Vous êtes sur la page 1sur 770

-

W'ISRl,

^% * .^

&^

-*

I

v«.

•h

'm %

J^%-â

%^ &iÉI$<%

*7<

/^?«

«

'

HISTOIRE GENERALE

DES

AUTEURS SACRÉS

ET

ECCLESIASTIQUES,

bren en? dès différentes Editions de lears Ouvrages; ce qails ren-

sur le Dogme, siir la Morale & sur a

ferment de plus intéressant

Disdpline de l'Eglise -,

l'Histoire des Conciles tant généraux que

particuliers, & les Actes choisis des Martyrs.

Par ^ le-R V Dom RemyCeillier,

des ranneZ de S. Hjdulphe,

Bénédictin de la Congrégation

Prieur TUala^e de Fla^.gny.

TOME CINQUIE'ME.

A PARIS, RUE S. JACQUES,

Chez la Veuve P. A. LeMercier, Imprimeur-Libraire, vis-à-vis S. Yves, à S. Ambroise.

M. DCC. XXXV.

AVEC APPROBATION ET PRIVILEGE DU ROY.

Digitized by the Internet Archive

in 2010 with funding from

University of Ottawa

http://www.archive.org/details/histoiregnr05ceil

,

,

,

,

,

,

f«( }^r^ j^f«f ^^f«^ f«?5f^ ^fy ©r^ v^a» ©ft< i^^r^^ ^^ ^fj is^^r^ «><«^.' ^

4^.;.

.^^.

^,.î.

.«,:^.

.<.•^

.j.:<.

.i

^-^

.^.^ .î.-:- 4•^ -i. -r- .^ '^ ^.-^ .^ •^ .^•>^

C^ a''*)!;^ W© |!"JS^ wC^ ^«^'C^ ^J'^rjQ rj^ fJ(à rM rjQi ^%^Qfjù fù

T A B L

T7

DES CHAPITRES ET ARTICLES

Contenus en ce Volume.

CHAPITRE Premier. Saint Hilaire , Evéquc de Poi"

tiers } Doâeur de PEg/ife & Confejjeur ,

page i

ibid-

Article Premier. Hijloire de fa vie

Art. 1 1. Les Commentaires de faim Hilaire fur les Pfeaumes ,

Art. III, Des Commentaires de faim Hilaire fur

faim Matthieu ,

F Evangile félon

42

y 3

8 y

Art. I V. Des douze Livres defaim Hilaire fur la Trinité, Art. V. Du Livre des Synodes

Art. V I. Lettre de faim Hilaire â fa file. Ses Hymnes

pi

Art. VII. Des Livres de faim Hilaire à Conjîantius & contre

Conjîantius

Art. VIII. Du Livre contre Auxence

Art. I X. Du Livre des Fragmens de faim Hilaire ,

P3

102

i('6

Art. X. Des Ouvrages de faim Hilaire qui fm perdus ^ & de ceux

qu^on lui afuppofés ,

Art. X I. Doèirine de faim Hilaire ,

110

ï

i j

Art. XII. Jugement des Ecrits de faim Hilaire. Catalogue des

éditions quon en a faites

145

C H A P. IL Art. I, Saint Athanafe , Archevêque d'Alexandrie ;

Doâeur de fEglife&' Confejjeur ,

ijo

Art. 1 1. §. L Ecrits de faim Athanafe, fes difcowrs contre les Payens»

& de f hicarnation ,

180

§. 1 1. De rExpofit ion delà Foy ; du Traité fur ces pai'oles : Tou-

tes chofes m'ont été données par mon Père -, de la Lettre aux

Evêques orthodoxes ,

a

ij

187

,

,

,

,

îv

§,

T A B L E D E s

III, De^ l'Apologie- de faim

C H A P I T R E s

Athanafe contre les Ariens ^t'

§,

I V. Du Traité des Décrets cLe Nicée y de l''Apologie de fatnt

Denys

ip

^"

§. V. De la Lettre à Draconce ; de celle aux Evêques d'Egypte

199

§. V I. De P Apologie defaintAihanafe à Conjîantius ; de fon Apo^

& de Lybie

logie fur fa fuite,

2 o j

§, VIL De la Lettre à Serapion touchant la mon d'Arius j de la

Lettre aux Solitaires

§. VIII. Des quatre Difcours contre les Ariens t

§. IX. Des Lettres ci Serapion t

§. X. Du Traité des Synodes-,

2.iVi

217

2.2.J

232

§. XL Du Tome ou de la Lettre âPEgliJè d'Antiocke j de la Let-

tre à PEmpereur Jovien ^

§. XII. De la Vie de faim Antoine ; des Lettres à Orftfè y

2 5 ,5

242

§^ X I IL Du Traité

de l'Incarnation du Verbe , & contre les

Ariens i Des Lettres aux. Evêques d'Afrique , à Epiclete , a Adcî-

plîius & à Alaximc ,

a^-j"

§. XIV. Des deux Livres contre Appollinaire ^& du Livre de la

Trinité & du Saint-Efprit

§. X V. Des Lettres de faim Athanafe ,

aj 5

257

§, XVI. De la Lettre a Marcellin ^ & du Commentaire fur les

Pfeaumes,

262

§. X V I L Des Commentaires fur divers Livres de PEcriture-,

2.66

§, X V 1 1 L De divers fragmens des Ouvrages defaim Athanafe^

de fon ^ ran d difcours fur la . Foy >

Art. 111. Des Ecrits qu'on doute être de faint Athanafe ,

Art. IV. Des Livres fuppofés à faint Athanafe ,

2 ^p

2.1 x.

283

Art. V. Des Ouvrages de faint Athanafe qui font perdus , 2pj

Art. VI. Deârine de famt Athanafe ,

25)8

Art. VIL Jugement des Ecrits de faint Atlianafe. Catalogue des

Editions qu'on en a faites ,

^6f

Chap. 1 L Saint Théodore & faim Orffe , Abbés de la Congré-

373,

gation de Tabenne i

Chap. IV. Lucifer de Cagliari ^^

Art. l.HiJloiredefa vie ^

^^^

ibid.

E T

A

R.

, ,

T I

C L

E

s.

%

Art. III. Ce qu'il y a de remarquable dans les Ecrits de Lucir

fer,

421.

Ghap. V. Saint Eufebe , Evêque deVerceil, & Confejfeur , 45 j>

Chap. V î. Les A6les au, martyre de faint Sabas & de plufieurs

autres chez les Goths t

,

450

Chap. VIT. Les faims Anachorètes Paul , Ifaïe , Sabbas & les autres tués par les Barbares dans les folitudes de Sinaï & de

Raïthe,

GhaPo y IÎI. Le Pape Libère

Chap». IX. Marcel , Evêque d^Ancyre»

^60

4^

4P7

Ghap. X. Art. I. Des Conciles de Sirmium , d'Antioche , d'An-

cyre , de Rtmini & de Seleucie

Art. IL Conciles de Confiantinople y

j'op

de Melitine & d^Achaïe ,

Art. III. Conciles des Gaules contre les Ariens j

Art. I V. Conciles d'Antioche & de Nicée y

Art. V. Concile £ Alexandrie y,

Art. V \. Concile de Thevefle en Numidie

Art. VII. Conciles des Macédoniens à Zèle & à Antioche

Art. VIII. Conciles d'Alexandrie & d'Antioche ,

y

57»

yyj-

^82

ypj

jp/{.

597

Art. IX. Conciles de Lampfaque y de Nicomedie , de Tyanes y&c.

Art.

X . Conciles de Valence y . & dlllyrie y

602

606

Art. X I. Conciles dAncyre , de NyJJe y de Cyzique à" d' Icône ,

Art. XII. Conciles de Rome fous

Damaje ,

Art. XIII. Conciles d'Antioche & de Rome :, Art. XIV. Concile de Saragoce y

Art. XV. Concile de Conjlantinople ^

Art. XVI. Concile d'Aqmlée ^

Art. yiY 11. Concile d Italie y

Art. XVIII. Conciles de Confiantinople &de Rome y

61 <

626

(j^o

626

(5j8

J(5p

6-] 2.

Art. XIX. Conciles de Bordeaux , de Trêves , de Rome, de Nif-

mes& dAntioche y

580

Art. X X. Conciles de Side & d Antioche contre les Mejfaliens y (58p

a

iij

,

,

,

TJ TABLE DES CHAPITRES ET ART.

^rt. XXI. Conciles de Canhage Art. XXII. Conciles de Rome

& de Milan

Art. XXIII. Concile de Capoue Art. XXIV. Conciles de Sangare & de Paze

6$ j.

contre Jovinien y

707

ji i

Art, XXV. Conciles de Canhage^ de CabarfuJJi cr de Bagaïaj 714

Fin de la Table des Chapitres ,ôc Articles.

uuHHfiUHHHUHunnHnHnnunHnfiUfinu

FKIFILEGE DU ROY.

LOUIS

DE

PAR LA Grâce DE Dieu, Roy de France et

Navarre: A nos amez & féaux Confeillers les Gens tenans

nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel,

Grand Confeil , Prévôt de Paris, Baillits, Sénéchaux , leurs Lieutenans

Civils, & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra, Salut. Notre bien-amé

P I E R R E-A UGUSTIN Le Mercier Père , Imprimeur-Libraire à

Paris , Syndic de fa Communauté,Nous ayant fait remontrer qu'il lui auroit

été mis en mains un Ouvrage qui a pour titre : Hiftoire genérde des Anteui-s

Sacrés & Eccle/iafii^ues , qu'il fouhaitcroit imprimer ou faire imprimer

& donner au Public, s'il nous plaifoit lui accorder nos Lettres de Privilège

fur ce néceffaires ; oô'rant pour cet effet de l'imprimer ou faire imprimer en

bon papier & beaux carafteresyfuivant la feuille imprimée & attachée pour

modèle fouslecontre-fcel desPrefentes: A ces causes, voulant traiter favorablement ledit Expofant & reconnoitre en fa perfonne les fervices qu'il nous a rendus, & ceux qu'il nous rend encore aftuellement , en lui

donnant les moyens de nous les continuer ; Nous lui avons permis Se per-

mettons par cefdites Prefentes d'imprimer ou faire imprimer ladite Hi-

ftoire générale des Auteurs Sacrés & Ecclefiaftiqucs tant de l'ancien que

du nouveau Teflament, avec des notes, par le Révérend Père Dom Remît

Ceillier, Religieux Benediftin de la Congrégation de faint Vanne , en un ou plufieurs Volumes, conjointement ou féparément , & autant de fois que bon lui femblera ; & de le vendre, faire vendre & débiter partout-

notre Royaume pendant le tems de trente années confécutives , à com-

pter du jour de la date defdites Prefentes. Faifons défenfes à toutes fortes

deperfonnes, de quelque qualité & condition qu'elles foient, d'en intro-

duire d'imprefîîon étrangère dans aucun lieu de notre obéiiTance ; comme

aufÏÏ à tous Imprimeurs, Libraires & autres, d'imprimer, faire imprimer,

vendre, faire vendre , débiter,ni contrefaire ledit Ouvrage ci-deifus fpeci-

fiéen tout ni en partie, ni d'en faire aucuns Extraits fous quelque prétexte

que ce foit, d'augmentation , corredion , changement de titre , même de

traduiflion en langue latine , ou quelqu'autre forte de langue que ce puiife

être ou autrement , fans la pcrmiflion exprelTe & par écrit dudit Expofant,

ou de ceux qui auront droit de lui, à peine de confifcation defdits Exem-

plaires contrefaits, de dix mille livres d'amende contre chacun descontre-

venans , dont un tiers à Nous, un tiers à l'Hôtcl-Dieu de Paris, & l'autre tiers audit Expofant, &dc tous dépens, dommages & intérêts: A la charge

que ces Prefentes feront enregiftrées tout au long fur le Regirtre de la

Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris , dans trois mois de la

date d'icelles ; que l'impreflion de cet Ouvrage fera faite dans notre Royau-

me Se non ailleurs, & que l'Impétrant fe conformera en tout aux Reglemens

de la Librairie, & notamment à celui du lo Août lysy; & qu'avant que

de l'expofcr en vente , le Manufcrit ou Imprimé qui aura fervi de copie à

l'imprcllion dudit Livre , feront remiï dans le même état où l'Approbation

,

y aura éic donnée, es maîns de notre très-cher ic féal Chevalier Garde des

Sceaux de France leSr, Chauvelin, ôc qu'il en fera enfuite remis

deux Exemplaires dans notre Bibliothèque publique, un dans celle de notre

Château du Louvre,&un dans celle de notred, très-cher & féal Chevalier

Garde des Sceaux de France le Sr. Chauvelin ; le tout à peine de

nullité des Prefentes. Du contenu defquelles vous mandons & enjoignons

de faire joiiir l'Expofant ou fes ayans caufe pleinement Se paifiblement

fans fouffrir qu'il leur foit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons que

la Copie deldites Prefentes , qui fera imprimée au corrHnencement ou à la

fin dudit Ouvrage, foit .tenaë pour ducment fîgnifiee , & qu'aux copies

eollationnées parl'un de nos amés & féaux Confeillers & Secrétaires , foy

foit ajoutée comme à -l'Original, Commandons au premier notre Huiflier

ou Sergent, défaire pour l'exécution d'icelles tous aétes requis & nécef-

faires , fans demander autre permiilîon , & nonobftaçt clameur de Haro,

Charte Normande , ôç Lettres à ce contraires : Car tel eft notre plaifir,

Ponné à Paris le vingt-unième jour du mois de Mars, l'an de grâce

jiîilfept cent trente-deux, & de notre Règne le dix-feptiéme. Par le Roy fn fon Cqnfçil. ^igm S A I N S O N,

Regifîrf fur le Regiftre Vllî. de la Chamlft Royale des Libraires &

imprimeurs de Paris, N°, 327. fol. 315". conformément aux anciens Rc" elfmens cqnfirmfs par ctlni du 28. Février 1723. yi Paris, le 2^. Mars

1732. Signé P. A. LE MERCIER, Syndic.

Et ledit Sieur P, A. Le Mercier a fait part du prefent Privilège aux §ieurs P, A. Paulus-du-Mefnil & Philippes-Nicolas Lottin, Libraires à

Paris , pour en joiiir conjointement avec lui , fuivant l'accord fait entr'eux. A.Pajis, ce 17. Oftobre 1727. P.A.LeMee-cier,

inSTOIRE

HISTOIRE GENEPvALE

DES AUTEURS

SACRÉS ET ECCLESIASTIQUES.

CHAPITRE PRE A4 1ER

Saint Hilaire Evêque de Foitiers y Doâeiir de Œglife (âr Confej[em\

ARTICLE PREMIER,

Hijloire de fa vie.

A I N T Hilaire Gaulois d'origine , naquit à

s. Hiliirc né

(^i) Poiriers, Ville delà féconde Aquitaine, ti-^nsl" G.iu-

d'une famille ( b ) noble & illudrc , nl^.is enga-

ijoià^rcTj'^'^i'b

gce dans les erreurs du ( c ) Paganifnie. Il ne les convertit à la

abandonna lui-même qu'affcz tard , & après j^^^^ conter^

l'Egypt

e

,

c'eft

avoient

de bon

s'être {d) enrichi de toutes

les richefles de

-ît-dire,

de tout ce que les Auteurs Paycns

, foit pour le règlement des moeurs , foit pour

( a ) Hkronim. prï>

t.

lib.

i.

coiu-

ipcnt. in Epilh ad Galatas.

( />) Vcn.intius Fortunatus, lib. 8. carm.

Ï.& vie Hi!.^r. num. i6.

Tome ^

( c) Ibid. lib. I. num. 3.

(

<i

)

AugiiiUn.

lib.

i.

Chnftiana , «p. 40.

de Doviri.i»

A

fion.

â

SAINT HILAIRE,

la connoiflance & la défenfe de la vérité. Ses fucces dans l'étu-

de des fciences prophanes , particulièrement dans l'éloquence dont il avoit pris modèle dans Quintilien , le firent paroître ( a ) dans le fiecle comme un des plus hauts cèdres du Liban 5 mais

ayant embrafle la Religion chrétienne , il fit fervir à l'édification

de l'Eglife toutes les connoiffances qu'il avoit acquifes dans le

Paganiiine , à l'exemple de faint Cyprien , de Laftance , de

- Vittorin , d'Optat & de plufieurs autres grands hommes , qui j

avant lui , avoient défendu la Religion chrétienne , par les mêmes

fciences qu'ils avoient apprifes chez les Payens. Sa converfion

ne fe fit que par dégrez , ôc après beaucoup de réflexions , ainfi

qu'il nous l'apprend lui-même. Je confiderois, dit- il, (/^ ) que l'état

le plus defirable félon les fens , eft le repos dans l'abondance 5 mais

que ce bonheur nous eft commun avec les bêtes. Je compris donc

que le bonheur de fhomme devoir être plus relevé , & je le mettois

dans la pratique de la vertu ôc dans la connoifiance de la vérité. La

vie preiente n'étant qu'une fuite de miferes , il me parut que nous

l'avions reçue pour exercer la patience , la modération , la dou-

ceur y & que Dieu tout bon ne nous avoit point donné la vie ,

pour nous rendre plus miferables en nous l'ôtant. Mon ame

le portoit donc

avec ardeur à connoître ce Dieu , auteur de

tout bien ; car je voyois clairement l'abfurdité de tout ce que

les Payens enfeignoient touchant la Divinité , la partageant en

plufieurs perfonnes de l'un ôc de l'autre fexe , l'attribuant à des

animaux j à desftatuës ôc à d'autres chofes infenfibles : Je recon-

nus qu'il

ne pouvoir y avoir qu'un feul Dieu ,. éternel , tout-

puiffant , immuable. Plein de ces penfées je lus avec admiration

Exod. ni. ^^^ paroles dans les Livres de Moyfe : Jefuis celui qui ejî. Et dans

14. l[me : Le Cielejî mon tronc I& la Terre mon marchepied. Et encore;

lui. Lx VI. I.

^-^jjj. i^ Q^i àamCamain, &

r^s

T

y renferme la terre. Et dans les

1

^

r

>

>

'

r

& XL. II. (e- „^

cund. 70.

ji

rleaumes: Uutrai-jepourme aerober avotre ejprit y çj" ou menjutrai-

je devant votre face F Ces paroles me firent connoître que tout eft

fournis à Dieu, qu'il eft au- delà de tout, en tout ôc partout, qu'il-

'( « ) Fir fanUiis ? elotjuemljfimiis rrar- . progrès qu'il avoit faits dans la connoiflan-

VfY Cyfrianus , Cr mfSri umporis CoiifeJJor Ht-

lariui , noiint tibi vident ur exe elfe qtiondam in

ftiulo arbora tedijicafje EccUtîttm Dei f Hic-

foniiïi. in cap. 60. Ilaix.

(b )

Hilar. lib. 1. de Trinitate j num. i. î.

10. La manière dont

^âuit HU^rç mar^uç an ces eudr&iu ks

3. 4. 5.

6. 7.

8.

s».

ee de la veritc , fait voir qu'il ne rcmbrafla

que tard & après beaucoup de réflexions, .

& qu'il faut peu s'arrêtera ce que dit For-

tanat Jib. 1. num. 5. deviia Hitar. Que ce Saint fuça la fàgcfle avec le lait : A cuna-

bilis fantà fafieniià ym Uclabutur infautta.

.

EVESQUE ET DOCTEUR» &c:

,

5

eft la fourcede toute beauté 6c la beauté iiifînie: en urt mot, je

compris que je le devois croire inconiprehenfible. Je portois plus

loin mes defirs , & je fouhaitois que ces bons fcntimens que j'a-

voisdeDieu, & les bonnes moeurs euflent une récompcnie éter-

nelle. Cela me fembloit jufte ; mais la foiblefle de mon corps &

même démon efprit me donnoit de la crainte : Quand les écrits

des Evangeliftesôcdes Apôtres me firent trouver plus quejen'eufle

cféefpercr, particulièrement le commencement delEvangilede

faint Jean,où j'appris que Dieu avoir un Fils coéternel & con-

fubftantiel à fon Père ; que ce Fils le Verbe de Dieu s'étoit fait

chair, afin que l'homme pût devenir Fils de Dieu. Saint Hilaire

arrivé par ces dégrez à la connoiflance de la vérité , l'embraffa

( a ) avec joye , & re^ut le Baptcme. Sa femme dont

le nom & la

'N'ie nous font inconnus, le fuivit dans lafoy , avec une fille uni-

que nommée Apre ou Abram qu'il avoir eûë de fon mariage , &

à qui il perfuada ( /^i ) de vivre dans une virginité perpétuelle. 1 1. Depuis fon Baptême il s'appliqua avec tant de foin à former S-Hllaire eft

fes mœurs fur les règles de l'Eghfe , qu'il fembloit étant {c)

laïc vcLfanl"!'

& marié poffeder déjà la grâce du Sacerdoce. Non-feulement il ne

mangeoit jamais avec des Juifs ou des hérétiques , mais il (^) ne

leur rendoit pas même en paflant les civilités ordinaires : ce qu'il

ne faifoit que par le zèle qu'il avoir pour la Foy. Mais dans la

fuite il fe

relâcha de cette ( f )feverité , dans la vûë de les gagner

à Jefus-Chrift, Son zèle pour la vérité l'engagea à l'annoncer par-

tout: inftruifant (/) les uns de la Foy en la Trinité, animant les

autres à la vertu par les promeifts du Royaume des Cieux. Après

avoir vécu [g ) afiez long-tems dans ces faints exercices , tout le

Peuple d'un commun accord , ou plutôt TEfprit de Dieu dont ce

Peuple n'étoit que l'organe , le demanda pour Evêque , en la place

comme l'on croit, de Maxence frère de faint Maximin de Trêves.

Cétoit vers l'an 3J5' quelques années avant fon exil, comme

il le {h) remarque lui-même.

( rf ) liauc itit'jue Sacranienti doilr^tram

Deum pi-ifUicm , jir-

meus

Util ftifctf/h ,

in

CAr»eni,C?' m nolam ntitivitatijv ftrjidemvoca-

ta ad caiefictn regenerationem ebtineudam poti-

fiitijne pnrr.ijja. Hilar.

lib.

I . de Trinit.

num. II.

( /. ) Hilar. epift. ad Abram , num. 7-

(f), Fomiuat. lib, i, de vita Hilar, pum. ^.

(.d) Ibid.

Sa femme (/)

vivoit encore ;

( e ) Hilarius, lib. '.n Conftantium , nu-

méro 1

(/') Fortun.-ir. ubi fiipra.

(5) Kf^eneraiM; friditn (J- in Ej'ifccp^tu

ali'jhniitijper niatiens , fdim Kiaiiam i.un^u^m

nifi e.xfuUturui andivi, Hilar. lib. de Syno-

dis , num. jii.

(

h )

en 3 5tf.

Idem , ibid. Saint Hilairc fut exile

( i) Forcunat. lib. i, num. ^.

A

tj

4

SAINT HILAIRE;

,

maïs c'étoit l'ufage de l'Eglife de prendre des Miniftres parmi

les perfonnes mariées , n'y en ayant ( a ) pas alors aflez parmi

celles qui ne l'étoient point : On les obligeoit néanmoins {b) à fe

féparer de leurs femmes , particulièrement ( c) à Rome , en Egypte & en Orient.

II s'oppofc

III. Il étoit tout occupé du falut de fon Peuple & du gou-

«ijx Ariens en yemement de fon Eglifej ôc la réputation qu'il s'étoit acquifepar

fon zèle & par la pureté de fa foy,venoit d'attirer auprès de lui

le ((i) grand fiint Martin , lorfque l'herefie Arienne, qui depuis

un grand nombre d'années défoloit les Eglifes d'Orient , mit aulli

le trouble dans celles des Gaules. Urface , Valens , & Saturnin

Evêque d'Arles , étoient les Chefs du parti. Ce dernier outre l'in-

famie de l'herefie Arienne, étoit un homme{f) corrompu dans

l'efprit & dans les mœurs , coupable de beaucoup de crimes énor-

mes , emporté & fa£tieux , qui tirannifoit les Gaules par les me-

naces, par la terreur des Magiftrats & par les violences. Les deux-

autres après avoir retracé toutes les calomnies dont ils avoient

noirci faint Athanafe , & reconnu même par écrit fon innocence

l'avoient accufé depuis dans le Concile de Milan en 3 j j. & plu-

fieurs Evêques à leur perfuafion , èc effrayés par les menaces de

Conftantius , s'étoient laifle aller à foufcrire la condamnation de

ce Saint : enforte qu'il y avoit tout lieu de craindre que l'Aria- nifme n'infedât les Eglifes d'Occident , comme il avoir fait celles- d'Orient. Pour prévenir ce danger , faint Hilaire & la plupart de& Evêques des Gaules fe (/) féparerent de la communion de Satur-

nin , d'Urface & de Valens^ accordant (^ ) aux autres qui étoient entrés dans le parti de ces Ariens , le pardon de leurs fautes , pour-

vu qu'ils s'en repentiffent , & que findulgence qu'ils leur accor-

doient , fut approuvée par les Confeifeurs exilés pour la Foy.

I V. Saturnin & ceux de fadion ne pouvant fouffrir de fe- au Concile ^oir flétris par un Décret que les Evêques des Gaules avoienc

II

afTifte

( « ) EUrumur niarili in Sxccrâ^t'iuni ,

no»

yievo . cj:<ia non funt [ami virgian quanti ncief-

farii Jit»t Sacerdotes. Hieronim. llb. i. idv.

Joviiiianum , pag. I7Î-