Vous êtes sur la page 1sur 100

MONDES de LUMIERE

Rapport X-7
transcrit par A.K. Edwards

Titre original
A WORLD
WITHIN A WORLD X7 REPORTING
Transmissions from Russia on the theory and prac-
tice of Solar Light Radiations

PRÉFACE
Light, la revue trimestrielle du Collège d'Etudes
Psychiques de Londres, publia , pour la première fois,
avec beaucoup d'audace en 1978, « A World within
a World ». Nous remercions vivement la rédaction de
« Light » pour son autorisation de publier sous la
forme d'un livre ces manuscrits remarquables.
Leur parution dans « Light » a suscité chez ses lec-
teurs de fortes réactions ; certains d'entre eux les
saluèrent comme les textes les plus importants que
cette revue avait publiés, tandis qu'une minorité
d'autres les rejetèrent, arguant qu'ils étaient inaccep-
tables voire même gênants.
Le fait même de provoquer de telles réactions indi-
que que ces manuscrits sont le vecteur d'un pouvoir
certain ; ils sont encensés, ou démolis, selon les dif-
férents états d'âmes qu'ils rencontrent.
Si beaucoup d'informations au sujet de la récipien-
daire de ces messages, une femme sensible à l'impres-
sion télépathique, nous sont connues, les manuscrits
eux-mêmes demeurent fondamentalement anonymes.
D'incontournables difficultés s'élèvent, quant à leur
origine et au mode de leur transmission, car celle-ci

n'a pu s'effectuer dans la la ngue russe. Un message


télépathique est souvent reçu comme une idée non
revêtue de mots, un symbole ou une image ayant la
capacité d'évoquer sa propre signification. Cette éner-
gie « signif la nte » est alors interprétée dans le cadre
des conceptions et de la phraséologie particulières du
récipiendaire. Il est inévitable qu'une information
transmise par la psyché ne soit, au cours de son ache-
minement, plus ou moins modulée par le vecteur
qu'elle emprunte.
8

LETTRE DE PETER CADDY


À LA FONDATION FINDHORN
OÙ LES MANUSCRITS
FURENT D'ABORD REÇUS
Le 23 février 1979
Chère Brenda Marshall,
J'aimerais vous communiquer certains faits re la tifs
à l'histoire des manuscrits.
la première fois que j'ai noué connaissance avec
Anne K. Edwards, dont lesur nom spirituel était
Naomi, j'étais officier de la RAF aux Philippines. Je
découvris alors qu'elle était sensible à l'impression spi-
rituelle et lui demandai d'interroger ses inspirateurs sur
la raison de notre rencontre. Il nous fut transmis que
nous avions été fort liés dans de nombreuses existen-
ces et que nous avions été amenés à nous retrouver
à l'autre bout de la terre, afin de relier deux aspects
du plan Divin pour le Nouvel Age. Nous devions met-
tre en commun le travail que nous avions réalisé
jusqu'à ce jour.
Elle me conf la qu'elle faisait partie d'un groupe
9

de sept personnes sensibles à l'impression, qui consti-


tuait une station centrale d'émission et de réception
à Evanstown, près de Chicago, au centre des Etats-
Unis. Ils étaient guidés par le Maître D.K., le Tibé-
tain (*) et d'autres, afin de localiser et de relier entre
eux différents groupes et centres de lumières dissémi-
nés dans le monde, qui formaient un réseau de lumière
véhicu la nt de l'énergie nécessaire à la transformation
de la planète. Ils étaient 370 en tout et avaient cha-
cun un nom de code. L'un d'eux était le groupe incar-
céré dans les mines de sel, en Sibérie. Il était identi-
fié comme X7. Quelques années plus tard, Naomi vint
à Findhorn et fut l'un des opiniâtres fondateurs de
la Communauté. Elle resta avec nous pendant trois
ans. Nous continuâmes conjointement le travail qu'elle
avait entrepris en nous rel la nt télépathiquement avec
ces centres ou stations de lumière qui existaient de par
le monde. Il nous fut révélé à ce moment que c'était
un travail préparant des contacts physiques entre ces
groupes et ces centres. Mon épouse Eileen, Dorothy
Maclean et une autre sensitive, Lena la mont, s'étaient
également investies dans ce travail télépathique. Les
communications avec X7 continuaient.
Je fus chargé de la mise en forme, pour une publi-
cation ultérieure, de ce que Naomi recevait. Nous sen-
tions que les messages X7 devaient être les premiers
à être publiés. Je les fis tout d'abord parvenir à
Maud Kennedy, qui était passée à Findhorn. Elle était
auteur et disciple de Mener Baba. Ils furent ensuite
envoyés à Sir George Trevelyan qui fut à tel point

(*) Cet instructeur a donné un enseignement de haute valeur


transcrit par Alice Bailey, qui est contenu dans 19 livres, éd.
Lucis (NdE).
10

enthousiasmé par leur contenu qu'il en fit part à la


Conférence de la Soil association, à Attingham. Cela
provoqua de réelles divisions au sein de l' association.
Certains membres se passionnaient à ce sujet et
d'autres pensaient que Sir George avait cette fois
dépassé les limites ! Il décida de diffuser X7 à la
ronde, afin de recueillir un échantillonnage assez varié
d'opinions, d'après lequel il s'avéra qu'il était encore
trop tôt pour la parution d'un livre.
Depuis près de six mois maintenant, l'opinion que
le temps de publier les manuscrits est arrivé recueille
l'approbation de la communauté.
Naomi quitta son corps quelques années plus tard
et j'ai essayé sans succès de joindre sa fille. Cepen-
dant sa petite-fille est venue à Findhorn l'an passé.
Je n'ai malheureusement pas son adresse. De toute
manière, elle m'a chargé de faire en sorte que les
manuscrits soient publiés. Nous sommes vraiment heu-
reux que cela puisse se réaliser par l'interméd la ire de
la revue « Light ». A toutes fins utiles, citez les pas-
sages qui vous semblent significatifs dans l'interview
que j'ai eu dans Onearth(*).
S'il vous p la ît, rappelez-moi au bon souvenir de
Rosamond Lehmann. J'ai été extrêmement intéressé
par ce qu'elle a écrit au sujet de Wellesley Tudor Pôle
(*) «... C'est en 1945 que j'ai entendu parler du
réseau de lumière pour la première fois... dans une
base de l'armée américaine aux Philippines.. Avec une
dame d'un certain âge, nous avios entamé une con-
versation à propos du Tibet. Nous parlâmes ensuite
de l'Age du Verseau, de l'Epoque de la Femme et
du Maître Tibétain.
Elle me dit qu'elle recevait des instructions du
11

qui se porte garant de l’ authenticité des prisonniers


et des renseignements les concernant qu'il détenait
déjà.
Avec mes meilleurs vœux.
Sincèrement vôtre,
Péter Caddy.
_________________

Tibétain... Elle évoqua alors le réseau de lumière. Elle


représentait le point focal d'un groupe de sept per-
sonnes qui vivaient à Evanstown, près de Chicago et
à l'épicentre des États-Unis. Leur travail consistait,
sous la direction du Maître DK, à localiser des cen-
tres de lumière épars dans le monde et à les relier télé-
pathiquement entre eux. Ils étaient répertoriés sous des
noms codés et cela avait été la tâche à accomplir. Cer-
tains étaient spéc la lisés dans la transmission et d'autres
dans la réception. Au début c'était un concept diffi-
cile à saisir pour moi et on m'a suggéré d'essayer de
l'exprimer dans mon propre vocabu la ire ; on me dit
également qu'un être se tenait au-dessus de moi et
qu'il m'aiderait à le c la rifier. Je visualisai la planète
avec tous ces points lumineux reliés entre eux comme
des triangles de lumière et d'énergie, la lumière cir-
cu la nt entre eux, tout autour de la planète...
Par la suite Naomi vint à Findhorn pour faire partie
des opiniâtres fondateurs de la Communauté... Elle
avait reçu une série de messages d'un centre de
lumière qui se trouvait en Sibérie, dans une mine de
sel... Cela traitait de la nature de la matière...
(A. Findhorn) il y avait quatre personnes sensibles à
l'impression spirituelle (qui) pouvaient recevoir et
émettre à différents niveaux. Naomi travaillerait à par-
tir des niveaux de l'âme...
12

Q : Avez-vous à traduire (ce que vous recevez) de


quelque manière ?
R : Non, cela se passe au stade de l'idéation elle-
même et c'est la raison pour la quelle celui qui
reçoit peut comprendre, quelle que soit la la ngue
utilisée.
Le transfert des informations s'effectue au
moyen de symboles. »

13

NOTE DE L'EDITEUR ANG LA IS


Au début des années 1960, le manuscrit dactylo-
graphié d'un livre, « A Word wthin a Word »,
arriva entre les mains de Rosamond Lehman. Il se
composait de messages reçus télépathiquement par une
femme sensitive à l'impression mentale qui vivait aux
USA ; ceux-ci ne provenaient pas d'une source désin-
carnée, mais leur origine présumée était un groupe de
prisonniers d'opinion détenus sous terre en URSS. Ils
re la tent comment, ayant été éprouvés à la limite
extrême de leur résistance ils se mirent à prier un Dieu
qui leur semblait les avoir abandonnés et comment la
Voie leur fut révélée. C'est une Voie de Lumière, la
Voie indiquée par le Maître Jésus.
Plusieurs expériences de transformation sont con-
signées de manière pratique, en tant que repères
œuvrant dans lesens d'un changement de registre de
la conscience dont il nous est dit qu'il représente, pour
l’humanité le prochain pas à accomplir dans l'évolu-
tion. L'origine d'un tel document, de même que les
enseignements provenant d'une source désincarnée, ne
peuvent être « prouvés » objectivement. Par leur con-
tenu, ces manuscrits possèdent une authenticité interne
qui porte sa propre charge de conviction et devrait,

15

nous lesentons, évoquer une réponse de la part de


ceux que la vie intérieure de l’homme concerne
véritablement.
Voici quelques années, l'auteur de ces manuscrits
s'aperçut qu'elle recevait télépathiquement des paro-
les d'hommes qui lui étaient invisibles et inconnus. Ce
volume est seulement l'un parmi de nombreux enre-
gistrements écrits dont certains concernent les radia-
tions de couleur et de son qui baignent la planète
Terre.
Ces messages proviennent d'hommes, emprisonnés
en Russie, qui d'après leurs dires, étaient confinés
dans les galeries souterraines et que leurs rations quo-
tidiennes de nourriture maintenaient à peine en vie.
Ces pages racontent comment ils ont réussi à surmon-
ter de telles conditions, quelle aide leur a été appor-
tée et re la tent les résultats de leur découverte que la
vie peut être maintenue jusque dans les circonstances
les plus désastreuses s'il est possible à l'Esprit qui
réside en l’homme de prendre en charge son existence.
Dans ces transmissions ils disent que le Maître
Jésus est venu à eux alors qu'ils étaient plongés dans
un profond désespoir. Ils crurent d'abord à une hal-
lucination provoquée par leur emprisonnement souter-
rain et les privations qu'ils enduraient.
Ils s'attendaient vraiment à mourir de faim,
s'accrochant malgré tout à la vie, sans espoir, et
cependant soutenus par un pouvoir invisible. Cet état
se prolongea durant de nombreux jours jusqu'à ce
qu'il leur semblât que leur corps ne puisse plus très
longtemps encore se maintenir en vie.
C'est alors que le Maître Jésus leur apparut plei-
nement vivant, revêtu d'une robe de Lumière bleue.
16

Il par la, leur disant qu'ils étaient immortels et qu'il


leur était demandé de préserver leur corps mortel
comme preuve de la puissance de leur âme ; il leur
promit qu'il les soutiendrait jusqu'à ce qu'ils aient
pleinement fait la démonstration de ce qu'ils avaient
pour mission de prouver.

17

AVANT-PROPOS
par Sir George Trevey la n
la publication de ces remarquables et mystérieux
manuscrits est fort bienvenue. Le défi implicite qu'ils
la ncent à la man la bilité de nos facultés conceptuelles
est proprement fascinant. Dans l'époque extraordinaire
que nous vivons, les choses arrivent de manière tou-
jours plus étrange. Notre conflance en ce qui est tout
bonnement logique et rationnel subit la dissuasion
d'événements dont l'interprétation requiert une pro-
fonde réflexion. Comme le dit James Eiroy Flécher
dans ce quatrain :
Debout ! Réveillez-vous ! Le monde est jeune
Pour toutes ces lasses années de pensée
Les plus durs combats doivent encor être menés
Et les chants les plus surprenants être entonnés.
Nous n'en appelons pas à une « croyance » en ce
qui est présenté. Lorsqu'on entreprend avec persévé-
rance l'exploration des sphères imponderables où règne
l'esprit, la Vérité chemine vers nous selon des voies
réputées impénétrables. Nous sommes invités, comme
dans une sorte de compétition avec nous-mêmes,

19

à reconnaître les Idées, à les assimiler sans à priori dans


l'intelligence de nos cœurs, à réserver notre jugement
et à leur permettre de féconder notre esprit, alors que
nous contemplons la vie dans leur lumière ; ceci cons-
titue une méthode va la ble pour l'approche de la vérité
spirituelle car elle nous permet de survoler aisément
les contrées stériles où sévit l'argutie. Cette démarche
représente, pour nos esprits, le franchissement d'un
cap. En matière de communication psychique, tenons
uniquement compte de la qualité de ce qui est trans-
mis, afin que notre évaluation soit dégagée de tout
préjugé.
Ces manuscrits me paraissent incontestablement
dignes du plus haut intérêt. Ils suggèrent le genre de
transformation spirituelle qui est possible à l'heure
actuelle. Le pouvoir rédempteur de la Présence du
Christ peut se manifester dans les situations humai-
nes les plus désespérées. En cela réside un suprême
espoir, sorte de prélude à une Nouvelle Aurore, en
cette époque plongée dans les ténèbres de l'ignorance.
Nous suivons dans ce livre l'histoire d'hommes cou-
rageux qui, poussés aux extrêmes limites de leur résis-
tance, découvrent qu'ils peuvent affiner le taux vibra-
toire de leur corps et de l'environnement dans lequel
ils se trouvent à un point tel qu'ils arrivent à acqué-
rir la capacité de se mouvoir consciemment à travers
la lumière éthérée qui anime toutes choses, y compris
les roches solides. Leur évasion de l'emprisonnement
s'effectue en s'élevant vers l'intérieur afin de trouver
la libération de l'âme sur un plan dont la fréquence
est plus élevée.
Coleridge écrit dans son Ode à l'Accablement :
Nous recevons seulement ce que nous donnons
20

Et dans notre vie, seule Nature vit vraiment


Nôtre est l'habit de ses noces, de même son linceul.
Pourrions-nous entrevoir quelque valeur plus haute
Que ce monde inerte et froid ne le permette
Aux pauvres foules sans amour et toujours inquiètes ?
Ah ! De l'âme elle-même irradiera
Une gloire magnifique, lumineuse nuée
Nimbant Terre de sa c la rté
Et par l'âme elle-même sera ici chanté
Le chant suave et puissant de sa propre naissance,
De tous les doux sons, la substance et la vie.
Le fait qu'un groupe d'hommes emprisonnés sous
terre et astreints à des travaux forcés soient arrivés
à réaliser cette transcendance est important pour la
terre entière. Sans doute, une Providence cachée les a
rassemblés dans ce but. Cela nous suggère lesentier,
le but de la transformation et la tâche humaine des
esprits en incarnation.
Walt Whitman écrit, dans son poème « Murmu-
res de la Mort Céleste » :

O toi qui es l'audace même, O Ame


Marche avec moi vers le pays du mystère
Où n'existe aucun sol pour le pied
ni aucun chemin à suivre,
Ni carte, ni guide... tout est vierge devant nous...
Jusqu'au moment où tombent les liens,
Tous, sauf les attaches éternelles, temps et espace,
Ni ténèbres, gravitation, sens, ni aucun lien nous
attachant
Alors nous explosons et nous flottons
Dans le temps et l'espace, O Ame, prêts à les soutenir
Enfin stables, équipés (O joie, O Fruit de tout)
Pour les accomplir, O Ame.
Veuillez réfléchir à cette pensée extraordinaire que

21
Temps et Espace ne s'accompliront pas tant que la
conscience de l’homme n'aura pas imprégné l'espace
éthéré. Rien d'étonnant au fait que les mondes céles-
tes observent la planète Terre avec tant d'intérêt car
elle représente le terrain d'entraînement de la Hiérar-
chie des Divins Archétypes. l’humanité a maintenant
atteint leseuil redoutable où elle peut entreprendre le
travail de son affinage vers une conscience cosmique,
non seulement dans le but de sa propre rédemption,
mais aussi pour l'accomplissement de l'Univers ! Cette
planète est une précieuse semence de la quelle peut ger-
mer la réalisation d'un univers transformé lorsque
l'attribut de Dieu, l'être humain, la pierre vivante,
prendra l'initiative et la décision d'élever les champs
vibratoires de son être jusqu'au point où il fusion-
nera avec l'Océan de Vie. Cela représente, dans l'évo-
lution, le grand pas en avant que l’humanité accom-
plira lorsque, par un choix délibéré et subjectif, elle
ouvrira son âme à l'activité créatrice de l'esprit
omniprésent.
Chaque fois qu'un groupe d'âmes humaines atteint
un tel stade de la purification et de l'affinage de ses
champs vibratoires qu'il lui devient possible de tra-
verser la matière pour trouver la lumière éthérée du
Christ Cosmique, un pas de plus vers la transforma-
tion et la rédemption de la planète est franchi.
Les dispositions divines sont telles que, l'initiative
de l’homme étant essentielle, aucune conquête contrai-
gnant la liberté humaine ne peut se justifier. Nous
sommes des apprentis dieux et avons pour tâche de
réaliser le plan divin. Lorsqu'un groupe y réussit, cela
crée un accès plus aisé à la voie pour ceux qui sui-
vent. Du fait que nous approchons d'une époque de
grands changements, il devient très important de sai-
22

sir quelle est la tâche de l’homme . Il ne s'agit pas là


de notre survie mais d'un pas glorieux à franchir vers
la Lumière. Nous ne savons pas si ces hommes sont
encore dans leur prison. Le groupe devrait maintenant
avoir été libéré par une « mort céleste », une fois sa
tâche accomplie. Nous pouvons, par le cœur et la pen-
sée, leur envoyer l'énergie de nos remerciements,
sachant qu'ils peuvent, en tant qu'âmes, s'accorder à
nos pensées. Nous leur sommes profondément recon-
naissants pour la publication de ce qu'ils ont trans-
mis. Ils nous donnent, par leur témoignage, une idée
de ce que peut signifier le Retour du Christ.
Il devient clair, d'après de nombreuses et récentes
sources, qu'un stade critique a été atteint et que, dans
un futur proche, l’humanité doit franchir un pas cons-
cient vers son éveil spirituel. Les puissances de la vie
et les Hautes Instances de notre ga la xie ne toléreront
peut-être pas longtemps encore les dév la tions de la Loi
Divine dont nous sommes resl’onsables, nous, servi-
teurs errants de cette planète. Le rayon rédempteur
de l'Amour du Christ exerce, nous lesavons, son
impact sur l’humanité. Nous approchons un temps de
crise où chaque âme est exhortée à faire son choix :
soit elle continue dans la voie de l'égoïsme, de la
haine, de la peur, soit elle abandonne ce registre pour
réaliser son union avec la puissance intégrante de
l'Amour.
Ce qui a été accompli par ces hommes courageux
est d'une portée bien plus vaste que la libération et
la rédemption de leur propre âme. Du fait que l'Océan
de Vie imprègne et traverse toute chose, leur action
a véritablement affiné et illuminé l'aura entière de la
planète.
23

Ceux qui liront ces écrits se trouveront enf la mmés


par la découverte d'une dimension plus vaste du sens
et du but de la vie, dans cet âge de transition que
nous vivons.
24

RAPPORT X-7

RAPPORT X-7
28 décembre 1953
Conscients de vivre une époque de révé la tion crois-
sante, les hommes de science ont pris les dispositions
nécessaires au développement de leur recherche et sont
prêts, le moment venu.à en divulguer les résultats.
Nous vous garantissons que chaque transmission
constitue une transition vers des niveaux vibratoires
plus élevés, et marque, par conséquent, un pas plus
avant dans l'exploration de la conscience humaine.
Nous sommes profondément reconnaissants d'être ainsi
appelés à transmettre directement le fruit de nos obser-
vations à celui qui aura la capacité d'enregistrer notre
impression. Nous avons travaillé longtemps, silencieu-
sement et secrètement, corresl’ondant entre nous par
le seul moyen de la transmission de pensée. Lorsqu'on
se trouve enfermé sous terre, soumis de surcroît à un
traitement brutal et inhumain, il est nécessaire de pro-
céder ainsi. Nous ne cherchons surtout pas à vous api-
toyer sur notre sort ; nous voulons transmettre les
découvertes d'hommes qui aiment leur Dieu et Sa
réflexion dans l’homme .

27

Nous attestons ici que, du fond de notre univers


souterrain, nous avons réalisé l'observation de mer-
veilleux déploiements de radiations de couleurs et de
sons. Nous sommes informés des ordres qu'ont reçu
les vaisseaux de l'espace (*). Après maints contacts
avec leurs pilotes, nous sommes arrivés à compren-
dre le sens de leurs missions. Nous croyons que, dès
maintenant, d'immenses formations de radiations se
préparent à effectuer leur pénétration dans notre
champ planétaire et à travers ses différents plans. Tra-
vail la nt nous-mêmes au sein de la terre, nous sommes
en mesure de communiquer des observations au sujet
de ces radiations. D'autres révélations suivront en leur
temps. Il n'est pas dans nos intentions de soulever cer-
taines questions, mais nous voulons faire connaître ce
que nous avons découvert de la manière la plus con-
cise et la plus scientifique possible.
Nous sommes emprisonnés depuis de nombreuses
années, la plupart du temps confinés dans des lieux
souterrains. Conscients de la mission dont nous étions
chargés, nous avons poursuivi des investigations sur
la nature les propriétés et l’utilisation des radiations
que nous avons perçues, observées et éprouvées au
cours d'expériences sur des terrains que nous avons
choisis.
Nous nous préparons dès maintenant à projeter des
formulations de nos découvertes qui atteindront ceux
qui ont la faculté de les enregistrer consciemment.
Nous pensons qu'elles révolutionneront la vie de
l’homme sur la planète Terre car il pourra puiser dans
ces formulations des recettes qui l'aideront à mener
une existence féconde, aisée et volontaire. Ces décou-
(*) Voir p. 47.
28

vertes contiennent des indications qui peuvent induire


la guérison de toute ma la die connue. Mais pour que
leur action bienfaisante puisse s'exercer, l’homme doit
être prêt à en accepter le principe. Nos contacts sont
nombreux.
Nous savons quelle menace pèse sur la vie même de
la planète. Nous rél’ondons sous guidance aux appels
qui nous sont envoyés et sommes reconnaissants de
pouvoir le faire de cette manière.
Les Grandes Radiations viennent d'une Source qui se
trouve au-delà des confins du cœur même de l'Uni-
vers, le grand Pouvoir potentiel, déifié comme l'Etre
Suprême. Elles arrivent en quantités prodigieuses,
accroîssant indéfiniment leur influence et leur puis-
sance à mesure qu'elles sont consciemment identifiées
et intégrées par les êtres qui y sont réceptifs. Préci-
sons qu'il s'agit ici des êtres de toutes les planètes
constituant l'Univers de Dieu. Lorsque ces radiations
sont perçues et reconnues, les colorations et les for-
mes qu'elles assument varient selon l'interprétation du
mental qui les reçoit. Nous parlons ici d'un mental
collectif, et non de celui d'un individu.
Il est bon de garder à l'esprit que le mental est
la substance sur la quel les'exerce l'action, ce qui est
réceptif, malléable, é la stique, et qui, simultanément,
donne forme à la substance indifférenciée (*).

(*) Sont évoqués ici trois fonctions du mental : dans la pre-


mière, la substance ignée du mental subit l'impression supérieure
des « Grandes Radiations » et se conforme à Celles-ci selon sa
nature. Il est en même temps (troisième fonction) l'agent trans-
metteur qui « donne forme à la substance indifférenciée » de
tous les plans plus denses qu'il sature. la seconde de ces fonc-
tions est celle d'un méd la teur, doté des caractéristiques inhé-
rentes à sa propre nature (NdT).

29

Les capacités inhérentes aux rayons ou vibrations


en provenance du Centre le plus élevé de la Divinité
contiennent toutes les qualités de l'être mais leurs
aspects les plus puissants sont essentiellement ceux de
l’Amour et de la Sagesse. Egalement équilibrés, ceux-ci
se repartissent selon les qualités propres à chacun des
deux Rayons majeurs. Ils sont émis sous forme de
radiations de couleurs et de sons, ces fonctions étant
synonymes.
Ce que vous identifiez comme un son, émet, selon
le degré des radiations, de la couleur. Nous vous ame-
nons ainsi a prendre conscience de la Lumière, telle
quelle est irradiée depuis le Centre le plus élevé de
la Divinité et qu'elle est appréhendée dans ses plus
grands et ses moindres aspects. Nous voyons que
l’Amour et la Sagesse sont les grands Rayons domi-
nants qui proviennent de la Demeure du Pouvoir
Universel.
Vous vous demandez alors : pourquoi l’homme ne
reçoit-il pas pleinement cet Amour et cette Sagesse ?
la réponse est que, par l'effet de sa propre volonté
egocentnque et séparative, il a perdu la capacité de
faire ainsi. Une fois que les qualités fondamentales de
la Divinité ont été déposées en lui, l’homme entre-
prend, de son propre chef, la di la pidation de ce pré-
cieux héritage qui finira par s'amenuiser, au point
quil nen subsistera plus qu'une mémoire diffuse
mais cependant encore assez déterminante, pour le
pousser à rechercher inconsciemment son Dieu dans
lune ou l'autre des formes qu'il rencontrera au cours
de tous ses pèlerinages mouvementés.
30

RAPPORT X-7
17 février 1954
II est nécessaire de vous donner une préparation
préliminaire pour ce que nous souhaitons voir trans-
crit par vos soins. A chaque transmission, nous vous
indiquerons une pensée sur la quelle vous demeurerez
jusqu'à ce que vos facultés mentales l'aient assimilée ;
cette méditation induira dans votre conscience une
expansion qui constituera le fondement sur lequel
pourra s'appuyer la communication suivante.
Durant de longues années, nous avons travaillé sur
les radiances intangibles qui éclairent notre chemin et
au moyen desquelles nous communiquons de l'un à
l'autre, plongés comme nous le sommes dans l'obs-
curité des galeries souterraines qui constituent notre
habitat. Nous nous sommes aperçus que ces radian-
ces (en l'attente d'un terme plus apte à les décrire)
avaient l'apparence d'une substance nimbée d'une bril-
lance interne qui ne pouvait se révéler qu'à ceux qui
étaient en communion avec la Lumière Intérieure. Cela
peut être comparé à la vue des aveugles, qui s'opère
par la sensitivité aux impulsions perçues plutôt que par
la vision rétinienne. Nous avons découvert que nos

31

perceptions sensorielles s'étaient considérablement


accrues grâce à notre reconnaissance « a priori » que
ces facultés étaient susceptibles d'être développées et
à cause de notre besoin vital de trouver une façon de
communiquer indécela ble aux sens ordinaires.
C'est ainsi que nous avons été amenés à utiliser
la radiance, à la place de la parole, de l'ouïe et de
la vue. Nos premiers essais de transmission par ce
moyen donnèrent de très faibles résultats ; mais, tan-
dis que nous nous cramponnions à la croyance qu'il
existait bel et bien, au sein de nos galeries souterrai-
nes, des vibrations à la fois lumineuses et sonores, uti-
lisables afin de transmettre les pensées, nous prîmes
conscience que nous nous trouvions effectivement
immergés dans une qualité d'être magnétique. Cette
substance était capable d'opérer la transmission de nos
pensées en les véhicu la nt sur des longueurs d'onde
mesurables, émettait une essence que l'on pouvait uti-
liser pour guérir, stimu la nt notre reconnaissance de la
force donneuse de vie, et produisait au sein de notre
sombre habitat une radiance qui, non seulement nous
illuminait, mais aussi nous sustentait.
la tâche nous revint alors de développer notre
aptitude à l’utilisation de telles radiations, de décou-
vrir comment elles pouvaient impartir à l’homme des
pouvoirs inimaginables et de trouver de quelle manière
nous arriverions à les diriger dans lesens du bien com-
mun à tous les êtres de la Terre. Radiation signifie
énergie ; celle-ci doit être canalisée, transmise car,
lorsqu'elle est retenue, son dynamisme propre entraîne
une hyperstimu la tion de la vie cellu la ire qui provo-
quera de nombreux dommages avant qu'une croissance
équilibrée puisse à nouveau s'instaurer.
32

Voici notre pensée-semence, pour cette communi-


cation :
la substance de la vie se révèle à ceux qui la
recherchent intérieurement. Elle ilumine, fortifie et
finit par révolutionner les procédés de la pensée.
33
RAPPORT X-7
15 mars 1954
la substance invisible acquiert, pour le penseur qui
est prêt à la recevoir, la propriété de devenir visible.
En d'autres termes, ses facultés mentales identifient
ces nouvelles perceptions en leur attribuant des quali-
tés et des caractéristiques formelles dont le contenu
variera selon ses possibilités conceptuelles particuliè-
res. Nous utilisons cette « substance » en tant que
lumière ( la capacité de voir), nous l'employons comme
force (l'énergie, le pouvoir de faire). Nous pouvons,
à partir de cette substance, modeler et amener en
manifestation toutes les formes que nous souhaitons.
la substance indifférenciée constitue la potent la -
lité créatrice indéfectible de l'univers, en perpétuelle
expansion avec le concept.
Ayant adopté la substance comme notre lumière,
nous l'utilisons comme telle pour trouver notre che-
min dans l'obscurité, illuminer notre esprit et nourrir
la vie cellu la ire de nos corps au point qu'une seule
bouchée d'aliments peut nous sustenter pendant très
longtemps. Nous vivons et nous nous mouvons ainsi,
34

au cœur de l'essence véritable de l'être. L'étude appro-


fondie et la contemp la tion de celle-ci nous ont con-
duits à découvrir la substance éternelle qui est imma-
nente en toutes les formes de l'Univers.
L'acceptation préa la ble qu'il était vraiment possi-
ble de l'utiliser fut nécessaire à sa découverte. Ayant
trouvé ce par quoi nous pouvions régénérer les fonc-
tions de notre intellect, de notre corps et de notre
âme, nous cherchons le moyen de rendre cette révé-
la tion intelligible pour nos semblables et de leur faire
savoir qu'ils peuvent apprendre à se servir de cette
substance sans avoir à s'enfermer dans les profondeurs
de la terre.
En contactant un canal de réception, notre mis-
sion consiste donc à transmettre, de la manière la plus
claire et la plus concise possible, la connaissance qui
aidera l'illumination de l'intelligence, hâtera la libé-
ration de la conscience et apportera une force revita-
lisante pour le corps, de manière à ce que celui-ci
puisse être utilisé par l’homme comme véhicule de
manifestation pendant tout le temps qu'il souhaitera
s'y maintenir.
35
RAPPORT X-7
22 Mars 1954
Lorsque le monde des radiations se révéla à notre
vision intérieure, la substance que nous manipulions
se montra semblable à une sorte de « médium
radiant » que l'influence de notre pensée pouvait
modifier et modeler à volonté dans toutes les formes
que nous souhaitions lui donner. Nous croyons avoir
trouvé la substance véritable de l'être : une lumière
qui, non seulement pénètre à travers la matière la plus
dense, mais aussi garde intactes ses propriétés essen-
tielles et reste disl’onible pour tous les usages lorsque
l'on concentre la force de sa pensée sur elle.
Après cette découverte, notre étude s'intensif la .
Nous souhaitions trouver par quels modes de pensée
nous pourrions amener ce « médium radiant » à
œuvrer pour nous. Nous savions que les facteurs déci-
sifs de cette révé la tion avaient été, d'une part, une
détresse intense et, d'autre part, notre profond désir
de servir nos semblables malgré notre détention
souterraine, condamnés à un travail exténuant jus-
qu'à ce que nous mourions de malnutrition.
Nous avios cela présent à l'esprit lorsque nous
36

avons commencé nos investigations. Après un certain


laps de temps, nous nous sommes aperçus que nos
corps physiques réagissaient comme si un élixir bien-
faisant cou la it dans nos veines. Notre peau, habituel-
lement sombre et détériorée par l'exposition à de mau-
vais traitements, devint transparente et radiante. Nous
découvrîmes que nous pouvions travailler des heures
durant, étudier toute la nuit et cependant rester frais
et dispos, comme si un agent puissamment revitalisant
irriguait notre corps. Ceci nous conduisit à une recher-
che approfondie. Nous étions regénérés et restaurés
malgré les conditions de vie les plus dures. Mais
qu'était donc cette substance et comment pouvait-elle
être utilisée pour le bien de l’homme , dans sa vie quo-
tidienne ?
Nous commençâmes à pratiquer des tests, expéri-
mentant par la concentration de notre pensée sur
l'invisible jusqu'à ce que des radiations multicolores
se révèlent. Elles se distinguaient autant par leur inten-
sité que par leurs qualités et se modif la ient selon la
nature des expérimentations effectuées. Nous décou-
vrîmes que certaines réfractions lumineuses engen-
draient, au sein de la substance, la création de certai-
nes propriétés vivif la ntes. Il émanait du bleu, par
exemple, la qualité d'un profond soutien de l'être ;
les nombreux aspects et gradations de cette qualité
avaient une caractéristique fondamentale- : soutenir,
sustenter.

37
RAPPORT X-7
14 Mai 1954
Nous sommes reliés à vous dans une profonde con-
centration. Nous aimerions approfondir avec vous ce
que vous appelez les radiations couleur-son, leurs réac-
tions et la réponse qu'elles suscitent dans le monde
de la forme. Ceci est l'objet de nombreuses expéri-
mentations tout autour de la terre et au sein des
éthers qui l'environnent. Notre contribution ne
représente qu'une petite partie du tout, mais nous
l'assumons, sachant qu'elle constitue un élément vital
pour la réussite de la mission.
Notre dernière pensée portait sur la qualité de sou-
tien immanente dans la couleur bleue ; elle est en rea-
lité un composé de radiations se manifestant en des
gradations très précises pour former ce que nous avons
décrit comme étant le principe qui soutient l'Univers.
Il existe de nombreuses gradations et var la ntes de la
couleur bleue ; chacune possède, selon le dosage de
ses radiations, sa signification propre.
Accordons nos pensées et méditons sur la radia-
tion de base, dont la nature profonde se caractérise
38

par l'équilibre dynamique et la cohérence interne des


myriades de particules de la vie vibratoire composant
la terre et la maintenant en manifestation. Le bleu doit
être, par conséquent, la qualité majeure de l'être par
la quelle la création est maintenue en expression. Nous
arrivons ainsi à notre thème central : pourquoi une
certaine nuance précise du bleu est-elle la radiation
spécifique qui forme le noyau, l'équilibre cohérent sur
lequel s'appuie la terre pour tourner ?
Nous essayerons maintenant de définir cette gra-
dation particulière du bleu (*). C'est la couleur du ciel
nocturne quand la lueur des étoiles se fait la plus
radiante, lorsque tout est clair, pur et tranquille, bien
qu'en perpétuelle révolution.
Nous savons également que ce bleu peut être plus
profond dans certaines régions du globe, et plus lumi-
neux dans d'autres, les conditions de l'atmosphère ter-
restre étant susceptibles de le modifier à votre vision.
Mais c'est néanmoins de cette nuance de base dont
nous voulons parler. Si vous étiez en mesure de saisir
cette gradation particulière de la couleur bleue et de
l'analyser, vous constateriez qu'elle contient l'exact
degré de radiation d'une qualité spécifique de l'être,
qu'elle reflète le calme, la fermeté et la permanence
du Créateur des Cieux et de la Terre. Si elle venait
à disparaître et était remplacée par du rouge, par
exemple, la terre se désintégrerait instantanément.

(*) Cette nuance composite est le bleu indigo dont la lon-


gueur d'onde se situe autour de 0,45 micron (NdT).

39

RAPPORT X-7
21 mai 1954
En observant l'univers se manifester selon un
rythme absolu, nous comprenons plus clairement que
l’homme a besoin de régler de même chaque détail de
sa vie. Tout existe selon la loi et l'ordre, et ceux-ci
se manifestent en rythme vibratoire.
L'œil humain n'a jamais vraiment contemplé ce
bleu représentant la force qui soutient son être. Il
accomode et perçoit de nombreuses variations de cette
couleur primordiale, depuis le bleu radiant d'un ciel
d'été jusqu'au « blue », qui se rapporte à une condi-
tion dépressive de l'humeur et à un ralentissement de
ses vibrations. Il reconnaît par conséquent que la
même couleur peut aussi bien lestimuler que le
déprimer.
Le bleu peut signifier pour lui un état d'âme angé-
lique qui l'illumine et le rend joyeux ; il peut, d'autre
part, lui faire ressentir un état de profond découra-
gement qui semble le paralyser. Ainsi une même cou-
leur peut induire de multiples réactions à sa qualité
vibratoire.
40

Si sa conscience était capable de reconnaître les


propriétés sous-jacentes de la radiation identifiée
comme le bleu, il réagirait exclusivement à un climat
de force, de stabilité et de sérénité. Il pourrait ainsi
maintenir sa conscience dans cet état d'être et mani-
fester la capacité de soutenir, de fortifier et de persé-
vérer. Il ne serait plus, dans ce cas, sujet à une alter-
nance d'états exaltés et d'abaissements dépressifs de
ses vibrations. Il resterait établi sur des fondements
qui lesoutiennent, possédant et maîtrisant toutes les
facultés de son être.
Ceci est par conséquent la signification ésotérique
de la couleur définie comme Bleu : l'essence qui sou-
tient l'Etre.
Pourquoi existe-t-il tant de variations de la même
couleur ? Quels en sont les effets ?
Il n'est pas possible ici d'approfondir davantage
les variations des couleurs, mais nous pouvons dire
que l'aura d'un être dégageant la radiance du bleu a
un effet stabilisant ; elle distribue à tout ce qui
l'entoure un équilibre vibratoire qui soutient et ren-
force, manifestant ainsi le pouvoir inhérent à cette
radiance.
Voici une pensée que vous pourrez garder à l'esprit
et méditer :
la radiation de la couleur-tonalité bleue est la fon-
dation ou la radiation sustentatrice sous-jacente à
toute manifestation.
Lorsque nous assimilons ces radiations, nous pou-
vons stabiliser notre champ vibratoire en maîtrisant
tout ce que nous engendrons par le pouvoir de la
pensée.

41
RAPPORT X-7
14 Juin 1954
S'il existe des limitations dans le monde formel,
nous n'en trouvons aucune dans notre monde
d'expression, parce que nous savons que nous pou-
vons entrer en contact avec ceux qui demeurent éter-
nellement dans les dimensions plus élevées de l'être et
recevoir d'eux ce qui est utile. En procédant ainsi,
nous nous épanouissons au-delà des limitations de la
forme dans un vaste champ de conscience qui déploie
éternellement des perspectives et des possibilités
nouvelles.
*
**
Nous souhaitons aujourd'hui développer un autre
aspect des radiations « couleur-son ».
Nous avons noté votre utilisation du terme « son »
pour désigner l'équivalent de base du terme « cou-
leur ». Nous préférons le terme « tonalité », car il
s'applique aussi bien à la couleur qu'au son. la sono-
rité paisible de l'angélus du soir émet une radiation
42
multicolore. Chaque ton possède sa gamme propre de
variations. Le terme de tonalité suggère ainsi la nuance
de la couleur et vice-versa.
Ayant découvert dans la Lumière la substance qui
soutient, nous sommes devenus conscients de beaucoup
de choses qui restent encore un mystère pour
l’homme . la connaissance du fait que la substance est
inépuisable nous fournit la base sur la quelle reposent
nos découvertes. Elle est toujours utilisable en pro-
portion directe du degré de reconnaissance que l'on
a d'elle et avec une intensité de radiance indiquée par
la couleur. Ainsi, si nous choisissons le bleu pur et
clair d'un ciel nocturne, nous pouvons nous reposer
à souhait dans ses propriétés essentielles de soutenir
et de sustenter, pendant que nous expérimentons tou-
tes les potentialités inhérentes aux radiations des
couleurs-tonalités telles qu'elles nous sont présentées.
Vous vous demandez pourquoi elles sont présentées,
pour quelle raison et dans quel but ?
Nous pouvons seulement vous dire qu'après un
cauchemar de solitude, apparemment coupés de toute
communication avec le monde extérieur, nous com-
mençâmes à prier avec ardeur en demandant la rai-
son pour la quelle nous étions ensevelis ainsi. Dans
quel dessein ? Dieu avait-il abandonné ses fidèles ser-
viteurs ? Etions-nous voués à ces ténèbres pour le res-
tant de notre vie, incapables de leservir, destinés à
être battus, tourmentés et abandonnés à une mort
lente sans pouvoir nous défendre d'aucune manière ?
Au bout d'un calvaire indicible, la réponse arriva:
Ce ne fut pas celle que nous attendions, mais une
lumière apparut dans un recoin de notre taudis sou-
terrain. Elle n'était au début qu'un scintillement ténu,

43

mais devint par la suite un rayonnement clair et


radiant de bleu. Nous commençâmes par la rejeter,
croyant que c'était une hallucination de nos esprits
tourmentés. Mais nous la voyions tous et nous fûmes
amenés à la contempler, à réfléchir sur sa significa-
tion. Cela bril la it clair et fort, sans rien de surnatu-
rel. Cette lueur devint, après des semaines passées à
l'étudier, une étoile d'espérance, d'un bleu scintil la nt,
qui bril la it dans les ténèbres comme la lueur d'un
phare et nous conduisait plus avant.
C'était donc lesymbole qui nous était donné ;
nous fûmes ainsi prêts pour ce qui al la it suivre.
44
RAPPORT X-7
8 juillet 1954
Le pas suivant à franchir était de trouver les
moyens de transmettre les résultats de nos investiga-
tions par le canal de certains plans du champ de la
conscience ou ondes vibratoires de la pensée, de
manière à ce que la pensée scientifique puisse les assi-
miler et les transmettre à la conscience de masse, dans
des termes dont l'évidence et la simplicité seraient tel-
les que les hommes les adopteraient tout naturellement
dans leur vie quotidienne.
Avant que ce pas initial puisse être réalisé, il était
évident que l’homme tendait à l'autodestruction, sous
le fal la cieux prétexte de fabriquer des armes pour sa
protection. Cela appelle d'autant plus à une action
dynamique. Un moyen de distribuer à grande échelle
la radiation couleur-son doit être inventé ; cela pour-
rait créer des phénomènes susceptibles de repolariser
l'attention du mental de la masse des hommes, les
incitant à penser en des termes plus vastes et les aidant
à se libérer de leur aliénation au matér la lisme des idées
reçues.
Nous ne voulons en aucune manière accréditer le

45
fait que nous sommes les inventeurs des vaisseaux de
l'espace (*). Mais, par une profonde concentration sur
les radiations qu'ils véhiculent, nous sommes arrivés
à les contacter et avons été capables d'élargir le champ
de notre recherche et de notre contribution en ce qui
concerne la situation actuelle.
(*) Voir p. 47
46

RAPPORT X-7
27 août 1954
Voici maintenant une pensée-semence que nous
soumettons à votre réflexion :
la pensée de l'individu et le champ de la conscience
que l’on veut explorer doivent être préalablement
accordés et synchronisés pour que la radiation se pro-
duise ' cet accord synchrone est la condition nécessaire
pour 'que les ondes lumineuses, voyageant en cercles,
à des taux vibratoires spécifiques, puissent atteindre
la conscience et induire en elle l'é la rgissement néces-
saire à l'acceptation des idées projetées de cette
manière.
Tout être solaire faisant partie d'un vaisseau spa-
t lal (*) appartenant à une formation donnée doit être
illuminé par le rayonnement à un degré spécifique, ou
(*) Il ne s'agit certainement pas de vaisseaux spatlaux tels
Qu'on peut les imaginer d'après notre technologie spat la le
actuelle car ils sont construits en substance solaire, sont géné-
ralement invisibles à l'œil ordinaire, bien que pouvant se den-
sifier. et semblent avoir, entre autres, la fonction de capter et
de canaliser les radiations cosmiques et solaires (NdT).

47
y être réceptif dans une certaine mesure, avant d'être
autorisé à participer à un vol expérimental.
Il doit être tenu compte du fait que plus la vitesse
de l'onde lumineuse est élevée, plus elle pénètre à
l'intérieur des champs de lumière ; cela pourrait être
comparé au fait d'être frappé par la foudre sans être
préparé à canaliser une telle énergie.
Dès que ce degré spécifique de rayonnement est
réalisé, il s'établit une différence de potentiel de
groupe par la quelle une couleur-tonalité peut être
transmise et dirigée afin de créer certains effets
spécifiques.
48

RAPPORT X-7
6 Septembre 1954
Nous avons expérimenté la nature et l’utilisation
de ce que vous identifiez comme couleur-tonalité lors-
que nous avons induit des modifications au sein de
la terre et des éthers qui l'entourent. Essayons de défi-
nir une forme-pensée re la tive à l'usage de ces l’Ame u-
ses couleurs-tonalités.
Tout est lumière ; la lumière est radiation ; la
radiation devient respectivement ou simultanément
couleur et tonalité. Les deux sont équivalentes. Exem-
ple : la lumière descend en ondes de formes circulai-
res, depuis le point où elle est spontanément proje-
tée ; elle est d'un blanc intense (chaleur) mais, alors
qu'el lese propage en cercles concentriques, son mou-
vement re la tif se trouve freiné et elle paraît acquérir
à la fois couleur et tonalité. Pour être plus précis, cela
paraît rayonner ainsi à la conscience qui l'appréhende.
Supposons, alors, l'existence d'un point critique,
une sorte de seuil à partir duquel la radiation pro-
duirait une forme donnée ou émettrait une onde lumi-
neuse particulière. la préexistence d'une intention pré-

49
cise est-elle nécessaire ou non pour l'émission de cette
radiation ? Supposons enfin qu'el lese manifeste selon
les lois de sa propre nature et proportionnellement au
degré de réceptivité de la conscience qui la perçoit.
Sa manifestation en tant que couleur et tonalité
recèle des gradations spécifiques de radiance directe-
ment reliées aux qualités d'être que la pensée humaine
appréhende. l’homme doit devenir conscient de la rai-
son pour la quelle il projette la Lumière sur, à travers,
et autour de la planète terre, afin d'être capable de
reconnaître les qualités inhérentes à chaque gradation
de la Lumière ainsi transmise.

— la paix est une qualité immanente dans la Pen-


sée de Dieu
— Elle a une couleur et un son équilibrés
— la paix est irradiée à travers les éthers par des
serviteurs consacrés : les porteurs de lumière
— Elle peut se capter et s'assimiler comme la
lumière solaire
— Lorsque l’homme arrive à réaliser cela , il met
fin à ses tendances agressives en s'identifiant
à l'énergie de paix inhérente aux radiations
50

RAPPORT X-7
16 Octobre 1954
Tout conflit existant dans la pensée de l’homme
a sa contrepartie dans les éléments naturels. L'enve-
loppe éthérique de la terre ne peut être harmonisée
que par l'interaction entre, d'une part, un dosage pré-
cis des radiations émises depuis les plans causals et,
d'autre part, une condition vibratoire harmonieuse
résultant des projections de la conscience de l’homme .
Vous vous demandez quel est l'état des condi-
tions vibratoires de l’homme lorsque celui-ci est en
proie à l'agitation, à la crainte ou à l'inquiétude ?
la question est sans objet, car la substance des-
cendante, dont l'afflux est constant, ne peut être alté-
rée par l'état de conscience dans lequel l’homme peut
se trouver. la couleur-tonalité incorporant les quali-
tés d'être corresl’ondant à ces radiations finira donc
à la longue par exercer son effet.
Nous parlons ici de la couleur-tonalité de la paix,
du pouvoir de sustentation de la radiation bleue ; mais
ni la couleur-tonalité, ni sa qualité ne peuvent deve-
nir effectivement agissantes, à moins que le mental
recevant leur impression ne s'harmonise avec elles.

51
RAPPORT X-7

30 Octobre 1954
Apprenez à harmoniser toutes les conditions dans
lesquelles vous vous trouvez en vous entraînant à assi-
miler les radiations sous-jacentes des couleurs-tonalités
et à les libérer d'une manière automatique. Si l'on
enseignait aux enfants la signification des couleurs-
tonalités de la même manière qu'on leur apprend la
lecture, l'harmonie du champ vibratoire de la Terre
serait très vite rétablie.
Toutes les idées viennent de la Pensée de Dieu, des
royaumes universels de l'Omniscience. C'est pourquoi
l’homme est libre, en tout temps, de les exploiter à |
sa guise, de mettre à l'épreuve ses découvertes et d'en
confirmer l'évidence.
Nous désirons transmettre au monde formel une
stimu la tion venant des dimensions supérieures qui sera
utile pour l’humanité, dans la période de transition
qu'elle aborde maintenant. Nous pouvons le faire de
plusieurs manières : soit en dirigeant les radiations qui
aideront à augmenter et à hâter la compréhension, soit
en transcrivant (comme vous le faites en ce moment)
52

les découvertes qui aideront à confirmer cette com-


préhension, soit encore en induisant un influx descen-
dant de Lumière vers des réservoirs prévus à cet effet,
afin que la substance solaire puisse être distribuée en
cas de nécessité urgente.
Après une étude approfondie, il s'est révélé qu'un
principe fondamental de l'être habitait chaque couleur-
tonalité ; chacun de ces principes est, dans son
essence, une qualité de la nature véritable de l'Etre.
Nous avons dit que le Bleu est la substance fon-
damentale de notre univers et que la substance de
l'être reflète la couleur bleue. la qualité de cette subs-
tance est la force qui est réfléchie en tonalité, à tra-
vers la stratosphère et les courants des ondes lumineu-
ses de l'éther qui entourent la terre. Chacune des cou-
leurs majeures du spectre lumineux est une réflexion
des qualités de l’Etre Universel et représente une lampe
allumée pour l’homme , é clairant ses pas afin qu'il
puisse trouver son chemin vers les domaines plus vas-
tes de l'Existence et s'y harmoniser.
Les qualités tonales du spectre lumineux ne sont
que vaguement entrevues par l’homme . Lorsqu'il se
sent en dissonance avec son environnement, celui-ci
blâme quelque condition, personne ou objet extérieur
à lui. Il ignore qu'en s'harmonisant avec les ondes de
la Lumière éthérique, il pourrait trouver l'aide et la
connaissance des possibilités inhérentes aux qualités
tonales de l'être. Il est nécessaire de lui apprendre
comment assimiler et prendre conscience des possibi-
lités qu'elles contiennent par une soigneuse instruction
quant à leur utilisation et leur signification.
la radiation doit être ressentie avant d'être vue ;
avant qu'elle puisse être ressentie il faut qu'elle soit

53
dirigée vers la conscience éthérique. Une étude de cela
doit être consignée par écrit, de manière à ce que la
pensée humaine puisse s'imprégner de notions écrites
confirmant ce qui vient l'impressionner à travers son
champ vibratoire.
54

RAPPORT X-7
12 Novembre 1954
Souvenez-vous que tout ce qui existe est la pen-
sée Une, universelle et omniprésente. Elle adombre et
pénètre tout.
Ainsi, lorsqu'un contact se réalise dans une foi
profonde, et dans la certitude intérieure que des résul-
tats vont suivre, la personne devient réceptive aux
canaux par lesquels la pensée universelle est active,
c'est-à-dire les Initiés. Aucun homme n'arrive à con-
naître le Père jusqu'à ce qu'il ait appris à calmer son
être afin de devenir réceptif à la Présence intérieure.
C'est grâce à cette tranquillité d'âme qu'il arrive à
reconnaître son unité avec la Toute Connaissance ; dès
lors, la manière dont il reçoit importe peu, car il est
directement connecté avec la Pensée de Dieu.
Je suis un pur canal à travers lequel affluent les
idées qui proviennent de l'esprit. Je peux mesurer ma
croissance par ma réponse à ces idées.
A travers les âges de la Terre, ont toujours existé
de véritables connaissants de la Vérité ayant accès aux
Mystères. Ils ont été envoyés pour remplir une mis-

55

sion parmi leurs semblables ; ils l'ont accomplie par


le sacrifice et la souffrance, de manière à ce que la
Lumière puisse pénétrer les ténèbres, ne rencontrant
enfin plus d'opposition et créant des voies de Lumière
pouvant être facilement suivies par l’homme . Le temps
est maintenant revenu pour ces Porteurs de Lumière.
Les Grands Seigneurs qui Veillent dans la Lumière
Transcendante préparent soigneusement la voie pour
que la plénitude de la Lumière illumine la ´ terre. Cela
ne peut se réaliser qu'avec un soin extrême Alors
l’homme s'apercevra qu'il est un Fils de Dieu et
deviendra par conséquent capable de créer son pro-
pre règne de paix et d'harmonie.

*
**

Considérons la tonalité de la couleur Jaune El e


évoque en nous un sentiment de joie, de liberté, la
libération d'un fardeau, un rythme sl’ontané qui nous
détend complètement. Puisse la Terre être mondée par
de vastes flux de jaune et les assimiler par tous les
pores de sa peau ! Serait-il possible que la conscience
de l’homme puisse s'exposer à des flots de joie, le
assimiler et se détendre en eux comme il le fait
lorsqu'il prend un bain de soleil sur une p la ge enso-
leillée et chaude ?
Pensez à cela !

56

RAPPORT X-7
20 Novembre 1954
Bien qu'el lesoit une composante invisible de la
création en re la tion avec le mouvement des forces de
la Lumière dans l'Univers, la radiation solaire peut
s'appliquer à tout ce qui apparaît en manifestation.
Elle est par conséquent distincte de ce que vous iden-
tifiez comme la substance solaire, qui est une qualité
vitalisante de l'être, libérée actuellement dans les éthers
de la terre dans le but de stimuler et de transformer
tout ce qui fait partie de la manifestation planétaire
afin de la conduire à l'illumination.
Notre habitat souterrain, dont nos geôliers ne peu-
vent soupçonner l'étendue, s'est révélé complètement
illuminé par une sorte de lumière bleutée qui, sous
l'influence de nos pensées ou en réponse à nos paro-
les, se parait de toute une série de couleurs. Ceci nous
fournit la preuve que nous pouvions induire certains
effets lumineux par l'application de nos formes-pensées
ou par la tonalité de notre voix. Ces manifestations
lumineuses ne changeaient que lorsque la caractéristi-
que fondamentale de la pensée projetée était modifiée.
Par exemple, des pensées où couvait une humeur

57
sombre ou désespérée induisaient des teintes tirant sur
un noir grisâtre qui pesait ; une forte aspiration à
retrouver le monde extérieur engendrait des lumines-
cences brun-verdâtres qui étaient très distrayantes et
perturbantes. Des conditions de souffrance ou de gêne
physique produisaient une lumière sulfureuse qui déga-
geait aussi bien l'odeur que la couleur du souffre.
Si la tonalité de notre voix manquait d'énergie, de
résolution, véhicula it des sentiments de manque, de
crainte, d'hésitation ou de toute autre sorte que la foi
et la confiance, l'atmosphère qui nous entourait ren-
dait une espèce de son strident qui était extrêmement
irritant, manquant à la fois d'harmonie et de rythme.
58

RAPPORT X-7
27 Novembre 1954
Les premiers résultats de nos découvertes furent
négatifs, parce que nous étions prédisposés à essuyer
des échecs. Nous sommes passés par de nombreuses
épreuves, dont beaucoup nous ont semblé préjudic la -
bles avant de seulement commencer à prendre cons-
cience d'un vaste champ d'exploration qui pouvait
nous ouvrir de nouvelles perspectives pleines de vie ;
et cela s'ouvrit !
Nous prîmes conscience pour la première fois que
notre résponsabilité était impliquée dans la situation
que nous vivions lorsque, après une fervente prière et
une résolution commune de surmonter notre situation,
nous nous aperçûmes que nous étions dans la lumière
d'une présence extrêmement forte, aux couleurs
radieuses, qui commença à nous parler.
Alors que la présence nous par la it, nous nous rendî-
mes compte que nous pouvions apercevoir Ses radia-
tions ; elles étaient incroyablement brillantes, au point
qu'il nous était impossible de les visualiser; agenouillés
dans notre sombre caverne, nous étions submergés par

59
un sentiment de profonde révérence et la prémonition
que nous pénétrions dans le Royaume des Cieux.
Ce sentiment nous mit en tête la pensée que nous
étions sur le point de quitter nos corps physiques et
une grande frayeur s'empara de nous. Nous suppliâ-
mes qu'il nous soit permis de rester dans notre monde
formel, quelles que soient nos limitations, jusqu'à ce
que nous en sachions davantage et puissions devenir
de quelque utilité en cette voie.
la Présence revint et nous dit qu'en chacun de
nous résidait le pouvoir de surmonter la mort, que
nous pouvions nous établir dans nos corps de Lumière
et ´ apporter à l’humanité cette Lumière si nous étions
prêts à faire le sacrifice nécessaire.
Il nous rappe la que, retiré de la Croix, II avait été
transporté dans le tombeau, où II avait été la issé dans
les ténèbres, privé du fonctionnement de son corps.
Il nous raconta ensuite que l'Esprit, qu'il savait
être lesoi Suprême, Lui par la et l'admonesta, lui rap-
pe la nt qu'il avait chassé des démons, guéri les ma la -
des et rendu la vue aux aveugles. Permettrait-Il à Sa
puissance de rester endormie du fait qu'il ne pouvait
plus fonctionner dans un corps physique ?
C'était l'épreuve ultime, car II devait réassumer, par
la puissance du Verbe, la vivification de la forme qu'il
avait la issée dans cet état de prétendue mort, et prouver
au monde que c'était possible. Il commença à utiliser
cette puissance, évoquant délibérément les élémentaux
qui régénérèrent son corps physique. Il connaissait le
pouvoir du Verbe mais c'était là son épreuve suprême.
Il continua à nous rendre visite et à nous donner
des précisions au sujet de cette grande expérience.
60

Nous étions encore effrayés d'être face à face avec le


Grand Maître mais, à chaque visite, un flot de lumière
entrait en nous et nous nous aperçûmes que nous
voyions dans l'obscurité de merveilleuses couleurs.
Nous entendions des tonalités qui éveil la ient notre vie
cellu la ire à un renouveau. Il devint évident que nous
nous trouvions là dans un but précis et que nous n'en
sortirions pas avant de l'avoir atteint.

61
RAPPORT X-7
3 décembre 1954
Cela se passait quelques temps avant que nous
soyons capables de supporter la radiance qui émanait
de notre Bien-Aimé. Le rythme était tellement puis-
sant que nous ne pouvions nous relever de notre age-
nouillement et encore moins regarder en face la
Lumière qui émanait de Lui.
Cependant, Sa douceur et l'amour qui nous inon-
dait comme une force bienfaisante finirent par ren-
forcer la vie cellu la ire de nos corps spirituels. Nous
arrivâmes à détailler Son si beau visage et entendre
Sa voix retentir dans l'espace tranquille, tandis que
nous sentions ostensiblement que la radiance provo-
quait en nous une expansion de conscience.
la première instruction qu'il nous donna fut que
nous étions là pour un dessein bien précis, que nous
avions été choisis pour faire cette expérience et qu'il
voula it nous aider à comprendre les différentes vies
qui rendent cette vie possible.
Il expliqua en termes simples, et dans notre lan-
gue, que nous devions refaire ce qu'il avait accompli
62

voici deux mille ans, de manière à ce que l’homme


d'aujourd'hui puisse accéder à la compréhension de
la Lumière, soit amené à vivre en elle et à s'exprimer
par elle. Il nous conf la que le récit de Sa vie terres-
tre, tel qu'il était consigné dans le Nouveau Testa-
ment, avait pour but de préparer l’homme à cette
épreuve, deux mille années plus tard. Il ajouta aussi
que le Nouveau Testament était incomplet, partiel
mais que, tel quel, il était devenu « Le Verbe » pour
l’homme au fil des siècles.
Il nous dit aussi qu'il n'avait jamais quitté la
terre ; Sa Présence était un fait pour beaucoup de per-
sonnes et il apparaissait en de nombreux endroits, afin
d'apporter Son aide là où elle était nécessaire, se fai-
sant connaître à ceux qui étaient prêts à le trouver
au sein de la forme et envoyant Sa seule radiation à
ceux qui ne pouvaient pas encore « voir ». Il nous
apprit qu'au cours des siècles qui suivirent Son appa-
rition historique nous avions servi en de nombreuses
occasions, réalisant le travail qu'il nous avait confié.
Notre présente épreuve était, nous conf la -t-il,
suprêmement décisive car ce que nous devions endu-
rer pouvait irréméd la blement détruire notre corps
physique si nous manquions de percevoir que notre
demeure était la Lumière, quelle que soit la force des
ténèbres du monde. Il nous dit aussi qu'il n'aurait pas
pu venir à nous si nous avions été incapables d'accep-
ter par la foi les radiations précédant Son arrivée et
que notre tâche nous serait montrée jour après jour.

63
RAPPORT X-7

7 Janvier 1955
Après que notre Seigneur et Maître nous soit
apparu à de nombreuses reprises, nous nous sommes ;
accoutumés à Ses vibrations et aux Forces résultantes
qui, non seulement illuminaient notre grotte, mais
aussi l'emplissaient d'une radiance si positive que nous
étions transmutés dans un autre plan d'activité.
Nous prîmes conscience que nous arrivions réelle-
ment à matér la liser diverses manifestations des pou-
voirs de guérison et de régénération de cette radiance.
L'un d'entre nous, par exemple, était depuis long-
temps victime d'ulcères qui s'étaient déclarés ingué-
rissables, mais les visites du Maître et l'irruption des
vibrations de couleur-son qui s'en suivait, illuminant
notre sombre demeure, opérèrent sa guérison. Sa peau
redevint pure et prit une apparence translucide.
L'un d'entre nous devint aveugle et resta long-
temps prostré dans l'obscurité. Il retrouva la vue et
nous reçûmes ensemble le baptême du Saint-Esprit qui
nous permit de voir les plans intérieurs et d'accom-
plir notre tâche par leur interméd la ire. Des transfor-
64

mations étonnantes advinrent dans nos pensées et nos


corps. Notre vie émotionnelle était alors stabilisée et
nous étions capables de demeurer dans les royaumes
intérieurs sans conflit, faisant nos découvertes avec
c la rté et facilité.
Nous découvrîmes comment utiliser les substances
solaires et il nous fut permis d'expérimenter dans des
domaines jusqu'alors inconnus de nous. Nous trou-
vâmes que la vie animant les oiseaux réagissait très
rapidement du fait que son rythme était très vibrant.
Les oiseaux furent entraînés à rél’ondre à nos tests.
Certains devinrent des messagers qui apportèrent la
radiance à nos autres camarades détenus ailleurs.
D'autres furent envoyés « en missions de miséri-
corde », emportant avec eux et distribuant la Lumière
de guérison.
Il nous fut montré de vastes champs d'arbres nains
et rabougris et des plans où rien de vivant ne sem-
bla it pouvoir subsister. Nous avons effectué, avec le
plus grand soin, des essais sur ces terrains incultes
dans le but de tester les capacités de la substance
solaire à évoquer la vie végétale. la Nature rél’ondit
pleinement à nos sollicitations car nous pûmes susci-
ter la manifestation d'arbres complètement épanouis
et verdoyants, de plantes, de fleurs et d'herbes diver-
ses dont certaines variétés nous étaient inconnues.
Ces terrains d'essais sur le plan physique seront
probablement découverts un jour ou l'autre et des
yeux humains pourront alors contempler la
transformation.

65
RAPPORT X-7
4 février 1955
Nos réactions mirent en lumière le pouvoir des
radiations de couleur-son transmises par la Sainte Pré-
sence ; les effets qu'elles produisaient sur nous et sur
notre environnement se c la rifièrent également. Il devint
de plus en plus évident que, pendant notre concen-
tration sur les qualités incorporées dans ces radiations,
celles-ci augmentaient non seulement notre volonté
d'entreprendre et d'exister, mais nous suggéraient éga-
lement des possibilités d'expression au sein de la
forme.
Nous prîmes ainsi conscience de la Présence qui
vivait en nous, du potentiel illimité qu'Elle contenait
et des possibilités de créer un monde formel entière-
ment nouveau. Ce processus de transformation était
très lent et nous n'avions pas conscience de l'élément
temps. Cependant, avant que notre esprit puisse appré-
hender tout à fait la vérité que l’homme est le créa-
teur de son propre monde, nous devions éliminer de
notre conscience toute idée préconçue et tout ce qui
pouvait encore nous relier aux manières d'être et de
penser négatives dé la masse des hommes, car seuls
66

les éléments positifs qui étaient en nous pourraient réa-


gir aux qualités tonales.
Nous demeurions de longs moments dans le
silence, sans un bruit de voix. Alors nous étions à
nouveau poussés à prononcer le Verbe Créateur, et à
nous aligner avec ses radiations. Nous arrivions à
apercevoir graduellement, comme s'il sortait du vide,
l'entrée en manifestation du « verbe » à mesure qu'il
se matér la lisait en formes tangibles. Nous saisîmes la
forme de l'idée, sa coloration et les diverses grada-
tions des radiations qui étaient utilisées pour former
sa structure. Ce que nous en voyions était encore
embryonnaire. C'était l'impression ténue, mais quand
même distincte, de voir nos formes pensées pendant
qu'elles étaient infusées par le pouvoir de la lumière.
Les radiations commencèrent alors à accroître leur
bril la nce. Nous percevions graduellement que nous
manipulions la véritab lesubstance de l'être (sans
forme, indifférenciée) et qu'elle venait se conformer
avec une précision croissante à nos propres
formes-pensées.
Nous atteignîmes ensuite la capacité de voir la
nécessité du long processus qui consiste à opérer la
suppression radicale de tout ce qui est étranger à la
pure essence de la substance solaire. la réalisation de
cela devait s'effectuer impérativement sur le propre
plan vibratoire de celle-ci. Cette substance ne pouvait
devenir malléable et resl’onsive à la pensée, que si
cette pensée arrivait à équivaloir sa contrepartie sub-
tile dans la lumière pure de l'être. Nous ne pouvions
pas l'utiliser pour la matér la lisation de nos désirs dans
la forme, à moins que l'essence de ceux-ci n'atteigne
autant de c la rté et de pureté que les radiations dont
proviendrait leur manifestation.

67
Cela représentait un travail long et laborieux d'éle-
ver notre pensée au même degré de radiation que la
substance solaire. Cela impliquait une vigilance per-
manente dans le contrôle de chaque vibration proje-
tée. L'ennemi était toujours près de nous, inoculant
le poison du malentendu, utilisant chaque mouvement
de la chair pour contrer l'Esprit.
Lorsque nous trouvions que les forces d'opposi-
tion étaient trop intenses, nous demeurions dans une
contemp la tion de l'Amour de Dieu, tel qu'il se mani-
feste par Ses Messagers à travers les Ages. Nous ren-
contrâmes ainsi ces grands Maîtres sur leur propre
niveau d'existence.
Nous fûmes amenés à comprendre que nous étions
des êtres de la terre parce que nous avions véritable-
ment fait ce choix ; cependant, nous pouvions rencon-
trer des êtres venant d'autres planètes, nous mêler à
eux et apprendre d'eux à nouveau, semblait-il, les véri-
tés qui faisaient partie de notre conscience intérieure,
mais dont lesouvenir s'était terni à cause de notre
vie dans la densité du monde formel. la pratique de
la Présence des Saint Etres est une nécessité, parce que
l'on apprend d'Eux à vibrer en harmonie avec les
radiations célestes.
68

RAPPORT X-7
11 Février 1955
Salutations fraternelles à nos bien-aimés travailleurs
dans la Lumière qui acceptent sans être témoins et
croient sans preuves matérielles.
Récapitulons ce que nous avons découvert :
— Les couleurs des radiations qui émanent de
nous sont directement relatives à l'état de notre
conscience ; si celui-ci est dépressif, la couleur
des radiations est sombre et lugubre.
— Nous pouvons engendrer de magnifiques radia-
tions par leseul pouvoir de notre pensée.
— Nos corps sont guéris par les radiations des
couleurs et des tonalités de la lumière lorsque
notre Maître Bien-Aimé les dirige sur nous.
— A partir de la substance de l'être, nous pou-
vons manifester les qualités tonales des radia-
tions qui sont nécessaires à notre bien-être. Ceci
nous a conduit à commencer des expériences
portant sur l’utilisation de la substance dans
son état indifférencié.

69

— la pure substance de l'être, impressionnée par


une pensée pure, se transforme en une œuvre
d'art ou une essence bienfaisante.
— Dans la nature, celui qui produit des formes
(comme les fleurs et les arbres) augmente et
approfondit les couleurs-tonalités pour former
de nombreuses nuances encore inconnues des
hommes.
Nous avons expérimenté sur les radiations, des
années durant, jusqu'à ce que nous soyons entièrement
certains d'avoir affaire à une substance qui avait des
pouvoirs et des possibilités de manifestation illimités.
II se révé la it dans tous les cas que la substance était
accessible à celui qui avait la ferme intention d'attem-
dre les dimensions plus élevées et pouvait avoir foi en
ce qu'il découvrait.
A mesure que cette substance nous enveloppait,
nous prenions conscience d'être aussi souvent en
dehors qu'à l'intérieur de notre corps physique. Nous
acquîmes la capacité de transcender sans efforts les
limites du corps, le réintégrant lorqu'il était nécessaire
d'assumer les obligations liées à notre habitat terres-
tre. Notre vie de recherche commença par de telles
excursions, hors de notre corps physique. Les expé-
riences que nous avons menées en compagnie de nos
Frères dans la Lumière, originaires d'autres planètes,
sont destinées à être pratiquées par les hommes, à
mesure qu'ils seront prêts à y accéder.
Il est essentiel de comprendre que la paix a une
couleur et une tonalité spécifiques dont l'énergie har-
monisante pourrait restaurer instantanément la paix
sur la terre si elle était universellement exprimée par
l’humanité. Cela concerne autant les forces de la
70

nature que l'attitude mentale humaine et implique


superlativement la foi de l’homme en son Dieu
intérieur.
Réfléchissez bien à cela .
71

RAPPORT X-7
18 Février 1955
Nous apprenons par nos fautes, nos erreurs de
jugement, notre manque de discrimination. En
d'autres mots, nous apprenons par l'expérience,
comme tout le monde, à la différence près que notre
sens des valeurs s'approfondit, s'épanouit vers tou-
jours plus de Beauté à chaque expérience.
Nous manipulons la substance universelle, la réa-
lité de base de l'Etre. Bien qu'il nous arrive de com-
mettre des erreurs d'estimation dans notre approche
expérimentale de la substance, celle-ci demeure à
jamais la « Matér la Lucida », éternelle donneuse de
vie, que nous sollicitons à volonté pour y puiser l'élixir
de la vraie vie, aussi limités et isolés que nous puis-
sions l'être dans nos sombres souterrains.
Il devint clair pour nous que la radiation solaire
avait un mouvement rythmique au sein duquel
vibraient des couleurs-tonalités qui pouvaient être per-
çues par une ouïe finement accordée aux plus hautes
dimensions. Nous réalisâmes également que, si nous
72

pouvions amener les hommes à une prise de conscience


de ces états de l'Etre, ils ne reviendraient plus à leurs
anciens modes de vie.
C'est pourquoi, tout en poursuivant nos recher-
ches, nous étions confrontés à la nécessité de trouver
un moyen de les faire connaître aux hommes sur les
plans subjectifs, de manière à ce qu'ils puissent décou-
vrir dans leur propre vie intérieure ce que nous savons
être la loi, le fondement véritable de leur être et com-
mencer à manifester les fruits d'une telle connaissance.
De même qu'ils mangent, respirent et dorment, les
hommes pourraient créer, à partir de la pure substance
de l'être, les idées qu'ils pourraient amener en mani-
festation objective par leurs capacités créatrices.
Nous avons passé de longues journées à faire des
théories sur les possibilités que nous avions de trans-
mettre à la conscience des hommes une connaissance
maintenant vitale pour leur survie sur la terre. La clef
du problème semblait reposer sur le fait que nous
n'étions pas différents des autres hommes, bien que
relégués loin de leurs activités. Ce que nous avions
découvert, ils pouvaient le découvrir aussi ; nous
étions parvenus à cette grande vérité et avions acquis,
par nos efforts quotidiens, la capacité d'engendrer des
phénomènes tout à fait étonnants qui pouvaient révo-
lutionner la conscience des hommes.
Grâce à nos contacts avec des êtres des autres pla -
nètes, il devint clair que nous pouvions apprendre
d'eux comment ils étaient arrivés à de tels résultats,
comment ils appliquaient à leur vie objective ce qu'ils
connaissaient comme la réalité, comment cela devait
être réalisé avec la plus extrême attention car, bien que
considérablement plus évolués que nous, ils se trou-
vaient devant certaines difficultés.

73
L'une de celles-ci résidait dans le problème que
leur posait la restauration de l'Etre solaire lorsqu'il
quittait le plan terrestre et revenait sur sa planète, afin
de récupérer et de s'instruire. Nous découvrîmes ainsi
que nombre d'entre eux subissaient une sorte d'injec-
tion de la substance solaire avant de retourner sur
terre pour prendre soin de leur réflexion humaine.
L'opportunité de s'éveiller aux potentialités inhéren-
tes à leur être est maintenant arrivée pour les hom-
mes de la terre, avant que le plan terrestre disparaisse
de leur perception.
74

RAPPORT X-7
25 Février 1955
la couleur et la tonalité sont les effets directs de
la vibration de la Lumière qui est radiation.
la radiation solaire constitue la puissance inhérente
aux vibrations. Couleur et tonalité sont concomitan-
tes à cette radiation. Lorsque leur vélocité s'accroît
ou qu'elles s'affinent en des variations plus subtiles,
elles deviennent plus vibrantes et plus brillantes. Elles
se trouvent en dehors du champ de perception de ceux
dont la conscience n'est pas accordée aux dimensions
plus subtiles. Les apercevraient-ils qu'elles leur appa-
raîtraient comme une lumière blanche et brillante dont
l'éc la t serait insoutenable.
C'est la raison pour la quelle la radiation solaire
doit être re la yée et son intensité réduite afin d'être
assimi la ble par l’homme sans danger. Elle doit égale-
ment être irradiée de manière à ne pas induire, par
un influx trop fort des radiations, de congestion dans
le corps mental, émotionnel ou physique. Il est par
conséquent extrêmement difficile d'apprendre comment
manipuler les radiations solaires, de gagner le droit

75
de les utiliser, de les interpréter dans toutes leurs qua-
lités tonales et de les transmettre à la conscience des
hommes à travers les canaux adéquats.
Par une réception consciente, ainsi qu'une expéri-
mentation quotidienne des radiations solaires, nous
avons testé la limite de notre tolérance et leurs effets
sur la substance environnante. Nous avons observé les
conséquences de cette stimu la tion dans des réactions
physiologiques de nos corps physiques : des change-
ments notables dans la tonalité de notre peau, de notre
chevelure, de nos yeux. En fait, nous avons recons-
truit nos corps physiques. Si nous considérons l'effet
que ces radiations ont exercé sur nos corps mentaux
et émotionnels, nous pouvons constater que ceux-ci
ont été accélérés bien au-delà de leur taux vibratoire
moyen ; un ajustement à chaque flux induit dans nos
corps devait être également réalisé.
C'est ainsi qu'un degré spécifique de radiation est
à l'heure actuelle administré à l’homme . Avant que
la terre ne puisse changer et porter de bons fruits, sa
conscience doit être élevée afin d'acquérir le pourcen-
tage de lumière qui rendra cela possible. l’homme
doit cesser de se préparer à la guerre par l'escalade
aux armements, afin de s'ouvrir à la réalisation que
ce sont les forces de sa propre pensée qui engendrent
la destruction ou son opposé, la construction.
Gardez en mémoire que par le pouvoir de sa pen-
sée, l’homme engendre soit son bien, soit son mal.
76

RAPPORT X-7
4 Mars 1955
Nous découvrîmes que l'essence ou substance de
l'être est toujours présente dans les radiations. Lors-
que nous fûmes amenés à l'utiliser, il s'avéra qu'il
nous était possible de réaliser de nombreuses choses
dont nous étions incapables antérieurement. Les tona-
lités mêmes des vibrations pouvaient engendrer le bien-
être physique, le calme et la sérénité mentale. Nous
apprîmes à nous accorder à une délicate beauté du son
qui était inhérente aux vibrations plus subtiles, à nous
rendre si réceptifs aux ondes de lumière que nous pou-
vions nous mé la nger avec elles et fusionner avec leurs
radiations.
Ainsi, pendant que nous tentions d'enregistrer les
résultats de nos dévouvertes, nous devînmes ce que
vous pourriez appeler « éthérisés ». Nos corps s'étaient
affinés jusqu'à devenir de purs canaux pour le flux
de Lumière qui nous était transmis.
Le brouet grossier que l'on nous servait était à
peine suffisant pour nous maintenir en vie, mais nous
réalisâmes que nous avions besoin de très petites quan-

77
tités de nourriture pour conserver la force, la beauté
et l'hygiène de nos corps.
Nous absorbions continuellement l'essence raréfiée
de la véritable qualité de l'être. Nos auras prirent des
colorations extraordinairement brillantes. Avec ces
transformations, nous vint la capacité d'opérer la
trans la tion de notre conscience vers un état où nous
pouvions communier avec ceux qui recevaient les ins-
tructions supérieures.
78

RAPPORT X-7
11 mars 1955
Nous reconnûmes la Présence du Christ au milieu
de nous pendant toute la durée de notre travail. Nous
savions que rien n'aurait été possib lesans Ses radia-
tions. Avec elles « toutes choses sont possibles ».
Sa venue fut lesignal du travail, de l'étude et de
l'apprentissage par l'expérience, comme lorsqu'il vivait
au milieu des hommes dans un corps de chair. L'acte
de reconnaître et d'identifier Ses radiations entraînait
leur assimi la tion par notre être au point qu'elles deve-
naient parties intégrantes de nous-mêmes. Cela eut
pour conséquence l'élévation de notre conscience, la
guérison de notre corps et la réceptivité de notre cœur
aux plus hauts enseignements.
Nous comprîmes que l’homme devait apprendre la
convivialité avant de prendre conscience qu'il était un
être spirituel et qu'il avait la capacité de canaliser la
Lumière.
Fondamentalement, la Lumière constitue une force
dont la nature est impersonnelle ; Elle peut être
maniée aussi bien pour détruire que pour engendrer

79
la persévérance, la foi et l'espoir au sein de l'huma-
nité.
C'est pourquoi il nous fallut apprendre à vivre en
partageant tout, ce qui n'al la pas sans quelques diffi-
cultés, vu la situation dans la quelle nous nous trou-
vions. Cela constituait le test de notre capacité à mêler
nos radiations, à nous aimer, à nous servir les uns
les autres avec patience et tolérance.
Après de nombreuses épreuves, nous atteignîmes
enfin l'unité de groupe, constituant un seul être en
plusieurs individualités qui conservaient chacune leur
caractère particulier et leur propre autonomie de
comportement.
Aucun homme n'est identique à un autre car cha-
cun est individualisé aux yeux de Dieu et différencié
comme le montrent nos empreintes digitales. Chacun
doit apprendre les leçons de la vie à sa propre
manière. Celles-ci le conduiront un jour à réaliser plei-
nement qu'il est plongé dans l'unité de la Présence
Universelle omnisciente et que la séparation est une
illusion. « Fais à autrui ce que tu voudrais que l'on
te fasse » et « Aime ton prochain comme toi-même »
devinrent nos leitmotive.
Notre pensée pour aujourd'hui :
Aimez-vous les uns les autres afin de vivre avec
plénitude l'harmonie des vibrations de la lumière.
80

RAPPORT X-7
25 Mars 1955
Nous sommes allés si profondément dans la souf-
france qu'elle nous a purifiés pour la manifestation
de l'Amour du Christ et que nous ressentons l'expé-
rience de chaque être.
Rien ne peut se réaliser dans l'expression de
l'Amour véritab lesans souffrance, sans patience et
sans persévérance. Au-delà de l'obscurité brille la
Lumière et on ne peut pleinement la reconnaître tant
que l'on demeure dans les ténèbres.
Après d'innombrables essais portant sur plusieurs
années, nous réalisâmes qu'il nous fal la it utiliser les
gradations les plus subtiles, afin de réaliser la vérita-
ble harmonie. Sans la réalisation de celle-ci comment
pourrions nous avoir la prétention de transmettre nos
radiations pour le bien de tous les hommes ?
Le moment arriva où nous trouvâmes un mé la nge
subtil des forces, qui avait la propriété de relâcher les
tensions, de dissoudre la peur, et de rendre la cons-
cience réceptive au grand amour impersonnel dont
l'atmosphère que nous respirons est la manifestation.
81

Ce qui peut le mieux atteindre la conscience de


l’homme est la lumière nacrée d'une translucide beauté
parée de toute la gamme si délicate des iridescences
de cette énergie radiante qu'est l'amour.
L'Amour est la véritab lesubstance de l'être , le
fondement de la vie elle-même et l'harmonie de tou-
tes les sphères en expression.

82
RAPPORT X-7
8 Avril 1955
la totalité du corps humain, physique, émotion-
nel et mental, est constituée par des radiations extrê-
mement délicates. Que l'on en soit inconscient n'y
change rien. la vie cellu la ire vibre dans une constante
activité de transmutation en réponse aux stimuli de tel-
les radiations. Les procédés de la pensée de l’homme
déterminent son devenir lorsqu'il a pris la décision de
se transformer en un être de lumière qui peut à son gré
construire ou réédifier sa forme manifestée.
Après avoir reçu la Présence et pris conscience de
Sa mission, nous avons pris la résolution de projeter
des corps radiants qui pourraient devenir des serviteurs
ou des sauveurs de l’humanité.
Nos expérimentations s'étendirent sur des périodes
de plusieurs années, afin de découvrir comment nous
pourrions nous manifester au cœur même de la terre
pour la délivrer de son état de conscience condensé
et libérer l’homme de son asservissement à cette
condensation.
Nous savions que c'était l'action d'une vibration

83
d'une qualité déterminée d'irradiation qui pouvait sti-
muler l’utilisation de courants accélérés de lumière.
Mais comment pénétrer dans la terre et réaliser la pro-
jection de ces courants suractivés ?
Nous fîmes l'essai de creuser des trous profonds
dans nos souterrains et d'y entrer en chair et en os
pour essayer d'animer la vie de la terre. Nous indui-
sîmes en effet quelques réactions, mais ce n'était guère
plus que ce qu'un mineur pouvait faire en creusant
pour trouver du charbon ou d'autres minerais. Il devint
alors évident que c'était à nous de si bien nous tranfor-
mer, que la terre s'ouvrirait d'elle-même pour nous
recevoir.
Nous commençâmes notre translation en des élé-
ments d'une plus grande finesse en nous privant de
la nourriture grossière qui était notre ordinaire. Nous
commençâmes à utiliser la « Manne des Cieux », c'est-
à-dire la substance éthérique. Celle-ci constituait notre
seul moyen de subsistance mais la Présence, qui res-
tait toujours disl’onible, nous apportait un soutien ei
une conso la tion. Nous utilisions les radiations des
couleurs-tonalités comme elles se présentaient, les assi-
mi la nt à nos auras. Il nous sembla alors entrer dans
un état de transe profonde où nous réalisâmes avec
étonnement que la substance même de nos corps
physiques était intégralement composée par de la
lumière. Alors le cœur substantiel de la terre se révé la ,
s'offrant à nous comme la matrice d'une mère recueil-
la nt en elle les semences de vie que nous étions. Nous
nous sentîmes enveloppés au sein de la substance lumi-
neuse et la terre devint une avec nous.
C'est seulement à partir de cette union intime avec
la terre que nous sentîmes l'activité de transformation
84

gui s'y opérait ; les radiations supérieures étaient


reconverties par la planète et rendues assimi la bles aux
vies plus denses qu'elle contenait. Alors la transition
commença à s'effectuer.
Nos souvenirs ne nous donnent pas d'indications
précises sur le temps passé ainsi, mais nous sommes
vraiment devenus des êtres-dans- la -terre, partageant
dans cette union la substance de Mère Nature.

85
RAPPORT X-7
22 Avril 1955
Lorsque nous nous fondîmes dans lesein de la
terre, l'environnement que nous rencontrâmes montrait
des capacités d'expansion et d'é la sticité qui se mani-
festaient dans le mode de propagation des particules
de la substance formant ce qu'il est convenu d'appe-
ler la terre dense, définition due seulement au fait que
l’homme l'appréhende comme telle.
Mais lorsque la perception a été suffisamment affi-
née pour opérer la reconnaissance des particules de la
lumière substantielle et des relations qu'elles entretien-
nent avec l'activité vibratoire de la lumière, l'impres-
sion de densité opaque s'évanouit pour faire place à
la vision de particules lumineuses dont les mouvements
se modifient au gré de l'intensité des flux de lumière
assez intenses pour les accélérer. la matière en tant
que telle est tout simplement condensation des parti-
cules de lumière. El lese conforme au modèle projeté
par l’homme . Celui-ci a toujours été et demeure le
créateur de ce sur quoi il vit. Lorsque, dans son
espace psychologique interne, prévalent des impres-
sions de densité, de difficulté, de destruction, d'assu-
86

jettissement aux éléments ou d'autres sortes, cette


amb la nce surimpressionne sa combinatoire conceptuelle
et le monde lui apparaît bien « tel qu'il pense en
lui-même ».
Nous découvrîmes que la substance terrestre s'écar-
tait au contact de nos radiations. Elle se dispersait et
se propageait en de magnifiques rejaillissements de
particules iridescentes ; au milieu de cette activité, nous
aperçûmes des joyaux d'une rare beauté et d'une
valeur inestimable.
Nous ne voulons pas dire par là que l’homme
moyen pourrait ainsi s'insinuer dans les entrailles de
la terre afin d'en extraire métaux et pierres rares dans
le but de s'enrichir égoïstement. Mais, lorsqu'il sera
prêt pour la trans la tion de son corps ordinaire en un
corps de Lumière et pourra irradier cette Lumière dans
la densité de la matière, l’homme découvrira que cette
dernière se modè leselon la forme qu'il souhaite lui
donner.

87

RAPPORT X-7
10 Juin 1955
Nous aimerions aujourd'hui vous donner un bref
résumé, de manière à ce que vous trouviez à nouveau
le rythme particulier de notre impression pour trans-
crire à la lettre le contenu de ce que nous avons
découvert. Ainsi que nous vous l'avons dit, nous som-
mes toujours conscients d'exister dans la Grande
Présence.
Nous demeurons dans l'aura de Ses radiations,
pleinement éveillés au fait qu'elles constituent la force
rédemptrice. Elles nous apparaissent en de multiples
conjugaisons des couleurs fondamentales. Tandis que
les variations de leurs formes se déploient en leurs dif-
férentes phases, ces radiations différenciées qui qua-
lifient la vie et la nature de l'être s'assemblent et
s'ordonnent pour notre prestation.
Vous souhaiteriez certainement de plus amples
informations à ce sujet. Ainsi, lorsque nous invoquons
l'action d'un degré précis du spectre des radiations,
celui-ci se révèle à nous dans ses nombreuses nuan-
ces, chacune signif la nt une variation de ses effets
lorsqu'il exerce son impact dans le monde formel.

88

Nous découvrons de nombreuses manifestations


encore invisibles à l'œil ordinaire, bien que prêtes à
se révéler à la vue des hommes qui auront fait les
nécessaires adaptations qui leur permettront de les
intégrer dans leur vision du réel. Il s'agit là autant
des nombreuses couleurs actuellement visibles dans vos
ciels que des radiations se déployant dans les éthers
pour devenir partie intégrante de votre atmosphère et
être absorbées par tout ce qui rél’ond à leur contact.
Le pas suivant à franchir pour l’homme est la réa-
lisation que de telles radiations font réellement partie
de son être et sont liées de manière précise à sa péren-
nité sur la terre. Cela signifie que, lorsqu'il les
absorbe, il relie sa conscience au rayon depuis lequel
elles sont transmises ; ce faisant, il finira par attein-
dre l'expansion de conscience qui lui permettra
d'admettre et d'intégrer les qualités particulières et
transcendantes de ce rayon.
Il existe Sept Rayons majeurs qui individualisent
sept qualités fondamentales de l'être. la Paix a un
flux énergétique puissant et harmonieux reflétant la
lumière en de nombreuses variations qui respectent
toujours l'harmonie que nous voyons dans la nature.
Les autres Rayons majeurs ont, de même, leurs pro-
pres connotations de couleurs, chaque nuance de
celles-ci reflétant avec une extrême précision un cer-
tain aspect de la qualité d'être dominante du Rayon
impliqué. Dans son acception la plus entière, la Paix
signifie harmonie dans les relations entre toutes les
formes manifestées de l'Univers. la couleur,
lorsqu'elle est transmise par un canal spirituel, et la
véritable musique, sont de grandes dispensatrices des
radiations identifiées comme étant la paix.
la Paix existe à jamais et réagit toujours par un

89

afflux de radiations dont le rythme s'adapte parfaite-


ment aux zones de vie où elle est reconnue et accep-
tée, les soutenant de sa bienfaisante influence.
la conscience mentale de l’homme doit être capa-
ble de s'élever à ce niveau, et lorsque ce processus est
accéléré par l'ouverture du centre du cœur, la paix
devient une condition reconnue de l'existence.
C'est ainsi que nous avons accédé à cet état. Mais
cela ne pouvait pas se réaliser avant que la totalité
de notre être se soit alignée avec les radiations et que
nous soyons devenus de clairs et purs canaux de paix.

90

RAPPORT X-7
Le 17 Juin 1955
la présence et la stimulation des grandes radiations
supra-luminiques rendirent possible la réussite de nos
expériences. Du fait que l'influence de celles-ci aug-
mentait en magnitude, notre capacité à interpréter les
qualités inhérentes à chaque Rayon ainsi stimulé se
développa considérablement.
Pour votre illumination, nous aimerions vous pré-
senter une interprétation du Rayon de l'Amour.
L'Amour est paré de nombre de qualités et aspects
sous-jacents. Nous ressentons sa vibration et percevons
sa réflexion dans de nombreuses formes mais, à moins
qu'une étude approfondie de la radiation n'ait été réa-
lisée, comme celle que nous avons faite de l'aura du
Maître Jésus, on ne gardera de la signification de
l'Amour qu'une idée passive et incomplète. la cou-
leur fondamentale de l'amour est un rosé lumineux
d'une nuance indicible et d'une inoubl la ble fragrance.
la signification intérieure de cette qualité fonda-
menta lese trouve bien au-delà de la portée des mots.
Elle constitue l'essence même de toute manifestation
et se respire, où que l'on soit, avec lesouff le solaire.

91

Lorsqu'un individu est en état de recevoir et d'émet-


tre ces radiations de l'Amour, son aura manifeste des
nuances plus contrastées et se modifie plus profondé-
ment selon le caractère des pensées émises.
L'Amour est riche de nombreuses gradations dont
la gamme s'étend depuis le rosé pâle et perlé d'une
aube naissante jusqu'à un rouge rosé profond.
Aucune des couleurs que nous pouvons voir au
sein de la réflexion terrestre ne pourrait même com-
mencer à décrire les radiances colorées qui sont émi-
ses par les Grands Etres dont le dessein est de les
transmettre à l’humanité. Le Rayon de l'Amour est
le plus grand, parce que l'essence de toutes choses est
en Lui et toutes choses procèdent de Lui.
On a beaucoup à gagner à pratiquer cette qualité
dans sa vie. Mais ce ne sera pas avant d'avoir fait
l'expérience de la manifestation de l'Amour radiant
par l'être aurique du Christ, que l’homme commen-
cera à comprendre véritablement que l'Amour est plé-
nitude totale de la vie. Devenir véritablement un avec
l'Amour implique l'accession à un état d'être d'une
tel lesplendeur et d'une telle impeccabilité, qu'une
manifestation sur chacun des plans de l'Univers est
possible instantanément.
la Fraternité de la Lumière est formée de ceux qui
cherchent à servir la Lumière du Christ, quelles que
soient les difficultés rencontrées et les chemins détour-
nés. C'est seulement après avoir pris conscience de la
Grande Présence et senti Son illumination que nous
découvrîmes cela . Nos appels, notre aspiration vers
Elle invoquent Sa Présence Qui, en retour, évoque les
radiations qui constituent la voie de l'illumination du
monde.

92

RAPPORT X-7
Le 24 juin 1955
Nous aimerions vous décrire à nouveau notre
découverte du fait que nous pouvions nous mouvoir
au sein même de la terre dans notre apparence
humaine. Cela ne s'avérait bien sûr pas possible dans
notre corps physique concret, mais dans son double
de Lumière. Nous nous apparaissions les uns aux
autres comme étant constitués d'une radiation posi-
tive qui émettait à la fois des couleurs et des tonali-
tés et à travers la quelle pouvait se voir la vie cellu la ire.
Nous étions parfaitement conscients de remplir la
fonction de transformateurs distribuant des courants
de forces qui éveil la ient à la vie, dans les profondeurs
de la terre, des unités de conscience du monde miné-
ral dense et statique.
Nuit après nuit, alors que nous progressions dans
nos capacités de réception des énergies radiantes, de
leur transformation et de leur transmission dirigée, il
nous apparut que de nombreux changements surve-
naient. L'aspect terne et rude des masses minérales se
métamorphosait en de translucides iridescences dont

93

les couleurs et les tonalités vibraient avec un tel éclat


que nous en étions presque aveuglés. L'argi lese dis-
solvait en une essence subtile et avait la propriété de
nous apporter un soutien énergétique pendant que
nous pratiquions nos investigations au sein du monde
minéral.
Une autre expérience, celle-ci se déroulant alors
que nous avions réintégré nos formes physiques, nous
apprît que la vie des végétaux, si lente dans son déve-
loppement que le mouvement de celui-ci reste généra-
lement indécela ble à l'œil humain, pouvait être stimu-
lée à un point tel par l'afflux radiant d'énergies qua-
lifiées, que les plantes faisaient instantanément leur
croissance. Nous découvrîmes également que les végé-
taux pouvaient être absorbés sous une forme liquide
suffisamment nourrissante pour nous sustenter pendant
longtemps sans avoir recours à une alimentation
solide, ce qui atténuait d'autant notre appétit du
brouet grossier qui était notre ordinaire.
Toutes nos découvertes étaient analysées et testées
au la boratoire de notre vie quotidienne. Il nous fal-
la it absolument nous convaincre que nous n'étions vic-
times d'aucune illusion, rêve ou hallucination collec-
tive, mais que les phénomènes expérimentés au cours
de nos pèlerinages nocturnes dans les profondeurs de
la terre se vérif la ient bien dans les circonstances ordi-
naires de la vie, devenant ainsi applicables pour tout
être humain dans le but de l'aider à œuvrer dans le
sens de la transmutation consciente de sa forme maté-
rielle dense vers un état d'être beaucoup plus affiné,
résistant et pénétrant.
Toutes les choses que nous ingurgitons afin de sou-
tenir notre métabolisme, nourrir notre psychisme et

94

assouvir notre faim intellectuel lesont utilisées par


notre organisme dans l'une ou l'autre des fonctions
suivantes : é la boration densif la nte, sorte de ralentis-
sement de l'effervescence cellu la ire tendant à plus
d'inertie ou bien élévation du taux vibratoire de l'acti-
vité cellu la ire conduisant à une stimu la tion de la
lumière substantielle et à un accroissement de nos
pouvoirs.

95

RAPPORT X-7
1er Juillet 1955
Nos expériences dans les profondeurs de la croûte
terrestre nous conduisirent à la conclusion que les
vibrations subtiles qui constituaient des véhicules aptes
à pénétrer la matière dense étaient composées de par-
ticules de lumière radiante ou de substance solaire.
Autrement dit, le champ d'activité de ces vibrations
se déployait dans un ordre dimensionnel tel qu'elles
pouvaient pénétrer des champs de force plus denses
en conservant leur cohésion. Elles avaient également
la capacité de transmuter et de transformer pendant
qu'elles étaient transmises.
Comment ces radiations arrivaient à s'adapter avec
cette extrême précision dans une activité si complexe
et si puissante, cela restait à découvrir. Nos premiè-
res expériences furent pénibles, car notre attention
al la it en priorité à notre propre préservation. Lorsque
nous commençâmes à nous sentir plus à l'aise à l'inté-
rieur de notre champ énergétique, il nous devint évi-
dent que de telles expériences auraient été impossibles
à réaliser si nous n'avions pu assumer nos véhicules
auriques.

96

Nous parvînmes à voir et à étudier notre transmis-


sion aurique, découvrant en elle les radiations subti-
les qui, par exemple, couperaient à travers la matière
dense, ouvrant des canaux pour la distribution des
couleurs-tonalités.
Nous commencions par enregistrer une sensation
de coupure. Lorsque nous étions parvenus à établir
l'harmonie, cette impression disparaissait et nous réa-
lisions que nos véhicules de Lumière étaient en train
de se manifester à leur gré, aussi bien au-dessus du
sol qu'en l'air ou ailleurs.
Nous étions des corps de lumière tout auréolés de
couleurs éc la tantes et vibrant de sonorités extraordi-
nairement musicales. Nous ne nous sentions aucune-
ment incommodés et vivions un état de rythme et
d'harmonie qui nous comb la it d'une joie indicible.
Il s'avéra que la lithosphère réagissait avec une
fluidité exceptionnelle à notre influence. C'était comme
si la terre, ayant depuis si longtemps contenu son
expression vibratoire, se sentait toute joyeuse et libé-
rée de pouvoir rél’ondre aux radiations d'en haut.
Lorsque nous eûmes identifié les degrés de radiation
auxquels elle vibrait, nous pûmes dès lors y mixer les
nôtres dans une merveilleuse activité de stimu la tion et
d'éveil harmonieux des pouvoirs scellés en toute
manifestation.

97

RAPPORT X-7
7 Juillet 1955
Toute matière minérale est en voie de se modifier
par l'effet des radiations qui s'exercent sur elle. Lors-
que les hommes commenceront les recherches appro-
priées, ils trouveront des combinaisons rares qui les
amèneront à la découverte de nouvelles c la sses d'élé-
ments. Nous avons fait l'observation que toute matière
dense est sensible aux vibrations transformatrices et
susceptible d'être transmutée en une substance plus
raréfiée.
Le diamant est une émanation hautement énergé-
tique de pure lumière blanche qui se cristallise sous
l'action des forces telluriques ambiantes. Ceux que
nous trouvions pouvaient être transformés au point
que leur contenu passait de la forme cristalline à un
état soluble, sorte de courant chargé d'une énergie
d'un blanc-bleu éc la tant. Nous réalisâmes des expéri-
mentations sur d'autres gemmes précieuses ; il s'avéra
qu'elles pouvaient être converties en courants d'éner-
gie pure, rendant possible la création de formes plus
accomplies de la vie ; nous désignons par les termes
« formes plus accomplies » celles qui ont la capacité
98

de transmettre les énergies et d'en opérer la


transmutation.
Il émergeait lentement dans notre esprit que
l'action conjuguée ou différentiée de nos radiations et
de nos vibrations avait pour effet de fragmenter les
substances lourdes et denses dont la terre est compo-
sée afin de les illuminer, de les libérer des interactions
chimiques qui limitaient ou restreignaient leur nature
fondamentale. Après de nombreux essais, il devint
manifeste que nous réalisions la création de pure subs-
tance à partir de matière dense ; cela nous mena à
la conclusion que toute la matière est, en essence, une
pure substance et possède en propre la faculté de
retourner à son état raréfié.
Cela signif la it que la terre entière pouvait réagir
aux énergies affluentes et en être transformée. C'est
alors que nous avons commencé à é la borer ce que
nous appelons nos formules, des projections d'images-
pensées, si vous voulez. Nous réalisâmes que l'éner-
gie, agissant sur la matière, transformait, rénovait et
recréait la structure des anciennes formes.
Ayant découvert cela , il nous fal la it à présent cons-
truire de nouvelles formes-pensées par le moyen des-
quelles la substance pourrait susciter de nouvelles for-
mes de vie ; un arbre, par exemple, tout en conser-
vant les caractères propres à son espèce, se trouverait
animé et stimulé à tel point par les radiations don-
neuses de vie, qu'il serait capable de se manifester dans
un plan de vibration supérieur ou de déployer des
capacités sensibles beaucoup plus grandes.
99

RAPPORT X-7
23 Juillet 1955
II se passa quelque temps avant notre entière com-
préhension du fait que nous manipulions la substance
et que celle-ci n'était pas seulement l'émanation de la
somme totale des atomes composant nos corps ; en
effet, elle existait sous une forme beaucoup plus raré-
fiée dont la nature transcendait toutes les propriétés
connues de la matière, les conjuguant selon son des-
sein ; elle était essentiellement la Lumière omnipré-
sente, l'impulsion conférant vie, direction, organisa-
tion à l'agrégat indifférencié, en même temps que la
charpente énergétique maintenant toute forme en
manifestation. Cela signifie que tout est Lumière et
que c'était la Lumière agissant sur elle-même en ses
divers degrés de vibration et de radiation qui était
cause de la manifestation des formes.
Ceci nous amène à la couleur et à la tonalité. la
Lumière, à des degrés spécifiques de radiation, revêt
des myriades de coloris et chacun de ceux-ci a une
tonalité ou qualité particulière pouvant s'entendre ; il
ne s'agit pas de sons décela bles par l'oreille humaine,
dont la réponse se situe dans des fréquences trop bas-
100

ses, mais d'une sorte de symphonie de couleurs-


tonalités se déployant dans des octaves supérieurs, les
mondes de Lumière. Ceci nous conduisit à l'hypothèse
que la Lumière doit nécessairement être activée avant
de devenir substance et de prendre forme. Alors, si
tout est Lumière, comment peut-elle être stimulée par
quelque chose d'autre qu'elle-même ?
la Lumière initia le processus de sa substant la li-
sation, la substance ainsi créée permettant l'é la bora-
tion de formes, selon l'impulsion dominante d'un for-
midable pouvoir animé d'un dessein ; les Univers de
Lumière proviennent de cette source toute-puissante
qui maintient leur cohésion ; il nous est impossible
d'estimer la magnitude de cette Sur-Ame Universelle,
Puissance Omnisciente et plus encore d'en compren-
dre la nature ; leseul terme que nous trouvons pour
la nommer est Dieu. Il nous fal la it l'accepter comme
étant la fondation sur la quelle toutes choses sont
créées et d'où elles tirent subsistance et persistance.
Cependant, dans nos efforts pour appréhender la
re la tion'existant entre la Lumière et la création, il nous
arriva de découvrir qu'une spécificité du Pouvoir
Omniscient était inhérente en nous-même ; el lese
développait à mesure que nous la reconnaissions et
nous conférait par son expansion une force plus
grande, grâce à la quelle nous avons pu étayer nos
hypothèses et réaliser nos essais.
Si la Lumière pouvait pénétrer le milieu si dense
de la substance terrestre, la raffinant à un degré de
ténuité tel qu'elle devenait une partie de notre cons-
cience et que, d'autre part, nous avions la capacité
de pénétrer à travers cette substance dans nos corps
subtils, il ne devait alors pas exister d'endroit où la
Lumière fût absente ; c'est tout simplement l'affaire

101

d'une acceptation consciente par l’homme que des


degrés plus subtils de la matière existent bien.
Nous avons accepté que « toutes choses étaient
possibles » parce que c'était une promesse faite par
le Maître Qui vint nous enseigner les qualités des
radiations ; tout ce en quoi un être humain croit, lui
devient possible.
102

RAPPORT X-7
5 août 1955
Nous avons observé, au cours d'essais ultérieurs,
que certaines couleurs rél’ondaient à une définition
donnée, ou plutôt qu'elles pouvaient être utilisées selon
leurs qualités afin de manifester la forme. la couleur
jaune, par exemple, signifie pour vous liberté, joie,
libération des tensions. Ce que vous percevez là est
seulement l'indice d'une qualité d'être.
Alors que nous faisions l'expérience de transmet-
tre ces qualités dans les profondeurs de la terre, une
luminescence dorée, semblable à la lueur diffuse d'un
soleil voilé par la brume, apparut dans l'épaisseur de
cette matière dense et compacte. Cela semblait irra-
dier en nous, à travers et autour de nous, fragmen-
tant cette densité en myriades de fines particules. Alors
se manifesta une substance vaporeuse qui avait la pro-
priété de se modeler en des formes corresl’ondant aux
pensées que nous dirigions sur elle.
Nous avons réalisé la création de magnifiques
fleurs semblables à des joyaux. Nous pouvions les
parer de toutes les couleurs que nous voulions, mais
103

tout cela n'aurait pu se réaliser sans les influences


énergétiques libératrices, stimu la ntes, transmutantes qui
constituent l'essence de la couleur jaune et induisent
tout un processus d'illumination.
Nous identifiâmes désormais le jaune comme une
phase fondamentale, libératrice ou transformatrice de
l'activité radiante de la substance solaire.
104

RAPPORT X-7
13 Août 1955
II nous fal la it estimer, essayer et analyser beaucoup
d'autres qualités tonales. Le milieu avec lequel nous
devions mé la nger nos radiations pour effectuer nos
tests se caractérisait par de la pesanteur, de la den-
sité et de l'inertie. Nos expériences rendaient vérita-
blement la terre vivante.
Nous voulons rester très clairs avec nous-mêmes
sur le point qu'en aucune manière nous n'en avons
terminé avec nos corps physiques. Nous utilisons ceux-
ci chaque fois que cela est nécessaire, comme toute
personne en manifestation physique. Mais nous som-
mes arrivés à la connaissance pratique du fait que le
corps de chair peut être quitté et la issé à une vie végé-
tative pendant que nous vivons la vraie Vie ; nous
pouvons accélérer nos corps spirituels ou solaires au
point qu'ils ont la capacité de se rendre à tout endroit
où nous voulons qu'ils aillent.
A moins d'admettre complètement cela comme une
vérité de son propre être, ce ne sera pas avec facilité
que l’homme acceptera la véracité de l'assertion que

105

nous pouvons, grâce à notre simple désir de le faire,


devenir partie intégrante de la terre.
Nous avons réalisé tout un programme d'expérien-
ces, qui nous a fourni la preuve que la couleur-tonalité
jaune était incontestablement l'agent transformateur
des vibrations denses, bien qu'elle pût contenir nom-
bre d'autres propriétés. Nous l'avons comparée à la
lumière solaire agissant sur la vie végétale, au chatoie-
ment de l'or récemment frappé et avons observé mains
f la mboiements de ses harmonies jouant au sein de
nombreuses formes de l'Univers.
106
RAPPORT X-7
19 Août 1955
Nous persistions à enregistrer le contenu de nos
expériences, de manière à ce que, grâce à leurs facul-
tés mentales, les hommes puissent les capter et y réflé-
chir comme à de réelles possibilités, les préparant ainsi
à des découvertes ultérieures. Rien ne peut devenir réel
que ce que nous nous prouvons à nous-mêmes.
Notre progression, sur terre, doit toujours passer
par l'expérience. Lorsque l’homme va plus avant,
mentalement, dans l'exploration de ses capacités, cela
s'accompagne d'une perception croissante de nouvel-
les possibilités de vie.
Nos expériences souterraines nous conduisirent vers
cette vérité. Nous réalisions celles-ci uniquement lors-
que nous sentions la possibilité de nous détacher de
nos corps physiques ; mais, pour ce faire, il nous fal-
la it construire des corps de lumière dynamique. Nous
croyons fermement qu'un Corps de Lumière doit être
gagné. Ce n'est pas une récompense qui est octroyée
à un individu parce qu'il croit être bon. Il doit plu-
tôt apprendre à devenir dynamiquement conscient de
la Lumière et à la manier pour leservice des autres.

107

Soyons conscients des pouvoirs que contient un tel


corps et sachons bien qu'il devient un agent de des-
truction lorsqu'on en fait mauvais usage.
Nous avons fondé notre désir d'apprendre sur les
principes démontrés dans les enseignements de Jésus
qui refléta les qualités de l'Etre christique de manière
à ce qu'elles puissent être acceptées par une multitude
de gens. Lui, le Maître, vint à nous après le commen-
cement de notre quête, alors que notre Foi était déjà
acquise au fait que ces principes constituaient notre
seule voie de salut. Qu'il soit apparu à de nombreu-
ses personnes après le début de leur recherche est éga-
lement vrai.
Nous commençâmes à étudier Ses radiations et les
qualités de la vie que nous finîmes par y découvrir
étaient celles qui étaient déjà présentes en nous. Cou-
leur et tonalité se révélèrent à notre perception dans
leur réalité formelle et, à mesure que nous les assimi-
lions, nous arrivions à une totale identification avec
cette nouvelle réalité. Le voi lese levait lentement ; la
matière n'est, en fin de compte, qu'une densification des
vibrations de la Lumière transcendante ; tout est cons-
titué d'une seu lesubstance, radiation éternelle de la
Lumière Une et la multiplicité des états formels est due
aux variations des radiations de cette Lumière.
Nous croyons avoir été choisis pour réaliser des
expériences dans les formes les plus denses afin de
prouver aux fils des hommes les possibilités du Corps
de Lumière. Mais, avant tout, il nous fal la it savoir
en quoi consistait précisément le Corps de Lumière,
comment il pouvait se maintenir en une forme indé-
pendante du corps physique, de quelle manière et dans
quel but. Et, s'il était possible de posséder de si mer-
108

veilleux véhicules radiants, pourquoi alors la chair et


la récurrence de toutes ces souffrances ?
Notre confinement forcé et les restrictions de tous
ordres que nous subissions nous aidèrent à nous libé-
rer des exigences physiques mais il nous fal la it conti-
nuer à admettre le corps physique comme faisant tou-
jours véritablement partie de notre être et apprendre
à y vivre en accord avec les principes du Corps de
Lumière. Il ne pouvait pas être rejeté parce que c'était
par son interméd la ire que la grande manifestation des
pouvoirs inhérents au Corps de Lumière devait
s'effectuer.

109

RAPPORT X-7
10 septembre 1955
Nous sommes maintenant prêts à commencer la
présentation de nos découvertes tant re la tives à la
tonalité qu'à la couleur. Nous désignons par tonalité
la reflexion sonore de la couleur sur les ondes de la
Lumière éthérique. Des sonorités harmonieuses se font
entendre pour ceux qui ont cultivé les facultés auditi-
ves corresl’ondant à ces niveaux vibratoires. Alors que
nous travaillions dans les entrailles de la terre, nous
avons capté ces vibrations à maintes reprises et som-
mes si bien parvenus à nous synchroniser avec elles
que les tonalités devenaient à la fois audibles et
visibles.
Nos premières expériences concernèrent la rgement
le domaine de la transmutation. Nous observâmes
l'effet des radiations qui dissolvaient ce qui est appelé
matière, en fines particules de substance iridescente.
Apparemment, la matière se fragmentait pour
ensuite se reconstituer en une sorte de vapeur subtile
qui, bien plus tard, se métamorphosait progressive-
ment en une infinité de variations colorées qui satu-
raient l'espace.
110
Une observation attentive de ce phénomène finit
par nous faire comprendre que l'influx dynamique des
courants de nos propres pensées représentait l'influence
conditionnante qui catalysait et orchestrait, selon ses
contenus changeants, la précipitation de ces myriades
de configurations radiantes de couleurs dans lesubs-
trat vaporeux. Imaginez que chacune de ces efferves-
cences ténues et vibrantes faisait résonner sa note et
que tous ces sons se conjuguaient en une sorte´ de
symphonie concertante dont nous étions en même
temps les acteurs, les spectateurs et les auditeurs.
Nous prîmes peu à peu conscience que nous
vivions dans un monde de merveilleuse harmonie. la
musique était omniprésente et nous commencions à
être capables d'établir des relations entre les formes,
les couleurs et les sons. Si nous voulions nous réjouir
de la beauté des fleurs, il nous suffisait de nous con-
centrer mentalement sur la forme pensée d'une rosé,
d'une violette ou de tout autre phénomène souhaité
pour voir s'épanouir, dans les éthers de l'espace, des
efflorescences radiantes, dont la fragrante beauté passe
toute description ; leson qui naissait de ces rad la n-
ces était musique absolue de l'harmonie originelle et
disait la joie des mondes.
Nous nous exerçâmes à construire dans la subs-
tance brumeuse, nombre d'autres formes pensées
(joyaux, cristaux, etc.,) qui, chaque fois donnaient lieu
à une transformation dont nous entendions la céleste
musique.

111

RAPPORT X-7
7 Octobre 1955
Nous vous avons exposé les fondements du chan-
gement d'approche qui s'opère dans les mentalités et
dans les aspects matériels de la vie terrestre des hom-
mes lorsque des expansions de conscience leur révè-
lent de plus vastes perspectives, et qu'ils se préparent
à pénétrer dans les royaumes des radiations supérieu-
res.
Sur cette terre, le temps arrivera où les hommes
vivront dans le Corps de Lumière, émanation de leur
radiation solaire. la conscience anima lesera « élevée
jusqu'au ciel ». Le contenu de la terre elle-même chan-
gera vraiment. l’homme apprendra à vivre dans un
environnement radicalement différent, développera de
nouveaux comportements envers celui-ci et y assumera
sa subsistance d'une manière totalement nouvelle.
Nous croyons que nos découvertes peuvent s'appli-
quer dans les conditions où se trouve actuellement
l’humanité.
Tenter de conclure la paix alors que l'on continue
à préparer la guerre est à l'évidence une attitude con-
112

tradictoire sans fondement dans la réalité. la ques-


tion primordiale que l’homme doit maintenant se
poser est : comment puis-je créer la paix ?
la réponse est simple, mais aussi longtemps que
sa conscience n'aura pas pleinement assimilé et inté-
gré cette énergie qualifiée qu'est la Paix, guerres et
conflits se perpétueront dans tous les domaines de
l'existence humaine.
Cette qualité de l'être, la Paix, signifie harmoni-
sation avec la Loi Divine. Nous pourrions peut-être
mieux exprimer cela en disant : l'harmonie existe en
tant que réalité sur les niveaux supérieurs de la cons-
cience. l’homme doit atteindre ces niveaux par l'exer-
cice des facultés de sa pensée avant de pouvoir faire
l'expérience de cette harmonie et de l'expression de
véritable Paix qui résulte de cet alignement.
la Paix est par conséquent un état vibratoire de
l'être. Elle possède une couleur, une tonalité, un
rythme et un équilibre qui lui sont propres. El lese
connaît elle-même en tant que qualité de l'être et tou-
tes les harmonies procèdent d'elle.
Nous sommes amenés à conclure qu'il existe deux
c la sses d'êtres humains : ceux qui acceptent, qui veu-
lent vraiment le bien de tous les êtres et, d'autre part,
ceux qui refusent de reconnaître les radiations spiri-
tuelles, choisissant délibérément de demeurer dans les
ténèbres et de vivre pour lesoi séparé, en opposition
avec le Grand Soi Unique de l'Etre Universel. Nom-
breux sont ceux qui restent entre ces deux états de
conscience, ballotés entre les paires d'opposés mais en
réalité, point d'autre alternative que l'un ou l'autre
des deux partis majeurs se préparant à un affronte-
ment final sur la terre : celui de la Lumière et celui

113

des ténèbres. l’homme est doté du libre arbitre et a


la capacité de choisir son camp.
Mais la paix ne pourra s'établir avant que l'huma-
nité ait ancré la lumière de la vraie vie sur la terre
et qu'elle marche résolument dans la Lumière de la
Vérité, en pleine connaissance des harmonies de la
manifestation planétaire en la quelle elle a la vie, le
mouvement et l'être.
114

RAPPORT X-7
77 Octobre 1955
Le temps où de grands changements doivent se
produire sur la terre en réponse à la descente de la
Lumière est maintenant, et nul autre moment que
maintenant n'est propice à l’homme pour arriver à la
juste compréhension des pouvoirs de son âme, les
seuls qui peuvent encore lesauver des effets pervers
qu'il a engendrés par son mauvais usage des forces
dont il a la garde.
la Lumière doit être pleinement reconnue, avec
toutes les relations que cela implique par rapport à
la Terre, aux peuples qui l'habitent et aux forces qui
peuvent soit les diviser, soit les unir.
la voie du bon sens et de la raison consiste, pour
l’homme , à contacter le bien qui est en lui et à le met-
tre en œuvre dans sa vie. Cette voie fut présentée par
le Maître Jésus et tous ceux qui leservent en font la r-
gement la démonstration sur les divers sentiers de la
vie.
la Lumière descend afin d'illuminer la conscience,
mais elle ne peut être évoquée que si elle est invoquée.

115
Elle existe et contient en elle-même tous les grands
dons de la vie démontrés par Jésus et exprimés par
Ses l’Ame ux miracles. la Lumière n'existe pour cha-
cun qu'à la hauteur des capacités de sa conscience
individuelle à la concevoir et selon la quote-part de
Celle-ci qu'il a déjà intégrée. « la Terre est Mienne
et Je viendrai la prendre » est la promesse de l'Etre
Saint et le temps de cela est maintenant.
116

RAPPORT X-7
21 octobre 1955
Nous avons traité de l'approche de l’humanité vers
l'ère nouvelle et de l'expansion de conscience qui lui
est afférente. Notre mission est de créer des canaux
par lesquels l’homme peut effectuer cette approche.
Cette préparation se poursuit à travers de nombreux
canaux dont certains sont encore peu connus mais
donneront leur plein résultat lorsque la conscience
de l’homme deviendra assez réceptive. L’utilisation
harmonisante de la couleur-tonalité est l'un de ceux-ci.
L'éveil conscient de l'âme signifie que, dans les
niveaux supérieurs, l’homme exprime ce qu'il était
jusqu'ici incapable de saisir par l'exercice des facul-
tés de son intelligence lorsqu'elles s'appliquaient à sa
vie physique. Il a un corps mental supérieur que l'on
appel leson « Etre solaire ». Ses corps physique et
émotionnel rél’ondent parfois au mental supérieur bien
que ce soit très rare dans une vie.
Dans d'autres cas, un contact s'établit, permettant
à l'individu de mettre en pratique les impressions qui
lui sont communiquées par l'âme ou Etre solaire et
l'aidant à renforcer le lien entre les deux expressions.

117

RAPPORT X-7
28 Octobre 1955
Nous avons communiqué nos observations seule-
ment sur quelques couleurs majeures du spectre.

1) Nous connaissons une teinte spécifique du Bleu


qui apporte un soutien très puissant.
Nous avons vérifié à maintes reprises l'arrivée d'un
afflux de force intérieure conséquemment à une
réflexion sur cette tonalité ou couleur.
2) Toute autre activité cessante, nous nous effor-
çons de savoir, avec concentration, attention et
persévérance pourquoi nous sommes sensibles à
une couleur-tonalité particulière. Cela implique
l’utilisation de nos facultés mentales supérieures,
la concentration et la méditation.
Chaque qualité de l'Etre possède une harmonie
vibratoire, une capacité de se synchroniser avec
toute radiation qui établit une vibration particu-
lière dans les flux vitaux du corps éthérique de la
terre.
Par conséquent, si un individu rél’ond harmonieu-
sement à une couleur-tonalité particulière, il peut,
118

ayant établi une condition de l'être ajustée à ces vibra-


tions, les utiliser afin de transformer son véhicule
physique et l'adapter aux radiations supérieures, modi-
fier sa réponse émotionnelle grâce à son alignement
vibratoire avec leurs harmonies et augmenter ses capa-
cités mentales par l'impact des énergies spécifiques
contenues en chaque radiation vibratoire particulière.
119

RAPPORT X-7
4 novembre 1955
II est maintenant nécessaire pour l’homme d'accep-
ter le fait qu'il est un être pourvu de facultés supra-
conscientes ou supranaturelles.
Le fait même de nier ces possibilités le maintient
séparé de l'aide qui pourrait alors venir s'il ne se p la -
çait lui-même hors de son atteinte.
Dans le cas où il envisage la réalité effective des
potentialités que Dieu a semées en lui, il a devant
lui la tâche de développer sa capacité à recevoir leurs
qualités inhérentes et de se tenir constamment prêt à
corriger la réponse vibratoire qu'il enregistre au con-
ta».i des niveaux supérieurs de l'être. Comment réali-
ser cela ? En améliorant et en réorientant sa percep-
tion des éléments que contient la radiation luminique.
Selon son intensité et sa qualité, l'appel invocatoire
de l’homme induit l'évocation de la Lumière qu'il
reçoit en fonction de la reconnaissance qu'il en a eue
et de sa réceptivité à l'afflux subséquent. Il peut invo-
quer celle-ci par sa supplication ou sa prière à la
Lumière Suprême, au Dieu qu'il a appris à adorer.
120

il arrivera ainsi tout doucement à la reconnaissance


le la plus grande Lumière dont il est une étincelle
vivante.
Il pourra invoquer Sa radiation, grâce à l’exercice
nné d'une fonction profondément ancrée dans son
ime qui l'amènera inconsciemment à vibrer et à s'har-
moniser avec les qualités émanant de la plus grande
Vie.
Les éléments que contient la radiation de la
Lumière sont imperceptibles à l'œil ordinaire. Il est
vrai qu'il peut apprécier la beauté des couleurs dans
a nature, vibrer à la pureté des tonalités d'une com-
position musicale et s'en trouver transporté. Cepen-
dant, l’homme ignore généralement que les couleurs
ît les sons ainsi manifestés sont les effets tangibles de
la réflexion d'harmonies de l'être, provenant de sphè-
res dont la radiation de vie se déploie en des raréfac-
tions qui demeurent intangibles pour lui, car elles
s'épanouissent au-delà du seuil de sa réceptivité cons-
ciente.
Ont toujours existé, au cours des âges, des indivi-
dus conscients des Eléments Divins de l'Univers ; cer-
tains d'entre eux, inspirés par cet entendement de la
transcendance, ont enrichi la conscience de l’humanité
par leurs créations dans le domaine des arts. Cepen-
dant la véritable origine de leur inspiration reste
méconnue.
121

RAPPORT X-7
11 Novembre 1955
Si l'on veut commencer à vivre sur les niveaux
supérieurs du mental, on commencera par décider de
croire qu'une telle condition de l'être existe réellement.
Le plus souvent, l’homme croit en une Présence
Divine qui, du haut de Son ciel, régente tout et tous
avec une sagesse et une puissance infinie. Mais il n'est
en général pas prêt à admettre que cette Présence
Divine existe en lui-même et qu'il peut l'atteindre en
cherchant intensément à l'intérieur de sa propre nature
afin d'y découvrir le bien, le beau et le vrai auquel
il aspire légitimement.
Nous en étions personnellement à ce point lorsque
nous étions incarcérés et la plupart du temps relégués
au sein même de la terre. Nous croyions en Dieu, mais
en un Dieu tout à fait extérieur à nous, ignorant s'il
daignait ou non prêter l'oreille à nos supplications
d'être délivrés des horreurs de notre incarcération.
Ce fut seulement après avoir commencé à croire
en une manifestation immanente des Pouvoirs Divins
que nous sommes parvenus à constater que « toutes
choses sont possibles à celui qui croit ».
122

C'est à ce moment-là que nous avons inauguré


nos séries d'essais sur les pouvoirs de la Lumière qui
irrad la it nos réduits obscurs, nous apparaissant dans
ses couleurs, ses tonalités musicales et ses configura-
tions formelles. Agissant comme si elle était notre Sau-
veur, elle nous conférait une rédemption de l'enfer-
mement entre les murs de notre prison, mais cela par
des moyens dont nous n'avions jamais rêvé aupara-
vant et dont la réalité ne pouvait être vérifiée que dans
la mesure où nous croyions en eux. la radiation
apportait sa propre illumination.
A cette époque nous étions assez proches des
niveaux mentaux supérieurs pour entamer des expéri-
mentations sur les couleurs-tonalités telles qu'elles se
présentaient. Nous remarquâmes qu'elles élevaient la
conscience et induisaient des modifications physiques.
Poussant alors nos expériences plus avant, nous nous
rendîmes compte que nous avions la capacité de trans-
muter et transformer nos véhicules de manifestation
jusqu'à ce qu'ils soient assez saturés de Lumière pour
pénétrer même les masses les plus denses de la terre.
Ayant ainsi découvert un terrain commun de ren-
contre avec les particules denses qui composent la
matière terrestre, nous pouvions nous mêler à elles,
non comme des êtres de chair, mais au moyen des
facultés mentales supérieures dont nous étions pour-
vus en tant qu'Etres de Lumière. Comment avons-
nous fait ?
Nous avons commencé par accepter comme un fait
l'existence des harmonies de couleur et de son... nous
les avons ensuite intégrées à notre conscience... cela
étant acquis, nous avons concentré notre attention sur
leurs pouvoirs jusqu'à ce que ceux-ci deviennent pour
123

nous une réalité tangible... nous avons alors pu met-


tre ces pouvoirs en action...
Ce qui précède est une ordonnance pour la
rédemption de la conscience de l’homme , si celui-ci
veut bien se donner la peine de l'utiliser.
124

RAPPORT X-7
18 Novembre 1955
On ne pourra jamais arriver à connaître vraiment
ce dont on nie la réalité ou l'éventualité.
la Lumière non différenciée et sans forme est la
Substance solaire ou force sustentatrice à partir de
la quelle toutes choses se manifestent. Les qualités des
principes de l'Etre sont inhérentes à la Lumière. Le
degré de sa manifestation, c'est-à-dire la nature spé-
cifique de la radiation perçue, est en re la tion directe
avec les limites à l'intérieur desquelles elle est accep-
tée. compte tenu des capacités réceptrices et canalisa-
trices de la conscience qui est en interaction avec elle.
Les forces de la nature rél’ondent activement à la
Lumière, chacune selon le degré de sa réceptivité. De
même, par exemple, qu'un arbre se fortifie en fonc-
tion croissante de son absorbtion quantitative de Subs-
tance solaire, de même, en aspirant à l'état d'arbre,
il assimile inconsciemment une substance constructrice
incorporant la qualité d'être qu'implique la condition
d'arbre (arbréité).
Les qualités du pur Etre, ou de la substance indif-
125

ferenciée, font intrinsèquement partie de l'esprit


humain. Ces qualités, après lesquelles il nourrit une
aspiration consciente, finissent par lui apparaître
comme les Puissances inhérentes à la Divinité. L'Esprit
en l’homme sait et reconnaît les qualités qui incarnent
en vérité les principes de l'Etre. Dans la mesure où
il s applique à l'acceptation de ces qualités spirituel-
les, celles-ci se manifestent dans sa vie et il peut les
utiliser dans la forme. Demeurer dans l'effusion des
qualités d'amour, sagesse, loyauté, paix, pureté, jus-
tice et liberté, signifie devenir un avec leurs radiations
dont chacune possède une couleur et une tonalité spé-
cifique, et réaliser l'harmonisation totale de son être
avec elles.
l’humanité est entrée dans un âge où l’homme est
confronte à la tâche de trouver par lui-même qu'il est
un être de Lumière et d'utiliser les qualités intrinsè-
ques de Celle-ci pour se construire un environnement
stable, dans lequel il puisse exercer ses activités dans
des conditions qui soient en harmonie avec les lois de
1 univers. Il préservera ainsi la v la bilité et la péren-
nité du milieu qui lui permet d'évoluer.
126

RAPPORT X-7
25 Novembre 1955
Ayant progressé jusqu'au point où nous avons
accepté les radiations comme étant des qualités de
l'être et expérimenté les propriétés de leurs couleurs
et de leurs tonalités, nous avons remarqué que des
changements spécifiques s'opéraient dans nos propres
répliques mentales, émotionnelles et physiques.
Nous devenions conscients d'une force qui aug-
mentait, de pouvoirs dynamiques qui semblaient nous
soutenir pendant qu'ils irrad la ient nos forces menta-
les et d'une perception du pur Etre dans notre
réflexion aurique. Physiquement, il semblait que nous
devenions plus lumineux, que nous avions beaucoup
plus de facilité à nous déplacer et besoin de moins
de nourriture, car nous étions apparemment susten-
tés par la substance solaire.
Ce n'est pas avant d'avoir atteint un degré élevé
de radiation que nous avons pris conscience de ces
changements, c'est seulement après avoir remarqué
autour de chacun de nous une aura de bleu radiant
(ou force éthérique transmettrice) que nous sommes

127

parvenus à la compréhension de ce que nous avions


réalisé.
Grâce à tous les essais et expériences que nous
avions pratiqués, nous pûmes maîtriser les forces
immanentes de la Lumière de notre propre centre de
Vie. Nous commençâmes alors à les diriger vers les
parois des souterrains qui constituaient notre habitat.
Nous projetions littéralement de puissants rayons élec-
triques de bleu vers l'intérieur de la masse terrestre.
A notre grande surprise, la matière réagissait en deve-
nant é la stique, malléable et se dissolvait en particules
étincela ntes de lumière devant nos yeux.
Le pas suivant à franchir consista à découvrir com-
ment ces phénomènes se produisaient et de quelle
manière nous pouvions utiliser la connaissance que
nous en avions. Il devint clairement évident à nos yeux
que l’homme devait être amené à modifier la percep-
tion consciente qu'il a de son environnement de
manière à assimiler la nature et les qualités spécifi-
ques des radiations luminiques (ou substance solaire)
qui sont projetées à l'heure actuelle dans les éthers de
la terre.
128

RAPPORT X-7
2 Décembre 1955
la quatrième étape de notre expérimentation fut
la conséquence directe de la découverte que nous pou-
vions réaliser la projection d'une couleur-tonalité spé-
cifique au sein de la matière dense et enregistrer en
retour des résultats positifs. la couleur essayée, le
Bleu Electrique ou Bleu Vert, constitue une qualité
dynamique de l'être, hautement énergétique, ayant la
propriété de se projeter lorsque le canal qui la trans-
met est synchronisé exactement avec sa longueur
d'onde ou réponse vibratoire.
la forme ou configuration dans la quelle el lesera
projetée doit être clairement visualisée et maintenue
au même taux de radiation que la longueur d'onde
de la couleur-tonalité. Les pouvoirs de projection doi-
vent venir des forces solaires propres à celui qui les
extériorise et être dirigés avec suffisamment de déter-
mination et d'intuition pour qu'un résultat soit
envisageable.
Les murs de matière solide peuvent être fragmen-
tés de cette manière, mais les véhicules de transmis-
sion doivent avoir la capacité de pénétrer à l'intérieur
129

de la substance plus dense dans leur corps de Lumière


ou « être aurique » pour être en mesure de créer la
forme désirée. Cette méthode qui consiste à entrer
dans la substance terrestre est maintenant possible,
mais il est nécessaire qu'une expérimentation plus
poussée en soit faite. Cela cadre, par conséquent, avec
notre hypothèse que la terre elle-même est soluble et
se conforme à toute projection réalisée selon une pro-
cédure donnée.
L'approche magnétique de la substance terrestre au
moyen d'un degré spécifique de radiations est possi-
ble et prépare la ré-création de la planète.
130

RAPPORT X-7
3 Décembre 1955
Le fait même d'enregistrer, donne substance à ce
qui est enregistré et cela est émis dans les éthers pour
devenir une réalité.
Nos découvertes véhiculent, pour la masse des
hommes, une conception nouvelle de la vie, tout aussi
illimitée que l'Univers de la Lumière. Elles évoquent
à la fois des principes fondamentaux et des faits ; elles
ont été vérifiées par des essais expérimentaux et détien-
nent le pouvoir de sauver la planète.
C'est ce qu'elles feront si leur authenticité est
reconnue et acceptée.

131

RAPPORT X-7
9 Décembre 1955
la cinquième étape de notre expérimentation trai-
tait des possibilités inhérentes à la couleur-tonalité fon-
damentale et du degré de radiation nécessaire à sa pro-
jection, dans le but de produire une modification de
la structure physique de l’homme . Il nous sembla que
c'était le prochain pas à accomplir.
Nous étions conscients du fait que nos corps physi-
ques s'étaient radicalement transformés ; nous en
avons conclu qu'ils devaient certainement émettre un
rayonnement aurique beaucoup plus puissant que celui
de l’homme moyen. Nous savions également que la
composition chimique de notre corps organique s'était
modifiée et son activité s'intensifiait parfois à un point
tel que nous nous sentions oppressés par toute
amb la nce autre que l'atmosphère raréfiée des sphères
supérieures de la conscience.
Lorsque nous étions appelés pour exécuter une
tâche pénible nous pouvions y travailler sans noter
aucune gêne ni douleur. Mais nous étions incapables
d'ajuster nos forces aux limitations qui nous entou-
132

raient. Cela signif la it que nos capacités supra-


physiques augmenteraient certainement si nous devions
vivre dans la réclusion en poursuivant notre tâche de
transmission des radiations au sein même de la terre.
Nous avons alors commencé une série d'essais afin
de découvrir quelle couleur-tonalité pourrait alléger
l'afflux de puissance et de force que nous savions être
en train d'extraire de la terre. Celui-ci arrivait sur les
ondes de la radiance solaire et risquait de nous sti-
muler au-delà du point où nous pourrions le contenir
dans les limites de notre environnement ou dans nos
corps physiques.
Nous avons cru les enseignements du Maître Jésus
disant que l’homme devait reconstruire son corps à
neuf, arriver à l'habiter et à vivre sur terre jusqu'à
ce qu'il établisse un contact avec ceux qui ont atteint
les plans supérieurs. Il pourra transmettre ainsi de leur
part les éléments nécessaires à l’homme afin qu'il
puisse demeurer dans son corps terrestre aussi long-
temps qu'il le souhaitera.
Les couleurs-tonalités du violet, modifiées par un
léger rouge rosé peuvent opérer la transmutation d'une
énergie électrique intense lorsqu'elles sont appliquées
à la vie chimique du corps physique. Ces tonalités
peuvent être injectées dans le corps comme s'adminis-
tre une injection hypodermique et peuvent imméd la -
tement sou la ger un état de surexcitation.
Les couleurs-tonalités du gris à reflets changeants,
en combinaison avec une vapeur de bleu, calment le
système nerveux et peuvent s'utiliser pour la transmis-
sion de forces, sans risques de destruction pour les ter-
minaisons nerveuses.
Le jaune est une couleur de libération ou d'émis-

133
sion de forces vitales leur permettant de se mouvoir
à travers le corps matériel, développant leur action
transmutante pendant qu'elles sont absorbées. Cette
couleur-tonalité s'infiltre dans le corps comme la
lumière solaire.
Le vert, dans ses nuances les plus reposantes, est
un modificateur de force et peut être absorbé par les
pores de la peau ; entraînant la disparition de la den-
sité et de l'irritation, il suscite à la place de fins élé-
ments qui redonnent du tonus aux cellules du corps.
la couleur argent constitue, par elle-même, l'afflux
stimu la nt et vivif la nt d'un élixir ayant la propriété
d'élever tout l'être et de régénérer le courant sanguin
pendant qu'il circule à travers le corps.
Chacune de ces couleurs-tonalités doit être utilisée
selon un dosage précis et une gradation spécifique
qu'il faut arriver à découvrir avec certitude avant de
pouvoir les employer sans danger.
134
RAPPORT X-7
17 Décembre 1955
Nous souhaitons attirer l’attention sur le fait que,
lorsque les découvertes sur l’utilisation dês radiations
sont appliquées à la forme physique, les résultats
n'apparaissent pás imméd la tement. Mais cê fui par le
mode d´un lent progrès que l’influence conditionnante
dês radiations nous a finalement amenés au point ou
nous avons pu effectuer la reconnaissance de notre
Etre Aurique et devenir conscients qu’il constitue
L’Entité Essentielle. Certains décrivent cette forme de
Lumière comme l’etre de l’Ame, le véhicule de Cou-
teur, le corps éthérique mais, pour nous, elle est l’Etre
Aurique qui contient en Lui les radiations aidant à
conserver le corps physique vivant et en bonne santé.
Si les radiations de l’Etre Aurique sont peu déve-
loppées ou empoisonnées par dês formes-pensées pro-
jetées à partir dês canaux mentaux, les véhicules physi-
que et émotionnel, réagiront en conséquence. Lorque
l’Etre Aurique est en phase avec les radiations positi-
ves, la totalité du véhicule de manifestation montre
une force positive et dynamique.
Cest souvent le cãs, que les pensées soient tour-
135

nées ou non vers dês sources purement religieuses. Une


personne peut se sentir en pleine santé, heureuse et
capable d'une expression radieuse sans pour autant
accepter le code moral ou les règles imposées par dês
enseignements confessionnels. Elle doit cependant
obéir aux lois de son propre être et, si elle manque
de s'y conformer, sa transgression dês lois imposées
par l’homme será inévitable.
L'Etre Aurique est un transmetteur de la Lumière.
Cest une stucture fine et délicate qui pourrait être
comparée à un réseau subtil de toiles d´ araignées. Des
lignes invisibles de radiations partent du corps solaire
vers le véhicule physique et se connectent dans les
divers centres de cê dernier. Elles sont conditionnées
par les formes-pensées é la borées par le penseur et par
sa réceptivité mentale aux plans intérieurs de la réalité.
On peut aussi bien ignorer cê qu'elles representem,
ne pás les accepter comme le Príncipe de la Trinité
(Père, Fils et Saint-Esprit) ou encore être inconscient
que L’on est un porteur de la Lumière en dês radia-
tions de couleurs-tonalités et créer en conséquence son
monde de formes. Mais, afin de devenir un porteur
conscient de la Lumière, il est nécessaire d´ acquérir
une réceptivité active et positive aux qualités harmo-
nisantes de l’Etre et de les partager généreusement
avec l’entourage.
L'impact d'une personne qui agit ainsi sur la vie
dês autres est fréquemment plus fort que celui d" une
personne profondément religieuse. la raison en est
qu'elle essaie rarement de réformer ou de condition-
ner les autres selou sa propre manière de vivre, du
fait qu'elle ne canalise pás les forces de sa pensée dans
une forme particulière mais les la isse ouvertes avec
chaleur et convivialité.
136

RAPPORT X-7
30 Décembre 1955
l’homme est enclin à se considérer comme étant
un être essentiellement physique. L'étape sui vante con-
siste à se comprendre comme intellect et à commen-
cer l’acquisition de pouvoirs mentaux. Au cours de
cê stade de son évolution, il entreprend l’analyse et
l’étude dês réactions de sa pensée sur son être physi-
que. II confie à sés facultes de discrimination la tache
de retrouver les causes de ma la die ou de fatigue, en
al la nt du plan psychique vers le physique. Nous ne
remettons pás en question cette méthode de progres-
sion, nous disons seulement qu´ elle n'est pás néces-
saire ; mais, bien qu´ el lese revele parfois nuisible, elle
peut être considérée comme raisonnable dans le cadre
de l’échec humain à saisir le tableau d'ensemble de
la manifestation du Soi.
Je suis un Être de Lumière est l’énoncé d'un fait.
Tout est énergie, et l’énergie est lumière. II est vrai
que le corps physique est abandonné, qu´ il est finale-
ment réduit en poussière et qu'il retourne à la terre
pour en faire partie. Mais Jesus nous enseigna qu'il
n'est pás fatal et inévitable de rejeter ainsi le corps
137

physique car il peut aussi être regenere par les parti-


cules de la lumière même, à partir de la quelle il est
constitué.
Par de longues périodes de contemplation et
d´ étude, nous avons compris que le Corps de Lumière
constituait la réalité dont le corps physique, avec sés
facultes mentales, vitales et sensibles, était la simple
projection. Nous savions par ailleurs que l’Etre Auri-
que doit être développé jusqu'au point ou il peut deve-
nir le générateur essentiel par l’interméd la ire duquel
le corps physique prend forme, de même qu'un véhi-
cule de transport est actionné par un moteur, une
dynamo, ou un convertisseur d'énergie.
Nous avons commencé à c la ssifier les différents
aspects dês radiations de la couleur-tonalité dans l’Etre
Aurique. Nous savons maintenant avec certitude que
l’homme est constitué de ces radiations mais qu'il lui
faut les acquérir par l’utilisation de l’a substance men-
tale dont il peut disposer.
lestade suivant de notre étude fut l’analyse de
la substance mentale. Etait-elle différente de cê qui
constituait la substance essentielle de l’être, celle à par-
tir de la quelle toute forme devenait manifeste ? Nous
utilisâmes nos propres énergies vitales de manière à
ce qu´elles puissent manifester dês effets, compte tenu
de l’état dans lequel se trouvait notre conscience. Plus
nous nous investissions dans l’étude des pouvoirs inhé-
rents en l’homme , plus notre capacite à les visualiser
augmentait.
En faisant de la sorte, nous les avons amenés à
travailler pour nous et ils sont devenus si dynamiques
qu'ils nous ont apporté dês résultats nous prouvant
qu’ils constituaient des qualités toujours presentes de
138

L’être, prêtes à être utilisées. la substance de l’être est


malléable et peut être modelée en toutes les formes
que nous choisissons.
139

RAPPORT X-7
7 Janvier 1956
Nous aimerions analyser plus avant ce qui est
implique par l’Etre Aurique, le véhicule Aurique ou
l´homme de Lumière :
la substance mentale est généralement considérée
comme représentant les pouvoirs mentaux de l’homme
et la majorité dês gens croient que l’homme acquiert
ceux-ci selon sa capacite à appréhender cê qui est
généralement designe sous le terme de connaissance,
c'est-à-dire le corpus de tout le savoir encyclopédique
consigne et reconnu par l’humanité.
Mais, la connaissance n'est pás la substance men-
tale. Elle represente tout simplement l’aptitude de l’ego
à conceptualiser cê qui existe déjà et à le formuler.
la substance mentale constitué l’essence même de
l’être, à partir de la quelle toutes les qualités sont ren-
dues manifestes.
Elle est la toute-connaissance, cê qui est illimité,
indifférencié. Elle constitué 1'essence de toute mani-
festation. Elle est, en vérité, cê que l’homme appelle
Dieu, ou la source du bien, du beau et du vrai.
140
Lorsque l’esprit humain arrive au contact de cette
grande conscience cosmique, il absorbe tout cê qu'il
peut atteindre et assimiler de lumière. l´homme a
développé cela , à travers l’histoire, dans la mesure de
sés propres capacites de réception, d'absorbtion et
d'assimi la tion. Lorsqu´ lle est pleinement développée,
cette substance mentale acquiert une couleur-tonalité
d'une grande brillance. Elle est le devenir éternel, con-
tenant toutes les potentialités de l’homme Parfait,
l’Etre Spirituel. Elle est reliée à l’homme physique
comme sa manifestation potentielle. S´il la reconnaït
et l’admet, elle acquiert de la force, du ressort et la
capacite d'exprimer dês pouvoirs supra-ordinaires ;
dans le cas contraire elle reste en suspens jusqu'à ce
que sa reconnaissance soit atteinte ; cependant, elle
reste toujours connectée avec la Corde d'Argent, ou
substrat de la réalité, qui maintient le Penseur dans
son corps physique.
Lorsque cette dernière est retirée du corps physi-
que, la quote-part de substance mentale que s'est
appropriée le penseur agit selon sa capacite à se relier
à d'autres formes d'exisíence. S'il est hautement déve-
loppé, il se dirigera trans-dimensionnellement vers les
sphères supérieures et se reliera à la conscience cos-
mique du Mental Omniscient. Depuis cê plan, il
pourra rassembler la substance mentale avec la quelle
il pourra à nouveau informer une forme physique, soit
dans le dessein de porter celle-ci à un plus haut niveau
de son expression, soit afin d'acquérir l’expérience
encore nécessaire à son développement.
L’Etre Aurique est, par conséquent, l’essence de
la manifestation physique. S'i1 est reconnu comme tel
ou accepté par le corps qui est son expression, Il se
met à dégager un certain degré de radiation (c* est
141

l’équivalent, sur cê plan, de l’énergie électrique) qui


est décrit par ceux qui peuvent lire ou photographier
l’aura multicolore.
Cette transformation n'est aucunement l’effet
d’une manipu la tion mentale des pouvoirs de la pen-
sée, mais plutôt le résultat de la maîtrise de ceux-ci
afin que le corps de Lumière puisse faire son travail
sans rencontrer ou susciter de résistance.
C'est pourquoi le Maître enseignait que celui qui
cherche à croire será le plus à même de recevoir les
pouvoirs transcendants et de devenir un canal pour
leur distribution.
142

RAPPORT X-7
13 janvier 1956
Nous avons essayé de clarifier la signification de
l’Etre Aurique, car cela est la plupart du temps mal
compris et confondu avec l’Ame ou l’esprit dans
l’homme . Tel n’est pas le cas. L'identité de l’homme
en tant qu’ Etre Christique se constitué à travers la
manifestation aurique. II est poussé à se réaliser spi-
rituellement, à devenir un « homme de Dieu », le
« Fils Unique », grâce aux inter- relations que peut éta-
blir son Être Aurique, ou transmetteur dês radiations,
entre les Mondes de Lumière et sa conscience indivi-
duelle. Nous souhaitons c la rifier cela .
Jesus, ainsi qu'il nous l’a dit dans Sés propres ter-
mes, n’est pás le Fils unique. C’est le Fils de Dieu,
ou manifestation de l’homme parfait qui est le Fils
unique. Cela est et será toujours l’esprit de Dieu en
action à travers un véhicule terrestre ; mais il existe
un chemin par lequel l’homme arrive à connaïtre la
Source et à demeurer en Elle. Ce chemin passe par
Pincarnation dans un corps physique, en utilisant les
pouvoirs de son Aura ou le degré de radiation dês éner-
gies de la Lumière maintenu incorpore par Celle-ci.
143

Nous savons que cette déc la ration será remise en


question, réfutée et décortiquée par les différentes éco-
les d´ enseignement religieux, mais il n'empêche que
nous rendons témoignage de cê que nous avons appris
du Maítre Lui-même.
II nous a exposé qu'11 est arrivé à réaliser pleine-
ment les pouvoirs de Son Aura par l’expérience de
nombreuses viés successives au contact de la substance
vivifiante et par un Adeptat de longue durée, souf-
frant pour apporter aux hommes la compréhension de
leur place par rapport au Dieu de Lumière, qui ne
se revele pás dans une seule manifestation humaine,
mais en de nombreuses autres. Celle dont nous savons
l’histoire, au cours de la quelle II réalisa la transition
totale, faisant l’impeccable démonstration dês pouvoirs
d'un Fils de Dieu de rappeler son corps de chair à
la vie après que celui-ci ait subi l’épreuve de la mort,
fut la culmination de toute une série de viés passées
dans l’étude, la méditation et le service de la Grande
radiance Suprême.
144

RAPPORT X-7
20 Janvier 1956
L'être aurique manifeste, dans le taux de sés vibra-
tions, cê qu'une personne a développé à travers les
expériences de sés viés successives. Un nourrisson peut
avoir une radiation aurique plus forte qu'un homme
adulte.
Lorsqu´ elle a atteint son plein déploiement, l’aura
resplendit d'une beauté que les mots n'ont pás le pou-
voir de décrire. Peu de gens peuvent soutenir la pré-
sence dês Saints Êtres qui ont développé de telles
radiations.
L´ homme s´ llumine à mesure qu´ il absorbe et assi-
mile les qualités de l’être incorporées dans les radia-
tions de couleur-tonalité qui saturent son véhicule auri-
que. la totalité de son être tinira par se trouver entiè-
rement irradiée et il se mettra à l’oeuvre en tant que
serviteur de la Lumière. II ne pourra faire autrement
car, s´ il n’utilisait pás les pouvoirs qui lui sont ainsi
accordés, ceux-ci le détruiraient.
145

RAPPORT X-7
27 Janvier 1956
II est essentiel que la radiation aurique soit bien
comprise et qu´ une juste reconnaissance de l’Ame ou
Être solaire se fasse. L'être aurique ayant atteint un
niveau eleve de son développement radiatif, sature le
corps physique par son rayonnement dont le taux
vibratoire perturbe la vie cellu la ire et devient la cause
de Pune ou L’autre dês diverses ma la dies qui affectent
l’homme . Cette réaction precede généralement l’union
du corps mental-émotionnel-physique avec la manifes-
tation spirituelle ou solaire. l’homme semble alors
être enclin à la ma la die, il est fatigue, tendu, nerveux,
surmené par les requêtes du Soi Supérieur qui lui
enjoint de préparer la voie de Sá pleine apparition au
sein de la manifestation dense. C'est alors que les exi-
gences de la radiation aurique se font si fortes que
l’homme ou la femme n´ont plus d´ autre issue que se
mettre en quête dês causes de cette dépression et de
cette réaction physique pénible. Une telle personne doit
utiliser les forces qu'évoque sa recherche perseverante
du royaume de Dieu pour construire un nouveau corps
qui détiendra le pouvoir de le (ou la ) transporter en
146
RAPPORT X-7
27 Janvier 1956
II est essentiel que la radiation aurique soit bien
comprise et qu'une juste reconnaissance de 1'Ame ou
Etre solaire se fasse. L'être aurique ayant atteint un
niveau eleve de son développement radiatif, sature le
corps physique par son rayonnement dont le taux
vibratoire perturbe la vie cellu la ire et devient la cause
de Pune ou L’autre dês diverses ma la dies qui affectent
l’homme . Cette réaction precede généralement l’union
du corps mental-émotionnel-physique avec la manifes-
tation spirituelle ou solaire. l’homme semble alors
être enclin à la ma la die, il est fatigue, tendu, nerveux,
surmené par les requêtes du Soi Supérieur qui lui
enjoint de préparer la voie de Sá pleine apparition au
sein de la manifestation dense. Cest alors que les exi-
gences de la radiation aurique se font si fortes que
l’homme ou la femme n´ ont plus d'autre issue que se
mettre en quête dês causes de cette dépression et de
cette réaction physique pénible. Une telle personne doit
utiliser les forces qu'évoque sa recherche perseverante
du royaume de Dieu pour construire un nouveau corps
qui détiendra le pouvoir de le (ou la ) transporter en
146

n’mporte quel endroit et en tout champ d´ explora-


tion souhaité sans que son corps physique dense en
soit affecté.
Nous avons découvert que les couleurs-tonalités
apparentées à la réflexion aurique représentaient les
moyens de maintenir un tel equilibre. Lorsque, au
cours de nos expériences, il nous est arrivé de nous
sentir surmenés et três tendus, nous avons réussi à nous
débarrasser du stress en enveloppant notre corps
physique dans un nuage de gris-bleu délicat. Trouver
la paix de la nature nous a été instantanément possi-
ble par l’invocation de tendres nuances du vert, qui
s´ exprime si la rgement dans le monde vegetal.
Nous pouvons nous établir fermement dans une
force qui soutient tout notre être en invoquant le bleu
fondamental (Índigo. NdT) et en nous reposant sur lui
comme un bebé dans sa nacelle. les nuances du rose
per lesont douces, purés et reposantes. le jaune, dans
ses coloris de fleur printanière, nous rend joyeux et
extraordinairement libres.
147

RAPPORT X-7
3 févríer 1956
II va de Soi que nous ne rencontrions pás les pro-
blèmes poses par une fréquentation quotidienne dês
masses la borieuses. Nous étions la issés seuls au fond
de nos galeries souterraines pendant dês périodes de
plusieurs jours.
Lorsque nous pouvions enfin voir la lumière du
jour, c´ était la plupart du temps par un froid glacial,
dans une contrée stérile, en accomplissant un travail
pénible et surveillés par des brutes, de sorte que notre
lumière irrad la it à peine et avait peu d'effets sur ceux
qui étaient autour de nous. Celle-ci préservait cepen-
dant nos corps et finit par devenir assez puissante
pour nous dispenser de l’obligation de nous soumet-
tre au même programme d'enfer que les autres.
On nous la issait de plus en plus seuls, étant con-
sideres comme suspects et mystérieux et, pour tinir,
nous fumes condamnés à mourir de faim au fond de
nos souterrains. Mais nous n'en sommes pas morts
parce que, cette fois, nous avions découvert que nous
pouvions facilement tirer notre entière subsistance
148

à partir de la substance solaire en l’accommodant selon


de nombreuses recettes encore ignorées des hommes.
Nous étions affinés comme des la mes affutées et
bien trempées. Nos formes physiques devenaient à
peine perceptibles, mais nos radiations de couleurs-
tonalités étaient devenues si puissantes qu´ l nous était
possible de les utiliser constamment pour réaliser les
nombreuses expériences qui étaient au menu de notre
entraínement quotidien.
Après avoir trouvé comment assimiler à partir de
la substance vivif la nte tout cê qui était nécessaire à
Pentretien de notre organisme. la moindre pensée a
propos de nourriture nous répugnait.
Nous avons également découvert que toutes les for-
mes de vie utilisaient le même procede d´ assimi la tion
de la substance éthérique. Si elles étaient chétives ou
déformées, c’était que la qualité harmonisante de la
radiation de la substance solaire avait été peu ou mal
absorbée.
149

RAPPORT X-7
10 Février 1956
la couleur orange possède une qualité interne
remarquable qui est à la fois élévatrice et absorbante.
Elle reve la , en sés radiations, une puissance qui nous
permit d'ouvrir les parois de la terre qui nous envi-
ronnaient. Nous avisâmes qu'un tel pouvoir énergéti-
que aurait dês effets destructeurs s´ il n´ était pás manié
en combinaison avec un flux de radiations adoucis-
sant et atténuant.
En raison de l’envergure cosmique de sés radiations
et à cause de l’état d'esprit qui prévaut actuellement
dans l’humanité, la couleur-tonalité orange ne doit pas
être utilisée sans être modifiée par d'autres radiations.
150

RAPPORT X-7
17 Février 1956
Au cours de nos incursions à travers les profon-
deurs de la terre, nous avons découvert dês vestiges
de civilisations anciennes qui, infusés par la lumière,
reprirent vie à nos yeux. ces constructions étaient
ouvragées dans dês matériaux indestructibles. Ils se
révéièrent à nous dans dês couleurs rutilantes et
l’infrastructure de couleur-tonalité à partir de la quelle
ils s'érigeaient indiquait qu´ ils avaient été édifiés avec
dês moyens semblables à ceux que nous utilisions pour
les observer et selon une méthode inconnue à l’homme
d´ aujourd´ hui.
Mais les grands régents de telles civilisations étaient
dês Etres solaires qui avaient le pouvoir de vivre dans
n'importe quel lesphère de l’existence. la terre a été
autrefois un merveilleux lieu de résidence pour de tels
êtres.
la chute de l’homme devint quelque chose de
vivant devant nos yeux et nous fumes capables d´ envi-
sager sa grandeur passée. la descente de sa conscience
dans une forme matérielle, depuis lors enfermée dans
151

sa tombe de matière jusqu´ au moment de la


résurrection.
ces viés si anciennes restaient encore puissantes et
la issaient un parfum de vécu dont la fragrance evo-
que des qualités de l’être qui devront un jour être res-
taures sur la terre qu'elles chérissaient.
ces découvertes nous conduisirent à une vision
anticipée du « Nouveau Ciei et de la Nouvelle Terre ».
Nous savions, sans l’ombre d'un doute, que le dévoi-
lement du passe represente un apport fondamental
pour la construction du futur. Toutes choses sont
Une, et impriment chacune de leur marque la subs-
tance éternelle qui constitue le liant universel des mon-
des en perpétuelle expansion.
152

RAPPORT X-7
3 Mars 1956
Nous nous sommes servis des pouvoirs inhérents
à nos radiations luminiques afin de pénétrer au coeur
de la terre pour y trouver les vestiges d'une civilisa-
tion plus avancée que toutes celles dont l’homme se
souvient actuellement. Ce que nous avons vu ne peut
avoir été construit que par un architecte dês Royau-
mes Cosmiques.
II devint clair pour nous que l’homme était des-
cendu d'un niveau de conscience três supérieur à celui
qu´ il pouvait atteindre maintenant et que l’étude de
ces vestiges serait susceptible de nous apprendre com-
ment bâtir à nouveau selou ces procedes. Nous savions
que l’humanité pouvait uniquemeut construire ce que
sa conscience est capable de concevoir. les radiations,
qui nous offrent la possibilite de pénétrer au coeur de
la terre pour y découvrir sés gloires passées, nous
aident à stimuler, dans la conscience dês hommes, la
résurgence de cette mémoire oubliée en vivif la nt les
formes-pensées dês accomplissements de ces civilisa-
tions disparues.
ces courants de forces créatrices pourront alors
153

permettre à l’humanité de susciter le retour en incar-


nation de ces êtres de pouvoir et de lumière ; ainsi,
ces hommes qui savent si bien manier la substance
éternelle et dont le génie créateur peut induire la mani-
festation tangible dês visions les plus belles, parcour-
ront à nouveau les sentiers de la Terre.
154

RAPPORT X-7
9 mars 1956
le sentier que nous avons à parcourir est ardu,
aussi étroit que le fil d'un rasoir. Dês difficultés nais-
sent à chacun de nos pás car le mental trahit cons-
tamment le réel et, comme la plupart dês êtres
humains, nous n´ arrivons que três lentement à l’entière
acceptation du fait que nous sommes à pari entière
des Fils de Dieu.
II nous semblait que notre incarcération souter-
raine, loin de nos semblables et prives de toutes les
commodités de la vie civilisée, représentait le mal
ultime : « la barbárie de l’homme envers l’homme ».
Cela eut néanmoins pour conséquence une expansion
de conscience qui nous permit de découvrir que
l’homme était dote de pouvoirs véritablement divins.
les enseignements du Maítre Jesus sont simples.
ils établissent pleinement que l’homme est un Fils de
Dieu, doué de tous les pouvoirs qu'implique cette filla -
tion divine et capable de réaliser tout cê qu´ il croit
possible. // est vraiment essentiel de croire. II a le pou-
voir de prendre la décision d´ éliminer la faiblesse. la
peur, le doute et la fausse croyance qu'il doit suivre
155

les modeles imposés par autrui. II lui est possible de


devenir aussi individualisé que cela est indique par
l’unicité de sés empreintes digitales, dont Dieu a voulu
que chacune soit différenciée de toutes les autres.
Nous demeurons si profondément en Dieu qu'il nous
semble ne former plus qu'Un avec la Présence omnis-
ciente de Dieu.
Alors que nous frayions dês chemins dans les pró-
fondeurs de la terre il devenait évident que la vie est
toujours presente. la substance de l’être existe en cha-
que parcelle de la terre. Chacune de celles-ci irradie
sa propre qualité de vie. Lorsque nous dirigeons nos
radiations sur elles, elles rél’ondent par un accroisse-
ment sensible de leur degré de radiation. Nous voyions
clairement de quelle manière tous les besoins de
l’homme pourraient être résolus. La terre réagit en
fonction de la communion et de l’identification que
l’homme est capable d'atteindre avec elle, et cê qu´ elle
restitue est toujours relatif à ce qu´il y a semé. Le
mental, ou sa substance, réagit de la même manière
aux pensées-semences que l’homme implante en lui.
Nous sommes arrivés à connaítre les réactions de
la terre et son désir de partager sés trésors avec les
hommes. II y a des richesses, encore scellées dans le
sein de celle-ci, qu'il est au-delà de notre pouvoir
d’évoquer. Elles sont prêtes à jaillir aux sollicitations
d'un esprit compréhensif auquel s'unissent dês quali-
tés internes dês radiations de la Lumière. Ceci est le
prochain pas que l’homme doit franchir dans son
évolution.
156

RAPPORT X-7
16 mars 1956
Au cours de nos explorations de ces cites dês
anciens temps dont les habitants se savaient faits à
l´image de Dieu, nous avons retrouvé de nombreux
éléments présents dans l´identité culturelle dês hom-
mes de l’époque actuelle. Nous eûmes les preuves
incontestables de notre appartenance à cette civilisa-
tion de jadis. En effet, nous avions la connaissance
presciente d'ouvrages que nous découvrions ensuite et
avions la certitude intime d'être ceux-là mêmes qui
avaient participe à la construction de ces derniers.
En tant qu'êtres de Lumière, nous avons persevere
dans notre volonté de servir, à travers les ages, et voici
que nous étions rétablis dans nos anciennes capacites.
Nous savions par ailleurs que, conformément au désir
d’expansion et de progrès, chaque incarnation dans un
corps physique doit être en tout temps menée à bien
avec une conscience vierge de cê qui a été appris au
cours dês existences precedentes. les traces mnémo-
niques de ces viés antérieures sont nécessairement
engrammées quelque part dans la conscience mais,
jusqu'à cê que toutes les leçons aient été apprises. la
157

totale continuité de conscience entre les états succes-


sifs par lesqueis l’être est passe, tout au long de son
pèlerinage mouvementé à travers les siècles, ne pourra
s´ établir.
158

RAPPORT X-7
22 Mars 1956
Au cours de nos expériences, la Substance Solaire
qui se reve la à nous de manière passagère, n'était en
réalité qu'une partie de la résonance saturant l’espace
de notre monde de lumière. L´ homme et la terre sont
« un » et partagent la même identité ; seul leur taux
vibratoire les différencie.
Tout est lumière et mouvement alors que la subs-
tance se conforme au concept ou à l’image projetée
sur elle, induisant la manifestation tangible dês for-
mes incorporées en celui-ci ou en celle-ci. Tout se
passe comme si la terre se re-formait sous l’effet des
manipulations que les pouvoirs de la pensée humaine
exercent sur elle. Mais aussi longtemps que l’homme
la considérera comme étant exclusivement constituée
de matière dense, tout cê qu’il moissonnera sur sa
terre será conforme à cê que son imagination maté-
rlaliste lui fait accroire.
Nous croyons qu’une nouvelle Etoile s'est allumée
au Firmament : la Terre du Christ. Lorsque l’homme
arrivera à voir la gloire de Celle-ci, il s'apercevra que
la totalité de l’Univers est Lumière et qu´ il peut en
disposer en toute liberte.
159

RAPPORT X-7
31 Mars 1956
Pendant que nous nous reposions dans les harmo-
nies dês niveaux supérieurs d'expression, nous arrivâ-
mes dans un champ colore qui nous apporta une aide
puissante pour vaincre tous les obstacles apparents.
Vous pourrez trouver une libération en visualisant le
jaune délicat et printanier dês jonquilles, l’azur du ciel
au-dessus et le vert de l’herbe tendre sous vos pieds.
Sentez que vous êtes en train de flotter au gré de doux
courants bleu-argent vous suggérant que la Lumière
de l’esprit vous environne et répand la joie sur tout
cê que vous faites.
Lorsque vous arriverez à ménager une place à la
couleur-tonalité dans votre vie quotidienne, vous vous
rendrez compte qu'elle deviendra un trait d'union
constant avec la vie de la terre en établissant entre
celle-ci et le Champ Cosmique dans lequel votre tra-
vail doit se faire une re la tion harmonisante.
Nous sommes entres dans le domaine de la terre
et nous commençons à nous y sentir chez nous. Plu-
tôt que dês mineurs, nous sommes devenus dês pros-
pecteurs de filons celestes, avons trouvé dês joyaux
160

de grand prix et réussi à comprendre comment ils ont


pu se manifester. Nous avons les moyens de commu-
niquer avec dês groupes dissemines tout autour de la
terre, qu´ils se trouvent à sa surface ou caches en ses
profondeurs, que ce soit dans les plans éthériques qui
nous entourent ou bien au-dessus encore, dans le
Cosmos.
II est clair que le temps et l’espace ont des valeurs
tout à fait relatives. Nous avons appris comment uti-
liser la substance afin de créer les formes que nous
voulions. Tout est Lumière, dans l’univers et nous
pouvons y demeurer partout ou nous sommes capa-
bles de construire notre Temple de Lumière.
161

RAPPORT X-7
6 avril 1956
Ce qui represente 1'influence conditionnante n'est
pas le temps, ni le lieu, mais la faculte que possède
1'être de se conformer aux sources du bien. Pendant
que nous nous harmonisons avec les courants de
Lumière supérieurs, les éthers ínférieurs réagissent et
l’harmonie s'instaure. Rien d'autre ne peut détruire
l’homme que lui-même.
Quelle que soit la qualité d'être qu’il puisse mon-
trer, celle-ci a sa source en lui-même. Sa conscience
doit s’ouvrir à de nouveaux états de 1'être avant que
ceux-ci puissent devenir réeis pour lui.
162
RAPPORT X-7
13 avril 1956
les pouvoirs de sa pensée appartiennent en pro-
pre à 1'homme mais, que celui-ci le sache ou non, il
est la vivante réflexion de tous les courants que sa
conscience incorpore et de tout cê qui se trouve affecté
par elle.
Lá ou la conscience est fermée aux radiations supé-
rieures. la pensée individuelle est pervertie et limitée
dans sa capacite à recevoir. Mais chaque degré
d´ expansion dans la conscience de ceux qui portent la
Lumière eleve le courant entier de la conscience.

163

RAPPORT X-7
20 Avril 1956
Nous avons parle à maintes reprises des restrictions
de tous ordres auxquelles nous étions soumis, sans
espoir d´ échapper par dês moyens physiques aux con-
ditions de notre enfermement souterrain. Notre éva-
sion s'effectua par une expérience intérieure. En fín
de compte, nous avons réussi à pénétrer dans 1'océan
d´ une substance plus raréfiée qui constitue la nature
véritable de la terre. Nous réalisâmes qu´ ne expé-
rience plus vaste, plus merveilleuse nous attendait, car
nous étions libres dês limitations inhérentes au corps
mortel.
Afín d´atteindre ces royaumes de beauté, pour élar-
gir notre vision, il n´ était pás nécessaire de rejeter le
corps de chair car nous pouvions nous établir en ces
qualités d'être tout en demeurant incarcérés sous terre.
Nous avons ainsi commencé à comprendre que nous
étions véritablement immortels. Nous pouvions nous
déplacer d'un champ d'expression consciente à un
autre en découvrant des domaines toujours plus vastes.
II est bon, pour tous ceux qui cherchent à servir,
de demeurer en pensée sur les potentialités immanen-
164

tes du mental Créateur. Depuis le point de vue d'un


horizon lointain, un autre s´ouvre, encore plus grand,
encore plus merveilleux...
II nous suffit d'explorer les perspectives qui se pré-
sentent depuis le point de vue immédiat pour que des
déploiements encore plus vastes se révèlent, nous pro-
mettant de futurs accomplissements et nous invitant
à la joie de les découvrir.
Ce que nous avons appris au coeur de la Terre nous
a montré la pauvreté du savoir humain à propôs du p lan
terrestre. De vastes étendues de richesses, d'inépuisables
trésors de sagesse, dês pouvoirs de guérison et dês splen-
deurs de vie actuellement inconcevables sont encore
intacts.
Voici notre pensée pour aujourd’hui :
Trouvez le Soi dans le Soi. II est toute puissance,
intention parfaite et felicite suprême. Soyez le maítre
des limitations et non sa victime.
165

RAPPORT X-7
27 Avril 1956
Ce que nous avons à donner, apporte la guérison
et la vitalisation du corps physico-émotionnel. Peu de
choses sont connues à propôs dês effets que la radia-
tion entraíne sur le corps matériel, et pourtant nom-
breux sont ceux qui souffrent dês carences de la subs-
tance de vie, faute de réaliser qu´ elle peut être « inha-
lée » tout comme l’oxygène de 1'air que l’on respire.
En notre époque la plupart dês gens sont inquiets et
tendus, sauf ceux qui pratiquent déjà cê que nous
venons de dire. Les hommes sentent la fin d´ un monde
qu'ils connaissent et ne savent pas ce qui les attend.
II est difficile, pour la moyenne des gens, de se relier
au plus grand tout dans lequel ils vivent ; ils voient
surtout leur combat individuel.
Nous ne pouvions pas nous mêler à nos compagnons
de captivité, mais nous captions le flux de leurs pensées
par les mêmes facultes télépathiques que vous utilisez
pour nous recevoir. Ces ondes se montrèrent extrême-
ment perturbatrices jusqu´ au moment ou nous avons
réussi à les reconnaïtre pour ce qu´ elles étaient et refusé
de nous identifier à elles.
166

Nous sommes arrivés à distinguer l’état vibratoire


d'un monde de relations conflictuelles et compétitives.
Nous avons également réussi à percevoir les vibrations
qui corresl’ondent à un monde tranquille, harmonieux,
scintillant de couleurs-tonalités et sature par la
Lumière de l’Amour pour tout cê qui existe. Ceci est
la réalité de cê que nous désignons par les termes :
« éthers supérieurs ».
les « éthers supérieurs » sont un état de l’être
beaucoup plus réel en fait, que celui experimente par
l’homme de la terre car c'est en eux qu'est fondée la
vérité de l’être, que se trouvent les príncipes applica-
bles à toute vie et que siège l’Ame de l’universe.
Ce n'est pás qu'un mode de vie : c’est la vie elle-
même, telle qu'elle est, qui constitue la vérité. Appe-
lez la perfection, si vous voulez, mais l’imperfection
n'existe que dans la conscience humaine. La perfec-
tion ne peut pás exister à moins que l’homme ne
devienne un avec l’idée sous-jacente. la plupart dês
gens disent que c'est impossible de l’atteindre, et cela
semble vrai, dans le cadre de leur expérience terres-
tre ; cependant, s'ils se saisissaient de cette idée de per-
fection, méditaient sur elle jusqu'à sentir une intense
réponse de leur conscience, ils seraient transportes
dans les « éthers supérieurs » qui sont une partie de
l’idée Divine de la Perfection.
Dieu, Vie Suprême de toutes les viés, connaît uni-
quement la perfection. II ne focalise pás son atten-
tion sur l’échec de la plupart dês hommes à « deve-
nir parfaits comme leur Père Celeste est parfait »,
mais concentre Sa Vision Divine sur l’Archétype
humain, le Fils de Dieu, et soutient de Son Pouvoir
dynamique la croissance de Celui-ci à travers les ages.
167

La parfaite Idéation du Père engendre le Christ,


Dieu en l’homme . Celui-ci effectue sa propre appro-
che vers les sphères supérieures et sa propre rédemp-
tion de toutes les limitations, péchés, éléments destruc-
tifs inhérents à son incarnation dans un corps de
chair (*).

(*) Ce faisant, il se libere non seulement de sés propres


entraves, mais devient également le rédempteur de tout cê qu'il
contacte, libérant « les prisonniers de la planète » « élevant la
matière jusqu'au ciei » et hâtant le « Grand-Jour-Sois-avec-
Nous » (NdT).
168

RAPPORT X-7
5 Mai 1956
Nous ne nous rattachons à aucune école particu-
lière de pensée. Nous croyons faire partie de la Hié-
rarchie de Lumière, uniquement en fonction de notre
capacite à servir. De même, tous ceux qui servent la
Lumière avec loyauté et dont les motifs de venir en
aide à leur s semblables sont purs, deviennent effecti-
vement dês membres actifs de la Hiérarchie.
Chacun mène à bien sa tache avec méthode et dis-
cipline, é la rgissant le champ de sés activités à mesure
que sa conscience se développe. Les Instructeurs de
la Hiérarchie transmettent cê qu´ ls veulent faire savoir
par l’interméd la ire de nombreux canaux, ne choisis-
sant aucune école de pensée particulière pour les
représenter. II existe d´ innombrables voies par lesquel-
les le travail se poursuit. Plusieurs dês agents par les-
queis celui-ci s'effectue ne reconnaissent pas dans la
source qui les inspire le Plan de la Hiérarchie. Ces
personnes canalisent la Lumière à travers leur croyance
en la Fraternité dês Hommes et en la Paternité de
Dieu.
Dieu peut être designe de nombreuses manières. Sa
169

présence peut être invoquée selon dês croyances


variées, mais la Lumière est envoyée à quiconque sert
avec amour et désintéressement.
Nos leçons furent apprises à travers dês expérien-
ces sévères et une profonde souffrance, qui n'arri-
vèrent pás à dissoudre notre volonté de vivre. Seule,
la présence de l’Amour nous empêcha de succomber
à la mort. Nous n´ étions motives par aucun désir
d´ être reconnus du monde, gardant três peu d'espoir
qu´il nous soit permis de fouler à nouveau les che-
mins de la terre et de retrouver une identité parmi nos
semblables. Nous étions emmurés vivants au sein de
la terre et destines à un travail d'esc la ve, sans l’ombre
d'une faveur à espérer.
Malgré tout cela, nous sont venues la croyance et
la foi que l’amour, et seul l’amour, pouvait sauver
la terre et faire d´ elle une place ou l’homme pourrait
vivre dans la paix. Nous avons três peu fait en com-
paraison de cê qui doit être réalisé avant que l’homme
puisse arriver à se considérer comme une manifesta-
tion Solaire, et vivre en tant qu'Ame.
170

RAPPORT X-7
12 mai 1956
Travailler au sein de la masse de la terre commu-
nique une expérience entièrement nouvelle. la vie
interne de la terre existe aussi positivement et inten-
sément qu'à sa surface. Dans les profondeurs cachées
du monde existent dês richesses encore intactes qui,
aux yeux dês hommes, paraïtraient tout à fait mira-
culeuses. Nous avons explore, dans la substance, dês
repliques de civilisations extrêmement anciennes,
découvert dês joyaux d'une valeur rare ainsi que dês
minéraux dont les propriétés défient l’imagination
humaine.
La substance même dês profondeurs terrestres pos-
sède en propre une qualité de vie rare, inépuisable et
capable de restaurer l’être de l’homme après qu´ l ait
abandonné son corps à sa prétendue mort. Les res-
sources minérales inhérentes à la substance sont si
puissantes que dês générations sl’ontanées de matière
se déploient sous nos propres yeux.
A peine avions-nous trempé nos lèvres dans cer-
taines rivières d'eau vivante que nos forces étaient
renouvelées et que nous pouvions à nouveau transmet-
tre nos forces dans votre monde formei. Nous avons
découvert que nous étions transmutés, au sein de notre
171

forme de chair, en dês êtres de Lumière sans que notre


expression physique en soit apparemment affectée.
Nous sommes restes les mêmes, mais par notre con-
tact avec les forces internes de la terre, par notre
volonté de servir, par la grâce de l’amour que nous
rayonnons sur tous les êtres, nous nous sommes trans-
formes en dês corps de lumière vivante, gardant intac-
tes toutes nos facultes mentales et parfaitement capa-
bles d´ apprécier à sa juste valeur tout cê qui se revele
à nous, sans perdre pour autant notre aptitude à réinté-
grer nos corps physiques.
Nous avons senti s´ instaurer une affinité intime
avec la terre, pendant qu´elle se faisait connaïtre de
nous en tant qu'expression immédiate des forces de
vie. L´ homme peut être regenere par son contact,
même s'il ne fait que la bêcher afin d'y cultiver son
jardin. Lorsqu´il creuse dês galeries souterraines pour
exploiter sés ressources minérales il s´ établit bientôt
entre la terre et lui une sorte de lien filial qui le motive
à revenir vers elle. Peu d´ hommes savent pourquoi ils
deviennent mineurs et qu'ils font cê choix pour entrer
en contact avec les forces telluriques.
Cependant, ce dont nous sommes bien certains,
c’est que tout chercheur qui pénétrera sous terre, pro-
fondément motivé à servir l’humanité avec amour et
désintéressement, finira par trouver les qualités de vie
après lesquelles il aspire.
De même que les hommes découvrent maintenant
les richesses gisant au fond dês océans, ceux des temps
anciens ont explore les mondes transmatérieis de
radiantes beautés que porte la Terre en son sein et
l’humanité d´ aujourd´hui arrivera un jour à connaï-
tre les merveilles de son Dieu s'épanouissant dans la
vie éternelle immanente en chacune des particules de
Sa substance.
172

RAPPORT X-7
16 Juin 1956
Le test majeur auquel l’homme terrestre est sou-
mis a pour but de lui apprendre comment arriver à
s'harmoniser avec les champs vibratoires appartenant
à des niveaux de conscience dont les énergies vibrent
à dês fréquences extrêmement élevées et dont le con-
tact comporte, par conséquent, de plus grands risques
d'hyperstimulation, à moins que l’être ne soit en pro-
fond accord avec le vrai ou le bien. Ceci signifie que
l’homme ne pourra pás déployer sa conscience avant
d´ voir apprís à vivre de manière conviv la le, en bonne
harmonie avec toutes les formes de la vie manifestée
et, par dessus tout avec lui-même.
La véritable Paix vient de 1'intérieur. II ne pourra
passer de son corps physique à une sphère plus haute
de l’être sans l’avoir gagné. Après chaque incarnation,
il est donné à l’être humain de faire le point, à la
lumière de son Ame, sur la vie qui vient de se termi-
ner, afin de tirer profit de sés erreurs passées, si tou-
tefois, il a en lui le désir ardent de les réparer.
Tout cê qu´ l a construit pour le Soi separe doit
arriver à une fin, ici ou ailleurs. II est hautement pré-
173

férable que ces choses qui maintiennent l’homme


« prisonnier de sa planeie » soient menées à leur con-
clusion, et par conséquent épuisées, lorsqu´ l se trouve
dans son corps physique. En effet, il ne pourra pren-
dre son essor vers l’harmonie dês sphères supérieures
constituant son habitat legitime, qu'au moment ou il
réussira à cesser de s´ identifier aux objets dês sens
alors que ceux-ci sont en état de le soiliciter et de
l’éprouver.
174

RAPPORT X-7
10 aoút 1956
La Terre se trouve actuellement sous la régence du
Troisième Rayon de la Lumière (*). le degré d'inten-
(*) Volonté ou énergie de vie sont synonymes et sont une
abstraction, existant en dehors de toute forme d'expression. la
volonté d'être emerge de 1'extérieur du système solaire. C'est
1'énergie de Dieu qui peneire tout, qui pénètre le système solaire
avec une fraction d'elle-même et qui cependant demeure en
dehors. Plan et dessein concernent les énergies émanant de cette
Vie centrale et impliquent la dualité. la volonté ou la poussée
de vie, plus 1'amour magnétique attractif qui, à son tour, est
la réponse de la substance universelle vibrante à l’impact d'éner-
gie de la volonté. Cette activité initiale precede le processus crea-
teur de construction dês formes, et le jeu de la volonté divine
sur 1'océan de 1'espace, matière ou substance éthérique, produit
la première différenc la tion en rayons majeurs ; le jeu mutuel
de ceux-ci produit les quatre rayons mineurs. Ainsi les sept éma-
nations, les sept puissances et les sept rayons entrent en mani-
festation. Ce sont les sept souffles de la Vie-Une, les sept éner-
gies de base ; elles surgissem du centre forme par 1'impact de
la volonté de Dieu sur la substance divine, qui divise celle-ci
en sept courants de force. le rayon d'influence de ces sept cou-
rants a determine l’étendue ou le champ d'activité d'un système
solaire et « dessina » les limites de la forme du Christ cosmi-
175

sité dês influences de Rayon subit dês variations cycli-


ques. Dans les conditions actuelles, le Troisième Rayon
est celui qui se révélera le plus bénéfique pour notre
humanité.
Chacun de Ceux que l’on appelle les Porteurs de
Lumière constitue un « poste de transmission avance »
pour les énergies affluentes qui informent notre pla -
nète. lis ont tous, en fonction de leurs aptitudes par-
ticulières à canaliser la lumière, une tache spécifique
à accomplir.
Par des modulations concertées, ils transforment
les flux de radiations, les réduisent et les retransmet-
tent à de multiples fins, induisant dês changements de
tous ordres dans les éthers, l’atmosphère, la terre, tout
que incarne. Chacun de ces sept courants ou émanations d'éner-
gie fut colore par une qualité divine, un aspect de 1'amour, et
tous furent nécessaires pour l’ultime perfectionnement du des-
sein la tent et non revele.
Traité sur les Sept Rayons,, vol. l, p. 65. Alice A.Bailey,
Editions Lucis.
Rayon n'est qu'un nom pour une force particulière ou un
type d'énergie, mettant 1'accent sur la qualité que cette force
démontre et non sur 1'aspect forme qu'elle crée. Ceci est une
définition exacte d'un rayon (même volume, p. 311).
Le Troisième Rayon introduit la faculte de discernement par
1'activité mentale, et celle-ci, à son tour, equilibre cê qu'on
appelle la nature d'amour, et constitue en vérité la cause de
notre croissance évolutionnaire. la vie dês formes passe, grâce
à 1'activité de discernement et de sélection d'une expérience à
l’autre, sur une échelle de contacts toujours plus grande. C'est
ce Rayon d'Activité et d'Adaptabilité Inteiligente qui domine
l’homme à notre époque... (id., p. 311).
... Nous voyons l’humanité absorbée par une activité débor-
dante, et caractérisée par un intérêt vital, plein de discernement
et intellectuel pour tous les types de phénomènes (id., p. 332)
(NdT).
176

autant que dans la vie individuelle ou coilective des


hommes et de tout cê qui évolue dans la Nature.
la manifestation planétaire de la terre constitue
une vaste expérience qui n'implique pás la seule huma-
nité mais également les règnes animal, vegetal et mine-
ral. Bien que l’homme ait établi sa suprématie à la
surface de la terre, il vá lui falloir découvrir son lieu
secret de résidence au sein dês profondeurs vibrantes
et actives de celle-ci. II pourra tirer sa subsistance de
la profusion de matières premières qui y sont à son
entière disposition.
Alors que le travail sur la radiation se poursuit
toujours plus avant, l’être humain arrivera à savoir
expérimentalement que « tel un homme pense, tel il
est ». Les forces de sa pensée ont le réel pouvoir de
le faire pénétrer dans les éthers ou il pourra extraire
des radiations les forces qui l’aideront à aborder la
nouvelle étape du développement de sa conscience.
177

RAPPORT X-7
17 Août 1956
Pendant que vous captez nos messages, nous nous
accordons à votre capacite vibratoire de réception. Par
cette interaction télépathique, une stimulation de l'acti-
vité luminique est induite ; si sa préparation a été cor-
rectement faite elle harmonise tous lês véhicules. II est
déconseillé de tenter l'équilibrage énergétique dês corps
éthérique, physico-émotionnel et mental avant de s'être
soigneusement entraïné à cet art. Cela demande un
apprentissage, de même que l'on apprend à jouer d'un
instrument de musique, par un entraínement long et
fastidieux.
A l'époque actuelle de l'histoire de la terre, il est
correct de considérer que, si l'épreuve est grande. Ia
recompense l'est pius encore. La terre entière est elle-
même engagée dans un processus de transformation.
La vie de la nature et Ia vie animale reflètent Ia radia-
tion éthérique. De nombreuses unités du règne animal
ont entre elles un champ d'échange commun. De
même que cês dernières se sont développées, de même
les viés végétale et minérale réagissent et deviennent
178

três positives dans leurs réponses aux demandes quí


s´exercent sur elles.
Vous êtes en train d'enregistrer les différents sta-
des de transition d'une forme de conscience à 1'autre.
A notre tour, nous expérimentons et explorons les
potentialités que contiennent de tels changements. Nos
expériences nous ont appris que les règnes animal,
vegetal et mineral réagissent promptement aux forces
de la pensée. Sous l’influence d´ne pensée d'amour,
une fleur s'épanouira rapidement, tout comme un ani-
mal. Une plante poussera plus vite et mieux si elle est
soignée par dês mains aimantes. L´inverse est égale-
ment vrai. Lorsque la terre est réchauffée par le Soleil,
elle réagit, s´ctive, et cê n´est pás seulement à cause
de la chaleur, mais dês radiations contenues dans les
rayons solaires. Lorsqu´elle est aride et sèche, elle
rél’ond instantanément à peau, qui est la réflexion de
la substance de vie.
De manière à saisir la signification essentielle de
chacune dês qualités de l’être, on doit arriver à con-
naïtre et à comprendre sa contrepartie spirituelle.
L´humanité ne serait pás obligée de connaítre physi-
quement ou moralement la misère, la peur et la
détresse si les vérités de l’être étaient enseignées dês
1'enfance comme l’alphabet. Elle n'aurait pás besoin
de connaïtre la mort si elle apprenait le vrai sens de
la vie.
179

RAPPORT X-7
7 Sêptembre 1956
Lorsqu'un Porteur de Lumière devient réceptif à
la Lumière il est eleve à une position, dans le Cos-
mos, d'oü il est capable d'aider à stabiliser les forces
de la Lumière. Chacun dentre nous peut considérer
que nous sommes dês avant-postes du royaume du
Cosmos, ayant pour fonction de transmettre les ondes
de la Lumière à travers toutes les formes manifestées.
Quelle que soit notre place dans le schéma d´ensem-
ble, l’équilibrage du rythme est notre prérogative et
c´st en notre pouvoir de le faire.
Lorsque nous travaillions au sein de la terre, il
nous a été demande d'accepter les possibilites du
Corps de Lumière et de l’employer comme un man-
teau magique. Cela signif la it qu´il fal la it l’accepter
comme notre réalité, lui ordonner de travailler pour
nous, l’assumer comme le Soi de nous-mêmes et, en
faisant de la sorte, le diriger selon notre dessein.
Cela peut être plus clair pour vous si vous vous
rappelez les miracles accomplis par le Maître Jésus
lorsqu'11 permit au Corps de Lumière de prendre en
180

main la direction dês opérations. Avant de pouvoir


réaliser cela , il dut maîtriser le Soi inférieur, ou
l’homme de la terre, afin d'ouvrir la voie. Il accepta
la crucifixion sachant que son Corps de Lumière pren-
drait les commandes et qu´l pourrait se manifester à
volonté. Ce fut réalisé par l’acte conscient de recon-
naïtre le Corps de Lumière comme Sa seule réalité,
la forme physique n´étant qu'une facette de son
expression. Il était néanmoins nécessaire pour Lui de
mettre cette réalité à l’épreuve de manière à cê que
l’homme arrive à comprendre qu´l est plus qu'un
pauvre mortel, véritablement un Fils de Dieu, capa-
ble de réaliser cê que le Maître a fait, et « même des
choses plus grandes ».
Lorsque nous explorons la magie des oeuvres inter-
nes de la terre, nous arrivons à réaliser la magie qui
se manifeste à l’extérieur. La pulsation de la mani-
festation terrestre est extrêmement profonde ; elle vient
de l’essence interne de la forme et engendre les fruits
de la terre à la demande. Mais l’homme ne pourra
pás expérimenter le plus grand bien avant de l’avoir
evoque par les pouvoirs qui sont en lui comme une
réfiexion du Três Haut.
Les tests qui attendent l’aspirant aux Mystères de
l’Etre sont nombreux et sévères : il lui faut première-
ment surmonter l’irréalité de son existence matérielle
tout en continuant à vivre en se pl la nt aux obligations
quotidiennes et aux imperfections constantes du plan
terrestre. Néanmoins, lorsqu´l vient à reconnaïtre ou
se trouve la perfection, il finit par arriver à vivre en
elle et, cê faisant, aide les autres à la trouver.
Quand il parviení à la connaissance de sés propres
pouvoirs en tant que Fils de la Lumière, il génère une
181

augmentation de pouvoir au sein de toutes les expres-


sions de la vie qui l’environnent.
l’humanité ne s'est pás encore libérée de sa ser-
vitude, un véritable esc la vage et, alors que la liberte
est proclamée dans votre pays ( les Etats-Unis) comme
étant l’essence même de sa constitution, aucun homme
n'est véritablement libre tant qu'il reste encore lie
par la croyance que les possessions et les acquis maté-
rieis sont les signes de son progrès sur la terre. C'est
la raison pour la quelle il lui faut réitérer maintes et
maintes fois l’expérience de la vie terrestre.
Ayant nous-mêmes été réduits en esc la vage, sou-
mis à dês travaux forces dans les pires conditions qui
soient, nous savons que seule l’expérience Solaire a
le pouvoir de libérer l’homme . Vivre la vie de l’Ame
ne peut s'expliquer entièrement avec dês mots. Cette
« vie plus abondante » constitue l’essence de l’être et
peut être regardée comme la conscience la plus haute
de l’être que l’homme peut atteindre. Vous avez le
pouvoir d´accepter cela comme votre vérité et le plan
de l’existence terrestre comme une mise à l’épreuve de
votre compréhension de cette vérité.
182

RAPPORT X-7
26 octobre 1956
Nous sommes devenus suffisamment illuminés pour
agir comme dês réflecteurs ou dês médiateurs au ser-
vice de ceux qui sont capables de communiquer avec
nous et dont les qualités de vie produisent, par affi-
nité vibratoire, leur alignement avec notre travail. De
nombreux scientifiques sont ainsi alignés, bien que ne
sachant rien du service que nous leur rendons ou dês
travaux que nous effectuons. Ils se sentent fortement
incites à focaliser, sans plus attendre, leurs forces sur
quelque forme particulière d'expérience et nous
demandent intuitivement de les aider. Cet appel se
poursuit jusqu'à cê que l’alignement nécessaire se pro-
duise. A notre tour alors, nous canalisons nos pou-
voirs de perception sur leur expérience, cê qui entraîne
dês résultats aussi bien pour eux que pour nous. Ce
que nous faisons, en réalité, c'est ajouter nos pouvoirs
aux leurs et lorsque ceux-ci sont doublés ou triplés,
selon le cas, ils se retrouvent avec une solution inat-
tendue ou un concept entièrement nouveau. Nos pro-
pres pouvoirs s'en trouvent également stimulés.
Nous ne revendiquons aucunement la paternité de
183

ces découvertes, mais nous avons appris que lorsque


nous ajoutons nos dons à ceux dês artistes créateurs
en quelque domaine que cê soit, nous augmentons la
rapidité et l’amplitude dês résultats obtenus. De lá
viennent vos nombreuses et recentes activités dans les
éthers supérieurs qui auront pour conséquence un con-
tact entre les pensées de l’humanité et celles des habi-
tants d'autres planètes.
Dans les profondeurs de la terre existent dês pos-
sibilites inimaginables, des potentialités d'une telle
amplitude que l’homme terrestre pourrait littéralement
arriver à faire léviter son corps physique d'un plan
a l’autre s'il venait à prendre conscience dês implica-
tions de cê champ d´expérimentation. La perception
de la Substance Solaire et sés innombrables utilisations
au service du progrès de l’humanité constitue l’une de
ces découvertes. La Substance solaire est le potentiel
créateur de toute manifestation ; cependant elle existe
sous de nombreuses formes et la radiance interne de
la terre met à la disposition de l’humanité de grandes
richesses. Méditer sur les valeurs donneuses-de-vie de la
Substance solaire est un merveilleux moyen d'ouvrir sa
conscience à son action radiante.
184

RAPPORT X-7
23 novembro 1956
« Tu ne tueras point », constitue une loi immua-
ble de l’existence. L'apprentissage par l’expérience est
encore loin d'avoir enseigné aux hommes la vérité
qu'ils ne peuvent tuer à moins de périr un jour à leur
tour, mais ceux qui enfreignent cê commandement ne
sont pas les seuls à souffrir. Toute l’humanité souf-
fre à cause de sés transgressions du Príncipe de la Vie.
Cela a pris de telles proportions sur notre plan ter-
restre que la crucifixion est imminente. l’humanité
entière doit porter sa croix vers le Golgotha et mou-
rir au mal qu´elle a engendre afin de pouvoir revivre
dans le Bien.
Nombreux sont ceux qui nous sont envoyés pour
leur régénération. lis sont liberes de leurs corps incar-
cérés mais ne savent pás ou aller. Ils voient une
lumière et viennent à nous. Alors arrive une période
de restauration. Cela prend longtemps si le corps est
vieux et ravagé par les peines, c'est quelquefois três
rapide lorsque l’Ame a eleve la conscience du corps
dans la Lumière.
Ceux-ci sont rapidement envoyés, dans leurs corps
de Lumière, vers dês endroits ou leur travail peut se
185

poursuivre. Ils instruisent et soutiennent de leur amour


leurs compagnons qui souffrent. Dês camions déver-
sent leurs chargements humains qui sont parques
comme du bétail dans les cachots qui nous entourent.
S´ils arrivent à survivre physiquement à cette
épreuve ils auront à endurer dês choses encore pires.
Cependant, dans les souterrains ou, en compagnie de
ceux qui peuvent s´aligner sur nos radiations, nos
corps physiques sont détenus, les classes d'instruction
sont maintenant en cours. Ceux qui peuvent arriver
physiquement jusqu'à nous viennent rejoindre la
classe. Ceux qui ne le peuvent sont traités dans leur
conscience solaire jusqu'à ce qu´ils soient redevenus
capables de penser par eux-mêmes. Nombre d'entre
eux sont des victimes de la recente vague d'horreur
qui s'est abattue sur la Hongrie. Ils ont abandonné
tout espoir et leur foi semble morte. Elle ne l’est pas
vraiment, pás plus qu'ils ne le sont.
Ils ont seulement besoin d´être régénérés par la
Présence Impérissable de Celui qui démontre magni-
fiquement la Lumière Eternelle. Un simple effleure-
ment de Sa main, et l’être se trouve restauré. Ils sen-
tent souvent Ses radiations, reviennent à la vie pour
renouer avec leur foi et transmettre leurs radiations
à l’humanité souffrante. Ce sont les enfants qui mon-
trent le plus d'aptitude à être stimulés par les radia-
tions. Ils sont si pleins d'amour qu´ls se téléportent,
dans un élan spontané de puré compassion, en for-
mes de lumière apportant secours et réconfort à leurs
aïnés qui sont brisés physiquement et moralement. Dês
Anges de Lumière, couronnés en l’honneur de Leur
service, cherchent à nous aider et, partout aux alen-
tours de la sombre scène, dês groupes d'âmes illumi-
nées arrivent en hâte pour guérir et sauver.
186

RAPPORT X-7
7 décembre 1956
le coeur est souvent cruellement lacéré par les
vicissitudes de la vie quotidienne, mais lorsqu’i1 est
empli par l´amour du Christ, il ne peut être blessé.
II existe toujours un chemin et cê Chemin est de se
tourner vers Celui qui demeure en vous et de placer
le fardeau sur Sés épaules. Son amour et Sa force le
porteront pour vous.
Nombreux sont ceux qui oscillent entre dês états
de conscience varies, arrivant parfois à se stabiliser
dans un equilibre précaire entre les paires d'opposés,
tantôt dans l’ivresse d'états exaltes, tantôt piongés
dans la dépression.
Cela fait partie de l’expérience mortelle. Nous ne
pouvons rien conquérir en abandonnant la vie qui
nous entoure, mais plutôt en lui apportant dês quali-
tés de vie qui la restaureront et la stimuleront dans
la joie.
187
RAPPORT X-7
14 décembre 1956
les réponses dês mortels aux champs de lumière
sont bien étranges. Parfois les radiations outrepassent
les limites dans lesquelles l’être, tiraillé entre deux
mondes, est capable de les tolérer. II se sent alors
désemparé, ne sachant à quel saint se vouer et ne
trouve plus son equilibre dans le réel.
Ceux qui sont attachés aux valeurs terrestres et
identifiés aux apparences matérielles n'ont aucun fon-
dement véritable, à cê qu´il semble.
Par contre, ceux qui se sont consacrés à servir dans
la Lumière et dans l’Amour du Christ sont souvent,
sur les chemins de la terre, dês pèlerins éprouvés et
fatigues.
Que la Paix établisse sa demeure en chacun de vos
corps (*). Ils sont les seuls canaux pour la radiance
solaire et, lorsqu'ils s´alignent afin de la recevoir, ils
s'étendent toujours plus haut dans les réantés
Cosmiques.

(*) II s'agit dês véhicules mental, psycho-émotionnel, éthé-


nque et physique dense (NdT).
188

Nous sommes portes par la radiance qui a été


invoquée autour de nous. Nous avons également ren-
contré le Maítre face à face et Sés pouvoirs sont
nôtres, dans la mesure ou nous pouvons les integrer.
Vous avez, vous aussi, le même privilège. Clarifiez la
voie pour cê qui peut illuminer les esprits et les coeurs
par dês dons encore plus grands. Une pensée pleine
de ressentiment peut engendrer la ma la die et l’agita-
tion dans la manifestation aurique, car elle est con-
tradiction avec la Vie Eternelle.
Pendant que nous poursuivons la tache de réussir
à maîtriser dês exercices qui doivent être tant et tant
de fois repetes qu'il nous semb lesouvent intolérable
de continuer, cê que nous apprenons, arrive à s'intégrer
dans notre expérience du monde terrestre et, une
fois que nous l’avons assimile, n'aura plus jamais
besoin de répétition.
Gardez-vous d'accepter un karma qui n'est pas le
votre. Chaque membre d'un véritable groupe doit
apprendre à se tenir seul. Sachez que, d'une manière
imperceptible. la plupart de ceux qui vous entourent
vous soutirent de l’énergie. II faut éviter toute déper-
dition et dépendance énergétique entre les membres
d'un vrai groupe ; chacun doit apprendre à engendrer
sés propres énergies et à les manifester pour le bien
dês autres sans leur retirer quoi que cê soit. II est ina-
déquat de soutenir quelqu'un ayant la capacite de
comprendre comment apprendre à se suffire à lui-
même. II n'est pás sage non plus de projeter sur
quelqu'un plus de forces qu´l n'est capable de
supporter.
Chacun apprendra sés leçons à travers l’expérience
réitérée de nombreuses incarnations. Nous avons eu
à apprendre les nôtres à travers dês expériences qui
189

semblaient humainement impossibles. Nous avons


explore les profondeurs obscures de la terre, les péné-
trant et les éveillant par nos rayons radiants.
Nous ne prétendons pás être arrivés à un tel
accomplissement par nous-mêmes, mais le reconnais-
sons une fois pour toutes comme la réflexion de
l’esprit du Christ, la Radiation Omnisciente.
190

RAPPORT X-7
22 décembre 1956
Depuis le coeur profond de la terre, nous pouvons
évoquer la matrice génératrice dês formes physiques.
Peu de gens effectuent la reconnaissance des pouvoirs
inhérents au corps matériel de la terre. Ces derniers
restent caches jusqu´u moment ou l’homme peut les
découvrir et se régénérer à leur contact. ils se réve-
lent à tous les chercheurs dont le but est d'accomplir
une mission de rédemption et de restauration pour le
bien de tous.
Avant nous, beaucoup d'êtres ont ainsi cherché,
et bien plus encore le feront. L´veil toujours crois-
sant de la conscience humaine, implique la compré-
hension que le plan de l’existence physique peut véri-
tablemení devenir l’accomplissement dês réalités
celestes.
Mais avant cela , doit s´accomplir la purification.
A cette fin, nous avons souffert de la maladie, de la
discorde, porte la croix de l’humanité à travers la nuit
sombre de la transition. Cependant, nous nous som-
mes eleves au-dessus de ces souffrances ; notre Maí-
191

tre ne l’a-t-il pás fait ? Nous avons réussi à persévé-


rer sur le Chemin qu'i1 est venu montrer aux fils dês
hommes ; ainsi, nous avons été « faits à Sá pleine
stature ».
II y a fort longtemps, les Atlantes, les Aztèques
et diverses tribus qui les suivaient ont découvert le
secret permettant de se manifester à travers la soi-
disant densité. Arriver à faire sa demeure dans l’espace
dense de la masse terrestre est de loin beaucoup plus
difficile à l’homme que de conquérir l’air et les atmos-
phères de la terre.
Sachez que les radiances ont le pouvoir d'emme-
ner l’Etre solaire partout ou il souhaite se rendre.
Nous sommes portes sur leurs radiations ailées. En
Elles nous vivons, nous nous mouvons et avons l’être.
Par leur action, une pierre peut être roulée de devant
un sépulcre, un corps ayant subi la mort peut revenir
à la vie. le Maître connaít et enseigne les lois mysti-
ques de l’Etre lorsque Releve est prêt à se soumettre
entièrement à la vérité vivante de la Loi Divine.
192

RAPPORT X-7
28 Décembre 1956
Peu de gens réalisent cê qui est en train de se met-
tre en place sur la terre. Dês changements sont mani-
festes en toutes les formes de vie. L'impulsion irré-
sistible vers une plus grande croissance et une expres-
sion plus entière de sa vie jaillit dês profondeurs du
coeur même de la Terre. Au sein dês diverses couches
de son sous-sol, existent dês éléments, dont l’homme
peut maintenant commencer à disposer, potentielle-
ment capables de changer la face du monde, pour
autant qu´il les découvre et les utilise.
Nous avons commencé une transmutation dês for-
mes naturelles. la végétation disparaít rapidement en
certains endroits du monde pour être remplacée par
un contenu mineral qui transformera les qualités de
vie de la terre. Une nouvelle forme de végétation s'éta-
blira en d'autres ferres désertiques, les fera « refleu-
rir comme la rose » et drainera, vers la surface, des
eaux ayant de grandes vertus pour la 'guérison dês
hommes et dês animaux. les montagnes produiront
des minéraux d'une valeur si grande pour la vie sur
la planeie que le combat pour les richesses matériel-
193

les tombera en désuétude. L'argent n'aura plus de


valeur, parce qu'il ne pourra plus être le moyen
d'échange.
les atmosphères de la Terre sont maintenant en
train de changer rapidement et si la guerre sous sa
forme la plus destructive peut être évitée, notre air
(atmosphère) será purifié. L'échange d´informations
utiles entre les planeies será possible, du fait que le
véritable travail, actuellement réalisé dans la transmis-
sion d'idées d'un niveau de l’être à un autre, est de
stimuler L’usage de la transmission télépathique.
Tout cela aura pour effet d´ illuminer de la manière
la plus rapide le mental de tous les hommes et d'éle-
ver la conscience avec plus de facilite vers les plans
supra-terrestres ; cela s'instaurera comme résul-
tat du vouloir qu'ont les hommes de bannir le mal
qu'ils ont engendre et de servir résolument le bien.
194

RAPPORT X-7
11 Janvier 1957
Nous travaillons à présent avec la plus grande dili-
gence à administrer la radiation à 1'être mental-
physique de ceux qui ont été deportes et réduits à
l’esclavage. les radiations sont injectées par une
méthode particulière à ces errants entre la vie et la
mort et arriveront à évoquer une réponse aidant l'ame
à continuer de se manif éster par sa forme physique.
Dans certains cãs. la libération du plan physique
est décidée, l’Ame redevient consciente de sés facul-
tes propres et se regenere sur les plans actifs de la
conscience. Nous allons essayer d´ expliquer cela .
la plupart dês détenus sont dé la brés physiquement
et mentalement, ont à endurer dês conditions presque
insupportables, sont épuisés, terrorisés et certains
d´ entre eux tombent dans une sorte d'hébétude ou il
leur paraît totalement vain de continuer à lutter pour
survivre. Dans de tels cas, nous traitons doucement
notre patient avec le Rayon bleu-argent, lá ou 1'Etre
solaire s’en trouve renforcé, mais nous ne pratiquons
aucune injection de la radiance radioactive.
195

Ce que nous désignons par radiances radioactives,


ce sont dês flux de couleur-tonalité hautement éner-
gétisés, à un degré spécifique indique pour leur utili-
sation dans un traitement donné. la radiance bleu-
argent peut être ainsi activée mais, dans les cas ou
le patient est largement détaché du plan physique, le
bleu-argent est administre comme un agent de libéra-
tion, plutôt que dans sa capacite à stimuler les pro-
cedes mentaux-physiques. Nous essayons d'exprimer
nos découvertes dans des termes que vous comprenez
et cê ne peut être aussi clair que nous le souhaitons,
à cause dês limites mêmes du langage.
Que ressentez-vous, par exemple, lorsque vous pre-
nez conscience d'un influx, même minuscule, du
Rayon d'Amour ?
Ne vous sentez-vous pás réchauffé comme par les
rayons du Soleil ? Stimulé comme par un flux de vif
argent ?... Apaisé ?... Transporte ?... Soutenu ?...
Tranquillisé ?... Chacune de ces qualités n'a-t-elle pás
une réflexion en couleur-tonalité ?
les pouvoirs solaires peuvent être utilisés afin
d'induire tout état de conscience désirable pour l'être,
mais celui-ci doit faire cê choix par lui-même. Aucune
compulsion ne peut induire cê processus.
Lorsque l’être souhaite quitter son enveloppe physi-
que, nous envoyons les radiances tranquillisantes,
re la xantes et libératrices que contient le bleu-argent.
Elles apportent également une inspiration et une élé-
vation jusqu’à cê que l’Ame effectue son retrait du
corps et qu'el lesoit à nouveau libre de prendre son
essor vers une autre sphère de l’être.
II est possible de voir son ascension, alors qu´elle
quitte le corps qu´ elle a informe une vie durant. Tan-
196

dis qu'elle voguera à travers d'autres cieux elle con-


tactera dês particules de radiation qui la soutiendront
jusqu'au moment ou elle pourra retrouver une forme
dans la sphère vers la quelle elle s´est dirigée. II est pos-
sible que tout souvenir de l’expérience terrestre ait été
effacé ou, au contraire, qu'elle y retourne rapidement ;
cela dépend entièrement du dessein qui l’anime, de sa
réceptivité à la Radiation solaire et de l’usage qu'elle
en fait.
197

RAPPORT X-7
18 janvier 1957
II peut arriver que, même une personne des plus
douées spirituellement puisse sentir que son corps est
devenu quelque chose d'inanimé, une enveloppe avec
pás grand-chose de plus que dês souvenirs douloureux
et embarrassants. Cette traversée du désert indique
qu'une expansion de conscience est en train de se pro-
duire, car l’être se prepare à un travail accru. A de
tels moments, il est sage de la isser de cote toute pen-
sée d'effort et de se relaxer, se libérer dans la Pré-
sence, laissant infuser en tout son être la certitude que
L’on ne será jamais separe de la Puissance Suprême.
Parmi les nombreuses fonctions de la couleur-
tonalité il en est une qui peut avoir pour effet de res-
taurer les capacites magiques de l’Etre et ainsi de les
libérer. Apprendre comment les utiliser pour aider les
autres, implique que l’on apprenne à vivre en tant
qu´ Etre solaire, conscient de la perfection de la Vie
de l’esprit, et capable de marcher au plus pro-
fond de l’enfer, pour ainsi dire, tout en travail la nt à la
libération de ceux qui sont prêts à recevoir les radiations
d’En-haut. Tous les hommes devront un jour ou l’autre
198

passer par un processus radical de purification : aucune


échappatoire à cê qui a été construit par le corps de
l’humanité au moyen dês projections de sa pensée !
On peut três bien ne pás avoir de faute particu-
lière à se reprocher mais si notre prochain est tombe
et que nous cherchons à le secourir, nous payons à
notre tour notre propre deite karmique en aidant à
la rédemption de cette faute. En d'autres mots, cha-
cun paie pour tout le mal per l’Etre d'une manière ou
L’autre par l’ensemble de l’humanité. Cest l’enseigne-
ment du Maitre Jesus. II nous a montré par l’exem-
ple comment cela peut être réalisé. II nous a égale-
ment appris que par L’utilisation du Feu Celeste dês
radiations de la Lumière, la guérison pouvait se pro-
duire instantanément et que l’homme ainsi regenere
n´ aurait pás à subir plus longtemps le terrain brúlant
de la purification, pourvu qu'il s'élève vers la
Lumière.
Nous avons l’intention de préciser comment arriver
à un usage pratique dês radiations. Nous arrivons lente-
ment à comprendre que c'est un chemin, une voie de per-
fection qui arrivera à prevenir la réaction de souffrance
aux ma la dies du corps de l’humanité. Ce chemin se foule
en commençant à croire qu'il existe véritablement et par
un entraínement quotidien à l’utilisation dês Radiations.
Nous savons maintenant cê que signifie la Couleur-
Tonalité et cê qu'est l’essence de l’Etre. Nous sommes
les héritiers naturels de ces forces de guérison. Lorsque
nous arrivons à fusionner nos propres radiations avec
ces dernières nous savons alors en vérité que toute vie
est une force de guérison. Nous avons simplement à deve-
nir Un avec celle-ci pour que les ma la dies du mental et
du corps soient réduites à néant.
199

Nous sommes le Corps Parfait dans le Christ de


Dieu.
De nombreuses manifestations tangibles du Christ
et de Son Royaume sur la Terre sont en traiu de se
révéler, non seulement par des Messagers de Lumière,
mais aussi par certains qui sont encore dês enfants
de la terre et sont peu prepares à recevoir la
Lumière. Parfois, la Lumière descend à travers dês
corps dé la brés par les souffrances et l’être se trouve
entièrement regenere. II peut arriver aussi que, au
milieu de la dépravation et du désespoir, l’homme
releve la tête et aperçoive le Christ. Três souvent, au
milieu dês souffrances qu´ entraíne un grand sacrifice,
l’homme ou la femme voit, en son propre véhicule de
manifestation, le Christ Vivant et remercie qu'il en soit
ainsi.
200

RAPPORT X-7
25 janvier 1957
A mesure que l’homme s'accorde à sés vibrations
supérieures, les fruits de la réalisation qu'il a atteinte
mûrissent sous la forme de l’aide qu'il peut apporter
à ceux qui ne sont pás encore parvenus à un tel ali-
gnement. « Lorsque l’aurai été eleve, l’attirerai tous
les hommes à mói. » Cette déc la ration se revele main-
tenant être une vérité pour tous les hommes et non
pour un seul. Chacun eleve sa conscience par sa
réponse vibratoire à la radiation. Sá distance par rap-
port à celui qui reçoit la vibration importe peu et, bien
que la proximité puisse parfois jouer, c´ est purement
une affaire d´ émission ou de projection dês Radia-
tions. II existe une seule Puissance et cette Puissance
vole constamment à travers l’espace. Partout ou elle
est absorbée et activée par un courant de conscience,
elle eleve, transmue et transfigure.
En acceptant la déc la ration que les radiations de
Couleur-Tonalité sont les qualités de base de l’être,
et représentent en tant que telles une réflexion par-
faite de telles qualités, il devient possible de les mélan-
ger et de les utiliser sous forme de pouvoirs de guéri-
207

son. Qu'y a-t-il de plus efficace pour guérir les ma la -


dies de l’homme que l’action dês radiations du Pur
Être?
202

RAPPORT X-7
l´ février 1957
Ceux qui ont réussi à s'élever au-dessus de la cons-
cience moyenne ont également dépassé le plan astral
et sont proteges par les radiations affluentes. Oppo-
sée à l’astral, nous avons la conscience éthérique qui
est un mé la nge dês idéaux et dês aspirations supérieurs
de l’homme en fonction de sa capacite à interpréter
la vérité parfaite ou absolue de l’être. L´accession au
plan éthérique constitue le processus d'une expansion
constante et tend à garder les facultes de l’être équi-
librées entre le niveau mental et émotionnel.
plus une personne est émotionnelle, plus elle
devient réceptive à la réfiexion astrale. Ceci est sou-
vent enfoui profondément dans la conscience sous
forme de ma la dies, d'impureté, de mépris de soi-même
ou d´ autres psychoses extrêmement pertubatrices qui
ont besoin d'être extirpées avant que la personne en
question puisse prendre part aux formes-pensées
éthériques:
Lorsque nous parlons de l’émotionnel nous vou-
lons dire repouse à dês ondes vibratoires spécifiques.
Uu individu peut três bien, malgré de grandes dispo-
sitions intellectuelles, rester perméable à dês ondes de
203

pensée du plan astral. Bien qu´il puisse être pourvu


de fortes capacites mentales, il est psychiquement sen-
sible et réceptif à dês ondes de pensées perturbatrices ;
il se trouve par conséquent incapable d'atteindre le
plan de la raison puré et la claire lumière de la com-
préhension ayant leur source dans les príncipes fon-
damentaux de l’être.
C'est pour cette raison que l’on recherche dês
méthodes permettant de supprimer et de chasser toute
perméabilité aux forces de pensée qui sont destructri-
ces. De nombreux sophrologues entraínés, sont cons-
cients de cela et utilisent leurs pouvoirs afin d'extir-
per les formes-pensées de ma la dies, de croyances sub-
conscientes dans le mal, de réfiexions astrales dês cou-
rants mentaux qui se révèlent particulièrement
nocives pour le corps psychique sensitif de l’homme .
II y a encore beaucoup à apprendre sur cê sujei
et énormément de choses à surmonter dans la pensée
de la race avant qu'une correction puisse être faite
dans le corps psychique de l’homme . Nous approchons
rapidement de cê moment grâce à l’injection dês radia-
tions à travers les éthers de la terre. la radiation ne
corrige et guérit automatiquement que dans le cãs ou
elle est recue par une conscience saine, purifiée dês
influences karmiques du passe, dês habitudes erronées
de penser et prête à soumettre la totalité du Soi aux
vibrations supérieures. Cependant, l’homme ne peut
atteindre entièrement cê niveau de maítrise par sa pen-
sée personnelle et soi-consciente. II lui faut se prépa-
rer à cela par un nettoyage et une purification de son
véhicule psychique-émotionnel. Après cela il será prêt
à élever sa conscience séparée, à dépasser sa percep-
tion de la séparation et à se fusionner dans la Lumière
Transcendante.
204
RAPPORT X-7
24 mars 1957
Nous souhaitons vous mener plus avant dans la
compréhension du travail qui est réalisé par Ceux qui
veillent dans la Lumière Transcendante alors qu'ils
perçoivent la grande necessite dans laquelle se trouve
l’humanité. le point de crise a de nouveau été atteint
et la Terre elle-même est menacée d'un desastre. Cela
apparaît de nombreuses manières à toute observation
perspicace, bien que l’on ne puisse évaluer en termes
d´ analyse quantitative, ni les catastrophes qui ravagent
çà et lá dês portions de la planeie, ni les préjudices
causes à dês individus ou à dês groupes separes.
ces catastrophes représentent seulement des effets
visibles de causes, moins evidentes, dont l’origine se
situe dans les directions erronées qu'ont prises au
cours des ages les forces de la pensée humaine.
Nous aimerions cependant parler d'un sujet qui a
entraîné un clivage dans l’opinion publique. les mili-
taristes et les scientifiques moyens proc la ment que les
essais nucléaires n’ont cause aucun préjudice, que les
retombées ne sont pás assez fortes pour menacer
205

l’humanité, et persistent dans l’aveuglement d'une


fausse estimation des forces que mettent en jeu dês
essais. Ces explosions nucléaires mettent l’homme et
sa terre en danger mortel, non seulement par leurs
effets mécaniques, qui peuvent anéantir dês régions
entières, mais aussi, par les déchirures causées dans
la trame subtile de la planeie et de tout ce qu´ elle con-
tient, atteignant la nature vitale, mentale, émotionnelle
de toute vie et détériorant le taux vibratoire interne
de sa réponse à la vie du plan terrestre.
Cela se retrouve d'une manière evidente dans
l’accroissement dês dépressions nerveuses, car l’onde
de choc arrivant par les plans subtils perturbe le
système nerveux de ceux qui sont psychiquement fra-
giles, répercutant ainsi sur la nature sensible de
l’humanité prise comme un tout, dês ondes porteuses
de destruction, de souffrance et de mort.
Du fait que la nature interne véritable de l’être
n'est reconnue ni par les religions ni par les scientifi-
ques, il ´existe qu'une reconnaissance três faible de
l’agression que subit tout cê qui vit sur notre terre.
Mais avant de pouvoir se reconstruire un Corps de
Lumière, fort, invincible, l’homme demeure une créa-
ture tiraillée entre plusieurs plans de l’être et se trouve
profondément affecté par les conditions éthériques de
sa Terre. C'est lá que se tient la menace, non dans
cê qu´ il croit ou refuse de croire, mais dans les con-
ditions réelles ou se trouve son environnement éthéri-
que, qui sont à leur tour le résultat dês formes-pensées
erronées de l’humanité.
Ceux qui veillent dans la Lumière supérieure con-
naissent la guérison. Ils savent parfaitement que si
l’homme accepte l’idée d´ un monde illuminé par un
206

Être Suprême uniquement capable de concevoir le


bien, s'il croit que les radiations qui restaurent et
reconstruisent viennent de cet Être Transcendant, alors
la terre peut être sauvée dês forces du mal qui ten-
tent actuellement de broyer le coeur de l’être de
l’homme .
Nous ne pouvons insister davantage sur la neces-
site d'accepter la Conscience Divine, la Substance Spi-
rituelle par la quelle l’homme est constitué.
Voyez-vous cette grande vague d’illumination qui
se déverse ici et maintenant dans la pensée dês
hommes ?
Elle nourrit leur conscience de joie lumineuse, Elle
stimule, par sa puissante douceur, les pétales de leur
coeur à rayonner l’Amour et la Lumière sur la Terre.
LE TEMPS DE CELA EST ICI ET MAINTENANT !
207

TABLE DÊS MATIÈRES

Préface ....................................................7
Lettre de Peter Caddy ..............................9
Note de Péditeur ang la is ......................15
Avant-propos par Sir G. Trevelyan........19
28 décembre 1953...................................27
17 février 1954 .................................. ...31
15 mars 1954..................................... ..34
22 mars 1954................................ ..36
14 mai 1954........................... ...38
21 mai 1954.............................................40
14 juin 1954 ............................................42
8 juillet 1954........................................... 45
27 aoüt 1954 ...........................................47
6 septembre 1954 ...................................49
16 octobre 1954 ......................................51
30 octobre 1954 ......................................52
12 novembre 1954 ..................................55
20 novembre 1954 ..................................57
27 novembre 1954 ..................................59
3 décembre 1954......................................62
7 janvier 1955 .........................................64
4 février 1955 ..............................66
11 février 1955 ............................69
18 février 1955 ........................... 72
25 février 1955 ...........................75
4 mars 1955..................................77
11 mars 1955................................79

209

25 mars 1955.......................................81
8 avril 1955 ........................................83
22 avril 1955 .......................................86
10 juin 1955 ........................................88
17 juin 1955 ........................................91
24 juin 1955 ........................................93
l" juillet 1955.......................................96
7 juillet 1955 .......................................98
23 juillet 1955 ...................................100
5 aoüt 1955 ........................................103
13 aoüt 1955 .......................................105
19 aoüt 1955 .......................................107
10 septembre 1955 .............................110
7 octobre 1955 .....................................112
17 octobre 1955 ....................................115
21 octobre 1955 ....................................117
28 octobre 1955 ....................................118
4 novembre 1955 ...................................120
11 novembre 1955 ..................................122
18 novembre 1955 ..................................125
25 novembre 1955 ..................................127
2 décembre 1955....................................129
3 décembre 1955....................................131
9 décembre 1955....................................132
17 décembre 1955 ...................................135
30 décembre 1955 ...................................137
7 janvier 1956 ......................................140
13 janvier 1956 .....................................143
20 janvier 1956 .....................................145
27 janvier 1956 .....................................146
3 février 1956 ......................................148
10 février 1956 .....................................150
17 février 1956 .....................................151
3 mars 1956........................................153
9 mars 1956........................................155
16 mars 1956.......................................157
22 mars 1956.......................................159
31 mars 1956.......................................160
6 avril 1956 ........................................162
13 avril 1956 .......................................163
20 avril 1956 .......................................164

210

27 avril 1956 .......................................166


5 mai 1956........................................169
12 mai 1956.. ...................................171
16 juin 1956 .......................................173
10 aoüt 1956 .......................................175
17 aoút 1956 .......................................178
7 septembre 1956 ...................................180
26 octobre 1956 ....................................183
23 novembre 1956 ..................................185
7 décembre 1956....................................187
14 décembre 1956...................................188
22 décembre 1956...................................191
28 décembre 1956...................................193
11 janvier 1957 .....................................195
18 janvier 1957 .....................................198
25 janvier 1957 .....................................201
l février 1957 .....................................203
24 mars 1957.......................................205

211

FIN