Vous êtes sur la page 1sur 8

Institut de Technologie d’Owendo AMSI

1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

LA CARTE MERE ET SES COMPOSANTS


I. INTRODUCTION – DEFINITION

Les ordinateurs de bureau les plus répandus sont constitués d’un boitier central sur lequel
sont rattachés des périphériques d’entrée et de sortie. Ce boitier central renferme la
carte mère : c’est un circuit imprimé comportant de nombreux circuits intégrés et un grand
nombre de connecteurs.
La carte-mère est la colonne vertébrale de l’ordinateur car tous les éléments de l’unité
centrale lui sont connectés. Elle joue quatre rô les :
- Le transport des données d’un organe a un autre
- L’alimentation en courant électrique a de nombreux composant
- Le support de données minimum pour le bon fonctionnement du PC
- La synchronisation de divers organes de l’UC.

 :

II. CARACTERISTIQUES DE LA CARTE MERE

Elle se caractérise par :


1. Le facteur d’encombrement (ou facteur de forme) qui définit la géométrie,
l’agencement et les caractéristiques électriques. Plusieurs standards sont définis
selon les types de boîtier :
 AT baby / AT full format est un format utilisé sur les premiers ordinateurs PC du
type 386 ou 486. Ce format a été remplacé par le format ATX.
 ATX, conçu afin d’optimiser les branchements des périphériques d’une part et d’autre
part pour favoriser la dissipation de la chaleur. Plusieurs modèles sont proposés :

1
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

- ATX standard : présente des dimensions classiques de 305x244 mm et


propose 1 connecteur AGP et 6 connecteurs PCI.
- Micro ATX : est une évolution du format ATX, permettant d'en garder les
principaux avantages tout en proposant un format de plus petite
dimension (244x244 mm), avec un cout réduit. Le format micro-ATX
propose 1 connecteur AGP et 3 connecteurs PCI.
- Flex ATX : est une extension du format micro ATX afin d'offrir une
certaine flexibilité aux constructeurs pour le design de leurs ordinateurs. Il
propose 1 connecteur AGP et 2 connecteurs PCI.
- mini ATX : est un format compact alternatif au format microATX
(284x208 mm), proposant 1 connecteur AGP et 4 connecteurs PCI au lieu
des 3 du format microATX. Il est principalement destiné aux ordinateurs
de type mini-PC.
 BTX, optimisation acoustique et thermique, et amélioration de la dissipation de la
chaleur (le processeur est situé à proximité des aérations du boîtier). Le
connecteur d'alimentation BTX est le même que celui des alimentations ATX.
- BTX standard, présentant des dimensions standard de 325x267 mm
- micro-BTX, de dimensions réduites (264x267 mm) ;
- pico-BTX, de dimensions extrêmement réduites (203x267 mm).
 ITX, format extrêmement compact prévu pour des configurations exigü es telles que
les mini-PC
- mini-ITX avec des dimensions minuscules (170x170 mm) et un emplacement
PCI
- nano-ITX avec des dimensions extrêmement minuscules (120x120 mm)
et un emplacement mini PCI.

2
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

2. Le type de support du processeur, il en existe 2 types :


 Slot, connecteur rectangulaire dans lequel le processeur est inséré verticalement
 Socket, connecteur carré, composé de plusieurs petits connecteurs sur lequel le
processeur vient s’enficher. Afin de ne pas endommager les broches lors de la
mise en place, un système ZIF associé à un détrompeur est mis en place. Le
support du processeur permet également de connecter le dissipateur thermique
(ventirad: ventilateur + radiateur)

3
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

ventirad

Pentium 2 de type slot

Processeur de type socket

3. Les connecteurs d’extension sont des réceptacles permettant l’ajout de carte


d’extension (c.-à -d. offrant des fonctionnalités supplémentaires). Exemple des
connecteurs PCI, AGP, PCI Express, … (voir cours sur les bus)

4. Les connecteurs de barrettes mémoire : la RAM ou mémoire vive se branche


directement sur la carte mère via ces slots.

4
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

5. Les connecteurs de stockage sont des connecteurs spécifiques présents sur toutes
les cartes mères, permettant de lui adjoindre des périphériques de stockage de masse
(disque dur, lecteur de disque optique, disque SSD). On en trouve trois types :
 Le connecteur Floppy : permet de connecter un lecteur de disquettes à la
carte mère. C'est une interface assez ancienne que l'on ne trouve plus sur les
cartes mères depuis la fin des années 2010. Néanmoins, il existe des lecteurs
de disquettes qui peuvent se raccorder à l'ordinateur en USB.
 Les connecteurs IDE (aussi appelé PATA pour Parallel ATA): ces
connecteurs, qui sont plus longs que les connecteurs floppy, permettent de
connecter deux types de périphériques : les disques durs IDE et les
lecteurs/graveurs de disques optiques à connectique IDE. Cette interface
créée en 1986 a été remplacée par le SATA, plus petit et plus rapide.
 Les connecteurs SATA (pour Serial ATA) : ces connecteurs permettent de
connecter trois types de périphériques : les disques durs SATA, les SSD (Solid
State Drive) et les lecteurs-graveurs de disques optiques DVD et Blu-Ray.

6. Le chipset : est un circuit qui permet la gestion de transfert des données entre les
différents composants de l’ordinateur via des bus. Selon les chipsets nous avons ces
différentes options qui peuvent être intégrées : contrôleur USB, gestion des échangent
avec le CPU, gestion de l’énergie du son ou encore du modem, gestion des bus et des
périphériques, gestion du 3D incorpore, décodage des DVD…
 Le North Bridge (chipset 1), appelé ainsi car proche du CPU et permettant la gestion
des composants rapides comme la mémoire. En effet c’est lui qui gère les échanges
entre le cpu et la mémoire vive. Aussi à cause de sa vitesse de travail il nécessite
comme le cpu un radiateur pour son aération. Cette puce n'existe plus depuis 2013 ;
Elle est désormais intégrée dans le processeur.
 Le South Bridge (chipset 2), éloigné du cpu, il gère les composants lents ; en effet il
gère la communication des périphériques d’entrée – sortie. Depuis 2011 il ne sert que
de contrôleur de stockage USB/SATA3.

5
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

III. LES AUTRES COMPOSANTES IMPORTANTES DE LA CARTE MERE

Lors du démarrage, la carte mère a besoin de savoir quels périphériques lui sont connectés. Pour
effectuer cette tâche, elle dispose d'un firmware appelé BIOS
Le BIOS (Basic Input Output Systeme) : c’est un programme contenu dans une puce de
mémoire EEPROM (ou EPROM/ROM pour les cartes les plus anciennes) soudée à même la
carte mère et qui constitue la couche la plus basse de la partie logicielle de l’ordinateur.
- En effet lors du démarrage de l’ordinateur il teste et configure le matériel et les
périphériques connectés à la carte-mère.
- Il est chargé d’interpréter les impulsions électroniques issues du matériel et établir les règles
pour les entrées-sorties de base.
- Il précise les moindres interactions avec le matériel en fournissant un ensemble de routine
chargé en mémoire lors du démarrage du système. Ces routines sont appelées Interruptions.
L’adresse de chaque interruption codée sur 4bits est appelée vecteur d’interruption.
- Enfin, il charge en mémoire le BOOT-SECTOR (secteur d’amorçage) du système d’exploitation
suivant les séquences des démarrages expliqués au niveau du CMOS-SETUP.

NB : chaque BIOS est spécifique à une carte mère. Seule les machines identiques peuvent
avoir le même BIOS.

Le CMOS SETUP est un utilitaire de configuration inclus dans le BIOS et qui offre une
interface permettant de préciser les paramètres du système (date, heure, type de lecteur,
type de disque dur, Boot séquence, configuration PNP, sécurité par mot de passe …). Ces
informations sont sauvegardées dans une EEPROM à base de circuit CMOS alimenté par
une batterie (la pile CMOS).

6
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

L'horloge temps réel (notée RTC, pour Real Time Clock) est un circuit chargé de la
synchronisation des signaux du système. Elle est constituée d'un cristal qui, en vibrant,
donne des impulsions (appelés tops d'horloge) afin de cadencer le système. On appelle
fréquence de l'horloge (exprimée en MHz) le nombre de vibrations du cristal par seconde,
c'est-à-dire le nombre de tops d'horloge émis par seconde. Plus la fréquence est élevée,
plus le système peut traiter d'informations.

7
Institut de Technologie d’Owendo AMSI
1ere Année AMSI Mme YEBE épse MAKAKOU

Représentation
fonctionnelle d’une carte
mère

Représentation fonctionnelle d’une carte mère

Vous aimerez peut-être aussi