Vous êtes sur la page 1sur 5

Biographie Donatello (Di Betto Bardi de Donato di Niccolò).

(Web Gallery of Art)

http://www.wga.hu/frames-e.html?/bio/d/donatell/biograph.html

Voir un ensemble d’œuvres sur le site de l’Université de Columbia :


http://www.mcah.columbia.edu/dbcourses/publicportfolio.cgi?view=1074

Maître de sculpture en marbre et bronze, un des plus grands de tous les artistes italiens
de la Renaissance. On sait beaucoup de choses sur sa vie et sa carrière, mais peu au sujet
de son caractère et sa personnalité, et ce qu’on sait n'est pas complètement fiable. Il ne
s'est jamais marié et il semble avoir été un homme aux goûts simples. Les mécènes l'ont
souvent trouvé dur en négociation, souvent menées en un jour en particulier sur les
conditions de travail des artistes qu’on a fixées en créant une guilde.
Donatello a apparemment exigé une certaine liberté artistique. Bien qu'il ait connu un
certain nombre d'humanistes, l'artiste n'était pas un intellectuel cultivé. Ses amis
humanistes certifient qu'il était un connaisseur de l’art antique. Les inscriptions et les
signatures sur ses travaux sont parmi les exemples les plus précoces de la Renaissance
inspirée de la littérature romaine classique. Il a eu une connaissance plus détaillée et plus
étendue de la sculpture antique que n'importe quel autre artiste de son époque. Son travail
a été inspiré par les exemples visuels antiques, qu'il a souvent transformés. Bien qu'il ait été
traditionnellement regardé comme essentiellement réaliste, la recherche postérieure indique
qu'il était beaucoup plus que cela.

Donatello (diminutif de Donato) était le fils de Niccolò di Betto Bardi, un cardeur de laine
(travail de nettoyage, de démêlage de la laine à l’aide de peignes en bois) florentin. On ne
sait pas comment il a commencé sa carrière, mais il semble qu'il a appris le découpage en
pierre par un des sculpteurs travaillant pour la cathédrale de Florence vers 1400. Entre
1404 et 1407 il devient membre de l'atelier de Lorenzo Ghiberti.

Les premières œuvres connues de Donatello dont, une statue de marbre de David,
montrent l’influence de Ghiberti, qui était alors le principal sculptueur florentin du gothique
international, un modèle de lignes gracieuses et doucement incurvées fortement influencées
par l’art européen du Nord. Le David, à l'origine destiné à la cathédrale, a été déplacé en
1416 au Palazzo Vecchio, l'hôtel de ville, où il s'est longtemps tenu comme symbole
civique et patriotique, bien qu’au 16ème siècle il ait été éclipsé par le David colossal de
Michel-Ange, qui a atteint le même objectif. Autre œuvre des débuts de Donatello, toujours
dans un style partiellement gothique, c’est la figure de marbre posée et impressionnante de
Saint Jean l'évangéliste pour la façade de la cathédrale et un crucifix en bois dans
l'église de Santa Croce. Ce dernier, selon une anecdote non vérifiée, a été fait en
concurrence avec Brunelleschi, sculpteur et architecte, ami de Donatello.

La pleine puissance artistique de Donatello est apparue pour la première fois dans deux
statues de marbre, Saint Marc et Saint Georges (toutes deux réalisées en 1415), pour des
niches des façades de Orsanmichele, l'église des guildes (Arti) florentines (Saint Georges a
été remplacé par une copie ; l'original est maintenant au musée Bargello). Ici, pour la
première fois depuis l'antiquité classique et dans un contraste saisissant avec l'art médiéval,
le corps humain est rendu avec une grande force et la personnalité humaine est montrée
avec une confiance dans sa propre valeur.
Les mêmes qualités se dévelopent dans une série de cinq statues de prophètes que
Donatello a commencé en 1416 pour les niches du campanile de la cathédrale (toutes ces
figures, ainsi que d'autres par d’autres maîtres, ont été placées plus tard dans le Museo
dell'Opera del Duomo).
Pour un repérage facile des prophètes aller à la page recherche de WGA et taper
« Donatello » dans Author et « prophet » dans Title : http://www.wga.hu/frames-
e.html?/search.html

Il s’agit de prophètes imberbes ou barbus, aussi bien que d’un groupe d'Abraham et
d'Isaac (1416-21) pour les niches orientales d’Orsanmichele, du prophète Habacuc le
prétendu Zuccone (« potiron, » en raison de sa tête chauve) et de Jérémie pour les niches
occidentales. Le Zuccone est justement célèbre comme la plus fine des statues du campanile
et un des grands chefs d'oeuvre de l'artiste. L’aspect entier de Zuccone et de Jérémie (1427-
35), particulièrement les dispositifs fortement différents inspirés par les portraits en buste
romains antiques, suggère la force expressive singulière des orateurs classiques. Les
statues sont si différentes des images traditionnelles des prophètes de l’Ancien Testament
que vers la fin du 15ème siècle elles étaient prises pour des portraits en marbre (n.prof A
comparer avec les prophètes du Puits de Moïse de Sluter).

Une tendance imagée dans la sculpture avait commencé avec les panneaux en relief
narratifs de Ghiberti pour la porte Nord du Baptistère, dans lesquels il a prolongé la
profondeur apparente de la scène en plaçant les figures hardiment arrondies du premier plan
contre les arrangements plus délicatement modelés du paysage et de l'architecture.
Donatello a inventé son propre nouveau mode de relief audacieux dans le socle de la
statue de Saint George avec un panneau le montrant en train de tuer le dragon (1416-
17). Connu comme schiacciato (applati , écrasé, à faible modelé), la technique est
caractérisée par un relief extrêmement peu profond partout, qui produit un effet
atmosphérique de l'espace saisissant. Le sculpteur n'a pas modelé ses formes de la manière
habituelle mais a plutôt semblé « les peindre » avec son burin. Un homme aveugle pourrait
« lire » un relief de Ghiberti avec ses bouts du doigt ; un panneau en schiacciato provoque
un effet visuel plutôt que des perceptions tactiles et doit être vu ainsi. (n.prof.Allez sur le
très intéressant Dictionnaire du site « Patrimoine de France » :
http://www.patrimoine-de-france.org/mots/mots-archi-0-6111.html )

Donatello a continué à explorer les possibilités de la nouvelle technique dans ses reliefs en
marbre des années 1420 et début 1430. Les plus importants de ces derniers sont
l'Ascension, avec le Christ donnant les clefs à Saint Pierre (Victoria & Albert Museum de
Londres), qui est tellement délicatement découpée que sa pleine beauté peut être vu
seulement dans une lumière rasante ; et le roi Herode (1433-35) (conservé à Lille), avec
son fond en perspective. Les grands médaillons en stuc avec des scènes de la vie de Saint
Jean l'évangéliste (environ 1434-37) (voir aussi l’ascension de Saint Jean sur le site
Columbia, en n&b mais permet de voir le travail sur la perspective), au-dessous du dôme de
la vieille sacristie de San Lorenzo, à Florence, montrent la même technique mais avec la
couleur (=de type camée) pour une meilleure lisibilité à une distance.

En attendant, Donatello était devenu également un sculpteur important de bronzes. La


première était la statue monumentale (2,66m) de Saint Louis de Toulouse (vers 1413)
pour une niche d’Orsanmichele (en partie remplacée un siècle plus tard par le groupe en
bronze de Verrocchio du Christ et de Thomas l’incrédule). Vers 1460 Saint Louis a été
transféré à Santa Croce et est maintenant dans le musée attaché à l'église. Les
premiers disciples ont eu une opinion défavorable de St Louis, mais l'opinion postérieure l'a
tenue pour pour une œuvre de premier plan, techniquement et artistiquement. Les
vêtements cachent complètement le corps de la figure, mais Donatello a avec succès donné
l'impression de la structure organique harmonieuse sous la draperie. Donatello avait reçu
une commande pour faire non seulement la statue mais aussi la niche et son cadre. La
niche est la première qui montre le modèle architectural de la Renaissance initié
par Filippo Brunelleschi sans formes gothiques résiduelles. Donatello ne pouvait pas
l'avoir conçue seul ; Michelozzo, un sculpteur et l'architecte associé à lui pour une
commande une ou deux années plus tard, a pu l'avoir aidé. Dans l'association, Donatello a
contribué seulement pour pour l'effigie en bronze fin sur le tombeau du pape
schismatique Jean XXIII dans le Baptistère ; il sculpte aussi le relief de l'Assomption
de la Vierge sur le tombeau de Brancacci dans Sant'Angelo in Nilo, à Naples ainsi que les
reliefs de la balustrade des anges dansants sur la chaire extérieure de la cathédrale
de Prato (1433-38). Michelozzo était responsable du cadre architectural et de la sculpture
décorative. L'architecture de ces projets d'association ressemble partiellement à celle de
Brunelleschi et diffère nettement de celle des travaux comparables effectués par Donatello
seul dans les années 1430.

Toutes ces oeuvres faites selon un vocabulaire ornemental peu orthodoxe tiré à la
fois des sources classiques et médiévales et de la tendance Brunelleschienne de
brouiller la distinction entre les éléments architecturaux et sculpturaux. Le
tabernacle d'Annonciation à la Santa Croce et la Cantoria (la chaire du chœur des
chanteurs) dans le Duomo (maintenant dans le Museo dell'Opera del Duomo)
montrent un plus grand répertoire des formes dérivées de l'art antique, une sorte de
moisson issue du long séjour de Donatello à Rome (1430-33). Son abandon des normes
de Brunelleschi a produit une rupture entre les deux vieux amis qui n'a été jamais réparée.
Brunelleschi a même composé des épigrammes contre Donatello.

Pendant son association avec Michelozzo, Donatello a réalisé des commandes


indépendantes en sculpture pure, y compris plusieurs travaux de bronze pour les fonds
baptismaux de San Giovanni de Sienne. Le premier et le plus important de ces derniers
étaient le festin du roi Herode (1423-27), un relief intensément dramatique avec un fond
architectural qui montre pour la première fois la maîtrise de Donatello de la
perspective linéaire géométrique, que Brunelleschi avait inventée seulement quelques
années plus tôt. À Sienne, Donatello a également contribué pour les deux statuettes des
vertus (Paix et Espoir), belles figures austères dont le modèle serait la Vierge et l'ange de
l'Annonciation de Santa Croce, et trois putti, (dont un est actuellement au musée de
Berlin) voir celui du Bargello inspirés de bronzes étrusques et qui préparent le terrain
pour le David en bronze, la première statue nue en ronde bosse et à grande échelle de la
Renaissance. Bien-proportionné et superbement porté en équilibre, elle a été conçue
indépendamment de l'arrangement architectural. Son calme harmonieux fait de lui la
plus classique des oeuvres de Donatello. La statue a été assurément faite pour un
mécène privé, mais son identité est discutée. Son histoire connue commence par le mariage
de Lorenzo le magnifique en 1469, quand elle a occupé le centre de la cour du palais de
s à Florence. Après l'expulsion du Medicis en 1496 (Savonarole), la statue a été placée
dans la cour du Palazzo Vecchio.
Que le David ait été commandé par un Medicis ou pas, Donatello a travaillé pour eux
(1433-43), produisant la décoration sculpturale pour la vieille sacristie dans San
Lorenzo, l'église des Medicis. Les travaux comprenaient 10 grands reliefs en stuc coloré
et deux ensembles de petites portes en bronze, qui représsentaient des martyrs et des
apôtres se disputant. En 1443, quand Donatello était sur le point de commencer le travail
sur deux paires beaucoup plus ambitieuses de portes en bronze pour les sacristies de la
cathédrale, il a été appelé à Padoue par une commande pour une statue équestre en
bronze d'un condottiere vénitien célèbre, da Narmi d'Erasmo, populairement
appelé Gattamelata (le chat de miel), qui était mort peu avant. Un tel projet était sans
précédent car en effet, scandaleux depuis les monuments équestres en bronze de l’empire
romain avaient été la prérogative unique des règles. L'exécution du monument a été
retardée à cause d’une polémique. Donatello a effectué la majeure partie du travail entre
1447 et 1450, pourtant la statue n'a pas été placée sur son piédestal jusqu'en 1453. Elle
dépeint Gattamelata, dans son armure pseudo-classique, calmement sur son cheval, le
sceptre dans sa main droite agrandie. La tête est un portrait idéalisé avec à la fois la
puissance intellectuelle et la « dignitas » romaine. Cette statue est devenue l'ancêtre de tous
les monuments équestres érigés depuis. Sa renommée, accentuée par la polémique, s’est
diffusée partout. Même avant qu'elle soit exposée à la vue publique, le roi de Naples a
commandé à Donatello le même genre de statue équestre pour lui.

Au début des annes 1450, Donatello a entrepris quelques travaux importants pour l'église
de San Antoine de Padoue: un crucifix en bronze magnifiquement expressif et un
nouveau maître-autel, le plus ambitieux de son vivant, sans égal au XVe siècle en Europe.
Son cadre architectural richement décoré de marbre et de pierre à chaux contient sept
statues en bronze grandeur nature, 21 reliefs en bronze de diverses tailles, et un grand relief
de pierre à chaux représentant une mise au tombeau du Christ. Le local a été détruit un
siècle plus tard, et l'arrangement actuel, datant de 1895, est erroné esthétiquement
et historiquement. Le Madone majestueuse, avec une pose frontale austère
apparemment une référence consciente à une l'image plus ancienne, et Saint François
sensible sont particulièrement remarquables. Les plus fins des reliefs sont les quatre
miracles de Saint Antoine, des compositions meirveilleuses, rhythmiques d’une grande
puissance narrative. La maîtrise de Donatello en manipulant un grand nombre de figures (un
relief en a parfois plus de 100) préfigure les grandes compositions de la Haute Renaissance.
Donatello était apparemment inactif pendant les trois dernières années à Padoue, le
travail pour l'autel de Saint Antoine impayé et le monument de Gattamelata non placé
jusqu'en 1453. Il avait écarté des sculpteurs et des maçons spécialistes de la pierre
employés sur ces projets. Les offres d'autres commandes étaient parties de Mantoue, de
Modène, de Ferrare, et peut-être de Naples, mais rien n’est arrivé jusqu’à lui. Clairement,
Donatello traversait une crise qui l'a empêché de travailler. Il a été dit plus tard qu'il était
presque mort « parmi ces grenouilles à Padoue. » Vers 1456 le médecin florentin Giovanni
Chellini remarque dans son livre de comptes qu'il avait avec succès soigné le maître pour
une maladie prolongée.

Donatello a terminé seulement deux œuvres entre 1450 et 1455 : le Saint Jean-
Baptiste en bois à Santa Maria Gloriosa dei Frari, à Venise, et, peu avant son retour à
Florence. Ensuite, une figure bien plus extraordinaire de Marie-Madeleine dans le
Baptistère florentin. Les deux travaux montrent la nouvelle perspicacité dans la réalité
psychologique. Les corps puissants de Donatello d’autrefois sont devenus défraîchis,
accablés, comme si ces personnages étaient travaillés par des tensions émotives intérieures.
Quand Madeleine a été endommagée dans l'inondation de 1966 à Florence, le travail de
restauration a mis en lumière la surface peinte originale, y compris des tonalités réalistes de
chair et des points culminants d'or dans les cheveux de la sainte.
Pendant l'absence de Donatello, une nouvelle génération de sculpteurs qui ont excelé dans
le traitement sensuel des surfaces de marbre avait surgi à Florence. Ainsi les statues en bois
de Donatello ont provoqué un choc. Avec le changement du goût florentin, toutes les
commandes importantes de Donatello sont venues de l’extérieur. Elles ont inclus le groupe
en bronze dramatique Judith et Holoferne (plus tard acquis par les Medicis et maintenant
devant le Palazzo Vecchio) et une statue en bronze de Saint Jean-Baptiste pour la
cathédrale de Sienne, pour laquelle il a également entrepris vers la fin de la paire 1450 de s.
A. de portes en bronze. Ce projet ambitieux, qui pourrait avoir rivalisé les portes de Ghiberti
pour le baptistère florentin, a été abandonné environ 1460 pour des raisons inconnues
(technique ou financier le plus susceptible). Seulement deux reliefs pour elles ont été
exécutés ; l'un d'entre eux est probablement le panneau de Lamentation maintenant au
Victoria & Albert Museum, de Londres.
Les dernières années de la vie de Donatello ont été passées concevant les chaires en
bronze pour San Lorenzo, et, ainsi, encore dans le service de ses vieux patrons les Medicis, il
est mort. Couvert de reliefs montrant la passion du Christ, les chaires sont des travaux de
profondeur et de complexité spirituelles énormes, quoique quelques pièces aient été laissées
inachevées et aient dû être accomplies par d’autres artistes.