Vous êtes sur la page 1sur 10

UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOCK CASABLANCA

Maintenance industrielle

Les indicateurs

CHOCK CASABLANCA Maintenance industrielle Les indicateurs MASTER SPECIALISE : GENIE LOGISTIQUE Année universitaire :

MASTER SPECIALISE : GENIE LOGISTIQUE

Année universitaire : 2010 /2011

ENCADRE PAR : Mr BECHTAOUI REALISER PAR : MARZOUQ Salma

1
1

Introduction

Sommaire

I.

Le Rôle d’indicateur

II.

Caractéristique de l’indicateur

III.

Les indicateurs de maintenances

IV.

Les tableaux de bord

1. Définition

2. Exemples de tableau de bord

2
2

Introduction

Un indicateur est un outil d'évaluation et d'aide à la décision grâce auquel on va pouvoir mesurer une situation ou une tendance, de façon relativement objective, à un instant donné, ou dans le temps et/ou l'espace.

Un indicateur se veut être une sorte de résumé d'informations complexes offrant la possibilité à des acteurs différents (scientifiques, gestionnaires, politiques et citoyens) de dialoguer entre eux , l'indicateur (qualitatif ou quantitatif) décrit généralement un état, une pression et/ou une réponse ne pouvant être appréhendés directement.

3
3

I.

Le Rôle d’indicateur :

les indicateurs synthétiques facilitent la communication , notamment par un langage référentiel commun. communication, notamment par un langage référentiel commun.

Évaluation des politiques, de progrès, de tendances Évaluation des politiques, de progrès, de tendances

Identification des mécanismes propres à un domaine (indicateur sectoriel)Évaluation des politiques, de progrès, de tendances Évaluation de la pertinence ou de l'efficacité

Évaluation de la pertinence ou de l'efficacité d'une réponse à un problème (par exemple de la compensation d'impacts En fournissant des données quantifiées, il permet de déterminer concrètement le nombre et compensation d'impacts En fournissant des données quantifiées, il permet de déterminer concrètement le nombre et la qualité des dispositifs à mettre en place lors de la perturbation d'un milieu par l'Homme et ses activités.

Évaluation de la performance d'une organisation (exemple en logistique : taux de service) logistique : taux de service)

Évaluations particulières, par exemple du degré d'adaptation des espèces et écosystèmes au changement climatique et de l'importance de ce dernier en termes d'impacts écologiques. changement climatique et de l'importance de ce dernier en termes d'impacts écologiques.

Information et éducation des citoyens citoyens

II. Caractéristique de l’indicateur :

Un indicateur efficace doit répondre à plusieurs critères :

Robuste, fiable, précis et donc spécifique (il doit refléter effectivement les variations de ce qu'il est censé synthétiser ou mesurer)indicateur efficace doit répondre à plusieurs critères : Compréhensible et utilisable par tous les acteurs

Compréhensible et utilisable par tous les acteurs (Protocole simple et applicable dans le temps, d'heure en heure ou d'année en année par exemple)de ce qu'il est censé synthétiser ou mesurer) Pertinent par rapport à l’objectif concerné (par exemple

Pertinent par rapport à l’objectif concerné (par exemple pour mettre en évidence les liens entre les différents composants du système ou de l'écosystème) évidence les liens entre les différents composants du système ou de l'écosystème)

Coût acceptable par rapport au service qu'il renddifférents composants du système ou de l'écosystème) avoir une temporalité (ou parfois une échéance) V. Les

avoir une temporalité (ou parfois une échéance)Coût acceptable par rapport au service qu'il rend V. Les indicateurs de maintenances :  Indice

V. Les indicateurs de maintenances :

Indice de fiabilité : MTBF

4
4

MTBF désigne le temps moyen entre défaillances consécutives :

MTBF=somme des temps de bon fonctionnement/nombre de défaillances

Indice de maintenabilité : MTTR

MTTR (Mean Time To Repair) : temps moyen pour réparer, exprime la moyenne des temps de taches de réparation .il est calculé en additionnant les temps actifs de maintenance ainsi que les temps annexe de maintenance, le tout divisé par le nombre d’intervention.

MTTR=Le temps d’arrêt total /nombre d’arrêt

Taux de disponibilité :

La disponibilité s’exprime en fonction des indicateurs précédents de la manière suivante.

La disponibilité=MTBF/ (MTTR+MTBF)

Le taux de rebut :

Le taux de rebuts c’est le rapport entre la quantité de rebuts et la cadence de la machine.

Taux de rebut=quantité de rebut produite/production réalisée

Taux brut de fonctionnement :

Taux brut de fonctionnement = Tps brut / Tps planifié

Taux de performance :

Taux de performance = Tps net / Tps brut

5
5
 Taux de qualité : Taux de qualité = Tps utile / Tps net Tps
Taux de qualité :
Taux de qualité = Tps utile / Tps net
Tps planifié
Tps brut
Maintenance pannes
Tps net
Arrêt de
production
Tps utile
Non qualité
o
Il y a d’autres indicateurs :

Sécurité :

- Taux de fréquence.

- Taux de gravité.

- Heures passées aux contrôles et tests sur organes de sécurité.

- Incidents découverts sur matériel de sécurité.

- Contrôles, tests, travaux de sécurité non exécutés.

Productivité :

- Disponibilité des équipements.

- Taux d'utilisation des équipements.

- Pertes de production dues à la maintenance non planifiée.

- Pertes de production dues à la maintenance.

- Pertes de production dues à la maintenance planifiée et préventive.

6
6

Planification :

- Nombre de travaux planifiés et non réalisés.

- Nombre de travaux commencés à la date prévue.

- Nombre de travaux en attente de matérielles ou autres ressources.

- Nombre heures maintenance sur heures planifiées.

Ressource :

- Pourcentage d'heures supplémentaires.

- Pourcentage d'heures non planifiées.

- Qualité de service des pièces de rechanges et outillages Temps d'attente moyen des pièces de rechanges et outillages.

- Valeur pièces de rechanges et outillages sortie par an / Valeur moyenne annuelle du stock.

Coût :

-Dépenses maintenance sur total des immobilisations

- Coût de la maintenance non planifiée sur le total des coûts de maintenance

IV. Les tableaux de bord :

1. Définition :

Le tableau de bord est un outil de pilotage destiné à une utilisation à court terme. Il est suivi par les techniciens et agents de maîtrise qui sont ainsi responsabilisés et guidés dans les choix de priorité. Il est mis à jour en temps réel par les actions et transactions quotidiennes de la GMAO il est de nature.

o fonctionnelles et techniques :

temps d’arrêt par tranches de durée (nombre d’arrêts supérieurs à 1 h, à 10 min, à 1 min ) par ligne de arrêts supérieurs à 1 h, à 10 min, à 1 min ) par ligne de production et par équipement.

TRS, MTTR et MTBF par lot de fabrication, par ligne de productionmin, à 1 min ) par ligne de production et par équipement. o économiques : coût

o économiques :

coût de maintenance par ligne de production, par équipement (attire l’attention sur des cas de maintenance prohibitifs par rapport à la valeur de remplacement), (attire l’attention sur des cas de maintenance prohibitifs par rapport à la valeur de remplacement),

7
7

coût des temps d’arrêt par ligne de production, par équipement,coût de la fonction maintenance par poste (sous-traitance, salaires, pièces de rechange coût de la

coût de la fonction maintenance par poste (sous-traitance, salaires, pièces de rechangetemps d’arrêt par ligne de production, par équipement, coût de la sous-traitance, taux de rotation et

coût de la sous-traitance,par poste (sous-traitance, salaires, pièces de rechange taux de rotation et taux de service des stocks

taux de rotation et taux de service des stocks (stock moyen annuel/total des quantités sorties dans l’année) dans l’année)

),

Le tableau de bord est à la fois :

o

un outil de mesure des situations et comportements humains, économiques et matériels qui doit donner des mesures précises et irréfutables parce qu’exemptes de modifications ou de filtrages.

o

un moyen de diagnostic : une augmentation des micros arrêts sur une ligne de fabrication, un accroissement de l’absentéisme, de l’énergie consommée, des rebuts, des pannes ont forcément des causes directes ou indirectes qu’il faut rechercher, si besoin en augmentant ponctuellement les moyens d’analyse sur le secteur incriminé.

o

un moyen de dialogue et de délégation qui permet le travail en groupe sur des éléments d’évaluation délimitant et canalisant le domaine d’application et les efforts à fournir ; actualisé automatiquement par des transactions courantes, il constitue un moyen de contrôle transparent disponible sans avoir à demander des informations, permet au responsable de connaître la situation de ses équipes et de pouvoir plus facilement dialoguer avec elles sur des éléments objectifs. Attention, cependant, à ce que cette profusion d’informations ne conduise pas le responsable à intervenir trop vite et trop souvent, ce qui provoquerait des situations de crainte et d’attentisme irresponsables paralysant les initiatives.

o

un outil de décision qui permet de réagir très vite dès les premiers et les premiers écarts annonciateurs de dérives plus importantes.

2. Exemples de tableau de bord :

o Le tableau de bord journalier de la production visualise les incidents survenus dans la journée. Les sources d’information seront la GMAO, le module suivi d’atelier des GPAO ou, encore mieux, des informations directement issues des automates de commande. Un suivi par lot permettra parfois d’identifier les fabrications à problèmes comme, par exemple, une commande acceptée alors que les capacités d’usinage ne l’autorisent pas.

8
8
o La création d’un tableau de bord hebdomadaire des coûts de non-qualité est également intéressante.
o La création d’un tableau de bord hebdomadaire des coûts de non-qualité est également intéressante.
o
La création d’un tableau de bord hebdomadaire des coûts de non-qualité est
également intéressante. Pour des raisons de confidentialité, le coût horaire standard
pourra être discrètement affecté d’un coefficient correcteur.
o
De même, la création d’un tableau d’évolution des gains de productivité permet de
suivre mois par mois l’évolution des performances globales.
9
9
10
10
10