Vous êtes sur la page 1sur 18

31

Propriétés et fonctions du verre


3.1 Propriétés et fonctions du verre
381 u Composition et fabrication
382 u Propriétés physiques
384 u Le verre et la lumière
393 u Le verre et le rayonnement
solaire
398 u Le verre et l’isolation thermique
402 u Le verre et l’isolation acoustique
407 u Le verre et la résistance aux
impacts
409 u Le verre et la protection incendie
411 u Le verre et l’agencement
413 u Le verre et la structure

3.2 Questions techniques

3.3 Mise en oeuvres

3.4 Environnement réglementaire

Prada Boutique Aoyama


Design Architect : Herzog & de Meuron, Associate Architect : Takenaka Corporation
Facade : Josef Gartner GmbH • Glass : ECKELT GLAS GmbH
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Composition et fabrication Propriétés physiques
Composition des températures avoisinant 1550°C; Propriétés Elasticité
Les verres silico-sodo-calciques - l’affinage au cours duquel le verre mécaniques Le verre est un matériau parfaitement
utilisés dans le bâtiment (les verres fondu est homogénéisé et débarrassé élastique : il ne présente jamais de
des bulles gazeuses; Densité
“ordinaires”) ont pour composition : déformation permanente.
- le conditionnement thermique où le La densité du verre est de 2,5, soit
- un corps vitrifiant, la silice, introduit Il est cependant fragile, c’est-à-dire
verre peu visqueux est refroidi jusqu’à une masse de 2,5 kg par m2 et par mm
sous forme de sable (70 à 72%); que, soumis à une flexion croissante,
ce que sa viscosité corresponde aux exi- d’épaisseur pour les vitrages plans.
- un fondant, la soude, sous forme de il casse sans présenter de signes
gences du procédé de mise en forme. La masse volumique, exprimée dans
carbonate et sulfate (environ 14%); précurseurs.
le système d’unités légal, est de
- un stabilisant, la chaux, sous forme 2500 kg/m3. Un m2 de verre 4 mm a • Module de Young, E
Bain d’étain (3)
de calcaire (environ 10%); donc une masse de 10 kg. Ce module exprime la force de traction
Le verre liquide est déversé sur de qu’il faudrait théoriquement appliquer
- divers autres oxydes tels que l’étain fondu à 1000°C environ.
l’alumine, la magnésie, améliorant Résistance à la compression à une éprouvette de verre pour lui com-
Le verre, moins dense que l’étain, muniquer un allongement égal à sa
les propriétés physiques du verre, “flotte” sur celui-ci et forme un ruban La résistance du verre à la compression
notamment la résistance à l’action longueur initiale. Il s’exprime en force
ayant une épaisseur naturelle de 6 à est très élevée : 1000 N/mm2 ou
des agents atmosphériques; par unité de surface. Pour le verre,
7 mm (procédé du “float”). Les faces du 1000 MPa.
selon les normes européennes :
- pour certains types de vitrage, verre sont polies par la surface de l’étain Ceci signifie que, pour briser un cube E = 7 x 1010 Pa = 70 GPa
l’incorporation de divers oxydes d’une part et par le feu d’autre part. de verre de 1 cm de côté, la charge
métalliques permet la coloration • Coefficient de Poisson, Ó
Des dispositifs permettent d’accélérer nécessaire est de l’ordre de 10 tonnes.
dans la masse (SGG PARSOL). (coefficient de contraction latérale)
ou de diminuer l’étalement du verre
Résistance à la flexion Lorsqu’une éprouvette subit un
afin d’en maîtriser l’épaisseur.
allongement sous l’influence d’une
Fabrication Un vitrage soumis à la flexion a une
contrainte mécanique, on constate
Four de recuisson (4) face en compression et une face en
Composition verrière (1) un rétrécissement de sa section.
A la sortie du bain d’étain, le ruban de extension. La résistance à la rupture en
Au mélange vitrifiable est ajouté du flexion est de l’ordre de : Le coefficient de Poisson Ó est le
verre devenu rigide passe par “l’étenderie”
verre recyclé (calcin) afin de diminuer rapport entre le rétrécissement unitaire
qui est un tunnel de refroidissement - 40 MPa (N/mm2) pour un verre float
la température de fusion. sur une direction perpendiculaire
contrôlé. La température du verre recuit;
au sens de l’effort et l’allongement
Le transport, la pesée, le mélange s’abaisse régulièrement de 620 à 250°C. - 120 à 200 MPa (N/mm2) pour unitaire dans la direction de l’effort.
et l’enfournement sont faits automati- Le refroidissement lent se poursuit ensuite un verre trempé (suivant épaisseur,
quement. Ce mélange est humidifié à l’air libre. Il permet de libérer le verre Pour les vitrages du bâtiment, la valeur
façonnage des bords et type
afin d’éviter la ségrégation des grains de toutes les contraintes internes qui du coefficient Ó est de 0,2.
d’ouvrage).
des différentes matières et le dégage- provoqueraient sa casse lors de la découpe.
La valeur élevée de la résistance du
ment de poussière.
verre trempé (SGG SECURIT) est due au Comportement
Découpe (5) fait que son traitement met les faces
Four de fusion (2) thermique
Le ruban de verre froid, jusqu’ici du vitrage en forte compression.
L’élaboration du verre comprend trois continu, est découpé automatiquement Dilatation linéaire
Compte tenu des coefficients de
phases essentielles : en plateaux de 6000 x 3210 mm. La dilatation linéaire est exprimée
sécurité, les contraintes de travail Û
- la fusion au cours de laquelle les Le verre clair de SAINT-GOBAIN GLASS préconisées par SAINT-GOBAIN GLASS par un coefficient mesurant l’allonge-
matières premières sont fondues à s’appelle SGG PLANILUX. et habituellement retenues sont indi- ment par unité de longueur pour une
quées au chapitre 3.2 “Questions tech- variation de 1°C. Ce coefficient est
Schéma de principe de la fabrication du verre “float”
niques” pour les applications les plus généralement donné pour un domaine
courantes. de température de 20 à 300°C.
Le coefficient de dilatation linéaire
1 2 3 4 5 du verre est 9.10-6.
381 • Composition et fabrication Propriétés physiques • 382
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Propriétés physiques Le verre et la lumière
Exemple Une élévation de température de “Le soleil est le grand luminaire de ble lieu d’échanges entre le monde
100°C fait dilater un mètre de verre toute vie. Il devrait être utilisé comme extérieur et notre “bulle” privée.
Un vitrage de 2 m de longueur
d’environ 1 mm. tel dans la conception de toute Dessinée, dimensionnée et positionnée
(exprimée en mm) s’échauffant de
On trouvera ci-dessous les coefficients maison”. avec soin, elle conditionne la qualité du
30°C s’allongera de :
de dilatation linéaire d’autres matériaux. F.-L. Wright* bâtiment, tant du point de vue du
2000 x 9.10-6 x 30 = 0,54 mm caractère architectural, qu’en ce qui
“[…] Il est ridicule de penser qu’une
concerne les ambiances intérieures.
ampoule électrique peut faire ce que le
Coefficient de dilatation linéaire Rapport approximatif avec le verre soleil et les saisons accomplissent. Il est rappelé ci-après quelques principes
Bois (sapin) 4 x 10-6 0.5 Ainsi, ce qui donne un authentique de construction permettant de profiter
sens à l’espace architectural, c’est la au mieux des bienfaits de la lumière.
Brique 5 x 10-6 0.5
Pierre (calcique) 5 x 10-6 0.5 lumière naturelle.”
Verre 9 x 10-6 1 Louis I. Kahn** Bâtir avec la
Acier 12 x 10-6 1.4 lumière
Ciment (mortier) 14 x 10-6 1.5 * L’architecte Frank Lloyd Wright (1869-1959) a été naturelle
Aluminium 23 x 10-6 2.5 aussi inventif dans la conception de grands édifi-
Chlorure de polyvinyle (PVC) 70 x 10-6 8 ces (musée Guggenheim à New-York) que dans la La clarté des espaces, la transparence,
réalisation de maisons particulières. Maître du le jeu des couleurs, et même l’intimité
courant organique dans l’architecture moderne, il créée par les ombres, doivent accom-
a exercé une immense influence sur la profession. pagner et favoriser la multitude d’acti-
Contraintes d’origine Un traitement thermique
** L’œuvre architecturale de Louis I. Kahn (1901- vités qui caractérisent notre vie quoti-
thermique complémentaire (trempe) permet au dienne.
1974) est caractérisée par l’audace et la rigueur
verre de supporter des différences de des formes, la qualité des rapports spatiaux
Du fait de la faible conductivité thermi- Les points à retenir sont les suivants :
températures de 150 à 200°C. jointes à des références historiques. Le Capitole
que du verre (voir chapitre “Le verre et - ouvrir largement les cuisines, coins
à Dacca et la Bibliothèque d’Exeter sont ses
l’isolation thermique” œuvres majeures. repas et pièces de séjour. Ce sont les
p. 398), le réchauffement ou le pièces de vie de la maison, nous y
refroidissement partiel d’un vitrage passons 80% de notre temps durant
entraîne dans celui-ci des contraintes La lumière du jour est, bien sûr, à l’origi-
le jour;
pouvant provoquer des casses dites ne de la vie et nul ne saurait s’en passer.
Elle est la Référence ! Notre bien-être, - prévoir un espace bien éclairé dans
“casses thermiques”. chaque chambre afin de favoriser
notre développement, mais aussi notre
L’exemple le plus fréquent de risque de l’épanouissement des enfants. Des
santé en dépendent. Les grands bâtis-
casse thermique concerne les bords premiers jeux de bébé à l’apprentis-
seurs de toutes les époques l’ont bien
d’un vitrage absorbant pris dans une sage de la lecture ou l’accomplisse-
compris puisqu’ils l’ont toujours placée
feuillure, soumis à un fort ensoleille- ment des devoirs, la lumière naturelle
au centre de leurs préoccupations.
ment et qui se réchauffent plus lente- doit accompagner le développement
ment que la surface du vitrage. La lumière naturelle c’est aussi le mou-
psychomoteur de l’enfant;
vement, la diversité des ambiances et
Lorsque les conditions d’utilisation ou - s’assurer que les chambres
du temps qui passe, les changements
de mise en œuvre risquent d’entraîner peuvent être correctement ventilées;
climatiques, les heures ensoleillées
dans un vitrage des différences de - essayer, dans la mesure du possible,
mais aussi les jours couverts…
température importantes (voir normes de créer une ouverture dans les pièces
ou réglementations nationales), il sera Le verre est, en quelque sorte, un mer-
veilleux “filtre” qui permet de domesti- d’eau (salles de bain). La possibilité
nécessaire de prendre des précautions d’aérer en ouvrant la fenêtre permet
particulières de pose et de façonnage. quer et d’apprivoiser cette lumière afin
d’en user à notre guise. d’éliminer la condensation et favorise
l’hygiène des pièces dites “humides”;
La fenêtre, quant à elle, est un formida-
383 • Propriétés physiques Le verre et la lumière • 384
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la lumière Le verre et la lumière
- concevoir la maison ou l’immeuble de - éclairer les sous-sols à partir de la En été (soleil haut), les ouvertures vitrée doit au minimum représenter
façon à ce que tous les espaces de vie périphérie du bâtiment. La création orientées au sud peuvent être facile- 35 à 50% de la surface de la façade.
se trouvent à proximité des ouvertures; d’ouvertures, même de petite taille, ment protégées à l’aide d’un avant-toit De plus, avec le verre autonettoyant
- tenir compte de l’environnement permet de s’orienter et de se déplacer (balcon, auvent…). SGG BIOCLEAN, il est aujourd’hui

extérieur (immeubles voisins, végéta- dans les sous-sols en toute sécurité. possible de concilier grandes surfaces
tion, obstacles naturels). Un obstacle De plus, cela offre des possibilités de FAÇADES SUD vitrées et facilité d’entretien.
de 10 m de haut situé à 15 m de la ventilation intéressantes.
façade peut réduire de 40% la quan- Positionner les vitrages le plus
tité de lumière naturelle disponible à haut possible.
5 m des ouvertures; C’est la partie haute des vitrages qui
environ 20˚ environ 67˚ permet d’éclairer le fond de la pièce. La
HIVER ÉTÉ limite supérieure du vitrage doit être
située à une hauteur au moins égale à
Façades est et ouest la moitié de la profondeur du local.
Dans le cas contraire, la partie arrière
Les vitrages orientés à l’est ou à l’ouest de l’espace devra faire appel à l’éclaira-
reçoivent un maximum d’énergie en ge artificiel.
été, le matin pour l’est et le soir pour
Tirer profit l’ouest. Le soleil étant bas sur l’horizon,
il convient d’équiper ces ouvertures
de chaque
d’un vitrage de contrôle solaire adapté
orientation afin de réduire les risques de surchauf-
- privilégier, autant que possible,
l’éclairage bilatéral. La présence Façades nord fe et d’éblouissement.
d’ouvertures sur deux façades Les locaux orientés au nord ne Les ouvertures orientées à l’ouest sont
opposées équilibre les niveaux d’éclai- bénéficient pratiquement pas du soleil. particulièrement concernées puisque,
rement et atténue les ombres La qualité de la lumière naturelle y est lorsqu’elles sont ensoleillées, la tempé-
portées. Cela permet d’augmenter la très constante, c’est l’une des raisons rature extérieure est souvent élevée (fin
profondeur des locaux; pour lesquelles les ateliers d’artistes d’après-midi); l’ouverture des fenêtres
- ne pas oublier que les balcons ou recherchent souvent cette orientation. ne permet alors pas de rafraîchir le local.
avant-toits réduisent la pénétration Elle est aussi particulièrement adaptée Pour les ouvertures orientées au sud,
de la lumière naturelle. Il est alors pour les salles de lecture, les ateliers ou à l’est et à l’ouest, on pourra avanta-
souhaitable de compenser ceci par la les locaux équipés d’ordinateurs. geusement utiliser des vitrages de type
mise en œuvre de vitrages plus Les vitrages à isolation thermique SGG CLIMAPLUS 4S.
grands ou la création d’ouvertures renforcée permettent d’augmenter Utiliser judicieusement les vitra-
supplémentaires; la largeur des ouvertures, tout en ges en allège.
maîtrisant les pertes thermiques en Definir les
- éclairer les locaux du dernier étage
hiver (gamme SGG CLIMAPLUS). ouvertures Le vitrage en allège permet d’augmen-
depuis la toiture, créer des puits de
ter le champ de vision vers le bas et
lumière. A surface égale, les ouvertu-
Façades sud Dimensionner correctement les favorise la continuité de l’espace entre
res zénithales fournissent 2 à 3 fois
intérieur et extérieur, mais ne contri-
plus de lumière naturelle que les Les vitrages orientés au sud bénéficient ouvertures.
bue pas à l’éclairage des locaux de
ouvertures en façade. La création d’un ensoleillement maximum en hiver Si l’on tient compte de toutes les com- manière significative.
d’ouvertures dans la toiture permet (soleil bas). Cette orientation doit donc posantes du bilan énergétique de la
aussi de dynamiser les espaces et, par être recherchée pour augmenter les fenêtre (énergie nécessaire au chauffa-
exemple, de valoriser les combles; gains thermiques durant la saison froide. ge, à l’éclairage et au refroidissement
du local), on peut dire que la surface
385 • Le verre et la lumière Le verre et la lumière • 386
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la lumière Le verre et la lumière
Réduire l’épaisseur des menuise- Choisir le Se proteger du Pour être efficace en été,
ries (cadres de fenêtre, montants vitrage adéquat soleil la protection solaire doit stopper
intermédiaires). Utiliser du verre à isolation Équiper toutes les façades (hor- 80 à 85% de l’énergie transportée
La surface de verre doit être la plus thermique renforcée (gamme mis la façade nord) d’un système par les rayons solaires (facteur
grande possible afin d’augmenter la
SGG CLIMAPLUS). de protection solaire (store, volet, solaire g compris entre 0,15 et
quantité de lumière disponible à 0,20).
l’intérieur. Les produits existants présentent une lames…).
très bonne transmission lumineuse Une bonne protection, combinée avec A noter qu’en plein soleil, une fenêtre
combinée à des performances thermi- une ventilation naturelle appropriée, de 1 x 1,50 m peut se comporter
ques élevées. Les pertes énergétiques permet dans de nombreux cas de se comme un radiateur de 1 kilowatt.
sont sensiblement réduites en hiver, et passer de climatisation. Les vitrages Ceci est très intéressant en hiver
le confort thermique est largement de contrôle solaire permettront de (gains thermiques), mais peut causer
augmenté. De plus, la température de lutter efficacement contre les sur- des problèmes de surchauffe en été.
surface du verre est plus élevée ce qui chauffes (SGG COOL-LITE, SGG ANTELIO,
réduit la sensation de froid et élimine SGG REFLECTASOL). La protection solaire
Utiliser des protections solaires
les risques de condensation. éventuelle doit être, de préférence, mobiles afin de pouvoir dégager
placée à l’extérieur, devant le vitrage la fenêtre lorsque le soleil est
Tirer profit de la transparence du (notamment en façades sud et ouest). absent (temps couvert).
verre. Si le store est en position intérieure, il
Utiliser des stores à lamelles intégrés
Plus la transmission lumineuse du se produit un effet de serre qui peut
au double vitrage (SGG CLIMAPLUS
verre est élevée, plus l’on dispose d’une entraîner des surchauffes importantes.
SCREEN). Réserver les protections fixes
quantité importante de lumière à (avant-toits) aux pièces très claires
l’intérieur des locaux. PROTECTION EXTERNE orientées au sud.

Mettre à profit la brillance du


Bien choisir la position de la verre. Va l o r i s e r
fenêtre dans l’épaisseur du mur. Du fait de sa surface extrêmement la lumière
La fenêtre est mieux protégée contre lisse, le verre est un matériau “brillant”. naturelle

VITRAGE
les intempéries lorsqu’elle est position- De plus, certains verres à couches d’ori-
STORE
née en retrait (vers l’intérieur). Par ail- gines métalliques accentuent les effets Utiliser des couleurs claires pour
leurs, les jeux d’ombres créés sur la de miroir (SGG COOL-LITE, SGG ANTELIO, les revêtements intérieurs.
SGG REFLECTASOL). Cette propriété per-
façade sont alors plus marqués et Plafonds et murs blancs, sols clairs
contribuent à “animer” celle-ci. met de jouer avec les reflets du verre. PROTECTION INTERNE (plus les pièces sont “claires”, plus elles
paraissent spacieuses).
Jouer avec l’opalescence des ver-
Les plafonds sombres produisent un
res d’aspect dépoli. “effet de grotte” qui se traduit par une
La translucidité des verres imprimés, des sensation d’inconfort (impression
verres dépolis ou sablés permet d’écrasement).
VITRAGE

de faire pénétrer la lumière tout en cou-


STORE

pant la vue directe. Ceci est intéressant


pour préserver l’intimité de certains
locaux (SGG DECORGLASS, SGG MASTER- Effet de serre
GLASS, SGG SATINOVO, SGG OPALIT).

387 • Le verre et la lumière Le verre et la lumière • 388


31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la lumière Le verre et la lumière
Utiliser des couleurs claires pour - contrôler soigneusement les - le tableau ne doit pas être trop près
la face intérieure des menuiseries. contrastes dans le champ visuel. des ouvertures afin de limiter les
L’éblouissement (direct ou par reflets;
Cela permet de réduire le contraste, réflexion) et les contrastes trop - la possibilité d’occulter complètement
entre les menuiseries et le ciel et d’aug- importants doivent être évités; les ouvertures (projections et vidéos)
menter la sensation de clarté intérieure.
- créer des ouvertures en second jour ne doit pas être oubliée.
pour profiter de la lumière en prove-
Choisir des couleurs claires pour
nance d’un couloir, d’un atrium;
les lames des stores. Locaux de
- utiliser l’épaisseur du faux-plafond
Des lames sombres créent un effet de pour augmenter les ouvertures vers le bureaux
“prison” (vision à contre-jour avec le haut (50 cm de vitrages gagnés dans Dans les locaux d’angle qui
ciel pour fond). le faux-plafond permettent de dou- possèdent des ouvertures sur deux
bler l’éclairement à 5 m de la baie). parois contiguës, utiliser le mobilier,
Limiter les obstacles devant la les plantes ou bien des cloisons
fenêtre. mobiles à mi-hauteur pour contrôler
Les rideaux ou voilages intérieurs, les luminances aux différents postes
lorsqu’ils sont repliés, doivent dégager de travail (problèmes de reflets).
totalement l’ouverture (jusqu’à 30% Si les bureaux donnent sur un atrium,
de lumière en moins lorsque le la surface des ouvertures doit être
“stockage” des rideaux est inadapté). agrandie afin de compenser le fait
qu’il y a moins de lumière provenant
de l’atrium que de l’environnement
A propos du extérieur.
Locaux
confort visuel Positionner le plan de l’écran
industriels
Dans la majorité des cas, l’être humain d’ordinateur perpendiculairement à Les tâches accomplies dans l’industrie
passe une grande partie de sa journée celui du vitrage. sont nombreuses et variées.
à une place de travail, occupé soit à De préférence, placer l’ordinateur sur Parmi celles-ci, les opérations de
apprendre (écoles), soit à effectuer les un support indépendant et mobile, contrôle de qualité et de contrôle
différentes tâches pour lesquelles il est afin de pouvoir modifier et orienter d’aspect font appel à l’œil humain
rémunéré (locaux de travail). La qualité facilement le poste de travail. pour discerner d’infimes variations de
de l’environnement lumineux a des couleur ou de texture. La qualité de
conséquences considérables sur sa Locaux la lumière naturelle, notamment sa
sécurité, sa santé, son état d’esprit, et scolaires capacité à rendre fidèlement les
aussi sur son efficacité ! Les points les couleurs, est très intéressante.
De nombreuses études ont montré que
plus importants concernant la lumière Privilégier les ouvertures en toiture.
l’échec scolaire est parfois dû à une
naturelle sont les suivants : mauvaise vision des enfants. Bannir les pénétrations solaires direc-
- rapprocher les postes de travail des Les conditions d’éclairage sont donc tes. Les éblouissements directs et les
ouvertures (éviter les locaux trop un facteur primordial de la qualité des reflets possibles sur des surfaces
profonds); locaux scolaires : métalliques réduisent la performance
et peuvent mettre en cause la sécurité
- ménager une possibilité de vue - la majorité des élèves étant droitiers,
du personnel, notamment dans le
directe vers l’extérieur; les ouvertures doivent être situées sur
travail sur machine.
- bannir les taches de soleil direct la paroi gauche des salles de classe.
Privilégier la lumière diffuse et réduire
sur le plan de travail (problèmes Ceci permet d’éviter que la main qui
les ombres portées.
d’éblouissement); écrit ne fasse de l’ombre;

389 • Le verre et la lumière Le verre et la lumière • 390


31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la lumière Le verre et la lumière
Locaux lumière naturelle est donc réduite et Lamelles de verre orientables long et 50 cm de large. La luminosité
entraîne une augmentation des
commerciaux Les mêmes types de vitrages peuvent obtenue à l’intérieur du local, comme le
dépenses d’éclairage. niveau de protection solaire, dépend du
La présence de lumière naturelle être utilisés pour la réalisation de lamel-
Pour satisfaire des objectifs apparem- les pivotantes placées en façade, à degré d’absorption et de réflexion lumi-
dans les commerces est à la fois une
ment contradictoires et assurer un meil- l’extérieur en format de 2 à 3 mètres de neuse du vitrage choisi.
source d’animation, de qualité (rendu
leur confort visuel, des vitrages spéciaux
des couleurs) mais aussi d’économie
ont été développés. Ils ont pour mission
d’énergie. Les sources d’éclairage
de capter et réorienter la lumière du
artificiel utilisées pour la mise en
jour vers certaines zones des bâtiments.
valeur des produits dégageant
beaucoup de chaleur, il est souvent Aujourd’hui, trois grandes familles de
nécessaire de refroidir les locaux. La produits verriers peuvent assurer cette
création d’ouvertures permet à la fois fonction : les lamelles de verre fixes ou
de réduire l’utilisation des lampes, orientables posées en façades (à l’exté-
mais aussi de ventiler les espaces. rieur ou à l’intérieur du bâtiment) et Position 1 Position 2 Position 3
les doubles vitrages intégrant des
Veiller à ce que les produits sensibles
lamelles organiques sans couche
(alimentation, textiles…) soient
(SGG LUMITOP).
protégés du soleil et utiliser de préfé- Les doubles vitrages avec grilles géométrie a été conçue pour arrêter la
rence des vitrages offrant une bonne miroirs lumière solaire directe et réfléchir à
protection aux rayonnements Capter et réorienter la lumière l’intérieur du bâtiment une lumière
ultraviolets (feuilletés SGG STADIP et Pour capter et réorienter la lumière, diffuse. Ces types de vitrages sont
SGG STADIP PROTECT).
il est possible d’intégrer dans des dou- essentiellement utilisés en toiture.
bles vitrages des grilles métalliques ou Pour obtenir l’effet recherché,
S’assurer que les reflets sur les
en matériau organique, revêtues d’une l’orientation et l’inclinaison des
surfaces vitrées (vitrines) ne perturbent
couche hautement réfléchissante. Ces doubles vitrages sont déterminées en
pas la vision des objets. L’utilisation de
grilles, fixes et protégées par le verre, fonction de la situation géographique
vitrages antireflets permet de valoriser
sont constituées d’alvéoles dont la du bâtiment (latitude).
pleinement les objets exposés
(SGG VISION-LITE PLUS).
Lamelles de verre fixes Grille réfléchissante - Protection solaire - Utilisation de la lumière diffuse
Capter et Des lamelles de verre de type
SGG ANTELIO placées horizontalement
réorienter la
en façade, de préférence à l’extérieur, Verre plat face externe
lumière du jour renvoient la lumière vers le plafond. Grille en matière organique
Dans les bureaux et les administra- L’éclaircissement de ce dernier et le avec dépôt hautement réfléchissant
tions, l’usage de l’éclairage électrique léger assombrissement des zones Verre plat face interne
dépasse souvent les 60% du temps situées près des fenêtres permettent
d’occupation des locaux. Cela est dû, d’obtenir une luminosité régulière et
certes, au rythme des saisons, mais confortable dans le local. Les vitrages qui
également aux nombreux systèmes assurent cette nouvelle fonction de
Les doubles vitrages avec stores Ils permettent de doser et de réorienter
d’ombrage mis en place devant les réorientation de la lumière sont des la lumière, de contrôler la vision, et
fenêtres et façades pour réduire vitrages monolithiques à couches dont intégrés
d’assurer la protection solaire.
les charges de refroidissement du la réflexion lumineuse est élevée (de 30 Les doubles vitrages SGG CLIMALIT
bâtiment lors des périodes de fort à 50%) et dont la transmission lumineu- SCREEN et SGG CLIMAPLUS SCREEN sont
ensoleillement. La pénétration de la se peut être comprise entre 20 et 65%. équipés d’un store vénitien relevable à
lamelles métalliques orientables.
391 • Le verre et la lumière Le verre et la lumière • 392
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et le rayonnement Le verre et le rayonnement
solaire solaire
Rayonnement Sensation lumineuse facteur de transmission de ce vitrage. Facteurs de transmission et de
solaire La sensation lumineuse que nous Les tracés de ces rapports pour l’ensem- réflexion lumineuses
éprouvons est due à l’action du seul ble des longueurs d’onde constituent les
Les facteurs de transmission et de
Composition du rayonnement rayonnement électromagnétique de courbes spectrales du vitrage.
réflexion lumineuses d’un vitrage sont
solaire longueurs d’onde comprises entre Pour une incidence donnée, ces rap- les rapports des flux lumineux trans-
0,38 µm et 0,78 µm. ports dépendent de la teinte du vitrage, mis et réfléchi au flux lumineux inci-
Le rayonnement solaire qui atteint
Ce sont, en effet, ces radiations qui, avec de son épaisseur, et, dans le cas d’un dent.
la terre est composé d’environ 3%
une efficacité variable sur l’œil suivant verre à couche, de la nature de celle-ci.
d’ultraviolets (UV), 55% d’infrarouges Les tableaux pages 297-376 donnent,
(IR) et 42% de lumière visible. leur longueur d’onde, permettent le A titre d’exemple, figurent ci-dessous par type de vitrage, ces 2 facteurs. Ces
phénomène physiologique de la vision. les courbes de transmission spectrale : facteurs calculés selon la norme EN
Ces trois parties du rayonnement
L’efficacité lumineuse des différentes - du verre clair SGG PLANILUX 6 mm 410 sont des valeurs nominales, de
correspondent chacune à une
radiations permet de transformer le flux légères variations pouvant intervenir
gamme de longueur d’onde. L’ultraviolet - du verre teinté SGG PARSOL Bronze 6 mm.
énergétique émis par une source de en fonction des fabrications.
s’étend de 0,28 à 0,38 µm*, le visible de
rayonnement en flux lumineux.
0,38 à 0,78 µm et l’infrarouge de 0,78 à Facteurs de transmission, de Certains vitrages très épais ou multiples
2,5 µm. réflexion et d’absorption énergé- (doubles vitrages et vitrages feuilletés),
Caractéristiques même non teintés, peuvent produire
La répartition énergétique du rayonne- tiques
par transmission un certain effet
ment solaire global, en fonction de la Spectrophoto- Les facteurs de transmission, de
longueur d’onde entre 0,3 et 2,5 µm verdâtre ou bleuâtre variable suivant
metriques réflexion et d’absorption énergétiques l’épaisseur totale du vitrage ou de ses
(spectre), pour une surface perpendicu-
sont les rapports des flux énergétiques constituants.
laire à ce rayonnement, est représentée Rayonnement transmis, réfléchis ou absorbés au flux
par la courbe ci-dessous.
Lorsqu’un rayonnement vient frapper énergétique incident.
Ce spectre relève des définitions de la
un vitrage, une partie est réfléchie, une Les tableaux pages 297-376 donnent,
norme EN 410 et d’un certain nombre de
autre est absorbée dans l’épaisseur du par type de vitrage, ces 3 facteurs cal-
paramètres normalisés concernant la
verre et une troisième est transmise. culés selon la norme EN 410.
caractérisation de l’air et du rayonne-
Les rapports de chacune de ces 3 parties Ils sont déterminés pour des longueurs
ment diffus.
sur le flux incident définissent le facteur d’onde comprises entre 0,3 et 2,5 µm.
de réflexion, le facteur d’absorption et le

Spectre du rayonnement solaire global selon EN 410


UV Visible IR
Énergie

0,3 0,38 0,8 1,3 1,8 2,3


Longueur d'onde électromagnétique en µm

* 1 µm = 1 micro mètre = 10-6 mètre = 1 micron


393 • Le verre et le rayonnement solaire Le verre et le rayonnement solaire • 394
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et le rayonnement Le verre et le rayonnement
solaire solaire
Facteur solaire g Energie solaire
Le facteur solaire g (anciennement FS)
La protection solaire par les vitrages
d’un vitrage est le rapport entre Effet de serre La protection solaire doit être traitée - garantie d’une bonne transmission
l’énergie totale entrant dans le local à L’énergie solaire entrant dans un local en considérant trois objectifs : lumineuse (transmission lumineuse
travers ce vitrage et l’énergie solaire à travers un vitrage est absorbée par - diminution des apports solaires élevée).
incidente. les objets et les parois intérieures qui (facteur solaire g le plus bas possible); SAINT-GOBAIN GLASS propose une
Cette énergie totale est la somme de en s’échauffant, réémettent un rayon- - diminution des transferts de chaleur gamme complète de vitrages de con-
l’énergie solaire entrant par transmis- nement thermique situé principale- de l’extérieur vers l’intérieur trôle solaire qui offrent des performan-
sion directe, et de l’énergie cédée par le ment dans l’infrarouge lointain (supéri- (coefficient U minimum); ces très variées et ouvrent de multiples
vitrage à l’ambiance intérieure à la eur à 5 µm). possibilités esthétiques.
suite de son échauffement par absorp- Les vitrages, même clairs, sont prati-
tion énergétique. quement opaques aux radiations de Performances comparées de double vitrages utilisés en façade
longueur d’onde supérieure à 5 µm.
L’énergie solaire entrant par les vitrages Tl (%) Coef. U(1)(W/m2.K) Facteur solaire g
se trouve donc piégée dans le local qui SGG PLANISTAR 6 mm
70 1.1 0.41
a tendance à s’échauffer : c’est “l’effet SGG PLANILUX 4 mm
de serre” que l’on constate, par exem- SGG COOL-LITE KN169 6 mm
61 1.3 0.44
ple, dans une voiture stationnée en SGG PLANILUX 6 mm
plein soleil, vitres fermées. SGG COOL-LITE SKN165B 6 mm
60 1.1 0.33
SGG PLANILUX 6 mm
Contrôle Solaire
SGG COOL-LITE ST150 6 mm
Pour éviter les surchauffes, on peut : 45 1.1 0.37
SGG PLANITHERM ULTRA N 6 mm
- assurer une circulation d’air; SGG ANTELIO ARGENT (face 1) 6 mm
59 1.1 0.47
- utiliser des stores en veillant à ce SGG PLANITHERM ULTRA N 6 mm
Les tableaux en pages 297-376 don-
qu’ils ne soient pas à l’origine de cas-
nent les facteurs solaires, selon la (1) calculs avec espace intercalaire de 15 ou 16 mm et 90% d’argon.
ses thermiques. En outre, placés en Pour plus d’informations sur les produits, se reporter au chapitre 2
norme EN 410, des différents types
intérieur, ils sont moins efficaces car “Présentation détaillée des produits”.
de vitrage en fonction des facteurs
ils ne font écran au rayonnement
de transmission et d’absorption
solaire qu’après traversée du vitrage.
énergétiques en prenant par conven-
En extérieur, la question de la mainte- Ce rapport est appelé “facteur de lumière
tion :
nance doit être prise en compte;
Eclairage
du jour” (en abrégé “facteur de jour”).
- le spectre solaire tel que défini par la
norme;
- faire appel à des vitrages à transmis- Facteur de lumière du jour Ainsi, pour un local ayant un facteur de
sion énergétique limitée, appelés lumière de jour de 0,10 au voisinage de
- les températures ambiantes intérieu- La connaissance du facteur de trans-
“vitrages de contrôle solaire” qui ne la baie vitrée et de 0,01 au fond de la
re et extérieure égales entre elles; mission lumineuse d’un vitrage permet
laissent passer qu’une fraction déter- pièce (cas moyen d’un local type),
de fixer un ordre de grandeur approché
- les coefficients d’échange du vitrage minée du rayonnement énergétique un éclairement extérieur de 5000 lux
du niveau d’éclairement disponible à
vers l’extérieur de he = 23 W/(m2.K) et solaire permettant l’éclairage en limi- (temps couvert, nuages épais)
l’intérieur d’un local lorsque l’on con-
vers l’intérieur de hi = 8 W/(m2.K). tant la surchauffe. procurera un éclairement intérieur de
naît le niveau d’éclairement à l’extéri-
Voir “Le verre et l’isolation thermique” eur. En effet, le rapport de l’éclairement 500 lux près de la baie et de 50 lux au
page 398. intérieur en un point donné d’un local fond, tandis qu’un éclairement de
à l’éclairement extérieur mesuré sur un 20 000 lux (ciel couvert, nuages blancs)
plan horizontal est constant, quelle procurera des éclairements respectifs de
que soit l’heure de la journée. 2000 et de 200 lux dans ce même local.

395 • Le verre et le rayonnement solaire Le verre et le rayonnement solaire • 396


31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et le rayonnement Le verre et l’isolation
solaire thermique
Confort lumineux rants organiques, dont les liaisons chi- Echanges
miques sont généralement moins sta-
L’éclairage doit contribuer au bien-être thermiques
bles que celles des pigments minéraux.
en assurant des conditions optimales La paroi vitrée sépare deux ambiances
pour les yeux en termes de quantité et se trouvant généralement à des
de répartition de la lumière, en évitant
Comment réduire la décoloration
températures différentes. Il y a donc
tant les éblouissements que les coins Tout rayonnement étant porteur
comme pour toute autre paroi, un
sombres. d’énergie, aucun moyen ne protège les
transfert de chaleur de l’ambiance
La qualité du confort lumineux est liée objets de manière absolue contre la
chaude vers l’ambiance froide.
à un choix judicieux de la transmission décoloration, sauf à les placer à l’abri - le rayonnement est le transfert de cha-
de la lumière, à basse température et à Mais la paroi vitrée a également la
lumineuse, à la distribution, à l’orienta- leur résultant d’un échange par rayon-
les maintenir à l’abri de l’air et des particularité d’être transparente au
tion et aux dimensions des vitrages nement entre deux corps se trouvant à
atmosphères agressives. rayonnement solaire qui apporte
(voir “Le verre et la lumière” page 384). des températures différentes.
gratuitement de la chaleur.
Cependant, les produits verriers
offrent des solutions efficaces. La plus
Le phénomène Échanges de chaleur à travers
performante consiste à éliminer les
de décoloration ultraviolets qui, malgré leur faible une paroi
La lumière solaire, qui nous est proportion dans le rayonnement Les échanges thermiques à travers une
nécessaire pour la perception de solaire, sont la cause principale des paroi se font selon 3 modes de propa-
notre environnement, est une forme dégradations. Ils peuvent être gation :
d’énergie susceptible, dans certains cas, quasiment arrêtés par l’utilisation - la conduction est le transfert de chaleur
de dégrader les couleurs des objets qui de vitrages feuilletés avec PVB de la au sein d’un corps ou entre deux corps
lui sont exposés. gamme SGG STADIP qui ne transmettent en contact direct. Ce transfert s’effectue
que 0,4% des UV (contre 44% pour une sans déplacement de matière. Aux températures ambiantes, ce
Mécanisme de l’altération des glace SGG PLANILUX de 10 mm rayonnement se situe dans l’infrarouge
d’épaisseur). à des longueurs d’onde supérieures à
couleurs 5 µm. Il est proportionnel à l’émissivité
En second lieu, on peut recourir à des
L’altération des couleurs des objets verres colorés qui filtrent la lumière de de ces corps;
exposés au rayonnement solaire manière sélective : par exemple, des - l’émissivité est une caractéristique de
résulte de la dégradation progressive verres imprimés à dominante jaune surface des corps. Plus l’émissivité est
des liaisons moléculaires des colorants qui absorbent davantage la lumière faible, plus le transfert de chaleur par
sous l’action des photons de forte violette et bleue. Enfin, les vitrages rayonnement est faible.
énergie. Les rayonnements dotés d’une présentant de faibles facteurs solaires, L’émissivité normale Ân du verre est de
telle action photochimique sont princi- permettent de réduire l’action thermi- 0,89. Certains verres peuvent être
palement les ultraviolets et dans une que des rayonnements. Le flux de chaleur entre les deux faces recouverts d’une couche dite faible-
moindre mesure la lumière visible de d’un vitrage dépend de l’écart de ment émissive pour laquelle Ân peut
Cependant, aucun produit verrier ne
courte longueur d’onde (violet, bleu). température entre ces faces et de la être inférieure à 0,04 (verres à couche
peut totalement garantir l’absence
L’absorption du rayonnement solaire de décoloration. L’optimisation d’un conductivité thermique du matériau. des gammes SGG PLANITHERM et
par les surfaces des objets engendre tel vitrage conduit toujours à trouver La conductivité thermique du verre SGG COOL-LITE SKN).
des élévations de température qui peu- un compromis entre divers paramètres est : Ï = 1,0 W/(m.K);
vent également activer des réactions impliquant des choix d’ordre esthétique
Coefficients d’échange superficiel
- la convection est le transfert de cha-
chimiques susceptibles d’altérer les et économique. Quand une paroi est en contact avec
leur entre la surface d’un solide et un
couleurs. l’air, elle échange de la chaleur par con-
fluide, liquide ou gaz. Ce transfert
Il est à noter que ce phénomène de s’accompagne d’un déplacement de duction et par convection avec cet air et
dégradation affecte davantage les colo- matière; par rayonnement avec son environne-
ment.
397 • Le verre et le rayonnement solaire Le verre et l’isolation thermique • 398
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et l’isolation Le verre et l’isolation
thermique thermique
L’ensemble de ces transferts thermi- Comme il n’y a pas de possibilité d’agir • Les transferts par conduction et
ques est défini de façon conventionnel- sur les coefficients d’échange superfi- convection peuvent être diminués en
le pour une vitesse de vent, des émissi- ciel, l’amélioration va porter sur la remplaçant l’air se trouvant entre les
vités et des températures normale- diminution des échanges entre les deux verres par un gaz plus lourd pré-
ment rencontrées dans le domaine du deux composants du double vitrage : sentant une conductivité thermique
bâtiment. Ils sont caractérisés par plus faible (argon en général).
he pour les échanges extérieurs et hi Double vitrage
pour les échanges intérieurs. 6 (air 15) 6 mm
Double vitrage 6 (espace 15) 6 mm
Les valeurs normalisées de ces avec SGG PLANITHERM ULTRA N
Coefficient U des vitrages avec SGG PLANITHERM ULTRA N
coefficients sont :
La paroi vitrée peut être constituée
he = 23 W/(m2.K) Air Argon
d’un vitrage simple ou d’un double
hi = 8 W/(m2.K) vitrage qui permet d’obtenir une
meilleure isolation thermique.
Tra n s m i s s i o n Le principe du double vitrage est U = 1,4 W/(m2.K)
thermique d’enfermer entre deux verres une lame
d’air immobile et sec afin de limiter les • Les transferts par rayonnement peu-
d’une paroi échanges thermiques par convection et vent être diminués en utilisant des
U = 1,4 W/(m2.K) U = 1,1 W/(m2.K)
de profiter de la faible conductivité verres à couche faiblement émissive.
Coefficient U thermique de l’air. Pour exploiter cette possibilité, Gain : 0,3 W/(m2.K)
Les transferts thermiques à travers une SAINT-GOBAIN GLASS a mis au point
paroi par conduction, convection et des verres à couche peu émissive Bilan énergétique
rayonnement s’expriment par le Simple vitrage 6 mm permettant d’obtenir une isolation
La fenêtre est source de déperditions
coefficient U*. thermique renforcée.
thermiques caractérisées par le coeffi-
Celui-ci représente le flux de chaleur • Verres à couche “sous vide” : gamme cient U et d’apports solaires caracté-
qui traverse 1 m2 de paroi pour une SGG PLANITHERM ULTRA N, SGG PLANI- risés par le facteur solaire g.
différence de température de 1 degré STAR, gamme SGG COOL-LITE K, gamme
Le bilan énergétique est égal aux
entre l’intérieur et l’extérieur du local. U = 5,7 W/(m2.K) SGG COOL-LITE SK.
déperditions thermiques diminuées
Sa valeur conventionnelle est établie
des apports solaires récupérables.
pour les coefficients d’échange superfi- Double vitrage traditionnel
ciel he et hi définis précédemment. Il Double vitrage Le bilan énergétique est négatif quand
6 (air 12) 6 mm
est calculé selon la norme EN 673. 6 (argon 15) 6 mm les apports sont supérieurs aux déper-
avec SGG PLANITHERM ULTRA N ditions.
Il y a possibilité de calculer un coefficient
U spécifique en utilisant des valeurs dif-
férentes de he, qui est fonction de la
vitesse du vent et de nouvelles condi-
U = 2,8 W/(m2.K)
tions de température.
Plus le coefficient U est petit, plus les
U = 1,1 W/(m2.K)
déperditions thermiques sont faibles, Amélioration du coefficient U des
meilleure est l’isolation thermique de la vitrages
paroi. * valeur U calculée pour un remplissage
Pour améliorer le coefficient U, il faut
* Coefficient U depuis la mise en application des
de 90% argon.
diminuer les transferts thermiques par
normes européennes, anciennement coefficient k. conduction, convection et rayonnement.

399 • Le verre et l’isolation thermique Le verre et l’isolation thermique • 400


31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et l’isolation Le verre et l’isolation
thermique acoustique
Confort Généralités Calculer en décibels
thermique Simple vitrage 4 mm Lorsque nous calculons en dB,
Bruit 1 + 1 n’est pas égal à 2! Deux sources
Températures de paroi plus Le bruit est une perception auditive sonores de 50 dB donnent un total de
élevées Ext. Int. engendrée par des vibrations ou des 53 dB. Un doublement du bruit entraîne
- 10°C 20°C ondes qui se propagent dans l’air, un une hausse de 3 dB du niveau sonore.
Le corps humain échange par rayonne-
liquide ou une matière solide (par ex. Pour augmenter le niveau sonore de
ment de la chaleur avec son environne-
un mur). Ce sont en fait des change- 10 dB, il faut décupler les sources sonores.
ment. C’est ainsi qu’une sensation de - 2,3 °C*
ments minimes dans la pression d’air, L’oreille humaine ne réagit pas non
froid peut être ressentie près d’une
enregistrés par notre tympan. Par rap- plus linéairement au niveau sonore.
paroi dont la température est basse,
U = 5,8 W/(m2.K) port à une pression atmosphérique Une hausse de 10 dB du niveau sonore
même dans une pièce à température
d’environ 100 000 Pa, ces variations de (c.-à-d. un décuplement du bruit) n’est
confortable.
pression d’air ”audibles” sont de l’ordre perçue par notre oreille que comme
En hiver, avec un faible coefficient U, de 0,00002 Pa à 20 Pa. un doublement du bruit.
la température de la face intérieure de
la paroi vitrée sera plus élevée et l’effet Cela signifie concrètement pour le
Double vitrage traditionnel Fréquence niveau sonore qu'une diminution de :
dit de “paroi froide” sera diminué :
4 (air 12) 4 mm Le bruit se compose de différentes 1 dB est à peine perceptible;
- il est possible de vivre plus près des
hauteurs tonales (fréquences).
fenêtres sans inconfort; 3 dB est perceptible;
La fréquence est exprimée en Hertz
- les risques de condensation intérieure (Hz = nombre de vibrations par 10 dB réduit de moitié le bruit.
Ext. Int.
seront diminués. - 10°C 20°C seconde). Plus le ton est élevé, plus il y
a de vibrations par seconde. Valeurs pondérées
9,0°C* L'oreille humaine est sensible aux sons La sensibilité de l'oreille humaine est
dont les fréquences sont comprises différente suivant la fréquence : elle est
entre 16 Hz et 20 000 Hz. L’acoustique moins sensible aux basses fréquences.
U = 2,9 W/(m2.K) du bâtiment ne considère que l'interval- Pour tenir compte de ceci, on pondère
le 50 Hz à 5 000 Hz partagé en bandes les niveaux (physiques) suivant une
d'octave (chaque fréquence est le double courbe, dite courbe ”A”. Les niveaux,
de la précédente) ou de 1/3 d'octave. exprimés en dB(A) reflètent mieux la
gêne due aux bruits. Les sonomètres
Double vitrage avec
Niveau sonore permettent de mesurer directement
SGG PLANITHERM ULTRA N
les niveaux en dB ou en dB(A).
4 (argon 15) 4 mm Le niveau sonore signifie tout simple-
ment : faible ou fort. L’oreille enregistre
des différences de pression allant de Indice
0,00002 Pa à 20 Pa. Pour avoir un d ’a f f a i b l i s s e m e n t
Ext. Int. aperçu clair de cette vaste plage, on
- 10°C 20°C utilise une échelle logarithmique. Le
acoustique
niveau sonore est exprimé sur cette Il se mesure en laboratoire. Cet indice,
15°C* échelle en décibels (dB). mesuré selon la norme EN ISO 140,
0 dB est le seuil d’audibilité, en dessous représente les caractéristiques d'un
duquel l’oreille humaine ne perçoit élément (fenêtre, cloison…) pour cha-
U = 1,1 W/(m2.K) que bande de 1/3 d'octave centrée
plus rien. Un niveau sonore de 140 dB
est le seuil de la douleur. entre les valeurs 100 et 3150 Hz
(16 valeurs). Des mesures peuvent être
* Température de la face intérieure du vitrage
401 • Le verre et l’isolation thermique Le verre et l’isolation acoustique • 402
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et l’isolation Le verre et l’isolation
acoustique acoustique
faites facultativement pour les fréquen- que la courbe ainsi positionnée pour la Les deux corrections sont indiquées par Dans certains pays, on pourra indiquer
ces de 50 à 100 Hz et de 3150 à 5000 Hz. fréquence de 500 Hz s’appelle Rw (dB). les laboratoires de mesure et apparais- directement le résultat :
A partir des 16 valeurs d'affaiblissement sent à côté de la valeur Rw. RA = 36 dB, c'est à dire = 37-1
acoustique en fonction de la fréquence, Remarque RA,tr = 34 dB, c'est à dire = 37-3
les calculs permettent d'exprimer de Exemple
Rw est un indice global : un même indi- Cette démarche permet de choisir des
façon différente les qualités acoustiques Selon la norme EN 717-1 une
ce peut correspondre à différentes constructions appropriées pour une
de l'élément étudié. Les valeurs couram- construction obtient :
courbes d’isolation acoustique. application bien précise. Une meilleure
ment utilisées sont les valeurs globales Rw (C; Ctr) = 37(-1;-3). information est obtenue en comparant
définies par la norme EN ISO 717-1 pour Ceci signifie, dans cet exemple, que
Termes d'adaption à un spectre C les valeurs par tiers d'octave de l'indice
une courbe de référence et adaptée à l'indice d'affaiblissement pondéré Rw d'affaiblissement R dans une fenêtre
deux spectres de bruit donné : et Ctr est égal à 37 dB et que, pour le trafic par exemple, et du spectre de bruit
- le bruit rose de référence contient la Le meilleur résultat d'une construction urbain, il est réduit de 3 dB : (voir fig.1).
même énergie acoustique dans cha- est obtenu lorsqu'elle apporte une bonne Rw = 37 dB
que intervalle de fréquence de mesure; isolation acoustique dans les fréquences
Rw + C = 37 - 1 = 36 dB
- le bruit de trafic routier caractérise un où la source de bruit est la plus forte.
Rw + Ctr = 37 - 3 = 34 dB
bruit extérieur de trafic urbain. Jusqu'a présent, une construction était
évaluée sur la base d'un seul indice,
sans tenir compte des caractéristiques Fig. 1 Influence du spectre de bruit sur l’isolation acoustique
Utilisation de de la source de bruit, ce qui peut con-
l’indice unique duire à des erreurs d'investissement et
L'isolation acoustique obtenue grâce à à des déceptions.
une construction est définie par un Afin d'éviter cette situation, un indice
indice représentant la différence entre commun à tous, Rw (C; Ctr), a été créé.
le bruit intérieur et extérieur, qui est L'indice ”tr” vient de ”trafic”.
différent de l’indice d’affaiblissement R. C (dB) est la correction pour les sources
Les responsables de la construction de bruit contenant peu de basses fré-
choisissent les indices d'affaiblissement quences, par ex. : trafic routier rapide,
R de chaque élément de construction trafic ferroviaire rapide, proximité d’un
de telle sorte que l'isolation acoustique avion, activités de vie, parole, enfants
exigée soit obtenue grâce à une métho- qui jouent.
de de calcul, comme celle définie dans
Ctr (dB) est la correction pour les sour-
la norme EN 12354-3.
ces de bruit contenant beaucoup de
basses fréquences, par ex. : trafic • Vis-à-vis du bruit 1, la fenêtre présente un bon isolement
L'indice d'affaiblissement urbain, musique de discothèque, trafic • Par contre, vis-à-vis du bruit 2, la fenêtre présente une faiblesse dans la plage de
pondéré Rw ferroviaire lent, avion à grande distance. fréquence de 1250 à 2500 Hz qui correspond aux maxima d’énergie de ce bruit
L'indice d'affaiblissement pondéré Rw Les termes de correction sont calculés sur
est calculée sur la base d'une compa- la base des spectres sonores pondérés A : subit au niveau de l’isolation acousti-
raison entre les valeurs R mesurées (16
Comportement
- C : bruit rose; que une perte de performance de 10 à
valeurs pour 16 bandes de 1/3 d'octa- du vitrage
- Ctr : bruit de trafic routier urbain. 15 dB. Pour un vitrage de 4 mm
ve, de 100 Hz à 3150 Hz) et une courbe Chaque plaque d’un matériau donné d’épaisseur, cette fréquence critique
de référence. Celle ci est positionnée de Ces deux corrections sont en général des a une fréquence critique pour laquelle se situe à 3000 Hz, alors que pour une
telle sorte que la moyenne du dépasse- chiffres négatifs; leur emploi signifie elle se met à vibrer plus facilement. plaque de plâtre de 13 mm elle se situe
ment de la courbe mesurée vers le bas qu'une valeur d'isolation acoustique trop A cette fréquence, le bruit se transmet à 3200 Hz.
soit inférieure à 2 dB. La valeur qu’indi- avantageuse sera corrigée vers le bas. beaucoup mieux. La feuille de verre
403 • Le verre et l’isolation acoustique Le verre et l’isolation acoustique • 404
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et l’isolation Le verre et l’isolation
acoustique acoustique
En augmentant l’épaisseur du verre, • Double vitrage asymétrique La performance acoustique n’est pas Dans les deux dernières colonnes sont
la perte de performance due à la influencée par le sens de pose du vitrage. mentionnées directement les valeurs
Fig. 3
fréquence critique se déplace vers les Le tableau ci-après indique pour divers d’isolation acoustique RA et RA,tr (en dB).
basses fréquences (voir fig. 2). types de vitrages courants la valeur Rw
Il faudrait atteindre une épaisseur de (C; Ctr) avec les deux termes d’adapta-
verre de 12 cm, pour que le “trou” dû à tion (en dB).
la fréquence critique soit inférieur à
100 Hz, et ne soit donc plus pris en Valeurs
compte. Composition des vitrages selon EN 717-1
(1)
RA RA,tr
Le traitement acoustique des façades Rw C Ctr
soumises à de nombreux bruits de 6 mm 31 -1 -2 30 29

forte intensité en basses fréquences Vitrage monolithique 8 mm 32 -1 -2 31 30


• Vitrages avec 8 mm de verre
(bruits routiers) est difficile. Jusqu’il y a 10 mm 33 -1 -2 32 31
peu, l’amélioration de la performance Fig. 4 Double vitrage 4 (12) 4 30 0 -3 30 27
acoustique des doubles vitrages a sur- SGG CLIMALIT ou 4 (16) 4 30 0 -3 30 27
tout été obtenue par l’augmentation SGG CLIMAPLUS 8 (16) 8 34 -1 -4 33 30
des épaisseurs et l’asymétrie des Double vitrage acoustique 4 (12) 6 33 -1 -4 32 29
verres. Les verres feuilletés de sécurité SGG CLIMALIT ACOUSTIC ou 4 (16) 8 35 -1 -5 34 30
se comportent un peu mieux que les SGG CLIMAPLUS ACOUSTIC 10 (12) 4 35 0 -3 35 32
verres monolithiques de même Double vitrage de sécurité renforcée 8 (20) 44.2 38 -1 -5 37 33
épaisseur totale (voir fig. 3 et 4). SGG CLIMALIT PROTECT ou 8 (20) 44.4 40 -1 -4 39 36
Aujourd’hui, avec la mise au point du SGG CLIMAPLUS PROTECT 8 (20) SP 514 41 -1 -5 40 36
feuilleté acoustique SGG STADIP SILENCE Double vitrage acoustique et de sécurité 8 (12) 44.1A 40 -2 -5 38 35
(voir page 67), l’effet de la fréquence SGG CLIMALIT SILENCE ou 10 (12) 44.1A 41 0 -4 41 37
critique est supprimé (voir fig. 4). SGG CLIMAPLUS SILENCE 8 (20) 44.2A 40 -1 -5 39 35
Indice R
En moyenne, il est possible de gagner 64.2A (20) 44.2A 47 -2 -7 45 40
de 1 à 3 dB pour des compositions ver- Le vitrage n’est pas seul dans la construc-
(1) Les mesures ont été réalisées au laboratoire du Centre de Développement Industriel de SAINT-GOBAIN
rières similaires et surtout d’assurer tion mais incorporé dans un châssis. Le GLASS. En comparant plusieurs fabrications ayant le même montage et les mêmes mesures effectuées
une homogénéité de performance pour vitrage et le châssis constituent ensem- dans divers laboratoires, on peut obtenir des différences de 1 à 3 dB pour les chiffres indiqués dans ce
toutes les fréquences. ble l’élément qui détermine l’isolation tableau.
acoustique de toute la fenêtre et dans
Comparaison des performances certains cas de la façade.
acoustiques Il n’est pas possible d’extrapoler les
caractéristiques de la fenêtre
• Simple vitrage
seulement à partir de la performance
Fig. 2 du vitrage. L’indice d’affaiblissement
de la fenêtre ne peut être donné
qu’après mesure effectuée sur la
fenêtre terminée. Par contre il est
recommandé d’harmoniser le type de
vitrage avec le châssis et le type de
jointoiement. Les vitrages haut de
gamme doivent être montés dans des
châssis performants.

405 • Le verre et l’isolation acoustique Le verre et l’isolation acoustique • 406


31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la résistance Le verre et la résistance
aux impacts aux impacts
Les technologies de fabrication, de taines réglementations nationales, le massifs, effectués de manière plus ou les tirs d’armes à feu, la norme EN 1063
transformation et d’assemblage per- verre armé peut également assurer cette moins violente. Les corps de chocs définit une exigence complémentaire :
mettent de conférer aux vitrages fonction. (impacteurs) et les divers niveaux elle permet de distinguer par la
d’excellentes capacités de réponse aux d’énergie d’impact associés décrits mention “NS” les vitrages qui, sous
contraintes de sécurité qu’exige la dans la norme EN 356 simulent les l’action des impacts, ne génèrent pas
construction actuelle, notamment en Protection agressions auxquelles peuvent être de projection d’éclats vulnérants*.
matière de résistance aux impacts. contre la chute soumises les baies exposées. Les
Les chocs potentiels sont de diverses d ’o b j e t e n vitrages SGG STADIP PROTECT qui font
directement référence à cette norme, P ro t e c t i o n co n t r e
natures et les niveaux de réponse des toiture et
vitrages dépendent : proposent des niveaux de réponses le tir au fusil de
verrière
- du niveau énergétique de l’impact
graduels à ces agressions. chasse
Les vitrages feuilletés SGG STADIP PROTECT
d’une part; Ce type d’arme, largement diffusé et
évitent le passage d’objet en chute
- et de la surface maximale de contact P ro t e c t i o n co n t r e capable de projeter des munitions mas-
accidentelle à travers une paroi vitrée
développée au cours du choc d’autre sives est, en terme de choc(s) généré(s),
et offrent une stabilité résiduelle après l e va n d a l i s m e e t
part. un cas particulier des tirs d’armes à feu.
choc pour protéger ainsi les aires l ’e ff ra c t i o n : Le classement en regard des impacts
Par exemple, le niveau énergétique d’activités et de passage exposées.
p ro t e c t i o n induits est donc traité de manière spé-
d’un impact balistique est plus élevé Les vitrages SGG SECURIT et SGG SECURI-
que celui de l’impact du corps humain POINT, ainsi que SGG DECORGLASS r e n fo r c é e cifique par la norme EN 1063.
lors d’une chute accidentelle; la surface ARMÉ peuvent également répondre Les projections répétées à haut niveau La gamme des vitrages SGG STADIP
de contact entre ces deux types de aux réglementations nationales de d’énergie et les impacts de hache et de PROTECT HC couvre les deux classes
chocs est également très différente ! certains pays. marteau sont les corps de chocs utilisés dédiées à cette fonction.
Dans tous les cas, on se reportera aux dans la norme EN 356 pour ce domaine
normes européennes correspondantes. d’application. Pour toutes les fonctions de protection
Protection contre
Les vitrages SGG STADIP PROTECT SP aux chocs, les châssis et la mise en
la chute des (voir SGG STADIP page 231) apportent œuvre doivent également être adaptés
Protection contre personnes des réponses adaptées au niveau de à la performance recherchée. De nom-
le risque de Tout comme pour les deux fonctions protection souhaité. breuses normes européennes permet-
blessures en précédemment citées, les vitrages tent de vérifier l’adéquation entre sup-
cas de heurts SGG STADIP PROTECT répondent égale- ports, fixations et vitrages.
P ro t e c t i o n co n t r e
accidentels ment à ce domaine d’application. Dans * On entend par éclat vulnérant toute projection
certains cas, selon les réglementations le tir au fusil ou à de verre consécutive à l’impact, traversant une
En règle générale, les vitrages correspon- nationales, on pourra aussi utiliser l ’a r m e d e p o i n g feuille d’aluminium placée à 500 mm en retrait
dant sont ceux dont l’intitulé normatif SGG SECURIT et SGG SECURIPOINT. de la face opposée au tir, d’épaisseur égale à
La variabilité des surfaces maximales
est complété du terme “sécurité”. Il s’agit 0,02 mm et de densité surfacique égale à
de contact développées au cours des
des vitrages SGG SECURIT, SGG SECURI- 0,054 kg/m2.
chocs, ainsi que les divers niveaux
POINT, SGG STADIP et SGG STADIP PROTECT P ro t e c t i o n co n t r e
d’énergie, conduisent la norme EN 1063
relevant respectivement, pour les deux l e va n d a l i s m e e t à établir 7 classes pour couvrir les exi-
premiers, de la norme EN 12150 “Verre
l ’e ff ra c t i o n : gences de protection correspondantes.
dans la construction – Verre de sécurité
trempé thermiquement”, et pour les p ro t e c t i o n d e Ces 7 classes sont intégralement cou-
base vertes par la gamme SGG STADIP PRO-
deux derniers, de la norme EN 12543-2
TECT HS développée spécifiquement
“Verre dans la construction – Verre feuil- L’attaque manuelle légère et les actes par SAINT-GOBAIN GLASS.
leté et verre feuilleté de sécurité – Partie de vandalisme sont souvent synony-
2 : Verre feuilleté de sécurité”. Selon cer- Pour les fonctions de protection contre
mes de jets d’objets plus ou moins

407 • Le verre et la résistance aux impacts Le verre et la résistance aux impacts • 408
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la protection Le verre et la protection
incendie incendie
Réaction au bénéficient des classements les Courbe ISO de sollicitation mentaires peuvent également être pris
meilleurs correspondant à : thermique en compte, par exemple : critère W
feu
- incombustible pour tous les vitrages (flux thermique maximum en kW/m2).
Dans les mesures de prévention de
monolithiques SGG ANTELIO, Des homologations, procès-verbaux
l’incendie, le choix judicieux des maté-
SGG PARSOL, SGG PLANILUX, etc.; ou autorisations d’emploi officiels
riaux utilisés dans les constructions en
- ininflammable pour la plupart des sont ensuite rédigés. Ils concernent
fonction de leur réaction en présence
feuilletés des gammes SGG STADIP. toujours exclusivement des éléments
du feu est d’une importance primordiale.
de construction complets à l’identique
Il semble évident de privilégier l’utilisa- et leur montage conforme (et jamais
tion de constituants qui ne risquent Résistance au les matériaux constitutifs), tels que
pas de s’enflammer au contact d’une feu portes, cloisons, modules de façades,
cendre de cigarette ou d’une allumette écrans de cantonnement.
mal éteinte. Mais une approche Quand le feu est déclaré, il faut sauver
On vérifie la satisfaction à trois critères SAINT-GOBAIN GLASS a développé une
technique complète n’est possible la vie des personnes menacées en s’op-
principaux pendant une durée minimum : gamme complète de vitrages spécifi-
que si les matériaux ont été testés et posant aux effets de l’incendie : proté-
ger en résistant. - critère de Résistance ou de stabilité (R); quement dédiés à ce type d’utilisation :
classés suivant les mêmes méthodes
officielles de référence et si les fourni- Les dangers principaux sont : - critère d’Étanchéité aux flammes et • SGG PYROSWISS
tures correspondantes sont clairement aux gaz chauds (E); • SGG VETROFLAM
- l’effondrement des ouvrages ou de
identifiées et accompagnées des parties d’ouvrage bloquant les - critère d’Isolation thermique pendant • SGG SWISSFLAM LITE
attestations nécessaires. personnes en danger; l’incendie (I).
• SGG SWISSFLAM
Pour classer les matériaux, on les teste - les fumées et leurs composants toxi- Des classements sont attribués
• SGG CONTRAFLAM LITE
dans des laboratoires d’essais agréés et ques, danger principal aussi bien en associant la satisfaction aux critères
ci-dessus à des durées forfaitaires • SGG CONTRAFLAM
on détermine leurs caractéristiques sur raison des risques d’asphyxie que des
des appareils homologués dans des pertes de repères et des réactions de minimales. Par exemple, pour un et propose un vaste ensemble de
conditions spécifiées transposant en panique qu’elles peuvent provoquer; élément porteur et étanche pendant solutions homologuées, certifiées
laboratoire la situation de sollicitation 30 minutes : RE 30, ou étanche et et attestées avec les documents
- le rayonnement calorifique intense
subie lors d’un feu débutant. isolant pendant 60 minutes : EI 60. justificatifs correspondants.
pouvant conduire à des brûlures
Pour chaque matériau, on mesure et graves et mortelles. Des critères optionnels ou complé-
on enregistre ainsi les paramètres Pour protéger, il faut pouvoir disposer
correspondant principalement à : d’éléments de construction adaptés.
- sa susceptibilité à s’enflammer; Là encore, des méthodes d’essais
- sa capacité à alimenter l’incendie; officielles sont utilisées dans des
- et, en complément, la vitesse de conditions réglementaires.
combustion linéaire, la production de Les éléments de construction sont
gouttes enflammées ou de fumées, soumis à un programme thermique ≤ 140 °C*
par exemple. conventionnel.
Les résultats obtenus permettent le Presque partout dans le monde,
classement suivant la norme EN 357. on utilise la courbe pilote de tempéra-
La classe s’exprime par un code alpha- ture/temps ISO 834-10 pour les cas de
numérique, repris sur un document figure correspondant à un risque
officiel, et dont la mention est obliga- domestique courant.
toire pour toute fourniture ultérieure.
Le matériau VERRE est incombustible
et les vitrages de SAINT-GOBAIN GLASS
409 • Le verre et la protection incendie Le verre et la protection incendie • 410
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et l’agencement Le verre et l’agencement
Pour répondre aux besoins en agence- aux fonctions essentielles du verre en Mobilier magasin, bureau, cuisine et salle de
ment et décoration, la gamme SAINT- intérieur, et enrichissent l’espace par bains…).
GOBAIN GLASS DESIGN offre un large leurs qualités esthétiques. Le verre est de plus en plus présent
choix de produits qui satisfont chacun dans le mobilier, et pratiquement tous
les produits SAINT-GOBAIN GLASS Garde-corps
peuvent être utilisés pour cette et séparation
Vitrages de cloisonnement Vitrages de revêtement
application.
Transparents Translucides Opaques de balcon
SGG DIAMANT SGG BALDOSA GRABADA SGG EMALIT EVOLUTION
En placage de porte de placard ou
d’élément de mobilier, la glace Sous réserve de répondre aux exigen-
SGG PARSOL SGG CHARME SGG FEELING
argentée SGG MIRALITE EVOLUTION ces de sécurité (feuilleté SGG STADIP
SGG PLANILUX SGG CREA-LITE SGG MIRALITE ANTIQUE
et le verre laqué SGG PLANILAQUE PROTECT ou trempé SGG SECURIT), les
SGG SAINT-JUST SGG DECORGLASS SGG MIRALITE EVOLUTION produits de la famille SAINT-GOBAIN
EVOLUTION contribueront à l’image de
SGG STADIP COLOR SGG IMAGE SGG PLANILAQUE EVOLUTION
pérennité et d’élégance d’un meuble. GLASS DESIGN peuvent être utilisés en
SGG VISION-LITE PLUS SGG MASTERGLASS garde-corps et en séparation de balcon,
Par ailleurs, les produits transparents
SGG OPALIT EVOLUTON lorsqu’un effet décoratif est souhaité.
ou translucides de la famille
SGG SAINT-JUST
SAINT-GOBAIN GLASS DESIGN
SGG SATINOVO

SGG SERALIT EVOLUTION


permettront de réaliser tout type de Signalétique
mobilier dont le façonnage soulignera en verre
SGG STADIP DESIGN
la forme (plateaux de table, étagères,
SGG U-GLAS
bibliothèques, vitrines…). Les nombreuses techniques de person-
SGG PRIVA-LITE nalisation du verre (sérigraphie, fusing,
Certains produits de la gamme conju-
sablage, gravure…) permettent de réali-
guent esthétique et sécurité et sont
ser des panneaux de signalétique haut
Découpés, façonnés, assemblés en famille SAINT-GOBAIN GLASS DESIGN donc particulièrement appréciés en
de gamme.
double vitrage SGG CLIMAPLUS DESIGN permet de cumuler les fonctions d’iso- mobilier ou en paroi de douche par
ou encore bombés SGG CONTOUR, ces lation, l’aspect esthétique et la protec- exemple.
produits sont généralement destinés tion par rapport aux regards extérieurs Remarque
aux applications suivantes : (si le vitrage retenu est translucide). Le Revêtement Pour toutes ces applications en
double vitrage à croisillons incorporés intérieur, l’utilisation du verre doit
enrichit aussi l’esthétique de la fenêtre.
mural toujours être conforme aux normes
Cloisons La glace argentée SGG MIRALITE et réglementations en vigueur.
vitrées EVOLUTION et le verre laqué SGG PLANI- Pour la disponibilité des produits cités
Portes LAQUE EVOLUTION peuvent être uti-
Les vitrages transparents ou sous forme de vitrage de sécurité
translucides permettent de réaliser Intégré dans une porte d’intérieur, à lisés comme revêtement mural en (vitrages feuilletés SGG STADIP ou
des cloisons intérieures qui laissent petits bois ou tout verre, le verre trans- intérieur sous forme de revêtement SGG STADIP PROTECT, vitrage trempé
passer la lumière et agrandissent forme la porte en élément du décor, complet ou de panneaux décoratifs. SGG SECURIT, vitrage opaque avec film
l’espace. Suivant la translucidité du l’esthétique du verre étant soulignée Utilisé en revêtement mural, de sécurité), se reporter aux chapitres
vitrage choisi, la cloison vitrée permet par le façonnage (carreaux biseautés, SGG MIRALITE EVOLUTION permet des de présentation des produits du
de protéger l’intimité d’une pièce sans SGG DECORGLASS, SGG MASTERGLASS, jeux de lumière et accentue la présent Mémento.
recourir à des stores. SGG MIRALITE EVOLUTION, SGG SAINT- sensation d’espace.
JUST…). En revêtement de mur ou en panneau
Par ailleurs, SAINT-GOBAIN GLASS décoratif, SGG PLANILAQUE EVOLUTION
Fenêtres propose plusieurs modèles de portes apporte l’éclat des couleurs laquées et
En fenêtre, un double vitrage tout en verre principalement destinées à des qualités de pérennité au décor
SGG CLIMALIT DESIGN ou SGG CLIMAPLUS l’intérieur. intérieur (hall d’hôtel, d’immeuble,
DESIGN intégrant un produit de la
411 • Le verre et l’agencement Le verre et l’agencement • 412
31 Propriétés et fonctions du verre
31
Le verre et la structure Le verre et la structure
t DG Bank, Berlin, Allemagne • Architecte : Frank O. Gehry
L’une des grandes tendances de l’archi- domaines d’applications.
tecture contemporaine est de mettre en Toujours résolument inscrit dans cette
communication les volumes intérieurs démarche d’innovation mais aussi dési-
des bâtiments avec l’extérieur sans reux d’accroître l’accessibilité de ces
qu’ils puissent en subir les nuisances. techniques à un plus grand nombre de
Le verre, aidé des importantes évolutions projets, SAINT-GOBAIN GLASS propose
techniques de ces dernières années, directement une partie de ce savoir-
s’impose comme le filtre idéal dédié à ce faire dans le cadre d’une offre large,
concept. Le verre est le matériau qui con- constituée notamment de systèmes
cilie lumière, transparence et esthétique, bénéficiant de nombreux agréments
avec isolation thermique renforcée, pro- techniques nationaux.
tection solaire, protection contre les
Ce sont, par exemple :
chocs, acoustique, résistance au feu…
- SGG POINT et SGG LITE-POINT, systèmes
Dans ce contexte, les applications du
de Vitrages Extérieurs Attachés;
verre en tant qu’élément de structure,
par exemple façades en Vitrage - SGG LITE-FLOOR, dalles de plancher;
Extérieur Attaché (VEA), planchers, - SGG ROOFLITE, marquise en Vitrage
poteaux et poutres, se multiplient. Extérieur Attaché.
Face à ce type de sollicitations, l’impli-
cation mécanique du verre est forte. Il
est donc impératif que soient adaptées
ses capacités de réponse.
En outre, l’environnement des vitrages,
les principes de transmission d’efforts,
les interfaces de travail entre les divers
matériaux constitutifs du système glo-
bal doivent être scrupuleusement étu-
diés en tenant compte de deux con-
traintes fonctionnelles fondamentales :
- gérer avec précision les conditions
d’appuis;
- assurer clairement des aptitudes ciné-
matiques (mouvements entre élé-
ments constitutifs).
De manière résumée, il s’agit de maîtri-
ser les conditions limites appliquées
aux vitrages. Capacité mécanique ren-
forcée, maîtrise des conditions limites,
des termes qui laissent entrevoir la
rigueur et la précision à apporter, bien
en amont aux projets, et pour lesquels,
depuis longtemps, SAINT-GOBAIN
GLASS a démontré ses compétences et
la maîtrise de ses procédés dans ces

413 • Le verre et la structure Le verre et la structure • 414