Vous êtes sur la page 1sur 36

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

(CCTP)

PIECE 1.3

Maî t r e d e l’ou v r a g e
DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES
CONSEIL GENERAL DES ALPES MARITIMES
Direction de la Maîtrise d'Ouvr a g e Routièr e
BP 3007
0620 1 NICE ced e x 3

Obj e t du m a r c h é

RD 6202 bis : Section sud : Saint Isidore - Plan de Gattièr e s


Com m u n e s de Nice, La Gaud e, Saint Jeann e t et Gattièr e s

TRAVAUX DE SIGNALISATION DYNAMIQUE


SOMMAIRE

CHAPITRE I..........................................................................................................................4
DESCRIPTION DES OUVRAGES .................................................................................4
ARTICLE 1.1 - Gén ér alit é s ...........................................................................................................................4
ARTICLE 1.2 - CONDITIONS GENERALES D'EXECUTION DES TRAVAUX ...................................4
1.2.1. Etat prévision n el des trav a u x ..................................................................................................4
1.2.2. Equip e m e n t des ouvra g e s ........................................................................................................5
1.2.3 Trava ux ann e x e s com pri s dan s l'entr e p ri s e .......................................................................5
1.2.4. Trava ux non com pris dan s l'entr e p ri s e ...............................................................................7
1.2.5 Définitions .........................................................................................................................................7
1.2.6 Référe n c e s norm a ti v e s ................................................................................................................7
1.2.7. Sujétions particulièr e s ................................................................................................................7
ARTICLE 1.3 - DEFINITION DES ACTIONS ..............................................................................................7
1.3.1 Actions per m a n e n t e s ou faible m e n t varia bl e s ..................................................................8
1.3.2 Actions variabl e s ............................................................................................................................8
1.3.3. Actions variabl e s ...........................................................................................................................8
ARTICLE 1.4 – COMBINAISON D'ACTIONS .............................................................................................8
CHAPITRE II.........................................................................................................................9
SPECIFICATIONS DES MATERIAUX ET COMPOSANTS DE
CONSTRUCTION ................................................................................................................9
ARTICLE 2.1 PROVENANCE DES MATERIAUX ET PRODUITS ..........................................................9
ARTICLE 2.2 ACIERS ......................................................................................................................................9
ARTICLE 2.3 ALLIAGES D'ALUMINIUM..................................................................................................10
ARTICLE 2.4 BOULONNERIE.....................................................................................................................10
ARTICLE 2.5 TIGES D'ANCRAGES ..........................................................................................................11
ARTICLE 2.6 CIMENTS ................................................................................................................................11
ARTICLE 2.7 BETON ....................................................................................................................................11
ARTICLE 2.8 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES ..................................................................................12
2.8.1 Tracé .................................................................................................................................................12
2.8.2 Flèch e s .............................................................................................................................................12
2.8.3 Contrefl èc h e ..................................................................................................................................12
ARTICLE 2.9 COMPOSANTS DE CONSTRUCTION EN ACIER.........................................................12
2.9.1 Usina g e - Form a g e ......................................................................................................................13
2.9.2 Soud a g e des aciers de constru c ti on ....................................................................................13
2.9.3 Mode opér a t oir e ...........................................................................................................................13
9.3.4 Qualification des soud e u r s ......................................................................................................13
ARTICLE 2.10 COMPOSANTS DE CONSTRUCTION EN ALLIAGE D'ALUMINIUM.....................13
2.10.1 Usina g e - Form a g e ...................................................................................................................13
2.10.2 Soud a g e des alliage s d'alu mi ni u m ....................................................................................13
2.10.3 Qualification des soud e u r s ....................................................................................................13
ARTICLE 2.11 PROTECTION DES OUVRAGES EN ACIER OU EN ALUMINIUM.........................14
ARTICLE 2.13 PROTECTION DES PARTIES D'OUVRAGES EN CONTACT AVEC LE BETON 14
ARTICLE 2.14 CONTROLES D'EXECUTION..........................................................................................14
ARTICLE 2.15 FIXATION DES PANNEAUX DE SIGNALISATION....................................................15
ARTICLE 2.16 PANNEAUX DE SIGNALISATION..................................................................................15
ARTICLE 2.17 BARRIERES DE FERMETURE D'ACCES .....................................................................16
ARTICLE 2.17 B.R.A. ...................................................................................................................................16
ARTICLE 2.18 PORTIQUES ET POTENCES ...........................................................................................17
ARTICLE 2.19 PANNEAUX A MESSAGES VARIABLES ......................................................................18
CHAPITRE 3 ......................................................................................................................21
MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX ..................................................................21
ARTICLE 3.1 CONNAISSANCE DES LIEUX...........................................................................................21
ARTICLE 3.2 - PIQUETAGE - IMPLANTATION......................................................................................21
ARTICLE 3.3 Trans p o rt - Stocka g e - Manut e n ti o n ..........................................................................21
ARTICLE 3.4 EXECUTION DES MASSIFS DE FONDATION .............................................................21
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 2 / 36 03/07/ 2 0 1 4
3.4.1 Fouilles .............................................................................................................................................21
3.4.2 Béton s .............................................................................................................................................22
3.4.3. Massifs ............................................................................................................................................24
3.4.3.1 Ferraillag e du m as sif de fond a ti on ...................................................................................25
3.4.3.2. Massifs pour PPHM : portiqu e s et haut s- mât s définis par la norm e XP P 98-
550 ................................................................................................................................................................25
3.4.3.3. Protection des partie s d’ouvra g e en cont a c t avec le bét o n ..................................26
3.5 Mise en plac e DES STRUCTURES ..................................................................................................26
3.5.1 Asse m bl a g e .......................................................................................................................................26
3.5.1.1 Boulonn e ri e d'a s s e m b l a g e ..................................................................................................26
3.5.1.2 Positionn e m e n t des élé m e n t s ............................................................................................26
3.5.1.3 Exécution des ass e m b l a g e s boulon n é s ..........................................................................26
3.5.2 Leva g e ..................................................................................................................................................26
3.5.2.1 Choix du mat é ri el de leva g e ...............................................................................................26
3.5.2.2 Élinga g e .......................................................................................................................................26
3.5.2.3 Monta g e sur le(s) ma s sif(s) d'an cr a g e ............................................................................27
3.5.3 Orient a ti o n des pan n e a u x .......................................................................................................27
3.5.4 Erreurs conc e r n a n t les décor s de pan n e a u x ....................................................................27
3.5.5 Barrière s .........................................................................................................................................27
ARTICLE 4 CONDITIONS PARTICULIERES D'EXECUTION DES TRAVAUX.................................27
4.1 Contrai nt e s de m ainti e n de circulation ..................................................................................27
4.2 Signalis ati on des cha nti er s .........................................................................................................27
4.3 Sécurit é ...............................................................................................................................................28
4.4 Protection des fouilles ..................................................................................................................28
ARTICLE 5 ESSAIS ET CONTROLES .......................................................................................................28
5.1 Contrôl e s .............................................................................................................................................28
A la mise en service, le maître d' œ u v r e proc é d e r a aux vérification s de la visibilité de
nuit : rétro réflexion, lumin a n c e . ......................................................................................................29
5.2 Essais ..................................................................................................................................................29
ARTICLE 7 FORMATION..............................................................................................................................30
7.1 Form a ti on sur la m aint e n a n c e ...................................................................................................30
7.2 Form a ti on sur le syst è m e d’ex ploit a tion au front al de com m a n d e ............................30
ARTICLE 8 Plan ass ur a n c e qualit é ........................................................................................................31
8.1 Disposition s gén é r al e s ..................................................................................................................31
8.2 Plan Assur a n c e Qualit é ................................................................................................................31
8.3 Progr a m m e d’ex é c u ti o n des trav a u x .....................................................................................31
8.4 Progr a m m e d’hygi è n e et de sécurit é, inst allation de chan ti er .....................................32
ARTICLE 9 PLANS DE RECOLEMENT ....................................................................................................32

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 3 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CHAPITRE I
DESCRIPTION DES OUVRAGES

ARTICLE 1.1 - GÉNÉRALITÉS

Le présent cahier des clauses particulières définit les spécifications des travaux de
signalisation dynamique destinés à équiper la section sud RD 6202bis entre Nice et Plan de
Gattières, sur les communes de Nice, La Gaude, Saint Jeannet et Gattières.

ARTICLE 1.2 - CONDITIONS GENERALES D'EXECUTION DES TRAVAUX

1.2.1. Etat prévisionnel des travaux

Les ouvrages à fournire et à mettre en place au titre du présent marché sont définis dans les
tableaux suivants

1.2.1.1 PANNEAUX À MESSAGES VARIABLES

- sur la RD 6202bis :

N° de Implantation sur Hauteur Nature de observations


référence Plate-forme sous l'ouvrage
de panneau
l'ouvrage
PMV3 Fûts sur accotement et 5,50m Portique 2 Sens Nice –
dans TPC voies+BAU Digne
Passerelle et
échelle
PMV4 Sur accotement 2,30m Mât latéral Sens Digne -
Voie évitement giratoire Nice
Manda
PMV5 Mât sur accotement 2,30m Mât latéral Sens Digne -
nord giratoire Manda Nice

- sur la RD 6202 :

N° de Implantation sur Hauteur Nature de observations


référence Plate-forme sous l'ouvrage
de panneau
l'ouvrage
PMV1 Fût sur TPC 5,50m Potence Sens Nice –
Sud giratoire Bararques Passerelle et Digne
échelle
PMV2 Mât sur accotement nord 2,30m Mât latéral Sens Digne -
giratoire Baraques Nice
PMV6 Fût sur accotement 5,50m Potence long Sens Digne -
opposé amont Pont bras Nice
Manda Passerelle et
échelle

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 4 / 36 03/07/ 2 0 1 4
1.2.1.2 SIGNALISATION DIRECTIONNELLE

- sur la RD 6202bis :

N° de Implantation sur Hauteur Nature de observations


référence Plate-forme sous l'ouvrage
de panneau
l'ouvrage
M1 Mât sur accotement 2,30m Mât pour D42A Sens Nice – Digne
M2 Mât sur accotement 2,30m Mât pour D31b Sens Nice – Digne
M3 Mât sur accotement 2,30m Mât pour D31b Sens Nice – Digne

1.2.1.3. BARRIÈRES DE FERMETURE D'ACCÈS

- sur la RD 6202bis :

N° de Implantation sur Hauteur Nature de observations


référence Plate-forme sous l'ouvrage
de panneau
l'ouvrage
B1 Sur accotement sortie Sans bras court Sens Nice – Digne
giratoire Baraques objet
B2 Sur accotement entrée Sans bras long Sens Digne - Nice
giratoire baraques objet
B3 Sur accotement sortie Sans bras court Sens Nice – Digne
vers ZI objet
B4 Sur accotement entrée Sans bras long Sens Nice - Digne
giratoire Manda objet

B5 Sur accotement voie Sans bras court Sens Digne - Nice


évitement giratoire Manda objet
B6 Sur accotement sortie Sans bras court Sens Digne - Nice
giratoire Manda objet

1.2.2. Equipement des ouvrages

Le nombre et les caractéristiques des panneaux de signalisation et destinés à équiper les


ensembles définis à l'article 1.2.1 ci-dessus, sont indiqués dans le tableau suivant :

N° de Désignation des Hauteur Longueur observations


référence signaux Indicative Indicative *
de * en mm
l'ouvrage en mm
PMV1 PMV Hb 250 2000 4000 4 x 15 caractères
PMV2 PMV Hb 160 2000 2500 4 x 15 caractères
PMV3 PMV Hb 320 3000 5500 4 x 15 caractères
PMV4 PMV Hb 160 2000 2500 4 x 15 caractères
PMV5 PMV Hb 160 2000 2500 4 x 15 caractères
PMV6 PMV Hb 250 2000 4000 4 x 15 caractères
M1 D 42A cl II DG 4800 2500 1 panneau + prisme
M2 D 31b cl II DG 2400 4000 2 registres+ prisme
M3 D 31b cl II DG 1800 3000 2 regitres

(*)les dimensions sont estimées et doivent faire l'objet d'un calcul par l'entreprise.

1.2.3 Travaux annexes compris dans l'entreprise

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 5 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les travaux annexes désignés ci-après doivent être exécutés au titre du présent marché :

Établissement des dossiers d'exécution relatifs :

• à l'implantation de la signalisation dynamique (désignée SD ci-après) ;


• aux travaux de génie civil des SD, après approbation du maître d’oeuvre ;
• aux spécifications fonctionnelles des SD, y compris pilotes informatiques de
panneaux, adaptations nécessaires du logiciel existant pour la commande par le
CIGT,
• au dimensionnement du réseau électrique (sections des câbles) ;
• Demande de DICT aux gestionnaires des réseaux électriques, gaz, téléphonique,
humides...
• • Établissement des dossiers de récolement.

Génie Civil :

• Signalisation des travaux au droit du chantier, sur les routes bidirectionnelles (points
de raccordement au réseau EDF), conforme à la réglementation en vigueur et aux
contraintes exprimées, qui doit être soumise à l’accord du maître d’oeuvre ;
• Coordination avec le maître d’oeuvre pour la pose de dispositifs de protection
temporaire, et la remise en place des dispositifs de retenue métalliques ;
• Réalisation des massifs d'assise y compris orientation et accessoires de fixation,
• terrassements, fourniture et mise en oeuvre des matériaux pour réalisation de l’assise
du portique, réservations et fourreaux pour passage des câbles et fibres optiques,
rétablissement des écoulements d’eau ;
• Essais de pénétrométrie ; essais de résistance mécanique du béton ;
• Levage de la structure équipée du panneau, installation et réglages ;
• Réalisation des prises de terre, du circuit de mise à la terre et d’équipotentialité.

Équipements de terrain :

• Fabrication, fourniture et transport à pied d'oeuvre de la structure et de l’équipement


des SD : portique, potence, mât, passerelle avec garde-corps, plinthe et écran,
échelle avec crinoline, système de protection anti-intrusion, portillon de sécurité,
fourniture et pose du caisson,avec modules d’affichage, ventilation, chauffage et
éclairage, fixation
• des supports et des SD, et toutes opérations de réglages fins (site, azimut) ;
• Fourniture, pose et raccordement de l'armoire de commande des SD, y compris
équipements de transmission, supports des équipements, porte et serrure ;
• Mise en service locale de la SD ;
• Contrôles et essais en usine ;

Dispositifs de commande :

• Fourniture, raccordement et mise en service des frontaux de communication et de


pilotage des SD au CIGT, y compris mise en service du logiciel de commande des
SD, et toutes les licences pour les logiciels utilisés ;
• Configuration du logiciel existant aux CIGT
• Fourniture d'un terminal de maintenance, incluant logiciels et paramétrage des
données ;
• Fourniture, pose, raccordement et mise en service des équipements de transmissions
sur site (SD), comportant notamment les switchs Ethernet, et les modems
téléphoniques ;
• Connexion des équipements aux réseaux de transmission ;
• Tous travaux de fourniture et installation des équipements et liaisons électriques ;
• Formation du personnel d'Exploitation.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 6 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Réseaux :

• Tous travaux de fourniture de l’énergie électrique depuis les points de livraison :


démolition et réfection des structures de chaussées, décapage et remise en place de
terre végétale, tranchées, fourreaux, câbles et grillage avertisseur, raccordements de
la chambre de tirage des SD à la chambre de tirage du réseau principal, certificats de
conformité.
• Tous travaux de fourniture et pose du réseau de fibres optiques : tranchées, fonçage
pour traversées de chaussée, fourreaux, fibres optiques et grillage avertisseur,
depuis l’artère principale existante, jusqu’aux SD, y compris réfection des structures
de chaussée, raccordements au réseau existant et à l’armoire de commande des
SD ;
• Essais et tests des fibres optiques ;
• Fourniture et pose de chambres de tirage ;

1.2.4. Travaux non compris dans l'entreprise

Les travaux annexes désignés ci-après ne font pas partie de l'entreprise :

- La fourniture et pose des câbles électriques de liaison et fibres optique de liaison


- La création du point de comptage énergie, avec mise en place d'un coffret EDF ;
- La signalisation du chantier sur les routes à 2 x 2 voies ;
- Demandes et abonnements auprès de EDF et de l’opérateur de téléphonie pour
l’alimentation des panneaux

1.2.5 Définitions

Les termes employés pour les structures lourdes sont définis dans l'article 3 de la norme XP
98-550.

1.2.6 Références normatives

Les normes applicables pour la construction des panneaux et structures sont :


- pour les portiques et potences : norme XP 98-550 et normes associées;
- pour les PMV : normes P98-560, P98-561, P98-564, P99-340, P99-341, NF EN 12966-1,
NF EN 12966-2, NF EN 12966-3 et normes associées;
- pour les panneaux : normes P 98 520, P98-530, P 98-542, P98-552 et normes associées.
- norme NFE 85-012 (anti-intrusion) ;
- les normes CEM en vigueur pour les équipemenst électriques ;
- la publication UTE C 15-510

Les normes associées sont les normes listées dans le référentiel de chaque norme.
Les normes pour les bétons et ferraillage sont citées au chapitre III.
Le décret n° 88-1056 du 14 novembre 1988

1.2.7. Sujétions particulières

Les ouvrages doivent être considérés comme soumis au gel et aux sels de déverglaçage .
Les travaux seront réalisés de jour sauf en ce qui concerne ceux qui sont réalisés sur la RD
6202, pour lesquels la mise en place des potences devra s'effectuer de nuit.

ARTICLE 1.3 - DEFINITION DES ACTIONS


Les actions servent de base au dimmensionnement et à la vérification des ouvrages, qu'ils soient en
acier ou en alliage d'aluminium. Elles sont définiées par des "états limites" qui sont des états au-delà
desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de construction.

On distingue les "états limites ultimes" (E.L.U.) et les "états limites de service" (E.L.S.)

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 7 / 36 03/07/ 2 0 1 4
1.3.1 Actions permanentes ou faiblement variables

1.3.1.1 CHARGES PERMANENTES

Les charges permanentes sont introduites en tant qu'action de longue durée .

Elles sont calculée en tenant compte de :


- poids propre de la structure;
- poids propre des superstructures et des équipements fixes;
- déformations imposées et mesurées après installation si les tolérances de
montage fixées par la norme XP 98-550, sont dépassées

à titre de rappel les masses volumiques sont :


- acier : 7 850 kg/m3
- alliage d'aluminium : 2 700 kg/m3
- béton armé : 2 500 kg/m3

1.3.2 Actions variables

1.3.2.1 CHARGES DE VENT

On admettra que le vent souffle dans une direction horizontale et que la pression statique qui
s'en suit agit horizontalement et normalement à toute surface exposée. La valeur de base est
celle correspondant à la région III, soit 2 700 Pa, la valeur caractéristique de l'action du vent
(Qkv) est égale à 1,2 fois la valeur du vent normal.

1.3.2.2.CHARGES D'EXPLOITATION

Les charges d'exploitation à prendre en compte (Qke) correspondent à celles de deux


personnes présentes simultanément sur l'ouvrage (poids de 1 800 N et 900 N).

1.3.2.3.CHARGES DE NEIGE

Les ouvrages devront admettre une charge de neige (Qkn), correspondant à une pression
verticale sur toutes les surfaces équivalentes à la projection horizontale de l'ouvrage.
La définition de cette charge est donnée dans la norme NF P 06-002, selon la carte neige de
la norme NF P 06-006.

1.3.2.4.CHARGES DE TEMPERATURE

0n admettra la variation de température de ± 27°C par rapport à la température de montage,


pour la prise en compte de l'action saisonnière de la température (Qkt).

1.3.3. Actions variables

Ces actions ne sont pas prise en compte, car ces supports seront isolés par des dispositifs de
retenue.

ARTICLE 1.4 – COMBINAISON D'ACTIONS

Le calcul de vérification de la capacité de résistance des ouvrages et de dimensionnement des


massifs de fondation, tant à l'ELS qu'à l'ELU, seront conformes aux spécifications de la norme XP 98-
550, et des normes citées dans celle-ci, et du document SETRA "dimensionnement des massifs de
fondation", de novembre 1999 complété en juin 2000. D'une manière générale la note de calcul
mettra en évidence que le moment de stabilité est supérieur au moment de renversement et en
tenant compte pour les potences, du moment dû à l'excentrement de la charge verticale en
composant géométriquement les couples. .

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 8 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CHAPITRE II
SPECIFICATIONS DES MATERIAUX ET COMPOSANTS DE
CONSTRUCTION
ARTICLE 2.1 PROVENANCE DES MATERIAUX ET PRODUITS
Toutes les fournitures des matériaux (sauf mentions particulières du C.C.T.P.) nécessaires à la
réalisation des travaux font partie de l'entreprise.

Les provenances des matériaux et fournitures autres que celles imposées dans le paragraphe ci-
dessous devront être soumises à l'agrément du maître d’œuvre dans un délai de (10) dix jours
ouvrables à compter de la notification de l'approbation du marché.

Les superstructures seront conçues et certifiées conformes à la norme XP P 98-550 par l'ASQUER.
L’entrepreneur peut proposer plusieurs fournisseurs de signalisation verticale, qui devront soit :

- être titulaire du droit d’usage de la certification « NF Equipement de la route » ;


- être bénéficiaire de certificats d’homologation pour les produits non certifiés.

ARTICLE 2.2 ACIERS


Les caractéristiques des aciers doivent satisfaire aux constions suivantes :

Le recours à toute autre nuance d'acier doit être justifiée par le fabricant. La résilience des produits
en acier ne peut être éxigée pour des épaisseurs inférieures à 6 mm. L'emploi d'acier de construction
à résistance améliorée à la corrosion atmosphérique relevant de la norme NF EN 10155 n'est pas
autorisé.
Les caractéristiques mécaniques et la composition chimique doivent être conformes aux
spécifications des normes NF EN 10025 et NF EN 10113 Partie 1, Partie 2 et Partie 3.

La valeur de la limite conventionnelle d'élasticité R p0,2 à utiliser dans les calculs pour les matériaux
conformes aux normes NF EN 10025, NF A 49-501, NF A 49-541 et NF EN 10113 Partie 1, Partie 2
et Partie 3 est la valeur minimale garantie.

Il convient de porter une attention particulière aux variations de la limite d'élasticité avec l'épaisseur.

Les profilés laminés, tôles et profils creux doivent avoir des masses, dimensions et tolérances sur
masse et dimensions, conformes aux prescriptions des normes en vigueur.

Les caractéristiques des aciers utilisés sont les suivantes :


• module d'élasticité longitudinale E = 210 000 MPa ;
• module de cisaillement G = 81 000 MPa ;
• coefficient de Poisson = 0,3 ;
• coefficient de dilatation linéique  = 11  10 -6 K-1 ;
• masse volumique  = 7 850 kg/m 3.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 9 / 36 03/07/ 2 0 1 4
ARTICLE 2.3 ALLIAGES D'ALUMINIUM
Les nuances sont choisies dans les séries :
• Alliages d'aluminium corroyés :
• série 5 000 et série 6 000 figurant dans la norme NF EN 573-3.
• Alliages d'aluminium de fonderie :
• séries 42 000, 43 000, 44 000, 45 000, 47 000 et 71 000 figurant dans le projet de
norme EN 1706.

Le recours à toute autre nuance d'alliage doit être justifié par le fabricant.

Les caractéristiques mécaniques et la composition chimique sont conformes aux spécifications des
normes en vigueur, à savoir :
• pour les produits corroyés : NF A 50-411 et NF A 50-451 ;
• pour les produits de moulage : NF A 57-702.

La masse et les dimensions des produits utilisés sont conformes aux normes en vigueur, à savoir :
• pour les produits de moulage : NF A 66-001 ;
• pour les produits laminés : NF A 50-751 ;
• pour les produits filés : NF A 50-705, NF A 50-706, NF A 50-707, NF A 50-708, NF A 50-709
et NF A 50-710.

Les caractéristiques des alliages d'aluminium utilisés sont les suivantes :


• module d'élasticité longitudinale E = 72 000 MPa ;
• module de cisaillement G = 27 000 MPa ;
• coefficient de Poisson = 0,33 ;
• coefficient de dilatation linéique  = 26  10 -6 K-1 ;
• masse volumique  = 2 700 kg/m 3.

Les alliages d'aluminium doivent être utilisés avec une préparation de surface réalisée conformément
aux prescriptions du document NF P 22-702 article 6, 224-c.

ARTICLE 2.4 BOULONNERIE


La boulonnerie utilisée est celle fournie par le fabricant de l'ossature métallique et conforme aux
désigantions et nuances fixées dans la note de calcul.
a) pour les structures en acier

Les boulons doivent être conformes à la norme NF EN 20898-1, classe de qualité comprise entre 4.6
et 10.9.
Des boulons de classe de qualité supérieure à 10.9 ne peuvent être utilisés que pour des applications
spéciales et leur emploi doit être justifié par des essais.

Dans le cas de boulonnerie en acier inoxydable, il est indispensable d'utiliser les nuances A2
(austénitiques nickel-chrome) ou A4 (austénitique nickel - chrome - molybdène) définies dans la
norme ISO 3506.5)

Outre les boulons à serrage contrôlé (NF E 27-701), d'autres types de dispositifs résistants par friction
peuvent être employés, pourvu qu'ils soient utilisés conformément aux normes en vigueur les
concernant.

b) pour les structures en alliage d'aluminium

Les produits d'assemblage doivent être adaptés à l'usage envisagé. Ces produits peuvent être des
boulons (avec rondelles), des dispositifs à friction, des rivets et des produits de soudage conformes
aux normes en vigueur.
Les boulons doivent être conformes à la norme NF EN 20898-1, classe de qualité comprise entre 4.6
et 10.9.

Des boulons de nuance supérieure à 10.9 ne peuvent être utilisés que pour des applications spéciales
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 10 / 36 03/07/ 2 0 1 4
et leur emploi doit être justifié par des essais.

Dans le cas de boulonnerie en acier inoxydable, il est indispensable d'utiliser les nuances A2
(austénitiques nickel-chrome) ou A4 (auténitique nickel - chrome - molybdène) définies dans la norme
ISO 3506.

ARTICLE 2.5 TIGES D'ANCRAGES

Les tiges d'ancrage sont en acier défini par le titre I du fascicule 4 du C.C.T.G. TRAVAUX, et ont un
diamètre minimal de filtrage de vingt sept (27) millimètres. Elles devront correspondre aux
spécificités des normes NFA 35015 et NF EN 100 83-2.

ARTICLE 2.6 CIMENTS


Le ciment utilisé sera conforme à la norme NFP 15 301.

Le ciment utilisé sera choisi parmi ceux désignés ci-dessous :

• Ciment Portland CPA 45,


• Ciment Portland au laitier CPJ 45.

ARTICLE 2.7 BETON

Le sable pour le béton ne doit pas contenir d'éléments dont la plus grande dimension dépasse 5 mm
et son équivalent de sable ne doit pas être inférieur à 70.

La grosseur maximale des granulats moyens et gros ne doit pas excéder 31,5 mm (tamis).

Les sables devront avoir une courbe granulométrique entrant dans le fuseau prescrit par le fascicule
65. Suivant leurs utilisations, ils ne devront pas renfermer de grains dont la plus grande dimension
dépasserait les limites ci-après et dont l'équivalent de sable serait supérieur aux seuils suivants :

UTILISATION TYPES DIMENSION E.S.


MAXIMUM

SCELLEMENT MORTIERS SABLE FIN 0,0025 M 80

MORTIER SABLE MOYEN 0,0050 M 80

BÉTON SABLE GROS 0,0100 M 70

Les granulats gros destinés à la confection des bétons devront passer en tous sens dans un tamis de
maille A, sans pouvoir passer dans un tamis de maille B.

- fondations et butées de bordures ; A = 20 mm B = 5 mm.


- massif de scellement.

Le coefficient de Los Angeles sera inférieur à 30. Les granulats ne seront pas gélifs.
La fourniture des liants hydrauliques fait partie de l'entreprise. Les liants devront satisfaire aux
conditions du fascicule 3 du C.P.C.

L'eau de gâchage sera prélevée sur le réseau de distribution du service des eaux et elle devra, sous
réserve des spécifications visées ci-après, répondre aux caractéristiques de la norme NFP 18.303,
être tempérée, ne devra pas dépasser 30°C. La dépense étant incluse dans les prestations de
l'entrepreneur.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 11 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les aciers pour bétons armés seront choisis parmi ceux définis au chapitre I du fascicule 4 du
C.C.T.G. TRAVAUX.

L'entrepreneur pourra être autorisé à incorporer à ses frais après agrément du maître d’œuvre, un
adjuvant dans son béton ; un essai de convenance (aux frais de l'entrepreneur) sera obligatoirement
effectué.

Cet adjuvant sera choisi obligatoirement dans la limite des adjuvants agréés (en application des
prescriptions de l'article 7 du fascicule 3 du C.C.T.G.).

Les adjuvants éventuellement utilisés par l'entrepreneur et approvisionnés par lui sur le chantier
devront donner lieu à la présentation d'un certificat d'origine, indiquant la date de fabrication et la
date au-delà de laquelle ils devront être mis au rebut. Ils devront être exempts de toute chlorure.

Cet adjuvant devra être incorporé à la gâchée, sous forme de solution mélangée à une partie de l'eau
employée au gâchage. Pendant la période de malaxage, cette solution devra être introduite à l'aide
d'engins mécaniques capables d'assurer un dosage régulier et une répartition uniforme du produit
dans la totalité de la gâchée.

Le produit de cure pour bétons sera soumis par l'entrepreneur à l'agrément du maître d’œuvre.

Dans le cas d'emploi d'un enduit temporaire imperméable le produit figurera sur une liste ministérielle
d'agrément.

ARTICLE 2.8 DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

2.8.1 Tracé

Le tracé des pièces doit être tel que les différentes sollicitations n'entraînent pas de concentration de
contraintes. Les changements brusques de section et les angles vifs rentrant en zone sollicitée sont
proscrits.

2.8.2 Flèches

Pour l'ensemble des structures définies par le présent document et quels que soient les matériaux
constitutifs de l'ossature, les valeurs des flèches sont limitées aux valeurs suivantes :
• pour les montants : 1/100 de la hauteur ;
• pour les traverses :
• • 1/100 de la portée pour les flèches mesurées horizontalement,
• • 1/200 de la portée pour les flèches mesurées verticalement ;
• pour les bras considérés comme encastrés sur les montants :
• • 1/50 de la portée pour les flèches mesurées horizontalement,
• • 1/100 de la portée pour les flèches mesurées verticalement.

Ces flèches sont calculées sans tenir compte des déformations permanentes imposées. Elles se
rapportent à l'élément considéré, et ne concerne pas les déplacements d'ensemble.
La rotation maximale des montants, traverses, mâts et consoles mesurée autour de leur axe est fixée
à 0,04 radian.

2.8.3 Contreflèche

Les traverses des portiques et les bras des potences doivent conserver une contreflèche telle que
sous l'effet des charges permanentes il subsiste une contreflèche résiduelle comprise entre 1/1 000 et
1/200 de l'entraxe du portique et comprise entre 1/500 et 1/100 de la longueur de chaque bras de
potence.

ARTICLE 2.9 COMPOSANTS DE CONSTRUCTION EN ACIER

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 12 / 36 03/07/ 2 0 1 4
2.9.1 Usinage - Formage

La norme NF P 22-201 doit être respectée.

Les dispositions constructives concernant les assemblages boulonnés doivent être conformes aux
normes NF P 22-430, NF P 22-431, NF P 22-460 et NF P 22-462.

Les préparations des bords pour les assemblages soudés doivent être réalisées suivant la norme NF
P 22-470 et NF P 22-471 ou justification de l'entrepreneur.

2.9.2 Soudage des aciers de construction

La fabrication des assemblages soudés doit s'effectuer en conformité avec la norme NF P 22-471.

La classe de qualité 2 de la norme NF P 22-471 est requise pour tous les assemblages soudés des
ossatures.

2.9.3 Mode opératoire

Les descriptifs et les qualifications des modes opératoires doivent être conformes à la norme NF P
22-472 (qui a été transformée en norme d'application de la norme européenne NF EN 288, en ne
conservant que les dispositions
spécifiques au domaine de la construction métallique).

9.3.4 Qualification des soudeurs

Les soudeurs affectés à la réalisation des portiques, potences et hauts mâts doivent être qualifiés
suivant la norme NF EN 287-1.

ARTICLE 2.10 COMPOSANTS DE CONSTRUCTION EN ALLIAGE D'ALUMINIUM

2.10.1 Usinage - Formage

La norme NF P 22-202 doit être respectée.


Les préparations des bords pour les assemblages soudés doivent être réalisées suivant le fascicule
de documentation FD A 87-010 ou justification de l'entrepreneur.
La restriction complémentaire à respecter pour les alliages d’aluminium, concerne les tôles
dont l’épaisseur minimum sera de quatre (4) millimètres.

2.10.2 Soudage des alliages d'aluminium

Les descriptifs et les qualifications des modes opératoires doivent être conformes aux normes NF EN
288-1, NF EN 288-2 et NF EN 288-4.

2.10.3 Qualification des soudeurs

Les soudeurs affectés à la réalisation des portiques, potences et hauts mâts doivent être qualifiés
suivant la norme NF EN 287-2.

Les joints soudés doivent correspondre au niveau d'acceptation des défauts en exigence C selon la
norme NF EN 30042.

Cependant, les joints soudés les moins sollicités pourront, sur justification de l'entrepreneur, se situer
en niveau d'exigence D ; de même pour les défauts concernant les surépaisseurs excessives, les
convexités excessives, les gorges excessives et les excès de pénétration pour lesquels le niveau
d'exigence D s'applique.

La classification complète des défauts des soudures fait l'objet de la norme NF EN 26520.
Aucune soudure ne pourra être effectuée sur chantier.
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 13 / 36 03/07/ 2 0 1 4
ARTICLE 2.11 PROTECTION DES OUVRAGES EN ACIER OU EN ALUMINIUM

La protection des structures contre l'agressivité des sites d'implantation est réalisée.
Elle est assurée en atelier :

• par le respect des dispositions constructives qui permettent d'éliminer les rétentions d'eau et
de salissures ;
• par l'utilisation d'une nuance et d'un état de livraison défini par la norme XP 98-550, pour les
structures en alliage d'aluminium ;
• par la galvanisation à chaud selon la norme NF A 91-121 des articles de boulonnerie cités
aux paragraphes 4.3.2.5.2 et 4.3.3.5.2, à savoir : vis, écrous et rondelles ;
• pour les aciers de construction : par un revêtement défini au moment de la commande, choisi
parmi les trois systèmes de protection suivants en conformité avec les spécifications du
fascicule 56 du CCTG :

• par un revêtement obtenu par galvanisation à chaud conforme à la norme NF A 91-121


;
• par un revêtement obtenu par galvanisation à chaud (norme NF A 91-121) suivi de
mise en peinture. Ce système de protection doit être homologué, ou accepté par le
maître d'oeuvre ;
• par un revêtement obtenu par métallisation au pistolet suivi de mise en peinture.

La métallisation doit être conforme à la norme NF EN 22063 et réalisée avec pour produit d'apport du
zinc ou un composé zinc/aluminium (85/15) ou de l'aluminium.

Le système de métallisation et de peinture doit être homologué, ou accepté par le maître d'oeuvre.

Sur site, cette protection ne peut être utilisée sur des profils creux non obturés.
• par la mise en place des plots de mise à la terre à 20 cm au moins au-dessus des platines
d'ancrage au sol et en dehors de tout matériau de remblai conformément à la norme NF C
15-100 ;
• en évitant les contacts entre métaux différents autres que les contacts zinc/alliage
d'aluminium, alliage d'aluminium/acier inoxydable prévu par la norme XP 98-550 ;
• en évitant les contacts directs et simultanés acier/béton/alliage d'aluminium ;
• en positionnant les ancrages hors des zones humides (non enterrés).
.

ARTICLE 2.13 PROTECTION DES PARTIES D'OUVRAGES EN CONTACT AVEC


LE BETON
Les contacts directs et simultanés acier/béton/alliage d'aluminium sont interdits. Les dispositififs
anti-corrosion devront être adaptés en conséquence.

De plus, les liaisons aériennes entre l'embase et le massif sont interdites.

ARTICLE 2.14 CONTROLES D'EXECUTION


ARTICLE 2.14.1 FOURNITURES

Les aciers et alliages d'aluminium doivent être commandés avec certificat de conformité.Les
produits d'apport, les flux de soudage doivent être commandés avec certificat de conformité
et analyse chimique.Les numéros de lot et les certificats de contrôle de la boulonnerie
doivent être fournis.Les certificats de contrôle du zinc de galvanisation, du métal de
métallisation et des peintures doivent être fournis.

ARTICLE 2.14.2 ASSEMBLAGES

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 14 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les contrôles par soudage ou boulonnage seront effectués selon des dispositions des articles
6.3.4 et 6.3.5 et 6.5.1 de la norme XP 98-550.

ARTICLE 2.14.3 GALVANISATION-MÉTALLISATION

Le contrôle de l'épaisseur doit être exécuté par mesure magnétique conformément aux
normes NF EN 22063 et NF A 91-121 et interprété suivant ces normes, un PV sera fourni par
le fabricant des portiques et potences.

Le contrôle d'adhérence peut être demandé au titre du contrôle extérieur. Il sera exécuté
selon la norme NF A 91-121.

La protection des structures contre l'agressivité des sites d'implantation est réalisée. Elle est
assurée en atelier :
• par le respect des dispositions constructives qui permettent d'éliminer les rétentions
d'eau et de salissures ;
• par l'utilisation d'une nuance et d'un état de livraison définis au paragraphe 4.3.3 de
la norme XP 98-550, pour les structures en alliage d'aluminium ;
• par la galvanisation à chaud selon la norme NF A 91-121 des articles de boulonnerie cités
aux paragraphes 4.3.2.5.2 et 4.3.3.5.2 de la norme XP 98-550, à savoir : vis, écrous et
rondelles ;
• pour les aciers de construction : par un revêtement défini au moment de la commande,
choisi parmi les trois systèmes de protection suivants en conformité avec les spécifications
du fascicule 56 du CCTG :
• par un revêtement obtenu par galvanisation à chaud conforme à la norme NF A
91-121 ;
• par un revêtement obtenu par galvanisation à chaud (norme NF A 91-121) suivi de
mise en peinture. Ce système de protection doit être homologué, ou accepté par le
maître d'oeuvre ;
• par un revêtement obtenu par métallisation au pistolet suivi de mise en peinture.

La métallisation doit être conforme à la norme NF EN 22063 et réalisée avec pour produit
d'apport du zinc ou un composé zinc/aluminium (85/15) ou de l'aluminium.

Le système de métallisation et de peinture doit être homologué, ou accepté par le maître


d'oeuvre.

Sur site, cette protection ne peut être utilisée sur des profils creux non obturés.

• par la mise en place des plots de mise à la terre à 20 cm au moins au-dessus des
platines d'ancrage au sol et en dehors de tout matériau de remblai conformément à la
norme NF C 15-100 ;
• en évitant les contacts entre métaux différents autres que les contacts zinc/alliage
d'aluminium, alliage d'aluminium/acier inoxydable prévu au paragraphe 4.3.3 de la
norme XP 98-550 ;
• en évitant les contacts directs et simultanés acier/béton/alliage d'aluminium ;
• en positionnant les ancrages hors des zones humides (non enterrés).

ARTICLE 2.15 FIXATION DES PANNEAUX DE SIGNALISATION


Les dispositifs de fixation des panneaux de signalisation sur les supports (portiques ou potence)
doivent permettre leur positionnenement définitif par déplacement horizontal et vertical des points de
fixation.Les PMV peuvent être rendus solidaire des traverses des portiques et des bras des potences.
Ces fixations doivent assurer une parfaite rigidité des panneaux.

ARTICLE 2.16 PANNEAUX DE SIGNALISATION

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 15 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les panneaux de signalisation se présenteront sous la forme de registres constitués d'éléments
modulaires, emboîtables, en profilé d'alliage d'aluminium ou d'acier aluminé.

Les différents éléments constituant le matériel de signalisation de direction doivent répondre aux
normes énoncées dans la circulaire n° 82-31 du 22 mars 1982 et à la norme NFP 98 532 4.

Le dimensionnement des registres indiqués sur les plans sont donnés à titre indicatif et devront être
controlé et soumis à l’acceptation du maître d’œuvre avant toute commande.

La contraction minimum autorisée étant de 70 %, celles de 50 % devant être employées


exceptionnellement et avec l’accord du maître d’œuvre, toute optimalisation de ce programme ou
autre devra respecter ce critère et se conformer à la circulaire en vigueur (circulaire n°82-
31 du 22 mars 1982).

Le décor de la face active des panneaux utilise des revêtements rétroréfléchissants de classe II
agréé et conforme aux prescriptions de l’arrêté du 13 novembre 1980, modifié par arrêté du 11 mars
1985, ils pourront être de niveau DG ou similaire;

Les registres directionnels seront, hors option, en alliage d'aluminium ou en tôle d'acier aluminé.

Ils seront soit dos ouvert, soit dos fermé, soit traversants. Hormis ces derniers, ils seront munis de
rails de fixation horizontaux sur toutes leurs longueurs.
Le système de rotation des prismes tournants doit faire l'objet d'une apporbation par le maître
d'œuvre.

ARTICLE 2.17 BARRIERES DE FERMETURE D'ACCES

La composition et l’équipement de la demi-barrière automatique seront conforme aux


recommandations du CETU de septembre 2002 ‘’Fermeture des tunnels routiers’’.

La barrière devra être conçue pour une ouverture ou fermeture manuelle en cas de panne
d ‘alimentation.

Elle sera livrée avec son embase de fixation et le câblage de raccordement suivant les normes en
vigueur. Une manivelle de dépannage sera implantée à l’intérieur du socle, elle sera accessible à
l’aide d’un portillon inclus.

Les recommandations du manuel technique du fournisseur devront être suivies dans leur intégralité.

Les décors seront réalisés par application de film rétro réfléchissant de classe II. Ils seront conformes
aux normes NFP 98520 et P 98532.4.
L'ensemble des équipements annexes est compris dans l'entreprise, ainsi que le coffret de
commande local, raccordé au réseau général de livraison de l'énergie et de la fibre optique de
commande.

ARTICLE 2.17 B.R.A.


Les boîtiers en polycarbonate contiendront la centrale de commande et avec leur bras de fixation.

Les éléments lumineux, de diamètre 200 ou 300, seront à diodes jaunes ou rouges alimentés en
230V ou 24 V.
Ils seront conformes aux dispositions fixées par la 8 ème partie de l'instruction interministérielle sur la
signalisation routière, et par le guide SETRA "Signalisation Temporaire : routes à chaussées
séparées".

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 16 / 36 03/07/ 2 0 1 4
ARTICLE 2.18 PORTIQUES ET POTENCES
Dans son Plan Assurance Qualité, l’entrepreneur devra préciser la provenance de tous les
matériaux ou produits utilisés ainsi que les essais qu'il propose de leur faire subir.

Si au cours des travaux, l’entrepreneur demande à modifier la provenance de certains


matériaux ou produits fixés par le marché, le maître d’œuvre pourra lui en donner
l’autorisation à condition que leur qualité soit au moins égale à celle initialement prévue.

Il ne devra pas y avoir de contact direct entre les alliages d’aluminium et les métaux ferreux.
Ces derniers devront être traités anti-corrosion.

Pour les contacts avec d’autres métaux, le titulaire devra préciser, dans une notice jointe à sa
note de calcul, les dispositions prévues pour éviter le contact direct entre métaux différents.

Chaque superstructure fournie et posée dans le cadre du présent marché doit être équipée
d’une passerelle permettant l’accès aux faces arrières des PMV pour assurer l'ensemble des
opérations de maintenance et d'entretien.

L’accès à la passerelle se fera au moyen d’une échelle munie d'une crinoline. Les dispositifs
d’accès et de sécurité sur les portiques seront conçus conformément à la note d’information
n° 111 du SETRA : « La sécurité des accès sur les portiques, potences et pylônes ».
Un éclairage, réparti sur l’ensemble du caisson, rendra possible une intervention de nuit. Il
comportera au minimum 3 points lumineux et sera actionné par un seul interrupteur
marche/arrêt sur la passerelle.

Le portique sera équipé de points d’attache des élingues nécessaires aux opérations de levage.
Le positionnement de ces points sur le portique devra tenir compte de l’ensemble portique
plus caisson.

Un fourreau pour le passage des câbles d’alimentation électrique et un fourreau pour le


passage des fibres optiques seront fixés sur le montant du portique, entre le massif d’assise et
l’armoire de commande.

La passerelle aura une largeur au pied de 800 mm minimum et sera conforme aux normes
NF EN 547-1 et NF EN 547-3. La passerelle sera revêtue d’une tôle métallique, à relief
antidérapant, non ajourée de même nature que celles utilisées pour la fabrication de la
superstructure.

En outre, celle ci sera munie d’un portillon de sécurité, à fermeture automatique, au droit du
palier à l’extrémité haute de l’échelle. L’ouverture de ce portillon doit se faire vers le
plancher de circulation de la passerelle.

Aucun élément en saillie, sur l’échelle, sur la crinoline, sur le portillon de sécurité et sur la
main courante de la passerelle, susceptible de blesser le personnel ne sera admis (arceaux
intérieurs aux filants, têtes de boulons ou écrous en saillie, charnières ou dispositifs de
verrouillage réduisant le gabarit de la crinoline, treillis mal soudé, etc.).

La passerelle est équipée sur tout son périmètre d'un garde-corps conforme à la norme
NF EN ISO 14122-3. Celui-ci est composé d’une main courante, située à 1 m de hauteur,
d’une lisse intermédiaire à 0,50 m de hauteur et de montants espacés au maximum de 1,50 m.
Cette disposition est complétée par une plinthe d'une hauteur de protection d’au moins 0,15
m, et d’un écran de 1 m de hauteur minimum. Cet écran sera constitué d’un grillage fin, dont
les mailles sont inférieures ou égales à 0,10 m.

Des variantes peuvent être proposées : écran en tôle ajourée (les jours devront avoir une
hauteur inférieure à 10 mm pour éviter toute chute d’outils), …

Si la hauteur de travail sur la passerelle peut être supérieure à 1,70 m, le garde-corps sera
surélevé de la hauteur dépassant 1,70 m et une lisse intermédiaire sera rajoutée.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 17 / 36 03/07/ 2 0 1 4
L'échelle d'accès sera disposée coté accotement et de telle façon qu'un opérateur la gravisse
face à la circulation. L’échelle d'accès sera disposée à l'arrière du montant (par rapport au sens
de circulation). L'échelle d'accès à la passerelle sera munie d'une crinoline et conforme à la
norme NF E 85-010. L'accès à la partie basse de l'échelle sera condamné par un système de
protection anti-intrusion conforme à la norme NF E 85-012, options A, B et C.

Cette protection d’accès sera équipée d’un cadenas entièrement protégé des intempéries et des
projections d’eau venant de la chaussée. Il sera condamnable en position d’ouverture totale.

De plus, il ne sera pas possible d'accéder à l'échelle en passant "au travers" de la crinoline sur
une hauteur d'au moins 4 mètres à partir de l’aire de départ. Si le terrain au voisinage du
panneau est dénivelé ou qu’il y a d’autres ouvrages, la protection contre les intrusions sera
étendue, pour défendre l'accès dans un rayon de trois mètres autour de tout point accessible.

Il est à noter que l’ensemble des cadenas et serrures décrits dans ce document fonctionnent
avec deux seuls modèles de clés (une même clé peut ouvrir tous les cadenas et une clé unique
peut ouvrir toutes les serrures). Chaque cadenas ou serrure est livré avec un exemplaire de clé
correspondant à ce modèle.

Les caissons d’affichage des PMV sur portiques seront centrés dans l’axe de la chaussée au-
dessus de laquelle ils seront posés.

La hauteur des portiques sera calculée de façon à ce qu’aucun point de la structure ou du


caisson ne se situe à une hauteur inférieure à 5,50 m par rapport à la chaussée.

Lors du levage et de la pose des portiques sur le site, toutes précautions seront prises pour
éviter la détérioration de la structure de chaussée en enrobés drainants par les matériels
utilisés (grue notamment). Un dispositif de protection des enrobés drainants, agréé par le
maître d’oeuvre, devra être mis en place.

La superstructure est identifiée par une plaque qui devra avoir les caractéristiques suivantes:

. plaque d'aluminium gravée, et rivetée ou soudée,


. dimensions approximatives 100 mm x 50 mm x 2 mm.
Elle portera au minimum les mentions suivantes:

. nom du fabriquant,
. numéro de série,
. date de fabrication,
. référence du marché,
. identification fonctionnelle du PMV (par l’exploitant).
Cette plaque sera située sur le montant coté accotement et sur la face opposée aux voies de
circulation. Elle est disposée à une hauteur d'environ 1,50 m de l'embase du montant.

Les signaux et inscriptions suivants, conformes à la norme NF X 08-003, seront apposés sur
l’installation au pied de l’échelle, bien visibles de l’aire de départ :

• le signal d’interdiction signifiant « entrée interdite aux personnes non autorisées »


complété du panonceau « ACCES INTERDIT AU PUBLIC »,
• le signal de danger signifiant « risque de chute avec dénivellation »,
• le signal de danger signifiant « danger électrique »,
• le signal d’obligation signifiant « protection obligatoire de la tête ».

ARTICLE 2.19 PANNEAUX A MESSAGES VARIABLES

Historiquement, les premières réalisations du Conseil Général ont été réalisées en liaison RTC sous
protocole TEDI et langage LCR.
Le PC central au CIGT du Conseil Général devra être équipé d’un logiciel intégrant ce mode de
commande, ainsi que des ordinateurs portables d’astreinte.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 18 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les panneaux implantés faisant l’objet du présent marché, devront préserver cette compatibilité pour
ce qui est des messages en type routier normalisé.

En ce qui concerne les PC d’astreinte, ils devront intégrer la polyvalence de commande évoquée ci-
dessus :
- les logiciels pour PC d’astreinte seront livrés sur CD et installés par le titulaire sur support
de type PC portable configuré sous Windows XP et ayant les spécifications suivantes :
mémoire vive 1Go
DD 40 G
Lecteur – graveur DVD
Modem RTC compatible et émulable en V22bis
Carte éthernet
- en cas d’appel du PC central, le panneau se comportera comme un équipement terminal du
type TEDI/LCR
- en cas d’appel des PC d’astreinte, le panneau se comportera en périphérique géré par une
interface homme machine convivial et fonctionnel permettant les fonctionnalités
indispensables au caractère de polyvalence des équipements évoqué ci-dessus. En
outre, le logiciel dans ce cas, devra permettre la compatibilité avec les OS 98, Me, Nt,
2000 et XP
- le logiciel de pilotage sera aussi intégré d’un serveur accessible depuis un accès internet
sécurisé, lequel serveur sera raccordé au réseau RTC (et GSM) pour le pilotage des
panneaux.

Le logiciel d’exploitation des PMV intégrera les fonctionnalités minimum suivantes :


- Installation sur serveur web sécurisé du Conseil Général avec prise en main à
distance via une connexion Internet.
Si la mise en place d’un modem RTC sur le serveur s’avérait nécessaire il devra être fourni
par le titulaire et installé par ses soins en respectant les préconisations de configurations
imposées par les services de l’informatique du Conseil Général.
- une interface géographique avec fonction Zoom permettant un repérage immédiat
des panneaux,
- une visualisation des panneaux en icône réduite ou affichage réel des messages
- un mode création, modification et suppression des équipements
- une gestion de bibliothèques messages catégoriels Travaux, Viabilité, Déneigement
… paramétrable par l’exploitant
- un gestionnaire de scénarii paramétrable par l’exploitant
- un gestionnaire de messages paginés avec éphéméride
- un contrôle des statuts des panneaux et équipements
- une main courante avec horodatage de tous les évènements
- un gestionnaire de communication multimédia : RTC, GSM, Radio, LS …

La gestion du parc des PMV sera assurée soit à travers le réseau téléphonique commuté, soit
par le réseau GSM, soit via une connexion Internet.

Les afficheurs seront constitués d’une matrice minimum de 35 pixels organisés en 7x5.
Chaque pixel sera composé de 2 diodes électroluminescentes haute luminosité.
La gestion des afficheurs sera obligatoirement du type source de courant.
Afin de faciliter les opérations de maintenance, il serait souhaitable que la matrice à diodes
soit dissociée du contrôleur de caractère.

Dans un souci de simplification de la maintenance l’unité centrale de gestion du PMV et


d’acquisition des capteurs :

- sera de type monocarte


- sera installée en double enveloppe pour une meilleure protection IP
- permettra le téléchargement des logiciels embarqués à partir d’un PC
- disposera de voyants de visualisation des états des ports
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 19 / 36 03/07/ 2 0 1 4
- les PMV disposeront en outre en pied de mât d’une armoire intégrant un
commutateur de mode local et distant, une liaison RS232, une roue codeuse de sélection
de messages préprogrammés et un bouton poussoir de test des afficheurs.

Les contrôles en temps réels devront concerner, avec renvoi automatique d’alerte, les
éléments suivants :

- la présence d’énergie EDF


- le niveau de batterie de sauvegarde
- les pixels des caractères
- les caractères
- les lignes de caractères
- les commandes des panneaux de police

Tous les sites devront être équipés de :

• disjoncteurs différentiels
• de parafoudre ligne énergie EDF
• de parafoudre ligne RTC
• d’une prise de maintenance avec différentiel 30 mA

Les caissons construits en matériaux inoxydables devront présenter un IP55.


La conception devra assurer un échange thermique par convection naturelle sans faire appel
à une ventilation forcée.
La face avant sera constituée d’un polycarbonate d’au moins cinq millimètres d’épaisseur.
L’accessibilité devra être particulièrement soignée afin de permettre des interventions rapides
et aisées.

Dans le cadre d’une démarche globale de valorisation du département dans son contexte
touristique, l’esthétique et l’intégration des panneaux dans les sites seront un élément
important des critères de jugement des offres.
L’aménagement du territoire au niveau visuel doit servir de promotion locale du département.
A cet effet, il est demandé que les structures mécano soudées ou tout élément d’assemblage
soient habillés par un design type mobilier urbain.
Le logo du Conseil Général devra apparaître sur un des éléments des panneaux (caisson,
support…) ainsi que la mention « Conseil Général des Alpes-Maritimes ».

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 20 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CHAPITRE 3

MODE D'EXECUTION DES TRAVAUX


ARTICLE 3.1 CONNAISSANCE DES LIEUX

L'entrepreneur est censé avoir pris connaissance des lieux et de son éloignement.

A titre indicatif, l'entrepreneur prendra en compte un taux de travail du sol de fondation de 1 bar. Il
appartient à l'entrepreneur de procéder à la vérification de ces données par des mesures effectuées
in-situ.

Lors de la mise en place de certains ouvrages, l'emploi du marteau piqueur pourra être nécessaire.

ARTICLE 3.2 - PIQUETAGE - IMPLANTATION

Les emplacements exacts des ensembles, des caissons et des barrières seront déterminés sur place
par le maître d’œuvre, en accord avec les représentants des services intéressés.

L'entrepreneur sera tenu de fournir le personnel et le matériel nécessaire aux opérations de


piquetage.

Le piquetage général des ouvrages exécutés dans les conditions prescrites l'article 27 du C.C.A.G.,
est à réaliser par l'entrepreneur et à ses frais, avec les précisions définies ci-après.

- Pour les supports : la matérialisation par piquet dans l'axe du ou des supports est
assurée avec une précision de cinq (5) centimètres pour les mâts et dix (10)
centimètres pour les autres supports,
- Pour les autres implantations : la matérialisation sera réalisée à la peinture.

L'attention de l'entrepreneur est attirée sur la présence de réseaux enterrés (E.D.F., G.D.F., EAU,
P.T.T., RAU, liaisons spécialisées de tous ordres... ) qui doivent faire l'objet d'un piquetage spécial.

ARTICLE3.3 TRANSPORT- STOCKAGE- MANUTENTION

Toutes les dispositions doivent être prises pour que ces opérations n'entraînent aucune détérioration
du revêtement de protection, ni de déformation permanente des éléments.
La manutention du matériel seront conforme au manuel technique du fournisseur.
La manutention devra être réalisée au moyen d’un engin élévateur approprié à ce matériel.
L’état du matéreil sera vérifié dans sont intégralité et tout dommage constaté entrainera le retour en
usine par le représentant du maître d’œuvre, et ce aux frias de l'entreprise.

ARTICLE 3.4 EXECUTION DES MASSIFS DE FONDATION


Tous les massifs de fondation sont coulés en une seule phase sur un premier béton de propreté.

3.4.1 Fouilles

Le niveau du fond de fouille sera défini lors de l’implantation contradictoire ; l’entrepreneur vérifiera la
contrainte admissible en fond de fouille à l’aide d’essais géotechniques.

L’étaiement et le blindage seront réalisés impérativement dès que la profondeur des fouilles atteindra
1 ;30 m ou en présence de sols instables. L’entrepreneur décidera de mettre en place un blindage
jointif ou non jointif.
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 21 / 36 03/07/ 2 0 1 4
L’emploi d’explosifs est totalement proscrit. Les matériaux réutilisables provenant de la démolition
des chaussées seront triés et pourront être réutilisés pour le comblement des excavations sauf en
chaussées à refaire où le remblai sera assuré par des matériaux soumis à l’agrément du maître
d’ouvrage. Le fond de forme sera soigneusement réglé et compacté.

Les matériaux excédentaires seront transportés à la décharge suivant le schéma d’organisation de


gestion des déchets.

Les fouilles seront de formes parallélépipédiques, aux dimensions adaptées au ferraillage.


Les matériaux en provenance des fouilles seront :

- laissés en dépôt provisoire sur place (en cas de réemploi) ;


- évacués en décharge (autres cas).

3.4.2 Bétons

Dans le cadre de l'application du paragraphe 8 de l'article 2 du fascicule 65 du Cahier des


Prescriptions Communes, la température au-dessous de laquelle la mise en place du béton ne sera
autorisée que sous réserve de l'emploi de moyens et procédés préalablement agréés par le maître
d’œuvre, est fixée à + 5 (plus cinq) degrés celsius :

- lorsque la température, mesurée sur le chantier, sera inférieure à zéro (0) degré celsius, le
bétonnage sera formellement interdit.

- l'emploi d'un accélérateur de prise à base de chlorure de sodium dans le béton entourant
directement des parties d'ouvrage en alliage aluminium, est interdit.
Les bétons utilisés pour la réalisation des massifs armés ou non proviendront de centrales qui auront
reçu l’agrément du maître d’ouvrage. La formule du béton lui sera également soumise.

Lorsque la température mesurée sur chantier sera inférieure à - 5°C, la mise en place du béton ne
sera pas autorisée.

Lorsque cette température sera soumise à + 5°C et – 5°C, la mise en place du béton ne sera
autorisée que sous réserve de l’emploi de moyens efficaces pour prévenir les effets dommageables
du froid.

L’entrepreneur soumettra après étude, à l’agrément du maître d’ouvrage, dans le cadre du


programme de bétonnage, les dispositions qu’il propose de prendre. Ces dispositions s’inspireront des
recommandations de l’article 10.2 et de l’annexe D du fascicule P18-504 en tenant compte de la
limitation de la température minimale de bétonnage imposée ci-dessus.

Caractéristiques prescrites

- classe B35 pour supports spéciaux Le béton sera conforme çà la norme NF EN


(portiques, potences, hauts-mâts) 206-1. la classe d’exposition choisie vis-à-
vis de la résistance à la carbonatation sera
la classe XC4.

L’agressivité de l’environnement correspond


à un gel modéré, mais un salage très
fréquent, soit à la classe XF2 de la norme
NF EN 206-1.

- résistance caractéristique à 28 j 35 Mpa


- taille du granulat : D maximum ≤ 25 mm
- Rapport E eff / (C+kA) ≤ 0,45
- air occlus entre 4 et 6%
- dosage minimum en liant équivalant ≥ 370 kg/m 3
(ciment plus additions)
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 22 / 36 03/07/ 2 0 1 4
- enrobage des armatures si coffrage ≥ 40 mm
- enrobage des armatures en pleine fouille ≥ 70 mm
- résistance compression au décoffrage > 15 MPa
- La consistance est à soumettre à l’approbation du maître d’ouvrage en fonction des moyens de mise
en œuvre. Une fois définie, la variation admise sera de plus ou moins 2 cm.

Constituants

Ciment

(art. 72.1 du fasc. 65A du CCTG, FD P 15-010, normes NF EN 197-1, NF P 15317, NF P


15319)

Par compléme,nt au sous-article 72.1 du fascicule 65A du CCTG, les ciments doivent être
titulaires de la marque NF-Liants hydrauliques ou admis à un système de certification
équivalent. Le choix du ciment tient compte de l’agressivité du milieu. L’entrepreneur doit
effectuer des prélèvements conservatoires de ciment.
Il conviendra de s’assurer que le ciment est compatible avec les granulats et les autres
constituants du béton de façon à obtenir une rhéologie compatible avec les moyens du
chantier et également de façon à éviter l’apparition des phénomènes d’Alcali réaction : si la
non réactivité des granulats ne peut être démontrée, le bilan alcalin total de la formule sera
inférieur ou égal à 3 kg/ m 3.

Granulats

Les granulats devront satisfaire à l’annexe T24.2 fascicule 65A du CCTG et à la norme XP P
18-540 d’octobre 1997.

L’utilisation de granulats concassés sera soumise à ‘agrément du maître d’ouvrage.

Le sable aura un module de finesse MF = 2,50 ± 0,3.

Dispositions particulières liées aux réactions « d’alcali-silice » RAG

Justification de la qualification des granulats :


Si les granulats bénéficient du droit d’usage de la marque NF-Granulats, avec qualification
vis-à-vis de l’alcali-réaction en N ou PRP, le certificat de conformité des granulats à la
marque NF, et qui donne leur qualification vis-à-vis de l’alcali-réaction, doit être annexé au
dossier d’étude des bétons.
Si les granulats ne bénéficient pas du droit d’usage de la marque NF-Granulats, mais si le
producteur de granulats dispose d’un dossier carrière élaboré conformément aux
prescriptions du document « Guide pour l’élaboration du dossier carrière » du LCP de juin
1994, et approuvé par le maître d’ouvrage, le dossier d’étude des bétons doit contenir les
extraits du plan qualité du producteur permettant de certifier la qualification des résultats des
contrôles internes effectués par le producteur de granulats.
En l’absence de granulats titulaires de la marque NF-Granulats, et d’un dossier carrière
permettant la qualification des granulats conformément aux prescriptions de la norme P 18-
542. les résultats de ces essais sont joints au dossier d’étude des bétons.
Justification de la possibilité d’utilisation des granulats :
Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l’entrepreneur doit intégrer dans le dossier
d’étude des bétons, tous les résultats des essais visés par les chapitres 5, ou 6, ou 8 des
« Recommandations pour la prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du LCPXC de
juin 1994, sont vérifiées.
Dans le cas de la reconduction d’une formule de béton, l’entrepreneur doit tout de même
réaliser ces essais, avant les épreuves de convenance.

Adjuvants

(art. 72.4 du fasc. 65A du CCTG, norme NF EN 934-2)

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 23 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Par dérogation au sous-article 72.4 du fascicule 65 A du CCTG, les adjuvants pour bétons
doivent être conformes à la norme NF EN 934-2 et titulaires de la marque NF-Adjuvants pour
bétons, mortiers et coulis – Produits de cure ou admis à une certification équivalente.

Eau de gâchage

(art. 53.2.2.2 et 72.3 du fasc. 65A du CCTG)


Par dérogation à l’article 72.3 du fascicule 65A du CCTEG, l’eau de gâchage satisfait aux
prescriptions de la norme NF EN 1008

Agrément de la formule

L’épreuve pourra être supprimée si la formule offre suffisamment de références d’emploi.

L’agrément de la formule pourra être donné dans ce cas après réception d’un dossier
technique détaillé reprenant l’ensemble des paragraphes précédents et la validité confirmée
par essais de convenances.

Dans le cas de béton prêts à l’emploi (BPE) préparés en usine, la centrale doit être titulaire
de la marque NF-Béton prêt à l’emploi, ou disposer d’une attestation de marque NF
(procédure particulière définie dans le règlement de certification de cette maque).
L’acceptation de la centrale est conditionnée par l’existence d’une capacité de stockage des
ciments et les granulats compatibles avec les exigences du chantier.
La fabrication des bétons de structure doit faire l’objet d’un suivi continu à partir d’un appareil
enregistreur de l’efficacité du malaxage, de type wattmètre enregistreur. Pour chaque gâchée
fabriquée, l’enregistrement correspondant est tenu à la disposition du maître d’œuvre
pendant toute la durée du chantier.
Chaque livraison de béton de structure est accompagnée du bordereau d’impression des
pesées qui est visé par l’entrepreneur dans le cadre du contrôle interne. Ce document est
également tenu à la disposition du maître d’ouvrage.

Mise en œuvre

Fascicule 6A du CCTG – Article 36.


Les massifs de fondation peuvent être coulés pleines fouilles.

L’enrobage sur toutes les faces des cages d’armatures sera au minimum de 4 cm. Cet
enrobage est porté à 7 cm en zone coulée en pleine fouille.

Ces cages d’armatures seront rigoureusement bloquées de telle façon à ne pas pouvoir
bouger durant le bétonnage.

Le serrage du béton se fera par vibration et conformément aux règles de l’art (article 36.2.2
du fascicule 65A du CCTG).

Aucun ajout d’eau n’est autorisé sur le chantier.

La cure des bétons est obligatoire. La procédure de cure sera soumise à l’agrément du maître
d’ouvrage.

3.4.3. Massifs

Les massifs de fondation ne devront pas dépasser du sol, tant pour des liaisons de sécurité que pour
des raisons esthétiques.

Pour chaque type de support, il est utilisé un massif type dont les dimensions ne dépendent que du
moment résistant du type de support employé, même si ce moment est supérieur à celui qui résulte
des panneaux réellement supportés.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 24 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les platines devront même être enterrées d’une profondeur variant suivant le modèle choisi de la
platine (en principe 0.20 m) ; un revêtement similaire à celui existant au pied du mât sera refait après
coulage du massif.

La fixation des mâts aux massifs se fera par demi-coquilles en fonte d’aluminium situé en dessous du
niveau de revêtement du sol.

3.4.3.1 Ferraillage du massif de fondation

Le ferraillage pour les massifs de fondation des portiques, potences et hauts mâts est défini et réalisé
conformément aux spécifications du BAEL 91, et les spécifications du fascicule 65-B Exécution des
ouvrages du Génie Civil de faible importance en béton armé. Des calculs doivent être produits pour
justifier les ferraillages vis-à-vis de tous les efforts, y compris les efforts de torsion.

Les articles B.6.4 et A.8.3 concernant respectivement le ferraillage minimal et le ferraillage de peau,
ainsi que l’article B.4.4.2 du fascicule 62, titre V sont appliqués.

Un schéma de principe de ferraillage est donné dans le Guide Technique du SETRA pour le
dimensionnement des massifs de fondations de portiques, potences et hauts mâts de novembre
1999.

Les principes retenus à l’article 5 pour les sections As4 et As5 ainsi que le schéma associé, sont
précisés comme suit :

• Les ferraillages minimaux ne dispensent pas d’une note de calcul de justification, car on peut
au contraire être amené, si besoin est, à disposer davantage d’aciers que n’en prévoit un
ferraillage minimal.
• Pour les cadres As4 (cadres transversaux), il est demandé une section minimale de 0.1% par
face et donc par brin, qui correspond en fait à la section d’armature de non fragilité du béton
en flexion (art. B.6.4 du BAEL). L’indication de l’article 5 du guide du SETRA pour le
« dimensionnement des massifs de fondations » (As4=AI/1000), doit être comprise en ce
sens que chacun des deux brins identiques du cadre doit avoir la section As4. En d’autres
termes, il est erroné d’additionner les sections des brins de deux faces pour comparer cette
somme à As4.
• Pour les cadres As5 (cadres de répartition), dont la fonction est la reprise des efforts de
traction dus aux ancrages. Ils doivent être répartis à proximité immédiate des ancrages pour
être pleinement efficaces. En dehors de cette zone, leur section peut être réduite.

3.4.3.2. Massifs pour PPHM : portiques et hauts-mâts définis par la norme XP P


98-550

Les extrémités des massifs de fondation devront dépasser du sol environnant d’une hauteur de 200
millimètres. Cette hauteur minimale est demandée afin d’assurer que les interfaces avec la structure
ne soient pas noyées dans les eaux polluées du bord de la route, qui constituent un environnement
extrêmement agressif équivalent à une ambiance marine au point de vue chimique notamment pour
le système d’ancrage.
Il est rappelé que la raideur des montants est de toute façon agressive en cas d’accident vis-à-vis des
véhicules et que la sécurité est réglementairement assurée par les glissières de sécurité. A cet égard,
la hauteur de 200 mm demandée est une hauteur maximale.

La face supérieure des massifs de fondation présentera dans le sens longitudinal une pente minimale
de quatre (4) pour cents. En vue en plan les angles du massif qui dépasse du sol seront arrondis
avec un rayon de 150 mm.

Les massifs de fondations doivent être positionnés à l’écart des fossés et ne doivent pas y constituer
des obstacles à l’écoulement de l’eau. Ces fossés doivent être busés et recouverts d’une plate-forme
de propreté et d’accès autour des massifs.

Le modelage périphérique devra assurer l’écoulement des eaux superficielles.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 25 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Les réseaux existants dans le sous-sol au droit d’un massif seront protégés par tout dispositif agréé
par les gérants des réseaux. Les prix des massifs tiennent compte de cette difficulté.

Ces massifs sont en béton armé et réalisés suivant le plan-type suivant :.

Les dispositions du schéma ci-dessus ne dispensent pas d’un dispositif de protection côté chaussée
conforme à la norme NF P 98-413 ; la longueur minimale de cette protection est de 56 mètres,
centrée sur l’axe du montant (paragraphe 3.1.3.1).
Les aciers utilisés pour le ferraillage des massifs respectent les spécifications du fascicule 65 A
Exécution des ouvrages de génie Civil en béton armé.
Il n’y a pas de reprise de bétonnage entre la partie supérieure coffrée du massif et la partie inférieure
qui peut être coulée à pleine fouille.

3.4.3.3. Protection des parties d’ouvrage en contact avec le béton

Toutes les parties d’ouvrages, embases des supports, potences et grands panneaux sur accotement,
en contact avec le béton des massifs de fondation doivent être peintes.

- Les ouvrages en acier reçoivent, outre la protection par galvanisation ou


métallisation, une couche de peinture.
- Les ouvrages en alliage d’aluminium reçoivent sur les faces situées au contact du
béton une couche de peinture.

Il est interdit de protéger par une peinture les parties d’ancrage scellées dans le béton.

Des dispositions spécifiques aux portiques potences et hauts-mâts définis par la norme XP P 98-550
sont prescrites au chapitre XIV.1.2.

3.5 MISEEN PLACEDESSTRUCTURES

Les différentes étapes de la pose seront réalisées en présence d’un représentant du maître d’œuvre.

3.5.1 Assemblage

3.5.1.1 Boulonnerie d'assemblage

La boulonnerie utilisée est celle fournie par le fabricant de l'ossature métallique et conforme aux
désignations et nuances fixées dans la note de calculs.

3.5.1.2 Positionnement des éléments

Le poseur doit respecter le repérage du fabricant pour l'assemblage des éléments.

3.5.1.3 Exécution des assemblages boulonnés

Les assemblages boulonnés doivent être réalisés conformément aux prescriptions du fabricant de
l'ossature métallique. Tous les boulons doivent comporter un système de freinage (contre-écrou, ...).

Dans le cas de boulonnerie inoxydable des précautions seront prises pour éviter les risques de
grippage de l'écrou sur la vis (voir notamment la norme NF E 25-035).

3.5.2 Levage

3.5.2.1 Choix du matériel de levage

Le matériel de levage est choisi en fonction de son rayon d'action et de ses caractéristiques limites.

3.5.2.2 Élingage

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 26 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Le dispositif d'élingage ne doit en aucun cas déformer ou blesser la structure ni la protection contre la
corrosion lorsqu'elle existe 7).

7) Il est recommandé de vérifier avant soulèvement complet de la structure, que l'équilibre des
masses est respecté et n'entraîne pas de difficulté de pose sur le(s) massif(s) d'ancrage.

3.5.2.3 Montage sur le(s) massif(s) d'ancrage

Le montage est exécuté conformément aux plans d'exécution et à la note de calculs. Dans le cas
d'emploi d'un mortier de calage, celui-ci doit être conforme aux normes XP P 18-821 et XP P 18-822.

La boulonnerie doit comporter un système de freinage (contre-écrou, ...).

3.5.3 Orientation des panneaux

Les panneaux à diodes ou fibres optiques qui ont un système de focalisation sur chaque point
lumineux sont très directifs et sont visibles si l’œil n’est pas déporté de quelques degrés de l’axe du
panneau. Ce cône de visibilité dépend des matériels utilisés. L’implantation doit être compatible avec
ce cône de visibilité. Les panneaux doivent être face au conducteur non seulement pendant toute la
durée de la lecture, mais encore en amont de cette zone de façon qu’il ait un impact visuel préalable
qui prépare sa lecture.

Les panneaux sur portiques, potences, haut-mâts seront inclinés de 5° de façon à assurer leur auto-
nettoyage.

3.5.4 Erreurs concernant les décors de panneaux

Lorsque des erreurs seront constatées in situ, les mentions erronées seront comparées aux mentions
figurant sur les plans. Dans le cas d’une erreur imputable au fournisseur, ce dernier assurera la
rectification des mentions erronées à ses frais en ce qui concerne la dépose, la rectification et la pose
des éléments en cause.

3.5.5 Barrières

L'entrepreneur devra placer les demi-barrieres automatiques de manière à ne pas constituer un


obstacle dangereux sur le bas côté de la chaussée.

Une nouvelle demi-barriere automatique sera posée en amont de l’entrée nord du nouveau tunnel.

La demi-barrière sud sera déplacée conformément aux plans du dossier.


Les massifs seront réalisés dans les mêmes conditions que ceux des portiques et potence. Ils devront
être équipés de fourreaux identiques pour le passage des câbles énergie et fibre optique

ARTICLE 4 CONDITIONS PARTICULIERES D'EXECUTION DES TRAVAUX

Les approvisionnements seront effectués à l'avancement selon les indications du maître d’œuvre.

Pendant l'exécution des travaux, et jusqu'à la réception de ceux-ci l'entrepreneur devra procéder en
temps utile, de sa propre initiative, à toutes les réparations qui apparaîtront comme nécessaires pour
assurer la sécurité et le confort de la circulation.

4.1 Contraintes de maintien de circulation

Les horaires de travaux seront liés aux contraintes de maintien de la circulation.

4.2 Signalisation des chantiers

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 27 / 36 03/07/ 2 0 1 4
Dans les zones intéressant la circulation sur la voie publique la signalisation sera réalisée par
l'entreprise.

4.3 Sécurité

Les ouvriers occupés isolément sur la voie publique pour un travail ne nécessitant pas l'emploi de
barrières, seront protégés par une signalisation et un dispositif réglementaire qui seront soumis à
l'accord du maître d’œuvre. Le personnel de l'entrepreneur travaillant sur les parties du chantier sous
circulation devra être doté d'un baudrier ou d'un gilet rétro réfléchissant.

Les parties latérales ou saillantes des véhicules opérant habituellement sur la chaussée à l'intérieur
du chantier seront marquées de bandes rouges et blanches rétro réfléchissantes.
Les véhicules et engins du chantier progressant lentement ou stationnant fréquemment sur la
chaussée devront être pourvus de feux spéciaux prévus à l'instruction Interministérielle sur la
signalisation routière.

4.4 Protection des fouilles

Obligation est faite à l'entrepreneur de protéger et de signaliser toutes les fouilles, celles-ci seront
blindées et protégées par des barrières de 1,20 m de hauteur jointives, dont les planches seront
peintes alternativement rouge et blanc, Cataphotes et éclairées de nuit ; de plus l'entrepreneur
fournira et entretiendra en bon état de fonctionnement des bornes à feux clignotants qui seront
disposées aux points pouvant constituer un danger.

Le maître d’œuvre pourra, lorsque les diverses dispositions imposées ne lui paraîtraient pas avoir été
correctement remplies, faire installer d'office et aux frais de l'entrepreneur, après injonction verbale
restée sans effet, tous gardiens, clôtures, signalisation, balises, lanternes et dispositifs
supplémentaires qu'il jugerait nécessaires.

Les dépenses entraînées par l'exécution des clauses ci-dessus sont à la charge de l'entrepreneur.

ARTICLE 5 ESSAIS ET CONTROLES

Les essais sur échantillons prélevés peuvent être réalisés en usine par le Laboratoire Régional des
Ponts et chaussées de Nice.

Ils seront conformes aux essais décrits au titre 3 du Cahier des Charges d'homologation des
panneaux de signalisation.

Dans le cas où les éléments fabriqués ou fournis ne répondraient pas aux prescriptions
d'homologation, l'ensemble de la fabrication du lot dont faisait partie l'élément, ou de la livraison
correspondante, est refusé.

Les ensembles mis en place avec des éléments du même lot de fabrication ne seront pas rémunérés,
une nouvelle fourniture sera alors effectuée par le fournisseur sans rémunération complémentaire.

L'entrepreneur devra fournir, à ses frais, les matériaux nécessaires aux essais de contrôle. Tous les
essais définis au présent C.C.T.P. et C.C.T.G. sont entièrement à la charge de l'entrepreneur.

Tout titrage portant une divergence de résultats entre essais effectués par le laboratoire de
l'entreprise et les essais que l'administration aurait pu faire effectuer de son côté, sera soumis aux
conclusions du L.C.P.C. qui seront retenues.

5.1 Contrôles

Les contrôles à intervenir porteront :

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 28 / 36 03/07/ 2 0 1 4
1°) En usine

Sur la nature des éléments fournis et sur leur homologation. Le maître d’œuvre vérifiera
que les divers éléments ayant fait l'objet d'un certificat d'homologation. Tout élément non
homologué sera immédiatement refusé, et devra être remplacé sans frais par le fournisseur.

2°) A la réception sur le chantier

Sur la qualité d'exécution du travail effectué. Le contrôle portera aussi bien sur la qualité
des éléments fabriqués en usine que sur la qualité d'exécution des travaux de mise en
place des ensembles de signalisation.

Le maître d’œuvre pourra faire remplacer aux frais de l'entreprise, tout élément défectueux.
Il pourra exiger une modification de la pose des ensembles en cas d'erreur d'implantation et
de défaut d'exécution des consignes données.

3°) Sur les mentions figurant sur les décors des panneaux

Les erreurs constatées seront relevées sur place. Les mentions erronées seront comparées
aux mentions figurant sur les plans de "décor" des panneaux. Dans le cas d'une erreur
imputable au fournisseur, ce dernier assurera la rectification des mentions erronées à ses
frais en ce qui concerne la dépose, la rectification et la repose des éléments en cause.

4°) Sur la dimension du panneau et du message

A la mise en service, le maître d'œuvre procédera aux vérifications de la visibilité


de nuit : rétro réflexion, luminance.

5.2 Essais

• Prescriptions générales :
Lors de la demande de réception, l’entrepreneur fournit les procès verbaux des essais privés
effectués pour la mise au point de l’installation. Au vu des résultats annoncés, le Maître
d’œuvre juge de l’opportunité d’effectuer la réception des installations.

Dans le mémoire technique annexés à son offre, l’entrepreneur doit préciser les moyens qu’il
compte mettre en œuvre lors des réceptions.

• Essais en usine :
Il est procédé en usine aux essais et simulation de fonctionnement de chacun des ensembles
mis en œuvre. Ces essais doivent permettre de tester l’ensemble des installations.

A cette occasion, l’entrepreneur doit fournir pour chaque essai des notices faisant la synthèse
des dispositions adaptées, explicitant le programme d’essai et les moyens mis en œuvre.

Il doit être procédé aux essais et vérifications suivantes (liste non exhaustive donnée à titra
d’exemple) :

Matières premières

- fourniture d’un certificat d’essais matière


- vérification des conditions particulières aux matériaux, et de leur concordance avec les
spécifications des normes correspondantes

Composants
- vérification de la conformité des plans
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 29 / 36 03/07/ 2 0 1 4
- note de dimensionnement des massifs
- vérification des calculs
- vérification et contrôle des panneaux à messages variables
- vérification du respect des couleurs et dimensions des textes

• Essais sur site :


Implantation : elle est vérifiée pour tous les équipements.
Télécommandes : elles sont vérifiées pour tous les équipements
Commandes locales : elles sont vérifiées pour tous les équipements
Contrôle : les retours d’état sont vérifiés pour tous les équipements

• Epreuves de contrôle des bétons :

Les bétons des massifs de fondation seront contrôlés.

L'épreuve de contrôle comprendra des essais de résistance à la compression à sept et vingt


huit jours, de résistance à la traction par flexion circulaire également à sept et vingt huit jours.

Le nombre minimal d'éprouvettes à prélever sera le suivant par ouvrage:

- essais de résistance à la compression et à la traction à sept jours : trois (3)


éprouvettes ;
- essais de résistance à la compression et à la traction à vingt huit jours : trois (3)
éprouvettes.

Si les granulats sont potentiellement réactifs (PR), l’épreuve de convenance intègre la


réalisation des essais visés par les chapitres 5, ou 6, ou 8 des « Recommandations pour la
prévention des désordres dus à l’alcali-réaction » du LCPC de juin 1994. La réalisation de ces
essais est à la charge de l’entrepreneur et les prélèvements seront effectués sur le site du
coulage du béton.

ARTICLE 7 FORMATION

7.1 Formation sur la maintenance

Au titre du présent marché, l’entrepreneur doit la formation sur la maintenance de trois agents ayant
un profil d’électricien. Cette formation aura lieu sur deux jours durant le mois suivant la réception. La
formation sera réalisée à Nice, à charge alors pour l’entrepreneur d’assurer la mise à disposition des
supports pédagogiques (éléments de PMV, ensembles et sous-ensembles, terminal de
maintenance…).

7.2 Formation sur le système d’exploitation au frontal de commande

7.2.1 Opérateur

Au titre du présent marché, l’entrepreneur doit la formation de dix agents ayant un profil
d’opérateur à l’utilisation du logiciel frontal. Cette formation aura lieu durant le mois suivant
la réception. La formation sera réalisée à Nice, à charge alors pour l’entrepreneur d’assurer
la mise à disposition des supports pédagogiques.

7.2.2 Administrateur

Au titre du présent marché, l’entrepreneur doit la formation de deux agents ayant un profil
de technicien et de responsable du service à l’administration du logiciel frontal. Cette
formation aura lieu durant le mois suivant la réception. La formation sera réalisée à Nice, à
charge alors pour l’entrepreneur d’assurer la mise à disposition des supports pédagogiques.
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 30 / 36 03/07/ 2 0 1 4
ARTICLE 8 PLAN ASSURANCE QUALITÉ

8.1 Dispositions générales


Dès réception de l’ordre de service, l’entrepreneur doit établir le projet complet et détaillé
des installations et le programme d’exécution des travaux.

Le projet doit comprendre :

- un document reprenant les descriptions des Cahiers des Clauses Techniques


Particulières (CCTP), en les complétant par l’indication claire, précise et détaillée des
dispositions adoptées par l’entrepreneur, donnant le détail des matériels prévus, avec leur
marque et leur type et fournissant des renseignements techniques et méthodologiques sur
la réalisation des travaux du présent marché,
- les plans avant pose et mémento de pose,
- le plan assurance qualité (PAQ) de type B

8.2 Plan Assurance Qualité

Un Plan Assurance Qualité (PAQ) doit être proposé par l’entreprise. Ce plan doit décrire les
méthodes et les moyens prévus pour assurer le contrôle et la qualité des prestations à
réaliser.
Ces contrôles à réaliser portent sur :

- la fabrication du matériel (panneaux, câbles, feux …)


- la réception du matériel (en usine et sur site)
- les fixations du matériel,
- les connexions du matériel,
- la pose du matériel

Toutes les procédures de contrôle doivent être décrites et une feuille de suivi de contrôle à
l’avancement des travaux doit être proposée au Maître d’œuvre.

Un dossier de contrôle qualité doit être remis au Maître d’œuvre à la fin des travaux et
retrace point par point tous les contrôles effectués en cours de chantier.

Ces contrôles doivent être réalisés, soit par le personnel interne de l’entreprise, soit par un
organisme compétant.

8.3 Programme d’exécution des travaux

Dans les délais prévus dans l’article 8.1 du CCAP, l’entrepreneur doit soumettre au Maître
d’œuvre un programme d’exécution faisant apparaître les opérations ci-dessous :

- établissement des plans avant pose et dossier d’approbation


- visa des plans avant pose par le Maître d’œuvre
- réception du matériel en usine
- livraison du matériel sur le chantier et réception
- travaux de pose du matériel
- essais de tous les équipements
- réception

L’entrepreneur est tenu responsable du respect du planning, notamment en ce qui concerne


l’exécution de la réception qu’il lui appartiendra de provoquer en temps utile.

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 31 / 36 03/07/ 2 0 1 4
L’attention de l’entrepreneur est attirée sur les sujétions de continuité d’exploitation routière
à assurer pendant les travaux (signalisation sous chantier adaptée).

8.4 Programme d’hygiène et de sécurité, installation de chantier

L’entrepreneur doit se conformer aux prescriptions du CCAP .

ARTICLE 9 PLANS DE RECOLEMENT

L’entrepreneur devra remettre au maître d’œuvre, dans les conditions fixées à la'rticle 9.5 du
CCAP,les plans des ouvrages et document informatisé, conformes à l'exécution ; ceux-ci
comporteront en particulier un plan portant les positions et les côtes précises de tous les éléments.
Les frais d'établissement et de reproduction sont à la charge de l'entrepreneur.Les plans de
recollement seront établis au 1/200 et remis au maître d’œuvre lors des opérations préalables à la
réception des travaux.
L'attention de l'entrepreneur est attirée sur le fait qu'aucun règlement définitif ne sera effectué tant
que les plans de recollement ne seront pas fournis au maître d’œuvre.Pour tout ouvrage, un dossier
doit être constitué et fourni par l'entrepreneur au maître d'oeuvre avant réception de l'ouvrage. Le
dossier d'ouvrage doit comporter :

• la note de calculs intégrant des renseignements signalétiques ;


• les caractéristiques ;
• un plan coté de l'ouvrage au format A3 maximum ;
• les caractéristiques géométriques des sections des profilés ;
• les définitions du système d'ancrage ;
• les prescriptions de serrage de la boulonnerie ;
• les dispositions concernant la protection anticorrosion ;
• les principes de fixation des équipements à supporter ;
• les comptes rendus des réunions de chantier ;
• la validation de la conformité des matériaux, des essais, mesures et constatations effectués
pendant les travaux, en usine et sur site ;
• le procès-verbal de réception complétera le dossier d'ouvrage.

Chaque ouvrage doit être identifié par une plaque inamovible ou une inscription indélébile, visible
après montage, positionnée sur un montant entre 1 m et 1,5 m de l'embase. Elle doit porter les
indications suivantes :

• nom et adresse du fabricant de la structure ;


• année de fabrication ;
• numéro de série.

Exemple de fiches
- portique simple
- potence

CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 32 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 33 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 34 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 35 / 36 03/07/ 2 0 1 4
CCTP-PMV
SGPRT/ETN Page 36 / 36 03/07/ 2 0 1 4

Vous aimerez peut-être aussi