Vous êtes sur la page 1sur 5

Enquête sur la fasciolose et la paramphistomose chez les bovins en zone humide dans la région d’El Tarf Survey of fasciolosis and paramphistomsis of cattle on wetland in El Tarf

SEDRAOUI S. (1), GHERISSI D.E. (1), RIGHI S. (1), BENAKHLA A.(1)

(1) Institut des sciences vétérinaires centre universitaire El Tarf, BP 73 36000 El Tarf benakhla@yahoo.fr

RESUME- De juillet 2007 à juin 2008, une enquête épidémiologique portant sur la fasciolose et la paramphistomose des bovins a été réalisée et a concernée 389 bovins sacrifiés à l’abattoir d’Ain El Assel. Les résultats enregistrés montrent que la fasciolose et la paramphistomose coexistent avec des prévalences respectives s’élevant à 75,5% et 28,2%. Elles s’associent entre elles dans 9,2% de cas. L’intensité parasitaire des deux entités est plutôt faible. En effet, il a été relevé que 71,2% de bovins atteint de fasciolose et 63.3% de cas de paramphistomose présentent une intensité d’infestation faible. Le pourcentage d’animaux ayant une intensité parasitaire moyenne atteigne 21,2% pour Fasciola hepatica et 26,1% pour Paramphistomum. Ceux présentant une forte intensité parasitaire s’élèvent respectivement à 5% et 10,23%. Ce sont les jeunes de moins de 3 ans qui sont les plus parasités. Les deux pathologies sévissent par ailleurs, durant toute l’année avec de fortes prévalences variant entre 67,59% en hiver et 78% en été pour la fasciolose et des valeurs allant de 32 ,38% au printemps et 20,83% en automne pour la paramphistomose. La localité d’Ain El Assel est la plus touchée.

MOTS CLES : Bovins - Paramphistomose - Fasciolose - Epidémiologie – El Tarf.

ABSTRACT - From July 2007 until June 2008, an epidemiological survey on the fasciolosis and paramphistomsis of cattle was realized and concerned 389 animals sacrifies in the salughter-house of AIN EL ASSEL. The results recorded showed that the fasciolosis and the paramphistomosis coexiste with respecetive prevalences increase at 75.5% and 28.2%. They associate between themselves in 9.2% of cases. The parasitory intensity of two entities is rather weak. In fact, it has been considered that 71.2% of bovines affected by fasciolosis and 63.3% of cases of paramphistomsis presente an intensity of weak infestation. The rate of animals having a medium parasitory intensity reaches 21.2% for Fasciola hepatica and 26.1% for Paramphistomum. Those which present a strong parasitory intensity raise respectively at 5% and 10.23%. Those which are the most parasited are the young cows which are less than 3 years old. The two pathologies deal severly otherwise during all the year with strong prevalences varying between 67.59%in winter for the fasiolosis and the values go from 32.38% in spring and 20.83% in atumn for paramphistomsis. The locality of AIN EL ASSEL is the most affected.

KEYWORDS: Cattle – Paramphistomsis – Fasciolosis – Epidemiology – El Tarf.

INTRODUCTION La distomatose à Fasciola hepatica est l’une des parasitoses majeures dans le Nord- Est de l’Algérie (Mekroud, 2004). Les saisies de foies occasionnées par cette parasitose engendrent des pertes considérables (Mekroud, 2004). Par ailleurs la paramphistomose représente également une entité parasitaire importante, mais peu de travaux ont été réalisés sur cette parasitose (Pacenovsky et al, 1987) (Titi, 2008). Aussi, avons-nous pensé à réaliser une enquête épidémiologique de ces deux maladies dans la région d’El-Tarf qui se distingue par un biotope favorable au développement des mollusques hôtes intermédiaires de Fasciola et Paramphistomum.

1. MATERIELS ET METHODES 1.1. REGION D’ETUDE L’étude s’est déroulée de juillet 2007 à juin 2008 à l’abattoir d’Ain Assel (El Tarf) et a concerné une population de 389 bovins autochtones. Ces derniers proviennent des localités voisines situées dans la partie Est de la wilaya. Les animaux de race locale sont élevés en plein air prés des lacs ou dans les montagnes.

La région d’El Tarf se situe à l’extrême Nord-Est de l’Algérie. Elle est constituée de deux ensembles nettement différenciés au Nord et au Sud. La partie Nord : Elle se caractérise surtout par des plaines et des piémonts qui représentent 31% de la superficie totale. La structure du sol est argilo sableuse, celle-ci s’associe à une topographie très modérée du relief lui conférant une haute valeur agricole. Le climat est sub-humide à humide chaud. La partie Sud : Elle est constituée d’un ensemble collinaire et montagneux représentant 57% de la superficie totale. Le sol est de nature argileuse rouge peu perméable. Le relief de cette zone et très accidenté, avec des pentes supérieures à 12%. Le climat est humide à humide frais.

Pour les ressources hydriques, il faut signaler la richesse de cette région en lacs. Ces derniers sont au nombre de 4 : Lac Tonga (1670 ha) ; Lac Oubeira (2400 ha) ; Lac des Oiseaux (150 ha) et Lac Mellah (860 ha) auxquels s’ajoutent deux barrages (Cheffia et Maxena). (Fig 1)

s’ajoutent deux barrages (Cheffia et Maxena). ( Fig 1) Figure n°1 : Situation géographique de la

Figure n°1 : Situation géographique de la wilaya d’El Tarf et localités de provenance des animaux abattues

1.2. ANIMAUX ABATTUS ET LEUR PROVENANCE Sur 389 animaux sacrifiés, 98 bovins (25,19%) sont originaires de la daïra d’El-Kala, 218 individus (56%) sont issus de la daïra d’El-Tarf et 73 (18,7%) provenant de la daïra de Boutheldja. Les mâles sont majoritaires avec 231 sujets soit 59,3% d’animaux sacrifiés. La classe d’âge 1-3 ans est la plus importante avec 259 (66,5%) sujets abattus suivie de la classe 3-5 ans avec 99 sujets (25,4%). Le nombre des animaux de plus de 5 ans s’élève à 31 (8%). (Tableau I).

Tableau I - Répartition des bovins sacrifiés à l’abattoir d’Ain- Assel selon l’origine, le sexe et l’âge.

Origine

Nombre

Sexe

Age

Localités

 

1 à 3 ans

3 à 5 ans

plus de 5 ans

Ain El Assel

130

73

57

78

41

11

El Frine

45

17

28

27

11

07

El kala

55

32

23

35

15

05

Ramel el souk

43

21

22

25

14

04

Bouthelja

73

64

09

64

08

01

Matrouha

43

24

19

30

10

03

Total

389

231

158

259

99

31

L’examen des animaux sacrifiés s’est effectué à raison de deux fois par semaine le plus souvent durant les jours d’abattage des animaux de la région (lundi et mardi). Pour la recherche de Fasciola hepatica, l’inspection des foies se fait par observation des deux faces ainsi que par l’incision du parenchyme hépatique.

La collecte des douves s’effectue par une pression manuelle sur les cannaux biliaires. Le foie est en suite entièrement disséqué pour récupérer tous les parasites. L’estimation de l’intensité de l’infestation par Fasciola hepatica se base sur le dénombrement des douves. Une note de zéro à trois est attribuée pour définir le niveau de l’intensité parasitaire : nulle ( n = 0), faible ( n < 20), moyenne (20 < n < 50) ou forte (n > 50). n est le nombre de parasites recoltés. En ce qui concerne les paramphistomes, on procède à l’ouverture du rumen le long de la grande courbure, puis on vidange le contenu rumenal en retournant le réseau et le rumen. L’ensemble est ensuite rincé à l’eau avant d’être étalé pour faciliter les observations. La charge parasitaire s’apprécie de la même manière ; seule la cotation change selon l’intensité : faible (n < 100), moyenne ( 100 < n < 1000) et forte (n > 1000).

2. RESULTATS 2.1. PREVALENCE ET INTENSITE DE L’INFESTATION DES BOVINS PAR FASCIOLA HEPATICA ET PARAMPHISTOMUM SP De juillet 2007 à aout 2008, l’examen de 389 bovins sacrifiés a permis de metre en evidence une prédominance de la fasciolose face à la paramphistomose. En effet, 294 des animaux examinés se sont révélés atteints par Fasciola hepatica, ce qui représente un taux d’infestation s’élevant à 75,5% contre 110 par Paramphistomum sp (28,2%). D’après la figure n° 2, on constate pour la fasciolose que le pourcentage des animaux présentant une faible intensité parasitaire s’élève à 71,2%, celui des animaux à charge parasitaire moyenne atteint 21,2% et enfin le pourcentage des animaux à forte charge parasitaire est de 5%. Les valeurs enregistrées pour la paramphistomose sont les suivantes : intensité d’infestation faible 63,3% d’animaux, intensité d’infestation moyenne 26,1% d’animaux et enfin intensité d’infestation forte avec 10,23% des animaux.

intensité d’infestation forte avec 10,23% des animaux. Figure n°2 : Intensités parasitaires de la fasciolose et

Figure n°2 : Intensités parasitaires de la fasciolose et la paramphistomose

2.2. FACTEURS DE RECEPTIVITE 2.2.1. EVOLUTION SAISONNIERE DE LA PREVALENCE La figure 3 indique l’evolution saisoniére des deux parasitoses ; il en ressort que le taux d’infestation par la fasciolose varie entre 67,59% noté en hiver et 78% enregistré en été. Pour ce qui est de la paramphistomose, le taux le plus élevé a été observé au printemps où nous avons relevé 32,38% des sujets atteints. Le taux le plus faible a été constaté en automne avec 20,83.

taux le plus faible a été constaté en automne avec 20,83. Figure n° 3 : Evolution

Figure n° 3 : Evolution saisonnière de la prévalence de la fasciolose et la paramphistomose.

2.2.2.

AGE

La figure n° 4 illustre les prévalences de ces deux entités selon l’âge. Il s’avére que les prévalences les plus élevées concerne la classe d’âge 1-3 ans. Ainsi, 43% de sujets sont infestés par Fasciola hepatica et 12% par Parmphistomum sp dans cette tranche d’âge. Pour ce qui est de la classe d’âge 3 à 5 ans ; les prévalences de la Fasciolose et de la paramphistomose s’élèvent respectivement à 22% et 9%. C’est dans la classe de plus de 5 ans où sont enregistrées les prévalences les plus basses (5% et 2%) (Fig.4)

100 90 80 70 60 43 50 40 Fasiolose 30 22 paramphistomum 20 12 9
100
90
80
70
60
43
50
40
Fasiolose
30
22
paramphistomum
20
12
9
5
2
10
0
1 à 3
3 à 5
plus de 5
%

Figure n°4: prévalences de la fasciolose et la paramphistomose selon les classes d’âge

2.2.3. PROVENANCE

La Figure 5 montre que les animaux parasités proviennent de la localité d’Ain El Assel ; ceci est d’autant plus vrai pour la fasciolose (24%). Pour les autres localités la prévalence varie entre 2 et 9%.

 
 
 
 

15

Rmel Souk

Matrouha

Bouthelja

Ain El Assel El Frine El Kala

8

7

9

4

6

4

7

2

6

2

A i n E l A s s e l El Frine El Kala 8 7
Fasciolose

Fasciolose

Paramphistomos

Figure n°5: prévalences de la fasciolose et la paramphistomose selon la provenance des bovins

Les plus faibles prévalences sont enregistrées à Matrouha pour la paramphistomose (2%) et Matrouha et Rmel Souk (6%) pour la fasciolose.

3. DISCUSSION La prévalence de la fasciolose dans la région d’El Tarf est considérée comme forte si on la compare à celles observées par Mekroud en 2004 à Constantine, Jijel, Mila et Guelma où il a enregistré respectivement 6,5%, 27,3%, 11,4% et 8,6% d’animaux atteints dans les différentes exploitations bovines dépistées. (Gimard, 2001) de son côté dans une enquête entreprise dans un abattoir de bovins dans les pays de la Loire a relevé un taux d’infestation de 7%. Notre résultat est proche de la valeur rapportée par Alcaino en 1995 au Chili où il a rapporté une prévalence de plus de 95%. Plus près de nous au Maroc l’infestation est présente avec 10,4% de bovins parasités (Moukrim et Rondelaud, 1991). L’analyse de ces valeurs laisse apparaître une grande variabilité de la prévalence qui pourrait être liée à de nombreux facteurs, tel le lieu d’élevage des animaux, les biotopes, le climat, l’âge ou encore l’absence de programme de lutte intégrée.

Les résultats de l’évolution saisonnière de la prévalence des deux pathologies ne représentent que des valeurs indicatives et ne renseignent pas sur les périodes à haut risque. Ces dernières ont été déterminées par Mekroud et al. (2002) dans la région de Jijel (climat identique à celui d’El Tarf) où les auteurs ont signalé deux cycles de Fasciola hepatica au cours l’année. Les résultats de l’effet de l’âge sur la réceptivité des bovins par Fasciola hepatica coïncident avec ceux de (Mekroud et al., 2004) qui indique que les bovins jeunes (<2ans) sont plus sujets à l’infestation. Ils contrastent par contre avec ceux d’Euzeby (1971) qui considère que les bovins âgés sont les principaux réservoirs de la maladie. D’après (Hope Cawdery, 1984), la saisie des foies parasités par la fasciolose augmente lorsque les bovins avancent en âge. Des constatations allant dans le même sens ont été faites par Gonzalez-Lanza et al en 1989. D’après ces auteurs, la prévalence augmente progressivement avec l’âge des animaux pour être supérieure à 35% à l’âge de huit ans. Pour ce qui de l’étude de la paramphistomose, il faut noter que la prévalence de cette parasitose dans la région d’El Tarf est considérée comme moyenne si on la compare à celles observées par le centre suisse de recherches scientifiques en Côte d’ivoire (2004), qui a enregistré 80,6% et 95,8% d’animaux atteints au Centre et au Nord du pays. Par ailleurs, cette prévalence est proche de la valeur rapportée par Mage (2002). Ce dernier signale une prévalence de la paramphistomose naturelle qui a augmenté de manière progressive entre 1990 et 1999 de 5,2 à 44,7 % au centre de la France. L’examen de ces valeurs laisse apparaître une grande variabilité de la prévalence qui pourrait être liée aux mêmes facteurs que ceux liés à la fasciolose et cités précédemment.

CONCLUSION L’enquête entreprise au niveau de l’abattoir de Aïn Assel sur la fasciolose et la paramphistomose des bovins de juillet 2007 à juin 2008 a permis de mettre en évidence les constations suivantes :

Une prédominance de la fasciolose avec un pourcentage de 75,5% face à la paramphistomose (28,2%). Les jeunes bovins de moins de 3 ans sont les plus infestés par les deux parasitoses. Il faut signaler, qu’il faudrait associer la diagnose des parasites à l’abattoir avec des examens coprologiques sur une année entière pour mieux quantifier le parasitisme par ces deux helminthoses des bovins. La mise en place d’une politique nationale de prévention contre ces parasitoses s’impose. Toutefois, il est utile d’entreprendre des enquêtes de séroprévalence dans différentes régions pour mieux cerner la situation des deux pathologies à l’échelle nationale.

BIBLIOGRAPHIE

Anonyme (2004). Le parasitisme des ruminants domestiques en Afrique de l’ouest, cas de la côte d’ivoire. Alcaino H. 1985. Epizootiologia de la distomatosis bovina en Chile. Parasitol. Al Dia., 9, 22-26. Euzeby J. 1971. Les fascioloses hépato-biliaires des ruminants domestiques. Cah. Med. Vét., 401, 249-256. Gimard G. 2001. Fasciola hepatica infection in cattle: epidemiological study at slaughterhouse and valuation of the serolological test sensitivity. Gonzalez-Lanza C., Manga- Gonzalez Y., Del-Pozo-Carnero P., Hidalgo-Arg-Uello R. 1989. Dynamics of elimination of the eggs of Fasciola hepatica (trematoda, digenea) in faeces of cattle in the porma basin, Spain. Vet. Parasitol., 34, 35-43. Hope Cawdery M J. 1984. Review of the economic importance of fasciolosis in sheep and cattle. Irish. Vet. News., 14-22. MAGE C. 2002. Elevage bovin en agriculture biologique – enquête dans trois régions françaises et propositions d’actions de contrôle. Journées bovines Nantaises -10 octobre 2002- session E, 97-104. MEKROUD A. 2004. Contribution à l’étude de la distomatose à Fasciola hepatica Linnaeus 1758, dans le Nord Est algérien. Recherches sur les ruminants et le mollusque Hote. Thèse de Doctorat d’état en médecine vétérinaire. MEKROUD A., BENAKHLA A., BELATRACHE C., RONDELEAUD D., DREYFUS J. 2002. First studies on the habitat of Galba truncatula the snail hote of Fasciola hepatica and the dynamics of snail populations in Northeastern Algeria. Revue Méd. Vét., 153, 3, 181-188 Moukrim A., Rondelaud D., 1991. premières données épidémiologiques sur un foyer de distomatose animale à Fasciola hepatica L dans la vallée de l’Oued Massa (Maroc). Rev. Med. Vét., 142, 839-843. Titi A. 2008. Contribution à l’étude de la paramphistomose des ruminants dans le nord est Algérien. Mémoire de magistère ISV Centre universitaire El Tarf.