Vous êtes sur la page 1sur 8

Objectifs du cours :

 Maitriser le système des valeurs métriques

 Utiliser les méthodes itératives et intelligentes

 Calculer les courants de court-circuit afin de déterminer le genre de coupure

Programme du cours :

Chapitre 0 : Introduction à l’analyse des systèmes et réseaux d’énergie

électrique

Chapitre 1 : Système des valeurs réduites ou per unit

Chapitre 2 : Les courants de court-circuit dans les systèmes ou réseaux d’énergie

électrique (types de courant de court-circuit et pourquoi)

Chapitre 3 : La stabilité des systèmes ou réseaux d’énergie électrique

Chapitre 4 : Méthodes de calcul et d’analyse dans les systèmes ou réseaux

d’énergie électrique

Chapitre 5 : Le choix des tensions optimales dans les réseaux d’énergie

électrique
CHAPITRE 0 : INTRODUCTION A L’ANALYSE DES
SYSTEMES ET RESEAUX D’ENERGIE ELECTRIQUE
Théorie de BIALECK : Proposition de pertes des différentes machines et fonction des différents
paramètres du réseau électrique, stabilité, écoulement de puissance, traçabilité, protection.

- Méthodes d’analyse : Calcul des écoulements de puissance

- Congestion : surcharge dans le marché libéralisé (un producteur, un transporteur, un


distributeur)

- Surcharge : employé dans le marché monopolisé, conséquences ;


 Non QEE, solutionné par l’utilisation des batteries de condensateur ou FACTS
 Problème de signalisation
 Pertes

- Traçabilité : répartition des pertes. Elle permet de fixer le prix de l’énergie électrique.

- Stabilité (Black-out)

- Protection (Ex : Abong Mbang avec les pertes humaines, matérielles et des délestages)

Un système ou réseau d’énergie électrique contient un ensemble de composés qu’il faut modeler
pour établir les équations qui régissent le comportement de l’ensemble. Les modèles à utiliser seront
dépendant de la précision voulue et des moyens de calcul disponibles.

Historiquement, on devait simplifier le plus possible les calculs car la manipulation des nombres
complexes était une entreprise téméraire dont on disait qu’il y avait très peu de chance que les
solutions soient sans erreur. Les calculs dans les systèmes et réseaux électriques vont se faire pour 4
grands ensembles afin de faciliter son fonctionnement.

A. Les écoulements de puissance


Ils vont permettre de détecter les conditions ou les surcharges dans le réseau ainsi que les pertes
dans ce dernier. L’existence des pertes d’énergie électrique dans un système nécessite la présence des
producteurs et des consommateurs. Tous ces agents étant différents les uns des autres, à quelle entité
doit-on attribuer quelles pertes ? Ce questionnement nous amène dans un grand ensemble qui n’est
rien d’autre que la traçabilité.
B. La traçabilité
Cette théorie développée par le colonel BIALECK permet de savoir du niveau de charges, quelle est
la quantité d’énergie électrique fournie par… La théorie de traçabilité permet d’effectuer de manière
efficace la répartition des pertes dans un système. Cette théorie donne également une vue juste de
l’organisation des prix de l’énergie électrique. Pour faire fonctionner convenablement notre système
ou réseau d’énergie électrique, on doit le protéger contre les défauts internes ou externes, ce qui nous
amène à voir le 3ème grand ensemble qui est la protection. Cet ensemble est nécessaire d’autant plus
qu’il empêche l’apparition des énergies non fournies qui à la fois sont un manque à gagner pour les
entreprises et peut entraîner des désagréments au sein des populations.

C. La protection d’un système électrique et le bon


fonctionnement de ce dernier
Sans la protection des systèmes et réseaux d’énergie électrique, on peut assister à la perte d’une ou
plusieurs machines électriques. La perte d’une machine électrique va créer un déséquilibre dans le
système, d’où la notion d’instabilité.

D. La Stabilité
Notre système électrique est stable si l’équilibre entre la production et la consommation est
respecté. Un déséquilibre dans ce système peut provoquer une sortie en cascade des machines de leur
synchronisme, c qui va à la fin entraîner un black-out (absence totale d’électricité) ou des
conséquences sur la vie des populations.

Pour effectuer les calculs dans ces grands ensembles, les ingénieurs utilisaient les calculettes
d’autant plus que les calculs étaient fastidieux. Les calculettes ont, de beaucoup, amélioré les calculs
dans ces vastes ensembles (systèmes compliquées, nombres complexes, méthode itérative).

 La méthode intelligente se base sur la vie des êtres humains, des animaux, etc…

 La méthode génétique (gènes hommes) : tension - paramètre très important

 Poisson, vol des oiseaux, fourmis (phéromone)

L’introduction des données et des erreurs de touche sont des difficultés qu’il ne faut pas ignorer.
L’arrivée de l’ordinateur personnel modifie complètement l’approche.

De nos jours, les ingénieurs de Génie Electrique utilisent le logiciel Matlab pour effectuer avec
précision les différents calculs.
I. Introduction
Lorsque les caractéristiques d’un Réseau Electrique (structure, section des conducteurs, etc.) ont
été fixées, il importe de vérifier si aucune contrainte n’a été déposé : surcharge des lignes (marchés
monopolisés) congestion des lignes (marché libéralisés), les chutes de tension, les pertes de
puissance.

Pour cela, il convient de calculer complètement le réseau en régime symétrique d’ordre direct
c’est-à-dire déterminé les tensions en chaque nœud, les courants et/ou les puissances dans chaque
branche. Ce problème d’une manière générale porte le nom de LoadFlow dans la terminologie anglo-
saxon. Les équations du Loadflow elles-mêmes interviennent comme contraintes dans les problèmes
les plus généraux comme le dispatching économique, qui consiste à calculer la répartition économique
optimale de la charge entre les centrales en fonctionnement ou encore l’évaluation de la sécurité. Dans
ce cours, nous avons quatre grands problèmes qui nécessitent des solutions optimales. En dehors de
la répartition des charges il est important de faire également des études sur la stabilité du système, la
protection du système et enfin la traçabilité de l’énergie dans le système.

II. Formulation d’un problème

A. Les écoulements de puissances


Dans un système ou réseau d’énergie électrique nous avons une série de charges à alimenter à partir

des alternateurs, tous sont dispersés et reliés entre eux par un réseau de liaisons maillées. La capacité

de production des différents générateurs étant connue, comment calculer l’état électrique complet

du réseau c’est-à-dire les courants, tensions et puissances ?

Ce problème porte plusieurs noms à savoir :

 La répartition des charges ou puissances

 L’écoulement de puissance ou Loadflow


B. Les calculs de courants de défauts
Les courants de court-circuit ou courants de défaut dans les systèmes ou réseaux d’énergie
électrique proviennent des mauvaises manœuvres et surtout du vieillissement du matériel, le calcul
de ces courants permet à l’ingénieur de conception de dimensionner convenablement le disjoncteur.

Le calcul du courant de défaut permet de déterminer la résistance thermique de la chambre de


coupure du disjoncteur. Les courants de défaut se comportant comme des charges énormes, il est
important de continuer d’assurer l’équilibre entre production et consommation. Un déséquilibre entre
production et consommation du au courant de défaut entraine inévitablement une instabilité du
système.

C. La stabilité du système
On dira qu’un système d’énergie électrique est stable s’il à la capacité de revenir à son équilibre après
une perturbation. Dans la phase de conception et d’exploitation du réseau d’énergie électrique, il est
important de faire les calculs et l’analyse de la stabilité du système ou réseau d’énergie électrique.
Dans ces conditions, il nous revient donc de savoir quelle est la robustesse du système immédiatement
après une perturbation.

D. Traçabilité de l’électricité
Cette notion développée par le Colonel BIALEC nous permet ans un premier temps d’attribuer les
pertes de puissances dans les réseaux électriques. De même, grâce à la traçabilité de l’électricité nous
pourrons déterminer les justes prix de l’électricité à partir des paramètres techniques du réseau.
Comment faire pour répartir avec justice les pertes de puissances et élaborer les prix net ou justes
de l’énergie électrique ?

Pour solutionner ce problème, la traçabilité de l’énergie électrique nous est d’un grand soutien.
III. La constitution des systèmes électriques pour les calculs
et l’analyse

A. Les générateurs ou alternateurs


Les générateurs peuvent fournir une puissance active et fournir ou absorber la puissance réactive dans
certaines limites. Les groupes importants tentent de maintenir à leurs bornes un niveau de tension
donné. L’alternateur le plus puissant du système, s’il n’est pas connecté à une charge, constitue
l’alternateur balancier. C’est un alternateur qui connecté à un jeu de barres dont le niveau de tension
dans le système des valeurs réduites est égal à 1 et l’angle de phase de la tension est 𝜹 = 𝟎. Sur le jeu
de barres de l’alternateur balancier, aucune charge n’est connectée d’autre part l’alternateur balancier
possède la plus grosse puissance par rapport aux autres.

Ne connaissant pas les pertes de puissances en ligne, nous ne pouvons pas imposer la
puissance en tous les nœuds. Pour résoudre notre problème de LOAD FLOW, il faut donc un nœud
particulier dont le rôle est assuré en pratique par un groupe important ou un accès à un réseau
important. Le générateur balancier ne peut recevoir de puissance active (P) imposée.

Nous avons vu qu’à chaque nœud d’un réseau, il faut imposer deux des quatre valeurs (P, Q, V, l’angle
de la tension). Vu sa nature, ce nœud particulier se verra également imposé comme référence des
tension V et la phase 𝜹 et d’une manière générale 𝜹 = 𝟎.

Le générateur balancier est encore appelé slack bus. Il permet de faire intervenir dans les
calculs les pertes de puissance dans les réseaux tout en respectant les bilans de puissance. En résumé,
le problème de la répartition des charges d’un réseau donné et correctement posé si nous considérons
en chaque nœud du réseau un des types de contraintes ci-dessous.

 P et Q imposées
Le nœud est connecté à une charge. Ce type de nœud représente les 80% de tous les nouds
du réseau
 P et V imposés
Nœud où est connectée au moins une centrale destinée à soutenir la tension. Ces nœuds d’une
manière générale constitue presque les 20% des nœuds du réseau.
 V et 𝜹 imposés
Nœud sur lequel est connecté le générateur ou alternateur qui joue le rôle de balancier. En
fait il y en a qu’un seul dans tout le réseau.
B. Les charges
La consommation de l’énergie électrique est le fait de tous les secteurs de la vie économique
industries, services, ménages. Elle se présente sous des formes très diverses : moteur synchrone et
asynchrone, appareils de chauffage etc… Au contraire des alternateurs ou générateurs nous ne
pouvons individualiser, chaque consommation. C’est l’agrégat de la consommation en un nœud du
réseau qui constitue la charge caractérisant ce nœud.

La puissance appelée par la charge, varie avec la tension et la fréquence qui règne au droit de cette
charge. Toutefois une analyse en régime stationnaire suppose la constance de la fréquence. Dans les
calculs et l’analyse de Loadflow, nous supposerons qu’une charge peut – être vue comme
consommatrice de P et Q constantes. Q peut être positive (inductive) ou négative (capacitive).

Remarque :

 Les barres aux nœuds illustrés plus haut se trouvent dans les postes

 Un nœud intermédiaire (poste d’aiguillage), qui n’est pas relié directement à une charge et/ou
à un générateur sera considéré comme un nœud charge dont les valeurs de P et Q sont nulles.

C. Les conducteurs
- Bilan de puissances

Les conducteurs et les transformateurs dans le réseau provoquent les pertes par effet joules qui sont
considérés comme des pertes actives. Ces pertes actives participent de l’équilibre puissance active
produite par les alternateurs ou générateurs donnés par :

𝑃𝐴⁄𝐺 = 𝑃𝐶⁄𝐶 + Δ𝑃𝐿⋅𝑇 (1)

𝐴⁄𝐺 : alternateur ou générateur

𝐶 ⁄𝐶 : charge consommée

𝐿 ⋅ 𝑇 : ligne, transformateur

Cette équation décrit le bilan de puissance du réseau. La somme des puissances injectées par les
générateurs est égale à la somme des puissances absorbées par les charges augmentées des pertes du
réseau.

Dans les transformateurs et conducteurs du réseau s’opèrent la génération ou consommation


des puissances réactives de telle sorte que le bilan de puissance réactive de ce réseau s’écrira :

𝑄𝐴⁄𝐺 = 𝑄𝐶⁄𝐶 + Δ𝑄𝐿⋅𝑇 (2)


L’ordre de grandeur des consommations par production réactive des réseaux est très variable et peut
être relativement élevé. Le problème qui survient à ce niveau est qu’il n’est pas possible de prédire les
termes qui viennent du réseau de manière directe. En effet, ceux – ci dépendent des niveaux réels de
tension et de la répartition du transit de puissance de ces lignes et les transformateurs. Or c’est
précisément ce transit que nous recherchons à déterminer.

Remarque :

Les paramètres actifs des transformateurs et des conducteurs sont généralement négligés lors des
calculs des courants de défaut et de la stabilité.

Vous aimerez peut-être aussi