Vous êtes sur la page 1sur 8

galien

cours

LA TERRE, LA VIE ET L’ORGANISATION DU VIVANT


FICHE 1- Organisation fonctionnelle du vivant

MOTS-CLES

autotrophie, cellule, chloroplaste, cytoplasme, enzyme, eucaryote, fermentation, hétérotrophie, matrice


extracellulaire, membrane plasmique, métabolisme, mitochondrie, organe, organisme, organite, photosynthèse,
pluricellulaire, procaryote, respiration, spécialisation cellulaire, tissu, unicellulaire, voie métabolique

COURS

I- Les niveaux d’organisation du vivant


La matière, vivante ou inerte, est constituée d’atomes ou d’éléments chimiques dans des proportions très différentes
de la matière inerte.
Les liaisons entre les atomes permettent la constitution de molécules. Ces liaisons sont plus ou moins fortes : des
liaisons covalentes sont des liaisons fortes par opposition aux liaisons qualifiées de faibles telles que les liaisons
hydrogène.
Les quatre éléments chimiques les mieux représentés dans les organismes vivants sont l’oxygène, le carbone,
l’azote et l’hydrogène. Les molécules biologiques ou molécules organiques sont constituées à partir de squelettes
carbonés où les atomes de carbone sont liés entre eux et avec des atomes d’oxygène, hydrogène, azote, phosphore,
soufre… La matière vivante comporte 4 grands types de molécules organiques: Glucides, Protides, Lipides, Acides
nucléiques. Ces composés organiques peuvent être divisés en 2 grands groupes : des molécules de faible masse
moléculaire ; des molécules de masse moléculaire élevée qualifiées de macromolécules et formées à partir de la
répétition de sous-unités.
Remarque : les êtres vivants sont constitués de matière organique mais aussi de matière minérale : telle que l’eau
et les sels minéraux.

Les molécules s’assemblent pour former les différents constituants de la cellule.


Certains êtres vivants, les unicellulaires, sont constitués d’une seule cellule qui assure toutes les fonctions
essentielles à la vie: se déplacer, se nourrir, se reproduire, établir des relations avec leur environnement...
Chez les organismes pluricellulaires, les cellules d’un même type sont en général associées pour former un
ensemble fonctionnel appelé tissu. Un organe est une structure complexe, en général constitué de plusieurs tissus
qui participent à la réalisation d’une même fonction.
On donne le nom d’organisme à un être organisé accomplissant les fonctions de la vie, que celui-ci soit unicellulaire
ou pluricellulaire.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

II- La cellule
L’observation des cellules peut être réalisée au microscope optique ou photonique qui permet de voir la forme, la
taille et certains éléments qu’elles contiennent. Pour observer la structure fine, ou ultrastructure, de la cellule et
détailler les éléments qu’elle contient, il faut utiliser un microscope électronique.
Tous les êtres vivants sont constitués d’une ou plusieurs cellules. Malgré une grande diversité de leurs aspects,
toutes les cellules possèdent un plan architectural commun : la cellule est un espace délimité par une membrane
plasmique et constitué d’un cytoplasme dans lequel se trouve le matériel génétique.
Dans certaines cellules, le matériel génétique est enfermé dans un noyau. Ces cellules sont appelées eucaryotes.
C’est le cas des animaux, des végétaux et des champignons, de tous les organismes pluricellulaires.
Dans d’’autres cellules, le matériel génétique est directement dans le cytoplasme. Ces cellules sans noyau sont
appelées procaryotes (cellules bactériennes).
Contrairement aux cellules procaryotes, les cellules eucaryotes possèdent des compartiments internes délimités par
une ou deux membranes appelés organites. Chacun d’eux a une fonction précise. Le schéma et le tableau ci-
dessous présentent les principaux organites d’une cellule animale et leurs fonctions.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

Membrane plasmique Limite externe de la cellule


Frontière semi-perméable et sélective (transports, transferts, échanges)
Zone de réception des messages
Zone de reconnaissance intercellulaire et d’adhérence cellulaire
Noyau Entouré d’une membrane double, l’enveloppe nucléaire, et contient la
chromatine (ADN + protéines), support de l’information génétique
Reticulum = RER (Rugueux)
Endoplasmique Réseau de membranes formant des citernes
Granuleux (REG) En continuité avec l’enveloppe nucléaire
Synthèse et maturation des protéines (membranaires, lysosomales, sécrétées)
Reticulum Biosynthèse des lipides ; cholestérol et hormones stéroïdes ; stockage du calcium
Endoplasmique
Lisse (REL)
Ribosomes Petites structures, non limitées par une membrane
Formés de deux sous-unités
Soit à l’état libre, soit attachés aux faces externes de la membrane du RE
constituant
Lieu d’assemblage des acides aminés pour former la chaîne polypeptidique
Appareil de Golgi Emballe, modifie et isole les protéines destinées à être sécrétées
Mitochondrie Centrale énergétique de la cellule
Organite semi-autonome = contient de l’ADN et ses propres ribosomes ;
Double membrane
Respiration cellulaire (phosphorylation oxydative), lieu ultime de dégradation
du glucose
Lysosome Vésicules de sécrétion golgiennes
Digestion intracellulaire par les hydrolases acides
Cytosquelette Microtubules (tubulines) : soutien et mobilité cellulaire ; responsables du trafic
cellulaire
Microfilaments (actine et myosine) : Système contractile intracellulaire ; forme
de la cellule
Filaments intermédiaires : Résistance mécanique de la cellule

La cellule est l’unité structurale et fonctionnelle des êtres vivants.

L'organisation pluricellulaire implique la spécialisation des cellules et leur coopération. Les cellules s'associent
pour former des tissus, puis des organes spécialisés dans la prise en charge d'une ou plusieurs fonctions de
l'organisme. Le fonctionnement coordonné de l'ensemble des cellules, des tissus et des organes permet la vie de
l'organisme pluricellulaire.
Ainsi chez les êtres vivants pluricellulaires, toutes les cellules ne sont pas identiques : elles diffèrent par leur forme,
les organites qu’elles renferment, les molécules qu’elles possèdent ou qu’elles produisent. On dit que les cellules
sont spécialisées. Cette spécialisation est à mettre en relation avec leur fonction. Un neurone, un globule rouge ou
une cellule musculaire sont des exemples de cellules spécialisées.
Ainsi, on estime qu’un être humain par exemple est constitué d’environ 30 000 milliards de cellules appartenant à
plus de 200 types cellulaires différents.
La spécialisation cellulaire est un mécanisme permettant à une cellule d'acquérir une structure, notamment avec des
organites, de synthétiser des molécules (par exemple des enzymes) lui permettant de réaliser une fonction précise.
Comme toutes les cellules d’un même organisme contiennent la même information génétique, la spécialisation
résulte de l’expression contrôlée des gènes.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

III- La matrice extracellulaire


Chez les organismes pluricellulaires, les cellules organisées en tissus sont entourées par une matrice
extracellulaire. Elle est constituée de grosses molécules, principalement de protéines telles que le collagène et
l’élastine chez les animaux, synthétisées et sécrétées par les cellules. Elle peut être liquide, gélatineuse ou solide
suivant les tissus. Elle joue de très nombreux rôles et notamment elle sert de support et de soutien aux tissus en
permettant l'adhérence et la cohésion des cellules entre elles.
La matrice extracellulaire est une structure dynamique capable d’interagir avec les cellules et dont certains
composants, pour répondre aux fonctions cellulaires tout au long de l’existence, peuvent être détruits, reconstruits,
ou remodelés.
Remarque : les parois des cellules végétales représentent une matrice extracellulaire équivalente à celles
rencontrées chez les animaux mais elles sont constituées principalement de glucides.

IV- Le métabolisme cellulaire


Une cellule n’est pas seulement l’unité de structure constitutive des êtres vivants. Il se déroule dans le cytoplasme
et les organites d’une cellule des milliers de transformations biochimiques, nécessaires à son fonctionnement :
c’est ce qu’on appelle le métabolisme. Ces réactions biochimiques ont lieu soit directement dans le cytoplasme, soit
dans des organites spécifiques.
Le métabolisme s’effectue par étapes : une voie métabolique est une succession de réactions biochimiques qui
s’enchaînent, le produit d’une réaction étant lui-même transformé à son tour, et ainsi de suite. Chaque réaction
nécessite l’intervention d’une protéine (macromolécule) appelée enzyme qui catalyse la réaction, c’est-à-dire qui
permet que la réaction chimique s’accomplisse rapidement et dans les conditions qui sont celles de la cellule. Ainsi,
le métabolisme dépend de l’équipement spécialisé des cellules, en organites et en enzymes, qui diffère selon les
cellules et les organismes.

Schéma d’une voie métabolique :

On peut distinguer deux grands types de voies métaboliques Il peut s’agir de biosynthèses, c’est-à-dire des
transformations dont le résultat est la fabrication d’une nouvelle molécule. Il peut aussi s’agir d’une dégradation de
molécules de façon à obtenir l’énergie nécessaire au fonctionnement cellulaire. C’est le métabolisme énergétique.
Ces deux aspects qui caractérisent tout métabolisme sont nécessaires et complémentaires. L’ensemble des
réactions de biosynthèses est qualifié d’anabolisme alors que les réactions de dégradation constituent le
catabolisme.

La respiration cellulaire est un ensemble de réactions biochimiques qui appartient au métabolisme énergétique.
Lors de la respiration cellulaire, une molécule organique, le glucose (C6H12O6), est consommée par la cellule ainsi
que du dioxygène (O2). Cela permet de fabriquer des molécules énergétiques appelées ATP. La respiration cellulaire
conduit au rejet de dioxyde de carbone (CO 2) et d’eau (H2O). L’essentiel des réactions du métabolisme de la
respiration se déroule dans des organites spécialisés, les mitochondries.
Equation de la respiration cellulaire : C6H12O6 + 6 O2 => 6 CO2 + 6 H2O + 36 ATP
Les fermentations sont une autre façon de transformer un métabolite organique pour obtenir de l’énergie : une
fermentation se déroule dans le cytoplasme, et ne nécessite donc pas d’organite spécialisé. Certaines fermentations
ne nécessitent pas de réaction avec le dioxygène. La dégradation du métabolite organique est toujours incomplète :
il se forme un produit qui contient encore de l’énergie utilisable, comme par exemple de l’alcool.

La photosynthèse est un ensemble de réactions biochimiques qui relèvent à la fois du métabolisme énergétique et
des biosynthèses. Il y a tout d’abord synthèse de molécules énergétiques qui sont ensuite utilisées pour produire
une molécule organique. La photosynthèse nécessite de la lumière, du dioxyde de carbone et de l’eau et conduit au
rejet de dioxygène. . La molécule fabriquée est du glucose que la cellule va utiliser pour produire d’autres molécules
organiques. La photosynthèse n’a lieu que dans un seul type d’organite, le chloroplaste.
Equation de la photosynthèse : 6 CO2 + 6 H2O + lumière => C6H12O6 + + 6 O2

Une cellule capable de produire sa propre matière organique à partir seulement de matière minérale est dite
autotrophe. Ainsi les cellules qui réalisent la photosynthèse sont autotrophes. C’est le cas des cellules végétales et
de quelques espèces de procaryotes. Une cellule qui fabrique sa propre matière organique à partir d’une autre
matière organique est dite hétérotrophe. Les cellules des organismes hétérotrophes tels que les animaux doivent
obligatoirement trouver dans leur milieu les éléments organiques nécessaires à leur métabolisme.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

Certaines molécules sont impliquées dans plusieurs voies métaboliques. Elles constituent alors des « plaques
tournantes » permettant l’interconnexion des voies métaboliques. C’est par exemple le cas du glucose.
Il est produit par la photosynthèse et il est dégradé lors de la respiration cellulaire, ou lors de la fermentation
alcoolique. Il intervient également comme matière première dans la synthèse de macromolécules de réserve
(amidon, glycogène) ou encore d’autres molécules organiques (protéines, lipides). Les métabolismes sont donc
complémentaires : la respiration des êtres vivants serait impossible sans la photosynthèse réalisée par les plantes.
Les voies métaboliques d’une cellule, d’un organisme, ou d’un organisme à l’autre sont interconnectées par des
molécules intermédiaires.
Ainsi, les cellules des êtres vivants échangent de la matière et de l’énergie au niveau de la cellule mais aussi au
niveau du tissu, de l’organe ou de l’organisme entier et avec leur environnement.

POUR ALLER PLUS LOIN

- L'organisme pluricellulaire : un ensemble de cellules spécialisées. Chez les organismes unicellulaires, toutes les
fonctions sont assurées par une seule cellule. Chez les organismes pluricellulaires, les organes sont constitués de
cellules spécialisées formant des tissus, et assurant des fonctions particulières.
https://youtu.be/uOFWBayzsk0

- La vie pluricellulaire : Comprendre la structure des cellules, leur organisation


https://youtu.be/dU1Xpzgw4BU (jusqu’à 11’25’’)

- Le métabolisme des cellules


https://youtu.be/pcyHFChGFbk

APPLICATIONS

VRAI ou FAUX
Repérez les informations exactes et corriger celles qui sont fausses en justifiant la réponse.

1. Une cellule eucaryote est une cellule sans organite.


2. La cellule est la plus petite unité vivante que l’on connaisse.
3. Une membrane cellulaire est une frontière perméable qui délimite une cellule.
4. Chez les bactéries, il n’y a pas d’information génétique car ce sont des cellules procaryotes.
5. Une cellule échange de la matière avec son environnement.
6. Le métabolisme d’une cellule n’est pas codé génétiquement.
7. Le métabolisme d’une cellule ne dépend pas des conditions du milieu dans lequel elle se trouve.
8. Les bactéries sont des cellules procaryotes dépourvues de métabolisme.
9. Toutes les cellules d’un organe assurent la même fonction.
10 À l’intérieur d’une cellule spécialisée, il n’y a qu’un seul type d’organite.
11. La cellule d’un organisme unicellulaire peut avoir plusieurs fonctions.

QCM
Pour chaque proposition, identifiez la ou les bonne(s) réponse(s) et corrigez les autres:

1. Les organismes pluricellulaires se distinguent des organismes unicellulaires par :


a. La présence d’une membrane
b. La présence d’un cytoplasme
c. La présence d’une matrice liquide
d. La présence d’une matrice liant les cellules entre elles

2. Une cellule procaryote ne contient pas :


a. de cytoplasme
b. de membrane plasmique
c. de noyau
d. d’ADN

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

3. Le métabolisme :
a. est un ensemble de réactions physiques qui se produisent dans la cellule
b. est un ensemble de réactions chimiques qui se produisent dans la cellule
c. est le même pour toutes les cellules
d. dépend de l'information génétique de la cellule
e. peut être influencé par l'environnement dans lequel se trouve la cellule

4. L'énergie produite lors du métabolisme d'une cellule :


a. est parfois produite par fermentation
b. dépend du milieu de vie de la cellule
c. nécessite des échanges entre la cellule et son milieu de vie
d. dépend du type d'organisme et donc de son information génétique
e. est produite uniquement par la respiration cellulaire

5. Les cellules eucaryotes :


a. possèdent des organites
b. ne possèdent jamais de noyau
c. sont toujours limitées par une membrane plasmique
d. possèdent un noyau délimité par une enveloppe nucléaire
e. ont généralement une taille plus faible que les cellules procaryotes

6. La synthèse de matière organique à partir de matière minérale :


a. nécessite de l'énergie lumineuse
b. s'appelle la respiration cellulaire
c. s'appelle la photosynthèse
d. est réalisable par tous les organismes vivants

7. Des bactéries sont mises en suspension dans un milieu de culture et on mesure la concentration en divers
gaz au cours du temps. Les résultats sont indiqués dans les tableaux A et B.

A partir des résultats, on peut affirmer que ces bactéries :


a. rejettent dans l’air du CO2
b. rejettent dans l’air du CO2 et de l’O2
c. réalisent la respiration cellulaire
d. prélèvent dans l’air du CO2 et du O2
e. réalisent la photosynthèse
f. n’échangent pas de O2 avec l’air

8. On mesure la concentration de glucose en mmol par minute de deux lignées de cellules dans des
conditions différentes :
W : cellules non cancéreuses (lignée 1) en milieu normalement oxygéné
X : cellules non cancéreuses (lignée 1) en milieu peu oxygéné
Y : cellules cancéreuses (lignée 2) en milieu normalement oxygéné
Z : cellules cancéreuses (lignée 2 en milieu peu oxygéné
Les cellules cancéreuses présentent des mutations (modification de l’ADN) sur des gènes qui contrôlent le bon
déroulement de la division cellulaire.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

D’après ces résultats, on peut affirmer que :


les cellules de la lignée 2 consomment plus de glucose que celles de la lignée 1les mutations entrainent toujours
l’apparition de cellules cancéreuseslorsqu'elles manquent de dioxygène, les cellules consomment davantage de
glucose qu’avec du O2les cellules des deux lignées consomment du glucoselorsqu'elles sont normalement
oxygénées, les cellules cancéreuses consomment plus de glucose que sans O2le métabolisme des cellules ne
dépend pas du patrimoine génétique

EXERCICE

1. Décrire l’évolution des quantités de différentes molécules mesurées

2. En déduire les échanges caractérisant le métabolisme chez la levure dans différentes conditions

3 .Conclure sur le rattachement de la fermentation au métabolisme autotrophe ou hétérotrophe

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser
galien
cours

CORRECTION

VRAI ou FAUX

1. Faux.
2. Vrai.
3. Vrai. On dit que la membrane est semi perméable car sa perméabilité est sélective.
4. Faux. Il n’y a pas de noyau mais il y a un chromosome dans le cytoplasme.
5. Vrai.
6. Faux. Il existe des gènes codant pour les enzymes nécessaires au métabolisme.
7. Faux. L’environnement peut avoir une influence sur l’expression des gènes codant pour les enzymes ou sur
l’activité de ces enzymes par exemple.
8. Faux. Les bactéries sont des cellules procaryotes, mais comme toute cellule vivante, elles possèdent un
métabolisme.
9. Faux. Dans un organisme pluricellulaire, les cellules sont spécialisées.
10 Faux.
11. Vrai. Elle doit assurer toutes les fonctions nécessaires à sa vie.

QCM

1. d.
2. c.
3. b, d, e.
4. a, b, c, d.
5. a, c, d
6. a, c
7. a, f. (c. Faux : il n’y a pas de consommation d’O2)
8. d, e. (f Faux : les cellules cancéreuses sont mutées, leur patrimoine génétique est donc différent des cellules non
cancéreuses et les résultats montrent que leur consommation de glucose est moindre.)

EXERCICE

1. La quantité de dioxygène diminue rapidement pour devenir nulle après 200s. La quantité de glucose diminue
également rapidement pendant la même période, puis continue de diminuer après 200s mais plus lentement.
Durant toute la durée de l’expérience, la quantité de dioxyde de carbone augmente. La quantité d’éthanol n’augmente
significativement qu’après 200s. Auparavant elle est quasi-nulle

2. Jusqu’à 200 s, il reste du dioxygène dans l’enceinte. Les levures sont en aérobiose. Elles consomment le
dioxygène et produisent du dioxyde de carbone. Cela correspond à la respiration. Elles consomment également du
glucose qui est le substrat de ce processus métabolique (la respiration correspond à une oxydation complète du
glucose pour produire de l’énergie).
Lorsque les levures ne disposent plus d'oxygène (après 200 s), elles continuent à consommer du glucose et elles
produisent du dioxyde de carbone et de l’éthanol. On peut donc en conclure qu’en anaérobiose, le métabolisme a
changé. Les levures utilisent la fermentation alcoolique pour produire de l’énergie.
Ainsi les facteurs du milieu contrôlent le métabolisme cellulaire. La présence ou l’absence de dioxygène dans le
milieu oriente le métabolisme cellulaire vers la respiration ou la fermentation.

3. Pour vivre les levures utilisent du glucose, et le glucose est une molécule organique. Or les hétérotrophes utilisent
de la matière organique comme source d'énergie et pour fabriquer leurs propres molécules organiques. Les levures
sont donc bien des hétérotrophes.

Fiches de synthèse - Programmes de Première et Terminale


Tous droits réservés - Ne pas diffuser

Vous aimerez peut-être aussi