Vous êtes sur la page 1sur 75

Cours de Gestion et Analyse financière Economie

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE DE GUINEE


ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Travail-Justice-Solidarité

INSTITUT SUPERIEUR DE FORMATION A DISTANCE


B.P : 1961 Conakry Tél. : (224) 64 43 73 78 Email : isfad_gn_dgae@yahoo.fr

GESTION ET ANALYSE FINANCIERE

ANNEE UNIVERSITAIRE 200… - 200…

Economie

Cours préparé par :


DIALLO Amadou Oury Kolangui, Economiste
Enseignant-Chercheur à l’ISFAD Tél. 62 17 36 89

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 1/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Email : amadoukol@yahoo.fr

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 2/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

TABLE DES MATIERES


TABLE DES MATIERES.....................................................................................................2
SOMMAIRE..........................................................................................................................5
INTRODUCTION GENERALE...........................................................................................6
PREMIERE PARTIE : COURS D’ANALYSE FINANCIERE............................................7
Introduction :......................................................................................................................7
SEQUENCE 1 : PRESENTATION DE L’ANALYSE FINANCIERE : CAS DE SYSCOA.
................................................................................................................................................8
1. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE..............................................................................8
Objectif général :............................................................................................................8
Objectifs spécifiques :....................................................................................................8
1. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES......................................................................8
1. 2. 1 Objectifs de l’analyse financière....................................................................8
1. 2. 2 Outils et méthodologie de l’analyse financière :............................................8
1. 2. 3 Caractéristiques du modèle d’analyse financière SYSCOA :........................9
1. 2. 4 Les étapes de l’analyse financière SYSCOA :.............................................10
1. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................11
1. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................11
SEQUENCE 2 : PRESENTATION, ETUDE ET ANALYSE DU BILAN........................12
2. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................12
Objectif général :..........................................................................................................12
Objectifs spécifiques :..................................................................................................12
2. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................12
2. 2. 1 Présentation..................................................................................................12
2. 2. 2 Masses du bilan : Classification...................................................................12
2. 2. 3 Combinaisons de l’approche financière et de l’approche économique........13
2. 3 RECAPITULONS.....................................................................................................15
2. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................15
SEQUENCE 3 : RETRAITEMENTS ET RECLASSEMENTS DU BILAN COMPTABLE
AU BILAN FONCTIONNEL..............................................................................................16
3. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................16
Objectif général :..........................................................................................................16
Objectifs spécifiques :..................................................................................................16
3. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................16
3. 2. 1 Généralités....................................................................................................16
3. 2. 2 Les masses selon le SYSCOA......................................................................17
3. 2. 3 Les Retraitements du bilan fonctionnel selon SYSCOA.............................17
3. 2. 4 Les Ratios.....................................................................................................20
3. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................21
3. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................21
SEQUENCE 4 : ETUDES DES AGREGATS DE L’EQUILIBRE FONCTIONNEL.......23
Objectif général :..........................................................................................................23
Objectifs spécifiques :..................................................................................................23
4. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................23
4. 2. 1 Le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) :............................................23
4. 2. 2 Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)...................................................24
4. 2. 3 La Trésorerie  (TN)......................................................................................25
4. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................25

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 3/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

4. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................26
SEQUENCE 5 : RETRAITEMENTS ET RECLASSEMENTS DU BILAN COMPTABLE
AU BILAN FINANCIER....................................................................................................27
5. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................27
Objectif général :..........................................................................................................27
Objectifs spécifiques :..................................................................................................27
5. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................27
5. 2. 1 Principe d’évaluation des postes du bilan de liquidité.................................27
5. 2. 2 Les Retraitements.........................................................................................28
5. 2. 3 Les Agrégats du bilan financier...................................................................29
5. 2. 3 Ratios du bilan financier..............................................................................29
5. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................30
5. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................30
SEQUENCE 6 : LES RATIOS............................................................................................31
6. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................31
Objectif général :..........................................................................................................31
Objectifs spécifiques :..................................................................................................31
6. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................32
6. 2. 1 Généralités....................................................................................................32
6. 2. 2 Différents types de Ratio..............................................................................32
6. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................35
6. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................35
SEQUENCE 7 : LES ELEMENTS DE PREVISION : LE BESOIN DE FINANCEMENT
OU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT NORMATIF..............................................37
7. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................37
Objectif général :..........................................................................................................37
Objectifs spécifiques :..................................................................................................37
7. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................37
7. 2. 1 Généralités....................................................................................................37
7. 2. 2 Principes de calcul........................................................................................37
7. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................39
7. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................39
SEQUENCE 8 : L’ANALYSE DU COMPTE DE RESULTAT.........................................40
8. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................40
Objectif général :..........................................................................................................40
Objectifs spécifiques :..................................................................................................40
8. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................40
8. 2. 1 Présentation..................................................................................................40
8. 2. 2 Détermination des soldes significatifs de gestion........................................40
8. 2. 3 Revenus et Trésorerie...................................................................................41
8. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................42
8. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................43
DEUXIEME PARTIE : COURS DE GESTION FINANCIERE........................................44
Introduction :....................................................................................................................44
SEQUENCE 1 : CHOIX DES INVESTISSEMENTS ET DES FINANCEMENTS..........45
1. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................45
Objectif général :..........................................................................................................45
Objectifs spécifiques :..................................................................................................45
1. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................45

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 4/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

1. 2. 1 Généralités.........................................................................................................45
1. 2. 2 Les Principaux critères de sélection..................................................................47
1. 2. 3 Le choix entre plusieurs modalités de financement pour un même projet
d’investissement...........................................................................................................47
1. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................49
1. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................49
SEQUENCE 2 : LE PLAN DE FINANCEMENT..............................................................50
2. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................50
Objectif général :..........................................................................................................50
Objectifs spécifiques :..................................................................................................50
2. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................50
2. 2. 1 Généralités.........................................................................................................50
2. 2. 2 Construction ou Structure du plan de financement...........................................50
2. 2. 3 Etapes de l’élaboration d’un plan de financement............................................51
2. 2. 4 L’équilibre du plan de financement..................................................................51
2. 2. 5 Contrôle du plan de financement......................................................................52
2. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................52
2. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................52
SEQUENCE 3 : L’ANALYSE ECONOMIQUE DE LA TRESORERIE : TRESORERIE
ET BUDGET DE TRESORERIE........................................................................................54
3. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE............................................................................54
Objectif général :..........................................................................................................54
Objectifs spécifiques :..................................................................................................54
3. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES....................................................................54
3. 2. 1 Généralités.........................................................................................................54
3. 2. 2 Excédent de trésorerie d’exploitation (ETE).....................................................54
3. 2. 3 Budget de trésorerie..........................................................................................55
3. 3 RECAPITULONS :...................................................................................................56
3. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION...................................................................56
CONCLUSION GENERALE..............................................................................................58
BIBLIOGRAPHIE...............................................................................................................59
ANNEXE.............................................................................................................................60
GLOSSAIRE........................................................................................................................60
CORRIGE DES EXERCICES SUR LA PREMIERE PARTIE..........................................62
CORRIGE DES EXERCICES SUR LA DEUXIEME PARTIE.........................................70

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 5/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SOMMAIRE
Ce document est le support pédagogique du cours de Gestion et Analyse financière. Il
comporte des parties laissées en blanc pour que les étudiants puissent introduire eux-
mêmes les exemples et les corrections des exercices traités en cours.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 6/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

INTRODUCTION GENERALE
La Gestion et analyse financière (GAF) sont des moyens techniques dans le domaine
financier permettant d’enrichir les propriétaires d’une entreprise. Ils consistent à utiliser les
ressources limitées d’un agent économique (une entreprise) de façon la plus efficace afin
de maximiser sa richesse ou sa satisfaction.
-objectifs : Les outils de la GAF permettent notamment de juger de la rentabilité des
investissements à court et long terme et de vérifier que les équilibres garantissant la
pérennité d’une entreprise sont respectés.
La GAF permet également de prendre les décisions financières, de déterminer la liquidité,
la solvabilité et la rentabilité d’une entreprise.
-la liquidité : c’est la capacité pour une entreprise de transformer son actif en argent.
-la solvabilité : c’est la capacité pour une entreprise de faire face à ses engagements à
l’échéance.
-la rentabilité : c’est le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus des
moyens.
La GAF est considérée par beaucoup de spécialistes comme étant constituée de trois
disciplines : l’analyse financière, la gestion financière et les mathématiques financières. Et
chacune de ces disciplines est composée à son tour d’un certain nombre de chapitres.
Cependant nous avons conçu ce document en deux grandes parties : la première partie sera
consacrée à l’analyse financière, la seconde à la gestion financière.
L’autre partie (la partie mathématique financière), pour des soucis pédagogiques, ne sera
pas traitée dans ce présent ouvrage.
Le programme de gestion financière étant considérable et ambigu en termes de contenus
cet ouvrage ne peut donc traiter tous ses aspects ; mais les utilisateurs y trouveront les
moyens nécessaires pour apprécier et suivre l’activité de l’entreprise.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 7/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

PREMIERE PARTIE : COURS D’ANALYSE FINANCIERE 


Introduction :
L’analyse financière permet de connaître la situation financière d’une entreprise (activité,
performances réalisées, structure financière), de l’interpréter, d’effectuer des comparaisons
afin de prendre les bonnes décisions. Lorsque les personnes qui traitent avec l’entreprise
dans le cadre des opérations commerciales (clients et fournisseurs) ou financières
(banquiers et autres créanciers) veulent juger l’activité de l’entreprise si elle a été bonne ou
mauvaise, ils se réfèrent à ses comptes annuels (bilan, compte de résultat, TAFIRE et Etats
annexés) : ce sont les documents de base de l’analyse financière.
En effet, le banquier qui accorde des crédits à une entreprise doit pouvoir déterminer
comment elle sera remboursée, le fournisseur doit s’assurer que ses factures pourront être
réglées, l’acheteur de titres ou le spécialiste en bourse, que le cours des titres va progresser
en sa faveur et les associés s’interrogent si les dividendes pourront couvrir les dépenses
prévues.
Depuis l’avènement du SYSCOA (1998) devant régir les activités économiques,
financières et juridiques des Etats de l’UEMOA, l’analyse financière a pris une dimension
différente de celles des anciens systèmes comptables (PCI,….).
Faut il rappeler que l’analyse financière traditionnelle était principalement axée sur l’étude
des ratios pour analyser la solvabilité et la rentabilité d’une entreprise.
Aujourd’hui l’analyse financière, comme le SYSCOA, ne définit aucune méthode
normalisée au plan international, à la différence des états financiers.
Ainsi l’ensemble des connaissances (le savoir) nécessaires à la compréhension des
techniques à mettre en œuvre pour étudier l’activité, la rentabilité et le financement de
l’entreprise est présenté sous la forme de synthèses structurées consacrées :
 à la présentation de l’analyse financière : SYSCOA ;
 à l’analyse fonctionnelle du bilan (FRNG, BFR, Trésorerie) ;
 à l’analyse financière du bilan ;
 à l’analyse de l’activité (SIG, CAF, compte de résultat différentiel, seuil de
rentabilité) ;
 aux ratios.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 8/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 1 : PRESENTATION DE L’ANALYSE FINANCIERE :


CAS DE SYSCOA.
1. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence vous devez être en mesure de présenter l’analyse financière
SYSCOA.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 définir les documents de base de l’analyse financière SYSCOA ;
 dégager les objectifs de l’analyse financière SYSCOA ;
 citer les grandes étapes de l’analyse financière SYSCOA.

1. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


L’analyse financière est l’étude de l’activité, de la rentabilité et du financement de
l’entreprise :
 soit à posteriori (données historiques et présentes) ;
 soit à priori (prévisions).
Cette analyse est faite à l’aide des documents définis par le SYSCOA en conformité avec
les règles internationales en la matière dans le fond et dans la forme.
-dans le fond, l’analyse financière doit pouvoir respecter les principes comptables
fondamentaux tels qu’ils sont définis par le SYSCOA ;
-dans la forme, cette analyse porte essentiellement sur le bilan, le compte de résultat, le
TAFIRE, les documents annexes et les Etats supplémentaires.
1. 2. 1 Objectifs de l’analyse financière 
En dépit de son objectif général qui est la recherche d’une maximisation et d’une
rentabilisation de la valeur d’une entreprise, l’analyse financière permet de :
-dégager des résultats, des marges, des ratios, et de les apprécier ;
-donner des informations :
 sur l’évolution de l’activité ;
 sur l’évolution de la structure financière ;
 sur les performances réalisées.
-interpréter ces informations ;
-effectuer des comparaisons : entre le passé ; le présent et l’avenir d’une entreprise,
d’autres entreprises qui exercent la même activité.
L’analyse financière est un instrument d’aide à la prise de décision en répondant aux
questions :
-l’entreprise est elle rentable ?
-sa structure financière est-elle équilibrée ?
-quels sont les points forts, les points faibles et les potentiels de l’entreprise ?
1. 2. 2 Outils et méthodologie de l’analyse financière :
a)-Outils de l’analyse financière :
L’analyse financière observée selon l’approche SYSCOA est une analyse à la fois
économique et financière et s’intéresse à tous les aspects de l’entreprise.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 9/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Ainsi donc, selon le système choisi, les documents de base utilisés sont :
-système normal : composé du bilan, compte de résultat, tableau financier des ressources
et des emplois, l’état annexé et l’état supplémentaire,…..
-système allégé : constitué du bilan, compte de résultat et l’état annexé ;
-système minimal de trésorerie : composé des recettes et dépenses dégageant le résultat.
Toute fois il faut signaler qu’il est important d’utiliser des informations extra-comptables
(hors comptabilité) pour un bon diagnostic financier.
b)-Méthodologie de l’analyse financière : cas SYSCOA
Sur le plan international aucune méthode normalisée d’analyse financière prête à être
utilisée par toutes les entreprises n’existe.
Une analyse financière, qu’elle soit faite pour les besoins internes d’une entreprise
(appréciation de la solvabilité, mesure de la rentabilité des capitaux investis) ou pour des
besoins externes (obtention d’un prêt, cotation en bourse…) est toujours précédée d’un
diagnostic financier dont les objectifs sont :
 appréciation de la solvabilité ;
 mesure des performances économiques et financières ;
 appréciation des équilibres financiers ;
 appréciation des risques encourus par l’entreprise.

Entreprise
-Identification des signes
-Identification des symptômes.

-analyse du capital économique


-analyse des performances
-analyse des équilibres
-étude de la solvabilité
-

Diagnostic
-appréciation de la situation
-identification des causes

Pronostic thérapeutique
-recommandations
-conseils et remèdes

1. 2. 3 Caractéristiques du modèle d’analyse financière SYSCOA :


Le SYSCOA ne propose pas une méthode-type d’analyse financière, mais utilise une
double approche dans sa conception.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 10/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

-Une approche bilan basée sur l’évaluation de la structure de l’entreprise : c’est l’analyse
classique du bilan qui met en évidence les différents modes de financement de l’entreprise
ainsi que son équilibre, mais complété par une analyse du capital économique de
l’entreprise (équipement productif, moyens humains, besoins de financement,…).
-Une seconde approche basée sur l’évaluation des performances économiques et
financières réalisées par l’entreprise : une étude analytique du résultat et de la capacité de
l’entreprise à s’autofinancer.
L’analyse financière que nous proposons est à la fois statique (bilan et compte de résultat)
et dynamique (bilan, compte de résultat, et TAFIRE).
1. 2. 4 Les étapes de l’analyse financière SYSCOA :
Si l’on désire comprendre l’analyse financière SYSCOA, il faut connaître les étapes
successives et le contenu de chacune de ces étapes :
Etape 1 : étude des moyens économiques mis en œuvre par l’entreprise
Il s’agit d’évaluer le potentiel de production de l’entreprise (moyens techniques et
humains). Ceci doit aboutir au calcul et à l’appréciation du ratio d’équipement par salarié.
Il s’agit aussi d’évaluer son besoin de financement.
On doit alors évaluer :
-l’équipement productif utilisé ;
-l’équipement moyen utilisé ;
-le besoin de financement d’exploitation et global (BFE, BFG) ;
-le capital économique.
Etape 2 : étude de l’activité et des performances économiques de l’entreprise 
Cette étape consiste à apprécier les résultats réalisés par l’entreprise. Pour cela il faut
calculer les éléments suivants :
-le chiffre d’affaires ;
-les marges brutes ;
-la production économique brute ;
-la valeur ajoutée ;
-l’excédent brut d’exploitation ;
-le résultat d’exploitation.
Etape 3 : étude des performances financières de l’entreprise
Cette étape exige que l’on calcule et apprécie les éléments liés au financement de
l’entreprise qui sont :
-la capacité d’autofinancement global (CAFG) ;
-l’autofinancement (AF) ;
-l’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE) ;
-les charges financières supportées (net des produits financiers)
-le résultat avant et après l’impôt ;
-les dividendes distribuées ;
-la rentabilité économique et financière.
Etape 4 : étude des équilibres financiers de l’entreprise
La structure du financement et de l’équilibre financier de l’entreprise est mise en évidence
dans cette étape. Les grandeurs, caractéristiques et les ratios suivants sont calculés puis
appréciés :
-financement propre ;
-dettes financières ;
-financement stable ;
-crédits de trésorerie ;

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 11/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

-ratios d’équilibre financier ;


-fonds de roulement net ;
-besoin de financement global ;
-trésorerie nette.
Etape 5 : dynamique économique et financière de l’entreprise
C’est une étude évolutive du financement de l’entreprise effectuée à partir d’un tableau de
financement appelé dans le SYSCOA tableau financier des ressources et des emplois
(TAFIRE). Ce tableau permet d’apprécier :
-l’évolution de l’ETE ;
-l’évolution du BFE ;
-l’évolution des équilibres financiers.
1. 3 RECAPITULONS :

Pour étudier l’activité, la rentabilité et le financement de l’entreprise l’analyse


financière doit non seulement respecter les principes comptables SYSCOA
mais aussi se référer aux comptes annuels (le bilan, le compte de résultat, les
documents annexes, …). Pour atteindre son objectif il est important pour elle
d’utiliser les informations aussi comptables qu’extracomptables. L’analyse
financière SYSCOA, qui est à la fois statique et dynamique, comprend cinq
étapes qui sont:l’étude des moyens économiques mis en œuvre par l’entreprise,
l’étude de l’activité et des performances économiques de l’entreprise, l’étude
des performances financières de l’entreprise, l’étude des équilibres financiers
de l’entreprise et dynamique économique et financière de l’entreprise.

1. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
1-Quels sont les documents de base de l’analyse financière ?
2-Pourquoi dit-on que l’analyse financière est un instrument d’aide à la prise de décision ?
3-Citer les étapes de l’analyse financière SYSCOA.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 12/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 2 : PRESENTATION, ETUDE ET ANALYSE DU BILAN


2. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence vous devez être en mesure de faire l’analyse comptable du
bilan.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 distinguer les différentes parties du bilan (Actif et Passif);
 classer les postes du bilan suivant les trois approches principales ;
 détailler les grandes rubriques du Passif et de l’Actif.

2. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


2. 2. 1 Présentation
Le bilan est, pour une entreprise, l’état à une date donnée de ses éléments d’actifs et de ses
éléments passifs.
-le passif du bilan regroupe les ressources : ces ressources ont une triple origine :
 celles qui ont été fournies par l’exploitant ou par les associés à l’entreprise. Ces
ressources qui y sont fournies maintenues de façon durable constituent le capital (qui existe
depuis la création de l’entreprise).
 celles qui sont mises à la disposition de l’entreprise par les tiers (créanciers, prêteurs,
fournisseurs) et qui doivent être restituées aux propriétaires à plus ou moins longue
échéance. Elles sont appelées <<dettes>>.
 enfin d’autres ont été créées par l’entreprise elle-même, ce sont les profits qui ont été
générés par son activité et mis à sa disposition.
Ainsi nous pouvons regrouper ces ressources en Ressources externes (capital + dettes)
et internes (profits).
-l’actif du bilan regroupe l’emploi des ressources : c'est-à-dire comment sont réparties les
diverses ressources indiquées au passif. Ce sont principalement :
 les biens utilisés de façon durable dans l’entreprise : Exemple : Terrain, Matériel de
transport ;
 les stocks de marchandise ;
 les créances : c'est-à-dire les crédits accordés aux clients ;
 les disponibilités utilisées pour faire face aux dépenses courantes et aux remboursements
des dettes.
2. 2. 2 Masses du bilan : Classification
Pour faciliter la lecture du bilan, les comparaisons entre eux, les éléments du passif et de
l’actif sont regroupés en <<rubriques>> ou <<grandes masses>>. Ces rubriques peuvent
être énumérées selon des critères variés : les trois (3) principales approches sont les
suivantes :
a)-Approche juridique : selon cette approche on distingue :
-à l’actif : les biens (droits réels), des créances (droits personnels), car la nature juridique
de ces droits est bien différente ;
-au passif, les capitaux propres d’une part, les dettes d’autre part.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 13/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Capitaux propres
biens
Bilan dans une optique juridique
créances dettes

b)-Approche économique et de gestion : la distinction essentielle est celle de


l’investissement-financement d’une part, de l’exploitation d’autre part.

Investissements Capitaux propres


Actif d’exploitation Dettes dont
Bilan dans une optique de gestion (stocks, créances, liquidités) ………………
Dettes d’exploitation

c)-Approche financière : dans cette optique, le temps joue un rôle capital (problème de
l’équilibre des flux) d’où un classement :
-à l’actif par <<liquidité croissante (ou décroissante)>>
-au passif par <<exigibilité croissante (ou décroissante)>>

Actifs durables Capitaux permanents


Actifs réalisables (à long terme)
Actifs disponibles Dettes à moyen terme
Bilan dans une optique financière Dettes à court terme

Liquidité Exigibilité
croissante croissante

2. 2. 3 Combinaisons de l’approche financière et de l’approche économique


Dans la plupart des entreprises et notamment les PME, l’approche économique et
l’approche financière coïncident fortement, surtout lorsque le cycle d’exploitation n’est pas
de longue durée (≤1an). Ce qui est d’ailleurs le cas le plus fréquent. C’est pourquoi le plan
SYSCOA a cherché à concilier ces deux approches qui nous conduisent à un schéma de
bilan qu’il est bon de connaître, car il illustre la nature des différentes masses du bilan :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 14/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Structure simplifiée du bilan

ACTIF (EMPLOIS) PASSIF (RESSOURCES)


ACTIF-IMMOBILISE CAPITAUX PROPRES
 Charges immobilisées  Capital
 Immobilisations incorporelles  Résultat
 Immobilisations corporelles  Dettes financières assimilées
 Avances et acomptes versés sur immob.  Emprunts et dettes financières
 Immobilisations financières
ACTIF-CIRCULANT PASSIF CIRCULANT
 Stocks  Dettes d’exploitation
 Créances
TRESORERIE-ACTIF TRESORERIE –PASSIF
 Disponibilités  Dettes diverses
 Ecart de conversion-actif  Ecart de conversion-Passif

On vérifie toujours l’égalité fondamentale : Total Actif = Total Passif

Détails sur la structure du tableau :


-Pour les grandes rubriques de l’actif du bilan :
1-Actif immobilisé : qui représente les biens ou droits qui ont pour vocation de rester
durablement dans l’entreprise et qui regroupe quatre groupes d’éléments :
 charges immobilisées : ce sont par exemple (frais de constitution, de publicité, de
lancement) ;
 immobilisations incorporelles : ce sont des biens ou droits qui ne constituent pas des
objets matériels : fonds de commerce, brevet, licences, marques,…
 immobilisations corporelles : ce sont des biens qui représentent des droits réels portant
sur des choses : Exemple : Terrain, Matériels,….
 immobilisations financières : créances sur des Tiers, autres que les clients (prêts au
personnel et titres de participation par exemple).
2-Actif circulant : ensemble des biens ou droits qui, en raison de leur destination ou de
leur nature, n’ont pas vocation de rester durablement dans l’entreprise. Il s’agit de :
 stocks et encours : représentant les emplois, en biens et services, de valeurs
d’exploitation destinées à être revendues, ou consommées dans l’entreprise. Ce sont :
-approvisionnement : matières premières, fournitures diverses destinées à la production ou
consommées dans l’entreprise (pour les entreprises industrielles);
-marchandises : destinées à la vente (pour les entreprises commerciales) ;
-en cours : de biens ou de services produits et travaux en voie de transformation mais non
achevés, donc non inscrits dans ces stocks de produits finis (ou intermédiaires), et non
vendus ;
-produits intermédiaires : biens et services utilisés pour produire d’autres biens ou
services ;
-produits finis : objets dont la fabrication est achevée et qu’il reste à commercialiser.
● créances : crédits accordés aux clients (créances-clients) et avances accordées aux
fournisseurs (avances et acomptes versés).

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 15/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

● disponibilités : ce sont des avoirs en banque et aux CCP, espèces en caisse.

-Pour les grandes rubriques du passif du bilan :


1-Les capitaux propres : qui comprennent des sommes qui ne sont pas dues à des
créanciers à la date du bilan et qui de ce fait appartiennent au(x) propriétaire(s) de
l’entreprise.
● capital individuel : (entreprise individuelle) ou social (sociétés).
● réserves : bénéfices des exercices antérieurs conservés en autofinancement.
● compte de l’exploitant : qui enregistre les flux observés entre l’entreprise et la personne
privée de l’exploitant.
● report à nouveau : qui comprend :
-report à nouveau créditeur : bénéfices reportés dans l’attente d’une décision définitive de
distribution ou de mise en réserve, à la fin de l’exercice suivant.
-report à nouveau débiteur : pertes des exercices antérieurs reportés dans l’attente
d’éventuels bénéfices les compensant.
● résultat de l’exercice : bénéfice ou perte.
2-Dettes : qui sont des sommes dues à des Tiers créanciers de l’entreprise.
● dettes à long et moyen terme : constituées des dettes à plus d’un an.
● dettes à court terme : dettes à moins d’un an.

2. 3 RECAPITULONS
Le bilan comptable est élaboré à partir des renseignements obtenus de la comptabilité
générale. Trois approches principales permettent de distinguer les postes du bilan, ce sont :
l’approche juridique, l’approche économique et l’approche financière. Le plan SYSCOA
en ce qui le concerne, est la combinaison de deux approches : financière et économique.
Les grandes rubriques de l’actif du bilan sont l’actif immobilisé et l’actif circulant.
Tandisque celles de passif du bilan sont les capitaux propres et les dettes.

2. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Faites la comparaison des différentes approches du bilan.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 16/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 3 : RETRAITEMENTS ET RECLASSEMENTS DU


BILAN COMPTABLE AU BILAN FONCTIONNEL.
3. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence vous devez être en mesure de comprendre comment on
construit le bilan fonctionnel à partir du bilan comptable.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 comprendre le rôle du bilan fonctionnel ;
 connaître les retraitements et reclassements à opérer sur les postes du bilan
comptable ;
 présenter le bilan fonctionnel condensé SYSCOA.

3. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


3. 2. 1 Généralités
Le bilan comptable est l’outil de base de l’analyse financière. Cependant il est nécessaire
de retraiter les éléments constitutifs du bilan comptable pour permettre.

Une analyse économique

Les postes sont classés en masses homogènes d’après leur fonction respective

Bilan fonctionnel

Le Bilan fonctionnel : un bilan fonctionnel est un bilan organisé de façon à expliquer le


fonctionnement d’une entreprise. Son rôle est :
-d’apprécier : la structure financière de l’entreprise ;
-d’évaluer : les besoins financiers et le type de ressources dont dispose l’entreprise ;
-de déterminer : les équilibres entre les différentes masses ;
-de calculer : la marge de sécurité financière de l’entreprise ;
-de permettre : la prise de décision.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 17/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

3. 2. 2 Les masses selon le SYSCOA 


Le bilan fonctionnel comprend trois masses à l’actif et trois masses au passif.

Rôle
de
finan
ACTIF (EMPLOIS) PASSIF (RESSOURCES) ceme
ACTIF-STABLE RESSOURCES STABLES nt
 Immobilisations incorporelles  Capitaux propres
Rôle
d’investi
 Immobilisations corporelles  Dettes financières
ssement  Immobilisations financières
ACTIF-CIRCULANT PASSIF D’EXPLOITATION
 Stocks et créances d’exploitation  Dettes d’exploitation Rôle
dans le
 Stocks et créances hors d’exploitation  Dettes hors d’exploitation cycle
Rôle
dans le ACTIF DE TRESORERIE- PASSIF DE TRESORERIE d’exploit
ation
cycle  Postes de titres de placement  Concours bancaires
d’exploit
ation  Banques et chèques postaux  Effets escomptés non échus.
 Caisse

Comme on le constate dans un tel bilan les ressources et les emplois sont classés en cycle
long et court : -Investissement ; -Financement ;-Exploitation.
3. 2. 3 Les Retraitements du bilan fonctionnel selon SYSCOA 
L’on pourrait croire, en principe, qu’il n’est plus nécessaire ou du moins qu’il n’y a plus de
retraitements ou de reclassements de poste à faire et cela en raison du caractère fonctionnel
du bilan comptable.
Cependant un certain nombre de travaux aboutissant à l’élaboration du bilan fonctionnel
retraité (en grandes masses) puis condensé sont donc nécessaires à partir du bilan
comptable de fin d’exercice pour les besoins de l’analyse financière.
Ainsi les retraitements au sein du bilan fonctionnel comptable SYSCOA sont des
corrections d’affectation de postes et de corrections de valeurs. Les retraitements consistent
soit à reclasser, soit à intégrer, soit à éliminer des éléments. Ils concernent aussi bien
l’Actif du bilan que le Passif du bilan.

1- Retraitements et Reclassements de l’Actif 

● L’Actif immobilisé se présente en valeur brute.


● Le crédit-bail : le bilan fonctionnel considère les équipements financés par crédit-bail
comme des immobilisations financées par un emprunt. Il est intégré comme suit :
-la valeur d’origine en emplois stables ;
-les amortissements en ressources propres ;
-l’équivalent de la valeur nette du bien en dettes financières.
● Les amortissements et les provisions sur valeurs immobilisées :
Les immobilisations doivent être à leurs valeurs brutes (coût historique) de telle sorte que
les amortissements et les provisions soient :
-éliminés de l’actif et reclassés en Ressources stables ;

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 18/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

● les charges immobilisées :


Certaines charges initialement supportées et payées par l’entreprise mais qui par les jeux
d’écriture (transfert de charge) se trouvent en première rubrique à l’actif du bilan. Ces
actifs à priori fictifs (non valeurs), mais démontrés qu’ils sont profitables à l’existence et
au développement de l’entreprise sont retirés de l’actif (valeurs brutes) et retranchés (du
même montant) des capitaux propres au passif. Il s’agit essentiellement selon le SYSCOA :
-des frais d’établissement ;
-des primes de remboursement des obligations, frais de recherche et de développement.
● Les intérêts non échus courus sur prêts  sont à inscrire dans l’actif circulant hors
activité ordinaire.
● le Capital souscrit appelé non versé est reclassé dans les créances hors activité
ordinaire.
● Valeurs mobilières de placement : sont à reclasser dans l’actif circulant hors activité
ordinaire ou dans la trésorerie actif si elles sont facilement cessibles.
● les charges constatées d’avance : sont à reclasser dans l’actif circulant activité ordinaire
ou actif circulant hors activité ordinaire selon la nature de ces charges.
● Les Effets Escomptés Non Echus (EENE) : effets de commerce remis en banque avant
la date d’échéance, sont retraités en Actif circulant activité ordinaire et le montant
équivalent en Trésorerie Passif comme escompte de crédits ordinaires.
● Les écarts de conversion actif et passif :
Les écarts de conversion sont les différences de change pouvant être soit une perte ou un
gain. Ces différences de change sont inscrites au bilan dans le compte d’écart de
conversion actif lorsqu’il s’agit d’une perte latente ; dans le compte d’écart de conversion
passif lorsqu’il s’agit d’un gain latent.
-la réintégration des écarts de conversion actif dans les postes concernés conduit à
augmenter les créances et à diminuer les dettes ;
-la réintégration des écarts de conversion passif conduit à augmenter les dettes et à
diminuer les créances.
● Les autres créances : montant à répartir entre actif circulant activité ordinaire et actif
circulant hors activité ordinaire selon leur nature.
● Les créances diverses : dans l’actif circulant hors activité ordinaire.

2- Retraitements et Reclassements du Passif

● le poste <<actionnaire-capital>> non appelé :


C’est un poste du bilan comptable qui doit être éliminé des capitaux propres au passif pour
que ces capitaux propres ne représentent que les seuls capitaux appelés.
● comptes courants d’associés : ce sont les dettes envers les associés et doivent être
reclassés dans les ressources propres de l’Entreprise.
● Provisions pour Risque et Charges sont reclassées dans les ressources propres.
● Produits constatés d’avance : sont reclassés dans le passif circulant activité ordinaire ou
passif circulant hors activité ordinaire selon la nature de ces produits.
● Le montant équivalent des EENE sont inscrits au Passif de Trésorerie.
● Les intérêts courus sur emprunts:
Dans une logique financière, on devrait les classer dans les dettes diverses. Les intérêts
courus sur emprunts sont à soustraire des dettes financières et à inscrire dans le passif
circulant hors activité ordinaire.
● les primes de remboursement des obligations : montant à retrancher au passif du bilan
fonctionnel en diminuant des emprunts obligataires.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 19/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

● les concours bancaires courants et les soldes créditeurs de banque : leur montant est à
réduire des dettes financières et à inscrire dans la Trésorerie passif.
● dettes diverses : sont classées au passif circulant hors activité ordinaire.
● dettes fiscales et sociales (sauf impôts), à reclasser dans le passif circulant activité
ordinaire et dettes sur IS au Passif circulant hors activité ordinaire.
● dettes sur immobilisations au passif circulant hors activité ordinaire.
● dividendes à payer dans le passif circulant hors activité ordinaire.
● avances et acomptes reçus : sur commande au passif circulant activité ordinaire.
● emprunt et dettes financières : dans les ressources durables après l’exclusion des
concours bancaires courants et soldes créditeurs de banque qui doivent figurer dans la
Trésorerie du passif.
● emprunts obligataires : on ne prend en compte que les fonds effectivement perçus hors
primes de remboursement des obligations.
● le résultat de l’exercice :
Le compte de résultat SYSCOA présente un solde net d’impôt. Aucun traitement à priori
n’en devrait s’opérer au titre de l’impôt. Cependant au niveau du bilan, c’est le résultat
avant répartition qui est inscrit. Il serait donc primordial lorsque la répartition est faite de
classer dans les dettes circulantes la partie réservée au payement des dividendes et des
dettes fiscales qui ne se feront que dans le courant de l’exercice et le reste dans les réserves
en ressources propres.

Ainsi le tableau récapitulatif des retraitements et reclassements de l’Actif et du Passif se


présente comme suit :

Actif Passif
I. Emplois Stables I. Ressources Stables
 Actif immobilisés bruts  Capitaux propres incluant résultat
Immobilisations incorporelles brutes + Amortissements et provisions sur actif
Immobilisations corporelles brutes + Amortissement du crédit-bail
+ Valeur d’origine des équipements + Provisions pour risques et charges
financés par crédit-bail - Capital non appelé
Immobilisations financières brutes - Montant équivalent des non valeurs
+ ECA sur prêts  Dettes financières et ressources
- ECP sur prêts financières assimilées
- intérêt courus sur prêts + Valeurs nette des équipements financés
par crédit-bail
-intérêts courus sur emprunts
+ECP (sur dettes financières)
-ECA (sur dettes financières)
-Concours bancaires et soldes créditeurs
banques
Total (I) Total (I)
 Actif Circulant Activités  Passif Circulant Activités
Ordinaires (ACAO) Ordinaires (PCAO)
Stocks Avances et acomptes reçus sur commandes
+avances et acomptes versés sur +Dettes (AO) et autres dettes
commandes +Produits constatées d’avance d’exploitation
+créances (AO) et autres créances +Dettes sociales et fiscales (AO)
+effets escomptés non échus +ECP (dettes fournisseurs)

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 20/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

+charges constatées d’avance -ECA (dettes fournisseurs)


d’exploitation -Dettes IS
+ECA sur créances client
-ECP sur créances client
 Actif Circulant Hors Activités  Passif Circulant Hors Activités
Ordinaires (ACHAO) Ordinaires (PCHAO)
Créances et autres créances (HAO) Dettes et autres dettes (HAO)
+charges d’avances (HAO) +Dettes fiscales (IS)
+capital souscrit appelé non versé + Produits constatées d’avance d’exploitation
+crédits d’impôt (HAO)
+intérêts courus sur prêts +intérêts courus sur emprunts
 Trésorerie-Actif (TA)  Trésorerie-Passif (TP)
+VMP (titres de placement) Concours bancaires courant et solde créditeur
Disponibilités (valeurs à encaisser, Banques (crédits d’escompte, crédit de
Banque, Caisse, CCP) trésorerie, découverts)
Effets escomptés non échus

Total (II) Total (II)

NB : Les non valeurs de l’Actif sont, au point de vue SYSCOA, les frais d’établissement,
les primes de remboursement des obligations, frais de recherche et de développement.

Ainsi après les différents retraitements et reclassements, le bilan SYSCOA condensé peut
être présenté comme suit :

ACTIF (EMPLOIS) Montants % PASSIF (RESSOURCES) Montants %


ACTIFS STABLES BRUTS RESSOURCES STABLES

ACTIF-CIRCULANT-AO PASSIF CIRCULANT-AO


ACTIF-CIRCULANT-HAO PASSIF CIRCULANT-HAO

TRESORERIE-ACTIF TRESORERIE –PASSIF

TOTAL X TOTAL X

Total actif = Total Actifs stables Bruts + Total actif circulant + Total trésorerie actif
Total passif = Total ressources stables + Total passif circulant + Total trésorerie passif.
3. 2. 4 Les Ratios 
A partir du bilan fonctionnel l’entreprise peut calculer :
a)-le financement des emplois stables :
Ce ratio mesure la couverture des emplois stables par les ressources stables.
b)-l’autonomie financière :
Ce ratio mesure la capacité d’endettement de l’entreprise. Il ne doit pas être inférieur à 1.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 21/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

3. 3 RECAPITULONS :

Le bilan fonctionnel est un bilan organisé de façon à expliquer le fonctionnement d’une


entreprise. Dans un tel bilan les ressources et les emplois sont classés en cycles long et
court. Le cycle long correspond à l’investissement et au financement de cet investissement.
Le cycle court correspond à l’exploitation de l’entreprise. Puisque les rubriques du bilan
prévues par le plan comptable ne reproduisent pas parfaitement la classification
fonctionnelle, il est nécessaire de procéder à la correction pour parvenir à un véritable bilan
fonctionnel. Les corrections consistent soit à reclasser, soit à intégrer, soit à éliminer des
éléments afin de parvenir à une vision plus ou moins proche de la réalité économique de
l’entreprise.

3. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Le Directeur financier de l’entreprise GUILAVOGUI vous communique les documents
suivants afin d’effectuer une analyse fonctionnelle de cette société.

Bilan au 31/12/N
Actif Brut Amort. Passif Net
et
provisions
Actif immobilisé Capitaux propres
Fonds commercial 152.000 Capital 650.000
Terrains 456.000 Réserves légales 15.960
Construction 905.200 142.310 Autres réserves 142.700
Installations et Mat. Outilla 841.500 338.607 RAN 54.950
Résultat de l’exercice 134.000
Subventions d’investiss. 202.860
Total (1) 2.354.700 480.917 Total (1) 1.200.470
Actif circulant
Marchandises 961.491 17.222 Provision pour risque 75.694
Clients et comptes rattachés 1.776.945 48.104 Provision pour charge 40.130
Autres créances 236.055
VMP 30.875 1.230
Disponibilités 52.255
Compte de régularisation :
charges constatées d’avance 19.930
Total (2) 3.077.551 66.556 Total (2) 115.824
Charge à repartir sur plusi. 92.581 Dettes
ECA 75.694 Emprunt et comptes ratta. 1.801.817
Fournisseur et comptes 1.233.165
Dettes fiscales et sociales 533.418
Autres dettes 43.883
Compte de régularisation.
Produit constaté d’avance 56322
Total (3) 168.275 Total (3) 3.668.605
ECP 68.154
Total Actif 5.600.526 547.473 Total Passif 5.053.053

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 22/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Informations complémentaires au bilan :


1-le poste "autres créances" concerne l’exploitation pour 92.244
2-le poste "autres dettes" concerne l’exploitation pour 19.747
3-Les charges et produits constatés d’avance concernent uniquement l’exploitation.
4-les écarts de conversion se répartissent comme suit :
ECA Montant ECP Montant
Diminution des créances 48.331 Augmentation créances 40.464
Augmentation dettes 27.363 Diminution dettes 27.690
Total 75.694 Total 68.154
5-le poste emprunt et dettes auprès des établissements de crédits s’analyse comme suit :
-Emprunt 1.156.500
-Concours bancaire courant 641.067
-Intérêts courus 4250
Les intérêts courus se rattachent à des éléments hors exploitation.
6-les dettes fiscales et sociales contiennent le solde de l’impôt sur les sociétés dues pour
24.500.
7-les effets escomptés non échus s’élèvent à 661.300

TAF :
1-Présenter le bilan fonctionnel de la société au 31/12/N
2-Calculer au 31/12/N les valeurs suivantes :
-le Fonds de Roulement Net Global (FRNG)
-Le Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation (BFRE)
-le Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation (BFRHE)
-la Trésorerie Nette (TN)

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 23/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 4 : ETUDES DES AGREGATS DE L’EQUILIBRE


FONCTIONNEL 
Fonds de Roulement Net Global - Besoins en Fonds de Roulement –Trésorerie Nette.
4. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence vous devez être en mesure de connaître les différents agrégats
de l’équilibre fonctionnel.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 citer les différents agrégats de l’équilibre fonctionnel ;
 calculer et interpréter les différents agrégats de l’équilibre fonctionnel ;
 établir des relations entre ces différents agrégats.

4. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


Les agrégats du bilan fonctionnel que nous verrons dans la présente séquence sont : Le
Fonds de Roulement Net Global – Le Besoins en Fonds de Roulement –La Trésorerie
Nette.
4. 2. 1 Le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) :
Il représente une ressource durable ou structurelle mise à la disposition de l’entreprise pour
financer des emplois du cycle d’exploitation.
Le FRNG est pour l’entreprise une marge de sécurité financière destinée à financer une
partie de l’actif circulant. Son augmentation accroît les disponibilités de l’entreprise.
-Calcul du FRNG :
Par le haut du bilan (cycle long)
Le calcul peut s’effectuer
Par le bas du bilan (cycle court)
Haut du bilan Bas du bilan

Ressources stables-Actif stable brut Actif circulant-Passif circulant

Cette méthode permet de mesurer cette méthode permet de calculer la part


la part de ressources durables consacrées de l’actif circulant qui n’est pas financée
au financement de l’actif circulant. par le passif circulant.

-Evolution du FRNG :
Le FRNG est nécessaire dans la plupart des entreprises. Il est alors important pour
l’entreprise de suivre son évolution sur plusieurs exercices :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 24/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Variation Origines Effets


+ ressources stables
La situation financière s’est
améliorée à condition que
Augmentation du FRNG - emplois stables l’augmentation du FRNG ne
provienne pas uniquement d’un
endettement à long terme.
+ emplois stables Diminution de la marge de
Diminution du FRNG sécurité, mais elle peut être la
ressources stables conséquence du financement
d’investissement rentables.
Stabilité des ressources ● Stagnation temporaire de
FRNG identique durables et de l’actif l’entreprise.
stable. ● Ralentissement prolongé de
la croissance.
Cependant pour une utilisation signifiante et satisfaisante on doit comparer le FRNG au
besoin en fonds de roulement.
4. 2. 2 Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)
C’est la partie des besoins d’exploitation qui n’est pas assurée par les ressources
d’exploitation.
BFR=besoins de financement du cycle - ressources de financement du cycle
Il comprend deux parties : BFR d’exploitation (BFRE) et BFR hors exploitation (BFRHE).
La partie essentielle est le BFRE car ses composantes sont directement liées au cycle
d’exploitation.
Le FRNG doit permettre de couvrir le BFR.
Plusieurs variables agissent directement sur le niveau du BFRE. Ce sont :
-la durée du cycle d’exploitation : car plus le cycle d’exploitation est long, plus le BFRE
est important.
-le niveau du chiffre d’affaires : car les éléments constitutifs du BFRE (stocks, créances,
dettes) sont sensiblement proportionnels au chiffre d’affaires.

Le ratio permet de mesurer le poids du BFRE.


-les décisions de gestion : en ce qui concerne les crédits fournisseurs et clients et de
stockage. Certains ratios sont essentiels pour l’analyse du BFRE car ils permettent :
 d’expliquer l’évolution du BFRE ;
 d’analyser les éléments constitutifs du BFRE ;
 de comprendre l’évolution de l’équilibre financier.
Ils sont au nombre de trois : le délai de rotation des stocks, la durée du crédit client et la
durée du crédit fournisseur. Ils s’expriment généralement en jours.
Un allongement de la durée

Augmentation du BFRE
=>
NB : le stock comprend les marchandises, matières premières et autres achats
d’approvisionnement.
Le coût d’achat correspond au Prix d’achat – Variation des stocks.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 25/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Sur le plan financier, un stock trop grand en valeur signifie de l’argent <<gelé>>.
L’entreprise a intérêt à avoir des stocks de faible importance dont la rotation est rapide.
Un allongement de la durée

Augmentation du BFRE

Mesure la durée moyenne du crédit que le marché est difficile


l’entreprise accorde à ses clients. L’entreprise est obligée d’accorder
des crédits plus longs

Un allongement de la durée

Diminution du BFRE
Sert à apprécier la durée moyenne du crédit accordé par le fournisseur.
4. 2. 3 La Trésorerie  (TN)
C’est un agrégat qui permet d’établir l’équilibre financier entre le FRNG et le BFR
TRESORERIE = FRNG – BFR
FRNG = BFR + TRESORERIE
Si FRNG > BFR =>Trésorerie positive => excédent de trésorerie
Si FRNG < BFR =>Trésorerie négative => déficit de trésorerie (appel au crédits de
trésorerie pour financer le BFR.
Il est aussi possible de la calculer comme suit :
Trésorerie = disponibilités – crédit de trésorerie
La trésorerie comprend deux parties :

-la trésorerie active :


 les placements (VMP)
 avoirs en caisse, en banques et au CCP
 les autres valeurs à encaisser.
-la trésorerie passive :
 concours bancaires
 découverts et billets à court terme
 autres crédits de trésorerie
4. 3 RECAPITULONS :

Le reclassement fonctionnel des opérations réalisées par l’entreprise selon le cycle


d’exploitation auquel elles appartiennent permet de calculer les agrégats dans le but de
porter une appréciation sur les conditions et la qualité de sa gestion. La lecture horizontale
du bilan fonctionnel par comparaison des masses de l’actif et du passif permet de dégager
trois grandeurs significatives de l’équilibre fonctionnel du bilan : le Fonds de Roulement
Net Global, le Besoin en Fonds de Roulement Global, la Trésorerie Nette.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 26/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

4. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Le bilan condensé de l’entreprise SOUMARE se présente comme suit :
Actif immobilisé 4.500 Ressources stables 10.000
Actif circulant 12.500 Dettes 7.000
1-D’exploitation 1-D’exploitation 4.400
 Stocks 5.000 2-Hors exploitation
 créances 4.500  dettes diverses 1.000
2-Hors exploitation 3-Passif de trésorerie 1.600
 créances diverses 2.000
3-Actif de trésorerie 1.000
17.000 17.000
TAF :
1-Calculer le Fonds de roulement de l’entreprise SOUMARE
2-Calculer le BFR de l’entreprise SOUMARE
3-Calculer la trésorerie de cette entreprise.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 27/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 5 : RETRAITEMENTS ET RECLASSEMENTS DU


BILAN COMPTABLE AU BILAN FINANCIER
5. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence vous devez être en mesure de comprendre comment on
construit le bilan financier à partir du bilan comptable.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 comprendre le principe d’évaluation des postes du bilan de liquidité ;
 prévoir les retraitements et reclassements à opérer sur les postes du bilan comptable
pour parvenir à un bilan financier ;
 connaître, calculer et interpréter les différents agrégats de l’équilibre financier ;
 citer et calculer les ratios du bilan de liquidité.

5. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


Le bilan financier est encore appelé bilan de liquidité et permet d’évaluer le patrimoine de
l’entreprise et d’apprécier sa solvabilité à court terme.
Comme tout bilan il est constitué d’une colonne d’actif et d’une colonne de passif. Les
actifs du bilan financier sont évalués à leur valeur actuelle et classés selon un critère de
liquidité croissante et le passif est organisé dans le même sens mais selon le critère
d’exigibilité croissante (délai de règlement des dettes).
A partir du bilan financier on peut calculer un actif net et un fonds de roulement financier.
Il est établi souvent par un tiers créancier de l’entreprise (une banque) qui cherche à
apprécier la solvabilité de celle-ci avant de lui accorder par exemple un crédit.
La solvabilité d’une entreprise mesure sa capacité de remboursement de ses dettes sans
faire recours à un autre endettement.
Nous verrons dans la présente séquence le bilan financier tel qu’il a été présenté par le
SYSCOA.
5. 2. 1 Principe d’évaluation des postes du bilan de liquidité 
a -Actif du bilan :
Les actifs du bilan obéissent au critère de classement par liquidité croissante. Un élément
du bilan est dit liquide si on peut le vendre ou l’encaisser rapidement. Ainsi le principe de
liquidité croissante voudrait que les actifs les moins liquides figurent en haut du bilan. On
commencera alors par les actifs immobilisés et les créances à plus d’un an d’échéance à
couvrir.
En bas du bilan, nous retrouvons les stocks et produits en cours, les créances à moins d’un
an et enfin les liquidités.
b -Passif du bilan :
Les éléments du passif du bilan suivent le critère d’exigibilité croissante (délai de
règlement des dettes).
Une dette est exigible quand elle est arrivée à échéance ou quand son échéance est proche.
En haut du bilan, nous avons les capitaux permanents composés des capitaux propres
(capital et réserves) et les dettes à plus d’un an d’échéance (emprunts à plus d’un an).

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 28/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

En bas du bilan, nous retrouvons les dettes à moins d’un an.


Les retraitements du bilan comptable aboutissent à l’établissement de ce que l’on appelle le
bilan financier.
5. 2. 2 Les Retraitements 
Le bilan de liquidité prévoit un certain nombre de retraitements et de reclassements des
postes.
Les retraitements consistent à :
Éliminer  certains postes : frais d’établissements, les charges à répartir sur
plusieurs exercices, frais de recherche et développement, les primes de remboursement des
obligations sont retranchés des capitaux propres. Il est en de même du résultat déficitaire
qui pourrait se trouver dans un bilan de liquidité à l’actif.
Intégrer des éléments hors bilan : les ± values latentes, les EENE.
Reclasser les créances et les dettes selon leur échéance.

Le tableau qui suit vous permettra de mieux saisir les retraitements financiers.

Actif (degré de liquidité) Passif (degré d’exigibilité)


I. Actif à + d’un an I. Passif à + d’un an
 Actif immobilisé net  Capitaux propres
+ Plus values latentes +Plus values latentes
+ Part de l’actif circulant net à plus d’un +comptes courants bloqués
an (stock outil, créances douteuses, …) +ECP
+Charges constatées d’avance à + d’un an -Part d’ECA non couverte par une provision
- Moins values latentes -Impôt latent sur subventions
-Part de l’actif immobilisé net à – d’un d’investissement et provisions réglementées
-Capital souscrit non appelé -Actif fictif net
-Moins values latentes
 Dettes à + d’un an
+Provisions pour risques et charges à + d’un
an
+impôt latent à + d’un sur subventions
d’investissement et provisions réglementées
+produits constatés d’avance à + d’un an
Total (I) Total (I)
Actif à moins d’un an Passif à moins d’un an
 Actif circulant net  Dettes fournisseurs, sociales,
-Part de l’actif circulant net à + d’un an fiscales, diverses
+charges constatées d’avance à moins +diverses financières à moins d’un an
d’un an +provisions pour risques et charges à moins
+Part de l’actif immobilisé à moins d’un d’un an
an +impôt latent à moins d’un an sur subventions
+Effets escomptés non échus d’investissement et provisions réglementées
+Capital souscrit non appelé +Effets escomptés non échus
+Part d’ECA couverte par une provision +Produits constatés d’avance à moins d’un an
Total (II) Total (II)

Après les retraitements il est possible de dresser un tableau condensé du bilan financier.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 29/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Le bilan financier condensé : est dressé à partir du bilan comptable et de l’état des
échéances des créances et des dettes à la clôture de l’exercice. Il s’agit de reclasser les
actifs et les passifs en fonction de leur nature de réalisation ou d’exigibilité à plus et à
moins un an, afin d’apprécier la solvabilité probable au terme d’une année. Il est établi en
valeurs comptables nettes.
Toutefois, le bilan financier peut être fait en valeurs réelles, nécessitant ainsi des
retraitements.
Avant de le dresser, il est souhaitable de déterminer les ± values sur les éléments actifs et
éventuellement passifs de l’entreprise et d’effectuer les reclassements selon les échéances
des créances et des dettes.

Bilan financier condensé


Rubriques Montants % Rubriques Montants %
Actifs immobilisés nets Ressources propres

Valeurs d’exploitation Dettes financières (long


terme)
Valeurs réalisables

Valeurs disponibles
Dettes à court terme
TOTAL A TOTAL A

Actif circulant = Valeurs d’exploitation + Valeurs réalisables + Valeurs disponibles


Capitaux permanents = capitaux propres + dettes à long terme (+1an).
5. 2. 3 Les Agrégats du bilan financier 
-L’actif net :
Actif réel = Actif total – Actif fictif (non valeurs)
Actif net = Actif réel – Dettes totales
Actif net = capitaux propres
-Fonds de Roulement Financier : (Fonds de roulement net) FRN
FRN = capitaux permanents – Actifs immobilisés
Ou FRN = Actif circulant – dettes à court terme
-Besoins en fonds de roulement :
BFR = (VE + VR) –dettes à court terme
-Trésorerie nette :
TN = FRN –BFR
5. 2. 3 Ratios du bilan financier 
Les tiers de l’entreprise, c'est-à-dire, les créanciers, banquiers et autres bailleurs de fonds
de l’entreprise sont toujours attentifs à sa liquidité et à sa solvabilité.
, R1>1 indique un fonds de roulement positif.

-Ratios de liquidité
 ratio de liquidité générale :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 30/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

 ratio de liquidité réduite :

 ratio de liquidité immédiate :


-Ratios de solvabilité
 ratio d’autonomie financière :

 ratio de solvabilité générale :

5. 3 RECAPITULONS :

Le bilan financier est nécessaire pour apprécier la solvabilité d’une entreprise. Sa colonne
d’actif obéit au principe de classement par liquidité croissante vers le bas tandisque celle
du passif suit le principe de classement par exigibilité croissante vers le bas.
Pour passer du bilan comptable au bilan financier un certain nombre de retraitements est
obligatoire. Le bilan financier condensé nous permet d’obtenir les agrégats suivants : actif
net, Fonds de roulement financier, Besoin en fonds de roulement, la trésorerie nette et de
calculer les ratios suivants : ratios de liquidité et ratios de solvabilité.

5. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
On vous charge d’étudier l’équilibre financier de l’entreprise SYLLA. A ce titre vous
disposez des documents et renseignements suivants :
A-Bilan de l’entreprise au 31-12-1999
Eléments Montants Eléments Montants
Frais d’établissements 897500 Capital 12500000
Terrain 2150000 Réserves 2630000
Bâtiments 3780000 Provisions pour pertes et charges 2827500
Matériels 14870000 Emprunts à + 1an 8185500
Stock de marchandises 4932500 Fournisseurs 5117000
Stock emballages 349000 Effets à payer 1582500
Clients 2867500 Etat 877500
Clients douteux 347500 Emprunt à – 1 an 966000
Débiteurs divers 485000 Régularisation Passif 1080000
Effets à recevoir 1082500 Résultat 1752000
Régularisation Actif 2422500
Titres de placement 810000
Banque 2036000
Caisse 488000
Total Actif 37518000 Total Passif 37185500
B- Renseignements annexes :
1-les terrains peuvent être réalisés à 2.900.000 et les bâtiments 4.600.000.
2-la valeur réelle du matériel est estimée à 12.120.000.
3-les marchandises en stock doivent être dépréciées de 10%.
4-le 1/3 de l’emprunt à plus d’un an sera réglé le 31 mars 2000.
5-une provision pour pertes et charges de 1.800.000 est sans objet.
6-800.000 des effets sont négociables.
7-le bénéfice donnera lieu à une distribution de 1.250.000 dans 3 mois.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 31/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

8-le stock outil représente 20% de la valeur réelle des stocks de marchandise.
9-50% des créances douteuses seront recouvrées dans 18 mois.
TAF :
1)-Présenter le bilan financier après avoir retraité et reclassé les différents postes du bilan.
2)-Présenter le bilan financier condensé de cette entreprise.

SEQUENCE 6 : LES RATIOS


6. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
Vous devez être en mesure d’analyser les différents types de Ratio utilisés par l’analyse
financière.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 32/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Objectifs spécifiques :
Vous devez être capable de :
 définir le rôle des Ratios dans l’étude des performances économiques et financières
d’une entreprise ;
 citer les grandes catégories de Ratio ;
 décomposer chaque type de Ratio selon sa nature ;
 donner les formules de calcul des différents types de Ratio et leurs interprétations.

6. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


6. 2. 1 Généralités
Le ratio, par définition, est le rapport de deux valeurs (postes du bilan, compte de résultat)
afin de fournir des informations utiles à l’analyse financière et de rendre un jugement. Les
ratios peuvent s’exprimer en pourcentage (%) en valeur absolue et ne peuvent être étudiés
individuellement.
L’étude des ratios est primordiale car elle permet :
-de suivre et de mesurer l’évolution dans le temps  des performances économiques et
financières ainsi que celle des structures d’une entreprise;
-d’effectuer des comparaisons entre entreprises appartenant au même secteur d’activité ;
-de se référer à des ratios <<standards>>.
Mais puisque l’étude des ratios porte sur une entreprise, pour réussir l’analyse il faut tenir
compte de la nature juridique, de la taille, du vécu, des ressources humaines (dirigeants,
associés, personnel) de celle-ci.
6. 2. 2 Différents types de Ratio 
On distingue plusieurs types de ratio que l’on peut résumer comme suit :
Ratios de Ratios
structure d’activité

Ratios

Ratios de Ratios de
rentabilité liquidité

Chaque type de Ratio est constitué d’un ensemble de ratios que l’on peut présenter dans un
tableau contenant leur nature, leurs formules et leurs interprétations.
1-Tableau des Ratios de structure :

Nature Formules Interprétations


Financement des Il mesure la couverture des
emplois stables emplois stables par les ressources
stables.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 33/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Il mesure la capacité
Autonomie financière d’endettement de l’entreprise et il
ne doit pas être inférieur à 1.
Capacité de L’endettement ne doit pas excéder
remboursement 4 fois la CAF.
Il mesure la part de valeur ajoutée
Autofinancement consacrée à l’autofinancement.
Couverture de l’actif Il indique la part du FRNG qui
circulant par le FRNG finance l’actif circulant.
Il mesure la marge de sécurité
Evolution du FRNG financière en nombre de jours de
chiffre d’affaires
Il mesure l’importance du BFRE
Evolution du BFRE en nombre de jours de chiffres
d’affaires.
2-Tableau des Ratios d’activité : 

Nature Formules Interprétations


L’évolution du chiffre
Taux de croissance d’affaires permet de
du chiffre d’affaires mesurer le taux de
HT croissance de
l’entreprise.
Il mesure l’évolution de
Taux de marge la performance de
commerciale l’activité commerciale
de l’entreprise.
Taux de croissance L’évolution de la valeur
de la valeur ajoutée ajoutée est également un
indicateur de croissance.
Il mesure le taux
d’intégration de
l’entreprise dans le
Taux d’intégration processus de production
ainsi que le poids des
charges externes.
Partage de la valeur Il mesure la part de
ajoutée (facteur richesse qui sert à
travail) rémunérer le travail des
salariés.
Il mesure la part de
Partage de la valeur richesse qui sert à
ajoutée (facteur rémunérer les apporteurs
capital) de capitaux et à
renouveler le capital
investi.
Poids de Il mesure le poids de
l’endettement l’endettement de

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 34/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

l’entreprise.
Il mesure la durée
Rotation des stocks d’écoulement des stocks.
(entreprise Une augmentation de
commerciale) cette durée entraîne une
augmentation du BFRE.
Il mesure la durée
Rotation des stocks d’écoulement des stocks.
(entreprise Une augmentation de
industrielle) cette durée entraîne une
augmentation du BFRE.
Il mesure la durée
Durée moyenne du moyenne en jours du
crédit clients crédit consenti par
l’entreprise à ses clients.
Il mesure la durée
moyenne en jours du
Durée moyenne du crédit obtenu par
crédit fournisseurs l’entreprise de la part de
ses fournisseurs. Il doit
être supérieur au ratio du
crédit clients.
3-Tableau des Ratios de rentabilité : 

Nature Formules Interprétations


Il mesure la capacité de
Taux de marge brute l’entreprise à générer une
rentabilité à partir du chiffre
d’affaires.
Il mesure l’aptitude de
Taux de rentabilité l’entreprise à rentabiliser les
financière fonds apportés par les associés.
Taux de rentabilité Il mesure la capacité de
économique l’entreprise à rentabiliser les
fonds apportés par les associés et
les prêteurs.
Il mesure la capacité de
Taux de marge nette l’entreprise à générer un bénéfice
net à partir du chiffre d’affaires.
4-Tableau des Ratios de liquidité et de solvabilité : 

Nature Formules Interprétations


Il mesure la capacité de
Autonomie financière l’entreprise à s’endetter
Il mesure la capacité de
Solvabilité générale l’entreprise à payer l’ensemble de
ses dettes en utilisant l’ensemble
de l’actif.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 35/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Il mesure la capacité de
Liquidité générale l’entreprise à payer ses dettes à
court terme en utilisant ses actifs
à court terme.
Il mesure la capacité de
Trésorerie l’entreprise à payer ses dettes à
court terme en utilisant les
créances et les disponibilités.
Il mesure la capacité de
Liquidité immédiate l’entreprise à payer ses dettes à
court terme en utilisant les
disponibilités.

Il mesure l’autonomie financière


Endettement à terme de l’entreprise.
6. 3 RECAPITULONS :

Pour analyser la situation financière ou les performance des entreprises on compare entre
elles les grandeurs caractéristiques du bilan et du Compte de Résultat. Cependant la
comparaison des valeurs absolues ne suffit pas. La signification d’une valeur absolue n’est
pas la même suivant la taille de l’entreprise. Il est surtout intéressant de comparer ces
grandeurs en valeur relative. On calcule alors le rapport de deux grandeurs, ce rapport
s’appelle un ratio. Un ratio est un rapport entre deux grandeurs caractéristiques de
l’activité, de la situation économique ou des performances d’une entreprise. Les principaux
ratios associés à l’analyse financière peuvent être classés en quatre catégories : Ratio de
structure, Ratio d’activité, Ratio de rotation et Ratio de rentabilité.

6. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Le directeur financier de la société Guineasoft vous fournit les documents suivants :

Eléments des bilans Exercice


N-2 N-1 N
Actif immobilisé brut 7497 10158 13685
Actif circulant brut
Stock et en-cours
 Matières premières 1381 2494 1602
 Produits finis 1377 3450 4570
Créances clients 1330 2601 1351
Disponibilités 395 54 95
Capitaux propres (après retraitement) 4521 6670 10281
Dettes financières à plus d’un an 657 1065 900
Dettes cycliques (1) 6502 10647 9672
Concours bancaires courants 300 375 450

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 36/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

(1) dont <<comptes fournisseurs>> : 5647 (N-2) ; 9297 (N-1) ; 8538 (N)

Eléments des comptes de résultat Exercice


N-2 N-1 N
Achats de matières premières 9835 16579 15457
Variation des stocks -412 -1113 892
Valeur ajoutée 7510 14441 17627
Charges de personnel 4117 10500 11167
Excédent brut d’exploitation 2571 2258 5845
Charges financières 1020 1222 150
Chiffre d’affaires 17480 32613 35322
Production stockée 127 2073 1120
Charges de production 3496 6522 7064
Bénéfice net 318 892 1194

Le taux normal de TVA (18%) est appliqué à l’ensemble de ces opérations.


Questions :
Etudier l’évolution de la situation de l’entreprise en calculant et comparant :
1) Les Ratios d’activité : rotation des stocks, crédit clients, crédit fournisseurs,
productivité, partage de la valeur ajoutée.
2) Les Ratios de structure du bilan : risque global, immobilisation de l’actif, actif
circulant, financement des immobilisations.
3) Les Ratios de rentabilité : rentabilité financière, rentabilité économique.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 37/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 7 : LES ELEMENTS DE PREVISION : LE BESOIN DE


FINANCEMENT OU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT
NORMATIF
7. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence, vous devez être en mesure d’analyser les éléments de
prévision.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :
 calculer et interpréter le besoin en fonds de roulement normatif ;
 calculer et interpréter le temps d’écoulement ;
 calculer et interpréter les coefficients de structure.

7. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


7. 2. 1 Généralités
Il s’agit de déterminer le besoin en fonds de roulement d’exploitation (BFRE) prévisionnel
en tenant compte des normes de l’exploitation de l’entreprise, c'est-à-dire de ses propres
conditions d’activité.
Lorsqu’on a en projet, soit de lancer un nouveau produit, soit de modifier la politique de
stockage ou celle du crédit à la clientèle, etc., il est nécessaire de prévoir les effets que
produiront ces innovations ou changements sur le besoin de financement d’exploitation
(BFE) de l’entreprise. La méthode du BFR normatif est utilisée également pour évaluer la
partie permanente du BFRE et prévoir son financement.
A la place de besoin en fonds de roulement le SYSCOA utilise le terme de besoin de
financement.
7. 2. 2 Principes de calcul 
La détermination du BFRE normatif nécessite plusieurs étapes :
Rappelons tout d’abord les composantes du BFRE :
Besoins Ressources
1.stocks et encours (m/se, matières, produits finis) 1.dettes fournisseurs
2.créances clients 2.TVA collectée
3.TVA déductible 3.dettes sociales
4.autres créances d’exploitation
stocks et encours (m/se, matières, produits finis), créances clients, dettes fournisseurs sont
d’autant plus élevés que l’activité de l’entreprise est élevée.
Ainsi le BFE prévisionnel peut être exprimé en multipliant le chiffre d’affaires
prévisionnel par le ratio :

Le rapport : permet d’obtenir le montant du BFE pour un franc de


chiffre d’affaire (ventes) HT/jour.

-Coefficient de structure (CS):

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 38/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Le calcul du CS dépend de la nature du stock (marchandise, matière, produits finis). Si


nous prenons l’exemple du stock de matières, on appelle CS le rapport :

Son calcul sert à exprimer les temps d’écoulement en une même unité :
-pour les éléments variables, en jour de chiffre d’affaires HT ;
-pour les éléments fixes en valeurs.
Eléments (Besoins) Coefficient de structure pour les éléments variables

Stocks de marchandises

Stocks de matières

Stocks de produits finis

Crédits clients

TVA déductible

Eléments (Ressources) Coefficient de structure pour les éléments variables

Fournisseurs

TVA collectée

Personnel

Organismes sociaux
Les coefficients de structure relatifs aux éléments fixes sont calculés de la manière
suivante :

-Temps d’écoulement :
Les durées d’écoulement prévisionnelles sont fournies par les services compétents, ou bien
sont calculées à partir des ratios de rotation prévisionnelle.
Eléments (Besoins) Coefficient de structure pour les éléments variables

Stocks de marchandises

Stocks de matières

Stocks de produits finis

Crédits clients si les règlements clients sont fractionnés, il faut calculer une
moyenne.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 39/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Exemple : 40% à 30j et 60% à 60j


alors TE : (30x40%) + (60x60%)
TVA déductible 15j de TE moyen + délai de paiement.

Eléments (Ressources) Temps d’écoulement

Fournisseurs
En cas de paiement fractionnels une moyenne sera calculée.
TVA collectée
Personnel 15j de TE moyen + délai de paiement
Organismes sociaux

-Présentation des calculs :


Il est recommandé de présenter les éléments de calcul du BFRE normatif dans un tableau
récapitulatif.
Eléments TE Cœfficient de structure Besoins Ressources
(1) Pour 1F de Montant/j En nombre En valeur En nombre En
CA HT (2) (3) de j de j valeur
Stocks (1) x (2) (1) x (3)
Fournis (1) x (2) (1) x (3)
Totaux A B C D
BFRE normatif = (A - C) + (B – D)
7. 3 RECAPITULONS :

Le Besoin en fonds de roulement normatif est le Besoin en fonds de roulement


d’exploitation prévisionnel. Sa détermination nécessite plusieurs étapes dont le calcul du
coefficient de structure et du temps d’écoulement. La formule de calcul du Cœfficient de
structure pour les éléments variables est différente de celle du coefficient de structure pour
les éléments fixes. Il en est de même pour le temps d’écoulement.

7. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Le délai de fabrication d’un produit donné est de deux mois. Le délai de stockage de ce
produit est d’un mois. Les matières stockées représentent 30% des ventes. Les produits
finis stockés 50% des ventes et le chiffre d’affaires mensuel est de 10.000.000F.
TAF : Calculer en jours de chiffres d’affaires et en valeur cette composante du BFE.

SEQUENCE 8 : L’ANALYSE DU COMPTE DE RESULTAT 


8. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence, vous devez être en mesure de faire une analyse économique du
compte de résultat.

Objectifs spécifiques :
Au terme de cette séquence vous devez être capable de :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 40/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

 déterminer les soldes intermédiaires de gestion (SIG) ;


 déterminer la capacité d’autofinancement, l’autofinancement et l’excédent de
trésorerie.

8. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


8. 2. 1 Présentation
Le compte de Résultat est une partie des états financiers qui retrace la situation des charges
et produits de l’entreprise pendant une période donnée.
Il existe différents types de présentation du compte de Résultat qui varient en fonction de
l’objet d’analyse.
Ces différents types de présentation du compte de Résultat sont entre autre :
-l’analyse fonctionnelle du compte de Résultat ;
-l’analyse économique du compte de Résultat ;
-l’analyse du compte de Résultat par variabilité.
Parmi ces trois formes de présentation du compte de Résultat, notre étude portera sur la
deuxième forme.
Le résultat déterminé par la différence entre les comptes des produits et charges classés par
nature est un indicateur limité pour apprécier la performance économique et financière
globale de l’entreprise.
L’analyse économique du compte de Résultat  privilégie la détermination des soldes
significatifs de gestion permettant d’élargir la gamme des indicateurs de performance de
l’entreprise (VA, EBE, …).
8. 2. 2 Détermination des soldes significatifs de gestion
1) Marge brute sur marchandise :
C’est le bénéfice brut réalisé par une entreprise sur son activité commerciale.
MB/march=Prix vente marchandise -(Achats ± ΔStocks) marchandise
2) Marge brute sur matières : représente le bénéfice brut qu’aurait réalisé une entreprise sur
son activité purement industrielle.
MB/matières= (Ventes produits fabriqués + Travaux et Services Vendus+Production
Stockée +Production Immobilisée) – (Achat de matières et fournitures liées ± Variation de
Stock)
3) La Valeur Ajoutée (VA) :
C’est la valeur apportée par une entreprise dans l’exercice de ses activités professionnelles
courantes en biens et services provenant des tiers.
VA=MB/marchan + MB/matières + Produits accessoires + Subventions d’exploitation +
autres produits – Autres achats ± Variation de Stock d’autre achats – Transport – Services
extérieurs - Impôt et Taxes – Autres charges.
4) EBE :
C’est la ressource que tire régulièrement l’entreprise de son activité d’exploitation sans
tenir compte de l’influence de sa structure de financement (Dotations aux amortissements
et aux provisions)
EBE=VA – Charges de personnel
5) Le Résultat d’exploitation (R.E)
C’est la différence entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation en tenant
compte des produits et charges calculés.
RE=EBE + Transfert de charges d’exploitation + Reprises de provisions – Dotations aux
amortissements et provisions.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 41/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

6) Le Résultat financier (R.F)


C’est le résultat réalisé sur les différentes transactions financières de l’entreprise.
RF= Revenu financier + Gains de change + Reprises des provisions financières + Transfert
des charges financières – Frais financier – perte de change – Dotations aux amortissements
et provisions financières.
7) Le Résultat des activités ordinaires (RAO)
C’est le résultat indépendant de tout élément exceptionnel donc susceptible de se
reproduire d’une période à une autre.
RAO= RE + RF
8) Résultat hors activité ordinaire (RHAO) :
C’est la situation des charges et produits exceptionnels.
RHAO=Produit de cession des immob + Produits HAO + Reprise HAO + Transfert de
charge – Valeurs non comptables des cessions d’immob – Charges HAO – Dotations HAO
9) Résultat Net (RN)
C’est le dernier solde du compte de résultat ; il s’agit du résultat tenant compte de tous les
produits et de toutes les charges y compris la participation des travailleurs et l’impôt sur le
résultat.
RN= RAO + RHAO – Participation des travailleurs – Impôt/R
8. 2. 3 Revenus et Trésorerie 
L’analyse de la trésorerie et de son évolution est un élément fondamental dans l’analyse
financière. Quelle que soit la rentabilité d’une entreprise elle doit être capable de faire ses
décaissements.
La trésorerie représente des disponibilités diminuées des concours bancaires courants et
des soldes créditeurs de banque.
L’analyse de la trésorerie et de son évolution d’une entreprise est faite à partir de la CAF
de l’AF et de l’ETE.
-Détermination de la CAF :
La CAF qui est le surplus de trésorerie potentielle dégagé par l’activité propre de
l’entreprise aucours d’un exercice donné est destinée à son autofinancement. Autrement dit
la CAF est l’excédent des produits de l’entreprise sur les charges correspondantes à un flux
effectif de trésorerie (encaissement effectif et décaissement effectif) c'est-à-dire les charges
autres que les dotations aux amortissements et aux provisions.
On calcule la CAF de deux manières :
a)-À partir de l’EBE :
CAF=EBE + Transfert de charges d’exploitation + Revenus financier + Transfert de
charge financière + Gains de change + Produit HAO + Transfert de charges HAO – Frais
financier – Perte de change – Charge HAO – Participation travailleurs – Impôt sur le
résultat.
b)-À partir du Résultat Net :
C’est la méthode additive, il s’agit du cumul du Résultat Net avec les charges calculées
diminuées des produits calculés.
CAF=RN + Dotations aux amortissements + VNC des cessions d’immob – Reprises des
amortissements et provisions – Produit cession d’immob – Quote part des subventions
d’investissement virées au compte de résultat.
-Détermination de l’AF :
AF= CAF – Distribution de dividende de l’exercice
-Détermination de l’ETE :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 42/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

La CAF tient compte de toutes les opérations ayant affecté la vie de l’entreprise au cours
d’un exercice, il peut être intéressant de se limiter à une capacité courante supposée
reproductive.
De ce point de vue l’EBE constitue une première approche de la CAF brute. On peut
calculer la trésorerie effectivement secrétée par l’exploitation en tenant compte des
éléments suivants :
ETE=EBE + ΔStocks + Δdes créances d’exploitation + Δde dettes d’exploitation –
Production immobilisée.
1-Variation de stocks : Δmarchandise=SI – SF – ΔS de matière=SI – SF + ΔS produits
finis=SF – SI + ΔS des encours= SF – SI=Δstocks
2-Variation des créances d’exploitation :
Fournisseur et acompte versé début période - Fournisseur avance et acompte versé en fin
de période.
Δcréances clients et CR=clients et CR début période – clients et compte R fin période
Δautres créances= autres créances début période – autres créances fin période.
3-Variation des dettes d’exploitation
Δdettes F/ss et CR=F/ss et CR fin période – F/ss et CR début période.
Δdes autres dettes=autres dettes fin période – autres dettes début période
Δclients avances et acompte reçus=clients avances et acomptes – clients avances acomptes
reçus début période.
8. 3 RECAPITULONS :

L’analyse économique et la compréhension du compte de résultat passent nécessairement


par la détermination des Soldes intermédiaires de gestion (ou soldes significatifs de
gestion). Ces soldes correspondent à un retraitement du compte de résultat. Ils permettent
une analyse plus fonctionnelle de la formation du compte de résultat de l’entreprise. Le
calcul des soldes significatifs de gestion s’effectue en cascade de l’amont (on part du
chiffre d’affaire) vers l’aval (on débouche sur le résultat et dégage neuf soldes pertinents
que ne dégage pas le compte de résultat). La capacité d’autofinancement est la différence
entre les produits encaissables et les charges décaissables à l’exclusion des opérations de
cession d’immobilisation.

8. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
On dispose des informations suivantes sur l’entreprise SYLLA pour l’exercice N.
Libellés Montant
1-Produits
Reprise des provisions financières 2.300
Vente de produits finis 589.345
Production immobilisée 2.031
Subventions d’exploitation 11.164
Autre produit d’exploitation 3.359
Produits financiers 253
Reprise des provisions d’exploitation 4.803
Reprise des provisions réglementées 1.647
Eléments d’actif

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 43/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Produit des activités annexes 12.030


Produit cession 1.759
Produit des activités 12.030

2-Charges
Achat matières premières 303.392
Charge de personnel 170.950
Impôt et Taxes 9.195
Impôt/bénéfice 6.041
Autres charges externes 50.540
Autres charges courantes 26.580
Charge d’intérêt 9.440
VNC de cession d’élément 1.000
Dotations provisions financières pour 5.130
risque et charges
Dotations provisions règlementées 1.470
Charge HAO 3.803
Dotations provisions d’exploitation 24.218
3R obtenus sur achat 24.200

Situation des stocks en fin d’exercice


Libellés N-1 N
Matières premières 55090 53940
Produit finis 37000 35850
Encours de production 21500 23100

TAF :
1-Présenter le tableau des soldes significatifs de gestion (SSG).
2-Calculer la CAF
3-Calculer l’autofinancement brut et l’autofinancement net sachant que l’entreprise a
distribué aux associés dans le courant de l’exo N 10.000 de bénéfice.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 44/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

DEUXIEME PARTIE : COURS DE GESTION FINANCIERE 


Introduction :
La gestion financière représente un ensemble d’activités centrales dans une organisation.
Elle assure que les aspects financiers du projet (par exemple, la budgétisation, les rapports
financiers et autres procédures nécessaires) sont exécutés de manière contrôlée. La gestion
financière traite essentiellement de comment, quand, et pourquoi l’argent est, ou devrait
être, affecté aux activités du projet. La gestion permet aussi de fixer les priorités de
l’organisation. De plus, elle s’occupe de l’analyse des résultats financiers, qui mesurent la
‘santé’ de l’organisation, tout en protégeant les intérêts de l’organisation et ceux du public.
Finalement, rester dans le cadre de la loi et offrir aux donateurs une garantie acceptable
que leurs fonds soient utilisés de manière correcte, requièrent des procédures financières
internes fiables (un système transparent) qui doivent être mises en place par le directeur
financier de l’organisation.
On peut alors affirmer que l’objectif de ce cours est :
 de permettre d’appréhender les documents de synthèse produits par la comptabilité
financière comme des outils retraçant l’activité de gestion et la situation
économico-financière d’une entreprise ou d’une organisation ;
 de proposer des outils et une démarche de diagnostic de la situation de
l’organisation, et d’initier les participants à la construction de documents
prévisionnels de gestion financière.

Ce cours comprendra les séquences suivantes : le choix des investissements et des


financements, le plan de financement, et la trésorerie.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 45/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 1 : CHOIX DES INVESTISSEMENTS ET DES


FINANCEMENTS
1. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence, vous devez être en mesure d’apprécier d’une part l’opportunité
d’un investissement et d’autre part l’opportunité d’un moyen de financement.

Objectifs spécifiques :
Vous devez être capable de :
 définir un projet d’investissement ;
 comprendre les principaux critères de sélection d’un projet d’investissement ;
 pouvoir faire un choix judicieux entre plusieurs moyens de financement d’un projet
d’investissement.

1. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


1. 2. 1 Généralités
Un projet d’investissement est l’engagement immédiat de capitaux sous diverses formes,
en espérant que leur utilisation réalisera des bénéfices.
Investir, c’est aussi, apprécier la rentabilité d’un projet, c’est comparer ce qu’il rapporte à
ce qu’il coûte.
Une décision d’investir relève de la politique à long terme de l’entreprise et résulte de
motifs et contraintes divers : recherche de profit, croissance de l’entreprise, acquisition de
nouveaux moyens matériels et humains, etc.
-Nature de l’investissement :
Une entreprise peut investir en biens matériels, humains ou intellectuels :
● investissements matériels : achat ou fabrication de matériels, acquisition de terrains,
bâtiment.
● investissement humain : recrutement de cadres supérieurs
● investissement intellectuel : recherche appliquée, formation et perfectionnement,
investissements commerciaux, publicité, etc.,…
● investissement incorporel : acquisition de brevets,….
-Décision d’investissement :
Lorsqu’une entreprise désire investir elle doit se poser deux questions fondamentales :
-Quel Investissement ? C’est le critère de rentabilité qui doit guider le choix de
l’investissement à réaliser. La somme des surplus monétaires dégagés par l’investissement
doit permettre de :
 récupérer la mise de fonds initiale ;
 rémunérer le capital investi
-Quel financement utilisé ?
L’incidence du mode financement sur le choix d’un projet est déterminante car les flux
nets de trésorerie vont s’en ressentir et, par conséquent, la rentabilité d’un investissement
dépendra davantage de son mode de financement. On distingue les modes de financement
suivants :
Le financement des investissements :-sur fonds propres
-par emprunt bancaire
-par crédit-bail

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 46/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

-par un financement mixte (emprunt et fonds propres)


C’est le mode de financement le plus approprié qui sera retenu, c'est-à-dire l’entreprise
choisira l’investissement le moins coûteux mais surtout celui qui rapportera le plus et qui
se révèlera le plus rentable.
Ainsi les éléments à considérer dans le calcul de la rentabilité des investissements sont :
-le montant de l’investissement ou coût de l’investissement : qui correspond à toutes les
dépenses effectuées en vue de l’obtention du bien (Prix d’achat HT (ou coût de
production), frais (recherche, installation, montage, Droits de douanes), TVA non
récupérable, l’accroissement du BFE engendré par l’investissement et dû à une
augmentation du chiffre d’affaires.
-les flux nets de trésorerie (FNT) ou cash flow ou Capacité d’autofinancement (CAF) : qui
correspond à la différence entre ce que rapporte l’investissement (recettes prévisionnelles)
et ce qu’il coûte (dépenses supplémentaires liées à l’investissement), en tenant compte, de
l’incidence de la fiscalité et du mode de financement de l’investissement.
Les FNT peuvent être calculés à l’aide d’un tableau correspondant à la durée de vie de
l’investissement : CAF=Bénéfices nets + dotations aux amortissements

FNT d’une période


Recettes prévisionnelles
-charges prévisionnelles
-dotations aux amortissements
=Résultat d’exploitation ou R+ avant l’impôt
-Impôt sur les sociétés
=Résultat net ou après impôt
+Dotations aux amortissements
=Flux nets de trésorerie ou Cash flow

On peut schématiser le FNT comme suit :

…… .. n

Io I1 I2 I3
FNT1 FNT2 FNT3 FNTn Vn

I=dépenses totales d’investissement à réaliser avec I= Io + I1 + I2 +…….


FNT=flux net de trésorerie
Vn=valeur résiduelle
n=nombre d’années d’amortissement.
Pour le principe, on se place à l’époque zéro, date à laquelle l’investissement doit être
réalisé. Les FNT étant dégagés chaque année, il conviendra d’utiliser les méthodes
d’actualisation qui prennent en compte le temps, pour déterminer si l’investissement est
rentable ou non.
Pour que l’investissement soit rentable, il faut que la somme des FNT actualisés soit
supérieure ou égale à la valeur d’acquisition du matériel.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 47/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

1. 2. 2 Les Principaux critères de sélection


Plusieurs critères nous permettent de sélectionner un projet d’investissement :
a)-La valeur actualisée nette (VAN) : c’est la valeur actuelle nette d’un investissement
c'est-à-dire la différence entre les FNT et le coût de l’investissement, actualisés à la date 0

Alors

Lorsque la VAN>0, on dit que l’investissement est rentable.

b)-Indice de profitabilité (IP) :


Lorsque deux investissements sont tous rentables (VAN>0) au taux d’actualisation i il faut
choisir celui qui a la plus grande VAN si les deux investissements sont des montants
égaux. Mais si les coûts initiaux sont différents, il faut choisir celui qui donne l’indice de
profitabilité le plus élevé.

il faut que IP>0 pour que le projet soit rentable.

c)-La méthode du taux de rendement interne ou taux interne de rentabilité (TIR) :


Cette méthode consiste à rechercher le taux d’actualisation qui rend nulle la VAN, c'est-à-
dire pour lequel l’investissement (I) est égal à la valeur actuelle des recettes nettes
attendues.
Le TIR est le taux r tel que VAN=0
On posera comme formule :
Au taux r, la valeur actuelle du projet est nulle. Celui-ci ne produit aucun bénéfice.
d)-La méthode du délai de récupération du capital investi ou méthode du Pav-Back :
Le délai de récupération est le temps nécessaire pour que le montant cumulé des FNT
actualisés soit égal au capital investi. Il se calcule par interpolation linéaire ; donc il s’agit
de déterminer n de sorte que

1. 2. 3 Le choix entre plusieurs modalités de financement pour un même


projet d’investissement
En général, un chef d’entreprise doit pouvoir faire un choix judicieux entre plusieurs
projets d’investissement.
A cet effet, il doit classer ses différents projets en fonction des critères de rentabilité
précédemment étudiés.
Les projets d’investissement que l’entreprise cherche à réaliser doivent être accompagnés
de l’étude de leur financement.
Plusieurs possibilités s’offrent à l’entreprise dont les conséquences sont différentes :
 financement sur fonds propres ;
 financement par emprunts ;
 financement mixte ;
 financement par crédit bail.
a -Financement sur fonds propres : 

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 48/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Le financement fait par l’entreprise par capitaux propres ou par augmentation de capital
n’entraîne pas de dépenses supplémentaires en tant que telles pour celle-ci dans
l’immédiat, sauf les dividendes à distribuer en fin d’exercice qui vont s’accroître.

b -Financement par emprunts :


Le financement par emprunt oblige une entreprise à rembourser non seulement les sommes
empruntées mais à payer des intérêts pour le crédit dont elle a bénéficié. Les intérêts ainsi
versés ont une incidence sur les cash-flows annuels ou flux de trésorerie car ils
représentent une charge déductible qui vient diminuer le bénéfice imposable et par voie de
conséquence l’impôt BIC dû.
c -Financement mixte : 
On l’appelle mixte car il associe plusieurs modes de financement : fonds-propres, emprunt,
subvention, crédit bail, location simple.
Lorsque le montant du financement est élevé, l’entreprise peut faire la combinaison des
incidences de plusieurs modes.
Dans tous les cas, si le taux de l’emprunt est inférieur au taux interne de rentabilité du
projet financé uniquement par fonds propres, alors le financement par emprunt dégage une
rentabilité supérieure. C’est le phénomène de l’effet de levier.
d -Financement par crédit bail :
L’entreprise prend en location le bien en question à une société de financement pendant
une certaine période avec trois possibilités au terme de la période de location :
-acheter le bien à un prix tenant compte des loyers déjà versés ;
-restituer le bien et mettre fin au contrat ;
-renouveler le contrat de crédit pour une nouvelle période.
Notons dans la conception actuelle du SYSCOA, les biens y compris ceux du crédit bail
sont considérés comme des biens acquis par emprunt. Ils figurent dans le bilan. Ils font
l’objet d’amortissement et ainsi les redevances, qui comprennent les intérêts et les
amortissements, sont analysées comme dans le cas d’un financement par emprunt pur.
Le processus du retraitement du financement par crédit bail est le suivant :
1-le bien acquis en crédit bail apparaît au bilan à l’actif comme au passif au coût d’entrée.
2-l’élaboration d’un tableau d’amortissement de l’emprunt : selon le SYSCOA, l’emprunt
équivalent de crédit bail à un taux réel i’ différent du i initialement stipulé au contrat tel
que si :
E=Montant de l’emprunt
L=Loyers successifs
P=Prix de rachat
i=taux initial de l’emprunt
i’=taux réel

On calcule i’ à partir de la formule.


On établit le tableau d’amortissement de l’emprunt au taux i’ d’où l’on tirera les éléments
de calcul du cash-flow :
-les charges d’intérêts ;
-les amortissements (remboursements).
3-l’élaboration d’un tableau d’amortissement du matériel d’où l’on tirera les dotations aux
amortissements de chaque exercice.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 49/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

1. 3 RECAPITULONS :

Pour une entreprise qui désire investir deux questions sont fondamentales :
Quel investissement ? Cette première question s’intéresse au choix d’un investissement.
C’est-à-dire à l’analyse de l’opportunité économique d’un investissement. Afin d’apprécier
l’opportunité d’un investissement (et de comparer plusieurs projets), on s’intéresse aux
principaux critères de sélection qui sont : la Valeur actualisée nette, l’indice de
profitabilité, le taux interne de rentabilité et le Pav-Back.
Quel financement ? La deuxième question concerne le choix du moyen de financement
d’un investissement. Il s’agit d’analyser l’opportunité d’un moyen de financement. Une
fois le choix d’investissement fait, on s’intéresse au choix du moyen de financement en
comparant les rentabilités du projet selon différents critères : Fonds propres, emprunts,
crédit-bail, location,….

1. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
I- Une entreprise désire investir dans l’achat d’une presse industrielle dont le montant
s’élève à 5.000.000FG.
La durée de vie du matériel est de 10ans et est amorti de façon linéaire. L’entreprise décide
de conserver cette machine après 8 années d’utilisation. La valeur résiduelle à la fin de la
8ème année est égale à 1.000.000FG. L’acquisition de cette machine devrait permettre
d’augmenter la capacité de production de l’entreprise et donc d’encaisser pendant les trois
premières années 3.000.000 et 4.000.000 pendant les cinq dernières années.
Cependant les charges annuelles autres que celles relatives aux amortissements s’élèveront
à 2.000.000FG pendant les trois premières années et 1.500.000FG pour le reste du temps.
TAF :
1. Présenter dans un tableau le calcul des FNT
2. Dire si l’investissement doit être réalisé.
NB : impôt/BIC=35% taux d’actualisation=10%
II- Une entreprise désire acquérir une machine pour un montant de 327400F. Elle devra
dégager pendant 5 ans des Cash-flows de 100.000F avec une valeur résiduelle égale à la fin
de la période.
TAF :
1. Calculer le TIR.
2. Tirer les conclusions nécessaires.
III- Une entreprise décide d’investir dans l’achat d’une photocopieuse pour 1000000F
qu’elle compte amortir 5ans, taux d’actualisation 10%.
Les cash-flows envisagés pour les 5 années à venir sont les suivants :
380.000, 500.000, 450.000, 400.000 et 200.000.
TAF : Déterminer le délai de récupération du capital investi.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 50/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 2 : LE PLAN DE FINANCEMENT


2. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence, vous devez être en mesure de présenter le plan de financement
d’une entreprise.

Objectifs spécifiques :
Vous devez être capable de :
 dégager une idée générale sur le plan de financement ;
 comprendre la structure d’un plan de financement ;
 décrire les étapes d’élaboration d’un plan de financement ;
 pouvoir contrôler l’équilibre d’un plan de financement.

2. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


2. 2. 1 Généralités
Un plan de financement est un tableau prévisionnel pluriannuel de synthèse qui permet de :
-mettre en œuvre à moyen terme la stratégie de financement envisagé par une entreprise ;
-confronter les besoins de financement aux ressources nécessaires ;
-prendre des décisions d’orientation de l’entreprise en matière de financement.
C’est aussi un tableau prospectif tourné vers le futur qui présente un double intérêt :
-c’est un support d’octroi de crédit pour les banques et autres bailleurs de fonds ;
-c’est un instrument de vérification de la cohérence entre les investissements prévus et leur
financement.
C’est un plan de financement qui permet, sur le plan interne, d’établir une synthèse de
prévisions financières de l’entreprise, et de faciliter de façon externe la communication
entre celle-ci et tous les opérateurs économiques.
Le plan de financement est conçu pour une période de 5 à 7 ans d’exercices et pour chaque
exercice de la période choisie.
Il permet également d’établir les bilans prévisionnels de fin d’exercice à partir du dernier
bilan réel.

Bilan de fin Plan de financement Bilan de fin


+ =
d’exercice N de l’exercice N+1 d’exercice N+1

2. 2. 2 Construction ou Structure du plan de financement 


Sa présentation est semblable à celle du tableau de financement Emplois-Ressources.
Selon le SYSCOA  il est constitué de deux parties:
-les besoins prévisionnels qui comprennent :
 les investissements envisagés ;
 l’augmentation du besoin de financement qui en résultera ;
 les remboursements d’emprunts prévus ;
 les prêts envisagés ;
 les subventions à accorder ;
 les dividendes à distribuer ;

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 51/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

 Etc.,….
-les ressources prévisionnelles qui comprennent :
 des emprunts envisagés ;
 des augmentations de capital prévu ;
 des encaissements de prêts ;
 des cash-flows envisagés ;
 des cessions ou désinvestissement prévu
 des subventions à recevoir.
Présentation du plan de financement
Eléments n1 n2 n3
Besoins
Investissements prévus
BFR normatif
Remboursement des emprunts
Distributions de dividendes
Prêts envisagés
Subventions à accorder
Total Emplois (1)
Ressources
Cash-flows
Désinvestissement (cessions)
Emprunts
Remboursements de prêts
Augmentation de capital en numéraire
Subventions à recevoir
Récupération BF
Total des Ressources (2)
Excédent (2-1) >0 => une augmentation des disponibilités
Insuffisance (2-1) <0 => un accroissement du besoin de financement à court terme.
2. 2. 3 Etapes de l’élaboration d’un plan de financement 
Pour élaborer un plan de financement il faut suivre les étapes suivantes :
E1 : diagnostic financier de l’entreprise : connaissance de la situation de départ et des
objectifs de l’entreprise.
E2 : définition des besoins à financer : il s’agit d’inventorier tous les besoins qui devront
être financés.
E3 : détermination des ressources internes et externes sur la base des objectifs de croissance
retenus.
E4 : calcul du besoin de financement à combler surtout par des ressources externes.
E5 : élaboration et analyse du plan de financement avec choix des moyens de financement.
2. 2. 4 L’équilibre du plan de financement 
Pour assurer l’équilibre financier, on distingue plusieurs phases :
 évaluer  les besoins de financement à long terme
 recenser les ressources internes
 estimer les ressources externes nécessaires
 choisir les moyens de financement externe (augmentation du capital
ou emprunt).

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 52/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Le total des ressources prévisionnelles doit être supérieur au total des besoins prévisionnels
pour que l’entreprise puisse disposer d’une marge de sécurité en cas d’erreurs de
prévisions ou de besoins de financement non prévus.
L’exécution d’un plan comporte deux périodes : réalisation (des investissements prévus) et
le remboursement (des crédits obtenus).
L’entreprise doit vérifier qu’elle n’a pas excédé sa capacité d’emprunt. Elle effectue alors
une comparaison entre les annuités de remboursement des emprunts et sa capacité
d’autofinancement.
2. 2. 5 Contrôle du plan de financement
L’équilibre du plan de financement est nécessaire en début de période. L’entreprise doit
chercher à compenser un éventuel déséquilibre sur une courte période qui nécessite une
révision des prévisions. Ainsi un contrôle régulier et périodique doit être fait en
compensant les prévisions et les réalisations par des ajustements.

2. 3 RECAPITULONS :

Le plan de financement est un tableau prévisionnel pluriannuel constitué, selon SYSCOA,


de deux parties : les besoins prévisionnels et les ressources prévisionnelles. Son
élaboration suppose quatre étapes successives : diagnostic financier de l’entreprise,
définition des besoins à financer, détermination des ressources internes et externes, calcul
du besoin de financement et enfin l’élaboration du plan de financement proprement dit.
Pour éviter toute erreur de prévision, l’entreprise doit s’assurer que les recettes
prévisionnelles sont supérieures aux besoins prévisionnels. Pour s’assurer d’une bonne
prévision, l’entreprise doit garantir un contrôle régulier et périodique en compensant les
prévisions et les réalisations par des ajustements.

2. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
L’entreprise SYLLA vous communique un extrait de son balance au 31-12-05.
Actif Passif
Eléments Montant Eléments Montant
Bâtiment industriel 8.000.000 Capital 20.000.000
Bâtiment administratif 4.000.000 Réserves 4.000.000
Matériels et outillages 6.000.000 Emprunt 1.000.000
Titres de participation 500.000
Prêts à + 1 an 2.000.000
20.500.000 25.000.000
Les autres renseignements sont les suivants :
-le chiffre d’affaires de l’année 05 est égal à 50.000.000 F HT ;
-le besoin de financement d’exploitation est évalué à 10% du chiffre d’affaires de
l’exercice de la première à la troisième année ;
-l’emprunt sera remboursé par amortissement constant au taux de 7% l’an sur les deux
premières années ;
-la TIIT envisage la politique d’investissement suivante pour les 5 années à venir.
Année 1998
Achat d’une usine d’une valeur de 6.000.000 F en début d’année qui devrait accroître
l’activité de l’entreprise de 30%.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 53/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Année 1999
-achat d’une deuxième usine en début d’exercice d’une valeur de 7.000.000 F entraînant
également une hausse de l’activité de 30% ;
-remboursement du prêt de 2.000.000 F
Année 2000
-achat de nouveaux bâtiments industriels d’une valeur de 3.000.000 F ;
-cession des anciens bâtiments à leur valeur comptable nette qui est de 1.200.000 F ;
-accroissement d’activité 30% ;
-les bénéfices nets après impôts envisagés sont les suivants :
Année 98 : 4.500.000
Année 99 : 4.860.000
Année 00 : 5.250.000
Année 01 : 5.670.000
Année 02 : 6.125.000
Les amortissements des immobilisations prévus sont les suivants :
Année 98 : 300.000
Année 99 : 300.000
Année 00 : 500.000
Année 01 : 700.000
Année 02 : 700.000
TAF :
Etablir sur 5 ans le plan de financement de cette entreprise.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 54/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 3 : L’ANALYSE ECONOMIQUE DE LA TRESORERIE :


TRESORERIE ET BUDGET DE TRESORERIE
3. 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE

Objectif général :
A l’issue de cette séquence, vous devez être en mesure de gérer efficacement la trésorerie
d’une entreprise.

Objectifs spécifiques :
Vous devez être capable de :
 faire une présentation générale de la trésorerie ;
 définir, calculer et d’interpréter l’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE) ;
 définir et de construire le budget de trésorerie.

3. 2 CONTENU DES APPRENTISSAGES


3. 2. 1 Généralités 
Les destinataires de l’information financière d’une entreprise s’intéressent particulièrement
à sa trésorerie. Son étude permet d’éviter à l’entreprise une cessation de payement ou au
contraire détenir une trésorerie trop importante que celle-ci gagnerait à placer : c’est la
gestion efficace de la trésorerie.
L’analyse des flux de trésorerie est un complément utile du tableau de financement afin de
mieux gérer les problèmes de trésorerie (Ressources, Emplois).

Analyse dynamique
de la trésorerie

Permet d’apprécier

Cohérence des choix stratégiques


effectués par l’entreprise

Capacité à générer des liquidités à Faculté à maintenir après avoir


partir des résultats dégagés au cours couvert divers prélèvements non
de l’exercice différés, un solde de trésorerie
compatible avec les
investissements nets à effectuer.

Les flux de trésorerie issus des résultats sont révélateurs de la stratégie et des potentiels de
l’entreprise.
3. 2. 2 Excédent de trésorerie d’exploitation (ETE)
 L’ETE représente la trésorerie générée par l’activité d’exploitation de l’entreprise
au cours d’un exercice.
 Calculs : Il existe deux modes de calcul

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 55/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

a)-1er mode : ETE=Encaissement d’exploitation - Décaissement d’exploitation


b)-2eme mode : ETE=EBE-ΔBFRE →variation du besoin de financement d’exploitation.

Produits d’exploitation (∆Stocks+∆créances


encaissables-charges d’exploitation )-
d’exploitation (∆dettes d’exploitation)
décaissables
 Utilité de l’ETE :
L’ETE permet de :
-mesurer la trésorerie générée par l’activité d’exploitation ;
-affiner l’analyse de l’équilibre financier de l’entreprise ;
-juger la capacité de l’entreprise à financer sa politique de croissance.
Il est utile que l’entreprise détermine le niveau d’ETE nécessaire pour couvrir le coût des
emprunts, l’impôt sur les sociétés, le remplacement des immobilisations usagés (en cas
d’autofinancement) la rémunération des associés.
Si l’ETE est négatif, cela signifie que l’entreprise est dans une situation critique et que sa
rentabilité est insuffisante.
Ainsi comme on le voit la meilleure façon de maîtriser la trésorerie d’une entreprise, c’est
de la prévoir à partir d’un budget de trésorerie.
3. 2. 3 Budget de trésorerie 
Définition : le budget de trésorerie est le reflet des éléments fournis par les autres budgets
de l’entreprise. Il permet:
-d’établir la situation prévisionnelle de trésorerie (banque, caisse, CCP) ;
-de prévoir le besoin de financement externe à court terme ;
-de déterminer le minimum de liquidités nécessaires à l’entreprise en fonction de ses
objectifs ;
-de synthétiser l’ensemble des actions de l’entreprise ;
-de porter un jugement sur la politique générale de l’entreprise.
Il est élaboré généralement par mois, ou par trimestre (ou semestre).
Construction du budget : le budget de trésorerie comprend :

Un tableau des décaissements prévisionnels


Un tableau des encaissements prévisionnels
Un tableau récapitulatif
-les encaissements comprennent :
 encaissements des ventes d’actif ;
 encaissements des produits divers ;
 acomptes versés par les clients (acomptes reçus) ;
 encaissements des intérêts et dividendes à recevoir ;
 encaissements des prêts consentis (remboursement à recevoir) ;
 encaissements d’autres ressources (augmentation de capital, subventions) ;
 emprunts à recevoir (obtention d’emprunt) ;
 encaissements des ventes de la période.
-les décaissements comprennent :
 règlements des dettes à court terme et des effets issus du bilan (ou balance)
précédent 

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 56/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

 payement des achats de la période ;


 règlement des acquisitions de biens ;
 payement des impôts et taxes ;
 règlements des intérêts et dividendes à verser ;
 remboursement des emprunts contractés (emprunt) ;
 payement des frais et charges de la période (à l’exclusion des charges
d’amortissement et de provisions qui ne constituent par des charges décaissables).
Il s’agit des frais de fabrication, généraux, de distribution.
Tableau récapitulatif
Période 1 2 3 4
Eléments
Trésorerie initiale (1) 5
+ Total encaissement (2)
Total recettes (1+2)=3
-Total décaissement 4
Trésorerie finale 3-4=5
NB : la trésorerie finale d’une période constitue la trésorerie initiale de la période suivante.

3. 3 RECAPITULONS :

L’analyse économique de la trésorerie permet de gérer efficacement les problèmes de


trésorerie (ressources, emplois) aux quels sont confrontés souvent les entreprises et qui
facilitent l’analyse et la construction du tableau de leur financement. Dans l’étude de la
trésorerie deux notions s’avèrent importantes : l’ETE et le budget de trésorerie. L’ETE est
la trésorerie générée, au cours d’un exercice, par l’activité d’exploitation d’une entreprise.
Il est obtenu en faisant la différence entre l’encaissement et le décaissement d’exploitation.
Le budget de trésorerie résulte des autres budgets de l’entreprise. Il comporte deux
tableaux : le tableau des décaissements prévisionnels et le tableau des encaissements
prévisionnels. La trésorerie finale d’une période constitue la trésorerie initiale de la période
suivante.

3. 4 EXERCICES D’AUTOEVALUATION
Le bilan de la société anonyme SOCACI se présente comme suit :

Actif Bilan au 31-12-2000 (en milliers de FCFA) Passif


Valeurs immobilisées Capitaux stables
Immobilisations brutes 380.000 Capital 485.000
Dettes financières 200.000
Actif circulant Passif circulant
Stocks 350.000 Fournisseurs 100.000
Clients 100.000 Charges à payer 15.000
Charges payées d’avance 5.000 TVA à payer 10.000
Effets à recevoir 30.000 Effet à payer 90.000
Trésorerie-Actif Trésorerie-Passif
Banque 30.000
Caisse 5.000
Total 900.000 Total 900.000

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 57/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Informations relatives au bilan


-les charges à payer : 10.000 F seront payés en Janvier et le reste en février ;
-les clients payeront 30% en Janvier, 30% en Février en 40% en Mars ;
-la TVA à payer correspond à celle du mois de Décembre et est payable avant le 15
Janvier ;
-les effets à recevoir seront encaissés en Janvier ;
-les effets à payer seront payés par 1/3 en Janvier, en Février et en Mars ;
-les fournisseurs seront réglés 50% en Janvier et 50% en Mars.
Informations relatives aux budgets
1)-le budget des ventes HT (en milliers FCFA)
Janvier 120.000 Mars 130.00
Février 180.000 Avril 180.000
Les modalités de règlements sont : 30% dans le mois
10% à 30 jours
60% à 60 jours
2)-le budget des achats HT (en milliers de FCA)
Janvier 30.000 Mars 30.00
Février 40.000 Avril 20.000
Les modalités de règlements sont : 20% à 30 jours
30% à 60 jours
50% à 90 jours
TVA : 20%
3)-les frais de Personnel (en milliers de FCFA)
 25.000 par mois, payés dans le mois même ;
 Les charges sociales représentent 60% et sont payées le mois suivant.
4)-les autres charges d’exploitation (y compris 2.000 F d’amortissement mensuel)
Janvier 15.000 Mars 20.00
Février 15.000 Avril 30.000
Ces charges sont payables au comptant.
5)-le budget des investissements
Achat en Mars d’un micro-ordinateur à 2.000F (en milliers de FCFA) et payable en Avril
et amorti sur 10 ans de façon linéaire.
Remarque :
La TVA et l’ASDI sont payables avant le 15 du mois suivant.
Le taux applicable sur les ventes, les achats et l’investissement est de 20% pour la TVA et
de 5% pour l’ASDI ;
TAF :
Etablir le budget de trésorerie de la S.A SOCACI pour les quatre premiers mois de
l’exercice 2001.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 58/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

CONCLUSION GENERALE
En définitive, il apparaît que l’analyse financière n'est pas seulement l'étude des comptes
annuels (bilan, le compte de résultats, et leurs annexes) de l'entreprise, mais aussi l'analyse
d'ensemble de sa situation et de ses perspectives. Elle consiste à étudier l'information
comptable et financière relative à une entreprise, afin d'émettre un diagnostic. L'analyse
doit aboutir à un diagnostic, donc conclure quant à la performance de l'entreprise étudiée et
permettre d'en comprendre les déterminants; en particulier, si cette performance apparaît
médiocre. Pour mieux étudier l’activité, la rentabilité et le financement de l’entreprise le
spécialiste de l’analyse financière doit avoir au moins trois qualifications principales: des
connaissances en comptabilité, des connaissances d'économie et de gestion, et enfin des
qualités de chien détective pour repérer et renifler dans les coins obscurs
La gestion financière traite essentiellement de comment, quand, et pourquoi l’argent est, ou
devrait être, affecté aux activités du projet. La gestion permet aussi de fixer les priorités de
l’organisation. De plus, elle s’occupe de l’analyse des résultats financiers, qui mesurent la
‘santé’ de l’organisation, tout en protégeant les intérêts de l’organisation et ceux du public.
Finalement, rester dans le cadre de la loi et offrir aux donateurs une garantie acceptable
que leurs fonds sont utilisés de manière correcte, requièrent des procédures financières
internes fiables (un système transparent) qui doivent être mises en place par le directeur
financier de l’organisation.
Une question très importante a été traitée dans la deuxième partie de ce document :
comment l’entreprise a-t-elle financé ses investissements ou son activité.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 59/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

BIBLIOGRAPHIE
1. BEATRICE et GRANGUILLOT Francis, Analyse financière, 4ème édition, Gualino.
2. BREALEY R. et MYERS S., Principes de gestion financière, Pearson Education,
2005.
3. BRUSLERIE (de) H., Analyse financière – Information financière et diagnostic,
3 édition, Dunod, 2006.
ème

4. COHEN E. et SAUREL A. - Analyse financière, Economica, 1990.


5. MIKOU Najib et SADIKI Abdellatif, Mathématiques financières, 3ème éd, ISBN
2003.
6. OUATTARA Abdoulaye, Gestion financière selon le SYSCOA, Conakry, 2002.
7. PEYRARD J, Analyse financière, Vuibert, 1984.
8. PILVERDIER-LATREYTE J, Finance d’entreprise, Economica, 1988.
9. QUIRY P. et LE FUR Y., Pierre VERNIMMEN : Finance d’entreprise, Dalloz,
2005.
10. ROLANDO T. et FINK J.-C., Mathématiques financières, 2 éd.Vuibert, 2004.
ème

11.SOLNIK B, Gestion financière, Nathan, 1997.


12.VERNIMMEN Pierre, Finance d’entreprise, Dalloz, 2000.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 60/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

ANNEXE
GLOSSAIRE
3R : Remise-Rabais-Ristourne.
A.C.E : Actif Circulant Exploitation.
A.C.H.E : Actif Circulant Hors Exploitation.
AF : Autofinancement.
ASDI : Acompte Sur Divers Impôts
BFE : Besoin en Fonds d’exploitation.
BFG : Besoin en Fonds Global.
BFR : Besoin en Fonds de Roulement.
BFRE : Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation.
BFRHE : Besoin en Fonds de Roulement Hors Exploitation.
BIC : Bénéfice Industriel Commercial.
CAF : Capacité d’Autofinancement.
CAFG : Capacité d’Autofinancement Global.
CAHT : Chiffre d’Affaire Hors Taxe.
CCP : Comptes Courants Postaux.
CS : Coefficient de structure.
EAR : Effet A Recevoir.
EBE : Excédent Brut d’Exploitation.
EENE : Effet Escompté Non Echu.
ETE : Excédent de Trésorerie Exploitation.
FNT : Flux nets de trésorerie.
FRNG : Fonds de Roulement Net Global.
FRNG : Fonds de Roulement Net Global.
GAF : Gestion et analyse financière.
HT : Hors Taxe.
IP : Indice de profitabilité.
MB: Marge Brute
P.C.E : Passif Circulant Exploitation.
P.C.H.E : Passif Circulant Hors Exploitation.
R+ : Résultat.
RAN : Report A Nouveau.
SF: Stock Final.
SI: Stock Initial.
SIG : Solde Intermédiaire de Gestion.
SYSCOA : Système Comptable Ouest Africain.
TA : Trésorerie Actif.
TE : Temps d’Ecoulement.
TIR : Taux Interne de Rentabilité. (
TN : Trésorerie Nette.
TP : Trésorerie Passif.
TTC : Toute Taxe Comprise.
UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africain.
VAN : Valeur Actualisée Nette.
VAn : Valeur ajoutée à la période n.
VAn-1 : Valeur Ajoutée à la période n-1.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 61/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

VD : Valeurs Disponibles.


VE : Valeurs d’Exploitation.
VMP : Valeur Mobilière de Placement.
VNC : Valeur Comptable Nette
VR : Valeurs réalisables.
Δ: Variation

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 62/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

CORRIGE DES EXERCICES SUR LA PREMIERE PARTIE


SEQUENCE 1
1- Pour étudier l’activité, la rentabilité et le financement de l’entreprise l’analyse financière
utilise essentiellement le bilan, le compte de résultat, le TAFIRE, les documents annexes et
les Etats supplémentaires.
2- L’analyse financière est un instrument d’aide à la prise de décision parce qu’elle permet
de répondre à un certain nombre de questions :
-l’entreprise est elle rentable ?
-sa structure financière est elle équilibrée ?
-quels sont les points forts, les points faibles et les potentiels de l’entreprise ?
3- Pour comprendre l’analyse financière SYSCOA, il faut connaître les 5 étapes
successives :
Etape 1 : étude des moyens économiques mis en œuvre par l’entreprise ;
Etape 2 : étude de l’activité et des performances économiques de l’entreprise ; 
Etape 3 : étude des performances financières de l’entreprise ;
Etape 4 : étude des équilibres financiers de l’entreprise ;
Etape 5 : dynamique économique et financière de l’entreprise.

SEQUENCE 2
Nous distinguons trois approches : approches juridique, économique et financière.
Chaque approche a ses mérites et ses faiblesses.
a)-l’approche juridique : répond moins aux besoins de la gestion que les deux autres
approches. Mais elle est précieuse dans le cas où l’entreprise est en difficulté ; en effet :
-à l’actif, la distinction des droits réels et des droits de créance est importante. En cas de
liquidation, l’entreprise pourra revendre les biens dont elle est propriétaire.
-au passif, la distinction des capitaux propres et des dettes est fondamentale :
-les dettes devront être remboursées à leurs échéances respectives (dans quelques jours,
quelques mois, plusieurs années) : c’est le passif exigible.
-les capitaux propres (capital, réserves, + ou – résultat) restent à la disposition permanente
de l’entreprise et ne seront remboursés qu’à sa liquidation.
b)-l’approche économique : a le mérite de bien séparer :
-les éléments liés à l’outil de production économique qu’est l’entreprise, c'est-à-dire
investissement –financement ; la plus grande partie de ses actifs et passifs est durable et
stable ;
-les éléments liés à l’exploitation : dettes d’exploitation (fournisseurs, personnel…),
stocks, créances clients…dont) doivent connaître le caractère cyclique.
C’est une analyse qui a une place très importante dans la gestion prévisionnelle de
l’entreprise. Elle est assez voisine de l’approche financière.
c)-l’approche financière : permet de s’assurer des flux en fonction du temps, puisque les
capitaux sont classés selon leur date d’exigibilité, ils pourront sous cet angle être comparés
aux actifs qu’ils financent. Pour être précis cette classification devrait analyser de façon
stricte et classer actifs et passifs en fonction des délais prévisibles de transformation en
espèces (actifs) ou en paiements (passif).

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 63/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 3
1-Le Bilan fonctionnel de la Société.

Actif Montant Passif Montant


Emplois stables Ressources stables
Charges à repartir sur plus. 92.581 Capitaux propres
Fonds commercial 152.000 Capital 650.000
Terrains 456.000 Réserves 15.960
Construction 905.200 Autres réserves 142.700
Installations et Mat. Outill 841.500 RAN 54.950
Amortissement et prov. 547.473
Résultat de l’exercice 134.000
Subventions d’investis. 202.860
Total Emplois stables 2.447.281 Total capitaux propres 1.747.943
Actif circulant exploitation Dettes financières
Stock de marchandises 961.491 Emprunt 1.156.500
Clients et comptes rattachés 1.784.812 Prov. Pour risque et charge 115.824
Client EAR (EENE) 661.300
Autres créances 92.244
Charges constatés d’avance 19.930
Total A.C.E 3.519.777 Total dettes financières 1.272.324
Actif circulant hors exploit Passif circulant exploitation
Autres créances 143.811 Fournisseur et comptes rattach 1.233.492
VMP 30.875 Dettes fiscales et sociales 508.918
Autres dettes 19.747
Produits constatés d’avance 56.322
Total A.C.H.E 174.686 Total P.C.E 1.818.479
Trésorerie Actif P.C.H.E
Disponibilités 52255 Autres dettes 24.136
Impôts/sociétés 24.500
ICNE/emprunt 4.250
Total Trésorerie Actif 52.255 Total P.C.H.E 52.886
Trésorerie passif
Concours bancaire 641.067
EENE 661.300
Total Trésorerie Passif 1.302.367
Total Actif 6.193.999 Total Passif 6.193.999

1-2 : Bilan fonctionnel condensé


Actif Montant Passif Montant
Actif immobilisé 2.447.281 Capitaux propres 1.747.943
Actif circulant d’exploitat. 3.519.777 Dettes financières 1.272.324
Actif circulant hors exploit 174.686 Passif circulant exploitatio 1.818.479
Trésorerie Actif 52.255 Passif circulant hors exploi 52.886
Trésorerie passif 1.302.367
Total 6.193.999 Total 6.193.999
2- Calcul des valeurs :
FRNG=Ressources durables - Actif immobilisé= 3.020.267 - 2.447.281=572.986
BFRE=ACE-PCE=3.519.777 - 1.818.479=1.701.298

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 64/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

BFRHE=ACHE - PCHE=174.686 - 52.886=121.800


BFR=BFRE + BFRHE=1.701.298 + 121.800 = 1.823.098
TN=TA – TP=52.255 - 1.302.367=-1.250.112
TN=FRNG – BFR=572.986 - 1.823.098=-1250112

SEQUENCE 4
1-Calcul du FRNG de l’entreprise SOUMARE
FRNG = Ressources stables – Actif immobilisé = 10.000 – 4500 = 5500=> FRNG=5500
2-Calcul du BFR :
BFR = BFRE + BFRHE
Or BFRE = Actif d’exploitation – Dettes d’exploitation = 9500 – 4400 = 5100
BFRHE = Actif hors exploitation - Dettes hors exploitation = 2000 – 1000 = 1000
Donc BFR = BFRE + BFRHE = 5100 + 1000 = 6100 => BFR = 6100
3-Calcul du Trésorerie de cette entreprise
Trésorerie nette = Actif de trésorerie – Passif de trésorerie = 1000 – 1600 = -600
=>TN = -600
On peut vérifier ces réponses car la trésorerie nette peut être calculée aussi comme suit :
TN = FRNG – BFR or FRNG = 5500 et BFR = 6100 =>TN = 5500 – 6100= -600

SEQUENCE 5
1)-Présentons le bilan financier après avoir retraité et reclassé les différents postes du bilan.
-Tableau des plus ou moins values
Eléments Valeurs comptables Valeurs réelles Plus values Moins values
Frais d’établiss. - - - 897500
Terrains 2150000 2900000 750000 -
Bâtiments 3780000 4600000 820000 -
Matériels 14870000 12120000 - 2750000
Stock 4932500 4439250 - 493250
Total 1570000 4140750
Moins values : 2570750
-Autres reclassements :
Emprunt à + 1an : 2728500 (dettes à – 1 an) et 5457000 (dettes à + 1an)
Provisions pour risques : 1027500 (provisions), 1800000*35%=630.000 (dettes à – 1an) et
1170000 (réserves).
Résultat : 1250000 (dettes à – 1 an) et 502000 (réserves)
Stock : 887850 (actif immobilisé) et 3551400 (valeur d’exploitation)
Effets à recevoir : 282500 (valeur réalisable) 800000 (valeur disponible)
Créances douteuses : 173750 (actif immobilisé) et 173500 (valeur réalisable)
-Bilan financier se présentera alors comme suit :
Eléments Montants Eléments Montants
Actifs immobilisés nets Capitaux propres
Terrain 2900000 Capital 12500000
Bâtiments 4600000 Réserves 4302000
Matériels 12120000 Provisions 1027500
Stock outil 887850 Moins values -2570750
Créances douteuses 173750
Total actif immobilisé 20681600 Total Capitaux propres 15258750

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 65/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Valeurs d’exploitation Dettes à long terme


Stock marchandises 3551400 Emprunts à + 1an 5457000
Stock emballages 349000
Total Valeurs d’exploitation 3900400 Total Dettes à long terme 5457000
Valeurs réalisables Dettes à court terme
Clients 2867500 Fournisseurs 5117000
Clients douteux 173750 Effets à payer 1582500
Autres Débiteurs 485000 Dividende à payer 1250000
Régularisation Actif 2422500 Etat 1507500
Titres de placement 810000 Emprunt à –1 an 3694500
Effets à recevoir 282500 Régularisation Passif 1080000

Total Valeurs réalisables 7041250 Total Dettes à court terme 14231500


Valeurs disponibles
Effets à recevoir 800000
Banques 2036000
Caisse 488000
Total Valeurs disponibles 3324000
Total général 34947250 Total général 34947250
2-Présentons le Bilan condensé
Eléments Montants % Eléments Montants %
Actif immobilisé 20661600 59 Capitaux propres 15258750 44

Valeurs d’exploitation 3900400 11 Dettes à long terme 5457000 16

Valeur réalisable 7041250 20

Valeur disponible 3324000 10 Dettes à court terme 14231500 40

TOTAL 34947250 100 TOTAL 34947250 100

SEQUENCE 6
1)-Les Ratios d’activité : 

Ratios Exercice N-2 Exercice N-1 Exercice N


-Rotation des stocks de
Matières premières (1)

-Rotation des stocks de


Produits finis (2)

-Crédits clients

-Crédits fournisseurs

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 66/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

-Productivité

-Partage de la valeur
ajoutée.
 Facteur travail

 Facteur capital

(1) SI=SF ± Variation de stock Stock moyen=

(2) SI=SF ± Production stockée Stock moyen=


(3) Coût de production des produits vendus=coût d’achat des matières
consommées+charges de production.
(4) C.A TTC=C.A HT x 1,18 car TTC=HT + 0,18HT=HT (1+0,18)=1,18HT.
(5) Achats TTC=Achats HT x 1,18
Commentaire :
-la durée d’écoulement des stocks de matières premières est stable sur les 3 exercices ;
Par contre, le temps d’écoulement des stocks de produits a presque doublé entre N-1 et N.
-la durée du crédit clients a fortement diminué entre N-1 et N ; ce qui est positif.
-la durée du crédit fournisseur accuse une légère baisse, mais reste tout de même très
importante. Il faudrait connaître les usages de la profession pour porter un jugement
définitif, mais on peut avancer que l’entreprise doit avoir des difficultés à régler ses
fournisseurs. On constate, par ailleurs, une trésorerie nette négative pour les exercices N-1
et N.
-le ratio de productivité est en progression ; ceci est dû à une augmentation simultanée de
la valeur ajoutée et du chiffre d’affaires.
-la part de la valeur ajoutée consacrée à la rémunération des salariés a subi une forte hausse
entre N-2 et N-1.
-la part de la valeur ajoutée qui sert à renouveler les investissements et à rémunérer les
prêteurs et les associés a diminué de plus de la moitié entre N-2 et N-1 ; Ceci s’explique
par l’analyse du ratio précédent.
On assiste à un redressement de la situation sur l’exercice N bien que la contribution du
facteur travail reste prédominante par rapport à la contribution du facteur capital.

2)-Les Ratios de structure :

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 67/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Ratios Exercice N-2 Exercice N-1 Exercice N


-Risque Global

-Immobilisations de
l’actif

-Actif circulant

-Financement des
immobilisations.

(1) Total du bilan=Actif immobilisé+Actif circulant brut


Commentaire :
-le ratio de risque global est correct puisque les fonds propres représentent plus d’1/3 du
total du bilan. On constate une amélioration en N due à une augmentation sensible des
fonds propres.
-les immobilisations représentent plus de la moitié du total de l’actif avec une progression
de 10 points sur l’exercice N.
-les capitaux permanents ne couvrent pas les investissements, ce qui amène à constater un
FRNG négatif et un financement d’une partie des emplois stables par des crédits de
trésorerie. La situation s’améliore d’une année à l’autre.
3-Les Ratios de rentabilité :

Ratios Exercice N-2 Exercice N-1 Exercice N


-Rentabilité financière

-Rentabilité économique

Commentaire :
-la rentabilité des apports évolue sensiblement entre N-2 et N-1. On constate une légère
différence entre N-1 et N.
-la rentabilité économique est nettement supérieure à la rentabilité des apports, ce qui
prouve un effet de levier positif. La rentabilité économique a fortement progressé entre N-1
et N.

SEQUENCE 7
Pour vendre 10.000.000F de produits finis, il fallait constituer un stock de matières
premières et de produits finis.
Matières :
-Stock matières premières : 10.000.000F x 30%=3.000.000F.
-Coefficient de structure (CS) : 3.000.000/10.000.000=0,3.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 68/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

-délais : délai de transformation + délai de stockage, soit 2 + 1=3


Soient 3 mois ou 90 jours.
-composante du besoin de financement en jours :
0,3 x 90=27jours (TE x CS).
-composante du besoin de financement normatif en valeur :
10.000.000 x 27/30 = 9.000.000
Produits finis :
-Stock de produits finis : 10.000.000 x 50%=5.000.000
-Coefficient du stock : 5.000.000/10.000.000=0,5
-délai d’écoulement : 30jours
-stock en jours : 0,5 x 30=15jours (TE x CS)
-stock produits finis en valeur : 10.000.000 x 15/30=5.000.000
-composante du BFE=stock matières et stock de produits finis :
9.000.000 + 5.000.000=14.000.000F (en valeur) et 27jours + 15jours soient 42 jours.

SEQUENCE 8
1-Les soldes significatifs de gestion :

Produits Montant Charges Montant SSG Montant


Ventes produits finis 589.345 Achat matières 303.392
3R accordé/vente (17.900) 3R obtenu/achat (24.200)
(SF-SI) produits finis (1.150) VS matières (SF-SI) 1.150 Marge brute 293.584
(SF-SI) encours 1.600 (55090-53940) Sur matières
Production immob. 2.031
Total 573.926 Total 280.342
MB/matières 293.584 Impôt et taxe 9.195 Valeur
Produit des activités annexes 12.030 Autres charges externes 50.540 Ajoutée 233.822
Autres produits d’exploitat. 3.359 Autres charges courantes 26.580
Subventions d’exploitation 11164
320.137 86.315
Valeur ajoutée 233.822 Charges de personnel 170.950 EBE 62.872
EBE 62.872 Dotations prov. D’exploit 24.218
Reprise provision d’exploita. 4.803 Résultat 43.457
D’exploitat.
67.675 24.218
Produit financier 253 Charges d’intérêt 9.440
Reprise produit financier 2.300 Dotations prov. Fin. risqu 5.130 Résultat -12.017
2.553 14.570 Financier
Résultat d’exploitation 43.457 Résultat financier 12.017 RAO 31.440
Produit cession 1.759 VNC des éléments 1.000
Reprise prov. réglementée 1.647 Charges HAO 3.803 RHAO -2.867
Dotations prov. reglement 1.470
3.406 6.272
RAO 31.440 RHAO 2.867
Impôts sur les bénéfices 6041 Résultat 22.532
Net
31.440 8.908

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 69/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

2-Calcul du CAF :
a)-À partir de l’EBE
EBE…………………..=62.872
Produit financier……..=253
Charge d’intérêt………=9.440
Charge HAO………….=(3.803)
Impôt sur résultat……..=(6.041)
CAF………………….= 43.841
b)-À partir du RN
Résultat net…………..=22.532
Dotation amort. Prov. Financières=5.130
Dotations prov. D’exploitation=24.218
Dotations prov. Réglementée=1.470
VNC………………………=1.000
Produit cession…………….= (1.759)
Reprise dotations prov. D’exploitation= (4.803)
Reprise de prov. Réglementée= (1.647)
Reprise de prov. Financière=(2.300)
CAF………………………=43.841
3-Calcul de l’autofinancement brut et net:
Autofinancement net
AFnet=AFbrut + Reprise – Dotation
Auto financement brut…………….=33.841
Reprise de prov. Financière……….=2.300
Reprise de prov. D’exploi…………=4.803
Dotations prov. Financière………=(5.130)
Dotations d’exploitation…………=(24.218)
Auto financement net…………..= 11.596
AFN=11.596

Auto financement brut=CAF – Dividende


=43.841 – 10.000
=33.841

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 70/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

CORRIGE DES EXERCICES SUR LA DEUXIEME PARTIE


SEQUENCE 1
I-1-Le tableau des FNT
Eléments Année1 Année2 Année3 Année4 Année5 Année6 Année7 Année8
Recettes 3000000 3000000 3000000 4000000 4000000 4000000 4000000 4000000
Valeur résiduelle 1000000
Total 3000000 3000000 3000000 4000000 4000000 4000000 4000000 4000000
Charges d’exploit 2000000 2000000 2000000 1500000 1500000 1500000 1500000 1500000
Amortissement 500000 500000 500000 500000 500000 500000 500000 500000
Total 2500000 2500000 2500000 2000000 2000000 2000000 2000000 2000000
R+ avant impôt 500000 500000 500000 2000000 2000000 2000000 2000000 3000000
Impôt BIC 35% 175000 175000 175000 700000 700000 700000 700000 1050000
R+ net 325000 325000 325000 1300000 1300000 1300000 1300000 1950000
Amortissement 500000 500000 500000 500000 500000 500000 500000 500000
FNT 825000 825000 825000 1800000 1800000 1800000 1800000 2450000
FNT actualisés 750000 681818 619835 1229424 1117655 1016053 923555 1142943
2-Calculer la VAN
Somme des FNT

VAN=-5000000+7481416=2481416
L’investissement peut être envisagé car la VAN est positive.

II- I=327400
Cash-flows annuels
Pour ce projet d’investissement nous disons que si cet investissement était envisagé, il
faudrait l’écarter si le taux d’évaluation était>16% dans le cas contraire il faut le retenir.
Exemple : À un TIR=17%, VAN=-7465
À un TIR=15%, VAN=7816

III- Dressons d’abord le tableau des cumuls.

Périodes Cœfficient d’actualisation Cash-flows actualisés Cumul


1 (1,1) -1
355455 355455
2 (1,1)-2 413223 768678
3 (1,1)-3 338092 1106770
4 (1,1)-4 273205 1343975
5 (1,1)-5 124184 1568159
A partir du tableau du cumul, on constate que le capital sera remboursé dans le courant de
la 3ème année, c'est-à-dire entre deux périodes :
2ans : 768678
3ans : 1106770
On utilise la méthode de l’interpolation linéaire :

Le projet est rentable car pour une durée d’utilisation de 5ans , le capital investi est
récupéré en 2ans 8mois.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 71/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

SEQUENCE 2
1)-Calculs préalables :
Fonds de roulement 1997 : 25.000.000 – 20.500.000=4.500.000
Besoin de financement : 50.000.000 x 10%=5.000.000
Trésorerie : 4.500.000-5.000.000=-500.000
Année 1998
BFE : 50.000.000x1, 3x10%=8.450.000
Accroissement du BF : 6.500.000-5.000.000=1.500.000
Année 1999
Besoin de financement : 65.000.000x1, 3x10%=8.450.000
Accroissement du BF : 8.450.000-6.500.000=1.950.000
Année 2000
BF : 8.450.000x1, 3=10.985.000
Accroissement du BF : 10.985.000 - 8.450.000=2.535.000
Calcul du Cash-flow 1998 : Bénéfice net + dotations amortissement=
45.000.000+3.000.000=48.000.000
Amortissement de l’emprunt
Année VCN Amortissement Intérêt Annuités
1 1.000.000 500.000 70.000 570.000
2 500.000 500.000 35.000 535.000

2) Elaboration du plan de financement de la société SYLLA


Eléments 1998 1999 2000 2001 2002
Besoins (emplois)
Investissements 6.000.000 7.000.000 3.000.000
BF 1.500.000 1.950.000 2.535.000
Remb. 570.000 535.000
d’emprunts
Total Emplois 8.070.000 9.485.000 5.535.000 0 0
Ressources
Cash-flows 4.800.000 5.160.000 5.750.000 6.370.000 6.825.000
Cession d’actif - - 1.200.000 - -
Rembour. Prêt - 2.000.000 - - -
Récupération BF 5.985.000
Total Ressources 4.800.000 7.160.000 6.950.000 6.370.000 6.825.000
Excédents - - 1.415.000 6.370.000 12.810.000
Insuffisance -3.270.000 -2.325.000 - - -
Cumul -3.270.000 -5.595.000 -4.180.000 2.190.000 15.000.000

SEQUENCE 3
Pour établir le budget de trésorerie de cette entreprise, nous devons élaborer
successivement les budgets suivants :
 budgets des ventes et des achats ;
 budget de TVA et ASDI à payer (acompte sur divers impôts) ;
 budget des autres charges d’exploitation ;
 budget des investissements ;
 budget des décaissements et des encaissements ;
 budget de trésorerie ;

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 72/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

 compte de résultat prévisionnel et bilan prévisionnel.


1-Budget des ventes et des achats :
a-Budget des ventes :
Les ventes sont réalisées en net à payer (HT+TVA+ASDI) sauf cas d’exonération d’un des
éléments.
Eléments Janvier 2001 Février 2001 Mars 2001 Avril 2001
Ventes HT 120.000 180.000 130.000 180.000
TVA 20% 24.000 36.000 26.000 36.000
Ventes TTC 144.000 216.000 156.000 216.000
ASDI 5% 7.200 10.800 7.800 10.800
TOTAUX 151.200 226.800 163.800 226.800
b-Budget des achats et autres approvisionnements :
Eléments Janvier 2001 Février 2001 Mars 2001 Avril 2001
Achats HT 30.000 40.000 30.000 20.000
TVA 20% 6.000 8.000 6.000 4.000
Achats TTC 36.000 48.000 36.000 24.000
ASDI 5% 1.800 2.400 1.800 1.200
TOTAUX 37.800 50.400 37.800 25.200
A partir des budgets des achats et des ventes on extrait directement ceux de TVA et ASDI.
2-Budgets de TVA et d’ASDI :
a-Budget de TVA : 
Eléments Janvier 2001 Février 2001 Mars 2001 Avril 2001 Bilan
TVA collectées 24.000 36.000 26.000 36.000
TVA déductibles 6.000 8.000 6.400 (1) 4.000
TVA à payer 18.000 28.000 19.600 32.000

Règlement à effectuer 10.000 (2) 18.000 28.000 19.600 32.000


(1) TVA déductible Mars : 6.400 dont 400 de TVA sur immobilisation
(2) Voir bilan au 31-12-2000
NB : la TVA à payer du mois doit être payée au plus tard le 15 du mois suivant. La TVA à
payer du mois Janvier est celle de Décembre (bilan).
b-Budget d’ASDI :
Eléments Janvier Février 2001 Mars 2001 Avril 2001 Bilan
2001
ASDI collecté 7.200 10.800 7.800 10.800
ASDI déductible 1.800 2.400 1.920 1.200
ASDI à supporter 5.400 8.400 5.880 9.600
Règlements à effectuer - 5.400 8.400 5.880 9600
3-Budget des autres charges :
Eléments Totaux J-2001 F-2001 M-2001 A-2001 Bilan
Frais de personnel 100.000 25.000 25.000 25.000 25.000
Charges sociales 60.000 - 15.000 15.000 15.000
Charges d’exploitation 72.000 13.000 13.000 18.000 28.000 15.000

TOTAUX 232.000 38.000 53.000 58.000 68.000 15.000

NB : les amortissements et les provisions ne sont pas des charges décaissables.
4-Budget des Encaissements:

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 73/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Les informations contenues dans ce budget proviennent des informations relatives au bilan
du 31-12-2000 et de celles relatives aux différents budgets.
5-Budget des décaissements :
Eléments Totaux J-2001 F-2001 M-2001 A-2001 Bilan
Clients 100.000 30.000 30.000 40.000
Effets à recevoir 30.000 30.000
Ventes :
 Janvier 151.200 45.360 15.120 90.720
 Février 226.800 - 68.040 22.680 136.080
 Mars 163.800 - - 49.140 16.380 98.280
 Avril 226.800 - - - 68.040 158.760
TOTAUX 898.000 105.360 113.160 202.540 220.500 257.040

Eléments Totaux J-2001 F-2001 M-2001 A-2001 Bilan


Fournisseurs 100.000 50.000 50.000
Effets à payer 90.000 30.000 30.000 30.000
Charges à payer 15.000 10.000 5.000
achats :
 Janvier 37.800 - 7560 11.340 18.900
 Février 50.400 - - 10.080 15.120 25.200
 Mars 37.800 - - - 7.560 30.240
 Avril 25.200 - - - - 25.200
TVA à payer 107.600 10.000 18.000 28.000 19.600 32.000
ASDI à payer 29.280 - 5.400 8.400 5.880 9.600
Autres charges 232.000 38.000 53.000 58.000 68.000 15.000
Investissement 2.520 - (1) 2520
TOTAUX 727.080 88.000 168.960 195.820 137.580 137.240
(1) : montant immobilisation : 2000x1, 26=2520 F TTC
6-Budget de Trésorerie :
C’est une synthèse des budgets des encaissements et des décaissements. 

Eléments J-2001 F-2001 M-2001 A-2001 Bilan


Trésorerie initiale 35.000 52.360 -3.440 3.280 86.200
Encaissement 105.360 113.160 202.540 220.500 -
Total 140.360 165.520 199.100 223.780 -
Décaissement -88.000 -168.960 -195.820 -137.580 -
Trésorerie de fin de mois 52.360 -3.440 3.280 86.200 -
Notre entreprise, avec une trésorerie positive en début et fin janvier, s’est retrouvée avec
un solde négatif en fin février à cause des énormes décaissements qui ont eu lieu. Pour
améliorer sensiblement cette trésorerie, l’entreprise devrait avoir recours aux crédits de
trésorerie tels que les découverts, les escomptes d’effets de commerce etc.…

7-Résultat prévisionnel :
On peut présenter le compte de résultat prévisionnel après les 4 premiers mois d’exercice,
ainsi que le bilan prévisionnel.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 74/75


Cours de Gestion et Analyse financière Economie

Débit 13 Compte de résultat prévisionnel Crédit


Eléments Montant Eléments Montant
Achat HT 120.000 Ventes HT 610.000
Autres charges 232.000
Dotations 8.000
Résultat 250.000
Total 610.000 Total 610.000
Dotation amortissement : 2000x4=8.000
8-Bilan prévisionnel au 30-04-2001 :
Actif Passif
Eléments Montant Eléments Montant
Valeur immob. Brute (1) 374.000
Ressources propres 485.000
Stock 350.000
Résultat 250.000
Clients 257.040
Dettes financières 200.000
Charges constatées d’avance 5.000
Fournisseur 80.640
Banque et Caisse 86.200
TVA à payer 32.000
ASDI à payer 9.600
Charges à payer 15.000
Total 1.072.240 Total 1.072.240
(1) immobilisation brute : 382.000 et amortissement=8.000 alors 382.000-8000=374.000
Remarque : l’ensemble des budgets établis, plus le compte de résultat prévisionnel et le
bilan prévisionnel constituent ce que l’on appelle le budget général de l’entreprise.

On peut alors conclure qu’une bonne gestion de la trésorerie d’une entreprise doit conduire
à une gestion saine, efficace et équilibrée des insuffisances et des excédents de trésorerie
par :
-une recherche constante des moyens financiers permettant de faire face aux insuffisances
(les réduire ou les annuler) ;
-de bons placements financiers permettant à l’entreprise d’employer rapidement les
excédents de liquidité.
Cette bonne gestion passe donc par une connaissance du marché financier, différentes
techniques et ses mécanismes par le gestionnaire d’entreprise.

Institut Supérieur de Formation à Distance (ISFAD) 75/75

Vous aimerez peut-être aussi