Vous êtes sur la page 1sur 21

VERLANT Aurore

Lycée Ste Marie


Bagnols-sur-Cèze

RAPPORT PROJET

IMPLANTATION D’UNE UNITE D’EPURATION


AUTONOME

EN ALBANIE

2005 – 2006 – 2007

Brochure explicative des besoins et de la mise en œuvre.


Remerciements

Je remercie toutes les personnes qui m’ont poussées à la


conception de ce projet :

Mon entreprise pour leur participation,

Mr Toussaint, mon professeur, pour ses conseils,

Pascale pour m’avoir fait partager la découverte du site de la


réalisation du projet et m’avoir mit en contact avec des personnes
qui m’aideront pour la réalisation,

Flutura pour son amitié, sa collaboration et ses recherches pour


les matériaux, sans son aide, la réalisation de ce projet n’aurait
pue être réalisable.

Et toutes les personnes qui m’ont soutenu d’une façon ou d’une


autre.
Sommaire

Introduction

1 Découverte
1-1 Présentation d’un village pas commun
1-2 Avec qui ?
1-3 Quels moyens peut on choisir ?
1-4 La méthodes employée
1-5 Comment ça fonctionne ?

• un traitement primaire :
• un traitement secondaire :
• prétraitement avec une fosse septique toutes eaux.
• un traitement avec un filtre à sable vertical drainé

2 Le dimensionnement

2-1 Une dimension pour une fosse septique.


2-2 une dimension pour le filtre vertical à sable drainé.
2-3 les équipements annexes :

3 Une étude financière

3-1 Les fournitures dont on a besoin :


• pour le réseau de collecte
• pour le prétraitement
• pour le traitement secondaire
3-2 Avec quel matériel
3-3 la mise en œuvre

Conclusion

Contacts
Introduction

Dans le cadre de ma formation au Brevet de Technicien Supérieur


spécialisé dans les métiers de l’eau, j’ai réalisé ce projet.
La réalisation d’une unité d’épuration autonome pour un centre d’accueil
en Albanie.

En effet, avec le soutien de mon entreprise et le désir depuis longtemps


d’offrir mon aide à ceux qui en ont besoin, je me suis donc lancée dans la
conception de ce projet.

La découverte d’un nouveau pays, d’une autre culture ainsi qu’une façon
différente de vivre.
L’objectif d’aller de l’avant dans un projet humanitaire.
Un combat pour informer des populations sur la pollution des rivières qui
ne cesse de croître.
Toutes ces choses qui m’ont poussé à monter ce projet et me propulser
vers l’avant.

Ce rapport expliquera alors le commencement du


projet, je décrirai comment j’ai pu participer à un
voyage sur place, comment j’ai dimensionné et choisi
les équipements, mais aussi comment je compte le
réaliser.
Puits

Pour cela, je réaliserais une étude technique et


économique minutieuse de tout les détails du projet
décrits alors dans ce rapport.

Rejet au fleuve

Utilisation de l’eau par le centre


1 Découverte
1-1 Présentation d’un village pas commun :

GOSTIME :

C’est un petit village vers le Sud d’Elbasan dans le centre du pays.


Gostime comme la plupart des villages et villes du pays, possède très peu
d’infrastructures.

En effet, les routes sont à peine goudronnées, il n’y a ni poubelles ni


ramassage ou nettoyage des déchets, toutes les maisons ne possèdent
pas d’eau courante car pour cela, il faut pouvoir creuser un puit, ne
parlons pas non plus de l’absence de service publique, aucun courrier
n’est acheminé directement dans le village et ce n’est que quelques
exemples.

Ainsi, aucunes maisons et usine du pays ne possèdent un traitement des


eaux qu’elles se servent car il n’y a aucunes loi ou obligations de le faire.

L’occasion donc de proposer au centre d’accueil là bas, de construire une


unité de traitements des eaux usées et ainsi offrir à ce pays en
développement une technique d’épuration simple et peu coûteuse qui a
fait ses preuves en France
1-2 Avec qui ?

Mr Toussaint, l’un de nos professeur nous a proposé à toute la classe de


participer a un camp pour jeune organiser par les sœurs de la charité.
L’une d’entre elle, sœur Pascale nous a présenté le séjour.

Il consistait à faire de l’animation avec des enfants dans un centre


d’accueil en Albanie et pourquoi pas regarder le terrain et monter un
projet en rapport au BTS.
J’ai donc était volontaire pour le voyage et le projet et je suis parti en
compagnie de sœur Pascale et 8 autres filles à Gostime au mois d’août
2006.

Sœur Pascale Flutura

Arrivé là bas, nous avons rencontré Flutura. Albanaise d’origine, elle a


appris à parler parfaitement le français à l’université et possède une
grande notoriété dans le village. Elle m’aidera à travers la réalisation de
ce projet et permettra la communication avec le peuple.

Le groupe :

Sur place, en discutant avec les habitants, ils m’expliquaient comment les
eaux était distribuées et rejetées. En effet toute les maisons n’ont pas
d’eaux, il y a presque un puit par foyer riche, c'est-à-dire une catégorie
sociale plutôt aisée par rapport à certaines. Par contre, toutes les eaux
usées sont rejetées directement au ruisseau d’à côté, dans le jardin ou au
fleuve.
1-3 Quels moyens peut on choisir ?

Les critères de choix sont les suivants :

- un assainissement qui a fait ses preuves en France


- des matériaux simples pour pouvoir les trouver sur place
- un dimensionnement aux normes françaises
- un coût des plus moindre pour la réalisation
- un entretien minime pour l’avenir de la structure
- un taux de pollution des plus bas possible

Les techniques utilisables sont :

- soit avec un dispositif par une technique d’épuration biologiques


sans apport d’oxygène à l’air libre : fosse septiques, décanteur-
digesteur, décolloïdeur.

- soit avec un dispositif par une technique d’épuration biologiques


avec aération : disques, boues activées, lagunage naturel ou aéré.

- avec un dispositif comportant une technique d’épuration avec


infiltration à travers un sol épurateur avec des caractéristiques
spécifiques : culture fixées, tranchée filtrante, lit d’épandage, filtre
vertical, tertre filtrant, lit filtrant drainé avec zéolite, filtre à sable
horizontal drainé, lit d’infiltration percolation, lit drainé.

Toutes ces techniques ont fait leurs preuves en France, je vais alors
déterminer la technique répondant aux critères de choix.
1-4 La méthodes employée :

La technique la mieux adaptée pour la réalisation du projet est une unité


composée d’un prétraitement ainsi qu’un traitement.

Le prétraitement sera constitué d’une fosse septique toutes eaux.

Pourcentage d'abbatement réalisé par l'unité

50%
MES

30%
DBO5

Il sera précédé d’un décolloïdeur et suivi d’un filtre à sable vertical en


temps que traitements.

Performances du niveau D4

≤ 25 mg/l ≤ 95 mg/l ≤ 30 mg/l


DBO5 DCO MES
(circulaire du 17.02.97)

Cet ensemble d’équipements de traitements des eaux usées constitue


alors une unité d’épuration autonome.
1-5 Comment ça fonctionne ?

De nos jours, le traitement des eaux ménagères et à usages hygiénique


est obligatoire par la loi sur l’eau du 8 juin 1994.

Beaucoup de particuliers vivant loin des agglomérations ne peuvent se


raccorder au réseau d’assainissement collectif. Or, l’assainissement
autonome conforme et l’entretien de celui-ci est obligatoire d’apré la loi
sur l’eau et le Code de la santé publique (article L33).

Des scientifiques ont alors réalisés des études sur des méthodes de
traitements d’eaux usées à échelles réduites.

En effet, on observe dans chaque assainissement non collectif les étapes


suivantes qui ressemblent au fonctionnement d’une épuration collective
des eaux usées urbaines :

• un réseau de collecte :

Cette étape a pour but de récupérer l’ensemble des eaux à traiter de la ou


les habitations concernées par l’assainissement non collectif par un
système hydraulique simple fonctionnant par l’écoulement de l’eau dans
des tuyaux inclinés.
Il est nécessaire de diviser l’épuration qui suit en deux étapes :

• un traitement primaire :

Il a pour but d’éliminer la majorité des matières solides et organiques


pour obtenir un effluent avec un faible pourcentage en matière dissoute
qui favorise alors, le traitement secondaire.

En général on utilise une fosse septique toutes eaux qui par l’action des
microorganismes présent dans l’effluent à traiter dégradent les matières
organiques importantes, les graisses, la majorité des matières en
suspension.

• un traitement secondaire :

En effet, après le prétraitement, l’eau va être alors retraitée d’une


manière différente qui a pour but d’éliminer l’ensemble de la pollution
contenue dans l’eau pour pouvoir par la suite la rejeter en milieu
superficiel ou bien l’infiltrer dans le sol.

En général ce traitement est une filtration qui élimine l’ensemble des


particules contenues dans l’effluent par l’action des micro-organismes qui
s’en nourrissent mais aussi, des fines particules filtrantes qui retiennent
les matières en suspensions.

L’eau est alors nettoyée de la pollution qu’elle contenait, en générale elle


est de niveau D4 c'est-à-dire qui convient aux normes fixées par la loi
pour la rejeter.
• prétraitement avec une fosse septique toutes eaux.

Son fonctionnement est simple. Les eaux usées arrivent par une cloison
siphoïde pour arriver dans le contenant de la fosse.

Celles-ci sont alors traitées de façon biologique c'est-à-dire que la matière


et les graisses sont dégradées par les bactéries présentes dans les eaux
usées qui arrivent.

La matière issue de cette dégradation décante dans le fond de la fosse,


90% de cette matière doit être retirée tous les quatre ans lors de la
vidange d’entretien, les 10% restant servant au réensemencement de la
fosse pour une meilleure fonctionnalité après l’entretien.

Un filtre de pouzzolane (pierre volcanique microporeuse) en sortie permet


d’éviter que des matières volumineuses atteignent le traitement qui suit
en aval.
• un traitement avec un filtre à sable vertical drainé

Son fonctionnement consiste à reproduire le schéma naturel d’infiltration


des eaux dans la terre.

Après le prétraitement dans la fosse septique toutes eaux, l’eau arrive


dans des tuyaux d’épandage avec un minimum de matière en suspension.
La répartition des eaux peut être observée grâce au regard de répartition.

L’eau s’écoule dans les drains et commence à s’infiltrer dans le gravier de


diamètre 20/40 où les bactéries se fixent et dégrade la matière présente.

Une couche de sable siliceux filtre minutieusement l’effluent qui est alors
recueillit par des drains de collecte.

L’ensemble des drains de collecte se rejoignent au regard de collecte puis,


l’effluent entièrement traité est rejeté en milieu superficiel hydraulique
(rivière, fossé …).
2 Le dimensionnement

2-1 une dimension pour une fosse septique :

Les dimensionnements sont calculés généralement en fonction du nombre


d’équivalent habitant.

Un équivalent habitant est un débit moyen calculé par des statistiques qui
correspond alors à un débit pour 1 habitant de 150 litres par jours.

Pour le dimensionnement de la fosse septique toutes eaux, l’équivalent


habitant n’est pas représentatif pour le centre d’accueil.
En effet, la population habitant le centre varie et ne peut être définit.

Alors, la loi autorise un dimensionnement en fonction du nombre de pièce


habitable des logements.
Cette méthode est plus représentative car elle se base sur une moyenne
de personne pouvant alors vivre dans l’habitat et non sur le nombre
d’habitants vivants quotidiennement.

Cette norme dit alors que la fosse septique toutes eaux doit avoir une
capacité minimum de 3 m³ jusqu’à 5 pièces puis on rajoute à se volume
1m³ par pièce supplémentaire.

On a alors un nombre de pièces habitables égales à 12 ce qui nous


donnent :

5 + (12-5) x 1 = 12 m³
2-2 une dimension pour le filtre vertical à sable drainé :

Comme pour la fosse septique toutes eaux, on ne procédera pas à un


dimensionnement en fonction du nombre d’équivalent habitant mais en
fonction du nombre de pièces habitables.

Pour dimensionner le traitement secondaire choisit on a alors les données


suivantes : 25m² minimum de surface totale puis on rajoute 5m² par
pièce supplémentaire au-delà de 5.

Ce qui nous donne :

25 + (12-5) X 5 = 60 m²

La largeur doit être de 5m


La longueur est de 12m

12 m

5m
2-3 les équipements annexes : Pierre volcanique
microporeuse ce qui
facilite la fixation des
bactéries

Un décolloïdeur :

C’est un bac rempli de pouzzolane destiné a bloquer les


matières en suspension se trouvant dans l’effluent à
traiter. On l’installera en amont de la fosse septique.

Le dimensionnement de cet ouvrage n’est pas


réglementé mais les fournisseurs conseils un temps de
séjour de l’effluent de 1 à 2h.

L’entretien consiste à son curage environ tout les 6 mois


facilité par une colonne de décolmatage pour le
pompage des résidus.

Une chasse à auget :

Cet ouvrage permet de stocker les eaux prétraitées


Pour les relâcher d’un coup par bâchées vers la
suite
De la filière. Cela donne un effet de chasse ce qui
Permet l’irrigation complète des drains du filtre à
sable

… puis une fois le niveau


La chasse à auget se remplie … d’eau est suffisant, le
auget flottant (situé au
centre) libère un orifice
où l’eau s’écoule pour
alimenter le filtre à sable.
3 Une étude financière

3-1 les fournitures dont on a besoin :

• pour le réseau de collecte :

On utilisera des tuyaux en pvc qui raccorderont alors le réseau de collecte


existant au prétraitement.

On estime alors un besoin 100 m de tuyau de collecte.

• pour le prétraitement :

La fosse septique toutes eaux doit être fournit par un professionnel des
assainissements autonomes, son coût global serait alors de 4000 euros.

• pour le traitement secondaire :

Le gravier et le sable doivent être lavés de façon à éliminer les fines.


Les graviers sont stables à l’eau et leur granulométrie entre 10 mm et 40
mm. Le sable utiliser pour reconstituer le sol épurateur est siliceux et
stable à l’eau. Sa courbe granulométrique s’inscrit dans le fuseau.

Sable :

Calcul de la quantité nécessaire :

2 x 10 cm en surface
10 cm en profondeur

Soit :

(2 x 0,1 m + 0,1 m) x 60 m = 18 m³

Gravier :

Calcul de la quantité nécessaire :

2 x 0,10 m x 60 m² = 12 m³
Géotextile :

Il doit séparer les drains de répartition de la terre végétale de surface


ainsi que les drains de collecte et le gravier du fond su filtre.
On a donc besoin du double de la surface du filtre soit :

2 x 60 = 120 m²

Drains :

Soit 4 drains de répartition en surface et 4 drains de collecte en


profondeur on a donc besoin de :

2 x (12 m x 4 + 4 m x 4) = 128 m

Film imperméable :

Il doit être en polyéthylène basse densité, d’une épaisseur de 200µm ou


de résistance équivalente. Il devra recouvrir entièrement les parois du
filtre afin que l’eau ne s’infiltre pas à cause de la proximité de puits.

Calcul du besoin en film imperméable :

Soit 60m² la superficie du filtre

Les 2 parois (amont et aval) mesure 1,20 m de


hauteur et 5m de largeur soit :

2 x 5 m x 1,20 m = 12 m²

Les 2 parois sur la longueur sont de :


12 m de longueur
1,20 m de hauteur

2 x 12 m x 1 ,20 m = 28,8 m²
Soit 30 m²

Superficie totale du film imperméable :

12 + 30 + 60 = 102 m²

Avec une marge de 10% ce qui nous donne :

115 m²
3-2 avec quel matériel :

En effet pour la construction de l’assainissement autonome il nous faut


pouvoir installer sous terre la fosse septique toutes eaux ainsi que le filtre
à sable vertical, pour cela on louera un tractopelle et on se munira de
pelles manuelles :

Coût de location du tractopelle :

800 € la semaine en France.


Le coût de location en Albanie sera bien moindre.

Coût d’achat de 4 pelles manuelles :

En France, une pelle vaut environ 15 €,


En Albanie le coût sera lui aussi plus moindre.
Il sera compris dans le budget prévu pour le voyage.
(Voir paragraphe suivant)

Pour le béton, on doit se munir d’une bétonnière :

Coût de l’achat d’une bétonnière


et d’une brouette sur place
d’après les renseignements de Flutura
est d’environ
3-3 la mise en œuvre :

La réalisation du projet sera pendant les vacances scolaire d’été car les
bénévoles qui participeront à la conception font parti de la classe de CAP
du lysée Ste Marie.

En effet, je partirai donc avec 4 de ces élèves et un d leur professeur sur


le terrain dés que j’aurai tous les financements ainsi que les outils
nécessaires.

Ce sera alors l’occasion de permettre à ses jeunes de participer à chantier


hors du commun qui leur apportera une expérience enrichissante.

La classe de CAP du lycée Ste Marie.


Conclusion

Pour pouvoir voir l’aboutissement du projet, j’ai alors pris la décision de


créer une association avec ma mère et une amie.

L’association a pour nom « Sauve ta Planète ». Elle est basée


essentiellement sur la protection de l’environnement. J’ai pue ainsi
effectuer mes démarches grâce à celle-ci.

J’ai alors pue acquérir une grande connaissance sur les techniques
d’épuration, les matériaux constituants des assainissements non collectifs
ainsi que sur le fonctionnement.

La conception de ce projet est donc une étape cruciale pour mon avenir
car j’envisage de continuer sur la voie de création d’assainissement dans
l’humanitaire et pourquoi pas développer des stations d’épuration urbaines
dans le pays de l’Albanie.

Cette expérience m’a permis de prendre conscience de l’envergure d’un


chantier qui ne paraît pas si imposant que ça, mais sur le point des
différentes démarches auprès d’organismes et de professionnels. En effet,
la recherche des matériaux, des données légales d’après la loi française
pour les différentes normes à appliquer au niveau de la confection doit
être faite de manières précises pour ne pas avoir de soucis technique et
financier.

La découverte du pays m’a permis aussi de prendre conscience des


besoins dans le milieu de l’eau pour un pays tel que l’Albanie, mais il en
est de même pour une grande majorité d’autres pays.
Contacts :

Mlle Verlant Aurore présidente de l’association

« Sauve ta Planète »

Siège social :

7 rue petite Franche


84 000 AVIGNON

Téléphone :

06 22 78 17 80

Email :

sauvetaplanete@hotmail.fr

Espace perso de l’association :

http://actionsauvetaplanete.spaces.live.com/

N’hésitez à proposer votre aide pour ce projet, elle sera de toute évidence
la bienvenue.

Vous aimerez peut-être aussi