Vous êtes sur la page 1sur 3

Dossiers d'endocrinologie

DOSSIER N 026: Syndrome polyuro-polydipsique

Monsieur K. est hospitalisé pour exploration d'un syndrome polyuro-polydipsique. A l'examen clinique vous trouvez une érythrose faciale, une parotidomégalie, des ongles blancs, une hépatomégalie à bord inférieur tranchant de 18 cm sur la LMC, une matité hypogastrique concave en haut. Poids 56 kg, taille 177 cm. Le

bilan montre : Na : 143 mmol/I, K : 3 mmol/I, CI : 110mmol/I, Protides : 60 g/I, Glycémie : 5,5 mmol/I, urée

11

mmol/I, créatinine : 98 mmol/l, TP : 50%, TCA : 38/33, gGT : 510 UI/I, PAL: 350 UI/I, ASAT : 40 UI/I, ALAT

75

UI/I. Volume urinaire des 24 heures : 6 litres, densité urinaire : 1,0001, Natriurèse :

10mmol/I, kaliurèse

40

mmol/I.

1.

Quels diagnostics évoquez-vous ?

2.

Comment étayer votre diagnostic ?

3.

Le patient ne concentre pas ses urines. A quel niveau anatomique se situe probablement la lésion ?

4.

Comment le confirmez-vous ?

5.

Quelle est l'étiologie la plus probable compte tenu du contexte clinique ?

6.

Quel traitement proposez-vous ?

7.

Sur quel paramètre clinique simple adapterez-vous les doses du traitement ?

DOSSIER N°26

Dossiers d'endocrinologie

1. Guets dagtostics évoques vous ? (10)

• Diabète insipide

3

- chez un patient présentant probablement une cirrhose (1) d'origine éthylique (1)

2

• Potomanie (3) d'entraînement

5

2 Comment étayer votre daagtostic ? (20)

• Test de restriction hydrique :

5

(oubli = 0)

- en milieu hospitalier,

1

(oubli = 0)

- chez un patient au repos strict,

1

(oubli = 0)

- avec voie veineuse périphérique en place,

1

(oubli = 0)

- et soluté de réhydratation prêt à proximité,

0,5

- sous surveillance clinique constante (1 (oubli = 0)) : diurèse horaire (0,5) densité urinaire horaire (0,5),

état d'hydratation (0,5), pression artérielle (0,5), fréquence cardiaque (0,5) ;

3,5

- et sous surveillance biologique (1 (oubli = 0)) : ionogramme plasmatique (0,5) horaire (0,5), osmolarité

plasmatique (0,5) horaire (0,5), osmolarité urinaire (0,5) horaire (0,5)

4

• Si diabète insipide :

0,5

- le patient gardera une diurèse horaire (0,5) constante (0,5),

1

- et ne concentrera pas ses urines. (0,5)

0,5

Si potomanie :

0,5

- le patient aura une diurèse horaire (0,5) décroissante (0,5), et concentrera ses urines (0.5)

1,5

3. Le patient ne concentre pas ses unnes• A quel niveau anatomique se situe probablement la

lésüon ? (10)

Diabète insipide (2) central (4) : atteinte hypothalamo (2) -post-hypophysaire (2)

10

4• Comment le

? (20)

• Test diagnostique et thérapeutique (2) à la Lysine vasopressine (2) injectable (2),

6

- qui sera réalisé en fin de test (2) de restriction hydrique

4

• Si diabète insipide central (1) : correction du déficit hormonal (3) : concentration des urines (1), effondre-

ment de la diurèse. (1)

6

• Si diabète insipide néphrogénique (1), par insensibilité tubulaire à l'hormone (1) :

2

- pas de modification (1) de diurèse (1) et de l'osmolarité urinaire (1)

3

5. Quelle est l'étidogie la plus probable compte tenu du contexte d""nuque ? (10)

• Diabète insipide central (2) par lésion neuronale (2) secondaire (2) à la toxicité de l'alcool (2) sur les neu-

10

rones hypothalamo-hypophysaires

Dossiers d'endocrinologie

6• Ck" traitement proposez-vous ? (ZO)

Sevrage éthylique

3

(oubli

= 0)

• Traitement substitutif (2) par Lysine-vasopressine (2) de synthèse (2), per os (2) :

8

• Minirin comprimés,

1

- dose quotidienne adaptée à la surveillance clinique (2) de la diurèse (2) et de la soif (2),

6

- auto-gérée par le

2

Commentaire : Si vous avez cette question ne parlez plus du Minirin intra-nasal, le depuis 1996, soyez à jour.

Minirin® per os existe

7. S%s quel paramètre cinuque simple adapterez-vous Iles doses du trmiternerd ? (10)

• Diurèse des 24

10