Vous êtes sur la page 1sur 5

L'analyse du bilan : structure et équilibre financiers

L'activité de l'entreprise et ses choix stratégiques se reflètent dans le bilan fonctionnel. Bien que partant des mêmes éléments que le bilan financier, le bilan fonctionnel en diffère par sa structure. Son analyse permet de mettre en lumière la pertinence des choix des managers en termes de politique d'investissement, de politique de financement, mais aussi de décisions affectant l'activité quotidienne.

1. Qu'est-ce qu'un bilan ?

Le bilan est un inventaire des stocks économiques de l'entreprise à une date donnée. Cet inventaire peut être réalisé en vue de :

voir si ce que possède l'entreprise (l'actif) permet de faire face à ce qu'elle doit (le passif). Le bilan est alors traité dans une optique patrimoniale ; comprendre le fonctionnement d'une entreprise en terme de flux. Le bilan est alors traité dans une optique fonctionnelle.

Un actif est un élément du patrimoine de l'entreprise qui a une valeur économique positive, c'est-à-dire qu'il peut générer de la trésorerie. C'est donc à l'actif du bilan qu'apparaît ce que possède l'entreprise. Les éléments sont classés par ordre de liquidité :

en haut figurent des immobilisations biens à liquidité réduite. Ce sont des éléments ne pouvant être convertis facilement dans des délais courts en ressources de financement ou de paiement (ex. : la vente d'un terrain) ; au milieu figurent des actifs qui circulent selon des cycles plus ou moins longs : d'un stock périssable en 5 jours aux créances sur des clients à qui l'entreprise a proposé un délai de paiement (30 jours, 60 jours, etc.) ; tout en bas, on retrouve des biens liquides comme l'argent dont dispose l'entreprise sur un compte bancaire.

Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative. L'entreprise a une obligation vis-à-vis d'un tiers. À terme, cela représente une sortie de trésorerie. D'une manière générale, ce sont les éléments à l'origine des fonds dont a disposé l'entreprise pour acquérir ses biens. Ces financements, parmi lesquels on trouve les dettes, figurent au passif du bilan de l'entreprise. Ici, ce n'est pas la liquidité qui est le critère de classement mais l'exigibilité croissante des éléments. Plusieurs dettes cohabitent :

les dettes remboursables à court terme figurent en dernier ; les dettes financières (emprunts) ainsi que les apports des associés figurent en premier. Ils sont aussi exigibles (remboursables) mais à long terme.

2. Quelles sont les différences entre le bilan patrimonial et le bilan fonctionnel ?

Le bilan financier est une obligation légale. Avec le compte de résultat et l'annexe, il fait partie des documents de synthèse de fin d'exercice. Ce bilan privilégie une approche patrimoniale. Les éléments sont classés en fonction de leur liquidité (à l'actif) et de leur exigibilité (au passif).

• Le bilan financier est une obligation légale. Avec le compte de résultat et l'annexe, ilZoom Le bilan financier • Le bilan fonctionnel , quant à lui, se construit dans une optique économique. On utilise les cycles de la vie de l'entreprise pour le construire. En haut du bilan, on trouve les cycles longs qui engagent l'entreprise sur le long terme (plus d'un an) : ce sont le cycle d'investissement à l'actif et le cycle de financement au passif. En bas du bilan, on a le cycle d'exploitation qui regroupe les décisions prises à court terme (moins d'un an). Zoom Le bilan fonctionnel Explications : l' actif immobilisé correspond aux investissements de l'entreprise. Ces éléments sont destinés à rester durablement dans l'entreprise. On parle également d'actif stable ou d'emplois stables ; l' actif circulant représente des biens qui disparaissent lors du cycle d'exploitation ; la trésorerie active prend en compte les valeurs mobilières de placement et les disponibilités ; les capitaux permanents regroupent les capitaux propres, les amortissements et dépréciations, les provisions, les dettes financières. On parle également de ressources stables, puisqu'elles permettent de financer les emplois stables ; les capitaux propres sont composés du capital (les apports des propriétaires), des réserves (les bénéfices des années précédentes que l'entreprise a conservés pour son autofinancement), du résultat de l'entreprise ; les dettes à court terme représentent les dettes d'exploitation (dettes accordées par les fournisseurs, par exemple) ; la trésorerie passive correspond aux concours bancaires.        Exercice n°2 " id="pdf-obj-1-6" src="pdf-obj-1-6.jpg">

Le bilan financier

Le bilan fonctionnel, quant à lui, se construit dans une optique économique. On utilise les cycles de la vie de l'entreprise pour le construire. En haut du bilan, on trouve les cycles longs qui engagent l'entreprise sur le long terme (plus d'un an) : ce sont le cycle d'investissement à l'actif et le cycle de financement au passif. En bas du bilan, on a le cycle d'exploitation qui regroupe les décisions prises à court terme (moins d'un an).

• Le bilan financier est une obligation légale. Avec le compte de résultat et l'annexe, ilZoom Le bilan financier • Le bilan fonctionnel , quant à lui, se construit dans une optique économique. On utilise les cycles de la vie de l'entreprise pour le construire. En haut du bilan, on trouve les cycles longs qui engagent l'entreprise sur le long terme (plus d'un an) : ce sont le cycle d'investissement à l'actif et le cycle de financement au passif. En bas du bilan, on a le cycle d'exploitation qui regroupe les décisions prises à court terme (moins d'un an). Zoom Le bilan fonctionnel Explications : l' actif immobilisé correspond aux investissements de l'entreprise. Ces éléments sont destinés à rester durablement dans l'entreprise. On parle également d'actif stable ou d'emplois stables ; l' actif circulant représente des biens qui disparaissent lors du cycle d'exploitation ; la trésorerie active prend en compte les valeurs mobilières de placement et les disponibilités ; les capitaux permanents regroupent les capitaux propres, les amortissements et dépréciations, les provisions, les dettes financières. On parle également de ressources stables, puisqu'elles permettent de financer les emplois stables ; les capitaux propres sont composés du capital (les apports des propriétaires), des réserves (les bénéfices des années précédentes que l'entreprise a conservés pour son autofinancement), du résultat de l'entreprise ; les dettes à court terme représentent les dettes d'exploitation (dettes accordées par les fournisseurs, par exemple) ; la trésorerie passive correspond aux concours bancaires.        Exercice n°2 " id="pdf-obj-1-16" src="pdf-obj-1-16.jpg">

Le bilan fonctionnel

Explications :

l'actif immobilisé correspond aux investissements de l'entreprise. Ces éléments sont destinés à rester durablement dans l'entreprise. On parle également d'actif stable ou d'emplois stables ; l'actif circulant représente des biens qui disparaissent lors du cycle d'exploitation ; la trésorerie active prend en compte les valeurs mobilières de placement et les disponibilités ; les capitaux permanents regroupent les capitaux propres, les amortissements et dépréciations, les provisions, les dettes financières. On parle également de ressources stables, puisqu'elles permettent de financer les emplois stables ; les capitaux propres sont composés du capital (les apports des propriétaires), des réserves (les bénéfices des années précédentes que l'entreprise a conservés pour son autofinancement), du résultat de l'entreprise ; les dettes à court terme représentent les dettes d'exploitation (dettes accordées par les fournisseurs, par exemple) ; la trésorerie passive correspond aux concours bancaires.

3. Comment passer du bilan financier au bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel est construit à partir du bilan financier. Toutefois, il faut procéder à quelques aménagements :

les actifs sont pris en compte à leur valeur brute ; les amortissements et les dépréciations sont éliminés de l'actif et sont ajoutés aux ressources stables du passif. En effet, ils permettent de financer le renouvellement des immobilisations ou les éventuelles dépréciations des biens ; l'actif circulant est décomposé en actif circulant d'exploitation, en actif circulant hors exploitation et en trésorerie active ; de même, le passif circulant est décomposé en passif circulant d'exploitation, en passif circulant hors exploitation et en trésorerie passive.

3. Comment passer du bilan financier au bilan fonctionnel ? Le bilan fonctionnel est construit àZoom Structure du bilan fonctionnel de la société … au … Exercice n°3 4. Comment analyser le bilan fonctionnel ? L'analyse du bilan fonctionnel se fait à partir de l'étude des équilibres financiers. Il faut calculer et interpréter le fonds de roulement net global (FRNG), le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie. a) Le fonds de roulement net global (FRNG) La notion de FRNG fait référence au cycle d'investissement de l'entreprise. Les dépenses d'investissement réalisées ne sont pas immédiatement couvertes par les recettes liées à ces investissements. Il y a donc un décalage dans le temps , que l'entreprise a besoin de financer. Le FRNG permet à l'entreprise de s'assurer que ses investissements sont bien couverts par les capitaux nécessaires. Le FRNG représente donc l' excédent des ressources stables (capitaux stables) sur les emplois stables (Actif immobilisé). FRNG = ressources stables − emplois stables. On peut également avoir une approche du FRNG par le bas du bilan avec la formule de calcul : FRNG = actif circulant − passif circulant. Exemple : " id="pdf-obj-2-26" src="pdf-obj-2-26.jpg">

Structure du bilan fonctionnel de la société … au …

4. Comment analyser le bilan fonctionnel ?

L'analyse du bilan fonctionnel se fait à partir de l'étude des équilibres financiers. Il faut calculer et interpréter le fonds de roulement net global (FRNG), le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie.

a) Le fonds de roulement net global (FRNG)

La notion de FRNG fait référence au cycle d'investissement de l'entreprise. Les dépenses d'investissement réalisées ne sont pas immédiatement couvertes par les recettes liées à ces investissements. Il y a donc un décalage dans le temps, que l'entreprise a besoin de financer. Le FRNG permet à l'entreprise de s'assurer que ses investissements sont bien couverts par les capitaux nécessaires. Le FRNG représente donc l'excédent des ressources stables (capitaux stables) sur les emplois stables (Actif immobilisé).

FRNG = ressources stables − emplois stables. On peut également avoir une approche du FRNG par le bas du bilan avec la formule de calcul : FRNG = actif circulant − passif circulant.

Exemple :

3. Comment passer du bilan financier au bilan fonctionnel ? Le bilan fonctionnel est construit àZoom Structure du bilan fonctionnel de la société … au … Exercice n°3 4. Comment analyser le bilan fonctionnel ? L'analyse du bilan fonctionnel se fait à partir de l'étude des équilibres financiers. Il faut calculer et interpréter le fonds de roulement net global (FRNG), le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie. a) Le fonds de roulement net global (FRNG) La notion de FRNG fait référence au cycle d'investissement de l'entreprise. Les dépenses d'investissement réalisées ne sont pas immédiatement couvertes par les recettes liées à ces investissements. Il y a donc un décalage dans le temps , que l'entreprise a besoin de financer. Le FRNG permet à l'entreprise de s'assurer que ses investissements sont bien couverts par les capitaux nécessaires. Le FRNG représente donc l' excédent des ressources stables (capitaux stables) sur les emplois stables (Actif immobilisé). FRNG = ressources stables − emplois stables. On peut également avoir une approche du FRNG par le bas du bilan avec la formule de calcul : FRNG = actif circulant − passif circulant. Exemple : " id="pdf-obj-2-50" src="pdf-obj-2-50.jpg">

Bilan fonctionnel de l'entreprise Ténor au 31/12/2006

FRNG = 196 100 − 132 000 = 64 100. Le fonds de roulement net global de l'entreprise Ténor est de 64 100 €. Cela signifie que les immobilisations sont entièrement financées par les ressources et que le FRNG dégagé va permettre le financement de l'activité quotidienne.

b) Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Le BFR représente le besoin de financement de l'entreprise généré par son activité courante. Il est lié au cycle d'exploitation qui présente des décalages entre les dépenses d'exploitation et les recettes. Bien avant les encaissements, l'entreprise doit financer son cycle d'exploitation (stocks, frais de production, etc.). Le BFR tient compte :

de la longueur du cycle d'exploitation ;

du stockage des marchandises achetées ;

de la durée du crédit consenti aux clients ;

de la durée des crédits accordés par les fournisseurs.

Il se calcule grâce à la formule suivante : BFR = actif circulant − dettes d'exploitation (hors concours bancaires). On peut calculer séparément le BFR d'exploitation et le BFR hors exploitation.

Exemple :

BFR = 97 000 − 44 900 = 52 100. L'entreprise Ténor a un besoin en fonds de roulement de 52 100 €. L'activité de l'entreprise n'est pas totalement financée par les ressources d'exploitation.

Cependant, l'entreprise a dégagé un fonds de roulement de 64 100 €, ce qui permet de financer l'activité. La situation se présente bien.

Remarque :

Une entreprise peut dégager un besoin en fonds de roulement négatif. Cette situation est typique d'activités à faible valeur ajoutée comme dans le secteur de la grande distribution. Un BFR négatif devient une ressource permanente que l'entreprise utilisera en dehors du cycle d'exploitation. On parle alors d'un dégagement en fonds de roulement. Le manager doit réduire au maximum le besoin de financement. Pour cela, il peut :

réduire le coût des stocks en évitant de constituer des stocks trop importants (modèle du juste-à-temps), en liquidant les articles qui se vendent mal, en faisant tourner au maximum les articles (publicité, promotions, etc.) ; réduire les créances clients en diminuant et en faisant respecter les délais de paiement, et en évitant les impayés ; augmenter le crédit fournisseur grâce à une négociation des délais de paiement avec les fournisseurs.

c) La trésorerie

La trésorerie est le montant des disponibilités à vue ou facilement mobilisables possédées par l'entreprise, de manière à couvrir les dettes qui arrivent à échéance. La variation de trésorerie dépend :

de la variation du FR qui est liée à la stratégie d'investissement et de financement de l'entreprise ; de la variation du BFR, qui est liée aux conditions de l'exploitation.

Son montant est variable tout au long de l'exercice, mais une entreprise doit conserver dans son actif un montant de liquidité suffisant afin de :

prévenir les aléas (retard sur les encaissements, par exemple) ; saisir les opportunités d'investissement intéressantes.

Elle se calcule par la différence entre le fonds de roulement net global et le besoin en fonds de roulement.

Exemple :

Trésorerie = 64 100 − 52 100 = 12 000. L'entreprise Ténor dégage une trésorerie positive (active) de 12 000 €. On retrouve le fait que le FRNG est suffisant pour couvrir les besoins liés à l'activité de l'entreprise (BFR).

de la variation du FR qui est liée à la stratégie d'investissement et de financement deZoom Schéma récapitulatif Exercice n°4 Exercice n°5 Exercice n°6 À retenir Le bilan fonctionnel retrace les différents cycles qui ponctuent la vie d'une entreprise : le cycle d'investissement, le cycle de financement et le cycle d'exploitation. Au travers de cette analyse, le manager peut mettre en évidence les équilibres financiers de son entreprise : le fonds de roulement permet-il de couvrir le besoin dégagé par l'activité de l'entreprise ? La réponse à cette question est le point de départ des nouvelles décisions qui engageront l'entreprise dans l'avenir. " id="pdf-obj-4-28" src="pdf-obj-4-28.jpg">

Schéma récapitulatif

À retenir

Le bilan fonctionnel retrace les différents cycles qui ponctuent la vie d'une entreprise : le cycle d'investissement, le cycle de financement et le cycle d'exploitation. Au travers de cette analyse, le manager peut mettre en évidence les équilibres financiers de son entreprise : le fonds de roulement permet-il de couvrir le besoin dégagé par l'activité de l'entreprise ? La réponse à cette question est le point de départ des nouvelles décisions qui engageront l'entreprise dans l'avenir.