Vous êtes sur la page 1sur 46

Université Hassan II de Casablanca

Faculté des Sciences et Technique de Mohammedia


Département de Génie Electrique
Licence Sciences et Techniques (LST)

Filière : Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII)

Semestre S5

ELECTROTECHNIQUE
Support de Cours
Professeur : RACHID Aziz
Email : aziz.rachid@fstm.ac.ma

2022 - 2023
Table des matières

CHAPITRE 1 : RAPPELS SUR LES CIRCUITS MONOPHASES ........................................................................................5

1.1. LOIS ET CONVENTIONS DES CIRCUITS ELECTRIQUES ....................................................................................................5


1.1.1. Lois de Kirchhoff ......................................................................................................................................5
1.1.2. Conventions des circuits électriques .........................................................................................................6
1.2. REGIME CONTINU ET REGIMES VARIABLES ...............................................................................................................6
1.2.1. Régime continu .......................................................................................................................................6
1.2.2. Régimes variables....................................................................................................................................6
1.3. LE REGIME SINUSOÏDAL ET SA REPRESENTATION COMPLEXE .........................................................................................7
1.3.1. Valeurs caractéristiques en régime sinusoïdal..........................................................................................7
1.3.2. Représentation en complexe....................................................................................................................8
1.3.3. Application aux dipôles linéaires ..............................................................................................................9
1.3.4. Impédance d’un dipôle ..........................................................................................................................10
1.4. PUISSANCES ELECTRIQUES EN MONOPHASE ...........................................................................................................11
1.4.1. Définitions .............................................................................................................................................12
1.4.2. Triangle des puissances .........................................................................................................................13
1.4.3. Puissance apparente complexe ..............................................................................................................13
1.4.4. Théorème de Boucherot ........................................................................................................................15
1.4.5. Mesure de puissance en monophasé .....................................................................................................15
1.5. RELEVEMENT DU FACTEUR DE PUISSANCE .............................................................................................................16
1.5.1. Intérêt d’un facteur de puissance élevé..................................................................................................16
1.5.1. Dimensionnement du condensateur de relèvement ...............................................................................17

CHAPITRE 2 : SYSTEMES TRIPHASES ......................................................................................................................19

2.1. SYSTEMES TRIPHASES EQUILIBRES .......................................................................................................................19


2.1.1. Système de tensions triphasés équilibré .................................................................................................19
2.1.2. Couplage des phases .............................................................................................................................20
2.2. CIRCUITS TRIPHASES DESEQUILIBRES ....................................................................................................................23
2.2.1. Définitions .............................................................................................................................................23
2.2.2. Transformation de Fortescue .................................................................................................................23
2.3. PUISSANCES EN TRIPHASE .................................................................................................................................24
2.3.1. Puissances en triphasé déséquilibré .......................................................................................................24
2.3.2. Puissances en triphasé équilibré ............................................................................................................25
2.4. MESURE DE PUISSANCES EN TRIPHASE ..................................................................................................................26
2.4.1. Méthode d'un seul wattmètre ...............................................................................................................26

iii
2.4.2. Méthode des 2 wattmètres....................................................................................................................27
2.4.3. Méthodes des 3 wattmètres ..................................................................................................................28
2.5. DIMENSIONNEMENT DES CONDENSATEURS DE RELEVEMENT......................................................................................28

CHAPITRE 3 : TRANSFORMATEUR MONOPHASE ...................................................................................................31

3.1. PRESENTATION ...............................................................................................................................................31


3.2. ETUDE DU TRANSFORMATEUR A VIDE ...................................................................................................................32
3.2.1. Présentation ..........................................................................................................................................32
3.2.2. Mise en équations .................................................................................................................................33
3.2.3. Schéma électrique équivalent à vide ......................................................................................................33
3.2.4. Diagramme de Fresnel à vide ................................................................................................................34
3.2.5. Bilan de puissances à vide .....................................................................................................................34
3.3. ETUDE DU TRANSFORMATEUR EN CHARGE ............................................................................................................35
3.3.1. Présentation ..........................................................................................................................................35
3.3.2. Mise en équations .................................................................................................................................35
3.3.3. Schéma électrique équivalent en charge ................................................................................................36
3.3.4. Diagramme de Fresnel en charge ..........................................................................................................37
3.3.5. Bilan de puissances en charge ...............................................................................................................37
3.4. ETUDE DU TRANSFORMATEUR AVEC L’HYPOTHESE DE KAPP .......................................................................................38
3.4.1. Principe .................................................................................................................................................38
3.4.2. Schéma électrique équivalent ramené au secondaire.............................................................................38
3.4.3. Schéma électrique équivalent ramené au primaire ................................................................................39
3.4.4. Prise en compte des pertes fer et de la puissance magnétisante ............................................................40
3.4.5. Détermination de la chute de tension ΔU2.............................................................................................41
3.4.6. Rendement du transformateur ..............................................................................................................41
3.5. ESSAIS DU TRANSFORMATEUR A PUISSANCE REDUITE ...............................................................................................43
3.5.1. Plaque signalétique d’un transformateur monophasé ...........................................................................43
3.5.2. Essai à vide ............................................................................................................................................43
3.5.3. Essai en court-circuit..............................................................................................................................44

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................................................45

iv
Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

1.1. Lois et conventions des circuits électriques


1.1.1. Lois de Kirchhoff

Les lois de Kirchhoff ont été établies en 1845 par le physicien allemand Gustav Kirchhoff. Dans un
circuit électrique, ces deux lois : la loi des nœuds et la loi des mailles sont utilisées, respectivement,
pour déterminer la valeur de l’intensité du courant électrique qui circule dans chaque branche et la
valeur de la tension aux bornes de chaque dipôle.

1.1.1.1. Loi des nœuds


Un nœud est un point d’intersection de plusieurs branches.

Enoncé de la loi des nœuds :


En un nœud d’un circuit électrique, la somme des courants entrants est égale à la somme
des courants sortants :

! "#$%&'$%( = ! "()&%'$%( (1.1)

On retiendra l’exemple illustré à la Figure 1.1.

1.1.1.2. Loi des mailles


Une maille d’un circuit électrique est une branche fermée.

Enoncé de la loi des mailles :


Dans une maille d’un circuit électrique, la somme algébrique des tensions le long d’une
maille orientée et parcourue dans un sens arbitraire est toujours nulle :

! *" = -
+'",,#
(1.2)

Un exemple d’application est illustré à la Figure 1.1.

5
6 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

<>@
E F
AC
- Le circuit ci-contre possède 2 nœuds :
A AB
. = ./ 0 .1 <@D
B et D.

<>? H <@?
Au nœud B, on a :

0
- Dans le circuit ci-contre, on a 3 mailles :
ABCDA ; ABDA et BCDB <D?

2345 2 356 2367 0 347 = - G


- Dans la maille ABCDA, on a :

Figure 1.1: Exemple d’application des lois de Kirchhoff

1.1.2. Conventions des circuits électriques

Dans un circuit électrique orienté (le sens du courant étant défini), la tension électrique aux bornes de
chaque dipôle peut être orientée arbitrairement de deux manières différentes comme est illustré à la
Figure 1.2 :
- En convention générateur : La tension et le courant sont fléchés dans le même sens ;
- En convention récepteur : La tension et le courant sont fléchés en sens opposés.

; ;

8 8
Convention récepteur Convention générateur

Figure 1.2: Conventions d’orientation d’un dipôle

1.2. Régime continu et régimes variables


1.2.1. Régime continu

Dans un régime continu ou permanent les courants et les tensions électriques sont indépendants du
temps. En conséquence, les bobines se comportent comme un court-circuit (89 = :) et les
condensateurs comme des circuits ouverts (; = :).

1.2.2. Régimes variables

Dans un régime variable, les grandeurs électriques varient en fonction du temps. On distingue
classiquement deux régimes variables : les régimes transitoires et les régimes périodiques.

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.3. Le régime sinusoïdal et sa représentation complexe 7

Un régime transitoire se caractérise par un ensemble d'évolutions particulières des grandeurs


électriques à la suite de modifications brutales de certaines caractéristiques d’un circuit électrique.
On peut citer comme exemples de régimes transitoires : Le démarrage ou l’arrêt d'un moteur
électrique, la fermeture ou l'ouverture d'un circuit électrique…etc.

Un régime périodique se caractérise par le fait que les grandeurs électriques sont entretenues
périodiques. Les caractéristiques essentielles des grandeurs variables périodiques sont résumées sur
la Figure 1.3.

Figure 1.3: Valeurs caractéristiques d’un signal périodique

1.3. Le régime sinusoïdal et sa représentation complexe


Le régime sinusoïdal correspond à la plus grande partie des configurations utilisées dans le domaine
de l’énergie électrique et particulièrement en électrotechnique. C’est en régime sinusoïdal que les
transformateurs et les machines électriques ont un fonctionnement optimal.

1.3.1. Valeurs caractéristiques en régime sinusoïdal

Les caractéristiques essentielles d’un signal sinusoïdal sont récapitulées à la Figure 1.4.

Figure 1.4: Valeurs caractéristiques d’un signal sinusoïdal

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


8 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

1.3.2. Représentation en complexe

La représentation en complexe est utilisée en régime sinusoïdal afin de faciliter l'étude de circuits
électriques constitués de plusieurs dipôles. En conséquence, toutes les lois établies en régime continu
seront valables en régime sinusoïdal. Un rappel des nombres complexes est illustré à la Figure 1.5.

Figure 1.5: Rappel sur la représentation en complexes

En électrotechnique, généralement tous les récepteurs sont alimentés par une même source
fournissant une tension sinusoïdale 8IJK de valeur efficace 3 et ayant une phase à l’origine nulle
(L = -). Ainsi, une tension sinusoïdale de référence a comme expression temporelle :

8IJK = <MNO P sinQIRJK = <STP sinQIRJK (1.3)

Par ailleurs, la majorité des récepteurs alimentés sous une tension sinusoïdale sont de nature inductif.
En conséquence, l’expression temporelle du courant traversant un récepteur inductif peut s’écrire
sous la forme suivante :

; IJK = AMNO P sinIRJ 2 UK = ASTP sinIRJ 2 UK QQQQQVWXYZQQU [ : (1.4)


En effet, le courant circulant dans un circuit inductif est toujours en retard de phase par rapport à la
tension appliquée entre ses bornes. Une représentation temporelle de ces deux grandeurs ainsi que
leurs représentations équivalentes en complexe sont illustrées sur la Figure 1.6.

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.3. Le régime sinusoïdal et sa représentation complexe 9

Figure 1.6: Représentation en complexes des tensions et courants sinusoïdaux

Exemple :
En déduire les expressions complexes des grandeurs temporelles suivantes :

8IJK = \T]^T_P `;aIb::cJK d <= e j :k = lT\:j :m


fBg^Bh
SB

; IJK = STP `;a ob::cJ 2 f q d I = ebj 2 f k = lbj 2t:°m


p r

1.3.3. Application aux dipôles linéaires

Il existe trois types de récepteurs électriques linéaires : les dipôles ohmiques (Résistances), les
bobines (Inductances ou Selfs) et les condensateurs (Capacités). On résume au Tableau 1.1, les
relations courant-tension de ces dipôles de base, naturellement en convention récepteur, ainsi que
leurs représentations en complexe.

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


10 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

Tableau 1.1: Notation complexe appliquée aux dipôles linéaires

Dipôle ohmique Bobine Condensateur

w" w*
* = u" *=v "=6
w% w%
Représentation temporelle

R : Résistance L : Inductance C : Capacité


en Ohm [Ω] en Henry [H] en Farad [F]
Représentation complexe

U= uPI U= xvyPI I= x6yPU


/

z z
L=- L=0 L=2
1 1

1.3.4. Impédance d’un dipôle

L’intérêt de la notion d’impédance permet l'introduire une relation de proportionnalité entre tension
et courant au lieu d’une équation différentielle. Ainsi, on retiendra que :

- L'impédance complexe d'un dipôle s’écrit : { =


3
|
et son module représente l’impédance

{ = }{} =
3
|
réelle du dipôle : s'exprime en Ohm [Ω] ;

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.4. Puissances électriques en monophasé 11

- L’inverse de l’impédance est l’admittance : ~ = et son module ~ = }~} =


| |
3 3
s'exprime en

Siemens [S] ;
- Une impédance complexe est un nombre complexe. En effet :

s’écrit : { = u 0 x• avec R est la résistance série du dipôle et X sa réactance série


o Pour le cas d’un dipôle inductif (ou une bobine réelle), l’impédance complexe

(voir Figure 1.7) ;


o Pour le cas d’un dipôle capacitif (ou un condensateur réel), l’admittance complexe

s’écrit : ~ = 0
/ /
u x•
avec R est la résistance parallèle du dipôle et X sa réactance

parallèle (voir Figure 1.7).

Figure 1.7: Dipôle inductif et dipôle capacitif

- Les règles d’associations des résistances s’appliquent également pour les impédances. Un
rappel est illustré à la Figure 1.8.

Figure 1.8: Règles d’association des impédances

1.4. Puissances électriques en monophasé


Dans cette partie on s'intéresse un dipôle quelconque soumis à une tension 8IJK = €STQ`;aIRJK et
parcourus par un courant ;IJK = ASTQ`;aIRJ 2 UK. En régime sinusoïdal, on peut distinguer plusieurs
types de puissances électriques qui correspondent à des notions liées aux aspect technologiques de la
distribution de l'énergie électrique.

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


12 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

1.4.1. Définitions

1.4.1.1. Puissance instantanée


C’est le produit de la tension 8IJK et le courant ; IJK à chaque instant :

•IJK = 8IJKP ; IJK = Q‚ƒQ„…s† 0 ‚ƒQ„…sIT‡ˆ 2 †K (1.5)

- Un terme constant : <AQY‰`U qui représente la valeur moyenne de •IJK!;


C’est la somme de deux quantités :

tension 8IJK.
- Un terme sinusoïdal, appelé puissance fluctuante, sa fréquence est double de celle de la

1.4.1.2. Puissance active


C’est la valeur moyenne de la puissance instantanée :

Š =Q‹ •IJK [Q= ‚ƒQ„…s† (1.6)

< • Ž••‘’“Q‘””i„•„‘Q•‘Q••Qˆ‘nsi…nQ8IJK
avec : ŒƒQ • Ž••‘’“Q‘””i„•„‘Q•’Q„…’“•nˆQ;IJK
U • •é–—•s•˜‘Q„…’“•nˆ™ˆ‘nsi…n

C’est une puissance réelle ou utile qu’est convertie en énergie thermique (un dégagement de la
chaleur), en énergie mécanique (Entrainement d’un moteur) ou encore en lumière (Eclairage). Son
unité est le Watt [W].

1.4.1.3. Puissance réactive


C’est une puissance sans effet physique en termes de travail qui correspond à la partie réactive du
courant. Elle n’est définie qu’en régime sinusoïdal et s’écrit :

š = ‚ƒQsin† (1.7)

Son unité est le Volt-Ampère-Réactif (VAR). Cette puissance apparait dans une installation électrique
en présence d’éléments réactifs (Bobines ou condensateurs). A bien noter que : Une bobine consomme
de l’énergie réactive alors qu’un condensateur en produit.

1.4.1.4. Puissance apparente


C’est le produit des valeurs efficaces qui représente la valeur maximale de la puissance active :

› = ‚ƒ (1.8)

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.4. Puissances électriques en monophasé 13

Son unité est le Volt-Ampère (VA). Cette puissance est souvent appelée ‶puissance de
dimensionnement″, elle est la grandeur caractéristique de l’isolation et de la section des conducteurs,
c’est-à-dire des dimensions des appareillages.

1.4.1.5. Facteur de puissance


Le facteur de puissance est un indicateur de la qualité de la conception et de la gestion d'une
installation électrique. C’est le rapport de la puissance active P sur la puissance apparente S :


œ=
ž
(1.9)

C’est un rapport sans dimension compris entre 0 et 1.

En particulier pour le régime sinusoïdal, le facteur de puissance s’écrit :


œ= = Y‰`U
ž
(1.10)

1.4.2. Triangle des puissances

La puissance apparente S représente la somme vectorielle de la puissance active P et de la puissance


réactive Q. Une représentation graphique ainsi qu’un résumé des relations entre puissances est illustré
sur la Figure 1.9.

Š = ‚ƒ „…s† l£m
¢ •
š = ‚ƒ sin† l¤E¥m œ=
ž
› = ‚ƒ l¤Em


¡ „…s† =
ž
S

L
Q
§
ž = ¦•B 0 § B `;aU =
ž
§
Ÿ JVaU =

P

Figure 1.9: Triangles des puissances en régime sinusoïdal

1.4.3. Puissance apparente complexe

Pour déterminer analytiquement les puissances d'un circuit électrique, on utilise la puissance
apparente complexe qui s’écrit :

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


14 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

› = Q ‚P ƒ¨ Q (1.11)

avec : ƒ¨ est le conjugué de ƒ


On montre facilement que la puissance apparente complexe peut s’écrire :

› = • 0 ©§! (1.12)

alors la puissance apparente réelle s’écrit :

ž = }›} = ¦•B 0 § B (1.13)


Exemple d’application :
En utilisant la puissance apparente complexe, un exemple de calcul des puissances active et réactive
des dipôles communs est illustré sur le Tableau 1.2.

Tableau 1.2: Puissances associées aux dipôles communs

Dipôle ª P Q

ž = Q <P A ¨
<B
= «P AP A ¨ «P A B =
«
0
= «P A B

ž = Q <P A ¨ = ©¬RP AP A ¨ <B


: ¬RP A =
B
= ©¬RP A B ¬R

b
ž = Q <P A ¨ = P AP A ¨
©HR AB
2 = 2HRP <B
b B HR
= 2© PA
0

HR
ž = Q <P A ¨
= I« 0 ©-KP AP A ¨ «P A B -P A B
= «P A B 0 ©-P A B
ž = Q <P A ¨ = <P ®¯P <±
¨

= <P < ¨ P ¯ ¨ = <B P ¯ ¨


€ b b ¨ <B <B
B ²
=< P 0 ³ « -
« ©-
<B <B
= 0©
« -

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.4. Puissances électriques en monophasé 15

1.4.4. Théorème de Boucherot

Ce théorème permet, en régime sinusoïdal de tension et de courant, de calculer la puissance totale


consommée par une installation électrique comportant plusieurs dipôles électriques de facteur de
puissance divers, ainsi que l'intensité totale appelée. Cette méthode a été mise au point par le français
Paul Boucherot.

Enoncé du théorème de Boucherot :

Si une installation électrique contient n dipôles linéaires, alimentés par une tension
sinusoïdale de valeur efficace U, absorbant chacun une puissance active ¶" et une puissance
réactive ¸" alors les puissances totales du circuit vérifient :

¶% = º$"¼/ »" & ½% = º$"¼/ ½" (1.14)

En conséquence, la puissance apparente globale et le courant total absorbé par l’installation


s’écrivent :

´ = µ¶·1 0 ¸·1 .=
¹́
& (1.15)

1.4.5. Mesure de puissance en monophasé

La puissance active est mesurée à l’aide d’un wattmètre monophasé. Cet appareil est constitué de
deux circuits : un circuit courant qui permet de mesurer le courant qui traverse la charge (c’est
l’équivalent d’un ampèremètre), et un circuit tension mesurant la tension aux bornes de la charge
(c’est l’équivalent d’un voltmètre). La Figure 1.10 illustre le symbole d’un wattmètre (a) ainsi que
les différents appareils permettant la mesure de la puissance active en monophasé : un wattmètre à
aiguille (b), un wattmètre numérique (c) et une pince monophasé multifonctions (d).

;IJK
W
8IJK

I'K I¾K I¿K IwK

Figure 1.10: Symbole et Modèles d’un wattmètre monophasé

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


16 Chapitre 1 : Rappels sur les Circuits Monophasés

Le branchement d’un wattmètre peut se faire selon le montage aval ou le montage amont comme est
illustré sur la Figure 1.11.

;IJK ;IJK
W W
8IJK 8IJK

Montage Aval Montage Amont

Figure 1.11: Branchement d’un wattmètre monophasé

L’indication d’un wattmètre est proportionnelle à la valeur moyenne du produit 8IJK ¨ ;IJK qui
représente la puissance active en alternatif.

- Pour un wattmètre numérique, la valeur de la puissance est affichée directement à l’écran ;


- Pour un wattmètre à aiguille, la puissance est calculée en multipliant la lecture par un coefficient
indiqué par le constructeur pour chaque calibre utilisé.

Remarques :

- En ajoutant aux circuits de la Figure 1.11 un voltmètre et un ampèremètre, on peut mesurer


la tension et le courant ce qui permettra de calculer la puissance apparente puis en déduire
le facteur de puissance et la puissance réactive ;
- Pour un wattmètre numérique, toutes ces grandeurs peuvent être affichées directement à
l’écran de l’appareil.

1.5. Relèvement du facteur de puissance


1.5.1. Intérêt d’un facteur de puissance élevé

Une installation électrique donnée, est caractérisée par la tension efficace d’alimentation U et par la
puissance active P disponible. Ainsi, le courant total absorbé par cette installation s’écrit :

¶ À·Ä
.= =
¹ ÀÁÂÃ ÀÁÂÃ

L’intensité du courant sera d’autant plus élevée que le facteur de puissance sera faible. Or ; une
intensité de courant élevée se traduit par :

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


1.5. Relèvement du facteur de puissance 17

- Une augmentation des pertes joules dans les lignes de distribution ;


- Une augmentation des chutes de tensions ;
- Un surdimensionnement des sections des câbles utilisés ;
- Un surdimensionnement des dispositifs de protection.

puissance minimal ÅI„…s UKMÆÇ = :^È É sous peine d’une pénalité.


Pour remédier à toutes ces contraintes, le distributeur de l’énergie électrique impose un facteur de

1.5.1. Dimensionnement du condensateur de relèvement

Le facteur de puissance est d’autant plus faible que l’énergie réactive absorbée est plus élevée.

Ê = „…s † = =
Ë Ë
Ì ¦ËÍ ÎÏÍ
En effet, on a :

La plupart des installations industrielles sont inductives et consomment de l’énergie réactive Q. Ainsi,
pour compenser cette absorption, il faut injecter de l’énergie réactive dans le réseau électrique (C’est
la compensation de l’énergie réactive).

Pour se faire, on place en parallèle avec l’installation une batterie de condensateurs comme est
illustré à la Figure 1.12. La batterie de condensateurs produit une énergie réactive §D telle que :

§D = 2HR<B (1.16)
En utilisant le théorème de Boucherot, on déduit la puissance réactive §Ð consommée après le
relèvement du facteur de puissance : §Ð = § 0 §D .

D’après le diagramme des puissances représenter à la Figure 1.12, il s’en suit que :

Š ˆ•n †Ñ = Š ˆ•n † 2 Ò‡‚ B

D’où la valeur de la capacité de la batterie de condensateurs :

ŠIˆ•n U 2 ˆ•n UÐ K
Ò=
‡‚ B
(1.17)

AÐ A

§D
ª
< H Installation ½
ª&
» j ½ j ¿)(L
électrique

½&
L&
L
» j ½& j ¿)(L&
»

Figure 1.12: Relèvement du facteur de puissance en monophasé

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

2.1. Systèmes triphasés équilibrés


2.1.1. Système de tensions triphasés équilibré

Un système de tensions triphasé est un ensemble de trois tensions sinusoïdales IWC IJK^ WB IJK^ Wf IJK K
de valeur efficace respectivement I¤C ^ ¤B ^ ¤f K et déphasées entre elles de
Bp
f
. Un système de tensions

triphasé est dit équilibré si les trois tensions ont une même valeur efficace ¤ = ¤C = ¤B = ¤f . Dans
le cas contraire, on le qualifie de système de tensions triphasé déséquilibré.

Un système de tensions triphasé équilibré est dit direct si les trois tensions sont ordonnées dans le
sens horaire, sinon on le qualifie de système de tensions triphasé équilibré inverse.

Une représentation temporelle et en complexe ainsi que les équations d’un système de tensions
triphasé équilibré direct et inverse sont illustrées à la Figure 2.1

WC WT Wf

I K I K ¤ = ¤P ‘×Ø = l¤^ :m
¢WC J = €STP sin RJ ¢ C
Tc TÛ
WB IJK = €STP sin ²RJ 2 ³
Br
\ ¤B = ¤P ‘Ù× f = Ú¤^ 2 Ü
¡ \
Öc ¡
I K ÖÛ
ŸWf J = €STP sin ²RJ 2 \ ³
Ýr
¤ = ¤P ‘Ù× f = Ú¤^ 2 Ü
Ÿ f \

Figure 2.1: Système de tensions triphasé équilibré direct

Trois phases et un neutre, notés respectivement IÓC ^ ÓB ^ Óf ^ ÔK ou I¥^ ›^ Õ^ ÔK. Ainsi, on peut distinguer
En pratique, un réseau électrique triphasé permet d’alimenter des charges électriques via quatre fils :

deux types de tensions :


- Tensions entre phase et neutre appelées tensions simples et notées WC ^ WB ‘ˆ Wf ;
- Tensions entre deux phases appelées tensions composées et notées 8CB ^ 8Bf ‘ˆ 8fC.

19
20 Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

Les expressions temporelles et complexes des tensions composées d’un réseau électriques sont
données à la Figure 2.2.

â/ ¹/1

ã1 31ä 3ä/

ãä

c
¢8CB IJK = ¤StP `;a oRJ 0 t q
r
¢‚CB = ¤C 2 ¤B = ¤S\P ‘ Þ
×

r c
‚Bf = ¤B 2 ¤f = ¤S\P ‘Ù× B 8Bf IJK = ¤StP `;a oRJ 2 q
¡ ¡ T
hr
_c
Ÿ‚fC = ¤f 2 ¤C = ¤S\P ‘ Þ I K
Ÿ8fC J = ¤StP `;a ²RJ 2 t ³
Ù×

Figure 2.2: Systèmes de tensions simples et composées

D’après les expressions établies à la Figure 2.2, on conclut que :

- Les tensions composées forment un système triphasé équilibré direct et déphasé en avance
p
de Þ sur celui des tensions simples du même réseau ;

- La valeur efficace ‚ d’une tension composée est liée à celle de la tension simple par la
relation suivante : < = €S\ ;
- La somme des tensions composées et celle des tensions simples sont nulles :

¤C 0 ¤B 0 ¤f = : ‚CB 0 ‚Bf 0 ‚fC = :


ß ß
WC IJK 0 WB IJK 0 Wf IJK = : WCB IJK 0 WBf IJK 0 WfC IJK = :
&

Les tensions fournies par un réseau électrique sont notées : V/U-fréquence. Par exemple au Maroc,
l’Office National d’Electricité (ONE) assure la production, le transport et la distribution d’un réseau
électrique de : 230/400V - 50Hz.

2.1.2. Couplage des phases

Pour former un générateur triphasé (ou une charge triphasée) trois sources monophasées (ou trois

deux types de couplage : Le couplage en étoile IàK et le couplage en triangle IáK.


récepteurs monophasés) peuvent être reliés de deux manières différentes dites « Couplage ». Il existe

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


2.1. Systèmes triphasés équilibrés 21

2.1.2.1. Couplage en étoile


Dans un couplage en étoile, chaque récepteur monophasé est branché entre phase et neutre. Les trois
récepteurs sont reliés en un point commun (N') qu’on appelle « Neutre côté charge » qui peut être
relié ou non au neutre N de la source triphasée. Un exemple est illustré à la Figure 2.3.

Figure 2.3: Couplage en étoile (Y)

Pour un couplage en étoile, on retient les caractéristiques suivantes :


- Les deux types de tensions existent : simples ¤C , ¤B et €f et composées ‚CB, ‚Bf et <fC ;

- Chaque récepteur monophasé est soumis à une tension simple ;


- Les courants ƒC , ƒB et ƒf sont dits : courants de lignes ;

- Chaque récepteur monophasé est traversé par un courant de ligne ;


- Le courant Č est dit : courant du neutre ;

- Si le neutre est relié alors ƒC 0 ƒB 0 ƒf = ƒå sinon ƒC 0 ƒB 0 ƒf = :!;

- Si la source triphasée de tensions est équilibrée et si la charge (æC , æB , æf ) est également

équilibrée (æC = æB = æf = æQ et UC = UB = Uf = U) alors les courants de lignes ƒC , ƒB et ƒf


forment aussi un système triphasé équilibré. En conséquence, le courant du neutre est nul,
soit : ƒå = ƒC 0 ƒB 0 ƒf = :.

Bien que le courant du neutre Aå Qest nul, il ne faut jamais débrancher le fil du neutre. En

effet, un déséquilibre accidentel (par exemple : un manque de phase, l’un des récepteurs
monophasés est défectueux …) peut causer un dysfonctionnement de la charge triphasée.

2.1.2.2. Couplage triangle

Dans un couplage en triangle, chaque récepteur monophasé est branché entre deux phases. Un
exemple est illustré à la Figure 2.4.

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


22 Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

Figure 2.4: Couplage en triangle (Δ)

Pour un couplage en triangle, on retient les caractéristiques suivantes :

- Seules les tensions composées existent ;


- Chaque dipôle monophasé est soumis à une tension composée ;
- Deux types de courants existent les courants de lignes ƒC , ƒB et ƒf et les courants dits de

phases notés çCB , çBf et çfC .

- Chaque récepteur monophasé est traversé par un courant de phase ;


- La disparition du fil du neutre ;
- Si la source triphasée de tensions est équilibrée et si la charge est également équilibrée

oæC = æB = æf = èX êë q alors les courants de phases çCB , çBf et çfC !forment aussi un système

triphasé équilibré. En conséquence, les courants de lignes ƒC , ƒB et ƒf constituerons eux aussi

un système triphasé équilibré tels que :

¢ƒC = çCB 2 çfC = çSäP ‘ = lQƒ^ 2†m


Ù×ì

Br TÛ
ƒB = çBf 2 çCB = çSäP ‘ f = lƒ^ 2† 2 m
Ù×oìÎ q

¡ \
Ýr ÖÛ
Ÿƒ = ç 2 ç = çSäP ‘ f = lQƒ^ 2† 2
Ù×oìÎ q
m
f fC Bf
\

Dans ces conditions la valeur efficace des courants de lignes et celle des courants de phases
sont liées par la relation suivante : A = íS\!.

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


2.2. Circuits triphasés déséquilibrés 23

2.2. Circuits triphasés déséquilibrés


2.2.1. Définitions

En général, on confond déséquilibre et dissymétrie. En effet, les termes équilibré/déséquilibré sont


réservés à une charge triphasée alors que les termes symétrique/dissymétrique permettent de qualifier
un système triphasé de tensions ou de courants. On retient donc :

- Une charge électrique triphasée est dite déséquilibrée si au moins deux de ses trois éléments
monophasés sont différents ;
- Théoriquement, un réseau électrique de puissance infinie doit imposer des tensions
symétriques en tout point, quelle que soit la charge ;
- En pratique, on voit qu’un déséquilibre de la charge engendre une dissymétrie du système
triphasé de tensions ;
- Un déséquilibre de la charge ou une dissymétrie du système triphasé de tensions entraine une
dissymétrie du système triphasé de courants.

2.2.2. Transformation de Fortescue

2.2.2.1. Principe
En électrotechnique, la transformation de Fortescue (appelée aussi Méthode des composantes
symétriques) est utilisée pour analyser des systèmes électriques triphasés déséquilibrés.

En 1918, Fortescue démontre que :

Tout système triphasé dissymétrique ožC ^ žB ^ žf q est la superposition de trois systèmes triphasés
symétriques appelés composantes symétriques :

- Système homopolaire constitué de trois éléments identiques ožØ ^ žØ ^ žØ q;


- Système triphasé symétrique direct ožîC ^ žîB ^ žîf q;
- Système triphasé symétrique inverse ožÆC ^ žÆB ^ žÆf q.

2.2.2.2. Opérateur de rotation a

¢V = X ê ð = 2 0 ©
Íï
C Sf
B B

¡V = X
ð = 2 2© = V¨
B ê
ñï
C Sf
B B
On définit l’opérateur de rotation a tel que :

Ÿb 0 V 0 V = :
B

N.B : Afin d’alléger l’écriture des équations ; l’opérateur complexe ' sera notéQ'.

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


24 Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

2.2.2.3. Application

Soit un système de tensions triphasé et dissymétrique o€N ^ €ò ^ €ó q. D’après Fortescue, ce système est

décomposable comme suite :

€N €Ø €îC €ÆC
ô€ò õ = ô€Ø õ 0 ô€îB õ 0 ô€ÆB õ
ۗ ۯ ۔f ۮf

En utilisant l’opérateur a, on peut écrire :

€N €Ø €î €Æ €Ø €Ø
b b b
ö€ò ÷ = ö€Ø ÷ 0 öVB €î ÷ 0 ö V€Æ ÷ = øb VB V ù P ö€î ÷ = ú ö€î ÷
ۗ ۯ V۔ VB ۮ b V VB ۮ ۮ

b b b b b b
Avec : ú = øb VB V ù , c’est la matrice de Fortescue. Son inverse est : ú ÙC = f øb V VB ù
C

b V VB b VB V

Il suffira alors de multiplier par ú ÙC les composantes réelles du système triphasé pour obtenir les
composantes symétriques et de multiplier les composantes symétriques par ú pour revenir au système
réel. On obtient alors les équations suivantes :

¢€Ø = f o€N 0 €ò 0 €ó q
C
€N = €Ø 0 €î 0 €Æ
€î = f o€N 0 V€ò 0 VB €ó q û€ò = €Ø 0 V €î 0 V€Æ
C B
¡
ۗ = ۯ 0 V۔ 0 VB ۮ
&

Ÿ€Æ = f o€Nò 0 V €ò 0 V€ó q


C B

2.3. Puissances en triphasé


2.3.1. Puissances en triphasé déséquilibré

En utilisant le théorème de Boucherot, les expressions des puissances mises en jeu dans le cas d’un
déséquilibre de la charge ou une dissymétrie de la source sont récapitulées dans le Tableau 2.1.

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


2.3. Puissances en triphasé 25

Tableau 2.1: Formulation des puissances en triphasé déséquilibré

Couplage Y Couplage Δ

üI%K WC ;C 0 WB ;B 0 Wf ;f 8CBQ©CB 0 8BfQ ©Bf 0 8fCQ ©fC

‚CBQçCB „…s †C 0 ‚BfQçBf „…s †B


¤C ƒC „…s †C 0 ¤B ƒB „…s †B 0 ¤f ƒf „…s †f
0 ‚fCQçfC „…s †f
P

Q ¤C ƒC sin †C 0 ¤B ƒB sin †B 0 ¤f ƒf sin †f ‚CBQçCB sin †C 0 ‚BfQçBf sin †B 0 ‚fCQçfC sin †f

S ž = ¦•B 0 § B


œ=
ž
k

2.3.2. Puissances en triphasé équilibré


Si la charge triphasée est équilibrée et la source triphasée de tensions est symétrique alors les
équations établies dans le cas d’un déséquilibre deviennent comme illustrées dans le Tableau 2.2.

Tableau 2.2: Formulation des puissances en triphasé équilibré

Couplage Y Couplage Δ

üI%K = ¶ \¤ƒ „…s † = S\‚ƒ „…s † \‚ç „…s † = S\‚ƒ „…s †

Q \¤ƒ sin † = S\‚ƒ sin † \‚ç sin † = S\‚ƒ sin †

S › = ¦Š B 0 šB ý › = S\‚ƒ

Ê= ý œ = „…s †
Ë
Ì
k

Remarques :

- En triphasé équilibré, la puissance instantanée •IJK est constante est égale à la puissance
active P. Il n’y a donc pas de puissance fluctuante en régime triphasé équilibré. C’est un
avantage majeur par rapport au monophasé.
- Quel que soit le couplage de la charge en (Y) ou en (Δ), les puissances peuvent être

‚ et le courant de ligne ƒ.
exprimées de la même manière en utilisant les grandeurs accessibles : la tension entre phases

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


26 Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

2.4. Mesure de puissances en triphasé


La mesure de la puissance active en triphasé peut se faire en utilisant des wattmètres à aiguilles
(Figure 2.5 (a)), des wattmètres numériques (Figure 2.5 (b)) ou des pinces triphasées multifonctions
(Figure 2.5 (c)). Pour pouvoir en déduire les autres puissances ainsi que le facteur de puissance, on
devra brancher des voltmètres et des ampèremètres pour le cas des appareils à aiguilles. Cependant,
les appareils numériques et les pinces multifonctions affichent directement à leurs écrans toutes les
grandeurs citées ci-avant.

I'K I¾K I¿K

Figure 2.5: Types de wattmètre utilisés en triphasé

2.4.1. Méthode d'un seul wattmètre

2.4.1.1. Circuit équilibré 4 fils (3 Phases + Neutre)

puissance active ¶/þ


On branche un seul wattmètre monophasé ou une pince monophasé multifonctions pour mesurer la
/
absorbée par une seule phase puis on calcule la puissance active totale comme
est illustré à la Figure 2.6.

¶ = ä ¨ ¶/þ
/
Charge

Figure 2.6: Cas d’un circuit équilibré 4 fils

2.4.1.2. Circuit équilibré 3 fils (3 Phases)


On crée un neutre artificiel Ô ÿ pour pouvoir mesurer la puissance d’une phase à l’aide d’un wattmètre
monophasé ou une pince monophasé multifonctions (Figure 2.7 (a)) ou on peut aussi utiliser un
wattmètre triphasé ou une pince triphasée multifonctions (Figure 2.7 (b)).

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


2.4. Mesure de puissances en triphasé 27

Charge

Charge
I'K I¾K

Figure 2.7: Cas d’un circuit équilibré 3 fils

2.4.1.3. Méthode de Boucherot


La méthode de Boucherot permet d’utiliser un seul wattmètre pour la mesure de la puissance réactive
comme est illustré à la Figure 2.8.

Charge

Figure 2.8 : Méthode de Boucherot

Si le wattmètre indique ¶1ä


/
alors la puissance réactive s'obtient par : ½ = SäP »/1ä

2.4.2. Méthode des 2 wattmètres

récepteurs monophasés. En effet, on a : AC 0 AB 0 Af = : soit : 2Af = AC 0 AB . Il suffit alors de


Dans la méthode des deux wattmètres, le récepteur triphasé étant vue comme l’équivalent de deux

mesurer les puissances consommées par ces 2 récepteurs et de les additionner comme est illustré à la
Figure 2.9.

Ab

AT » = »//ä 0 »11ä
½ = Sä®»//ä 2 »11ä ±
Af

Figure 2.9 : Méthode des deux wattmètres

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


28 Chapitre 2 : Systèmes Triphasés

2.4.3. Méthodes des 3 wattmètres

En triphasé déséquilibré 4 fils, la seule méthode de mesure qui donne P et Q consiste à appliquer la
méthode d’un wattmètre une fois pour chaque phase.

Charge

Charge
» = »//! 0 »11! 0 »ää! »/1ä 0 »1ä/ 0 »ä/1
½=

Figure 2.10 : Méthode des trois wattmètres

2.5. Dimensionnement des condensateurs de relèvement


Comme pour le cas du monophasée (cf. 1.5.1), améliorer le facteur de puissance d'une installation
consiste à installer une batterie de condensateurs qui agit en tant que source d'énergie réactive.

En triphasé, cette opération est réalisée par 3 condensateurs qui peuvent être couplés en étoile ou en
triangle comme est illustré au Tableau 2.3.

Tableau 2.3 : Comparaison entre couplages Y et Δ des condensateurs de compensation

Couplage en triangle Couplage en étoile

§D = 2\Ò‡‚ B §D = 2\Ò‡¤ B = 2Ò‡‚ B

ŠIˆ•n U 2 ˆ•n UÐ K ŠIˆ•n U 2 ˆ•n UÐ K


Ò= Ò=
\‡‚ B ‡‚ B

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


2.5. Dimensionnement des condensateurs de relèvement 29

En consultant les expressions listées au Tableau 2.3, on constate que :

- Une même batterie de condensateurs couplées en triangle produit une énergie réactive trois
fois plus qu’en étoile ;
- Pour produire la même énergie réactive de compensation, on utilise en triangle des
condensateurs de capacité trois plus faible qu’en étoile.

On retient :

- Le couplage en triangle des condensateurs de compensation est plus économique ;


- Cette solution est valable pour les tensions ≤ 12KV ;
- La valeur de la capacité des condensateurs pour un couplage en triangle est donnée par :

ŠIˆ•n U 2 ˆ•n UÐ K
Ò=
\‡‚ B

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

3.1. Présentation
Un transformateur monophasé est une machine électrique statique qui permet de modifier l’amplitude
d’une tension alternative tout en maintenant sa fréquence et sa forme inchangées. Il est constitué de
deux bobines isolées électriquement appelées : Enroulement primaire et Enroulement secondaire
qui sont liées magnétiquement par un circuit magnétique, comme est illustré à la Figure 3.1.

Figure 3.1: Schéma de principe d’un transformateur monophasé

Un transformateur peut être représenté sur un schéma d’un circuit électrique par l’un des trois
symboles représentés à la Figure 3.2.

Figure 3.2: Symboles d’un transformateur monophasé

N.B : Les tensions, les courants et les flux primaires et secondaires sont supposés sinusoïdaux ce qui
nous permettra d’utiliser la représentation complexe le long de ce présent chapitre.

31
32 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

3.2. Etude du transformateur à vide


3.2.1. Présentation

L’enroulement primaire de résistance "C et ayant ÔC spires, est alimenté sous une tension sinusoïdale
‚C de valeur efficace ‚C et de fréquence #. Ainsi, cet enroulement est parcouru par un courant à vide

ƒCØ qui crée le flux primaire à vide $CØ tel que :

%C $CØ = %C o$Ø 0 $&CØ q (3.1)

avec : $CØ est le flux primaire à vide traversant le primaire ; $Ø est le flux commun à vide canalisé

par le circuit magnétique vers le secondaire et $&CØ est le flux de fuite du primaire. Un schéma de

principe est représenté sur la Figure 3.3: .

*-
|/- |1- = -

¹/ 31-
+,/-

+/-

%C Spires ÔB Spires
Résistance "C
Inductance de fuite -C

Figure 3.3: Schéma de principe pour un fonctionnement à vide

D’après la loi de Faraday, le flux commun variable $Ø a pour conséquence de créer une tension

induite à vide ‚BØ aux bornes de l’enroulement secondaire de valeur efficace ‚BØ et de même

fréquence que ‚C .

Rappel : La loi de Faraday

Un flux variable 'IJK traversant une bobine de N spires crée une tension induite XIJK aux bornes
de cette bobine telle que :

XIJK = 2% ý ) = 2©R%$
(' (3.2)
(J

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.2. Etude du transformateur à vide 33

3.2.2. Mise en équations

L’enroulement primaire peut être considérée comme une bobine à noyau de fer, d’où l’équation
suivante :

‚C = "C ƒCØ 0 j‡ÔC $CØ = "C ƒCØ 0 j‡ÔC $Ø 0 j‡ÔC $.CØ (3.3)

On définit l’inductance de fuite primaire par :

ÔC $.CØ = -C P ƒCØ (3.4)

L’équation (3.3) devient :

¹/ = &/ ./- 0 /,/ 0./- 0 1/- (3.5)

Avec :

1/- = /0þ/ *- (3.6)

D’après la loi de Faraday, la tension induite ‚BØ aux bornes du secondaire, ayant ÔB spires, s’écrit :

¹1- = 11- = /0þ1 *- (3.7)

3.2.3. Schéma électrique équivalent à vide

D’après les équations établies en 0, un transformateur monophasé à vide peut être considéré comme
la mise en cascade d’une bobine à noyau de fer et d’un transformateur parfait. Ainsi, le schéma
électrique équivalent en fonctionnement à vide est représenté à la Figure 3.4 .

&/ ,/ ./-
-

./-3 ./-4

¹/ ¹1-
u2 •2 1/-

Bobine à noyau de Transformateur parfait


fer

Figure 3.4: Schéma électrique équivalent d’un transformateur monophasé à vide

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


34 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

Avec :
- &/ : Résistance interne du primaire ;
- ,/ : Inductance de fuite du primaire ;
- 5 6 : Résistance modélisant les pertes fer ;
- 76 = 86 y : Réactance magnétisante avec 76 est l’inductance magnétisante.

3.2.4. Diagramme de Fresnel à vide

Le diagramme de Fresnel représentant les équations relatives à un fonctionnement à vide d’un


transformateur monophasé est illustré à la Figure 3.5.

3/
|/-'

31- &/ |/- /,/ y./-


:/-
|/-& |/-
L/-

:/- choisie comme référence

+-
; à :/- */-

+,/-

Figure 3.5: Diagramme de Fresnel d’un transformateur monophasé à vide

3.2.5. Bilan de puissances à vide

Un transformateur monophasé à vide absorbe une puissance active •CØ et une puissance réactive §CØ
telles que :

)CØ B
¢ •CØ = <C ACØ „…s UCØ = "C P ACØ B 0
«9
¡
B
§CØ = <C ACØ sin UCØ = -C RP ACØ B 0
)CØ
(3.8)

Ÿ -9

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.3. Etude du transformateur en charge 35

Avec :
- "C ACØ B : Pertes Joule dans la résistance de l'enroulement primaire ;

= «9 ACØN B : Pertes fer dans le circuit magnétique ;


<=> Í
- ?@

- -C RACØ B : Puissance réactive de fuite dans l'enroulement primaire ;

= -9 ACØÐ B : Puissance magnétisante du circuit magnétique ;


<=> Í
-

- „…s UCØ : Facteur de puissance du transformateur à vide.


A@

3.3. Etude du transformateur en charge


3.3.1. Présentation

ƒB non nul. Ce courant a pour effet, l’existence d’un flux de fuite secondaire modélisé par une
Dans un fonctionnement en charge, le secondaire est fermé sur une charge d’où un courant secondaire

inductance de fuite -B et l’existence d’une chute de tension due à la résistance du secondaire “B . Un


schéma de principe d’un fonctionnement en charge est représenté à la Figure 3.6.

|/ |1

+,/
+/
¹/ 31
+1

+,1
%C Spires ÔB Spires
Résistance "C Résistance "B
Inductance de fuite -C
* Inductance de fuite -B

Figure 3.6: Schéma de principe pour un fonctionnement en charge

3.3.2. Mise en équations

3.3.2.1. Mise en équations des flux


Le flux total circulant dans les ÔC spires du primaire, s’écrit :

ÔC $C = ÔC o$ 0 $.C q (3.9)

Le flux total circulant dans les ÔB spires du secondaire, s’écrit :

ÔB $B = ÔB o$ 0 $.B q (3.10)

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


36 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

3.3.2.2. Mise en équations des tensions


Un raisonnement identique à celui utilisé pour le fonctionnement à vide donne les équations

‚C = EC 0 I"C 0 ©-C RKP ƒC


suivantes :

¢
‚B = EB 2 I"B 0 ©-B RKP ƒB
¡EC = ©‡P ÔC $
(3.11)

ŸEB = ©‡P ÔB $

L’analyse des équations (3.11), permet de :

- constater que les grandeurs EC et EB sont en phase et en quadrature avant sur le flux $ ;

- définir le rapport de transformation B, tel que :

EB ÔB
C= =
EC ÔC
(3.12)

3.3.2.3. Mise en équations des courants

AC = ACØ 0 CAB
En appliquant le théorème d’Ampère le long de la ligne moyenne du circuit magnétique, on obtient :
(3.13)

3.3.3. Schéma électrique équivalent en charge

Les éléments du secondaire I"B j -B K viennent compléter le schéma électrique équivalent à vide établie
précédemment. On obtient alors le schéma électrique équivalent d’un transformateur monophasé en
charge représenté à la Figure 3.7.

&/ ,/ |1 &1 ,1
|/ B|1
|/-
|/-' |/-&
B

3/ 31
u2 •2
:/ :1

!/ !1

Figure 3.7: Schéma électrique équivalent d’un transformateur monophasé en charge

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.3. Etude du transformateur en charge 37

3.3.4. Diagramme de Fresnel en charge

Le diagramme de Fresnel représentant les équations relatives à un fonctionnement en charge d’un


transformateur monophasé est illustré à la Figure 3.8.

©-C AC

©-B AB

Figure 3.8: Diagramme de Fresnel d’un transformateur monophasé en charge

3.3.5. Bilan de puissances en charge

Un transformateur permet de réaliser un transfert d’énergie active et réactive entre une source
d’énergie et une charge électrique. La Figure 3.9 illustre l’arbre des puissances relative à un
fonctionnement en charge.

Puissances actives

Puissances réactives

Figure 3.9: Arbre des puissances d’un transformateur monophasé en charge

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


38 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

3.4. Etude du transformateur avec l’hypothèse de Kapp


3.4.1. Principe

L’hypothèse de Kapp consiste à négliger le courant primaire à vide devant le primaire en charge.
Ainsi, l’équation (3.13) devient :

|/ = B|1 !! (3.14)
Cette hypothèse est valable puisqu’un transformateur est réalisé de tel sorte que le courant à vide soit
le plus faible possible.

Dans la même hypothèse :

<BØ <BØ <BØ


- à vide, on peut écrire que:

= =C
<C ECØ 0 I"C 0 ©-C RKP ƒCØ ECØ
D

Soit :

31- D B¹/ (3.15)

:1 = B1/ !
- en charge, la relation suivante est toujours valable :
(3.16)
Ainsi dans l’hypothèse de Kapp, le schéma électrique équivalent en charge devient comme est illustré
à la Figure 3.10 (la branche ®«9 ^ -9 ± est éliminée).

Figure 3.10: Schéma électrique équivalent dans l’hypothèse de Kapp

3.4.2. Schéma électrique équivalent ramené au secondaire

par C la 1ère équation du (3.11), on obtient : C‚C = mEC 0 mI"C 0 ©-C RKƒC .
On se propose de ramener les défauts du primaire pour les ajouter à ceux du secondaire. En multipliant

Puis en utilisant les équations (3.14) ; (3.15) et (3.16), il s’ensuit que :

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.4. Etude du transformateur avec l’hypothèse de Kapp 39

‚BØ = EB 0 CB I"C 0 ©-C RKƒB

Or : EB = Q ‚B 0 I"B 0 ©-B RKƒB , ce qui donne :

‚BØ = ‚B 0 lI"B 0 ©-B RK 0 CB I"C 0 ©-C RKmƒB

= ‚B 0 lI"B 0 CB "C K 0 ©RI-B 0 CB -C KmƒB

= ‚B 0 l«B 0 ©-B mƒB

= ‚B 0 èB ƒB

Finalement, on peut écrire :


¹1 = ¹1- 2 F1 Q.1 (3.17)
avec :
- F1 = u1 0 x•1 : Impédance interne totale ramenée au secondaire ;

- u1 = &1 0 B1 &/ !: Résistance interne totale ramenée au secondaire ;


- •1 = I,1 0 B1 ,/ Ky!: Réactance de fuite totale ramenée au secondaire.

source de tension ayant une f.é.m. égale à ‚BØ et une impédance interne æB . Ceci est traduit par le
L’équation (3.17) montre que le transformateur vu par la charge peut être considéré comme une

schéma électrique équivalent illustré à la Figure 3.11.

Figure 3.11: Schéma électrique équivalent ramené au secondaire

3.4.3. Schéma électrique équivalent ramené au primaire


En utilisant le même raisonnement et toujours dans l’hypothèse de Kapp, on ramène maintenant les
défauts du transformateur au primaire. Ainsi, on peut montrer facilement que le primaire se comporte

et d’impédance interne æC

M
vis-à-vis de la source d’alimentation comme un récepteur de f.c.é.m.

telle que :

‚B
‚C = 0 æC QƒC (3.18)
C

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


40 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

avec :
- æC = «C 0 ©-C : Impédance interne totale ramené au primaire ;

- «C = "C 0
ÐÍ

!: Résistance interne totale ramené au primaire ;

- -C = o-C 0 q R!: Réactance de fuite totale ramené au primaire.



Ce qui se traduit par le schéma électrique équivalent illustré à la Figure 3.12.

Figure 3.12: Schéma électrique équivalent ramené au primaire

3.4.4. Prise en compte des pertes fer et de la puissance magnétisante


Pour prendre en compte les pertes fer et la puissance magnétisante, on réintègre la branche ®«9 j -9 ±
au schéma de la Figure 3.11. Ainsi, on obtient le schéma électrique équivalent complet ramené au
secondaire représenté sur la Figure 3.13. C’est le schéma électrique équivalent le plus utilisé et le plus
adapté à l'utilisation d’un transformateur.

Figure 3.13: Schéma électrique équivalent ramené au secondaire avec prise en compte de ®«9 ^ -9 ±

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.4. Etude du transformateur avec l’hypothèse de Kapp 41

3.4.5. Détermination de la chute de tension ΔU2


On se propose d’exprimer la chute de tension á<B connaissant la tension à vide ‚BØ , le courant

secondaire ƒB , la charge „…s UB et les éléments ramenés au secondaire I¥B ^ X B K. En posant : <B =

<B (Prise comme référence des phases) ; ‚BØ = ‚BØ X êI ! et ƒB = ƒB X ÙêëÍ , l’équation (3.17) devient :

‚BØ = ‚B 0 èB QƒB

‚BØ X êI = ‚B 0 I«B 0 ©-B KƒB X ÙêëÍ


= ‚B 0 I«B 0 ©-B KI„…s UB 2 © sin UB KƒB
= ‚B 0 lI«B „…s UB 0 -B sin UB K 0 ©I-B „…s UB 2 «B sin UB KmƒB

‚BØ „…s J = ‚B 0 I«B „…s UB 0 -B sin UB KƒB


Soit :

ß
‚BØ sin J = I-B „…s UB 2 «B sin UB KƒB

Dans l’hypothèse de Kapp, l’angle J = o‚ B j ‚BØ q est très proche de 0. Ainsi, à l’aide d’une
KKKKKKKKKKKKKKL

approximation d’ordre 0 I„…s J D bQXJ sin J D :KQ, on peut déterminer :

- La tension de sortie ‚B telle que :

¹1 = ¹1- 2 Iu1 ÀÁÂ L1 0 •1 ÂMN L1 K.1 (3.19)

- La chute de tension á<B telle que :

á<B = ‚BØ 2‚B = I«B „…s UB 0 -B sin UB KƒB (3.20)

Dans un contexte industriel, les grandeurs sont données relativement à la tension à vide ‚BØ :

O31 P = u1 P ÀÁÂ L1 0 •1 P ÂMN L1 (3.21)

avec :

‚BØ 2‚B
¢á<B P = b::
‚BØ
«B ƒBQ
«B P = b::
¡ ‚BØ
-B ƒBQ
- P = b::
Ÿ B ‚BØ

3.4.6. Rendement du transformateur

Etant donné que le transformateur est un élément important dans le transport et la distribution de
l’énergie électrique, il est essentiel de déterminer son rendement en vue d’optimiser les coûts.

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


42 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

D’après l’arbre des puissances illustrée à la Figure 3.9, le rendement d’un transformateur monophasé
s’écrit :

•B •B <B AB „…s UB
R= = =
•C •B 0 º •X"JX` <B AB „…s UB 0 •S 0 •&TÐ
(3.22)

Avec :

»U : Pertes joules (ou Pertes cuivre) sont dues aux résistances r1 et r2 des enroulements. Ces
pertes dépendent de la charge. On peut déterminer les pertes joules par un essai en court-
circuit, telles que :

»U = &/ |/ 1 0 &1 |1 1 D u/ |/ 1 D u1 |1 1 (3.23)

»,#& : Pertes fer (ou Pertes magnétiques) dans le circuit magnétique. Elles dépendent du
champ magnétique maximal et de la fréquence. Si la tension U1 est constante, elles sont
indépendantes de la charge. On peut déterminer ces pertes par calcul théorique ou par
un essai à vide, tel que :

»,#& D »/- (3.24)

Ainsi, l’expression (3.22) devient :

31 |1 ÀÁÂ L1
V=
31 |1 ÀÁÂ L1 0 u1 |1 1 0 »/-
(3.25)

La Figure 3.14 illustre la courbe du rendement W en fonction du courant AB .


Pour une tension d’alimentation constante et une charge fixe, le rendement d’un transformateur
monophasé est maximal si les pertes joules et les pertes fer sont égales.
^Í _Í `abc def ëÍ
Soit : ŠCØ = ¥B ABYZ[\ ý AB YZ[\ = µ ý WMNO =
B Ë=>
]Í ^Í _Í `abc def ëÍ ÎBg=>

Figure 3.14: La courbe du rendement en fonction du courant de la charge

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


3.5. Essais du transformateur à puissance réduite 43

3.5. Essais du transformateur à puissance réduite


3.5.1. Plaque signalétique d’un transformateur monophasé

En pratique, les constructeurs renseignent sur la plaque signalétique d’un transformateur monophasé
les caractéristiques électriques suivantes :

- La tension primaire nominale 3/$ !;


- La tension secondaire nominale à vide 31-$ !;
- La fréquence nominale d’utilisation h!;
- La puissance apparente nominale ª$ = 3/$ |/$ = 31-$ |1$.

Exemple : 20kV/230V ; 50Hz ; 200kVA

3.5.2. Essai à vide

Dans un essai à vide, le primaire est alimenté sous la tension nominale I‚C = ‚CÇ K alors que le
secondaire est ouvert IƒB = :K comme est illustré sur Figure 3.15.

Figure 3.15: Schéma de montage d’un essai à vide

On relève : ¹/ !; ./-!; ¶/-!et ¹1- .

En exploitant le schéma équivalent de la Figure 3.13, on peut alors déterminer :

B=
31-
¹/
- Le rapport de transformation : !;

- Les pertes fer : »,#& ! = »/- !;

u2 = » / !;
31
/-
- La résistance modélisant les pertes fer :

•2 =
31/

µI¹/ ./- K1Ù¶/- 1


- La réactance magnétisante, on a :

Cours d’Electrotechnique (S5) © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


44 Chapitre 3 : Transformateur Monophasé

3.5.3. Essai en court-circuit

Dans un essai en court-circuit, le primaire est alimenté sous une tension réduite I‚C = ‚Cóó K afin de
régler le courant du secondaire à sa valeur nominale IƒBdd = ƒBQ K. Le secondaire est court-circuité
comme est illustré à la Figure 3.16.

Figure 3.16: Schéma de montage d’un essai en court-circuit

On relève : ‚Cdd!; ƒCdd!; ŠCdd!et ƒBdd.

En exploitant le schéma équivalent de la Figure 3.13, on peut alors déterminer :

- Les pertes joules nominales : »U$ D »/ÀÀ


En effet, la tension <Cóó !est faible I<Cóó ! i Q <CÇ K!ce qui rend les pertes fer en court-circuit
négligeables devant les pertes joules nominales.
u1 =
»/ÀÀ
.1ÀÀ 1
- La résistance totale ramenée au secondaire : !;

B¹/ÀÀ 1
- La réactance de fuite totale ramenée au secondaire : •1 = µo .1ÀÀ
q 2 u1 1

En effet, en court-circuit le transformateur se réduit au schéma électrique de la Figure 3.17.

Figure 3.17: Schéma du secondaire du transformateur en court-circuit

FST de Mohammedia, LST-GE2I © Pr. Aziz RACHID (aziz.rachid@fstm.ac.ma)


Références Bibliographiques

[1] L. Lasne, Exercices et problèmes d’électrotechnique : notions de bases et machines électriques :


rappels de cours. Paris : Dunod, 2005.

[2] G. Séguier and F. Notelet, Électrotechnique industrielle, 3e édition. Paris : Tec & Doc Lavoisier,
2005.

45

Vous aimerez peut-être aussi