................................................................................................. 65
11.6 Installation en dérivation à pulvérisation d'eau ................................................................................. 65

12 Espacement et emplacement des sprinkleurs ............................................................................. 65


12.1 Généralités ........................................................................................................................................ 65
12.2 Surface maximale de couverture par sprinkleur ................................................................................ 65
12.3 Distance minimale entre sprinkleurs ................................................................................................. 67
12.4 Emplacement des sprinkleurs par rapport à la structure du bâtiment ............................................... 67
12.4.7 Poutres et travées ............................................................................................................................. 69
12.4.8 Fermes .............................................................................................................................................. 71
12.4.9 Piliers ................................................................................................................................................ 71
12.4.10 Plates-formes, gaines, etc. ................................................................................................................ 71
12.4.11 Escaliers roulants et cages d'escaliers ............................................................................................. 71
12.4.12 Goulottes et puits verticaux ............................................................................................................... 71
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 5
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

12.4.13 Plafonds suspendus .......................................................................................................................... 71


12.4.14 Plafonds suspendus ajourés .............................................................................................................. 72
12.5 Sprinkleurs intermédiaires dans des locaux classés en HH .............................................................. 72
12.5.1 Généralités ........................................................................................................................................ 72
12.5.2 Distance verticale maximale entre des sprinkleurs à des niveaux intermédiaires ............................. 72
12.5.3 Position horizontale des sprinkleurs aux niveaux intermédiaires ...................................................... 73
12.5.4 Nombre de rangées de sprinkleurs à chaque niveau ........................................................................ 74
12.5.5 Sprinkleurs intermédiaires pour HHS installés dans des racks sans étagères .................................. 74
12.5.6 Sprinkleurs intermédiaires pour HHS installés sous des étagères pleines ou ajourées
dans des racks (ST5 et ST6) ............................................................................................................. 75

13 Dimensionnement et implantation des canalisations .................................................................. 76


13.1 Généralités ........................................................................................................................................ 76
13.1.1 Dimensionnement des canalisations ................................................................................................. 76
13.2 Calcul des pertes de charge dans les canalisations .......................................................................... 76
13.2.1 Perte de charge par frottement dans les canalisations ...................................................................... 76
13.2.2 Différence de pression statique ......................................................................................................... 77
13.2.3 Vitesse ............................................................................................................................................... 77
13.2.4 Perte de charge dans les raccords et les vannes .............................................................................. 77
13.2.5 Précision des calculs ......................................................................................................................... 78
13.3 Systèmes précalculés ........................................................................................................................ 79
13.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 79
13.3.2 Emplacement des points de calcul .................................................................................................... 79
13.3.3 Risques faibles — LH ........................................................................................................................ 80
13.3.4 Risques moyens — OH ..................................................................................................................... 81
13.3.5 Risques élevés — HHP et HHS (excepté les sprinkleurs de niveaux intermédiaires) ....................... 83
13.4 Systèmes entièrement calculés ......................................................................................................... 89
13.4.1 Densité de calcul ............................................................................................................................... 89
13.4.2 Emplacements de la surface impliquée ............................................................................................. 90
13.4.3 Forme géométrique de la surface impliquée ..................................................................................... 91
13.4.4 Pression minimale de décharge des sprinkleurs ............................................................................... 93
13.4.5 Diamètre minimum des canalisations ................................................................................................ 93

14 Caractéristiques de conception et utilisations des sprinkleurs ................................................. 94


14.1 Généralités ........................................................................................................................................ 94
14.2 Types de sprinkleurs et application ................................................................................................... 94
14.2.1 Généralités ........................................................................................................................................ 94
14.2.2 Modèles sous plafond, affleurant, encastré et caché ........................................................................ 94
14.2.3 Modèle mural ..................................................................................................................................... 95
14.2.4 Modèle à diffusion plate ..................................................................................................................... 95
14.3 Débit des sprinkleurs ......................................................................................................................... 95
14.4 Température nominale des sprinkleurs ............................................................................................. 95
14.5 Sensibilité thermique des sprinkleurs ................................................................................................ 96
14.5.1 Généralités ........................................................................................................................................ 96
14.5.2 Interaction avec d'autres mesures ..................................................................................................... 96
14.6 Protections de sprinkleurs ................................................................................................................. 96
14.7 Écrans de protection des sprinkleurs contre l'eau ............................................................................. 96
14.8 Rosaces de sprinkleurs ..................................................................................................................... 97
14.9 Protection des sprinkleurs contre la corrosion ................................................................................... 97

15 Vannes .............................................................................................................................................. 97
15.1 Poste de contrôle ............................................................................................................................... 97
15.2 Vannes d'arrêt .................................................................................................................................... 97
15.3 Vannes d'un réseau maillé ................................................................................................................. 97
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 6
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

15.4 Vannes de vidange ........................................................................................................................... 97


15.5 Vannes d'essai .................................................................................................................................. 98
15.5.1 Vannes d'essai d'alarme et de démarrage des pompes ................................................................... 98
15.5.2 Vannes d'essai éloignées ................................................................................................................. 98
15.6 Raccords de purge ............................................................................................................................ 99
15.7 Manomètres ...................................................................................................................................... 99
15.7.1 Généralités ........................................................................................................................................ 99
15.7.2 Raccords d'alimentation en eau ........................................................................................................ 99
15.7.3 Poste de contrôle .............................................................................................................................. 99
15.7.4 Dépose .............................................................................................................................................. 99

16 Alarmes et dispositifs d'alarme ................................................................................................... 100


16.1 Alarmes de débit d'eau ................................................................................................................... 100
16.1.1 Généralités ...................................................................................................................................... 100
16.1.2 Moteur hydraulique et gong ............................................................................................................ 100
16.1.3 Tuyauterie vers le moteur hydraulique ............................................................................................ 100
16.2 Pressostats et indicateurs de passage d'eau .................................................................................. 100
16.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 100
16.2.2 Indicateurs de passage d'eau ......................................................................................................... 100
16.2.3 Systèmes sous air et à préaction .................................................................................................... 100
16.3 Raccordement d'alarme au service d'incendie et à un poste central éloigné ................................. 101

17 Canalisations ................................................................................................................................. 101


17.1 Généralités ...................................................................................................................................... 101
17.1.1 Canalisations enterrées .................................................................................................................. 101
17.1.2 Canalisations en surface ................................................................................................................. 101
17.1.3 Soudage des canalisations en acier ............................................................................................... 101
17.1.4 Flexibles et joints souples ............................................................................................................... 101
17.1.5 Masquage ....................................................................................................................................... 102
17.1.6 Protection contre l'incendie et les dommages mécaniques ............................................................ 102
17.1.7 Peinture ........................................................................................................................................... 102
17.1.8 Vidange ........................................................................................................................................... 102
17.1.9 Tuyau de cuivre ............................................................................................................................... 102
17.2 Supports de canalisations ............................................................................................................... 103
17.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 103
17.2.2 Espacement et emplacement .......................................................................................................... 103
17.2.3 Calcul .............................................................................................................................................. 103
17.3 Canalisations dans des espacés cachés ........................................................................................ 104
17.3.1 Faux plafonds au-dessus de locaux classés en OH ....................................................................... 104
17.3.2 Tous les autres cas ......................................................................................................................... 104

18 Avis, notices et informations ....................................................................................................... 105


18.1 Plan de masse ................................................................................................................................ 105
18.1.1 Généralités ...................................................................................................................................... 105
18.2 Avis et notices ................................................................................................................................. 105
18.2.1 Plaque de localisation ..................................................................................................................... 105
18.2.2 Avis relatifs aux vannes d'arrêt ....................................................................................................... 105
18.2.3 Poste de contrôle ............................................................................................................................ 105
18.2.4 Raccords d'alimentation en eau pour d'autres services .................................................................. 106
18.2.5 Pompes aspirantes et surpresseurs ................................................................................................ 106
18.2.6 Interrupteurs électriques et tableaux de commande ....................................................................... 106
18.2.7 Dispositifs d'essai et de manœuvre ................................................................................................ 107
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 7
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

19 Essais de mise en service, essais de réception et contrôles périodiques .............................. 107


19.1 Essais de mise en service ............................................................................................................... 107
19.1.1 Canalisations ................................................................................................................................... 107
19.1.2 Équipement ...................................................................................................................................... 107
19.1.3 Sources d'eau .................................................................................................................................. 107
19.2 Certificat d'achèvement des travaux et documents ......................................................................... 107

20 Maintenance ................................................................................................................................... 108


20.1 Généralités ...................................................................................................................................... 108
20.1.1 Travaux programmés ....................................................................................................................... 108
20.1.2 Précautions à prendre pendant le travail ......................................................................................... 108
20.1.3 Sprinkleurs de rechange .................................................................................................................. 108
20.2 Programme de contrôle et de vérification par l'utilisateur ................................................................ 108
20.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 108
20.2.2 Contrôle de routine hebdomadaire .................................................................................................. 108
20.2.3 Contrôle de routine mensuel ............................................................................................................ 109
20.3 Programme d'entretien et de maintenance ...................................................................................... 109
20.3.1 Généralités ...................................................................................................................................... 109
20.3.2 Contrôle de routine trimestriel .......................................................................................................... 110
20.3.3 Contrôle de routine semestriel ......................................................................................................... 111
20.3.4 Contrôle de routine annuel .............................................................................................................. 111
20.3.5 Contrôle de routine tous les trois ans .............................................................................................. 112
20.3.6 Contrôle de routine tous les 10 ans ................................................................................................. 112

21 Évaluation de conformité .............................................................................................................. 112


21.1 Kit sprinkleur .................................................................................................................................... 112
21.1.1 Généralités ...................................................................................................................................... 112
21.2 Système de type sprinkleur ............................................................................................................. 113
21.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 113
Annexe A (normative) Classifications des risques types ......................................................................... 114
Annexe B (normative) Méthodologie de classification des marchandises stockées ............................. 116
B.1 Généralités ...................................................................................................................................... 116
B.2 Facteur matériau (M) ....................................................................................................................... 116
B.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 116
B.2.2 Facteur matériau 1 ........................................................................................................................... 116
B.2.3 Facteur matériau 2 ........................................................................................................................... 117
B.2.4 Facteur matériau 3 ........................................................................................................................... 117
B.2.5 Facteur matériau 4 ........................................................................................................................... 118
B.3 Configuration de stockage ............................................................................................................... 118
B.3.1 Effet de la configuration de stockage ............................................................................................... 118
B.3.2 Conteneur exposé en matière plastique à contenu incombustible .................................................. 118
B.3.3 Surface exposée en matières plastiques non expansées ............................................................... 119
B.3.4 Surface exposée en matières plastiques expansées ...................................................................... 119
B.3.5 Structure ouverte ............................................................................................................................. 119
B.3.6 Matériaux en blocs pleins ................................................................................................................ 119
B.3.7 Matériaux granulaires ou en poudre ................................................................................................ 119
B.3.8 Pas de configuration spéciale .......................................................................................................... 119
Annexe C (normative) Liste alphabétique des produits stockés et catégories ...................................... 120
Annexe D (normative) Découpe en zones des installations de sprinkleurs ............................................ 123
D.1 Généralités ...................................................................................................................................... 123
D.2 Découpe en zones des installations ................................................................................................ 123
D.3 Exigences relatives aux installations découpées en zones ............................................................. 123
D.3.1 Étendue des zones .......................................................................................................................... 123
D.3.2 Vannes d'arrêt secondaires de zones .............................................................................................. 123
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 8
EN 12845:2004

Sommaire (suite)
Page

D.3.3 Vannes de purge ............................................................................................................................. 123


D.3.4 Surveillance ..................................................................................................................................... 124
D.3.5 Dispositifs d'essai et de vidange de la zone ................................................................................... 124
D.3.6 Poste de contrôle de l'installation .................................................................................................... 124
D.3.7 Surveillance de l'installation et alarmes .......................................................................................... 124
D.4 Plan de masse ................................................................................................................................ 125
Annexe E (normative) Exigences spécifiques aux systèmes de grande hauteur .................................. 126
E.1 Généralités ...................................................................................................................................... 126
E.2 Critères de conception .................................................................................................................... 126
E.2.1 Groupe de risques ........................................................................................................................... 126
E.2.2 Subdivision des systèmes d'extinction de grande hauteur de type sprinkleur ................................ 126
E.2.3 Pressions d'eau statiques au niveau des clapets d'alarme et de retenue ....................................... 126
E.2.4 Calcul des canalisations de distribution pour des systèmes précalculés ........................................ 126
E.2.5 Pressions d'eau ............................................................................................................................... 127
E.3 Alimentations en eau ....................................................................................................................... 127
E.3.1 Types d'alimentation en eau ........................................................................................................... 127
E.3.2 Exigences de pression et de débit pour des installations précalculées .......................................... 127
E.3.3 Caractéristiques de l'alimentation en eau pour des installations précalculées ............................... 127
E.3.4 Performances des pompes pour des installations précalculées ..................................................... 127
Annexe F (normative) Exigences spécifiques aux systèmes de protection des personnes ................ 130
F.1 Subdivision en zones ...................................................................................................................... 130
F.2 Installations sous eau ...................................................................................................................... 130
F.3 Type et sensibilité des sprinkleurs .................................................................................................. 130
F.4 Poste de contrôle ............................................................................................................................ 130
F.5 Alimentations en eau ....................................................................................................................... 130
F.6 Théâtres .......................................................................................................................................... 130
F.7 Précautions supplémentaires pour la maintenance ........................................................................ 131
Annexe G (normative) Protection des risques spéciaux .......................................................................... 132
G.1 Généralités ...................................................................................................................................... 132
G.2 Aérosols .......................................................................................................................................... 132
G.3 Vêtements stockés sur cintres ........................................................................................................ 132
G.3.1 Généralités ...................................................................................................................................... 132
G.3.2 Classification ................................................................................................................................... 133
G.3.3 Protection par sprinkleurs autres que sous plafond ........................................................................ 133
G.3.4 Sprinkleurs en fonctionnement ........................................................................................................ 133
G.3.5 Sprinkleurs sous plafond ................................................................................................................. 133
G.3.6 Arrêt automatique ............................................................................................................................ 133
G.3.7 Poste de contrôle ............................................................................................................................ 134
G.4 Stockage de liquides inflammables ................................................................................................. 134
G.5 Palettes vides .................................................................................................................................. 135
G.6 Spiritueux dans des tonneaux en bois ............................................................................................ 136
G.7 Tissu synthétique non tissé ............................................................................................................. 136
G.7.1 Stockage par empilage libre ............................................................................................................ 136
G.7.2 Stockage en racks ........................................................................................................................... 137
G.8 Récipients de stockage en polypropylène ou polyéthylène ............................................................ 137
G.8.1 Généralités ...................................................................................................................................... 137
G.8.2 Classification ................................................................................................................................... 137
G.8.3 Stockage en palettes sur racks (ST4) ............................................................................................. 137
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 9
EN 12845:2004

Sommaire (fin)
Page

G.8.4 Tous les autres modes de stockage ................................................................................................ 137


G.8.5 Additif moussant .............................................................................................................................. 137
Annexe H (normative) Surveillance des systèmes d'extinction de type sprinkleur ............................... 138
H.1 Domaine d'application ...................................................................................................................... 138
H.2 Fonctions à surveiller ....................................................................................................................... 138
H.2.1 Généralités ...................................................................................................................................... 138
H.2.2 Vannes d'arrêt contrôlant l'écoulement d'eau vers les sprinkleurs .................................................. 138
H.2.3 Autres vannes d'arrêt ....................................................................................................................... 138
H.2.4 Niveaux de liquides .......................................................................................................................... 138
H.2.5 Pressions ......................................................................................................................................... 139
H.2.6 Alimentation électrique .................................................................................................................... 139
H.2.7 Température .................................................................................................................................... 139
Annexe I (normative) Transmission des alarmes ..................................................................................... 140
I.1 Fonctions à surveiller ....................................................................................................................... 140
I.2 Niveaux d'alarme ............................................................................................................................. 140
Annexe J (informative) Précautions à prendre et modes opératoires à appliquer
lorsqu'un système n'est pas entièrement fonctionnel ............................................................ 141
J.1 Réduire les conséquences .............................................................................................................. 141
J.2 Arrêt programmé .............................................................................................................................. 141
J.3 Arrêt non programmé ....................................................................................................................... 142
J.4 Mesures à prendre après le fonctionnement d'un sprinkleur ........................................................... 142
J.4.1 Généralités ...................................................................................................................................... 142
J.4.2 Installations protégeant des entrepôts frigorifiques (réfrigération par circulation d'air) .................... 142
Annexe K (informative) Contrôle à effectuer après vingt-cinq ans de service ........................................ 143
Annexe L (informative) Technique spéciale ............................................................................................... 144

Annexe ZA (informative) Articles de la présente Norme européenne concernant les dispositions


de la Directive UE sur les Produits de Construction .............................................................. 145
ZA.0 Domaine d’application de la présente annexe .............................................................................. 145
ZA.1 Relation entre la Directive UE et la présente Norme Européenne ............................................... 145
ZA.2 Procédure d’attestation de conformité des kits sprinkleur ............................................................ 146
ZA.3 Marquage CE ............................................................................................................................... 146
ZA.4 Certificat et déclaration de conformité .......................................................................................... 147

Bibliographie ................................................................................................................................................... 148


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 10
EN 12845:2004

Avant-propos

Le présent document (EN 12845:2004) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 191 «Systèmes fixes de
lutte contre l'incendie», dont le secrétariat est tenu par la BSI.
Cette Norme européenne devra recevoir le statut de norme nationale, soit par publication d'un texte identique, soit
par entérinement, au plus tard en mars 2005, et toutes les normes nationales en contradiction devront être retirées
au plus tard en septembre 2007.
Le présent document a été élaboré dans le cadre d'un mandat donné au CEN par la Commission Européenne et
l'Association Européenne de Libre Échange et vient à l'appui des exigences essentielles de la (de) Directive(s) UE.
Pour la relation avec la (les) Directive(s) UE, voir l'Annexe ZA, informative, qui fait partie intégrante du présent
document.
Les Annexes A à I sont normatives. Les Annexes J à L sont informatives.
Le présent document contient une bibliographie.
Elle fait partie d'une série de Normes européennes programmées qui traiteront :
— des systèmes d'extinction automatiques de type sprinkleur (EN 12259 et EN 12845) ;
— des systèmes d'extinction à dioxyde de carbone (EN 12094) ;
— des systèmes d'extinction à poudre (EN 12416) ;
— des systèmes de protection contre les explosions (EN 26184) ;
— des systèmes d'extinction à mousse (EN 13565) ;
— des systèmes d'extinction à gaz (EN 12094) ;
— des systèmes d'extinction à bouches d'incendie et dévidoirs (EN 671) ;
— des systèmes de désenfumage et de régulation de la chaleur (EN 12101) ;
— des systèmes d'extinction à pulvérisation d'eau (EN ……1)).
Selon le Règlement Intérieur du CEN/CENELEC, les instituts de normalisation nationaux des pays suivants sont
tenus de mettre cette Norme européenne en application : Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Danemark,
Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg,
Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède
et Suisse.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 11
EN 12845:2004

Introduction
Un système d'extinction automatique de type sprinkleur est conçu pour détecter un incendie et l'éteindre avec de
l'eau à ses débuts ou pour le contenir de façon que l'extinction puisse être menée à bien par d'autres moyens.
Un système d'extinction de type sprinkleur est composé d'une ou de plusieurs sources d'eau et d'une ou de plu-
sieurs installations de sprinkleurs ; chaque installation est composée du poste de contrôle de l'installation et d'un
réseau de canalisations munies de têtes de sprinkleurs. Les têtes de sprinkleurs sont installées à des emplace-
ments spécifiés au niveau du toit ou du plafond et, si nécessaire, entre des casiers, sous des étagères et dans
des fours ou étuves. Les principaux éléments d'une installation type sont représentés à la Figure 1.

Légende
1 Tête de sprinkleur 6 Canalisation principale de distribution
2 Colonne montante 7 Poste de contrôle
3 Point de calcul 8 Colonne montante
4 Canalisation secondaire de distribution 9 Rangées
5 Bras de canalisation 10 Colonne descendante

Figure 1 — Principaux éléments d'une installation de sprinkleurs

Les sprinkleurs fonctionnent à des températures prédéterminées pour projeter de l'eau sur la partie affectée de la
zone située au-dessous. L'écoulement de l'eau dans le clapet d'alarme déclenche une alarme incendie. La
température de fonctionnement est généralement choisie de manière à s'adapter aux conditions ambiantes de
température.
Seuls les sprinkleurs situés à proximité de l'incendie, c'est-à-dire ceux qui sont suffisamment chauffés,
fonctionnent.
Le système d'extinction de type sprinkleur est destiné à s'étendre d'un bout à l'autre des locaux sauf dans un nom-
bre limité d'exceptions.
Dans certaines applications liées à la protection des personnes, il se pourrait qu'une autorité ne spécifie une pro-
tection par sprinkleurs que dans certaines zones désignées et uniquement dans le but de maintenir des conditions
sûres pour l'évacuation des personnes des zones protégées par sprinkleurs.
Il convient de ne pas supposer que la présence d'un système d'extinction de type sprinkleur supprime la nécessité
d'autres moyens de lutte contre les incendies et il est important d'étudier dans leur ensemble les mesures contre
l'incendie mises en œuvre dans les locaux.
La résistance au feu de la structure, les voies d'évacuation, les systèmes d'alarme incendie, les dangers particu-
liers nécessitant d'autres méthodes de protection contre l'incendie, l'installation de robinets d’incendie armés, de
bouches d'incendie, d'extincteurs portables, etc., les méthodes de travail et de manutention des marchandises en
toute sécurité, la surveillance par la direction et une bonne maintenance doivent tous être pris en compte.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 12
EN 12845:2004

Il est essentiel que les systèmes d'extinction de type sprinkleur fassent l'objet d'une maintenance appropriée pour
garantir leur fonctionnement en cas de besoin. Cet entretien de routine risque d'être négligé ou de faire l'objet
d'une attention insuffisante de la part des responsables. Il est cependant négligé au péril de la vie des occupants
des locaux et au risque de pertes financières écrasantes. On ne saurait trop insister sur l'importance d'une main-
tenance appropriée.
Lorsque des systèmes d'extinction de type sprinkleur sont hors service, il est recommandé de porter une attention
supplémentaire aux mesures contre l'incendie et d'informer les autorités compétentes.
La présente norme est destinée aux personnes chargées de l'achat, de la conception, de l'installation, des essais,
des inspections, de l'approbation, de l'utilisation et de la maintenance des systèmes automatiques de type sprin-
kleur ; elle les aidera à obtenir de ces équipements un fonctionnement nominal pendant toute leur durée de vie.
La présente norme ne concerne que les installations fixes de lutte contre l'incendie de type sprinkleur installées
dans des bâtiments et autres locaux sur la terre ferme. Bien que les principes généraux puissent s'appliquer à
d'autres usages (par exemple l'usage maritime), d'autres considérations devront certainement être prises en
compte pour ces autres usages.
L'une des hypothèses fondamentales est que la présente norme s'adresse à des entreprises employant un per-
sonnel compétent dans le domaine d'application qu'elle traite. Il convient que la conception, l'installation et la
maintenance de systèmes d'extinction de type sprinkleur ne soient effectuées que par un personnel formé et expé-
rimenté. De la même manière, il convient que des techniciens compétents soient chargés de l'installation et des
essais de l'équipement.
La présente norme ne concerne que les types de sprinkleur spécifiés dans l’EN 12259-1 (voir Annexe L).

1 Domaine d'application
La présente norme spécifie des exigences et fournit des recommandations pour la conception, l'installation et la
maintenance d'installations fixes de lutte contre l'incendie de type sprinkleur dans des bâtiments et des installa-
tions industrielles et spécifie des exigences particulières pour les systèmes d'extinction de type sprinkleur faisant
partie intégrante de mesures de protection des personnes.
La présente norme ne concerne que les types de sprinkleur spécifiés dans l’EN 12259-1 (voir Annexe L).
Les exigences et recommandations de la présente norme sont également applicables à tout ajout, extension ou
autre modification apportée à un système d'extinction de type sprinkleur. Elles ne sont pas applicables aux instal-
lations à pulvérisation d’eau ou de type déluge.
La présente norme couvre la classification des dangers, l'installation de sources d'eau, les éléments à utiliser,
l'installation et les essais du système, la maintenance et l'extension de systèmes existants, et elle identifie les
détails de construction des bâtiments qui sont nécessaires au fonctionnement satisfaisant des systèmes d'extinc-
tion de type sprinkleur conformes à la présente norme.
La présente norme ne couvre pas les sources d’eau alimentant des systèmes autres que les systèmes de type
sprinkleur. Cependant, Ses exigences peuvent être utilisées comme guide pour les autres installations fixes de
lutte contre l'incendie, ceci sous réserve que les exigences spécifiques à ces autres systèmes de lutte contre
l’incendie soient prises en compte également.
La présente norme couvre également les sprinkleurs en kit, lorsqu’un kit comprend tous les éléments nécessaires
pour réaliser l’installation complète d’un système de sprinkleurs.
Les exigences ne sont pas valables pour les systèmes d'extinction automatiques de type sprinkleur installés sur
des bateaux, dans des aéronefs, sur des véhicules et des engins mobiles d'incendie, ni pour les systèmes
d'extinction souterrains dans l'industrie minière.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 13
EN 12845:2004

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les réfé-
rences datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du document
de référence (y compris les éventuels amendements) s'applique.

EN 54-1, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 1 : Introduction.

EN 54-2, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 2 : Équipement de contrôle et de signalisation.

EN 54-3, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 3 : Dispositifs sonores d’alarme feu.

EN 54-4, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 4 : Équipement d’alimentation électrique.

EN 54-5, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 5 : Détecteurs de chaleur — Détecteurs ponctuels.

EN 54-10, Systèmes de détection et d’alarme incendie — Partie 10 : Détecteurs de flamme — Détecteurs


ponctuels.

EN 54-11, Systèmes de détection automatique incendie — Partie 11 : Déclencheurs manuels d’alarme.

EN 287-1, Epreuve de qualification des soudeurs — Soudage par fusion — Partie 1 : Aciers.

EN 1057, Cuivre et alliages de cuivre — Tubes ronds sans soudure en cuivre pour l’eau et le gaz dans les appli-
cations sanitaires et de chauffage.

EN 1254, Cuivre et alliages de cuivre — Raccords.

EN 12259-1, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type sprin-
kler et à pulvérisation d’eau — Partie 1 : Sprinklers.

EN 12259-2, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type sprin-
kler et à pulvérisation d’eau — Partie 2 : Systèmes de soupape d’alarme hydraulique.

EN 12259-3, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type sprin-
kler et à pulvérisation d’eau — Partie 3 : Postes d’alarme sous air.

EN 12259-4, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type sprin-
kler et à pulvérisation d’eau — Partie 4 : Turbines hydrauliques d’alarme.

EN 12259-5, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type sprin-
kler et à pulvérisation d’eau — Partie 5 : Indicateurs de passage d’eau.

prEN 12259-12, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Composants des systèmes d’extinction du type
sprinkler et à pulvérisation d’eau — Partie 12 : Pompe pour sprinklers.

EN 12723, Pompes pour liquides — Termes généraux pour les pompes et installations — Définitions, grandeurs,
symboles et unités.

EN 50342, Batteries d’accumulateurs de démarrage au plomb — Prescriptions générales, méthodes d’essais et


numérotation.

EN 60529, Degrés de protection procurés par les enveloppes (Code IP) (CEI 60529:1989).

EN 60623, Accumulateurs alcalins ou autres accumulateurs à électrolyte non acide — Éléments individuels paral-
lélépipédiques rechargeables ouverts au nickel-cadmium (CEI 60623:2001).

EN 60947-1, Appareillage à basse tension — Partie 1 : Règles générales (CEI 60947-1:1999, modifié).

EN 60947-4, Appareillage à basse tension – Partie 4-1 : Contacteurs et démarreurs de moteurs — Contacteurs
et démarreurs électromécaniques (CEI 60947-4-1:2000).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 14
EN 12845:2004

EN ISO 3677, Métaux d’apport de brasage tendre, de brasage fort et de soudobrasage — Désignation
(ISO 3677:1992).

ISO 65, Tubes en acier au carbone filetables selon ISO 7-1.

ISO 3046 (toutes les parties), Moteurs alternatifs à combustion interne — Performances.

3 Termes et définitions
Pour les besoins du présent document, les termes et définitions suivants s'appliquent.

3.1
manomètre «A»
manomètre raccordé à un branchement sur la canalisation principale du réseau d'eau public, entre la vanne d'arrêt
et le clapet anti-retour installés sur la conduite d'alimentation

3.2
accélérateur
dispositif qui réduit le délai de fonctionnement d'un clapet d'alarme sous air ou d'un clapet d'alarme mixte en mode
sous air, par la détection précoce de la chute de pression d'air ou de gaz inerte lors du déclenchement des
sprinkleurs

3.3
vanne d'essai d'alarme
vanne par laquelle de l'eau peut être soutirée pour contrôler le fonctionnement du gong hydraulique et/ou de toute
alarme incendie électrique associée

3.4
clapet d'alarme
clapet anti-retour de type sous eau, sous air ou mixte qui déclenche également le gong hydraulique lorsque l'ins-
tallation de sprinkleurs fonctionne

3.5
clapet d'alarme mixte
clapet d'alarme adapté à une installation sous eau, sous air ou alternative

3.6
clapet d'alarme sous air
clapet d'alarme adapté à une installation sous air et/ou associé à un clapet d'alarme sous eau pour une installation
alternative

3.7
clapet d’alarme à préaction
clapet d'alarme adapté à une installation à préaction

3.8
clapet d'alarme sous eau
clapet d'alarme adapté à une installation sous eau

3.9
surface impliquée
surface maximale sur laquelle on suppose, à des fins de calcul, que les sprinkleurs fonctionneront en cas
d'incendie

3.10
surface impliquée la plus favorisée hydrauliquement
emplacement, dans un réseau de sprinkleurs, d'une surface impliquée de forme géométrique spécifiée au niveau
de laquelle le débit d'eau est le débit maximal pour une pression spécifique mesurée au niveau du poste de
contrôle
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 15
EN 12845:2004

3.11
surface impliquée la plus défavorisée hydrauliquement
emplacement, dans un réseau de sprinkleurs, d'une surface impliquée de forme géométrique spécifiée, au niveau
de laquelle la pression d'alimentation en eau mesurée au niveau du poste de contrôle est la pression maximale
requise pour obtenir la densité de calcul spécifiée

3.12
bras de canalisation
canalisation de moins de 0,3 m de long, autre que la section terminale d'une rangée, alimentant un seul sprinkleur

3.13
autorités
organismes chargés d'approuver les systèmes, équipements et modes opératoires des sprinkleurs, par exemple
les autorités des services d'incendie et de contrôle des bâtiments, les assureurs en matière d'incendie, le service
local des eaux ou autres autorités publiques appropriées

3.14
manomètre «B»
manomètre raccordé à un clapet d'alarme et situé au même niveau que ce dernier, indiquant la pression en amont
du clapet

3.15
surpresseur
pompe automatique alimentant en eau un système d'extinction de type sprinkleur à partir d'un réservoir à charge
gravitaire ou de la canalisation principale du réseau d'eau public

3.16
manomètre «C»
manomètre raccordé à un clapet d'alarme et situé au même niveau que ce dernier, indiquant la pression en aval
du clapet

3.17
poste de contrôle
ensemble comprenant un clapet d'alarme, une vanne d'arrêt et toutes les vannes et accessoires associés pour la
commande d'une installation de sprinkleurs

3.18
sprinkleur de coupure
sprinkleur protégeant une porte ou une fenêtre située entre deux zones dont une seulement est protégée par des
sprinkleurs

3.19
densité de calcul
densité minimale de décharge, en mm d'eau/min, pour laquelle une installation de sprinkleurs est conçue, déter-
minée en divisant la décharge d'un groupe spécifié de sprinkleurs, en litres par minute, par la surface couverte,
en mètres carrés

3.20
point de calcul
point situé sur la canalisation de distribution d'une installation précalculée, en aval duquel les canalisations
sont dimensionnées à partir de tableaux et en amont duquel les canalisations sont dimensionnées par calcul
hydraulique

3.21
canalisation de distribution
canalisation alimentant soit une rangée directement, soit un seul sprinkleur situé sur une rangée non terminale de
plus de 300 mm de long

3.22
canalisation secondaire de distribution
canalisation de distribution installée entre une canalisation principale de distribution et un réseau terminal ramifié
de canalisations
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 16
EN 12845:2004

3.23
rideau d'eau
pulvérisateur utilisé pour distribuer de l'eau sur une surface afin d'assurer une protection contre le feu

3.24
colonne descendante
canalisation verticale de distribution alimentant une canalisation de distribution ou une rangée située au-dessous

3.25
réseau à alimentation centrale
réseau de canalisations muni de rangées des deux côtés d'une canalisation de distribution

3.26
réseau à alimentation latérale
réseau de canalisations muni de rangées d'un seul côté d'une canalisation de distribution

3.27
exhausteur
dispositif permettant d'évacuer vers l'atmosphère l'air ou le gaz inerte d'une installation sous air ou d'une installa-
tion alternative au moment du déclenchement d'un sprinkleur pour obtenir un déclenchement plus rapide du clapet
d'alarme

3.28
compartiment à l'épreuve du feu
volume fermé capable de conserver son étanchéité au feu pendant une durée minimale spécifiée

3.29
entièrement calculée
terme appliqué à une installation dans laquelle toutes les canalisations sont dimensionnées par calcul hydraulique

3.30
configuration maillée
réseau de canalisations dans lequel l'eau s'écoule vers chaque sprinkleur en empruntant plusieurs cheminements

3.31
étrier de suspension
ensemble utilisé pour suspendre des canalisations à des éléments d'ossature d'un bâtiment

3.32
système à forte élévation
système d'extinction de type sprinkleur dans lequel le sprinkleur le plus haut se situe à plus de 45 m au-dessus
du sprinkleur le plus bas ou au-dessus des pompes de sprinkleurs, selon celui des deux dispositifs qui est le plus
bas

3.33
sources inépuisables
sources d'eau naturelles et artificielles, telles que rivières, canaux et lacs, qui sont virtuellement inépuisables du
fait de leur capacité, du climat, etc.

3.34
installation (installation de sprinkleurs)
partie d'un système d'extinction de type sprinkleur comprenant un poste de contrôle et les canalisations et sprin-
kleurs associés situés en aval

3.35
installation alternative
installation dans laquelle les canalisations sont remplies sélectivement d'eau ou d'air/gaz inerte selon les condi-
tions ambiantes de température

3.36
installation (à canalisations) sous air
installation dans laquelle les canalisations sont remplies d'air ou de gaz inerte sous pression
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 17
EN 12845:2004

3.37
installation à préaction
l'un des deux types d'installation sous air ou alternative en mode sous air, dans lesquelles le clapet d'alarme peut
être ouvert par un système indépendant de détection incendie dans la zone protégée

3.38
installation (à canalisations) sous eau
installation dans laquelle les canalisations sont toujours remplies d'eau

3.39
pompe Jockey
petite pompe utilisée pour compenser une faible perte d'eau afin d'éviter tout démarrage inutile d'une pompe auto-
matique aspirante ou d'un surpresseur

3.40
sécurité des personnes
terme appliqué à des systèmes d'extinction de type sprinkleur faisant partie intégrante de mesures requises pour
protéger la vie des personnes

3.41
configuration bouclée
réseau de canalisations dans lequel plusieurs canalisations de distribution peuvent acheminer l'eau vers une
rangée

3.42
canalisation principale de distribution
canalisation alimentant une canalisation de distribution

3.43
débit maximal requis (Qmax)
débit au point d'intersection de la courbe débit/pression requise pour la surface impliquée la plus favorisée et de
la courbe débit/pression de la source d'eau lorsque la source d'aspiration est à son niveau d'eau normal

3.44
raccord mécanique de canalisations
raccord de canalisations, autre que des raccords tubulaires filetés, des raccords vissés, des raccords à emboîte-
ment et des raccords à brides, utilisé pour raccorder des canalisations et des éléments

3.45
bâtiment à plusieurs étages
bâtiment comprenant au moins deux étages, au-dessus ou au-dessous du niveau du sol

3.46
nœud
point dans les canalisations au niveau duquel la pression et le(s) débit(s) sont calculés ; chaque nœud est un point
de référence pour les besoins des calculs hydrauliques dans l'installation

3.47
niveau d'eau normal
niveau de l'eau nécessaire à la source d'approvisionnement en eau pour obtenir la capacité effective requise par
rapport au niveau d'eau le plus bas, compte tenu des marges éventuellement nécessaires, par exemple pour la
glace

3.48
réseau de canalisations
canalisations alimentant un groupe de sprinkleurs. Les réseaux de canalisations peuvent être bouclés, maillés ou
ramifiés

3.49
précalculé
terme appliqué à une installation dans laquelle les canalisations situées en aval du(des) point(s) de calcul ont été
préalablement dimensionnées par un calcul hydraulique Des tableaux de diamètres sont indiqués
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 18
EN 12845:2004

3.50
réservoir sous pression
réservoir contenant de l'eau sous une pression d'air suffisante pour garantir la projection de toute l'eau à la pres-
sion nécessaire

3.51
rangée
canalisation alimentant des sprinkleurs directement ou par l'intermédiaire de bras de canalisation

3.52
colonne montante
canalisation verticale de distribution alimentant une canalisation de distribution ou une rangée située au-dessus

3.53
pulvérisateur
diffuseur d'eau qui produit une projection de forme conique vers le bas

3.54
sprinkleur (automatique)
ajutage muni d'un dispositif d'étanchéité thermosensible qui s'ouvre pour projeter de l'eau pour lutter contre un
incendie

3.55
sprinkleur de plafond ou affleurant
sprinkleur pendant destiné à être monté partiellement au-dessus du plan inférieur du plafond, mais dont l'élément
sensible à la température se trouve au-dessous de ce plan

3.56
sprinkleur caché
sprinkleur encastré muni d'un couvercle qui se libère lorsque de la chaleur lui est appliquée

3.57
sprinkleur conventionnel
sprinkleur qui produit une projection d'eau de forme sphérique

3.58
sprinkleur antigel pendant
unité comprenant un sprinkleur et une colonne descendante sous air munie d'un clapet au sommet de la colonne,
ce clapet étant tenu fermé par un dispositif maintenu en place par le clapet de la tête de sprinkleur

3.59
sprinkleur antigel debout
unité comprenant un sprinkleur et une colonne montante sous air munie d'un clapet à la base de la colonne, ce
clapet étant tenu fermé par un dispositif maintenu en place par le clapet de la tête de sprinkleur

3.60
sprinkleur à diffusion plate (spray)
sprinkleur qui produit une forme de projection d'eau dont une partie est dirigée au-dessus du niveau du déflecteur

3.61
sprinkleur à élément fusible
sprinkleur qui s'ouvre lorsqu'un élément, prévu à cet effet, fond

3.62
sprinkleur à ampoule de verre
sprinkleur qui s'ouvre lorsqu'une ampoule de verre remplie de liquide éclate

3.63
sprinkleur horizontal
sprinkleur dans lequel le diffuseur dirige l'eau horizontalement
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 19
EN 12845:2004

3.64
sprinkleur ouvert
sprinkleur non scellé par un élément sensible à la température

3.65
sprinkleur pendant
sprinkleur dans lequel le diffuseur est en position basse

3.66
sprinkleur encastré
sprinkleur dans lequel l'élément sensible à la chaleur est, en totalité ou en partie, situé au-dessus du plan inférieur
du plafond

3.67
rosace
plaque couvrant l'espace vide entre la tige ou corps d'un sprinkleur traversant un plafond suspendu et le plafond

3.68
sprinkleur mural
sprinkleur qui produit une projection semi-paraboloïde vers l'extérieur

3.69
sprinkleur à diffusion moyenne
sprinkleur qui produit une projection paraboloïde vers le bas

3.70
sprinkleur debout
sprinkleur dans lequel le diffuseur est en position haute

3.71
kit sprinkleur
ensemble complet des éléments nécessaires au bon fonctionnement du système d’extinction de type sprinkleur
dans le but prévu, prêt pour l’installation sur le site

3.72
système d'extinction de type sprinkleur
totalité des moyens permettant d'assurer la protection de locaux par des sprinkleurs, comprenant une ou plusieurs
installations de sprinkleurs, les canalisations raccordant les installations et la ou les sources d'eau

3.73
étrier (bras)
partie d'un sprinkleur qui retient l'élément sensible à la chaleur en contact porteur avec le clapet de la tête de
sprinkleur

3.74
disposition (des sprinkleurs) en quinconce
disposition décalée dans laquelle les sprinkleurs sont déplacés d'un demi pas le long de la rangée par rapport à
la rangée ou aux rangées suivantes

3.75
disposition normalisée (des sprinkleurs)
disposition rectiligne dans laquelle les sprinkleurs sont alignés perpendiculairement aux longueurs des rangées

3.76
installation alternative en dérivation (canalisation sous eau et sous air)
partie d'une installation sous eau qui est remplie sélectivement d'eau ou d'air/gaz inerte selon les conditions
ambiantes de température et qui est commandée par un clapet d'alarme auxiliaire sous air ou mixte

3.77
installation en dérivation sous air
partie d'une installation sous eau ou d'une installation alternative qui est remplie en permanence d'air ou de gaz
inerte sous pression
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 20
EN 12845:2004

3.78
adapté à l'utilisation de sprinkleurs
terme appliqué à des équipements ou éléments considérés par les autorités comme adaptés à une application
particulière dans un système d'extinction de type sprinkleur, soit parce qu'ils sont conformes à des normes d'essai
EN, lorsqu'elles existent, soit, dans le cas contraire, parce qu'ils sont conformes à des critères spécifiés

3.79
conduite d'alimentation
canalisation reliant une source d'eau à une canalisation de transport ou au(x) poste(s) de contrôle de l'installation ;
ou canalisation alimentant en eau un réservoir privé ou un réservoir de stockage

3.80
faux plafond suspendu ajouré
plafond à cellules ouvertes régulières par lesquelles l'eau des sprinkleurs peut être projetée librement

3.81
configuration ramifiée
réseau de canalisations présentant un seul trajet d'alimentation en eau vers chaque rangée

3.82
configuration bouclée
réseau de canalisations présentant un seul trajet d'alimentation en eau à partir d’une canalisation de distribution

3.83
canalisation de transport
canalisation reliant au moins deux conduites d'alimentation en eau au(x) poste(s) de contrôle de l'installation

3.84
point de référence de l'alimentation en eau
point situé sur les canalisations de l'installation au niveau duquel les caractéristiques de débit et de pression d'ali-
mentation en eau sont spécifiées et mesurées

3.85
zone
subdivision d'une installation munie d'une alarme de débit spécifique et d'une vanne d'arrêt secondaire surveillée

4 Établissement d'un projet et documentation

4.1 Généralités
Les informations spécifiées en 4.3 et 4.4 doivent être fournies à l'utilisateur ou au propriétaire, selon le cas. Tous
les plans et documents informatifs doivent porter les informations suivantes :
a) le nom de l'utilisateur et du propriétaire, si connu ;
b) l'adresse et l'emplacement des locaux ;
c) l'affectation de chaque bâtiment ;
d) le nom du concepteur ;
e) le nom de la personne chargée de vérifier la conception et qui ne doit pas être le concepteur lui-même ;
f) la date et le numéro de publication.

4.2 Considérations préliminaires


Lors de la conception d'ensemble, il est recommandé de tenir compte des aspects de la conception des bâtiments,
des systèmes de construction et des procédures de travail qui pourraient affecter le fonctionnement des systèmes
d'extinction de type sprinkleur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 21
EN 12845:2004

Bien qu'un système d'extinction automatique de type sprinkleur s'étende habituellement sur tout un bâtiment ou
une usine, il convient de ne pas supposer que cela supprime entièrement la nécessité d'autres moyens de pro-
tection contre l'incendie et il est important d'envisager les mesures de protection contre l'incendie au niveau de
l’ensemble des locaux. Il faut tenir compte de l'éventuelle interaction entre les systèmes d'extinction de type sprin-
kleur et les autres moyens de protection contre l'incendie.
Lorsqu'un système d'extinction de type sprinkleur ou une extension ou modification d'un tel système est envisagé
pour des installations industrielles et bâtiments, nouveaux ou existants, les autorités compétentes doivent être
consultées à un stade précoce.
NOTE Il est recommandé de consulter les autorités au moment de la classification des dangers.

4.3 Étape préliminaire ou d'évaluation


Les informations fournies doivent comprendre au minimum ce qui suit :
a) une spécification générale du système ; et
b) un plan de masse des locaux indiquant :
1) le(s) type(s) d'installation(s) et la (les) classe(s) de risques et catégories de stockage dans les différents
bâtiments ;
2) l'étendue du système avec les détails des zones non protégées ;
3) la construction et l'affectation du bâtiment principal et de tout bâtiment communiquant et/ou voisin ;
4) une vue en coupe de toute la hauteur du(des) bâtiment(s) indiquant la hauteur du sprinkleur le plus haut
par rapport au niveau de référence spécifié ;
c) les particularités des sources d'eau qui, s'il s'agit du réseau d'eau public, doivent comprendre les données de
pression/débit en spécifiant la date et l'heure de l'essai, ainsi qu'un plan du site d'essai ; et
d) une déclaration attestant que l'installation sera conforme à la présente norme ou énumérant en détail tous les
écarts par rapport à ses exigences et les raisons de ces écarts.

4.4 Étape de conception


4.4.1 Généralités
Les informations fournies doivent comprendre un descriptif technique (voir 4.4.2), les plans complets d'exécution
de la (des) installation(s) de sprinkleurs (voir 4.4.3) et les détails relatifs aux sources d'eau (voir 4.4.4).

4.4.2 Descriptif technique


Le descriptif technique doit fournir les informations suivantes :
a) le nom du projet ;
b) les numéros de référence de tous les plans ou documents ;
c) les numéros de publication de tous les plans ou documents ;
d) toutes les dates de publication des plans ou documents ;
e) tous les titres des plans ou documents ;
f) le(s) type(s) d'installation(s) et le ou les diamètres nominaux de chaque poste de contrôle ;
g) le numéro ou les références de chaque poste de contrôle du système ;
h) le nombre de sprinkleurs dépendant de chaque poste de contrôle ;
i) le volume des canalisations dans le cas d'installations sous air ou d'installations alternatives ;
j) la hauteur du sprinkleur le plus haut pour chaque poste de contrôle ;
k) une déclaration attestant que l'installation sera conforme à la présente norme ou énumérant en détail tous les
écarts par rapport à ses exigences et les raisons de ces écarts ;
l) une liste des éléments adaptés à l'utilisation de sprinkleurs inclus dans le système, chaque élément étant iden-
tifié par le nom du fournisseur et le numéro de modèle/référence.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 22
EN 12845:2004

4.4.3 Plans d'implantation des installations

4.4.3.1 Généralités
Les plans d'implantation doivent comprendre les informations suivantes :
a) l'indication du nord ;
b) la classe ou les classes d'installation en fonction de la classe de risque, y compris la catégorie de stockage et
la hauteur de stockage théorique ;
c) les détails de construction des planchers, plafonds, toits, murs extérieurs et murs séparant des zones proté-
gées par sprinkleurs et non protégées par sprinkleurs ;
d) les coupes verticales de chaque plancher de chaque bâtiment, indiquant la distance des sprinkleurs par rapport
aux plafonds, les caractères structuraux, etc. qui ont une incidence sur l'implantation des sprinkleurs ou sur la
projection d'eau par les sprinkleurs ;
e) l'emplacement et les dimensions des vides cachés sous plancher ou sous comble, des bureaux et autres
enceintes fermés à un niveau inférieur à celui du toit ou du plafond ;
f) l'indication des gaines, séparations d'étages, machines, appareils d'éclairage, appareils de chauffage, faux
plafonds suspendus ajourés, etc. qui peuvent perturber la projection d'eau par les sprinkleurs ;
g) le(s) type(s) de sprinkleurs et la ou les températures nominales ;
h) le type et l'emplacement approximatif des supports de canalisations ;
i) l'emplacement et le type des postes de contrôle et l'emplacement des gongs hydrauliques ;
j) l'emplacement et les détails des indicateurs de passage d’eau et des pressostats d’alarme (air ou eau) ;
k) l'emplacement et les dimensions des vannes secondaires, des vannes d'arrêt secondaires et des vannes de
vidange ;
l) la pente des canalisations ;
m) une liste indiquant le nombre de sprinkleurs, de pulvérisateurs, etc., et la zone de protection ;
n) l'emplacement de toutes les vannes d'essai ;
o) l'emplacement et les détails relatifs au tableau d'alarme ;
p) l'emplacement et les détails relatifs à tout piquage du service d'incendie ;
q) une définition des symboles utilisés.

4.4.3.2 Canalisations précalculées


Pour des canalisations précalculées, les détails suivants doivent être indiqués sur les plans ou les accompagner :
a) l'identification du point de calcul de chaque réseau sur le plan d'implantation (comme à la Figure 18 par
exemple) ;
b) un récapitulatif des pertes de charge entre le poste de contrôle et les points de calcul aux débits de calcul
suivants :
1) dans une installation à LH — 225 l/min ;
2) dans une installation à OH — 1 000 l/min ;
3) dans une installation à HH — le débit correspondant à la densité de calcul appropriée indiquée dans le
Tableau 7 ou en 7.3.2.2 ;
c) les calculs tels que spécifiés en 13.3, indiquant que :
1) dans des installations à LH et OH, pour chaque longueur de canalisation de distribution :
pf – ph
n'est pas supérieur à la valeur appropriée spécifiée en 13.3.3 ou 13.3.4 ; et/ou
2) dans des installations à HHP et HHS conçues en utilisant les Tableaux 32 à 35 :
pf + pd + ps
n'est pas supérieur à la pression résiduelle fournie au niveau du poste de contrôle par la source d'eau,
lorsqu'elle est contrôlée au débit approprié,
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 23
EN 12845:2004

où :
pd est la pression au point de calcul spécifiée au Tableau 7 ou comme approprié, en bars ;
pf est la perte de charge due au frottement dans les canalisations de distribution, entre le point de calcul et
le manomètre «C», en bars ;
ph est la pression statique entre le niveau du point de calcul le plus haut à l'étage considéré et le niveau du
point de calcul le plus haut à l'étage le plus élevé, en bars ;
ps est la perte de charge statique due à la hauteur du sprinkleur le plus haut du réseau concerné par rapport
au manomètre «C» du poste de contrôle, en bars.

4.4.3.3 Canalisations entièrement calculées


Pour des canalisations entièrement calculées, les informations suivantes doivent être fournies, accompagnées
des calculs détaillés, soit sur des fiches de travaux conçues à cet effet, soit sur un listage d'ordinateur :
a) le nom du programme et le numéro de la version ;
b) la date d'édition de la fiche de travaux ou du listage ;
c) les diamètres intérieurs réels de tous les tuyaux utilisés dans le calcul ;
d) pour chaque surface impliquée :
1) l'identification de la zone ;
2) la classe de risque ;
3) la densité de calcul spécifiée en millimètres par minute ;
4) la surface impliquée maximale prévue (surface impliquée) en mètres carrés ;
5) le nombre de sprinkleurs dans la surface impliquée ;
6) le diamètre nominal de l'orifice des sprinkleurs, en millimètres ;
7) la surface maximale couverte par sprinkleur, en mètres carrés ;
8) les plans d'exécution détaillés et cotés indiquant ce qui suit :
i) la méthode de repérage des nœuds ou canalisations utilisée pour identifier les tuyaux, raccordements,
têtes de sprinkleurs et accessoires nécessitant une étude hydraulique ;
ii) la position de la surface impliquée la plus défavorisée hydrauliquement ;
iii) la position de la surface impliquée la plus favorisée hydrauliquement ;
iv) les quatre sprinkleurs sur lesquels est fondée la densité de calcul ;
v) la hauteur par rapport au plan de référence de chaque point ayant une valeur de pression identifiée ;
e) pour chaque sprinkleur en service :
1) le nœud ou le numéro de référence du sprinkleur ;
2) le facteur nominal K (voir EN 12259-1) ;
3) le débit du sprinkleur en litres par minute ;
4) la pression d'entrée au sprinkleur ou au kit sprinkleur, en bars ;
f) pour chaque tuyau hydrauliquement significatif :
1) le nœud ou autre référence du tuyau ;
2) l'alésage nominal, en millimètres ;
3) la constante de Hazen-Williams ;
4) le débit en litres par minute ;
5) la vitesse, en mètres par seconde ;
6) la longueur, en mètres ;
7) le nombre, le type et les longueurs équivalentes, en mètres, des raccords et éléments ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 24
EN 12845:2004

8) la variation de la pression statique, en mètres ;


9) les pressions d'entrée et de sortie, en bars ;
10) la perte par frottement, en bars ;
11) l'indication du sens d'écoulement.

4.4.4 Source d'eau

4.4.4.1 Plans des sources d'eau


Le plan doit représenter les sources d'eau et les canalisations reliant celles-ci au poste de contrôle. La signification
des symboles doit être incluse. Il est nécessaire d'indiquer la position et le type des vannes d'arrêt, des clapets
anti-retour et de toute vanne de détente, des compteurs d'eau, des disconnecteurs hydrauliques et de tout
raccordement destiné à alimenter d'autres services en eau.

4.4.4.2 Calcul hydraulique


Un calcul hydraulique doit démontrer que les caractéristiques minimales des sources d'alimentation sont en
mesure d'assurer la pression et le débit requis au niveau du poste de contrôle.

4.4.4.3 Réseau d'eau public


Lorsqu'un réseau d'eau public constitue l'une des deux sources ou les deux ou bien lorsqu'il assure le remplissage
d'un réservoir de stockage de capacité limitée, les détails suivants doivent être fournis :
a) le diamètre nominal de la canalisation principale ;
b) le fait que la canalisation principale est alimentée par chacune de ses extrémités ou qu'elle est en cul-de-sac ;
dans ce dernier cas, l'emplacement de la canalisation la plus proche alimentée par chacune de ses extrémités
et qui lui est raccordée ;
c) la courbe caractéristique pression/débit du réseau d'eau public, déterminée par un essai en période de
consommation de pointe. Au moins trois points d'essai pression/débit doivent être indiqués. La courbe doit être
corrigée afin de tenir compte des pertes par frottement et de la différence de pression statique entre l'empla-
cement d'essai et le manomètre «C» du poste de contrôle ou la vanne de remplissage du réservoir d'aspiration,
selon le cas ;
d) la date et l'heure de l'essai du réseau d'eau public ;
e) l'emplacement du point d'essai de la canalisation principale du réseau d'eau public par rapport au poste de
contrôle et ;
lorsque les canalisations sont entièrement calculées, les détails supplémentaires suivants doivent être fournis :
f) une courbe caractéristique pression/débit indiquant la pression disponible à tout débit jusqu'au débit maximal
requis ;
g) la courbe caractéristique pression/débit requise pour chaque installation, pour la surface impliquée la plus
défavorisée hydrauliquement (et, si nécessaire, pour la plus favorisée), la pression étant considérée au niveau
du manomètre «C» du poste de contrôle.

4.4.4.4 Unité de pompage automatique


Les détails suivants doivent être fournis sur chaque unité de pompage automatique :
a) une courbe caractéristique des pompes pour le niveau d'eau bas «X» (voir Figures 4 et 5), indiquant les per-
formances estimées de la pompe ou des pompes dans les conditions installées au niveau du manomètre «C»
du poste de contrôle ;
b) les feuilles de renseignements du fournisseur de pompes indiquant ce qui suit :
1) la courbe de charge générée ;
2) la courbe d'absorption de puissance ;
3) la courbe de hauteur nette positive d’aspiration (NSPH) ;
4) une déclaration de la puissance de sortie de chaque moteur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 25
EN 12845:2004

c) les feuilles de renseignements de l'installateur indiquant les courbes caractéristiques pression/débit de l'unité
de pompage installée, au niveau du manomètre «C» du poste de contrôle, pour un niveau d'eau normal et pour
un niveau d'eau bas «X» (voir Figures 4 et 5), et au niveau du manomètre situé au refoulement de la pompe
pour un niveau d'eau normal ;
d) la différence de hauteur entre le manomètre «C» du poste de contrôle et le manomètre au refoulement de la
pompe ;
e) le numéro de l'installation et la(les) classes de risque ;
f) le NPSH disponible et le NPSH requis au débit maximal requis ;
g) la hauteur minimale de la couverture d'eau des pompes submersibles.
Lorsque les canalisations sont entièrement calculées, les détails supplémentaires suivants doivent être fournis :
h) la courbe caractéristique pression/débit requise pour la surface impliquée la plus défavorisée hydrauliquement
et pour la surface impliquée la plus favorisée hydrauliquement, au niveau du manomètre «C» du poste de
contrôle.

4.4.4.5 Réservoir de stockage


Les détails suivants doivent être fournis :
a) l'emplacement ;
b) le volume total du réservoir ;
c) la capacité utile du réservoir et sa durée ;
d) le remplissage pour les réservoirs à capacité limitée ;
e) la distance verticale entre l'axe de la pompe et le niveau d'eau bas «X» du réservoir ;
f) les détails de construction du réservoir et du toit ;
g) la fréquence recommandée des réparations programmées nécessitant de vider le réservoir ;
h) la protection contre le gel ;
i) le niveau d'eau bas «X» et le niveau d'eau normal «N» (voir Figure 4) ;
j) la hauteur du réservoir à charge gravitaire au-dessus du plus haut des sprinkleurs.

4.4.4.6 Réservoir sous pression


Les détails suivants doivent être fournis :
a) l'emplacement ;
b) le volume total du réservoir ;
c) le volume d'eau stockée ;
d) la pression d'air ;
e) la hauteur du sprinkleur le plus haut et/ou le plus éloigné hydrauliquement par rapport au fond du réservoir ;
f) la hauteur des sprinkleurs les plus bas au-dessous du fond du réservoir ;
g) les détails des dispositifs de remplissage.

5 Étendue de la protection par sprinkleurs

5.1 Bâtiments et zones à protéger


Toutes les zones d'un bâtiment ou d'un bâtiment communicant doivent être protégées par sprinkleurs, excepté
dans les cas indiqués en 5.1.1, 5.1.2 et 5.3.
Il est recommandé de prendre en compte la protection des aciers porteurs.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 26
EN 12845:2004

5.1.1 Exceptions autorisées à l'intérieur d'un bâtiment


Une protection par sprinkleurs doit être envisagée dans les cas suivants mais peut être omise après prise en
compte de la charge calorifique dans chacun des cas :
a) toilettes (à l'exception des vestiaires) qui sont constituées de matériaux non combustibles et qui ne sont pas
utilisées pour stocker des matières combustibles ;
b) cages d'escaliers fermées et puits fermés (par exemple puits d'ascenseurs et gaines techniques) ne contenant
pas de matières combustibles et construits comme des compartiments à l'épreuve du feu (voir 5.3) ;
c) pièces protégées par d'autres systèmes d'extinction automatique (par exemple à gaz, à poudre et à pulvérisa-
tion d'eau) ;
d) ateliers de traitement par voie humide, par exemple l'extrémité mouillée des machines à papier.

5.1.2 Exceptions nécessaires


Une protection par sprinkleurs ne doit pas être installée dans les zones suivantes d'un bâtiment ou d'une usine :
a) silos ou trémies contenant des substances qui gonflent au contact de l'eau ;
b) à proximité des fours industriels, des bains salins, poches de coulée ou équipements similaires, si le danger
est augmenté par l'utilisation d'eau pour éteindre un incendie ;
c) zones, pièces ou emplacements où l'eau projetée par un sprinkleur pourrait engendrer un danger.
NOTE Dans ces cas, il convient d'envisager d'autres systèmes d'extinction automatique (par exemple à gaz ou à
poudre).

5.2 Stockage en plein air


La distance entre des matières combustibles stockées en plein air et le bâtiment protégé par sprinkleurs doit cor-
respondre aux dispositions réglementaires en vigueur dans le lieu d’utilisation.
Lorsqu’il n’existe aucune réglementation spécifique, la distance entre des matières combustibles stockées en
plein air et le bâtiment protégé par sprinkleurs ne doit pas être inférieure à 10 m ou à 1,5 fois la hauteur du maté-
riau stocké.
NOTE Une telle séparation coupe-feu peut être obtenue par un mur coupe-feu ou par un système adéquat de protection
contre l'exposition.

5.3 Séparation à l'épreuve du feu


La séparation entre une zone protégée par sprinkleurs et une zone non protégée doit avoir une résistance au feu
spécifiée par l'autorité compétente mais qui ne peut en aucun cas être inférieure à 60 min. Les portes doivent être
à fermeture automatique ou se fermer automatiquement en cas d'incendie.
NOTE Il convient qu'aucune partie d'un bâtiment ou d'une section non protégée par sprinkleurs ne soit située verticale-
ment au-dessous d'un bâtiment ou d'une section protégée par sprinkleurs, sauf comme indiqué en 5.1.1 et 5.1.2.

5.4 Protection des espaces cachés


Si la hauteur de l'espace caché au niveau d'un toit et d'un plancher est supérieure à 0,8 m, cette hauteur étant
mesurée entre la face inférieure du toit et la face supérieure du plafond suspendu ou entre le plancher et la face
inférieure du plancher surélevé, ces espaces doivent être protégés par sprinkleurs.
Si la hauteur de l'espace caché au niveau d'un toit et d'un plancher n'est pas supérieure à 0,8 m, l'espace
concerné ne doit être protégé par sprinkleurs que s'il contient des matières combustibles ou s'il est construit avec
des matières combustibles. Les câbles électriques transportant un courant monophasé, de tension inférieure
à 250 V, à raison de 15 câbles au maximum par chemin de câble sont autorisés dans ces espaces.
La protection dans l'espace caché doit être de type LH lorsque la classe de risque principale est LH et de type
OH1 dans tous les autres cas. Voir 17.3 pour la disposition des canalisations.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 27
EN 12845:2004

5.5 Différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut et le sprinkleur le plus bas
Lorsque la différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut et le plus bas d'une installation ou d'un bâtiment
dépasse 45 m, les exigences de l'annexe E doivent être appliquées.
La différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut et le plus bas d'une installation (c'est-à-dire de sprinkleurs
reliés à un même poste de contrôle) ne doit pas dépasser 45 m.

6 Classification des affectations et des risques d'incendie

6.1 Généralités
La classe de risque pour laquelle le système d'extinction de type sprinkleur doit être conçu doit être déterminée
avant de commencer les travaux d'étude.
Les bâtiments et zones à protéger par un système d'extinction automatique de type sprinkleur doivent être classés
en risques faibles (LH), risques moyens (OH) ou risques élevés (HH).
Cette classification dépend de l'affectation et de la charge calorifique. Des exemples d'affectation sont donnés à
l'Annexe A.
Dans le cas de zones en communication ouverte mais appartenant à des classes de risque différentes, les critères
de conception de la classe de risque la plus élevée doivent être étendus à deux rangées de sprinkleurs au moins
de la zone appartenant à la classe de risque la plus basse.

6.2 Classes de risque


Les bâtiments ou zones à protéger qui présentent un ou plusieurs des risques d'incendie et activités suivants doi-
vent être classés dans la classe de risque appropriée, définie comme suit :

6.2.1 Risques faibles — LH


Locaux à faibles charges calorifiques et faible combustibilité, ne comprenant aucun compartiment unique de plus
de 126 m2 dont la tenue au feu est inférieure à 30 min. Voir les exemples à l'Annexe A.

6.2.2 Risques moyens — OH


Locaux dans lesquels des matières combustibles à charge calorifique moyenne et combustibilité moyenne sont
traitées ou fabriquées. Voir les exemples à l'Annexe A.
Les risques moyens — OH — sont subdivisés en 4 groupes :
— OH1, risques moyens de groupe 1 ;
— OH2, risques moyens de groupe 2 ;
— OH3, risques moyens de groupe 3 ;
— OH4, risques moyens de groupe 4.
Des matériaux peuvent être stockés dans les locaux classés OH1, 2 et 3, sous réserve que les conditions suivan-
tes soient satisfaites :
a) la protection dans toute la pièce doit être conçue selon la classe OH3 au minimum ;
b) les hauteurs maximales de stockage indiquées au Tableau 1 ne doivent pas être dépassées ;
c) les zones de stockages doivent avoir une superficie maximale de 50 m² pour un seul îlot, avec un espace libre
de 2,4 m au minimum autour de chaque îlot.
Lorsque l'affectation est classée OH4, les zones de stockage doivent être traitées comme des zones HHS (stoc-
kage à risques élevés).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 28
EN 12845:2004

Tableau 1 — Hauteurs maximales de stockage pour OH1, OH2 et OH3

Hauteur maximale de stockage, en m (voir NOTE 1)

Catégorie Empilage libre


de stockage Tous les autres cas
ou stockage en îlot
(ST2 — ST6 — Voir 6.3.2)
(ST1 — Voir 6.3.2)

Catégorie I 4,0 3,5

Catégorie II 3,0 2,6

Catégorie III 2,1 1,7

Catégorie IV 1,2 1,2

NOTE 1 Pour des hauteurs de stockage supérieures à ces valeurs, voir 6.2.3.1 et 7.2.
NOTE 2 Dans tous les cas, la protection doit être conforme à OH3.

6.2.3 Risques élevés — HH

6.2.3.1 Activité à risques élevés — HHP


La classe «activité à risques élevés» couvre les activités dans lesquelles les matériaux concernés présentent une
charge calorifique et une combustibilité élevées et peuvent donner lieu à un feu à développement rapide ou
intense.
La classe HHP est subdivisée en quatre groupes :
— HHP1, Activité à risques élevés de groupe 1 ;
— HHP2, Activité à risques élevés de groupe 2 ;
— HHP3, Activité à risques élevés de groupe 3 ;
— HHP4, Activité à risques élevés de groupe 4.
NOTE La protection contre les HHP4 est généralement assurée par des systèmes de type déluge qui n'entrent pas dans
le domaine de la présente norme.

6.2.3.2 Stockage à risques élevés — HHS


La classe «stockage à risques élevés» couvre le stockage de marchandises lorsque la hauteur de stockage
dépasse les limites données en 6.2.2.
Le stockage à risques élevés — HHS, est subdivisé en quatre catégories :
— HHS1, Stockage à risques élevés de catégorie I ;
— HHS2, Stockage à risques élevés de catégorie II ;
— HHS3, Stockage à risques élevés de catégorie III ;
— HHS4, Stockage à risques élevés de catégorie IV.
NOTE Voir les exemples dans les Annexes B et C.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 29
EN 12845:2004

6.3 Stockage
6.3.1 Généralités
Le risque global d'incendie de marchandises stockées dépend de la combustibilité des matériaux stockés, y com-
pris de leur emballage et du mode de stockage.
Pour déterminer les critères de conception requis pour les marchandises stockées, le mode opératoire présenté
à la Figure 2 doit être suivi.

Figure 2 — Organigramme de détermination de la classe requise pour le stockage

NOTE Si aucune de ces annexes n'est totalement applicable et si des résultats d'essai au feu à grande échelle sont
disponibles, il peut s'avérer adéquat d'utiliser ces résultats pour déterminer des critères de conception.

6.3.2 Mode de stockage


Le mode de stockage doit être classé de la manière suivante :
— ST1 : empilage libre ou stockage en îlots ;
— ST2 : palettes à rehausses en rangées uniques, avec des allées d'au moins 2,4 m de large ;
— ST3 : palettes à rehausses en rangées multiples (y compris doubles) ;
— ST4 : palettes sur rack (gerbage des palettes sur rayonnage) ;
— ST5 : étagères pleines ou ajourées de largeur inférieure ou égale à 1 m ;
— ST6 : étagères pleines ou ajourées de largeur supérieure à 1 m et inférieure ou égale à 6 m.
Des exemples types de modes de stockage sont illustrés à la Figure 3.
NOTE Pour chaque mode de stockage des limites spécifiques de hauteur de stockage sont fixées en fonction du type et
de la conception des systèmes d'extinction de type sprinkleur (voir 7.2).

Pour que la protection par sprinkleurs soit efficace, les limites et exigences de protection spécifiées au Tableau 2
doivent être satisfaites.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 30
EN 12845:2004

Tableau 2 — Limites et exigences de protection pour différents modes de stockage

Notes
Mode Protection requise en plus des sprinkleurs
Limites du Tableau
de stockage au niveau du plafond ou du toit
applicables :

ST1 Le stockage doit être limité à des îlots Néant 2, 3


ne dépassant pas 150 m2 de surface au sol
pour les C III et IV.

ST2 Rangée unique avec des allées de 2,4 m Néant 2

ST3 Le stockage doit être limité à des îlots Néant 2


ne dépassant pas 150 m2 de surface au sol.

ST4 La largeur des allées entre les rangées Des sprinkleurs intermédiaires 1, 2
n'est pas inférieure à 1,2 m. sont recommandés.

La largeur des allées entre les rangées Des sprinkleurs intermédiaires sont requis. 1
est inférieure à 1,2 m.

ST5 Soit la largeur des allées entre les rangées Des sprinkleurs intermédiaires 1, 2
ne doit pas être inférieure à 1,2 m, soit sont recommandés.
la surface au sol des îlots de stockage
ne doit pas être supérieure à 150 m2.

ST6 Soit la largeur des allées entre les rangées ne Des sprinkleurs intermédiaires sont requis 1, 2
doit pas être inférieure à 1,2 m, soit la surface ou, si c'est impossible, des cloisons
au sol des îlots de stockage ne doit pas être verticales incombustibles et continues
supérieure à 150 m2. s'étendant sur toute la hauteur doivent
être installées longitudinalement
et transversalement dans chaque étagère.

NOTE 1 Lorsque la distance libre entre le plafond et le plus haut niveau des marchandises stockées est supérieure à 4 m,
il convient d'utiliser des niveaux intermédiaires de sprinkleurs dans les racks.
NOTE 2 Il est recommandé que les îlots de stockage soient séparés par des allées de largeur supérieure ou égale à 2,4 m.
NOTE 3 Il est recommandé de limiter le stockage à des îlots ne dépassant pas 150 m² de surface au sol pour les C I et C II.

Légende
1 Empilage libre (ST1) 4 Palettes à rehausses en rangées multiples (ST3)
2 Palettes sur racks (ST4) 5 Étagères pleines ou ajourées (ST5/6)
3 Palettes à rehausses en rangées uniques (ST2)
Figure 3 — Mode de stockage
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 31
EN 12845:2004

7 Critères hydrauliques de conception

7.1 LH, OH et HHP


La densité de calcul ne doit pas être inférieure à la valeur appropriée indiquée dans le présent article lorsque tous
les sprinkleurs sous plafond ou sous toiture, dans la pièce concernée ou dans la surface impliquée selon le nom-
bre le plus faible, plus tous les sprinkleurs installés dans les racks et sprinkleurs supplémentaires, sont en fonc-
tionnement. Les exigences minimales relatives à la densité de calcul et à la surface impliquée pour les classes
LH, OH et HHP, sont indiquées au Tableau 3. Pour les systèmes HHS, le paragraphe 7.2 doit être appliqué.
NOTE Pour les systèmes précalculés, les critères de conception sont obtenus en appliquant les exigences relatives aux
sources d'eau et aux canalisations spécifiées ailleurs dans la présente norme (voir 7.3, 9.3.2.2 et 10.7).

Tableau 3 — Critères de calcul pour LH, OH et HHP

Surface impliquée
Densité de calcul
Classe de risque en m2
mm/min
Sous eau ou à préaction Sous air ou alternative

LH 2,25 84 Non autorisé — Utiliser OH1

OH1 5,0 72 90

OH2 5,0 144 180

OH3 5,0 216 270

OH4 5,0 360 Non autorisé — Utiliser HHP1

HHP1 7,5 260 325

HHP2 10,0 260 325

HHP3 12,5 260 325

HHP4 Déluge (voir NOTE)

NOTE Nécessite une étude spéciale. Les systèmes «déluge» n'entrent pas dans le domaine de la présente norme.

7.2 Stockage à risques élevés — HHS


7.2.1 Généralités
Le type de protection et la détermination de la densité de calcul et de la surface impliquée dépendent de la com-
bustibilité du produit (ou du mélange de produits) et de son emballage (y compris la palette) ainsi que du mode et
de la hauteur de stockage.
Des limites spécifiques s'appliquent aux différents modes de stockage détaillés à l'article 6.

7.2.2 Protection sous plafond ou sous toiture uniquement


Le Tableau 4 spécifie la densité de calcul appropriée et la surface impliquée en fonction de la catégorie et de la
hauteur maximale autorisée de stockage pour les différents types de stockage avec une protection sous toiture
ou sous plafond uniquement. Plus spécifiquement, les hauteurs de stockage indiquées dans le tableau sont
considérées comme les hauteurs maximales pour une protection efficace par sprinkleurs lorsque des sprinkleurs
sont installés uniquement au niveau de la toiture ou du plafond.
NOTE 1 Il convient que la distance entre la hauteur maximale de stockage autorisée et les sprinkleurs sous toiture ou
sous plafond ne soit pas supérieure à 4 m.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 32
EN 12845:2004

Lorsque les hauteurs de stockage dépassent ces limites ou lorsque la distance entre le plan supérieur de stockage
et le toit ou le plafond dépasse 4 m, des niveaux intermédiaires de sprinkleurs installés dans les racks doivent être
prévus conformément à 7.2.3 ci-après.
NOTE 2 La hauteur de stockage, la hauteur du bâtiment et la distance libre (distance verticale entre les sprinkleurs sous
toiture ou sous plafond et le plan supérieur de stockage) sont toutes des variables importantes contribuant à l'efficacité et
à la densité de calcul requise d'une protection par sprinkleurs.

7.2.3 Niveau intermédiaire de sprinkleurs installés dans les racks

7.2.3.1 Lorsque plus de 50 sprinkleurs de niveau intermédiaire sont installés dans les racks, ils ne doivent pas
être alimentés par le même poste de contrôle que les sprinkleurs de toit ou de plafond. Le diamètre du poste de
contrôle ne doit pas être inférieur à 100 mm.

7.2.3.2 La densité minimale de calcul pour les sprinkleurs sous toiture ou sous plafond doit être de 7,5 mm/min
sur une surface impliquée de 260 m2. Si des marchandises sont stockées au-dessus du niveau le plus haut de
protection intermédiaire, les critères de conception des sprinkleurs sous toiture ou sous plafond doivent être pris
dans le Tableau 5.

7.2.3.3 Pour les besoins du calcul hydraulique, on doit supposer que 3 sprinkleurs fonctionnent simultanément
sur chaque niveau de sprinkleurs installés dans les racks, sur un maximum de trois niveaux et dans la position
hydrauliquement la plus éloignée. Lorsque la largeur des allées entre les racks est égale ou supérieure à 2,4 m,
on doit supposer qu'un seul rack est impliqué. Lorsque la largeur des allées entre les racks est inférieure à 2,4 m
mais supérieure ou égale à 1,2 m, on doit supposer que deux racks sont impliqués. Lorsque la largeur des allées
entre les racks est inférieure à 1,2 m, on doit supposer que trois racks sont impliqués.
NOTE Il n'est pas nécessaire de prendre pour hypothèse le fonctionnement simultané de plus de trois rangées de sprin-
kleurs dans le plan vertical ni de plus de trois rangées de sprinkleurs dans le plan horizontal.

7.2.3.4 Les sprinkleurs installés dans les racks et les sprinkleurs de plafond associés doivent toujours être
entièrement calculés (voir 13.1.1).
NOTE La pression minimale au niveau de tout sprinkleur en service est de 2,0 bar (voir 13.4.4).

Tableau 4 — Critères de calcul pour un HHS avec protection de toit ou de plafond uniquement

Hauteur maximale de stockage autorisée Surface impliquée


(voir NOTE 1) Densité (installation sous eau
Mode de calcul ou à préaction)
de stockage m (voir NOTE 2)

Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV mm/min m2

ST1 Empilage libre 5,3 4,1 2,9 1,6 7,5


ou stockage en îlots
6,5 5,0 3,5 2,0 10,0
7,6 5,9 4,1 2,3 12,5
6,7 4,7 2,7 15,0
7,5 5,2 3,0 17,5 260

5,7 3,3 20,0


6,3 3,6 22,5
6,7 3,8 25,0
7,2 4,1 27,5
4,4 30,0 300

(à suivre)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 33
EN 12845:2004

Tableau 4 — Critères de calcul pour un HHS avec protection de toit ou de plafond uniquement (fin)

Hauteur maximale de stockage autorisée Surface impliquée


(voir NOTE 1) Densité (installation sous eau
Mode de calcul ou à préaction)
de stockage m (voir NOTE 2)

Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV mm/min m2

ST2 Palettes 4,7 3,4 2,2 1,6 7,5


à rehausses 5,7 4,2 2,6 2,0 10,0
en rangées uniques
6,8 5,0 3,2 2,3 12,5
5,6 3,7 2,7 15,0
ST4 Palettes sur racks
6,0 4,1 3,0 17,5 260

4,4 3,3 20,0


5,3 3,8 25,0
6,0 4,4 30,0 300

ST3 Palettes 4,7 3,4 2,2 1,6 7,5


à rehausses 5,7 4,2 2,6 2,0 10,0
en rangées multiples
5,0 3,2 2,3 12,5
2,7 15,0
ST5 et ST6 Étagères
pleines ou ajourées 3,0 17,5 260

NOTE 1 Distance verticale entre le sol et les déflecteurs des sprinkleurs moins 1 m ou bien valeur indiquée dans le tableau,
selon celle des deux qui est la plus faible.
NOTE 2 Il est recommandé d'éviter les installations sous air et les installations alternatives pour un stockage à risques éle-
vés, en particulier avec les produits les plus combustibles (les catégories les plus élevées) et le stockage le plus haut. Si
toutefois il est nécessaire d'installer un système sous air ou un système alternatif, la surface impliquée doit être augmentée
de 25 %.

Tableau 5 — Critères de calcul pour des sprinkleurs sous toiture ou sous plafond
associés à des sprinkleurs installés dans les racks

Hauteur maximale de stockage autorisée au-dessus Surface impliquée


du niveau supérieur de protection par sprinkleurs Densité (installation sous eau
installés dans les racks (voir NOTE 1) de calcul ou à préaction)
Mode de stockage
m (voir NOTE 2)

Catégorie I Catégorie II Catégorie III Catégorie IV mm/min m2

ST4 2,2 1,6 7,5


Palettes sur racks 3,5 3,5 2,6 2,0 10,0
3,2 2,3 12,5
3,5 2,7 15,0 260

ST5 et ST6 3,5 3,5 2,2 1,6 7,5


Étagères pleines 2,6 2,0 10,0
ou ajourées 3,2 2,3 12,5 260
2,7 15,0

NOTE 1 Distance verticale entre le niveau supérieur des sprinkleurs installés dans les racks et le haut du stockage.
NOTE 2 Il est recommandé d'éviter les installations sous air et les installations alternatives pour un stockage à risques éle-
vés, en particulier avec les produits les plus combustibles (les catégories les plus élevées) et le stockage le plus haut. Si
toutefois il est nécessaire d'installer un système sous air ou un système alternatif, il est recommandé d’augmenter la surface
impliquée de 25 %.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 34
EN 12845:2004

7.3 Exigences de pression et de débit pour les systèmes précalculés


7.3.1 Systèmes pour LH et OH
La source d'eau doit être capable d'assurer au moins les débits et pressions appropriés, spécifiés au Tableau 6,
au niveau de chaque poste de contrôle. La perte de charge due au frottement et la pression statique entre la
source d'eau et chaque poste de contrôle doivent être calculées séparément.

Tableau 6 — Prescriptions de pression et de débit pour des systèmes précalculés LH et OH

Débit Pression Débit maximal Pression


au niveau du poste requis au niveau du poste
Classe de risque
de contrôle de contrôle
l/min bar l/min bar

LH (sous eau et à préaction) 225 2,2 + ps — —

OH1 (sous eau et à préaction) 375 1,0 + ps 540 0,7 + ps

OH1 (sous air et alternative)


725 1,4 + ps 1 000 1,0 + ps
OH2 (sous eau et à préaction)

OH2 (sous air et alternative)


1 100 1,7 + ps 1 350 1,4 + ps
OH3 (sous eau et à préaction)

OH3 (sous air et alternative)


1 800 2,0 + ps 2 100 1,5 + ps
OH4 (sous eau et à préaction)

NOTE ps est la perte de pression statique due à la hauteur du sprinkleur le plus haut du réseau concerné par rapport au
manomètre «C» du poste de contrôle, en bars.

7.3.2 Systèmes pour HHP et HHS sans sprinkleurs installés dans les racks

7.3.2.1 La source d'eau doit être capable d'assurer, au niveau du point de calcul le plus haut, le débit et la
pression appropriés, spécifiés au Tableau 7 ou tels que modifiés en 7.3.2.2 à 7.3.2.5. L’exigence totale pour la
pression de marche au niveau du poste de contrôle doit être la somme de la pression au niveau du point de calcul,
de l'équivalent de pression de la différence de hauteur entre le poste de contrôle et le sprinkleur le plus haut situé
en aval du point de calcul et de la perte de charge due à l'écoulement dans les canalisations entre le poste de
contrôle et le point de calcul.

Tableau 7 — Prescriptions de pression et de débit pour des installations précalculées


conçues en utilisant les Tableaux 32 à 35

Pression (pd) au niveau du point de calcul le plus haut

Débit maximum requis bar


Densité
l/min Surface impliquée par sprinkleur
de calcul
mm/min m2

Sous eau Sous air


6 7 8 9
ou à préaction ou alternative

(1) Avec des diamètres de tuyaux conformes aux Tableaux 32 et 33 et des sprinkleurs ayant un facteur K de 80

7,5 2 300 2 900 — — 1,80 2,25

10,0 3 050 3 800 1,80 2,40 3,15 3,90

(à suivre)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 35
EN 12845:2004

Tableau 7 — Prescriptions de pression et de débit pour des installations précalculées


conçues en utilisant les Tableaux 32 à 35 (fin)

Pression (pd) au niveau du point de calcul le plus haut

Débit maximum requis bar


Densité
l/min Surface impliquée par sprinkleur
de calcul
mm/min m2

Sous eau Sous air


6 7 8 9
ou à préaction ou alternative

(2) Avec des diamètres de tuyaux conformes aux Tableaux 32 et 34 et des sprinkleurs ayant un facteur K de 80

7,5 2 300 2 900 — — 1,35 1,75

10,0 3 050 3 800 1,30 1,80 2,35 3,00

(3) Avec des diamètres de tuyaux conformes aux Tableaux 35 et 34 et des sprinkleurs ayant un facteur K de 80

7,5 2 300 2 900 — — 0,70 0,90

10,0 3 050 3 800 0,70 0,95 1,25 1,60

(4) Avec des diamètres de tuyaux conformes aux Tableaux 35 et 34 et des sprinkleurs ayant un facteur K de 115

10,0 3 050 3 800 — — — 0,95

12,5 3 800 4 800 — 0,90 1,15 1,45

15,0 4 550 5 700 0,95 1,25 1,65 2,10

17,5 4 850 6 000 1,25 1,70 2,25 2,80

20,0 6 400 8 000 1,65 2,25 2,95 3,70

22,5 7 200 9 000 2,05 2,85 3,70 4,70

25,0 8 000 10 000 2,55 3,50 4,55 5,75

27,5 8 800 11 000 3,05 4,20 5,50 6,90

30,0 9 650 12 000 3,60 4,95 6,50 —

NOTE Si certains sprinkleurs du réseau sont installés plus haut que le point de calcul, la charge statique entre le point
de calcul et les sprinkleurs les plus hauts doit être ajoutée à pd.

7.3.2.2 Lorsque la surface de la partie classée en HHP ou en HHS d'un local est inférieure à la surface impli-
quée, le débit indiqué au Tableau 7 peut être réduit proportionnellement (voir 7.3.2.6) mais la pression au niveau
du point de calcul le plus haut pour cette surface doit être égale à celle indiquée dans le tableau ou déterminée
par un calcul hydraulique.

7.3.2.3 Lorsque la partie HHP ou HHS d'un local implique moins de 48 sprinkleurs, le débit et la pression appro-
priée indiqués au Tableau 7 doivent être disponibles au niveau des sprinkleurs les plus hauts au point d'entrée
dans la zone de sprinkleurs classée en HHP ou en HHS.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 36
EN 12845:2004

7.3.2.4 Lorsque la surface impliquée est supérieure à la surface de protection classée HHP ou HHS et que cette
surface est attenante à la protection classée OH, le débit total doit être calculé comme la somme de la partie
classée en HHP ou en HHS, après réduction proportionnelle comme indiqué en 7.3.2.2, et du débit de la section
classée en OH calculé sur la base d'une densité de calcul de 5 mm/min. La pression au point de calcul des sprin-
kleurs les plus hauts dans la partie classée en HHP ou HHS du risque doit être celle indiquée au Tableau 7 ou
être déterminée par un calcul hydraulique.
NOTE Si la partie classée en OH se trouve en amont de la surface classée en HH, le gradient hydraulique impliquera
l'arrivée dans la partie OH d'un débit supérieur à celui des installations classées uniquement en OH. Dans un incendie con-
cernant l'ensemble de la surface de calcul, la partie classée en HH aura donc un débit réduit.

7.3.2.5 Lorsque la surface impliquée est alimentée par plusieurs canalisations de distribution, la pression au
niveau des sprinkleurs les plus hauts des points de calcul doit être telle qu'indiquée au Tableau 7 pour la densité
de calcul appropriée ou être déterminée par calcul hydraulique. Le débit pour chaque canalisation de distribution
doit être déterminé proportionnellement (voir 7.3.2.6).

7.3.2.6 Lorsque la surface impliquée de base pour une densité de calcul donnée est augmentée ou diminuée
comme décrit en 7.3.2.2 à 7.3.2.7, le débit doit être augmenté ou diminué proportionnellement (voir 7.3.2.7) mais
la pression au point de calcul doit rester inchangée.

7.3.2.7 Les débits augmentés ou réduits doivent être déterminés proportionnellement de la manière suivante :

a2
Q 2 = Q 1 × ------
a 1

où :
Q2 est le débit requis ou, dans les circonstances décrites en 7.3.2.2 à 7.3.2.5, le débit dans chaque canalisation
de distribution, en litres par minute ;
Q1 est le débit requis, tel qu'indiqué au Tableau 7, en litres par minute ;
a1 est la surface impliquée pour la densité de calcul, en mètres carrés (voir Tableau 4) ;
a2 est la surface impliquée requise ou, dans les circonstances décrites en 7.3.2.2 à 7.3.2.5, la surface desser-
vie par chaque canalisation de distribution, en mètres carrés.

8 Sources d'eau

8.1 Généralités
8.1.1 Durée
Les sources d'eau doivent être en mesure d'assurer au minimum et automatiquement les conditions de pression/
débit requises pour le système. Si la source d'eau est utilisée pour d'autres systèmes de protection contre l'incen-
die, voir 9.6.4. Sauf comme spécifié dans le cas de réservoirs sous pression, chaque source d'eau doit avoir une
capacité suffisante pour les durées minimales suivantes :
— LH 30 min ;
— OH 60 min ;
— HHP 90 min ;
— HHS 90 min.
NOTE Dans le cas du réseau d'eau public, de sources inépuisables et de tous les systèmes précalculés, la durée est
implicite dans les exigences spécifiées dans la présente norme.

8.1.2 Continuité
Une source d'eau ne doit pas être affectée par des conditions éventuelles de gel, de sécheresse, d'inondation ou
toute autre condition qui réduirait le débit ou la capacité utilisable de la source ou bien la rendrait inopérante.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 37
EN 12845:2004

Toutes les mesures pratiques doivent être prises pour assurer la continuité et la fiabilité des sources d'eau.
NOTE Il est préférable que les sources d'eau soient sous le contrôle de l'utilisateur ; si ce n'est pas le cas, il est recom-
mandé que la fiabilité et le droit d'utilisation soient garantis par l'organisme en charge.

L'eau doit être exempte de matières fibreuses ou autres matières en suspension, susceptibles de s'accumuler
dans les canalisations du système. Aucune rétention d'eau salée ou saumâtre ne doit se produire dans le réseau
de canalisations de l'installation de sprinkleurs.
Si aucune source d'eau douce adéquate n'est disponible, une source d'eau salée ou saumâtre peut être utilisée
à la condition que l'installation soit normalement remplie d'eau douce.

8.1.3 Protection contre le gel


Le poste de contrôle et la canalisation d'alimentation doivent être maintenus à une température minimale de 4 °C.

8.2 Pression maximale de l'eau


8.2.1 Sauf au cours d'essais, la pression de l'eau ne doit pas dépasser 12 bar au niveau du raccordement des
équipements ou aux points identifiés en 8.2.2 et 8.2.3. La pression dans les systèmes utilisant des pompes doit
tenir compte de l'augmentation éventuelle de la vitesse du moteur d'entraînement et de la pression résultant de
la fermeture de la vanne.

8.2.1.1 Tous les types de systèmes d'extinction de type sprinkleur :


a) sprinkleurs ;
b) têtes d'extincteurs à jets multiples ;
c) indicateurs de passage d’eau;
d) clapets d'alarme sous air et clapets d'alarme à préaction ;
e) accélérateurs et exhausteurs ;
f) gongs hydrauliques ;
g) vannes de réglage des zones.

8.2.1.2 Systèmes d'extinction de type sprinkleur dans lesquels la différence de hauteur entre la tête du sprin-
kleur le plus haut et celle du sprinkleur le plus bas ne dépasse pas 45 m :
a) refoulement des pompes, en tenant compte de toute augmentation éventuelle de la vitesse du moteur d'entraî-
nement en cas de fermeture de la vanne ;
b) clapets d'alarme sous eau ;
c) vannes d'arrêt ;
d) assemblages mécaniques de canalisations.

8.2.2 Dans les systèmes d'extinction de type sprinkleur à forte élévation où la différence de hauteur entre le
sprinkleur le plus haut et le sprinkleur le plus bas dépasse 45 m, une pression d'eau supérieure à 12 bar peut être
admise aux endroits suivants (sous réserve que tous les équipements soumis à des pressions de plus de 12 bar
soient adaptés à cet emploi) :
a) au refoulement des pompes ;
b) dans les colonnes montantes et les canalisations de distribution.

8.3 Raccordements pour d'autres services


L'eau pour d'autres services ne peut être prélevée sur un système d'extinction de type sprinkleur que lorsque les
conditions suivantes sont remplies :
a) les raccordements sont comme spécifié au Tableau 8 ;
b) les raccordements doivent assurer le prélèvement d'eau par une vanne d'arrêt installée en amont du ou des
postes de contrôle, aussi près que possible du point de raccordement à la canalisation d'alimentation du sys-
tème d'extinction de type sprinkleur ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 38
EN 12845:2004

c) le système d'extinction de type sprinkleur ne doit pas être un système à forte élévation ;
d) le système d'extinction de type sprinkleur ne doit pas protéger un bâtiment à plusieurs étages.
Les pompes du système d'extinction de type sprinkleur doivent être séparées des pompes du système de bouches
d'incendie à moins qu'une source d'eau combinée, conforme à 9.6.4, soit utilisée.

Tableau 8 — Raccordements pour l'alimentation en eau d'autres services


dans des systèmes à faible élévation

Type de source d'eau Nombre accepté, dimensions et objet du (des) raccordement(s)

Réseau d'eau public. Un, de 25 mm de diamètre au maximum, à usage non industriel


Canalisation principale et canalisation
d'alimentation d'au moins 100 mm

Réseau d'eau public. Un, de 40 mm de diamètre au maximum, à usage non industriel ; ou


Canalisation principale et canalisation
un, de 50 mm de diamètre au maximum, pour robinets d’incendie armés, sur
d'alimentation d'au moins 150 mm
lequel peut être effectué un autre raccordement (à proximité du premier
raccordement et muni d'une vanne d'arrêt proche de l'extrémité d'entrée), de
40 mm au maximum, à usage non industriel

Réservoir privé surélevé, réservoir Un, de 50 mm de diamètre maximum, pour robinets d’incendie armés.
à charge gravitaire ou pompe automatique

NOTE Un dispositif d'alimentation supplémentaire avec clapet de retenue peut être installé pour le service d'incendie.

8.4 Logement des équipements pour sources d'eau


Les équipements des sources d'eau, tels que pompes, réservoirs sous pression et réservoirs à charge gravitaire,
ne doivent pas être logés dans des bâtiments ou sections de locaux abritant des Activités dangereuses ou pré-
sentant des risques d'explosion. Les sources d'eau, vannes d'arrêt et postes de contrôle doivent être installés de
façon à être accessibles en toute sécurité, même en cas d'incendie. Tous les éléments des sources d'eau et pos-
tes de contrôle doivent être installés de façon à être à l'abri de la malveillance et convenablement protégés contre
le gel.

8.5 Dispositifs d'essai de l'installation


Les installations de sprinkleurs doivent être munies en permanence de dispositifs de mesurage de la pression et
du débit afin de vérifier la conformité aux exigences des paragraphes 7.3 et 10.

8.5.1 Au niveau des postes de contrôle


Un dispositif de mesurage du débit doit être installé au niveau de chaque poste de contrôle, excepté dans les cas
suivants :
a) lorsque deux postes de contrôle ou plus sont installés ensemble, il n'est nécessaire d'installer le dispositif qu'au
niveau du poste de contrôle le plus éloigné hydrauliquement ou, lorsque les installations appartiennent à des
classes de risque différentes, au niveau du poste de contrôle qui nécessite le débit d'eau le plus élevé ;
b) lorsque l'alimentation en eau se fait par l'intermédiaire d'une ou de plusieurs pompes automatiques, le dispositif
de mesurage du débit peut être installé au niveau du local des pompes.
Dans tous les cas, une tolérance appropriée doit être prise en compte pour les pertes de charge entre la source
d'eau et le ou les postes de contrôle, en utilisant les méthodes de calcul spécifiées en 13.2.
Des aménagements doivent être prévus pour l'évacuation de l'eau d'essai.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 39
EN 12845:2004

Les postes de contrôle (principaux et secondaires) à air ou alternatifs peuvent être munis d'une vanne d'essai de
débit supplémentaire, dont la caractéristique de perte de débit n'est pas spécifiée, installée sous le poste de
contrôle, en aval de la vanne d'arrêt principale, pour faciliter les simples essais de pression d'alimentation. Il est
recommandé que ces vannes d'essai de débit et le réseau de canalisations aient un diamètre nominal de 40 mm
pour des installations classées LH et de 50 mm pour les autres installations.

8.5.2 Au niveau des sources d'eau


Au moins un dispositif adéquat de mesurage du débit et de la pression doit être installé en permanence et doit
être en mesure de vérifier chaque source d'eau.
L'appareillage d'essai doit présenter une capacité suffisante et doit être installé conformément aux instructions du
fournisseur. L'appareillage doit être installé dans une zone à l'abri du gel.

8.6 Essai des sources d'eau


8.6.1 Généralités
L'installation d'essai spécifiée en 8.5.2 doit être utilisée. Chaque source de l'installation doit être contrôlée indé-
pendamment, toutes les autres sources d'eau étant isolées.
Pour les installations précalculées et entièrement calculées, la source d'eau doit être contrôlée au moins au débit
maximal requis par l'installation.

8.6.2 Alimentations par réservoir de stockage et réservoir sous pression


Les vannes d'arrêt contrôlant l'écoulement entre la source d'eau et l'installation doivent être complètement ouver-
tes. Le démarrage automatique des pompes doit être contrôlé par ouverture complète de la vanne d'essai et de
vidange de l'installation. Le débit doit être vérifié conformément à l'article 7 et à la valeur enregistrée pendant
l'essai de mise en service. La pression d'alimentation mesurée au niveau du manomètre «C» doit être enregistrée
et comparée à la valeur spécifiée à l'article 7 ainsi qu'à la valeur enregistrée pendant l'essai de mise en service.

8.6.3 Alimentation par réseau d'eau public, surpresseur, réservoir privé surélevé et réservoir à charge
gravitaire
Les vannes d'arrêt contrôlant l'écoulement entre la source et l'installation doivent être complètement ouvertes. Le
démarrage automatique des pompes doit être contrôlé par ouverture complète de la vanne d'essai et de vidange
de l'installation. La vanne d'essai et de vidange doit être réglée de manière à obtenir le débit spécifié à l'article 7.
Lorsque le débit est stable, la pression d'alimentation mesurée au niveau du manomètre «C» doit être enregistrée
et comparée à la valeur appropriée spécifiée à l'article 7 ainsi qu'à la valeur enregistrée pendant l'essai de mise
en service.

9 Type de source d'eau

9.1 Généralités
Les sources d'eau doivent appartenir à une ou plusieurs des catégories suivantes :
a) réseau d'eau public, conformément à 9.2 ;
b) réservoirs de stockage, conformément à 9.3 ;
c) sources inépuisables, conformément à 9.4 ;
d) réservoirs sous pression, conformément à 9.5.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 40
EN 12845:2004

9.2 Réseau d'eau public


9.2.1 Généralités
Un pressostat doit être installé et doit déclencher une alarme lorsque la pression dans la conduite d'alimentation
chute à une valeur prédéterminée. Le pressostat doit être placé en amont de tout clapet anti-retour et il doit être
muni d'une vanne d'essai (voir Annexe I).
NOTE 1 Dans certains cas, la qualité de l'eau oblige à installer des crépines sur tous les raccordements au réseau d'eau
public.

NOTE 2 Il peut s'avérer nécessaire de tenir compte du débit supplémentaire requis pour les besoins du service
d'incendie.

NOTE 3 L'accord du service des eaux est généralement nécessaire pour les raccordements au réseau d'eau public.

9.2.2 Canalisations principales en surpression


Si des surpresseurs sont utilisés, ils doivent être installés conformément aux exigences de l'article 10.
NOTE L'accord du service des eaux est normalement nécessaire pour raccorder un surpresseur au réseau d'eau public.

Lorsqu'une seule pompe est installée, un raccord de dérivation doit être posé ; ce raccord doit avoir au moins la
même dimension que le raccord d'alimentation en eau de la pompe et il doit être muni d'un clapet anti-retour et
de deux vannes d'arrêt. La ou les pompes doivent être uniquement réservées à la protection contre l'incendie.

9.3 Réservoirs de stockage


9.3.1 Généralités
Les réservoirs de stockage doivent appartenir à une ou plusieurs des catégories suivantes :
— cuve d'aspiration de pompe ;
— réservoir à charge gravitaire ;
— réservoir.

9.3.2 Volume d'eau

9.3.2.1 Généralités
Pour chaque système, un volume minimal d'eau est spécifié. Ce volume doit être fourni par l'un des deux types
suivants de réservoirs :
— une réserve intégrale présentant une capacité utile au moins égale à la capacité d'eau spécifiée ;
— un réservoir de capacité limitée (voir 9.3.4) dans lequel le volume d'eau requis est fourni conjointement par la
capacité utile du réservoir et par le remplissage automatique.
La capacité utile d'un réservoir doit être calculée en prenant la différence entre le niveau d'eau normal et le niveau
utile d'eau le plus bas. Si le réservoir n'est pas protégé contre le gel, le niveau d'eau normal doit être augmenté
de 1,0 m au moins et un dispositif d'évacuation de la glace doit être installé. Dans le cas de réservoirs encastrés,
un accès facile doit être prévu.
À l'exception des réservoirs ouverts, tous les réservoirs doivent être équipés d'un indicateur de niveau d'eau lisible
de l'extérieur.

9.3.2.2 Systèmes précalculés


Le Tableau 9 doit être utilisé pour déterminer le volume utile minimal d'eau requis pour des systèmes précalculés
classés en LH et OH. Les quantités d'eau indiquées doivent être réservées uniquement à l'utilisation du système
d'extinction de type sprinkleur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 41
EN 12845:2004

Tableau 9 — Volume minimal d'eau pour des systèmes précalculés classés en LH et en OH

Hauteur h du sprinkleur le plus haut Volume minimal


Groupe par rapport au sprinkleur le plus bas a) d'eau
m m3

h ≤ 15 9
LH — Sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 10
30 < h ≤ 45 11

h ≤ 15 55
OH1 — Sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 70
30 < h ≤ 45 80

h ≤15 105
OH1 — Sous air ou alternative
15 < h ≤ 30 125
OH2 — Sous eau ou à préaction
30 < h ≤ 45 140

h ≤ 15 135
OH2 — Sous air ou alternative
15 < h ≤ 30 160
OH3 — Sous eau ou à préaction
30 < h ≤ 45 185

h ≤ 15 160
OH3 — Sous air ou alternative
15 < h ≤ 30 185
OH4 — Sous eau ou à préaction
30 < h ≤ 45 200

OH4 — Sous air ou alternative Utiliser une protection de classe HH

a) En excluant les sprinkleurs situés dans le local des vannes de sprinkleurs.

Le Tableau 10 spécifie la quantité minimale d'eau requise pour des systèmes précalculés classés en HHP ou
en HHS. Le volume d'eau indiqué doit être réservé uniquement à l'utilisation du système d'extinction de type
sprinkleur.

Tableau 10 — Volume minimal d'eau pour des systèmes précalculés classés en HHP et HHS

Volume minimal d'eau


Densité de calcul
ne dépassant pas m3
mm/min
Systèmes sous eau Systèmes sous air

7,5 225 280


10,0 275 345
12,5 350 440
15,0 425 530
17,5 450 560
20,0 575 720
22,5 650 815
25,0 725 905
27,5 800 1 000
30,0 875 1 090
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 42
EN 12845:2004

9.3.2.3 Systèmes calculés


Le volume d'eau utile minimal doit être calculé en multipliant le débit maximal requis par la durée spécifiée
en 8.1.1.

9.3.3 Vitesses de remplissage des réserves intégrales


La source d'eau doit être capable de remplir la réserve en 36 h au maximum.
L'orifice de sortie de tout tuyau d'alimentation ne doit pas être situé à une distance horizontale inférieure à 2,0 m
de l'orifice d'entrée du tuyau d'aspiration.

9.3.4 Réservoirs de capacité limitée


Les conditions suivantes doivent être satisfaites pour les réservoirs de capacité limitée :
a) la réalimentation doit être assurée par le réseau d'eau public et doit être automatique, via au moins deux robi-
nets à flotteur. La réalimentation ne doit pas perturber l'aspiration des pompes ;
b) la capacité utile du réservoir ne doit pas être inférieure à la valeur indiquée au Tableau 11 ;
c) la capacité du réservoir plus la réalimentation doivent être suffisantes pour alimenter le système à pleine capa-
cité, comme spécifié en 9.3.2 ;
d) il doit être possible de vérifier la capacité du dispositif de réalimentation ;
e) le dispositif de réalimentation doit être accessible à des fins d'inspection.

Tableau 11 — Capacité minimale des réservoirs de capacité limitée

Capacité minimale
Classe de risque
m3

LH — Sous eau ou à préaction 5

OH1 — Sous eau ou à préaction 10

OH1 — Sous air ou alternative 20


OH2 — Sous eau ou à préaction

OH2 — Sous air ou alternative 30


OH3 — Sous eau ou à préaction

OH3 — Sous air ou alternative 50


OH4 — Sous eau ou à préaction

70,
HHP et HHS mais en aucun cas inférieure à 10 %
de la capacité totale

9.3.5 Capacité utile des réservoirs et dimensions des bassins d'aspiration


La capacité utile des réservoirs de stockage doit être calculée comme indiqué à la Figure 4 où :
— N est le niveau d'eau normal ;
— X est le niveau d'eau bas ;
— d est le diamètre du tuyau d'aspiration.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 43
EN 12845:2004

Légende

1 Sans collecteur (a) A Dimension minimale entre le tuyau d’aspiration


et les dimensions minimales du niveau d’eau bas.
2 Avec collecteur (a)
B Dimension minimale entre le tuyau d’aspiration
3 Capacité utile
et le fond du collecteur.

Figure 4 — Capacité utile des cuves d'aspiration et dimensions des bassins d'aspiration

Le Tableau 12 spécifie les dimensions minimales suivantes :


— «A» entre le tuyau d'aspiration et le niveau d'eau bas, (voir Figure 4) ;
— «B» entre le tuyau d'aspiration et le fond du collecteur, (voir Figure 4).
En cas d'installation d'un dispositif anti-vortex de dimensions minimales spécifiées au Tableau 12, la dimension
«A» peut être réduite à 0,10 m.
Un réservoir peut être muni d'un collecteur afin de maximiser la capacité utile (voir Figure 4).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 44
EN 12845:2004

Tableau 12 — Dégagement de l'orifice d'entrée du tuyau d'aspiration

Diamètre nominal Distance A Distance B Dimension minimale


du tuyau d'aspiration d minimale minimale du dispositif anti-vortex
mm m m m

65 0,25 0,08 0,20

80 0,31 0,08 0,20

100 0,37 0,10 0,40

150 0,50 0,10 0,60

200 0,62 0,15 0,80

250 0,75 0,20 1,00

300 0,90 0,20 1,20

400 1,05 0,30 1,20

500 1,20 0,35 1,20

9.3.6 Crépines
Dans le cas de pompes fonctionnant en aspiration, une crépine doit être installée en amont du clapet de pied sur
le tuyau d'aspiration de la pompe. Elle doit être installée de manière à pouvoir être nettoyée sans qu'il soit néces-
saire de vider le réservoir.
Dans le cas de réservoirs ouverts alimentant des pompes fonctionnant en charge, une crépine doit être installée
sur le tuyau d'aspiration à l'extérieur du réservoir. Une vanne d'arrêt doit être installée entre le réservoir et la
crépine.
La section transversale des crépines doit être égale au minimum à 1,5 fois la section nominale du tuyau et les
crépines ne doivent pas laisser passer d'objets de plus de 5 mm de diamètre.

9.4 Sources inépuisables — Bassins de décantation et d'aspiration


9.4.1 Lorsqu'un tuyau d'aspiration ou un autre tuyau soutire de l'eau dans un bassin de décantation ou d'aspi-
ration alimenté par une source inépuisable, la conception et les dimensions indiquées à la Figure 5 doivent s'appli-
quer, D étant le diamètre du tuyau d'aspiration, d le diamètre de tuyau d'arrivée et d1 la hauteur de l'eau dans le
déversoir. Les tuyaux, conduits et le lit de pose des conduites à écoulement libre doivent présenter une pente
continue d'au moins 1:125 vers les bassins de décantation ou d'aspiration. Le diamètre des tuyaux ou conduits
d'alimentation ne doit pas être inférieur à la valeur indiquée au Tableau 13. Les dimensions du bassin d'aspiration
doivent être telles que spécifiées en 9.3.5.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 45
EN 12845:2004

Légende
1 Crépines
2 Niveau d'eau «X» le plus bas connu
3 Bassin de décantation
4 Bassin d'aspiration
5 Alimentation par déversoir
6 Alimentation par conduit à écoulement libre
7 Alimentation par tuyau ou conduit

Figure 5 — Bassins de décantation et d'aspiration


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 46
EN 12845:2004

Tableau 13 — Diamètre nominal des tuyaux ou conduits d'alimentation


des bassins de décantation et d'aspiration

Diamètre nominal des tuyaux d'alimentation,


Débit maximal de la pompe (Q)
ou dimension minimale des conduits (d1)
l/min
mm

200 500

250 940

300 1 570

350 2 410

400 3 510

500 6 550

600 10 900

NOTE Pour les dimensions ne figurant pas dans le tableau, il est recommandé d’utiliser
l'équation suivante :
d1 ≥ 21, 68 Q0,357

Dans le cas d'eaux courantes, l'angle compris entre la direction du courant et l'axe de la prise d'eau (vu dans le
sens de l'écoulement) doit être inférieur à 60°.

9.4.2 L'orifice d'entrée des tuyaux ou conduits doit être immergé à une profondeur au moins égale à un diamè-
tre nominal de tuyau sous le niveau d'eau le plus bas connu. La profondeur totale des canalisations à écoulement
libre et des déversoirs doit être adaptée au niveau le plus haut connu de la source d'eau.
Les dimensions du bassin d'aspiration et l'emplacement des tuyaux d'aspiration par rapport aux parois du bassin,
la profondeur d'immersion par rapport au niveau d'eau le plus bas connu (en tenant compte des tolérances pour
la glace) et la distance libre par rapport au fond doivent être conformes à 9.3.5 et aux Figures 4 et 5.
Le bassin de décantation doit avoir la même largeur et la même profondeur que le bassin d'aspiration et une lon-
gueur au moins égale à 10d (d représentant le diamètre minimal du tuyau ou du conduit) et supérieure ou égale
à 1,5 m.
Le système doit être conçu de telle sorte que la vitesse moyenne de l'eau ne dépasse pas 0,2 m/s en tout point
situé entre l'orifice d'entrée dans le bassin de décantation et l'orifice d'entrée du tuyau d'aspiration de la pompe.

9.4.3 Le bassin de décantation, y compris tout dispositif de filtrage, doit être aménagé de manière à empêcher
l'entrée de débris portés par le vent et à être protégé de la lumière du soleil.

9.4.4 Avant d'entrer dans le bassin de décantation, l'eau doit d'abord passer à travers un filtre amovible cons-
titué par un treillis métallique ou par une plaque de métal perforée présentant une surface totale de passage, sous
le niveau de l'eau, de 150 mm2 par l/min du débit nominal de la pompe dans le cas d'un LH ou d'un OH, ou du
débit maximal de calcul pour un HHP ou HHS.
Le filtre doit être suffisamment résistant pour supporter le poids de l'eau en cas d'obstruction et ne doit pas pré-
senter un maillage supérieur à 12,5 mm. Deux filtres doivent être installés, l'un étant en service et l'autre en posi-
tion relevée, prêt à remplacer le précédent lorsqu'un nettoyage est nécessaire.

9.4.5 L'orifice d'entrée du tuyau ou du conduit alimentant le bassin de décantation ou d'aspiration doit être muni
d'une crépine présentant une surface totale de passage égale au minimum à cinq fois la section transversale du
tuyau ou du conduit. Chaque ouverture doit avoir des dimensions suffisantes pour empêcher le passage d'une
sphère de 25 mm de diamètre.

9.4.6 Lorsque l'orifice d'entrée du conduit d'aspiration soutire l'eau dans une zone du lit d'une rivière, d'un canal,
d'un lac, etc. séparée par un mur, le mur lui-même doit se prolonger au-dessus de la surface de l'eau et être muni
d'un dispositif de filtrage au niveau de l'ouverture. Sinon, l'espace entre le sommet du mur et la surface de l'eau
doit être entouré d'un écran. Les écrans doivent être comme spécifié en 9.4.4.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 47
EN 12845:2004

9.4.7 Il est déconseillé de creuser le lit d'un lac, etc. afin d'atteindre la profondeur nécessaire pour l'orifice
d'entrée du tuyau d'aspiration d'une pompe, mais si cela est inévitable, la zone doit être enfermée au moyen de
l'écran le plus grand possible présentant cependant, dans tous les cas, une surface de passage suffisante, comme
spécifié en 9.4.4.

9.4.8 Les sources doubles doivent être munies de bassins d'aspiration et de décantation séparés.

9.5 Réservoirs sous pression


9.5.1 Généralités
Le réservoir sous pression doit desservir uniquement le système d'extinction de type sprinkleur.
Le réservoir sous pression doit être accessible à des fins de contrôle externe et interne. Il doit être protégé contre
la corrosion à la fois à l'intérieur et à l'extérieur.
Le tuyau de décharge doit être situé à un minimum de 0,05 m au-dessus du fond du réservoir.

9.5.2 Logement
Le réservoir sous pression doit être installé dans un emplacement facilement accessible :
a) dans un bâtiment protégé par sprinkleurs ; ou
b) dans un bâtiment séparé Euroclass A1 ou A2, protégé par sprinkleurs, ou d’une construction équivalente dans
les systèmes de classification nationaux existants, utilisé seulement pour recevoir des sources d'eau et des
équipements de protection contre l'incendie ; ou encore
c) dans un bâtiment non protégé lui-même situé dans un compartiment à l'épreuve du feu ayant une tenue au feu
d'au moins 60 minutes et ne contenant aucun matériau combustible.
Lorsque le réservoir sous pression est logé dans un bâtiment protégé par sprinkleurs, la zone doit être enfermée
par une construction ayant une tenue au feu d'au moins 30 minutes.
Le réservoir sous pression et le bâtiment où il est logé doivent être maintenus à une température supérieure ou
égale à 4 °C.

9.5.3 Capacité minimale (eau)


Le volume minimal d'eau dans un réservoir sous pression, pour une source unique, doit être de 15 m3 pour un LH
et de 23 m3 pour un OH1.
Le volume minimal d'eau dans un réservoir sous pression, pour des sources doubles, doit être de 15 m3 pour un
LH et pour un OH (tous les groupes).

9.5.4 Pression et volume d'air

9.5.4.1 Généralités
Le volume d'air ne doit pas être inférieur au tiers du volume du réservoir sous pression.
La pression dans le réservoir ne doit pas être supérieure à 12 bar.
Les pressions d'air et les débits d'eau à la sortie du réservoir doivent être suffisants pour satisfaire aux exigences
requises pour l'installation de sprinkleurs, jusqu'au point d'épuisement.

9.5.4.2 Calcul
La pression d'air à maintenir dans le réservoir doit être déterminée à l'aide de l'équation suivante :

Vt
P =  P 1 + P 2 + 0,1h × ------P 1
  Va
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 48
EN 12845:2004

où :
P est la pression manométrique, en bars ;
P1 est la pression atmosphérique, en bars (supposer que P1 = 1) ;
P2 est la pression minimale requise au niveau du sprinkleur le plus haut à l'épuisement du réservoir sous pres-
sion, en bars ;
h est la hauteur du sprinkleur le plus haut ou du sprinkleur le plus distant hydrauliquement par rapport au fond
du réservoir sous pression (cette hauteur est négative si le sprinkleur le plus haut est situé sous le réser-
voir), en mètres ;
Vt est le volume total du réservoir, en mètres cubes ;
Va est le volume d'air dans le réservoir, en mètres cubes.
Pour des systèmes précalculés, la valeur de P2 doit être extraite du Tableau 6, plus toutes pertes dues au
frottement entre le poste de contrôle et le réservoir sous pression ou entre le point de calcul et le réservoir sous
pression.

9.5.5 Remplissage en air et en eau


Les réservoirs sous pression utilisés comme source d'eau unique doivent être munis de dispositifs permettant de
maintenir automatiquement la pression d'air et le niveau d'eau. Les sources d'eau et d'air doivent être capables
de remplir et pressuriser complètement le réservoir en 8 h maximum.
La source d'eau doit être capable de faire l'appoint en eau du réservoir à la pression manométrique (P de 9.5.4)
du réservoir sous pression avec un débit d'au moins 6 m3/h.

9.5.6 Équipement de contrôle et de sécurité

9.5.6.1 Le réservoir doit être équipé d'un manomètre et la pression de service adéquate p doit être inscrite sur
ce manomètre.
Le réservoir doit être équipé de dispositifs de sécurité adéquats pour s'assurer que la pression maximale autorisée
n'est pas dépassée.

9.5.6.2 Un tube à niveau doit être installé pour indiquer le niveau d'eau. Des vannes d'arrêt doivent être instal-
lées à chacune des extrémités du tube à niveau ; ces vannes doivent normalement rester fermées et une vanne
de vidange doit également être installée.
Le tube à niveau doit être protégé contre tout dommage mécanique et doit porter une marque indiquant le niveau
d'eau correct.

9.5.6.3 Un système d'alerte automatique doit être installé pour indiquer la défaillance des appareils afin de réta-
blir la pression d'air ou le niveau d'eau correct. Les alarmes doivent être données par des moyens visuels et sono-
res situés au niveau de la vanne de réglage de l'installation ou dans un endroit surveillé en permanence.

9.6 Choix de la source d'eau


9.6.1 Sources d'eau uniques
Une source d'eau unique doit être de l'un des types suivants :
a) un réseau d'eau public ;
b) un réseau d'eau public équipé d'un ou de plusieurs surpresseurs ;
c) un réservoir sous pression (pour LH et OH1 uniquement) ;
d) un réservoir à charge gravitaire ;
e) un réservoir de stockage équipé d'une ou de plusieurs pompes ;
f) une source inépuisable équipée d'une ou de plusieurs pompes.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 49
EN 12845:2004

9.6.2 Sources d'eau uniques supérieures


Les sources d'eau uniques supérieures sont des sources d'eau uniques offrant un degré de fiabilité très élevé.
Elles comprennent les types de sources suivants :
a) réseau d'eau public alimenté par les deux extrémités, remplissant les conditions suivantes :
- chaque extrémité doit être capable de fournir la pression et le débit requis par le système ;
- elle doit être alimentée par une ou plusieurs sources d'eau ;
- elle ne doit dépendre en aucun point d'une seule canalisation commune de transport ;
- si des surpresseurs sont requis, il doit en être installé deux au minimum ;
b) réservoir à charge gravitaire sans surpresseur ou réservoir de stockage équipé d'au moins deux pompes si le
réservoir remplit les conditions suivantes :
- le réservoir doit être une réserve intégrale ;
- la lumière ou des corps étrangers ne doivent pas pouvoir pénétrer dans le réservoir ;
- de l'eau potable doit être utilisée ;
- le réservoir doit être recouvert d'une peinture ou d'une autre protection contre la corrosion réduisant la
nécessité de vider le réservoir pour des besoins de maintenance à des périodes de 10 ans au minimum ;
c) source inépuisable équipée d'au moins deux pompes.

9.6.3 Sources d'eau doubles


Les sources d'eau doubles doivent être constituées de deux sources d'eau uniques, chaque source étant
indépendante de l'autre. Chacune des sources faisant partie d'une source double doit être conforme aux caracté-
ristiques de pression et de débit spécifiées à l'article 7.
Toute combinaison de sources uniques (y compris de sources uniques supérieures) peut être utilisée, avec les
restrictions suivantes :
a) il ne doit pas être utilisé plus d'un réservoir sous pression pour des systèmes classés en OH ;
b) il ne doit pas être utilisé plus d'un réservoir de stockage à capacité limitée (voir 9.3.4).

9.6.4 Sources d'eau combinées


Les sources d'eau combinées sont des sources d'eau uniques ou doubles supérieures conçues pour alimenter
plusieurs installations fixes de lutte contre l'incendie, comme par exemple dans le cas d'installations combinées
de bouches d'incendie, de tuyaux et de sprinkleurs.
NOTE Il arrive dans certains pays que l'alimentation des systèmes d'extinction de type sprinkleur par une source com-
binée ne soit pas autorisée.
Les sources combinées doivent remplir les conditions suivantes :
a) les systèmes doivent être entièrement calculés ;
b) la source doit être capable de fournir la somme des débits maximaux calculés simultanés requis par chaque
système. Les débits doivent être corrigés en fonction de la pression requise par le système le plus exigeant ;
c) la durée de l'alimentation ne doit pas être inférieure à la durée requise pour le système le plus exigeant ;
d) des raccords de tuyauteries doubles doivent être installés entre les sources d'eau et les systèmes.

9.7 Isolement d'une source d'eau


Les raccordements entre les sources d'eau et les postes de contrôle des sprinkleurs doivent être disposés de
manière à s'assurer des points suivants :
a) l'entretien des éléments principaux, tels que crépines, stations de pompage, clapets anti-retour et compteurs
d'eau, doit être facilité ;
b) un problème quelconque survenant sur une alimentation ne doit pas entraver le fonctionnement de toute autre
source ou alimentation ;
c) la maintenance doit pouvoir être effectuée sur une seule alimentation sans entraver le fonctionnement de toute
autre source ou alimentation.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 50
EN 12845:2004

10 Pompes

10.1 Généralités
Les stations de pompage doivent être conformes à l'EN 12259-12. La pompe doit avoir une courbe H(Q) stable,
c'est-à-dire que la hauteur de charge maximale et la hauteur à débit nul coïncident et que la charge totale diminue
continuellement lorsque le débit augmente (voir EN 12723).
Les pompes doivent être entraînées par des moteurs électriques ou des moteurs diesel, capables de développer
au minimum la puissance requise pour satisfaire aux exigences suivantes :
a) pour des pompes possédant une courbe caractéristique de puissance sans surcharge, ils doivent développer
la puissance maximale requise au point maximum de la courbe de puissance ;
b) pour des pompes possédant une courbe caractéristique de puissance montante, ils doivent développer la puis-
sance maximale correspondant à toutes les conditions de charge de la pompe, du débit nul à un débit corres-
pondant à la plus élevée des valeurs suivantes : un NPSH requis de la pompe égal à 16 m ou la charge statique
à l'aspiration maximale plus 11 m.
L'accouplement entre le moteur et la pompe d'une station de pompage horizontale doit être d'un type permettant
de déposer l'un ou l'autre séparément et de contrôler ou de remplacer les organes de la pompe sans perturber la
tuyauterie d'aspiration ou de refoulement. Les pompes à aspiration axiale doivent être du type «à retrait arrière».
Les supports de canalisations doivent être indépendants de la pompe.

10.2 Dispositions à pompes multiples


Les pompes doivent présenter des caractéristiques compatibles et être capables de fonctionner en parallèle à
tous les débits possibles.
Lorsque deux pompes sont installées, chacune d'elles doit être capable d'assurer individuellement les débits
et pressions spécifiés. Lorsque trois pompes sont installées, chaque pompe doit être capable d'assurer au moins
50 % du débit spécifié à la pression spécifiée.
Lorsque plusieurs pompes sont installées sur une source d'eau supérieure ou double, une seule d'entre elles au
maximum peut être entraînée par un moteur électrique.

10.3 Compartiments pour stations de pompage


10.3.1 Généralités
La station de pompage doit être installée dans un compartiment de construction incombustible présentant une
tenue au feu d'au moins 60 min, n'ayant pas d'autre usage que la protection contre l'incendie. Ce compartiment
doit être de l'un des types suivants (par ordre de préférence) :
a) un bâtiment séparé ;
b) un bâtiment contigu à un bâtiment protégé par sprinkleurs, avec accès direct par l'extérieur ;
c) un compartiment d'un bâtiment protégé par sprinkleurs, avec accès direct par l'extérieur.

10.3.2 Protection par sprinkleurs


Les compartiments pour stations de pompage doivent être protégés par des sprinkleurs. Lorsque le compartiment
des pompes est séparé, il peut s'avérer difficile d'assurer une protection par sprinkleurs à partir des postes de
contrôle situés dans les locaux. Une protection par sprinkleurs peut être assurée à partir du point accessible le
plus proche situé en aval du clapet anti-retour au refoulement de la pompe, par l'intermédiaire d'une vanne d'arrêt
secondaire verrouillée en position ouverte, associée à un indicateur de passage d’eau conforme à l'EN 12259-5,
afin de fournir une indication visuelle et sonore du fonctionnement des sprinkleurs. L'équipement d'alarme doit être
installé au niveau des postes de contrôle ou dans un emplacement surveillé par un employé responsable comme,
par exemple, une loge de gardien (voir annexe I).
Une vanne de vidange et d'essai de 15 mm de diamètre nominal doit être installée en aval du dispositif d'alarme
d'écoulement pour permettre un essai pratique du système d'alarme.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 51
EN 12845:2004

10.3.3 Température
Le compartiment des pompes doit être maintenu à une température supérieure ou égale à la température suivante :
• 4 °C pour des pompes entraînées par un moteur électrique ;
• 10 °C pour des pompes entraînées par un moteur diesel.

10.3.4 Ventilation
Les compartiments abritant des pompes entraînées par un moteur diesel doivent être munis d'une ventilation adé-
quate, conformément aux recommandations du fournisseur.

10.4 Température maximale de l'alimentation en eau


La température d'alimentation en eau ne doit pas être supérieure à 40 °C. Lorsque des pompes submersibles sont
utilisées, la température de l'eau ne doit pas dépasser 25 °C, à moins que l'aptitude à l'emploi du moteur ait été
démontrée pour des températures atteignant 40 °C, conformément au prEN 12259-12.

10.5 Vannes et accessoires


Une vanne d'arrêt doit être installée sur le tuyau d'aspiration de la pompe et un clapet anti-retour ainsi qu'une
vanne d'arrêt doivent être installés sur le tuyau de refoulement.
Tout raccord conique installé sur le refoulement de la pompe doit s'élargir dans le sens de l'écoulement selon un
angle inférieur ou égal à 15°. Des vannes du côté refoulement doivent être installées après les raccords coniques.
Des moyens de purge de toutes les cavités de l'enveloppe de la pompe doivent être installés sauf si la pompe,
par sa construction propre, en assure la purge automatique.
Des dispositions doivent être prises pour assurer un écoulement d'eau continu à travers la pompe, suffisant pour
empêcher toute surchauffe lorsque celle-ci fonctionne face à une vanne fermée. Cet écoulement doit être pris en
compte dans les calculs hydrauliques du système et dans le choix des pompes. Le refoulement doit être claire-
ment visible et, lorsqu'il y a plusieurs pompes, leurs refoulements doivent être séparés.
Les circuits de refroidissement des moteurs diesel utilisent généralement la même eau. Cependant, en cas d'uti-
lisation d'un supplément d'eau, ce supplément doit également être pris en compte.
Les piquages installés sur les pompes pour les manomètres d'aspiration et de refoulement doivent être faciles
d'accès.

10.6 Conditions d'aspiration


10.6.1 Généralités
Chaque fois que cela est possible, il est recommandé d'utiliser des pompes centrifuges horizontales, installées
avec une hauteur d'aspiration positive, c'est-à-dire conformément à ce qui suit :
— au moins deux tiers de la capacité utile de la cuve d'aspiration doivent se situer au-dessus du niveau de l'axe
de la pompe ;
— l'axe de la pompe ne doit pas se situer à plus de 2 m au-dessus du niveau d'eau bas de la cuve d'aspiration
(niveau X en 9.3.5).
Si cela est impossible, la pompe peut être installée dans des conditions d'aspiration ou bien des pompes verticales
à turbine peuvent être utilisées.
NOTE Il est recommandé d'éviter l'installation de pompes aspirantes et de pompes submersibles et de ne les utiliser que
lorsqu'il est difficile d'obtenir une hauteur positive d'aspiration.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 52
EN 12845:2004

10.6.2 Tuyau d'aspiration

10.6.2.1 Généralités
L'aspiration de la pompe doit être raccordée à un tuyau rectiligne ou conique dont la longueur doit être au moins
égale à deux fois le diamètre. Le tuyau conique doit avoir une face supérieure horizontale et un angle inclus maxi-
mum ne dépassant pas 15°. Les vannes ne doivent pas être installées directement sur l'aspiration de la pompe.
La tuyauterie d'aspiration, y compris toutes les vannes et raccords, doit être conçue de manière à garantir que le
NPSH disponible à l'aspiration de la pompe est supérieur d'au moins 1 m au NPSH requis, avec le débit maximal
requis (voir Tableau 14) et la température d'eau maximale (voir 10.4).

Tableau 14 — Pression nominale et débit nominal des pompes

Classe Conditions d'aspiration


Tuyauterie Débit nominal de la pompe
de risque de la pompe

Précalculée LH/OH Débit maximal requis d'après le Tableau 6 Pour les cuves avec alimentation en
eau au niveau d'eau bas (voir X à la
HH 1,4 × débit requis d'après le Tableau 7 Figure 4).

Entièrement Tous Débit maximal requis Pour les surpresseurs avec pression
calculée minimale de la canalisation principale
du réseau d'eau public.

La tuyauterie d'aspiration doit être posée à l'horizontale ou selon une légère pente croissant continuellement
jusqu'à la pompe pour éviter toute possibilité de formation de poches d'air dans le tuyau.
Un clapet de pied doit être installé lorsque l'axe de la pompe est au-dessus du niveau d'eau bas (voir 9.3.5).

10.6.2.2 Hauteur positive


Le diamètre du tuyau d'aspiration ne doit pas être inférieur à 65 mm. Par ailleurs, le diamètre doit permettre de ne
pas dépasser une vitesse de 1,8 m/s lorsque la pompe fonctionne au débit maximal requis.
Lorsque plusieurs pompes sont installées, leurs tuyaux d'aspiration ne peuvent être raccordés que s'ils sont munis
de vannes d'arrêt pour permettre à chaque pompe de continuer à fonctionner lorsqu'une autre est déposée à des
fins de maintenance. Les raccordements doivent être dimensionnés en fonction du débit requis.

10.6.2.3 Conditions d'aspiration


Le diamètre du tuyau d'aspiration ne doit pas être inférieur à 80 mm. Par ailleurs, le diamètre doit permettre de ne
pas dépasser une vitesse de 1,5 m/s lorsque la pompe fonctionne au débit maximal requis.
Lorsque plusieurs pompes sont installées, leurs tuyaux d'aspiration ne doivent pas être raccordés.
La hauteur entre le niveau d'eau bas (voir 9.3.5) et l'axe de la pompe ne doit pas dépasser 3,20 m.
Le tuyau d'aspiration doit être placé dans le réservoir ou la cuve, conformément à la Figure 4 et au Tableau 12 ou
à la Figure 5 et au Tableau 13, selon le cas. Un clapet de pied doit être installé au point le plus bas sur le tuyau
d'aspiration. Chaque pompe doit être munie de dispositifs d'amorçage automatique, conformément à 10.6.2.4.

10.6.2.4 Amorçage des pompes


Chaque pompe doit être équipée d'un dispositif d'amorçage séparé automatique.
Le dispositif doit être constitué d'un réservoir, situé à un niveau plus élevé que la pompe et d'un tuyau de raccor-
dement incliné entre le réservoir et le côté refoulement de la pompe. Un clapet anti-retour doit être installé sur ce
raccordement. La Figure 6 représente deux exemples.
Le réservoir, la pompe et la tuyauterie d'aspiration doivent être maintenus constamment remplis d'eau, même en
cas de fuite au niveau du clapet de pied mentionné en 10.6.2.3. Si le niveau dans le réservoir chute à 2/3 du niveau
normal, la pompe doit démarrer.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 53
EN 12845:2004

Légende

1 Vanne d'essai et de vidange 8 Vanne d'arrêt d'alimentation amorçage


2 Canalisation de purge d'air de la pompe 9 Clapet anti-retour d'alimentation amorçage
et d'écoulement minimal 10 Dispositif de mise en marche de la pompe
3 Réservoir d'amorçage de la pompe 11 Cuve d'aspiration
4 Remplissage 12 Canalisation de transport de l'installation
5 Trop-plein 13 Clapet de niveau bas pour mise en marche de la pompe
6 Vanne de vidange 14 Pressostats de mise en marche de la pompe
7 Indicateur de niveau bas pour démarrage de la pompe 15 Manomètre

Figure 6 — Dispositif d'amorçage d'une pompe aspirante


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 54
EN 12845:2004

La capacité du réservoir d'amorçage et le diamètre du tuyau doivent être conformes au Tableau 15.

Tableau 15 — Capacité du réservoir d'amorçage d'une pompe et diamètre du tuyau

Capacité minimale Diamètre minimal du tuyau


Classe de risque du réservoir d'amorçage
l mm

LH 100 25

OH, HHP et HHS 500 50

10.7 Caractéristiques de fonctionnement


10.7.1 Systèmes précalculés — LH et OH
Lorsque les pompes sont alimentées par un réservoir de stockage, les caractéristiques des systèmes précalculés
classés LH et OH doivent être conformes au Tableau 16.

Tableau 16 — Caractéristiques minimales des pompes pour LH et OH (systèmes précalculés)

Hauteur des sprinkleurs Données nominales Caractéristiques


h par rapport au(x)
Classe de risque poste(s) de contrôle Pression Débit Pression Débit Pression Débit
m bar l/min bar l/min bar l/min

h ≤ 15 1,5 300 3,7 225 — —


LH (sous eau ou à préaction) 15 < h ≤ 30 1,8 340 5,2 225 — —
30 < h ≤ 45 2,3 375 6,7 225 — —

h ≤ 15 1,2 900 2,2 540 2,5 375


OH1 sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 1,9 1 150 3,7 540 4,0 375
30 < h ≤ 45 2,7 1 360 5,2 540 5,5 375

OH1 sous air ou alternative h ≤ 15 1,4 1 750 2,5 1 000 2,9 725
OH2 sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 2,0 2 050 4,0 1 000 4,4 725
30 < h ≤ 45 2,6 2 350 5,5 1 000 5,9 725

OH2 sous air ou alternative h ≤ 15 1,4 2 250 2,9 1 350 3,2 1 100
OH3 sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 2,0 2 700 4,4 1 350 4,7 1 100
30 < h ≤ 45 2,5 3 100 5,9 1 350 6,2 1 100

OH3 sous air ou alternative h ≤ 15 1,9 2 650 3,0 2 100 3,5 1 800
OH4 sous eau ou à préaction 15 < h ≤ 30 2,4 3 050 4,5 2 100 5,0 1 800
30 < h ≤ 45 3,0 3 350 6,0 2 100 6,5 1 800

NOTE 1 Les pressions indiquées sont telles que mesurées au niveau du (des) poste(s) de contrôle.
NOTE 2 Dans le cas de bâtiments qui dépassent les hauteurs indiquées, il est recommandé de démontrer que les
caractéristiques des pompes sont adéquates pour fournir les débits et pressions spécifiés en 7.3.1.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 55
EN 12845:2004

10.7.2 Systèmes précalculés — HHP et HHS sans sprinkleurs installés dans les racks
Le débit nominal et la pression nominale de la pompe pour des systèmes précalculés classés en HHP et en HHS
doivent être conformes à 7.3.2. Par ailleurs, la pompe doit être capable de fournir 140 % de ce débit à une pression
plus basse égale à 70 % au moins.

10.7.3 Systèmes calculés


Le point nominal de la pompe doit être fonction de la courbe de la surface impliquée la plus défavorisée. Les
mesures étant effectuées dans les installations d'essai du fournisseur, la pompe doit fournir une pression d'au
moins 0,5 bar supérieure à la pression requise pour la surface la plus défavorisée. La pompe doit également être
en mesure de fournir le débit et la pression requis pour la surface la plus favorisée quel que soit le niveau d'eau
de l'alimentation (voir Figure 7).

Légende
1 Surface la plus défavorisée
2 Débit de calcul de la pompe
3 Débit maximal requis
4 Surface la plus favorisée
x Débit
y Pression

Figure 7 — Courbe caractéristique d'une pompe

10.7.4 Pression et capacité en eau du réseau d'eau public surpressé


Un essai doit être effectué pour démontrer que l'alimentation sans surpression peut fournir un débit égal au débit
maximal requis plus 20 % sous une pression d'au moins 0,5 bar mesurée à l'aspiration de la pompe. Cet essai
doit être effectué sur une période de puisage maximal sur la canalisation principale.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 56
EN 12845:2004

10.7.5 Pressostats

10.7.5.1 Nombre de pressostats


Deux pressostats doivent être installés pour démarrer chaque station de pompage. Ils doivent être connectés en
série par des contacts normalement fermés afin que l'ouverture des contacts de l'un quelconque des pressostats
fasse démarrer la pompe. Le tuyau d'arrivée aux pressostats doit être d'au moins 15 mm.

10.7.5.2 Démarrage de la pompe


La première station de pompage doit démarrer automatiquement lorsque la pression dans la canalisation de trans-
port chute à une valeur d'au moins 0,8P, P étant la pression lorsque la vanne est fermée. Lorsque deux stations
de pompage sont installées, la deuxième pompe doit démarrer avant que la pression ne chute à une valeur d'au
moins 0,6P. Une fois que la pompe a démarré, elle doit continuer à fonctionner jusqu'à ce qu'elle soit arrêtée
manuellement.

10.7.5.3 Essais des pressostats


Des dispositifs doivent être prévus pour contrôler le démarrage des pompes avec chaque pressostat. Si un robinet
d'isolement est installé sur le raccordement entre la canalisation de transport et un pressostat déclenchant le
démarrage d'une pompe, un clapet anti-retour doit être installé en parallèle avec le robinet d'isolement de telle
sorte qu'une chute de pression dans la canalisation de transport soit transmise au pressostat, même si le robinet
d'isolement est fermé.

10.8 Stations de pompage entraînées électriquement


10.8.1 Généralités

10.8.1.1 Le réseau d'alimentation électrique doit être disponible à tout moment.

10.8.1.2 Une documentation mise à jour, comprenant notamment les plans de l'installation, les schémas de
l'alimentation générale et des transformateurs et les branchements pour alimenter le tableau régulateur des pom-
pes ainsi que le moteur, les circuits et signaux d'alarme et de commande, doit être tenue à disposition dans le
compartiment des pompes ou des vannes de sprinkleurs.

10.8.2 Alimentation électrique

10.8.2.1 L'alimentation du régulateur des pompes doit être uniquement réservée à l'utilisation de la station de
pompage des sprinkleurs et doit être séparée de tous les autres branchements. Lorsque l'installation électrique le
permet, l'alimentation électrique du régulateur des pompes doit se faire à partir de l'entrée de l'interrupteur général
sur la ligne d'entrée des locaux et, lorsque cela n'est pas permis, par un branchement sur l'interrupteur général.
Les fusibles dans le régulateur des pompes doivent présenter une capacité de rupture élevée et ils doivent être
capables de transporter le courant de démarrage pendant une période d'au moins 20 s.

10.8.2.2 Tous les câbles doivent être protégés contre l'incendie et les dommages mécaniques.
Pour protéger les câbles d'une exposition directe à un feu, ils doivent être acheminés à l'extérieur du bâtiment ou
dans les parties du bâtiment où le risque d'incendie est négligeable et qui sont séparées d'un risque significatif
d'incendie par des murs, cloisons ou planchers présentant une tenue au feu d'au moins 60 min ; sinon, ils doivent
être munis d'une protection directe supplémentaire ou être enterrés. Les câbles doivent être d'un seul tenant, sans
raccords.

10.8.3 Tableau de distribution principal

10.8.3.1 Le tableau de distribution principal des locaux doit être situé dans un compartiment résistant au feu
réservé exclusivement aux alimentations électriques.
Les connexions électriques dans le tableau de distribution principal doivent être telles que le régulateur des pom-
pes ne soit pas isolé lorsqu'on isole d'autres services.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 57
EN 12845:2004

10.8.3.2 Chaque interrupteur sur l'alimentation dédiée à la pompe de sprinkleurs doit être étiqueté :
ALIMENTATION DE POMPE POUR SPRINKLEURS — NE PAS COUPER EN CAS D'INCENDIE
Les lettres de l'avis doivent avoir une hauteur d'au moins 10 mm et être de couleur blanche sur fond rouge. L'inter-
rupteur doit être verrouillé de manière à être protégé contre toute manipulation intempestive.

10.8.4 Installation entre le tableau de distribution principal et l’armoire de commande de la pompe


Le courant utilisé pour calculer les dimensions correctes du câble doit être déterminé en prenant 150 % du courant
à pleine charge le plus élevé possible.

10.8.5 Armoire de commande de la pompe

10.8.5.1 L’armoire de commande de la pompe doit être capable :


a) de démarrer le moteur automatiquement à la réception d'un signal transmis par les pressostats ;
b) de démarrer le moteur en cas de commande manuelle ;
c) d'arrêter le moteur par commande manuelle uniquement.
Elle doit être équipée d'un ampèremètre.
Dans le cas de pompes submersibles, une plaque signalétique indiquant ses caractéristiques doit être apposée
sur l’armoire de commande de la pompe.

10.8.5.2 Excepté dans le cas de pompes submersibles, l’armoire de commande de la pompe doit être placée
dans le même compartiment que le moteur électrique et la pompe.

10.8.5.3 Les contacts doivent être conformes à la catégorie d'utilisation AC-4 de l’EN 60947-1 et l’EN 60947-4.

10.8.6 Surveillance du fonctionnement des pompes

10.8.6.1 Les points suivants doivent être surveillés (voir Annexe I) :


— puissance disponible pour le moteur sur les trois phases ;
— besoins au moment du pompage ;
— fonctionnement des pompes ;
— échec du démarrage.

10.8.6.2 Toutes les conditions surveillées doivent être indiquées visuellement et séparément dans le local des
pompes. Elles doivent également faire l'objet d'une indication visuelle et sonore au niveau du poste occupé en
permanence par un employé responsable. Le fonctionnement des pompes et les alarmes de défaillance doivent
également faire l'objet d'une indication sonore au même endroit.

10.8.6.3 L'indication visuelle de défaillance doit être jaune. Les signaux sonores doivent avoir une intensité d'au
moins 75 dB et doivent pouvoir être mis en sourdine.

10.8.6.4 Un test des lampes doit être installé pour vérifier les lampes de signalisation.

10.9 Stations de pompage entraînées par des moteurs diesel


10.9.1 Généralités
Le moteur diesel doit être capable de fonctionner continuellement à pleine charge, à l'altitude du site, avec une
puissance nominale de sortie continue conforme à l'ISO 3046.
La pompe doit être totalement opérationnelle dans les 15 s qui suivent le début de la séquence de démarrage.
Les pompes horizontales doivent avoir un accouplement direct.
Le démarrage et le fonctionnement automatiques de la station de pompage ne doivent pas dépendre d'une autre
source d'énergie que le moteur et ses batteries.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 58
EN 12845:2004

10.9.2 Moteurs
Le moteur doit être capable de démarrer à une température de 5 °C dans la salle des moteurs.
Il doit être équipé d'un régulateur permettant de régler la vitesse du moteur à ± 5 % de sa vitesse nominale dans
des conditions de charge normales et il doit être construit de telle sorte que tout dispositif mécanique fixé sur le
moteur qui pourrait empêcher le moteur de démarrer automatiquement retourne en position de démarrage.

10.9.3 Système de refroidissement


Les systèmes de refroidissement doivent être de l'un des types suivants :
a) un refroidissement par un circuit d'eau à partir de la pompe des sprinkleurs directement dans les chemises des
cylindres du moteur, via un dispositif de détente si nécessaire, conformément à la spécification du fournisseur.
Le tuyau de sortie doit être à écoulement libre de telle manière que l'eau refoulée soit visible ;
b) un échangeur de chaleur, où l'eau est prélevée par piquage sur la pompe des sprinkleurs, via un dispositif de
détente si nécessaire, conformément à la spécification du fournisseur. Le tuyau de sortie doit être à écoule-
ment libre de telle manière que l'eau refoulée soit visible. Une pompe auxiliaire entraînée par le moteur doit
assurer la circulation de l'eau contenue dans le circuit fermé. Si la pompe auxiliaire est entraînée par courroie,
elle doit être munie de plusieurs courroies de telle sorte que, même en cas de rupture de la moitié des cour-
roies, les courroies restantes soient en mesure d'entraîner la pompe. La capacité du circuit fermé doit être con-
forme à la valeur spécifiée par les fournisseurs des moteurs ;
c) un radiateur refroidi par air, avec un ventilateur entraîné par le moteur au moyen de plusieurs courroies. En
cas de rupture de la moitié des courroies, les courroies restantes doivent être capables d'entraîner le
ventilateur. Une pompe auxiliaire entraînée par le moteur doit assurer la circulation de l'eau contenue dans le
circuit fermé. Si la pompe auxiliaire est entraînée par courroie, elle doit être munie de plusieurs courroies de
telle sorte que, même en cas de rupture de la moitié des courroies, les courroies restantes soient en mesure
d'entraîner la pompe. La capacité du circuit fermé doit être conforme à la valeur spécifiée par les fournisseurs
des moteurs ;
d) un refroidissement direct par air du moteur au moyen d'un ventilateur entraîné par plusieurs courroies. En cas
de rupture de la moitié des courroies, les courroies restantes doivent être capables d'entraîner le ventilateur.

10.9.4 Filtrage de l'air


La prise d'air du moteur doit être munie d'un filtre adéquat.

10.9.5 Système d'échappement


Le tuyau d'échappement doit être muni d'un silencieux adéquat et la contre-pression totale ne doit pas être supé-
rieure à la valeur recommandée par le fournisseur.
Lorsque le tuyau d'échappement est plus haut que le moteur, des moyens doivent être prévus pour empêcher les
condensats de revenir au moteur. Le tuyau d'échappement doit être placé de manière à empêcher les gaz
d'échappement de revenir dans le local des pompes. Il doit être isolé et installé de manière à ne pas provoquer
de risques d'incendie.

10.9.6 Combustible, réservoir de combustible et tuyaux de combustible


La qualité du combustible diesel utilisé doit être conforme aux recommandations du fournisseur. Le réservoir de
combustible doit avoir une capacité suffisante pour permettre au moteur de fonctionner à pleine charge pendant :
• 3 h pour un LH ;
• 4 h pour un OH ;
• 6 h pour un HHP et un HHS.
Le réservoir de combustible doit être en acier soudé. Lorsque l'installation comporte plusieurs moteurs, chacun
d'entre eux doit disposer d'un réservoir de combustible et d'un tuyau d'alimentation en combustible distincts.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 59
EN 12845:2004

Le réservoir de combustible doit être fixé à un niveau plus élevé que la pompe à combustible du moteur afin
d'assurer une hauteur positive ; toutefois, il ne doit pas être installé directement au-dessus du moteur. Le réservoir
de combustible doit être équipé d'un indicateur de niveau de combustible robuste.
Toutes les vannes installées sur le tuyau d'alimentation en combustible entre le réservoir de combustible et les
moteurs doivent être situées à proximité du réservoir, être munies d'un indicateur et être verrouillées en position
ouverte. Les raccords de tuyauterie ne doivent pas être soudés. Des tuyaux métalliques doivent être utilisés pour
les canalisations de combustible.
Le tuyau d'alimentation doit être situé à au moins 20 mm au-dessus du fond du réservoir de combustible. Une
vanne de vidange d'au moins 20 mm de diamètre doit être installée sur la base du réservoir.
NOTE Il est recommandé que la tubulure d’évent du réservoir de combustible se termine à l'extérieur du bâtiment.

10.9.7 Mécanisme de démarrage

10.9.7.1 Généralités
Des systèmes de démarrage automatique et manuel doivent être installés et doivent être indépendants, excepté
que le moteur de démarrage et les batteries peuvent être communs aux deux systèmes.
Il doit être possible de démarrer le moteur diesel soit automatiquement, à la réception d'un signal transmis par les
pressostats, soit manuellement au moyen d'un bouton poussoir situé sur le régulateur des pompes. Il ne doit être
possible d'arrêter le moteur diesel que manuellement ; les dispositifs de surveillance du moteur ne doivent pas
entraîner l'arrêt du moteur.
La tension nominale des batteries et du moteur de démarrage ne doit pas être inférieure à 12 V.

10.9.7.2 Système de démarrage automatique


La séquence de démarrage automatique doit comprendre six tentatives de démarrage du moteur, chacune d'entre
elles durant de 5 à 10 s, avec une pause maximale de 10 s entre deux tentatives successives. Le dispositif de
démarrage doit se remettre lui-même automatiquement à zéro. Il doit fonctionner indépendamment de l'alimenta-
tion de la canalisation.
Le système doit commuter automatiquement sur l'autre batterie après chaque tentative de démarrage. La tension
de commande doit être prélevée simultanément sur les deux batteries. Des installations doivent être prévues pour
empêcher une batterie d'en endommager une autre.

10.9.7.3 Système de démarrage manuel d'urgence


Un dispositif de démarrage manuel d'urgence, dont la puissance de démarrage est prélevée sur les deux
batteries, doit être installé avec un couvercle cassable. Des installations doivent être prévues pour empêcher une
batterie d'en endommager une autre.

10.9.7.4 Installation d'essai pour système de démarrage manuel


Un bouton d'essai de démarrage manuel et un voyant lumineux doivent être installés pour permettre un essai
périodique du système de démarrage électrique manuel, sans avoir à briser le couvercle protégeant le bouton du
dispositif de démarrage manuel d'urgence. Le tableau du démarreur doit porter le marquage suivant, à proximité
du voyant :
ACTIONNER LE BOUTON D'ESSAI DE DÉMARRAGE MANUEL SI LE VOYANT EST ALLUMÉ
Le bouton d'essai de démarrage manuel ne doit être mis en ligne qu'après un démarrage automatique du moteur
suivi d'un arrêt ou après six tentatives successives infructueuses de démarrage automatique. L'une ou l'autre de
ces deux conditions doit provoquer l'allumage du voyant lumineux et mettre en ligne le bouton d'essai de démar-
rage manuel, en parallèle avec le bouton poussoir de démarrage manuel d'urgence.
Lorsqu'un démarrage manuel a été effectué, le circuit utilisé à cet effet doit devenir automatiquement inopérant et
le voyant lumineux doit s'éteindre. Le dispositif de démarrage automatique doit être disponible, même lorsque le
circuit du bouton d'essai de démarrage manuel est activé.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 60
EN 12845:2004

10.9.7.5 Moteur du démarreur


Le moteur du démarreur électrique doit comprendre un pignon mobile qui s'engrène automatiquement avec la
denture d'un volant. Pour éviter une charge de choc, le système ne doit pas appliquer la pleine puissance au
moteur du démarreur tant que le pignon n'est pas complètement engrené. Le pignon ne doit pas être éjecté de sa
position engrenée par un allumage spasmodique du moteur. Un dispositif doit être installé pour empêcher toute
tentative d'engagement lorsque le moteur tourne.
Le moteur du démarreur doit cesser de fonctionner et doit retourner en position de repos si le pignon ne parvient
pas à s'engrener avec la denture du volant. Après une tentative d'engagement infructueuse, le moteur du démar-
reur doit effectuer automatiquement d'autres tentatives pour obtenir un engrènement.
Lorsque le moteur démarre, le pignon du moteur du démarreur doit se dégager automatiquement de la denture
du volant au moyen d'un dispositif déclenché par un capteur de vitesse. Des pressostats, installés par exemple
sur le circuit de lubrification du moteur ou au refoulement de la pompe à eau, ne doivent pas être utilisés comme
moyens de désactivation du moteur du démarreur.
Les capteurs de vitesse doivent être couplés directement au moteur ou être commandés par engrenage par le
moteur. Les transmissions flexibles ne doivent pas être utilisées.

10.9.8 Batteries du moteur du démarreur électrique


Deux alimentations séparées par batteries doivent être installées et ne doivent être utilisées à aucune autre fin.
Les batteries doivent être des éléments parallélépipédiques rechargeables au nickel-cadmium, conformément à
l’EN 60623, ou des batteries au plomb positives conformes à l’EN 50342.
L'électrolyte des batteries au plomb doit être conforme à l’EN 50342.
Les batteries doivent être choisies, utilisées, chargées et entretenues conformément aux exigences de la présente
norme et aux instructions du fournisseur.
Un densimètre adéquat doit être fourni pour vérifier la densité de l'électrolyte.

10.9.9 Chargeurs de batteries


Chaque batterie du démarreur doit être munie d'un chargeur indépendant à tension constante, raccordé en per-
manence et entièrement automatique, conforme aux spécifications du fournisseur. Il doit être possible de déposer
l'un des chargeurs alors que l'autre reste opérationnel.
NOTE 1 Il est recommandé que les chargeurs pour batteries au plomb fournissent une tension flottante de (2,25 ± 0,05) V
par élément. Il est recommandé que la tension nominale de charge soit adaptée aux conditions locales (climat, entretien
régulier, etc.). Il est recommandé qu'un dispositif de charge temporaire à régime élevé soit fourni pour charger à une tension
plus élevée ne dépassant pas 2,7 V par élément. La puissance de sortie du chargeur recommandée est comprise entre
3,5 % et 7,5 % de la capacité de la batterie sur 10 h.

NOTE 2 Il convient que les chargeurs pour batteries à éléments parallélépipédiques au nickel-cadmium fournissent une
tension flottante de (1,445 ± 0,025) V par élément. Il convient que la tension nominale de charge soit adaptée aux condi-
tions locales (climat, entretien régulier, etc.). Il est recommandé qu'un dispositif de charge temporaire à régime élevé soit
fourni pour charger à une tension plus élevée ne dépassant pas 1,75 V par élément. La puissance de sortie du chargeur
recommandée est comprise entre 25 % et 167 % de la capacité de la batterie sur 5 h.

10.9.10 Emplacement des batteries et des chargeurs


Les batteries doivent être montées sur des supports.
Les chargeurs peuvent être montés avec les batteries. Les batteries et chargeurs doivent être situés dans des
emplacements facilement accessibles où la probabilité de contamination par le fuel, l'humidité, l'eau de refroidis-
sement des stations de pompage ou celle de dommages dus aux vibrations est minimale. La batterie doit être
installée aussi près que possible du moteur du démarreur en tenant compte des contraintes ci-dessus afin de
réduire autant que possible la chute de tension entre la batterie et la borne du moteur du démarreur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 61
EN 12845:2004

10.9.11 Indication d'alarme du démarreur


Les conditions suivantes doivent chacune être signalées localement et dans un emplacement surveillé par un res-
ponsable (voir Annexe I) :
a) l'utilisation d'un interrupteur qui empêche le moteur de démarrer automatiquement ;
b) l'absence de démarrage du moteur après les six tentatives ;
c) le fonctionnement des pompes ;
d) la défaillance du régulateur du moteur diesel.
Les voyants lumineux doivent être marqués de manière appropriée.

10.9.12 Outils et pièces de rechange


Une trousse d'outils standards, tels que recommandés par les fournisseurs du moteur et des pompes, doit être
fournie avec les pièces de rechange suivantes :
a) deux filtres à combustible complets, avec éléments et joints d'étanchéité ;
b) deux filtres à huile de lubrification complets, avec éléments et joints d'étanchéité ;
c) deux jeux de courroies (si utilisées) ;
d) un jeu complet de joints, garnitures et flexibles du moteur ;
e) deux buses d'injection.

10.9.13 Essais et mise en service du moteur

10.9.13.1 Essai effectué par le fournisseur et certification des résultats


Chaque ensemble moteur et pompe complet doit être contrôlé par le fournisseur pendant au moins 1,5 h, au débit
nominal. Les points suivants doivent être consignés sur le certificat d'essai :
a) la vitesse du moteur lorsque la pompe fonctionne à plein régime ;
b) la vitesse du moteur lorsque la pompe refoule de l'eau au débit nominal ;
c) la pression maximale de la pompe ;
d) la hauteur d'aspiration au niveau de l'aspiration de la pompe ;
e) la pression de refoulement de la pompe au débit nominal en aval de tout diaphragme de sortie ;
f) la température ambiante ;
g) l'augmentation de température de l'eau de refroidissement après un fonctionnement de 1,5 h ;
h) le débit de l'eau de refroidissement ;
i) la température de l'huile de lubrification au terme de l'essai ;
j) lorsque le moteur est muni d'un échangeur de chaleur, la température initiale et l'augmentation de température
de l'eau de refroidissement en circuit fermé du moteur.

10.9.13.2 Essai de mise en service sur le site


Lors de la mise en service d'une installation, le système de démarrage automatique du moteur diesel doit être
actionné, l'alimentation en combustible étant coupée, pendant les six cycles, chacun des cycles étant composé
d'une période de lancement du moteur d'au moins 15 s et d'une période de repos d'au moins 10 s et de 15 s au
maximum. Au terme des six cycles de démarrage, l'alarme de défaut de démarrage doit fonctionner. L'alimenta-
tion en combustible doit alors être rétablie et le moteur doit démarrer lorsque le bouton d'essai de démarrage
manuel est actionné.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 62
EN 12845:2004

11 Type et taille de l'installation


11.1 Installations sous eau
11.1.1 Généralités
Sauf lorsque qu’elles sont couvertes par le 11.1.2, les installations sous eau sont remplies en permanence d'eau
sous pression. Les installations sous eau ne doivent être installées que dans les locaux où l'installation ne risque
pas d'être endommagée par le gel et lorsque la température ambiante ne peut pas dépasser 95 °C.
Seules des installations sous eau doivent être utilisées pour des réseaux maillés et bouclés.

11.1.2 Protection contre le gel


Les parties de l'installation soumises au gel peuvent être protégées par une liquide antigel, par un chauffage élec-
trique des canalisations ou par des installations en dérivation sous air ou alternatives (voir 11.5).

11.1.2.1 Protection par liquide antigel


Le nombre de sprinkleurs compris dans un tronçon de canalisation protégé par un liquide antigel ne doit pas être
supérieur à 20. Lorsque plus de deux tronçons protégés par un liquide antigel sont contrôlés par un seul poste de
contrôle, le nombre total de sprinkleurs dans les tronçons protégés par un liquide antigel ne doit pas être supérieur
à 100. La solution antigel doit présenter un point de congélation inférieur à la température minimale prévue pour
la région. La densité de la solution préparée doit être vérifiée à l'aide d'un densimètre adéquat. Les réseaux dont
la protection repose sur un liquide antigel doivent être équipés de disconnecteurs hydrauliques empêchant la con-
tamination de l'eau.

11.1.2.2 Protection par chauffage électrique des canalisations


Le système de chauffage des canalisations doit faire l'objet d'une surveillance permettant de détecter toute
défaillance de l'alimentation en énergie et toute défaillance de l'élément ou des éléments de chauffage ou bien du
ou des capteurs (voir Annexe I). Les canalisations doivent être munies d'une isolation Euroclass A1 ou A2 ou équi-
valente dans les systèmes de classification nationaux.
Des éléments de chauffage doubles doivent être fournis sur toute la longueur des canalisations non chauffées.
Chacun des deux éléments de chauffage doit être capable de maintenir les canalisations à une température mini-
male d'au moins 4 °C. Chaque circuit doit être surveillé et déclenché électriquement par des circuits séparés. Il
ne faut pas enrouler une longueur de ruban chauffant sur d'autres longueurs de ruban. Le ruban chauffant doit
être fixé sur le côté de la canalisation d'alimentation opposé aux têtes de sprinkleurs. Le ruban chauffant doit
s'arrêter au maximum à 25 mm de l'extrémité des canalisations. Un matériau isolant, Euroclass A1 ou A2 ou d’un
type équivalent dans les systèmes de classification nationaux, de 25 mm d'épaisseur au minimum avec enveloppe
hydrofuge doit être installé sur toutes les canalisations protégées par chauffage électrique. L’étanchéité des extré-
mités doit être assurée pour empêcher toute pénétration d'eau. Les rubans chauffants doivent avoir une puissance
maximale égale à 10 W/m.

11.1.3 Taille des installations


La superficie maximale protégée par un seul clapet d'alarme sous eau, y compris les sprinkleurs installés en déri-
vation, ne doit pas dépasser la superficie indiquée au Tableau 17.

Tableau 17 — Superficie maximale protégée par des installations sous eau et à préaction

Superficie maximale protégée par poste de contrôle


Classe de risque
m2

LH 10 000

OH, y compris tous sprinkleurs classés LH 12 000


(sauf dérogations spécifiées dans les Annexes D et F)

HH, y compris tous sprinkleurs classés OH et LH 9 000


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 63
EN 12845:2004

11.2 Installations sous air


11.2.1 Généralités
Les installations sous air sont normalement remplies d'air ou de gaz inerte sous pression en aval du clapet
d'alarme sous air et d'eau sous pression en amont du clapet d'alarme sous air.
Une alimentation permanente en air/gaz inerte doit être installée pour maintenir la pression dans les canalisations.
La pression dans l'installation doit être comprise dans la plage de pression recommandée par le fournisseur du
clapet d'alarme.
Les installations sous air doivent être montées uniquement dans les emplacements où existe une possibilité de
détérioration par le gel ou lorsque la température dépasse 70 °C, comme par exemple dans des fours de séchage.

11.2.2 Taille des installations


Le volume net des canalisations en aval du poste de contrôle ne doit pas dépasser la valeur indiquée au
Tableau 18 à moins qu'un calcul et un essai ne démontrent que le temps maximal entre l'ouverture d'un sprinkleur
et la projection d'eau est inférieur à 60 s. L'essai doit être effectué en utilisant la vanne d'essai la plus éloignée,
spécifiée en 15.5.2.
NOTE Il est fortement recommandé de ne pas utiliser d'installations sous air et alternatives pour des applications
classées en HHS car le délai requis pour que l'eau atteigne les premiers sprinkleurs en service pourrait sérieusement com-
promettre l'efficacité du système.

Tableau 18 — Taille maximale par installation — Installations sous air et alternatives

Volume maximal des canalisations

Type d'installation m3

LH et OH HH

Sans accélérateur, ni exhausteur 1,5 —

Avec accélérateur ou exhausteur 4,0 3,0

11.3 Installations alternatives


11.3.1 Généralités
Les installations alternatives comprennent soit un clapet d'alarme mixte, soit un ensemble mixte comportant un
clapet d'alarme sous eau et un clapet d'alarme sous air. Pendant les mois d'hiver, les canalisations de l'installation
situées en aval du clapet d'alarme mixte ou du clapet d'alarme sous air sont remplies d'air ou de gaz inerte sous
pression et le reste du système situé en amont du clapet d'alarme est rempli d'eau sous pression. Pendant les
autres périodes de l'année, l'installation fonctionne comme une installation sous eau.

11.3.2 Taille des installations


Le volume net des canalisations en aval du poste de contrôle ne doit pas dépasser la valeur indiquée au
Tableau 18.

11.4 Installations à préaction


11.4.1 Généralités
Les installations à préaction doivent être de l'un des types suivants :
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 64
EN 12845:2004

11.4.1.1 Installation à préaction de type A


Il s'agit d'une installation sous air par ailleurs normale dans laquelle le poste de contrôle est actionné non pas par
le fonctionnement des sprinkleurs mais par un système automatique de détection d'incendie.
La pression d'air/gaz inerte dans l'installation doit être surveillée en permanence (voir Annexe I). Au moins une
vanne manuelle à ouverture rapide doit être installée à un emplacement approprié pour permettre d'actionner la
vanne à préaction en cas d'urgence.
NOTE Il convient que les installations à préaction de type A ne soient installées que dans des zones où des dommages
considérables pourraient être causés par une décharge accidentelle d'eau.

11.4.1.2 Installation à préaction de type B


Il s'agit d'une installation sous air par ailleurs normale dans laquelle le poste de contrôle est actionné soit par un
système automatique de détection d'incendie, soit par le fonctionnement des sprinkleurs. Indépendamment de la
réponse des détecteurs, une chute de pression dans les canalisations entraîne l'ouverture du clapet d'alarme.
Les installations à préaction de type B peuvent être installées partout où une installation sous air est requise et où
l'on s'attend à ce que la propagation d'un feu soit rapide. Elles peuvent également être utilisées à la place des
installations sous air ordinaires avec ou sans accélérateur ou exhausteur.

11.4.1.3 Systèmes d'extinction de type sprinkleur comportant au moins deux installations à préaction
Lorsqu'un système d'extinction de type sprinkleur comporte plusieurs installations de sprinkleurs à préaction, une
évaluation des risques doit être faite pour déterminer la possibilité d'un fonctionnement simultané de plusieurs de
ces installations. Si le déclenchement simultané de plusieurs installations de type sprinkleur à préaction est envi-
sageable, les dispositions suivantes doivent être prises :
a) le volume des sources d'eau stockées doit être augmenté du volume de l'ensemble des installations à
préaction ;
b) le délai entre le déclenchement de plusieurs installations à préaction et la décharge d'eau par une vanne
d'essai éloignée sur les installations concernées ne doit pas dépasser 60 s.

11.4.2 Système automatique de détection


Le système de détection doit être installé dans toutes les pièces et tous les compartiments protégés par le
système d'extinction de type sprinkleur à préaction et il doit être conforme aux parties applicables de l'EN 54. En
leur absence, l’installation doit être effectuée en respectant les spécifications appropriées en vigueur dans le lieu
d’utilisation du système de type sprinkleur.

11.4.3 Taille des installations


Le nombre de sprinkleurs contrôlés par un clapet d'alarme à préaction ne doit pas dépasser le nombre indiqué au
Tableau 17.

11.5 Installation en dérivation sous air ou alternative


11.5.1 Généralités
Les installations en dérivation sous air ou alternatives doivent être conformes au 11.2 et 11.3, excepté qu'elles
seront d'étendue limitée et constitueront des extensions d'installations normales sous eau.
Elles doivent être installées de la manière suivante exclusivement :
a) sous la forme d'une dérivation sous air ou alternative d'une installation sous eau dans de petites zones où
existe un risque de détérioration par le gel à l'intérieur d'un bâtiment par ailleurs convenablement chauffé ;
b) sous la forme d'une dérivation sous air d'une installation sous eau ou alternative dans des entrepôts frigorifi-
ques et dans des fours ou étuves à haute température.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 65
EN 12845:2004

11.5.2 Taille des installations en dérivation


Le nombre de sprinkleurs dans une installation en dérivation ne doit pas être supérieur à 100. Lorsque plus de
deux installations en dérivation sont contrôlées par un même poste de contrôle, le nombre total de sprinkleurs
dans ce type d’installation ne doit pas être supérieur à 250.

11.6 Installation en dérivation à pulvérisation d'eau


Ces dérivations utilisent des sprinkleurs ouverts ou pulvérisateurs raccordés à une installation de sprinkleurs par
l'intermédiaire de leur propre vanne de commande (vanne «déluge» ou commande multiple).
Les dérivations à pulvérisation d'eau peuvent être raccordées à une installation de sprinkleurs à condition que le
raccordement ne soit pas supérieur à 80 mm et que les besoins en eau supplémentaires soient pris en compte
lors du calcul des sources d'eau (voir article 8).
Ces installations sont montées dans des zones où des feux intenses à développement très rapide sont à craindre
et où il est souhaitable d'arroser d'eau une zone déterminée dans laquelle le feu peut s'étendre dès l'origine.

12 Espacement et emplacement des sprinkleurs

12.1 Généralités
12.1.1 Sauf spécification contraire, toutes les mesures de l'espacement des sprinkleurs doivent être effectuées
dans le plan horizontal.

12.1.2 Un espace libre doit toujours être maintenu sous le déflecteur des sprinkleurs sous toiture et sous plafond,
cet espace étant d'au moins :
a) pour des installations classées en LH et OH :
• 0,3 m pour des sprinkleurs à diffusion plate ;
• 0,5 m dans tous les autres cas ;
b) pour des installations classées en HHP et HHS :
• 1,0 m.

12.1.3 Les sprinkleurs doivent être installés comme spécifié par le fournisseur.
Sauf en cas d'utilisation de sprinkleurs antigel pendants, les sprinkleurs sur canalisation sous air, ceux des instal-
lations alternatives et à préaction doivent être montés en position debout. Pour les sprinkleurs installés en position
debout, les étriers doivent être parallèles à la canalisation.
NOTE 1 Les sprinkleurs installés debout peuvent être moins sujets aux détériorations mécaniques et à l'accumulation de
corps étrangers dans les raccords. Ils facilitent en outre la vidange complète de l'eau contenue dans les canalisations des
sprinkleurs.

NOTE 2 Les sprinkleurs installés en position pendante permettent de décharger de plus grandes densités d'eau à une
vitesse supérieure sous l'axe du sprinkleur et au voisinage immédiat ; ils peuvent donc présenter de meilleures possibilités
de maîtrise du feu dans certaines applications comme la protection dans les racks et la protection des zones de stockage.

12.2 Surface maximale de couverture par sprinkleur


La surface maximale de couverture par sprinkleur doit être déterminée conformément au Tableau 19 pour des
sprinkleurs autres que des sprinkleurs muraux et conformément au Tableau 20 pour des sprinkleurs muraux.
NOTE Des exemples sont fournis à la Figure 8 où les dimensions S et D sont les distances entre des sprinkleurs de plans
opposés.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 66
EN 12845:2004

Tableau 19 — Couverture et espacement maximaux pour des sprinkleurs


autres que des sprinkleurs muraux

Distances maximales, telles qu'indiquées à la Figure 8


Surface maximale m
Classe de risque par sprinkleur
Disposition standard Disposition en quinconce
m2
S et D S D

LH 21,0 4,6 4,6 4,6

OH 12,0 4,0 4,6 4,0

HHP et HHS 9,0 3,7 3,7 3,7

Légende
S Distance entre les sprinkleurs
D Distance entre les sprinkleurs

Figure 8 — Espacement des sprinkleurs sous plafond


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 67
EN 12845:2004

Tableau 20 — Couverture maximale et espacement des sprinkleurs muraux

Espacement le long
des murs
Surface
Largeur Longueur Rangées
Classe maximale Entre Disposition
de la pièce (w) de la pièce (l) de sprinkleurs
de risque par sprinkleur Entre un sprinkleur (plan horizontal)
sprinkleurs m m muraux
m2 et l'extrémité
m du mur
m

w ≤ 3,7 toutes 1 ligne simple

≤ 9,2 2 standard
3,7 < w ≤ 7,4
> 9,2 2 en quinconce

LH 17,0 4,6 2,3 w > 7,4 toutes 2 standard


(voir NOTE 1)

w ≤ 3,7 toutes 1 ligne simple

≤ 6,8 2 standard
3,7< w ≤ 7,4
> 6,8 2 en quinconce

OH 9,0 3,4 1,8 w > 7,4 toutes 2 Standard


(voir NOTE 2) (voir NOTE 1)

NOTE 1 Une ou plusieurs rangées supplémentaires de sprinkleurs sous toiture ou sous plafond sont requises.
NOTE 2 Peut être porté à 3,7 m à condition que le plafond présente une tenue au feu d'au moins 120 min.
NOTE 3 Il est recommandé de placer les déflecteurs des sprinkleurs à une distance comprise entre 0,1 m et 0,15 m au-dessous du
plafond et à une distance horizontale comprise entre 0,05 m et 0,15 m du mur.
NOTE 4 Il est recommandé que le plafond ne présente aucun obstacle dans un carré s'étendant le long du mur sur 1,0 m de chaque côté
du sprinkleur et sur 1,8 m perpendiculairement au mur.

12.3 Distance minimale entre sprinkleurs


Les sprinkleurs ne doivent pas être installés à des intervalles de moins de 2 m, excepté dans les cas suivants :
— lorsque des dispositions sont prises pour empêcher des sprinkleurs adjacents de s'arroser mutuellement. Cet
effet peut être obtenu par l'utilisation de déflecteurs d'environ 200 mm × 150 mm ou par l'utilisation de dispo-
sitions de construction appropriées ;
— sprinkleurs intermédiaires dans des racks ;
— escaliers roulants et cages d'escaliers (voir 12.4.11).

12.4 Emplacement des sprinkleurs par rapport à la structure du bâtiment


12.4.1 La distance maximale entre les murs et cloisons et les sprinkleurs doit correspondre à la plus petite des
valeurs appropriées suivantes :
• 2,0 m pour une disposition standard ;
• 2,3 m pour une disposition en quinconce ;
• 1,5 m lorsque le plafond ou le toit est à poutres apparentes ou lorsque les chevrons sont apparents ;
• 1,5 m de la face ouverte des bâtiments à face ouverte ;
• 1,5 m aux endroits où les murs extérieurs sont construits dans des matériaux combustibles ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 68
EN 12845:2004

• 1,5 m aux endroits où les murs extérieurs sont en métal, avec ou sans revêtement combustible ou matériaux
isolants ;
• la moitié de la distance maximale indiquée dans les Tableaux 19 et 20.

12.4.2 Les sprinkleurs doivent être installés à une distance maximale de 0,3 m sous la face inférieure des pla-
fonds combustibles ou de 0,45 m sous les plafonds ou toits Euroclass A1 ou A2 ou de type équivalent dans les
systèmes de classification nationaux.
Lorsque cela est possible, les sprinkleurs doivent être placés de telle sorte que le déflecteur se situe à une
distance comprise entre 0,075 m et 0,15 m au-dessous du plafond ou du toit ; sauf en cas d'utilisation de sprin-
kleurs affleurants ou encastrés dans le plafond. Lorsque les circonstances obligent à utiliser les distances maxi-
males de 0,3 m et de 0,45 m, la surface impliquée doit être aussi réduite que possible.

12.4.3 Les sprinkleurs doivent être installés de telle sorte que leurs déflecteurs soient parallèles à la pente du
toit ou du plafond. Lorsque la pente est supérieure à 30° par rapport au plan horizontal, une rangée de sprinkleurs
doit être fixée au sommet du faîtage ou à une distance radiale maximale de 0,75 m du faîtage.

12.4.4 La distance entre le bord d'un dôme et les sprinkleurs les plus proches ne doit pas être supérieure à 1,5 m.

12.4.5 Les lucarnes d'un volume supérieur à 1 m3, mesuré au-dessus du niveau normal du plafond, doivent être
protégées par des sprinkleurs à moins que la distance entre le niveau normal du plafond et le sommet de la
lucarne ne dépasse pas 0,3 m ou que le châssis soit affleurant et que la vitre soit de niveau avec le toit ou le pla-
fond.

12.4.6 Poutres et solives

Légende
D Déflecteur
a Distance à partir de la poutre/solive
b Distance à partir de la face intérieure de la poutre/solive

Figure 9 — Emplacement des sprinkleurs par rapport aux poutres

Lorsque le déflecteur (en D, Figure 9) est placé au-dessus du niveau de la face inférieure des poutres, solives ou
éléments de construction similaires, l'une des solutions suivantes doit être adoptée afin de s'assurer que la
décharge efficace des sprinkleurs n'est pas perturbée :
a) les dimensions indiquées à la Figure 9 doivent être conformes aux valeurs spécifiées à la Figure 10 ;
b) les exigences d'espacement spécifiées en 12.4.7 doivent être appliquées ;
c) la poutre doit être protégée de chaque côté comme si c'était un mur.
Les sprinkleurs doivent être placés directement au-dessus des poutres ou solives dont la largeur est inférieure
à 0,2 m, à une distance verticale d'au moins 0,15 m.
Dans tous les cas, les espaces libres sous plafond spécifiés en 12.4.2 sont applicables.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 69
EN 12845:2004

Si aucune des solutions proposées ci-dessus n'est réalisable, par exemple du fait qu'elle conduit à un grand nom-
bre de sprinkleurs, les poutres doivent être évidées et les sprinkleurs installés sous le plafond plat ainsi formé.

Légende
1 Sprinkleur pendant à diffusion moyenne
2 Sprinkleur conventionnel debout
3 Sprinkleur debout à diffusion moyenne
4 Sprinkleur conventionnel pendant
x Distance horizontale minimale (a) entre la poutre et le sprinkleur, en mètres
y Hauteur du déflecteur (b) au-dessus (+) ou au-dessous (–) de la poutre, en mètres

Figure 10 — Distance entre un déflecteur de sprinkleur et les poutres

12.4.7 Poutres et travées


Lorsque des travées étroites sont formées entre des poutres dont la distance entraxe n'est pas supérieure à 1,5 m,
les règles d'espacement suivantes doivent être utilisées :
— une rangée de sprinkleurs doit être installée au centre d'une travée sur 3, avec une autre rangée située sous
l'axe de la poutre séparant les deux travées non protégées (voir Figures 11 et 12) ;
— la distance maximale entre les sprinkleurs dans l'autre direction, c'est-à-dire dans le sens de la travée, (S aux
Figures 11 et 12), doit être conforme aux règles applicables à la classe de risque impliquée (voir 12.2) ;
— les sprinkleurs doivent être installés à une distance maximale de 1 m des murs parallèles aux poutres et à une
distance maximale de 1,5 m des murs perpendiculaires aux poutres ;
— les sprinkleurs installés à l'intérieur des travées doivent être placés de telle manière que les déflecteurs se
situent à une distance comprise entre 0,075 m et 0,15 m au-dessous de la face inférieure du plafond.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 70
EN 12845:2004

Légende
1 Plafond
2 Mur

Figure 11 — Espacement des poutres et travées


(poutres dans une seule direction)

Légende
1 Plafond
2 Mur

Figure 12 — Espacement des poutres et travées


(poutres dans les deux directions)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 71
EN 12845:2004

12.4.8 Fermes
Les sprinkleurs doivent être installés conformément à l'une des dispositions suivantes :
a) directement au-dessus ou au-dessous de la ferme lorsque la largeur de la ferme n'est pas supérieure à 0,2 m ;
b) latéralement à une distance d'au moins 0,3 m des éléments de fermes dont la largeur n'est pas supérieure
à 0,1 m ;
c) latéralement à une distance d'au moins 0,6 m des éléments de fermes de largeur supérieure à 0,1 m.

12.4.9 Piliers
Si les sprinkleurs sous toiture ou sous plafond sont installés à moins de 0,6 m de la face latérale d'un pilier, un
autre sprinkleur doit être installé à moins de 2 m de la face latérale opposée du pilier.

12.4.10 Plates-formes, gaines, etc.


Des sprinkleurs doivent être installés sous les plates-formes, gaines, panneaux chauffants, galeries, passages,
etc., qui sont :
a) rectangulaires, de plus de 0,8 m de large et à moins de 0,15 m des murs ou cloisons adjacents ;
b) rectangulaires et de plus de 1,0 m de large ;
c) circulaires, de plus de 1,0 de diamètre et à moins de 0,15 m des murs ou cloisons adjacents ;
d) circulaires et de plus de 1,2 m de diamètre.

12.4.11 Escaliers roulants et cages d'escaliers


Le nombre de sprinkleurs doit être augmenté autour des ouvertures formées dans le plafond par les escaliers rou-
lants, escaliers, etc. L'espacement entre les sprinkleurs doit être compris entre 1,5 m au minimum et 2 m au maxi-
mum. Si, en raison de la conception de la structure, par exemple des poutrelles, la distance minimale de 1,5 m ne
peut pas être maintenue, un espacement plus faible peut être utilisé sous réserve que les sprinkleurs adjacents
ne puissent pas s'arroser mutuellement.
La distance horizontale entre les sprinkleurs et l'ouverture dans le plafond ne doit pas être supérieure à 0,5 m.
Ces sprinkleurs doivent être en mesure d'assurer le débit minimal par sprinkleur spécifié pour le reste de la pro-
tection sous plafond.
Pour les besoins des calculs hydrauliques, seuls les sprinkleurs installés sur le pan le plus long de l'ouverture doi-
vent être pris en compte.

12.4.12 Goulottes et puits verticaux


Dans les puits présentant des surfaces combustibles, des sprinkleurs doivent être installés à un étage sur deux
et au sommet de toute section enfermée.
Au moins un sprinkleur doit être installé au sommet de tous les puits, excepté lorsque le puits est incombustible
et inaccessible et qu'il contient des matériaux conformes à l’Euroclass A1 ou équivalent dans les systèmes de
classification nationaux, à l'exception du câblage électrique.

12.4.13 Plafonds suspendus


L'utilisation d'un plafond suspendu sous les sprinkleurs n'est pas autorisée, à moins qu'il ait été démontré que le
matériau ne diminue pas la protection par les sprinkleurs.
Lorsque des sprinkleurs sont installés sous des plafonds suspendus, le matériau du plafond doit être d'un type
dont la stabilité a été démontrée dans des conditions d'incendie.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 72
EN 12845:2004

12.4.14 Plafonds suspendus ajourés


Des plafonds suspendus ajourés, c'est-à-dire avec une construction à cellules ouvertes régulières, peuvent être
utilisés sous des installations de sprinkleurs pour LH et OH lorsque toutes les conditions suivantes sont satisfaites :
— la surface plane ouverte totale du plafond suspendu ajouré, y compris les appareils d'éclairage, n'est pas infé-
rieure à 70 % de la surface plane du plafond ;
— les dimensions minimales des ouvertures pratiquées dans le plafond ne sont pas inférieures à 0,025 m ou pas
inférieures à l'épaisseur verticale des plafonds suspendus, selon la valeur qui est la plus importante ;
— l'intégrité structurale du plafond et de tout autre équipement, tel que les appareils d'éclairage, compris dans le
volume situé au-dessus du plafond suspendu, ne sera pas affectée par le fonctionnement du système d'extinc-
tion de type sprinkleur ;
— il n'y a pas de zones de stockage au-dessous du plafond.
Dans ces types de cas, les sprinkleurs doivent être installés de la manière suivante :
— l'espacement des sprinkleurs au-dessus du plafond ne doit pas être supérieur à 3 m ;
— la distance verticale entre le déflecteur d'un sprinkleur conventionnel ou d'un sprinkleur à diffusion moyenne et
la face supérieure du plafond suspendu ne doit pas être inférieure à 0,8 m pour des sprinkleurs autres que des
sprinkleurs à diffusion plate et ne doit pas être inférieure à 0,3 m si des sprinkleurs à diffusion plate sont utilisés ;
— des sprinkleurs supplémentaires doivent être installés pour projeter de l'eau sous les obstacles (par exemple,
sous les appareils d'éclairage) dont la largeur est supérieure à 0,8 m.
Lorsque des obstacles situés dans le vide sous plancher sont susceptibles de gêner de manière significative la
projection d'eau, ces obstacles doivent être traités comme des murs pour ce qui concerne l'espacement des
sprinkleurs.

12.5 Sprinkleurs intermédiaires dans des locaux classés en HH


12.5.1 Généralités
Les sprinkleurs protégeant des racks en double rangée doivent être installés dans les espaces longitudinaux, de
préférence à l'intersection avec l'espace transversal (voir Figures 13 et 14).
Chaque fois qu'un rack ou un élément de charpente métallique est susceptible de perturber de manière significa-
tive la projection d'eau des sprinkleurs, des sprinkleurs intermédiaires doivent être installés et pris en compte dans
le calcul du débit.
Il est nécessaire de s'assurer que l'eau projetée par les sprinkleurs fonctionnant à des niveaux intermédiaires peut
pénétrer dans les marchandises stockées. La distance entre les marchandises stockées dans des racks et pla-
cées dos à dos doit être d'au moins 0,15 m et il convient, si nécessaire, d'installer des butées pour palettes. La
distance libre entre les déflecteurs des sprinkleurs et le niveau supérieur du stockage ne doit pas être inférieure
à 0,10 m pour des sprinkleurs à diffusion plate et à 0,15 m pour les autres sprinkleurs.

12.5.2 Distance verticale maximale entre des sprinkleurs à des niveaux intermédiaires
La distance verticale entre le plancher et le niveau intermédiaire le plus bas et la distance entre deux niveaux
ne doivent pas être supérieures à 3,50 m ou deux étages, selon la valeur la plus faible, comme indiqué aux
Figures 13 et 14. Un niveau intermédiaire doit être installé au-dessus du niveau de stockage le plus élevé, excepté
lorsque tous les sprinkleurs sous plafond ou sous toiture sont situés à moins de 4 m au-dessus de la partie supé-
rieure du stockage.
Le niveau le plus élevé de sprinkleurs intermédiaires ne doit en aucun cas être installé à plus d'un étage au-des-
sous de la partie supérieure du stockage.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 73
EN 12845:2004

12.5.3 Position horizontale des sprinkleurs aux niveaux intermédiaires


Dans le cas de marchandises de catégorie I ou II, les sprinkleurs doivent si possible être installés dans l'espace
longitudinal au niveau de l'intersection avec un espace transversal sur deux, les sprinkleurs étant disposés en
quinconce par rapport à la rangée immédiatement supérieure (voir Figure 13). La distance horizontale entre les
sprinkleurs ne doit pas dépasser 3,75 m et le produit de la distance horizontale par la distance verticale entre les
sprinkleurs ne doit pas dépasser 9,8 m2.

Légende
1 Rangée de sprinkleurs
2 Étages
3 Allée
4 Espace longitudinal
5 Espace transversal

Figure 13 — Emplacement des sprinkleurs à des niveaux intermédiaires


dans des racks — Marchandises de catégorie I ou II
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 74
EN 12845:2004

Légende
1 Rangée de sprinkleurs
2 Etages
3 Allée
4 Espace longitudinal
5 Espace transversal

Figure 14 — Emplacement des sprinkleurs à des niveaux intermédiaires


dans des racks — Marchandises de catégorie III ou IV

Dans le cas de marchandises des catégories III ou IV, les sprinkleurs doivent être installés dans l'espace longitu-
dinal au niveau de l'intersection avec chaque espace transversal (voir Figure 14). La distance horizontale entre
les sprinkleurs ne doit pas dépasser 1,9 m et le produit de la distance horizontale par la distance verticale entre
les sprinkleurs ne doit pas dépasser 4,9 m2.

12.5.4 Nombre de rangées de sprinkleurs à chaque niveau


Le nombre de rangées de sprinkleurs par niveau doit être déterminé par la largeur totale des racks. Lorsque les
racks sont placés dos à dos, la largeur totale doit être calculée en additionnant la largeur de chaque rack et la
distance séparant les racks.
Pour chaque largeur de rack de 3,2 m, une rangée de sprinkleurs par niveau doit être installée. Ces sprinkleurs
doivent, si possible, être installés dans les espaces.

12.5.5 Sprinkleurs intermédiaires pour HHS installés dans des racks sans étagères
Pour un stockage de palettes sur rack ou un stockage à rangées multiples et allées (voir type ST4 à la Figure 3
et au Tableau 4), les sprinkleurs intermédiaires doivent être installés comme suit :
a) les racks à une seule rangée, de largeur ne dépassant pas 3,2 m, doivent être protégés par des rangées uni-
ques de sprinkleurs installés au niveau des étages comme représenté aux Figures 13 et 14 ;
b) les racks à double rangée, de largeur ne dépassant pas 3,2 m, doivent être protégés par des sprinkleurs ins-
tallés en position centrale dans l'espace longitudinal, aux extrémités de l'étage et aux niveaux indiqués aux
Figures 13 et 14 ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 75
EN 12845:2004

c) les racks à double rangée ou à rangées multiples, de largeur supérieure à 3,2 m mais ne dépassant pas 6,4 m,
doivent être protégés par deux rangées de sprinkleurs installées à 3,2 m maximum l'une de l'autre. Chaque
rangée doit se situer à égale distance du bord le plus proche d'une étagère. Les sprinkleurs doivent, à un
niveau particulier dans chaque ligne, être situés dans le même ensemble d'espaces transversaux.
Si un rack ou un élément de charpente métallique peut perturber de manière significative la projection d'eau d'un
sprinkleur, un sprinkleur supplémentaire doit être installé.

12.5.6 Sprinkleurs intermédiaires pour HHS installés sous des étagères pleines ou ajourées dans des
racks (ST5 et ST6)
Lorsque des sprinkleurs intermédiaires sont requis, ils doivent être installés au-dessus de chaque étagère (y com-
pris l'étagère la plus haute si les sprinkleurs sous toiture ou sous plafond sont situés à plus de 4 m au-dessus des
marchandises ou si l'accès de l'eau aux marchandises est limité) et positionnés comme indiqué au Tableau 21 et
à la Figure 15. La distance verticale entre les rangées ne doit pas dépasser 3,5 m.
Les rangées uniques de sprinkleurs doivent être en position centrale au-dessus des étagères. Les rangées dou-
bles doivent être positionnées de telle sorte que chaque rangée se situe à égale distance du bord d'étagère le plus
proche.

Légende
1 Rangée de sprinkleurs

Figure 15 — Emplacement des sprinkleurs intermédiaires dans des stockages des types ST5 et ST6

La distance entre l'extrémité de l'étagère parallèle aux rangées et le sprinkleur le plus proche doit être égale à la
moitié de la distance entre sprinkleurs le long des rangées ou à 1,4 m, selon la valeur la plus faible.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 76
EN 12845:2004

Tableau 21 — Emplacement des sprinkleurs intermédiaires dans un stockage de type ST5 et ST6

Distance maximale Distance maximale


Largeur de l'étagère — s Rangées entre les sprinkleurs entre deux rangées
de sprinkleurs dans les rangées de sprinkleurs
m
m m

ST5 : s ≤ 1,0 1 2,8 —

ST6 : 1,0 < s ≤ 3,0 1 2,8 —

ST6 : 3,0 < s ≤ 6,0 2 2,8 2,8

13 Dimensionnement et implantation des canalisations

13.1 Généralités
13.1.1 Dimensionnement des canalisations
Les dimensions des canalisations doivent être déterminées en utilisant l'une des méthodes suivantes :
— systèmes précalculés où les diamètres sont en partie extraits des tableaux et en partie calculés (voir 13.3) ;
— systèmes entièrement calculés, où tous les diamètres sont déterminés par calcul hydraulique (voir 13.4).
Le concepteur peut choisir entre ces deux systèmes, excepté dans les cas suivants où un calcul intégral doit tou-
jours être effectué :
— implantation avec des sprinkleurs pour HHS à des niveaux intermédiaires ;
— configurations maillées ou bouclées.

13.2 Calcul des pertes de charge dans les canalisations


13.2.1 Perte de charge par frottement dans les canalisations
Le résultat des calculs de la perte de charge par frottement dans les canalisations ne doit pas être inférieur à celui
obtenu à l'aide de la formule d'Hazen-Williams :
5
6,05 × 10 1,85
p = --------------------------------- × L × Q
1,85 4,87
C ×d
où :
p est la perte de charge par frottement dans la canalisation, en bars ;
Q est le débit dans la canalisation, en litres par minute ;
d est le diamètre intérieur moyen de la canalisation, en millimètres ;
C est une constante pour le type et l'état de la canalisation (voir Tableau 22) ;
L est la longueur équivalente de la canalisation et des raccords, en mètres.
Les valeurs de C doivent être telles qu'indiquées au Tableau 22.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 77
EN 12845:2004

Tableau 22 — Valeurs de C pour différents types de canalisations

Type de canalisation Valeur de C

fonte 100

fer ductile 110

acier doux 120

acier galvanisé 120

ciment centrifugé 130

fonte avec revêtement ciment 130

acier inoxydable 140

cuivre 140

fibre de verre renforcée 140

NOTE Cette liste n'est pas exhaustive.

La perte de charge par frottement due à la vitesse doit être ignorée.

13.2.2 Différence de pression statique


La différence de pression statique entre deux points interconnectés d'un système doit être calculée par :
p = 0,098 h
où :
p est la différence de pression statique, en bars ;
h est la distance verticale entre les points, en mètres.

13.2.3 Vitesse
La vitesse d'équilibre de l'eau ne doit pas dépasser :
• 6 m/s à travers une vanne ou un dispositif de surveillance du débit ;
• 10 m/s en tout autre point du système ;
pour la condition d'écoulement stabilisé au point de demande concernant une surface impliquée ou, lorsque
le système comprend des sprinkleurs intermédiaires, le nombre total de sprinkleurs supposés fonctionner
simultanément.

13.2.4 Perte de charge dans les raccords et les vannes


La perte de charge due au frottement dans les vannes et dans les raccords, lorsque la direction d'écoulement de
l'eau est modifiée de 45° ou plus, doit être calculée en utilisant la formule spécifiée en 13.2.1. La longueur équi-
valente appropriée doit être l'une des suivantes :
a) comme spécifiée par le fournisseur de l'équipement ;
b) comme indiquée au Tableau 23, sous réserve qu'elle ne soit pas inférieure à la valeur a).
S'il y a un coude, un raccord en té ou en croix, au niveau duquel l'écoulement change de direction, et s'il y a éga-
lement un changement de diamètre au même point, la longueur équivalente de canalisation et la perte de charge
doivent être déterminées en utilisant le plus faible diamètre.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 78
EN 12845:2004

Tableau 23 — Longueur équivalente des raccords et vannes

Longueur équivalente de canalisation droite en acier pour une valeur C de 120 a)


(m)
Raccords et vannes
Diamètre nominal (mm)

20 25 32 40 50 65 80 100 150 200 250

Coude à visser 90° (normalisé) 0,76 0,77 1,0 1,2 1,5 1,9 2,4 3,0 4,3 5,7 7,4

Coude à souder 90° (r/d = 1,5) 0,30 0,36 0,49 0,56 0,69 0,88 1,1 1,4 2,0 2,6 3,4

Coude à visser 45° (normalisé) 0,34 0,40 0,55 0,66 0,76 1,0 1,3 1,6 2,3 3,1 3,9

Té ou croix normalisé à visser 1,3 1,5 2,1 2,4 2,9 3,8 4,8 6,1 8,6 11,0 14,0
(branchement à passage direct)

Robinet-vanne — — — — — 0,38 0,51 0,63 0,81 1,1 1,5 2,0


à passage direct

Clapet d'alarme ou de retenue — — — — 2,4 3,2 3,9 5,1 7,2 9,4 12, 0
(à battant)

Clapet d'alarme ou de retenue — — — — 12,0 19,0 19,7 25,0 35,0 47,0 62,0
(en champignon)

Robinet à papillon — — — — 2,2 2,9 3,6 4,6 6,4 8,6 9,9

Robinet à soupape — — — — 16,0 21,0 26,0 34,0 48,0 64,0 84,0

a) Ces longueurs équivalentes peuvent être converties, si nécessaire, pour des canalisations ayant d'autres valeurs de C,
en multipliant par les facteurs suivants :
Valeur de C 100 110 120 130 140
Facteur 0,714 0,85 100 1,16 1,33

13.2.5 Précision des calculs

13.2.5.1 Les calculs doivent être effectués dans les unités et avec la précision indiquées au Tableau 24.

Tableau 24 — Précision des calculs hydrauliques

Grandeur Unité Précision

Longueur m 0,01

Hauteur m 0,01

Longueur équivalente m 0,01

Débit l/min 1,0

Perte de charge mbar/m 1,0

Pression mbar 1,0

Vitesse m/s 0,1

Surface m2 0,01

Densité de projection d'eau mm/min 0,1


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 79
EN 12845:2004

13.2.5.2 Les calculs doivent s'équilibrer de la manière suivante :


— la somme algébrique des pertes de charge dans une boucle doit être égale à (0 ± 1) mbar ;
— lorsque des courants d'eau se rejoignent à une jonction, le calcul doit s'équilibrer à ± 1 mbar ;
— la somme algébrique du débit d'eau au niveau d'une jonction doit être égale à (0 ± 0,1) l/min.

13.3 Systèmes précalculés


13.3.1 Généralités

13.3.1.1 Les dimensions des canalisations doivent être déterminées en partie à l'aide des tableaux suivants et
en partie par calcul hydraulique. Les diamètres des canalisations ne doivent pas augmenter dans le sens de
l'écoulement de l'eau vers un sprinkleur.

13.3.1.2 Les dimensions des rangées et le nombre maximal de sprinkleurs alimentés par chaque taille de cana-
lisation dans la rangée doivent être comme spécifié aux Tableaux 30 et 31, excepté dans le cas d'un risque faible
où le Tableau 27 ne spécifie que les diamètres des canalisations alimentant les trois ou quatre derniers sprinkleurs
de chaque rangée.

13.3.1.3 Les dimensions de toutes les canalisations situées en amont de chaque point de calcul doivent être cal-
culées comme spécifié en 13.3.3.2 pour un risque faible et en 13.3.4.2 pour un risque moyen.

13.3.1.4 Les colonnes montantes et descendantes raccordant les canalisations de distribution aux rangées et
les canalisations autres que les bras de canalisations reliant des sprinkleurs uniques doivent être considérées
comme des canalisations de distribution et dimensionnées en conséquence.

13.3.2 Emplacement des points de calcul

13.3.2.1 Le point de calcul doit se situer au niveau du point de raccordement d'une canalisation horizontale de
distribution à l'une des canalisations suivantes :
— une rangée ;
— une colonne montante ou descendante reliant des rangées aux canalisations de distribution ;
— une canalisation alimentant un seul sprinkleur.
Le nombre maximal de sprinkleurs en aval de chaque point de calcul doit être comme spécifié aux Tableaux 25
et 26.

13.3.2.2 Dans des installations classées en risques faibles, le point de calcul doit se situer en aval du sprinkleur
identifié dans la colonne 3 du Tableau 25.

Tableau 25 — Emplacement des points de calcul — LH

Nombre de sprinkleurs Emplacement du point de calcul en


Classe de risque
sur une rangée, dans une pièce aval du nième sprinkleur, où n est

≤3 3
LH
≥4 4

13.3.2.3 Dans des installations classées en risques moyens et risques élevés, les points de calcul doivent se
situer en aval de la jonction entre les canalisations de distribution et les rangées, conformément à la colonne 3 du
Tableau 26.
Lorsque le nombre de sprinkleurs d'un réseau, dans une pièce ou sur une seule canalisation de distribution,
est inférieur ou égal au nombre de sprinkleurs pour lequel les canalisations de distribution sont conçues (voir
colonne 2 du Tableau 26), le point de calcul doit se situer en aval du point de raccordement à la canalisation de
distribution de la rangée ou du réseau le plus proche sur le plan hydraulique du poste de contrôle.
NOTE 1 La Figure 16 représente des réseaux ramifiés caractéristiques.
NOTE 2 Des exemples d'implantation des canalisations avec les points de calcul appropriés sont fournis à la Figure 17
pour les LH, à la Figure 18 pour les OH et aux Figures 19, 20 et 21 pour les HHP et les HHS.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 80
EN 12845:2004

Tableau 26 — Emplacement des points de calcul — OH, HHP et HHS

Emplacement du point de calcul


Nombre de sprinkleurs
au niveau de la jonction
Classe sur une canalisation
d'une canalisation de distribution Disposition des rangées
de risque de distribution,
et d'une rangée portant
dans une pièce
le nième sprinkleur, où n est égal à

> 16 17 Latérales à deux sprinkleurs


OH
Toutes, excepté latérales
> 18 19
à deux sprinkleurs

HHP et HHS > 48 49 Toutes

13.3.3 Risques faibles — LH

13.3.3.1 Les diamètres des rangées et des canalisations de distribution terminales en aval du point de calcul doi-
vent être comme spécifié au Tableau 27.
Il est permis d'installer une canalisation de 25 mm de diamètre entre le point de calcul et le poste de contrôle si le
calcul hydraulique démontre que c'est possible. Cependant, si le point 2 sprinkleurs est le point décisif, une cana-
lisation de 25 mm ne doit pas être installée entre les 3e et 4e sprinkleurs.

Tableau 27 — Diamètre des rangées pour des installations classées en LH

Diamètre nominal Nombre maximal


Canalisations de sprinkleurs
mm sur les rangées

Toutes les rangées et canalisations 20 1


de distribution terminales
25 3

13.3.3.2 Toutes les canalisations entre le poste de contrôle et le point de calcul, à chaque extrémité d'un réseau,
doivent être dimensionnées par un calcul hydraulique en utilisant les valeurs des Tableaux 28 et 29.

Tableau 28 — Perte maximale par frottement entre le poste de contrôle et tout point de calcul — LH

Perte maximale par frottement,


y compris les changements Perte de charge dans les rangées
Nombre de sprinkleurs
de direction (voir NOTE du tableau) et les canalisations de distribution,
sur une rangée ou dans une pièce
voir :
bar

≤3 0,9 Colonnes 2 et 3 du Tableau 29

≥4 0,7 Colonne 3 du Tableau 29

≥ 3 dans une seule ligne, dans une


pièce étroite ou rangée au niveau 0,7 Colonne 3 du Tableau 29
d'un faîtage

NOTE Dans les bâtiments de plus d'un étage, la perte de charge peut être augmentée d'une quantité équivalente à la
pression statique entre le niveau des sprinkleurs concernés et le niveau des sprinkleurs à l'étage le plus élevé.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 81
EN 12845:2004

13.3.3.3 S'il y a plus de deux sprinkleurs sur une rangée, la perte de charge entre le point 2 sprinkleurs et la
canalisation de distribution doit être déterminée en utilisant la perte de charge indiquée dans la colonne 2 du
Tableau 29. La perte de charge dans la canalisation de distribution entre ce raccordement et le poste de contrôle
doit être déterminée par la perte de charge par mètre indiquée dans la colonne 3 du Tableau 29.
NOTE La Figure 17 illustre un exemple d'implantation des canalisations dans une installation classée en LH, avec les
points de calcul à utiliser pour calculer entièrement les canalisations.

Tableau 29 — Perte de charge en fonction des débits de calcul


dans des installations classées en LH

Diamètre Perte de charge dans la canalisation


mm mbar/m

Colonne 1 Colonne 2 Colonne 3


(100 l/min) (225 l/min)

25 44 198

32 12 52

40 5,5 25

50 1,7 7,8

65 0,44 2,0

13.3.4 Risques moyens — OH

13.3.4.1 Les diamètres des rangées doivent être conformes au Tableau 30 et les diamètres des canalisations de
distribution doivent être conformes au Tableau 31.

Tableau 30 — Diamètre des rangées dans des installations classées en OH

Diamètre Nombre maximal


Rangées Disposition
mm de sprinkleurs alimentés

Rangées à l'extrémité la plus Dispositions latérales à deux sprinkleurs 25 1


éloignée de toutes les
32 2
canalisations de distribution —
2 dernières rangées

3 dernières rangées Dispositions latérales à trois sprinkleurs 25 2


32 3

dernière rangée Toutes les autres dispositions 25 2


32 3
40 4
50 9

Toutes les autres rangées Toutes 25 3


32 4
40 6
50 9
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 82
EN 12845:2004

Tableau 31 — Diamètres des canalisations de distribution dans des installations classées en OH

Diamètre Nombre maximal


Canalisations de distribution Disposition
mm de sprinkleurs alimentés

Aux extrémités de l'installation : Latérale à deux sprinkleurs 32 2


40 4
50 8
65 16

Toutes les autres 32 3


40 6
50 9
65 18

Entre les points de calcul Toutes À calculer selon 13.3.4.2.


et le poste de contrôle

Lorsque les rangées cheminent longitudinalement sous des toits dont la pente est supérieure à 6°, le nombre de
sprinkleurs sur une rangée ne doit pas être supérieur à 6.
NOTE La Figure 18 donne un exemple d'implantation des canalisations dans un OH avec les points de calcul à utiliser
pour calculer entièrement les canalisations.

13.3.4.2 Les diamètres des canalisations entre le point de calcul dans la zone la plus éloignée de l'installation et
le poste de contrôle doivent être calculés pour garantir que la perte totale de charge par frottement, à un débit de
1 000 l/min, ne sera pas supérieure à 0,5 bar, excepté selon les modifications spécifiées en 13.3.4.3 et 13.3.4.4.

13.3.4.3 Dans les bâtiments de plus d'un étage ou dans lesquels il y a plusieurs niveaux différents, par exemple
plates-formes ou appentis, la perte de charge de 0,5 bar par rapport au point de calcul peut être augmentée d'une
quantité équivalente à la pression statique due à la différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut du bâti-
ment et le point de calcul de la zone la plus éloignée de l'étage concerné.
Dans ces cas, la différence de hauteur entre le niveau du sprinkleur le plus haut et le manomètre de l'installation
doit être indiquée sur le certificat d'achèvement des travaux, ainsi que la pression requise au niveau du manomè-
tre de l'installation.

13.3.4.4 Lorsque le même système comprend des zones classées en OH3 ou OH4 et HHP ou HHS, toutes rac-
cordées à une source d'eau commune, la perte maximale par frottement de 0,5 bar peut être augmentée de 50 %
de la pression supplémentaire disponible, comme indiqué dans l'exemple suivant pour un OH3.
EXEMPLE (pour une installation classée en OH3)

Pression requise au niveau du poste de contrôle, en excluant la pression statique 1,4 bar
(Tableau 6 pour OH3)

Différence de pression due à la différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut 1,2 bar
et le poste de contrôle

Pression requise au niveau du poste de contrôle 2,6 bar

Pression disponible au niveau du poste de contrôle pour le débit approprié 6,0 bar
dans une zone classée en HH par exemple

Pression supplémentaire qui peut être utilisée :


50 % de (6,0 – 2,6) = 1,7 bar

La canalisation doit être dimensionnée pour permettre une perte maximale de charge de :
0,5 + 1,7 (1 000/1 350)2 = 1,43 bar.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 83
EN 12845:2004

13.3.5 Risques élevés — HHP et HHS (excepté les sprinkleurs de niveaux intermédiaires)

13.3.5.1 La canalisation doit être dimensionnée en fonction de :


— la densité de calcul ;
— l'espacement des sprinkleurs ;
— le facteur K du sprinkleur utilisé ;
— les caractéristiques de pression/débit de la source d'eau.
Aucune canalisation ne doit avoir un diamètre nominal inférieur à 25 mm.

13.3.5.2 Pour des installations dont les sources d'eau sont conformes au Tableau 7 (1) et dont les sprinkleurs
ont un facteur K de 80, les diamètres des canalisations indiqués aux Tableaux 32 et 33 pour les rangées et les
canalisations de distribution doivent s'appliquer.
Une rangée ne doit pas comprendre plus de 4 sprinkleurs. Les rangées ne doivent pas être raccordées à des
canalisations de distribution de plus de 150 mm de diamètre.
NOTE La Figure 19 illustre un exemple d'implantation de canalisations conforme aux Tableaux 32 et 33 avec les points
de calcul à utiliser pour calculer entièrement les diamètres des canalisations.

Tableau 32 — Diamètres des rangées dans des installations classées en HH avec des caractéristiques
de pression et de débit conformes aux indications du Tableau 7 (1 ou 2)

Diamètre Nombre maximal


Rangées Disposition
mm de sprinkleurs alimentés

Rangées à l'extrémité la plus Dispositions latérales à deux sprinkleurs, 25 1


éloignée des canalisations deux dernières rangées 32 2
de distribution

Dispositions latérales à trois sprinkleurs, 25 2


trois dernières rangées 32 3

Toutes les autres dispositions, dernière 25 2


rangée uniquement 32 3
40 4

Toutes les autres rangées Toutes 25 3


32 4

Tableau 33 — Diamètres des canalisations de distribution en aval du point de calcul


dans des installations classées en HH, avec des caractéristiques de pression et de débit
conformes aux indications du Tableau 7 (1)

Diamètre Nombre maximal de sprinkleurs


Canalisations de distribution
mm alimentés par canalisation de distribution

Canalisations aux extrémités 32 2


de l'installation 40 4
50 8
65 12
80 18
100 48

Canalisations entre les points de calcul


À calculer selon 13.3.5.
et le poste de contrôle
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 84
EN 12845:2004

13.3.5.3 Pour des installations dont les sources d'eau sont conformes au Tableau 7 (2) ou aux modifications du
paragraphe 7.3.2.6 et dont les sprinkleurs ont un facteur K de 80, les diamètres des rangées et des canalisations
de distribution doivent être déterminés à l'aide des Tableaux 32 et 34.
Une rangée ne doit pas comprendre plus de 4 sprinkleurs. Aucune rangée ne doit être raccordée à une canalisa-
tion de distribution de plus de 150 mm de diamètre. Les canalisations de distribution de moins de 65 mm de
diamètre ne doivent pas être utilisées dans des systèmes latéraux à 4 sprinkleurs.
NOTE La Figure 20 illustre un exemple d'implantation de canalisations conformes aux Tableaux 32 et 34, avec les points
de calcul à utiliser pour calculer entièrement les diamètres des canalisations.

Tableau 34 — Diamètres des canalisations de distribution en aval du point de calcul


dans des installations classées en HH, avec des caractéristiques de pression
et de débit conformes aux ndications du Tableau 7 (2, 3 ou 4)

Diamètre Nombre maximal de sprinkleurs


Canalisations de distribution alimentés par canalisation
mm de distribution

Canalisations aux extrémités de l'installation 50 4


65 8
80 12
100 16
150 48

Canalisations entre les points de calcul


À calculer selon 13.3.5.
et le poste de contrôle

13.3.5.4 Pour des installations dont les sources d'eau sont conformes aux exigences spécifiées au Tableau 7 (3)
et dont les sprinkleurs ont un facteur K de 80 comme pour les installations dont les sources d'eau sont comme
indiqué au Tableau 7 (4) et dont les sprinkleurs ont un facteur K de 115, les diamètres des rangées et des cana-
lisations de distribution doivent être déterminés à l'aide des Tableaux 34 et 35.
Dans une disposition latérale, une rangée ne doit pas comprendre plus de six sprinkleurs. Dans une disposition
centrale à 2 sprinkleurs de part et d'autre, une rangée ne doit pas comprendre plus de quatre sprinkleurs. Les
rangées ne doivent pas être raccordées à une canalisation de distribution de plus de 150 mm de diamètre.
Les canalisations de distribution de moins de 65 mm ne doivent pas être utilisées dans des systèmes latéraux
à 4 sprinkleurs.
NOTE La Figure 21 illustre un exemple d'implantation de canalisations conformes aux Tableaux 34 et 35 avec les points
de calcul à utiliser pour calculer entièrement les diamètres des canalisations.

Tableau 35 — Diamètres des rangées dans des installations classées en HH


avec des caractéristiques de pression et de débit conformes aux indications du Tableau 7 (3 ou 4)

Diamètre Nombre maximal


Rangées Disposition de sprinkleurs alimentés
mm par canalisation

Rangées à l'extrémité la plus éloignée Disposition latérale, 40 1


de toutes les canalisations de distribution trois dernières rangées 50 3
65 6

Autres rangées 32 1
40 2
50 4
65 6

Rangées à l'extrémité la plus éloignée Disposition latérale 32 1


de toutes les canalisations de distribution à deux sprinkleurs, 40 2
trois dernières rangées

Autres rangées 32 2

Toutes les autres rangées Disposition centrale 32 1


à 3 et 4 sprinkleurs 40 2
de part et d'autre
50 4
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 85
EN 12845:2004

13.3.5.5 La perte de charge entre les points de calcul et le poste de contrôle doit être déterminée par calcul. La
perte de charge pour les débits indiqués au Tableau 7, plus la pression nécessaire au point de calcul, plus la pres-
sion statique égale à la différence de hauteur entre le sprinkleur le plus haut et le poste de contrôle, ne doivent
pas dépasser la pression disponible.
Lorsque le sprinkleur le plus haut est situé en amont du point de calcul, la partie nécessitant la pression statique
la plus élevée doit être munie de sa propre canalisation de distribution.
La perte de charge dans les canalisations de distribution alimentant chaque section du risque peut être compen-
sée par un dimensionnement adéquat de la canalisation de distribution.

Légende
1 Disposition latérale à 2 sprinkleurs avec alimentation centrale
2 Disposition latérale à 3 sprinkleurs avec alimentation en bout
3 Disposition centrale à 3 sprinkleurs de part et d’autre avec alimentation centrale
4 Disposition centrale à 2 sprinkleurs de part et d’autre avec alimentation en bout

Figure 16 — Exemples de réseaux ramifiés


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 86
EN 12845:2004

Légende
A Poste de contrôle
Perte de charge entre le poste de contrôle et :
1 (point 2 sprinkleurs) = 0,7 bar ;
2 (point 3 sprinkleurs) = 0,7 bar ;
3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 (point 2 sprinkleurs) = 0,9 bar
Les dimensions figurant sous la forme «25» ou «32» indiquent le diamètre des canalisations qui résultera vraisemblablement
du calcul.
Les diamètres de canalisations sont donnés en millimètres.

Figure 17 — Exemple d'application de points de calcul dans une installation classée en LH


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 87
EN 12845:2004

Dimensions en millimètres

Légende
1 Poste de contrôle
1 (point 2 sprinkleurs)
2 (point 3 sprinkleurs)
3, 5, 6 et 7 (point 2 sprinkleurs)

Figure 18 — Exemple d'application de points de calcul (1 à 7) dans une installation classée en OH


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 88
EN 12845:2004

Légende
1 Point 48 sprinkleurs
2 Canalisation secondaire de distribution
3 Poste de contrôle

Figure 19 — Exemple d'application de points de calcul dans une installation classée en risques élevés
avec des canalisations dimensionnées d'après les Tableaux 32 et 33

Légende
1 Point 48 sprinkleurs
2 Canalisation secondaire de distribution
3 Poste de contrôle

Figure 20 — Exemple d'application de points de calcul dans une installation classée en risques élevés
avec des canalisations dimensionnées d'après les Tableaux 32 et 34
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 89
EN 12845:2004

Légende
1 Point 48 sprinkleurs
2 Canalisation secondaire de distribution
3 Poste de contrôle

Figure 21 — Exemple d'application de points de calcul dans une installation classée en risques élevés
avec des canalisations dimensionnées d'après les Tableaux 34 et 35

13.4 Systèmes entièrement calculés


13.4.1 Densité de calcul
La densité de décharge doit être considérée comme le débit total, en litres par minute, d'un groupe de quatre sprin-
kleurs adjacents les plus rapprochés, divisé par la surface, en mètres carrés, couverte par ces quatre sprinkleurs
ou bien, lorsque moins de quatre sprinkleurs sont en communication libre, la densité de décharge doit être consi-
dérée comme la valeur la plus faible du débit d'un sprinkleur quelconque divisée par la surface couverte par ce
sprinkleur.
La densité de décharge de chaque surface impliquée ou de toute la surface protégée, selon la valeur la plus faible,
contenant le groupe de quatre sprinkleurs considéré avec chaque source d'eau ou combinaison de sources d'eau
disponible, ne doit pas être inférieure à la densité de calcul spécifiée à l'article 7.
La surface couverte par chaque sprinkleur doit être définie par les lignes médianes tracées à mi-distance entre
des sprinkleurs adjacents, perpendiculairement à la ligne reliant les sprinkleurs, et par les limites de la surface
couverte ou la moitié de la distance au sprinkleur le plus proche, selon la valeur la plus grande (voir Figure 22).
Lorsque des sprinkleurs sont installés dans des racks, le calcul doit être effectué en tenant compte des exigences
simultanées de débit et de pression des sprinkleurs sous toiture ou sous plafond et des sprinkleurs de niveaux
intermédiaires.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 90
EN 12845:2004

Figure 22 — Détermination de la surface couverte par sprinkleur

13.4.2 Emplacements de la surface impliquée

13.4.2.1 Emplacement le plus défavorisé hydrauliquement


Les variations de l'espacement des sprinkleurs, de la disposition, du niveau, des centres des rangées, du diamètre
des orifices des sprinkleurs et des diamètres des canalisations ainsi que tous les emplacements possibles, qu'ils
soient sur les canalisations de distribution ou entre les canalisations de distribution lorsqu'elles sont raccordées
par des rangées, doivent être étudiés lors de la détermination de l'emplacement de la surface impliquée le plus
défavorisé hydrauliquement (voir Figures 23, 25 et 26).
La position correcte de la surface impliquée la plus défavorisée hydrauliquement dans des installations maillées
doit être démontrée en déplaçant la surface impliquée d'une distance égale à l'espacement entre deux sprinkleurs
dans chaque direction le long des rangées jusqu'à ce que la surface possédant l'exigence de pression la plus éle-
vée soit identifiée.
La position correcte de la surface impliquée la plus défavorisée hydrauliquement dans des installations bouclées
doit être démontrée en déplaçant la surface impliquée d'une distance égale à l'espacement entre deux sprinkleurs
dans chaque direction le long de la canalisation de distribution jusqu'à ce que la surface possédant l'exigence de
pression la plus élevée soit identifiée.

13.4.2.2 Emplacement le plus favorisé hydrauliquement


Tous les emplacements possibles, qu'ils se situent sur les canalisations de distribution ou entre les canalisations
de distribution lorsque celles-ci sont raccordées par des rangées, doivent être étudiés lors de la détermination de
l'emplacement de la surface impliquée le plus favorisé hydrauliquement (voir Figures 23 à 26).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 91
EN 12845:2004

13.4.3 Forme géométrique de la surface impliquée

13.4.3.1 Emplacement le plus défavorisé hydrauliquement


La surface impliquée doit tendre autant que possible vers une forme rectangulaire, symétrique par rapport à la
disposition des sprinkleurs (voir Figure 23) et être comme suit :
a) dans le cas de configurations ramifiées et bouclées, le côté le plus éloigné de la surface doit être défini par la
rangée ou par la paire de rangées présentant une disposition centrale. Les sprinkleurs ne constituant pas une
rangée ou une paire de rangées complète doivent être regroupés aussi près que possible de la canalisation
de distribution, sur la rangée située immédiatement en amont de la surface rectangulaire (voir Figures 23 et 25) ;
b) dans le cas de configurations maillées où les rangées cheminent parallèlement au faîtage d'un toit ayant une
pente supérieure à 6° ou le long des travées formées par des poutres d'épaisseur verticale supérieure à 1,0 m,
le côté le plus éloigné de la surface doit avoir une longueur L parallèle aux rangées telle que la dimension L
soit supérieure ou égale à deux fois la racine carrée de la surface impliquée ;
c) dans le cas de toutes les autres configurations maillées, le côté le plus éloigné de la surface doit avoir une
longueur L parallèle aux rangées telle que la dimension L soit supérieure ou égale à 1,2 fois la racine carrée
de la surface impliquée.

13.4.3.2 Emplacement le plus favorisé hydrauliquement


La surface impliquée doit tendre vers la forme d'un carré et être comme suit :
a) dans le cas de configurations terminales et bouclées, la surface doit, si possible, comprendre des sprinkleurs
situés sur une seule canalisation de distribution. Le nombre de sprinkleurs calculés comme étant en fonction-
nement sur des rangées ou sur des paires de rangées dans des installations centrales doit être situé sur cha-
que rangée ou paire de rangées à l'emplacement le plus favorisé hydrauliquement. Les sprinkleurs ne formant
pas une rangée ou une paire de rangées complète doivent être placés sur la rangée suivante aux emplace-
ments les plus proches hydrauliquement (voir Figures 24 et 26) ;
b) dans le cas de configurations maillées, la surface doit être située sur des rangées à l'emplacement le plus favo-
risé hydrauliquement. Les sprinkleurs ne formant pas une longueur de rangée complète doivent être placés
sur la rangée suivante aux emplacements les plus proches hydrauliquement (voir Figure 23).

Figure 23 — Surfaces impliquées les plus défavorisées dans des dispositions


de canalisations unilatérales et bilatérales
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 92
EN 12845:2004

Figure 24 — Surfaces impliquées les plus favorisées dans des dispositions


de canalisations unilatérales et bilatérales

Légende
1 Surface impliquée la plus défavorisée
2 Surface impliquée la plus favorisée
3 Colonne montante
4 Groupe de quatre sprinkleurs pris en compte

Figure 25 — Surfaces impliquées la plus favorisée et la plus défavorisée


dans une configuration maillée des canalisations
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 93
EN 12845:2004

Légende
1 Surface impliquée la plus défavorisée
2 Surface impliquée la plus favorisée
3 Colonne montante
4 Groupe de quatre sprinkleurs pris en compte

Figure 26 — Surfaces impliquées la plus favorisée et la plus défavorisée


dans une configuration bouclée des canalisations

13.4.4 Pression minimale de décharge des sprinkleurs


La pression au niveau du sprinkleur situé à l'emplacement le plus défavorisé hydrauliquement lorsque tous les
sprinkleurs de la surface impliquée sont en service ne doit pas être inférieure à la valeur requise pour atteindre la
densité spécifiée en 13.4.1 ou à la valeur indiquée ci-dessous, selon celle des deux qui est la plus élevée :
• 0,70 bar dans un LH ;
• 0,35 bar dans un OH ;
• 0,50 bar dans un HHP et un HHS, excepté pour les sprinkleurs installés dans des racks ;
• 2,00 bar pour les sprinkleurs installés dans des racks.

13.4.5 Diamètre minimum des canalisations


Le diamètre des canalisations ne doit pas être inférieur à la valeur indiquée au Tableau 36.

Tableau 36 — Diamètre minimum des canalisations

Diamètre
Risque
mm

LH 20

OH et HH, une canalisation horizontale et montante raccordant 20


un sprinkleur ayant un facteur K inférieur ou égal à 80

Tous les autres 25


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 94
EN 12845:2004

Les diamètres des canalisations du côté installation du poste de contrôle ne peuvent décroître que dans le sens
de l'écoulement, excepté dans le cas de configurations maillées et bouclées.
Les sprinkleurs debout ne doivent pas être raccordés à une canalisation d'un diamètre supérieur à 65 mm ou
à 50 mm s'il s'agit d'une canalisation munie d'un revêtement. Les sprinkleurs pendants ne doivent pas être direc-
tement raccordés à une canalisation de plus de 80 mm de diamètre. Pour des diamètres plus élevés, un bras de
canalisation doit être installé de telle sorte que la distance entre le déflecteur du sprinkleur et le bord de la cana-
lisation principale ne soit pas inférieure à 1,5 fois le diamètre de cette canalisation.

14 Caractéristiques de conception et utilisations des sprinkleurs

14.1 Généralités
NOTE La présente norme ne couvre que l'utilisation des types de sprinkleurs spécifiés dans l'EN 12259-1.

Seuls des sprinkleurs neufs (c'est-à-dire n'ayant jamais servi) doivent être utilisés. Ils ne doivent pas être peints,
sauf dans les cas spécifiés dans l'EN 12259-1. Ils ne doivent pas être endommagés d'une manière quelconque et
ne doivent présenter aucune décoration ou revêtement appliqué après leur expédition de l'usine de fabrication,
sauf conformément aux spécifications du paragraphe 14.9.

14.2 Types de sprinkleurs et application


14.2.1 Généralités
Les sprinkleurs doivent être utilisés pour les différentes classes de risque conformément au Tableau 37 et comme
spécifié en 14.2.2 à 14.2.4.

Tableau 37 — Types de sprinkleurs et facteurs K pour différentes classes de risque

Densité de calcul Facteur nominal


Classe de risque Type de sprinkleur
mm/min K

LH 2,25 conventionnel, à pulvérisation moyenne, 57


sous plafond, affleurant, à diffusion plate,
encastré, caché et mural

OH 5,0 conventionnel, à pulvérisation moyenne, 80


sous plafond, affleurant, à diffusion plate,
encastré, caché et mural

HHP et HHS, sprinkleurs sous ≤ 10 conventionnel, à pulvérisation moyenne 80 ou 115


plafond ou sous toiture
>1 conventionnel, à pulvérisation moyenne 115

HHS, sprinkleurs intermédiaires conventionnel, à pulvérisation moyenne 80 ou 115


dans un stockage empilé haut et à diffusion plate

14.2.2 Modèles sous plafond, affleurant, encastré et caché


Les sprinkleurs sous plafond, affleurants, encastrés et cachés ne doivent pas être installés dans des zones clas-
sées en OH4, HHP ou HHS.
Les sprinkleurs sans déflecteur fixe, par exemple à déflecteur escamotable qui descendent en position de fonc-
tionnement lors de la mise en marche, ne doivent pas être installés dans les situations suivantes :
a) lorsque le plafond est incliné de plus de 45° par rapport à l'horizontale ;
b) dans les situations où l'atmosphère est corrosive ou susceptible de présenter une teneur en poussière élevée ;
c) dans les racks ou sous les étagères.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 95
EN 12845:2004

14.2.3 Modèle mural


Les sprinkleurs muraux ne doivent pas être utilisés dans des installations classées en HH, dans des zones de
stockage classées en OH ou au-dessus de plafonds suspendus. Ils ne peuvent être installés que sous des pla-
fonds plats.
Les sprinkleurs muraux ne doivent être utilisés que dans les cas suivants :
a) dans les zones classées en LH, OH1, OH2 et dans les OH3 sans stockage ;
b) dans les zones classées en OH3 avec risques de stockage ;
c) pour la protection des couloirs, gaines pour câbles et piliers dans des zones classées en HH.

14.2.4 Modèle à diffusion plate


Les sprinkleurs à diffusion plate ne doivent être utilisés que dans des espaces cachés, au-dessus des faux pla-
fonds suspendus ajourés et dans les racks.

14.3 Débit des sprinkleurs


Le débit d'eau d'un sprinkleur doit être calculé à l'aide de l'équation suivante :

Q = K× P
où :
Q est le débit, en litres par minute ;
K est la constante indiquée au Tableau 37 ;
P est la pression, en bars.

14.4 Température nominale des sprinkleurs


Les sprinkleurs doivent être choisis avec une température nominale proche de la température ambiante la plus
élevée prévue, mais supérieure d'au moins 30 °C à cette dernière.
Dans les combles non ventilés, sous les lucarnes ou les verrières, etc., il peut s'avérer nécessaire d'installer des
sprinkleurs possédant une température de fonctionnement plus élevée, jusqu'à 93 °C ou 100 °C. Une attention
particulière doit être portée à la température nominale des sprinkleurs installés à proximité des fours de séchage,
des appareils de chauffage et autres équipements produisant une chaleur rayonnante.
NOTE 1 Dans des conditions normales, sous des climats tempérés, une température nominale de 68 °C ou de 74 °C est
adéquate.

NOTE 2 Les sprinkleurs font l’objet d’un codage couleur conforme à l'EN 12259-1 indiquant leur température nominale
de la manière suivante :

Ampoule °C Élément fusible °C


orange 57 — —
rouge 68 non coloré 68/74
jaune 79 — —
vert 93 blanc 93/100
bleu 141 bleu 141
mauve 182 jaune 182
noir 204/260 rouge 227
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 96
EN 12845:2004

14.5 Sensibilité thermique des sprinkleurs


14.5.1 Généralités
Des sprinkleurs de différentes sensibilités doivent être utilisés conformément au Tableau 38. Les sprinkleurs sous
plafond doivent présenter une sensibilité égale ou réagir moins rapidement que les sprinkleurs situés dans
les racks.

Tableau 38 — Sensibilité nominale des sprinkleurs

Sensibilité Sous plafond au-dessus Systèmes sous air


En racks Tous les autres
nominale de sprinkleurs en racks à préaction de type A

Standard «A» Non Oui Oui Oui

Spéciale Non Oui Oui Oui

Rapide Oui Oui Non Oui

NOTE En cas d'utilisation d'un mélange de sprinkleurs neufs et de plus anciens, il peut être nécessaire de tenir
compte de l'effet des différences de sensibilité pour éviter des déclenchements injustifiés.

NOTE La plupart des types de sprinkleurs sont classés, par ordre décroissant de sensibilité, dans l'un des types suivants
(voir EN 12259-1) :

— réponse rapide ;
— réponse spéciale ;
— réponse standard «A».

14.5.2 Interaction avec d'autres mesures


Il est nécessaire de tenir compte de l'interaction possible entre des systèmes d'extinction de type sprinkleur et
d'autres mesures de protection. La sensibilité des systèmes de type sprinkleur ne doit donc pas en être diminuée.
Le bon fonctionnement des autres dispositifs de sécurité incendie peut avoir une incidence sur le déclenchement
adéquat des sprinkleurs et, en pareil cas, l'ensemble des mesures de sécurité incendie ne doit pas être affecté. Il
faut accorder à cet aspect une attention particulière dans le cas de systèmes classés en risques élevés.
Le bon fonctionnement du système d'extinction de type sprinkleur est basé sur la suppression ou la maîtrise pré-
coce de l'incendie dès les premières phases de son développement. Sauf lorsqu'ils sont installés dans des racks,
les sprinkleurs sont normalement actionnés par le contact des gaz de combustion chauds produits par l'incendie
et s'écoulant dans le plan horizontal. En conséquence, rien ne doit venir gêner cet écoulement horizontal des gaz
de combustion.

14.6 Protections de sprinkleurs


Lorsque des sprinkleurs autres que les sprinkleurs sous plafond ou affleurants sont installés dans un endroit où
ils risquent de subir des dommages mécaniques accidentels, ils doivent être munis d'une protection métallique
adéquate.

14.7 Écrans de protection des sprinkleurs contre l'eau


Les sprinkleurs installés dans des racks, sous des étagères ajourées, des plates-formes, des planchers ou dans
des emplacements similaires où l'eau projetée par un ou plusieurs sprinkleurs situés au-dessus peut engendrer
un arrosage à proximité de l'ampoule ou de l'élément fusible, doivent être munis d'un écran métallique de protec-
tion d'un diamètre compris entre 0,075 m et 0,15 m.
Les écrans de protection contre l'eau installés sur des sprinkleurs debout ne doivent pas être fixés directement
sur le déflecteur ou l'étrier et tout support doit être conçu de manière à limiter l'obstacle qu'il oppose à la répartition
de l'eau du sprinkleur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 97
EN 12845:2004

14.8 Rosaces de sprinkleurs


Les rosaces doivent être fabriquées en métal ou en matière plastique thermodurcissable.
Les rosaces ne doivent pas être utilisées pour supporter des plafonds ou d'autres structures.
Aucune partie d'une rosace ne doit descendre à partir du plafond au-dessous du haut de la partie visible de l'élé-
ment thermosensible du sprinkleur.

14.9 Protection des sprinkleurs contre la corrosion


Les sprinkleurs installés dans les locaux où des vapeurs corrosives sont fréquentes doivent être protégés de l'une
des manières suivantes :
a) par un revêtement adéquat résistant à la corrosion, appliqué par le fournisseur conformément à l'EN 12259-1 ;
b) par une couche de paraffine appliquée une fois avant et une fois après l'installation.
Le traitement anticorrosion ne doit pas être appliqué sur les ampoules des sprinkleurs.

15 Vannes
15.1 Poste de contrôle
Chaque installation doit être munie d'un poste de contrôle conformément à l'EN 12259-2 ou à l'EN 12259-3.

15.2 Vannes d'arrêt


Toutes les vannes d'arrêt normalement ouvertes qui peuvent couper l'alimentation en eau des sprinkleurs doivent :
— se fermer dans le sens des aiguilles d’une montre ;
— être munies d'un indicateur montrant clairement si la vanne est en position ouverte ou fermée ;
— être bloquées en position ouverte par un collier et un cadenas ou d'une manière équivalente.
Les vannes d'arrêt ne peuvent pas être installées en aval du poste de contrôle, sauf comme spécifié dans la pré-
sente norme.
Il doit être assuré que toutes les vannes d'arrêt, d'essai, de vidange et de purge sont adaptées aux pressions dans
le système, en particulier dans des emplacements tels que les bâtiments de grande hauteur où des pressions sta-
tiques élevées sont probables.

15.3 Vannes d'un réseau maillé


Lorsque les systèmes d'extinction de type sprinkleur sont alimentés par des canalisations principales d'alimenta-
tion de configuration maillée dans les locaux, des vannes d'arrêt doivent être installées pour diviser le réseau
maillé en sections de telle sorte que chaque section ne comprenne pas plus de 4 postes de contrôle.

15.4 Vannes de vidange


Des vannes de vidange doivent être installées, comme spécifié au Tableau 39, pour permettre la vidange des
canalisations de la manière suivante :
a) immédiatement en aval du poste de contrôle ou de sa vanne d'arrêt située en aval, s'il y a lieu ;
b) immédiatement en aval de tout clapet d'alarme secondaire ;
c) immédiatement en aval de toute vanne d'arrêt secondaire ;
d) entre une canalisation sous air ou un poste de contrôle secondaire et toute vanne d'arrêt secondaire installée
pour les essais ;
e) sur toute canalisation, à l'exception des colonnes descendantes raccordées à un seul sprinkleur dans une ins-
tallation sous eau qui ne peut pas être vidangée par une autre vanne de vidange.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 98
EN 12845:2004

Les vannes doivent être installées à l'extrémité inférieure de la canalisation et dimensionnées comme spécifié au
Tableau 39. L'orifice de sortie ne doit pas être situé à plus de 3 m au-dessus du plancher et doit être muni d'un
bouchon en laiton.

Tableau 39 — Dimension minimale des vannes de vidange

Diamètre minimal de la vanne


Vanne assurant principalement la vidange de et de la canalisation
mm

Installation classée en LH 40

Installation classée en OH, HHP ou HHS 50

Installation secondaire 50

Une zone 50

Canalisations de distribution avec point bas, diamètre ≤ 80 25

Canalisations de distribution avec point bas, diamètre > 80 40

Canalisations de rangées avec point bas 25

Canalisation avec point bas entre un clapet d'alarme sous air 15


ou secondaire et une vanne d'arrêt secondaire installée à des fins d'essais

15.5 Vannes d'essai


15.5.1 Vannes d'essai d'alarme et de démarrage des pompes
Des vannes d'essai de 15 mm de diamètre doivent être installées, selon le cas, pour contrôler les points suivants :
a) l'alarme hydraulique et tout pressostat d'alarme électrique en puisant de l'eau du côté immédiatement en aval
des éléments suivants :
- un clapet d'alarme sous eau et toutes les vannes d'arrêt principales situées en aval ;
- un clapet d'alarme mixte ;
b) l'alarme hydraulique et tout pressostat d'alarme électrique en puisant de l'eau en aval de la vanne d'arrêt de la
source d'eau principale et du côté amont des éléments suivants :
- un clapet d'alarme mixte ;
- un clapet d'alarme sous air ;
- un clapet d’alarme à préaction ;
c) tout indicateur de passage d’eau installé en aval du poste de contrôle en puisant de l'eau en aval de l'alarme
de débit d'eau ;
d) le dispositif de démarrage automatique d'une pompe ;
e) tout indicateur de passage d’eau des sprinkleurs d'une salle des pompes ou d'un local de réservoir sous pres-
sion installé en amont du poste de contrôle.

15.5.2 Vannes d'essai éloignées


Une installation d'essai doit être raccordée à une canalisation de distribution, à l'emplacement hydrauliquement
le plus éloigné ; cette installation comprenant une vanne d'essai munie des raccords et canalisations associés doit
fournir un débit équivalent à la décharge d'un seul sprinkleur.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 99
EN 12845:2004

15.6 Raccords de purge


Des raccords de purge, avec ou sans vannes installées à demeure, doivent être installés aux extrémités des rami-
fications des canalisations de distribution de l'installation.
Les raccords de purge doivent être de même diamètre nominal que la canalisation de distribution et doivent être
munis d'un bouchon ou obturateur en laiton.
Dans certains cas, il peut s'avérer souhaitable d'installer des raccords de purge sur des rangées, par exemple
sous forme d'un té d'obturation.
Outre leur utilisation pour la purge périodique des canalisations, les raccords de purge peuvent être utilisés pour
vérifier que l'eau est disponible et pour effectuer des essais de pression et de débit.
Les canalisations entièrement remplies d'eau peuvent être endommagées par l'augmentation de la pression due
à des élévations de température. Si une évacuation complète de l'air contenu dans une installation est susceptible
de se produire, par exemple dans le cas d'une configuration maillée avec des raccords de purge aux extrémités,
l'installation de soupapes de décharge doit être envisagée.

15.7 Manomètres
15.7.1 Généralités
Les graduations des manomètres ne doivent pas être supérieures à :
a) 0,2 bar pour une valeur de pleine échelle inférieure ou égale à 10 bar ;
b) 0,5 bar pour une valeur de pleine échelle supérieure à 10 bar.
La valeur de pleine échelle doit être de l'ordre de 150 % de la pression maximale connue.

15.7.2 Raccords d'alimentation en eau


Chaque branchement sur la canalisation principale du réseau d'eau public doit être muni d'un manomètre installé
entre la vanne d'arrêt de la canalisation d'alimentation et le clapet anti-retour (manomètre «‘A»).
Chaque alimentation des pompes doit être munie d'un manomètre amorti installé sur la canalisation d'alimentation
immédiatement en aval du clapet de retenue de sortie et en amont de toute vanne d'arrêt de sortie.

15.7.3 Poste de contrôle


Un manomètre doit être installé à chacun des emplacements suivants :
a) immédiatement en amont de chaque poste de contrôle (manomètre «B») ;
b) immédiatement en aval de chaque poste de contrôle (manomètre «C») ;
c) immédiatement en aval de chaque poste de contrôle secondaire sous air ou alternatif, mais en amont de toute
vanne d'arrêt.
Le manomètre «B» sur les clapets d'alarme sous air doit être muni d'un indicateur enregistrant la pression maxi-
male atteinte.

15.7.4 Dépose
Des dispositifs doivent être installés pour permettre la dépose de chaque manomètre sans interruption de l'alimen-
tation en eau ou en air de l'installation.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 100
EN 12845:2004

16 Alarmes et dispositifs d'alarme

16.1 Alarmes de débit d'eau


16.1.1 Généralités
Chaque poste de contrôle doit être équipé d'un gong hydraulique conformément à l'EN 12259-4 et d'un dispositif
électrique permettant de signaler une alarme à distance, ces deux éléments étant installés aussi près que possible
du clapet d'alarme. Un seul gong hydraulique peut être installé en commun pour un groupe de clapets d'alarme
sous eau, à condition que ces clapets soient situés dans la même salle des vannes et qu'un indicateur correspon-
dant à chaque clapet d'alarme soit installé pour signaler son fonctionnement.
Chaque gong hydraulique doit porter un marquage bien visible indiquant le numéro de l'installation.

16.1.2 Moteur hydraulique et gong


Le moteur hydraulique doit être installé de telle manière que le gong se situe sur la face extérieure d'un mur exté-
rieur et que son axe ne soit pas à plus de 6 m au-dessus du point de raccordement au clapet d'alarme. Une cré-
pine, facilement accessible à des fins de nettoyage, doit être installée entre l'ajutage du moteur et le raccord du
clapet d'alarme. L'orifice de sortie d'eau doit être disposé de manière telle que tout écoulement d'eau soit visible.

16.1.3 Tuyauterie vers le moteur hydraulique


La tuyauterie doit être construite en acier galvanisé de 20 mm de diamètre ou dans un matériau métallique non
ferreux. La longueur équivalente de tuyau entre le clapet d'alarme et le moteur hydraulique ne doit pas être supé-
rieure à 25 m en supposant une longueur équivalente de 2 m pour chaque changement de direction.
La tuyauterie doit être munie d'une vanne d'arrêt située à l'intérieur des locaux et elle doit se vidanger automati-
quement par un orifice de 3 mm de diamètre maximal. Le diaphragme peut être intégré au raccord de tuyauterie
et doit être construit en acier inoxydable ou dans un matériau non ferreux.

16.2 Pressostats et indicateurs de passage d'eau


16.2.1 Généralités
Les dispositifs électriques permettant de détecter le fonctionnement des systèmes d'extinction de type sprinkleur
doivent être des indicateurs de passage d’eau conformes à l'EN 12259-5 ou des pressostats.

16.2.2 Indicateurs de passage d'eau


Les contacteurs d'alarme de débit d'eau ne doivent être utilisés que dans des installations sous eau. Un raccord
d'essai doit être installé en aval de chaque interrupteur pour simuler le fonctionnement d'un seul sprinkleur. Il doit
être muni d'un orifice de vidange. La tuyauterie de piquage doit être en acier galvanisé ou en cuivre.
La courbe caractéristique de pression/débit de la vanne d'essai complètement ouverte et de la tuyauterie de
piquage doit être égale à celle du sprinkleur présentant le plus petit alésage et alimenté par l'intermédiaire du con-
tacteur de débit. Tout diaphragme doit être situé à la sortie de la tuyauterie et doit être en acier inoxydable ou en
matériau non ferreux.
L'orifice de sortie de la tuyauterie d'essai doit être positionné par rapport au système de vidange de telle manière
que l'écoulement d'eau soit visible pendant les essais.

16.2.3 Systèmes sous air et à préaction


Chaque installation doit être munie d'une alarme de pression insuffisante d'air/gaz afin de transmettre une alarme
visuelle et sonore conformément à l'Annexe I.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 101
EN 12845:2004

16.3 Raccordement d'alarme au service d'incendie et à un poste central éloigné


Les équipements permettant la transmission automatique des signaux d'alarme d'une installation d'extinction de
type sprinkleur vers un service d'incendie ou un poste de garde éloigné doivent être contrôlés pour garantir les
points suivants :
a) la continuité du raccordement ;
b) la continuité du raccordement entre le contacteur d'alarme et l'unité de commande.
NOTE Si une connexion directe au service d'incendie existe, il est recommandé de convenir du mode opératoire d'essai
avec l'autorité concernée afin d'éviter les fausses alertes.

17 Canalisations
17.1 Généralités
17.1.1 Canalisations enterrées
Les canalisations doivent être posées conformément aux recommandations du fournisseur et doivent être proté-
gées contre la corrosion.
NOTE Les types suivants de canalisations sont recommandés : en fonte, en fer ductile, en ciment centrifugé, en polyé-
thylène haute densité et en fibre de verre renforcé.
Des mesures adéquates doivent être prises pour éviter toute détérioration des canalisations due, par exemple, au
passage de véhicules.

17.1.2 Canalisations en surface


Les canalisations en aval des postes de contrôle doivent être construites en acier, en cuivre (voir 17.1.9) ou dans
un autre matériau spécialement approuvé selon les spécifications en vigueur dans le lieu d’utilisation du système.
Lorsque des canalisations en acier d'un diamètre inférieur ou égal à 150 mm sont filetées, rainurées ou usinées
d'une autre manière, elles doivent avoir une épaisseur minimale de paroi conforme à l'ISO 65 M. Pour des diamè-
tres plus importants, l'épaisseur minimale de paroi doit être conforme à l'ISO 65 L2.
Les canalisations en cuivre doivent être conformes à l'EN 1057.
NOTE Pour des installations sous air, alternatives ou à préaction, il convient d’utiliser de préférence de l'acier galvanisé.

17.1.3 Soudage des canalisations en acier


Les canalisations et raccords d'un diamètre inférieur à 50 mm ne doivent pas être soudés sur le site, excepté si
l'installateur utilise une machine à souder automatique. Le soudage, la découpe au chalumeau, le brasage ou tout
autre travail à chaud ne doit, en aucun cas, être réalisé in situ.
Le soudage des canalisations de sprinkleurs doit être effectué de façon à répondre aux exigences suivantes :
— tous les assemblages doivent être soudés en continu ;
— la partie intérieure de la soudure ne doit pas perturber l'écoulement de l'eau ;
— les canalisations doivent être ébavurées et le laitier éliminé.
Les soudeurs doivent être approuvés selon l'EN 287-1.

17.1.4 Flexibles et joints souples


Si un déplacement relatif est susceptible de se produire entre différentes sections d'une canalisation du système
d'extinction de type sprinkleur, par exemple du fait des joints de dilatation ou dans le cas de certains types de
stockages en racks, un tronçon ou un joint flexible doit être installé au niveau du point de raccordement à la cana-
lisation principale de distribution. Ce tronçon ou joint flexible doit satisfaire aux exigences suivantes :
a) avant l'installation, il doit être capable de supporter une pression d'épreuve égale à quatre fois la pression
maximale de service ou 40 bar, selon celle qui est la plus importante, et il ne doit pas comprendre de pièces
qui, lorsqu'elles sont soumises à un feu, peuvent compromettre l'étanchéité ou les performances du système
d'extinction de type sprinkleur ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 102
EN 12845:2004

b) les flexibles doivent contenir un tube intérieur continu, résistant à la pression, en acier inoxydable ou en métal
non ferreux ;
1) les flexibles ne doivent pas être installés en position complètement tendue ;
2) les flexibles et joints flexibles ne doivent pas être utilisés pour rattraper le défaut d'alignement entre une
canalisation principale de distribution et les canalisations d'alimentation de sprinkleurs intermédiaires.

17.1.5 Masquage
Les canalisations doivent être installées de manière à être facilement accessibles à des fins de réparation et de
modifications. Elles ne doivent pas être noyées dans des planchers ou plafonds en béton.
NOTE Il convient, si possible, de ne pas installer de canalisations dans des espaces cachés qui rendent difficiles les con-
trôles, les réparations et les modifications.

17.1.6 Protection contre l'incendie et les dommages mécaniques


Les canalisations doivent être installées de manière telle que les tuyaux ne soient pas exposés à des dommages
mécaniques. Lorsque les tuyaux sont installés au-dessus de passerelles de faible hauteur libre, à des niveaux
intermédiaires ou dans d'autres situations comparables, des mesures doivent être prises pour éviter les détério-
rations mécaniques.
Lorsqu'il est inévitable de faire passer une canalisation d'alimentation en eau dans un bâtiment non protégé par
sprinkleurs, cette canalisation doit être installée au niveau du sol et doit être enfermée pour assurer sa protection
contre les dommages mécaniques et une tenue au feu appropriée.

17.1.7 Peinture
Les canalisations en métal ferreux non galvanisé doivent être peintes si les conditions ambiantes l'exigent. Les
canalisations galvanisées doivent être peintes partout où leur revêtement a été endommagé, par exemple par une
filière.
NOTE Une protection supplémentaire peut être requise pour des conditions corrosives inhabituelles.

17.1.8 Vidange
Des dispositifs doivent être installés pour permettre de vidanger toutes les canalisations. Lorsque cette vidange
complète ne peut pas être assurée par la vanne de vidange située au niveau du poste de contrôle, des vannes
supplémentaires doivent être installées conformément à 15.4.
Dans le cas d'installations sous air, alternatives et à préaction, les rangées doivent présenter une pente d'au moins
0,4 % en direction de la canalisation de distribution et les canalisations de distribution doivent présenter une pente
d'au moins 0,2 % en direction de la vanne de vidange appropriée.
Les rangées ne doivent être raccordées que sur les flancs ou le sommet des canalisations de distribution.

17.1.9 Tuyau de cuivre


Les tuyaux de cuivre ne peuvent être utilisés que dans des systèmes sous eau classés LH, OH1, OH2 et OH3,
en aval de toute canalisation en acier. Les tuyaux de cuivre doivent être assemblés par des joints mécaniques ou
par des brasures fortes, en utilisant des raccords conformes à l'EN 1254.
Les brasures fortes, les assemblages cuivre-cuivre et les assemblages impliquant des alliages de cuivre et de zinc
(laiton) ou de cuivre, étain et zinc (bronze à canon) doivent être effectués conformément à l’EN ISO 3677. Les
assemblages par brasure forte ne doivent être effectués que par un personnel dûment formé.
Les assemblages cuivre-acier doivent être munis de brides et utiliser des boulons en acier inoxydable. Le cintrage
des tuyaux ne doit pas être effectué sur le site.
Des mesures doivent être prises pour éviter toute corrosion galvanique.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 103
EN 12845:2004

17.2 Supports de canalisations


17.2.1 Généralités
Les supports de canalisations doivent être fixés directement au bâtiment ou, si nécessaire, à des machines, racks
de stockage ou autres structures. Ils ne doivent pas être utilisés pour soutenir d'autres installations. Ils doivent
être réglables pour assurer une capacité de support régulière. Les supports doivent entourer complètement la
canalisation et ne doivent pas être soudés à la canalisation ou aux raccords.
La partie de la structure sur laquelle sont fixés les supports doit être capable de supporter la canalisation
(voir Tableau 40). Une canalisation de plus de 50 mm de diamètre ne doit pas être supportée par une tôle ondulée
ou une dalle en béton aéré.
Les canalisations de distribution et les colonnes montantes doivent présenter un nombre adéquat de points de
fixation pour tenir compte des forces axiales.
Aucune partie d'un support ne doit être en matériau combustible. Il est interdit d'utiliser des clous.
Les supports de canalisations en cuivre doivent être munis d'un revêtement adéquat présentant une résistance
électrique suffisante pour empêcher toute corrosion par contact.

17.2.2 Espacement et emplacement


Deux supports successifs ne doivent généralement pas être espacés de plus de 4 m pour une canalisation en
acier et de 2 m pour une canalisation en cuivre. Pour des canalisations de plus de 50 mm de diamètre, ces dis-
tances peuvent être augmentées de 50 % à condition que l'une des conditions suivantes soit remplie :
— deux supports indépendants sont fixés directement sur la structure ;
— on utilise un support qui est capable de porter une charge supérieure de 50 % à celle indiquée au Tableau 40.
Lorsque des assemblages mécaniques de canalisations sont utilisés :
— il doit y avoir au moins un support à moins de 1 m de chaque assemblage ;
— il doit y avoir au moins un support sur chaque tronçon de canalisation.
La distance entre un sprinkleur terminal et un support ne doit pas être supérieure à :
— 0,9 m pour des canalisations de 25 mm de diamètre ;
— 1,2 m pour des canalisations d'un diamètre supérieur à 25 mm.
La distance entre un sprinkleur debout et un support ne doit pas être inférieure à 0,15 m.
Les canalisations verticales doivent être munies de supports supplémentaires dans les cas suivants :
— canalisations de plus de 2 m de long ;
— canalisations de plus de 1 m de long alimentant chacune un seul sprinkleur.
Les canalisations suivantes n'ont pas besoin d'être supportées séparément, sauf si elles se situent à un niveau
bas ou à un autre endroit exposé aux chocs mécaniques :
— bras de canalisation horizontaux de moins de 0,45 m de long ;
— colonnes descendantes ou montantes de moins de 0,6 m de long alimentant des sprinkleurs individuels.

17.2.3 Calcul
Le support de canalisation doit être calculé et contrôlé conformément aux exigences des Tableaux 40 et 41.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 104
EN 12845:2004

Tableau 40 — Paramètres de calcul des supports de canalisations

Charge minimale Longueur minimale


Diamètre nominal Section minimale
admissible à 20 °C de la cheville d'ancrage
de la canalisation (d) (voir NOTE 2)
(voir NOTE 1) (voir NOTE 3)
mm mm2
kg mm

d ≤ 50 200 30 (M8) 30

50 < d ≤ 100 350 50 (M10) 40

100 < d ≤ 150 500 70 (M12) 40

150 < d ≤ 200 850 125 (M16) 50

NOTE 1 Lorsque le matériau est chauffé à 200 °C, il convient que la charge minimale admissible ne diminue
pas de plus de 25 %.
NOTE 2 Il convient d’augmenter la section nominale des tiges filetées de manière à atteindre la section
minimale.
NOTE 3 La longueur des chevilles d'ancrage dépend du type utilisé et de la qualité et du type de matériau
dans lequel elles doivent être fixées. Les valeurs indiquées concernent le béton.

Tableau 41 — Dimension minimale des tiges et colliers de serrage en fer plat

Tiges en fer plat Colliers de serrage pour canalisations


Diamètre nominal
de la canalisation (d)
galvanisées non galvanisées galvanisées non galvanisées
mm
mm mm mm mm

d ≤ 50 2,5 3,0 25 × 1,5 25 × 3,0

50 < d ≤ 200 2,5 3,0 25 × 2,5 25 × 3,0

17.3 Canalisations dans des espacés cachés


Lorsqu'une protection par sprinkleurs est requise dans des espaces cachés, tels que faux plafonds et faux plan-
chers, les canalisations doivent être calculées de la manière suivante :

17.3.1 Faux plafonds au-dessus de locaux classés en OH


Les sprinkleurs installés au-dessus du plafond peuvent être alimentés par les mêmes rangées que les sprinkleurs
installés sous le plafond. Dans des systèmes précalculés, les sprinkleurs doivent être considérés cumulativement
pour la détermination du diamètre des canalisations.

17.3.2 Tous les autres cas


Les sprinkleurs installés dans l'espace caché doivent être alimentés par des rangées séparées. Dans le cas de
systèmes précalculés, le diamètre des canalisations de distribution alimentant les sprinkleurs situés à l'intérieur
et à l'extérieur de l'espace caché, ne doit pas être inférieur à 65 mm.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 105
EN 12845:2004

18 Avis, notices et informations


18.1 Plan de masse
18.1.1 Généralités
Un plan de masse des locaux doit être placé à proximité de l'entrée principale ou dans un endroit où il est facile-
ment visible par le service d'incendie ou autres personnes répondant à une alarme. Ce plan doit indiquer :
a) le numéro de l'installation et l'emplacement du poste de contrôle et du gong hydraulique correspondants ;
b) chaque zone séparée de classe de risque, la classe de risque applicable et, suivant le cas, la hauteur maximale
de stockage ;
c) à l'aide d'une nuance de couleur ou de hachures colorées, la surface couverte par chaque installation et, selon
les exigences du service d'incendie, l'indication des chemins d'accès à cette zone à travers les locaux ;
d) l'emplacement des vannes d'arrêt secondaires.

18.2 Avis et notices


18.2.1 Plaque de localisation
Une plaque de localisation dont le matériau constitutif et les lettres sont résistants aux intempéries doit être fixée
sur la face extérieure du mur extérieur aussi près que possible de l'entrée la plus proche du (des) poste(s) de con-
trôle. Cette plaque doit porter l'indication suivante :
«VANNE D'ARRÊT DES SPRINKLEURS»
en lettres d'au moins 35 mm de haut, et
«À L'INTÉRIEUR»
en lettres d'au moins 25 mm de haut. Le message doit être écrit en lettres blanches sur fond rouge.

18.2.2 Avis relatifs aux vannes d'arrêt


Un avis doit être installé à proximité des vannes d'arrêt principales et secondaires ; il doit porter l'indication :
«VANNE DE RÉGULATION DES SPRINKLEURS»
L'avis doit être rectangulaire avec des lettres blanches d'au moins 20 mm de haut sur un fond rouge.
Lorsque la vanne d'arrêt est enfermée dans une salle munie d'une porte, l'avis doit être fixé sur la face extérieure
de la porte et un second avis portant la mention «Maintenir la porte fermée» doit être fixé sur la face intérieure de
la porte. Le second avis doit être circulaire avec des lettres blanches d'au moins 5 mm de hauteur sur un fond bleu.

18.2.3 Poste de contrôle

18.2.3.1 Généralités
Lorsque le système d'extinction de type sprinkleur comprend plusieurs installations, chaque poste de contrôle doit
porter de manière bien visible le numéro identifiant l'installation qu'il contrôle.

18.2.3.2 Installations entièrement calculées


Dans des installations entièrement calculées, une notice indélébile doit être fixée sur la colonne montante située
à proximité de chaque poste de contrôle. La notice doit comprendre les informations suivantes :
a) le numéro de l'installation ;
b) la ou les classes de risque des zones protégées par l'installation ;
c) pour chaque classe de risque à l'intérieur de l'installation :
1) les exigences de calcul (surface impliquée et densité de décharge) ;
2) l'exigence de pression-débit au niveau du manomètre «C» ou des installations d'essai de débit pour les sur-
faces impliquées la plus défavorisée et la plus favorisée ;
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 106
EN 12845:2004

3) l'exigence de pression-débit au niveau du manomètre installé au refoulement de la pompe pour les surfaces
impliquées la plus défavorisée et la plus favorisée ;
4) la hauteur du sprinkleur le plus élevé par rapport au niveau du manomètre «C» ;
5) la différence de hauteur entre le manomètre «C» et le manomètre installé au refoulement de la pompe.

18.2.4 Raccords d'alimentation en eau pour d'autres services


Une étiquette doit être fixée sur les vannes d'arrêt contrôlant les alimentations en eau provenant des canalisations
d'alimentation du système d'extinction de type sprinkleur ou des canalisations principales du réseau d'eau public
et alimentant d'autres services ; cette étiquette doit porter un marquage approprié, par exemple «Robinets d'incen-
die armés», «Alimentation en eau domestique», etc., en lettres en relief.

18.2.5 Pompes aspirantes et surpresseurs

18.2.5.1 Généralités
Une plaque signalétique doit être fixée sur chaque pompe aspirante ou surpresseur ; cette plaque doit porter les
informations suivantes :
a) la pression de refoulement, en bars, et la vitesse nominale correspondante ainsi que le débit, en litres par
minute, pour la condition d'aspiration et le débit nominal spécifiés au Tableau 16 ;
b) la puissance maximale absorbée à la vitesse concernée et pour n'importe quelle valeur de débit.

18.2.5.2 Installations entièrement calculées


Une fiche technique fournie par l'installateur doit être affichée à côté de la pompe ; elle doit contenir les informa-
tions suivantes :
a) les fiches techniques du fournisseur de la pompe ;
b) une liste récapitulant les données techniques spécifiées en 4.4.4.4 ;
c) une copie de la courbe caractéristique de la pompe fournie par l'installateur, similaire à celle représentée à la
Figure 7 ;
d) la perte de charge, au débit Qmax. ; entre le refoulement de la pompe et le poste de contrôle le plus éloigné
hydrauliquement.

18.2.6 Interrupteurs électriques et tableaux de commande

18.2.6.1 Alarmes transmises au service d'incendie


Lorsque le débit d'eau dans une installation déclenche une alarme automatique transmise au service d'incendie,
une notice portant sur ce sujet doit être fixée à côté de la ou des vanne(s) d'essai d'alarme.

18.2.6.2 Pompe entraînée par moteur diesel


Les alarmes spécifiées en 10.8.6.1 et 10.9.11 au niveau de l’armoire de commande des pompes et de l'emplace-
ment surveillé par un responsable, doivent être marquées, selon le cas :
a) démarreur de la pompe d'incendie diesel hors circuit ;
b) défaut de démarrage de la pompe d'incendie diesel ;
c) pompe en marche ;
d) défaillance de l’armoire de commande du moteur diesel.
Le mécanisme d'arrêt à commande manuelle (voir 10.9.7.1) doit porter l'étiquette suivante :
«COUPURE DES POMPES DE SPRINKLEURS»
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 107
EN 12845:2004

18.2.6.3 Pompe d'incendie entraînée par un moteur électrique


Chaque interrupteur installé sur l'alimentation électrique affectée à un moteur électrique de pompe de sprinkleurs
doit porter l'étiquette suivante :
«ALIMENTATION MOTEUR DE POMPE SPRINKLEURS — NE PAS COUPER EN CAS D'INCENDIE»

18.2.7 Dispositifs d'essai et de manœuvre


Toutes les vannes et tous les instruments utilisés pour contrôler et faire fonctionner le système doivent être
convenablement étiquetés. L'identification correspondante doit apparaître dans la documentation.

19 Essais de mise en service, essais de réception et contrôles périodiques

19.1 Essais de mise en service


19.1.1 Canalisations

19.1.1.1 Canalisations sous air


Les canalisations sous air doivent faire l'objet de contrôles pneumatiques à une pression d'au moins 2,5 bar pen-
dant au moins 24 h. Toute fuite entraînant une perte de charge supérieure à 0,15 bar en 24 h doit être corrigée.
NOTE Si les conditions climatiques ne permettent pas d'effectuer l'essai hydraulique spécifié en 19.1.1.2 immédiatement
après l'essai pneumatique, il est recommandé de le réaliser dès que les conditions le permettent.

19.1.1.2 Toutes les canalisations


Toutes les canalisations de l'installation doivent subir un essai hydraulique d'au moins 2 h à une pression d'au
moins 15 bar ou égale à 1,5 fois la pression maximale à laquelle le système sera soumis (les deux étant mesurées
au niveau des vannes de réglage de l'installation), selon la valeur la plus grande.
Tout défaut découvert, tel que déformation permanente, rupture ou fuite, doit être corrigé et l'essai répété.
Des mesures doivent être prises afin qu’aucun des composants du système ne soit soumis à une pression supé-
rieure à celles recommandées par le fournisseur.

19.1.2 Équipement
Le système doit être contrôlé comme spécifié en 20.2.2 et 20.3.2 (c'est-à-dire, en effectuant les essais qui seront
réalisés régulièrement toutes les semaines et tous les trimestres) et tout défaut doit être corrigé.

19.1.3 Sources d'eau


Les sources d'eau doivent être contrôlées comme spécifié en 8.6 et les pompes entraînées par moteur diesel doi-
vent subir les essais spécifiés en 20.2.2.5.

19.2 Certificat d'achèvement des travaux et documents


L'installateur du système doit fournir à l'utilisateur les documents suivants :
a) un certificat d'achèvement des travaux déclarant que le système est conforme à toutes les exigences appro-
priées de la présente norme ou détaillant tout écart par rapport à ces exigences ;
b) un jeu complet d'instructions de fonctionnement et de plans «tels que construits», comprenant l'identification
de toutes les vannes et instruments utilisés pour les essais et l'exploitation normale ainsi qu'un programme de
contrôle et de vérification pour les utilisateurs (voir 20.2).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 108
EN 12845:2004

20 Maintenance

20.1 Généralités
20.1.1 Travaux programmés
L'utilisateur doit appliquer un programme de contrôle et de vérifications (voir 20.2), établir un programme d'essai,
d'entretien et de maintenance (voir 20.3) et conserver les enregistrements appropriés, y compris un journal de
bord qui doit être conservé dans les locaux.
L'utilisateur doit établir un contrat avec l'installateur du système ou une entreprise ayant la même qualification pour
effectuer le programme d'essai, d'entretien et de maintenance.
Après une procédure de contrôle, de vérification, d'essai, d'entretien ou de maintenance, le système et toutes les
pompes automatiques, tous les réservoirs sous pression et réservoirs à charge gravitaire doivent être remis en
bon état de marche.
NOTE Le cas échéant, il convient que l'utilisateur notifie aux parties intéressées son intention d'effectuer des essais et/
ou les résultats de ces essais.

20.1.2 Précautions à prendre pendant le travail


Voir en Annexe J les précautions à prendre tant que le système n'est pas entièrement fonctionnel ou après le
déclenchement de sprinkleurs.

20.1.3 Sprinkleurs de rechange


Un stock de sprinkleurs de rechange doit être conservé dans les locaux pour le remplacement de sprinkleurs
actionnés ou endommagés. Les sprinkleurs de rechange ainsi que les clés pour sprinkleurs fournies par le
fournisseur doivent être entreposés dans une ou plusieurs armoires situées dans un emplacement bien visible et
facilement accessible où la température ambiante n'est pas supérieure à 27 °C.
Le nombre de sprinkleurs de rechange ne doit pas être inférieur à :
a) pour des installations classées en LH ;
b) pour des installations classées en OH ;
c) pour des installations classées en HHP et HHS.
Le stock doit être rapidement reconstitué après utilisation de pièces de rechange.
Lorsque les installations contiennent des sprinkleurs à température élevée, des sprinkleurs muraux ou d'autres
types de sprinkleurs ou lorsqu'elles contiennent des têtes d'extincteurs à jets multiples, un nombre adéquat de
pièces de rechange doit également être conservé.

20.2 Programme de contrôle et de vérification par l'utilisateur


20.2.1 Généralités
L'installateur doit fournir à l'utilisateur un mode opératoire de contrôle et de vérification documenté pour le sys-
tème. Le programme doit comprendre des instructions sur les mesures à prendre pour ce qui concerne les
défaillances et le fonctionnement du système en mentionnant en particulier le mode opératoire de démarrage
manuel d'urgence des pompes et les détails du contrôle de routine hebdomadaire de 20.2.2.

20.2.2 Contrôle de routine hebdomadaire

20.2.2.1 Généralités
Chaque partie du contrôle hebdomadaire doit être effectuée à des intervalles de 7 jours au maximum.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 109
EN 12845:2004

20.2.2.2 Vérifications
Les points suivants doivent être vérifiés et consignés :
a) tous les relevés des manomètres pour eau et air des installations, canalisations de transport et réservoirs sous
pression ;
NOTE Il convient que la pression dans les canalisations des installations sous air, alternatives et à préaction ne chute
pas de plus de 1,0 bar par semaine.

b) tous les niveaux d'eau dans les réservoirs privés surélevés, les rivières, les canaux, les lacs, les réservoirs de
stockage d'eau (y compris les réservoirs d'eau d'amorçage des pompes et les réservoirs sous pression) ;
c) la bonne position des vannes d'arrêt principales.

20.2.2.3 Essai du gong hydraulique


Chaque gong hydraulique doit être soumis à essai par une sonnerie de 30 s au minimum.

20.2.2.4 Essai de démarrage des pompes automatiques


Les essais des pompes automatiques doivent comprendre ce qui suit :
a) les niveaux de combustible et d'huile de lubrification des moteurs diesel doivent être vérifiés ;
b) la pression d'eau sur le dispositif de démarrage doit être réduite, simulant ainsi la condition de démarrage auto-
matique ;
c) lorsque la pompe démarre, la pression de démarrage doit être vérifiée et consignée ;
d) la pression d'huile des moteurs diesel doit être vérifiée, ainsi que le débit d'eau de refroidissement dans les
circuits de refroidissement ouverts.

20.2.2.5 Essai de redémarrage des moteurs diesel


Immédiatement après l'essai de démarrage des pompes du 20.2.2.4, les moteurs diesel doivent être contrôlés de
la manière suivante :
a) le moteur doit tourner pendant 20 min ou pendant la durée recommandée par le fournisseur. Le moteur doit
ensuite être arrêté puis redémarré immédiatement au moyen du bouton d'essai de démarrage manuel ;
b) le niveau d'eau dans le circuit primaire des systèmes de refroidissement en boucle doit être vérifié.
La pression d'huile (lorsque des manomètres sont installés), les températures du moteur et le débit de réfrigérant
doivent être surveillés pendant toute la durée de l'essai. Les durites d'huile doivent être vérifiées et une inspection
générale effectuée pour rechercher toute fuite de combustible, de réfrigérant ou de gaz d'échappement.

20.2.2.6 Chauffage des canalisations et systèmes de chauffage localisés


Le bon fonctionnement des systèmes de chauffage permettant d'éviter le gel dans le système d'extinction de type
sprinkleur doit être vérifié.

20.2.3 Contrôle de routine mensuel


Le niveau et la densité de l'électrolyte de toutes les batteries au plomb (y compris les batteries des démarreurs de
moteurs diesel et les batteries utilisées pour l'alimentation des tableaux de commande) doivent être vérifiés. Si la
densité est faible, le chargeur de batteries doit être vérifié et, s'il fonctionne normalement, la ou les batteries affec-
tées doivent être remplacées.

20.3 Programme d'entretien et de maintenance


20.3.1 Généralités
20.3.1.1 Modes opératoires
Outre le programme indiqué dans le présent paragraphe, tous les modes opératoires recommandés par les four-
nisseurs de composants doivent être effectués.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 110
EN 12845:2004

20.3.1.2 Enregistrements
Un rapport de contrôle daté et signé doit être fourni à l'utilisateur et doit comprendre un avis sur toutes les rectifi-
cations effectuées ou requises et les détails relatifs à tout facteur extérieur, par exemple les conditions climati-
ques, qui peut avoir affecté les résultats.

20.3.2 Contrôle de routine trimestriel

20.3.2.1 Généralités
Les vérifications et contrôles suivants doivent être effectués à des intervalles de 13 semaines au maximum.

20.3.2.2 Revue du risque


Les conséquences que peut exercer sur la classification du risque ou la conception de l'installation toute modifi-
cation apportée à la structure, à l'activité, au mode de stockage, au chauffage, à l'éclairage ou à l'équipement,
etc., d'un bâtiment doivent être identifiées afin que les modifications appropriées puissent être réalisées.

20.3.2.3 Sprinkleurs, têtes d'extincteurs à jets multiples et pulvérisateurs


Les sprinkleurs, têtes d'extincteurs à jets multiples et pulvérisateurs affectés par des dépôts (autre que la peinture)
doivent être soigneusement nettoyés. Les têtes de sprinkleurs, les têtes d'extincteurs à jets multiples ou les pul-
vérisateurs peints ou déformés doivent être remplacés.
Tout couche de paraffine doit être vérifiée. Si nécessaire, les couches existantes doivent être enlevées et les
sprinkleurs, têtes d'extincteurs à jets multiples ou pulvérisateurs doivent être recouverts de deux couches de
paraffine (dans le cas de sprinkleurs à ampoule de verre, seuls le corps du sprinkleur et l'étrier doivent être
recouverts).
Une attention particulière doit être apportée aux sprinkleurs dans les cabines de peinture où un nettoyage plus
fréquent et/ou des mesures de protection peuvent s'avérer nécessaires.

20.3.2.4 Canalisations et supports de canalisations


Les canalisations et les étriers de suspension doivent être vérifiés pour rechercher toute trace de corrosion et doi-
vent, si nécessaire, être peints.
La peinture bitumineuse des canalisations, y compris les extrémités filetées des canalisations galvanisées, et des
étriers de suspension doit être remise en état si nécessaire.
NOTE Une peinture bitumineuse peut nécessiter une remise en état à des intervalles variant de 1 à 5 ans en fonction de
la sévérité des conditions.

L'enrobage des canalisations doit être réparé si nécessaire.


Les raccordements électriques de mise à la terre des canalisations doivent être vérifiés. Les canalisations des
sprinkleurs ne doivent pas être utilisées pour la mise à la terre des équipements et tous les raccordements de
mise à la terre d'équipements électriques doivent être supprimés et remplacés par d'autres dispositions.

20.3.2.5 Sources d'eau et leurs alarmes


Chaque source d'eau doit être contrôlée avec chaque poste de contrôle du système. La ou les pompes d'alimen-
tation éventuelles doivent démarrer automatiquement et la pression d'alimentation, au débit approprié, ne doit pas
être inférieure à la valeur appropriée, conformément à l'article 10, en tenant compte de toutes les modifications
requises en 20.3.2.2.

20.3.2.6 Alimentations électriques


Le bon fonctionnement de toutes les alimentations électriques secondaires par groupes diesel doit être vérifié.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 111
EN 12845:2004

20.3.2.7 Vannes d'arrêt


Manœuvrer toutes les vannes d'arrêt contrôlant l'écoulement d'eau vers les sprinkleurs pour s'assurer qu'elles
sont en ordre de marche et les verrouiller de nouveau solidement dans la bonne position. Ces vannes compren-
nent les vannes d'arrêt sur toutes les alimentations en eau au niveau du ou des clapets d'alarme et toutes les van-
nes d'arrêt de zone ou autres vannes d'arrêt secondaires.

20.3.2.8 Contacteurs de débit


Le bon fonctionnement des contacteurs de débit doit être vérifié.

20.3.2.9 Pièces de rechange


Le nombre et l'état des pièces de rechange stockées doivent être vérifiés.

20.3.3 Contrôle de routine semestriel

20.3.3.1 Généralités
Les vérifications et contrôles suivants doivent être effectués à des intervalles de 6 mois au maximum.

20.3.3.2 Clapets d'alarme sous air


Les pièces mobiles des clapets d'alarme sous air ainsi que des accélérateurs et exhausteurs dans des
installations et des extensions secondaires sous air doivent être manœuvrées conformément aux instructions du
fournisseur.
NOTE Il n'est pas nécessaire de contrôler de cette manière les installations alternatives puisqu'elles sont manœuvrées
deux fois par an du fait du passage du mode de fonctionnement sous eau au mode de fonctionnement sous air et inversement.

20.3.3.3 Alarme raccordée au service d'incendie et à un poste central éloigné


L'installation électrique doit être vérifiée.

20.3.4 Contrôle de routine annuel

20.3.4.1 Généralités
Les vérifications et contrôles suivants doivent être effectués à des intervalles de 12 mois au maximum.

20.3.4.2 Essai de débit des pompes automatiques


Chaque pompe d'alimentation en eau de l'installation doit être contrôlée à pleine charge (à l'aide de la conduite
d'essai raccordée au refoulement de la pompe en aval du clapet de retenue situé au refoulement de la pompe) et
doit fournir les valeurs de pression/débit spécifiées sur la plaque signalétique.
Des tolérances adéquates doivent être établies pour les pertes de charge dans la canalisation d'alimentation et
dans les vannes entre la source et chaque poste de contrôle.

20.3.4.3 Essai de défaut de démarrage du moteur diesel


L'alarme de défaut de démarrage doit être soumise à essai conformément à 10.9.7.2.
Immédiatement après cet essai, faire démarrer le moteur en utilisant le système de démarrage manuel.

20.3.4.4 Robinets à flotteurs sur réservoirs de stockage d'eau


Le bon fonctionnement des robinets à flotteur installés sur les réservoirs de stockage d'eau doit être vérifié.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 112
EN 12845:2004

20.3.4.5 Cuves et crépines d'aspiration des pompes


Les crépines d'aspiration des pompes ainsi que le bassin de décantation et ses filtres doivent être contrôlés au
moins une fois par an et nettoyés si nécessaire.

20.3.5 Contrôle de routine tous les trois ans

20.3.5.1 Généralités
Les vérifications et contrôles suivants doivent être effectués à des intervalles de 3 ans au maximum.

20.3.5.2 Réservoirs de stockage et réservoirs sous pression


Tous les réservoirs doivent être examinés extérieurement pour rechercher toute trace de corrosion. Ils doivent être
vidangés, nettoyés si nécessaire et examinés intérieurement pour rechercher toute trace de corrosion.
Tous les réservoirs doivent être repeints et/ou leur protection anticorrosion doit être remise à neuf si nécessaire.

20.3.5.3 Vannes d'arrêt, clapets d'alarme et clapets de retenue des alimentations en eau
Toutes les vannes d'arrêt, clapets d'alarme et clapets de retenue des alimentations en eau doivent être contrôlés
et remplacés ou remis en état si nécessaire.

20.3.6 Contrôle de routine tous les 10 ans


Tous les 10 ans au maximum, tous les réservoirs de stockage doivent être vidangés, nettoyés et examinés inté-
rieurement et la construction doit, si nécessaire, être remise en état.

21 Évaluation de conformité
21.1 Kit sprinkleur
21.1.1 Généralités
La conformité d’un kit de sprinkleurs doit être démontrée par les moyens suivants :
— une évaluation initiale de type ;
— un contrôle de la production en usine réalisé par le fournisseur du kit.

21.1.1.1 Evaluation initiale de type


La conformité du kit aux exigences de la présente norme doit être vérifiée.
La performance des composants utilisés dans le kit doit être vérifiée afin qu’elle corresponde aux exigences
de calcul.
Lorsque le fournisseur du kit utilise des composants conformes aux normes européennes, ou en l’absence de
réglementations de ce type, aux autres spécifications techniques pertinentes en vigueur dans le pays d’utilisation,
il est possible d’utiliser les données de fonctionnement définies par le fabricant du composant pour satisfaire à
cette exigence. Toutefois, cela ne libère pas le fournisseur du kit de sa responsabilité, et il doit sélectionner cor-
rectement les composants.

21.1.1.2 Contrôle de la production en usine par le fournisseur du kit


Le fournisseur doit établir, documenter et tenir à jour un système de contrôle de la production en usine garantis-
sant que les kits mis sur le marché sont conformes aux caractéristiques de fonctionnement déclarées.
Le système de contrôle de la production en usine doit comprendre des modes opératoires, inspections, essais et/
ou évaluations réguliers ainsi que l'utilisation des résultats pour contrôler à la réception les matières premières et
autres matériaux ou composants et équipements et le processus de production et le kit. Ce système de contrôle
de la production en usine doit être suffisamment détaillé pour assurer une conformité manifeste du kit et garantir
la détection la plus précoce possible de toute anomalie.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 113
EN 12845:2004

Un système de contrôle qualité conforme aux exigences de l'EN ISO 9001 et spécifiquement adapté aux exigen-
ces de la présente norme doit être considéré comme répondant aux exigences ci-dessus.
Les résultats des contrôles, essais ou évaluations nécessitant la prise de mesures doivent être enregistrés de
même que toutes les mesures prises. Les mesures à prendre lorsque les valeurs ou critères de contrôle ne sont
pas satisfaits doivent être enregistrées.
La procédure de contrôle de la production doit être consignée dans un manuel.
Dans le cadre du contrôle de la production, le fournisseur doit effectuer des essais de production et en enregistrer
les résultats.

21.2 Système de type sprinkleur


21.2.1 Généralités
La conformité d’un système de type sprinkleur avec les exigences de la présente norme doit être démontrée par
les moyens suivants :
— l’évaluation réalisée au 21.1.1 ;
— les essais de mise en service (voir article 19).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 114
EN 12845:2004

Annexe A
(normative)
Classifications des risques types

Init numérotation des tableaux d’annexe [A]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [A]!!!

Les Tableaux A.1, A.2 et A.3 contiennent des listes de classification minimale des risques. Ils doivent également
être utilisés comme guide pour les activités qui ne sont pas spécifiquement mentionnées. Ils doivent être consultés
conjointement avec 6.2.

Tableau A.1 — Activités classées en risques faibles

Écoles et autres établissements d'enseignement (certaines zones)

Bureaux (certaines zones)

Prisons

Tableau A.2 — Activités classées en risques moyens

Groupe de risques moyens


Activité
OH1 OH2 OH3 OH4

Verre et céramique verrerie

Produits chimiques cimenterie laboratoires teintureries fabriques


photographiques, de bougies,
fabriques de savon
usines de produits fabriques
photographiques d'allumettes,
ateliers
de peinture

Industries mécaniques usines ateliers fabriques de matériels


de fabrication automobiles, électroniques, fabriques
de tôles ateliers d'équipements radio, fabriques
de construction de réfrigérateurs, fabriques
mécanique de machines à laver

Aliments et boissons abattoirs, boulangeries, fabriques d'aliments distilleries


laiteries biscuiteries, pour animaux, moulins, d'alcool
brasseries, fabriques de légumes
chocolateries, et soupes déshydratés,
confiseries sucreries

Divers hôpitaux, hôtels, laboratoires studios de radiodiffusion, gares cinémas


bibliothèques (physique), ferroviaires, serres et théâtres,
(sauf les blanchisseries, salles
librairies), parkings, musées de concert,
restaurants, fabriques
écoles, bureaux de tabac

Papier ateliers de reliure, cartonneries, traitement des


papeteries, imprimeries vieux papiers

(à suivre)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 115
EN 12845:2004

Tableau A.2 — Activités classées en risques moyens (fin)

Groupe de risques moyens


Activité
OH1 OH2 OH3 OH4

Caoutchouc câbleries, moulage par injection câblerie


et matières plastiques (plastiques), fabriques de
matières plastiques et d'objets
en plastique (sauf plastiques
expansés), fabriques d'objets en
caoutchouc, fabriques de fibres
synthétiques (sauf acryliques),
ateliers de vulcanisation

Magasins et bureaux salles grands magasins centres salles


informatiques commerciaux d'exposition
(sauf archives)
bureaux

Textiles et vêtements fabriques d'articles fabriques de moquettes cotonneries,


en cuir (sauf caoutchouc et plastiques ateliers
expansés), fabriques de tissus et de préparation
ateliers de confection, fabriques du lin, ateliers
de panneaux de fibres, fabriques de préparation
d'articles chaussants, du chanvre
bonneteries, fabriques
de lingerie, fabriques de matelas
(sauf plastiques expansés),
ateliers de couture, ateliers
de tissage, filatures

Bois ateliers de travail du bois, scieries,


fabriques de meubles fabriques
(sans plastiques expansés), de panneaux
expositions de meubles, de particules,
fabriques de meubles fabriques de
capitonnés (sans plastiques contreplaqué
expansés)

NOTE Lorsqu'il y a de la peinture ou d'autres zones similaires à charge calorifique élevée dans un local classé en OH1
ou OH2, ces zones doivent être traitées comme des zones OH3.

Tableau A.3 — Activités classées en risques élevés

HHP1 HHP2 HHP3 HHP4

Fabrique de linoléum Fabrique d'allume-feu Fabrique de nitrate Fabrique de feux


et revêtements de sol de cellulose d'artifice

Fabrique de peintures, Fabrique de facteur matériau M3


colorants et vernis (voir Tableau B.1), fabriques
de plastiques expansés, caoutchouc
Fabrique de résine, de noir
mousse et articles en caoutchouc
de fumée et de térébenthine
mousse (sauf M4 (voir Tableau B.1)

Fabrique de substituts Distillation du goudron


de caoutchouc

Fabrique de laine de bois Dépôts d'autobus, camions non chargés


et voitures de transport ferroviaire
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 116
EN 12845:2004

Annexe B
(normative)
Méthodologie de classification des marchandises stockées

Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [B]!!!

B.1 Généralités
NOTE Le risque global d'incendie de marchandises stockées (définies comme un produit et son emballage) dépend de
leur charge calorifique (kW) qui dépend à son tour de leur pouvoir calorifique (KJ/kg) et de leur vitesse de combustion (kg/s).

Le pouvoir calorifique est déterminé par le matériau ou le mélange de matériaux constituant les marchandises. La
vitesse de combustion est déterminée par les matériaux concernés et par la configuration du matériau.
Pour classer les marchandises, la présente méthode analyse tout d'abord le matériau concerné pour obtenir un
«facteur matériau», puis le modifie, si nécessaire, selon la configuration des marchandises pour déterminer la
catégorie. Si aucune modification n'est requise, le «facteur matériau» est le seul déterminant de la catégorie.

B.2 Facteur matériau (M)


B.2.1 Généralités
La Figure B.1 doit être utilisée pour déterminer le facteur matériau lorsque des marchandises sont composées
d'un mélange de matériaux. Lorsqu'on utilise la Figure B.1, les marchandises stockées doivent être considérées
comme comprenant tout le matériau de l'emballage et de la palette. Pour les besoins de cette évaluation, il est
recommandé de traiter le caoutchouc de la même manière qu'une matière plastique.
Les quatre facteurs matériaux suivants doivent être utilisés pour déterminer la catégorie.

B.2.2 Facteur matériau 1


Produits incombustibles dans un emballage combustible et produits à faible ou moyenne combustibilité dans
un emballage combustible/incombustible. Produits ayant une faible teneur en matières plastiques, comme définie
ci-après :
— teneur en matières plastiques non expansées inférieure à 5 % en poids (y compris la palette) ;
— teneur en matières plastiques expansées inférieure à 5 % en volume.
EXEMPLES :
— pièces métalliques avec/sans emballage en carton sur palettes en bois ;
— aliments en poudre en sacs ;
— aliments en conserves ;
— tissu non synthétique ;
— articles en cuir ;
— produits en bois ;
— céramique dans des caisses en carton/bois ;
— outils métalliques dans un emballage en carton/bois ;
— cartons de bouteilles en plastique ou en verre remplies de liquides ininflammables ;
— gros appareils électriques (avec peu d'emballage).
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 117
EN 12845:2004

Légende
1 Facteur matériau 1
2 Facteur matériau 2
3 Facteur matériau 3
4 Facteur matériau 4
x % de matières plastiques expansées, en volume
y % de matières plastiques non expansées, en poids

Figure B.1 — Facteur matériau

B.2.3 Facteur matériau 2


Marchandises ayant un contenu énergétique plus élevé que les marchandises de facteur matériau 1, par exemple
celles contenant des matières plastiques en quantités supérieures aux limites définies à la Figure B.1.
EXEMPLES :
— meubles en bois ou en métal avec sièges en matières plastiques ;
— équipement électrique avec pièces ou emballage en matières plastiques ;
— câbles électriques sur tourets ou en cartons ;
— tissus synthétiques.

B.2.4 Facteur matériau 3


Matériaux qui sont principalement des matières plastiques non expansées (voir Figure B.1) ou matériaux à con-
tenu énergétique comparable.
EXEMPLES
— batteries de voitures sans électrolyte ;
— porte-documents en matières plastiques ;
— ordinateurs individuels ;
— tasses et couverts en matières plastiques non expansées.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 118
EN 12845:2004

B.2.5 Facteur matériau 4


Matériaux qui sont principalement des matières plastiques expansées (plus de 40 % en volume) ou matériaux
ayant un contenu énergétique comparable (voir Figure B.1).
EXEMPLES :
— matelas en mousse ;
— emballages en polystyrène expansé ;
— capitonnages en mousse.

B.3 Configuration de stockage


B.3.1 Effet de la configuration de stockage
Après avoir déterminé le facteur matériau, se reporter à la configuration de stockage indiquée à la colonne 1 du
Tableau B.1 pour déterminer la classification la plus appropriée. Si une catégorie appropriée figure également au
Tableau C.1, la plus importante des deux valeurs doit être utilisée.

Tableau B.1 — Catégories en fonction de la configuration de stockage

Facteur matériau
Configuration de stockage
1 2 3 4

Conteneur exposé en matière plastique à contenu Cat. I, II, III Cat. I, II, III Cat. I, II, III Cat. IV
incombustible

Surface exposée en matières plastiques non expansées Cat. III Cat. III Cat. III Cat. IV

Surface exposée en matières plastiques expansées Cat. IV Cat. IV Cat. IV Cat. IV

Structure ouverte Cat. II Cat. II Cat. III Cat. IV

Matériaux en blocs pleins Cat. I Cat. I Cat. II Cat. IV

Matériau granulaire ou en poudre Cat. I Cat. II Cat. II Cat. IV

Pas de configuration spéciale Cat. I Cat. II Cat. III Cat. IV

NOTE Voir en B.3.2 à B.3.8 les explications relatives aux configurations de stockage.

Les configurations de stockage indiquées dans le tableau sont les suivantes :

B.3.2 Conteneur exposé en matière plastique à contenu incombustible


Cela s'applique uniquement aux conteneurs en matière plastique contenant des liquides ou solides incombusti-
bles en contact direct avec le conteneur.
NOTE Cette configuration ne s'applique pas aux pièces métalliques dans des boîtes de stockage en matières plastiques.
Catégorie I : Conteneurs avec liquides incombustibles.
Catégorie II : Petits conteneurs (≤ 50 l) avec solides incombustibles.
Catégorie III : Grands conteneurs (> 50 l) avec solides incombustibles.
EXEMPLES :
— bouteilles en matières plastiques contenant des boissons non alcoolisées ou des liquides contenant moins de 20 % d'alcool ;
— tubes ou flacons en matières plastiques contenant une poudre inerte, comme le talc.

NOTE Les contenus incombustibles agissent comme des puits de chaleur et réduisent la vitesse de combustion des
conteneurs. Les liquides sont plus efficaces que les solides car ils conduisent la chaleur plus efficacement.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 119
EN 12845:2004

B.3.3 Surface exposée en matières plastiques non expansées


Il est recommandé de porter la catégorie à III ou IV lorsque le produit présente des surfaces exposées en matières
plastiques constituant un ou plusieurs côtés ou plus de 25 % de la surface.
EXEMPLES :
— pièces métalliques dans des casiers de stockage en PVC ;
— conserves alimentaires emballées sous film plastique rétractable.
Pour les casiers de stockage en polypropylène et polyéthylène, voir en G.8.

B.3.4 Surface exposée en matières plastiques expansées


Les matières plastiques expansées exposées sont plus dangereuses que les matières plastiques non exposées.
Il est recommandé de les traiter comme une catégorie IV.

B.3.5 Structure ouverte


Les matériaux ayant des structures très ouvertes présentent généralement un risque plus élevé que les matériaux
à structure compacte. L'association d'une grande surface et d'un accès d'air élevé facilite une combustion rapide.
L'accroissement du risque peut être très important, en particulier avec des combustibles courants.
EXEMPLE :
— le carton a un facteur matériau de 1 ;
— dans des cartons plats, il est de catégorie I ;
— dans des boîtes vides montées, il est de catégorie II (en raison de l'accès facile pour l'air) ;
— dans des rouleaux stockés verticalement, il est de catégorie III ou supérieure (risque spécial) selon le mode de stockage
(empilés étroitement, liés ou non, etc.).

B.3.6 Matériaux en blocs pleins


Les matériaux sous forme de blocs pleins présentent un faible rapport surface à volume/masse. Cela ralentit la
vitesse de combustion et permet une réduction de catégorie.
EXEMPLES
— Blocs de caoutchouc plein, carreaux en vinyle stockés en blocs, etc.

NOTE Cette configuration ne s'applique pas aux blocs de matières plastiques expansées (catégorie IV).

B.3.7 Matériaux granulaires ou en poudre


NOTE 1 À l'exception des matières plastiques expansées, les matériaux granulaires qui se répandent pendant un incen-
die ont tendance à étouffer le feu et sont, en conséquence, moins dangereux que leurs matières premières d'origine.

EXEMPLE
— Granulés en matières plastiques utilisés pour le moulage par injection et stockés dans des boîtes en carton.

NOTE 2 Cette configuration ne s'applique pas au stockage sur racks.

B.3.8 Pas de configuration spéciale


Marchandises qui ne présentent aucune des caractéristiques mentionnées ci-dessus, par exemples marchandi-
ses en cartons.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 120
EN 12845:2004

Annexe C
(normative)
Liste alphabétique des produits stockés et catégories
Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [C]!!!

Le Tableau C.1 doit être utilisé pour déterminer la catégorie des produits stockés lorsque l'emballage des mar-
chandises, avec ou sans palettes, n'est pas plus dangereux qu'une boîte en carton ou qu'un emballage constitué
par une feuille simple de carton ondulé.

Tableau C.1 — Produits stockés et catégories

Produit Catégorie Commentaires


Adhésifs I Avec des solvants inflammables, protection spéciale requise
Papier asphalté II En rouleaux horizontaux
Papier asphalté III En rouleaux verticaux
Batteries, pile sèche II
Batteries, pile humide II Les accumulateurs vides en matières plastiques nécessitent une protection
spéciale
Bière I
Bière II Conteneurs en caisses à claire-voie en bois
Livres II
Bougies III
Toile goudronnée III
Noir de carbone II
Carton (tous les types) II Stocké à plat
Carton (sauf ondulé) II Rouleaux stockés horizontalement
Carton (sauf ondulé) III Rouleaux stockés verticalement
Carton (ondulé) III Rouleaux stockés horizontalement
Carton (ondulé) IV Rouleaux stockés verticalement
Boîtes en carton III Boîtes composées, vides, lourdes
Boîtes en carton II Boîtes composées, vides, légères
Carreaux de moquette III
Moquettes, sans sous-couche II Le stockage en racks nécessite d'installer des sprinkleurs dans les racks
mousse
Cartons paraffinés plats II
Cartons paraffinés montés III
Cellulose II En balles, sans nitrite, ni acétate
Pulpe de cellulose II
Céramique I
Céréales II En boîtes
Charbon de bois II Sauf charbon de bois imprégné
Tissu synthétique III Stocké à plat
Tissu de laine ou de coton II
Vêtements II
(à suivre)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 121
EN 12845:2004

(suite)
Tableau C.1 — Produits stockés et catégories (fin)

Produit Catégorie Commentaires


Tapis de fibre II
Confiserie II
Liège II
Balles de coton II Des mesures spéciales, telles qu'une augmentation de la surface impliquée,
peuvent être nécessaires
Poterie I
Appareils électriques I Construction principalement métallique
Câbles ou fils électriques II Le stockage en racks nécessite d'installer des sprinkleurs dans les racks
Alfa III En vrac ou en balles
Engrais solide II Peut nécessiter des mesures spéciales
Panneau de fibres II
Allume-feu (barbecue) III
Lin II Des mesures spéciales, telles qu'une augmentation de la surface impliquée,
peuvent être nécessaires
Farine II En sacs ou sachets en papier
Aliments en conserves I Dans des boîtes en carton et plateaux
Denrées alimentaires II En sacs
Meubles rembourrés II Avec des fibres et matériaux naturels, mais pas de matières plastiques
Meubles en bois II
Fourrures II A plat dans des boîtes
Fibre de verre I Non façonnée
Verrerie I Vide
Grains I En sacs
Chanvre II Des mesures spéciales, telles qu'une augmentation de la surface impliquée,
peuvent être nécessaires
Peaux II
Jute II
Tricots II Voir vêtements
Stratifié II
Articles en cuir II
Toile de lin II
Linoléum III
Allumettes III
Matelas II
Viande I Réfrigérée ou congelée
Articles métalliques I
Lait en poudre II En sacs ou sachets
Matériel de bureau II
Peintures I À l'eau
Papier II Feuilles stockées horizontalement
(à suivre)
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 122
EN 12845:2004

Tableau C.1 — Produits stockés et catégories (fin)

Produit Catégorie Commentaires


Papier III Poids < 5 kg/100 m2, (par exemple, papier mousseline), rouleaux stockés
horizontalement
Papier IV Poids < 5 kg/100 m2, (par exemple, papier mousseline), rouleaux stockés
verticalement
Papier III Poids ≥ 5 kg/100 m2, (par exemple, papier journal), rouleaux stockés
verticalement
Papier II Poids ≥ 5 kg/100 m2, (par exemple, papier journal), rouleaux stockés
horizontalement
Papier bitumé III
Matière première de papier II En rouleaux ou en balles
Vieux papiers III Des mesures spéciales peuvent être nécessaires, telles qu'une
augmentation de la surface impliquée
Coussins II Plumes ou duvet
Chiffons II En vrac ou en balles
Résines II Sauf liquides inflammables
Feutre pour toiture en rouleaux II Stockage horizontal
Feutre pour toiture en rouleaux III Stockage vertical
Corde en fibres naturelles I
Chaussures I
Savon soluble dans l'eau II
Spiritueux I Bouteilles de verre en caisses
Ficelle en fibres naturelles I
Sucre II En sacs ou sachets
Textiles Voir tissu
Bois de construction scié III En piles aérées
Bois de construction scié II En piles non aérées
Bois de construction non scié II
Tabac II Feuilles et produits finis
Pneus stockés horizontalement IV Les pneus stockés verticalement dans des racks ne sont pas couverts
par la présente norme
Fibres végétales II Des mesures spéciales peuvent être nécessaires, telles qu'une
augmentation de la surface impliquée
Cire (paraffine) IV
Vannerie III
Bois Voir bois de construction
Bois, panneau de particules, II Stocké à plat, à l'exclusion des piles aérées
contreplaqué
Pâte de bois II En balles
Feuilles de placage en bois IV
Laine de bois IV En balles
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 123
EN 12845:2004

Annexe D
(normative)
Découpe en zones des installations de sprinkleurs
Init numérotation des tableaux d’annexe [D]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [D]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [D]!!!

D.1 Généralités
La présente annexe définit les exigences spécifiques à la protection par sprinkleurs de bâtiments lorsqu'une
découpe en zones est adoptée. Elle ne s'applique qu'aux installations de sprinkleurs classées en OH de type sous
eau.
NOTE La découpe en zones est facultative, excepté lorsqu'elle est exigée ailleurs dans la présente norme (voir
Annexes E et F).

D.2 Découpe en zones des installations


Les installations sous eau de sprinkleurs classées en risques moyens peuvent ou non être découpées en zones.
Le nombre des sprinkleurs commandés par un seul poste de contrôle sous eau dans un risque moyen peut être
supérieur à 1 000 (voir Tableau 17), avec les restrictions suivantes :
a) le nombre de sprinkleurs commandés par un seul poste de contrôle sous eau sur un seul étage ne doit pas
être supérieur à 1 000 ;
b) l'installation doit être découpée en zones selon D.3 ;
c) les installations découpées en zones ne doivent pas comprendre un risque plus élevé que OH3 ;
d) les parcs et zones de stationnement servant au déchargement et au stockage de marchandises doivent être
équipés d'une installation séparée non découpée en zones ;
e) la totalité du bâtiment doit être protégé par sprinkleurs, à tous les étages ;
f) le nombre total de sprinkleurs commandés par un seul poste de contrôle ne doit pas être supérieur à 10 000.

D.3 Exigences relatives aux installations découpées en zones


D.3.1 Étendue des zones
Aucune zone ne doit :
a) comprendre plus de 500 sprinkleurs ;
b) couvrir plus d'un seul étage qui peut cependant comprendre une mezzanine de 100 m2 au maximum.

D.3.2 Vannes d'arrêt secondaires de zones


Chaque zone doit être contrôlée indépendamment par une seule vanne d'arrêt secondaire de zone installée dans
un endroit facilement accessible à l'étage de la zone qu'elle contrôle. Chaque vanne doit être verrouillée en posi-
tion ouverte et doit porter une étiquette identifiant la zone de protection qu'elle contrôle.

D.3.3 Vannes de purge


Chaque zone doit être munie d'une vanne d'au moins 20 mm de diamètre nominal, placée soit à l'extrémité de la
canalisation de distribution la plus éloignée hydrauliquement de la source d'eau, soit à l'extrémité de chaque
canalisation de distribution, selon le cas. L'orifice de sortie de la vanne doit être muni d'un bouchon ou chapeau
en laiton.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 124
EN 12845:2004

D.3.4 Surveillance
Les installations de sprinkleurs découpées en zones doivent être munies de dispositifs inviolables permettant de
surveiller les points suivants :
a) état (c'est-à-dire ouverture totale ou non) de chaque vanne d'arrêt capable d'interrompre l'écoulement d'eau
vers les sprinkleurs, y compris les vannes d'arrêt secondaires ;
b) état du débit dans chaque zone située immédiatement en aval de chaque vanne d'arrêt secondaire de zone,
afin de signaler le fonctionnement de chaque zone à l'aide d'un contacteur d'alarme de débit d'eau capable de
détecter un débit supérieur ou égal à celui de chaque sprinkleur ;
c) état du débit à travers chaque poste de contrôle principal de l'installation.

D.3.5 Dispositifs d'essai et de vidange de la zone


Des dispositifs permanents d'essai et de vidange doivent être installés immédiatement en aval du contacteur
d'alarme de débit dans chaque zone. Le dispositif d'essai doit simuler le fonctionnement d'une seule tête de sprin-
kleur. Des dispositions adéquates doivent être prises pour l'évacuation des eaux usées.

D.3.6 Poste de contrôle de l'installation


Le poste de contrôle d'une installation de sprinkleurs découpée en zones doit être muni de deux vannes d'arrêt,
une de chaque côté d'un clapet d'alarme, une dérivation de même alésage nominal étant installée autour des trois
vannes et munie d'une vanne d'arrêt normalement fermée (voir Figure D.1). Chacune des trois vannes d'arrêt doit
être munie de dispositifs inviolables permettant de surveiller son état.

D.3.7 Surveillance de l'installation et alarmes


Les dispositifs de surveillance requis en D.3.4 et D.3.6 doivent être raccordés électriquement à un tableau de com-
mande et de signalisation installé dans un endroit accessible des locaux, ce tableau devant fournir les indications
et avertissements suivants :
a) des voyants lumineux verts qui indiquent que chaque vanne d'arrêt surveillée est dans sa position correcte de
fonctionnement ;
b) des dispositifs sonores et des voyants lumineux oranges qui indiquent qu'un ou plusieurs postes de contrôle
ne sont pas complètement ouverts ;
c) des dispositifs sonores et des voyants lumineux oranges qui indiquent qu'une ou plusieurs vannes d'arrêt
secondaires de zone ne sont pas complètement ouvertes ;
d) des dispositifs sonores et des voyants lumineux oranges qui indiquent que la pression statique dans une cana-
lisation de transport alimentant le système a chuté à une valeur inférieure d'au moins 0,5 bar à la pression sta-
tique normale ;
e) des dispositifs sonores et des voyants lumineux rouges qui indiquent que l'eau s'écoule dans l'installation ;
f) des dispositifs sonores et des voyants lumineux rouges qui indiquent que l'eau s'écoule dans une ou plusieurs
zones.
Des dispositifs doivent être installés au niveau du tableau de signalisation pour mettre les alarmes sonores en
sourdine mais les voyants lumineux doivent continuer de fonctionner jusqu'à ce que l'installation ait retrouvé son
état normal de veille.
Les signaux d'incendie et de défaillance doivent être transmis dans un endroit occupé en permanence (voir
Annexe I).
Tout changement de signalisation dans le tableau d'alarme ou de défaillance après la mise en sourdine d'une
alarme sonore doit entraîner la remise en marche de l'alarme sonore jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau mise en
sourdine ou que le tableau soit revenu à l'état normal de veille.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 125
EN 12845:2004

D.4 Plan de masse


Lorsque des installations sont découpées en zones, le plan de masse du site doit également indiquer la position
des vannes de partage des zones.

Légende
1 Vers l'installation
2 Vannes d'arrêt amont
3 Clapets d'alarme
4 Vannes d'arrêt aval
5 Source d'eau
6 Dispositif de surveillance de l'installation
7 Vanne d'arrêt de dérivation
8 Dispositifs d'alarme
9 Raccord d'essai

Figure D.1 — Agencement de la dérivation du poste de contrôle pour des installations


découpées en zones dans des bâtiments
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 126
EN 12845:2004

Annexe E
(normative)
Exigences spécifiques aux systèmes de grande hauteur

Init numérotation des tableaux d’annexe [E]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [E]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [E]!!!

E.1 Généralités
Les exigences de la présente annexe doivent être appliquées à la protection par sprinkleurs de bâtiments à plu-
sieurs étages, avec une différence de hauteur supérieure à 45 m entre le sprinkleur le plus haut et le sprinkleur le
plus bas.
Ces exigences sont applicables aux bâtiments destinés à abriter des activités pour lesquelles le risque maximal
est classé en OH3. Des solutions techniques spéciales pour la lutte contre l'incendie sont requises pour les sys-
tèmes de grande hauteur plus dangereux que OH3 et il convient alors de prendre l'avis d'un spécialiste.

E.2 Critères de conception


E.2.1 Groupe de risques
Les systèmes d'extinction de grande hauteur de type sprinkleur doivent être conformes aux exigences applicables
à une protection classée en risques moyens de groupe III.

E.2.2 Subdivision des systèmes d'extinction de grande hauteur de type sprinkleur


Les systèmes d'extinction de grande hauteur de type sprinkleur doivent être subdivisés en installations de sprin-
kleurs telles que la différence de hauteur entre les sprinkleurs le plus haut et le plus bas d'une installation ne soit
pas supérieure à 45 m (voir Figures E.1 et E.2).

E.2.3 Pressions d'eau statiques au niveau des clapets d'alarme et de retenue


La pression statique minimale au niveau de l'orifice d'entrée d'un clapet de retenue ou d'alarme ne doit pas être
inférieure à 1,25 fois la différence de pression statique entre le clapet et le sprinkleur le plus haut de l'installation.
Il convient que les clapets de retenue contrôlant l'écoulement dans l'installation fonctionnent correctement avec
un rapport de la pression de service à la pression de l'installation ne dépassant pas 1,16:1, ce rapport étant
mesuré par la levée du clapet et l'égalisation de pression en amont du clapet de retenue.

E.2.4 Calcul des canalisations de distribution pour des systèmes précalculés


Les canalisations principales de distribution, y compris les colonnes montantes et descendantes, entre le point de
calcul le plus haut d'une installation et la vanne d'arrêt secondaire de zone au même étage doivent être
dimensionnées par des calculs hydrauliques. La perte maximale de charge par frottement ne doit pas être
supérieure à 0,5 bar pour un débit de 1 000 l/min (voir 13.3.4.2).
Lorsqu'une protection par sprinkleurs se situe à plusieurs étages dans une installation, la perte de charge admis-
sible entre les points de calcul et les vannes d'arrêt secondaires de zones aux étages inférieurs, peut être aug-
mentée d'une grandeur égale à la différence de gain de pression statique entre les sprinkleurs au niveau concerné
et le sprinkleur le plus haut de l'installation.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 127
EN 12845:2004

E.2.5 Pressions d'eau


Les canalisations, raccords, vannes et autres équipements doivent être capables de supporter la pression maxi-
male susceptible d'être rencontrée.
Pour résoudre le problème posé par des pressions supérieures à 12 bar ; les gongs hydrauliques peuvent être
commandés par l'intermédiaire d'une vanne de détente ou par une alimentation secondaire telle qu'une canalisa-
tion principale du réseau d'eau public contrôlée par un robinet à diaphragme raccordé sur l'orifice d'alarme du
poste de contrôle principal de l'installation.

E.3 Alimentations en eau


E.3.1 Types d'alimentation en eau
Le système doit avoir au minimum une source d’eau unique supérieure.

E.3.2 Exigences de pression et de débit pour des installations précalculées


L'alimentation en eau doit être conçue pour obtenir une condition minimale de pression et de débit au niveau de
l'orifice de sortie de la vanne d'arrêt secondaire de zone, comme spécifié au Tableau 6, Ps étant considéré comme
la différence de pression équivalente à la hauteur du sprinkleur le plus haut par rapport à la vanne d'arrêt secon-
daire de zone de l'installation.

E.3.3 Caractéristiques de l'alimentation en eau pour des installations précalculées


Les caractéristiques de l'alimentation en eau doivent être déterminées par un calcul hydraulique des canalisations
en amont de l'orifice de sortie de la vanne d'arrêt secondaire de zone, aux débits le plus élevé et le plus bas spé-
cifiés au Tableau 6, et elles doivent comprendre des calculs au point de référence de l'alimentation en eau.

E.3.4 Performances des pompes pour des installations précalculées


Les pompes automatiques doivent présenter des caractéristiques conformes au Tableau 16.
NOTE Les pressions sont relevées au refoulement de la pompe ou à l'étage concerné des pompes multicellulaires, du
côté refoulement de tout diaphragme.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 128
EN 12845:2004

Légende
1 Réservoir de stockage d'eau 6 Essai de débit et vidange de zone
2 Pompe multicellulaire 7 Vanne d'arrêt secondaire de zone
3 Débitmètre 8 Contacteur d'alarme de débit d'eau
4 Point de référence de l'alimentation en eau 9 Tête de sprinkleur
5 Poste des clapets d'alarme (avec dérivation) 10 Vanne de mise au repos du contacteur d'alarme
de débit d'eau et vanne de vidange de zone
Figure E.1 — Agencement type d'un système vertical élevé avec alimentation par pompe
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 129
EN 12845:2004

Légende
1 Réservoir de stockage d'eau 6 Essai de débit et vidange de zone
2 Pompe multicellulaire 7 Vanne d'arrêt secondaire de zone
3 Débitmètre 8 Contacteur d’indicateur de passage d'eau
4 Point de référence de l'alimentation en eau 9 Tête de sprinkleur
5 Poste des clapets d'alarme (avec dérivation) 10 Vanne de mise au repos du contacteur d’indicateur
de passage d’eau et vanne de vidange de zone

Figure E.2 — Agencement type d'un système vertical élevé avec réservoirs
à charge gravitaire et surpresseurs
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 130
EN 12845:2004

Annexe F
(normative)
Exigences spécifiques aux systèmes de protection des personnes

Init numérotation des tableaux d’annexe [F]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [F]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [F]!!!

F.1 Subdivision en zones


Les installations doivent être subdivisées en zones, conformément à l'Annexe D, avec un maximum de 200 sprin-
kleurs par zone.

F.2 Installations sous eau


Les installations de sprinkleurs pour la protection des personnes doivent être des installations sous eau et toute
extension secondaire sous air ou alternative doit être conforme à 11.5.

F.3 Type et sensibilité des sprinkleurs


Des sprinkleurs à réponse rapide doivent être utilisés ; cependant, dans des pièces de moins de 500 m2 ou de
moins de 5 m de hauteur, il est possible d'utiliser des sprinkleurs à réponse normalisée 'A' et des sprinkleurs à
réponse spéciale.

F.4 Poste de contrôle


Pendant l'entretien et la maintenance des clapets d'alarme de l'installation, l'installation de sprinkleurs doit être
totalement opérationnelle à tous égards.
NOTE Dans certains pays, des postes de contrôle doubles sont requis pour l'installation.

F.5 Alimentations en eau


Le système doit avoir au moins une source d’eau unique supérieure.
NOTE Dans certains pays, des alimentations doubles sont requises pour les systèmes de protection des personnes.

F.6 Théâtres
Dans les théâtres à étages séparés (c'est-à-dire où un rideau de sécurité est installé entre la scène et la salle), le
rideau de sécurité doit être muni d'une ligne de «drenchers» formant rideau d'eau contrôlés par une vanne à
ouverture rapide (par exemple, un robinet à boisseau) installée dans un endroit accessible. L'alimentation du
rideau d'eau doit être raccordée en amont de tout poste de contrôle. La scène doit être protégée par une installa-
tion à pulvérisation d'eau à déclenchement automatique et manuel. Les scènes d'une hauteur totale inférieure ou
égale à 12 m peuvent également être protégées par sprinkleurs.
Tous les ateliers, loges, décors, réserves et espaces sous la scène doivent être protégés par sprinkleurs.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 131
EN 12845:2004

F.7 Précautions supplémentaires pour la maintenance


Une seule zone d'une installation à zones multiples doit être arrêtée à la fois. Une installation ou une zone ne doit
être arrêtée que pour la durée minimale requise pour la maintenance.
Tout arrêt partiel ou total d'une installation de sprinkleurs pour la protection des personnes doit si possible être
évité. Il est impératif de n'isoler que la plus petite partie requise de l'installation.
Lorsqu'une zone ou des zones sont en charge ou remplies d'eau après vidange, la ou les vannes de purge
(voir D.3.3) doivent être utilisées pour vérifier que l'eau est disponible dans la ou les zones.
Chaque clapet d'alarme d'un poste de contrôle double, lorsqu'il est requis, doit être entretenu séparément, sous
réserve que l'alimentation en eau de l'installation soit maintenue.
Le mode opératoire suivant doit être suivi avant les travaux d'entretien des postes de contrôle doubles :
— les vannes d'arrêt du clapet d'alarme double doivent être ouvertes si nécessaire. Les vannes d'arrêt du clapet
d'alarme devant subir les travaux d'entretien doivent être fermées et un essai d'alarme (voir 20.2.2.3) doit être
effectué immédiatement sur l'autre clapet d'alarme ;
— si l'eau n'est pas disponible, la vanne d'arrêt doit être ouverte immédiatement et la défaillance doit être corrigée
avant de poursuivre.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 132
EN 12845:2004

Annexe G
(normative)
Protection des risques spéciaux
Init numérotation des tableaux d’annexe [G]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [G]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [G]!!!

G.1 Généralités
Les exigences supplémentaires de la présente annexe doivent être utilisées pour la protection des produits
spécifiés.

G.2 Aérosols
Le calcul de protection suivant (voir Tableau G.1) doit être utilisé lorsque les aérosols sont séparés des autres
types de produits et ne sont pas conservés dans des enceintes spéciales.
NOTE Une protection par sprinkleurs peut ne pas s'avérer efficace lorsque ces produits ne sont pas enfermés dans des
enceintes spéciales.

Tableau G.1 — Critères de protection pour le stockage d'aérosols

Hauteur maximale de stockage


ou de rayonnage Température Densité Surface
des sprinkleurs impliquée
m
sous plafond
À base À base °C mm/min m2
d'alcool d'hydrocarbure

ST1 — 1,5 — 141 12,5 260


Stockage à empilage
libre et stockage
— 1,5 141 25,0 300
de masse

12,5
Rayonnages
— 141 plus sprinkleurs 260
≤ 1,8
en racks
ST4 —
Palettes sur rack
25,0
Rayonnages
— 141 plus sprinkleurs 260
≤ 1,8
en racks

Les sprinkleurs en racks doivent être du type à réponse rapide et leur température doit être conforme à 14.4.

G.3 Vêtements stockés sur cintres


G.3.1 Généralités
La présente annexe contient des exigences spéciales pour la protection des entrepôts de vêtements contenant
de multiples rangées de cintres à deux ou plusieurs niveaux. Ils peuvent être munis de systèmes automatiques
ou semi-automatiques de distribution, triage ou transport des vêtements. L'accès aux niveaux élevés de stockage
de vêtements à l'intérieur de l'entrepôt se fait généralement par des passerelles et des rampes. Une caractéristi-
que courante d'un stockage de vêtements suspendus est l'absence de cloisonnement de sécurité entre les plates-
formes. Les passerelles, allées, rampes et portants créent un obstacle sérieux à la protection par sprinkleurs sous
plafond. La protection des vêtements suspendus dans des carrousels ou des blocs verticaux sans allées sort du
domaine d'application de la présente annexe.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 133
EN 12845:2004

G.3.2 Classification
Les exigences de la présente annexe s'appliquent à tous les types de vêtements, quelle que soit leur catégorie
de stockage.

G.3.3 Protection par sprinkleurs autres que sous plafond


La protection par sprinkleurs doit être conforme aux exigences concernant les sprinkleurs dans des racks.
Chaque portant doit être limité à deux rangées de vêtements suspendus (côte à côte) et à une hauteur de stoc-
kage de 3,5 m entre deux niveaux intermédiaires de sprinkleurs. Deux portants voisins doivent être séparés par
une allée d'au moins 0,8 m de large. Les portants doivent être protégés par une seule rangée de sprinkleurs.
L'espacement entre les rangées de sprinkleurs ne doit pas être supérieur à 3,0 m.
Les sprinkleurs installés directement au-dessus des portants doivent être agencés en quinconce dans le plan ver-
tical, à des intervalles horizontaux de 2,8 m au maximum sur toute la longueur du portant. Un sprinkleur doit être
installé à 1,4 m au maximum de l'extrémité du portant. L'espace libre entre le sommet des portants et le déflecteur
des sprinkleurs doit être d'au moins 0,15 m (voir Figure G.1).
Sauf indication contraire ci-dessous, chaque rangée de sprinkleurs protégeant des portants pour stockage de
vêtements doit être couverte par un déflecteur horizontal rigide continu dont les dimensions minimales correspon-
dent au moins à la longueur et à la largeur du portant. Le déflecteur doit être fabriqué à l'aide d'un matériau de
type Euroclass A1 ou A2 ou d’un type équivalent dans les systèmes de classification nationaux.
Le niveau supérieur de la protection par sprinkleurs et déflecteur des portants peut être omis à la condition que
l'espace libre entre le sommet des portants et les déflecteurs des sprinkleurs sous plafond ne dépasse pas 3 m
de haut.
Des sprinkleurs doivent être installés sous toutes les rampes d'accès, allées principales, passerelles et voies de
transport, à l'exception des allées ne dépassant pas 1,2 m de large entre des rangées de stockage de vêtements
protégées par sprinkleurs.

G.3.4 Sprinkleurs en fonctionnement


Le nombre de sprinkleurs en racks supposés être en fonctionnement doit être le suivant :
rangées :3
niveaux :≤3
sprinkleurs par rangée :3
Lorsqu'il y a plus de 3 niveaux de protection par sprinkleurs, 3 rangées de 3 sprinkleurs sur 3 niveaux protégés
doivent être supposées fonctionner. Lorsqu'il y a 3 niveaux ou moins, il faut supposer que 3 rangées de 3 sprin-
kleurs fonctionnent à tous les niveaux protégés.

G.3.5 Sprinkleurs sous plafond


Les sprinkleurs sous plafond doivent être conçus pour fournir une densité de 7,5 mm/min sur une surface
impliquée de 260 m2, à condition que le niveau de portants le plus haut soit couvert et protégé par des sprinkleurs
en racks.
Si le niveau le plus élevé ou la couverture est omis(e), les sprinkleurs sous plafond doivent être conçus sur la base
minimale de marchandises de catégorie III. La hauteur d'une pile doit être mesurée entre les sprinkleurs intermé-
diaires les plus élevés et le sommet des vêtements suspendus.

G.3.6 Arrêt automatique


Le fonctionnement du système d'extinction de type sprinkleur doit arrêter automatiquement tous les réseaux de
distribution automatisés à l'intérieur de l'entrepôt.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 134
EN 12845:2004

G.3.7 Poste de contrôle


Toutes les installations doivent être de type sous eau.

Légende
1 Plafond 5 Distance entraxe max. entre sprinkleurs
2 Déflecteur 6 Tête de sprinkleur
3 Allée 7 Vue latérale
4 Fin des racks 8 Vue des allées
Figure G.1 — Protection type par sprinkleurs de portants pour vêtements

G.4 Stockage de liquides inflammables


Les liquides inflammables doivent être répartis en quatre classes selon leur point d'éclair (PE) et leur point d'ébul-
lition (PB), comme indiqué aux Tableaux G.2, G.3 et G.4.

Tableau G.2 — Liquides inflammables dans des réservoirs métalliques (ST1)


d'une capacité > à 20 l et ≤ 208 l

Sprinkleurs sous plafond


Propriétés Orientation
Classe Stockage autorisé Densité Surface impliquée
°C du réservoir
mm/min m2

1 PE ≥ 100 Couché hauteur ≤ 12 réservoirs 10 450


Debout hauteur ≤ 6 réservoirs

2 PE < 100 Couché hauteur ≤ 6 réservoirs 25 450


Debout hauteur ≤ 2 réservoirs

3 PE < 35 Couché hauteur ≤ 3 réservoirs 25 450


Debout hauteur ≤ 1 réservoir

4 PE < 21 et PB < 35 Couché ou debout hauteur de 1 réservoir 25 450


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 135
EN 12845:2004

Tableau G.3 — Liquides inflammables dans des réservoirs métalliques (ST4)


d'une capacité > 20 l et ≤ 208 l

Sprinkleurs sous plafond


Propriétés Orientation Niveaux intermédiaires
Classe Densité Surface impliquée
°C du réservoir de sprinkleurs
mm/min m2

1 PE ≥ 100 Couché tous les 12 étages 10 450


Debout tous les 6 étages 10

2 PE < 100 Couché tous les 6 étages 25 450


Debout à chaque étage 10

3 PE < 35 Couché tous les 3 étages 25 450


Debout à chaque étage 10

4 PE < 21 et PB < 35 Couché ou debout à chaque étage 25 450

NOTE Les réservoirs doivent être stockés sur une hauteur d'un réservoir par étage.

Tableau G.4 — Liquides inflammables dans des réservoirs métalliques (ST1, ST5, ST6)
d'une capacité ≤ 20 l

Sprinkleurs sous plafond


Propriétés Type Hauteur maximale
Classe Densité Surface impliquée
°C de stockage de stockage autorisée
mm/min m2

1 PE ≥ 100 ST1 5,5 10


ST5/6 4,6 7,5 450

2 PE < 100 ST1 4,0


ST5/6 4,6 12,5 450

3 PE < 35
ST1 1,5
4 PE < 21 et PB < 35 ST5/6 2,1 12,5 450

G.5 Palettes vides


Les palettes vides stockées en piles ou sur palettes doivent être protégées par des sprinkleurs sous plafond
conformément au Tableau G.5. Les palettes stockées en racks doivent être protégées par des sprinkleurs sous
plafond et en racks, conformément au Tableau G.6.

Tableau G.5 — Protection de palettes vides (ST1)

Hauteur maximale
de stockage Sprinkleurs sous plafond (voir
Type de palette Prescriptions spéciales
Tableau 4)
m

Palettes en bois 3,8 Comme pour la catégorie IV


ou matériau cellulosique

Palettes en polyéthylène 3,8 Comme pour la catégorie IV avec Stockage dans un


haute densité non expansé sprinkleurs ayant une température compartiment possédant
avec plateau plein nominale de 93 °C ou 100 °C une tenue au feu de 60 min

Toutes les autres palettes 3,3 25 mm/min sur 300 m2 Stockage dans un
en matières plastiques compartiment possédant
une tenue au feu de 60 min
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 136
EN 12845:2004

Tableau G.6 — Protection d'un stockage de palettes sur racks (ST4, ST5, ST6)

Sprinkleurs sous plafond


Type de palette Sprinkleurs en racks Prescriptions spéciales
(voir Tableau 4)

Palettes en bois Catégorie IV Comme pour la catégorie IV. Compartiment possédant


ou matériau cellulosique. une tenue au feu de 60 min
Température nominale
Palettes en polyéthylène lorsque la hauteur de stockage
des sprinkleurs de 93 °C
haute densité non expansé est > 3,8 m
ou 100 °C
avec plateau plein

Toutes les autres palettes Catégorie IV comprenant 25 mm/min sur 300 m2 Stockage dans
en matières plastiques un niveau de sprinkleurs un compartiment possédant
au-dessus du niveau une tenue au feu de 60 min
supérieur de stockage,
des sprinkleurs avec
K = 115 et une pression
minimale de service de 3 bar

G.6 Spiritueux dans des tonneaux en bois


Les tonneaux peuvent être stockés sur une hauteur inférieure ou égale à 4,6 m avec uniquement des sprinkleurs
sous plafond. Pour des hauteurs de stockage plus élevées, les sprinkleurs intermédiaires doivent être installés
conformément aux exigences des catégories III/IV. Dans les deux cas, les sprinkleurs sous plafond doivent être
installés avec une densité de 15 mm/min sur une surface impliquée de 360 m2.
NOTE 1 Il convient d'installer un drainage ou une digue pour limiter l'étalement du liquide versé.
NOTE 2 Pour les besoins de la présente norme, un spiritueux est défini comme une boisson alcoolisée contenant plus
de 20 % d'alcool.

G.7 Tissu synthétique non tissé


G.7.1 Stockage par empilage libre
Des sprinkleurs sous plafond doivent être installés en utilisant les critères indiqués au Tableau G.7.
NOTE Pour des hauteurs de stockage supérieures à 4,1 m, il est possible d'envisager l'utilisation de sprinkleurs spéciaux
tels que les sprinkleurs dits «à grosses gouttes» ou «ESFR» (voir Annexe L).

Tableau G.7 — Tissu synthétique non tissé : critères de conception avec une protection sous plafond
ou sous toiture seulement

Surface impliquée
Hauteur maximale
Densité minimale (système sous eau
de stockage
Mode de stockage de calcul ou à préaction)
(voir NOTE 1)
(voir NOTE 2)
mm/min
m
m2

ST1 1,6 10,0


2,0 12,5
Empilage libre ou stockage
2,3 15,0
de masse
2,7 17,5 260

3,0 20,0
3,3 22,5
3,6 25,0
3,8 27,5
4,1 30,0 300

NOTE 1 La distance verticale entre le plancher et les déflecteurs des sprinkleurs moins 1 m ou la plus grande des
valeurs indiquées dans le tableau, selon celle qui est la plus faible.
NOTE 2 Il convient d'éviter les installations sous air et alternatives.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 137
EN 12845:2004

G.7.2 Stockage en racks


NOTE Des sprinkleurs en racks doivent être utilisés conformément aux exigences de la catégorie IV. Les sprinkleurs
sous plafond doivent avoir une densité minimale de calcul de 12,5 mm/min sur 260 m2.

G.8 Récipients de stockage en polypropylène ou polyéthylène


G.8.1 Généralités
Les exigences suivantes doivent être satisfaites, à moins qu'il soit démontré par des essais au feu appropriés que
d'autres types de protection par sprinkleurs sont valables.

G.8.2 Classification
Les récipients de stockage en polypropylène et polyéthylène doivent être classés en HHS de catégorie IV.

G.8.3 Stockage en palettes sur racks (ST4)


L'espacement horizontal maximal entre des sprinkleurs en racks ne doit pas dépasser 1,5 m. La distance verticale
entre des sprinkleurs en racks ne doit pas dépasser 2 m. La sensibilité des sprinkleurs sous plafond doit être de
type «spéciale» et celle des sprinkleurs en racks de type «spéciale» ou «rapide».

G.8.4 Tous les autres modes de stockage


La hauteur maximale de stockage ne doit pas être supérieure à 3 m. Seules des palettes non inflammables, par
exemple des palettes en acier, doivent être utilisées. La hauteur d'empilage par palette ne doit pas être supérieure
à 1 m et le récipient de stockage le plus élevé sur chaque palette doit être fermé par un couvercle. La sensibilité
des sprinkleurs doit être de type «spéciale» ou «rapide».

G.8.5 Additif moussant


De l'AFFF (additif formant film flottant), utilisé conformément aux recommandations du fabricant, doit être ajouté
à l'eau des sprinkleurs.
NOTE Dans les essais au feu en vraie grandeur, l'AFFF (additif formant film flottant) s'est avéré efficace.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 138
EN 12845:2004

Annexe H
(normative)
Surveillance des systèmes d'extinction de type sprinkleur
Init numérotation des tableaux d’annexe [H]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [H]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [H]!!!

H.1 Domaine d'application


Le but d'une surveillance des systèmes d'extinction de type sprinkleur est de contrôler en permanence les
principales fonctions du système (celles dont la défaillance pourrait compromettre un fonctionnement automatique
convenable en cas d'incendie) et de déclencher une alarme de surveillance pour permettre d'appliquer des
mesures correctives. La présente annexe spécifie des exigences qui complètent celles spécifiées dans la norme.
Ces exigences doivent être respectées chaque fois qu'une surveillance est spécifiée.
Tous les dispositifs utilisés pour la surveillance doivent présenter un degré de protection minimal IP 54 tel que
spécifié dans l’EN 60529. Un nombre maximal de 15 dispositifs d'alarme de surveillance non adressables doit être
raccordé à un dispositif de signalisation commun.
Tous les circuits de signalisation et d'alarme doivent être entièrement contrôlés et une alarme de défaillance doit
être déclenchée en cas de court-circuit ou de circuit ouvert lorsque cela correspond à une défaillance.
Les équipements de contrôle et de signalisation doivent être conformes à toute disposition en vigueur dans le pays
d’utilisation.

H.2 Fonctions à surveiller


H.2.1 Généralités
Outre les points dont la surveillance est spécifiée ailleurs dans la présente norme (voir Annexe I), les fonctions
suivantes doivent être surveillées.

H.2.2 Vannes d'arrêt contrôlant l'écoulement d'eau vers les sprinkleurs


Position de toutes les vannes d'arrêt normalement ouvertes dont la fermeture empêcherait l'écoulement de l'eau
vers les sprinkleurs, y compris les vannes de l'alimentation en eau, les postes de contrôle, les vannes secondaires
et les vannes d'isolement. Une signalisation doit être transmise chaque fois que la vanne n'est pas totalement
ouverte.

H.2.3 Autres vannes d'arrêt


Position de toutes les vannes d'arrêt normalement ouvertes dont la fermeture empêcherait le bon fonctionnement
d'un dispositif d'alarme ou de signalisation, par exemple pressostat, gong hydraulique, contacteur de débit. Une
signalisation doit être transmise chaque fois que la vanne n'est pas totalement ouverte.

H.2.4 Niveaux de liquides


Tous les niveaux critiques de liquides, y compris celui des réservoirs de stockage d'eau et des réservoirs de com-
bustible des moteurs. Une signalisation doit être transmise avant que le niveau du réservoir de stockage d'eau
chute de plus de 10 % au-dessous de son niveau nominal de remplissage ou avant que le niveau de combustible
chute de plus de 25 % au-dessous de son niveau nominal de remplissage. Dans le cas de réservoirs sous pres-
sion, une autre signalisation doit être transmise avant que le niveau atteigne 10 % de plus que le niveau nominal
de remplissage.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 139
EN 12845:2004

H.2.5 Pressions
Pressions, y compris au niveau des alimentations en eau et en aval de tous les postes de contrôle d'installations
sous air et alternatives. Sur les canalisations d'alimentation du réseau d'eau public, une signalisation doit être
transmise si la pression statique chute au-dessous de la pression de marche calculée. Dans tous les autres cas,
une signalisation doit être transmise lorsque la pression statique chute de plus de 20 % au-dessous du niveau
contrôlé.

H.2.6 Alimentation électrique


Alimentation électrique des stations de pompage électriques ou des autres équipements électriques critiques. Une
signalisation doit être transmise si une ou plusieurs phases sont défectueuses en un point quelconque de l'alimen-
tation ou dans le circuit de commande d'une armoire de commande de la pompe électrique ou diesel ou au niveau
de tout autre équipement de commande critique.

H.2.7 Température
Température minimale de la salle des pompes et des vannes de sprinkleurs. Une signalisation doit être transmise
si la température chute au-dessous du niveau minimal requis.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 140
EN 12845:2004

Annexe I
(normative)
Transmission des alarmes
Init numérotation des tableaux d’annexe [I]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [I]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [I]!!!

I.1 Fonctions à surveiller


Les alarmes, telles qu'elles sont spécifiées dans la présente norme, doivent être raccordées à un tableau d'alarme
dans la salle des pompes ou dans la salle de contrôle des sprinkleurs et elles doivent ensuite être retransmises
selon l'importance de l'alarme. Les alarmes doivent être transmises vers un poste occupé en permanence, dans
les locaux ou à l'extérieur, ou à une personne responsable de telle sorte que les mesures appropriées puissent
être prises immédiatement.

I.2 Niveaux d'alarme


Des signaux tels que la signalisation d'un débit d'eau qui peuvent être l'indication d'un incendie doivent être repré-
sentés comme des alarmes d'incendie (niveau d'alarme A dans le Tableau I.1). Des défaillances techniques telles
qu'une coupure de courant qui peuvent empêcher le système de fonctionner correctement en cas d'incendie doi-
vent être représentées comme des alarmes de panne (niveau d'alarme B dans le Tableau I.1)

Tableau I.1 — Type d'alarme à transmettre

Alarme Paragraphe Type d'alarme

Pression insuffisante dans la canalisation principale du réseau d'eau public 9.2.1 B

Indicateur de passage d'eau dans la salle des pompes 10.3.2 A

Station de pompage électrique 10.8.6.1


— à la demande B
— non démarrage B
— en fonctionnement A
— pas de courant disponible B

Station de pompage diesel : 10.9.11


— mode automatique coupé B
— absence de démarrage B
— en fonctionnement A
— défaillance du régulateur B

Circuits de chauffage des canalisations 11.1.2.2 B

Pression insuffisante :
— système à préaction de type A 11.4.1.1 B
— systèmes sous air et à préaction 16.2.3 B

Systèmes découpés en zones : D.3.7


— poste de contrôle ouvert B
— poste de contrôle partiellement fermé B
— vanne secondaire partiellement ouverte B
— basse pression sur les canalisations principales B
— débit d'eau dans l'installation A
— débit d'eau dans la zone A

Systèmes d'extinction de type sprinkleur surveillés : Annexe H


— vannes d'arrêt partiellement fermées B
— niveaux de liquides B
— pression insuffisante B
— coupure de courant B
— température basse dans la salle des pompes B
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 141
EN 12845:2004

Annexe J
(informative)
Précautions à prendre et modes opératoires à appliquer
lorsqu'un système n'est pas entièrement fonctionnel

Init numérotation des tableaux d’annexe [J]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [J]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [J]!!!

J.1 Réduire les conséquences


Il est recommandé que la maintenance, les modifications et les réparations des systèmes qui ne sont pas entiè-
rement fonctionnels soient effectuées de manière à réduire la durée et l'étendue du non-fonctionnement.
Lorsqu'une installation est mise hors service, il convient que l'utilisateur prenne les mesures suivantes :
a) il convient que les autorités concernées et tout poste de surveillance central soient informés ;
b) il convient que les modifications et réparations d'une installation ou de son alimentation en eau (hormis éven-
tuellement une installation pour la protection des personnes — voir Annexe F) soient effectuées pendant les
heures normales de travail ;
c) il convient qu'une équipe de surveillance des zones affectées soit désignée et que ces zones fassent l'objet de
patrouilles continues ;
d) il convient que tout travail à chaud fasse l'objet d'une procédure d'autorisation. Pendant la durée des travaux,
il est interdit de fumer et d'utiliser des flammes nues dans les zones affectées ;
e) lorsque l'installation reste hors service en dehors des heures de travail, il convient que tous les volets et portes
coupe-feu restent fermés ;
f) il convient que les appareils d'extinction soient tenus prêts à l'emploi et qu'un personnel entraîné soit prêt à les
manipuler ;
g) il convient que la plus grande partie possible de l'installation soit maintenue en état de service par obturation
des canalisations alimentant la ou les parties concernées par les travaux ;
h) dans le cas de locaux industriels, lorsque les modifications ou réparations sont étendues ou bien s'il est néces-
saire de débrancher une canalisation de plus de 40 mm de diamètre nominal ou de remettre en état ou déposer
une vanne d'arrêt principale, un clapet d'alarme ou un clapet de retenue, il convient que tout soit mis en œuvre
pour effectuer les travaux pendant l'arrêt des machines ;
i) il convient que toute pompe hors service soit isolée à l'aide des vannes prévues à cet effet ;
j) lorsque c'est possible, il convient que certaines parties des installations soient réinstallées pour assurer une
certaine protection pendant la nuit au moyen d'obturateurs et de brides pleines dans les canalisations ; il est
recommandé de munir ces obturateurs et brides pleines d'étiquettes visibles numérotées et répertoriées afin
de faciliter leur dépose le moment venu.

J.2 Arrêt programmé


Sauf en cas d'urgence, il convient que seul l'utilisateur donne l'autorisation d'arrêter une installation ou une zone
de sprinkleurs.
Avant toute interruption totale ou partielle du fonctionnement d'une installation, il est recommandé de contrôler
chaque partie des locaux afin de s'assurer qu'il n'y a aucun signe d'incendie.
Lorsque des locaux sont subdivisés en activités séparées constituant des bâtiments communicants ou offrant des
risques et qu'ils sont protégés par des systèmes ou installations de sprinkleurs communs, il convient aussi d'avertir
tous les occupants que l'eau doit être coupée.
Il convient d’apporter une attention particulière aux situations dans lesquelles les canalisations de l'installation tra-
versant des murs ou des plafonds peuvent alimenter des sprinkleurs installés dans des zones nécessitant une
étude spéciale.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 142
EN 12845:2004

J.3 Arrêt non programmé


Lorsqu'une installation est mise hors service du fait d'un sinistre ou d'un accident, il convient d'appliquer dans le
plus bref délai les dispositions mentionnées en J.1 dans la mesure où elles sont applicables. Il est également
recommander d’avertir les autorités concernées aussi vite que possible.

J.4 Mesures à prendre après le fonctionnement d'un sprinkleur


J.4.1 Généralités
Suite à un arrêt consécutif au fonctionnement d'une installation, il est recommandé de remplacer les têtes des
sprinkleurs actionnés par des têtes de type et de température nominale appropriés et de rétablir l'alimentation en
eau. Il est recommandé de vérifier les sprinkleurs non ouverts autour de la zone où le fonctionnement a eu lieu
afin de détecter tout dommage pouvant avoir résulté de la chaleur ou d'une autre cause et de les remplacer si
c'est nécessaire.
Il est recommandé de ne pas couper l'eau alimentant une installation ou une zone d'une installation qui a fonc-
tionné tant que tout incendie n'a pas été éteint.
Il convient que la décision d'arrêter une installation ou une zone qui a fonctionné en raison d'un incendie ne soit
prise que par le service d'incendie.
Il est recommandé que les éléments déposés du système soient conservés par l'utilisateur en vue de leur éventuel
examen par une autorité.

J.4.2 Installations protégeant des entrepôts frigorifiques (réfrigération par circulation d'air)
Il est recommandé de démonter l'installation pour séchage après chaque fonctionnement.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 143
EN 12845:2004

Annexe K
(informative)
Contrôle à effectuer après vingt-cinq ans de service

Init numérotation des tableaux d’annexe [K]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [K]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [K]!!!

Au bout de 25 ans de services, il est recommandé de contrôler les canalisations et les sprinkleurs.
Il est recommandé de rincer à fond les canalisations et de les soumettre à un essai hydraulique sous une pression
égale à la pression statique maximale ou à 12 bar, selon la valeur la plus élevée.
Il convient d'examiner les canalisations intérieurement et extérieurement. Il est recommandé de contrôler une lon-
gueur de rangée d'un mètre au minimum par tranche de 100 sprinkleurs. Il convient d'inspecter deux tronçons de
canalisation sur une longueur d'au moins un mètre par diamètre de canalisation.
Il est recommandé d'éliminer tous les défauts susceptibles de compromettre le bon fonctionnement du système.
Dans le cas de systèmes sous eau, il est recommandé de vérifier au minimum une installation d'extinction de type
sprinkleur par bâtiment. Si plusieurs postes de contrôle sous eau sont installés dans un seul bâtiment, 10 % seu-
lement d'entre eux doivent être inspectés. Dans le cas de réseaux de canalisations sous air, il n'est pas permis
de réduire ainsi le nombre des installations à vérifier.
Il est recommandé de déposer et de contrôler un certain nombre de sprinkleurs. Le Tableau K.1 définit l'étendue
de l'échantillonnage en fonction du nombre total des sprinkleurs installés.

Tableau K.1 — Nombre des sprinkleurs à contrôler

Nombre total des sprinkleurs Nombre des sprinkleurs


installés à contrôler

≤ 5 000 20

≤ 10 000 40

≤ 20 000 60

≤ 30 000 80

≤ 40 000 100

Il est recommandé de faire porter l'évaluation des sprinkleurs sur les points suivants :
a) fonctionnement ;
b) température de fonctionnement ;
c) variation du facteur K ;
d) obstacles à la pulvérisation ;
e) orifice ;
f) sensibilité thermique.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 144
EN 12845:2004

Annexe L
(informative)
Technique spéciale

Init numérotation des tableaux d’annexe [L]!!!


Init numérotation des figures d’annexe [L]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [L]!!!

La présente Norme européenne couvre seulement les types de sprinkleur spécifiés dans l'EN 12259-1. Pendant
les années qui ont précédé la préparation de la présente norme, des techniques spéciales ont été développées
pour des applications spéciales comprenant en particulier ce qui suit :
— sprinkleurs de suppression précoce à réponse rapide (ESFR) ;
— sprinkleurs à grosses gouttes ;
— sprinkleurs pour habitations ;
— sprinkleurs à couverture étendue ;
— sprinkleurs en racks spéciaux.
L'étude de ces applications est actuellement très spécialisée. Il est prévu de les inclure dans les éditions ultérieu-
res de la présente norme.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 145
EN 12845:2004

Annexe ZA
(informative)
Articles de la présente Norme européenne concernant les dispositions
de la Directive UE sur les Produits de Construction
Init numérotation des tableaux d’annexe [M]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [M]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [M]!!!

ZA.0 Domaine d’application de la présente annexe


Le domaine d’application spécifié en 1 s’applique.

ZA.1 Relation entre la Directive UE et la présente Norme Européenne


La présente Norme européenne a été élaborée dans le cadre d'un Mandat donné au CEN par la Commission
Européenne et l'Association Européenne de Libre Échange.
Les articles de la présente norme européenne présentés dans la présente annexe répondent aux exigences du
mandat donné conformément à la Directive de l'UE sur les produits de construction (89/106).
La conformité avec ces articles confère une présomption d’aptitude des produits de construction traités dans la
présente Norme européenne à leur utilisation prévue.
AVERTISSEMENT D'autres exigences et directives de l'UE n'affectant pas l'aptitude à l'utilisation prévue
peuvent être applicables à un produit de construction relevant du domaine d'application de la présente
norme.
NOTE Outre les articles spécifiques relatifs aux substances dangereuses présents dans la présente Norme, il peut
exister d’autres exigences applicables aux produits relevant de son domaine d’application (ex. législation européenne et
lois nationales, dispositions administratives et réglementations transposées). Afin de satisfaire aux dispositions de la
Directive Européenne sur les Produits de Construction, ces exigences doivent être également satisfaites au moment et
sur le lieu de leur application. Une base de données informative des dispositions européennes et nationales sur
les substances dangereuses est disponible sur le site internet sur la Construction d’EUROPA (CREATE, accessible par
http://europa.eu.int.comm/enterprise/construction/internal/hygiene.htm).

Produit de construction : Kit sprinkleur


Utilisation(s) prévue(s) : Systèmes d'extinction de type sprinkleur pour la lutte contre l'incendie dans des bâti-
ments ou des structures à terre.

Tableau ZA.1 — Articles concernés

Article(s) d’exigence
Exigence/caractéristique de la présente Norme Niveaux ou classes
Notes
résultant du mandat européenne ou d'autres mandatés
normes européennes

Conditions/sensibilité nominales d'activation 6, 12, 14.3, 14.4, 14.5.2, 15,


Annexe D, F1, F2, F4, F6, H

Répartition des agents extincteurs 7, 11, 12, 13

Fiabilité de fonctionnement 8.1.1; 8.1.2, 9.3, 9.5; 10, 14.6, sauf : 10.3 ; 10.4 ;
14.7, 14.8, 17, 4.4, 17.1.1 ; 17.1.3 ;
Annexe E3, F5 17.1.5 ; 17.1.6 ;
17.1.7 ; 17.2.1

Durabilité de la fiabilité de fonctionnement 14.9

Paramètres de fonctionnement 5.5, 6, 7, 14.1, 14.2, 14.5, 16,


dans des conditions d'incendie Annexe A, B, C, D, E1, E2,
F1, F3, F6, G

NOTE Seuls les articles ou paragraphes liés au fonctionnement du kit sont pertinents.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 146
EN 12845:2004

ZA.2 Procédure d’attestation de conformité des kits sprinkleur


Les kits sprinkleur destinés à l’usage prévu indiqué doivent se conformer au système d’attestation de conformité
présenté dans le Tableau ZA.2.

Tableau ZA.2 — Système d'attestation de conformité

Système d’attestation
Produit Usage prévu Niveau(x) ou classe(s)
de conformité

Kit sprinkleur Sécurité incendie 1

Système 1 : Voir la Directive Produits de construction, Annexe III.2.(l), sans essai par sondage d’échantillons.

L’organisme de certification de produit va certifier l’essai initial de type concernant toutes les caractéristiques
énoncées dans le Tableau ZA.1, conformément aux dispositions du 21.1. Pour la surveillance continue, l’évalua-
tion et l’agrément du contrôle de la production en usine, toutes les caractéristiques doivent être prises en compte
par l’organisme de certification (voir 21.2). Le fabricant doit utiliser un système de contrôle de la production en
usine conforme aux dispositions du 21.1.

ZA.3 Marquage CE
Le symbole de marquage CE dans le format spécifié dans la Directive UE 93/68/CE doit être apposé sur l’embal-
lage et/ou sur les documents commerciaux d'accompagnement avec les informations suivantes :
a) le numéro de référence de l’organisme notifié ;
b) le nom ou la marque d'identification du producteur ou du fournisseur ;
c) les deux derniers chiffres de l'année de l'apposition du marquage ;
d) le numéro approprié du certificat de conformité CE ;
e) le numéro de la présente norme (EN 12845) ;
f) le type de produit (à savoir kit sprinkleur) ;
g) les documents cités en 4.3 et 4.4 ;
La Figure ZA.1 donne un exemple d’informations à fournir sur les documents commerciaux.

0123

Société Y, P.O. Box 21, B — 1050


02
0123-CPD-001

EN 12845
Kit sprinkleur
Spécifications techniques du kit et fonctionnement

Figure ZA.1 — Exemple d'informations du marquage CE


SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 147
EN 12845:2004

ZA.4 Certificat et déclaration de conformité


Le fabricant, ou son représentant établi dans l’Espace Economique Européen, doit élaborer et conserver une
déclaration de conformité autorisant l’apposition du marquage CE. Cette déclaration doit comprendre :
— le nom et l’adresse du fabricant, ou de son représentant autorisé établi dans l’EEE ainsi que le lieu de
production ;
— la description du produit (type, identification et utilisation), ainsi qu’une copie des informations accompagnant
le marquage CE ;
— les dispositions auxquelles est conforme le produit (ex. Annexe ZA de la présente EN) ;
— toutes les conditions particulières applicables à l’utilisation du produit [si nécessaire] ;
— le nom et l’adresse (ou le numéro d’identification) de l’organisme de certification du produit notifié ;
— le nom et le poste occupé par la personne mandatée pour signer la déclaration au nom du fabricant ou de son
représentant autorisé.
Dans le cas des caractéristiques pour lesquelles une certification est exigée (système 1), la déclaration doit com-
prendre un certificat de conformité comportant, en plus des informations énumérées ci-dessus, les informations
suivantes :
— le nom et l’adresse de l’organisme de certification ;
— le numéro du certificat ;
— toutes les conditions du certificat ainsi que sa durée de validité, si applicable ;
— le nom ainsi que le poste occupé par la personne mandatée pour signer le certificat.
La duplication d’information entre la déclaration et le certification doit être évitée. La déclaration et le certificat doi-
vent être présentés dans la ou les langue(s) officielle(s) du pays membre où sera utilisé le produit.
SAGAWEB pour : EDF R&D EDF Branche Energies le 19/3/2008 - 13:51

Page 148
EN 12845:2004

Bibliographie

EN ISO 9001, Systèmes de management de la qualité — Exigences (ISO 9001:2000).

EN 671, Installations fixes de lutte contre l’incendie — Systèmes équipés de tuyaux.

Vous aimerez peut-être aussi