Vous êtes sur la page 1sur 8

DÉBUTER L’IMPROVISATION BLUES

-Comment est composée une gamme blues ?

-Comprendre la grille blues pour mieux l’utiliser

-Renverser une gamme pour coller aux accords

-Utiliser plusieurs gammes ?

-Le risque d’en faire trop

-Comment est composée une gamme blues ?

La plus connue des gammes du blues comporte 6 notes. On dit alors que c’est une gamme “hexatonique”. On peut la comprendre de plusieurs manières, à savoir :

-la comparer à une gamme majeure -retenir uniquement les différents écarts entre ses notes.

Gamme

               

majeure

Do

Mi

Fa

Sol

La

Si

Degrés

I

II

III

IV

 

V

VI

VII

Gamme Blues

Do

 

Mib

Fa

Solb

Sol

 

Sib

Modifications

I

 

IIIb

IV

Vb

V

 

VIIb

En comparant la gamme blues de do à celle de do majeur, on peut faire trois observations :

-Les degrés II et VI ont disparu ; -les degrés III et VII ont été abaissés d’1/2 ton ; -une note s’est ajoutée 1/2 ton en dessous du degré V Ces trois notes, de couleur bleue, sont appelées “BLUE NOTES”, vous en aviez déjà entendu parler ? Elles sont caractéristiques du blues inventé par nos copains noir d’outre Atlantique. Si elles sont écrites comme étant abaissée d’1/2 ton, ce n’est que par “convention” musicale, car en réalité, elles se situent entre deux eaux. Ces notes “batardes” ne sont ni justes, ni bémols. Sur un piano, vous ne pourrez pas les trouver, puisqu’elles n’existent pas ! Drôle d’affaire, hein ?

Cette gamme est considérée à l’heure actuelle comme étant l’archétype de la gamme blues. C’est elle qui est notée dans le “Scale Syllabus”. Et si on les met de côté, ces trois notes ? Il nous reste les degrés…I-IV-V. Ce sont les trois accords qui composent la grille des premiers blues. Donc tout s’explique !

La 2 ème méthode pour trouver cette gamme blues est de compter ses intervalles :

-De la “tonique” à la tierce mineure il y a -De la tierce mineure à la quarte il y a -De la quarte à la quinte diminuée il y a -De la quinte diminuée à la quinte il y a -De la quinte à la septième mineure il y a

1 ton 1/2 1 ton 1/2 ton 1/2 ton 1 ton 1/2

Voilà donc les intervalles à connaître si vous voulez trouver la gamme blues d’une certaine tonalité.

-Comprendre la grille blues pour mieux l’utiliser

I

I

I

I

IV

IV

I

I

V

IV

I

V

Voilà la structure harmonique du blues. Chaque case représente une mesure. Elle se lit de gauche à droite et de haut en bas. Les accords sont représentés par des chiffres romains (cf Notions et degrés des gammes) afin de permettre une transposition rapide dans n’importe quelle tonalité.

Je continue dans mon exemple en DO, puisque je veux jouer un blues en DO majeur. Je remplis donc mon tableau (ma grille) de cette manière :

DO

DO

DO

DO

FA

FA

DO

DO

SOL

FA

DO

SOL

Il s’agit d’une grille peu (et même pas du tout) évoluée. Il n’y a aucun enrichissement d’accord, le but est d’être simple. Pourquoi mettre des couleurs dessus me direz-vous ?

Je veux jouer mon blues en 2de position sur mon harmonica. C’est donc un harmonica en fa, vous avez compris le principe. Je prends ma tablature avec la gamme blues en 2de position, ce qui nous donne :

 

Sol

Si

Sol

Si

Sol

Si

Sol

 

Fa

b

Sol

b

Do

Mib

Fa

b

Sol

b

Do

Mib

Fa

b

Sol

b

Do

Mib

Fa

b

Sol

A

1'

1

2"

2

3'

4'

4

5

 

8

9

 

10°

10°°

S

1

 

4

6

7

9

10"

10

La tonique de la gamme est en bleu. Mais il y a aussi une tonique pour chaque accord ! Pour l’accord de FA (si rien n’est noté à côté dans la grille, c’est un accord majeur), la tonique est FA (la note). Pour un accord de SOL, la tonique est la note SOL.

J’ai donc coloré les notes qui ont pour rôle, dans cet exemple, d’être la tonique d’un accord. Sur ma grille, si l’accord est en bleu, je sais que dans mon improvisation je tournerai autour des notes qui sont bleues sur la tablature. Et de même pour chaque couleur !

Quelques règles pour improviser sur cette grille blues :

-Si je joue les 4 premières mesures, la dernière comportera une phrase qui finit sur une note verte au début de la 5 ème mesure. -Si je joue les mesures 5 et 6, ma phrase se termine par une note bleue dans le début de la 7 ème mesure -Pour la dernière ligne, j’utilise la note rouge pour commencer (mesure 9), j’ai 4 temps pour arriver à une note verte (mesure 10), 4 temps pour arriver sur une note bleue, qui doit annoncer la fin du morceau… -jusqu’à la mesure 12 qui donne envie de revenir au début. Dans cette dernière mesure, je dois donc trouver une petite phrase (4 temps maximum seulement) qui doit annoncer que c’est pas fini ! Ces 2 dernières mesures sont appelées “TURN BACK”

-Renverser une gamme pour coller aux accords

Je m’explique : ma gamme blues en do est :

Do mib fa solb sol sib (do). Nous avons vu que do est la tonique des accords de DO.

Pour les accords de Fa et de Sol qui sont dans ma grille, on peut, pour simplifier l’explication, conserver cette gamme mais prendre tour à tour FA et Sol comme tonique :

Fa solb sol sib do mib (fa) Puis, Sol sib do mib fa solb (sol).

C’est un renversement de gamme, de la même manière qu’on peut renverser des accords.

Cette façon de faire est aussi et même plus couramment appelée “MODE” par les musiciens.

Ainsi, les noms du renversement en vert est : “gamme blues de do, mode de fa” ; et le

renversement en rouge est : “gamme blues de do, mode de sol

C’est un moyen d’utiliser une seule gamme sur une grille, mais elle a, dans d’autres

circonstances, ses limites. Je ne suis pas en mesure de les énumérer ici, d’une part parce que

ce n’est pas le sujet, et d’autre part puisque je ne maîtrise pas ce sujet. Shame on me.

Pour me donner les moyens de “parler” avec un peu plus de mots que ceux-là, il y a encore

une solution, qui demandera plus de travail que celle que nous venons de voir.

-Utiliser plusieurs gammes ?

Et oui ! Dans ce blues, il est tout à fait possible d’utiliser la gamme blues de do pour les

accords de DO, la gamme blues de FA pour les accords de FA, et la gamme blues de SOL

pour les accords de SOL !

Et vous allez comprendre ce qui m’a amené à décliner chaque gamme par “positions” sur

l’harmonica. Si je veux jouer mon blues en 2 ème position, la gamme blues de ma 2 ème position

correspond au degré I de la grille. C’est pour cela que le principe des degrés des gammes est à

comprendre et à retenir. Donc, si vous avez fabriqué la roue du cycle des quintes, il ne vous

reste plus qu’à chercher sur la roue la plus grande les noms des accords correspondant à notre

grille blues. En toute logique, vous trouverez que le degré IV correspond à la gamme blues en

première position, et le degré V à la gamme blues de la troisième position. Je vous remet la

grille de blues avec les noms des accords :

DO

DO

DO

DO

FA

FA

DO

DO

SOL

FA

DO

SOL

La gamme blues relative à la 2 ème position :

 

Sol

Si

 

Sol

 

Si

Sol

Si

Sol

 

Fa

b

Sol

b

 

Do

Mib

Fa

 

b

Sol

b

Do

Mib

Fa

b

Sol

b

Do

Mib

Fa

b

Sol

A

1'

1

2"

2

3'

4'

 

4

5

 

8

9

 

10°

10°°

S

1

 

4

 

6

7

9

10"

10

La gamme blues relative à la première position :

 
 

Fa

Lab

Sib

Si

 

Do

Mib

Fa

Lab

Sib

Si

Do

Mib

Fa

Lab

Sib

Si

Do

Mib

Fa

A

 

2"

2'

2

3'

 

5

 

9

S

1

4

 

6

7

8'

9'

9

10"

10

La gamme blues relative à la troisième position :

 
 

Fa

Sol

Sib

 

Do

Réb

 

Fa

Sol

 

Sib

Do

Réb

Fa

Sol

Sib

Do

Réb

Fa

Sol

 

A

1

2"

2

3"'

3"

 

4

5

6'

6

8

9

10

10°°

S

1

 

4

 

6

7

 

9

10

 

Les règles d’improvisation sont les mêmes que pour la précédente méthode, la plus essentielle

étant de retomber au bon endroit au bon moment ! Il est par ailleurs possible de devancer un

peu l’accord qui arrive en jouant sa tonique entre le 4 ème temps de la mesure précédent son

arrivée et le premier temps de la mesure où l’accord est différent. Il faut expérimenter vous-

même ces astuces, afin de développer votre propre jeu.

-Le risque d’en faire trop

Le problème principal, dans l’exercice de l’improvisation résulte de la volonté de

l’harmoniciste de jouer sans arrêt d’un bout à l’autre de la grille, trois grille d’affilée ! Il est

nécessaire de prendre en compte que certains passages peuvent comporter une ligne

mélodique sans arrêt, notamment la troisième ligne de la grille, où les accords changent à

chaque mesure. Dans les deux premières lignes, vous pouvez vous forcer à jouer uniquement

les deux premières mesures de chacune (comme si vous étiez le chanteur de l’un de ces vieux

blues) et laisser les deux dernières au playback ou aux musiciens.

Ligne 1

Jeu

Jeu

Repos

Repos

Degrés

I

I

I

I

Ligne 2

Jeu

Jeu

Repos

Repos

Degrés

IV

IV

I

I

Ligne 3

Jeu

Jeu

Jeu

Jeu

Degrés

V

IV

I

V

Inversez ensuite les rôles : vous laissez les deux premières mesures aux musiciens ou au

chanteur, et vous lui répondez sur les deux mesures suivantes.

Ligne 1

Repos

Repos

Jeu

Jeu

Degrés

I

I

I

I

Ligne 2

Repos

Repos

Jeu

Jeu

Degrés

IV

IV

I

I

Ligne 3

Jeu

Jeu

Jeu

Jeu

Degrés

V

IV

I

V

Le jeu de question/réponse est important, quel que soit le style de musique que vous jouerez,

s’il n’y a pas de dialogue musical, l’écoute ne sera pas plus intéressante que ça.

Ligne 1

Question

Réponse

Degrés

I

I

I

I

Ligne 2

Question

Réponse

Degrés

IV

IV

I

I

Ligne 3

Question

Réponse

Question

Degrés

V

IV

I

V

La question à la fin de la grille va nous ramener au début de celle-ci. Pour poser une

“question”, vous pouvez finir votre phrase sur la quinte de la gamme utilisée. C’est un moyen

assez simple. Pour y répondre, vous terminerez sur la tonique. Quand on commence à

improviser, on veut jouer d’un bout à l’autre sans s’arrêter. Pourtant, à l’écoute de grands

bluesmen, on s’aperçoit qu’ils cherchent presque à en faire le moins possible !!!

Ça donne à réfléchir, non ?