Vous êtes sur la page 1sur 3

Ecole Normale Supérieure (ENS)

Travaux dirigés de systèmes vibratoires (2ddl)


Exercice 1 :
Partie A
On considère deux pendules identiques de longueur ℓ portant à leurs extrémités des masses
ponctuelles 𝑚 (voir figure). Un ressort de constante de raideur 𝑘 assure le couplage entre les deux
pendules. A l’équilibre, le ressort horizontal a sa longueur naturelle 𝑙0 . Ces deux pendules sont
repérés à chaque instant par leurs élongations angulaires 𝜃1 𝑒𝑡 𝜃2 supposées petites par rapport à leur
position d’équilibre verticale.
1- Déterminer les énergies cinétique et potentielle du système.
2- En déduire les équations différentielles du mouvement dans le cas des petites oscillations.
3- Déterminer les pulsations propres ω01 𝑒𝑡 ω02 du système en fonction 𝑚, 𝑔, 𝑘 𝑒𝑡 ℓ.
Application numérique : 𝑚 = 100𝑔; ℓ = 80𝑐𝑚; 𝑘 = 9,2𝑁. 𝑚−1 𝑒𝑡 𝑔 = 9,8𝑚𝑠 −2
4- On lâche le système à l’instant 𝑡 = 0 𝑑𝑎𝑛𝑠 les conditions 𝜃1 = 𝜃0 𝑒𝑡 𝜃2 = 0. En déduire les
lois d’évolution 𝜃1 (𝑡)𝑒𝑡 𝜃2 (𝑡) aux instants 𝑡
5- Quel est le phénomène étudié ?

Partie B
La masse 𝐴1 est soumise à une force excitatrice horizontale de forme : 𝐹(𝑡) = 𝐹0 cos Ω0 𝑡

6- Ecrire les nouvelles équations différentielles couplées en 𝜃1 (𝑡)𝑒𝑡 𝜃2 (𝑡).


7- Exprimer les relations complexes qui concernent les vitesses linéaires v1 (𝑡)𝑒𝑡 v2 (𝑡)
des points 𝐴1 𝑒𝑡 𝐴2 en régime forcé. En déduire l’impédance d’entrée complexe
𝐹(𝑡)
𝑍𝑒̅ =
v̅1

Exercice 2 :
A- une barre de longueur ℓ et de masse M repose en son milieu sur un pivot fixe est couplée à
une masse ponctuelle m par l’intermédiaire d’un ressort de raideur 𝑘 (voir figure). La masse
et la barre sont reliées à un bâti fixe à l’aide de deux ressorts de même raideur 𝑘1 . A
l’équilibre, la barre est horizontale et les ressorts sont non déformés.
1- Etablir les équations différentielles du mouvement de vibrations de faible amplitude. on
𝜃
posera : 𝑥2 = ℓ 2 ; 𝑀 = 9 𝑚 𝑒𝑡 𝑘 = 𝑘1 .
𝑘
2- Déterminer les pulsations propres du système 𝜔01 et 𝜔02 en fonction de Ω = √ 𝑚1
3- Calculer le rapport d’amplitudes dans le deuxième mode de vibration. En déduire les
solutions 𝑥1 (𝑡) et 𝑥2 (𝑡) dans ce même mode.
B- Le système ci-dessus est à présent amorti et forcé. La force sinusoïdale 𝐹(𝑡) est appliquée
perpendiculairement à l’extrémité de la barre : 𝐹(𝑡) = 𝐹0 cos Ω0 𝑡. (voir figure ci-dessous).

1- Etablir les équations différentielles du mouvement pour les coordonnées 𝑥1 (𝑡) et 𝑥2 (𝑡). En
déduire les réponses 𝑥1 (𝑡) et 𝑥2 (𝑡) en régime permanent.
2- Quelle pulsation Ω0 faut-il choisir pour arrêter le mouvement de la barre. En déduire
l’amplitude 𝐴1 𝑑𝑒 la vibration de masse 𝑚.
3- Dans le cas où l’amortissement est négligé, déterminer la (les) pulsation(s) de résonance.

Exercice 3 :
Soit le système mécanique de la figure ci-dessous dans lequel la masse 𝑚2 est soumise à une force
𝐹(𝑡) = 𝐹0 cos 𝜔𝑡.
1- Déterminer le nombre de degrés de liberté.
2- Ecrire les équations différentielles qui régissent les déplacements horizontaux des masses
𝑚1 𝑒𝑡 𝑚2 lors des petites oscillations. On donne 𝑂𝐴 = ℓ/2
Exercice 4 :
Le système oscillant représente sur ci-dessous est constitué d’un cylindre homogène, de masse M et
de rayon R. Celui-ci est relié au point A par un ressort de constante de raideur 𝐾 à un bâti 𝐵1 animé
d’un mouvement sinusoïdale d’amplitudes 𝑆0 et de pulsation 𝜔0 . Il est également relié par un
amortissement de coefficient d’amortissement 𝛽 à un bâti fixe 𝐵2. Le cylindre roule sans glisser sur
un plan horizontal. Une tige sans masse et de longueur ℓ a une de ses extrémités qui oscille sans
frottement autour de l’axe du cylindre pendant que l’autre extrémité porte une masse ponctuelle 𝑚
reliée à un bâti fixe 𝐵3 par un ressort de constante raideur 𝑘.
A l’équilibre la tige est verticale et l’axe du cylindre G est à l’origine des coordonnées O, on suppose
aussi que les ressorts ne sont pas déformés. La rotation de la tige par rapport à la verticale est repérée
par l’angle 𝜙 et celle du cylindre par l’angle 𝜃. On considère que les oscillations sont de faibles
amplitudes.
On pose : 3𝑀 = 2𝑚, 4𝐾 = 𝑘 = 𝑚𝑔/ℓ, 𝑥2 = ℓ 𝜙 𝑒𝑡 𝑥1 = 𝑅 𝜃.
1- Déterminer les équations différentielles en 𝑥1 (𝑡) et 𝑥2 (𝑡). Montrer que le système est
équivalent à un système forcé soumis à une force 𝐹(𝑡) sinusoïdale dont on précisera
l’amplitude 𝐹0 .
𝑘
2- Déterminer l’impédance d’entrée du système à la pulsation 𝜔0 = Ω = √𝑚

Vous aimerez peut-être aussi