Vous êtes sur la page 1sur 6

RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

REPUBLIQUE DE GUINEE
Travail – Justice - Solidarité

SHERBROOKE ACADEMY
Campus Conakry

Masater spécialisé  :
Management et Stratégie Financières des entreprises

Thème : relation entre les


banques primaires et les
taux d’intérêts
Réalisé par : Madame Hadja Kadiatou SOW

Encadré par : Dr. Mamadou Saidou BALDE

Année universitaire : 2021-2022


RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

TABLE DE MATIERES
I - PROBLEMATIQUE 
2 - DEFINIR LES TERMES SUIVANTS
La Banque 
- La banque secondaire 
- Le taux d’intérêt 
II - LES DETERMINANTS DU TAUX D’INTERET
1 - Les taux replacés dans des perspectives théoriques.
2 - Les différents types de taux d’intérêts
3 - Expliquer la relation entre banque primaire et taux d’intérêt
- Nous allons expliquer cette relation dans deux sens 
4 - CONCLUSION 
5 - RECOMMANDATION 
RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

INTRODUCTION 

Les premières traces d’activités bancaires remontent à la plus haute antiquité. En


Mésopotamie, 3000 ans avant J, C, les prêtres effectuaient des dépôts d’argent et
faisaient des prêts au souverain et aux marchands.
Dans la Grèce Antique, chaque cité grecque frappait sa propre monnaie. Il existait
donc déjà des activités de change. Mais ce sont surtout les romains qui ont développé
les activités bancaires (retraits et dépôts d’argent, mais aussi prêt avec intérêt). Ils ont
apporté une contribution importante à l’histoire de la banque en posant des bases
juridiques les opérations financières.
I - PROBLEMATIQUE 
Note sur l’accès au financement et les obstacles à la croissance des petites et moyennes
entreprises en République de Guinée publié par ENABEL, il ressort que les banques
proposent des taux d’intérêts moyen particulièrement élevés, estimés à 22% en
moyenne contre environ 7% pour les pays de l’UEMOA et entre 14% et 16% au
Libéria et en Sierra Leone. Les structures de financements ont aussi, une faible
capacitée d’analyse du potentiel des secteurs permettant de proposer des produits
adaptés. Le taux directeur de la banque centrale est élevé (12,5%) ce qui entraine des
charges opérationnelles significatives pour les institutions financières et les
entreprises.
Développement :
Plan : Dans un premier temps nous allons
 Définir les termes suivant (Banque, banque secondaire, taux d’intérêt)
 Donner les différents types de taux d’intérêt et les expliquer
 Expliquer la relation entre banque secondaire et taux d’intérêt

2 - DEFINIR LES TERMES SUIVANTS


- La Banque : est une institution qui joue le rôle d’intermédiaire, en mettant en
relation des personnes ayant de l’épargne avec d’autres ayant besoin d’emprunter.
- La banque secondaire : est un établissement commercial disposant d’un mandat
bancaire et ayant conclu un accord avec la banque centrale dans le but de prêter la
monnaie émise par cette dernière.
La banque centrale prête ainsi de l’argent aux banques primaires à un taux d’intérêt
déterminé et sur une période donnée.

Exemple de banque primaire : Ecobank, société générale……


RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

- Le taux d’intérêt : est un pourcentage qui permet de calculer la rémunération de la


banque en contrepartie du crédit octroyé à un emprunteur. Le taux d’intérêt varie avec
la durée du placement ou de l’emprunt. En principe plus le crédit est court (on parle de
crédit à court terme) et plus le taux d’intérêt est faible. Les crédits à court terme sont
inférieurs à 2 ans, les crédits à long terme sont d’une durée supérieure à 7 ans.

Le taux d’intérêt varie en fonction du délai de remboursement consenti à l’emprunteur.


En principe, il est d’autant plus élevé que la durée du prêt s’allonge. Il doit donc être
plus coûteux d’emprunter à vingt ans qu’à un mois, car le risque pris par le créancier
est plus important.
Cependant, il arrive que les taux courts soient supérieurs aux taux longs, car le taux à
long terme se déduit du taux à court terme anticipé. Effectivement, il est en principe
indifférent à un créancier de renouveler dix fois par exemple un placement annuel de
ses fonds que de les placer pendant dix ans.
De la sorte, si aujourd’hui les agents anticipent que le taux court restera le même
pendant dix ans, le taux long sera le même que le taux court. Mais si le créancier
anticipe une baisse future du taux à court terme, le taux à long terme (qui intègre les
anticipations à la baisse du taux court) pourra devenir inférieur au taux à court terme.
C’est ce qui s’est produit dans les années quatre-vingt dans les pays développés.
Aujourd’hui, la distinction entre les taux longs et les taux courts a moins de sens
qu’auparavant dans la mesure où la multiplication des instruments financiers offre la
possibilité aux acteurs de passer d’un marché à un autre.
II - LES DETERMINANTS DU TAUX D’INTERET
Les déterminants des taux les taux à court terme (moins d’un an) sont déterminés sur
le marché monétaire et résultent essentiellement de la politique conduite par la Banque
centrale. Ces taux représentent le prix que les banques commerciales doivent payer
pour se refinancer, c’est-à-dire obtenir la monnaie manuelle (billets notamment) dont
elles ont besoin.
C’est en vertu des considérations internes (crainte de l’inflation) et de plus en plus
externes que la Banque centrale fixe le niveau de taux « directeurs » sur le marché
interbancaire.
Ainsi le désir d’attirer des capitaux étrangers pour favoriser une appréciation de la
monnaie nationale sur le marché des changes ou l’obligation de suivre le niveau du
taux d’intérêt fixé sur les autres marchés monétaires influencent largement le niveau
de ces taux. Les taux à long terme sont en revanche fonction du marché des capitaux,
donc du rap- port entre l’épargne et l’investissement.
Si la demande de fonds prêtables excède l’offre, le taux d’intérêt à long terme va
augmenter.
RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

Il en est de même lorsqu’un épargnant cherche à se prémunir de l’inflation ; il exigera


un prix plus élevé pour l’épargne qu’il consent à mettre à la disposition de
l’emprunteur afin que le taux d’intérêt réel (résultant de l’écart entre le taux nominal et
la hausse des prix) soit suffisamment élevé

1 - Les taux replacés dans des perspectives théoriques.


Dans une perspective néoclassique, le taux d’intérêt est le prix résultant de la rencontre
entre l’offre et la demande de fonds prêtables.
Ce prix permet l’ajustement entre l’investissement et l’épargne. Celle-ci est d’autant
plus élevée que le taux d’intérêt l’est aussi, car les agents économiques préfèrent
consommer aujourd’hui plutôt que dans un avenir incertain.
Le taux d’intérêt rémunère donc l’abstinence en même temps qu’il sélectionne les
projets d’investissement les plus rentables. En effet, la demande de fonds des unités de
production dépend de la productivité marginale du capital, c’est-à-dire du revenu
additionnel obtenu par l’investissement.
Tant que cette productivité est supérieure au taux d’intérêt, la demande de fonds
s’accroît. Dans l’approche keynésienne, en revanche, le taux d’intérêt ne permet pas
d’égaliser l’épargne et l’investissement, car l’épargne est la partie du revenu non
consommé (c’est un résidu). Ainsi l’épargne sera-t-elle d’autant plus élevée que le
revenu le sera.
Le taux d’intérêt, déterminé sur le marché de la monnaie, a alors pour fonction de
rémunérer les agents économiques renonçant à la liquidité (aux avoirs monétaires
immédiats).
2 - Les différents types de taux d’intérêts
Le taux fixe : l’emprunteur bénéficie d’un taux qui ne change pas durant toute la durée
du remboursement. De cette manière, il peut connaitre dès la signature du contrat le
montant total qu’il va rembourser à la banque. Le taux fixé est le moins risqué parmi
les différents types de taux.
Le taux variable : il est l’exact contraire du taux fixe, car même s’il est moins élevé, il
n’en est pas moins plus risqué pour l’emprunteur. Le principe de fonctionnement du
taux variable repose sur la révision de sa valeur d’une façon annuelle. Celle-ci est
réajustée à la hausse ou à la baisse en fonction de la variation du taux.

3 - Expliquer la relation entre banque primaire et taux d’intérêt


RELATION ENTRE TAUX D’INTERET ET BANQUE PRIMAIRE 2021- 2022

- Nous allons expliquer cette relation dans deux sens :


D’une part il y’a le taux que la banque verse aux clients et de l’autre part il y’a le taux
que la banque prélève sur le client.
La banque verse un taux d’intérêt au client dans le cas où ce dernier à un compte
épargne ou un placement à terme c’est-à-dire un compte bloqué (il négocie avec la
banque les paramètres de taux, de durée et de montant) ou encore un dépôt à vue qui
est comme le placement à terme mais la seule différence le client peut retirer son
argent à tout moment.
La banque perçoit un taux d’intérêt sur le client lorsqu’il lui octroie un crédit (court ou
à long terme), les découverts.
Le rapport entre les deux est que la banque dans sa mission d’intermédiation entre les
épargnants et les investisseurs, collecte des épargnants moyennant un taux d’intérêt en
guise de rémunération des montants collectés puis prête aux investisseurs dans le
besoin moyennant une rémunération de ceux-ci. La banque rémunère l’épargne
collectée à des taux qui n’excèdent pas 10% sur la place bancaire et elle octroie des
crédits à des taux qui se situent aux alentours de 18% à 22%.
Les influences sur l’épargne, la consommation, l’investissement et le taux de change
Plus le coût des emprunts est faible et plus grand est le nombre des projets
d’investissement rentables. Une baisse des taux d’intérêt a par conséquent tendance à
stimuler l’investissement au détriment des placements financiers. Des taux
d’intérêt faibles permettent aussi aux entreprises d’emprunter et de profiter de l’effet
de levier, c’est-à dire d’une amélioration de leur rentabilité économique par
l’endettement. La faiblesse des taux d’intérêt agit aussi sur la compétitivité-prix des
entreprises, car elle dissuade les placements en monnaie nationale et provoque une
fuite de capitaux qui en affaiblit le cours. Cependant, elle rend le crédit plus facile et
alimente l’inflation. De plus, elle enchérit le coût des importations et décourage
l’épargne. Or, cette dernière finance l’investissement
4 - CONCLUSION 
Aux vues de la relation banque et taux d’intérêt il ressort clairement une grande
différence entre les taux de rémunérations accordés aux épargnants et ceux demandés
aux clients.
5 - RECOMMANDATION 
Revoir à la baisse le taux d’intérêt sur les clients

Vous aimerez peut-être aussi