Vous êtes sur la page 1sur 5

Pathologie ostéoarticulaire chez les carnivores domestiques

Anatomie et Physiologie de l’Os

I- Introduction

II- Types morphologiques d’os

III- Histologie IV- Types de tissu osseux V- Vascularisation VI- Innervation

VII- Croissance des os

I- Introduction

Les os sont des organes passifs de la locomotion. Ils sont durs, rigides et de couleur blanc jaunâtre. C’est une variété du tissu mésenchymateux ayant une grande affinité pour les sels de calcium. Ces os donnent attache aux muscles, protègent certains organes fragiles (le système nerveux, poumons et cœur) et interviennent dans la régulation de l’équilibre phosphocalcique.

II- Types morphologiques d’os

On distingue trois grands types d’os selon les rapports entre leurs dimensions : les os longs, les os plats et les os courts. On peut y ajouter deux autres types : les sésamoïdes et les os dits irréguliers, comme le coxal et certains os du crâne.

1- Os longs

Dans ce cas l’une des dimensions est nettement plus grande que les autres. Ils existent des os appelés os allongés comme les côtes et la fibula des carnivores, qui ressemblent aux os longs mais qui sont dépourvus de cavité médullaire à la différence des os longs (Barone, 1976).

Pathologie ostéoarticulaire chez les carnivores domestiques

Ils sont composés de trois parties distinctes :

La diaphyse : sous forme de cylindre en tissu osseux compact dont la partie centrale est creusée par la cavité médullaire contenant les vaisseaux et la moelle osseuse.

Les métaphyses : c’est la zone de transition entre la diaphyse et les épiphyses, composées surtout d’os spongieux et comporte aussi une fine couche de tissu osseux compact. Chez les jeunes on note la présence des plaques de croissance séparant les métaphyses des épiphyses.

Les épiphyses : elles sont formées par une fine couche d’os compact qui enveloppe l’os spongieux

2- Os plats

Dans un os plat, la longueur et la largeur sont à peu près égales et l’emportent sur la troisième dimension, l’os est de forme mince et large. Il est constitué de deux tables d’os compact séparées par une mince couche de tissu osseux spongieux.

3- Os courts

Les os courts n’ont pas de dimension prépondérante sur les autres ; longueur, largeur et épaisseur sont à peu près égales. Ils présentent ainsi plusieurs faces séparées par des bords et des angles. Un os court est constitué de tissu spongieux entouré par une fine couche de tissu compact.

III- Histologie

L’os est formé de cellules, de fibres de collagène et d’une substance fondamentale qui se charge de sels minéraux et surtout de calcium.

1- Cellules

On distingue trois spécifiques types de cellules d’os en plus des lipocytes, des cellules endothéliales et des hématopoïétiques (Jubb et Kennedy, 1970) :

Pathologie ostéoarticulaire chez les carnivores domestiques

a- Ostéoblastes : Ils sont situés en dehors de la substance osseuse proprement dite, ces cellules sont soit actives et sécrètent la substance ostéoïde (précollagène et mucosubstance) et participent à la minéralisation du tissu osseux, soit quiescentes et participent dans les échanges entre la moelle et l’os (Chancrin, 1992).

b- Ostéocytes : Ils dérivent des ostéoblastes, sont souvent disposés entre les lamelles osseuses, ou encore dans l’épaisseur même de celles-ci, ces cellules possèdent des prolongements cytoplasmiques multiples, permettant ainsi d’élargir les surfaces d’échange, et donc intervenir dans la minéralisation osseuse (Barone, 1976 ; Chancrin,

1992).

c- Ostéoclastes : Ils sont situés en périphérie de l’os, et représentent un des éléments du système phagocytaire, grâce à leur activité hydrolytique, qui est contrôlée par l’effet de deux hormones :

parathormone et thyrocalcitonine. Ces cellules résorbent l’os minéralisé calcifié (Chancrin, 1992).

2- Substance fondamentale

Elle est Constituée d’une matrice organique qui fixe les sels minéraux, elle est disposée en très minces couches superposées appelées lamelles osseuses.

a- Matrice organique : Elle représente presque 30% du tissu osseux, formée de diverses protéines et surtout l’osséine.

b- Sels minéraux : Ils représentent 70% du tissu, ils sont formés par 85% de phosphate tricalcique, 10% de carbonate de calcium, de 2% de phosphate de magnésie et une faible partie de fluorure de calcium, en plus de traces de sels sodique et de silice (Barone, 1976). Les sels minéraux sont présents sous forme de cristaux d’hydroxyapatite qui leur confèrent l’aspect de lamelle.

Pathologie ostéoarticulaire chez les carnivores domestiques

3- Fibres de collagène

Les fibres de collagène sont l’un des éléments de la substance fondamentale. Elles s’organisent sous deux formes permettant ainsi de distinguer deux types de tissu osseux :

a- Tissu osseux Lamellaire : c’est le tissu osseux caractéristique d’un tissu adulte. Les fibres de collagène sont parallèles entre elles au sein de chaque lamelle mais perpendiculaires à celles des lamelles adjacentes.

b- Tissu osseux Non lamellaire : il précède le tissu lamellaire qui le remplace progressivement, la disposition des lamelles est irrégulière et les fibres de collagène sont organisées aléatoirement au sein des lamelles (Chancrin, 1992).

IV- Types de tissu osseux

1- Os compact : Il représente la partie corticale des os, caractérisé par un espace conjonctif réduit à 5% du volume osseux, ce qui lui confère une grande résistance mécanique.

2- Os spongieux : Il est caractérisé par un espace conjonctif beaucoup plus important, représentant 70 à 80% du volume osseux, et donc par sa faible résistance mécanique (Chancrin, 1992).

V- Vascularisation

Nombreux sont les vaisseaux responsables de la vascularisation de l’os. Le système artériel est composé de trois éléments :

1- Artère nourricière principale : Elle pénètre dans l’os par le trou nourricier, et parcourt l’os selon un trajet généralement oblique et caractéristique de chaque os, pour atteindre la cavité médullaire s’il s’agit d’un os long, le tissu spongieux dans les autres types d’os (Barone, 1976).

Cette artère se subdivise à ce niveau en deux branches, une ascendante, l’autre descendante, chacune d’elle se ramifie en plusieurs artérioles. Elle participe ainsi à la vascularisation de la quasi-totalité du cortex diaphysaire.

2- Artères métaphysaires : Elles assurent la vascularisation de la totalité des métaphyses, pénètrent le long de la surface périostée des

Pathologie ostéoarticulaire chez les carnivores domestiques

métaphyses et participent à la vascularisation médullaire (Chancrin,

1992).

3-

Artères

périostées :

Elles

sont

responsables

de

la

vascularisation du cortex, centromédullaire.

Le système veineux est responsable du drainage veineux des os, il prend un trajet centrifuge en se prolongeant de l’os spongieux vers la surface périostée (Chancrin, 1992). En effet dans l’os long le drainage se fait par un réseau se prolongeant par une ou deux petites veines satellites de l’artère nourricière et par des veines plus volumineuses passant par des trous spéciaux au niveau des extrémités. Dans les os plats et courts les veines se comportent comme celles des extrémités des os longs (Barone, 1976).

cependant elles ’atteignent pas la partie

Le drainage lymphatique se fait par des gaines périvasculaires en plus des capillaires lymphatiques au niveau du périoste (Barone, 1976).

VI- Innervation

Les nerfs sont satellites des artères, et sont beaucoup plus nombreux dans l’os spongieux surtout dans la région sous-périostale, que dans l’os compact, d’où une très grande sensibilité de cette région sous- périostale (Barone, 1976).

VII- Croissance des os

L’os croit en longueur et en épaisseur, la croissance en longueur de l’os se fait grâce à la prolifération des cartilages de conjugaison et se termine quand toute son épaisseur est remplacée par du tissu osseux.

La croissance en épaisseur se fait par l’apposition périphérique de nouvelles couches de tissu osseux provenant de l’activité du périoste. Conjointement, l’activité ostéoclasique agrandit la cavité médullaire (Chancrin, 1992).