Vous êtes sur la page 1sur 10

TECHNOLOGY

WHITE

PAPER

La convergence des services et son impact sur l’architecture du réseau et son évolution : l’exemple chinois

Cet article décrit la convergence des services et tente de répondre à certaines des questions de base que pose cette convergence : qu'est-ce que la convergence des services ? pourquoi et comment peut-elle être déployée ? Il considère également l'évolution planifiée des réseaux destinés à satisfaire à de nouvelles exigences et comment, du point de vue technique, les réseaux ont évolué d'une architecture superposée verticale vers une architecture horizontale. Après une description succincte du marché chinois, l'article considère les possibilités de déploiement du NGN en Chine.

 
 

ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD

ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD
ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD
ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD
ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD
ARCHITECTS OF AN INTERNET WORLD

P. Goossens, Li W., Wan Y.

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU ET SON EVOLUTION :

L'EXEMPLE CHINOIS

La convergence des services, ce qu’elle signifie, pourquoi et comment elle est déployée : l'exemple chinois.

Introduction

Aujourd’hui, la plupart des réseaux sont conçus pour fournir des services liés à une application particulière :

• Les réseaux téléphoniques publics commutés (RTPC) transportent les applications téléphoniques.

• Les réseaux de données, plus particulièrement les réseaux fondés sur le protocole internet (IP), fournissent des services internet, comme le World Wide Web (WWW) et le courrier électronique.

• Les réseaux mobiles fournissent des services mobiles.

• Les réseaux de télédistribution offrent des services de diffusion de télévision par câble, etc.

Les réseaux de la prochaine génération (NGN), seront radicalement différents car ils ne sont pas conçus pour prendre en charge une application en particulier. Leur nouvelle architecture peut offrir tous les types d’applications, grâce à la « convergence des services ». Avec le NGN, certains services propres à un réseau de données peuvent être offerts par l’intermédiaire d’un autre réseau de services. Par exemple, l’architecture ouverte d’un réseau à commutation de paquets lui permet de transporter des services téléphoniques. De la même manière, des services multimédias mobiles seront offerts par les réseaux mobiles de la troisième génération (3G) et par l’accès sans fil. Cet article examine ce que signifie la convergence des services, et pourquoi et comment elle peut être réalisée avec les NGN. Le déploiement du NGN en Chine est cité comme exemple après une description succincte du marché chinois des télécommunications.

La convergence des services

Qu’est ce que la convergence des services ? La convergence des services signifie que différents services d’abonné sont fournis par un même équipement de

télécommunication… un même terminal, une même liaison d’accès, un même support de transport, un même élément de commande ou un même logiciel d’application. Cette convergence peut être mise en œuvre en divers points du réseau ou à sa périphérie. Par exemple, les fournisseurs de terminaux mobiles 2G+ réalisent la convergence des services dans les terminaux eux-mêmes. Un terminal I-mode ou SmartPhone offre à la fois des services de données et des services téléphoniques, avec la possibilité de transférer des informations d’un service à l’autre au niveau du terminal. Avec des serveurs de messagerie unifiée, un serveur de réseau peut offrir la convergence des services qui sera réalisée au niveau de l’infrastructure de réseau en utilisant, par exemple, le même équipement de commutation de réseau IP pour commuter les données et la voix. Cet article traite de la convergence des services au niveau de l’infrastructure de réseau, qui permet d’offrir des services identiques sur des réseaux différents :

• Services vocaux sur les RTPC, les réseaux de données et les réseaux de télédistribution (CATV).

• Services de données sur les réseaux de données, les réseaux mobiles et les réseaux de télédistribution.

• Services téléphoniques à valeur ajoutée sur les RTPC et les réseaux mobiles.

D’autres technologies de convergence des services sont en cours de développement et devraient être ultérieurement déployées :

• La technologie de convergence fixe-mobile (FMC) devrait faire converger les RTPC et les réseaux mobiles.

• La technologie 3G devrait faire converger les réseaux mobiles terrestres publics (PLMN) et les réseaux de données.

• Les serveurs d’appels et les passerelles utilisant les principes

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

de la technologie du NGN devraient faire converger les RTPC et les réseaux de données.

Pourquoi la convergence des services ? L’évolution vers la convergence des services est le résultat d’un besoin à court ou moyen terme, émanant de la situation de concurrence actuelle et du désir d’améliorer les communications. Aussi, bien que la convergence des services soit à ce jour discutable, on peut la considérer comme une tendance fondamentale de l’évolution future des réseaux. Il faudra du temps avant que les normes atteignent un certain degré de maturité, la technologie continuera d’évoluer, mais les objectifs varieront peu.

Les besoins à court ou moyen terme Aujourd’hui, chacun des réseaux qu’ils soient de données ou téléphoniques, fixes ou mobiles, ou de télédistribution, a été déployé à une grande échelle. Le besoin de regrouper les services fournis par ces réseaux ne va pas tarder à se préciser. Les services offerts par divers réseaux fixes, mobiles et de données affichent des différences économiques, réglementaires et techniques importantes qui seront de moins en moins bien acceptées par les usagers futurs. Par exemple, les usagers n’apprécient guère que les opérateurs mobiles offrent gratuitement des services, comme la simple messagerie vocale, alors que les opérateurs de réseau fixe ont mis des années à la proposer et ce, à titre payant. Les opérateurs alternatifs vont faire feu de ces frustrations pour prendre l’avantage, et la frontière entre les différents types de réseaux va s’estomper.

Par ailleurs, les opérateurs vont chercher à réduire leurs dépenses d’investissement et d’exploitation, un seul réseau suffira à fournir tous les services, ce qui va encourager la convergence des services dans le réseau (ou la convergence des réseaux).

Un seul réseau pour satisfaire à la règle des huit « N » La convergence des services sera l’étape nécessaire à la conception d’outils de télécommunication améliorés dont rêvent les utilisateurs. Leurs attentes peuvent être résumées par la règle des « 8 N » :

• capacité d’établir facilement la communication avec N’importe qui,

• à N’importe quel moment, ce qui veut dire que la liaison est « permanente »,

N’importe où, ce qui veut dire que le réseau assure une couverture mondiale,

• pour accéder à N’importe quel service (multiservice), ce qui veut dire que des services multimédias sont fournis par le réseau et les terminaux,

• grâce à N’importe quelle connexion (accès), ce qui veut dire

que l’accès aux services est fourni par n’importe quel réseau, avec la possibilité d’une connexion point à multipoint,

• pour N’importe quel type d’information (performance), pour laquelle doivent pouvoir être exploités pleinement la bande passante du réseau, les fonctions de sécurité et autres ressources,

• pour N’importe quel contenu fourni par les propriétaires de contenus, le réseau fournissant les

services de communication par l’intermédiaire d’interfaces ouvertes, • à un prix Normal, c’est-à-dire, à un prix qui, pour les usagers, est proportionné au service rendu.

Comme aujourd’hui, aucun réseau ne peut répondre à toutes ces attentes, la convergence des services tente de satisfaire à un minimum d’entre elles.

Le NGN fournit la technologie de réseau pour la convergence des services Le NGN est une architecture horizontale, avec des interfaces ouvertes au niveau de chaque couche, qui est en cours de développement par

les constructeurs et les opérateurs pour

réaliser la convergence des services. L’architecture (cf. figure 1) est composée essentiellement de quatre couches : services (gestion et applications), contrôle, média (cœur et périphérie) et accès. Les principales caractéristiques du NGN sont son

Fig. 1 Architecture du NGN Gestion Système de gestion Applications Serveurs d'application Contrôle Serveurs
Fig. 1
Architecture du NGN
Gestion
Système de gestion
Applications
Serveurs
d'application
Contrôle
Serveurs
d'appels
IP et IP/ATM
Cœur
Serveur
Passerelle
Serveur
de média
de
de règles
Périphérie
Contenu
média
Mobile
RTPC
Large bande
Accès
GERAN
UTRAN
CO
DLC
DSL
Câble
WLL
1
C
2
9
5
7
R
4
3
8
6
0
+
*
#
A
Clientèle
Bureau
Usagers
Usagers
d'entreprise
distant/SOHO
résidentiels
mobiles
CO : central
DLC : multiplexeur d'abonnés
GERAN : réseau d'accès radio GSM/EDGE
SOHO : professions indépendantes et libérales
UTRAN : réseau d'accès radio terrestre UMTS
WLL : boucle locale sans fil
T
G
D
ID
P
J
M
W
B
X
K
Q
E
N
U
H
Y
L
C
F
R
O
I
V
Z
S

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

ouverture, la séparation du contrôle et du support (couche média), le réseau de base à commutation de paquets, l’offre multimédia et, enfin, la mobilité généralisée, ce qui permet à un abonné de passer en douceur d’un réseau d’accès à un autre. La convergence des services peut être mise en œuvre au niveau de chacune de ces couches. L’ouverture de chaque couche permet à un composant de réseau de partager les ressources d’une autre couche par l’intermédiaire d’une interface ouverte ; elle peut aussi fournir des services connexes par l’intermédiaire de cette interface, si le service est pris en charge par le composant de réseau correspondant. Par exemple, le service vocal pourrait être sous le contrôle d’un serveur d’appels et pris en charge par des réseaux fixes, mobiles et de données. La séparation du contrôle et du support (couche média) permet de transporter le service de session indépendamment du support de transport. Par ailleurs, la couche application peut être réutilisée. Les réseaux à commutation de paquets assurent l’allocation dynamique de bande passante et le multiplexage statistique ; ils conviennent donc parfaitement au transport de services multimédia. La convergence des services est également possible au niveau du terminal, les terminaux devenant de plus en plus intelligents et de plus en plus utilisés. Ainsi, la Chine compte actuellement quelque 16 millions d’ordinateurs pourvus d’une connexion internet (source : CNNIC ; China Internet Network Information Center) et environ 200 millions d’abonnés mobiles. Les assistants numériques personnels (PDA) connaissent eux aussi beaucoup de succès. Idéalement, l’architecture du NGN devrait être basée sur l’IP et fournir toutes sortes de services au niveau de la couche services. Le réseau de base, le réseau d’accès et les équipements terminaux d’abonné doivent tous prendre en charge des fonctionnalités multiservices. Une plate-forme unique de télécommunication devrait théoriquement coûter moins cher que plusieurs plates-formes. Dans la pratique, ce n’est pas encore le cas car les normes et les technologies de NGN continuent d’évoluer.

Comment les réseaux de télécommunication doivent-ils évoluer vers la convergence des services ?

Lorsqu’ils évoluent vers l’architecture du réseau idéal, les réseaux tiennent compte du parc existant des équipements, ce qui doit réduire les dépenses d’investissement et d’exploitation (Capex and Opex) tout en introduisant de nouveaux services qui respectent la règle des « 8 N ».

Évolution du réseau pour offrir de nouveaux services et réduire les coûts Le premier objectif des opérateurs de réseau est d’augmenter leurs recettes en offrant de nouveaux services, lesquels peuvent être introduits de deux manières par une extension de réseau. La première consiste à mettre en œuvre le service offert par un réseau sur un autre réseau, créant ainsi un nouveau service

Tab. 1

Exemples de services traditionnels transposés sur d'autres réseaux de services

 

Services téléphoniques fixes

Services de données

Services mobiles

Messagerie vocale

VoIP

Voix

VXML

Navigation sur la toile

WAP

Messagerie vocale

Courrie électronique

Messagerie unifiée

sur le deuxième réseau. On peut fournir un service universel après avoir extrait les fonctionnalités communes aux deux réseaux. Le tableau 1 montre des exemples de services traditionnels fournis par des réseaux différents (les italiques oranges désignent le nouveau service issu des services traditionnels). La deuxième consiste à combiner des services existants pour la création d’un nouveau. Par exemple, les services multimédia associent des services voix et données et les services de localisation associent des services d’information mobiles et des services de données. D’autres exemples sont la prise d’appel en cours de session et la messagerie unifiée. Lorsqu’on déploie la convergence des réseaux, il faut tenir compte de facteurs techniques et économiques. En effet, la convergence des réseaux au niveau de la couche services peut servir à étendre les services. Lorsqu’on se sert d’un serveur d’appels pour gérer le service de téléphonie sur IP (VoIP), on peut réutiliser la logique de la couche services, comme le réseau intelligent (RI). Dans le cas du protocole d’application sans fil (WAP) ou du langage de balisage à extension vocale (VXML), l’interface avec le composant de navigation WWW partagé peut être réutilisée parce qu’elle a été définie entre la logique de base et différents services de réseau, même au niveau de la couche services. Comme le montre la figure 1, l’intégration au niveau du réseau a deux composantes : un plan de données (intégré avec l’IP) et un plan de contrôle (intégré avec un équipement de contrôle unifié, comme le serveur d’appels). La convergence au niveau des couches inférieures facilitera, bien sûr, la convergence au niveau des couches supérieures. Toutefois, le coût de mise en œuvre de la convergence au niveau des couches inférieures peut être élevé car ces couches représentent une grande proportion du Capex total. Par exemple, la couche accès représente environ 30% à 50% des dépenses d’investissement dans l’ensemble du réseau. Le deuxième objectif des opérateurs est de réduire leurs coûts d’investissement et d’exploitation et la convergence des réseaux peut les y aider. Pour l’extension de services et l’introduction de nouveaux, les opérateurs de réseau peuvent soit continuer de développer des réseaux superposés spécifiques soit tenter de développer des réseaux unifiés. Le tableau 2 compare les deux solutions. Cette comparaison met en évidence que la volonté actuelle d’un opérateur de développer des services et des réseaux unifiés dépend du déploiement de son réseau actuel. Toutefois, elle montre également que les avantages à long terme des réseaux et services unifiés sont tels que leur avenir est assuré.

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

Tab. 2

Comparaison entre réseau unifié et réseau superposé

 

Réseau unifié

Réseau superposé

Simplifie l'architecture de réseau

Dimensionnement selon le déploiement

Partage des équipements communs pour réduire au minimum les dépenses d'investissement

Moindre dépendance vis-à-vis d'un unique fournisseur

Réduit les dépenses d'exploitation (un nombre d'éléments de réseau plus faible, un encombrement moindre, un nombre de pièces de rechange moins élevé, et une gestion et une formation réduites)

Optimisation selon les besoins du service

Réutilisation statistique des ressources

Déploiement plus rapide

Coût moindre de modification des services et d'introduction de nouveaux services

Déploiement éprouvé sur une grande échelle

Les plates-formes de convergence de réseaux d’Alcatel Alcatel propose quatre plates-formes de convergence des services et des réseaux, correspondant chacune à l’une des couches du NGN.

besoins du réseau de base et des différentes liaisons d’accès, réutilisant des éléments communs du réseau public, comme l’alimentation et les bâtis. L’Alcatel 1540 Litespan est une plate-forme d’accès intégré idéale pour la convergence des services (cf. figure 2).

Plate-forme d’accès intégré basée sur Alcatel 1540 Litespan Un accès intégré côté usager permet à un abonné d’accéder à tous les autres réseaux par une seule liaison. Toutes sortes

d’informations provenant de différents usagers (ADSL, téléphonie ordinaire, relais de trames, etc.) sont traitées par une plate-forme intégrée, puis connectées au réseau de services, où elles sont transportées par un réseau de transmission commun. Le nœud d’accès intégré peut comporter divers modules fonctionnels tels que la sélection de modem pour chaque support d’accès, le traitement des services, la passerelle de services et l’encapsulation de la transmission. Une fonction de sélection de modem permet à l’usager d’utiliser différentes technologies de modem sur un même support, qui peut être remplacé par une connexion fixe pour réaliser des économies. La même technologie de modem peut transporter

différents services. Par exemple, la ligne d’abonné numérique asymétrique/asynchrone (ADSL) peut transporter des services à mode de transfert asynchrone (ATM) et IP. La fonction de traitement de service doit mettre en œuvre certaines fonctions de contrôle, comme le contrôle de flux et l’isolement. La fonction de passerelle de services permet de sélectionner différents réseaux de services. Pour finir, les services seront transposés sur le réseau de transport métropolitain à l’aide de la fonction d’encapsulation de sorte que différentes données de service peuvent être transportées sur les mêmes formats de trames ou de transport de données, tels que la SDH, l’Ethernet ou la DWDM. Les équipements d’accès intégré sont flexibles. Ils sont dimensionnés selon les

Matrice à autoroutage par chemins multiples (MPSR) et plate-forme de commutation La matrice à autoroutage par chemins multiples (Multi Path Self Routing, MPSR) est une plate-forme de commutation de paquets qui utilise des cellules à intervalles de temps (IT) multiples (MSC), chaque IT ayant une longueur de 68 bits. Le nombre d’IT d’une MSC varie avec le service commuté : il y en a moins dans la cellule pour réduire le temps de commutation de la voix et il y en a un grand nombre pour améliorer le rendement. Les MSC ont des étiquettes d’autoroutage et remplissent les conditions de la commutation ATM/IP. La matrice de commutation numérique antérieure a été remplacée par une matrice MPSR pour prendre en charge la commutation

Fig. 2 Accès intégré Côté client Côté réseau Alcatel 1540 Litespan Passerelle POTS RTPC VoIP
Fig. 2
Accès intégré
Côté client
Côté réseau
Alcatel 1540 Litespan
Passerelle
POTS
RTPC
VoIP
V 5.2
N x 64 kbit/s
SDH
IP
RNIS
2 Mbit/s
LL/TDM
ADM
relais
de trames
ATM
HDSL
ADSL
Châssis de lignes multiservices
ADM : multiplexeur à insertion-extraction
HDSL : boucle d'abonné numérique à haut débit
RNIS : réseau numérique à intégration de services
POTS : service téléphonique ordinaire
LL : ligne spécialisée
TDM : multiplexage temporel

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

des services multimédia. Comme la matrice MPSR peut prendre en charge la commutation ATM/IP, on l’a utilisée comme matrice de commutation pour le commutateur IP de cœur de réseau d’Alcatel (Alcatel 7770).

Plate-forme de contrôle de serveur d’appels Le serveur d’appels peut être considéré comme un commutateur de RTPC virtuel. La passerelle d’accès, la passerelle de transit, le réseau à commutation de paquets et le serveur d’appels peuvent être transposés sur la carte de ligne, la carte de jonction, la matrice de commutation et la partie contrôle du commutateur de RTPC. Cette dernière peut servir de base à un serveur d’appels de NGN. Le commutateur de RTPC peut aussi servir de plate-forme pour un serveur d’appels de NGN afin de fournir les mêmes types de connexion, les mêmes services téléphoniques à valeur ajoutée et la même interface avec la couche services dans des réseaux différents.

La plateforme de services ouverte (OSP) Cette plate-forme intègre toutes sortes de services en utilisant un logiciel médiateur (intergiciel) pour la communication entre des applications comme le RI, la gestion de réseau et la facturation. La plate-forme de système de support d’exploitation commercial (BOSS) intègre une grande variété de services opérationnels, en tenant compte de la fourniture de services, de la qualité de service (QdS) et de la facturation.

Évolution des réseaux en Chine

Développement actuel des services Le marché des services en Chine évolue rapidement. La figure 3 montre (en ignorant les recettes de télédistribution) que :

• le nombre d’abonnés aux services de données et d’accès à large bande est en rapide augmentation. Le trafic de données représente actuellement 65% du trafic des réseaux fixes et pourrait approcher 100% dans un proche avenir. Toutefois,

les recettes correspondantes ne représentent que 5% des recettes globales ; • les services téléphoniques (fixes et mobiles) représentent toujours le plus gros des recettes d’un opérateur (95%) ; • tous les réseaux de services sont largement déployés et connaissent un taux de croissance annuel élevé.

Le marché des télécommunications en Chine Au cours des vingt dernières années, le marché informatique et le marché des télécommunications ont connu des changements impressionnants en Chine. Toutefois, le taux de pénétration des lignes fixes reste assez faible, avec environ 29 lignes pour 100 habitants ; plus de 16 de ces lignes sont desservies par le réseau fixe. Ainsi, le potentiel de développement en Chine est considérable. Certains opérateurs chinois estiment que, dans les trois ans à venir, le nombre d’abonnés au réseau fixe atteindra quelque 240 millions, alors qu’il y aura 290 millions d’abonnés mobiles. Les centraux locaux des réseaux fixes auront une capacité de 280 millions de lignes, les échanges avec le réseau mobile atteignant 360 millions de lignes. Il y aura environ 100 millions d’usagers de l’internet. Ainsi, le marché chinois de l’informatique et des télécommunications va continuer d’être l’un des plus gros du monde. La Chine est récemment devenue membre de l’organisation mondiale du commerce (OMC) et pour faire face à l’augmentation de la concurrence qui en a résulté, elle a restructuré son industrie de l’information. Il existe quatre grands groupes de télécommunications, ainsi que plusieurs acteurs alternatifs plus petits. Les quatre géants sont China Telecom, China Netcom, China Unicom et China Mobile. China Netcom est un nouvel opérateur qui associe l’ancien China Netcom et la partie septentrionale de l’ancien China Telecom. Parmi les autres acteurs, il y a China Railcom, China Broadcast & TV (SARFT) et l’ancien China Satcom (CITICS). Cette structure concurrentielle est maintenant en place et restera stable pendant un certain temps.

Fig. 3 Développement des abonnés et des recettes des service du marché chinois en 2002
Fig. 3
Développement des abonnés et des recettes des service du marché chinois en 2002
250000
Revenu du marché chinois en 2002
Abonnés RTPC
0,81%
0,03%
Abonnés PLMN
200000
Abonnés internet
Abonnés ADSL
1,99%
150000
Abonnés à un service
de télédistribution
12,02%
0,06%
Longue distance
100000
domestique
49,91%
International
télégramme
50000
30,62%
téléphonie locale
données
0
mobile
radiomessagerie
4,56%
Satellite
Année
Nombre d'abonnés
1997
1998
1999
2000
2001
Oct. 2002

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

Fig. 4

Architecture expérimentale de NGN

Facturation EA&M RI/AS et comptabilité H.323 GK Serveur AAA Signalisation Serveur Serveur SG n °
Facturation
EA&M
RI/AS
et comptabilité
H.323 GK
Serveur AAA
Signalisation
Serveur
Serveur
SG
n ° 7
d'appels
d'appels
RTPC
TG
Réseau de transport
ATM/IP
HLR
RTPC
TG
AG
WAG
IAD
Ter minal
SIP
Ter minal MGCP
V5.1/xDSL et autres
Accès sans fil
Ter minal H.248

AAA : authentification, autorisation et comptabilité AG : passerelle d'accès AS : serveur d'application GK : garde-barrière HLR : enregistreur de localisation nominale MGCP : protocole de contrôle de passerelle de média

Serveur

d'appels

EA&M: Exploitation, administration et maintenance SG : passerelle de signalisation SIP : protocole d’ouverture de session TG : passerelle de jonction WAG : passerelle d'accès sans fil

Tous les quatre grands opérateurs sont nouveaux et souhaitent devenir des opérateurs à couverture nationale avec des licences multiservices. Cependant, aucun d’entre eux ne possède une infrastructure nationale (c’est-à-dire des boucles, des centraux locaux). Même China Telecom n’a qu’une infrastructure de télécommunication dans la partie méridionale du pays. Pour devenir un opérateur national, il lui faut étendre son réseau vers le nord. Ainsi, les fournisseurs de services et les opérateurs recherchent tous le moyen d’étendre leur réseau dans le territoire de chacun des trois autres. Il leur faut faire un choix entre les technologies disponibles, en tenant compte de leur réseau existant. La concurrence accrue et l’entrée imminente des capitaux et des opérateurs étrangers imposent aux opérateurs chinois de développer de nouvelles technologies qui soient plus efficaces et offrent des services susceptibles d’attirer de nouveaux clients et d’augmenter les recettes. Cet environnement, ainsi que la recherche constante par la Chine de la technologie la plus récente, sont les raisons principales de l’intérêt porté actuellement sur les solutions de NGN/NGVN (réseau téléphonique de la prochaine génération). Aussi tous les grands opérateurs ont-ils lancé des expérimentations de NGN pour augmenter leurs connaissances et leur savoir-faire en la matière. Les expérimentations de NGN China Telecom expérimente activement la technologie du NGN depuis 2000 car son trafic longue distance est dérouté vers des services de contournement longue distance IP et le trafic local est accaparé par les services mobiles (le trafic

téléphonique IP représente plus de 45% du trafic longue distance et il y a plus de 200 millions d’abonnés mobiles à l’heure actuelle). Les expérimentations portent sur les solutions de NGN les plus courantes, comme les serveurs d’appels de classe 4/5, les équipements d’accès intégré (IAD), les terminaux téléphoniques IP natifs, etc. Tous les aspects du déploiement du NGN sont analysés, comme le développement des protocoles, la fourniture des services, la QdS et la sécurité, et les modèles commerciaux. La figure 4 illustre une architecture expérimentale de NGN. China Netcom a déjà construit un réseau dorsal IP national, de sorte que son réseau évoluera en réseau à commutation de paquets. Le prédécesseur du nouveau China Netcom, avait déjà entrepris de tester un serveur d’appels en vue d’utiliser la

technologie dans des domaines comme l’IP 800 et le centrex. « Le téléphone à large bande », expérimentation phare du serveur d’appels de Netcom, vise à prendre en charge le marché téléphonique de Netcom dans huit villes : Beijing, Dalian, Shanghai, Nanjing, Hangzhou, Ningbo, Guangzhou et Shenzhen. L’arrivée du nouveau China Netcom a favorisé la planification de divers projets de NGN/NGVN . À la différence de ses deux homologues (opérateurs de lignes fixes) China Telecom et China Netcom, China Unicom est un opérateur multiservice qui offre des services fixes et mobiles et envisage d’utiliser la technologie du serveur d’appels pour réduire ses coûts d’exploitation et proposer des solutions entièrement intégrées à ces clients. China Railcom, opérateur de télécommunications à part entière offrant des services fixes et mobiles cherche à tirer rapidement parti de l’efficacité des serveurs d’appels pour prendre le pas sur ses homologues plus importants en procédant à des déploiements à partir de zéro pour remporter des parts importantes des marchés voix et données. China Railcom a déjà construit un serveur d’appels expérimental à Chongqing et mène actuellement des expérimentations commerciales. Railcom prévoit d’utiliser la technologie du serveur d’appels pour achever 90 réseaux locaux inachevés et les déployer dans 200 villes avec des réseaux existants. L’entreprise a confirmé son intention d’utiliser la technologie du serveur d’appels pour la construction de son réseau VoIP national. L’opérateur de réseau à satellite CITICS, avec SARFT (télédistribution), a lancé une expérimentation de NGN/NGVN au cours du deuxième semestre 2002. Des liaisons par satellite et des serveurs d’appels devraient fournir un service longue distance à péage.

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

Fig. 5 Étapes de l'évolution vers le NGN 4 AGW Réseau de données IP/ATM Réseau
Fig. 5
Étapes de l'évolution vers le NGN
4 AGW
Réseau de données
IP/ATM
Réseau de données
IP/ATM
MGC
LE
2
1
LE
AGW
2
2
LE
AGW
C-RSU
3
Autocom-
2
AN
mutateur
2
3
2 RSU
AN
RSU
RSU
AN
Litespan
2 Litespan
AN : nœud d'accès
C-RSU : unité de raccordement d'abonné
distante à regroupement
LE : commutateur local
AGW : passerelle d’accès
MGC : contrôleur de passerelle de média
PABX : autocommutateur privé
RSU : unité de raccordement d'abonné distante

3. Répéter l’étape 2 jusqu’à ce que tous les nœuds d’accès soient contrôlés

par le MGC. 4. À l’étape finale, le MGC fonctionnera comme un serveur d’appels autonome.

L’introduction du serveur d’appels

permettra de disposer d’un plus grand

nombre de services, notamment :

• le délestage IP (IPO),

• le contournement longue distance (LDB),

• la téléphonie IP (IPT),

• le multimédia,

• le service combiné voix et internet (VIP).

Conclusion

Bien qu’elle soit encore loin, la convergence des services est

Extension des réseaux fixes et des services dans les limites du territoire de l’opérateur Comme on l’a vu plus haut, les opérateurs de réseau fixe en Chine doivent étendre leur réseau pour des raisons de concurrence. De plus, il leur faut augmenter le taux de pénétration des lignes téléphoniques fixes (16,25%), qui est faible par comparaison avec celui des pays développés d’Asie (plus de 40%). La figure 5 montre les mesures qu’un opérateur de réseau fixe en Chine peut prendre pour évoluer vers le NGN :

1. Transformer un commutateur en un contrôleur de passerelle de média (MGC), fournissant, dès le départ, la parité des fonctionnalités de NGN dans tout le réseau et facilitant l’extension des modules de passerelle d’accès (AGW) de classe 5. 2. Relier tous les nœuds d’accès existants (RSU, V5.X, etc.) à une AGW centrale contrôlée par un MGC.

inéluctable car elle facilite les communications entre les personnes – à n’importe quel moment, n’importe où, sur n’importe quel support, avec n’importe quelle connexion, n’importe quel contenu, n’importe quel type d’information, fourni par n’importe quel service – et à un prix accessible. Ce rêve deviendra une réalité à des rythmes différents, selon les solutions technologiques adoptées. Tous les acteurs devront s’adapter : opérateurs de services, fournisseurs de réseaux, d’installations d’usagers, de contenu, etc., usagers et organismes de réglementation. Cet article traite des divers aspects techniques liés à ce rêve de convergence des services et montre comment la convergence devrait influer sur les différents éléments de réseau, passant d’une architecture superposée verticale à une architecture horizontale. Il décrit également la façon dont les réseaux peuvent évoluer vers une architecture idéale. Une description de la situation de concurrence en Chine montre comment les opérateurs locaux prévoient d’utiliser cette nouvelle technologie pour étendre et améliorer leurs services aux usagers.

Philippe Goossens est directeur de la stratégie Philippe Goossens pour l'évolution des réseaux à NSG/Alcatel CTO et directeur adjoint du groupe stratégie de pour l'évolution des réseaux à NSG/Alcatel CTO et directeur adjoint du groupe stratégie de réseaux à Alcatel Shanghai Bell, Shanghai, Chine.

Li Weidong est ingénieur réseau au sein du groupe Li Weidong stra tégie de réseaux de la division réseaux téléphoniques d'Alcatel Shanghai Bell, Shanghai, Chine. stratégie de réseaux de la division réseaux téléphoniques d'Alcatel Shanghai Bell, Shanghai, Chine. (Weidong.A.Li@alcatel-sbell.com.cn)

Bell, Shanghai, Chine. (Weidong.A.Li@alcatel-sbell.com.cn) Wan Yonggen est directeur du groupe stratégie de réseaux

Wan Yonggen est directeur du groupe stratégie de réseaux à Alcatel Shanghai Bell, Shanghai, Chine.

LA CONVERGENCE DES SERVICES ET SON IMPACT SUR L'ARCHITECTURE DU RESEAU

Abréviations

3G troisième génération AAA authentification, autorisation et comptabilité ADM multiplexeur à insertion-extraction ADSL ligne d'abonné numérique asymétrique AGW passerelle d'accès AN nœud d'accès AS serveur d'application ATM/IP mode de transfert asynchrone/protocole internet C-RSU Unité de raccordement d’abonné distante à regroupement BOSS système de support d'exploitation commerciale CNNIC China Internet Network Information Center CO Central DLC multiplexeur d'abonnés DSL ligne d'abonné numérique EA&M Exploitation, administration et maintenance EDGE GSM à débit amélioré FMC convergence fixe-mobile FR relais de trames GERAN réseau d'accès radio GSM/EDGE GK garde-barrière GSM système global pour les communications avec les mobiles DSL boucle d'abonné numérique à haut débit HLR enregistreur de localisation nominale IAD équipement d'accès intégré IP protocole internet IPO délestage IP IPT IP telephony (téléphonie IP) IT Intervalle de temps LDB contournement longue distance LE commutateur local LS Ligne spécialisée MGCP protocole de contrôle de passerelle de média MPSR autoroutage par chemins multiples MSC cellule à intervalles de temps multiples NGVN réseau téléphonique de la prochaine génération OMC Organisation mondiale du commerce OSP plate-forme de services ouverte PABX autocommutateur privé PDA assistant numérique personnel PLMN réseau mobile terrestre public POTS service téléphonique ordinaire QdS Qualité de service RI Réseau intelligent RNIS Réseau numérique à intégration de services RSU unité de raccordement d'abonné distante RTPC Réseau téléphonique public commuté SDH Hiérarchie numérique synchrone SG passerelle de signalisation SIP Session initiation protocol, protocole d'ouverture de session SOHO professions indépendantes et libérales TDM multiplexage temporel TG passerelle de jonction

UMTS Système universel de télécommunication avec les mobiles UTRAN réseau de transport UMTS VIP Service combiné voix et internet VoIP voix sur IP VXML Voice eXtensible markup language (langage de balisage à extension vocale) WAG passerelle d'accès sans fil WAP protocole d'application sans fil WLL boucle locale sans fil

Alcatel and the Alcatel logo are registered trademarks of Alcatel. All other trademarks are the
Alcatel and the Alcatel logo are registered trademarks of Alcatel. All other trademarks are the

Alcatel and the Alcatel logo are registered trademarks of Alcatel. All other trademarks are the property of their respective owners. Alcatel assumes no responsibility for the accuracy of the information presented, which is subject to change without notice. © 04 2003 Alcatel. All rights reserved. 3GQ 00003 0008 TQZZB Ed.01